Vous êtes sur la page 1sur 192

CHAPITRE

La  place  de  l’Europe  dans  le  


1 peuplement  de  la  Terre  

›  MANUEL  PAGES  10  À  35  


 
 
  Objectif  et  problématique  du  chapitre   migrations de ces populations à l’intérieur du
continent européen et surtout hors d’Europe
Il s’agit d’un chapitre introductif général dont
puisque 60 millions de migrants quittent le
les instructions font obligation de le traiter en
continent européen entre 1820 et 1914.
4 heures au début du programme. Il permet une
Ce chapitre permet donc de poser avec les
vision globale sur un temps long de l’histoire
élèves le cadre géo-historique de l’ensemble
du peuplement de la Terre depuis l’Antiquité
des thèmes traités ensuite, d’expliquer l’impor-
jusqu’au XIXe siècle en privilégiant la part
tance et l’évolution du foyer européen et de
prise par l’Europe dans l’histoire de ce
mettre en place quelques notions de démo-
peuplement. Il comprend deux grands thèmes
graphie historique, en particulier celle de la
complémentaires, d’une part la répartition et la
transition démographique, enfin de s’interroger
croissance de la population mondiale et d’autre
sur les facteurs multiples des migrations.
part les migrations, thèmes traités selon l’angle
de la place de l’Europe dans ces évolutions.
  Bibliographie  
Quelle est la place des populations euro-
péennes dans le peuplement de la Terre ? LIVRES  ET  REVUES  
De l’Antiquité jusqu’à la fin du XVIIe siècle, la • BARDET (J-P), DUPAQUIER (J.), HINARD (F.),
population mondiale connaît une croissance Histoire des populations de l’Europe, fayard,
lente, ce qui est aussi le cas de la population vol. 3, 1997-1999.
européenne. Cette population connaît en effet • BADE (K.), L’Europe en mouvement, la
un régime démographique d’Ancien Régime migration de la fin du XVIIIe siècle à nos jours,
marqué par une forte natalité mais aussi par Paris, Seuil, 2002.
une forte mortalité et par des crises de sur- • BAUDELLE (G.), Géographie du peuplement,
mortalité récurrentes qui expliquent la fai- A. Colin, 2000.
blesse de l’accroissement naturel. La réparti- • NOIN (D.), Géographie des populations,
tion de la population est très inégale mais aussi A. Colin, 2005.
assez stable marquée par une forte concent- • BRUN (J.), América ! América ! Trois siècles
ration des populations sur certains foyers, d’émgration aux États-Unis (1620-1920),
notamment le foyer européen. Gallimard, 1980.
À partir du XVIIIe siècle, le régime démogra- • TEMINE (Émile), France, terre
phique de l’Europe change, ce qui explique en d’immigration, Découvertes, Gallimard, 1999.
partie l’accélération de la croissance démogra- • ROLLET (Catherine), La population du
phique de l’ensemble de la population mon- monde, 6 milliards et demain ?, Larousse,
diale. L’Europe est alors affectée par une 2004.
baisse de la mortalité qui marque l’entrée dans • GREEN (Nancy), L’odyssée des émigrants, Et
la transition démographique dont l’achèvement ils peuplèrent l’Amérique, Découvertes
au XXe siècle n’est pas ici étudié. Gallimard, 1994.
Cette forte croissance de la population euro- • TDC l’immigration en France, 15 mai 2007,
péenne est, avec les transformations économi- n°936
ques et sociales et les progrès des transports, • Revue Population et sociétés, Quand
un des éléments d’explication des fortes l’Angleterre rattrapait la France, n° 346, mai

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   3


1999 ; L’évolution du nombre des hommes, interroger la classe sur les raisons de ces
n° 394, octobre 2003. migrations sans toutefois pousser l’analyse qui
• Revue l’Histoire, les collections, Les grandes sera conduite dans la suite du cours.
migrations, de Moïse à la mondialisation, mars
2010. •  Document  1.  L’Accordée  du  village  
Il s’agit d’une peinture de genre, représentant
FILMS   une scène de la vie quotidienne, peinture édi-­‐
• CHAPLIN (Charles), L’émigrant, 1917. fiante, le peintre se fait moralisateur. La scène
• KAZAN (Elia), America America 1964. principale est celle du père remettant à son
• COPPOLA (Francis Ford), Le parrain 1973. futur gendre la dot de sa fille.
• SCORSESE (Martin), Gangs of New York, Présenter le document en identifiant le peintre
2002. et en mettant en évidence le fait qu’il ne s’agit
pas d’un témoignage mais d’une œuvre
SITES  INTERNET   artistique dont le statut initial n’est pas de nous
• www.ined.fr renseigner sur une situation sociale alors que
• www.histoire-immigration.fr nous l’utilisons comme telle, c’est-à-dire non
• www.ellisisland.org pour ses qualités artistiques, que l’on peut
noter au passage, mais pour ce qu’elle nous
apprend, sans le vouloir sur la réalité française
MUSEES  A  VISITER   au XVIIIe siècle.
• Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Faire remarquer par les élèves combien il y a
Palais de la porte dorée, Paris de personnes représentées (12 personnes) et les
identifier (au centre les fiancés, assis à droite et
à gauche le père et la mère, tout à droite
l’officier d’état civil, deux jeunes filles et trois
Ouverture   jeunes enfants donc peut-être une famille de 6
enfants), faire relever les éléments qui
›  MANUEL  PAGES  10-­‐11   indiquent qu’il s’agit d’une cérémonie de
fiançailles (costume de la jeune femme, dot
Les deux iconographies proposent une vision
dans la main du jeune homme).
synthétique de l’évolution de la population
Pour aller plus loin, les sites sont utiles :
européenne avant le XIXe siècle et au XIXe
• http://www.histoire-
siècle. Le tableau de Jean-Baptiste Greuze
permet de présenter l’idée d’un régime démo- image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=1314 ou
• www.louvre.fr une description du tableau et
graphique d’Ancien régime fondé sur une forte
une interprétation.
natalité dans lequel la famille nombreuse est la
règle alors que le deuxième document introduit
•  Document  2.  Arrivée  de  migrants  européens  aux  
l’idée des migrations européennes outre atlan-
États-­‐Unis  vers  1905  
tique au XIXe siècle dont l’explication est à
Il s’agit d’une photographie en noir et blanc
chercher dans l’accélération de la croissance
colorisée. Faire remarquer qu’il s’agit d’une
démographique européenne, explication qui
photographie de migrants européens arrivant
sera donnée dans la suite du cours.
aux États-Unis, ils ont débarqué sur le quai
À ce stade du cours on peut proposer aux
d’Ellis Island et regardent vers Manhattan. En
élèves une analyse des deux images en mettant
1892, Ellis Island, dans la baie de New York,
l’accent sur le contraste entre les deux et donc
devient la principale porte d’entrée aux États-
entre les deux réalités qu’elles évoquent : ainsi
Unis pour les immigrants qui arrivent de plus
on peut faire relever l’écart de dates entre les
en plus nombreux d’Europe. Inauguré en 1900,
deux moments représentés, la différence de
le centre aujourd’hui transformé en musée a vu
nature entre les deux documents (peinture à
passer, jusqu’à sa fermeture en 1954, quelque
l’huile et photographie en noir et blanc
12 millions de personnes.
colorisée), fiançailles dans une famille de
paysans en comptant et en identifiant les
Cette image permet d’évoquer la transfor-
membres de cette famille ; sur la page de
mation des transports qui rend possible de
droite, un groupe de personnes avec des valises
façon plus rapide et moins coûteuse le trans-
de voyage. À l’issue de cette analyse, on peut
port maritime et l’importance des États-Unis

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   4


comme destination privilégiée des Européens. Les cartes de 1500, 1600 et surtout celle de
Le choix de cette destination s’explique par 1800 comparées à la première montrent assez
l’image véhiculée par ce pays, pays neuf où la clairement la permanence de la répartition du
fortune est possible ce qui relève de la peuplement de la terre depuis l’Antiquité mais
mythologie relative aux États-Unis et que avec une très forte densification puisque la
symbolise la skyline de Manhattan ; elle population est passée de 250 millions
s’explique aussi par les besoins de ce pays en d’habitants au début de l’ère chrétienne à 968
main-d’œuvre du fait de sa révolution indus- millions en 1800. En effet, on retrouve trois
trielle, ainsi les frontières américaines sont foyers principaux de peuplement : le foyer
assez largement ouvertes jusqu’à la loi des chinois avec 330 millions d’habitants, le foyer
quotas de 1921, même si les migrants doivent indien avec 190 millions d’habitants et le foyer
subir sur Ellis Island des contrôles sanitaires européen avec 195 millions d’habitants en
avant de pouvoir atteindre le continent propre- 1800. La population de l’Europe et de la Chine
ment dit. a plus que doublé au XVIIIe siècle, siècle qui
est marqué par l’entrée dans la transition
démographique. Au contraire les populations
du Japon, de l’Inde, du Proche-Orient et de
Repères   l’Afrique du Nord stagnent. Au XIXe siècle,
des foyers secondaires de peuplement sont
›  MANUEL  PAGES  12-­‐13   apparus, certains foyers ont perdu de leur
•  Document  1.   La   répartition   de   la   population  
importance relative par rapport à l’ensemble.
mondiale  au  cours  de  siècles  :  4  cartes  (Antiquité,   Le foyer secondaire au nord-est des États-Unis
1500,1600,  1800)   commence à être visible, il se constitue
Au Ier siècle de notre ère, la population cependant essentiellement après 1800,
mondiale peut être estimée à 250 millions de l’Amérique du nord passant de 5 à 90 millions
personnes avec une répartition très inégale à d’habitants entre 1800 et 1900 du fait de
l’échelle mondiale. On peut faire remarquer l’accroissement naturel et des migrations des
tout d’abord la faible densité de la population populations européennes. Le reste du continent
sur l’ensemble de la terre par rapport au américain a enregistré des variations de
période suivante et particulièrement par populations importantes marquées par une
rapport au XIXe siècle. densification en 1500 du fait de la croissance
Les densités sont particulièrement faibles sur de la population, puis une régression consécu-
le continent américain de peuplement récent tive à la forte mortalité après l’arrivée des
comme sur le continent africain à l’exception Européens, l’Amérique centrale et du sud perd
des vallées fluviales (Nil, Niger) et du littoral 20 millions d’habitants entre 1500 et 1800.
nord africain. S’individualisent nettement 4 Le continent africain connaît aussi une
grands foyers de peuplement que sont le bassin densification de sa population entre l’Antiquité
méditerranéen, le Proche Orient, l’Inde et la et 1600 dans les régions déjà les plus peuplées
Chine. Ces foyers sont hérités du peuplement comme la vallée du Nil et le Golfe de Guinée ;
préhistorique récent. Entre -10 000 et -8000, le mais au XVIIIe siècle la population stagne ou
néolithique associant la sédentarisation et la régresse à cause de la traite des esclaves, on
culture à la houe a décuplé la population au estime à 12 millions le prélèvement de
Proche Orient, la culture néolithique se personnes à destination de l’Amérique et à 6
diffusant ensuite par la Grèce en Europe, celui vers les pays arabes. Ces prélèvements
continent qui connaît alors aussi une expliquent que l’Afrique ne demeure qu’un
croissance rapide de sa population. Dès -8000, foyer secondaire.
 
la culture néolithique naît dans la vallée du
•   Document   2.   L’émigration   européenne   au  
Huang He en Chine et s’étend vers l’est et
XIXe  siècle  
l’Inde néolithisée devient aussi un grand centre
La carte de l’émigration européenne permet de
de peuplement entre -4000 et -2000.
prendre la mesure de l’importance des flux de
Au début de l’ère chrétienne, les dénom-
populations hors d’Europe résultat de la
brements pratiqués dans l’empire romain et
transition démographique que le contient
l’empire chinois permettent une évaluation
connaît au XIXe siècle (étude pp. 16-17). Elle
assez sûre des populations dans ces régions qui
peut être utilisée pour illustrer le cours pp. 28-
confirment leur importance.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   5


29). On peut faire repérer par les élèves que
c’est toute l’Europe qui est devenue une région
 Étude  
de départ. De 1820 à 1920, c’est 55 millions Les   Européens   dans   la   population  
d’Européens quittent le continent. La vision mondiale  de  l’Antiquité  au  XVIIe  siècle  
donnée par la carte est un peu simplificatrice
puisqu’elle ne permet pas par exemple de ›  MANUEL  PAGES  14-­‐15  
mettre en évidence le fait que contrairement Ce premier dossier permet de traiter le premier
aux autres pays européens, la France n’est pas point du programme de seconde « Les popu-
un pays d’émigration. Les flèches permettent lations dans les grandes phases de la croissance
cependant de préciser que les Européens les de la population mondiale et du peuplement de
plus nombreux à partir sont les Italiens, les la Terre, de l’Antiquité au XIXe siècle » ; ce
Britanniques et les Russes qui sont le plus thème a été divisé en deux dossiers correspon-
souvent cités. Effectivement, les premiers à dant aux deux grandes phases de cette crois-
partir sont, dans les années 1830, les sance. Ici il s’agit de caractériser et d’analyser
Britanniques, soit vers l’Amérique, soit vers les facteurs explicatifs de la faible croissance
les colonies de la Couronne d’Océanie de la population européenne jusqu’à la fin
d’abord, d’Afrique plus tard puis les Irlandais XVIIe siècle. Les documents ont tous été
en particulier lors de la famine des années choisis dans l’ère européenne et, à l’exception
1840. Ce sont ensuite les Allemands et les du premier, chacun d’entre eux montre un des
Scandinaves en particulier vers les États-Unis. facteurs explicatifs de la forte mortalité de ce
Les Polonais d’abord et les Juifs sous domi- régime démographique ancien ; le document 4
nation russe, et puis les Européens du Sud, permet aussi de mettre en évidence la forte
notamment les Italiens, leur succèdent. natalité caractéristique de l’Ancien régime.
La majeure partie de ce flux concerne les À l’issue de l’étude de ce thème l’élève devrait
États-Unis qui reçoivent 33 millions de être capable de montrer qu’il y une faible
migrants pendant cette période. Les États-Unis croissance de la population européenne
sont jusqu’aux lois de quota de 1820 très pendant la période concernée, que cette faible
ouverts à l’immigration rendue nécessaire par croissance est affectée de variations à plus
la révolution industrielle et les nécessités du court terme, qu’elle correspond à un régime
peuplement de l’ouest du territoire. Les démographique dit traditionnel marqué par une
Européens se rendent aussi en grand nombre forte mortalité et une forte natalité qui expli-
vers les littoraux du Canada, du Brésil et quent la faiblesse de l’accroissement naturel.
d’Argentine qui ont une politique active pour
attirer de nouveaux venus. Il s’agit de grands   Choix  des  documents  
pays où la densité de population est faible et
qui ont un besoin important de main-d’œuvre •   Document   1.   Une   faible   croissance   de   la  
et de population pour peupler leurs terres population  
vierges. Dernier type de migrations, les Le document 1 est un graphique en courbe qui
colonies. 800 000 Européens en Afrique du met en évidence l’évolution de la population
Nord, 1 million en Afrique australe, européenne et celle du monde. Il permet de
3,5 millions en Australie. La colonisation montrer la relative stabilité de la croissance de
comme l’immigration européenne vers les la population européenne sur le long terme
Amériques sert de soupape sociale aux mais aussi de nuancer le propos en montrant
gouvernements européens confrontés à des qu’il y a des évolutions puisqu’entre l’Anti-
populations pauvres et nombreuses et à qui la quité et la fin du XVIIe siècle cette population
révolution industrielle n’offre pas encore de alterne des phases de croissance et des phases
nouveaux emplois. Il s’agit souvent de de repli, d’ailleurs plus visibles à l’échelle
populations rurales ruinées par les mondiale.
transformations du monde agricole.  
•  Document  2.  La  Peste  noire  à  Florence
La grande épidémie de peste noire ou peste
bubonique fut introduite dans le port de
Marseille en 1347 par des navires venus d’Asie
et toucha une grande partie de l’Europe jusqu’à
la Russie en 1352. Le Décaméron de Boccace

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   6


est un recueil de 10 contes qui s’ouvre sur une L’enluminure de l’incendie par les Anglais de
description apocalyptique de la façon dont la la ville de Saint-Lô pendant la guerre de Cent
ville de Florence, où se trouvait le poète, a été Ans provient du fonds ancien très riche de la
atteinte par la Grande Peste en 1348. Le texte bibliothèque municipale de Besançon. Elle met
de Boccace donne deux explications de la en scène l’incendie des maisons et au premier
violence de l’épidémie, d’une part l’absence de plan les civils tués par les soldats anglais. Cette
remède et d’autre part la promiscuité des représentation permet de prendre la mesure du
individus sains avec les malades qui favorisent fléau que représentent les guerres pour les
la propagation de l’épidémie. La médecine populations civiles. L’expédition d’Edouard III
médiévale est impuissante à guérir de cette en Normandie en 1346 au début de la guerre de
maladie extrêmement contagieuse, contagion Cent ans laisse la province dépeuplée et
facilitée par la surpopulation des villes et appauvrie, les Anglais ont brûlé et pillé sur
l’absence d’hygiène. La violence de l’épidémie leur passage comme le montre en partie
fut telle qu’elle frappa aussi bien les hommes, l’enluminure. Le document permet donc
les femmes que les enfants et quelle que soit d’évoquer avec les élèves le fait que les armées
leur condition physique et dépeupla des vivent sur le pays et que cette cause de
régions entières. surmortalité entraîne les autres. Ici la ville de
Saint Lô a été attaquée parce que, riche et
•   Document   3.   Une   période   d’expansion   marchande, puis la ville est touchée par la
démographique  au  Moyen  Âge   peste l’année d’après.
Cette miniature anglo-saxonne est datée du
début du XIe siècle. On y voit des paysans qui •  Document  6.  Les  effets  des  mauvaises  récoltes  
déracinent des arbres avant de les évacuer à Le curé de Fals, près d’Astaffort dans
l’aide d’une charrette. Des haches, des serpes l’Agenais, tient une chronique au fil des
et une traction animale servent aux paysans à registres paroissiaux entre 1682 et 1709. Sous
accomplir cette tâche. Ce document permet le règne de Louis XIV, la majeure partie des
d’évoquer les grands défrichements qui ont provinces du royaume est marquées par des
commencé au Xe siècle dans toute l’Europe crises de subsistances et des crises démogra-
occidentale et dont l’apogée a lieu au phiques caractéristiques de l’Ancien Régime.
XIIe siècle. Ces défrichements, d’abord sponta- La crise de 1693-1694, qu’il relate, fut particu-
nés à proximité des terroirs cultivés puis lièrement sévère et marqua les esprits des
encadrés par les seigneurs et sur des territoires contemporains. Le curé de Fals est un très bon
plus éloignés, ont permis l’extension des observateur du mécanisme de ces crises.
cultures et favorisé la croissance de la popula-
tion européenne.   Réponse  aux  questions  
1.   Montrez   que   la   population   européenne,   come  
•   Document   4.   Vie   et   mort   d’une   famille   au  
e   celle   du   monde,   connaît   une   croissance   lente  
XVII siècle   e
jusqu’au  XVII  siècle.  
Pierre Audouys est un bourgeois qui vit à La population européenne comme celle du
Angers au XVIIe siècle. À cette date Angers monde connaît une croissance lente. En effet la
compte 26 000 habitants, elle est la quinzième population mondiale passe de 252 millions au
ville de France dans un pays à dominante début de l’Antiquité à 682 millions en 1700
rurale mais parmi les plus urbanisés d’Europe. alors que la population européenne passe de 32
Il écrit dans son « Mémorial » la chronique de millions à 125 millions pendant la même
sa vie privée. C’est une source intéressante en période.
histoire familiale puisqu’il permet d’obtenir
des informations sur la formation de la famille 2.   Comment   peut-­‐on   expliquer   la   croissance  
(mariage, nombre de naissances et de décès), démographique  au  XIe  siècle  ?  
l’organisation de la famille familiale (mise en Entre le Xe et le XIIIe siècle, la croissance
nourrice des nouveaux-nés) mais aussi sur les démographique s’accélère : au niveau mondial,
solidarités familiales et les processus d’ascen- elle passe de 253 millions en l’an 1000 à
sion sociale. 417 millions en 1250 tandis que pour l’Europe
elle passe de 43 à 86 millions. Cette relative
•   Document   5.   La   guerre,   un   fléau   pour   les   expansion s’explique par un recul de la
populations  
mortalité à la fin du Xe siècle en Europe. La

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   7


disette recule dans une Europe où le climat est phique d’Ancien Régime marqué par une
plus clément et où ont lieu les grands faible croissance démographique à l’échelle
défrichements qui permettent de mettre en mondiale comme à l’échelle européenne. Dans
culture de nouvelles terres et donc de nourrir ce régime démographique, les naissances sont
une population plus nombreuse. nombreuses (taux de natalité autour de 35 à 40
pour 1000) mais les décès aussi (taux de
3.   Combien   y   a-­‐t-­‐il   eu   de   naissances   et   de   décès   mortalité de 35 à 40 pour 1000) ce qui expli-
dans  la  famille  de  ce  bourgeois  du  XVIIe  siècle  ?   que la faiblesse de l’accroissement naturel très
Dans la famille de Pierre Audouys, il y a eu 8 faiblement positif. Cette relative stabilité de la
naissances et 5 décès parmi ces enfants dès la croissance démographique est parfois inter-
première année. rompue par des crises de surmortalité liées aux
guerres, aux épidémies et aux famines et dont
4.   Quelles   caractéristiques   de   l’ancien   régime   témoignent les reculs dans la courbe de la
expliquent  la  faible  croissance  démographique  ?   population mondiale ; la population mondiale
Le témoignage de Pierre Audouys donne une connaît cependant aussi des phases de
indication de ce qu’était le régime démo- croissance plus nette comme par exemple entre
graphique d’Ancien régime marqué par une le XIe et le XIIIe siècle du fait des grands
très forte natalité et une forte mortalité. En défrichements qui ont permis de mettre en
effet, sans contrôle des naissances efficace la culture de nouvelles terres et donc de nourrir
natalité s’approche du régime naturel avec une une population plus nombreuse.
naissance presque tous les ans, l’allaitement
n’assurant qu’une hasardeuse contraception.
La famille de Pierre Audouys est d’une façon
exemplaire touchée par une forte mortalité
Étude  
infantile. Jusqu’au XVIIIe siècle ; les popula- La  transition  démographique  en  Europe  
tions connaissent une très forte mortalité (XVIIIe-­‐XIXe  siècle)  
infantile liée à l’absence de soins appropriés et
aggravée par la pratique de la mise en nourrice. ›  MANUEL  PAGES  16-­‐17  
Ce dossier présente l’accélération de la
5.   Quelles   sont   ici   les   grandes   causes   de  
croissance démographique européenne à partir
surmortalité  ?  
du XVIIIe siècle ; les documents permettent de
Les documents permettent de lister les trois
répondre à la problématique en analysant les
grandes causes de surmortalité dans le régime
causes de ce changement et de définir la
démographique traditionnel : les épidémies
théorie de la transition démographique.
(doc. 2), la famine (doc. 6), la guerre (doc. 5).
Ce phénomène est mondial mais touche plus
Les trois causes de mortalité se conjuguent
particulièrement l’Europe. En effet, entre 1700
souvent, les guerres entraînant la destruction
et 1800, la population mondiale augmente de
des récoltes, les pillages, les armées favorisant
286 millions alors qu’elle gagne 645 millions
par leur déplacement la propagation des
au siècle suivant. Les régions qui contribuent
épidémies.
le plus à cette hausse sont l’Europe et l’Asie,
l’Europe gagne 297 millions d’habitants alors
6.  En  quoi  ces  textes  montrent-­‐ils  l’impuissance  
que l’Asie en gagne 466 millions, mais la part
des  sociétés  face  à  ces  fléaux  ?  
de l’Asie dans la population mondiale diminue
Le document 6 montre que les sociétés
(de 63 à 55 %) alors que celle de l’Europe
traditionnelles rurales sont fortement dépen-
augmente, passant de 18 à 26 % entre 1700 et
dantes des aléas climatiques (« sécheresse »,
1900.
« hiver sec et froid » « grandes gelées ») qui
provoquent des famines récurrentes. Quant au
  Choix  des  documents  
document 2, il montre l’impuissance des popu-
lations face aux épidémies qu’elles n’ont pas •   Document   1.   Le   recul   de   la   mortalité   au  
les moyens médicaux d’enrayer. XIXe  siècle
Le document 1 comprend deux graphiques en
  Bilan   courbe, l’un portant sur la mortalité infantile et
l’autre sur l’espérance de vie en France. Dans
Le bilan permet de répondre à la problé-
le premier, on remarquera la chute progressive
matique en définissant le régime démogra-

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   8


de la mortalité infantile sur l’ensemble du rapport aux États-Unis mais aussi par rapport
XIXe siècle qui est réduite de moitié (1780, aux autres pays européens. Pour ménager le
300 pour mille et 150 en 1900). Cette baisse nationalisme français, le constructeur a placé le
est particulièrement rapide entre 1780 et 1800, drapeau américain au centre mais aussi, dans
mais aussi entre 1880 et 1905. les angles supérieurs, à gauche et à droite, les
Pendant la même période, l’espérance de vie trois fleurs qui symbolisent le drapeau français,
s’allonge, passant de moins de 30 ans autour le bleuet, la marguerite et le coquelicot.
de 1800 à plus de 50 ans autour de 1900. Cet
allongement de l’espérance de vie à la •   Document   4.   L’action   de   l’État   pour   la   santé  
naissance s’explique en temps de paix par la publique  
réduction de la mortalité des jeunes enfants. Il La loi du 15 février 1902 relative à la protec-
est remis en cause lors des guerres du fait de la tion de la santé publique marque l’apogée de
mortalité masculine (guerres napoléoniennes, l’hygiénisme en France. Elle est à l’origine du
guerre de 1870. code de la santé publique. Cette loi concerne
les épidémies, les désinfections, les vaccina-
•  Document  2.  La  transition  démographique   tions, l’assainissement et la déclaration de
Le graphique théorique de la transition certaines maladies. Elle crée les bureaux
démographique peut être utilisé comme point municipaux d’hygiène dans les villes de plus
de comparaison avec celui de la Suède pour de 20 000 habitants.
aider au commentaire de ce dernier en Cette loi est historique dans la mesure où elle
conseillant aux élèves de négliger les introduit dans le droit français des principes
indentations de détail des courbes de natalité et fondamentaux dans le domaine de l’environne-
de mortalité. L’exercice peut consister à faire ment et de la santé. En particulier, elle impose
retrouver, dans le cas de la Suède, les deux des campagnes de vaccination antivariolique.
phases décrites dans le schéma théorique et à Cette mesure montre un changement de point
les caractériser. Jusque vers 1820, la Suède de vue très net concernant la mortalité des
connaît un régime démographique traditionnel jeunes enfants. Jusqu’au XIXe siècle, elle est
marqué par une forte natalité de l’ordre de 30 à vécue comme une fatalité, car ils sont les
40 pour 1000 et par une forte mortalité de 25 à premières victimes du manque de nourriture et
30 pour 1000 ; l’accroissement naturel est décimés par les maladies infectieuses (scarla-
faible, d’autant qu’il y a des crises de tine, rougeole, diphtérie, coqueluche, tubercu-
surmortalité lors desquelles l’accroissement est lose). Les accouchements à l’hôpital, les pro-
même négatif. Entre 1820 et 1860, la mortalité grès de l’ère pastorienne dont il est question
diminue alors que la natalité reste élevée, ici, participent au recul de la mortalité infan-
l’accroissement naturel augmente ; à partir de tile. Malgré la méfiance contre la vaccination,
1870, la natalité baisse aussi si bien qu’en le vaccin contre la variole rendu obligatoire à
1930 la Suède connaît un régime démogra- cette date, puis les vaccins contre la diphtérie
phique moderne marqué par une faible et le tétanos se diffusent progressivement.
mortalité et une faible natalité (ente 10 et 20
pour mille). •   Document   5.   L’hygiène   et   l’alimentation   des  
bébés  
•  Document  3.  Les  progrès  de  l’agriculture   Au cours du XIXe siècle, les pouvoirs publics,
Il s’agit d’une affiche publicitaire en couleur particulièrement la IIIe République, sous l’in-
de la société Dabadie. Affiche publicitaire fluence des courants hygiénistes, engagent la
agricole, elle s’adresse aux agriculteurs pour lutte pour promouvoir l’hygiène et la santé
les inciter à acheter des machines agricoles. publique. L’État prend des mesures concrètes
Elle porte sur la faucheuse américaine et mène des campagnes d’information et de
Adriance fabriquée à New York et représentée prévention, en particulier en direction des
dans quatre situations distinctes. Avec cette mères. En effet, la France connaît encore un
moissonneuse dite javeleuse, attelée à deux taux de mortalité infantile élevé souvent lié à
chevaux, un seul homme peut moissonner une la mise en nourrice et à l’utilisation des
parcelle, sans lier ni dégager de gerbe. La biberons sans hygiène. L’État favorise donc
javeleuse remplace ainsi le travail à la petite dans ses campagnes le lait maternel.
faucille. La modernisation des techniques L’inquiétude à l’égard de cette mortalité
agricoles en France accuse un retard par infantile est d’autant plus forte que le pays

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   9


connaît une dénatalité exceptionnelle en se répand en Europe à la fin du XIXe siècle.
Europe. Ces progrès techniques améliorent les
rendements agricoles, la population est mieux
  Réponse  aux  questions   nourrie.
1.   Analysez   l’évolution   du   taux   de   natalité,   du  
taux   de   mortalité   et   de   l’accroissement   naturel  
  Bilan  
pendant  la  transition  démographique.   Le premier paragraphe porte sur l’accélération
La phase de transition démographique que de la croissance de la population mondiale et la
l’Europe a connue au XIXe siècle se décom- place de l’Europe dans cette augmentation. La
pose en deux périodes distinctes. Dans un population mondiale gagne 286 millions
premier temps, le taux de mortalité diminue d’habitants entre 1700 et 1800 mais 645
alors que le taux de natalité demeure élevé, millions au siècle suivant. La part de l’Europe
l’accroissement naturel augmente. Dans un est croissante soit 18 à 26 % entre 1700 et
deuxième temps, le taux de mortalité continue 1900, elle est avec l’Asie le continent qui
à baisser puis se stabilise à un niveau bas alors connaît la plus forte augmentation de sa
que le taux de natalité diminue si bien que population.
l’accroissement naturel diminue aussi à terme. L’explication générale de cette accélération de
  la croissance démographique est donnée par le
2.   En   vous   appuyant   sur   le   cas   suédois,   montrez   schéma de la transition démographique. Tous
qu’il  y  a  une  forte  augmentation  de  la  population   les pays d’Europe, comme la Suède, entrent
au  XIXe  siècle.   dans la première phase de la transition
La Suède connaît donc une explosion démo- démographique marquée par un recul de la
graphique au XIXe siècle liée à l’augmentation mortalité et un maintien d’un taux de natalité
de l’accroissement naturel qui est très élevé élevé ce qui explique le fort accroissement
entre 1820 et 1920, la mortalité ayant diminué naturel et donc l’explosion démographique du
alors que la natalité est restée très forte. XIXe siècle. Le recul de la mortalité s’explique
  par les progrès de l’hygiène et de la médecine
3.   Quelle   catégorie   de   population   est   surtout   qui permettent en particulier un fort recul de la
touchée   par   la   baisse   de   la   mortalité  ?   Comment   mortalité infantile, mais aussi par les progrès
cela  se  traduit-­‐il  sur  l’espérance  de  vie  ?  
techniques de l’agriculture à l’origine du recul
La baisse très forte du taux de mortalité de la famine.
infantile en France entre 1780 et 1900 est
exemplaire de celle de l’ensemble des pays
européens pendant la même période ; ainsi le
nombre de décès des enfants de moins d’un an Étude  
est réduit de moitié entre ces deux dates
La   transition   démographique  :   les   cas  
passant de 300 à 150 pour 1000 naissances.
Cette baisse de la mortalité infantile est un des britannique  et  français  
éléments principaux d’explication de l’allonge- ›  MANUEL  PAGES  17-­‐18  
ment de l’espérance de vie au même moment.
Cette étude sur deux exemples européens, la
4.   Quelles   sont   les   causes   de   la   baisse   de   la   France et le Royaume-Uni permet de mettre en
mortalité  en  Europe  ?  Justifiez  votre  réponse.   évidence l’évolution démographique en
Les documents 3, 4 et 5 permettent de dégager Europe au XIXe siècle dans la perspective de la
deux causes de la baisse générale de la morta- théorie de la transition démographique
lité et particulièrement de la mortalité infantile évoquée dans l’étude précédente. On pourra
vue dans le document précédent ; la première donc utiliser comme point d’appui le document
explication est celle des progrès de la méde- 2 p. 16 où se trouve le schéma théorique de la
cine et de l’hygiène assortis des mesures de transition démographique.
santé publique encourageant les mesures de
prophylaxie, la vaccination et la meilleure
La confrontation des deux cas est intéressante
alimentation des jeunes enfants.
puisqu’ils sont assez différents. Le cas
Le document 3 met en évidence les progrès des
britannique est emblématique de l’évolution
techniques agricoles, avec l’utilisation des
démographique des pays européens pendant
moissonneuses à traction animale dont l’usage

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   10


cette période alors que celui de la France est personnes entre 1860 et 1900, soit la moitié de
original puisque la natalité est précocement la population de 1860.  
faible. Ces évolutions différentes expliquent
l’importance de l’émigration britannique au •  Document  4.  Le  départ  vers  l’Amérique  du  Nord  
cours du siècle mais aussi la forte immigration Dès 1817, une ligne spécialisée est mise en
en France au même moment. Sur ce point place pour le transport de passagers entre
l’étude peut être complétée par le tableau Liverpool et New York. Liverpool est un des
statistique doc. 2 p. 29. grands ports de départ d’Europe, La Havre,
  Brême ou Hambourg ports qui sont en
  Choix  des  documents   concurrence. Le développement précoce des
chemins de fers en Angleterre permet de bien
•   Document   1.   L’évolution   de   la   natalité   et   de   la  
relier le port à l’arrière-pays. Liverpool est
mortalité  
donc le port principal de départ vers
Il s’agit de deux graphiques en courbe, le
l’Amérique du Nord pour toutes les popula-
premier pour la France et le second pour
tions : Irlandais, Anglais ou Écossais.
l’Angleterre, avec à chaque fois une courbe
La traversée durait, vers 1840, 5 semaines pour
pour la natalité et une pour la mortalité entre
New York et quelques jours de plus pour le
1750 et 1910. L’écart entre les deux constitue
Québec. Elle se réduit ensuite avec la révo-
l’accroissement naturel. Ces graphiques en les
lution du transport maritime, le trajet ne dure
comparants à celui de la théorie permettent de
plus que 2 semaines en bateau à vapeur. Le
connaître deux exemples précis et distincts de
départ des migrants générait une activité
cette évolution européenne.
importante dans le port et la ville. La gravure
 
met en valeur cette activité, on voit en effet sur
•  Document  2.  L’évolution  de  la  population  
le quai d’embarquement les familles candida-
Ce graphique en courbes permet de comparer
tes au départ mais aussi les dockers qui char-
l’évolution de la population en France et en
gent les bateaux à vapeur et dont on aperçoit
Angleterre entre 1750 et 1900, conséquence de
les cheminées en arrière-plan.
comportements démographiques très diffé-
rents. Entre 1750 et 1850, la population fran-
•   Document   5.   Une   explication   à   la   baisse   de   la  
çaise n’augmente que modérément (25 à 36 natalité  en  France  
millions) et alors qu’elle était la plus peuplée,
Jacques Bertillon (1851-1922) est un médecin,
en 1750, elle est rattrapée par l’Angleterre qui
statisticien et démographe qui a été chef de
passe de 5.8 à 18 millions dans le même temps
service de la statistique municipale de la ville
et ce malgré la forte émigration.
de Paris. Fervent nataliste, il fonde en 1896
l’Alliance nationale pour l’accroissement de la
•  Document  3.  L’émigration  britannique  
population française. Il interpelle l’opinion et
Ce tableau statistique permet de faire une
les pouvoirs publics sur cette dénatalité qui, de
analyse assez fine de l’évolution de l’émi-­‐
son point de vue, affaiblit la France face à
gration britannique au cours du XIXe siècle en
l’Allemagne sur qui elle doit prendre sa
précisant la nationalité des migrants au sein du
revanche. En 1911, il publie « La dépopulation
Royaume-Uni. Toutes périodes confondues,
de la France. Ses conséquences – ses causes –
elle concerne plus de 700 000 Irlandais, plus
Mesures à prendre pour la combattre » d’où
de 500 000 Écossais et plus de 300 000
est extrait le texte du document 5. L’opinion
Anglais. Elle est particulièrement forte autour
publique comme les pouvoirs publics sont
de 1850 en particulier pour les Irlandais pour
inquiets de la faible natalité française qui
qui l’immigration massive déclenchée par la
explique son faible accroissement naturel dans
crise de la pomme de terre se poursuit.
une Europe de forte croissance démographi-
L’émigration de masse des Irlandais
que. Ainsi, la France en 1900 ne compte que
commence au XIXe siècle avec 1 million de
39 millions d’habitants, loin derrière les
départs vers les États-Unis et le Canada, 500
56 millions que compte l’Allemagne. Après la
000 vers la Grande Bretagne entre 1815 et
première guerre mondiale, le gouvernement
1845.
reconnaît l’Alliance d’utilité publique, institue
Le mouvement s’accélère après 1846 avec la
un Conseil supérieur de la natalité tandis qu’en
Grande Famine et s’élève jusqu’à 4 millions de
1920 une loi condamne toute publicité pour
l’avortement ou la contraception.  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   11


  Réponse  aux  questions   n’est plus le cas en 1900 où elle ne dépasse pas
les 40 millions.
1.  Analysez  les  courbes  de  natalité  et  de  mortalité  
de   l’Angleterre.   Pourquoi   y   a-­‐t-­‐il   une   forte  
e 5.  En  quoi  est-­‐ce  un  sujet  d’inquiétude  politique  
croissance  démographique  au  XIX  siècle  ?  
pour  la  France  ?  Comment  l’auteur  l’explique-­‐t-­‐il  ?  
Pour plus de facilité, il faut analyser les
Il s’agit d’un sujet d’inquiétude politique, car
courbes sur l’ensemble de la période sans tenir
la faible natalité peut avoir pour conséquences
compte des indentations de détail. La mortalité
en cas de guerre – ici, il est question d’une
qui est de 25 à 28 pour mille jusqu’en 1800
possible revanche contre l’Allemagne – un
baisse de façon continue à partir de cette date
manque d’hommes au combat.
soit 22 pour 1000 en 1850 et 15 pour mille en
L’auteur l’explique par le contrôle des
1914. Cette baisse de la mortalité commencée
naissances pratiqué dans la bourgeoisie fran-
au XVIIIe siècle s’accélère donc au XIXe siècle.
çaise soucieuse d’assurer l’avenir à ses enfants.
La natalité demeure forte jusque vers 1830,
Les populations allemandes se sont accrues de
soit autour de 35 à 40 pour mille ; elle
57,08 % et les Britanniques de 42,8 % entre
augmente même entre 1750 et 1820. Elle
1951 et 1911 alors que la population française
diminue ensuite jusqu’à 28 pour mille en 1914.
n’augmente que de 9 %.
L’accroissement naturel est donc fort au
XIXe siècle (soit 1.2 à 1.5 %).
6.   Quelles   sont   les   conséquences   de   ces  
 
évolutions  sur  les  migrations  au  Royaume-­‐Uni  ?  
2.   Montrez   que   l’évolution   de   l’Angleterre   est  
L’Angleterre dont la croissance de la popula-
conforme  à  celle  d’autres  pays  européens  en  vous  
aidant  du  doc.  2  p16.  
tion est forte et précoce fut donc une terre
Cette évolution est aussi celle des autres pays d’émigration dès la fin du XIXe siècle (doc. 3)
européens (cas de la Suède dans le doc. 2 alors que la France est un pays d’immigration
p. 16) qui connaissent la première phase de au même moment (doc. 2 p. 29).
leur transition démographique caractérisée par  
une baisse de la mortalité et un maintien d’une   Bilan  
forte natalité jusqu’au début du XIXe siècle Il comprend deux paragraphes distincts. Le
puis l’entrée dans le deuxième phase caractéri- premier paragraphe porte sur la transition
sée par la chute de la natalité. démographique en France et en Angleterre. Il
  s’agit, à partir des documents 1 et 2 de montrer
3.   En   quoi   l’évolution   de   la   natalité   et   de   la   et d’expliquer la faible croissance de la
mortalité  françaises  est-­‐elle  originale  ?   population française et la forte croissance de la
L’évolution de la mortalité est similaire à celle population anglaise. Le deuxième paragraphe
de l’Angleterre, par contre celle de la natalité porte sur les conséquences dans chacun des
est particulière puisqu’elle diminue dès la fin deux pays. La forte croissance démographique
du XVIIIe siècle et est donc seulement à 20 correspond à une période d’expansion écono-
pour mille en 1914. Cette baisse précoce de la mique et coloniale du Royaume-Uni qui alors
natalité explique la faiblesse de l’accroisse- domine le monde et connaît une immigration
ment naturel (0.2 % dès 1900). importante vers l’Amérique du Nord et vers
ses colonies. Au contraire, la dénatalité provo-
4.   Quelle   est   la   conséquence   de   ces   transitions  
qu’une forte inquiétude du gouvernement
différentes  sur  l’évolution  de  la  population  totale  
français, en particulier dans le contexte d’une
dans  chacun  des  deux  pays  ?  
revanche possible contre l’Allemagne. De ce
La population totale augmente donc dans les
fait, il favorise l’immigration vers la France.
deux pays mais a un rythme très différent. La
croissance de la population du Royaume-Uni
est très rapide, en particulier après 1800,  
passant d’une dizaine de millions d’habitants à  
plus de 40 millions entre 1800 et 1900. La
croissance de la France est plus lente si bien
que les deux courbes s’inversent après 1900 :
avec 25 millions d’habitants en 1750 la France
était le pays le plus peuplé des deux, ce qui

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   12


 Étude   •  Document  2.  Des  migrants  italiens  
Le tableau de Raffaele Gambogi (1874-1943)
Les  Italiens  aux  États-­‐Unis   met en scène le départ de migrants par bateau
vers un nouveau pays, un thème artistique
›  MANUEL  PAGES  22-­‐23   majeur en Italie dans les années 1890. Il s’agit
d’une grande composition à l’huile dans un
Cette étude correspond au deuxième volet de la style connu sous le nom de « verisme social »,
question du peuplement qui porte sur une forme de réalisme social. La mise en scène
l’émigration de la population européenne vers des personnages par Gambogi est d’une grande
d’autres continents au XIXe siècle. Elle permet simplicité, elle présente les éléments de base
de comprendre les causes de départ de ce qui ont été ensuite répétés dans les images
groupe de populations qui, à la fin du offertes au public : les bateaux en attente en
XIXe siècle, est le plus nombreux d’Europe à arrière-plan, sur le quai d’embarquement des
émigrer. Entre 1871 et 1914, 7 millions femmes, des hommes, des enfants attendant
d’Italiens émigrent outre-Atlantique. Cette patiemment et habillés comme des campa-
forte émigration italienne est exemplaire de gnards, au premier plan, des femmes de dos
celle des populations d’Europe du sud qui, dont la posture et les gestes expriment la
avec celles d’Europe de l’est à la fin du siècle douleur et la tristesse de la séparation. Ce sont
constituent la principale vague migratoire alors vraisemblablement les hommes qui partent.
que le flux d’Europe du Nord se tarit. L’étude Le tableau permet d’identifier le type de popu-
met aussi l’accent sur les difficultés lation qui est poussé à partir à la fin du siècle :
d’intégration de cette population aux États- le groupe le plus nombreux est celui des
Unis où sa forte originalité (une population paysans, les paysans sans terre, ouvriers
catholique non anglophone) provoque parfois agricoles, en particulier du sud de l’Italie.
des mouvements de rejet. La croissance démographique aggrave le
  surpeuplement rural en particulier en Italie du
  Choix  des  documents   sud où l’absence d’industrialisation ne permet
•   Document   1.   La   croissance   démographique   de   pas de donner du travail eu surplus de la main-
l’Italie   d’œuvre rurale. Le système latifundiaire
Les deux tableaux statistiques permettent de d’exploitation de la terre en Italie du sud est
mettre en évidence la forte croissance de la fondé sur l’exploitation d’une main-d’œuvre
population italienne qui est passée de abondante et miséreuse. Dans la mesure où
22 millions d’habitants en 1861 au moment de l’exode rural ne peut pas servir d’exutoire au
l’unité à presque 29 millions en 1881. Cette surpeuplement et à la misère des campagnes,
forte croissance de la population se poursuit c’est l’émigration qui joue ce rôle.
jusqu’en 1914 avec 38,5 millions d’habitants à  
cette date. Elle s’explique par l’entrée de ce •   Document   3.   Le   rejet   des   migrants   et   de   leur  
pays dans la première phase de la transition culture  
démographique caractérisée par une forte Les années 1890-1920 sont marquées aux
natalité de type traditionnel, la forte fécondité États-Unis par un changement de l’opinion
résultant du maintien d’une forte influence de concernant l’immigration. Ce changement se
l’Église catholique et une chute de la mortalité traduit par une forte xénophobie et un anti-
(disparition des famines et des épidémies) qui catholicisme qui alimente un courant favorable
explique l’augmentation de l’accroissement à la restriction des entrées sur le sol des États-
naturel ; ces éléments vus dans le cours Unis. L’auteur du texte, S. J. Holmes, est
peuvent être replacés ici par les élèves. On professeur de zoologie et de génétique à
notera aussi, étant donné l’importance des l’université de Californie. Son article rend
départs pendant cette période, que l’émigration compte de ce changement.
a servie de soupape de sécurité à l’excédent En 1923, pour la plupart des Américains, il n’y
démographique (la population totale aurait été a plus de doute, l’immigration doit être limitée,
de plus de 50 millions en 1914 sans les tous les courants hostiles à l’immigration se
départs) comme ce fut le cas dans beaucoup de rejoignent. L’élitisme raciste des intellectuels
pays européens à ce moment-là. comme S. J. Holmes sert alors de caution à un
  mouvement d’opinion populaire dans un
contexte où prospère le Ku Klux Klan raciste,

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   13


protestant et xénophobe. Ainsi, l’opposition à « Les autres 50 % : comment ils vivent et
ces nouveaux migrants peut se muer en meurent à New York ». Il décide ensuite de
émeutes comme ce fut le cas à la Nouvelle compléter le texte de cette conférence à l’aide
Orléans en 1891 où 9 Italiens accusés du d’illustrations. Il réunit donc une équipe
meurtre du chef de police et soupçonnés composée de Henry G. Piffard, Richard Hoe
d’appartenir à la Main Noire puis acquittés ont Lawrence (membres de la society of Amateur
été tués par la foule. Entre 1893 et 1915, on Photographers) et du Docteur John T. Nagel du
compte 10 actes violents contre ces popula- ministère de la santé pour visiter les taudis
tions qui font de plus en plus l’objet de l’assi- new-yorkais. À l’issue de cette enquête, il
milation stéréotypée, Italien-crime-mafia. publie How the other half lives, en 1890 d’où
Ce courant hostile à l’immigration libre aboutit sont extraites ses photographies les plus
après la guerre aux lois de quotas (1921 et connues. Il continue ensuite à sensibiliser
1924) qui ralentissent nettement l’immigration l’opinion à cette question par ses publications
italienne : en 1921, avec l’Emergency Quota de photographies. Ici il s’agit du quartier de
Act le quota annuel d’Européens doit atteindre tenements de Melberry dans « Little Italy » à
3 % de la population de chaque groupe New York photographié en 1895. On fera
national vivant aux États-Unis depuis 1910. En remarquer aux élèves les enseignes en italien,
1924, avec la Nationality Origins Act, le quota marques de l’isolement des populations ita-
passe de 3 à 2 %, et l’année de référence est liennes dans des quartiers spécifiques, regrou-
1890. Cette mesure est défavorable aux pement qui s’explique à la fois par la pauvreté
Européens du Sud et de l’Est. mais aussi par la force des solidarités entre
migrants de même origine.  
•  Document  4.  Le  rêve  de  l’immigré    
Ces deux illustrations sont tirées d’un manuel •  Document  6.  Les  conditions  de  vie  des  migrants  
italien pour apprendre l’anglais, manuel italiens  
destiné au futur migrant. Pour le migrant Il s’agit d’un témoignage d’une jeune ouvrière
italien, partir, c’est revenir riche. Le document de la soie, originaire d’un village de la région
4 renvoie donc au mythe de l’eldorado que de Milan. Elle quitte son village pour Chicago,
constituent particulièrement les États-Unis incitée au départ par les récits de migrants
comme lieu possible de la réussite individuelle, retournés au village qui alimentent le mythe de
à la seule condition d’apprendre la langue l’ascension sociale. Arrivée aux États-Unis
anglaise. Cette image de l’Amérique a eu un sans argent, car comme beaucoup de migrants,
rôle fondamental pour expliquer cette elle a tout dépensé dans le voyage, elle se
destination pour les populations du sud de retrouve à vivre dans un quartier très pauvre de
l’Italie ; elle était alimentée par les Chicago. Ici comme à New York et dans toutes
« recruteurs » plus ou moins légaux qui les grandes villes industrielles des États-Unis
venaient proposer leur service pour organiser la croissance rapide des villes et de l’im-
le voyage mais aussi par les cartes postales, les migration expliquent le développement d’habi-
lettres des migrants et les récits de ceux qui tats insalubres, petites maisons divisées en
revenaient. Comme le suggère le document, le appartements ou transformées en meublés,
migrant, une fois fortune faite, espérait rentrer construction d’immeubles de rapport
au pays, ce qui fut souvent le cas. Sur 100 (dumbbell tenements) dont le plan prévoit peu
immigrants arrivant d’Europe du Sud ou de d’aération et un maximum d’occupation
l’Est entre 1908 et 1910, 44 autres faisaient le puisqu’une partie des pièces n’a pas de
chemin en sens inverse. Contrairement aux fenêtres. Ces appartements servent souvent
espoirs du migrant représenté ici, ces retours aussi d’ateliers à domicile et comme dans le
sont souvent le signe des difficultés de texte, les familles prennent souvent des
l’adaptation aux États-Unis. pensionnaires pour les aider à payer le loyer ce
  qui explique la surpopulation des logements.
•  Document  5.  Un  quartier  italien    
Photographe et journaliste, Jacob Riis
(Danemark 1849 – New York 1914) dénonce
la pauvreté des quartiers de migrants lors d’une
conférence en 1888 devant la Society of
Amateur Photographers, conférence intitulée

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   14


  Réponse  aux  questions   d’entre-aide nationaux et par le maintien d’une
forte identité culturelle
1.   Décrivez   la   croissance   démographique   de  
e  
l’Italie  depuis  le  XVIII  siècle.  
5.   Quel   regard   l’auteur   porte-­‐t-­‐il   sur   les   Italiens  
La croissance démographique de l’Italie a été aux  États-­‐Unis  ?  
rapide tout au long du XIXe siècle avec un taux Le regard porté par l’auteur sur les nouveaux
de croissance autour de 34 % pendant la migrants, Italiens mais aussi Polonais, Grecs
période concernée. Ainsi, la population passe ou Russes par exemple est particulièrement
de 22 millions d’habitants en 1861 à presque hostile. Il considère ces populations comme
29 en 1881 et 35 en 1911. L’augmentation est difficilement assimilable, car trop différentes
importante malgré la forte émigration après « par le sang » contrairement aux Européens
1870. du Nord qui partageaient la langue et la
religion. Par ailleurs, il souligne qu’il s’agit de
2.   Quelles   motivations   expliquent   le   départ   des  
populations peu éduquées.
Italiens  vers  les  États-­‐Unis  ?  
Les motivations qui expliquent le départ sont  
avant tout économiques. Ceux qui partent sont   Bilan  
surtout des hommes (doc. 2 et 4) en particulier L’émigration italienne devient une émigration
au début de la vague migratoire, 78 % avant de masse à la fin du XIXe siècle en particulier
1900, des paysans pauvres qui espèrent faire entre 1876 et 1915 où 14 millions de personnes
fortune et éventuellement retourner au pays quittent l’Italie. Elle a commencé avant même
ensuite. l’unité italienne (1961) mais cette première
  phase migratoire est peu connue, les premiers
3.   Montrez   que   les   Italiens   se   regroupent   en   recensements officiels d’émigrants ne com-
communauté   au   sein   de   la   population   aux   États-­‐ mençant qu’en 1876. Entre 1861 et 1875, on
Unis.   estime le nombre de migrants à 2 millions de
Les émigrés italiens vivent isolés du reste de la personnes. L’émigration italienne se poursuit
population américaine ; ils se regroupent dans bien au-delà de la période qui nous intéresse
des quartiers spécifiques comme celui de dans l’étude puisqu’entre 1876 et 1976 (date à
« Little Italy » à New York (doc. 5) où perdure laquelle les retours dépassent régulièrement les
un mode de vie proche de celui qu’ils avaient départs) 29 millions d’Italiens ont émigré dont
sur la péninsule. Ils se regroupent même par 55 % avant 1914. Les deux principales régions
zone géographique d’origine ce qui s’explique d’arrivée sont l’Europe (55 % des départs
par l’obstacle de la langue et par les réseaux de avant 1914, 6,1 millions de personnes entre
solidarité familiale qui assurent l’accueil du 1876 et 1915) et les Amériques (44 % avant
nouvel arrivant dont le voyage a parfois été 1914 et 7,6 millions entre 1876 et 1915). Dans
payé par un membre de la famille déjà sur un premier temps la principale destination est
place. À New York, les Italiens du Sud se l’Europe puis à partie de 1886 les Amériques,
regroupent à Brooklyn et dans le Bronx, ceux surtout l’Amérique Latine (Argentine : 1,7 et
du nord dans le quartier de Mulberry Bend Brésil : 1,2 million). Au début du XXe siècle
(doc. 5 et 6). l’Amérique du Nord devient la principale
destination (1876-1915 : 4,3 millions).  
4.  Quelles  sont  leurs  conditions  de  vie  à  l’arrivée  ?  
Montrez   l’écart   avec   les   espoirs   nourris   au  
Les arrivées d’Italiens aux États-Unis
moment  du  départ.  
1820-1829 430
À l’arrivée, les conditions de vie sont difficiles 1830-1839 2225
et bien loin des rêves de réussite sociale 1840-1849 1476
évoqués dans le document 4. Le témoignage 1850-1859 8643
du document 6 met en évidence l’isolement et 1860-1869 9853
la pauvreté de cette population qui peine à se 1870-1879 46 296
nourrir et ses difficultés de logement. Face à 1880-1889 267 660
cet isolement qui est d’abord linguistique et 1890-1899 603 761
culturel et face à une assez forte hostilité à leur 1900-1909 1 930 475
égard, les Italiens réagissent par une forte 1910-1919 1 229 916
solidarité nationale, entretenant des réseaux 1920-1929 528 133
1930-1939 85 053

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   15


Aux  sources  de  l’histoire   effet transformés en travailleurs agricoles
industrieux.
L’émigration  britannique  vers  l’Australie  
3. L’opposition entre le cas australien et
›  MANUEL  PAGES  24-­‐25  
américain sert d’argument à l’auteur pour
  Réponse  aux  questions   prouver l’inefficacité de la déportation forcée
en Australie. L’émigration outre-Atlantique a
L’auteur, Sir William Molesworth (1810-1855) permis aux condamnés une amélioration
est un homme politique anglais de conviction morale parce qu’ils se sont fondus dans la
libérale défenseur de l’autonomie des colonies population déjà présente dans les colonies
britanniques. Il acquiert par ses discours une anglaises d’Amérique. En Australie, au con-
grande influence à la Chambre des Communes traire, la population est presque exclusivement
entre 1837 et 1841. Chargé de l’enquête constituée des anciens bagnards. En effet, à la
parlementaire sur les effets du système fin du XVIIIe siècle, l’Australie est un
pénitentiaire dans les colonies, il préside la continent immense presque vide d’hommes
commission et conclut à l’inefficacité du puisqu’il compte 200 à 400 000 aborigènes
système en tant que mesure préventive pour 7.7 millions de km². Le gouvernement
considérant qu’il corrompt plutôt qu’il ne britannique y fonde en 1788 le premier bagne
réforme les forçats. De plus, il le condamne pour désengorger les prisons britanniques et la
comme un système immoral, car proche de perte des colonies nord-atlantiques après la
l’esclavage. En 1838, il propose devant le guerre d’indépendance américaine. En 1803,
parlement anglais l’abolition des colonies les bagnards étaient 25 000 pour une popu-
pénales de Galles du Sud en Australie. À la lation européenne totale de 50 000 habitants.
suite de cela, le transport de bagnards Entre 1788 et 1868, 165 000 personnes ou
britanniques vers la Nouvelle-Galles du Sud « convicts » sont envoyées dans les bagnes
cesse en 1840. Toutefois, il se poursuivit australiens dont 25 000 femmes ; mais 60 %
jusqu’en 1853 en Tasmanie et jusqu’en 1868 des conscrits sont transportés après 1830. Il
pour l’Australie Occidentale. s’agit de détenus dont la peine est commuée en
exil à vie pour les hommes, parmi eux des
1. Le texte proposé est un extrait du discours vagabonds, des criminels véritables mais aussi
de Sir W. Molesworth devant le parlement. Il des opposants irlandais, les femmes sont des
s’inscrit dans un débat parlementaire sur la prostituées, des Irlandaises catholiques, des
nécessité d’abolir ou pas la déportation. Ce voleuses à l’étalage, des orphelines des rues.
type de discours est une source particulière-  
ment intéressante pour l’historien puisqu’il lui 4. Le discours de Molesworth survient dans un
permet de comprendre les conceptions des contexte de critique au Royaume-Uni puis
contemporains sur cette question malgré son d’abolition de la traite négrière et de
aspect rhétorique puisque l’auteur cherche à l’esclavage (1807 et 1833). La déportation en
convaincre l’assemblée. Australie est assimilée à la pratique de
l’esclavage et pour cette raison critiquée. En
2. L’auteur défend l’idée que l’émigration effet, les convicts sont forcés d’émigrer pour
forcée doit être abolie parce qu’elle a échoué à échapper à des peines plus lourdes au
réformer les déportés qui étaient condamnés Royaume-Uni. Ils étaient transportés par
par la justice anglaise. Elle a donc échoué dans bateau dans des conditions épouvantables qui
son œuvre morale. Par ailleurs, les déportés ont entraînaient une forte mortalité pendant la
été mal traités pendant le voyage et sont morts traversée au tout début de la déportation, les
en grand nombre à leur arrivée. Enfin, cette conditions de vie à bord s’améliorant au cours
déportation a entraîné des mauvais traitements du XIXe siècle. À l’arrivée en Australie, les
à l’égard de la population indigène. Le point de bagnards devaient assumer un travail forcé au
vue de Molesworth sur la perversion et bénéfice de colons libres ou de la collectivité
l’inefficacité du système de la déportation sert pour rembourser le coût du transport, ils
son propos et fait écho à l’image de l’Australie devaient ensuite un travail gratuit dont la durée
dans l’opinion anglaise mais est largement et la pénibilité correspondaient à leur peine,
exagéré ; la plupart des convicts se sont en enfin ils étaient libérés sur place et obtenaient

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   16


un lopin de terre. Le travail était supposé les américain et en particulier vers les États-Unis
ramener à une vie honnête. qui absorbent 33 millions de personnes entre
1820 et 1920. L’ouverture des frontières des
5. Le document 2, plus tardif 1860, nous États-Unis aux nouveaux migrants est jusqu’en
informe sur l’émigration libre vers l’Australie. 1920 très incitative. L’objectif de cette politi-
À partir de 1820-1830 arrivent les premiers que migratoire est la prise de possession et la
colons volontaires dont une partie est aidée par mise en valeur du territoire alors faiblement
le gouvernement britannique. L’émigration occupé à l’exception du littoral atlantique.
augmente rapidement après 1850 avec la Cette immigration massive vers les États-Unis
découverte des mines d’or, la distribution de est donc un des phénomènes majeurs pour
terres en Australie, le manque de main- comprendre la place de l’Europe dans le
d’œuvre et le développement du commerce. En peuplement de la Terre. Ce flux migratoire a
effet, les Îles britanniques sont au XIXe siècle suscité l’intérêt des photographes comme L.
des terres de forte émigration notamment vers W. Hines et A. F. Sherman qui l’abordent avec
l’Australie. Entre 1788 et 1850, il y a eu plus des regards très différents mais au même
de 300 000 immigrants en Australie puis plus moment, à l’arrivée des migrants sur Ellis
de 550 000 entre 1852 et 1861, plus de Island. Située face à la ville de New York dans
766 000 entre 1861 et 1900. Au total 1.6 mil- l’État du New Jersey, Ellis Island a été le lieu
lions de migrants britanniques s’installent en de transit où ont débarqué, de 1892 à 1954,
Australie dont 10 % de convicts et 50 % de douze millions de migrants. En effet, après
passages assistés (autrement dit des migrants avoir débarqué au quai de West Side
pauvres aidés par le gouvernement britanni- Manhattan, ils sont conduits en ferry à Ellis
que). Le tableau donne une image idyllique de Island où ils subissent un examen médical puis
cette émigration : nature sauvage domestiquée un interrogatoire par les services de l’immigra-
et civilisée par la colonisation, propriété tion. 20 % sont détenus plus longtemps pour
agricole dans un cadre bucolique respirant la raisons médicales ou pour obtenir de plus
prospérité. Il a été réalisé par Martha Berkeley amples renseignements.
(1813-1899), première femme peintre profes- Cette double-page permet de s’interroger sur la
sionnel d’Australie, arrivée en Australie en façon dont les immigrés sont représentés par
1837. les photographes.

  Synthèse   1.   Présentez   les   documents   en   distinguant   leurs  


auteurs.  
La rédaction peut être réalisée en deux parties.
Les documents 1 et 2 sont des photos de Lewis
Un paragraphe portant sur l’intérêt du premier
W. Hine et les documents 3 et 4 des
document : un discours politique qui aboutit à
photographies de Augustus F. Sherman. Elles
la décision d’interrompre la colonisation forcée
représentent toutes l’arrivée de migrants
parce qu’elle est un échec moral et humain
européens à Ellis Island. Le document 1 est la
pour la couronne d’Angleterre. Dans un
photographie d’une migrante italienne avec
deuxième paragraphe il faudra montrer, en
son enfant, le document 2 est celle d’un groupe
utilisant la question 5, que la réalité de cette
de personnes, essentiellement des hommes,
émigration est plus complexe que ce que
avec tous leurs bagages et montant des
présente Molesworth dans cet extrait. Le
escaliers. Le document 3 est le portrait d’une
tableau de Martha Berkeley montre en effet la
femme slave en costume traditionnel, le
réussite de cette colonisation, la mise en valeur
document 4 celui d’une Hongroise avec ses 4
des terres agricoles par les colons.
filles.

