Vous êtes sur la page 1sur 30

2018

TOUR DE REFROIDISSEMENT

Nasr Khouloud
Institut Supérieure des Etudes
Technologiques de Zaghouan
24/12/2018
TOUR
DE
REFROIDISSEMENT
Plan de travail

I. Introduction
II. Modélisation numérique
III. Nomenclature
IV. Référence bibliographique
Introduction :
I. Définition :
Les tours de refroidissement sont utilisées pour refroidir un liquide ou un gaz
à l'aide d'un moyen de refroidissement. Il s'agit d'un cas particulier d'un
échangeur de chaleur où Le moyen de refroidissement de telles installations
est le plus souvent l'air ambiant. Les tours de refroidissement sont des
équipements courants, présents dans des installations de climatisation, ou dans
des procédés industriels et énergétiques.
II. Historique d’un tour de refroidissement :
Les noms les plus reconnus de l’industrie de refroidissement sont à l’origine de
sa création: Balcke, Marley, Ceramic, Recold et Hamon Dry Cooling. Balcke &
Co. a été fondée en Allemagne en 1894 et est devenue le premier fabricant
mondial de tours de refroidissement au début des années 1900. Marley a été
fondée aux États-Unis en 1922 en tant qu’équipementier de centrales
électriques, avant de devenir The Marley Company en 1926. Recold a été
fondée en 1932 à Brea en Californie. Ces entreprises ont inventé et breveté la
plupart des innovations et des technologies ayant trait aux tours de
refroidissement industrielles utilisées à l’heure actuelle.
 Les plus grandes installations de refroidissement au monde :
En 1920 : pulvérisateurs; tour atmosphérique ;
En 1930 : tour de refroidissement à tirage naturel hyperbolique en béton ; tour
de refroidissement à tirage mécanique avec ventilateur d’extraction ;
En 1950 : condenseur à air ; tour de refroidissement avec écoulement inférieur
En 1960 : conception à flux transversal avec remplissage sous forme de
pellicules ; échangeur de chaleur à air ; condenseur à évaporation de 100
tonnes ;
En 1970 : Années 1970 : plus grands ventilateurs au monde ; tour de
refroidissement à tirage mécanique à ventilateurs multiples ;
En 1980 : tour de refroidissement hybride à voie humide-sèche ; tour de
refroidissement à voie humide à tirage naturel avec désulfuration des effluents
gazeux intégrée ; système de refroidissement à voie sèche indirecte complète ;
En 1990 : construction en bois pour tours de refroidissement hybrides multi
cellules ; système complet à extrémité froide ; (PDF) Etude et description du
fonctionnement d'un tour de refroidissement d'eau.. Available from:
https://www.researchgate.net/publication/282152221_Etude_et_description_
du_fonctionnement_d'un_tour_de_refroidissement_d'eau [accessed Dec 23
2018].
En 2000 : tour thermique à gaz naturel liquide; tour de refroidissement à tirage
mécanique circulaire assistée d’un tirage naturel.
III. Les différents types des tours de refroidissement :
Il existe quatre types de tour de refroidissement :
•Tour de refroidissement ouvert
•Tour de refroidissement fermé
•Tour de refroidissement avec un condenseur évaporatif
•Tour de refroidissement à circuit fermé hybride
Modélisation numérique
Choix du mode d'échange :

La quasi-totalité des réfrigérants de centrales thermiques est aujourd'hui å échange


humide car c’est la solution la plus économique. Seules les contraintes de ressource en
eau ou de forte pression d’environnement (fluides polluants) peuvent conduire au choix
d'échangeurs secs ce qui n'est pas notre cas ; ainsi notre étude portera sur un réfrigérant
humide à tirage naturel.

Puissance de pompes des réfrigérant humides

La puissance de pompage qui est å prélever sur les auxiliaires de tranches et qui entre
donc directement dans le coût d'exploitation du réfrigérant est indiquée ainsi que les
pertes de charges correspondantes sur le circuit d'eau. On note une augmentation
sensible en fonction de la puissance de la branche résultant évidemment de
l'accroissement du débat d'eau de circulation. De plus il apparaît nettement que ce
paramètre est en faveur des réfrigérants å contre-courant avec un écart sensible au delà
des puissances thermiques de l’ordre 1200 et 1800MW.

