Vous êtes sur la page 1sur 230

~/:;

li/'"$~":'
~:~:., . .,' ·':".i.:~.:~, .
..... :,

~t:'
> ~ ' .. ,.

,:~. , JACQUESAJiM.:AND
f'
YVES RAFFESTIN

w\,

QUATRIÈME ÉDITION

Préparation et organisation du chantier .


Planification et suivi des travaux
'Achèvement de l'ouvrage'

li MONITEUR'
~:
1

1
, J

r---~

l
-,­

.j

Table des matières

Introduction 11

Les intervenants et les dossiers

1. Les intervenants .......................................................................................................................................................................... 15

Le maître de l'ouvrage ...........................................................................................,............:.................................................... 15

La maîtrise d'ouvrage ...................................................................................................................................................... , 16

Les différents maîtres de l'ouvrage ....................................................................._._............................................... . 16

L'entrepreneur et les processus de consultation .........................:...........................,:................................................... 19

Le processus de construction ........................................................................................................................................ 19

La passation des marchés ............................................",......,.............................................................,...,...................... 20

La conception-réalisation .........................................................................................,..........._ ......................................"....... 20

La construction de maisons individuelles .................................................................._................................................... 21

Le marché d'entreprise de travaux publics ..............................................................._................................................ 21

La consultation sur performances .............:..........................~............................................_ ......................,..............,.,...... 21

L'organisation séquentielle .....................................................,...........................................,............,....................................... 22

,w'
Le maître d'œuvre ....................................................................................:................................................................................ 22
~"

La maîtrise d'œuvre .............................................................,.......................................................................................,.... . 22, :':.~

.{.-(.",
Professions assurant la maîtrise d'œuvre ....................................................:.......................................................... ' 22

L·ingénierie........................................................................................................................................................................'...... 23

Principales professions de l'ingénierie................................................................................................................ 24

Les géomètres-experts fonciers.............................................................................................................................. 24

()nlonnancement. Pilotage. Coordination (OPC).........................................................,.................................. 25

Le coordonnateur de sécurité ................................................................................................................................................ 26

Les contrôleurs techniques ...................................................................................................................................................... 26

Le contrôle technique ..................................................................................................._................................................ 26

Les vérifications techniques .......................................................................................................................................... 26

Les missions ..........................................................................,.............................................................................................. 27

Les services publics ..........................................................................................,......................................................................... 27

La direction départementale de l'Équipement (ODE) .................................................................................... 27

L . "'.\
""":'<"""7"""
"""f _;?~_1~~l!r;." .;=~~t~

.' l~

[Ij
6 TABLE DES .A:l11ËRES
------------------------------------------------------------------
II"
J"es serviœs !techniques de la .commune ................................................................................................................. 28

Elec~ricitide·France. G~ ~e'France (EDF-GDF) ........................................................................................... 28

Services à:s ,eaux et assainissement .......................................................................................................................... 28

France 1i:lécQm. Télédiffusion de France (TDF) .....................................................:........................................ 29

2. J,.e dossier llildltnique et administratif ................................................................................................................................. " 31

Documents giaélfaux ................................................................................................................................................................. 31

Dossier de c<ll5UAltation ........................................................................................................................................................... 31

Analyse des liDites de prestations 32

La mise au point du dossier marché de travaux

3. Les dOcumellfS ,contractuels du marché .............................................."~............................................................................... 39

L'établissemelt du calendrier prévisionnel des travaux ............................................................................................ 39

Le délai ..est mentionné dans le marché que par sa durée globale .......................................................'" 40

Le délai p,il!al est assorti de phases « charnières» ........................................................................................... 40

Le délai jIoIrIal est formalisé par un ou plusieurs plannings détaillés ....................................................... 40

Les pièces cOdr.lCtuelles du marché ................................................................................................................................. 42

Les marciéstsoumis au Code des marchés publics ............................................................................................ 42

Les mardéscnon soumis au Code des marchés publics .................................................................................. 43

Les règles de l'art ....................:....................,......................:............................................................................................ 44

Les nortlll:$ européennes ......:........................................................................................................................................ 44

4. Assistances IIPOrtées par leresJÎj)Dsable des travaux ............................................................................................._ 4S

L'assistance D irédacteur du cahier des charges ......................................................................................................._ 45

L'assistance 100; des négociations et discussions avec les entreprises pressenties ......................................... 45

Quand lesmégociations sont-elles possibles? ..................................................................................................._. 45

Examen 6:s variantes techniques ou financières proposées par les entreprises ................................... 48

L'assistance etla participation à la mise au point des dossiers ........................................................................... 48

Nécessité de disposer d'une période de préparation des marchés .............................................................. " 48

Préparatian des marchés .........................................................................................................................,..................... 49

S. La synthèse le l'opération ....................................................................................................................................................... 51

La préparation du chantier

6. L'organisatiln ;générale du c:bantier ..................................................................................................................................._" 61

La direction de:: ohantier .................:........................................................................................................................................ 61

Le compte inltrentreprises ................................................................................................................................................._ 63

Mise en F e de la C?nvc:nti~n intere!ltreprises .....................................................................................:........_ 63

Clauses dl: I~ convention Int~entrepnses : .........................................................................................................._ 64

Dépenses prevues au compte Ifl.terentrepnses ..................................................................................................... 64

Modèle dl: ccvnvention interentreprises pour la gestion du compte prorata ......................................._ 65

Organisation .Im·~écurité et de la santé de travailleurs ........................................................................................ 70

La déclantiom préalable ..................................................................................._ ......_ ................................................. . 71

Le coordonnUlteur en matière de sécurité et de protection de la santé ............................,...................... 72

Collège illenèntreprises de sécurité. de santé et des conditions de travail (CISSCf) ...................- 73

Plan génélal de coordination en matière de sécurité et de protection de la santé ............................. . 74

Plan p~liier de sécurité et de protection de la santé ............. ~ ...................................,..........................- 75

Le reglstœ-jlIDurna! ................,........................................................................................................................................... 77

Le dossiea-di':intervention ultérieur sur J'ouvrage ................................................................................................ 77

."
~

TABLE DES MATIt:RES 7


----------------------------

Voiries et réseaux divers ................................................................._..............................................................:............ 78

Les obligations de chàcun des partenaires ...._..................................................................................................... 78

Les assurances de la construction .............................................................._................................................_ .................. 79

L'assurance décennale des constructeurs ..............._ .......................................................................................... 80

L'assurance dommage-ouvrage ......................................•......................................................................................... 80

:.,'
La police unique de chantier (PUC) ......................................................................................................................, . 81

-L'assurance liée à la responsabilité civile ..............................................................................................,...........::' 81

Les autres assurances ..................................................................................................................................................... 81

Le plan d'installation de chantier ...................................................................................................................................... 82

Objectifs du plan d'installation .................................................:................................................................:.............. . 82

Le plan d'installation ..................................................................................................................................................... 82

Indications à transcrire sur le plan d'installation .._.......................................................................................... 82

Les foi:malités administratives d'ouverture de chantier ........................................................................................... 84

Obtention du permis de démolir .............................................................................................................................. 84

Déclaration réglementaire d'ouverture de chantier .......................................................................................... 84

Panneau relatif à la publicité du permis de construire ..............................................................................._ 84

Affichage de la déclaration préalable ......................._...............................................................;........................... 85

Panneau dit de chantier ................................................................................................................................................ 85

Autres types de déclarations ............................................................:......................................................................... 85

L'organisation du bureau de chantier .............................................................................................................................. 85

'La transmission du' courrier ............................................................................................................................................... 86

Application de l'hygiène et de la sécurité sur les chantiers ................................................................................... 87

Les organismes de contrôle ........................................................................................................................................ '87

Opérations passées par les maîtres d'ouvrage publics .................................................................................... 87

Le règlement de chantier ...................................................................................................................................................... 88

7. La paiparation et la coordination techniques ............................................................................................................... 89

Les mises au point techniques internes à l'entreprise .............................................................................................. 89

. ~lon.
O rganlsa , et coord"Ina~lon .teehnlqu~ .
......................................................................................................................... 90

La reullion de coordmatlon techmque .............................................................. ~ .................................................. 90

Les plans d'exécution .................................................................................................................................................... '91

Cohérence entre les plans d'architecture et les plans techniques ............................................................. 94

Cohérence entre les plans techniques des différents lots spécialisés ....................................................... 94

8. Le planning des travaux .......................................................................................................................................................... 95

Les documents nécessaires à l'établissement du planning :..........................................................:......................... 96

Les renseignements nécessaires à l'établissement du planning ........................................................................... 96

Les modes de représentation du planning .............................:.............................................................................."...... 96

. Le planning Gann .......................................................................................................................................................... 96

Nécessité d'avoir une méthode d'ordonnancement ......................................................................................... 97

La méthode PERT .........................................................................................................................................;................ 98

La méthode des potentiels .....................................................................................................................................:.... 102

Application des méthodes 0« à chemin critique» aux opérations de bâtiment ..................................... 104

Le planning « chemin de fer» ................................................................................................................................... 109

Quelle méthode choisir ................................................................................................................................................ 109

":'
L'informatisation des plannings ......................................................................................................................................... 109
'.
.~

tss~~~Je~·~~~~J~io.~ ...::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: if}


Les documents de sortie .............................................................................................................................................. Il2 !.~

9. La pratique du planning ......................................................................................................................................................... 115

Les délais ..................................................................................................................................................................................... 115

Définition des délais ...................................................................................................................................................... 115

Le délai d'exécution ................................................................................................:..................................................... 116

L'élaboration du planning des travaux ........................................................................................................................... 116


.'. '~

Aide-mémoire pour l'établissement du planning ............................................................................................ 1i6

Exemple simplifié d'établissement d'un graphe-planning par la méthode des potentiels .............. 119

~r.
"~-~~: '.\~,:~~.
J

',.{..<.:"w>..-:.,,,

8
TABLE DES MATIËRES .-- ..
----- _._«------*--~---------_.

L'élaboration des autres plannings .......................................................................................................................................... 122

Planning de fabrication et d'approvisionnement du chantier ..................................................................... 122

Planning de fabrication et d'approvisionnement des « éléments préfabriqués» ................................. 123

Planning de consultation des sous-traitants ........................................................................................................ 123

Planning d'utilisation du matériel et des engins ............................................................................................... 124

Planning d'affectation du personnel ....................................................................................................................... 124

Planning de rotation du matériel (grue, coffrage, etc.) et de l'approvisionnement en béton ...... 124

10. L'écbéancier de versement des acomptes ....................................................................................................................... 125

Le bilan financier prévisionnel ........................................................................................................................................... 125

Objectif de l'échéancier de versement des acomptes ............................................................................................... 126

Corrélation entre le planning des travaux et l'échéancier des acomptes ........................................................ 127

Diagnostics à partir des documents financiers mensuels ........................................................................................ 130

L'exécutioD des travaux

Il. Les préalables à l'exécution des travaux ........................................................................................................................ 135

L'ordre de service de commencer les travaux .......................................-.................................................................... 135

Cas d'un marché public ..........................................__............................................................................................... 135

Cas d'un marché privé .................................................................................................................................................. 135

Les ordres de service suivant la forme d'intervention des entreprises ................................................... 136

L'importance de la date de début d'exécution des travaux .......................................................................... 136

, . des sous-traItants
L acceptatIon . e.t l' agrément des cond'ltions
l . de paiement .
.................................................. 136

Le sous-traitant ............................................................................._ ............................................................................... 136

Le paiement direct .......................................................................................................................................................... 137

L'action direct ..................................................................................:............................................................................... 137

La sous-traitance irrégulière ...................................................................................................................................... 137

La réglementation du travail ..................................................................................................................................... 137

Les vérifications avant le démarrage du chantier ...................................................................:.................................. 137

Libération des sols ......................................................................................................................................................... 138

Servitudes foncières ....................................................................................................................................................... 138

Liaisons avec les services publics ............................................................................................................................. 138

Terrassements .................................................................................................................................................................. 138

CISScr (collège interentreprises de sécurité, de sant~ et des conditions de travail) .................... 139

Les préalables aux travaux ................................................................................................................................................... 139

Le plan d'implantation des ouvrages ..................................................................................................................... 139

AltImétrie, planimétrie, repères ............................_ .............................................................................................. 139

Viabilité, réseaux ............................................~............................................................................................................... 140

Installation de chantier ................................................................................................................................................ 140

Planification des vérifications de début de chantier ....................................................................................... 140

12. Les réunions de chander ...................................................................................................................................................... 141

Le déroulement des r~unions ..................................................:.......................................................................................... 141

Qualités requises de l'animateur ............................................................................................................................. 141

Qui est convoqué aux réunions 1 ............................................................................................................................. 142

Conditions générales pour que les réunions soient efficaces ...................................................................... 144

Le prçx:ès-verbal de réunion ...................................................................................................................................... 144

La premiè.re réunion de chantier ..................................._ ............................................................................................... 144

Proposition d'un plan de déroulement ................................................................................................................. 145

Les réunions hebdomadaires et mensuelles ...................._........................................................................................... 147

La visite de chantier ............................... m . . . . .__ .........._ . ._ .................................................; ...................................... .. 147

Le d~roulement de là r~union hebdomadaire .._.............................................................................................. 148

Le d~roulement de la r~unjon mensuelle ............................................................................................................ 149

Les réunions 'Ii~es au compte interentreprises .........................................................................;.................................. 149

L'assemplée gén~rale ...............................................................-................................................................................... 149

Le comité de gestion ........................................!:.......................................................................::..........:...................... 149

TABlE DES MAnaRes t

LeI r.6unions du CISScr ~... ___ .. _.......... _ .. _ ............................_ ........................,...................................... ____ _ 150
Réunions ............................ ___ .......................................................................................................................... ___. • 150
Convocations .........___"..... __. _..................................................................._ ............. _..................... _ ......... _ ........ 150
Pr~s-verbaux .............. _____ .............................................................................................. _........................ __ ... 150
Le journal de chantier ............. _ .................................................... ,.............................................................................._. 150
13. La cestlon des dflab et le mntr6le de la qualité .".............................._ ................................._....... _....- _ " 153
La gestion des délais ....... _ ...... __ ..... _ ...... _ ...................... _...... _... _.....,..................."..................................... __"._ 153
Pointage des grille! et visuels d'svsnœment des travaux ....... _.. _.............................................................. , 153
Planning: mise à jour et recalage ........................... _ .................................. _ ....................................................... .. 154
Relance des entreprises défatl!antes ............. _................................. _._._................................ _... "............ _...... 156
Planning de rattrapage .... _ ...............................,.. _ .....................;........ __._ .............. ,............... _ .... _ ........... 156
Décompte des jours d'intempéries ................. _............................ _.................... ".................._ ................. _.... _ 158
L'incidence des ventes sur le déroulement des travaux ...., ............................................................................. __ 159
Le œntrôle de la qualité .. _ ... _ ..................... "..,................................... _..".... .................................... ,..."....... _.. 159
Le contrôle lors des visÎtes de chantier ............~ ................................... _ ....... <o ..........................................._ .. 160
Les contrôles à effectuer par corps d'~tat ................._ ..... ~....~ ... _....... _........................................._ ........__ 160
La présentation des 6ehantiUons et l'approbation du maitrC de l'ouvraae ............................ _....... _ 161
Les essais durant les travaux .........~.......~._ ....................~....... _...~ __ .. _... _ ..... _ ..............................._._~ __ 161
Les techniques nouvelles .. _ ............_...._ .........................._...._ .. __......................._ ...".......................... _. __ 162
L'appartement ou la cellule·t~moin ................................................._........................................................ _...... _ 162
Le contrôle qualité sur les chantiers ..........................................................._.......... .. ............................................. 163
La d~marche qualité en bâtiment ......... ;.: ............. _ ....... ,.............. _ ........... _. .......................... ___ ................ 163
La d~marche qualité en tra\'aux publics ..................................... ~m . . . _ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ._ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . -164
141. La lestlon ftnaoclère ..... ___ .......__ ~ ... _.....................".............._.. _....... _...........~... _............................_._" ......... 165
Les ordres de service et les avenants .........................................._.. _ .................................~.............................._._ 165
Modifications demandées par le mattre de l'ouvrage .. _ ........................".............. _........................_ .... _ 165
Modifications demandées par l'entrepreneur .. _ ............................_..._............. ,............................................ .. 166
Contractualiser les modifteations ............................ ;....... ,' ............... _.... _............. ,................................................ 166
Les constats et attachements __ ...................................... _............ ,................. _............................................................. 167
La situation des travaUJ: dans le marché à prix unitaires ........... ~ O< . . . . . . . . . . . . . . . . ....................................._ ............_ .. 168
La situation des travaux dans le-marché à forfait .......................... ~.OH_._.......... "..................._................... "...... 168
La demande d'acompte du sous-traitant .................... _ ....... "..... ,............... _................... "................. "................... "... 172
Paiement direct ................................. ,......".... ,.......................................~~._........."....................... w ............................ . 172
Délégation ................,,'~........... __ ....~... _.... _._ .....................................".............................."............................. __ ... _ 174
Les travaux en d6J:Îenses contrÔlées ...." .......~ .....................H." .. _........................... ,.." ........."." .........: .............."'_...~... 174
LeI tnvaux en régie ".........................~... _"..""~..........................,,... _........ M . . . . . . . . . . . . . . . . . , . . . " " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .r i . . . . . . . 174
La demande d'acompte .............. _ .................................... _ ............................"'.. _................................."... _ .................. 174
Périodicit~ et délais des acomptes .................................................. ~_ ................................................................ < 174
Éléments constitutifs de !'lCOIIlpte ...................."............... _.................. ~ _M . . . . . . . . . . " ' . . . . . , . . . . . . . . . . . . . . . . . . .................... . 176
Principe du calcul de l'acompte pour un much~ privé ................ _............................................................_. 182
L'acompte en application du CCAG Travaux ............... _ .. _ ........................ _.......................................- 182
Les modalités de rqlement ...~......................""....................."......."._......................."............ ,..................._...."'... n .. 182
Le ~g1emenl des comptes en marché publi ..................._ .. _ .............................................................."........... 182
Le règlement dei comptes en marché privé .......................... _.................. :......"................................................ 182
La gestion du compte interentreprises .................................................."......... _._ ............. "............... _.M........ 182 , ..~' ,
",."
-.
5
L'achèvement du ch••tler

15. La mptlon dei ttal'lUl .... 0< . . _ .. _ ........_ ~............ 187


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ." . . . . . . . . . . . . . ." ..............." .....

Les op~rations préalables 1\ la réception ......................................................... ,...... :" ..... "......".......... ,.,." ...................~ d87
Visites préalable à la réception ......................................................."............................................ ,.. "...................... . E'7
,~fe~r~
\~
.. "1;

,~

TABLE DES MATIËRES


1,,
i~
.,
l,
Essais et contrôles techniques ................................................................................................................................... 188 ,
.'.

Gestion des clés ............................................................................................................................................................... 188

Nettoyage ........................................................................................................................................................................... 188 ,1

Contrôle et accords des services extérieurs ........................................................................................................ 189

La réception ...............................................................................................................................................................................
Formalisme des marchés publics .............................................................................................................................
Réception des travaux des marchés de droit privé ..........................................................................................
189

189

192
i
i
Effets de la réception ................................................................................................................................................... 192

Les dernières opérations concernant les travaux ....................................................................................................... 193

Repliement des installations de chantier ............................................................................................................. 193

Levée des réserves ..............:.......................................................................................................................................... 193

Garantie de parfait achèvement ......_.................................... ~ ................................,.................................................

16. La ronclusion financière et administrative ......................................................................._.........................................


La. clôture des études .......................................................................................................................,.....................................
194

195

195

-r lI.
Le dossier des ouvrages exécutés (DOE) ............................................................................;.;......;......................
Le dossier d'intervention ultérieure (DIU) ........................................................................................................
L'archivage des documents ............................................................................................._.........................................
La conclusion financière ...........................................................................................................................................:............
195

195

195

198

-r J-
.Décompte général et définitif ...........................................................................................;.......................................
Libémtion des garanties financières .........................;.............................................................................................
199

201
'.~r
Les dernières formalités administratives .......................................................................................................................
Déclaration d'achèvement des travaux ..................................................................................................................
201

202
~c

;:

Certificat de conformité .............................................................................................................................................. 202 L

, 1
17. Les dilférends et les litiges;en phase travaux ..........................:................................................................................... 203 ~ 1
I.! .l •.,

. La mise en demeure ................1......................................;....................................................................................................... 203

L'opposition à la libération d'une sûreté financière ...................................................................! .............................


Les autres sanctions du marché ......;.................................................................................................................................. .
206

207

it·,
f:~. !

Le règlement des litiges ......................................................................::,...............................................................................


La protection d';l sous-traitant...............; .................:...........................:...............................................................................
Le sous-tra~tant est soulD;:'s au p~le~ent dlrec.t ................;................................................................................
207

207

208

1,:
Le sous-tra~tant a accept~ I~ dele~atlOn. pa~alte ...:.............................................._ ........................................
Le sous-traitant est soumis a la delégatlon Imparfaite ..................................................................................
208

210 ~L_
Le sous-traitant est garanti par une caution personnelle et solidaire .........._ ........................................ 210

La résiliation .............................................................................:....................................................._ ........................................ 210

~
­
':·L
La r<;S1 . en march'~s pu.bl'!CS ...................................................................................._....................................
'"Ii. at~on 210
"

~r'
La resiliatlon en marches pnves .............................................................................................................................. 211
La faillite de l'entreprise ....................................................................................................................................................... 211

~
~ dro~t.des procédures ~ollectives ..........;.............................................................................................................
DISpositions communes a tous les marches .............................................................._ ......................................
211

211
-.L
Particularités du marché public ....................................................................................._ ........................................ 212
~ .
. -H
Cas des marchés privés ...............................................................:................................................................................ 212

~.1'"
.

Les conflits entre participants ............................................................................................................................................ 213 :1-

Annexes
Aide-mémoire des tâches à accomplir durant le déroulement des travaux ................__.......................................... 217

i~:
Modèle de règlement de chantier .....................................................................................................__...;._................................. 221
:1­
! .
Table des fiches de synthèse et des modèles de documents 227

Bibliographie ................................................................................................................................................._.......................................... 229

Index ..................:....................................................................................................................................................:........................;.;;................ 231

Introduction

L'objet essentiel de ce guide est de donner au r~ponsabl~ de la conduit~ du chant~e~ une


méthode qui prend en compte à la fois les questions techmques, les procedures adnllmstra-
tives et fmancières, tout en considérant la particularité de chaque ch'antier, liée au site, au
calendrier et à la personnalité des intervenants.
Ce livre décrit l'ensemble des connaissances et des actions des responsables participant aux
travaux, et qui concernent tous les participants: ~ervice techniqu~ d~ maître de .l'ouv:age,
public ou privé, organisme d'ordonnancement, pIlotage et coordmatlon, entrepnse pIlote,
bureau d'études techniques ou tout autre personne ou organisme ayant la compétence pour
assumer ces actions.
La mission de ces intervenants commence donc avec le chantier, ou même, ce qui est
souhaitable, un peu avant, c'est-à-dire au moment où la conception est terminée, où les
plans d'exécution vont commencer, et lorsque les entreprises sont ou vont être désignées.
La mission prend fin sur le chantier avec la livraison de l'ouvrage au maître de l'ouvrage,
les levées de réserves, la vérification des décomptes définitifs des entreprises et la remise de
divers documents de fin de chantier au maître de l'ouvrage.
Afin de faciliter la mission vaste et complexe - du responsable des travaux, ce guide
contient une série de tableaux synthétiques et d'aide-mémoire sur divers sujets (analyse des
limites de prestations, assistance à la rédaction du marché, etc.) ce qui en facilite la pratique.
Pris dans l'activité fébrile du chantier, le responsable ne doit pas ignorer d'appliquer les règles
nouvelles, aussi nombreuses que variées, qui se mettent en place progressivement. Ainsi, cette
nouvelle édition prend en compte les récents textes réglementaires relatifs à la modification
des dispositions du Code du travail, applicables aux opérations de bâtiment et de génie civil,
en vue d'assurer la sécurité et de protéger la santé des travailleurs. Et notamment:
- l'obligation d'une déclaration préalable du maître de l'ouvrage;
- l'obligation pour le maître de l'ouvrage de désigner un coordonnateur en matière de
sécurité et de protection de la santé;
- la création d'un collège interentreprises de sécurité, de santé et des conditions de travail
(CISSCT);
l'établissement d'un plan général de coordination (PGC);
l'établissement des plans particuliers de sécurité et de protection de la santé (PPSPS);
- l'ouverture d'un registre-journal;
- l'établissement d'un dossier d'intervention ultérieure (DIU).
Cet ouvrage qui, au cours de ses différentes éditions, a toujours suivi de près les nouvelles
dispositions intéressant le responsable de chantier, introduit dans la présente édition la
garantie de paiement des marchés privés.
.':~" ..,.

il

..

1
,

Les intervenants

Le maître de l'ouvrage, qui est le constructeur, devra


passer un ou plusieurs contrats appelés marchés de
Le maître de l'ouvràge
travaux - juridiquement nommés contrats de
louage d'ouvrage (1) ouoontrats d'entreprise (2) Le terme « maître de l'ouvrage» fait partie de ceux,

en vue de faire réaliser l'ouvrage. nombreux dans le monde du bâtiment, qui prêtent

à confusion. La norme française NF P 03-001 de

Le plus souvent, il s'entourede compétences complé­


septembre 1991 en donne la définition suivante:

mentaires à la sienne et sollicite des hommes de


«personne physique ou morale déSignée par ce

l'art dont le savoir-faire participe à la réalisation


terme dans les documents du marché et pour le

de l'ouvrage. L'un des rôles principaux consiste à


compte de qui les travaux ou ouvrages sont exé­

assurer la maîtrise d'œuvre (3). La convention passée


cutés )).

avec le maître d'œuvre est aussi un contrat de louage


d'ouvrage ou d'entreprise. La loi de 1985 sur la maîtrise d'ouvrage publique (4)

en donne une définition qui le responsabilise: « Le

Les relations qui s'établiront entre les divers inter­


maître de l'ouvrage est la personne morale pour

venants sont très variées. Leur connaissance est


laquelle l'ouvrage est construit. Responsable prin­

indispensable à tous et à plus forte raison au


cipal de l'ouvrage, il remplit dans 'ce rôle une

« responsable travaux », terme très général que nous


fonction d'intérêt général dont il ne peut se démettre.

utiliserons pour toute personne ayant des initiatives


à prendre sur un chantier.
n lui appartient, après s'être assure de la faisabilité

et de l'opportunité de l'opération envisagé~, d'en '.\

déterminer la localisation, d'en définir le pro­

gramme, d'en arrêter l'enveloppe financière prévi­

sionnelle, d'en assurer le financement, de choisir le

(1) Terminologie du Code civil, ivre III, titre VIII. « Du louage processus selon lequel l'ouvrage sera réalisé et de

d'ouvrage et d'industrie ", art. 1179. conclure, avec les maîtres d'œuvre et les entrepre­

(2) Terminologie jurisprudentielle reprise dans la loi relative à neurs qu'il choisit, les contrats ayant pour objet les

la sous-traitance. études et les t,ravaux ».

(3) Sur le rôle de chacun de ces intervenants, voir Ch. Cavallini ;

et Y. Raffestin. Le Guide de la construction. Éditions du Moniteur, Remplaçant la réforme de l'ingénierie et de l'archi­


3< éd. 1988.
(4) Loi n' 85-704 du 12 juillet 1985 (JO du 13 juillet 1985, Le tecture de 1973, cette loi renforce les règles d'or­
Moniteur des travaux publics et du bâtiment, 19 juillet 1985). ganisation de la maîtrise d'ouvrage appliquée à un
..._tO~: t !!'l"î"""..

i
--- -1;;A·':US;;M~Y
~'", .-:","­
.1"

LI
\
, 1

---~·--.J·_I

\ .
16 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS
1
ensemble de maîtres d'ouvrage que nous citerons

plus loin. Elle fait l'objet d'un certain nombre de

Les différents maîtres de l'ouvrage 1 ,


. décrets d'application (5) qui modifient profondé­

ment la relation contractuelle du maître d'œuvre

avec le maître d'ouvrage.


Le maître de l'ouvrage pourra se faire assister par
un conducteur d'opération dont le rôlé est défini ci­
après (6).
Les mattres de l'oumge soumis à la loi

sur la mattrise d'oumge publique

Préalablement à une classification des maîtres de

l'ouvrage (publics, réglementés ou privés), il est

souhaitable de distinguer ceux qui sont soumis à la

-1 ~

loi sur la maîtrise d'ouvrage publique. Il s'agit de :

- l'État et ses établissements publics (quels qu'en

soient leurs caractères) ;

- les collectivités territoriales et leurs établisse­

{'I
La ·maîtrise d'ouvrage ments publics ;

Les principales fonctions de la maîtrise d'ouvrage


. -:. les organismes mentionnés à l'article L. 64 du
Code de la Sécurité sociale ;
Il: ,
sont les suivantes: - les organismes privés d'HLM.
- prendre à son compte l'intention de construire
et « gérer » cette intention jusqu'à ce que la réali­
sation soit menée à bonne fin ;
Cette loi a surtout eu pour effet de .définir les
contours du mandat. il
- arrêter l'enveloppe financière, trouver les fonds
nécessaires à la réalisation et gérer ces fonds notam­
ment en rémunérant les réalisateurs (le maître de
Les mattres de l'ouvrage publics
1 " ::

l'ouvrage est toujours le payeur),;


• L'état et ses établissements publics

à caractère administratif

- procurer le terrain ou l'espace nécessaire à la


construction envisagée, par achat, bail ou conces­ Lorsque l'État est maître de l'ouvrage, cette fonction
,1
sion, ou déterminer la localisation ; se trouve dans la personne responsable du marché, E
- définir dans le programme les objectifs de l'opé­ à savoir les ministres ou les personnes à qui a été !

~
ration et les besoins qu'elle doit satisfaire, ainsi que déléguée la signature (les directeurs départementaux
les contraintes et les exigences. Le programme peut par exemple).
être confié à une personne extérieure à la maîtrise
La personne responsable du marché peut se faire i
d'ouvrage;
- s'il n'a pas les moyens de construire seul son
ouvrage, passer des conttats de louage d'ouvrage
aider par un conducteur d'opération, qui sera la
plupart du temps son servicc technique s'il n'est pas
déjà maître d'œuvre.
il
(marchés d'études et marchés de travaux) avec un
Les établissements publics de l'État à caractère


certain nombre de personnes qui construiront pour
son compte (maître d'œuvre, éventuellement tech­ administratif sont rangés dans cette catégorie. Nous
niciens et entrepreneurs) : y retrouvons les écoles, caisses. instituts, musées,
- prendre livraison de l'ouvrage en le réception­ universités, agences, conservatoires nationaux. etc.
nant; Cette liste. fastidieuse à énoncer, peut évoluer dans
- exploiter l'ouvrage ou, dans certains cas, le le temps. Citons par exemple la Caisse des dépôts
remettre, le consigner, à l'organisme qui est chargé et consignations, la Caisse nationale d'assurance
de cette exploitation et de sa gestion. maladie, les écoles nationales (Mines, Ponts et
Chaussées, etc.)
Afin d'éviter des erreurs le « responsable des tra­
vaUX» devra très rapidement, dès le début des • Les collectivités territoriales

travaux. etre en mesure de répondre aux trois et les établissements publics

questions suivantes :
- Le maître de l'ouvrage est-il de droit privé ou Le maître de l'ouvrage est l'assemblée élue dite aussi
de droit public? assemblée délibérante, qui donne pouvoir à une
- Est·il un professionnel de la construction, avec
une compétence ccrtaine, ou est-il « occasionnel » (5) Décret. 93-1268 ct 93·1269 du 29 ROYCmbre 1993 (JO du
.i-f
, .
apparemment incompétent? l"d6c:ombre 1993) ; arr6tédu21 d6:embl't 1993(JOdIl13janvicr r
i
- A-t-on affaire au véritable maître de l'ouvrage 1994).

.~L

(qui « opère en direct ») ou à quelqu'un qui s'est (6) La limun6ratlon de cette fonction IIIt c:l6ftnio par arr6té
interminiat6r1el du 7 min 1949 modifié. Voir 10 Bulletl" officiel
substitué à lui (moyennant un mandat. un contrat, du ml"lIti" dll'tquIPlIM'" el du CtKbt dl vk. falClcule Ipb:lal ' .

une délégation. une concession, etc.) ? 81.1 hll (Publication du JO). . T' .

~
_ . _ _~ _ _ _ _ o •• _ _ _ _ _ _ _ _ • _ _ _ ·_·~·~ ___ ••
lES INTERVENANTS 17

personne : le maire pour une commune, le directeur strictement du droit privé. sont réglementés. Ce
pour un office d'HLM••.. ou à une commission sont:
pour des objets bien définis. - les organismes privés d'HLM et les SEM de
construction et de gestion de logements sociaux
On retrouve la même fonction de conduite d'opé_
(9) ;

ration que pour l'État.


- les organismes privés mentionnés à l'article L. 64

Les collectivités territoriales sont les régions, les du Code de la Sécurité sociale (caisses régionales
, ,
départements et les communes. Dans la liste de ou primaires d'assurance maladie, caissesd'alloca­

leurs établissements publics, on retrouve : les éta­ tions familiales, etc.). Lorsque ces organismes·

blissements hospitaliers. les offices d'HLM. les passent des marchés, ils sont soumis à une régle­

communautés urbaines, les villes nouvelles. les syn­ mentation particulière (10).

dicats intercommunaux, etc.


Il faut noter que les incidences réglementaires dues la matfres de l'ouvrage privés
à la décentralisation ne s'appliquent pas aux éta­ ':"
blissements publics hospitaliers. Les directeurs de Ces maîtres de l'ouvrage ne sont soumis à aucune
ces établissements ont des compétences élargies (7). règle administrative.
Bien que tous ces maîtres d'ouvrage soient soumis • Les promoteurs et les constructeurs privés
au livre III du code des marchés publics, il existe
entre eux des différences marquées quant aux rôles Cette profession, la plus récente du secteur qui nous

et pouvoirs des personnes et des assemblées. concerne, est née des besoins apparus de façon

pressante au lendemain de la Seconde Guerre mon­

Ces particularités ont des incidences sensibles sur diale.

la passation et la gestion des marchés.


La principale organisàtion professionnelle définit le

promoteur-constructeur comme « la personne phy­

la mattres de l'ouvrage réglementés sique ou morale dont la profession ou l'objet est de

Certains maîtres de l'ouvrage, parce qu'ils utilisent . prendre, de façon habituelle et dans le cadre d'une

des subventions de l'État ou pa(CC qu'ils sont organisation pennanente, l'initiative de réalisations

établissements publics de l'État à caràctère industriel immobilières et d'assumer la responsabilité de la

et commercial. se voient imposer certaines régle­ coordination des opérations intervenant pour

mentations dans la passation de leurs marchés. l'étude, l'exécution et la mise à disposition des

usagers de programmes de construction ».

Parmi les établissements de l'État à caractère indus.


triel et commercial, il faut citer: EDF, GDF, les Si l'acte de promotion est désormals strictement

ports autonomes, la RATP, la SNCF (depuis le réglementé, l'exercice de la profession demeure libre.

1« janvier 1984), l'UGAP (8) (depuis le 1er janvier Les principales organisations professionnelles sont:

1985), France Télécom et la Poste (depuis le - la FNPC (Fédération nationale des promoteurs­

1« janvier 1991)~ Ces établissements s'inspirent très constructeurs),

librement du Code des marchés publics, à défaut - le GNECI (Groupement national des entrepre­

pour certains d'y être soumis. Ils sont ou non soumis neurs constructeurs immobiliers).

aux règles de la comptabilité publique. Le conten­


tieux du contrat peut relever aussi bien de la Ces deux organisations regroupent les entreprises

compétence administrative que judiciaire. Autant de bâtiment réalisant, comme activité second.aire,

de particularités qui ne rendent pas aisée pour le des opérations de promotion immobilière.

contractant la gestion du marché.


• Les organismes utilisant
D'autres maîtres de l'ouvrage, bien que relevant le « J % employeur » ,:'
,;~:

C'est par un décret-lot du 30 septembre 1953 '.:

(7) Loi du 31 déœmbre 1970. modifiée, articles 22 et 22-2. qu'avait été instaurée l'obligation pour les
(8) Union pour le lfOupement d'achats publics soumis au Code employeurs d'investir à l'époque dans la construc­
des marchéS publics. tion de logements, 1 % de la masse salariale. Actuel­
(9) Ces organismes luivcnt les dispositiona de la loi 93-192 du lement la participation employeur n'est plus que de
29janvier 1993 (art. 433·1 et art. 481-4 du Code de la construction
et de l'habitation) ct du décret d'application 93·746 du 27 mars 0,45 %. ..
',;

1993 (JO du 30 mars 1993).


(l0) Arraté du 4 avril 1984 modifié (Le Mnnlt(!Ur de.' travaux La plupart de ces professionnels sont regroupés au
publics et du btJtlment, 25 mai 1984). sein de J'Union nationale interprofessionnelle du
.'1.'
\1

l'cr
\ i

~~
18 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS
[

logement (UNIL), association relevant de la loi de


1901, créée en 1968 pour rassembler tous ceux qui,
à un titre quelconque, participent à la collecte et à
la réception de l'ouvrage et l'accomplissement
de tous les actes afférents aux attributions men­
tionnés ci-dessus.
tfi
l'utilisation du 1 %, et d'une manière plus générale
ont vocation de s'intéresser au logement des salariés, Certaines prérogatives du maître de l'ouvrage ne
peuvent être mandatées en vertu de sa mission de
l
Un décret (11) a élargi les missions du « 1 % service public, En particulier, la réglementation à iLn
logement» (ouverture des prêts d'accession à la
propriété à l'ancien, sans obligation de travaux,
suivre pour la passation des marchés est celle du
mandant, en application du décret 93-548 du 26 mars
llL
financement de centres d'hébergement temporaires, 1993. Une convention précise les conditions , i
destinés aux salariés en mobilité ou stage, etc.) expresses du mandat.
".,lII!i
• Le maître de l'ouvrage occasionnel
A vec l'attribution des compétences des collèges et
lycées, respectivement aux départements et aux
t
C'est la personne qui construit occasionnellement:
l'industriel qui construit ou agrandi son usine, ou
lé particulier qui bâtit pour lui-même. .
régions, le chef d'établissement peut se voir confier
la compétence de maître de l'ouvrage en matière
«·de contruction, de reconstruction, d'extension, de
li.

grosses réparations... de l'établissement ».