2.   Décrivez   les   photographies   de   Lewis   W.  Hine.  


 Histoire  des  arts   Prêtez   attention   aux   circonstances   de   la  
photographie,  aux  vêtements  et  aux  regards.  
Photographier  l’immigration  à  Ellis  Island   La première photographie est celle d’une mère
›  MANUEL  PAGES  26-­‐27   tenant son enfant dans ses bras et dont la tête
est recouverte d’une capuche. La posture, le
Au XIXe siècle, 55 millions de personnes regard baissé de la mère celui de l’enfant
quittent l’Europe. Ils partent vers le continent tourné vers elle et la tête couverte de la femme,

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   17


évoquent les représentations picturales de la 5.  En  quoi  la  photographie  des  migrants  rend-­‐elle  
Vierge à l’enfant (ce qui est indiqué par le titre compte  de  la  réalité  vécue  ?  Montrez  que  les  deux  
ma « madone » d’Ellis Island). photographes   ne   mettent   pas   en   valeur   les  
La photographie du document 2 est celle mêmes  aspects  de  l’immigration.  
d’hommes chargés de bagages qui regardent La photographie rend compte de diverses
vers le photographe alors qu’ils montent un façons de la réalité de l’immigration. Lewis
escalier. Le titre « L’ascension vers l’Améri- W. Hine a une approche sociologique et mili-
que » permet de comprendre l’intention de tante. Il donne à voir avec empathie des
l’artiste montrant l’espoir de ces populations hommes, des femmes, des enfants dans leur
qui migrent pour une vie meilleure. humanité. Ils arrivent aux États-Unis et, chan-
geant de continent, ils abordent aussi une
3.   Comment   réussit-­‐il   à   émouvoir   celui   qui   nouvelle vie. L’espoir et l’inquiétude sont
regarde  ?   lisibles dans les regards pris sur le vif par le
Lewis W. Hine a pris ses photographies dans photographe. Le photographe représente donc
l’urgence, il n’avait en effet pas d’autorisation ici une partie de la réalité de l’immigration, la
pour entrer à Ellis Island, les clichés ont été façon dont elle est vécue par les populations
pris au moment du débarquement, pourtant il elles-mêmes.
réussit à prendre sur le vif l’humanité des Sherman quant à lui est fasciné par la diversité
migrants dont les regards émeuvent celui qui ethnique des migrants et son regard est celui de
les regarde. Émotion du regard chargé d’amour ceux qui classent et répertorient. Les sujets ont
de la mère et de l’enfant, émotion des regards pris la pose dans leurs costumes traditionnels,
de crainte et de joie des hommes. marque de leur appartenance culturelle. Ses
photographies rendent bien compte de la
4.   Comparez   ces   photographies   avec   celles   diversité de l’immigration aux États-Unis
d’Augustus   F.  Sherman.   Montrez   la   différence   (Europe du Sud et de l’Est à la fin du siècle)
dans  le  traitement  du  sujet.   mais dans une approche de catégorisation qui
Les circonstances dans lesquelles Augustus confine au racisme. Elles ont d’ailleurs été
F. Sherman a réalisé ses photographies et son utilisées dans des ouvrages racistes.
point de vue sont très différents de ceux de
Lewis W. Hine. En effet, en tant qu’employé
administratif, il peut accéder à tous les locaux
d’Ellis Island et dispose de temps pour les
photographies. Contrairement à Lewis W. Hine
qui photographie les migrants dans leur
humanité, Sherman adopte les codes de la pho-
tographie de « types » pratiquée par exemple
dans la photographie ethnographique et qui
consiste à accentuer les particularités physi-
ques ou culturelles. Ainsi, il fait beaucoup de
portraits de migrants en costume traditionnel
(doc. 3). Son œuvre témoigne de sa fascination
pour les migrants mais aussi, par sa volonté de
classer les migrants par race, des tensions
xénophobes qui se développent alors aux
États-Unis et qui aboutissent en 1921 et 1924
aux lois de restriction de l’immigration.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   18


PARTIE L’invention  de  la  citoyenneté    
2 dans  l’Antiquité

›  MANUEL  PAGES  36-­‐37  


 
 
Les exemples d’Athènes et de Rome, de loin rentes facettes de la vie collective. Les docu-
les mieux documentés, nous font pénétrer au ments 1 et 2 illustrent deux espaces majeurs de
cœur de la citoyenneté antique. Les chapitres 2 la citoyenneté athénienne et romaine.
et 3 permettent de confronter deux approches Dominant Athènes, l’Acropole est la colline
très différentes de la citoyenneté, au niveau sacrée qui concentre les temples majeurs de la
conceptuel et territorial. cité. Elle est l’un des lieux essentiels de la
Plusieurs années avant l’ère chrétienne, les religion civique athénienne, notamment lors de
Grecs créent des cités. L’une d’elle, Athènes, la fête des Panathénées qui honore Athéna, la
invente la démocratie. Le chapitre 2 permet de déesse protectrice d’Athènes, et qui manifeste
se pencher sur le fonctionnement de ce régime l’unité et la grandeur de la cité. On aperçoit en
politique, qui n’est pas figé et suscite des contrebas du Parthénon, au fond à droite, le
débats permanents. Athènes devient ainsi une théâtre de Dionysos qui accueille les repré-
cité de quelque 2500 km2, gouvernée par sentations théâtrales qui ont pour but de faire
l’ensemble de ses citoyens. La citoyenneté y réfléchir les citoyens sur leur rôle dans la cité
est restreinte à une minorité, à laquelle on et leur régime politique. Le forum romain
demande une participation active à la vie constitue la place publique par excellence, de
civique. Rome d’abord, puis de toute ville de l’Empire
Quelques siècles plus tard, Rome diffuse dans digne de ce nom, l’équivalent de l’agora (hors
son vaste empire de plus de 3 millions de km2 champ à gauche sur le doc. 1) pour les Grecs.
son propre modèle de citoyenneté. Cet espace est réservé aux activités collectives,
La citoyenneté n’y est pas jalousement gardée qu’elles soient de nature religieuse, politique,
comme à Athènes, mais progressivement ou- commerciale ou culturelle. Le vieux forum
verte, conçue comme un moyen d’intégration romain a été peu à peu jugé insuffisant par les
des hommes libres à l’Empire. Être citoyen est empereurs pour accueillir des constructions à
un symbole de réussite sociale et d’intégration la hauteur de leur puissance, d’où l’édification
culturelle. L’étude de cette citoyenneté de nouveaux espaces, les forums impériaux.
romaine doit donc être mise en relation avec le Dans l’Empire, l’urbanisme reproduit le mo-
processus de romanisation. La signification de dèle de Rome. Les fora provinciaux subissent
la citoyenneté romaine s’est profondément donc progressivement l’influence des choix
modifiée entre le début du Ier siècle et la fin du urbanistiques et architecturaux de la capitale.
IIIe siècle : les citoyens participent de moins en À partir du Ier siècle, les forums sont tous
moins au pouvoir politique avec l’augmen- aménagés selon la même formule : une place
tation du rôle de l’empereur dont les pouvoirs allongée dominée par un temple, Capitole ou
sont de plus en plus monarchiques et qui n’est temple du culte impérial, et bordée sur le côté
plus choisi par le Sénat. opposé par une basilique.

Document  3.  Athènes,  une  cité  au  


Documents   1   et   2.   L’Acropole   d’Athènes,   espace  
fonctionnement  démocratique  (la  pratique  du  
majeur   de   la   citoyenneté   athénienne  et  le  forum  
tirage  au  sort)  
à  Rome,  centre  de  la  vie  urbaine  et  politique  pour  
les  citoyens  romains.  
Si les citoyens romains, avec le temps,
participent de moins en moins au pouvoir
Cité et citoyenneté peuvent se définir en
politique, à Athènes, les Ve et IVe siècles sont
termes de participation des citoyens aux diffé-
marqués par un régime politique dans lequel

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   19


tous les citoyens peuvent participer au matière politique. Les membres de la Boulè, de
gouvernement de la cité. l’Héliée et plusieurs centaines de magistrats
Le document 3 illustre la pratique du tirage au sont tirés au sort chaque année parmi les
sort très prisée par les Athéniens. Elle est citoyens. Cependant, certaines magistratures,
représentée à travers un épisode épique. Ulysse notamment les plus importantes comme la
et Ajax tirent au sort l’armure d’Achille mort stratégie, sont électives. Mais pour les
au combat, sous le regard de la déesse Athéna. Athéniens, dans l’élection d’un responsable à
Contrairement à l’idée admise, le tirage au sort main levée, l’électeur est influencé non
n’est pas né avec la démocratie ; mais c’est seulement par l’homme, mais aussi par sa
l’instauration de ce régime politique qui a peu richesse, et le rapport qu’il entretient avec lui ;
à peu démocratisé cette pratique d’origine ce mode de scrutin favorise les aristoi : « on
aristocratique et religieuse. Ainsi, le tirage au admet qu’est démocratique le fait que les
sort, conçu comme le choix de la divinité, est magistratures soient attribuées par tirage au
une procédure fréquente dans la Grèce an- sort, oligarchique le fait qu’elles soient
cienne dès l’époque archaïque (choix des pourvues par l’élection » (Aristote, Politique
jeunes gens qu’on envoie à la guerre, choix VI. 2). Pour les partisans de la démocratie,
d’un champion qui se battra au nom de tous à l’utilisation du tirage au sort repose sur l’idée
la guerre, tirage au sort en matière que n’importe quel citoyen est apte à exercer
successorale). C’est l’instauration de la une fonction politique et que tous les citoyens
démocratie qui donne peu à peu un sens se valent.
démocratique à l’emploi du tirage au sort en

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   20


CHAPITRE
Citoyenneté  et  démocratie  à  Athènes  
2 (Ve-­‐IVe  siècles  av.  J.-­‐C.)  
 
›  MANUEL  PAGES  38  À  61  

 
 
RAPPEL  DU  PROGRAMME   sources de l’Histoire » et les pages « Histoire
des Arts » consacrées au théâtre à Athènes. Les
– La participation du citoyen aux institutions et réformes de Clisthène, en 508-507 avant J.-C,
à la vie de la cité : fondement de la démocratie amorcent un processus qui mène dans le cours
athénienne. du Ve siècle avant J.-C. à l’avènement de la
– La démocratie vue et discutée par les démocratie athénienne. Il remplace alors les
Athéniens. quatre tribus préexistantes par dix tribus de
citoyens athéniens. Ces dix tribus, regroupant
des circonscriptions prises dans chacune des
  Objectif  et  problématiques     trois régions géographiques de l’Attique : la
du  chapitre   ville, la côte et l’intérieur, constituent, bien
Le premier objectif du chapitre est d’étudier la plus que les réformes de Solon, les bases de la
participation du citoyen aux institutions et à la future démocratie en unifiant l’Attique « par
vie de la cité, considérée comme un fondement désir de mélanger (les Athéniens) afin qu’un
de la démocratie athénienne. plus grand nombre jouît des droits civiques »
La première étude (p. 42-43) dresse un tableau (Aristote, Constitution d’Athènes). En rendant
de la population athénienne et montre que la tous les citoyens égaux devant la loi, une loi
citoyenneté, autorisant seule la participation à qui désormais serait l’expression de la volonté
la vie politique, ne concerne qu’une minorité du démos entier, il crée les conditions qui vont
des habitants de l’Attique et se ferme à partir permettre à la démocratie de naître. Dans la
du milieu du Ve siècle. L’étude p. 44-45 est Constitution d’Athènes, Aristote affirme que
consacrée au « métier de citoyen ». Elle permet Clisthène a « remis l’État à la multitude ».
d’appréhender la participation du citoyen à la La démocratie est le résultat d’une construc-
vie de la cité en matière militaire, religieuse et tion lente, faite de réformes successives. Après
politique. À Athènes, aux Ve et IVe siècles Solon et Clisthène en effet, la démocratie
av. J.-C., être citoyen ne signifie pas seulement n’aurait pas eu autant d’éclat au Ve siècle sans
faire partie d’une entité « nationale », mais les mesures d’Ephialtès et la politique de
aussi participer à une vie commune que ce soit Périclès par exemple.
sur le plan politique, par la prise de décisions Le chapitre 2 invite à étudier comment la
impliquant l’ensemble de la communauté, sur démocratie est vue et discutée par les Athé-
le plan militaire, par la défense de cette même niens. Il s’agit ici de montrer que le régime
communauté contre toute attaque extérieure, et n’est pas figé, se cherche et suscite des débats
enfin sur le plan religieux. Les citoyens permanents : entre démocratie et oligarchie et à
athéniens bénéficient d’un statut privilégié l’intérieur de la conception même de la
mais doivent en retour se soumettre, dans ces démocratie entre égalité ou mérite, liberté ou
trois domaines, à un certain nombre d’obli- discipline, participation de tous ou respect des
gations. Si tous les citoyens sont égaux devant compétences, élection ou tirage au sort…
la loi, nous verrons que riches et pauvres n’ont L’Assemblée est le lieu de ces débats dont les
pas toujours les mêmes droits et devoirs. philosophes, les auteurs dramatiques, les
L’étude p. 46-47 est consacrée au fonction- historiens de l’époque se font également
nement du régime athénien et aux débats qu’il l’écho. Les pages consacrées au théâtre (p. 50-
soulève. Elle est complétée par les pages « aux 51) illustrent à la fois la participation des
citoyens à la vie de la cité et les débats suscités

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   21


par le régime démocratique, à travers des • BRUIT ZAIDMAN (L.) et SCHMITT PANTEL
extraits d’œuvres d’Euripide et d’Aristophane. (P.), La religion grecque dans les cités à
Le texte de Thucydide p. 56, dans lequel l’époque classique, Armand Colin, coll.
l’historien donne la parole à Périclès qui y « Cursus Histoire », 3e éd., Paris, 2002.
expose sa vision de la démocratie et en fait • QUEYREL (F.), Le Parthénon un monument
l’éloge, permet également d’aborder ce point dans l’Histoire, Bartillat, Paris, 2008.
du programme.
RECUEILS  DE  TEXTES  
  Bibliographie   On pourra lire et utiliser l’ouvrage d’Hérodote,
Histoires, celui de Thucydide, La guerre du
OUVRAGES  GENERAUX  
Péloponnèse, ceux d’Aristote sur la vie
• AMOURETTI (M.-C.) et RUZE (F.), Le Monde
politique athénienne ou encore certains textes
grec antique, Hachette supérieur, nouv. éd.,
de Platon, tous parus dans diverses collections
Paris, 2003.
de poche. Les tragédies et comédies, notam-
• CARLIER (P.), le IVe siècle grec jusqu’à la
ment celles d’Euripide et d’Aristophane, four-
mort d’Alexandre, Le Seuil, coll. « Points
nissent une mine pour aborder les débats qui
Histoire », Paris, 1995.
ont animé la vie démocratique athénienne.
• LEVY (Ed.), La Grèce au Ve siècle de
Clisthène à Socrate, Le Seuil, coll. « Points SITES  INTERNET  
Histoire », Paris, 1995.
• Site du musée de l’Acropole, à Athènes :
• NICOLET (C.), BERTRAND (J.-M.), NONY
http://www.theacropolismuseum.gr
(Daniel), Citoyen dans l’Antiquité, La
• Site du Metropolitan Museum, à New York :
Documentation photographique n° 8001,
http://www.metmuseum.org/Works_of_Art/gre
février, 1998.
ek_and_roman_art
• ORRIEUX (C.) et SCHMITT PANTEL (P.),
• Site du British Museum (Londres) :
Histoire grecque, PUF, coll. « Quadrige »,
http://www.britishmuseum.org
nouv. éd., Paris, 2004.
Voir la salle 18 consacrée à la frise du
• QUEYREL (A.), Athènes, la cité archaïque et
Parthénon et la salle 19 sur Athènes.
classique, Picard, Paris, 2003.

POLITIQUE  
• BASLEZ (M.-F.), Histoire politique du monde Ouverture  
grec antique, Armand Colin, coll. « Fac ›  MANUEL  PAGES  38-­‐39  
Histoire », 3e éd., Paris, 2004.
• BERTRAND (J.M.), Cités et royaumes du Ces documents illustrent deux des grands
monde grec : espace et politique, Hachette, domaines dans lesquels le citoyen peut et doit
Paris, 1992. s’employer à servir la cité d’Athènes : le
• LORAUX (N.), L’invention d’Athènes, Payot, domaine politique et le domaine militaire.
Paris, 1993.
• MOSSE (C.), Les institutions politiques de la
Grèce classique, Armand Colin, coll. « Cursus •  Document  1.  La  Pnyx,  siège  de  l’Assemblée  des  
citoyens  athéniens  
Histoire », 6e éd., Paris, 1999.
• MOSSE (C.), Histoire d’une démocratie : Cette photographie est une vue de la Pnyx,
Athènes, Le Seuil, coll « Points Histoire », depuis l’ouest. On aperçoit, à droite, la tribune
Paris, 1992. où les orateurs prennent la parole et, à
• MOSSE (C.), Le citoyen dans la Grèce l’arrière-plan, l’Acropole. La colline de la
antique, Nathan, coll. « 128 », Paris, 1993. Pnyx est le lieu de réunion habituel de
• WATTEL (O.), La politique dans l’Antiquité l’Ecclésia depuis Clisthène, en raison de
grecque, Armand Colin, coll. « Cursus », l’encombrement de l’Agora. Située à l’ouest de
Paris, 1999. l’Acropole (doc 2 p. 55), elle a la forme d’un
vaste terre-plein ouvert en éventail (160°
CULTURE  ET  RELIGION   environ) à partir d’une tribune à degrés.
• BASLEZ (M.-F.), Les sources littéraires de L’Ecclésia regroupe tous les citoyens
l’histoire grecque, Armand Colin, coll. « U », athéniens. L’Assemblée, réunion du peuple
Paris, 2003. souverain, est toute puissante et compétente
dans de multiples domaines : politique

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   22


intérieure, finances, religion, droit privé ou cavaliers, puis viennent les hoplites, les
public, justice et politique extérieure. fantassins légers, tandis que les plus pauvres
Plusieurs milliers de personnes assistent aux sont employés comme rameurs. L’image nous
réunions, mais les estimations restent montre les hoplites, citoyens affectés à
hypothétiques. Pour les décisions importantes, l’infanterie lourde, ainsi qu’un cavalier.
un quorum de 6000 votants est exigé. Le L’armement de l’hoplite est à la fois défensif
programme des séances est affiché quatre jours et offensif : casque, cuirasse en cuir renforcée
à l’avance. Elles débutent par un sacrifice et de plaques de bronze dont l’usage semble
des prières, puis les textes mis à l’ordre du jour disparaître au cours du Ve siècle, jambières
et préparés par la Boulè sont présentés. martelées dans des feuilles de bronze, bouclier
N’importe quel citoyen peut prendre la parole rond (hoplon) à la paroi convexe (90 cm de
et proposer un texte de décret au vote ou diamètre) porté au bras gauche pour
amender un texte du Conseil (principe de l’armement défensif. La lance d’environ 2
l’isègoria, droit à la parole pour tous). mètres et l’épée à double tranchant constituent
L’orateur s’avance à la tribune, portant une l’armement offensif. L’hoplite combat au
couronne de myrte, signe du caractère sacré de coude à coude avec ses compagnons au sein de
la fonction qu’il remplit alors. Le vote se fait à la phalange, efficace grâce à la cohésion de ses
mains levées, sauf exception comme pour le soldats. Le cavalier est en principe armé de
vote d’ostracisme (qui a lieu, lui, sur l’Agora deux lances et d’une épée ; il monte sans selle
et non la Pnyx). Les prytanes comptent les ni étrier ; le cheval est seulement harnaché,
voix. Une fois le décret voté, il est transcrit sur sans protection.
des tablettes ou des papyrus qui sont conservés
dans les archives de la cité, et gravé sur une
stèle de pierre qui est érigée dans un endroit
public.
Repères  
Dominant Athènes, l’Acropole est la colline Citoyenneté  et  démocratie  à  Athènes  
sacrée qui concentre les temples majeurs de la
›  MANUEL  PAGES  40-­‐41  
cité. Détruits après le pillage de la ville par les
Perses en 480 av. J.-C., Périclès décide de les
reconstruire en 449 av. J.-C. Il fait appel aux •  Documents  1  et  2  
plus grands artistes du temps comme le Aux Ve et IVe siècles av. J.-C., le monde grec
sculpteur Phidias. Périclès compte ainsi donner s’étend sur les rives de la Méditerranée et de la
à Athéna, déesse protectrice de la cité, un Mer noire. Les Grecs, installés autour de la
sanctuaire digne d’elle mais aussi faire Méditerranée comme « des grenouilles autour
d’Athènes la plus belle et la plus glorieuse cité d’une mare », écrit le philosophe Platon, sont
du monde grec. Seuls le Parthénon et les organisés en cités.
Propylées sont achevés avant sa mort, pour le La cité est un groupe humain qui s’exprime
reste, il faut attendre les dernières années du dans des décrets manifestant sa volonté : « il a
Ve siècle avant J.-C. Au moment de la plu à la cité », « il a plu au conseil et au
célébration de la fête des Panathénées, peuple, un tel a fait la proposition, un tel l’a
l’Acropole accueille la procession représentée mise aux voix »… Ce sont les Athéniens, les
sur la frise sculptée à l’intérieur du Parthénon Lacédémoniens qui décident et non des entités
(cf. présentation du doc 3 p. 43). qui seraient Athènes et Sparte. Quand Aristote
définit la polis comme « la communauté des
•  Document  2.  Les  Guerriers  grecs  (hoplites)   politai », il montre que le caractère civique
Le citoyen athénien est soumis à une l’emporte sur la notion géographique dans
obligation militaire, considérée en même l’esprit des Grecs. La cité est néanmoins
temps comme un privilège. L’armée implantée sur un territoire. Elle est constituée
athénienne est constituée de citoyens-soldats, d’un centre urbain et de la campagne qui
même si, pendant la guerre du Péloponnèse, la l’entoure. La ville est le lieu où l’on habite et
longueur du conflit entraîne un recours de plus où se trouve l’essentiel des activités politiques
en plus important aux métèques, esclaves et de la communauté. On réside aussi dans des
mercenaires. Les citoyens servent dans l’armée villages. La chôra désigne les terres cultivées.
en fonction de leur fortune car ils doivent La dernière zone est celle des confins
financer leur équipement. Les plus riches sont (l’eschatia) ; elle renvoie aux terres de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   23


marécages et de forêts marquant les frontières On veillera à montrer aux élèves qu’il faut ne
de la cité, lieu de chasse, d’entraînement des faut pas juger le système athénien à l’aune de
éphèbes, de parcours des bergers et de leurs notre vision du XXIe siècle mais le replacer
troupeaux. Le territoire des cités a des dans son époque, celle de sociétés antiques qui
dimensions très variables, de quelques dizaines sont toutes fondées sur l’esclavage et qui
de kilomètres carrés à plusieurs centaines. excluent la femme de la vie politique. On sera
Athènes avec 2650 km2 fait figure d’exception. amené à montrer que les non-citoyens, s’ils ne
La cité d’Athènes s’étend sur l’ensemble de la participent pas au gouvernement de la cité,
presqu’île de l’Attique, au sud-est de la Grèce, jouent un rôle important dans son fonc-
sur la mer Égée. Cette petite péninsule aux tionnement.
plaines étroites est caractérisée par un relief
heurté. Les montagnes sont exploitées par les •  Document  1  :  Devenir  un  citoyen  athénien  
habitants (marbre des carrières du Pentélique, Ce texte est extrait de la Constitution
argent des mines du Laurion…). La cité d’Athènes, un ouvrage attribué à Aristote (384-
d’Athènes accueille d’autres espaces urbains 322 av. J.-C.) et ses élèves.
qu’Athènes, comme Marathon ou Éleusis. Le Né à Stagire, en Chalcédoine de Thrace, ce
Pirée, créé de toute pièce au début du Ve siècle, philosophe grec s’installe à Athènes, où il a le
est à la fois port de commerce et port militaire, statut de métèque, de -367 à -347 ; il est alors
relié à la ville d’Athènes par des fortifications, l’élève de Platon. Il passe ensuite une partie de
les Longs Murs. sa vie à la Cour de tyrans ou de rois, d’abord
auprès d’Hermias d’Atarnée, puis de Philippe
de Macédoine, comme précepteur d’Alexandre
Étude   (343-336). Il revient à Athènes en 335 et fonde
son école, Le Lycée. Il y voit la montée en
Citoyens  et  non-­‐citoyens  à  Athènes  (Ve-­‐IV   puissance d’Alexandre de Macédoine, puis la
e
 s.  av.  J.-­‐C.)   guerre de libération engagée par Athènes à la
mort du roi, en 323, qui l’oblige à s’exiler.
›  MANUEL  PAGES  42-­‐43   Son œuvre est vaste et variée, une partie
Malgré de récents progrès dans le domaine de seulement nous est parvenue. Il est l’auteur
la démographie antique, des incertitudes d’un grand nombre de traités de logique, de
persistent quant à l’estimation de la population politique, de biologie, de physique et de
athénienne. Ce qui est certain, c’est que le métaphysique. La Constitution d’Athènes fait
nombre de citoyens, en augmentation jusque partie d’une œuvre plus large, entreprise par
dans les années -450, diminue ensuite du fait Aristote et les membres de son école,
de l’exclusion de la citoyenneté de ceux qui consacrée à l’étude de 158 cités grecques et
sont touchés par le décret de Périclès de -451. date de la fin du IVème siècle. Retrouvé en 1891
Le corps des citoyens ne représente que 12- sur des papyrus d’Egypte de l’époque de
13 % de la population totale au milieu du Vespasien, c’est le seul texte qui nous soit
Ve siècle, soit une petite minorité (doc 1 p. 52). parvenu des ouvrages d’actualité publiés par le
Dans une cité comme Athènes, il y a, à côté philosophe et ses élèves. Ce petit traité, écrit
des Athéniens, de leurs femmes et de leurs vers 330, se compose de deux parties ; l’une
enfants, des étrangers résidents (métèques) et historique, qui couvre l’histoire d’Athènes des
des esclaves. L’estimation du nombre de origines à 403 ; l’autre consacrée à la
métèques est difficile car on dispose pour eux description des institutions et de la vie
de données encore moins abondantes que pour politique à Athènes, à l’époque d’Alexandre.
les citoyens. Il semble que leur nombre est au C’est la partie la plus originale du livre, qui
plus haut au milieu du Ve s. pour ensuite propose ce qu’aucun historien grec n’avait
décroître. Il est également délicat d’avancer un transmis jusque-là de façon complète, le
chiffre pour la population servile qui fonctionnement de la vie politique.
n’apparaît que de manière partielle dans les Le passage choisi ici nous permet de
sources. Certaines estimations portent leur comprendre les conditions d’accès à la
nombre à 110-150 000 au milieu du Vesiècle. citoyenneté athénienne au IVe siècle av. J.-C.
av. J.-C. À la fin du IVe siècle, ils semblent
avoir été assurément plus de 200 000 ; mais
faut-il monter à 300 000 ? 400 000 ?

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   24


•   Document   2.   Un   citoyen,   sa   femme   et   son   ainsi que des représentants des cités alliées.
esclave   Ainsi, toute la cité est présente lors de la
Ce bas-relief de Thasos, île montagneuse du procession. Si les métèques prennent part à la
Nord de la mer Égée, cité riche de ses mines procession, ils sont exclus du partage des
d’or et d’argent et de son vin, est conservé au viandes issues des sacrifices. Les femmes elles
musée archéologique d’Istanbul. Il s’agirait aussi participent à la procession, mais cette
d’une stèle funéraire sur laquelle on peut voir intégration aux actes civiques est toutefois
un citoyen, sa femme et son esclave. Le limitée par le fait qu’il s’agit d’un petit groupe
document est intéressant en ce qu’il illustre la de femmes sélectionnées et non de l’intégralité
place de chacun dans la maison. La femme, de la communauté féminine. Une semblable
assise, s’occupe aux activités domestiques, représentation d’un groupe civique sur un
tandis que l’esclave puise le vin mêlé d’eau monument consacré aux dieux est chose
dans un cratère, afin de remplir la coupe nouvelle et traduit la dimension à la fois
tendue par son maître. religieuse et politique de cette fête qui rend
hommage à Athéna mais célèbre aussi l’unité
•   Document   3.   Les   Panathénées,   une   fête   et la grandeur de la cité.
religieuse  qui  réunit  les  habitants  de  la  cité  
La fête des Panathénées, célébrée au mois de •  Document  4.  Citoyens  et  non-­‐citoyens  
juillet-août (Hécatombaion) est l’une des Ce document réunit trois textes du IVe siècle
principales fêtes religieuses d’Athènes car elle avant J.-C. qui nous éclairent sur la place des
est dédiée à la divinité protectrice de la cité, la non-citoyens (femmes de citoyens, métèques,
déesse Athéna. Cette fête commémore la esclaves) dans la vie de la cité athénienne.
victoire des dieux sur les géants, thème
représenté sur le voile (péplos) offert à Athéna. Document  4a.  Les  femmes  et  les  citoyens  
On peut distinguer trois moments essentiels : la Ce texte est issu du Contre Néera, attribué
procession, les sacrifices et la remise des dans un premier temps à Démosthène
offrandes, le banquet. La remise du péplos, (biographie p. 46). Il s’agit d’une plaidoirie du
porté en procession et dont le tissage est confié IVème s. av. J.-C. Dans les procès civils, même
aux ergastines neuf mois au préalable, est la si la plupart étaient plaidés par les plaignants
cérémonie centrale. Les deux offrandes en personne et ne nous ont donc laissé aucune
sacrificielles sont elles aussi importantes, leur trace, on pouvait recourir aux services d’un
caractère est avant tout civique. Les Grandes logographe, ou écrivain de discours, qui
Panathénées (célébrées tous les quatre ans) préparait la plaidoirie par écrit. Les plaidoyers
comprennent d’autre part des concours civils mis sous le nom de Démosthène sont
(musicaux et gymniques) ouverts à tous les nombreux, mais la plupart semblent émaner
Grecs. plutôt de membres de son entourage. Ces
La procession est une manière d’inscrire la discours judiciaires constituent une source
pratique cultuelle dans l’espace de la cité. Elle intéressante sur le droit public ou privé
traverse les principaux lieux de la cité. Elle athénien grâce aux citations de lois que font
part des portes du Dipylon, traverse le certains orateurs ; ils permettent de
Céramique puis l’Agora et suit la voie sacrée comprendre le fonctionnement de la justice et
jusqu’à l’Acropole. L’entrée s’y fait par les des tribunaux. C’est dans le domaine du droit
Propylées puis la procession longe le familial que les plaidoyers sont les plus riches
Parthénon pour arriver sur le côté est du en informations, tant lors des procès pour
temple, devant le grand autel d’Athéna (doc 2 usurpation de citoyenneté que lors de litiges
p. 55). successoraux. La collection des plaidoyers
Le déroulement de la procession (pompè) nous démosthéniens fait connaître une bonne partie
est assez bien connu grâce à la frise du du droit successoral et révèle aussi combien le
Parthénon dont les fragments sont dispersés mariage est protégé par des lois sur l’adultère
dans différents musées, à Londres, Athènes et et la prostitution. Dans le Contre Nééra,
Paris. Le cortège rassemble des magistrats, des l’application de la loi de Périclès sur la
cavaliers, des hoplites, des filles de citoyens citoyenneté (451 av. J.-C.), qui réserve la
telles que les ergastines et les canéphores, des citoyenneté aux hommes nés de d’un père
métèques et des enfants de métèques portant citoyen et d’une mère fille de citoyens,
des plateaux d’offrandes et des jarres d’eau,

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   25


légitimement mariés est rappelée, de même éloge de la paix, plus propice à
que dans le Contre Euboulidès. l’enrichissement de la cité que la guerre.
L’argument du Contre Nééra est le suivant : en
349, Stéphanos, un citoyen athénien, a fait Document  4c.  Esclaves  et  citoyens  
condamner Apollodore comme auteur d’un Ce texte est extrait de La Politique d’Aristote
décret illégal. Quelques années après, son (384-322 av. J.-C.). Né à Stagire, en
gendre Théomneste et lui-même essayent de se Chalcédoine de Thrace, ce philosophe grec
venger en faisant à leur tour condamner s’installe à Athènes où il a le statut de métèque
Stéphanos. Ce dernier vit depuis longtemps de -367 à -347 ; il est alors l’élève de Platon. Il
avec une femme appelée Nééra. Théomneste et passe ensuite une partie de sa vie à la Cour de
Apollodore soutiennent que cette femme est tyrans ou de rois, d’abord auprès d’Hermias
étrangère, qu’après avoir été esclave, qu’après d’Atarnée, puis de Philippe de Macédoine,
avoir exercé le métier de prostituée, elle a comme précepteur d’Alexandre (343-336). Il
usurpé la qualité d’Athénienne, qu’elle se fait revient à Athènes en 335 et fonde son école,
passer pour la femme légitime de Stéphanos et Le Lycée. Il y voit la montée en puissance
qu’elle a frauduleusement donné à ses enfants d’Alexandre de Macédoine, puis la guerre de
la citoyenneté athénienne. L’accusation est libération engagée par Athènes à la mort du
dirigée contre Nééra, mais c’est en fait roi, en 323, qui l’oblige à s’exiler.
Stéphanos qui est visé. Les conséquences d’un Son œuvre est vaste et variée, une partie
semblable procès étaient graves. Si seulement nous est parvenue. Il est l’auteur
l’accusation était reconnue fondée, Nééra d’un grand nombre de traités de logique, de
devait être vendue comme esclave, ses enfants politique, de biologie, de physique et de
déclarés étrangers, Stéphanos lui-même devait métaphysique.
être frappé d’atimie. Dans les huit livres de sa Politique, écrite peu
Les Athéniennes ne font pas partie de la après 336, Aristote cherche à définir la science
collectivité politique des citoyens, elles sont en politique et son objet via une description de la
revanche intégrées à la communauté civique. nature des régimes politiques.
Comme le montre ce texte, elles jouent un rôle L’extrait présenté ici est issu du Livre I, qui
essentiel dans cette communauté puisqu’elles s’organise selon les thèmes suivants : « de la
en assurent la reproduction, dans le cadre légal société civile — de l’esclavage — de la
du mariage. Le statut de la femme donnée en propriété - du pouvoir domestique ».
mariage est une preuve susceptible d’être L’exposé qu’Aristote consacre au problème de
requise dans un procès en cas de contestation l’esclavage et de sa légitimité dans La
de la citoyenneté de son fils devenu adulte. Politique constitue la seule réflexion
systématique que nous ait laissée l’Antiquité à
Document  4b.  Les  métèques  dans  la  cité   propos d’une institution fondamentale pour le
Ce texte est un extrait de l’ouvrage de fonctionnement de ses sociétés. Pour une
Xénophon (vers 427- vers 355 av. J.-C.), Les analyse de la théorie de l’esclavage d’Aristote,
Revenus, écrit vers 360 av. J.-C. Xénophon, on pourra consulter le site suivant :
issu d’une famille athénienne aisée, élève de http://bcs.fltr.ucl.ac.be/fe/13/esclavage.htm
Socrate, est un écrivain et un homme d’action
(il combat comme mercenaire dans l’empire   Réponse  aux  questions  
perse, se met au service des Spartiates). Il a
1.   Quelles   sont   les   conditions   à   remplir   pour  
produit de nombreux écrits de nature très
devenir  citoyen  ?  
variée.
La première condition à Athènes pour être
Les Revenus est un petit ouvrage dont le but est
citoyen est la naissance. Jusqu’en 451-450
d’aider au rétablissement des finances
av. J.-C., il suffisait d’être de père athénien
d’Athènes qui ont souffert de la guerre des
pour être citoyen. À partir de cette date, selon
alliés. Selon lui, Athènes, avec ses mines
un décret voté à l’initiative de Périclès, sont
d’argent du Laurion dont il encourage
citoyens les enfants nés d’un père citoyen et
l’exploitation par la cité et avec son port,
d’une mère fille de citoyen, unis en légitime
possède toutes les ressources nécessaires,
mariage. Cette mesure prive du droit de cité les
pourvu qu’elle encourage les créateurs de
enfants dont la mère est étrangère à la cité ou
richesse que sont les métèques. Il y fait un
d’une famille de métèques. Ainsi, la

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   26


citoyenneté se ferme. À l’âge de 18 ans, le limite pas à l’oikos. Les femmes, en particulier
jeune garçon est présenté par son père aux les plus pauvres, sont couramment obligées de
membres du dème. Un double vote a lieu. travailler à l’extérieur notamment dans
D’abord pour savoir si le jeune a l’âge requis. l’artisanat (ex : ateliers de tissage, boulan-
Ensuite pour vérifier qu’il est bien de condition gères). Certaines professions sont réservées
libre et le fils légitime d’un citoyen et d’une aux femmes, en particulier celle de sage-
fille de citoyen. On mesure avec cette femme ; certaines sources attestent aussi
procédure l’importance du dème dans la vie l’existence de femmes marchandes sur
civique, puisque ce sont les membres du dème l’Agora. Un grand nombre de femmes
qui acceptent ou refusent d’inscrire les travaillent aux champs au moins de façon
postulants sur la liste qui donne accès à la saisonnière, pour les récoltes. Dans le domaine
citoyenneté. Ceux qui s’estiment rejetés religieux, elles jouent un rôle à part entière
injustement par les démotes peuvent faire dans la vie de la cité. Dans leur enfance et leur
appel devant l’Héliée : si le tribunal leur donne adolescence, un nombre restreint de filles de
raison, ils sont inscrits par le dème ; si le refus bonne famille peut intervenir dans des
des démotes est confirmé, ils sont frappés cérémonies ou des cultes précis se rapportant à
d’une peine sévère pour avoir tenté d’usurper des divinités féminines, Artémis et Athéna,
la citoyenneté. Les fraudes ne sont pas rares, comme petites « Ourses » à Brauron ou
ce qui amène la Boulè à procéder annuellement comme arrhéphores sur l’Acropole ; plus tard
à l’examen des listes fournies pour en chasser elles peuvent aider au tissage du péplos
ceux qui s’y sont introduits irrégulièrement. d’Athéna Polias comme ergastines (doc. 3a) ou
encore participer à la procession des
Les jeunes gens, après leur inscription, doivent
Panathénées comme canéphores, en portant sur
pendant deux ans suivre une sorte de service
la tête une corbeille qui contient des ustensiles
militaire (éphébie), à l’issue duquel ils
du sacrifice. Adultes et mariées, toutes les
accèdent à la communauté politique propre-
femmes d’Athènes rendent ensemble, entre
ment dite. Le citoyen suit une première année
elles, un culte officiel à Déméter, lors de la fête
d’instruction ; il reçoit une lance et un
des Thesmophories. Certaines, mais elles
bouclier, puis passe une seconde année en
constituent une exception, peuvent exercer un
garnison dans les forteresses de l’Attique, au
sacerdoce.
Pirée et aux frontières.

3.   Montrez   comment   les   métèques   sont  


2.  Quel  est  le  rôle  des  femmes  à  Athènes  ?   considérés  et  quels  sont  leur  statut  et  leur  utilité  
Les femmes athéniennes sont nécessaires à la pour  la  cité  d’Athènes.  
transmission de la citoyenneté depuis 451 av. Un métèque est un homme libre, étranger à la
J.-C. (doc. 1 et 4a) ce qui implique leur cité, domicilié à Athènes. Le métèque doit à la
appartenance, au côté des hommes, à la résidence durable sur le sol de la cité (plus
communauté civique. Mais cette appartenance d’un mois) un statut particulier. Il doit alors
se traduit de façon différente, puisque les trouver un citoyen qui se porte garant de sa
femmes sont exclues des lieux où se prennent condition libre et donc de son statut de
les décisions et sont juridiquement mineures. métèque (prostatès) et qui est son représentant
En effet, elles sont, durant toute leur vie, dans toute affaire judiciaire. Il doit se faire
soumises à l’autorité d’un tuteur masculin inscrire sur le registre du dème où il réside,
(kurios), père, mari, frère… et n’ont aucune s’acquitter d’une taxe (le métoikion) et
capacité juridique. La femme ne peut être respecter les lois athéniennes. Il s’intègre à la
propriétaire ; elle peut seulement transmettre vie de la cité par certains aspects : il est
un héritage foncier ou une dot. Le mariage protégé par les lois, astreint aux liturgies, peut
marque son entrée dans le monde adulte et son servir dans l’armée, participe à certaines fêtes
passage du foyer du père à celui de son époux. civiques comme les Panathénées (doc. 3b)
La femme athénienne doit s’occuper des mais n’a aucun droit politique. Ne pouvant
activités et des soins du foyer (doc. 2). Dans posséder de terre, il est absent du secteur
les familles les plus riches, les femmes peuvent agricole et omniprésent dans l’artisanat, le
avoir un rôle d’intendante plus que commerce, la construction navale ou encore les
d’exécutrice. Mais le travail féminin ne se métiers du bâtiment, comme patron ou

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   27


employé. Un rare privilège que les citoyens « nationale », mais participer à une vie
peuvent concéder aux métèques est l’octroi du commune. Cette vie commune se manifeste sur
droit de propriété foncière, ce que préconise un triple plan : politique, militaire et religieux.
Xénophon (doc. 3b) ; ce privilège, rare, est Le dossier se propose d’examiner la participa-
concédé surtout à des personnalités dont le tion du citoyen à la vie commune dans ces trois
soutien du pays d’origine est bienvenu pour la domaines, de cerner ce qu’est le statut de
cité, ou à d’influents groupes de métèques, citoyen : les « privilèges » qui lui sont liés
sollicitant un terrain pour une raison cultuelle. mais aussi les devoirs qu’il implique.

  Choix  des  documents  


4.  Quel  est  le  rôle  respectif  des  esclaves    
et  des  citoyens  ?  Comment  cela  est-­‐il  justifié  ?   •  Document  1.  La  participation  du  citoyen  à  la  vie  
politique  
Les esclaves peuvent être achetés, vendus,
prêtés ou légués, d’où la dénomination « L’éloge des premières victimes de la guerre
d’« esclaves marchandises ». Pour Aristote, du Péloponnèse » dont nous avons ici un
l’esclave, « instrument animé », est compa- extrait est l’un des textes les plus connus de
rable à un animal domestique. Il fait de l’histoire grecque. Beaucoup de commen-
l’esclavage un fait de nature, le justifiant par tateurs y voient en effet le seul texte du
une hiérarchie naturelle entre les individus. Ve s. av. J.-C. proposant une théorie de la
L’esclave bénéficie néanmoins d’une certaine démocratie. Se pose le problème de l’auteur.
forme de reconnaissance : il reçoit un nom qui Ce discours de Périclès est en effet repris par
lui est propre ; il est accueilli à son arrivée au Thucydide dans son œuvre majeure la Guerre
service d’un particulier par un rituel réservé du Péloponnèse. La pratique de l’insertion du
aux nouveaux venus ; il est même souvent discours est chose courante au cours de son
admis à participer au culte familial. L’esclave œuvre mais reste à savoir si l’on peut être
peut être affranchi par son maître en certain que l’historien grec ne le réécrit pas.
remerciement de fidèles services ; il obtient Thucydide est contemporain du discours ; il est
alors un statut voisin de celui de métèque. À un admirateur de Périclès et connaît bien le
côté des esclaves qui appartiennent à des fonctionnement de la cité, ayant lui-même été
particuliers, on trouve des esclaves publics, stratège avant d’être exilé à la suite de la
beaucoup moins nombreux, propriété collec- défaite d’Amphipolis (-424). Il met cet exil à
tive de la cité, dont ils reçoivent une indemnité profit pour entamer son récit qu’il ne peut
destinée à assurer leur subsistance. L’esclave achever avant sa mort vers -400. Sa méthode
est employé à toutes les tâches, qu’elles soient est clairement explicitée au début de son
domestiques, agricoles, artisanales ou encore ouvrage (citation p. 57). La plupart des
utilisé pour l’exploitation des mines. Selon historiens considèrent que si reconstruction il y
Aristote, il doit permettre au citoyen de a, l’historien reste fidèle aux circonstances, au
s’occuper de l’administration et de la défense contenu et à l’esprit du texte. Il nous faut donc
de la cité (« les occupations de la guerre et présenter rapidement celui qui est l’auteur du
celles de la paix »). discours, Périclès. Issu de deux familles
prestigieuses, il fait figure de chef de file des
Les représentations de l’époque permettent de démocrates athéniens, élu stratège de 444 à
reconnaître les esclaves qui sont souvent 429. Il est donc stratège au moment où il
représentés nus et d’une taille inférieure à celle prononce ce discours en 431 avant J.-C.,
des hommes libres. moment délicat pour la cité puisque les
Athéniens sont à l’abri des Longs Murs tandis
que les Spartiates dévastent l’Attique. C’est
Étude   donc dans ce contexte difficile de la première
année de la guerre du Péloponnèse que Périclès
Le  «  métier  »  de  citoyen  à  Athènes   prononce ce qu’il faut définir comme une
›  MANUEL  PAGES  44-­‐45  
oraison funèbre (logos epitaphios), discours
officiel, spécifique à Athènes, adressé depuis
le Céramique aux citoyens et aux étrangers.
Dans la cité grecque antique, être citoyen ne Le fondement de la grandeur athénienne
signifie pas seulement faire partie d’une entité repose pour Périclès sur sa valeur politique. La

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   28


démocratie, l’auteur veut la mettre en valeur et •  Document  3.  Hoplites  et  cavaliers  
la proposer comme modèle (texte p. 56). Ce document est une amphore en céramique à
col, attique, à figures noires, de 0,470 m de
Le passage choisi ici permet d’illustrer ce qui
hauteur, attribuée au peintre de Princeton, vers
est, par définition, l’activité première du
550 av. J.-C. Sur la panse sont représentés
citoyen dans le monde des cités grecques, et
quatre hoplites, encadrés par deux cavaliers.
tout particulièrement dans un régime démo-
Sur la partie supérieure (épaule), on aperçoit
cratique comme le régime athénien, à savoir
des lutteurs. Cette amphore est conservée au
l’activité politique.
musée du Louvre.
La céramique grecque est avant tout un
•   Document   2.   Le   serment   des   éphèbes,   une   matériel utilitaire, qui sert au stockage, au
obligation  pour  les  jeunes  citoyens   transport des denrées, mais aussi au service de
Le serment (hórkos) est un engagement la table. Les formes sont donc variées et
solennel devant les dieux de respecter la répondent à ces différents usages. L’amphore
fidélité à la parole donnée. Il comporte sert à la fois au stockage et au transport, grâce
l’invocation des divinités, la déclaration ou la à ses deux anses verticales. On distingue la
promesse, enfin la prière, assortie le plus céramique commune, non décorée, et la
souvent d’une imprécation afin d’empêcher le céramique à décor figurée, plus précieuse. Le
parjure. Il lie celui qui le prête aux dieux tout procédé dit de la figure noire, mis au point par
en lui créant des devoirs envers les hommes. les potiers corinthiens au VIIe s. av. J.-C. est
Les sacrifices à effectuer et les dieux par perfectionné par les ateliers athéniens dès le
lesquels il faut jurer sont parfois précisés par la début du VIe s. Les vases, une fois tournés,
loi. Le serment est une pratique courante, séchés et polis, sont décorés par le peintre puis
omniprésente dans la vie publique. Le geste y cuits au four. Les opérations se déroulent en
compte autant que la parole. Par le contact trois phases de cuisson. La première est une
avec le sacré, celui qui s’engage par serment cuisson oxydante, avec un feu vif. L’oxygène
sollicite des forces qui échappent au regard, en de l’air se combine avec l’argile pour donner
touchant par exemple l’autel, une statue, une de l’oxyde ferrique ce qui donne au vase une
part de l’animal immolé. teinte uniformément rouge. La deuxième
Le serment prêté par les éphèbes athéniens phase, réductrice, est obtenue par fermeture de
associe plusieurs divinités et les engage à la cheminée et ajout de bois vert ou de sciure
défendre leur cité, à faire preuve de solidarité mouillée. La combustion dégage alors de
et à obéir aux lois. Il a une valeur à la fois l’oxyde de carbone qui se combine avec
civique et religieuse. Le texte du serment des l’oxyde ferrique pour donner de l’oxyde
éphèbes athéniens est connu par des ferreux et le vase devient entièrement noir. La
compilateurs antiques et par une inscription du troisième phase est à nouveau oxydante : les
IVe siècle, dont le style est archaïque. parties non peintes, restées poreuses, réassi-
L’éphébie, période obligatoire de formation milent l’oxygène et redeviennent rouges,
civique et militaire pour les futurs citoyens, contrastant avec les parties peintes qui restent
effectuée entre 18 et 20 ans, est attestée dès le définitivement noires.
début du IVe siècle av. J.-C. Des magistrats Par leurs représentations très riches, les vases à
élus (un cosmète, dix puis douze sophronistes) décor figuré sont des témoins irremplaçables
sont chargés de veiller à la formation des sur leur époque.
éphèbes ; ils sont assistés de deux pétrotribes Les citoyens servent dans l’armée en fonction
ou maîtres de gymnastique et d’instructeurs de leur fortune, car ils doivent financer leur
chargés d’enseigner le combat hoplitique et la équipement. Les plus riches sont cavaliers,
pratique de l’arc, du javelot et de la catapulte. puis viennent les hoplites, les fantassins légers,
Ils font la tournée des sanctuaires, puis partent tandis que les plus pauvres sont employés
au Pirée où ils sont répartis en garnisons. Une comme rameurs. L’image nous montre les
fois la première année achevée, une revue, des hoplites, citoyens affectés à l’infanterie lourde,
manœuvres et le don par la cité d’une lance et ainsi que deux cavaliers. L’armement de
d’un bouclier rond sanctionnent le passage à la l’hoplite est à la fois défensif et offensif :
seconde année, où ils surveillent et quadrillent casque, cuirasse en cuir renforcée de plaques
la chôra et tiennent garnison dans ses forts. de bronze dont l’usage semble disparaître au
cours du Ve siècle, jambières martelées dans

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   29


des feuilles de bronze, bouclier rond (hoplon) à d’Ischomaque) et sa place au sein de l’oikos.
la paroi convexe (90 cm de diamètre) porté au L’Economique s’achève sur une réflexion
bras gauche pour l’armement défensif. La concernant l’art d’exercer le pouvoir.
lance d’environ 2 mètres et l’épée à double
tranchant constituent l’armement offensif. •  Document  6.  Scène  de  sacrifice  
L’hoplite combat au coude à coude avec ses Ce document illustre la pratique religieuse des
compagnons au sein de la phalange, efficace sacrifices. Il s’agit d’une coupe attique en
grâce à la cohésion de ses soldats. Le cavalier céramique, réalisée vers 510-500 av. J.-C.,
est en principe armé de deux lances et d’une conservée au musée du Louvre. On y voit deux
épée ; il monte sans selle ni étrier ; le cheval hommes s’affairant autour d’un autel. L’un
est seulement harnaché, sans protection. tient un porcelet qui va être sacrifié ; l’autre, le
sacrificateur, s’apprête à assommer puis
•   Document   4.   Les   droits   et   les   devoirs   des   égorger l’animal sur l’autel.
citoyens   Une coupe est un vase à boire, peu profond, à
Le document 4 vise à montrer, sous la forme la vasque très ouverte, doté d’anses horizon-
d’un tableau synthétique, les principaux droits tales et d’un pied haut ou bas. La technique
et obligations du citoyen athénien et que, si utilisée ici est celle de la figure rouge sur fond
tous les citoyens sont égaux devant la loi, noir qui remplace le procédé de la figure noire
riches et pauvres ne participent pas tout à fait (doc. 3) vers 530 av. J.-C. à Athènes. Désor-
de la même façon à la vie de la cité. mais, le fond du vase est entièrement peint en
noir, et les figures sont réservées dans la
•   Document   5.   Les   liturgies,   une   obligation   des   couleur de l’argile, avec des détails ajoutés
citoyens  riches   avec un pinceau extra-fin.
Ce texte est extrait de l’Économique de Le sacrifice est au cœur de la plupart des
Xénophon d’Athènes (vers 427- vers 355 av. rituels religieux et revêt des formes variées. Le
J.-C.). Xénophon, issu d’une famille plus important est le sacrifice sanglant de type
athénienne aisée, élève de Socrate, est un alimentaire qui consiste en l’égorgement rituel
écrivain et un homme d’action (il combat d’un animal ou de plusieurs, dont une partie est
comme mercenaire dans l’empire perse, se met offerte aux dieux par crémation sur l’autel, et
au service des Spartiates). Il a produit de dont le reste est consommé par les participants
nombreux écrits de nature très variée. selon des modalités précises. Ce type de
L’Economique, ouvrage écrit vers 390 sacrifice peut être offert par un particulier et
av. J.-C., se présente comme un double dialo- donner lieu à une fête domestique (ex :
gue socratique. Socrate y rencontre Critobule mariage) ; il peut aussi avoir lieu dans un
qui lui fait part de ses soucis de gestionnaire sanctuaire à la demande d’un individu ou de la
d’un domaine (oikos), et du désir qu’il a d’en cité. Le sacrificateur peut être le chef de
accroître les revenus pour faire face aux famille dans le premier cas de figure, ou bien
nombreuses charges qui pèsent sur lui. Socrate un artisan engagé pour la circonstance, à la fois
lui répond en rapportant la conversation sacrificateur et cuisinier. Dans les sanctuaires,
(deuxième dialogue) qu’il a eu avec un certain ce sont en général les prêtres qui accomplissent
Ischomaque dont les préoccupations étaient les sacrifices. Les victimes varient en nombre
voisines. selon l’importance de la célébration, mais aussi
L’extrait choisi illustre la pratique des litur- selon la nature du culte qui appelle parfois un
gies, obligation des citoyens riches. Socrate type particulier d’animal. Seuls les animaux
explique à Critobule comment, par une bonne domestiques peuvent être sacrifiés : chèvre,
gestion de ses biens, il pourra faire face aux porc, mouton, coq… Le bœuf est l’animal de
nombreuses dépenses qui lui incombent, à sacrifice le plus prestigieux ; plusieurs sont
savoir ces liturgies qui pèsent sur les plus sacrifiés lors des grandes célébrations civiques,
riches et leur valent la reconnaissance de la à l’occasion desquelles tout un personnel
cité, mais peuvent aussi les acculer à la misère spécialisé assiste le prêtre.
s’ils n’y prennent garde. D’autres types de sacrifices existent comme
L’ouvrage de Xénophon aborde aussi d’autres ceux qui sont dédiés aux divinités chtoniennes
thématiques, privilégiant l’agriculture, mais et qui passent par la mise à mort et l’offrande
évoquant également la question de la femme d’un animal, sans consommation ; la totalité de
(quatre chapitres sont consacrés à celle l’animal est alors immolée et consacrée au dieu

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   30


par le feu. Il existe aussi des sacrifices sans Le texte de Thucydide reflète le problème de la
victimes animales (non sanglants) : des participation à la vie politique qui a pu se poser
aliments comme des pains, des fruits, des à Athènes où la composition de l’Assemblée
gâteaux sont offerts aux dieux par le biais de la varie en fonction des circonstances, de la
flamme allumée sur l’autel. De nombreux saison et des questions à l’ordre du jour. Il est
rituels associent sacrifices sanglants et non alors certainement plus facile aux gens de la
sanglants. ville qu’à ceux de la campagne de se rendre sur
Les coupes et vases grecs nous offrent de la Pnyx.
précieuses informations sur le déroulement des
sacrifices et permettent de reconstituer leurs 3.   Qu’est-­‐ce   que   le   citoyen-­‐soldat   s’engage   à  
différents moments. Rares sont les images où défendre  et  respecter  ?  
plusieurs séquences du rituel sont repré- L’éphébie, attestée dans la première moitié du
sentées ; la représentation de l’un ou l’autre IVe siècle, nous est décrite dans la Constitution
des moments suffit à évoquer l’ensemble du des Athéniens (doc. 1 p. 42). À l’issue de sa
rituel. La procession et la préparation du formation, l’éphèbe prononce le serment
sacrifice sont souvent représentées, de même suivant : « je n’abandonnerai pas mon compa-
que la cuisson des viandes, mais rarement la gnon de combat là où je serai en ligne ». À
mise à mort de la bête. travers cette phrase, il s’engage à respecter les
règles du combat hoplitique. Le fonctionne-
  Réponse  aux  questions   ment de la phalange se caractérise par sa
cohésion (marcher au même pas, attaquer au
1.  Montrez  que  le  citoyen  a  un  statut  privilégié.  
même rythme, ne pas céder à l’ennemi, être
À Athènes, le droit de gouverner par le biais remplacé en cas de blessure ou de mort par
des assemblées et des diverses magistratures, celui qui se trouve derrière) et la solidarité de
est ce qui distingue avant tout les citoyens des ses membres. Le bouclier protège le côté
autres habitants de la cité. Seuls les citoyens, gauche de celui qui le porte, mais aussi le côté
qui rendent la justice à l’Héliée, peuvent droit de celui qui se trouve immédiatement à sa
intenter directement une action comme victime gauche (doc. 3).
ou pour défendre l’intérêt commun. Dans une
cité fondée sur le culte rendu aux dieux en L’éphèbe s’engage à défendre le territoire, les
échange de la protection qu’ils accordent, ce dieux et les lois de la cité, son régime
sont naturellement encore les seuls citoyens politique. Cette défense du territoire est
qui assument les sacerdoces, administrent les collective « dans la mesure de mes forces et
sanctuaires et assurent, par le biais des fêtes, le avec l’aide de tous ». C’est la chôra que
culte des divinités, même si les métèques, les l’hoplite doit protéger en temps de guerre et
femmes et enfants de citoyens participent à qu’il décrit dans son serment en prenant à
certaines célébrations. Enfin, la conception que témoin « les bornes de la patrie, les blés, les
les Grecs ont de la citoyenneté, liée au sol, orges, les vignes, les olives, les figues ». C’est
explique que seuls les citoyens jouissent du elle qui est l’enjeu des opérations militaires : le
droit de propriété foncière. pillage du territoire et des récoltes sont des
désastres économiques et sociaux qui mettent
2.  Peut-­‐on  être  un  bon  citoyen  sans  s’occuper  de   en cause l’identité de la collectivité civique et
politique  ?  Justifiez  votre  réponse.   donc l’équilibre politique de la cité.
Pour Périclès, un citoyen qui ne participe pas à
la vie politique est un mauvais citoyen, inutile 4.   Pourquoi   peut-­‐on   dire   que   le   citoyen   a   des  
à la cité : « Nous sommes en effet les seuls à devoirs  religieux  ?  
penser qu’un homme ne se mêlant pas de Le fait religieux est omniprésent dans la vie de
politique mérite de passer, non pour un citoyen la communauté civique. Le culte rendu aux
paisible, mais pour un citoyen inutile ». Il dieux passe par l’aménagement de sanctuaires,
rappelle que tout citoyen doit participer au la construction d’édifices, les sacrifices
gouvernement de la cité, en prenant part aux (doc. 6) et la dédicace d’offrandes variées,
assemblées ou en exerçant des magistratures. ainsi que le développement de formes
Pour lui, un citoyen doit pouvoir mener de artistiques particulières liées aux concours qui
front son activité professionnelle et privée et sont intégrés à certaines fêtes. Le culte part du
l’activité politique. cadre restreint de l’oikos pour arriver aux

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   31


cultes organisés par la cité elle-même en employées dans le texte comme « je te vois
passant par ceux qui ont lieu dans le cadre de obligé à offrir », « la cité t’impose »…
la phratrie, du dème, de la tribu… Le serment montrent qu’il s’agit d’un devoir dont le non
des éphèbes (doc. 2), témoigne que l’entrée respect peut être préjudiciable au citoyen. Le
dans la vie civique est également un acte texte, datant de 390 avant J.-C., illustre le
religieux où l’on évoque d’anciennes divinités poids accru des liturgies au IVe siècle,
protectrices de la cité. Après avoir prêté ce provoquant alors certaines résistances.
serment, les éphèbes font le tour des
sanctuaires de l’Attique (doc. 1 p. 42), et au
cours de leurs deux années de « service 6.   En   quoi   citoyens   riches   et   pauvres   ne  
militaire », ils sont présents à toutes les participent-­‐ils   pas   exactement   de   la   même   façon  
manifestations de la vie religieuse de la cité. à   la   vie   de   la   cité  ?   Quelle   mesure   a   été   mise   en  
Devenu adulte, le citoyen se doit de participer œuvre  pour  tenter  de  réduire  cette  inégalité  ?  
aux fêtes en l’honneur des dieux de la cité. Les En théorie, tous les citoyens peuvent et doivent
citoyens les plus riches financent les dépenses participer au fonctionnement de la démocratie
occasionnées par ces fêtes dans le cadre des et le recours au tirage au sort favorise cette
liturgies (doc 5 : « Je te vois obligé à offrir idée. Mais les plus riches monopolisent
souvent de grands sacrifices, sinon tu te souvent les magistratures les plus importantes
mettrais en mauvais termes avec les dieux et comme la stratégie, qui sont soumises à
avec les hommes »). Dans ces cultes rendus élection. En effet, il faut pouvoir se consacrer
s’affirme la cohésion de la cité d’Athènes. entièrement à la cité pendant au moins une
C’est la cité, dont tous les actes officiels sont année, avoir reçu une solide éducation
placés sous la garantie des dieux, qui prend en (réservée en principe aux milieux les plus
charge à divers niveaux leur organisation, tout aisés) et pouvoir garantir certains financements
comme elle veille à ce que soit assuré le sur ses biens propres pour avoir une chance
respect des cultes. d’être élu. Le régime démocratique athénien
repose sur l’isègoria : le droit à la parole pour
5.   Quelle   définition   peut-­‐on   donner   des   liturgies   tous. À l’Assemblée, chaque citoyen peut
d’après  ce  texte  ?   intervenir, participer à la discussion ou faire
Les liturgies sont des dépenses publiques lui-même une proposition. Mais ce droit à la
prises en charge par les citoyens les plus parole, tous les citoyens n’en usent pas, faute
riches. Elles sont toutes à caractère religieux, à d’instruction. Seuls les bons orateurs se sentent
l’exception de la triérarchie (équipement d’un à même de parler devant le peuple et de le
navire de guerre), liturgie militaire, à ce titre convaincre. Ainsi, dans les faits, la nécessité
réservée aux citoyens. La chorégie consiste à de bien parler restreint le nombre des
entraîner et entretenir les chœurs lors des intervenants à l’Assemblée. De là découle
concours dramatiques ; le chorège qui fournit l’existence d’une « classe politique ». En outre,
aux membres du chœur dont il a la charge les les plus riches ont des devoirs spécifiques
plus beaux masques et costumes et qui permet envers la cité : les liturgies. Ils doivent
la mise en scène jugée la plus fastueuse est s’équiper militairement à hauteur de leurs
récompensé par le premier prix et par l’octroi moyens financiers et sont donc hoplites, voire
d’un trépied de bronze dont la dédicace cavaliers pour les plus riches, rameurs et
perpétue le souvenir de sa victoire. Les fantassins légers pour les plus pauvres. Rendue
chorèges sont ainsi entraînés par l’émulation et nécessaire par l’obligation qu’a le citoyen de
le désir de leur propre gloire à faire le mieux payer son équipement, la règle de la
possible, à leurs propres frais, pour le bénéfice proportionnalité des charges militaires existe
de la communauté. Les citoyens désignés pour en Grèce dès la période archaïque. À Athènes,
la gymnasiarchie assument les frais de depuis l’époque de Solon, existent quatre
certaines épreuves sportives intégrées à des classes censitaires : pentacosiomédimnes,
fêtes. L’hestiasis consiste à organiser, lors des hippeis, zeugites et thètes. L’achat et
fêtes comme les Panathénées ou les Grandes l’entretien de chevaux étant coûteux, les
Dionysies, un repas public qui est offert aux cavaliers sont des citoyens riches appartenant
membres de la tribu. Les riches tirent gloire de soit à la classe des pentacosiomédimnes soit à
leurs nombreuses liturgies qui peuvent celle des hippeis. Les hoplites, citoyens
favoriser leur carrière politique. Les formules affectés à l’infanterie lourde, peuvent

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   32


appartenir aux deux premières classes qui athénienne (rôle des différentes institutions et
n’auraient pas choisi la cavalerie, mais surtout liens qu’elles entretiennent).
à celle des zeugites. Quant aux thètes, ils ne
peuvent servir que comme fantassins légers ou •   Document   2.   Aristote   décrit   le   fonctionnement  
rameurs. d’un  régime  démocratique  
Pour permettre à tous les citoyens de participer Ce texte est extrait de La Politique d’Aristote
à la vie politique, le système de la (384-322 av. J.-C.). Né à Stagire, en
misthophorie est mis en place vers 450 Chalcédoine de Thrace, ce philosophe grec
av. J.-C. C’est Périclès qui est sûrement à s’installe à Athènes où il a le statut de métèque
l’origine de cette indemnité de présence de -367 à -347 ; il est alors l’élève de Platon. Il
(misthos) accordée au départ aux héliastes pour passe ensuite une partie de sa vie à la Cour de
compenser la perte d’une journée de travail ou tyrans ou de rois, d’abord auprès d’Hermias
d’affaires. Elle est étendue par la suite aux d’Atarnée, puis de Philippe de Macédoine,
bouleutes et à certaines magistratures et enfin à comme précepteur d’Alexandre (343-336). Il
l’Assemblée au IVe siècle. Grâce à l’institution revient à Athènes en 335 et fonde son école,
de la misthophorie, tous les citoyens peuvent Le Lycée. Il y voit la montée en puissance
théoriquement participer au gouvernement de d’Alexandre de Macédoine, puis la guerre de
la cité. Thucydide fait ainsi dire à Périclès libération engagée par Athènes à la mort du
(doc. p. 56) : « quand un homme sans fortune roi, en 323, qui l’oblige à s’exiler.
peut rendre quelques services à l’État, Son œuvre est vaste et variée, une partie
l’obscurité de sa condition ne constitue pas seulement nous est parvenue. Il est l’auteur
pour lui un obstacle ». Ce système constitue d’un grand nombre de traités de logique, de
l’une des cibles des adversaires du régime. politique, de biologie, de physique et de
Lors des révolutions oligarchiques que connaît métaphysique.
Athènes pendant la guerre du Péloponnèse, en Dans les huit livres de sa Politique, écrite peu
411/410 av. J.-C. et en 404/403 av. J.-C., le après 336, Aristote cherche à définir la science
misthos est à chaque fois supprimé, pour être politique et son objet via une description de la
ensuite rétabli par la démocratie. Néanmoins, nature des régimes politiques.
le montant du misthos n’est pas suffisant pour
indemniser véritablement le citoyen aisé de la •  Document  3.  Démosthène  critique  les  citoyens  
perte d’une journée de travail ou d’affaires. Démosthène (384-322 av. J.-C.) est un homme
politique athénien. Il se fait d’abord connaître
en rédigeant des plaidoiries. Grand orateur, il
devient à partir de 352 un des principaux
Étude   opposants au roi de Macédoine, Philippe, qui
étend alors sa domination sur le monde grec.
Athènes  :  une  cité  démocratique   Il écrit et prononce contre lui quatre discours
›  MANUEL  PAGES  46-­‐47   très célèbres : les Philippiques. Après la
défaite des Athéniens contre les Macédoniens
Cette étude vise à comprendre le fonctionne- en 322, il se suicide pour ne pas être livré à ses
ment du régime politique athénien et la façon adversaires. Ce texte est extrait de la Troisième
dont il est vu et discuté par ses contemporains. Philippique, en 341 av. J.-C. Il s’y adresse au
On pourra également se référer au plan démos athénien et y reprend et amplifie la
d’Athènes (p. 55), aux pages consacrées aux dénonciation des actes et des ambitions de
objets de la justice athénienne (p. 48-49), à Philippe de Macédoine. Il propose un
celles consacrées au théâtre (p. 50-51) et au ensemble de mesures militaires et
texte où Thucydide prête la parole à Périclès diplomatiques pour sauvegarder la liberté
(p. 56). d’Athènes et celle de tous les Grecs. La
  Choix  des  documents   passivité des Grecs face à la domination
macédonienne est pour Démosthène une
•   Document   1.   Le   fonctionnement   de   la   maladie aux effets désastreux, dont la respon-
démocratie  athénienne  
sabilité incombe en grande partie aux orateurs
Cet organigramme simplifié vise à mettre en corrompus dont il stigmatise la démagogie.
évidence le fonctionnement de la démocratie Ainsi, l’extrait choisi ici est précédé par les
propos suivants : « Si tous conspiraient, vos

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   33


orateurs par leurs discours, et vous par vos cette littérature pamphlétaire, une seule œuvre
votes, à consommer la ruine de la patrie, je nous est parvenue, transmise parmi les
crois que nous ne pourrions pas être en pire opuscules de Xénophon. Tout ce que l’on peut
situation que nous ne le sommes aujourd’hui. savoir de son auteur, surnommé le Vieil
Ce mal a sans doute des causes multiples : une Oligarque, découle du texte, dans lequel il
ou deux ne suffiraient pas pour nous précipiter attaque la démocratie. Certains historiens
si bas ; mais, à y regarder de près, ce qui nous situent l’écriture de cet ouvrage entre les deux
perd surtout, c’est que, à la tribune, on aime révolutions oligarchiques, ou plus largement
mieux vous plaire que d’ouvrir les plus sages pendant la guerre du Péloponnèse qui voit
avis. De vos orateurs, les uns, tenant à s’affirmer la contestation oligarchique.
maintenir un état de choses auquel ils doivent Certains ont proposé de l’attribuer à Critias, la
renom et puissance, se soucient fort peu de tête pensante des Trente et le chef du gouver-
l’avenir, et croient, par suite, que vous ne nement de -404, dont on sait qu’il a rédigé
devez pas vous en soucier davantage ; les plusieurs Constitutions (des Lacédémoniens,
autres, poursuivant de leurs accusations et de des Athéniens, des Thessaliens).
leurs calomnies ceux qui s’occupent des L’ouvrage appartient ainsi au genre des
affaires publiques, n’ont qu’un but : c’est que Constitutions de cités. Mais le Vieil Oligarque
les citoyens se châtient entre eux, et, absorbés n’y livre pas une approche historique, ni un
par ces querelles, laissent Philippe parler et tableau des institutions comme Aristote dans
agir à sa guise. Une telle politique, qui ne vous son ouvrage portant le même titre. Il s’efforce
est que trop habituelle, est la cause de tous nos davantage de faire ressortir les traits saillants
maux. » de la société athénienne pour mieux démonter
Pour Démosthène, il appartient aux Athéniens le système démocratique. L’ouvrage adopte la
de faire réagir les autres cités, en constituant le forme du dialogue, opposant un détracteur
réseau d’alliances le plus étroit possible et en traditionnaliste de la démocratie à un oligarque
donnant l’exemple de l’effort militaire. intelligent, qui est le porte-parole de l’auteur.

