Vous êtes sur la page 1sur 212

 

 
Evalu
E uation de  la Siituattion   
  des  Ecoles Prrima
aires Pub bliques 
  ett  
  C èges P
Collè  Publlics   
  en
n Pérriode
e de C
 Crise e  
  à Madag gascaar  
   
 

   

     
 
 
 
UNICEF  
Mai 2010

 
 
 
 
REM
MERCIEMEENTS 
 
 
 
Ceette  évaluattion  de  la  situation 
s dess  écoles  et  des  collègess  publics  en n  période  dee  crise  à 
M
Madagascar  a été  l’occassion  pour  l’ééquipe  de  CO
a  ORE‐DEV  Eng gineering  dee  s’engager  dans 
d une 
mission rendu ue délicate p par le contexxte politique,, de s’impréggner de la question com mplexe de 
l’ééducation daans le secteur public, d’observer sur lle terrain la rréalité du cadre scolaire publique 
en n 2010, d’ideentifier des ssituations liéées aux évènements de l’année 2009 9 à Madagascar et de 
dééterminer  l’aampleur  de  la  crise  sur  le  secteur  public 
p de  l’EEducation.  Cee  travail  a  exigé 
e une 
mobilisation  rapide  de  compéten nces  sachan nt  relever  les  nuances  d’une  situation 
exxceptionnellee, la crise, ett sachant preendre le recu ul nécessairee pour faire  un état obje ectif de la 
sccolarisation ddans les étab blissements p publics primaaires et post‐primaires en 2010. 
 
CO ORE‐DEV  Engineering  reemercie  touttes  les  personnes  qui  ont  o participéé  à  l’enquêtte  et  ont 
facilité le dérooulement du travail sur lee terrain. 
 
No os  remerciements  vont  en  particulier  à  la  Reprrésentation  de  l’UNICEF  à  Madagascar  en  la 
peersonne  de  Madame  Do orothée  KLAUS,  Chef  de e  la  Section  Politique  Soociale  et  de  Madame 
M
Margarita  FOCCAS  LICHT,  Chef  de  la  Section 
S Educcation,  ainsii  qu’à  la  Spéécialiste  en  Politique 
Soociale, Madame Olga RAMAROMANA ANA, et à l’AAdministrateur de l’Educa ation, Madame Irène 
RA ASOLOFONIA AINA, pour leeur disponib bilité et leurss conseils po our la bonnee réalisation  de cette 
évvaluation.  
 
M
Merci aux coll aborateurs d des équipes d’enquête ssur le terrain, les superviseurs d’enqu uête Nick 
FAANOMEZANTTSOA, Claudiin MILIARISO ON, Georgettte RASOARITTOMPO et lees enquêteurrs Sitraka 
RA ABEMANANJJARA,    Gh hislaine  RAHERIARIMALLALA,  Alain n  RAKOTOTTIANA,  And drianiaina 
RA ALAIVAOHITA A,  Nirina  RA
AMAMIARIVEELO,  Roméo  RAZAFIMAN NDIMBY  pou ur  l’efficacité
é  de  leur 
traavail et pourr leur ténacitté dans la réaalisation dess objectifs dee l’enquête.  
 
Lee  chef  mission  de  cettte  évaluation  est  le  Drr.  Nelly  RAN NAIVO  RABEETOKOTANYY  avec  la 
coollaboration  de  l’évaluatteur  quantitaatif,  Mamy  Harivelo 
H RAN NDRIAMAHA ARO‐ANDRIAMALALA, 
M
M.Sc. Eng.  
 
 
            Pr. Nicole J.S‐
P ‐T. RAMANA AMBE 
            CORE‐DEV En
C ngineering 
 
 
   

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    1 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
 
SOMMAIREE 
   
REMERC CIEMENTS ........................................................................................................................................ 1 
SOMMA AIRE .................................................................................................................................................. 2 
LISTE DEES FIGURES ....................................................................................................................................... 5 
LISTE DEES TABLEAUX X .................................................................................................................................. 8 
ABREVIA ATIONS ........................................................................................................................................... 10 
RESUMEE EXECUTIF ..................................................................................................................................... 11 
INTRODU UCTION ......................................................................................................................................... 47 
PARTIE 11: LE PERIMEETRE DE L’EV VALUATION ............................................................................................ 48 
1.1..  LES OBJECTTIFS DE L’EVA ALUATION ............................................................................................ 49 
1.2..  LA DEMARC ODOLOGIQUEE ....................................................................................... 50 
CHE METHO
1.2..1.  LA COLLECTE DES DONNEES ............................................................................................. 51 
1.2..2.  UTILS UTILISES ......................................................................................................... 52 
LES OU
1.2..3.  LES ZO UETE ..................................................................................................... 53 
ONES D’ENQU
2 : L’ANALYSE DES DONN
PARTIE 2 NEES COLLECTTEES .................................................................................. 54 
2.1  UN DIAGNO COLES ................................................................................................... 55 
OSTIC DES EC
2.1..1   COLES PRIMA
LES EC AIRES ET LES COLLEGES D CRISE ........................................ 55 
DURANT LA C
a.  Selon les m n et rural .............................................................................................. 56 
milieux urbain
b.  La proximitté ............................................................................................................................. 56 
c.  Des cas spéécifiques .................................................................................................................. 58 
2.1..2   LES EC RMES FACE A
COLES REFOR A LA CRISE ........................................................................ 58 
2.1..3   CTURES EXISTTANTES .................................... 61 
REF ETAT DESS LIEUX DES INFRASTRUC
UN BR
a.  Le ratio élèèves par sallee ............................................................................................................ 61 
b.  Les infrastrructures auxiliaires .................................................................................................. 62 
ATIQUES ................................................................................................................... 63 
2.2  LES THEMA
2.2..1.  LES INSCRIPTIONS ............................................................................................................. 63 
a.  Le cas des EPP .......................................................................................................................... 63 
CEG .......................................................................................................................... 65 
b.  Le cas des C
c.  Le cas particulier des nouveaux élèves provenant du privé ................................................... 66 
2.2..2.  LE RED NT .......................................................................................................... 69 
DOUBLEMEN
a.  Le cas des EPP .......................................................................................................................... 69 
CEG .......................................................................................................................... 71 
b.  Le cas des C
2.2..3.  BANDONS................................................................................................................. 73 
LES AB
a.  Le cas des EPP .......................................................................................................................... 73 
CEG .......................................................................................................................... 75 
b.  Le cas des C
2.2..4.  L’ABSEENTEISME ................................................................................................................ 77 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    2 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
a.  Le cas des EPP .......................................................................................................................... 77 
b.  Le cas des C
CEG .......................................................................................................................... 78 
c.      Les causes de l’absentééisme des élèèves selon le
es enseignan
nts ............................................. 79 
d.      L’absentéisme des ensseignants............................................................................................... 82 
2.2..5.  LA SITUATION DESS ELEVES EN FIN DE CYCLLE SCOLAIRE .................................................. 83 
a.  Le cas des EPP .......................................................................................................................... 83 
b.  Le cas des C
CEG .......................................................................................................................... 85 
2.2..6.  LE ROLE ET LA CHA NSEIGNANTS ..................................................................... 88 
ARGE DES EN
a.  Les heures d’enseignem
ment ..................................................................................................... 88 
b.  L’encadrem
ment des élèvves ....................................................................................................... 90 
c.  La mission de l’enseignant ....................................................................................................... 95 
2.2..7.  LES CO RTES PAR LESS PARENTS D
OÛTS DE LA SSCOLARISATION SUPPOR D’ELEVES ................ 98 
a.  Les dépensses de scolarrisation .................................................................................................. 98 
b.  La question
n des fournittures scolairees ................................................................................... 104 
c.  La lourde responsabilité des parentts .................................................................................... 105 
2.2..8.  MENTAIRE ........................................................................................... 107 
L’INSEECURITE ALIM
2.2..9.  LA QU GENRE ................................................................................................ 110 
UESTION DE G
a.  Le cas des eenseignants ........................................................................................................... 110 
b.  Le cas des éélèves .................................................................................................................... 112 
2.2..10.  LES CO DITRA » ........................................................................... 116 
OMPORTEMEENTS « MAD
3 : UN BILAN A MULTIPLEES FACETTESS ....................................................................................... 118
PARTIE 3
3.1  UN RETARD D MECANIQUUE DANS LESS PROJECTIONS A COURTT TERME .................................. 119 
3.1..1        Des peerformances relatives à l’’application d 07‐2008 .............. 119 
de la réforme depuis 200
3.1..2        Les préévisions de laa réforme no
on réalisées àà cause du dérèglement de 2009 ............. 119 
3.1..3        Une évvaluation de la réforme p nts ............................................................... 119 
par les paren
3.1..4       Le vécu me par les enseignants ..................................................................... 120 
u de la réform
3.2  UNE REGREESSION SENSSIBLE DANS LLES PRE‐REQ
QUIS ............................................................. 120 
3.3  UNE RELEC
CTURE NECESSSAIRE DES INDICATEURSS ................................................................. 122 
3.4  UNE REMISSE EN CAUSEE PROBABLE DU SYSTEMEE EDUCATIF ................................................ 126 
USION ........................................................................................................................................... 127 
CONCLU
ANNEXES ..............................................................................................................................................128 
A.  LES TERMEES DE REFEREENCES ................................................................................................. 130 
B.  LES TERMEES DE LA CRISSE DE 2009 ......................................................................................... 135 
C.  LA METHODOLOGIE ............................................................................................................... 136 
D.  LES OUTILSS DE L’EVALU
UATION ............................................................................................... 138 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    3 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
E.  L’ENQUETEE SUR LE TER
RRAIN .................................................................................................. 149 
F.  MONOGRA
APHIE SOMM
MAIRE DES EC UETEES ......................................................... 151 
COLES ENQU
G.  LES MODESS DE CALCULL .......................................................................................................... 162 
H.  PROFIL DESS ENQUETES ........................................................................................................... 164 
1.  LES  ELEVESS ............................................................................................................................. 164 
2.  LES PARENTS DES ELEV
VES ENQUETEES ................................................................................... 167 
I.  NQUETE .............................................................................................. 169 
LES RESULTTATS DE L’EN
1.  La proximitté ........................................................................................................................... 169 
2.  Les inscripttions ....................................................................................................................... 173 
3.  Le redoublement .................................................................................................................... 180 
4.  Les abando
ons ......................................................................................................................... 184 
5.  L’absentéissme ........................................................................................................................ 187 
6.  Le rôle et laa charge dess enseignantss ..................................................................................... 189 
7.  Les coûts d parents d’élèèves ........................................ 202 
de la scolarisaation supporrtés par les p
8.  L’insécuritéé alimentairee ......................................................................................................... 206 
9.  La question
n de genre .............................................................................................................. 209 
10.  Les comportements « M
Maditra »............................................................................................ 211 
 
   

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    4 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
LISTE DEES FIGURES 

Figure 1 : Carte de loocalisation dees écoles objjet de l’évalu uation ........................................................... 42 
Figure 2 : Carte de loocalisation dees écoles objjet de l’évalu uation à Antaananarivo ................................. 43 
Figure 3 : Instructionns venant des différentess hiérarchies ..................................................................... 55 
Figure 4 : Raisons du u choix de l’éétablissement scolaire ......................................................................... 56 
Figure 5 : Durée du ttrajet entre l’’école et le d domicile ........................................................................... 57 
Figure 6 : Niveau d’in nstructions d des parents .....................
. ..................................................................... 74 
Figure 7 : Taux menssuel d’absenttéisme des éélèves selon les enseignants ........................................... 78 
Figure 8 : Période d’aabsence des  élèves selon n les enseign nants ............................................................. 79 
Figure 9 : Motifs d’ab bsence des éélèves selon les enseignaants ............................................................... 81 
Figure 100 : Motifs d’aabsence des enseignantss selon les ch hefs d’établisssement ................................... 82 
Figure 11 : Niveau d’’instructions des enseign nants dans le es EPP ............................................................ 91 
Figure 122 : Niveau d’’instructions  des enseign nants dans le es CEG ........................................................... 93 
Figure 133 : Nombre d de formation ns reçues par les enseign nants ............................................................. 96 
Figure 144 : Convocattion des pareents par les eenseignants ...................................................................... 97 
Figure 155 : Soutien dde l’Etat au niveau des EP PP ..................................................................................... 99 
Figure 166 : Soutien FFAF au niveau u des EPP .............................................................................................. 99 
Figure 177 : Raisons dde la non‐alim mentation dees élèves ........................................................................ 108 
Figure 188 : Nature du u petit déjeu uner des élèvves .................................................................................. 109 
Figure 199 : Existencee de cantine d dans les EPP P (suivant les formulaires des chefs d’’établisseme ent) .. 109 
Figure 200 : Répartitioon des élèves enquêtés p par sexe, parr âge et par N Niveau .................................... 164 
Figure 21 : Répartitio on des élèves enquêtés p par classe ....................................................................... 164 
Figure 222 : Année dee première sccolarisation ........................................................................................ 165 
Figure 233 : Sources dd’information ns actuelles d des élèves ...................................................................... 165 
Figure 244 : Souhait dde changer d’’établissemeent .................................................................................. 166 
Figure 255 : Les mobilles du souhaait de changeement d'étab blissement .................................................. 166 
Figure 266 : Les raisonns du changeement évoqu uées par les é élèves qui so ont issus d’au utres 
d’établisssement ...................................................................................................................................... 166 
Figure 277 : Le chef dee famille au domicile de l’élève ........................................................................... 167 
Figure 288 : Niveau d’’instruction d du père ............................................................................................... 167 
Figure 299 : Niveau d’’instruction d de la mère .......................................................................................... 168 
Figure 300 : Catégoriee socio‐profeessionnelle du père de l’é élève ........................................................... 168 
Figure 31 : Catégoriee socio‐profeessionnelle de la mère de e l’élève ...................................................... 169 
Figure 322 : Personnee accompagn nant l’élève àà l’école .......................................................................... 169 
Figure 333 : Taille du ggroupe en dééplacement vers l’école .................................................................... 170 
Figure 344 : Moyen dee locomotion n des élèves pour se rend dre à l’école .............................................. 170 
Figure 355 : Période ddes cours ................................................................................................................ 170 
Figure 366 : Heures dee départ dess élèves du domicile vers l’école ....................................................... 171 
Figure 377 : Heures dee retour des élèves à la m maison aprèss l’école ...................................................... 171 
Figure 388 : Fermeturre de l’école  en dehors d des vacancess scolaires ................................................... 171 
Figure 399 : Raisons ddes fermetures des EPP eet des CEG ...................................................................... 172 
Figure 400 : Actes de vvandalisme aau niveau dees EPP et les CEG ............................................................ 172 
Figure 41 : Pourcentage des élèvves ayant red doublé au mo oins une foiss dans leur sccolarité ............... 180 
Figure 422 : Nombre d de redoublem ment durantt la scolarité des élèves eenquêtés ................................. 180 
Figure 433 : Causes dee l’abandon scolaire .............................................................................................. 187 
Figure 444 : Période dd’absence dees élèves selo on les élèvess eux‐mêmess .............................................. 187 
Figure 455 : Motifs d’aabsence des élèves selon n eux‐mêmes ................................................................. 187 
Figure 466 : Absence d des enseignaants selon les élèves ......................................................................... 188 
Figure 477: Motifs d’aabsence des enseignants selon eux‐m mêmes ......................................................... 188 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    5 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
Figure 48
8: Fréquencee d’absence mensuelle d des enseignan nts selon les élèves ................................... 188 
Figure 49
9 : Attitude ddes élèves enn cas d’absence des ense eignants ...................................................... 189 
Figure 50
0 : Profil dess enseignantss.......................................................................................................... 189 
Figure 51 : Répartitioon des enseiggnants enqu uêtés par réggion ............................................................. 190 
Figure 52
2 : Répartitioon des enseiggnants enqu uêtés par nive eau ............................................................. 190 
Figure 53
3 : Répartitioon des enseiggnants enqu uêtés par catégorie et par région .................................. 190 
4 : Situation familiale des enseignantts .................................................................................... 191 
Figure 54
Figure 55
5 : Lieux d’haabitation dess enseignantts .................................................................................... 191 
Figure 56
6 : Sources d d’informationns des enseiggnants des EEPP et des CEEG ........................................... 191 
Figure 57
7 : Nombre d d’années d’aancienneté des enseignan nts dans l’Etaablissement ........................... 192 
Figure 58
8 : Avantagees jouis par lees enseignan nts ................................................................................... 192 
Figure 59
9 : Occupatio on des enseignants en deehors de l’en nseignementt .............................................. 192 
Figure 60
0 : Responsaabilité des en nseignants en n plus de leu ur fonction « enseignant » ......................... 193 
Figure 61: Disponibilité des outilss pédagogiques ................................................................................. 193 
Figure 62
2: Utilisationn des « guidee des kits ensseignants » ..................................................................... 193 
Figure 63
3: Utilisationn de « guide des manuelss de lecture » » ................................................................. 194 
Figure 64
4 : Utilisationn des « manuels scolairees » par les élèves ........................................................... 194 
Figure 65
5: Utilisationn des « manu uels de lecture compléme entaire » par les élèves ............................. 194 
Figure 66
6 : Nombre m moyen de reencontre des enseignantss avec les parents d’élèvees dans l’ann née .. 195 
Figure 67
7 : Périodicitté des réunioons des enseeignants avecc le Directeur de l’Etablisssement .............. 195 
Figure 68
8: Taux d’utilisation des fiches de prééparation paar les enseign nants selon eeux‐mêmes ......... 195 
Figure 69
9 : Temps dee préparation n journalier d des cours selon les enseiignants ................................... 196 
Figure 70
0: Taux d’ach hèvement du u programme scolaire se elon les enseignants .................................. 196 
Figure 71 : Applicatioon du prograamme officieel dans l’ense eignement .................................................. 197 
Figure 72
2 : Nombre m moyen de co ontrôles passsés aux élève es dans l’ann née .......................................... 197 
Figure 73
3 : Fréquencce des devoirrs de maison donnés auxx élèves ....................................................... 197 
4: Méthodess de suivi effeectuées par les enseignaants pour les élèves en diifficulté ............... 198 
Figure 74
Figure 75
5 : Qualité des relations des enseignaants avec less parents d’éélèves...................................... 198 
6 : Types de soutien fourrnis par les eenseignants aaux élèves en
Figure 76 n difficulté ............................. 198 
Figure 77
7 : Participattion ou appaartenance à u un  réseau d’’enseignantss » ........................................... 199 
Figure 78
8 : Evolutionn de la qualité des relatio ons entre les enseignantss et le chef d’’établisseme ent ... 199 
Figure 79
9 : Evolutionn de la qualité de l’enseiggnement disp pensé selon les élèves ............................... 199 
Figure 80
0 : Evolutionn des résultatts scolaires o obtenus selon les élèves ................................................ 200 
Figure 81 : Taux des élèves continuant à étud dier à la maisson ............................................................. 200 
Figure 82
2 : Raisons qqui font que lles élèves n’éétudient pass à la maison .............................................. 200 
3 : Personnee aidant les éélèves aux deevoirs de maison ............................................................ 201 
Figure 83
Figure 84
4 : Nombre m moyen annuel de convoccations des p parents par lees enseignan nts ....................... 201 
5 : Lieu d’habitation des élèves ................................................................................................ 202 
Figure 85
6 : Prise en ccharge de la scolarité dess élèves .......................................................................... 202 
Figure 86
7: Dotation een kit scolairre des élèvess ...................................................................................... 202 
Figure 87
8 : Dotation en tablier dees élèves ............................................................................................. 203 
Figure 88
Figure 89
9: Fourniturees scolaires ppersonnelless dont dispossent les élèvees ........................................... 203 
Figure 90
0 : Prise en ccharge des foournitures sccolaires ........................................................................... 203 
Figure 91 : Utilisationn des manueels scolaires par les élève es ................................................................. 204 
Figure 92
2 : Voie de mmise à dispossition des maanuels scolaires .............................................................. 204 
Figure 93
3: Prise en charge du coû ût des manuels scolaires ................................................................... 204 
Figure 94
4 : Type de ssoutien reçu par les élèvees ................................................................................... 205 
5: Cours de rrattrapage bénéficiés par les élèves .................................................................... 205 
Figure 95
Figure 96
6 : Nature du u petit déjeu
uner des élèvves des EPP e et des CEG .................................................. 206 
Figure 97
7 : Apport dee repas de laa maison par les élèves ...................................................................... 206 
Figure 98
8 : Lieu de reestauration ddes élèves à midi ............................................................................... 206 
Figure 99
9 : Qualité du déjeuner d des élèves ........................................................................................... 207 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    6 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
Figure 10
00 : Nature d
du goûter dees élèves ............................................................................................. 207 
Figure 10 du repas du soir des élèvves .................................................................................. 207 
01 : Nature d
Figure 10
02 : Taux dess élèves ayan
nt connu unee période de e non‐alimen ntation .................................... 208 
Figure 10 ntage des élèèves ayant prratiqué des jeux violents dans les EPP
03 : Pourcen P et les CEG ........ 211 
 
 
   

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    7 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
 
LISTE DEES TABLEAUX

Tableau 1: Tableau rrécapitulatif du périmètree de l’évaluaation .............................................................. 44 
Tableau 2 : Répartition des élèvees et enseign nants enquêttés ................................................................. 45 
Tableau 3 : Ratio élèves par sallee dans les EPP ...................................................................................... 61 
Tableau 4 : Ratio élèves par sallee dans les CEG ...................................................................................... 62 
Tableau 5 : Inventairre de trois prrincipales inffrastructuress auxiliaires d des EPP et dees CEG réuniis ....... 62 
Tableau 6: Liste des tthématiquess ............................................................................................................ 63 
Tableau 7 : Evolution n du Taux d’IInscription par catégorie et par genree dans les EP PP .......................... 64 
ème
Tableau 8 : Evolution n du Taux d'Inscription dans les EPP R Réformes en n 7  année ............................. 64 
Tableau 9 : Evolution n des Taux d’’Inscription d dans les CEG G à partir de 2 2007‐2008 ............................... 66 
Tableau 10 : Pourcen ntage de nou uveaux élèvees provenantt des écoles p privées par rrapport ................. 67 
Tableau 11 : Pourcen ntage de nou uveaux élèvees provenantt des écoles p privées par rrapport ................. 68 
Tableau 12 : Taux dee Redoublem ment par catéégorie et par genre dans les EPP ..................................... 69 
Tableau 13 : Taux dee Redoublem ment par région dans les EEPP ............................................................... 70 
Tableau 14 : Taux dee Redoublem ment par catéégorie et par genre dans les CEG .................................... 71 
Tableau 15 : Taux dee Redoublem ment par région dans les C CEG ............................................................... 72 
Tableau 16 : Taux d’A Abandon dan ns les EPP ............................................................................................. 73 
Tableau 17 : Taux d’A Abandon dan ns les CEG paar catégorie et par genree ............................................... 75 
Tableau 18 : Taux d’A Absentéismee des élèves des CEG selo on les enseiggnants ....................................... 78 
Tableau 19 : Taux meensuel d’abssentéisme paar région dess élèves des EEPP et des CEG confondu us ...... 80 
Tableau 20 : Taux dee réussite à l’’examen du C CEPE par cattégorie et paar genre .................................... 83 
Tableau 21 : Evolutio on du taux d’’Inscription àà l’examen d du CEPE par ccatégorie et par genre ............. 84 
Tableau 22 : Taux dee réussite à l’’examen du BEPC par cattégorie et paar genre .................................... 85 
Tableau 23 : Taux d’IInscription à l’examen du u BEPC par catégorie et p par genre ................................. 86 
Tableau 24 : Evolutio on du taux d’’Inscription àà l’examen d du BEPC par ccatégorie et par genre ............. 87 
Tableau 25 : Heures d’enseignem ment hebdom madaire danss les EPP selo on les enseiggnants ................... 88 
Tableau 26 : Taux d’aachèvementt du program mme dans less EPP ............................................................. 89 
Tableau 27 : Heures d’enseignem ment hebdom madaire danss les CEG selon les enseiggnants .................. 89 
Tableau 28 : Nombree d’élèves paar enseignant dans les EP PP selon les eenseignants .............................. 91 
Tableau 29 : Ratio élèves par ensseignant dan ns les EPP surr la base des formulairess ............................. 92 
Tableau 30 : Ratio no ouveaux enseignants FRA AM vs nouve eaux enseign nants dans les EPP .................... 92 
Tableau 31 : Nombree d’élèves paar enseignant dans les CEEG selon les eenseignants ............................. 94 
Tableau 32 : Ratio élèves par ensseignant dan ns les CEG sur la base dess formulairess remplis parr les 
chefs d’éétablissemen nt ............................................................................................................................. 94 
Tableau 33 : Ratio dees nouveauxx enseignantss FRAM vs no ouveaux enseignants dan ns les CEG su ur la base 
des form
mulaires remplis par les cchefs d’établiissement .......................................................................... 95 
Tableau 34 : Taux d’aachèvementt du program mme dans less CEG ............................................................. 95 
Tableau 35 : Evolutio on des coûts de la scolariisation suppo ortés par less parents d’élèves des EP PP ..... 100 
Tableau 36 : Evolutio on du Budgett total des EP PP selon les chefs d’étab blissement .............................. 101 
Tableau 37 : Evolutio on du montaant des cotisaations FRAM M des parentss des EPP enccaissées .............. 101 
Tableau 38 : Evolutio on des coûts de la scolariisation suppo ortés par less parents d’élèves des CEEG .... 102 
Tableau 39 : Evolutio on des droitss d’inscription dans les CEEG selon les formulaires remplis par les chefs 
d’établisssement ...................................................................................................................................... 103 
Tableau 40 : Evolutio on du montaant des cotisaations FRAM M des parentss des CEG encaissées ............. 103 
Tableau 41 : Evolutio on du Budgett total des CEG selon les chefs d’étab blissement .............................. 104 
Tableau 42 : Pourcen ntages de no ouveaux enseeignants FRA AM par sexe ................................................ 111 
Tableau 43 : Pourcen ntage de nou uveaux enseiignants FRAM M par sexe .................................................. 111 
Tableau 44 : Récapitulatif des ind dicateurs cléés de la scolarisation par genre, par m milieu et .............. 113 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    8 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
Tableau 45 : Récapitulatif des ind dicateurs cléés de la scolarisation par genre, par m milieu et .............. 115 
Tableau 46 : Récapitulatif des ind dicateurs cléés pour les EP PP ............................................................... 124 
Tableau 47 : Récapitulatif des ind dicateurs cléés pour les CEEG ............................................................... 125 
Tableau 48: Evolutio on du Taux d''Inscription d dans les EPP par niveau, par genre, par type et paar 
catégorie pour l’enseemble et jusqu’ au CE ............................................................................................ 173 
Tableau 49 : Evolutio on du Taux d d'Inscription dans les EPP P par niveau, par genre, p par type et par 
catégorie ................................................................................................................................................. 174 
Tableau 50 : Pourcen ntage des élèèves provenaant des école es privées paar rapport au ux nouveaux élèves 
totaux dans les  EPP par niveau, par genre, par type et paar catégorie ................................................ 175 
Tableau 51 : Taux d’iinscription au CEPE par ggenre, par type et par cattégorie ................................... 177 
Tableau 52 : Evolutio on du Taux d d'Inscription dans les CEG G par niveau,, par genre, p par type et p par 
catégorie ................................................................................................................................................. 177 
Tableau 53 : Pourcen ntage des élèèves provenaant des école es privées paar rapport au ux nouveaux élèves 
totaux dans les CEG par niveau, p par genre, paar type et paar catégorie .................... . ............................ 179 
Tableau 54 : Taux d’iinscription au BEPC par ggenre, par tyype et par cattégorie .................................... 180 
Tableau 55 : Taux dee redoublemeent dans les EPP par nive eau,  par gen nre, par type et par catéggorie 181  
Tableau 56 : Taux dee redoublemeent dans les CEG par nive eau,  par gen nre, par typee et par catéggorie 182 
Tableau 57 : Taux d’A Abandon dan ns les EPP paar niveau,  paar genre, parr type et par catégorie ........... . 184 
Tableau 58 : Taux d’A Abandon dan ns les CEG paar niveau,  par genre, par type et parr catégorie ........... 186 
Tableau 59 : Récapitulatif des ind dicateurs dans les EPP, p par genre, par milieu et p par catégorie ....... 209 
Tableau 60 : Récapitulatif des ind dicateurs dans les CEG, p par genre, paar milieu et p par catégorie e .......210 
 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                    9 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecoles Primaires Pub
 
