Vous êtes sur la page 1sur 5

Les différents points analysés par le discours royal :

Globalement, le discours du Roi Mohammed VI comporte trois grands thèmes:


1. Le politique et le sociétal:
-les partis politiques verront le soutien que leur accorde l'Etat augmenter. A charge pour eux de créer des
structures de réflexion et d'analyse, d'employer une élite intellectuelle capable de réfléchir pour enrichir les
débats.
-il faut continuer à réduire les inégalités sociales et spatiales. Parmi les nouveautés, il faudra simplifier les
procédures susceptibles d’encourager les différentes formes de dons, d’actions bénévoles et d’œuvres
caritatives et d’appuyer initiatives sociales et entreprises citoyennes. Et ne pas hésiter à lancer des formes
de PPP (partenariat public privé) dans le domaine social.
2. La jeunesse et l'emploi:
-sur le service militaire: le Roi a rassuré les sceptiques sur l'égalité des chances dans ce domaine.
-la formation professionnelle et la réforme qui est en cours.
-le monde agricole: il faudra ouvrir l'investissement aux entreprises qui devront pouvoir accéder au foncier;
créer des couches moyennes dans le monde rural; ouvrir l'appropriation aux ayants droits des terres
collectives (soulaliyate) dans les périmètres non irrigués comme on l'a fait dans les périmètres irrigués, ce
qui va permettre de mobiliser environ un million d'hectares supplémentaires à l'investissement agricole.
L'appropriation ici signifie l'accès à la propriété.
3. Le développement économique.
Le Roi avait appelé il y a plus d'un an à l'élaboration d'un nouveau modèle de développement. Ce vendredi
12 octobre 2018, il a annoncé la création d'une commission ad hoc chargée de réunir les contributions et
d'assurer une synthèse.

Augmentation du soutien public aux partis


Encourager le secteur privé à agir dans le social
Service militaire: tous les Marocains sont égaux
Emploi: formation professionnelle, terres soulaliyate, agriculture, santé
Nouveau modèle de développement: création d'une commission ad hoc
L’égalité entre les citoyens

De l’emploi des jeunes à la formation en passant par le soutien des agriculteurs, les thèmes centraux du
discours du Roi ont marqué les esprits.
Le discours du Roi était une appelle lancée pour renforcer le cadre d’évolution des formations politiques à
travers le soutien financier. L’objectif est de favoriser l’émergence de toute une catégorie de jeunes cadres.
Il a insisté sur les efforts à faire sur le plan social en renforçant le secteur agricole en créant une nouvelle
catégorie socio-professionnelle pour les agriculteurs qui correspond à celle des autres secteurs. Cela
permettra de créer plus d’emploi dans ce secteur et d’avoir des cadres plus qualifiés.
En outre, le discours a mis en avant un nouveau modèle de développement pour l’avenir du Maroc. Le
souverain a également appelé à la mobilisation pour la réduction des disparités sociales et spatiales afin de
consacrer la culture de la solidarité et de la cohésion sociale, d’offrir de plus grandes opportunités aux
jeunes et de promouvoir la situation des jeunes agricoles dans le même sens le discours royal a insisté sur
la simplification des procédures administratives, l’amélioration des services publiques, le lancement de
partenariat public et privé et même le service militaire.

