Vous êtes sur la page 1sur 6

Planche no 15. Normes matricielles.

Corrigé

Exercice no 1
+∞
X (k)
k
P (0)
1) • Soit P ∈ E. Si on pose P = ak X , il existe n ∈ N tel que ∀k > n, ak = 0. Donc kPk∞ = Sup
, k∈N =
k!
k=0
Max{|ak |, 0 6 k 6 n} existe dans R.
• ∀P ∈ E, kPk∞ > 0.
• Soit P ∈ E. kPk∞ = 0 ⇒ ∀k ∈ N, |ak | 6 0 ⇒ ∀k ∈ N, ak = 0 ⇒ P = 0.
• Soient P ∈ E et λ ∈ R. kλPk∞ = Max{|λak |, 0 6 k 6 n} = |λ| Max{|ak |, 0 6 k 6 n} = |λ|kPk∞.
X X
• Soient P = ak Xk et Q = bk Xk deux polynômes. Pour k ∈ N, |ak + bk | 6 |ak | + |bk | 6 kPk∞ + kQk∞ et donc
k>0 k>0
kP + Qk∞ 6 kPk∞ + kQk∞ .

k k∞ est une norme sur E.

2) ∀P ∈ E, kf(P)k∞ = kPk∞ et en particulier ∀P ∈ E, kf(P)k∞ 6 kPk∞ . Puisque f est un endomorphisme de E, ceci


montre que f est continue sur (E, k k∞ ).

f ∈ Lc (E, k k∞ ).

Exercice no 2
• La linéarité de ∆ est claire et de plus ∆ est un endomorphisme de E car si u est une suite bornée, ∆(u) l’est encore. Plus
précisément,

∀u ∈ E, ∀n ∈ N, |∆(u)n | 6 |un | + |un+1 | 6 2kuk∞ et donc ∀u ∈ E, k∆(u)k∞ 6 2kuk∞ .

Puisque ∆ est un endomorphisme de E, ceci montre que ∆ est continu sur E.


• La linéarité de C est claire et de plus C est un endomorphisme de E car si u est bornée, C(u) l’est encore. Plus
précisément,
n
1 X
∀u ∈ E, ∀n ∈ N, |(C(u))n | 6 kuk∞ = kuk∞ et donc ∀u ∈ E, kC(u)k∞ 6 kuk∞ .
n+1
k=0

Puisque C est un endomorphisme de E, ceci montre que C est continu sur E.


Exercice no 3
1) Soit f ∈ E.

Z1 Z 1 Z x

kTfk1 = |Tf(x)| dx = f(t) dt dx

0 0 0
Z 1 Z x 
6 |f(t)| dt dx
0 0
Z Z
1 1
! Z 1
6 |f(t)| dt dx = kfk1 dx = kfk1 .
0 0 0

Ainsi, ∀f ∈ E, kTfk1 6 kfk1 . Puisque que T est un endomorphisme de E, ceci montre que T est continu sur (E, k k1 ).

kTfk1
2) Posons A = , f ∈ E \ {0} . A est une partie non vide R.
kfk1
kTfk1
D’après ce qui précède, ∀f ∈ E \ {0}, 6 1. Donc, A est une partie non vide et majorée de R. On en déduit que
kfk1
Sup(A) existe dans R. De plus, 1 est un majorant de A et donc Sup(A) 6 1.
Pour n ∈ N et x ∈ [0, 1], posons fn (x) = (1 − x)n . Pour n ∈ N,

c Jean-Louis Rouget, 2015. Tous droits réservés.