•   Document   4.   Un   mode   de   désignation     Réponse  aux  questions  


démocratique  
1.   Pourquoi   peut-­‐on   dire   que   le   régime   athénien  
Les objets présentés ici sont conservés au
est  démocratique  ?  
musée de l’Agora, à Athènes. Ils attestent
L’organigramme permet de voir que les pou-
d’une pratique essentielle de la démocratie
voirs émanent du démos. L’Ecclésia regroupe
athénienne, celle du tirage au sort. Le
tous les citoyens athéniens. Il n’y a pas de
document (a) est la partie inférieure en marbre
délégation de pouvoir. Le démos assemblé est
d’un Klèrôtèrion, appareil utilisé pour tirer au
souverain. La démocratie athénienne est donc
sort. On peut y voir des fentes disposées en
une démocratie directe.
colonnes et en lignes. Dans ces fentes sont
L’Assemblée est compétente dans de multiples
placées des lamelles en bronze (document b)
domaines : elle vote les lois, les dépenses et les
ou en buis, qui permettent d’identifier les
recettes de la cité ; dispose du droit de guerre
citoyens. La plupart ont été regravées, attestant
et de paix et signe les traités d’alliance ; élit
la rotation annuelle des charges. Une fois les
aux magistratures militaires et à certaines
lamelles glissées dans les encoches de la
magistratures financières et contrôle l’action
machine, des billes noires et banches sont
des magistrats. Par un simple vote, elle peut
jetées au hasard dans le conduit vertical situé à
frapper d’ostracisme un citoyen jugé dange-
gauche. À la base du Klèrôtèrion, une
reux pour la démocratie. Elle dispose de
ouverture permet de faire sortir une à une les
pouvoirs judiciaires exceptionnels comme la
billes, de façon aléatoire. À chaque sortie
procédure d’eisangélie dans le cas de crimes
correspond une ligne horizontale du tableau.
politiques portant atteinte à la sûreté de la cité
Selon la couleur de la bille, la ligne est, ou
(sur l’Ecclésia, voir aussi le commentaire du
n’est pas, sélectionnée et les citoyens identifiés
doc 1 p. 38).
sont ou ne sont pas choisis.
Une fraction du démos, soit 6000 citoyens tirés
•  Document  5.  Contre  la  démocratie  
au sort chaque année, compose le tribunal
Ce texte, issu de La Consitution des Athéniens, populaire de l’Héliée (voir le commentaire des
appartient à la littérature pamphlétaire. Mais de pages 48-49). Les 500 bouleutes, également

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   34


issus du démos, préparent les projets de lois exprimerait les vues de l’auteur, répondant à
soumis à la discussion et au vote de un détracteur « traditionnaliste » de la démo-
l’Assemblée du peuple. cratie. Tous deux sont d’accord pour affirmer
La cité est en outre dirigée par les magistrats, que partout sur la terre, les meilleurs
tirés au sort par les citoyens ou élus lorsque (« l’élite ») sont les ennemis de la démocratie :
leur charge nécessite des compétences car c’est chez les meilleurs qu’il y a le moins
particulières (ex : magistratures militaires). Ils de licence et d’injustice et le plus d’inclination
sont chargés de faire exécuter les décisions du au bien et donc au bon gouvernement, alors
peuple. La caractéristique des magistratures que c’est chez le peuple qu’on trouve le plus
dans l’Athènes démocratique est qu’elles sont d’ignorance lié à un manque d’éducation, né
collégiales, de manière à ce qu’aucun citoyen de la pauvreté. Le peuple, inculte et bestial,
ne confisque un poste à son profit. Géné- n’est pas à même d’exercer le bon gouverne-
ralement annuelles, pour assurer une rotation et ment. S’il est hostile à la démocratie, le
empêcher également la confiscation person- personnage qui s’exprime ici affirme néan-
nelle du pouvoir, elles sont soumises à un moins que le peuple est cohérent dans ses
contrôle populaire, à l’entrée en fonction par la choix et lui reconnaît ce mérite. Ainsi, il
dokimasie, et à la sortie de charge – ou condamne les valeurs démocratiques qui sont
pendant le cours de la charge si un citoyen en celles des « méchants », mais en simulant une
fait la demande – lors de la reddition de défense des institutions du régime athénien. Il
comptes (euthyma) faite par le magistrat. Les explique que le peuple sait que son ignorance,
magistrats, au Ve siècle, sont nombreux. Les sa bassesse, lui sont plus utiles que la vertu, la
principaux magistrats sont les dix stratèges, sagesse et l’hostilité des honnêtes gens.
élus à main levée par l’Ecclésia. Ils sont Connaissant son intérêt, c’est à dessein que le
rééligibles et leurs attributions se sont éten- peuple choisit la mauvaise politique. On a ici
dues, du domaine de la guerre aux domaines un ton indéniablement sarcastique, mêlant
voisins de la politique extérieure et des mépris et éloge ironique. Le texte offre une
finances. critique de l’isonomia (égalité devant la loi) et
ici de l’iségoria (droit à la parole pour tous)
2.  Quel  système  est  mis  en  place  pour  permettre  à  
démocratiques. Selon l’auteur, en laissant
tous  les  citoyens  de  participer  à  la  vie  politique  ?   n’importe qui s’exprimer et participer directe-
Sur l’instauration du système du misthos, ment à l’Assemblée, aux grandes orientations
auquel Aristote fait référence dans son texte politiques de la cité, le régime athénien
(« versement d’indemnités », voir la réponse à fonctionne dans l’intérêt exclusif du démos. Le
la question 6 p. 45). régime est ainsi dénoncé comme inégalitaire.
L’auteur superpose ici un raisonnement moral,
3.   Quel   est   le   mode   de   désignation   le   plus   fondé sur l’opposition du bien et du mal (les
fréquemment  utilisé  et  pourquoi  ?   meilleurs sont bons et doivent diriger, car cela
Le mode de désignation le plus fréquemment est bon moralement) et un raisonnement
utilisé est le tirage au sort. De nombreuses matérialiste fondé sur la mise en évidence
fonctions politiques sont ainsi pourvues. C’est d’intérêts divergents (il est légitime que
le cas pour les membres de l’Héliée ou de la chaque classe défende ses intérêts). À la fin du
Boulè et pour certains magistrats. Les texte, le Viel Oligarque dénonce les lenteurs de
Athéniens estiment ce mode de recrutement à gestion des institutions athéniennes.
la fois plus démocratique que l’élection, car il
permet d’éviter la brigue et la corruption 5.  Quelle  attitude  des  citoyens  athéniens  l’auteur  
dénonce-­‐t-­‐il  ?  
auxquelles pourraient recourir les plus riches,
et plus conforme à la volonté divine (voir sur Ce passage stigmatise la démagogie. Le terme
ce point le commentaire du doc. 3 p. 37 et la démagogue signifie primitivement « celui qui
présentation du doc 4). conduit le peuple », mais dans le courant du
  Ve siècle, il prend peu à peu le sens péjoratif
4.   En   quoi   ce   texte   conteste-­‐t-­‐il   le   régime   qu’on lui attribue aujourd’hui. Il s’applique
démocratique  ?   alors, et cela surtout à partir de la guerre du
Ce texte, écrit par un partisan de l’oligarchie, Péloponnèse, à ceux qui sont accusés de mener
critique la démocratie athénienne. La parole est le démos par la flatterie, exploitant sa crédulité
ici donnée à un « oligarque intelligent » qui et sa versatilité.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   35


Aux  sources  de  l’Histoire   chaque main en le tenant entre le pouce et
l’index, ce qui lui permettait de sentir la diffé-
Les  objets  de  la  justice  à  Athènes   rence entre les deux jetons sans avoir à les
regarder et ainsi sans risquer de les dévoiler.
›  MANUEL  PAGES  48-­‐49  
  Choix  des  documents   Scène  de  vote  à  l’Héliée  
Cette coupe, vase à boire évasé athénien à
•  Document  1.  Les  objets  de  la  démocratie  
figures rouges, représente une scène de vote au
 
tribunal de l’Héliée. Concernant la technique
La  clepsydre  
de la céramique athénienne, à figures rouges,
Un seul exemplaire de clepsydre a été
voir le commentaire du doc 6 p. 45.
retrouvé, dans le comblement d’un puits daté
Le résultat des fouilles de l’Agora a amené les
d’environ 400 av. J.-C., à proximité immédiate
archéologues à localiser les bâtiments du
de la tholos (édifice circulaire), sur l’Agora.
tribunal à cet endroit (doc 2 p. 55).
C’est donc la seule découverte permettant de
se représenter concrètement la manière dont le
  Réponse  aux  questions  
temps de parole était mesuré. Une inscription
peinte nous fournit le nom de la tribu 1.   De   quand   datent   les   objets   présentés  ?   Quelle  
Antiochide, ainsi que la capacité de la est   leur   nature  ?   En   quelques   phrases,   replacez-­‐
clepsydre : 2 conges ou chous (1 conge ou les  dans  leur  contexte  historique.  
chou = 3, 25 l de liquide). À la base se trouve Les objets présentés datent des Ve et
un dispositif d’évacuation de l’eau : un tuyau IVe siècles avant J.-C. On pourrait y ajouter la
de bronze inséré dans une protubérance en machine à tirer au sort ou Klèôtèrion, servant
argile. Un trou de trop-plein, presque à la au tirage au sort des héliastes (cf. commentaire
verticale du trou d’évacuation, assure du doc. 4 p. 47). Ce sont des trouvailles
l’exactitude du remplissage. L’inscription au archéologiques, issues pour les deux premières
nom d’une tribu est problématique s’il s’agit (clepsydre et jetons) des fouilles de l’Agora,
d’une clepsydre de tribunal. On a pu supposer, place publique où siégeait le tribunal de
vu son lieu de découverte, qu’elle pouvait l’Héliée. Le troisième objet est un détail d’une
servir au bouleutérion, à chaque fois que la coupe attique à figures rouges, conservé au
tribu en question était prytane, mais il est musée des Beaux-Arts de Dijon. Cette
possible aussi que le matériel utilisé dans les représentation, unique en son genre, nous
tribunaux ait été sous la responsabilité des permet de voir concrètement comment se
tribus. déroulait un vote à Héliée.
Le contexte est celui de l’Athènes
Les  jetons  de  l’Héliée   démocratique, dans laquelle la justice est
On a retrouvé 54 jetons de vote à l’Agora et on rendue par les citoyens. Le rôle de l’Héliée a
en connaît 25 autres (dont 10 proviennent du évolué au cours de la période étudiée, dans le
Pirée). Ils se présentent comme des rondelles sens d’un rôle politique plus grand. En effet, ce
de bronze de 5,5 cm à 6,5 cm de diamètre, tribunal ne juge pas seulement des affaires
avec une tige longue de 2 cm à 4 cm, dépassant privées, mais aussi des affaires publiques.
des deux côtés. Cette tige est soit pleine, soit L’Héliée joue un rôle très important dans la
creuse. Plusieurs jetons portent l’inscription démocratie athénienne à travers les actions
« jeton public » et quelques-uns une lettre, publiques qui y sont intentées. N’importe quel
dont l’interprétation n’est pas claire (peut-être citoyen qui s’estime lésé à travers l’atteinte
la section du tribunal dans laquelle le juge portée au bien commun peut intenter une
siège). Les jurés devaient prendre leurs jetons action publique : contre la reddition de
sur un support appelé candélabre (Aristote, comptes d’un magistrat, contre une proposition
Constitution d’Athènes, 68, 4) dont on ne sait de loi contraire à la législation existante, contre
pas exactement ce dont il s’agissait. On peut tel ou tel suspecté de mettre en péril par ses
supposer que les deux catégories de jetons se actes l’intérêt de la cité. De ce fait, l’Héliée
trouvaient dans deux récipients séparés, peut- constitue un véritable organe de la vie
être sur deux branches d’un même support, et politique athénienne. Les votes de l’Héliée
que le juré, sous le contrôle de ceux qui étaient sont sans appel, d’où l’importance de ce
préposés au vote (68, 2), en prenait un de tribunal populaire dont les membres devaient

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   36


être soumis à de fortes pressions et dont on jeton de leur choix dans une amphore. La tige
peut penser, à la lecture de certains du jeton indique le verdict : pleine, elle signifie
témoignages, qu’ils ne sont pas toujours d’une l’acquittement ; creuse, la condamnation. Les
totale impartialité. Aristophane, dans plusieurs jurés masquent la tige en tenant le jeton par les
de ses comédies, s’attaque aux héliastes qu’il deux extrémités. Une fois le vote achevé, le
accuse de juger non par souci du bien public contenu des amphores est vidé et l’on dénom-
mais par pur intérêt, notamment pour toucher bre les tiges pleines et creuses. La partie qui
le misthos. obtient le plus grand nombre de voix gagne le
procès.
2.   Qui   rend   la   justice   à   Athènes  ?   Comment   les  
juges   sont-­‐ils   désignés  ?   En   quoi   ce   mode   de   5.   Pourquoi   ces   objets   sont-­‐ils   révélateurs   de  
désignation  est-­‐il  démocratique  ?   l’exercice   d’une   justice   équitable   et  
La justice est rendue par divers tribunaux, dont démocratique  ?  
le plus important est celui de l’Héliée. Son Les avocats n’existant pas, les accusés doivent
recrutement en fait un miroir de l’Athènes se défendre eux-mêmes. Ils peuvent recourir
démocratique. Tous les citoyens âgés d’au aux services d’un logographe qui rédige un
moins trente ans peuvent y accéder et ses plaidoyer adapté à leur situation et solliciter les
membres sont les premiers à bénéficier du témoignages d’amis ou de parents. À l’issue de
système du misthos. Les sections du tribunal la lecture du dossier, instruit par le magistrat
au complet comptent 6 000 membres, tirés au qui préside, l’accusateur et l’accusé pronon-
sort chaque année parmi les volontaires, à cent leurs discours. Un temps de parole
raison de 600 par tribu. Après avoir prêté équitable est accordé à chacune des parties
serment de juger conformément aux lois de la (question 3). Les héliastes se prononcent
cité, de refuser tout cadeau et de juger avec ensuite sans qu’il y ait de débat, pour ou contre
impartialité, les héliastes sont affectés à un la condamnation. Le vote est secret et la
tribunal, à nouveau par tirage au sort. Un majorité l’emporte (question 4) ; le résultat des
dernier tirage au sort associe un magistrat à un votes est soumis au regard des deux parties (l.
jury. Concernant la pratique du tirage au sort, 17-18). Ce sont des citoyens athéniens tirés au
se référer aux commentaires concernant le sort qui rendent la justice. En cas de
document 3 p. 37 et le doc 4 p. 47. condamnation, si la peine est fixée d’avance
par une loi, le verdict entraîne de lui-même le
3.  Comment  et  de  quelle  façon  le  temps  de  parole   châtiment ; si ça n’est pas le cas, l’action se
de  l’accusation  et  de  la  défense  sont-­‐ils  répartis  ?   poursuit avec les propositions de peines
L’égalité entre les parties est obtenue par une estimées par l’accusateur et l’accusé, entre
gestion stricte du temps de parole. L’utilisation lesquelles les juges tranchent. L’éventail des
du temps est réglée par l’écoulement de l’eau peines est important : de la mort à la simple
d’une clepsydre ; vase à contenance définie, amende en passant par le bannissement, la
muni à la base d’un tuyau que l’on peut privation des droits civiques, la confiscation
obturer, et dont le contrôle est confié à un juré des biens, l’emprisonnement…
tiré au sort (Constitution d’Athènes, 66, 2). Le
temps de parole alloué à chaque orateur est  
défini par une quantité d’eau. Pour les causes
publiques, il est expressément prévu que les   Synthèse  
deux parties disposent du même temps, Montrez  en  quoi  les  vestiges  étudiés  sont  utiles  à  
comprenant également la lecture des témoi- l’historien   pour   comprendre   le   fonctionnement  
gnages et des textes de loi. Pour les causes de   la   justice   athénienne.   Pourquoi   est-­‐il  
privées, l’écoulement de l’eau est arrêté lors de intéressant   pour   lui   de   croiser   aussi   ces  
la lecture d’un témoignage ou d’un texte de loi. informations   avec   d’autres   types   de   sources  
comme  le  texte  d’Aristote  ?  
4.   À   l’aide   des   objets   et   du   texte   d’Aristote,   L’interprétation du texte d’Aristote (chapitres
expliquez  comment  les  juges  se  prononcent.   63 à 69) dépend beaucoup des données
La scène peinte sur la coupe nous montre le archéologiques, mais l’inverse est aussi vrai.
moment où les jurés, après avoir entendu les Ces deux types de sources se complètent et
témoignages et les plaidoyers, se prononcent permettent de montrer à l’élève la nature du
pour ou contre la condamnation en déposant le travail de l’historien, qui travaille sur des

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   37


sources diverses, en fait la critique et croise les extraits (une comédie et une tragédie), des
informations qu’elles fournissent, les met en documents figurés (doc. 1) et des vestiges
perspective pour parvenir à établir des faits, archéologiques (doc. 2). Le théâtre revêt une
des causalités, des mécanismes, de manière place importante à Athènes, par sa fonction
rigoureuse et distanciée. religieuse mais aussi civique.
Le fonctionnement du tribunal de l’Héliée
nous est mal connu au Ve siècle av. J.-C. En
revanche, la Constitution d’Athènes, ainsi que   Réponse  aux  questions  
de nombreux plaidoyers, nous donnent quan- 1.   De   quand   datent   ces   œuvres  ?   Qui   sont   leurs  
tité d’indices pour le IVe siècle. auteurs  ?  Doc  1  et  3  
La Constitution d’Athènes consacre une place Le document 1 est extrait d’une comédie
importante au fonctionnement du tribunal de d’Aristophane (v. 445-388 av.J.-C.), L’Assem-
l’Héliée. Sept chapitres, placés à la fin de blée des femmes, vraisemblablement représen-
l’ouvrage, le décrivent (63 à 69), occupant à tée lors des Lénéennes, célébrées en l’honneur
eux seuls un neuvième de l’ensemble. Pour de Dionysos, en 392 av. J.-C. C’est une
l’auteur, le tribunal populaire est la clé du mauvaise période pour Athènes ; les destruc-
régime. Dans sa récapitulation des régimes tions subies pendant les dernières années de la
politiques d’Athènes, l’auteur conclut : « le guerre du Péloponnèse sont encore sensibles ;
peuple s’est rendu lui-même maître de tout, et dans L’Assemblée des femmes, Aristophane
tout est administré par des décrets et des prête à son héroïne, Praxagora, des propos
tribunaux dans lesquels c’est le peuple qui a le évoquant la misère du plus grand nombre. Les
pouvoir » (41, 2). Athéniens ne supportant pas l’hégémonie de
L’ouvrage suit globalement le déroulement de Sparte font alliance avec Thèbes, Corinthe et
ce qui se passe lors d’une journée d’audience : Argos en 395 av. J.-C. ; les hostilités de cette
la sélection des jurés, le matériel nécessaire, la guerre de Corinthe durent encore en 392
sélection effective selon une procédure (quand la pièce a été représentée) avec une
compliquée qui n’a pu être comprise que grâce alternance de succès et de revers.
aux découvertes archéologiques, l’accès au Aristophane est la grande figure de la comédie
lieu d’audience des jurés désignés, l’exposé ancienne (11 de ses 44 comédies nous sont
des conditions dans lesquelles les plaideurs parvenues). Son œuvre, mêlant éléments fictifs
pourront s’exprimer, les conditions du vote. La et réels, entretient un rapport étroit avec
dernière phrase porte sur le paiement des jurés. l’actualité d’Athènes et se fait le reflet de la vie
En revanche, rien n’est dit de la procédure athénienne, que l’auteur s’arroge le droit de
judiciaire : instruction des affaires, technique critiquer et de railler.
des débats, moyens de preuve. Il est à peine Le document 3 est un extrait d’une tragédie
question du déroulement des audiences dans d’Euripide (484-406 av. J.-C.), Les Supplian-
leurs aspects concrets : introduction des tes. Euripide est l’un des grands auteurs
parties, façon dont étaient présentés les dramatiques du Ve siècle. av. J.-C. Né à
témoignages, façon dont la législation était Athènes, citoyen, il est lié à tous les
invoquée… Ce qui intéresse Aristote est intellectuels de son temps. On lui doit 92
surtout le rôle du citoyen dans la mécanique du pièces dont 19 ont été conservées, auxquelles
système qui repose sur deux principes : s’ajoutent de nombreux fragments. Cette
l’égalité entre tous et le contrôle permanent tragédie est écrite en 423 av. J.-C., dans le
pour éviter les fraudes. contexte de la guerre contre Sparte depuis 431.
La cité de Thèbes, représentée dans le texte par
son héraut, est alors alliée de Sparte. Thésée,
héros fondateur de la communauté athénienne,
 Histoire  des  arts   est confronté au porte-parole de Thèbes,
chacun cherchant à défendre son régime
Le  théâtre  à  Athènes  :  la  démocratie  vue   politique.
et  discutée  par  les  Athéniens   Euripide s’est souvent inspiré de la guerre du
›  MANUEL  PAGES  40-­‐41   Péloponnèse dans ses œuvres, mêlant ici des
réactions à des épisodes du conflit et des
Le théâtre grec nous est connu à la fois par des éléments mythiques. La cité de Thèbes
pièces de théâtre dont nous avons ici deux

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   38


fonctionne toujours dans les œuvres de 3.   Quel   est   le   régime   défendu   par   chacun   des  
l’époque comme un contre modèle, comme personnages  ?  Justifiez  votre  réponse.  Quels  sont  
une anti-Athènes où règne la tyrannie. leurs  arguments  ?  
Il s’agit ici d’opposer la démocratie à la
2.  Où  les  pièces  de  théâtre  sont-­‐elles  jouées  ?  Par   tyrannie en définissant ces deux notions à
qui  ?  À  quelle  occasion  ?   l’aide des connaissances et des citations du
Le théâtre de Dionysos est installé sur la pente texte. Thésée définit la démocratie comme le
sud de l’Acropole. Le théâtre est d’abord un régime où « le peuple y est roi ». On pourra
lieu. Il comprend des gradins, au départ en rappeler brièvement le fonctionnement du
bois, centrés sur une place circulaire régime athénien en insistant sur le rôle de
(l’orchestra) derrière laquelle se dresse la l’Ecclésia et la pratique du tirage au sort ainsi
scène. Des sièges d’honneur sont placés au que le système des magistratures qui
premier rang, réservés à ceux qui ont le permettent aux citoyens de recevoir « le
privilège de la proédrie (certains magistrats, pouvoir à tour de rôle, pour un an ». Thésée se
certains prêtres ou évergètes). Au centre de pose ainsi en défenseur du régime démocra-
l’orchestra, le lieu ou évolue le chœur, se tique athénien dans lequel tout citoyen peut
trouve l’autel de Dionysos. La skènè est participer au gouvernement de la cité et
d’abord le baraquement où les acteurs prendre la parole devant l’Assemblée (fin du
changent de costume (coulisses) ; c’est aussi texte) et dans lequel, tous les citoyens sont
l’endroit où se dresse le décor de fond. Devant égaux devant la loi : « le riche et le pauvre y
la skènè, les acteurs jouent sur une estrade possèdent des droits égaux ». Pour Thésée,
surélevée par rapport à l’orchestra. quand un seul homme dispose du pouvoir, il
En plus des membres du choeur dirigés par le n’y a pas d’égalité possible.
coryphée, les pièces sont jouées par trois Le héraut thébain, hostile au régime
acteurs (les protagonistes) qui tiennent chacun démocratique, dénonce les méfaits du pouvoir
plusieurs rôles. Chœurs et acteurs sont de la multitude, jouet des démagogues qui la
uniquement des hommes, ils portent des flattent au gré de leurs intérêts. Il stigmatise
masques représentant leur personnage. ainsi la masse ignorante du démos. On retrouve
Les représentations théâtrales s’inscrivent à ici l’idée que tous les citoyens ne sont pas
Athènes dans un culte, celui de Dionysos. aptes à se mêler de politique, car seuls ceux
L’édifice théâtral est inclus dans le sanctuaire qui ont reçu une véritable éducation sont
du dieu et construit autour de son autel où se capables de prendre de bonnes et justes
déroulent les sacrifices préliminaires. décisions.
Les représentations ont lieu au cours des
Dionysies rustiques, au mois de Poséidon 4.   A   qui   Aristophane   a-­‐t-­‐il   donné   la   parole  ?  
(décembre-janvier), au moment des Pourquoi   est-­‐ce   un   procédé   comique  ?  
Lénéennes, au mois de Gamélion (janvier- Qu’apprend-­‐on   sur   la   vie   politique   athénienne  
février) et enfin au cours des Grandes dans   ce   texte   et   quelles   critiques   Aristophane   en  
Dionysies, au mois d’Élaphébolion (mars- fait-­‐il  ?  
avril). Les Grandes Dionysies sont l’occasion Dans L’Assemblée des femmes, sous la
du plus important concours, qui dure trois conduite de Paxagora, les femmes athéniennes
jours. Les représentations commencent au ont décidé de s’emparer du pouvoir. Déguisées
lever du jour, les spectateurs (des citoyens en hommes, elle se rendent à l’Assemblée et
mais aussi des métèques, des étrangers de décrètent la mise en commun de tous les biens.
passage, peut-être aussi des femmes) sont en S’inspirant des principes selon lesquels elles
habit de fête, la tête couronnée. La journée s’occupent de leur foyer, les femmes admi-
commence par le sacrifice d’un porcelet et des nistreront la cité comme leur propre maison.
libations faites par les magistrats ; puis on tire Dans cet extrait, situé au début de la pièce, les
au sort l’ordre de passage des concurrents. Les femmes répètent les discours qu’elles comptent
pièces se succèdent jusqu’au soir. À la fin du tenir à l’Assemblée.
concours, trois prix sont décernés : au poète, Dans cet extrait, Aristophane donne la parole
au chorège au protagoniste, dans chaque type aux Athéniennes. Les femmes d’Athènes, qui
d’épreuve. sont aussi au cœur de deux autres de ses
comédies, Lysistrata et Les Thesmophories,
constituent chez l’auteur une catégorie

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   39


comique à part entière. La satire prend ici la
forme d’un monde à l’envers où dominent les 6.  Comment  la  démocratie  est-­‐elle  vue  et  discutée  
femmes. On les voit décider une grève du sexe par  les  Athéniens  lors  de  ces  représentations  ?  
illimitée pour contraindre les hommes à mettre La comédie emprunte souvent ses sujets à
au plus vite fin à la guerre dans Lysistrata, et l’actualité la plus immédiate ; critique les
ici, dans L’Assemblée des femmes, confier à mœurs politiques, l’humeur procédurière des
ces dernières – qui pourtant n’ont à Athènes Athéniens, les sycophantes, les démago-
aucune existence politique — le gouvernement gues… ; n’hésite pas à interpeller directement
de la cité. La parodie ou la carricature des les spectateurs en tant que responsables de la
institutions tient une place importante dans conduite de la cité. Ainsi, le poète, sous
l’œuvre d’Aristophane. Mais si ses œuvres couvert de les faire rire, tente de leur faire la
sont profondément ancrées dans la réalité leçon, tout en veillant à ne pas pousser trop
contemporaine, les personnages y évoluent en loin la mise en cause des institutions elles-
toute liberté et réalisent d’impossibles projets, mêmes. Dans la tragédie, c’est en général le
par des moyens absurdes, dans un univers où mythe qui fournit sa matière au texte. La prise
règne une fantaisie sans limites. sur la réalité politique athénienne est moins
Si Aristophane donne la parole aux Athé- directe que dans la comédie, mais des allusions
niennes, l’historien ne peut espérer y trouver à à tel ou tel événement récent y sont décelables.
s’instruire sur leurs préoccupations et leurs Dans les pièces d’Euripide contemporaines de
sentiments réels. La fiction se fait l’écho la guerre du Péloponnèse, la mise en scène de
d’enjeux et débats sociaux et ne donne pas le la guerre et des malheurs qu’elle entraîne, celle
point de vue des femmes. du chef que la décision qu’il doit prendre,
Dans cet extrait, les femmes reproduisent les préparée et expliquée par un débat, place dans
rites et les comportements masculins en un dilemme face à son peuple et à l’étranger,
vigueur à l’Ecclésia (tout citoyen peut prendre ou encore les développements sur la bonne ou
la parole et présenter un projet de loi ; il revêt la mauvaise éloquence et l’art de bien
alors une couronne de myrte ; les séances de gouverner, constituent pour les spectateurs une
l’Assemblée sont précédées d’un sacrifice, de source de réflexion et d’enseignement sur leur
libations et prières..). Aristophane oppose ici la propre conduite dans la cité. Le poète, avec ses
pondération des femmes, leur sens de pièces, joue auprès des spectateurs le rôle de
l’organisation en tant que gestionnaires de celui qui fait réfléchir, contribuant ainsi à la
l’oikos, à la démence des hommes et à leur formation de la pensée politique des Athéniens
mauvaise gestion des affaires de la cité. À la et à l’image qu’ils se font d’eux-mêmes.
fin de l’extrait, Aristophane critique les méfaits Aristophane fait dire à Euripide dans Les
du misthos ecclésiasticos. Grenouilles : « Je les faisais parler (les
spectateurs) […] C’était démocratique » ; les
5.   Pourquoi   peut-­‐on   dire   que   les   représentations   poètes « rendent meilleurs les hommes des
théâtrales  sont  un  reflet  du  fonctionnement  de  la   cités ». Le théâtre donne l’occasion à
cité  athénienne  ?   l’ensemble des citoyens de réfléchir à ses
C’est la cité qui contrôle toute l’organisation propres convictions et à ses propres pratiques,
des représentations théâtrales. Les chorèges de les juger, peut-être parfois de les modifier.
(citoyens riches qui financent et font instruire C’est un élément essentiel d’une culture
le chœur dans le cadre des liturgies), les démocratique organisée autour du débat.
poètes, les pièces jouées et les acteurs sont
choisis par la cité ; les dix juges sont tirés au
sort sur la liste des candidats sélectionnés par
la Boulè dans les 10 tribus athéniennes. Ces
juges, à l’issue du concours, décernent les prix.
Une assemblée du peuple, le surlendemain,
examine les comptes, vote les éloges, consigne
les résultats. La cité institue le théôrikon, une
caisse des spectacles destinée à l’origine à
indemniser les citoyens qui assistent aux
représentations.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   40


CHAPITRE Citoyenneté  et  empire  à  Rome  
3 (Ier-­‐IIIe  siècles  ap.  J.-­‐C.)  

 
  Objectif  et  problématique  du  chapitre   plus vraiment de pouvoir décisionnaire alors
que l’empereur se conduit en monarque. Ce
Ce troisième chapitre obligatoire s’inscrit dans
qui est vrai pour les élites l’est aussi pour les
le thème 2 libellé « L’invention de la
citoyens ordinaires qui ne participent plus à la
citoyenneté dans le monde antique » auquel le
vie politique, ainsi leurs assemblées, les
professeur peut consacrer 7 à 8h. Il se place
comices, ne sont plus réunies.
après le chapitre « Citoyenneté et démocratie à
Athènes » et permet donc de confronter deux
  Bibliographie  
conceptions distinctes de la citoyenneté. À
Athènes la conception de la citoyenneté est très LIVRES  ET  REVUES  
restrictive et fermée puisqu’elle exclut une • NICOLET (Claude), BERTRAND (Jean-Marie),
grande partie du corps social ; elle est fondée NONY (Daniel), Citoyen dans l’Antiquité, La
cependant sur le principe d’égalité entre les documentation photographique, n°8001,
citoyens. À Rome, la citoyenneté est conçue de février 1988.
façon plus ouverte ce qui lui permet de jouer • BADEL (C.), Lire l’Antiquité, Méditerranée,
un rôle d’intégration des populations conquises Chine, Inde, Documentation photographique,
à l’Empire. La citoyenneté romaine devient un septembre-octobre 2009.
élément fédérateur entre des populations très • LE ROUX (P.), Le haut Empire romain en
différentes d’un empire de plus de 70 millions Occident, Nouvelle histoire de l’Antiquité-8,
de personnes et étendu à 3 millions de km². Seuil, Points histoire février 1998.
L’intégration des peuples conquis se fait par • INGLEBERT (H.) (dir), Histoire de la
extension progressive de la citoyenneté : civilisation romaine, Nouvelle Clio, PUF,
d’abord réservée aux seuls habitants de Rome, Paris, 2005.
elle est en 89 av. J.-C., à l’issue de la guerre • L’histoire, n°180, septembre 1994 Cl. Nicolet
sociale, étendue aux Italiens. Les habitants des « Heureux les citoyens romains ! »
colonies et des municipes l’obtiennent aussi ; TDC Rome au temps de l’Empire, n° 966, 15
la constitution antonnine en 212 av. J.-C. qui décembre 2008
l’octroie à tous les habitants de l’Empire est • GRIMAL (P.), L’Empire romain, Le livre de
donc l’aboutissement d’une longue évolution. poche, 1993.
Cette extension progressive ne va ce pendant • BRIAND-PONSART (C.), L’Empire romain
pas avec une égalité de tous les citoyens ; la d’Auguste à Domitien, Campus, Colin, 2009.
société romaine est foncièrement inégalitaire et Salles C., L’Antiquité romaine des origines à
très hiérarchisée. Les distinctions entre la chute de l’Empire, Larousse, 2002.
citoyens romains se font en fonction de leur
fortune et de l’exercice ou non de fonctions au SITES  INTERNET
service de l’État et de l’empereur ; la couche • Site : Memo, le site de l’histoire
supérieure est donc peu nombreuse, soit • Site du British Museum (Londres) :
200 000 hommes sur 50 à 70 millions de http://www.britishmuseum.org
personnes habitants l’Empire. • Pour les textes originaux
Sous l’Empire, le pouvoir appartient à l’empe- http://www.educnet.education.fr
reur qui l’exerce avec ses conseillers ce qui
vide progressivement les magistratures répu- MUSEES  A  VISITER
blicaines de leur fonction politique. Les • Musée du Louvre à Paris, département des
magistrats n’exercent plus que des fonctions Antiquités grecques et romaines
administratives et le sénat s’il est consulté n’a (http://www.louvre.fr)

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   41


• Musée Gallo-romain de Lyon : Lieu de nom de son père ou de son patron, sa tribu, son
conservation des Tables Claudiennes âge, le compte de sa fortune. Assis devant le
http://gal.erasme.org/fourviere lieu, le premier censeur inscrit cette déclaration
jurée sur un grand registre identique aux 6
autres empilés à ses pieds et qui seront ensuite
conservés dans les archives publiques du
Ouverture   Temple des Nymphes. Le troisième homme,
assis sur un large siège, est aussi un censeur. Il
›  MANUEL  PAGES  62-­‐63   pose la main sur l’épaule droite du quatrième
homme dont la déclaration a déjà été
Les deux documents permettent de commencer
enregistrée. Cette imposition de la main est un
le chapitre en définissant le statut particulier
geste archaïque par lequel le censeur manifeste
des citoyens romains, statut dont l’extension
la prise de possession du citoyen au nom de la
progressive à l’ensemble de l’Empire
Cité et accepte l’évaluation qu’il a faite de ses
accompagne la romanisation du bassin médi-
biens. Prenant acte de son classement, ce qua-
terranéen. En effet si le rôle politique des
trième citoyen désigne de la main droite deux
citoyens disparaît sous l’Empire où l’empereur
fantassins en armes (ici un seul est visible) qui
exerce un pouvoir de typer monarchique, le
se dirigent vers la scène de purification reli-
statut privilégié qui est le leur, parce qu’il est
gieuse. (cf Janine Cels Saint-Hilaire, La
très attractif, est un moyen pour Rome de tenir
République romaine, 133-44 av. J.-C, Colin,
l’Empire et de diffuser sa culture dans les
2011).
provinces (doc. 2).
Document   2…   qui   s’étend   au   peuple   de   l’Empire  
Document   1.   La   citoyenneté   romaine,   un   statut  
en  même  temps  que  la  civilisation  romaine  
juridique  spécifique…  
L’amphithéâtre d’El Jem (Tunisie actuelle),
Ce relief en marbre faisait partie d’un monu-
érigé en 238 ap. J.-C. est un exemple monu-
ment érigé vers 100 av. J.-C. par le consul
mental, et exceptionnel par sa taille, de la
Domitius Ahenobarbus. Il a été découvert sur
diffusion de la culture romaine dans les pro-
le Champ de Mars et est conservé au Louvre. Il
vinces de l’Empire. Il témoigne aussi de la
représente un recensement militaire et un
prospérité de la cité de Thysdrus à l’époque de
sacrifice. Ce type de représentation est une
l’empire romain. Situé dans une plaine au
innovation artistique qui va se généraliser
centre de la Tunisie, cet amphithéâtre, cons-
ensuite sous l’Empire. La partie droite, non
truit entièrement en pierre de taille, n’est ni
représentée ici, reprend le style grec de la
creusé ni adossé à une colline. Il reprend en
représentation mythologique alors que cette
cela le modèle du Colisée de Rome sans être
partie représente un moment de la vie politique
une simple copie conforme de celui-ci. Ses
à Rome. Il met en scène dans la partie gauche,
dimensions (grand axe de 148 mètres et petit
seule présente ici, le recensement des citoyens
axe de 122 mètres) et sa contenance (évaluée à
qui a lieu à Rome tous les cinq ans. Les
35 000 spectateurs) le classent parmi les plus
citoyens sont inscrits sur les listes adminis-
grands amphithéâtres du monde. Sa façade
tratives en fonction de leur fortune et répartis
comporte trois étages d’arcades de style
ensuite dans les cinq classes de l’armée (voir
corinthien ou composite. L’amphithéâtre d’El
doc. 2 p. 65). La cérémonie se termine par un
Jem est l’un des rares monuments du genre et
sacrifice. Le recensement est un moment
l’unique en Afrique à être bâti, non pas à flanc
important car il est réalisé en vue de l’enrôle-
de coteau, mais en terrain plat et appuyé sur un
ment des soldats dans l’armée romaine et
système complexe de voûtes. Il est donc,
permet d’éviter les fraudes concernant la
presqu’au même titre que le Colisée de Rome,
citoyenneté alors que cette dernière donne des
un des exemples les plus accomplis du type
droits notamment en matière juridique (cours
architectural romain de l’amphithéâtre. L’édifi-
pp. 70-71).
cation dans une lointaine province d’un bâti-
Il y a quatre personnages en toge, donc tous
ment si complexe, destiné aux spectacles popu-
citoyens. L’un d’eux est debout et tient des
laires, est symptomatique d’une certaine pro-
tablettes dans la main gauche, sa main droite
pagande romaine impériale.
tendue dans un geste de serment. Conformé-
http://whc.unesco.org/fr/list/38
ment à la loi, il déclare son nom, prénom, le

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   42


Repères   le schéma du document 2. Les distinctions
entre les groupes se font en fonction de multi-
›  MANUEL  PAGES  64-­‐65   ples critères : la liberté individuelle, la posses-
Document   1.   L’Empire   romain   au   début   du  
sion de la citoyenneté romaine, le montant de
e
III  siècle   la fortune déclaré lors du recensement, l’exer-
Au IIIe siècle, l’Empire romain est extrême- cice de fonctions au service de l’État et de
ment étendu, soit 3 millions de km². Cet l’Empereur.
empire forme un espace géographique unifié Cette organisation pyramidale de la société
centré sur la Méditerranée et qui va de distingue les « honestiores » qui sont les
l’Euphrate à l’Atlantique. Cette extension con- citoyens recensés, une élite peu nombreuse soit
sidérable est le résultat de conquêtes succes- 200 000 adultes maximum, des « humiliores »,
sives, sa cohésion ayant été réalisée grâce à la la plèbe, composée des citoyens les plus
réorganisation des provinces menée par pauvres et du reste de la population non-
Auguste. citoyenne de l’Empire (50 à 70 millions de
L’organisation provinciale est basée sur un personnes).
partage de l’Empire en deux sphères de com- À l’intérieur même du groupe des « hones-
pétence : les provinces impériales et les pro- tiores », les citoyens sont classés en fonction
vinces sénatoriales. Cette distinction repose de leur charge et de leur fortune. Au sommet
pour l’essentiel sur la différence de mode de de la hiérarchie sociale, se trouvent l’empereur
désignation du gouvernement provincial. Dans puis l’ordre sénatorial qui est le premier ordre
les provinces impériales, le légat est nommé de la société romaine. Il est composé de 600
directement par l’empereur qui peut le révo- sénateurs et de leurs fils, qui exercent une série
quer, il est donc le représentant du prince. de charges formant un cursus strictement
Dans les provinces sénatoriales, c’est le Sénat défini. L’ordre équestre rassemble les
qui nomme le gouverneur après tirage au sort chevaliers (400 000 sesterces). L’appartenance
comme c’était fait sous la République. Les à cet ordre n’est pas héréditaire mais relève de
provinces impériales sont celles qui sont les la décision impériale. L’Empire a fait de cet
plus récemment conquises et qui au départ ordre un réservoir à fonctionnaires au service
étaient les plus mal pacifiées. Dans la pratique, de l’empereur. À partir des Flaviens, cet ordre
l’Empereur peut quand même intervenir dans devient accessible aux provinciaux. Enfin
tous les types de province. l’ordre des décurions réunit tous les notables
Les frontières de l’Empire sont fortifiées sur locaux qui font partie du conseil de la cité et
5 000 km, c’est le « limes romain » qui s’étend qui ont exercé des magistratures municipales
depuis la côte Atlantique au nord de la Grande- (cens variable en fonction de la taille de la cité,
Bretagne, traversant l’Europe jusqu’à la mer 20 000).
Noire et, de là, jusqu’à la mer Rouge et
l’Afrique du Nord, pour revenir à la côte   Réponse  aux  questions  
Atlantique 1.   Quelle   est   l’étendue   de   l’Empire   romain   au  
Le limes littéralement « sentier entre deux début  du  IIIe  siècle  ?  
champs » est une zone défensive établie le L’Empire romain s’étend à tout le bassin
long de la frontière et consistant en une route méditerranéen.
de rocade reliant entre eux des forts et des
camps. Le limes témoigne des difficultés de 2.  Quels  sont  les  types  de  provinces  de  l’Empire  ?  
Rome pour pacifier ses confins. Il y a deux types de provinces, les provinces
À l’intérieur des frontières de l’Empire, la sénatoriales et les provinces impériales.
romanisation passe par la diffusion d’un mode  
de vie urbain dont témoigne l’existence de 3.   Quels   éléments   montrent   la   diffusion   de   la  
grandes villes qui reproduisent le modèle civilisation  roamine  ?  
urbain de Rome et où on retrouve dons par La présence de villes et de monuments
exemple théâtres et thermes. romains, thermes, théâtres dans ces villes,
témoigne de la diffusion du mode de vie et de
Document   2.   L’Empire   romain  :   une   société   très   la culture romaine.
inégalitaire  et  fortement  hiérarchisée    
La société romaine est fondamentalement iné- 4.   Quelles   sont   les   deux   grandes   catégories   de  
galitaire et très hiérarchisée comme le montre citoyens  ?  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   43


On distingue parmi les citoyens, les honorifique décernée peut-être par un
humiliores, les citoyens les plus pauvres, des représentant de l’Empire ou l’empereur lui-
honestiores, les citoyens les plus riches. même.
  Cette stèle funéraire permet donc de connaître
5.  Que  faut-­‐il  pour  appartenir  aux  catégories   la vie de notables gaulois très romanisés. Elle
supérieures  de  la  société  ?   témoigne donc de la profondeur de la
Les catégories supérieures de la société ont une romanisation dans une province anciennement
fortune personnelle qui s’élève à plus de acquise et où les élites se sont facilement
20 000 sesterces et exercent des magistratures. adaptées à la domination romaine qui leur
offrait dans le cadre de l’Empire de hautes
fonctions correspondant à leurs anciennes
dignités. En intégrant ces classes aisées, Rome
Aux  sources  de  l’histoire   s’assurait aussi la stabilité politique de ses
provinces.
La  diffusion  de  la  citoyenneté  romaine  
›  MANUEL  PAGES  68-­‐69   Document   2.   La   citoyenneté   romaine   en  
Maurétanie  
Document   1.   Un   monument   funéraire   gallo-­‐ La table de Banasa est une inscription retrou-
romain   vée au Maroc actuel. Il s’agit de la copie d’une
La stèle a dû être trouvée dans une des décision impériale concernant l’accès à la
nécropoles entourant la colonie de Nîmes, le citoyenneté d’une famille berbère. La lettre des
long d’une des voies d’accès. Il s’agit ici d’une empereurs Marc-Aurèle et Lucius Verus est
stèle funéraire qu’un couple de notables nîmois une réponse au procurateur de Maurétanie
a fait ériger de son vivant pour rappeler leur Tangitane, Coiedius Maximus. Celui-ci a
gloire. Selon la coutume romaine, ils l’ont transmis aux empereurs une requête de
consacrée aux dieux qui doivent les protéger Julianius, un Berbère de la tribu des Zegrenses
après leur mort. an faveur de lui-même, sa femme et leurs
Sextus Adgennius Macrinus est un citoyen quatre enfants. La réponse gravée dans le
romain : il possède les tria nomina, les trois bronze a un caractère très officiel qui confirme
noms que porte un homme libre à Rome : un la paix romaine dans la région. À partir de
praenomen (prénom) : Sextus, un nomen cette décision impériale les Berbères de cette
(nom) : Adgennius, et un cognomen (surnom) : famille seront traités en romains au privé
Macrinus. Son nom, Agdennius, est d’origine comme au criminel devant des magistrats
gauloise et signifie « celui qui est de très bonne romains. Ils pourront faire un testament
naissance ». Il s’agit donc sans doute d’un romain, recevoir un legs de la part de Romains,
homme libre issu de l’aristocratie des tribus acquérir des terres dans l’ager publicus et
gauloises. surtout auront une égalité formelle avec les
Possédant la citoyenneté romaine, Sextus autres membres de cette collectivité.
Adgennius a eu la possibilité d’être tribun Cependant, tout en obtenant des droits
militaire (seul un citoyen romain peut être romains, ils n’abandonnent rien de leurs droits
légionnaire). Un tribun partage le comman- antérieurs (dans le texte « tout en sauvegardant
dement d’une légion (qui peut comporter le droit local »).
jusqu’à 6000 hommes) : c’est donc un officier
supérieur, un personnage très important direc-
tement aux ordres de l’imperator ou d’un de   Réponse  aux  questions  
ses légats.
Après l’armée (le service militaire dure vingt 1.  Présentez  ce  monument  funéraire.  
ans), il a poursuivi sa carrière (le cursus Il s’agit du monument funéraire d’un notable
honorum) en occupant d’emblée la plus haute de Nîmes, Sextus Agdennius Macrinus, et de
fonction dans sa colonie de Nîmes : son épouse, Licina Flavilla. Il date du Ier siècle
quattuorvir, puis a bénéficié de fonctions plus ap. J.-C. et a été retrouvé à Nîmes au
tranquilles dans un sacerdoce, comme pontife. XIXe siècle.
Enfin, le titre de Préfet des Ouvriers est un titre  
acquis à l’échelle de l’Empire, pas seulement 2.  Comment  se  manifeste  visuellement  
l’appartenance  de  ces  notables  à  la  citoyenneté  
de la colonie : c’est donc une consécration
romaine  ?  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   44


Leur appartenance à la citoyenneté romaine se L’étude porte sur la portée de la décision de
manifeste par leur coiffure et leur tenue l’empereur Claude d’accorder aux notables de
vestimentaire (costume d’officier romain par Gaule la citoyenneté complète et donc l’accès
exemple) mais aussi par le décor de la stèle au Sénat de Rome et sur celle de l’édit de
(baguettes du licteur) et par le fait que le texte Caracalla qui donne la citoyenneté à tous les
soit en latin. habitants de l’Empire sans distinction. La
décision de Claude marque une étape
3.   Montrez   que   leurs   activités   et   leur   carrière   importante dans l’intégration des notables
traduisent  cette  appartenance.   provinciaux à l’Empire et à ce titre permet de
Leurs activités et carrière traduisent aussi cette mesurer en quoi le droit de cité romain a été un
appartenance. En effet, Licina Flavilla exerce instrument de romanisation et donc de cohé-
la fonction de prêtresse du culte impérial et sion de l’Empire romain. À ce titre, l’édit de
Sextus Agdennius Macrinus a été officier Caracalla doit être replacé dans la continuité
supérieur d’une légion et a exercé des charges des différentes mesures par lesquelles de plus
publiques et religieuses (quattuorvir, c’est-à- en plus de personnes ont eu accès à la cité
dire magistrat de la cité, pontife). romaine selon une conception ouverte et
universelle de cette citoyenneté. Résultat d’une
4.  D’après  la  Table  de  Banasa  (doc.  2),  pourquoi  et   évolution, cette décision demeure malgré tout
comment   les   étrangers   accèdent-­‐ils   à   la   révolutionnaire puisque ce statut restait
citoyenneté  ?   Que   pouvez-­‐vous   en   déduire   pour   jusqu’alors réservé à une minorité de person-
le  cas  d’Agdennius  Macrinus  à  Nîmes  ?   nes dans l’Empire. Partagée par tous, la
Dans la table de Banasa l’empereur donne la citoyenneté romaine n’est plus un statut juridi-
citoyenneté à une famille de notables de que privilégié, c’est la fin de sa singularité.
l’Empire pour services rendus à l’empereur et
sur demande de cette famille. Le but de   Choix  des  documents  
l’empereur est de s’allier les notables locaux
pour assurer la paix de la province. On peut •  Document  1.  Extrait  des  tables  claudiennes  (48  
imaginer qu’il en a été de même dans le cas de ap.  J.-­‐C.)  
Sextus Agdennius Macrinus. La décision Le document 1 reproduit une partie des Tables
impériale récompense la loyauté des notables claudiennes conservées à Lyon au musée de la
et sert la propagande impériale auprès des civilisation gallo-romaine. Il s’agit d’une
populations soumises. inscription découverte sur les pentes de la
Croix-Rousse, en 1528. C’est une grande
  Synthèse   plaque de bronze incomplète, brisée en deux,
mesurant 1,93 m de large et 1,39 m de hauteur
Montrez   en   quoi   les   inscriptions   funéraires   sont   maximum, épaisse de près d’un centimètre, et
utiles   à   l’historien   pour   comprendre   la   diffusion   pesant 222 kg. Toute la partie supérieure a
de  la  citoyenneté  romaine  dans  tout  l’Empire.   disparu, ne laissant subsister que 40 lignes de
Les inscriptions funéraires sont très utiles à l’inscription originale disposée en deux
l’historien. À la fois par la représentation colonnes. Cette inscription est la retranscrip-
iconographique de la stèle funéraire et par le tion d’un discours que l’empereur Claude, né à
texte qui l’accompagne, l’historien trouve des Lyon en 10 avant J.-C., prononça en faveur des
éléments bruts de compréhension de la façon Gaulois devant le sénat de Rome, en 48 de
dont la culture romaine se diffuse. En effet notre ère.
l’inscription des époux de Nîmes permet de En 48, sont déjà admis au Sénat romain les
retracer l’intégralité de leur carrière publique. citoyens romains de Narbonnaise et ceux des
colonies et municipes du reste de la Gaule dont
  Claude rappelle la richesse et la distinction,
précision qui permet de réfléchir au sens de
 Étude   cette citoyenneté romaine qui finalement est
quand même réservée à une élite. À cette
Les  Tables  claudiennes  et  l’édit  de   époque, il n’existait aucune unité dans les
Caracalla   droits et les statuts des hommes libres de la
Gaule : tout dépendait du lieu de naissance, de
›  MANUEL  PAGES  72-­‐73  
la carrière et des chances individuelles de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   45


chacun. Ainsi, ces mêmes Gaulois étaient déjà ornées de pierres précieuses. Le visage de Geta
citoyens romains, mais ils avaient été a été effacé, sans doute suite à son assassinat
« naturalisés » à titre personnel, eux ou leurs par son frère et à la « condamnation du souve-
grands-parents. Ils ne possédaient qu’une nir » décidée par le Sénat. Il s’agit de l’un des
« citoyenneté incomplète », à la différence des nombreux portraits impériaux qui étaient
hommes libres habitant les colonies romaines produits en masse pour être exposés dans les
comme Lyon, fondées à l’origine par des bureaux et édifices publics de tout l’empire. À
vétérans de l’armée romaine et qui jouissaient chaque intronisation d’un nouvel empereur,
d’un droit de cité complet, égal à celui des ces portraits étaient remplacés par le nouveau
citoyens de Rome. dirigeant. Comme le bois est un matériau
Claude soutient la demande des notables périssable, peu d’exemplaires nous sont
gaulois qui veulent l’octroi des droits parvenus. Celui-ci est le seul exemple connu
politiques qui leur permettraient d’entrer au pour la famille des Sévères.
Sénat et d’accéder aux grandes charges La dynastie des Sévères est originaire de
sénatoriales de l’Empire. Cette proposition de l’Afrique romaine : Septime Sévère, père de
Claude est conforme à son origine familiale Caracalla, est originaire de Leptis Magna et sa
puisque lui-même né à Lyon, et à sa culture mère Julia Domna de Syrie. Sans doute son
historique qui lui aurait permis de comprendre origine provinciale l’a-t-elle influencé dans sa
que la pérennité de l’Empire repose sur les décision. En fait, les initiateurs de la réforme
étrangers et en particulier sur l’adhésion des se trouvent sans doute au sein de la cour
élites locales ce qui est garanti par la décision impériale. La mère de Caracalla, Julia Domna,
qu’il prend ici. Par ailleurs, l’entrée au Sénat qui collabora avec lui et participa à l’admi-
de citoyens qui lui sont tout acquis peut lui nistration de l’Empire, était entourée d’un
permettre de réduire les oppositions au sein de groupe de juristes et de philosophes, influencés
cette assemblée. par le stoïcisme et qui ont sans doute poussé à
l’intégration des habitants de l’Empire dans la
•   Document   2.   L’opposition   à   la   proposition   de   citoyenneté romaine. Convaincus qu’il y a une
Claude   unité du divin puisque toutes les croyances
Tacite (55-120 ap. J-C.), sans doute né en sont valables pour tous les êtres humains, de
Gaule Narbonnaise, commence une carrière même ils pensent qu’il est souhaitable que tous
sénatoriale sous le règne de Vespasien et les êtres humains soient soumis aux mêmes
devient haut fonctionnaire impérial au début lois et ne forment qu’une seule cité.
du IIe siècle. Il doit son renom littéraire à ses
ouvrages historiques, « La vie d’Agricola », •  Document  4.  L’édit  de  Caracalla  
« La Germanie », et surtout les « Histoires » et (212  ap.  J.-­‐C.)  
les « Annales », vaste fresque de l’Empire L’édit de Caracalla, aussi appelé Constitution
romain de 14 à 96. Dans cet extrait des antonine, porte la décision impériale d’accor-
Annales, il retranscrit le discours de Claude et der la citoyenneté romaine à tous les habitants
analyse ensuite les réactions du sénat, ce qui de l’Empire. L’application immédiate et géné-
est donné ici. rale de cette constitution est indubitable. En
Grèce, en Asie comme en Égypte ou en Syrie
•   Document   3.   Les   Sévères,   une   dynastie   tous les pérégrins prennent le gentilice
originaire  de  l’Afrique  romaine   Aurélius, celui de Caracalla. Le texte de
Réalisée en Égypte vers 201, il s’agit d’une Caracalla s’apparente à une action de grâce
peinture à tempera de forme circulaire (tondo), face au danger dont les dieux l’auraient sauvé
de 305 mm de diamètre. Elle est connue sous et qui est la conséquence de l’assassinat de
le nom de « Tondo severiano » et fait partie, Geta suite au complot qu’il aurait fomenté. Est
aujourd’hui, de la collection Antikensammlung aussi évoquée la volonté de rendre aux dieux
Berlin. Le panneau représente l'empereur les devoirs qui leur sont dus et d’accroître la
romain Septime Sévère et sa famille ; à gauche majesté du peuple romain.
son épouse Julia Domna et, devant, les fils
Geta et Caracalla. Tous endossent de •   Document   5.   Un   monument   de   reconnaissance  
somptueux habits cérémoniaux, Julia Domna pour  Caracalla  
porte des bijoux de perles et les couronnes en Djemila ou Cuicul (son nom antique) est une
or de Caracalla et de Septime Sévère sont ancienne colonie romaine fondée sous le règne

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   46


de Nerva vers 96-98. Elle est située à 50 km au effet, ceux-là se plaignent que le Sénat ait été
nord-est de la ville de Sétif et à 900 m trop ouvert en faisant référence aux peuples de
d’altitude dans un site défensif. Il s’agit d’un la Gaule cisalpine craignant la rivalité de
ensemble remarquable d’urbanisme romain personnes plus riches que la noblesse du
adapté à un site montagneux ; il comprend non Latium, insistant sur le caractère étranger de
seulement l’arc de triomphe mais aussi forums, ces populations.
temples, théâtres, thermes et basiliques. L’arc
de Caracalla est un arc à baie construit en 216 3.   Qui   de   Claude   ou   du   Sénat   emporte   la  
dans un quartier au sud de la ville. Il a une décision  ?  
hauteur de 12,5 mètres, une largeur de 11,60 Finalement, Claude paraît avoir eu gain de
mètres et 3 mètres 90 d’épaisseur. cause ; en effet, Tacite écrit qu’un senatus —
De part et d’autre, de la baie centrale, deux consulte donna aux Eduens les premiers le
piédestaux supportent chacun une colonne lisse droit de siéger au Sénat. Cette mention
dégagée à chapiteau corinthien. Les deux cha- suppose que les autres peuples reçurent le
piteaux portent au sommet un entablement même droit ensuite. Par ailleurs, l’inscription
formé de plusieurs corniches au-dessus duquel en bronze fut placée à Lyon, alors que son
deux colonnettes soutiennent un fronton trian- intervention ne concernait pas les habitants de
gulaire. Lugdunum, citoyen romain à part entière
En arrière, sur les parois, des niches qui depuis la fondation de la colonie. Lyon était
abritaient à l’origine des statues, sont creusées. aussi le siège de l’assemblée fédérale des Trois
Les angles des deux parois latérales sont enca- Gaules. On suppose que la grande plaque de
drés de pilastres dont l’extrémité supérieure bronze était affichée là où elle se réunissait,
porte un décor d'acanthe. Au-dessus d’une dans le sanctuaire de Rome et d’Auguste.
inscription dédicatoire, sur le fronton, se trou-
vent les trois socles qui supportaient les statues 4.  Quelle  est  la  décision  prise  par  l’empereur  ?  
des membres de la famille impériale. Comment  est-­‐elle  justifiée  ?  
Caracalla a tué son frère Geta avec qui il
  Réponse  aux  questions   partageait le pouvoir. Il prétend avoir été
victime d’une tentative de complot et décide de
1.   Que   propose   Claude   au   Sénat   de   Rome   à   remercier les dieux en donnant la cité romaine
propos  des  élites  gauloises  et  comment  le  justifie-­‐
à tous les hommes libres de l’Empire. Il
t-­‐il  ?  
explique aussi sa décision en faisant référence
L’empereur utilise deux grands types d’argu- à « la majesté du peuple romain » et à une
ment dans cet extrait pour convaincre le sénat conception universelle de la citoyenneté. En
a priori hostile à son ouverture aux provin- effet, le peuple romain n’est pas considéré
ciaux. Il inscrit cette décision dans la conti- comme une ethnie ; contrairement à la Grèce,
nuité historique puisque d’ors et déjà des la différence de langue par exemple, n’est pas
Gaulois y sont admis. Deuxièmement, il constitutive de la notion de barbare ; le peuple
rappelle le loyalisme des tribus gauloises à romain ne se définit pas par son origine
l’égard de Rome depuis leur difficile conquête commune mais comme le résultat d’une
par Julie César. Cette idée est globalement construction volontaire d’une communauté
juste mais pour servir son argumentation il politique.
passe sous silence la révolte du Trévire Iulius
Florus et de l’Eduen Iulius Sacrovir en 21 ap. 5.   Que   montre   la   construction   de   l’arc   de  
J.-C. Ce sont deux nobles gaulois citoyens triomphe   quant   aux   relations   entre   les   habitants  
romains qui, pour s’opposer à l’alourdissement de  l’Empire  et  l’empereur  ?  
de la fiscalité, mirent au point un soulèvement La portée de la mesure décidée par Caracalla
général. Les cités gauloises n’adhérèrent que reste aussi incertaine que les motifs qui l’ont
faiblement à ce soulèvement et la défaite fut guidée, cependant la présence d’un arc de
rapide. triomphe à Djemila en l’honneur de Caracalla
montre la reconnaissance des élites locales à
2.  Quelle  est  la  position  du  Sénat  romain  sur  cette   l’égard de cet octroi généralisé de la
proposition  ?  Pourquoi  ?  
citoyenneté romaine. En effet, avant 212, le
Les sénateurs sont hostiles à l’ouverture de la mouvement d’accès à la citoyenneté des pro-
Curie aux notables de la Gaule chevelue. Il vinciaux a certainement été ample, mais il a été
s’agit d’une réaction de peur xénophobe. En

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   47


aussi inégal, heurté et irrégulier dans le détail, Trois Gaules et un grand centre urbain doté de
et il n’a finalement concerné qu’une frange bâtiments construits sur le modèle de ceux de
étroite de la population. Par ailleurs, les statuts Rome au point où elle peut apparaître comme
des différentes communautés ont beaucoup une petite Rome en Gaule. Bien que conquise
varié, même si les empereurs qui se sont par la force à la suite de la guerre des Gaules
succédé ont constamment eu la volonté de menée par Jules César (-58 à -50), la Gaule
développer un cadre urbain civique et s’intègre à l’Empire ; cette intégration se
d’identifier l’Empire à l’oekoumène ; du point manifeste à Lyon, par exemple, par l’adoption
de vue des provinciaux, l’accès à la romanité du mode de vie romain et le ralliement des
est la garantie d’appartenir à un Empire en élites que l’octroi de la citoyenneté facilite.
paix et prospère, le moyen d’accéder à la
culture dominante, celle de la civilisation.   Choix  des  documents  
•  Document  1.  Une  description  de  Lyon
  Bilan  
La description de Lyon est extraite du livre IV,
Dans le premier paragraphe, l’élève devra portant sur la Gaule, des « Géographies » de
présenter les Tables claudiennes. Pour Strabon. Son projet était de fournir une
expliquer la décision de Claude, on pourra description de la terre habitée d’un point de
faire appel à deux ordres de raison, d’une part vue scientifique et politique pour être utile à
la volonté de l’empereur d’intégrer les élites ceux qui gouvernent. Il visite donc une grande
provinciales à l’Empire pour assurer sa cohé- partie de l’empire romain qu’il décrit, l’Europe
sion dans une perspective historique longue occupe les livres III à X. Dans cet extrait, il
que l’élève peut retrouver (à partir du cours décrit Lyon et met en évidence le processus de
pp. 78-79) et, d’autre part, la nécessité pour romanisation qui transforme la colonie primi-
l’empereur Claude d’avoir davantage d’appuis tive en grand centre urbain. D’après lui, les
au Sénat. On insistera sur les conséquences, Romains ont fait d’une colonie (« établis-
directement sur la composition du Sénat plus sement romain ») un « centre de commerce ».
ouvert aux provinciaux et plus globalement sur Il s’agit d’une ville très peuplée qui frappe sa
la romanisation des provinces, la mesure de propre monnaie et où se trouve le sanctuaire
Claude en donnant la citoyenneté complète aux impérial des Gaules. Cette description fidèle à
élites leur ouvre la carrière des honneurs et se la réalité d’une colonie, devenue capitale par la
révèle donc comme un puissant élément inté- volonté des Empereurs, peut être utilisée pour
grateur des notables de province qui adoptent situer la ville et évaluer son importance dans
le mode de vie et la culture romains. l’Empire romain.
L’édit de Caracalla peut être ensuite présenté
dans la continuité qui est la sienne avec la •  Document  2.  Lyon,  ville  romaine  
politique plutôt ouverte d’accès à la citoyen- La colonie romaine de Lyon, la seule colonie
neté romaine et en même temps comme une romaine des Trois Gaules, a été fondée en
mesure révolutionnaire puisque donnant la 43 av. J.-C. Elle se trouve sur un site contrasté,
citoyenneté à tous les habitants libres de à la jonction de la Saône et du Rhône avec
l’Empire alors qu’auparavant elle n’était réser- deux collines, Fourvière et la Croix-Rousse.
vée qu’à une élite. L’agglomération s’est développée sur trois
pôles : Fourvière où s’est implantée la colonie
primitive, Condate, au pied de la Croix-Rousse
où se trouvaient l’autel des trois Gaules et
 Étude   l’amphithéâtre, et les Canabées qui correspon-
Le  citoyen  dans  la  cité  romaine     dent à la presqu’île.
de  Lyon   La colonie primitive était peu étendue mais la
ville se transforme et s’embellit à partir de
›  MANUEL  PAGES  16-­‐17   20 av. J.-C. au moment où elle est élevée au
L’exemple de Lyon est un exemple significatif rang de capitale de la Lyonnaise par Auguste.
de la romanisation des provinces romaines Elle devient progressivement la plus grande
grâce à la diffusion de la citoyenneté. La ville, ville de la Gaule, capitale économique et reli-
colonie de droit romain, fondée en 43 av. J.- gieuse. Les îlots d’habitation sont reconstruits,
C. devient progressivement la capitale des des améliorations au système de voierie sont

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   48


apportées, deux aqueducs sont construits ainsi plus aucun vestige aujourd’hui de ce sanctuaire
que le théâtre. L’embellissement de la ville qui était probablement situé au pied de la
débuté sous Auguste se poursuit au Ier siècle Croix-Rousseprès de l’amphithéâtre.
avec la construction de plusieurs édifices Son existence est attestée par les textes comme
monumentaux sur Fourvière et l’amphithéâtre celui de Strabon (doc. 1) et les monnaies qui le
(19 ap. J.-C.) des Trois Gaules sur le secteur représentent comme celle-ci. L’autel est enca-
du confluent. Le théâtre est construit à la fin du drée de deux colonnes des Victoires avec l’ins-
Ier siècle ou au début du IIe puis agrandi et cription ROM (AE) et AUG (USTO). L’espace
l’odéon au IIe siècle. autour de l’autel aurait été encombré de statues
et de monuments commémoratifs et religieux.
•  Document  3.  Le  théâtre  et  l’odéon  
Le théâtre de Lyon, considéré comme l’un des   Réponse  aux  questions  
plus anciens du monde romain, a été construit
1.  Situez  Lyon  et  montrez  l’importance  de  son  site  
au 15 av. J.-C., puis agrandi au IIe siècle sous
et  de  sa  situation.  
le règne d’Hadrien, vers 120 ap. J.-C., sa
Lyon est situé à la confluence du Rhône et de
capacité a été alors portée de 5 à 10 000 places.
la Saône sur un site de passage aisé par voie
L’odéon ou petit théâtre a une capacité de
fluviale entre l’Italie, la Gaule et la Germanie.
3 000 places. Il a été édifié à la fin du Ier siècle
Cette situation de carrefour explique le choix
ou au début du IIe siècle. Il semble avoir été
des Romains pour y établir une colonie.
réservé à des représentations musicales, des
 
lectures publiques ou à des récitations poé- 2.  À  l’aide  du  doc.  3  p.  71,  citez  les  bâtiments  de  
tiques. Rome  que  l’on  retrouve  à  Lyon.  
À Lyon, on retrouve certains des bâtiments de
•  Document  4.  L’évergétisme  
Rome comme le cirque et le forum ou le
La première dédicace concerne la construction colisée (dont l’équivalent est l’odéon).
de l’amphithéâtre par Caius Julius Rufus (voir  
document 2 p. 77), aristocrate gaulois de 3.   Que   montrent   ces   documents   quant   au   mode  
Saintes devenu citoyen romain et élu grand de  vie  des  habitants  de  la  ville  ?  
prêtre au sanctuaire de Lyon, en 19 ap. J.- Ces documents montrent que les Gaulois de
C. C’est le plus ancien de Gaule. À l’origine, il Lyon ont adopté le mode de vie romain : vie
était destiné aux seuls délégués gaulois. Il y politique et sociale sur le forum, culte impérial,
avait quatre niveaux de gradins d’une capacité pratique des jeux et du théâtre.
de 1 800 spectateurs avec des fauteuils réser-  
vés aux élus des délégations des soixante 4.  Expliquez  ce  qu’est  l’autel  des  Trois  Gaules.  
nations gauloises. Cette dédicace met évidence L’autel des Trois Gaules est un sanctuaire où
le rôle joué dans les cités par les élites gau- se réunissent chaque année les ambassadeurs
loises qui ont intégré le mode de vie romain ce de toutes les cités gauloises qui viennent
qui est confirmé par la seconde dédicace célébrer le culte de l’empereur, une façon pour
portant sur l’organisation de combats de gla- les Lyonnais de remercier les empereurs pour
diateurs par un notable du IIIe siècle, Titus leur attachement à la ville devenue, sous
Sennius Sollemnis, qui occupait une magistra- Auguste, la Lyonnaise.
ture locale et religieuse.
5.   Comment   se   traduit   le   ralliement   des   élites  
  locales  à  Rome  ?  
  Le ralliement des élites se traduit par l’éver-
•  Document  5.  L’autel  des  Trois  Gaules   gétisme c’est-à-dire la contribution de ces
Le sanctuaire fédéral ou autel des trois Gaules élites aux dépenses de la cité et par le dévelop-
a été inauguré sous Auguste en 12 ap. J.- pement du culte impérial.
C. Consacré au culte impérial, il symbolise
l’attachement des Gaulois à Rome et leur   Bilan  
fidélité à l’empereur. Chaque année au mois
d’août s’y rassemblait les délégués des Un premier paragraphe permet de montrer que
soixante cités des Gaules. Ils constituaient le l’exemple de Lyon est celui d’un processus de
conseil des Gaules qui désignait chaque année romanisation très avancé puisque la ville est
le prêtre qui présidait leur assemblée. Il n’y a construite selon le modèle de Rome, on y

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   49


retrouve les mêmes bâtiments. Dans un deux- 1.   À   l’aide   de   documents   et   de   la   carte   p.  65,  
ième paragraphe, on montrera le ralliement des présentez  le  document  :  nature,  date,  lieu  
élites à travers l’évergétisme et le développe- Il s’agit d’une photographie de la face ouest de
ment du culte impérial. l’arc de Saintes, un arc de triomphe érigé au
début du Ier siècle (18-19 ap. J.-C.).