~,

Le mandataire Cette disposition légale (I2) ne s'assimile pas à un i J{


mandat mais devrait faire l'objet d'une convention L
Lorsque le maître de l'ouvrage, pour le compte de pour en définir les conditions.
qui doit s'effectuer la réalisation, n'a pas l'intention,
les moyens humains ou la compétence nécessaire
pour assurer les tâches opérationnelles qu'implique
la fonction, il peut confieJ;ces tMhes à un mandataire
Le conducteur d'opération l
., ,
Le maître de l'ouvrage peut conserver la maîtrise 1"'­
dans les conditions définies par une convention
appropriée qui s'appelle mandat.
de l'opération et recourir à une assistance en faisant
. intervenir un conducteur d'opération (13). ··tL 1
1
Ce mandataire agissant au nom et pour le compte Une convention définit les conditions dans laquelle li...
du maître de l'ouvrage exerce tout ou partie des est passée cette conduite. La réglementation sur la
attributions de ce dernier. mission et sa rémunération a été prévue lorsqu'elle t.
concerne les services de l'Équipement (14).
Il s'est substitué au maîre de l'ouvrage délégué ~
depuis l'application de la loi sur la maîtrise d'ou­ Les personnes qui peuvent assurer la conduite
vrage publique du 12 juillet 1985 dite loi MOP par
simplification.
d'opération sont limitées à l'article 6 de la loi MOP
et à quelques exceptions, il s'agit de personnes

Cette loi fixe la liste des personnes qui peuvent
publiques. 1­

.t
La compétence pour assurer cette mission n'étant
remplir cette mission et les principales clauses de la
convention qui doit prévoir :
- la définition des conditions administratives et
pas intrinsèquement liée à la qualité juridique de la
personne, il est né une qualification dite AMO
Ir
(assistance à maîtrise d'ouvrage) qui ressemble
techniques selon lesquelles l'ouvrage sera étudié et
étrangement à la conduite d'opération et qui fait . "'
exécuté;
l'objet d'une qualification OPQTECC (15) (Orga­
. - la préparation du choix du maître d'œuvre, la nisation professionnelle de qualification des tech­
signature du contrat de maîtrise d'œuvre, après niciens de l'économie de la construction et de la
approbation du choix du maître d'œuvre par le
maître de l'ouvrage, et ·Ia gestion du contrat de
maîtrise d'œuvre;
coordination.)
"r ,
- l'approbation des avant-projets et l'accord sur
le projet;
(11) Décret n' 92-240 du 16 mars 1992 (JO du 17 mars 1992)
et Moniteur du 20 mars 1992.
(12) Article 15-14 de la loi du 22 juillet 1983 modifié le 25 janvier
Ill'
- la préparation du choix de l'entrepreneur, la
signature du contrat de travaux, après approbation
du choix de l'entrepreneur par le maître de r ouvrage,
et la gestion du contrat de travaux ;
1985.
(13) La rémunération de cette fonction est définie par arrêté
interministériel du 7 mars 1949 modifié. Voir le Bulletin officiel
du ministère de /'É:quipement et du Cadre de l'ie. fascicule spécial
8U bis (Publication du JO).
(14) Circulaires 76-451 du 5 octobre 1976 et 79-81 du 30 août
·t

.: . . k
.. ,

\
.
-. le versement de la rémunération de la mission 1919 (fascicule 81-1 bis du BOMECY).
. de maîtrise d'œuvre et des travaux ; (15) Le Moniteur du 3 mai 1991. Textes officiels p. 293. 1·
f~1~
',~' ~ :r?~:~c,:".,,~~,n;"~':.,\,~

LES INTERVENANTS 19

- le matériel spécialisé nécessaire à l'édification de


L'entrepreneur
. l'ouvrage;' .
et les processus
- les matériaux ou les compoSants plus ou moins
manufacturés on industrialisés (le bois est un maté­
de consultation
riau, une fenêtre est un composant) ;
',.
un savoir-faire spécifique qui, dans la plupart
L'entrepreneur est le partenaire du maître de l'ou­ des cas, se traduit par une « qualification» codifiée
vrage dans le contrat d'entreprise. Il réalise les et reconnue par rOPQCB (16). Ce savoir-faire
travaw<. sans lien de subordination, en mettant en entraîne pour l'entrepreneur une obligation de
œuvre les moyens en personnel, matériaux et maté­ conseil, tant à régard du maître de l'ouvrage que
~~
rieL Vis-à-vis du maître de l'ouvrage, il a un rôle du maître d'œuvre_ Cette obligation interdit à l'en­
de conseil et une obligation de résultat se concré­ trepreneur d'exécuter des travaux qui ne seraient
tisant par la livraison de l'ouvrage. pas conformes aux règles de son art. C'est également
en fonction de ce savoir-faire que l'entrepreneur
proposera, en concertation avec le maî!re d'œuvre, ":'"

un procédé et un enchaînement des: opérations


Le processus de construction propres à chaque type d'ouvrage (rôle de la direction
technique de l'entreprise ou de son service méthode,
quand il existe).
Le mode de production de l'ouvrage - sa construc­
tion - peut suivre deux processus sensiblement Si l'on voulait faire l'inventaire des qualifications
différents: le processus traditionnel ou le processus des entreprises du bâtiment, il ne faudrait pas oublier
dit industrialisé. Qualifec (17) pour les travaux d'électricité et de
chauffage électrique, le CNIH (l8) pour les travaux
relatifs aux espàces verts, aux terrains de sports et
Processus traditionnel aux boisements, ainsi que la qualification d'artisan
et de maître-artisan (l9).
L'ouvrage s'élabore progressivement, in situ, à son
emplacement définitif. A titre d'image, on peut dire Une nuance est à apporter en ce qui concerne la
que l'on commence par lçs fondations pour terminer fourniture des composants: ou c'est l'entreprise
par la toiture ... Les matériaux sont amenés à pied elle-même qui préfabrique ses composants (par
d'œuvre (au pied de l'œuvre à édifier) et « mis en exemple, l'entreprise de maçonnerie qui façonne ses
œuvre» sur place, suivant des procédés qui, bien agglomérés avant de les mettre en œuvre), ou elle
que modernisés, ressemblent fortement à ceux uti­ se les procure auprès d'un industriel (le menuisier
lisés par les bâtisseurs des temps anciens. Dans ce qui achète des fenêtres sur catalogue). C'est cette
processus, la production de l'ouvrage est assurée deuxième tendance qui, en se développant, a donné
essentiellement par l'entreprise ou par un groupe naissance au processus dit industrialisé.
d'entreprises.
La fonction principale de l'entreprise est de fournir Processus dit industrialisé (20)
une prestaûon composée d'éléments très imbriqués
indissociables les uns des autres : Le Plan constructÛJn, créé en 1971, avait tenté de
- une main-d'œuvre qualifiée et correctement relancer l'industrialisation sur des bases nouvelles.
« encadrée» (rôle de la maîtrise de l'entreprise) ; Pour relancer cette industrialisation fermée à base
de grands panneaux béton, un débat avait été engagé
sur la nécessité d'une industrialisation ouverte fondée
sur la mise au point de normes de coordination
dimensionnelle permettant l'utilisation de Compo­
(16) Organisme professionnel de qualification et de classification sants de provenances géographiques diverses pour
du bâtiment. un même bâtiment.
(11) Association technique et professionnelle de qualification de

l'équipement électrique.
Plusieurs actions furent entreprises:
(UI) Comité national interprofessionnel de l'horticulture.

6
(19) Décret n 88-109 du 2 février 1988 (Le Moniteur des travaux • La politique des Systèmes Constructifs (1978­
publics et du bâtiment, 12 levrier 1988). 1981) définis comme « des mécanos de structure qui
(20) Voir: J. Carassus Économie de la filière Construction peuvent être éventuellement complétés par des
Presse de l'École Nationale des Ponts et chaussées. 1987.
(21) Voir: Qrculaire du 13 juin 1978 du ministère de J'Envi­ composants de second œuvre pour donner lieu à
ronnement et du Cadre de vie relative aux systèmes constructifs, des systèmes constructifs complets)} (21).
·""( F"',
il!
\1

\. ~
'e

e:.
;kt
..

i
'

L!
.
i ;;.:.
20 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS
li.
,
iL

'

• Le Programme « Produits Industriels et Produc­ un entrepreneur et son sous-traitant malgré la pos­


tivité)} PIP (22) (1981-1985) comportait quatre sibilité de se faire communiquer le contrat (24).
éléments essentiels :
- des usines de préfabrication, Marché passé à un groupement 'L

."

- des conventions des fournitures de composants


passées directement entre maîtres d'ouvrage et Des entrepreneurs sont dits groupés lorsqu'ils ont

usines, souscrit un acte d'engagement unique.


,>,
i

des guides de conception (logiciels), Quand le groupement est conjoint, les conséquences
l.
- un monitorat par usine de préfabrication de juridiques sont celles d'un rassemblement de

PME poseuse de composants. marchés séparés dans lequel le mandataire apporte


! ~,'
une responsabilité de l'ensemble vis-à-vis du maître

\~

Les résultats obtenus ne furent pas à la hauteur des


efforts déployés. Avec le recul du temps on peut de l'ouvrage.

même dire aujourd'hui qu'ils furent décevants. Les Dans un groupement d'entrepreneurs' solidaires,
; ,~l
diverses crises du bâtiment, depuis 1975, n'y sont tous répondent indéfiniment de la responsabilité du

certainement pas étrangères! Et la situation éco­ groupe.


L
1
nomique ,actuelle ne semble pas favorable à la L'article 2.3 du CCAG-travaux (25) donne des
i
reprise d'une telle idée!... définitions précises sur ce point.
.1
Quel que soit le processus choisi, dominante indus­ (
trielle ou dominante traditionnelle, la fonction pro­ Marchés séparés r
duction-exécution a toujours comme objectif le J

F
résultat. Contrairement au maître d'œuvre qui, en Le maître de l'ouvrage peut passer autant de
règle générale, ne doit qu'une obligation de moyens,
l'entreprise doit toujours une obligation de résultat.
marchés qu'il y a de lots techniques définis. Il devra
alors prendre en cO:qlpte les problèmes de coordi­
er
!
04..
nation et du compte interentreprises.

La passation des marchés i­ l


',..1-.

La conception-réalisation
Le maître de l'ouvrage peut passer des marchés à t~.i
un ou plusieurs entrepreneurs. Lorsque Je maître de l'ouvrage, pour des motifs :,.,.;..

techniques justifiés, décide d'associer l'entreprise au 'Ii


Marché passé à un seul entrepreneur maître d'œuvre dès le début des études, il a recours ~; ,'~

au processus de conception-réalisation bien défini


Deux cas sont possibles: pour les marchés publics (26). "­
- L'entrepreneurexécute la totalité de la prestation
lui-même (travaux d'installation de chauffage d'un
La procédure de consultation est restreinte: sur la 1.., i
base d'un programme détaillé, le groupement
bâtiment existant, ravalement de façade, etc.) ; composé de la maîtrise d'œuvre et des entreprises ~

- Le marché comprend des prestations pour les­ répond en rendant des prestations du niveau d'un 'Ii .
quelles l'entrepreneur n'est pas obligatoirement un U; ,
J~
spécialiste et doit faire appel par sous-traitance à
des entreprises qualifiées.
Le titulaire du marché est alors appelé entrepreneur
(22) Sur la filière industrielle PIP. voir: « L'indispensable
inflexion 'de la construction. Le point de la politique technique ,a;->t
général. Et le plus souvent, le découpage en lots du logement ~. Le Moniteur des tral'OUX publics et da bâtiment,
correspond à une qualification de corps d'état en n· 10. 4 mars 1983. p. 37; «Faciliter l'accès des produits :-­
industriels à "ensemble de la construction. Les propositions du
conséquence à des sous-traités. Le report des dif­ comité « Produits industriels et productivité »). Le Moniteur des li;,
férentes clauses du marché principal ne sont pas travaux publics et da bâtiment, n· 14, , .. avril 1983. p.40. .....1"'"
toujours reprises. (23) Sauf en marchés publics. Voir Code des marchés publics.
article 2.
La sous-traitance totale devrait rester un cas par­ (24) Article 3 de la loi n· 75-1334 du 31 déœmbre 1915 rela1ivc
ticulier de marché privé (23). à la sous-traitance. 'l'~' '
(25) Cahier des clauses administratives générales des marchés !~
Quoi qu'il en soit, le maître de l'ouvrage et à plus de J'État.
(26) Articles 100 et.304 du Code des marchés publics actualisés ~
forte raison ses cocontractants (maître d'œuvre... ) par le décret 93-1270 du 29 novembre 1993 (JO du ,- décembre
ne peuvent s'immiscer dans le contrat passé entre li'
l~
1993).
v..

