Vous êtes sur la page 1sur 119

SYSTÈME DES NATIONS UNIES

UN MULTI-CLUSTER RAPID ASSESSMENT MECHANISM III (MCRAM III)

ÉVOLUTION DE LA SITUATION SOCIOÉCONOMIQUE DES


MÉNAGES DE LA VILLE D’ANTANANARIVO

(MADAGASCAR) DURANT LA CRISE SOCIOPOLITIQUE


MCRAM III – NOVEMBRE 2009

Février 2010
AUTEURS DU RAPPORT

BERTHINE RAZAFIARISOA Nutritionniste


Consultante, Coordonnateur de l’étude

ISABELLE NIRINA Statisticienne


Consultante, Responsable du traitement informatique et
de l’analyse des données

OLGA RAMAROMANANA Spécialiste en Politique Sociale


UNICEF Madagascar

DOROTHÉE KLAUS Dr Phil, Chef de la Politique Sociale


UNICEF Madagascar

MACOUMBA THIAM PhD, Conseiller Technique Principal, Recensement


UNFPA Madagascar

Citation recommandée :
Système des Nations Unies à Madagascar (2010) : Évolution de la situation socioéconomique des
ménages de la ville d’Antananarivo (Madagascar) durant la crise sociopolitique. United Nations Multi-
cluster Rapid Assessment Mechanism (McRAM III) Ŕ Antananarivo, Novembre 2009, 119 pages.

Avertissement
Le contenu de ce document ne reflète pas nécessairement la position officielle du Système des
Nations Unies sur les thèmes abordés. Les points de vue qui y sont exprimés sont ceux des auteurs
du rapport et n’engagent en rien le Système des Nations Unies.

i
TABLE DES MATIÈRES

AUTEURES DU RAPPORT ..............................................................................................................................I


TABLE DES MATIÈRES ................................................................................................................................. II
LISTE DES ABRÉVIATIONS ...........................................................................................................................IV
LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................................. V
LISTE DES GRAPHIQUES ........................................................................................................................... VIII
RÉSUMÉ EXÉCUTIF ..................................................................................................................................... X
PARTIE I : CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE ............................................................................. 18
I. CONTEXTE ...................................................................................................................................... 2
II. OBJECTIFS DU MCRAM III .................................................................................................................. 4
III. MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE ........................................................................................................ 5
3.1 Données à collecter .......................................................................................................... 5
3.2 Choix, justification et description de l’échantillonnage ...................................................... 5
3.3 Collecte des données ....................................................................................................... 8
3.4 Analyse des données ....................................................................................................... 8
PARTIE II : PRÉSENTATION DES RÉSULTATS ............................................................................................... 9
I. CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES MÉNAGES ENQUÊTÉS ......................................... 10
1.1 Situation d’ensemble ...................................................................................................... 10
1.2 Disparités des caractéristiques sociodémographiques des ménages selon
les fokontany .................................................................................................................. 12
II. REVENUS DES MÉNAGES ................................................................................................................ 12
2.1 Nombre de sources de revenu........................................................................................ 12
2.2 Classification des ménages selon la stabilité de leurs sources de revenu ...................... 13
2.3 Classification des ménages en fonction des combinaisons de leurs sources
de revenu........................................................................................................................ 15
2.4 Évolution récente des revenus ........................................................................................ 17
III. DÉPENSES DES MÉNAGES .............................................................................................................. 18
3.1 Part des revenus consacrée aux dépenses alimentaires ................................................ 18
3.2 Dépenses pour certains produits .................................................................................... 19
3.3 Changements dans les dépenses alimentaires des ménages entre septembre et
novembre 2009 ............................................................................................................... 19
IV. ÉDUCATION ................................................................................................................................... 20
4.1 Fréquentation scolaire .................................................................................................... 20
4.2 Type d’école fréquenté ................................................................................................... 21
4.3 Impact de la crise sur le fonctionnement des écoles ....................................................... 22
4.4 Appréciation des parents sur l’impact de la crise sur la qualité de l’éducation ................ 26
4.5 Problèmes rencontrés actuellement (novembre 2009) par les parents en termes
d’accès à l’éducation ...................................................................................................... 26
4.6 Difficultés rencontrés par les parents pour payer les frais liés à la scolarité depuis
janvier 2009 .................................................................................................................... 27
4.7 Résultats des élèves des ménages enquêtés aux examens officiels .............................. 29
4.8 Soutien psychosocial et enseignement ........................................................................... 30

ii
V. AGRICULTURE URBAINE ................................................................................................................. 30
5.1 Pratique de l’agriculture urbaine par les ménages .......................................................... 30
5.2 Types de cultures pratiqués et superficies cultivées ....................................................... 31
5.3 Destination des produits et durée des stocks ................................................................. 32
VI. SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ................................................................................................................. 33
6.1 Évolution des prix des produits de premières nécessité (PPN) ....................................... 33
6.2 Insécurité alimentaire au niveau des ménages ............................................................... 38
6.3 Nombre moyen de repas ................................................................................................ 46
6.4 Chocs subis par les ménages du fait de la crise ............................................................. 46
6.5 Stratégies d’adaptation à la crise adoptées par les ménages ......................................... 47
6.6 Profil des ménages vulnérables à l’insécurité alimentaire et estimation de l’effectif
de la population requérant de l’assistance ...................................................................... 51
VII. RÉSEAU SOCIAL ............................................................................................................................ 51
7.1 Recours habituels en cas de difficultés ........................................................................... 51
7.2 Personnes/Groupes sollicités par les ménages qui ont eu des difficultés depuis
septembre....................................................................................................................... 54
7.3 Types d’aide reçus par les ménages qui ont eu des difficultés depuis septembre .......... 55
VIII. EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGIÈNE ............................................................................................... 56
8.1 Accessibilité et utilisation de l’eau ................................................................................... 56
8.2 Assainissement .............................................................................................................. 60
8.3 Hygiène (lavage des mains) ........................................................................................... 62
IX. PROTECTION DE L’ENFANT, VIOLENCE SUR LES ENFANTS ................................................................ 64
X. HABITAT ....................................................................................................................................... 65
10.1 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les Communes .................... 65
10.2 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les Fokontany ...................... 66
XI. ÉTAT DE DROIT, JUSTICE ET MÉDIAS .............................................................................................. 68
11.1 Sentiment d’insécurité des ménages .............................................................................. 68
11.2 Insécurité et violence en milieu urbain ............................................................................ 69
11.3 Rôle des médias ............................................................................................................. 71
XII. SANTÉ ET PLANNING FAMILIAL ....................................................................................................... 72
12.1 Incidence des maladies .................................................................................................. 72
12.2 Recours aux soins .......................................................................................................... 73
12.3 IST et VIH/SIDA .............................................................................................................. 74
12.4 Utilisation du préservatif ................................................................................................. 75
XIII. VIOLENCE À DOMICILE FAITES AUX FEMMES .................................................................................... 75
XIV. BESOINS PRIORITAIRES DES MÉNAGES ........................................................................................... 76
CONCLUSION GÉNÉRALE .......................................................................................................................... 78
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................................ XIV
ANNEXE 1 : QUESTIONNAIRE MÉNAGE...................................................................................................... XVI
ANNEXE 2 : MÉTHODE D’ÉVALUATION DE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE .................................................... XXVIII

iii
LISTE DES ABRÉVIATIONS

ACM Analyse des Correspondances Multiples


BM Banque Mondiale
CUA Commune Urbaine d’Antananarivo
CSPro Census and Survey Processing System
EPZ Export Processing Zones
FAO Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture
FCS Food Consumption Score
FRAM Fikambanan'ny Ray Amandrenin'ny Mpianatra (Association malgache des parents
d’élèves)
IASC Inter-Agency Standing Committee
IDH Indice de Développement Humain
IFRC Fédération International de la Croix Rouge
IPC Indice des prix à la consommation
INSTAT Institut National de la Statistique
MECI Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie
McRAM Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism
ODR Observatoire du Riz
OMS Organisation Mondiale de la Santé
PAM Programme Alimentaire Mondial
PB Périmètre Brachial
PPN Produits de Première Nécessité
PNB Produit National Brut
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
SNU Système des Nations Unies
SPSS Statistical Package for Social Sciences
UN-Habitat United Nations Human Settlements Programme
UNDP United Nations Development Program
UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture
UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population
UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
USD United States Dollar

iv
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 01 : Répartition des ménages à enquêter par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) -------7
Tableau 02 : Répartition des ménages (en effectif) effectivement enquêtés et du nombre de
membres y vivant par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)------------------------------- 10
Tableau 03 : Caractéristiques sociodémographiques des ménages enquêtés (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 11
Tableau 04 : Répartition (en %) des ménages selon le nombre de sources de revenu en
novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) --------------------------------- 13
Tableau 05 : Évolution de la répartition (en %) des ménages selon le nombre de sources de
revenu entre mai et novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009) ------------------------- 13
Tableau 06 : Répartition (en %) des ménages selon la stabilité de leurs sources de revenu
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 14
Tableau 06 : Répartition (en %) des ménages selon la classe de revenu (combinaison de revenus)
en novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009) ------------------------------------------------ 15
Tableau 08 : Classement des Fokontany selon la répartition (en %) de leurs ménages selon les
classes de revenus (McRAM III, Novembre 2009)------------------------------------------------ 16
Tableau 09 : Répartition (en %) des ménages selon l’évolution du montant de leur revenu entre
septembre et novembre 2009 par Fokontany (McRAM III, Novembre 2009) -------------- 17
Tableau 10 : Part du revenu total des ménages entre janvier et novembre 2009 consacré aux
dépenses alimentaires par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) ------------------------ 19
Tableau 11 : Répartition (en %) des ménages selon l’évolution de leurs dépenses alimentaires
entre septembre et novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) ------- 20
Tableau 12 : Répartition (en %) des ménages selon l’évolution de leurs dépenses alimentaires
entre septembre et novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) ------- 21
Tableau 13 : Répartition (en %) des élèves des ménages selon le type d’établissement scolaire
fréquenté durant l’année scolaire 2009/2010 par fokontany (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 22
Tableau 14 : Répartition (en %) des élèves selon le type d’établissement fréquenté durant les
années scolaires 2008/2009 et 2009/2010 (McRAM III, Novembre 2009) ----------------- 22
Tableau 15 : Répartition (en %) des parents d’élèves selon leur opinion sur l’évolution de
l’éducation en rapport avec la crise par type d’établissement (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 26
Tableau 16 : Répartition (en %) des parents d’élèves qui ont rencontré des difficultés pour payer
les frais liés à la scolarité de leurs enfants depuis janvier 2009 (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 28
Tableau 17 : Répartition (en %) des parents d’élèves qui ont rencontré des difficultés pour
payer les frais liés à la scolarité de leurs enfants depuis janvier 2009 (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 29
Tableau 18 : Pourcentage de ménages agricoles parmi les ménages enquêtés par Fokontany
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 30
Tableau 19 : Répartition (en %) des ménages agricoles dont les produits sont exclusivement
destinés à l’autoconsommation selon la durée des stocks et par type de culture
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 32

v
Tableau 20 : Comparaison de la fréquence moyenne (en nombre de jours par semaine) de la
consommation des différents groupes d’aliments entre mai et novembre 2009
(McRAM I, Mai 2009 Ŕ McRAM II, Août 2009 Ŕ McRAM III, Novembre 2009) ------------ 40
Tableau 21 : Niveau de stabilité des différentes sources de revenu (McRAM III, Novembre 2009) -- 41
Tableau 22 : Classement des ménages selon le quintile de dépenses alimentaires par tête
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 42
Tableau 23 : Classement de l’insécurité alimentaire en fonction de l’accessibilité à la nourriture
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 43
Tableau 24 : Répartition (en %) de l’insécurité alimentaire des ménages dans les différents
fokontany au mois de novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009) ----------------------- 43
Tableau 25 : Classement des catégories d’insécurité alimentaire en novembre 2009 (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 44
Tableau 26 : Évolution de la sécurité alimentaire dans chaque fokontany entre mai et août 2009
(McRAM I, Mai 2009 Ŕ McRAM II, Août 2009 Ŕ McRAM III, Novembre 2009) ------------ 46
Tableau 27 : Pourcentage de ménages qui ont adopté au courant du mois d’octobre 2009
différentes stratégies d’adaptation à la crise (McRAM III, Novembre 2009) --------------- 48
Tableau 28 : Répartition de la population (effectif) des 11 fokontany enquêtés selon la situation
alimentaire en novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009)--------------------------------- 53
Tableau 29 : Répartition (en %) des 430 ménages ayant eu des difficultés depuis septembre
2009 selon le type d’aide reçu par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) -------------- 56
Tableau 30 : Répartition des ménages enquêtés selon leur principale source d’approvisionnement
en eau de boisson par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) ----------------------------- 57
Tableau 31 : Répartition des ménages ayant eu des problèmes dans l’approvisionnement en eau
selon la principale difficulté rencontrée entre respectivement janvier et août 2009 et
septembre et novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009) ---------------------------------- 59
Tableau 32 : Répartition (en %) des ménages utilisant des latrines selon le mode d’usage (usage
privé ou collectif) par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)-------------------------------- 61
Tableau 33 : Répartition (en %) des ménages utilisant des latrines selon le mode d’usage (usage
privé ou collectif) par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)-------------------------------- 63
Tableau 34 : Répartition (en %) des ménages ne se lavant pas systématiquement les mains avec
du savon selon les principales raisons évoquées par fokontany (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 63
Tableau 35 : Type d’agressions contre les enfants cités par les ménages qui ont rapporté que
leurs enfants ont été confrontés à des problèmes de violence physique,
psychologique ou sexuelle entre Janvier et Août 2009 et entre septembre et
novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009) ---------------------------------------------------- 65
Tableau 36 : Pourcentage de ménages qui trouvent que la qualité des services publics fournis
par les communes s’est détériorée durant les périodes mars-avril, juin-août,
septembre-novembre 2009 (McRAM I, Mai 2009 Ŕ McRAM II, Août 2009 Ŕ
McRAM III, Novembre 2009) --------------------------------------------------------------------------- 66
Tableau 37 : Répartition (en %) des ménages selon leur appréciation de la qualité des services
rendus par leurs Fokontany entre septembre et novembre 2009 par fokontany
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 67

vi
Tableau 38 : Évolution de l’appréciation des ménages des services des fokontany dans le temps
(McRAM I, Mai 2009 Ŕ McRAM II, Août 2009 Ŕ McRAM III, Novembre 2009) ------------ 67
Tableau 39 : Répartition (en %) des ménages selon leur appréciation de l’évolution du sentiment
de sécurité entre septembre et novembre 2009 par Fokontany (McRAM III,
Novembre 2009) ------------------------------------------------------------------------------------------- 68
Tableau 40 : Répartition des ménages selon qu’ils aient déclaré avoir été victimes plus souvent
ou pas d’actes de violences urbaines entre janvier et août et entre septembre et
novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009) --------------------------------- 69
Tableau 41 : Répartition des ménages selon qu’ils aient déclaré avoir été victimes plus souvent
ou pas d’exactions de la part de membres de la communauté entre janvier et août
et entre septembre et novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)---- 70
Tableau 42 : Moyens cités par les enquêtés pour réduire le risque de transmission du VIH
(McRAM III, Novembre 2009) -------------------------------------------------------------------------- 75
Tableau 44 : Répartition des répondants qui ont entendu parler du sida selon l’utilisation du
préservatif (McRAM III, Novembre 2009) ----------------------------------------------------------- 75

vii
LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 01 : Liste des fokontany enquêtés (à partir du classement novembre 2008, PAM)….. 06
Graphique 02 : Évolution du pourcentage de ménages dont les sources de revenu sont instables
entre mai et novembre 2009………………………………………………………….... 14
Graphique 03 : Pourcentage de parents d’élèves déclarant que l’école de leurs enfants a été
endommagée pendant la crise………………………………………………………… 23
Graphique 04 : Pourcentage d’élèves qui se sont absentés aux cours au moins une fois depuis
le début de la crise (janvier 2009) par fokontany……………………………………. 24
Graphique 05 : Évolution de l’absence des élèves durant la crise (nombre de jour
absence/élèves)………………………………………………………………………… 24
Graphique 06 : Taux d’abandon scolaire définitif et taux d’abandon scolaire entre 2008/2009 et
2009/2010 par fokontany……………………………………………………………… 25
Graphique 07 : Répartition des ménages selon les problèmes rencontrés en novembre 2009
pour l’accès de leurs enfants à l’école………………………………………………. 27
Graphique 08 : Pourcentage de parents d’élèves ayant déclaré rencontrer des difficultés depuis
le début de la crise pour payer les frais liés à la scolarité de leurs enfants par
fokontany………………………………………………………………………………….. 28
Graphique 09 : Pourcentage des ménages pratiquant les différents types de culture parmi les 88
ménages agricoles…………………..…………………………………………………... 31
Graphique 10 : Évolution des prix des PPN à Antananarivo entre janvier 2009 et novembre
2009………………………………………………………………………………………. 34
Graphique 11 : Indice des prix à la consommation de certains libellés de base entre novembre
2008 et octobre 2009…………………………………………………………………… 35
Graphique 12 : Évolution du prix du riz de 2006 à 2009 à Madagascar
(Source : Observatoire du Riz (ODR) compilé par le PAM)………………………… 37
Graphique 13 : Courbe cumulative des scores de consommation…………………………………... 39
Graphique 14 : Évolution des taux de l’insécurité alimentaire des ménages durant la crise
sociopolitique……………………………………………………………………………. 44
Graphique 15 : Évolution des dépenses (médianes) au niveau des ménages…………………….. 45
Graphique 16 : Pourcentage des ménages déclarant avoir été affectés par différents chocs
durant les périodes Juin-Août 2009 et Septembre-Novembre 2009…………….…. 47
Graphique 17a : Changement dans les pourcentages de ménages ayant adopté différentes
stratégies de début de crise en octobre 2009 par rapport à avril 2009……………. 50
Graphique 17b : Changement dans les pourcentages de ménages ayant adopté différentes
stratégies de détresse en octobre 2009 par rapport à avril 2009……………. 50
Graphique 18 : Pourcentage de ménages qui déclarent recourir à l'aide d'individus/groupes
en cas de difficultés dans le ménage (insuffisance d'argent, de nourriture)……… 52
Graphique 19 : Pourcentage de ménages qui ont déclaré en novembre 2009 rencontrer des
difficultés depuis septembre 2009………………………………….………………….. 54
Graphique 20 : Pourcentage de ménages parmi les 430 qui ont eu des difficultés depuis
septembre 2009 qui ont déclaré avoir eu recours à l’aide d’individus/de groupes
ou qui n’ont pas emprunté…………………………………………………………….. 55
Graphique 21 : Pourcentages de ménages ayant eu des problèmes majeurs d'approvision-
nement en eau respectivement entre janvier et août et entre septembre et
novembre 2009 par fokontany………………………………………………………… 58
Graphique 22 : Pourcentages de ménages disposant d'une douche par fokontany………………. 62

viii
Graphique 23 : Pourcentage de ménages qui déclarent que les médias ont joué un rôle de
provocateur, de réconciliateur ou d’éducateur pendant les phases de transition
et de négociation respectivement…………………………………………………….. 71
Graphique 24 : Pourcentages de ménages qui citent différents types de médias sur lesquels ils
déclarent se brancher le plus pour s'informer sur la situation et l’évolution
de la crise lors des McRAM d'août et de novembre 2009………………………….. 72
Graphique 25 : Taux de morbidité durant la semaine ayant précédé l'enquête dans la zone
d'étude selon le groupe d'âge en mai, août et novembre 2009……………………. 73
Graphique 26 : Types de violence domestique rapportés par les ménages comme touchant
couramment les femmes dans leur entourage………………………………………. 76

ix
RÉSUMÉ EXÉCUTIF

Madagascar traverse une crise sociopolitique qui dure depuis janvier 2009. La population
subit les conséquences de cette crise en plus des effets des cyclones et de la sécheresse
dans la région du sud. Face à cette situation, le système des Nations Unies a lancé, en avril
2009, un Flash Appeal d’un montant de 35,7 millions de dollars afin d’éviter la dégradation
de la situation humanitaire dans le pays, montant révisé à la baisse au mois de juin 2009.

Pour suivre l’impact de la crise sociopolitique sur les ménages et son évolution, le Multi-
cluster Rapid Assessment Mechanism (McRAM), méthode adaptée dans les évaluations
d’urgence pour les réponses humanitaires, a été utilisée. C’est une méthode qui a fait ses
preuves dans les évaluations d’urgence pour les réponses humanitaires au Sri Lanka et au
Pakistan. Il s’agit d’une approche multisectorielle et inter-agence dont les Inter-Agency
Standing Committee (IASC)1 clusters décident d’un commun accord des objectifs, de la
méthodologie et des outils de collecte des données. Les secteurs qui ont contribué au
McRAM de Madagascar sont : nutrition (UNICEF) ; sécurité alimentaire (FAO) ; agriculture
urbaine (PAM) ; eau et assainissement (UNICEF) ; éducation (UNESCO, UNICEF) ; santé et
planning familial, violence à domicile (OMS, UNFPA) ; protection y compris celle des enfants,
état de droit, réseau social, médias (PNUD) ; habitat (Un-habitat et IFRC) ; et besoins
immédiats prioritaires des ménages (BM). Le support de collecte des données a été validé
par les membres du Cluster.

L’évaluation McRAM a été conduite à Madagascar en 2009 suivant une périodicité de trois
mois : McRAM I en mai, McRAM II en août, McRAM III en novembre. Elle a été coordonnée
par l’UNICEF avec l’appui technique du PAM.

Le McRAM III s’est déroulé auprès de 660 ménages répartis dans 11 fokontany choisis
parmi les 30 fokontany de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) dans lesquels le PAM
avait effectué en novembre 2008 une évaluation de l’impact des différentes crises
mondiales. Sur la base des résultats, ces fokontany avaient été classés en fonction de leur
situation alimentaire en « Insécurité Alimentaire Sévère », « Insécurité Alimentaire
Modérée », «À Risque » et « Sécurité Alimentaire ». Les résultats du McRAM III sont
comparables à ceux des deux précédents et sont représentatifs au niveau de chacun des 11
fokontany enquêtés : Cité Ampefiloha, Antohomadinika III G Hangar, Volosarika,
Ampamantanana, Ankazomanga, Andraharo, Tsaramasay, Anosizato Est I, Ampangabe
Anjanakifolo, Soavimasoandro, Anjanahary II S et Zaivola.

Les résultats présentés dans ce rapport sont ceux du McRAM III avec des comparaisons
avec les précédents McRAM. Ils révèlent un impact négatif réel de la crise sur les conditions
de vie des ménages, excepté la sécurité alimentaire pour laquelle la situation est plus
nuancée et l’agriculture urbaine (non touchée du tout), avec de très grandes disparités de cet
impact selon les fokontany.

1
L’IASC est le principal mécanisme de coordination inter-agence pour l’assistance humanitaire. Il regroupe les
partenaires clés dans le domaine humanitaire au sein du Système des Nations Unies et en dehors (ONG).

x
Les ménages enquêtés et leurs membres ont à peu près les mêmes caractéristiques
sociodémographiques que les deux précédents McRAM.

L’évaluation McRAM III a enquêté avec succès 660 ménages dans lesquels vivent 3.083
personnes. Les ménages enquêtés ne sont pas de taille très grande (4,7 personnes par
ménage) et sont majoritairement dirigés par des hommes (78 %), d’âge généralement
compris entre 36 et 59 ans (55 % d’entre eux) vivant la plupart du temps en union (77 %). La
population vivant dans ces ménages est relativement jeune (41 % ont moins de 18 ans) avec
un faible taux de participation à l’activité économique (seul 38 % de l’ensemble de la
population travaille). Ces caractéristiques sont globalement les mêmes que celles trouvées
par les précédents McRAM.

Les ménages continuent de disposer d’une pluralité de sources de revenus, mais la


crise s’est accompagnée d’une précarisation de l’emploi et des revenus.

Le nombre de sources de revenu des ménages a connu une hausse depuis mai, suivie d’une
relative stabilité depuis septembre ; 33 % avait une seule source de revenu en novembre
contre 40 % en mai. Cependant la multiplication des sources s’est accompagnée d’une
instabilité, du moins pour les troisièmes sources de revenu, et d’une diminution du montant
total des revenus, baisse rapportée par les deux tiers des ménages. Le salarie du secteur
privé reste toutefois de loin la première source de revenu des ménages tandis que les
secondes et troisièmes sources de revenu sont plus diversifiées.

La crise a empêché le bon fonctionnement des écoles, surtout durant sa phase aigüe,
et, de l’avis des parents, a rendu difficile la prise en charge des frais d’éducation et
détérioré la qualité de l’enseignement.

La fréquentation scolaire des enfants est quasi-universelle dans les fokontany étudiés. La
moitié des élèves fréquente des écoles publiques et l’autre moitié des écoles privées, avec
cependant de fortes disparités entre fokontany. Entre les années scolaires 2008/09 et
2009/10, il y a eu un transfert d’élèves des écoles privées vers le public deux fois plus
important que l’inverse, traduisant probablement une stratégie des parents pour faire face
aux effets de la crise en réduisant les dépenses scolaires. En effet, 72 % des parents ont
déclaré avoir eu des difficultés pour payer les frais liés à la scolarité de leurs enfants depuis
le début de la crise. Près des deux tiers de ces parents (64 %) attribuent les difficultés à la
crise sociopolitique. Pour la plupart des parents, les frais scolaires au niveau des écoles ont
augmenté (79 %) ainsi que les frais scolaires au niveau des ménages (84 %).
De l’avis de la majorité des parents (52 %), la qualité de l’enseignement s’est dégradée avec
la crise sociopolitique. Au total, ce sont huit élèves sur dix qui se sont absentés aux cours
durant la période de crise. Un record d’absentéisme des élèves a été noté durant sa phase
aigüe avec un nombre de jours/élèves d’absence au mois de février 23 fois plus élevé que la
moyenne entre mai et novembre. Il était 16 fois plus élevé si on considère le mois de mars.

Cependant la crise n’a pas causé des dégâts physiques dans les écoles (à peine un ménage
sur dix a rapporté l’existence de tels dégâts). De même le taux de réussite, bien que faible
pour le BAC (53,3 %), est élevé pour le BEPC (100 %), le CEPE (83,9 %) et les autres
examens et concours (100 %). Le programme de soutien psychosocial mis en œuvre par

xi
l’UNICEF dans 34 établissements de la capitale a touché les enfants de 11 % des ménages
enquêtés (selon les chefs de ménage), mais n’aurait pas eu d’impact sur les taux de réussite
aux examens officiels.

L’agriculture n’a pas été touchée directement par la crise. Les problèmes rencontrés
par les ménages agricoles sont les problèmes classiques du milieu rural malgache.

Au total 88 ménages sur les 660 enquêtés ont déclaré pratiquer l’agriculture urbaine, soit
13 %, presque tous localisés à Zaivola, Soavimasoandro, Ampamantanana et
Ankazomanga. La riziculture est de loin la culture la plus répandue avec 81 % des ménages
agricoles qui la pratiquent suivie du maraîchage et des cultures de contre saison. Six
ménages agricoles sur dix ont cultivé une superficie de plus de 200 m2. Plus de la moitié des
ménages (53 %) consomme exclusivement sa production agricole. La durée moyenne des
stocks est de 6 mois pour le riz, 5 pour les cultures de contre saison, 4 pour les cultures
maraîchères et 2 pour la culture pluviale. Les cultures maraîchères sont le type de culture le
plus vendu.

Les différents McRAM n’ont pas relevé de changements dans ces différents indicateurs du
fait de la crise, même si des variations imputables aux saisons culturales (période de
soudure, période de récolte) ont été notées. Les problèmes cités par la totalité des ménages
agricoles qui en ont connu durant l’année sont les problèmes classiques du milieu rural
malgache, entre autres, les prix très coûteux des intrants (engrais et pesticides).

Entre la phase aigüe de la crise et novembre 2009, la situation alimentaire s’est


globalement améliorée, mais les ménages en insécurité alimentaire sévère se
remettent plus lentement de la crise.

Si globalement le pourcentage des ménages en sécurité alimentaire est resté stable entre
août et novembre 2009 et s’est amélioré par rapport à la phase aigüe de la crise (mai), la
situation s’est par contre aggravée parmi les ménages en insécurité alimentaire. Les
ménages en sécurité alimentaire se sont stabilisés plus rapidement par rapport à la phase
aigüe de la crise tandis que ceux qui sont en insécurité alimentaire ont moins de résilience
pour se remettre de la crise. En effet, le taux des ménages en sécurité alimentaire est passé
de 51 % en mai à 64 % en août et 60 % en novembre. Le pourcentage des ménages en
insécurité alimentaire sévère est passé de 34,5 % en mai à 22,5 % en août à 29 % en
novembre.

La majorité des fokontany sont en sécurité alimentaire tandis que deux sont en insécurité
alimentaire sévère (Antohomadinika et Zaivola) et un seul à risque (Ampangabe). Toutefois,
deux ménages sur 5 dans la zone d’étude sont toujours en situation d’insécurité alimentaire,
avec un maximum de 92 % à Zaivola (qui compte 80 % de ménages agricoles) et un
minimum de 3 % à la Cité Ampefiloha (quartier semi-résidentiel). Au total trois ménages sur
dix enquêtés sont en situation d’insécurité alimentaire sévère.

L’amélioration de l’insécurité alimentaire et celle de la diversification alimentaire peuvent être


attribuées à la disponibilité des produits alimentaires sur le marché de la capitale (bon
fonctionnement des marchés), la grande variété de choix (selon la saison) et la baisse des

xii
prix du fait de la libre concurrence sur le marché. L’insécurité alimentaire demeure
cependant un problème chronique dans certains ménages.

Les ménages les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire sont ceux de grande taille
(supérieur à 4), ceux qui tirent leurs revenus d’un travail manuel, d’un salaire du privé ou
d’un travail agricole. Par rapport au statut matrimonial, la vulnérabilité est plus grande parmi
les ménages dirigés par des chefs de ménage mariés traditionnellement ou veufs. Enfin, la
vulnérabilité est plus grande parmi les ménages ayant les proportions les plus élevés de
leurs membres qui sont à la retraite ou ne travaillent pas ou en bas âge. Pour les ménages
agricoles en particulier, elle est liée à la superficie cultivée, au type de culture et au nombre
de sources de revenu. Sans une maîtrise de l’inflation et une évolution positive des sources
de revenu, la sécurité alimentaire risque d’évoluer négativement.

Un grand nombre de chocs a affecté des proportions élevées des ménages durant la
période de la crise, surtout la cherté du coût de la vie, la baisse du revenu, la
morbidité, l’endettement et l’insécurité. Plus on s’installe dans la crise (autrement dit
plus la crise vieillit), plus ces chocs se généraliseraient aux ménages.

Sept ménages sur dix au moins ont rapporté avoir subi les contrecoups de la cherté des
denrées alimentaires comparé au pouvoir d’achat des ménages et de la baisse de revenus
Entre septembre et novembre 2009 (47 et 60 % respectivement durant la période juin-août
2009). Sur la même période, 63 % des ménages ont eu un de leurs membres qui est tombé
malade contre 37 % entre juin et août. Entre 33 et 45 % respectivement ont connu une
augmentation de leurs dépenses, eu des dettes à rembourser et été victimes de l’insécurité.
Enfin entre septembre et novembre le cinquième des ménages a été frappé par une perte
d’emploi d’au moins un de ses membres.

De manière générale, les chocs ont touché plus de ménages entre septembre et novembre
2009 qu’entre juin et août de la même année.

Pour faire face aux effets de la crise, les ménages ont largement adopté des stratégies
de début de crise et rarement des stratégies de détresse même si c’est moins que
durant la phase aigüe de la crise. L’alimentation a été visée en premier au risque
d’affecter à terme la santé et le statut nutritionnel des populations.

De manière générale, plus de ménages avaient adopté des stratégies pour faire face à la
crise en avril qu’en octobre 2009. Les principales stratégies de début de crise adoptées
durant les deux périodes sont liées à la révision à la baisse de la consommation alimentaire
et à la réduction des dépenses scolaires et d’autres jugées non essentielles. Par exemple
73 % des ménages avaient réduit les dépenses non essentielles en avril contre 55,5 % en
octobre. Les stratégies de détresse, moins fréquentes, concernent principalement
l’alimentation.

xiii
La plupart des ménages bénéficient d’un réseau social constitué essentiellement des
membres de la famille qui leur viennent habituellement en aide en cas de difficultés.
Ce réseau a pleinement fonctionné pendant la crise.