A
ABREVIATION
NS 
 
 
 
APC     : Appproche Par lees Compéten nces 
BAC    : Bacccalauréat 
BAC/EN   : Bacccalauréat en n éducation
BEPC    : Breevet d’Etudess du Premier Cycle  
CAE    : Cerrtificat d’Aptiitude à l’Enseignement
CAP/EB   : Cerrtificat d’Aptiitude Professsionnel/Enseeignement dee Base 
CE    : Couurs Elémenta aire 
CEG    : Collège d’Enseig gnement Gén néral 
CEPE    : Cerrtificat d’Etuddes Primairees et Elémenttaires 
CP    : Couurs Préparato oire 
CISCO    : Circconscription Scolaire 
CM    : Couurs Moyen 
DREN    : Direection Régionale de l’Edu ucation Natio onale 
EPP    : Ecoole Primaire P Publique 
EPT    : Eduucation Pour  r Tous 
ESS    : Ensseignant Sem mi‐Spécialisé
FAF    : Fiombonana An ntoka amin’n ny Fampand drosoana (partenariat pour le développement 
de l’école) 
FRAM    : Fikaambanan’nyy Ray Aman‐D Dreny (assocciation des paarents d’élèvves) 
FID    : Fonnds d’Interveention pour lee Développem ment 
FMI    : Fonnds Monétairre Internatio onal 
HAT    : Hau ute Autorité de la Transittion 
MAP    : Maadagascar Acction Plan 
MEN    : Minnistère de l’EEducation Na ationale 
ONG    : Orgganisation No on Gouverneementale 
PAM    : Pro
ogramme Alim mentaire Mo ondial 
PIB    : Pro
oduit Intérieu ur Brut 
PNUD    : Pro
ogramme dess Nations Un nies pour le D
Développemeent 
RN    : Rouute Nationalee 
SIRAMA  : Socciété Sucrièree Malgache
TA    : Tauux d’Abandon n 
TDR    : Terrmes de Réféérence 
TR    : Tauux de Redoub blement 
ZAP    : Zonne Administra ative et Pédaagogique 
 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    10 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
 
 
 

©copyrightt  
Claasse Préparatoire  CORE‐DEV engineeering 

 
 
  ©copyright  
Classe
e EPP réforme
CORE‐‐DEV engineering 
                   RESSUME EX
XECUTIF
 

Classse EPP urbain  ©copyright  
COR
RE‐DEV engineering

©ccopyright  
CORE‐DEV engineering  Classe EPP rural 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    11 
uation des Ecolees Primaires Pub
RESSUME EXECU
UTIF 
 
1. Le coontexte  
 
Le  dééroulement  complexe  dee  la  vie  polittique  malgacche  depuis  2009 
2 et  le  dérèglement  de  la  vie 
écono omique  et  sociale 
s duran nt  cette  même  année  ont o influé  su ur  le  fonctionnement  du u  secteur 
public de l’Education. Il néceessite une ph hotographie  urgente de  l’état de la sscolarisation n dans les 
écolees  primaires  et  collèges  publics,  loccalisés  dans  la  capitale  et  sa  périph hérie,  en  réggions,  en 
milieu urbain et een milieu rurral. 
 
La  crrise  de  2009
9  constitue  la  rencontre  de  circonstances  con njoncturelles  aggravant  l’état  de 
pauvreté. Ce tauxx de pauvretté est passé  de 68% à 65 5,4% de 2005 5 à 2008, maais le Programme des 
Natioons Unies po our le Dévelo oppement (P PNUD) fait re emarquer que ce recul n’’est pas significatif et 
qu’en n 2009 ce tau ux est à nouvveau revenu à 68%1.  
 
Le deernier constaat2 du Fond M Monétaire In nternational (FMI) sur M Madagascar,  annonce que e l’année 
2008  était  l'annéée  de  tous  les  records  en  termes  de  croissancce  pour  la  G Grande  Ile  avec 
a une 
croisssance du PIB B réel à 7,1%. En 2009, lee PIB réel estt évalué à ‐5% % et est projjeté à ‐1% en n 2010 et 
à 3,7% % en 2011. Q Quant à la Banque Mond diale dans saa note de févvrier 2010, elle préconise e de faire 
plus  en  faveur  de 
d l’éducatio on  sans  « qu
u’il  faille  dép
penser  davantage,  (…)  d dans  le  courrt  terme. 
L’urgence est surttout de dépeenser mieux.. » 
 
Les activités prévvues par le M Ministère de  l’Éducation  Nationale (M MEN) pour l’’année 2009 9 ont été, 
pourttant, affectéées par la situation de déérèglement ggénéralisé de l’État malggache durant l’année 
2009.  
 
La  mission 
m a  eu  à  mesurer  et  à  analyser  la  situation  des  écolles  primaires  publiques  (EPP)  et 
collègges  d’enseiggnement  général  (CEG)  publics  en  période  dee  crise  en  teenant  comp pte  de  la 
réforme  du  systtème  éducattif  engagée  depuis  l’an nnée  2007  et 
e de  trois  années  scolaires  de 
référence 2007‐2 2008, 2008‐2009, 2009‐2010.  
 
2. La mé éthodologie 
 
Pour  répondre  aux  attentes  des  Termes  de  Références  (TDR),  l’évaluation  aa  décidé  d’approcher 
quantitativementt et qualitativvement le péérimètre d’évaluation.  
 
Cependant, pour éviter toutee analyse parrtisane de la crise, l’évalu uation s’est aabstenue de solliciter 
les avvis techniquees des respo onsables du  MEN et de cceux de la Direction Régionale de l’EEducation 
Natioonale  (DREN),  de  la  Circconscription  Scolaire  (CISSCO)  ainsi  que  de  la  Zone  Administtrative  et 
Pédagogique (ZAP). 
 
L’évaluation a exclusivement  porté l’obseervation sur  deux types d d’établissem ments scolaires, d’une 
part  les  Ecoles  Primaires 
P Puubliques  (EPPP)  et  les  Co ollèges  d’Enseignement  Général  (CEG)  sans 
réforme et d’autrre part les éccoles réformes, telle que la situation a été vécue « à la base » ».  

1
Note de laa Banque Mondiaale février 2010.
2
Informatioons sur http://ww
ww.moov.mg/ recuueillies par Soloffo Andrianjakariv
velo, publiées le 26
2 avril 2010.

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    12 
uation des Ecolees Primaires Pub
Ces aacteurs évolu uant au sein  du périmètrre scolaire so ont les chefs des établisssements scollaires, les 
enseiignants, les  élèves, les p parents d’élèèves représe entant égalem ment la  com mmunauté de e  chaque 
lieu dd’implantatio on de l’établiissement sco olaire enquêtté.  
 
Les  outils 
o élaborrés  pour  chaaque  groupee  d’acteurs  cibles  ont  été  é le  formu ulaire  pour  les  chefs 
d’établissement, les question nnaires pour les élèves ett les enseignaants, les guid des d’entretiien dirigé 
pour  les élèves ett les enseign nants, les guides de focus group pour les parentss. Ils ont été destinés 
pour tous les étab blissements scolaires publics choisis (EPP/CEG, urbain/rural, école réform me). 
 
L’évaluation s’app puie sur les iindicateurs ssuivants : 
 L’évolution n du taux d’innscription, 
 Le taux d’abandon, 
 Le taux de redoublemeent, 
 Le taux d’absentéisme,, 
 L’évolution n des coûts dde la scolarisaation supporrtés par les p parents. 
 
3. L’anaalyse des don nnées 
 
Répartis  sur  les  axes 
a géograp phiques  Norrd‐Ouest,  Centre‐Est  et  Sud, 
S 65  étabblissements  scolaires 
publiics constitueent le cadre d de cette évaluation, soit 33 EPP et C CEG en milieu u urbain et 3 32 EPP et 
CEG een milieu rurral.  
 
3.1. Situation de
S s écoles  
 
S
Selon  les  enseignants,  depuis  la  crise  de  20 009,  leurs  relations 
r avvec  la  hiérarchie  de 
l
l’administrat tion  scolairee  se  sont  prrincipalemen nt  concentréées  autour  d du  directeurr  d’école. 
C
Celui‐ci  leurr  transmet  les  consign nes  d’ordre  administratif  et  d’ord dre  pédagoggique  et 
c
concentre de e fait les déccisions relatives au foncctionnement  de l’école eet celles relatives aux 
q
questions su ur la réforme. 
 
Lees écoles prim maires et less collèges du urant la crisee : 
 
L
L’observatio n sur le terraain a fait le cconstat suivant: 
 La  proximité  de  l’école  par  rapport  au  domicile  est  confirmée   par  64%  de es  élèves 
comme un indicaateur essenttiel dans le choix des parrents pour inscrire leurs e enfants à 
l’écoole publique.. Elle s’est avvérée sécurissante pour lees élèves dan ns les zones urbaines 
duraant les périod des violentess de la crise d de 2009. 
 Des établissements scolairess des commu unes urbaines d’Antananarivo, de Maahajanga, 
d’Anntsirabe,  de  Fianarantsoaa,  d’Ambosittra  et  une  école 
é du  disttrict  d’Antannanarivo‐
Atsimmondrano  ont  fermé  leu urs  portes  environ  une  semaine, 
s au
u  plus  fort  de
e  la  crise 
(marrs  2009),  par 
p mesure  de  sécurité é  et  à  la  suite  de  pprovocation.  Le  CEG 
d’Anntanimena a connu un ép pisode de van ndalisme perrpétré à l’inttérieur de l’é école.  
 Aucu un  établisseement  scolaaire  en  miliieu  rural  n’a  déclaré  avoir  suspe endu  les 
enseeignements p pour cause d de la crise 2009. 
 L’imp pact de la crrise sur l’économie des zo ones d’implaantation des  écoles cause des cas 
fréqu uents  d’abandons  scolaires  ou  de  désintérêt 
d d parents  à  la  scolarissation  de 
des 
leurss enfants (CEEG Ihosy, EPP P Sakaraha B Bas, EPP Ando on’Ilakaka). 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    13 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Lees écoles réfo ormes  
 
T
Trois situatio ons distincte es à l’applicaation effectiive du progrramme de rééforme, à la suite de 
l
la crise de 20 009, ont été identifiées ssur le terrain n: 
 Une  situation  radicale 
r par  l’arrêt  totaal  du  programme  (les  EPP  Ankazo obe  Ville, 
Fihao onana, Raram monja et Anttsokay) ; 
 Une situation inttermédiaire par une app plication parrtielle du pro
ogramme de e réforme 
vécu ue  sur  deux  années  sco olaires  (les  EPP 
E Alakamisy,  Ivato‐Ceentre,  Sakah hara  Bas, 
Mah haboboka et Miary Lemattihy); 
 La  poursuite 
p d programm
du  me  de  réfo orme  sans  tenir  comp pte  du  dérè èglement 
génééralisé  du  système 
s durrant  l’année e  2009  (less  EPP  Ambo ohitsoa,  Tsaaralalana, 
Boulevard Manceau, Dzaman ndzar, Anjiam mangirana I).  
 
C état  dess  lieux  des  écoles 
Cet  é réformmes  à  triple  visage  déno ote  une  conffusion  certaine  de  la 
s
situation : 
 Des élèves en 7èm me
 année pou ursuivent la logique de laa réforme ; 
 D’au utres, pourtant, suivent u un cursus dé ésordonné, p passant, d’un ne année sco olaire sur 
l’auttre, d’une EP PP réforme àà une EPP saans réforme  ou d’une EP PP réforme àà un CEG 
sans réforme. 
 
D parentss  d’élèves  s’’inquiètent  sur  l’avenir  de  leurs  enfants  en  EEPP  réforme
Des  es  et  des 
ème
q
questions re stent en susspens sur l’avvenir des élè èves finissantt avec succès la 7  ann née et sur 
ème 
l
la destinatio n des élèvess redoublantss de la 7 année. a
 
T
Toutefois,  il  faudra  atteendre  la  fin  de  l’année  scolaire  20 009‐2010  po our  connaître  le  sort 
r
réservé  à  ces 
c écoles.  En  effet,  rien  n’indique  précisémeent  si  elles  vont  poursuivre  le 
c
chronogram me3 tracé en n 2007‐2008 8 ou si elles  vont évolueer vers une n nouvelle organisation 
e
encore à déf finir.  
 
Lee Ratio élèvees par salle 
 
S
Sachant qu’u une salle acccueille souveent plusieurss classes, le n nombre moyyen d’élèves  par salle 
p
pendant les  trois annéess scolaires so ous revue estt de : 
 70 pour les EPP ;; les EPP sanss réforme en n milieu urbaain sont les p
plus surcharggées avec 
plus de 80 élèvess par salle en n moyenne e et celles en m
milieu rural lees moins surrchargées 
avecc 60 élèves par salle en m moyenne; 
 90 pour les CEG ;; une salle daans les GEG sans réformee en milieu u urbain est uttilisée par 
100 élèves en mo oyenne et en n milieu ruraal par 59 élèvves en moyenne. 
 
Lees infrastructtures auxilia aires 
 
En  un  mot  commee  en  cent,  les  65  étab blissements  scolaires,  objet  de  l’évvaluation, 
manqueent  de  biblio othèques  ett  d’infrastructures  sporttives.  Ils  son nt  dotés  de  latrines, 
malheureusement een majorité n non fonction nnelles. 

3
EPT, p.6 et 11.

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    14 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
3.2. Les thématiq
L ques 
 
D
Dix thématiq ques principaales s’imposeent à l’issue des enquêtees : 
 
3.2.1. Les insccriptions  
 
Le  tauxx  d’accès  n’aa  pas  été  caalculé  faute  de  donnéees  démograp phiques.  Parr  ailleurs, 
certainss  établissemments  scolaires  sont  fréquentés 
f par  des  élèves  résidaant  dans 
différenntes commun nes alentourr. 
Par contre, l’analysee de l’évoluttion du taux d’inscription n, qui est la comparaison n du taux 
d’inscripption  entree  deux  ann nées  scolaires  successsives,  procu ure  des  indications 
intéresssantes.  
 
a. Le cas ddes EPP 
 
L’évoluttion  globale  du  taux  d’innscription  dees  élèves  dees  EPP  sans  réforme  et  réformes 
confond dues est de : 
 5% pour l’ann née scolaire 2 2008‐2009 p par rapport àà 2007‐2008 ; 
 1% pour l’ann née scolaire 2 2009‐2010 p par rapport àà 2008‐2009.  
 
Entre lees années sco olaires 2008‐‐2009 et 200 09‐2010 : 
 Lees  EPP  sanss  réforme  enregistrent  une  évolutio on  globale  dde  1%,  dontt  ‐1%  en 
m
milieu rural (‐‐3% chez les filles) et 3% en milieu urrbain.  
 L’’inscription  au  niveau  des  EPP  réformes  stagnee  dans  l’enseemble  (3%  en  e milieu 
urbain, ‐3% een milieu ruraal). Pour le ccas particulieer de la 7ème année, elle e est de ‐
33%.  Cette  évolution 
é fortement  néggative  décou ule  des  effeets  d’une  appplication 
coonfuse de laa réforme en n 2009‐2010 0. Les décisio ons floues su ur la poursu uite ou la 
suuspension  de 
d la  réform me  ont  créé  de  réelles  perturbatio ons  au  sein  des  EPP 
rééformes et d de certains  CEG, contraignant des p parents à nee pas réinscrrire leurs 
enfants en 7èmeè
 année.  
 
En  2009 9‐2010,  les  effets  écono omiques  négatifs  de  la  crise  au  seein  des  ménages  ont 
amené  des  parentss  à  ne  pas  réinscrire 
r leurs  enfants  ou  ont  con ntraint  les  faamilles  à 
changerr de lieu de rrésidence: 
 L’’évolution  globale 
g du  taux 
t d’inscription  des  élèves 
é des  EEPP  sans  réfforme  et 
rééformes confondues est de ‐20% pou ur la classe d
de CM2. 
 Dans les EPP 
D réformes, en milieu rural, l’évolutio on est de ‐7% % chez les gaarçons et 
de  ‐1%  chez  les  filles.  D’une  part,  lees  parents  préfèrent 
p initier  les  garçons  aux 
trravaux  rurau ux  malgré  qu’ils 
q aient  déjà  suivi  un 
u cursus  d’’au  moins  6  6 années 
d’études  et,  d’autre  part,  limités  financièreme
f ent,  les  parrents  choisissent  de 
sccolariser les cadets au déétriment dess aînés.  
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    15 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Le  ratioo  des  nouvveaux  élèves  provenant  du  privé  par  rapporrt  à  l’ensem mble  des 
nouveaux élèves livvre des tendaances singullières : 
 En  2008‐2009 9,  les  EPP  ont 
o connu  une  u arrivée  tangible  dee  25%  de  nouveaux n
élèves provenant du privvé. Les EPP ssans réformee en milieu u urbain ont e enregistré 
lee  plus  fort  ratio  avec  31%.  Cet  attrait  attestte  l’espoir  d des  parents  pour  le 
programme d de réforme eet pour les sttructures de soutien péd dagogique et matériel 
destinées auxx élèves.  
 En 2009‐2010 0, le ratio esst tombé à 1 10%. Les EPP P sans réforrme en milie eu urbain 
n’enregistren nt  plus  que  17%  de  nou uveaux  élève es  venant  du u  privé.  Cette  baisse 
est expliquéee par le repli vers la cam mpagne des ffamilles dontt les revenus ont été 
érodés par la crise.  
 
b. Le cas ddes CEG 
 
L’évoluttion globale du taux d’insscription dess élèves des C CEG est de : 
 1% pour l’ann née scolaire 2 2008‐2009 p par rapport àà 2007‐2008 ; 
 2% pour l’ann née scolaire 2 2009‐2010 p par rapport àà 2008‐2009.  
 
Entre  lees  années  scolaires 
s 2008‐2009  et  2009‐2010,,  les  détailss  de  cette  évolution 
é
montrent une variattion selon les milieux : 
 En milieu rurral, l’évolution de 6% exxplique l’arrrivée importtante  en millieu  rural 
de  familles  provenant 
p de  la  ville  ett  s’installant  à  la  campaagne  suite  à  la  perte 
d’emploi des parents caussée par la crise de 2009 ;; 
 En  milieu  urb bain,  l’évoluution  de  ‐  0,,3%  confirm me  un  retourr  ou  un  repli  vers  la 
caampagne de e familles insstallées en vville, jusqu’en n 2009, pourr échapper aaux effets 
économiquess de la crise ; 
 Le es  nouveau ux  élèves  des 
d classes  de  3ème  des  d CEG  en n  milieu  ru ural  sont 
entièrement constitués d d’élèves provvenant des é écoles privéees. 
 
La  volonté  des  pareents  de  maintenir  leurs  enfants  dan ns  le  cycle  sscolaire  exprrime  leur 
vision  positive 
p sur  l’école  et  crée 
c ce  phénomène  de  vases  comm muniquant  entre 
e les 
milieux urbain et rural.  
 
Par  ailleeurs,  l’invesstissement  des 
d parents  d’élèves  dees  CEG  en  milieu  rural  dans  la 
scolarisation de leurrs enfants esst un gage su ur l’avenir et ils sont prêtts à tous les sacrifices 
pour less maintenir àà l’école. Ils o ont insisté suur ce point durant les foccus group.  
 
En 2009 9‐2010, le po ourcentage d de nouveauxx élèves pro ovenant du p privé par rap pport aux 
nouveaux élèves tottal baisse de 4,5 points e en pourcentaage par rappo ort à 2008‐2009 
 
Entre 20 008‐2009 et  2009‐2010,  l’évolution du taux d’in nscription paar genre dans les CEG 
présentte deux cas symptomatiq ques :  
 Pour les filles en milieu ru ural, elle est de 8% ; 
 Pour les garço ons en milieu u urbain, ellee est de 1%.
Les garççons du milieu urbain on nt été éloign nés par leurss parents po our d’autres  horizons 
et les filles du milieu rural ont é été encouraggées par leurs parents à rester à l’éccole. 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    16 
uation des Ecolees Primaires Pub
Cette  situation  dénnote  davantaage  les  difficultés  financières  des  m ménages  en  général, 
ceux  dees  familles  d’élèves  pro ovenant  du  privé  en  particulier, 
p q
qu’un  rejet  des  CEG 
publics.  
 
En concclusion,  
 En  2009‐2010 0  les  EPP  ett  les  CEG  ennregistrent  une 
u évolutio on  modérée  du  taux 
global d’inscrription. 
 Une 
U masse  d’élèves  sccolarisés  daans  les  EPP P  ont  dispaaru  du  registre  des 
4
établissemen nts à la rentrrée de 2009‐‐2010 . L’évaaluation n’a p pas été en m mesure de 
co
onnaître,  po
our  l’ensemb ble,  le  sort  de 
d ces  enfants  à  scolarisser  ou  déjà  scolarisés 
s
m
mais non réinnscrits pour l’année 2009 9‐2010. 
 Malgré 
M une  baisse  réellle  de  leur  source  de  revenus,  des  parents  d’élèves 
p
provenant  duu  privé  veullent  maintenir  leurs  enfants  à  l’éco ole  en  les  in
nscrivant 
dans les étabblissements p publics. 
 Pour 
P diverse l classes  de  3ème  des  CEG  en  m
es  raisons,  les  milieu  rural  attirent 
p
particulièremment les élèvves des élève es des écoless privées. 
 
3.2.2. Le redoublement  
 
En marss 2010, 51% des élèves toutes catégo ories confondues affirmeent avoir red doublé au 
moins uune fois duraant leur scolaarité5. 
 
a. Le cas ddes EPP 
 
 Dans 
D l’ensem
mble,  les  EPPP  présententt  un  taux  dee  redoublem ment  (TR)  de e  21%  de 
2007‐2008 veers 2008‐200 09. Ce taux accuse une baisse de 2 po oints en pou urcentage 
de 2008‐2009 9 vers 2009‐2 2010. 
 Laa  baisse  estt  plus  accenttuée  en  milieu  rural  (‐3
3  points)  qu’’en  milieu  urbain 
u (‐1 
point). 
 Lees  EPP  réformes  présen ntent  un  TRR  de  19%  dee  2007‐2008 8  vers  2008 8‐2009  et 
m
montrent la m meilleure baiisse de 2008‐2009 vers 2 2009‐2010 (‐5 5 points). 
 Laa seule EPP  ayant évoqu ué clairement le « zéro reedoublemen nt » est l’EPP Philibert 
Tsiranana Anjjiamangiranaa (Antsohihyy). 
 