'\-:',::\.0 1 !,Ii,"'::'
;'-;
~~~~f,>
'~~~i_;~~"-
· :'~~' ....

4
INTERVENANTS 21

APS ainsi que l'engagement sur un prix de réali­


sation.
Le marché d'entreprise

Une prime est prévue pour dédommager les inves­ de travaux publics

tissements réalisés en études.


Dans ce montage d'opération, la maîtrise d'ouvrage Le METP est un marché public de travaux de longue ".~~
devra s'organiser pour présenter une équipe forte, . durée (10 ans en principe) dans lequel le prestataire,
dotée de moyens adaptés. ou plutôt un groupement, avance le financement
Pour l'établissement du marché, les docwnents­ d'investissement pour exécuter des travaux (neuf ou
types actuels ne sont pas du tout adaptés. Ne réhabilitation) et assure la gestion -:et pas seule­
prenons qu'un seul exemple, mais significatif. L'en­ ment la maintenance - pendant la duréè du marché.
trepreneur est aussi maître d'œuvre; si l'on prend Les règbnents sont répartis en annuité permettant
le CCAG-travaux contractuel, on imagine mal d'étaler l'investissement dans le temps.
comment il peut s'autocontrôler en assurant la
mission de maître-d'œuvre. Une des difficultés de gestion du contrat peut se
présenter lorsque les intervenants changent entre la
i Si le maître de l'ouvrage est privé, la construction période investissement et la période" maintenance.
) clés en main est une pratique courante en construc­ Ce type de marché, par ces caractéristiques, séduit
tion industrialisée. , certains maîtres d'ouvrage publics.
Lorsque l'ensemblier vend à la fois le terrain, les
études et les travaux, il passe un contrat de vente en
l'état futur d'achèvement avec son client et il prend ;'.
le caractère de maître de l'ouvrage dans les marchés
d'études et de travaux qu'il passe avec les autres
participants. Le caractère de clés en main pourrait
La consultation

aussi s'appliquer à ce type de montage. sur performances

L'appel d'offres sur performances, d'expérimental


La construction est passé au rang des procédures reconnues en
rentrant dans le Code des marchés publics (28). Le
de maisons individuelles maître de l'ouvrage propose un programmé fonc­
tionnel détaillé sous forme d'exigences de résultats
La réglementation (27) sur le contra(de construction vérifiables à atteindre ou de besoins à satisfaire.
de maisons individuelles concerne. la construction L'appel d'offres est restreint.
pour soi-même d'un immeuble ne comportant pas
plus de 2 logements à usage d'habitation sur la base Il est demandé de réaliser des prestations qui portent
d'un plan fourni par le constructeur ou soi-même. à la fois sur l'établissement d'un projet et son
exécution. Le domaine d'application exclut la
La construction est réalisée par un seul constructeur conception immobilière, ce cas étant traité par la
et peut être limitée au clos et couvert, les autres conception-réalisation.
équipements étant terminés par l'acquéreur.
Chaque candidat est entendu par la commission;
Cette réglementation impose une notice d'infor­ à la suite de quoi, il peut préciser, compléter ou
mation, un contrat formel, un prix forfaitaire, des modifier son offre.
garanties, un formalisme de sous-traitance... et des ,{~.}(-_ ..
,,'r r
Des primes sont attribuées po~r justifier àè1'inves­
sanctions pénales. .. ~JlI(:,

tissemeat demandé au niveau des études contenues


dans les offres. ... ~j :t.'..
(27) Loi 90-1129 du 19 décembre 1990. JO du 22 décembre
1990. Titre III du code de la construction et de l'habitation. Le L'introduction des performances se retrouve dans.
Moniteur du 4 janvier 1991. la programmation par la prise en compte de l'en­
(28) Articles 99 ou 303 du Code des marchés publics. Voir aussi. tretien et de la maintenance . des ouvrages avec une
pour une application pratique, le : « Guide de la construçtion notion de coût global. Cette idée a été introduite
sur avant-projet perfonnanciel » édité par le ministère de l'Equi­
pement, du Logement, de l'Aménagement du territoire et des dans les missions de la maîtrise d'œuvre' par les
Transports et par le eSTB. décrets d'application de la loi MOP.
l :
·"':{ ..... v--r -: - ,\ -',,'~
d"
.';1'" ,,i

,1

r
,'t'

._~

1
\0...
~\ Fi

l,
t:
22 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS
.
J' ..­
1'.
L;.:.

t.
L'organisation séquentielle - coordonner les études techniques complémen­ ~L
taires nécessaires à la réalisation de l'ouvrage;
introduire les demandes d'autorisation adminis­
Le travail en séquentiel (29) a mis en évidence des tratives (telles que le permis de construire) dans le r­
gains de productivité sur les chantiers expérimentaux respect de la réglementation en vigueur; -L
réalisés dans ce domaine. - rechercher et proposer les moyens de produire
l'ouvrage (consultations des entreprises et proposi­ i ..
Le découpage en séquences (structure, couverture,
tion d'un choix d'entreprises) ;
lots techniques, ... ) s'établit rationnellement en pre­ L
- préparer les marèhés à passer par. le maître de
nant en compte une unité d'ouvrage, de lieu, de
l'ouvrage;
temps et d'entreprises de façon à éliminer les inter­
faces nombreuses et complexes de la construction.
- diriger les travaux conformément aux documen ts
du marché, à la réglementation en vigueur, et dans
i r:
Le dossier de consultation est déjà préparé à la
le respect du budget et des délais impartis ;
L
méthode.
- contrôler la conformité de l'ouvrage avec le ~I
Cette méthode suppose une maîtrise d'ouvrage et projet; ,

J
une maîtrise d'œuvre fortes, des entreprises accep­ contrôler la qualité et la quantité des matériaux,
tant l'évolution et des types de construction adap­ ainsi que leur mise en œuvre;
tées. L'expérience confirmera ou non si les construc­ - contrôler le coût des travaux ;
teurs sont prêts à intégrer cette organisation. - proposer les versements d'acomptes, ainsi que
les paiements aux entrepreneurs et fournisseurs ; L.
assister le maître de l'ouvrage lors des opérations
de réception. !--­

(,
Le maître d'œuvre ~
1
~ Professions assurant ..l
La norme française NF P 03-bo l, applicable aux
marchés privés, définit le rôle de maître
la maîtrise d'œuvre L­
d'œuvre: (30) « personne physique ou morale qui '~L

pour sa compétence est chargée par le maître de Historiquement, l'exercice de la maîtrise d'œuvre
l'ouvrage de diriger l'exécution du marché et de s'est confondu avec l'exercice de la profession d'ar­ l;
proposer la réception et le règlement des travaux. » chitecte et ce jusqu'à une époque récente. La
complexité grandissante de l'acte de construire a ,~

Poùr les marchés publics, la loi relative à la maîtrise progressivement séparé les deux notions de maîtrise
d'ouvrage publique précise que la mission de maî­ d'œuvre et de fonction architecturale, d'autant plus L.
trise d'œuvre doit permettre d'apporter une réponse que jusqu'à la promulgation de l~ 'loi sur
architecturale, technique et économique au pro­ J'architecture (31) l'exercice de la fonction architec­ '­
gramme. La mission de maître d'œuvre est distincte turale était libre; seul le titre d'architecte était
de celle de l'entrepreneur. Il s'agit en outre d'une protégé.
J..;,
fonction assurée par diverses professions.
~----..l.

Les architectes f'" .


.~

La maîtrise d'œuvre La loi du 31 décembre 1940 a structuré et réglementé


cette profession, en instaurant l'ordre des archi­ t ~'"

tectes. Mais elle s'est révélée inadaptée à l'évolution


La maîtrise d'œuvre recouvre' essentiellement les
de l'économie du secteur bâti dès les années 1960­
L.
fonctions suivantes:
-: s'assurer que le programme de J'opération est
viable et réalisable, compatible avec le terrain mis
1970 et n'a jamais constitué l'outil efficace nécessaire
à la sauvegarde d'une certaine qualité architecturale.
Elle a été abrogée et remplacée par la loi sur !". ...
--
à disposition (tant sur le plan technique qu'admi­
l'architecture n° 77-2 du 3 janvier 1911.
nistratif ou réglementaire) ;

- s'assurer de l'adéquation budget disponible-pro­
gramme;
- concevoir, représenteI:, décrire et évaluer l'ou­
(29) Pour plus de détails voir le; «Guide pratique pour l'or­
ganisaüon séquentielle des projets de chantiers », Patrick Martin
~ 1

vrage (plans, dessins, devis, spécifications tech­


niques) dans le respect de la réglementation en
vigueur;
- Les Éditions de l'entrepreneur. SPIR - Ministère de J'Équi­
pement, du Logement, des Transports et de l'Espace.
(30) Article 1.4.15 des généralités de la nonne NF P 03-001.
(31) Loi n· 77-2 du 3 janvier 1977. li:
--
, Î'-­
......
k
. . M ' .... ' .
!',~~.'<~:~; 1. ":

~.

lES INTERVENANTS 23
------------ ~ ..- , - ­

L'intervention de l'architecte est, depuis cette ·loi, Les entrepreneurS, _itres d'covre
obligatoire dans presque toutes les opérations immo­
bilières. De même, les entreprises peuvent assurer la maîtrise
d'œuvre dans le cadre de leur contrat d'entreprise.
En effet, l'article 3 prévoit que: « Quiconque désire
entreprendre des travaux soumis à une autorisation On se retrouve dans le cas de maisons individueUes

de construire doit faire appel à un architecte pour ou dans le procédé conception-construction où il

établir le projet architectural faisant l'objet de la s'est associé à l'architecte.

demande de permis de construire, sans préjudice du


recours à d'autres personnes participant soit indi­
viduellement, soit en équipe à la conception. Cette Les services tednlicaues pubUcs
obligation n'exclut pas le recours à un architecte Plusieurs administrations disposent de services tech­

pour des missions plus étendues. niques pouvant assurer la maîtrise d'œuvre, notam­

« Le projet architectural mentionné ci-dessus définit ment:

par des plans et documents écrits l'implantation des - les villes ou communautés urbaines disposant

bâtiments, leur composition, leur organisation et de services techniques municipaux ou communau­


I~t.

l'expression de leur volume, ainsi que le choix des taires ;


matériaux et des couleurs. le.s directions départementales de l'Équipement

(DDE) ou de l'agriculture (DDA) ;

« Même si l'architecture n'assure pas la direction - le Génie militaire ; etc.

des travaux, le maître de l'ouvrage doit le mettre


en mesure, dans des conditions fixées par le contrat, Il est à noter que la rémunération correspondant

de s'assurer que les documents d'exécution et des dans ce cas à l'intervention des services techniques

ouvrages en cours de réalisation respectent les publics suit' une réglementation spécifique quand il

dispositions du projet architeètural élaboré par ses s'agit de la DDE ou de la DDA (32). Les autres

soins. Si ces dispositions ne' sont pas respectées, personnes publiques peuvent s'en inspirer.

l'architeCte en avertit le maître de l'ouvrage. »


Le maÎÛ'C de l'ouvrage, maître d'œuvre
Les agréés en architecture
La maîtrise d'œuvre peut enfin être assurée direc:'

Avant la promulgation de la loi sur l'architecture, tement par le maître de l'ouvrage, dès lors qu'il

le dossier de permis de construire pouvait également dispose d'un service technique qui lui est intégré ..
être dressé par des professionnels qui s'intitulaient
suivant les cas : C'est le cas de certains maîtres d'ouv~ge privés, et

maÎtres d'œuvre en bâtiment;· aussi en principe des maîtres d'ouv'rage publics

techniciens en bâtiment; puisque la réglementation prévoit que lorsque le

cabinets d'architecture. maître de l'ouvrage « n'est pas en mesure d'exécuter

par ses propres moyens les études qui lui sont

L'article 34 de la loi avait prévu que ces profes­ nécessaires, il a recours à des marchés d'études (33).

sionnels pouvaient, sous certaines conditions, deve­


nir « agr~ en architecture » et être soumis, dès lors,
aux mêmes droits et aux mêmes obligations que les
architectes. Cette profession est de fait en voie
d'extinction. L'ingénierie
Les bureaux d'études, maîtres d'œuvre La construction contemporaine fait ap~l à des !""

techniques de plus en plus complexes don vie niveau


Nous les citons dans la rubrique ci-dessous consa­ de technicité ne peut être maîtrisé que par des
crée aux professions de l'ingénierie. En effet, la spécialistes. Le généraliste qu'est le maître d'œuvre
plupart des bureaux d'études peuvent assurer la sollicite donc nécessairement et tout naturellement
maîtrise d'œuvre complète d'une opération, en par­ ces spécialistes pour l'assister dans une ou plusieurs
ticulier quand il n'y a pas recours au dépôt d'un disciplines. L'intervention des conseils techniques
permis de construire. est complémentaire de celle du maître d'œuvre; elle
couvre des disciplines multiples dont les principales
(32) Arrêté du 7 décembre 1979 (JO du 19 décembre 1979)
sont les suivantes:
quand la DDE ou la DDA est maître d'œuvre. topographie et connaissance du foncier;
(33) Articles 106 et 313 du code des marchés publics. mécanique des sols;
r\ '," ~
--:':;~<f.',i~ .:~) . .; [t Z._ ~If r::-:- ­

1
i"'"

24 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS


1
1 1
i \
1 1"

- fondations spéciales et structures; Les iDgénieurs-conseils


- béton armé et précontraint ;
- charpentes et ossatures métalliques, charpentes
bois ou lamellé-collé ;
Les ingénieurs-conseils mono ou pluridisciplinaires
exercent soit en profession libérale, soit sous forme ![
- génie thermique, climatique et isolation ther­ de sociétés commerciales (encore qu'une société
mique; d'ingénieurs-conseils puisse exercer dans un
« esprit» libéral). La principale caractéristique qui
- installations sanitaires et hydrauliques ;
- électricité, microcourants, signalisation, sonori~
sation ;
différencie les ingénieurs-conseils des BET est l'in­
dépendance financière, mais, par voie de consé­
'[
- second œuvre, notamment menuiserie et étan­ quence, rien ne distingue objectivement une société
chéité;
- acoustique et isolation phonique;
d'ingénieurs-conseils d'un BET indépendant.
Une classification généralement admise fait ressor­
'f'
~ 1
,.~

- éclairagisme; tir :
- voiries, réseaux divers, infrastructures exté­
rieures aux bâtiments;
- paysagisme, espaces verts, espaces de plein air.
- les ingénieuI'$-conseils de structure (béton armé,
bois, métal, etc.) ;
- les ingénieurs-conseils en équipement (génie cli­
1
Outre ces disciplines purement techniques, d'autres matique, hydraulique, électrique, etc.) ;
spécialistes assurent les tâches ayant trait à la
gestion, à l'organisation ou aux sciences humaines,'
notamment:
- les ingénieurs-conseils spécialisés (acousticiens,
thermiciens, éclairagistes, mécaniciens des sols, etc.). 1
La plupart des ingénieurs-conseils sont regroupés
- gestion financière et rentabilité des investisse­
ments;
- évaluation des projets, métrés, devis et gestion

au sein de la Chambre des ingénieurs-conseils de


France (CICF). ,1
des marchés de travaux; !

- coordination, programmation et ordonnance­ Les techniciens économistes de la construction <

ment, tant en phase étude qu'en phase travaux; (métreurs vérificateurs) '1'
<{'
,.

- sociologie appliquée à l'habitat.

Principales professions
L'intervention privilégiée de cette famille de profes­
sionnels concerne tout ce qui a trait à l'évaluation
et ,à la gestion des coûts de la construction.
Si certains techniciens économistes de la construc­
r
de l'ingénierie
tion interviennent comme conseils tout au long du
proèessus de l'acte de construire, d'autres n'agissent
qu'en phase étude.
1
Les bureaux d'études teehniques (BEl)
Les bureaux d'études techniques se caractérisent
L'organisation professionnelle la plus représentative
est l'Union nationale des techniciens économistes ,(
de la construction (UNTEC).
par une organisation permanente, pluridisciplinaire, '
où l'on trouve les sous-catégories suivantes:
BET indépendants; 1
BET intégrés dans les entreprises ;
- BET intégrés chez les maîtres de l'ouvrage;
BET intégrés dans les groupes industriels;
Les géomètres-experts fonciers
,
Par souci de simplification, nous incluons dans ce
,:
.~
BET publics ou parapubliœ.
chapitre la profession des géomètres. certaines de
Ces sous-catégories ne prennent en compte que leurs interventions s'apparentant à l'ingénierie, alors
certains critères et laissent de côté notamment:
- le statut juridique qui peut elre public. civil ou
que leur activité principale y est étranpTC.
Est géomètrc-expert le technicien qui. en son nom
[
commercial ;
propre et sous sa responsabilité pcrtOnnelle, exerce
- les éléments qualitatifs conœmant la gamme de
1
,
spécialisation; la profession libérale qui consiste : .
- les éléments quantitatifs. - à titre habituel et principal, à lever et dresser à
toutes échelles les documents topographiques ou les
L'organisation professionnelle la plus représentative plans des biens fonciers. à procéder à toutes opé­
des BET est la Syntec (Chambre syndicale des rations ou études s'y rapportant ou en découlant; ....
.' ~ :.

sociétés d'études et de conseils). " - à titre spécial. à fixer les limites des biens fonciers,
s:
Les INTERVENANTS 2S ..

à procéder à toutes opérations techniques ou études de décisions, signaler en temps utile les éléments qui
sur l'évaluation, le partage, la mutation ou la gestion risquent de perturber la bonne marche du chantier.
..
de ces biens. Le coordonnateur-agent de liaison est .au service de
tous les acteurs mais ne se substitue à aucun d'eux;
Indépendamment de cette définition quelque peu
RStrictive, un certain nombre de missions remplies
• La seconde fait du coordonnateur le véritable
maître du chantier, investi de l'autorité du maître
par des géomètres s'apparentent à l'ingénierie, à
d'œuvre pour tout ce qui touche le pilotage des ,..\" " .ft;.~......
savoir:
travaux.
- la ,conception, la réalisation ou la participation
à la conception et à la réalisation de lotissements Ces deux tendances ne préjugent pas des moyens
ou de groupements d'habitat individuel; dans ce mis en œuvre pour assurer une programmation
cas,le géomètre remplit un rôle de maître d'œuvre; rationnelle des travaux, telles que les méthodes
,.~"~
- la conception, la· réalisation ou la participation découlant de la théorie des graphes, avec ou sans f'

à la conception et à la réalisation des projets de support informatique.


VRD (voirie et réseaux divers) ou d'infrastructures;
dans ce cas le géomètre joue un rôle d'ingénieur­
La fonction de coordination est souvent assurée par
le maître d'œuvre, le BET oU l'entreprise. Elle peut
conseil;
également être assurée par des organismes ou des ...
- l'assistance pour l'implantation d'ouvrages
sociétés indépendantes, s'apparentant alors à des
lorsque celle-ci est délicate ou complexe, ou pour
BET spécialisés, qui ont donné naissance à une
le contrôle et l'avancement de certains ouvrages
véritable profession.
(telle la verticalité des immeubles de grande hau­
teur) ; Lorsque le pilote veut remplir pleinement sa mission,
il doit posséder un savoir-faire d'entreprise lui per­
- la participation à l'élaboration des règlements
mettant de s'intégrer à l'exécution des travaux.
de copropriété avec répartition des surfaces priva­
tives et des surfaces communes. Signalons enfin que la réforme de l'ingénierie et de
l'architecture, qui avait fait une place à cette mission
En revanche, d'aùtres missions remplies par les en l'intitulant « maîtrise de chantier », a été sup­
géomètres dans l'acte de construire sont extérieures plantée par la loi sur la maîtrise d'ouvrage publique
à l'ingénierie et sont rémunérées sur des bases qui reprend une terminologie p'lus traditionnelle
distinctes. d'ordonnancement, pilotage et coordination du
La profession de géomètre, comme celle d'architecte, chantier dans lequel on retrouve le sigle OPC (34).
fait l'objet d'une double organisation corporative L'organisation professionnelle la plus représentative
et syndicale. est l'Union nationale des professionnels de l'ordon­
nancement et de la coordination (UNAPOC). Ses
adhérents peuvent bénéficier des qualifiêations de
J'OPQIBI parmi lesquelles on peut citer:
Ordonnancement Pilotage­ - une qualification technique c~mplète (B8) de
Coordination (Ope) l'OPC sur toutes les opérations quelles que soient
leur complexité et leur importance ;
La fonction de coordination recouvre une activité - des qualifications partielles, tel B80; limitées aux
très diversifiée, allant de la mission d'agent de liaison petites opérations ;

interentreprises jusqu'aux missions d'ordonnance­ - un certificat de capacité, de validité provisoire,

ment et de planification qu'il est nécessaire d'assurer qui ne s'applique qu'à de petites opérations.

dans les opérations complexes et importantes.


Les adhérents de l'UNTEC (Union nationale des

Deux grandes tendances prévalent à la mise en place techniciens économistes de la construction) peuvent , .'

l.~r
d'une mission de coordination: aussi acquérir une qualification OPQTECC (Orga­
• La première fait du coordonnateur un échelon . , • ~?~. ~ J:~
nisme professionnel de qualification des techniciens
fonctionnel qui n'est investi d'aucune autorité économistes de la construction et de la coordination)
propre et dont le rôle essentiel consiste à faire sous forme d'extension:
circuler l'information, détecter les décisions à
- CC: coordination de chantier et direction de
prendre, fournir les éléments nécessaires à ces prises
travaux;
CP : coordination-planification.
(34) Loi sur la maitrisc d'ouvrage publique, article '7.7, son
décret d'application 93·1268 du 29 novembre 1993, article 10, Le contrat qui lie le coordonnateur au maître de
et l'arrêté du 21 décembre 1993. annexe 1·7. l'ouvrage ou à l'entrepreneur, doit contenir la défi­

,c.:.'\..
""~#"1"
:t,.
;;1
~~!J

~
,{

- t
'!
-IJ.
?1
1 II,

26 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS

ap.

nition aussi précise que possible de sa mission qui Le contrôle technique


passe par des moyens en vue de faire respecter un
objectif de délai aux entrepreneurs. Aucun docu­ Le contrôle technique découle directement des dis­ ~
ment à caractère officiel ou réglementaire n'existe
dans ce domaine (35).
positions de la loi, qui précise en son article 8 : « Le
contrôleur technique a pour mission de contribuer
L
à la prévention des différents aléas techniques sus­ lIo
ceptibles d'être rencontrés dans la réalisation des
ouvrages. Il intervient à la demande du maître de l.
Le coordonnateur de sécurité l'ouvrage et donne son avis à ce dernier sur les
problèmes d'ordre technique. Cet avis porte notam­ i~
La transposition d'une directive européenne sur la ment sur les problèmes qui concernent la solidité
de l'ouvrage et la sécurité des personnes. » ~
sécurité applicable aux chantiers, et qui est exposée
au chapitre 6, a créé une fonction nouveUe qui est Les opérations qui sont obligatoirement soumises ~
le coordonnateur de sécurité. Cette personne peut au contrôle technique sont énumérées dans Je décret k
na 78-1146 du 7 décembre 1978. Le contrôleur '5
être: fi;:;..

- le maître de l'ouvrage; interviendra dès la conception jusqu'à l'achèvement


- un partenaire de la maîtrise d'œuvre: une délé­ des travaux.
gation peut être donnée par la maîtrise de l'ouvrage
G'
(
d'une commune de moins de 5 000 habitants;
- un entrepreneur, et pour les opérations sans per­
mis de construire, celui dont la part de main­ Les vérifications techniques ~}-

d'œuvre est la plus importante pendant son ,g


intervention; 1
Les vérifications techniques n'entrent pas dans le
- un spécialiste qui va corresp}:>ndre à cette nou­ champ d'application de la loi du 4 janvier 1978. li!.
velle fonction. 1 Elles peuvent se différencier de la manière suivante:
Le maître de l'ouvrage le désigne sans critère par­
li..
• Missions de normalisation des risques visés par
ticulier dans ce choix sauf à s'assurer de la compé­ les polices professionnelles de responsabilité décen­
tence de la personne morale retenue et/ou de la ~
nale et biennale des maîtres d'ouvrage, maîtres
personne physique qui sera désignée pour cette d'œuvre et entrepreneurs. Il s'agit ici de la mission t.
fonction. Cette compétence, à la suite d'une for­ la plus « classique}) des bureaux de contrôle qui
mation spécifique, fait l'objet d'un agrément donné interviennent, en quelque sorte, pour le compte des ~:
par l'organisme de formation, lui-même agréé. compagnies d'assurances.
iL
Trois niveaux de compétence sont prévus en fonc­ Cette mission comporte la vérification des docu­
tion de l'importance de l'opération. . ments techniques de modalités d'exécution des tra­ u..
vaux. ,ll'ic
"L.:
• Même mission que ci-dessus, mais demandée par
l'un des partenaires (maître de l'ouvrage, maître
Les contrôleurs techniques d'œuvre ou entrepreneur), et ce indépendamment
L!
,"'­
des impératifs fixés par la loi ou les compagnies
Le contrôle technique est exercé par des personnes
physiques ou morales, dénommées contrôleurs tech­
d'assurances.
• Missions trouvant leur origine dans le caractère
contraignant de certains textes réglementaires:
J
f,·

niques, agréés par le ministre chargé de la Construc­ t:.


tion après avis d'une commiSsion. Le rôle des
contrôleurs techniques prête pàrfois à confusion,
- vérification des bâtiments à usage d'habitation
par référence au règlement de construction (décrets
i'"'-'
l
du fait qu'ils se voient confier des missions de nature des 14 juin 1969 et ID avril 1974) ;
et de portée très diversifiées. vérification des dispositions prises pour la pro­ ILl
tection du public contre les risques d'incendie et de ,[
Ce rôle a par ailleurs été précisé et limité par la loi panique dans les établissements recevant du public ~4
na 78-12 du 4 janvier 1978 qui permet de classer les
missions pouvant être assurées par les bureaux de
(décret du 31 octobre 1973, règlement de sécurité
joint à l'arrête du 23 mars 1965 modifié et arrêtés
.I!
contrôle en trois grandes catégories : divers) ; ,r
.le contrôle technique; . ~L
,.

. les vérifications techniques ; (35) Voir: J. Armand,« La Coordination de travaux, la fonction. 12·
les « missions interdites ». les missions, les contrats types Éditions du Moniteur - 1991.

~
li.

~
'.-."'."..... ~~,-.-. ~:

lES INTERVENANTS .. 27

- vérification des dispositions prises pour la pro­ vue au présent titre est incompatible avec l'exercice
tection du public contre les risques d'incendie et de de toute activité de conception, d'exécution ou
panique dans les immeubles de grande hauteur d'expertise d'un ouvrage. L'agrément des contrô­
(décret du 15 novembre 1967, arrêté du 24 novembre leurs techniques est donné dans des conditions
1967 et circulaire du 7 juin 1974); prévues par décret en Conseil d'État. La décision
- contrôles périodiques et registres regtementaires d'agrément tient compte de la compétence technique
exigés par la législation en vigueur (établissements et de la moralité professionnelle. »
recevant du public, IGH, établissements industriels Il arrivait en :éffet que des bureaux de contrôle
et commerciaux, installations de chantier). assurent, en tant que sociétés d'ingénieurs, des
• Missions diverses : missions opérationnelles se rattachant à la maîtrise
- essais de réception de matériaux et épreuves de d'œuvre ou à l'ingénierie (telles que conseil tech­
réception des ouvrages ou de partiesd'ouvrage dans nique, études de sol, coordination, etc.) ou à l'ex­
les domaines les plus divers: sols et fondations, pertise. Ils ne peuVent plus le faire depuis le 1"- janvier
structures, corps d'état d'équipement, acoustique; 1979, date d'application de la loi. ;::'.
- examen de produits ou procédés nouveaux et
essais d'application de ces produits ou prof.::édés ;
- essais et contrôles exécutés pour le compte d'un
organisme officiel tel que le Comité natio~al pour Les services publics
la sécurité des usagers de l'électricité (Con$uel).
Les services publics tiennent une place à part, mais
primordiale, dans l'acte de bâtir. Tout à la fois
Les missions fournisseurs, gestionnaires de réseaux, conseillers
techniques en phase étude ou en phase travaux, les
Le contenu des différentes missions est maintenant services publics sont les interlocuteurs obligatoires.
bien p~isé par un cahier des clauses techniques du chargé d'opération.
générales (36) et par la norme NF D 03-100. Les types
Ce dernier aura toujours intérêt à se rapprocher
de missions sont:
d'eux le plus tôt possible dans le processus de
• une mission de base L sur la solidité des ouvrages déroulement d'une affaire, afin de poser les pro­
et des équipements indissociables, et S sur la sécurité blèmes et d'en rechercher les solutions en temps
des personnes; opportun.
• des missions composées types comprenant la
mission L, éventuellement S et une ou plusieurs
autres complémentaires dans lesquelles on trouve: La direction départementale
- PS: sécurité des personnes en cas de séisme ;
- PI : solidité des équipements autres que les de l'Equipement (DDE)
ouvrages visés par la mission L ;
- PV: récolement des procés-verbaux de la récep­ Le responsable de la maîtrise d'œuvre en phase
tion; travaux ne devrait théoriquement plus avoir le
Isolation phonique;
contact avec la DDE, tous les problèmes adminis­
Isolation thermique;
tratifs ayant été examinés en phase études. fi nous
Handicapés ;
semble toutefois intéressant que ce responsable ait
F: défaut de fonctionnement des équipe­ une idée du fonctionnement et de J'organisation de
ments, .. , la DDE.
A partir de ces missions, des missions composées Il n'existe pas d'organigramme type des DDE.
types sont proposées telles que: .
~ ~,;'.) ~~~{'" ~ .
L'organigramme diffère suivant les dépàttements.
A qui comprend L, PI et PV ; Il est fonction des besoins locaux, laissés à l'appré­
L + S; ciation des directeurs départementaux de l'Équipe­
A + S qui comprend L, S, PI et PV ; ment.
A' composé de L, PI, PV, F, isolation phonique,
isolation thermique. D'une manière générale, deux organigrammes sont
possibles: 1",::,

Les « missions interdites »


L'article tO de la loi du 4 janvier 1978 est en effet (36) Cahier des clauses techniques générales Décret n° 92­
ainsi libellé: « L'activité de contrôle technique pré­ 1186 du 30 octobte 1992 (JO du 6 novembre 1992).

.-'Ji:. .~
" .....{~. -­ . ~.'.'\;'

28 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS

• SlJit il regroupe des organisations centralisées


comprenant des services par fonctions et des arron­
dissements uniquement opérationnels;
• soit il prévoit l'organisation d'arrondissements
Compte tenu de la loi sur la décentralisation et des
nouveaux pouvoirs donnés aux collectivités terri­
toriales, ces services ont compétence pour traiter
des questions suivantes: réception des doléances
:J

\ t:~

polyvalents, regroupant les différentes fonctions et


l'aspect opérationnel.
des administrés, coordination des réseaux sur la
voie publique (y compris EDF, GDF, France Télé­
corn et la Poste, etc.).
j

A titre d'exemple, les services des organisations


centralisées peuvent être les suivants:
Service Habitat: responsable de l'ensemble de
la filière logement (construction, réhabilit~tion, ges­
tion locative des parcs HLM ou privés conven­ Électricité de France

:î'~

tionnés).
- Service Constructions publiques : responsable des
Gaz de France (EDF-GDF)

~,
études de faisabilité, de l'établissement du pro­ C~
La loi de nationalisation du 8 avril 1946 a réuni les
gramme, du service des études et des travaux des
di1ïerentes entreprises de production et de distri­
Iih
différentes oyérations à caractère public, pour le 1
compte de l'Etat et d'autres partenaires (collectivités bution d'électricité et de gaz dans un ensemble ....:,

~
locales, chambre de commerce, etc.). formé de deux établissements, l'Électricité de France
- Service Urbanisme-État : responsable des études et le Gaz de France, dont la vocation essentielle a
générales pour le compte de l'État (prise en compte été de regrouper les activités auparavant dispersées.
des intérêts supra-communaux et du respect du droit EDF et GDF ont le statut juridique propre aux j 't!
:J:;.

dans les documents de plannification) qui doivent


permettre de mieux anticiper sllr les grandes évo­
établissements publics nationaux à caractère indus­
triel et commercial. Ces deux établissements sont
I T
CI
lutions en co,",-rs dans l'aménagpment du territoire. autonomes et indépendants l'un de l'autre pour tout ....1

Il est aussi responsable dé la pqlitique de la ville et


du développement social urbain. Le contrôle de
légalité est souvent rattaché à ce service.
ce qui a trait à la production d'énergie. ns ont par
contre en commun le service de la distribution et le
service du personnel.
li
- service Infrastructure regroupant: les arrondis­
sements territoriaux qui gèrent les travaux courants, Le service de distribution étant mixte (électricité et
les arrondissements responsables des grands tra­
gaz), l'interlocuteur dù chargé d'opération sera, t,
vaux, les services de distribution d'énergie qui, dans dans la plupart des cas, le centre de distribution du
certaines ODE, sont rattachés à l'urbanisme. secteur géographique concerné qui orientera la ques­ ~.~t

tion soit sur le service technique électricité, soit sur ki


le service technique gaz. Pour les petites opérations L-,.
ou la maisOn individuelle, l'interlocuteur peut être
la subdivision (3 à 6 subdivisions par centre). Le .....
~..
Les services techniques service des relations commerciales sera toujours
concerné.
L;. "

1
de la commune J
Les installations électriques intérieures doivent faire
Le responsable de la maîtrise d'œuvre en phase l'objet d'un contrôle de conformité aux nonnes Itif
Li,
travaux aura toujours intérêt, en cas d'imprévus ou existantes, effectué par l'échelon local du Comité 1

de difficultés particulières, à se rapprocher des national pour la sécurité des usagers de l'électricité ~ ..."
services techniques de la commune où se déroulent (Consuel), à la diligence du maître de l'ouvrage ou
les travaux.
de l'entrepreneur installateur. lir
Les différents partenaires du chantier auront à 1"'­
prendre contact avec ces services pour les questions ~.'.
suivantes: Services des eaux ~,

autorisation d'installation de grue;


et assainissement
emprise sur le domaine public;
servitude de visibilité et d'alignements;
branchement aux égouts ;
incidence de l'installation d'une grue sur l'éclai­
rage public ;
circulation pour accès au chantier;
La responsabilité de l'alimentation en eau potable
et de l'évacuation des eaux usées incombe en France
à la commune ou au groupement de communes
constitué à cet effet (syndicat pour les eaux) ou
·r
J

lt
l'"-l

l~
f
ï

protection des arbres sur le domaine public. ,~- pour un objet pius gériéral (syndicat à voCations
J
LES INTERVENANTS 29

1 multiples ou communauté urbaine), ce morcellement Tout projet d'installation devra donc être soumis,
n'étant que la conséquence de la diversité des dès le stade de l'étude, aux services spécialisés de la
origines d'eau (37). direction régionale des postes et télécommunica­

-~
1: Le dispositif de captage et de distribution d'eau n'a
pas été nationalisé comme celui du gaz et de
l'électricité.· Il existe de ce fait, en France, plusieurs
sociétés distributrices qui se partagent le territoire
tions. De même, toute installation terminée devra
être contrôlée par ces services avant sa mise en
exploitation.
Pour les installations collectives, les divers contacts
et la desserte des besoins mais dont les réseaux ne et contrôles sont provoqués par l'entrepreneur":
sont pratiquement pas interconnectables. installateur, mais introduits par le maître de l'ou­

1 Les collectivités ont la faculté soit de gérer direc­


tement leurs réseaux. soit de confier tout ou partie
vrage.
Les réseaux deviennent la propriété de l'adminis­
de cette gestion à des entreprises spécialisées au tration après rétrocession; eUe se borne à en concé- .

1 moyen de contrats de concession (les ouvrages sont


réalisés par l'entreprise et à ses frais), d'affermage
ou de régie (les ouvrages sont réalisés aux frais de
der l'usage sous différentes conditions. Le génie
civil des réseaux est entièrement à la charge du
constructeur, depuis le point de desserte le plus
la collectivité locale puis confiés à l'entreprise qui proche. Le.réseau de téléphone lui-même est à la
l en assure seulement le fonctionnement et l'entre­
tien),
charge du constructeur et rétrocédé ensuite à
France Télécom pour toutes les parties intérieures
aux constructions. Le point de jonction proche de
Dans la plupart des cas, ces sociétés gèrent également la pénétration dans la construction est à définir au
l les réseaux d'assainissement, les stations d'épura­
tion, voire les dispositifs de. traitement des ordures
préalable avec France Télécom.
ménagères ou de chauffage urbain. Elles se sont en Le décret n° 73-525 du 12 juin 1973, complété par·
effet progressivement transformées en sociétés spé­ l'arrêté du 3 mai 1983, fait obligation à tout

cialisées d:ans les services spécifiques des collectivités . constructeur de logements de prévoir la desserte en

locales, déchargeant ces dernières de lourds impé­ téléphone, ainsi qu'un dispositif de réception des

ratifs de gestion. émissions de radiodiffusion sonores ou visuelles, et

des gaines ou passages pour l'installation des câbles

En règle générale, une opération immobilière se correspondants.


situe dans le périmètre desservi par une seule société
de distribution qui devient alors l'interlocuteur obli­ Toutefois, pour la desserte en téléphone des loge­
gatoire du chargé d'opération. mentsà usage d'habitations, le décret n° 86-341 du
Les travaux d'extension ou de renforcement peuvent 10 mars 1986 précise que le préfet peut accorder
être soit confiés à l'entreprise spécialisée exploitante, des dérogations à cette obligation lorsque les carac­
soit faire l'objet de concours ou d'appels d'offres. téristiques techniques et économiques de certaines
Se référer pour cela au règlement du service des opérations les justifient.
eaux concerné. La loi n° 78-671 du 28 juin 1978 et le décret n° 78­
1249 du 28 décembre 1978 prévoient, dans le cadre
de la procédure de contravention de grande voirie,
France Télécom
des amendes sévères pour toutes détériorations des
installations du réseau de télécommunications et
Télédiffusion de France (TOF)
énoncent les procédures à utiliser en matière de
déclaration d'intention des travaux.
France Télécom a le monopole de tout ce qui touche
les installations de téléphone, la réception des émis­ (37) Voir J.-L. Garein, « Code pratique de l'eau », Éditions du
sions sonores ou visuelles et leur contrôle. Moniteur, 1991.

!;;

'.;. " .,;'\,


~.
:,:.'.,.;.".
l't''t.,~,. ',C ", . ' " ' ' .."

.. ;'~ ;;'"
~; .~ ..

2 ---,'"

""'; ~',;

Le dossier technique
et administratif ""-:'.

-,

Si c'est le maître d'œuvre qui a établi lui-même les connaître avec pour certains, un intérêt limité mais
plans et les pièces écrites du dossier et si c'est encqre trop souvent la mémoire des décisions disparaît avec
lui qui assure la maîtrise d'œuvre durant les travaux, le temps. On peut citer:
les développements qui suivent deviennent sans - le programme qui devrait prendre en compte la
objet. . volonté du maître de l'ouvrage jusqu'à la mise en
Mais il en va souvent autrement. Le maître d'œuvre, service du bâtiment. Les éléments qui y sont joints
tout en supervisant la maîtrise d'œuvre chantier, reprennent normalement les études de sol, les relevés
délégue à l'un de ses collaborateurs (chargé d'opé­ topographiques, des enquêtes, etc.;
ration, conducteur de travaux) la conduite quoti­ - le marché du maître d'œuvre qui définit _sa
dienne de cette mission. mission pendant les travaux et la réception;
Deux cas sont alors possibles : ou ce collaborateur - le marché du contrôleur technique précisant ses
a participé de façon permanente à la conception, interventions de contrôle par rapport aux différentes
ou il interVient plus en aval de l'opération, unique­ techniques;
ment au démarrage des travaux. Ce dernier cas - les comptes rendus de réunion de coordination des
étant assez fréquent, il nous a semblé intéressant de études, les acceptations de l'APS et de l'APD, etc.
l'envisager. .4::,

Ce « responsable des travaux» doit alors prendre


connaissance dans le détail des documents généraux
relatifs à l'opération et des documents ayant fait
Dossier de consultation
l'objet de la consultation d'entreprises.
Les documents ayant fait l'objet de la consultation
~
sont en général, pour un marché public concernant ·'.'1
~t
une opération delogements, les suivants:
Documents généraux - l'acte d'engagement de (ou des) l'entreprise(s) ;
- le Cahier des clauses administratÎves particu­
L'ensemble des documents retraçant l'historique des lières (CCAP) ;

décisions jusqu'aux marchés de travaux sont à - l'avant projet de structure;

~j.-
·~/rt~·
,~ç::~ ""'?fil":+=;;:; ,; f ­

32 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS


---~-~-- -~.~-----

- les notes de calculs thermiques, le calcul des Limites de 'prestations entre EDF
coefficients. et l'entrepnse d'électricité
le calendrier d'exécution;
• Réglementation: ne pas oublier que la réglemen­

- le rapport d'étude géotechnique;


tation peut, sur certains points de détail, être inter­

- le Cahier des clauses techniques particulières


prétée de manière différente d'un secteur à l'autre.

(CCTP) ;

• Alimentation du transformateur: qui la doit?

le calcul de surfaces des logements; Où commence et finit la prestation ?

le-devis quantitatif de chaque lot; • Alimentation du bâtiment: le coffret doit-il être

le dossier des plans « architecte» ; placé en façade? à l'intérieur? au pied de la

le dossier des plans techniques. colonne?

Le Code des marchés publics (articles 43 bis et • Alimentation du logement: qui doit réaliser les

colonnes montantes ?

253 bis) prévoit l'obligation de remettre gratui­


tement le dossier de consultation permettant â t
l'entrepreneur de répondre à l'offre. Pour les col­ Limites de 'prestations entre GDF 1
.Iectivités territorialc:!s. cette remise peut être assortie
d'une caution afin d'inciter l'entrepreneur à
répondre.
et l'entrepnse de plomberie
• Alimentation du bâtiment : la prestation de GDF
l1
s'achève-t-elle au coffret de façade? à la bouche à

Analyse des limites


clef au sol ? au local du compteur à gaz ?

• Alimentation du logement: qui doit exécuter les


colonnes montantes? Quelle est l'origine et la fin

,
t
de prestation du plombier ?

de prestations
