Vous êtes sur la page 1sur 11

Table des matières

Introduction .............................................................................................................................. 2
Qu’est-ce qu’un contrat de transport .................................................................................. 2
Qu’est-ce qu’un connaissement ........................................................................................... 2
Loi applicable ........................................................................................................................ 3
Lueur d’apparition........................................................................................................ 3
Section1 : Formation du contrat de transport ................................................................. 3
I. Le connaissement .................................................................................................... 3
4. Le rôle du connaissement ......................................................................................... 4
5. Le contenu du connaissement .......................................................................................... 5
Section 2 : l’exécution du contrat de transport ..................................................................... 6
1. La limitation de responsabilité ................................................................................... 8
2.L’exercice de l’action ......................................................................................................... 9
Conclusion ............................................................................................................................... 11
Introduction
Le développement des échanges internationaux, liées à la mondialisation de
l’économie, entraine un accroissement continu du volume de produit transporté par la
voie maritime.

L’instrument juridique idéal pour cette opération c’est le contrat de


transport maritimedéfinit comme un contrat conclut entre le chargeur et le
transporteur, et par lequel ce dernier s’engage à livrer une marchandise d‘un port à
l’autre.

Ce contrat est matérialisé par un document appelé connaissement, ce document


est défini par les dispositions de l’article 209 du DCCM du 31 Mars 1919« Le
connaissement est une reconnaissance écrite des marchandises reçues par le capitaine'
».

Qu’est-ce qu’un contrat de transport


Le contrat de transport : C’est la convention par laquelle une personne dénommée
chargeur remet à un transporteur une certaine quantité de marchandises qui
moyennant le paiement d’un fret, doit être délivrée au réceptionnaire au lieu de
destination prévu par le contrat.

Qu’est-ce qu’un connaissement


"Le terme connaissement" désigne un document faisant preuve d'un contrat de
transport par mer et constatant la prise en charge ou la mise à bord des marchandises
par le transporteur ainsi que l'engagement de celui-ci de délivrer la marchandise
contre remise de ce document.

Le connaissement ou "bill of lading, B/L, est un document délivré par un


armateur, attestant de la réception des marchandises à bord du navire. Il est à la fois
un "reçu" de la marchandise, un titre représentatif de la marchandise qui s'y trouve
décrite et un titre faisant preuve du contrat de transport maritime.

Structure

C'est un document standardisé comportant au recto les conditions générales du


contrat et au verso, les conditions particulières, matérialisées par une série de cases à
remplir compte tenu du transport à effectuer.
Loi applicable
Dahir portant code de commerce maritime Marocain « D.C.C.M 31 Mars 1919
», livre III, titre I, les articles : de 206 à 290.
Projet de code de commerce maritime version 2007, Livre II, Titre II, les
articles : de 213 à 260.
L’exploitation commerciale des navires est également régie par le Droit
international, ainsi la convention de Bruxelles de 1924, la loi française de
1966, les règles de Hambourg de 1978 et les Règles de Rotterdam 2010.
Le dahir des obligations et contrats -D.O.C- de 1913

Lueur d’apparition
L’utilisation du connaissement est très ancienne. Elle remonte au moyen âge.
C’est dans les deux grandes législations – méditerranéennes – de cette époque qu’on
trouve ses lueurs d’apparitions, à savoir dans « Le Conselto d’el Mare » et dans « Les
Rôles d’Oléron ».

C’est dans les deux grandes législations – méditerranéennes de cette époque qu’on
trouve ses lueurs d’apparitions, à savoir dans « Le Conselto d’el Mare » et dans « Les
Rôles d’Oléron »

Section1 : Formation du contrat de transport

I. Le connaissement
3 .La preuve du contrat « le connaissement ».

« Article 18 Modifié par Loi n°86-1292 du 23 décembre 1986 art. 1 (JORF 24 décembre
1986) »

La preuve du contrat de transport maritime est libre, mais en pratique elle sera
facilitée par le fait qu’un connaissement aura été émis.

Sur demande du chargeur, le transporteur est tenu de lui délivrer un connaissement


par lequel le transporteur s’engage à acheminer une marchandise d’un port à l’autre.