L’évoluttion du TR paar genre de 2 2008‐2009 vvers 2009‐20 010 par rappo ort à  2007‐2 2008 vers 
2008‐20 009, se détaiille comme suit : 
 Dans 
D l’ensem
mble,  le  TR  des 
d filles  et  des  garçonss  marque  sensiblement  la  même 
baisse de 2 po oints en pourcentage; 
 lees garçons dees EPP réform mes en milieeu rural ont ffourni les meeilleurs résultats avec 
une baisse dee 9 points ; 
 lees filles des  EPP sans réfforme en milieu urbain ssont les seulles à avoir e enregistré 
une légère haausse de 0,4 point du TR.. 

4
Les calcul s de l’évolution du
d taux d’inscription dans les EPP P pour l’année 20009-2010 donnennt : en EPP réfor m mes et non r éform
me en milieu
rural et u rbbain réunis, pour la classe de C M2
M une évo lutionn de - 15% de fil les
l et - 13% de gaarçons (voir en aannexes tableau 49)4 ; en EPP
réformes e n milieu rural u nen évolution de -30%
- de filles et de - 35% d e ga rçons
r ( voir dans le texte t ableau 8) ; en EPP r éfo
ormes et non
réforme en milieu rural , unne évolution de - 2%
2 de filles ; en EPP réformes en n milieu rural , unne évolution de --7% de gar çons (voir
( dans le
texte tableau 7).
5
Voir en annnexes Figure 41

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    17 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Ces  résultats  sont  un  point  poositif  à  metttre  sur  le  co
ompte  de  laa  mise  en  place 
p des 
nouveaux programmes d’enseiignement. Ils constituen nt un début  de relèveme ent de la 
qualité  de  l’enseign
nement,  sou utenue  par  les 
l formatio ons  successivves  des  ense
eignants, 
organisées depuis 2 2007‐2008.
 
Les  donnnées  fournies  par  les  directeurs 
d ne
e  montrent  pas  suffisam mment  les  raaisons  du 
redoubllement. Mais les parentss d’élèves l’e expliquent p par le manquue d’enseignants, par 
l’insuffissance des in
nfrastructurees, par l’abseentéisme et  la démotivation des ensseignants 
suite à la crise de 20
009. 
 
b. Le cas ddes CEG 
 
Dans l’e ensemble, de e 2007‐2008 8 vers 2008‐2 2009 le TR au u CEG est dee 14%. 
Il  enreggistre  une  léégère  hausse e  de  l’ordre  de  1  point   en  pourcen ntage  en  coomparant 
2007‐20 008 vers 200 08‐2009 et 20 008‐2009 ve ers 2009‐2010 avec les nu uances suivantes: 
 Lee milieu ruraal voit une b baisse de 1 p point du TR  grâce à un m meilleur ratio élèves‐
6
enseignant ,  et  à  une  meilleure  répaartition    dess  équipemen nts  pédagoggiques  au 
seein de l’écolee. 
 Lee milieu urbaain observe une hausse d de 2 points. 
 Lee  TR  de  la  classe  de  3èème  des  CEEG  réformess  observe  la  plus  grande  hausse 
passant de 18 8% à 23% ett particulière ement chez  les garçons  où il passe d de 12% à 
25%. 
 
Les  souubresauts  dee  la  crise  dee  2009  ont  épargné  less  CEG  en  milieu  rural  (‐1  point) 
contrairrement aux C CEG en milieeu urbain (+2 2 points). La crise a eu u un réel impact sur les 
conditio ons et les mo otivations dee travail. 
 
La haussse du TR dans certainess régions s’explique par  les événemeents liés à laa crise de 
2009 : 
 Celui 
C de  la  réégion  Analam
manga  (+2  points) 
p par  laa  succession
n  de  mouvem ments  de 
ru
ue,  déstabillisant  le  co ours  des  en nseignementts  en  milieu u  urbain.  Selon 
S les 
enseignants,  ces perturbaations ont décuplé la déésaffection aux études de es élèves 
m
médiocres, en ntraînant de mauvais réssultats en fin n d’année sco olaire; 
 Celui 
C de  la  région  de  Ihorombe  (+4 4  points)  parr  une  démo obilisation  de
es  élèves 
entraînés  par  leurs  parrents  à  com mbler  les  pertes  de  reevenu  de  laa  famille 
o
occasionnées s par la mauvvaise saison ttouristique d due à la crisee; 
 Celui de la ré
C égion Atsimo o Andrefana  (+0,3 point)) se lit à travvers les mou uvements 
de rue démottivant, selon n les enseignants, les élèvves entraînéés parfois à p participer 
aux scènes dee pillage. 
   

6
Voir danss le texte Tableau 32

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    18 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
En concclusion, 
 Nonobstant l
N la crise de 2009, le TR dans les EPP  a observé u une baisse m mais il est 
encore loin de répondre aux normes des 5% prévvues par l’EP PT. 
 Le e TR dans le es CEG a enrregistré une  légère hausse de 1 poin nt en temps  de crise, 
to
ournant auto our de 15%.
 Néanmoins, 
N un  taux  de
e  redoublem ment  supériieur  à  10%  indique  un n  niveau 
d’études méd diocre  selonn  l’UNESCO. Les entretieens  avec les  enseignantss  des EPP 
et  des  CEG  sont  révélateeurs  car  leurr  jugement  sur 
s le  niveau u  de  leurs  élèves  est 
étrangement  pessimiste..  Les  enseiggnants  du  CEG  C s’en  prennent  sou uvent  de 
m
manière  déto
ournée  à  leuurs  collèguess  du  niveau  primaire  pou ur  dire  que  « la  base 
des connaissaances a été m mal transmisse par les ensseignants et mal assimilé ée par les 
élèves ».  
 
3.2.3. Les abandons  
 
Le phén nomène de l’’abandon sco olaire avant l’obtention d du diplôme d de fin d’étud des (CEPE 
pour  lee  primaire,  BEPC  pour  le  collège)  détermine  l’efficience  interne  du  système 
d’éducaation.  Mais  en 
e général,  il  demeure  complexe  à  cerner  et  laa  crise  de  20 009  en  a 
exacerbbé les contou urs : 
 En  2009‐2010 0,  66%  des  élèves  ne  trrouvent  toujjours  pas  dee  causes  à  l’’abandon 
sccolaire  de  leurs 
l camarrades7,  maiss  14%  retiennent  les  p problèmes  financiers 
f
coomme causee d’abandon de leurs cam marades. 
 L’’augmentation de 10 po oints en pourcentage enregistrée en ntre les anné ées 2007‐
2008  et  200 09‐2010  pou ur  l’argumen nt  financier  comme  un ne  cause  d’’abandon 
sccolaire  indiq
que  que  les  difficultés  financières  deviennent  p plus  visibles  aux  yeux 
des élèves.  
 
a. Le cas d des EPP 
 
Le taux d’abandon (TA) scolaire e enregistre une tendancce inégale: 
 En 2007‐2008 8, il est de 5%
% ; 
 En  2008‐200 09,  il  est  de 
d 6% :  une e  légère  haausse  exprim mant  les  difficultés 
d
reencontrées p par les familles des élève es au cours d de l’année 2 2009 ; 
 En 2009‐2010 0, au momen nt de l’enquê ête (mars 201 10), il est de 2%.  
 
Toutefoois, la situatioon se présen nte différemment en millieux rural ett urbain et e entre EPP 
réformees et non réfforme : 
 En milieu ruraal le TA le plu us élevé est e en 2008‐200 09 avec 9% ; 
 Lees EPP sans  réforme en  milieu rural  ont connu een 2008‐2009 9 le plus fortt TA avec 
10% ; 
 Lee milieu urbain observe  une baisse  continue du TA sur les ttrois années  scolaires 
(l’évaluation  a eu lieu en  Mars 2010,  c’est‐à‐dire  en milieu d’année scolaire 2009‐
2010,  le  tauxx  enregistré  de  2,5%  esst  quasimen nt  la  moitié  de  celui  de e  l’année 
sccolaire précéédente). 

7
Voir en annnexes Figure 43

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    19 
uation des Ecolees Primaires Pub
Deux caauses signifiaantes de l’abandon scollaire des élè èves se maniifestent à traavers des 
comporrtements  d’aabsentéismee  prolongé  ou o de  redoublement  à  rrépétition  (p plus  d’un 
redoubllement): 
 L’’insécurité aalimentaire cchronique daans les zone es rurales enn période de soudure 
entraîne  un  absentéism me  prolongé é  qui,  au‐delà  de  4  m mois  d’abseence,  est 
coomptabilisé  par la direcction de l’éccole comme  un abandon n. La crise de 2009 a 
exacerbé la siituation chroonique de dé érèglement aalimentaire; 
 L’’incapacité  à  suivre  coorrectementt  les  cours  est  corréléée  avec  l’in nsécurité 
alimentaire.  Les  élèves  sont 
s présentts  à  l’école  mais, 
m insuffisamment  no ourris,  ils 
soont  mentaleement  absen nts  et  sont  déconnectéés  du  déroulement  des  activités 
sccolaires. Cess élèves fontt partie des  contingents  de redoublaants qui, déccouragés, 
basculent verrs l’abandon scolaire. 
 
La cause e d’ordre pé édagogique d demeure im mportante po our expliqueer l’abandon  scolaire, 
la  défaiillance  conju
uguée  de  l’é
école  et  de  la  famille  dans 
d le  souttien  pédagoggique  de 
l’élève  est  déterminante. Des  parents,  gé énéralementt  ceux  exerççant  des  pro ofessions 
indépen ndantes  (pettit  commerççant,  artisan,  ...),  trop  accaparés 
a paar  la  recherche  d’un 
maigre revenu sont peu présentts pour résou udre les difficultés scolaires de leurs enfants.  
 
L’accummulation  de  défaillancess  vécue  parr  l’élève  au  sein  de  sa  famille  exp prime  les 
limites  de  celle‐ci  pour  le  so outenir  danns  ses  étud des.  Elle  traaduit  égalem ment  les 
faiblessses de l’écolee pour l’y rettenir: 
 39%  des  en nseignants  ne 
n fournisse ent  aucun  soutien  auxx  élèves  ayyant  des 
problèmes8 aalors que 80% % d’entre eu ux n’assumen nt aucune au utre responsaabilité au 
seein de l’écolee et 85% ne pratiquent aaucune autree activité en d dehors de l’éécole9 ; 
 Lees charges financières pour la scolarrisation dem mandées aux  parents auggmentent 
d’année en an nnée, de l’orrdre de 32% entre 2008‐2 2009 et 2009 9‐2010 10; 
 Lees  préoccup pations  du  ch
hef  d’établisssement  von nt  davantagee  à  la  gestion  du  flux 
sccolaire et au fonctionnem ment de l’éco ole qu’à la qualité de l’ennseignementt.  
 
En somm me, l’élève eest avant touut abandonn né par l’écolee avant d’ab bandonner l’école. 
 
b. Le cas d
des CEG 
 
Le  TA  dans 
d les  CEG
G  diminue  dans 
d l’ensem
mble,  passan
nt  de  4%  en  2007‐2008  à  3%  en 
2008‐20 009, puis à 2% en 2009‐2 2010, au mois de mars 20010.  
Les difféérents taux indiquent qu’entre les an nnées 2007‐22008 et 2008 8‐2009 : 
 Lees élèves du u milieu ruraal ont été less plus nombreux à abandonner l’éco ole, le TA 
passant de 4 à 5% ; 
 Lees élèves du u milieu urbaain ont enregistré une baisse intéresssante, le TA
A passant 
de 4 à 3% ; 
 Lee TA des fillees du milieu rural accuse une hausse de 1% alors que celui less filles du 
m
milieu urbain   enregistre u
une baisse dee 2%. 

8
Voir en annnexes Figure 74
9
Voir en annnexes Figures 599 et 60
10
Voir danns le texte tableauu 35

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    20 
uation des Ecolees Primaires Pub
Le milieeu rural a étté particulièrrement frappé par le ph hénomène d de l’abandon n scolaire 
durant l’année scolaire 2008‐20 009 avec dess nuances: 
 Le es classes de e 6ème11, 4èmee et 3ème ont connu une h hausse de leur TA ; 
 Une 
U entrée  prématurée e  dans  la  prroduction  agricole  ou  d dans  la  pro ospection 
m
minière ou su ur le marché é du travail d décompose ll’abandon des élèves de es classes 
ème èm
me
de 4  et 3  ; 
 Le es  filles12  des  CEG  en  milieu  rural  résistent  mieux 
m à  l’ab
bandon  scolaire  par 
raapport  aux  garçons, 
g davvantage  mobilisés  par  le eurs  famillees  à  la  générration  de 
reevenus néce essaires à la ssurvie collecctive ; 
 
Le TA dees CEG accusse une baissee de 1 point en 2009‐201 10 par rappo ort à 2008‐20 009, alors 
que les coûts de sco olarisation suupportés parr les parents ont augmen nté de 36% 3 pour les 
13

mêmes  années de rrapport. Cettte donnée illustre la volonté des parents à retenir coûte 
que  coû ûte  leurs  enffants  au  CEGG  jusqu’à  l’o
obtention  du u  diplôme  co ouronnant  laa  fin  d’un 
cycle d’études.  
 
En concclusion,  
Le TA en 2008‐2009 9, par rappo ort à l’année e 2007‐2008,, a augmenté dans les EEPP et les 
CEG en milieu rural  et a baissé d dans les EPP P et les CEG e en milieu urb bain 
Les  raissons  réelles  des  abando ons  demeure ent  insaisissaables  mais,  en  période  de  crise 
politiquue,  le  milieu  rural  échap ppant  plus  facilement 
f a réglemen
aux  ntations,  less  parents 
d’élèvess  ont  tendaance  à  retirer  leurs  enffants  du  cirrcuit  scolairee  pour  une  période 
indéterminée.  
En  période  de  crise,  les  élèves  les  mieuxx  protégés  et  e les  mieuxx  soutenus  par  p leurs 
parentss sont les plu us préservés de l’abando on scolaire.
 
3.2.4. L’absenntéisme  
 
Les  donnnées  quanttitatives  surr  l’absentéissme  des  élè èves  provien nnent  exclussivement 
des que estionnaires et des entre etiens menéss auprès dess enseignantts.  
 
Pour paarler d’absen ntéisme en p période de crise, les enseignants évo oquent un « départ » 
des élèvves qu’il leurr est difficilee de qualifierr d’abandon ou d’absenttéisme, de d difficultés 
financièères  de  la  famille  des  élèves  telles  que  l’éccole  tend  à   voir  « disp paraître » 
(«manja avona»)  ses  élèves.  Enffin,  la  crise  de  2009  a  provoqué  u un  déplacem ment  non 
négligeaable de popu ulation, retiraant des élève es à certainss établissemeents publics.  
 
a. Le cas ddes EPP 
 
L’absenntéisme des é élèves des EPP  enregistre : 
 Une hausse d
U de 3 points e en pourcentaage entre 20 007‐2008 et  2008‐2009, reflétant 
le
es  effets  de  la  crise  surr  la  scolarisaation  des  élè
èves  que  less  parents  mobilisent 
m
p
pour des acti vités familiaales lucrative es ; 

11
Une mauuvaise adaptation et un mauvais enncadrement scolaiires expliquent l’abandon prématuuré des élèves de la classe de 6ème.
12
Les famiilles ont répondu favorablement auux programmes pour
p d filles à l’écolee.
le maintien des
13
Voir danns le texte tableauu 38

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    21 
uation des Ecolees Primaires Pub
 U
Un pourcentaage stable dee 21% en maars 2010 au m moment de  l’enquête, trraduisant 
une démobilisation des p parents accapparés par less difficultés dde la vie quo
otidienne 
exacerbées par la crise dee 2009. Le milieu urbain eest particulièèrement con ncerné. 
 
b. Le cas ddes CEG 
 
L’absen ntéisme des é élèves des CCEG marque : 
 Une baisse de
U e 1% entre 2 2007‐2008 ett 2008‐2009 ; 
 Un pourcenta
U age stable dee 8% en marss 2010 au mo oment de l’eenquête ; 
 Lee  TR  observe  en  milieu  rural  une  te
endance  légèèrement  à  laa  baisse  et  en 
e milieu 
urbain une teendance légèèrement à la hausse. 
 
Les  élèèves  des  CEEG  totalisent  un  pourccentage  d’ab bsentéisme  relativemen nt  faible 
comparrativement aaux élèves d des EPP. Leur motivation n aux étudess est plus mature car 
ils sont plus conscients des enjeux de l’école e dans leurs perspectivess d’avenir. 
 
c. Les causses de l’abse entéisme des élèves selo on les enseiggnants 
 
En 2009 9, se sont ajoutés au picc habituel (janvier et févvrier) d’abseentéisme de es élèves, 
les mois critiques d de la crise (m mars et avril). Au mome ent du passaage de l’enq quête, en 
mars 20 010, l’absenttéisme tendaait vers le taaux de 2008‐2009. 
 
Si  la  maladie  justiffie  l’absencee  des  élèvess  selon  70% ons  des  élèvves14,  les 
%  des  citatio
enseignants  mentio onnent  le  problème 
p financier  dess  ménages  (28%) et  less  raisons 
familialees  non  expliicites  (26%)  comme  les  deux  raison ns  principalees  d’absentéisme  des 
élèves. Elles sont liéées aux difficultés de leurr famille: 
 
Les  ensseignants  raapportent  éggalement  un ne  fréquencce  accrue  de  l’absentéiisme  des 
élèves  pour  causee  de  grosseesse  des  élèves‐filles,  d’activités  illicites  (de es  élèves 
15 16
s’adonn nent au comm merce du khat et du con ncombre de mer ), de trravail saisonnier avec 
les pareents, de peu d’intérêt à u une matière p particulière.
 
d. Absenté éisme des en nseignants
 
L’absentéisme  dess  enseignan nts  se  disttingue  par  le  non  respect  dess  heures 
d’enseiggnement.  Dans  les  zones  rurales  les  enseignaants  sont  ob bligés,  chaque  mois, 
d’aller  en 
e ville  pour  toucher  leeurs  salaires.  Cette  abseence  est  commptabilisée  sur  leurs 
heures d d’enseignem ment.  
Les autrres motifs d’absence dess enseignants sont la maladie (24%),  les raisons ffamiliales 
(24%), les déplacem ments pour afffaires admin nistratives (1
18%).  
   

14
Voir en annexes
a Figure 45
15
Le khat est
e une espèce d’aarbuste cultivé daans toute la péninnsule arabique. Il fait l’objet d’un usage
u rituel ancesstral semblable à celui de la
coca où les feuilles fraîches sont mâchées com
mme stimulant coomparable à l’am mphétamine
16
Concombbre de mer ou holothurie, produit des fonds marinss consommable ett très prisé par le marché asiatiquee en particulier ch hinois

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    22 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
En concclusion, 
 L’’absentéism me  des  élève es  et  des  en
nseignants  est  un  param mètre  quasi‐‐constant 
dans les EPP et les CEG su ur les trois années scolaiires. 
 L’’absentéisme  demeure  une  cause  laatente  de  no on  performaance  dans  le système 
éducatif néceessitant une aapproche ap pprofondie du phénomèn ne. 
 Lees  causes  de  l’absentéisme  sont  diirectement  liées  l aux  co
onjonctures  de  la  vie 
économique  et  sociale  (maladie,  inssécurité  alim mentaire,  une  crise  polittique,  …) 
ainsi qu’aux aaléas climatiqques. 
 Devant les dif
D fficultés de leurs conditio ons de vie, lees élèves de CEG se révè èlent être 
plus  conscien nts  de  leur  avenir  et  des 
d sacrificees  financierss  engagés  par  p leurs 
parents pour leur scolarissation. 
 
3.2.5. La situaation des élèves en fin de e cycle scolaaire : 
 
En 2008 8‐2009, les rrésultats auxx examens d de fin  de  cyccle (CEPE et  BEPC) ont  enregistré 
une hau usse positivee par rapportt à l’année sccolaire précéédente.  
 
a. Le cas d des EPP 
 
L’évoluttion  du  tauxx  de  réussite  à  l’exameen  du  CEPE  de  2008‐200 09  est  de  21
1%  entre 
2007‐20 008 et 2008‐2009.  
 
Les bonns résultats àà l’examen d du CEPE se ju ustifient : 
 Par 
P la  mise  en e place  d’u une  organissation  efficace  des  exam mens  dès  laa  rentrée 
2008‐2009 ; 
 Par l’élaborat
P tion des sujeets d’examen n de CEPE en n 2008‐2009 9 guidée par l’APC17.  
 
La crise  de 2009 estt passée au ttravers de ce e dispositif.
 
Selon lees milieux et  les genres,  le taux de rééussite à l’exxamen du CEEPE en 2008‐‐2009 par 
rapport à 2007‐2008 8 présente lees cas suivan nts: 
 Une hausse d
U de 16% en m milieu rural, een particulierr dans les EP PP réformes  avec une 
hausse de 30% % ; 
 Une hausse m
U moindre de 1 11% en milieu urbain, less EPP réform mes faisant le e meilleur 
taaux avec 20%% de hausse ; 
 Lees filles légèèrement pluss performanttes que les ggarçons avecc une hausse e de 15% 
coontre 14% pour les garço ons ; 
 Lees garçons d des EPP réformes donnant dans l’ensemble les m meilleurs sco ores avec 
88%. 
 
Ces don nnées traduissent l’efficaccité de la méthode APC p pour évaluer les compéte ences des 
élèves  en  fin  de  cycle  primaaire,  l’efficie ence  des  EPP 
E réformees  et  le  rendement 
encouraageant pour les EPP du m milieu rural.

17
L’objectiif de l’APC étantt de définir les com
mpétences nécesssaires à chaque éllève pour passer à l'étape suivantee de son parcours scolaire,
pour accédeer à une qualificattion et pour être préparé
p ong de la vie.
à l'apprenntissage tout au lo

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    23 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
L’évoluttion du tauxx d’inscriptio on à l’examen du CEPE po our l’année 2009‐2010 e est de 1% 
par rapp port à l’anné ée scolaire p précédente.  Elle présentte les détails suivants :  
 En  milieu  rurral,  elle  est  de 
d 1%,  avecc  en  particulier  un  bond  de  7%  pour  les  EPP 
rééformes ; 
 En milieu urbain, elle est d de 2% ; 
 Pour les filles, dans l’enseemble, elle esst de 3% con ntre 1% pourr les garçons ; 
 Pour  les  fillees  des  EPP  réformes 
r en
n  milieu  rural,  elle  est  de  8%,  la  meilleure 
m
évolution du ttaux d’inscription à l’exaamen du CEP PE.  
 
L’évoluttion positive e du taux d’inscription àà l’examen d du CEPE pou ur l’année 20 009‐2010 
est relative à un mo ouvement sensible de p populations  et est dépen ndante de laa fiabilité 
des arch hives des étaablissements scolaires.
  
b. Le cas d
des CEG 
 
L’évoluttion du tauxx de réussite à l’examen du BEPC enttre l’année sscolaire 2007 7‐2008 et 
l’année scolaire 200 08‐2009 est d de 34%.  
 
Selon  lees  milieux  ett  les  genres,,  l’évolution  du  taux  de  réussite  à  l’’examen  du  BEPC  en 
2008‐20 009 par rapp port à 2007‐2 2008 présentte: 
 Une hausse d
U de 10% en miilieu rural ; 
 Une hausse v
U vertigineuse  de 80% en m milieu urbain n, avec 88%  de progresssion dans 
lees CEG sans  réforme. Les filles sont  plus perform mantes que  les garçons  avec une 
hausse de 124 4% contre 76 6% pour les ggarçons ; 
 L’’unique omb bre de baissee de l’ordre d de 0,7% s’ob bserve chez  les garçons d du milieu 
ruural dans less CEG sans rééforme.  
 
Les bonns résultats o ont été obtenus car : 
 Le es élèves de e CEG sont cconscients d de leur avenir et de l’invvestissement engagé 
p leurs  parrents  durantt  toute  leur  scolarité.  Aussi 
par  A n’ont‐ills  pas  eu  le  droit  de 
faaillir ; 
 Des questions
D s faisant app pel à l’esprit analytique ssur des sujets très contem mporains 
o
ont été propo osées aux élèèves en matière histoire.  
 
Le  tauxx  d’inscription  à  l’exam men  du  BEP PC  pour  l’aannée  2009‐‐2010  prése ente  une 
diminuttion d’enviro on 13% danss son ensemb ble.  
 
Plus pré écisément : 
 Cette évoluti
C on est de ‐31% dans les CEG sans réfforme en miilieu urbain ; 
 Elle est de ‐34 4% pour les filles des CEG sans réforrme en milieeu urbain. 
 
