Vous êtes sur la page 1sur 50

- - -- - ----- .

- -- - - - - -----
~- ROULE~E~TSAROluL~ 20/15 - RAPPEL: RAPPORT DESVITESSES
Ils supportent un léger défaut d'alignement. D~ ROT~TION.!te deuxrouesde fricti!!1)
Nl et N2 :
20/10 . Sur deux rangées de billes. Type BS vitesses de rotation D1- N1
~Ievé en trs/mn
=
+-+ 01 x N1 02 x N2

~- Faible
~~=~
02 Nl
02- N2

...

1 - ~0/16 -PH~NOM1N~pE lAjiINAG~- - 1

20/11 . Sur deux rangées de rouleaux - Type SO appelé aussi: «roulage»

- -
Trèsélevé
02 - N2
-- ... 01 - Nl

4-. Modéré
--- --- --, 3 2
[ BUT~ES --
Elles supportent uniquement des efforts axiaux.
4
-
20/12 . Butée à billes simple effet Type TA 1 . Arbre moteur.
2 - Bague intérieure

~ 8J
du roulement.
3 - ~Iémentsde roulement.
.I:~: 4 - Bague extérieure du roulement.

20/13. Butée à billes double effet -Type TOC HYPOTHÈSE: cas de l'arbre tournant.

Supposons l'arbre moteur monté avec jeu (J) dans l'alésage

raE:5 r+q 1: Très


de la bague intérieure du roulement. Voir figure ci-dessus.

~ l:td T élevé
.

.~=~
L'arbre (1), en tournant, entraine la bague (2) par
adhérence (Friction)

(voir rappel)
02 Nl
L20L14. MONTAGEDES ROULEME.NTS
. Dl *- 02 N2 *- N1
. Montage . Montage
arbre tournant moyeu tournant . La bague (2) ne tourne pas à la même, vitesse que
l'arbre (1). L'arbre tourne alors dans la bague et, le jeu
La bague intérieure est La bague extérieure est
étant faible, if y a écrouissagedes surfaces e"nvontact.
entraînée en rotation. entrai née en rotation.
. La bague (2) est laminée entre l'arbre (1) et lesélém~),ts
La bague extérieure La bague intérieure
de roulement (3).
est fixe. est fixe.

L 20/17. RÈGJ.E.L..-

1. Pour éviter 'le phénomène de laminage,la bague qui tour-


-
ne (*) doit être montée avecserrage,c'est à dire sans jeu.

---- 2. La bague qui ne tourne pas (*) est montée avec du jeu:
pas de risque de laminage.
(*) par rapport à la direction de la charge.

20/18 - TOL~RANCES DES POnnES :]


Voir Méthode Active - chapitre R 14/02 51
;20/19 - MONIAQig,ARBRETOURNA1JT; APP10ŒI[ A FRAISERLESRAINURE_S
-

LIAISON EN TRANSLATION: L'ensembledes deux bagues est lié en translation -


BAGUES EXTt:RIEURES AVEC MOYEU FIXE. directement (di) ou indirectement (di) - avec le moyeu
fixe, une seule fois dans chaque sens (2 obstacles).

Aucune liaison
CD--@) ~
8 4
r

10

,~ @)-Ci)

LIAISON EN TRANSLATION: Chaque bague est liée en translation - directement (di)


ou indirectement (di) - avec "arbre tournant, dans les deux
BAGUES INTt:RIEURES AVEC ARBRE TO~RNANT
sens (4 obstacles).

...c,
""

d
.,~ - -- -- ~0
~ co
N '&
(Q
'&

...'V

'" Exercice: 1nscrivez sur le dessin ci-dessus les rugosités de surface et les tolérances des portées de roulements.
52. (Charge forte). Consultez: Méthode active, chapitres 56 et R 14/02
" J
20/20- ~.Q!!AGE MI:!.Y.EU
TOURNA..NT:GALETTENDEUR --- - --...

LIAISON EN TRANSLATION: Chaque bague est liée en translation - directement (di)


BAGUES EXTI:RIEURES AVEC MOYEU TOURNANT. ou indirectement (di) - avec le moyeu tournant, dans les
deux sens. (4 obstacles).

di
0--CD--0-0

12

11

Aucune liaison

LIAISON EN TRANSLATION: L'ensemble des deux bagues est lié en translation - direc-
BAGUES INTeRIEURES AVEC ARBRE FIXE. tement (di) ou indirectement (di) - avec "arbre fixe une
seule fois dans chaque sens (2 obstacles).

0
q- 0
'& CI)
~

Exercice: Inscrivez surie dessin ci-dessus les rugosités de surface et les tolérances des portées de roulements.
(Charge modérée), Consultez: Méthode Active, chapitres S 6 et R 14/2. 53
17

L'arbre (2) porte-meule est guidé en rotation par deux rou- Q)Combien d'obstacles sont nécessaires pour assurer la liai-
lements (3) et (4).
son en translation de l'ensemble des deux bagues extérieures
@De quel type de roulement s'agit-il? non tournantes avec le bati (1). Par quelles lettres sont re-
O ,:...................................................... pérés ces obstacles en translation?
0 A-B-'C-D-E-F-G-H
Q)Le montage de ces roulements est-il à «ar~~~n~» (Entourez les lettres qui correspondent à la réponse).
ou à «moyeu tournant» ?
O........................................................................................... (!) La bague extérieure du roulement (3) est-elle liée en "-
translation avec le bâti (1) :
ev En tenant compte de la règle énoncée au chapitre 20/17, D :.: r..: (OUI ou NON)
quelles sont les bagues montées avec serrage?
0 (intérieures ou extérieures). @Ouel élément est repéré (16) et quelle est sa fonction?
O \ ...' ,
œ Chacune de ces bagues doit être liée en translation avec """"""""""""""""""'"
l'arbre tournant, dans les deux sens (4 obstacles). Ces obs-
tacles sont repérés par quelles lettres? @Ouelle est la rugosité de la surface de l'arbre (2) en con-
A-B-C-D-E-F-G-H tact avec les lèvres du joint d'étanchéité?
(Entourez les lettres qui correspondent à la réponse). O , ,(Voir Méthode Active - chapitre DT 37/4

<;t>La bague intérieure du roulement (4) est liée indirecte- @'Inscrivez sur le dessin ci-dessous la rugosité de surface et
ment en translation avec l'arbre (2), à gauche en (G), à la tolérance à attribuer à la portée de roulement située à
droite en (H). Ëtablir sur la relation de contact ci-dessous "extrémité gauche de l'arbre porte-meule (charge modérée).
la suite des contacts entre la bague intérieure et l'arbre (2). Inscrivez également la rugosité de la surface en contact avec
le joint d'étanchéité.

wC}- 0
~
~
(!)Les bagues extérieures sont-elles montées avec leu~ ou
avec serrage? La tolérance de coaxialité des portées de roulement doit
54O .' ',............................ être faible, afin d'éviter une rotation irrégulière de la meule.
MONTAGEDESROULEMENTS ROULEMENTS A AIGUillES
A ROULEAUXCONIQUES

Le montage des rou lements à une rangée de billes à contact


oblique est identique au montage des roulements à rouleaux ---:- -
- 2.o/?5:cARA_CTERIST!JlMËS -~==--
coniques (voir ci-dessous). Ils supportent de fortes charges radiales avec chocs.
1 -~ Ils permettent de réaliser des paliers peu encombrants.
12.0/22- MONTAGEARBRETOURNANT:
MONTAGEDIRECT-MONTAGEen «X »
" --- --
- 1

2OL26
-DIFFERENTS
TYPES-- -===-- -
Les bagues intérieUres tournantes sont montées serrées. 0 CAGE A AIGUILLES D DOUILLE
Le réglage s'effectue sur une bague extérieure (non tournante). Les aiguilles sont en con- A AIGUILLES
tact direct avec l'arbre et La cage en tôle est montée
le moyeu. serrée dans le moyeu.
Les aiguilles sont en con-
tact direct avec l'arbre.

~~
CI.J: ---
Les surfaces de roulement doivent avoir une dureté très
élevée et une faible rugosité (Ra maxi = 0,4).
Fixe 0 ROULEMENTSA AIGUILLES
D Liaison en translation des un obstacle en (A)
bagues intérieuresavecl'arbre (1) : [un obstacle en (B) Schéma Schéma

r::tJ~ r=1J=-t
0 Liaisonen translation des bagues un obstacle en (C)
extérieures avec le moyeu (2) : [réglagle en (0)

Avecbaguelisse Sansbaguelisse
i 2.0/23. !ONTAGE INDIRECT - MONTAG! EN « O.!!...
MONTAGEARBRETOURNANT:
Lorsque les efforts supportés par les roulements s'exercent 2.0/27:.TOLeRANCESDi MONT~gL-
principalement suivant l'axe et que les roulements sont éloi-
gnés (lesefforts radiaux étant faibles), il est possible de mon- Les tolérances de montage des roulements à aiguilles sont
ter lesroulements comme s'il s'agissaitd'un montage «moyeu identiques à celles des roulements à rouleaux cylindriques
-
tournant» (montage indirect montage en «0») - Voir ci- Voir Méthode Active - chapitreR 14/2.
dessous.
Le réglages'effectue alors:
2.0728- FONCTIONNEMENT .-- ~
- soit SUl':la bague intérieure tournante ajustée alors avec Exemple: cas de l'arbretournant
un faible jeu (tolérance sur l'arbre: h5), Coind'huile
En marche normale, dans la zo-
- soit sur une bague extérieure non tournante, du côté (A) ne des contacts (aiguilles/arbre)
ou (B). se forme un coin d'huile qui
2Q/24. MONTAGEMOYEUTOURNANT: crée un film d'huile; les aiguil-
MONTAGEINDIRECT. MONTAGE~-EN« 0 Il les cessent alors de tourner et
l'arbre glisse sur le film d'huile
Les bagues extérieures tournantes sont montées serrées. formé.
Le réglage s'effectue sur une bague intérieure (non tournante).
2.0/29-~XEMPLE D'UN MONTAGE
AVEC UN ROULEMENTA AIG.UILLES

181Liaison-.en translation des bagues ùn obstacle en (A) .


extérieures avec le moyeu (2) : [un obstacle en (B)
(KILiaison en translation des bagues Un obstacle en (C)

intérieures avec l'arbre (1) : [ un réglage en (0) Contre-pointe mobile d'un tour FAG 55
t;

La roue (3) d'un réducteur est clavetée sur l'arbre (2) (DSachant qu'il s'agit d'un montage «arbre tournant» , quelles
guidé en rotation par deux roulements (5) et (6). sont les bagues montées avec serrage?
GJ De quel type de roulement s'agit-il? (intérieures ou extérieures) ..................................................
O ' ;............. (VOuelie tolérance allez-vous donner aux portées qui vont
,
@Le montage de ces r~ulements est-il à : recevoir ces bagues?
«arbre tournant» ou «moyeu tournant» ? O..........................................................................................
O......................................................................................... @Ouelle tolérance allez.vous donner aux portées qui rece-
0 Ce montage est-il un montage direct (en «X») ou un vront les autres bagues?
montage indirect (en «0») ? / O , :.. ............................
O..........................................................................................
@ Inscrivez sur le dessin ci-dessous les rugosités de surface
Comparez le dessin du montage ci-dessus au schéma du et lestolérances des portées du roulement gauche.
du chapitre 20/22.
., (charge faible).
~Ouelle pièce assure l'obstacle en (C) ? ';;.b..!..............
@Comment est effectué le réglageen (D) ?
O.........................................................................................
........
(VPourquOi retrouve-t-on un réglage é~alement en (C) ?
Il Pensez au bon fonctionnement du couple des pignons
coniques.
"" . '
0...,(,. ':""""';"i"""""""""
;>" l ,s"./../ 2
.: ï"""""
r /)", r,l,..., .r. , . oF" p J
.
h ' ... "';"""
r /"VA'
""
"
L
- ~.oI...;,...
'
"';,...""\.""""" .1..,"'"""w",.,..,. ." ~.:w;
l 'J f" '0')'1 (/1)
. '~'V n.rr.ç.

(!) En (A) et en (8) les liaisons avec l'arl5re sont-elles direc-


tes (di) ou indirectes(d!) ?
O \
,.................................................................................
56
Ensemble Flasquesupportant
~Oh3!1...MgN;r,ÀGE.tl'UN~ROUEDE
REMOREIUEgU~AR~VANE Moyeu/tambourdefrein lessegments
defrein

Essieu
fixe

3 l§... 1

, La jante d'une roue est fixée sur un ensemble moyeu/tam- (DSachant qu'il s'agit d'un montage «moyeu'touJnant»,
bour de frein (2). Cet ensemble est guidé en rotation autour quelles sont les bagues montées avec serrage?
1 .
de la fusée de l'essieu (1) avec deux roulements (3) et (4). (intérieures ou extérieures) ::.........................................
~D De quel type de, roulemen~ s'agit-il?
C................................................................................
@Ouellè tolérance allez-vousdonner aux portées qui rece-
vront ces bagues?
~ Le montage de ces roulements est-il à : O ::.......................................................................
«arbre tournant» ou à «moyeu tournant» ? @ Les autres bagues sont-elles montées avec jeu ou avec
O : .................................................................. serrage?
~ Le montage est-il un montage direct (en «X») ou un mon- O '....................................................................
tage indirect (en «0») ? @Ouelle tolérance allez-vous donner aux portées qui rece-
o.......................................................................................... vront ces bagues montées avec du jeu?
<iDComment appelle-t-on l'écrou repéré (6) ? O..........................................................................................
1
0 """""""""""'"
~Inscrivez sur le dessin ci-dessous les rugosités de surface
~ Cet écrou a-t-il besoin d'être serré énergiquement au et la tolérance que vous attribueriez à la portée de rou-
montage? lement située à l'extrémité gauche de la fusée d'essieu.
(oui ou non) ~'..;.................................................................... (charge forte).
~ Pourquoi? """""""""""""""""""""""""""""""""""

00uelle est la fonction de la rondelle (7), ?