Ce document vaut présomption, sauf preuve contraire, de la réception par le


transporteur des marchandises, telles qu’elles y sont décrites. Toutefois, la preuve
contraire n'est pas admise lorsque le connaissement a été transféré à un tiers de bonne
foi.

 Forme du connaissement.

Le connaissement peut revêtir trois formes :

 Le connaissement nominatif, non négociable : Il n’est pas transmissible


par endossement, seule La personne désigné par le recto du BL! Pourra
prendre livraison de la marchandise.
 Le connaissement non négociable :
Connaissement à ordre : Établir à l’ordre D’une Personne et transmissible
par simple endossement le dernier endossataire est l’ayant droit à la
marchandise. LeBL au porteur : Aucun nom ou clause particulière,
transmission de la main à la main.

Le connaissement mentionne les marques, le nombre de colis ou objets, la


quantité, la qualité, le poids des marchandises d’après les indications données par
le chargeur ainsi que l’état du conditionnement apparent des marchandises.

Le connaissement est généralement établi en quatre exemplaires :

➢ Un exemplaire dit –« Connaissement Chef » est conserve par le capitaine.

➢ Un autre exemplaire revient à l’armateur.

➢ Les deux autres sont remis au chargeur. Par duplication du connaissement,

• D’autres documents peuvent être établis en même temps :

✓ Avis d’arrivée. ✓ Bon à délivrer. ✓ Une ou plusieurs copies non négociables.

4. Le rôle du connaissement

Le connaissement est le document de transport maritime le plus fréquemment utilisé. Il


assume aujourd’hui un triple rôle de preuve : preuve des termes du contrat de transport, de la
réception de la marchandise par le transporteur et de l’état de la marchandise au moment de
l’embarquement. La caractéristique essentielle du connaissement réside dans sa fonction de
titre représentatif de la marchandise qui conditionne sa négociabilité. Il est exigé à l’arrivée
pour le retrait de la marchandise.

• Reçu de marchandises

C’est un document dans lequel le transporteur ou son représentant reconnaît avoir reçu la
marchandise qui y est décrite, en vue de son transport maritime

En pratique, c’est souvent le chargeur qui rédige le document. Une fois les marchandises
embarquées, il le soumet au transporteur qui le signe et atteste ainsi de la réception des
marchandises à bord. Les marchandises doivent y être décrites avec précision (article 3.3 a, b,
convention de 1924).

Quand le connaissement est émis dès réception de la marchandise par le transporteur, et


avant même que les opérations n’aient commencé, il est désigné sous l’appellation
« connaissement reçu pour embarquement ». Il sera transformé en « connaissement embarqué
» lorsque la marchandise aura été effectivement mise à bord. Seules les mentions «
embarqué », « à bord » ou « shipped on board » indiquent que le connaissement a été délivré
alors que la marchandise se trouve à bord. C’est celui qui sera requis en matière de crédit
documentaire.

• Preuve écrite du contrat de transport

La 2ème fonction du connaissement est en effet celle d’un titre faisant preuve du contrat
de transport et définissant les obligations du transporteur.

C’est dans ce domaine que la différence entre les deux contrats « charte-partie » et
connaissement est la plus importante car le régime juridique applicable n’est pas le même.
Liberté contractuelle entre fréteur et affréteur pour l’un, dispositions impératives de la
Convention de Bruxelles et de ses protocoles 1968 et 1979 applicables pour l’autre.

• Titre représentatif de la marchandise

C’est un document qui représente la marchandise, et les droits qui lui sont attachés Il
donne droit à la marchandise vendre le connaissement c’est vendre la marchandise dont
il fait objet.

5. Le contenu du connaissement
Le connaissement mentionne les éléments identifiant les parties, les marchandises à
transporter, les éléments du voyage à effectuer et le fret à payer. Il doit indiquer l’état et le
conditionnement apparent des marchandises, le nombre des colis et objets ou leur quantité ou
leur poids (tels qu’ils sont fournis par le chargeur par écrit) ainsi que les marques principales
destinées à l’identification des marchandises.

