Vous êtes sur la page 1sur 133

‫الجمـهوريــة الجزائريــة الديمقراطيــة الشعبيــة‬

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ‫وزارة التعليــم العالــي والبحــث العلمـي‬


DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE DES FRERES MENTOURI ‫جامعـــــــة اإلخوه منتوري‬

Faculté des Sciences de la Technologie ‫كلـيــة علوم التكنولوجية‬


‫ الهندسة المدنية‬:‫قسم‬
Département : Génie Civil

N° d’ordre…………..

Mémoire de Master
Spécialité : Construction parasisemique

Intitulé :
Calcul d’un bâtiment
a contreventement mixte ( R+5 )

Présenté par : Dirigé par :

GHOMRANI ABDERRAOUF Dr. BELKACEM


BENTOUMI RAMDANE

JUILLET 2016
REMERCIMENT

Tout d'abord, je remercie Allah, le tout grand puissant de

M’avoir donné la force, le courage et la volonté de mener à bien ce modeste travail

Nous tenons à remercier sincèrement notre

Encadreur Mn e belkacem , pour leurs appréciations compétentes.

Nous tenons également à exprimer notre gratitude envers tous

Les enseignants qui nous ont aidés pondant la durée de notre formation et leurs conseils

Enfin, à nos parents qui nous aidé et soutenus pendants nos études.

Toute notre affection.


Dédicace
A La Memoire De Mon Pere

Je Dedie Ce Modeste Travail A Ma Tres Cher Maman, Que Je


Remercie Pour Leur Amour Et
Pour M’avoirs Soutenue, Toujours Ce Memoire Reflete Le Fruit De
L’education Et L’at. Qu’elle M’atantreserve, Que Dieu Me La Garde.

A Mes Chers Freres: Amar , Wahid ,Rachid ;


Chamessedine Et Toute La Famille GHOMRANI.

A Ma Binome RAMDANEEt Toute Sa Famille.

A Mes Tres Chers Amis : Mouhamed , Adel, Monire ;


Amar ,Moussa, Sohaib, Smail, Dirare, Nasredinne
…….Etc .

A Tous Ceux Qui Ont Contribue De Pres Ou De

Aderrouf Ghomrani
Dédicace
A La Memoire MA MERE

Je Dedie Ce Modeste Travail A Ma Tres Cher Maman, Que Je


Remercie Pour Leur Amour Et
Pour M’avoirs Soutenue, Toujours Ce Memoire Reflete Le Fruit De
L’education Et L’at. Qu’elle M’atantreserve, Que Dieu Me La Garde.

A Mes Chers Freres: Amar , Et Toute La Famille


Ramdan

A Ma Binome ABDERRAOUF Toute Sa Famille.

A Mes Tres Chers Amis : Mouhamed , Adel, Monire ;


Amar ,Moussa, Sohaib, Smail, Dirare, Nasredinne
…….Etc .

A Tous Ceux Qui Ont Contribue De Pres Ou De

BENTOUMI RAMDANE
Sommaire
Chapitre I.
I.1 Introduction générale ………………………………………………………………………………………………………... 01

Chapitre II. Présentation du projet


II.1 Introduction …………………………………………….………………………………..…………………………………... 02
II.2 Présentation de l’ouvrage ………………………………………….………………………….….……..…………….. 02
II.3 Caractéristiques mécanique des matériaux ……………………………………………..……………………... 06

Chapitre III. Pré dimensionnement et descente de charge


III.1 Introduction ………………………………………………………………………………………….……………..………... 11
III.2 Pré dimensionnement des éléments structuraux ………………………………………….……………….. 11
III.3 Evaluation des charges et surcharges ……………………………………………………………..……………... 17

Chapitre IV. Eléments non structuraux


IV.1 Introduction …………………………………………………………………………………………………………………... 23
IV.2 Calcul de l’acrotère ……………………..…………………………………………………………………………..……... 23
IV.3 Calcul Les escaliers …………………………………………………..……………………..……………………………... 27
IV.4 Étude des balcons ……………………………………………….…………………………………..………………….. 41
IV.5 Calcul des Planchers ……………………………………………………………………………………………..…………. 50

Chapitre V. Etude dynamique


V.1 Introduction ……………………………………………………………………………………………………………….……... 67
V.2 Objectif de l’étude dynamique …………………………………………..……………………………………………... 67
V.3 Modélisation …………………………………………………………………………………………………………….……….. 67
V.4 Méthodes de calcul ……………………………………………………………………………………………………………. 68

Chapitre VI. Calcul des éléments structuraux


VI.1 Calcul des sollicitations ………………………………………………………………………………………………... 78
VI.2 Ferraillage des éléments structuraux ……………………………………………………………………………... 78
VI.3Calcul des voiles………………………………………………………………………………..…………………………….. 95
Chapitre VII. Fondations
VII.1 Généralités …………………………………………………………………………………………………………………... 106
VII.2 Reconnaissance des lieux et du sol…………………………………….…………………………………….. 106
VII.3 Choix du Type de fondation ……………………………………………………………………………………... 106
VII.4 Dimensionnement et calcul des semelles ……………………………………………………………….. 107
XII.5. Disposition des armatures dans la fondation ………………………………………………………………...115

Conclusion
CHAPITRE I :
INTRODUCTION

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre I : Introduction générale

I-Introduction générale

Depuis des siècles, l’homme a toujours voulu trouver un abri où règne sécurité et
confort.
L’histoire qui retrace le vécu des hommes est riche d’exemples aussi édifiants les uns que
les autres, car tout cela a débuté par le fameux homme des cavernes, en passant par les
célèbres pyramides d’Egypte, et de nos jours les extraordinaires buildings à l’image de Bordj
El Arab.
Le développement des techniques et du savoir faire dans les différents domaines, et
notamment dans le secteur de la construction a donné une avancée importante dans le secteur
de la construction, surtout avec la venue des nouveaux matériaux de construction tels que
(béton armé, béton précontraint, construction métallique …).
Les études techniques ou d’engineering, ainsi que les observations faites sur le
comportement des structures ont montré en général que :

 Les constructions métalliques présentent un meilleur comportement vis-à-vis d’une


excitation sismique vu son poids léger et la grande ductilité quelle possède.
 Les constructions en béton armé ont un comportement dynamique dépendant du type
de structure (portique auto stable, structure à voiles ou mixte).

Une structure doit être calculée et conçue de telle manière qu’elle reste apte a l'utilisation
pour laquelle elle a été prévue, compte tenu de sa durée de vie envisagée et de son cout.
Elle ne doit pas être endommagée par des événements, tels que : l’explosion, les chocs ou
un siesme
Elle doit résister a toutes les actions et autres influences susceptibles de s'exercer aussi
bien pendent l'exécution que durant son exploitation et qu'elle ait une durabilité convenable au
regard des couts d'entretien.
Pour satisfaire les exigences énoncées ci-dessus, on doit choisir convenablement les
matériaux, définir une conception, un dimensionnement et des détails constructifs appropries,
et spécifier des procédures de contrôles adaptées au projet considère, au stade de la
conception, de la construction et de l’exploitation. Pour ce faire, il faut impérativement
respecter les normes et les règles en vigueur qui sont propres a chaque pays.

Promotion master 2016 1


CHAPITRE II :
PRESENTATION DE L’OUVRAGE

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

II.1. Introduction

Ce projet porte sur l'étude d'une tour (RDC+5) à usage multiple (d'habitation,
commerce), l'ouvrage sera implanté à Massinissa, Wilaya de Constantine qui est classée comme
zone de sismicité moyenne (Zone IIa) selon le classement des zones établies par le Règlement
Parasismique Algérien (RPA 99 version 2003).

II.2. Présentation de l’ouvrage

L’objet de notre projet est l'étude des éléments résistants du bâtiment.

∗ 5 étages à usage d′habitation


Cette Structure est composée de {
∗ RDC à usage commercial

II.2.1 Caractéristiques géométriques

Hauteur totale du bâtiment 18,90 m

Hauteur de l’étage courant 3.1 m

Tableau-II-1-dimensions en élévation

Longueur totale 20,80 m

Largeur totale 8,20 m

Tableau-II-2-dimensions en plan

Figure-1- élévation du bâtiment

Promotion master 2016 2


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Figure-2- vue en plan du bâtiment

II-2-2- Classification du bâtiment

Selon le (RPA 99 versions 2003) article 3.2

Le bâtiment est à usage d’habitation collective qui ne dépasse pas 48 m.

D’après le RPA version 2003, le bâtiment est classé dans le « groupe 2».

II-2-3- Ossature

L’ouvrage rentre dans le cadre de l’application du RPA99/Version2003.

D’après les conditions de l’article 3.4.A.1.a pour les structures en béton armé, on ne peut pas
adopter un contreventement par portique auto stable puisque la hauteur totale du bâtiment
dépasse 5 niveaux ou 17m en zone II.

Par conséquent, nous avons opté pour un contreventement mixte assuré par des voiles et
des portiques avec justification d’interaction portiques-voiles.

Pour ce genre de contreventement il ya lieu également de vérifier les conditions suivantes :

Les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations dues aux
charges verticales

Les charges horizontales sont reprises conjointement par les voiles et les Portiques
proportionnellement à leurs rigidités relatives ainsi qu’aux sollicitations résultant de leur
interaction à tous les niveaux.

Promotion master 2016 3


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Les portiques doivent reprendre outre les sollicitations dues aux charges verticales, au
moins 25% de l’effort tranchant de l’étage.

II.2.4. Plancher

Selon le type de coffrage, nous avons opté pour deux types de Planchers

II.2.4. a. Planchers à corps creux

On prend a en considération des planchers à corps creux pour tous les étages. Ces
planchers présentent les avantages suivants :

 Facilité de réalisation
 Réduction de la masse du plancher
 Isolation acoustique et thermique
 Economie dans le coût de coffrage (les poutrelles et le corps creux forment un coffrage
perdu).

Figure-2- Planchers corps creux

II.2.4. b. Planchers dalle pleine

Pour certaines zones, on opté a pour des dalles pleines à cause de leurs formes
irrégulières et ceci dans le but de minimiser le temps et le coût nécessaire pour la réalisation

I1.2-5. Escalier

Le bâtiment est muni d’une cage d’escalier de type droit.

II.2-6. Balcons

Les balcons seront réalisés en dalle pleine

II.2.7. Acrotère

C’est un élément en béton armé dont la hauteur est de 50 cm.

II-2.8. Maçonnerie

Promotion master 2016 4


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

II.2-8.a. Les murs extérieurs

On utilise de la brique creuse de 15 cm pour les forces extérieur

On utilise de la brique creuse de 10 cm pour les forces intérieur

On choisit un vide d'air de 5 cm.

Figure-3-brique creuse

II.2.8.b. les murs intérieurs:

On utilise de la brique creuse de 10 cm d'épaisseur

II.2.8.c. Revêtement

Ils seront réalisés

 En carrelage scellé pour les planchers et les escaliers.


 En Plâtre pour les cloisons intérieures et les plafonds.

II.2.9. Système de coffrage

Ont opté pour un coffrage classique en bois pour les portiques et un coff rage métallique
pour les voiles

II.2.10. Isolation

L’isolation acoustique est assurée par le vide des corps creux et la masse du plancher,

Par contre au niveau de murs extérieurs l’isolation est assurée par le vide d’air entre les deux
parois, et par la minimisation des ponts thermiques en cour de réalisation.

L’isolation thermique est assurée par les couches de liège pour le plancher terrasse.

II.2.11. Eléments composant l’infrastructure

Promotion master 2016 5


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Le choix du mode de fondation est fonction de l’importance de l’ouvrage (ou des


surcharges et de la nature du sol).

II-3-Caractéristiques mécaniques des matériaux

I1-3-1- Béton

Le béton est un matériau constitué par un mélange de ciment, de granulats (sable et


gravier) et d’eau; Il est caractérisé, du point de vue mécanique, par sa résistance à la compression
à 28 Jours

Cette résistance varie en fonction de la granulométrie, le dosage en ciment, la quantité d’eau de


gâchage et l’âge du béton. Ce dernier sera conforme aux règles (BAEL91 et le RPA99 modifié en
2003)

II.3.1.a. Résistance caractéristique du béton à la compression :.

Un béton est définit par sa résistance à la compression à 28 jours d’age notée fc28.

Lorsque la sollicitation s’exerce sur un béton d’âge j < 28 jours, sa résistance à la compression est
calculée comme suit (Art 2-1-11 BAEL 91):

Fcj={j /(4.76+0.83j)}fc28Mpa pour Fc28 < 40 Mpa

Fcj={j /(1.40+0.83j)}fc28Mpa pour40Mpa ≤ fc28 ≤ 60Mpa

Fcj=1.1fc28 pour j > 60 Mpa

Pour le présent projet on adoptera : fc28 = 25 MPa

II.3.1.b. La résistance caractéristique du béton à la traction

La résistance du béton à la traction est faible. Elle est de l’ordre de 10 % de la résistance a

la compression. Conventionnellement elle est définie par la formule suivante :

ftj= 0.6 +0.06fcj (BAEL 91)

Pour j = 28j, on a : fjt= 0.6 + 0.06 (25) = 2.1 MPa

II.3.1.c. Module de déformation longitudinale

Il existe deux modules de déformation longitudinale.

c.1. Module de déformation instantanée

La durée d’application de la contrainte normale est inférieure à 24h à l’age de j (jours)

Promotion master 2016 6


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Etj= 11000 (Fcj)1/3 MPa.

Pour Fcj= 25 MPa, on a : Etj= 32164,2 MPa

c.2. Module de déformation différée

Il permet de calculer la déformation finale du béton (déformation instantanée augmentée


du fluage).

Etj= 3700*F cj1/3MPa

Pour Fcj= 25 MPa => Etj= 10818,86 MPa

II.3.1.d. Module de déformation transversale

Sa formule est : d’après le (BAEL 91)

G = E2(1 + ν )

E : module de Young

ν: Coefficient de poisson

Le Coefficient de poisson est le rapport entre la déformation relative transversale et la


déformation relative longitudinale pris égal à :

ν= 0 (à l’ELU) pour le calcul des sollicitations en considérant le béton fissuré.

ν= 0.2 (à l’ELS) pour le calcul des déformations en considérant le béton non fissuré.

I1.3.1.e. Etats limites

Ils correspondent aux diverses conditions de sécurité et de bon comportement en service

pour les quelles une structure est calculée; ils se classent en deux catégories :

e.1. Etats limites ultimes

Ils correspondent à la limite :

 Soit, de la perte d’équilibre statique (basculement)


 Soit, de la perte de stabilité de forme (flambement)
 Et surtout de la perte de résistance mécanique (rupture) qui conduisent à la ruine de
l’ouvrage.

La contrainte limite ultime de résistance à la compression est donnée par :

Fbc=0.85fcj/γb ϴ d’après le (BAEL 91)

Promotion master 2016 7


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

γb: coefficient de sécurité

γb : 1,15 Situation accidentelle

γb : 1,5 Situation courante

0,85 devient 0,80 quand les conditions de bétonnage deviennent sévères.

c: Coefficient d’application des actions considérées :

ϴ=1, si la durée d’application des actions est supérieur à 24h

ϴ= 09, si la durée d’application des actions est inférieure à 24h

à 28j, on a :

fbc =14,2 Mpa

e.2. Etats limites de services

Ce sont les états au delà desquels les conditions normales d’exploitation et de durabilité ne

sont plus satisfaites; ils comprennent les états limites de fissuration et de déformation de

service à la compression donnée comme suit: d’après le (BAEL 91) Ϭbc ≤ Ϭbc =0.6 fc28=15Mpa

I1.3.7.f. Contrainte limite de cisaillement à l’E.L.S

La contrainte de cisaillement est donnée par l’expression suivante :

D’après le (BAEL 91) : Ĉu=Vu /bd

Cette contrainte doit respecter les conditions limites suivantes :

Cas de fissuration non préjudiciable :

Ĉu ≤ min (0.20 fcj / γb ;5 Mpa)

Cas de fissuration préjudiciable et très préjudiciable :

Ĉu ≤ min (0.15 fcj / γb ;4 Mpa)

I1.3.2. Acier

I1.3.2.a. Généralités

Promotion master 2016 8


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Les armatures d’un béton armé sont des aciers qui se distinguent par leurs nuances

 Les ronds lisses FeE215 et FeE235 correspondent, respectivement, à des limites


d’élasticités garanties de 215 MPa et 235 MPa.
 Les aciers à haute adhérence FeE400 et FeE500 correspondent, respectivement, à des
limites d’élasticités garanties de 400 MPa et 500 MPa.
 Treillis soudé de type TS520.

I1.3.2.b. Module d’élasticité longitudinale de l’acier

Le module d’élasticité longitudinale de l’acier est pris égal à :

Es = 2.10MPA d’après le (BAEL 91)

II.3.2.c. Coefficient de poisson des aciers

Il est pris égal à : ν= 0.3 d’après le (BAEL 91)

I1.3.2.d. Contraintes limites

d.1. Contrainte limite à l’ELU

Ϭst = fe / γs d’après le (BAEL 91) :

Avec : Ϭst: contrainte d’élasticité de l’acier.

γs : coefficient de sécurité.

γs =1.15 situation durable

γs = 1 situation accidentelle

γs = 1.15 γs =1.00

Fe =400 M pa Ϭ=348 Mpa Ϭ=400 Mpa

Fe = 520 Mpa Ϭ=450 Mpa Ϭ=520 Mpa

Tableau-II-3-les valeurs de Contrainte

d.2. Contrainte limite à l’ELS

Promotion master 2016 9


Chapitre II : PRESENTATION DE L’OUVRAGE

Il est nécessaire de réduire le risque des fissures. Pour limiter l’ouverture de ces dernières,
on est amené à limiter les contraintes dans les armatures tendues sous l’action des sollicitations de
service.

D'après les règles BAEL 91 (A, 4, 5,3), on distingue trois cas de fissures :

d.2.1. Fissuration peu nuisible

Aucune vérification n’est nécessaire car la contrainte n’est soumise à aucune limitation.

d.2.2. Fissuration préjudiciable

C’est le cas des éléments exposés aux intempéries, il y a risque d’infiltration.

Ϭst= min {2/3fe ;max (0.5fe ,110 ɳftj)}

d.2.3. Fissuration très préjudiciable

Milieu agressif

Ϭst=0 .8 min{2/3fe ; max (0.5fe ,110 ɳftj)}

ƞ = coefficient de fissuration qui dépend de type d’acier :

ƞ = 1 , 3 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴 < 6𝑚𝑚

ƞ = 1,6 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝐻𝐴 > 6𝑚𝑚

ƞ = 1 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑟𝑜𝑛𝑑𝑠 𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒𝑠1

I1.3.3. Protection des armatures

Dans le but d’avoir un bétonnage correct et de prémunir les armatures des effets

D’intempéries et d’agents agressifs, nous devons nous assurer que l’enrobage «c » des

Armatures vérifie :

 c ≥ 5cm → les éléments exposés à la mer, aux embruns ou aux brouillards salins.
 c ≥3cm → les éléments en contact d’un liquide (réservoir, tuyaux, canalisation)
 c >1cm → les parois situées dans les locaux condensés

Les enrobages des armatures doivent être strictement assurés à l’exécution.

Promotion master 2016 10


CHAPITRE III :
DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS ET
DESCENS DES CHARGES

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

III.1 Introduction :

Le pré dimensionnement des éléments résistants (Les planchers, Les poutres, Les poteaux,
Les voiles) est une étape régie par des lois empiriques. Cette étape représente le point de
départ et la base de la justification à la résistance, la stabilité et la durabilité de l’ouvrage aux
sollicitations suivantes :

 Sollicitations verticales
Elles sont dues aux charges permanentes et aux surcharges d’exploitation des planchers,
poutres et poteaux.

 Sollicitations horizontales
Elles sont généralement d’origine sismique et sont reprises par les éléments de
contreventement constitués par les portiques et les voiles.
Le pré dimensionnement de tous les éléments de l’ossature est conforme aux règles
(B.A.E.L 91, CBA93 et R.P.A 99 V2003)

III.2 Pré dimensionnement des éléments structuraux :

III.2.1 Pré dimensionnement des poutres :


Les poutres sont des éléments en béton armé coulés sur place dont le rôle est
l’acheminement des charges et surcharges émanant des planchers aux éléments verticaux
(poteaux ; voiles).
On distingue les poutres principales qui constituent des appuis aux poutrelles et les
poutres secondaires qui assurent le chaînage.
On note :
b : largeur de la base de la poutre.
h : hauteur totale de la poutre.

III.2.2.a. Les poutres principales :


Reçoivent les charges transmises par les solives (poutrelles) et les répartissent aux
poteaux sur lesquels ces poutres reposent.

Selon le BAEL 91 → h = (Lmax/15 ; Lmax/10)


La grande portée entre nus des appuis :𝒍𝒎𝒂𝒙 = 𝟒, 𝟑𝟓 𝒎
435/15 ≤ ℎ ≤ 435/10
h= 40cm

29 ≤ h ≤ 43,5
On prend la hauteur : h = 40 cm.
b= 30cm
Selon le BAEL 91 → b ≥ ℎ/3 = 13,3 Figure III.1.Dimensions de la poutre
On prend la largeur : b = 30 cm. principale

Promotion master 2016 11


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

Vérification selon le RPA 99 V2003


 h ≥ 30 cm h = 40 cm > 30 cm.…………....C.V
 b ≥ 20 cm b = 30 cm > 20 cm……...….....C.V
 h/b ≤ 4 40 / 30 = 1,335≤ 4..………......….. C.V

Donc on prend une section de (b x h) = (30x40) cm2

III.2.2.b. Les poutres secondaires :

Selon le BAEL 91 → h = (Lmax/15 ; Lmax/10)


La grande portée entre nus des appuis :𝒍𝒎𝒂𝒙 = 𝟒. 𝟒 𝒎
440/15 ≤ ℎ ≤ 440/10

h= 35cm
29,33 ≤ h ≤ 44
On prend la hauteur : h = 35 cm.
Selon le BAEL 91 → b ≥ ℎ/3 = 14.60
On prend la largeur : b= 30 cm. b= 30cm
Vérification selon le RPA 99 Figure III.2.Dimensions de la poutre
 h ≥ 30 cm h = 35cm > 30 cm................C.V secondaire
 b ≥ 20 cm b = 25 cm > 20 cm................C.V
 h/b ≤ 4 35 / 25 = 1,4 ≤ 4.................C.V

Donc on prend une section de (b x h) = (30x35) cm2

Conclusion :
Nous adapterons des poutres de dimensions suivantes :

Poutres principales :
 ht = 40 cm ; b = 30
Poutres secondaires :
 ht = 35 cm ; b = 30 cm

III.2.3. Pré dimensionnement des poteaux :


2
On suppose une charge moyenne de 1 (t/m ) par étage.
Les sections transversales des poteaux doivent satisfaire aux conditions du R.P.A 99 V2003.

 min(𝑎, 𝑏) ≥ 25 en zones I et IIa


ℎ𝑒
 min(𝑎, 𝑏) ≥ 20 ℎ𝑒 : Hauteur d’étage
 1⁄ < 𝑎⁄ < 4
4 𝑏

Promotion master 2016 12


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

2,025
0,30 2 ,1
1,975
,, 1.8
,,
;
,,

Figure.III.3. Surface du plancher revenant à un poteau central

 L : longueur du plancher (L = 4 m).


 l : largeur du plancher (l = 3,9 m).
 Nu : étant la charge verticale a l’ELU.

