Vous êtes sur la page 1sur 3

PRESENTATION DU THEME DE LA

CAMPAGNE
« L’impôt est une prestation pécuniaire requise des particuliers par voie d’autorité à
titre définitif et sans contrepartie en vue de la couverture des charges publiques » c’est la
définition présentée par la loi de finance, ce qui implique les impôts assurent en premier
lieu la couverture de toutes les charges publiques comme la création des infrastructures et la
couvertures des projets de l’Etat qui sont au profit de l’intérêt général, les impôts
constituent la principale ressource des autorités publiques avec plus de 90% des recettes
totales de l’Etat .Il a une finalité collective et il est un instrument d’intervention économique,
sans oublier sa contribution dans la régulation de l’économie et la redistribution sociale.

Le thème de notre projet intitulé « pour une meilleure acceptation de l’impôt » a pour but
de garantir un meilleur consentement de l’impôt .en remarquant que de toutes les relations
entre les citoyens et l’Etat on constate toujours que la relation fiscale est la plus sensible et
la plus vulnérable

Le Maroc, pays en plein essor s’est engagé dans un nombre important de projets à travers des
stratégies de développement ambitieuses (…). C’est dans ce sens là, que le rôle de l’entité « Etat » en
tant qu’initiateur, réalisateur, contrôleur, et régulateur parait inhérent au bon déroulement de ces
stratégies. Pour se faire, l’Etat a besoin de ressources non seulement pour financer les dépenses (…)
ou encore les projets dans lesquels il s’engage, mais aussi pour promouvoir son image vis-à-vis des
citoyens, pour conserver son autorité et éventuellement sa survie. Les ressources de l’Etat proviennent
en très grande partie des recettes fiscales, Recettes provenant des prélèvements obligatoires, non
remboursables et sans contrepartie directe effectués par l'État afin de subvenir aux dépenses
publiques.1 Dans le cas du Maroc, ces dernières constituent plus de 88.4%2 des Recettes Ordinaires du
Budget Général de l’Etat.
Mais actuellement les choses ont changé, l’Impôt est devenu un outil dont dispose l’Etat pour
relancer l’économie (…), promouvoir l’« équité » sociale, ou instaurer une stabilité politique.
Objectivement parlant, c’est ce à quoi aspire chaque Etat à travers l’Impôt. Le Citoyen quant à lui
regarde les choses avec un œil différent. Le point de rupture est là! L’Etat cherche à véhiculer une
image utilitariste de l’Impôt – ou du moins il doit chercher à le faire, alors que le Citoyen est persuadé
qu’il se fait léser par le Fisc. C’est à ce point là que la communication sociale trouve sa place :
Changer une croyance, une attitude ou un comportement. La communication sociale suffit-elle pour

1
Programme des Nations Unies pour le développement « Rapports sur le développement humain », Glossaire de
terminologie hdr.undp.org/fr/devhumain/glossaire/
2
BANK AL MAGHRIB « Revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière », Août
2010, page 34
provoquer le changement ou faut-il avoir recours à d’autres moyens (…)? A quel degré ces croyances
sont vraies? A quel point les choses sont-elles différentes pour le Citoyen ? Quel est l’Intérêt que tire
L’impôt est une des composantes de la redistribution. L’impôt se distingue de ces autres prélèvements par sa
nature même, dans la mesure où il se caractérise comme « une prestation pécuniaire requise à titre définitif et
sans contrepartie en vue de la couverture des charges publiques » (G. Jèze). Si, dans un premier temps, l’impôt
a une finalité de couvrir les charges publiques, une logique de redistribution a été perçue dans la notion d’impôt
dans un second temps. Etudier l’efficacité du système fiscal dans la redistribution, c’est aborder deux notions:
l’équité horizontale qui stipule que deux contribuables de revenus identiques doivent payer des impôts égaux, et
l’équité verticale qui montre que l’impôt doit dépendre des capacités contributives, donc être progressif par
rapport au revenu. L’étude de l’impôt et du système fiscal dans la redistribution montre que l’impôt a été
tardivement perçu comme un moyen de jouer un rôle de redistribution et qu’à l’heure actuelle, une certaine
inefficacité le caractérise dans son faible rôle de redistribution. Peut-on parler d’une efficacité de l’impôt dans la
redistribution?
L’impôt, par la forme qu’il peut prendre, a une vocation à jouer un rôle dans la redistribution dans la mesure où
cette fonction redistribuiez lui a été reconnue, certes tardivement. Cependant, le rôle joué par l’impôt dans la
redistribution semble peu efficace, ce qui débouche sur des pistes d’études afin d’atteindre une efficacité avérée.
Mais à quoi sert l'impôt? Il est nécessaire pour procurer des ressources à l'Etat, ainsi, ce dernier peut
financer les dépenses publiques c'est-à-dire ses interventions dans la vie économique et sociale. On
pourrait donc percevoir les contributions fiscales comme une juste rémunération, contrepartie aux
services que rend l'Etat aux citoyens.
Malheureusement les nombreuses interventions coûtent cher et il faut faire fonctionner tout un arsenal
administratif, l'impôt permet cela, du moins le permettait car à présent il ne suffit plus à couvrir la
totalité des dépenses et l'Etat se voit obligé de recourir massivement à l'emprunt
Mais, au-delà de la simple nécessité du financement des dépenses publiques, L’impôt est devenu un
instrument primordial de la politique économique et sociale, car la neutralité fiscale est dépassée,
sous la pression de l’interventionnisme où la fiscalité constituera désormais un moyen essentiel de
remédier aux Problèmes économiques et sociaux, notamment dans une économie de marché.

L’impôt a-t-il pour finalité unique le financement des dépenses publiques, ou doit-il également
contribuer à la réalisation d'autres objectifs ?
Il suffit de regarder les statistiques concernant la fiscalité pour comprendre l'enjeu politique et
économique que représente l'impôt: de nos jours, plus de la moitié du revenu d'un contribuable est
collecté par l'Etat en divers impôts, taxes et cotisations sociales. La pression fiscale n'a cessé
d'augmenter depuis le début du siècle et ce dans tous les pays du monde.
*