Les CEGG sans réform me connaissent une hém morragie de  leurs élèvess en classe d de 3ème et 
une sorrtie prématurée des filles en fin de cyycle sans passer l’exameen du BEPC. 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    24 
uation des Ecolees Primaires Pub
Les raisons demeurrent essentie ellement d’o ordre financie er : 
 Lee  repli  verss  le  milieu  rural  des  familles 
f urbaines  ayantt  perdu  leur  emploi 
coonséquemm ment à la crisee entraîne le es élèves à chhanger de lieeu de résiden nce;  
 Lees droits d’eexamen, disccriminants d’’après les paarents, décou uragent les ccandidats 
à  s’inscrire; 
 Lees filles préfèrent rejoind dre le march hé du travail informel plu utôt que de ttenter un 
examen qu’ellles estimentt inutile, selo on les enseignants. 
 
En somme, la crise a révélé dess comportem ments nouveaux face à l’’examen du BEPC qui 
tend à pperdre, pourr certains parents, sa valleur de couro onnement d d’un cursus sscolaire. 
 
En concclusion, 
Les  bonns  résultats  enregistrés  en  2008‐20 009  aux  exaamens  de  fiin  de  cycle,  CEPE  et 
BEPC, so ont encouraageants maiss sont tributaaires de cond ditions difféérentes : 
 L’’examen  du u  CEPE  en  particulier  a  été  organisé  en  appliquant  l’A APC  dans 
l’élaboration  des  sujets  d’examen 
d (cee  changemeent  de  méthode  rend  inexacte  la 
coomparaison entre les deux années sccolaires) ;  
 L’’examen  du  BEPC  a  été  passé  dans  des  conditio ons  exceptioonnelles  danns  le  sens 
o
où des sujets   d’examen o ont fait davantage appel  à l’analyse q qu’aux connaaissances 
acquises en classe. 
 
L’évoluttion des taux d’inscription à l’examen du CEPE  et à l’exameen du BEPC  en 2009‐
2010 see lisent de façon différen nciée mais trraduisent une situation ccommune:  
 Pour l’examen au CEPE, eelle est de 1% %, et pour l’examen au BEEPC, elle est de ‐13%. 
 Ces tendance
C es s’expliqueent par un im mportant mo ouvement dee population n entre la 
reentrée  du  mois 
m de  sep
ptembre  200 09  et  le  mo
ois  de  l’enquête  en  maars  2010, 
emportant  lees  élèves  au  gré  des  pérégrinatio ons  de  leurr  famille  daans  leurs 
teentatives d’ééchapper auxx effets négaatifs de la crisse de 2009. 
 Laa  tendance  régressive  de  d l’évolution  du  taux  d’inscription 
d à  l’examen  du  BEPC 
riisque de tern nir la valeur d
de cet examen. 
 
3.2.6. Le rôle eet la charge des enseign nants : 
 
L’évaluaation analysee la responsabilité des e enseignants d durant la criise de 2009  à travers 
leurs missions d’ensseignement, d’encadrem ment et de traansmission d de connaissances afin 
d’amener les élèvess à terminer leur cycle d’é études.  
 
a. Les heures d’enseiggnement 
 
 Danss les EPP,  
 
Si les chefs d’étaablissement  donnent un n minimum d de 26 heuress et un maximum de 
27  heures  d’enseignemeent  hebdom madaire  co omptabilisées  par  enseignant, 
l’évaaluation  consstate,  sur  less  trois  années  scolaires, une  tendan nce  généralee  instable 
du nombre d’heu ures d’enseiggnement parr semaine daans les EPP: 
 L’année  2008‐2009 
2 d
dessine  en  général 
g une  baisse  de  2%  (soit  unne  baisse 
d’environ  40 minutes  d’enseignem ment hebdom madaire) parr rapport au u nombre 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    25 
uation des Ecolees Primaires Pub
d’heures d d’enseignemment par sem maine de l’an nnée 2007‐2 2008, excepttion faite 
des EPP saans réforme en milieu urrbain ; 
 La  plus  fo
orte  baisse  de  8%  est  enregistré 
e d
dans  les  EPP
P  réforme  en 
e milieu 
urbain ; 
 L’année  2 2009‐2010 teend vers une reprise du n nombre d’heures d’enseignement 
hebdomad daire d’avantt crise. 
 
Selon  les  ensseignants,  la  baisse du  nomb bre  d’heurees  d’enseiggnement 
hebddomadaire  en 
e 2008‐200 09  trouve  sa 
s cause  daans  l’additio on  de  dérègglements 
vécu
us durant la ccrise de 2009
9 suivants:
 Un dérèglement des h horaires des  cours en milieu urbain  dû aux mou uvements 
de rue ; 
 Un  dérèglement  danss  les  paieme ents  des  salaaires  des  en
nseignants  FRAM,  dû 
aux difficu
ultés financiè
ères grandissantes des p parents d’élèèves ; 
 Un dérègle ement admiinistratif dû aux remous politiques ; 
 Un  dérègllement  danss  le  fonctionnement  dee  l’école  dû û  à  la  confu
usion  des 
décisions vvenant des h
hiérarchies.
 
Cettee  successionn  de  perturbbations  entrraîne  une  baaisse  de  la  p
productivité  et  de  la 
motiivation des eenseignants.
Cepeendant  en  2008‐2009, 
2 l’’achèvemen nt  du  prograamme  dans  les  EPP  réfo ormes  et 
sanss  réforme  a a atteint  un  taux  moyen  de  90% %,  corroborré  par  les  résultats 
satissfaisants  auxx  examens  en  fin  d’année  et  par  une  baisse  de  2%  du  taux  de 
redooublement en ntre 2008‐20009 et 2009‐2010. 
 
 Danss les CEG,  
 
 En  milieuxx  rural  et  urrbain,  la  tenndance  est  à 
à la  baisse  ccontinue  dees  heures 
d’enseigne ement hebdomadaire ;
 En  2008‐2 2009,  les  CEGG  en  généraal  ont  perdu  une  heure  d’enseignem ment  par 
semaine e en moyenne ; 
 En  2009‐2 2010,  ils  pe
erdent  en  moyenne 
m deeux  heures  cinquante  d’heures 
d’enseigne ement hebdomadaire. 
 
Maiss  la  chute  continue 
c dess  heures  d’e
enseignemen nt  observée  dans  les  CEG  entre 
20077‐2008 et 2009‐2010 préésente des nu uances: 
 Les modalités d’appliccation de la rréforme ne laissent plus  que deux niveaux de 
classes  au
ux  CEG  réforrmes,  les  enseignants  dee  ces  établisssements  ayyant  ainsi 
moins d’ob bligations d’enseignement ;  
 L’évolution n  de  2%  du  taux  d’inscription 
d enregistré  dans  les  CEG  et 
particulièrrement  en  milieu 
m rural  (6%)  n’occasionne  pas  un  surcroît  d’heures 
d’enseigneement. 
 
En ggénéral, la m majorité des  enseignantss des CEG ju ustifie cette ttendance à  la baisse 
des  heures  d’en nseignementt  par  une  pe erte  de  mottivation  de  leur  part  viss‐à‐vis  de 
leur mission d’éd ducateur.  
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    26 
uation des Ecolees Primaires Pub
b. L’encaddrement des élèves 
 
 Danss les EPP 
 
Le  niveau 
n d’insttruction  dess  enseignantts  dans  les EPP  réform mes  et  sans  réforme 
est ccomme suit : 
 45% environ du niveau u du BEPC ;
 35% environ ont suivi  une spécialisation pour  obtenir un ccertificat d’aptitude à 
l’enseignement (CAE/EEB) ; 
 Un peu mo oins de 15% sont bacheliiers ; 
 Tous les ESSS sont au m moins du nive eau Bac+1. 
 
Le no ombre d’élèèves par ense eignant, selo on les informmations des  enseignantss des EPP 
eux‐‐mêmes, est : 
 Dans les EPP sans réfo orme, de 51 é élèves par ennseignant en n moyenne ; 
 Dans les EPP réformess, de 54 élève es par enseiggnant en moyenne. 
 
Cepe endant, les ddirecteurs de es EPP donn nent un ratio o élèves‐maîître moindre e avec un 
écart de 10 élève es par maîtrre environ (4 42 à 45).  
En 2008‐2009 (4 43) le ratio élèves par  m maître s’est amélioré par  rapport à 20 007‐2008 
(48) et stagne en n 2009‐2010 (43) par rapport à 2008‐‐2009. 
 
En général, le raatio élèves p par maître daans l’ensemb ble des EPP  tend à répoondre aux 
objectifs de l’EPTT grâce : 
 Au recruteement consééquent d’ensseignants FRA AM dans les EPP sans réfforme en 
2008‐2009 9  et  en  20009‐2010.  Les  nouveaux  enseignants 
e FRAM  danss  les  EPP 
sans réforme représen ntent 12% du u total des eenseignants een 2008‐200 09 et 14% 
en 2009‐2010 ; 
 A  une  arrrivée  de  nouveaux  ense eignants  FRA AM  dans  les  EPP  réformes.  Les 
nouveaux  enseignantss  FRAM  dans  les  EPP  rééforme  repréésentent  4%  du  total 
des enseiggnants en 2008‐2009 et e en 2009‐2010. 
Cettee  situation  est  vérifiée  par  la  haussse  des  cotissations  FRAM
M  rapportéee  par  les 
pareents. 
 
En so omme, malggré la crise d de 2009, l’étaat d’encadre ement des élèves des EP PP par les 
enseeignants s’am méliore légèrement.  
 
 Danss les CEG 
 
Le  niveau  d’instrruction  des  enseignants  dans  les  CEEG  réformes  et  sans  réfo
orme  est 
comme suit : 
 38%  en  CEG 
C réforme  et  32%  en  e CEG  san ns  réforme  sont  du  niiveau  du 
baccalaurééat général o ou du baccalauréat en éd ducation ; 
 30% en CEEG sans réforrme et 60% e en CEG réforrme sont du niveau Bac+1; 
 25% en CEEG non réforme sont du n niveau Bac+2 2 et supérieuur. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    27 
uation des Ecolees Primaires Pub
Les  enseignantss  des  CEG  assurent  dess  cours  pourr  un  minimu
um  de  troiss  classes. 
Certains  enseignants  dispe ensent,  par  manque  d’enseignant
d ts,  deux  vo
oire  trois 
matiières d’enseignement à la fois.  
 
Les  enseignants  travaillen nt  en  réseaau  avec  des  collèguees  des  auttres  CEG 
environnants,  spécialement
s t  en  milieu  urbain,  po
our  échangeer  leurs  exppériences 
pédaagogiques,  pour 
p amélioorer  leur  ennseignementt  et  pour  ccombler  dess  lacunes 
évenntuelles. 
Ils disent avoir o
organisé réguulièrement d des rencontrres entre résseaux durant l’année 
2008 8‐2009.  Mais  pour  certains,  ces  re
encontres  fu
urent  davanttage  des  réunions  à 
caractère social que pédagogique 
 
Selon  les  enseignants,  le  no p enseignant  chaque  année 
ombre  moyen  d’élèves  par  a est 
de :  
 200 élèvess dans les CEEG sans réforrme en milieu urbain ; 
 140 élèvess environ dan ns les CEG saans réforme en milieu rural ; 
 Dans les C CEG réformee en milieu rural, cette m moyenne s’éélève à 240 é
élèves en 
2007‐2008 8 et 2008‐2009 pour tom mber à 140 éllèves en 2009‐2010.  
 
Les d
directeurs livvrent un rattio élèves paar enseignan nt moins éleevé que celu ui indiqué 
par  les  enseignaants  pour  l’aannée  2008‐2009  par  rapport 
r à  l’aannée  2007‐‐2008.  Ils 
donnnent sur l’ennsemble, un nombre de 5 58 élèves par enseignantt et une amé élioration 
proggressive pourr les CEG san ns réforme enn milieu urbaain.  
 
La  ré
éférence  priise  par  le  ch
hef  d’établisssement  estt  le  nombree  d’élèves  par  classe 
enseeignée, celle des enseign nants est le n
nombre total d’élèves en nseignés. 
 
Sur lles trois années successiives, au suje et de l’encadrement pédagogique de es élèves, 
18
les eenseignants aaffirment , 
 à 70%, suivvre individueellement leurs élèves ; 
 à 12%, don nner des cou urs gratuits àà leurs élèvess ; 
 à 5%, donn ner des courrs payants à lleurs élèves ; 
 Que  le  ryythme  des  formations,  destinées  à  à mettre  à  jour  les  approches 
pédagogiq ques,  a  vu  un  ralentisssement  proggressif  depuuis  2008‐200 09,  pour 
s’arrêter n
net en 2010 aau moment d de l’enquêtee.  
En 2008‐2009, m malgré les peerturbationss causées par la crise, le  programme e scolaire 
de l’année a été achevé jusq qu’à 80 ‐ 90%%, selon les eenseignants.. 
 
c. La missiion de l’ense eignant 
 
L’arrivée depuis l’an nnée scolairee 2008‐2009 des ESS au ssein du corpss des enseign nants des 
EPP  réfo orme  (comme  au  CEG  d’’Ihosy)  inquiètent  les 
ormes  et  dee  certains  CEEG  sans  réfo
enseignants fonctio onnaires, pen nsant leur sttatut de resp ponsable meenacé. La perspective 
d’être  supplantés 
s p les  ESS  démotive 
par  d cerrtains  enseiggnants  fonctionnaires  face  à  leur 
mission. 

18
Voir en annexes
a Figure 944

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    28 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Les  en nseignants  se  s sont  gaardés  d’émettre  une  quelconquee  appréciation  non 
pédagoggique  dans  leurs  prop pos.  Il  trannsparaît  pou urtant  une  lame  de  fond  de 
démobilisation  sourde  de  leur  part  quant  à  l’exécutio on  de  leur  mmission  d’éd ducateur. 
Nonobsstant  leur  déétachement,    ils  sont  contraints  de  prendre 
p de  plus  en  pluss  le  relais 
des pareents face à l’’éducation d de leurs enfants. Cette sittuation est vvécue aussi b bien dans 
les  EPP  que  dans  lees  CEG.  Ils  sont,  en  géné éral,  moins  enclins  à  convoquer  les  parents. 
Toutefo ois,  depuis  laa  crise  de  2009, 
2 la  fréq
quence  des  convocation
c s  tend  à  progresser, 
particulièrement  dans 
d les  EP
PP  sans  réfforme  en  milieu 
m urbain.  Les  ensseignants 
convoqu uent des parrents quand : 
 L’’élève manque l’école plus de trois jo ours dans la semaine ; 
 L’’élève manque de fourniitures scolairres essentielles ; 
 L’’élève présente des difficcultés scolairres persistan ntes ; 
 L’’élève est tro op indisciplin né. 
 
En concclusion, sur lees trois annéées successivves, le rôle ett la charge dee l’enseignan nt évolue 
selon lees conjoncturres:  
 En  2007‐2008 8,  75%  des  enseignantss  en  milieu  rural  et  87% %  de  ceux  en 
e milieu 
urbain assureent avoir rem mpli le volum me horaire rééglementairee de 27,5 he eures par 
seemaine.  
 En  2008‐200 09,  la  ten ndance  gén nérale  est  à  la  réduction  des  heures 
d’enseignemeent.  Le  nom mbre  d’enseiggnants  ne  reespectant  paas  les  obligaations  de 
trravail a progressé de 7% environ.  
 En  2009‐2010 0,  l’évolutionn  négative  du 
d taux  d’insscription  dan ns  les  CEG  en 
e milieu 
urbain démob bilise certainns enseignan nts que les cchefs d’établissement n’o orientent 
pas vers d’auttres activitéss de soutien pédagogique. 
 Toutefois,  si  85%  des  en nseignants  afffirment  n’avoir  d’autrees  sources  de  revenu 
que leur métiier d’enseign nant, la dimin nution des heures d’enseeignement d durant les 
joours ouvrables (du lundi au vendredi) tend à s’insstaller.  
   
Les eenseignants se sentent d de plus en plus détachés de leur misssion d’éducateur face 
aux  changementts trop fréqu uents d’orien ntation pédaagogique, au manque d’aattention 
des  parents  vis‐‐à‐vis  de  leu urs  enfants,  au  manquee  d’intérêt  croissant  de es  élèves 
duraant  les  heurres  d’enseignement,  aux  agressionss  externes  àà  l’école,  co omme  la 
prostitution,  l’arrgent  facile  et  surtout  les  condition ns  économiq ques  de  pluss  en  plus 
précaires de leurrs élèves.  
 
3.2.7. Les coûtts de la scolaarisation à laa charge de la famille : 
 
L’augmeentation dess coûts de laa scolarisatio on supportéss par les parrents d’élève es sur les 
deux  deernières  ann nées  scolairees  (2008‐200 2010)  revientt  fréquemment  dans 
09  et  2009‐2
les proppos tenus par les parentss d’élèves EPP et CEG. 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    29 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
a. Les déppenses de sco olarisation 
 
 Le ca as des EPP 
 
La sittuation du fiinancement des EPP19 su ur les trois an
nnées scolairres montre que : 
 La  particippation  financcière  de  l’Etat  a  diminuéé.  En  2009‐2 2010,  les  caisses  des 
20
EPP  n’ontt pas bénéficcié des subve entions de l’’Etat ; 
 Le  soutien  financier  provenant  du  Fiombonana F a  Antoka  amin’ny 
Fampandrrosoana  (partenariat  po our  le  déveeloppement  de  l’école)  ou  FAF, 
encaissé  par 
p les  EPP  et/ou  les  dons  en  natu ure  remis  paar  le  FAF,  a  été  très 
conséquen nt en 2007‐2 2008 et 2008 8‐2009, notamment danss les EPP réforme. En 
2009‐2010 0  l’appui  du  FAF  a  beaucoup  diminué,  il  eest  devenu  presque 
inexistant  en milieu ruural, il  a dimminué de 30% % entre 2008‐2009 et 20 009‐2010 
en milieu uurbain. 
 
Les ccoûts de la sscolarisation supportés p par les paren nts d’élèves  des EPP com mportent 
21
troiss grandes rub briques : less cotisationss au titre du  Fikambanan n’ny Ray Amaan‐Dreny 
22
(assoociation des  parents d’élèves) ou FR RAM  constiituant de quasi‐frais de  scolarité, 
les  fournitures 
f scolaires  et  les  frais  gé
énéraux  incluant  les  déépenses  relaatives  au 
déplacement et à l’habillemeent de l’élève e.  
 
Selon  les  parentts,  par  rappport  à  2008‐‐2009,  l’anné ée  scolaire  2009‐2010  a  a vu  une 
augm mentation de l’ordre de 32% de l’en nsemble de leur contribu ution financiière pour 
la scolarisation dde leurs enfaants : 
 les fournittures scolairees ont augme enté de 55% %; 
 les cotisations FRAM o ont fait bond de 39%; 
 les frais géénéraux ont augmenté de 5%. 
 
Depu uis  l’année  2009,  tous  les  directe eurs  des  EPPP  disent  nee  pas  avoirr  reçu  la 
subvvention  correespondant  à  à la  Caisse  Ecole. 
E De  cee  fait,  ils  se  sont  adresssés23  aux 
pareents  d’élèvess  pour  assu urer  le  foncttionnement  des  écoles  en  multipliant  leur 
partiicipation, en numéraires ou en naturre. 
 
Au vvu des répon nses fourniess par les cheffs d’établisse ement : 
 L’année 20 009‐2010 présente une b baisse de 54 4% du budgeet total ; 
 Les EPP en n milieu ruraal  sont les plus touchéess, elles ont eenregistré un ne baisse 
spectaculaaire de  71% de leur budget ; 
 Les EPP ré éformes en m milieu urbain n ont marqué une hausse de 32%.  
 

19
Voir Tabbleau 36
20
Voir Figuure 15
21
Voir danss le texte Tableauu 35
22
L’adhésioon des pa rents a u FRAM e st o bligatoire,
b ils doi vent
v h onorer l eu urs cotisations p our
o per mettre à l eeurs enfants d’ êttre scolarisés
correctemennt, c'est-à-dire coouvrir le salaire d’une
d partie des enseignants
e et c ontribuer
o à la c onnstruction de nouuveaux bâtiments co mme une
bibliothèque ou les bureaux de l’administratioon scolaire.
23
Les diveerses cotisations demandées
d en coours d’année par l’école exigeant des parents des sommess d’argentt allant de 500 Ariary à 2000
Ariary destiinées soit à répareer occasionnellemment des infrastruuctures défaillantees de l’école, soitt à régler des affaaires administrativ
ves

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    30 
uation des Ecolees Primaires Pub
En  2009‐2010, 
2 u peu  moins  du  1/3  du 
un  d fonctionn nement  dess  EPP  repose e  sur  les 
cotissations FRAM M des parents des EPP :
 Les parentts d’élèves des EPP réformes ont le p plus contribué au fonctionnement 
de  l’école  de  leurs  en
nfants,  à  79%
%  contre  15%%  pour  les  p
parents  des  EPP  sans 
réforme; 
 Les  paren nts  des  EPP  réformes  en  e milieu  ru ural  ont  exccessivement  soutenu 
financièrement l’écolee de leurs enffants ; 
 Les  paren nts  des  EPP P  en  milieu u  rural  ont  participé  àà  42%  aux  frais  de 
fonctionneement  de  l’éécole  de  leu urs  enfants  contre 
c 25%  pour  les  parrents  des 
EPP en milieu urbain.
 
Les p
parents des  EPP en milieeu rural ont  été les plus  sollicités dans le recrute
ement de 
24
nouvveaux enseiggnants FRAM
M pour le com mpte de l’ann née 2009‐2010 . 
 
En somme, l’imp pact de la crise de 2009 9 sur les coû
ûts de la sco olarisation supportés 
par lles parents d
d’élèves dess EPP a fait ssubir une ré
éelle ponctio on financière
e sur leur 
reve
enu  pour  asssurer  le  fo
onctionneme ole  et  la  scolarisation  de  leurs 
ent  de  l’éco
enfaants. 
 
 Le caas des CEG 
 
Les ddépenses d’ééducation à  la charge de es parents d’’élèves des C CEG sont constituées 
ures  scolairess  et  les  fraiss  généraux255  incluant 
par:  les  droits  d’inscription,  les  fournitu
les d
dépenses relaatives au déplacement, àà l’habillemeent et au fon nctionnemen nt du CEG 
dontt les cotisatio ons FRAM. 
 
En  2009‐2010, 
2 l’’évolution  des 
d coûts  de e  la  scolarisaation  suppo ortés  par  less  parents 
26
d’élèèves des CEG G  indique p par rapport àà 2008‐2009 : 
 Une  augm mentation  gé énérale  de  l’ordre  de  36% 
3 de  touttes  les  contributions 
financière es des parentts d’élèves p pour la scolarisation de leurs enfantss ; 
 Une augm mentation de es droits d’inscription de 61 %; 
 Une haussse des frais ggénéraux de 18% ;  
 Une baisse e des fournittures scolairres de 47%.
 
Cettee hausse dess droits d’insscription estt repérable d dans les données fournie es par les 
direccteurs des CEEG qui donneent : 
 Sur  l’enseemble,  une hausse  de  2%  du  montant  des  droits  d’in nscription 
encaissés par ces CEG ; 
 En milieu  rural, une au ugmentation n de 92% du  montant dees droits d’in nscription 
encaissés par ces CEG ; 
 En  milieu  urbain,  unee  diminution  de  1%  du  montant  des  droits  d’in nscription 
encaissés par ces CEG.. 

24
Voir danns le texte Tableauu 37
25
Les parennts en milieu urbbain s’accordent toous à dire que le coût d’un élève fille
f en habillemeent est nettement pplus élevé que ceelui réservé à
un élève garrçon. La coquetteerie, la concurrennce vestimentaire voire la séduction mme causes de ce phénomène.
n sont citées com
26
Voir danns le texte Tableauu 38

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    31 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
En  2009‐2010, 
2 d
dans  l’ensem
mble,  les  con
ntributions  FRAM 
F encaiissées  ont  augmenté 
de 4% : 
 Celles des CEG réform mes en milieu u rural ont diiminué de 33
3% ; 
 Celles des CEG réform mes en milieu u urbain ont augmenté d de 13%. 
 
Pourr  l’année  sco
olaire  2009‐‐2010,  selon  les  directeu
urs,  les  CEG  ont  reçu  une  faible 
aide financière p provenant de l’Etat maiss le budget d des CEG a staagné nonobsstant une 
évolution de 1,6% % du taux d’inscription ddes élèves dee CEG.  
 
Cepeendant, en m milieu rural,  l’augmentation du budgget des CEG d de 18% correespond à 
une  évolution dee 6,3% du taux d’inscripttion des élèvves de CEG eet en milieu u
urbain, la 
baissse  de  2%  du  budget  des  CEG  corrrespond  à  une 
u évolutio on  de  ‐0,3%  du  taux 
d’insscription dess élèves de CEG. 
 
Au total, le foncctionnementt des CEG estt tributaire d
de la contrib
bution financcière des 
pare
ents d’élèvess, une situatiion amplifiée et aggravé
ée par la crise de 2009. 
 
b. La quesstion des fou urnitures sco olaires 
 
Selon  lees  élèves  dees  EPP  et  des  CEG  réun nis,  la  prise  en  charge  de  leurs  fournitures 
27
scolairees personnellles  est assu urée : 
 En 2007‐2008 8 à 85% par les parents ;
 En 2008‐2009 9 à 90% par les parents ;
 En 2009‐2010 0 à 95% par les parents.
 