V-2 Dimensions principales d'un réfrigérant humide å contre-courant å tirage


naturel

L'optimisation de la source froide permet de fixer les conditions de fonctionnement du


réfrigérant : débit d'eau de circulation, écart de réfrigération et approche. Le
dimensionnement d'un réfrigérant å contre courant å tirage naturel consiste en
l’obtention des dimensions de la tour et de volume de surface d'échange å installer. Pour
cela, les données suivantes sont nécessaires :

- caractéristiques du corps d'échanges, lois d'échange et de perte de charge après


transposition des résultats d'essais au réfrigérant industriel,
- effet du vent sur les performances,
- lois de perte de charge des différentes zones (entrée d'air, poteaux, zone de pluie,

capteurs de gouttelettes, sortie).


- relation entre les paramètres de la coque (diamètre au linteau, au col, en sortie et
hauteur totale) assurant une tenue au vent et un fonctionnement aérothermique
satisfaisant.

V-2-1 Point nominal de dimensionnement :

Les dimensions d'un réfrigérant sont calculées å partir d'un point de fonctionnement
particulier appelé point de fonctionnement nominal qui résulte d'une optimisation
technico-économique de la source froide. Ce point est défini par les caractéristiques du
circuit d'eau et est impérativement lié aux conditions météorologiques.

• Données météorologiques

Les valeurs définissant le point nominal dans un climat tempéré sont :

- débit d'eau

- écart de réfrigération

- approche

- température humide d'entrée d'air

- température sèche d'entrée d'air

- gradient thermique atmosphérique moyen pour l00m

Données météorologiques

La température et l’humidité de l'air sont mesurées sous abri å 2m du sol. On utilise pour
l’établissement des valeurs statistiques les relevés de température moyenne mensuelle
pendant les 10 derniers années ces données sont fournies par l'institut national de
météorologiqe
J F M A M J J A S O N D

Temp 11.2 12 1 14.0 16.0 19.0 22.8 25.6 26.3 25.1 21.0 16.3 12.3

max

h.rel 64 61 61 59 57 55 56 51 61 66 65 65

en %

La raison principale de l'élaboration d'un tel projet est l'amélioration de la qualité des
eaux de mer (diminuer la température et le nombre de méduses) pendant l'été, ainsi
pour pouvoir déterminer la température de l'air å l'entrée de la tour pour le point
nominal on va calculer la moyenne de la température sur la saison estivale (mai, juin,
juillet, août et septembre).

V-2-2 Débit d'air.

La valeur du débit d'air qui s'établit dans un réfrigérant correspond å l’équilibre entre la
force motrice et la force résistante du circuit : notre étude dans cette partie consiste å
évoluer ces forces pour déterminer le débit d'air résultant.

Pour réaliser une certaine performance thermique, un débit minimal d'air est nécessaire
et plus le débit d'air est grand plus le volume d'échange nécessaire est petit. Ce débit
correspond å la valeur maximale de la température d'air chaud qui serait égale å la
température d'eau chaude, la valeur minimale du rapport (QA/QE) vaut d'après l'équation
de la conservation de l'énergie :
Qv étant le débit d'eau évaporée

• Débit d’eau évaporée :

La connaissance du débit d'eau évaporée QV- est nécessaire pour le calcul de la


consommation d'eau et pour les études d'impact des rejets d'eau dans l'atmosphère.
Une évaluation précise de ce débit implique d'utiliser la formulation de Poppe pour le
calcul thermique. L'intégration entre les limites du corps d'échange de la relation de
conservation de la masse d'eau donne :

Et intégration de la relation de conservation d'énergie donne :

Il est intéressant d'introduire la notion de consommation spécifique Cs représentant le


débit évaporé rapporté å la puissance thermique QECPEΔtE
En conclusion si on veut réduire le volume du corps d'échange, il faut augmenter le débit
d'air de façon å s’éloigner du point limite de fonctionnement thermique qui nécessite
une surface d'échange infinie dans notre cas (QA/QE)lim = 0.47 ; pour les grands
réfrigérants å tirage naturel le rapport se situe entre 0.8 et 0.9

On prendra QA=0.9QE;QA=19.998m3/s afin de minimiser la surface d'échange et donc


le coût du réfrigérant;

V-2-3 Dimensionnement du corps d'échange :


• Le nombre d'unité de transfert :

L'intégration de l’équation (9) sur l'ensemble du corps d'échange donne :

La valeur commune des deux membres de cette équation est appelée nombre d'unité de
transfert on la désigne par NTU. Si la répartition d'air sec est uniforme, le premier
membre de l'intégrale s'écrit :

D'autre part. en se reportant å l’équation (8), on peut écrire

Cette relation est a rapprocher de l’équation de Merkel qui, peut s'écrire aussi å partir de
l’équation (37) :
Ces deux équations vont donner a des valeurs différentes du coefficient d’évaporation
βxa.

