Vous êtes sur la page 1sur 22

David VIEL – le 28 02 2019

Quoi que vous ayez


quoi que vous pensez avoir, ou ne pas avoir
... n’en tirez pas fierté (ne tirez pas sur la couverture) :
ça ne passera pas à la fin (à votre sujet).

Humilité

Sans récupérer la ressource qui est dans l’histoire qui vous bouffe la tête (« prend ») ne pensait pas
au, ne parlait pas de, pardon.
Ça fait certes bien … Ça permet de se donner un genre ! Mais ça changera rien au final à l’histoire
qui aura raison de votre sentiment (peau ; personnage dans l’histoire qui se « passe »). Vous vous
donnerez certes du « courage », mais ça ne changera rien au final (au contraire !)

Le rapport à l’objet
aux choses (à « l’être »).

La possession ;
l’Avoir pour « soi »
à « soi ».

Une personne inconsciemment


essaie de marquer
= d’avoir ce qui a de la « valeur » (puisque ça a « pris » de soi)
pour que ça lui Revienne,
= le « vivre ».

Pour avoir le « bien »


le « + » (être en « haut »
et non avoir « - » (être en « bas »

David VIEL – le 28 02 2019


et/ou ne pas le « valoir »).

Sans l’Avoir (ça peut être, TOUT et RIEN ; je rappelle que c’est ça qui concentrera le sentiment sur ce qui
sera son sujet … Penser, dit et FAIT. Si ça lui échappe, sans rien avoir d’autre réalisé !!)
elle ne pourra pas se déplacer dans le temps et l’espace
= le «vivre »
et/ou se le faire « vivre »
= faire ce lien (« connaissance » et/ou ressortir dans un sens)
être-avoir ;
afin de ressortir de cet état de « fin » (funeste)
et/ou de ne pas le « pouvoir » ; il faut ainsi avoir une prise sur ça, le temps des autres ... En passant
par l’objet ou le Je sinon ça n’est plus possible et/ou supportable.
= Ça a eu raison de soi et il sera impossible de s’en dé-faire comme ça (malgré la légende pour ne
pas être critique à ce sujet, mais belle et bien voir un « intérêt » ou le « jour »).

Dès que ça « prendra » à une personne,


il lui faudra l’Avoir « à la fin »
et/ou « l’a-battre »
pour lui permettre de faire ce lien ;
= se « renforcer »
= renforcer son sort (sa volonté ; faire son trou et non être dans le dure =
sans le « valoir »)
et alors, ne pas le réaliser, ça.

En partant d’un Je
quel qu’il soit d’ailleurs !!
… Il n’y a pas 106 solutions ;
soit le sentiment se renforcera dans le temps (ce temps)
pour être de fait,
le personnage principal dans l’histoire qui se passe (qui « prend » = au « centre »)
soit il le réalisera ça.
Pour sortir de son Je
sans que ce soit pourtant la « mort » (« mortel » = insupportable = nerveux)

David VIEL – le 28 02 2019


et/ou la « fin » (sauf de SA vie = dans sa tête)
et/ou « grave » (« dramatique », « injuste » … « Inadmissible »).

Des évènements récents


m’oblige à revoir ma « vision » des choses
et ainsi à revoir la personne que je « suis » (je l’incarne
ou je suis « là » de fait)
= Je reviens ainsi sur ce qui j’avais intégré (inconsciemment ; sans même le réaliser moi-même)
et que j’incarnais (donnais vie = c’était ma peau).
Comment dire ça … ?
C’est comme lorsque vous voyez une personne,
que vous n’avez pas vu … Depuis très longtemps ;
et à son contact,
des choses vous reviennent,
pour vous remettre de fait ! « dedans »
= être « là » où vous en étiez (une porte « s’ouvre » ; une porte où il y avait de « soi » = de la
« ressource » ou de ce qui n’a pas de prix!! En revanche, il faut que la personne, que l’Autre soit là pour
accéder cette « ressource ». Or il y a justement une histoire, pour ne pas le pouvoir !! Et vous, vous êtes
« dedans » !! = Pour donner ainsi le change = votre vie à ceux qui ont TOUT « compris », pris le
« dessus » avec le temps, ce temps et/ou qui sont là pour le « pouvoir » = Pour « monter » et cela sans
risque de connaître de « fin », de « chute » à leurs sujets ou de limite à leur proje-c-t-ion).
Pour vous ça n’existait plus (ça n’avait plus de raison d’être = de « valeur »), sauf
lorsque la personne est ré-apparue,
de là à être totalement absorbé ! = À oublier votre « présent »
ou ce qui est censé être, votre «vie » (« sort », « place » = ne plus être là où vous êtes censé être !!
Supporté)
… Réalisez la « force » entre ça et soi.