1 http ://www.maths-france.fr
Z1 1
(1 − x)n+1

n 1
kfn k1 = (1 − x) dx = − = ,
0 n+1 0 n+1
Zx
1
puis pour x ∈ [0, 1], Tfn (x) = (1 − t)n dt =(1 − (1 − x)n+1 ) et donc
0 n+1
Z1 Z1  
1 n+1 1 1 1
kTfn k1 = |Tfn (x)| dx = (1 − (1 − x) ) dx = 1− = .
0 n + 1 0 n + 1 n + 2 n + 2
kTfn k1 n+1
On en déduit que ∀n ∈ N, Sup(A) > = .
kfn k1 n+2
n+1
En résumé, ∀n ∈ N, 6 Sup(A) 6 1. Quand n tend vers +∞, on obtient Sup(A) = 1.
n+2
Supposons qu’il existe f ∈ E\{0} tel que kTfk1 = kfk1 . On en déduit que
! chaque inégalité écrite au début de la question
! 1) est
Z 1 Z x  Z1 Z1 Z1 Z1 Zx
une égalité et en particulier |f(t)| dt dx = |f(t)| dt dx ou encore |f(t)| dt − |f(t)| dt dx = 0.
0 0 0 0 0 0 0
Z1 Zx
Par suite, ∀x ∈ [0, 1], |f(t)| dt − |f(t)| dt = 0 (fonction continue, positive, d’intégrale nulle) puis en dérivant la
0 0
dernière inégalité, ∀x ∈ [0, 1], |f(x)| = 0 et finalement f = 0. Ceci est une contradiction et donc la borne supérieure n’est
pas atteinte.
Exercice no 4

+ kf(x)kF
1) • Soit f ∈ Lc (E, F). On sait qu’il existe C ∈ R
tel que ∀x ∈ E, kf(x)kF 6 kxkE . Par suite, est , x ∈ E \ {0}
kxkE
kf(x)kF
une partie non vide et majorée (par C) de R. On en déduit que Sup , x ∈ E \ {0} existe dans R ou encore kfk
kxkE
existe.
• Pour tout f ∈ Lc (E, F), kfk > 0.
kf(x)kF
• Soit f ∈ Lc (E, F) tel que kfk = 0. Alors, pour tout x ∈ E \ {0}, 6 kfk = 0 puis kf(x)kF = 0 puis f(x) = 0 ce qui
kxkE
reste vrai pour x = 0. Donc, f = 0.
• Soient f ∈ Lc (E, F) et λ ∈ K. Pour tout x ∈ E \ {0},

kλf(x)kF kf(x)kF
= |λ| 6 |λ|kfk.
kxkE kxkE

kλf(x)kF
Donc, |λ|kfk est un majorant de , x ∈ E \ {0} . Puisque kλfk est le plus petit de ces majorants, on en déduit
kxkE
que kλfk 6 |λ|kfk.
Inversement, si λ = 0, on a |λ|kfk = 0 = kλfk et si λ 6= 0,

1 1
kfk = λf
6 kλfk,
λ |λ|
et donc |λ|kfk 6 kλfk puis kλfk = |λ|kfk.
• Soit (f, g) ∈ (Lc (E, F))2 . Pour x ∈ E \ {0},

k(f + g)(x)kF kf(x)kF kg(x)kF


6 + 6 kfk + kgk.
kxkE kxkE kxkE

k(f + g)(x)kF
Donc, kfk + kgk est un majorant de , x ∈ E \ {0} . Puisque kf + gk est le plus petit de ces majorants, on
kxkE
en déduit que kf + gk 6 kfk + kgk.
On a montré que k k est une norme sur Lc (E, F).

kf(x)kF
2) Posons A = , x ∈ E \ {0} , B = {kf(x)kF , kxkE = 1}.
kxkE
 
kf(x)kF x
On a B ⊂ A. Inversement, pour x ∈ E \ {0}, = f
∈ B et donc A ⊂ B. Par suite, A = B et en particulier,
kxkE kxkE F
Sup(A) = Sup(B).

c Jean-Louis Rouget, 2015. Tous droits réservés.


2 http ://www.maths-france.fr
kf(x)kF
3) Pour tout x ∈ E \ {0}, on a 6 kfk et donc kf(x)kF 6 kfkkxkE ce qui reste vrai pour x = 0.
kxkE
Donc, pour tout x ∈ E, kf ◦ g(x)kE 6 kfkkg(x)kE 6 kfk × kgk × kxkE puis pour x ∈ E \ {0},

