Vous êtes sur la page 1sur 6

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/316348647

Delisle, Jean (2013) : La traduction raisonnée : manuel d’initiation à la traduction


professionnelle de l’anglais vers le français. 3 édition. Ottawa : Les Presses de
l’Université...

Article  in  Meta · January 2016


DOI: 10.7202/1039230ar

CITATIONS READS

0 1,040

1 author:

Kornebari Baritore Kumbe


Université de Montréal
4 PUBLICATIONS   0 CITATIONS   

SEE PROFILE

All content following this page was uploaded by Kornebari Baritore Kumbe on 01 May 2017.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Document généré le 1 mai 2017 08:30

Meta Meta

Delisle, Jean (2013) : La traduction raisonnée : manuel


d’initiation à la traduction professionnelle de l’anglais
vers le français. 3e édition. Ottawa : Les Presses de
l’Université d’Ottawa, 716 p.
Kornebari B. Kumbe

Volume 61, numéro 3, Décembre 2016

21
92 Aller au sommaire du numéro

Éditeur(s)

Les Presses de l’Université de Montréal

ISSN 0026-0452 (imprimé)


1492-1421 (numérique)

21
92 Découvrir la revue

Citer cet article

Kornebari B. Kumbe "Delisle, Jean (2013) : La traduction


raisonnée : manuel d’initiation à la traduction professionnelle de
l’anglais vers le français. 3e édition. Ottawa : Les Presses de
l’Université d’Ottawa, 716 p.." Meta 613 (2016): 734–737.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services
Tous droits réservés © Les Presses de l’Université de d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous
Montréal, 2016 pouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-
dutilisation/]

Cet article est diffusé et préservé par Érudit.


Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université de
Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la
promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org
734 Meta, LXI, 3, 2016