Avec : Nu = Pu × S × n
Pu : charge du plancher.
Pu = 1t/m²
S : surface supporté par le poteau le plus sollicité.
S=L×l
S = 4 × 3,9 = 15,6 m²
n : nombre d'étage.
Nu = 1 × 15,6 × 6 = 93,6 t.

𝛽×𝑁𝑢
 Section réduite : 𝐵𝑟 ≥ 𝑓𝑏𝑐 0,85×𝑓𝑒
+
0,9 100×𝛾𝑠

𝛽 : Coefficient de correction dépendant de l’élancement mécanique λ des poteaux qui prend


les valeurs :
𝛽 = 1 + 0,2(𝜆/35)2 si : 𝜆 ≤ 50 .

𝛽 = 0,85𝜆2 /1500 si : 50 < 𝜆 < 70 .

On se fixe un élancement mécanique λ=35 pour rester toujours dans le domaine de la


compression centrée d'ou : β = 1,2

𝑓𝑒 = 400 Mpa
𝛾𝑠 = 1,15 (cas général)

Promotion master 2016 13


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

0,85 × 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑐 = ⇒ 𝑓𝑏𝑐 = 14,17 𝑀𝑃𝑎
𝜃 × 𝛾𝑠
Avec : 𝑓𝑐28 = 25 Mpa
𝛾𝑠 = 1.5 (cas général)
𝜃 = 1 (charge > 24h)

1,2 × 0,936
𝐵𝑟 ≥ 14,17 0,85×400 ⟹ 𝐵𝑟 = 0,06 𝑚2
+ 100×1,15
0,9
On a :
 𝐵𝑟 ≥ (𝑎 − 0,02)2
 𝑎 ≥ √𝐵𝑟 + 0,02
 𝑎 ≥ 0,244 + 0,02
 𝑎 ≥ 0,264

Donc on prend : 𝒂 = 𝒃 = 𝟑𝟎 𝒄𝒎 Donc un poteau de (𝟑𝟎 × 𝟑𝟎)𝐜𝐦²

Figure.III.4. Poteau en béton arme

Vérification des conditions du R.P.A 99 V2003:

min(𝑎, 𝑏) ≥ 25 ⟹ 𝑎 = 30 > 25....................................C.V


ℎ 310
min(𝑎, 𝑏) ≥ 20𝑒 ⟹ 𝑎 = 30 > ( 20 = 15,5)......................C.V
1⁄ < 𝑎⁄ < 4 ⟹ 1⁄ < (30 = 1) < 4........................C.V
4 𝑏 4 30

 Vérification du poteau au flambement:

 Calcul du moment d’inertie

𝑎×𝑏 3 30×303
 𝐼𝑥 = 𝐼𝑦 = =
12 12

 ⇒ 𝐼𝑥 = 𝐼𝑦 = 675000 𝑐𝑚4

 Rayon de giration 𝒊𝒙 , 𝒊𝒚

Promotion master 2016 14


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

𝐼𝑥
𝑖𝑥 = 𝑖𝑦 = √
𝐴
Avec : 𝐴 = 𝑎 × 𝑏 (section du poteaux)
𝐴 = 30 × 30 = 900𝑐𝑚2
675000
⇒ 𝑖𝑥 = 𝑖𝑦 = √
900

⇒ 𝑖𝑥 = 𝑖𝑦 = 8,66 𝑐𝑚

 Calcul de l’élancement

𝑙
𝜆 𝑥 = 𝜆 𝑦 = 𝑖𝑓
𝑥
Avec : 𝑙𝑓 = 0,7 × 𝑙0 (cas général)

𝑙0 = 3,1 𝑚
𝑙𝑓 = 2,17 𝑚

2,17
𝜆𝑥 = 𝜆𝑦 =
8,66

𝜆𝑥 = 𝜆𝑦 = 12,37
Donc on a :

𝜆𝑥 = 𝜆𝑦 = 12,37 < 50 ⟹ le flambement est vérifiée

III.2.4. Pré dimensionnement des voiles:

Les voiles sont considérés comme des éléments satisfaisants la condition du R.P.A 99
V2003,(P 56)

𝒉𝒆⁄
𝒆≥ 𝟐𝟐
L : La longueur du voile.
e : L’épaisseur du voile (𝑒𝑚𝑖𝑛 = 15𝑐𝑚)
he : Hauteur d’étage.
On a :

ℎ𝑒 = 3,10 𝑚 ⟶ 𝑒 ≥ 3,10⁄22 = 0,14 cm

𝒆 = 𝟐𝟎𝒄𝒎 Pour tous les étages


Figure III.5. Coupe de voile en élévation
Promotion master 2016 15
Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

III.2.5. Pré dimensionnement du plancher :

Les dalles ont de faible épaisseurs par rapport aux autres dimensions (poutres, Poutrelles,…).
L’épaisseur des dalles dépend du type de plancher :

III.2.5.1. Plancher à corps-creux :


Les planchers à corps creux n’interviennent pas dans la résistance de l’ouvrage sauf
qu’ils offrent un élément infiniment rigide dans le plan de la structure.

L’épaisseur des dalles dépend le plus souvent des conditions d’utilisation et de


résistance.

 L'épaisseur de plancher est conditionnée par : 𝒉 ≥ 𝒍⁄𝟐𝟐, 𝟓

l : plus grande portée dans le sens considéré.

h : Hauteur totale du plancher.


4,35
ℎ ≥ 22,5 = 0,19𝑚 Donc : 𝒉 = 𝟐𝟎𝒄𝒎

h = (16 +4) cm

16 cm pour le corps creux.


4 cm pour la dalle de compression.

III.2.5.2. Plancher à dalle pleine :

L’épaisseur de la dalle pleine qu’on a adopté est de : h=15 cm

III.2.-6-La descente des charges

III.2.-6-1-Introduction
On appelle la descente des charges l’opération qui consiste à calculer les charges qui
revenant à chaque poteau ou voile au niveau de chaque étage, jusqu’aux fondations.

Les charges prises en compte sont les charges permanentes (G) et les surcharges
d’exploitation (Q).le calcul de la descente des charges se fait pour les poteaux les plus
sollicités, les trois types de poteaux considérés : poteau d’angle ; poteau de rive et poteau
central.

Promotion master 2016 16


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

III.3 .Evaluation des charges et surcharges :


III.3.1 Charges permanentes :

a) Plancher terrasse (corps creux) : terrasse inaccessible


1
1- Protection lourde (ep = 5cm)……………...1,00 KN /m² 2
3
2- Etanchéité multiple (ep = 2cm)……………...0,12 KN /m²
3- Forme de pente (ep =10cm)…………….2,2 KN /m² 4

4- Isolation thermique (ep =04cm)...…............0,16 KN /m² 5

5- Plancher corps creux (16 + 4 cm)…………...2,80 KN /m² 6

6- Enduit de plâtre (ep = 2cm)....................0,20 KN /m² Figure- III-6-Plancher terrasse


corps creux
G = 6,48 KN /m²

b) Plancher étages courants (corps creux) : 6


1-Revêtement en carrelage (ep = 2cm)………..0,40 N /m²
2-Mortier de pose (ep = 3cm)……….0,60 KN /m²
3-Couche de sable (ep = 3cm)……....0,66 KN /m² 1
4-Plancher corps creux (16 +4 cm)........2 ,80 KN /m² 2
3
5-Enduit de plâtre (ep = 2cm)..........0,20 KN /m² 4

6-Maçonnerie en brique creuse (ep = 10cm)....0,90 KN /m² 5

Figure-III-7-Plancher étages
G = 5,56 KN/m² courants ( corps creux )
courants
courants
c) Murs extérieurs en maçonnerie :
1-Enduit extérieur (ep = 2cm).....…….……0,4 KN /m²
2-Briques creuses (ep = 10cm)…...….……0,9 KN /m²
3-Briques creuses (ep = 15cm)...................1,35 KN /m²
4-Enduit plâtre (ep = 1.5cm)..................0,21 KN /m²

Figure.III.8. Murs extérieurs


G = 2,86 KN /m²

III.3.2 Surcharges d’exploitation :

 Plancher terrasse….......................................... 1,00 KN /m²


 Plancher étages courants.…….….........……… 1,50 KN /m²
 Plancher RDC (usage de commerce)................. 2,50 KN /m²

Promotion master 2016 17


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

Figure.III.9.vue en plan

III.3.3 -Charges revenant au poteau d’angle :

0.4 2.1

Ps 0.3

1.8
Pp

Figure-III-10- Schéma du poteau d’angle

 les charges permanentes “G“

Poids de la poutre principale 0.3× 0.4 × 1.8 × 25 = 5.4 KN


Poids de la poutre secondaire 0.3 × 0.35 × 2.1 × 25 = 6.3 KN
Poids du poteau 0.3 × 0.3 × 3.1 × 25 = 9.3 KN
Poids du plancher Terrasse 2.1 × 1.8 × 6.48 = 22.41 KN
Poids du plancher étage courant: 2.1 × 1.8 × 5.56 = 18.14 KN
Poids du mur extérieur 0.25× 14 × (1.8+2.1) × (3.1 - 0.4) = 36.85 KN

Promotion master 2016 18


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

Poids de l’acrotère (2.1+1.8) × 2.062 = 7.835 KN

 Les surcharges d‘exploitation “Q“

- Planche Terrasse 2.1 × 1.8 × 1 = 3.78 KN


- Planche étage courant 2.1 × 1.8 × 1.5 = 5.6 KN

Designation G ( KN ) Q (KN )
Plancher terrasse 22.41 3.78

Tous les planchers 18.14×5=90.7 5.6×5=28

Toutes les poutres principales 5.4×6=32.4 ̸

Toutes les poutres secondaires 6.3×6=37.8 ̸

Tous les poteaux des étages 9.3×6=55.8 ̸

L’acrotère 7.835 ̸

Murs extérieur 36.85×6=221.1 ̸

Total 468.04 31.7

Tableau-III-1- Descente de charge du poteaux d’angle

III.3.4 -- Charges revenant au poteau de rive

Pp 1.8

Ps 0.3

Pp
2.2

2.2 0.4

Figure-III-11- Schéma du poteau de rive

Promotion master 2016 19


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

 Les charges permanentes “G“:

Poids de la poutre principale 0.3× 0.4×( 1.8 +2.2) ×25 = 12 KN


Poids de la poutre secondaire 0.3 × 0.35× 2.2 × 25 = 7 KN
Poids du poteau 0.3 × 0.3 × 3.1 × 25 = 9.3 KN
Poids du plancher Terrasse 2.3 × (1.8 +2.2) × 6.48 = 54.55 KN
Poids du plancher étage courant 2.3 ×( 1.8 +2.2) ×5.56 = 44.2 KN
Poids du mur extérieur 0.25× 14 × (1.8+2.2) × (3.1 - 0.4) = 39.62 KN
Poids de l’acrotère ( 2.2+1.8) × 2.062 = 8.248 KN
 Les surcharges d’exploitation “Q“

- plancher Terrasse 2.3 × (1.8+2.2) × 1 = 9. 2KN


- plancher étage courant 2.3 × (1.8+2.2) × 1.5 = 14 KN

Designation G ( KN ) Q (KN )
Plancher terrasse 54.55 9.2
Tous les planchers 44.2×5=221 14×5=70
Toutes les poutres principales 12×6=72 ̸
Toutes les poutres secondaires 6×6=36 ̸
Tous les poteaux 9.3×6=55.8 ̸
L’acrotère 8.248 ̸
Murs extérieur 39.62×6=237.72 ̸
Total 685.31 79.2
Tableau-III-2- Descente de charge du poteau de rive

III.3.5 - Charges revenant au poteau central

p
p 1.8

Ps Ps 0.3

p
p 2.2

2.1 0.4 2.2

Figure-III-12- Schéma du poteau central

Promotion master 2016 20


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

 les charges permanentes “G“

Poids de la poutre principale 0.3× 0.4×( 1.8 +2.2) ×25 = 12 KN


Poids de la poutre secondaire 0.3×0.35×(2.1 +2.2) ×25 =13.2 KN
Poids du poteau 0.3 × 0.3 × 3.1 × 25 = 9.3 KN
Poids du plancher Terrasse ( 2.1 +2.2) × (1.8 +2.2) × 6.48 =104.3 KN
Poids du plancher étage courant (2.1 +2.2) ×( 1.8 +2.2) × 5.56 = 84.48 KN
Poids du mur interieur 0.1× 14× ( 2.1 +2.2) × (1.8+2.2) × (3.1 - 0.4) = 166.4 KN

 Les surcharges “Q“ :

- Planche Terrasse ( 2.1 +2.3) × (1.8 +2.2) × 1 = 17.6 KN


- Planche étage courant ( 2.1 +2.3) ×( 1.8 +2.2) × 1.5 = 26.4 KN

Designation G ( KN ) Q (KN )
Plancher terrasse 104.3 17.6

Tous les planchers 84.48×5=422.4 26.4×5=132


Toutes les poutres principales 12×6=72 ̸

Toutes les poutres secondaires 13.2×6=79.2 ̸

Tous les poteaux des étages 9.3×6=55.8 ̸

Murs intérieurs 166.4×6=390.09 ̸

Total 1042.8 149.6

Tableau-III-3- Descente de charge du poteau central


 Les poteaux les plus sollicités sont les poteaux centraux car ils sont chargés des quatre
côtés.
III.3.6- Vérifications :
III.3.6-a-Vérification des poteaux au flambement:
Le flambement est un phénomène d’instabilité de la forme qui peut survenir dans les
éléments comprimés des structures lorsque ces derniers sont élancés suite à l’influence
défavorable des sollicitations.
Le calcul des poteaux au flambement consiste à vérifier la condition suivante :
𝐿𝑓
 λ=𝑖 < 50 d’après le (BAEL 91)
𝑚𝑖𝑛

Promotion master 2016 21


Chapitre III : DIMENSIONNEMENT DES ELEMENT

λ : élancement du poteau
𝐿𝑓 : Longueur de flambement
i : Rayon de giration
Lο: hauteur du l‘étage
 𝐿𝑓 =0.7𝐿0 / 𝐿0 =3.1m  𝐿𝑓 = 2.17 m

𝑏ℎ3
I= = 0.0016 m4 / I : Moment d’inertie.
12
𝐼
 i =√𝐴 A= (0.3)2 =0.12𝑚2 /A: section transversale du poteau

i =0.115 m
2.261
 λ = 0.115 = 19.66 < 50  Condition vérifiée.

III.3.6-b-Vérification des contraintes :

On doit vérifier que : σ σ


b b

σ b
 0,6 f c 28
 0,6.25  15MPa

 Poteau central:

N G  Q (1042.8  149.6)103
b  A
.
A

300  300
 13  15.............(cv )

III.3.6-c-Vérification de l’effort normal réduit (Art 7.4.3.1) RPA 99:

Pour éviter où limiter le risque de rupture fragile sous sollicitations d'ensemble dues au
séisme, l’effort normal de compression de calcul doit être limité par la condition suivante :

Nd
V  0,3
Bc . f c 28

Nd : désigne l'effort normal de calcul s'exerçant sur une section de béton.


Bc : est l'aire (section brute) de cette dernière.
fc28 : est la résistance caractéristique du béton.

1042.8
Ѵ=  0,052 <0,3………CV
30  30  25

Conclusion
Puisque toutes les conditions sont vérifiées, les dimensions adoptées pour les poteaux
sont convenables.

Promotion master 2016 22


CHAPITRE IV :
CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.1. Introduction :

Les éléments non structuraux n’apportant pas de contribution significative à la résistance aux
actions sismiques d’ensemble, peuvent être considérés comme éléments secondaires.

IV.2. calcule de L’acrotère :

IV.2.1. Introduction :

L’acrotère est sollicité à la flexion composée, il est calculé comme étant une console encastrée au niveau
du plancher terrasse, soumis à :

- Un effort normal dû à son poids propre.

- Une surcharge due au vent estimé à 100 kg/ml.

Le calcul se fait pour une bande de 1ml.

15𝑐𝑚 15𝑐𝑚

Q
4𝑐𝑚
4𝑐𝑚
9𝑐𝑚
9𝑐𝑚
G 70𝑐𝑚

70𝑐𝑚

Figure. IV.1. Schémas statique et réel d’un acrotère

IV.2.2. Charge revenant à l’acrotère :

Poids propre de l’acrotère :

0,04 × 0,15
G = [(0,7 × 0,15) + (0,09 × 0,15) + ( )] × 25 = 3,037 KN
2

Surcharge :

Q = 1,00 KN

PROMOTION MASTER 2016 23


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.2.3. Sollicitations :

G ; crée un effort normal NG = 3.037KN/ml, et un moment MG = 0 KNm

Q ; crée un effort normal NQ = 0, et un moment maximum MQ = 1 × 0,7 = 0,7 kNm/ml

A l’ELU :

Nu = 1,35 × NG = 1,35 × 3,037 = 4,1KN/ml

Mu = 1,5 × MQ = 1,5 × 0,7 = 0,9 KNm/ml

Tu = 1,5 × Q = 1,5 × 1 = 1,5 KNm/ml

A l’ELS :

Nser = 1 × G = 1 × 3,037 = 3,307 KN

Mser = Q × 0,7 = 1 × 0,7 = 0,7 KN

Tser = Q × 1 = 1 × 1 = 1 KN

IV.2.4. Calcul du ferraillage :

Le calcul se fait pour une section rectangulaire avec :

Figure. IV.2. Section de l’acrotère à calculer

ℎ = 15 𝑐𝑚
𝑏 = 100 𝑐𝑚
𝑑 = 0,9 × 15 = 13,5 𝑐𝑚

𝑑 ′ = ℎ − 𝑑 = 1,5 𝑐𝑚

IV.2.4.a. Vérification au flambement :


a.1. calcul de l’excentricité
Selon l’article(𝐴. 4.4 𝑑𝑢 𝐵𝐴𝐸𝐿91), en adoptant une excentricité totale de calcul :

𝑒 = 𝑒1 + 𝑒2 + 𝑒𝑎

Promotion master 2016 24


Chapitre IV : Les élément secondaire

 𝑒1 : excentricité de la résultante
 𝑒2 : excentricité due aux effets du second ordre.
 𝑒𝑎 : excentricité additionnelle.
 𝑒1 = 𝑀𝑢 / 𝑁𝑢 = 0,9/4,1 = 0,22𝑚
3×𝑙𝑓2
 𝑒2 = 104 ℎ ( 2 + 𝛼𝜑 )

a.2. Vérification :

𝑙𝑓 = 2𝑙0 = 2 × 0,7 = 1, 4 𝑚

Lο : hauteur de l’acrotère
𝐼
 𝑖 = √𝐵

avec :
𝑏×ℎ3 100×13
 𝐼 = = = 28125𝑐𝑚4 et 𝐵 = 𝑏 × ℎ = 100 × 15 = 1500𝑐𝑚2
12 12

28125
𝑖=√ = 4,33𝑐𝑚 = 0.04𝑚
1500

𝑙𝑓 1,4
𝜆= = = 35
𝑖 0,04
𝜆 = 35 < 100 ⇒ Donc il n’est pas nécessaire de faire un calcul au flambement
3 × 1,4²
𝑒2 = × 2 = 0,0078𝑚
104 × 0,15
𝑒𝑎 = 𝑀𝑎𝑥 (2𝑐𝑚; 𝐿/250) = 𝑀𝑎𝑥 (2; 70/250) = 2,8𝑐𝑚 ⟹ 𝑒𝑎 = 0,028 𝑚

𝑒 = 𝑒1 + 𝑒2 + 𝑒𝑎 = 0,22 + 0,0078 + 0,028 = 0,2558 𝑚


On a :
𝑙𝑓 20×𝑒1
= 9,33 ≤ 𝑀𝑎𝑥 (15; ) = 𝑀𝑎𝑥(15; 29,33) = 29,33 ⟹ on va tenir compte de l’effet du seconde
ℎ ℎ
ordre.

IV.2.4.b. Majoration des sollicitations :

On majoreNu , Mu par le coefficient de majoration 𝛾𝑓 tel que :

𝜆 2 ℎ 𝑒
𝛾𝑓 = 𝑚𝑖𝑛 (1 + 0 ,15 × (35) × ; 1,4)si : ℎ1 > 0.75
𝑒1

Promotion master 2016 25


Chapitre IV : Les élément secondaire

𝜆 2 𝑒1
𝛾𝑓 = 1 + 0,2 (35) si: ≤ 0.75

𝑒1 0,22
= = 1,47 > 0.75
ℎ 0,15

35 2 0,15
⟹ 𝛾𝑓 = 𝑚𝑖𝑛 (1 + 0 ,15 × ( ) × ; 1,4) = 1,1022
35 0,22

IV.2.4.c. Les sollicitations majorées :

𝑁𝑢∗ = 𝛾𝑓 × Nu = 1,1022 × 4,1 = 4,52 𝐾𝑁/𝑚𝑙

𝑀𝑢∗ = 𝛾𝑓 × Mu + Nu × 𝑒𝑎 = 1,1022 × 4,1 + 0,028 × 4,52 = 4,64 𝐾𝑁𝑚/𝑚𝑙

Le calcul se fera par assimilation à la flexion simple.