Deux ménages sur trois ont eu des difficultés au cours des deux derniers mois ayant
précédé l’enquête, proportion plus élevée que celui du McRAM II qui était de 45 %. Le
réseau social a fonctionné, comme à l’accoutumé, pour aider la majorité des ménages à faire
face aux difficultés rencontrées depuis septembre (difficultés probablement liées à la crise).
Le réseau social sur lequel les ménages se sont appuyés pour faire face aux difficultés
récentes (probablement liées à la crise) est plus diversifié que le réseau sur lequel ils
s’appuient habituellement (constitué essentiellement de la famille). Les amis, les usuriers et
les voisins ont été sollicités plus qu’habituellement. Toutefois, le recours à la micro-finance
était très limité et la diminution d’accès au microcrédit a été citée parmi les chocs liés à la
crise sociopolitique. L’aide reçu est le plus souvent non alimentaire (2 ménages sur 3).

Les effets de la crise ont été ressentis en matière d’eau, d’hygiène et


d’assainissement. La presque totalité des ménages a accès à l’eau mais rencontre des
difficultés (faible débit, panne de pompe, difficultés à payer). La disponibilité au sein
du ménage de savon et son utilisation pour le lavage des mains ont nettement
diminué dans le temps du fait de la baisse du pouvoir d’achat.

La plupart des ménages ont accès à de l’eau à partir de sources protégées, branchement
particulier et fontaines (93 %), en quantité suffisante et moyennant un paiement. Cependant
le tiers a déclaré avoir rencontré des problèmes majeurs d’approvisionnement en eau entre
septembre et novembre 2009, surtout la baisse du débit et le mauvais état des pompes,
situation à peu près identique à celle du mois d’août (30 %). Bien qu’ils arrivent à payer l’eau
dans leur quasi-totalité, ils rencontrent de plus en plus de difficultés à assurer cette dépense,
du fait surtout de l’insuffisance de revenu.

Presque tous les ménages (98 %) utilisent des latrines même si 27 % seulement ne les
partagent pas avec d’autres ménages. Par contre seuls 55 % ont une douche pour le bain.

L’utilisation de savon pour le lavage des mains dans les ménages n’est pas systématique et
a même diminué dans le temps, du fait essentiellement de l’habitude (citée par six ménages
sur dix), l’insuffisance des revenus et du prix élevé du savon. De janvier à novembre 2009, le
prix du savon a connu une augmentation cumulée de l’ordre de +10 %. Parallèlement, les
dépenses en savon au niveau des ménages ont augmenté de 10 % depuis août.

La détérioration de la qualité des services des Communes et des Fokontany était plus
grande durant la phase aiguë de la crise (entre mars et mai) qu’entre juin et novembre.

Depuis septembre 2009, selon les répondants, les services des Communes relatifs à l’état
civil, au ramassage des ordures ont été améliorés tandis que ceux liés au transport collectif,
à la gestion des marchés, à l’entretien routier, à l’eau potable, à la circulation routière était
identiques à la situation antérieure. Par contre, l’évacuation des eaux usées et des eaux
pluviales, l’éclairage public, la sécurité s’est dégradée entre le McRAM I et II. Ces
pourcentages étaient à peu près les mêmes lors du McRAM II mais étaient beaucoup plus

xiv
élevés lors du McRAM I. Ce qui signifie que la détérioration de la qualité des services des
Communes était plus grande entre mars et mai (c’est-à-dire durant la phase aiguë de la
crise) qu’entre juin et novembre.

Du point de vu de la moitié des ménages la qualité des services rendus pas leurs Fokontany
respectifs n’a pas changé au cours des deux derniers mois. Mieux, 42 % d’entre eux jugent
que la qualité s’est même améliorée. La comparaison des résultats des trois McRAM révèle
que la détérioration de la qualité des services des Fokontany était plus ressentie durant la
phase aigüe de la crise que durant les mois suivants.

Le sentiment que l’insécurité progresse est très répandu. L’insécurité était plus
répandue autour d’avril et est en recrudescence entre septembre et novembre.

Trois ménages sur dix se sentaient moins en sécurité en novembre que deux mois plus tôt.
Par contre 56 % estiment qu’il n’y a pas de changement et 15 % qu’ils se sentent plus en
sécurité. La perception de l’évolution de l’insécurité varie cependant considérablement d’un
fokontany à un autre. Un ménage sur dix a déclaré avoir été plus victime de l’insécurité entre
septembre et novembre et 8 % si on considère la période janvier-août 2009. Une
recrudescence des exactions de la part de membres de la communauté ont rarement été
rapportées. Le nombre total de personnes dans l’entourage des ménages arrêté pour des
raisons liées à la crise sociopolitique a été de 22 depuis septembre 2009.

Pour s’informer sur la crise, les ménages ont recours aux médias qui, selon eux, ont
beaucoup plus joué le rôle de provocateurs que de réconciliateurs durant la crise.

Seuls 6 % des ménages ont déclaré ne pas s’intéresser aux médias pour s’informer sur la
crise (5 % en août 2009). Cependant pour les ménages, les médias ont beaucoup plus joué
le rôle de provocateurs aussi bien lors de la période de transition (44 % des ménages) que
lors de la phase de négociations (43 %) que de réconciliateurs. Le tiers des ménages a
déclaré que les médias les ont incités à participer aux violences politiques, aux pillages ou
aux manifestations durant la crise, même si ce rôle a diminué dans le temps.

La morbidité est très forte dans les fokontany, en particulier parmi les enfants de
moins de 5 ans. L’insuffisance des revenus est l’une des deux principales raisons du
non recours aux soins modernes en cas de maladie.

Le taux de morbidité est deux fois plus élevé parmi les moins de 5 ans (39 %) que parmi les
5 ans et plus (19 %). Pour les moins de 5 ans, les principales causes de maladie sont par
ordre d’importance, la grippe, la fièvre ou suspicion de paludisme, les infections respiratoires
aiguës et dans une moindre mesure les diarrhées. Chez les plus de 5 ans, les causes de
morbidité les plus citées sont, par ordre d’importance, la grippe, la fièvre ou suspicion de
paludisme. Le pourcentage de malades atteints de grippe a presque doublé entre août et
mai, passant de 22,3 (McRAM II) à 46,2 % (McRAM III).

La consultation de médecin en cas de maladie s’est améliorée. En novembre 2009, 72 %


des personnes qui étaient malades ont consulté contre 65 % en août pour les moins de 5
ans. Ce pourcentage est de 60 % pour les plus de 5 ans contre 49 % en août. Les deux
xv
principales raisons évoquées pour justifier la non consultation d’un médecin ou dans un
centre de santé sont le caractère bénin de la maladie (56,7 % chez les moins de 5 ans et
52,4 % chez les 5 ans et plus) et le manque d’argent. Le secteur santé fait partie des
secteurs qui ont subi une inflation de +2,4 entre décembre 2008 et octobre 2009.

La connaissance du sida est presque universelle parmi les interviewés. En effet 98 % d’entre
eux en ont déjà entendu parler. Les principaux modes de transmission sont relativement bien
connus. De même la connaissance du caractère asymptomatique de la maladie et des
principaux moyens de prévention est également répandue même si quelques fausses
connaissances ressortent également des réponses. Cependant l’utilisation du préservatif
comme méthode de prévention des IST/VIH ou d’une grossesse n’est pas très courante
parmi les répondants.

Différentes formes de violence sont faites aux enfants et aux femmes, mais les
résultats ne permettent pas d’affirmer ou d’infirmer une recrudescence liée à la crise.

Ce sont 5,6 % des ménages qui ont rapporté que leurs enfants ont été confrontés à des
problèmes de violence physique, psychologique ou sexuelle entre janvier et août 2009,
contre 3,3 % entre septembre et novembre. L’agression verbale et le châtiment corporel sont
les deux formes de violences les plus rapportées quelle que soit la période. Enfin 5 ménages
ont rapporté que leurs enfants ont été victimes d’abus sexuel entre septembre et novembre.

Concernant les femmes, l’existence de plusieurs formes de violence à domicile dans le


voisinage a été rapportée par les interviewés : violence physique (violence conjugale, travail
forcé, esclavage), violence psychologique (harcèlement psychologique, kidnapping) et
violence sexuelle (prostitution forcée, grossesse forcée, viols).

Rien dans les résultats de l’étude ne permet cependant d’affirmer qu’il y a ou non une
recrudescence de la violence faite aux femmes et aux enfants du fait de la crise.

Les besoins prioritaires exprimés par la population reflètent ses aspirations face à la
situation actuelle : crise politique, difficultés économiques et problèmes
environnementaux.

Les besoins exprimés concernent le travail (stabilité et meilleure rémunération), la fin de la


crise politique (organisation d’élections pour trancher sur la situation et pour un retour de la
paix et de la sérénité), l’accès au crédit ou à l’aide sociale pour améliorer une activité ou en
démarrer une, l’alimentation (alimentation adéquate, aide alimentaire, maîtrise de l’inflation),
le bien-être (meilleur habitat, loyer moins cher, fin des problèmes d’approvisionnement en
eau et en électricité, plus grande disponibilité de toilettes et de douches publiques,
amélioration du niveau de vie, du transport publique…), l’environnement (curage des canaux
d’évacuation, réparation des ruelles et des digues), la sécurité en général, l’éducation des
enfants, la santé et pour le cas particulier des personnes âgées, une meilleure prise en
charge de leur santé et l’augmentation des pensions alimentaires. Pour les ménages
agricoles et pour les artisans, les besoins exprimés sont relatifs à l’encadrement technique.
Les besoins exprimés varient sensiblement en fonction des fokontany.

xvi
xvii
PARTIE I :
CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE
I. CONTEXTE

Madagascar, grande île située au large de l’Océan Indien, occupe une superficie total de
587.040 km² avec des côtes d’une longueur d’environ 4.828 km. De par sa position
géographique, il subit, chaque année sans exception, les passages répétés de cyclones
suivis d’inondations dans certaines localités. Les effets du changement climatique sont de
plus en plus perceptibles au niveau local, à travers la précocité des périodes de soudure, les
cyclones devenus de plus en plus puissants et la sécheresse prolongée et répétée dans les
régions du Sud.

Par ailleurs, la population actuelle est estimée à près de 20 millions d’habitants2. Elle croit
rapidement avec un taux d’accroissement démographique annuel moyen projeté pour la
période 2003-2015 de 2,8 %. La majorité de la population réside en milieu rural (78 % contre
22 % en milieu urbain). Elle est très jeune avec la moitié de la population qui est âgée de
moins de 18 ans3. La taille moyenne des ménages est de 5,2 personnes.

La pauvreté est un phénomène de grande ampleur à Madagascar qui tend à s’urbaniser et à


se féminiser de plus en plus4. Le pays est classé à la 145ème place sur 180 pays, avec un
Indice de Développement Humain (IDH) de 0,5435. Dans son nouveau classement publié en
juillet 2009, la Banque Mondiale (BM) a continué à placer Madagascar parmi les pays à
faible revenu avec un Produit National Brut (PNB) par habitant de 410 USD. En 2005,
68,7 % de la population vivaient en dessous du seuil de pauvreté.

Madagascar n’a pas été non plus épargné par la crise alimentaire et financière mondiale
récente. En effet, il doit importer chaque année près 10 % de ses besoins en riz, en plus de
la totalité de ses produits pétroliers, des biens d'équipement, des matières premières, des
biens de consommation, de certains autres produits alimentaires (huile, farine…) et des
fournitures pour le fonctionnement de ses industries, y compris les zones franches. En 2008,
le ralentissement du commerce mondial a été ressenti à travers la baisse des exportations
des produits de rente comme la vanille, le girofle, le poivre, le café, les crevettes et de ses
ressources minières, la baisse des commandes dans les zones franches connues comme
Export Processing Zones (EPZ) ainsi que par l’augmentation des coûts d’importation des
produits sur le marché mondial. Cette situation a fragilisé tous les secteurs de l’économie, y
compris les plus porteurs (agro-industrie, textile, mines, tourisme). Le chômage technique ou
les fermetures de sociétés ont eu pour conséquence des pertes d’emplois massives qui ont
augmenté encore plus la vulnérabilité générale de la population.

Dans ce contexte déjà fragilisé, une crise sociopolitique a secoué le pays depuis janvier
2009 et a abouti au renversement du régime en place. Depuis toujours, Antananarivo la
capitale a été le centre de ce genre de troubles politiques de manière répétitive. Il en était
ainsi en 1972, en 1991 et en 2002. Le nouveau régime de transition mis en place suite à la

2
INSTAT, 3e Recensement Général de la Population et de l’Habitation de Madagascar (Situation fin octobre
2008) Atelier Régional des Nations Unies pour le traitement des données RGPH du 3 au 7 nov 2008 Bamako-
Mali.
3
Taux de croissance de 2,5 % par an selon les projections démographiques pour la période 2003-2015. Le
second et dernier RGPH date de 1993. Le troisième RGPH devrait avoir lieu en 2009 mais a été reporté du fait de
la crise politique.
4
Enquête Prioritaire auprès des Ménages (EPM) 2005.
5
Human Development Report 2009 PNUD.

2
crise de 2009 n’a pas été reconnu par la communauté internationale. En août 2009, une
Charte de la Transition a été signée à Maputo (Accord de Maputo I) entre les quatre parties
prenantes de la crise, suivie par un autre accord dit Maputo II complété par d’autres
dispositions suite à une rencontre à Addis-Abeba en novembre 2009. Cette Charte de la
Transition visait à créer un consensus pour la résolution de la crise sociopolitique à
Madagascar à travers un retour à l’ordre constitutionnel.

Durant la crise de 2009, plus de 230.000 emplois salariés ont été perdus selon le bureau du
PNUD à Madagascar. La chute de la production industrielle se situe entre 25 et 80 % selon
les branches. Le tertiaire a été fortement touché. Le nombre de touristes qui était passé de
277.000 en 2005 à 375.000 en 2008 est tombé à moins de 200.000 en 2009. Seuls quelques
domaines ont été épargnés telles les télécommunications boostées par le câble marin et
l’exploitation minière (Ilménite, nickel, cobalt). Madagascar n’a ainsi enregistré qu’une faible
croissance économique de 0,7 % à la fin du troisième trimestre 2009, contre 7,5 % en 20086.

Devant cette situation, les risques de détérioration des conditions socio-économiques de la


population étaient prévisibles. En novembre 2008, le Programme Alimentaire Mondial (PAM)
avait effectué une analyse des besoins en vu de répondre à l’insécurité alimentaire des
ménages en milieu urbain suite aux crises mondiales. Le Système des Nations Unies (SNU)
à Madagascar à également lancé en avril 2009, un Flash Appeal d’un montant de 36,7
millions de dollars pour éviter la dégradation de la situation humanitaire dans le pays suite à
la crise sociopolitique dans la capitale, aux cyclones qui ont frappé l’île (Eric, Fanele et Jade)
et à la sécheresse qui sévit dans le sud. Le Flash Appeal a été révisé à la baisse au mois de
juin 20097, suite aux différentes évaluations effectuées.

Pour suivre l’évolution de la situation socioéconomique au niveau des ménages, un système


de suivi a été mis en place afin d’évaluer la situation tous les 3 mois. La méthode Multi-
cluster Rapid Assessment Mechanism (McRAM), méthode adaptée dans les évaluations
d’urgence pour les réponses humanitaires a été utilisée. C’est une méthode qui a fait ses
preuves dans les évaluations d’urgence pour les réponses humanitaires au Sri Lanka et au
Pakistan8. Il s’agit d’une approche multisectorielle, inter-agence dont les Inter-Agency
Standing Committee (IASC) clusters décident d’un commun accord des objectifs, des
questionnaires ainsi que de la méthodologie à adopter. À ce jour, trois McRAM ont été
conduits respectivement aux mois de mai 2009 (McRAM I), août 2009 (McRAM II) et
novembre 2009 (McRAM III), ce dernier faisant l’objet du présent rapport. Le support de
collecte des données a été également amélioré dans le temps, par les membres du cluster.
Le McRAM III permettra à la fois d’évaluer la situation et d’apprécier son évolution.

6
Les Afriques N° 100 du 09/11 http://www.lesafriques.com/madagascar/madagascar-0-7-de-croissance-
economique-a-la-fin-du-3e-trimestre.html?Itemid=113?articleid=20215
7
United Nations Madagascar revised flash appeal 2009
8
www.mcram.org

3
La liste des différentes agences du SNU et membres du Inter-Agency Standing Committee
(IASC) qui ont apporté leur contribution dans l’évaluation ainsi que les secteurs pour lesquels
ils ont contribué est donné par le tableau 01 suivant :

Tableau 01 : Liste des institutions qui ont contribué au McRAM et les secteurs respectifs dans
lesquels ils ont contribué

INSTITUTION SECTEUR

 BM - Besoins prioritaires des ménages


(Banque Mondiale)
 FAO - Agriculture urbaine
(Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture)
 IFRC - Habitat
(Fédération International de la Croix Rouge)
 OMS - Santé et Planning familial
(Organisation Mondiale de la Santé)
 PAM - Sécurité alimentaire
(Programme Alimentaire Mondiale)
 PNUD - Réseau social
(Programme des Nations Unies pour le - Protection des enfants, violence sur les
Développement) enfants
- État de droit, justice et médias
 UN-Habitat - Habitat
(United Nations Human Settlements
Programme)
 UNESCO - Éducation
(Organisation des Nations Unies pour
l’Éducation, la Science et la Culture)
 UNFPA - Santé et Planning familial
(Fonds des Nations Unies pour la Population)
 UNICEF - Éducation
(Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) - Eau et assainissement
- Protection des enfants, violence sur les
enfants
- État de droit, justice et médias
- Réseau social
- Nutrition

II. OBJECTIFS DU McRAM III

Les objectifs du McRAM III sont :


évaluer l’impact socioéconomique des différentes crises au niveau des ménages de 11
fokontany de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) en novembre 2009 qui
représentent quatre catégories de sécurité alimentaire ;
apprécier l’évolution de la situation par une comparaison temporelle et l’analyse des
tendances de la situation durant la crise, c’est-à-dire entre janvier et novembre 2009.

4
III. MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE

L’étude McRAM III a été coordonnée par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
(UNICEF) avec l’appui technique du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Ce chapitre
présente en détail la méthodologie adoptée pour la réaliser : type de données à collecter,
échantillonnage, méthode de collecte des données et méthodologie d’analyse.

3.1 Données à collecter

Le McRAM III a porté sur les mêmes volets que les deux précédentes évaluations. Outre les
caractéristiques socioéconomiques des ménages, les données collectées se rapportaient
aux secteurs suivants : éducation ; sécurité alimentaire ; réseau social ; agriculture urbaine ;
eau et assainissement ; protection de l’enfant et violence sur les enfants ; habitat ; état de
droit ; justice et médias ; santé et planning familial ; nutrition ; et besoins prioritaires des
ménages.

3.2 Choix, justification et description de l’échantillonnage

L’enquête Mc RAM dans la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) réalisée depuis mai
2009 a pris comme Baseline l’enquête sur la sécurité alimentaire en milieu urbain (EFSA)
effectuée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) en novembre 2008. L’idée était de
suivre l’évolution de la sécurité alimentaire dans certains fokontany de la capitale.
L’échantillon de l’EFSA 2008 était composé de 300 ménages répartis dans 30 fokontany de
la CUA (10 ménages par fokontany).

À l’issue de cette étude, les 30 fokontany avaient été classés en trois catégories selon leur
niveau de sécurité alimentaire : 14 dans la catégorie « Insécurité Alimentaire Sévère » (IAS),
5 dans la catégorie « Insécurité Alimentaire Modéré » (IAM), et 9 dans la catégorie « À
risque » (ÀR) et 2 dans la catégorie « Sécurité Alimentaire » (SA).

Pour le McRAM, un premier tirage aléatoire de fokontany a été effectué dans chaque
catégorie à raison de 3 fokontany dans le groupe IAS, 3 fokontany dans le groupe IAM, 3
fokontany dans le groupe ÀR et 2 fokontany dans le groupe SA9. Ce qui a donné un total de
11 fokontany (Graphique 01).

9
Seuls 2 fokontany ont été classés SA en novembre 2008.

5
Graphique 01 : Liste des fokontany enquêtés (à partir du classement novembre 2008, PAM)

Pour les McRAM II et III, la taille de l’échantillon a été ramenée à 660 ménages (330 pour le
McRAM I). L’objectif étant, cette fois-ci, surtout axé sur la scolarisation des enfants de 6 à 10
ans, de 11 à 14 ans et de 15 à 17 ans. Le but est de pouvoir capter le taux d’abandon
scolaire dû à la crise au niveau primaire, secondaire du premier cycle et secondaire du
second cycle. Les résultats doivent être représentatifs au niveau des 11 fokontany
sélectionnés lors de la première enquête. L’échantillon doit donc représenter la population
d’enfants scolarisés pour l’année scolaire 2008-2009 dans les 11 fokontany considérés.

De ce fait, les 660 ménages ont été répartis dans les 11 fokontany de façon à fixer une
précision relative a priori de 15 à 20 % sur le taux de scolarisation des enfants de 6 à 10 ans,
de 11 à 14 ans, et celle des enfants de 15 à 17 ans dans chaque fokontany. Le tirage des
ménages dans chaque fokontany sélectionné est un tirage aléatoire simple sur la base de la
liste des ménages disponibles au bureau du fokontany.

La formule utilisée pour le calcul du nombre d’enfants nécessaires ( ) dans le fokontany


(appartenant à chaque catégorie ) pour le groupe d’âge s’exprime comme suit:

6
est le pourcentage d’enfants scolarisés du groupe d’âge obtenu lors du McRAM I
dans la catégorie de fokontany ;
est la statistique de Student et vaut 1,96 ;
est la moitié de l’intervalle de confiance à 95 % en terme relative de ;
est l’effectif d’enfants de groupe d’âge dans le fokotany de la catégorie de
fokontany .

Tableau 02 : Nombre d’enfants nécessaires et précision a priori par catégorie de fokontany

Enfants de 6 à 10ans Enfants de 11 à 14 ans Enfants de 15 à 17ans


Situation
alimentaire Précision Précision Précision
estimé estimé estimé

SA 12 97 % 15 % 20 95 % 15 % 31 80 % 20 %
ÀR 90 85 % 15 % 132 78 % 15 % 69 60 % 20 %
IAM 36 94 % 15 % 57 90 % 15 % 70 58 % 20 %
IAS 150 75 % 15 % 76 85 % 15 % 65 44 % 20 %
Source : Mc Ram I, Propres calculs.

Au total, un minimum de 288 enfants de 6 à 10 ans, de 285 enfants de 11 à 14 ans et de 235


enfants de 15 à 17 ans doit être repéré. Le nombre de ménage ( nécessaires pour avoir
enfants résulte de la formule suivante :

Enfin, le nombre de ménage ( à enquêter par fokontany est le nombre maximal de


ménages obtenus par groupe d’âge. Soit l’échantillon ci-après (Tableau 03) :

Tableau 03 : Répartition des ménages à enquêter par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Fokontany Nombre de ménages Pourcentage de ménages


Cité Ampefiloha 64 9,7
Antohomadinika III G Hangar 58 8,8
Volosarika 66 10,0
Ampamantanana 57 8,6
Ankazomanga Andraharo 59 8,9
Tsaramasay 59 8,9
Anosizato Est I 61 9,2
Ampangabe Anjanakifolo 68 10,3
Soavimasoandro 56 8,5
Anjanahary II S 62 9,4
Zaivola 50 7,6
Total 660 100

7
Sur le terrain, les agents enquêteurs ont été chargés de prendre une liste des ménages dans
les bureaux de fokontany et de faire un tirage des ménages à enquêter à partir de cette liste.
En commençant par un numéro tiré au hasard (à partir d’une table de nombre aléatoire) et
de poursuivre la sélection avec un pas fixe. Du fait que le choix des ménages est aléatoires,
les ménages enquêtés ne sont pas nécessairement les mêmes que ceux des précédents
McRAM.

3.3 Collecte des données

La collecte des données s’est déroulée du 24 novembre au 08 décembre 2009. Elle s’est
faite en utilisant un questionnaire standardisé (cf. Annexe 1) administré à chaque ménage
sélectionné par interview directe, généralement du chef de ménage ou de son répondant. En
plus de l’interview du répondant, le périmètre brachial (PB) de chaque enfant âgé de 6 à 59
mois vivant dans le ménage a été mesuré et la valeur reportée dans le questionnaire. Le PB
est une mesure anthropométrique qui sert à mesurer le niveau de malnutrition des enfants.

Les interviews et la mesure du PB ont été faites par une équipe de 11 enquêteurs et 11
superviseurs formés sur l’administration du questionnaire ainsi que sur la théorie et la
mesure du PB. Un guide de remplissage a également été élaboré afin de faciliter la collecte
des données. Des corrections ont été apportées au guide à partir des leçons apprises des
enquêtes précédentes.

3.4 Analyse des données

Après le contrôle de cohérence fait sur les questionnaires, les données collectées auprès
des ménages ont été codifiées et saisies avec le logiciel CSPro10 (Version 3.3. d’octobre
2008). Après apurement des données, le traitement et l’exploitation ont été effectués avec
les logiciel Excel 2007 pour la tabulation, SPAD pour l’Analyse de Correspondance Multiple
(ACM) et Stata 9.0 et SPSS11 (version 13.0) pour les autres analyses statistiques.

Les tests de Chi-deux de Pearson, de Kruskal-Wallis et les tests ANOVA ont été utilisés
dans l’analyse pour tester la significativité des différences lors des comparaisons des
résultats.

10
CSPro : Census and Survey Processing System
11
SPSS : Statistical Package for Social Sciences

8
PARTIE II :
PRÉSENTATION DES RÉSULTATS
I. CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES MÉNAGES ENQUÊTÉS

Les caractéristiques sociodémographiques examinées ici sont : la taille des ménages ; le


sexe, l’âge et le statut matrimonial des chefs de ménage ; et enfin l’âge et l’occupation des
membres des ménages. Ces caractéristiques se rapportent aux 660 ménages enquêtés et à
leurs chefs ainsi qu’aux 3.083 personnes qui y vivent12 (Tableau 04).

Tableau 04 : Répartition des ménages (en effectif) effectivement enquêtés et du nombre de


membres y vivant par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Nombre de ménages Nombre d'individus vivant


Fokontany
enquêtés dans les ménages enquêtés
Cité Ampefiloha 64 256
Antohomadinika III G Hangar 58 301
Volosarika 66 274
Ampamantanana 57 273
Ankazomanga Andraharo 59 275
Tsaramasay 59 282
Anosizato Est I 61 295
Ampangabe Anjanakifolo 68 383
Soavimasoandro 56 262
Anjanahary II S 62 275
Zaivola 50 207
Total 660 3.083

La situation de l’ensemble de la zone d’étude est d’abord présentée (section 1.1), suivie de
l’analyse des disparités entre fokontany (section 1.2).

1.1 Situation d’ensemble

Les ménages enquêtés ne sont pas de très grande taille, à l’image des ménages de la
capitale en général. La taille moyenne est de 4,7 personnes par ménage, valeur qui n’a pas
varié entre les trois McRAM. On note cependant que la majorité des ménages (sept sur dix)
compte entre 4 et 8 membres (Tableau 05). Ce pourcentage était un peu plus élevé en août
et mai 2009 lors des deux précédents McRAM (73 %).

Les ménages sont majoritairement dirigés par des hommes (78 %). Un peu plus de la moitié
des chefs de ménages (55 %) a entre 36 et 59 ans. Un sur 7 est cependant d’un âge avancé
(60 ans et plus). Enfin la plupart des chefs de ménage (77 %) vivent en union (mariés
légalement ou coutumièrement ou sont en union libre), même si le pourcentage de veufs et
de divorcés est élevé (1 chef de ménage sur 5).

12
Pour rappel 660 ménages avaient été enquêtés lors du McRAM II d’août 2009 dans lesquels vivaient 3.120
personnes. Le McRAM I de mai 2009 avait par contre enquêté 330 ménages dans lesquels vivaient 1.598
personnes.

10
La population des fokontany enquêtés est relativement jeune. En effet les deux tiers d’entre
elle sont âgés de moins de 18 ans. L’âge moyen des membres des ménages est de 24 ans,
soit un peu moins qu’en mai 2009 (26 ans) et août 2009 (25 ans).

Concernant l’occupation, on note une faible participation des membres des ménages
enquêtés l’activité économique. En effet, moins de deux personnes sur cinq (38 %)
travaillaient au moment de l’enquête. Le tiers étudiait et 15 % ne travaillaient pas ni
n’étudiaient.

Tableau 05 : Caractéristiques sociodémographiques des ménages enquêtés (McRAM III,


Novembre 2009)

Caractéristiques Pourcentage (%) Effectif


Répartition des ménages selon la taille
Moins de 4 personnes 26,3 174
4 à 8 personnes 68,8 455
Plus de 8 personnes 4,7 31
Total 100 660
Sexe du chef de ménage
Masculin 78,3 517
Féminin 21,7 143
Ensemble 100 660
Âge des chefs de ménage
18-35 ans 29,4 194
36-59 ans 54,7 361
60 ans et plus 15,9 105
Ensemble 100 660
Situation matrimoniale du chef de ménage
Marié légalement 52,7 348
Marié coutumièrement 16,7 110
En union libre 7,6 50
Veuf 14,7 97
Divorcé 6,5 43
Célibataire 1,8 12
Ensemble 100 660
Tranche d’âge des membres des ménages
0 à 5 ans 12,7 393
6 à 9 ans 10,2 315
10 à 17 ans 18,2 562
18 à 48 ans 46,3 1.427
49 ans et plus 12,5 386
Ensemble 100 3.083
Occupation des membres du ménage
Élève, Étudiant 33,2 1.025
Travaille 37,7 1.159
Ne travaille pas ni n'étudie 14,8 455
Enfants à bas âge ou retraités 14,4 444
Ensemble 100 3.083

11
En résumé les ménages de la zone d’étude ne sont pas de taille très grande et sont
majoritairement dirigés par des hommes, vivant la plupart du temps en union. La population
vivant dans ces ménages est relativement jeune avec un faible taux de participation à
l’activité économique.

1.2 Disparités des caractéristiques sociodémographiques des ménages selon les


fokontany

À l’exception de la Cité Ampefiloha, les Fokontany enquêtés présentent à peu près les
mêmes caractéristiques sociodémographiques. Ampefiloha se distingue nettement du
schéma global sur toutes les caractéristiques par :
Ses ménages de plus petite taille (4 personnes en moyenne contre 4,7 pour
l’ensemble). De plus 36 % d’entre eux compte moins de 4 membres contre 26 % pour
l’ensemble.
Sa plus forte proportion de ménages dirigés par des femmes (44 % contre 22 % pour
l’ensemble).
Des chefs de ménages plus âgés (47 % ont 60 ans ou plus contre 16 % pour
l’ensemble) et plus souvent veufs (39 % contre 15 % pour l’ensemble).
Des membres des ménages plus âgés en moyenne (36 ans contre 25,4 ans pour
l’ensemble) et moins souvent en activité (17 % sont retraités contre 4 % pour
l’ensemble).

II. REVENUS DES MÉNAGES

Lors du McRAM III, on a demandé à chaque interviewé de citer dans l’ordre les sources de
revenu les plus importantes de son ménage depuis janvier 2009, jusqu’à un maximum de
trois revenus. L’interviewé devait aussi dire si le nombre et le type de sources de revenu
ainsi que le montant des revenus avaient varié ou pas depuis septembre 2009, soit au cours
des deux mois ayant précédé l’enquête.

À partir de ces réponses, ce chapitre analyse le nombre de revenu des ménages, la


classification des ménages selon la combinaison des sources de revenu, la stabilité du
revenu, les changements dans le nombre et le type revenu ainsi que l’évolution du montant
du revenu.

2.1 Nombre de sources de revenu

La majorité des ménages ont une pluralité de source de revenu. Seul le tiers des ménages
ne dispose que d’une source de revenu principale, la moitié a deux sources de revenu et un
ménage sur sept en a trois (Tableau 06).

De fortes disparités existent entre les fokontany. À Antohomadinika, Tsaramasay et


Soavimasoandro, la moitié des ménages n’ont qu’une seule source de revenu contre un tiers
pour l’ensemble. À l’opposé Zaivola, Anjanahary II S et dans une moindre mesure la Cité

12
Ampefiloha se distinguent par des proportions de ménages disposant de plus d’une source
de revenu plus élevée que la moyenne.