O : ,.....

.-- il
tID\ f.


1.0
~Si vous aviez à dhoisir une N
~
rondelle-frein,entre lesde~xron-
delles ci-contre, laquelle choisi-
riez-vouset pourquoi?
(A) ou (S)' " :' , Remarque:
Pour effectuer le graissage correct des deux roulements, notamment
""""""""""""""""""""""""""""""""""'".......................
du roulement (4), il est nécessaire de démonter entièrement le moyeu. 57
20/32 - MONTAGEETD~MONTAGE A/4 - MONTAGE UTILISANT LE CHAUFFAGE
'--- - DES ROULEMENTS
------ La mise en place des bagues montées serrées sur un
~--- arbre peut être obtenue en les chauffant préalablement
A - MONTAGEDESBAGUES -- - - Utilisation de la dilatation des bagues -.
Généralement, les roulements ou les bagues sont
Règlesgénérales: chauffés dans un bain d'huile. Cette méthode garantit
1. Appliquer la force de montage sur la bague à une température uniforme des roulements comprise
monter.
entre 80 et 100 0 C ; température facileà contrôler avec
2. Utiliser une presse hydraulique, à la rigueur emman- un thermomètre.
cher le roulement sur l'arbre avec de légers coups FA&
de marteau; utiliser alors un tube en métal doux.
3. Ne jamais frapper directement sur les bagues avec
un marteau. Les bagues sont trempées et sont
sensibles aux chocs.

A/1 - MONTAGE DES ROULEMENTS A BillES


(ROULEMENTS NON DÉMONTABLES)

Surveiller la température qui ne doit jamais dépasser


120 oC. Au-dessus de cette limite, on risque de modi- 1
La bague intérieure du roule- Le roulement doit .être monté fier la structure des bagues, ce qui entraîne une dimi- 1
ment doit être montée serrée simultanément sur J'arbre et nution de la dureté.
sur l'arbre: utiliser une douille dans le logement: utiliser une
de montage qui appuie seu-
lement sur la bague intérieure. .
rondelle qui appuie sur les
deux bagues. --
B - D~MONTAGEDESBAGUES .---
---
Apporter beaucoup de soin au démontage des bagues.
S'accrocher toujours sur la bague à arracher.
A LA PRESSE AVEC UN EXTRACTEUR

A/2 - MONTAGE DES BAGUES DES ROULE-


MENTS A ROULEAUX ET DES Rts A
AIGUILLES
(ROULEMENTSDÉMONTABLES)

Les deux bagues sont montées séparément.

Lors de l'étude du palier, envisager le démontage du


roulement. Si les bagues sont .montées serrées, il est
nécessaire de prévoir sur l'arbre ou dans le logement
des dégagements permettant de placer les griffes d'un
extracteur ou le démontage à la presse.
Griffe d'extracteur

A/3 - MONTAGE DES DOUilLES A BILLES


~
3 rainures

~
.

58 . -:-c- (1) ~ (1) . ."" .


--~
1. FABRICATION
BAGUES
QES
- .J
FABRICATION
DESROULEMENTS
Photoset textesextraitsdedocumentsS.N.R.-Annecy

1. DÉCOLLETAGE
2. REPRISE
3. TRAITEMENT THERMIQUE
4. RECTIFICATION DES FACES
5. RECTIFICATION DU DIAMÈTRE EXTÉRIEUR
6. RECTIFICATION DE L'ALÉSAGE
7. RECTIFICATION DU CHEMIN DE ROULE-
MENT
8. SUPERFINITION
9. CONTROLE

DI:COLLETAGE DES BAGUES TRAITEMENT THERMIQUE

---

Les chaines de tours multibroches automa-


tiques assurent le décolletage des bagues
de roulements, à partir de tubes ou de bar-
res d'acier. Plusieurs outils usinent simul-
tanément : face, arrondis, chanfreins, che-
mins, diamètre extérieur...

Rectification du diamètre extérieur des


bagues extérij!ures à l'enfilade sur recti-

..
fieusessanscentres. RECTIFICATION EXTËRIEURE RECTIFICATION - ALI:SAGE

z.:. FABRICAJ;IOiN,DES CORPS


8,0 U.LANTS

1. MATRiÇAGE 2. CONTROLE

?
~ 7-

, CD ~
Différentes méthodespermettent d'appro-
cher la sphéricitéparfaitedesbilles.Dans
la gamme la plus connue, les billes sont é.
bauchéesà partir de fil d'acier par matri-
çageà froid sur presseshorizontales à gran-
de cadence. Lesébauchesprésentent alors
un bourrelet équatorial et despôles enlevés
par abrasion sur machinesrotatives. MATRiÇAGE
TRAITEMENT THERMIQUE 59

Ir!!
~
\~/

3. RECTIFICATION 4. CONTROLE 5. TREMPE 6. RECTIFICATION


DURETI: ROCKWELL ET FINITION
L'opération de rectification ébauche avant
traitement thermique donne à la bille sa
forme et une cote approchée. Les billes Suit alors une rectification aprèstraitement
mêlées à l'abrasif sont introduites entre Les opérations de traitement thermique
donnent aux billes leur dureté définitive. thermique... puis des opérations definition
deux plateaux à gorges circulaires, la ro- La trempe est suivie d'un revenu comme sur des machines à plateaux rotatifs de
tation des ébauches entrai nées par l'un pour les bagues. différents types.
des plateaux permet un enlèvement de
métal des points hauts. permettant d'ap-
procher ainsi la sphéricité parfaite.
7.. CONTROLE
Lesdifférentes améliorationsde méthodes
et de moyens de production, et de con-
trôle, ont fait faire un énorme progrès à
la qualité des corps roulants S.N.R., au
point qu'aucune des billes produites il y
a quelques années, et qui, pourtant, ré-
pondaient alors largement aux exigences
de l'époque, ne seraient acceptées par le
contrôle actuellement.
Après lavage et séchage interviennent les
opérations de contrôle final, qualitatif:
-
le mirage ou contrôle visuel des billes ou
. par appareil électronique ETA (breveté
S.N.R.) pour éliminer les pièces défec-
tueuses qui auraient échappé aux con-
tr81esprécédents.
8. CONTROLE I:LECTRONIQUE

c.:::::::::::> FINITION
c.:::::::::::>
~

9. CALIBRAGE

3 -MONTAGEDES
1 ROUbEMENTS

Les bagues, les corps roulants sont classés


au micron, en différents lots. Il faut choi-
sir parmi les éléments pour obtenir le jeu
moyen normalisé, ou tout autre jeu réduit
ou augmenté selon les besoins de la clien-
tèle.

1."ASSEMBLAGE
2. RIVETAGE
3. LAVAGE
4. CONTROLEFINAL
605. GRAISSAGEET EMBALLAGE ASSEMBLAGE RIVETAGE
21/04. ROULEMENTSÉ'!ANCHES --::::J-
LIAISON 21.PRf.JTEctl,ON
ROTgÜ;)E
I)'!S ROUtEI\II.fNTS
~~~
1 21/01 .fo-NCTION;

. Protégerlesroulementscontre lespénétrationsde corps


étrangers. -
~ ~~
Schéma avec déflecteurs joints d'étanchéité
Un roulement étanche est garni de graisse au cours de sa
Exemples : poussièr~s, limaille, eau...
fabrication, pour toute la durée de vie du roulement.
Le graissage périodique des roulements étanches est donc
0 Empêcher la sortie (fuite) du lubrifiant.
inutile. Ils sont très utilisés dans les automobiles et dans les
appareils électro-ménagers (réfrigérateurs, machines à
laver etc...),

OISPOSITlFSOEPROTECTION DISPOSITIFSDEPROTECTION
POURROULEMENTS POURROULEMENTS
LUBRIFIÉSA LA GRAISSE LUBRIFIÉSA L'HUILE
1

[ !1/0~:.SANSFROTTt:MENT -..... 1 21/05- SA~


0 Rainure de retenue 0 Chicane simple . Turbineà vis . Déflecteur

~-~---- ~ ~

0 Chicanes multiples 0 Flasque 0 Rondelles Z

2:1iLM.;; Nf
AVEC.F.A,OTTEME
. Joint à lèvres . .
Types de JOintsà lèvreset
simplification sur lesdessins
--- -- ~-

- Les chicanes sont surtout utilisées pour protéger des


roulements soumis à l'humidité.
Exemple: broche de rectifieuse.
- Les chicanes sont remplies de graisse.

[]\j7'O3-A\tECFROTT~MENT
.. ]
Joint 'une lèvre -Joint deux lèvres

Le milieu à protéger est situé du


côté du roulement
0 Feutre . Joints à lèvres
Voirchapitre 32/10
. Fonction des lèvresA et B
. Joint V-Ring
. Avantages et inconvénients,
des joints à lèvres
Voir Méthode Active - chapitre DT 37
- Types et tolérances de montage
1_- --
/'
Le joint V-Ring
. Anneau
« Nilos» . Anneau«Nilos» admet un léger défaut
angulaire

f//~~~'~l
et tolère un défaut
de coaxialité
entre l'axe de
l'arbre et celui
du couvercle

- Protection radia le - Protection radiale REMARQUE: Ces joints sont également utilisés pour la protection
sur bague intérieure sur bague extérieure des roulements lubrifiés à la graisse. 61

>
r GUIDAGE
2.2.LIAISONGLISSIÈRE
- SECTIONCYLINDRIQUE
Signification: Entre les deux pièces existent:
- suivant un axe: une liberté en translation (TI et
une liaison errrotation !l'n,
2~(,0!.ERGOTET_R~INU-R~-- : -:-_-
- suivant les autres axes: aucune liberté.

0
--22/01-
Normalisé
1

J..t
SCHEMACINE'MATIQUE-
-

r--x --X-.
...
... ...- ----

--1
- ---
-
suivantl'axe
référentiel OX

f1
~5
Usuel

~
RIT . Section du guidageen translation?
0 ...: ..........

2 . Ëlémentsde la liaison en rotation:


=,Y-
""--- 1 (J/
""f 0 dans l'arbre: ..................................................................
0 dans "alésage: ,......................................................
y
R T . Sur la vue gauche, repassez en couleur:
Rz Tx Ty 1) les surfaces fonctionnelles du guidage en translation;
-Rx -Ry - - - -Tz
2) les surfaces ou lignes qui participent à la liaison en
0 x rotation.
z
::-22/05. VIS-DEGUf'!.AGEET ~AINU-R~ =-,
-Z2/02. SECTIONS -- ENTRANSLAfïON"
Ou GUIDAGE - ---
2
. Section cylindrique . Section prismatique

. Section du guidageen translation?


0 ... """"""""""""""""""""""""""" .........

, 22L03~- LlAISQ.NEN R.QTATION ~-=-- ~- ~ . Ëlémentsde la liaisonen rotation:


D dans l'arbre: ,.......................
D dans l'alésage: "..
. GUIDAGE A SECTION CYLINDRIQUE
. Terminezle graphe du caractère de la liaison.
Les surfaces fonctionnelles du guidage en translation
D Entre (1) et (2)
n'assurent pas la liaison en rotation.
la liaison est: di
Nécessité d'un obstacle (direct ou indirect).
dl
c r dé
ou
. GUIDAGE A SECTION PRISMATIQUE c dé
Les surfaces fonctionnelles du guidage en translation di
62 assurent la liaison en rotation. dl
22/06. CLAVETAGELlP.RE
G'OIDAGE
1

Exemple: voir embrayage à griffes. chapitre 42.


- SECTIONPRISMAII'QUE
1 22/08. CONTACT
SURABONDANT..,.. ESPACEMENT1

2 2

B
. Ledouble contact (A)et (B) n'est possibleque si lescotes
de profondeur (P1) et (P2) sont rigoureusement égales;
La liaison en rotation par clavette parallèle fait l'objet
ce qui est impossible à réaliser.
d'un leçon particulière. voir chapitre 23.
. Pour éviter les contacts surabondants, il faut prévoir des

22/07 . ARBR~ CANNEU «espacements» .


Voir Méthode active, Espacements
~

Vue de droite chapitre D T34.


de (1)seul

"", A B
'/~-
--~ ~- ~-

\~ [22/09 . EXERCICE.SECTIONÈNTE

. Terminer le graphe du caractère de la liaison. Deux exemples parmi l'ensemble des solutions:
0 Entre (1) et (2) Dans chaque exemple, définissez la section de l'élément
la liaison est: repéré (7); c'est à dire:
C dé 1) Repassezen couleur, les surfaces de contact;
c
ou
de 2) définissez, au crayon à papier, les espacements nécessaires
afin d'éviter les contacts surabondants.

1 (?) 2 4
. Sur les sections ci-dessous,repassez en couleur:
1) les surfaces fonctionnelles du guidage en translation;
2) les surfaces qui participent à la liaison en rotation.

centrage extérieur centrage intérieur

63

,..
/
.
~UJ' RATif~ . ] 2 1 3 4 5

Sur chaque exemple:


. Repassez en couleur les surfaces fonctionnelles qui par-
ticipent au guidage en translation de (2) sur (1).

. Dans quel ordre faut-il manœuvr~r les éléments pour ef-


fectuer le réglagedu jeu?

1 4 2
D Manœuvrerdans l'ordre: ov.o
,Fl~B~~At.l:CAtÈ QIAISeE ,

. Principe: La translation de la cale biaisée fait varier la


distance (L).

Clinauants
L (variable)

0 Manœuvrerdans l'ordre: ~ ~
. Quelle est la fonction de l'écrou (6) ?
0 m.""""""'.' ou m ' ....

Cale biaisée

6 . Différents systèmes utilisés pour effectuer la translation


de la cale biaisée:
"""t..,

~
~~~
t'~'
Cale biaisée

0 Manœuvrerdansl'ordre: OD-D
. Peut-on régler le jeu supérieur autrement qu'en utilisant
les clinquants (8) ?
0 " ". "

- Réglageen bout, à une extrémité de la cale.