Quant aaux fourniturres pédagogiiques28, sur les trois annéées scolairess: 
 91% des élèvees des EPP et des CEG réunis utilisent des manueels scolaires ;; 
 lees  enseignants  confirm ment  que  81 1%  de  leurss  élèves  uttilisent  des  manuels 
sccolaires ; 
 97%  des  man nuels  utiliséss  sont  emprruntés  permettant  aux  éélèves  de  les  avoir  à 
disposition peermanente ;
 lees directeurss renseignentt que 80% de es élèves ontt été dotés d de manuels sscolaires. 
 
 Le ca as des EPP 
 
 En  2007‐2 2008,  la  majjorité  des  foournitures  scolaires  ontt  été  supporrtées  par 
l’Etat.  
 En 2008‐2009, elles on nt accusé un ne baisse en  termes de q quantité et dde qualité 
obligeant  les  parentss  à  déboursser  à  la  hâte  de  l’argeent  pour  l’aachat  de 
fourniturees scolaires eessentielles. 
 En  2009‐2 2010,  les  paarents  ont  supporté 
s l’aachat  de  toutes  les  fou
urnitures 
scolaires, dont les prixx ont subi paar ailleurs, au moment d de la rentrée e du mois 

27
Voir en annexes
a Figure 90
28
Voir en annexes Figures991, 64, 61 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    32 
uation des Ecolees Primaires Pub
de septemmbre 2009, u nflation29 généralement  stabilisé 
une hausse  du taux d’in
durant l’année 2009. 
 
Les ffournitures sscolaires essentielles les  plus citées  sont les cahiers et les sttylos que 
plusiieurs  élèves  issus  de  fam
milles  nécessiteuses  sonnt  incapabless  de  fournir.  Dans  le 
cadre de la réforrme : 
 En  2007‐2 2008,  43%  d’’élèves  ont  bénéficié  de e  kit  scolairee30  et  40%  d’élèves 
31;
dotés de ttabliers  
 En 2008‐2009, 22% d’é élèves ont reeçu un kit sccolaire et 30% % de tablierss ; 
 En 2009‐2010, 4% d’éllèves ont été é dotés d’unn kit scolaire et 2% de tab bliers. 
 
Les pparents d’élèèves des EPP P désirent que l’Etat pre enne en charrge toute la scolarité 
des  enfants  scollarisés  dans  les  écoles  publiques. 
p M à  défau
Mais  ut,  ils  veulent  que  les 
opérrations de so outien en fournitures d’e effets scolaires (tablier,  kit, cahier, e
et plus si 
c’estt possible) so
oient perman nentes. 
 
 Le ca as des CEG 
 
Les ffournitures sscolaires occcupent un peu moins de e 50% du bu udget à la chharge des 
pare
ents dans la sscolarisation n des élèves des CEG. En 2009‐2010 : 
 Leur  part  dans  le  bud dget  des  parents  a  baisssé  de  26%  par  rapportt  à  2008‐
2009 ; 
 La  demande  des  enseeignants  en  fournitures  scolaires  a  éété  moins  exxigeante, 
réagissantt aux difficulttés financières des paren nts d’élèves. 
 
c. La lourdde responsab bilité des parents 
 
Les pareents disent aaccomplir leur devoir de e parents ressponsables,  mais se plaignent de 
ne pas rrecevoir sufffisamment d’’assistance. 
 
Face auux effets de la crise de 20 009 des fam milles au reveenu précaire  réagissent aau jour le 
jour à laa scolarisatio on de leurs eenfants en le es laissant d
de plus en plus souvent e en quasi‐
abandon familial (lees cas d’Antsirabe, Ambositra et Toam masina).  
 
D’aprèss  90%  des  citations 
c dess  élèves32, les  parents  (père  et  m mère)  demeu urent  les 
premierrs  responsab bles  de  leur  prise  en  ch harge.  Mais  avec  la  déggradation  du u  pouvoir 
d’achat  liée  à  la  criise,  la  famillle  élargie  a  été  appeléee  à  la  rescou
usse  pour  so
outenir  la 
scolarisation des enfants de la faamille. Ainsi: 
 En  2007‐200 08  les  élève es  désignantt  leurs  gran nds  parentss  comme  pe ersonnes 
p
prenant en ch harge leur sccolarisation forment un pourcentagee de 5,7% ; 
 En 2009‐2010 0, ce pourcen ntage s’élève e à 6,5%.  
 

29
Voir le taableau sur les tauux d’inflation et d’intérêt
d sous conntrôle in Note de la
l Banque Mondiiale de février 2010, p.6
30
Voir en annexes
a Figure 877
31
Voir en annexes
a Figure 888
32
Voir en annexes
a Figure 866

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    33 
uation des Ecolees Primaires Pub
Devant  leurs difficu ultés financièères, les pare ents d’élèves des EPP so ont désempaarés pour 
scolariser  leurs  enfants,  l’écolle  leur  dem mande  de  co ontribuer  fin
nancièremen nt  à  son 
fonction nnement.  
 
Ils ne coomprennent pas pourquo oi l’école pub blique prendd des allures d’école privé ée:  
 D’une 
D part,  leur  contribuution  financière  ne  cessse  d’augmen nter  en  vale eur  et  en 
ruubriques  (drroits  d’inscription,  particcipation  FRA
AM,  infrastru
uctures,  gard diennage, 
rééparations diverses, droiit aux exame ens, aide auxx enseignantss…) ; 
 D’autre part, 
D le soutien d de l’Etat dans la remise d de fourniturees scolaires  demeure 
d’après  eux  aléatoire  ou  tardif  d’u une  année  scolaire 
s sur  l’autre,  le  matériel 
n’arrive  qu’enn  milieu  d’année  scolairre,  des  élèvees  disposentt  ainsi  de  fournitures 
en double exeemplaire ; 
 Lees parents d des élèves dee CEG tenten nt de s’accro
ocher malgréé la hausse d des coûts 
de la scolarisaation33.  
 
Toutefo ois, ils contin
nueront à s’eendetter, à vvendre  des b biens, à se  m
mettre sous  la coupe 
des usuriers pour su uivre la haussse des coûtss de la scolarrisation de leeurs enfants.. Mais, ils 
sont partagés entre la responsabilisation et l’assistanat.
 
En concclusion,  
Malgré  les effets négatifs  de laa crise de 20 009 sur le reevenu  des  m
ménages, less parents 
d’élèvess des EPP ett des CEG on nt réagi possitivement faace à l’augm mentation de e plus de 
30% dess coûts de laa scolarisatio on de leurs eenfants à la rrentrée de 2009‐2010 : 
 En  versant  leur  part  de  contribution  en  numéraires  n ou  en  naature  au 
fo
onctionnemeent de l’écolee de leurs en nfants ; 
 En couvrant lles besoins d de leurs enfaants en matéériel scolairee, en habillement, en 
nourriture, en n déplacemeent. 
 
3.2.8. L’insécuurité alimenttaire  
 
L’évaluaation  a  reten on  de  l’inséccurité  alimentaire34  pour  mettre  en  avant  la 
nu  la  questio
capacitéé  financièree  des  paren nts  à  satisfaaire  la  qualité  nutritio
onnelle  et  la  valeur 
énergéttique de la no ourriture mise à la dispo osition des élèves. 
 
L’insécuurité alimenttaire est un d des facteurss de la faiblesse de perfo ormances sco olaires et 
de la ré
étention des élèves à l’éccole. Les élè èves arriventt affamés à l’école et ne peuvent 
pas se cconcentrer sur leur travaail.  
 Lee  pourcentaage  d’élèves  prenant  leur  repas  à  la  maison  s’élève  pour  les  trois 
années scolaires à 97%35.  
36
 Pour  66  %   des  élèves,  les  difficultés  financières  de  leur  ffamille  sont  la  cause 
principale de  leur manqu ue de nourritture (de leurr faim), malggré une énumération 

33
Des par ents
e agriculteurs aisés investissennt dans l’élevage de co chons ou de
d poules et aug mentent
m les surf aaces cultivées po ur
u couvrir la
hausse des coûts
c de scolarisaation. Ces parentss veulent que leurrs enfants termineent leur cycle d’éétudes au CEG.
34
La sécurrité alimentaire est réelle si la nouurriture culturellem
ment acceptable est
e cultivée et dissponible, les famiilles ont les moyeens d’acheter
de la nourriiture, les familless ont les m oyens de pouvoir choissir d’acheter ce qu’on
q leur propose, la nourriture ddisponible a une bonne
b valeur
nutritive.
35
Voir en annexes
a Figure 988

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    34 
uation des Ecolees Primaires Pub
d’aliments  variés  suscep ptibles  de  composer 
c leeur  ration  journalière  donnant 
l’illusion de l’aassurance d’’une sécuritéé alimentairee.  
 20%37  d’élèvees  arrivent  à 
à l’école  n’ayyant  pas  maangé  le  matiin  ou  ayant  très  peu 
m
mangé. 
 
Aussi, l’’existence d’une cantine e scolaire auu sein de l’éécole demeure‐t‐elle un  gage sûr 
de fréquentation ett de maintie en scolaires,, alors que p pour les 65 éétablissements objet 
de l’évaaluation, il n’’existe que 6 6% de cantin nes scolairess. 
 
La  misee  en  place  de  cantines  scolaires 
s est  une  deman nde  pressantte  des  paren nts  et  un 
leitmotiiv  exprimé  dans 
d les  focus  group,  no
otamment  dans 
d les  zones  à  forte  insécurité 
alimentaire où le sto ock de vivre n’arrive pas à couvrir l’année. 
 
En concclusion,  
Si la zon
ne Sud de M Madagascar e est un périm mètre habitue el d’insécuritté alimentaiire, celle‐
ci tend  à s’installer  dans les zon nes urbainess en générall moins atteintes par l’in nsécurité 
alimenttaire  chroniq que.  Les  parrents  d’élève es  touchées  par  la  crise  de  2009 
es  des  zone
souhaittent  que  l’école  de  leurs  enfants  soit 
s équipée e  de  cantinee  scolaire  et 
e que  la 
nourrituure soit prop posée à hautteur de leur revenu.  
 
3.2.9. La quesstion de genrre  
 
a. Le cas d des enseignaants 
 
La  quesstion  de  gennre  est  préssente  dans  le  profil  dess  enseignantts  qui  est  à  majorité 
féminine38.  A  l’EPP  Raramonja  (Ambositra)),  seul  le  dirrecteur  est  un  homme,  tous  les 
encadreeurs de l’école sont des ffemmes.  
 
Les  pouurcentages  de 
d nouveauxx  enseignants  FRAM  parr  sexe  par  raapport  aux  nouveaux 
n
39
enseignants par sexxe dans les EEPP et les CEG  indiquen nt deux comp portements  de genre 
confortéés par la crisse :  
 Lee  métier  d’’enseignant  est  considé éré  comme  un  revenu u  d’appoint  pour  le 
m
ménage ; 
 Lee  métier  est 
e perçu  comme  seco ondaire,  raisson  pour  laaquelle,  d’aaprès  les 
enseignants, les hommes désertent ce e métier peu u rémunérateeur ; 
 Lees EPP attireent plus les feemmes que les hommes ; 
 Lees CEG ont recruté plus d d’enseignantts que d’enseeignantes ; 
 Il  est plus valoorisant pour les hommess d’enseignerr dans les CEEG que dans les EPP. 
 
Les  ensseignantes  des 
d EPP  en  milieu  urbaain  ont  partagé,  durant  les  entretiens,  leur 
angoisse ressentie d durant les m moments de  violence de  l’année 200 09, par rappo ort à leur 
responssabilité vis‐à‐‐vis de leurs  élèves, par rapport à leu ur sécurité eet à leur rôle de mère 
de famille. La qualité de leur enccadrement ss’en est resseentie. 

36
Voir figuure 17
37
Voir figuure 18
38
Voir en annexes
a le profil des enseignants
39
Voir tableaux 42 et 43

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    35 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
b. Le cas ddes élèves 
 
La majo orité des pareents d’élèvess disent ne p pas appliquerr de discrimination entre e les filles 
et les gaarçons sur la question dee la scolarisattion.  
 
Pourtan nt, pour répo ondre à la question sur  le choix de l’enfant (fillee ou garçon) à retirer 
de  l’écoole  à  cause  de  la  haussee  des  coûts  de  scolarisaation,  les  paarents  adopttent  trois 
position ns distinctes:: 
 Laa première eencourage lees garçons, p pour les pluss jeunes à paarticiper auxx activités 
faamiliales  génnératrices  dee  revenu,  ett,  pour  les  plus 
p âgés  à  joindre  le  marché  du 
trravail ; 
 Laa seconde en ncourage less filles à term miner leur cyccle d’études ; 
 Laa  troisième  persiste  à  à donner  au ux  garçons  toutes  leurs  chances  dans  la 
sccolarisation au détriment des filles. 
 
 Le ca as des EPP  
 
Danss l’ensemblee40, à la rentrée de 2009 9‐2010, les fiilles en milieeu rural ontt été plus 
pénaalisées  par  la  crise  quee  les  filles  en  milieu  urbain, 
u repéérable  au  niveau  de 
l’évo
olution  du  Taux 
T d’Inscriiption,  légèrrement  au  niveau 
n du  TTR    et  au  niveau  de 
l’évo
olution du taux d’inscripttion à l’exam men du CEPE.
 
Les  filles 
f en  milieu  urbain  ont 
o un  TA  plus  élevé  qu ue  les  filles  een  milieu  rural  et  un 
meilleur taux de réussite à l’eexamen du C CEPE. 
 
Selon les indicateeurs : 
 L’évolution n  du  taux  d’’inscription  des 
d filles  estt  moins  alarrmante  que  celle  des 
garçons ; 
 Le TR des ffilles est pluss faible que ccelui des garrçons ; 
 Le TA des filles est pluss faible que ccelui des garrçons. 
 
 Le ca as des CEG 
 
Danss l’ensemble41, à la rentrée de 2009‐2 2010, le tauxx d’inscriptio on des filles e en milieu 
rural est nettement plus élevvé que celle des filles du milieu urbain. Mais elle es ont été 
plus  pénalisées p par la crise q que les filles  en milieu urbain au niveeau du TR, aau niveau 
du  TA, 
T au  niveau  de  l’évolu ution  du  taux  de  réussitte  à  l’exameen  du  BEPC  en  2008‐
2009 9. 
 
Danss  l’ensemblee,  à  la  rentrrée  de  2009 9‐2010,  les  filles  en  miilieu  urbain  ont  une 
meilleure évoluttion du taux  de réussite  à l’examen  du BEPC. MAIS, elles prrésentent 
une baisse inquiéétante de l’éévolution de leur taux d’inscription à l’examen du u BEPC. 
 

40
Voir tablleau 44
41
Voir tablleau 45

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    36 
uation des Ecolees Primaires Pub
Selon les indicateeurs : 
 L’évolution n  du  taux  de 
d réussite  à  l’examen  du  BEPC  een  2008‐200 09  a  été 
meilleure pour les fillees ; 
 L’évolution n du taux d’iinscription des filles est nettement m moins faible que celle 
des garçonns ; 
 Le TR des ffilles est pluss élevé que ccelui des garçons ; 
 Le TA des filles est pluss élevé que ccelui des garrçons ; 
 L’évolution n  du  taux  d’inscription 
d à  l’examen  du  BEPC  eest  très  critique  tout 
comme ceelle des garço ons.  
 
42
A  travers  la  question  de  genre
g ,  la  période 
p de  crise 
c a  révéélé  une  situation  de 
démmission latentte des élèves des CEG ett plus particu ulièrement cceux en fin d de cycle. 
 
En concclusion, 
 Laa  scolarisation  des  filless  en  EPP  et  en  CEG  est  une  réalité  positive  des  actions 
lo
ongtemps  menées 
m parr  les  organ nismes  interrnationaux  comme  l’U UNICEF  à 
l’endroit de laa promotion n des filles ;
 Le es filles en m
milieu rural oont fait des p progrès pourr leur maintiien scolaire ; 
 Le es  garçons  tendent 
t verrs  une  situattion  d’aband dons  scolairres  latents  mais 
m non 
p
pas vers une  situation de
e déscolarisaation ; 
 Laa  récapitulaation  des  in ndicateurs  montre  la  réalité  des  pérégrinations  des 
faamilles à la ssuite des évèènements de e 2009. 
 
3.2.10. Les ccomporteme ents « madittra » : 
 
L’évaluaation a relevvé une thémaatique singulière à travers les compo ortements des élèves 
43
qualifiéss  de  « maditra »   par  les  adultes,,  c'est‐à‐diree  les  chefs  d’établissem ment,  les 
enseignants et les p parents. 
 
Le  term
me  « maditra »  revient  trrès  souvent  dans  les  pro opos  des  parrents  d’élèvees  qui  ne 
font pass de distinction particulièère entre les garçons « m maditra » et les filles « maaditra ». 
 
Ils  englobent  dans  le  terme  « maditra »  l’insolence,  la  consomm mation  en  haausse  de 
boisson ns  fortes  et  de  drogu ues  diverse es,  la  fréquuentation  d des  lieux  de  loisirs 
théoriquement inte erdits aux je eunes de mo oins de 18 aans, les comportements  libertins 
entraînaant très souvvent des gro ossesses non n désirées ch hez les jeunees élèves fillees.  
 
Ces  situ uations  agggravées  dep puis  la  crise e  de  2009  alarment  lees  parents  d’élèves, 
particulièrement po our le cas de l’EPP Dzamaandzar (Nosyy Be) et des  CEG d’Andavvakotoko 
(Nosy Be) et de Befo orona44 (Morramanga). 
 

42
Voir danns le texte tableauux 44 et 45
43
« Maditrra » signifie en fraançais courant «  têtu ». Ils englob
bent dans le term
me l’insolence, la consommation een hausse de boisssons fortes 
et de droguues diverses, la frééquentation des lieux de loisirs thhéoriquement intterdits aux jeuness de moins de 18 ans, les comporttements 
libertins entraînant très souvent des grossessses non désirées chez les jeunes é élèves filles.
44
Un exemmple du plus fort TR de 2008-20099 vers 2009-20100 avec 38,4%, et du d plus fort TA enn 2009-2010 (moois de mars) avec 7,1%.  

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    37 
uation des Ecolees Primaires Pub
Ces  sittuations  faavorisent  le es  cas  d’aabandon  sccolaire,  d’aabsentéisme  et  de 
redoublement.  
 
La  nottion  de  « m maditra »  comporte  éggalement  deux  d types  de  compréhension 
l’indiscipline et l’esp
prit critique :: 
 L’’élève  à  forte  tête  et  l’élève  à  personnalité
p é  marquée  sont  invariaablement 
qualifiés  « mmaditra »  carr  ils  sont  pe
erçus  comm me  des  menaces  à  l’auttorité  de 
l’adulte (enseeignant ou paarent ; 
 Des 
D enseignaants  pensentt  que  la  métthode  APC  a  a incité  les  éélèves  à  l’ind
discipline. 
Par contre dees parents so ont favorable es à cet appreentissage. 
 
En concclusion,  
devant l’ampleur de e la précaritté des familles depuis 20 009 encourageant la pro ostitution 
et  autres  activités  illicites  dess  élèves  adoolescents  ett  des  adolescentes,  less  parents 
d’élèvess demanden nt la multiplication des ccentres de d documentatiion, biblioth hèques et 
des terrrains de sporrt pour canaaliser l’énerggie des élèves et occuperr leur temps libre.  
 
4. Un biilan à multipples facettes 
 
L’évaluation  tire  une  photoggraphie  de  laa  situation  des 
d EPP  et  des 
d CEG  en  période  de  crise  sur 
quatrre niveaux juuxtaposés maais complém mentaires.  
 
4.1. Un retard m
U écanique daans les projections à court terme  
 
U
Un retard d ans le calen ndrier de la  réforme du  système éd ducatif  malgaache s’impo ose au vu 
d
d’une applic cation non haarmonisée d de la réforme e au début dde l’année sccolaire 2009‐‐2010.  
 
4.1.1. Des perrformances rrelatives à l’aapplication d de la réform
me depuis 2007‐2008 
 
Trois  résultats  encourrageants  relatifs  à  l’ap pplication  dee  la  réforme  ont  produit  leurs 
premiers effets en 2008 8‐2009 : 
 Les b bons taux dee réussite auxx examens du CEPE ; 
 Le  TR 
T dans  les  EPP  note  un ne  baisse  apppréciable  de 
d 2  points  par  rapportt  à  2008‐
20099 ; 
 Le TA A observe une légère baaisse généraale de 0,8 po oint dans less CEG, et nottamment 
danss les  CEG san ns réforme aavec une baiisse de 1,5 point.  
 
4.1.2. Les prévvisions de laa réforme no on réalisées àà cause du d dérèglement de 2009 
 
L’évaluatioon a constatéé sur le terrain que: 
 La m multiplication n des écoles rréformes pré évues se pou ursuivre d’an nnée en anné ée depuis 
20077‐2008 ne s’eest pas faite ;  
 L’ouvverture de cclasses de 7èème année dans les écolees réformes  déjà existan ntes a été 
susppendue ; 
 On n n’observe au ucun signe taangible de prréparatifs po our l’ouvertu ure de la 8èm me année 
danss les CEG réfo ormes ; 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    38 
uation des Ecolees Primaires Pub
 La situation la pllus alarmantte est l’évolu ution du tauux d’inscriptiion négative e dans les 
EPP réformes en n milieu ruraal. 
 
4.1.3. Une évaaluation de lla réforme p par les parennts  
 
Les parentss d’élèves exxpriment troiis points de vvue singulierrs sur la quesstion de la ré éforme. 
 Le prremier assim mile la réform me à la dotattion de tablieers et de kitss scolaires, quuasiment 
susppendue  en  20 009‐2010.  Ils  sont  ainsi  de  moins  en
n  moins  mottivés  à  envo
oyer  leurs 
enfants à l’école publique ; 
 Le  second 
s perçooit  la  réform
me  à  traverrs  un  bouleeversement  important  du  d mode 
d’acqquisitions dees connaissan nces qu’ils ju
ugent parfoiss inadapté à leur mode de vie ; 
 Le trroisième com mprend l’éco ole réforme ccomme la vo oie royale daans le cursuss de leurs 
enfants, mais less parents dissent ne pas e en saisir les o
objectifs. 
 
4.1.4. Le vécu de la réform me par les en nseignants 
 
Selon les eenseignants,  la mise en œ œuvre de la  réforme a crréé un fossé  entre les différentes 
catégories d’enseignan nts : 
 Ceuxx  qui  enseiggnent  dans  les  écoles  réformes  et  e encadrent  les  classe es  de  CP 
(réfo
orme)  se  senntent  mal  sooutenus  conttrairement  aux 
a ESS  resp ponsables  de es  classes 
de 6ème année ;; 
 La foormation reççue par ces eenseignants  en majorité  FRAM pour affronter laa réforme 
n’estt pas suffisan
nte pour fairre face au dérèglement o occasionné par la crise de e 2009 ; 
 La  grande 
g majoorité  des  enseignants  des  EPP  et  des d CEG  exigent  une  caampagne 
d’explication raissonnable et raisonnée du u programme de réformee. 
 
Au total, le
e retard dans les projecttions à courtt terme de laa réforme deevient mécan nique. La 
crise de 20009 s’est suraajoutée aux secousses p prévisibles de e la réforme.  
 
4.2. Une régressi
U ion sensible dans les pré é‐requis  
 
L
L’année scol laire 2009‐20 010 livre aprrès six mois d’exercice d des résultats qui tendentt à la fois 
v
vers une situ uation ante‐‐réforme et  vers une sittuation réforrme. Il y a un tiraillemen nt et une 
c
confusion en ngendrés parr le dérèglem ment des insttitutions en 2 2009. 
 
L
Le bref bilan  des pré‐reqquis, établi suur la base duu périmètre d de la présentte évaluation n, repose 
s
sur des cons tats mitigés : 
 Les  infrrastructures  existantes  sont, 
s nonobsstant  l’existeence  de  nouuvelles  consttructions, 
dans leuur majorité een mauvais éétat;  
 Le rôle  du ministèree depuis l’an nnée 2009 s’amenuise ccar, les direccteurs des EP PP et des 
CEG sonnt devenus, sselon les ensseignants, leu ur principal interlocuteurr officiel; 
 Le perso onnel d’encaadrement esst désorienté é par les insttructions con ntradictoiress au sujet 
de l’app
plication des objectifs de la réforme;
 Les  curricula  ont  subi  une  altération  due  à  un n  chevauch hement  d’approches 
pédagoggiques; 
 Le  finanncement  de  l’école  est  de 
d plus  en  plus 
p problém matique  et  incertain.  La  baisse 
b du 
budget des écoles s’’en est forteement ressen ntie; 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    39 
uation des Ecolees Primaires Pub
 Le  rôlee  des  paren nts  tend  vers  une  prisse  en  chargge  de  plus  en  plus  acccrue  du 
fonction nnement  dee  l’école  alo ors  que  leu
urs  difficultéés  financièrees  tendent  vers  un 
amenuisement de leeur revenu ;
 Le matéériel pédagoggique ne se rrenouvelle pas et les fournitures scollaires se raré éfient ; 
 La  sécurité  et  la  prrotection  ne  satisfont  pllus  les  atten
ntes  des  parrents  d’élève es,  par  le 
manquee  de  cantinees  scolaires  et  par  l’inexistence  de  protection  des  enfantss  face  au 
phénom mène grandisssant de la prostitution;
 Les enseeignants reço oivent de mo oins en moinns de formation alors quee leur rôle de evient de 
plus en plus crucial. 
 
