Vous êtes sur la page 1sur 4

Résolution du Conseil Politique d'Unité Populaire

sur les élections européennes


Athènes, le 24 février 2019

Le Conseil Politique d'Unité Populaire estime que :

Le rassemblement et le renforcement des partis de la Gauche Radicale et


Insoumise en Grèce et en Europe sont impératifs et nécessaires pour
donner force au courant du renversement et de rupture avec la zone euro
et l'UE, dans le l'objectif du dégagement et de la sortie de la zone euro et
de l'UE.

Les actions, les combats et les interventions de notre eurodéputé Nikos


Chountis ont démontré que la Gauche Radicale et Insoumise peut devenir la
voix des mouvements sociaux au Parlement européen ainsi que la voix de
dénonciation des politiques antisociales et néo-libérales de l'UE et de
promotion d'une proposition alternative contraire à ces politiques.

Nous prenons par conséquent l'initiative de déposer une proposition pour


l'intervention unitaire de la Gauche Radicale aux élections européennes,
pour une politique de renversement et de rupture avec la zone euro et l'UE.

Proposition d'Unité Populaire


Pour une intervention unitaire de la Gauche Radicale aux élections
européennes, pour une politique de renversement et de rupture avec la
zone euro et l'Union européenne.

1. Dans les pays de l'Union européenne aujourd'hui, richesses et pouvoir


s'accumulent à un niveau sans précédent chez les dominants, mais aussi
l'injustice, l'intensification de l'exploitation et de l'oppression des
travailleu-se-r-s et des peuples.

Les classes dirigeantes ont géré la crise de 2008 en s'obstinant sur des
réformes néolibérales et des «politiques de fermeté» face aux résistances
ouvrières et sociales.

En s'appuyant sur ce qu’elles en ont acquis, elles sont parvenues à une


reprise de l'économie, essentiellement nourrie par la démolition des droits
et des conquis sociaux et salariaux.
Confrontées aux contradictions agissantes du néolibéralisme et aux
prévisions d'une nouvelle récession, elles se préparent à des politiques
économiques et sociales encore plus austéritaires.
Les reculs et défaites des mobilisations ouvrières et populaires, avec pour étapes
emblématiques l'année 2015 en Grèce, la contre-attaque de la Droite en Amérique Latine
et l'imposition d'états d'urgence même dans les pays au centre du capitalisme occidental,
ont renforcé chez les forces de l'establishment la conviction que les problèmes se
limiteraient désormais à leurs propres rivalités et conflits internes. Le déclenchement des
mobilisations des gilets jaunes en France, la résistance aux projets impérialistes au Moyen-
Orient, les mobilisations en Hongrie contre les lois anti-ouvrières démontrent que le
facteur populaire est toujours sur le devant de la scène. C'est justement sur le facteur du
peuple que doit se concentrer toute notre attention et action car c'est bien à lui que nous
avons des comptes à rendre.

2. Le discours politique qui veut exprimer le monde qui proteste doit apporter,
notamment pendant de la période que nous traversons, des réponses à quelques
problèmes cruciaux.

L'expérience grecque de 2015 démontre que la stratégie visant à réformer l'UE «de
l'intérieur» est une impasse totale. L'enfermement dans la politique de «rester dans l'euro
à tout prix» conduit à l'acceptation de l'abolition de la souveraineté populaire, à la
rétrogradation ou l'annulation du droit du peuple de décider de son avenir.

La résistance sociale à l'austérité, si elle veut avoir des perspectives de victoire, doit être
accompagnée d'une politique de rupture et de renversement de la zone euro et de l'UE.

La Gauche Radicale en Grèce a des devoirs et des obligations spécifiques pour porter ce
choix au niveau européen, au sein du courant large de Gauche Radicale, au sein des forces
qui n’ayant pas d’expériences similaires aussi dramatiques, ne font pas encore avec la
clarté nécessaire ce choix, malgré des avancées et processus positifs qui ont lieu, dans
l’après-coup de l’expérience grecque. Ce devoir est d'autant plus important dans la
conjoncture actuelle, car les forces de la social-démocratie et du social-libéralisme, et des
forces déterminantes du Parti de la Gauche Européenne (SYRIZA, Die Linke, PCF, etc.)
convergent avec les principales politiques de l'UE et considèrent l'euro comme une voie à
sens unique, laissant ainsi champ libre au discours prétendument anti-systémique de
l'extrême Droite, lui accordant de ce fait la possibilité d'entraîner de larges couches
populaires.