4 3

@
- Réglageen bout, aux deux

64. Manœuvrerdans l'ordre : ~ extrémités de la cale.


~
rt]PALIERS POUR DOUILLES A BILLES
2211l!- Ç~ID'AGlI"i'(QAN,$tA<TIJN
'PARROlttEMBNiF Douille à bille avec: Douille à billes avec:
. palierréglable(fendu) . palier ouvert.
[ SECTION CYLINDRIOUE . paliernonréglable
(non fendu)

1;!;i1(""eQ~$."AB1Lh~S;
Conviennent pour translation et rotation. -
Elles sont employées sur les outillages de découpe.

Cage avec les billes,


isolée du manchon

lE SUPPORTS D'ARBRES
Ces arbres sont associés avec des paliers ouverts.

Cas 1 Cas 2
/"
~

Les rangées de billes sont légère-


ment décalées par rapport à la
verticale afin que chaque bille
soit en contact avec une seule

2',{DO~E~
--
génératrice de la colonne.

~~,()ISl\tg§I~IIS;G()MBJNE§ :,e](~Jfi~'o~.
DOUlb~E"""lll~ES
l 'ROytEIVI~I\!~All~lE$
. Ces douilles ne permettent que des mouvements de
translation rectilignes alternatifs. Il n'est pas possi-
ble d'exécuter des mouvements rotatifs à moins de Ils peuvent assurer des mouvements de translation
associés à des mouvements de rotation.
forcer, ce qui entraînerait alors une usure rapide.

. COMPOSITION: r71 RIT_f31


1.une bague extérieure; ~
2. une cage;
3. selon les dimensions,
4 à 6 séries de billes;
~!U.W3l
~T~
4. des flasques ou joints
d'étanchéité.

. FONCTIONNEMENT
L -- - -- -- -1 ITJ itHI]
Entourer les conditions assurées (liberté - liaison) entre
l'arbre (1), la douille à billes (3) et le noyau (2).

Ces douilles sont composées d'une


+ 1 -j , cage (1) fermée, alvéolée en poly-
oximéthylène qui maintient des
~~ L-
~
f-
~ ,
'

,;,
,
.'

,
,
-

"" ",:~:
,"~'c '",. ,
" '

'-\ "
---

-
~ -~~-
l aiguilles (2), celles-ci assurent le
rôle de la bague extérieure. Des
séries de billes (3) et des éléments
d'étanchéité, ceux-ci ne sont pas
représentés ci-dessous.
Les billes sont constamment ramenées dans la zone
chargée par l'intermédiaire de canaux de recirculation.

0 DIFFÉRENTS TYPES DE DOUILLESA BILLES

Avec baque Avec bague Avec bague


fermée fendue ouverte

0
',,""

..,-c' ",
',' ,
;
"0,
'Ci ----------

, ..,,~:~b Avantages des douilles allégées FAG-LKA :


SKF SKF faible masse - coût peu élevé. 65
/
...
--- 1'"'- ,
2211~- GUIDAGEENTRANSLATION 3 - GUIOL\GE
Ây,~66AG~SA BIU.~SO.U
PARROULEMENT CAGESA~OUtÉAUX --- --
SECTIONPRISMATIOUE
. Cages à rouleaux croisés. Dans le premier type, les rou-
leaux ne sont pas maintenus dans la cage en plastique.

1 - GUIDAGEAVECPATINSA AIGUlUES

. Patin avec aiguillesjoin- . Rainure


deguidage..
~ C\@,~
~~\W
. Cageà rouleaux
! V
A
. ~ ~
. Cageà billes
>1, 1;)

tives et cage en acier. parallèles

~~i ~~
~~ .:x;.. ;;JJL ~. ~ .

r:J EXEMPLESDE MONTAGE


. Ces cages sont associées à deux rails,de guidage.
. Deux couples de rails, au minimum sont nécessaires
pour assurer le guidage.
. Montageen V à 90 ° avec . Montagehorizontal . Dans de nombreux cas, un réglage est nécessaire
plaquettes de roulement. sans plaquette de
roulement. pour assurer un guidage correct - voir exemple ci-
dessous.
C] RAILS DEGUIDAGE - EXEMPLEDEMONTAGE
Exemple avec réglage par vis de pression.
3 1 4 7 8

[;.j AUTRES COUPLES DE RAILS DE GUIDAGE

Ii] RAILS DE GUIDAGEAVEC CAGESA


AIGUILLES
Voir ci-contre le réglagedu jeu.
r 4"-RÉGLAGE ~
. Montage vertical . Montagehorizontalavec Réfléchissez à l'ordre des opérations à effectuer pour
avec cage double cage double pliée à 90 0 procéder au réglage.
pliéeà 90 o. . Avecunecalepentée. . Avecuneou deux

~ 2 4 3
calesbiaisées
2 4 3

~ 1

. Montageaveccagesimple.

66
~"

b~--
- --
LIAISON GUSSI~RE
1 23/04 -DlM_E!~IONS
D!.U\ SE_CTIDN- - - -- -.
1 -Sur le dessin ci-dessous, relevez le diamètre de l'arbre.
Z3. e.LAVE1AO&'
(JBRE
2 -Recherchez sur la Méthode Active - chapitre DT 32

r 23/01 - FONm,rION
- --- ---, lescotes nécessairesau montage de laclavette parallèle (3).

3 - Reportez ces dimensions sur les lignes de cote ci-dessous. .


0 Ëtablir entre (1) et (2) 1 2
1 3
une liaison:

l
~
~c 1 ride'
/ ~
0U
11 Id!

\ ~L!j 11 1 dl

r13iO2- ~LtMENTSCONSTRUCll11FS
2
Remarque: une lia.ison complète (encastrement) peut être obtenue
avec une liaison glissière dont on supprime la liberté en translation.
2 3 Voir exemples ci-dessous et 23/10.
23/05.. ferminez.lésVlles"d'enSembleci-dessous.
.(rainures-'ha.:hureSl.
~-
Exercice1
2 3

1 - Rainure de clavette dans le moyeu.


2 - Rainure de clavette dans l'arbre.
3 - Clavette.

-
1.23/Ô~ ~~CtfONCARACT~RISfHîuE
. D.~UNCLAVETAG6.UBRE t~~
0 Désignation'.".. ......
Exercice2

A- Clavette ajustée dans le moyeu.


B -Clavette ajustée dans l'arbre.
Voir ajustements dans Méth. Act. chapitre Dr 32/2
C -Jeu (condition a) entre la face supérieure de la clavette
et le fond de la ra~nuredu moyeu. . 0 Désignation' 67
~
,.

~310"6~"S'I"I:I'OlrfA'TIQN! . ] LJ3/09!-ç't4tt'Err'FE~Iii&IJ;ESel~~S;R'AR""ffl

0 L (1 )

-(@J--+-. 1 1

. La clavette doit résister à une sollicitation. Elles sont utilisées lorsque le moyeu est coulissant.
Laquelle? (extension ou compression ou cisaillement . Quelle est la (onction du trou taraudé central?
ou torsion ou flexion). 0 .' m""""""""""'" m .........................
0 m .;m ...............
. Poarquoi les diamètres nominaux (1) et (2) sont-ils
. Quelle est la section de la clavette qui résiste à la
égaux?
sollicitation?
0 .m """" , m........
0 (D x E) ou (E x LI ou (D x LI ,.......................................................................
entourez la bonne réponse.
..
Remarque: - :: ~ J

Les surfaces latérales de la clavette sont matées lorsque Voir ajustements dans Méthode Active chapitre Dr 32/10

le couple transmis subit des variations brusques.

Usinage de la rainure
avec une fraise disque

1 - Face supérieure et face inférieure parallèles.


2 -Formes (A), (B) ou (C) suivant les extrémités.

Forme (A)
~~I~I~.,;!, : \~ Ilj
Terminez le dessin d'ensemble ci-dessous.

Forme (B) Ifll"-- !~

Forme (C) of='lll "._;~I~~--r-


La forme est choisie en fonction de la rainure pratiquée
dans l'arbre.

Voir Méthode Active- Chapitre DT 32/13.

1 23/08 - D~S~; . -,':.<\0>~.~;,:ZiL i


-
68 Voir Méthode Active Chapitre DT 32/03.
~
, ""'.-,
,M.. '--~-""'~~~-~--- ILl Grande série:
La rainure est usinée par brochage sur une machine à bro-
nIAI~,fJJIGIHS~~;i'R1§ cher.

;IIES~
,ft'INUle81
~b~v~ne' ,J;~)FON.~1;JOJ:l
E
Voir Méthode Active - chapitre DT 32/13

Clavettes empilées
~ Les clavettes à section
carrées sont débitées
dans de l'acier étiré. Le profil est usiné à l'aide d'une broche cannelée. L'alé-
sage de diamètre (d) est effectué avant brochage. Dans
b)J.L'arrondi est effectué
les grandes séries, la finition de l'alésage est obtenue par
avec une fraise de forme.
brochage.

~ Rainure non débouchante usinée sur une fraiseuse


avec une fraise deux tailles travaillant en bout.

Usinage délicat - coûteux - plusieurs passes nécessaires.


Ii\d Rainure usinée sur une fraiseuse avec une fraise dis-
que spéciale. (La rainure peut être débouchante.)

L'outil de mortaisage doit impérativement dégager en


bout de rainure afin que le copeau formé puisse se déta-
cher; sinon, l'outil « bourre» et se casse. Voir dégage-
ment inférieur (A) - chapitre 24/04.
f!iBSolution 1
Prévoir, en bout de la rainure, un trou plus grand que la
largeur de la rainure: d> L.
L
Usinage rapide donc peu onéreux.
Inconvénient: impossibilité de placer une clavette près
d'un épaulement lorsque celui-ci ne doit pas être dété- l

rioré. Une clavette parallèle dans une telle rainure n'est '1

pas maintenue longitudinalement.


--1
1

III Petite série: .1


La rainure est obtenue fjJ Solution 2
par mortaisage sur une Prévoir une rainure circulaire dans laquelle l'outil de mor-
mortaiseuse. taisage pourra dégager; solution à éviter pour les pièces
L'usinage d'une rainure cylindriques de faible épaisseur.
sur une mortaise use est B
délicat, peu précis et
Vue B partielle
long.
Une tolérance large est
nécessaire: H 11 et H 7
pour les plus précises.
~ Le dégagement infé-
rieur (A) de l'outil est
d'environ 3 mm. 69

~
: - 25/03 - PATIN ~~ SERRE - JOJNT
25. LIAISONROTULE E
2 1

Trois degrés de liberté en rotation. 1

l.]5jÔ1 -sëiiilMAëiNÉMiiQur -]
Normalisé Usuel 1 .1
t~
~ .~
~ i
.~ 2
et)
. Surfaces fonctionnelles çJuguidageen rotation?
-

L
R T D sphère/ .et sphère/ ......

. Montage possible. Dessinez sur le dessin la forme de ,(1)


Rx Ry Rz Tx Ty Tz
avant sertissage:
1

~ 1
. La liaison entre (1) et (2) est-elledémontable?
D (oui ou non)

r 25102 -Tm-Bj ",E~J!'I-


-, . Définissez l'amplitude (oc); tracez les positions extrêmes
de l'axe (OE1 et OE2).
Exempleétudié:

lA 1 25/04~BJll:~TTlii!!§
DIREëTION-----

18
l
2
2
lA
18

E2 .J...

. Surfaces fonctionnelles du guidageen rotation? . Surfaces fonctionnelles du guidageen rotation?


0 Sphère/cônes D " ......

. Le montage n'est possible que si : . Montagepossible (d1 > d2);


0 d1 > d2 placez sur le dessin d1 et d2.
. Les positions extrêmes de l'axe (OE) sont: . Définissez l'amplitude (0.;); tracez les positions extrêmes
0 OE1 et OE2 de l'axe (OE1 et OE2).