.Limites de ,prestations entre le service des eaux
La coordination entre les différents corps d'état et l'entrepnse de plomberie
représente l'une des difficultés importantes dans le
déroulement des travaux d'un chantier de bâtiment,
lorsque les marchés sont traités en corps d'état
La prestation du service des eaux se termine-t-elle :
- au compteur général placé à la limite de pro­
priété?
'1
séparés.
, Une étude sérieuSe et précise des limitcts de presta­
tions entre les différents corps d'état doit faciliter
- au èompteur général placé dans le local des eaux
par bâtiment ?
- au compteur par cage?
'.,1
cette coordination et éviter des discussions souvent
pénibles du genre « qui fait quoi? » et surtout « qui
paye? »
Bien que les marchés soient déjà passés, nous
pouvons rappeler que le prescripteur des lots passés
en marchés séparénloit se montrer très rigoureux.
Dans le cas d'une arrivée dans un local surpresseur,

il faut bien préciser le nombre de compteurs néces­


saires pour :

l'alimentation en eau froide des logements;


J'alimentation en eau chaude des logements ;
le remplissage du réseau chauffage secondaire ;
,
..
1
.
..
.

..

car les oublis engendreront obligatoirement des l'alimentation des communs.

(c
avenants au marché.
Sans en dresser une liste exhaustive, signalons
quelques points particuliers touchant aux limites de
prestations entre corps d'état, qui doivent être
Limites de prestations entre J'entreprise
de gros œuvre et les corps d'état secondaires
'1
,
j: :~.:
.~
.
examinés bien sûr lors de la rédaction du devis A titre d'exemple, il paraît souhaitable de définir

descriptif, mais aussi par le responsable de la quelques règles simples, parmi'lesquelles :

conduite du futur chantier, ne serait-ce que pour • Trémies et trous de scellement:


remédier à d'éventuels oublis.
- exécution par l'entreprise de gros œuvre suivant

Dans le cas d'un marché unique, c'est à l'entreprise les indications des corps d'état intéressés;

générale ou au groupement d'entreprises d'assurer - vérification en cours de travaux par les corps

la « continuité » d'un lot à l'autre (nous ne parlons d'état intéressés qui restent responsables de leurs

,pas ici des prestations oubliées, mais de la liaison trémies et trous de scellement. En cas d'erreur

·:entre les corps d'état). '" provenant de leur fait, ils en devront la rectification;

lE DOSSIER TECHNIQUE ET ADMINISTRATIF 33 ..


#

rebouchage à la charge des corps d'état inté­ • Protection d'étanchéité :


ressés. Ce rebouchage devra être exécuté en creux Prévoir le gravillon de protection au lot « gros
de façon à laisser au maçon la possibilité d'effectuer œuvre )}. Très souvent le lot « étanchéité» le sous­
une finition soignée ; traite au lot « gros œuvre }). •
- rebouchage des trémies ou trous non utilisés. Ce
rebouchage devra être exécuté en creux de façon à Ces deux dispositions devraient être prises afin
laisser au maçon la possibilité d'effectuer une finition d'éviter les réserves d'une entreprise sur le travail
de l'autre.
soignée ;
- dans le cas où les indications des entreprises Dans le cas de réalisation d'un app;"~e"';;;t-témoin
. '.'.;

n'auraient pas été respectées, l'entreprise de gros pris dans une structure en cours, l'étanchéité de cet
œuvre supportera seule la reSponsabilité des mal­ appartement sera exécutée par le gros œuvre avec .~
façons et en devra la rectification. des moyens ppt,lt~être provisoires mais efficaces
(papier goudronné, solins en plâtre, :etc.. ~ur tous
• Fourreaux. goujons. tasseaux. taquets, etc. .­ ' l : '•• :

les trous et trémies).


- fourniture par les corps d'état intéreSsés ;
mise en place par l'entreprisede gros œuvre dans
les mêmes conditions que les ttémies et trous de Limites de prestations entre gros œuvre . .j!i .... H:'.

scellement. . et cloisons
• Échafaudages : Le tracé des cloisons devrait être obligatoirement . ,"
, l
Le gros œuvre ne doit pas systématiquement les fait par l'entreprise de gros œuvre qui en profiterait
mettre en place. Dans le cas ol,i ils sont nécessaires, poùr effectuer les rectifications nécessaires de ses
ils sont à la charge de l'entreprise intéressée qui a murs s'il y a lieu.
le devoir de ne pas détériorer l'étanchéité si elle est
réalisée. Limites de prestations entre gros œuvre
• Traits de niveau:
et revêtements
Le gros œuvre aura à sa charge rétablissement, • Escaliers préfabriqués:
avant et après les enduits intérieurs, d'un trait de L'entreprise de gros œuvre deyra exécuter, après la
niveau à un mètre du sol fini, dans toutes les pièces pose des marches et contre-march~,.le ragréage des
sur murs et cloisons, ainsi que sur les huisseries limons.
palières. Cela est très important dans le cas d'exé­
cution de revêtements de sol autres que les sols
• Planéité des daUes (1) devant recevoir un revête­
minces.
ment mince:
Ce problème provoque de nombreux litiges et il y
Limites de prestations entre l'entreprise a lieu de bien définir la prestation due par le gros
de gros œuvre, EDF-GDF et le service des eaux œuvre et de préciser qui doit le ragréage. Il convient
de prévoir une réception partielle du support, récep­
Pour les trémies, trous de scellement, fourreaux, tion contradictoire entre gros œuvre et revêtements,
.etc., l'entreprise de gros œuvre est seule responsable arbitrée par l'architecte.
de la réservation. Le rebouchage pourra être, dans
certains cas (à préciser), exécuté par elle. • Brut de décoffrage (2):
Cette question entraîne également de nombreux
Limites de nrestations entre gros œuvre litiges et il convient de définir avec précision la
et étauchéitè prestation due par le gros œuvre (balèvres, flaches,
bullage, etc.) et de prévoir une réception partielle
• Formes de pente : des supports. '·io

On laissera de préférence l'exéc~tion de la forme de -';~i~~~~


pente des terrasses au lot « gros œuvre». Les cas
d'espèce sont à traiter en fonction de l'ordre des Limites de prestations pour les cloisons
tâches et de la répartition des reSporiSabilités. et fermetures . /"\'

• Hùisseries. bâtis. précadres :


Ils devraient être fournis et posés par Pentreprise . ~~;~3~'
(1) Voir DTU 21 (Exécution des travaux en béton) article 5.22. qui réalise les cloisons. Cette entreprise serait ainsi
(2) Voir DTU 21 (Exécution des travaux en béton) article 5.21. rendue responsable de l'aplomb et de la fixation.

~ •. ~~,\ '<.:~~~.~~~~~"",
••"w.{._ T''. \L
:-r
­
'~. " l
LI

~
_l~

34 LES INTERVENANTS ET LES DOSSIERS


il
l~,
.. ~._---_ .. ~----~-----~-
',Jiii,.

\~
i
• Cloisons sèches : Limites de prestations entre plomberie, !~
Dans le cas de cloisons type Placoplan ou similaire,
il est intéressant de mettre en place les huisseries à
l'avancement de la cloison.
équipements de cuisine et chauffage
• Plomberie-Équipements de cuisine:
IJ.

Si un lot « Équipements de cuisine» est prévu, ce li-


qui n'est pas toujours le cas, le lot « Plomberie»
.Limites de prestations entre ouvertures extérieures devra se mettre en rapport avec le lot« Équipements I,~.
et gros œuvre de cuisine» afin de connaître la nature des presta­
tions de ce lot et de coordonner tous les raccorde­
Lt

Le calfeutrement est dans tous les cas à la charge ments. Le lot « Équipements de cuisine» fournira i li
du menuisier.
Il convient de définir à l'origine un système ayant
fait ses preuves. Mieux vaut rejeter la compression
au plombier un gabarit de pose et une partie de
raccords d'alimentation et d'évacuation (bien pré­
ciser ces fournitures).
Lt.,

d'un compriband, qui est d'une réalisation difficile • Plomberie-chauffage: I~


sur une maçonnerie imparfaite, et s'orienter vers le Le calorifugeage des alimentations eau froide est à Ir
-12­
bourrage d'un joint à la pompe. prévoir dès la pénétration de l'eau froide et non à
partir du compteur général; il faut prévoir le , 1
,;
calorifugeage du compteur génèral, ainsi que le
Limites de prestations entre menuiseries intérieures,
gros œuvre et électricité calorifugeage des conduites de la Compagnie dés
eaux qui sont à l'intérieur du bâtiment.
'l
.1

• Plinthes:
~j>
On définira le mode de pose; si la pose a lieu sur
Limites de prestations entre chauffage et peinture ~
des taquets de bois, ces derniers doivent être livrés

par l'entreprise de menuiserie et posés par l'entre­


Démontage et remontage des radiateurs pour pein­
prise de gros œuvre ou de clo,ison.
ture: ,f
• Plinthes électriques en bois : Les radiateurs ayant été montés et l'installation L.
Leur pose est faite par le menuisier ; le couvercle essayée en pression, les radiateurs doivent être
démontés par le lot « chauffage» et livrés au lot ,."L.
est s.iIllplement pointé. par le menuisier afin de
permëttre à .félectricien de mettre plus facilement
ses fils en place ; le coùvercle est cloué définitivement
«peinture » pour exécution de sa prestation.
"i
Les radiateurs sont remis en place et raccordés par
par l'électricien. le lot « chauffage » qui conserve ainsi la responsa­ ,I~,

bilité de son installation.


• Trappes de visite pour gaines techniques: 1'­
Elles sont fournies par le lot «menuiseries inté­
rieures» ; pour la pose, deux cas sont à envisager: Limites de prestations pour les revêtements de sols : tiL
!1
soit par le lot « cloison» à l'avancement; soit par
le lot « menuiseries intérieures» qui devra le posi­ • Intérieur des placards : 1..
tionner à l'aide d'un gabarit. II convient de spécifier où s'arrête le revêtement de
sol et si les placards, rangements, etc., sont compris )l~--

Limites de prestations entre serrurerie


dans ce lot. Il faut donner les niveaux des sols des (:.
placards.
et autres corps d'état
• Cadre de tapis brosse: ~.,.

Lorsque les garde-corps sont conçus de façon à Il serait souhaitable de confier la fourniture au
mettre en œuvre plusieurs matériaux différents (par métalIier et la pose au carreleur; il convient d'étu­ l
exemple: bois, métal et verre), l'ensemble est confié dier les dimensions du cadre de façon qu'elles
à l'entreprise de serrurerie qui sous-traite souvent correspondent à un nombre entier de carreaux de ~-

certaines parties de l'ouvrage. revêtement. L


Cela provoque de nombreux inconvénients, entre • Seuils:

autres: Il s'agit de définir leur nature, leur niveau, leur

des retards dans les livraisons ; fixation et surtout qui doit les exécuter en fonction

- des erreurs dans les dimensions ; de la nature du revêtement de sol.

L
- des difficultés de règlements entre les entreprises. • Parquets flottants:
1
."1'"
Il conviendrait. peut-être, d'inclure dans les lots Les bandes isolantes en rive des pièces sont à mettre
respectifs la partie de l'ouvrage qui s'y rapport!;. au lot « parquet» et non pas au lot « cloison ». L
-': .. ~,'

lE DOSSIER TECHNIQUE ET ADMINISTRATIF 35


~~-----------_ .... - #

Umites de prestations entre électricité, Limites de prestations pour les ascenseurs


ascenseurs et antennes TV et monte-charge
La fourniture et la mise en place des fourreaux En ce qui concerne les alannes, provIsoires ou
seront faites par le lot « électricité » qui devra être définitives, qui doit les poser et à quel endroit 1
présent sur le chantier (3).
Le réseau d'alanne pour un ensemble de bâtiments
doit être soigneusement étudié avec le maître de
• Ascenseurs:
l'ouvrage en fonction de la répartition des loges des
Pour le local de la machinerie, il convient de définir gardiens.
l'origine de la prestation et surtout sa limite (si c'est
sur un coffret disjoncteur, qui doit exécuter le
disjoncteur 1). Limites de prestations entre antennes,
téléphone et électricité
• Antennes de télévision :
Pour ces lots, la livraison et la pose des fournitures
Les amplificateurs doivent être alimentés depuis le devraient être confiées au lot « électricité» qui est
tableau des services généraux, et non pas au choix pratiquement en permanence sur le chantier.
de l'instaUateur. Leur emplacement sera défini avec
précision pour permettre à l'installateur de chiffrer
ses longueurs de câble. (3) On a souvent un lot: « électricité-œurants faibles ».

~ .. ­

._----..;:,..-_.. -:~....:.:.\.-~ ,
i
1
1

,
1
· " '. ,. . ,.

2
La mise au point
du dossier
marché detravaux
i>

.:~;:'"
1
... ".."
. .\.";':"

Les documents ,',; ", ~~!r

contra·ctuels du marché .... r~i.·

Les documents contractuels des marchés définissent contractualiser les relations pour prévenir le conten­
le cadre des obligations réciproques des parties. Il tieux.
faut entendre par obligation une condition qui
Un document sera contractuel s'il suit les procédures
s'impose, car une des clauses de résiliation tacite
du code en marchés publics, s'il est signé par les
mais aussi contractuelle. que ce soit en marché
contractants en marchés privés. Nous donnerons,
public (1). ou en marché privé (2) est le non respect
d'une de ces clauses. ci-après, avant la présentation des différents docu­
ments et règles techniques, une place prépondérante
Dans les litiges, le juge s'appuie sur le contrat quand à l'établissement du calendrier prévisionnel des
celui-ci lui en apporte le moyen. travaux.
Ce n'est pas le fait de revenir à la réglementation
en marché public qui diminue le poids des clauses
du contrat. La jurisprudence est constante sur ce
point-là.
L'établissement du calendrier
La rédaction des pièces contractuelles est une opé­
ration très délicate de même que le choix des prévisionnel.,des travJl~ :1
documents à rendre contractuels doit faire l'objet
d'une étude.
Lorsque sur une opération est prévue la.~oUabo­
Devant l'imprécision des documents, le nombre de ration d'un coordonnateur (maître de ':èhantier,
litiges souvent mineurs, devrait inciter à mieux pilote, etc.), sa participation à l'élaboration du
calendrier prévisionnel établi lors de la consultation
paraît indispensable pour l'élaboration des docu­
(1) CCAG-travaux article 49.1. ments contractuels. On peut considérer de manière
(2) NF P 03 001 article 20.1.1.1. schématique les trois cas suivants.
'. <<"".~;. ,,'

44 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHË DE TRAVAUX

les articles 1792 et suivants du Code civil sur la Signalons enfin que le marché faisant référence au
responsabilité des constructeurs, etc.) inscrite dans CCAG-Travaux, article 3.12 (décret du 21 janvier
le marché est « réputée non écrite ». 1976) doit récapituler toute dérogation aux CCTG
en fin du CCAP sous peine de nullité.

Les règles de l'art


Les normes européennes
Les litiges naissent souvent du manque d'indication
dans le contrat de règles techniques applicables dans Les documents techniques généraux (CCTG et
telle ou telle situation.' normes) vont être repris sous la forme de trois
normes européennes:
Pour les marchés de l'État, un décret (5) oblige à - norme de type B : dans une famille <le produits,
prendre en considération les règles des CCTG (6). elle donnera la définition, les caractéristiques et les
Toute autre réfèrence pour des travaux de bâtiment performances d'un produit;
et de génie civil est interdite.
norme de type B-h: elle définit le mode de
Comme le mentionne la liste exhaustive jointe en détermination d'une performance pour une famille
annexe du décret cité, l'ensemble des CCTG est de produit;
constitué: - norme de type A : elle précise l'utilisation des
- pour les travaux de génie civil, par des CCTG performances des produits dans la détermination
qui remplacent les CPC (cahiers des prescriptions des performances des ouvrages.
communes) bien que certains soient encore en appli­ Les normes qui seront dites « harmonisées )) vont
cation: servir de référence à un marquage CE des produits
- po~r les travaux de bâtimebt, par les cahiers des établi par le CEN (comité européen de normalisa~
charges des DTU (mais non l~s cahiers des clauses tion).
spéciales de ces mêmes DTU). '
En attendant le label CE, un agrément technique'
Pour les marchés autres que ceux de l'État, on aura européen assurera le relais.
tout intérêt à rendre ces documents contractuels.

..
En tout état de cause, en cas de litige et en l'absence
de prescriptions techniques précises, l'entrepreneur
mais aussi le maître d'œuvre devront justifier d'un (5) On peut citer le décret du 10 mai 1996 (JO du 18 mai 1996). Mais
savoir-faire dont le contenu est recouvert par le il faut suivre la parution quasi annuelle de ces décrets mettant à jour !tt;"
la liste des CCfa.
vocable (( les règles de l'art », celles-ci comprenant (6) La terminologie donnée à ces documt;nts provient de l'applica­
au moins les règles des CCTG. tion des anicles 112 et 318 du CMP.

tir,:
,~ ..

t~i
. :..·.f
-.. :::1

rt-i
liL

+...;
-
11 -!

rJ
C.
:11
Ii.~.

;~;J
i;\:'<
i'

"

4 ··~·>;i. ,:~,

Assistances apportées
par le respons~ple ;'."!~! ~ "':

des travaux

Il est souhaitable que le responsable des travaux Le terme général de « cahier des charges!> englobe
intervienne en amont de la phase opérationnelle des' tous ces documents cités au chapitre 3. ;,
travaux, afin d'avoir une bonne connaissance du'
l"
dossier sous ses düférents aspects, technique, admi­ Lors de la rédaction de ces pièces, la démarche ne
,1 nistratif et financier. C'est la raison pour laquelle, doit pas consister à remplir les « parties vides »
chaque fois que ce sera possible, il devra participer d'un document type établi par tel ou tel organisme,
à la mise au point du dossier de consultation des mais plutôt à projeter l'opération dans le temps, à
entreprises, ainsi qu'aux négociations et discussions visualiser l'organisation du chantier et rédiger en
avec les entreprises pressenties. conséquence les clauses correspondantes. Le rédac­
teur, s'il n'est pas lui-même le maître du":" chantier
ou s'il n'en a pas le savoir-faire, devra travaillér en
équipe avec celui-ci. L'assistance semble indispen­
L'assistance au rédacteur sable sur les points suivants :

du cabier des charges - l'allotissement des travaux;


- .le délai global, les délais partiels, la période de
y.':'.. ~
préparation du chantier et les pénalités d~ retard
La réglementation (1) a voulu faire une distinction appliquées; ,
justifiée entre les différents cahiers des charges afin
:~;' ,
de séparer les clauses administratives et les clauses - la nature des documents contractuels.qui défi­
'"t'
techniques, d'où les CCAG et CCAPpour les clauses niront les délais: planning-enveloppe, ,livraisons
i";:~;
administratives générales et particulières et les partielles, découpage du bâtiment en vue de la
CCTG et CCTP pour les clauses techniques. planification, etc. ;
- le plan d'installation de chantier et ses
(1) Code des marchés publics, articles 112 et 318, contraintes; .'1;."

-~'\ ..... ". ".,:,J:,',:;::f;


~l
,~'V
:~
,;{ '.

1
'~Irl

46 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHË DE TRAVAUX


,1
le plan d'implantation;

les travaux relatifs à la cellule-témoin;

- l'organisation interne des entreprises, par une


augmentation de leur chiffre d'affaires et la valori­
pl

sation de leurs tâches ;


le repliement des installations de chantier et la

remise en état des lieux ;


les nettoyages de chantier;
les délais de travaux;
la sécurité du travail. pl

- le règlement du compte interentreprises et les tra­


vaux à laisser à l'initiative de chaque entreprise;
le plan général de coordination;
L'assistance
pl

lors des négociations

- l'organisation des visites préalables à la récep­


tion;
l'organisation des réunions de chantier;
et discussions avec
1,1
- les documents ou informations à fournir par les les entreprises pressenties

entreprises;
- la formule de variation des prix (actualisation Dans certains cas, les pièces ayant servi à la consul­
.1
et/ou révision) suivant les phases d'intervention des tation sont modifiées en vue de la signature des

~
entreprises et la réglementation imposée au maître marchés en fonction:
de l'ouvrage ; de propositions de variantes faites par les entre­
- les plannings des essais et de remise des docu­ prises ;

.~
. ments des ouvrages exécutés. - d'un changement d'avis du maître de l'ouvrage
ou du maître d'œuvre. Une négociation s'engage
A propos de l'allotissement des travaux, une nouvelle

alors entre le maître de l'ouvrage, assisté du maître


tendance se développe: rdrganisation séquen­
d'œuvre, et les entreprises.
tielle (2), en vue de rationalifer l'organisation du

chantier, donc d'abaisser les cOûts.


Dans d'autres cas, cette possibilité n'existe pas. Le
dossier d'appel à la concurrence devient alors le
Cette organisation. .consiste, non plus à découper dossier du marché.
les travaux en tranches, chacune d'elles correspon­
dant à un corps d'état traditionnel, mais à établir
une répartition des tâches par ensembles cohérents
d'intervention permettant de renouveler les modes Quand les négociations
. opératoires hàbituels. Par exemple: sont-elles possibles?
. - séquence 1 : clos et couvert;
- séquence 2 : cloisonnements, doublages et équi­ La possibilité d'engager ces négociations est liée au
pements divers ; type même de la consultation. JI faut alors considérer
trois cas:
- séquence 3 : équipements spécifiques (plomberie,
sanitaire, chauffage, électricité) ;
- séquence 4: finitions (revêtements, peinture, Le mardJé est soumis au Code des marchés publics
etc.) ; Le tableau 1 indique, en fonction du mode de
séquence 5 : abords et réseaux. consultation, s'il est possible ou non d'engager les
Dans ce cas, c'est la logique de la construction du
négociations.
bâtiment, en fonction dell'organisation des
JI faut aussi citer la procédure combinée qui, bien
séquences, qui prévaut, et non celle du mode tra­
que peu recommandée, engage une large négociation
ditionnel auquel elle doit se sùbstituer.
sur le choix des entreprises.
Chaque entreprise a une tâche limitée dans le temps Un aspect de la négociation dans la passation du
et dans l'espace, contrôlée à l'issue de chaque marché se retrouve dans sa mise au point. li ne
séquence.
La démarche séquentielle devra avoir des consé­ (2) Ce: type d'organisation a fait l'o,bjet de: recherche: dans le
cadre d'" Habilat 88 ». Voir en particulier Idées il bâtir Habilat
quences favorables sur: 88, l'tan Construction, Ministère de J'Urbanisme. du Logement
- ('amélioration de la qualité par la diminution et des Transports, pp. 84, 87 et 121. Voir aussi Jean-Pierre
Germain.« Démarche séquentielle: une chance'pour les PME )o.
du nombre des responsables, facilitant ainsi la Le Moniteur des travaux publics t'I du bâtiment. 4 décembre
direction du chantier;. ,-. 1987. p. 59.

, . ~ '·~,"..~::f,·.
~
/,

~_ _ _ _AS_SISTAHœS APPORTËES PARLE RESPONSABLE DES TRAVAUX


-~------- _. __
._.
41

Types de consultation Possibilités de négociation


1. Adjudication ouverte ou restreinte Le seul critère de ~hoix est le prix ; pas de négociation.
~ ., t1·~.
Les critères de choix des articles 97 et 300 du Code ,"'1.

des marchés publics : prix, coût d'utilisation. valeur


technique, garanties financières ou professionnelles, délai
d'exécution, peuvent être complétés par d'autres'.Critères
2. Appel d'offres ouvert ou restreint indiqués dans le 'règlement de consultation. T'0WJ ces
critères seront classés par ordre décroÎSsantd'importance
(CMP art. 38 bis 9").
Une mise au point du marché est possible avec
l'entreprise. retenue.
La proposition est faite sur la base d'un programme
fonctionnel détaillé. La procédure est restreinte (CMP
3. Appel d'offres sur performances articles 99 et 303). Chaque concurrent est entendu par
le jury qui peut demander de compléter ou modifier
l'offre.

Réservé à ,des ouvrages nécessitant l'interventiori de


l'entreprise pour des raisons techniques au niveau des
4. Conception·réalisation études. A la suite de l'audition de chaque candidat par
la commission, l'offre peut être précisée, complétée ou
modifiée (CMP articles 100 et 304).

Le maître de l'ouvrage engage les formalités qui lui


paraissent utiles et attribue ensuite librement le marché.
5. Machés négociés Il s'agit des cas particuliers prévus par l'article 104. '
Exemples:

- . appel d'offres infructueux, . '

- urgence suite à des événements imprévisibles, ...

Tableau L

s'agit pas de marchandage (un rabais), mais les élé­ - d'un avis d'appel public à la concurrence; .

ments en étant prévu dans le règlement de consul­ - d'un délai de 15 jours pour engager la négocia­
tation, l'égalité des candidats en sera préservée. Il tion après cet avis;

pourra s'agir:
de préciser la nature des matériaux ou la marque - d'un avis préalable de la commission d'une col­

par rapport à la définition formulée lors de la lectivité locale;

consultation; - de la parution d'un avis d'attribution.

d'accepter les sous-traitants proposés sur une


liste par l'entreprise qui pourra les consulter par la
suite pour l'exécution des travaux;
- de forfaitiser certaines prestations; Le marché n'est pas soumis
- d'envisager certaines options (ou variantes) qui au Code des marchés publics
n'auront qu'une faible incidence financière; ....
~
Aucune règle particulière ne s'applique et le'niaÎtre
- de revoirle marché quand un PAQ (3) est prévu; de l'ouvrage peut « pousser» la négociation aussi
de déroger à des normes, suite au choix des loin qu'il le souhaite, lors des discussions et mises
matériaux. au point successives. Le maître de l'ouvrage qui a
Le renforcement de la réglementation réduit la la réputation de « pousser» trop loin les négocia­
négociation dans les marchés publics. Le marché tions avec les entreprises court le risque, :dans .le
négocié est accompagné: cadre de futures opérations, de voir celles-ci « se
couvrir» en majorant préalablement leurs prix d'un
montant sensiblement équivalent à l'inévitable
(3) PAQ ; Plan Assurance Qualité. rabais « commercial» demandé.
...._.. _.. ..... , ,. .,,;:;;, 71lt»taî •
\(
_-~'":"" _.~~

....
~,
~~v. .
''<
.1 ','.'. .. "

\.1

:~
48 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHË DE TRAVAUX
1
;1
Négociations en cours de travaux,

que le marché soit public ou privé

La négociation est possible à tout moment du

chantier, jusqu'à son terme. Le marché est régi pàr

des lois et règlements et surtout par le contrat. En

cas de désaccord, c'est-à-dire lorsqu'une question

celui du maître de l'ouvrage, qui est d'obtenir


les meilleures prestations, donc le meilleur rapport
qualité-prix;
- celui de l'entreprise, qui est d'assurer des pres­
tations acceptables dans le respect des règles de l'art
et dans des conditions de rentabilité maximales.
,
posée ne troUve pas de réponse dans les documents

du marché, il faudra trouver une solution dans la

négociation où le plus persuasif imposera son point

de vue. D'où l'importance de la rédaction des

documents contractuels faisant l'objet du marché.

Ces deux objectifs se révèlent toujours antagonistes


et c'est le rôle du maître d'œuvre d'arbitrer chaque
fois qu'il le peut, ce qui implique qu'il ait la confiance
des deux parties. Il doit, en effet, éviter de :

- laisser traiter un marché à un prix trop élevé


;i}'

11.

'.
vis-à-vis des prestations arrêtées, car il ne jouerait

~
pas le rôle de conseil que le maître de l'ouvrage

Examen des variantes


attend.

- laisser traiter un marché à prix trop faible vis­

techniques ou financières
à-vis des prestations, soit que l'entreprise ait des
proposées par les entreprises
conditions vraiment différentes de ses concurrents,

soit que des moyens d'études particuliers lui per­

Les négociations, lorsqu'elles sont possibles, s'en­


mettent d'abaisser son prix, soit qu'elle fasse un

gagent entre le maître de l'ouvrage, assisté du maître


difficile pari sur la manière dont elle s'en sortira et

d'œuvre, et la ou les entreprises (suivant le mode


alors le maître de l'ouvrage et le maître d'œuvre

d'intervention des entreprises).


risquent de regretter amèrement de lui avoir confié

i le marché.

Les négociations peuvent po"rtFr essentiellement sur


Pourtant, les mises en garde formulées par le maître
. les points suivants:
d'œuvre sont trop rarement écoutées du maître de
l'ouvrage.
l 1
Propositions de variantes techniques ~
• Changement d'un matériau, remplacement d'une L'assistance .Jlifr,
prestation par une autre. 1

• Changement d'un processus opératoire, rempla­

et la participation 1
~l
. cement par un autre plus facile pour l'entreprise.

• Modification de certaines dispositions techniques.


à la mise' au point '~
des dossiers 'f::.

Propositions d'ordre administratif JÎ:


• Élaboration en commun du calendrier d'exécu­

tion détaillé.

Le bien-fondé d'une période de préparation est


parfois contesté, notamment par les maîtres de
l'ouvrage qui, dès lors que les entreprises ont été
J
,t;:;­
désignées, souhaitent voir les travaux commencer J~
• Discussion des clauses du futur marché, notam­

ment:

immédiatement.
,; ,.J
des formules de révision ou d'actualisation des

prix;
- des pénalités éventuelles; ,

L'expérience prouve qu'il faut consacrer à la pré­


paration du chantier une période raisonnable, si
l'on veut obtenir un déroulement de travaux satis­
faisant.
IJ
- du montant de la retenue de garantie et de son

éventuel remplacement par un cautionnement;

de la date de démarrage des travaux;

Nécessité de disposer lj
d'une période de préparation
11~j
des condition~ de paiement;

du versement d'avances de démarrage ou


des marchés
d'acomptes sur approvisionnement.
Un temps matériel est nécessaire pour parfaire '.
'-.
'rI

. Dans toutes ces discussions, deux objectifs s'affron­ juridiquement le contrat, en transformant les pro­ l;;
·'tent: .... positions desèntreprises en marchés. , I......
'IJi:
.

. .".'".j'! .:.,. ..
... "
<
.. #
. ASsiSTANCES APPORT~ES PAR LE RESPONSABLE DES TRAVAUX. .
~
49

La solution qui consiste à commencer les travaux modification des descriptifs et quantitatifs ;
avant la notification, est interdite en marché public modifications éventuelles de certains détails du
et avant 13 signature du marché, est à bannir en cahier des clauses particulières (CCAP ou CPS) ;
marché privé. -- mise au point définitive des bordereaux de prix
et détails estimatifs;
Les documents contractuels prevoiront une période
- rédaction de l'acte d'engagement définitif qui
de préparation. Les documents généraux y incitent
remplacera le premier;
(article 28.1 du CCAG-travaux) ou le définissent
-- élaboration graphique du calendrier d'exécution,
(article 7.1.2 de la NF P03 (01).
etc.

Préparation des marchés Le seul point délicat, sur un plan matériel, est de
vérifier dans le détailla cohérence des pièces entre
Cette tâche consiste à inclure les résultats et décisions elles, et de définir pour chaque pièce qui doit en
pris pendant les négociations, tels que: assurer la rectification, la mise à jour et la repro­
rectification des plans et dessins ; duction en nombre d'exemplaires nécessaires.

:}
"~::/'
'";Cc,- •

5
La synthèse de l'opération

Trois fiches de synthèse pcimettent de consigner; La fiche correspond à une opération d'une trentaine
.- des renSeignement-; d'ordre général; de maisons groupèes locatives rom le compte d'un
1
- des renseignements sur les prestations prévues office d'HLM; 1
au Cahier des charges techniques particulières - une récapitulation des marchés. La fiche a été
(CCTP) qui regroupent les principales infommtions ctablie pour une opération de trente maisons inc;!i-
techniquc;s contenues dans le dossier des marchés. viduelles. !

Maître de touvrage (nom.,'-adresse, téléphone) :


ldeotir.;ltiOn de l'opération:
- adresse du chantier
- type de construction ct impOltance
Nature des marchés :
o Public<°) o ZAC ou zone iodustrielle
[J Privé [1 Catégorie recevant du public
o ~umîs à un règlement de lotîssement
Mode de dl"Signation des entreprises: 1
1 0 Adjudication ouverte ou restreinte 1
o Appel d'offres ouvert ou restreint i- 1
1 [J Négocié ;'
! Mode d'intervention des entreprises 1
o Séparées
1 0 Groupées conjointes ou solidaires 1

i Monta~tdestr~ ...'a~;-,-· --.-------.---.---.-- - - - - - - - - - - . - - - -..--. "--·-----1


1 0 Entreprise générale 1

, Mode•odeMois
1 règlement financier
de réfërencc M~ :
l
1 [J
Marché à forfait
Marcht: à prix unitaires
Ci Actualisable
Révisable
[J
..... ,..
'J "~~, ':~~ .
' ,
',"

. t·<1

i ~I

1
52 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHË DE TRAVAUX
ri
lm

._--'----,
,
lJliJ
ri
Mode de paiement: '
• Date'd'établissement des situations: le ... du mois M + 1
• Date d'établissement de l'acompte: le ... du mois M + 1
• Délai de règlement:
1:
o Cautionnement 1
o Retenue de garantie J au taux de ... %
o Avance forfaitaire !
o Autre avance /f{
~
Allotissement des travaux:
• Nombre de lots bâtiments: ~,
• Nombre de lots VRD : } liste et montants donnés en annexe
Il
Durée des travaux :
• Intempéries comprises ou non:
• Congés payés compris ou non : f:
'II
• Montant des pénalités de retard: ~
• Date probable de l'ordre de service:
• Date prévue pour la livraison: /'é-
, . (*) Cocher dans chaque cas la case utile.
It
~i
lit
. r;:~~~:t:tl~«.,;:>0'~ 'fièlie:lê SVDfliès~':
>,,~ "" " J..
t ,,"" '.,. .
aIS
'_'"
nIfÜÎ;:mlts~ 'nililàiiJus.. .f!
~, ~; ~j~ '" ~.r~.~ ~ '>0, T;:;;"'~
"2'~ ~

D,.::,'
L~

,
Implantation, piquetage Aux frais et sous la responsabilité de l'entrepreneur. "'­
Étude béton armé Les frais d'études de l'avant-projet ne sont pas à la lli'
charge de l'entrepreneur;
- Les études, plans de détails et d'exécution sont à la
charge de l'entrepreneur. d;: .
I.......

Travaux exclus du présent lot Création des plates-formes des pavillons ;

Réseaux extérieurs d'assainissement.


.....'

Travaux à la charge du présent lot Les terrassements complémentaires et les fondations; It


les ouvrages sous dallages et les dallages ;
Les maçonneries intérieures ;
Les travaux en façades et les travaux extérieurs.
J
1 '<".
'1

Tranchées, percements, scellements Pour tous les corps d'état à la charge du présent lot.
Les autres corps d'état fournissent fourreaux, pattes à
scellements. douilles, etc.
~:j
Ji"
Principe de fondation

Terrassement, plate-forme des villas


Semelles filantes.

Essai à la plaque, position et nombre déterminés par le


bureau de contrôle.
J
El
Canalisations intérieures (eaux pluviales et eaux usées)
1
passant en terre-plein En P.V.c.
~l,

Plancher sur terre-plein Dallage de 10 cm. 'l~ i

1
Murs de façades et refends' Agglo de béton creux de 20 cm. ,k •..I,

Plancher Sur rez-de-chaussée "'",,," Dalle pleine de béton armé. Épaisseur suivant étude.
..,_ _ _.. _. _ _ _.._ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ •_ _ _ _._ _ _...J L, l
c-l
....
LA SYNTHËSE DE L'OPËRATION

Études, calculs, dessins A la charge du présent lot.

Charpente - Fennettes en sapin, y compris connecteurs d'assem­


,....
blage galvanisés ; ": "1.,., \

Pente minimale de toiture : 36 % ;

Espacement: 0,90 m d'axe en axe ;

Débordement du forget : 0,30 m.

Ouvrages divers Habillage du forget : panneaux C. T.B.H.;


Rives: bandeaux C.T.B.H. de 19 mm d'épaisseur.

Isolation thermique des combles Non prévu à ce lot.

Ouvrages de zinguerie A prévoir:


- pour les rives latérales, le long des décrochements de
toiture;
pour les noues, au droit des joints de dilatation entre
pavillons. .

Évacuation des eaux pluviales Cheneaux en P.V.C ;


Dauphins en P.V.c.

Fenêtres, portes-fenêtres et châssis Bois exotique à peindre, encadrement des baies en tôle
. pliée.

Porte d'entrée Constituée de deux coquilles en acier reliées entre elles


avec un joint de rupture thermique.

Portes de distribution Huisseries métalliques ;


Portes isoplanes, réseau alvéolaire, épaisseur: 40 mm.

Portes et aménagements de placards Portes coulissantes (type...), sans huisserie ni rayonnage.

Menuiseries et habillage divers Escaliers avec marches et contre-marches;

Plinthes arrondies, en sapin : 50 x 10 mm ;

Trappe d'accès aux combles: 80 x 80 cm.

,~;,r:~' .

Vitrage sur fenêtres et portes-fenêtres Vitrage isolant (type: ...), d'une épaisseur de
4+6+4mm.
Vitrage intérieur Oculus en verre fort sur les ventaux des portes de salles
de séjour et cuisines.

-. .,
~
. -"""~':'~"j"
. :.~'
..
\J,f_.~,..

~;~,·",:-'·~9
, J~il
*
1 !

1
~r 1
, ~ft
54 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHË DE TRAVAUX i~
'"

!
r
h.·..
tl

Plafond des locaux en étage Ossature métallique ou lambourde de bois, et plafond


en plaque de plâtre. 'i {''''

Isolation en combles Deux lits croisés de laine de verre de 80 mm d'épaisseur


chacun. ~~

Plaque de polystyrène de 80 mm ou 90 mm suivant


:&
Cloisons de doublage des façades
exposition (sans pare-vapeur).
1
Itri
~'fi
Cloisons de distribution Élément de hauteur d'étage (type: ...), d'une épaisseur
de 50 mm.

~.
"f;,
.~

1
Plafonds de toutes les pièces Deux cou~hes de peinture glyœrophtalique ; , 1",­
satinée en pièces sèches ;
- mate en pièces humides. [f

:
( 1

M urs des pièces sèches Papier peint. ~.

Murs des pièces humides


J
Papier vinylique. IJ~

Menuiseries intérieu~es et extériJ.res Deux couches de peinture glycérophtalique. , """~


j
If';;
l '
Fennetures extérieures et escaliers Deux couches d'imprégnation et deux couches de finition
(type: ... ). 1 ­
!
Tuyauteries, canalisations, etc. Deux couches de peinture glycérophtalique. i

1
Peinture extérieure
Enduit sur les murs extérieurs Projection en deux passes d'un enduit (type: ... ) ; garantie 1
décennale.

Bandeaux, sous les faces du forget Deux couches de peinture glycérophtalique.


''­r
il1!i;
Ragréage Sur dallage et dalle de béton armé (2 kg de produit au
mètre carré), sur tous les locaux en étages, sanitaires et "'­
rangements au rez-de-chaussée. :I!L:,
W.-c. et rangements en rez-de-chaussée Dalles thennoplastiques : . ~ .. '

30x 30 cm, U l Pl E, C, de 25/10<.

IL
Chambres et dégagements de l'ttage Tapis aiguilleté U, P, E" C" (marque: ... ; série: ... ).

lI....
Carrelages Grès cérame 5 x 5 cm, angle arrondi, pour le rez-de­
chaussée, sauf w.-c. et rangements des placards.

Plinthes Grès cérame ; hauteur 5 cm. pour le rez-de-chaussée, lë


sauf w.-c. et rangements des placards.
, 1"-1
Faïences Carreaux \08 x 108 mm en faïence blanche, pour salle
.... de bains et cuisine (suivant plans de détail). li"
J"
.,

LA SYNTHtSE DE L'OPËRATION 55

Compteur N'est pas à la chlll'f',e du présent lot.


Distribution intérieure En cuivre rouge, posée en élévation.
Production d'eau chaude. Par chauffe-eau électrique d'accumulation; modèle -,~' .
, .. j.,

vertical : 200 litres..


Évacuation des appareils En tuyau P.V.C.

Appareils sauitaires :

• baignoire Acier émaillé blanc 1,60 x 0,70 m (type: ... ;


série: ...) ;
Robinetterie mélangeuSe (type: ... ; série: ...).

• lavabo Porcelaine vitrifiée blanche 0,60 x 0,48 m (type: ... ; ',~ ...:~ ;·~;.r: .

série: ...) ; . .~(

- Robinetterie mélangeuse (type: .,. ; série: ...).

• cuvette de w.-c. Porcelaine blanche (type : ;.. ; série : ... ).

• bloc-évier Table évier en acier inoxydable F 17 de 1,20 x


0,60 m, 2 cuves, 1 égouttoir (marque: ... ; type : ... ) ;
Robinetterie mélangeuse (type: •.. ; série: ...) ;
- Meuble support à structure de bois stratifié.

Nature. du courant Courant triphasé 220/380 V sur coffret de comptage ;


distribution 220 V en villas.
Coffret,de comptage (8300) Fourniture et pose à la charge d'E:D.F.
Alimentation jusqu'au disjoncteur A la charge d'E.D.F.
DisjonCteur Fourni et posé par le pèsent lot.
Appareillage Interrupteurs, va-et-vient, boutons poussoirs, prises de
courant, prévoir :
marque: ... ; série: ... •
Les points lumineux sont équipés d'une sortie de fil
(0,25 ml, avec douille isolante, piton de suspension et
couvercle.

Équipementules locaux : Label Promotelec


• garage et cellier 2 points lumineux en plafond en va-et-vient;
1 prise de courant 2 x 10 A + T à 1,30 m du sol.

• hall d'entrée 1 point lumineux en va-et-vient;

1 prise de courant 2 x 10 A + T.

~ ~:;', ,~~ ... ~

• cuisine 1 point lumineux en plafond, simple alluma;:;:: ;

1 sortie de fil en applique au-dessus de l'évier;

3 prises de courant 2 x 10 A + T ;

1 boîte terminale de 32 A ;

1 prise de 16 A.

• séjour 1 point lumineux en plafond à simple allumage;

5 prises de courant 2 x 10 A + T.

• chambres 1 point lumineux en plafond à simple allumage;

3 prises de courant 2 x 10 A.

, .', ~,;'\\
.,
in l.,

:n
L

l'f

l'T
56 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHE: DE TRAVAUX

'I
- salle de bains 1 réglette classe II au-dessus du lavabo avec prise de
rasoir incorporée ;
2 prises de courant;
. ![

- mise à la terre des huisseries métalliques.

. w.-c. et rangements

dégagements
1 point lumineux en applique à simple allumage.

1 point lumineux .en plafond en va-et-vient;

IIË

1 prise de courant 2 x 10 A.

escalier 1 point lumineux en applique commandé par va-et­


Pl.".
'-"U­
vient entre l'étage et le rez-de-chaussée.

éclairage extérieur 1 point lumineux en appliqùe au-dessus de la porte 'I!


palière ou du porche avec interrupteur placé dans le bail
d'entrée.
IL

f!t.

Mode de chauffage Chauffage direct par convecteurs équipés de thermostat.


l
Production d'eau chaude Individuelle par un ballon électrique de 200 litres (fourni
par le lot « plomberie-sanitaire »). . ri
1
Base de calcul Température extérieure: ...

~.
Température des pièces, sauf salle de bains: + 19·C.

Température de la salle de bains: + 22 ·C.


~-
Convecteurs Ils seront unifiés à des puissances de : ... marque: '"
:~

i J~
!
Principe Ventilation générale et permanente des logements par ~.
extraction mécanique.
jL
Débits extraits : J
Cuisine Bains IlL.
• moins de 2 pièces: 20-70 m'/h • jusqu'à 2 pièces: 15 m'/h
• 2 pièces : 30-90 m'Ih • 3 pièces : 15-30 m'/h J1L
• 3 pièces : 45-105 m'lb • 4 pièces et plus : 30 m'/h !
.4 pièces : 45-120 m'/h !'L­
• 5 pièces et plus : 45-135 m'/h W.-c.
• jusqu'à 3 pièces: 15 m'/h 1Lt'
• 4 pièces : 15-30 m'/h
• 5 pièces et plus : 30 m'/h i ~. j
1 (,

1L.
Réseau intérieur de télévision et de radiodiffusion Antenne. du type individuel, fixée sur les fermettes en
combles. tf J
':
"
Réseau intérieur de téléphone Raccordement à la charge des P.T.T. ;

Fourreau aiguillé à la charge de ce lot ;

.BoÎte et conjoncteur à la charge de ce lot.

iJ
Î.

Portes Basculantes, métalliques (2,40 x 2,00 ml. .~


~J
i, r

'{JI-:'
1l~ /
.• 1
LA SYNTtÊSE DE L'OPtRATION 57 "

Décapage du ternrin Suivant le plan de voirie.

Évacuation des terres A la décharge publique.

Terrassements pleine masse Ils concernent :


les fonds de fonne voirie;
les trottoirs ';
les allées piétonnières ;
les aϏs au garage des pavillons ;