kf ◦ g(x)kE
6 kfk × kgk.
kxkE
Ceci montre que kf ◦ gk 6 kfk × kgk.
4) Supposons de plus que dim(E) < +∞. Soit f ∈ L (E). On sait que f est continue sur (E, k kE k) et donc que
Sup {kf(x)kE , kxkE = 1} existe dans R.
{x ∈ E/ kxkE = 1} est une partie fermée (image réciproque du fermé {1} de R par l’application continue x 7→ kf(x)kE ) et
bornée de l’espace (E, k kE k). D’après le théorème de Borel-Lebesgue, {x ∈ E/ kxkE = 1} est un compact de (E, k kE k).
L’application x 7→ kf(x)kE est continue sur ce compact à valeurs dans R. On sait alors que l’application x 7→ kf(x)kE
admet un maximum sur {x ∈ E/ kxkE = 1} et donc kfk = Max {kf(x)kE , kxkE = 1}
Exercice no 5
1) ∀A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R), kAk∞ = Max{|ai,j |, 1 6 i, j 6 n}.
n
X
2
Soient A = (ai,j )16i,j6n et B = (bi,j )16i,j6n . Posons AB = (ci,j )16i,j6n où ∀(i, j) ∈ J1, nK , ci,j = ai,k bk,j .
k=1
Pour (i, j) ∈ J1, nK2 ,
n
X n
X
|ci,j | 6 |ai,k ||bk,j | 6 kAk∞ kBk∞ = nkAk∞ kBk∞ ,
k=1 k=1

kABk∞
et donc, kABk∞ 6 nkAk∞ kBk∞ . Ainsi, ∀(A, B) ∈ (Mn (C) \ {0})2 , 6 n.
kAk∞ kBk∞
kA0 B0 k∞
De plus, pour A0 = B0 = (1)16i,j6n 6= 0, kA0 k∞ = kB0 k∞ = 1 puis kA0 B0 k∞ = knA0 k∞ = n et donc = n.
kA0 k∞ kB0 k∞
Ceci montre que

kABk∞
Sup , (A, B) ∈ (Mn (C) \ {0})2 = n.
kAk∞ kBk∞

En particulier, k k∞ n’est pas une norme sous-multiplicative.


X
2) ∀A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R), kAk1 = |ai,j |. Avec les notations précédentes,
16i,j6n
n
X X
X
kABk1 = |ci,j | = ai,k bk,j



16i,j6n 16i,j6n k=1
n
!
X X X
6 |ai,k ||bk,j | = |ai,k ||bk,j |
16i,j6n k=1 16i,j,k6n
X
6 |ai,j ||bk,l | = kAk1 kBk1 .
16i,j,k,l6n

2 kABk1
Donc ∀(A, B) ∈ (Mn (R) \ {0}) , 6 1.
kAk1 kBk1
kA0 B0 k1
De plus, pour A0 = B0 = E1,1 , on a A0 B0 = E1,1 et donc = 1. Ceci montre que
kA0 k1 kB0 k1

kABk1
Sup , (A, B) ∈ (Mn (C) \ {0})2 = 1.
kAk1 kBk1

En particulier, k k1 est une norme sous-multiplicative.


X
s
• ∀A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R), kAk2 = a2i,j . Avec les notations précédentes,
16i,j6n

c Jean-Louis Rouget, 2015. Tous droits réservés.


3 http ://www.maths-france.fr
n
!2
X X X
kABk22 = c2i,j = ai,k bk,j
16i,j6n 16i,j6n k=1
n
! n
!
X X X
6 a2i,k b2k,j (inégalité de Cauchy-Schwarz)
16i,j6n k=1 k=1
! !   
X n
X n
X X X X
= a2i,k b2l,j = a2i,k b2l,j =  a2i,k   b2l,j  = kAk2 kBk2
16i,j6n k=1 l=1 16i,j,k,l6n 16i,k6n 16j,l6n

2 kABk2
Donc ∀(A, B) ∈ (Mn (R) \ {0}) , 6 1.
kAk2 kBk2
kA0 B0 k2
De plus, pour A0 = B0 = E1,1 , on a A0 B0 = E1,1 et donc = 1. Ceci montre que
kA0 k2 kB0 k2

kABk2 2
Sup , (A, B) ∈ (Mn (C) \ {0}) =1
kAk2 kBk2

En particulier, k k2 est une norme sous-multiplicative.