3. La politique de rupture et de renversement à l'encontre de la zone euro et de l'UE


doit être associée à un programme de transition intégrant les revendications
populaires, annonçant clairement la perspective et la référence sociale à partir
desquelles cette option centrale est choisie.

L'objectif de renverser l'austérité et le néolibéralisme est au cœur de ce programme.


L'augmentation des salaires et des retraites, le renversement de la flexibilisation des
rapports salariaux et le soutien au travail stable et à temps plein, la diminution de
l'imposition des classes populaires et travailleuses et des impôts indirects inéquitables (tels
que TVA et taxes élevées sur les combustibles, l’eau, l'électricité) sont des aspects
essentiels du besoin urgent de soulager les travailleu-se-r-s et les classes populaires.

Cela doit se réaliser en parallèle avec le renversement des acquis réactionnaires que les
capitalistes ont accumulé ces dernières années. Le renversement de la politique des
privatisations, l'augmentation de la taxation des bénéfices et des énormes richesses
accumulées, la lutte pour l'abolition de la «liberté» de déménagement des capitaux sont
également des points centraux.

Ces objectifs sont directement associés à la contestation de la légitimité et à la


revendication d’effacement de la dette publique et aux politiques visant à rétablir la
propriété publique, sous contrôle social et ouvrier, du secteur bancaire et des entreprises
stratégiques des secteurs de l'énergie et des transports.

La rupture avec la Politique Agricole Commune (PAC), qui conduit au déclin et à la


réorganisation capitaliste de la ruralité, est nécessaire pour garantir l’autonomie
alimentaire au profit de tous les travailleu-se-r-s et des couches populaires.

4. L’expérience commune démontre clairement que la lutte pour le renversement de


l'austérité est parallèle de la lutte pour la défense et la consolidation de la souveraineté
nationale et populaire, à savoir du droit démocratique de la majorité sociale de prendre
les décisions qui déterminent sa vie. Des « institutions » telles que la Troïka et la Banque
centrale européenne, des dispositions telles que la validation préalable par Commission
européenne des budgets de l'État, l'euro en tant qu'instrument d'application des politiques
néo-libérales, les clauses des traités de l'UE qui favorisent le nivellement social et
politique, doivent être dénoncées et renversées.

5. Dans le passé, l'UE a pris des décisions critiques concernant la création d’une armée
européenne, le renforcement de l'industrie de la guerre, le renforcement de la présence
impérialiste en Afrique, en Europe de l'Est et en Méditerranée orientale. C’est une
orientation extrêmement dangereuse à laquelle nous sommes totalement opposés. Dans le
même temps, nous soutenons la rupture avec l'OTAN, promu par le gouvernement SYRIZA
en principal allié, la fermeture de bases militaires, l'interdiction des missions militaires à
l'étranger en toutes circonstances.

6. Les responsabilités de l'UE sont dramatiques en ce qui concerne les catastrophes


militaires, économiques et écologiques qui ont entraîné des vagues de réfugiés. Nous
soutenons fermement les droits des hommes, des femmes et des enfants demandeurs
d'asile sur le sol européen afin qu'ils puissent s'installer dans les pays de leur choix,
travailler et vivre dans l'égalité avec les mêmes droits que dans leurs pays d'origine.

Nous réclamons l'abolition de l'accord réactionnaire Grèce-UE-Turquie et de l’accord


Dublin III, qui transforment la Grèce et les pays de premier accueil en prisons pour réfugiés
et immigrants, la dissolution de FRONTEX et l'abolition des camps de concentration qui
enclavent les réfugiés sur les îles. De même, nous réclamons l'égalité des droits en matière
d'emploi, de droit social et de démocratie pour les migrants, en soutenant notamment leur
intégration dans le mouvement ouvrier et ses organisations dans les pays d'accueil. Nous
luttons contre les guerres impérialistes qui augmentent les flux de réfugiés et de migrants.
Dans le même temps, nous soutenons tous les migrants grecs vivant et travaillant dans les
pays de l’UE et dans le monde.