. L'amplitude de l'oscillation est donnée par l'angle (-) . Fonction du ressort (3) ?
. Obtentiondu jeufonctionnel? D .......
,......
70 0 Si nécessaireinterposerdescales(3)entre (1A) et (1S).
'\

r----- - -- - .., ---


. J.Q/O5.;.EMlYlêNC_Hl;rJjENF[ ViTe
CON!O.UJ_CI,.A
26. LIAISON
ENCASTR'EME;NT 2 3 4 5

i 26/01 - ~CHÉMA
-ëïNE~A!!.9UE. :- ----- ~

Normalisé Symbole possible


2
1
0 x

y R T
. Relation de contact en trcmslation entre (1) et (2) :
Rx Ry Rz TXITy Tz
0 x
1

z 1

Cf.-0-Q-y

26/02.AJUSliEMENTCYLINi;JRIQUELIBRE, . Entre(1)et (2) ~


ETflEXION DUMOYEU .
-.- J la liaison est: / ~ a 1 dl
Exemple: blocage en position de la selle d'un vélo.
c 1 ~ 1~ / ET (SensA)
H71f7
~~
(SensB)
Voir également:
Emmanchement cylindrique claveté (chapitre 23/05).
1.
INQRIQ.UELlBR~. ,
1 26/Q6. AJUST~M~.II,!JT
EITAMPO~G!~S CYL .
_J
Exemple: Blocage en positon de la contrepointe d'un
tour.
. .La liaison complète est obtenue par adhérence.
. Possibilitéde blocageenn'importequelleposition.

26/03.eMM'~NCHEMENTGYLlNQRIOUE FORCt
. ...;,ETVISENITRE'CUIRETCHAIR .

. La liaison entre (1) et (2) est obtenue par: ....................


. La liaison est obtenue par adhérenceet par obstacle (obstacle ou adhérence)

(sécurité). '

L_Z-6LO4 - ftEMA~AQUÊ
-- . Entre (1) et (2) la liaisonest:
c a di
R T 71
Une liaison par adhérence est toujours complète. c a di
LIAISONENCASTREMENT :-2Û04..INCONV~iENJ DUCLAVETAGE-F-ORC~~

Le clavetage forcé ne permet pas un bon centrage entre


27. CLAVETAGE
FORCÉ le moyeu et l'axe.

- - -- Jeu localisé
. 27/01 FOr'-CTION-
~ ----
0 Ëtablir entre (1) et (2)
une liaison:
- 2

c
c

27/02 iSECTIONiC.ARACnRISTU).UE La clavette mise en place, le jeu entre le moyeu et l'axe


DU OLAVfTAGE!FORC~ est localisédans la région de la clavette.

Afin de réduire la distance (01 - 02), choisir un ajustement


1 à faible jeu.
Exemples: H/h ou H/g
3
1 27/05.AVANT4GEDUC~AVETA_GE
FORCt
2
Le clavetage forcé permet de réaliser rapidement et
efficacement la liaison complète d'un moyeu en un point
quelconque d'un arbre.
1 Surface supérieure de la clavette en contact avec le fond
Exemple:
de la rainure du moyeu. Montage d'une poulie sur un arbre de transmission avec
2 Jeu latéral important. -Voir ajustements une clavette à talon.
-
sur Méthode Active chapitre DT 33/03
Autre positionpossibledu moyeudela poulie
~,"'I:.ESCt.AV'ET"~
. ClaVlrttes inclinées sans talon - pente 1 %.

forme (A)
Ir~1.
iî~ -. -" #~
=- ---'------------
fÇ>rme (B)
(~- - Î4
forme (C)
(--,~
. Clavette inclinée à talon - pente 1 %
largeur ===-- 1% 1 27/06. DIMENSIONS
DELASECTION

Voir Méthode Active - chapitre DT 33/01 et DT 33/02

1 21/07. D~SIGNA'fiii J
72 Hauteur lonoueur -
Voir Méthode Active chapitre DT 33/04
.~
'\

~7/q,J'.!MO;N!r4çE~V§ÇÇtAtIT'6 21/09i.M.O~,TA'G~AV~GÇLAViETTE
'INCrl'N&ESA~S'AL,gPl ni,ç~IN.~j~
~--- fA~ON
Le coincement est obtenu en exerçant un effort sur le Le coincement est obtenu en exerçant un effort sur la
moyeu ou sur l'arbre. clavette.

::::: (R ) (A) (B)

~\ill
2 2 ,3
""~

(!) Dans quel ordre lestrois éléments sont-ils montés?


0 3 dans 2 puis 1 Entourez l'ordre CD Dans quel ordrE!les trois éléments sont-ils montés?
0 3 dans 2 puis 1 Entourez l'ordre
2 dans 1 puis 3 de montage correct.
2 dans 1 pUis 3 de montage correct.
3 dans 1 puis 2
3 dans 1 puis 2

CD L'effort de serrage modifie-t-il la position de la face (R)


du moyeu par rapport à la face (S) de l'épaulement de CID Quel est le rôle du jeu (A) entre le talon et le moyeu?
l'axe? O.........................................................................................
0 (oui ou non~

(]) Pour positionner le moyeu par rapport à l'axe, il serait Q1) L'espace libre (B) à l'extrémité de la clavette est-il indis-
intéressant que la face (R) du moyeu soit en contact avec pensable. Pourquoi?
la face (S) d'un épaulement de l'axe; cela.est-il réalisable O.........................................................................................
sans condition particulière avec une clavette inclinée ..............................................................................................
sans talon?
0 (oui ou non)
CD L'effort de serrage, exercé sur la clavette modifie-t-il la
position de la face (R) du moyeu par rapport à la face (S)
@ Deux solutions vous sont proposées ci-dessous.
de l'épaulement de l'axe?
Rayezla mauvaiseet entourezla bonnesolution.
0 (oui ou non)

~ Pour positionner le moyeu par rapport à l'axe, il serait


intéressant que la face (R) du moyeu soit en contact
avec la face (S) d'un épaulement de l'axe; cela est-il
réalisable sans condition particulière avec une clavette
inclinée à talon?
0 (oui ou non) 73

~
--- -- - - 1
28." AR11!C
ULAYÎOIÎ\J ~8l~4_-
El'~M~L!..---- --- -- - - - - .J
"""'
"~ ". '&" ,.~,' -
LIAISON ENCASTREMENT (R T) LIAISON PIVOT (R T)
CYlIll\l'Oi,RIQU.E
1 2

i - 28/0.1'.
_CARAÇT~R!SII9@S
:..:..-- =-= -~- -

Une articulation est dite «cylindrique» lorsque la rotation

de la pièce guidée s'effectue autour d'un cylindre (axe).

. ARTICULATION EN PORTE A FAUX

La rotation de la pièce guidée est complète autour de


l'axe d'articulation. L'axe est encastré très rigidement à
l'une de ses extrémités.

. ARTICULATION
A CHAPE Entre (1) et (3) ~ a

-+tHf/
-~ 1 di

La rotation de la pièce guidée est incomplète autour de la liaison est,:


r de di
ET
l'axe d'articulation (il y a oscillation). L'axe est maintenu -
c
-
r
-,"
de " rf-H
- --7'- (SensA)
a dl
à sesdeux extrémités.
di
(SensB)
di
ARTI.CULA110 N
Entre (2) et (3)
EN PORJEA FAUX rjl a I~_-

~ L.J~
la liaison est:

~
c
--
LJ8/0,~. SCHIMA - - - - - - -- - .-- --
c

1 3 2
[TI di
di
(SensB)
---"1 ~
1 ,i
1 1

r ~8/05-PETITEARTIÇUI,.ATIGJ~.-
Exemple: articulation de poulie table dessin.
3

1) . Piècesupport.
2) - Pièce guidée en rotation.
3) '. Axe d'articulation.

r'--28/06. ARTICULATION
"-- - REGLABI,.E'
..... --.1
1 28/03- COMPOSITION Exemple: commande de l'avance sur étau limeur.
2
Une articulation, en porte à faux est composée de deux ~
liaisons:

. LIAISON ENCASTREMENT(R T) de (3) dans(1)


Voir chapitre26.

. LIAISONPIVOT (R T) de (3) dans(2). 3


74 Voir chapitre 16.
, ,
- ARTICULATION
A CHAPE - 2S/~ =-ItOÜiONijlÙU~Ti
1
. Terminez le schéma de l'articulation.
1 ).si01..:SCH~r- ~. -- --- - -,-. 3 3,

3. (
J
1 -.
L j!/1~ :.PISTON~T pf~g q~BIE~l( --
1) - Piècesupport. chape.
2) - Pièce guidée en rotation.
. Axemontéflottant.
3) - Axe d'articulation. Exemple:pistonavecpiedde bielle.

1 28LOS.LI~SONS AVEC l'AX-E, --'


-
1

. L'axe peut-être monté flottant entre (1) et (2).

~
Rif
Exemple 1 L I Exemple 2

3 . Quels sont les éléments utilisés pour assurer la liaison


en translation?

. L'axe peut-être lié complètement à (1) et libre en rotation 0 Exemple 1: ...................................................................


dans (2). 0 Exemple 2: ...................................................................

L.JS/1r ARTië'ii~;ftON
j)E_co-u~1:TU B~ -~~ ~- i

~
Rif

. L'axe peut-être lié'complètement à (2) et libre en rotation


dans (1).

2 1
Entre (1) et (2)
R T
la liaison est:
R T c
3
c
3
75

l
' ~ ''''
129104,,:rniiN;
Âr '!!
'

A'
0"<'
L
.@iiII,Î.iM
A' 'è
I I
'"

D II~ b:.K.LU,,'.(
'.,:.Jt~' L ''

l
1 U~,..~ S1
, . -.-.
W9}01:.DI~N
. Une liaison est élastique lorsque, dans une direction au
moins, elle provoque, directement ou indirectement la
déformation d'un élément élastique.

. Une liaison élastique est toujours partielle.

~2':~.'R.INtC~~"l!lNjG'E.j
1 2 y
R T

- Rx -Ry -Rz
x Tx Tz
0 -Ty
z JI ;1 ,/\
':9 j1 0
z-.
y
R T 1 29/05. ~ESRESSORTS

x Rx Ry Rz Tx Ty Tz d
0 - -
z

Entre (1) et (2)


la liaison est:
() () 7f

c
éJ C\ .d1

rd~}
l>

_00
. Ressortcylindriquede traction.
employécommeressortde rappel.
m ion.

fŒ-~k)jJ-
Ltt
(f)1 Ci)

. Ressort à action angulaire.


A
\ (,.
A-A
1

*
y
R T
. Barrede torsion
0 x -
Rx Ry Rz Tx Ty Tz
- - - - -*~
0 II 0
z

Entre (1) et (2)


c (~V
. Ressortà lame.

Matière
~
76
la liaison est:
f?')
LV éfh Voir Méthode Active - chapitres D10/8 et D10/18.
1 301.0~.;IU1)SITI;qJ\I'NIM,eNjt
Pt,R'fI;ib
,3Î'~ P81!
._, ..lE
lln-a
- ,J)î!li;;.IIfl
. n1
Fonction B
Assurer la coincidence de deux droites (01 et 02).

[]]KOl.~()$I~Niel\llE'N'J~'~
Fonction A
Assurer la coincidence de deux points (01 et 02).
~ x~0
T
.., .'. 00 "" ,
, , " "" '

. .. .
'

..."".'.,.,
-"" '

,,'.
"
' ''
.
,"""".""'..'..'.,.
' '' -' --'-'""'-"' ''' '' ' ' '
.,,, ,,
".,...','.,.,
' " ' '' '' '' ' ' ""
,
'
.. . '.,... ...... . ...,. .,.. . ... . '."",.,.,.,.,..,.

~ R
&-
. . ,..,.... .

~-l..,.~~)..
,
'
"
'
,
'
, " , , ," ," . "' ' " " """
. . . '.
" " '
,"
,.....
.
' " """
. .
""
..
-
Tx Ty Tz
- -
::
Z~~~i~Wi:~i2~~ ,
,...,.
"" '

... ,..,..
~"""""""""."", ... ,.. .,.. .,
..,
, '-. ,
':' ,, ,,' '' ' ' ' '' :' ' ' ' " ' " - '
''
1, , . ,"" " ( ,, /x,
'

-
-~ ' - ' ~ ,

liIII '.,'..;ë)? ".'/"'.'.""'.'.""""""""""""" .'.'.'.'.'


,
"... ... ,.. . . .'. '... ".... . .~,.. .-. ~ ,. ,. ',',
,. ,.,... . ,. .... . . . . "' " . . .. ... . "
"

_
..--.. 2

'"","' ',',,'''''''''"''''' "'' "''''",'',', "


' ."
' "". . . '
Une liberté en translation est possible.
., , ,

'.
' "
" '..
.
.."". "' . . . .
. . . """""""',.,.
, , ,, ,

~r!f[J-L
.' .. . . .'.' .
..,~
'
" . '
"" ". "

"" .
.'
" .., .'. .''..'.'
.

Rx Rz .. 'f. /
- - Ry -
""" ...... ... ". .'.....,..,.. . . ,. .,'P ,
""""""" .
"
" "
"

'
"
"
"
"

,
ooooooooo,/booo
-- 2
. 130/06."R~IN~TE 1

- Sans 1ardon (directe) Avec lardon {indirecte}


Kr/f7
Les axes A 1 et A2 sont confondus.
Une liberté en rotation est possible.