The authors of this collection are primarily All in all, this is a major contribution to
art historians, most of whom have experience in translation studies in general. The continuing
translating, either directly or through editorial convergence of the history of art, diachronic termi-
activity, rather than translators who happen to nology and translation studies, as illustrated here,
be interested in the history of architecture. It is would be of great benefit to all concerned.
heartening to discover that so many art historians
John Humbley
are active in this field, thereby enriching trans- Université Sorbonne Paris Cité, Paris, France
lation studies. The linguist may feel on foreign
territory here, as the conventions of this book are REFERENCES
presumably those of art history, which the linguist
Jakobson, Roman (1959/2012): On Linguistic
may feel difficult to follow. There is no general
Aspects of Translation. In: Laurence Venuti,
bibliography and no bibliography at the end of
ed. The Translation Studies Reader. London/
the various chapters. References are incorporated New York: Routledge.
into footnotes at the end of each chapter, and Ladmiral, Jean-René (2014): Sourcier ou cibliste.
sometimes rather sparingly at that: Francesco Paris: Les Belles Lettres.
Rico, mentioned on page 29 as the author of Le Peiffer, Jeanne (1996): La création d’une langue
rêve de l’humanisme, is found at the end of note mathématique allemande par Albrecht Dürer.
2. These notes are not always provided with the Les raisons de sa non réception. In: Roger
reader in mind – for example page 87 the German Chartier and Pietro Corsi, eds. Sciences et
translation of Bourdieu is indicated, whereas the langues en Europe. Paris: Centre Alexandre
French readership would be more familiar with the Koyré, 79‑93.
original. Some fluctuations may also be observed
in the terminology: calque p 111 is not as used in
linguistics or translation studies (statue rendered Delisle, Jean (2013) : La traduction raisonnée :
as statue, putra for poutre…), though this in no way manuel d’initiation à la traduction profession-
hinders the understanding. nelle de l’anglais vers le français. 3e édition.
Those interested in specialised translation in Ottawa : Les Presses de l’Université d’Ottawa,
general – rather than the translation of architec- 716 p.
ture in particular – will find much of interest, in
particular the very different roles that translation La parution en 1980 du premier livre de Jean
plays from direct acknowledged translation to Delisle, L’analyse du discours comme méthode de
writing inspired by a work written in another traduction1 et Livre du maître, marque un moment
language. Many articles in this volume provide charnière pour l’enseignement de la traduction.
a salutary reminder of how important semiotic Car, l’ouvrage, ancré dans la théorie interpré-
systems other than natural language play in spe- tative de l’École Supérieure d’Interprètes et de
cialised communication, and the intricate interplay Traducteurs (ÉSIT), représente un point de départ
of text, image and other codes which the translator vers le développement de méthodologies autres
or adapter has to deal with. que la méthode dite de la performance magistrale
Those interested in terminology, in particular (Ladmiral 1979 : 73). Delisle, tout en reconnaissant
in its diachronic form, will also find much of les apports de la Stylistique comparée du français
interest, as many of the studies include references, et de l’anglais : méthode de traduction de Jean-Paul
usually made in passing, to the terminographical Vinay et Jean Darbelnet (1958), lance des critiques
activities of both the architects of the original texts contre l’approche comparative en insistant sur le
and their translators. There are several apprecia- fait que « traduire n’est pas comparer » (Delisle
tions made of terminology, generally to the effect 1980 : 94). En même temps, Delisle se démarque
that the technical terminology often poses no dans cet ouvrage comme le premier traductologue
particular problem, unlike the transposition of à proposer une approche de l’enseignement fondée
more general, culturally determined terms. Many sur une théorie reconnue de l’apprentissage : le
terminologists today would argue that this is also behaviorisme. L’idée d’objectif d’apprentissage
part of terminology work. Several papers focus on proposée par Delisle compte parmi les principales
how translation has helped to shape the terminol- applications du behaviorisme dans les salles de
ogy of architecture, in the coining of new terms. classe. Les trois éditions de La traduction raison-
One of the most frequently voiced frustrations née : manuel d’initiation à la traduction profession-
in these chapters was the lack of space in this col- nelle de l’anglais vers le français de Delisle (1993,
lection to delve into the research in more detail and 2003 et 2013) reprennent la partie appliquée de
more systematically, suggesting that these wide- son approche et délaissent la partie théorique telle
ranging research efforts are in fact skimming the qu’elle est proposée par l’auteur dans son ouvrage
surface of what is still largely uncharted territory. de 1980.