• Volume du corps d'échange :

Si on connaît le coefficient d'évaporation (βxa) du packing choisi l'équation (51) donne


le volume du corps d'échange :

Qu’une condition sur la géométrie du corps d'échange, en désignant par SE la surface de


passage de l'eau et SA celle de l'air on aura :

Et si Z est la hauteur du corps d'échange donc V = SEZ, et sachant qu'en contre courant
SE=SA on aura :
On aura ainsi les valeurs suivantes pour plusieurs packings différents dont on essayera de
choisir le plus adéquat å nos besoins, les caractéristiques géométriques des surfaces
d’échanges mentionnées sont données par I'E.D.F å travers des essais effectués sur
plusieurs tours (ref[2j).

Référence HAMON HAMON HAMOH MUNTERS SCAM

droit ANCS54-16 TR-22 C10-19 MK42 SK30

Forme de l'onde Triangle Triangle Sinuso'ide Trapéze Trapéze

1 -> JJ
Diametre 25 22 46 22

Hydraulique (mm)

Inclinaison sur la 0 0 30 30 30
verticale

Perforation de la Oui Non Oui Non Non

Feuille

Epaisseur de la 0.3 0.25 0.3 0.25 032

feuille (mm)

Surface 1.59 204 122 210 195

spécifique
(m2/m3)
Masse spécifique 29.2 31 19.4 30 48
(Kg/m3)

Coefficient λ 0.95 1.5 1.4 1.9 1.65

(m-1) 0.54 0.66 0.5 0.64 0.67

Exposant n 2 1.5 1 1,2 1.2


Hauteur du
packing
expérimenté en
m

Section d'échange 3532.98 4532.88 2710.84 4666.62 4333.29 |


SR

FE (Kg/m2s) 6.31 4.92 8.22 4.77 5.14

FA(10-3 Kg/m2s) 6.79 5.29 8.85 5.14 5.53

Vitesse de l'air 5.66 4.41 7.38 4.28 4.61

Va(m/s)

Coefficient d’ 5.64 6.85 10.8 8.45 7.88


'évaporation

ΒX.a

NUT 1.12 1.12 1.12 1.12 1.12


Hauteur du corps 1.123 0.72 0.765 0.567 0.656
d'échange Z (m)

Diamètre (m) 67.08 75.99 58.78 77.10 74.29

Hauteur HE 24.82 21.91 28.32 21.6 22.41

V-2-4 Dimensionnement de la section d'entrée d'air :

L'entrée de l'air se fait å travers la surface de latérale du bas de la tour, au dessous du


packing. Pour pouvoir assurer le débit d'air nécessaire pour satisfaire le bon
refroidissement de l' eau au sein de l'échangeur on doit bien dimensionner cette surface
pour cela plusieurs données sont nécessaires :

La vitesse moyenne du vent : V


La porosité de l’entrée de l’air : f1

Le débit d'air nécessaire :

Or on a V=4.5m/s ;

.f1 =0.85 (voir calcul de pertes de charge)

Ainsi la surface d'entrée d'air S1=S1 = f1.Π.DE.HE

On aura donc :

V-3 Calcul de pertes de charge :


On considère le cas idéal d'un réfrigérant å tirage naturel isolé, placé dans une
atmosphère isotherme sans vent. La perte de charge ΔP du circuit d'air est la résultante
des pertes de charge ΔP des différents éléments de l’appareil. Pour l'élément i, on définit
un coefficient local de pertes de charge Ci en se rapportant å la pression dynamique
locale
Les sections si retenues pour la définition des vitesses locales Vi;, on peut classer les
différents pertes de charges en deux catégories relatives l’une å la tour et l'autre au
corps d'échange . Dans la première catégories se trouvent : l'entrée d'air, le changement
de direction de l'écoulement å la base de l’appareil, les poteaux de supportage de la
coque et la perte d'énergie cinétique en sortie. On négligera les pertes de charges par
frottement.

