Vous êtes sur la page 1sur 8

INTRODUCTION: LE LIEU S MIOTIQUE

JULIA KRISTEVA

Les sto'iciens furent probablement les premiers developper une theorie


detaillee du SIGNE - du ση μείον, quand Us ont jete les bases de l'episte-
mologie grecque. Des ses origines, done, le discours sur le signe se
confond avec celui sur I'episteme.
Lorsque le savoir du XXe siecle reprend ce ση μείον pour b tir sur
lui une pensee qui marque une etape decisive de I'episteme occidentale,
le terme SEMIOTIQUE - explicitement ou implicitement - nous revient
lourd d'efforts (scientifiques, philosophiques, theoriques) pour saisir les
lois du SIGNIFIER. Ne pas en tenir compte obligerait la semiotique ce
qu'elle doit eviter par sa vocation meme: 1'engluement dans une certaine
epistemologie dej circonscrite et dominee.
En s'appuyant sur la linguistique et la logique qui, de tout temps,
se sont tenues pres de la signification et de ses regies, la SEMIOTIQUE
entreprend aujourd'hui un travail autrement ambitieux et vaste. Elle
cherche les lois des differentes demarches signifiantes (de 1'enonce le
plus simple au discours scientifique ou aux 'arts'); eile indique les com-
binaisons specifiques qui sous-tendent ou produisent les differentes pra-
tiques signifiantes que les sujets entendent ou se communiquent comme
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.

des messages dans le jeu social. Saisir les pratiques signifiantes (les
ordonner), etablir leur typologie, definir leurs transformations, done
donner les regies de la signifiance en tenant compte des systemes DIF-
FERENTS et MULTIPLES qui la mettent en oeuvre - tels sont, sommaire-
ment resumes, les but de la semiotique.
Une teile assignation, quelque approximative qu'elle soit, rattache la
semiotique moins la linguistique et la logique qu'elle comprend,
qu'a une pensee dont la rigueur scientifique et l'ampleur philosophique
lui tragaient dej la voie: celle de Leibniz. Son calculus ratiotinalor -
calcul logique - visait en effet mathematiser les operations logiques,
2 JULIA KRISTEVA

saisir la procedure FORMELLE de l'acte logique en se desinteressant de


son contenu signifiant, et NOTER par un FORMALISMS MATH^MATIQUE
le fonctionnement de la signifiance. Ce projet immense explique Tad-
miration de Leibniz pour V Art de penser d'Aristote dans le Systeme
duquel, pourtant, il a fait une des breches les plus radicales: "Ce n'est
pas un mince merite pour Aristote d'avoir traduit ces formes [les formes
de la pensee] en lois infaillibles, et d'avoir ete en fait le premier qui ait
ECRIT MATHlJMATIQUEMENT EN DEKORS DES MATHEMATIQUES."
icRiRE MATH£MATIQUEMENT EN DEKORS DES MATHEMATIQUES - voil
qui s'applique directement la demarche semiotique dans la mesure o
eile devrait se construire comme une formalisation - une notation for-
mulaire - de la signifiance dans les differentes pratiques sociales.
La premiere exportation de l'ecriture mathematique hors des mathe-
matiques fut, on le sait, l'algebre de Boole et tout le vaste courant qui
s'ensuivit: de Morgan, Peirce, Peano, Zennelo, Frege, Russell, Hubert,
etc., pour fonder ce que nous appelons aujourd'hui I'AXIOMATIQUE.
Ecrire mathematiquement la logique, puis ecrire mathematiquement les
mathematiques, impliquait la constitution d'un reseau ramifie de nota-
tions dont les couches s'imbriquaient l'une dans l'autre, la superieure
ecrivant celle d'au-dessous, la PENSANT dans une radicalite formelle
inaccessible au psychologisme. Evidemment, le projet grandiose de
Leibniz est loin d'etre atteint, et Γόη ne connait qu'un seul livre qui
applique l'axiomatique un domaine non mathematique: la Construc-
tion logique du monde de Rudolf Carnap.
Ce n'est pas cette retombee positiviste du projet formalisateur qui
nous interessera ici, et ce n'est pas la semiotique du cercle de Vienne
qui regle la demarche dont nous nous reclamons aujourd'hui.
Si nous nous arretons I'AXIOMATIQUE c'est pour indiquer que la
S£MIOTIQUE dont ce recueil presente quelques essais, est, pour les sys-
temes signifiants en langage non-formalise, ce que l'axiomatique est pour
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.