01.Meta 61.3.final.indd 734 2017-03-01 10:11 PM


comptes rendus 735

Il est donc à la fois curieux et intéressant de matières et comporte une page de remerciements,
constater le changement de perspective lorsque une introduction, neuf objectifs généraux sous-
Delisle affirme dans les trois éditions de La tra- divisés en objectifs spécifiques, un glossaire et
duction raisonnée (1993 : 14 ; 2003 : 16 ; 2013 : 18) une bibliographie. Le livre se termine avec deux
qu’« en pédagogie, les démarches comparative et annexes : la liste des textes d’exercices et les notices
interprétative sont complémentaires », même si bibliographiques des collaborateurs.
l’auteur estime que son livre est conçu « comme L’objectif de la troisième édition reste le même
une réflexion sur la démarche cognitive du tra- que les deux précédentes : l’ouvrage, dont la visée
ducteur » (Delisle 1993 : 13). L’ouvrage est donc est pratique, propose une méthode d’initiation à la
axé sur la Théorie interprétative de la traduction traduction professionnelle des textes pragmatiques
(TIT) de Seleskovitch et Lederer de l’ÉSIT et la du français vers l’anglais. Delisle préconise tou-
Stylistique comparée des deux comparatistes Vinay jours une conception des manuels de traduction en
et Darbelnet (SCFA). Delisle (2013 : 17) déclare visant une paire de langues précise afin de mettre
que c’est pour rendre hommage au comparatiste en valeur un enseignement plus ciblé (voir Delisle
Darbelnet qu’il lui a emprunté le titre La traduction 1980 : 21-34). Augmenté d’un objectif général
raisonnée : Darbelnet avait publié un article sous le (outils technologiques) : neuf contre huit dans les
même titre dans la revue Meta en 1969. Dès lors, deux premières éditions et, comptant soixante-
on s’interroge sur le changement de perspective de quinze objectifs spécifiques : cinquante-six pour
l’auteur. Est-ce que Delisle, après plusieurs années la première édition et soixante-huit pour la deu-
d’enseignement de la traduction à l’université a xième, sur le plan pédagogique le manuel reste
constaté la problématique décrite par Vinay (1957 : fondé sur l’approche d’apprentissage par objectifs.
143) comme « chevauchement de disciplines », à Tous les objectifs spécifiques sont présentés de
savoir l’enseignement des langues étrangères et manière identique : chacun commence par un
l’enseignement de la traduction professionnelle ? exposé sur la notion ou le problème de traduction
Il convient de noter que dans le contexte canadien, en question, suivi des suggestions de lecture, des
où Delisle a passé tant d’années comme profes- exercices d’application et, dans la majorité des cas,
seur, les programmes de traduction profession- des textes à traduire. Dans cette recension, nous
nelle commencent au premier cycle où les élèves présenterons seulement les nouveaux objectifs