le modelage des parcelles des pavillons ;
les plates-fonnes des pavillons.

Essais Réalisés aux frais de l'entrepreneur;


Le laboratoire proposé par l'entreprise devra recevoir
l'agrément du maître d'ouvrage et du maître d'œuvre ;
L'implantation des essais
devra lecevoir J'agrément
du maître d'œuvre;
- Le détail des essais est indiqué au C.CT.P.

Voirie - Dans le cas de sol argileux, prévoir une couche


anticontaminante de 16 cm d'épaisseur ou un « Bidim
U24» ;
- Essais réalisés aux frais de l'entrepreneur par un
laboratoire spécialisé agréé par le maître d'ouvrage et le
maître d'œuvre.

Trottoirs Couche de surfaçage en stabilisé ;


bordures A2 franchissables (8 cm de vue).

Réseau d'assainissement Type séparatif.

Canalisations - el ~
250 mm : PVC série assainissement;
- 0 > 300 mm : centrifugé anné série 90 A ou 135 A.
suivant les profondeurs.

Regards 0,80 x 0,80 m ou 0 0,80 m préfabriqués ou coulés en


place. '

Études Le plan d'exécution aura reçu ,préalablement l'accord /~~,!.~ ._5.7-'

des services techniques de la commune. .

Candélabres Marque: ... ; série: ... ; de 8 mètres de haut.

L'entrepreneur devra soumettre au maître d'œuvre un


plan détaillé d'exécution où figurent les plantations et le
mobilier urbain.

,. ,
-";"
'}
::::~:'~i~t~<~:~~~··"
J
,.i'

11 i
1.
~
58 LA MISE AU POINT DU DOSSIER MARCHË DE TRAVAUX
it
'JC

:t
'1

! 1 1 Prix H.T. Prix T.T.C. ~


N"' Lots f'
~,." cp' •.,,,
valeur Février 1993 valeur Février 1993 Il
1--" ~-

~
1 Gros œuvre
l~
'ct
2 Charpente
1
1

4
3 Couverture

Zinguerie

. i

1..
~,~

5 Menuiseries extérieures

Il
6 Menuiseries intérieures

7 Fermetures extérieures ii'

l
1
! 9
8 Vitrerie

Plâtreri~
--
i· .· ·
;
r
. ,
10 Peinture; <è!'~ ,

II Sols collés
!Ji:."
12 Carrelages et faiences Léf
13 Plomberie-Sanitaires
,.~.~f;
1

14 Électrici té
l'l'
f­ -:-:. '!
{ .

15 Chauffage électrique 1 ' ..


,.J.,
Il;1 ;
16

17
V.M.C.

Courants faibles
i'J
\ .,JJ1:1,.

J
I;WI!!. .

r~J
18 Portes de garage
1

TOTAL BÂTIMENT
l .Ir::­
'~
1

19

20

1 Terrassements g~néraux

Voirie-Assainissement

\J
! ,C'
(,~.
21
Éclairage extérieur
r~!IJ.:.,
,~,.

l"
22
Espaces verts 1 ';~

TOTAL Y.R.D.

1 TOTAL BÂTIMENT + V.R.D.


1. .
l~!lUUl(~ np

UO!l'B1Ud91d u']

:i

i '
i 1
*

6
> <,;.

L' organisation~ générale ''t;,.

du chantier

Les participants habituels à la vie quotidienne du de la conduite d'opération ou de l'assistant du


chantier sont: maître d'œuvre, du mandataire, etc.
le maître de l'ouvrage ou son conducteur d'opé­
ration au cours de visite en principe oa:asionnelle Nous retrouvons dans ces organigrammes deux
organisée par le maître d'œuvre; types de relations :
- le maître de l'ouvrage ou son représentant; / - la relation contractuelle : chacun ne peut rece­
- l'architecte. le maître d'œuvre ou son représen­ voir d'instruction que de son propre cocontractant,
tant;
- le bureau d'études techniques ou les ingénieurs­ - la relation fonctionnelle : le contrat prévoit (ou
conseils des différentes spécialités ; devrait prévoir) des üaisons de fonctionnement. Par
- l'économiste du bâtiment; exemple, le maître de l'ouvrage demande au maître
- l'organisme d'ordonmincement-planification­ d'œuvre de délivrer des ordres de. service à l'entre­
coordination (s'il est prévu) ; preneur, mais si cet ordre de service concerne lm
le contrôle technique (s'il est prévu); sous-traitant, la transmission se fera sous couvert
le coordonnateur de sécurité; de l'entrepreneur. Donc il n'y a pas de relation en
les entreprises titulaires des différents lots. direction du sous-traitant.

Il ne faut pas oubüer la relation humaine, informelle


certes, mais qui permet de résoudre bien des pro­
La direction de chantier blèmes. Elle va évoluer vers la relation contractuelle
dès qu'une situation devient conflictuelle.

Le fonctionnement de la direction du chantier doit Dans les exemples présentés sur les figures 2, 3,4,
être clairement défini, au besoin sous forme d'un 5, nous avons :
organigramme, de manière que chacun sache de qui - des marchés séparés avec ope (coordonnateur)
il dépend et qu'aucune confusion ne règne dans la contractant du maître de l'ouvrage (figure 2) ;
transmission des instructions ou l'information.
- l'entreprise générale (figure 3) ;
Nous donnons ci-après quelques exemples qui ne
peuvent être que des cas particuliers. D'autres - la coordination confiée au maître d'œuvre avec
situations peuvent être envisagées, tenant compte des marchés séparés (figure 4) ;
de positions différentes du coordonnateur, du BET, - les entrepreneurs groupés (figure 5).

. .....

'} ..
};. ,'!t\r:."·· . I l~
1.. •

1 :"
'·_JL

_.,~-_._.~._-----!
1 _t~.J
1,1

, 1~ ;

62 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
r
ir
'l

r -
Contrôleur
technique
Maître de
l'ouvrage
[

, C·
! 1.,"

--------, L" ~ ,

..J. _ _ _ _ _ _ _ _
J 1 r~

Liaison contractuelle
IL
Sous-traitant Sous-traitant
- - - - liaison fonctionnelle

Figure 2. [

[."~
1 •~

1
"

Contrôleur Maître de
technique l'ouvrage
.... t ... [
....
....

Architecte Entreprise générale


O.P.C. intégré
L
r
'.11
Sous-traitant Sous-traitant Sous-traitant ..[
1 2 3

Figure 3.
·lt
ft

:1::
J&<

f
JI

Entrepreneur Entrepreneur

1 2 fr
Jt.
______________________________
- - -'- -- - - - - - - - - - - - - - - - - - ...J ­ L ____
J _ _ J1 -1- -.­ --- 1
i
l.
i ;.:

Liaison contractuelle
l' \}
Sous-traitant Sous-traitant
Liaison fonètionnelle

. J"
'.
Figure 4.
1:;'( ~
""
'\t '­
L'ORGANISATION GÉNÉRALE DU CHANTIER 63 ~

Contrôleur Maître de
technique l'ouvrage
""
\ "
\ " ~ , ,"
\

""
"
Mandataire Entreprise . Entreprise
O.P.C. intégré cotraitant 1 .. cotraitant 2

:i: ~~
;\'

Figure 5.

Cedex 16) qUi tient à disposition un n'lodèle de


Le compte interentreprises convention de septembre 1986 remplaçant une direc­
tive de 1971 ; ce modèle propose une organisation
LorsqueJes entreprises sont réunies pour exécuter adaptée aux travaux neufs ou aux travaux sur
un bâtiment ou parfois un chantier de génie civil existants ;
en ayant passé des marchés séparés, il est souhaitable - l'office régional du bâtiment et des travaux
que les branchements ou installations provisoires publics du Nord de la France (convention de ges­
qui leur sont nécessaires soient réalisés en commun. tion) (1) ;
Par souci d'économie, les frais seront alors répartis - l'office départemental du bâtiment et des travaux

entre les diverses entreprises. publics du Rhône ;

Cette répartition donne naissance à l'établissement - l'Afnor: norme NF P 03-001, annexes A et B ;

d'un compte qui, de prorata, s'appelle plus souvent


la Fédération nationale du bâtiment et des
interentreprises, car les frais ne sont pas toujours
travaux publics (la convention est reproduite ci­
répartis au prorata du montant des marchés, mais
après; elle. présente l'avantage d'une rédaction
parfois en fonction d'autres règles mieux adaptées
contractuelle et indique la liste des entreprises signa­
à la réalité de chaque chantier. taires de cette convention).
Les entreprises défendent naturellement leurs
Lorsque le chantier est passé à l'entreprise générale
propres intérêts au sein d'un groupe collégial d'où
ou à un groupement, le compte interentreprises sera
est exclue toute relation commerciale. Les difficultés
à mettre en place à l'initiative de l'entrepreneur
sont souvent nombreuses et âpres. Il est donc
général ou du mandataire commun. Le mai'tre de
nécessaire de traduire dans une convention les règles
l'ouvrage n'aura plus de rôle à jouer, mais l'orga­
à adopter en associant les termes « économie, équi­ nisation restera identique .. ..
table, commun et efficacité ».
,.,:
Des modèles, pouvant servir de base à la rédaction
d'une convention personnalisée pour le chantier
concerné, ont été proposés par de nombreux orga­ Mise en place de la convention
nismes ou documents, tels que:
- l'OGBTP (Office général du bâtiment et des
interentreprises
travaux publics, 55, avenue Kléber, 75784 Paris
Le maître de l'ouvrage qui a passé pour un chantier ".
des marchés séparés doit prendre l'initiative de
(1) Voir Le Moniteur des travaux publics et du bâtimellt, mettre en place les premiers éléments de l'organi­
29 juillet 1983, p. 46. sation interentreprises du chantier.
":(, '>~ ("~
(:

i
---;1
1

Il
64 LA PRÉPARATION DU CHANTIER JI
-------,~,~,-----~--~-_._---~~~,---------~-~-------~----~----~-----~---~

Dans le marché, les entrepreneurs concernés peuvent Dépenses prévues au compte


~ :l
avoir à réaliser au titre de leur lot toutes les
installations de chantier nécessaires," qui sont énu­ interentreprises
mérées au paragraphe suivant. Le CCAP (Cahier
des clauses administratives particulières) en men­
tionnera la liste de façon que chaqué; entreprise en
Nous pouvons classer les dépenses non exhaustives
en plusieurs catégories :
l
prenne connaissance et puisse ainsi calculer au plus
juste le montant prévisionnel de sa participation. • Tout d'abord. les installations permanentes qui ,~[
~
.

sont nécessaires pendant presque toute la durée du

Dans le descriptif de chaque lot, ia nature des chantier. Le maître de l'ouvrage devrait essayer de

restreindre le nombre de ces prestations en les

ouvrages provisoires sera définie et pourra faire


l'objet d'un prix au détail estimatif. incorporant aux marchés chaque fois que cela est !(

possible:

Le CCAP mentionnera en outre qu'une convention


dispositifs concernant la sécurité des ouvriers ;
interentreprises sera mise au point et approuvée par
toutes les entreprises dans le délai de préparation clôtures ;
,i[
du chantier. installations sanitaires pour les ouvriers ;

vestiaires. réfectoires (voire dortoirs), bureaux,

Un modèle de convention devrait être joint au


salles de réunions, magasins;
1[.
dossier de consultation. Si un coordonnateur est , 71
prévu, cette mission devrait lui revenir, car les délais parkings et voiries provisoires ;

sont étroitement liés à l'organisation matérielle du aire de stockage de matériaux ;

chantier. installation primaire d'eau, d'électricité, de télé- ~·1

.I
phone, d'air comprimé; i
En début de chantier, il sera prévu des réunions
spécifiques, dont l'organisation! est expliquée au monte-charge o;u élévateurs ; 1
chapitre 12. .
Ces réunions doivent aboutir à la mise au point de
ascenseurs de chantier;
trémies d'évacuation de gravats et déchets ;
(i
la convention, véritable contrat réglant les rapports
entre les entreprises et permettant la mise en place
et l'entretien de toutes les installations et prestations
possibi1ité de chauffage partiel et de préchauf­
fage. Si le préchauffage est demandé au marché,
c'est presque toujours à la demande du maître de
'fi •••• 1

. '','.····1
indispensables au bon déroulement du chantier. l'ouvrage, qui en retire un avantage vis-à-vis des
délais. Les frais correspondants devraient alors
apparaître dans les détails estimatifs (combustible, ·1·:
! 1

. fr·:
/ •• ,

démontage et montage des radiateurs, fennetures .~

Clauses de la convention provisoires, etc.) et non au présent compte interen­


interentreprises treprises.
• Ensuite, différentes prestations de service, concer­
nant l'entretien des installations permanentes et les
·f···.,' 7-:;
"".,'

Au lieu de développer chacune des clauses possibles,


nous reproduisons ci-après un modèle de convention consommations: f~··.·
suivi de quelques observations, celles-ci n'étant pas gardiennage de jour et/ou de nuit ; ~;1
limitatives. Comme tout modèle de contrat, il s'agit surveillance des installations de préchauffage;
surtout d'un guide qui doit être entièrement adapté 1·
liftier pour monte-charge du chantier; ~:7
à la spécificité de chaque chantier et aux volontés 1
exprimées par les entreprises participantes. nettoiement par bennes collectives; ttg.,.. , J

entretien et remise en état des clôtures, vestiaires,


Rien n'empêcherait le maître de l'ouvrage (ou l'en­ 1

trepreneur général) de prendre à son compte tous


monte-charge, etc. ;
- nettoyage, chauffage des locaux: vestiaires, !
:,[:<
"J.',
r?",
les frais communs de chantier suivant des modalités f - -'J

précisées au marché. Les entreprises participeraient réfectoire, bureaux, etc. ;


'J·J
à l'organisation, mais en présence du coordonnateur
contractant du maître de l'ouvrage qui aurait un
rôle prépondérant.
- fourniture d'eau, d'électricité, etc. ;
- communications téléphoniques (le contrôle est
souvent problématique, mais il faut savoir que l'on
t :::"
</

Nous proposons ci-après un modèle de convention


peut verrouiller certains types d'appel) ;
~1
qui peut servir de cadre à la rédaction d'un document
opérationnel.
taxes de voirie ;
- consommations nécessaires au préchauffage. r
'"
1
l'ORGANISATION GÉNÉRAlE DU CHANTIER . 65 •

• Enfin, une troisième catégorie d'éléments est ou par défaut de surveillance (par exemple, vitres
constituée par les imprévus qui peuvent survenir cassées par le vent: la règle selon laquelle l'en­
pendant la durée du chantier, tels que: trepreneur est responsable de ses Quvrages jusqu'à
- dispositions urgentes à prendre pour pallier des la réception connaît ici une dérogation pour
accidents climatiques; dégrever l'entrepreneur le plus souvent concerné:
- dégâts, déprédations, vols causés par des inconnus le vitrier).
'1 ... ",

Modèle de. Convention interentreprises pour la gestion !:

du COOlpte prorata

Cette convention lie contractuellement les entre­


pour être acceptées ou adaptées par 'chaque :';;
prises entre elles lorsque l'on est dans le cas dë
membre au cours de rassemblée gé~érale. Ce . ','., .:"
marchés séparés.
travail de préparation pourra. être confié au coor­
' .."
Dans le cas de groupement, son contenu se trouve
donnateur dans son contrat et ensuite diffusé, soit
inclus dans la convention de cotraitance. La
à titre indicatif dans le dossier de consultation, 11.

convention et sès annexes doivent être préparées


soit avec la convocation à rassemblée générale.

\
Les entreprises ci-dessous désignées et titulaires

des travaux de construction de ... à ... pour ... ont

établi la présente convention pour la gestion du

)
;.-.'\
compte prorata de cette opération. Elles s'engagent

/> '
à le respecter et à l'appliquer chacune en ce qui la
1
concerne.
f
/ '!

Ne participeront pas à la présente convention:

Entreprise ;
Il . L.
Entreprise du lot; ... (s'il n'est pas connu).
On pourra lâisser des lots sans représentant pour/ ...

Les entreprises sont les suivantes:


les rajouter quand les lots seront connus. II faudrd.)I·

Entreprise ... représentée par ...


penser à faire accepter ces dispositions par les

nouveaux venus.

Certains lots peuvent se trouver écartés deJa conven­ .'-­


tion car leur intervention est ponctuelle ou en dehors
du délai. Il faudra tout de même avertir les entre­
prises que si elles utilisent certains moyens communs,
les frais leur seront facturés. !,l;

Article 1 - Assemblée générale (AG).


L'assemblée générale interentreprises est formée
par l'ensemble des représentants de chaque lot à L'assemblée générale devrait être réunie au moins
l'exception du lot gros œuvre qui sera représenté deux fois: au début du chantier pour faire accepter
par deux personnes. l'ensemble des disposition et à la fin pour entériner
Le rôle de l'assemblée générale est, à l'ouverture les comptes de gestion et accepter le rapport d'ac­
du chantier: tivité. Si l'institution de cette AG n'est pas prévue,
- d'adopter la convention et ses annexes, y il faudra troul'er un autre moyen de concertation
compris le budget prévisionnel, afin de recueillir l'adhésion de tous les membres.
"l>
~"~f~ ""V"'::"' ::',.~'"

l11
u[i
1

~lf
fi
66 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
--------------~
L
,
:,..
; ..... : . ' . L
,),FOnV8ntionj":,,',:, '.,'" "':'~':>,, , ','
t"
de désigner les membres du comité de gestion,
de définir les pouvoirs du comité de gestion,
L
de faire des propositions nouvelles; Il ~
i

et en fin de chantier : ,,L


- de donner un accord définitif sur les comptes

'r

préparés par le gestionnaire et vérifié par le CG,


- de donner son avis sur les litiges restant à
résoudre,
de conclure sur toutes les dispositions relevant ,11
de la présente convention.
Les décisions seront prises à la majorité relative L
des membres présents. '
~

L
Article 2 - Comité de gestion (CG).
~
Le compte prorata sera géré par: Le nombre des représentants sera modulé enfonction
deux représentants du lot,gros œuvre, de /'importance du chantier et la valeur des lots li
un représentant des lots équipements, qu'ils représentent. i 1

un représentant des lots techniques, '-'il


le représentant de l'organisme de coordination.
Ces représentants sont élus par l'AG, sauf le
t
représentant de J'organisme de coordination qui
est membre de fait. ~
f,'
Le président du CG est le représentant du lot gros L
œuvre. Des membres suppléants pourront être 1
1
prévu. ~
1':
'lil.
Article 3 - Rôle du comité de gestion.
Le CG :
,(
donnera son accord sur les devis,
ll1L
- fera exécuter les travaux correspondants,
- vérifiera la situation mensuelle des dépenses et t:r­
a.;,
leur répartition entre les entreprises.
- prendra toutes décisions sur les solutions riéces-'
saires au déroulement normal du chantier, y
Les pouvoirs du CG peuvent être limités à un seuil
de dépenses au-delà duquel il faudrait en appeler à
1
,..
compris des dépenses qui ne ~raient pas prévues l'AG. [
au budget prévisionnel, '
- réglera en premier ressort les litiges interentre­ ,"'­
prises,
vérifiera le solde et le règlement des comptes. L
Le CG se réunira tous les mois à date fixée au La périodicité des réunions est liée à celle du 1
cours de la réunion précédente ou à titre excep­ contrôle des dépenses el engagements. tt­
'I:
,1.0
tionnel à la demande de l'un de ses membres.
Toutes les réunions donneront lieu à un compte
rendu établi par le coordonnateur et diffusé à
toutes les entreprises.

i.
.L.:

~
l'ORGANISATION GÉNÉRALE DU CHANTIER 67 '

Article 4 - Rôle de l'entreprise de gros œuvre.


L'entreprise de gros œuvre dans le cadre de la
présente convention: ':;~:~t"~ ;\tr ;,,~ >'f.'

- assurera la mise en œuvre des équipements ou


aménagements collectifs prévus au marché ou
décidés dans la présente convention.
tiendra la comptabilité du compte prorata sous
contrôle du CG, y compris le décompte final.
- effectuera les règlements des dépenses qui lui
seront présentées,
- adressera les appels de fonds à chaque entre­ .~ ::::,':.
preneur et encaissera les versements effectués, ~"' . . "

- informera le maître de l'ouvrage et le maître Ce type d'information n'est possible que (Jans le cas
d'œuvre de la situation de chaque entreprise vis­ d'un marché privé lorsqu'il est passé en àpplication
à-vis du compte prorata, de la NF P 03-001 (art. 18.4.4) ou d'un CCAP qui 1<

- <fournira en fin d'opération une attestation à a prévu cette clause.


l'entreprise en règle avec le compte prorata,
L'entreprise sera aidée dans sa mission par le
coordonnateur.
La rémunération prévue pour la gestion du compte Le taux applicable peut varier suivant qu'il y a ou
prorata est de ... % du montant des dépenses non avance de fonds possible.
enregistrées.

Article 5 - Rôle du coordonnateur.

Le coordonnateur:
Ce rôle sera distribué entre le CG et l'entrepreneur i
- vérifiera sur attachement tous les travaux effec­
gestionnaire, si le coordonnateur n'existe pas ou ne
tués au titre du compte prorata,
participe pas.
constatera les dégradations causées sur les
ouvrages et fera l'affectation des imputations des
travaux de finitions ou des malfaçons pendant les
préréceptions,
- assistera le CG dans toutes les décisions rendues
nécessair(s dans l'org~nisation du chantier,
- assurera le contrôle du nettoyage dans les
conditions de l'article 10 ci-après.

"-..
""r
Article 6 - Rôle des entrepreneurs membres.
. , :~" .
Les entrepreneurs membres du compte prorata:
- participeront à l'AG et répondront du rôle qui
y est prévu dans l'intérêt général du chantier,
- exécuteront les travaux d'installation commune
prévus au marché ou dans la présente convention,
- verseront les sommes convenues pour alimenter
le compte et se conformeront à toutes les règles
de gestion de la présente convention.

t J.:
<'1.:
1]

'[
.~; H

f
1

L-rf
68 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
1[
[
r
Article 7 - Procédure de gestion et d'engagement
L
de dépenses.

1 Les travaux qui sont définis dans l'annexe 1 et [


dont le coût reste compatible aveè le budget
prévisionnel peuvent être engagés par chaque res­
~
ponsable sans accord préalable. Les dépenses
autres que ci-dessus, sont effectuées après accord L
du CG sur un devis présenté par l'entreprise.
L'entreprise de gros œuvre fera les avances néces­ 1'"
saires au paiement des dépenses.
Chaque semaine un attachement des travaux effec­
L
tués est présenté à la signature du coordonnateur,
1'"
par le chef de chantier. En fin de mois, un mémoire
est établi par l'entreprise et envoyé au gros œuvre
pour règlement. Les attachements sont joints au
L
mémoire. :~
~
En fin de mois, le gros œuvre établira une situation Lefonctiormement des dépenses et des recettes sera
"

des dépenses effectuées et en fer~ la ventilation à adapter suivant l'importance et le type de l'opé­ 1:­
aux entreprises avant le 10 du mois suivant. ration.
"!'
Chaque entreprise aura un délai de 10 jours pour
s'acquitter des dépenses qui lui reviendront. L
Sauf pour les articles (les préciser) qui seront payés
dans les délais ci-dessus, toutes les autres dépenses .~

ne seront exigibles qu'à la présentation du premier


décompte mensuel de l'entreprise au titre du L
marché principal.
,~

A~c1e 8 - Travaux interentreprises. L


Les travaux interentreprises, ou à imputer au
compte prorata, seront facturés pendant la durée
Définir le prix des principales prestations interen­
treprises (à un prix qui n'a rien de commun avec
...
du chantier sur une base unique, hors taxes, pour les prix du marché) permet de clarifier les relations l
toutes les entreprises entre elles : futures. La liste proposée n'est qu'indicative. ! 1
- location de la grue y compris grutier: ... francs i~
à l'heure, l~f
~.
ouvrier non spécialisé (tous lots) : ... francs à
l'heure, .....
ouvrier: ... francs à l'heure,
- ouvrier (lots techniques) : ... francs à l'heure. L
.....
Article 9 - Dépenses imputées au compte prorata.
Les dépenses qui seront imputées au compte pro­ Faire une annexe n'est pas indispensable saufsi elle
L
rata sont détaillées dans l'annexe 1 qui fait partie permet de rédiger définitivement certains documents
......
intégrante de la convention. de façon indépendante.
Afin d'apporter une précision plus grande aux
imputations du compte, la liste des dépenses qui
t:
ne seront pas prises en compte est donnée sur cette '",,­

même annexe.
~
... ~
L'ORGANISATION GÉNÉRALE Ou. CHANTIER 69 •

Article 10 - Nettoyage et dégradations.


A la fin de l'intervention de chaque tâche élémen­ Cette disposition donne au coordonnateur un pouvoir
taire du planning, chaque entreprise effectuera un particulier afin de maintenir Un dwnt;er propre, ~ ')

nettoyage correct de ses ouvrages et des ouvrages


",.,:"
condition indispensable pour un travail rlipide et de
qu'elle aura salis en demandant conseil éventuel­ bonne qualité.
lement à l'entrepreneur qui l'aura exécuté. "
Si des dégradations, même minimes, ont été faites.,
elles ne pourront être reprises que par l'entrepre­
neur du lot qui aura exécuté l'ouvrage dégradé et
aux frais du responsable.
Si l'état du chantier ne permet pas à l'entrepreneur Cette condition n'est valable quesi le coordonnateur
de commencer dans le délai prévu au planning par est prévu sur le chantier et qu'il parsicipeau CG. ':.~~
"f.

la faute de l'entreprise précédente, le retard sera


imputé à cette dernière.
En cas de contestation, une réunion sur les lieux
sera prévue avec les entreprises concernées et une
décision sera arrêtée avec le coordonnateur. Si une
mise en demeure s'avère nécessaire et à l'expiration
du délai, le coordonnateur fera exécuter les net­
toyages et réparations par un prestataire de son
choix et aux frais du responsable.
Les gravois et emballages seront rassemblés à
l'étage et évacués hors du chantier, au moins tous
les deux jours. Rien ne doit être jeté par les fenêtres.
Un dépôt sera prévu sur le chantier pour ensuite Cette disposition doit correspondre à une dépense
être évacué par l'entreprise de gros œuvre. prévue à l'annexe J.

Article II - Priorité du règlement. j:

Le présent règlement a été élaboré en respectant

les termes des matchés; cependant, les clauses

prévalent sur celles du marché. Elles ne pourront

prévaloir à l'encontre du maître de l'ouvrage en

cas de contradiction avec les pièces de marché.

Article 12 - Contentieux.

Les différends entre entreprises découlant de la


Il est possible de prévoir l'arbitrage, mais il est
présente convention seront soumis au tribunal
préférable de désigner l'arbitre ou les arbitres dans
compétent du lieu d'exécution des travaux.
la convention pour être sûr d'aboutir rapidement à
une s o l u t i o n . '. .....'
~:.:~....~
.~. Ii· ,4 .,t~.

\;;

Annexe 1.

Exemple:
Aucune solution n'est proposée car cette liste des
Nature de la prestation: gardiennage du chantier.
dépenses ne peut être établie qu'en fonction d'un
Responsable de la prestation : entreprise de gros
certain nombre de critères qui vont'varier d'un
œuvre (au compte prorata).
chantier à l'autre. On pourra s'inspirer des annexes
..•.
~

.. - - - . _.. ~-~--------

....;
i~
i;.". \/:..

.1 t·
,;
1 .

~1~

.iT

70 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
, Ilê,.
..


i.
"lion
Description: gardiennage permanent par une per­

sonne de 17 h à 8 h le lendemain et pendant les

A et B de la norme NF P 03-00/ de septembre


/99/, mais chaque poste sera explicité pour que
I[

journées non travaillées, par un organisme de


l'engagement soit pris en connaissance de cause et
gardiennage, suivant une convention à définir par

le CG.

que l'on puisse y donner suite.


i fT
Imputation: au compte prorata suivant le contrat,

l'entretien et le chauffage du local mis à disposition

du gardien seront à la charge de l'entreprise et les

frais imputés au compte prorata.

1 II
Annexe II.
r[
Exemple:
Cette annexe propose la répartition des dépenses
Les dépenses correspondant aux travaux de
imputées au compte prorata suivant leur nature. En
l'annexe I (tous branchements, clôtures, panneau

de chantier, ... ) sont ainsi réparties .

effet. cette répartition n'est pas toujours au prorata


du montant des marchés, mais elle peut être soumise II

Gros œuvre: 58,0 % à des clés de répartition différentes suivant la nature


Étanchéité: 1,1 %
Menuiserie: 2,4 %
des prestations et la durée d'intervention des entre­
prises. ,[

1
1
Cloisons : 1,9 %
Peinture : 3,6 %
etc.
l[

.1

l[


1

Organisation de la sécurité • des dispositions d'organisation renouvelées t


-. la création d'un collège interentreprises de sécurité.
II
et de la santé des travailleurs de santé et des conditions de travail (CISSCf) ;
l'établissement d'un plan général de coordination
en matière de sécurité et de protection de la santé
,t
Les textes applicables (2) sont la conséquence de la (PGC); . 'r­
transposition d'une directive européenne (3)
concernant les opérations de bâtiment et de génie
civil en vue d'assurer la sécurité et de protéger la
-. l'établissement d'un plan particulier de sécurité et
de protection de la santé (PPSPS) établi par chaque
lb·
santé des travailleurs. entreprise et sous-traitant;

La loi n093-1418 du 31 décembre 1993 et ses


décrets d'applications renforcent la sécurité sur les
I.E

chantiers du bâtiment et de géniè civil. Les amélio­ (2) Loi n093-1418 du 31 décembre 1993 (JO du 1" janvier 1994):
rations apportées par ces textes portent sur les prin­ Modification des dispositions du Code du Iravail applicables aux r-­
cipaux points suivants :
• une déclaration préalable, suivant un modèle dé­
opérations de bâtiment et de génie civil en vue d'assurer la sécu­
rité et de protéger la santé des travailleurs . Hi..
Décret n094-1159 du 26 décembre 1994 (JO du 29 décembre
fini, est envoyée aux autorités compétentes par le 1994): Intégration de la sécurité et organisation de la coordina­ .r;-­
rl.
maître de l'ouvrage et affichée sur le chantier; tion en matière de sécurité et de protection de la santé lors des
opérations de bâtiment et de génie civil. . i":" ,"­
• l'obligation générale de coordination -. tant en Décret n°/.?5-543 du 4 mai 1995 (JO du Il mai 1995): Collège
phase conception étude qu'en phase réalisation -. interentreprises de sécurité, de santé et des conditions de travail. .1"'..
avec désignation d'une personne physique ou
morale dénommée «coordonnateur»;
. "'.
(3) Directive 92/57/CEE du Conseil du 24 juin 1992 (JOeE du
26 août 1992).
r· L
r--.
L'ORGANISATION GÉNÉRALE OU CHANTIER 71 #
------------------------~~~~

Obligations créées en matière cie sécurité et de santé sur les chantiers .

Catégories de chantier Catégorie III Catégorie Il


Catégorie 1

Niveau de coordination Niveau 3 Niveau 2


Niveau 1
,': ;if~:J" ,(-"Jo

Nombre d'entreprises Nombre de travailleurs


Chantier avec risques Volume des travaux
<! 2 à un moment
particuliers en bommes-jours···
queloonque > 20
>10000
et
et ,'f~ ..;""
durée des travaux
nombre d'entreprises> 10
en jours ouvrés> JO
en travaux de bâtiment . ~>~.
(lU et > 5 en travaux
volume des travaux
de génie civil
en hommes • jours> 500

'. ).
Si bâtimeill et opération:> 5 MF 1TC
Bâtiment Génîçcivil
Travaux de VRD
Travaux de VRD

Coordonnalenr CoordOlUlateur
Coordonnateur
Coordonnateur Coordonnateur
Registre journal Registre journal
Registre journal
Registre journal Registre journal
DIIJ DIU DIU DIU DIU
Déclaration préalable PPSPS Déclaration préalable Déclaration prealable
PPSPS PGC PPSPS PPSPS
PGC PGC PGC

Toute entreprise qui a,


pendant 4 semaines et plus, CISSCT CISSCT
au moins 10 ouvriers
ou
risques particuliers L -..

- j'ouverture d'un registre-journal qui gardera la dont la durée doit excéder 30 jours ouvrés, ainsi que
trace durant la réalisation de tout ce qui concerne celles dont le volume prévu des travaux doit être
la sécurité et l'hygiène du chantier; supérieur à 500 hommes-jours.
l'établissement d'un dossier d'intervention ulté­
rieure sur l'ouvrage (DIU) afin de faciliter la
prévention des risques professionnels lOTS d'inter- Établissement et diffusion
ventions ultérieures. .
Établie par le maître de l'ouvrage, la déclaration
Le tableau êi-dessus indique les différents cas pos­ préalable doit être adressée aux représentants de :
sibles. - l'inspection du travail;

- la CRAM (Caisse régionale d'assurance mala­


die); .

-l'OPPBTP (Organisme professionnel de préven­

tion du bâtiment et des travaux publics).

La déclaration préalable (4) À la date de dépôt du permis de constniir~ lorsque • oc!!

celui-ci est requis ou, pour les opérations non sou­


mises à cette obligation, au moins 30 jours avant le .{
début effectif des travaux.
Conditions d'établissement
Sont soumises à l'obligation de déclaration préa­ (4) Loi n° 93-41 8 du 31 décembre 1993 (JO du 1"' janvier 1994),
lable, les opérations de bâtiment ou de génie civil art. L 235·2.
pour lesquelles l'effectif prévisible doit dépasser 20 Décret n094-1159 du 26 décembre 1994 (JO du 29 décembre
travailleurs à un moment quelconque des travaux et 1994), art. R,238-1 et R,238-2.

," h ~ •
~'\I; -.
:~?:rf."': ~.;;,~~ .\ (­ " .. ~~-~,,,. . )
i

;1

---i1t

72 LA PRÉPARATION DU CHANTIER i
1 ;) il'·
i ....
1

;1 ,­

Contenu Mission du coordonnateur !­


Le contenu de la déclaration préalable, établie par Sous la responsabilité du maître de l'ouvrage, le
le maître de l'ouvrage, est indiqué dans le tableau coordonnateur doit: !Ir
ci-dessous (5):
1. En phase conception étude d'élaboration
Il:.
CONTENU DE LA DÉCLARATION du projet
PRÉALABLE
(An. L. 235-2 du Code du travail)
• Veiller à ce que les principes généraux de pré­
vention soient mis en œuvre:
·T'
1.­

1°) Date de communication :......................................


- éviter les risques;
2°) Adresse précise du chantier: .............................. .

- évaluer les risques qui ne peuvent pas être évités;


- combattre les risques à la source;
plr-
r,

3°) Nom et adresse du maître d'ouvrage: ............... .


- adapter la conception des postes de travail, ainsi 1 r

4°) Nature de l'ouvrage : .............................................


que le choix: des équipements et des méthodes de
production; 1[.
50} Nom(s) et adresse(s) du (des) maître(s)

d'œuvre: -tenir compte de l'état d'évolution de la technique;


- remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est
Il
6°) Nom(s} et adresse(s) du (des) coordonnateur(s) pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux;
de sécurité et de santé: ................ :.......................
r) Date présumée du début des travaux :................
- planifier la prévention en rendant cohérentes la
technique, l'organisation et les conditions de tra­
,i[
gO) Délai prévisionnel d'exécution des travaux: ..... . vail, les relations sociales et l'influence des facteurs • 1
ambiants;
9°) Nom(s) et adresse(s) du (des) titulaire(s)
du (des) marché(s) ou contra,t(s) déjà
- prendre des mesures de protection collective en
leur donnant la priorité sur les mesures de protec­
nE
désigné(s): ..............................;....... _....................... tion individuelle; , 1

tO°} Nom(s) et adresse(s) du (d~s) sous-traitant(s) - donner les instructions appropriées aux tra­
pressenti(s): ........................................................... vailleurs; irE
!
11°) Effectif prévisionnel des travailleurs appelés à - évaluer les risques pour la sécurité et la santé des
i 1
intervenir sur le chantier :..................................... travaiUeurs, y compris dans le choix: des procédés de
12°) Nombre d'entreprises présumées appelées à
intervenir sur le chantier: ...' ....................•............
fabrication, des équipements de travail;
- lorsqu'il confie des tâches à un travailleur,
'IiI

'iii'
prendre en considération les capacités de l'intéressé
à mettre en oeuvre les précautions nécessaires pour
~emarques importantes: , la sécurité et la santé. 'li"C;
t· :
- Le coordonnateur porte ou complète et tient à • Élaborer le plan général de coordination' en
jour, dans le plan général de coordination en matière de sécurité (PGC). r

matière de sécurité et d'e protection de la santé, les • Préparer la mise en place et le mode d'utilisation ,;'[
informations requises aux rubriques 60 et cr à 120 des moyens collectifs. ....
lorsqu'il n'a pas été possible de les renseigner com­ 1
• Préparer le projet de règlement du collège inter­ 1
plètement à la date d'envoi de la déclaration préa­ entreprises (CISSCf).
lable. • Ouvrir le registre-journal de la coordination. rift
- L'affichage de la déclaration préalable est obliga­ • Constituer Je dossier d'intervention ultérieure (lt
toire sur le chantier; sur l'ouvrage (DIU). t
• Assurer, éventuellement, le passage des
consignes au coordonnateur réalisation. :[;
..
1
l, 1
2. En phase réalisation
Le coordonnateur en matière
de séGurité et de protection
de la santé (6)
• Accueillir et informer les intervenants successifs.
• Veiller à l'application des mesures de coordina­
tion.
It 1

Cest le maître de l'ouvrage qui désigne un coor­


donnateur, qui peut être une personne physique'ou (5) Arrêté du 7 mars 1995 (JO du 18 mars 1995): Déclaration
préalable à laquelle sont soumises certaines opérations de bâti­
1L 1
morale, pour chacune des deux phases -concep­
J~r

ment ou de génie civil.


tion étude et réalisation de l'ouvrage - ou pour l'en­ (6) Décret n·~1159 du 26 décembre 1994. art. R. 238-3 à
semble de celles-ci. .... R.238-19.
f·;

'. L'ORGANISATION GÉNÉRALE OU CHANTtER73 ; , -...

• Présider le collège interentreprises (aSSCf). Le coIlè$e interentreprises


• Tenir à jour le plan général de coordination en
matière de sécurité (PGC). de sécunté, de santé
• Recueillir les différents plans particuliers de et des conditions de travail (CISSCT) (8)
sécurité (PPSPS).
• Tenir le registre-journal de la coordination.
• Compléter le dossier dZmte:wention ultérieure .'
sur l'ouvrage (DIU). Quand faut-il créer un CISSCT?
• Coopérer - éventuellement=- avec le chef d'un
établissement en activité·(travau.x de maintenlince Le maRre de l'ouvrage est tenu de constituer un
ou de réhabilitation). CISScr, lorsque le chantier doit dépasser un
volume'de 10000 hommes-jours et que le nombre
d'entreprises, travailleurs indépendants et entre­
.Exercice de la fondion de coordonnateur prises sous-traitantes inclus, est supérieur à dix, s'il
s'agit :d~une opération de bâtiment, ou à cinq, s'il
Les textes enri~ur (7) défin~simt pour le ~rt­
s'agit 4\1ne opération de génie civil. Cette consti­
donnateur, en fonction des opérat~Qns de"bâtimènf.
tutiondoit être effective aU plus tard vingt et un '.Jo)
ou de génie civil: "

jours avant le début des travaux.


- des critères de compétence;

- des niveaux <Je formation requis.

Ces opérations sont classées en tr'ois catégories:


Composition du CI8SCT
l~ catégorie : opérations soumises à l'obligation
de constituer un CISScr; . . Le CISScr comprend:

- 2" catégorie: opérations'soumis~ à l'obligation - le ou' les coordonnateurs en matière de sécurité;

d'établir un PGC; -le maître d'œuvre, désigné par le maître de l'ou­


- 3e catégQrie: autres opérations. vrage;

(7) Pour plus de détails, voir le: décret nO 94-1159 du 26 décembre (8) Loi n093-1418 du 31 décembre 1993, art_ L 23,5-11 à
1994, at;t. R. 238-8 à R. 238-15_ L 235-14, et dé<;ret n° 95-543 du 4 mai 1995,

.le Président
..~

Sous-traitant Inspecteur du travail

Membres avec
voix délibératrices oPp~i!I~p
,.
.\

'; :~"Si ••~ <,'


..J-'f"',:
\,: ':~. :,.~-~
-:\., Mëmtires avec
voix consultatives
\':,

:)"'.'.
. ,~. " :'
:

Salariés
des entrepfises " ~.-""

-:,',
;
" ..

Médecin du travail
CRAM

S3
,'<
Saiari&·sous-traitant ,,\'

Composition du CISSCT

--.....;..-----------_ _-­ ....

.~..
.' "r
l?~
.":.

\ ~
l...'

...
1.
lL
1

74 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
r
!
,f<.­
i
r
- les entreprises et les sous-traitants intervenant sur sence de consultation, à chaque marché ou contrat
le chantier représentés par le chef de l'entreprise passé. L'entrepreneur principal est tenu de le com­
IL
ou son représentant habilité à cet effet et par un muniquer à chacun de ses sous-traitants.

salarié effectivement employé sur le chantier. )


'r
• Sur l'initiative de son président, le osscr est 11,..­
Seules les entreprises qui occuperont sur le chan­
réuni en temps utile aux fins d'adoption du règle­
tier au moins 10 salariés pendant au moins 4 1

ment du collège.
semaines ou effectueront des travaQX comportant ~

des risques particuliers seront tenues d'assister au Le président du collège transmet le règlement, dès l'
r~.
CISScr; son adoption, aux représentants de :
- l'inspecteur du travail; - l'inspection du travail; ,i
- !'OPPBTP (Organisme professionnel de préven­ -l'OPPBTP;
l
l
l "
"f','
''
tion du bâtiment et des travaux publics) ; -laCRAM. '~
la CRAM (Caisse régionale d'assurance mala­ Le procès-verbal de la séance au cours de laquelle 1
die) ; a été adopté le règlement du collège est joint à cette
~

le médecin du travail, qui peut assister au CISScr transmission. Ce procès-verbal mentionne les résul­ ,( 1 ~~
à titre consultatif.
tats du vote émis à J'occasion de cette adoption.

1
Le CISScr est présidé par le coordonnateur de
• Lorsque, sur un chantier soumis à la présente
sécurité pour la phase de réalisation ,de l'ouvrage.
section, il a été prévu de différer l'attribution de
It
r
certains lots, les entreprises qui sont appelées à

Rôle du CISSCT intervenir après la constitution du collège ont l'obli­ ,1

Le Collège interentreprises peut:

gation d'y participer dès leur intervention sur le


chantier. Elles doivent également se conformer au
règlement du collège et communiquer au président
lE'

• t'f,
l '

- définir, notamment sur proposition du coordon­

nateur, des règles communes destinées à assurer le


le nom de leurs représentants.
respect des mesures de sécurité et de protection de

la santé applicables au chantier;'

vérifier que l'ensemble des règles prescrites, soit Sanctions pénales l


i
par lui-même, soit par le coordonnateur, sont effec­ Un certain nombre de sanctions pénales sont pré­
tivement mises en œuvre. vues à l'encontre du maître de l'ouvrage, des entre­
iP­
L'intervention du CISScr ne modifie pas la nature preneurs et des sous-traitants qui ne respecteraient Li:
et l'étendue des responsabilités qui incombent aux pas les textes en vigueur (9). l
participants à l'opération. tr
tL
Règles de fonctionnement - Règlement r
Le plan général de coordination
• Les règles de fonctionnement du CISScr doi­
vent être précisées par un règlement: Afin de per­
mettre au collège de remplir se.~ missions, le
en matière de sécurité et de
protection de la santé (PGC) (10)
.c
1

règlement du collège prévoit notamment; it


la fréquence accrue des réunions qu collège en
fonction de l'importance et de la nature des tra­
'E
i
1
.-:..k
.l!­

vaux; Quand faut-il établir un PGC?


- les procédures propres à assurer le respect des ,l,,;
Il faut établir ce plan lorsque plusieurs entreprises (
règles communes relatives à la sécurité, à la santé
sont appelées à intervenir sur un chantier qui:
et aux conditions de travail; : 1
- soit fait l'objet d'une déclaration préalable (11);
- les conditions de la vérification de l'application
des mesures prises par le coordonnateur ou par le
soit nécessite l'exécution d'un ou plusieurs des r
collège;
la procédure de règlement des difficultés qui
travaux inscrits sur une liste de travaux comportant
des risques particuliers. IL
pourraient s'élever entre ses membres. ;1
Il précise les attributions du président du collège .
• Le projet de règlement du collège est élaboré par (9) Décret n095-543 du 4 mai 1995 (JO du Il mai 1995).
1'1
(10) Loi n093-1418 du 31 décembre 1993, art. L 235-6 et décret
Je,coordonnateur pendant la phase de conception.
Il est annexé au dossier de consultation adressé par
n° ')4-1 159 du 26 décembre 1994, art. R.238-20 à R.238-25.
(II) Loi n093-1418 du 31 décembre 1993. art. L 235-2 et décret
,["
Î' ;.
: ,b
l'· .