les langues formelles. Du moins, la semiotique suppose-t-elle le meme


recul - la meme demarche d'abstraction — par rapport aux systemes
signifiants 'naturels' que celui que se donne l'axiomatique pour saisir
les systemes signifiants formels. Et ce n'est pas un hasard si le terme de
SEMIOTIQUE a ete defini par un des axiomaticiens les plus actifs: Charles
Sanders Peirce:
"Logic, in its general sense is, as I believe I have shown, only another name
for SEMIOTIC (σημειωτική), the quasi-necessary, or formal doctrine of signs.
By describing the doctrine as "quasi-necessary", or formal, I mean that I
observe the characters of such signs as we know, and from such an observa-
INTRODUCTION: LE LIEU S£MIOTIQUE 3
tion, by a process which I will not object to naming Abstraction, we are led
to statements, eminently fallible, and therefore in one sense by no means
necessary, as to what MUST BE the characters of all signs used by a "scientific"
intelligence, that is to say, by an intelligence capable of learning by experi-
ence. As to the process of abstraction, it is itself a sort of observation. The
faculty which I call abstractive observation is one which ordinary people
perfectly recognize, but for which the theories of philosophers sometimes
hardly leave room. It is a familiar experience to every human being to wish
for something quite beyond his present means, and to follow that wish by
the question, "Should I wish for that thing just the same, if I had ample
means to gratify it?' To answer that question, he searches his heart, and in
doing so makes what I term an abstractive observation. He makes in his
imagination a sort of skeleton diagram, or outline sketch, of himself, con-
siders what modifications the hypothetical state of things would require to
be made in that picture, and then examines it, that is, observes what he has
imagined, to see whether the same ardent desire is there to be discerned. By
such a process, which is at bottom VERY MUCH LIKE MATHEMATICAL REASON-
ING, WE CAN REACH CONCLUSIONS AS TO WHAT WOULD BE TRUE OF SIGNS IN
ALL CASES, SO LONG AS THE INTELLIGENCE USING THEM WAS SCIENTIFIC." 1

C'est pourtant Ferdinand de Saussure qui a le premier postule nette-


ment la possibilite et la necessito de fonder une science des systemes de
signification en langages naturels.2 Sans faire allusion ä Peirce, mais
comme s'il obeissait ä la tendance qui dominait la pensee scientifique
de l'6poque marquee par la decouverte axiomatique, Saussure etend la
saisie scientifique ä toute signifiance, lorsqu'il provoit la possibilite
d'etudier chaque manifestation sociale comme un Systeme de signes.
Par ce geste meme, le concept 'd'homme', tel que la Renaissance 1'avait
placo au centre de Pinteret scientifique, est ecarte, les systemes de
signes lui sont substitues et la voie est ouverte ä la science dans un
domaine dit 'humain' ou mieux 'social', devenu enfin formalisable.
"On peut done concevoir une science qui etudie la vie des signes au sein de
la vie sociale; eile formerait une partie de la psychologic sociale, et par
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.

consequent de la psychologic gonerale; nous la nommerons SEMIOLOGIE (du


grec semeion, 'signe'). Elle nous apprendrait en quoi consistent les signes,
quelles lois les regissent. Puisqu'elle n'existe pas encore, on ne peut dire ce
qu'elle sera; mais eile a droit ä Pexistence, sa place est determinoe d'avance.
La linguistique n'est qu'une partie de cette science gonerale, les lois que
decouvrira la semiologie seront applicables ä la linguistique, et celle-ci se
trouvera ainsi rattachee ä un domaine bien defini dans l'ensemble des faits
1
Ch. S. Peirce, "Logic as Semiotic: the Theory of Signs", in Philosophical
Writings.
2
On entendra par "langages naturels" les difforents systemes signifiants non-
fomels, c.-a-d. bien entendu le discours verbal, mais aussi les pratiques gestuelles,
picturales, musicales, etc.
4 JULIA KRISTEVA

humains. C'est au psychologue ä determiner la place exacte de la semio-


logie." s
C'est la linguistique qui va rendre la semiologie possible: la linguistique,
dans la mesure ou eile adopte le concept de signe 'arbitraire' et pense
la langue comme un Systeme de differences. La visee epistemologique
profonde du postulat saussurien "le signe est arbitraire"4 n'est-elle pas
de poser un Systeme de MARQUES (sans dehors, sans 'contenu', sans
remplissage substantiel), susceptible d'etre note dans un formalisme et
rejoignant ainsi l'idee leibnizienne de calcul universel? En raison de
cette possibilite du Systeme verbal de se reduire en MARQUES AUTO-
NOMES, Saussure prevoit la linguistique comme "patron general de toute
semiologie":
"... les signes entierement arbitraires realisent mieux que les autres 1'ideal
du proc6de semiologique; c'est pourquoi la langue, le plus complexe et le
plus repandu des systemes d'expression, est aussi le plus carateristique de
tous; en ce sens la linguistique peut devenir le patron general de toute
semiologie, bien que la langue ne soit qu'un Systeme particulier." 5
Or, des Saussure, il est clair que la transposition du projet axiomatique
dans les langages naturels rompt avec la soi-disant neutralite formelle
de l'axiomatique et meme de la logique et de la linguistique, pour
penetrer dans un univers complexe - celui du SOCIAL ou la somiotique
ne pourra pas pretendre etre autonome par rapport ä une THUORIE
(sociologique, anthropologique, psychanalytique, etc.). Construire le
modele d'un Systeme signifiant 'nature!' exige d'abord une prise de posi-
tion theorique concernant cette signifiance. Le formalisme a besoin
d'une theorie qui assure la VALEUR SEMANTIQUE de ses marques et de
leur combinatoire. Sans cette theorie — semantique du formalisme assu-
rant sa correspondance avec Objet' theoriquement construit-, la semio-
tique est une naivete. La semiotique sera done une theOrie ou ne sera
pas. Le scientifisation qu'elle implique ne pourra pas se faire sans une
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.