Mua = 𝑀𝑢∗ + 𝑁𝑢∗ × (𝑑 − ℎ/2) = 4,64 + 4,52 (0,135 − 0,075) = 4,91 𝐾𝑁𝑚
Mua
µ𝑏𝑢 = = 4,91 /(1000 × 865 × 14170) = 0,04
𝑏. 𝑑². 𝑓𝑏𝑐
0,85 × 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑐 = ⇒ 𝑓𝑏𝑐 = 14,17 𝑀𝑃𝑎
𝜃 × 𝛾𝑠
µ𝑏𝑢 = 0.04 ≤ 0.186 ⇒ Pivot 𝐴 → 𝜀𝑠 = 10‰ → pas d’acier comprimé.

Mua
𝐴𝑠 =
𝑧 × 𝜎𝑠

𝜎𝑠 = 𝑓𝑒 /𝛾𝑠 = 400/1,15 = 348 𝑀𝑃𝐴

𝛼 = 1,25 (1 – √1 − 2µ𝑏𝑢 ) = 0,051

𝑍 = 𝑑(1 − 0,4𝛼) = 0,13

𝐴𝑠 = 1,085 c𝑚2

Choix des barres : 𝟒𝑻𝟖 soit : 𝑨𝒔 = 𝟐, 𝟎𝟏𝐜𝒎𝟐


2,1
𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 = 0,23 × 0,135 × = 1,63𝑐𝑚2 𝑆𝑡 = 20𝑐𝑚
400
Armature de répartition :

𝐴𝑟 = 𝐴𝑠 /4 = 0,27 𝑐𝑚2

Choix des barres : 𝟒𝑻𝟔 soit : 𝑨𝒔 = 𝟏, 𝟏𝟑𝒄𝒎²

Promotion master 2016 26


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.2.4.d. Vérification à l’effort tranchant :


25
𝜏̅ = 𝑚𝑖𝑛 {0,15 × ; 4} = 2,5𝑀𝑃𝐴
1,5
𝑉𝑢 1,5 × 1
𝜏𝑢 = = = 0,016𝑀𝑃𝐴
𝑏×𝑑 1 × 0,09
𝜏𝑢 < 𝜏̅ Il n’est pas nécessaire de concevoir des armatures transversales. Les armatures de répartition sont
suffisantes.

Figure. IV.3. Schéma du Ferraillage

IV.3. Les escaliers :

IV.3.1. Définition :
Un escalier est une succession de gradins, Il sert à relier deux niveaux différents d’une construction.

L’escalier est calculé à la flexion simple.

IV.3.2. Terminologie:
Un escalier se compose de plusieurs éléments :

 La cage : est le volume où se situe l'escalier.


 La marche : La partie horizontale d’une marche
 La contre marche : la partie verticale d'une marche.
 La ligne de jour : l’espace qui est laissé au milieu par la projection horizontale d'un escalier.
 L’échappée : la hauteur de volée.
 La paillasse : la dalle inclinée qui se situe sous les marches.
 La palier : la dalle horizontale à la fin ou au début de la paillasse.

Promotion master 2016 27


Chapitre IV : Les élément secondaire

Figure. IV.4. Schéma d’un escalier

IV.3.3. Caractéristiques Géométriques :


La détermination des caractéristiques géométriques des escaliers, se fait grâce aux relations empiriques
offrant des conditions de confort et de sécurité aux usagers. Ces relations sont données comme suit :

 La formule de sécurité : ℎ + 𝑔 ≈ 46 𝑐𝑚
 La formule de confort ou de commodité : 𝑔 − ℎ ≈ 12
 La relation de Blondel qui est la plus utilisée 55 ≤ 2ℎ + 𝑔 ≤ 65

 ℎ : hauteur de la contre marche ; tel que : ℎ varie de 14 𝑐𝑚 à18,5 𝑐𝑚.


 𝑔 : giron ou la largeur de la marche ; tel que : 𝑔 varie de 22 𝑐𝑚 à33 𝑐𝑚.
 𝐻 : Hauteur de volée
 𝐿 : Longueur de la paillasse
 b: Longueur de foulée
 𝑛 : Nombre des marches
 𝑛’ : Nombre des contres marches
 𝛼 : inclinaison de la paillasse

Promotion master 2016 28


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.3.4. Pré dimensionnement :

Paillasse

3,1 m Palier

Paillasse

1.80m 1,40m
Figure. IV.6.Vue en élévation
La bonne conception d’un escalier nécessite le respect de conditions suivantes :

 Il doit être agréable à l’œil.


 Il doit être facile à gravir.

Pour cela on utilise généralement la formule de « BLONDEL » :

55 ≤ 20ℎ + 𝑔 ≤ 65

On prend généralement : 𝒉 = 𝟏𝟕 , 𝟓𝟎𝒄𝒎

⟹ 25 ≤ 𝑔 ≤ 32

Alors, on prend : 𝒈 = 𝟑𝟎 𝒄𝒎

On adopte :
 𝑔 = 30 𝑐𝑚
 ℎ = 17𝑐𝑚
 ℎ + 𝑔 = 47…………….CV
 𝑔 – ℎ = 14 ...……..…….CV
 2ℎ + 𝑔 = 64 ..................CV

IV.3.4.a. Le nombre des contre marches :


𝐻𝑒
𝑛= Avec :

𝐻𝑒 : Hauteur de l’étage courant

Promotion master 2016 29


Chapitre IV : Les élément secondaire

ℎ: Hauteur de contre marche : ℎ = 17 𝑐𝑚

 𝐻𝑒 = 3,10 𝑚 (Hauteur des étages courants)


𝐻𝑒 3,10
𝑛1 = = 0,17 = 𝟏𝟗 Contremarches (9 contremarches par volée).

 𝐻𝑒 = 3.10𝑚 (Hauteur du RDC)


𝐻𝑒 3.10
𝑛2 = = 0,175 = 𝟏𝟗 Contremarches

IV.3.4.b. La longueur de la ligne de foulée :


Elle représente le parcours d’une personne qui descente en se tournant à la rampe du coté du jour.
𝐿 = 𝑔 × (𝑛– 1)
𝐿 : Longueur de la ligne de foulée
𝑔 : Giron
(𝑛– 1): Nombre de marche

pour un étage courant :

Volées N° 𝒈(𝒄𝒎) (𝒏– 𝟏) 𝑳(𝒄𝒎)


1 30 8 1.80
2 30 8 1.80

Tableau. IV.1. La longueur de la ligne de foulée

IV.3.4.c. L’inclinaison de la paillasse:

1,60
𝛼 = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 = 41; 25°
1; 80

IV.3.4.d. Calcul des épaisseurs :

 Palier :
𝐿 𝐿 1,80 1,80
≤𝑒≤ ⟹ ≤𝑒≤
20 15 20 15
Avec : 𝐿 : ligne de foulée totale .... 𝐿 = 1; 80𝑚

0,09 𝑚 ≤ 𝑒 ≤ 0,12 m

On va adopter pour la paillasse une épaisseur égale à celle de la dalle pleine utilisée pour les balcons : ⟹
𝒆 = 𝟏𝟓𝒄𝒎

 Paillasse :
𝐿𝑇
𝑒 ≥ 𝑚𝑎𝑥 ( ; 10𝑐𝑚)
30

Promotion master 2016 30


Chapitre IV : Les élément secondaire

Avec : 𝐿𝑇 : longueur (efficace) d'une poutre ou d'une dalle entre deux appuis.... 𝐿𝑇 = 3; 25 𝑚

𝑒 ≥ 𝑚𝑎𝑥(10,83𝑐𝑚; 10𝑐𝑚)

On prend la même épaisseur pour le palier de repos ⟹ 𝒆 = 𝟏𝟓𝒄𝒎

IV.3.5. Schéma statique :


Volée 01 :

Volée 02 :

Figure. IV.7. Schémas statiques de l’escalier

IV.3.6. Evaluation des charges :

 Paillasse :

Epaisseur (cm) G (KN/m2)


paillasse 15/ cos 𝛼 = 19.95 4 ;99
Mortier de pose 2 0.45
Marches ℎ 2 = 8.75 2.18
revêtement carrelage 2 0.44
Enduit de ciment 1.5 0.27
Total 8.33

Tableau. IV.2. Charges permanentes de la volée

G=8,33 KN/m2 Q = 2,5 KN/m2

Promotion master 2016 31


Chapitre IV : Les élément secondaire

 Palier :

Epaisseur (cm) G (KN/m2)


palier 15 3.75
Mortier de pose 2 0.45
revêtement carrelage 2 0.44
Enduit de ciment 1.5 0.27
Total 4.91
Tableau. IV.3. Charges permanentes du palier

 Combinaisons d’actions :

qu  1.35G  1.5Q
qs  G  Q

Combinaison d’action paillasse (𝑲𝑵/𝒎²) palier (𝑲𝑵/𝒎²)

ELU 15 10,38

ELS 10 ; 83 7,41

Tableau. IV.4. Combinaisons d’action

IV.3.7. Charge équivalente :

q Paillasse

q palier

qeq

Figure. IV.8. Charge équivalente

Promotion master 2016 32


Chapitre IV : Les élément secondaire

VI.3.8. Sollicitations et ferraillage :

VI.3.8.a- Sollicitations :
∑(𝑞𝑖 ×𝑙𝑖 )
 𝑞𝑒 : charge équivalente ; 𝑞𝑒 = 𝐿
𝑞𝑒 𝐿2
 𝑀𝑚𝑎𝑥 : Moment fléchissant Isostatique maximum ; 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 8
 𝑀𝑡 : Moment fléchissant max sur travée ; 𝑀𝑡 ≈ 0.8 𝑀𝑚𝑎𝑥
 𝑀𝑎 : Moment fléchissant max sur appuis ;𝑀𝑎 ≈ 0.50 𝑀𝑚𝑎𝑥
𝑞𝑒 𝐿
 𝑇 : Effort tranchant en appuis ; 𝑇 = 2

Combinaison qe Mmax (kN.m) Mt Ma =0.3M0u T Max (kN)


=0.75M0u
ELU 12,09 32,24 24,18 9 , 67 28,03
ELS 8,78 23,12 17,33 6,94 20,10
Tableau. IV.5. Les efforts internes pour les deux volées d’escaliers.
9.67 9.67
qe

4;7 m

28.02

⁺ - T
28.02

9.67 9,67 M

24.18

Figure. IV.9. Diagramme des efforts interne

Promotion master 2016 33


Chapitre IV : Les élément secondaire

VI.3.8.b- Détermination du ferraillage:


Le calcul du ferraillage se fait en flexion simple.

 E.L.U :
En travée :
𝑀𝑢
𝜇=
𝑏 × 𝑑 2 × 𝑓𝑏𝑐
𝑏 = 1. 𝑚

𝑑 = 0,9 × ℎ = 0,135𝑚 Avec ℎ = 15𝑐𝑚.


𝑀𝑢 = 55,51 𝐾𝑁𝑚
0,024
𝜇 = 1×0.1352×14,17 = 0,0110 < 0,392 CV

⟹ Donc les armatures comprimées ne sont pas nécessaires.


𝑀𝑢
𝐴𝑠𝑡 =
𝑧 × 𝜎𝑠𝑡
1−√1−2𝜇
𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4 × 𝛼) Avec : 𝛼 = = 0,169
0,8
⟹ 𝑧 = 0.134 𝑚
0,024
Donc :𝐴𝑠𝑡 = 0,134×348 = 5; 18𝑐𝑚2
On prend : 6T12 ; 𝑨𝒔𝒕 = 𝟔. 𝟕𝟗 𝒄𝒎²

 Armatures de répartition :
𝐴𝑠𝑡 5; 65
𝐴𝑟 = ⟹ 𝐴𝑟 = = 1,42𝑐𝑚2
4 4
On prend : 5T10 ; 𝑨𝒔𝒕 = 𝟑. 𝟗𝟑 𝒄𝒎²

En appui :
𝑀𝑎 = 𝑀𝑢𝑚𝑎𝑥 ⟹ 0,0098
0,0098
𝜇 = 1×0,1352×14,17 = 0,037 < 0,392 CV

⟹Donc les armatures comprimées ne sont pas nécessaires.


𝑀𝑢
𝐴𝑠𝑡 =
𝑧 × 𝜎𝑠𝑡
1−√1−2𝜇
𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4 × 𝛼)Avec : 𝛼 = = 0,03
0,8
⟹ 𝑧 = 0,133𝑚
0,0098
Donc :𝐴𝑠𝑡 = 0,133×348 = 2,11𝑐𝑚2
On prend : 4T12 ; 𝑨𝒔𝒕 = 𝟒, 𝟓𝟐 𝒄𝒎²

Promotion master 2016 34


Chapitre IV : Les élément secondaire

 Espacement principal : d’après le (BAEL91)

St=Min (3h, 33) Cm→ Min (3X14, 33) →Min (42, 33) cm on adopte: St = 35 cm

 Condition de non fragilité : d’après le (BAEL91)


𝑓𝑡28
𝐴𝑠𝑡 ≥ 0,23 × 𝑏 × 𝑑 ×
𝑓𝑒
2,1
𝐴𝑠𝑡 ≥ 0,23 × 1,00 × 0,135 × = 1,63 𝑐𝑚2
400
𝐴𝑠𝑡 > 2,77𝑐𝑚2 ⟹Condition vérifiée

 E.L.S :
Ce type d’escalier se situe dans un endroit couvert, donc il est soumis à des fissurations peu
préjudiciables.
En travée:
𝛾𝑡 − 1 𝑓𝑐28
α𝑡 ≤ +
2 100
𝑀𝑢𝑡 0,0205
𝛾𝑡 = = = 1,394
𝑀𝑠𝑡 0,0147
𝑀𝑢𝑡 = 0,85𝑀𝑡𝑢 = 0,85 × 24,18 = 20,55 KNm = 0,0205 MNm
𝑀𝑠𝑡 = 0,85𝑀𝑡𝑠 = 0,85 × 17,33 = 14,73 KNm = 0,01473 MNm
1,394 − 1 25
α𝑡 ≤ + = 0,441
2 100
α𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 = 0,045
On compare 0,045 < 0,441 . . . C.V
La vérification de béton n’est pas nécessaire.

En appuis:
𝛾𝑡 − 1 𝑓𝑐28
α𝑡 ≤ +
2 100
𝑀𝑢𝑡 0,0082
𝛾𝑡 = = = 1,389
𝑀𝑠𝑡 0,0059
𝑀𝑢𝑡 = 0,85𝑀𝑎𝑢 = 0,85 × 9,67 = 8,21 KNm = 0,0082 MNm

𝑀𝑠𝑡 = 0,85𝑀𝑎𝑠 = 0,85 × 6,94 = 5,89 KNm = 0,0059MNm


1,389−1 25
α𝑡 ≤ + 100 = 0,444 , α𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖𝑠 = 0,033
2
On compare 0,033 < 0,444. . . C.V
La vérification de béton n’est pas nécessaire. Le diamètre des barres à utiliser ne doit pas dépasser le
dixième de l’épaisseur de la dalle avec un espacement maximal inférieur ou égal au : min(33
cm,3*épaisseur). La section d’armatures longitudinales à adopter est 6T12

Promotion master 2016 35


Chapitre IV : Les élément secondaire

Des armatures de répartition sont à prévoir, avec une section au moins égale au quart de celle des
armatures principales, ce qui va nous donner 5T10 / ml

 Vérification du cisaillement : d’après le (BAEL91)


𝑇𝑚𝑎𝑥 0,0280
𝜏𝑢 = = = 0,20 𝑀𝑃𝑎
𝑏 × 𝑑 1,00 × 0,135
𝑓𝑐28
𝜏̅𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 [0,15 × ; 4 𝑀𝑃𝑎] = 2,5 𝑀𝑃𝑎
1,5
⟹ 𝜏̅𝑢 > 𝜏𝑢 ⟶Condition vérifiée.

 Vérification de la flèche : d’après le (BAEL91)


Le calcul de la flèche n’est pas nécessaire si les conditions suivantes sont vérifiées :
ℎ 1 𝑀𝑠𝑒𝑟
≥ 18 × ..........(1)
𝐿 𝑀𝑢
ℎ 1
≥ 16 .........(2)
𝐿

Avec h : hauteur de la cage d’escalier = 3,1𝑚.

L : la distance entre appui = 3,3𝑚.


3,10 1 694
(1) ⟺ ≥ × ⟹ 𝟎, 𝟖𝟖𝟕 > 0,039 (En appui)
3,3 18 967

3,10 1 1733
(1) ⟺ ≥ ×
3,3 18 2418
⟹ 𝟎, 𝟖𝟖𝟕 > 0,039 (En travée)

3,15 1
(2) ⟺ 3,55 ≥ 16 ⟹ 𝟎, 𝟖𝟖𝟕 > 0,062 ⟶ Condition vérifiée.

Donc il n’est pas nécessaire de calculer la flèche.


2 2
Type Armature long (cm ) Armature de répartition (cm )
d’escalier
Ast calculée Ferr choisi Ast calculée Ferr choisi

travée appuis travée appuis travée appuis travée appuis

Volée 1 6 ,79 4,52 6T12 4T12 3 ,93 3,93 5T10 5T10

Volée 2 6,79 4,52 6T12 4T12 3 ,93 3,93 5T10 5T10

Tableau. IV.6. Ferraillage des escaliers

Promotion master 2016 36


Chapitre IV : Les élément secondaire

Figure. IV.10. Schéma du ferraillage des escaliers


IV.3.9. Calcul de la poutre palière :
IV.3.9.a- Pré dimensionnement : d’après le (BAEL91)
𝐿 𝐿 405 405
𝐿 = 4,05𝑚 ; ℎ𝑡 ≥ [ ; ]⟹[ ; ] = [27; 40,5]𝑐𝑚.
15 10 15 10
On adopte: ℎ𝑡 = 35 𝑐𝑚

𝑏 ≥ [0,3 ; 0,5] × ℎ𝑡 ⟹ 𝑏 ≥ [10,5 ; 17,5]

Vérification du R.P.A 99 VERSION 2003 :

 ℎ𝑡 ≥ 30 𝑐𝑚 ⟹ ℎ𝑡 = 35 𝑐𝑚 ...................C.V
 𝑏 ≥ 20 𝑐𝑚 ⟹ 𝑏 = 30 𝑐𝑚 ...................C.V
ℎ𝑡
 0,33 ≤ ≤ 3 ⟹ 0,33 < 1,16 < 3 .......C.V
𝑏

Promotion master 2016 37


Chapitre IV : Les élément secondaire

Donc la section de la poutre palière est de 𝑏 × ℎ = 30 × 35 𝑐𝑚²

3.30m

Figure. IV.11. Schéma statique de la poutre palière


IV.3.9.b- Sollicitations :
Le poids propre de la poutre

𝐺 = 1 × 0,3 × 0,35 × 2,5 = 2,62𝐾𝑁/𝑚𝑙


La réaction du palier due a l’escalier 𝑅 = 28,03 𝐾𝑁

IV.3.9.c- Combinaisons des charges :

𝑃 = 1,35 × 2,62 + 1,5 × 28,03 = 45,58𝐾𝑁


𝑃×𝑙 45,58 × 4,05
𝑅1 = 𝑅2 = = = 92,30𝐾𝑁
2 2
𝑃 × 𝑙2 36,98 × 4,052
𝑀𝑚𝑎𝑥 (𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒) = = = 31,15𝐾𝑁. 𝑚
24 24
𝑃×𝑙2 36,98×4,052
𝑀𝑚𝑎𝑥 (sur l’appui) = = = 62,30𝐾𝑁. 𝑚µ
12 12

IV.3.9.d- Ferraillage en travée :


Les données:

𝑀𝑚𝑎𝑥 (𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒) = 31,15𝐾𝑁. 𝑚

𝑀𝑚𝑎𝑥 (sur l’appui) = 62,30𝐾𝑁. 𝑚

 𝑓𝑐28 = 25𝑀𝑝𝑎
 Acier type 𝐹𝑒 400
 Fissurations peut nuisible

0,85×𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = = 14,17𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏

𝑑 = 0.9 × ℎ ⟹ 𝑑 = 0,315 𝑚
𝑀𝑢 0,0311
𝜇= = = 0,073
𝑏0 × 𝑑2 × 𝑓𝑏𝑢 0,30 × 0,3152 × 14,17

Promotion master 2016 38


Chapitre IV : Les élément secondaire

𝜇 < 0.186 ⟹ Pas d’armature comprimée


𝑀𝑢
𝐴𝑠𝑡 =
𝑧 × 𝜎𝑠𝑡
1−√1−2𝜇
𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4 × 𝛼) Avec : 𝛼 = = 0,094
0,8
⟹ 𝑧 = 0,303𝑚
0,0311
Donc : 𝐴𝑠𝑡 = 0,303×348 = 2,94 𝑐𝑚2

 Condition de non fragilité :


0,23 × 𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑡28
𝐴 𝑚𝑖𝑛 > = 1,09𝑐𝑚²
𝑓𝑒

𝐴𝑠 > 𝐴 𝑚𝑖𝑛 Condition vérifiée

Choix des barres : 𝟐𝑻𝟏𝟒 = 𝟑, 𝟎𝟖 𝒄𝒎²

 Vérification au cisaillement :
𝑇𝑚𝑎𝑥 0,0923
𝜏𝑢 = = = 0,976 𝑀𝑃𝑎
𝑏0 × 𝑑 0,3 × 0,315
𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑅1 = 92,30 𝐾𝑁
𝑓𝑐28
𝜏̅𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 [0,2 × ; 5 𝑀𝑃𝑎] = 3,33 𝑀𝑃𝑎
1,5
⟹ 𝜏̅𝑢 > 𝜏𝑢 ⟶Condition vérifiée.