Exercice no 6
Soit N une norme sur Mn (R). D’après l’exercice no 5, k k1 est une norme sous-multiplicative.
Puisque Mn (R) est un espace vectoriel de dimension finie sur R, N et k k1 sont des normes équivalentes. Par suite, il
existe deux réels strictement positifs α et β tels que αk k1 6 N 6 βk k1 .
2
Pour (A, B) ∈ (Mn (R)) ,
β
N(AB) 6 βkABk1 6 βkAk1 kBk1 6 N(A)N(B)
α2
β
et le réel k =est un réel strictement positif tel que ∀(A, B) ∈ (Mn (R))2 , N(AB) 6 kN(A)N(B).
α2
1 2
Remarque. Le résultat précédent signifie que N ′ = N est une norme sous-multiplicative car pour (A, B) ∈ (Mn (R)) ,
K
1 1 1 1
N ′ (AB) = 2 N(AB) 6 2 N(A)N(B) = N(A) N(B) = N ′ (A)N ′ (B).
k k k k

Exercice no 7
Non, car si A = E1,1 6= 0 et B = E2,2 6= 0 alors AB = 0 puis N(AB) < N(A)N(B).
Exercice no 8
• Pour k k1 . Soient A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) puis X = (xi )16i6n ∈ Mn,1 (R).

n X
X n


kAXk1 =
a x
i,j j

i=1 j=1
  !
Xn Xn n
X n
X
6  |ai,j ||xj | = |xj | |ai,j |
i=1 j=1 j=1 i=1

n
  n

X X
6 |xj | Max |ai,j |, 1 6 j 6 n = Max{kCj k1 , 1 6 j 6 n} × kXk1 ,
j=1 i=1

en notant C1 ,. . . , Cn les colonnes de la matrice A. Donc,



kAXk1
∀A ∈ Mn (R), Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} 6 Max {kCj k1 , 1 6 j 6 n} .
kXk1

Soit alors j0 ∈ J1, nK tel que kCj0 k1 = Max{kCj k1 , 1 6 j 6 n}. On note X0 le vecteur colonne dont toutes les composantes
sont nulles sauf la j0 -ème qui est égale à 1 de sorte que AX0 = Cj0 . X0 est un vecteur non nul tel que

c Jean-Louis Rouget, 2015. Tous droits réservés.


4 http ://www.maths-france.fr
n
X
kAX0 k1 = |ai,j0 | = Max {kCj k1 , 1 6 j 6 n} × kX0 k1 .
i=1

En résumé,
kAXk1
(1) ∀X ∈ Mn,1 (R) \ {0}, 6 Max {kCj k1 , 1 6 j 6 n},
kXk1
kAX0 k1
(2) ∃X0 ∈ Mn,1 (R) \ {0}, = Max {kCj k1 , 1 6 j 6 n}.
kX0 k1
On en déduit que

kAXk1
∀A ∈ Mn (R), Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = Max {kCj k1 , 1 6 j 6 n}.
kXk1

• Pour k k∞ . Soient A = (ai,j )16i,j6n ∈ Mn (R) puis X = (xi )16i6n ∈ Mn,1 (R). Pour i ∈ J1, nK,

 
n n n
X X X

|(AX)i | = ai,j xj 6 |ai,j ||xj | 6  |ai,j | kXk∞
j=1 j=1 j=1
 
X n 
6 Max |ai,j |, 1 6 i 6 n kXk∞ = Max {kLi k1 , 1 6 i 6 n} × kXk∞ ,
 
j=1

en notant L1 ,. . . , Ln les lignes de la matrice A. Donc,



kAXk∞
∀A ∈ Mn (R), Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} 6 Max{kLi k1 , 1 6 i 6 n}.
kXk∞

Soit alors i0 ∈ J1, nK tel que kLi0 k1 = Max{kLi k1 , 1 6 i 6 n}. On pose X0 = (εi )16i6n où ∀j ∈ J1, nK, εj est un élément
ai0 ,j
de {−1, 1} tel que ai0 ,j = εj |ai0 ,j | (par exemple, εj = si ai0 ,j 6= 0 et εj = 1 si ai0 ,j = 1).
|ai0 ,j |
 