Il s’agit de la « ressource » (de « soi » = du nerf de la guerre = du futur et/ou de ce qui est à réaliser !!) ;
celle qui est incarnée et/ou en chair.
Et cette « ressource »
il faut aller la re-chercher.

David VIEL – le 28 02 2019


Sauf que bien souvent,
il y a des histoires ! Pour ne pas le pouvoir.
=« Enterrer » (revenir à ceux qui ont TOUT « compris » ou la main) … une personne pour que ce soit de
fait « passé » ou « fini »
= du « passé » (dans leur tête).
Pour en être « sûr ».
Pour prendre de la « valeur » et/ou de la « hauteur si ça «prend » au final.
Pour « avancer » ... Réalisez ! l’influence que l’esprit à sur elle et sur les autres pour contrôler SA vie ou
avoir ce qu’il veut « à la fin ».
L’esprit veut contrôler ça ( = le sentiment s’en-ferme dans l’idée).

Ça (le temps) permet d’avoir concrètement un «présent »


= une em-prise pour avoir ce qu’ils se sont mis en tête d’Avoir « à la fin » pour encore le « pouvoir »
(faire ce lien être-avoir) ;
puisque ça a pris de « soi » (= « forme »)
= la personne a donné de « soi », de l’énergie
et de ça, de son temps.

Les gens le sentent ça, le « pouvoir » lorsque ça leur Revient ou alors, au contraire …
Ne plus le « pouvoir »
= Être « là » de fait, demain (ne plus en avoir le « droit »).

Raison pour laquelle il faudra se creuser la tête pour récupérer la ressource celle qui revient à ceux qui se
sont réellement donné du « mal » pour l’Avoir dans ce sens là
= pour avoir raison « à la fin ».
Pour se renforcer personnellement et/ou s’oublier à ce point (s’aimer à ce point dans ce sens là ; posséder.
Sauf que posséder son monde, ça ne ressort pas lorsque ça « passe » et/ou « prend »).

Il vous faudra vous creuser la tête (la « terre ») ;


je rappelle qu’avec le temps ça a « pris » forme ou corps =
Ça arrête les gens dans ce qui est concrètement leurs vies !! Ordinaire.
Il vous faudra ainsi, de fait, creuser la « terre » ou traverser cette dimension (tout le spectre du terrestre =
vous bouffer ça) afin de pouvoir être à nouveau « présent » (« là » de fait).

David VIEL – le 28 02 2019


Pour ne pas Revenir ainsi, à des personnes qui se sont réellement donnés du « mal » pour le « pouvoir » et/
ou avoir raison « à la fin » (je rappelle que vous, vous étiez « dedans » et/ou « en vie »).
Pour « grandir »,
pour s’étendre à condition que ça prenne de « soi »
et/ou que ça ait raison de votre sentiment, « à la fin »
= Sacrifier de fait ! (Avoir du « peau » et/ou du « mérite »)
... Une personne sur leur autel pour ne pas perdre la « main » après l’avoir eu
(avoir eu, une prise).

Il faut que ça, prenne de « soi » pour le « pouvoir » sinon ça n’est pas « possible » (ça, ne passera pas)
= ils sont « morts » («finis »).

Le but
est de « marquer »
… il faut « marquer » la bête (voir le « mal ») afin de pouvoir la bouffer « à la fin » (la « tuer »).
Afin de renforcer le sort de ceux qui le « pourront »
= qui pourront manger à leur faim et cela sans risque de connaître de « fin » (leur sentiment d’être
« là », de se « connaître », de le « valoir », de maîtriser leur environnement = à-venir en dépens).
Non pour le réaliser ça mais belle et bien !! Renforcer leur Je = Sort = le « valoir ».

Leur sentiment d’être « bien », de se « connaître », leur connexion avec la « terre », avec le « réel »,
leur « équilibre » et/ou l’intégrité de leur structure (trajectoire ; quel que soit le Je, le but sera
d’avoir raison du monde = de s’étendre sans risque de connaître de « fin ») est en jeu (… Leur
« bien », leur « cellule », leur « peau », leur à-venir en dépens !!
= Ce qui leur Reviendra (arrivera) de fait, en dépens.