V-3-1 Paramètres liés å la tour :

• Entrée d'air :

Des essais sur des maquettes ont permis d'étudier l’influence de la hauteur réduite
d'entrée d’air HE/DE sur le coefficient d'entrée C1, des essais ont été réalisés par l.E.D.F
.sur une maquette de réfrigérant humide å contre courant, le coefficient local de perte
de charge passe par un minimum pour une hauteur réduite HE/DE egale å 0.22 dans
notre cas on aura (.voir tableau) C2; le terme de décollement d'air est inclus dans le
terme C1.
Changement de direction

- Sortie : la perte de charge due å l'énergie cinétique du jet å la sortie peut être
estimée å partir de la vitesse moyenne au col dans la section 83 on prendra C3=l.
Cette approximation est due t le diamètre du jet on aura une valeur moyenne de
C4 =0.3. Cette approximation est due au fait qu'on ignore aussi le nombre de
poteaux et leur forme exacte pour pouvoir estimer la porosité fi d'entrée d'air
(surface libre/surface totale) on a ;
Où cx est le coefficient de traînée d'un support Paramètres liés au corps d'échange :

V-3-2 Corps d'échange

Les surfaces d'échanges sont caractérisées par un coefficient linéique de perte de charge
Q

C'est un coefficient local par unité de hauteur, ce coefficient est fonction des flux d'air et
d'eau Ou d'après Lowe et Christie on a :

Dans le domaine exploré, le coefficient C1peut se présenter par une loi parabolique de la
vitesse d'air, les coefficients de cette loi dépendant du flux d'eau. Ils sont donnés dans le
tableau suivant le tableau pour les surfaces d'échanges dont les caractéristiques
géométriques sont indiquées dans le tableau précédent

V-3-3 Zone de pluie

Dans un écoulement å contre courant, le coefficient linéique de perte de charge de la


pluie a pour valeur, d'après Rish

V-3-4 Coefficient de pertes charge global :


Dans les modélisations unidimensionnelles telles que notre tour de refroidissement on
se placera dans l’hypothèse de pertes de charges alimentaire pour exprimer la perte de
charge globale. Il est alors nécessaire de rapporter chaque terme ΔPi å une même
section de référence SR:

Pour l'expression de la pression dynamique de référence, ρR est égale å lå masse


volumique ρ1de l'air å l'entrée de la tour et VR est la vitesse de l'air å l'entrée dans la
section de référence SR qui est généralement la section d'entrée de la zone d'échange.

Ainsi on pourra exprimer la perte de charges globale sous la forme suivante :


V-4 Hauteur de tirage effective :
Dans un modèle unidimensionnel, on peut définir la hauteur du tirage effective comme
la différence entre la cote de la section de sortie et celle de la section ou apparaît l'air
chaud.

Relation entre la vitesse de l'air et la hauteur de tirage :

L'équation de tirage qui exprime l'égalité entre le terme résistant et le terme moteur
dans le circuit d'air, s'écrit en atmosphère isotherme :
CFtour est le coefficient de perte de charge de la tour sans compter le coefficient de
perte de charge de la surface d'échange et de la pluie

Pour la détermination de la valeur de ρ2, on procédera ainsi :

Δh= 23.51 ; on supposera que l'eau est saturée on aura ainsi tA2=24.45°c et
ρ2=l.l5Kg/m3;

On aura pour les différents packing les hauteurs de tirage suivantes :

Connaissant la valeur de coefficient de perte de charge global CFG on pourra calculer la


hauteur de tirage nécessaire å l'obtention de la vitesse VR.
V-5 Équation de fonctionnement

V-5-1 Coefficient de performance

Une méthode simple a été présenté pour le calcul des performances des réfrigérants
humides å tirage naturel å partir de l'analyse d'essais relatifs å six tours différentes,
Chilton a mis en évidence l’existence d'un nombre caractéristique pour chaque
réfrigérant appelé coefficient de performance C et qui a pour définition :

Ce nombre a la particularité d'être pratiquement indépendant du débit massique d'air


sec en raison de l'allure des lois d'échange et de perte de charge dans les plages
habituelles de

Fonctionnement

V-5-2 Équation de fonctionnement

L'intérêt de coefficient de performance est de permettre gråce å l'équation de


fonctionnement et sans connaître de façon précise le débit d'air, le calcul de la variation
de la température d'eau refroidie en fonction de la puissance thermique et des
conditions ambiantes.