 X n

kAX0 k∞ = Max ai,j εj , 1 6 i 6 n
 
j=1

n n
X X

> ai0 ,j εj = |ai0 ,j | = kLi0 k1 = Max{kLi k1 , 1 6 i 6 n} × kX0 k∞ .
j=1 j=1

En résumé,
kAXk∞
(1) ∀X ∈ Mn,1 (R) \ {0}, 6 Max {kLi k1 , 1 6 i 6 n},
kXk∞
kAX0 k∞
(2) ∃X0 ∈ Mn,1 (R) \ {0}, > Max {kLi k1 , 1 6 i 6 n}.
kX0 k∞
On en déduit que

kAXk∞
∀A ∈ Mn (R), Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = Max {kLi k1 , 1 6 i 6 n}.
kXk∞

Exercice no 9
Soit D = diag(λi )16i6n ∈ Dn (R). Pour X = (xi )16i6n ∈ Mn,1 (R),
v v
u n 2 2 u n
uX u X
kDXk2 = t λi xi 6 t(ρ(D))2 x2i = ρ(D)kXk2 ,
i=1 i=1

De plus, si λ est une valeur propre de D telle que |λ| = ρ(D) et X0 est un vecteur propre associé, alors

kDX0 k2 = kλX0 k2 = |λ|kX0 k2 = ρ(D)kX0 k2 .

c Jean-Louis Rouget, 2015. Tous droits réservés.


5 http ://www.maths-france.fr
En résumé
kDXk2
(1) ∀X ∈ Mn,1 (R) \ {0}, 6 ρ(D),
kXk2
kDX0 k2
(2) ∃X0 ∈ Mn,1 (R) \ {0}, = ρ(D).
kX0 k2

kDXk2
On en déduit que ∀D ∈ Dn (R), Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = ρ(D).
kXk2
Soit alors A ∈ Sn (R). D’après le théorème spectral, il existe P ∈ On (R) et D = diag(λi )16i6n ∈ Dn (R) tel que A = PDt P.
De plus ρ(A) = ρ(D). Pour X ∈ Mn,1 (R),

kAXk2 = kPDt PXk2


= kD(t PX)k2 (car P ∈ On (R) ⇒ ∀Y ∈ Mn,1 (R), kPYk2 = kYk2 )
= kDX ′ k2 où on a posé X ′ = t PX.

Maintenant l’application X 7→ t PX = X ′ est une permutation de Mn,1 (R) car la matrice t P est inversible et donc X décrit
t
Mn,1 (R) si et seulement si X ′ décrit M n,1 (R). ′
De′ plus, pour tout vecteur colonne X, kX k2 = k PXk2 = kXk2 . On en
kAXk2 kDX k2
déduit que , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = , X ′ ∈ Mn,1 (R) \ {0} et en particulier,
kXk2 kX ′ k2

kAXk2 kDXk2
Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = ρ(D) = ρ(A).
kXk2 kXk2

kAXk2
∀A ∈ Sn (R), Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} = ρ(A).
kXk2

2) • ρ : Sn (R) → R+ est bien une application de Sn (R) dans R+ .


A 7 → ρ(A)
• Soit A ∈ Sn (R) telle que ρ(A) = 0. Toutes les valeurs propres de A sont nulles. Puisque A est diagonalisable, A est
semblable à la matrice nulle et donc égale à la matrice nulle.
• Soient A ∈ Sn (R) et λ ∈ R. Si Sp(A) = (λ1 , . . . , λn ), alors Sp(λA) = (λλ1 , . . . , λλn ) et en particulier, ρ(λA) = |λ|ρ(A).
2
• Soit (A, B) ∈ (Sn (R)) . Pour tout X ∈ Mn,1 (R) \ {0},

k(A + B)Xk2 kAXk2 kBXk2


6 + 6 ρ(A) + ρ(B),
kXk2 kXk2 kXk2

k(A + B)Xk2
et donc ρ(A + B) = Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} 6 ρ(A) + ρ(B).
kXk2

kAXk2
L’application A 7→ ρ(A) = Sup , X ∈ Mn,1 (R) \ {0} est donc une norme sur Sn (R) (et de plus cette norme est
kXk2
sous-multiplicative d’après l’exercice no 4, 3)).

c Jean-Louis Rouget, 2015. Tous droits réservés.


6 http ://www.maths-france.fr