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

IV.3.9.e- Ferraillage sur appui :

𝑀𝑚𝑎𝑥 (sur l’appui) = 62,30 𝐾𝑁. 𝑚


0,85×𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = = 14,17𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏

𝑑 = 0.9 × ℎ ⟹ 𝑑 = 0,315 𝑚
𝑀𝑢 0,0623
𝜇= = = 0,146
𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑏𝑢 0,30 × 0,3152 × 14,17
2

𝜇 < 0.186 ⟹ pas d’armature comprimée


𝑀𝑢
𝐴𝑠𝑡 =
𝑧 × 𝜎𝑠𝑡
1−√1−2𝜇
𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4 × 𝛼)avec : 𝛼 = = 0,198
0,8

Promotion master 2016 39


Chapitre IV : Les élément secondaire

⟹ 𝑧 = 0,290 𝑚
0,0623
Donc :𝐴𝑠𝑡 = 0,29×348 = 6,17 𝑐𝑚2

 Condition de non fragilité :


0,23 × 𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑡28
𝐴 𝑚𝑖𝑛 > = 1,09𝑐𝑚²
𝑓𝑒

𝐴𝑠 > 𝐴 𝑚𝑖𝑛 Condition vérifié

Choix des barres : 𝟔𝑻𝟏𝟐 = 𝟔, 𝟕𝟗 𝒄𝒎²

 Vérification au cisaillement :
𝑇𝑚𝑎𝑥 0,0923
𝜏𝑢 = = = 0,976 𝑀𝑃𝑎
𝑏0 × 𝑑 0,3 × 0,315
𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑅1 = 92; 30𝐾𝑁
𝑓𝑐28
𝜏̅𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 [0,2 × ; 5 𝑀𝑃𝑎] = 3,33 𝑀𝑃𝑎
1,5
⟹ 𝜏̅𝑢 > 𝜏𝑢 ⟶Condition vérifiée.
Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

 Condition de la flèche :
Pour une poutre encastrée de ses extrémités, la flèche est :

𝑃 × 𝑙4
𝑓=
348 × 𝐸 × 𝐼
𝐼 : l’inertie de la poutre

𝑏 × ℎ3 0,3 × 0,353
𝐼= = = 1,071 × 10−3 𝑚4
12 12
𝐸 : Module de Young 𝐸 = 3,2 × 106 𝐾𝑁/𝑚²

𝑙 : Longueur de la poutre 𝑙 = 4,05 𝑚

𝑃 = 74,88𝐾𝑁/𝑚

0,0923 × 3,304
⟹𝑓=
348 × 3,2 × 106 × 1,071 × 10 −3
𝑓 = 0,0000103 𝑚 = 0,0010 𝑐𝑚
𝑙 3,30
𝑓̅ = = = 0,0066 𝑚 = 0,66 𝑐𝑚
500 500
⟹ 𝑓 < 𝑓̅ Condition vérifiée.

Promotion master 2016 40


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.4. Étude des balcons :


IV.4.1. Définition :

Les balcons sont des parties solidaires de la construction, réalisés en porte à faux -en console.

Les balcons subissent un cisaillement vertical au droit de l’appui, La partie supérieure est sollicitée
à l’extérieur tandis que la partie inférieure est comprimée.

La contrainte est maximale à l’appui, et nulle à l’extrémité libre ; la section d’encastrement est
généralement renforcée par des goussets, tandis que l’extrémité libre reste la plus mince.

• dalles en console (type 1).


• dalles appuyées sur trois appuis (type 2).

IV.4.2. Pré dimensionnement :

𝐿 𝐿 155 155
< 𝐻𝑡 < ⟹ < 𝐻𝑡 < ⟹ 10; 33 < 𝐻𝑡 < 15; 50 𝑐𝑚
15 10 15 10
On prend une épaisseur de : 𝒆 = 𝟏𝟓 𝒄𝒎

IV.4.3. Calcul des balcons :


Pour ce bâtiment, on distingue 2 types de dalles pleines:

• Type 2 : portée console avec une portée de 1,55 et 1,2 m ;


• Type 1 : portée de 0,8 m sur 3 appuis ;

IV.4.3.a- Dalles pleines sur 3 appuis continus.


Pour les parties en console de plancher de notre bâtiment, nous avons adopté une type de plancher dalle
pleine portée sur trois appuis. Les dimensions des balcons sont représentées sur la figure ci‐ après :
0 ,80
4 ; 25 , 3; 30 0,80

a- Type 1 b- Type 2
Figure. IV.12. Dalles pleines sur 3 appuis

Promotion master 2016 41


Chapitre IV : Les élément secondaire

a.1. Evaluation des charges

Pour le calcul des dalles, seules les actions verticales sont à prendre en compte (charges et surcharges).
Une charge répartie linéairement sur le bord libre est présente, cette charge est due aux cloisons (6.95
kN/ml), au garde corps (2.25 kN/ml). Pour une raison de simplification, on va retenir la charge la plus
grande pour le calcul (Tab).

Charge Dalle pleine 15cm + revêtement [kN/m²] 5.61


permanente

Mur double cloisons [kN/m] 6.95

Surcharge d'exploitation [kN/m²] 3.5

ELU ELS

𝒒𝒖 = 𝟏, 𝟑𝟓𝑮 + 𝟏, 𝟓𝑸 𝑷𝒖 𝒒𝒔 = 𝑮 + 𝑸 𝑷𝒔
[𝑲𝑵/𝒎𝒍] [𝑲𝑵] [𝑲𝑵/𝒎𝒍] [𝑲𝑵]

12 ,82 2,25 9,11 2,25

Tableau. IV.7. Charges et surcharges sur les balcons.

a.2. Sollicitations de calcul

Le calcul se fera uniquement à l'ELU car la fissuration est considérée comme peu préjudiciable. Les
sollicitations seront déterminées par le logiciel de calcul des dalles SOCOTEC Dalle

Promotion master 2016 42


Chapitre IV : Les élément secondaire

Sollicitations Valeurs max Diagrammes


Mx
[kN.m/ml]
‐19.88

My Travée 5.90
[kN.m/ml]
Appui ‐16.00

Vx
[kN/ml] -22.73

Vy
[kN/ml] 12.50

Tableau. IV.8. Sollicitation de calcul pour les balcons.

a.3. Calcul du ferraillage

Pour le calcul des armatures, on va considérer une section rectangulaire (100x15cm²) avec un enrobage
de 2cm. Les résultats donnés dans le tableau sont obtenus par le logiciel SOCOTEC.
 ELU
𝑥2
𝑀(𝑥) = −𝑃𝑢 𝑥 − 𝑞𝑢 ⟹ 𝑀(0) = 0
2
⟹ 𝑀(1,55) = −19,88 𝐾𝑁𝑚
⟹ 𝑀𝑢 𝑚𝑎𝑥 = 19,88 𝐾𝑁𝑚

𝑇(𝑥) = −𝑃𝑢 − 𝑞𝑢 𝑥 ⟹ 𝑇(0) = −2,86𝐾𝑁


⟹ 𝑇(1,55) = −22,73 𝐾𝑁𝑚
 ELS :
𝑇(𝑥) = −𝑃𝑢 − 𝑞𝑢 𝑥 ⟹ 𝑇(0) = −2,86𝐾𝑁
⟹ 𝑇(1,55) = −22,73 𝐾𝑁𝑚

𝑥2
𝑀(𝑥) = −𝑃𝑠 𝑥 − 𝑞𝑠 ⟹ 𝑀(0) = 0
2

Promotion master 2016 43


Chapitre IV : Les élément secondaire

⟹ 𝑀(1,55) = −15,37 𝐾𝑁𝑚


⟹ 𝑀𝑢 𝑚𝑎𝑥 = 15,37 𝐾𝑁𝑚
𝑇(𝑥) = −𝑃𝑠 − 𝑞𝑠 𝑥 ⟹ 𝑇(0) = −2,86𝐾𝑁
⟹ 𝑇(1,55) = −13,80 𝐾𝑁𝑚

a.4. Détermination du ferraillage :


Le calcul du ferraillage se fait en flexion simple :
𝑏 = 1,00𝑚 ; ℎ = 0,15𝑚 ; 𝑑 = 0,135𝑚 ; 𝜎𝑠𝑐 𝑠𝑐 = 347.83𝑀𝑃𝑎 ; 𝑓𝑏𝑐 = 14.17𝑀𝑃𝑎 ; 𝑓𝑐28 = 25𝑀𝑃𝑎
 ELU :
𝑀𝑢 = 19,88 × 10−3 𝑀𝑁𝑚

𝑀𝑢 0,0198
𝜇= = = 0,077
𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑏𝑢 1 × 0,1352 × 14,17
2

𝜇 < 0.186 ⟹pas d’armature comprimée


𝑀𝑢
𝐴𝑠𝑡 =
𝑧 × 𝜎𝑠𝑡
1−√1−2𝜇
𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4 × 𝛼) avec : 𝛼 = = 0,100 ⟹ 𝑧 = 0,129𝑚
0,8
0,0198
Donc :𝐴𝑠𝑡 = 0,129×348 = 4,41 𝑐𝑚2
 Choix des barres : 𝟔𝑻𝟏𝟐 = 𝟔, 𝟕𝟗 𝒄𝒎²

 Condition de non fragilité :


0,23 × 𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑡28 0,23 × 1 × 0,135 × 2,1
𝐴 𝑚𝑖𝑛 > = = 1,63𝑐𝑚²
𝑓𝑒 400
𝐴𝑠 > 𝐴 𝑚𝑖𝑛 Condition vérifié

 Armature de répartition :
𝐴𝑠𝑡 6,79
𝐴𝑟 = = = 1,69 𝑐𝑚2
4 4
 Choix des barres : 𝟑𝑻𝟏𝟐 = 𝟑, 𝟑𝟗 𝒄𝒎²
 ELS:
Puisque la fissuration est peut nuisible et l’acier utiliser est le FeE400, alors la vérification des contraintes
a l’ELS sera simplifiée comme suit :
𝛾 − 1 𝑓𝑐28
𝛼≤ +
2 100
𝑀𝑢 19,88
Avec : 𝛾 = = 15,37 = 1,293
𝑀𝑠

1,293 − 1 25
𝛼 = 0,118 ≤ + = 0,398
2 100

Promotion master 2016 44


Chapitre IV : Les élément secondaire

0,118 < 0,398 ...........................C.V

 Vérification au cisaillement :
𝑇𝑢 𝑚𝑎𝑥 0,0227
𝜏𝑢 = = = 0,195 𝑀𝑃𝑎
𝑏×𝑑 1 × 0,135
𝑇𝑢 𝑚𝑎𝑥 = 26,67 𝐾𝑁
𝑓𝑐28
𝜏̅𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 [0,2 × ; 5 𝑀𝑃𝑎] = 3,33 𝑀𝑃𝑎
1,5
⟹ 𝜏̅𝑢 > 𝜏𝑢 ⟶Condition vérifiée.
les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Sens Section Moment Armature Armature


de calcul ELU supérieure inférieure
[kN.m] [cm²] [cm²]
X En appui ‐19.88 6,79 /
Y En appui -16 ,00 3,93 /
Y En travée 5.90 / 1,24

Tableau. IV.9. Ferraillage des balcons.

Nous adopterons pour les deux sens (XX et YY) une section de (3HA12/ml) comme armatures
inférieures, et (6HA12/ml) comme armatures supérieures. Les armatures principales sont parallèles au
sens (XX).

a.5. Vérification au cisaillement

Il y a lieu de vérifier les contraintes de cisaillement du béton comme pour les poutrelles.
Le tableau récapitule les valeurs.

Sens Effort [MPa] [MPa]


tranchant
ELU [kN]
X -22.73 0.195 3.33
Y 12.54 0.28 3.33

Tableau. IV.10. Vérification des balcons au cisaillement

Promotion master 2016 45


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.4.3.b. Dalle pleine en console :

b
L

Figure. IV.13. Schéma réel du balcon

15cm
1,55m

Figure. IV.14. Schéma statique du balcon

b.1. Evaluation des charges :

Le calcul se fera pour une bande de 1m et pour le balcon le plus sollicité.

ELS ELS

𝒒𝒖 = 𝟏, 𝟑𝟓𝑮 + 𝟏, 𝟓𝑸 𝑷𝒖 𝒒𝒔 = 𝑮 + 𝑸 𝑷𝒔
[𝑲𝑵/𝒎𝒍] [𝑲𝑵] [𝑲𝑵/𝒎𝒍] [𝑲𝑵]

12,82 2,86 9,11 2,86

Tableau. IV.11. Les différentes descentes de charge de la dalle pleine

Promotion master 2016 46


Chapitre IV : Les élément secondaire

b.2. Détermination des sollicitations :

Q G

Figure. IV.15. Schéma statique de la dalle pleine

 ELU
𝑥2
𝑀(𝑥) = −𝑃𝑢 𝑥 − 𝑞𝑢 ⟹ 𝑀(0) = 0
2
⟹ 𝑀(1,55) = −19,88 𝐾𝑁𝑚
⟹ 𝑀𝑢 𝑚𝑎𝑥 = 19,88 𝐾𝑁𝑚

𝑇(𝑥) = −𝑃𝑢 − 𝑞𝑢 𝑥 ⟹ 𝑇(0) = −2,86𝐾𝑁


⟹ 𝑇(1,55) = −22,73 𝐾𝑁𝑚

 ELS :
𝑇(𝑥) = −𝑃𝑢 − 𝑞𝑢 𝑥 ⟹ 𝑇(0) = −2,86𝐾𝑁
⟹ 𝑇(1,55) = −22,73 𝐾𝑁𝑚

𝑥2
𝑀(𝑥) = −𝑃𝑠 𝑥 − 𝑞𝑠 ⟹ 𝑀(0) = 0
2
⟹ 𝑀(1,55) = −15,37 𝐾𝑁𝑚
⟹ 𝑀𝑢 𝑚𝑎𝑥 = 15,37 𝐾𝑁𝑚
𝑇(𝑥) = −𝑃𝑠 − 𝑞𝑠 𝑥 ⟹ 𝑇(0) = −2,86𝐾𝑁
⟹ 𝑇(1,55) = −13,80 𝐾𝑁𝑚

Promotion master 2016 47


Chapitre IV : Les élément secondaire

b.3. Détermination du ferraillage :


Le calcul du ferraillage se fait en flexion simple :
𝑏 = 1,00𝑚 ; ℎ = 0,15𝑚 ; 𝑑 = 0,135𝑚 ; 𝜎𝑠𝑐 𝑠𝑐 = 347.83𝑀𝑃𝑎 ; 𝑓𝑏𝑐 = 14.17𝑀𝑃𝑎 ; 𝑓𝑐28 = 25𝑀𝑃𝑎

 ELU : 𝑀𝑢 = 19,88 × 10−3 𝑀𝑁𝑚


𝑀𝑢 0,0198
𝜇= = = 0,077
𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑏𝑢 1 × 0,1352 × 14,17
2

𝜇 < 0.186 ⟹ pas d’armature comprimée


𝑀𝑢
𝐴𝑠𝑡 =
𝑧 × 𝜎𝑠𝑡
1−√1−2𝜇
𝑧 = 𝑑 × (1 − 0,4 × 𝛼) avec : 𝛼 = = 0,100
0,8
⟹ 𝑧 = 0,129𝑚
0,0198 2
Donc :𝐴𝑠𝑡 = 0,129×348 = 4,41 𝑐𝑚
 Choix des barres : 𝟓𝑻𝟏𝟐 = 𝟓, 𝟔𝟓 𝒄𝒎²

 Condition de non fragilité :


0,23 × 𝑏0 × 𝑑 × 𝑓𝑡28 0,23 × 1 × 0,135 × 2,1
𝐴 𝑚𝑖𝑛 > = = 1,63𝑐𝑚²
𝑓𝑒 400

𝐴𝑠 > 𝐴 𝑚𝑖𝑛 Condition vérifié

 Armature de répartition :
𝐴𝑠𝑡 5,65
𝐴𝑟 = = = 1,41 𝑐𝑚2
4 4
 Choix des barres : 𝟒𝑻𝟖 = 𝟑, 𝟑𝟗 𝒄𝒎²

 ELS:
Puisque la fissuration est peut nuisible et l’acier utiliser est le FeE400, alors la vérification des contraintes
a l’ELS sera simplifiée comme suit :
𝛾 − 1 𝑓𝑐28
𝛼≤ +
2 100
𝑀𝑢 19,88
Avec : 𝛾 = = 15,37 = 1,293
𝑀𝑠

1,293 − 1 25
𝛼 = 0,118 ≤ + = 0,398
2 100
0,118 < 0,398 ...........................C.V

Promotion master 2016 48


Chapitre IV : Les élément secondaire

 Vérification au cisaillement :
𝑇𝑢 𝑚𝑎𝑥 0,0266
𝜏𝑢 = = = 0,197 𝑀𝑃𝑎
𝑏×𝑑 1 × 0,135
𝑇𝑢 𝑚𝑎𝑥 = 26,67 𝐾𝑁
𝑓𝑐28
𝜏̅𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 [0,2 × ; 5 𝑀𝑃𝑎] = 3,33 𝑀𝑃𝑎
1,5
⟹ 𝜏̅𝑢 > 𝜏𝑢 ⟶Condition vérifiée.

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.


3 T 12

𝟔𝐓𝟏𝟐
𝟑𝐓𝟏𝟐

A A

1m

𝟔𝐓𝟏𝟐

1,5 5 m
5

Figure. IV.16. Schéma de ferraillage des balcons

Promotion master 2016 49


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5. Calcul des planchers


IV.5.1. Introduction
Un plancher est une aire généralement plane, dont les deux fonctions principales sont :
 Une fonction de résistance mécanique : il doit supporter son propre poids et les
surcharges d’exploitation d’exploitation.
 Une fonction d’isolation : ils isolent thermiquement et acoustiquement chaque étage.
Les planchers peuvent être préfabriqués ou coulés en place, Nous intéressons ici aux planchers à corps
creux, que l’on choisi pour les raisons suivantes :
• Exécution simple ;
• Plus légers et économiques par rapport à la dalle pleine ;
• Bonne isolation thermique ;
• Réduction d’utilisation des coffrages ;
• Absence des charges concentrées importantes sur le plancher.

IV.5.2. Plancher à corps creux :


Il est composé d’une dalle très mince (4 à 6 cm) appelée «table de compression » reposant sur des
poutrelles très rapprochées (20 à 75 cm) d’ensemble monolithe de dalle- poutrelle travail comme une
section en T, le vide qui reste entre les poutrelles est rempli par des éléments légers appelés «corps
creux».
 Dimensionnement des poutrelles:
Les planchers seront réalisés en corps creux de dimension (16+4) cm, dont les nervures sont coulées
sur place, On considère que la fissuration est peu nuisible.
Ce type de plancher est composé d’éléments porteurs (poutrelles) et d’éléments de remplissage (corps
creux) de dimensions (16×20×65) cm3 et d’une dalle de compression de 4 cm d’épaisseur.
65 cm

16

10 cm
Figure. IV.17. Coupe transversale d’un plancher à corps creux.

 Choix de la méthode de calcul :


On utilise généralement dans les calculs de béton armé la méthode simplifiée (méthode à charge
d’exploitation modérée) ou les méthodes de la résistance des matériaux par exemple « méthode des trois
moments, Caquot ».Dans notre projet nous avons u

Promotion master 2016 50


Chapitre IV : Les élément secondaire

tilisé pour le calcul des poutrelles la méthode à charge d’exploitation modérée «Forfaitaire ».

IV.5.2.a. Présentation de la méthode forfaitaire :


C’est une méthode applicable aux planchers à surcharge d’exploitation modérée. Elle ne peut être
appliquée que si les conditions suivantes sont remplies :
1. La méthode s’applique aux constructions courantes où la charge d’exploitation est au plus égale à
deux fois la charge permanente ou500 kg /m2 :Q ≤ max (2G ; 500 kg / m2) ;
2. Les moments d’inerties des sections transversales sont les mêmes dans les différentes travées en
continuité ;
3. Les portées successives sont dans un rapport compris entre 0.8 et 1.25 ;
4. La fissuration est considérée comme non préjudiciable (peu nuisible) au tenu du béton armé et ses
revêtements.

IV.5.2.b. Vérification des conditions de la méthode :


 Plancher terrasse :
a) Q≤ max (2G; 500) kg/m² Q= 100kg/m²; G= 648kg/m²
Q=100kg/m² ≤ max (2 ×648; 500) kg/m² = max (1186; 500) kg/m²
100kg/m² ≤ 1186 kg/m²  vérifiée
b) I : constant pour tous les planchers  vérifiée.
c) Le rapport des portées successives : 4,25  0.8  0.97  1.25  vérifiée
4.35
d) fissuration peu nuisible  vérifiée
 Plancher étage courant :
a) Q≤ max (2G; 500) kg/m² Q=175kg/m²; G=556kg/m²
Q=175kg/m² ≤ max (2×556; 500) kg/m² = max (960; 500) kg/m²
175kg/m² < 960kg/m²  vérifiée.
b) I : constant pour tous les planchers  vérifiée.
4 4
c)Le rapport des portées successives :  0.8   0.93  1.25  vérifiée
4.3 4.35
d) Fissuration peu nuisible  vérifiée.
Comme toutes les conditions sont vérifiées pour les deux types de plancher, donc on peut appliquer la
méthode forfaitaire.

IV.5.2.c. Principe de la méthode forfaitaire :


Soit :
 α : le rapport des charges d’exploitation à la somme des charges permanentes et
d’exploitation, en valeur non pondérées :   Q
G Q

Promotion master 2016 51


Chapitre IV : Les élément secondaire

 M0 : la valeur maximale du moment fléchissant isostatique dans la travée l (entre nus


d’appuis), Supportant une charge uniformément répartie q, ce moment est :
l2
M0  q.
8
 Mw et Me : les valeurs absolues des moments sur appuis de gauche (w) et de droite (e) dans la
travée considérée ;
 Mt le moment maximal dans la travée considérée, Les valeurs de Mt , Mw et Me doivent
vérifier :
Mw  Me
1. Mt  max105
.  M 0; (1  0.3   )  M 0 
2
1  0.3
2. Mt  M 0  Dans une travée intermédiaire.
2
1  0.3
Mt  M0  Dans une travée de rive.
2
3. La valeur absolue de chaque moment sur appuis intermédiaire doit être au moins égale
à:
 0.6 M0 : pour une poutre à 2 travées.
 0.5 M0 : pour les appuis voisins de rive d’une poutre à plus de deux travées.
 0.4 M0 : pour les autres appuis intermédiaires d’une poutre à plus de trois travées.