E somme,  l’impact  de
En  e  la  crise  de
e  2009  sur  l’état 
l des  pré‐requis  a  accéléré  un ne  forme 
d
d’errance  de es  familles  économique ement  affaibblies  par  la  crise.  La  trraçabilité  de
es  élèves 
t
tendent à se e perdre. 
 
4.3. Une relectur
U re nécessaire e des indicatteurs  
 
L présente
La  e  évaluation n  a  du  décrrypter  les  inndicateurs  de d manière  non  routin nière,  en 
p
particulier lees indicateurrs inscription n, abandon, redoubleme ent, absentééisme et situ uation en 
f
fin de cycle.   
 
L
Les indicateu urs de référeence utilisés par l’évaluattion traduiseent de moinss en moins le es réalités 
q
qu’ils  sont  censés 
c captu
urer,  car  ils  représentennt  davantagee  l’état  de  la  société  plutôt  que 
l
l’état de la s colarisation. Les abandons scolaires et l’absentéiisme, par exemple, se dé éfinissent 
d nouveauxx  motifs  relaatifs  aux  perturbations  engendrées  par  les  dérèèglements  politiques 
de  p
g
graves de 20 009. 
 
L
La crise de 2 2009 se préssente comm me un test sé érieux pour  la réforme d dont les fondements 
e
encore récen nts subissent l’apparition de situatio ons paradoxales et inédiites : 
 De hautts taux de réussite aux exxamens du C CEPE et du BEEPC ; 
 Une non n inscription aux examen ns de fin de ccycle pour dees élèves de la classe de 3ème ; 
 Des abaandons signifficatifs des garçons du paarcours scolaaire public ; 
 La  pourrsuite  de  la  prise 
p en  chaarge  des  coû
ûts  de  la  scolarisation  paar  les  parentts  malgré 
leur hau usse et malgré la précaritté des familles. 
 
L cliché  tiré  à  partir  des 
Le  d tableauxx  récapitulattifs  des  indiccateurs  cléss  pour  les  EP PP  et  les 
C 45 expose
CEG e : 
 Une situ uation critique des EPP p par rapport à celle des C CEG ; 
 Une miggration repé érable des élèves du millieu urbain vvers les EPP  et les CEG d du milieu 
rural; 
 Des CEG G en milieu rrural moins aatteints par la crise que ceux en miliieu urbain ; 
 Le milie eu rural ausssi affecté parr la crise que e le milieu urrbain. 
   

45
Voir danns le texte Tableauux 46 et 47

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    40 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
U
Une lecture  isolée de chaque indicatteur s’avère  insuffisante  pour évalueer la complexxité de la 
s
situation : 
 Sur  l’eexistence  d’’une  massee  difficileme ent  quantiffiable  d’enffants  scolarrisés  qui 
« voyaggent » à l’intéérieur du sysstème éducattif ;  
 Sur le désarroi des p parents des EEPP acceptan nt des enfants venant dees écoles privvées ;  
 Sur  les  motivations  du  nouveel  élève  de  l’année  sco olaire  2009‐2 2010  à  cause  d’une 
tendancce aux péréggrinations dees familles écchappant à laa précarité eexacerbée paar la crise 
de 2009 9 ; 
Cette  situation 
s to
olérée  par  l’école  pub blique  bousccule  les  ind dicateurs  dans  leur 
pertinence pour l’éttablissemen nt des statistiques scolairres. 
 
4.4. Une remise 
U en cause pro obable du syystème éduccatif  
 
L crise  de  2009,  qui  met  en  daanger  une  réforme 
La  r enccore  récentee,  est  une  occasion 
p
permettant d de reformuleer des probléématiques.
 
L mise  en
La  n  place  de  la  réforme  de  systèm me  éducatif  est  encoree  fragile  face  à  un 
e
environnem ent politique et social in nstable.  
 
P ailleurs,  depuis  la  crise 
Par  c de  200
09,  les  comp portements  des  élèves  et  des  pare ents  sont 
f
focalisés  surr  les  relation ns  financièrees  entre  l’éccole  et  la  famille.  Les  teentations  de e  l’argent 
f
facile,  à  travers  les  com mportementts  « maditra »  des  élèvees,  décuplen nt  les  difficu
ultés  des 
p
parents à ret tenir leurs en nfants dans ll’enceinte de e l’école.  
 
P
Paradoxalem ment, l’impacct de la crise sur le secteur public de l’Education  est une opp portunité. 
E
En effet, la réévision ou l’aamélioration n des termess de la réform me du systèm me éducatif m malgache 
s
s’inscrit dans s une actualiisation de fait occasionné ée par les évvènements.  
 
5. Conclusion 
 
L’évaluation  de  la l situation  actuelle,  la  crise  perdurant,  des  éccoles  primairres  publique es  et  des 
collègges publics cconclut que l’impact de la crise de 20 009 sur le secteur publicc  Education sera plus 
marq qué à la rentrée de 2010‐‐2011. 
 
Il s’esst confirmé,, in fine, que e la précaritté des famillles surdétermine l’analyyse de l’impact de la 
crise  de  2009  sur  le  secteur  public  de  l’’Education  et  e celle  de  laa  situation  d des  écoles  primaires 
p
publiiques et des collèges pub blics malgaches.  
 
   
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    41 
uation des Ecolees Primaires Pub
EPP Morafeno
EPP Ambalavola 

EPP Orangea
  EPP Joffre Ville
EPP Dzamandzar
EPP Anivorano Nord
EPP Boulevard Manceau
CEG Ambavakotoko
EPP Barday 
EPP Fiofio

EPP Ambatomalama 
EPP Maromiandra EPP Haute Ville 
CEG Haute Ville 

EPP Anjiamangirana I
CEG Anjiamangirana I

EPP Ambatofotsy 
EPP Beanana 

EPP Ambodisaina Ivondro
EPP Antafia 
EPP Manangareza
EPP Ankazobe Ville 
EPP Ambohimarina  EPP Fanandrana

EPP Ambohitsoa 

EPP Fihaonana
CEG Beforona 

EPP Avenue de l’Indépendance 
EPP Ambavahadimangatsiaka 
EPP Ambavaniasy
EPP Belazao 
EPP Ambohinapetraka 
EPP Tsaralalana 
EPP Raramonja  EPP Ambohimandroso
EPP Alakamisy 

EPP Ivato Centre 
EPP Alakamisy Ambohimaha
EPP Sakaraha 
EPP Antsokay  EPP Tsararivotra

EPP Ambatovory  
EPP Miary Lamitihy  EPP Idanda 

EPP Mahaboboka  EPP Soaindrana

EPP Miary 
EPP Ihosy Centre II  
CEG Ihosy Andrefantsena 

CEG Ranohira

EPP Ilakaka

EPP Godwins Mahatsereke
EPP Mahavatse II 
CEG Ezaka 

LOCALISATION DES ECOLES OBJETS DE L’EVALUATION 
 

CEG Analamahitsy

EPP Analamahitsy

EPP Antohomadinika III G Hangar
CEG Antanimena
CEG Ampefiloha

EPP Bemasoandro 
EPP Analakely
EPP Ambohijafy 

CEG Fenoarivo 

CEG Ambohijanaka

EPP Tanjombato

LOCALISATION DES ECOLES OBJETS DE L’EVALUATION A ANTANANARIVO 
Tableau 1: TTableau récapitulatif du p
périmètre dee l’évaluation

AXE  REGION  DISTRICTT  ZON
NE URBAINE ZONEE RURALE 
EPP Analakely
EPP Analamahitsyy Village
Antanan
narivo  EPP Antohamadinnika III G Hanggar
 
Renivohitra  CEG Ampefiloha
CEG Analamahitsyy
CEG Antanimena
Analamanga  EPP A
Ambohijafy 
CENTRE  &  EST 

EPP B
Bemasoandro 
Antanan narivo 
  EPP Tanjombato 
Atsimonndrano 
CEG AAmbohijanakaa 
CEG FFenoarivo 
EPP Ambohitsoa ((Réforme) EPP A
Ambohimarinaa 
Ankazob be 
EPP Ankazobe Villle (Réforme) EPP Fihaonana (Réfforme)
EPP Avenue de l'In
ndépendancee EPP A
Ambohinapetraka
Vakinankaratra  Antsirabbe 
EPP Ambavahadim mangatsiaka EPP B
Belazao 
EPP Managareza EPP A
Ambodisaina Ivvondro
Atsinanana  Toamasiina I 
EPP Fanandrana 
Alaotra  EPP Ambohimand droso EPP A
Ambavaniasy 
Moramaanga 
Mangoro  EPP Tsaralalana (R
Réforme) CEG B Beforona 
EPP Ambalavola (AAntsiranana OOuest) EPP A
Anivorano Norrd 
Antsirannana I 
EPP Morafeno (An ntsiranana Estt) EPP Jooffre Ville 
Diana 
EPP Boulevard Maanceau (Réforrme) EPP O Orangea 
Nosy Be 
NORD  &  OUEST 

CEG
G Andavakotokko (Réforme) EPP D
Dzamandzar (R Réforme)
EPP Fiofio ‐ Mahabibo EPP A
Ambatomalam ma 
Boeny  Mahajan nga I 
EPP Barday EPP M
Maromiandra 
EPP Ambatofotsy EPP A
Antafia 
Betsiboka  Maevataanana 
EPP B
Beanana 
EPP  Philibert  Tsiranana  / 
EPP Haute‐Vile 
Sofia  Antsohihhy  Anjiammangirana I (RRéforme) 
CEG Haute‐Ville CEG AAnjiamangiran na I (Réforme))
Matsiatra  EPP Ambatovory EPP A
Alakamisy Amb bohimaha
Fianaranntsoa II 
Ambony  EPP Idanda EPP Soaindrana 
EPP Ihosy Centre II EPP A
Andohan’Ilakaka 
Ihorombe  Ihosy 
CEG Ihosy  CEG RRanohira 
Amoron’i  EPP Raramonja (RRéforme) EPP Ivvato Centre (R
Réforme)
Ambosittra 
SUD 

Mania  EPP Alakamisy (Reeforme) EPP Tsararivotra 


EPP Godwin's Mahatsereke EPP M
Miary 
Toliara II  EPP Mahavatse II
Atsimo 
CEG EZAKA 
Andrefana 
EPP Sakaraha Bas (Réforme) EPP M
Mahaboboka (Réforme)
Sakarahaa 
EPP Antsokay (Réfforme) EPP M
Miary Lamatihyy (Réforme)

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    44 
uation des Ecolees Primaires Pub
Tableau 2 :: Répartition des élèves e
et enseignants enquêtés 
AXE 
ELEVEES  Nord  Centre  Sud 
Effectif  Effectif  Effectiff 
Sans refforme  76  88  72 
EPP  Reforme  10  41  60 
Total  86  129  132 
Urbain 
Sans refforme  9  29  25 
CEG  Reforme  10  0  0 
Total  19  29  25 
Sans refforme 90 118 45 
EPP  Reforme  20  15  41 
Total  110  133  86 
Rural 
Sans refforme 0 35 15 
CEG  Reforme  10  0  0 
Total  10  35  15 
Sans refforme 166 206 117 
EPP  Reforme  30  56  101 
Total  196  262  218 
Total 
Sans refforme 9 64 40 
CEG  Reforme  20  0  0 
Total  29  64  40 
TOTAL  225  326  258 
AXE 
ENSEIGNANTS  Nord  Centre  Sud 
Effectif  Effectif  Effectiff 
Sans refforme  11  1  11 
CEG  Réforme  4  0  0 
Total  15  1  11 
Urbain 
Sans refforme  43  57  24 
EPP  Réforme  5  7  27 
Total  48  64  51 
Sans refforme  8  8  7 
CEG  Réforme  1  0  0 
Total  9  8  7 
Rural 
Sans refforme  38  26  28 
EPP  Réforme  11  6  16 
Total  49  32  44 
Sans refforme  19  9  18 
CEG  Réforme  5  0  0 
Total  24  9  18 
Total 
Sans refforme  81  83  52 
EPP  Réforme  16  13  43 
Total  97  96  95 
TOTA
AL  121  105  113 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    45 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
 
 

©copyrright 
 CORE‐DEV en
ngineering 

  ©copyright  
CORE‐DEV engineer
C ring 
 
 
 
EVALLUATION DE LA
A SITUATTION 
DESS ECOLES PRIMAAIRES P
PUBLIQUUES ET C
COLLEGES PUBLLICS 
EN PER
RIODE D
DE CRISEE  
A MAADAGASSCAR 
 
 

©copyright  
CORE‐DEV engineeering 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                   46 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecolees Primaires Pub
INTTRODUCTIION 
 
L’année 2009 a marq qué une ruptture dans l’ééquilibre de la vie politiqu ue de Madaggascar. Des d domaines 
de la viee économique et sociale m malgache on nt subi une d dislocation ceertaine dans leur fonctionnement 
et en ont ressenti dees effets nuancés.  
 
Le  pays  a  basculé  en  quelques  semaines  d’’un  régime  politique 
p à  un 
u autre  dan ns  des  conditions  de 
violencee,  de  force  et 
e de  brutalité  localiséees  dans  des  zones  préciises,  urbainees  en  général.  En  ce 
premier semestre dee l’année 201 10, le pays coontinue de vvivre dans un n contexte néébuleux et gé élatineux 
n’autorissant aucune photographie définitive de la situation.  
 
Selon la  dernière no ote de la Ban nque Mondiale à Madaggascar de Féévrier 2010,  « l’impact de la crise 
politiquee de 2009 estt inégal. D’un n côté, certaaines activitéés comme l’agriculture ett le secteur m minier ont 
été éparrgnées, car la a crise a surttout été (et reeste) urbainee. De l’autre côté, la majjorité des seccteurs qui 
avaient  porté  la  cro oissance  au  cours  des  dernières 
d ann nées  se  sontt  trouvés  forrtement  affeectés  par 
l’incertittude de l’envvironnement économiquee national et la récession mondiale… ».  
 
Le  derniier  constat  du 
d FMI,  pub blié  dans  le  courant  du u  mois  d’avrril  201046,  annnonce  à  travers  les 
tableauxx de projections que l’an nnée 2008 était l'année  de tous les  records en ttermes de crroissance 
pour la G Grande Ile avvec une croisssance du PIB réel à 7,1% %. En 2009, lle PIB réel esst évalué à ‐5 5% et est 
projeté àà ‐1% en 201 10 et à 3,7% en 2011.  
 
Le secteur de l’Éducation comptte parmi les  secteurs sinistrés de la ccrise de l’année 2009. Po our cette 
dernièree année, les  activités préévues  par le  MEN ont étté affectées  par la situaation de dérè èglement 
généralissé  de  l’État  malgache.  En 
E effet,  le  budget 
b du  MEN 
M a  été  rééduit  de  20% %  pour  l’ann née  2009. 
Pour l’an nnée 2010, sselon la Reprrésentation d de la Banque e Mondiale àà Madagascar lors du dialogue sur 
le  dévelo oppement  organisé 
o à  Antananarivo  le  15  avril  2010, 
2 la  part  du  MEN  dans  la  loi  bu udgétaire 
47
établie  par 
p le  régime  de  la  Haute  Autorité  de  la  Transition  (HAT)  s’élève 
s à  102
2  milliards  d’Ariary
d . 
Toutefoiis, cette loi n n’ayant pas pparu au Journ nal Officiel de la Républiq que malgach he, aucun mo ontant du 
budget d de l’Etat malgache pour lle compte dee l’année 201 10 ne peut êêtre indiqué.  
 
La  crise48
4
  de  2009  est 
e une  renco ontre  de  circonstances  conjoncture
c lles  aggravan nt  l’état  de  pauvreté 
passé dee 68% à 65,4% de 2005 à 2008 ; mais le PNUD fait remarquerr que ce recu ul n’est pas siignificatif 
49
et qu’en 2009 ce tau ux est à nouvveau revenu à 68% .  
 
La  présente  évaluaation  de  laa  situation  des  Ecoless  Primaires  Publiques  (EPP)    et  Collèges 
d’Enseiggnement Gén néral (CEG) P Publics en péériode de crise donne un ne lecture dee l’état de paauvreté à 
Madagasscar à traverrs des éléments de la crisse vécus au ssein du secteeur public dee l’Education.  
 
Sachant  que  les  actions  pour  reelever  la  faibblesse  de  la  performancce  malgache  dans  le  dom maine  de 
l’éducatiion prennent place dans la durée, reequérant le p passage d’une génération n à l’autre, laa crise de 
2009 tesste la réform me du système éducatif m malgache enggagée en 200 07. 
 

46
Informattions sur http://ww
ww.moov.mg/ reccueillies par Soloofo Andrianjakariivelo, parues le 266 avril 2010.
47
Equivaleence monétaire auu 19 mai 2010 : 1 Dollar US = 20778,60 Ariary
48
Voir en Annexes
A les Termmes de la crise
49
Note de la
l Banque Mondiiale février 2010.

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    47 
uation des Ecolees Primaires Pub
©
©copyright  
CORE‐D
DEV engineering 
©copyright   FRAM 
CORE‐DEV engineering

©coppyright  
CORE‐DEV engineering 

 
 
                 PARTTIE 1:  
                 LE P
PERIMETTRE                         
DEE 
L’EEVALUATTION 

©copyright  
CORE‐DEV engineerring 
C

©copyright 
A la ssortie d’une EEPP  CORE‐DEV engineeering  ©copyrig
ght  
CORE‐DEV eng
gineering 

A la    sortie d’une e EPP
                       Eva
aluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    48 
uation des Ecolees Primaires Pub
PARTIE 1: LE PER
RIMETRE D
DE L’EVALU
UATION 
 
 
 
Lee déroulement complexee de la vie po olitique malggache depuis 2009 et le d dérèglementt de la vie 
écconomique eet sociale durant cette m même année ont influé ssur le fonctio onnement du u secteur 
puublic de l’Education. Il nécessite unee photograph hie urgente  de l’état de  la scolarisattion dans 
les Ecoles Primmaires Publiccs (EPP) et p
post primaire e ou collèges d’enseigneement générral (CEG), 
localisés dans la capitale eet sa périphérie, en régions, en milieu
u urbain et en milieu ruraal. 
 
1.1. LEES OBJECTIFFS DE L’EVA
ALUATION
 
Laa mission d’éévaluation a eeu : 
 Dans un n premier teemps, à mesu urer et à anaalyser  l’impact de la crisse sur les ind
dicateurs 
clés de l’éducation pprimaire (EPP) et post prrimaires (CEG G) ; 
 Et, danss un second  temps, à déffinir la situattion des EPP et des CEG  en période d de crise à 
Madagaascar,  en  tenant  comptte  de  la  réforme  du  syystème  éduccatif  engagée  depuis 
l’année  2007  et  dee  trois  annéees  scolaires  de  référencce  2007‐200
08,  2008‐200 09,  2009‐
2010.  
 
Su
ur la base d’u une modificaation suppossée des décissions prises  par les pouvvoirs publics à la suite 
du
u  changemeent  de  régim me  politique,,  les  réponsses  à  mettree  en  exergue  reposent  sur  trois 
po
oints majeurs, à savoir : 
 Les atteeintes au caleendrier de la réforme gén nérale du sysstème éducaatif malgache e ; 
 Les chan ngements du u staff technique du MEN N ; 
 Les  inceertitudes  enttourant  le  financement  du  secteur  Education 
E en
n  général  ett  celui  du 
secteur public en paarticulier. 
 
L’éévaluation s’’appuie sur les indicateurs suivants: 
 L’évoluttion  du  taux  d’inscriptiion  montran nt  la  régresssion  ou  la  hausse  du  nombre 
d’élèvess inscrits enttre deux années scolairess; 
 Le taux d’abandon rrapportant lee pourcentagge des élèves d’une coho orte inscrits dans une 
année  d’étude  don nnée  dans  une  année  scolaire  do onnée  qui  abandonnentt  l’année 
scolairee suivante ; 
 Le  taux  de  redoublement  rapportant  la  proportion  des  élèves  insccrits  dans  un ne  classe 
donnée  au  cours  d’une 
d année  scolaire  do onnée  qui  éttudient  danss  la  même  classe 
c au 
cours dee l’année sco olaire suivante ; 
 Le  taux  d’absentéissme  rapportaant  le  pourccentage  des  élèves  qui  ss’absentent  au  cours 
d’une période donn née de l’annéée scolaire en n cours ;  
 L’évoluttion  des  coû ûts  de  la  sco
olarisation  supportés  paar  les  parentts  renseignaant  sur  la 
hausse ou la baisse des dépensees nécessaire es à la scolarrisation. 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    49 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
1.2. LA
A DEMARCH
HE METHOD
DOLOGIQUE 
 
Lees documentts consultés50 émanent d du MEN, de la Banque Mondiale et d de l’UNICEF. Depuis la 
loi  n°2004‐004 4  portant  orientation  géénérale  du  système 
s d’ééducation,  d’’enseigneme ent  et  de 
foormation  à  Madagascar, 
M le  secteur  de 
d l’éducatio on  a  connu  une 
u évolutio on  importantte  depuis 
l’aannée 2007.  Sur la base  du Madagasscar Action P Plan (MAP), u une réformee de l’éducattion a été 
en ngagée par lee régime exisstant à cettee époque. 
 
L’iinstallation d
d’un régime de transition n durant l’annnée 2009 a interrompu le cours normal de la 
cooopération avec les bailleeurs de fond ds de l’Educaation. Ces deerniers ne so ont pas en mmesure de 
dééterminer si les engagem ments antérieeurs du MEN N sont mainteenus ou non.  
 
Paar  conséquent,  cette  évaaluation  a  exxclusivement  porté  l’obsservation  telle  que  la  sittuation  a 
étté vécue « à  la base», c’eest‐à‐dire paar tous les accteurs évoluant dans le p périmètre exxclusif de 
l’éécole.  Ces  acteurs  cibles  sont  les  chefs 
c des  éttablissementts  scolaires,  les  enseign
nants,  les 
élèves  et  less  parents  d’’élèves  reprrésentant  éggalement  laa  communauté  de  chaaque  lieu 
d’implantation n de l’établisssement scolaire enquêté é. 
 
Po our éviter tooute analyse  partisane dee la crise, l’é évaluation s’eest abstenuee de solliciteer les avis 
teechniques  dees  responsaables  du  MEN  ni  ceux  de  la  Direection  Régio onale  de  l’EEducation 
Naationale  (DR REN),  de  la  Circonscripttion  Scolaire e  (CISCO)  et  de  la  Zon
ne  Administrative  et 
Péédagogique ((ZAP). Ainsi,  la présente  évaluation n ne se fonde  sur aucune  information  officielle 
ém manant des  responsablees de l’éducaation nationaale, au sujet  de la suspeension réelle  ou de la 
mise en veilleu use ou de l’aapplication du programm me de réform me. 
 
To outes  ces  do
onnées  factuuelles  spécifiques  justifieent  une  apprroche  métho odologique  souple 
s et 
riggoureuse à laa fois.  
 
 Souple,  car les Term mes de référrences51 (TD DR) de l’évaluation ont m mis la barre ttrès haut 
en  termmes  de  tem mps  d’exécu ution  (2  moois),  de  nombre  d’éco oles  à  enquuêter  (61 
établissements scolaires publicss), d’objectiffs prioritairess à identifierr afin d’apprrocher au 
plus  prèès  une  réaliité  mouvantte  d’après  le es  estimatioons,  avec  un
ne  équipe  de  terrain 
relativement restreiinte.  
 Rigoureeuse,  car  less  TDR  de  l’’évaluation  désirent  un ne  photographie  la  pluss  proche 
possiblee d’une réalité de la scollarisation daans le secteur public à M Madagascar, llivrée sur 
une basse comparatiive entre les années scolaires 2007‐2 2008, 2008‐2009 et 2009‐2010. 
 
Lees  indicateu urs  à  mettrre  en  comp paraison  con ncernent  dees  années  scolaires  ayyant  des 
caaractéristiquees inhabituelles mais détterminantes pour la colleecte des don nnées :  
 2007‐20 008 a été la p première ann née d’application de la rééforme du syystème éduccatif dans 
sa phase préparatoiire ; 
 2008‐20 009 a été la  première an nnée d’appliccation effective de la réfo orme, vécue e dans les 
tourbilloons des évèn nements politiques ayantt amené à la destitution d’un régime e ; 

50
MENRS, la nouvelle réfoorme de l’éducatioon, guide pratiquue et technique, Antananarivo,
A 20007. Rapport de suivi du Plan EPT 2007,
2
Annuaires DPEST/MENRS
D 2
2007, Madagascaar Action Plan 20008, Note de la Banque
B Mondiale,, février 2010
51
Voir en annexes
a

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    50 
uation des Ecolees Primaires Pub
 2009‐20 010  est  une  année  scolaire  gérée  par 
p un  régim
me  de  transiition  aux  prises  avec 
l’incertitude. 
 