 Le Roi appelle à examiner la possibilité d'ouvrir le secteur de la santé, non autorisé actuellement aux
étrangers, à "des initiatives de qualité et à des compétences de niveau mondial " à condition qu'elles
contribuent à un transfert de savoir-faire au pays et à la création d’emplois adaptés aux potentialités de la
jeunesse marocaine". Le souverain a noté, qu'au terme de leur formation à l’étranger, certains étudiants
préfèrent rester sur place, attirés par les avantages alléchants qui leur sont offerts", soulignant que
"l’initiative que Nous proposons est de nature à créer les conditions favorables pour amener les
compétences marocaines à rentrer travailler au pays et y donner le meilleur d’elles-mêmes".
 Le Roi appelle à consolider les acquis réalisés dans le domaine agricole et à créer de nouvelles activités
génératrices d'emplois et de revenus, particulièrement pour les jeunes en milieu rural, dans l'objectif de
favoriser l’émergence d’une classe moyenne agricole capable d'exercer sa double vocation de facteur
d’équilibre et de levier de développement socio-économique.
 Le Roi appelle à ce que soit renforcé et facilité l’accès des investisseurs au foncier, qu’il s’agisse de
particuliers ou d’entreprises, car cette mesure est de nature à favoriser la création d’emplois et à préserver
la vocation agricole des terres concernées.
 Il a en outre mis en relief l'importance de la mobilisation des terres agricoles appartenant aux collectivités
ethniques pour la réalisation de projets d’investissement agricole, relevant que cette mesure, qui constitue
un levier fort pour améliorer globalement le niveau de vie socio-économique, et plus particulièrement celui
des ayants droits, permettrait de mobiliser pas moins d’un million d’hectares supplémentaires de ces terres.
 Le Roi a relevé que « la formation professionnelle constitue un levier essentiel, à la condition, toutefois,
qu’elle fasse l’objet de toute l’attention requise, et qu’un contenu et un statut nouveaux lui soient accordés
en tant que filière prometteuse ». Pour cela, a expliqué le Souverain, « il convient de tendre de nouvelles
passerelles entre la formation professionnelle et l’enseignement général en veillant à les articuler dans le
cadre d’un système harmonisé et cohérent, où formations théoriques et stages pratiques en entreprise se
complètent et s’équilibrent ».
 Le service militaire « permet aussi de bénéficier d’une formation et d’un entrainement qui offrent des
opportunités d’insertion socio-professionnelle aux conscrits capables de faire valoir leurs compétences, leur
sens de l’engagement et des responsabilités », a dit le Roi, soulignant que « tous les Marocains concernés
par le service militaire, sans exception, sont égaux en la matière et ce, indépendamment de leur classe
sociale, de leurs diplômes et de leur niveau d’instruction ».
 Le Roi Mohammed VI appelle les élus à prendre part "activement" à la dynamique de réforme que connaît
le Royaume. "Que vous releviez de la majorité ou de l'opposition parlementaire, vous avez, plus
spécifiquement, la noble et lourde charge de prendre part activement à la dynamique de réforme que connait
notre pays.
 Le Souverain appelle à une "simplification des procédures susceptibles d’encourager les différentes
formes de dons, d’actions bénévoles et d’œuvres caritatives et d’appuyer initiatives sociales et entreprises
citoyennes", mettant l’accent sur la nécessité de mettre en place de "nouveaux mécanismes susceptibles de
renforcer la contribution du secteur privé dans la promotion du Social, et de l’inciter à prendre une part
active dans l’amélioration des prestations offertes aux citoyens". "Cette contribution doit se faire aussi bien
dans le cadre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises qu’à travers le lancement de Partenariats Public-
Privé dans le domaine social".
Plusieurs chantiers ont été annoncés par le roi, ce vendredi, dans son discours marquant la rentrée
parlementaire. Devant les membres des deux Chambres, le souverain a tracé les axes d'intervention
sur lesquels les parlementaires devront déployer leurs efforts durant la nouvelle année législative.
Le plan royal englobe plusieurs initiatives devant être mises en place pour ranimer la confiance des
citoyens.

La lutte contre le chômage pour toutes les Régions


Outre l'adéquation entre la formation professionnelle et le marché de l'emploi, le roi a appelé au soutien
de la "classe moyenne rurale" à l'instar de celle urbaine, à travers la formation des agriculteurs et leur
regroupement au sein des coopératives et des interprofessions. Dans le même souci d'améliorer les
revenus de la population rurale, le souverain a appelé à l'élargissement du cercle de l'appropriation des
terres cellulaires aux ayants droit et ce, en dehors du périmètre irrigué.

Les Marocains égaux devant le service militaire


A propos du projet de loi qui est actuellement entre les mains des parlementaires et portant sur le service
militaire, le roi s'est voulu catégorique. Tous les Marocains sont concernés par le service militaire, quelles
que soient leurs catégories socioprofessionnelles. Il est également question de permettre à une large
frange de jeunes qui demeurent exclus du système de trouver via ce service un tremplin vers le marché de
l'emploi.

Partis politique. Une hausse des subventions


Le souverain a appelé à l'augmentation des subventions accordées aux partis politiques, qui devront
assurer pleinement leur rôle d'encadrement des citoyens

Modèle de développement. Un comité pour unifier les visions


Les préparatifs pour la formulation du modèle de développement ont atteint des seuils convaincants. Le
roi a insisté à ce que l'ensemble des contributions qui ont été formulées soient examinées par une
commission qui devra, dans un délai de trois mois, présenter son travail au souverain.

L'investissement étranger pour doper la santé


C'est probablement l'un des principaux chantiers de la rentrée pour les parlementaires, qui devront
élaborer le nouveau cadre d'investissement pour la santé privée. Le roi veut surtout que les compétences
marocaines à l'étranger soient réorientées vers le Maroc et puissent travailler dans des cliniques
étrangères.