Dans la pratique, on calcule dans chaque travée le moment isostatique équivalent M0 ; on


détermine pour chaque appui le coefficient (0.4, 0.5, 0.6) à appliquer selon sa position, puis le moment
sur appuis en multipliant par ce coefficient le plus grand des deux moments M0 dans les travées encadrant
cet appui ; Enfin, on calcule le moment en travée Mt par application des conditions 1 et 2.
La condition 3 peut être représentée par les schémas ci-dessous selon le nombre des travées :

0.6 0.5 0.5

0.5 0.4 0.4 0.5

Figure. IV.18. La valeur absolue de chaque moment sur appuis intermédiaire

Promotion master 2016 52


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.2.d. Efforts tranchants d’appuis :


Les efforts tranchants d’appuis sont calculés par la méthode générale applicable aux poutres continues
faisant état moment de continuité, selon la formule :

Me  Mw
V ( x)  V0 
Li

V ( x) : Effort tranchant d’appui de la travée considérée.

V0 : Effort tranchant comparaison de la travée considéré.

Li : Portée libre de la travée.

-On majore forfaitairement les efforts tranchants isostatiques (de l’appui voisin de l’appui de rive) de 15%
pour une poutre à 2 travées et de 10% pour une poutre à plus de 2 travées.

IV.5.3. Evaluation des charges :

 Charge permanente « G » :

ETAGE COURANT TERRASSE INACCESSIBLE


Permanente KN/m² 5,56 6,48

 Surcharge d’exploitation « Q » :

ETAGE COURANT TERRASSE INACCESSIBLE


Surcharge KN/m² 1,5 1

 Surcharges thermiques (de neige) : Sn = 0.45 KN/m²

IV.5.4. Combinaison des charges :

Plancher terrasse
ELU qu=1,35G+1,5Q +1,2Sn= 10,04KN/m².
ELS qser= G+Q+Sn = 7,38KN/m².
Plancher étage courant
ELU qu=1,35G+1,5Q = 9,105KN/m².
ELS qser= G+Q = 6,55KN/m².

Tableau. IV.12. Combinaison des charges

Promotion master 2016 53


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.5. Etude du plancher terrasse :


Le calcul se fait à l’ELU en flexion simple.

 Charge revenant à plancher terrasse :

Plancher terrasse
ELU qu×0,65= 6,526 KN/m²
ELS qser×0,65=4,79 KN/m²

Tableau. IV.13. Les charges revenant à plancher terrasse

IV.5.5.a. Schéma statique :


Avec Q = 1KN / m2 Avec G = 6.48KN/ m2

4.25 4.35 3.60 4.35 4.25

A B C D E F
Figure. IV.19. Schéma statique de la nervure

IV.5.5.b. Calcul des moments fléchissant à l’E. L .U : G=6,526 KN/m²

Travée AB BC CD DE EF

L 4.25 4.35 3.60 4.35 4.25

M0 =Q×L2/8 13.052 15.792 11.167 15.792 13.052

Appui A B C D E F

Coefficient 0.2 0.5 0.4 0.4 0.5 0.2

M appui 2.61 7.892 4.466 4.466 7.892 2.61


(KN.m)
M travée (KN.m) 9.136 9.457 7.258 9.457 9.136

Tableau. IV.14. Calcul des sollicitations a l E.L.U

Promotion master 2016 54


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.5.c. Calcul des moments fléchissant à L’E.L.S : G=4,79 KN/m²

Travée AB BC CD DE EF

L 4.25 4.35 3.60 4.35 4.25

M0 =Q×L2/8 9.58 11.591 8.196 11.591 9.58

Appui A B C D E F

Coefficient 0.2 0.5 0.4 0.4 0.5 0.2

M appui(KN.m) 1.916 5.795 3.278 3.278 5.795 1.916

M travée (KN.m) 6.70 6.954 5.327 6.954 6.70

Tableau .IV.15. Calcul des sollicitations à L’E.L.S.

2.61 7.892 4.466 4.466 7.892 2.61

9.136 9.457 7.258 9.457 9.136

Figure. IV.20. Diagramme des moments à L’ E.L.U

1.91 5.795 3.278 3.278 5.795 1.91

6.70 6.954 5.327 6.954 6.70

Figure. IV.21. Diagramme des moments à L’ E.L.S

IV.5.5.d. Calcul des efforts tranchants :

Mw  Me
V  V 0 
l

l 4
V0  q  6.526 X  13.052 kN.
2 2

Promotion master 2016 55


Chapitre IV : Les élément secondaire

 Exemple de calcul :
Mw  Me 2.61  6.526
V 1.2  T 0   13.052   12.073 kN.
l 4
Mw  Me 2.61  6.526
V 1.2  T 0   13.052   14.031 kN.
l 4
Le reste des résultats obtenus est regroupé dans le tableau ci-dessous :

TRAVEE PORTEE(𝑚) T0(KN) MW(KN.M) ME(KN.M) TW(KN) -TE(KN)


A-B 4.25 13.052 2.61 6.526 12.073 14.031
B-C 4.35 14.357 7.892 6.31 14.715 13.99
C-D 3.6 12.073 4.466 4.466 12.073 12.073

Tableau. IV.16. Résultats des calculs


14.715 12.073
12.073

14.031 12.073
Figure. IV.22. Diagramme des efforts tranchants

 Résumé des résultats de calcul :


E.L.U E.L.S Effort tranchant

Appui (KN.m) 7.892 5.795 14.715KN/m

Travée (KN.m) 9.457 6.954

Tableau .IV.17. Résumé des résultats

IV.5.5.e. Calcul du moment équilibré par la table :


 En travée :

Mt  bh0 fbc d  h0 
2
fbc 
0.85 fc 28 0.85  25
b

1.5
 14.17 MPa

 
Mt  650  40  14.17 180  40  58.94 KN .m
2
Mt max  9.457 KN .m  Mt  58.94 KN .m  l' axe neutre se trouve dans la table de compression doncla
section en T est calcule comme une section rectangula ire de largeur b et de hauteur h.

Promotion master 2016 56


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.6. Ferraillage :
D’après les résultats obtenus, on va faire le ferraillage avec la valeur maximale en travée et sur

65
5

20
00
02
20 As
O
O
O 10
O 0
appui. 00
h0de non fragilité :
IV.5.6.a. Condition
00
 En travée :
0.23  b  d  ftj 0.23  65 18  21
As  A min  A min    1.41 cm 2 .
fe 4000
 Sur appui:
0.23  b  d  ftj 0.23 10 18  21
As  A min  A min    0.22 cm 2
fe 4000

IV.5.6.b. Calcul du ferraillage :

Section b(cm) d(cm) Mu Μ Α Ζ(cm) As(cm²) Asmin As adopter


(KN.m) (cm²) (cm²)
Travée 65 18 9.457 0.031 0.039 17.71 1.53 1.41 3T10=2.36
Appui 10 18 7.892 0.171 0.236 16.3 1.39 0.22 2T10=1.57

Tableau. IV.18. Calcul du ferraillage

Promotion master 2016 57


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.7. Vérifications :
IV.5.7.a. Vérification de la flèche : (BAEL91)

La vérification de la flèche est nécessaire si l’une de ces conditions n’est pas remplie :

h 1 h 20 1
1)    0.045  0.044
l 0 22.5 l 0 435 22.5
h 1
 0.045   0.044  condition véréfiée
l0 22.5
As 3.6 As 2.36 3.6 3.6
2)    0.002   0.009
b0  d fe b0  d 10  20 fe 400
As 3.6
 0.002   0.009  condition véréfiée
b0  d fe
h Mt h 20 Mt 9.457
3)    0.045   0.033
l 0 15  M 0 l 0 435 15  M 0 15  15.792
h Mt
 0.044   0.033  condition véréfiée.
l0 15  M 0
Comme toutes les conditions sont remplies, La vérification de la flèche n’est donc pas nécessaire.

IV.5.7.b. Vérification à l E .L .S :

La fissuration étant peu nuisible, donc il n’y a pas de vérification à faire sur l’état de l’ouverture
des fissures, les vérifications se limitent à l’état limite de compression du béton On doit vérifier que :
 bc   bc .

M ser
Avec :  bc  y , et  bc  0,6 f c 28 =15MPa.
I

Ms(KN.m) b(cm) As(cm2) Y(cm) I(cm4)  bc  bc Observation


(Mpa) (Mpa)

Travée 6.954 65 2.36 3.92 8323.04 3.27 15 CV

Appui 5.795 10 1.57 7.14 3990.80 10.36 15 CV

Tableau. IV.19. Résultats des calculs

Promotion master 2016 58


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.7.c. Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant : (art .A.5, 1.1 /BAEL 91)
 Vérification de la contrainte tangentielle :

T max
u  T max  14.715 KN
b0  d
u  u : (article 5.1. B.A.E.L 91)
T max 14715
u    0.817 MPa
b0  d 100 180

 0, 2  f Cj 
  min  ;5MPa  →   min 3,33MPa;5MPa   3,33MPa
 b 

u  0.817 MPa  u  3.33MPa  condition vérifiée donc les armatures transversales sont
perpendiculaires à la ligne moyenne de la poutrelle.

 Diamètre des armatures transversales :

h b  20 12 
t  min  ; ;   t  min  ; 12 ;   t  min 5.71; 12 ;12
 35 10   35 10 
t  5.71mm  t  6 mm donc on adopte 2 6  0.56 cm 2
 Espacement admissible : d’après le BAEL91

St  min 0.9d ; 40 cm   min 0.9  18; 40 cm   16.2cm  16 cm


At  fe 0.56  10  4  235
St    32.9 cm
0.4  b 0.4  0.10
0.8  At  fe
St   12.88 cm
b0  u

IV.5.8. Etude de plancher étage courant :

IV.5.8.a. Schéma statique : Q = 1.5kn / m2 G = 4.8KN/ m2

4.25 4.35

A B C

Figure. IV.23. Schéma statique de la nervure

Promotion master 2016 59


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.8.b. Calcul des moments fléchissant à l’E. L .U :

Travée AB BC

L 4.25 4.35

M0 =Q×L2/8 11.836 14.321

Appui A B C

Coefficient 0.2 0.6 0.2

M appui(KN.M) 2.367 8.592 2.864

M travée(KN.M) 8.048 9.738

IV.5.8.c. Calcul des moments fléchissant à L’E.L.S :

Travée AB BC

L 4.25 4.35

M0 =Q×L2/8 8.514 10.30

Appui A B C

Coefficient 0.2 0.6 0.2

M appui(KN.M) 1.702 6.18 2.06

M travée(KN.M) 5.79 7.00

2.367 8.592 2.864 1.702 6.18 2.06

8.048 9.738 5.79 7.00

Figure. IV.24.Diagramme des moments à l’E.L.U Figure. IV.25.Diagramme des moments à L’E.L.S

Promotion master 2016 60


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.8.d. Calcul des efforts tranchants :


Mw  Me
V  V 0 
l

l 4
V0  q  5.918 X  11.836 kN.
2 2
 Exemple de calcul :
Mw  Me 2.367  7.101
V 1.2  V 0   11.836   10.65 kN.
l 4
Mw  Me 2.367  7.101
V 1.2  V 0   11.836   13.02kN.
l 4

Le reste des résultats obtenus est regroupé dans le tableau ci-dessous :

TRAVEE PORTÉE(𝑚) T0(KN) MW(KN.M) ME(KN.M) TW(KN) -TE(KN)


A-B 4.25 13.052 2.367 5.918 10.65 13.02
B-C 4.35 14.357 7.16 5.728 14.321 11.718
Tableau. IV.20. Résultats des calculs

14.321
10.65

13.02 11.718
Figure. IV.26. Diagramme des efforts tranchants

 Résumé des résultats de calcul :


E.L.U E.L.S Effort tranchant

Appui (KN.m) 8.592 6.18 14.321

Travée (KN.m) 9.738 7.00

Tableau. IV.21. Résultats des calculs

Promotion master 2016 61


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.8.e. Calcul du moment équilibré par la table :


 En travée :


Mt  bh0 fbc d  h0
2
 fbc 
0.85 fc 28
b

0.85  25
1.5
 14.17 MPa

Mt  650  40  14.17 180  40


2
 58.94 KN .m
Mt max  9.738KN .m  Mt  58.94 KN .m  l' axe neutre se trouve dans la table de compression donc la
section en T est calculée comme une section rectangula ire de largeur b et de hauteur h.
IV.5.9. Ferraillage :

D’après les résultats obtenus, on va faire le ferraillage avec la valeur maximale en travée et sur appui
65

20

As

10
0

IV.5.9.a. Condition de non fragilité :


 En travée :
0.23  b  d  ftj 0.23  65 18  21
As  A min  A min    1.41 cm 2 .
fe 4000
 Sur appui:
0.23  b  d  ftj 0.23 10 18  21
As  A min  A min    0.22 cm 2
fe 4000
IV.5.9.b. Calcul du ferraillage :

Section b(cm) d(cm) Mu Μ Α Ζ(cm) As(cm²) Asmin As adopté


(KN.m) (cm²) (cm²)
Travée 65 18 9.738 0.032 0.040 17.71 1.58 1.41 3T10=2.36
Appui 10 18 8.592 0.187 0.260 16.12 1.53 0.22 2T10=1.57

Tableau. IV.22. Résultats des calculs

Promotion master 2016 62


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.10. Vérifications :
IV.5.10.a. Vérification de la flèche : (BAEL91)

La vérification de la flèche est nécessaire si l’une de ces conditions n’est pas remplie :

h 1 h 20 1
1)    0.045  0.044
l 0 22.5 l 0 440 22.5
h 1
 0.045   0.044  condition véréfiée.
l0 22.5
As 3.6 As 2.36 3.6 3.6
2)    0.002   0.009
b0  d fe b0  d 10  20 fe 400
As 3.6
 0.002   0.009  condition véréfiée..
b0  d fe
h Mt h 20 Mt 9.738
3)    0.045   0.045.
l 0 15  M 0 l 0 440 15  M 0 15  14.321
h Mt
 0.045   0.045  condition véréfiée.
l0 15  M 0
Comme toutes les conditions sont remplies, Donc la vérification de la flèche n’est pas nécessaire.

IV.5.10.b. Vérification à l E .L .S :

La fissuration étant peu nuisible, donc il n’y a pas de vérification à faire sur l’état de l’ouverture
des fissures, Les vérifications se limitent à l’état limite de compression du béton On doit vérifier que :
 bc   bc .

M ser
Avec :  bc  y , et  bc  0,6 f c 28 =15MPa.
I

Ms(KN.m) b(cm) As(cm2) Y(cm) I(cm4)  bc  bc Observation


(Mpa) (Mpa)

Travée 7.00 65 2.36 3.92 8323.04 3.29 15 CV

Appui 6.18 10 1.57 7.14 3990.80 11.05 15 CV

Tableau. IV.23. Résultats des calculs

Promotion master 2016 63


Chapitre IV : Les élément secondaire

IV.5.10.c. Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant : (art .A.5, 1.1 /BAEL 91)

 Vérification de la contrainte tangentielle :


T max
u  T max  14.321 KN
b0  d
u  u : (article 5.1. B.A.E.L 83)
T max 14321
u    0.795 MPa
b0  d 100  180

 0, 2  f Cj 
  min  ;5MPa  →   min 3,33MPa;5MPa   3,33MPa
 b 

u  0.795MPa  u  3.33MPa  condition vérifié e donc les armatures transversales sont


perpendiculaires à la ligne moyenne de la poutrelle.

 Diamètre des armatures transversales :

h b  20 12 
t  min  ; ;   t  min  ; 12 ;   t  min 5.71; 12 ;12
 35 10   35 10 
t  5.71mm  t  6 mm donc on adopte 2 6  0.56 cm 2

 Espacement admissible :

St  min 0.9d ; 40 cm   min 0.9  18; 40 cm   16.2cm  16 cm


At  fe 0.56  10  4  235
St    32.9 cm
0.4  b 0.4  0.10
0.8  At  fe
St   12.88 cm
b0  u

Remarque :
On remarque que le ferraillage des poutrelles des étages courants et celui de la terrasse est identique,
donc on va opter pour un seul type de nervure pour toute la structure, afin d’éviter d’éventuelles erreurs
sur l’emplacement des nervures et réaliser des économies de temps et donc de cout.

Les détails de ferraillage sur appuis et en travées sont représentés dans le schéma suivant :

Promotion master 2016 64


Chapitre IV : Les élément secondaire

Ferraillage en travée ferraillage sur appuis

Figure .IV.27. Schéma du ferraillage

V-4-Ferraillage de la dalle de compression :


Le ferraillage de la dalle de compression sera fait dans les deux sens afin d'éviter les fissurations, Le
ferraillage est en treillis soudé (BEAL 91 B.6.8.4)
les dimensions des mailles sont normalisées (ART.B68.BAEL91) comme suit :
20 cm : pour les armatures perpendiculaires aux nervures.
30 cm : pour les armatures parallèles aux nervures.
Soit : A : la section des armatures perpendiculaires aux nervures.
(A en : cm2 pour 1mètre de nervures).
Avec : L1 : distance entre axe des poutrelles (L1=65 cm).
Fe=400 MPa
Quadrillage de T.S.TIE 520.

65
A1  4.  0,50 cm 2 / ml
520
5T 6  A1  1,41 cm 2
100
St   20 cm
5
A2 =A1/2=0,71 cm2

Soit 5T6  A2  1,41 cm


2

et St=20 cm.
Pour le ferraillage de la dalle de compression, on adopte un treillis soudé dont la dimension des
mailles est égale à 20 cm suivant les deux sens

Promotion master 2016 65


Chapitre IV : Les élément secondaire

St St/2

TSØ6
100

St

St/2

100
Figure .IV.28. Disposition constructive des
armatures de la dalle de compression

Promotion master 2016 66


CHAPITRE V :
ETUDE SISMIQUE

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre V : Etude Sismique

V.1. Introduction :

L’étude sismique est une étape nécessaire dans l’analyse de la structure, Elle a pour but de
fournir un degré de protection acceptable dans le cas des séismes.
La force horizontale à la quelle doit résister une structure due à une excitation sismique.

V.2. Objectif de l’étude dynamique :

L'objectif initial de l'étude dynamique d'une structure est la détermination des


caractéristiques dynamiques propres de la structure lors de ses vibrations. Une telle étude
pour notre structure telle qu'elle se présente, est souvent très complexe c'est pourquoi on fait
souvent appel à des modélisations qui permettent de simplifier suffisamment les problèmes
pour permettre l'analyse.

V.3. Modélisation :

La modélisation revient à représenter un problème physique possédant un nombre de degré de


liberté (DDL) infini par un modèle ayant un nombre de DDL fini, et qui reflète avec une
bonne précision les paramètres du système d'origine à savoir : la masse, la rigidité et
l'amortissement, autrement dit un modèle simplifié qui nous rapproche le plus possible du
comportement réel de la structure.
Lors d'une analyse dynamique de structure, il est indispensable de trouver la modélisation
adéquate de cette dernière. Dans notre cas le modèle adopté comporte les éléments résistants
ainsi que les dalles pleines, et le reste des éléments sont introduit comme un chargement.
L’étude de ce bâtiment est basée sur les résultats d’une modélisation en trois dimensions à
l’aide du logiciel SAP2000.

V.3.1. Etapes de la modélisation :

Le calcul se fait en deux étapes successives :

a. Première étape.

Le calcul dynamique est fait à l'aide d’un modèle « nœuds maîtres » 3D (voir description
détaillée plus loin) correspondant à l’ensemble constituant le bâtiment. Ce modèle est
constitué par :

• Des éléments de barres verticaux modélisant les poteaux et les voiles ;

• Des éléments de coques modélisant les différents planchers et terrasses ;

Promotion master 2016 67


Chapitre V : Etude Sismique

• Des éléments de barres horizontaux modélisant les différentes poutres des planchers
(poutres intérieures et poutres de rive).

b. Seconde étape

Les cas de charges sismiques ̏ statiques ̋ déduites de l’analyse dynamique sont ensuite
appliqués (ainsi que les cas de charges statiques classiques tels que poids propre, charges
d’exploitation) à un modèle 3D.

Les sorties graphiques SAP permettent une bonne visualisation du modèle.

Elles nous permettent d’avoir :

• Des vues en perspective de l’ensemble des éléments verticaux poteaux et voiles pour
les différentes façades, comme on peut avoir des vues en plan de l’ensemble de ses
éléments verticaux. Les éléments de barres sont dessinés en représentation volumique
pour permettre de vérifier leurs bonnes orientations.

• Les mêmes vues pour les poteaux intérieurs.

• Les mêmes vues des éléments verticaux avec représentation filaire et numérotation
des éléments.

• Vues en plan, niveau par niveau, des éléments de coques modélisant les planchers. Ces
éléments de coque sont systématiquement connectés à tous les éléments verticaux,
voiles et poteaux, de manière à leur transmettre les efforts horizontaux sous séisme en
fonction de leur raideur et de la distribution des masses.

• Les perspectives volumiques de l’ensemble des planchers, pour plus de lisibilité.

• Les vues en plan, niveau par niveau, des éléments de barres modélisant les différentes
poutres des planchers, en représentation filaire avec leur numérotation.

• Les perspectives volumiques de l’ensemble des poutres, pour plus de lisibilité.

V.4. Méthodes de calcul :

Selon le RPA 99 le calcul des forces sismiques peut être mené suivant trois méthodes :
 Méthode statique équivalente.
 Méthode d’analyse modale spectrale.
 Méthode d’analyse dynamique par accelérogrammes.

Promotion master 2016 68


Chapitre V : Etude Sismique

V.4.1. Méthode statique équivalente:

Les forces dynamiques réelles qui se développent dans la construction sont remplacées par un
système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents aux effets de
l’action sismique dite réelle.

V.4.1.a. Conditions d’application : D’après le(𝑅𝑃𝐴99/2003 𝐴𝑟𝑡 4.1.2)

 le bâtiment présente une régularité en plan et en élévation.


 la hauteur totale du bâtiment est de 18.90𝑚 ; 𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 inférieure à (65𝑚)(valeur
donnée par le 𝑅𝑃𝐴 99 /2003 )

Conclusion :
Donc les conditions de la méthode statique équivalente sont vérifiées on peut appliquer la
méthode statique équivalant.