L3mÔ~.,~M.Îh1il:IIJIEN~ H1/n J H8/n


1
4lI8/f1
2
UO/O7. poslnoNjijiEM~NT CQtMP~f~T ]
Solutions:
. Positionnement partiel plus suppression de la liberté avec
un des éléments de positionnement.
. Deux éléments de positionnement.

i JOfiO8"~'~fME'Nm$]),~'~(.J$IjJ'1
O'NN'E,MEcNT )
Goupillescylindriques Goupillesélastiques
I~O7'O3j.!E:MBOITEMEN'f
CYbIN.DIUtilUE VoirMA. chapitreDT31/1 VoirMA. chapitreDT31/5

1
1 1

t'
-@)- 1

! 1

. Placer les tolérances . Donner la tolérance


de montage sachant de perçagedu trou. 1

qu'il s'agit d'une gou- 0 ................ 1

pille type B.
-----. n -------

[]!l94 .REMAi!!i[
Pieds de positionnement Goupilles de position
Un filetage assure un mauvais centrage. cylindriques côniquesfiletées
VoirMA. chapitreDT31/4 VoirMA. chapitre DT 31/3
. Mauvaiscentrage . Centragecorrect

. Placer sur le dessin . Quelle est la fonc-


les tolérances de mow tion de l'écrou?
tage. 0 ., .,..77

)
L
Q!!O1 - FONCTION
3,1iG RAISSA;G
E'
J
LESLUBRIFIANTS

L__31/0~.:...C~RAëTÈ!lES
DEStUBR.m~N]S
. Onctuosité: aptitudeà adhérersur lesmétaux.
-~- - .
. Viscosité: contrairede fluidité,se mesure par la
vitesse d'écoulement. La viscosité diminue lorsque
. Réduireles frottements et par suite l'usure despièces.
la température augmente.
. Tenue au froid: pointde congélation.
. Evacuerla chaleurproduite par le frottement. . Tenue aux hautes températures:
- point d'éclair: température de "huile au mo-
. Protégerlespiècescontre l'oxydation. ment où les vapeurs émises s'enflamment au con-
tact d'une flamme;
- point de combustion ou de feu: température de
l'huile au moment où le liquide prend feu au contact
L31ifO~ "E. GRAI$SAGE
ONCTUEUX..- J d'une flamme.
,
. Résistance à l'oxydation.
Les pièces sont en contact. Le lubrifiant remplit les sillons . Pouvoir détergent pour les huilesutiliséesdans
d'outil. C'est le graissage le plus courant. les moteurs thermiques (automobiles, etc,).
. Résistance aux fortes pressions.

[:31/05 "...IéSHUlLI.S -- -----


-------
. Huiles végétables : obtenuespar pression(colza-
ricin - olive ...). .
Contact . Huiles animales: obtenues par fusion (suif), elles
entre (1) et (2) sont onctueuses mais acides.
2 . Huiles minérales: (les plus courantes) obtenues
par distillation du pétrole brut ou de la houille. Afin
d'améliorer leurs caractéristiques propres et de leur
donner des qualités particulières, on ajoute à ces
huiles des produits chimiques désignés sous le nom
3.1103 -H GRAISSAGE
PARFAIT. de « dopes ».
.,QU~Y.~RQOY~AMIQUE /' . Huiles composées ou huiles compound : mélange
d'huiles minérales et d'huiles animales ou végétales,
Pendant le mouvement, les pièces ne sont pas en contact . Huilessynthétiques- multigrades: obtenues à
partir d'esters ou de polyglycols et de dopes. L'in-
mais sont séparées par un film d'huile. dice de viscosité de ces huiles peut être élevé; il
varie avec la température.

L~1/0~:.~~S
GRAISSiL.
Les graisses sont obtenues en effectuant un mélange
d'huile minérale et de savon (chaux ou soude), Pour
améliorer leurs caractéristiques, on ajoute aux graisses
des produits tels que: graphite, soufre, talc, mica,
calcium, plomb.
~// Rainure en
forme de coin . Caractéristiques d'une graisse: sa consistance -
son point de fusion ou point de goutte - son point
Zonedes / de solidification.
pressionsfortes

L31l01 - LESLUBRIFI~TS SOLIDES


Conditions pour la formation du film:
Graphite - soufre - talc - mica finement broyé. Ils sont
. surfacesparfaitementpolies. surtout utilisés comme additifs aux graisses.
. vitesseassezgrande.
. pressionlimitéeentrelespiècespour
éviterla rupturedu film d'huile. - ~ :t1/08- CHPUCP"UlBRIFIAI\m'
. grandeviscositéde l'huile.
D CHOIX DES GRAISSES:
Remarque:
- Graissage des roulements.
Le phénomène qui provoque la formation du film d'huile dans - Graissage des mécanismes fonctionnant à faible
le graissage hydrodynamique est comparable au phénomène' vitesse et très fortes charges.
d'aquaplaning ou aquaplanage connu des automobilistes.
- Lorsque le mécanisme est inaccess'ible (diffi-
Ce phénomène se produit sur route mouillée. Si la vitesse du vé- culté d'amener de l'huile).
hicule est trop élevée, un coin d'eau se forme devant les roues
et les soulève. Les roues perdent alors tout contact avec la chaus-
- Lorsque le lubrifiant doit assurer l'étanchéité.
sée et glissent sur un film d'eau; c'est l'accident. Exemples: chicanes - voir chapitre 21.
78 Route mouillée > prudence! D CHOIX DES HUILES: tous les autres cas:
1 . GRAISSEURSSTAllf,f,E8 -- - ---
! DISPOS
I.TIFS DEGm+SAGE 1 1

1
2 Graisse

1 31/09.GftAISSAG'E'
DISCO'NTINV - ---;-J
Le graissage n'est effectué que périodiquement.
1

1. LES BOl;jÇHONS GRA 1Ssg-U RS _::J


Graisseurs à couvercle
/,
Le vissage du couvercle (2) comprime la graisse qui est
pour graissage à la burette.
poussée vers les points à lubrifier.

1. GRAISSAGE çeNif'RALISt «MONOCOUP»


Une pompe à piston manuelle alimente des distributeurs.

En poussant d'un coup sec le piston de la pompe, on


envoie du lubrifiant dans une réserve. L'air enfermé dans
cette réserve se trouve comprimé. (voir schéma ci-dessous).

Réserve de Air comDrimé


lubrifiant
Graisseurs hydraulic
vers la pompe
Pour graissage haute à JJitlon
pression - à la graisse

Clapet (B) fermé r~c lapet (A) ouvert

Après l'action de la pompe, le ressort ferme le clapet. (A)


Droit et l'air comprimé pousse le lubrifiant vers le point à graisser.
(voir schéma ci-dessous).
Graisseurs Lub

Pour graissage"basse Air comprimé


pression à l'huile ou faisant pression
graisse légère. sur le lubrifiant

I. Clap~t( B) ouvert Resso"poo"ant(A1 Clapet(AU.'mé


Drolt 1

Coupe d'un distributeur


Graisseurs six-pans
Pour graissage moyenne Doseur
pression -à la graisse.

.~,
79
Voir Méthode Active - chapitreDr 38.
,";
/'

...
x
~T~I~:..mR ~ -'~l.R&tR6)Mi~
Le lubrifiant est renouvelé continuellement. Légende: BP (basse pression). HP (haute pression).
L'huile puisée dans un réservoir (BP) est envoyée sous
. Graisseurscompte-gouttes pression (HP) vers des distributeursqui canalisentcette
huile vers les différents points à lubrifier. L'huile retourne
1. Systèmederéglagedu pointeau ensuite dans le réservoir.
2. Réserve
3. Lumièrepour contrôlerle fonc- . Pompes à piston
tionnemmentdu graisseur

Huile dans réserve


Pointeau ~
o>T~

/
i
[ Came 'Jiston Ressortde raDD.el

. Pompesà palettes

Le débit des gouttes d'huile est fonction du réglage du


pointeau. Palètte
Ressort

.
. Graissagepar bague
Rotor
Arbre à lubrifier-

if'
1 1 1 1
i ~ r.à
- -+--+-- - +-+-- '~
I::j==~d .

Le rotor en tournant fait varier les volumes A, B, C et D.


Lorsque le volume augmente, il y a aspiration (en A):
Lorsque le volume diminue, il y a refoulement (en D).
La partie inférieure de la bague baigne dans l'huile.
L'arbre, en tournant entraine la bague. . Pompes à engrenages
Pianonentrainé

. Graissagepar barbotage
L'élément à graisser baigne dans une réserve d'huile.

Réservoir
d' huile

Pianonfou

~ Bouchon de vidange
L'huile est transportée de (A) vers (B) dans le creux
entre les dents des pignons. Suivre les parcourts (1 - 2 - 3...).
~
-,"---,

D I~/O~TS
'Éwé
31
'
""'.'
'::'"-'" ~'" , ",J
,.," ,--N,
P'
'ù IIrè,I'{~::
"",d",,'_"L,_: '
. Joints plats Ils sont
matières
obtenus en toutes
(cuirs, élastomères.

~
--"

ètc.).

1 i2ZQ1,.,,~
Empêcher la communication entre deux milieux diffé-
~ 1

rents (Pressions ou natures). . JointsB.S.


Rondelle métallique

~
::J

L'étanchéité est statique lorsqu'il n'y a pas déplace-


ment relatif entre les pièces.
Ils résistent à l'écrasement,
Dans la spécification de l'état de surface, le symbole
de la fonction {( ÉTANCHÉITÉ STATIQUE)} est:
ES.
. Joints toriques et joints quatre lobes
Voir Méthode Active - chapitre S6.
Ils sont obtenus par moulage en élastomère (caout-
. ÉTANCHÉITÉ DYNAMIQUE
chouc naturel et synthétique).
Voir Méthode Active - chapitres DT 35 et DT 36.
L'étanchéité est dynamique lorsqu'il y a déplace-
ment relatif entre les pièces.
Joint torique Joint quatre lobes

~
Dans la spécification de l'état de surface; le sym-
bole de la fonction {( ÉTANCHÉITÉ DYNAMIQUE)}
est: ED.
Voir Méthode Active - chapitre S6.
~ _/ ~

Les joints toriques sont généralement utilisés pour une


étanchéité statique.

I$TÀN:8*lïiÈlittS1!A;rÎôtl" Montage dans un


angle (sauf joint
- Montage sur une
bride à emboîtement
quatre lobes).

Lessurfaces de contact peuvent être:


1
. surface planesur une surface plane; 2
.
.
surface cônique sur une surface cônique ;
surface sphériquesur une surface cônique ;
i
. filetage cônique dans taraudage cylindrique. Montage qans une - Montage dans une
gorge ouverte à gorge ouverte à
Exemple: Raccord à joint cônique. l'extérieur. l'intérieur.

2 3 5
4

. Joint métalloplastiques
Ces joints résistent aux hautes températures. Ils
sont composés d'une âme en amiante et élastomère
et d'une enveloppe en Z 6 CND 17-11.

Enveloppe

L'étanchéité est difficile à réaliser sans conditions ~


particulières:
. très bon état des surfacesen contact;
. surfacesde contact réduites. ~81
~
Ln32/0.S. RACCURDS
- CIRC.UITS
"""DRAULIOUES ] ÉTANCHÉITÉ
DYNAMIOUE 1

~ RIGIDES (tube cuivre - acier - alliaged'alumU.


. Raccord à portée côni- . Raccord à bague bicô- ~7- PAR CÔ'N1:ACTDIRE.CL ---=-=..:=1
que - mameloncylindri- nique - mamelon côni. Rotation et translation.
que. L'étanchéité est que. L'étar1chéité est
assurée par un joint. assurée par un ruban Exemple: aiguille de l'injecteur d'un moteur diésel.
Téflon.

IfdFm- A : gorges de détente


. Raccord
à pénétration
Le serrage de l'écrou
provoque l'incrustation Entre (1) et (2) : jeu de 1 à 2 microns.
de la bague dans le tube.
Rugosités des su rfaces des pièces (1.) et (2) : très
faibles.
Inconvénient: réalisationtrès délicate et, onéreuse.
--
~U08 - PARJOINTSTORIOUESETJOINTS
OUATRELOBES ----
El SOUPLES (tube caoutchouc armé) Voir Méthode Active - chapitres DT 35 et DT 36.
Joint torique : translation et rotation lentes.
. Raccord à canule . Raccord à portée cônique
Joint quatre lobes: translation et rotation moyennes.
Joint... , ... Joint .. ... , ..

-rt~":~I.
r 32/06- R'AGCORDS
- CIRCUITS
PNEUMATIDü"L"'J
.~-------.
Segment de guidage

El SOUPLES (tube rilsan)


. Raccord à emman- . Raccord à visser à -
<1-._"'
.,.~ - -- l'
r/ //1 1
.L --+-
1 11 1
L
1 _'---L
. 1
cher-visser. bicône
bicône serti sur le tube Le joint torique est généralement suffisant pour une
étanchéité statique.