nette prise de conscience de la matrice theorique qui la presuppose.


Modele scientifique et matrice theorique interferent done, la science du
signe devient inseparable de la theorie du signe, la demarche formelle
- d'une Philosophie.
II ne s'agira evidemment pas de reprendre les consid6rations philo-
sophiques sur le fonctionnement symbolique, considerations qui ont
s
Cours de linguistique gtnerale, p. 33.
4
Pour la critique de l'arbitraire du signe, cf. £. Benveniste "Nature du signe
linguistique", in Problemes de linguistique generate (Paris, Gallimard, 1966).
5 Ibid., p. 101.
INTRODUCTION: LE LIEU SEMIOTIQUE 5
souvent traite de la particularite du SIGNE (ainsi le XVIII6me siecle
frangais, de Rousseau ä Condillac et d'Holbach; sans oublier la lutte
husserlienne centre le psychologisme) jusqu'ä s'emparer du terme meme
de S£MIOTIQUE: tel le Nouvel Organon de Jean-Henri Lambert (1764)
dont les quatre parties sont intitulees: (1) Dianologie ou theorie de la
pensee; (2) Alethiologie ou theorie de la verite; (3) S£MIOTIQUE ou
thoorie de la designation des pensees et des choses; (4) Phenomenologie
ou th6orie de l'apparence. La semiotique rend justement impossible le
vieux discours philosophique, et au moment oü eile l'entend, c'est pour
en faire une theorie susceptible de renouveler ses formalismes.
Car il s'agira de faire de la semiotique un lieu focal dans lequel se
rencontrent diverses recherches theoriques aussi bien que formelles sur
Je fonctionnement signifiant; de ne pas la restreindre ä une pure nota-
tion qui ne s'interroge pas sur ses presupposes, mais de lui permettre
de renouveler ses modeles en renouvelant sa theorie, de fake d'elle un
lieu oü les MODELES S'£LABORENT. La semiologje devrait done etre le
point vigilant de la science, puisqu'elle n'a pas d'autre raison d'etre que
de penser la signifiance, done aussi ses propres lois. Science sans ferme-
ture, eile absorbe les decouvertes theoriques telles qu'elles se produisent
dans l'histoire de la pensee (de la critique philosophique ä la science
psychanalytique et ä l'histoire de la societe) et se reformule, done pose
une S^MANTIQUE qui exige de nouveau formalismes concernant les sys-
temes signifiants.
Ce projet fait de la semiotique un MODE DE PENSEE, une METHODE
qui penetre aujourd'hui toutes les sciences sociales, tous les discours
scientifiques ou theoriques concernant les modes de signifier (l'an-
thropologie, la psychanalyse, l'epistemologie, l'histoire, la critique litte-
raire, l'esthotique), et occupe la ligne meme oü se joue la lutte entre
science et Ideologie. Rempla?ant la philosophic classique, la semiotique
devrait etre la theorie scientifique de l'epoque dominee par la science.
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.

Dans 1'etat present de la recherche, il est impossible de definir de


fa?on nette et unifiante les limites et les methodes de la semiotique. Ce
recueil, loin d'avoir une teile ambition, ne fait que presenter certaines
analyses et reflexions telles qu'elles ont ete publiees par "Recherches
s&niotiques", section de la revue Information sur les sciences sociales,
de Janvier 1967 ä decembre 1968,6 et qui concernent les systemes sig-
9
Cette section a 6t6 cr66e grace ä un effort commun et ä la collaboration du
Cönseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines, et du Conseil
International des Sciences Sociales. La responsabilito de la redaction a confi6e
ä la Commission des Publications et du Doveloppement, constituoe lors de la
6 JULIA KRISTEVA