Tableau 06 : Répartition (en %) des ménages selon le nombre de sources de revenu en


novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Nombre de sources de revenu


Fokontany Total Effectif
1 source 2 sources 3 sources
Cité Ampefiloha 23,4 51,6 25,0 100 64
Antohomadinika 53,4 39,7 6,9 100 58
Volosarika 39,4 54,5 6,1 100 66
Ampamantanana 31,6 35,1 33,3 100 57
Ankazomanga 35,6 57,6 6,8 100 59
Tsaramasay 50,8 42,4 6,8 100 59
Anosizato Est I 37,7 45,9 16,4 100 61
Ampangabe 25,0 54,4 20,6 100 68
Soavimasoandro 50,0 41,1 8,9 100 56
Anjanahary II S 12,9 69,4 17,7 100 62
Zaivola 8,0 62,0 30,0 100 50
Ensemble 33,5 50,5 16,1 100 660

En termes d’évolution dans le temps, on note une tendance à la multiplication du nombre


des sources de revenu entre mai et novembre 2009 (Tableau 07). En effet, le pourcentage
de ménages avec trois sources de revenu a sensiblement augmenté, passant de 10 à 16 %
sur la période.

Tableau 07 : Évolution de la répartition (en %) des ménages selon le nombre de sources de


revenu entre mai et novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009)

Date Nombre de sources de revenu


Total Effectif
(Round de McRAM) 1 source 2 sources 3 sources
Mai 2009 (McRAM I) 39,7 50,3 10,0 100 330
Août 2009 (McRAM II) 36,0 48,3 15,7 100 660
Novembre 2009 (McRAM III) 33,5 50,5 16,1 100 660

2.2 Classification des ménages selon la stabilité de leurs sources de revenu

Les sources de revenu des ménages peuvent être classées en trois catégories selon leur
stabilité : sources stables, sources peu stables et sources instables.
Sources de revenu stables : salaire du secteur privé, salaire du public (fonctionnaires),
commerce (en gros, import/export), pension ou indemnité gouvernementale.
Sources de revenu peu stables : travail manuel qualifié, emplois indépendants, petit
commerce.

13
Sources de revenu instables : Vente de produits vivriers, de culture de rente, de bétails
ou de produits animaliers, pêche, travail agricole, secteur informel, travail manuel non
qualifié, envoi d’argent, mendicité/assistance, loyer et autres locations, autres.

Le Tableau 08 donne la répartition des ménages selon la stabilité de chacun des trois
sources de revenus. Il en ressort que la stabilité est fonction du rang du revenu. Les
premières sources sont généralement plus stables que les sources complémentaires. Pour
plus de la moitié (53 %) des ménages qui ont trois sources de revenu, la troisième source
est instable. Par contre la première source de revenu est instable pour 30 % seulement des
ménages et 38 % pour la seconde source.

Tableau 08 : Répartition (en %) des ménages selon la stabilité de leurs sources de revenu
(McRAM III, Novembre 2009)

Source de Stabilité de la source de revenu


Total Effectif
revenu Stable Peu stable Instable
1ère source de revenu 44,8 26,1 29,1 100 660
ème
2 source de revenu 35,1 27,1 37,8 100 439
ème
3 source de revenu 33,0 17,0 50,0 100 106

En termes d’évolution, le Graphique 02 révèle que la multiplication des sources de revenu


notée durant la période de la crise allant de mai à novembre (section 2.1) s’est faite dans le
sens de l’instabilité. En effet, pour les ménages ayant trois sources de revenu, le
pourcentage des troisièmes sources instables a cru dans le temps, allant de 33 % en mai à
53 % en novembre. A l’opposé, les premières et secondes sources ont gagné en stabilité.

Graphique 02 : Évolution du pourcentage de ménages dont les sources de revenu sont instables
entre mai et novembre 2009

100
1ère source
%des ménages dont la source de revenu est instable

90 2ème Source
3ème source
80

70

60 55 53 53

50

40 40 45 40

30 33
30
20 27

10

0
Mai 2009 Août 2009 Nov. 2009
(McRAM I) (McRAM II) (McRAM III)
Période (Round de collecte)

Source : McRAM I (Mai 2009), McRAM II (Août 2009) et McRAM III (Nov. 2009)

14
2.3 Classification des ménages en fonction des combinaisons de leurs sources de
revenu

Au total 17 modalités de réponses étaient possibles pour les sources de revenu. Afin d’en
faciliter l’exploitation, les ménages ont été regroupés en fonction de la combinaison de leurs
sources de revenu en utilisant, comme pour les précédents McRAM, une méthode statistique
adaptée : Analyse des Correspondances Multiples (ACM). La classification a fait ressortir
une partition optimale de 8 classes des ménages en fonction de leurs types de sources de
revenu (Tableau 09). Il ressort de ce classement que les ménages se retrouvent
majoritairement (54 %) dans deux classes :
Celle où les deux premières sources de revenu sont le salaire du privé et la troisième
le travail manuel non qualifié ou l’emploi indépendant. Cette classe regroupe 36 % des
ménages.
Celle ou la première source de revenu est le salaire du privé, la seconde le petit
commerce ou l’emploi temporaire et la troisième le secteur informel ou l’emploi
temporaire. Cette classe regroupe 18 % des ménages.

Les autres classes regroupent respectivement entre moins de 10 % des ménages.

Tableau 09 : Répartition (en %) des ménages selon la classe de revenu (combinaison de


revenus) en novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009)

1ère source de 2ème source de 3ème source de Total


Classe Effectif
revenu revenu revenu (%)
Pension, indemnité Secteur Informel,
1 Envoi d’argent 7,7 51
gouvernementale Emploi temporaire
Travail manuel non Secteur Informel,
2 Travail agricole 9,4 62
qualifié Emploi temporaire
Commerçant
Travail manuel non
3 (grossiste et Envoi d’argent 6,1 40
qualifié
importateur, etc.)
Petit commerçant
(boutique, marché,
Salarié du secteur gargote, marchand Secteur Informel,
4 17,9 118
privé ambulant, journalier, Emploi temporaire
etc.), Emploi
temporaire
Travail manuel non
Salarié du secteur Salarié du secteur qualifié, Emploi
5 35,9 237
privé privé indépendant (taxi,
carpenter, craft)
Salarié du secteur Pension, indemnité Salarié du secteur
6 8,8 58
privé gouvernementale privé
Salaire du secteur Salaire du secteur Pension, indemnité
7 8,6 57
public (fonctionnaire) public (fonctionnaire) gouvernemental
Vente de bétails ou
Secteur Informel,
8 Travail agricole produits animaux, 5,6 37
Emploi temporaire
Travail agricole
Total 100 660

15
Un examen de ce classement par source de revenu montre que le salarie du secteur privé
est de loin la première source de revenu des ménages tandis que les secondes sources de
revenu sont plus diversifiées. Par contre les troisièmes sources de revenu relèvent plus de
l’informel, des emplois temporaires, du travail manuel non qualifié et du travail indépendant.

La classification des ménages par classe de sources de revenu varie très sensiblement en
fonction des fokontany (Tableau 10).

Tableau 10 : Classement des Fokontany selon la répartition (en %) de leurs ménages selon les
classes de revenus (McRAM III, Novembre 2009)

Classe des revenus


Fokontany Total
1 2 3 4 5 6 7 8
Cité Ampefiloha 25,0 0,0 4,7 3,1 20,3 31,3 15,6 0,0 100
Antohomadinika 3,4 15,5 10,3 15,5 50,0 0,0 3,4 1,7 100
Volosarika 4,5 6,1 7,6 18,2 39,4 7,6 15,2 1,5 100
Ampamantanana 5,3 7,0 1,8 26,3 29,8 8,8 14,0 7,0 100
Ankazomanga 8,5 5,1 8,5 16,9 39,0 8,5 10,2 3,4 100
Tsaramasay 6,8 10,2 5,1 15,3 42,4 6,8 13,6 0,0 100
Anosizato Est I 3,3 1,6 3,3 26,2 50,8 6,6 8,2 0,0 100
Ampangabe 11,8 16,2 11,8 17,6 33,8 4,4 4,4 0,0 100
Soavimasoandro 8,9 12,5 3,6 14,3 46,4 7,1 5,4 1,8 100
Anjanahary II S 3,2 0,0 6,5 37,1 35,5 9,7 3,2 4,8 100
Zaivola 2,0 34,0 2,0 4,0 4,0 4,0 0,0 50,0 100
Ensemble des
7,7 9,4 6,1 17,9 35,9 8,8 8,6 5,6 100
Fokontany
Effectif des
51 62 40 118 237 58 57 37 660
Fokontany

À Ampefiloha, les ménages tirent plus leurs revenus de salaires du public et du privé ainsi
que de pensions et indemnités gouvernementales. La fréquence de cette dernière source
tient au fait qu’une forte proportion des chefs de ménage du fokontany sont du troisième âge
et sont des retraités.

À Anosizato Est I et Anjanahary, ce sont environ les trois quarts des ménages qui sont dans
les classes 4 et 5 (contre 54 % pour l’ensemble), donc tirent principalement leur revenu d’un
salaire du privé.

Zaivola se caractérise par le fait que la moitié de ses ménages est de la classe 8, donc tire
principalement ses revenus du travail agricole (contre 5,6 pour l’ensemble). Cette proportion
quoique élevée est inférieure à celle de 88 % trouvée lors du McRAM II du mois d’août 2009,
certainement du fait de la période de soudure qui va d’octobre à avril. De même le tiers des
ménages est dans la classe 2, c’est-à-dire ont leurs revenus qui proviennent essentiellement
du travail manuel non qualifié et du travail agricole (contre 9,4 % pour l’ensemble).
Enfin, dans les fokontany de Volosarika, d’Ampamantanana et de Tsaramasay, 14 à 15 %
sont dans la classe 7, donc tirent principalement leurs revenus d’un salaire du secteur public
(contre 8,6 % seulement pour l’ensemble).

16
2.4 Évolution récente des revenus

Les ménages ont été interrogés sur les changements intervenus dans les sources et le
montant de leurs revenus depuis septembre 2009. Il ressort de leurs réponses une relative
stabilité du nombre et du type de revenus au cours de la période récente13, sans différence
significative entre les fokontany. En effet, 85 % des ménages ont déclaré avoir les mêmes
sources de revenu (ils étaient 89 % lors du McRAM d’août 2009).

Parmi les 15 % de ménages qui ont déclaré un changement dans leur revenu, 46 % ont vu le
nombre de leurs sources de revenu augmenter, 21 % ont eu moins de sources de revenu et
33 % ont conservé le même nombre de sources de revenu mais ont changé de type. Ces
proportions étaient respectivement de 34, 27 et 39 % en août 2009.

Même si le nombre de revenus de la majorité des ménages n’a pas évolué au cours des
deux mois précédant l’enquête, les deux tiers des ménages ont rapporté que le montant de
leurs revenus en novembre a diminué par rapport à septembre 2009 (Tableau 11).

Tableau 11 : Répartition (en %) des ménages selon l’évolution du montant de leur revenu entre
septembre et novembre 2009 par Fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Évolution du montant du revenu en septembre et


Fokontany novembre 2009 Total Effectif
Hausse Stagnation Baisse
Cité Ampefiloha 1,6 60,9 37,5 100 64
Antohomadinika 5,2 13,8 81,0 100 58
Volosarika 33,3 13,6 53,0 100 66
Ampamantanana 7,0 28,1 64,9 100 57
Ankazomanga 16,9 33,9 49,2 100 59
Tsaramasay 10,2 39,0 50,8 100 59
Anosizato Est I 3,3 21,3 75,4 100 61
Ampangabe 8,8 8,8 82,4 100 68
Soavimasoandro 3,6 16,1 80,4 100 56
Anjanahary II S 1,6 14,5 83,9 100 62
Zaivola 6,0 18,0 76,0 100 50
Ensemble 9,1 24,4 66,5 100 660

La même tendance à la baisse du montant des revenus se retrouve dans tous les Fokontany
sauf à Ampefiloha où six ménages sur dix ont déclaré que le montant de leur revenu a
stagné contre 38 % pour lesquels il a baissé. Enfin même si la majorité des ménages de
Volosarika a vu le montant de ses revenus baisser, un tiers des ménages de ce Fokontany a
déclaré que ses revenus ont augmenté.

En conclusion, Le nombre de sources de revenu des ménages a connu une hausse depuis
mai, suivie d’une relative stabilité depuis septembre. Cependant cette multiplication des

13
Par contre il y a eu une multiplication du nombre de revenus si on considère la période plus longue allant de
mai à novembre 2009 (cf. Section 2.1).

17
sources s’est accompagnée d’une instabilité, du moins pour les troisièmes sources de
revenu, et d’une diminution du montant total des revenus. Les ménages ont travaillé de plus
en plus dans les métiers moins stables comme le secteur informel ou l’emploi temporaire, et
ont gagné globalement moins. D’où une augmentation de la précarité de l’emploi et des
revenus dans le temps.

III. DÉPENSES DES MÉNAGES

Pour apprécier les dépenses des ménages, une série de questions leur a été posée sur :
le pourcentage de leur revenu total depuis janvier 2009 dépensé pour la nourriture ;
les montants dépensés pour la consommation familiale au cours de la semaine
précédant l’enquête pour chacune des postes suivants : riz ; autres céréales (mais,
orge) + pain ; racines ; haricot et arachides ; fruits frais ; brèdes et autres légumes ;
viande, poisson, œufs ; huile ; sucre ; lait ; aliments préparés extérieurement ;
les montants dépensés au cours du mois précédent pour l’alcool, le tabac, le savon et
les produits d’hygiène, le transport, les combustibles, l’eau, l’éclairage et le
logement/loyer ;
Les changements intervenus dans les dépenses alimentaires depuis septembre 2009
ainsi que leurs causes.

Ces différents aspects sont analysés en détail dans les trois sections suivantes.

3.1 Part des revenus consacrée aux dépenses alimentaires

La part des revenus des ménages consacrés aux dépenses alimentaires est très variable
selon les ménages, allant d’un minimum de 30 % à un maximum de 100 %. Cependant en
moyenne c’est un peu plus des deux tiers des revenus (68 %) qui sont consacrés à ce poste
de dépenses (Tableau 12).

La situation est très variable selon les fokontany. La part des dépenses alimentaires dans le
revenu est moindre dans les ménages d’Ampefiloha (50 %) et à Ankazomanga (55 %). De
l’autre extrémité se trouve Antohomadinika où les ménages ont consacré en moyenne 82 %
du montant total de leurs revenus entre janvier et novembre 2009 aux dépenses
alimentaires. À Ampangabe, Soavimasoandro et Zaivola, les dépenses alimentaires
constituent également une part importante des revenus (autour de 76 %). Dans les autres
fokontany, la situation est semblable à celle d’ensemble.

La part des revenus consacrés aux dépenses alimentaires n’a varié que faiblement entre mai
et novembre : 69 % en mai 2009 (intervalle de confiance de [67-71]), 66 % ([64-67]) en août
et 68 % ([67-70]) en novembre 2009.

18
Tableau 12 : Part du revenu total des ménages entre janvier et novembre 2009 consacré aux
dépenses alimentaires par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Part (en %) des revenus depuis janvier 2009 dépensée pour la


Fokontany consommation
Min Max Moyenne Intervalle de confiance 95%
Cité Ampefiloha 30 100 50,2 [46,2 54,2]
Antohomadinika 60 95 81,8 [79,5 84,0]
Volosarika 35 90 63,4 [60,8 66,1]
Ampamantanana 25 98 68,0 [63,7 72,4]
Ankazomanga 15 90 55,4 [51,3 59,5]
Tsaramasay 50 85 71,4 [68,9 73,9]
Anosizato Est I 40 85 64,0 [61,7 66,4]
Ampangabe 30 100 75,9 [72,2 79,6]
Soavimasoandro 50 95 76,8 [74,0 79,6]
Anjanahary II S 30 95 71,5 [68,1 74,8]
Zaivola 60 90 76,6 [74,2 79,0]
Ensemble 15 100 68 [67 70]

3.2 Dépenses pour certains produits

Les montants dépensés pour les différents postes budgétaires des ménages étaient très
variables. Par exemple la moitié des ménages ont dépensé jusqu’à 10.000 Ariary pour leur
éclairage pour le mois précédant l’enquête et 9.800 pour le riz pour la semaine précédant
l’enquête. Par contre la moitié d’entre eux n’ont pas dépensé plus de 3.000 Ariary en
transport, ni plus de 4.500 Ariary en savon.

Par ailleurs ces quatre postes de dépenses ont toutes connu une hausse entre mai et
novembre 2009 mais suivant des évolutions différentes.
Les dépenses en riz ont connu une baisse entre mai et août (due probablement aux
fluctuations saisonnières), suivie ensuite d’une hausse entre août et novembre.
Celles en savon ont été stables de mai à août avant de croître entre août et novembre.
Les dépenses en transport ont par contre connu une hausse régulière sur la période.
Enfin les dépenses en éclairage ont augmenté entre mai et août avant de se stabiliser
entre août et novembre 2009.

3.3 Changements dans les dépenses alimentaires des ménages entre septembre et
novembre 2009

Des changements récents dans les dépenses alimentaires, entre septembre et novembre
2009, ont été rapportés par plus de la moitié des ménages (53 %). La tendance la plus
souvent citée étant la baisse des dépenses de consommation, citée par 48 % des ménages.
Par contre pour 18 % des ménages, les dépenses ont augmenté (Tableau 13).

19
Tableau 13 : Répartition (en %) des ménages selon l’évolution de leurs dépenses alimentaires
entre septembre et novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Évolution des dépenses alimentaires entre


Fokontany septembre et novembre 2009 Total Effectif
Stagnation Diminution Augmentation
Cité Ampefiloha 48,4 14,1 37,5 100 64
Antohomadinika 25,9 62,1 12,1 100 58
Volosarika 16,7 54,5 28,8 100 66
Ampamantanana 57,9 19,3 22,8 100 57
Ankazomanga 49,2 32,2 18,6 100 59
Tsaramasay 42,4 45,8 11,9 100 59
Anosizato Est I 32,8 65,6 1,6 100 61
Ampangabe 19,1 72,1 8,8 100 68
Soavimasoandro 32,1 16,1 51,8 100 56
Anjanahary II S 19,4 77,4 3,2 100 62
Zaivola 38,0 60,0 2,0 100 50
Ensemble 34,2 47,6 18,2 100 660

Les principales raisons de ces changements sont, selon les ménages, la baisse du revenu et
l’augmentation des prix sur le marché. L’impact de la crise sur la consommation serait donc
passé à travers la combinaison de la baisse des revenus et de l’inflation des prix des
produits de base.

IV. ÉDUCATION

D’habitude, la rentrée scolaire des enfants aux mois de septembre et octobre crée des
suppléments de dépenses au niveau des ménages. Un choc, telle que la crise politique que
connait Madagascar depuis janvier 2009, peut engendrer des conditions défavorables pour
le droit d’un enfant à aller à l’école et à achever ses études dans des conditions normales et
de sérénité.

L’un des objectifs du McRAM III était ainsi de collecter des informations sur l’impact de la
crise sur l’accès à l’éducation, sur la qualité de l’enseignement ainsi que sur les résultats
scolaires des élèves de 6 à 18 ans vivant dans les ménages enquêtés. Les sections
suivantes présentent les résultats de ce volet de l’évaluation.

4.1 Fréquentation scolaire

La fréquentation scolaire est quasi-universelle dans les fokontany étudiés. En effet, en


novembre 2009 seuls 4,5 % des enfants de 6 à 17 ans et 2,4 % des 18 ans et plus n’avaient
jamais fréquenté l’école (Tableau 14). Ces taux n’ont pas varié sensiblement entre les trois
McRAM. Ces faibles taux cachent cependant de très fortes disparités géographiques. Dans
le Fokontany de Tsaramasay ce sont 12 % des enfants de 6 à 17 ans qui n’ont jamais été à
l’école. Ce taux tourne autour de 7 % à Soavimasoandro et à Ampangabe. À l’opposé, il est

20
nul à la Cité Ampefiloha, à Anjanahary II S et à Zaivola. Les variations du taux de non
instruits sont plus faibles parmi les 18 ans et plus.

Tableau 14 : Répartition (en %) des ménages selon l’évolution de leurs dépenses alimentaires
entre septembre et novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Pourcentage de la population n’ayant jamais fréquenté l’école parmi :


Fokontany
Les 6-17 ans Les 18 ans et plus
Cité Ampefiloha 0,0 1,4
Antohomadinika 1,8 2,7
Volosarika 4,1 2,1
Ampamantanana 5,1 3,3
Ankazomanga 7,3 2,8
Tsaramasay 12,0 1,1
Anosizato Est I 4,1 0,0
Ampangabe 6,8 2,6
Soavimasoandro 7,7 6,2
Anjanahary II S 0,0 1,0
Zaivola 0,0 1,6
Ensemble 4,5 2,4

4.2 Type d’école fréquenté

En novembre 2009, la moitié des élèves des fokontany enquêtés fréquentait des écoles
publiques et l’autre moitié des écoles privées (Tableau 15). Une part négligeable de 0,1 %
des élèves fréquentaient un établissement d’éducation informelle. La part de l’école publique
a ainsi connu une légère hausse puisqu’elle était de 47 % durant l’année scolaire 2008/2009.

De fortes disparités existent entre fokontany. Dans la cité Ampefiloha, l’écrasante majorité
des élèves (87 %) fréquentent des écoles privées alors que c’est l’inverse qui est observé à
Antohomadinika, Volosarika et Ampangabe où entre 61 et 74 % des élèves étudient dans
des écoles publiques.

21
Tableau 15 : Répartition (en %) des élèves des ménages selon le type d’établissement scolaire
fréquenté durant l’année scolaire 2009/2010 par fokontany (McRAM III,
Novembre 2009)

Type d’établissement fréquenté durant l’année scolaire


Fokontany 2009/2010 Total Effectif
Public Privé Éducation Informelle
Cité Ampefiloha 13,3 86,7 0,0 100 30
Antohomadinika 73,8 26,3 0,0 100 80
Volosarika 62,5 37,5 0,0 100 64
Ampamantanana 38,8 61,2 0,0 100 67
Ankazomanga 37,5 62,5 0,0 100 64
Tsaramasay 55,2 44,8 0,0 100 58
Anosizato Est I 46,8 53,2 0,0 100 77
Ampangabe 61,5 37,6 0,9 100 109
Soavimasoandro 40,8 59,2 0,0 100 71
Anjanahary II S 37,9 62,1 0,0 100 66
Zaivola 50,0 50,0 0,0 100 54
Ensemble 49,9 50,0 0,1 100 740

En comparant le type d’établissement fréquenté durant les années scolaires successives


2008/2009 et 2009/2010, on note un transfert du privé vers le public deux fois plus important
que du public vers le privé. En effet, 10 % des élèves qui fréquentaient le privé en 2008/2009
sont inscrits dans le public en 2009/2010 tandis que seuls 5 % des élèves sont partis du
public vers le privé entre les deux années (Tableau 16). Ce glissement vers les écoles
publiques traduirait une stratégie des parents pour faire face aux effets de la crise en
réduisant les dépenses scolaires.

Tableau 16 : Répartition (en %) des élèves selon le type d’établissement fréquenté durant les
années scolaires 2008/2009 et 2009/2010 (McRAM III, Novembre 2009)

Année scolaire 2009/2010


Année scolaire 2008/2009
Public Privé Éducation Informelle
Public 90,5 5,4 0,0
Privé 9,5 94,6 0,0
Éducation Informelle 0,0 0,0 100,0
Ensemble 100 100 100

4.3 Impact de la crise sur le fonctionnement des écoles

L’impact de la crise sociopolitique sur le fonctionnement des écoles est mesuré ici à travers
trois indicateurs : les dégâts causés aux écoles pendant la crise, les absences des élèves
aux cours pendant la crise et les abandons scolaires.

22
4.3.1 Dégâts causés aux écoles pendant la crise

À peine un ménage sur dix a rapporté l’existence de dégâts dans les écoles durant la crise
sociopolitique, avec de fortes variations selon le fokontany (Graphique 03). Ce pourcentage
va ainsi de 2 % à Anjanahary II S à 20 % à Tsaramasay et 14 % à Ampamantanana.

Graphique 03 : Pourcentage de parents d’élèves déclarant que l’école de leurs enfants a été
endommagée pendant la crise

Anjanahary II S 2,3

Cite Ampef iloha 5,1

Soavimasoandro 6,1

Anosizato Est I 6,7

Ankazomanga 7,3

Ampangabe 8,6

Ensemble 9,0

Zaivola 9,1

Antohomadinika 9,1

Volosarika 10,9

Ampamantana… 13,6

Tsaramasay 20,0

0 5 10 15 20 25
Source : McRAM III, Nov. 2009, N = 660 % de parents d'élèves

4.3.2 Absences aux cours liées à la crise

Concernant l’absence aux cours, c’est une écrasante majorité d’élèves (huit sur dix) qui s’est
absentée aux cours durant la période de crise (depuis janvier), sans distinction sensible de
type d’établissement fréquenté (78,1 % pour le public et 81,5 % pour le privé). Par contre
l’absence aux cours varie d’un fokontany à un autre (Graphique 04). À l’une des extrêmes,
Antohomadinika, le fokontany le moins touché où seuls 36 % des élèves se sont absentés. À
l’autre, Zaivola et Ampamantanana où 96 % des élèves se sont absentés. Les variations
sont faibles pour les autres fokontany.

23
Graphique 04 : Pourcentage d’élèves qui se sont absentés aux cours au moins une fois depuis le
début de la crise (janvier 2009) par fokontany

Antohomadinika 35,9

Soavimasoandro 75,7

Volosarika 75,8

Ensemble 79,7

Anjanahary II S 80,3

Anosizato Est I 80,5

Cite Ampef iloha 81,5

Ankazomanga 85,5

Tsaramasay 86,2

Ampangabe 89,8

Ampamantana… 95,5

Zaivola 96,3

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Source : McRAM III, Nov. 2009, N = 740
% d'élèves s'étant absentés aux cours depuis janvier 2009

Cependant, la crise sociopolitique n’a été un obstacle à la bonne marche de l’éducation que
dans sa phase aigüe. En effet, les absences ont connu un pic très marqué durant le mois de
février 2009 avant de chuter brusquement en mars et avril et se stabiliser à partir de juin
(Graphique 05). Cette tendance ne varie pas en fonction du sexe des élèves ni du type
d’établissement.

Graphique 05 : Évolution de l’absence des élèves durant la crise (nombre de jour


absence/élèves)

2 500

1 995
2 000
Nombre de jours/élèves d'absence

1 500
1 357

1 000

500 633

276 87 58 97 57 49 76

Mois de l'année 2009


Source : McRAM III, Nov. 2009

24
4.3.3 Abandons scolaires

Deux indicateurs d’abandon scolaire ont été calculés avec les données. Le premier se réfère
aux enfants âgés de 6 à 17 ans au moment de l’enquête et qui étaient inscrits durant l’année
scolaire 2008/09 et qui ne le sont plus en 2009/2010 (abandon supposé être lié à la crise).
Le second taux d’abandon (abandon définitif) est le pourcentage d’enfants âgés de 6 à 17
ans qui ont été à moment quelconque inscrits et qui ne le sont plus en 2009/10.

Le taux d’abandon scolaire en novembre 2009 parmi les élèves inscrits en début de l’année
scolaire est de 3,9 %. Le taux a triplé par rapport à la situation au mois de mai 2009 (1,2 %).
Cet abandon existe dans tous les fokontany sauf à Ampefiloha, Volosarika et Ankazomanga
où aucun abandon n’a constaté. Les abandons touchent surtout des enfants issus de
ménages qui ont comme première source de revenu le travail dans le privé, le travail manuel
non qualifié ou l’emploi indépendant (taxi, carpenter, craft). Par contre, parmi la tranche
d’âge 6 à 17 ans, le taux d’abandon scolaire définitif (14 %) n’est pas très différent de celui
trouvé par le McRAM II d’août 2009 (12 %).

Le taux d’abandon scolaire définitif atteint son maximum après le primaire complet. Il n’est lié
ni au niveau d’instruction du chef de ménage, ni au nombre de sources de revenu des
ménages, ni au nombre d’enfants scolarisés. Aucun abandon définitif n’a été noté dans les
ménages des fokontany d’Ampefiloha, de Volosarika et de Ankazomanga Andraharo
(Graphique 06).
Graphique 06 : Taux d’abandon scolaire définitif et taux d’abandon scolaire entre
2008/2009 et 2009/2010 par fokontany

1,8 Abandon entre 2008/2009


Tsaramasay et 2009/2010
1,8
0,0 Abandon déf initif
Cité Ampef iloha
3,1
1,5
Anjanahary II S
4,3
0,0
Volosarika
8,6
0,0
Ankazomanga
8,8
6,6
Soavimasoandro
9,0
4,5
Ampangabe
13,9
5,8
Ampamatanana
14,5
6,3
Anosizato Est
19,4
5,3
Zaivola
19,4
4,9
Antohomadinika
25,2

0 5 10 15 20 25 30
Source : McRAM III, Nov. 2009 Taux d'abandon (%)

25
En conclusion, si l’abandon pour l’année scolaire 2009/2010 a triplé entre les 3 McRAM, la
non fréquentation scolaire ainsi que l’abandon définitif sont, par contre, des problèmes
chroniques au niveau des ménages. L’abandon scolaire définitif est maximal après le
primaire complet.

4.4 Appréciation des parents sur l’impact de la crise sur la qualité de l’éducation

Les parents ont été interrogés sur l’évolution de la qualité de l’enseignement reçu par leurs
enfants en rapport avec la crise. Sur les 912 réponses reçues il se dégage que de l’avis
général (52 % des réponses), la qualité de l’enseignement s’est dégradée avec la crise
sociopolitique (Tableau 17). Il faut noter cependant que le tiers des réponses soutient qu’il
n’y a pas eu de changement dans la qualité de l’éducation du fait de la crise et 12 %
estiment même qu’elle s’est plutôt améliorée.

La dégradation rapportée concerne plus l’enseignement privé (58 %) et dans une moindre
mesure l’éducation informelle (50 %). L’enseignement public serait moins touché avec moins
de la moitié des réponses qui soutient que la qualité de l’éducation s’y est dégradée.

Tableau 17 : Répartition (en %) des parents d’élèves selon leur opinion sur l’évolution de
l’éducation en rapport avec la crise par type d’établissement (McRAM III,
Novembre 2009)

Évolution de la qualité de l’éducation


Type d’école S'est S'est Est restée la Ne sait Total Effectif
améliorée dégradée même pas
Public 14,1 45,0 37,9 3,0 100 398
Privé 10,8 57,9 28,9 2,4 100 508
Éducation Informelle 33,3 50,0 16,7 0,0 100 6
Ensemble 12,4 52,2 32,8 2,6 100 912

4.5 Problèmes rencontrés actuellement (novembre 2009) par les parents en termes
d’accès à l’éducation

L’écrasante majorité des parents a estimé rencontrer des difficultés d’accès de leurs enfants
à l’éducation ; seuls 18 % ont dit ne pas en rencontrer (Graphique 07). Les 2 principaux
problèmes rencontrés par les parents en novembre 2009 sont la difficulté à payer les frais de
scolarité faute d’argent (cité par six parents sur dix) et le manque d’uniforme, de cahiers et
de livres (évoqué par 12 %).

26
Graphique 07 : Répartition des ménages selon les problèmes rencontrés en
novembre 2009 pour l’accès de leurs enfants à l’école (McRAM III, Novembre 2009)

100

80

60,6
60
% de parents

40

18,1
20
11,7
5,3
2,3 1,9
0
Mangue argent Aucun Manque Insécurité Manque Autres
problème fournitures enseignants problèmes
Problèmes actuels rencontrés pour l'éducation
Source : McRAM III, Nov. 2009, N = 465

Le pourcentage de parents qui ont rencontré des problèmes pour l’accès de leurs enfants à
l’éducation en novembre varie considérablement en fonction des fokontany. À
Soavimasoandro, seuls 1,8 % des parents d’élèves ont déclaré ne pas rencontré de
problèmes contre 58,1 % à Ampefiloha. Les autres fokontany avec des pourcentages élevés
de parents déclarant ne pas rencontrer de difficultés sont Ankazomanga (29,4 %),
Tsaramasay (26,7 %), Zaivola (11,6 %) et Volosarika (11,5 %). Partout ailleurs c’est tout au
plus 7 % des parents qui ont déclaré ne pas rencontrer de difficultés d’accès à l’éducation.