~~ . Raccord à canule
,'H

. Raccord coudé
.: :,,;,.:,..
Le joint quatre lobes assure l'étanchéité même lors-
que la compression du joint est réduite. Les frotte-
ments sont alors faibles.
Les joints quatre lobes éliminent les possibilités de
vrillageau montage et en service.
32/09- MISEENiPLACE.
D'UN.JOINT
TORIQUE00 OUA"fRE'LOBES

~ . Raccord instantané
Lesraccordsà connexion instantanée se généralisent en
. Les bords aigus, les trous, avec lesquels les joints
peuvent entrer en contact doivent être chanfreinés ou
arrondis.

L_l~
/

~
30° '/

---1-
./
automatisation pneumatique - manipulation plus facile.
- Connexion du tube: - Déconnexion du tube: . La mise en place dans une gorge ouverte à l'exté-
enfoncer le tube dans le pousser sur la pince.
raccord. rieur est facilitée avec une cale cônique.
Joint Pince fendue Le tube est verrouillé par le
torique avec crampon crampon de la pince fendue.

~
Le joint doit être légère-
ment huilé avant montage
. ,',"",',..., , ,,',,"'" ","--" ,,>;;
pour faciliter son glissement
-
.... . .'0. ,.,---7~
' . "CH .
' ~
- sur la cale cônique et éviter
ainsi son vrillage.
mfÔ ,".'..."
82
~jiI1'O -~iANGtiÉiT~É~"AirIA~E ~1~ -
-!VI":pN!.A9(Q~S JOI~1.:S ÀIL~VRES -.
1

PARJOINTSA LEVRES-- -
[] PRESCRIPTIONS
AVANTMONTAGE
Ils sont utilisés uniquement en rotation.
. Ils existent à une ou deux lèvres avec ressort à Avant montage, examiner attentivement le joint et
enlever toute trace de souillure. La lèvre du joint est à
spires jointives noyé ou démontable.
enduire d'huile ou de graisse pour éviter le travail à sec
. Ils sont moulés en élastomère renforcé d'une arma-
ture métallique. au démarrage.
. Le joint doit être monté, la lèvre du côté du fluide à II] PRÉCAUTIONS AU MONTAGE
étancher (du côté de la forte pression).
Au cours du montage, éviter toute pliure, coupure ou
I!J DIFFÉRENTS
TYPES- TOLÉRANCES
DEMONTAGE déchirure du joint. Le montage s'effectue avec un,
Voir Méthode Active - chapitre DT 37 outillage spécial (voir ci-dessous).
(1) Schéma (2) Schéma Montage, correct Montage incorrect
(logement trop court)

mt E1
-
?'~'

--~
~ ""

Ji fi
...
B

Dans le cas du joint à 2 lèvres (2), la lèvre (A) empêche


la sortie du lubrifiant, la lèvre (B) empêche l'entrée des
poussières. Au montage, l'espace entre les lèvres est
ç:;;;:'A
- -
~.

rempli de graisse.
If] AVANTAGES DES JOINTS À LÈVRES [] MISE EN PLACE D'UN JOINT À LÈVRES
. Frottement
trèsfaible. Il est impératif de ne pas blesser (déchirer) la ou les
. Usinagedu logementpeuonéreux. lèvres du joint. L'utilisation d'une bague chanfreinée
permet le franchissement d'un angle vif (épaulement)
0 INCONVÉNIENTS DES JOINTS À LÈVRES
ou d'une rainure de clavetage - voir exemple ci-dessous.
. Cesjoints nécessitentbeaucoupde précautionsau
montage afin de ne pas détériorer les lèvres.
. Lasurfacede l'arbredoit être polie. Épaulementet
rainure de clave-
LE/11.; EXERCICB tage à franchir...

En utilisant les renseignements donnés par la désigna-


tion du joint (3) et les tolérances de montage définies
au chapitre DT 37/4 de la Méthode Active, terminer la ~-+
cotation des pièces (1) et (2).

La bague(1), le joint (2) et le mandrin tubulaire (3)


1 ~
montés avant la mise en place du joint dans son loge-
ment.

Dans le cas du montage inversé (cas 2), l'appui du


mandrin de poussée doit s'appliquer sur la tranche du
joint.

2 ~
u
D l: ---
:
i 1
Joint à lèvre.
Type lE45 x 28
Qésfgnationdu ~L' Cas 1 83

-1
.Â.
i

03~1~1~;i'MNBa,elme~RlôIÂ[È,.jol NiliS,JiUVERS, 3211~-5ÈTNNeult"PEoRllBiIJ.Q,E$S&bGARNlifURE

. Joint (;n U . Joint en U Translation et rotation lentes.


monté sur l'arbre monté dans l'alésage El Pour l'eau froide:
La garniture appelée « étoupe» est consituée de filasse
de coton ou chanvre suiffé.
I!!I Pour les autres liquides:
La garniture est constituée d'un empilage d'anneaux
Il
j
1
faits avec la tresse carrée d'amiante, de fil de cuivre
Il 1 étamé ou de téflon.
Il 1
- ~- --L--
Exemple: Détail d'un robinet-vanne.
. Joint avec . Joint amortisseur

,-
Grain Corps Étoupe poussoir Chapeau
talon d'arrimage

-~----

Butée de fin de course

. Joint de . Joints racleurs


presse-étoupe
0 Pour les fortes pressions et températures
élevées.
Les garnitures sont métalliques.
. Garniture autolubrifiante « PACIFIC».

Alliage de plomb Graisse graphitée Poussoir


--~-

. Joint V. RING . Joint BUSAK. Type VI

. Garnitureforméede bagues métalliques.


La garniture est formée de bagues en métal tendre
coupées. Le serrage les applique contre l'arbre.

--- --

~ 0;tl/t6"" à.Î}JS M~TALLIOU6S


~T.f!I,~HÉlmJ:'I~
ARPEbES
':SEGIVI~N'1l3
Il admet un léger
défaut angulaire
. Matériau: fonte douce.
. L'étanchéité
est obtenue avec plusieurs segments,
les coupures étant décalées.
. Joint GULLIVER . Joint CYCLAM
Le diamètre extérieur et le
diamètre intérieur sont légè-
rement désaxés.
//
'/ => e>e'
coupures

!I
84-_0---- --- 1~ ~
0'000""
",. 5~
00"'.
.",0.
"'W_"~

T9A~~M.IS~J QINS'DiE'~O~ME~'~ij"
1 agIOS-liES
Couft(QjlS J
S --"I",tH;:I,'.
!~!A~' 1 B ' ,' ' 1f!}
'
"4<9
piB p, Ll.I!:;
1.I; j iE
B0 1,ç, S 33/05 - 1 COURROIES PLATES
,
',

.a~. .~" '~

. Courroiesen cuir.
à plat à champ
1 '3a/O~.~i5b~Q'N\

Transmettre par adhérence, à l'aide d'un lien flexible


«courroie», un mouvement de rotation continu entre deux
arbres éloignés:

33102-8JRlfI\!.M0'O
.~ Q!I'H'N l'~N\DU
~rm
. Courroiesen coton tissé.
. Courroiesen nylon.
J

. Le brin mou est placé au-dessus des poulies afin d'aug- . Courroiesen matière plastique moulée avec une armature
menter l'angle d'enroulement en fils d'acier.

33/05 - 2 COURROIESTRAPEZoïDALES MOULEES

Toile ,;-:::;:';;;;:';;;;:;:;;~;';';':;;;;;;."";;;;:l:;,."

coton ~:
fi;: 00000000
000000" O
'' resistant
Caoutchouc
à l'usure
': 0000000',
Poulie /,
Corde :; Caoutchoucsouple
motrice sans fin '.~, ,~'. """~""~""2_~,t.

0( : angle d'enroulement.
Avantages:

- Courroie sans fin;


OWO3-G/M.;~~ Surfaces de contact poulie/courroie, importante pour
une largeur réduite;
Brin tendu
- Possibilité de transmettre des puissances élevées (poulie
à gorges multiples),

Poulie
motrice

Le galet tendeur est en contact avec le brin mou qui peut


alors se placer au-dessusou au-dessousdes poulies. 33/05 - 3
I~
. Unegorge . Gorges multiples

COURROIESPOLY «V»
Très utilisées en
~S~P,OiU.h,IIs ')
électro-ménager et
matériel agricole.
. Description.

:1:: JANTE: reçoit la courroie


<;====JMOYEU: liaison par clavetage avec l'arbre
~/O§;" P(jll!.~$ CR~N[~ ]

... ~ --

,
TOILE
- pour ou BRAS:diamètres: toile pleine ou
les petits
- pour les gros diamètres: bras. ajourée
. Pouliesétagées: assurent une variation de vitesse. 1

, 1

===1--
Transmission silencieuse sans glissement.
Exemple d'utilisation:
Pourcourroieplate Pourcourroietrapézoidale entrainement de l'arbre à cames de moteurs d'automobile.8S
..-
TRANSMISSIONSDE MOUVEMENT
: 34/05--:-
-- - - ,."-- ROULEA-UX
CHAtNE Ii. -
- ~

34..PIGNO!NS
- eHA1NES Axe rivé. solidaire des ioues extérieures
Joue extérieure Rouleau

l 34/o~?FoN,ÇTION-
---:---:----
Transmettre, par obstacle, à l'aide d'un lien articulé
appelé «chaîne», un mouvement de rotation continu entre
deux arbres éloignés parallèles.

i -34702. BRIN'MOU-BRINTENDU------ -- interieure

Douille solidaire des joues intérieures


Contrairement aux courroies, placer le brin tendu au-
dessus des roues et pignons. . Avantages
Surfaces de contact des articulations importantes. Les
Zl - Nl Brin tendu rouleaux roulent à la sortie du pignon.

~---~ r34/06. FERMfT~RE


DEJACHAÎNE -~---:.--
Maillon démontable

L- -
Brinmou T Zz Nz-

r 34/03. R~eOAT D!§.VITESSES - :::=-=::-


Zl -Z2 : Nombre de dents des pignons.
Nl - N2 ~Nombre de tours par minute.
comme pour un engrenage: Joue démontable Attache rapide

Nl x Zl = N2x Z2 =>~ = Z2
N2 Zl
1 -34/0f. CHAÎNESliËNClElJSE ...----1
-
L_~LQ4.ÇdilY.~I'G~bLE---

tuseau

La chaîne est guidée latérale-


Joue ou tlasqu~ ment par des maillons en for-
me de lamequi pénètrent dans
une rainure du pignon.
. Inconvénients
. Chaîne silencieuse
Surfacesde contact faiblesaux articulations d'où pression (absence de jeu). Longtemps
importante entre ces surfaces et graissage difficile. utilisée pour la commande de
distribution des moteurs d'au-
86 Usure rapide. tomobile.
Œt07 - GAtET COrtl,(lUEETpf~TfA~ -- --- --=J
-nR~NSMISSION
DE J\IiOUV~MeNT

35~, .U'~UES'DE FRICTION le plateau( 2) est


libreen translation
,
1 35/01- fO~N

Transmettre par adhérence, un mouvement de rotation


entre deux arbres rapprochés.

L35/02 - CONDITIONSD'ENTRAINEMENT :J
. Cœfficient
defrottementimportantentreles deux roues.
. Forces pressantes créant "adhérence.
2
.... 3
F,
---1-
4

- 1

+ --
D,- N1
F1 et F2 : forces pressantes
'~3§7pa:-GAteTCYLlNDRtnUfjTPk~;rEAU

L 35/03. RAPPOR]'DESVITESSES -- --~


D1 et D2 : Diamètres des roues de friction.
N1 et N2 : Nombre de tours par minute.

Dl x Nl = D2 x N2 ~~ =~ 2
D2 Nl

[357ii4-=ëONSTRUCTI~,=~: --
Le système «roues de friction» comprend:
. un plateau en fonte.
. un pignon appelé «galet»dont la surface de contact est en
bois, en cuir, en ferodo, en aggloméréde liège.
. Possibilité de faire varier le rapport des vitesses.Voir
Ces matériaux se présentent en rondelles, empiléeset
variateurs - chapitre 40.
serrées.
. Le galet doit être légèrement bombé.
- - - - - .".,., ,.
35/05 . AVANTAGES ..,.

. Fonctionnement silencieux. [35/09' - RO.Ue~!NlJ RiS~MÛ


L11!"ES--~
. Réalisation simple et économique.
. Glissement entre les roues en cas de variation brusque
2
du couple résistant. Le système peut-être utilisé comme
limitateur de couple.

1 35[06.1NCONV~$
. Efforts importants sur les paliers d'où usure.
. Transmissionde faible puissance. . Transmissionde grandes puissances.
87
"'-~""'" " .''
,..' ..

~BJkN$N,lIS~fIQNSg'Ê'
1\II0OViMiNT EU\I,GRE
NAGESC~tINBRIQUE,S
- ',," , "
"

3-:"i.
:; '~,1~
,., l,~~!I.M"I15'Q,
,;,',E!AlijfBEê
fOB1Ntl.l'R;iË"j:OiRl1JiifO;';"

r 3610,1,
-FiQN;cffaN 36104- CARA6TERI$1IQU:ES

Transmettre, sans glissement, un mouvement de rotatiQn Flanc Profi 1


continu entre deux arbres rapprochés. .9:!
=
ca

~ ---,1 CI)

. Engrenage: Ensemblede deux roues.dentées. ..s::::

. Pignon: La plus petite des deux roues.