éprouvent encore le besoin de perfectionnement spécifiques de manière précise compte tenu du
des connaissances linguistiques. Contrairement à fait que les autres ont paru dans les éditions précé-
d’autres pays, comme en France (particulièrement dentes. Toutefois, les neuf objectifs généraux seront
à l’ÉSIT), où les élèves entrent à l’école de traduc- commentés en soulignant l’ensemble des idées qui
tion au deuxième cycle avec la maitrise des langues y sont développées.
de travail comme l’une des conditions d’admission. L’objectif général I, « Métalangage de la tra-
Depuis la publication en 1993 de la première duction » comporte le premier objectif spécifique
édition de La traduction raisonnée, Delisle n’a intitulé « Assimilation des notions du glossaire ».
cessé de réviser son ouvrage didactique destiné aux Delisle propose des exercices d’application sur les
étudiants comme aux professeurs de traduction : 250 notions en traduction professionnelle dans
la deuxième édition a été publiée en 2003 et la le glossaire. Ces activités reliées à l’acquisition
troisième en 2013. Par ailleurs, Delisle compte à du métalangage en traduction mises au début de
son actif une longue liste de publications, notam- l’ouvrage s’avèrent propices à l’appréhension des
ment sur la pédagogie de traduction mais aussi idées qui y sont traitées. L’objectif général II, consa-
sur l’histoire de la traduction. Contrairement cré à la « documentation de base du traducteur »,
aux deux éditions précédentes dont seul Delisle oriente le traducteur professionnel sur les sources
est l’auteur, la troisième édition de La traduction documentaires, d’où la pertinence des quatre
raisonnée a un coauteur en la personne de Marco objectifs spécifiques examinés. Dans l’OS 5 intitulé
Fiola dont les contributions sont détaillées dans la « Évaluation des ressources documentaires », Aline
page de remerciements. D’autres collaborateurs ont Francœur énumère les facteurs relatifs à la fiabilité
également rédigé les nouveaux objectifs : Georges des ressources documentaires, à savoir l’auteur,
L. Bastin – Autorévision (OS 11), Georges Farid la maison d’édition ou l’organisme diffuseur, la
– Nouvelle orthographe (OS 27), Aline Francœur provenance géographique, entre autres.
– Évaluation des ressources documentaires (OS L’objectif général III se concentre sur la
5), André Guyon – Ressources de la bureautique « Méthode de travail » du traducteur et se divise en
(OS 14), Charles Le Blanc – Travail en équipe sept objectifs spécifiques. Dans l’OS 11, « Travail en
(OS 11), Elizabeth Marshman – Traductique (OS équipe », Charles Le Blanc souligne la complémen-
13) et Noëlle Guilloton qui a mis à jour l’OS 26 tarité des membres d’une équipe de traducteurs
intitulé « Traduction non sexiste, rédaction épi- (traducteur-terminologue, traducteur spécialisé
cène ». L’ouvrage commence par une table des et traducteur-réviseur). Dans l’OS 12, Georges L.