4.6 Difficultés rencontrés par les parents pour payer les frais liés à la scolarité
depuis janvier 2009

La plupart des parents (72 %) déclarent avoir eu des difficultés pour payer les frais liés à la
scolarité de leurs enfants (frais scolaires, matériels scolaires…) depuis le début de la crise
(Graphique 08). Ces difficultés touchent la majorité des ménages de tous les fokontany sauf
ceux d’Ampefiloha (31 %) et d’Ankazomanga (42 %). Les fokontany les plus touchés sont
Anjanahary II S, Soavimasoandro, Anosizato Est I et Ampangabe (plus de 8 parents sur dix
ont rapporté avoir des difficultés pour faire face aux frais liés à la scolarité de leurs enfants).

27
Graphique 08 : Pourcentage de parents d'élèves ayant déclaré rencontrer des difficultés depuis le
début de la crise pour payer les frais liés à la scolarité de leurs enfants par fokontany

Cite Ampef iloha 30,8

Ankazomanga 41,5

Zaivola 66,7

Volosarika 67,4

Tsaramasay 69,2

Ensemble 72,3

Ampamantanana 77,3

Ampangabe 81,4

Antohomadinika 84,1

Anosizato Est I 87,2

Soavimasoandro 87,9

Anjanahary II S 93,2

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Source : McRAM III, Nov. 2009 % de parents d'élèves

Près des deux tiers de ces parents (64 %) attribuent les difficultés à la crise sociopolitique
(Tableau 18). Des proportions moins importantes évoquent la baisse du revenu (15 %) et les
charges ménagères élevées (9 %). D’autres raisons ont été très peu évoquées.

Tableau 18 : Répartition (en %) des parents d’élèves qui ont rencontré des difficultés pour
payer les frais liés à la scolarité de leurs enfants depuis janvier 2009 (McRAM III,
Novembre 2009)

Raison Pourcentage Effectif


Crise politique 64,0 217
Diminution du revenu 14,7 50
Trop de charges ménagères 9,1 31
Perte d'emplois d'in parent 5,3 18
Impossibilité d'avoir du crédit 2,7 9
Augmentation des prix 1,8 6
Retard de salaire 0,9 3
Perte d'emplois des 2 parents 0,6 2
Maladie 0,3 1
Outil endommagé 0,3 1
Orphelin 0,3 1
Total 100 339

28
Par ailleurs pour 79 % des parents d’élèves, les frais de scolarité au niveau des écoles (frais
FRAM14, frais d’inscription, écolage, etc.) ont augmenté (Tableau 19). Pareil pour les frais
liés à la scolarité au niveau des ménages (fourniture scolaire, etc.) pour 84 % d’entre eux

Tableau 19 : Répartition (en %) des parents d’élèves qui ont rencontré des difficultés pour
payer les frais liés à la scolarité de leurs enfants depuis janvier 2009 (McRAM III,
Novembre 2009)

Parents d’élèves déclarant que les


Parents d’élèves déclarant que les
frais liés à la scolarité au niveau du
Fokontany frais de scolarité ont augmenté
ménage ont augmenté
Pourcentage Effectif Pourcentage Effectif
Cité Ampefiloha 81,6 38 97,4 39
Antohomadinika 79,5 44 86,4 44
Volosarika 60,9 46 71,7 46
Ampamantanana 90,9 44 75,0 44
Ankazomanga 72,5 40 70,7 41
Tsaramasay 87,2 39 100,0 39
Anosizato Est I 93,5 46 89,1 46
Ampangabe 61,0 59 78,0 59
Soavimasoandro 81,8 33 90,9 33
Anjanahary II S 81,0 42 79,5 44
Zaivola 93,8 32 93,9 33
Ensemble 79,3 463 84,0 468
Les frais de scolarité ont augmenté avec le niveau de classe des enfants et l’obligation de
payer les enseignants en charge du FRAM. Ils concernent majoritairement l’ensemble des
ménages des 9 fokontany autres que Volosarika, Ankazomanga et Ampangabe. Il faut noter
que la variation en glissement annuel des prix à la consommation de l’enseignement entre
les 2 rentrées scolaires (septembre 2008 à septembre 2009) a été de +5,515. Selon
également des sources secondaires, les écoles s’arrangent avec les parents pour un
paiement échelonné des frais de scolarité pour tenir compte des effets de la crise politique.
Un grand nombre de parents ont aussi choisi de changer simplement d’écoles en optant
pour les moins chères.

4.7 Résultats des élèves des ménages enquêtés aux examens officiels

Dans 36,1 % des ménages, des élèves ont passé des examens durant l’année scolaire
2008/2009. Dans 93 ménages, il s’agissait du CEPE, dans 57 du BEPC, dans 45 du BAC et
dans 2 ménages d’autres examens et concours.

Le taux de réussite était faible pour le BAC (53,3 %), mais élevé pour le BEPC (100 %), le
CEPE (83,9 %) et les autres examens et concours (100 %).

14
FRAM : Fikambanan'ny Ray Amandrenin'ny Mpianatra (Association malgache des parents d’élèves)
15
IPC Septembre 2009

29
4.8 Soutien psychosocial et enseignement

Durant la crise sociopolitique 2009, un programme de soutien psychosocial a été lancé par
l’Unicef dans 34 établissements scolaires de la capitale. L’objectif était d’atténuer l’effet de la
crise chez les élèves en influant sur leur bien-être dans le but d’améliorer les autres
fonctions scolaires. Le soutien psychosocial a consisté à inviter les enfants à extérioriser
leurs sentiments et impressions, à recueillir leurs avis et leurs visions de la situation à travers
des jeux, des chants, des récitations, des discours, des entretiens et des discussions. En
outre, d’autres activités de soutien psychosocial ont été citées par les parents, entre autres,
les cours gratuits, l’école des parents, l’éducation civique, les prières, les sorties comme les
pique-niques.

D’après les déclarations des parents, seuls les enfants de 10,7 % d’entre eux ont reçu un
soutien psychosocial au niveau de leur école. Ce pourcentage était deux fois plus élevé lors
du McRAM d’août 2009 (23 %). Aucune différence n’a été notée entre ceux qui ont reçu cet
appui psychosocial et ceux qui ne l’ont pas reçu quant aux réussites aux examens officiels.

V. AGRICULTURE URBAINE

L'agriculture urbaine et périurbaine est appelée à jouer un rôle de plus en plus important
dans l'alimentation des citadins avec la croissance rapide des villes 16 . Elle est reconnue
comme un enjeu majeur en termes d’approvisionnement des villes, d’emploi et de gestion de
l’environnement urbain (UNPD, 1996) et est devenu un moyen vital de subsistance17.
L’un des objectifs de l’étude McRAM III était de déterminer la part de l’agriculture urbaine en
termes d’emploi, d’identifier les types de culture pratiqués et les superficies cultivées et de
voir l’impact de la crise sociopolitique sur cette agriculture urbaine. La période de collecte de
données de ce McRAM III a coïncidé avec la période de la grande soudure.

5.1 Pratique de l’agriculture urbaine par les ménages

Au total 88 ménages sur les 660 enquêtés ont déclaré pratiquer l’agriculture urbaine, soit
13 % (contre 11 % lors du McRAM II et 16 % lors du McRAM I). La pratique de l’agriculture
urbaine est essentiellement concentrée dans les Fokontany de Zaivola, Soavimasoandro,
Ampamantanana et Ankazomanga qui comptent respectivement 90, 23 et 21 et 10 % de
ménages agricoles (Tableau 20). Trois Fokontany ne comptent aucun ménage agricole (ils
étaient 4 lors des McRAM précédents).

Tableau 20 : Pourcentage de ménages agricoles parmi les ménages enquêtés par Fokontany
(McRAM III, Novembre 2009)

Pourcentage de ménages Effectif des ménages


Fokontany
agricoles agricoles
Zaivola 90,0 45
Soavimasoandro 23,2 13
Ampamantanana 21,1 12

16
webliographie FAO. -
17
Développement durable de l'agriculture urbaine en Afrique francophone.

30
Ankazomanga 10,2 6
Ampangabe 7,4 5
Tsaramasay 5,1 3
Anjanahary II S 4,8 3
Volosarika 1,5 1
Cité Ampefiloha 0 0
Antohomadinika 0 0
Anosizato Est I 0 0
Ensemble 13,3 88

5.2 Types de cultures pratiqués et superficies cultivées

Les ménages agricoles pratiquent différents types de cultures (un ménage pouvant pratiquer
plus d’une culture), mais dans des proportions très variables (Graphique 09).

La riziculture est de loin la culture la plus répandue avec 81 % des ménages agricoles qui la
pratiquent suivie du maraîchage et des cultures de contre saison pratiquées par
respectivement la moitié et les deux cinquièmes des ménages. Les cultures pluviales sont
les moins pratiquées (par 16 % seulement des ménages agricoles).

Graphique 09 : Pourcentage de ménages pratiquant les différents types de culture


parmi les 88 ménages agricoles

100
% de ménages agricoles pratiquant la culture

80,7
80

60
50,0

39,8
40

20 15,9

0
Riziculture Culture maraichère Culture de contre Culture pluviale
saison
Source : McRAM III, Nov. 2009 Type de culture

Les ménages agricoles cultivent dans leur majorité des superficies assez grandes. En effet
six ménages agricoles sur dix ont cultivé une superficie de plus de 200 m2 et moins du quart
seulement (23 %) ont cultivé des superficies de moins de 100 m2. Ces pourcentages étaient
respectivement de 71 % et 18 % lors du McRAM II et 61 % et 31 % lors du McRAM I. Le
reste (18 %) a cultivé une superficie comprise entre 100 et 200 m2.

31
La faiblesse des effectifs de ménages agricoles dans la plupart des fokontany ne permet pas
une analyse par fokontany.

5.3 Destination des produits et durée des stocks

Comme en août 2009, plus de la moitié des ménages (53,4 %) consomme exclusivement sa
production agricole bien qu’une baisse de 10 points de pourcentage de l’autoconsommation
ait été notée par rapport au McRAM I (63 %). Le reste des ménages (46,6 %) consomme
une partie de ses récoltes et vend l’autre. Le type de culture le plus vendu était comme
d’habitude, les cultures maraîchères, suivi par le riz et les cultures de contre saison.

Le temps durant lequel les récoltes couvrent les besoins des ménages qui consomment
leurs productions varie selon le type de culture. La durée moyenne des stocks est ainsi de
6 mois pour le riz, 5 mois pour les cultures de contre saison, 4 mois pour les cultures
maraîchères et 2 mois pour la culture pluviale.

Les résultats du Tableau 21 confirment cette tendance. Il en ressort que c’est la production
de riz qui couvre le plus longtemps les besoins des ménages (plus de la moitié des ménages
arrive à couvrir leurs besoins pendant 6 mois ou plus). Elle est suivie de la production de
légumes qui couvre les besoins du tiers des ménages sur une demi-année ou plus.
Tableau 21 : Répartition (en %) des ménages agricoles dont les produits sont exclusivement
destinés à l’autoconsommation selon la durée des stocks et par type de culture
(McRAM III, Novembre 2009)

Culture Culture de contre


Durée des Riziculture Culture pluviale
maraîchère saison
stocks (72 ménages) (10 ménages)
(39 ménages) (9 ménages)
Moins de 1 mois 1,4 20,5 * *
2 à 5 mois 47,2 46,2 * *
6 à 11 mois 36,1 20,5 * *
12 mois et plus 15,3 12,8 * *
Total 100 100 100 100
* Effectif trop faible pour calculer des pourcentages

La quasi-totalité des ménages agricoles urbains (90 %) a affirmé ne pas avoir rencontré de
problèmes dans la pratique de l’agriculture liés à la crise. Les problèmes cités par la totalité
de ceux qui en ont connu durant l’année sont les problèmes classiques du milieu rural
malgache, entre autres, les prix très coûteux des intrants (engrais et pesticides).

Durant la crise sociopolitique, l’agriculture n’a donc pas été touchée directement
contrairement à l’industrie et les services. Au contraire, elle a affiché un taux de croissance
de 2,5 % au cours de cette année agricole. L’agriculture, base de l’économie malgache, a
quelque peu sauvé la situation en évitant une dégradation suite à la crise. Tous les ménages
agricoles sauf un compte d’ailleurs poursuivre leurs activités agricoles durant la saison
prochaine.

32
VI. SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

En milieu urbain, l’accessibilité alimentaire dépend à la fois de la disponibilité des produits


sur le marché et de leur prix. Ainsi, une corrélation positive existe entre le niveau de revenu
et l’accessibilité alimentaire. Tout choc, comme la crise sociopolitique que traverse
Madagascar depuis janvier 2009, ayant de potentielles répercussions sur les revenus, la
disponibilité et le prix des denrées alimentaires peut par conséquent affecter la sécurité
alimentaire des populations.

Par ailleurs à Madagascar, la période culturale (récolte ou soudure) peut influencer la


consommation et la sécurité alimentaire des ménages urbains. L’évaluation McRAM III
correspond à la période de soudure (septembre Ŕ décembre18). La comparaison avec les
résultats des deux autres McRAM menés respectivement en période de récolte (avril Ŕ mai)
et de début de soudure (août Ŕ septembre) permet ainsi de décrire de plus l’évolution de la
situation alimentaire des ménages en fonction de la période culturale.

Ces deux types d’analyse permettront de dresser le profil des personnes en insécurité
alimentaire dans les fokontany de la commune urbaine ciblés par l’enquête.

6.1 Évolution des prix des produits de premières nécessité (PPN)

Le bien-être de la majorité de la population malgache est lié au prix des produits de première
nécessité (PPN), et plus particulièrement à celui du riz qui est la principale culture agricole et
l’aliment de base des Malgaches. Le riz représente d’ailleurs de 30 à 45 % de la valeur du
panier alimentaire selon le niveau de bien-être des ménages. Les sections suivantes
examinent l’évolution des prix des PPN et plus spécifiquement du riz.

6.1.1 Évolution des prix des PPN à Antananarivo durant la crise

Les PPN comprennent 15 produits : pain bâtard, riz ordinaire, haricot sec, viande de bœuf
avec os, lait concentré, œufs, huile d’arachide, café grain non torréfié, sucre cristallisé blanc,
sel de cuisine, charbon de bois, pétrole lampant, bougie, savon de ménage, allumettes.

Pour ces produits de base les prix ont été relativement stables à Antananarivo entre janvier
et novembre 2009, à l’exception des hausses subites sur certains produits durant la période
du premier trimestre, apogée de la crise sociopolitique. Globalement, toutes ces denrées
confondues, l’augmentation mensuelle moyenne des prix n’était que l’ordre de 0,01 % durant
la période considérée. Or pour la même période, et pour les mêmes produits considérés,
l’augmentation mensuelle moyenne était d’environ 0,98 % en 2008 et 0,63 % en 2007. Une
diminution mensuelle a même été notée pour le riz, le pain, les œufs, le lait concentré sucré,
le charbon de bois, le pétrole lampant tandis que pour la viande, l’huile et le savon, une
augmentation mensuelle a été notée (Graphique 10).

18
La période de soudure varie en fonction des régions et des cultures pratiquées et enfin d’une année à une
autre en fonction de la pluviométrie.

33
Graphique 10 : Évolution des prix des PPN à Antananarivo entre janvier 2009 et
novembre 2009

Prix PPN Jan 09 à Nov 09 Antananarivo


Source des données: INSTAT

5000

4500

4000

Riz
3500
Pain bâtard
Viande de bœuf avec os
3000 Lait concentré sucré
Œuf de poule
2500 Huile de soja en vrac
Sucre cristallisé blanc en vrac
2000 Gros sel de cuisine en vrac
Pétrole lampant
Charbon de bois
1500
Savon de ménage

1000

500

0
Jan-09 Feb-09 Mar-09 Apr-09 May-09 Jun-09 Jul-09 Aug-09 Sep-09 Oct-09 Nov-09
Source : PAM, 2009

6.1.2 Indice des prix à la consommation (IPC) de certains produits de base


entre mai et novembre 2009

Les produits de base examinés ici sont les PPN, le logement et les combustibles, la santé,
l’enseignement et les transports. L’IPC de ces produits a évolué différemment selon le
produit (Graphique 11). L’IPC des PPN et du transport est resté relativement stable durant la
période de la crise suivie par les trois McRAM (mai, août et novembre 2009). Par contre,
celui du logement et de l’enseignement a accusé une hausse. Enfin pour l’IPC de la santé, il
y a eu une augmentation en août suivie d’une baisse au mois d’octobre 200919.

19
IPC janvier, juin, septembre et octobre 2009

34
Graphique 11 : Indice des prix à la consommation de certains libellés de base entre
novembre 2008 et octobre 2009

Source : Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (MECI)/INSTAT)

Concernant l’inflation, elle a baissé dans le temps. En effet, si elle affichait 2 chiffres (+10,8)
entre octobre 2008 et octobre 2009, elle était descendue à +7,7 en octobre 200920. Pour
Antananarivo, la majoration des prix entre le mois de décembre 2008 et octobre 2009 est de
+5,9.

6.1.3 Évolution du prix des différentes variétés de riz entre 2006 et 2009

Cette section examine spécifiquement l’évolution du prix du riz, vu la place primordiale


qu’occupe cette denrée dans l’alimentation des Malgaches.

Le prix du riz a baissé en 2009 et était à son plus bas prix depuis 2006 (Graphique 12, page
suivante). Dans la semaine 23 novembre, début de la collecte des données, une légère
baisse des prix moyens au kilo du riz avait été observée au niveau national. Au cours de la
semaine suivante, c’est-à-dire en début décembre, les prix moyens au kilo du riz se sont
stabilisés. Toutefois, le cours moyen au kilo actuel du riz au niveau national quel que soit le
type (vary gasy, makalioka, tsipala) était inférieur à celui de 2008 à la même période
(novembre, période d’avant crise aussi) et le prix a tendance à se stabiliser 21.

20
IPC octobre 2009 N164
21
EPP/PADR Information Hebdomadaire N° 207, Semaine du 23 novembre 2009 et Information Hebdomadaire
N° 208, Semaine du 30 novembre 2009.

35
Cette tendance à la baisse du prix du riz est liée à l’abondance des produits substituant le riz
sur les marchés dans presque toutes les régions, au déstockage des Greniers
Communautaires Villageois et des quelques collecteurs et au début de la récolte de « vary
aloha » dans certaines régions bien qu’une augmentation relative des prix moyens au kilo du
maïs, du manioc et des autres PPN ait été enregistrée.

En conclusion, la crise sociopolitique n’a pas influencé la disponibilité des produits


alimentaires sur le marché de la capitale. Il n’y a pas eu de pénurie de PPN sur les marchés.
Tous les produits était disponibles avec une grande variété de choix et leurs prix respectifs
ont même connu une tendance à la baisse du fait de la libre concurrence des produits sur le
marché liée à la persistance de la baisse des prix du riz selon l’INSTAT22 et la fin du
monopole dans le secteur agro-alimentaire.

22
MECIE/INSTAT IPC Juillet 2009

36
Prices (Ariary/kg)

650
750
850
950
1050
1150
1250
1350
1450
1st week January

2nd week January

3rd week January

4th week January

1st week February

2nd week February

3rd week February

4th week February

1st week March

Domestic Rice 2006


2nd week March

3rd week March

4th week March

5th week March

1st week April

Import Rice 2006


2nd week April

3rd week April

4th week April

1st week May

2nd week May

3rd week May


(Source : Observatoire du Riz (ODR) compilé par le PAM)

Domestic Rice 2007


4th week May

5th week May

1st week June

2nd week June

3rd week June

37
Graphique 12 : Évolution du prix du riz de 2006 à 2009 à Madagascar

4th week June

Import Rice 2007


1st week July

2nd week July

3rd week July


Source des données : Observatoire du Riz

4th week July

1st week Aug

2nd week Aug


Domestic Rice 2008

3rd week Aug

4th week Aug


Madagascar RICE PRICES : 2006 - 2007 - 2008 - 2009

5th week Aug

1st week Sept

2nd week Sept


Import Rice 2008

3rd week Sept

4th week Sept

1st week Oct

2nd week Oct

3rd week Oct

4th week Oct


Domestic Rice 2009

1st week Nov

2nd week Nov

3rd week Nov

4th week Nov

5th week Nov

1st week Dec


Import Rice 2009

2nd week Dec

3rd week Dec

4th week Dec


6.2 Insécurité alimentaire au niveau des ménages

La sécurité alimentaire peut être définie comme « une situation dans laquelle tous les
individus ont, en tout temps, un accès physique, social et économique à une nourriture
suffisante, saine et nutritive qui satisfait à leurs besoins et à leurs préférences alimentaires et
leur permet de mener une vie saine et active » (Sommet mondial de l’alimentation, 1996).

L’insécurité alimentaire au niveau des ménages est définie pour le McRAM en croisant le
profil de consommation alimentaire avec l’accessibilité alimentaire. Les indicateurs utilisés
dans le calcul sont :
pour le profil de consommation alimentaire ou Food Consumption Score (FCS) la
diversification alimentaire, la fréquence de consommation et la valeur nutritionnelle
des aliments ;
pour l’accessibilité alimentaire la stabilité des sources de revenu, le niveau des
dépenses alimentaires et, pour les ménages agricoles uniquement, le stock de riz.

La procédure utilisée dans l’évaluation de l’insécurité alimentaire est celle du PAM et est
présentée en Annexe 2. Cependant, la comparaison des résultats avec celle de l’enquête
effectuée par le PAM en novembre 2008 est problématique du fait de la différence dans la
méthodologie d’échantillonnage (la taille de l’échantillon de novembre 2008 était beaucoup
plus faible).

6.2.1 Profil de consommation alimentaire

Le profil de la consommation alimentaire des ménages ou Food Consumption Score (FCS) a


été mesuré à travers la diversité de la consommation alimentaire, la fréquence de la
consommation alimentaire sur une période de sept jours et le poids nutritionnel de chaque
groupe alimentaire. Les différents groupes alimentaires consommés devraient assurer les
apports caloriques et protéiques nécessaires aux membres des ménages. Dans le calcul du
profil de consommation alimentaire, les groupes riz, autres céréales et racines ont été
regroupés en un seul groupe étant donné que la fréquence de la consommation du riz est
égale à presque sept jours sur sept et afin de ne pas surévaluer le score. Les ménages ont
été classés ensuite en 3 catégories suivant la valeur de leur score :
ménage classé comme « pauvre » (FCS ≤ 21). C’est un ménage qui onsomme
quotidiennement un seul aliment de base (riz, manioc ou maïs) avec des denrées
d’origine végétale (brèdes ou légumes).
ménage classé comme « limite » ou « modéré » (FCS compris entre 21,5 et 35). En
plus de l’aliment de base, il y a un début de diversification alimentaire avec la
consommation de brèdes, fruits, haricots, huile et sucre et, quelquefois, de viande.
ménage classé comme « Bon » (FCS supérieur à 35). Il consomme l’aliment de base
tous les jours. Les huiles et le sucre sont consommés fréquemment. Les
légumineuses assurent l’apport adéquat en acides aminés essentiels. Les légumes
sont consommés 3 à 4 jours par semaine. L’alimentation est plus diversifiée avec au
moins 2 produits d’origine animale consommés trois à quatre jours par semaine ou
du lait presque tous les jours.

38
Ces scores ont été utilisés par le PAM pour l’évaluation du profil de la consommation
alimentaire des ménages lors de l’étude de novembre 2008.

Il ressort des résultats que le profil alimentaire est resté stable entre août et novembre 2009
et s’est amélioré par rapport à la phase aigüe de la crise (mai). En effet, 80 % des ménages
ont un profil alimentaire classé comme « Bon/Acceptable » en novembre 2009 et en août
2009 contre 72 % seulement au mois de mai.

La comparaison des différents scores de consommation entre les trois McRAM est
présentée dans le Graphique 13. Le taux des ménages classés comme « limite » ou
« modéré » durant ces trois périodes s’est amélioré dans le temps puis s’est stabilisé entre
août et novembre 2009 malgré la période de soudure. Ce taux était de 26 % en mai et 19 %
respectivement en août et novembre 2009.

Graphique 13 : Courbe cumulative des scores de consommation


100
80
60
40
20
0

20 40 60 80 100 120
Score de consommation

Score_Mai Score_Août Score_Nov


Source : McRAM I, Mai. 2009, N = 330, McRAM II, Août. 2009, N = 660, McRAM III, Nov. 2009, N = 660

Selon le graphique, une amélioration des scores de consommation des ménages à profil
« limite » est observée au mois de novembre par rapport au mois d’août, et plus encore par
rapport au mois de mai. Par contre, l’alimentation des ménages à profil « bon » est moins
diversifiée en novembre par rapport au mois d’août. Ainsi, la soudure touche surtout cette
catégorie de ménages. Dans l’ensemble, les courbes montrent une grande diversification
alimentaire des ménages urbains, quoique la situation ne laisse rien présager de leurs
difficultés pour accéder à la nourriture.

39
La fréquence de la consommation de différents groupes alimentaires est restée stable dans
le temps sauf pour les brèdes et légumes dont la consommation moyenne a augmenté entre
mai et août (ces aliments sont plus disponibles sur les marchés en cette saison)
(Tableau 22).

Tableau 22 : Comparaison de la fréquence moyenne (en nombre de jours par semaine) de la


consommation des différents groupes d’aliments entre mai et novembre 2009
(McRAM I, Mai 2009 – McRAM II, Août 2009 – McRAM III, Novembre 2009)

Période
Produits
Mai 2009 Août 2009 Novembre 2009
Riz 7 7 7
Autres céréales 3 3 3
Racines 1 2 1
Légumineuses 2 2 2
Fruits 4 3 3
Brèdes et légumes 3 5 5
Viande, poisson, œufs 3 3 3
Huile 6 6 6
Sucre 4 4 4
Lait 2 2 2

6.2.2 Accessibilité alimentaire des ménages

Le classement des ménages selon cette accessibilité a été faite à partir de 3 variables (la
stabilité des sources de revenu, le niveau des dépenses alimentaires et le niveau des stocks
de riz).

Stabilité des sources de revenu

Les ménages ont été classées suivant la stabilité de leurs sources de revenu en trois
catégories : très stable, peu stable et moins stable (tableau 23).

Les ménages ont été classés selon leur première source de revenu (Classe 1), puis
séparément, suivant leur seconde source de revenu (Classe 2) et, éventuellement, leur
troisième source si le poids de celle-ci est important (classe 3). Les trois classements ont été
ensuite confrontés et la classe de stabilité de source de revenu (Classe) considérée est le
plus élevée de ces deux classements : Classe = Sup (Classe 1, Classe 2, Classe 3). Par
exemple, si un ménage a été classé « moins stable » selon sa première activité, et si le
même ménage est classé « peu stable » suivant sa deuxième activité : sa classe finale est
« peu stable ».

Par rapport à la stabilité des revenus, les ménages ont de plus en plus tendance à vivre avec
des revenus moins stables. Il y a plus de ménages avec des sources de revenu moins
stables dans les fokontany d’Antohomadinika, d’Ampamantanana, Tsaramasay,
Soavimasoandro et Zaivola en novembre 2009.

40
Tableau 23 : Niveau de stabilité des différentes sources de revenu (McRAM III, Novembre 2009)

Niveau de stabilité Source de revenu

Très stable - Commerce (en gros, import/export…)


- Pension, indemnité gouvernementale
- Salaire du secteur privé
- Salaire du public (Fonctionnaire)
Peu stable - Travail manuel qualifié
- Emploi indépendant
- Petit commerçant
Moins stable - Vente de produits vivriers
- Vente de bétails
- Pêche
- Travail agricole
- Travail manuel non qualifié
- Secteur informel
- Envoi d’argent
- Mendicité
- Autres

Niveau des dépenses alimentaires

Selon la loi d’Engel23, il y a une diminution de la proportion des dépenses alimentaires quand
le revenu augmente. Par contre, la valeur absolue augmente avec le revenu. Par
compensation, le niveau de dépense consacré à d’autres postes non alimentaires est plus
important pour les ménages plus aisés.

Les dépenses alimentaires des ménages ont été calculées pour le dernier mois. Elles ont été
classées par ordre croissant et ont été divisées en 5 classes (20 % de ménages par classe).
Les ménages du premier quintile sont ceux qui gagnent et ne peuvent acheter que
l’équivalent d’un sac de riz par mois. Des ménages de taille moyenne égale à 5 personnes,
avec un sac de riz pendant un mois sans autre complément en nourriture peuvent être
classés comme « très pauvres ». Par ailleurs, sont classés dans le second quintile les
ménages qui peuvent s’acheter en plus du sac de riz, un peu de légumes et brèdes, ou un
peu de légumineuses, d’où l’idée de les classer « pauvres ». De façon analogue, les
troisième et quatrième quintiles ont été classés « moyen » et le dernier quintile « riche ». On
a ensuite sorti les rangs des ménages suivant ces dépenses.

Les dépenses mensuelles en nourriture (en Ariary) dans les ménages en octobre 2009 sont
présentées dans le Tableau 24. On note une très grande variabilité de ces dépenses en
fonction du quintile. La dépense mensuelle du premier quintile n’atteint pas 15.000 Ariary
tandis que celle du cinquième dépasse 32.000 Ariary, soit plus du double de celle du premier
quintile.

23
La loi d'Engel est une loi empirique avancée en 1857 par le statisticien allemand Ernst Engel. D'après cette loi,
la part du revenu allouée aux dépenses alimentaires (ou coefficient d'Engel) est d'autant plus faible que le
revenu est élevé. La dépense absolue allouée à l'alimentation peut augmenter, même si sa proportion diminue
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_d%27Engel)

41
Tableau 24 : Classement des ménages selon le quintile de dépenses alimentaires par tête
(McRAM III, Novembre 2009)

Dépenses alimentaires
Rang du quintile Classement
mensuelles par tête (en Ariary)
Premier quintile Moins de 14.400 Très pauvre
Second quintile 14 400 à 18.996 Pauvre
Troisième quintile 18 996 à 24.467 Acceptable
Quatrième quintile 24.467 à 32.840 Moyen
Cinquième quintile Plus de 32.840 Riche

La part moyenne du revenu total des ménages depuis janvier 2009 dépensée pour la
nourriture est élevée et atteint 68 % [67 70] lors de McRAM III. Elle n’a pas beaucoup
changé dans le temps. Elle était de 66 % [64 67] lors du McRAM II et de 69 % [67 71] lors du
McRAM I (voir aussi section 3.1). La projection estimée de la part des dépenses alimentaires
des ménages suite aux crises alimentaires et financières mondiales en 2008 était de 70 %
(PNUD, 2008). La situation reste ainsi très proche de cette projection.

Des changements dans les dépenses alimentaires ont été rapportés par plus de la moitié
des ménages (65,8 %). La tendance la plus souvent citée étant la baisse des dépenses de
consommation, citée par 47,6 % des ménages. Par contre pour 18,2 % des ménages, les
dépenses ont augmenté. Les principales raisons de ces changements sont selon les
ménages la baisse du revenu et l’augmentation des prix sur le marché.

Niveau de stock de riz disponible destiné à l’autoconsommation

Certains ménages urbains ayant comme principale activité l’agriculture disposent de stocks
de riz destinés à l’autoconsommation. C’est le cas du fokontany de Zaivola où 90 % des
ménages pratiquent l’agriculture. Ainsi, comme en milieu rural, le classement des ménages
de ce fokontany par catégorie alimentaire a pris en compte le niveau de stock de riz dont ils
disposent pour leur propre consommation. À cet effet, les ménages dont les stocks ne
couvrent que les besoins de moins de 2 mois possèdent un stock « pauvre », ceux dont les
stocks durent entre 2 à 6 mois ont un stock « moyen » et ceux qui durent plus de 6, ont des
stocks « bons ».

6.2.3 Sécurité alimentaire des ménages

Les classes d’insécurité alimentaire au niveau des ménages sont définies en croisant cet
indicateur final d’accessibilité avec le profil de consommation alimentaire (FCS). Le
classement est donné dans le Tableau 25. Les ménages en situation d’insécurité alimentaire
sévère (IAS) sont ceux qui ont une consommation pauvre en nourriture et qui peuvent avoir
ou non des problèmes d'accès à la nourriture. Les ménages en situation d’insécurité
alimentaire modérée (IAM) utilisant des mécanismes de survie qui mettent leur vie en danger
ont été également classés en situation d’insécurité alimentaire sévère.