Il leur faut impressionner


= il leur faut intéresser (contrôler l’ordinaire pour que ça, leur Revienne ; ce qui est une vue d’esprit et/ou,
narcissique).
Pour prendre de soi (de la « valeur », de la « hauteur » voire pouvoir ressortir de cet état de « fin ») ;
et de ça (du temps)
pour ne pas être sans RIEN (« seul »
et/ou sans lendemain ;

David VIEL – le 28 02 2019


sans le « pouvoir »).

Ils doivent avoir une histoire « à la fin »


qui leur permettra de rafler la mise
= de contrôler l’ordinaire ;
Pour avoir la « conscience » tranquille ;
le « pouvoir » ou le « bon » rôle (face à ça,
faire preuve de raison
et de sentiment = être humain,
est vain. Raison pour laquelle,
il y a de forte chance que vous « perdiez » à la fin
et/ou que vous finissiez par donner raison
= votre vie à ceux qui vont ont alors, eu … « Appris » des choses (dans ce type d’échange, la seule
issue est de le réaliser ça ;
de « mourir »).

On ne possède RIEN.
On a RIEN.
Malgré l’histoire dont on sera à l’Origine
et/ou « responsable »
pour se convaincre du contraire.

Dès événements présents,


me renvoient à cet état
ou à ma condition.
… Une personne qui faisait partie de mon « milieu » ,
de mon « entourage » (pour « m’appartenir », avoir un res-sort ou être « là » de fait),
de mon cadre de vie pour rester en « forme » ( = à l’Origine de mon sujet dans le temps, ce temps)
me renvoyait l’idée d’être im-mortel (le temps n’avait pas d’em-prise sur elle)
= Elle était toujours « là »
et/ou elle gardait bonne figure (la main)
= elle a toujours été là (chez « elle »)
ou dans son droit.

David VIEL – le 28 02 2019


C’était chez « elle »,
c’était ses « biens »,
et/ou personnel
= Comme ça
= Son histoire, sa vie, ses bien
= Son trou
= Son présent (son « milieu »).
Et moi, j’étais « dedans » ( = il y avait un lien).
Et vous le respectez ça (vous ne dépassez pas les bornes)
= vous respectez et/ou reconnaissez cette personne (il y a un lien
propre à votre sujet ; à ce que vous êtes, à qui vous êtes).
Et le temps a fait,
qu’elle ne l’a !
Plus été, « là »
= elle est décédée.

Et là,
je suis retourné chez « elle »
pour me rendre compte qu’en fait !
Que quelque soit notre suggestion
et/ou l’attachement ( = les liens)
… que l’on éprouve à l’égard de certains objets,
de certaines choses
et/ou personnes
en fait ! (… de fait !!)
« on » peut rien faire contre ça.

Ça nous concentre,
ça nous concerne,
ça nous permet de relativiser les choses,
= notre sentiment de le « valoir »
d’être « là » (« d’exister »)

David VIEL – le 28 02 2019


et/ou d’avoir des choses
mais en réalité on ne réalise rien
ou on ne dépasse pas cet état de nature (de fait ; celui d’être « mortel »
ou sur « terre »).
Ça ainsi nous concentre,
nous concerne
pour y retourner (le devoir)
pour se retrouver (pour toucher à « l’être » en soi)
ou nous ne le « prouver »,
de le valoir ;
mais en réalité on ne possède,
on a RIEN.

Ce qui lui était « personnel »


« propre »
a totalement disparu (il y a quelque mois il y avait une maison + les objets + les personnes autours
de sa personne … la preuve d’exister. Et quelques mois après, il n’y a plus RIEN ni personne ... de
tout ça).

Elle aurait été là,


elle se serait manifestée ;
= elle aurait dit : « de quel droit … ».
Elle était chez « elle »
et pour elle,
ça aurait été, s’en prendre à « elle »
et/ou s’en prendre à SA vie.
Elle l’aurait empêché ça,
pour que rien ne change à son sujet
= que le temps n’est pas d’effet sur elle (et/ou ce qui a été son sujet dans le temps ; ce temps).

Et moi j’étais « dedans » (dans cette histoire)


pour lui donner le change
et/ou la supporter = la reconnaître en qualité de, au regard de ce qui a été mon sujet un temps.