7. La menace du changement climatique et la dégradation générale de l'environnement


au nom de la croissance capitaliste incontrôlée est une réalité, particulièrement sensible
aujourd'hui dans de nombreuses régions. Il y a devoir urgent pour des changements
profonds dans l'organisation de la production et de la société afin d'éviter une catastrophe
majeure, dont les conséquences seront essentiellement subies par les classes populaires.

8. Pendant la période de la crise, les politiques européennes communes consistant à y faire


face par des moyens néolibéraux, l'acceptation des institutions impérialistes de la
«mondialisation» par toutes les parties du spectre politique, ont laissé champ libre pour le
développement d’une nouvelle tendance internationale de Droite extrême qui, au nom
du protectionnisme et du repli national renforce davantage le pouvoir du capital en
utilisant les mêmes armes néolibérales contre les travailleu-se-r-s et les classes populaires.

Ce courant, actuellement dominant aux Etats-Unis, au Brésil, en Hongrie et en Italie prend


des mesures pour diviser la classe ouvrière (en ciblant en premier lieu les réfugiés et
migrants) et établir un autoritarisme dirigé contre le mouvement ouvrier et toute variante
de la Gauche, alors que simultanément, en diffusant le racisme et le sexisme dans la
société, il porte une atteinte féroce aux droits des femmes et amplifie les discriminations
fondées sur le sexe, la race, la religion, l'orientation sexuelle.

L'accord Salvini - Le Pen, sous la bénédiction de conseillers de Trump, prépare une


offensive de l’extrême Droite aux élections européennes. Cet espace politique doit être
désigné comme l’adversaire mortel de tous les mouvements sociaux et des organisations
progressistes.

Mais il n'y a pas d’illusion à se faire sur le « centre extrême » néolibéral, présenté comme
un rempart contre l’extrême Droite ascendante, comme le prétend maintenant Alexis
Tsipras, prônant ouvertement la fusion avec les sociaux-démocrates et les Verts. Au
contraire, il faut reconnaître que la politique néolibérale des gouvernements européens et
de l’UE ouvre la voie au développement de l’extrême Droite raciste et nationaliste et que
seule une lutte active contre le « centre extrême » et les gouvernements de l’UE permet
de combattre efficacement l’extrême Droite.

9. Il devient désormais claire que les élections européennes se transforment en combat


important mais difficile, connecté directement à la tâche de reconstruction du mouvement
social et de la Gauche Radicale aux niveaux national et européen.
Pour y faire face, un rassemblement maximal de forces est nécessaire. Ce constat est la
ligne de partage entre toute tentative sérieuse de réorganisation et des automatismes de
verbalisme et de sectarisme gratuits, menant à l’impasse.

Nous soutenons la coordination et coopération avec les initiatives lancées dans l’espace
européen avec le but d'allier les forces de la Gauche Radicale et de rompre avec la
référence actuelle de SYRIZA, du Parti de Gauche Européenne, avec la politique de l'euro-
réformisme.

Nous soutenons la coordination, la coopération et l'union des forces du mouvement


populaire grec, démocratique, anti-mémorandum et anti-austéritaire, et de la Gauche
Radicale, dans la perspective des élections européennes et sur la base de la résistance aux
politiques d'austérité et aux réformes néolibérales, résistance à l'impérialisme, au racisme
et au nationalisme, sur la base de l’analyse que ces objectifs ne peuvent en effet être
servis que par la politique de rupture, de renversement, de sortie de la zone euro et de
dégagement de l’UE, par la volonté de la mise en œuvre d’un programme de transition
progressiste, de transformation productive et sociale, avec référence au peuple.

Nous considérons encore que la lutte pour une Europe de pays profondément
démocratiques et indépendants et de peuples souverains, est aujourd’hui plus que
pertinente, elle est nécessaire. Pour une Europe de peuples qui construiront une
coopération politique et économique la plus avancée, internationaliste et égalitaire, en
s’opposant à tout hégémonisme et nationalisme et à la présence de l'OTAN.