42
Tableau 25 : Classement de l’insécurité alimentaire en fonction de l’accessibilité à la
nourriture (McRAM III, Novembre 2009)

Accès à la nourriture
Consommation (source de revenu, dépenses alimentaires, stock de riz sauf pour
alimentaire ménages agricoles)
Bon Moyen Pauvre
Insécurité alimentaire
A risque Sécurité alimentaire Sécurité alimentaire
modérée
Insécurité alimentaire Insécurité alimentaire Insécurité alimentaire
Limite
modérée modérée sévère
Insécurité alimentaire Insécurité alimentaire Insécurité alimentaire
Pauvre
sévère sévère sévère

Le Tableau 26 présente la prévalence au mois de novembre 2009 des différentes catégories


de sécurité/insécurité alimentaire pour l’ensemble du site étudié et par fokontany. Il en
ressort que 2 ménages sur 5 dans la zone d’étude sont en situation d’insécurité alimentaire.
Selon la sévérité de la situation alimentaire, ce sont trois ménages sur dix dans les fokontany
qui sont en situation d’insécurité alimentaire sévère et environ un ménage sur dix qui est en
situation d’insécurité alimentaire modérée.

Tableau 26 : Répartition (en %) de l’insécurité alimentaire des ménages dans les différents
fokontany au mois de novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009)

Catégorie d’insécurité alimentaire


Fokontany Insécurité alimentaire Insécurité alimentaire Sécurité
sévère (IAS) modérée (IAM) alimentaire (SA)
Cité Ampefiloha 0,0 3,1 96,9
Antohomadinika 58,6 8,6 32,8
Volosarika 22,7 18,2 59,1
Ampamantanana 24,6 5,3 70,2
Ankazomanga 22,0 6,8 71,2
Tsaramasay 32,2 11,9 55,9
Anosizato Est I 23,0 6,6 70,5
Ampangabe 41,2 10,3 48,5
Soavimasoandro 30,4 10,7 58,9
Anjanahary II S 11,3 11,3 77,4
Zaivola* 64,0 28,0 8,0
Total (%) 29,2 10,6 60,2
Effectif 190 67 403
*Zaivola a 90 % de ses ménages qui sont agricoles, le calcul de la Sécurité Alimentaire y intègre les stocks de riz

La prévalence de l’insécurité alimentaire parmi les ménages varie sensiblement selon les
fokontany. Le pourcentage de ménages vivant en sécurité alimentaire varie ainsi d’un
minimum de 8 % à Zaivola à un maximum de 97 % à la Cité Ampefiloha.

43
Le Tableau 27 suivant classe les fokontany selon qu’ils sont en situation d’insécurité
alimentaire sévère, à risque ou sont en sécurité alimentaire. Les résultats montrent que la
majorité des fokontany sont en sécurité alimentaire tandis que deux sont en insécurité
alimentaire sévère (Antohomadinika et Zaivola) et un seul à risque (Ampangabe).

Tableau 27 : Classement des catégories d’insécurité alimentaire en novembre 2009


(McRAM III, Novembre 2009)

Insécurité alimentaire sévère Sécurité


A risque
(IAS) alimentaire (SA)
- Antohomadinika - Ampangabe* - Cité Ampefiloha
- Zaivola* - Volosarika
- Ampamantanana*
- Ankazomanga*
- Tsaramasay*
- Anosizato Est*
- Soavimasoandro*
- Anjanahary IIS
*Fokontany avec des ménages agricoles

La crise sociopolitique n’a pas influencé d’une manière négative la sécurité alimentaire des
ménages. Globalement un recul de l’insécurité alimentaire a été constaté entre mai et
novembre 2009 malgré la hausse constatée en novembre par rapport à août 2009. Cette
hausse en novembre est liée en partie à la période de soudure (Graphique 14).

Graphique 14 : Évolution des taux de l’insécurité alimentaire des ménages durant la crise
sociopolitique

100
Sécurité alimentaire
Insécurité alimentaire sévère

80 Insécurité alimentaire

64,4
60,2
60
51,2
% ménages

40 34,5
29,2
22,5
20 14,2 13,0
10,6

0
Mai 2009 (McRAM I) Août 2009 (McRAM II) Nov 2009 (McRAM III)

Sources : McRAM I, Mai 2009 (N=330), McRAM II, Août 2009 (N=660) et McRAM III, Nov. 2009 (N=660)

44
L’amélioration de l’insécurité alimentaire et celle de la diversification alimentaire peuvent être
attribuées à la disponibilité des produits alimentaires sur le marché de la capitale (bon
fonctionnement des marchés), la grande variété de choix (selon la saison) et la baisse des
prix du fait de la libre concurrence sur le marché. Cependant, elle ne laisse pas présager les
difficultés souvent rencontrées par les ménages urbains pour accéder à la nourriture où
l’accessibilité alimentaire est tributaire du pouvoir d’achat. En effet, les dépenses des
ménages (alimentaires, autres dépenses) ont régulièrement augmenté dans le temps
(Graphique 15).

Graphique 15 : Évolution des dépenses (médianes) au niveau des ménages

200000
Dépenses totales

Dépenses alimentaires
Dépenses médianes en Ariary

160000 146 200 Autres dépenses


139 700
128 900

120000

91 360 94 200
84 300
80000

46 100 47 700
39 700
40000

0
Mai 2009 (McRAM I) Août 2009 (McRAM II) Nov 2009 (McRAM III)

Sources : McRAM I, Mai 2009 (N=330), McRAM II, Août 2009 (N=660) et McRAM III, Nov. 2009 (N=660)

L’évolution de la sécurité alimentaire dans chaque fokontany est décrite dans le Tableau 28.
La tendance générale est à l’amélioration de la sécurité alimentaire car il y a eu de moins en
moins de fokontany en situation d’insécurité alimentaire sévère dans le temps. Néanmoins
les fokontany d’Antohomadinika et de Zaivola ont basculé dans l’Insécurité alimentaire en
novembre 2009 et Ampangabe est devenu à risque.

La sécurité alimentaire des ménages de Zaivola a suivi celle du milieu agricole malagasy en
général étant donné que 90 % des ménages y sont agricoles et l’enquête s’est déroulée
pendant la période de soudure. Quant aux fokontany d’Antohomadinika et d’Ampangabe, ils
ont le même profil en termes de classes des sources de revenu. Dans ces deux fokontany
les sources de revenu moins stables ont occupé la 3ème place dans la répartition des sources
de revenu des ménages. Ce sont des ménages qui exercent dans le travail manuel non
qualifié, le travail agricole, le secteur informel ou l’emploi temporaire. La différence à
Ampangabe vient aussi du fait de l’existence de ménages agricoles avec des superficies
inférieures à 100 m2 et pratiquant la culture maraîchère destinée à la vente et à la
consommation. Toutefois dans les 2 fokontany, il est à noter l’importance des ménages
dirigés par des chefs mariés coutumièrement, ayant une seule source de revenu et ayant
des membres ayant abandonné définitivement l’école.

45
Tableau 28 : Évolution de la sécurité alimentaire dans chaque fokontany entre mai et août
2009 (McRAM I, Mai 2009 – McRAM II, Août 2009 – McRAM III, Novembre 2009)

Période
Fokontany Mai 2009 Aout 2009 Novembre 2009
(McRAM I) (McRAM II) (McRAM III)
Cité Ampefiloha SA SA SA
Antohomadinika À risque À risque IAS
Volosarika IAS SA SA
Ampamantanana SA SA SA
Ankazomanga IAS SA SA
Tsaramasay SA À risque SA
Anosizato Est I SA SA SA
Ampangabe IAS SA À risque
Soavimasoandro SA IAS SA
Anjanahary II S IAS SA SA
Zaivola SA IAM IAS

6.3 Nombre moyen de repas

En moyenne, la fréquence de prise des repas pour les plus de 12 ans et les adultes est de 3
fois par jour. Il n’y a pas eu de changement sur la fréquence malgré le fait que selon des
informations obtenues de sources secondaires, les trois principaux repas sont priorisés et le
nombre des encas diminué. Pour ceux de moins de 12 ans, en moyenne la fréquence de
prise des repas est également de trois fois, mais elle varie sensiblement dans le temps et
d’un fokontany à l’autre.

6.4 Chocs subis par les ménages du fait de la crise

Les chocs sont des évènements extérieurs à l’individu ou au groupe social et qui ont des
impacts négatifs sur leur bien-être. Quant aux risques, ce sont des évènements incertains,
qui, lorsqu’ils se réalisent, deviennent des chocs. L’un des objectifs de l’évaluation était de
déterminer les chocs subis par les ménages depuis le mois de septembre 2009 et
d’apprécier l’évolution de ces chocs durant la crise sociopolitique. Les ménages ont ainsi été
interrogés sur les événements négatifs qui les ont affectés entre janvier et août 2009 et entre
septembre et novembre 2009. Le Graphique 16 résume les résultats de leurs réponses.

Un grand nombre de chocs a affecté des proportions élevées des ménages durant la période
de la crise. De manière générale, les chocs ont touché plus de ménages entre septembre et
novembre 2009 qu’entre juin et août de la même année (Graphique 16). Ainsi plus on
s’installe dans la crise (autrement dit plus la crise vieillit), plus les contrecoups de ces quatre
chocs se généraliseraient aux ménages. Ils ne dépendraient donc pas de l’acuité de la crise,
mais de sa durée.

46
Les chocs les plus rapportés sont la cherté du coût de la vie, la baisse du revenu, la
morbidité, l’endettement et l’insécurité. Entre septembre et novembre 2009, les sept
dixièmes des ménages au moins ont rapporté avoir subi les contrecoups de la cherté des
denrées alimentaires comparé au pouvoir d’achat des ménages et de la baisse de revenus
(47 et 60 % respectivement durant la période juin-août 2009). De même entre septembre et
novembre, une large majorité de ménages (63 %) a eu un de ses membres qui est tombé
malade. Ce pourcentage n’était que de 37 % entre juin et août.

Les trois autres chocs qui ont affecté le plus de ménages (entre 33 et 45 % respectivement)
sont dans l’ordre : l’augmentation des dépenses, les dettes à rembourser et l’insécurité.
Enfin entre septembre et novembre le cinquième des ménages a été frappé par une perte
d’emploi d’au moins un de ses membres. Les autres chocs ont été cités par des proportions
plus faibles de ménages.

Graphique 16 : Pourcentage de ménages déclarant avoir été affectés par différents chocs durant les
périodes Juin-Août 2009 et Septembre-Novembre 2009

Décès d'un membre du ménage 1,1


1,1 Juin-Août 2009
Maladies des animaux 2,4
3,8 Sept.-Nov. 2009
Maladies des plantes 1,8
4,1

Vol 4,5
7,0

Déf icit hydrique pour les personnes 1,8


7,0

Perte d'emploi 14,2


14,1
Diminution ou absence d'accès au 13,9
crédit 15,6

Insécurité 32,0
37,7

Dettes à rembourser 23,8


41,1

Augmentation des dépenses 29,5


45,2

Maladie d'un membre du ménage 37,0


62,9

Baisse du revenu 60,0


68,0

Prix élevés de la nourriture 47,3


70,5

0 20 40 60 80
Source : McRAM III, Nov. 2009, N=660 - McRAM II, Août 2009, N=660 Pourcentage de ménages

6.5 Stratégies d’adaptation à la crise adoptées par les ménages

Pour faire face aux effets de la crise, les ménages ont adopté différentes stratégies. En
fonction de la sévérité de l’effet de la crise, les stratégies adoptées peuvent être temporaires
(stratégie de début de crise) ou peuvent mettre en danger la vie ou porter atteinte à la dignité
de l’individu (stratégie de détresse).

47
6.5.1 Stratégies adoptées actuellement (octobre 2009)

Le Tableau 29 présente les stratégies adoptées par les ménages et pour chaque stratégie le
nombre et le pourcentage de ménages concernés. Les stratégies de début de crise ont été
très largement adoptées en octobre 2009 (jusqu’à trois ménages sur quatre concernés pour
certaines) et les stratégies de détresse très rarement (par moins de 8 % des ménages). Les
trois premières stratégies les plus adoptées (par 62 à 77 %) se réfèrent toutes à
l’alimentation (manger moins, moins varié, moins cher). Entre 26 et 40 % des ménages ont
adopté d’autres stratégies relatives à l’alimentation et consistant à manger moins souvent, à
crédit ou dans la rue24. Les deux stratégies suivantes consistent en une coupe sombre sur
les dépenses non essentielles (adoptée par 56 % des ménages) et aux achats par crédit
(45 %). La vente des biens demeure pour les ménages une dernière option.

Tableau 29 : Pourcentage de ménages qui ont adopté au courant du mois d’octobre 2009
différentes stratégies d’adaptation à la crise (McRAM III, Novembre 2009)

Stratégie pour faire face à la crise Pourcentage Effectif


Stratégie de début de crise
Manger la nourriture moins chère 76,5 505
Diminuer la diversité de la consommation 73,6 486
Limiter la portion mangée à chaque repas 61,8 408
Réduire les dépenses non essentielles 55,5 366
Acheter à crédit 44,5 294
Restreindre la consommation des adultes 39,8 263
Manger plus d'aliments de rue 35,5 234
Diminuer le nombre de repas 34,5 228
Emprunter de la nourriture ou compter sur des amis 26,5 175
Chercher d'autres alternatives 22,7 150
Vendre les biens 10,9 72
Stratégie de détresse
Manger le reste des autres 7,4 49
Ne plus envoyer un enfant à l'école 7,3 48
Envoyer un membre manger ailleurs 6,1 40
Mendier pour manger 4,8 32
Vendre les biens de production 3,8 25
Envoyer un membre vivre ailleurs 3,5 23
Envoyer un membre travailler ailleurs 1,8 12

Les stratégies de détresse ont été rarement adoptées. Les plus fréquentes ont consisté à
manger le reste des autres, à ne plus envoyer un enfant à l’école ou à envoyer un membre
du ménages manger ailleurs. Comme pour les stratégies de début de crise, l’alimentation a
été visée en premier.

24
Les réponses relatives à l’alimentation semblent être contradictoires avec la stabilité du profil alimentaire
décrite dans la section 6.2. Ce qui traduit probablement l’impact du « biais de courtoisie » qui est la tendance des
enquêtés à répondre dans le sens qu’ils croient être attendu par les enquêteurs.

48
6.5.2 Évolution des stratégies entre avril et octobre 2009

Plus de ménages avaient adopté des stratégies de début de crise ou de détresse en avril
qu’en octobre (Graphique 17a et 17b). C’est au niveau des stratégies de détresse qu’on
observe les baisses les plus sensibles. Certaines stratégies ont été adoptées par deux fois
moins de ménages en octobre qu’en avril.

Ce recul des stratégies s’expliquerait par le fait que la crise était dans une phase plus aigüe
en avril qu’en octobre. Certains de ses effets se sont estompés ou encore certains ménages
ont fini de s’adapter à la nouvelle forme de vie imposée par la crise.

En conclusion, on peut dire que quoique le pourcentage de ménages adoptant ces stratégies
(début de crise ou de détresse) soit élevé, il y a moins de ménages qui les ont adoptées en
novembre 2009 comparée à la situation en mai 2009. Les principales stratégies adoptées
sont liées à la révision à la baisse de la consommation alimentaire et à la réduction des
dépenses scolaires et d’autres jugées non essentielles. Les stratégies liées à l’alimentation
risquent d’affecter à terme la santé et la nutrition des populations, surtout les enfants.

Par ailleurs, il est également intéressant de regarder l’évolution des stratégies adoptées par
les ménages selon leur catégorie alimentaire. Ainsi, dans la catégorie IAS, le pourcentage de
ceux à qui il leur arrive de manger de moins en moins cher a augmenté entre mai et
novembre (passant de 83 à 88 %). Dans cette même catégorie, ceux qui vendent leur bien
de production sont passés de 1 % en mai, 3 en août à 9 % en novembre.

Pour la catégorie IAM, on note un léger accroissement dans le temps des ménages qui
mangent dans la rue (passant de 25 % en mai et août à 34 % en novembre).

Enfin dans la catégorie SA, plus de ménages mangent de moins en moins cher (69 % en mai
à 72 % en novembre). En ce qui concerne les autres stratégies, il n’existe pas de tendance
générale.

49
Graphique 17a : Changement dans les pourcentages de ménages ayant adopté différentes
stratégies de début de crise en octobre 2009 par rapport à avril 2009

Vendre les biens 10,9 Stratégies d'octobre 2009


17,3 (McRAM III)
Chercher d'autres alternatives 22,7
30,6 Stratégies de mai 2009
(McRAM I)
Emprunter de la nourriture ou compter sur 26,5
des amis 30,0
Diminuer le nombre de repas 34,5
54,8
Manger plus d'aliments de rue 35,5
38,5
Restreindre la consommation des adultes 39,8
52,4
Acheter à crédit 44,5
43,0
Réduire les dépenses non essentielles 55,5
73,0
Limiter la portion mangée à chaque repas 61,8
74,8
Diminuer la diversité de la consommation 73,6
80,0
Manger la nourriture moins chère 76,5
77,0

0 20 40 60 80 100
% de ménages ayant adopté une stratégie de début de crise
Source : McRAM I, Mai 2009 (N=330) et McRAM III, Nov. 2009 (N=660)

Graphique 17b : Changement dans les pourcentages de ménages ayant adopté différentes
stratégies de détresse en octobre 2009 par rapport à avril 2009

3,8 Stratégies d'octobre 2009


0,6 (McRAM III)
Vendre les biens de production
Stratégies de mai 2009
3,5 (McRAM I)
Envoyer un membre travailler ailleurs 4,2

1,8
Envoyer un membre vivre ailleurs 5,5

4,8
Mendier pour manger 8,8

7,3
Ne plus envoyer un enfant à l'école 9,1

7,4
Manger le reste des autres 10,3

6,1
Envoyer un membre manger ailleurs 11,8

0 3 6 9 12 15
% de ménages ayant adopté une stratégie de détresse
Source : McRAM I, Mai 2009 (N=330) et McRAM III, Nov. 2009 (N=660)

50
6.6 Profil des ménages vulnérables à l’insécurité alimentaire et estimation de
l’effectif de la population requérant de l’assistance

Afin de mieux cibler les interventions à venir pour atténuer les effets de la crise
sociopolitique, en particulier la détérioration de la situation alimentaire, il est important de
dresser le profil des ménages vulnérables.

La vulnérabilité à l’insécurité alimentaire varie en fonction des caractéristiques des ménages


(taille, sources de revenu), des caractéristiques individuelles du chef de ménage (situation
matrimoniale) et de celles des membres du ménage (occupation).

Les ménages les plus vulnérables sont ceux de grande taille (supérieur à 4), ceux qui tirent
leurs revenus d’un travail manuel, d’un salaire du privé ou d’un travail agricole.

Par rapport au statut matrimonial, la vulnérabilité est plus grande parmi les ménages dirigés
par des chefs de ménage mariés traditionnellement ou veufs. Enfin, la vulnérabilité est plus
grande parmi les ménages ayant les proportions les plus élevés de leurs membres qui sont à
la retraite ou ne travaillent pas ou en bas âge.

Pour les ménages agricoles, la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire est liée à la superficie
cultivée, au type de culture et au nombre de sources de revenu. Les ménages cultivant
moins de 200 m2, ceux qui cultivent plus des cultures vivrières autres que le riz (manioc,
patate douce...) et ceux qui ont comme seule source de revenu l’agriculture sont les plus
exposés à l’insécurité alimentaire. Par contre, les ménages qui pratiquent le maraichage sont
moins vulnérables à l’insécurité alimentaire.

VII. RÉSEAU SOCIAL

Ce chapitre vise à identifier le réseau social des ménages et leur rôle dans l’atténuation des
effets de la crise au cours des deux mois ayant précédé l’enquête. Pour ce faire le chapitre
vise spécifiquement deux objectifs. Il s’agit d’abord d’analyser les recours habituels des
ménages en cas de difficulté (insuffisance de nourriture ou insuffisance d’argent). Vers quels
individus ou groupes se tournent-ils pour demander de l’aide. Le second objectif est
d’identifier les ménages qui ont eu des difficultés depuis le mois de septembre 2009, les
individus et les groupes auxquels ils ont eu recours et enfin le type d’aide reçu.

7.1 Recours habituels en cas de difficultés

La plupart des ménages des fokontany enquêtés bénéficient d’un réseau social constitué
essentiellement des parents et membres de la famille qui leur viennent habituellement en
aide en cas d’insuffisance de nourriture ou de difficultés financières. En effet, 92 % des
ménages ont déclaré recourir à des individus ou à des groupes pour de l’aide en cas de
difficultés. Concernant la catégorie de personnes ou les groupes auxquels les ménages ont
recours en cas de difficultés, ils sont présentés dans le Graphique 18. Bien qu’un ménage
puisse avoir recours à plusieurs aides, les parents et la famille proche restent de loin le
recours le plus sollicité en cas de difficultés. Deux ménages sur trois les ont cités, contre
11 % qui citent respectivement les voisins et les amis, les deux autres recours les plus cités.

51
Le recours au microcrédit est très rare (4 % des ménages seulement l’ont cité). De même les
associations communautaires, organismes caritatives et religieuses sont sollicités de
manière marginale (par moins de 1 % des ménages).

Graphique 18 : Pourcentage de ménages qui déclarent recourir à l'aide d'individus/groupes en


cas de difficultés dans le ménage (insuffisance d'argent, de nourriture)

Gouvernement 0,0

Ceux du même groupe ethnique 0,0

Membre d'un groupe de f emmes 0,2

Ceux du même lieu d'origine 0,2

Mosqué/Eglise 0,6

ONG, groupe de bienf aisance 0,8


Microcrédit, Employeur,
3,8
Commerçants
Collègue de travail 5,0

N'emprunte pas 8,5

Amis 10,5

Voisins 10,9

Famille proche/Parents 66,5

0 20 40 60 80 100

Source : McRAM III, Nov. 2009, N=660 % de ménages

La composition du réseau social varie très sensiblement selon les fokontany, même si
partout, la famille proche reste la principale composante (Tableau 30). Grosso modo cinq
catégories de fokontany s’écartent du schéma d’ensemble :
Les fokontany où des pourcentages élevés de ménages n’empruntent pas en cas de
difficultés : Ankazomanga (1 ménage sur 4), Cité Ampefiloha (1 sur 6) et Tsaramasay
et Ampangabe (un peu plus de 1 ménage sur 10).
Les fokontany où les voisins constituent un élément important du réseau social :
Volosarika et Zaivola (1 ménage sur 4 les sollicite).
Les fokontany où les amis jouent le second rôle le plus important dans le réseau
social : Anosizato Est I (1 ménage sur 3 les sollicite), Tsaramasay (1 ménage sur 4) et
Ampamantanana (1 ménage sur 5).
Les fokontany où environ un ménage sur dix recoure aux collègues de travail :
Tsaramasay, Anosizato Est I et Volosarika.
Les fokontany où entre 7 et 10 % des ménages ont eu recours au microcrédit, aux
commerçants ou à leurs employeurs.

52
Tableau 30 : Pourcentage de ménages selon les personnes/groupes sollicités habituellement (McRAM III, Novembre 2009)

Anjana-
Cite Antoho- Ampaman- Ankazo- Tsara- Anosizato Ampan- Soavima-
Personnes/groupes sollicités Volosarika hary II Zaivola Ensemble
Ampefiloha madinika tanana manga masay Est I gabe soandro
S
Famille proche/Parents 46,9 60,3 74,2 59,6 57,6 69,5 83,6 61,8 60,7 80,6 78,0 66,5
Ceux du même groupe ethnique 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Membre du voisinage 1,6 13,8 24,2 10,5 6,8 8,5 9,8 11,8 5,4 4,8 24,0 10,9
Ceux du même lieu d'origine 0,0 1,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2
Mosquée/Église 0,0 0,0 0,0 1,8 0,0 1,7 0,0 1,5 0,0 1,6 0,0 0,6
Gouvernement 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Collègue de travail 0,0 3,4 9,1 7,0 3,4 10,2 11,5 2,9 1,8 3,2 2,0 5,0
ONG, groupe de bienfaisance 0,0 1,7 0,0 0,0 0,0 0,0 3,3 1,5 1,8 0,0 0,0 0,8
Membre d'un groupe de femmes 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 1,6 0,0 0,2
Amis 7,8 1,7 1,5 21,1 8,5 23,7 34,4 4,4 5,4 6,5 0,0 10,5
N'emprunte pas 15,6 8,6 0,0 7,0 28,8 11,9 3,3 10,3 0,0 0,0 8,0 8,5
Microcrédit, Employeur,
3,1 1,7 1,5 8,8 3,4 0,0 1,6 10,3 7,1 3,2 0,0 3,8
Commerçants
Effectif 64 58 66 57 59 59 61 68 56 62 50 660

53
7.2 Personnes/Groupes sollicités par les ménages qui ont eu des difficultés depuis
septembre

Deux ménages sur trois ont eu des difficultés au cours des deux derniers mois ayant
précédé l’enquête (Graphique 19), proportion plus élevée que celui du McRAM II qui était de
45 %. Les fokontany les moins touchés sont la Cité Ampefiloha, Anosizato Est I et
Ampamantanana (moins de la moitié des ménages ont eu des difficultés). Pour les autres
fokontany, ce sont 68 à 81 % des ménages qui ont été touchés.

Graphique 19 : Pourcentage de ménages qui ont déclaré en novembre 2009 rencontrer des
difficultés depuis septembre 2009

Cite Ampef iloha 32,8

Anosizato Est I 47,5

Ampamantanana 48,2

Ensemble 65,3

Anjanahary II S 67,7

Zaivola 68,0

Ankazomanga 69,5

Volosarika 72,7

Tsaramasay 74,1

Soavimasoandro 76,8

Ampangabe 80,9

Antohomadinika 81,0

0 20 40 60 80 100

Source : McRAM III, Nov. 2009, N=660 % de ménages

Le réseau social a fonctionné, comme à l’accoutumé, pour aider la majorité des ménages à
faire face aux difficultés rencontrées depuis septembre (difficultés probablement liées à la
crise). Les amis et la famille proche ont constitué la soupape sur laquelle s’est appuyée la
majorité des ménages pour faire face à ses difficultés au cours des deux derniers mois
précédant l’enquête (Graphique 20). Près des trois quarts des ménages ayant eu des
difficultés les ont respectivement sollicités. Bien que six ménages sur dix n’aient pas
emprunté de l’argent, les trois dixièmes ont eu recours au microcrédit (OTIV ou
MICROCRED) ou se sont endettés auprès de commerçants ou de leurs employeurs. Enfin
un ménage sur huit a sollicité le voisinage.

Les variations en fonction des fokontany sont moins importantes que pour le réseau social
habituel.

54
En conclusion, le réseau social sur lequel les ménages se sont appuyés pour faire face aux
difficultés récentes (probablement liées à la crise) est plus diversifié que le réseau sur lequel
ils s’appuient habituellement. Les amis, les usuriers et les voisins ont été sollicités plus
qu’habituellement.

Graphique 20 : Pourcentage de ménages parmi les 430 qui ont eu des difficultés depuis
septembre 2009 qui ont déclaré avoir eu recours à l’aide d’individus/de groupes ou qui n’ont
pas emprunté

Gouvernement 0,0

Ceux du même groupe ethnique 0,0

Membre d'un groupe de f emmes 0,2

Ceux du même lieu d'origine 0,2

ONG, groupe de bienf aisance 0,7

Mosqué/Eglise 0,9

Collègue de travail 5,3

Membre du voisinage 12,3


Microcrédit, Employeur,
30,0
Commerçants
N'emprunte pas 59,0

Famille proche/Parents 71,9

Amis 74,0

0 20 40 60 80 100

Source : McRAM III, Nov. 2009, N=660 % de ménages

7.3 Types d’aide reçus par les ménages qui ont eu des difficultés depuis septembre

L’aide non alimentaire a été le type d’aide le plus reçu par les ménages qui ont eu des
difficultés (Tableau 31). Deux ménages sur trois en ont reçu et un ménage sur quatre l’a reçu
en même temps qu’une aide alimentaire. Moins d’un ménage sur dix a reçu une aide
alimentaire exclusivement. La situation est à peu près identique à celle du mois d’août 2009.

Des variations substantielles existent selon les fokontany. Deux d’entre eux se distinguent
avec des proportions de ménages ayant reçu une aide exclusivement alimentaire plus
élevées que la moyenne : Tsaramasay (23 %) et Soavimasoandro (16 %). Dans quatre
autres fokontany, ce sont les pourcentages de ménages qui ont reçu les deux formes d’aide
qui dépassent la moyenne : Zaivola (56 %), Anosizato Est I (38 %), Ampangabe (33 %) et
Volosarika (31 %).

L’importance des entraides sociales a été ainsi démontrée au cours de cette crise
sociopolitique. Toutefois, le rôle de l’accès au crédit dans le réseau social est très limité et la
diminution d’accès a été citée parmi les chocs liés à la crise sociopolitique.

55
Tableau 31 : Répartition (en %) des 430 ménages ayant eu des difficultés depuis septembre
2009 selon le type d’aide reçu par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Type d’aide reçu


Fokontany Aide non Total Effectif
Aide alimentaire Les deux
alimentaire
Cité Ampefiloha 0,0 95,2 4,8 100 21
Antohomadinika 14,9 78,7 6,4 100 47
Volosarika 6,3 62,5 31,3 100 48
Ampamantanana 0,0 85,2 14,8 100 27
Ankazomanga 2,4 78,0 19,5 100 41
Tsaramasay 23,3 62,8 14,0 100 43
Anosizato Est I 3,4 58,6 37,9 100 29
Ampangabe 12,7 54,5 32,7 100 55
Soavimasoandro 16,3 62,8 20,9 100 43
Anjanahary II S 0,0 71,4 28,6 100 42
Zaivola 11,8 32,4 55,9 100 34
Ensemble 9,3 66,0 24,7 100 430

VIII. EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGIÈNE

Il est reconnu que l'accès à l'eau salubre, à des systèmes d'assainissement adéquats ainsi
qu'une meilleure hygiène comportent de nombreux avantages, y compris au niveau socio-
économique, grâce à une meilleure santé, une main d'œuvre plus productive, et des enfants
bénéficiant d'une éducation25. « L'eau non potable, un assainissement inadéquat et les
mauvaises habitudes d'hygiène jouent un rôle majeur dans la mortalité des enfants » selon
Ann M. Veneman, Directrice générale de l'UNICEF. En outre, des études ont montré que
chaque dollar investi dans l'assainissement permet d'économiser jusqu'à 34 dollars dans le
domaine de la santé, de l'éducation et du développement social et économique, a-t-elle
indiqué26.

L’un des objectifs de ce McRAM était d’évaluer l’impact de la crise sur l’accessibilité à l’eau
(source et niveau d’utilisation de l’eau dans les ménages), l’assainissement (utilisation de
latrines) et l’hygiène (lavage des mains).

8.1 Accessibilité et utilisation de l’eau

Ce chapitre analyse les principales sources d’eau de boisson des ménages, les problèmes
rencontrés dans leur approvisionnement en eau, le coût de l’eau et enfin son utilisation.

25
http://www.unicef.org/french/wash/index_action.html
26
http://www.unicef.org/french/wash/index_41911.html

56
8.1.1 Principale source d’eau de boisson

Les ménages s’approvisionnent en eau de boisson presque exclusivement à partir de


sources améliorées : borne fontaine (trois quarts des ménages) et branchement particulier
(17 %). Mis à part les ménages du fokontany d’Ampefiloha où 98 % ont un branchement
particulier, la majorité des ménages dans les autres fokontany s’approvisionnent auprès des
bornes fontaines (Tableau 32). L’approvisionnement auprès de sources d’eau non
améliorées (puits traditionnels) n’est plus courant que dans les fokontany de
Soavimasoandro et de Volosarika ou respectivement trois ménages sur dix et 15 %
s’approvisionnent auprès de ce type de source du fait de l’insuffisance des bornes fontaines.
Pour le reste, la situation est à peu près semblable à celle décrite par les McRAM
précédents.