Je maître de l'ouvrage aux entrepreneurs et, en l'aq.­ nO'J4.-IIS9 du 26 décembre 1994, arl. R2.'\8-1 ct R. 23~-2. 1
1
'c: ,if.

l'
l'ORGANISATION r.ENERALE 75

dè,mordiDatiOD ',' Fonneetœntenu du PGC


.··3~.1,' :,. ~ .. "

En référence à l'article R.238-22 du Code du travail, Le poe se présente sous la forme d'un document
le PGC doit contenir les renseignements suivants: écrit qui définit l'ensemble des mesures à prendre
1. Les renseignements d'ordre administratif intéres­ par les entreprises, afin de prévenir les risques
sant le chantier, et notamment ceux complétant la découlant de l'interférence et/ou la succession de
déclaration préalable. leurs interventions, et améliorer ainsi les conditions ,!
2. Les mesures d'organisation générale du chantier de travail et de sécurité.
arrêtées par le maître d'œuvre en concertation avec
le coordonnateur.
3. Les mesures de coordination prises par le coor­
Diffusion du PGC
donnateur en matière de sécurité et de santé notam­

ment:
Le PGC est diffusé par le maître de l'ouvrage (en
- les voies ou zones de déplacement ou de circulation

horizontales ou verticales; fait, par le coordonnateur de sécurité):


- les conditions de manutention des différents maté­ • dès la phase conception, à leur detpande, aux
riaux et matériels (appareils de levage et manuten­ organismes suivants:
tions manuelles); la DDTE (Direction départementale du travail,
- les zones de stockage et d'entreposage; de l'emploi et de la formation);
-les conditions de stockage ou d'évacuation des gra­ -la CRAM (Caisse régionale d'assurance maladie);
vois; - l'OPPBTP (Organisme professionnel de préven- '
- les conditions d'enlèvement des matériaux dange­ tion du bâtiment et des travaux publics);
reux utilisés;
- l'utilisation des protections collectives, des accès • à toutes les entreprises qui envisagent de
provisoires et de l'installation électrique générale; contracter.

- les mesures prises en matière d'interactions sur le Le PGC doit pouvoir être consulté sur le chantier,

site. dès le démarrage des travaux, par:

4. Les sujétions découlant des interférences avec des - le médecin du travail;

activités d'exploitation sur le site ou de proximité. - les membres des comités d'hygiène de sécurité et

5. Les mes~res généraks pour le maintien du chan­ des conditions de,travai1 (CHSCT), ou, à défaut,

tier en bon ~rdre et en état de salubrité satisfaisant, par les délégués du personnel appelés à intervenir

notamment: sur le chantier;

• pour les opérations de bâtiment, les mesures arrê-' - les membres du CISSCf.

tées en application de j'article L. 235-16 et de son


décret d'application;
• pour les opérations de génie çivil, les dispositions Délai de conservation du PGC
prises par le m"!,ître de l'ouvrage pour établir les
locaux destinés au personnel du chantier. . Il doit être conservé par le maître de l'ouvrage, pen­
6. Les renseignements pratiques propres au lieu de dant 5 ans à compter de la réception de l'ouvrage.
l'opération concernant les secours et l'évacuation des
personnels ainsi que les mesures communes·d'orga­
nisation prises en la matière.
7, Les modalités de coopération entre les entrepre­
neurs employeurs ou travailleurs indépendants. Le plan particulier de sécurité et de
8. S'il Y a lieu, la mission du CISScr. protection de la santé (PPSPS) (12)
Qui doit établir le PPSPS?
Établissement du PGC "
Les entreprises et les sous-traitants appelcf~.a inter­
~ j;)~ :\-.,

C'est le maître de l'ouvrage qui fait établir le POC venir sur un chantier soumis à déclaration préalable
par le coordonnateur qui doit le rédiger, dès la ou nécessitant l'exécution de travaux com,portant
phase conception, et ensuite le tenir à jour durant des risques particuliers.
toute la durée des tra\'aux.
Établissement du PPSPS
J'
(12) Loi n"93-1418 du 31 décembre 1993, art. L.235-7 et décret Chaque entreprise devra rédiger son PPSPS à par­
n° 94-1159 du 26 décembre 1994, art. R 238-26 à R 238-36. tir des documents et des renseignements qui leur ~.'
:t" ~

-"",\
. '-,; ( i

1· ,
t }

-rt
; 1

~ 1
1 1
i
76 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
i 1

1:

seront communiqués par le maître de l'ouvrage (en Diffusion du PPSPS i,


fait, par le coordonnàteur de sécurité).
Les entreprises disPQsent d'un délai. de 30 jours à Le PPSPS est adressé: , 1.
"
compter de la réception de leur contrat de travaux, Jl
- à la DDTE (Direction départementale du travail,
signé par le maître de l'ouvrage, pour établir leur
de l'emploi et de la formation); ,
PPSPS etle transmettre au coordonnateur de sécu­
~
rité. à la CRAM (Caisse régionale d'assurance mala­
die) ; 1;
Forme et contenu du PPSPS - à l'OPPBTP (Organisme professionnel de pré­ 1
vention du bâtiment et des travaux publics).
l, '1
Le PPSPS se présente sous la forme d'un document
;11
écrit qui, en dehors des renseignements adminis­
Cette diffusion à ces trois organismes s'effectue
par:
tratifs et des dispositions retenues en matière de

secours et d'hébergement, définira:

-les me~ures prises pour prévenir les risques appor­

-l'entreprise chargée du gros œuvre ôu du lot prin­


cipal;
lIl

(
tés par les autres entreprises;

- les procédés de travail ayant une incidence pour


-l'entreprise appelée à exécuter des travaux pré­ J

la santé ou la sécurité des autres intervenants sur le


sentant des risques .particuliers (liste fixée par l 'f,
.(

chantier;
arrêté, à paraître avec, dans les deux cas, avis du :'
- les procédés de travail de l'entreprise présentant

des risques particuliers pour ses propres salariés.

médecin du travail, du CHScr ou à défaut des


délégués du personnel). Il,
:,
:1
etde protec.f.kij 1 :f
il:
En référence aux articles R.238-31 et R. 238-32 du sécurité et la santé des travailleurs de l'entreprise ou du

Code du travail, le PPSPS mentionne: travailleur indépendant;

-les nom et adresse de l'entrepreneur, le cas échéant


ceux de la personne chargée de diriger l'exécution des
travaux;
- des contraintes propres au chantier ou à son envi­

ronnement, en particulier en matière de circulations

ou d'activités d'exploitation particulièrement dange­

.f't! 1

reuses;
rH
l'évolution prévisible de l'effectif sur le chantier. l, r-
• Il comporte obligatoirement et de manière détaillée: 2. La description des travaux et des processus de travail
1. Les dispositions en matière de secours et d'évacua­
de l'entreprise pouvant présenter des risques, en parti­
(,nl,
U
culier ceux énumérés sur la liste prévue à l'article
tion, et notamment:
L.235-6; \ Il

- les consignes à observer pour assurer les premiers

3. Les dispositions pour prévenir les risques que peu­ , ;~


secours ;

vent encourir les salariés de l'entreprise lors de l'exé­


- le nombre de. travailleurs du chantier qui ont reçu
cution de ses propres travaux. II'!
\.
l'instruction nécessaire pour donner les premiers

L'entrepreneur fait mention expresse sur le plan des


secours;

l'indication du matériel médical existant sur le chan­


tier;
mesures mentionnées ci-dessus qui n'ont pas à être
prises du fait de l'absence de risques. 1
J
1
.,

les mesures prises pour assurer, dans les moindres • Le PPSPS:


délais, le transport dans un établissement hospitalier de
toute victime d'accident semblant présenter des lésions
graves. . .
1. Analyse, de manière détaillée, les procédés de
construction et d'exécution, les modes opératoires rete­
j ~
~
1
nus dès lors qu'ils ont une incidence particulière sur la

~~

2. Les mesures prises pour assurer l'hygiène. application santé et la sécurité.


notamment des dispositions du décret n° 65-58 du 8 jan­ 2. Définit les risques prévisibles liés aux modes opéra­
vier 1965 (emplacement et date de mise en service pour toires, aux matériels, aux installations mis en œuvre, ; ~
chacune des installations). aux déplacements du personnel, à l'organisation du
• Lé PPSPS est adapté aux conditions spécifiques de chantier; il indique les mesures de protection collec­ Ij
.~r

l'intervention sur le chantier en mentionnant: tive, ou à défaut,.individuelle, adoptées pour parer à ces
risques, ainsi que les conditions dans lesquelles est
1. Les mesures spécifiques prises par l'entreprise desti­ contrôlée J'application de ces mesures; il précise les
nées à prévenir les risques spécifiques découlant:
- de l'exécution par d'autres entreprises de travaux dan­
mesures prises pour assurer la continuité des solutions
de protection collective lorsque celles-ci requièrent une
'~~
'.~
gereux pouvant avoir une incidence particUlière sur Jp adaptation particulière. r
.~
" .'" !(j
" .. ,','~

L'ORGANISATION GÉNÉRALE DU CHANTIER 77

'. '

'i
De plus, en permanence sur le chantier, l'entrepre­
Délai de conservation du registre-journal
neur tient disponible un exemplaire du PPSPS tenu

à jour. Cet exemplaire (ainsi que les avis du méde­


Le registre-journal est conservé par le coordonna­
cin du travail, du CHScr ou des délégués du per­
teur pendant une durée de 5 ans à compter de la
sonnel) peut être consulté par:
date de réception de l'ouvrage.
- l'inspecteur du travail;
.~'.;";!' .
- les agents dé la CRAM ;
4'if1
~f!!,!:., ~ "", ;W(1~~t ~'7~ftr~i.~~:1-~i'~~Pt:i . . ,. {!It:~~
- les agents de l'OPPBTP;
rr~ ~t,,~~~ i:Ct;]:~~~~ !;.. ~4J ~;.l~l!~ ... ~> _~~

-le médecin du travail;

En référence à l'article R238-19 du Code du travail.


les membres du CHScr; le coordonnateur consigne sur le registre-journal de
- les membres du CISScr. la coordination, au fur et à mesure du déroulement
de l'opération:
Délai de conservation du PPSPS 1. Les comptes rendus des inspections communes, les
consignes à transmettre et les observations particu­
Le PPSPS doit être conservé par l'entrepreneur lières. ,.:~

pendant 5 ans à dater de la date de réception des 2. Les observations ou notifications qu'il Peut juger
ouvrages. nécessaire de faire au maître de l'ouvrage, àu maître
d'œuvre ou à tout autre intervenant sur le chantier,
qu'il fait viser dans chaque cas par le ou les intéres­
sés avec leur réponse éventuelle;
3. Dès qu'il en a connaissance, les noms et adresses
des entrepreneurs contractants, co-contractants et
Le registre-journal (13) sous-traitants, ainsi que la date approximative d'in­
tervention de chacun d'eux sur le chantier, et, par
entreprise, l'effectif prévisible des.travailleurs affec­
Objet et rédaction du registre-journal tés au chantier et la durée prévue des travaux; cette
liste est, si nécessaire, précisée au moment de l'inter­
Le registre-journal rédigé par le coordonnateur vention sur le chantier et tenue à jour;
- de la phase conception étude dès sa désignation 4, Le procès-verbal de passation de consignes avec le
par le maître de l'ouvrage- a pour but de garder coordonnateur appelé à lui succéder.
la trace des éléments liés à la coordination et, en
Il présente le registre-journal, sur leur demande, au
particulier, à tout ce qui concerne la sécurité et les maître d'œuvre, à l'inspecteur du travail, aux repré­
conditions de travail durant le déroulement des sentants de la CRAM, aux agepts de l'O~pBTP et,
travaux. lorsqu'il est constitué, aux membres du CISScr.
L'obligation de tenir un registre-journal est liée à
celle de désigner un coordonnateur de sécurité.
Comme pour le journal de chantier, des modalités
pratiques de conservation sur le chantier seront
nécessaires (tenue sur un carnet à duplicata, fer­
meture dans un meuble inaccessible, etc.). Le dossier d'inteIVention ultérieure
sur l'ouvrage (DIU) (14) .

Contenu du registre-journal
Objet et rédaction du DIU
Le tableau ci-contre définit ce contenu.
C'est le maître de l'ouvrage qui fait établii' par le
coordonnateur, dès la phaseconceptio'n; le DIU,
document qui doit rassembler toutes les données de
Consultation du registre-journal nature à faciliter la présentation des risques pro­
fessionnels lors d'interventions ultérieure&.
Le coordonnateur présente le registre-journal sur

leur demande:

- au maître d'œuvre;
...:;."
- à l'inspecteur du travail ;
(13) Décret n094-1159 du 26 décembre 1994, art. R.238·18 et
- à l'agent de la CRAM;
R.238-19.
- à l'agent de l'OPPBTP;
(14) Loi n093·1418 du 31 décembre 1993,art. L. 235·15, et décret .:.'.~ ,

aux membres du CISScr. n094-1159 du 26 décembre 1994, art. R. 238-37 à R.238-39.


: 1
""{; "f-i"
·I,·r,
L '­f'!
+:~

..
"'!i;
: .f:t
"

,J

111

78 LA PRÉPARATION DU CHANTIER &


!'
)0'

Contenu du DIU
Dans le cas d'une copropriété, un exemplaire du
dossier est également remis au syndic de l'im­
1:
1

Le tableau ci-dessous définit ce contenu.


meuble. !
1
'
j'i~
'Il
ù dossier d'inten'ention ultérieure sur rouvrage Mise à jour du DIU
~
En référence aux articles R. 238-37, R. 238-38, R. 238­ Lors de toute nouvelle opération pour laquelle un
39 du Code du travail, le DIU comporte les docu­ coordonnateur est requis, un exemplaire du dossier L~..
ments suivants: d'intervention ultérieure sur l'ouvrage lui est remis
• Les documents, plans et notes techniques de par le maître de l'ouvrage. 1 r1
nature à faciliter les interventions ultérieures sur l'ou­ 1 il~
Le coordonnateur de chaque intervention ulté­ I~
vrage. rieure complète ou modifie éventuellement le dos­ 1
• Le dossier de mamtenance lorsqu'il s'agit de lieux sier de l'ouvrage.
de travail, en particulier les disposjtions prises: b~
LPour le nettoyage des surfaces vitrées en élévation IL

1
et en toiture en application de l'article R. 235-3-2.
2. Pour l'accès en couverture, et notamment:
Voiries et réseaux divers (15) ! .El-,.,
- les moyens d'arrimage pour les interventions de
courte durée; !
les possibilités de mise en place rapide de garde­
corps ou de filets de protection pour les interventions
Lorsqu'une opération de construction de bâtiment

. excède un montant fIXé à 5 millions de francs, le


.
!
, . :'­
,
1:.. A;

plus importantes; chantier relatif à cette opération doit disposer en

- les chemins de: circulation permanents pout les un point au moins de son périmètre:
interventions fréquentes.' - d'une desserte en voirie; ....
3. Pour faciliter l'entretien des' façades et, notam­

ment, les moyens d'arrimage et de stabilité d'écha­

d'un raccordement à des réseaux de distribution


d'eau potable et d'électricité;
,L

faudage ou de nacelle.
- d'une évacuation des matières usées. .
1-'­
..
4. Pour faciliter les travaux d'entretien intérieur et,
Ces dispositions doivent être prises dans des condi­
notamment, pour:
tions telles que les locaux destinés au personnel du 11.
,
chantier soient conformes aux dispositions qui leur ( .
- le ravalement des halls de grande hauteur;

- les accès aux cabines d'ascenseurs;


sont applicables en matière d'hygiène et de sécurité
du travail.
Irr
'tEL
.".,
les ac!,':ès aux canalisations en galerie technique, ou :. ;~"
,.
, en vide sanitaire. . 1

Ce dossier indique, lorsqu'ils ont été aménagés à cet I~


effet, les locaux techniques de nettoyage et les locaux : ;t~
sanitaires pouvant être mis à disposition du person­
nel chargé des travaux d'entretien.
Ce dossier est tenu à la disposition de l'inspecteur du
travail.
• Les procès-verbaux de transmission:

- entre le «coordonnateur conception étude» et le

Les obligations de chacun


des partenaires
Obligations du maÎtre de J'ouvrage
,
Id'
1

....
"

« coordonnateur réalisation de' travaux », lorsque


• Mettre en œuvre les principes généraux de pré­ Ji'
celui-ci est différent;
vention, au cours de la phase conception d'étude et ~'
- entre le «coordonnateur réalisàtion de travaux» et
de réalisation du projet (16). Ces principes ont déjà
le maître de l'ouvrage lors de la réception de l'ouvrage.
été énoncés dans le paragraphe «La mission du ~
coordonnateur» . :~f
~ .. ,
• Adresser, pour les chantiers soumis au PGC, la
Diffusion du DIU déclaration préalable à l'inspecteur du travail, à la
Ir.'
l';,
Il est remis au maître de l'ouvrage par le coordon­ 1':,'"
nateur en fonction lors de la réception de l'ouvrage.
Cette transmission fait l'objet d'un' procès-verbal
joint au dossier. II est joint aùx actes notariés éta­
. blis à chaque mutation de l'ouvrage. ...
(15) Loi n093·1418 ùu 31 ùécembre 1993, art. L. 235-16 et décret
0°94-1159 du 26 décembre J1)1)4. art. R.23R·40 ii R. 238-45,
(16) toi 0°93-1418 du 3J décembre 1<)<)3, arl. L. 235·1.
C
""
j' !
L.
;
{,)j •. '
.

'i
'~I
',,'1
l'ORGANISATION GÉNÉRALE DU CHANTIER" .' 79 •
------------------~~~~

'. ~

CRAM (Caisse régionale d'assurance maladie), à • Faciliter l'intervention du coordonnateur (22).


rOPPBTP (Organisme professionnel de prévention (Assurer éventuellement la coordination si les tra­
.du bâtiment et des travaux publics): vaux sont effectués pour le compte d'un particu­
- soit 30 jours avant le début des travaux. s'il n'y a lier) .
. pas de permis de construire; • Participer au collège interentreprises de sécurité,
~ soit au moment du dépôt de la demande de per­ de santé et des conditions de travail (CISSCf) (23).
mis de construire.
• Transmettre les études au coordonnateur (24).
• Désigner un coordonnateur en matière de sécu­
rité et de protection de la santé - personne physi­ • Répondre aux observations du coordonnateur
que ou morale(17)- et s'assurer de sa compétence. (24).
Cette désignation est faite pour chacune des deux
phases conception étude et réalisation ou pour l'en­ ",
semble de celles-ci.
Obligations de rentrepreneur et du sous-traitant
• Constituer un collège interentreprises de sécu­
rité et de santé et des conditions de travail • Respecter les obligations de sécurité (~5). , ...
(CISScr) (18). • Faire respecter les obligations de sécurité à ses
.l"!
,,'!t'.'

• Recevoir le plan p~rticulier de sécurité et de pro~ sous-traitants (26).


tection de la santé (PPSPS) (19) pour toute entre­ • Faciliter l'intervention du coordonnateur (27).

prise appelée à exécuter seule des travaux. lorsque


ces plans de sécurité s'imposent. • Participer au collège interentreprises de sécurité,

de santé et des conditions de travail (CISScr) (28).

• Faire établir et compléter par le coordonnateur


le dossier d'intervention ultérieure sur l'ouvrage • Rédiger son plan particulier de sécurité et de

(DIU) (20). protection de 'la san.té (PPSPS) et le conserver en

archive pendant 5 ans (29).

Ces obligations pour les communes inférieures à


5000 habitants peuvent être déléguées au maître • Pour l'entrepreneur chargé du gros œuvre ou du

d'œuvre. lot principal, ou pour l'entrepreneur appelé à exé~

cuter des travaux présentant des risques particu­

liers, transmettre le PPSPS à (30) :

- l'inspecteur du travail;

Obligations du maître d'œuvre - la CRAM (Caisse régionale d'assurance mala­


die) ;

• Mettre en œuvre les principes généraux de pré- . - l'OPPBTP (Organisme professionnel de préven~

vention, au cours de la phase conception d'étude et tion du bâtiment et des travaux publics). .

de réalisatio.n du projet. Ces principes ont déjà été


énoncés dans le paragraphe «La mission du coor­
donnateur» .
• Arrêter les mesures d'organisation du chantier,
en concertation avec le coordonnateur (21).

Les assurances

(17) Loi n093-1418 du 31 décembre 1993, art. L235-4 et décret


0°94-1159 du 26 décembre 1994, art. R238-Il à R 238-15.
de la construction

(18) Loi n093-1418 du 31 décembre 1993, art. L235·1!.


(19) Loi 0"93-1418 du 31 décembre 1993, art. L 235-7.
(20) Loi 0°93-1418 du 31 décembre 1993, art. L235-15. Dans le cadre de la loi du 4 janvier 1978 ..(31), la ,) ).
(21) Décret n" 94-1159 du 26 décembre 1994, art. R 238-22. présomption de responsabilité des constructeurs .;'. ,.....
,~.

(22) Loi n"93-1418 du 31 décembre 1993, art. L.235-5.


(23) Loi n" 93-1418 du 31 décembre 1993, art. L235-1!. pendant un délai de dix ans après la·'...eception
(24) Décret n"94-1159 du 26 décembre 1994. art. R.238-17. concerne les personnes qui sont liées au maître de
(25) Article L 230-3 du Code du travail. l'ouvrage par un contrat de louage d'ouvrage. La
(26) Décret n094-1159 du 26 décembre 1994, art. R.238-29.
(27) Loi n"93-1418 du 31 décembre 1993, art. L235-5.
garantie s'applique au dommage portant sur un
(28) Loi n"93-1418 du 31 décembre 1993, art. L235-lL bâtiment lorsque le sinistre touche aux éléments
(29) Décret o094-1159 du 26 décembre 1994, art. R 238-26 à assurant la stabilité, la solidité, le clos, le couvert,
R238-36. la solidité des éléments d'équipement lorsqu'ils font
(30) Décret 0° 94-1159du 26 décembre 1994, art. R238-34.
(31) Cette loi a codifié les articles 1792-1 à 1792-6 et 2270 du Code indissociablement corps avec les ouvrages de via­ /:'

civil. bilité, de fond, d'ossature, de clos ou de couvert.

- - - - - - - _---_ ..
..
.. ·--r ,\('­
1.

1-]1
J
/l"
!

1, ~l
80 LA PRÉPARATION DU CHANTIER IL
1
f'
Les personnes redevables de cette garantie sont nombreuses variantes des clauses supplémentaires L
l'entrepreneur, l'architecte et les personnes assurant à celles légalement obligatoires:
la maîtrise d'œuvre, le contrôleur technique et autres travaux sous-traités; .
contractants du maître de l'ouvrage.
condamnations « in soIidum » ;

Ces personnes ont l'obligation d'assurance lorsqu'ils augmentation du seuil de garantie;

participent à la construction d'un bâtiment et dans


franchise ...

la gestion des marchés, le maître de l'ouvrage


demande que lui soient fournies les attestations Nous donnons la liste des assurances décennales
établies par l'assureur justifiant cette obligation. qui s'appliquent aux différentes catégories profes­
Cette vérification se fait à la consultation, ou en sionnelles d'entreprises. Cette terminologie est en
début de marché et souvent renouvelée en fin de pleine évolution pour tenir compte de produits
chantier. nouveaux mis au point par les assureurs.
Mais, pour des cas particuliers, la justification La première de ces assurances est la PIB (Police ~I
pourrait s'étendre à \lne copie de la police pour individuelle de base). Elle est réservée aux entre.:. .
mesurer la portée des garanties en ce qui concerne preneurs adhérant à la FNB (32) et bénéficiant .1...­
en particulier le montant de la franchise et les d'une qualification professionnelle OPQCB (33) ou 1

exclusions. Qualifelec (34). i _:


t.~

La prime est fonction de la qualification de l'entre­ L


prise, mais aussi de la classification etde sa franchise. ,
Dans certains cas, une surprime sera à payer et fera ~\
L'assurance décennale
l'objet d'un avenant.
des constructeurs
L
La nature des garanties accordées, leur période
d'application, les exclusions et toutes les clauses en li'.

Le contrat d'assurance de la MAF dehors des obligaùons légales font l'objet d'une
négociation. Seule la police sera explicite sur ces
La MAF (Mutuelle des architectes français) garantit points.
les risques civils et professionnels des architectes ~.

inscrits à l'ordre. Avec des garanties et des conditions équivalentes


en beaucoup de points à la PIB, la police décennale "­
Cette police définit entre autres: entrepreneur permet de répondre à la demande de i
une limite supérieure -de garantie; l'entrepreneur qui 'Jlla pas de qualification.
une franchise; Dans les mêmes cooditions, les artisans pourront
quelques exclusions (sous-traitance, amendes,...) ; souscrire une poliœ décennale artisans et petites
une cotisation proportionnelle au type de entreprises du bâti_nt (DAPEB). IL
mission. La police de respomabilité professionnelle des fabri­ Il
La MAF assure la quasi-totalité des architectes. cants répond de la ~ntie des dommages matériels
survenus après inœrporation des produits au bâti­ 1'1­
ment, en vertu de Tarticle 1792-4 du code civil.
Police de responsabilité professionnelle . IIJ'.
1
Cette police concerne tous les prestataires intellec­ Il.

tuels assurant entre autres la maîtrise d'œuvre: [


architectes, bureaux d'études, techniciens de L'assurance œmmage-ouvrage
l'économie,... .
Les garanties décrites dans la police couvrent à 'Ia L'assurance domnuge-ouvrage est obligatoirement·
fois les dommages résultant de la responsabilité souscrite avant l'OLverture du chantier par: l
décennale et les risques professionnels. le propriétaire de l'ouvrage agissant comme
J
PoUce correspondant à Ja garantie décennale îL
pour les entrepreneurs (32) FNB: Fédération n.1ionale du bâtiment.
(33) OPQCB: Organisœ professionnel de qualification er de
;\l.J
classification du bâtimed:~r des activités annexes. ,

.Les assurances qui garantissent les risques relevant (34) Qualifelec: AsSl.XlitÎon technique er professionnelle de l!
~J
de la loi du 4 janvier 1978 rajoutent avec .de qualification de l'équi~r électrique.

..•..
L'ORGANISATION GÉNÉRALE OU CHANTIER 81 .P.

maître de r ouvrage, y compris le particulier L'assurance liée


construisant pour lui-même (sauf l'État). Les col-
lectivités territoriales peuvent demander une déro- à la responsabilité civile·
'gation limitée à une opération ou pour la totalité
de leurs opérations auprès du préfet; Cette responsabilité s'étend aux dommages causés
le mandataire du propriétaire; à autrui et oblige le responsable à les réparer.
le vendeur d'immeubles à construire ;
Les dommages peuvent provenir du fait du person-
le promoteur immobilier. nel, des personnes dont on répond, des choses que
Le constructeur mentionné ci-dessus qui ne l'on a sous sa garde, des bâtiments, que l'on soit
contracte pas une assurance dommage-ouvrage contractant du maître de l'ouvrage, sous-traitant,
encourt une sanction pénale, sauf le propriétaire fournisseur ou autres.
qui construit pour lui-même.
Le dommage peut concerner le maître de l'ouvrage,
La garantie s'applique principalement aux dom- mais aussi des tiers au chantier: voisins, visiteurs,
mages couverts par la garantie décennale et, avant passants à proximité du chantier... Pensons aux
la réception, suite à une défaillance de l'entreprise; effets d'une explosion ou d'un incendie survenu sur
pour des réparations rendues nécessaires dans I~ le chantier ou d'une corniche qui se détache de la
cadre de la décennale: façade.
- en cas de résiliation de contrat de l'entrepreneur
défaillant avant la réception; Le maître de l'ouvrage peut demander que certains
- en cas d'inexécution par l'entrepreneur de seS participants soient assurés pour cette responsabilité.
obligations contractuelles après la réception. C'est le cas du marché public pour l'entrepreneur
(art. 4.3 du CCAG).et le sous-traitant (art. 2.41 du
Le maître de l'ouvrage victime d'un dommage ne CCAG).
doit prouver que l'existence de celui-ci et le déclarer
dans les cinq jours.
Dans un délai de 120 jours, l'assurance doit verser
l'indemnité proposée par l'expert afin de passer à Les autres assurances
la réparation immédiate'du dommage.
C'est l'assurance qui, dans un second temps, enga- La police « Globale chantiers »
gera le recours auprès des responsables du sinistre.
Cette police assure le bâtiment :
avant la réception, pour les dommages résultant
d'effondrement;
La police unique de chantier (PUe) après la réception, pour les risques de respon-
sabilité décennale et la responsabilité civile pour les
Devant la multiplicité des intervenants et donc de dommages corporels, matériels et immatériels causés
leurs assurances, avec des conditions différentes, le au propriétaire de l'ouvrage ou aux tiers.
maître de l'ouvrage va prendre l'initiative de regrou-
per dans une même police la dommage-ouvrage et Cette police peut s'appliquer dans lé cadre de
toutes les assurances décennales. Elle est passée par marchès internationaux.
le maître de l'ouvrage avec mandat exprès de tous
les participants. La police « Tous risques chantiers »
' .... ,
Cette formule permet une simplification:
Il s'agit d'une police souscrite par le m3Ître de
- le maître de l'ouvrage cotise seul et répercute l'ouvrage ou à sa demande ou par toute autre
l'incidence dans les marchés ; personne qui a un intérêt global sur le chantier pour
- il définit les montants des garanties; garantir tous les participants à la construction en
les frais d'expertise et de contentieux sont cas d'absence ou d'insuffisance de garantie.
réduits;
La garantie s'étend jusqu'à la réception pour tous
il n'y a plus de recours d'assurances entre elles.
les dommages matériels, pertes ou destructions pro-
Pour les participants, il s'agira d'une police venant de dégât des eaux, incendie, effondrement,
d'assurance nouvelle à chaque chantier, vol, etc.
.•..
_'. ' 0"-'
f

82 LA PRÉPARATION DU CHANTIER

L'étude est ensuite effectuée en fonction:


Le plan d'installation de la surface au sol disponible ;
de chantier - du tracé et des disponibilités des réseaux;
- des dates d'exécution, etc.
Les entreprises devront apporter toute leur colla-
Ce plan est, en général, établi par l'entreprise de boration et fournir tous les renseignements néces-
gros œuvre. 11 doit être approuvé par le maître saires pennettant l'élaboration de ce plan.
d'œuvre, mais rien ne s'oppose à ce que cc docu-
ment soit préparé par le coordonnateur et joint au
dossÎer d'appel d'offres si les contraintes du terrain
et de J'environnernent y obligent. Ce plan doit rece-
voir l'assentiment du coordonnateur de sécurité
Indications à transcrire
IX>ur tout ce qui concerne la sécurité et la santé des sur le plan d'installation
travailleurs.
De plus, lorsqu'une opération de construction de Lors de l'élaboration du plan d'installation de
bâtiment excède un mobtant de travaux fIxé à 5 mil- chantier, il est très important de savoir si la voirie
lions de francs, des inStallations particulières sont à sera exécutée de façon provisoire sur le tracé définitif
prévoir vis-à-vis de la sécurité ct de la santé des tra- ou si elle ne sera exécutée qu'en fin de chantier.
vailleurs (voir ci-avant, le paragraphe «Voiries et Cette décision s'inscrit parmi celles qui condi-
réseaux divers»). tionnent l'organisation génèrale du chantier. En
effet, chaque fois que cela est possible, il apparaît
souhaitable d'exécuter une voirie provisoire afin de
Objectifs du plan d'installation
,
faciliter la circulation des véhicules sur l'ensemble
du chantier.
Le plan d'installation a les objJtifs suivants: Outre J'encombrement des bâtimeÎtts à construire
- prévoir le materie1 (grues, bétonnières, silos à et les limites du terrain concerné, les principales
ciment, etc.) nécessaire à l'exécution du chantier. et indications à faire figurer sur ce plan sont les
vérifier que les prévisions permet(çnt d'exécuter les suivantes :
travaux en respectant le planning prevu, en parti- - emplacement du poste de fabrication du béton:
culier le planning des VRD ; bétonnière, parc à agrégats, silo ou abris à liants,
- prévoir l'aménagement des lieux, afin que ceux- avec indication des surfaces occupées;
ci puissent recevoir ce matériel dans de bonnes - emplacement de la (ou des) grue(>:), avec indi-
conditions , cation de l'emprise cotée de la voie et tracé de l'aire
- attribuer à chaque entreprise des surfaces où de balayage de chaque grue;
elles pourront stocker des matériaux 01). du matériel,
- tracé des voies d'accès, entrées et sorties des
ou preparer leur travail; véhicules, tracés intérieurs au chantier pennettant

..
- pennettre d'avoir la vision globale de la future
aux différents engins de cirçolcr ; .
organisation du chantier;
- prevoir les dispositifs de sécurité et d'hygiène du - emplacement des locaux avec indicatidn des
chantier; surfaces réservées au personnel (cantines, sanitaires,
- pennettre d'obtenir des autorités compétentes vestiaires, etc.) ;


les éventuelles autoTisations de voirie èt de montage - emplacement des locaux réservés au stockage de
de grues sur la voie publÎque si cela est nécessaire. petit matériel;
- emplacement du local « Rendez-vous de
L.
chantÎer » ;
Le plan d'installation - emplacement des aire.::; de stockage pour la terre
végétale, pour des remblais ou des matériaux;
L'élaboration du plan d'installation du ehantierdoit - emplacement des aires de stationnement des
être précédée du recensement des besoins de chaque- engins ou véhicules;
entreprise. On mentionnera pour cha..;une : - emplacement des postes de préfabrication ou
la surrace au sol nécessaire; simplement de ferraillage ou de préparation du
- les dates d'occupation; travail;
- les besoins en fluide (eau, éclairage en puissance - tracé des circuits provisoires d'alimentation et
supérieure. approvisionnelJlent par véhicules, etc.) ; d'évar.:uatÎon en électricité, eau. air comprimé, télé-
_ I~~ ~I..~~_, •••. :~~~ ..l:,."~~~~ _I..~~a .-I_~:~ ____ ........ _:; __ "'"_ .
----- -- _ _----
..
L'ORGA.NISATION -;;0.,

- désignation des arbres à protéger et indication une tranchée et d'y placer une canalisation, une
des clôtures à placer autour; voie de grue étant placée de telle manière que tes
- tracé de la clôture de chantier et indication des travaux ne peuvent être entrepris.
entrées et sorties de véhicules.
Le plan des installations de cha.ntÎer doit aussi faire
Le planning de rotation - ou de repl,iemcllt - du apparaître le sens d'avanCèmt!nt des travaux sur le
matériel, pendant la durée du chantier, doit appa- chantier, ainsi que les dates de livraison des diffé-
raître très clairement sur ce plan sous fonne d'in- rentes tranches de logements.
dications fléChées et datées. "
E.wmp/e : Coordinatiof! des mOlltu~l!s et,démontages
ees infonnatiops présentent l'intérêt: d'une grue sur Je chantier (de deux bâtiinenls A et
- dematérinliser le calendrier d'utiIÎs..1.tion ct la B) UW!C i!XéCulion deR travaux J'assainissement
rolation du matériel ; (figure 6).
- de permettre la coordination des travaux de
VRD en fonction de J'installation de chantier. Tout retard pris dans le démontage de la grue lors

En etTet, il n'est pas rare de voir une opération


de la phase 1 retardera le démarrage des travaux _____ -,
des tronçons EF et GR Inversement, tout reto/-d .. . "
retardée parce qu'un branchement a été effectué des travaux du tronçon EF retardera:le montàge \' <.

trop tardivement du fait de l'impossibilite d'exécuter de la grue en phase 2.

,,
,,
Egout existant
,
(
,, , ,,
!'

,,
,
,,
ii
------ ,
d
1

,
- - - - -- - - --- - - - - - - - - - -
Flgurf 6 - Coordinatioi! des m~/HaiWJ er démonrage~ d'wu grue sur le chm!l'Cr .

... _-~---~
.. ~J !~Ij

Ir
.Ji
l.

i
f
'L

~
-1
l'
84 LA PRÉPARATION DU CHANTIER· __.­
.

1
~
1
au maire de la commune où la construction est L
Les· formalités administratives entreprise. Le maire la transmet ensuite, avec éven­
tuellement des observations, au directeur départe­
d'ouverture de chantier. mental de l'Équipement. 1
,"'

Obtention du permis de démolir Cette déclaration est un imprimé annexé à l'imprimé


de demande de permis de construire.
! ~
L'État a réglementé la démolition des immeubles et
Dans le cas où un comité d'hygiène, de sécurité et

soumis toute démolition à l'obtention d'une auto­


. des conditions de travail est nécessaire, les desti­

risation administrative préalable.


nataires de la « déclaration d'ouverture du chan­

tier » sont plus nombreux. Ils sont mentionnés ci­


fi'
Les principaux objectifs qui guident cette réglemen­

tation sont:
dessus au paragraphe « L'hygiène et la sécurité du
L
- permettre l'information systématique des pou­
chantier ».
voirs publics, afin d'intervenir en temps opportun
1
!"
pour sauvegarder le patrimoine immobilier histo­

rique ou artistique;

Panneau relatif à la publicité '-"­

- protéger le parc des locaux d'h~bitation, là où


du permis de construire
il existe une certaine tension sut le marché du

Ce panneau doit être installé sur le chantier dès


r:
1
logement.
L
l'obtention du permis de construire.
A une époque, lorsque des locaux étaient désaffectés,

L'article A.421-7 du Code de l'urbanisme précise:


le permis de démolir n'était pas. utile. Il en va

« L'affichage du permis de construire sur le terrain 1h 1


aujourd'hui autrement depuis la parution des textes
J.
est assuré par les soins du bénéficiaire du permis de l.l.
suivants: ,

construire sur un panneau rectangulaire dont les


la loi n° 76-1285 du 31 décembre 1976,

dimensions sont supérieures à 80 cm. , r­


- le décret n° 77-738 du ijuillet 1977,
1 1
la circulaire n° 78-165 du 29 décembre 1978 « Ce panneau indique le nom, la raison sociale ou L
(ministère de l'Environnement et du Cadre de vie), la dénomination sociale dudit bénéficiaire, la date
- le décret n° 84-224 du 29 mars 1984 (ministère et le numéro du permis, la nature des travaux et, f'L.
de l'Urbanisme et du Logement), . s'il y a lieu, la superficie du terrain, la superficie de ,1
qui imposent un permis de démolir dans tous les plancher autorisée. ainsi que la hauteur de la '"­
cas et quelle que soit la construction. construction exprimée en mètres, par rapport au
sol naturel, et l'adresse de la mairie où le dossier '_r4>
Cette demande de permis de démolir s'établit en peut être consulté. \{

même temps que la demande de permis de construire, L._


c'est-à-dire au début de la phase étude. Il faudra L'arrêté du 28 avril 1988 (JO du 30 avril 1988)
toutefois s'assurer durant la phase travaux, avant précise en son article A.130-2 : . 11...­
toute démolition (surtout si les locaux sont de peu « Ces renseignements doivent demeurer lisibles
d'importance et inhabités), que ce permis a bien été L.
de la voie publique pendant toute la durée du
obtenu. chantier. »
Les propriétaires dont les bâtiments sont prévus pour "­
« Le panneau comporte en outre la mention selon t
la démolition doivent s'assurer de l'absence d'amiante Ji:
ou procéder ~ son enlèvement avant tout début de tra­ laquelle le délai de recours a été modifié par l'article
vaux en appJication de l'article 23 du décret n° 96-98 R.490-7 du Code de l'urbanisme (il est de deux
du 6 février 1996. En conséquence, le propriétaire mois). ."' ....
devra procéder à une vérification préalable: L
- en consultant le dossier technique du bâtiment, • Office municipal d'H.L.M. de Beauchâteau.
s'il existe; • Permis de construire nO: 95120 li......
- en faisant appel à un contrôleur technique ou à (obtenu le 20 novembre 1995) L
un technicien de la construction ayant contracté une
assurance pour ce type de mission. • 35 logements locatifs (P.L.A.). 1

• Surface du terrain: 5230 m2• ~J


Déclaration réglementaire • Surface de plancher autorisée: 3650 m2•. ~-
d'ouverture de chantier • Hauteur maximale: 15 m.
~J
1

Dès ledéhutdes travaux, la déclaration dite« décla­


ration d'ouverture du chantier» . doit être adressée
• Dossier: mairie de Beauchâteau.
Tableau 5 - Panneau de pemlis de construire.
ti ·.
.... J
J
.,':' ~
L'ORGANISATION GÉNÉRALE OU CHANTIER 85 *
----------------------------------------------~~~~~~~~

r;

Mfichage de la déclaration préal~ble acteurs interVenant sur le chantier (maître de l'ou­


vrage, maître d'œuvre, techniciens-conseils, entre­
prises, etc.). Cet usage devient une obligation régle­
Si ropération est soumise à déclaration préalable mentaire pour les entreprises, y compris les sous­
(voir ci-avant «La déclaration préalable»). l'affi­ traitants, en application du décret n° 79-492 du
chage de celle-ci est obligatoire sur le chantier. 13 juin 1979 pris dans le cadre de la lutte contre le
travail clandestin (35).
Panneau dit de chantier
Il était d'usage de faire figurer sur up panneau à
Autres types de,;déclarations
caractère publicitaire les coordonnées des divers
D'autres déclarations, sans être obligatoires, sont à
faire. Enes ont des objectifs et des portées différentes,
aussi nous contentons-nous de les énumérer « pour
mémoire)) :
G)
0
Déclarations/à la diligence du Maitre d'œuvre
<D

..:. A EDF et GDF, ainsi qu'à France Télécom


(notamment à proximité de tignes souterraines ou
!P: de réseaux à grande distance) ;
<ID @
0
- aux services de la voirie auprès de la mairie
<0
(notamment pour les alignements).

1 (4) i I~ Déclarations à la diligence des entreprises


1 i I~ Au service de la main-d'œuvre, à l'inspection du
1 1 travail; .
1 1 l - aux services de la Sécurité sociale (URSSAF,
1 ]
caÎsse régionale d'assurance maladie, accidents du
1
travail, etc.) ;
1
,1 1 - à la gendannerie, en partÎculîer Iprsque des
1 1 1 ouvriers logent sur le chantier;
1 1
- à l'OPPBTP, afin de permettre les visites pré­
ventives de sécurité ;
1 1
- aux compagnies d'assurances concernées,
1
;
1 notamment lorsque les polices des entreprises
1 il "--1 imposent cette déclaration;
- aux services prefectoraux, spécialement en cas

130~10~ 95
~ 95 l10! 30 l d'utilisation d'explosifs.

G) Indication du nom de l'opération, du nombre de


logements ou de maisons, du nom du maître de
l'ouvrage et de ses coordonnées.
L'organisation du bureau >.~,;I,.-~
.'\':.-;
<ID Indication du nom du maître d'oeuvre et de ses
coordonnées.
de chantier .;-;::,.~j.;
;.. !.I.:,~",.

@ Indication des noms du B.E.T. ou des ingénieurs­


conseils, de l'économiste, du pilote, etc., et de Il est toujours préférable que le bureau de chantier
'.;~ ;'
leurs coordonnées. soit exclusivement réservé aux rendez-vous de chan­
@ Indication du lot de travaux, du nom de l'entre' tier et ne soit pas installé dans les locaux du bâtiment 'l"

prise et de ses coordonnées. en construction.

Figure 7 - Exemple de dimensionnement


d'un « panneau de chantier ». (35) Cod~ du travail. article R. 324·1. "~.~. ".;:

'. "'.~Jî.... '1


'{.
ln
i ~,
( !
L
~ ~\
\" ,}

86 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
"
1
L.

~,
.'
Il est souhaitable quc le bureau de chantier soit astuces, sous forme de panneaux mobiles ou cou­ L
placé sous la responsabilité de deux personnes: lissan ts, seront bonnes à mettre en œuvre et cela
une qui s'occupe des problèmes matériels: gar­ sans investissement très important. La surface réser­
diennage, entretien, chauffage, qui peut être éven­
tuellement le chef de chantier de l'entreprise de gros
vée à l'affichage est presque toujours sous-estiméè. :Lr
œuvre, ou toute autre personne à désigner; Les principaux documents à afficher sont:
une autre qui ait la responsabilité: des dossiers­ • les différents plannings ou « visuels» d'avance­
plans, échantillons, etc, qui peut éventuellement être ment des travaux;
le pilote de chantier. • le dernier compte rendu de chantier;
Pour les chantiers relativement importants, J'instal­ • les principaux plans; r~·
lation du téléphone est indispensable.
• une liste des plans ({ bon pour exécution » par L
Il apparaît souhaitable que le bureau de chantier corps d'état;
soit chauffé en hiver, afin que les réunions se • des renseignements concernant: 1
l
~i,
déroulent dans des condition~ de. confort accep­