Histoire  des  arts   2.  Décrivez  l’arc  de  Saintes  et  comparez-­‐le  à  celui  
de   Titus   à   Rome.   Est-­‐il   caractéristique   de  
L’arc  de  Saintes,  une  trace  de  la   l’architecture  romaine  ?  
romanisation  de  la  Gaule   L’arc de triomphe comme celui de Titus à
Rome est une structure inventée à l’époque
›  MANUEL  PAGES  16-­‐17   romaine composée de deux piédroits reliés par
Érigé probablement vers 18-19 après J.-C. sur une voûte en plein cintre (baie) qui supportent
le pont romain permettant à la voie d’Agrippa un entablement. Cet entablement est lui-même
(Lyon-Saintes), de franchir la Charente, l’arc surmonté de l’attique, couronnement horizon-
de Saintes a été déplacé de 1843 à 1851, et tal qui supporte des statues. L’arc de triomphe
reconstruit sur la rive droite. Il est dédié à la de Titus est le plus ancien conservé à Rome. Il
famille impériale des Julio-claudiens. Alors a été construit par Domitien en 81 ap. J.-C. Il
qu’à l’origine, l’arc de triomphe était un évoque la répression de la révolte des juifs en
monument érigé en liaison avec des conquêtes Palestine et l’occupation de Jérusalem par
militaires et le lieu d’un rite de purification Vespasien et son fils Titus en 71 ap. J.-
lors de l’entrée solennelle des armées qui C. L’arc de Saintes diffère de l’arc de Titus par
passaient sous l’arche, celui de Saintes n’est sa structure en deux baies assez exceptionnelle.
qu’un arc routier marquant l’entrée de la ville
et le passage du fleuve. Il a été construit aux 3.   Par   qui   ce   monument   a-­‐t-­‐il   été   érigé   à   Saintes  ?  
frais d’un riche notable, Caius Julius Rufus, Montrez   l’intégration   progressive   de   la   famille   à  
citoyen romain d’origine gauloise qui a aussi la  citoyenneté  romaine.  
assumé les frais de l’amphithéâtre de Lyon. Il Ce monument a été érigé par Caius Julius
est érigé au moment où la ville de Saintes Rufus, un citoyen romain d’origine gauloise.
devient capitale de l’Aquitaine et s’embellit de Sa famille s’est progressivement romanisée ce
monuments sur le modèle de Rome (thermes, dont témoigne l’usage des noms sur 4 géné-
amphithéâtre par exemple). rations. L’arrière-grand-père porte un nom
strictement gaulois, romanisé par le grand
L’arc de Saintes est d’une taille imposante : père. Celui-ci, le premier à utiliser les tria
15.9 m de longueur, 3.90 m d’épaisseur et nomina, a sans doute obtenu la citoyenneté de
14.70 de hauteur. Cette masse est percée de Jules César. Il garde cependant en partie son
deux baies de 9.70 m permettant la circulation nom gaulois. Le nom gaulois est abandonné
dans les deux sens. Les trois piédroits des complètement par le père et par son fils le
arches ont un socle démembré par de hautes donateur de l’arc, Caius Julius Rufus, qui
bases de pilastres. Au-dessus, les pilastres occupe des fonctions politique et religieuse au
correspondants sont cannelés et portent des service de Rome (préfet des ouvriers, prêtre de
chapiteaux qui soutiennent un entablement l’autel du confluent).
 
corinthien. L’étage des voutes est décoré aux
angles de colonnes cannelées et engagées aux
deux tiers, qui portent des chapiteaux com-
posites. Il est couronné par un entablement
dont la frise porte le nom du donateur. Sur
l’attique qui couronne l’arc se trouvent trois
inscriptions, les titulatures de l’empereur
Tibère, de son fils Drusus et de son neveu
Germanicus. Cet attique servait de base à trois
statues des empereurs.

  Réponse  aux  questions  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   50


4.  Pourquoi  cet  arc  est-­‐il  dédié  à  l’empereur  ?   Outre l’arc de triomphe, Saintes avait aussi ses
Cet arc est dédié à l’empereur pour célébrer sa remparts, ses thermes, son amphithéâtre, son
gloire et pour marquer l’appartenance de ce aqueduc. Par ailleurs, ce monument montre
membre de la bourgeoisie de province à la l’intégration des élites gauloises à la
communauté romaine. Le notable sert donc la citoyenneté romaine puisqu’il est érigé aux
propagande impériale tout en assurant sa frais d’un notable gallo-romain et à la gloire de
propre promotion. l’empereur.

5.   Montrez   que   cette   construction   est  


emblématique   de   la   romanisation   de   la   Gaule   et  
de   l’intégration   de   ses   élites   sociales   à   la  
citoyenneté  romaine.  
Cette construction de l’arc de Saintes est
emblématique de la romanisation de la Gaule
parce qu’elle s’inscrit dans un programme
architectural qui fait de Saintes comme des
autres villes de création romaine ou remaniées
à l’époque romaine de petites Rome (voir
Lyon).

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   51


PARTIE Sociétés  et  cultures  de  l’Europe  
3 médiévale  (XIe  –  XIIIe  siècles)
›  MANUEL  PAGES  84  À  85  
 
 
 
Les chapitres d’histoire médiévale qui matériaux et couleurs sont pleinement
composent la troisième partie du programme byzantins.
s’inscrivent dans le temps long. L’horaire Le Christ, proportionnellement beaucoup plus
imparti à l’étude de ces chapitres (8 à 9 h) important que les autres figures de la
interdit toute approche événementielle ou composition logées dans des médaillons
politique ; il s’agit de rendre intelligibles les (prophètes, empereurs, saints), est placé au
grandes structures d’une société médiévale centre de l’abside de la cathédrale de
massivement chrétienne ainsi que les Monreale, là où tous les regards des fidèles
principaux cadres d’une période marquée par convergent, notamment lors des célébrations.
une forte croissance économique et Le Christ tient les Écritures de la main gauche
démographique. Celle-ci permet, dans le alors qu’il effectue un geste de bénédiction de
contexte féodal, un net développement des la main droite (trois doigts rappellent la trinité,
campagnes européennes. Avec le renouveau du les deux doigts recourbés rappellent la nature
grand commerce, la croissance économique double du Christ). Il s’agit du Christ
déclenche aussi l’essor des villes dont les Pantocrator (ce que rappellent les caractères
sociétés sont profondément remodelées. grecs de part et d’autre de Jésus), c’est-à-dire
L’approche sera donc synthétique et de Jésus ressuscité, tout puissant, régnant sur le
problématisée : comment le christianisme monde. Il porte le nimbe cruciforme et prend
structure-t-il la vie des Occidentaux ? place sur fond doré, symbole d’éternité. En
Comment s’organisent la société et l’économie dessous se trouve une vierge à l’enfant
de l’Occident médiéval ? Si le chapitre sur la entourée de deux archanges et des apôtres, tout
chrétienté médiévale est obligatoire, le autour du Christ se trouvent aussi des anges.
professeur doit ensuite effectuer un choix entre
la question portant sur les sociétés et cultures •   Document   2.   Une   société   majoritairement  
rurales et celle consacrée aux sociétés et rurale  
cultures urbaines. Ces statues du baptistère de Parme
  appartiennent à un cycle illustrant le calendrier
des travaux agricoles (chapitre 5). Placées dans
Les documents proposés par le manuel en
l’espace sacré de l’église, la moisson des blés à
ouverture de partie illustrent les trois chapitres
la faucille représente la principale activité du
de ce programme :
mois de juin. Le foulage des blés, qui ne
 
s’effectue pas au fléau mais grâce au sabot des
•   Document   1.   Une   Europe   massivement  
bêtes en Italie du Nord, illustre le mois de
chrétienne  
juillet. Alors que les tonneaux sont réparés et
Cette mosaïque de Jésus-Christ en gloire
fabriqués au mois d’août, la vendange est
rappelle la place centrale de la religion
effectuée au mois de septembre (au pied de la
chrétienne à l’époque médiévale (chapitre 4).
scène de vendange se trouve encore le symbole
Elle est la plus connue des mosaïques ornant la
zodiacal de la balance).
cathédrale de Monreale en Sicile, chef-d’œuvre
Benedetto Antelami (1150-1230) est un
du style roman normand construit sous le règne
architecte et sculpteur d’origine lombarde qui a
de Guillaume II, entre 1172 et 1176. Le
travaillé en Italie du Nord et en Provence.
programme iconographique de la cathédrale est
Outre le caractère réaliste de ces statues, l’on
en revanche très inspiré des églises de
pourra souligner auprès des élèves qu’il est
l’Empire romain d’Orient : ses thèmes, ses
assez rare de connaître, à cette époque, le nom
codes de représentations ainsi que ses

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   52


d’un sculpteur. Comme pour l’enluminure ou Ce vitrail de la cathédrale du Mans reflète à la
l’orfèvrerie, l’anonymat s’avère en effet l’une fois la puissance des corporations de métiers
des conditions de la spiritualité chrétienne ; (les artisans se regroupent pour offrir des
l’artisan ou l’artiste s’efface ainsi devant leur vitraux ; ils sont ici principalement élaborés au
création qui n’appartient qu’à Dieu. XIIe et XIIIe s.) et la croissance des échanges
qui fait naître de nouvelles professions. C’est
•  Document  3.  Une  société  urbaine  en  mutation   le cas de celle des changeurs, ici représentés
Alors que les constructions en pierre taillée avec leurs monnaies, matériaux précieux et
s’imposent dans tout l’Occident, les instruments de mesure pour déterminer avec
cathédrales et les églises de l’âge gothique sont équité la valeur des monnaies à changer
ornées de vitraux historiés et colorés. Ceux-ci, (chapitre 6) : les monnaies frappées par les rois
qui racontent l’histoire biblique aux fidèles et et par les princes circulent dans toute l’Europe,
reflètent l’activité économique des villes, notamment à l’occasion des marchés et foires
participent pleinement à la majesté de ces lieux (celles-ci peuvent durer jusqu’à huit semaines).
de prière, de plus en plus vastes et élevés. L’art Il s’avère donc indispensable que des hommes
gothique qui naît en Île de France et se répand présents lors des rencontres de marchands
partout en Europe est avant tout un art de venus de toute l’Europe connaissent le cours
lumière disant la puissance de Dieu et de son des monnaies, ce qui explique aussi les très
Église. nombreux échanges épistolaires entre
« facteurs » d’une même compagnie.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   53


CHAPITRE

4
La  chrétienté  médiévale  
›  MANUEL  PAGES  86  À  109  

RAPPEL  DU  PROGRAMME   (Orient, Péninsule ibérique, monde slave, rives


de la Baltique), semble être à son apogée et
La  question  traite  de  la  place  fondamentale  
l’Église, par la possession de nombreuses
de  la  chrétienté  dans  l’Europe  médiévale  en  
terres et droits, mais aussi par ses nombreuses
prenant  appui  sur  deux  études  :  
constructions sur l’ensemble du continent
– Un élément de patrimoine religieux au choix européen, joue un rôle économique de premier
(église, cathédrale, abbaye, œuvre d’art…), plan et participe à la croissance du continent
replacé dans son contexte historique. avant le retournement de conjoncture de la fin
– Un exemple au choix pour éclairer les du XIIIe siècle et les fléaux du XIVe siècle (on
dimensions de la christianisation en Europe pense ici notamment à la grande peste de
(évangélisation, intégration, exclusion, 1347-1351 et aux guerres qui ravagent
répression). l’Europe de l’Ouest). Ces siècles sont aussi
ceux de la Réforme grégorienne qui permet de
  Objectif  et  problématiques     réaffirmer l’indépendance de l’institution
du  chapitre   ecclésiale par rapport aux pouvoirs temporels :
grâce à un clergé plus nombreux et renouvelé,
Le Moyen Âge ignorant toute autonomisation
où la simonie et le nicolaïsme sont combattus,
du fait religieux, le christianisme médiéval doit
le pape apparaît à la tête d’une institution
être analysé comme un fait total : la religion
puissante et de plus en plus centralisée.
telle que nous la concevons aujourd’hui dans le
Des résistances à cet ordre chrétien existent
monde contemporain – une croyance person-
cependant : des pratiques héritées du paga-
nelle librement choisie – n’existe pas. On est
nisme ancien demeurent ponctuellement dans
chrétien parce que l’on naît sur des terres
les campagnes alors que se multiplient les
chrétiennes et il est impossible de discuter
dissidences à travers ce que l’Église décide de
l’identité reçue par le rite du baptême. La
considérer comme des hérésies. Si la plupart
religion, encastrée dans l’ensemble des réalités
de celles-ci, issues des milieux illettrés à partir
sociales, ne peut être dissociée du politique et
de l’an mil, disparaissent grâce à l’action du
commande toute la vie des hommes ; l’Église
clergé, certaines s’installent plus durablement
est garante de l’unité de la société féodale ; elle
grâce à l’appui des élites locales (c’est ainsi le
mue et s’adapte à celle-ci tout en contribuant à
cas du catharisme). L’expansion de la
la modeler.
chrétienté peut par ailleurs susciter un certain
Dans cette Europe massivement chrétienne, un
nombre de violences (Espagne, Scandinavie,
clergé omniprésent et hiérarchisé encadre les
Terre sainte) entraînant la création d’ordres
fidèles et régule les rapports sociaux. Les
militaires réprimant les différents ennemis du
hommes se préparent tout au long de leur vie
Christ dans la période des XIe-XIIIe siècles. Le
terrestre au jugement dernier annoncé par les
renforcement de la cohésion et de l’enca-
Ecritures : leur foi et leur comportement
drement de la chrétienté s’accompagne ainsi
doivent leur permettre de gagner leur salut.
d’une intolérance croissante à l’égard de la
Tout contrevenant à l’ordre chrétien peut être
dissidence religieuse ou du non chrétien.
excommunié, c’est-à-dire privé des sacrements
et promis à la damnation éternelle. La religion
demeure un puissant facteur de création
(architecture, sculptures et peintures témoi-
gnent à la fois du message transmis par
l’Église et de la sensibilité religieuse des
fidèles). La chrétienté, en pleine expansion

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   54


  Bibliographie   • PANOFSKY (Erwin), L’œuvre d’art et ses
significations. Essais sur les arts visuels, Paris,
SUR  LE  CHRISTIANISME  MEDIEVAL  ET  L’EGLISE  :  
Gallimard, 1969.
• BASCHET (Jérôme), La civilisation féodale.
• PASTOUREAU (Michel), Figures et couleurs.
De l’an Mil à la colonisation de l’Amérique,
Études sur la symbolique et la sensibilité
Paris, Flammarion, 2006.
médiévales, Paris, Le Léopard d’or, 1986.
• CHELINI (Jean), Histoire religieuse de
• PETZOLD (Andréas), Le monde roman,
l’Occident médiéval, 1968, nombreuses
Flammarion, Paris, 1999.
rééditions, Bruxelles, Ed. Complexe.
• SMEYERS (Maurice), La miniature,
• FELLER (Laurent), Église et société en
Typologie des sources du Moyen Age
Occident, VIIe-XIe s., Paris, A. Colin, 2009.
Occidental, 1974, Brepols, Turnhout.
- IOGNAT-PRAT (Dominique), Ordonner et
• TOUBERT (Hélène), « Formes et fonctions de
exclure. Cluny et la société chrétienne face à
l’enluminure », Histoire de l’édition française,
l’hérésie, au judaïsme et à l’islam (1000 –
Paris, 1989, p. 18-148.
1150), Aubier, 1998
• WIRTH (Jean), L’image médiévale, Naissance
• LOBRICHON (Guy), La religion des laïcs en
et développement, VIe — XVe siècle, Paris,
Occident, XIe-XVe siècles, collection « La vie
Méridiens Klincksieck, 1989.
quotidienne », Hachette, 1994.
• MAYEUR (Jean-Marie), PIETRI (Charles et • WIRTH  (Jean),  L’image  à  l’époque  romane,  
Luce), VENARD (Marc), VAUCHEZ (André), Paris,  Le  Cerf,  1999.  
Histoire du christianisme, t. 5, Apogée de la  
papauté et expansion de la chrétienté, 1054- À   ces   études   l’on   pourra   ajouter  les  
1274, Desclée, 1997. collections   des   grandes   histoires   de   l’art  
• MERDRIGNAC (Bernard), Le fait religieux, parues   chez   Flammarion   (collection  
une approche de la Chrétienté médiévale, «  Univers  des  Formes  »)  et  les  ouvrages  des  
Presses Universitaires de Rennes, 2008. éditions  Citadelle-­‐Mazenod.  
• PAUL (Jacques), Le christianisme occidental  
au Moyen Âge, Paris, A. Colin, 2004. SITOGRAPHIE.  
• VINCENT (Catherine), Église et société en Il   est   bien   sûr   possible   de   trouver   des   sites  
Occident, XIIIe-XVe s., Paris, A. Colin, 2009. sur   chaque   grand   monument   (abbaye,  
cathédrale)   étudié   avec   les   élèves.   Au-­‐delà,  
SUR  L’IMAGE  MEDIEVALE  :   quelques   ressources   très   appréciables  
• BASCHET (Jérôme), L’iconographie dans  :  
médiévale, Flammarion, Folio Histoire, 2008. • http://classes.bnf.fr  :   site   destiné   aux  
• BONNE (Jean-Claude), « A la recherche des enseignants  qui  propose  des  dossiers  et  des  
images médiévales », in Annales E.S.C., 1991, pistes   pédagogiques,   notamment   sur   les  
2, p. 353-373. expositions  des  années  passées.  
• BOULNOIS (Olivier), Au-delà de l’image. Une • http://mappinggothic.org/map  :   site   du  
archéologie du visuel au Moyen Âge, Ve – projet   initié   par   Stephen   Murray,   Professor  
XVIe s., Le Seuil, 2008. (une histoire des d’histoire   de   l’art   et   d’archéologie   à  
différentes théories formulées sur l’image l’Université   de   Columbia   et   d’Andrew  
d’Augustin au concile de Trente) Tallon,  professeur  assistant  d’art  au  Collège  
• CAMILLE (Mickaël), Le monde gothique, Vassar.   Le   site,   extrêmement   riche,   présente  
Flammarion, Paris, 1996. à   la   fois   des   cartes,   une   chronologie,   des  
• DUCHET-SOCHAUX (Gaston), PASTOUREAU plans   et   des   photographies   des   églises  
(Michel), La Bible et les saints : guide gothiques   françaises.   Quelques   données   sur  
iconographique, coll. « Tout L’art » — l’Angleterre  et  la  Suisse.  Indispensable.  
Encyclopédie, Flammarion, 1994. • www.romanes.com  :   Ce   site   présente   le  
• DURAND (Janic), L’art au Moyen Âge, patrimoine   religieux   et   architectural   de   la  
Larousse, 2004. France   du   roman   au   gothique  ;   des   entrées  
• GARNIER (François), abbé, Le langage de par   support,   style   ou   par   régions  ;   très  
l’image au Moyen Âge. Signification et nombreuses  photographies.  
symbolique, Paris, Le léopard d’or, 1982.
• www.iesr.ephe.sorbonne.fr  :   propose   des  
fiches   analytiques   d’ouvrages,   des   mises   au  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   55


point   scientifiques   et   des   fiches   madaire   mais   les   clercs   prêchent   parfois  
pédagogiques.   hors   du   cadre   liturgique,   à   l’initiative   des  
• http://www.musee-­‐moyenage.fr  :   Sur   le   princes   ou   de   leur   propre   chef,   lors   des  
site   du   plus   grand   musée   d’art   médiéval   de   fêtes,   des   pèlerinages,   du   carême,   des  
France,   l’actualité   du   musée   mais   aussi   la   grandes   réunions   des   marchands   lors   des  
présentation   d’œuvres   majeures   qui   foires…   Certains   prédicateurs   vont,  
peuvent   faire   ‘objet   d’utilisations   en   classe   incontrôlés,   de   ville   en   ville,   prêchant   dans  
(et  chaque  mois  un  «  focus  »  sur  une  œuvre   des   églises   comme   sur   des   places   ou   des  
différente).   carrefours,   partout   où   la   population   peut  
• www.sculpturesmedievales-­‐cluny.fr  :   site   entendre   et   s’assembler.   Les   plus  
du   Musée   de   Cluny   qui   présente   de   enflammés,   qui   peuvent   prêcher   trois   ou  
nombreuses  sculptures  du  XIIIe  s.   quatre   heures   durant,   sont   extrêmement  
célèbres   et   suivis   dans   les   villes.   La   prédi-
Ouverture   cation   se   fonde   sur   les   autorités   de  
l’Écriture   et   des   Pères,   et   utilise,   par   souci  
›  MANUEL  PAGES  86-­‐87   de  clarté  et  d’efficacité,  des  exempla  :  chaque  
Cette   enluminure   et   cette   fresque   traitent   exemplum   est   une   petite   histoire   à   portée  
des  croyances  mais  aussi  de  la  puissance  et   morale   qui   doit   permettre   d’encourager   les  
de   l’omniprésence   de   l’Église   médiévale   fidèles   à   respecter   les   commandements  
dans   un   monde   dont   elle   est   devenue   la   chrétiens.  
colonne  vertébrale.   Ici   le   prédicateur   est   visiblement   dans   une  
  église,  designant  de  la  main  droite  le  crucifié  
surmontant   un   autel  ;   les   plaies   de   la  
•   Document   1.   L’Église   encadre   le   peuple   Passion   sont   soulignées   sur   le   corps   de  
chrétien…   Jésus,   insistant   sur   sa   souffrance   et   son  
L’ordre   des   frères   mineurs   est   fondé   en   sacrifice  ;   six   moines   sont   assis   ou  
1226   par   François   d’Assise   pour   organiser   agenouillés   derrière   le   prédicateur,   qui  
une   vie   religieuse   fondée   sur   une   absolue   porte  la  croix  alors  que  les  laïcs  visiblement  
pauvreté   et   sur   la   pénitence,   considérées   très   émus   l’écoutent,   baissant   la   tête   en  
comme   une   part   essentielle   de   la   signe   de   douleur   ou   de   soumission   ou   le  
prédication  de  l’Évangile.  Les  ressources  de   regardant   avec   espoir  :   le   message   de   cette  
l’ordre   proviennent   exclusivement   des   enluminure,   qui   s’adressait   à   un   lettré  
aumônes   et   excluent   la   propriété  :   c’est   puisqu’elle   se   trouve   dans   un   manuscrit   de  
pourquoi  on  parle  d’ordre  mendiant,  comme   Guillaume   le   Clerc   du   XIIIe   siècle,   est   clair  :  
pour   les   Dominicains   qui   voient   également   le   Christ   est   une   possibilité   de   rédemption  
le   jour   au   XIIIe  s.,   en   1215.   Les   Franciscains   et  c’est  en  suivant  ses  commandements  que  
s’implantent  très  rapidement  dans  les  villes   le  fidèle  accède  au  salut.  
(la   population   des   campagnes   ne   serait   pas  
suffisante   pour   qu’ils   puissent   vivre   de    
l’aumône).   •  Document  2…  pour  le  préparer  au  salut  
L’Église   de   la   Réforme   grégorienne   cherche   Le   Jugement   dernier   correspond,   selon  
à  développer  la  prédication  à  l’intention  des   l’Écriture,   au   retour   du   Christ   sur   Terre  
fidèles  :   il   s’agit   de   mieux   encadrer   la   pour   juger   les   vivants   et   les   morts  ;   il  
population   pour   prévenir   l’hérésie   ou   la   marque   la   fin   des   temps  ;   c’est   l’une   des  
faire   refluer   le   cas   échéant  ;   il   s’agit   d’un   images  chrétiennes  les  plus  représentées  au  
véritable   défi   dans   les   villes   où   la   Moyen   Âge,   et   la   vaste   et   délicate   fresque   de  
population,   de   plus   en   plus   nombreuse,   Giotto   dans   la   chapelle   des   Scrovegni,   à  
dispose  de  nouveaux  lieux  de  sociabilité  –  et   Padoue,  en  reprend  les  principaux  codes.  
de  péchés  –  et  où  les  marchands  peuvent  se   Le   christ,   proportionnellement   beaucoup  
montrer   plus   préoccupés   de   leurs   affaires   plus   grand   que   toutes   les   autres   figures  
que   de   leur   spiritualité.   Les   clercs   prêchent   représentées,   siège,   trônant   dans   une  
dans   les   occasions   les   plus   diverses  :   le   mandorle  ;   il   porte   le   nibe   crucifère   qui  
prône   de   la   messe   dominicale   est   hebdo- rappelle  le  sacrifice  consenti  sur  la  croix.  Dix  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   56


anges  soutiennent  la  mandorle  et  annoncent   pèlerinage) et de saisir les grandes directions
le  jugement  dernier,  deux  autres  à  l’aplomb   de cette expansion de la foi romaine. La
de   la   mandorle   portent   la   croix,   instrument   Chrétienté reconquiert progressivement
de   la   résurrection.   Dans   la   partie   supérieure   l’Espagne musulmane (c’est le temps de la
de   l’image   se   trouvent   des   saints   et   des   Reconquista qui débute véritablement en 1085
anges  alors  que  les  disciples  siègent  de  part   et s’achève en 1492 avec la chute du royaume
et   d’autre   du   Christ   en   gloire.   La   de Grenade), moines et chevaliers teutoniques
composition   de   la   partie   inférieure   est   très   convertissent des peuples slaves et scandinaves
rythmée  :   les   figures   humaines   évoluent   des rives de la Baltique ; par ailleurs l’Église
souvent   de   profil,   gagnant   le   centre   de   la   lance l’idée d’un pèlerinage en armes jusqu’en
fresque  ;  les  corps  nus  sortant  des  tombeaux   terre sainte à la suite du concile de Clermont,
représentent   des   âmes   qui   s’élèvent   vers   en 1095. Le nombre de chrétiens augmente
Dieu   avant   d’être   jugées.   Les   fidèles   qui   se   donc de manière significative tandis que de
seront   comportés   en   respectant   les   nouveaux évêchés sont parfois créés.
commandements   divins   gagneront   le   Les deux schémas doivent permettre d’aider
paradis  (du  côté  gauche,  ils  sont  représentés   l’élève à comprendre les structures essentielles
dans   toute   leur   diversité   sociale   puisque   du clergé : sa hiérarchie et la place préémi-
l’on   voit   à   la   fois   des   hommes,   des   femmes,   nente du pape élu par les cardinaux depuis la
des   clercs   comme   des   laïcs)   alors   que   les   bulle In nomine Domini du pape Nicolas II
pécheurs   seront   envoyés   en   enfer   – (1059) qui affirme aussi qu’il n’est plus besoin
 représenté  en  bas  à  droite  –  dévorés  par  le   d’obtenir l’approbation impériale pour prendre
Léviathan   et   par   de   nombreuses   créatures   la tête de l’église catholique romaine. Le
schéma permet aussi de visualiser la
infernales   qui   leur   promettent   douleurs  
dichotomie et les complémentarités existant
éternelles   (les   damnés   revivent  
entre clergé séculier et régulier. Le dernier
éternellement   les   péchés   qu’ils   ont   commis  
schéma permet pour sa part de situer les
sur   eux   ou   sur   d’autres).   Sur   le   plan   de   la  
principaux temps liturgiques de l’année
forme,  on  pourra  faire  remarquer  aux  élèves  
chrétienne : la fête la plus importante est
le   mouvement   et   la   souplesse   des   corps,  
Pâques, précédée du Carême ; Noël, précédée
ainsi   que   la   volonté   d’individualiser   les  
de l’Avent, vient en second lieu.
figures   et   les   expressions   ce   qui   fait   de  
Giotto   un   précurseur   des   peintres   du  
quattrocento   italien,   salué   pour   la   douceur   Aux  sources  de  l’Histoire  
et  la  lumière  de  ses  fresques.  
Qu’est-­‐ce  que  la  réforme  grégorienne  ?  
›  MANUEL  PAGES  91-­‐92  

Repères     Choix  des  documents  


Les conciles constituent une source majeure de
Chrétienté  médiévale   l’historien médiéviste : assemblés, les évêques
›  MANUEL  PAGES  88-­‐89   et abbés examinent, délibèrent et éventuel-
lement légifèrent sur des affaires de doctrine
Les notions retenues pour les élèves sont les ou de discipline. Si l’Antiquité a connu des
plus centrales (l’Église est une institution conciles œcuméniques, ils ont cessé de se tenir
dominante de la société médiévale et le monde au haut Moyen Âge : les conciles étaient
divisé entre clercs et laïcs) et celles qui souvent réunis par les rois, sur des bases
permettent d’étudier le chapitre de manière nationales ou régionales. La grande tradition
dynamique dans le temps et l’espace : la conciliaire ne réapparaît que dans la seconde
Réforme grégorienne tire l’Église de la crise moitié du XIe siècle, à l’initiative des papes,
où elle était tombée depuis le Xe siècle, les pour assurer la mise en place de la réforme dite
croisades forment le principal mouvement « grégorienne ».
d’expansion des chrétiens vers des terres qui
ne le sont pas majoritairement ou ne le sont La réforme grégorienne est une politique
plus. La carte thématique de la page 89 doit menée sous l’impulsion de la papauté. Si les
permettre de fournir les principaux repères historiens admettent que le pape Léon IX
spatiaux (royaumes, principales destinations de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   57


(1049-1054) a commencé le redressement de chose. Au XIe siècle, les souverains estiment
l’Église, c’est pourtant le pape Grégoire VII que le fait de confier à un évêque ou à un curé
(1073-1085) qui a laissé son nom à la réforme. des biens matériels lui permet de choisir
De plus, les efforts pour sortir l’Église l’officiant et de lui accorder les investitures
catholique d’une crise généralisée depuis le spirituelles. Cette mainmise du pouvoir
Xe siècle se poursuivent bien après le pontificat temporel sur le pouvoir spirituel a comme
de Grégoire VII. Ainsi l’expression « réforme conséquence une défaillance profonde du
grégorienne » peut paraître impropre clergé, qui n’assure plus son rôle. La réforme
puisqu’elle ne s’est pas limitée à quelques grégorienne qui débute au milieu du XIe siècle
années mais concerne au total près de trois entend lutter contre les manquements du clergé
siècles. à ses devoirs, ce qui incite le pape à vouloir le
contrôler, au détriment du pouvoir politique.
La Réforme grégorienne est une mise en ordre
Les monarques du Saint Empire romain
et en hiérarchie de l’institution ecclésiale,
germanique, pour qui les évêques sont aussi
rénovée et libérée, dont la tête est bien le pape,
des relais de l’autorité impériale, s’opposent
successeur de Pierre, évêque de Rome. Elle
alors à cette prétention. Après une lutte sans
comporte trois projets principaux :
merci entre les empereurs et les papes, la
– L’affirmation de l’indépendance du clergé : querelle des Investitures aboutit à une victoire
les laïcs ne peuvent plus intervenir dans les provisoire du spirituel sur le temporel.
nominations. Ce point ne va pas sans conflits, Dans le royaume de France le contexte est
notamment entre le pape et les empereurs très différent : le roi capétien ne contrôle
germaniques qui se considèrent comme les qu’un tiers des évêchés et une soixantaine
représentants de Dieu sur terre ; d’abbayes royales ; son autorité n’est pas très
– La réforme du clergé : pour que le clergé affirmée dans le midi comme dans les
suscite le respect, il doit être mieux instruit, principautés (Flandre, Bretagne notamment) ;
respecter le célibat des prêtres (parallèlement ce sont dans ces régions d’influence royale
s’institue le mariage chrétien pour les laïcs). plus réduite que de nombreuses désignations
L’Église doit aussi combattre la simonie (le épiscopales sont entachées de simonie. Dès
commerce des choses sacrées ou des sacre- 1049, Léon IX convoque les évêques de
ments) et le nicolaïsme (mariage ou concu- France septentrionale à Reims, une vingtaine
binage des prêtres) qui sont alors très répandus d’entre eux répondent à l’appel malgré
dans les milieux cléricaux ; l’opposition d’Henri Ier (empereur 1040-
1060) ; les absents sont excommuniés tandis
– L’affirmation du rôle du pape : à partir du que les nicolaïtes et les simoniaques sont mis
XIe siècle, le pape met en place une structure en accusation. L’assistance rappelle la
centralisée autour de la papauté. En 1059, le nécessité d’être élu par le clergé et par le
pape Nicolas II crée le collège des cardinaux peuple (clero ac populo). Dans les années qui
qui élit le nouveau pape. De plus, on voit se suivent, des légats (les représentants plénipo-
développer la curie pontificale qui contrôle ce tentiaires du pape) déposent des prélats
qui se fait dans l’Église. Enfin, le pape indignes (Rouen en 1055, Nîmes, Cahors). Le
multiplie les interventions pontificales. pape s’appuie d’autre part sur les abbayes les
plus proches de Rome, celles qui ont reçu le
Le XIe siècle marque donc un puissant privilège d’exemption (Cluny, Saint-Victor à
temps de renouveau pour l’Église, politi- Marseille ou la Trinité de Vendôme) pour
quement, le processus de féodalisation des propager la réforme romaine. La papauté, qui
clercs s’arrêta. Mais la réforme, qui est en lutte contre l’Empire, choisit ensuite
empiétait sur le pouvoir temporel des pour la France une formule de compromis dont
souverains et des princes, ne reçut pas Yves de Chartres (1040-1115) est le
partout le même accueil. En Germanie, la théoricien : l’évêque distingue l’investiture
réforme de l’Église donne ainsi lieu à un temporelle (par le roi pour les biens matériels)
conflit violent entre le pape et l’empereur. et spirituelle ou par la crosse (accordé par le
C’est la « querelle des Investitures » qui se peuple, le clergé et conférée par le
déroule entre 1075 et 1122. Au Moyen Âge, métropolitain). Les deux investitures sont donc
l’investiture est un acte par lequel une conçues comme complémentaires ; un modus
personne met une autre en possession d’une vivendi s’établit après la rencontre de Pascal II

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   58


et du roi Philippe à Saint-Denis en 1107, sans violence   et   une   nouveauté   insupportable.   Que  
qu’un concordat soit pourtant signé. refusent-­‐ils  ?  Qui  en  est  responsable  selon  eux  ?  
Sous Grégoire VII (1073-1085), l’évêché-
  Réponse  aux  questions   comté de Cambrai fut le théâtre de violents
affrontements religieux et il fut difficile de
1.  Présentez  le  document  1.  
trouver un successeur accepté à la mort de
Ces extraits du concile de Rome nous l’évêque Liebert. Gérard II avait eu des
permettent d’étudier les modalités concrètes de difficultés pour devenir archevêque de
la réforme grégorienne qui voit le jour au Cambrai : il avait été élu conformément aux
milieu du XIe siècle. Le concile, réunion attentes de l’Église, « par le clergé et par le
d’évêques et d’abbés, s’est tenu au Latran sur peuple » mais était allé trouver l’empereur
la volonté de Nicolas II (pape de 1059 à 1061) Henri IV pour se faire remettre les insignes de
qui est physiquement présent lors du concile. sa nouvelle charge (la crosse et l’anneau) alors
Ce dernier est l’un des plus importants du que l’empereur était excommunié depuis
Moyen Âge : il précise en effet la manière dont février 1076 et l’investiture laïque réprouvée :
le pape doit être élu sans l’intervention des l’archevêque de Reims, Manasses, avait par
princes tout en légiférant sur des aspects plus conséquent refusé de le consacrer. Ce n’est
disciplinaires de la vie des clercs, alors que la qu’après être allé à Rome et au terme du
réforme débute et que beaucoup de prêtres concile d’Autun (septembre 1077) que
vivent quotidiennement du péché. Gérard II put occuper le siège de Cambrai,
 
affichant dès lors une grande ardeur à
2.  Comment  le  pape  doit-­‐il  désormais  être  élu  ?  
appliquer les mesures grégoriennes.
Le pape doit désormais être élu par les
L’intrusion du pape ou de ses représentants
cardinaux-évêques : il s’agit d’éviter d’être
dans les affaires des moines de Cambrai et les
sous la coupe des pouvoirs temporels et notam-
mesures de discipline qui peuvent être prises à
ment de l’empereur qui désignait le pape ou
l’encontre de récalcitrants sont très mal vécues
départageait les candidats afin de disposer de
par ceux-ci, notamment l’obligation de célibat
l’appui et du relais de l’Église. Son autorité
qui est rappelée à tous les clercs. Les extraits
doit être légitime et ce sont avant tout les
de la lettre montrent le rôle joué par l’évêque
intérêts de l’Église qu’il doit protéger.
dans cette réforme : à la tête du diocèse,
l’évêque est un rouage essentiel pour la
3.  Relevez  et  expliquez  les  différents  fléaux  contre  
lesquels  l’Église  tente  de  lutter.  
diffusion des décisions prises à Rome ; il est
L’Église tente de lutter contre différents accusé de penser à sa carrière et est qualifié de
fléaux : la mainmise des laïcs sur l’Église (qui « romain » s’il collabore avec le pape et vise à
doit être contrecarrée par l’élection d’un faire appliquer les mesures pontificales rela-
véritable pape), le nicolaïsme (« que personne tives à la discipline et à la morale des clercs.
n’entende la messe d’un prêtre qu’il sait sans Le document, rédigé par les clercs du diocèse
doute avoir une concubine ou une femme de Cambrai, et principalement par les
clandestine »). Les canons 6 et 9 visent pour chanoines de la cathédrale, vise à créer une
leur part à combattre la simonie, ou l’achat des solidarité organisée et solidaire contre les
charges ecclésiastiques. tenants de la réforme grégorienne.

4.   Pourquoi   l’article   4   insiste-­‐t-­‐il   sur   la   nécessité  


d’une  vie  commune  pour  les  moines  ?   Étude  
Le 4e article souligne la nécessité de la vie en
commun pour éloigner le péché, qui peut naître Une  abbaye  cistercienne  l’Épau  (Sarthe)  
plus facilement de la solitude ou de la fréquen- ›  MANUEL  PAGES  92-­‐93  
tation d’un laïc corrompu ; même si le but
premier de leur venue au monastère n’était pas Il s’agit de permettre aux élèves de
celle-ci, le modèle à imiter est bien celui des comprendre le rôle et le fonctionnement d’une
disciples assemblés, de la pauvreté évan- abbaye cistercienne à travers l’étude d’un seul
gélique. établissement. Bien conservée, richement
dotée, fondée en 1229 par Berengère (veuve de
5.   Montrez   que   la   réforme   grégorienne   est,   pour   Richard Cœur de Lion) et haut lieu de
les   clercs,   de   Cambrai   (doc.   2),   une   forme   de   spiritualité, l’abbaye est aussi un pôle écono-

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   59


mique ; la vie des moines, essentiels pour le monastère ont été consignées dans la Charte de
salut des fidèles puisqu’ils prient pour la Charité rédigée sous l’abbatiat d’Etienne
l’ensemble des croyants, y est minutieusement Harding à partir de 1114. Il s’agit de rejeter
réglementée pour permettre une plus grande tout élément superflu, de gagner le désert
ascèse. Ainsi l’abbaye cistercienne de l’Épau (c’est-à-dire vivre à distance du monde) et
incarne à la perfection le renouveau de la d’obtenir leurs moyens de subsister par le
spiritualité monastique qui se fait jour depuis travail. Les sites sont choisis en fonction de ces
la fin du XIe s. (fondation des chartreux par hautes exigences spirituelles et ascétiques, aux
Bruno en 1084 puis fondation de Cîteaux par confins des seigneuries, dans des zones qui
Robert de Molesme en 1098). paraissent peu propices à l’occupation humaine
Écartée du pouvoir après la mort de son mari (zones à défricher parfois, zones maréca-
en 1199, la reine Berengère s’installe dans le geuses). Il faut connaître les quatre premières
palais des comtes du Maine situé au Mans ; filles de Cîteaux : La Ferté (1113), Pontigny
c’est à 59 ans, après 26 ans passés dans la 1114, Clairvaux et Morimond (1115).
ville, qu’elle décide de fonder un établissement
  Choix  des  documents  
pieux dans un lieu retiré au bord de l’Huisne ;
elle décide d’en faire un établissement •   Document  1.  Extraits  de  la  charte  de  fondation  
cistercien (l’austérité et la frugalité de ces de  la  reine  Bérengère,  1229  
moines rassurent souvent les puissants inquiets Il s’agit de passages de l’acte juridique par
de leur salut) et fait en sorte d’acheter des lequel l’abbaye est fondée et dotée des moyens
terres pour assurer la survie de sa fondation. La de sa survie par la reine Bérengère en 1229. La
construction démarre dès 1230, l’église est veuve de Richard Cœur de Lion, installée
consacrée par l’évêque du Mans, Geoffroy de depuis un quart de siècle dans la région, dote le
Laval, en 1234, alors que l’essentiel des nouvel établissement de deux grandes
bâtiments est construit en 1280. L’abbaye propriétés dont elle vient d’acquérir les terres
connaît néanmoins des constructions jusqu’en pour sa pieuse fondation. Le document permet
1365, alors qu’elle s’est considérablement de voir ainsi comment un fondateur prévoit la
enrichie grâce à des legs de puissants (terres, pérennité et la sécurité matérielle de l’abbaye
droits). (don de terres, de droits de différente nature).

L’essentiel  sur  l’ordre  cistercien   •  Document  2.  Extraits  de  la  règle  bénédictine  
C’est un ordre monastique chrétien réformé, Une règle est un texte qui définit et organise la
dont l’origine remonte à la fondation de vie des moines dans ses moindres détails
l'abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en (repas, heure de travail, de prière, repas, etc.).
1098. Il joue un rôle très important dans De très nombreuses règles ont existé dans toute
l’histoire religieuse du royaume de France au la chrétienté ; l’une des plus suivies, parce que
XIIe siècle et s’impose dans tout l’Occident l’une des plus mesurées, était celle rédigée par
chrétien. Il doit son considérable Benoît de Nursie (480 ou 490-547 ap. J.-C.) La
développement à Bernard de Clairvaux (1090- règle bénédictine, qui préconise la modération,
1153) : si cet homme écouté des puissants le silence, l’austérité et la douceur, est reprise
n’est pas le fondateur de l’ordre, il en est le par Benoît d’Aniane et imposée dans tous les
maître spirituel, celui qui assure le monastères carolingiens à partir de 816, au
rayonnement durable de l’ordre. nom de l’unité religieuse de l’Empire qui
souciait l’empereur Louis le Pieux autant que
Ce nouvel ordre restaure la règle bénédictine et
Charlemagne, son père et prédécesseur. C’est
promeut une plus grande ascèse ; les moines
ainsi que la règle bénédictine est progressi-
travaillent beaucoup (en témoignent les
vement adoptée par les monastères qui
bâtiments construits dans les abbayes) et la
suivaient d’autres règles.
liturgie est également profondément révisée
pour permettre une spiritualité plus exigeante. •  Document  3.  La  salle  capitulaire.  
L’ordre cistercien exerce une influence de Cette photographie illustre l’un des lieux les
premier plan dans les domaines intellectuel ou plus importants de l’abbaye, la salle où les
économique ainsi que dans le domaine des arts moines se réunissent en présence de l’abbé. On
et de la spiritualité. y distingue les principales caractéristiques de
Les caractéristiques principales de la vie du l’art cistercien, sobre et épuré (Bernard de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   60


Clairvaux en est le théoricien, soucieux de ne indiqués dans l’acte de fondation afin que la
pas connaître le destin des Clunisiens qui se possession des terres ne puisse être discutée et
sont vite enrichis et dont la spiritualité apparaît soit clairement établie pour les moines, dont la
moins vigoureuse). On y voit aussi le gisant de communauté doit être pérenne). Ces terres, de
la reine Bérengère (qui n’était pas, à l’origine, différentes natures (« prés, pacages, bois,
dans la salle capitulaire mais sa localisation maisons »), doivent permettre aux moines de
nous demeure inconnue au sein de l’abbaye : la subvenir aux besoins de leur vie quotidienne et
reine est décédée avant la fin de la construction de vivre en autarcie. Les legs ont ensuite
de l’établissement monastique.) Le gisant la afflué, comme on le voit sur le document n° 3 :
montre couronnée, la tête reposant sur un l’aristocratie locale, soucieuse de manifester sa
coussin. Au bout de sa longue robe, à ses piété et de préparer son Salut, imite la veuve
pieds, un lion terrassant un lévrier : la de Richard, apprécie l’abbaye et lègue en effet
couronne et le lion constituent les symboles de nombreuses terres à cet établissement.
alors que l’escarcelle symbolise la générosité.
Entre ses mains repliées sur sa poitrine, la 2.   Quelles   sont   les   conséquences   économiques   de  
reine tient un livre sur lequel figure un autre ces  legs  successifs  pour  l’abbaye  ?  
gisant d’elle, de plus petite taille. Chaque legs foncier enrichit considérablement
l’abbaye dont le capital s’accroît dans les
•  Document  4.  Vue  de  l’abbaye  de  l’Épau   riches terres de la vallée de la Sarthe et de
Si les bâtiments de l’Épau ont beaucoup l’Huisne : les activités peuvent se diversifier,
souffert depuis la guerre de Cent ans, l’époque l’abbaye construire de nouveaux bâtiments
moderne et révolutionnaire, la photographie pour le culte ou pour l’exploitation (granges).
permet tout de même d’identifier les bâtiments L’abbaye constitue donc un pôle dynamique de
qui sont au cœur de la vie monastique, l’activité médiévale.
permettant la vie en commun des moines qui
se réunissent pour l’office mais aussi pour les 3.   Comptabilisez   les   granges.   Qui   travaille   les  
repas ou encore dans la salle capitulaire. différentes  terres  de  l’abbaye  ?  
Malgré des élévations détruites, on identifie L’abbaye comptabilise huit principales
encore facilement le cloître, image de granges, c’est-à-dire des bâtiments autonomes
perfection renvoyant au jardin d’Eden. d’exploitation. Celles-ci ne peuvent pas être à
  plus d’une journée de marche aller-retour du
•   Document   5.   Les   biens   fonciers   de   l’abbaye   de   monastère, car tout moine qui y travaille doit
e  
l’Épau  au  XIII siècle   pouvoir retourner le soir dans la communauté
Les biens fonciers de l’abbaye sont disséminés monastique. Si les moines suivent la règle
et étendus le long de la Sarthe et le long de bénédictine et doivent travailler une partie de
l’Huisne, la plupart du temps dans des vallées la journée de leurs mains, de la « première
fertiles qui ont permis, dans un contexte heure du jour jusqu’à la quatrième » (doc. 2),
économique de croissance, l’enrichissement les terres sont essentiellement travaillées par
rapide de l’abbaye. Les granges, bâtiments des convers (frères n’ayant pas suivi d’études,
autonomes d’exploitation, généralement aux par opposition aux autres moines que l’on
architectures soignées, révèlent la puissance appelle les « moines de chœur ») et même,
économique de l’abbaye qui diversifie ses quand les possessions foncières de l’abbaye
activités tout en étendant ses possessions. augmentent et que les moines n’y suffisent
plus, par des laïcs travaillant pour l’abbaye.

  Réponse  aux  questions   4.   Quelles   sont   les   activités   quotidiennes   d’un  


moine  bénédictin  ?  
1.   Comment   l’abbaye   est-­‐elle   de   venue  
L’ascèse monastique, si elle passe par l’étude
propriétaire  de  nombreuses  terres  ?  
et la lecture des Écritures ou des Pères (lectio
L’abbaye de l’Épau, comme de nombreux
divina), passe également par le travail manuel,
établissements monastiques, est à la tête d’un
remis à l’honneur chez les Cisterciens et
riche patrimoine foncier. Celui-ci provient
généralement accompli le matin : ce travail est
d’abord du legs de la reine Berengère qui en
une forme de la spiritualité bénédictine car
1229 cède une métairie et toutes ses
« l’oisiveté est l’ennemie de l’âme » ; le travail
dépendances et d’autres terres achetées de son
doit permettre de laisser libre pour prier Dieu ;
vivant (les noms des anciens propriétaires sont

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   61


il s’agit d’imiter les apôtres et les Pères du fondé. Ce mouvement vers l’Orient s’accom-
désert. La règle bénédictine s’adapte par pagne de violence en Europe comme au
ailleurs au calendrier des saisons : le moine de Levant, qu’il s’agit de comprendre et de
chœur n’aura pas les mêmes travaux durant caractériser avec les élèves, tout comme les
l’hiver (du 14 septembre jusqu’à la fin du raisons qui expliquent ce mouvement vers la
Carême) que durant les mois plus chauds. Il ne terre sainte qui apparaît, selon la formule
sera pas forcément dans les champs mais peut- largement usitée, comme « un pèlerinage en
être plutôt dans un lieu couvert où il réparera armes ».
ou fabriquera des outils ou des produits visant
à l’autosuffisance du monastère (l’idéal   Choix  des  documents  
autarcique est alors très fort dans les
•  Document  1.  L’appel  à  la  croisade  d’Urbain  II  
monastères). Ce retour à la règle bénédictine la
Cette version de l’appel, extraite de l’histoire
plus stricte se retrouve dans l’architecture
de Foucher de Chartres, Histoire du pèlerinage
cistercienne, simple et dépouillée, où
des Francs à Jérusalem, passe pour être la plus
l’ornementation, qui peut détourner de dieu et
fiable parmi les sources à disposition de
corrompre les moines, est très rare.
l’historien. Son auteur, le prêtre Foucher fut un
acteur de premier plan de la première croisade
5.   Où   se   déroulent   les   activités   des   moines  ?  
Soyez  précis  en  vous  aidant  des  photographies  et  
mais sa vie ne nous est essentiellement connue
du  plan.   que par ses écrits. Né en 1059, il reçut une
Toutes les activités liées à la prière ou à bonne éducation et devint prêtre à Chartres (la
l’office se déroulent dans l’abbaye, ainsi dans particule "de" indique simplement son origine
les cellules monastiques et dans la salle géographique). Il n’est pas assuré qu’il ait
capitulaire où l’abbé réunit les moines ; le assisté au concile de Clermont mais, parti à la
chauffoir (pièce où sont conservées les encres croisade avec son seigneur, le comte de Blois,
pour éviter qu’elles ne gèlent) est placé près du il s’attacha à un autre seigneur dont il devint en
réfectoire pour mieux s’accomplir de sa 1097 le chapelain, Baudouin de Boulogne,
mission. Les activités manuelles peuvent en frère de Godefroi de Bouillon, devenu comte
revanche éloigner le moine du cœur de d’Édesse en octobre 1097 puis élu roi de
l’abbaye, même s’il doit pouvoir s’y rendre en Jérusalem en décembre 1100 sous le nom de
fin de journée afin de rejoindre l’église : les Baudouin Ier (mort en 1118). Foucher fut donc
terres et les granges de l’abbaye sont un témoin privilégié de la croisade et écrivit,
dispersées sur de vastes étendues et peuvent se après la prise de Jérusalem, une Historia
situer à 30 ou 40 km de l’Épau. Pour cultiver hierosolymitana qui retrace l’histoire de la
autant de terres sur des surfaces aussi étendues, croisade du concile de Clermont à 1127, date à
les moines font bien souvent appel à des laquelle le récit s’achève brutalement,
convers ou à des laïcs. probablement en raison de la mort de Foucher.
Il s’agit d’une œuvre importante, car Foucher
ne relate que des événements qu’il a vus ou qui
lui ont été racontés par des témoins dignes de
Étude   foi.
Selon la tradition historiographique du temps
La  première  croisade  (1096-­‐1099)  
(la façon dont on écrivait l’histoire), Foucher
›  MANUEL  PAGES  94-­‐95   de Chartres (comme les autres chroniqueurs)
restitue avec ses propres mots le discours
Les documents de cette double page visent à
prononcé par le pape lors de la clôture du
traduire l’expansion de l’Occident chrétien en
concile de paix qui venait de se dérouler à
Orient qui commence avec la première
Clermont, le 27 novembre 1095 mais en
croisade. Celle-ci, lancée par la prédication du
conserve sans doute l’esprit.
pape Urbain II à l’issue du concile de
Clermont, le 27 novembre 1095, aboutit à la
•  Document  2.  La  première  croisade  (1096-­‐1099)  
prise de Jérusalem par les croisés, sans l’aide
La carte permet d’analyser de nombreuses
de l’empereur byzantin, le 15 juillet 1099 ; 130
données : les régions qui ont fourni le plus
000 pèlerins au moins ont accompagné les
grand nombre d’hommes pour la croisade, les
armées européennes parties libérer le tombeau
trajets empruntés et les royaumes parcourus
du Christ, un État latin en terre sainte est alors

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   62


jusqu’à l’objectif, les violences qui apparais- (1130-1184), archevêque de Tyr de 1175 à
sent en Europe au fil de l’avancée des croisés : 1184, précepteur du roi de Jérusalem
les minorités religieuses, en l’occurrence les Baudoin IV le Lépreux. L’ouvrage, inachevé,
Juifs, sont victimes de pogroms. Tenus est donc rédigé par un latin d’Orient de la
responsables de la crucifixion, des émeutes ont deuxième génération ; ses ambitions étaient
lieu à Rouen, en Bavière et en Bohême, les larges mais l’ouvrage, resté inachevé, raconte
plus meurtrières étant celles qui éclatent en avant tout l’histoire de la première croisade.
Rhénanie, où la communauté juive de L’enluminure doit être lue à un double niveau :
Mayence, l’une des plus importantes d’Europe, alors que les croisés investissent Jérusalem et
est sauvagement décimée. se battent dans la ville (on voit de nombreux
instruments de siège qui visent à affaiblir les
•  Document  3.  Le  départ  d’un  croisé   murailles ou à harceler l’assaillant, la partie
L’extrait de cette charte léguée à l’abbaye supérieure de l’enluminure – l’étage supérieur
Saint-Pierre de Chartres, datée de 1096, permet de l’édifice et des murailles figure des scènes
de comprendre les motivations qui poussent un de la Passion de Judas (de gauche à droite : le
homme à se croiser et à prendre le chemin de baiser de Judas, la flagellation, le portement de
la Terre sainte. C’est avant tout par esprit de croix, la crucifixion, la mise au tombeau) : les
pénitence que Nivel de Freteval répond à croisés sont venus libérer le tombeau du Christ
l’appel d’Urbain II : il déclare renoncer à sa à Jérusalem, principale ville sainte du
« conduite d’oppresseur », aux exactions christianisme.
contre le monastère de Saint-Pierre de Chartres
(sa ville d’origine) qui a souffert de sa
« férocité chevaleresque ». Ce départ doit   Réponse  aux  questions  
permettre la rédemption de son âme, il le fait
1.   Qui   le   pape   souhaite-­‐t-­‐il   mobiliser   pour   la  
contre une grosse somme d’argent qui doit lui
croisade  ?  D’où  viennent  les  croisés  ?  
permettre de partir en pèlerinage (dix deniers
Cet appel fait au nom de Dieu s’adresse à tous
remis par les moines).
ceux qui peuvent porter les armes, qu’ils soient
des guerriers professionnels ou pas : « les
•   Document   4.   La   chute   de   Jérusalem   racontée  
par  un  croisé  
Francs de tout rang, gens de pied et chevaliers,
Ce récit du témoin Raymond d’Aguilers, pauvres et riches ». Ce sont donc tous les
chapelain de Raymond de Saint-Gilles comte chrétiens qui sont invités à prendre les armes
de Toulouse, met en relief les violences pour libérer le tombeau du Christ.
perpétrées par les croisés lorsqu’ils par-
2.   Quelles   sont   les   différentes   motivations   qui  
viennent à prendre la ville de Jérusalem en
amènent   les   chrétiens   d’Occident   à   partir   en  
1099. Le texte est extrait d’une chronique
croisade  ?  
(d’un récit historique, donc) qu’il a rédigée,
Les chrétiens peuvent partir pour répondre à
Historia Francorum qui ceperunt Jerusalem,
l’appel du pape, pour bénéficier d’une
L’Histoire des Francs qui ont pris Jérusalem.
rémission des péchés (promise dans le
Cette violence extrême (meurtres, mutilations,
document 1 par le pape, on voit dans le
etc.) semble justifiée par l’auteur par la volonté
document 3 que certains milites comem Nivel
de débarrasser la ville des « blasphémateurs »
de Freteval ont semé la terreur, ont pu se livrer
(Juifs et musulmans) ; il s’agit également, ce
à des exactions contre l’Église – le monastère
qui n’est pas dit dans le texte, de repousser ces
de Saint-Pierre de Chartres – ou contre des
populations pour établir les Européens en terre
inermes et ont, par conséquent, beaucoup à
sainte. Ce climat d’extrême violence ne s’est
faire pour se faire pardonner). C’est avant tout
pas limité à Jérusalem et les villes d’Antioche,
sur les terres capétiennes, sur celles du Saint
de Rawandan ou de Tell Bâchir ont connu des
Empire mais aussi dans le royaume
violences similaires.
d’Angleterre ou en Italie que l’appel est le plus
suivi. Les royaumes du Nord et de l’est sont
•   Document   5.   La   prise   de   Jérusalem   par   les  
plus récemment acquis au christianisme et
croisés  en  1099  
l’Espagne est en pleine Reconquista.
Cette enluminure est extraite d’une chronique
latine largement diffusée en Europe :
3.  Quelles  violences  accompagnent  la  croisade  en  
L’histoire d’outre-mer de Guillaume de Tyr
Occident  ?  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   63