Tableau 32 : Répartition des ménages enquêtés selon leur principale source d’approvisionnement
en eau de boisson par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Puits
avec Puits Source Vendeur Chez
Branchement Borne
Pourcentage pompe à tradition- non d'eau les Total
particulier fontaine
motrice nel protégée mobile voisins
humaine
Cité Ampefiloha 98,4 1,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100
Antohomadinika 1,7 98,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100
Volosarika 16,7 68,2 0,0 15,2 0,0 0,0 0,0 100
Ampamantanana 7,0 86,0 0,0 7,0 0,0 0,0 0,0 100
Ankazomanga 5,1 94,9 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100
Tsaramasay 3,4 88,1 0,0 0,0 0,0 8,5 0,0 100
Anosizato Est I 11,5 85,2 1,6 1,6 0,0 0,0 0,0 100
Ampangabe 5,9 92,6 0,0 1,5 0,0 0,0 0,0 100
Soavimasoandro 5,4 57,1 1,8 30,4 3,6 0,0 1,8 100
Anjanahary II S 24,2 75,8 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 100
Zaivola 0,0 96,0 0,0 4,0 0,0 0,0 0,0 100
Ensemble 17,1 76,1 0,3 5,3 0,3 0,8 0,2 100

8.1.2 Problèmes rencontrés dans l’approvisionnement en eau

Le tiers des ménages a déclaré avoir rencontré des problèmes majeurs d’approvisionnement
en eau entre septembre et novembre 2009, situation à peu près identique à celle du mois
d’août (30 %). Ce pourcentage atteint 36,5 % si on considère la période allant de janvier à
août 2009 (Graphique 21).

Les problèmes d’approvisionnement en eau touchent de manière inégale les fokontany.


Ankazomanga n’a pas été touché si Anosizato et Cité Ampefiloha sont faiblement concernés
(moins d’un ménage sur dix), tandis que la majorité des ménages a été touchée à Volosarika
(trois ménages sur quatre), à Ampangabe (près des deux tiers) et à Ampamantanana
(53 %).

57
Les problèmes d’approvisionnement ont touché moins de ménages entre septembre et
novembre qu’entre janvier et août dans tous les fokontany sauf Soavimasoandro,
Tsaramasay, Ampangabe et Volosarika. La baisse la plus spectaculaire a été observée à
Antohomadinika, où le pourcentage est passé de 85 à 30 %.

Graphique 21 : Pourcentages de ménages ayant eu des problèmes majeurs d'approvisionnement en


eau respectivement entre janvier et août et entre septembre et novembre 2009 par fokontany

Ankazomanga 3,4
0,0
Janv.-Août 2009
Anosizato Est I 1,6
1,6
Sept.-Nov. 2009
Cité Ampef iloha 9,4
9,4

Soavimasoandro 17,9
21,4

Antohomadinika 84,5
25,9

Tsaramasay 23,7
30,5

Anjanahary II S 29,0
32,3

Ensemble 36,5
32,7

Zaivola 44,0
42,0

Ampamantanana 70,2
52,6

Ampangabe 44,1
63,2

Volosarika 74,2
75,8

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Source : McRAM III, Nov. 2009, N=660 % de ménages

Les principaux problèmes rencontrés par les ménages pour leur approvisionnement en eau
sont de plusieurs ordres, mais les deux les plus cités pour la période septembre-novembre
2009 (Tableau 33) sont la baisse du débit (rapporté par un ménage sur cinq) et le mauvais
état des pompes (18 %). L’augmentation du nombre de puiseurs, l’insuffisance des heures
d'ouverture et les coupures momentanées sont les trois autres problèmes les plus souvent
rencontrés (touchent respectivement entre 10 et 13 % des ménages). Les autres problèmes
touchent entre 0,5 et 8 % des ménages.

Ce sont à peu près les mêmes types de problèmes qui ont été rencontrés entre janvier et
août 2009, à l’exception de l’insuffisance des pompes citée par 16,5 % des ménages durant
cette période contre moins de 1 % entre septembre et novembre.

58
Tableau 33 : Répartition des ménages ayant eu des problèmes dans l’approvisionnement en
eau selon la principale difficulté rencontrée entre respectivement janvier et août
2009 et septembre et novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009)

Janv. – Août 2009 Sept. – Nov. 2009


Fokontany
% Effectif % Effectif
Diminution de débit 19,2 51 20,7 50
Pompe en mauvais état 5,3 14 17,8 43
Augmentation du nombre de puiseurs 16,9 45 13,3 32
Heures d'ouverture insuffisantes 10,5 28 10,0 24
Coupures momentanées 14,3 38 9,5 23
Désordre et dispute 1,5 4 8,3 20
Pompe éloignée 3,8 10 6,2 15
Ruelle à côté de la pompe en mauvais état 0,4 1 4,6 11
Tarissement des eaux 3,0 8 2,1 5
Eau sale 2,6 7 2,1 5
Prix de l'eau élevé 3,4 9 2,1 5
Renouvellement de carte 4,1 11 1,2 3
Bassin trop petit 0,0 0 0,8 2
Nombre pompes insuffisant 16,5 44 0,8 2
Eau devenue payante 2,6 7 0,4 1
Total 100 266 100 241

La situation diffère d’un fokontany à l’autre. Les problèmes majeurs entre septembre et
novembre les plus souvent cités par fokontany sont :
diminution du débit à Ampefiloha ;
nombre de pompes insuffisant à Antohomadinika et Volosarika ;
hausse du nombre de puiseurs et bassin trop petit à Ampamantanana et Tsaramasay ;
tarissement des eaux à Anosizato ;
eau devenue payante et nombre d’utilisateurs devenu élevé à Ampangabe ;
nombre de pompes insuffisant et heures d’ouverture limitées à Soavimasoandro ;
nombre de pompes insuffisant, pompes en mauvais état, coupures momentanées,
pompes chargées et prix élevé de l’eau à Anjanahary IIS ; et
faible débit et heures d’ouverture limitées à Zaivola.

8.1.3 Coût de l’eau

Pour la quasi-totalité des ménages (93 %) l’eau est payante (92 % au mois d’août 2009).
Seul Soavimasoandro se distingue nettement de cette tendance avec un tiers de ses
ménages qui n’a pas payé l’eau car s’approvisionnant auprès de puits traditionnels. Les
pourcentages, quoique élevés, sont également sensiblement inférieurs à la moyenne à
Ampamantanana (86 %) et Volosarika (85 %).

59
Le prix moyen de l’eau était de 3.824 Ariary par mois avec un minimum de 400 Ariary à
Zaivola et un maximum de 14.839 Ariary à Ampefiloha. Les neuf dixièmes des ménages ont
déclaré arriver à payer l’eau dont ils ont besoin avec très peu de variation selon le fokontany,
situation presque identique à celle d’août 2009. Les raisons les plus évoquées par les
ménages qui n’arrivent pas à payer leur eau sont par ordre d’importance :
l’insuffisance de revenu (60 % contre 45 % en août) ;
l’achat de l’eau n’est pas prioritaire par rapport au revenu du ménage (16 % contre
26 % en août) ;
le prix de l’eau trop élevé (14 % contre 19 % en août) ; et
ceux qui ne sont pas d’accord sur la pratique de l’eau payante (10 % contre 5 % en
août 2009).

Cependant, même si la majorité des ménages arrive à payer l’eau, les ménages éprouvent
de plus en plus des difficultés à s’acquitter de cette dépense. Ils sont 95 % à déclarer avoir
plus de difficulté à payer l’eau consommée depuis septembre contre 79 % pour la période
janvier-août 2009. Cette tendance est observée dans presque tous les fokontany. Les
principales raisons évoquées sont l’insuffisance de revenu et le manque d'argent.

En conclusion, la majorité des ménages ont accès à de l’eau à partir de sources protégées
(branchement particulier et fontaines) moyennant un paiement. Bien qu’ils arrivent à payer
dans leur quasi-totalité, les ménages rencontrent de plus en plus de difficultés pour assurer
cette dépense, du fait surtout de l’insuffisance de revenu. Les difficultés d’accès à l’eau fait
partie des nouveaux chocs subis par les ménages lors de McRAM III. Le paiement des
factures de la JIRAMA (société d’eau et d’électricité) est devenu une dépense prioritaire pour
ceux qui en ont un branchement particulier surtout par peur d’être stigmatisé par l’entourage
en cas de coupure d’eau ou d’électricité.

8.1.4 Utilisation de l’eau

Globalement, les ménages enquêtés durant ce McRAM III ont déclaré que la quantité de
l’eau puisée est suffisante pour leurs besoins, que ce soit entre janvier et août 2009 (94 %)
ou entre septembre et novembre 2009 (93 %), sans distinction entre les fokontany.

8.2 Assainissement

L’assainissement est analysé ici à travers la disponibilité et l’utilisation de latrines et de


douches par les ménages.

8.2.1 Disponibilité et utilisation de latrines

L’utilisation de latrines pour satisfaire les besoins naturels est presque universelle dans les
fokontany enquêtés ; 98% des ménages enquêtés les ont utilisées. Seul 2 % font leurs
besoins dans des pots ou dans la nature. Ces taux restent à peu près les mêmes que ceux
de mai et d’août 2009.

60
Cependant seuls 27 % des ménages utilisent des latrines pour eux seuls ; deux tiers des
ménages partagent leurs latrines avec d’autres et 7 % ont recours à des latrines publiques
ou des WC d’association (Tableau 34).

Les latrines individuelles sont plus courantes dans les fokontany d’Ampefiloha (86 %) et
dans une moindre mesure à Zaivola (deux ménages sur cinq) et très rares à Antohomadinika
(moins d’un ménage sur dix en a).

Tableau 34 : Répartition (en %) des ménages utilisant des latrines selon le mode d’usage
(usage privé ou collectif) par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Mode d’utilisation Total


Fokontany Un seul Plusieurs WC
Publics
ménage ménages d’association
Cité Ampefiloha 85,9 14,1 0,0 0,0 100
Antohomadinika 8,6 27,6 62,1 1,7 100
Volosarika 30,3 69,7 0,0 0,0 100
Ampamantanana 16,1 83,9 0,0 0,0 100
Ankazomanga 12,7 87,3 0,0 0,0 100
Tsaramasay 19,6 69,6 10,7 0,0 100
Anosizato Est I 23,0 77,0 0,0 0,0 100
Ampangabe 17,6 82,4 0,0 0,0 100
Soavimasoandro 16,4 83,6 0,0 0,0 100
Anjanahary II S 25,8 74,2 0,0 0,0 100
Zaivola 40,0 56,0 4,0 0,0 100
Ensemble 27,3 65,7 6,8 0,2 100

L’utilisation des latrines n’est pas payante sauf à Antohomadinika (67 %), Tsaramasay
(39 %) et Zaivola (2 %). Le prix à payer concerne l’entrée et le vidange. Le prix d’entrée a
varié de 30 à 100 Ariary par entrée ou 500 à 2.000 Ariary par mois et les frais de
participation à la vidange étaient de plus 2.000 Ariary.

Le nombre moyen de personnes utilisant les latrines était de 14 [13 14] en novembre 2009,
de 18 [16 19] en août 2009. Ce nombre moyen varie suivant les fokontany.

8.2.2 Disponibilité de douche

La disponibilité de douche pour le bain dans les ménages est faible ; seul un peu plus de la
moitié (55 %) en ont (57 % en août 2009). La disponibilité est de loin meilleure dans les
fokontany d’Ampefiloha (95 %), Anjanahary IIS (77 %) et Anosizato Est (74 %). Elle est la
plus faible à Antohomadinika où seul un ménage sur quatre a d’une douche (Graphique 22).

61
Graphique 22 : Pourcentages de ménages disposant d'une douche par fokontany

Antohomadinika 25,9

Zaivola 34,0

Ankazomanga 35,6

Ampangabe 38,2

Tsaramasay 40,7

Soavimasoandro 46,4

Ensemble 55,0

Volosarika 63,6
Ampamantanan
66,7
a
Anosizato Est I 73,8

Anjanahary II S 77,4

Cité Ampef iloha 95,3

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
% de ménages disposant d'une douche
Source : McRAM III, Nov. 2009

La situation reste à peu près le même entre le McRAM I et le McRAM II en ce qui concerne
l’utilisation de latrines, le prix à payer et la possession de douche. En effet, l’existence de
toilettes et de douches publiques fait partie des souhaits des ménages étant donné la
promiscuité et le manque d’espace pour des constructions individuelles.

8.3 Hygiène (lavage des mains)

Les pratiques d’hygiène des ménages sont analysées ici à travers le lavage des mains avec
du savon : fréquence, raisons de la non-utilisation pour ceux qui n’utilisent pas et évolution
de l’utilisation. L’utilisation de savon pour le lavage des mains dans les ménages n’est pas
systématique (Tableau 35) et a même diminué dans le temps. En novembre, ce n’était que
dans 63 % des ménages que l’usage du savon lors du lavage des mains est systématique
contre 66 % en août et 84 % en mai. La situation est plus préoccupante dans les fokontany
de Zaviola (il n’y est pratiquée que par un ménage sur cinq), d’Ankazomanga (44 %) et
d’Antohomadinika (48 %). Par contre cette pratique est bien ancrée dans les mœurs à la Cité
Ampefiloha (94 %), Volosarika (91 %) et Anjanahary II S (82 %).

62
Tableau 35 : Répartition (en %) des ménages utilisant des latrines selon le mode d’usage
(usage privé ou collectif) par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Fréquence de l’utilisation du lavage des mains avec du savon


Pourcentage 2 à 3 fois par Moins de 2 fois Total
Toujours Jamais
jour par jour
Cité Ampefiloha 93,8 1,6 4,7 0,0 100
Antohomadinika 48,3 37,9 12,1 1,7 100
Volosarika 90,9 6,1 3,0 0,0 100
Ampamantanana 61,4 14,0 24,6 0,0 100
Ankazomanga 44,1 25,4 30,5 0,0 100
Tsaramasay 55,9 23,7 11,9 8,5 100
Anosizato Est I 52,5 41,0 6,6 0,0 100
Ampangabe 70,6 22,1 4,4 2,9 100
Soavimasoandro 57,1 25,0 12,5 5,4 100
Anjanahary II S 82,3 14,5 3,2 0,0 100
Zaivola 26,0 40,0 34,0 0,0 100
Ensemble 63,3 22,3 12,7 1,7 100

Les deux raisons les plus souvent évoquées pour justifier le non lavage systématique des
mains avec du savon sont l’habitude (citée par six ménages sur dix) et le manque d’argent
(cité par un tiers des ménages) (Tableau 36). Tous les fokontany suivent ce schéma global
sauf par Soavimasoandro et Tsaramasay où les us et coutumes sont évoqués par un peu
plus d’un ménage sur dix. Le pourcentage des ménages évoquant l’insuffisance d’argent a
augmenté dans le temps.

Tableau 36 : Répartition (en %) des ménages ne se lavant pas systématiquement les mains
avec du savon selon les principales raisons évoquées par fokontany (McRAM III,
Novembre 2009)

Raison non lavage systématique des mains avec du savon


Fokontany Ne reste pas Total Effectif
Coutumes Pas Manque Par
tout le temps
et us nécessaire d'argent habitude
à la maison
Cité Ampefiloha * * * * * 100 4
Antohomadinika 0,0 6,7 73,3 13,3 6,7 100 30
Volosarika * * * * * 100 6
Ampamantanana 0,0 4,5 9,1 81,8 4,5 100 22
Ankazomanga 0,0 0,0 39,4 60,6 0,0 100 33
Tsaramasay 11,5 7,7 34,6 46,2 0,0 100 26
Anosizato Est I 0,0 0,0 6,9 93,1 0,0 100 29
Ampangabe 0,0 0,0 10,0 90,0 0,0 100 20
Soavimasoandro 16,7 12,5 41,7 29,2 0,0 100 24
Anjanahary II S * * * * * 100 11
Zaivola 0,0 0,0 21,6 75,7 2,7 100 37
Ensemble 2,9 3,3 33,5 58,7 1,7 100 242
* Effectif de base trop faible pour que les pourcentages soient stables et donc interprétables.

63
Par ailleurs, 83 % des ménages ont répondu que le savon a toujours existé dans le ménage
avant la crise contre 89 % lors du McRAM II et 84 % lors du McRAM I. Cependant ce
pourcentage est faible dans les fokontany d’Antohomadinika, de Volosarika,
d’Ampamantanana, d’Ankazomanga, de Tsaramasay, de Soavimasoandro et de Zaivola. Les
principales raisons évoquées restent toujours l’insuffisance d’argent (79 %), le fait que le
besoin en savon n’est pas une priorité pour le ménage (13 %), réponses presque identiques
à celles recueillies par les McRAM I et II.

Par contre, 13 % des l’ensemble des ménages ont affirmé que l’utilisation de savon a
diminué dans les ménages depuis septembre 2009 alors que ce taux était de 28 % en août
2009 contre 16 % lors du McRAM I. Les principales raisons évoquées sont toujours
l’insuffisance des revenus et le prix élevé du savon.

En conclusion, les effets de la crise ont été ressentis en matière d’eau, d’hygiène et
d’assainissement. La disponibilité au sein du ménage de savon et son utilisation pour le
lavage des mains ont nettement diminué dans le temps. Le besoin en savon n’étant pas une
priorité pour plusieurs ménages. Il faut noter que de janvier à novembre 2009, le prix du
savon a connu une augmentation mensuelle moyenne de 0,98 % (variation cumulée de
l’ordre de +10 %)27 et que les dépenses en savon au niveau des ménages ont augmenté de
10 % entre le McRAM II et le McRAM III.

IX. PROTECTION DE L’ENFANT, VIOLENCE SUR LES ENFANTS

Ce chapitre analyse l’existence de la violence physique, psychologique ou sexuelle subie


entre janvier et août 2009 et entre septembre et novembre 2009 par les enfants vivant dans
les ménages enquêtés. Il identifie également les types de violences subies. Enfin il analyse
le départ des enfants des ménages et leurs causes.

Au total, 37 ménages sur les 660 enquêtés (soit 5,6 %) ont rapporté que leurs enfants ont
été confrontés à des problèmes de violence physique, psychologique ou sexuelle entre
janvier et août 2009. Ils sont 22 (3,3 %) si on se réfère à la période septembre-novembre
2009.

L’agression verbale et le châtiment corporel sont les deux formes de violences les plus
rapportées par les ménages quelle que soit la période (Tableau 37). Il est enfin à noter que 5
ménages ont rapporté que leurs enfants ont été victimes d’abus sexuel entre septembre et
novembre 2009.

27
Prix du PPN par WFP

64
Tableau 37 : Type d’agressions contre les enfants cités par les ménages qui ont rapporté que
leurs enfants ont été confrontés à des problèmes de violence physique,
psychologique ou sexuelle entre Janvier et Août 2009 et entre septembre et
novembre 2009 (McRAM III, Novembre 2009)

Janvier – Août 2009 Septembre – Novembre


Type d’agression
(37 ménages) 2009 (22 ménages)
Agression verbale 13 10
Châtiment corporel 9 6
Abus sexuel 1 5
Problème lié au voisinage 3 3
Exploitation domestique 1 2
Violence entre enfants 5 2
Agression liée à la grève (Gaz lacrymogène,
trouble par les grévistes) 4 0
Pick pocket 1 0
Accident corporel (Traumatisme, fracture) 1 0

X. HABITAT

Cette section a pour but de collecter les opinions des ménages sur les services publics
rendus par les communes et les fokontany respectifs dans lesquels ils vivent.

10.1 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les Communes

Afin d’apprécier la perception des ménages sur les services publics offerts par leur
commune, on leur a listé un certain nombre de ces services et on leur a demandé pour
chaque service si la qualité a changé depuis juin-septembre 2009. Les réponses possibles
pour chaque service étaient « a changé en mieux », « n’a pas changé », « s’est dégradée »,
« Ne sait pas ». La même question était posée lors du McRAM I et couvrait la période avril-
mai et lors du McRAM II et couvrait la période juin-août. Le Tableau 38 donne le
pourcentage des ménages qui ont répondu que la qualité du service s’est détériorée pour
ces trois périodes.

Lors du McRAM III des proportions élevées de ménages ont déclaré que les services rendus
par la commune se sont détériorés dans les domaines :
de la sécurité, de l’évacuation des eaux usées et de l’éclairage publique (entre 30 et
34 % des ménages) ;
de la gestion des eaux pluviales, de la circulation routière et de la gestion des marchés
(entre 24 et 28 %) ;
du transport en commun, du ramassage des ordures, de l’entretien routier, du Bureau
Municipal d'Hygiène et des cantines scolaires (entre 10 et 19,5 %).

65
L’approvisionnement en eau, les services d’état civil et la délivrance de permis de
construction ont été moins décriés (moins de 9 % de ménages ont trouvé que leur qualité a
baissé).

Ces pourcentages étaient à peu près les mêmes lors du McRAM II mais étaient beaucoup
plus élevés lors du McRAM I. Ce qui signifie que la détérioration de la qualité des services
des Communes était plus grande entre mars et mai (c’est-à-dire durant la phase aiguë de la
crise) qu’entre juin et novembre.

Tableau 38 : Pourcentage de ménages qui trouvent que la qualité des services publics fournis
par les communes s’est détériorée durant les périodes mars-avril, juin-août,
septembre-novembre 2009 (McRAM I, Mai 2009 – McRAM II, Août 2009 –
McRAM III, Novembre 2009)

Mai 2009 Août 2009 Novembre 2009


Services
(McRAM I) (McRAM II) (McRAM III)
Sécurité 42,1 32,5 34,4
Évacuation des eaux usées 31,8 34,8 32,7
Éclairage public 55,5 34,2 29,7
Eaux pluviales 24,2 23,1 27,9
Circulation routière 30,9 20,0 27,6
Gestions des marchés 27,6 23,0 23,8
Transports communs 14,8 18,2 19,5
Ramassage des ordures 61,2 28,0 18,5
Entretien routier 36,7 21,8 17,6
Bureau Municipal d'Hygiène 6,7 4,7 12,1
Cantines scolaires 11,5 7,9 10,0
Eau potable 5,8 6,5 8,6
État civil 19,1 10,0 6,5
Délivrance de permis de construction 7,0 6,2 6,2

10.2 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les Fokontany

Du point de vu de la moitié des ménages la qualité des services rendus pas leur Fokontany
n’a pas changé au cours des deux derniers mois. Mieux, 42 % d’entre eux jugent que la
qualité s’est même améliorée (Tableau 39). Moins d’un ménage sur dix (8 %) a estimé que la
situation s’est détériorée.

Les améliorations ont été plus notées à Ampangabe (81 %), Soavimasoandro,
Ankazomanga et Tsaramasay (entre 56 et 63 %) et dans une moindre mesure à
Ampamantanana (46 %). Les fokontany où la situation n’a pas changé selon une majorité de
ménages sont Volosarika, Zaivola, Cité Ampefiloha et Anosizato Est I (entre 66 et 92 %).
Enfin trois fokontany se distinguent par leur proportion de ménages non négligeable qui
estiment que la qualité des services offerts par leur fokontany s’est détériorée :
Ampamantanana (3 ménages sur 10), Antohomadinika et Anjanahary II S (15 %).

66
Tableau 39 : Répartition (en %) des ménages selon leur appréciation de la qualité des services
rendus par leurs Fokontany entre septembre et novembre 2009 par fokontany
(McRAM III, Novembre 2009)

Évolution de la qualité des services des Fokontany


Fokontany Moins bien Mieux Total
Comme avant Ne sait pas
qu'avant qu'avant
Cité Ampefiloha 6,3 71,9 21,9 0,0 100
Antohomadinika 15,5 44,8 39,7 0,0 100
Volosarika 0,0 92,4 7,6 0,0 100
Ampamantanana 29,8 21,1 45,6 3,5 100
Ankazomanga 6,8 32,2 59,3 1,7 100
Tsaramasay 8,5 33,9 57,6 0,0 100
Anosizato Est I 1,6 65,6 31,1 1,6 100
Ampangabe 2,9 16,2 80,9 0,0 100
Soavimasoandro 1,8 35,7 62,5 0,0 100
Anjanahary II S 14,5 51,6 33,9 0,0 100
Zaivola 2,0 82,0 16,0 0,0 100
Ensemble 8,0 49,7 41,7 0,6 100

La comparaison des résultats des trois McRAM révèle que la détérioration de la qualité des
services des Fokontany était plus ressentie durant la phase aigüe de la crise que durant les
mois suivants. En effet 42 % des ménages estimaient que la qualité des services a baissé
entre mars et mai contre 9 % entre juin et août et 8 % entre septembre et novembre.
(Tableau 40).

Tableau 40 : Évolution de l’appréciation des ménages des services des fokontany dans le
temps (McRAM I, Mai 2009 – McRAM II, Août 2009 – McRAM III, Novembre 2009)

Appréciation de l’évolution de la
McRAM I McRAM II McRAM III
qualité des services au cours des
(N=330) (N=660) (N=660)
deux mois précédent l’enquête
Moins bien qu'avant 42,1 9,4 8,0
Comme avant 45,2 49,0 49,7
Mieux qu'avant 12,7 41,6 41,7
Ne sait pas 0,0 0,0 0,6
Total 100 100 100

Pour les 8 % des ménages (soit 41 au total) qui ont affirmé que le fonctionnement des
services des fokontany a été « moins bien qu’avant », les services les plus concernés sont la
sécurité (citée par 20 ménages), le recensement administratif (cité par 14 ménages) et le
disfonctionnement administratif (cité par 10 ménages). La situation était différente en août où
c’était la fermeture fréquente des bureaux du Fokontany, les sommes demandés jugées
élevées et l’absence de propreté qui étaient les plus décriés.

67
XI. ÉTAT DE DROIT, JUSTICE ET MÉDIAS

Ce chapitre traite de la recrudescence de l’insécurité et de la violence en milieu urbain et du


rôle des médias durant la période de crise.

11.1 Sentiment d’insécurité des ménages

Le sentiment que l’insécurité augmente est très répandu. Trois ménages sur dix se sentaient
moins en sécurité en novembre que deux mois plus tôt (Tableau 41). Par contre 56 %
estiment qu’il n’y a pas de changement et 15 % qu’ils se sentent plus en sécurité.

Tableau 41 : Répartition (en %) des ménages selon leur appréciation de l’évolution du


sentiment de sécurité entre septembre et novembre 2009 par Fokontany
(McRAM III, Novembre 2009)

Évolution du sentiment d’insécurité entre


septembre et novembre 2009
Fokontany Total Effectif
Se sent moins en Pas de Se sent plus en
sécurité changement sécurité
Cité Ampefiloha 6,3 90,6 3,1 100 64
Antohomadinika 15,5 34,5 50,0 100 58
Volosarika 36,4 56,1 7,6 100 66
Ampamantanana 35,1 47,4 17,5 100 57
Ankazomanga 42,4 35,6 22,0 100 59
Tsaramasay 16,9 79,7 3,4 100 59
Anosizato Est I 13,1 60,7 26,2 100 61
Ampangabe 36,8 51,5 11,8 100 68
Soavimasoandro 21,4 71,4 7,1 100 56
Anjanahary II S 95,2 4,8 0,0 100 62
Zaivola 12,0 72,0 16,0 100 50
Ensemble 30,6 54,7 14,7 100 660

La situation varie très sensiblement d’un fokontany à l’autre. On distingue ainsi :


les fokontany où des proportions plus élevées que la moyenne se sentent moins en
sécurité : Anjanahary II S (95 %), Ankazomanga (42 %), Ampangabe, Volosarika et
Ampamantanana (35 à 37 %) ;
les fokontany où des proportions plus élevées que la moyenne n’ont pas noté de
changement : Cité Ampefiloha (neuf ménages sur dix), Tsaramasay (huit ménages sur
dix), Zaivola et Soavimasoandro (sept ménages sur dix) ;
les fokontany où des proportions plus élevées que la moyenne se sentent plus en
sécurité : Antohomadinika (50 %), Anosizato Est I (26 %) et Ankazomanga (22 %).

La comparaison des trois McRAM montre que le sentiment d’insécurité était le même lors
des McRAM I et III tandis que lors du McRAM II, moins de ménages s’étaient sentis en plus
grande insécurité (23 %) contre 31 % pour les deux autres. L’insécurité était donc plus
grande durant les mois entourant avril et est en recrudescence en septembre-novembre.

68
11.2 Insécurité et violence en milieu urbain

Cette section analyse l’évolution de deux types de violences entre janvier et août 2009,
d’une part, et entre septembre et novembre 2009, d’autre part. Il s’agit de :
l’évolution du pourcentage de ménages déclarant qu’un de leurs membres a été
victime d’actes de violence, de vandalisme ou de vol par des groupes identifiés et/ou
des individus isolés ;
l’évolution du pourcentage de ménages déclarant qu’un de leurs membres a été
victime d’exactions perpétrées par des gens de la communauté dans lequel vit le
ménage.

11.2.1 Recrudescence de l’insécurité et de la violence en milieu urbain

D’après la déclaration des ménages, il y a une faible recrudescence de l’insécurité et de la


violence en milieu urbain. Seul un ménage sur dix a déclaré avoir été plus victime de
l’insécurité entre septembre et novembre et 8 % si on considère la période janvier-août 2009
(Tableau 42). Certains fokontany se détachent de ce schéma global. Il s’agit de trois
fokontany où plusieurs ménages ont rapporté une recrudescence de l’insécurité entre janvier
et août : (Zaivola, 44 %, Ampamantanana, 30 % et Ampangabe 16 %) et de quatre fokontany
où entre 10 et 19 % des ménages ont fait part d’une recrudescence de l’insécurité entre
septembre et novembre : Ampamantanana, Antohomadinika, Ampangabe et Zaivola.

Tableau 42 : Répartition des ménages selon qu’ils aient déclaré avoir été victimes plus
souvent ou pas d’actes de violences urbaines entre janvier et août et entre
septembre et novembre 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Evolution du % de ménages se Evolution du % de ménages se


déclarant victimes de violences déclarant victimes de violences
urbaine entre janvier et août urbaine septembre et novembre 2009
Fokontany
Pas de Pas de
Moins Plus Moins Plus
change Total change Total
qu’avant qu’avant qu’avant qu’avant
ment ment

Cité Ampefiloha 0,0 98,4 1,6 100 3,1 95,3 1,6 100
Antohomadinika 31,0 60,3 8,6 100 6,9 79,3 13,8 100
Volosarika 24,2 74,2 1,5 100 15,2 84,8 0,0 100
Ampamantanana 28,1 42,1 29,8 100 1,8 78,9 19,3 100
Ankazomanga 3,4 96,6 0,0 100 3,4 94,9 1,7 100
Tsaramasay 1,7 94,9 3,4 100 0,0 91,5 8,5 100
Anosizato Est I 0,0 96,7 3,3 100 1,6 98,4 0,0 100
Ampangabe 1,5 82,4 16,2 100 8,8 77,9 13,2 100
Soavimasoandro 0,0 94,6 5,4 100 0,0 94,6 5,4 100
Anjanahary II S 0,0 96,8 3,2 100 1,6 93,5 4,8 100
Zaivola 0,0 56,0 44,0 100 34,0 56,0 10,0 100
Ensemble 8,2 81,8 10,0 100 6,7 86,4 7,0 100

69
11.2.2 Recrudescence des exactions perpétrées par les membres de la
communauté

Que ça soit au cours de la période janvier-août ou septembre-novembre 2009, très peu de


ménages (5 %) ont rapporté avoir été victimes d’une recrudescence d’exactions. En effet
quelle que soit la période, seuls 5 % des ménages ont rapporté avoir été victimes de plus
d’exactions en fin qu’en début de période. Une baisse des exactions a même été rapportée
par 11 % des ménages pour la période janvier-août et 6 % pour la période septembre-
novembre 2009.

La perception de l’évolution de l’insécurité varie cependant considérablement d’un fokontany


à un autre comme illustré dans le Tableau 43. Si on considère la période janvier-août, 4
fokontany s’écartent du schéma global. Dans trois d’entre eux, des proportions de ménages
largement supérieures à la moyenne (11 %) ont rapporté avoir été moins victimes
d’exactions par des membres de la communauté : Ampamantanana (46 %), Antohomadinika
(36 %) et Volosarika (27 %). De l’autre côté, à Ampangabe et Anosizato Est I environ un
ménage sur dix a rapporté une recrudescence des exactions, soit deux fois plus que la
moyenne de l’ensemble des fokontany.