nifiants, de meme que la matrice du SIGNE qui est supposee leur servir
de base.
Disparates, inegaux, hesitants, les essais semiotiques d'aujourd'hui
temoignent pourtant que dans le discours scientifique moderne un LIEU
specifique commence ä se degager, lieu encore non pense nlais dont les
effets ne manqueront pas de se ropercuter sur tout le Systeme du savoir.
Cette specificite du lieu semiotique consiste ä nos yeux dans le fait que
le discours scientifique prend un recul par rapport ä ce qui le constitue,
ä savoir, le DISCOURS, le SYSTEME SIGNIFIANT, et qu'il en cherche les
lois, les principes d'organisation, les structures ou les transformations.
Autrement dit, de nos jours le DISCOURS du sujet connaissant se met en
position de connaitre LES DISCOURS. Un Systeme signifiant se tourne vers
les systemes signifiants dont il fait partie, done dans une certaine mesure
se retourne sur lui-meme, cherche les LOIS de la signifiance et les TYPES
de signifiance differents et independents des structures de sä propre
signifiance.
Est-il possible de poser comme täche ä ce qui signifie de marquer
comment 'signifier' fonctionne? Serait-ce enfermer la pensee dans un
cercle vicieux oü la transcendance se camouflerait sous des alibis scien-
tifiques? Sinon, qu'implique ce retournement de 'signifier' sur 'signi-
fier'?
Nous sommes loin de penser que la semiotique actuelle est depourvue
de residu ideologique et naivement metaphysique. Au contraire, c'est
de l'ideologie et de Fidealisme des sciences dites humaines qu'elle
emerge peniblement, en faisant un pari: non pas de devenir la science
des sciences, mais de se reserver un lieu critique pour desintriquer -
pour analyser — ce qui se presente comme langage (systemes artistiques,
discours scientifique, religieux, politique, social, etc.). L'espace homo-
gene du Sens se voit ainsi demembre: une PLURALITE de systemes
signifiants s'en degage. Cette pluralite differenciee, il est vrai, reste
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.

definitivement fixee ä un POINT stable et central: celui du savoir, du


discours scientifique emetteur des modeles ä travers lesquels il presente
les systemes signifiants. Mais si Ton applique jusqu'au bout les principes
de la demarche semiotique, le discours du savoir devrait s'attaquer ä ses
propres lois dans la mesure oü elles sont les lois d'un Systeme signifiant
particulier. On voit comment il resultera de cette attaque - pourvu qu'on

Deuxieme Conforence Internationale de S6miotique (Kazimierz nad Wisla, 12-19


septembre 1966). Cette publication est continu6 actuellement par la revue Semio-
tica (redacteur en chef: Thomas A. Sebeok), Organe de V Association Internationale
de Semiotique.
INTRODUCTION: LE LIEU SEMIOTIQUE 7
1'applique immanquablement dans chaque procedure semiotique - un
eclatement de ce lieu superieur et neutre qu'est aujourd'hui 1'instance
ideologique du savoir pour decouvrir ä sa place l'absence de 'sujef:
une formulation analytique qui - sans se donner 1'illusion d'une verite
- dissout pour constituer, c.-a-d. pour preparer ä une nouvelle dis-
solution, tout Systeme qu'elle aborde ('son objet') ou dont eile se sert
(son 'modele')· Lieu d'elaboration des modeles, de leur confrontation
avec les systemes signifiants, de leur mise ä l'epreuve, la semiotique est
la demarche meme qui ne peut etre close.
est facile, done, de se rendre compte en quoi consiste la radicalite
de l'innovation semiotique. Science des signifiances, science aussi de la
science comme type de signifiance, la semiotique ouvre un champ
epistemologique particulier: anti-totalisant, anti-subjectif, anti-theolo-
gique, non-homogene, mais differencial, transformatif, renouvelant
incessamment son propre trajet. Pensee qui pense les pensees et se
pense, la semiotique serait un discours qui obeit aux lois de I'axiomati-
sation et ä celles de leur analyse, c.-a-d. de leur remise en cause par le
renouveau theorique, empechant ainsi le positivisme comme retombee
ideologique du savoir dans les sciences dites humaines, de meme que
le transcendentalisme philosophique pris dans le piege de ses divagations
sans objet resistant.
Les essais semiotiques qui suivent ne sont que les premiers pas de
cette tendance que la semiotique representera un jour, vu la place nodale
qu'elle occupe dans le savoir. Premieres tentatives encores chargees de
vieux presupposes sociologiques, esthetiques ou positivistes, mais qui
indiquent l'expansion de la semiotique comme METHODE dans divers
domaines de la signification: philosophie, anthropologie, histoire, psy-
chanalyse, psychiatrie, esthetique, critique litteraire, linguistique, etude
de la communication animale, etc.
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.
Copyright © ${Date}. ${Publisher}. All rights reserved.