V.4.1.b. Calcul de la force sismique totale : Y


V
Selon le : R.P.A99/ (2003) :
x
x
V : la force sismique totale x X
x
𝑨×𝑫×𝑸×𝑾
𝑽= V
𝑹
x
La force sismique totale appliquée a la base de la structure doit- être calculée
successivement dans les deux directions orthogonales.
Avec :

A : coefficient d’accélération de zone.


D : facteur d’amplification dynamique moyen.
R : coefficient de comportement global de la structure qui dépend du mode de
contreventement.
W : poids de la structure.
Q : facteur de la qualité.

 Détermination des facteurs :

 Coefficient d’accélération de zone (A) :


Il dépend du groupe d'usage de la structure et de la zone sismique (donné par le RPA99
V2003)

Promotion master 2016 69


Chapitre V : Etude Sismique

Constantine (zone IIa)


Groupe d’usage 2 𝑨 = 𝟎, 𝟏𝟓

 Facteur d’amplification dynamique moyen (D):


Il dépend de la classification du sol et de la période T de la structure avec :

2,5 𝜂 0 ≤ 𝑇 ≤ 𝑇2
2
𝑫= 2.5 𝜂 (𝑇2 / 𝑇)3 𝑇2 ≤ 𝑇 ≤ 3,0 𝑠
2 5
2 .5 𝜂 (𝑇2 ⁄3,0)3 (3,0⁄𝑇)3 𝑇 ≥ 3,0 𝑠

𝑇1 , 𝑇2 : Période caractéristique, associée à la catégorie du site.


Site meuble (𝑆3 ) selon le (tableau 4.7 page 47 de RPA 99/2003)

𝑇2 = 0,5 𝑠 et 𝑇1 = 0,15 𝑠
Ƞ : facteur de correction d’amortissement
𝜉 = 10% 𝜉: Pourcentage d’amortissement critique(Remplissage béton armé tab 4.2)

7
𝜂= √ 𝜂 = 0.76
2+𝜉

• Estimation de la période fondamentale de la structure :


La valeur de la période structure fondamentale (T) de la structure peut être estimée a partir de
formules empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou numériques.

La formule empirique à utiliser selon les cas est la suivante :

𝟑⁄
𝑻 = 𝑪𝑻 × 𝒉𝑵 𝟒

𝐶𝑇 = 0,075
3⁄
𝑇 = 0,075 × 18,9 4

𝑇 = 0,68 𝑠

D’après l’article (4.2.4) du RPA 2003


Il faut prendre les plus petites valeurs dans chacune des directions

Promotion master 2016 70


Chapitre V : Etude Sismique

min(𝑇𝑥 ; 𝑇)
Donc: {
min(𝑇𝑦 ; 𝑇)

𝑇𝑥 = 0, 33 𝑠 … … … … … 0 ≤ 𝑇𝑥 ≤ 𝑇2 𝑠
𝑇𝑦 = 0,5 𝑠 … … … … … . . . 𝑇2 ≤ 𝑇𝑦 ≤ 3,0 𝑠

𝐷𝑥 = 2.5 𝜂 = 1,9
2
𝐷𝑦 = 2.5 𝜂 (𝑇2 / 𝑇)3 = 1,9

 Coefficient de comportement (R):


Il dépend du type et de la nature du contreventement (donner par le tableau 4.3 du RPA
99/2003)
On a un système de contreventement en béton armé : Mixte portique /voiles avec interaction
Donc : 𝑹 = 𝟓

 Facteur de qualité (Q):


Il dépend de l'observation et non des critères de qualité
6
Q  1   Pq
1

Pq : valeur de pénalité donnée par le tableau 4.4 RPA 2003 donc


 Condition minimales (n /observé) 0,05
 Redondance en plan (observé) 0
 Régularité en plan (observé) 0
 Régularité en élévation (observé) 0
 Contrôle de qualité des matériaux (observé) 0,05
 Contrôle de qualité de l’exécution (n/observé) 0,1

𝑄𝑥 = 1 + 0,05 + 0,05 + 0,1 = 1,20


𝑄𝑦 = 1 + 0,05 + 0,05 + 0,1 = 1,20

𝐐𝒙 = 𝟏, 𝟐𝟎 et 𝐐𝒚 = 𝟏, 𝟐𝟎

 Le poids de la structure (W):le (tableau 4.5 page 45 de RPA 99/2003)


𝐖𝐓 = 𝐆 + 𝛃 × 𝐐
𝐖𝐓 = 𝟏𝟒𝟐𝟕𝟖𝟗, 𝟏𝟏

β: coeff de pondération 𝜷 = 𝟎, 𝟐𝟎…….pour les bâtiments d’habitations.

DONC :

Promotion master 2016 71


Chapitre V : Etude Sismique

⟹ 𝑽𝒙 = 𝟏𝟎𝟎𝟎. 𝟐𝟑 𝑲𝑵
⟹ 𝑽𝒚 = 𝟏𝟎𝟎𝟎. 𝟐𝟑 𝑲𝑵

V.4.2. Méthode dynamique modale spectrale


Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum des effets
engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un spectre de réponse de
calcul. Ces effets sont par la suite combinés pour obtenir la réponse de la structure.

V.4.2.a. Spectre de réponse de calcul


L’action sismique est représentée par le spectre de calcul suivant :
(art 4.3.4.13 RPA 99 version 2003)
𝑇 𝑄
1,25 × 𝐴 × [1 + × (2,5 × 𝜂 × − 1)] … … … … … … 0 ≤ 𝑇 ≤ 𝑇1
𝑇1 𝑅
𝑄
1,25 × 𝜂 × (1,25 × 𝐴) × ( ) … … … … … … … … … … … 𝑇1 ≤ 𝑇 ≤ 𝑇2
𝑆𝑎 𝑅
= 2
𝑔 𝑄 𝑇2 3
1,25 × 𝜂 × (1,25 × 𝐴) × ( ) × ( ) … … … … … … 𝑇2 ≤ 𝑇 ≤ 0,3𝑠
𝑅 𝑇
2 5
𝑇2 3 3 3 𝑄
1,25 × 𝜂 × (1,25 × 𝐴) × ( ) × ( ) × ( ) … … … … … 𝑇 ≥ 0,3𝑠
{ 3 𝑇 𝑅

Figure .V.1. Spectre de réponse

A : coefficient d’accélération de zone (tableau 4.1)


: Facteur de correction d’amortissement (quand l’amortissement est différent de 7.6%)
𝟕
𝜼 = √𝟐+𝝃 ≥ 𝟎, 𝟕6

Promotion master 2016 72


Chapitre V : Etude Sismique

: Pourcentage d’amortissement critique (tableau 4.2)


R : coefficient de comportement de la structure (tableau 4.3)
T1, T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site (tableau 4.7)
Q : facteur de qualité (tableau 4.4)

V.4.2.b. Nombre de modes a considérer :

Le nombre de modes de vibration à considérer doit être tel que :


- La somme des masses modales effectives pour les modes retenus soit au moins
égale à 90% de la masse totale de la structure
- Ou que tous les modes retenus ont une masse modale effective supérieure à 5% de
la masse totale ;
- Le minimum de modes à retenir est de 3
- Dans le cas où les conditions citées ci‐dessus ne sont pas observées, le
nombre de modes à considérer est donné par l’inégalité suivante :(art 4.3.4.14
RPA99/VERSION 2003)

K  𝟑√𝑵 et 𝐓𝑲  𝟎. 𝟐𝟎 𝐬𝐞𝐜

K = 3√6
K = 7,34

 en adopte le nombre 8pour les modes à considérer.


 𝑵 : Nombre de niveaux au-dessus du sol
 𝐓𝑲 : Période du mode K

Type N Période UX UY SomUX SomUY


Texte Unité Sec Unité Unité Unité Unité
Mode 1 0.639356 0.0000 0.67266 0.00000 0.67266
Mode 2 0.611186 0.66346 0.0000 0.67346 0.67266
Mode 3 0.471088 0.00204 3. 6E-20 0.6655 0.67266
Mode 4 0.166141 7.802 E-17 0.18007 0.6655 0.85273
Mode 5 0.153270 0.19899 2.86E-16 0.86515 0.85273
Mode 6 0.120940 0.00066 1.78E-15 0.86515 0.85273
Mode 7 0.104441 3.415E-14 0.0000 0.86518 0.85273
Mode 8 0.093509 0.00000312 1.77E-14 0.86518 0.85273
Mode 9 0.09021 8.589E-16 0.0000 0.86518 0.85287

Promotion master 2016 73


Chapitre V : Etude Sismique

Mode 10 0.085692 0000000 6.62E-15 0.86518 0.85288


Mode 11 0.082535 0000000 1.50E-13 0.86519 0.8537
Mode 12 0.0789307 4.88E-17 0.00082 0.86519 0.8537
Mode 13 0.078696 0.00067 0.00000 0.86586 0.8537
Mode 14 0.076694 4.88E-15 0.08411 0.86586 0.93781

Tableau .V.1. Période et pourcentage de masse modale effective

 Interprétation :
• Le premier est un mode de translation.
• Le deuxième mode est un mode de translation
• Le troisième mode est un mode de torsion
• La participation massique dépasse le seuil de 90% au 14éme mode.

V.4.3. Vérification de structure :


V.4.3.a. Vérification de la période:

Lapériodedu1ermode T=0.6645s Calculée par le SAP2000

La période de TRPA=0.679s Calculée par le (RPA99/Version2003(4.2.4)

 TRPA=0.679s=>1.3x0.679=0.882s

1,3 × 𝑇𝑅𝑃𝐴 ≥ 𝑇𝑟 T=0.6645<1,3TR…………..CV


0.6645 < 0.882 …………………...CV

V.4.3.b. Vérification de la résultante des forces sismiques de calcul:

La résultante des forces sismique sà la base Vt obtenue par combinaison des valeurs modales
ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces sismiques déterminée par la
méthode Statique équivalente V pour une valeur de la période fondamentale donnée par la
formule empirique appropriée. Si Vt<0.80V, il faudra
Augmenter tous les paramètres de la réponse (forces déplacements Moments,...) dans le
rapport 0.8V/Vt.

𝑽𝒕𝒙 = 𝟏𝟐𝟐𝟏. 𝟑𝟗𝟓𝐊𝐍 ≥ 0,8 × 1000.23 = 𝟖𝟎𝟎. 𝟏𝟖𝟒𝐊𝐍....................CV


𝑽𝒕𝒚 = 𝟏𝟏𝟖𝟔. 𝟖𝐊𝐍 ≥ 0,8 × 1000.23 = 𝟖𝟎𝟎. 𝟏𝟖𝟒 𝐊𝐍 ....................CV

Promotion master 2016 74


Chapitre V : Etude Sismique

 La résultante des forces sismiques:

La résultante des forces sismiques à la base(V) est égale à :

LOAD DIR ECC C Q R W Vy Vx


R+5
E X 0.07 0.075 1.2 5 14289.11 1186.8 112.395

Tableau .V.2. La résultante des forces sismiques à la base.

V.4.3.c. Vérification du déplacement :


Les déplacements relatifs latéraux d’un étage par rapport aux autres qui lui sont adjacent,
ne doivent pas dépasser 1% de la hauteur d’étage (h)
c.1. Calcul les déplacements de chaque niveau :
Le déplacement horizontal à chaque niveau "k" de la structure est calculé comme suit

kRek (art4.4.2.19RPA99)
ek: déplacement du aux forces sismiques
R: coefficient de comportement.

Le déplacement au niveau (k) par rapport au niveau (k-1) est égal à : kkk1

Il faut que :  k0,01h

Avec: , h=3,10 m (hauteur d'étage)

On prend les valeurs de δk à partir du SAP 2000v

Niveaux ek (m) k(m) x(m) 0,01h(m) Vérification

0.0169 0.0676 0.0124 0.0310 C.V


7

0.0138 0.0552 0.0136 0.0310 C.V


6

Promotion master 2016 75


Chapitre V : Etude Sismique

5 0.0104 0.0416 0.0149 0.0310 C.V

4 0.0069 0.0276 0.0128 0.0310 C.V

3 0.0037 0.0148 0.0100 0.0310 C.V

2 0.0012 0.0048 0.0048 0.0310 C.V

1 0 0 0 0.0310 C.V

Tableau. V.3. Déplacements inter étages dans les différents portiques suivant le sens XX.

Niveaux ek (m) k(m) y(m) 0,01h(m) Vérification

7 0.0173 0.0692 0.012 0.0310 C.V

6 0.0143 0.0572 0.0132 0.0310 C.V

5
0.011 0.0440 0.0144 0.0310 C.V

4
0.0074 0.0296 0.0280 0.0310 C.V

3
0.004 0.016 0.008 0.0310 C.V

2
0.0012 0.004 0.004 0.0310 C.V

1 0 0 0 0.0310 C.V

Tableau .V.4. Déplacements inter étages dans les différents portiques suivant le sens YY.

Commentaire:

Selon les tableaux précédents on observe que l'ensemble des étages vérifient la limite des
déformations relatives inter-étages (<1%h étage) imposés par le RPA99 V2003.

Promotion master 2016 76


Chapitre V : Etude Sismique

c.2. Justification vis-à-vis de l’effet 𝑷 − ∆ :

Pour tenir compte ou pas des effets du deuxième ordre il faut vérifier que :
𝜃 = (𝑝𝑘 × ∆𝑘 )⁄(𝑣𝑘 × ℎ𝑘 )
𝒑𝒌 : le poids de la structure et des charges d’exploitation associées aux dessus du niveau k
𝒗𝒌 : effort tranchant d’étage au niveau "𝑘"
𝒉𝒌 : la hauteur du niveau 𝑘

∆𝒌 : Déplacement relatif du niveau k par rapport au niveau 𝑘 − 1

𝑽𝑻 (𝒙) 𝑽𝑻 (𝒚)
Niveau
5 182.56 177.39
4 368.17 357.74
3 553.78 538.09
2 739.39 718.44
1 925 898.79
RDC 1221.39 1186.80

BASE 1221.39 1186.80

Tableau .V.5. Effort tranchant de chaque niveau

NIVEAUX 𝒑𝒌 (𝑲𝑵) ∆𝑲𝒙 (𝒎) ∆𝑲𝒚 (𝒎) 𝑽𝒙 (𝑲𝑵) 𝑽𝒚 (𝑲𝑵) 𝒉 (𝒎) 𝜽𝒙 𝜽𝒚


5 565.31 0.0124 0.012 182.56 177.39 3.1 0.0123 0.0123
4 1140.07 0.0136 0.0132 368.17 357.74 3.1 0.0135 0.0135
3 1714.83 0.0149 0.0144 553.78 538.09 3.1 0.0148 0.0148
2 2289.59 0.0128 0.028 739.39 718.44 3.1 0.0127 0.0287
1 2864.35 0.01 0.008 925 898.79 3.1 0.0099 0.0082
RDC 3782.08 0.004 0.004 1221.41 1186.80 3.1 0.0047 0.0041

Tableau .V.6. L’effet P-∆ dans le sens (x-x) et (y-y)


Conclusion :

l’effet 𝑃 − ∆ est inferieur a 0,1 dans les deux sens donc l’effet de deuxième ordre (effet 𝑃 −
∆) est négligé.

Promotion master 2016 77


CHAPITRE VI :
FERAILLAGE DES ELEMENTS STRUCTURAUX

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

VI- Calcul des éléments structuraux:


VI.1. Calcul des sollicitations :
Le calcul des sollicitations est mené par le logiciel SAP 2000. Nous nous dans ce chapitre au calcul du
ferraillage sans les sollicitations données par ce logiciel.

VI.2. Ferraillage des éléments structuraux :


VI.2.1. Ferraillage des poutres :

VI.2.1.a. Introduction:

Les poutres sont ferraillées en flexion simple en tenant compte des combinaisons suivantes :

a- 1.35G+1.5Q ……………...........E.L.U
b- G+Q ………………………….E.L.S

 Etapes de calcul des armatures longitudinales:

𝑀u
μb = 𝑏.𝑑.𝜎𝑏𝑐

Pour les FeE400


𝑀𝑢
Si :  section simplement armée →AS =
b 𝛽.𝑑.𝜎𝑠
Si : μ b>0,186→ section doublement armée→ AS =𝛽 b.d.𝜎𝑏𝑐
𝜎𝑠
VI.2.1.b. Calcul du ferraillage:

Exemple de ferraillage Poutres principales As=Mu /z.s = 5,59 cm².

En travée : M max = 48.06 KN.m


L= 4m ; fc28 = 25Mpa ; b= 1,5
s=1,15 ; fe=400MPa
bc=14,17MPa ; d = 0.9h = 27 cm
s = 348MPa
µ = Mu/ b.d².bc=>µ =0,115< 0,186

A’=0 (pas d’armatures comprimées)


1.25 (1- √(1- 2µ))=0,153 .
z = d (1- 0.4m.

Promotion master 2016 78


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

Le ferraillage est résumé dans les tableaux suivants :

0R+5
MU (KN.M)  As Cal As min RPA As adoptée As adoptée
(cm²) (cm²) (cm²) travée (cm²) appui
Mrd=12.13 0.028 1.12
Ps1 Mc=2.23 0.005 0.2
+

Mrg=0.48 0.001 0.04


Mrd=4.24 0.01 0.39

5T12 =5.65 cm²


Ps2 Mc=4.6 0.011 0.41
Mrg=3 0.07 0.27
Poutres Secondaires

Mrd=3.24 0.008 0.29

5T12=5.65 cm²
Ps3 Mc=2.46 0.005 0.23

4.50cm²
Mrg=3.64 0.008 0.32
Mrd=3 0.007 0.27
Plancher terrasse

Ps4 Mc=4.6 0.011 0.41


Mrg=4.14 0.01 0.37
Mrd=0.48 0.001 0.04
Ps5 Mc=2.7 0.006 0.25
Mrg=13.13 0.03 1.2
Mrd=32.23 0.012 0.41

6.88 cm²
3T14 + 2T12 =
Pp1 Mc=50.67 0.013 0.44
Principales

5T12=5.65
4.50cm²
Poutres

Mrg= 82.27 0.032 1.08


cm²

Mrd=75.09 0.032 1.08


Pp2 Mc=28.87 0.013 0.44
Mrg=15.95 0.012 0.41

Tableau. VI.1. Ferraillage des Poutres de Plancher terrasse

Promotion master 2016 79


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

R+5
MU (KN.M)  As Cal Asmin RPA As adoptée As adoptée
(cm²) (cm²) (cm²) travée (cm²) appui
Mrd=16.15 0.028 0.038
Ps1 Mc=13.5 0.005 0.032
Mrg=20.86 0.001 0.049
Mrd=28.13 0.01 0.066
Ps2 Mc=2 0.011 0.004

5T12 =5.65 cm²


Mrg=21.79 0.07 0.05
Poutres Secondaires

Mrd=18.09 0.008 0.042

5T12=5.65 cm²
Ps3 Mc=8.6 0.005 0.02

4.50cm²
Mrg=18 0.008 0.041
Mrd=21.65 0.007 0.05
Plancher Etage

Ps4 Mc=13.8 0.011 0.034


Mrg=28.13 0.01 0.066
Mrd=20.8 0.001 0.049
Ps5 Mc=13.5 0.006 0.032
Mrg=26.1 0.03 0.061
Mrd=36.83 0.066 3.04

6.88 cm²
3T14 + 2T12 =
Pp1 Mc=36.64 0.065 3.03
Principales

5T12=5.65
4.50cm²
Poutres

Mrg= 67.76 0.120 5.79


cm²

Mrd=56.33 0.102 4.76


Pp2 Mc=23.5 0.04 1.91
Mrg=17.73 0.032 1.44

Tableau .VI.2. Ferraillage des Poutres du Plancher étage courant.

Promotion master 2016 80


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

R+5
MU (KN.M)  As Cal Asmin RPA As adoptée As adoptée
(cm²) (cm²) (cm²) travée (cm²) appui
Mrd=6.27 0.014 0.57
Ps1 Mc=2.70 0.006 0.27
Mrg=4.10 0.009 0.35
Mrd=6.10 0.014 0.52
Ps2 Mc=3.50 0.008 0.32

5T12 =5.65 cm²


Mrg=3.50 0.008 0.32
Poutres Secondaires

Mrd=4.10 0.009 0.35

5T12=5.65 cm²
Ps3 Mc=1.50 0.003 0.13

4.50cm²
Mrg=4.10 0.009 0.35
Mrd=3.50 0.008 0.32
Ps4 Mc=3.50 0.008 0.32
Mrg=6.10 0.014 0.52
Mrd=4.10 0.009 0.35
Plancher RDC

Ps5 Mc=2.70 0.006 0.27


Mrg=6.27 0.014 0.57
Mrd=10.87 0.019 0.87

3T14 + 2T12 = 6.88 cm²


Pp1 Mc=5.67 0.01 0.45
Mgr= 14.31 0.025 1.16
Poutres Principales

Mrd=43.5 0.078 3.64


Pp2 Mc=36 0.065 3.01
5T12=5.65
4.50cm²

Mgr=61.07 0.11 5.19


cm²

Mrd=47.79 0.086 4.02


Pp3 Mc=14.14 0.025 1.13
Mgr=41.5 0.074 3.54
Mrd=45.63 0.082 3.78
Pp4 Mc=36 0.065 3.01
Mrg=21.17 0.038 1.72

Tableau .VI.3. Ferraillage des Poutres du Plancher RDC

Promotion master 2016 81


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

VI.2.c. Recommandation du RPA 99 version2003:

c.1. Armatures longitudinales (RPA.art 7.5.2.1)


Le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la poutre
est de 0,5% de sa section.
Structure R+5
Poutres principales Amin = 0.0054030
=6.00cm²
Poutres secondaires Amin = 0.0053530
=5.25cm²
Tableau .VI.4. Pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur des poutres.

Le pourcentage total maximum des aciers longitudinaux est de :


4% de la section en zone courante
6% de la section en zone de recouvrement

En zone courante En zone de recouvrement

Poutres principales A max= 0.044030 =48cm² A max=0.064030= 72cm²

Poutres secondaires A max= 0.043530 =42cm² A max=0.063530= 63cm²

Tableau .VI.5. Pourcentage total maximum des aciers longitudinaux

 La longueur minimale de recouvrement est de :40(zone IIa)


 L'ancrage des armatures longitudinales supérieures et inférieures dans les poteaux de rive et
d'angle doit être effectué, avec des crochets à 90°.
 On doit avoir un espacement maximum de 10 cm entre deux cadres et un minimum de trois cadres
par nœud.