. Roue: La plus grande des deux roues.


~
:;0
~:;0 ~I
ca
:J::
~I ~'J'
, -::!ji/ /

,.;/ ~ v/
,./,;'7 '
.,,"/ ,;/ ~'()\/

1/ '-/
""
'"

"1
"J~
Â.~
-~q"
.. ~~;/..-//
~~/
~{!>/ -~\"'~>';/
h\~~/
~/
.,.."/

..,,/
.,.> \//

~,~

\
Nombre de dents. . . . . . . . . . . : Z
1",,36/03 .g(ftiiI\lt:A jfÊGHro;O~I!MI'N:jMM~ Module. . . . . . . . . . . . . . . . . . : m
. Engrenage cylindrique. Diamètre primitif :d = m.Z
denture extérieure. denture intérieure. Saillie " : ha = m

Creux. . . . . . . . . . . . . . . . .. : hf = 1,25 m
Hauteur dent. . . . . . . . . . . . . . : h = 2,25 m
Pas au pnmltl f "
"" " " - J[ d -""-
p - - - Jl m
z

Déduire des caractéristiques ci-dessus:


0 Diamètre de tête (da)
. Engrenagecônique.

M
da , '................................................
0 Diamètre de pied (df)
df = ...

. Roue et vis sans fin. Remarque: lorsque deux roues dentées sont en prise, le
module et le pas sont identiques.

Voir Méthode active, chap[tre R7


. Pignon- crémaillère.

88 ~. -.
0-
-

.-. -.-- -t-


"
136/06. VITESSES!.!)6ROlATION 1 ~09 ~ CREM~LLERE. - ~
1
~ _~ISgN DE_L'EI\I<G~E~AGE
-- - ---
Une crémaillère peut-être considérée comme un élément
Vitesse de rotation: n 1 et n 2.
de roue dentée dont le diamètre primitif tend vers l'infini.
Unité: tr/mn (tours par minute).
~i_~.!!- primitive
dl-Zl_nl dz-Zz_nz
Saillie (ha)
. } /~-~/

(-/v
~-j~
+ )
!J/
-=

~---'f
1
Menante 1 -
i a l;;rI \ ---
Menée Creux (hf)

vitesse roue menée (n2) Caractéristiques


. Raison (r) = Module: m
vitesse roue menante (n1)
Pas au primitif: p = m 7r
r=~=~ Zl Saillie: ha = m
nl dz - Zz Creux: hf = 1,25m
Hauteur de la dent: h = 2,25 m

~ 36/07 '-'NTRAXE (ii)

36/10 - TRA.NSFORMATIONDE MOUVEMENT.


a = dl + dz = m (uu + ) SYST~M' «PIGNON'. CRE.MAILbÈRE»
2 2 '.
. Lesystème «pignon - crémaillère» permet de transformer
un mouvement circulaire alternatif en un mouvement recti-
. HERCHE DU MOO L ligne alternatif.
D'UNE ROUE EXISTANTE

. Le système est réversible.


De la formule qui nous permet de calculer le diamètre

.
de tête, nous déduisons la valeur du module:
. Exemples
d'utilisation?:
0 .........................................................................................
da = m(Z +2) :=;. m =~ 0 """"""""""""""""""""""""""""""" ..................
Z+2
0 ., ...................

. Mesurer le diamètre de tête (da).


1t
.......................

. Compter le nombre de dents (2) .


Pignon.'-J~~L'~~.LA._L!"
Crémaillère
. Calculer alors le module en utilisant la formule ci-dessus. T<==-~~p

Remarque ROTATION TRANSLATION


DU PIGNON DE LA CRMAILLÈRE
Le module ainsi calculé a peu de chance d'être un nom- 1

bre qui corresponde exactement à l'un des modules norma- Un tour 7rd = 7rmZ
lisés, ceci à cause des incertitudes sur la mesure du diamètre 1

Une dent
de tête. Il convient donc de choisir le module normalisé U-tour) 7rm
2
7rd/Z = 89.
qui se rapproche le plus du module calculé. 1

".
--
l 36/!1. ~NGRENA'GE
~NT~RIEUR -- _1 1 1,6/12 --S'tN~
~ Rrtn\T~O~
Terminez' les sens de rotation esquissés sur les dessins.
Complétez ensuite les conclusions en ajoutant soit:
«ne tourne pas», soit «tourne».

. Deux roues en prise.

Pignon
dl_Zl- nl

. Caractéristiques du pignon: voir 36 . 4. Conclusion:


La roue (B) dans le même sens que
. Caractéristiquesde la roue: (ci-dessous)
la roue (A).

. Avecune roue intermédiaire (3 roues)


ha = m

1,25 m

Téte

Conclusion:
La roue (B) dans le même sens que
la roue (A).

. Un nombre paire de roues.


. -Compléter les caractéristiques ci-dessous.
0 Diamètre primitif: d = ,............................
0 Diamètre de tête: da = "...........................
0 Diamètre de pied: df = ..........................................
0 Entraxe : a = ..........................................

. Taillagede la denture intérieure


Roue en une pièce:
Conclusion:
Prévoir un dégagement d'outil.
La roue (B) dans le même sens que
la roue (A).

. Engrenageintérieur.

Roue en deux parties:


Prévoir un centrage.

Conclusion:
La roue (B) -1.tI?-.t.-1.r.:n~ dans le même ~ens que
90 la roue (A).

~
""

--~
ENGRENAGESCYLINDRIOUES - 36/15~
r- -- - ËNGRENAG-ES
- - - AUCHES
G --
A DENTUREHÉLiCoïDALE Axes des roues non
parallèles-non
. Avantages concourants.
Fonctionnement silencieux sans vibration. Effort sur
,/
çhaque dent réduit (3 ou 4 dents en prise simultanément).
. Inconvénient . Inconvénients
Frottements importants.
Ils créent des poussées axiales qui exigent des épaule-
ments et des butées. Poussées axiales importantes. . 2

L 36/13 - CARAC1.:eRilsTiiïuJs
-- - --- 1

2
~/
. Lorsque les axes sont orthogonaux:
Angle de l'hélice: fS
Module réel. . .. : mn (module normalisé) 90°
fl + (h =
Module apparent : mt = mn
cos(3 . Observez le sens des hélices.
Pas apparent. . .. : Pt = mt x 7[ 0 Roue (1) : hélice à...:..:.................................................
Pas réel. . . . . . . .. : Pn = Pt x cos(3 0 Roue (2) : hélice à........................................................
Diamètre primitif d = mt x Z
(droite ou gaucQe)
Diamètre de tête da = d+2mn
Diamètre de pied df = d - 2,5 mn -- ,
L36/16 - ROUEDOÜ,BlE3"- RgUE A-CHEVRONS
..
r..36/14':1ENGilEiNAÇ~SPARALLÈLES 1
Pas de poussée axiale
Axes des roues parallèles.
ROUE DOUBLE ROUE A CHEVRONS

---.-

-~-.-

0 Entraxe' a = "" u.................................................. . Lesdentures sont d'inclinaison égale mais de sens contraire.
. Observez le sens des hélices. . Lorsque la roue est double, prévoir unt dégagement
0 Roue (1) : hélice à........................................................ d'outil (A).

0 Roue (2) : hélice à........................................................ . La roue à chevrons ne possède pas de dégagement


(droite ou gauche) central. 91

J
i'
a'E'NA,G ES'CÔNfnUES" ,RO;UEiE;f
,VISs~msPlm
ENJUREI. 0 ROrf'E Axes des roues orthogonaux
,. .,"""", ". " "\.~;:

Axes des roues concourants L36L 118-jOtIM'fISI1r.U),N'i


.. ]
t ~36/i1'~4IA\U~S!lilQtI~: ]
. La vis (1) qui transmet le mouvement (sauf cas particu-
liers) est à un ou plusieurs filets. Elle peut être «à droite»
ou «à gauche».

. Laroue (2) est une roue cylindrique à denture hélicoidale.

~J
Cône de tête
cône_~l!!L_\
Cônede~. ~a'

~;"$36/1'9
-RAPrORTDER~DUCIL6i =:J
Cas d'une vis à un filet: VIS: un filet

~
Diamètre primitif (d)
r-
I

. Larotationde un
Module. . . . . . . . . . . . . . . . .: m tour de vis provo-
(l'un des modules normalisés) que la rotation de
Diamètre
primitif.. . . . . . . . .: d = m. Z
Angleprimitif. . . . . . . . . . .. : <5-
une dent de la roue.
1 \
( + 1
Angledetête. . . . . . . . . . .. : 6a.= 6 i- Ba . Ilfaut la rotationde \ )
Angledesaillie.
Angledecreux
......... :
. : Of
Ba (z)toursde la vispour
provoquer la rotation
de un tour de la roue.
-~ /

Saillie ha - m
Creux . . . .. . .. . .. . .. . ... hf = 1,25 m
0 Rapport de réduction: R - ...............
...............

=~'~.(~t)~~~
. La roue et le pignond'un engrenage
coniquesontétablis . Le système «roue et vis sans fin» permet un grand rapport de
réduction.
l'un pour l'autre (mêmemodule,sommetcommundes
Voir chapitre 39 sur les réducteurs.
cônes).Ils forment un ensemble indivisible.
. Le systeme peut-être non réversible (cas des vi, 1 filet). Il est alors
utilisé dans certains appareils de levage.

. Les engrenages coniques créent une poussée axiale qui . Le système crée des poussées axiales importantes, en particulier
suivant l'axe de la vis. Il nécessite l'emploi de butées ou roule-
92 exige épaulement e~~butée. ments supportant ces efforts.
~I;~~~~,~I~ I::i.~Él1t~le"'E 31, : ]
ENGRENAGE CYLINDRIQUE - DENTURE DROITE ENGRENAGECYLINDRIQUEET
CRËMAILLÈRE-DENTUREDROITE
Données:
Pignon (1) : Z1 = 38 dents
Module: m = 2,5
Crémaillère: Z2 = 15 dents

. Calculer:
- Le diamètre primitif: d1
2 - La hauteur de la dent: h
Données: - Le pas au primitif: p
- La longueur de la crémail-
Pignon (1) : Z1 = 38 dents Module: m = 6 1ère: L
Roue (2) : Z2 = 57 dents
. C~~ler:
L~ diamètres
Les ~iamètres de
primitifs:
tête: dad1
1 etetda2.
d2.
- L'entraxe: a 0 Solution: 1
Réponses:
- La raison de l'engrenage: n2/n1. d1 = .........................................
0 Solution: 1 Réponses: = ..... 1 d1 = .....................
d1 ==m x Z1 h = ..........................................
- ..................................... d1 = ..................... - , 1 h = .....................
1
da1 = ..................................... p = ..........................................
- ..........................................
- ........ 1 da1 = ................... 1 p = .....................
d2 - ..................................... L = ,... ,
Id2= , ,........... - , L = .....................
= ..................................... 1

- ..
da2 = "................ 1 da2 = .................... r.. .~XEfii~
..
. -- :J
a - .....................................
ENGRENAGE CYLINDRIQUE. DENTURE HËLlCOIDALE
- ........................ 1 a = .....................
................
Raison r =~ - ...............
nl - ............. 1 r ".........
.
[ ~
~XERCICE 2 . :::J
RECHERCHE DES COTES CARACTËRISTIQUES
D'UN PIGNON:
Vous voulez retrouver les caractéris-
tiques du pignon (1). Données:
- Vous avez compté le nombre de Angle de l'hélice: (3 = 200 - à droite
dents du pignon. Module réel: mn =5
Z1 = 23 dents Z = 28 dents
Nombre de dents:
- Vous avez mesuré le mieux pos- cos 200 = 0,939
sible le diamètre de tête. . Calculer:
da = 124,5 mm
- Le module apparent: mt
. Calculer:
- Le diamètre primitif: d
Le module (m) . le diamètre primitif (d1) . - Le diamètre de tête: da Voir chapitre 36/13
Iè diamètre de tête exact (da1) . Voir chapitre 36/08.
0 Solution: 1 Réponses: 0 Solution: Réponses:

m - ..................................... Module Module mt = ..........................................


calculé: normalisé:
- ..................................... - .......................................... mt= ....................
m = 1m = .......
d1 = .................................... d = ..............
- .................................... = "............................... 1d = ".............
1 d1 = .........................
da1 - ..................................... da = .............
- .................................... da1 = ....................... - .... 1 da = ....................
1
----
: -
r: EXEiclCÉ1' -- - ---u - - 6 :---
L'!XERCICË -- -~ -. . .
ROUE ET VIS SANS FIN ENGRENAGECONIQUE-DENTURE DROITE

dl

ca

2 4 1

/~ i !
Données: ! 1

IL d4 -II
Nombre de filetyJe la vis (1) : Zl = 2 .
=6
Module réel de la vis (1) et de la roue (2) : mn
= 60
Diamètre primitif de la vis (1) : dl
l:- da4
~
Nombre de dents de la roue (2) : Z2 = 50 dents
PIGNON (4) DU RËDUCTEUR DE VITESSE
L'angle d'hélice (13) et le sens de l'hélice sont identiques sur
la vis et sur la roue.. ËTUDIË AU CHAPITRE 20/30.

