Vous êtes sur la page 1sur 2

MEDAKENE Abdelaala

2ème année master Littérature francophone générale et comparée


Littérature et théories

Le texte que nous avons à analyser est extrait de l’Etat de siège, une
pièce théâtrale écrite en 1948 par Albert Camus (1913 - 1960), l’écrivain qui
fait partie des hommes de Lettres qui ont marqué le XXe siècle. Camus est né
dans le village de Saint Paul à Mondovi en Algérie, il est à la fois un écrivain,
un dramaturge, un essayiste, un journaliste et un philosophe français. Il est
notamment connu pour ses idées humanistes fondées sur la prise de conscience
de l'absurdité de la condition humaine et ses prises de positions politiques.
Camus a écrit plusieurs œuvres marquantes, parmi lesquelles L'Etranger en
1942, Le Mythe de Sisyphe en 1942 et La Peste en 1947.

Cet extrait est un discours monologique d’un officier étranger adressé


aux Espagnols, les habitants de la ville de Cadix plus précisément, un discours
qui marque la vision supérieure d’un despote envers le peuple, avec un langage
qui ne cesse à les mépriser, la raison pour laquelle Camus lui donne un nom qui
lui convient : La peste.

Ce dictateur se présente autoritaire dès le début en disant aux Espagnols que


son droit à régner est indiscutable, tout en leur montrant leur « vices », qui sont
selon lui « un peu romanesques » avec un ton de supériorité agressive qui se
traduit dans sa volonté à leur vexer. Dans la suite, il déclare l’état de siège, et il
commence à donner ses ordres, commençant par l’interdiction du pathétique,
de l’angoisse du bonheur, le visage stupide des amoureux, la contemplation des
paysans et l’ironie. Il remplace tous ces émotions qui donnent sens à la vie par
« l’organisation », ce qui lui mène à séparer les femmes des hommes.

C’est ici donc où Camus nous illustre la vie dans un régime autoritaire, un
régime qui met à l’écart tout ce qui relève de la vie et de l’humanité, avec
l’usage de son antonyme : la mort, la chose la plus préférée pour La Peste. Le
nouveau gouverneur « malgré son peuple » leur informe que leur mort
« aléatoire » et ce « désordre » sera administré, une excellente représentation de
MEDAKENE Abdelaala
2ème année master Littérature francophone générale et comparée
Littérature et théories
l’esprit autoritaire par Camus qui montre que celui-ci veut contrôler même le
destin qui « a pris ses bureaux », et c’est ainsi les choses pour assurer la
manipulation et la soumission d’un peuple.

La mort est donc inévitable avec une telle épidémie qui se présente sous
forme d’un régime politique totalitaire, d’une occupation et d’une dictature, et
qui alimente ça force de la peur et de la soumission, ce qui cloche un appel à
une révolte contre ces régimes qui ne fonctionnent jamais selon les intérêts de
leurs peuples.