Promotion master 2016 82


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

c.2. Armatures transversales (RPA, art 7.5.2.2)

 La quantité d'armatures transversales minimales est donnée par : At = 0.003 St.b


 L'espacement maximum entre les armatures transversales est déterminé comme suit :
 Dans la zone nodale et en travée si les armatures comprimées sont nécessaires:
minimum de (h/4, 12)
 En dehors de la zone nodale: s h/2
La valeur du diamètre  des armatures longitudinales à prendre est le plus petit
diamètre utilisé, et dans le cas d'une section en travée avec armatures
comprimées, c'est le diamètre le plus petit des aciers comprimés.
 Les premières armatures transversales doivent être disposées à 5 cm au plus du nu de
l'appui ou de l'encastrement.

VI.2.d. Les vérifications nécessaires:


d.1- Poutres principale

1. Condition de non fragilité: (selon le BAEL 91)


f 2.1
As min 0.23b.d. t28 0.233027 0.98cm2
fe 400
Donc: As 3T14 + 2T12= 6.88 cm² Asmin  0.98cm2.......................C.V

2. Pourcentage minimum exigé par le RPA:

A min0.5%.b. h 0.00540306cm 2

A min adop 314212 6.88cm 2 As min RPA6 cm2 ............C.V

3. Condition de vérification de la flèche : (selon le BAEL 91)


30 1
= 0.086 > 16 = 0,0625………………………………… CV
350

30 0.75 𝑀0
= 0.086 > = 0,0625………………………………… CV
350 10 𝑀0

𝐴𝑆 4.20
𝑏 .𝑑
= 0.0070 < 𝑓𝑒
= 0.01

4. Détermination des armatures transversales:( Selon le B.A.E.L91)

min{ _h_ , b_} = min { _400_ , 300_}


35 10 35 10

min11.42,12,3011.42mm

Promotion master 2016 83


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

t 11.42mmOn prend : t 10mm

Soit: At 410 3.14 cm²

5 . Espacement des armatures transversales: (d’après le RPA99)

En zone nodale : St min {_h_ , 1,2}cmmin{10,14.4}cm10cm


4
h
En zone courante: S  cm
T
2
Soit: St 10cm (Zone nodale).

St 20cm (Zone courante).

6. Armature transversale minimale d’après le RPA:


Zone nodale : A 0.0031300.9cm
t

Zone courante :
At 0.00320301.80cm2

7 . Longueur de la zone nodale:

L = 2.h = 2×40 = 80 cm
8. Vérification à l’E.L.S:

Fissuration peu préjudiciable :La fissuration s’effectue au niveau de la section la plus sollicitée.
𝛾−1 𝑓𝑐28 𝑀𝑢
On doit vérifier: α≤k= + avec : 𝛾 =
2 100 𝑀𝑠𝑒𝑟

Elément R+5
Mser (KN.m) Mu (KN.m) Γ Αu K αu<K
Travée -23.50 -36.83 1.56 0.078 0.530 C.V
Appui 36 36.64 1.01 0.062 0.255 C.V

Tableau .VI.6. Vérification à l’E.L.S

Promotion master 2016 84


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

9. Vérification de la contrainte de cisaillement:

ad 3.33 MPa

Tmax 70.53KNu  Tmax 70.53x 10³0.871MPa


b. d 300270
u 0.871MPa ad 3. 33 MPa..............................C

d.2. Poutres secondaires:

1. Condition de non fragilité : (selon le BAEL 91)

ft28 2.1
As min 0.23 b. d. 0.233027 0.98cm2
fe 400
Donc: As 3T12 + 2T12= 5.65 cm² Asmin 0.98cm2..........................C.V

2. Pourcentage minimum exigé par le RPA:

A min0.5% .b. h 0.0053030 4.50cm2


Amin adop 12212 5.65cm 2 As min RPA4.5cm2............C.V

3. Condition de vérification de la flèche : (selon le BAEL 91)


30 1
= 0,086 > = 0.0625 ……………………..CV
350 16

30 0.75M 0
0.086 0.075....................................C.V
350 10M0
As 6.88 4.2
 0.0070 0.01................................C.V
b.d 3027 fe

4. Vérification de la contrainte de cisaillement:

0,2𝑓𝑐28 0,2.25
𝜏̅ = 𝑚𝑖𝑛 { , 5𝑀𝑃𝑎} = 𝑚𝑖𝑛 { , 5𝑀𝑃𝑎} = 3,33𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑐 1,5

ad 3.33MPa

Tmax 13.68KNu  Tmax 13.68x10³ 0.1688MPa


b.d 300270

Promotion master 2016 85


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

u 0.168MPa ad 3. 33MPa..............................CV


5. Détermination des armatures transversales:

Selon le B.A.E.L:

min{ _h_ , b_} = min { _350_ , 300_}


35 10 35 10

min10,00,12,3010,00mm
t 10,00mmOn prend t 10mm
Soit:
At 4103.14 cm²

. Espacement des armatures transversales:

D’après le RPA: L’espacement maximal:

En zone nodale :
4

St min {_h_ , 1,2}cm min{ 8,75 ;12.2} = 8 ;75 cm


4

En zone courante:

h
S  cm
T
2
Soit :

St=8.75cm(zone nodale)

St=17.5cm(zone courante)

Promotion master 2016 86


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

. Armature transversale minimale d’après le RPA :


zone nodale : At =0.003×8.75×30 = 0.79 cm2

zone courante :
At 0.00317.5301.57cm2
. Longueur de la zone nodale:

L=2.h=2x35=70 cm.
. Vérification à l’E.L.S:
Fissuration peu préjudiciable :La fissuration s’effectue au niveau de la section la plus
𝛾−1 𝑓𝑐28 𝑀𝑢
sollicitée. On doit vérifier: α ≤ k = + avec : 𝛾 =
2 100 𝑀𝑠𝑒𝑟
Elément R+5
1-2 Mser (KN.m) Mu (KN.m) Γ αu K αu<K
Travée 1.96 3.42 1.74 0.012 0.62 C.V
Appui 8.66 10 1.15 0.037 0.325 C.V
Tableau .VI.7. Vérification à l’E.L.S
Les armatures trouvées à l’E.L.S conviennent.

Figure.VI.1. Schéma du ferraillage


VI.2.2. Ferraillage des poteaux :
V.2.2.a. Introduction :
Les poteaux seront calculés en flexion composé dans les deux sens, en tenant compte des
combinaisons considérées comme suit :
a- 1.35G + 1.5Q……………………..ELU

PROMOTION MASTER 2016 87


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

b- G + Q ……………………ELS
c- G + Q + 1.2 E…………………….RPA 99 Version 2003
VI.2.2.b. Calcul du ferraillage :
Pour le calcul du ferraillage des poteaux, On utilise l’organigramme suivant :

Données:

Et

Comparer: à

Lire:
calcul :
Avec:

Comparer: à
Comparer
avec

Section est entièrement Section est Section est


comprimée E.L.U atteint partiellement partiellement
Comprimée
comprimée

Compare
P:périmètre

PROMOTION MASTER 2016 88


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

b.1. calcul des déférents paramètres :


1. L’élancement:

l
 f 35
i
2√3𝑙𝑓 2√3
Etage = RDC : ƛ = = (2,17) = 25,05 < 35 ⋯ ⋯ ⋯ ⋯ 𝐶𝑉
𝑏 0,3

2. L’excentricité réelle :
𝑀
𝑒=
𝑁

On remplace〈𝑒1 〉par l’excentricité totale de calcul :

𝑒𝑡 =𝑒1 + 𝑒2 + 𝑒𝑎

𝑒𝑎 : L’excentricité additionnelle

𝑒1 : L’excentricité du résultant des contraintes normale avant l’application de l’excentricité


additionnelle.

𝑒2 : L’excentricité due aux efforts du second ordre liés à la déformation de la structure.

𝑎 𝑙
𝑒𝑎 = max{2𝑐𝑚| 250 𝑐𝑚}

3𝑙𝑓2
𝑒2 =ℎ×104 (2 + 𝛼𝜑)

Dans cette expression :


0 < 𝛼 < 1, 𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 ∶ 𝛼 = 0,5

𝜑: rapport de déformation final due au fluage à la déformation instantanée sous la charge considérée, il
est pris en général égal à 2.

N : Inchangé M=𝑒1 × 𝑁

b.2. Exemple de calcul:

𝑏 = 30𝑐𝑚 et ℎ = 30𝑐𝑚 𝑁𝑚𝑎𝑥 = 1056,12 𝐾𝑁 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 24,82𝐾𝑁. 𝑚


0,85×25
𝜎𝑏𝑐 = = 18,5 𝑀𝑃𝑎 (cas accidentel)
1,15
𝑁 330,54×10³
𝛹= = = 0,63
𝑏.ℎ.𝜎𝑏𝑐 300×300×18,5

PROMOTION MASTER 2016 89


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

1+√9−12Ψ
ε=
4(3+√9−12Ψ)
eNc

h
Ψ=0,63 → 𝜀 =0,13
𝑒𝑁𝑐
→ =0,13

𝑒𝑁𝑐 =0,13 × 30= 3,92 cm


𝑀𝑢 24,82
𝑒1 = = 1056,12 =0,0235 m= 2,35 cm
𝑁𝑢
3×(0,7×3,1)²
𝑒2 = (2 + 0,5 × 2)= 0,014 cm
0,3×10⁴
300
𝑒𝑎 = 𝑚𝑎𝑥 {2𝑐𝑚| 250}=2cm
𝑒𝑡 = 2+0,014+2,35 = 4,36 cm
𝑒𝑡 = 4,36 𝑐𝑚 ≥ 𝑒𝑁𝑐 = 3,92 𝑐𝑚
Donc la section et partiellement comprimée.

 Moment par rapport aux armatures tendues :


ℎ 30
𝑀𝑓 = (𝑒𝑡 + (𝑑 − 2)) × 𝑁𝑢 =(4,36 + (27 − )) × 1056,12 = 172,14 KN.m
2
𝑀
𝜇 = 𝑏𝑑²𝑓𝑓 =0,149
𝑏𝑢

𝛼 = 1,25(1 − √1 − 2𝜇) donc : 𝛼 = 0,212


𝛽 = 1 − 0,4𝛼 donc 𝛽 =0,915.
𝑀𝑓 172,14
𝐴𝑓 = = = 17,41 𝑐𝑚
𝛽𝑑𝜎𝑠 0,915 × 27 × 400
𝑁𝑢 1056,12.10³.10¯2
𝐴𝑠 = 𝐴𝑓 − =17,41 − = 𝟖, 𝟗𝟖 𝒄𝒎².
𝜎𝑠 400

Selon le RPA : 𝑨𝒎𝒊𝒏 =12,8 𝒄𝒎².

PROMOTION MASTER 2016 90


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

Les résultats du calcul sont résumés dans les tableaux suivants :


R+5
Niveau Section 𝑵𝒎𝒂𝒙 𝑴𝒎𝒂𝒙 𝒆𝑵𝒄 𝒆𝒕 Type 𝑴𝒇 𝑨𝒔 𝑨𝒔𝑹𝑷𝑨 𝑨𝒔 𝒂𝒅𝒐𝒑 Choix
(KN) (KN.m) Cm Cm de (KN.m) cm² cm² des
section barres
RDC 30×30 1056,12 24,82 3,92 4,36 P.C 172,14 -8,98 12 ,8 14,328 6HA16+
2HA12
1 30×30 1068,63 52,44 4,2 6,91 P.C 201,67 -10,1 12,8 14,328 6HA16+
2HA12

Tableau .VI.18. Ferraillage du poteau central


VI.2.2.c. Recommandation du RPA99version 2003:
c.1. Armatures longitudinales (RPA.art 7.4.2.1)
Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence, droites et sans crochets
Le pourcentage minimal sera de: 0.8% de la section en (zone IIa).

Structure R+5
Poteau RDC Amin = 0.0083030
=7,20 cm²
Poteau EC Amin = 0.0083030
=7,20cm²

Tableau .IV.19. Pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur des poteaux

Le pourcentage maximal sera de: 4% de la section en zone courante.


6% de la section en zone de recouvrement.

Structure R+5
En zone courante Amax= 0.043030
Poteau = 36cm²
RDC En zone de Amax=0.063030
recouvrement = 54cm²
En zone courante Amax= 0.043030
Poteau = 36 cm²
EC En zone de Amax=0.063030
recouvrement = 54 cm²

Tableau .VI.20. Pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur des poteau

PROMOTION MASTER 2016 91


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

Le diamètre minimal est de 12

La longueur de recouvrement minimal est de L R 40l (zone IIa).

La distance entre les barres verticales dans une face du poteau ne doit pas dépasser:

L25cm(zone IIa).
La zone nodale est constituée par le nœud poutre-poteaux proprement dit et les extrémités
d des barres qui y concourent

c.2. Armatures transversales (RPA, art 7.4.2.2):

Les armatures transversales des poteaux sont calculées à l'aide de la formule:


At  aV
. u

St h.fe
Vu : est l'effort tranchant de calcul.
h: Hauteur totale de la section brute.
fe :Contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale.
a :est un coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la rupture par effort tranchant :
a2.5g 5
a3.75g 5
g :L’élancement géométrique du poteau.
lf lf
g  Ou g 
h b

lf :Longueur de flambement des poteaux.


St : est l'espacement des armatures transversales.


S tlmin 10 min,15cm  En zone nodale.
S tl15 min En zone courante.
 lmin : est le diamètre minimal des armatures longitudinales du poteau.
At
La quantité d’armatures transversales minimale est donnée comme suite:
b.St
g 5A min 0.3%
g 3A min 0.8%

PROMOTION MASTER 2016 92


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

3 g 5Interpolation entre les valeurs limites du poteau.



Les cadres et les étriers doivent ménager des cheminées verticales en nombre et diamètre
suffisants pour permettre une vibration correcte du béton sur toute la hauteur des poteaux.

Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135°ayant une longueur droite de

10 min.
Les armatures transversales sont disposées de manière à empocher tout mouvement des aciers
longitudinaux vers les parois du poteau, leur but essentiel:
Reprendre les efforts tranchant sollicitant les poteaux aux cisaillements.

Empêcher le déplacement transversal du béton.

1. Diamètre des aciers :

𝑚𝑎𝑥 16
𝑡 ≥ 𝑙
→ 𝑡 ≥ = 5,34 𝑐𝑚
3 3

𝑡 = 5,34 𝑐𝑚

2. Espacement des armatures transversales :

En zone nodale :

𝑆𝑡 ≤ 𝑚𝑖𝑛{10𝑚𝑖𝑛
𝑙
|15𝑐𝑚} = {10 × 1,2 = 12𝑐𝑚|15𝑐𝑚}

𝑆𝑡 =10cm

En zone courante :

𝑆𝑡 ≤ 15𝑚𝑖𝑛
𝑙
= 15 × 1,2 = 18𝑐𝑚

𝑆𝑡 = 15𝑐𝑚

3. Longueur de recouvrement :

𝐿𝑅 = 40𝑡 = 40 × 1,2 = 48𝑐𝑚

4.Vérification de la qualité des armatures :

Pour le cas le plus défavorable:

𝑙𝑓 = 0,7 × 3,1 = 2,17𝑚

PROMOTION MASTER 2016 93


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

𝑙𝑓 2,17
ƛ𝑔 = = = 7,23 > 5 → 𝜌𝑎 = 2,5
𝑏 0,3

En zone nodale :

𝜌𝑎 .𝑉𝑢 𝑆𝑡 2,5×10×32,67×10³
𝐴𝑡 = = = 0,68 𝑐𝑚².
ℎ.𝑓𝑒 30×400

En zone courante :

𝜌𝑎 .𝑉𝑢 𝑆𝑡 2,5×15×32,67×10³
𝐴𝑡 = = = 𝟏, 𝟎𝟐 𝐜𝐦²
ℎ.𝑓𝑒 30×400

5. Le diamètre des armatures transversales

𝐭 = 𝟖𝐦𝐦 𝐬𝐨𝐢𝐭: 𝟒𝟔 = 𝟐, 𝟎𝟏𝟐𝐜𝐦

En zone nodale :

𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,003. 𝑏. 𝑆𝑡 = 0,003 × 30 × 10 = 0,9 𝑐𝑚²

𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,9 𝑐𝑚² < 2,012𝑐𝑚²

En zone courante :

𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,003. 𝑏. 𝑆𝑡 = 0,003 × 30 × 15 = 1,35 𝑐𝑚²

𝐴𝑚𝑖𝑛 = 1,35𝑐𝑚² < 2,012 𝑐𝑚²

6.Vérification de l’effort tranchant :


Fissuration peu-préjudiciable :
𝑉𝑢 32,67 × 10³
𝜏𝑏 = = = 0,40 𝑀𝑃𝑎 ≤ 𝜏𝑏𝑢 = 𝜌𝑏 . 𝑓𝑐28 = 3,33𝑀𝑃𝑎
𝑏. 𝑑 30 × 27

PROMOTION MASTER 2016 94


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

0.3 0.3
3.
0.3
0.3
3.

2.9m
m

.
.

figure. VI.2. Schéma du ferraillage de poteau

VI.3. Calcul des voiles:

VI.3.1. Introduction:

Le voile est un élément structural de contreventement soumis à des forces verticales et des forces
horizontales. Donc le ferraillage des voiles consiste à déterminer les armatures en flexion composée
selon les règlements RPA 99.
Les voiles de notre structure sont sollicités par:
Un effort normal dû aux charges verticales (G et Q) et au séisme.
Un moment de flexion dû au séisme
Un effort dû au séism

PROMOTION MASTER 2016 95


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

VI.3.2. Méthode de calcul:

VI.3.2.a. Calcul classique :


Pour un effort normal N et un moment M ,on effectue un calcul de béton armé en flexion
composée «ELU» avec un diagramme parabole-rectangle ou rectangulaire simplifié dans le cas d’un
section partiellement tendue.
On remplacera la contrainte  bu 0.85fc28  b par ba suivant le cas du béton armé ou du
béton non armé.
Si la section est suffisante avec  ba, on augmentera les dimensions du voile. On est conduit à
des calculs longs et l’on peut observer que cela suppose que les hypothèses de calcul des poutres
soient vérifiées, ce qui n‘est pas exactement le cas pour du voile

VI.3.2.b. Méthode simplifiée :

On admet de faire les calculs des contraintes en supposant un diagramme linéaire.


On définit un voile par sa section «A»,son moment d’inertie «I» par rapport à son centre de gravité
«G»,il est soumis à un effort normal ultime« N» et à moment ultime« M»,ce dernier pouvant être due à
un excentrement des charges verticales ou à des forces horizontales (vent, séisme)

Ae.L , e.L3 L
I Y Y̋
12 2
A : section
I : moment d’inertie
L
c'
La distance du noyau central par rapport au centre de gravité est: c 4

c c’

G
e
y y’

Figure VI. La distance du noyau central

PROMOTION MASTER 2016 96


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

 Etudes des sections en flexion composée:

Une section peut être:


Entièrement tendue (S.E.T)
Entièrement comprimée (S.E.C)
Partiellement tendue (comprimée) (S.P.T), (S.P.C).

VI.3.3. Calcul des armatures:


VI.3.3.a. Armatures verticales:

Exemple de calcul :

Section Combinaison V N M2

voile1 (xx) G+Q+1.2E 612.88 2253.357 984.055

Voile2 (yy) G+Q+1.2E 571.905 3627.37


988.726

1. Caractéristiques géométriques:

L1.00m,
A0.1
l
I0.0125 Y 
2
2. Contrainte du niveau
𝑁 𝑀 𝑁 𝑀
𝜎1 = + 𝑦̕ 𝜎2 = + 𝑦
𝐴 𝐼 𝐴 𝐼

NKN, M984.055KN

m².

-11854.9KN/m².

PROMOTION MASTER 2016 97


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

 Dans se cas section partiellement tendue.

On constate que les contraintes résultantes sont de signe différent, donc la section est
partiellement comprimée et on va évaluer la longueur de la zone tendue à partir des
triangles semblables
Lt = ___L___ = 1.5m
1+ 
 

σ2 ’

d=0.7m Lt=1.5m

d ≤min (he/2, 2l’/3).


Avec : Lt' : étant la largeur de la zone comprimée.
he: étant la hauteur entre nue de planchers du trumeau (voile) considéré.
Dans le calcul du ferraillage, on utilise la méthode des contraintes pour déterminer les
armatures verticales.
Le ferraillage sera fait pour la moitié du voile à cause de la symétrie.

’2= Lt-d) =  =6322.61 KN/m²


Lt 1.5

σeq1 = σ2+’= 9088.76KN/m²


2

σeq2 = σ’2+ 0= 3061.30KN/m²


2

9088.76 KN/m² 3161.30 KN/m²

3. Effort de traction:

T1= σeq1 .e. d = 9088.76x 0.15x 0.7 = 954.32 KN


 T2= σeq2 .e. (Lt–d) = 3161.30x 0.15x 0.8 = 379.35KN

PROMOTION MASTER 2016 98


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

4. Section d’armature:

Ass1³ 23.86cm2
fe s 400 1

Ass2³ 9.48cm2
fe s 400 1
a. Section minimale d’armature S.E.T:

Selon l’ RPA 99 version 2003 : La section minimale d’armature E.T. est :

Asmin= 0.2%.e.Lt
Asmin = 0.002151.5= 5.63 cm²

As1 =9.48cm² en zone courante.

As2cm² en zone d’about

b.Section minimale d’armature S.E.C:

Selon le RPA 99 version 2003 :Le pourcentage minimum d'armatures verticales et horizontales
des trumeaux, est donné comme suit :
-Globalement dans la section du voile 0,15 % :

Asmin0.15%.e.Lt0.0015151cm²
-En zone d’about 0.10 % :
As min0.1%eL0.001 15cm 2

6. L’espacement des barres:
D’après le RPA : L'espacement des barres horizontales et verticales doit être inférieur à la plus
petite des deux valeurs suivantes:

S t min1.5e22.5cm, 30cm22.5cm

On prend : St 15 cm pour la zone courante.