David VIEL – le 28 02 2019


Pour ressortir de cet état de fin
= avoir un présent (une « charge »)
et/ou un temps présent.

Elle se serait défendue que c’était à elle,


que ça lui appartenait
et ainsi, que ça doit lui Revenir (« à la fin »).
Pour encore le « pouvoir »
= s’appartenir
ou ressortir de cet état de « fin »
« funeste » ;
et/ou « mortel »(d’être encore chez « elle », «en droit »
ou « là » de fait).
Mais elle ne l’a pas pu
et/ou là,
elle ne le peut plus, de fait (empêcher ça
ou avoir un contrôle sur les événements en cours
du fait de ne plus être « là » de fait).

Ça lui a échappé
pour ne plus le « pouvoir » ;
= se « manifester ».
Pour ne plus pouvoir rester,
dans son « droit »
et/ou chez « elle » (être « là » de fait ; à force de volonté).

Même les objets personnels,


ceux qui étaient dans des tiroirs ont été « touchées » (des choses qui avaient de « soi », de la
« valeur » = du cœur et/ou du sens pour la personne = qui était sa personne, sa vie ont été vendues,
données ou jetées)

Est-ce que les gens se le seraient permis ça, de son vivant ? Non.
Mais la « mort » le permet ça.

David VIEL – le 28 02 2019


Puisque rien ne peut l’empêcher … Ça (Raison pour laquelle passer par l’objet pour s’en défendre,
est une chimère).

Le choc !
Un endroit que j’ai toujours connu,
= rempli d’objets
et de présences
celle que j’avais impressionné
= ça a été un temps, mon trou,
MA vie
MON milieu
= J’ai pris inconsciemment conscience de mon sujet
dans cet ordinaire et/ou milieu (cette histoire ; histoire à l’Origine de mon sujet dans le temps … Ce
temps).
Je me suis ainsi calé sur ce temps
sur l’esprit qui était au « centre »
pour me « construire »
ou être proche de ce qui était ma vie ;
et/ou le prendre comme un état de fait (je m’étais construit « dessus »).
Et ce milieu,
… n’est, plus.

C’est vide,
= il n’y a plus rien (c’est totalement désaffecté
= il n’y a plus de vie).

Moi qui suis à la base


matérialiste
possessif
jaloux
impatient
susceptible
(sentimentale)

David VIEL – le 28 02 2019


= j’ai un rapport à l’objet
« fort »
… ça me montre !!
Qu’on n’est pas grand-chose face à ça (à notre nature
= sort
ou condition).

Quel que soit l’attachement


que vous éprouverez à l’égard
de certaines personnes
ou de certains objets
vous ne pouvez rien faire contre ça.
Je ne dis pas ça
pour s’interdire de s’attacher
mais peut être,
être « un peu » plus juste
et/ou mature
dans notre rapport à l’Autre,
à l’objet et/ou aux choses de la vie.

Je m’étais déjà faite cette réflexion


lorsque je m’étais occupé d’affaires de succession
… C’est à dire lorsque j’ai vu des « étrangers »
touchés à des affaires qui avaient été un temps « personnel ».
« Étrangers » qui ne seraient même pas entré dans l’ordinaire de ceux qui étaient encore « vivant »
pour les empêcher.
Puisque pour eux, il n’y avait pas de raison, d’être
et/ou eu le « droit ».

C’est ça qui empêche les autres, à l’Autre d’accéder à « soi ». Non pour le réaliser ça mais belle et
bien renforcer leur sort ; Je et/ou leur pouvoir sur le vivant.
Et les personnes décédées sont concrètement dans l’incapacité,
de faire preuve de volonté (d’émettre, de se manifester)

David VIEL – le 28 02 2019


pour s’opposer.
Pour rester chez « eux»
dans leurs « droits »
dans leurs « murs »
et/ou être encore « en vie » (en capacité)
= « reconnu »
= « respecté »
= « entendu ».
Mais comment pouvoir l’être encore entendu !
En n’étant plus « là » de fait et/ou « en vie » .
Et c’est pareil en étant devenu avec le temps sans parole et/ou « pouvoir ».
Lorsque ce que pense, dit et fait la personne « prend » c’est « génial » En revanche … Après, le plus
difficile étant lorsque ça ne « prend » ou en étant plus « là » de fait = ne plus le « pouvoir » (ou le
« garantir » ça).

Comment préserver le « bien » (cette cellule ou ce temps présent)


quel qu’il soit d’ailleurs ...
Pour ressortir de cet état de « fin » ?!