Solidarité, simplifier les procédures


Le roi a appelé à la mise en place d'un cadre plus souple pour les donations et les œuvres caritatives. La
principale proposition émise par le souverain réside dans des partenariats avec le privé pour mieux cibler
les actions.
Les solutions proposées au niveau du discours royal :
 Les partis politiques doivent créer des structures de réflexion et d'analyse, d'employer une
élite intellectuelle capable de réfléchir pour enrichir les débats.
 Le Roi Mohammed VI appelle les élus à prendre part "activement" à la dynamique de
réforme que connaît le Royaume.
 l'augmentation des subventions accordées aux partis politiques.
 réduire les inégalités sociales, mais aussi et surtout, à améliorer et immuniser le vivre-
ensemble de tous les Marocains.
 réduire les inégalités sociales et spatiales.
 simplifier les procédures susceptibles d’encourager les différentes formes de dons, d’actions
bénévoles et d’œuvres caritatives et d’appuyer initiatives sociales et entreprises citoyennes.
 Le lancement des formes de PPP (partenariat public privé) dans le domaine social.
 mettre en place de "nouveaux mécanismes susceptibles de renforcer la contribution du
secteur privé dans la promotion du Social, et de l’inciter à prendre une part active dans
l’amélioration des prestations offertes aux citoyens
 créer des couches moyennes dans le monde rural.
 ouvrir l'appropriation (l'accès à la propriété) aux ayants droits des terres collectives
(soulaliyate) dans les périmètres non irrigués comme on l'a fait dans les périmètres irrigués,
ce qui va permettre de mobiliser environ un million d'hectares supplémentaires à
l'investissement agricole.
 la création d'une commission ad hoc chargée de réunir les contributions et d'assurer une
synthèse.
 créer des conditions favorables pour amener les compétences marocaines à rentrer travailler
au pays et y donner le meilleur d’elles-mêmes.
 consolider les acquis réalisés dans le domaine agricole et créer de nouvelles activités
génératrices d'emplois et de revenus, particulièrement pour les jeunes en milieu rural.
 renforcer et faciliter l’accès des investisseurs au foncier, qu’il s’agisse de particuliers ou
d’entreprises.
 la mobilisation des terres agricoles appartenant aux collectivités ethniques pour la réalisation
de projets d’investissement agricole.
 tendre de nouvelles passerelles entre la formation professionnelle et l’enseignement général
en veillant à les articuler dans le cadre d’un système harmonisé et cohérent, où formations
théoriques et stages pratiques en entreprise se complètent et s’équilibrent.
 la mise en adéquation entre formation et exigences du marché du travail pour faire en sorte
que la formation professionnelle soit érigée en levier d’insertion dans la vie active.
 soutien de la "classe moyenne rurale" à l'instar de celle urbaine, à travers la formation des
agriculteurs et leur regroupement au sein des coopératives et des interprofessions.
 L’examen de l'ensemble des contributions qui ont été formulées par une commission qui
devra, dans un délai de trois mois, présenter son travail au souverain.
 Réhabiliter les petits agriculteurs n’est pas en reste dans cette dynamique sociétale qui doit,
comme l’affirme le Souverain, avoir absolument pour priorités la commercialisation de leurs
produits et la lutte sans merci contre les spéculations et la multiplication des intermédiaires.
Projet de Loi de finances 2019 :
1) Modification de la grille de l’impôt sur les sociétés (IS) Bénéfice fiscal inférieur ou égal à 300.000
DH : 10% (sans changement)
Bénéfice fiscal de +300.000 à 1 million DH : 17,50% au lieu de 20%
Bénéfice fiscal supérieur à 1 Millions DH : 32% au lieu de 20% et 31%
Le taux de 37% pour les établissements de crédit et organismes assimilés, Bank Al Maghrib, la
CDG, les sociétés d’assurances et de réassurances serait maintenu.
2) Hausse de la cotisation minimale de 0,50% à 0,75%
 Le taux de 0,25% au titre des ventes de produits pétroliers, gaz, beurre, huile, sucre, farine, eau
et électricité serait sans changement.
 Il en est de même du taux de 6% pour certaine professions libérales qui serait maintenu.
3) Nouvelle contribution sociale de solidarité : 2%
Un Taux de 2% sera institué en 2019 pour les sociétés qui réalisent un bénéfice net égal ou
supérieur à 50 millions DH sur 2 exercices consécutifs
4) Nouvelle cotisation minimale sur le profit foncier
Si le prix de cession dépasse 500.000 DH, le profit de cession pour les immeubles à usage
d’habitation même occupés depuis 6 ans et plus est soumis à une cotisation minimale de 3% du
prix de cession.
5) L’abattement de 40% remplacé par une franchise de 30.000 DH
L’abattement de 40% sur le montant des revenus fonciers en vigueur depuis plus 25 à 30 ans
serait remplacé par une franchise de 30.000 DH à l’instar des salaires. Ces revenus seraient taxés
au taux spécifique de 15%
6) Le plafonnement de 10.000 DH en espèces va être supprimé
Le paiement en espèces plafonné à 10.000 DH pour que la charge soit déductible et la VA
récupérable serait supprimé à compter de 2019.
7) Augmentation de la « Vignette » de 50 à 500 DH
La taxe spéciale annuelle sur les véhicules va augmenter de 50 à 500 DH selon les cylindrés du
véhicule.
 Véhicule à essence : -8 cv : 400 dh ; de 8 à 10 CV : 700 dh ; de 11 à 14 cv ; 3.200 dh ; égal ou
supérieur à 15 cv : 8.500 dh
 Véhicule gasoil : 8 cv : 750 dh ; de 8 à 10 CV : 1.550 dh ; de 11 à 14 cv ; 6.200 dh ; égal ou
supérieur à 15 cv : 20.500 dh
8) L’auto-construction soumise à la TVA
Les opérations de livraison à soi-même de construction d’habitation personnelle effectuée par
des personnes physiques, des sociétés civiles immobilières et les coopératives sont soumises en
2019 à la TVA si la superficie couverte totale excède 300 m2.
9) Amnistie sur certaines créances dues
Il est question également de l’annulation de certaines créances anciennes avant Janvier 2000. Il
en est de même des amendes et pénalités.