Le départ pour la croisade s’accompagne de dès lors qu’elles n’étaient pas des mères très
nombreuses violences contre les minorités chrétiennes. Les femmes sont ainsi au cœur
juives d’Europe, rendues responsables de la des discours des clercs, qui leur offre des
crucifixion. À Rouen, à Metz comme à modèles et des contre-modèles ; le Moyen Âge
Cologne et Mayence, les communautés juives protège les femmes, tenues pour fragiles et
sont victimes de pogroms et déplorent de nom- plus exposées mais les frappe d’incapacité
breux assassinats. juridique et refuse largement leur rôle
politique. Il semble dès lors intéressant de
4.   Décrivez   l’enluminure   en   montrant   qu’elle   s’interroger avec les élèves sur le regard que
représente   deux   époques   distinctes.   Quels   sont   l’Église porte sur les femmes et sur les
les  objectifs  du  parallèle  ainsi  établis  ?   structures et discours d’encadrement mis en
Alors que des scènes de combat sont figurées place pour en faire de bonnes chrétiennes.
au pied des murailles, montrant les croisés qui
investissent la ville après avoir affaibli les   Choix  des  documents  
murailles, l’édifice qui occupe la moitié
supérieure de l’enluminure et qui figure une •  Document  1.  La  figure  d’Ève  dans  la  Genèse.  
église abrite cinq scènes de la Passion du Cet extrait du livre de la Genèse rappelle les
Christ : le baiser de Judas qui permet fondements scripturaires qui expliquent la
l’arrestation par les Romains, la flagellation, le méfiance des clercs à l’égard du sexe féminin,
portement de croix, la crucifixion et la mise au puisqu’Ève brave l’interdit du jardin d’Eden
tombeau. L’enluminure rappelle que Jérusalem pour écouter le serpent et donner le fruit
est la ville où le Christ a souffert la Passion, défendu à Adam. C’est donc par la faute d’Ève
qu’elle est ville sainte du christianisme et qu’il que l’homme, chassé du paradis, devient
est du devoir des croisés de libérer la ville des mortel. Le texte peut fournir l’occasion de
infidèles : il s’agit donc d’un événement réfléchir, avec les élèves, sur les sources issues
décisif dans l’histoire de la chrétienté occi- de livres considérés comme saints dans une
dentale, voulu par la volonté divine selon les religion : il ne s’agit évidemment pas de
croisés. prendre le récit dans sa dimension littérale
mais de voir qu’elles peuvent être ses
5.   Montrez   que   la   conquête   de   Jérusalem   s’est   conséquences sur le regard porté sur les
effectuée  dans  la  violence.   femmes et sur leur statut.
L’enluminure et la témoignage de Raymond
d’Aguilers prouvent la grande violence qui a •  Document  2.  Des  femmes  dangereuses  ?  
régné lorsque les croisés ont réussi à investir la Un pénitentiel est un recueil de pénitence
ville : il ne s’agit pas seulement de repousser élaboré à l’usage du clergé. Il doit pouvoir
les infidèles mais d’achever les « blasphé- offrir une pénitence à tous les péchés recensés.
mateurs », c’est-à-dire les non chrétiens, juifs Celui de Burchard, évêque de Worms (965-
et musulmans, qui sont nombreux à être 1025), écrit vers 1020, très fourni sur les
blessés ou à perdre la vie dans ces combats. La déviations sexuelles et sur les femmes, connut
mort est omniprésente : les cadavres ou les un grand succès et une large diffusion. Il s’agit
corps mutilés sont très nombreux comme le en fait du 19e livre de sa grande œuvre, un
stipule le document 4. recueil de droit canon en 20 volumes, le
Collectarium canonum ou Decretum. Les
extraits proposés rappellent la surveillance qui
pèse sur les femmes du peuple et leur foi
Étude   populaire, pratiques parachrétiennes ou magi-
Les  femmes  dans  la  chrétienté  médidévale   ques – qui surgissent souvent face à la mort, en
situation d’enterrement – qui ont pu les faire
›  MANUEL  PAGES  98-­‐99   passer pour des sorcières.
Les femmes semblent souvent les grandes
•  Document  3.  Vierge  à  l’Enfant  
oubliées du Moyen Âge occidental : dans un
monde où l’écrit appartient aux clercs, elles La piété mariale augmente au fil des siècles du
sont longtemps restées dans l’ombre des Moyen Âge, notamment à partir du IXe s. La
hommes, n’existant que par le mariage, figure de Marie devient alors omniprésente,
incarnant souvent une menace pour les moines qu’on la représente en mère aimante pour son

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   64


jeune fils assis sur ses genoux ou en mère insuffisant (12 ans pour les femmes, 14 ans
éplorée au pied de la croix. Cette statuette du pour les hommes) ; on passe par ailleurs du 4e
Metropolitan Museum of Arts de New York au 8e degré d’interdit, étendu à la parenté
insiste sur la relation de tendresse qui existe spirituelle (ex : une jeune fille ne peut pas
entre la mère et le fils, dans la tradition des épouser un membre de la famille de son
icônes byzantines de la Vierge de tendresse. parrain ou de sa marraine). Le mariage est
Marie et Jésus échangent un regard, néanmoins de dernier des sacrements : ce sont
visiblement en train de jouer puisque l’enfant les époux qui échangent leurs consentements
lui tend un fruit ; la douceur de la scène est devant Dieu, alors que le clerc ne fait que les
accentuée par le matériau employé : l’ivoire. bénir. La médiation des clercs n’est pas
Extrêmement rare et fragile, l’ivoire est une strictement nécessaire alors qu’elle l’est dans
matière très précieuse et très recherchée en les autres sacrements ; les témoins viennent
occident, souvent employée ; les failles qui renforcer l’alliance qui se noue sous les yeux
apparaissent sur la statue rappellent que c’est de l’assistance plus ou moins réduite.
un matériau d’origine animale et non végétale,
susceptible d’acquérir des couleurs chan- •   Document   5.   La   conversion   d’une   femme  
geantes au fil de temps (certains ivoires adultère.  
deviennent plus jaunes, d’autres plus gris voire Le dominicain Étienne de Bourbon (1180-
plus rose). Marie est un modèle pour toutes les 1261) mène une longue carrière d’inquisiteur ;
mères, tendre, aimante, ayant accepté le il est l’auteur d’un recueil d’anecdotes
dessein que lui aurait assigné Dieu. Elle doit exemplaires (exempla) qui visent à édifier le
être un intermédiaire entre les femmes (et plus peuple lors des prédications, le Tractatus de
largement les hommes) et Dieu. diversis materiis predicabilibus. Celui-ci
contient plus de 3 000 récits. Il s’agit ici, grâce
•  Document  4.  Le  mariage  chrétien   à un exemplum de femme adultère ayant une
Cette enluminure du XIIIe s. nous permet vision de son amant défunt la nuit, de prévenir
d’aborder la question du mariage chrétien et de le péché chez les chrétiennes ; le champion
ses rituels. Jusqu’au XIe siècle, c’était le dominicain de la prédication joue tant sur la
mariage de type germanique qui se perpétuait, peur que sur les remords.
sans législation canonique : les conjoints
pouvaient se passer de l’intervention d’un •  Document  6.  Ida,  comtesse  de  Boulogne  (1040-­‐
prêtre et c’était leur consentement mutuel, bien 1113),  un  modèle  de  comportement  
souvent celui des familles en fait, qui Il s’agit d’un texte de nature hagiographique
permettait l’union. Les carolingiens essaient de avec ses règles d’écriture, ses topoi : l’Église
limiter les mariages entre cousins mais ils ne en ces siècles du Moyen Âge propose des
sont pas rares, pour éviter la dispersion des modèles de vie sainte à toutes les catégories de
patrimoines ; la répudiation était aisée pour population aristocratique et Ida devient donc
l’homme dont la femme n’avait pas donné les un modèle de piété pour les femmes des
héritiers escomptés. C’est véritablement à familles puissantes ; chaque épisode narré dans
partir du XIIe siècle que l’Église parvient à la Vie doit refléter sa sainteté, de l’enfance
faire accepter la nécessité d’un sacrement. jusqu’à la mort.
C’est dans les sentences de Pierre Lombard Ida (aussi parfois appelée « Ide ») est née vers
(1152) que le mariage apparaît dans la liste des 1040 et décédée en 1113. Descendante de
sacrements. Le prêtre doit vérifier le caractère Charlemagne, elle est également la nièce du
licite de l’union, c’est-à-dire que les interdits pape Étienne IX. Éduquée à l’abbaye de
de parenté sont bien respectés. Le quatrième Munsterbilzen, elle épouse le comte de
concile de Latran (1215) prescrit la publication Boulogne, Eustache II, vers 1056. Très pieux,
des projets de mariage (les bans). Il s’agit pour ils donnent naissance à trois enfants qui
les théologiens et les canonistes de lutter reçoivent une solide éducation chrétienne
contre les mariages arrangés de l’aristocratie. (Eustache III qui succède à son père à la tête
Sont des interdits dirimants (majeurs, qui ne du comté, Godefroy et Baudoin Ier, comte
peuvent être contournés) un mariage d’Edesse puis roi de Jérusalem). De ses fils en
antérieurement contracté et non rompu par la Terre sainte, elle reçoit régulièrement des
mort, les vœux perpétuels du clerc admis dans reliques qu’elle offre aux monastères qui sont
les ordres majeurs ou du régulier, l’âge sous sa protection ; veuve en 1087, elle utilise

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   65


en partie les ressources de sa fortune pour la 4.   Quel   est   le   modèle   absolu   de   la   femme   pour  
charité et le soutien des monastères qu’elle l’Église   médiévale  ?   En   quoi   est-­‐il   inatteignable  
aide, voire qu’elle fonde (dont Saint-Vaast à pour  les  femmes  ?  
Arras où elle est enterrée, avant d’être La Vierge Marie constitue un modèle absolu
finalement ensevelie à Bayeux). Les extraits pour l’Église médiévale : elle est présentée
proposés dans le manuel permettent de mettre comme la femme qui a accepté lors de
en avant sa piété dans le mariage et dans son l’annonciation les desseins de dieu, est un
rôle de mère : seule une mère remarquable peut modèle de tendresse et d’amour tout au long de
mettre des enfants aussi puissants au jour, sa vie pour le Christ, qu’elle cajole, auquel elle
servant chacun les desseins de Dieu pour la apprend à lire… Elle est très tôt présentée
Chrétienté. comme un intermédiaire entre les hommes et
Dieu, une figure majeure de l’intercession ce
  Réponse  aux  questions   qui explique sa part croissante dans la piété des
fidèles. Il s’agit d’un modèle absolu
1.   Présentez   ce   texte.   En   quoi   est-­‐il   fondateur  
inatteignable puisque pour les Chrétiens, Marie
pour   la   vision   de   la   femme   par   l’Église  
serait restée vierge dans le cadre du mariage,
médiévale  ?  
sans commettre d’acte charnel avec Joseph qui
Ce texte établit la femme dans un statut de
venait de l’épouser.
pécheresse. C’est aussi le cas d’Adam mais
c’est Ève qui cède au serpent et brave l’interdit 5.   Comment   une   femme   doit-­‐elle   se   comporter  
du jardin d’Eden en donnant le fruit défendu à pour   être   considérée   comme   un   modèle   par  
Adam. Le péché originel qui, dans la Genèse, l’Église  médiévale,  
fait des hommes des êtres mortels destinés à Une femme chrétienne doit être la plus chaste
vivre dans la douleur, lui est directement possible tout en concevant des enfants, être
imputé. pieuse et généreuse si elle en a les moyens
comme Ida, se montrer aimante avec ses
2.   Montrez   que   ces   documents   témoignent   de   la  
enfants pour qu’à leur tour, ils servent dieu et
méfiance   de   l’Église   médiévale   à   l’égard   des  
se comportent en bon chrétien. Ici la valeur des
femmes.  
fils illustre la piété et la moralité sans faille de
Les femmes sont beaucoup plus surveillées et
la comtesse de Boulogne, grande protectrice
suspectées que les hommes dans la société
des moines du comté.
médiévale : celles qui se livrent aux rites
parachrétiens ou à des pratiques s’écartant de
la stricte orthodoxie (à cause des croyances
populaires, notamment face à la mort) peuvent Étude  
être livrées à la justice ecclésiastique et être Notre-­‐Dame  de  Chartres,  une  cathédrale  
inquiétées pour magie et pour sorcellerie, alors dans  la  ville  
que certaines pratiques relèvent souvent de
fantasme et n’ont rien d’avéré (point 171 du ›  MANUEL  PAGES  100-­‐101  
pénitentiel de Burchard de Worms). Les Les cathédrales gothiques1 sont les traces les
femmes sont par ailleurs particulièrement plus visibles de ce qu’a été la puissance de
surveillées, car on redoute qu’elles ne trompent l’Église au Moyen Âge ; au centre de nos villes
leur mari (femme adultère). actuelles, elles disent le pouvoir de l’évêque, le
prestige de la cité mais aussi la piété des
3.   Quels   sont   les   objectifs   de   cette   histoire   de   fidèles. Si le financement des travaux est en
revenant  rapportée  par  le  prédicateur  Étienne  de   grande partie assuré par l’Église, la générosité
Bourbon  ?   des fidèles (puissants donateurs ou métiers de
L’objectif de cet exemplum de la femme la ville) permet toujours l’embellissement de
adultère, dans une situation de souffrance l’édifice (par le don de vitraux notamment).
morale, est simple : il s’agit aussi d’éviter que
les femmes qui n’ont pas commis de péché 1
avec un autre homme restent de bonnes On pourra rappeler aux élèves que « gothique »
est le nom donné par les hommes de la Renaissance
épouses et que celles qui sont en situation de
à ce mouvement pour le disqualifier et le présenter
péché quittent l’adultère pour revenir dans le cet art comme une expression ou une réminiscence
droit chemin et dans la pénitence. barbare, là où les hommes du XVe et XVIe s.
pensent renouer avec l’Antiquité gréco-romaine.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   66


Leur architecture, qui renouvelle profondément permettre d’expliquer aux élèves que la ville
celle de l’âge roman, reflète le grand élan est divisée en plusieurs paroisses dont chacune
spirituel qui saisit la chrétienté aux XIIe et dispose d’une église où se rassemblent les
XIIIe siècles. Cette révolution architecturale fidèles ; l’hôtel-Dieu qui accueille les malades
s’explique par l’apparition et la diffusion d’une et soigne les plus pauvres dépend par ailleurs
technique essentielle : la croisée d’ogives, de la cathédrale : le soin du corps est
armature d’arcs entrecroisés qui divise la strictement associé à celui des âmes et l’Église
poussée de la voûte et l’oriente vers de soutient les pauvres.
puissants piliers d’angle2. La croisée d’ogives
permet aussi de se libérer d’une autre •  Document  2.  Le  culte  de  la  Vierge  
contrainte technique : de minces voûtes Le vitrail de la Vierge a un double objectif : il
soutenues par des colonnes de plus en plus permet de rappeler l’une des caractéristiques
hautes et sveltes se jouent de la loi de la fondamentales de l’art gothique – art du vitrail
pesanteur. et de la lumière – mais aussi la piété gran-
La cathédrale de Chartres apparaît comme l’un dissante des fidèles à l’égard de Marie (c’est à
des chefs-d'œuvre les plus aboutis du gothique elle qu’a été dédiée la construction ; ce n’est
français. La grande cathédrale construite par pas rare mais la cathédrale possédait depuis le
Fulbert au XIe siècle, qui succède à une règne de Charles le Chauve des reliques
cathédrale carolingienne devenue un peu trop passant pour être celles de la Vierge).
étroite, est détruite par le feu en 1174, ainsi
qu’une partie de la ville : c’est entre 1194 et •  Document  3.  Une  cathédrale  majestueuse  
1223 que l’essentiel de la cathédrale gothique Si la photographie montre la ville moderne
voit le jour, même s’il faut attendre 1260 pour s’étendant aux pieds de la cathédrale longue de
la dédicace de la cathédrale. Les travaux, 130 m et dont les flèches s’élèvent à 105 et
exécutés fort rapidement, prouvent la 115 m, l’idée est de montrer ce que représente,
puissance du diocèse, situé en plein cœur à l’échelle de la ville médiévale, un bâtiment
d’une région dynamique sur le plan agricole ; aussi imposant et spectaculaire : la place de la
la rapidité des travaux permet par ailleurs de cathédrale dans la ville rappelle la puissance de
donner naissance à un bâtiment dont l’unité l’évêque et, au-delà, la toute-puissance du
architecturale est particulièrement remar- christianisme. Le bâtiment s’impose sans cesse
quable. Le dossier doit permettre aux élèves de au regard des fidèles alors que partout dans la
comprendre ce qu’était la cathédrale au sein de ville on peut entendre ses cloches retentir,
la ville médiévale, reflétant la puissance de rythmant le travail de la journée. L’impression
l’évêque, du clergé, participe symboliquement générale d’ensemble est, comme pour les
mais aussi concrètement à l’encadrement des autres cathédrales gothiques, celle d’un grand
fidèles dans la ville. élan vers le ciel.

  Choix  des  documents   •  Document  3.  La  nef  et  le  chœur  
La  photographie  doit  permettre  de  rappeler  
•  Document  1.  Plan  de  la  ville  
les   grandes   caractéristiques   stylistiques   du  
Il rappelle que les villes médiévales sont
gothique   mais   elle   peut   aussi   permettre   de  
souvent entourées de murailles pour se
souligner   la   grande   unité   et   l’harmonie   du  
protéger et se défendre face à l’arrivée
d’éventuels ennemis ; on voit par ailleurs à bâtiment   dont   les   voûtes   s’élèvent   à   37,5  
l’intérieur des murailles, qui enserrent le cours mètres   et   dont   la   nef   centrale   mesure   16,4  
de l’Eure, les différents lieux de pouvoir de la m   de   large.   On   retrouve   l’étagement   à   trois  
ville. Le pouvoir de l’évêque se concentre dans niveaux   typique   du   XIIIe  siècle  :   alors   que  
le quartier de la cathédrale, celui du comte sur des   grandes   arcades   rythment   le   rez-­‐de-­‐
le quartier du château comtal. Le plan peut chaussée,   l’on   trouve   ensuite   un   triforium3  
et  de  grandes  fenêtres  hautes.  
2
L’abbé Suger, faisant reconstruire la basilique de
Saint-Denis dans la première moitié du XIIe s., est
longtemps passé pour celui qui aurait fait naître
l’art gothique dans le royaume de France ; les 3  Triforium
: ouverture par laquelle la galerie
historiens d’art actuels lui trouvent plutôt des ménagée au-dessus des bas-côtés d'une église
racines picardes et normandes cependant. s'ouvre sur l'intérieur.  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   67


  Réponse  aux  questions   Cette douceur du gothique chartrain est aussi
liée à l’abondante lumière entrant dans l’édi-
1.   Localisez   la   cathédrale   sur   le   plan.   À   côté   de  
fice. Alors que l’église romane était sombre et
quel  autre  centre  du  pouvoir  est-­‐elle  située  ?  
massive, l’art gothique s’affirme comme un art
La cathédrale Notre-Dame de Chartres est au
de la lumière (la théologie de la lumière, qui
cœur de la ville, sur la rive gauche de l’Eure,
connaît en Occident un premier essor avec
enserrée dans un réseau de rue, protégée par
Jean Scot au IXe siècle, se développe aux XIe et
des murailles. Elle se situe à proximité du
XIIe s.) Grâce à la croisée d’ogives et à l’arc
château comtal, pôle du pouvoir laïc dans la
boutant, les ouvertures pratiquées dans les
ville.
murs sont plus larges et nombreuses : la
2.  Montrez  que  l’Église  marque  de  son  empreinte  
lumière se diffuse mieux. L’art du vitrail se
l’espace  urbain  de  Chartres.   développe par ailleurs : les résines de plomb
On voit sur le plan que la cathédrale occupe un enserrent les verres multicolores, permettant
espace très vaste dans la ville, d’autant d’inonder l’édifice de lumières changeantes et
qu’autour d’elle se trouvent aussi l’hôtel dieu, d’expliquer des scènes de l’Écriture sainte ou
le palais de l’évêque, des résidences pour les de la vie des saints aux fidèles (puisqu’il s’agit
chanoines qui la desservent. Mais on compte de vitraux historiés). Il s’agit bien, dans cet
aussi huit autres églises intra-muros et d’autres espace sonore parfait pour le chant et la
établissements apparaissent à l’extérieur des prédication, de célébrer un dieu de lumière.
murailles, sans doute en raison de l’aug-
mentation de la population et de la fondation
d’ordres mendiants au XIIIe siècle (on trouve Histoire  des  arts  
ainsi un couvent des Cordeliers). Le  tympan  roman  de  Beaulieu-­‐sur-­‐
Dordogne  
3.  Montrez  que  la  cathédrale  domine  la  ville.  
En des siècles où les maisons ont souvent un ›  MANUEL  PAGES  102-­‐103  
seul ou deux étages au maximum et en raison
d’un site extrêmement plane, la cathédrale Un nouvel art et une nouvelle architecture
devait être vue depuis n’importe quel endroit religieuse s’épanouissent dans l’Europe chré-
de la ville et des kilomètres à la ronde. Très tienne des XIe-XIIIe siècles, témoignant tant de
élancée (ses flèches culminent à 105 et à l’essor économique de la chrétienté que de son
115 m), elle est un bâtiment de pierre et de dynamisme religieux. Les scènes de Jugement
verres dans une ville où le bois dominait dernier se multiplient dans le programme
encore. C’est tout un quartier qui se structure iconographique des églises ; celles des tym-
autour d’elle : certaines activités étaient pans romans (Conques, Autun ou comme ici
interdites aux abords des édifices religieux et Beaulieu-sur-Dordogne en Corrèze) sont parmi
ce sont des échoppes vendant des produits pour les plus richement ornées, peuplées de nom-
les pèlerins (nombreux depuis que la breuses figures accompagnant le Christ au
cathédrale possède une relique du voile de la moment de son retour sur terre (d’après l’évan-
vierge) que l’on trouvait principalement dans gile de Matthieu, 24, 25). Quelques extraits à
le quartier cathédral. mettre éventuellement en regard avec le tym-
pan pour montrer les corrélations entre
4.   Quelle   est   la   fonction   de   la   nef  ?   Quel   effet  
l’Ecriture et l’image chrétienne.
peuvent  produire  ses  dimensions  sur  les  fidèles  ?  
La nef est l’endroit où se regroupent les fidèles Mat 24,30-31 : "Alors le signe du Fils de
pour assister à la messe, qui se déroule dans le l’homme paraîtra dans le ciel […] et elles
chœur de l’édifice ; son élévation (37,50 m verront le Fils de l’homme venant sur les nuées
sous voûte) devait sembler prodigieuse au du ciel avec puissance et une grande gloire. Il
fidèle qui entrait pour la première fois dans la enverra ses anges, avec la trompette
cathédrale. retentissante, et ils rassembleront ses élus des
quatre vents, depuis une extrémité des cieux
5.   Comment   les   vitraux   participent-­‐ils   à   la   jusqu’à l’autre."
diffusion   de   la   foi   et   au   rayonnement   du  
Christianisme  dans  la  ville  ?   Mat 25, 31 : "Lorsque le Fils de l’homme
viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   68


s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les des tombeaux, répondant à l’appel du Christ, le
nations seront assemblées devant lui…" rejoignant en vue du Jugement dernier.
Mat 25, 34 : Venez, vous qui êtes bénis de 3.   Décrivez   et   caractérisez   les   silhouettes  
mon Père ; prenez possession du royaume qui sculptées  :   sont-­‐elles   statiques  ?   animées  ?  
vous a été préparé dès la fondation du monde." Trouvez   d’autres   qualificatifs   et   justifiez   votre  
Le tympan vise à proclamer dans la pierre la réponse.  
puissance du Christ, figure de la rédemption ; Les nombreuses silhouettes, loin d’être figées,
il souhaite encourager les fidèles à suivre les sont extrêmement animées, souvent très
préceptes de vie chrétiens. légères et allongées : les corps sont souples, le
drapé des vêtements souligne le mouvement
  Réponse  aux  questions   des membres inférieurs tandis que les têtes et
les mains montrent que des conversations sont
1.  Présentez  les  documents  en  rappelant  ce  qu’est   en cours parmi les apôtres ou les figures que
le  Jugement  dernier.   l’on pense identifier comme celles de témoins
Le dossier est composé d’une photographie des retour du Christ (pastille n° 5). L’art
aérienne permettant de restituer la situation de médiéval n’est pas toujours rigidification ou
l’abbatiale Saint-Pierre de Beaulieu et son pétrification du corps et l’artisan ou l’artiste
influence sur l’organisation de l’espace bâti. médiéval peut, lorsqu’il le souhaite et le peu,
Le deuxième document, accompagné d’un animer sa composition et recréer en partie
petit schéma précisant le vocabulaire l’illusion de la profondeur grâce au
architectural nécessaire à l’étude, est une mouvement.
photographie du célèbre tympan de l’abbaye,
celui de Beaulieu figurant la Parousie, c’est-à- 4.   Comment   le   Christ   est-­‐il   mis   en   valeur   par   la  
dire le retour du Christ sur terre au moment du sculpture  ?   Décrivez   sa   position,   son   importance  
Jugement dernier. Il s’agit, pour les chrétiens, dans   la   composition   générale   du   tympan,   les  
d’une représentation de la fin des temps et il éléments  qui  l’entourent.  
est nécessaire, pour celui qui souhaite éviter Le Christ, barbu et nimbé, tient une place
les enfers, de s’y préparer tout au long de sa centrale et son corps est proportionnellement
vie terrestre. beaucoup plus important que celui des autres
figures représentées. Il est dans une stricte
2.   Comment   l’espace   du   tympan   a-­‐t-­‐il   été   frontalité, les bras écartés pour accueillir tous
organisé  ?  Quelles  sont  ses  principales  figures  ?   les hommes. C’est autour de lui que se
L’espace du tympan est organisé sur trois précipitent les figures saintes (anges, apôtres)
registres, selon un programme iconographique du tympan : l’organisation de l’espace de
cohérent qui vise à montrer la puissance et le celui-ci magnifie le fils de Dieu dans sa
triomphe du Christ : alors que le registre mansuétude et sa puissance.
inférieur symbolise des créatures monstrueuses
et multicéphales, symboles d’un monde 5.   Expliquez   l’emplacement   du   tympan   dans  
maléfique et chaotique préchrétien, le registre l’église   et   la   fonction   d’une   telle   représentation,  
médian montre le tétramorphe, symbole des dans   un   contexte   où   les   fidèles   sont   souvent  
évangélistes, en lutte contre le mal, portant la illettrés.  
scène supérieure qui représente la Parousie. Le L’iconographie des tympans d’église est, à la
Christ trônant, de très grande taille, portant le période romane comme à la période gothique,
nimbe crucifère, ouvre les bras pendant que extrêmement pensée et codifiée par les clercs.
deux anges sur les côtés sonnent son retour sur Visible par tous les fidèles qui s’apprêtent à
terre, que deux autres portent derrière lui la entrer dans l’église mais aussi tous ceux qui
croix alors que deux autres, sortant d’une nuée passent devant l’édifice, il rappelle le sens de
divine, apportent les autres instruments de la l’alliance qui aurait été nouée entre les
Passion (clous, fouet), rappelant la souffrance Chrétiens et Dieu, alors que les fidèles sont
endurée par le fils de Dieu sur la croix. De part largement illettrés. L’image, comme la
et d’autre du Christ, les apôtres conversent prédication, s’affirment comme essentielles
deux par deux alors qu’au bas du registre des pour soutenir la foi des fidèles et les encadrer
âmes, symbolisées par des corps nus, sortent tout au long de leur vie, pour le salut des âmes.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   69


CHAPITRE Sociétés  et  cultures  rurales  
5 (XIe-­‐XIIIe  siècles)  

›  MANUEL  PAGES  110  À  135  

RAPPEL  DU  PROGRAMME   pour objet de répondre à la necessitas alors que


tenter de produire plus pour aller au-delà c’est
tomber dans l’avaritia ou la superbia, péchés
Après avoir traité du chapitre sur la chrétienté
capitaux condamnés par l’Église.
médiévale, le professeur traira soit du chapitre
 
sur les sociétés et cultures rurales, soit des
sociétés et cultures urbaines. Cette   croissance   économique   et   démogra-­‐
phique  s’effectue  par  ailleurs  dans  un  cadre  
Mise en œuvre : nouveau,   celui   de   la   seigneurie.   La   période  
•  La  vie  des  communautés  paysannes   connaît   de   profondes   mutations   socio-­‐
(travail  de  la  terre,  sociabilités…).   politiques  :   c’est   en   effet   le   temps   de  
«  l’ordre   seigneurial  »   (D.  Barthélémy).   Les  
•  La  féodalité  (réalités,  imaginaire  et   royautés,   considérablement   affaiblies,   ne  
symbolique).   sont   plus   en   mesure   d’administrer   les  
territoires   et   les   populations   qui   y   vivent.  
  Celles-­‐ci   sont   alors   sous   la   protection   des  
  Objectif  et  problématique  du  chapitre   seigneurs,   potentats   locaux   qui   édifient  
mottes   castrales   et   châteaux,   la   plupart   du  
La période qui s’étend du XIe au XIIIe siècles temps   en   bois,   l’emploi   de   la   pierre   ne   se  
est un temps de profondes transformations généralisant   vraiment   qu’au   XIIIe  siècle.   S’il  
économiques, politiques et sociales pour les existe   des   contre-­‐exemples   fameux,   comme  
sociétés rurales européennes. Ces deux siècles les   donjons   de   Langeais   et   de   Loches  
sont marqués par une nette expansion construits   par   Foulques   Nerra   vers   994,   il  
matérielle. La croissance économique, amorcée faut   généralement   construire   vite   et   à  
au haut Moyen Âge, s’accélère et se diversifie. moindre   frais  :   la   pétrification   est   plus  
Elle est permise par une puissante lame de tardive.   Les   paysans   vivent   la   plupart   du  
fond démographique ; les deux phénomènes se temps   sur   la   terre   du   maître   et   participent  
conjuguent et s’expliquent l’un par l’autre : la malgré   eux   au   fonctionnement   économique  
forêt et les friches diminuent alors que les de   la   seigneurie  :   paiement   de   la   taille,   des  
labours se multiplient, la monnaie circule amendes   liées   à   la   justice   du   seigneur,   des  
mieux, les routes sont plus nombreuses. C’est tonlieux,  des  péages,  des  banalités  lorsqu’ils  
dans cette période que se fixent en Europe des utilisent   des   équipements   collectifs   comme  
structures spatiales essentielles destinées à
le  four,  le  moulin  ou  encore  le  pressoir.  Pour  
perdurer, celle des semis de villages, de
les   paysans,   l’autorité   du   seigneur   est  
l’organisation des finages, des chemins, des
souvent   brute   et   leur   justice   redoutée  :   le  
réseaux urbains. Des surplus
gibet  n’est  jamais  très  éloigné  du  château.  La  
commercialisables réapparaissent alors que les
liberté   n’est   pas   encore   acquise   pour   tous   et  
techniques de production commencent à être
le   servage   demeure   malgré   de   nombreux  
mieux maîtrisées. Bien sûr, l’idée même de
affranchissements   (alors   que   les   serfs   ont  
croissance est encore étrangère aux concep-
tions des contemporains qui préfèrent la quasiment   disparu   de   l’Europe   de   l’Ouest   ils  
stabilité et l’ordre : les catégories économiques demeurent  plus  nombreux  dans  les  contrées  
modernes n’existent pas encore et produire a orientales  du  XIIIe  s.).  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   70


Le   pouvoir   royal,   abaissé,   doit   durant   ces     Bibliographie  
siècles   coexister   avec   ces   seigneurs   qui  
• BAKER (Juliet), Les tournois, Paris, 1989.
peuvent   être   de   bons   et   fidèles   alliés   mais  
• BARTHELEMY (Dominique), La féodalité de
aussi   de   turbulents   vassaux   en   mesure   de  
Charlemagne à la Guerre de Cent ans, La
résister  au  roi.  Ces  seigneurs  plus  ou  moins  
Documentation Photographique, La Documen-
puissants   font   par   ailleurs   naître   un   tation française, septembre-octobre 2013.
nouveau   groupe   social,   celui   des   chevaliers  :   • BASCHET (Jérôme), La Chrétienté médiévale.
au   départ   simples   cavaliers   et   hommes   de   Représentations et pratiques sociales, La
guerre   recrutés   par   les   puissants,   ces   Documentation Photographique, La Documen-
combattants   redoutés   par   les   paysans   tation française, 2005.
commettent   nombre   de   violences   et   • CASSARD (Jean-Christophe), L’âge d’or
d’exactions   dans   les   campagnes  ;   pour   capétien (1180-1328), Belin, Histoire de
protéger   les   populations   sans   défense   –  les   France sous dir. Joël Cornette, 2011.
paysans   comme   les   clercs,   ceux   que   l’on   • CONTAMINE (Philippe), BOMPAIRE (MARC),
appelle   inermes   et   qui   sont   malmenés   par   LEBECQ (Stéphane), SARRAZIN (Jean-Luc),
ces   soldats   –  l’Église   s’emploie   à   adoucir   le   L’économie médiévale, Paris, Armand Colin,
comportement   de   ces   hommes   de   guerre,   1993.
christianisant  les  rituels  liés  à  la  remise  des   • CONTAMINE (Philippe), La guerre au Moyen
armes   (l’adoubement),   proposant   aussi   des   Age, Paris, Nouvelle Clio, 1992.
modèles   de   chevaliers   chrétiens   tout   en   • DUBY (Georges), WALLON (Armand) (dir.),
détournant   ces   fougueux   combattants   vers   Histoire de la France rurale, I : des origines à
les   Infidèles   (les   croisades   permettent   de   1340, Paris, Le Seuil, 1975, nombreuses rééd.
canaliser   et   de   détourner   l’énergie   des   Points Seuil.
guerriers).   Se   constitue   alors   une   éthique   • DUMEZIL (Bruno), La société médiévale,
chevaleresque   participant   à   la   culture   Paris, Ellipses, 2008.
courtoise  qui  s’affirme  en  fin  de  période.   • FLORI (Jean), Chevaliers et chevalerie au
Moyen Âge, Hachette, "La vie quotidienne",
Le   chapitre   doit   donc   permettre   aux   élèves  
1998, réed. 2004.
de   saisir   les   principales   réalités  
• FOSSIER (Robert), La société médiévale,
économiques   et   sociales   de   la   vie   des  
Paris, Armand Colin, 1991.
campagnes   européennes,   ainsi   que  
• GUYOT-JANIN (Olivier), Atlas de l’histoire de
l’essentiel   des   dynamiques   à   l’œuvre  :   le  
France, La France médiévale, IXe-XIVe siècles,
quotidien   des   paysans   (qui   représentent  
éd. Autrement, 2005.
encore   90  %   de   la   population),   les   progrès   • LETURCQ (Samuel), La vie rurale au Moyen
économiques   et   les   liens   avec   le   seigneur   Age, Xe-XVe siècles, A. Colin, 2004
qui   varient   selon   le   temps,   l’espace   mais   • MAZEL (Florian), Féodalités (888-1180),
aussi   les   différents   statuts   des   ruraux.   Son   Belin, Histoire de France sous dir. Joël
étude   doit   aussi   fournir   l’occasion   Cornette, 2010.
d’interroger   la   nature   des   relations   féodo-­‐ • TELLIEZ (Romain), Les institutions de la
vassaliques  qui  permettent  aux  royautés  de   France médiévale, A. Colin, 2009.
survivre   avant   d’entamer   leur  
redressement.   Il   permettra   enfin   de   SITES  INTERNET  
travailler   sur   les   chevaliers,   groupe   social   • La légende du roi Arthur – sur le site de la
connaissant   une   dynamique   ascendante   et   BnF : http://expositions.bnf.fr/arthur/
dont   les   évolutions,   voulues   en   partie   par  
l’Église,   sont   importantes   sur   la   période.   Les   • Les fables de Marie de France :
connexions   avec   le   chapitre   obligatoire   qui   http://fable.wikidot.com/marie-de-france
précède  seront  bien  mises  en  valeur  tout  au  
long   de   l’étude   de   ce   thème  :   le   temps   et   • Lais de Marie de France sur le site Lettres et
l’espace   des   sociétés   rurales   sont   Arts : http://www.lettres-et-
christianisés,   les   différents   acteurs   encadrés   arts.net/histoire_litteraire_moyen-
par   l’Église   qui   cherche   à   mieux   guider   les   age_16_eme_siecle/132-
fidèles   vers   le   Salut   et   à   empêcher   le   les_lais_de_marie_de_france
développement  de  l’hérésie.  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   71


Ouverture   Il est possible d’établir un lien entre les docu-
ments 1 et 3 : l’augmentation du nombre des
›  MANUEL  PAGES  112-­‐113   hommes est la cause de l’expansion agricole :
il faut bien augmenter les récoltes pour nourrir
Les documents retenus ici veulent illustrer
une population toujours plus nombreuse. En
deux dimensions essentielles de la question
retour, l’expansion agricole, qui s’accompagne
« Sociétés et cultures rurales en Europe du XIe
de progrès dans les rendements, permet à la
au XIIIe siècle » : d’un côté l’importance du
population d’Europe occidentale d’être tou-
travail de la terre, de l’autre le poids de la
jours plus nombreuse.
féodalité et de la chevalerie dans une société
Le document 2 vient appuyer la définition
très chrétienne.
proposée pour féodalité en page de gauche.
1.   Des   économies   et   des   sociétés   fondées   sur   le  
travail  de  la  terre…   Étude  
Les calendriers des travaux agricoles, nom- La  seigneurie  (XIe-­‐XIIIe  siècle)  
breux pour notre période, témoignent de
l’importance des travaux des champs dans des ›  MANUEL  PAGES  114-­‐115  
sociétés où 9 personnes sur 10 travaillent la Ensemble de droits et de prérogatives liés à un
terre. Le rythme des saisons, routinier, dicte territoire, la seigneurie structure la société
alors celui des activités humaines. médiévale, aussi une double-page consacrée à
ce thème semble-t-elle indispensable.
2…  et  dominées  par  des  élites  féodales  
Féodalité et chevalerie constituent le cadre
  Choix  des  documents  
politique, social et même moral dans lequel
s’épanouissent et se recomposent les relations •  Document  1.  Devenir  serf
humaines. Quand la culture chevaleresque Les chartes figurent parmi les documents les
s’affirme, les chevaliers sont présentés comme plus nombreux qui nous parviennent de la
des modèles de vertu, défenseurs de la chré- période des XIe au XIIIe siècles. Une charte est
tienté. Cette iconographie rappelle à quel point un acte écrit par une autorité souveraine, ici les
la société féodale est imprégnée par le chris- seigneurs de Marmoutier pour lesquels subsiste
tianisme. une abondante documentation.
Tous soumis dans le cadre de la seigneurie, les
Remarques  sur  la  frise  chronologique   paysans se distinguent d’abord du point de vue
Il n’y a pas de dates précises dans cette frise du droit. À ce titre, on distingue les paysans
mais des périodes de plusieurs décennies : la libres des paysans non-libres, appelés serfs.
féodalité ainsi que les évolutions des villes et Attaché à la terre qu’il cultive et à son maître,
des campanes répondent à des rythmes lents. le serf doit payer au seigneur une taxe appelée
Par ailleurs, la chronologie de la naissance et chevage, parfois accomplir pour ce dernier des
de l’affirmation de la féodalité est très services domestiques. Durant la période qui est
discutée : certains historiens défendent la thèse la nôtre, la masse rurale est encore composée
d’une naissance de la féodalité autour de l’an en majorité de serfs, mais leur poids recule.
mil (dans la lignée de Duby), tandis que Les paysans libres, maîtres de leurs biens, sont
d’autres s’évertuent à replacer le phénomène alors désignés sous le terme alleutiers. Notons
dans la longue durée (pour Dominique qu’entre le XIe et le XIIIe siècles, de plus en
Barthélémy, la féodalité pointe déjà sous plus, on distingue les paysans non pas selon
Charlemagne). leur statut juridique (serfs ou libres), mais
selon leur statut économique : très pauvres,
pauvres, aisés, riches…
Repères   •  Document  2.  Le  seigneur  fait  travailler  sa  terre
›  MANUEL  PAGES  112-­‐113   Les agents seigneuriaux ont été abondamment
représentés par l’iconographie de la période.
À la lecture du programme, les quatre notions Le Psautier de la reine Mary, riche de nom-
ici mises en avant sont centrales dans la breuses enluminures, est à ce titre une source
compréhension de la période. iconographique de premier choix. Dans ces
représentations, la verticalité de l’agent sei-

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   72


gneurial contraste toujours avec l’horizontalité Le document 2 présente des paysans au travail
et les dos courbés des paysans qui ploient sous dans le cadre des corvées, impôt non pécu-
leur travail. niaire perçu sur les paysans libres ou non
libres. La domination du seigneur s’exerce par
•   Document   3.   La   seigneurie   de   Wisme,   dans   le   l’intermédiaire de son agent (celui-ci pouvait
Nord  de  la  France aussi bien être un homme libre qu’un serf).
Bien connu, le plan de la seigneurie de Wisme, L’agent seigneurial se tient debout et brandit
quoique postérieur à notre période, est très une canne ; les paysans sont soumis et courbés
utile pour donner une dimension spatiale à sous le poids de leur tâche.
notre question. Car la seigneurie est certes un Le document 4 évoque des loyers de fermage
ensemble de droits, mais c’est aussi un ou de métayage (article I), le champart (article
territoire. IV), la banalité liée à l’usage des fours enfin
(article V).
•  Document  4.  Les  droits  perçus  par  le  seigneur  
Il n’existe pas de document accessible aux 3.   Quels   sont   les   deux   types   de   paysans   que   l’on  
élèves permettant de dresser une liste exhau- retrouve  dans  ce  texte  ?  
stive des droits seigneuriaux, aussi devons- La distinction s’opère entre les hommes « en
nous nous contenter d’extraits de chartes qui servitude » et ceux qui se trouvent affranchis,
donnent un aperçu de quelques-uns de ces entre d’un côté des serfs et de l’autre des
droits, comme c’est le cas ici. La charte de paysans libres.
Beaumont en Argonne servit de modèle à la
rédaction de nombreuses autres chartes. 4.   Que   nous   apprennent   ces   documents   sur   les  
relations  entre  les  seigneurs  et  les  serfs  ?  
•  Document  5.  Une  charte  de  franchise Ces documents mettent l’accent sur le pouvoir
Les chartes de franchise ou d’affranchissement exercé par le seigneur sur les hommes qu’il
sont légion dans les sources dont disposent les peut réduire en servage (doc. 1) ou au contraire
historiens. Certaines communautés rurales affranchir (doc. 5). L’affranchissement est une
achètent ces chartes ou bien naissent déjà pratique par laquelle un seigneur limite ou
affranchies de certaines contraintes seigneu- supprime les droits qu’il exerçait auparavant
riales, ainsi les « villeneuves » ou les sur une terre et ses habitants, les serfs. Cette
« villefranches ». pratique prit une grande ampleur à partir du
XIIe siècle.

  Réponse  aux  questions   5.   Comment   le   pouvoir   de   justice   se   manifeste-­‐t-­‐


il  ?  
1.  Identifiez  sur  ce  plan  les  lieux  qui  montrent  que   Le gibet, ou potence, est la marque du pouvoir
la   seigneurie   est   à   la   fois   un   espace   habité   et   un   de justice du seigneur. Le document 1 montre
territoire  agricole.   bien que le seigneur rend la justice, en vertu du
La seigneurie est un espace habité par le droit de ban. La seigneurie confère en effet
seigneur (son château est indiqué par la l’obligation – et pas seulement le droit – de
pastille 1) et par les paysans qui vivent autour rendre justice. La justice seigneuriale était
de l’église (3), en hameaux ou en habitat rendue par des officiers ou magistrats seigneu-
dispersé (2). Le moulin où le grain est riaux nommés viguiers, bayles, prévôts ou
transformé en farine (6), ainsi que les routes et encore procureurs fiscaux.
les chemins (4) qui séparent et relient les  
parcelles, montrent que l’on a bien affaire à un
territoire agricole. Le gibet (5) nous rappelle   Bilan  
que le seigneur exerce la justice sur le territoire Paragraphe 1 : la seigneurie, un ensemble de
que constitue la seigneurie ; signalons aussi droits et de prérogatives liés à un territoire
qu’il est propriétaire du moulin dont l’usage Paragraphe 2 : des paysans sous contrainte
est obligatoire pour les paysans et payant.

2.   Relevez   et   classez   les   différents   droits   et  


contraintes  qui  pèsent  sur  les  paysans.  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   73


 Étude   Signalons par ailleurs que le charivari était une
autre manifestation de la culture populaire
Le  village  médiéval,  lieu  de  vie  et  de   villageoise.
sociabilité  
•  Document  4.  Un  village  d’origine  médiévale  :  
›  MANUEL  PAGES  116-­‐117   Saint-­‐Maurice-­‐sur-­‐Loire  
Cette étude répond à la première partie de Le site et la structure de ce village sont tout à
l’énoncé du programme : « La vie des commu- fait classiques et représentatifs du village
nautés paysannes (travail de la terre, socia- médiéval. Le long des fleuves, déjà grands
bilité) ». Cette étude semble intéressante au axes de circulation, les villages de ce type sont
regard des progrès récents de l’archéologie, qui légion.
renouvellent la vision que les historiens ont pu
proposer du village médiéval. Nous renvoyons •   Document   5.   L’Église   au   cœur   de   la  
à ce titre à l’excellent article de Laurent Feller communauté  villageoise  
dans l’Histoire n° 391 d’août 2013, « La nais- Ce n’est pas dans sa nature – une charte – que
sance du village ». tient l’originalité ou même l’intérêt de ce
Nous définirons le terme sociabilité comme document, mais plutôt dans le fait qu’il pré-
l’ensemble des pratiques qui favorisent les sente les négociations entre l’Église et ses
relations humaines (travail, fêtes, échanges) et fidèles à propos du financement des rénova-
permettent à un groupe – ici les villageois – de tions à apporter au bâtiment.
construire une identité collective.

  Choix  des  documents     Réponse  aux  questions  


•   Document   1.   La   fondation   d’un   village   par   1.   Quel   est   le   rôle   du   seigneur   vis-­‐à-­‐vis   des  
Thierry  d’Alsace,  comte  de  Flandre   villageois  ?  
Les chartes figurent parmi les documents les Le seigneur peut fonder un village (doc. 1) afin
plus nombreux qui nous parviennent de la de fixer des paysans qui travailleront sa terre et
période des XIe au XIIIe siècles. Une charte est lui assureront un revenu ; il peut aussi, en vertu
un acte écrit par une autorité souveraine, ici le de son droit de ban, organiser les échanges
seigneur comte de Flandre. économiques dans le village (doc. 2). Notons
On attirera l’attention des élèves sur le fait que que ce Chartier (doc. 2) rend compte d’une
certains villages n’ont rien de créations spon- culture de la négociation entre le seigneur et
tanées et échappent même dès l’origine à la les bourgeois ou les paysans : « avec le conseil
décision des paysans ; ils naissent dans ce cas des moines et des sergents », « utile à lui et
de la volonté du seigneur de fixer des paysans aux bourgeois ».
sur des terres qu’ils exploiteront à son profit.
2.   Quels   sont   les   bâtiments   qui   dominent   le  
•  Document  2.  Le  village,  un  lieu  d’échanges   village  ?   Quel   autre   élément   d’architecture  
Un chartrier est une collection de documents permet  d’identifier  l’ancien  village  médiéval  ?  
conservés par une institution laïque ou Le château, lieu et symbole du pouvoir
religieuse. Ce chartrier rend compte de la seigneurial, ainsi que l’Église, lieu et symbole
volonté du seigneur – ici le prieur – de régenter du pouvoir religieux, dominent le village
le commerce au village. médiéval. Cette domination politique et reli-
gieuse se lit dans le paysage, car les deux
•  Document  3.  Le  mois  de  mai,  un  temps  de  fête   constructions sont imposantes et dominent les
Le cloître des chanoines de la cathédrale Saint- maisons se situant à leurs pieds. Notons que
Laurent de Gênes abrite aujourd’hui un musée ces lieux de domination étaient aussi consi-
d’art sacré. Ce document est remarquable car dérés comme des lieux de refuge pour les
rares sont en effet les fresques de la période paysans lorsqu’un danger matériel ou spirituel
conservées dans un si bon état. Ce document (les deux étant souvent associés) se présentait.
illustre un thème central pour la constitution de Les autres éléments caractéristiques sont le
la sociabilité villageoise, la fête. Le retour du caractère groupé de l’habitat (même si l’on sait
printemps s’accompagnait dans de nombreuses qu’il existait aussi des villages « dispersés »)
régions de fêtes paysannes. mais surtout les enceintes/murailles protec-

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   74


trices. Le site d’oppidum surplombant le cours
d’eau est également caractéristique d’une   Choix  des  documents  
société dans laquelle les violences exercées
•  Document  1.  Les  grands  défrichements
contre les communautés villageoises sont fré-
quentes. Défricher est l’action qui consiste à mettre des
parcelles boisées en culture ; la période qui
court du Xe au XIIe siècles fut celle des grands
3.   Quelle   fonction   villageoise   est   l’objet   de   cette  
réglementation  ?  Montrez  que  le  village  n’est  pas  
défrichements en Europe.
fermé  sur  lui-­‐même.   La tapisserie de Bayeux est une source inépui-
Le village est un lieu d’échanges économiques, sable pour qui veut aborder les sociétés occi-
de marché et de foires (même si les premières dentales du XIe siècle. Signalons à cet égard le
foires eurent plutôt lieu en dehors des villages livre remarquable du médiéviste M. Parisse, La
et des villes). Le village apparaît ici comme un Tapisserie de Bayeux, un documentaire du
espace ouvert qui accueille des « voyageurs ». XIe siècle (Paris, Denoël, 1988).

4.  Montrez  que  la  fête  rassemble  la  communauté   •  Document  2.  La  pratique  de  l’assolement
villageoise.   Ce schéma, déjà vu sans doute au collège, doit
Hommes (à gauche) et femmes (à droite) rappeler le fonctionnement de l’assolement,
participent à cette fête ; un seigneur ou un cette pratique culturale consistant à diviser les
chevalier (monté à cheval) y participe aussi, terres arables en plusieurs parcelles – ou soles
peut-être même des moines (en marron). – qui sont soumises à une rotation des cultures
dans le but d’améliorer les rendements. La
5.  En  quoi  l’église  est-­‐elle  un  bâtiment  important   pratique de l’assolement biennal ou triennal,
pour  la  sociabilité  villageoise  ?   d’abord timide, connut un franc succès au
L’église en tant que bâtiment est l’objet du XIIIe siècle. Les paysans adoptèrent cette
litige, ce qui prouve son importance au cœur technique en observant puis en imitant
de la société villageoise : qui doit financer sa quelques précurseurs qui avaient le souci
reconstruction ? L’importance de l’église est d’améliorer le rendement de la terre.
évoquée aussi par le rappel du droit de refuge
qu’elle procure aux villageois (« se protéger •  Document  3.  Travaux  collectifs  dans  les  champs
là »). Les paysans négocient avec l’abbaye le Les travaux des champs figurent parmi les
coût des réparations et la protection offerte par scènes les plus représentées au Moyen Âge.
l’institution religieuse contre le seigneur. Cette miniature a été retenue car elle repré-
sente non seulement des hommes mais aussi
  Bilan   une femme au travail.

Paragraphe 1 : le village, une communauté •  Document  4.  Les  biens  de  quelques  villageois  à  
d’habitants hiérarchisée et encadrée par la  fin  du  XIIIe  siècle
l’Église et le seigneur Élève de Marc Boch, spécialiste de la
Paragraphe 2 : le village, un lieu où se déploie paysannerie et de la féodalité, Robert Fossier a
une sociabilité spécifique écrit et publié une œuvre majeure (sa thèse), Le
  Moyen Âge en Picardie, de laquelle est extrait
cet inventaire. D’une richesse inestimable pour
 Étude   qui veut se livrer à l’histoire culturelle (l’his-
toire des mentalités disait-on jadis), les inven-
Le  village  médiéval,  un  lieu  de  travail   taires sont des sources fort prisées par les
historiens.
›  MANUEL  PAGES  118-­‐119  

•   Document   5.   L’enjeu   de   l’exploitation   des  


Cette étude répond à la première partie de incultes
l’énoncé du programme : « La vie des Du haut Moyen Âge à la Révolution française,
communautés paysannes (travail de la terre, les incultes ont été un enjeu majeur pour les
sociabilité) ». Il semble indispensable d’abor- sociétés paysannes. Comment mettre en valeur
der le thème du travail dans des sociétés où la ces terres en périphérie du finage desquelles
terre fournit la grande majorité des richesses.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   75


pouvait dépendre la survie de la majorité du cueillette pour des paysans souvent au bord de
groupe des paysans ? la famine.

4.  Repérez  des  métiers  différents.


  Réponse  aux  questions   Plusieurs métiers ou conditions sont évoqués
par cet inventaire : prêtre (monsieur Jean),
1.   Décrivez   ces   images   en   insistant   que   le  
paysan (Jean Gobert, Gilles d’Alleux et Simon
caractère  collectif  du  travail  paysan.
de Lallaing), brasseur (Gautier), meunier (Jean
Le détail de la tapisserie de Bayeux (doc. 1) Ravinel). La société villageoise est donc
montre des paysans qui coupent des arbres à hétéroclite même si les paysans la dominent en
l’aide de haches : ils sont en train de défricher. nombre. Sans doute « demoiselle Hermense »
Les deux personnages de gauche sont peut-être est-elle seigneur, ou bien la veuve d’un riche
en train d’échanger des informations si l’on en paysan.
juge par les visages tournés l’un vers l’autre.
Sur la miniature (doc. 3) sont représentés 5.  Montrez  que  la  société  villageoise  est  marquée  
divers travaux des champs qui ne par  des  inégalités  sociales.  
s’effectuaient pas à la même saison : labour ou Certains habitants semblent posséder plus de
bêchage à gauche, semailles, moisson à droite. biens que d’autres et surtout des biens d’une
Nous avons donc ici la présentation d’un cycle plus grande valeur. Ainsi, la maison de Jean
agricole, auquel hommes et femmes participent Gobert est-elle estimée à 26 livres, celle du
de concert. Les travaux agricoles étaient autant brasseur à 35 livres, contre 12 livres seulement
d’occasion de rapprocher les villageois ; ils pour la maison et la grange de Gilles d’Alleux.
étaient souvent accompagnés par de chants, Simon de Lallaing est rançonné et peut verser
suivis ou précédés de collations. Hier comme une somme de 63 livres tournois, ce qui
aujourd’hui le travail donnait naissance à une correspondait sans aucun doute à une somme
sociabilité spécifique. bien plus importante que celle que les autres
villageois auraient pu débourser.
2.  Montrez  que  l’exploitation  de  la  terre  suppose  
des  règles  communes.  
L’assolement (doc. 2) suppose que les paysans   Bilan  
se concertent et respectent ensemble la rotation
des cultures, même s’il convient de noter que Paragraphe 1 : la société villageoise est
cette pratique fut d’abord celle d’un petit diversifiée.
nombre avant de convaincre la majorité Paragraphe 2 : la société villageoise est unie
paysanne. Le doc 5 témoigne de négociations par le travail.
entre deux seigneurs, d’un côté l’abbesse de
Bonlieu et de l’autre le seigneur de Sainte-
Agathe et son mandataire Guillaume de Étude  
Barges. L’abbesse défend ses moines et ses
paysans (« les familiers et les hommes du La  féodalité  (XIe-­‐XIIIe  siècles)
couvent ») en voulant préserver les incultes et
›  MANUEL  PAGES  124-­‐125  
éviter de les voir saccagés ou pillés par les
chevaliers. C’est la délimitation du finage et  
des incultes qui est également en jeu ici
  Choix  des  documents  
(« limites et confins » ; « lesdites limites »).
La féodalité constitue une réalité difficile à
3.   Pourquoi   les   incultes   sont   si   importants   pour   saisir pour les élèves. Largement associée par
les  villageois  ? l’historiographie républicaine à la violence ou
Les incultes (c’est-à-dire les terres jamais à l’« anarchie » (féodale), vue par les histo-
mises en culture : on pense à des bois, à des riens marxistes comme un stade intermédiaire
landes, à des marécages ou des marais, etc.) entre l’esclavagisme et le capitalisme, la
sont très importants, car ils sont le lieu des féodalité est le régime qui s’est installé alors
« pâtures, pêcheries, bois, rives, eaux et que le pouvoir central s’effondrait en Europe,
garennes ». Des lieux de pâture pour de trop entre le Xe et le XIIIe s. À ce titre, la féodalité
maigres troupeaux, de pêche, de chasse et de est un régime de distribution et de gouverne-

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   76


ment des terres qui précède la construction des hommes peuvent échanger un baiser de paix.
Etats forts de l’époque moderne. Le vassal prononce ensuite un serment de
L’effondrement   des   pouvoirs   centraux   fidélité dont la sacralité tend à s’accroître, car
implique   en   effet   de   nouvelles   formes   il est prêté en présence d’objets sacrés et
d’organisation   des   pouvoirs  :   la   féodalité   notamment de reliques. Le rituel s’achève par
consiste   en   une   sorte   de   confédération   de   l’investiture d’un cadeau : une motte de terre
principautés,   de   seigneuries,   de   fiefs,   ou un fétu de paille symbolisent le plus
concédés   à   des   seigneurs   qui,   s’ils   sont   souvent la terre confiée par le seigneur. Le
inégaux  en  puissance,  se  sentent  néanmoins   vassal se voit octroyer les moyens de subsister
chacun   investis   d’un   pouvoir   souverain   sur   et de s’armer.
leurs  propres  domaines.  Subordonnés  entre  
eux,   ils   ont   des   devoirs   et   des   droits   •  Document  2.  Le  roi  Louis  VI  face  à  ses  vassaux  
réciproques  ;   souvent   en   guerre   pour   Orderic Vital (1075-1141 ou 1143) est un
augmenter   leurs   terres,   ils   jouent   de   leurs   moine anglo-normand. Solidement informé,
alliances   et   peuvent,   au   XIe   et   au   XIIe   s.,   son Histoire ecclésiastique, composée en treize
inquiéter   le   roi   dont   la   puissance   est   livres, constitue l’une des grandes sources de
atrophiée.  On  appelle  vassalité  ce  réseau  de   l’historien du Moyen Âge central. Comme la
relations   d’homme   à   homme,   système   de   plupart des chroniqueurs et historiens de cette
relations   sociales   fondé   sur   des   liens   époque, son œuvre ne commence pas avec son
personnels  et  privés.  À  la  tête  de  ce  système,   siècle mais remonte à la naissance du Christ : il
le   seigneur   des   seigneurs,   parfois   appelé   n’est pas rare que certains moines retracent
suzerain  (le  terme  est  tardif),  ne  tient  de  fief   brièvement l’histoire depuis la Genèse ; le
de  personne  ;  on  trouve  ensuite  les  vassaux   temps chrétien est linéaire, marqué par un
directs   des   souverains   –  qui   peuvent   être   début (la création) et une fin (le Jugement
des   princes   territoriaux   importants   comme   dernier) entre lesquels on inscrit l’histoire de
l’abbaye, du duché ou du royaume sur lequel
des   chevaliers.   Ceux-­‐ci   peuvent   s’appuyer  
on écrit. (Pour plus d’informations, cf. Bernard
sur les arrière-vassaux, c’est-à-dire les vassaux
Guenée, Histoire et culture historique dans
des vassaux. Au dernier échelon de cette
l’Occident médiéval, Aubier, 1991). Ainsi,
hiérarchie, les vavasseurs ne sont les seigneurs
après avoir narré les débuts de la chrétienté
d’aucun homme.
(livres I et II, Orderic Vital raconte les
Le dossier vise à rendre intelligible les grands
conquêtes de l’Angleterre et de l’Italie du Sud
principes de fonctionnement de la féodalité ; il
(livres III à V). Le livre VI retrace l’histoire du
met en relief les conflits qui peuvent naître
monastère de St-Evroul (il s’agit en fait du
entre seigneurs et vassaux ; les documents
premier livre qu’il se mit à écrire avant de
accordent une place de choix au roi pour
dépasser temporellement et spatialement ce
montrer ce qu’est le rôle du souverain et ses
cadre). Les livres VII à XIII racontent quant à
modalités d’action dans ce cadre politique
eux l’histoire de la chrétienté à partir de 1083.
renouvelé.
Cet extrait (livre XI, 34) nous présente les
•  Document  1.  Une  cérémonie  d’hommage  
difficultés auxquelles la royauté est confrontée
Cette enluminure d’un hommage prêté à au temps de Philippe Ier (1060-1108) : le
Alphonse II d’Aragon (1157-1196) illustre le quatrième roi capétien tente de redresser le
principal rituel de la féodalité. Elle se trouve domaine royal dont les possessions foncières
dans le Liber feudorum maior, c’est-à-dire le sont disjointes, parfois enserrées dans de
grand livre des fiefs qui, élaboré en 1192 et puissantes seigneuries. Il doit pour cela
conservé aux archives de la couronne pacifier son royaume (celui qui impose la paix
d’Aragon, recueille des documents politiques manifeste son pouvoir et fait preuve de son
essentiels de la Catalogne. autorité) et pourchasser les seigneurs les plus
La cérémonie commence par l’hommage : turbulents pour les punir. Le comte de
têtes nues et agenouillés face au seigneur (assis Beaumont et de Bouchard de Montmorency,
sur un trône, portant la couronne et proportion- qui dévastent les terres de l’abbaye de Saint-
nellement plus grand), les vassaux entrent dans Denis pour s’enrichir, apparaissent comme des
sa fidélité en tendant leurs mains jointes. ennemis de l’Église et des ennemis de la
Celles-ci sont reçues par le seigneur et les deux royauté : cette dernière doit protéger l’Église
mais il se trouve qu’elle est aussi

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   77


particulièrement attachée à l’abbaye de Saint- puissant guerrier redouté qui construit en
Denis (Denys passe alors pour l’un des grands pierre là où les autres utilisent encore
évangélisateurs de la Gaule et apparaît, en largement le bois (il fait aussi construire le
particulier depuis les Carolingiens, comme donjon de pierre de Langeais, encore visible
l’un des protecteurs de la royauté franque). Ce actuellement). Le donjon quadrangulaire est
n’est pas ici le roi qui combat mais son fils, le très présent au début de période et quand il y a
futur Louis VI (1108-1136). Celui-ci, aidé des pétrification des structures préexistantes en
vassaux de son père Philippe Ier, met le siège bois : haut de 36 m, il constitue un ouvrage
devant le château du seigneur le plus turbulent, défensif colossal, au centre des murailles et
Montmorency. S’il peut compter sur quelques d’une vaste cour, alors que le village était déjà
soutiens (Simon de Montfort et la comtesse à proximité du site castral. C’est grâce à des
Adèle de Blois), le roi compte encore dans les ouvrages défensifs comme celui de Loches que
rangs de ses vassaux de turbulents seigneurs le comte peut agrandir son domaine et tenir
qui mettent ses entreprises en péril. tête à tous les autres grands du royaume, le roi
inclus.
•  Document  3.  Le  baiser  de  paix  
L’enluminure est extraite de l’un des textes les •  Document  5.  Un  conflit  entre  son  vassal  et  son  
plus célèbres et traduits du Moyen Âge, les seigneur  
Histoires de Guillaume de Tyr (vers 1130- Cet extrait permet de montrer aux élèves ce
1184), parfois aussi appelées Les Histoires qu’est la commise du fief, c’est-à-dire la
d’Outre-mer, composées en 23 livres mais confiscation d’une terre par le seigneur. Celle-
laissées inachevées. Né à Jérusalem, ci peut avoir lieu si le vassal ne tient pas les
Guillaume parcourut les universités euro- engagements contractés lors de la cérémonie
péennes avant de revenir en Terre sainte et de de l’hommage ; la commise peut aussi
devenir chancelier de Jérusalem puis apparaître comme un moyen utilisé par le
archevêque de Tyr. pouvoir central pour réduire la puissance des
La miniature représente un hommage à grands seigneurs. Ainsi, Eudes de Blois est un
Baudoin V (1150-1195). Le baiser de paix est seigneur plus puissant que le roi Robert le
l’une des phases du rituel de l’hommage. Les Pieux (996-1031) : mieux doté en terres que le
premiers gestes et rituels de la cérémonie sont roi, (il détient les comtés de Blois, Tours et
d’abord marqués par la recherche de la paix ; Chartres et met la main sur ceux de Troyes,
suivi par l’immixtio manuum (aussi appelée Meaux et Provins) il tient celui-ci en tenaille.
datio manuum) : à genoux face à son seigneur, Pour   se   défendre   face   à   Robert   qui   le  
tête nue, le vassal est désarmé et s’avoue menace   de   lui   confisquer   ses   fiefs,   Eudes  
vassal. Il tend ses mains jointes reçues par le emploie  une  rhétorique  parfaite  :  le  comte  a  
seigneur, qui peut alors le relever. C’est alors certainement   rédigé   sous   la   dictée   de  
que peut surgir un nouveau temps du rituel, si Fulbert  de  Chartres  (la  lettre  a  été  retrouvée  
le vassal et le seigneur appartiennent au même dans   la   correspondance   de   l’évêque,   qui  
groupe aristocratique : c’est le baiser de paix, passe   pour   être   un   spécialiste   du   droit  
aussi appelé osculum, qui précède le serment féodal).  Après  avoir  rappelé  le  prestige  de  sa  
de fidélité qui engage réciproquement les deux naissance  et  de  sa  lignée,  depuis  longtemps  
hommes. Le baiser de paix, donné à ce niveau, installée   sur   ses   terres,   il   résume  
est aussi un gage de stabilité politique, car il précisément   ce   que   le   roi   est   en   droit  
signifie la concorde entre princes puissants : d’attendre   de   son   vassal  :   le   conseil  
certains témoins de la scène manifestent leur (consilium),  l’assistance  lors  des  expéditions  
accord ou leur surprise. militaires   (auxilium)   et   notamment l’ost, le
service militaire armé dû par le vassal.
•  Document  4.  Le  donjon  de  Loches   Le conflit entre les deux hommes est
Ce puissant donjon situé dans le département inévitable. Puisqu’il n’a pas failli, sa révolte
actuel de l’Indre-et-Loire constitue un témoi- face à l’attitude   royale   est   légitime   et   n’appa-­‐
gnage exceptionnel sur le territoire français. Il raît   pas   comme   une   rébellion  ;   la   défense   de  
nous renseigne en effet sur la construction son   honneur   (ici   son   fief,   transmis   de  
militaire de la fin du Xe et du XIe siècles et manière   héréditaire)   est   présentée   comme  
manifeste la puissance du comte d’Anjou une   nécessité   et   peut   l’emporter   sur   la  
Foulque III, dit Foulque Nerra (970-1040),

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   78


fidélité  au  seigneur.  Eudes  de  Blois  reproche   prises par le roi alors qu’ils sont agenouillés,
au   roi   d’être   mal   conseillé.   Le   «  méchant   avant d’être relevés par Alphonse d’Aragon ;
conseil  »   dont   il   est   question   à   la   fin   de   le décor souligne que l’action se déroule dans
l’extrait  est  celui  du  comte  Richard  II,  duc  de   un cadre majestueux, celui du palais où le roi,
Normandie  (996-­‐1026)  :  le  roi  lui  donne  un   couronné et en trône, manifeste tout son
rôle  d’arbitre  dans  ce  conflit  alors  que  le  duc   pouvoir. Quant au baiser de paix du docu-
de  Normandie  est  un  ennemi  des  comtes  de   ment 3, il est donné en présence d’autres
Blois.   Eudes   lui   rappelle   aussi   les   vertus   puissants témoins de la scène ; il permet aux
royales   de   justice   et   de   paix  :   en   pardonnant   rois et aux princes de rappeler les hiérarchies
à  son  vassal  rebelle  et  en  lui  rendant  la  terre   entre les puissants et joue donc un rôle de
qui  lui  avait  été  confiée,  Robert  restaurerait   rituel de régulation du pouvoir.
la   paix.   On   voit   ainsi   l’attachement   aux  
valeurs   féodo-­‐vassaliques   (l’honneur,   la   3.   Quels   sont   les   devoirs   du   vassal   envers   son  
justice,  le  courage)  mais  aussi  l’attachement   seigneur  ?  
des   grands   féodaux   à   leurs   terres,   qu’il   est   Le  vassal  et  le  seigneur  se  doivent  l’aide  et  le  
difficile   de   leur   confisquer   même   si   elles   conseil  :  il  s’agit  d’un  engagement  physique,  
appartiennent  en  théorie  au  fisc  royal.  Tout   militaire   et   moral   réciproque   qui   lie  
en   se   justifiant   en   tant   que   vassal,   Eudes   fortement   les   deux   hommes.   On   voit   qu’en  
menace   le   roi   pour   le   dissuader   de   cas   d’expédition   armée   du   seigneur,   en  
confisquer  ses  fiefs.   l’occurrence  le  roi  dans  le  document  n°  2,  les  
vassaux   lui   prêtent   assistance   en  
  Réponse  aux  questions   combattant   à   ses   côtés,   en   envoyant   des  
hommes   ou   du   matériel.   On   voit   par   ailleurs  
1.  Quels  sont  les  moyens  utilisés  par  les  rois  pour   dans   le   document   5   que   le   vassal   doit   être  
maintenir   leur   pouvoir   sur   des   seigneurs   parfois   d’une   absolue   fidélité   au   seigneur   (Eudes  
aussi  puissants  qu’eux  ?   tente   de   justifier   ses   actes   pour   dissuader  
Les rois utilisent les moyens juridiques mais son  seigneur  de  lui  retirer  son  fief).  
aussi les moyens symboliques à leur dispo-
sition : les rituels s’accroissent dans le monde  
féodal pour essayer de conserver des moyens 4.   Expliquez   pourquoi   et   comment   des   vassaux  
d’action pour canaliser les seigneurs turbu- peuvent  s’opposer  à  leur  seigneur.  
lents. L’hommage, avec ses différentes étapes Les   conflits   les   plus   nombreux   sont   liés   au  
(le document 1 montre la datio manuum et le 3 mauvais   comportement   des   vassaux   qui  
le baiser de paix échangé entre seigneurs de agissent  parfois  en  seigneurs  pillards  et  que  
haut rang) établit des liens très forts entre les l’Église   dénonce   comme   tels   au   seigneur  
hommes, qui obligent autant le vassal que le (cas   évoqué   dans   le   document   n°  2)  ;   ces  
seigneur et dont les rôles sont de mieux en conflits   peuvent   aussi   être   liés   à   la   rupture  
mieux définis grâce à la redécouverte du droit d’un   engagement,   ou   d’une   trahison,   en   cas  
romain et à son approfondissement au XIIe s. d’hommages   multiples   notamment   (c’est  
En cas de litige ou pour protéger les biens de pourquoi   apparaîtra   l’hommage   lige,   une  
l’Église comme c’est le cas dans le document 2 forme   d’hommage   prioritaire   exigé   par   les  
(les terres de l’abbaye de St-Denis sont plus   puissants   des   seigneurs,   c’est-­‐à-­‐dire  
pillées), le roi peut intervenir militairement, rois  et  princes).  S’il  est  établi  que  le  vassal  a  
avec l’aide de ses vassaux qui ont promis failli,   son   seigneur   lui   retire   son   fief,   une  
l’aide et le conseil (auxilium et consilium) lors terre   qui   lui   avait   été   confiée   à   la   suite   de  
de l’hommage : Simon de Montfort et Adèle
l’hommage   pour   lui   permettre   d’avoir   les  
de Bois participent ainsi à l’expédition du futur
moyens   d’assister   le   seigneur   dans   de  
roi Louis VI.
bonnes  conditions.  Surgissent  alors  d’autres  
types   de   conflits,   car   les   seigneurs  
2.   Quels   gestes   montrent   que   les   seigneurs  
rentrent  dans  la  vassalité  du  roi  ?  
considèrent   de   plus   en   plus   que   cette   terre  
Les seigneurs, situés sur la droite de la leur   appartient   et   ne   peut   leur   être   retirée  
première enluminure, sont proportionnellement comme   c’était   le   cas   sous   les   Carolingiens  
plus petits que le roi. Au nombre de cinq, ils avec   le   système   des   bénéfices.   Les   vassaux  
joignent leurs mains qui seront successivement considèrent   que   la   terre   qui   leur   a   été  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   79


confiée   doit   rester   dans   le   giron   familial   et   brièvement l’histoire depuis la Genèse). Cet
qu’elle   constitue   la   base   de   leur   puissance   extrait de l’Histoire ecclésiastique tient
économique  mais  aussi  politique  et  sociale.   néanmoins davantage de l’hagiographie que de
la chronique.
 