Mais là c’est différent,


puisque c’était « personnel » ;
= ça touché à ma personne
= ça me concernait personnellement
pour me renvoyait à ma condition
= me dire que, je ne suis pas une exception à la règle
= que je suis pareil ;
mortel et/ou sur terre.

On ne possède rien !
Et le croire,
est une leurre.
Ça sert à rien
de s’énerver

David VIEL – le 28 02 2019


de pleurer
de déprimer
… c’est comme ça (un état de fait).
On peut rien y faire.
Sauf qu’il y a aussi, une histoire pour ça ( = tout ce qui ressort,
apparaît
et disparaît,
se sera pour donner le change
= changer l’ordinaire,
changer l’avenir du monde
ou ce qui sera là à la fin, de fait
= reconnu
et/ou la moralité à tout ça).

S’attacher à une chose


à une personne,
de là à l’Avoir
= que ça nous Revienne
= que les autres, l’Autre, la vie en général
nous le rapporte (reconnaisse)
pour encore le « pouvoir »
… Pour être « bien » (et/ou pouvoir encore faire ce « lien » ;
ressortir de cet état de « fin »)
… est prétentieux.

J’ai RIEN (je suis dans la « merde »)


et je le supportais ça.
Pour être colère
et/ou déprimé (ça me faisait « chier »
= ça me pesait
et/ou j’avais ça sur le dos ;
du « mal »
celui donne le change

David VIEL – le 28 02 2019


ou « profite » à ceux qui n’éprouve pas de « mal »
mais qui voient belle et bien un « intérêt »
et/ou le « jour »
pour encore le « pouvoir » ;
c’est la « source »
ou l’origine à leur « crédit » ;
« puissance »
« autorité »
et/ou « légitimité »).

Ce qui veut dire,


que si j’avais « réussi » ma vie,
dans le sens des Lumières
j’aurai eu un rapport à l’objet, aux choses,
qui ne m’aurait pas permis de le réaliser ça.
J’aurais été à mort,
dans le « pouvoir »
ou cette « suggestion » d’un « pouvoir » (de le « pouvoir ») sur le vivant
= d’une « élévation »,
d’une « révélation » … « à la fin » dans ce sens là
= d’une « réussite » personnel et/ou sociale
= J’aurai eu de fait cette ambition (« vision ») là
= J’aurai été un personnage important dans l’histoire qui se « passe » afin de l’Avoir ça, « à la fin »
(raison du monde ou de TOUT ce qui « est » et/ou réellement le « pouvoir »
= tout ce que j’aurai voulu et/ou désiré).

Le « bien » qui me serait venu à l’esprit


serait provenu de l’influence
de l’ascendant,
de l’em-prise,
que j’aurai eu concrètement sur les autres, l’Autre, la vie en général
pour continuer à le « valoir » (à le « pouvoir »)
= à m’apprécier dans ce sens là

David VIEL – le 28 02 2019


= à ne pas perdre de ma « valeur » (« l’estime » que j’aurai eu pour moi,
et/ou à mon égard)
= mes « biens »
et/ou ce qui aurait dû me Revenir « à la fin » avec le temps (ce temps).
Pour ne pas être colère et/ou déprimé
= être encore contre ça, le temps
et/ou ce qui aurait été pour moi, injuste, impossible à accepter
… Le temps, d’une vie,
d’être « là » et/ou d’en être arrivée « à la fin »
pour encore le « pouvoir » ou le plaisir
= que ça, me Revienne (« renforce »)
et non « coûte ».
Pour encore le « pouvoir »
pour encore l’Avoir
pour encore « forcer » les choses
et/ou pouvoir res-sortir de cet état de « fin » (« m’assurer » contre ça ;
le temps).

Mais !
Je l’ai toujours dit ...
je m’en moque du « pouvoir » (de ça) ;
en revanche,
il y a bien une chose dont je ne me moque pas,
c’est du sens
ou de la fin
= du monde (de comment ça va finir tout ça
et/ou à qui ça va revenir,
« profiter » au final. Parce qu’il est question de reconnaissance
et/ou de don, de « soi » ;
ce qui n’est pas RIEN).
Jamais je permettrais que ça
puisse avoir raison du monde (du sens = de ce qui est encore « en vie » ;« dedans »).
et ainsi que le monde

David VIEL – le 28 02 2019


ne le réalise pas, ça (à la fin).