PROMOTION MASTER 2016 99


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

e 150
St  15cm
10 10
On prend : St =10 cm pour la zone d’about.

7.Choix des barres:


Partie tendue:

Zone d’about:14HA16, St= 10cm.


Zone courant: 14HA10,St = 15cm.
Partie comprimée:

Zone d’ about : 5HA10, St= 10cm.


Zone courant: 5HA10,St = 15cm.

VI.3.3.b.Ferraillage horizontal à l’effort tranchant :

1.Vérification des voiles à l’effort tranchant

La vérification de la résistance des voiles au cisaillement se fait avec la valeur de l’effort


tranchant trouvé à la base du voile majoré de 40% (Art 7.2.2 RPA 99/version2003).
-La contrainte de cisaillement est : τu=1.4 Tcal/b0d. Avec: T : effort tranchant à la base du voile.
b0: épaisseur du voile.
d: hauteur utile.
h: hauteur totale de la section brute. la
contrainte limite est : 𝜏̅= 0.2fc28.
Il faut vérifier la condition suivante : τu ≤ 𝜏̅

2.Calcul des armatures horizontales résistant à l’effort tranchant:

La section At des armatures d’âmes est donnée par la relation suivante :

At/b0 St ≥( u− 0.3ft K)/0.9fe(sin+cos)

K= 0 en cas de fissuration très préjudiciable ;En cas de bétonnage non muni d’indentation sa la surface
de reprise.

D’autre part le RPA/version 2003 prévoit un pourcentage minimum de ferraillage qui est de l‘ordre de :

PROMOTION MASTER 2016 100


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

0.15 % de la section du voile considérée si :τb≤0.025 fc28


0.25 % de la section de voile considérée si :τb>0.025 fc28.

  Contraintes limites de cisaillement:

Les contraintes de cisaillement dans chaque voile sont données par la formule:
__ V
u Avec: d0.9H...................(BAEL 91).
b 0.d
b 0 : Épaisseur du voile (b0 e15cm)

V612.88KN
V 612.8810³

u u  1.44MPa.
b0.d 1500.910

VI.3.3.c. Armatures horizontales:


La section d’armature horizontale nécessaire pour équilibrer l’effort tranchant et donnée par le
règlement BAEL91:

AH  u 0

b0.St fe
0.9 (sin cos )
s
0 0.3ftj.k
ftj minft28,3.3MPa2.1MPa
k0 (En cas de reprise de bétonnage de niveau à un autre).
0 0.32.100
900 (Armature droite).
St .b0. u
A 
H
0.9 fe s
D’après le RPA:
Les pacement : St 30cm
On prend : St 15cm
s1 (Sollicitations par des combinaisons accidentelles)

150×150×1.44
AS = = 0.9 cm 2
0.9×400

PROMOTION MASTER 2016 101


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

D’après le BEAL91 : AH=v5.97cm 2


4
4
D’après le RPA 2003 : A 0.15%B0.00150.156.75cm2
H

On adopte: 10HA10=7.85cm² (pour 1ml) (2nappes).

VI.3.3.d. Vérification des contraintes limites aux cisaillements:


D’après le BAEL91:
0,2𝑓𝑐28 0,2.25
𝜏̅ = 𝑚𝑖𝑛 { , 5𝑀𝑃𝑎} = 𝑚𝑖𝑛 { , 5𝑀𝑃𝑎} = 3,33𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑐 1,5
_
 u : doit être inférieur à 
u1.44MPa< 3.33MPa.....................CV
..
D’après le RPA 99 version 2003:
1.4V

b  bfc28 =5MPa
b0.d
b =1.4x612.88x10³ = 02.02< 5MPa…………………CV.
150x0.9x3x10³
Les résultats de calculs pour les autres voiles sont présentés dans les tableaux suivants:

Structure R+5
N M L e I A Y Lt   T T
(m) (m) (m) (KN)
Section (KN) (KN .m) (m) 4
(m )
2
(m )
(KN/m²) (KN/m²) (KN)
V1 984.055 2253.357 2.50 0.15 0.195 0.38 1.25 1.5 17034.2 -11854.9 954.32 379.35
V2 988.72 3627.37 2.50 0.15 0.195 0.375 1.25 1.5 18295.8 -13901 1275.62 496.75

Tableau (5.21) : contraintes des voiles

VI.3.4 .Ferraillage
VI.3.4.1. Armatures verticales :

PROMOTION MASTER 2016 102


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

Structure R+5
Section A s1 A s2 Asmin Asmin Asmin As adopté As adopté As adopté As adopté
2 S.E.T S.E.C S.E.C courante d'about courante d'about
(cm ) 2
(cm ) cour(cm²) d'abou(cm²)
2
S.E.T(cm )
2
S.E.T (cm ) S.E.C (cm)
2 2
S.E.C (cm )
(cm²)
V1 23.86 9.48 4.5 2.25 1.5 14HA16 14HA10 14HA16 14HA10
V2 9.60 3.20 5.1 2.93 1.95 16HA16 12HA12 16HA16 12HA12
Tableau (5.22) : ferraillage des voiles

VI.3.4.2. Armatures horizontales et Vérification:

R+5
Voile d(m) V(KN)  u  u <𝝉̅  b  b<̅𝝉̅̅𝒃̅ A hcal A min A H adopté
(2nappe)/ml
(MPa) (cm²) (cm²)
V1 0.28 517.90 1.44 C.V 2.02 C.V 5.97 7.09 10HA10=7.85 cm²
V2 0.28 612.88 1.35 C.V 1.89 C.V 7.97 7.09 10HA10=7.85 cm²

Tableau (5.24) : armatures horizontales

VI.3.5. Recommandation du RPA99 version2003:

VI.3.5.1. Armatures verticales:


Ces armatures sont disposée on deux nappes parallèles aussi faces du refend et servent à
reprendre les contraintes de flexion, elles seront calculée en flexion composée (Bernoulli).Elles sont
placées symétriquement suivant la longueur du voile en raison de deux sens opposées probables du
moment de flexion due au séisme.
 Le pourcentage minimum des armatures verticales sur toute la zone tendue est de 0.20% (partie
tendue sous l’action des forces verticales et horizontales),l’effort de traction doit être prix en
totalité par les armatures.
Les barres verticales des zones extrêmes devraient être ligaturées avec des cadres horizontaux
dont l'espacement ne doit pas être supérieur à l'épaisseur du voile
(St e).

Les barres verticales du dernier niveau doivent être munies de crochets à la partie supérieure.
Toutes les autres barres n'ont pas de crochets (jonction par recouvrement).
Les aciers de traction peuvent être concentrés à l’extrémité du voile.

PROMOTION MASTER 2016 103


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

A chaque extrémité du voile, l’espacement des barres doit être réduit de moitié sur 1/10 de la
largeur du voile. Cet espacement doit être au plus égale à 15cm.
VI.3.5.2. Armatures horizontaux:
Les barres horizontales doivent être munies de crochets à135° ayant une longueur de 10 .
Dans le cas où il existe des talons de rigidité ,les barres horizontales devront être ancrées sans
crochets si les dimensions des talons permettent la réalisation d'un ancrage droit

VI.3.5.3.Règles communes:
 Le pourcentage minimum d'armatures verticales et horizontales des trumeaux , est donné
comme suit :
Globalement dans la section du voile 0,15 %
En zone d’about 0,10 %
 L'espacement des barres horizontales et verticales doit être inférieur à la plus petite des deux
valeurs suivantes :St min1.5e,30cm
Les deux nappes d'armatures doivent être reliées avec au moins 4 épingles au mètre carré.
 Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles ne devrait pas dépasser 1/10 de
l'épaisseur du voile.
Les longueurs de recouvrement doivent être égales à:
 40: pour les barres situées dans les zones où le renversement du signe des efforts est
possible
 20:pour les barres situées dans les zones comprimées sous l'action de toutes les
combinaisons possibles de charges.
 Le long des joints de reprise de coulage, l'effort tranchant doit être pris par les aciers de
couture dont la section doit être calculée avec la formule:
V
Avj 1.1
fe
Cette quantité doit s'ajouter à la section d'aciers tendus nécessaires pour équilibrer les efforts
de traction dus aux moments de renversement

PROMOTION MASTER 2016 104


Chapitre VI Ferraillage Des Eléments Structuraux

Figure(5.3): ferraillage de voile

PROMOTION MASTER 2016 105


CHAPITRE VII :
ETUDE DE LINFRASTRUCTURE

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

Etude de l’infrastructure
XII-1-Généralités :

Une fondation est par définition, un organe de transmission des charges de la


superstructure au sol, Elle ne peut être calculée que si l’on connaît la superstructure, d’une
part et les caractéristiques du sol d’autre part.
Le dimensionnent de la fondation doit être compatible avec la capacité portante
admissible du sol.

XII-2-Reconnaissance des lieux et du sol:

Pour projeter correctement une fondation , Il est nécessaire d’avoir une bonne
connaissance de l’état des lieux , au voisinage de la construction à édifier , mais il est surtout
indispensable d’avoir des renseignements aussi précis que possible sur les caractéristiques
géotechnique des différentes couches qui constituent le terrain .
Dans notre cas on doit justifier le type de fondation correspondante à s = 2 bars .
.
XII-3-Choix du Type de fondation :

Nous proposons en premier lieu des semelles filantes pour cela, semelles isolées sous
poteaux et semelles filantes sous voile., nous allons procéder a une petite vérification tell que :
La surface des semelles doit être inferieure a 50% de la surface totale du bâtiment (Ss / Sb <
50 %).
La surface de la semelle est donnée par : Ss ≥
Avec : N = NG + NQ
Les surfaces des semelles et les charges appropriées sont représentées sur le tableau suivant :

L’état N(t) σ(t/m2) S(m2)

ELS 1192.39 20 59.61

Surface totale des semelles = 59.61 m2 (N/σ): (Ss).


Surface total du bâtiment = 170.56m2 (Sb).
XII.3.1 Vérification:
Ss / Sb = 59.61 / 170.56= 0.35
Ss / Sb = 35 % < 50 %
Alors on déduit que la surface totale des semelles ne dépasse pas 50 % de la surface d'emprise
du bâtiment. Ceci qui nous amène a envisagé deux types de semelles, semelles isolées sous
poteaux et semelles filantes sous voile.

Promotion master 2016 106


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

XII-4-Dimensionnement et calcul des semelles :

Généralités
Les dimensions des semelles sont déterminées en fonction des conditions ci-dessous
 Limitation des contraintes du sol et des tassements différentiels sous semelles.
 Transmission correcte des efforts par bielles obliques de compression du béton.
 Bon enrobage des armatures.
 Non poinçonnement

XII-4-1-Dimensionnement des semelles isolées :


Les fondations superficielles (isolée) sont dimensionnées selon les combinaisons d’actions
G+Q
Nous supposons les semelles rectangulaires, donc A =
d : Profondeur d’encrage :1.60m

ELS: Nser=638.07KN
Mser=1.4134KN.m
M 1.4134
e0 =  = 0.0022m.
N 638.076
N
σsol ≥ ser …………………….(1)
AB
A a
 ……………………….(2)
B b
B.a
(2)  A =
b
N ser N ser N .b
(1)  B ≥ B  B  ser
A. sol a a. sol
. sol
b
N ser .b 638.07  10³  0,30
B B  B  1.78 m
a. sol 0.3  2.10 5
 B= 2,0m
 A=0.75B= 0.75×2.0 = 1.65 = 1,50m
On opte une semelle rectangulaire de dimension (2.0 , 1.5) m2.
Avec : S : Surface de la semelle
A : Longueur de la semelle
B : Largeur de la semelle
S =A x B

Promotion master 2016 107


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

Calcul de la hauteur libre h:


h doit être supérieur a 6 + 6 cm
: Diamètre de la plus grosse barre utilisée dans la semelle
 = 12cm h > 13.2 cm
On adopt h1= 20cm
h est détermine a partir de la relation suivante :
 Aa B b
d  max  , 
 4 4 
h  d  5cm
h = 42.5 + 5 = 47.5cm

XII-4-2-Vérifications:
Vérification des contraintes dans le sol : (Selon la combinaison G+Q+E)
σ ≤ σ sol
N  3e0 
1     sol
AB  B 
1192.39.10³  3.0,004  10 3 
1    0.28bar
2000  1500  2.0 
 0.28bars ≤ 2bar ……………………….CV.

Sous combinaison (1,35G+1,5Q):


Pu = 1323 KN.
Mu = 11.24 KN.m
σsol = 2bar = 2.105.N/m2.
b 11.245
 e0  0,066   0,008m  Diagramme trapezoidal.
6 1323
0,30
e0 
b
 0,004m ≤  0,05m…………………CV.
6 6
Condition de stabilité « non soulèvement » :
0.8G+E: Nser= 868.36KN
Mser= 8.23KN.m

e0 =M/N = 8.23/868.36 = 0.094


- Selon BAEL91 on a que :
e0 ≤ B/6 B > 6 e0 = 0.144
- Selon RPA 99 on a que :
D'après le RPA 99version 2003 - art10.1.5 – page 81 on a :

Promotion master 2016 108


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

M B
e  0.0022m   0.5 ………vérifiée
N 4
XII-4-3-Ferraillage principale :
da = 0.425m da = 0.45m
db A-a = 1.5 – 0.3 = 1.2m db = 1.2m

Aa = 20.10cm2
On adopte Aa = 10T16 = 20.11cm2

Ab = 3.80cm2
On adopte Aa = 4T12 = 4.52cm2

XII-4-4-Calcul l’espacement de cadres :


S min(20cm,15Φ)= min(20cm,21cm)
Donc on prend: St=20cm

30cm

4T12
10T16

15 cm

200cm
XII.4.2. Calcul des semelles filantes sous voiles *

Promotion master 2016 109


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

XII.4 .2.1. Hypothèse de calcul :


Une semelle infiniment rigide engendre une répartition linéaire de contrainte sur le sol.
Les réactions du sol sont distribuées suivant une droite ou une surface plane telle que leur
centre de gravité coïncide avec le point d’application de la résultante des charges agissantes
sur la semelle.
XII.4.2.1 Calcul de la charge de la semelle :

2.00 4.40 3.60 3.90

combinaison N(KN) Xi(m) Mi(KN.m) Ni Xi

P1 l’ELS 55.90 0 6.534 0


R+5 P2 l’ELS 343.17 2 1.773 686.34
V l’ELS 158.92 4.4 0,0522 699.24
P3 l’ELS 306.69 3.6 1.532 1104.08
P4 l’ELS 76.66 3.9 8.031 298.97
Ʃ R=941.34 13.90 MR=17.91 2788.63

Promotion master 2016 110


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

-1-Dimensionnement :
M ser 17.91
e0  =  0.019 m
N ser 941.31
on a :
R
q   B.L  R/q ad
ad B.L
R
B 
q ad .L
L : longueur total de la semelle ( sous voile )
R :la résultant des efforts normaux
donc : B ≥ 1.92 m
Prenons : B =2.00m

A = 0.75B ; A= 1.5m

XII.4.2.3-Détermination de la hauteur utile d et la haut

Donc on adopte d=0,5m


La hauteur de la semelle h=d+0,05 .

XII.4.2.4. La position de la force résultante :

XII.4.2.5. Excentricités :

XII.4.2.6. Calcul la contraintes : D’âpres BAEL

Promotion master 2016 111


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

XII.4.2.7. Vérifications de la contrainte : D’âpre RPA V99

XII.4.2.8. Calcul du ferraillage :


Nous choisissons G+Q+E par ce qu’il nous donne les sollicitations max

combinaison N(KN) Xi(m) Mi(KN.m) Ni Xi

P4 ELU 104.34 2.96 -5.12 384.84


P3 ELU 151.395 2.96 2.07 448.11
R+5 V1 ELU 216.47 2,96 3.03 604.75
P2 ELU 147.52 2.96 -1.13 436.65
P1 ELU 75.83 2.96 8.77 224.45

Ʃ 695.55 13.9 7.62 9668.14

Promotion master 2016 112


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

XII.4.2.9. La position de la force résultante :

XII.4.2.10. Calcul la contraintes :

XII.4.2.11. Calcul des moments MAX :

D’après la méthode des trois moments les moments max dons l’appui et la travée sont :

M B (m) d (mm) (cale) (adopt) Choix des


(KN .m) barres

35,95 0,3 360 0,106 0,14 0,44 5,6 6,786 6HA12


R+5
282,19 0,3 360 0,134 0,18 0,132 14,8 16,088 8HA16

Tableau (6.1) : ferraillage des semelles filantes structure ‘R+5’.

Promotion master 2016 113


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

XII.4.2.12. Calcul des armatures transversales :


D’après BAEL :

Donc on adopte 10T12

XII.4.2.13. Armatures de répartition :

Donc on adopte : 6T12

Espacement :
On prend

XII.4.2.14. Vérification à EIS G+Q+E :


Condition de non fragilité :

6,79

Vérification de la contrainte tangentielle :

Vérifications de la stabilité au renversement :

Promotion master 2016 114


Chapitre XII : Etude de l’infrastructure

XII.5. Disposition des armatures dans la fondation :

Semelle filantes sous voile

Promotion master 2016 115


CONCLUSION :

2016
PROMOTION MASTAIRE 2016
Para sismique
Conclusion Générale

• La réalisation de cette étude nous a permet de concrétiser


l’apprentissage théorique du cycle de formation de
l’ingénieur et surtout d’apprendre les différentes techniques
de calcul, les concepts et les règlements régissant le domaine
étudie.
• Notons qu’enfin ce projet qui constitue pour nous une
première expérience,
Nous a été très bénéfique que ce soit dans l’aspect scientifique
et technique ou dans l’aspect informatique puisque l’utilisation
des outils informatiques (SAP, AutoCAD) reste une étape
très importante qui demande des connaissances de certaines
notions de base des sciences de l’ingénieur.
Liste de symbole

Liste de symbole
 A : Coefficient d’accélération de zone Coefficient numérique en fonction de frottement.
 As : Aire d’une section d’acier.
 At. : Section d’armatures transversales
 B : Aire d’une section de béton.
 ø : Diamètre des armatures, mode propre.
 : Angle de frottement.
 C : Cohésion.
 q : Capacité portante admissible.
 Q : Charge d’exploitation.
 c : Contrainte de consolidation.
 Cc : Coefficient de compression.
 Cs : Coefficient de sur consolidation.
 Kt : Facteur de terrain.
 Z0 : Paramètre de rugosité.
 Zmin : Hauteur minimale.
 Cr : Coefficient de rugosité.
 Ct : Coefficient de topographie.
 Cd : Coefficient dynamique.
 Ce : Coefficient d’exposition.
 Cpe : Coefficient de pression extérieure.
 Cpi : Coefficient de pression intérieure.
 Cp : Coefficient de pression nette.
 qdyn : Pression dynamique.
 qréf : Pression dynamique de référence.
 qj : Pression dû au vent.
 Ffr : Force de frottement.
 R : Force résultante.
 s : Coefficient de sécurité dans l’acier.
 b: Coefficient de sécurité dans le béton.
 s: Contrainte de traction de l’acier.
 bc : Contrainte de compression du béton.
Liste de symbole

 s: Contrainte de traction admissible de l’acier.


 bc : Contrainte de compression admissible du béton.
 u: Contrainte ultime de cisaillement.
 : Contrainte tangentielle.
 : Coefficient de pondération.
 sol: Contrainte du sol.
 m: Contrainte moyenne.
 G : Charge permanente.
 : Déformation relative.
 V0 : Effort tranchant a la base.
 E.L.U : Etat limite ultime.
 E.L.S : Etat limite service.
 Nser : Effort normal pondéré aux états limites de service.
 Nu : Effort normal pondéré aux états limites ultime.
 Tu : Effort tranchant ultime.
 T : Effort tranchant, Période.
 St : Espacement.
 : Elancement.
 e : Epaisseur, Indice des vides.
 Nq , Nc , N : Facteurs de portance.
 F : Force concentrée.
 f : Flèche.
 f : Flèche admissible.
 D : Fiche d’ancrage.
 L : Longueur ou portée.
 Lf : Longueur de flambement.
 Ip : Indice de plasticité.
 Ic : Indice de consistance.
 W : Teneur en eau, Poids total de la structure.
 Sr : Degré de saturation.
 d: Poids volumique sèche.
 h: Poids volumique humide.
Liste de symbole

 sat: Poids volumique saturé.


 Wsat : Teneur en eau saturé.
 WL : Limite de liquidité.
 Wp : Limite de plasticité.
 d : Hauteur utile.
 Fe : Limite d’élasticité de l’acier.
 Mu : Moment à l’état limite ultime.
 Mser : Moment à l’état limite de service.
 Mt : Moment en travée.
 Ma : Moment sur appuis.
 M0 : Moment en travée d’une poutre reposant sur deux appuis libres,
Moment a la base.
 I : Moment d’inertie.
 fi : Flèche due aux charges instantanées.
 fv : Flèche due aux charges de longue durée.
 Ifi : Moment d’inertie fictif pour les déformations instantanées.
 Ifv : Moment d’inertie fictif pour les déformations différées.
 M : Moment, Masse.
 Eij : Module d’élasticité instantané.
 Evj : Module d’élasticité différé.
 Es : Module d’élasticité de l’acier.
 P : Rayon moyen.
 fc28 : Résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours d’age.
 ft28 : Résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours d’age.
 Fcj : Résistance caractéristique à la compression du béton à j jours d’age.
 K : Coefficient de raideur de sol.
 Sc : Tassement œdométrique.
 Sct: Tassement total.
 Scadm : Tassement admissible.
 : Rapport de l’aire d’acier à l’aire de béton.
 Y,Y1 : Position de l’axe neutre.
 I0 : Moment d’inertie de la section totale homogène
Référence bibliographique

Références

 Charge permanentes et surcharges d'exploitation, Document Technique

Réglementaire, DTR–B.C.2.2

Règles Parasismiques Algériennes RPA99/Version 2003, Document

Technique Réglementaire, DTR–B.C.2.48

 Règles de conception et de calcul des structures en béton armé C.B.A .93,

Document Technique Réglementaire DTR–B.C.2.41.

 Pratique du B.A.E.L.91 et B.A.E.L.99.

 Cours de CBA

Logiciels

 SAP 2000V15

LES SITES

www.afps-seisme.org