Poour répondree aux attentes des TDR,  cette évaluaation a décid dé d’approch her quantitativement 
ett  qualitativement  le  périmètre  de  l’évaluation..  Pour  déterminer  ce  d dernier,  la  mission 
m a 
asssocié les inddices clés dess TDR aux pré‐requis pou ur une bonnee scolarisatio on, c'est‐à‐dire : 
 Les Infraastructures,  
 Le Rôle du ministèree,  
 Le Perso onnel d’encaadrement,  
 Les Currricula,  
 Le Finan ncement,  
 Le Rôle des parents,,  
 Le Matéériel pédagoggique et les FFournitures scolaires,  
 La Sécurité/Protectiion. 
 
1.2.1. LA COLLLECTE DES DONNEES 
 
L’évaluaation a été m menée pour d deux types d d’établissements scolairees, d’une parrt les EPP 
et  les  CEG 
C publics  sans s réformee  et  d’autre  part  les  éco
oles  publiquees  réformes.  Les  EPP 
concern nées  par  le  programme 
p de  réforme,,  appliquant  le  cycle  de  7ans  d’étud des,  avec 
ème ème
des classses de 6  eet 7  annéee, est qualifiée d’« école mère ».  
 
Cinq  crritères  fond damentaux  distinguent 
d les  « écoles  réforme » »  des  « éco oles  sans 
réformee » :  
 Laa constructio on de nouvelles salles po our les grades 6 et 7 ; 
 L’’information n‐éducation‐ccommunicattion (IEC) à d destination d de tous les acteurs et 
bénéficiaires de la réform me ; 
 Laa formation des enseignaants semi sp pécialisés (ESS) pour les 6 6ème et 7ème années ; 
 Lee  développeement  de  nouveaux 
n cu
urricula  pour  les  7  ans  d’enseignement  de 
niveau primaire ; 
 L’’application  d’une appro oche pédagogique par less compétencces avec des manuels 
appropriés. 
 
Les CEG G réformes abritent les niveaux de la classe de 4ème  et de 3èm me
 et ne couvvrent plus 
ème ème
les anciennes classees de 6  et  de 5 . Ils d devraient ou uvrir progresssivement de es classes 
ème ème ème
pour un ne 8 , 9   et 10  année, réalisan nt ainsi un cyycle de 10 aans d’études  primaire 
et post primaire réu unies.  
 
La collecte des donn nées s’est dééroulée en qu uatre étapess : 
 Laa  première  a  déterminéé  l’accessibilité  aux  donn nées  essentiielles  sur  l’é
état  de  la 
sccolarisation  dans  le  seccteur  Educaation  sans  passer 
p par  la  voie  officcielle  (les 
in
nstitutions  du 
d MEN,  DR REN,  CISCO,,  ZAP).  L’évvaluation  a  analysé  l’éttat  de  la 
sccolarisation depuis l’année 2007 à paartir des documents existtants dispon nibles;  
 Laa  deuxième  étape  est  dictée  par  la  l représenttativité  des  populations  cibles  à 
enquêter  surr  la  base  du  choix  porté é  sur  les  écoles  primairres  et  post‐p primaires 
publiques  à  visiter,  pourr  définir  scientifiquement  et  valideer  statistique ement  le 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    51 
uation des Ecolees Primaires Pub
nombre  d’élèèves,  d’enseeignants  et  de  parents  d’élèves  et   pour  répon ndre  aux 
o
objectifs de l’ étude en ten nant compte e d’une situation politiquue équivoque e ; 
 Laa  troisième  étape  est  axée  sur  le e  contenu,  la  forme  ett  la  consistaance  des 
questions à p poser aux accteurs cibles  des niveauxx primaire ett post primaaire, pour 
accéder aux iinformationss à caractère e à la fois qu
uantitatif et q
qualitatif, suur la base 
de  deux  préaalables  qui  sont 
s une  situ
uation  de  déérèglement  institutionne el  et  une 
approche com mparative sur trois année es scolaires ssuccessives ; 
 Laa  quatrièmee  étape  est  de 
d caractère e  plus  pratique, liée  aux  aléas  du  climat,  aux 
immprévus de  l’insécurité d dans les zone es d’enquêtee, aux variab bilités politiq
ques pour 
gérer  une  ennquête  sur  le  terrain  quui  couvre  Madagascar  eet  qui  doit  livrer  des 
réésultats danss un délai reelativement sserré en périiode d’incerttitude générralisée, et 
enfin  au  dérrèglement  du  calendrierr  scolaire  dee  cette  ann née  2009‐2010,  pour 
leequel  le  MEN  a  opéré  sur 
s l’année  scolaire 
s en  cours  un  séquençage  trrimestriel 
saans annuler le précédentt séquençage e bimestriel..  
 
1.2.2. LES OUTTILS UTILISESS  
 
La  démarche  de  l’eenquête  sur  le  terrain522  a  retenu  comme  critère  exclusif  le  recueil 
exhausttif d’informations sur les trois derniè ères années sscolaires (20 007‐2008, 20 008‐2009, 
2009‐20 010).  Touteffois,  l’exhausstivité  n’indu
uit  nullemen
nt  la  pertineence  et  la  vaalidité  de 
toutes les informations qualitatives recueilliies ainsi que la fiabilité d de toutes les données 
quantitaatives  collectées.  Les  données  en nregistrées  garderont  ttoujours  un ne  limite 
interpréétative proprre aux enquêêtes de terrain et à l’approche qualitaative.  
 
Le formmulaire, les quuestionnairees, les guidess d’entretien dirigé, les gguides de foccus group 
sont less outils destiinés à chaqu ue groupe d’’acteurs ciblees et ont étéé élaborés p pour tous 
les étab
blissements sscolaires pub blics ciblés. 
 
Les  langgues  de  rédaction  du  foormulaire  ett  des  questionnaires  sont  le  malgacche  et  le 
françaiss. Les entretiens dirigés eet les focus ggroup se déro oulent en lan ngue malgache. 
 
 LEE FORMULAIIRE 
 
Pour  dresser  l’état  des  lieux  des  étaablissementss  scolaires,  le  formulaire
e  destiné 
aux  chefs  d’éétablissemen nt  interroge  sur  les  resssources  hum
maines,  finanncières  et 
m
matérielles  d l’établisssement  et  doit 
de  d fournir  les  inform
mations  quan ntitatives 
reelatives aux indicateurs cclés.  
 
 LEES QUESTION
NNAIRES 
 
Lee  questionn
naire  destinéé  aux  enseiggnants  compporte  54  iteems  répartiss  sur  des 
questions  fermées  et  des 
d question ns  semi‐ouvvertes  (plusiieurs  possibbilités  de 
rééponses).  Lee  questionnaire  réservé
é  aux  élèvess  comprend  89  items  avec 
a une 
m
majorité de q questions ferrmées. Une  partie des ittems ne con ncerne que le es élèves 
des établissem ments post pprimaires. 

52
Voir les éléments en anneexes

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    52 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
 LEES ENTRETIEENS DIRIGES
 
U ajustement  méthodo
Un  ologique  a  été 
é apporté  à  l’approch he  initiale,  en  cours 
d’enquête sur le terrain,  par l’intégration de l’outtil « entretieen dirigé » au uprès des 
groupes enseeignants et élèves. La formule du focus group n’aa pas été rete enue car, 
elle  s’avère  en 
e général  peu  fructue euse  s’agissaant  des  élèvves  qui  adoptent  un 
coomportemen nt moutonniier par effet d’entraînem ment, se conttentant de ré épéter ce 
qu’a dit le prremier  élèvee  à avoir parlé. Quant au u focus grou up des enseiggnants, il 
riisque  fort  d’’être  un  lieu
u  de  revendication  à  caractère  synddical  et  polittique  qui 
n’est pas du rressort de la présente étu ude. Les guid des d’entretiien dirigé son nt établis 
suur  la  base  des  mêmess  questions  posées  dan ns  les  questionnaires  respectifs 
r
destinés aux eenseignants et aux élève es. 
 
 LEES ENTRETIEENS INFORMEELS 
 
Lees entretiens informels aauprès des cchefs d’établissement see font en marge de la 
coollecte  de  données  via  le  formu ulaire.  Le  ch
hef  d’établissement  re
eprésente 
l’institution sccolaire au même titre qu
ue le Directeur DREN ou le Chef CISCO. Le but 
de ce biais étaye l’appréciation de la ssituation soccio‐économiqque des élèvves et des 
enseignants d de chaque éttablissementt. 
 
 LEE FOCUS GRO
OUP 
 
De 15 à 20 fo
D ocus group,  répartis sur  les trois zon nes cibles, soont prévus rréunir les 
parents d’élèves EPP, CEG G / Urbain, RRural pour déébattre auto our de la scollarisation 
de  leurs  enfaants.  Les  paarents  d’élèvves  représentent  par  laa  même  occcasion  la 
coommunautéé  locale.  Les  information ns  autour  du 
d secteur  p public  de  l’EEducation 
reeflèteront un
ne situation intra muros et extra murros de l’écolee. 
 
1.2.3.  LES ZON
NES D’ENQU
UETE 
 
Le  choix  des  étabblissements  scolaires  à  enquêter  est  déterm miné  par  leu urs  lieux 
d’implantation.  Le  périmètre  gééographique e  de  l’évaluaation  est  déffini  en  axe ssuivant  le 
tracé dees routes nattionales (RN)): 
 L’’axe Nord‐Ouest joint An ntananarivo àà Mahajangaa et Antsiran nana par les R RN4 et 6.  
 L’’axe  Centre‐‐Est  relie  An
ntsirabe  à  Toamasina 
T e passant  p
en  par  Antanan narivo  en 
empruntant les RN 7 et 2..  
 L’’axe Sud ratttache Antanaanarivo à Toliara par la R RN 7.  
 
La  Commmune  Urbaaine  d’Antan nanarivo  et  le  district  d’Antananari
d ivo‐Atsimond
drano  se 
distingu
uent  en  repprésentant  la  zone  la  plus  expossée  aux  évèènements  de d 2009. 
Paradoxxalement, le  rapport McRAM de juin n 2009 ne liee pas directeement la tend
dance de 
la dimin
nution de la ffréquentatio
on scolaire daans la Comm mune Urbainee d’Antananarivo à la 
53
crise po
olitique de 20
009 . 

53
 UNICEF, SSituation de la villle d’Antananarivvo dans le contexte de la crise poliitique – Madagascar, juin 2009, p.13.

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    53 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
 
 

Déscolarisation
D n
temporaire

©copyright  
COR
RE‐DEV engineering 

 
 
 
PA
ARTIE 2 : 
L’A
ANALYSEE DES             
DON
NNEES C
COLLECTEEES 

« Maitso ahittra » 
©copyright  
DEV engineering   
(Période de s
soudure) 

Tyype d’alimentation

©copyright  
CORE‐DEV eengineering 

bliques et Collègges Publics en péériode de crise                   54 
                          Evaaluation de la sittuation des Ecolees Primaires Pub

©copyriight  
CORE‐DEV engineering 
P
PARTIE 2 :  L’ANALYSSE DES DO
ONNEES COLLECTEEES 
 
Lees  résultats  chiffrés  de  l’évaluation  exposent  la  situation n  des  échanntillons  étuddiés.  Les 
doonnées  colleectées  perm mettent  unee  lecture  à  à plusieurs  entrées.  Ellles  fournisssent  des 
informations  qualitatives  croisées  sur  l’état  de  la  l scolarisation  dans  less  EPP  et  less  CEG  en 
péériode de crise allant au‐delà du factu uel.  
 
Laa collecte faitt ressortir tro
ois points siggnificatifs rellatifs à des questions liéees : 
 à la problématique du programm me de réform me,  
 à des éléments prop pres à la périiode post 2009, 
 à  une  lecture  des  indicateurs  clés  soumisse  aux  réalittés  socio‐éco onomiques  des 
d lieux 
d’implantation des éécoles. 
 
2.1  U
UN DIAGNO
OSTIC DES EC
COLES  
 
655 établissements scolairees publics, au u lieu des 61 demandés d dans les TDR, constituentt le cadre 
dee cette évalu
uation, soit 33 EPP et CEG G en milieu u urbain et 32 EEPP et CEG een milieu rural.  
 
Lees  équipes  d’enquête 
d o rencontré  de  la  paart  de  quelq
ont  ques  chefs  d’établissemment  (en 
paarticulier de  l’axe Centree‐Est) des caas de refus d détournés po our participeer à l’enquêtte. Ils ont 
prréféré  déléguer  à  leurs  surveillants  généraux  ou  à  leurs  seecrétaires  le  soin  de  reccevoir  les 
éqquipes  d’en nquête  et  de  répond dre  aux  be esoins  de  celles‐ci.  Lees  nouveau ux  chefs 
d’établissement  scolaire  installés  au  cours 
c de  l’an
nnée  2009  ou 
o de  l’annéée  2010  ne  disposent 
d
paas souvent dde documentts ni d’archivves propres aau fonctionn nement de leeur établisse ement. Ils 
n’ont  pas  pu  ainsi 
a fournirr  aux  équipees  d’enquête e  les  informaations  compaaratives  (surr  les  trois 
deernières années scolairess) nécessairees pour comp pléter le form
mulaire de laa présente évvaluation 
 
2.1.1 LES ECO
OLES PRIMAIIRES ET LES C
COLLEGES DU
URANT LA CRISE 

2007‐2008 2008‐2
2009 2009‐2010
38% 39%
40%
% 36%
34%

30%
%

19%
17%
20%
%

10%
% 5%
%
4% 3% 2%
1% 1%
0%
%

Aucune MEN DREN CISCO ZAP Directeur 


d'école
 
Figure 3 : Instructions venant des différentes h
hiérarchies 
 
Selon  lees  enseignan
nts,  depuis  la  crise  de  2009,  leurs  relations  avec  la  hiéraarchie  de 
l’administration  scoolaire  se  so
ont  principaalement  concentrées  aautour  du  directeur 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    55 
uation des Ecolees Primaires Pub
d’école qui leur tran nsmet les co
onsignes d’ordre adminisstratif et d’o
ordre pédago ogique et 
concenttre de fait lees décisions  relatives au  fonctionnem
ment de l’éco
ole et celles  relatives 
aux queestions sur laa réforme. 
 
a. Selon les milieuxx urbain et rural 
 
L’obsservation sur le terrain aa recensé les mesures suiivantes : 
 Des  établissements  scolaires 
s des  Communees  Urbaines  d’Antananaarivo,  de 
Mahajanga, d’Antsirab be, de Fianarrantsoa, d’Am mbositra, et  une école ddu district 
d’Antanan narivo‐Atsimo ondrano ontt fermé leurss portes envviron une sem maine au 
total, au p
plus fort de lla crise (marrs 2009), parr mesure de  sécurité et àà la suite 
de  provoccation.  Le  CEG 
C d’Antanimena  a  co onnu  un  épisode  de  vandalisme 
perpétré àà l’intérieur d
de l’école.  
 Selon des  chefs d’étab blissement e et des surveiillants générraux, la ferm
meture de 
l’établissement  est  devenue  un  u réflexe  inhérent  aaux  comportements 
imprévisibbles des popu ulations urbaaines en périiode de crisee politique. 
 Aucun étaablissement  scolaire en m milieu rural  n’a suspenddu les enseiggnements 
pour causee de crise 20009.  
 Les  fermeetures  d’écolle  en  milieu  rural  sont  d’ordre  clim
matique,  cas  des  EPP 
Manangarreza  et  Ivond dro  (Toamassina)  en  200
07‐2008  ou  d d’ordre  sanittaire,  cas 
del’EPP d’Idanda (Fianarantsoa) en n début d’année 2010.  
 
b. La prroximité 
 
La  proximité  de  l’école  par  rapport  au  domicile  estt  un  indicateeur  essentie
el  dans  le 
choixx  des  paren
nts  pour  inscrire  leurs  enfants 
e à  l’éécole  publiq
que.  64%  de es  élèves 
interrrogés le con
nfirment.  
 
Les pparents vontt jusqu’à désscolariser leu urs enfants si l’EPP est (trop) éloigné ée de leur 
dommicile, en précisant que lees écoles privées satisfon nt pleinement cette dem mande de 
proxximité.  Mais  dans  leur  caas,  n’ayant  pas 
p les  moyeens  d’inscrirre  leurs  enfaants  dans 
une  école  privéée,  ils  attrib
buent  à  la  proximité  une 
u cause  d’absentéism me  voire 
d’abandon scolaire de leurs eenfants. 
 
Autre
Connaissance
Bonnne  11%
6%
infrastru
ucture
1%
%
Calme
3%

Enseignement de 
qualité
15% Proximité
64%

 
u choix de l’établissement scolaire 
Figure 4 : Raisons du

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    56 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Duraant les évèneements de 2009, l’indicateur‐proximité s’est révéélé essentiell dans les 
zonees urbaines.  Si peu de faits relatifs à  l’insécurité  ont été rapp
portés par le
es élèves, 
les p
parents en milieu urbain ont été ango oissés durantt cette périoode en envoyyant leurs 
enfants à l’école.  
 
 

 
Fiigure 5 : Durrée du trajet entre l’écolee et le domiccile 
 
En m
milieu urbain n, de nombreeux parents  ont préféré  garder leurss enfants à la maison 
dès  que  les  affro
ontements  de 
d rue  prenaaient  le  pas  sur  les  reveendications.  Ce  fut  le 
cas d
des parents: 
 Des  EPP P  Analamah hitsy,  Analakely,  Anttohamadinikka  III  G  Hangar, 
Tanjaombato,CEG Antanimena dans la Commu une Urbaine  d’Antananarivo et le 
district d’AAntananarivo
o Atsimondraano,  
 De l’EPP M Manangarezaa dans la Com
mmune Urbaaine de Toam masina, 
 De l’EPP Fiofio‐Mahabibo dans la C Commune Urrbaine de Mahajanga, 
 De  l’EPP  Raramonja, 
R q a  perdu  un  de  ses  élèves 
qui  é duran nt  les  affrontements, 
dans la Co ommune Urb baine d’Amboositra. 
 
Pourr  rejoindre  leur  école  en  partant  de
e  leur  domicile,  la  majo
orité  des  élè
èves  tous 
milieeux confondu us (urbain/ru ural) : 
 Marchent en moyennee de 20 à 25 minutes, 
 Se regroup pent par deu ux au minimu um. 
 
Cettee pratique est devenue u un gage de sécurité qui leur permet d d’être moinss exposés 
aux aagressions.  
Cepeendant, la diistance ne décourage paas des élèvess de l’EPP Orangea (Nosy Be) qui 
résid
dent loin de  l’école (unee heure de m marche envirron) et arriveent régulière ement en 
courrs avec une hheure de retaard. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    57 
uation des Ecolees Primaires Pub
c. Des cas spécifiqu ues 
 
Des  écoles  viven nt  l’impact  de  la  crise  de  2009  à  travers 
t les  eeffets  de  ce
elle‐ci  sur 
l’éco
onomie de leeur zone d’im mplantation : 
 L’EPP Andohan’Ilakakaa (Ihosy) est née avec le lieu‐dit « chaampignon » d’Ilakaka 
avec l’exploitation du gisement de e saphir, verss la fin des an nnées 1990. Selon les 
parents d’’élèves, la co ommune con nnaît une baaisse de l’acttivité minière due en 
partie à laa crise de 20 009. Les famiilles désertent progressivement la zo one pour 
retourner  dans leurs localités d’orrigine. L’EPP tend à êtree abandonné ée par les 
élèves et les enseignan nts recrutés par le FRAM M s’inquiètentt, ainsi, de le eur sort.  
 L’EPP  Sakaaraha  Bas  (SSakaraha  ville)  existe  depuis  les  années  1970.  D’après 
D le 
directeur eet les enseiggnants, l’EPP P voit une baaisse de sa frréquentation n à cause 
des  activités  florissan ntes  de  l’exxploitation  minière  dan ns  la  régionn  Atsimo 
Andrefanaa  depuis  quelques  anné ées.  Les  parrents  inscrivvent  leurs  enfants 
e à 
l’EPP,  mais  ils  perçoivvent  leur  pré
ésence  à  l’éccole  commee  non  obligattoire  dès 
que le travvail à la minee nécessite le es bras des eenfants.  
 
2.1.2 LES ECO OLES REFORM MES FACE A LA CRISE 
 
Les direecteurs des EEPP réformees ont pris laa liberté d’in nterpréter ch hacun à leur  manière 
les  recoommandatio ons  verbales  et  non  con nsignées  parr  écrit,  émanant  des  différentes 
hiérarch hies  du  MEN N  durant  l’aannée  2009,  au  sujet  dee  l’applicatio on  des  étappes  de  la 
réformee.  Cependan nt,  leurs  déccisions  de  poursuivre  ou u  d’arrêter  le  programm me  de  la 
réformee ont été prisses sur des b bases non dé écelables sur le terrain.  
 
Les  CEG G  d’Anjiamaangirana  I  (A Antsohihy)  et 
e d’Andavakotoko  (Nossy  Be)  associés  à  la 
réformee  maintienn nent  les  carractéristiques  d’un  collège  réformee,  c'est‐à‐diire  qu’ils 
fonction nnent uniqueement avec des classes d de 4ème  et dee 3ème.  
 
Pour less EPP réform mes, trois situ uations distinctes à l’app plication effeective du pro ogramme 
de réforrme ont été identifiées sur le terrain: 
 
 Une e situation rradicale par  l’arrêt totall du program mme au niveeau de l’EPP P réforme 
concernée révèle deux cas d de figure.  
 
Dans le  premier cass, les CEG asssociés au prrogramme de réforme o ont pris d’autorité les 
infrastruuctures (sallees), les resso ources humaaines (Enseiggnants Semi SSpécialisés o ou ESS) et 
le matéériel pédagoggique (manuels et différe ents kits péddagogiques)  des classes  réformes 
des ditees EPP réformes. Les élèèves de ces é écoles ont été intégrés éégalement d d’autorité 
au CEG. Cette situattion tend verrs un quasi re etour à un éttat ante réfo orme de ces C CEG.  
 
Dans  le  second  cass,  les  directeeurs  des  EPP P  réformes  ont 
o profité  d de  l’occasion n  pour  se 
déchargger  des  obliggations  de  travail  exigé  par  la  réforrme  en  laissant  les  CEG  associés 
reprend dre  les  classses  réformees  à  leur  compte. 
c Cettte  situation n  est  une  occasion 
détourn née pour diffférer la menaace réelle ou u supposée rressentie parr les directeu urs quant 
à leur sttatut par rappport aux ESSS, généralem ment plus dip plômés qu’eu ux. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    58 
uation des Ecolees Primaires Pub
Cette sittuation postt 2009 atteint : 
 L’’Axe  Centree‐Est,  dans  la  CISCO  d’Ankazobe 
d –  EPP  Ankkazobe  Ville e  et  EPP 
Fihaonana ; 
 L’’Axe  Sud  daans  la  CISCO O  d’Ambosittra  –  EPP  Raramonja 
R eet  dans  la  CISCO 
C de 
Sakaraha – EP PP d’Antsokaay. 
 
 Une e  situation  intermédiaiire  par  une e  applicatio on  partielle  du  program mme  de 
réfo
orme vécue  sur deux  an nnées scolaires se maniffeste, malgréé  les évènem ments de 
ème
20009,  par  l’arrivvée  à  son  teerme  de  la  6   année  ouverte  à  laa  rentrée  de e  l’année 
scollaire 2008‐20 009.  
 
Cependant,  aucunee  nouvelle  cllasse  de  6èm me
  année  n’aa  été  ouverte  à  la  rentrée  2009‐
2010.  Les 
L élèves  non  redoublaants  poursuiivent  « norm malement »  à  la  rentrée e  scolaire 
èmee
2009‐20 010 leur 7  année dans les meuble es de l’école  réforme. Lees élèves red doublants 
ème
de la 6  année à laa rentrée de 2009‐2010 o ont, soit intéégré les CEG associés en classe de 
sixième  ante  réform me,  soit  régrressé  en  classse  de  CM2  de  l’EPP  réfforme  avec  un  u statut 
d’élèvess  redoublantts.  Cette  situ uation  engen ndre  de  fait  des  impréciisions  sur  l’e ensemble 
des don nnées statistiiques. 
 
Cette sittuation postt 2009 touche uniquemen nt l’Axe Sud : 
 Dans la CISCO
D O d’Ambositrra – EPP Alakkamisy et EPP P Ivato‐Centre ; 
 Dans 
D la  CISCOO  de  Sakaraha  –  EPP  Saakaraha  Bas,,  EPP  Mahab boboka  et  EPP  Miary 
Laamatihy. 
 
 Le  programme  de  la  réfo orme  se  poursuit  sans  tenir  comp pte  du  dérè èglement 
gén
néralisé du syystème duraant l’année 2 2009.  
 
Depuis  la  premièree  application n  effective  du 
d programm me  de  réform me  en  2008 8‐2009,  3 
classes réformes on nt vu le jour. La fin de l’année scolaire 2009‐2010 0 devrait con nnaître sa 
premièrre promotion n.  
 