On n’est vraiment pas grand-chose


et/ou
on ne possède rien ;
malgré l’histoire dont on est (sera) à l’Origine
dont on est « responsable »
pour « s’affirmer » (personnellement)
et/ou se convaincre de le « pouvoir » ;
(d’avoir « grandi »
d’avoir «appris »
à condition que les autres, l’Autre, la vie en général
ne vous échappe pas,
mais belle et bien revienne,
pour encore le « pouvoir »
puisque ça a « pris » forme
pour vous dans ce sens là,
pour ressortir de cet état de « fin »
et/ou pouvoir encore ce lien être-avoir
dans votre tête
et ainsi cœur).

Après que ça ait « pris » forme,


vous ne pourrez pas sortir de vos « murs »
sans « mourir » (vous « protéger » de ça,
du temps).

La possession
ou le rapport à l’objet.

Tout est dans ce lien


être-avoir
soi-ça

David VIEL – le 28 02 2019


pour entrer en matière (faire « connaissance)
= être « dedans »
et/ou au « courant »

Honnêtement !!!
Je pense qu’à la fin de SA vie,
il faut être encore capable
de se mettre à genoux ;
c’est à dire d’être humble
et non encore plus sourd et/ou aveuglé ( = dé-gonflé).

L’humilité qui faille avoir avec le temps !!


face à ça,
au temps et/ou aux choses de l’ordinaire,
du vivant,
du terrestre (à ce qui nous permet de ressortir de cet état de « fin », de « terre » et/ou d’être « là »
de fait et/ou d’émettre … Et pas que des doutes pour en jeter et non être à j’ter au final).

C’est le rapport à l’objet qui m’a « choqué ».


« On » n’avait pris le « droit »
et/ou sa place (pas demander son avis).
= Les objets qui appartenait à la personne
étaient soit jetés, donnés, ou vendus (= elle était morte
= elle n’avait ainsi plus rien à dire
et/ou plus de « droit » ;
d’existence propre).
Elle en était propriétaire
ou c’était à sa personne (ça lui était « propre ») ...

Prendre ses « biens »


c’était la dé-posséder
c’était la « voler » (elle ne les a pas donné
ou elle ne l’a pas voulu ça).

David VIEL – le 28 02 2019


Et là, personne ne lui a demandé l’autorisation (la vie à suivi son cours)
= le droit
puisqu’elle n’en est plus dans la capacité
= elle n’est plus « là » de fait.

Ça fait carrément relativiser la notion de « bien »


= de « soi »
= notre rapport aux choses (au terrestre, au vivant ; à ce que nous sommes, à qui nous sommes)
= à notre sentiment d’être « bien »,
d’être une « personne » et non personne
et/ou « là » de fait (de « droit »,
d’appartenance
= de notre place,
rôle dans tout ça).

Moi qui ne suis pas prêteur à la base


ou qui tirait une fierté de ce que je possédais !!!
De ce que j’avais (« estimé » Avoir)
et/ou que je croyais (pensais) avoir,
pour le « valoir »
= avoir ce sentiment « d’avancer » (d’être quelqu’un et non « personne ») ...
Je volais ainsi le « mérite » des autres,
pour encore le « pouvoir »
ou les Avoir (prendre le « dessus »,
«l’ascendant »
ou les « commander »).

Je commence à comprendre
cette lutte à mort en moi ;
entre le bien (ce qu’il faut réaliser. Et faut-il encore le pouvoir = pouvoir le réaliser, ça !!! Car ça
« tue » ou ça fait « chier ». Car il faut se séparer du « vivant » ou de ce que l’on se faire vivre pour
l’Avoir et/ou le « pouvoir » au final)
et

David VIEL – le 28 02 2019


le mal (ne pas arriver à le réaliser, ça).

Être encore capable de donner de son vivant


sans que ce soit la « mort » ...
Mais !! Si l’importance,
celle que la personne a,
provient des objets qui lui permet d’avoir concrètement cette importance (du « poids » ou de
l’influence) … Une importance, qu’elle n’aurait pas sinon
= être à l’Origine et/ou « responsable » d’une histoire qui la dé-possède (« commande ») pour le
« pouvoir » ! Au final !! Comment fera t-elle pour commander les choses en sortant de ces « murs »
ou de ce qui doit lui Revenir pour encore le « pouvoir » ?!
Une « importance » que la personne pense avoir (si elle a concrètement cette influence là sur du
monde) et qui provient de ce rapport aux choses, là.
Comment pourrait-elle alors ( = le reconnaître)
se détacher de ce qui lui « appartient »
ou de ce qui lui permet concrètement,
d’avoir un « présent » (une « charge »)
une « valeur » ...
D’avoir une importance (sur les « vivants »)
que le sentiment n’aurait pas sinon.
Pour continuer à « avancer »
et/ou à en être encore « là » de fait.