tables. . - l'effectif du chantier L
la liste de toutes les entreprises avec le nom du
La table et les sièges doivent permettre le déroule­ responsable du chantier, son adresse, son numéro 1 (...

ment des différentes réunions (réunions de chàn­ de téléphone, ainsi que les autres membres du
tier, compte interentreprises, CISSCT, etc.) dans CISSCT,
'(
des conditions de confort normal. - un calendrier,

Des casiers ou de préférence des placards fermant - un répertoire d'adresses poùvant servir en cas :k

à clé doivent être prévus afin de ranger les documents


qui restent en permanence sl)r le chantier, par
d'urgence: taxis, ambulance, pompiers, police.

Certains panneaux sont réservés à l'exposition des


"L
. l ' 1
exemple: ;
.>
échantillons'des lots, tels que plomberie, électricité, ~.
- les dossiers des marchés, comprenant les plans, revêtements, etc.
descriptif, quantitatif, cahier des charges par L
entreprise;
les dossiers des plans « bon pour exécution»
par corps d'état;
La transmission du courrier .i
~...,

L
l'ensemble des comptes rendus des réunions de
chantier; Il faut préciser à tous les participants:
- la personne à laquelle elles doivent adresser leur
~.
- les plannings de l'opération; courrier; . L':

- le registre-journal (prévu par les règles de sécu­ - le nombre d'exemplaires à envoyer ~

rité) ;
- éventuellement, la nécessité d'adresser une copie lL_,

- le plan général de coordination en matière de


à tel ou tel participant à l'opération. .

sécurité et de santé; .
L
- le plan particulier de sécurité et de protection de

la santé de chaque entrepreneur;


Lot 12 : ReHtururt rit, J iL.

Entreprise: cfl!e()L ~.
- le dossier d'intervention ultérieure;

- le registre des procès-verbaux des réunions du


Siège: 21. 1'«'- rit, , MRPE ~
CISSCT;
6J()()() eh«6KWU-""
- éventuellement; les DTU QU normes les plus
L
Téléphone :
importantes. .

Ces placards sont utiles, aussi, pour stocker des


Comptabilité : M. LeCQKte.
échantillons de matériel ou de matériaux de faible
Agence: 1~ JII«~ flJRÇET L
encombrement.

15000 IIM1",tlac
0.....1
Des documents sont affichés dans' le bureau de
Téléphone
chantier. Il est souhaitable que la disposition inté­
ft:
LIlifN'4'e.
.:~J
rieure de celui-ci permette un affichage soit sur les
Travaux : M.
murs, soit sur des panneaux spécialement prévus à

cet usage. Il ne faut pas négliger le rôle de la


Extrait de la liste des adresses r:'
....
visualisation pour les commentaires. Toutes ~s
des participants (lU cltantier.
lJ
,

._ _ _ _ _ _ _ _ _ _- .::l·..::O:.:.R::G::A::N:::IS::::A~T~IO::.N:.=--:G=ÉNÉRAlE DU CHANTIER 87
-------_ ---_•...
...

D'une façon plus générale, un graphe de circulation sécurité sont au nombre de quatre: l'OPPBTP, la
du courrier peut aussi éviter des difficultés qui ne CRAM, l'inspection du travail et la médecine du
manqueront pas d'apparaître ultérieurement. Au travail.
début du chantier, une liste d'adresses parentreprise,
• L'entreprise peut se faire assister dans son orga­
avec les noms des responsables, doit être mise au
nisation sur ce point par l'OPPBTP (36).
point et diffusée.
Il s'agit d'une organisation professionnelle financée
par la cotisation obligatoire des entreprises. Elle a
une action éducative auprès des entreprises, elle
visite les chantiers en particulier en cas d'accident
Application de l'hygiène ou de maladie professionnelle signalés.
• La caisse régionale d'assurance maladie CRAM,
et de la sécurité peut effectuer des enquêtes sur le chantier pour
prévenir les risques d'accident du travail et de
sur les chantiers maladie professionnelle relevant de la sécurité , .,
sociale. ~

L'organisation des chantiers, en ce qui concerne En cas de négligeance constatée, suite à hne enquête
l'hygiène et la sécurité devrait être abordée sous faite sur leur propre initiative, la CRAM peut agir
tous les· aspects, en considérant: auprès de l'entreprise sous forme d'intervention
la nature des dispositions à prendre ; simple (37) ou d'injonction avec application de
la réglementation qui s'y rapporte; sanction par des cotisations supplémentaires (38).
les personnes qui doivent y participer; Une coordination s'impose avec l'inspection du
la responsabilité qui en découle; travail (39)
les contrôles prévus. • Le contrôle sur le chantier par l'inspection du
L'hygiène'et la sécurité des chantiers est réglementée travail, peut en cas d'infraction entraîner dès sanc­
par le Code du travaiL L'entreprise doit prendre tions pénales.
des dispositions pour que les travaux se déroulent ~s interventions vont graduellement de la mise en
dans des conditions correctes pour les ouvriers, en demeure (40) en passant au procès-verbal (41) jus­
installant des vestiaires, des locaux sanitaires, un qu'à la saisine en référé du tribunal de police ou du
réfectoire, etc. et des moyens de protection pour le tribunal correctionnel. .. ~

travail en hauteur, pour les appareils présentant des


risques, etc. • Les médecins du travail ont un rôle exclusivement
préventif pour éviter toute altération dêia santé des
Les différents partenaires devront, à travers leurs travailleurs du fait de leur travail.' - ,
missions respectives, faciliter celle du coordonna­
teur de sécurité en charge du respect, durant les tra­
vaux, de la sécurité et de la santé des travailleurs.
Opérations passées
par les maîtres d'ouvrage publics
Les organismes de contrôle Toutes les dispositions concernant l'hygiène et la
sécurité des chantiers relèvent de l'initiative et de la
responsabilité de l'entreprise.
,
Les organismes qui peuvent intervenir en cours de
chantier pour le respect des règles d'hygiène et de Il arrive que le maîtr.e d~;('ouvrage provoit que
certain:e,t; de ces dispositions tsoientprévues au .
-ll"'-Y:'< '. '...
~ " .'
:.
marché ou au compte prorata. :l'~:,,,,ê

Il n'a pas à en contrôler la mise en place et à en '::'

(36) L'OPPBTP, organisme professionnel de prévention du bâti·


prendre la responsabilité.
'I!::
ment et des travaux publics a été créé par décret ministériel du
1er août 1947. Cependant, si la disposition est prévue dans le
(37) Articles L 422, L 424 et L 431-2 du code de la sécurité sociale. marché, comme la clôture de chantier ou certains
(38) Articles 9 et 10 de l'arrêté du 16 septembre 1977. locaux provisoires, ceux-ci devraient faire l'objet
(39) Article 25 de la loi du 6 décembre 1976.
(40) Article L 231-4 du code du travaiL d'une description précise et d'un prix pour en vérifier ., .., .
,......4·.·-· .
(41) Articles L 263-2, 263-4 et 611·10 du code du travail. le paiement. S'il en:üemande la prévision au compte

---_... ~----~ ...

... ;. ~-'.:,
'. ,--
,


BB LA f>nÉPA RATION DU CHANTIER


prora ta, ce n'cst que dans un so uci de la voir
Le règlement de chantier •

eff«tivement réalisée pour certaines raisons, mais
non pour s'immiscer dans un contrat entre personnes
privées. Le règlement de chantier pennet de mettre en
évidence quelques points importants touchant le

•J!I
Une recommandation (42) propose que l'entreprise déroulement du chantier.
meue en évidence dans son offre les dispositions
qu'elle entend prendre pour l'installation de chantier Il n'a pas pour but de créer un document contractuel
afin d'en tenir compte en tant que critère de choix. . nouveau,' mais de faire la synthèse des contrats afin
d'infonner les participants d'obligations pratiques
Les textes à adopter dans le règlement de consul- d ont ils ne sont pas toujours avertis.
tation et le CCAP sont donnés dans celte teCOffi-
mandatton. Ce règk:ment a pour but, elllre autn:s, de :
- préseotedes difrerents participants et de préciser
Ceci permet entre autre, de vériller qu'un prix plus
bas ,es t obtenu en négligeant. ce poste, surtout s'il
n'est pas mis en ~denœ.
leurs rôles ;
- définir eorganisation et le fonctionnement du
chantier; .
JI l.
- préciser les modalités de règlement des comptes.
En cas de t~avaux traités par marchés séparés, il
appartient de fixer le lot qui devra répondre à ce
critère. C'est en généraJ le gros œuvre qui. par 's a
Ce règlement sera remis à tous les participants au
cours de la première réunion de chantier pendant
1, ~

competence, est choisi. laquelle il sera commenté et sera ensuite affiché dans
le bureau de chantier.
En annc1C, nous donnons un exemple de règlement
IlL
(42) RecomlllOlndatKm n 12-89 du GPEM/T. soa::RF
8
~ :ri de chantier qui pourra servir de canevas au lecteur
du 22 décembre 1989. . ayant pour mission d'en rédiger un .
Il L

• l

fI--
~
.. ,

l
To nllOOYe this message, pun;hase the
50LlD CONVERTER PDF product at www.SolidDocumerrts.com
. 1

i
,13

1
7
La préparation
et la coordinationte,chniques
... , "' ,
,

L'entreprise étant choisie, elle devient alors parte- non .( inti-grbs n. Lt$ intérêts personnels de chacun
naire du maître d'omrage et du maître d'œuvre, un des composants du groupe sont souvent divergents,
dialogue doit alors S'IIL<;Laurer et permettre diverses alors que Ieucs efforts devraient converger.
mises au point avant le démarrage des travaux.
Cette difficu.lté se retrouve avec plus d'acuité du
Durant cette période, les méthodes opératoires
doivent être arrêtées et la coordination technique côté des entreprises, surtout dans le cas;de marchés
interentreprises doit permettre l'élaboration des traites par oorps d'é~t séparés.
plans de synthèse techniques. La notification d'un nouveau marché à une entre-
prise, qui correspond cn fait à unc commande femle,
déclenche à l'intérieur de celle-ÇÎ plusieurs tâches
qui dépendront de :
Les mises au point techniques l'importance quantitative du marché;
- la taiUe de l'entreprise;
internes à l'entreprise - l'organisation spécifique de l'entreprise (exis-
tence ou absence d'un bureau de méthodes).
Lorsque les entreprises sont choisies et que cette D'une manière générale, ces principales tâches sont
décision leur a été notifiée, on constate un phéno- les suivantes :
mène caractéristique du mondë du bâtiment:
• ~ dossier revient du s.ervice commercial lm
- d'une part, le groupe opérationnel desormais au service technique qui doit-r~poctcr leS-engagement~
complet (maître de l'ouvrage, équipe de conception
pris par le service commefôai, notammenl en'
et entreprises) est centré sur l'ouvrage à construire matière de prix et de délais, même si ceux-ci
et ce qui concerne cette œuvre collective;
paraissent trop serrés ou trop tendus.
- d'autre part, chacun des membres composant le
groupe opérationnel est préoccupé par ses impératifs • Un conducteur de travaux, qui devient respon-
internes. sable de l'affaire au sein de l'entreprise, est désigné. '"
Or ces impératifs 1l11C~nes sont parfois difficilement • Les objectifs à atteindre, définis lors de l'établis-
conciliables avec ceux de l'ouvrage collectif Il s'agît sement du devis, sont révisés en fonction du prix
là d'une distorsion typIque des cÎrcuits de production traité et de l'évolution dans le temps provenant:

To remove this message, purchase the


ThiS document was created using
SOLID CONVERTER PDF product at www.SolidDocuments.com
(~J
\ 1

, ':',,"( \X"'/'"

,~
'(
.JI

90 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
L
)
, ~
\ :
de nouvelles contraintes éventuelles, d'œuvre ou le coordonnateur en concertation avec L
d'un matériel effectivement disponible, les entreprises doit-il déterminer:
d'une main-d'œuvre disponible, ' - la manière dont les entreprises pensent exécuter I~
d'un plan de charge exact de l'entreprise. leur travail;
- éventuellement, les modifications de détail
'1
• La production est préparée par:
-;- l'élaboration des plans et desslps d'exécution, qu'elles souhaiteraient et qui pourraient leur faciliter
la tâche dans l'exécution; \.r­
ou les plans d'atelier (1), "1
- le choix définitif des éléments. pouvant être - les réservations qui leur sont nécessaires pour le L
préfabriqués (par opposition à ceux qui seront passage ou la fixation de tuyauteries, gaines ou
réalisés en œuvre), autres matériels;
- les points particuliers susceptibles de créer des
,..

- le choix des matériels nécessaires,


~ l'élaboration des plannings d'approvision­
difficultés aux autres entreprises. L
nemeJit, Les différents processus de construction ou de
l'élaboration des plannings d'utilisation du l' la
montage doivent être examinés en envisageant les
matériel,
- l'élaboration des plannings de mise à disposition
répercussions éventuelles qu'ils pourraient avoir, en L
particulier sur les trois points suivants:
de la main-d'œuvre,
- la définition des éléments du marché qui seront ra
• Aspect architectural
sous-trait~s.
A titre d'exemple: ,
l
• Le plan d'installation du chantier est arrêté. - le mode d'exécution des planchers peut avoir ...

• Le mode de désignation des éventuels sous­ pour conséquence l'apparition de joints en sous­
traitants est défini. face de plafond, si un système de prédalles de faible L
n est évident que ces diverses Jrévisions doivent se
largeur a été retenu ;
- l'exécution des façades par panneaux préfa­ 1­
faire en liaison : \

- d'une part, avec les impératifs généraux de

l'opération;

briqués peut éventuellement amener des modifica­


tions d'aspect extérieur, si, initialement, on avait
'e
prévu de les exécuter de façon traditionnelle. i
- d'autre part, avec les impératifs internes de

t"""
l'entreprise, tels que planning financier, possibilités

d'achat de nouveaux matériels, possibilités d'em­


• Planning L
baucne, plan de charges général de l'entreprise, etc.
Certains procédés ou certaines méthodes peuvent r '
n paraît indispensable que le « responsable des
être retenus ou écartés en raison des répercussions ""r
travaux)} prenne connaissance des contraintes des
qu'ils ont sur le planning (calendrier d'exécution). L.

entreprises désignées afin d'essayer de les concilier


Le facteur temps doit toujours être pris en consi­
avec celles des autres intervenants.
r-~_.
dération lors de l'adoption de tel ou tel processus
d'exécution. Pour gagner du temps sur un corps
d'état, on rallonge parfois considérablement le plan­
L
ning, car les tâches des autres corps d'état s'en
Organisation et coordination trouvent compliquées.
il""­
iL
techniques • Coordination
Chaque fois qu'un processus d'exécution est retenu,
',...
La bonne exécution des travau~ dépendra en partie pour un corps d'état, il faut examiner si l'adoption l
du soin apporté à l'organisaticm du chantier, à sa de ce procédé : L.
préparation et à la mise au point des méthodes - ne modifie pas l'enchaînement des diverses opé­ 1 ~
opérationnelles. rations des autres intervenants;
- n'entraîne pas des impossibilités techniques dans 'l
d'autres domaines;
~~
- n'amène pas des plus-values financières, pour ': [--­

La réunion de coordination travaux imprévus ou complexité de mise en œuvre ~l'


-
technique nouvelle, ou obligation de changer de matériaux ou
de fournitures. ~~
f '
;i
Le devis descriptif mis au point prend rarement en
~,
compte les modes opératoires. Aussi, le maître (1) Voir ci-après pour la définition de ces différents plans.
'~;
'#
,-~·:I';,:~
ri
LA
PRÉPAÀATION ET LA COORDINATION TECHNIQUES~ 91 •
~----------------------~~~~~

Les plans d'exécution Pour "exécution des fondations, dans les cas où la
reconnaissance des sols peut paraître insuffisante,
ou tout simplement lorsque le planning le permet,
il est souhaitable d'ouvrir partiellement les fouilles
Élaboration des plans afin d'avoir la confirmation des conclusions du
Les plans d'exécution sont ceux qui, sur la base de rapport de sol ou, éventuellement, d'apporter les
calculs, définissent avec précision les ouvrages corrections nécessaires aux hypothèses initiales.
concourant à la réalisation du bâtiment. Il ne faut Par contre, si le sous-sol est sensible à l'eau ct si la
pas confondre ces plans d'exécution avec les plans fouille est ouverte trop longtemps avant le coulage
d'atelier. Les textes relatifs à l'ingénierie publique du béton de propreté, il y a risque de modification
font la distinction: les plans d'atelier s'adaptent à des caractéristiques géotechniques en cas de pluie
la technique de l'entreprise et consistent par exemple ou de gel.
à définir un façonnage. un traçage, une nomencla­
ture, des détails de préfabrication, etc. Lorsqu'un bureau de contrôle intervient, il convient
aussi que les hypothèses soient arrêtées d'un
Pour la maÎtrise d'œuvre liée à des constructions co~mun accord entre son représentant et les ingé­
publiques, ces plans sont une partie de l'élément de nieurs des différentes disciplines.
mission «études de projet ». Ils sont exécutés exclu­
sivement par le maître d'œuvre ou l'entrepreneur.
Le maÎtre de l'ouvrage le précise dans chacun des Approbation des plans
contrats.
Afin de faciliter la mise au point du circuit d'ap­
ÙJrsque le maître d'œuvre et ses cocontractants probation des plans, il sera nécessaire de recenser
exécutent les plans d'exécution des ouvrages, une par nature d'ouvrage:
partie de ces plans sont joints au dossier de consul:­ - les participants: BET, entreprise, architecte,
tation, mais, dans la plupart des cas, la majorité de décorateur, maître de l'ouvrage, coordonnateur,
ceux-ci sont exécutés durant la période de prépara­ etc. ;
tion du chantier.
- leur mission: élaboration,' contrôle, réserva­
Préalablement à la réalisation des plans d'exécution, tions, transmissio~, exécution, etc.
il est nécessaire:
Le circuit doit aboutir à la personne qui attribue la
• d'établir la liste des exécutants (BET ou entre­ mention « bon pour exécution)} et ensuite à l'en­
prises) qui élaborent les plans pour chaque corps trepreneur exécutant à qui il faut réserv~rtin délai
d'état; . de préparation.
• de définir, pour chaque corps d'état, une liste Ces différents plans peuvent se classer en trois
prévisionnelle de ces plans (sachant que les complé­ grandes catégories;
ments techniques nécessaires figureront sur les plans • plans de voirie et réseaux divers;
d'atelier) ;
• plans de structure de béton armé ;
• d'établir une codification générale concernant .• plans des corps d'état secondaires.
l'ensemble des plans d'exécution et un système
d'indexation à chaque modification d'un plan; Un graphe de principe sera soumis pour accord aux
participants. La figure 8 en donne un exemple.
• de connaÎtre les réserVations à prévoir dans leS
planchers, les murs ou les ouvrages eux-mêmes, afin
que les entreprises de corps d'état secondaires Planning des études d'exécution
puissent fixer leur matériel ou passer leurs tuyau­ ,?!
teries, gaines ou câbles. Les plus intéressés -sontles Les tâches qui s'écheloonent pour la réalisation des
attributaires des lots: J' '/;c' ,plans '.\peuvent ,êtret'.-}'tl1~sées com!llé.! ,cindique la
plomberie, installation sanitaire,
figure 9. ", .
chauffage,
Ce document sera tenu à jour comme un planning
électricité,
à barres et permettra;,de pointer les informations
ascenseurs,
données par les autres entreprises, ainsi que de
menuiseries extérieures,
maîtriser le délai à prévoir entre le plan terminé et
"

fermetures extérieures,
le début de l'exécution. .~.

serrurerie,

ventilation mécanique,
La mise à jour suppose un échange systématique
antenne de télévision.
d'informations lors.:;de la réunion hebdomadaire de

'1.
.

18
>
-0
::Il

-0
Entreprises »
::Il
corps d'état Vérification•
secondaires ~
ë5
z
o
c
(')
:r
»
z
Ingénieur
-1
iii ,~
béton armé des plans BA ::Il
""ffr",,,,,, + ferraillage
Diffusion à tous les participants
(nombre d'exemplaires à définir
pour chacun)

cContrôle Vérification
~ Début d'exécution possible
technique
-cD+ Envoi 1 exemplaire
1 J.... .1 ) < 1 J1 J ~.
2C Envoi 2 exemplaires
~ coffrage
7<
Vérification
.'2P L Envoi 2 exemplaires
Architecte ~ ferraillage
~ Retour 1 exemplaire
--1.-.------~+__.\__.4--~-------__l..A.tiI 1 1 1 J -~ pour accord ou remarques
Ingénieur * Vérification faite lors
thermique d'une réunion de chantier
électricité, Vérification
fluides divers ''''.A,

Exécution des coffrages


Entreprise de Vérification et ferraillage en atelier
gros oeuvre

~
Figure 8 • Graphe de circulation des plans de béton armé.

'F. Fi'~FA f<.;,-,... ~Fr .ri" J'f!f!', r~ ~'r- . r;:.'..... """"-r r~J!!- :Wli' - V r r"" '.. - j'lr r"- ... r----~- 1'--;- r-~''t- r-'-, .---'-----..,.­
LA PRÉPARATION ET LA COORDINATION TECHNIQUES 93
..
---------------------------------=~~

,.
"

Plans de fondations
~r

Plans de sous-sol


Délais d'établissement des plans
Fourniture des plans de réservation du lot 3
~
r-
Date où les plans sont wbon pour exécution"
Date de début de travaux

Figure 9.

chantier, ou la transmission obligatoire d'une copie Le compte rendu de chantier peut mentionner les
des bordereaux d'em'oi de ces plans à chaque plans terminés depuis la dernière réunion.
participant.
Les plans peuvent subir, jusqu'à la fin de J'exécution
Le système de miSe à jour choisi devra être le plus des travaux, diverses modifications provenant de la
simple possible. coordination, d'imprécisions, d'impératifs de chan­
tier, etc. Ces modifications successives doivent être
Une fois adopté, il sera difficile de le changer, sans « gérées}) de façon que chacun travaille avec le
risque de perturber la coordination des études. « bon}} plan mis à jour et puisse v4tifier cette
validité sur une liste, elle-même tenue' à jour et
Mise à jour des plans éventuellement affiché,e dans le bureau de chantier.
La figure 7 donne un exemple de tenue à jour pour
Au fur et à mesure de l'exécution des plans, il est les plans de béton armé. Pour chaque plan, on
indispensable qu'une personne soit chargée de tenir mentionnera l'indice modificatif., la nature de la
à jour la liste prévisionnelle de tous les plans. modification et la date de cette modification,

CONSTRUCTION D'UN GROUPE SCOLAIRE

LES COQUELICOTS

LISTE DES PLANS DE BÉTON ARMÉ


N° DÉSIGNATlO~ A B C D ::.("

1 Coffrage du sous-sol Nord 04-08-95 05-09-95 18-09 3 }S , ,~ r'


2 Ferraillage du sous-sol Nord 16-08-95
3 Coffrage du sous-sol Sud 04-08-95
4 Ferraillage du sous-sol Sud 16-08-95 15-09-95
5 Coffrage voiles vide sanitaire 03-09-95
6 Ferraillage voiles VI-V8 15-09-95
7 Ferraillage voiles V9-V15

.. ,.
Figure JO - Liste des plans de béron armé,

" '(.
1: . ~;.(:~.
il
I_~ 1
.

94 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
'.

la

Cohérence entre Cohérence entre les plans


les plans d'architecture techniques des différents
et les plans techniques lots spécialisés t
Pour s'assurer de cette cohérence, c.ertaines vérifi­
cations doivent être faites:
Il faut s'assurer que les plans d'exécution des dif­
férents corps d'état, tout en respectant les plans iL
d'architecture, n'introduisent pas des incohérences
• Respect de l'expression architecturale ou impossibilités. En particulier, il convient d'exa­
plan de calepin age des façades, principes de
découpage des panneaux, position et type de joints,
respect des nus de façades;
miner:
- que les différentes réservations demandées par
chaque corps d'état ne conduisent pas à une « suc­
l

- respect de l'expression des acrotères, bandeaux:


de souche, joints entre planchers, etc. ;
cession de troUS» alors qu'un regroupement est
possible; If.
,(
- plans de serrurerie, ferronnerie, garde-corps, etc. - que les différents circuits de fluides alimentation
et évacuation sont compatibles dans les logements
• Respect du dimensionnement et les parties communes ;
Les cotes des plans de coffrages doivent être confron­ - que l'emplacement du matériel, tel que les radia­ ~~>
~.'
tées à celles des plans des architectes. A l'épaisseur teurs, est compatible avec des appareillages élec­
des revêtements près, elles doivent être identiques. triques, tels que des prises de courant, etc.

• Habitabilité des logements


Dans le cas de chantiers importants, des plans .1.1:.".;:
généraux de coordination entre tous les corps d'état
Il y a lieu de vérifier: sont à établir pour s'assurer qu'aucune difficulté ou
- le passage des différents citcuits d'amenées de impossibilité ne surgira lors de l'exécution des tra­ ~'
vaux.
fluides ou d'évacuation des déchets de manière que
ces passages soient confonnes aux pré-études et les
1..

Très souvent, ces plans sont déjà établis et font


moins apparents possible;
- la position des appareils sanitaires, meubles de
partie du dossier d'appel à la concurrence. Il suffit
t.:·
cuisine et radiateurs. Des initiatives sont parfois
alors de les mettre à jour, compte tenu des marchés
passés avec les entreprises.
1
prises par les techniciens d'une discipline en vue
d'améliorer leur propre prestation. Sur le plan de
l'habitabilité, le résultat est quelquefois contestable
(exemple: ra4iateurs au milieu d'un panneau qui
gênera la disposition des meubles !) ;
Ces plans de coordination ou de synthèse, devraient
être prévus par le m~ître d'œuvre lorsqu'il exécute
les plans d'exécution des ouvrages dans sa mission
1
et pour éviter toute équivoque, il serait préférable
- la position des appareillages électriques, prises,
interrupteurs, etc. ;
- qu'il n'y a pas de seuil, compte tenu des revê­
qu'ils soient prévus dans son contrat.
Par contre, dans le cas de plans exécutés par les
t
tements de sol prévus, ou s'il y en a de vérifier la
diftërence de niveau ;
- la disposition retenue pour les fermetures exté­
rieures, volets roulants, persiennes, etc.
entrepreneurs, ce qui logiquement devrait corres­
pondre au marché à l'entreprise générale ou à un
groupement, ces plans devraient être à la' charge
des entreprises et indus dans leur marché.
r
• Décoration .des halls d'entrée
Très souvent, le maître d'œuvre établit un plan
Il est nécessaire d'organiser des réunions dites de
« coordination technique» pour la mise au point
de ces différents plans d'exécution.
·r
spécial pour la décoration des halls d'entrée des
immeubles. II faut vérifier que tous les plans de
détail des entreprises respectent ce plan général.
L'importance de la cohérence de l'ensemble de ces
plans a conduit la réglementation se rapportant à la 1'...t

maîtrise d'œuvre à créer une cellule de synthèse (2)


(2) La cellule de synthèse se trouve dans la mission projet de la
maîtrise d'œuvre. soumise au décret n0 93·1268 du 23 novembre
1993. .
sous la responsabilité du maître d'œuvre ou de l'en­
trepreneur. -f
[

'".,.
~
.'
. ,
,p:~,'.'.;j", '

é~Ei'1~1.,;'.::,·
',.' :, '",!,:
... ".;
8
Le planning des travaux
, ..
~. 'i. ..

Diverses techniques peuvent être envisagées pour les répercussions que peut entraîner leur enc~aîne-.
l'élaboration du planning. De la qualité de l'éta- ment;
blissement du planning et surtout du choix réaliste • Contrôler : vérifier que la réalisation des travaux
de sa représentation· - clarté·, lisibilité, facilité est conforme aux prévisions et prendre toutes les
d'exploitation - dépendra en partie la qualité du mesures nécessaires pour corriger tout écart.
suivi des travaux, et la facilité de décider rapidement
d'actions correctives durant le déroulement du chan- Un planning correctement établi doit permettre
tier. l'exercice de ces fonctions. Le choix de la méthode
n'a: alors que peu d'importance et toute querelle
Contrairement à ce qu'affirme une célèbre boutade, entre partisans de telle ou telle méthode est inutile
le principal objectif du planning n'est pas vis-à-vis de la qualité de la préparation du planning
d'« évaluer, le retard dans la réalisation des tra- et de l'expérience de celui ou de ceux chargés de le
vaux », mais de permettre au maître de l'ouvrage, faire respecter.
à l'équipe maître d'œuvre et aux entreprises l'exer-
cice des cinq fonctions qui caractérisent l'accom- Important:
plissement de toute action:
Le planning, quel qu'il soit, doit:
• Prévoir: établir les programmes d'action et les - être facile à lire pour les exécutants; se méfier
situer dans le temps; des plannings complexes ou de représentation abs-
• Organiser: mettre en place les moyens propres traite, qui compliquent la tâche des conducteurs de
à la réalisation des prévisions; travaux et chefs de chantier plus qu'ils ne la sim-
plifient ;
• Commander: déclencher l'exécution des diffé-
rentes phases de réalisation des travaux et évaluer permettre à chacun de situer aisément son inter-
toutes les répercussions que peut entraîner leur vention;
! "

enchaînement; - faciliter la mise à jour, lors des pointages pério-


diques ;
• Coordonner: relier entre elles. les différentes
phases de réalisation des travaux et évaluer toutes prévoir les éventuels « incidents de parcours »).
._' ,W'.l!;'

\1

1 ;

96 LA PRÉPARATION DU CHANTIER

l,
,"
détermination des zones de balayage des grues;

Les documents nécessaires position de la centrale à béton;


L.

circulation des engins;

à l'établissement du planning surfaces nécessaires aux stockages des pièces

préfabriquées et des matériaux. [


Pour l'établissement du planning, doivent être pré­
• Tracé, même succinct, des installations de chan­

vus:
tier.

- l'ensemble des plans d'exécution;


• Propositions quant à l'enchaînement des opéra­ [
- le devis descriptif et le Cahier des clauses tech­ tions.
niques particulières (CCTP), par lots, décomposé
• Pour chaque tâche, indication du temps et du
en articles et indiquant avec précision les limites de
potentiel des équipes (en hommes/jour). ~
ir
J[
prestation de chaque marché;

• Précisions concernant la répartition du travail

le devis quantitatif estimatif ou la décomposition dans la semaine.

du prix forfaitaire ;
i'.
~
1["
'." .•..
On prendra éventuellement contact avec le respon­ - j "

- le Cahier dès clauses administratives particu­


sable de la conduite des travaux de gros œuvre de

lières (CCAP).
manière à tenir compte de son expérience.

Ces documents doivent permettre de répondre aux


Il conviendra de faire approuver par les entreprises i~
queStions suivantes :
pour chaque tâche élémentaire:
ft
- Quelle est la durée totale du chantier '1
- la décomposition : s'assurer que les tâches déter­

minées à l'étude correspondent à une action concrète


:[.',
Cette durée totale tient-elle compte ou non des sur le chantier; au besoin, regrouper ou redécom­
jours chômés, fériés? Les intc;,mpéries sont-elles ou poser des tâches si cela s'avère nécessaire;

ft
non incluses dans le, planning '1 Les congés payés - l'enchaînement logique ~ attirer l'attention de

sont-ils ou non compris dans)e planning? 'Ij


l'entreprise sur les difficultés d'enchaînement des

Quelles sont les entreprises attributaires des tâch~; établir cet enchaînement de manière à fi

diftërents lots? assurer une intervention continue par corps d'état;

- le temps estimé: un temps ne veut rien dire sans II'"­

l'indication du nombre d'hommes composant t'

l'équipe et des moyens matériels mis à la disposition L


Les renseignements 'de cette équipe.
ri
nécessaires à l'établissement t.
du planning Les modes de représentation r-.
L'établissement du planning ne peut se faire qu'avec
du planning L
un certain nombre d'informations détenues par le
maître d'ouvrage ou par les entreprises. Les modes de représentation des plannings sont lt'
.-f.
divers; nous n'évoquerons que les plus couramment I.t.
utilisés.
Renseignements à obtenir du maitre.de l'ouvrage
,l"­
Il faut l'accord définitif du maître de l'ouvrage sur L
le nombre de tranches, les\dates et l'ordre de
livraison des bâtiments. '
Le planning Gantt
~

Renseignements à obtenir des entreprises


La planification et la coordination des chantiers de L
bâtiments sont en général assurées à l'aide d'un
« planning à barres », dit aussi « planning l'-
• Renseignements sur le matériel et les moyens
Gantt » (1). La figure 11 présente un exemple de ce
qu'elles doivent mettre en œuvre :
planning. lL
. nombre de grues et capacité en tlm ;

- rotation des grues dans le temps;

- position des chemins de grues, largeur et rayon

r-­
(1) GanU était un disciple du célèbre ingénieur et économiste

de courbure ;
américain Taylor (1856-1915). .L,
,~

,*: -~
lE PLANNING DES TRAVAUX· 97
-,. •
'.


• Semelles filantes
• Murs sous-sol
, Etc,

·• -----------­ .,:

, 1
i
l
- --'r­

-T-­
,• ------------­ 1

·· ---------------
, -----------­
----------­
Figure 1/ - Exemples de planning Gantt.

Ces plannings mettent en évidence la durée de Ces plannings permettent d'effectuer un pointage à
chaque tâche et permettent de noter l'avancement un moment donné, mais n'autorisent pas à envisager
ou le retard d'un poste bien défini. Par contre, ils des modifications en appréciant toutes les consé­
présentent un certain nombre de lacunes : quences sur les différents corps d'état. Ils se révèlent
ils son t en général insuffisamment détaillés (en Vέ de ce fait peu opérationn~ls.
ron 50 tâches élémentaires dont l'unité de temps est
un peu longue: la semaine) et ne reflètent pas
l'imbrication complexe des interventions des diffé­ Nécessité d'avoir une méthode
rents corps d'état;
- il n'est -pas possible, lorsqu'une tâche est en d'ordonnancement
retard ou en avance par rapport au planning, d'en
apprécier les répercussions sur les autres tâches en Par définition nous proposons d'appeler « problème
aval et en particulier d'estimer si la date finale des d'ordonnancement » un problème dans lequel les
travaux est compromise ; trois conditions suivantes sont satisfaites:
les tâches importantes, c'est-à-dire celles où il Il s'agit d'étudier comment on doit réaliser
faut se montrer très vigilant quant au respect de « quelque chose » : immeuble de bureau, logements,
leur délai d'exécution, sous peine en cas de dépas­ entrepôt, usine, e t c . , ." i . ., .••.
sement de repousser la date finale des travaux, sont - Ce « quelque chose »est décomposable en
très difficilement repérables. « tâches H, c'est-à-dire en travaux élémentaires
Les plannings GanU sont d'une utilité contestable ayant une signification concrète, une durée qui peut
pour les entreprises et d'un faible secours pour la être estimée, un coût défini. Nous reviendrons plus
direction du chantier. L·avancement des travaux ne précisément sur la définition de tâche élémentaire
doit presque plus rien au planning, remplacé par la dans l'exemple pratique exposé ci-après.
bonne volonté de tous et souvent l'improvisation Ce « quelque chose» est soumis à un ensemble
résultant des dernières données du moment. de « contraintes» relatives à la ,,technologie. au

. ;",
, '\' ',1
'.'
"
-' ... '. ").,
j
LE PLANNING DES TRAVAUX' 97

~

-;.

"
,)

• Semelles filantes
• Murs sous-sol

·•
, Etc.

'------------­

_J
,
• --------------­
-1-­ - -i-­
1
1
1
-1
··
!

--------------
------------­
'­ ----------­
Figure JI - Exemples de planning Gantt.

Ces plannings mettent en évidence la durée de Ces plannings permettent d'effectuer un pointage à
chaque tâche et permettent de noter l'avancement un moment donné, mais n'autorisent pas à envisager
ou le retard d'un poste bien défini. Par contre, ils des modifications en appréciant toutesJes consé­
présentent un certain nombre de lacunes: quences sur les différents corps d'état. Ils se révèlent
ils sont en général insuffisamment détaillés (envi­ de ce fait peu opérationnels.
ron 50 tâches élémentaires dont l'unité de temps est
un peu longue: la semaine) et ne reflètent pas
l'imbrication complexe des interventions des diffé­
rents corps d'état;
Nécessité d'avoir une méthode
- il n'est ·pas possible, lorsqu'une tâche est en d'ordonnancement
retard ou en avance par rapport au planning, d'en
apprécier les répercussions sur les autres tâches en Par définition nous proposons d'appeler« problème
aval et en particulier d'estimer si la date finale des d'ordonnancement}} un problème dans lequel les
travaux est compromise ; trois conditions suivantes sont satisfaites:
- les tâches importantes, c'est-à-dire celles où il - Il s'agit d'étudier comment on doit réaliser
faut se montrer très vigilant quant au respect de « quelque chose}) : immeuble-de bureau, logements,
leur délai d'exécution, sous peine en cas de dépas­ entrepôt, usine, e t c . , . 'il ~"

sement de repousser la date finale des travaux, sont - Ce « quelque chose » 'est décompo'sable en
très difficilement repérables. « tâches », c'est-à-dire en travaux élémentaires
Les plannings Gantt sont d'une utilité contestable ayant une signification concrète, une durée qui peut
pour les entreprises et d'un faible secours pour la être estimée, un coût défini. Nous reviendrons plus
direction du chantier. L'avancement des travaux ne précisément sur la définition de tâche élémentaire
doit presque plus rien au planning, remplacé par la dans l'exemple pratique exposé ci-après.
bonne volonté de tous et souvent l'improvisation Ce « quelque chose» est soumis à un ensemble
résultant des dernières données du moment. de «contraintes» relatives à la Jechnologie. au

'l'
'\ ".r'.
::-/""':~r' !JJJfyp :J'::. ~ \(':. .\ "'.
.3
LI1
i ~~
1L . !)
~
i )
_ _1 !~
L._,,,~

1
ir­J
98 LA PRÉPARATION DU CHANTIER LJ

,1
matériel, à la main-d'œuvre, au fournisseur, au c'est-à-dire le retard possible du démarrage d'une
u-
~
climat, etc. .' tâche sans reculer pour autant la date finale des
travaux;
Avoir une méthode d'ordonnancement, c'est:
- définir le « quelque chose» à ordonnancer, • repérer le (ou les) « chemin(s) critique(s) »,

!~
c'est-à-dire préciser l'ouvrage faisant l'objet de l'or­ c'est-à-dire le (ou les) chemines) qui passe(nt) par
donnanceme~t et délimiter exactement les « fron­ l'ensemble des tâches critiques.
tières» avec l'environnement;
décomposer l'ouvrage ainsi défini en un certain
nombre de tâches ou travaux élémentaires, par
exemple les tâches a, b, c, d, e (figure 12) ;
La méthode PERT
- étudier les contraintes - c'est-à-dire examiner
pour chaque tâche celles immédiatement en aval et La méthode PERT (Program Evaluation and
celles immédiatement eri amont, et connaître la durée Review Technique) a été mise au point en 1958, par
de chacune d'entre elles - interférant sur chacune le service de détermination des programmes dù
des tâches et les introduire sous forme graphique. Bureau des projets spéciaux de la marine des États­
Unis, en collaboration avec le Département des
engins de la firme Lockheed et avec la société de
conseil de Booz-Allen et Hamilton.
L'application la plus célèbre de cette méthode est
celle qui a permis rétablissement et le contrôle du
planning de montage des fusées Polaris. Le gain de
temps dû à l'utilisation de cette méthode est, selon
les experts, estimé entre deux et trois ans.
Dès 1956; la firme Du-Pont-de-Nemours avait
commencé des recherches sur des méthodes nou­
velles d'ordonnancement et utilisait déjà ce type de
méthodes.
Ces techniques se sont alors développées chez les
Figure 12. militaires et dans l'industrie privée.
Ces méthodes dites « à chemin critique» ont fait
leur apparition en Europe vers 1960-1961, sous
Un tel schéma ou graphe-planning est riche d'en­ nmpulsion de personnalités revenant de voyages
seignements, car il permet de : . aux États-Unis et aussi :par . l'intermédiaire des
• visualiser la durée globale du déroulement de constructeurs d'ordina teurs qui proposaient des pro­
l'opération; gtammes PERT dans leur bibliothèque de « soft­
ware ».
• repérer deux types de tâches :
- les tâches critiques, celles où aucun retard n'est Bernard Roy avait mis au point, en France,
possible sous peine de retarder là date finale des la « méthode des potentiels» parfois dénommée
travaux (tâches a, d, e), « formulation potentiels tâches» et en avait fait,
- les tâches non critiques, celles où un certain en 1958, lors de la construction d'une centrale
retard reste possible sans compromettre la date nucléaire, une première application. Cette méthode
finale des travaux (tâches b, lC) ; a été par la suite très utilisée tant en France qu'en
Europe.
• visualiser la durée de cha~ue tâche;
Nous ne décrirons que sommairement ces méthodes,
• visualiser pour chaque tâche critique:
car notre but n'est pas d'écrire un traité de plani­
- sa date de début,
fication, mais de permettre au responsable de la
- sa date de fin ;
coordination des travaux d'établir son planning,
• visualiser pour chaque tâche non critique: dans le cas d'ouvrage relativement simple, de
sa date au plus tard de début, manière logique et réaliste. Ensuite, nous exami­
sa date au plus tôt de début, nerons les difficultés d'appliquer intégralement ces
sa date au plus tard de fin, méthodes aux chantiers de bâtim~nt qui présentent
sa date au plus tôt de fin, un caractère répétitif et nous indiquerons les adap­
la tolérance quant au démarrage de ces t!ches, tations nécessaires pour les rendre opérationnelles. ii J';:::;
"

., l ,. . . ,
"

, ,~ :
lE PLANNING DES TRAVAUX 99
.
--------_._-~-~.- -----_.. _--_._._------------~--_._--

Principe de la méthode: le graphe Éléments du réseau


La méthode repose sur un modèle mathématique: .. Les tâches élémentaires
le graphe.
Une tâche élémentaire est représentée par un arc
Le graphe se compose de deux éléments: appelé vel'/eur. La longueur du vecteur est indépen­
- les arcs qui représentent des tâches et qui sont dante de la durée de la tâche.
parcourus par un flux qui est le temps ;
- les sommets (ou nœuds) qui représentent des
étapes (ou des événements).
La dépendance des tâches les unes par rapport aux
.
E, TI,'
...

E,

autres peut se représenter sous deux formes diffé­


rentes: un graphe ou une matrice (figure 13). Figure 14.

Exemple:
Les étapes sont: El). El, ~ ... , E5' Sur la figure 14, la tâche T 12 a pour origine l'étape
'~I' \'

- Les tâches sont: TOI, T o2 , T I3 ···, T 45 (le premier El et pour fin l'étape E2 •
indice indique l'étape d'origine de la tâche, le second

l'étape de fin de la tâche).


Les caractéristiques des tâches permettent de les
classer en plusieurs catégories : t
- Le réseau a toujours une (ou plusieurs) origine(s)

et une (ou plusieurs) fin(s) et le sens d'écoulement


- Les tâches réelles, c'est-à-dire celles qui corres­
du temps ira de l'origine vers la fin sans pouvoir
pondent à l'exécution d'un travail. Ces tâches
revenir sur lui-même, ce qui implique que le graphe
consomment temps et travail.
ne comporte jamais de boucles ou de circuits.
- Les tâches d'attell1e qui ne nécessitent pas l'exé­
cution d'un travail mais sont consommatrices de
temps (séchage de cloisons, délai d'obtention d'une
Représentation graphe autorisation administrative, etc.).
Les tâches fictives qui ne consomment ni temps

/0 E, T,. Es

.o~
ni moyens matériels, mais nécessitent une démarche
préalable (mise sous-tension d'un équipement).