Tableau 43 : Répartition des ménages (en %) selon qu’ils aient déclaré avoir été victimes plus
souvent ou pas d’exactions de la part de membres de la communauté entre
janvier-août et entre sept.-nov. 2009 par fokontany (McRAM III, Novembre 2009)

Évolution du % de ménages se Évolution du % de ménages se


déclarant victimes d’exactions de la déclarant victimes d’exactions de la
part de membres de la communauté part de membres de la communauté
Fokontany entre janvier et août septembre et novembre 2009 Effectif
Moins Plus Moins Plus
Pareil Total Pareil Total
qu’avant qu’avant qu’avant qu’avant
Cité Ampefiloha 1,6 96,9 1,6 100 3,1 96,9 0,0 100 64
Antohomadinika 36,2 58,6 5,2 100 12,1 81,0 6,9 100 58
Volosarika 27,3 72,7 0,0 100 25,8 74,2 0,0 100 66
Ampamantanana 45,6 40,4 14,0 100 5,3 82,5 12,3 100 57
Ankazomanga 1,7 98,3 0,0 100 3,4 96,6 0,0 100 59
Tsaramasay 0,0 100,0 0,0 100 0,0 100,0 0,0 100 59
Anosizato Est I 0,0 90,2 9,8 100 3,3 90,2 6,6 100 61
Ampangabe 1,5 86,8 11,8 100 1,5 82,4 16,2 100 68
Soavimasoandro 0,0 94,6 5,4 100 0,0 92,9 7,1 100 56
Anjanahary II S 0,0 98,4 1,6 100 0,0 93,5 6,5 100 62
Zaivola 6,0 86,0 8,0 100 16,0 84,0 0,0 100 50
Ensemble 10,8 84,1 5,2 100 6,4 88,5 5,2 100 660

Concernant la période récente (septembre-novembre), ce sont également cinq fokontany qui


s’écartent de la tendance centrale. A Ampangabe et Ampamantanana, respectivement 16 et
12 % des ménages ont rapporté une recrudescence de l’insécurité. Par contre dans les
fokontany de Volosarika, Zaivola et Antohomadinika, ce sont respectivement 26 %, 16 % et
12 % des ménages qui ont noté un recul de l’insécurité, contre une moyenne de 6 %.

70
11.2.3 Arrestation liée à la crise sociopolitique dans l’entourage

Sur les 660 ménages enquêtés, 22 (soit 3,3 %) ont rapporté qu’il y a des personnes dans
leur famille ou dans le voisinage qui ont été arrêtées par les forces de l’ordre depuis
septembre 2009, arrestations liées à la crise sociopolitique. Ce pourcentage était de 6 % lors
du McRAM II. Les ménages en question sont situés à Tsaramasay (10), Antohomadinika (5)
et Soavimasoandro (4), Ampamantanana (2) et Ampangabe (1). Trois des ménages ont
déclaré que les personnes arrêtées ont été transférés au tribunal dans les 48 heures, 10
après plus de 48 heures. Enfin 9 des ménages ont dit que les personnes arrêtées n’ont pas
encore été transférés devant un tribunal.

11.3 Rôle des médias

Les médias comme la presse écrite, la radio et la télévision ont joué un rôle non négligeable
au cours de la crise sociopolitique que le pays a traversée. D’après les déclarations des
ménages, les médias ont continué à inciter les populations à participer aux violences
politiques, aux pillages ou aux manifestations durant la crise, même si ce rôle diminue dans
le temps. En effet, 33 % des ménages, ont répondu que les médias les ont incités à
participer aux violences politiques lors du McRAM III, contre 36 % lors du McRAM II.

Ainsi, selon la perception des répondants (Graphique 23), les médias ont beaucoup plus
joué le rôle de provocateurs aussi bien lors de la période de transition (44 % des ménages)
que lors de la phase de négociations (43 %) que de réconciliateurs (31 % durant la transition
et 40 % durant les négociations). Seuls, 16,5 % des ménages estiment que les médias ont
été des éducateurs durant les deux phases de la crise (transition et négociation). Cependant
le rôle des médias en tant que réconciliateur s’est plus affirmé durant la phase de
négociation de l’avis des ménages enquêtés.

Graphique 23 : Pourcentage de ménages qui déclarent que les médias ont joué un rôle
de provocateur, de réconciliateur ou d’éducateur pendant les phases de transition et de
négociation respectivement

50
44,5
43,0
Période de transition
39,7
40 Période de négociation

31,2
% de ménages

30

20
16,5 16,5

10

0
Provocateur Reconciliateur Educateur
Rôle des médias pendant la transition et durant les négociations
Source : McRAM III, Nov. 2009, N = 660

71
Pour s’informer sur la situation et sur l’évolution de la crise, les ménages se branchent
presque tous sur un type de médias ou un autre ; seul 6 % d’entre eux déclarent ne pas
s’intéresser aux médias. Ce pourcentage était de 5 % en août 2009. Les médias les plus
prisés sont dans l’ordre la radio (66 % des ménages l’écoutent), la télévision (61 %) et la
presse écrite (33 %). L’internet, les rumeurs et les discussions sont des sources
d’information marginales (moins de 7 % des ménages y ont recours).

Ce schéma est le même qu’en août, sauf qu’à l’époque les pourcentages de ménages qui
citaient les différentes sources d’information étaient plus élevés. Par exemple 70 % pour la
télévision en août contre 61 % en novembre.

Graphique 24 : Pourcentages de ménages qui citent différents types de médias sur lesquels
ils déclarent se brancher le plus pour s'informer sur la situation et l’évolution de la crise lors
des McRAM d'août et de novembre 2009

1,4
Internet Novembre 2009
2,7
(McRAM III)

Non intéressé par 5,9 Août 2009


les médias 5,0 (McRAM II)

Radio trottoir, 6,8


rumeur, discussion 10,5

32,6
Journaux
42,4

60,9
TV
70,2

65,9
Radio
72,3

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

% de ménages
Sources : McRAM II (Août 2009, N=660) et McRAM III (Nov. 2009, N=660)

XII. SANTÉ ET PLANNING FAMILIAL

Ce chapitre traite de la morbidité dans la zone d’étude, du recours au soins de santé


moderne, des infections sexuellement transmissibles (IST) et du VIH et enfin de l’utilisation
du préservatif.

12.1 Incidence des maladies

La morbidité dans la zone d’étude est très répandue, en particulier parmi les enfants de
moins de 5 ans. En effet au cours de la semaine qui a précédé l’enquête, le cinquième
(21 %) des membres des ménages était tombé malade (Graphique 2(). Le taux de morbidité
est deux fois plus élevé parmi les moins de 5 ans (39 %) que parmi les 5 ans et plus (19 %).

72
La morbidité a très sensiblement progressé depuis mai 2009. En effet le taux de morbidité
est passé de 14 % en mai à 9 % en août avant d’atteindre le niveau très élevé de 21 % en
novembre. La même tendance est constatée que ça soit parmi les moins de 5 ans ou parmi
les plus âgés.

Graphique 25 : Taux de morbidité durant la semaine ayant précédé l'enquête dans la


zone d'étude selon le groupe d'âge en mai, août et novembre 2009

50
Mai 2009
(McRAM I)

38,8 Août 2009


40 (McRAM II)
Taux de morbidité (% de malades)

Novembre 2009
(McRAM III)
30 27,2

20,6
19,4 18,5
20

13,6
11,4
10 8,8
7,3

0
Taux de morbidité Taux de morbidité des moins Taux de morbidité des 5 ans et
de 5 ans plus
Source : McRAM III, Nov. 2009, N = 660

Pour les moins de 5 ans, les principales causes de maladie sont par ordre d’importance, la
grippe (47,2 %), la fièvre ou suspicion de paludisme (28 %), les infections respiratoires
aiguës (15,2 %) et dans une moindre mesure les diarrhées (7,2 %). Chez les plus de 5 ans,
les causes de morbidité les plus citées sont, par ordre d’importance, la grippe (46,4 %), la
fièvre ou suspicion de paludisme (38,5 %), le mal de dent (2,9 % et le mal d’estomac
(2,2 %). Enfin notons que le pourcentage de malades atteints de grippe a presque doublé
entre août et mai, passant de 22,3 (McRAM II) à 46,2 % (McRAM III).

12.2 Recours aux soins

La consultation de médecin en cas de maladie s’est améliorée. En novembre 2009, 72 %


des personnes qui étaient malades ont consulté un médecin contre 65 % en août pour les
moins de 5 ans. Ce pourcentage est de 60 % pour les plus de 5 ans contre 49 % en août.
Les deux principales raisons évoquées pour justifier la non consultation d’un médecin ou
dans un centre de santé sont le caractère bénin de la maladie (56,7 % chez les moins de 5
ans et 52,4 % chez les 5 ans et plus) et le manque d’argent (40 % chez les moins de 5 ans
et 41,9 % chez les 5 ans et plus).

73
Le caractère bénin de la maladie comme motif de non consultation a régressé dans le temps
(entre août et novembre) tandis que le manque d’argent a augmenté. Le secteur santé fait
partie des secteurs qui ont également subi l’inflation de +2,4 entre décembre 2008 et octobre
200928.

12.3 IST et VIH/SIDA

À Madagascar, les IST ont toujours constitué un problème de santé publique. En 2004, les
IST classiques constituaient la septième cause de morbidité parmi les consultations externes
dans des centres de santé de base29. Par contre, l’épidémie du VIH est classée comme peu
active et reste concentrée au sein des groupes à haut risque où la prévalence est plus
élevée. Ce taux est par exemple estimé à 1,36 % parmi les travailleuses de sexe
(ESB, 2005).

La connaissance du sida est presque universelle parmi les interviewés. En effet 98 % d’entre
eux en ont déjà entendu parler. Ce pourcentage est de 100 % dans tous les fokontany sauf à
Soavimasoandro (84 %) et Ankazomanga (98 %).

De même les principaux modes de transmission sont relativement bien connus par ceux qui
connaissent le sida : les rapports sexuels non protégés (cités par 98,3 % d’entre eux), les
produits sanguins infectés (67,4 %) et la transmission mère-enfant (11,4 %).

La connaissance des principaux moyens de prévention est également répandue même si


quelques fausses connaissances ressortent également des réponses (Tableau 44). En effet
93 % des ménages citent la fidélité à un seul partenaire qui n’a aucun autre partenaire pour
limiter la transmission, 45 % citent l’utilisation systématique du condom. Environ 20 % ont
évoqué respectivement le partage de rasoirs, lames, etc. et la transfusion sanguine. Les
autres moyens de prévention sont moins bien connus.

Concernant les fausses connaissances, 14 % des enquêtés ont cité les injections comme
moyens de prévention et des proportions négligeables (moins de 1 %) ont également évoqué
le fait d’éviter les rapports sexuels avec les homosexuels, de partager de la nourriture avec
les séropositifs et les piqûres de moustiques.

Toujours au chapitre de la connaissance du sida, une majorité de répondants (82,4 %) ont


confirmé qu’une personne apparemment en bonne santé peut transmettre le SIDA (porteur
sain). En outre, une majorité d’entre eux connaissent la transmission mère enfant du VIH
durant la grossesse (95,5 %), durant l’accouchement (83,1 %) ou lors de l’allaitement
maternel (63,9 %).

28
IPC Octobre 2009 N°164
29
Bulletin Ezaka pour SR/PF, MINSANPF, 1er trimestre 2009

74
Tableau 44 : Moyens cités par les enquêtés pour réduire le risque de transmission du VIH
(McRAM III, Novembre 2009)

Moyen de prévention Pourcentage Effectif


Fidélité à un seul partenaire qui n’a aucun autre partenaire 92,5 601
En utilisant le condom chaque fois qu’on a des rapports sexuels 44,9 292
Partager rasoirs, lames 20,6 134
Transfusion de sang 19,7 128
Éviter rapport sexuel avec une personne infectée 14,6 95
Injections 14,3 93
Éviter rapport sexuel avec les personnes ayant beaucoup de partenaires 10,3 67
S’abstenir de rapports sexuels à risque (avec prostituées) 8,6 56
Bien nettoyer les produits sanguins 1,4 9
Éviter rapport sexuel avec les personnes homosexuelles 1,2 8
En partageant la nourriture de quelqu’un atteint de SIDA 0,9 6
Abstinence 0,6 4
En se faisant piquer par les moustiques 0,3 2

12.4 Utilisation du préservatif

L’utilisation du préservatif n’est pas très courante parmi les répondants ; seuls 11,8 % ont
affirmé l’utiliser pour prévenir une grossesse et/ou se prémunir des IST/VIH (Tableau 45). Au
total 3 % l’utilisent à des fins de contraception uniquement, 2 % pour prévenir une IST/SIDA
exclusivement et 7 % pour les deux.

Tableau 45 : Répartition des répondants qui ont entendu parler du sida selon l’utilisation du
préservatif (McRAM III, Novembre 2009)

Utilisation du préservatif Pourcentage Effectif


Prévenir la grossesse 3,1 20
IST/VIH 2,0 13
Les deux à la fois 6,8 44
N’utilise pas 88,2 573
Total 100 650

XIII. VIOLENCE À DOMICILE FAITES AUX FEMMES

La violence domestique constitue une des formes les plus courantes d'actes de violence
contre les femmes. Les agressions commises par le partenaire sont beaucoup plus
fréquentes que les agressions ou les viols commis par une connaissance ou par un
inconnu30. En général, les actes de violence physique et sexuelle commis par le conjoint ou

30
www.who.int/mediacentre/.../fr/index.html , 2005

75
le partenaire ont des impacts sur la santé et le bien-être des femmes d’autant plus qu’ils
restent un phénomène encore largement caché.

Afin d’identifier les formes de violences faites aux femmes dans les fokontany étudiés, le
McRAM III a demandé aux interviewés de citer les types de violence faites couramment aux
femmes dans leur entourage qu’ils connaissent. Il est à noter que cette manière de procéder
permet d’identifier les formes de violence existantes et non de mesurer leurs prévalences
respectives. Les résultats sont consignés dans le Graphique 26.

Les formes de violence domestique les plus rapportées par les répondants dans leur
entourage sont la violence conjugale (59 %), le harcèlement psychologique (43 %) et le viol
(12 %). D’autres formes de violence domestique existent dans les fokontany même si elles
ont été rapportées par moins d’un dixième des ménages : travail forcé, prostitution forcée,
kidnapping, grossesse forcée et esclavage.

Graphique 26 : Types de violence domestique rapportés par les ménages comme touchant
couramment les femmes dans leur entourage

Esclavage 1,4

Grossesse
2,0
f orcée

Kidnapping 2,7

Prostitution
4,8
f orcée

Travail f orcée 5,5

Viols 12,0

Harcèlement
42,6
psychologique

Violence
58,5
conjugale

0 20 40 60 80 100
Source : McRAM III, Nov. 2009, N = 660 % de ménages

XIV. BESOINS PRIORITAIRES DES MÉNAGES

Les ménages ont été invités à citer leurs besoins prioritaires respectivement pour le court, le
moyen et le long terme. Les besoins prioritaires sont beaucoup plus liés au contexte et ont
varié selon les fokontany. Les besoins prioritaires immédiats exprimés par les ménages
concernent surtout :
 le travail (cité par 22 % des ménages) : stabilité du travail, trouver du travail pour
les chômeurs ou ceux qui ont perdu leur travail, avoir un travail suffisamment
rémunérateur… ;

76
 la fin de la crise politique (15 %) : organisation d’élections dans les meilleurs délais
pour trancher sur la situation et retrouver plus de paix et de sérénité ;
 l’accès au crédit ou à l’aide sociale (15 %) : accessibilité à des fonds de crédit pour
améliorer une activité ou investir et démarrer une nouvelle activité ;
 Le domaine alimentaire (10 %) : alimentation adéquate en quantité et en qualité,
aide alimentaire, maîtrise de l’inflation ;
 Le bien-être (9 %) : disposer d’un habitat convenable (avoir ou améliorer son
habitat, payer moins cher le loyer), disposer d’eau, d’électricité, de toilette et
douche publique, améliorer le niveau de vie, le transport… ;
 l’environnement (6 %) : curage des canaux d’évacuation des eaux usées et de
ruissellement, réparation des ruelles au niveau des fokontany, réparation des
digues… ;
 la sécurité en général (5 %) ;
 l’éducation des enfants, la maîtrise de l’inflation, la santé pour respectivement 4 %
d’entre elles,
 meilleure prise en charge de la santé des personnes âgées, augmentation des
pensions alimentaires… ; et
 encadrement technique pour les ménages agricoles.

Ces besoins prioritaires sont très liés au contexte et varient en fonction des fokontany. Pour
les fokontany d’Antohomadinika III G, Tsaramasay, Anosizato Est et Ampangabe, le travail
constitue le premier besoin exprimé par les ménages. En effet, les ménages tirant leurs
revenus de petits métiers, d’un travail non qualifié, d’un travail de journaliers ou dans le privé
en ralentissement d’activité ou en chômage technique prédominent dans ces fokontany. De
plus les fokontany d’Antohomadinika III G et Tsaramasay sont les fokontany bas quartiers,
susceptibles d’inondations en cas de fortes pluies ou de cyclones.

La fin de la crise est par contre le souhait de la majorité des ménages d’Ampefiloha,
d’Ampamantanana et d’Ankazomanga. Ampefiloha peut être classé comme quartier semi-
résidentiel.

Pour le fokontany de Volosarika, la priorité des ménages est l’accès au crédit ou aux aides
sociales comme l’octroi de fond ou de microcrédits pour renforcer ou créer de petit métier. Le
problème alimentaire a été le plus souvent cité à Soavimasoandro, malgré une amélioration
de leur sécurité alimentaire en novembre 2009 et l’insécurité pour les ménages d’Anjanahary
IIS. Enfin, l’environnement, c’est-à-dire la construction de ruelle, le renforcement de la digue
par des travaux HIMO, l’encadrement technique ont été les soucis des ménages majoritaires
agricoles du fokontany de Zaivola.

77
CONCLUSION GÉNÉRALE
Le McRAM III de novembre 2009 est la troisième d’une série d’études trimestrielles depuis
mai 2009 coordonnée par l’UNICEF avec l’appui technique du PAM. L’objectif du McRAM est
d’évaluer l’impact de la crise sociopolitique que Madagascar traverse depuis janvier 2009 au
niveau des ménages de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Elle a été conduite
auprès de 660 ménages répartis dans 11 fokontany de la CUA dans lesquels vivent 3.083
personnes. Les ménages des fokontany enquêtés par le McRAM III ont à peu près les
mêmes caractéristiques socioéconomiques (taille ménage, sexe chef de ménage, situation
matrimoniale) que ceux enquêtés lors des évaluations antérieures.

Les résultats présentés dans ce rapport révèlent que la crise a eu un impact négatif réel sur
les conditions de vie des ménages, excepté la sécurité alimentaire pour laquelle la situation
est plus nuancée et l’agriculture non affecté du tout, avec de très grandes disparités de cet
impact selon les fokontany.

Pendant l’année 2009 tous les produits ont été disponibles avec une grande variété de choix
et une tendance à la baisse des prix du fait de la libre concurrence des produits sur le
marché et la période de récolte. Si globalement le pourcentage des ménages en sécurité
alimentaire est resté stable entre août et novembre 2009 et s’est amélioré par rapport à la
phase aigüe de la crise (mai), la situation s’est par contre aggravée parmi les ménages en
insécurité alimentaire. Les ménages en sécurité alimentaire se sont stabilisés plus
rapidement par rapport à la phase aigüe de la crise tandis que ceux qui sont en insécurité
alimentaire ont moins de résilience pour se remettre de la crise. En effet, le taux des
ménages en sécurité alimentaire est passé de 51 % en mai à 64 % en août et 60 % en
novembre. Le pourcentage des ménages en insécurité alimentaire sévère est passé de
34,5 % en mai à 22,5 % en août à 29 % en novembre.

Durant la période allant de mai à novembre, l’adoption de stratégies de détresse a régressé


contrairement aux stratégies de début de crise qui sont restés largement adoptées, à
l’exception de la diminution du nombre de repas et la réduction des dépenses non
essentielles. Ceci est un indicateur de la vulnérabilité chronique des ménages.

Même si les ménages continuent de disposer d’une pluralité de sources de revenus, la crise
s’est accompagnée d’une précarisation de l’emploi et des revenus.

Durant la crise les ménages ont subi de nombreux chocs dont les plus importants étaient la
cherté du coût de la vie, la baisse du revenu, la morbidité, l’endettement et l’insécurité. Pour
faire face à ces chocs, les ménages ont eu recours à leur réseau social constitué
essentiellement des membres de la famille qui leur viennent habituellement en aide en cas
de difficultés. Ce réseau a pleinement fonctionné pendant la crise et s’est même étendu aux
amis et aux voisins.

Les effets de la crise ont été également ressentis dans le domaine de l’éducation. Les
troubles liées à la crise ont en effet empêché le bon fonctionnement des écoles, surtout
durant sa phase aigüe, et, de l’avis des parents, a rendu difficile la prise en charge des frais
d’éducation et détérioré la qualité de l’enseignement.

Il en est de même pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement. La presque totalité des ménages
a accès à l’eau mais rencontre des difficultés pour s’en procurer à suffisance : faible débit,

79
panne de pompe, difficultés à payer. La disponibilité au sein du ménage de savon et son
utilisation pour le lavage des mains ont de leur côté nettement diminué dans le temps du fait
de la baisse du pouvoir d’achat. Les résultats ont de plus montré que la morbidité est très
forte dans les fokontany, en particulier parmi les enfants de moins de 5 ans. Du fait de
l’insuffisance des revenus, causée en partie par la crise, certains ménages n’ont pas eu
recours aux soins de santé moderne quand un de leurs membres a été malade.

Parmi les conséquences de la crise, il est également ressorti une progression du sentiment
d’insécurité. L’insécurité était plus répandue autour d’avril et est en recrudescence entre
septembre et novembre. Concernant la violence domestique, les ménages ont rapporté que
différentes formes de violence sont faites aux enfants et aux femmes, mais les résultats ne
permettent pas d’affirmer ou d’infirmer une recrudescence liée à la crise.

Par rapport au service public et aux médias, de l’avis des ménages, la détérioration de la
qualité des services des Communes et des Fokontany était plus grande durant la phase
aiguë de la crise (entre mars et mai) qu’entre juin et novembre. Par ailleurs même s’ils se
tournent presque tous vers les médias pour s’informer sur la situation, les ménages jugent
qu’ils ont beaucoup plus joué le rôle de provocateurs que de réconciliateurs durant la crise.

Face à toutes ces conséquences de la crise, les ménages ont exprimé des besoins
prioritaires qui reflètent leurs aspirations face à la situation actuelle : fin de la crise politique,
atténuation des difficultés économiques et amélioration des problèmes environnementaux.

Ces résultats prouvent, comme attendu, que la crise a affecté et continue d’affecter les
ménages, ce qui appelle à des interventions ciblées en fonction de la nature des problèmes
mis en évidence. Les changements observés entre les différents McRAM révèlent la
nécessité de continuer à suivre la situation. Dans cette perspective, le McRAM demeure un
outil efficace capable de fournir rapidement des informations utiles pour la mise en œuvre, le
suivi et l’évaluation des interventions de mitigation de l’impact de la crise. Comme toute
méthode d’évaluation, il présente cependant des limites qui peuvent être améliorées, en
partie, par des ajustements méthodologiques et par le recours à d’autres sources
d’information pour la compléter.

Afin d’avoir une vue plus globale de l’impact de la crise sur d’autres couches vulnérables de
la population malgache, il serait judicieux d’étendre la zone du McRAM à des zones non
urbaines de Madagascar, où vivent la majorité de la population du pays.

80
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. CDC/WFP. A Manual : Measuring and Interpreting Malnutrition and Mortality


2. DDSS/INSTAT, 2003-2003 Enquête Démographique et de Santé Madagascar 2003-2004
République de Madagascar, Institut National de la Statistique, février 2005
3. Equipe Permanente de Pilotage/ Plan d’Action pour le Développement Rural (EPP/PADR),
Primature, Observatoire du Riz. INFORMATION de 2006 à Novembre 2009
4. HUGON P., directeur de recherche à l’IRIS - Institut de relations internationales et
stratégiques, centre de recherche en relations internationales, a créé son site d’informations
"affaires-strategiques.infoMadagascar des crises à répétition. La lueur d’espoir de l’accord
d’Addis-Abeba
5. INSTAT, 3e RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION et DE L’HABITATION
MADAGASCAR. (SITUATION FIN OCTOBRE 2008) Atelier Régional des Nations Unies pour
le traitement des données RGPH du 3 au 7 nov 2008 Bamako-Mali
6. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Janvier 2009, numéro 155.
7. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Février 2009, numéro 156.
8. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Mars 2009, numéro 157.
9. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Avril 2009, numéro 158.
10. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Avril 2009, numéro 158.
11. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Juin 2009, numéro 160
12. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Juillet 2009, numéro 161.
13. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Août 2009, numéro 162
14. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Septembre 2009, numéro 163.
15. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la
consommation INSTAT Octobre 2009, numéro 164
16. Ministère de l’Économie, des Finances et du Budget : Enquête périodique auprès des
ménages 2004, Rapport principal janvier 2006
17. MINSAN PF Bulletin Ezaka pour SR/PF, MINSANPF, 1er trimestre 2009
18. Olanrewaju B. Smith, Paule Moustier, Luc. J.A. Mougeot et Abdou Fall,, 2004.
DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L'AGRICULTURE URBAINE EN AFRIQUE
FRANCOPHONE. Enjeux, concepts et méthodes sous la direction de CIRAD/CRDI
2004, ISBN 2-87614-551-0,e-ISBN1-55250-134-5,p 176

xiv
19. OMS, 1995 : Utilisation et interprétation de l’anthropométrie , OMS, Série de rapports
techniques 854, Genève, 1995
20. ONN/UNICEF, 2009, Enquête anthropométrique, Fokontany vulnérables
d’Antananarivo Juillet 2009 (présentation cellule Nutrition)
21. PNUD. Analyse de la conjoncture socio-économique de la pauvreté à Madagascar.
Situations 2005-2008 et perspectives. Rapport définitif. Septembre 2008.
22. Programme Alimentaire Mondial, Madagascar 2005. Comprehensive Food Security and
Vulnerability Analysis (CFSVA)
23. Programme Alimentaire Mondial, Profil des ménages les plus vulnérables suite à la
survenance d’un choc de hausse des prix à Madagascar pour l’année 2008 septembre
2008
24. RANDRIANKOLONA Patrick Léon, WFP. 2008. Profil des ménages les plus
vulnérables suite à la survenance d’un choc de hausse des prix à Madagascar pour
l’année 2008
25. RAZAFIARISOA B, NIRINA I, KLAUS D, 2009. Situation des ménages de la ville
d’Antananarivo dans le contexte de la crise sociopolitique Ŕ Madagascar, Juin 2009.
SNU Un Multi-cluster Rapid Assesment Mechanism (McRAM I)
26. RAZAFIARISOA B, OGDEN, K, RAKOTONIRAINY M, MONTEMBAULT S.
Madagascar Ŕ Situation de la sécurité alimentaire en milieu urbain : analyse des
besoins Antananarivo, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina, Toliara,
BNGRC, ONN, WFP, Novembre 2008
27. Système des Nations Unies SNU 2009. Situation des ménages de la ville
d’Antananarivo dans le contexte de la crise sociopolitique Ŕ Madagascar, Août 2009.
SNU Un Multi-cluster Rapid Assesment Mechanism (McRAM I)
28. UNDP 2007/2008, Human Development Report, Fighting Climate Change : Human
Solidarity in a divided world
29. UNPD (United Nations Development Program), 1996. Urban agriculture : food, jobs
and sustainable cities. New York, Etats-Unis, UNPD, 302 p.
30. UNPD 2009. Human Development Report 2009
31. UNITED NATIONS, 2009. MADAGASCAR REVISED FLASH APPEAL 2009
32. Webliographie
33. FAO. Agriculture urbaine et sécurité alimentaire. Journée mondiale de
l'environnement : des villes plus vertes. 3 juin 2005, Rome -www.fao.org
34. www.moov.mg
35. L'eau, l'assainissement, l'hygiène et la santé,
www.who.int/water_sanitation.../index.html
36. Eau, assainissement et hygiène. www.unicef.org/french/wash/index.html
37. Violence à domicile : www.who.int/mediacentre/.../fr/index.html, 2005
38. McRAM www.mcram.org
39. Les Afriques n°100 du 03/12 au 09/12 www.lesafriques.com/.../senegal-le-taux-de-
croissance-va-baisser-en-2009-selon-le.html ?...
40. http://www.worldbank.org/

xv
ANNEXE 1 : QUESTIONNAIRE MÉNAGE

UN Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism III

QUESTIONNAIRE MENAGE
Commune urbaine d’Antananarivo

Nom du fokontany : ________________________


/___/___/ Numéro de l’équipe : |__|

Numéro du ménage sélectionné (Lot) : _____________________________

Nom du Chef d’équipe : Nom enquêteur :


____________________________ __________________________

Début de l’interview : /___/___/ h /___/___/mn Date : /__/__/ /__/__/ (jour/ mois)

Consentement : Nous conduisons cette enquête sur la situation des ménages pendant cette crise
sociopolitique. Vous avez été sélectionné parmi les ménages à enquêter. L’interview durera environ
60 minutes. Toutes les informations collectées seront confidentielles. Vous êtes libre de participer
ou non à l’interview. Si vous acceptez, on peut commencer la séance maintenant.

xvi
SECTION A : DONNEES SOCIODEMOGRAPHIQUES
N° individu (Chef de ménage à
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
encercler)
A1. Prénom
A2. Sexe :
1. Masculin |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Féminin
A3. Age (indiquer en années
|__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
révolues)
A4. Lien de parenté avec le
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
chef de ménage
Code A4 : 1. Chef de ménage 2. Conjoint(e) 3. Enfant 4. Gendre ou Bru 5. Petit enfant 6. Mère ou Père 7. Autre parent 8. Non apparenté

A5. Quelle est votre activité


|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
principale ?

Code A5 : 1. Elève, Etudiant 2. Travailleur 3. Ne travaille pas 4. Retraité 5. Autres________________________

A6. Situation matrimoniale du 1 = Marie (e) légalement 2 = Marie (e) coutumièrement 3 = Union libre
|___|
chef de ménage 4= Divorcé(e) 5 = Veuf (ve) 6 = Célibataire

SOUS SECTION EDUCATION (certaines parties concernent les 6 à 18 ans et à vérifier avec bulletin scolaire)

A7. Avez-vous été à l’école ?


|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Oui 2. Non
A8. Quelle est la dernière
classe que vous avez suivie ?
|__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
(convertir en nombre d’années
d’études avec succès)
A9. Quel niveau ?
1. Préscolaire
2. Primaire 3. Collège
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
4. Lycée
5. Supérieur (Bac et +)
6. Autre (a préciser)________

xvi
A10. Vous êtes vous inscrit à
l’école pour l’année scolaire
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2008/2009
1. Oui 2. Non
A 11. Type d’école 2008/2009
1. Public
2. Privé
3. Education informelle
A12. Vous êtes vous inscrit à
l’école pour l’année scolaire
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2009/2010
1. Oui 2. Non
A 13. Type d’école 2009/2010
1. Public
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Privé
3. Education informelle
A14. Est-ce que vos enfants
ont été absents de l’école |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
depuis Janvier 2009 ?
A15. Quelle période (mois et nombre de jours) : JANV |__|__| FEV |__|__| MARS|__|__| AVR |__|__| MAI |__|__| JUIN |__|__| JUIL |__|__|
Sept |__|__| Oct |__|__| Nove|__|__|
Mettre 99 en cas d’oubli ou ne sait pas
A16. Avec la crise, la qualité
d’éducation a-t-elle changée ?
(à demander pour chaque
rubrique et encercler)
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. En mieux
2. Egal
3. Dégradé
9 NSP
A17. Quel problème majeur rencontrez-vous maintenant en termes d’accès à 1. Mangue d’argent pour payer les frais |___|
l’éducation pour vos enfants ? 2. Manque d’enseignants |___|
3. Manque d’uniforme, livres, cahiers... |___|
4. Insécurité |___|
5. Aucun problème |___|
6. Autre à préciser _______________ |___|

xvii
A.18 Avez-vous plus de difficultés à payer les frais (frais scolaire, matériels scolaires
1. Oui 2. Non |___|
….) pour aller à l’école dès le mois de Janvier 2009 ?

A 19. Si Oui, quelle en est la ou les causes ?