01.Meta 61.3.final.indd 735 2017-03-01 10:11 PM


736 Meta, LXI, 3, 2016

Bastin décrit l’autorévision comme une étape sine sémantique plus étendue que leurs quasi-équiva-
qua non dans le processus de traduction dont le lents français. C’est le cas de certaines expressions
but est l’assurance de qualité comme preuve de et mots anglais tels que « additional », « agressive »,
professionnalisme. « approach », « background », « cancel », etc. analysés
L’objectif général IV examine les « Outils dans l’OS 29. Les objectifs spécifiques 30 à 42
technologiques » liés à la traduction. Dans l’OS portent sur la problématique liée à la polyvalence
13, « Traductique », Elizabeth Marshman expose des expressions et mots anglais comme « avai-
la rentabilité ainsi que les limites de divers logi- lable », « challenge », « control », etc. Les objectifs
ciels de traduction regroupés en deux grandes 43 à 47 traitent des notions telles que la caracté-
catégories : la traduction automatique (TA) et la risation, le sens propre et le sens figuré, les mots
traduction assistée par ordinateur (TOA). André français dans le texte de départ (texte anglais), le
Guyon, l’auteur de l’OS 14, « Ressources de la déictique this et les anglicismes de fréquence.
bureautique », souligne les fonctions de certaines Centré sur « les difficultés d’ordre syntaxi­que »,
applications bureautiques souvent sous-exploitées l’objectif général VIII est composé de 15 objectifs
par le traducteur : le dictionnaire de synonymes, spécifiques (48 à 62) portant sur diverses formes de
les correcticiels, l’affichage divisé, les signets, etc. maniement linguistique : « comparatifs elliptiques »,
L’objectif général V, centré sur le « Proces- « structures ordinales », « disjonctions exclu-
sus de la traduction », est divisé en neuf objectifs sives », « déterminants juxtaposés », « structures
spécifiques (OS 16 à OS 24). Delisle clarifie des résultatives », « verbes de progression », « verbes
concepts clés définissant une démarche raisonnée d’aboutissement », entre autres. En se basant sur la
du traducteur. Il met en lumière trois concepts linguistique différentielle, Delisle souligne que le
(« report », « remémoration » et « création discur- caractère des langues rend le plus souvent impos-
sive ») liés au processus cognitif de la traduction. sible une traduction littérale.
Il présente également d’autres concepts tels que Dans l’objectif général IX, l’auteur considère
« l’économie », « l’étoffement », les « correspon- les difficultés d’ordre stylistique traitant princi-
dances » vs les « équivalences » et les « compléments palement la question de l’éloquence. Il présente
cognitifs ». Delisle soulève l’éternel débat entre la treize objectifs spécifiques associés à cinq aspects
servitude aux mots et la traduction idiomatique de rédaction : 1) aspects stylistiques interlinguis-
ou esthétique, et argumente plutôt qu’« il faut tra- tiques : concision, élimination des relatives et
duire intelligemment en fonction d’une foule de des répétitions, dépersonnalisation du message ;
paramètres » (p. 232). En outre, l’auteur décrit la 2) aspects d’ordre rhétorique : allusions, anaphores,
« créativité du traducteur » comme la créativité auxiliaires modaux, fausses questions, métaphores ;
de réexpression et, affirme la traduisibilité de 3) cohérence textuelle : coordination, juxtaposition,
l’humour malgré les difficultés qui y sont associées. articulation, subordination, réseaux lexicaux ;
Si les objectifs généraux précédents traitent 4) renforcement de caractère idiomatique de la
principalement de la démarche cognitive du tra- langue d’arrivée : locutions, clichés, idiotismes ;
ducteur, ceux qui suivent abordent des questions 5) questions liées aux textes mal écrits.
d’ordre rédactionnel, linguistique et stylistique. L’ouvrage de Delisle offre une méthode de
L’objectif général VI porte sur les « règles d’écri- formation des traducteurs axée sur la pratique.
ture » et comporte quatre objectifs spécifiques. L’auteur ainsi que ses collaborateurs touchent aux
Noëlle Guilloton, dans l’OS 26 intitulé « Tra- questions portant sur la démarche raisonnée du
duction non sexiste, Rédaction épicène », parle traducteur, mais aussi sur les différences linguis-
de la féminisation lexicale et syntaxique et, de tiques et stylistiques. L’intégration de ces connais-
l’épicénisation dans la traduction des documents sances dans une formation met en garde le futur
administratifs, surtout dans le contexte canadien. traducteur contre les pièges de la traduction et, si
Dans l’OS 27, « Nouvelle orthographe », Georges l’apprentissage a lieu, lui évitera des tâtonnements
Farid présente un bref historique et l’évolution de inutiles. En plus, fondé sur la TIT et la SCFA,
l’orthographe française. Delisle examine, dans l’OS le manuel revendique son caractère didactique
28, la controverse autour des « Notes du traduc- et constitue un bon guide pour traducteurs en
teur » (N.d.T.), précise leur utilité ainsi que leurs devenir ainsi qu’un ouvrage de référence pour
inconvénients et dresse aussi une typologie des le traducteur dans sa pratique professionnelle.
notes du traducteur. L’ouvrage constitue ainsi une base pour le dévelop-
L’objectif général VII, qui contient 19 OS, pement de matériels didactiques pour la formation
est consacré aux difficultés d’ordre lexical. En des traducteurs professionnels car il met bien en
s’appuyant sur la linguistique différentielle, Delisle évidence l’ensemble des connaissances requises
analyse les difficultés qui nuisent de manière sub- du traducteur.
tile à la précision des notions en traduction. Ces Il est à remarquer qu’on peut adapter les sujets
difficultés relèvent de certains mots ayant une aire abordés dans le manuel à d’autres combinaisons de