 Mentions obligatoires

• Nom de l'expéditeur,
• Nom du destinataire (consignataire),
• Personne à notifier
• Nom du transporteur et du navire
• La mention du fret payé ou payable à destination
• Le nombre des originaux
• La date, le lieu de l’établissement et de mise à bord
• La signature de la compagnie
• La nature, la quantité, le volume ou le poids et l'état apparent du bien et, s'il y a lieu, son
caractère dangereux.

Section 2 :l’exécution du contrat de transport


1. Les obligations des parties.
a) Obligations du chargeur.

 Il doit présenter la marchandise aux temps et lieu prévus par le contrat


 En cas de défaut de présentation de la marchandise, il doit une indemnité
correspondant au préjudice subi par le transporteur et au plus égale au
montant du fret.
 Il doit fournir au transporteur toutes indications sur l'identification de la
marchandise (MD, etc, …)
 Il doit payer le fret ou le prix du transport. Le transporteur dispose d'un
privilège, mais le capitaine ne peut retenir la marchandise à bord.
 Le fret est fixé par le contrat. Il est établi tantôt suivant le poids, tantôt
suivant le volume, tantôt à la pièce pour les masses importantes, tantôt a la
valeur, généralement le transporteur choisit le mode de tarification qui lui
est plus avantageux.
 Le connaissement précise également la part des frais annexes au transport
maritime qui est due par le chargeur, le transporteur ou le réceptionnaire.
b) Obligations du transporteur
 Le transporteur doit faire diligence pour :
 Mettre le navire en état de navigabilité
 Armer, équiper et approvisionner le navire
 Préparer l’emplacement pour recevoir la marchandise
 Il doit les soins ordinaires (ventilation, température, aération, …)
 Il est tenu de procéder soigneusement au chargement, manutention,
arrimage, transport, garde et déchargement de la marchandise.

Suivant a convention cité par le BL, si Bruxelles 24 clause sous palan implique
que la responsabilité du transporteur ne commence qu’à la présentation de la
marchandise sous le palan de la grue de chargement applicable pour un
chargement FCL uniquement. Si loi du 18 juin 66!responsable dès la prise en
charge juridique (émission d’un receipt for shipment).Si convention d’Hambourg
de 78, responsable dès que la marchandise est sous sa! Garde dans le port

 Le bord peut procéder à un « Pointage » de la marchandise pour


vérifier les allégations du chargeur concernant le nombre et le poids
des colis.
 L’arrimage des marchandises en cales se fait sous la responsabilité du
capitaine, un usage courant veut que l’arrimage, comme le chargement,
opérations qui intéressent la stabilité du navire, se fasse sous la
surveillance personnelle du second capitaine, même si elle est exécutée
par les dockers.
 Le transporteur doit notifier l’arrivée du navire et restituer la
marchandise a la livraison dans l’état ou elle se trouvait au départ au
destinataire

2. La responsabilité du transporteur
 Il incombe au demandeur d'établir la réalité et l'importance des
dommages dont il demande la réparation.
 En cas de pertes ou de dommages survenus aux marchandises, le
réceptionnaire doit adresser ses réserves écrites au transporteur ou à son
représentant au port de déchargement, au plus tard au moment de la
livraison, faute de quoi les marchandises sont présumées, sauf preuve
contraire, avoir été reçues par lui telles qu'elles sont décrites dans le
connaissement.
 Lorsque les pertes ou les dommages ne portent que sur une partie d'un
colis ou d'une unité, la limite par kilogramme ne s'applique qu'au poids de
la partie endommagée ou perdue de ce colis ou de cette unité, à moins que
la perte ou le dommage n'affecte la valeur du colis ou de l'unité dans son
ensemble ou ne le rende inutilisable en l'état.
 Le délai de prescription des actions contre le transporteur ou le
destinataire court à compter du jour où les marchandises sont remises ou
offertes au destinataire ou, en cas de perte totale, du jour où elles auraient
dû être livrées.
 Mais il n’y a pas de forclusion, le destinataire qui laisse passer les
délais peut encore agir mais il devra prouver que le dommage s’est produit
avant qu’il ait pris livraison. Cette question des réserves est l’occasion de
nombreux litiges.
 Mais, même s’il a pris des réserves, le destinataire devra prouver
l’importance des dommages. La preuve de la réalité et l’importance des
dommages ainsi que de la naissance de ceux-ci entre la prise en charge et
la livraison étant faite, le transporteur est responsable.