~ = 7° cos 7° = 0,99255 Pour compléter la documen!ation relative aux engrenages


. Calculer: coniques, consulter la Méthode Active - chapitre R11 (calculs)

- Le module apparent de la roue: mt Données:


- Le diamètre primitif de la roue: d2
- Lediamètre de tête de la roue: da2
Pignon (4) - Nombre de dents: Z4 = 17 dents
Roue (3) - Nombre de dents: Z3 = 38 dents
- Le diamètre de pied de la roue: df2
Module: m = 3
- L'entraxe: a

. Calculer les caractéristiques du pignon (4)


- Le rapport des vitesses: ~~ = ~~
Quel est le sens de l'hélice de la vis? - Déterminer l'angle primitif: b
, ,
est d etermme par tg
., (Z4
=-Z3
Voir chapitre 36/13 0 0

0 Solution: Réponses:
- Diamètre primitif: d4
- Diamètre de tête: da4
mt - .., ........
- La longueur (L) des génératrices du cône primitif
= ...................................... mt = ......................
d2 = ......................................
= ...................................... d2 = ..................... 0 Solution: Réponses:

"""""""'"
tg ~ = """""""""""""""""""'"

S =
1

da2 = 1da2 = ..................... - ......................................... tg .....


= ~!
df2 = """"""""""""""""""" Rechercher [, sur une table
= ...................................... df2 = ..................... trigonométrique 1) = ........................
a -..:::::.~............................... d4 - .........................................
= """"""""""""""""""" a = ...................... - ......................................... d4 = ......................

!!.L. = .:=:.. = """"""'" J!l. = ................. da4 = .........................................


n2 .""""""" n2 """""'" - ......... da4 = .....................
Sens de l'hélice de la vis Sens de l'hélice: L - ...........
à............................... - ..................... L = .....................
94 (à droite ou à gauche)
~

O'HANGEMENTS
DE:VITESSE
CHANG~MENTS.DEVITESSE Il

GÉNÉRALITÉS 37. MECANISMES


DIVERS.,
- _~R_qB_L'~ME -=.-.=--- = 37/01 . POULlES{TAGÉES-ET
- --- COU-RROIE-
- -
LE MOTEUR

Un moteur, caractérisé par sa puissance a généralement


un seul sens de mar'che et une seule vitesse de rotation.

. Citez quelques exemples de moteurs?


0 """""""""""""""""""""""""""""".............................
..............................................................................................
Moteur Récepteur
,.....
. Certainsmoteurs peuvent-ilsavoir deux sens de marche?
. Citez un exemple ou ce système est utilisé.

,
/ Si oui, lesquels.
O.........................................................................................
0 ..'1':'.
,'urs.oI f.<t...
.,.9.';,"tA./~:.lhÜ:" ...................

LE RÉCEPTEUR
. A quel étage doit être placé la courroie pour que la vi-

Le récepteur, qui reçoit la puissance du moteur peut, tesse du récepteur soit plus grande que la vitesse du
selon ses conditions d'utilisation: moteur?
0 /..~~::...~.~.f
(,,'
, ,........
. tourner dans les deux sens;
. tourner à des vitessesvariables.

. Citezdes exemples de récepteurs?


1 37/02 - PIGNONSET êHAINE
O ,:...............
"""""""""""""""',"""

,....................................

.. Oralement - sur des exemples précis, Pignonsétagés Rouedepédalier


Justifiez: Ressortderappel

~
«tourner dans les deux sens» et
(. tourner à des vitesse variables».

--
r- SOLUTIONS - - 1
---1 ...--
Pour transmettre
assurer les conditions d'utilisation
la puissance du moteur au récepteur et
de celui-ci, il faut placer
+
entre le moteur et le récepteur l'un des éléments étudiés ~
dans les chapitres suivants. Axe fixe
Pignontendeur
Mécanismesdivers Boitesdevitesses
dechang.de ïr . 0 - ~haine
vitesses
~ Récepteur
Sur le schéma, la chaine est montée sur le pignon de la
R deuxième vitesse.

Réducteurs
~ ~
Variateurs
.

0
Lorsque vous passez en première1 vitesse (grand pignon).
dans quel sens se déplace le pignon tendeur?
(sens G ou sens DI 95
~"B~1!4&EÙRS
,
if '... - ._~" ~HANGËMÊNTS!D.E Vl'ESS§~
1 2 .10..11. 3
;Bt~UJil__tQ,lr_181.Si
L-
-
~~,: .iij.N~p1pI[N -
Appareils destinés à transmettre un mouvement de rota,
tion avecmodification de vitesse.
9
1 .3'8~oi..sülNfA

M D\.I
"~'Y '

~~n~n
]
6 \..L
CARACTI:RISTIQUES DE LA BOITE:
2 3 _.
. Pignon
(1) et roue (4) toujours en prise.

. Pignonbaladeur (2) - commandé par fourchette (10).

3 positions:
à gauche (G) - (2) craboté avec (1).
Clavette
coulissante au centre - point mort.
à droite (0) - (2) en prise avec la roue (5).

le 2e 3e
. Pignon baladeur (3) - commandé par fourchette (11).
3 positions:

~ à~auche (G) - roue (3) en prise avec roue (6).


au centre - point mort.
à droite (0) - roue (3) en priseavecla roue (9).

as
A:~1:\'f):EU

D/Fourchette
"\ 11

Caractéristiques:

. Touslescouplessonttoujoursen prise.
. Changementde vitessepar déplacementde la clavette
cou1issante.

. Points morts, lorsque la clavette est sous les bagues (5)


et (7).
11
. La deuxièmeest «passée»
- voir schéma ci-dessus-
Le mouvement de rotation est transmis de l'arbre moteur
Position des deux fourchettes ~
(M) à l'arbre récepteur (R) par l'intermédiaire des roues
lorsque la boite est au point mort :
dentées suivantes:
Gauche G . @ . Fourc~ette 11
960 . @ . 0 Droite

~
,
~" 1èreVITESSE 1 38/08 - 3ième VITESSE'

" ".,,',',';',',.,.;.,
..........
';;0.'. ...,.c.;,",,;.'

. Établissez, en couleur, la suite des liaisonscorrespondant


. La suite des liaisons entre (M) et (R) correspÇl~dantà If à la 3 ème vitesse.
1ère vitesseest représentée en gris sur le schéma ci-dessus.
. Complétez, ci-dessous, la suite des liaisons entre (M) et(R).
Repassezcette suite en couleur.
. Complétez, ci-dessous, la suite des liaisons entre.(M) et,(R). 0
@
. La vitesse de rotation de l'arbre récepteur (R) est-elle
D~~ différente de lavitessede rotation de l'arbre moteur (M) ?
. Entourezles positionsoccupéespar les fourchettes.
0 (oui ou ~
. Entourez les positions occupées par les fourchettes.

!
1
Fourchette 10 ~
38/07 - 2 èmeVITESSE
0
tJ
"
<>---O
0
r 0""rch>"'
l).
11

--- :J
1 Fourchette 10

[38l09. M~BC!l!P.BRI~~
~ ,<>---+-<>
~ r
'ri Fourchett, 11

-- -.

M R "

",. ,.,..,.,;"""
"
,..W,'.~.'..

fi

. Établissez en couleur, la suite des liaison~jcorrespondant . Il

. Établissez, en couleur, la suite des liaisonscorrespondant


à la 2 ème vitesse (voir exemple ci-dessus).
à la marche arrière. i[

. Complétez, ci-dessous,lasuite des liaisonsentre(M) et(R). . Complétez, ci-dessous,la suite des liaisons entre (M) et (R).

.
~~
Entourez les positions occupées par les f<?urchet1e'S.
0 @{ï)-{1)
. Entourez les"pOsitions occupées- par les fourchettes.
G 0 . 0 Fourchette11 G o <r G Fourchette11

Fourchette 10 o--o---<J Fourchette 10 0 . 0


0 I
0 97
~
1 A~'B:A
38'/10,.'BBITE GRIYF!S(&!tA&Olfij L38/1 l..:.§ViNCM,RONISEU
R

Fonction
Zè PM lè 2 3
Dispositif égalisant la vitesse de deux arbres avant d'éta-
blir leur liaison par griffes (crabotage).

Exemple
Synchronisation de la boite à baladeur à griffes étudiée
ci-contre.

M ~L'
L
, , 1 ~
~,!::r 2

5
. . Le baladeur (2) est au point mort.

.2
Griffe de (1

1
,/

. Observez,sur le schéma, la liaison entre l'arbre moteur


(M) et le crabot (2). Terminez ensuite l'élément de cir- LE CRABOTAGE S'EFFECTUE EN DEUX TEMPS:
0 PREMIERTEMPS
cuit ci-dessous.

~ @I~ CD
. Quelsusinages
prévoit-on,en général,sur l'arbreet le
crabot pour assurercette liaison en rotation?
n ' ~.....................

. Lorsquela premièrevitesseest «passée»,


le mauve
(2) se déplace en translation vers (1). (2) entraine (12)
ment de rotation est transmis de l'arbre moteur (M) à
par l'intermédiaire de la bille. Les surfaces coniques entrent
l'arbre récepteur (R) par l'intermédiaire des éléments
en contact. Il y a entrainement par adhérence. (1) et (12)
suivants:
tournent à la mêmevitesse.
DEUXIÈME TEMPS
0

. Lorsque la «première» est passée, le pignon (3), en


prise avec le baladeur, est entrainé en rotation.
Quel est l'état de la roue dentée (1) ?
(Entourez la bonne réponse).
0 - Elle ne tourne pas.
- Elle tourne plus vite que le pignon (3).

.~ Elle tourne moins vite que le pignon (3).


(2) poursuit sa translation vers (1). La bille s'efface.
. Le changementde vitessepeut-il s'effectuer en marche?
980 ..N ~.. (oui ou non). La crabotage s'effectue.

"'"
. Train de roues cylindriques et coniques
CH'ANGEME'N\fS
DEVI1FESSE
Z, - N1 Z5
39,~,,IÎDUCT'I!ORS
M
1 39/03 - F.ONCTION
Appareils destinés à réduire la vitesse d'un arbre moteur.

Remarque: les appareils~versibles peuvent être utilisés'


comme multiplicateur de vitesse. 0 r= ........ =
Remarques
1 39/02 - SC:HtM.A' Les réducteurs à denture hélicoidale sont plus silencieux
et ont un meilleur rendement que les réducteurs à denture
/ droite mais ils nécessitent des paliers supportant des efforts
axiaux.

, N2< Nl
t 39/04- REDUCT~ÙaA ROUEETVIS~~S FIN .J
Récepteur:
Roue: Z dents Vis: 1 filet

L39/03 - REDUem~DENTt~S ---J1 ~


. Deux roues cylindriques Rapport de
Zz- NZ réduction (r)
r=-L
Z

. Rapport de réduction élevé


~-fu-
ex : plateau circulaire 1/120
Rapportde réduction:( r) . Ils sont en général irréversibles.
r = v!tesserécepteur J!z- = ~ . Lesaxes sont montés sur paliers butées.
vitessemoteur N, Z2
. Train de roues cylindriques
~L~CY'C19IDAr-]
M

'"

\
-h../ IR \\ Z4-N4

0 r = ~ :.:. . =~::~~','.',::'.:::'.:::::::::,':':::::
. Deux roues cqniques
Z,- N,

M , - Pignon moteur (arbre moteur).


2 - Couronne intérieure fixe.
3 - Satellites (ici 3).
4 - Portê-satellites (arbre récepteur).
R
~ . Rapport de réduction important sous un encombrement
0 r="""""""" - -;:"J
."""""'" .. rédu it. 99
CHANGEME'NTS
DEy trEsSÉ
. r4%5 - VARIt\TE,lIRb. PU~TEAlIX E1 ---'
L- GA1~!
~Œ9.!!illJL-___----
, ,

J
4tJ~"
VARIAtEU,RS Exemple: variateur FU.
5

J 40/o1-FON'CTION :J 4
1

Appareils qui permettent d'obtenir un rapport de vitesse


quelconque entre un arbre moteur et un arbre récepteur.
R
r ,go/02-7~

~L variable

:t~,rll,i)jj~
~ '~

La translation du galet fait varier les diamètres de côntact-'


riiiiO3 =PR'NOIPE ] -. ~,
(01) et (02) sur les plateaux.
La modification du rapport des vitesses est obtenu en . En partant de la position du galet sur le schéma; lorsqll.e
modifiant le rapport des diamètres des circonférences de le galet monte:
contact. D le diamètre (01) .............................. (augmente.
ou
D le diamètre (02) .............................. diminue)
40/04 -VAFU'ATElIR A'PLATEAlI
ET'GALETSJMPLE
, 40/06. VARfATE,lIRA PLATEAlIX.TO'RH1UES

Tr 2 Galet
EJfemp/e : variateur Brottby.

M 1 2

--3

3
Plateau R Ressort R

La translation du galet fait varier le diamètre de contact


sur le plateau.

. Fonction du ressort (3) ?


D ;......................................

. Liaisonentre l'arbre moteur (M)et le galet (2) ?

100
D fM"l,
L:J~ ~ 1 ~ r;I L'inclinaison de "axe des galets fait varier les diamètres
de contact (01) et (02) sur les plateaux toriques (1) et (2).