1. Crise politique
2. Perte d’emploi d’un parent |___|
3. Perte d’emploi des 2 parents
4. Impossibilité d’avoir du credit |___|
5. Trop de charges ménagères
Autres (à préciser)__________

A 20. Les frais de scolarité (au niveau des écoles FRAM, Frais d’inscription, écolage, …) ont-ils augmenté 1. Oui 2. Non |___|

A 21. Les frais liés à la scolarité au niveau des ménages (fourniture scolaire, etc…) ont-ils augmenté) 1. Oui 2. Non |___|

A.22 Est-ce que l’école a été endommagée pendant la crise ? 1. Oui 2. Non |___|

1. Oui 2. Non
A.23 Est-ce que vos enfants ont fait des examens cette année ? |___|
Si Non  A26
A.24 Préciser le nombre
|___|
1. CEPE
|___|
2. BEPC
|___|
3. BAC
|___|
4. Autres à préciser
A25. Combien ont réussi ?
1. CEPE
2. BEPC |___|
3. BAC
4. Autres à préciser

A.26. Est-ce que vos enfants ont reçu soutien psychosocial au niveau de l’école ? 1. Oui 2. Non 9. NSP |___|

A27. Si Oui, quel{s] type{s] de soutien psychosocial


Dessin |___| Jeux |___| Chants|___| Discours (Kabary) |___| Entretien/discussions|___| Autres |___|

xviii
SECTION B : SECURITE ALIMENTAIRE

B1. SOURCES DE REVENU


Veuillez remplir le tableau par B11. Depuis Janvier B12. Veuillez B13. Quel
activité, en utilisant les codes du 2009, quelles étaient les estimer la pourcentage de
revenu ci-dessous sources de revenu les contribution relative ce revenu total
plus importantes de de chaque source est dépensé
votre ménage ? (Utilisez au revenu total ( %) pour la
les codes ci-dessous) nourriture

a. Première source de revenu |__|__| |__|__|__| %

b. Deuxième source de
|__|__| |__|__| %
revenu |__|__|__| %

c. Troisième source de |__|__| |__|__| %


revenu ----------------
100 %
Est-ce que les sources de revenu ont
B14 1 = Oui 2 = Non |___|
changé depuis Septembre 2009 ?
er ème
Si Oui, Quelles étaient les sources de 1 2 3ème
B15
revenu depuis Septembre 2009 ? |__|__| |__|__| |__|__|
Est-ce que le niveau de revenu a changé
B16 1 = Oui 2 = Non |___|
depuis Septembre 2009 ?
Si OUI, à quel niveau ?
B17 1 = Le revenu est moindre |___|
2 = Le revenu est plus élevé
Code Source de revenu :
1 = vente de produits
8 =Emploi indépendant (taxi, 12 = Pension, indemnité
vivriers
carpenter, craft) gouvernemental
2 = Vente de culture de
9 = Commerçants (grossiste et 13 = Salarie du secteur prive
rente
importateur, etc.) 14 = Fonctionnaire
3 = Vente de bétails ou
10 = Petit commerçant : boutique, 15 = Envoi d’argent
produits animaux
marche, gargote, marchand 16 = Mendicité/Assistance
4 = Peche
ambulant, journalier, etc 17 = Autres (à préciser) :
5 = Travail agricole
11 = Emploi temporaire _________________
6 = Travail manuel qualifie
7 = Travail manuel non
qualifie

B2. DEPENSES

xvi
Avez-vous dépensé de Dépense estimée de Avez-vous dépensé de Dépense estimée
l’argent dans un de ces la semaine passée l’argent dans un de ces du mois passé
postes suivant pour la en Ariary postes suivant le mois (Octobre 2009) en
consommation familiale la dernier pour la Ariary
semaine dernière ? Si non, consommation familiale ?
écrire 0 et aller au poste Si non, écrire 0 et aller au
suivant) poste suivant)

Alcool, tabac et
B21 Riz - |___|___|___|___|___| B212 khat |___|___|___|___|___|

Savon et produits
Autres céréales
B22 |___|___|___|___|___| B213 d’hygiène |___|___|___|___|___|
(mais, orge) + pain

B23 Racines B214 Transport |___|___|___|___|___|


|___|___|___|___|___|
B24 Haricot et arachides |___|___|___|___|___| B215 Combustible |___|___|___|___|___|

B25 Fruits frais |___|___|___|___|___| B216 Eau |___|___|___|___|___|


Brèdes et autres
B26 |___|___|___|___|___| B217 Eclairage |___|___|___|___|___|
legumes
Viande, poisson,
B27 |___|___|___|___|___| B218 Logement/ loyer |___|___|___|___|___|
oeufs
B28 Huile |___|___|___|___|___|
B29 Sucre |___|___|___|___|___|
B210 Lait |___|___|___|___|___|
Aliments préparés
B211 |___|___|___|___|___|
extérieurement
1 = Pas de
En comparaison avec la situation en Septembre 2= 3=
B219 changement
2009, les dépenses alimentaires ont-elles changé ? Diminution Augmentation
Si 1 B3
B220. Si il a eu un changement, pourquoi ? (laissez citer et entourez la bonne réponse)
a) Insuffisance des revenus 1. Oui 2. Non |___|
b) Augmentation des prix au marché 1. Oui 2. Non |___|
c) Aliment non disponible 1. Oui 2. Non |___|
d) Diminution de la nourriture pour combler d’autres besoins 1. Oui 2. Non |___|
e) Autre (à préciser) : _____________________________________ 1. Oui 2. Non |___|

xvii
B3. CONSOMMATION ALIMENTAIRE

Quel a été le nombre de repas consommé par les enfants de


B31 |__|
plus de 12 ans et les adultes vivant dans le ménage hier ?
Nombre de repas
Combien de repas les enfants de 6 à 12 ans du ménage ont |__|__|
B32
consommé hier ? Nombre de repas
Durant les 7 derniers jours, combien de jour avez-vous consommé les aliments suivants ?
Quelle est la source de ses aliments ? Quelle est normalement la source ?
B33. Nombre de B34. Source B35. Source
jours principale habituelle
(0 à 7)
1. Riz |__| |__|__| |__|__|
2. Autres céréales (Maïs, sorgho, millet, blé/ pain,
|__| |__|__| |__|__|
etc.)
3. Racines : Manioc, patate douce, pomme de terre |__| |__|__| |__|__|

4. Haricots, pois |__| |__|__| |__|__|

5. Légumes et brèdes |__| |__|__| |__|__|

6. Fruits |__| |__|__| |__|__|


7. Viande (chèvres, bœuf, poulets, porc), poisson,
|__| |__|__| |__|__|
œufs
8. Huile, graisse, beurre |__| |__|__| |__|__|

9. Sucre |__| |__|__| |__|__|

10. Lait, yaourt, autres produits laitiers |__| |__|__| |__|__|

1 = propre production/ jardin 2 = vivre contre travail informel (VCT)

3 = emprunt 4 = dons d’amis/ de voisins


5 = achat dans magasin
6 = aide alimentaire
principal
Codes Source : 7 = achat dans échoppes sur la
8 = chasse/ pêche/ collecte
route
9 = crédit 10 = vol/ mendicité
11 = aliments déjà prépares et
12 = autres (à préciser) :_______________
achetés a l’extérieur
B36. Pour combien de temps disposez-vous actuellement de
stock de riz destiné à la consommation familiale ? (mettre 0 si |__|__| mois
moins de 1 mois et 99 si ne cultive pas)

B4. CHOCS ET STRATEGIE D’ADAPTATION


B41. Quels sont les événements négatifs qui ont B42. Quels sont les événements négatifs qui ont
affecté le ménage entre Janvier et Août 2009 ? affecté le ménage depuis Septembre 2009 ?
(Laissez citer et marquer) (Laissez citer et marquer)
1. Oui 2. Non 1. Oui 2. Non

xviii
a) Déficit hydrique pour les personnes |___| a) Déficit hydrique pour les personnes |___|
b) Maladies animales |___| b) Maladies animales |___|
c) Maladies des plantes |___| c) Maladies des plantes |___|
d) Prix élevés de la nourriture |___| d) Prix élevés de la nourriture |___|
e) Maladie temporaire/chronique du membre du e) Maladie temporaire/chronique du membre du
ménage |___| ménage |___|
f) Décès du membre du ménage |___| f) Décès du membre du ménage |___|
g) Vol de ressources/biens |___| g) Vol de ressources/biens |___|
h Perte d’emploi |___| h Perte d’emploi |___|
i) Diminution de revenu |___| i) Diminution de revenu |___|
j) Insécurité |___| j) Insécurité |___|
k) Diminution /pas d’accès à crédit |___| k) Diminution /pas d’accès à crédit |___|
l) Augmentation des dépenses |___| l) Augmentation des dépenses |___|
m) Dettes a rembourser |___| m) Dettes a rembourser |___|
n) Autre (a spécifie) :______________________ n) Autre (a spécifie) :______________________
B43. Au cours de derniers 30 jours (mois de Octobre 2009) combien de fois votre ménage a-t-il utilisé les
stratégies suivantes ?
1. Jamais 2. Rarement (1-3 jours/mois) 3. Parfois (1-2 jours /semaine)
4. Souvent (3-6 jours par semaine) 5. Chaque jour
SELECTIONNEZ UNE REPONSE PAR STRATEGIE
1 Manger la nourriture la moins chère |___|
2 Emprunter de la nourriture ou compter sur de amis / de la famille |___|
3 Diminuer le nombre de repas par jour |___|
4 Limiter la portion mangée à chaque repas |___|
Restreindre la consommation des adultes pour permettre aux jeunes enfants
5 |___|
de manger
6 Diminuer la diversité de la consommation |___|
7 Manger plus d’aliments de rue |___|
8 Manger le reste des autres |___|
9 Mendier pour manger |___|
Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location,
10 |___|
etc…)
11 Acheter à crédit ou s’endetter |___|
12 Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami |___|
13 Vendre les biens (radio, réfrigérateur, TV, bijoux, etc …) |___|
Vendre les biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette,
14 |___|
maison, terre, etc…)
15 Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école |___|
16 Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire |___|
Envoyer un membre de la famille ailleurs pour manger chez un autre membre
17 |___|
de la famille
18 Envoyer un membre de la famille ailleurs pour chercher du travail ailleurs |___|

Section C : RESEAU SOCIAL


C1 : Quand votre ménage est en difficulté (pas assez de nourriture ou d’argent) vers quels individus ou
groupes avez-vous recours pour demander de l’aide ? (cocher toutes les options qui fonctionnent avec
C1)
C2. Avez-vous des difficultés depuis le mois de Septembre 2009 ?
|___|
1. Oui 2. NonSection D
C3 : Qui vous a aidé ? (cocher toutes les options qui fonctionnent avec C3)
C1 C3 C1 C3
A. Famille proche/ parents G. Ceux du même lieu d’origine
B. Membre du voisinage H. Gouvernement
C. Mosquée/ église I. ONG, groupe de bienfaisance
D. Collègues de travail J. Amis

xix
E. Membre d’un groupe de
K. N’emprunte pas
femmes
F. Ceux du même groupe
L. Autres (citer)__________
ethnique
C4. Type d’aide : 1. Aide alimentaire 2. Aide non alimentaire |___|

SECTION D : AGRICULTURE
1. OUI
D1 Pratiquez-vous de l’agriculture ? 2. NON |__|
Si Non Section E
1. Riziculture
2. Culture vivrière autres
que riz |__|
D2 Si oui, lesquelles ? 3. Culture maraîchère ( |__|
4. culture de contre |__|
saison
5. Autres a préciser
1. < 100 m2
D3 Superficie cultivée ? 2.100-200 m2 |__|
3. >plus de 200 m2
1. Autoconsommation
2. Vente
D4 Destination des produits ? 3. Vente et |__|
autoconsommation
4. Autre à préciser
Jours Mois Année
Riziculture
Si destine à l’autoconsommation,
Culture vivrière autres que riz
D5 les produits couvrent les besoins
Culture maraîchère
pour combien de temps ?
Culture de contre saison
Autres
1. Riziculture
2. Culture vivrière autres
Si destiné à la vente, quels types
que le riz |__|
de culture sont les plus vendus au
D6 3. Culture maraîchère |__|
marché depuis le mois d’Août
4. Culture de contre |__|
2009 ?
saison
5. Autres a préciser
Avez-vous rencontré des
1. OUI
D7 problèmes durant cette saison |__|
2. NON
culturale ?
Si oui, quels genres de problèmes lies à la crise ? (à citer) :
D8
___________________________________

Pour la prochaine saison,


1. OUI
D9 compterez-vous toujours pratiquer |__|
2. NON
l’agriculture ?

SECTION E : EAU ET ASSAINISSEMENT

E1. SOURCE D’EAU

xx
Source améliorée
1. Branchement particulier
2. Borne fontaine
3. Puits avec pompe à motricité
humaine
Quelle est la principale source
Source non améliorée
E11 d’approvisionnement en eau de boisson |___|
4. Puits traditionnel
utilisée par le ménage ?
5. Source protégée
6. Source non protégée
7. Lac/rivière/ruisseau/…
8. Vendeur d’eau mobile
9. Autres (à préciser)
1. coupures momentanées
Quel problème majeur rencontrez-vous 2. tarissement (séchage)
maintenant dans la fourniture d’eau de 3. diminution de débit
E12 |___|
boisson depuis Janvier à Août 2009 ? 4. aucun problème
5. la queue devient plus longue
6. autre à préciser ____________

E13 Si la réponse est 5, demander les raisons __________________________________

1. coupures momentanées
Quel problème majeur rencontrez-vous 2. tarissement (séchage)
maintenant dans la fourniture d’eau de 3. diminution de débit
E14 |___|
boisson depuis Septembre 2009 ? 4. aucun problème
5. la queue devient plus longue
6. autre à préciser ____________

E15 Si la réponse est 5, demander les raisons __________________________________

Est-ce que l’eau que vous puisez est payante 1. Oui 2. Non
E16 |___|
? Si Non, passez à E2
1. Par seau (15 litres) |___|___|___|___|___| Ar

2. Par jour |___|___|___|___|___| Ar

3. Par semaine |___|___|___|___|___| Ar


Si oui, à combien ?
E17
(Unité du montant)
4. Par mois |___|___|___|___|___| Ar

5. Par litre |___|___|___|___|___| Ar

6. autres (à préciser) |___|___|___|___|___| Ar


Vous arrivez toujours à payer (comparé à ce
1. Oui 2. Non
E18 qu’il y a avant) la quantité dont vous avez |___|
Si Oui passez à E2
besoin ?
1. Achat de l’eau non prioritaire
par rapport au revenu du
ménage
E19 Si Non, quelle est la principale raison ? 2. Prix de l’eau trop élevée |___|
3. Non d’accord sur la pratique de
l’eau payante
4. Autres à préciser __________

xxi
Avez-vous plus de difficultés à payer l’eau
E110 que vous avez besoin entre le mois de 1. Oui 2. Non |___|
Janvier et Août 2009 ?

E111 Et depuis Septembre 2009 1. Oui 2. Non |___|

E2. UTILISATION DE L’EAU

L’eau puisée est-elle suffisante pour les


E21 besoins du ménage entre Janvier 2009 à 1. 1. Oui 2. Non |___|
Août 2009 ?
L’eau puisée est-elle suffisante pour les
E22 besoins du ménage depuis le mois de 2. 1. Oui 2. Non |___|
Septembre 2009 ?
1. Insuffisante pour les
Si l’eau est insuffisante, comment la besoins
E23 |___|
quantifier par rapport aux besoins 2. Très insuffisante pour
les besoins

E3. ASSAINISSEMENT

1. Oui 2. Non
E31 Utilisez-vous une latrine ? |___|
1. Dans un pot
E32 Si Non, où faites vous vos besoins ? 2. Dans la nature |___|
3. Autres à préciser __________
1. Partagés par un seul ménage
2. Partagés par plusieurs ménages
E33 Si Oui, quel est le mode d’utilisation ? |___|
3. Publics
4. Autres à préciser ________________
Est-ce vous payez pour l’utilisation des
E34 1. Oui 2. Non |___|
latrines ?
1. 30 Ar
2. 50 Ar
E35 Si oui combien ? |___|
3. 100 Ar
4. Autres (à préciser)

Combien de personnes dans le ménage |__|__| personnes |__|__|


E36
utilisent habituellement les latrines ? dont |__|__| femmes |__|__|

E37 Avez-vous une douche ? 1. Oui 2. Non |___|

E4. LAVAGE DES MAINS


E41 Utilisez-vous du savon pour vous laver les mains depuis le mois de Septembre 2009
?
1. ToujoursE43
2. 2 à 3 fois par jour |___|
3. Moins de 2 fois par jour
4. Jamais

E42 Pourquoi n’utiliser vous pas souvent de savon 1. Coutumes et us


pour vous laver les mains ? 2. Pas nécessaire
3. Pas d’argent
|___|
4. Par habitude
5. Autre à préciser : __________
E43 Avez-vous toujours du savon chez vous ? 1. Oui E45 2. Non |___|
E44 Si non, pourquoi ? |___|

xxii
1. Besoin non prioritaire pour le ménage
2. Pas d’argent pour l’achat du savon
3. Utilisation du savon jugée non nécessaire
4. Autres à préciser
E45 Est-ce que l’utilisation du savon (toute utilisation 1. Oui 2. NonSectionF
confondue) a diminué pour votre ménage |___|
depuis Septembre 2009
E46 Pourquoi l’utilisation de savon a diminué depuis 1. Revenu du ménage en
Septembre 2009 ? baisse
2. Augmentation du prix du
|___|
savon
3. Autres à préciser

SECTION F : PROTECTION DE L’ENFANT, VIOLENCE SUR LES ENFANTS


F1 Est-ce que vos enfants ont été confrontés à des 1. Oui 2. NonF3
problèmes de violence physique, psychologique |___|
ou sexuelle entre Janvier et Août 2009 ?
F2 Si oui, préciser 1. Abandon par un des parents ou
les deux |___|
2. Exploitation domestique |___|
3. Châtiment corporel fréquent |___|
4. Abus sexuel
5. agression verbale, insulte
6. Autres (à préciser)
________________
F3 Est-ce que vos enfants ont été confrontés à des 1. Oui 2. NonF5
problèmes de violence physique, psychologique |___|
ou sexuelle depuis Septembre 2009 ?
F4 Si Oui, préciser 1. Abandon par un des parents ou
les deux
2. Exploitation domestique |___|
3. Châtiment corporel fréquent |___|
4. Abus sexuel |___|
5. agression verbale, insulte
6. Autres (à préciser)____________
F5 Est-ce que dans votre ménage, y a-t-il des enfants 1. Oui 2. Non
(moins de 18 ans) qui sont partis travailler ailleurs Si NON passez à la section G |___|
?
F6 Pourquoi sont-ils partis ? 1. Maltraitance
2. Conflit avec la loi
|___|
3. Volonté de revoir ses parents
|___|
4. Nouveau travail
|___|
5 Autres ( à préciser )___________

SECTION G : HABITAT
G1. QUALITE DES SERVICES DE LA COMMUNE
G11. Depuis Septembre juin 2009, la qualité des services publics rendus par la Commune a-t-elle changée
? (à demander pour chaque rubrique)
1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP
a) Délivrance de permis de construction 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
b) Transports collectifs 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
c) Gestion des marchés 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
d) Entretien routier 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
e) Etat civil 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
f) Sécurité 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|

xxiii
g) Eau potable 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
h) Evacuation des eaux usées 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
i) Eaux pluviales 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
j) Ramassage des ordures 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
k) Eclairage public 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
l) Circulation routière 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
m) Bureau municipal d’hygiène 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
n) Cantines scolaires 1. En mieux 2. Egal 3. Dégradé 9 NSP |___|
o) Autres (à préciser) : ______________________ |___|
G2. FONCTIONNEMENT DU FOKONTANY
G21 Depuis Septembre 2009, comment votre 1. Moins bien qu’avant Septembre
fokontany fonctionne-t-il ? 2009
2. Comme avant Septembre 2009 |___|
3. Mieux qu’avant Septembre 2009
Si 2, 3, passez à la section H
G22 Si la réponse est moins bien qu’avant, quel est le disfonctionnement constaté
1. Actes de recensement (certificat de résidence, de vie, de prise en charge)
|___|
1. Oui 2. Non
|___|
2. Sécurité 1. Oui 2. Non
|___|
3. Autres à préciser ____________________________

SECTION H : ETAT DE DROIT, JUSTICE ET MEDIAS

H1. RECRUDESCENCE DE L’INSECURITE ET DE LA VIOLENCE EN MILIEU URBAIN

H11 Aviez-vous été victimes d’actes de violence, de 1. Moins qu’avant


vandalisme, de vol par des groupes identifiés 2. Le même qu’avant
|___|
et/ou des individus isolés entre Janvier et Août 3. Plus qu’avant
2009 ?
H12 Aviez-vous été victimes d’actes de violence, de 1. Moins qu’avant
vandalisme, de vol par des groupes identifiés 2. Le même qu’avant
|___|
et/ou des individus isolés depuis Septembre 2009 3. Plus qu’avant
?
H2. NOMBRE D’ACTES DE VIOLENCE PERPETRES

H21 Aviez-vous été victimes d’exactions perpétrées 1. Moins qu’avant


par des gens de votre communauté entre Janvier 2. Le même qu’avant |___|
et Août 2009 ? 3. Plus qu’avant
H22 Aviez-vous été victimes d’exactions perpétrées 1. Moins qu’avant
par des gens de votre communauté depuis 2. Le même qu’avant |___|
Septembre 2009 ? 3. Plus qu’avant
H23 Vous sentez-vous en sécurité depuis Septembre 1. Moins qu’avant
2009 ? 2. Le même qu’avant |___|
3. Plus qu’avant
H24 Est-ce qu’il y a des personnes dans votre famille 1. Oui 2. Non 9NSP
ou voisinage arrêtées par les forces de l’ordre Si NON et NSP H25
depuis Septembre 2009 (lié à la crise) ? |___|

H25 Si Oui, combien de temps après leur arrestation 1. 1. 48 heures


ont –elles été transférées au tribunal ? 2. 2. Plus de 48 heures
|___|
3. 3. Pas encore
4. 4.NSP

xxiv
H3. ROLE DES MEDIAS

H31 Est-ce que les medias vous ont incité à participer 1 Oui
aux violences politiques, aux pillages ou aux 2 Non
|___|
manifestations ?

H32 Selon vous, 1. Provocateur


A. Durant 2. Educateur |___|
B. Lors des négociations 3. Réconciliateur
les medias ont joué un rôle de : |___|

H33 Pour vous informer sur la situation et l’évolution 1. Radio


de la crise, sur quels medias vous vous êtes le 2. TV
plus branché(e) ? 3. Journaux
4. Internet |___|
5. Pas intéressé
6. Autres

SECTION I : SANTE ET PLANNING FAMILIAL


I1. MORTALITE BRUTE ET MORTALITE DES MOINS DE 5 ANS

I11 Nombre de membres arrivés dans le ménage après janvier 2009


|___|

I12 Nombre de membres ayant quitté le ménage après janvier 2009


|___|

I13 Nombre de naissance après janvier 2009


|___|

I14. Est-ce qu’un membre du ménage est I17. Est-ce qu’un membre du
décédé entre Janvier et Août 2009 ménage est décédé depuis
|___| |___|
1. Oui 2. Non Septembre 2009
1. Oui 2. Non
I15.Si Oui, combien de : I18. Si Oui, combien de :
1. moins de 5 ans |___| 1. moins de 5 ans |___|
2. 5 ans et plus |___| 2. 5 ans et plus |___|
I16. Cause de mortalité (à préciser et distinguer la cause
I19. Cause de mortalité (à préciser et
de chaque décès si plus d’un décès déclaré) : distinguer la cause de chaque décès si plus
______________________________ d’un décès déclaré) :
________________________________ _______________________________
_______________________________
I2. INCIDENCE DES MALADIES CHEZ LES ENFANTS DES MOINS DE 5 ANS ET CHEZ LES 5 ANS ET PLUS
I21 Combien de membres du ménage sont tombés malades dans la semaine précédant
l’enquête ? S’il n’y a pas de maladies Section I |___|

I22 Si oui, combien ? 1. moins de 5 ans |___|


2. 5 ans et plus |___|
I23 Cause de maladie (à préciser) et à préciser également au cas où il y a plus de 2 malades :
1. moins de 5 ans _______________________________
2. 5 ans et plus _______________________________

xxv
I24 Combien ont été emmené faire une consultation dans un centre de santé ou un
médecin |___|
1. moins de 5 ans _______________________________ |___|
2. 5 ans et plus _______________________________
I25 Pour ceux qui n’ont pas bénéficié d’une 1. Pas d’argent
consultation médicale, quelles sont les raisons 2. Pas le temps |___|
du non consultation : 3. Maladie jugée non grave
I3. VIH/SIDA et IST
I31 Connaissez-vous ou avez vous déjà entendu 1. Oui 2. Non
|___|
parler de VIH/SIDA
I32 Si Oui, d’après votre connaissance quels sont les 1. rapports sexuels non
|___|
moyens de transmission du VIH/SIDA ? protégés
|___|
Laisser citer et marquer 2. produits sanguins
|___|
infectés
3. transmission mère-enfant
I33 Comment est-ce qu’on peut alors réduire la 1. Fidélité à un seul |___|
transmission du VIH/SIDA partenaire qui n’a aucun
Laisser citer et marquer autre partenaire |___|
2. S’abstenir de rapports
sexuels à risque (avec |___|
prostituées,
3. Eviter rapport sexuel avec |___|
les personnes ayant
beaucoup de partenaires |___|
4. Eviter rapport sexuel avec
les personnes |___|
homosexuelles |___|
5. En se faisant piquer par
|___|
les moustiques
|___|
6. En utilisant le condom
|___|
chaque fois qu’on a des
|___|
rapports sexuels
7. Eviter rapport sexuel avec
une personne infectée
8. En partageant la
nourriture de quelqu’un
atteint de SIDA
9. Injections
10. Transfusion de sang
11. Partager rasoirs, lames
I34 Pensez-vous que quelqu’un apparemment en 1. Oui 2. Non
bonne santé peut être porteur d’un virus de SIDA |___|
?
I35 Le virus qui cause le SIDA peut-il être transmis
par la mère à l’enfant :
1. Durant la grossesse 1. Oui 2. Non |___|
2. Lors de l’accouchement 1. Oui 2. Non |___|
3. Lors de l’allaitement 1. Oui 2. Non |___|
I36 Utilisez-vous le préservatif masculin et féminin pour :
1. Prévenir la grossesse
2. IST/VIH |___|
3. Les deux à la fois
4. N’utilise pas
I4. VIOLENCE A DOMICILE

xxvi
I41 Quel type de violence faite couramment aux femmes, dans votre entourage, |___|
connaissez-vous ? |___|
Laissez citer spontanément ou citer : |___|
1. Violence conjugale |___|
2. Viols |___|
3. Kidnapping |___|
4. Prostitution forcée |___|
5. Grossesse forcée |___|
6. Harcèlement psychologique
7. Travail forcée
8. Esclavage
9. N’existe pas

SECTION J : NUTRITION
(pour les enfants de 6 à 59 mois)
Enfant 1 Enfant 2 Enfant 3
N°identification= N°identification= N°identification=
J.1. Date de
naissance |_____||_____| |________| |_____||_____| |________| |_____||_____| |________|
(j/mois/année)

J.2. Age en mois


|___||___| mois |___||___| mois |___||___| mois
J.3. Sexe
1. Garçon |___| |___| |___|
2. Fille
J.4. Mesure du
Périmètre brachial |___||___| , |___| cm |___||___| , |___| cm |___||___| , |___| cm
(PB) en OO, O cm

SECTION K : BESOINS PRIORITAIRES DES MENAGES

K1. Quels sont les besoins priorités des ménages (laisser les ménages citer et approfondir les réponses)
:
K11. Dans l’immédiat (numéroter) :

K12 A moyen terme (numéroter) :

K13 A long terme (numéroter) :

Fin de l’interview : /___/___/ h /___/___/mn

xxvii
ANNEXE 2 : MÉTHODE D’ÉVALUATION DE L’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE

La catégorisation des ménages selon le profil alimentaire prend en compte 3 indicateurs :


score de consommation, indicateur d’accès alimentaire et dépense alimentaire par tête.

Calcul de score de consommation

Le score est calculé à partir de la fréquence de consommation de chacun des groupes


d’aliments et d’un poids qui correspond à la densité des nutriments de chaque élément. A cet
effet, 8 groupes d’aliments ont été retenus : Céréales et Racines (poids 2), Haricot (poids 3),
Fruit (poids 1), Légumes (poids 1), Lait (poids 4), Sucre (poids 0,5), huile (poids 0,5), Viande
et poisson (poids 4).

où est la fréquence de consommation de l’aliment et est son poids.

À partir de cet indicateur, les ménages ont été classés suivant les profils : pauvre, limite,
acceptable et bon. Les seuils pour chaque classe sont respectivement 21, 35 et 45.

Calcul de l’Indicateur d’Accès Alimentaire :

La classification des ménages selon l’accès à l’alimentation a été faite à partir de 2


variables : la stabilité de source de revenu et la source des aliments dont le niveau des
dépenses alimentaires par tête dans chaque ménage et le niveau de stock de riz dont il
dispose pour leur propre consommation (pour les fokontany agricoles comme Zaivola).

Stabilité de source de revenu

Niveau de stabilité Source de revenu


Très stables - Commerçant (grossiste, importateur…)
- Pension, indemnité gouvernementale
- Salarié du secteur privé
- Fonctionnaire
Peu stables - Travail manuel qualifié
- Emploi indépendant
- Petit commerçant
Moins stables - Vente de produits vivriers
- Vente de bétails
- Pêche
- Travail agricole
- Travail manuel non qualifié
- Secteur informel
- Envoi d’argent
- Mendicité
- Autres

xxviii
Les ménages sont donc classés suivant ce tableau selon leur première activité (Classe 1),
puis, séparément, suivant leur seconde activité (Classe 2). Après les deux classements sont
confrontés et la classe de stabilité de source de revenu (Classe) est le plus élevé de ces
deux classement :

Classe = Sup (Classe1, Classe2)

Exemple : si un ménage est classé « moins stable » selon sa première activité, et si le même
ménage est classé « peu stable » suivant sa deuxième activité : sa classe finale est « peu
stable ».

Source des aliments

Seules les dépenses alimentaires (sauf pour Zaivola où on a aussi considéré le stock de riz
destinés à l’alimentation des ménages) ont été incluses dans la classification étant donné
que l’achat est la principale source des aliments en milieu urbain.

Dépenses alimentaires par tête

Les dépenses alimentaires des ménages ont été calculées pour le dernier mois. On a
ensuite sorti les seuils des quintiles de dépenses.

Lorsqu’on regarde ces seuils, on constate que les ménages du premier quintile sont ceux qui
n’achètent que l’équivalent d’un sac de riz par mois. Pour des ménages de taille moyenne
égale à 5 personnes, un sac de riz pendant un mois sans autre complément en nourriture
peut être classé comme « pauvre ». Le second quintile par ailleurs, sont ceux qui achètent
un peu plus qu’un sac de riz (ex : un peu de légumes et brèdes, ou un peu de
légumineuse…), d’où l’idée de les classer « pauvre ». De façon analogue, le troisième et le
quatrième quintiles ont été classés « moyen » et le dernier quintile « riche ».

On obtient ainsi un classement des ménages suivant leurs dépenses alimentaires. Ce


classement a été tout de suite combiné avec le premier classement des ménages selon la
stabilité de leur source de revenu comme suit :

Indicateur d’accès 1 :

Stabilité
Très stable Moyen Riche Riche
Peu stable Pauvre Moyen Riche
Moins stable Pauvre Pauvre Moyen
Dépense alimentaire Très pauvre et pauvre Moyen Riche

xxix
Stock de riz destiné à la propre consommation

Ce stock provient à la fois des champs dans la ville et des champs en dehors de la ville.
Selon la Méthode standard en EFSA, les stocks qui durent moins de 2 mois sont considérés
comme « pauvre », ceux qui durent entre 2 à 7 mois « moyen » et ceux qui durent plus de 6
moins « bon ».

Ce classement suivant le niveau de stock est combiné avec le classement ci-dessus et on


obtient le classement final des ménages suivant leur accès en nourriture :

Indicateur d’accès 2 :

Source de revenu
Pauvre Moyen Riche Riche
Moyen Pauvre Moyen Riche
Riche Pauvre Pauvre Moyen
Stock Pauvre Moyen Bon

Au final, la catégorisation des ménages résulte du croisement de leur profil et de leur


indicateur d’accès :

Avec considération du stock (pour Zaivola)

Indicateur d’accès 2
Pauvre IAM SA SA
Moyen IAS IAM SA
Riche IAS IAS IAM
Profil Pauvre Moyen Bon

Sans considération du stock (pour Les autres fonkotany)

Indicateur d’accès 1
Pauvre IAM SA SA
Moyen IAS IAM SA
Riche IAS IAS IAM
Profil Pauvre Moyen Bon

xxx