Le transporteur peut limiter sa responsabilité s’il n’a pas commis de faute personnelle

Le chargeur a fait une déclaration inexacte de la nature ou de la valeur des marchandises, le


transporteur n'encourt aucune responsabilité pour les pertes ou dommages survenus à ces
marchandises.

3. La limitation de responsabilité
Si la responsabilité du transporteur est admise, elle est limitée à une certaine somme par colis
ou unité.

o Colis :Le colis est l’élément spécifique pris en charge par le transporteur
o Unité :il faut se référer aux énonciations du connaissement
o Conteneur : Il existe un problème particulier pour le transporteur par conteneur.

Le Protocole de Visby
Base double de calcul de la responsabilité, par “colis ou unité” et par “poids brut” de
marchandises, exprimée en franc Poincaré

Le Protocole de 1979

Remplacer le franc Poincaré par les Droits de Tirage Spéciaux

Fixé les limites de responsabilité du transporteur à 666,67 DTS par colis ou unité ou de 2
DTS par kilogramme.

Le transporteur ne peut invoquer le bénéfice de la limitation de sa responsabilité

• 1° S'il est prouvé que le dommage résulte de son fait ou de son omission personnels
commis avec l'intention de provoquer un tel dommage, et avec conscience qu'un tel
dommage en résulterait probablement ;

• 2° En cas de déclaration de valeur par le chargeur, insérée dans le connaissement et


acceptée par le transporteur. Une telle déclaration fait foi à l'égard du transporteur,
sauf preuve contraire de sa part

Le transporteur ne peut invoquer le bénéfice de la limitation de sa responsabilité dans les cas


suivants : 1° S'il est prouvé que le dommage résulte de son fait ou de son omission personnels
commis avec l'intention de provoquer un tel dommage, ou commis témérairement et avec
conscience qu'un tel dommage en résulterait probablement ;

2° En cas de déclaration de valeur par le chargeur, insérée dans le connaissement et acceptée


par le transporteur. Une telle déclaration fait foi à l'égard du transporteur, sauf preuve
contraire de sa part. Le préposé du transporteur peut se prévaloir des exonérations et des
limitations de responsabilité que le transporteur peut invoquer en vertu des dispositions des et,
sauf si le dommage répond aux conditions du 1°.

Lorsque la responsabilité est limitée en application de l'article, l'ensemble des montants de


réparation mis à la charge du transporteur et de ses préposés ne peut dépasser cette limite.

2.L’exercice de l’action
L’action contre le transporteur pour perte ou dommage de la marchandise se prescrit par un an
de jour de la livraison

En cas de perte totale du jour ou la livraison aurait dû avoir lieu. Ce délai peut être prolongé
par un accord conclu entre les parties postérieurement à l’événement qui a donné lieu à
l’action.

Article L5422-11
Toutes actions contre le chargeur ou le destinataire sont prescrites par un an.

Article L5422-18. Ce délai peut être prolongé par un accord conclu entre les parties
postérieurement à l'événement qui a donné lieu à l'action. Les actions récursoires peuvent être
intentées, même après les délais prévus par les dispositions de l'alinéa précédent, pendant trois
mois à compter du jour de l'exercice de l'action contre la personne garantie ou du jour où
celle-ci a, à l'amiable, réglé la réclamation. Quel que soit son fondement, l'action en
responsabilité contre le transporteur à raison de pertes ou dommages ne peut être exercée que
dans les conditions et limites fixées par les dispositions de la présente section.
Conclusion

On en déduit que le contrat de transport maritime est une convention génératrice d’obligation
à la charge du transporteur et des ayants droit à la marchandise

Le connaissement maritime (bill of lading) apparaît souvent pour les opérateurs du commerce
international comme un document difficile à comprendre.

Il n’en est pas moins essentiel. Contrairement à une croyance répandue, le connaissement
maritime n’est pas un contrat de transport mais seulement sa matérialisation. Il n’est pas non
plus un titre de propriété de la marchandise mais seulement un droit à agir sur elle.

Sa bonne interprétation est capitale puisqu’il s’agit d’un papier-valeur, et qui remplit une
fonction de triple preuve