L’hagiographie est le récit de la vie des saints ;
5.   Montrez   la   puissance   et   l’autonomie   de   pour proposer des modèles de piété aux élites
certains  grands  seigneurs.   laïques, les ecclésiastiques rédigent des vies de
Certains   seigneurs,   bien   dotés   en   terre   et   à   saints laïques parmi lesquels on va trouver des
la   tête   de   nombreux   hommes,   sont   aussi   chevaliers. Ansoud de Maule est le plus bel
puissants   que   les   souverains   du   XIe   ou   du   exemple de chevalier chrétien puisqu’il finit
début   du   XIIe  siècle.   Il   en   va   ainsi   du   comte   ses jours au monastère, prononçant ses vœux et
d’Anjou   ou   du   comte   de   Flandres   qui   sont   « expiant dans la félicité ». Le texte propose un
mentionnés   dans   les   documents   3   et   4.   certain nombre de topoi, c’est-à-dire de situa-
Leurs   ambitions   territoriales   et   politiques   tions que l’on va retrouver dans tous les récits
les   amènent   parfois   à   se   confronter   de vie de saints (l’enfance pieuse, la frugalité,
militairement   à   leur   souverain   ou   entre   la chasteté dans la mesure du possible pour les
princes,   c’est   pourquoi   ils   édifient   de   femmes mariées qui ont pour devoir de
puissantes  fortifications  qui  impriment  leur   concevoir, la générosité, l’humilité, l’esprit de
marque   sur   le   territoire   et   contribuent   à   pénitence, la bonne mort chrétienne).
défendre   leurs   intérêts  ;   ils   peuvent   aussi   L’Église met tout en œuvre pour « convertir »,
contester  une  décision  de  leur  seigneur  s’ils   au sens médiéval du terme, une bonne partie de
la   trouvent   injuste   et   infondée.   Ils   ont   les   ces turbulents milites : ces puissants hommes
moyens   militaires   de   s’opposer   à   celui-­‐ci   et   d’armes sont déjà chrétiens par le baptême
le   différend   doit   alors   être   réglé   par   une   mais approfondissent leur foi chrétienne),
intervention   armée.   C’est   pourquoi   tous   les   notamment grâce aux rituels de l’adoubement,
rituels  pensés  par  les  princes  et  l’Église  vont   cérémonie de plus en plus chargée de symbo-
croissant   entre   le   XIe   et   le   XIIIe   siècles.  :   il   lique chrétienne (bain rituel du chevalier qui
s’agit   de   légitimer   et   de   magnifier   les   précède l’adoubement, dépôt des armes sur un
puissances  supérieures  qui  sont  les  seules  à   autel, une nuit durant, avant qu’elles ne soient
pouvoir   réguler   les   conflits   (la   régulation   remises au chevalier, serment de fidélité
s’exerce  en  outre  à  leur  profit  et  au  profit  de   prononcé qui rappelle que la force du chevalier
ne doit être utilisée qu’à des fins chrétiennes).
l’Église   dont   les   biens   sont   souvent   menacés  
L’examen d’autres sources montre néanmoins
par   les   seigneurs   les   plus   turbulents   ou   les  
que ce chevalier chrétien n’est qu’un idéal que
chevaliers).  
cherche à imposer l’Église : les testaments de
  chevaliers qui apparaissent au XIIIe siècle
témoignent du comportement souvent encore
 
violent de ce groupe social : le testament de
Aux  sources  de  l’histoire   Geoffroy de Tournemine (document 2) montre
que celui-ci souhaite faire pénitence avant sa
Les   chevaliers  :   de   l’idéal   chrétien   à   la   mort, ce qui témoigne de la crainte du
réalité.   jugement dernier. Mais les méfaits à réparer
sont larges : les chevaliers continuent à blesser
›  MANUEL  PAGES  126-­‐127   ou à tuer, à spolier paysans ou ecclésiastiques
  (que l’on peut regrouper sous le vocable
d’inermes), venant troubler l’ordre chrétien
  Choix  des  documents   même en temps de paix. La mission que s’est
Orderic Vital (1075-1141 ou 1143) est un assignée l’Église n’est donc que partiellement
moine anglo-normand et son Histoire remplie, malgré la multiplication des textes et
ecclésiastique, composée en treize livres, des images exhortant les combattants à servir
constitue une source incontournable pour le Christ et à n’utiliser leur force que pour
l’historien du Moyen Âge. Le temps chrétien maintenir la paix ou punir les contrevenants à
étant linéaire (de la Création au Jugement cet ordre chrétien du monde.
dernier), son œuvre remonte à la naissance du
Christ (certains moines vont jusqu’à retracer   Réponse  aux  questions.  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   80


1.  Présentez  l’auteur  et  la  nature  du  document  1.   chère, dans sa vieillesse il gagne le monastère
Le document 1, extrait de l’Histoire ecclé- où il finit par mourir en tant que moine, c’est-
siastique d’Orderic Vital, est un texte du à-dire en homme de dieu.
XIIe siècle, traduit du latin. Il narre la vie
d’Ansoud de Maule et est intitulé « la vie d’un 5.   En   quoi   le   testament   de   Geoffroy   de  
parfait chevalier » car Ansoud satisfait tout au Tournemine   (doc   2)   nous   présente-­‐t-­‐il   une   tout  
long de sa vie aux attentes que l’Église autre  réalité  du  chevalier  ?  
manifeste à l’égard du groupe des combattants Le testament de Geoffroy de Tournemine nous
en Occident, généralement issus d’une aristo- montre que malgré tous les écrits de l’Église
cratie aussi belliqueuse que tumultueuse. Si le visant à promouvoir le modèle idéal du cheva-
texte est issu d’une chronique (c’est la manière lier chrétien, certains combattants demeurent
la plus courante d’écrire l’histoire au Moyen extrêmement belliqueux et fauteurs de troubles
Âge), l’extrait s’apparente davantage à l’hagio- toute leur vie durant. Le testament enregistré
graphie c’est-à-dire au récit de la vie des en 1264 témoigne en effet de l’urgence que
saints : l’Église cherche à exhorter les chrét- ressent le chevalier breton à dédommager tous
iens à imiter de pieux modèles et met donc par les inermes dont il a su profiter par la force,
écrit des vies qui ont une valeur exemplaire. partout sur son passage.

2.   Retracez   les   principales   étapes   de   la   vie  


d’Ansoud.  
Ansoud aurait eu une enfance pieuse, brille dès
Histoire  des  arts  
qu’il apprend le métier des armes, ne tarde pas Marie   de   France   (XIIe  s.)  :   amour   courtois  
à se marier à une jeune fille très vertueuse, et  idéal  chevaleresque  
Odeline. Il se comporte, alors qu’il est cheva-
lier et marié, comme un moine, se nourrissant ›  MANUEL  PAGES  128-­‐129  
très peu ; à la différence des autres hommes de   Choix  des  documents  
l’aristocratie il est d’une grande chasteté et
d’une grande intégrité ; il remplit son devoir de Marie  de  France,  une  femme,  trois  œuvres  ?  
chrétien laïque en étant le père de neuf enfants L’œuvre de Marie de France (1154-1189)
(sept fils et deux filles). Après avoir été présente de multiples intérêts dans le cadre de
chevalier pendant 53 ans, il gagne le monastère ce chapitre d’histoire : elle permet à la fois de
où il fait pénitence, prononce ses vœux avant poser la question de la culture courtoise, de
d’expier dans la félicité. l’écriture littéraire en langue vulgaire mais
aussi du rôle des femmes dans cette société en
3.   Montrez   qu’Ansoud   est   présenté   comme   un   un temps où rares sont celles qui écrivent.
chevalier,  homme  de  guerre.  
Ansoud a des qualités intellectuelles et morales Marie qui vit et compose à la cour anglo-
mais aussi physiques : il est courageux, accom- normande, se présente à deux reprises dans son
plit des hauts faits dès qu’il apprend le métier œuvre. Dans les fables dédiées à Guillaume de
des armes. Son courage et sa dextérité souli- Mandeville, Comte d’Essex, elle écrit Marie ai
gnent sa vertu ; Orderic souligne également le num, si sui de France (« mon nom est Marie,
fait qu’il ne commet pas de rapines, ce qui et je suis de France ») ; dans le prologue de ses
signifie que c’est assez rare pour l’époque. lais, dédiés à Henri II Plantagenêt, elle
explique les raisons qui l’entraînent à prendre
4.   Montrez   qu’Ansoud   est   surtout   présenté   la plume.
comme  un  parfait  chrétien.  
Ansoud est présenté comme un parfait « Celui qui veut se protéger du vice
chrétien, car il respecte tous les commande- doit se consacrer à l’étude et s’efforcer
ments de l’Église : il est pieux dès le plus d’entreprendre une œuvre exigeante :
jeune âge et le reste tout au long de sa vie, c’est là la meilleure façon de s’écarter du vice
accepte de vivre comme un laïque en se et de se libérer d’une grande souffrance.
mariant et en ayant des enfants mais jamais C’est pourquoi j’ai d’abord formé le projet
dans un esprit de péché ou de luxure (il est de raconter, en français,
d’ailleurs fidèle à sa jeune épouse), il ne cède une belle histoire tirée du latin.
pas à la gloutonnerie ou aux excès de la bonne

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   81


Mais ce travail ne m’aurait guère valu de et pour laquelle il éprouvera de grandes
considération : souffrances d’amour. Embarqué à bord d’un
tant d’autres l’ont déjà fait ! navire sans pilote, il parvient jusqu’à un jardin
Je m’intéressai alors aux lais que j’avais clos où un vieillard, aussi tourmenté que
entendus. jaloux, a enfermé sa jeune femme. Elle guérit
Je ne doutais pas, j’en étais même certaine, Guigemar et ils s’aiment mais ils sont bientôt
que ceux qui les avaient inventés découverts : le navire sans pilote reconduit
et légués à la postérité Guigemar sur ses terres, puis la jeune femme
les avaient composés qui parvient à s’échapper de la prison où son
pour conserver la mémoire mari l’avait enfermé. Les deux amants se
des aventures qu’ils avaient entendues. retrouvent grâce à un signe de reconnaissance
J’en ai entendu raconter un certain nombre, et Guigemar arrache sa dame à un chevalier
je ne veux pas les laisser tomber dans l’oubli. qui exigeait que la jeune femme l’épousât.
Je les ai mis en vers et en rimes,
j’y ai consacré bien des heures de veille ! Eliduc :
Eliduc, chevalier breton, est hommes du roi de
C’est en votre honneur, noble roi, Grande-Bretagne. Le chevalier devient assez
vous qui incarnez les valeurs courtoises, vite l’amant de sa fille, qu’il ramène, à sa
vous vers qui toute joie s’incline, demande, sur ses terres. Mais sur le navire, la
et dans le cœur de qui tout bien s’enracine, fille du roi apprend qu’Eliduc est marié.
que j’ai entrepris de recueillir les lais, Frappée par la tristesse, elle reste sans
de les mettre en récit versifié. connaissance durant des semaines alors
Au fond de mon cœur je me proposais, qu’Eliduc doit la cacher et la protéger. Sa
Sire, de vous les dédier. femme, ayant découvert la vérité, réussit à
S’il vous plaît de les recevoir, ramener la jeune fille à la vie et décide de
Vous me ferez une joie immense, rentrer au couvent pour laisser le champ libre à
j’en serai heureuse toute mon existence. son époux et à sa jeune rivale.
Ne l’entendez pas comme un signe de
suffisance, Les  valeurs  courtoises  et  la  place  des  femmes  
si j’ose vous faire un tel présent. C’est dans la haute aristocratie qu’est née la
Ecoutez-en donc le commencement ! » littérature courtoise, notamment auprès du duc
d’Aquitaine Guillaume IX vers 1120, grand
Nathalie Koble, Mireille Séguy, Lais bretons, seigneur et grand poète, le premier connu en
XIIe-XIIIe siècles : Marie de France et ses langue vernaculaire, inventeur de l’art du
contemporains, Honoré Champion, 2011. trobar (l’art poétique des troubadours) ; celle-
ci s’est ensuite diffusée par l’intermédiaire des
Si Marie s’inspire des auteurs antiques pour grands et notamment par la petite-fille de
ses fables et adapte par écrit dans ses lais les Guillaume, Aliénor d’Aquitaine (1122-1204).
ballades d’influence celtique, Marie pourrait Guillaume a chanté l’amour égrillard mais
aussi être l’auteur du Purgatoire de saint aussi l’amour pur, s’adressant à une dame
Patrice, traduction du latin en langue vulgaire, souveraine que le poète sert. L’amour courtois
pour le rendre intelligible au laïcs, d’un traité se fonde sur un certain nombre de vertus et
de Henri de Saltrey. Elle est l’une des rares tend à « melhurar » ("rendre meilleur") un
femmes qui ait tenu la plume de manière amant destiné à devenir une figure aussi
régulière, une figure exceptionnelle pour le exemplaire que celles du saint, du sage ou du
XIIe s. héros. C’est l’amour inassouvi du poète pour
sa dame ou, quand il est assouvi, l’amour pur
Résumés   des   histoires   dont   les   extraits   de   lais   ont   et désintéressé.
été  tirés.  
Les œuvres courtoises issues des grandes cours
d’Europe apparaissent souvent comme un
Guigemar : ciment du groupe dominant : les auteurs
Guigemar est un chevalier breton valeureux. Il composent leurs textes pour un public averti ;
se blesse par la flèche avec laquelle il a atteint les textes circulent autant que les hommes, ce
une biche qu’il lui apprend qu’il ne pourra être qui renforce la communauté idéologique des
guéri que par une dame qui éprouvera pour lui groupes aristocratiques. Les chevaliers y sont

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   82


toujours mis en avant, comme en témoignent supérieurs (l’aristocratie des barons, les
les deux extraits de lais proposés. Ils appa- chevaliers, mais aussi le patriciat et la
raissent comme les défenseurs courageux des bourgeoisie des villes). Cependant, ce ne sont
valeurs chrétiennes, plus largement comme les pas exactement des langues parlées qui sont
défenseurs de la chrétienté. Les femmes chan- mises par écrit : il existait une grande
tées y sont pures et fragiles, protégées par des variabilité dialectale. Or ces langues
hommes qui connaissent la noblesse de leur vernaculaires écrites apparaissent comme des
cœur. En ce sens, la littérature courtoise a Koiné qui transcendent largement les
protégé les femmes : il est du devoir des variations dialectales même si elles en
hommes que de protéger les femmes de retiennent certains traits. Comme il n’y avait
l’aristocratie et de se montrer le plus vertueux que le latin comme langue enseignée, il est
possible pour leur plaire, durant les temps de difficile de travailler sur l’origine de ces
paix comme durant la guerre. langues qu’on divise toujours en langue d’oc et
langue d’oil. La première œuvre préservée en
La   littérature   courtoise  :   quels   auteurs,   quel   langue vulgaire, dans le Nord, est La Chanson
public,  quelle  langue  ?   de Roland : c’est un récit épique anonyme qui
Si l’emploi du latin est encore très largement date de 1100 environ, conservée dans un
majoritaire dans l’écrit, la littérature courtoise, manuscrit du 2e quart du XIIe siècle, d’origine
qui s’épanouit avec la renaissance du anglo-normande. La région, qui est aussi celle
XIIe siècle, se caractérise par l’éclosion d’une où vit Marie de France, a été importante dans
littérature en langue vulgaire, conçue par les l’histoire du développement de la littérature en
laïcs pour les laïcs, ce qui explique que les langue d’oil. Elle raconte la défaite de
thèmes et les formes de ces écrits évoluent. l’arrière-garde des armées de Charlemagne qui
Même si le latin reste omniprésent, cet essor reviennent d’une campagne victorieuse en
marque la fin du monopole des clercs sur Espagne. Ils ont été attaqués par les Sarrasins à
l’écrit. On définit parfois les différents genres Roncevaux, à la suite de la trahison de
littéraires médiévaux par leur public : on a Ganelon : Roland, le neveu de l’empereur, est
tendance à rattacher la chanson de geste aux anéanti avec plusieurs grands qui l’entourent ;
chevaliers, le fabliau à un public plus fruste et Charlemagne exerce ensuite sa vengeance
les romans courtois à un public de cour dominé contre Ganelon et les Sarrasins.
par les femmes ou des hommes de groupes

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   83


CHAPITRE
Sociétés  et  cultures  urbaines  
6 (XIe-­‐XIIIe  siècles)  
›  MANUEL  PAGES  136  À  159  

RAPPEL  DU  PROGRAMME   typiques qui légitiment l’expression de


« culture urbaine ».
Sur le plan économique, le développement
Ce chapitre est au choix. Il s’insère dans le urbain a partie liée avec l’essor économique de
thème 3 et appelle l’étude de deux points la période. On variera donc les échelles pour
principaux : montrer que, du petit bourg stimulé par
– l’essor urbain ; l’apparition d’un véritable marché local à la
– l’étude de deux villes en Europe choisies grande capitale prise dans le réseau de com-
dans deux aires culturelles différentes. merce international (ex : la hanse), l’ensemble
  de l’occident chrétien est désormais inséré
dans de nombreux circuits commerciaux.
  Objectifs  et  problématiques    
du  chapitre   La ville médiévale comporte également des
fonctions religieuses, culturelles, et politiques.
Le thème 3, « sociétés et cultures dans La première renvoie au premier chapitre du
l’Europe médiévale » s’est d’abord focalisé sur thème. On pourra donc se contenter ici de
la dimension religieuse qui est structurante pointer les nombreux bâtiments religieux en
pour l’analyse des aspects sociaux et culturels insistant sur ceux qui sont intrinsèquement liés
de l’Occident chrétien. Pour autant, ce Moyen à la ville, à savoir les cathédrales et les monas-
Âge du XIe au XIIIe siècle est aussi un moment tères des ordres mendiants, surtout domini-
clé dans la mise en place de nouvelles cains. Les premières universités qui naissent en
pratiques sociales et culturelles liées, notam- Europe sont à l’interface entre la fonction
ment, à l’expansion économique qui s’accom- religieuse et culturelle. La plupart des cours
pagne du développement de villes de toutes sont consacrés à la théologie, mais la présence
tailles. d’une université provoque l’arrivée de nou-
Le chapitre s’attache donc à montrer plusieurs veaux habitants étudiants, jeunes, lettrés, qui
aspects de ce phénomène urbain reconnu développent des sociabilités typiquement ur-
comme majeur par tous les historiens. Il s’agit baines. La ville est en effet aussi un lieu de
d’abord de questionner la réalité de la concentration démographique. Les différentes
médiévale : comment définir la ville ? catégories sociales y sont brassées, notamment
Il va de soi qu’il n’existe pas un modèle unique géographiquement, car la ségrégation socio-
de ville et les historiens médiévistes peinent à spatiale n’apparaît que tardivement vers la fin
délimiter des facteurs discriminants pour de la période. Sales, souvent insalubres et
définir la ville. La muraille est certes ce qui malodorantes, très bruyantes, les rues tor-
matérialise la séparation rural/urbain ; mais tueuses s’animent le jour avec les différents
certaines villes n’en ont pas. Selon qu’elles ont métiers, les crieurs de rue ou les vendeurs
été créées ex nihilo ou qu’elles sont le fruit de ambulants mais peuvent devenir très dange-
réaménagements successifs, les villes ne se reuses quand s’y croisent les très nombreux
ressemblent pas. La ville médiévale est donc marginaux (mendiants, nomades) peuplant
multiple et il faudra montrer aux élèves cette également la ville. Pour autant, la ville reste un
polymorphie à travers des exemples variés pris lieu festif. Les fêtes religieuses (la Saint-Jean,
dans toute l’étendue de l’Occident chrétien. la Fête-Dieu), les carnavals sont également une
Même si ce monde des villes reste très caractéristique de la culture urbaine.
minoritaire par rapport au monde rural, la ville Enfin, la ville est un lieu de pouvoir. Sa
doit être vue comme un laboratoire de la fonction politique est essentielle. Les chartes
modernité. S’y inventent des manières de vivre de franchise sont très variées. Obtenues par la

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   84


lutte (Laon) ou pacifiquement, elles sont la • BOUCHERON (Patrick), Conjurer la peur,
première expérience d’une reconnaissance Sienne 1338, essai sur la force politique des
juridique et d’une gestion municipale auto- images, Seuil, 2013.
nome. Le pouvoir y est soit confisqué par les
plus hautes couches sociales (bourgeois, WEBOGRAPHIE  
grosso populo), soit plus démocratiquement • Site de la BNF fournit des dossiers
distribué. Dans tous les cas, cette multiplicité pédagogiques sur la vie dans les villes au
de formes communales explique aussi la Moyen Âge : http://classes.bnf.fr
fragmentation des droits locaux sur lesquels il • Le site de l’UNESCO fournit des
faut insister pour comprendre les difficultés à informations sur les grandes villes :
venir dans l’imposition de la centralisation du http://whc.unesco.org
pouvoir à l’époque moderne. • Penser également aux différents sites des
archives départementales qui proposent
Malgré tout cela, il ne faut pas perdre de vue souvent des ressources pédagogiques en ligne.
qu’à l’époque médiévale, la frontière entre la • C’est le cas notamment du Lot et Garonne :
ville et la campagne reste très poreuse. Il y a www.cg47.org.
des champs et des activités agricoles à • Le musée national du Moyen Âge :
l’intérieur de la ville. L’interdépendance entre http://www.musee-moyenage.fr
les deux espaces est énorme. Du plat pays • Le site
environnant dépend notamment le dynamisme http://www.symbaloo.com/mix/moyen-age-
de la ville. videos est une base de données (site d’une
enseignante apparemment) qui mutualise de
BIBLIOGRAPHIE  :   nombreuses vidéos sur le Moyen Âge. C’est
On trouvera de nombreuses informations dans très pratique, certaines sont très intéressantes,
les deux chapitres consacrés aux villes d’autres moins.
médiévales dans les ouvrages généralistes
suivants :
• MAZEL (F.), Féodalités 888-1180, Belin,
2010.
Ouverture  
• CASSARD (J.-C.), L’âge d’or capétien, 1180- ›  MANUEL  PAGES  136-­‐137  
1328, Belin, 2011.
Cette double-page insiste sur deux thèmes
essentiels du chapitre car les documents
On en trouvera également dans ouvrages
permettent d’amorcer à la fois une lecture
spécialisés :
topographique et morphologique de la ville
• BOUCHERON (P.), MENJOT (D.), La ville
(doc. 2) mais aussi une lecture plus socio-
médiévale, Histoire de l’Europe urbaine, tome
logique de la culture urbaine (doc. 1).
II, Seuil, Points-histoire, 2011.
• CROUZET-PAVAN (E.), Venise triomphante :
Le document 1 montre la ville comme lieu
les horizons d’un mythe, Albin Michel, 2014.
d’activité économique. C’est d’abord un
• DOLLINGER (Ph.), La hanse, (XIIe-XVIIIe
espace productif. Ici, il s’agit d’un métier de
siècles), Aubier, 1964, 2ème édition, 1988
bouche, les boulangers, la corporation nour-
• DUBY (G.), Histoire de la France urbaine,
ricière la plus importante. Naturellement, l’ori-
tome 2 : la ville médiévale, seuil, 1980, rééd
ginalité de l’image tient aussi dans la repré-
1991
sentation de femmes qui sont nombreuses dans
• HOQUET (J.-C.), Venise et Bruges au Moyen
certains métiers, même si elles sont discri-
Âge, n° 8011, La documentation française,
minées. Elles peuvent rarement accéder à la
1999.
maîtrise par exemple (voir p. 151). Ici, on
• ROUX (S.), Le monde des villes au moyen
observe à la fois la production et la commer-
Âge, hachette collection, « carré-histoire »,
cialisation. Le pain est la base de l’alimen-
2004
tation. Les ateliers sont ouverts sur l’espace
• ROUX (S.), Regards sur Paris, Histoires de la
public comme on l’observe ici. La transaction
capitale (XIIe-XVIIIe siècles), Payot, 2013.
se fait dans l’immédiat, au fil des rues, et
directement à la sortie du four.
HISTOIRE  DE  L’ART  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   85


On pourra également lire sur cette image des élèves sont appelés à percevoir la ville comme
indications sur la forme urbaine et la fonction un espace de pratiques sociales.
religieuse à travers les quelques monuments Par ailleurs, certains mots ont connu des
représentés (ici, une église en arrière-plan). évolutions de leurs usages et de leurs signifi-
cations. C’est le cas du « bourgeois ».
Mais c’est le document 2 qui permet le mieux L’origine médiévale du mot permet, étymolo-
une analyse d’une forme particulière d’espace giquement, de rappeler qu’il est intrinsè-
urbain. Monflanquin est une bastide typique du quement lié au fait urbain et qu’il est d’abord
Sud-Ouest qui s’insère dans les fondations une catégorie juridique avant de désigner une
dites « alphonsines » du XIIIe siècle. Elles catégorie sociale. Il faut donc éviter toute
matérialisent l’organisation administrative, forme d’anachronisme et en interroger l’itiné-
judiciaire, économique et militaire dont se raire sémantique.
charge Alphonse de Poitiers au nom du Roi de La charte de franchise est également au cœur
France, son suzerain. des problématiques urbaines. Elle est par
La ville est fondée entre Lot et Dordogne. Elle excellence le document qui fonde la légitimité
s’inscrit donc dans un contexte géopolitique à se considérer comme ville. Il faut insister sur
précis dont le centre est Toulouse. Cette vue leur diversité.
aérienne semble immortaliser la ville dans son Enfin, les métiers sont le fondement de
aspect médiéval. De fait, créée ex nihilo, elle l’organisation économique des villes. Insister
permet d’identifier les critères d’une ville au sur leur autonomie prépare d’autant mieux à
Moyen Âge. mesurer la rupture révolutionnaire de leur
La ville possède deux axes perpendiculaires et suppression sous la révolution française.
est construite en hauteur pour des questions La carte montre l’insertion du réseau urbain
défensives. dans un commerce international qui emprunte
La ville est délimitée de façon circulaire. Au aussi bien les grandes routes terrestres que
départ, il n’y a pas de remparts mais sans doute maritimes. Elle laisse apparaître clairement les
une simple palissade. L’espace y est agencé de deux principaux foyers de ce grand com-
manière très rationnelle. Les rues principales merce : les villes hanséatiques et le nord de
convergent vers la place centrale, marchande. l’Italie. Chacun de ses foyers faisant l’objet
Les maisons ont été construites très rapidement d’une étude spécifique au sein du chapitre. À
sous la forme de lots délimités par des rues. l’intérieur du royaume de France, l’hypercon-
La charte de fondation de 1256 notait déjà la centration des foires de champagne forme un
présence de « près, vignes, champs labourés » carrefour intérieur entre ces deux foyers tour-
aux alentours, que l’on distingue encore nés vers la mer. Dans les produits échangés, on
aujourd’hui. observe la prédominance des denrées alimen-
Dans leur mise en miroir, les deux documents taires et de la draperie, les deux principaux
montrent font donc émerger de nombreuses secteurs dans la hiérarchie des métiers.
problématiques du chapitre. Les photographies appellent à nouveau une
visualisation de l’espace urbain dont les traces
sont encore nombreuses en Europe, signe de la
Repères   patrimonialisation. Le beffroi est le monument
caractéristique de la fierté et de l’autonomie
Sociétés  et  cultures  urbaines     urbaines puisqu’il est un lieu de réunion des
(XIe-­‐XIIIe  siècles)   magistrats. Il marque le temps et alerte des
dangers.
›  MANUEL  PAGES  138-­‐139   Enfin, la ruelle des chats est l’une des rares
Les notions-clés retenues ici sont au cœur des rues quasiment restées intactes. Très étroite,
enjeux du chapitre. Les élèves doivent d’abord très sombre, avec les toits des maisons qui ont
percevoir les raisons pour lesquelles on peut tendance à se toucher, elle témoigne du carac-
légitimement parler de « culture urbaine ». tère méandreux de la rue médiévale.
L’approche historiographique socio-culturelle
est une caractéristique de des programmes de
lycée. Elle fournit une grille de lecture de
phénomènes trop souvent cantonnés aux
aspects économiques ou politiques. Ici, les

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   86


 Étude   était déjà celui des communes de la Rochelle
(1174), Oléron (1197) ou Saintes (1199).
L’affirmation  des  villes     Il s’agit ici de la sélection de 9 articles sur les
(XIe-­‐XIIIe  siècles)   55 préalables. Les « établissements » ont été
accordés par Philippe Auguste dans un cont-
›  MANUEL  PAGES  140-­‐141   exte de lutte contre les Anglais. Ils font de
Tous les historiens médiévistes notent que Rouen la capitale de la Normandie.
cette période n’est pas celle de la naissance du Les articles sélectionnés ciblent particulière-
fait urbain (qui lui est bien antérieure) mais ment la fonction municipale de la ville et
celle d’une affirmation des villes qui devien- notamment le choix du maire. Il est le premier
nent un maillon essentiel de la compréhension personnage de la commune. Il en est même le
de la société médiévale. Il s’agit donc de seigneur choisi par le roi parmi « 3 prud-
regrouper ici des documents permettant de hommes ». On apprend plus loin (hors doc. 2)
mettre en avant les principaux critères permet- les fonctions de ce maire. Il convoque et
tant ce constat. Nous avons donc choisi à la préside toutes les réunions ordinaires et détient
fois des critères statistiques (doc. 4), morpho- la responsabilité militaire, judiciaire et finan-
logiques (doc. 1), économiques (doc. 5), admi- cière de la ville. Cependant, ce document
nistratifs (doc. 2 et 3) pour dessiner les con- montre la suprématie des « établissements ».
tours de cette « affirmation ». Le maire n’a pas le droit d’aller à l’encontre du
texte, seul véritable régisseur du pouvoir
  Choix  des  documents   municipal.
•   Document   1.   La   ville   de   Feurs   (Forez)   au  
•  Document  3.  Le  sceau  de  la  ville  d’Agen  
XVe  siècle  
Il existe une multiplicité de sceaux, puisqu’il
Ce document a l’intérêt d’être une représen-
s’agit d’un objet qui identifie et authentifie un
tation médiévale et non une reconstitution. On
souverain, une commune, un métier ou un
peut d’ores et déjà constater que la présence de
particulier. C’est donc à la fois un signe d’au-
villes était un phénomène suffisamment impor-
torité et de reconnaissance. L’objet n’a donc
tant pour que les contemporains décident de le
rien d’exceptionnel. Sa première fonction est
représenter.
de valider un acte et, si nécessaire, de l’au-
Feurs est la capitale du comté de Forez. Au
thentifier. Nous avons choisi le sceau d’une
XIIIe siècle, la ville a connu un essor specta-
ville pour montrer la propension des nouvelles
culaire dû principalement à ses marchés et à
villes à s’affirmer et à se légitimer comme en-
ses foires au bétail et aux chevaux. Ce
tité unique et autonome. Il faut donc l’analyser
document est d’autant plus pertinent qu’on y
en tant que signe identitaire.
trouve l’essentiel des attributs urbains : mur-
Le sceau est toujours biface et est constitué
aille fortifiée, densité du bâti, beffroi et église
d’une face principale (avers) et d’un revers
qui matérialisent la double fonction religieuse
(contre-sceau). Ici, il s’agit de l’avers du sceau
et politique de la ville. On y voit également
d’Agen au XIIIe siècle. L’étude des sceaux, la
l’attraction opérée par la ville dont les
sigillographie est particulièrement fructueuse
alentours se couvrent d’habitations, formant
car ce sont des objets qui reflètent à la fois des
ainsi des faubourgs typiques du dynamisme
représentations et des pratiques sociales.
urbain. Le reste de la campagne alentour est
Généralement, le sceau est constitué d’une
fait de parcelles agricoles délimitées et culti-
image centrale et est entouré d’une écriture.
vées. Enfin, la proximité de la rivière est
Ici, on observe une ville fortifiée avec enceinte
également typique de la localisation des villes
maçonnée avec, à l’intérieur, un clocher
médiévales.
flanqué de deux clochetons et de deux tours
carrées. La phrase indique le « sceau du
•   Document   2.   Les   «  établissements   de   Rouen  »,   conseil des citoyens d’Angers ». Le dynami-
1204   sme d’Agen est notamment dû à ses activités
Il s’agit d’un document typique d’établisse- fluviales.
ment de statut communal. Il est très célèbre et On peut partir d’une citation de l’historien
a constitué la base de quasiment toutes les Laurent Macé : le sceau est « image du
villes de Normandie même si le texte originel pouvoir, pouvoir de l’image » (Les comtés de
Toulouse et leur entourage, Privat, 2000). La

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   87


ville se met en scène de façon prestigieuse en peu au profit de Milan mais elle reste néan-
tant que terre toulousaine face à l’Aquitaine. moins très dynamique.
  Elle reste néanmoins une place commerciale
importante et surtout une plate-forme où se
•   Document   4.   La   répartition   des   «  grandes  
croisent des marchands italiens des cités les
villes  »  
plus prospères de l’époque. On y lit également
Il est impossible de rendre compte de l’intégra-
le poids du contrôle royal ainsi que la variété
lité des villes au Moyen Âge. Cette carte
des produits échangés.
permet donc de croiser trois informations : la
taille, la répartition, et la densité des grandes
  Réponse  aux  questions  
villes en Europe.
Le réseau urbain qui se met en place en Europe 1.  Quelles  sont  les  caractéristiques  architecturales  
entre le XIe et le XIIIe siècle restera quasiment des  villes  médiévales  ?  
inchangé jusqu’au XIXe siècle. Le nombre de Le croisement des deux documents permet de
villes de plus de 20 000 habitants a été multi- dégager des caractéristiques urbaines typiques
plié par 3, passant de 40-45 villes à 110-120 des villes médiévales. La muraille fortifiée se
selon les estimations. retrouve à la fois à Feurs et à Agen. Elle déli-
On observe une très nette domination de la mite un espace densément bâti à l’intérieur
péninsule italienne, région qui concentre à la duquel sont valorisés les lieux de pouvoir laïcs
fois le plus grand nombre et les plus grandes (palais municipal) ou religieux (églises).
villes. Cela s’explique par l’antériorité de son
urbanisation depuis l’époque romaine, mais 2.   Quelles   personnes   dirigent   la   ville  ?   Par   qui  
aussi par son dynamisme économique. sont-­‐elles  choisies  ?  
La Flandre et l’Europe rhénane se caractérisent La ville est essentiellement aux mains des
davantage par un réseau important de très élites qualifiées ici de « pairs » au sein
grandes ou grandes villes sans que l’on y desquels sont élus 3 « prudhommes ». Les
compte de véritable métropole. C’est le foyer « pairs » sont sans doute les élites marchandes
des villes de foires et de la hanse. Paris et de la ville enrichies notamment par leurs
Londres sont les deux seules métropoles du activités commerciales. C’est ensuite le roi qui
Nord. L’insertion dans les circuits économi- désigne, parmi les prudhommes, le maire.
ques internationaux est le principal facteur On a donc un mélange de procédure représen-
explicatif de la répartition des grandes villes en tative et élective et d’arbitraire royal. Ce
Europe. modèle communal a été repris dans de
nombreuses villes de l’ouest (de la Normandie
•  Document  5.  Le  commerce  à  Pavie  au  début  du   au comté de Toulouse) mais n’est pas généra-
XIe  siècle   lisable à toute l’Europe médiévale.
Le texte évoque les activités commerciales à
Pavie et met en scène des marchands venus de 3.   Quelles   sont   les   régions   les   plus   urbanisées  
plusieurs cités italiennes. Il date de 1020 et a e
d’Europe  au  XIII  siècle  ?  
été initialement rédigé sous le titre de Le sud se dégage très nettement sur la carte.
« Honorantie civitatis Papiae », l’une des C’est là qu’on y trouve le nombre le plus
sources les plus importantes sur la vie écono- important de grandes villes. Cela s’explique
mique en Italie du nord au début du XIe siècle. par l’antériorité du réseau urbain laissé par
C’est une sorte d’inventaire des droits de la l’Empire romain. La péninsule italienne se
couronne d’Italie sur le commerce de Pavie en démarque largement avec la présence de
provenance de l’étranger ou en direction de nombreuses métropoles.
l’étranger ainsi que sur l’organisation des Ailleurs, les réseaux sont plus lâches. Le nord
métiers de la ville. de l’Europe se caractérise par son activité
Le contexte est celui des débuts de l’essor commerciale (foires et villes de la hanse) et
urbain, notamment en Italie. Pavie est une l’Est de l’Europe est beaucoup moins atteint
capitale économique de l’Italie au haut Moyen par l’essor urbain.
Âge qui se trouve à la jonction d’un réseau de
routes terrestres en provenance de France vers 4.   Pourquoi   l’Italie   est-­‐elle   une   région   très  
Rome. Dès le XIe siècle, son rôle se tarit un urbanisée  ?  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   88


L’Italie a été urbanisée dès l’époque romaine. XVIIe siècle. C’est donc une copie susceptible
Au haut Moyen Âge, elle émerge déjà comme de comporter quelques erreurs.
un pôle du grand commerce, aux confins entre Au XIIe siècle, Laon est le lieu d’une rivalité
l’Empire byzantin, l’Occident chrétien et le importante entre les aristocrates, le pouvoir
monde arabo-musulman. La ville de Pavie tire royal et le pouvoir épiscopal.
son essor de cette intense activité commerciale Un climat de tension s’est installé dans la ville
qui n’a cessé de se développer et d’enrichir depuis l’élection de l’évêque Gaudry qui fait
nombre de cités italiennes comme Milan, assassiner le châtelain royal Gérard de Quierzy
Florence, Gênes, Pise, Venise, ou Sienne. dans la cathédrale en 1111. Une première com-
mune met fin momentanément aux troubles.
5.   Relevez   les   marchandises   importées   à   Pavie.   Mais en 112, l’évêque Gaudry demande au roi
D’après  vous,  d’où  arrivent-­‐elles  ?   Louis VI de supprimer la commune. Sitôt le roi
Dans le texte, sont recensés des produits très parti, le conflit dégénère. Les bourgeois de la
variés. On y trouve des épices (poivre, cinna- ville contestent les dépenses exorbitantes de
mone, galanga, gingembre), et des produits de l’évêque. Ils forment une conjuration et l’in-
luxe (ivoire, fards, miroirs). Ces produits surrection éclate le 25 avril 1112.
viennent d’Orient et s’adressaient principale- Les partisans de la commune se révoltent
ment à une clientèle aisée voire à l’élite politi- contre les habitants, saccagent le palais épis-
que de la ville. copal et massacrent l’évêque ainsi que plu-
sieurs de ses vassaux.

Cette source est l’une des rares dont les


Aux  sources  de  l’histoire   historiens disposent pour restituer les moda-
La  lutte  pour  le  pouvoir  dans  les  villes   lités d’obtention d’une charte de commune.
Guibert est extrêmement précis lorsqu’il relate
médiévales  
les faits auxquels il consacre des centaines de
›  MANUEL  PAGES  142-­‐143   pages. Les événements décrits sont très vio-
  Choix  des  documents   lents et réalistes. Cette source a connu un
cheminement dans l’historiographie. Les histo-
Le document choisi est un extrait du célèbre riens du XIXe siècle, tels Augustin Thierry, ont
texte de Guibert de Nogent évoquant la révolte vu dans cette journée de soulèvement du
communale de Laon. On pense que Guibert de « peuple laonnois », la manifestation héroïque
Nogent serait né vers 1055. Abbé dans le d’une authentique aspiration démocratique. En
diocèse de Laon, il est l’auteur de nombreux réalité, les sources infirment cette vision
textes, principalement théologiques mais aussi romantique. Les conjurés de Laon ne furent en
d’une autobiographie dans laquelle il relate rien les libérateurs d’un peuple opprimé. Ils
notamment cette révolte. Ce texte constitue tentèrent de substituer aux intérêts de
une source de première importance pour l’aristocratie guerrière, ceux d’un groupe de
comprendre les révoltes communales. Guibert riches citadins, propriétaires, serviteurs de haut
de Nogent est à la fois un mémorialiste qui vol et maîtres du marché.
s’appuie énormément sur les sources orales et Après une dure répression et un temps de
qui les personnalise, mais aussi un témoin pacification, le roi promulgua en 1128 une
oculaire. L’époque n’est pas à la science « institution de paix », c’est-à-dire une
historique ; Guibert de Nogent est donc surtout « commune ». Mais Philippe Auguste, dans
un écrivain qui se plie aux exigences narratives une optique de renforcement du pouvoir royal
de son temps, quitte à accentuer l’effet épique casse la commune à nouveau en 1190.
et héroïque. Par ailleurs, l’œuvre, dans la ligne La révolte de Laon, telle qu’elle est présentée
des écrits théologiques de l’auteur, est émaillée dans le texte met en scène plusieurs acteurs.
d’allusions à l’ordre divin. Les premiers appartiennent aux catégories
Le livre a d’abord été écrit en latin sous le titre sociales supérieures : il s’agit de l’évêque et
« De vita sua sive monodia ». Le manuscrit des Grands. On trouve également des artisans
original faisait partie de la bibliothèque du (savetiers, cordonniers), aubergistes ainsi que
chapitre cathédral de Laon mais il a été perdu. les habitants décrits comme la « population en
La copie la plus ancienne, conservée à la fureur ».
bibliothèque nationale de France, date du

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   89


Le vocabulaire utilisé caractérise la violence et de Holstein sur la côte Baltique mais à
l’émotion dans la manière de relater les cinquante kilomètres seulement de Hambourg.
événements. Ainsi, l’auteur utilise les termes Le texte évoque une première tentative de
de « rage », « fureur », « hurler », « dépouil- fondation de la ville. Il s’agit sans doute de la
ler », « excès de violence », « égorgements » ville de Löwenstadt qu’avait tenté de bâtir,
ou enfin de « grande cruauté ». Par ailleurs, il dans un premier temps, Henri Le Lion.
pose un regard très méprisant sur les insurgés Constatant ensuite un contexte défavorable à
qu’il qualifie de « populace » et de « bête l’expansion commerciale, ce dernier réussit à
féroce ». On peut le comprendre par la distance obtenir finalement du comte Alphonse II
sociale qui sépare l’auteur des insurgés qui l’accès au site originel de la ville. Dans un
osent, malgré tout, subvertir la société second temps donc, Henri Le Lion décide la
d’ordres. reconstruction de la ville de Lübeck à laquelle
En 1190, Philippe Auguste casse la commune il donne immédiatement une fonction commer-
à la demande des cadres seigneuriaux et ecclé- ciale. Les accords dont il est question dans la
siastiques de la ville. Le document montre suite du texte sont sans doute le privilège
qu’il s’agit d’un geste d’autorité. Il est à ins- d’Artlenburg signé en 1161 par lequel les
crire dans la politique générale de Philippe commerçants de Lübeck obtiennent la liberté
Auguste d’affirmation et de renforcement du de commerce sur la Baltique.
pouvoir royal. Dès ce moment, la ville prend son envol éco-
nomique. Une association des commerçants
tient les rênes de la ville. Seuls les membres
Étude   des familles commerçantes pouvaient prendre
part au conseil.
Lübeck,  une  ville  de  la  hanse  
•  Document  2.  La  Marienkirche  
›  MANUEL  PAGES  146-­‐147  
La monumentalité de la ville est une archi-
L’étude porte sur une ville du nord confor- tecture de briques rouges typique des villes de
mément aux attendus du programme. Lübeck, la hanse, car la région est pauvre en pierres de
fondée au milieu du XIIe siècle, est progres- taille. Ces briques sont impropres à l’ornemen-
sivement devenue l’un des piliers de la « com- tation sculpturale des façades. La Marienkirche
munauté hanséatique » qui organise le com- est l’église des marchands. Elle a été bâtie dès
merce maritime dans les mers Baltique et du la fondation de la ville, signe de l’impossibilité
Nord. Tous les documents de cette étude sont de dissocier les fonctions religieuses de la ville
donc volontairement liés à l’identité hanséa- de ses fonctions économiques, comme toute
tique de Lübeck, à la fois dans son fonction- ville médiévale. D’abord édifiée en bois, elle a
nement (doc. 3 et 4) mais aussi dans les traces été incendiée en 1251 puis reconstruite durant
que cette identité a imprimées au sein du un siècle. Ses hauts clochers étaient visibles à
paysage urbain (doc. 2). Cette marque de plusieurs dizaines de kilomètres en mer et
fabrique s’est dessinée dès la création de la annonçaient aux marins, longtemps avant l’ac-
ville motivée par des finalités commerciales costage au port, le foyer retrouvé. Des églises
(doc. 1). ont donc aussi quelque chose de fortement
patriotiques pour ces marins souvent éloignés
  Choix  des  documents   de leur ville d’origine.
•  Document  1.  La  fondation  de  Lübeck   Dans cette église, sacré et profane se retrou-
La chronique dont est extrait ce texte a été vent, car elle a accueilli le premier conseil de
écrite par Helmold von Bosau, un chroniqueur la ville. Elle est aujourd’hui classée au patri-
saxon du XIIe siècle. Elle n’est pas spécifique à moine de l’UNESCO.
Lübeck mais relate l’évangélisation des terri-
toires slaves et saxons par les Germains. C’est •   Document   3.   Le   commerce   hanséatique   (XIIIe  -­‐
e
cependant l’unique source sur la fondation de  XV  siècles)  
Lübeck. Il est impossible de travailler sur le commerce
La fondation de Lübeck est l’œuvre du duc de hanséatique sans une cartographie des activi-
saxe Henri le Lion vers 1158-1159. Le site est tés. La hanse est un groupement de marchands
choisi pour sa situation favorable dans l’isthme de l’Allemagne du Nord transformée en

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   90


association de villes au XIVe siècle. C’est une   Réponse  aux  questions  
création très originale dans l’histoire du
1.  Quels  sont  les  critères  choisis  par  le  duc  pour  la  
Moyen Âge. À son apogée, elle unissait plus
construction  de  Lubeck  et  comment  cherche-­‐t-­‐il  à  
de 150 villes maritimes et continentales dans attirer  de  la  population  dans  la  nouvelle  ville  ?  
une zone large de 1 500 kms entre la Baltique D’après le texte, le critère qui préside à la
et le Thuringe. Sa fonction fut de fournir à fondation de la ville est celui du site qui doit
l’occident les produits orientaux et être très accessible, notamment pour les
inversement, d’apporter à l’orient les produits navires. On y voit bien le profilage immédiat
nécessaires comme les draps et le sel surtout. de Lübeck comme centre commercial. Le site
Les modalités sont quasi coloniales : produits est une presqu’île décidée par les méandres de
fabriqués de l’ouest contre produits primaires deux cours d’eau. C’est le point le plus resserré
de l’Est et du Nord. Son espace d’activité se de l’isthme d’Holstein, un endroit idéal pour
concentre dans l’Europe septentrionale. Dès le attirer les marchands.
milieu du XIIIe siècle, les hanséates détenaient Le duc saisit alors cette opportunité géogra-
presque le monopole du trafic dans les deux phique pour la doubler de privilèges. À
mers et leur commerce s’organisait autour d’un l’étranger, il fait savoir que la paix se double
grand axe Novgorod, Reval, Lubeck, Bruges, d’une liberté de commerce. Par ailleurs, en
Hambourg et Londres. Ce grand commerce est attribuant des privilèges à la ville, c’est-à-dire
organisé par des communautés de marchands en facilitant les activités commerciales, le duc
Ces marchands s’étendaient du petit marchand rend Lübeck très attractive et attire de la
au rayon d’action limité au grand marchand population.
pratiquant le crédit et négociant en gros et sur
longue distance. Cela explique le dynamisme
des constructions nautiques qui comprenaient 2.   Avec   quelles   régions   d’Europe   Lübeck   est-­‐elle  
en  relation  ?  
navires de guerre et navires commerciaux :
cogue). Lübeck apparaît clairement comme un pivot
dans le dispositif hanséatique. Le document 1
  évoquait déjà les relations avec les États du
•  Document  4.  Le  sceau  de  Lübeck  (vers  1280)   Nord et de l’Est dans la région de la Baltique.
Le sceau répond aux critères traditionnels des Mais la carte montre également une forte
sceaux au Moyen Âge. Ici, l’identité hanséa- polarisation vers l’ouest et la mer du Nord,
tique se lit à travers la scène représentée. Sur notamment en direction de la Flandre et de
un cogue, Un homme prête serment d’obéis- l’Angleterre. On a donc bien une jonction Est-
sance et d’entraide à un ancien. Les cogues Ouest qui s’opère à travers les trajets des
sont les célèbres navires de la hanse. En marchands hanséatiques.
moyenne, ils mesurent 30mètres de long, 7 de
large. Ce sont donc des navires très effilés. 3.   Décrivez   le   sceau   de   la   ville.   En   quoi   symbolise-­‐
L’usage du gouvernail d’étambot les rend très t-­‐il  l’identité  de  Lübeck  ?  
maniables et rapides. Ils sont donc totalement Le sceau de Lübeck a choisi de représenter un
adaptés au commerce (ils servaient également serment entre deux marchands désormais sou-
à la colonisation). dés par un lien d’obéissance et d’entraide. La
Ce sceau serait le plus ancien sceau de Lübeck. scène se déroule sur un cogue, navires typiques
Chaque année, les marchands prêtaient ser- de la hanse. Ce seau n’est pas pour autant celui
ment d’obéissance. Le sceau est souvent la de la hanse mais bel et bien celui de la ville de
marque d’un serment dans un monde où l’en- Lübeck comme l’indique l’inscription. Il ya
traide et l’allégeance imprègnent les relations donc une identification entre l’identité de la
sociales. On peut donc lire, à travers ce sceau, ville et sa fonction hanséatique.
la force du lien unissant les communautés de
marchands, ainsi que le poids de l’identité
4.   En   quoi   cette   église   témoigne-­‐t-­‐elle   de   la  
marchande de la ville. Quant à l’inscription puissance  de  la  ville  ?  
périphérique, elle ne désigne que l’objet La Marienkirche est une église triomphale. Son
« sceau de la ville de Lübeck ». apparence témoigne de la volonté de montrer
la majesté du bâtiment religieux. Les fourches
devaient être vues de loin, lorsque les marins,
encore en mer, s’apprêtaient à pénétrer dans la

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   91


ville. Ainsi, protégée par la puissance divine, témoignent de la mise en place d’un véritable
la ville place sa réussite sous l’angle de la Empire colonial à la suite de victoires mili-
providence. Elle a d’ailleurs inspiré la constru- taires remportées grâce à sa puissante flotte. La
ction d’autres églises en Baltique. Méditerranée est ainsi quadrillée.