• Les étapes ou événements


Eo.,,~ ~y. Une étape est représentée par un sommet du graphe.
On utilise très souvent un cercle (ou toute autre
'\.
E,
. T2•
...

E.
figure géométrique) à l'intérieur duquel il sera pos­
sible d'inscrire des lettres ou des chiffres permettant
d'individualiser l'étape (figure 15).
Représentation matricielle
Etapes
extrémités
;--:==;::::;J.....__~ Numéro de "étape

T23

~
T(l2
. :i ",
-~/. J~

r
Etapes origines
Date au plus tôt
de réalisation de
l'étape
Date au plus tard

de réalisation de

l'étape

Figure 13. Figuré 15.

~-; .'
"\-~:."::'lr
l,.~
.'~
i '
1 :
1
...

i.,
J:

r
Î
1"
100 LA PRÉPARATION DU CHANTIER

J
1. .

Les caractéristiques d'une étape sont les suivantes: b) Le calcul des dates de réalisation des étapes ir
elle marque le début et/ou la fin d'une ou 1
plusieurs tâches ; • Date de réalisation au plus tôt des étapes. C'est :!
la date la plus proche de l'origine à laquelle on peut Ir~
- elle représente un jalon d'avancement dans le
temps; réaliser une étape. Pour la calculer, il faut ajouter '~
elle ne consomme pas de temps; à la date au plus tôt de chacune des étapes immé­

- elle n'utilise pas de moyens. diatement précédentes de l'étape considérée la durée d.l"

de la tâche de liaison. Parmi les valeurs obtenues,


on choisit la plus élevée. 'L
Règles de construction du réseau • Date de réalisation au plus tard des étapes. C'est 1

la date limite à laquelle cette étape doit être réalisée 'f:.


Pour qu'une tâche puisse commencer, il faut que
toutes les tâches qui la précèdent soient terminées.
afin de ne pas causer un retard dans la réalisation
totale du projet. Pour la calculer, il faut soustraire t
.1
Exemple: Pour' que la « pose des baignoires» T.u
puisse commencer (figure 16),iI faut que les tâches
« cloisons» T 34 et « doublages» T:;>A soient termi­
de la date au plus tard de chaque étape immédia­
tement suivante de l'étape considérée la, durée de.la
tâche de liaison, puis sélectionner la plus petite des
valeurs obtenues.
It ,
nées, on dit alors que l'étape est réalisée. 1 !

• Marge d'étape. C'est le temps disponible pour ~.

Pose des
réaliser une étape entre la date de réaÜsation au

plus tôt et la date de réalisation au plus tard de ~

Cloisons: baignoires: cette étape.


! '!lh
If
@~
T45 ( ; \ • Chemin critique. C'est le chemin le plus long de
-+\31 l'origine·du réseau à sa fin. Il peut éventuellement
y avoir plusieurs chemins critiques. C'est lç chemin
ft­
critique qui définit la durée totale du projet. ~.

• Étapes critiques. Ce sont les étapes situées sur le t


@~
(ou les) chemin(s) critique(s).
" ~ 0 Exemple: Considérons le graphe reproduit sur la r.'­
Pose des \:::.J figure 17 où l'on attribue à chaque tâche un temps: t
T24 radiateurs :
T47
~,
E, T'2=1 ~ ~t'
ft,
Figure /6.
.~~

7
'1- •
",,' , "à-", 7

Lorsqu'une étape est réalisée, les tâches qui ont


Eo.
T =3
cs l;. Es
\ ~"!t­. .;
pour origine cette étape peuvent commencer.
Exemple: Lorsque l'étape E4 est réalisée, les tâches
«pose des baignoires» T.u ' « pose des portes» T..o,
« pose des radiateurs» T 47 peuvent commencer.
~ •
EJ
-II'
if' l ,

Prise en compte des délais l'événement Eo représente la fin de la structure


l'événement Es représente le début des cloisons
I~d

Iti,
:;:
et des doublages

a) L'évaluation des durées Durée

en lours

Le graphe étant établi, c'est-à-dire la logique relative


au déroulement des tâches étant définie, il est T0' : menuiseries extérieures 2

T'2 : vitrerie 1

nécessaire d'attribuer à chaque tâche un temps. T25 : Coffres de volets roulants 1 1

Le choix de l'unité de temps est important. Le plus T05 : ragréages et schunts 3


souvent, l'unité la plus réaliste reste la journée. T00 : colonnes de chauffage 3
!O> T35 : radiateurs 2
Ces temps de chacune des tâches doivent être évalués T30 : gaines de plomberie 3

en collaboration avec les entreprises. Il est souhai­


T45 : menuiseries. intérieures 2
table que le futur conducteur de travaux de l'entre­
prise participe <i ce travail. ' "" Figure /7.

J]
t'.
il " 1

" ~',.
J

,~

LE PLANNING DES TRAVAUX 101


-~-~--~~------~--- _."--------~----~~-~-----------

Après calcul des dates au plus tôt et au plus tard • Date de fin au plus tôt d'une tâche.
j de chaque étape par les règles que nous venons C'est la date de début au plus tôt d'une tâche,

d'énoncer, on obtient le résultat représenté par la augmentée de la durée de cette tâche.

figure 18.
Exemple: Pour la tâche « vitrerie» T,", cette date

On remarque que le chemin critique passe par les est 2+1 = 3.


étapes Eo, E3' E4' Es, et que ces étapes ont leur
date au plus tôt et leur date au plus tard confondues. • Date de fin au plus tard d'une tâche. ~
C'est la date de réalisation au plus tard de l'étape
Les tâches critiques sont les tâches « colonnes de de fin de cette tâche.
chauffage» T o3 , «gaines de plomberie» T)4 et
« menuiseries intérieures» T 4s ' Exemple: Pour la tâche « vitrerie » T 12 , cette date
est 7.
La durée totale du projet est égale à huit jours.
Pour réduire cette durée, il faut agir en priorité sur • Date de début au plus tard d'une tâche.
les tâches critiques. C'est la date de fin au plus tarp de cette tâche,

Inversement, tout retard pris sur les tâches critiques diminuée de sa durée.

entraîne obligatoirement un retard sur la date finale Exemple: Pour la tâche « vitrerie » T 11 , Cette date

du projet. est 7 - 1 = 6.
• Marge totàle d'une tâche.
C'est le retard maximal qu'il est possible de prendre
Œl® @lQ) dans son exécution sans allonger le délai total de
E, E2 l'opération, mais en acceptant de perturber l'exé­
~/. ~ ••",.1'
cution d'autres tâches. On la calcule ~n faisant la
différence entre la date de réalisation au plus tard
@@ ~ 3 ~m®
de l'étape fin de cette tâche et la date de fin au plus
tôt de ,cette tâche.
E•• ~~.~

Exemple: Pour la tâche « vitrerie» Til' la marge


totale est 7 - 3 = 4.
.
Ea
..

E.

~ • ' Marge libre d'une tâche.


C'est le retard maximal qu'il est possible_de~pIendre
[ID@ OO@
dans son exécution non seulement sans {tllonger le
délai total de l'opération, mais aussi sans décaler
l'exécution d'aucune autre tâche. On la calcule en
o Date au plus tôt faisant la différence entre la date de' réalisation au
o Date au plus tard plus tôt de l'étape fin de cette tâche et la date de
-+ Chemin critique fin au plus tôt de cette tâche.
Exemples: Pour la tâche « vitrerie» T 12 , la marge
est 3 - 3 = O. Pour la tâche « ragréage et shunts ~)
Figure 18. Tos, la marge est 8 - 3 = 5. '

Ce mode de représentation est très intéressant, car Traduction du graphe en graphe-planning


Iprsque .la ,durée des tâches élémentaires varie, la
« morphologie » du graphe reste la même; seuls Si l'on reprend l'exemple du graphe précédent
les chiffres sont à modifier, le dessin n'est donc pas (figure 18), il est possible.de le traduire sous la ~.',.
à reprendre. forme d'un graphe-planning (figure 19).
c) Le calcul des dates d'accomplissement des tâches Ce graphe permet de :
• Date de début au plus tôt d'une tâche. - repérer le chemÎn critique, donc les étapes et les
tâches critiques;
C'est la date de réalisation au plus tôt de son étape - visualiser les dates au plus tôt et au plus tard
d'origine. de début et de fin de réalisation de chaque tâchl: ;
Exemple: Pour la tâche « vitrerie» T 12 du graphe visualiser les dates au plus tôt et au plus tard
(figure 17), cette date est 2. de début et de fin de chaque tâche,

"
"'J: .~jJ~' .. 1
;
"""':'

102 LA PRÉPARATION DU CHANTIER


.'

/
:~
, 1

1
1
1
1
'1
.~
1
1
---ï­
\
T.

Il
Ea
1

E3
.1
Figure 19 ­ Graphe-planning.
.1

La méthode des potentiels


EUe constitue, elle aussi, une méthode « à chemin
Représentation graphe
1
critique }).

Principe de la méthode : le graphe


,1

Le principe de la méthode repose toujours sur un


modèle mathématique qui est le grllphe composé de
deux éléments :
,1

- les sommets (les nœuds) qui représentent les


II
,
tâches (et non plus des étapes comme dans la Représentation matricielle
méthode PERT) ;
les arcs (les vecteurs) qui représentent la dépen­ Extrémités <4 J..
des r ----------~
dance, c'est-à-dire la contrainte entre deux tâches contraintes
(et non plus les tâches comme dans la méthode
PERT). .
La dépendance des tâches les unes par rapport aux

autres peut se représenter sous deux formes diffé­

rentes par un graphe ou par une matrice (figure 20).

l,'

- Les tâches sont : a, b, c, :.., h, i.

- Les contraintes sont: C.b , Cbc ' ••• , Cdi • Chi (la

première JeUre indique la tâche .d'origine de la


I~.·
J:,
contrainte; la seconde indique la tâche de fin de la

contrainte).
i

Comme pouda méthode PERT, le graphe a toujours


J:'
le,
une (ou plusieurs) origine(s) et une (ou plusieurs)
f"
fin(s) et le sens d'écoulemen t du temps ira de l'origine

Origines des contraintes i~


vers la fin sans pouvoir revenir sur lui-même, ce qui
lM
implique que le graphe ne comporte jamais de
li
boucles ou de circuits. '...
Figure 20. , ,
.. ~.'..,
" .
lE PLANNING OES TRAVAUX 103 #

:~:

Comparaison entre la méthode PERT


et la méthode des potentiels . PERT
Sans vouloir entrer dans tous les détails de la

méthode des potentiels. nous nous proposons, sur


El b =1 E2
un exemple simple, celui déjà choisi précédemment,

de mettre en évidence les avantages et les inconvé­


'1-: • ••" ' \
~ ~,
nients de chacune de ces deux méthodes (figure 21).

/
Premier exemple:

~.E.
"'~.
Pour la compréhension du graphe, il est nécessaire
...
de créer des tâches fictives « début» et « fin » de

durée nulle.

• 9 ••
• Méthode PERT E3 Et
Les sommets représentent les 6 étapes. "':-1
f"'"
Les vecteurs représentent les 8 tâches. ~
Potentiels
Ce mode de représentation suppose une bonne
connaissance des tâches.
Sur chaque vecteur est indiquée la durée de la
tâche.
a = 2 signifie que la tâche « a » a une durée de
2 jours.

• Méthode des potentiels


- Les sommets représentent les 8 tâches réelles et

les 2 tâches fictives de durée nulle.

- Les vecteurs représentent les 9 contrainte~ réelles

et les 3 contraintes fictives nulles.

Ce mode de représentation suppose une bonne


connaissance des tâches.
- Le chiffre à l'intérieur du cercle représentatif des
tâches indique leur durée. ...
Figure 21.
Le chiffre porté sur le vecteur contrainte indique la

contrainte en temps de la tâche origine sur la tâche

extrémité. La tâche « a » est d'une durée de deux

jours et la. tâche « b» ne pourra commencer que

lorsque la tâche « a » sera totalement terminée.

La figure 22 traduit ces deux méthodes sur un

graphe-planning. (Ce graphe est à rapprocher de

celui de la figure 19.)

Dans cet exemple, nous avons fait l'hypothèse

qu'une tâche ne pouvait commencer que lorsque la


~ .:.' », '

tâche ou les tâches en amont nécessaires à son

démarrage étaient totalement réalisées. Mais il peut

en être autrement.

Deuxième exemple:

Considérons le cas où une tâche 'peut démarrer

avant l'achèvement total de la tâche en amont.

Nous supposerons que la tâche « f » peut démarrer

deux jours après le début de la tâche «e». Les

graphes dans chacune des méthodes se trouvent

modifiés comme le montre la figure 23,


Figure 22.

-../.'. 'A~ • .;.·_·.,·t-~ :


1 i
.'{; :~l~~;: -"i~";'~:' .

-
'.:.
l' '
1 1

i}

104 LA PRÉPARATION DU CHANTIER


i
l'

!r
It
i
1

• Méthode PERT
- Il faut créer des tâches « fictives}) e, et e2 et une
PERT :t
étape «fictive » E' 3 •
La morphologie du graphe est modifiée, la
représentation devient plus compliquée. y-
El b=1

d=3 '."

E2

'r
Le nombre de tâches passe de 8 à 9. Eo • ., ::::::t:..
-- Le nombre d'étapes passe de 6 à 7. "<4

f-r-­(
1",3
Es
l' ~;!

.-
' ..
E'3 ~ ?
• Méthode des potentiels g-3
....E4

- Il suffit simplement de modifier la valeur de la E3 I~

il
contrainte entre e et f et mettre 2 au lieu de 3.
1
La morphologie du graphe reste la même. . Potentiels
- Le nombre de tâches reste inchangé.
- Le nombre de contraintes reste inchangé.
fi
1
ir
:(
La figure 24 traduit ces deux méthodes sur un
graphe-planning. If
"ft
La tâche « f » peut commencer deux jours après le
démarrage de la tâche « e », c'est-à-dire à la fin de
la tâche « e, ».
'ifi: ~t

Application des méthQdes Figure 23_ ~.


~t:
« à chemin critique» ~
aux opérations de bâtiment (2)
ft
Ordonnancement des chantiers « prototypes »
ft
On peut considérer qu'un chantier est prototype
lorsque les ensembles à ordonnancer ne sont pas
répétitifs. Exemples: une maison, une usine, un
1
entrepôt, un ouvrage d'art, un aéroport, une gare, i~
etc. l"'.
....
1
l"~

Dans de tels cas, les « méthodes à chemin critique )}


i
(PERT ou des potentiels) s'appliquent sans aucune
difficuité. il 1 p­
"

Ordonnancement des chantiers « répétitifs »


~.;
On peut considérer comme chantier répétitif des lE
ouvrages ayant des étages répétitifs à ordonnancer,
tels que bâtiments d'habitation, hôtels, immeubles Figure 24. i]

de bureaux, immeubles administratifs, lotissements '~


de villas similaires, etc.
L'application des « méthodes à chemin critique )}
(PERT ou des potentiels) n'est plus possible direc­
tement dans de tels cas, car le graphe général de
'f!
J
(2) Pour les problèmes d'utilisation des marges totales èt de
continuité des équipes, voir par exemple A. Deloro, G, Taffin,
l'opération peut se décomposer en deux parties:
une partie non répétitive; ilJ
......
« Ordonnancement des chantiers: réalités et contrevérité »,
Annales de l'lTBTP, mars-avril 1968, n· 243-244: P. Dubuc,
« Analyse des .problèmes d'ordonnancement rencontrés par un
org.miS01\! de pilotage. », Métra, n' 2. 1971. "'.
_- une partie répétitive entraînant des contraintes
d'un type particulier et une dégénérescence du
chemin critique. . .j

liiii.

1 ~'::'/
,,.

LE PLANNING DES TRAVAUX 105


.
~~-

Le graphe général du bâtiment G comprend des


• Graphe d'un étage répétitif
sous-graphes, tels que:
Supposons que ce graphe G3 soit celui de la

- GI. G2. G4, qui sont des sous-graphes non

figure 26:

répétitifs ;

- G3 qui est un sous-graphe répétitif.


Dans un chantier répétitif, deux notions nouvelles

interviennent:

La méthode consiste à recenser les tâches élémen­

taires de l'opération et à les affecter à chacun des


la contrainte verticale,
sous-graphes G 1, G2, G3. G4.
- ta contrainte de moyens.

G4
Non { ,----, Terrasse ..
répétitif

(
4 Ga
..

3 Ga
Répétitifs

2 Gs

1
Ga
..

• f f • :;;;,

Gz
1 1 1 If

R. d. C. Il
Non

:r
répétitif

1 SIS G1
..

Figure 25 - Exemple d'ordonnancement d'un bâtiment de 5 niveaux,

.'...." '1
-
--..,~<"t <,' .,\,\-"-". 1 ;

~
'.;:
lf
r
lit
106 LA PRÉPARATION DU CHANTIER
..
Il
1
1 ~
1 .i
• Notion de « tâche verticale» iL
et de « contrainte verticale» (3)
B 5. 1
?"

Une tâche verticale s'effectue simultanément, sur


plusieurs sous-graphes répétitifs.

Exemples:

3
A _ _• Cl 4 pose des colonnes de chauffage, de plomberie;
pose de boisseaux, gaines vide-ordures, guide
L
r
l,

ascenseur, etc.
1 2 La caractéristique de ces tâches verticales, c'est

El 5
D~
t
1
,

1
qu'elles sont liées à plusieurs tâches répétitives
appartenant à des sous-graphes répétitifs différents.
L'analyse de ces tâches verticales et de leurs liaisons
il,
:0­i

,..
F t~\\W\'!i_~~îi!i.:;1--- --' conditionne l'étude du passage d'un graphe répétitif
. à un autre graphe répétitif. IL
~.,

~
Figure 26. (3) Pour plus de détails, voir P. Dubuc, article cité. i

t,:.
...
Graphe potentiel d'un étage Graphe-planning d'un étage
.~
5

A
~~ E C
j. D },.a,,, r:­~~
I
F ~~~~~
5 ____ t 1 1;;,..

.......

{:
Graphe potentiel des étages répétitifs Graphe-planning des étages répétitifs É
5
B. t ;r

!~ '---+'\®
4
Po. 3 C. 2 .1·

l:
@ F.'""""'"''''
Ir­
,""
1

5
ttt
f , \
'1 , ,
® ,, , \ ir-­
1 t·
'e::
1.
1
,
1
1 ...
1 1 •<.

: 1
~...
1 1

® 1 1
1 1'"­
1
1
1 c.:
1
1
1. ;:­
(1) (DA. 2 _ _ _ _ _ _ J1 ,~
. D, } . . . . ./ / / r -
!.. 5 _~ ____ ,I
- - ­
r
~.

Figure 27.
ra;;
'Ii> r
:*' I~
~.
LE PLANNING DES TRAVAUX 107··

:;.

Si, par exemple, la pose des- cloisons sèches· est continuité, sauf sur la tâche A, qu( represente la
conditionnée par la pose des colonnes de plomberie tâche« structure »parexemple. Le graphe-planning
et la mise en place des appareils sanitaires, le des étages répétitifs peut alors être représenté comme
planning des travaux de pose des cloisons sèches ne sur la figure 27.
pourra être établi qu'après celui des colonnes de
Le chemin critique du planning de ce bâtiment
plomberie et des appareils sanitaires.
passera par les tâches Al, A2, A3, A4 du gros
• Notion de continuité des tâches répétitives œuvre des différents niveaux, puis par les tâches 84,
« contrainte de moyens » C4, D4 d'équipement et de finition du dernier
niveau.
Il est important d'assurer la continuité des équipes
de travail sur le chantier. Les tâches identiques et • Graphe avec contrainte « verticale »
répétitives sont alors exécutées en continuité, d'où Reprenons le graphe répétitif d'un étage (figure 26)
des contraintes dites de moyens.
et supposons que la tâche F soit une tâche verticale:
• Graphe sans contrainte « verticale i>
pose des colonnes de plomberie par exemple, av~
obligation d'assurer la continuité. Le. graphe-plan­
Reprenons le graphe précédent (figure 26) pour un ning des étages répétitifs devient alors celui de la
étage et supposons qu'il n'y ait aucune contrainte figure 28 et tient compte de la continuité verticale
verticale ni aucune contrainte de moyens ou de de la tâche F.

Graphe potentiel d'un étage Graphe-plannlng d'un étage


5

~ t 4

A E~ C 01//3///

F~'%<l.,5 . 11
_____

Graphe potentiel des étages répétitifs Graphe-planning des étages répétitHs

Po.
@ @ 1 ,2
Q,,('/////..

~----_: ~
ftt
l , 1
® 2
0.(/////..- - - - - J
1 11
1 1
1 1 1
----. 1 1
1 1
1 1
1 1
1 1
® ® A. 1 1
D2~//~//r---- _ _ _ _ _ : _ J 1
t . 1 ;~ ­
,~m::)"'·,~,v;t--~-_. f
1 ;:.,
,
'~. \

1
CD CD A, 2
D, (/////.1"- _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _! _ _ - J1

Figure 28.

-.,.: \. ,;..l'~~:,~
:.~~:.~~ ;,"\

,11

:--~('.:." ","
·", "'.

il

108 LA PRÉPARATION DU CHANTIER


r
Pour assurer la continuité de la tâche F (pose des
colonnes de plomberie), on a « perdu .» la continuité
de la tâche A (structure).
L'opération effectuée sur l'exemple de la figure 27,
consistant à assurer la continuité des tâches s'appelle
le lissage.
t
1

• Graphe avec contrainte « verticale »


On remarque qu'après lissage le chemin critique est
dégénéré et peut ne pas passer par les tâches critiques
[
et de « moyens » du graphe répétitif.
Dans de nombreux cas, il est indispensable d'intro­
duire des contraintes de moyens, ce qui signifie que
Dans l'exemple choisi la tâche C était critique dans
le graphe répétitif, alors qu'elle ne l'est plus dans le
iLr.'
la tâche du niveau n + 1 sera effectuée après la tâche graphe-planning général, et que le chemin critique
du niveau n et avec la même équipe. Cette contrainte
est une nécessité afin de réduire les interruptions
dans la continuité des travaux qui sont toujours
une source de renchérissement des coûts.
passe par les tâches A (AI' A2' AH A 4 ), E (E4 , ~,
~, El), F (FI' F2' F 3 , F4 ), D (D4 , D J , D 2, DI)'
Les dates au plus tôt et au plus tard, les marges
t
Supposons donc que la continuité de toutes les
libres et totales ne présentent plus beaucoup d'in­
térêt.
I[~"

."" i ~
i '
tâches doive être assurée, le graphe-planning devient
alors celui de la figure 29 et tient compte des Les méthodes à chemin critique sont à utiliser avec
contraintes de moyens rajoutées. précaution et à adapter à chaque cas particulier.
[

Graphe. potentiel d'un étage Graphe-planning d'un étage


,[~

~, 5 ~ 4

A. '1._,_c ____+"'" f:.•. :


(

Graphe potentiel des étages répétitifs Graphe-planning des étages répétitifs lt


li
4

If
r
~.'.•...
ft.
® '
F. 5
.,,

If
,1 4 1 __ ... ____ __ •

CD .. 2
Otf/////'­
E,. 5
Ft~

Figure 29.
1
["':'l
1:
""
,.
''J.F'
; ••l".
LE PLANNING OES TRAV.AUX . 109 ..~

.,.
Figure 30 - Planning chemin de fer.

Le planning « chemin de fer » • La méthode PERT permet de gérer un nombfe


important de tâches à caractère tr~ divers (admi­
nistratif, financier, décisionnel, etc.), reliées par des
On peut aussi représenter le planning sous une autre

contraintes multiples.
forme, dite « planning chemin de fer» (4). Cette

représentation met en évidence: la continuité des

• La méthode des potèntiels offre une image plus


équipes et la rapidité d'exécution des tâches de
représentative du temps. Elle s'adapte peut-être
chaque éorps d'état.
mieux à des opérations concernant J'exécution des
Ce type de représentation prend toute sa significa­
travaux où le nombre des tâches est souvent plus
t,ion pour l'élaboration de planning de bâtiments
restreint·
élevés où les travaux sont répétitifs à chaque étage.

L'évolution des tâches est rapportée à deux axes


• La méthode « chemin de fer;; trouve particu­
rectangulaires :
lièrement son application dans l'enchaînement
- L'axe des abscisses est l'axe du temps, l'unité
continu de tâches répétitives, donC; de chantiers
étanL en géuhal la joul'llée ; .
décomposés en nivcaux ou zones simIlaires.
L'axe des ordonnées est représentatif du che­
minement des équipes à travers les différentes unités
répétitives de l'ouvrage (très souvent, ces unités sont
les étages du bâtiment).
La vitesSe d'exécution d'une tâche est sùpposée L'informatisation
constante à l'intérieur d'une unité répétitive.
L'image de cette progression est alors une droite. des plannings .
Plus la droite fait un angle important avec l'axe du
temps, plus la progression (vitesse de la tâche), est Un avantage incontestable de l'informatique est de
importante et inversement (figure 30). pouvoir traiter très rapidement un grand nombre
de données dans une logique préétablie.
La saisie des données demande un in')j!estissement
Quelle méthode choisir ? initial qui sera largement compensé lorsqu'il s'agira
de faire des mises àjour, des simulations ou extraire
Toutes les méthodes énoncées ci-avant" présentent certaines données par tri.
un intérêt, mais ont néanmoins des domaines
d'application préférentiels. Dans des cas plus simples de gestion, l'utilisation
de logiciels de base (traitement de texte, tableur,
gestion de fichiers, etc.) peut trouver des applications
(4) Ce type de planning était utilisé par la SNCF pour représenter
la marche des trains. Le temps est porté horizontalement et les nombreuses pour rédiger les comptes rendus, cal­
distances verticalement sur le diagramme. culer les acomptes. faire des prévisions financières.

'~:~~', ~'«-.{:
.....
....
OPERATION NACOT SAVOIE LE CLARIN itabUle 25 luln 92-rectffié le 26 luln 92 o

JU1Jl 1992 JUILLET AOUT SEPTEMBRE OCTOBRE ç


DATE 1 8 15 22 29 6 13 20 27' 3 10 17 24 31 7 14 21 28 5 12 "0
:0
N· 1 LOT Di,lgNltlon m·
"0
Tiche Concern61 Tach. 1 . . . tne 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 .17 18 19 20 »
:0
»
-i
5

,.. ',. 'r'···[.:.:. . . . . . . .


z
402-PORTl METALLIQUE o
c

__
()
ENTREE 8 l
»
1 z
::i ;~~,
1403*MEX BOIS ,.' m

2
3
1
8 4. ETAGE
'SANITAIRES A
................. ..................
....................... ...........
:0

4 CHASSIS C ..............•.............•..•.......
5 CUISINE et S.A MANGER A .......................................
~ l
'6
7
8
9
,2103-PORTE INTERIEURE
8 4.
B 3•• t 2e
A 4. ; 3e ; 2. ; 1er ; ROC
C ETAGE .t ROC
1
• If • • • • • • • • • • _

............................ .......
.......
..•..............•............. \
__
•••••••••••••••••••••••

.......•....•....•.. •....•..•...••.

230S*PEINTURE SEMI-COLLECTIF
'0 aatfment B
Bat IlMnt A et C .···.··.... ·~~~~~~~7~~~~~::=::
" 4119*CHUTE E.U E.V ; PLOMBERIE
···j···········I················
SIEGES,CHASSE D'EAU,SYPHON, ........ .....•.........•...
1r-j- fl
12
13 VANNES
1
4133*CURAGE
·.. j··T.. . .·ll·..· · · . . . .
14 TRAVAUX

Figure 3J • Exemple de présentation d'un planning simplifié, à partir de Mulliplan.

~~·ji0~.· ~l .,..
':"''''r ,~ ~ ~~ ~ ~ ~"'[. ~,~- r"-,. ~. ~: ~ 1"""""'",1" r--f.' ~ -~ ~-
#.
LE PLANNING OES TRAVAUX 111

Dans le présent ouvrage, on peut citer, par exemple, chaque zone correspondant à un planning séparé
les figures 10, 53 ou les tableaux 10, II, i2 qui sont pour une raison pratique d'unité de réalisation puis
exploités sur un tableur. de représentation. Le planning d'une zone peut
éventuellement ne comporter qu'un seul planning
La figure 31 donne un exemple de la présentation avec indication des travaux de structure et des
d'un planning simplifié à partir de Multiplan.
travaux d'équipements, ou être établi sous forme
de plannings différenciés - structure el équipe­
ments - suivant la complexité des cas.
Un plan masse réduit dessiné dans une partie du
Les phases d'élaboration planning sert de repérage de la zone traitée.
..;:'.,.

Les différentes phases à observer dans l'élaboration


d'un planning sont représentées ci-dessous. C. Liste des tâches
On établit ensuite la liste des tâches élémentaires
A par lot et par zone en recueillant des~nformations
Consultation complémentaires pour leur exploitation future.
des d Cette préparation est indispensable et' ne peut être
1 que manuelle, sauf si l'on pointe une liste de ba,.se
B préétablie.
Décomposition
en zones
1
D. Élaboration des graphes .
C

Avec les éléments .préparés, on dessine les liaisons


Liste

des tâches
des tâches avec une représentation différente suivànt
1
que l'on utilise la méthode PERT ou la méthode
0
des potentiels.
Élaboration Pour représenter l'interaction des contraintes r~la­
des graphes 1 tives aux tâches entre elles, un croquis manuel du
1 graphe est indispensable. Les informations seront
E
strictement limitées aux tâches succes~ives. Avec la
Saisie
plupart des logiciels, le dessin du gr~'phe peut être
des données
sorti sur table traçante mais en même temps que
1
, les plannings, après le lissage de toutes les opéra­
F G tions. En cas de modifications, il faut ressaisir les
!
Dessin du planning
~

Lissage modifications pour chaque tâche au cours de la


à barres
des tâches phase G de lissage. La souplesse du procédé permet
1 de faire facilement des simulations.
H
Mise à jour
E. Valorisation et saisie des tâches
1 1

La valorisation porte sur la durée, sur le coût pour


A. Consultation des documents en déduire un planning financier et les informa­ :'~,

tions diverses nécessaires à l'élaboration de divers ).~~;.-a.


Cette phase est accomplie quels que soient les calendriers (par entreprise, des moyêns, de la
moyens utilisés: il s'agit de prendre connaissance fabrication, ... ).
des documents du dossier marché: plans, descrip­
tifs, quantitatifs, etc. (Pour plus de détails se repor­ Les chiffres et les informations seront définitivement
ter en début de ce chapitre). arrêtés, à moins de refaire la saisie pour certaines ..
tâches. II s'agit d'un travail important de saisie de
-~ ...
toutes les données qui est la partie la plus fastidieuse .•.. .. : .
~

B. Décomposition en zones en informatique. Une rigueur absolue est à observer,


la correction d'une erreur de saisie risque de faire
Le zonage d'un chantier peut concerner des bâti· perdre une partie du bénéfice apporté par l'infor­ J...,
ments, des étages, des locaux techniques, ctc .. malique.

'.,
:"i~ ; .,}; .._-'--:-" ;i
,.
?;l, \f":·~·
1 :

11jl
1
,~
l··f...
----------.../..J l
1.
112 LA PRÉPARATION DU CHANTIER l
L

F. Dessin du planning à barres sa localisation ;


les codes des tâches précédentes et suivantes;
t
Avant de commencer un dessin, on 'vérifiera que le la durée de la tâche ; :r"
délai global est respecté sinon, il faudra effectuer le
lissage des tâches.
l'entreprise réalisatrice ;
les moyens en personnel ou en approvisionne­
L
On obtient le dessin directement par une commande ment;
interne au logiciel utilisé, ce qui permet d'obtenir la valeur marché de la tâche. r
un résultat immédiat (avec la rapidité liée à la
puissance du matériel utilisé). Le rendu du document Les informations peuvent s'étendre à d'autres don­
'l
nées suivant le logiciel utilisé et l'usage que l'on
est automatique par le moyen d'une table traçante
qui permet d'obtenir un format adapté et un trait
correct.
veut en faire. Ir
L.

Par contre, l'intervention sur Je dessin, pour faire


des modifications de présentation, sera impossible. Les documents de sortie Ll
Le logiciel est un outil rigoureux; L­

Les documents édités à partir d'un logiciel revêtent


G. Lissage des tâches . plusieurs formes : I~
• des listes obtenues par les possibilités de tri : 'L
Lisser les tâches consiste à ({ enchaîner )) ces tâches - listes des tâches; liste des dates pour un entre­
pour rentrer dans le délai global ou respecter des preneur, pour les fabrications, pour un bâtiment,
enchaînement de phases. On créera des marges libres pour la semaine, pour le mois ; r"
indispensables pour gérer les aléas et les contraintes • des dessins de graphes et de plannings sur impri­
l
techniques (temps de séchage, etcl..) dans les espaces mante ou table traçante. (

de calendrier restant disponibles~ou à creer. I~


Le résultat doit être clair et facilement exploitable
/,
Le logiciel donne immédiatement l'écart entre le (voir document ci-contre). 'L
planning et le délai global. Si le délai global n'est
Les moyens de reproduction seront adaptés aux
pas respecté, il est nécessaire de doubler les équipes
résultats que l'on désire. '!"­

ou les effectifs, ou imaginer d'autres astuces de L
gestion. Ces simulations qui peuvent être successives Comme pour toute décision importante, avant de
apportent une rapidité et un gain de temps certains. faire l'acquisition d'un logiciel, il faut avoir défini
i
1 it.
Les marges libres sont introduites sous la forme de ses propres besoins. r
1 1

tâches fictives.
Il faut savoir que le produit spécifique n'existe pas '"
1..-.

sur le marché, mais on peut le commander expres­ {

H. Mise à jour sément et le prévoir évolutif pour s'adapter à des 1 r:-'


situations particulières et des activités nouvelles. It.­
La mise à jour eSt nécessaire quand un décalage
important s'est produit par rapport aux délais Le choix doit donc être effectué après analyse et
initiaux. réflexion. :~
A titre indicatif, nous donnons une liste de critères
, {.
On saisit les modifications comme indiqué à la pliase parmi lesquels il faut opter ou non avant de choisir
E et 9n fait directement la sortie du graphe (si le logiciel qui correspondra à l'activité recherchée:
nécessaire) et du planning en faisant éventuellement ~
plusieurs simulations pour obtenir un lissage cohé­ dessin des tâches sous plusieurs formes, en L..
rent avec le délai global. La réa~isation est relati­ couleurs;
vement rapide. - adaptation du calendrier (en mois, nombre de
jours par semaine, jours fériés, ...) ; Ir­
- prise en compte des contraintes; t
- dessin des liaisons (contraintes) avec option pour
La saisie des données éviter la « forêt» de liaisons; ~
j\
- intitulés alignés sur la gauche ou reproduit sur 'it,
Les éléments à fournir sur un écran préparé à cet la tâche; .
- temps de calcul et d'impression;
effet (ou masque) sont en général, par tâche:
le. texte de la tâche ; - possibilité d'introduire un cartouche. un plan :r­
- son code; masse. de~ titre~. etc. t.
\Ii.

,.; . .~
f,V
i!'
,"'~,:'\-..;.~ ". ;.. ':":~

- 20 LOGEMENTS CHASSELAY ­ li : 28! ~!92


octObre 91 novenbre Oecanora )anvlor 92 levrler ltèU"S avrl1 s. nal )uln lull18l 92 .out se p tl1
10 23 30 7 14212S4 1218 25 2 9 1523306 13 20 27 3 10 17 24 2 9 15 23 30 6 132\274 11 16251 9 15 22 29 6 1320 27 3 10 17 2~ 31 7 I~
IAi'tAU'l C{llI(lV.Ul tU 8~HMHH$
1,1 1 C J. AS l RE V !GE f !tJ.i S, 02 55 1 LA Pl" pl.E 15, p2 ~R GE ET 5ll.. E~ C 25, 2 rA flDS

!~ ~N~S ~
1-
1
.1-
12,0 r AR fsSl HEt S CAl IAL $. 23, 2 P.N 11-' ~ AG S lO S G~ AG S
'"'" ""
I(
or ~ V
~
. [1 P LA ES ET AE

.
; 26. 2 FA! I4DE 1;

""1- ~ .: II ~tA
r- t -
~L Il ~o Cl ~I lEI' V ~~
1/
1

il.
r-
, rE
p
CN J.T ONi

ra
A Il E
1/ V
1

~
EV III E PI. IN J- e E

,
j
~ ...o.
~ 0 01
~
~ PL /Je
C.<J ll.. ..
0 C

OU! CA LA, Ee
E

e
1/
~
À 1 E
! !'I
1
1 1
1~ 10. 3
... SOI S [ "I.l Gt AI C PE
~ I!!"
• 1
II. ~ Y T. SOL 0 'll A ~ C 0

-...
l-
1

I ,0 0 GE AB D
K
,..~ .1 RPI . [ LL GE A
I~
0
\
ac
1
~~
RPI , ( Ll GE ' A
K i\
32 05 LI rv.1 CNPA CA 5 0 oE '\ 16. 2 ~R GE TES AL EfI po. ~ ~CH lT e ET 1"
~ 1= \ 1==1==
11.
2 AR. ~! ET ES ~Al. ES ,\~7, 2 C OE B
/
'1=I=l

~ ~
21. e C UX ~II' ~Xl X Al UA ,C 21 C œ E
t=
~I 1.

1= V
1 m
19, !A GE E E 1. 1 ~s 4E TAN HE ne E 0
-0
1

GE E ~c LII ~s al
ç
Ilfs 0
I~ i= P r-
19. Ali CA Z
1= Z
) 17. ~ HU ES E P AR GE
"0.11'01 rES DE GAJ~GE pc r-•. E Z
p Cp
G)

1\ • 3 H~ P. C luv RT l ~A X N~ XE ! 9,
a
l'OR ES ):le AR J>E Cl
o
m
en
1\ ~. 7 ~f1 te El E 6 C E -!
::0
, »
<.
15 23 30 7 14 Z 1 20 4 12 la 25 <1 9 15 Z3 30 6 13 20 U J 10 17 24 2 9 16 23 JO 6 13 Z1 27 ~ Il 10 25 1 9 15 22 29 5 1320 27 ;3 10 17 Z~ 31 7 I~I »
octobr~ 91 nOVeAbre
cx
deCe~bre IBlw!r.r 92 fevrler ~ars avr! 1 92 oel )uIO jUillet 92 aout septe1

-"C''''. (l"\tlQU'.
.
T'te"" han tt"H'qu••
1
r ......... I ............. ~~_ . . . __ ....
....
....
CI)
,_.~",
· /'

9
La pratique du planning

L'établissement du planning nécessite la parfaite En cas de retard dans la présentation du projet de


connaissance des documents de consultation - des- décOmpte mensuel, l'entrepreneur est ,passible des
criptifs, cahiers des charges, docbnents graphiques, pénalitéS prévues à l'article 20.3. » .
etc. - mais aussi un dialogue àpprofondi entre la « Le mandatement de l'acompte doit intervenir
maîtrise d'œuvre et les entreprises, pour tout ce qui quarante-cinq jours .au plus tard après la date à
concerne les temps d'exécution, les modes opéra- laquelle le projet de décompte est remis ...
toires et le matériel mis en place. (article 13.23). L'entrepreneur a droit à des intérêts
moratoires en cas de retard dans les mandatements »
(article 1L 7).
Les délais « L'entrepreneur est tenu de communiquer le
contrat de sous-traitance [...] lorsque la personne
responsable du marché en fait la demande. Si, sans
Avant d'établir le planning, il est nécessaire de motif valable, il n'a pas rempli cette obligation
réfléchir sur la définition des délais et sur leurs quinze jours après avoir été mis en demeure de le
conséquences. faire, il encourt une pénalité journalière de 1/1 000
[...] En outre, le défaut de communication du contrat
[...] un mois après cette mise en demeure expose
Définition des délais l'entrepreneur à [...] la résiliation» (article 2.49.2).
La liste des exemples de délais que l'on pe'Ui trouver
Les obligations que le contrat fait naître sont en dans un marché, public ou privé, est très importan te,
général assorties de délais de façon à pouvoir mettre d'autant plus que le CCAP peut en rajouter.
en œuvre des moyens de coercition (pénalités, inté-
La façon de décompter les délais, parce qu'elle est
rêts moratoires, résiliation du marché, etc.). Prenons
trop souvent l'occasion de litiges, a été définie
quelques exemples dans le CCAG Travaux (marchés
contractuellement à l'article 5 du CCAG Travaux.
publics) :
- « Avant la fin de chaque mois, l'entrepreneur « Tout délai imparti dans le marché au maître de
remet au maître d'œuvre un projet de décompte ... l'ouvrage, à la personne responsable du marché. au
(article 13.11). maître d'œuvre ou à l'entrepreneur commence à
. 1 ;~,
[,;1
;iC
1 !
"f i

116 LA PRÉPARATION DU CHANTIER


"'lf
1
1

j ~ ii

courir le lendemain du jour où s'est produit le fait Délai d'exécution du marché public ,.,
qui sert de point de départ à ce délai. (soumis au CCAG Travaux, articles 19 et 28).
Lorsque le délai est fixé en jours, il s'entend en jours
de calendrier et il expire à la fin du dernier jour de
la durée prévue. '
Si le CCAP (Cahier des clauses administratives
particulières) prévoit une période de préparation,
celle-ci est en général de deux mois. Elle est incluse
..
,
dans le délai global d'exécution qui est précisé en
Lorsque le délai est fixé en mois, il est compté de
~ quantième à quantième. S'il n'existe pas de quan­ mois (en semaines ou en jours).
r"
tième cOITe~pondant dans le mois où se tennine le
délai, celui-ci expire à la fin du dernier jour de ce
Le marché peut imposer une date limite d'achève­
ment à condition de fixer en même temps une date
...

mois. limite pour le commencement des travaux.


Lorsque le dernier jour d'un délai est un samedi,
un dimanche ou un jour férié ou chômé, le délai est
Il existe un certain nombre de cas où le délai
d'exécution peut être prolongé (ajournement, chan­
r...

prolongé jusqu'à la fin du premier jour ouvrable gement de la masse des travaux, intempéries, etc.).
qui suit. (Voir chapitre 13 : « Décompte des jours d'intem­ r
Lorsque, en exécution des dispositions du marché,
périe ».) . ' L
un document doit être remis, dans un délai fixé, par
l'entrepreneur au maître d'œuvre, à la personne Délai d'exécution du marché privé t.

~
responsable du marché ou au maître de l'ouvrage,
ou réciproquement, ou encore lorsque la remise
(lorsqu'il est soumis à la nonne NF P 03-001 de
septembre 1991).
L
d'un document doit faire courir un délai, le docu­ ,.1 i..
ment doit être remis au destinataire contre récépissé La norme prévoit un délai de préparation qui i
ou lui être adressé par lettre recommandée avec commence dès la signature du marché (ou sa noti­ L
demande d'avis de réception postaL La date du fication si elle est prévue), d'une durée de trois mois
récépissé ou de l'avis de réception postal est retenue sauf précision contraire du CCAP (Cahier des
clauses administratives particulières).
...
,
comme date de remise de document. »
Dans les marchés privés, on retrouve une clause Le délai d'exécution contractuel exclut cè délai de
L
équivalente citée à l'article 1.3.2.2.5 de la norme préparation et commence à la date fixée par l'ordre 1 ft

NF P 03-001. de service, éventuellement avant la fin du délai de i


préparation si le marché le prévoit. ~

Le délai d'exécution '­


l
IF
Parmi tous les délais que l'on peut recenser dans le L'élaboration du planning '.--'
marché, celui qui occupe un rôle prédominant est &.
le délai d'exécution des travaux. Il se décompose en
délai de préparation et délai d'exécution.
des travaux L
Il commence à la date indiquée dans un ordre de
service ou à la notification du marché (voir
chapitre Il).
L'élaboration du planning nécessite l'exploitation
des informations recueillies dans le dossier tech­
t
--
nique, ainsi que les renseignements obtenus des
Le délai sera décomposé au stade du marché suivant différents partenaires, mais aussi l'application d'une
diverses possibilités (voir chapitre 3 : « L'établis­ méthodologie rigoureuse.
....'
sement du calendrier prévisionnel des travaux »). L.

Un délai de préparation deviendra obligatoire pour


Ir-­
la mise en place d'un CISScr et la rédaction d'un Aide-mémoire pour l'établissement
PPSPS lorsque, comme nous l'avons vu, ces dispo­
sitions sont prévues par la réglementation (voir cha­ du planning L
pitre 6).
La date correspondant à la fin du délai contractuel Prendre connaissance du dossier technique '-­
il·
étant définie, il faudra constater que la date retenue (voir chapitre 8) :
pour être J'achèvement des travaux se situe bien plans d'architecte, 1'.~
avant éette date-là. - plans techniques,
L
.

d~
'.' :. ~:":"".

LA PRATIQUe DU

devis quantitatif ou décomposition du prix for­ • Tâches non répétitives en toiture-terrasse


faitaire,
- Cahier des clauses techniques particulières TI : mise hors d'ean
(CCTP), T 2 : pose des ventllateurs
- Cahier des clauses administratives particulières
(CCAP). T J : exécution de l'étanchéité.
• Tâches répétitives en étages
Obtenir les renseignements nécessaires A : pose des cloisons
(voir chapitre 8) :
B : gaine de ventilation mécaniq ue
du maître de l'ouvrage,
- des entreprises. C : colonnes de chauffage
D : pose des radiateurs
Décomposer le projet en tâches élémentaires E : alimentation en ,eau et appareils s~nitaires.

A raide du devis descriptif (CCTP), il convient de


définir les tâches élémentaires à accomplir sur le Examiner la logique entre les tâches,
chantier. On procède corps d'état par corps d'état, c'est-à-dire les contraintes de dépendance
Une centaine de tâches permettent l'établissement Cet examen conduit à la construction :
d'un plaiming qui reste encore d'une exploitation
- du graphe général pour les chantiers « proto­
facile sans la nécessité d'un traitement informatique.
types » ;
Ces tâches doivent présenter sensiblement des des graphes non répétitifs et répétitifs pour les
« poids » équivalents. chantiers « répétitifs ».
Chacune ne doit concerner qu'un seul corps d'état La figure 32 représente un exemple simplifié pour
et représenter un travail facilement identifiable sur un chantier « répétitif».
le chantier.
La décomposition en tâch~ élémentaires doit tenir
compte des caractéristiques suivantes: Toiture­

terrasse

L'élément de travail représentatif de la tâche


correspondra à la décomposition minimale à gérer
(sauf lorsqu'il s'agit du planning de rattrapage, voir
j
Graphe
. non
répétitif
chapitre 13).
- Il doit être parfaitement définissable dans le
temps et dans l'espace afin d'être contrôlé sans
équivoque.
Sa durée sera assez courte pour que la gestion
en soit facilitée.
- Il ne cOrrespond pas toujours à un élément du Gr::Iohe
quantitatif ou à un prix unitaire. réPétitif
- Son coût est en général faible eu égard au
montant du marché.
Les tâches doivent être classées par corps d'état en
tâches répétitives et non répétitives,
Exemple simplifié pour un chantier « répétitif» :

• Tâches non répétitives en sous-sol Graphe


SI : canalisation des eaux usées (EU) et des eaux
pluviales (EP)
" j non
répétitif

",~.

S2 : canalisation d'eau froide ,t"~

S3 : réseau de chauffage. FigfJ:re 32. ,~ "',

_.

"
,';:".,
-~\\ --'.....
"',:, '-':~

\"1

118 LA PRÉPARATION DU CHANTIER \ 1

Extrait de calendrier en semaines

Mise hors d'eau Etanchéité


1
Toiture­ T, T3
T2
/-----­
terrasse
r
Ventilateurs ",

1 Il
1
---'---m3i ______,. 1 -­
r
,il
A. ;


!
l
~ Ir D3
.f•
___ L. _ _ _ .. _1_
iJ..J\ ir
1 i
li
!

Travaux 12"
répétitifs
.,Jj l/l1lJ r
1

\ 1 1\
1

"'
jl'
Il
~~ \
:1
C, 17 1 .

! ) 'TI
"Ji..
1"' Cloisons
~ D,

Radiateurs
:I

~ Il Sanitaires
1

"..[
1 !n_~n

Sous-sol
S,
1 S2
Eau froide ;1

EU-EP
~ / 1 1."[
1"

;\
Réseau chauffage
1 1 1 1 1
Figure 33 - Graphe-planning des tâches du bâtiment, 1 J!)V
!
i~

"#:

LA PRATIQUE DU PLANN~G 119

Attribuer un temps à chaque tâche élémeataire - menuiseries extérieures: précadres, menuiseries