L'équation de tirage combinée avec l'équation de conservation d'énergie donne en


posant
Dans cette équation la puissance W rejetée dans l’atmosphère vaut en tenant
compte du débit évaporé Qv:

On obtient ainsi la relation entre le coefficient de performance et les conditions de


fonctionnement. C'est l'équation de fonctionnement qu'il est intéressant de présenter
sous la forme suivante :

Où NTU représente comme l'on a déjà vu précédemment la valeur de l’intégral


Le premier est membre est caractéristique du réfrigérant. Il ne fait intervenir que le
coefficient de performance et les dimensions de la tour ; il ne dépend donc que du débit
d'eau et, éventuellement de la vitesse du vent.

Le second membre ne fait intervenir que les paramètres de fonctionnement et on peut le


calculer sans connaître le débit d'air. Pour des conditions usuelles de fonctionnement les

Ainsi la notion de coefficient de performance permet de comparer entre les différents


packings. Puisque l'équation simplifiée de fonctionnement montre qu'il faut choisir le
packing de façon å minimiser le coefficient C afin de réduire le terme géométrique
HTSR2 puisque la valeur du second est imposé par les conditions nominales de
fonctionnement.
Reference HAMON Droit HAMON HAMOH TR-22 MUMIERS SCAM
CIO-19
ANCS54-16 M42 SK30

HT (m) 91.5 61.38 160.7 59.13 67.37

Section 3532.98 4532.88 2710.84 4666.62 4333.29


d'échange SR

C 3.1 3.426 3.208 3.498 3.437


V-6 Sélection de la surface d'échange adéquate

Si on ne tient pas compte du coût relatif des surfaces d'échanges, la comparaison des
valeurs de C donne un premier classement des packings :

-l HAMON DROIT,

-2-HAMON TR-22 f

-3-HAMON ANCS54-16

-4-SCAMM42SK30

-5-MUNTERSC-10-19

Le reste de notre étude portera ainsi sur le packing HAMON DROIT

V-7 Profil de l'écoulement

En appliquant les propriétés des diffuseurs aux coques de réfrigérant on peut définir un
profil de tour qui permettrait une récupération optimale de la pression. Avec un modèle
unidimensionnel d'écoulement, on trouve que le diamètre de l'écoulement D a pour
expression en fonction de la hauteur H :

Avec ε est un coefficient lié å la turbulence å la limite du jet, dont la valeur probable est
0.1 ; Dans cette relation, D0 est le diamètre au niveau du séparateur, V0 est la vitesse de
l'air dans cette section.
Le profil d'écoulement défini par cette relation est fortement convergent en partie
basse, puis devient cylindrique avant de diverger légèrement quand l'influence de la
diffusion suffisante.

V-7-1 Diamètre de sortie :

Au niveau de la sortie, le diamètre de la tour correspond au diamètre de l'écoulement, le


panache remplit toute la section.

En combinant l'équation de profil de l'écoulement avec l'équation de tirage on peut


exprimer le diamètre maximal de sortie DS sous la forme suivante :

En admettant que DO=DD , H=HT et ε = 0.1. La hauteur HT est comptée depuis la mi-hauteur
du corps d'échange jusqu’au sommet de la hauteur.

On aura Ds=48.45m.

V-8 Tableau récapitulatif du dimensionnement:


Fonctionnement thermique au point nominal

Débit d'eau de circulation : 22.22 m3/s

Température eau chaude : 29 °c

Température eau froide : 24°c

Température air froid humide : 23.75°c

Température air froid sec 17.7°c

Vitesse du vent å l1m du sol : 4.5 m/s

Ecart de réfrigération : 5°c

Approche : 6.3°c

Humidité relative : 56%

Débit d’air sec=19.998 m3/s

Circuit d'eau

Débit évaporé : 0.164 m3 /s

Perte de charge dynamique p= 0.2mCE

Hauteur manométrique de pompage ; 25.6mCE

Dimensions du réfrigérant génie civil

Niveau haut de l'entrée d'air : 24.8 m

Niveau au sommet :117.5m

Diamètre å la base : 67.08m

Diamètre au sommet :48.45m


Dimensions et matériels du corps d'échange

Niveau haut du corps d'échange : 25.94m

Niveau bas du corps d'échange : 24.82

Corps d'échange : Packing

Fournisseur et modèle :HAMON DROIT

V-8 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons effectué le dimensionnement de chaque partie du


réfrigérant tout en sélectionnant la surface d’échange adéquate;

Vous aimerez peut-être aussi