  •   Document   2.   Les   marchands   vénitiens   dans  


l’Empire  byzantin  
 Étude   La présence des Vénitiens à Constantinople
s’explique également par les accords passés
Venise,  l’émergence  d’une  puissance   avec les Byzantins au XIe siècle. Le texte est
méditerranéenne  :   intéressant car il montre deux aspects du
commerce vénitiens : la diffusion de la
›  MANUEL  PAGES  148-­‐149  
présence vénitienne dans tout l’espace méditer-
ranéen par l‘intermédiaire de marchands qui
L’étude porte sur une ville du sud et s’attache à s’y établissent, ainsi que le développement de
montrer comment Venise, entre le XIe et le techniques commerciales sophistiquées. Ici,
XIIIe siècle s’est imposée comme une puis- deux personnages de la même famille décident
sance dont le rayonnement repose sur la fonc- de s’allier dans le cadre d’un accord com-
tion de carrefour entre Orient et Occident. mercial. La compagnia est une société com-
Venise a tout d’une cité italienne médiévale : merciale. Chaque associé apporte un capital et
le prestige d’une cité-État et le pouvoir écono- les profits sont ensuite partagés proportionnel-
mique. Plaque tournante du commerce médi- lement à l’apport. Les deux protagonistes
terranéen (doc. 1), elle est un territoire de voyagent entre Constantinople et Thèbes. Dans
rencontre entre marchands de divers horizons, cette dernière ville, les Vénitiens tiennent le
et de brassages culturels (doc. 2 et 3). Ville de marché de l’huile et de la soie. Le texte permet
l’eau par excellence, elle est tout ouverte sur la de mesurer la subtilité et la précision des
mer (doc. 4) et, forte de cette puissance calculs. On touche ici à l’hypothèse faire par
maritime, fonctionne politiquement de manière certains historiens économistes des origines du
originale et autonome (doc. 5). capitalisme qui prendrait sa source dans les
  transactions de ces cités italiennes portées par
  Choix  des  documents   leur succès.
•   Document   1.   Le   commerce   de   Venise   en  
Méditerranée  à  la  fin  du  XIIIe  siècle  :   •   Document   3.   L’influence   des   techniques   et   arts  
Venise est « une ville qui épouse la mer » écrit orientaux  
Elisabeth Crouzet-Pavan. Elle a très vite Le document confronte deux gobelets con-
développé un sens aigu de la thalassocratie. À temporains dans leur fabrication. Le premier
la fin du XIe siècle, suite à l’aide apportée aux provient de Syrie tandis que le second est
Byzantins contre les Normands, Venise obtient vénitien. La comparaison de ces deux objets
d’énormes avantages commerciaux concédés artisanaux est édifiante : tant dans la forme que
par l’Empereur Alexis Comnène dans tout son dans les motifs, on observe d ‘indéniables
empire (sauf en mer noire). Venise consolide similitudes. La technique du verre soufflé se
sa position commerciale aux confins de développe à Venise à partir du XIIIe siècle
l’Orient et de l’Occident. Ces privilèges excep- pour devenir une véritable activité manu-
tionnels accordés par les Byzantins expliquent facturière. À cette époque, la fabrication se
l’ampleur des échanges commerciaux. concentre sur l’île de Murano, une île de la
Venise développe son commerce dans toute la lagune de Venise. Les productions sont
Méditerranée et pénètre même jusqu’à d’abord utilitaires même si certains objets sont
l’Atlantique. Le commerce s’effectue par des également décoratifs. On sait que, grâce aux
galères qui partent en convois. Les Vénitiens nombreux échanges ont eu lieu des transferts
possèdent des dépôts dans des comptoirs (visi- culturels. De l’orient, Venise n’importe pas
bles sur la carte) ou les villes avec lesquelles seulement des marchandises mais elle apprend
ils ont noué des relations commerciales. S’y aussi les arts raffinés comme le tissage de la
échangent épices, coton, sucre, soie, céréales, soie, le travail de métaux précieux ou le
bois, vins. Les « possessions vénitiennes » soufflage du verre. On a ici un exemple de ces
influences réciproques. Le premier gobelet de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   92


l’image est dénommé « le gobelet au principales familles qui ne sont qu’une
cavalier ». C’est une verrerie polychrome et quarantaine. Ce ne sont que des Patriciens qui
dorée. À la fin du XIIIe siècle, les verriers de forment l’ensemble de la noblesse vénitienne
Murano réussirent à s’emparer de la technique (armateurs, négociants, banquiers). Le Grand
et les ateliers vénitiens adopteront le style dit conseil se réunit tous les dimanches, prend les
« syrien » en l’adaptant aux normes esthétiques décisions politiques et promulgue les lois. Il
occidentales. Le second gobelet présente ainsi est le véritable organe de décision et garant de
un décor de griffon. Au niveau de la bande la république vénitienne mais la lourdeur des
jaune, on trouve également une inscription : tâches l’amène à déléguer certaines fonctions à
« je vous salue Marie pleine de grâce ». des commissions spécialisées comme le sénat,
le Petit Conseil ou la Quaranzia. La république
•   Document   4.   Venise,   un   port   ouvert   sur   la   est donc oligarchique. L’assemblée populaire,
Méditerranée   ou encore le concio se confond même progres-
Cette image est très célèbre, car elle montre le sivement avec le grand conseil.
héros Marco Polo quittant Venise pour amor- Ici, l’organigramme ne rend pas compte de
cer son voyage vers la Chine. Même si la date tous les changements (extrêmement compli-
est plus tardive que notre période, l’enluminure qués) qui ont eu lieu dans les institutions
est bâtie autour de l’activité portuaire de durant toute la période.
Venise présentée comme foisonnant d’activi-
tés. Venise est une cité née sur les eaux. D’un   Réponse  aux  questions  
site hostile, ingrat, purement lagunaire, elle est 1.  Comment  la  cité  de  Venise  organise-­‐t-­‐elle  les  
passée à une maîtrise totale de l’univers échanges  dans  son  espace  commercial  ?  
aquatique. L’arsenal est construit à la fin du En tant que puissance coloniale, Venise avait
XIIe siècle. Le port vénitien est un chantier déjà quadrillé, par la guerre, l’espace méditer-
public soumis à l’autorité de puissants ranéen en s’y arrogeant des possessions. Par le
magistrats urbains. On y trouve d’autres activi- biais d’accords commerciaux négociés avec
tés comme les greniers à sel et surtout toute d’autres cités, elle poursuit donc son implanta-
une population de marins, rameurs, débardeurs tion maritime. Établissant des comptoirs
ou portefaix, près de 1200 ouvriers. De ces commerciaux, elle s’implante économique-
chantiers sortent les grandes galères de guerre ment dans les secteurs stratégiques des échan-
et de trafics. Cette population sera décrite dans ges méditerranéens permettant les transactions
l’Enfer de Dante. La miniature montre ici une de produits orientaux et occidentaux. Les
ville riche où se déploient des bâtiments routes maritimes empruntées relèvent donc
prestigieux et de petites échoppes et où se d’une forme de cabotage et des communautés
côtoient toutes les couches de la société. La de marchands vénitiens s’établissent dans les
vision est nettement exagérée et angélique comptoirs.
mais prouve la force de l’image que véhicule
la cité vénitienne puisque l’enluminure est réa-
2.   Montrez   que   l’identité   de   Venise   est   liée   à   la  
lisée vers 1400 à Londres.
mer.  
Venise est une ville née de l’eau, ceinturée
•   Document   5.   Les   institutions   vénitiennes   à   la   fin   d’eau, et qui a bâti sa grandeur sur la mer. Sa
e
du  XII  siècle   position géographique la place en position de
Cet organigramme a pour but de montrer la carrefour et lui donne accès à la l’ensemble de
singularité des institutions vénitiennes. Le l’espace adriatique puis méditerranéen. Par
doge est le dirigeant de la république de ailleurs, le port est l’un des lieux névralgiques
Venise. Il est élu à vie selon des modalités très de la ville. Espace de foisonnement lié aux
complexes par un conseil restreint. La fonction activités de l’arsenal, il permet la construction
est d’inspiration byzantine et son nom provient de navires garantissant le pouvoir militaire et
du mot duce qui désigne le chef. Le doge est commercial de la cité. L’identité de Venise est
l’incarnation de la majesté de l’État. Il est donc intrinsèquement liée à la mer.
soumis d’ailleurs à un certain nombre d’inter-
dits moraux et prête serment. En réalité, le
3.   En   quoi   le   fonctionnement   d’une   compagnia  
gouvernement de Venise est entre les mais
peut-­‐il  stimuler  le  commerce  ?  
d’une oligarchie qui domine le Grand Conseil
qui restreint progressivement son accès aux

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   93


Le procédé de la compagnia permet une 1300. C’est pendant le bas Moyen Âge que la
augmentation du capital par le biais des ville se pare donc de tous les attributs d’une
associations. Il stimule donc la quantité de capitale qui marquent encore aujourd’hui le
marchandises transportées et les bénéfices patrimoine français.
escomptés. Par ailleurs, en élaborant un Il faut donc cheminer dans l’histoire et le
système d’assurances, il renforce la sécurité et paysage de Paris pour mesurer les transforma-
la possibilité de prise de risque des armateurs. tions de la ville au rythme de son renforcement
Certains considèrent ces formes associatives (doc. 1). Ville typiquement médiévale, Paris
comme les prémices d’un fonctionnement de grouille de ses métiers (doc. 5) et des mar-
type proto capitaliste. chands ambulants dont les « cris » occupent
l’espace sonore. Elle devient également une
4.   Montrez   que   la   puissance   du   doge   est   capitale intellectuelle lorsqu’elle se pare de
équilibrée  par  les  autres  institutions.   collèges et d’Universités qui attirent des
L’organigramme montre que le doge, pourtant étudiants du royaume et d’ailleurs (doc. 4).
à la tête de la pyramide du pouvoir reste con- Tous ces bouleversements alertent bientôt la
trôle par le Grand Conseil qui détient la réalité royauté sur la nécessité de procéder à un
des pouvoirs. Cependant, les conseils spécia- embellissement et assainissement de la ville
lisés, présidés par le doge, sont des lieux de (doc. 2). Le dossier propose donc de saisir ces
délégation des pouvoirs auparavant détenus par transformations et de palper l’ambiance d’une
le Grand Conseil. Les prérogatives qu’ils assu- capitale médiévale.
ment sont des secteurs clés de la gestion de la  
cité. Entre une tête prestigieuse et le Grand   Choix  des  documents  
Conseil, l’équilibre politique est donc main- e
•  Document  1.  Paris  à  la  fin  du  XIII  siècle  
tenu. Le plan choisi n’est pas évolutif comme c’est
Le pouvoir étant néanmoins confisqué progres- souvent le cas. L’idée n’est pas de montrer
sivement par les personnes les plus riches l’agrandissement de la ville mais de compren-
formant une communauté d’élites, on peut dre son site et surtout les fonctions qu’elle
parler d’oligarchie. assume à la fin du XIIIe siècle. La chronologie
à droite du plan guidera les élèves dans les
5.  En  quoi  la  position  Venise  met-­‐elle  en  relation   étapes de l’évolution de Paris.
Orient  et  Occident  ?   L’île de la cité est le cœur de la ville.
De par sa situation géographique, Venise fait Longtemps, Paris s’était rétractée sur elle. La
face à l’Orient. Ayant été longtemps elle- croissance urbaine avait d’abord touché la rive
même sous le joug byzantin, elle a assimilé des nord avant d’atteindre celle du sud. La
influences orientales qui se retrouvent encore croissance de toute la rive nord est directement
au XIIIe siècle dans les monuments, les arts de liée à l’essor des activités commerciales sur la
vivre, les produits échangés mais aussi l’artisa- Seine et sur l’axe qui conduit de Paris à Saint-
nat local. On sait aujourd’hui que les verriers Denis (voir sur le plan la porte de Saint-Denis)
de Murano, institutionnalisés à la fin du où se tenait la foire du Lendit. Celle de la rive
XIIIe siècle, ont importé techniques et motifs gauche est plus modeste d’abord mais l’univer-
d’Orient, notamment de Syrie tout en y sité lui donnera une impulsion avec l’arrivée
intégrant leurs propres normes esthétiques ; ce d’étudiants.
que montrent les deux gobelets. Le plan permet de cibler quatre fonctions.
La muraille ordonnée par Philippe Auguste
enclot Paris pour la protéger tandis que le
Étude   Louvre est une forteresse tournée vers les
ennemis de l’Ouest. Cela met en avant la
Paris,  capitale  politique,  économique  et   fonction militaire de la ville. De l’autre côté de
intellectuelle   la Seine, la tour de Nesle fut construite vers
1200 pour faire face à sa jumelle.
›  MANUEL  PAGES  150-­‐151  
La dimension économique se lit à travers la
Peu de villes médiévales connurent le destin de halle des Champeaux et la place de Grève. La
Paris qui, en deux siècles, devient la première première était un marché aux blés qui avait
ville d’Occident forte de 20 000 habitants en lieu en plein air avant que Philippe Auguste y

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   94


fasse transférer la « foire Saint-Lazare » et des produits. C’est le cas de cet extrait.
agrandisse le marché. La seconde était un site L’expression « Noël Noël » n’est pas liée à la
recouvert de sable et de gravier (de la grève) fête religieuse, c’est une formule médiévale
où étaient déchargées les marchandises. C’était annonçant une prise de parole ; une manière de
le principal port d’accostage. héler la population alentour. Ce texte doit être
La dimension religieuse se lit au nombre de utilisé pour prendre la mesure du « paysage
monuments religieux présents à l’intérieur et à sonore » d’une ville médiévale et sensibiliser
l’extérieur des murailles les élèves à une appréhension sensible de la
Enfin, la fonction politique est visible dans le culture urbaine.
palais du roi. Il ne faut pas imaginer un espace
cloisonné et replié sur lui-même ; le peuple •  Document  4.  Maître  et  élèves  de  l’université  de  
pouvait entrer, voir le roi lors de ses Paris  
déplacements et parfois même lui adresser la L’Université de Paris est officialisée par
parole. Philippe Auguste en 1200 et par le pape
Innocent III en 1215. Elle ne naît pas de rien.
•  Document  2.  Le  pavage  des  rues  de  Paris   C’est d’abord une corporation de maîtres et
Les chroniques de Saint-Denis sont des chroni- d’élèves qui apparaît vers 1150. Le terme
ques en latin qui ont été compilées pour consti- « université » signifie simplement « commu-
tuer une véritable mémoire royale. Ici, l’épi- nauté ». L’Université regroupe tous les
sode relaté est le pavage des rues par Philippe « collèges » de la ville. Les membres de
Auguste sensible à la puanteur de la ville. En l’Université sont considérés comme des clercs.
fait, seules quelques rues furent pavées : Saint- Les enseignements sont organisés en quatre
Jacques, Saint-Martin, Saint-Antoine, Saint- « facultés » : droit, médecine, théologie et arts
Honoré ; soit les axes nord-sud et nord-ouest libéraux.
de la capitale. En même temps, il fit capter les L’Université de Paris devient vite très presti-
eaux de ruissellement du Pré Saint-Gervais et gieuse et attire des étudiants qui sont souvent
de Belleville pour alimenter des fontaines turbulents et animent les rues (et les tripots) de
publiques. Il faut donc lire dans ces décisions la ville.
une avancée vers la constitution de la ville Le collège le plus célèbre est celui de la
comme espace public, et le souci d’aménager Sorbonne fondé en 1253 par Robert de Sorbon,
ce qui est devenue la capitale du royaume. Les le chapelain et confesseur du roi Saint-Louis.
« fortes et dures pierres » sont des « carreaux Naturellement, comme le montre l’image, les
de halles ». À la suite de ce pavage, d’autres cours prennent une forme essentiellement
rues furent pavées régulièrement, surtout au magistrale et le substrat des études reste le
XIVe siècle. Le métier de « paveur » devient domaine religieux.
officiel et prestigieux.  
•  Document  5.  Femmes  et  métiers  parisiens  
•  Document  3.  Les  cris  de  Paris   Les femmes au Moyen Âge ne sont pas
La vie publique et les activités marchandes exclues du monde du travail. Certains métiers
sont puissamment sonorisées dans la ville étaient même plus naturellement disposés à
médiévale. La diffusion des informations se accueillir des femmes. Le livre des métiers est
fait pour l’essentiel oralement. Les cris sont l’une des sources les plus célèbres sur le
ceux des petits métiers de la rue, les colpor- monde du travail au Moyen Âge. Rédigé vers
teurs, les marchands. C’est la première forme 1268, par le prévôt de Paris Étienne Boileau, il
orale de publicité. Les cris de Paris sont célè- répond à une demande d’organisation juri-
bres, car ils ont donné lieu à un recueil et ont dique. En effet, chargé de la juridiction,
nourri des fabliaux au XIIIe siècle. Depuis Étienne Boileau souhaite pouvoir statuer sur
Philippe Auguste, il n’y a pas de grandes villes des textes écrits plutôt que sur des traditions
sans crieurs publics qui annonçaient des déci- orales. Il demande donc à chaque métier de
sions du pouvoir. Les « menus cris » émanent, rédiger ses statuts qu’il regroupe dans un
eux, principalement des gens de métiers mais recueil. Tous les métiers n’ont pas répondu à
prennent modèle sur ces cris officiels. On a l’appel. Il manque par exemple les bouchers.
recensé plus de 130 cris de métiers différents. Parmi tous les métiers, 25 font allusion à la
Le cri doit être court pour être efficace. Il vante place des femmes. L’analyse à faire est

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   95


ambiguë, car il s’agit de montrer qu’une place que des marchands ambulants. Hommes et
leur est bien faite dans le monde du travail, femmes occupent l’espace urbain. Les étu-
mais que la situation des femmes est nettement diants sont une catégorie spécifique de popu-
inférieure à celle des hommes ; notamment lation : jeunes, turbulents, parfois étrangers, ils
parce qu’elles étaient placées sous la double forment un corps à part mais contribuent,
tutelle de leurs époux et de leur corporation qui comme les crieurs, à animer les rues pari-
n’hésite pas à s’introduire dans ce qui relève siennes.
de l’intime (article 16).
  5.  Comment  est  décrite  l’atmosphère  de  paris  au  
  Réponse  aux  questions   temps   de   Philippe   Auguste  ?   En   quoi   consiste   sa  
décision  ?  
1.   Pourquoi   peut-­‐on   dire   que   Paris   est   le   centre  
du   pouvoir   royal  ?   Quelles   autres   fonctions   La ville au temps de Philippe Auguste est à la
urbaines  pouvez-­‐vous  repérer  ?   fois décrite comme insalubre, puante, mais
Sur l’île de la Cité se trouve le palais royal. La aussi vivante, festive, travailleuse. La ville
ville elle-même est entourée par une muraille médiévale est contrastée. C’est un lieu de vie
sur décision du roi Philippe Auguste qui se agité. Philippe Auguste décide le pavage des
dote en outre d’une forteresse tournée vers les rues pour mettre fin aux effluves puants des
ennemis normands. Il y a donc tous les facteurs égouts. On peut y voir un signe d’aména-
d’une capitale royale et le signe d’une gement urbain et de perception de la ville
centralisation administrative en cours. À côté comme un bien commun.
de ces fonctions, on note également des fonc-
tions économiques et religieuses de Paris.
  Histoire  des  arts  
2.   Quels   sont   les   métiers   évoqués   dans   le   La  représentation  de  la  ville  dans    
document  ?   Quelle   est   la   place   accordée   aux  
la  fresque  du  bon  gouvernement    
femmes  dans  les  métiers  ?  
Plusieurs métiers sont énumérés dans ces de  Sienne  
documents. Il est question des tapissiers, des ›  MANUEL  PAGES  152-­‐153  
cristalleriers et corroiers. D’une certaine
manière, les crieurs présents en texte 3 témoi- Ambroglio Lorenzetti est un peintre siennois
gnent également d’une activité professionnelle. réputé du XIVe siècle. Il fréquente les cercles
Le sort réservé aux femmes n’est présent que érudits et les milieux lettrés. Il meurt de la
dans le document 5. Certains métiers leur sont peste en 1348. La fresque est une œuvre
totalement interdits ; c’est le cas des tapissiers. politique mais elle a une double nature :
Chez les cristalleriers et corroiers, on pointe allégorique et réaliste. L’œuvre est d’abord une
surtout l’incapacité de la femme à égaler commande.
l’homme en « subtilité et finesse ». De fait, la Lorenzetti a peint cette fresque dans le Palazzo
veuve ou la fille n’aura pas le droit de recruter publico à la demande du gouvernement de
d’apprentis. On l’estime incapable de le mener Sienne L’Italie est menacée par la reprise en
à la maîtrise. Chez les corroiers, on soupçonne main seigneuriale dans les villes. Certaines
la fille de ne chercher à recruter des apprentis villes de Toscane sont déjà tombées aux mains
que pour des « ribauderies ». Le métier protège des seigneurs. Il faut défendre la commune.
donc la moralité. Il y a donc un double mouve- Sienne vit depuis 50 ans sous « le gouverne-
ment : la reconnaissance de l’appartenance ment des neuf », un régime de compromis
légitime des femmes à certains métiers, mais entre élites et peuple et qui a de solides assises
leur relégation, quoiqu’il arrive, à des statuts populaires (au sens de popolo). Mais la
subalternes. stabilité politique commence à vaciller. De
même, Sienne connaît un ralentissement
économique.
4.  Montrez  la  diversité  de  la  population  urbaine  
La fresque devait distinguer le bon et le
Dans les rues de Paris, on croise aussi bien les mauvais gouvernement, c’est-à-dire engager
élites que le roi (doc. 2) qui effectue des une réflexion sur les effets du pouvoir :
séjours réguliers dans la capitale et ne se cache comment résister à la tyrannie et bien vivre
pas du peuple, même en son palais. On trouve ensemble ? Le Palazzo Pubblico est le centre
également des travailleurs des métiers ainsi

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   96


politique et économique de la ville. La Salle 3.   Quels   sont   les   métiers   décrits  ?   Quelle  
des Neuf est le lieu où siègent les dirigeants. atmosphère  règne  dans  la  ville  ?  
Ce palais est déjà un lieu d’images évoquant le Métiers du bâtiment (maçons), de bouches
pouvoir et en usant du langage allégorique. (charcutier), du cuir (bottier) sont représentés
Lorenzetti va donc se couler dans cette sur la fresque. Surtout, la ville grouille de
tradition. métiers. Humains et animaux se partagent
La fresque est peinte sur trois murs mais la l’espace urbain qui est le lieu de la fête, des
partie représentant le « mauvais gouverne- circulations et des transactions. On est
ment » a été très détériorée. Les deux autres réellement immergé dans la culture urbaine
murs sont donc consacrés au « bon gouverne- médiévale.
ment » et à ses conséquences dans la ville, et
dans la campagne. Le bon pouvoir se mesure à 4.   En   quoi   cette   peinture   est-­‐elle   une   mise   en  
ses effets concrets sur la vie des gens. C’est ce avant  de  la  ville  idéale  ?  
que cherche à montrer la fresque. La ville respire le bonheur, la justice et
l’harmonie. Les danseuses, la cohabitation des
C’est une œuvre politique parce qu’elle fait catégories sociales et l’aspect jovial des habi-
circuler le spectateur de manière « visible, tants provoquent un effet d’idéal. Le spectateur
tangible, et efficace » (Patrick Boucheron) des ne cherche pas à isoler les éléments réels des
principes de gouvernements aux effets qu’ils éléments allégoriques, l’un et l’autre se
engendrent. nourrissent et l’image est un discours de paix
La fresque sert à « conjurer la peur » (op. cit.)
c’est-à-dire qu’elle lance un cri d’alerte en 5.   En   vous   appuyant   sur   le   contexte   politique   de  
montrant les effets qu’aurait une chute du l’époque,   expliquez   en   quoi   cette   fresque  
gouvernement des neuf. En même temps, elle témoigne   d’une   volonté   de   mettre   en   valeur   le  
représente l’idéal de vie dictée par l’amour de gouvernement  communal  
la justice. La seigneurie est le conflit et la L’Italie est en situation de reprise en main par
discorde, tandis que le « bon gouvernement » le pouvoir seigneurial qui cherche à se substi-
est la condition de l’harmonie. tuer aux gouvernements communaux bénéfi-
ciant d’une assise sociale plus large et tentant
d’impliquer le popolo dans la gestion de la
  Réponse  aux  questions   ville. Une importante propagande seigneuriale
1.   Présentez   cette   partie   de   la   fresque   (artiste,   présente ces régimes comme le seuls suscep-
lieu  d’exposition,  taille,  date).   tibles de redresser la ville (ici, économique-
La partie présentée ici permet de mesurer les ment) et de maintenir la paix.
conséquences sur la ville d’un bon gouverne- Cette fresque a pour but de prouver le contraire
ment. L’image doit « faire sentir », elle ne en vantant les mérites du conseil des neufs qui
théorise pas, elle dit. C’est sa puissance siège depuis 50 ans. La prospérité économique
d’évocation qui est en jeu. apparaît sur l’image à travers l’omniprésence
  des métiers et des échanges commerciaux de
proximité. La concorde sociale se lit dans la
2.   Quels   sont   les   éléments   typiques   de  
l’architecture   d’une   ville   médiévale   que   l’on  
diversité des personnes représentées. Elle est
retrouve  sur  cette  partie  de  la  fresque  ?  
également entre villes et campagnes puisque
Sans cherche le pur réalisme la fresque les circulations entre les deux espaces se font
représente, dans cette partie, tous les aspects naturellement. La ville est le lieu de toutes et
typiques d’une ville italienne au Moyen Âge. tous. Elle représente l’harmonie qui n’est
On y trouve en arrière-plan les grandes demeu- rendue possible que si le gouvernement ne se
res, le palais communal qui reflète la fonction laisse pas confisquer par une oligarchie.
politique de la ville. La cathédrale témoigne de
sa fonction religieuse. L’architecture de pierre
met l’accent ici sur les tours qui pointent vers
le ciel. Les échoppes, alcôves et les activités de
maçonnerie montrent que la ville est en
permanente (re) construction.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   97


Nouveaux  horizons  des  Européens  à  
PARTIE
l’époque  moderne  
4  
›  MANUEL  PAGES  160  À  161  
 
 
 
 
La quatrième partie du programme demande de l’homme et de son rapport au monde. Le
traiter la manière dont les Européens, à tableau de Sandro Botticelli, La Naissance de
l’époque moderne, voient leur connaissance du Vénus, présente la place majeure que les
monde et de l’homme s’élargir et s’appro- humanistes et les artistes de la Renaissance
fondir. accordent à l’Homme, à sa perfection physi-
Cet élargissement est d’abord géographique : à que. Il montre aussi l’importance de l’héritage
partir du XVe siècle, les Européens s’élancent antique, dont la Renaissance s’empare. Mais ce
sur les océans, contournent l’Afrique, touchent tableau profane ne doit pas faire oublier que la
l’Asie et découvrent l’Amérique. Le docu- réflexion sur Dieu et le sacré est un des points
ment 1 montre l’accroissement des contacts centraux de la pensée de la Renaissance.
des Européens avec d’autres mondes : ce pla-
Enfin, le chapitre 9 montre l’essor d’un nouvel
nisphère du début du XVIe siècle montre pour
esprit scientifique et technique aux XVIe et
la première fois l’Amérique. Son auteur,
XVIIe siècles. Le document 3 montre un couple
Martin Waldesemüller, s’appuie sur les lettres
de savants du XVIIIe siècle, Marie-Anne
qu’Amerigo Vespucci publie après ses voya-
Paulze et Antoine Lavoisier. Tous deux tra-
ges, et dans lesquelles il affirme que les terres
vaillent ensemble, et collaborent à des recher-
découvertes par Colomb ne sont pas l’Asie,
ches dans le domaine de la chimie. Ce tableau
mais un monde nouveau. Cet élargissement du
révèle la diffusion des idées des Lumières et
regard et cette emprise plus grande sur le
l’importance accordée à la raison et au progrès
monde sont étudiés dans le chapitre 7.
scientifique : des membres de la grande
Le chapitre 8 permet d’étudier les hommes de bourgeoisie – le père de Marie-Anne Paulze est
la Renaissance aux XVe et XVIe siècles. D’une fermier général, comme l’est Lavoisier –
grande vitalité intellectuelle, cette période voit peuvent commander un portrait d’apparat qui
l’apparition de penseurs, d’artistes, de savants les montre entourés d’objets scientifiques.
qui développent une nouvelle vision de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   98


 
CHAPITRE L’élargissement  du  monde    
7 aux  XVe  et  XVIe  siècles  
 
 
›  MANUEL  PAGES  162  À  193  
 
 

RAPPEL  DU  PROGRAMME   par les Européens, et, par là, se transforment
mutuellement.
La problématique doit donc inciter les élèves à
La question traite des contacts des Européens comprendre pourquoi et comment les Euro-
avec d'autres mondes et de l'élargissement de péens partent à la découverte du monde, et le
leurs horizons géographiques. modifient profondément. Mais une telle his-
• En prenant appui sur une étude obligatoire : toire des XVe et XVIe siècles ne peut être com-
– de Constantinople à Istanbul : un lieu prise comme une simple conquête du monde
de contacts entre différentes cultures par les Européens : ce serait en proposer une
et religions (chrétiennes, musulmane, vision erronée et paradoxale. Par exemple,
juive) ; comment concilier, dans ce cadre, l’image
• Sur une étude choisie parmi les deux d’une Europe triomphante en Amérique mais
suivantes : menacée, en Méditerranée, par l’empire
– un navigateur européen et ses ottoman ?
voyages de découverte ; Pour éviter cet écueil, il faut d’abord inscrire
– un grand port européen ; cette histoire dans des temporalités différentes,
• Et sur une autre étude choisie parmi les qu’il faut articuler pour en comprendre
deux suivantes : l’importance. Ainsi, pour comprendre les
– une cité précolombienne confrontée à voyages de Colomb ou Gama, il faut les
la conquête et à la colonisation replacer dans le temps beaucoup plus long de
européenne ; l’Europe chrétienne. La volonté de convertir
– Pékin : une cité interdite ? les peuples à la foi chrétienne et l’esprit de
  croisade sont anciens. Ils sont exacerbés par les
difficultés à contenir, à l’est de la
 Objectifs  et  problématique   Méditerranée, l’avance de l’Empire ottoman.
du  chapitre La prise de Constantinople par les Ottomans en
Ce chapitre vise avant tout à faire comprendre 1453 accentue le sentiment d’une menace
aux élèves que les XVe et XVIe siècles musulmane, et d’une nécessité à étendre le
constituent une période de profondes ruptures christianisme dans des territoires nouveaux. À
dans l’histoire du monde, dues en grande partie cette temporalité fondée sur le religieux
à la projection des Européens hors d’Europe. s’ajoute le temps long du commerce. Les
En s’élançant sur les océans, les Européens échanges en Méditerranée sont intenses, et
modifient profondément l’état de leurs anciens : découvrir de nouvelles routes com-
connaissances sur le monde qui les entoure. Ils merciales est, pour l’Espagne et le Portugal, un
explorent des territoires, découvrent des moyen de ne pas dépendre pour leur appro-
sociétés, se confrontent à d’autres manières de visionnement des Vénitiens, des Génois et des
voir le monde. Ces contacts les transforment, Ottomans, maîtres du commerce avec l’Asie.
mais bouleversent aussi les peuples qu’ils Le cas du commerce montre aussi la nécessité
rencontrent. On peut alors parler d’une d’une étude précise des espaces considérés à
première mondialisation : différentes parties du des échelles différentes. Les relations entre
globe sont mises en relation, principalement l’Europe chrétienne et Constantinople, capitale

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   99


d’un empire musulman, sont importantes car • Catalogue d’exposition, Moctezuma, aztec
les Ottomans permettent l’accès aux produits ruler, The British Museum Press, Londres,
de l’Asie. Constantinople doit sa vitalité à cette 2009.
fonction de carrefour, qui permet le contact • AIMI (Antonio), Les Mayas et les Aztèques,
entre différentes cultures et religions. De Hazan, 2009
même, la fortune de Lisbonne tient à sa place • BAUDOT (Georges), TODOROV (Tzvetan),
d’intermédiaire entre Europe, Afrique, Asie Récits aztèques de la conquête, Seuil, Paris,
puis Amérique, après la conquête du Brésil par 1983
les Portugais. Ce sont des lieux où s’inter- • BEGUIN (Gilles), MOREL (Dominique), La
connectent les différentes parties du monde. Cité interdite des Fils du Ciel, Découvertes
Il est également nécessaire de s’interroger sur Gallimard, Paris, 2003
l’impact réel de l’irruption des Européens dans • BENASSAR (Bartolomé), VINCENT (Bernard),
le monde. La complexité des situations doit Le temps de l’Espagne (XVIe-XVIIe siècle),
être rendue, et expliquée. Dans ce cadre, les Hachette, Paris, 1999.
cas de Pékin et Mexico sont révélateurs. La • BITTAR (Thérèse), Soliman, l’empire
première, capitale d’un empire centralisé et magnifique, Découvertes Gallimard, Paris,
occupé à la mise en valeur d’un territoire 1994
immense, oscille entre ouverture et repli, mais • BOUCHERON (Patrick) (dir.), Histoire du
parvient à cantonner aux marges de la Chine monde au XVe siècle, Fayard, Paris, 2009
les navigateurs portugais. Ceux-ci prennent en • CARPENTIER (Jean), Lebrun (François),
charge un commerce fructueux avec l’Europe, Histoire de la Méditerranée, coll. Points
mais n’influent que très peu sur la société Histoire, Seuil, 2001
chinoise. À l’inverse, la capitale de l’empire • CHANDEIGNE (Michel), Lisbonne hors les
aztèque connaît de profonds bouleversements : murs. 1415-1580, l’invention du monde par les
après sa chute, elle est remodelée pour devenir navigateurs portugais, Autrement,
un symbole de la domination politique, • COLOMB CHRISTOPHE, La découverte de
religieuse et économique des conquérants – ce l’Amérique (deux volumes), La Découverte,
qui ne doit pas empêcher les élèves de Paris, 2006.
percevoir les signes de résistance à cette • DARROBERS (Roger), Pékin, Découvertes
domination. De manière plus générale, si des Gallimard, Paris, 2008
espaces sont mis en relation, bien plus • ELISSEEFF (Danielle), Histoire de la Chine,
nombreux sont ceux qui, en Europe comme éditions du Rocher, Paris, 1997
ailleurs, restent enclavés : le monde est encore • ELISSEEFF (Danielle), L’art chinois,
essentiellement fragmenté. Idées, connais- Larousse, Paris 2007
sances, marchandises ne circulent pas partout, • GRUZINSKI (Serge), Le destin brisé de
et pas tout le temps. L’étude des Namban l’empire aztèque, Découvertes Gallimard,
byobu permet d’appréhender cette complexité. Paris, 1988
Ces paravents montrent l’impact de l’arrivée • GRUZINSKI (Serge), Les quatre parties du
des Portugais au Japon : commerce avec monde : histoire d’une mondialisation, coll.
l’Europe, influence de l’iconographie Points Histoire, Seuil, 2004
européenne, christianisation d’une partie de la • HOFFMANN (Catherine), RICHARD (Hélène),
société. Mais leur production est finalement de VAGNON (Emmanuelle), L’âge d’or des cartes
courte durée : les artistes et artisans japonais marines, Seuil – Bibliothèque nationale de
finissent par délaisser ces motifs au début du France, Paris, 2012.
XVIIe siècle, lorsque le Japon se ferme aux • LEQUENNE (Michel), Christophe Colomb,
Européens. Ces paravents montrent donc amiral de la mer océane, Découvertes
l’importance de l’influence européenne sur un Gallimard, Paris, 2005.
espace donné, ainsi que son rejet. • MANSEL (Philip), Constantinople, la ville que
désirait le monde, Seuil, Paris, 1997
  Bibliographie   • OLIVEIRA MARQUES (Antonio), Histoire du
Portugal et de son empire colonial, Karthala,
LIVRES  ET  REVUES  
Paris, 2000.
• Catalogue d’exposition, De Byzance à
• SUBRAHMANYAM (Sanjay), L’empire
Istanbul, un port pour deux continents, éditions
portugais d’Asie, Points Histoire, Paris, 2013.
de la RMN, Paris, 2009.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   100


• SUBRAHMANYAM (Sanjay), Vasco de Gama, territoires atteints en Amérique par les
légende et tribulations du vice-roi des Indes, Européens. Né à Liège, il a travaillé à
Alma éditeur, 2012. Strasbourg, Londres et Francfort. C’est dans
cette dernière ville qu’il réalise en 1596 une
SITES  INTERNET   carte du "Nouveau monde", entourée de quatre
• http://expositions.bnf.fr/cartes/index.htm : personnages. Cet ensemble lui permet de
exposition en ligne de la BNF consacrée à retracer, d’un point de vue européen, l’histoire
l’histoire de la cartographie, et aux bouleverse- de ce continent depuis sa découverte par les
ments que connaît ce moyen de représenter le Européens en 1492.
monde aux XVe et XVIe siècles. La carte qu’il place au centre montre
• http://expositions.bnf.fr/marine/index.htm : l’importance des connaissances que les
exposition en ligne de la BNF consacrée aux Européens ont établies depuis la fin du
cartes marines. XVe siècle. En la rapprochant de la carte
• http://gallica.fr : sur ce site de la BNF, de p. 181, on constate que, depuis 1453, les
nombreux récits de voyages dans des éditions Européens ont une vision plus précise de
numérisées, souvent anciennes. l’Amérique du Nord : le littoral ouest, à partir
de la Basse-Californie, est ainsi représenté. Les
EMISSIONS  DE  RADIO   erreurs – déformations, oublis, exagérations –
• "Goa 1510", dans La Fabrique de l’histoire sont pourtant encore nombreuses. Elles
(par Emmanuel Laurentin, France-Culture), correspondent aux cartes réalisées par d’autres
émission du 18 novembre 2010 consacrée à la à la même période, témoignant ainsi de la
prise de Goa par les Portugais en 1510. qualité du travail de recherche effectué par
• "La mer : terre à tribord !" dans Pas la peine Théodore de Bry pour réaliser cette gravure.
de crier (par Marie Richeux, France-Culture), Elles révèlent aussi les trajets des Européens
émission du 21 octobre 2013 qui évoque dans le continent américain. Les espaces où les
l’exposition "L’âge d’or des cartes marines, imperfections sont les plus importantes et les
quand l’Europe découvrait le monde" à la plus nombreuses correspondent aux lieux que
Bibliothèque nationale de France. les navigateurs ont atteints depuis peu, où les
Européens se sont peu installés. À l’inverse,
FILMOGRAPHIE   les espaces les plus précisément décrits sont
• La controverse de Valladolid, de Jean-Daniel ceux découverts les premiers – comme les
Verhaeghe (1992), d’après un roman de Jean- Caraïbes – et ceux où les implantations
Claude Carrière : ce film permet d’aborder les européennes sont les plus fortes – littoral du
réactions des Européens face aux sociétés Brésil actuel, anciens empires incas et
qu’ils découvrent ; il permet de montrer aztèques… D’autres erreurs rappellent aussi
comment la manière de considérer ces "autres" les conceptions scientifiques du temps :
est complexe, et fait appel au politique, au l’immense continent imaginaire au sud de
religieux, à l’humanisme. l’Amérique évoque la théorie selon laquelle la
• 1492, de Ridley Scott (1992) et Aguirre, la planète, pour ne pas se retourner, devait avoir à
colère de Dieu, de Werner Herzog (1972) : au- "sa base" une vaste et lourde étendue de terre.
delà de leur caractère spectaculaire, ces deux Les quatre personnages qui entourent la carte
films permettent d’aborder la découverte et offrent un récit de l’exploration de ce continent
l’exploration des territoires américains, les par les Européens. Le premier, en haut à
difficultés que rencontrent les Européens et les gauche, est Christophe Colomb qui, en 1492,
bouleversements qu’ils provoquent dans les est le premier à atteindre l’Amérique, qui croit
sociétés qu’ils rencontrent mais aussi dans leur être l’Asie. Le deuxième, en haut à droite, est
manière de considérer le monde. Amerigo Vespucci : membre d’une expédition
qui atteint le littoral du Brésil, il est le premier
à affirmer dans ses lettres la nouveauté, aux
Ouverture   yeux des Européens, de cet espace. Martin
Waldeseemüller, érudit installé à Saint-
›  MANUEL  PAGES  162-­‐163   Dié-des-Vosges sous la protection du duc de
Théodore de Bry (1528-1598) est un graveur Lorraine, donne alors, en guise d’hommage, le
prolifique, qui s’est beaucoup intéressé aux nom de Vespucci à ce nouveau continent,
l’Amérique. Magellan, représenté en bas à

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   101


gauche, en contourne la pointe sud lors du politiques et religieux d’Amérique, d’Afrique
voyage qui doit lui permettre de faire le tour du et d’Asie que les navigateurs européens
monde. Enfin, la représentation de Pizarro atteignent lors de leurs voyages. Seuls les plus
rappelle la conquête de l’empire inca par les importants sont représentés, mais permettent
Espagnols. Chacun de ces personnages est néanmoins de comprendre la diversité de ces
dessiné sur un paysage marin, parsemé de espaces.
navires, et est entouré d’outils de navigation – La seconde carte porte sur l’évolution des
carte, compas, ancre… Cette gravure de connaissances géographiques des Européens,
Théodore de Bry témoigne ainsi à la fois de et sur les voyages qui l’explique. Au début du
l’élargissement rapide de l’horizon des XVe siècle, seule l’Amérique et l’Océanie ne
Européens aux XVe et XVIe siècles, des sont pas connues par les Européens. Mais être
moyens maritimes alors utilisés et des conscient de l’existence d’un continent ne
conséquences de ces découvertes – ici, la signifie pas le connaître réellement. C’est le
mainmise politique sur ces territoires nou- cas pour l’Afrique : les Européens en
veaux. fréquentent le littoral méditerranéen depuis
Le Codex Durán est le nom donné à l’ouvrage des siècles, sans véritablement imaginer
rédigé entre 1576 et 1581 par le dominicain l’ampleur de ce continent. L’Asie est connue
espagnol Diego Durán, intitulé Histoire des comme source des épices consommées en
Indes de Nouvelle Espagne et des îles de la Occident, mais reste un lieu très peu connu. Le
Terre ferme. Il retrace l’histoire des Aztèques à tracé des différents voyages effectués par les
partir de témoignages et de chroniques anté- Européens révèle l’ampleur et la rapidité du
rieures. L’illustration présentée en ouverture mouvement d’expansion. Il en montre aussi la
évoque la rencontre entre Cortés et Moctezuma chronologie : les premiers à s’élancer sur les
II, entre le conquistador espagnol et l’empereur mers sont les Portugais, rapidement suivis des
aztèque. Elle évoque les premiers temps de Espagnols. Anglais, Français et Hollandais
l’arrivée des Espagnols : si elle montre la s’éloignent moins : il faut attendre le début du
rencontre entre deux mondes, elle ne permet XVIIe pour les voir concurrencer sérieusement
pas de comprendre les bouleversements qu’elle les puissances ibériques.
provoque ensuite – destruction des structures
politiques aztèques, conquête et mainmise
espagnole sur l’empire…
Ces deux documents évoquent donc l’élargis-
Étude  
sement par les Européens de leur vision et de De  Constantinople  à  Istanbul  :  un  lieu  de  
leur connaissance du monde, et permettent de contacts  et  d’échanges  
s’interroger sur les raisons et les conséquences
des voyages qu’ils effectuent alors. ›  MANUEL  PAGES  166-­‐167  
Le programme demande d’étudier Constan-
Repères   tinople comme un lieu de contact entre
différentes cultures et religions (chrétienne,
Les  Européens  et  le  monde     musulmane, juive). Il s’agit de montrer aux
(XVe-­‐XVIe  siècles)   élèves que la ville, devenue après 1453 capitale
de l’Empire ottoman, demeure un carrefour
›  MANUEL  PAGES  165-­‐166.  
commercial, politique et culturel : à ce titre,
Les notions évoquées – découvertes, con- elle est un lieu très fréquenté, et un objet
quêtes, colonisation et mondialisation – d’intérêt et de fascination.
permettent de conceptualiser et de problé-
matiser le chapitre. Elles suffisent à exprimer   Choix  des  documents  
de manière synthétique les relations qu’entre-
•  Document  1.  Istanbul  au  XVIe  siècle.  
tiennent les Européens et le monde aux XVe et
Ce document montre l’évolution de la ville
XVIe siècles.
après sa prise par le sultan ottoman
Les deux cartes de cette double-page évoquent
Mehmet II : il évoque à la fois les traces de
la manière dont les Européens s’élancent sur le
l’empire byzantin, les aménagements ottomans
monde, et ce qu’ils rencontrent alors.
et la place de la ville dans le commerce
La première carte permet de montrer aux
méditerranéen. Cette peinture sur papier
élèves quels sont les grands ensembles

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   102


illustre, en 1537, la chronique d’une campagne anciens. Le document est un extrait de la
militaire du sultan Soliman le Magnifique. conclusion de l’ouvrage, qui revient sur
C’est un objet de luxe, destiné à la cour et l’évolution générale de la ville.
réalisé dans l’enceinte du palais de Topkapı. Il Pierre Gilles évoque ici les lieux de culte, et
s’agit d’un plan de l’ancienne Constantinople, montre une situation complexe. Il insiste sur la
mais qui ne montre pas qu’Istanbul. En effet, la domination de l’islam dans la capitale d’un
ville ne devient officiellement Istanbul qu’en empire musulman, et sur la perte d’importance
1930. Jusque-là, Istanbul (ou Stamboul) ne du christianisme – évoquant ainsi « l’ottomani-
désigne que les quartiers contenus dans les sation » de la ville par le grand nombre de
anciennes murailles, entourés de deux côtés mosquées et la disparition d’une grande partie
par la mer ; Péra et les autres extensions de la des églises orthodoxes, qui sont encore une
ville ne sont pas comprises dans cette déno- soixantaine à cette période. Mais il montre
mination. aussi la coexistence de groupes différents :
Ce plan met en valeur les modifications descendants des Byzantins – les "Grecs" –
apportées à Constantinople pour en faire une population musulmane, juive, arménienne, et
ville ottomane. Les sultans aménagent d’abord les marchands européens catholiques – les
un palais, lieu et symbole de leur pouvoir : Francs. Il révèle donc la politique menée par
c’est Topkapı, à la pointe est de la péninsule. les sultans pour que la ville reste un lieu de
Ils construisent également des mosquées. Leur contacts.
rôle est multiple : montrer la primauté de
l’islam, mais aussi affirmer la générosité des •   Document   3.   L’intérêt   des   Ottomans   pour   les  
sultans envers la population de la ville. Chaque sciences  
mosquée est en effet accompagnée d’un Ce document est une miniature, une scène
ensemble de bâtiments à vocation sociale : peinte sur papier. Elle montre l’intérieur de
écoles, hospices, hôpitaux, bains publics… l’observatoire de Galata. Il est situé dans le
Trois grandes mosquées sont représentées ici. quartier de Péra, extension de la ville séparée
Deux sont des créations : la mosquée de d’elle par le bras de mer de la Corne d’or.
Mehmet II, élevée par le conquérant de Dans ce quartier se concentrent les marchands
Constantinople, et celle de Bayezid II, son venus de l’Europe chrétienne. L’image montre
successeur. D’un point de vue architectural, des savants ottomans entourés d’objets tous en
elles ont pour modèle Sainte-Sophie que lien avec l’observation du ciel et ses
Mehmet II transforme immédiatement après la applications scientifiques, en particulier les
conquête en mosquée, en particulier par techniques permettant de se repérer dans
l’adjonction de minarets. l’espace. On reconnaît ainsi des sextants, un
globe terrestre, des instruments de mesure de
•   Document   2.   Les   Ottomans   transforment   la   l’espace (compas, équerre) et du temps
ville.   (sablier). Cette miniature révèle donc l’intérêt
Ce texte aborde différents éléments qui du pouvoir ottoman pour les sciences, un
permettent de dresser un portrait assez intérêt que l’on peut rapprocher de celui des
complexe d’Istanbul au XVIe siècle. Il montre cours européennes à la même époque. Ainsi,
d’abord comment, en un peu plus d’un siècle, dans Les Ambassadeurs, Hans Holbein
la ville est devenue ottomane. Il révèle ensuite représente des objets presque identiques sur
la complexité de son peuplement. Enfin, il l’étagère qui séparent les deux personnages du
montre l’attrait de la ville pour les Européens. tableau, Jean de Dinteville et Georges de
L’auteur, Pierre Gilles d’Albi, est un Selve.
humaniste français qui, à partir de 1544, Cette idée est néanmoins à nuancer :
voyage en Orient pour rechercher des livres l’observatoire est détruit sur ordre du sultan en
anciens. Protégé de Georges d’Armagnac, 1580, cinq années après sa fondation.
évêque de Rodez et proche de la cour royale, il L’imprimerie connaît le même sort ambigu : si
écrit après son retour une histoire et une elle est introduite rapidement à Istanbul, elle ne
description de Constantinople éditée après sa peut être utilisée que pour des textes écrits
mort en 1555. Ce texte rédigé en latin se veut dans d’autres langues que l’arabe, langue de la
d’une grande précision : Pierre Gilles décrit la religion et du pouvoir.
ville quartier par quartier, et établit un état des
lieux qu’il compare avec des textes plus •  Document  4.  Les  habitants  d’Istanbul  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   103


En 1535, le roi de France et le sultan ottoman les Italiens de Péra peuvent continuer à
passent un accord inattendu, motivé par leur commercer : ils conservent la propriété de
confrontation commune à Charles Quint. Face leurs biens et de leurs navires, ainsi que le droit
au Habsbourg qui rêve d’une monarchie de naviguer librement dans les eaux de
universelle, couvrant toute l’Europe, les deux l’Empire ottoman. L’évocation de ce rôle de
souverains – en premier lieu François Ier – carrefour commercial, que marchands chré-
cherchent à nouer une alliance qui leur tiens et pouvoir ottoman souhaitent préserver,
permette de le tenir en respect. En 1536, la est renforcée dans le texte de Chesneau par la
France envoie pour la première fois auprès de description de la Corne d’Or, et du port et de
la Sublime Porte un ambassadeur permanent. l’arsenal qu’elle renferme.
Jean Chesneau appartient à la suite d’un des
ambassadeurs de France à Constantinople. Il •   Document   5.   Les   relations   entre   l’Empire  
écrit ce texte au retour du voyage qu’il effectue ottoman  et  la  France.  
au Levant, c’est-à-dire, pour les Français du À la suite de François Ier, les rois de France
XVIe siècle, les territoires à l’Est de la poursuivent une politique de relations cordiales
Méditerranée sous l’autorité des Ottomans. avec l’Empire ottoman. Les accords qui en
Dans cet extrait, Jean Chesneau insiste d’abord découlent, appelés "capitulations", sont des
sur les habitants de la ville, d’horizons très traités passés avec les sultans. Ils déterminent
variés. Il évoque ainsi les marranes, juifs de le statut privilégié des Français dans le
l’Europe chrétienne convertis de force au territoire de l’Empire ottoman. C’est le cas de
christianisme, mais continuant à pratiquer en celui présenté ici, accordé par le sultan Ahmed
secret – ou accusés de le faire. De manière plus Ier aux représentants d’Henri IV. Il permet
générale, Istanbul abrite de nombreux juifs d’abord la circulation des marchandises, par le
venus d’Europe. En effet, les rois Isabelle de libre accès aux ports ottomans qu’il accorde
Castille et Ferdinand d’Aragon expulsent les non seulement aux navires français, mais aussi
juifs de leurs possessions d’Espagne en 1492, à tout navire s’abritant sous l’autorité de la
après leur victoire sur le dernier royaume France en portant sa bannière. Il a aussi une
musulman d’Espagne. En 1496, le roi du valeur religieuse, en accordant les mêmes
Portugal suit leur exemple. Les juifs convertis privilèges pour l’entrée des pèlerins à
sont aussi inquiétés. Beaucoup trouvent alors Jérusalem. Ces relations particulières font alors
refuge dans l’Empire ottoman, qui leur accorde des autorités françaises les protectrices des
le même statut qu’aux chrétiens. Jean lieux saints chrétiens, et l’interlocuteur
Chesneau évoque aussi les marchands privilégié des Ottomans en cette matière.
chrétiens venus d’Europe, souvent installés
dans le quartier de Péra – dont le sort est fixé   Réponses  aux  questions  
par un traité établi avec le sultan Mehmet II le 1.   Quels   sont   les   aménagements   réalisés   par   les  
28 mai 1453, un jour avant la chute de la Ottomans  ?  Dans  quel  but,  d’après  vous  ?  
Constantinople byzantine. Il lie le sultan aux 2.   Quelles   traces   reste-­‐t-­‐il   de   l’ancienne   capitale  
habitants italiens de Péra : ses clauses révèlent byzantine  ?  
les intérêts des uns et des autres. D’abord, Les aménagements urbains évoqués dans les
Mehmet II y affirme son autorité : il dit documents concernent à la fois les lieux du
répondre à la prière des magistrats de ce pouvoir politique et les lieux du religieux. Ils
quartier, et considérer Péra « comme tout autre montrent comment les sultans investissent la
pays de [sa] domination. » Il impose aussi la ville pour à la fois affirmer leur autorité sur
destruction des murailles, signe de souverai- l’espace urbain, mais aussi pour affirmer la
neté. Il affirme également la primauté de primauté de la religion de l’Empire ottoman,
l’islam : aucune nouvelle église ne peut être l’islam, sur celle de l’ancien Empire byzantin,
construite, les cloches ne doivent plus sonner, le christianisme. Dans tous les cas, il s’agit de
et chaque chrétien doit, en signe de soumi- montrer que si la ville reste capitale, l’empire a
ssion, payer une taxe spécifique au sultan. changé.
Mais si les chrétiens sont ainsi placés en Dans ce cadre, les traces de l’ancienne capitale
position d’infériorité, ils conservent leurs lois byzantine s’évanouissent en partie. Certaines
et peuvent continuer à pratiquer leur religion : subsistent. C’est le cas des aménagements
ils conservent la propriété de leurs églises, et byzantins les plus monumentaux, comme
ne peuvent être forcés à la conversion. Surtout, l’espace de l’hippodrome, les citernes ou

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   104


l’aqueduc de Valens. D’autres voient leur sens, On l’a vu en analysant les documents, ces
leur destination changée par les modifications relations sont à la fois commerciales et poli-
que les Ottomans leur apportent. C’est le cas tiques. Elles concernent aussi les peuples :
de Sainte-Sophie, principale église de la ville certains viennent s’installer à Istanbul pour
transformée en mosquée dès 1453. La politique commercer, d’autres pour se réfugier. La ville
menée par les sultans, qui autorise les chrétiens est aussi un lieu de diffusion des idées et des
à continuer à habiter la ville, permet la connaissances, comme le montrent la représen-
préservation de certaines églises et du siège du tation de l’observatoire de Galata et les récits
patriarcat orthodoxe. Mais si la disparition de de voyages des deux Français Pierre Gilles et
l’ancienne capitale byzantine est en partie Jean Chesneau, qui révèlent l’attrait qu’exerce
imputable à la politique ottomane, elle était Istanbul sur l’Occident.
déjà amorcée avant 1453 en raison de l’affai-
blissement progressif de l’Empire byzantin.
Ainsi, certains des bâtiments les plus
emblématiques de Constantinople étaient déjà
Étude  
en ruine au début du XVe siècle – comme le Vasco  de  Gama  :  un  navigateur  portugais  
Grand Palais donnant sur le Bosphore en  Asie  
abandonné par les Empereurs byzantins au
bénéfice du palais des Blachernes, situé au ›  MANUEL  PAGES  170-­‐171  
départ de la Corne d’Or. Cette étude est consacrée au premier Européen
à atteindre l’Inde par voie maritime. Il s’agit
3.  D’après  ces  documents,  quel  est  l’intérêt,  pour   pourtant de montrer que le voyage de Vasco de
le   pouvoir   ottoman,   d’autoriser   juifs   et   chrétiens   Gama n’a rien d’exceptionnel. Il doit permettre
à  s’installer  dans  la  ville  ?   aux élèves de comprendre qu’une telle
L’intérêt essentiel est d’assurer la prospérité de expédition s’inscrit dans une logique de
la ville. Les documents insistent surtout sur son navigation océanique établie par le Portugal
rôle de carrefour commercial. Ils évoquent des depuis le début du XVe siècle. Sa spécificité ne
marchands venus d’Europe qui, grâce à leurs tient donc pas à sa conception, mais à son
navires et au port d’Istanbul, entretiennent des résultat : pour la première fois, un navire
relations commerciales au travers de la portugais longe le littoral oriental de l’Afrique
Méditerranée. Le document 4 fait aussi et atteint l’Inde. Cette expédition ouvre donc
allusion aux « artifices de main » que les juifs l’Asie aux ambitions du royaume de Portugal.
venus d’Allemagne, de Portugal et d’Espagne
ont enseigné aux Ottomans.   Choix  des  documents  
4.   Relevez   tous   les   éléments   qui   montrent   •  Document  1.  La  politique  maritime  du  royaume  
qu’Istanbul  est  un  grand  centre  du  commerce.   de  Portugal  
Ces éléments sont de nature différente. Les Ce texte est l’œuvre d’un Portugais, Gomes
documents évoquent d’abord des marchands Eanes de Zurara, et porte le nom de Chroni-
aux origines diverses, souvent venus d’Europe ques de Guinée. Ce titre révèle les ambitions
chrétienne. Vénitiens et Florentins, Anglais, des Portugais au milieu du XVe siècle : il s’agit
Français, Portugais et Espagnols, tous viennent pour eux d’atteindre, d’explorer et d’exploiter
à Istanbul pour commercer. Les échanges sont le littoral occidental de l’Afrique. Les cartes et
essentiellement maritimes : c’est pourquoi Jean portulans portugais – et la manière de les
Chesneau insiste sur l’importance du port et de illustrer – en témoignent aussi. Le planisphère
l’arsenal, situés dans la Corne d’or. Enfin, le de Cantino, réalisé en 1502, montre ainsi les
document 5 montre que le commerce est implantations portugaises dans le Golfe de
l’objet de traités politiques entre le sultan et le Guinée, comme la montagne du lion – future
roi de France, qui touchent tous les marchands Sierra Leone. Est aussi représenté le château de
européens. la mine, plus à l’est : l’exploitation de l’or
motive en partie l’expansion portugaise au
5.   Montrez   que,   par   différents   moyens,   Istanbul   cours du XVe siècle. Cette carte montre aussi
entretient   des   relations   avec   d’autres   parties   du   que cette expansion est maritime : elle indique
monde,  et  est  un  lieu  de  diffusion  des  idées  et  des   un tracé précis des côtes africaines, et des
connaissances.  

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   105


lignes de navigation permettant de les
e  
atteindre. •   Document   3.   L’expansion   des   Portugais   (XV -­‐
e  
Le texte revient sur les motivations de celui  XVI siècles)  
qui, dans la première moitié de ce siècle, lance Cette carte permet de replacer l’expédition de
la politique maritime du Portugal. L’infant Vasco de Gama dans le cadre plus général de
Henri le Navigateur (1394-1460) est un prince l’expansion maritime portugaise pendant ces
de la famille royale du Portugal. Il soutient et deux siècles. Elle montre que ce voyage est
finance la politique maritime du pays en précédé et suivi par d’autres expéditions :
armant des navires qu’il envoie explorer la Vasco de Gama n’a réalisé que la plus célèbre.
façade atlantique de l’Afrique, en complément Avant 1497, le royaume portugais organise des
des actions qu’il mène sur son littoral expéditions portugaises le long du littoral
méditerranéen. Ce document permet donc de atlantique de l’Afrique, jusqu’à atteindre le cas
montrer que l’Asie n’est ni le premier, ni le de Bonne Espérance en 1488. En 1444, le
seul objectif qui explique la politique fleuve Sénégal est atteint. En 1450, le
d’expansion menée par les Portugais qui navigateur Diogo Gomes atteint la Guinée. En
débouche sur le voyage de Vasco de Gama. 1482, Diogo Cao atteint l’embouchure du
fleuve Congo, puis atteint le sud de l’Afrique
•   Document   2.   L’arrivée   de   Vasco   de   Gama   à   en 1486. C’est Bartolomeu Dias qui atteint et
Calicut.   dépasse le cap de Bonne Esperance : il montre
Le Livre de route – ou routier – du navire de ainsi que l’Afrique peut être contournée par le
Vasco de Gama est un texte dont l’origine est sud.
difficile à établir. Son auteur reste inconnu, et Après le premier voyage de Gama, les
le moment de son écriture mal établi. Ce n’est Portugais envoient des flottes vers l’Inde tous
pas, à proprement parler, un routier ou un les ans. La deuxième expédition, dirigée par
journal de bord – censés êtres rédigés au jour Cabral, atteint le Brésil en 1500 avant de
le jour par les navigateurs, et recensant les continuer vers l’Inde. Les navigateurs et
routes nautiques suivies et, dans le cadre du militaires Afonso de Albuquerque et Francisco
journal, tous les événements survenus pendant de Almeida poursuivent l’exploration de
le voyage, mais sans les rédiger vraiment. Le l’Océan Indien, et conquièrent des espaces qui
texte a été, à l’évidence, mis en forme après le permettent au royaume de Portugal d’étendre
voyage. L’auteur affirme avoir fait partie de leur domination en Asie jusqu’aux Moluques.
l’expédition – ce que confirme la précision des La Chine est atteinte par Jorge Alvares en
descriptions – et avoir accompagné Vasco de 1513. Enfin, les Portugais débarquent à
Gama lors de son entrevue avec le Samorin de Tanegashima, au Japon, en 1543.
Calicut.
L’intérêt de ce document est de montrer que, si •   Document   4.   Les   projets   du   roi   de   Portugal   pour  
l’expédition de Gama est une première et un l’Inde  
exploit pour un navigateur européen, d’autres Ce document est la lettre que Manuel Ier du
Méditerranéens fréquentent l’Inde, de manière Portugal envoie aux souverains d’Espagne le
habituelle et depuis longtemps. L’épisode 12 juillet 1499, au moment du retour d’Inde de
raconté ici montre deux marchands musulmans l’expédition de Vasco de Gama.
originaires de Tunis surpris par l’arrivée des Pour comprendre l’importance et l’intérêt de ce
Portugais. Ils parlent le castillan et le génois, document, il faut le replacer dans le contexte
signe qu’ils sont en contact avec des des rivalités entre l’Espagne et le Portugal de
négociants venus de l’Europe chrétienne. Ces la fin du XVe siècle. En 1492, Christophe
marchands sont donc, à l’évidence, partie Colomb découvre l’Amérique – ou ce que l’on
prenante des routes commerciales qui considère alors comme les côtes orientales de
permettent l’acheminement des produits l’Asie. L’escale de Colomb au Portugal en
asiatiques – principalement des épices – vers 1493 et les tentatives de son souverain pour
l’Europe occidentale, au travers de la mer obtenir le tracé de la route suivie par Colomb
Rouge et des possessions ottomanes. ravivent les concurrences avec l’Espagne. En
L’ébahissement des Portugais montrent leur 1494, la signature du traité de Tordesillas entre
méconnaissance de ces circuits : ils ne les deux puissances, sous l’égide du pape,
comprennent pas la présence en Inde de ces entend déterminer les limites entre les
marchands. possessions espagnoles et portugaises,

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   106


existantes ou encore à découvrir. Le traité fixe Le récit de la rencontre, à Calicut, avec deux
donc les frontières de deux empires négociants venus de Tunis et les informations
concurrents. sur le commerce des épices par La Mecque et
Le voyage de Vasco de Gama en Inde s’inscrit Le Caire que Manuel Ier rapporte dans sa lettre
donc dans un contexte de rivalités entre les montrent que Calicut est l’une des étapes sur la
puissances ibériques. La lettre que Manuel Ier route des épices entre l’Asie et l’Europe.
envoie au roi et à la reine d’Espagne est une Depuis les possessions ottomanes, les épices
manière d’affirmer, sans jamais l’exprimer sont le plus souvent prises en charge par des
explicitement, la domination du Portugal sur marchands italiens, vénitiens et génois, avant
les espaces nouvellement atteints – et de d’être vendues dans toute l’Europe.
rappeler que le traité de Tordesillas les place
dans la sphère d’influence portugaise. 5.   Quels   sont   les   objectifs   de   la   présence   des  
Portugais   en   Inde   à   la   fin   du   XVe  siècle  ?   Sont-­‐ils  
e
  Réponse  aux  questions   différents  de  ceux  définis  au  milieu  du  XV  siècle  ?  
Les motivations évoquées par Manuel Ier sont
1.   Montrez   que   l’expansion   maritime   du   identiques à celles définies par Henri le
Portugal  débute  avant  le  voyage  de  Vasco  de   Navigateur : il s’agit à la fois de « partir à la
Gama,  et  se  poursuit  après.   découverte », de convertir de nouvelles popu-
Cette question demande d’abord de relever le lations et de « détruire les Maures », et enfin
rôle d’Henri le Navigateur dans l’élaboration de « se fournir en épices et en pierres
de la politique maritime du Portugal, et ce dès précieuses ».
la première moitié du XVe siècle. Il faut
ensuite mettre en relation ce document avec la
carte, et relever les dates des premières Étude  
expéditions portugaises dans l’Atlantique avant
de montrer l’expansion géographique dans Lisbonne,  un  grand  port  du  commerce  
l’Océan Indien qui suit le voyage de Vasco de atlantique  
Gama en Inde, jusqu’à atteindre le Japon au ›  MANUEL  PAGES  172-­‐173  
milieu du XVIe siècle.
L’étude de Lisbonne permet de comprendre
2.   Montrez   que   les   motivations   de   cette   pourquoi et comment la façade atlantique de
expansion  sont  de  trois  ordres  différents.   l’Europe gagne en importance au cours de la
Les raisons invoquées par Gomes Eanes de période considérée. Lisbonne est alors un
Zurara sont au nombre de cinq, mais relèvent carrefour commercial, au centre de réseaux
de trois grands axes : la découverte de nou- complexes organisés à différentes échelles. Cet
veaux territoires et de nouveaux débouchés essor de la capitale portugaise est fondé sur la
commerciaux, ainsi que l’expansion du chris- manière dont les Portugais organisent leur
tianisme et la lutte contre les musulmans. expansion maritime et commerciale.