Une influence sur ça (le temps des autres, de l’Autre, de la vie en général)
= une « valeur »,
qu’elle n’aurait pas eu, sinon.
Afin de pouvoir encore contrôler ça,
ou l’ordinaire (selon sa « vision » des choses, son « écoute » pour encore le « pouvoir » = émettre et pas
que des doutes)
ou le temps vivants (ceux qui s’étaient at-tachés,
ceux qui étaient réliés à elle ;
qui lui étaient « cher »
= « redevables »

David VIEL – le 28 02 2019


et/ou « inférieur »
afin de pouvoir conserver son sentiment).

Si vous êtes « responsable »,


à l’Origine de ça (d’une histoire pour « monter »
pour le « pouvoir »
et/ou le plaisir)
alors des esprits vous hanteront
afin de récupérer
leur « bien » (leur « soi »)
= ce que vous leur avez pris (en « soi »)
pour le « pouvoir »
et/ou le plaisir.
Or vous, dans ce sens là !
Vous ne leur permettrez pas ça
= vous ne verrez pas pourquoi !
Et/ou ça d’un autre œil
= Vous ne le reconnaîtrez pas ça
et/ou vous le permettrez pas !!!
… Vous, vous verrez au contraire où est concrètement,
votre « intérêt »
et/ou dans quel sens doit «évoluer » les choses,
pour encore le « valoir »
et/ou ne pas « partir ».
Pour avoir encore la main (la personne le sent ça
= se cale sur ça pour encore le « pouvoir »)
= Avoir encore cette influence là
pour ne pas « lâcher »
= « Prendre »
= « Avoir » ce qui devra lui Revenir
pour renforcer son « corps »
et/ou sa « cellule » ( = se « protéger » contre ça).
Pour ressortir de cet état de «fin » (éloigner ça de lui)

David VIEL – le 28 02 2019


afin d’avoir un « moyen » selon lui,
de pouvoir se prémunir de ça
= Pour Avoir encore le « soi » (le « poids » et/ou le « dessus »)
= raison du monde
et/ou d’autres, que lui en soi
pour continuer à le « pouvoir » (à oublier sa condition).

il sera question « d’ordre » (d’ordinaire)


et/ou de respecter l’esprit qui est au « centre »
= de l’histoire,
dont le personnage principal dépens concrètement,
pour continuer à repousser la « nuit », les « limites » (dans ce sens là)
et/ou à le « pouvoir » !!
Il sera ainsi question
de fierté (mal placée)
et non d’Ordre,
au final
= de Justice, de Droit
ou de, Vérité = question de se dévoiler,
d’apporter de la matière
et du sens
mais belle et bien de pouvoir prendre de la « valeur »
afin de rafler la mise au final.
Pour encore le « pouvoir »
et/ou pouvoir encore s’apprécier à ce point (et/ou dans ce sens).
Pour ne pas « mourir »
pour ne pas « partir »
pour en valoir encore la « peine » ;
et/ou pouvoir encore contrôler « l’ordre »
d’ordinaire des choses
= être au « centre »,
ou « là » de fait, pour encore le « pouvoir » (« s’assurer » contre ça, le temps ;
à condition d’avoir encore raison du monde

David VIEL – le 28 02 2019


et non alors être là pour se découvrir ;
le reconnaître ça).

Soit ça, sera reconnu


soit ça sera pour le nier ; c’est mécanique

Titre + Intro

L'Ego face à la nature divine

Leçon de choses ... La Leçon ou ce qu'il y a à réaliser le temps d'une vie (une personne pourra t-elle
se détacher de ce qui lui prendra pour le "pouvoir" ou le plaisir = ressortir selon elle de cet état de
"fin"). Être égoïste ("à part") ou alors, le réaliser ça ... On n'est vraiment pas Grand Chose malgré
notre sentiment d'un contrôle ou d'un "pouvoir" (d'une "autorité" naturelle sur l'ordinaire).

David VIEL – le 28 02 2019