01.Meta 61.3.final.indd 736 2017-03-01 10:11 PM


comptes rendus 737

langues bien que certains contenus soient propres Ladmiral, Jean-René (1979) : Traduire : théorèmes
au contexte canadien. Par ailleurs, on s’interro- pour la traduction. Paris : Payot.
gera sur le rapprochement épistémologique de Lederer, Marianne (2002) : É.S.I.T. : une offre de
l’approche interprétative et de l’approche compa- formation diversifiée : la recherche à l’ÉSIT.
rative dans le même manuel, vu que les tenants de Traduire. 192 :28-30.
l’approche interprétative résistent à l’introduction Vinay, Jean-Paul (1957) : Peut-on enseigner la tra-
duction ? Ou Naissance de la Stylistique com-
du comparatisme dans le programme de traduction
parée. Journal des traducteurs, 2(4):141-151.
professionnelle (voir Lederer 2002 : 30 ; voir aussi
Vinay, Jean-Paul et Darbelnet, Jean (1958/1966) :
Israël 2005 : 71-72). Par exemple, est-il vraiment Stylistique comparée du français et de l’anglais :
nécessaire d’inclure l’objectif général portant méthode de traduction. Paris : Dédier.
sur les difficultés d’ordre lexical dans le présent
manuel ? Le contraste entre les sujets abordés dans
les six premiers objectifs généraux et les trois
Gallego Hernández, Daniel, ed. (2014): Tra­
derniers donne le sentiment d’avoir deux livres en
un. Si les deux approches sont complémentaires,
duc­ción económica: entre profesión, formación y
comme Delisle l’affirme (p. 18), il semble que l’ap- recursos documentales. Vertere: Mono­gráficos
proche comparative devrait précéder l’approche de la Revista Hermēneus 16. Soria: Diputación
interprétative, et devrait intervenir uniquement Provincial de Soria, 223 p.
pour des raisons de perfectionnement linguis-
tique. D’où la nécessité de présenter les objectifs El interés exponencial que está despertando la
en séries ; ainsi, on pourrait consacrer le premier traducción económica en la última década se está
volume de la série aux débutants qui éprouveraient viendo ref lejado en iniciativas dispares como
encore le besoin du perfectionnement linguistique. congresos, talleres o monografías, en los que
Néanmoins, l’ouvrage de Delisle se traduit dans queda manifiesta la preocupación por definir y
un matériel didactique inégalable, témoignant des delimitar de manera más apropiada esta espe-
travaux d’un auteur assidu et voué à l’enseignement cialidad, estableciendo un vínculo mayor y más
de la traduction professionnelle. eficaz con el mundo profesional. En esta línea,
el libro Traducción económica: entre profesión,
Kornebari B. Kumbe formación y recursos documentales, editado por
Université de Montréal, Montréal, Canada
Daniel Gallego, profesor de la Universidad de
Alicante, y publicado como número monográfico
NOTE
de la revista Hermēneus es, sin duda, una acertada
1. L’analyse du discours comme méthode de traduc­ aportación al estudio de la traducción económica.
tion a été traduite en anglais, chinois, espagnol, En él se recogen diez artículos que avanzan en
persan et turc (Delisle 2013 : 4). la aproximación a esta especialidad desde tres
ámbitos: profesional, formativo e investigador.
RÉFÉRENCES
Un primer mérito del libro –y por tanto, un
Darbelnet, Jean (1969) : La traduction raisonnée. atractivo del mismo– es que hace coincidir en sus
Meta. 14(3):135-140. páginas a profesionales y formadores en un intento
Delisle, Jean (1980) : L’analyse du discours comme de mejorar la calidad de la docencia y, por ende,
méthode de traduction : initiation à la traduc-
el trabajo de los futuros traductores. El libro se
tion française de textes pragmatiques anglais.
inicia con artículos testimoniales escritos desde
Ottawa : Éditions de l’Université d’Ottawa.
Delisle, Jean (1992) : Les manuels de traduction : el ámbito de la traducción económica para dar
essai de classification. TTR. 5(1):17-47. paso seguidamente a un enfoque más académico
Delisle, Jean (1993) : La traduction raisonnée : sobre la formación en esta especialidad, sin dejar
manuel d’initiation à la traduction profession- de lado propuestas más teóricas, que constituyen
nelle de l’anglais vers le français. Ottawa : igualmente un pilar importante de la misma. La
Presses de l’Université d’Ottawa. defensa que subyace tras este trinomio es la urgen-
Delisle, Jean (2003) : La traduction raisonnée : cia por vincular los tres ámbitos –profesional,
manuel d’initiation à la traduction profession- formativo e investigador– con el objetivo de que la
nelle de l’anglais vers le français. Ottawa : observación del mundo profesional y la reflexión
Presses de l’Université d’Ottawa. que se pueda hacer desde él y sobre él motiven una
Israël, Fortunato (2005) : Principes pour une péda- docencia y una investigación más empíricas y de
gogie raisonnée de la traduction : le modèle aplicación más inmediata. Por tanto, las páginas
interprétatif. In : Fortunato Israël et Mari-
de este libro serán de provecho para todo aquel
anne Lederer, dir. La théorie interprétative de
la traduction. Tome 1. Paris/Caen : lettres
con un interés en la traducción económica, ya sea
modernes minard 67-88. como estudiante, traductor en ciernes, traductor
experimentado o docente.

01.Meta 61.3.final.indd
View publication stats 737 2017-03-01 10:11 PM