3.   Expliquez   le   parcours   de   Gama,   en   distinguant     Choix  des  documents  


la   partie   de   l’itinéraire   déjà   connue   par   les  
•  Document  1.  Lisbonne  au  centre  d’échanges  
Portugais  et  celle  découverte  par  Gama.  
maritimes  complexes  (1re  moitié  du  XVIe  siècle)  
Gama emprunte les routes maritimes décou- Cette carte montre les espaces atteints et les
vertes par d’autres Portugais depuis le début du produits échangés dans les réseaux commer-
XVe siècle : elles longent le littoral atlantique ciaux organisés par les Portugais, et dont
de l’Afrique jusqu’au cap de Bonne Espérance, Lisbonne est le centre. Elle met en valeur
atteint par Bartolomeu Dias en 1488. Le choix l’interdépendance des échanges et le rôle que
du reste du trajet, le long du littoral oriental de joue Lisbonne dans la redistribution des flux.
l’Afrique jusqu’à la ville de Calicut, est le fait Le commerce des épices est un parfait exemple
de Vasco de Gama. de la complexité de ce commerce. Leur achat,
en Asie, se fait en argent : les négociants
4.   Montrez   que   Calicut   est,   avant   l’arrivée   de  
portugais ont donc besoin de s’en procurer.
Gama,   déjà   en   relation   avec   l’Europe   et   la  
Ils peuvent négocier à Anvers ce métal, en
Méditerranée.  
provenance d’Europe centrale et du nord. Ils

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   107


l’échangent alors contre de l’or, que les commerciales de l’Océan Indien sont pour un
Portugais trouvent en Afrique – soit en moment bousculées par l’irruption des navi-
l’exploitant directement, soit en l’échangeant gateurs portugais, les anciens réseaux se
contre du cuivre. Mais l’Afrique fournit aussi recomposent rapidement. De plus, la prospérité
des épices aux négociants portugais. de la Méditerranée reste importante : le
Autre réseau commercial complexe, celui qui basculement du centre de gravité de l’Europe,
concerne le sucre et les esclaves. Les Portugais de la Méditerranée vers l’Atlantique, est très
implantent des plantations dans leurs posses- lent, et occupera encore tout le XVIIe siècle.
sions de l’Atlantique (Madère, Sao Tomé, les
Açores) et au Brésil : la production de sucre est •   Document   3.   Le   centre   de   Lisbonne   au  
e
fondée sur l’exploitation d’esclaves venus XVI  siècle  
d’Afrique, du Golfe de Guinée. Esclaves et or Cette gravure est extraite d’un atlas allemand
sont échangés contre du cuivre que les des grandes villes du monde, intitulé Civitates
Portugais se procurent à Anvers. orbis terrarum, réalisé par Braun et Hogenberg
Ce cuivre est obtenu grâce au sucre – ainsi en 1572. Ce type d’ouvrages connaît un grand
qu’à l’or africain – que les Portugais succès au XVIe siècle. Ils témoignent de l’inté-
acheminent jusqu’à Anvers. rêt des Européens pour la découverte et la
connaissance de nouveaux espaces. Ils mon-
•  Document  2.  Lisbonne et Anvers trent aussi que l’imprimerie – pour le texte et
Lodovico Guicciardini (1521-1589) est un les gravures – a permis leur diffusion dans
Florentin de formation et de culture humaniste, toute l’Europe. La version ici présentée a été,
issu d’une famille marchande fortunée. Au après impression, rehaussée à la main de
début des années 1540, il s’installe à Anvers, couleurs.
où sa famille possède un comptoir commercial. Le point de vue choisi met en valeur les
En 1567, il publie la Description de tous les aménagements portuaires de la ville. Au
Pays-Bas, qu’il accompagne de nombreuses premier plan se trouve le Tage, couvert de
cartes et vues des principales villes des Pays- navires de tailles et de formes différentes. Sont
Bas. ensuite représentés les quais, où sont amarrés
Le texte présenté ici explique la prospérité d’autres navires. Les constructions au centre de
d’Anvers par les liens privilégiés que la ville l’image sont toutes en lien avec le commerce et
entretient avec Lisbonne. Ces liens sont l’exploitation des comptoirs et possessions
indissociables du monopole que la monarchie portugais. L’intérêt majeur de ce document est
portugaise exerce sur le commerce entre ses de montrer la mainmise du pouvoir royal sur
possessions, ses comptoirs et l’Europe. toutes ces activités : la Casa da Guiné e India
Guicciardini explique en effet l’essor d’Anvers contrôle tous les aspects du commerce et de
par l’envoi d’un facteur, c’est-à-dire d’un l’administration des terres, l’arsenal les élé-
fonctionnaire chargé par le roi d’organiser le ments nécessaires à la navigation – armement
commerce des épices. Cela signifie que les des navires, recrutement des équipages, élabo-
cargaisons d’épices passées par Lisbonne ne ration des cartes nautiques…
seront débarquées qu’à Anvers, et que leur
vente ne se déroulera que dans cette ville. Le •  Document  4.  La  richesse  de  Lisbonne  
port exerce ainsi un attrait important auprès L’expansion commerciale et la mise en place
des marchands de toute l’Europe, qui viennent d’un empire portugais créent une littérature à
s’y fournir. la gloire du Portugal. L’œuvre la plus illustre
L’attrait d’Anvers tient aussi au fait que le est celle de Luis de Camões, Les Lusiades,
circuit commercial des épices est plus court, et publiées en 1572. Sur le modèle de L’Enéide,
compte beaucoup moins d’intermédiaires que ce poème chante la gloire du royaume de
le circuit par l’Empire ottoman que décrit Portugal et de son peuple en multipliant les
Guicciardini – laissant espérer ainsi un prix références à la culture classique. L’essentiel de
d’achat moins cher. Mais Guicciardini affirme l’œuvre est consacré à la première expédition
que les Portugais « ont pris ce trafic », laissant de Vasco de Gama et à la découverte de la
entendre leur mainmise complète sur le route des Indes.
transport des épices en Asie et la disparition du Diogo Velho da Chancelaria rédige lui aussi un
grand commerce méditerranéen, intermédiaire poème à la gloire du Portugal, près de cin-
entre l’Asie et l’Europe. Pourtant, si les routes quante ans avant l’édition des Lusiades. Publié

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   108


dans le Cancioneiro geral, il utilise le thème 4.  Pourquoi  peut-­‐on  affirmer  que  le  commerce  de  
de la chasse et du gibier pour décrire les Lisbonne   avec   l’Inde   et   l’Afrique   dépend   de   ses  
richesses qui entrent dans Lisbonne à la faveur échanges  avec  Anvers  ?  
du développement des flux commerciaux On l’a vu, Lisbonne est un carrefour com-
portugais. Le texte cite ainsi des escales mercial entre l’Asie, l’Afrique, l’Europe et
asiatiques sur les routes maritimes, des l’Amérique – sans compter les îles portugaises
produits à la fois précieux et exotiques, des de l’Atlantique. Les produits transportés sont
peuples lointains. de trois types : ceux venus d’Asie, d’Afrique
L’auteur joue ici sur l’accumulation et la ou d’Amérique dont la demande est forte en
surprise, sur l’opposition entre connu et Europe (les épices, le sucre, etc.), ceux néces-
inconnu. Ces jeux stylistiques renvoient à une saires pour les obtenir (l’argent contre les
situation économique florissante, qui fait de épices d’Asie, le cuivre contre l’or, les
Lisbonne une ville prospère. Ainsi, dans le esclaves et les épices d’Afrique) et, enfin, les
premier quart du XVIe siècles, entrent chaque produits nécessaires à l’implantation des
année en moyenne 5 200 tonnes d’épices, près Portugais outre-mer (esclaves, produits
de 840 kg d’or, environ 750 esclaves venus manufacturés…). Dans ce cadre, les relations
d’Afrique, assez de sucre et de bois du Brésil avec Anvers sont essentielles. C’est en effet
pour que la valeur totale de ces cargaisons par ce port que le Portugal se procure l’argent
dépasse 1 560 000 cruzados – les épices seules nécessaire à l’achat des épices d’Asie, et le
comptant pour un million de cruzados. cuivre échangés contre les productions
africaines.
  Réponse  aux  questions    
5.   Montrez   que   l’activité   des   Portugais   modifie   à  
1.   Montrez   que   le   centre   de   Lisbonne   est   la   fois   le   commerce   des   pays   musulmans   et   celui  
aménagé   à   la   fois   pour   la   navigation   et   le   de  l’Europe.  
commerce.   En créant pour le commerce des épices une
2.  Qui  dirige  à  la  fois  l’expansion  et  le  commerce   nouvelle route maritime vers l’Inde et, au-delà,
maritime   du   Portugal  ?   Justifiez   votre   réponse   à  
vers l’Asie, le Portugal génère des flux
l’aide  des  deux  documents.  
concurrents de ceux essentiellement terrestres
L’analyse de la gravure le montre, le pouvoir dominés par les pays musulmans, dont
royal maîtrise, au XVIe siècle, à la fois la l’Empire ottoman – sans pourtant les faire
navigation vers les possessions et comptoirs disparaître. De la même manière, le monopole
portugais et la gestion du commerce sur ces exercé par les autorités portugaises sur la
routes maritimes. Les aménagements – arsenal, navigation et le commerce, ainsi que la
quais, Casa da Guiné e India – sont donc tous centralisation des flux sur Anvers modifient le
concentrés dans le même espace, autour du commerce européen : le port des Pays-Bas
palais royal. devient un nœud majeur des échanges à la fois
La réponse à la deuxième question découle maritimes et terrestres.
directement de la réponse à la première, puis-
que les aménagements voués à la navigation et
au commerce sont décidés et gérés par le
pouvoir royal. La Description de tous les Pays- Étude  
Bas le rappelle, en expliquant l’essor d’Anvers Christophe  Colomb  :  la  découverte  d’un  
par l’installation d’un facteur du roi de
nouveau  monde  (1492)  
Portugal. Cet envoyé de l’administration portu-
gaise est en effet le signe du monopole royal ›  MANUEL  PAGES  174-­‐175  
sur le commerce : il permet de centraliser la
Cette étude est consacrée à Christophe
totalité du commerce des produits d’Asie et
Colomb, découvreur de l’Amérique. Elle doit
d’Afrique, en faisant d’Anvers la seule porte
permettre de faire comprendre aux élèves
d’entrée autorisée vers l’Europe du Nord et de
qu’au-delà du récit d’une aventure humaine,
l’Ouest.
l’étude des voyages qu’il entreprend à partir de
1492 révèle l’intérêt des Européens pour le
3.  Avec  quels  espaces  Lisbonne  entretient-­‐elle  des  
relations   commerciales  ?   Quels   sont   les  
monde, et leur volonté de découvrir de
principaux   produits   échangés   avec   ces   nouvelles routes vers de nouveaux territoires.
destinations  ?   Comme pour Vasco de Gama, il s’agit de

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   109


montrer qu’il ne s’agit pas d’un acte isolé, vue le 11 octobre et, le 12, Colomb touche
mais qu’il s’inscrit dans un mouvement plus terre.
général. Dans le même temps, cette étude doit
permettre de comprendre que de tels voyages •   Document   2.   Les   quatre   voyages   de   Christophe  
sont motivés par des raisons qui dépassent le Colomb  
seul désir de découvrir le monde. Cette carte est réalisée à partir des journaux de
bord des expéditions de Colomb, des lettres
  Choix  des  documents   écrites, de divers témoignages sur les routes
suivies par Colomb lors de ses quatre voyages.
•  Document  1.  Le  premier  voyage  :  la  découverte  
Elle montre les difficultés qu’il rencontre pour
de  l’Amérique  
déterminer quel chemin faire suivre à ses
Le journal de bord est un élément important
navires, et ainsi rejoindre plus rapidement
des voyages maritimes. Chaque capitaine ou
l’Amérique. Le problème essentiel pour
commandant d’expédition en complète un,
réaliser cette traversée tient au mode de
souvent quotidiennement. Ce journal est un
propulsion utilisé pour faire mouvoir les
outil qui remplit différentes fonctions : garder
navires : le vent. La marine à voile dépend en
un souvenir de chaque décision, de chaque
effet entièrement de la connaissance du régime
distance, de chaque direction prise en mer pour
des vents, et des techniques utilisées par les
à la fois être capable de suivre la même route,
marins pour en tirer le mieux parti.
reporter le dessin du littoral sur une carte,
Colomb, en faisant escale aux Canaries puis en
éviter de reproduire des erreurs, voire justifier
se dirigeant vers l’ouest, profite des alizés, qui
ses choix devant le commanditaire de l’expédi-
soufflent depuis l’Afrique vers l’Amérique.
tion.
Pour rentrer vers l’Europe, il est préférable de
Un journal de bord n’est donc pas une
remonter vers le nord de l’Amérique pour tirer
exception ; néanmoins, un journal conservé
parti des vents qui, depuis l’ouest, soufflent
jusqu’à aujourd’hui est plus rare, puisqu’il
vers l’Europe. Ce régime des vents dans
s’agit d’un outil dont la conservation n’était
l’Atlantique nord est régulier : une fois que le
pas envisagée une fois sa fonction remplie. Le
système en est compris par les marins, ils
journal de Colomb est exceptionnel, en cela
peuvent prévoir avec assez de précision la
qu’il relate un voyage exceptionnel. Il a donc
durée des voyages et les routes à suivre.
été conservé, mais sous une forme particulière.
La lecture de l’extrait présenté ici montre •   Document   3.   Le   deuxième   voyage  :   exploration  
l’alternance de deux modes d’écriture : l’un est et  conquête  
à la première personne du singulier, écrit à Les journaux de bord proprement dits ne sont
l’évidence par Colomb, l’autre à la troisième pas les seuls écrits de Colomb pendant la durée
personne du singulier, qui rapporte ses propos de ses voyages. Il écrit aussi à ses comman-
en l’appelant « l’amiral ». Cette particularité ditaires, les rois d’Espagne Isabelle de Castille
est due au mode de transmission du journal : et Ferdinand d’Aragon. La navigation, à la fin
seuls nous sont parvenus des copies du XVe siècle, ne peut se résumer à la conduite
incomplètes, des extraits, des résumés inclus d’un navire ou à la capacité de se repérer en
dans l’œuvre d’autres chroniqueurs comme mer : il faut le soutien des puissants. En effet,
l’Historia de las Indias de Bartholomé de Las il faut, pour armer une flotte, un financement
Casas. important que, souvent, seuls les monarques
Ce document évoque le premier voyage de peuvent consentir. Pour Colomb, il s’agit des
Colomb, celui qui lui fait toucher terre pour la rois de Castille et d’Aragon, que leur mariage
première fois aux Antilles. Il en montre les rend maîtres d’une grande partie de l’Espagne.
difficultés. L’escale de près de trois mois aux En 1492, la Reconquista vient de s’achever : le
Canaries est due à des avaries, qu’il faut royaume musulman de Grenade est tombé le
réparer. Les trois navires, deux caravelles et 2 janvier. Les rois d’Espagne peuvent se
une nef – La Nina, la Pinta et la Santa-Maria – tourner vers d’autres horizons. Enfin, ce sou-
voguent ensuite vers l’ouest. Les difficultés de tien a été pour Colomb la fin des nombreuses
navigation, le sentiment que l’océan est infini difficultés qu’il a rencontré pour faire admettre
font douter les marins qui reprochent à Colomb l’intérêt de son projet : atteindre les Indes et
sa « folle déraison ». Finalement, la terre est en leurs épices par l’ouest, en traversant l’Atlan-
tique. Durant les expéditions, Colomb écrit

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   110


donc des rapports aux rois d’Espagne, qu’il défendant les intérêts des rois d’Espagne sur
leur remet à son retour. Ces textes sont un ces terres, défend les droits que ceux-ci lui ont
compte rendu de ses faits et gestes, ainsi que accordés avant son départ pour le premier
des projets qu’il imagine à plus ou moins long voyage – droits qui, malgré ses multiples
terme pour les terres qu’il découvre. Mais il réclamations, ne lui seront jamais vraiment
s’agit aussi de montrer à ses commanditaires le reconnus : appliqués, ils lui auraient donné
bien fondé de leur soutien : il leur rappelle presque plus de pouvoirs qu’aux souverains
souvent combien ces découvertes apporteront à espagnols.
leur puissance. Ce texte montre le contexte de concurrences
qui s’établit, à la fin du XVe siècle, entre les
•   Document   4.   L’arrivée   de   Colomb   vue   par   les   monarchies espagnole et portugaise – et que le
Européens.   traité de Tordesillas, signé en 1494, tente
Cette gravure présente le premier contact entre d’apaiser en organisant un partage des espaces
Christophe Colomb et des indigènes nus. La découverts ou à découvrir.
gravure insiste sur l’aspect pacifique de cette
première rencontre, dont témoigne l’échange   Réponse  aux  questions  
de présents. Mais les éléments représentés sont
1.  Quel  est  l’objectif  du  voyage  de  Colomb  ?  
parfois incongrus. L’auteur de la gravure place
Quelle  est  la  particularité  de  la  route  maritime  
ainsi une galère : outre son allure et ses
qu’il  décide  de  prendre  ?  
proportions inadaptées, ce navire est peu apte à
L’objectif évoqué dans ces documents est
la navigation atlantique, et ne se rencontre
d’atteindre les Indes, c’est-à-dire les espaces
quasi qu’en Méditerranée. Les deux person-
asiatiques dont sont issues les épices dont
nages placés dans la chaloupe, censés repré-
l’Europe est alors friande. Il s’agit alors de
senter des membres de l’équipage – et sans
produits de luxe, dont le parcours est com-
doute Colomb lui-même – portent des habits
plexe. Venues d’Inde ou des Moluques, ces
étonnants, et l’un des chapeaux ressemble
épices sont prises en charges par des
fortement à un turban. Ces erreurs peuvent être
marchands musulmans qui les conduisent, par
expliquées à la fois par la date – un an
voies de mer puis de terre, dans l’Empire
seulement après le voyage de Colomb, les
ottoman. De là, ces produits sont ensuite
informations du graveur sont sans doute
redistribués en Europe par des marchands,
limitées – et par le lieu de l’impression : à
essentiellement italiens : Vénitiens, Génois…
Bâle, en Suisse, les connaissances maritimes
La route choisie par Colomb a cela de
sont assurément plus limitées. Au-delà de ces
particulier qu’elle doit permettre d’éviter tous
deux remarques, il est intéressant de noter que
ces intermédiaires : plutôt que de passer par
cette gravure est en réalité composite : les
l’est, il s’agit d’atteindre l’Asie par l’ouest, en
imprimeurs ont placé ensemble différents
traversant l’océan Atlantique.
éléments utilisés dans d’autres gravures pour
créer une nouvelle. Ainsi, la même galère peut
2.   D’après   ces   documents,   Colomb   et   ses  
être observée dans d’autres compositions. contemporains   ont-­‐ils   conscience   de   la  
Surtout, cette gravure montre l’intérêt des découverte  d’un  nouveau  continent  ?  
contemporains pour les découvertes, et les Justifiez  votre  réponse.  
moyens de diffuser rapidement ces nouvelles À la fin du XVe siècle, les Européens n’ont pas
connaissances : les lettres des navigateurs sont conscience de l’existence d’un continent entre
imprimées, accompagnées de cartes et de l’Europe et l’Asie. Leurs connaissances sur le
gravures qui les illustrent. monde sont restreintes. Les textes anciens,
comme les écrits de Ptolémée, ou plus récents,
•   Document   5.   Concurrences   et   convoitises   pour  
comme Le devisement du monde de Marco
les  terres  nouvelles  
Polo (1298) ou Le livre des merveilles du
L’auteur de ce mémoire est toujours sujet de monde de Jean de Mandeville écrit au
controverses. L’analyse des arguments qu’il XIVe siècle, n’évoquent rien de tel. C’est
avance montre son soutien aux souverains pourquoi les documents font référence aux
espagnols, et à la mainmise qu’ils réclament terres découvertes par Colomb comme des
sur les terres découvertes à l’ouest de espaces asiatiques. C’est Amerigo Vespucci
l’Atlantique. Pour certains historiens, il s’agit qui, le premier, lors d’une expédition au large
de Christophe Colomb lui-même qui, en

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   111


du Brésil en 1501, évoquera l’idée d’un
continent jusque-là inconnu.   Choix  des  documents  
•   Document   1.   Tenochtitlán   au   temps   de   la  
3.   D’après   ces   documents,   à   qui   appartiennent   les  
conquête  
terres  découvertes  par  Colomb  ?  
Ce document est un plan de México-
Pour Colomb, comme pour tous les naviga-
Tenochtitlán. Il montre la ville à son apogée,
teurs de cette époque, les terres qu’ils décou-
lorsque le pouvoir qu’elle abrite atteint sa plus
vrent appartiennent aux monarques qui ont
grande extension. En effet, le peuple des
financé leurs expéditions. C’est pourquoi
Mexicas, qui la fonde en 1325, est parvenu à
Colomb, bien que Génois, reconnaît l’autorité
édifier un empire puissant en s’appuyant sur
des rois d’Espagne sur les terres qu’il atteint à
l’alliance d’autres cités, et en usant de la force.
partir de 1492.
À la veille du débarquement des conquistadors
4.   Pourquoi   ces   nouvelles   terres   suscitent-­‐elles   un  
espagnols, elle est animée et prospère : c’est
très  grand  intérêt  ?  Comment  se  manifeste-­‐t-­‐il  ?   dans cette ville qu’entre Hernán Cortés en
5.   Quels   sont   les   projets   de   Colomb   pour   ces   novembre 1519. La description qu’il en laisse
territoires  ?   dans ses lettres à Charles Quint correspond à
L’intérêt suscité par ces terres se manifeste ce plan, réalisé en 1524, sans doute à partir
déjà par la diffusion rapide de la nouvelle de d’un original aztèque. L’image affirme
leur découverte et des connaissances néanmoins la domination de Charles Quint :
rapportées par les navigateurs. En témoignent roi d’Espagne, à la tête du Saint Empire
les gravures et la publication d’ouvrages les romain germanique, ses armes flottent dans un
concernant. Autre manifestation, les étendard représenté à la périphérie de la ville.
convoitises que ces terres suscitent. La ville est bâtie sur le lac de Texcoco. Des
Le document 5 montre la concurrence qui se chaussées permettent de l’atteindre, et des
manifeste entre Espagne et Portugal pour les canaux la sillonnent. Au centre de la ville se
Indes – qu’il s’agisse de l’Asie ou de l’Améri- trouve un espace sacré, consacré au culte des
que, d’abord confondues. dieux. Le plan en présente les principaux
Les raisons de cet intérêt expliquent les projets monuments. Le bâtiment le plus imposant est
que Colomb définit pour ces territoires. L’un la grande pyramide à degré du Templo Mayor ;
des objectifs est la conversion des Indiens. Un à son sommet se trouvent deux sanctuaires,
autre est la souveraineté des rois d’Espagne sur l’un consacré au dieu Huitzilopochtli, l’autre
ces terres, considérées comme la propriété des au dieu Tlaloc – là s’effectuaient les sacrifices
souverains : leurs habitants sont donc, par humains. On peut aussi discerner, parmi
conséquence, au service des souverains. Enfin, d’autres bâtiments, deux tzompantli : il s’agit
il s’agit pour Colomb d’exploiter ces nouveaux de murs où étaient présentés les crânes des
territoires, d’abord en recherchant de l’or, puis sacrifiés. Cette particularité de la religion
en colonisant. Colomb définit ce dernier point aztèque, le sacrifice humain, est évoquée par
avec précision dans le document 3, en évo- l’auteur du plan qui indique, à côté du Templo
quant le coton et le poivre, référence aux épi- Mayor, « temple où ils sacrifient » (templum
ces qui ont motivé sont départ vers l’ouest. ubi sacrificant) et qui y dessine un corps sans
tête.

•   Document   2.   Les   Aztèques   décrivent   l’arrivée  


Étude   des  Espagnols  
Mexico  :  conquête  et  colonisation   Bernardino de Sahagún (1500-1590) est un
franciscain espagnol : en 1529, il part comme
›  MANUEL  PAGES  177-­‐178   missionnaire dans l’ancien empire aztèque,
L’étude de México doit permettre de renommé vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Il
comprendre les conditions et l’impact d’abord se consacre alors à l’enseignement dans le
de la conquête espagnole, ensuite de la collège Santa Cruz de Tlatelolco, près de
colonisation. Il s’agit alors d’expliquer par Mexico, destiné à l’éducation des enfants de la
quels moyens les Espagnols assoient leur noblesse aztèque. À partir des années 1550, il
domination sur les terres et la population, et à commence à utiliser les témoignages de ses
quelles résistances ils se heurtent. élèves pour écrire l’Histoire générale des

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   112


choses de Nouvelle-Espagne. Il recueille aussi paysage urbain devient alors celui d’une ville
des informations auprès de personnes ayant chrétienne, hérissée de clochers.
connu la période antérieure à la conquête, lors
de véritables enquêtes. Cet ouvrage est à la fois •  Document  4.  La  colonisation  de  México  
une histoire de l’empire aztèque et de sa Diego Durán (1537-1588) est un dominicain
conquête par Cortés, et un livre consacré à la espagnol, parti comme missionnaire dans la
langue parlée dans l’empire, le nahuatl. vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Comme
L’Histoire générale est un ouvrage bilingue, Bernardino de Sahagún, il s’intéresse à la
rédigé en espagnol et en nahuatl. D’abord société, à la culture et à l’histoire de l’empire
soutenu par les autorités espagnoles, Sahagún aztèque. Comme lui, il connaît le nahuatl,
voit son ouvrage interrompu en 1577 : la langue de l’empire, et interroge les Indiens lors
couronne pense inutile, voire dangereux, de véritables enquêtes. Son manuscrit est
d’étudier et de rappeler le passé pré-espagnol accompagné de dessins reprenant les images
et pré-chrétien des sociétés aztèques. aztèques. Pas plus que l’Histoire générale des
Les deux extraits montrent la vision aztèque de choses de Nouvelle-Espagne de Sahagún,
l’irruption des Espagnols. Le premier montre l’Histoire des Indes de Nouvelle-Espagne n’est
l’incompréhension des Aztèques face aux publiée du vivant de l’auteur : elle n’est
différences culturelles – l’usage des chevaux et redécouverte qu’à la fin du XVIIIe siècle.
des armures, l’utilisation de la poudre et des Dans cet extrait, Diego Durán explique la
armes à feu. Le second témoigne du choc manière dont Cortés réaménage México pour
sanitaire déclenché par l’arrivée des Euro- en faire une ville sous domination espagnole.
péens : porteurs de maladies auxquelles les La préoccupation majeure et immédiate est le
habitants de l’Amérique n’avaient jusque-là contrôle de l’espace : il s’agit à la fois de ne
jamais été confrontés, les épidémies font rages, pas provoquer de révolte chez les Indiens et de
et la mortalité est très élevée. La société trouver les moyens d’accroître leur soumission.
aztèque s’en trouve très fortement ébranlée et Durán, membre de l’ordre dominicain, voit la
désorganisée – et se retrouve sans réelle conversion des Aztèques comme un phéno-
défense face aux envahisseurs espagnols. mène massif et volontaire, sans réellement
prendre en compte – comprendre ? – les résis-
•  Document  3.  Mexico,  capitale  d’une  colonie   tances et les refus.
espagnole  
Ce plan montre comment, un siècle après la •  Document  5.  Les  résistances  à  la  colonisation  
conquête, la capitale de l’empire aztèque a été Diego Durán présente la christianisation
modifiée pour en faire la capitale de la vice- comme un acte volontaire, un souhait unanime
royauté de Nouvelle-Espagne. Après avoir vu des Aztèques. Ce dessin montre, à l’inverse,
son nom modifié en Mexico, la ville est les résistances que rencontrent les autorités
réaménagée pour tenir son nouveau rôle de coloniales espagnoles. On y voit en effet trois
métropole coloniale. Le plan dévoile l’ampleur hommes, représentants de l’autorité, attaqués
des transformations. Toute trace des cultes par des Aztèques. L’un d’entre eux est un
aztèques est effacée. La zone sacrée du Templo religieux. Il est reconnaissable à sa tonsure, à
Mayor est remplacée par une grande place sa robe et à sa ceinture de corde. La robe est de
réservée aux nouveaux détenteurs du pouvoir : couleur brune : le religieux est sans doute un
y sont construits le palais des vice-rois de franciscain. Les membres de cet ordre ont joué
Nouvelle-Espagne et la cathédrale, visibles au un rôle important dans la christianisation de la
centre de la ville. D’autres places plus petites vice-royauté de Nouvelle-Espagne, à la fois
accueillent églises et monastères : s’y dans le prêche et l’enseignement dispensé aux
déroulent sans doute les moments de caté- élites aztèques. Ce fut, par exemple, la fonction
chisme évoqués dans le document 4. La de Bernardino de Sahagún, l’auteur du
présence de différents ordres religieux, la créa- document 2.
tion d’un diocèse à México – dont témoignent Ce religieux est entouré d’hommes, dont
la cathédrale mais aussi l’université – et plusieurs sont armés de massues ou de bâton.
l’instauration d’un clergé séculier desservant L’un d’eux est près de le saisir. Deux autres
les églises montrent les efforts déployés par les personnages sont déjà à terre, et sont repré-
Espagnols pour convertir les Aztèques. Le sentés en sang. Ils portent des éléments –
coiffe, bâton fin – souvent associés à l’expres-

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   113


sion de l’autorité chez les Aztèques. On peut 4.   Comparez   les   deux   plans   pour   expliquer   les  
interpréter cette scène comme l’assaut donné à transformations   de   la   grande   place  :   quel   en   est  
des Aztèques passés au service des con- l’objectif,  d’après  vous  ?  
quérants espagnols. Une fois les combats terminés, Cortés s’em-
Ce manuscrit a été réalisé une quarantaine ploie à soumettre la population pour éviter
d’années après l’irruption des Espagnols dans toute révolte et à lancer le processus de
l’empire aztèque. Il montre que, malgré la christianisation. Pour cela, il s’emploie à
rapidité de l’effondrement des structures maîtriser l’espace urbain. Si les reconstructions
sociales et de la conquête espagnole, la coloni- lancées à México peuvent être expliquées par
sation ne s’est pas faite sans résistance. Ce les dégâts causés par les combats pour la
témoignage illustre les difficultés que peuvent maîtrise de la ville, elles permettent aussi de la
rencontrer les Espagnols à imposer leur reli- transformer en ville espagnole. C’est pourquoi
gion, leur culture et, à travers elle, leur la propriété des terres est transférée à la
domination. couronne d’Espagne ainsi qu’aux
conquistadors — à Cortés le premier. Les
  Réponses  aux  questions   bâtiments symboles de l’autorité et de la
religion aztèques – le palais de Moctezuma,
1.   Comment   ce   document   explique-­‐t-­‐il   la   victoire  
l’ensemble cultuel situé sur la grande place –
rapide  des  Espagnols  ?  
sont détruits et remplacés par le palais des
L’un des premiers éléments à assurer un vice-rois espagnols et la cathédrale. De
avantage certain aux conquérants est leur manière moins symbolique, la ville voit
apparence et leur équipement (couleur de peau l’érection de nombreuses églises et de couvents
et de cheveux, armures et armes de métal, de missionnaires franciscains et dominicains.
chevaux, etc.). Ils déconcertent et effraient le
dirigeant aztèque Moctezuma qui pense avoir 5.   Montrez   que   ces   documents   présentent   des  
affaire aux envoyés du dieu Quetzalcoátl. Une points   de   vue   différents   quant   aux   réactions   des  
autre explication est la désorganisation Aztèques  à  la  domination  espagnole.  
profonde de la société aztèque et l’affaiblis- L’analyse de ces documents l’a montré : c’est
sement de ses structures provoqués par les la question de la conversion qui, dans ces deux
maladies dont sont porteurs les Européens. La documents, diffère. Diego Durán s’émerveille
séparation des continents américain et euro- de la rapidité de la christianisation des habi-
péen a jusque-là empêché la diffusion de toute tants de México : il évoque des « millions
maladie et, par là, interdit que les Américains d’Indiens […] rejetant leurs erreurs et leur an-
développent des défenses adaptées. L’irruption cien aveuglement », semblant illustrer un
des Européens a été, sur le plan sanitaire, une souhait librement exprimé. Le manuscrit du
catastrophe : les épidémies ont fait rage, et le XVIe siècle, à l’inverse, montre un religieux,
taux de mortalité a été très élevé. sans doute franciscain, peut-être escorté par
deux agents de l’administration espagnole,
2   Pour   qui   Cortés   entreprend-­‐il   la   conquête   de   assaillis par plusieurs hommes armés – scène
México  ?  
que l’on peut interpréter comme un rejet de la
Comme Colomb, Cortés entreprend l’explo- politique de conversion au christianisme et, par
ration et la conquête de nouveaux territoires au là, de la domination espagnole.
nom de son commanditaire, le roi d’Espagne et
maître du Saint Empire romain germanique,
Charles Quint. Descendant et héritier
d’Isabelle de Castille et de Ferdinand Aux  sources  de  l’histoire  
d’Aragon, il bénéficie du traité de Tordesillas
Les  cartes  portugaises  du  XVIe  siècle  
et des fondements de l’empire colonial jetés
par Colomb et les navigateurs qui lui ont ›  MANUEL  PP.  178-­‐179  
succédé.
  Réponse  aux  questions  
3.   Expliquez   quels   sont   les   deux   objectifs   1.   Présentez   la   carte   et   replacez-­‐la   dans   son  
employés   par   Cortés   après   la   conquête,   et   les   contexte  historique.  
moyens  qu’il  emploie.   L’Atlas Miller est un ensemble de cartes
assemblées dans un même livre : il s’ouvre par
un planisphère suivi de cartes régionales

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   114


centrées sur les mers et les océans – la partie Gama, les cartographes portugais font évoluer
concernant l’Afrique étant aujourd’hui man- les connaissances géographiques sur l’Océan
quante. C’est un objet de luxe, richement Indien. Cet atlas révèle un moment important
enluminé : de nombreux navires sont repré- dans l’histoire de la représentation par les
sentés sur les mers, et les littoraux et les conti- Européens du monde non-européen. Dans cette
nents regorgent de détails – villes fantastiques, œuvre sont encore présentes des données tirées
animaux, hommes en armes… Les couleurs d’œuvres anciennes : les écrits de Ptolémée, les
sont précises et nuancées, et l’enlumineur a textes de Marco Polo. Mais s’y mêlent
parfois recours à la feuille d’or. désormais des données observées directement
  par les navigateurs portugais, notées dans les
2.   Quelles   terres   cette   carte   montre-­‐t-­‐elle  ?   Par   livres de route des expéditions. Ces
quels   moyens   affirme-­‐t-­‐elle   la   souveraineté   du   informations sont ensuite recueillies à
Portugal  sur  l’océan  indien  ?   Lisbonne pour composer des cartes marines
La carte présentée ici montre le nord de précises. Celles-ci sont donc constamment en
l’Océan Indien. La péninsule indienne est au évolution : à chaque retour d’une expédition,
centre. À gauche, sont représentées la Corne de d’un navire, les données sont mises à jour, et
l’Afrique et la péninsule arabique, à droite précisées autant que possible. Ce processus se
l’Asie du Sud-Est du Golfe du Bengale déroule dans l’arsenal royal, l’Armazem situé
jusqu’au détroit de Malacca. sur les quais du Tage, à côté du palais royal.
C’est là que se concentrent les activités qui
3.  Comment  montre-­‐t-­‐elle  les  conflits  que  suscite   permettent l’envoi d’expéditions maritimes :
l’irruption   des   Portugais   dans   cette   région   du   construction et équipement des navires, recru-
monde  ?   tement des équipages, préparation des naviga-
Les symboles portés sur les voiles des navires teurs, collecte d’informations pour la réalisa-
– croix pour les Portugais, croissants pour les tion et la mise à jour des cartes nautiques. Ces
musulmans – révèlent les concurrences qui cartes sont des portulans : elles permettent la
accompagnent l’irruption des Portugais dans navigation hors de vue des côtes. C’est le rôle,
cette région du monde, mais affirment aussi le par exemple, des lignes de rhumbs qui,
combat, assimilable à une croisade, que les dessinées sur les cartes, permettent aux
Portugais mènent contre les puissances navigateurs de repérer la direction de leur
musulmanes. navire en pleine mer, et donc de s’éloigner du
rivage. Ces cartes peuvent indiquer aussi la
4.   Quel   objectif   le   roi   du   Portugal   poursuit-­‐il   en   direction des vents et des courants, et le profil
offrant  cette  carte  au  roi  de  France  ?   exact des côtes, permettant ainsi de choisir le
Pourtant, cet atlas est sans doute un cadeau meilleur lieu pour débarquer. Les historiens
officiel du roi de Portugal au roi de France ont néanmoins été surpris par la rapidité avec
François Ier. Il doit donc exalter la puissance laquelle les Portugais ont été capables de
portugaise, affirmer la mainmise du Portugal dessiner assez précisément certains des
sur l’Océan Indien, sans pourtant donner littoraux de l’Océan Indien, peu de temps après
d’indications qui permettent à d’autres de le premier voyage de Vasco de Gama. C’est
s’immiscer dans cet espace. pourquoi l’on pense aujourd’hui qu’ils ont été
La richesse de la représentation a donc une sans doute en contact avec des cartes ou des
fonction politique, et non technique. La descriptions asiatiques, dont ils ont pu
multiplication des personnages, des animaux s’inspirer pour dresser les leurs. Ces données
ou des villes affirme à la fois la richesse de la leur auraient été transmises par les pilotes
région et la connaissance qu’en ont les locaux que les expéditions portugaises ont pu
Portugais. De la même manière, les caravelles utiliser au large des côtes africaines, arabes ou
et les nefs représentées sur les mers mettent en indiennes. Mais il faut aussi noter que les
avant la supériorité des navires portugais, qui littoraux représentés de la manière la plus
permettent de s’éloigner des côtes et de schématique sont ceux que les Portugais ne
naviguer en pleine mer. fréquentent que rarement, comme le littoral
birman : les portulans portugais ne sont donc
  Synthèse   pas des copies, mais un mélange complexe de
Ce document permet d’abord de montrer données anciennes, d’informations recueillies
comment, à partir du voyage de Vasco de sur place et d’observations directes.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   115


La qualité du dessin des cartes de l’Atlas Ce document est une peinture sur soie réalisée
Miller peut donner l’impression d’une œuvre aux alentours de 1500, durant la dynastie Ming
de grande précision. Pourtant, cette carte n’est (1368-1644). Elle représente les différentes
pas un portulan à proprement parler : malgré portes qui permettent d’accéder au palais des
les rhumbs, le dessin des littoraux est imprécis, Offrandes au Ciel, où siège l’empereur à
aucune information n’est donnée sur les Pékin. Le fondateur de la dynastie Ming,
courants ou le régime des vents. Hongwu (1368-1398), abandonne Pékin,
capitale de la dynastie précédente Yuan, et
Pour résumer, cet atlas ne permet pas de s’installe à Nankin, plus au sud. Le troisième
naviguer. On ne peut mettre en cause la qualité empereur, Yongle (1402-1424) décide en 1403
des informations que les cartographes ont à de réinstaller la capitale à Pékin : en 1421, le
leur disposition pour dessiner la carte. On l’a transfert de l’administration impériale est
vu, la monarchie portugaise exerce, au début achevé. Dans ce laps de temps, une politique
du XVIe siècle, un monopole sur l’élaboration de grands travaux est décidée. Ainsi, entre
et la mise en œuvre des expéditions maritimes 1407 et 1420, Yongle fait construire la Cité
dans l’Océan Indien – donc sur les données pourpre interdite, un ensemble de palais où
cartographiques que leurs navigateurs rappor- l’empereur réside et gouverne. La Cité pourpre
tent. Or les auteurs de l’atlas Miller sont au interdite tire son nom de l’étoile pourpre qui,
service de la monarchie portugaise : Pedro pour les Chinois, est le centre immuable de
Reinel, son fils Jorge et Lopo Homem sont l’univers : l’empereur en est l’équivalent sur
tous les trois des cartographes de l’Armazem, terre, il est au centre du pouvoir. Pour
ceux-là même qui dessinent les portulans que renforcer ce symbole, les trois palais d’où
les navigateurs portugais utilisent. l’empereur gouverne sont placés au centre de
L’imprécision des cartes de l’Atlas Miller est la Cité interdite. Leur accès est interdit par
donc volontaire. Elle révèle la politique du plusieurs portes et, symboliquement, par une
secret que les autorités portugaises mènent rivière. La Cité interdite est entourée par la
depuis le siècle précédent. La maîtrise des Ville impériale, réservée à l’administration. Le
routes maritimes est en effet la condition de la document ne représente pas tous les bâtiments,
puissance navale et maritime du Portugal. Pour seulement les portes qui jalonnent la voie
la conserver, il est nécessaire que les portulans joignant l’enceinte de Pékin à celle de la Ville
restent secrets, qu’ils ne tombent pas entre les impériale, puis au cœur de la Cité interdite. Ce
mains de puissances concurrentes – l’Espagne choix donne du pouvoir une image particu-
au premier chef. lière : l’empereur est un homme inaccessible
au commun des mortels, caché au cœur d’un
palais défendu par d’innombrables enceintes –
Étude   mais un homme tout puissant. Le palais des
Offrandes au Ciel est placé au plus haut de
Pékin  :  une  cité  interdite  ?   l’image, et domine les personnages représentés
›  MANUEL  PAGES  10-­‐35   au premier plan. Cette image est renforcée par
les nuages d’où émergent les bâtiments :
Cette étude de la ville de Pékin doit permettre traditionnellement, dans l’iconographie chi-
de faire comprendre aux élèves que, noise, ils indiquent le séjour des dieux.
contrairement aux Européens ou aux
Ottomans, l’Empire des Ming ne cherche pas à •  Document  2.  Les  difficultés  pour  entrer  en  Chine  
s’étendre, ou à découvrir le monde. Pour le Ce document est un extrait d’une lettre que le
pouvoir chinois, il s’agit plutôt d’administrer jésuite François-Xavier (1506-1552) envoie en
un territoire immense et centralisé, ce Europe pour informer son ordre et la papauté
qu’illustre l’organisation même de la ville. En des progrès de son action de missionnaire en
revanche, la Chine n’est pas toujours fermée au Orient. Au début du XVIe siècle, les rois de
monde : ambassadeurs, marchands, voyageurs Portugal et l’Église catholique commencent à
se rendent à Pékin, et y sont parfois bien organiser la christianisation des possessions
accueillis par l’administration impériale. portugaises en Asie. En 1541, François-Xavier
est envoyé par le pape Paul III comme
  Choix  des  documents   missionnaire à Goa : de là, il voyage aux
•  Document  1.  Au  centre  de  Pékin  :  l’empereur   Comores, à Ceylan, à Malacca, aux Moluques,

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   116


pour atteindre le Japon en 1549. En 1552, il du christianisme aux cultures non-européennes
décide de se rendre en Chine, mais ne parvient conduit à l’expulsion des missionnaires.
pas à entrer dans l’empire : il meurt le
3 décembre de cette même année. •  Document  4.  La  Chine  des  Ming  
Ce texte témoigne donc de la politique de Cette carte montre à la fois la fermeture de la
christianisation qui accompagne l’expansion de Chine et les relations qu’elle entretient avec
l’empire portugais en Asie. Elle montre aussi l’étranger.
la politique de fermeture des frontières que L’arrêt après 1433 des expéditions maritimes
mène le pouvoir impérial chinois. Les Ming menées par l’amiral Zheng He montre la
exercent un contrôle strict sur le commerce méfiance du pouvoir envers ces échanges
avec l’étranger. Le pouvoir définit des ports maritimes – la construction de navires de haute
que les marchands chinois et étrangers doivent mer sera ensuite interdite. Pourtant, lors de ses
utiliser pour leurs échanges hors de Chine. sept expéditions, composées de nombreux
Ainsi, les Portugais utilisent d’abord Canton navires sans doute deux fois plus grands que
(Guangzhou), où ils débarquent en 1514 : c’est les caravelles européennes, Zheng He a
là, depuis le delta de la rivière des Perles, parcouru l’Asie du Sud-Est et l’Océan Indien
qu’ils organisent un véritable monopole du jusqu’à toucher l’Arabie, l’Égypte et les côtes
commerce vers l’étranger. Ils en sont ensuite orientales de l’Afrique. Cette fermeture
expulsés et doivent officiellement se cantonner progressive peut être expliquée par le choix
à leur comptoir de Macao, situé à quelques rapidement fait par le pouvoir des Ming de se
kilomètres de Canton. concentrer sur l’administration et la mise en
valeur d’un territoire immense. Autre explica-
•  Document  3.  Un  italien  à  la  cour  de  l’empereur   tion, les dangers qui menacent alors la Chine,
Ce texte est l’œuvre du jésuite Matteo Ricci. À et qui mobilisent ses forces. Le plus important
la toute fin du XVIe siècle, ce missionnaire est la menace d’invasion mongole, contre
parvient, à la différence de François-Xavier, à laquelle plusieurs expéditions sont menées ;
s’installer avec d’autres jésuites en Chine pour rapidement, pourtant, l’empire se retranche
tenter de la christianiser. Il laisse de Pékin une derrière la Grande Muraille qui doit permettre
description qui en montre l’immensité et la de protéger ses frontières. Le contrôle strict du
richesse – et dévoile l’attrait que l’empire des commerce est source d’autres menaces :
Ming, sa grandeur et sa complexité exercent empêchés de commercer librement, marins
sur les Européens. L’image donnée de chinois et japonais se transforment en contre-
l’empereur, de son entourage et de son admi- bandiers, voire en pirates. Interdiction offi-
nistration est double. D’un côté, l’empereur cielle ne signifie donc pas rupture des relations
montre un intérêt marqué pour ces étrangers, commerciales : la fermeture n’est qu’appa-
les accueille et s’enquiert des caractéristiques rente.
de l’Europe. Dans ce cadre, recevoir des
ambassades de pays lointains ne semble pas un •   Document   5.   La   porcelaine  :   une   production  
événement exceptionnel. D’un autre côté, pour  l’exportation  
l’empereur ne se montre jamais à Matteo Ricci Ce document montre l’existence d’un commer-
et à ses compagnons : il reste inaccessible, et ce officiel entre la Chine et l’étranger. Le bol
ne communique que par l’intermédiaire de ses présenté ici montre que, si le pouvoir interdit
eunuques. aux Chinois de naviguer pour commercer, il
L’implantation des jésuites en Chine profite de organise la production de biens destinés à
la faveur de l’empereur Wanli. Les mission- l’exportation. Cette porcelaine a été en effet
naires tentent de trouver dans la culture fabriquée à Jingdezhen, grand centre de
chinoise des éléments qui peuvent être production sous contrôle de l’État. Y était
rapprochés des règles et des croyances du produite une porcelaine de qualité, et en grande
christianisme. Matteo Ricci adopte ainsi en quantité. Au XVIe siècle, plus de dix milles
partie le mode de vie chinois, pour montrer la personnes y travaillent. Une part importante de
compatibilité entre la société chinoise et cette production est destinée à la Cité interdite,
l’adoption du catholicisme. Les conversions mais une autre est destinée à l’exportation. Les
restent néanmoins limitées et, au début du fonctionnaires impériaux définissent les motifs
XVIIIe siècle, le rejet par la papauté de qui peuvent faire le succès de ces porcelaines.
pratiques permettant d’adapter la présentation La demande européenne est forte, car au

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   117


XVIe siècle, les artisans européens ne savent difficulté d’enfreindre les ordres impériaux
pas produire de porcelaine. Les ateliers interdisant l’entrée d’étrangers en Chine, et la
impériaux adaptent donc en partie le décor au sévérité des sanctions dont sont menacés ceux
goût de sa clientèle. Ici, les motifs au centre du qui l’accepteraient.
bol sont destinés à satisfaire une clientèle
aristocratique et portugaise – peut-être même 4.   Pour   quelles   raisons   les   Européens   cherchent-­‐
s’agit-il d’une commande. Sont en effet ils  à  pénétrer  en  Chine  ?  
reproduits des motifs de l’héraldique euro- 5.   Montrez   que   ces   documents   révèlent   l’intérêt  
péenne : un heaume accompagné de lambre- de   la   Chine   pour   l’Europe,   et   de   l’Europe   pour   la  
quins – des rubans d’étoffe colorée – entoure Chine.  
l’écu d’une grande famille portugaise, les Certains Européens cherchent à pénétrer en
Mello ou les Almeida. Ces porcelaines sont Chine pour faire du commerce, de manière
ensuite transportées en Europe par des navires légale ou illégale, d’autres pour évangéliser la
portugais – sans doute depuis Macao, seul port société chinoise – jusqu’à s’installer définitive-
officiellement ouvert au début du XVIIe siècle ment dans le pays, comme Matteo Ricci.
aux commerçants étrangers. L’intérêt entre Chine et Europe est réciproque :
si les Européens s’intéressent à la Chine à la
fois comme lieu de provenance de productions
  Réponse  aux  questions   dont ils sont friands, et comme terre de
1.   Pourquoi   la   manière   dont   la   ville   et   le   palais   mission, le récit de Matteo Ricci montre
sont  organisés  donne-­‐t-­‐elle  de  Pékin  l’image  d’un   combien l’empereur de Chine est curieux de
lieu  fermé  ?   l’Europe, et s’intéresse à de nombreux
La peinture et le récit de Matteo Ricci donnent domaines la concernant.
de Pékin la même image : un espace où, pour
approcher l’empereur, il faut parvenir à
franchir une série de portes, de seuils Histoire  des  arts  
successifs. Ces portes peuvent être réelles,
comme les cinq portes qui séparent l’enceinte Les  Portugais  au  Japon  selon  les  Namban  
de Pékin du palais des Offrandes au Ciel où byobu  
siège l’empereur. Ces portes, et les murailles
dans lesquelles elles s’ouvrent, sont également ›  MANUEL  PAGES  186-­‐185  
évoquées par Matteo Ricci – mais s’y ajoutent   Choix  des  documents  
les eunuques. Ces fonctionnaires impériaux Les œuvres présentées dans cette double-page
sont décrits à la fois comme un obstacle, et un sont celles d’artistes japonais. Il s’agit de
moyen obligé de communication avec le byobu, c’est-à-dire de paravents. Les panneaux
pouvoir. sur lesquels sont peints des scènes ou des
paysages sont une partie importante de l’orga-
2.  Pourquoi  peut-­‐on  dire  que  l’empire  est  soumis   nisation des intérieurs japonais, et ce depuis
à  différentes  menaces  ?   longtemps – sans doute le IIe siècle av. J.-
3.   Pourquoi   peut-­‐on   affirmer   que   la   Chine   veut   C. Parmi ces panneaux, on peut distinguer trois
contrôler   étroitement   l’entrée   dans   son   types différents. Les plus petits et les plus
territoire  ?   simples sont faits de bois, et composés d’un
Les différentes menaces sont visibles sur la seul panneau. D’autres sont des panneaux de
carte : raids des Mongols, contrebande, actes papier coulissants, intégrés à l’architecture des
de piraterie, menaces sur le territoire de maisons, servant à diviser entièrement des
l’empire – comme le montrent les territoires pièces. Les derniers sont aussi faits de plu-
perdus au XVe et au XVIe siècles. Le contrôle sieurs couches de papier, fixées sur des arma-
chinois sur les frontières apparaît d’abord par tures de bois : les différents panneaux sont
la tentative de fermeture au nord par la Grande articulés entre eux, ce qui, lorsqu’ils sont
Muraille. Elle transparaît aussi dans la volonté placés en zigzag, permet à l’ensemble de tenir
de fermer les littoraux : les expéditions debout. Ce sont des paravents – ce qui est le
maritimes officielles sont interdites en 1433, sens du mot byobu, « protection contre le
peu de ports sont ouverts au commerce avec vent ». Ils sont souvent utilisés à l’intérieur,
l’étranger. Le récit de François-Xavier montre permettant d’isoler des espaces plus restreints
la réalité de cette fermeture : il évoque la mais aussi de décorer des pièces. Tous les

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   118


paravents japonais ne sont pas des œuvres portent des chaines et des crucifix en or, des
d’art : ce sont d’abord des objets utilitaires. dagues et des épées. Dans le second panneau,
Mais la cour impériale, les nobles, les riches ils se dirigent vers une maison où vivent des
marchands commandent des paravents aux jésuites, reconnaissables à leur habit. Il est
décorations raffinées, dont font parties ceux intéressant de constater que ce bâtiment est
présentés dans cette double-page. d’une architecture typiquement japonaise –
En 1543, des Portugais débarquent au Japon : structure en bois, tatamis, panneaux divisant
c’est la première fois que des étrangers venus l’espace… Ce choix illustre la politique de
d’Occident parviennent dans l’archipel et s’y christianisation menée par les jésuites, qui
installent. Les Japonais les nomment Namban- consiste à adopter le mode de vie des locaux
jin, « barbares venus du sud ». Ils suscitent pour mieux convaincre du bien fondé du
intérêt et curiosité – ils mettent le Japon en catholicisme. Cette approche est illustrée par le
relation avec des espaces parfois lointains – groupe représenté à la droite du panneau,
mais aussi méfiance, voire rejet : ils sont un montrant un jésuite en discussion avec un
élément de déstabilisation dans une société qui, noble japonais.
à la fin du XVIe siècle, est encore soumise à On peut comprendre cette iconographie
des guerres intestines. L’apparition de repré- comme le résultat d’une observation directe
sentations de ces Namban-jin sur les paravents par un artiste qui a fréquenté les Portugais, et
date de la fin du XVIe siècle. Elle montre qui s’est même converti au catholicisme sous
comment les Japonais définissent cette le nom de Pedro Kano Gennosuke. Les sources
irruption de l’étranger à un moment où le du troisième document sont autres. Il s’agit là
Japon se ferme de plus en plus : les ordres aussi d’un paravent, dont ne sont représentés
religieux chrétiens sont expulsés en 1614, puis que deux panneaux – il en compte quatre en
tous les Portugais en 1639. tout. Les personnages représentés ne sont pas
Les paravents des documents 1 et 2 appartien- des Européens vus au travers d’un regard
nent à la même paire, réalisée entre 1593 et japonais, et peints selon des règles artistiques
1600 et attribuée à Kanō Domi, artiste japonais japonaises, mais la reprise d’images euro-
converti au christianisme. Les scènes repré- péennes par un artiste japonais, qui utilise les
sentées se suivent. Le premier représente mêmes techniques de représentation. Ces
l’arrivée d’un « bateau noir », un navire « princes de l’ouest à cheval » sont en effet
portugais, et le second la procession de son inspirés du décor d’une carte hollandaise
équipage et de ses passagers dans la rue d’une importée au Japon au début du XVIIe siècle.
ville japonaise. Le navire est un vaisseau à
trois mats, sans doute un galion. Il vient de   Réponse  aux  questions  
Macao, seule implantation portugaise officiel- 1.   Présentez   les   œuvres   en   insistant   sur   leur  
lement autorisée en Chine. Le navire est à auteur  et  leur  contexte  de  création.  
l’ancre, et l’équipage débarque son Une observation attentive des documents
chargement, sous la supervision d’officiers et permet donc de répondre aux questions. Les
de marchands assis sur le rivage. La procession œuvres sont toutes créées par des artistes
de l’équipage se déroule sous le regard curieux japonais à la fin du XVIe et au début du
des habitants japonais de la ville. Elle est XVIIe siècle, après l’arrivée et l’installation
menée par le capitão-mar de Macao, officier des Portugais au Japon.
portugais chargé de l’administration du 2.   Décrivez   les   œuvres.   Quelle   relation  
comptoir portugais. La cargaison débarquée entretiennent-­‐elles  ?  
puis portée par l’équipage est faite d’objets La paire de paravent représente deux moments
précieux et exotiques : ballots de soie, mobilier du même événement : le débarquement d’un
chinois, objets en laque, chevaux, animaux en navire portugais au Japon, et le défilé de son
cage. Ces objets témoignent des circuits équipage dans les rues d’une ville japonaise
commerciaux maîtrisés par les Portugais, et de jusqu’à atteindre une maison de jésuites.
la demande commerciale des Japonais. L’équi-
page et les passagers du navire sont des 3.   Classez   les   différents   types   de   personnages  
Portugais, mais aussi des Africains et des représentés.  
Indiens. Beaucoup portent des pantalons larges On peut classer les personnages en différents
et bouffants, bien différents des habits groupes : d’abord les Japonais et tous ceux qui
japonais. Certains sont richement habillés, débarquent du navire, eux-mêmes appartenant

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   119


à différents groupes : officiers et riches 5.   Décrivez   ces   panneaux   pour   montrer   qu’ils  
marchands, équipage portugais, Indiens et témoignent   de   l’influence   de   l’Europe   sur   le  
Africains – sans doute esclaves. Un dernier Japon.  
groupe est plus complexe à établir : celui qui Le troisième paravent, lui, montre l’influence
regroupe les Portugais installés au Japon – les de l’Europe sur le Japon, une influence
jésuites – et les Japonais en contact avec eux, artistique et culturelle puisque sont repris des
voire séduits par la religion qu’ils proposent. thèmes iconographiques spécifiquement euro-
péens.
4.   Quelles   caractéristiques   des   Portugais   et   de  
leurs  activités  l’artiste  met-­‐il  en  valeur  ?   6.   Expliquez   les   motivations   qui   amènent   les  
Dans ces deux panneaux, les Portugais sont Portugais  à  s’installer  au  Japon.  
décrits comme des navigateurs, des marchands Tous ces paravents révèlent donc les motiva-
et des missionnaires. tions qui amènent les Portugais au Japon – le
commerce et la christianisation – mais aussi
l’impact de cette irruption de l’Occident
chrétien sur le Japon de la deuxième moitié du
XVIe siècle.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   120


  CHAPITRE
8 Les  hommes  de  la  Renaissance  
 
›  MANUEL  PAGES  194  À  220  
 
 
`   Comment   la   conception   et   la   représentation   de  
  l’homme  et  du  monde  se  transforment-­‐elles  ?  
RAPPEL  DU  PROGRAMME   Les fondements de ces innovations intel-
lectuelles et artistiques sont d’abord une
Les hommes de la Renaissance
redécouverte et une analyse des œuvres de
(XVe et XVIe siècles)
l’Antiquité (celles des sculpteurs, des archi-
Une étude obligatoire : un réformateur et son
tectes, des savants, des philosophes notam-
rôle dans l’essor du protestantisme ; et une
ment). Mais elles sont aussi le résultat de
étude choisie parmi les deux suivantes :
découvertes techniques (en particulier la mise
- un éditeur et son rôle dans la diffusion de
au point de l’imprimerie) et scientifiques (en
l’Humanisme ;
géographie, anatomie, mathématiques). Dès
- un artiste de la Renaissance dans la société de
lors, pour les humanistes, l’homme est libre de
son temps.
créer, de penser et il peut se perfectionner par
  le savoir. On retrouve chez les artistes cet
  intérêt pour l’individu et le monde sensible,
cette passion de la connaissance, et cette
  Objectifs  et  problématiques  
fascination pour l’Antiquité.
du  chapitre  
Il s’agit dans cette partie du programme de
Comment   naît   et   s’affirme   alors   la   Réforme  
montrer, en 5 heures environ, pourquoi et
protestante  ?  
comment les hommes des XVe XVIe, ou tout
au moins une élite, ont eu le sentiment de vivre Les documents de la page étude « Luther et la
une époque nouvelle, même si cette notion de Réforme protestante » permettent de montrer le
rupture avec le Moyen Âge doit être nuancée. rôle de Luther dans la naissance de la Réforme.
Depuis le XIXe siècle, le terme Renaissance a Dans un contexte qui valorise l’étude des
une large acception : il est à la fois une époque sources, l’esprit critique et la remise en cause
et un mouvement culturel qui a touché toute de l’autorité établie, il propose un christia-
l’Europe dans des domaines divers, artistiques, nisme nouveau par la foi et les rites. La
intellectuels (avec l’humanisme) mais aussi protection et l’appui du prince de Saxe lui
politiques et religieux (avec la Réforme). permettent d’organiser une nouvelle Église. Il
On peut aborder le chapitre par une étude inspire d’autres réformateurs. Les enjeux de la
introductive. Le choix doit se faire entre celle diffusion de la Réforme en Europe sont ensuite
d’un éditeur-humaniste et celle d’un artiste étudiés afin de mettre en évidence ses
(Dürer ou Michel-Ange). Cette alternative se conséquences politiques et sociales, des
justifie par les convergences culturelles des affrontements sanglants au principe de
humanistes et des artistes : ils partagent le plus territorialisation des religions.
souvent une même conception de l’homme et
du monde, un même intérêt pour l’innovation
technique et scientifique. Ces thèmes sont
ensuite approfondis grâce aux documents des
différentes double-pages.
L’étude de Luther permet de montrer comment
les fondateurs de la Réforme se sont nourris de
la démarche intellectuelle des humanistes et
ont provoqué une rupture radicale à la fois
religieuse et politique.

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   121


  Pour  aller  plus  loin   • Site du web Gallery of art qui recense de très
  nombreuses reproductions d’œuvres d’art :
BIBLIOGRAPHIE   http://www.wga.hu/index1.html
• ARASSE (D.), L’homme en perspective, • Pages de la BnF sur l’humanisme :
Hazan, 2008. http://classes.bnf.fr/dossitsm/humalumi.htm
• BLASSELLE (B.), Histoire du livre, Hors série, • Site Clio texte pour trouver des textes
Découvertes Gallimard, 2008. d’humanistes, de réformateurs et d’artistes de
• BOURQUIN (L.) (dir.), La Renaissance (vers la Renaissance :
1470-1560), Belin Sup Histoire, 2003. http://icp.ge.ch/po/cliotexte/xve-et-xvie-siecle-
• BRIOIST (P.), L’Europe de la Renaissance, renaissance-humanisme-et-reforme
Documentation photographique, n° 8049,
2006.
• BURKE (P.), La Renaissance européenne,
Points histoire, 2000.
OUVERTURE  
• CHRISTIN (O.), Les Réformes, Luther, Calvin ›  MANUEL  PAGES  194-­‐195  
et les protestants, Découvertes Gallimard,
•  Document  1.  Giorgio  Vasari,  Six  poètes  toscans,  
n° 237, 1995.
1544.  
• DELUMEAU (J.), La civilisation de la
Ce tableau peut être utilisé en introduction du
Renaissance, Artaud, Les Grandes
cours pour caractériser l’humanisme ; on peut
Civilisations, 1999.
souligner la précocité du mouvement en Italie
• DELUMEAU (J.), Wanegffelen (T.), Naissance
et notamment à Florence dont on identifie ici
et affirmation de la Réforme, PUF, nouvelle
six poètes parmi les plus remarquables : Dante
Clio, 2003.
Alighieri (1265-1321), auteur de la Divine
• GARIN (E.), L’homme de la Renaissance,
Comédie, est assis. À sa droite, se trouve le
Seuil, l’univers historique, 1990.
poète Francesco Pétrarque (1304-1374). Le
• MARTIN (Henri-Jean), Le livre conquérant,
poète Guido Cavalcanti (1255-1300) et
du Moyen Âge au XVIIe siècle, Histoire de
Giovanni Boccace (1313-1375) à qui l’on doit
l’édition française, vol. 1. Paris : cercle de la
le célèbre Décaméron, sont derrière. La
Librairie, 1982.
couronne de laurier célèbre une renommée
• PANOFSKY (E.), La vie et l’art d’Albrecht
littéraire bien établie. À gauche du tableau
Dürer, Hazan, rééd 2012
l’humaniste Marsile Ficin (1433-1499) et le
philosophe Landino (1424-1498).
REVUE  L’HISTOIRE  
La conversation fictive évoque l’importance
• Le miracle de la Renaissance, n° 274, 2003.
des échanges entre poètes, philosophes,
• Léonard de Vinci, n° 299, 2005.
artistes, dans l’élaboration progressive et la
• La Renaissance, un big bang culturel, Les
diffusion de la culture humaniste en Italie et en
Collections de l’Histoire, n° 43, 2009.
Europe. La lecture de Virgile dont ils semblent
• Le mystère Calvin, n° 340, 2009.
s’entretenir, rappelle la place prépondérante
• L’écriture depuis 5000 ans, Les Collections
des auteurs de l’Antiquité dans leur réflexion.
de l’Histoire, n° 29, 2005.
Les différents objets posés sur la table
• La renaissance allemande, n° 387, mai 2013.
représentent les autres disciplines en faveur à
la Renaissance ; le globe céleste et le cadran
TDC  
solaire pour l’astronomie, le compas, le globe
• Léonard de Vinci, ingénieur et savant,
terrestre pour la géographie et la géométrie, les
n° 948, 2008.
livres pour la rhétorique.
• Humanisme et Renaissance, n° 1039, 2012.
Giorgio Vasari (1511-1574) à la fois peintre,
L’autoportrait, n° 1008, 2011.
sculpteur et architecte, est aussi connu comme
SITES  INTERNET  
l’auteur en 1550 des Vies des meilleurs
peintres, sculpteurs et architectes italiens, un
• Site du musée Plantin-Moretus où sont
ouvrage majeur pour connaître l’art de la
proposées des planches imprimées :
Renaissance.
http://museum.antwerpen.be/plantin_moretus/i
ndex_eng.html

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   122


•   Document   2.   Hans   Holbein,   l’Ancienne   et   la   et plus généralement culturels, apparaissent
Nouvelle  Loi,  vers  1530   aussi comme une ligne de force de ces temps et
Les tableaux et les gravures jouent un grand de cet esprit nouveau.
rôle dans la pédagogie et la diffusion de la
Réforme. Hans Holbein (1497-1543) peintre •  Document  1.  L’Europe  de  l’humanisme  
allemand installé en Angleterre reprend ici un Cette carte met en exergue les liens entre
thème cher à Lucas Cranach, un artiste ami de l’humanisme, l’imprimerie, les activités
Luther et illustrateur majeur de la doctrine universitaires et les arts. Le développement de
luthérienne. Cette œuvre, en s’appuyant ces différentes activités est favorisé par le
uniquement sur des personnages et des dynamisme économique et politique des foyers
situations bibliques, est emblématique de de la Renaissance : Allemagne, Italie,
l’iconographie protestante. Elle permet donc Flandres, France, Angleterre et plus ponctuel-
d’évoquer la théologie luthérienne et la rupture lement les autres capitales d’Europe. On
avec le catholicisme. Il oppose en effet remarque que ces foyers sont plus étendus en
l’Ancien et le Nouveau Testament, la Loi à la Italie ou en Allemagne, ce qui s’explique par
Grâce, la mort à la résurrection ; à gauche on leur morcellement politique et les ambitions
reconnaît ainsi Adam et Ève, le pêché originel, des princes (Question 1). Mais c’est surtout
mais aussi l’Ancienne Alliance, celle de Moïse (pas exclusivement) un phénomène urbain. Les
recevant les tables de la loi sur le mont Sinaï, villes marchandes et les capitales princières
enfin la mort ; à droite l’annonciation à Marie, sont en effet les principaux centres de la
la crucifixion et la résurrection du Christ. Au Renaissance ; c’est là que la richesse, le
centre l’homme nu, l’humanité accablée, se pouvoir et l’influence politiques offrent les
tourne vers Jean Baptiste qui lui montre le plus grandes opportunités de création, de
salut par la grâce, par la seule foi en Jésus diffusion des œuvres, de mécénat,
Christ ; c’est le fondement de l’enseignement d’encouragement (Question 2). Les artistes, les
de Luther, qui amène la rupture avec l’Église humanistes et les éditeurs, s’y retrouvent et y
catholique selon laquelle le salut peut être travaillent ; grâce à l’imprimerie, aux
obtenu aussi par les œuvres, l’intercession des universités, aux nouvelles institutions savantes
saints et du clergé. Les inscriptions en latin (les académies princières en Italie ou le collège
confirment le message iconographique. royal en France) leur enseignement prospère et
  essaime (Question 3).

 
REPÈRES   AUX  SOURCES  DE  L’HISTOIRE  
Renaissance,  humanisme  et   L’éducation  humaniste  
Réformes   ›  MANUEL  PAGES  198-­‐199  
›  MANUEL  PAGES  196-­‐197     Choix  des  documents  
La lettre de Gargantua à son fils forme le
Les notions clés retenues sont d’abord celles chapitre 8 du livre et vient après le récit de la
de l’intitulé du programme ; mais il semble naissance de Pantagruel, de son enfance et de
important de faire aussi comprendre aux élèves son arrivée à Paris pour étudier. Dans cette
que ces notions mettent en évidence la place lettre, Gargantua s’enthousiasme d’abord pour
essentielle du XVe au XVIe siècles dans la les temps nouveaux, favorables aux études, aux
construction du monde contemporain. savoirs et à leur diffusion par l’enseignement
On peut faire remarquer notamment l’appa- et les livres ; il déplore les temps « ténébreux »
rition récente, au XIXe siècle, des termes de sa jeunesse, allusion à la pédagogie
Renaissance et humanisme. Cela contribue à scolastique très rigide de la Sorbonne. Cet
faire comprendre que les évolutions majeures éloge de l’humanisme opposé au Moyen Âge
auxquelles les hommes de l’époque ont été est aussi présent dans Gargantua (1534). On
sensibles, ont aussi été repensées plus tard, remarque l’importance donnée aux langues
pour en faire un temps fort de l’entrée de anciennes dont la connaissance permet aux
l’Europe dans la modernité. La république des humanistes de connaître les textes originaux et
lettres et les échanges intellectuels, artistiques

Histoire  Seconde,  coll.  Sébastien  Cote  ©  Nathan  2014   123


de donner de nouvelles traductions. Rabelais naître, tel le microcosme qui s’oppose au
lui-même lit le grec, enseigné en France depuis macrocosme de l’univers.
l’arrivée des savants byzantins en 1453 ; il
commente dans le texte d’Hippocrate et de 3.   Qu’est-­‐ce   qui   traduit   dans   ce   programme  
Galien à l’université de médecine de l’influence  de  la  formation  de  Rabelais  ?  
Montpellier. Rabelais garde de sa formation un fort intérêt
Si l’enseignement dont Gargantua fait le pour le droit et la médecine dont
programme est encyclopédique, il ne faut pas l’enseignement comprend alors l’anatomie, la
oublier qu’il est destiné à un géant, et de physiologie, la physique et l’histoire naturelle.
surcroît le prince d’un pays idéal « Utopie ». Il l’étudie à Montpellier à partir de 1530. En
1532, année où est publié Pantagruel, il est
1.  Quelles  disciplines  Pantagruel  doit-­‐il  étudier  ?   médecin à l’hôtel Dieu de Lyon. C’est sa
Les disciplines montrent les ambitions en- réputation de médecin qui lui vaut la protection
cyclopédiques de Gargantua qui se présente en de l’évêque de Paris Jean Du Bellay après la
précepteur (on remarque l’usage du « je » pour condamnation de Pantagruel par la Sorbonne
fixer le programme). Outre les langues en 1533. Rabelais a lui même pratiqué la
anciennes nécessaires pour retrouver les textes dissection, chose alors exceptionnelle en
originaux et ne pas dépendre des traductions France, mais que des anatomistes italiens
anciennes, il y a les arts libéraux, c’est-à-dire exercent à l’université de Padoue, très engagée
les disciplines dont l’enseignement est fixé dans le mouvement humaniste.
depuis l’Antiquité et qui comprend un premier
cycle avec de la grammaire, de la rhétorique et 4.   Par   quels   procédés   Rabelais   indique-­‐t-­‐il  
de la dialectique puis un second cycle avec de clairement   qu’il   décrit   plus   un   idéal   d’éducation  
l’arithmétique, de la géométrie, de l’astro- qu’une  réalité  au  XVIe  siècle  ?  
nomie et de la musique. Il doit aussi étudier le Dans Pantagruel et Gargantua, Rabelais
droit, les sciences naturelles et la médecine. multiplie les charges et l’ironie contre la
Puis un enseignement religieux et moral Sorbonne et son enseignement qui apprend aux
(Gargantua parle de sagesse par la conscience étudiants des techniques de discussion plutôt
religieuse) et des disciplines plus physiques que des contenus ; cette pédagogie est encore
propres à l’éducation d’un prince sont requis. Il