Les  élèvves,  qui  termmineront  leu ur  cycle  de  7ans 
7 à  la  fin
n  de  l’annéee  scolaire  20
009‐2010, 
désirantt poursuivre en CEG réfo orme n’ont p pas la certitud de de pouvo oir intégrer une classe 
de 8ème  année. Les d directeurs avvancent que e ces élèves sseront au mieux versés  parmi les 
effectifss de la classee de 4ème d’u un CEG. Maiss, ils n’ont pas précisé leequel serait  prévu les 
recevoirr. 
 
Cette sittuation postt 2009 concerne : 
 L’’Axe Centre‐‐Est dans la  CISCO d’Ankkazobe ‐EPP  Ambohitsoaa et dans la C CISCO de 
M
Moramanga – – EPP Tsaralaalana : 
 L’’Axe  Nord‐O Ouest  dans  la  CISCO  Nosy  Be  –  EPP  E Boulevard  Manceau u  et  EPP 
D
Dzamandzar  et  dans  la  CISCO  d’Antsohihyy  –  EPP  Philibert  Tsiranana  T
A
Anjiamangira na I. 
 
L’évoluttion  en  troiis  situationss  distinctes  des  écoles  réformes  d
durant  l’ann
née  2009 
montre  un impact p palpable du  dérèglementt décisionneel vécu à la suite des évè ènements 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    59 
uation des Ecolees Primaires Pub
de  20009.  Cependaant,  les  do ocuments  re emis  par  lees  directeurrs  ne  reflèttent  pas 
suffisam
mment la réaalité de ces écoles réform mes.  
 
Par  con
ntre,  les  pareents  d’élèvees  des  écoless  réformes  s’inquiètent 
s sur  l’avenir  de  leurs 
enfants. En effet, dees questions restent en ssuspens : 
 Sur l’avenir des élèves finissant avec ssuccès la 7èm me année,  
 Sur la destinaation des élèvves redoublaants de la 7 me année.  
èm

 
La  quesstion  de  la  réforme  estt  mise  en  cause 
c par  lees  parents  p
pressés  d’êtrre  mieux 
informéés.  Les  parennts  les  plus  impliqués  dans  la  scolarité  de  leurss  enfants  dissent  être 
prêts à endurer les d difficultés si l’Etat leur gaarantit son assistance.  
Ces pareents ont représenté : 
 L’’EPP Ambohitsoa (Ankazobe),  
 L’’EPP Boulevaard Manceau u (Nosy Be),
 L’’EPP Philiberrt Tsiranana Anjiamangirana (Antsohihy). 
 
Toutefo ois, il faudra  attendre la  fin de l’anné ée scolaire 2 2009‐2010 p pour connaîtrre le sort 
réservé  à  ces  écolees.  En  effet,  rien  n’indiq
que  précisém ment  si  elles  vont  pourrsuivre  le 
chronoggramme54  trracé  en  2007‐2008  ou u  si  elles  vo
ont  évoluerr  vers  une  nouvelle 
organisaation encoree à définir.  
 
Cet étatt des lieux d des écoles rééformes à triple visage dénote une cconfusion certaine de 
la situattion : 
 Des élèves en
D n 7ème annéée poursuiven nt la logiquee de la réformme, 
 D’autres, pou
D urtant, suivent un cursuss désordonn né, passant,  d’une année e scolaire 
suur l’autre, d’’une EPP réfo orme à une EPP sans réfforme ou d’u une EPP réforme à un 
C
CEG sans réfo orme.  
 
Toutefo ois,  les  paren
nts  des  écolees  réformes se  réjouisseent  du  niveaau  de  l’enseignement 
de  ces  écoles  qui  rattrape  ju usqu’à  surpaasser  parfois  la  qualitéé  de  l’enseignement 
dispensé dans les éccoles privéess. 
 
Ils font  le constat d des élèves isssus des écolles privées q qui ont rejoin nt les EPP ett les CEG 
réformees, et même sans réform me, lors de la rentrée scollaire de l’ann née 2009‐2010. Cette 
observaation repose sur les raiso ons suivantess : 
 Lees  charges  et  le  coût  de  la  scolarrisation  sont  moins  lou urds  dans  lees  écoles 
publiques ;  
 Laa qualité de l’enseignem ment tend à re ejoindre celle des institu utions privées ; 
 Lees élèves reççoivent un so outien matérriel (kit scolaaire et tablierr) ; 
 L’’amenuisement de la capacité financière des paarents depuiss la crise de  2009 les 
amène  à  inscrire  leurs  enfants 
e dans  les  écoless  publiques.  Entre  2008 8‐2009  et 
2009‐2010,  le  pourcentaage  des  parrents  d’élèvees  ayant  le  Baccalauréat  et  un 
niveau du Sup périeur a auggmenté resp pectivement de 6% et de 8%55. 
 

54
Guide EP PT, p.6 et 11.
55
Voir Figuure 6

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    60 
uation des Ecolees Primaires Pub
2.1.3 UN BREEF ETAT DES LIEUX DES IN
NFRASTRUCT
TURES EXISTTANTES  
 
L’évaluaation  a  dresssé  une  monographie  sommaire 
s dees  65  établiissements  sccolaires56 
compossée  d’une  rapide  descrip ption  de  l’en
nvironnemen nt  de  chaquee  école,  de  l’état  des 
infrastruuctures existtantes et dess caractéristiiques proprees à chaque éécole. 
 
L’évaluaation n’a tenu compte qu ue de l’enviro onnement im mmédiat de chaque école.  
 
Les infraastructures eexistantes so ont de deux o ordres : 
 Les infrastru uctures princcipales qui soont les bâtimments abritan nt les bureau ux de la 
direction dee l’école et ceeux destinéss à l’enseigneement c'est‐àà‐dire les sallles de 
classe ; 
 Les  infrastructures  au uxiliaires  néécessaires  à à une  bonne  scolarisation  et 
répondant  aux  objectiffs  de  l’EPT  qui 
q sont  les  bibliothèqu ues,  les  canttines,  les 
infrastructuures  sportivees,  les  latrines,  la  fou
urniture  en  eau  potablle  et  en 
électricité, la clôture de l’école… 
 
Chaque  école  se  définit 
d princcipalement  par  sa  locaalisation  imm médiate  et  par  son 
apparteenance à unee zone géographique particulière.  
 
Au courrs de l’analysse de l’impacct de la crise de 2009, less ratios suivants ont été rretenus 
pour leuur pertinencee :  
 Le rapport eentre le nom mbre d’élèvess par salle dee classe, 
 Le pourcenttage de trois infrastructu ures auxiliairees existant sur l’ensemblle des 
écoles visitéées. 
 
a. Le raatio élèves p
par salle 
 
En géénéral, une ssalle accueillle successive
ement plusieurs classes. 
Le noombre moyeen d’élèves p par salle pend dant les troiss années sco
olaires consid
dérées  
est d
de : 
 70 pour les EPP. 
 90 pour les CEG. 
 
Tablleau 3 : Ratioo élèves par salle dans lees EPP 
  200
07‐2008 2008‐2009  2009‐2
2010
San
ns Réforme 60,2 62,3 58,6

Rural  Réfforme  50,5 67,1 73,0

Tottal  57,7 63,5 62,2

San
ns Réforme 81,5 80,2 80,2

Urbain  Réfforme  70,0 81,7 79,0

Tottal  77,8 80,7 79,9

San
ns Réforme 70,9 71,0 69,7

Total  Réfforme  61,6 75,4 76,4

Tottal  68,2 72,3 71,5

56
Voir en annexes
a la monoggraphie des établiissements scolairees

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    61 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Table
eau 4 : Ratio
o élèves par ssalle dans less CEG 
  2007‐2008
8  2008‐‐2009  2
2009‐2010 
Sans Réforrme  55,8  59
9,9  62,8 
Rural  Réforme  . . . 
Total  55,8 59
9,9 62,8 
Sans Réforrme  106,6 100
0,9 103,3 
Urbain  Réforme  76,3 . . 
Total  102,3 100
0,9 103,3 
Sans Réforrme  89,7 89
9,2 93,2 
Total  Réforme  76,3 . . 
Total  88,4 89
9,2 93,2 
 
 
 Les EPP enn milieu urbaain sans réfo
orme sont less plus surchaargées avec 8
80 élèves 
par salle en moyenne ;; 
 Les EPP saans réforme een milieu rurral sont les m
moins surchaargées avec 6
60 élèves 
par salle en moyenne ;; 
 Une salle  de classe daans les GEG ssans réformee en milieu uurbain est uttilisée en 
moyenne par 100 élèvves ; 
 Une salle  de classe daans les CEG ssans réforme en milieu  rural est occcupée en 
moyenne par 59 élèvees. 
 
L’enssemble des EEPP et des CCEG visités m
manquent réeellement de  salles de classe et les 
e atteints, c''est‐à‐dire au moins 25  élèves et 
objectifs de l’EPTT sont encorre loin d’être
au plus 50 élèvess pour un enseignant et p par salle de cclasse. 
 
b. Les infrastructurres auxiliaire
es 

Tableau 5 : Inven ois principales infrastructures auxiliaires des EPP eet des CEG ré
ntaire de tro éunis 
Infrastructtures 
Bibliothèque  Latrines 
2009
9‐2010  sportivees 
Oui  Non  Oui Non  Oui  Non 
SSans Réformee  18%  82%  89%
%  11
1%  29%  71% 
Rural  Réforme  33%  67%  83%
%  17
7%  50%  50% 
T
Total  22%  78%  88%
%  13
3%  35%  65% 
S
Sans Réformee  55%  45%  95%
%  5
5%  35%  65% 
Urbain  Réforme  38%  63%  100%
%  0
0%  50%  50% 
T
Total  50%  50%  96%
%  4
4%  39%  61% 
S
Sans Réformee  38%  62%  92%
%  8
8%  32%  68% 
Total  Réforme  36%  64%  93%
%  7
7%  50%  50% 
T
Total  37%  63%  92%
%  8
8%  37%  63% 

Lees  65 établisssements scoolaires, objet de l’évaluaation, manqu uent de biblio
othèques 
et  d’infrastru
uctures  sporrtives.  Ils  so malheureusement  en 
ont  dotés  dee  latrines,  m
m
majorité non  fonctionnellles. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    62 
uation des Ecolees Primaires Pub
2.2 LEES THEMATTIQUES 
 
Diix thématiqu ues principales s’imposent au sortir  des enquêtees et se divissent en troiss groupes 
seelon le tableaau suivant : 
 
Tableau 6 : Liste des th
hématiques
  THEMATIQUES  CATEG
GORIE DES IN
NDICATEURS  OBSERVATION

1  Lees inscriptions   Indicaateur clé 

2  Lee redoublemen
nt   Indicaateur clé  Indicateurss clés mesuran nt 
3  Lees abandons   Indicaateur clé  l’état de laa scolarisation
n. 

4  L’aabsentéisme  Indicaateur clé 
Indicaateur clé assoccié à un  Indicateurs mesurant l’éttat 
5  La situation dess élèves en fin
n de cycle scolaire 
Indicaateur secondaaire  de scolarisation associés 
6  Lee rôle et la chaarge des enseiignants   Indicaateur secondaaire  aux indicate
eurs autour du u 
fonctionnemment de l’écolle 
Lees coûts de la sscolarisation ssupportés parr les  Indicaateur clé assoccié à un  et des caracctéristiques dees 

paarents d’élèvees  Indicaateur secondaaire  groupes cibles 
Indicaateur secondaaire associé  Indicateurs accompagnan nt 
8  L’iinsécurité alim
mentaire  à un Indicateur  de manière persistante lees 
complémentaire  indicateurs clés et 
9  La question de ggenre   Indicaateur complém
mentaire  constituant 
l’environnemment quotidieen 
10  Lees comportem
ments « maditrra »   Indicaateur complém
mentaire  des acteurs cibles.  
 

2.2.1. LES INSC
CRIPTIONS 
 
Aucun ccalcul du tau ux d’accès n’est possible  faute de do onnées démo ographiques.. De plus, 
certainss  établissemments  scolaires  sont  fréquentés 
f par  des  élèves  résidaant  dans 
différenntes commun nes alentourr. 
 
En  revaanche,  l’analyse  de  l’évo
olution  du  taaux  d’inscrip
ption,  qui  esst  la  comparraison  du 
taux d’inscription enntre deux an nnées successives, procurre des indicaations intéresssantes. 
 
a. Le caas des EPP 

Au  début 
d de  l’an
nnée  scolaire  2008‐2009
9,  le  pourcen
ntage  des  in
nscriptions  s’explique 
danss la logique dde la mise en œuvre effective de la  réforme du  système éducatif. La 
crisee de 2009 n’aa eu évidemment aucun ne incidence  sur le taux dd’inscription de cette 
annéée scolaire. 
 
L’évo
olution    glo
obale  du  taux  d’inscrip
ption  des  élèves  des  EPP  sans  réfforme  et 
réforrmes confon ndues est de : 
 5% pour l’année scolaiire 2008‐200 09 par rapport à l’année sscolaire 20077‐2008 ; 
 1% pour l’année scolaiire 2009‐201 10 par rapport à l’année sscolaire 20088‐2009. 
  

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    63 
uation des Ecolees Primaires Pub
Tableau 7 : Evolution d
du Taux d’Insscription par catégorie ett par genre d
dans les EPP 
Ensemble Filles Garço
ons
20008‐2009  20009‐2010  20
008‐2009  2009‐2010  2 2008‐2009  2009‐2010 
2
 
vss 2007‐ v
vs 2008‐ vs 2007‐
v v
vs 2008‐ vs 2007‐ vs 2008‐
2008   2009  2008   2009  2008   2009 
Sans Réfo
orme 5%  ‐1% 7% ‐3% 5%  2%
Rural  Réforme  12%  ‐3% 10% ‐1% 15%  ‐7%
Total  7%  ‐1% 8% ‐2% 8%  0%
Sans Réfo
orme 2%  3% 1% 1% 12%  0%
Urbain  Réforme  3%  3% 4% 1% 2%  1%
Total  2%  3% 2% 1% 9%  0%
Sans Réfo
orme 4%  1% 4% ‐1% 9%  1%
Total  Réforme  7%  0% 7% 0% 7%  ‐2%
Total  5%  1% 5% ‐1% 9%  0%

Tableau 8
8 : Evolution du Taux d'In 7ème année 
nscription dans les EPP Rééformes en 7
Ensemble Filles Garçon
ns 
20
008‐2009  20009‐2010  20
008‐2009  20 009‐2010  20008‐2009  20009‐2010 
 
v
vs 2007‐ v
vs 2008‐ vs 2007‐
v v
vs 2008‐ vvs 2007‐ vs 2008‐
v
2008   2009  2008   2009  2008   2009 
San
ns  .  . . . .  .
Réfforme 
Ru
ural 
Réfforme  .  ‐33% . ‐30% .  ‐35%
Tottal  .  ‐33% . ‐30% .  ‐35%
San
ns  .  . . . .  .
Réfforme 
7è  Urrbain 
Réfforme  .  . . . .  .
Tottal  .  . . . .  .
San
ns  .  . . . .  .
Réfforme 
To
otal 
Réfforme  .  ‐33% . ‐30% .  ‐35%
Tottal  .  ‐33% . ‐30% .  ‐35%
 
Les EEPP sans réfoorme enregisstre une évo olution de 1%
% du taux d’inscription des élèves 
avecc les nuancess suivantes:
 en  milieu  rural,  elle  est  de  ‐1% %,  frappant  notammentt  les  filles  avec 
a une 
évolution du taux d’insscription de ‐3% ; 
 en milieu u urbain, elle eest de 3%. 
 
Le taableau 7 confirme la situaation généraale des EPP réformes identifiée sur le e terrain. 
Sur les deux grou upes d’années à comparrer 2008‐200 09 vs 2007‐2008 et  2009 9‐2010 vs 
2008 8‐2009, ces EEPP enregistrrent l’évolution suivante du taux d’innscription: 
 dans l’ensemble, elle sstagne à 0% ;; 
 en milieu u urbain elle eest de 3% ; 
 en milieu rrural l’évoluttion est de ‐33% ;  
 et, en partticulier en 7  année des EPP réform
è
ème
mes, elle est d
de ‐33%. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    64 
uation des Ecolees Primaires Pub
L’évo
olution  négaative  du  tau
ux  d’inscripttion  dans  les  EPP  réforrmes  en  milieu  rural 
décooule des effets d’une app plication conffuse de la rééforme en 20 009‐2010 : 
 Les décisioons floues su ur la poursuitte ou la susppension de laa réforme onnt créé de 
réelles perrturbations aau sein des éétablissemen nts, contraignnant des parents à ne 
pas réinscrire leurs enffants en 7èm me année ; 
 Les effets  économiquees de la crise e ont amenéé des parentts à ne pas rréinscrire 
leurs enfants ou ont co ontraint la faamille à channger de lieu dde résidence
e. 
 
Cettee tendance sse confirme q quand : 
 L’évolution n du taux d’inscription e en 7ème dess garçons en n milieu rural est de ‐
35%, pourr les filles ellee est de ‐33%
% ; 
 Des  EPP  réformes 
r en  milieu  rural  n’ont  pas  ouvert  la  claasse  de  7èm
me  année 
prévue par la réforme. 
 
En 2009‐2010 : 
 L’évolution n  de  ‐20%  du  taux  d’in nscription  en  classe  dee  CM2  des  EPP  E sans 
réforme ett réformes confondues cconcerne dess élèves ayan nt terminé le eur classe 
de  CM1  en  2008‐2009 9,  non  réinsccrits  en  CM22  à  la  rentréée  de  2009‐22010.  Les 
effets  éco
onomiques  négatifs  de  laa  crise  au  seein  des  mén nages  ont  ammené  des 
parents à ne pas réinsccrire leurs en nfants ; 
 Les  EPP  réformes,  en  e milieu  rural 
r enregiistrent  une  évolution  du  taux 
d’inscriptio
on  de  ‐1%  pour  les  filles  et  ‐7%  pour  les  ggarçons.  Less  parents 
préfèrent initier les gaarçons aux travaux rurauxx malgré qu’’ils aient déjàà suivi un 
cursus d’au moins 6 an nnées d’étud des d’une paart, et, limitéés financièrem ment, les 
parents  chhoisissent  de  scolariser  les  cadets  au  détrimen nt  des  aînéss  d’autre 
part. 
 
b. Le caas des CEG 
 
Au ddébut de l’an
nnée scolairee 2009‐2010  par rapportt aux annéess scolaires 20 007‐2008 
et 20
008‐2009, l’éévolution du taux global d’inscription
n des CEG estt de 1,6%.  
 
Les d
détails de cettte évolution n montrent ttoutefois unee variation seelon les milie eux : 
 En  milieu  rural,  l’évolution  de  6,,3%  expliquee  l’arrivée  im mportante  en 
e milieu 
rural  de  faamilles  provenant  de  la  ville  et  s’insstallant  à  la  campagne  suite 
s à  la 
perte d’em mploi des parrents causée e par la crise de 2009 ; 
 En  milieu  urbain,  l’évvolution  de  ‐  0,3%  conffirme  un  reetour  ou  un  repli  de 
familles innstallées en vville jusqu’en n 2009 vers  la campagne pour échapper aux 
effets écon nomiques dee la crise. 
 
Cettee volonté dee maintenir lees enfants daans le cycle sscolaire exprrime la vision
n positive 
des pparents sur l’école et créée un phénommène de vasses communiquant entre e les deux 
milieeux urbain ett rural.  
 
 
 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    65 
uation des Ecolees Primaires Pub
Tableau 9
9 : Evolution des Taux d’Inscription ddans les CEG à partir de 2
2007‐2008 
par cattégorie et paar genre 
Ensemble  Filles  Gaarçons 
2008‐2009  2009‐2010  2008‐2009  2009‐2010  2008‐2009 9  2009‐201 10 
 
vss 2007‐ vs 2008‐ vs 2007‐ vs 2008‐ vs 2007‐ vs 2008‐‐
2008  2009  2008  2009  2008  2009 
Sans rééforme  ‐2,8%  6,3%  ‐3,2%  8,2%  ‐2,8%  1,9% 
Rural  Réform
me  .  .  .  .  .  . 
Ensemb
ble  ‐2,8%  6,3%  ‐3,2%  8,2%  ‐2,8%  1,9% 
Sans rééforme  2,3%  ‐0,3%  ‐0,1%  2,6%  7,7%  0,8% 
Urbain  Réform
me  .  .  .  .  .  . 
Ensemb
ble  2,3%  ‐0,3%  ‐0,1%  2,6%  7,7%  0,8% 
Sans rééforme  0,8%  1,6%  ‐1,2%  4,2%  4,2%  1,2% 
Ensemblle  Réform
me  .  .  .  .  .  . 
Ensemb
ble  0,8%  1,6%  ‐1,2%  4,2%  4,2%  1,2% 
 
Par  ailleurs,  l’invvestissement  des  parents  d’élèves  des  CEG  en  milieu  rural  dans  la 
scolaarisation  de  leurs  enfan nts  est  un  gage  sur  l’avvenir  et  ils  ssont  prêts  à  tous  les 
sacriifices  pour  les  maintenir  à  l’école.  Ils  ont  insistté  sur  ce  pooint  durant  les  focus 
grou
up.  
 
Touttefois,  sur lees  deux  groupes  d’anné ées  à  compaarer  2008‐20 009  vs  20077‐2008  et 
20099‐2010 vs 20 008‐2009, l’éévolution du taux d’inscrription de chaque genre  présente 
deuxx cas sympto omatiques: 
 En milieu rrural pour les filles, elle e est de 8,2%;
 En milieu u urbain pour les garçons, elle est de 0 0,8% ; 
 Les  garçon ns  du  milieu
u  urbain  ontt  été  éloignéés  du  chemin  des  EPP  par  leurs 
parents po our d’autres  horizons et  les filles du  milieu rural  ont été enco ouragées 
par leurs p parents à resster à l’école. 
 
Les p parents d’élèèves ont inveesti sur les filles pour leuur maintien àà l’école. La ttendance 
à  doonner  les  mêmes 
m chancces  aux  fillees  et  aux  gaarçons  se  co
onfirme,  maalgré  des 
difféérences  localisées  de  trraitement  en ntre  genre  (dans  les  zo ones  Nord  et  Ouest 
partiiculièrementt). 
 
c. Le caas particulier des nouveaaux élèves p provenant du u privé 

En  2008‐2009, 
2 l EPP  et  les  CEG  connaissent  une  arrivée  taangible  de  nouveaux 
les  n
élèvees provenant du privé paar rapport à l’ensemble d
des nouveaux élèves : 
 Avec un po ourcentage d de 25,1% en EPP ; 
 Avec un po ourcentage d de 37,5% en CEG.  
 
Ces  pourcentagees  exprimennt  une  tendaance  intéressante  sur  l’iintérêt  porté
é  par  les 
pareents d’élèves du secteur p
privé au sectteur public de l’Education n : 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    66 
uation des Ecolees Primaires Pub
 En 2008‐2009, les EPP P sans réform me en milieu urbain ont eenregistré le plus fort 
ratio avec 31,2%. Cet aattrait attestte l’espoir dees parents po our le prograamme de 
réforme  et 
e pour  les  structures  dee  soutien  pédagogique  eet  matériel  destinées 
d
aux élèvess ; 
 En 2008‐2 2009, les CEG G sans réforme en milieu rural ont  reçu  près de e 70% de 
nouveaux  élèves  provvenant  du  prrivé  par  rapport  à  l’enseemble  des  nouveaux 
n
élèves. 
 
En 2009‐2010, laa situation évvolue différemment : 
 En  2009‐2 2010,  par  rapport  à  l’an
nnée  précéd dente,  l’attraaction  s’est  atténuée 
dans l’ensemble des EEPP avec 10,4% de nouveaux élèves  provenant d du privé ; 
les EPP en milieu urbain perdent 1 19% de nouveeaux élèves vvenant du prrivé.  
 En 2009‐2010, les garççons provenant du privéé ont investi  les EPP sanss réforme 
en  milieu  urbain  composant  52,5%  de  la  cohorte  des  nouveaux  élèves.  Cette 
masse  d’éélèves  expliqque  le  taux  positif  de  2%  enregisttré  par  les  EPP 
E sans 
réforme en milieu urbain et visible e dans le tablleau 9. 
 
Tableau 10 : P
Pourcentagee de nouveau
ux élèves pro
ovenant des écoles privées par rappo
ort  
auux nouveaux élèves totau
ux dans les EEPP  
Enssemble  Filles Garçons 
  2007‐ 2008‐
2 2009
9‐ 2007‐ 2008‐ 2009‐
2 2007
7‐ 2008‐ 2009‐
2008  2
2009  2010  2008  2009  2
2010  2008
8  2009  2010 
Sans 
.  .  10,6
6%  .  .  .  .  .  52,5% 
Réforme 
Rural 
Réforme  18,8%  6,9% 
6 3,0%
% 33,3% 9,1% 9,1%
9 0,0%
%  6,3%  9,1%
Total  18,8%  6
6,9%  7,8%
% 33,3% 9,1% 9
9,1% 0,0%
%  6,3%  38,0%
Sans 
16,7%  3
31,2%  17,3%  16,7%  34,9%  27,5%  16,7%
%  32,6%  31,0% 
Réforme 
Urbain 
Réforme  .  .  1,9%% . . . .  .  .
Total  16,7%  3
31,2%  12,2% 16,7% 34,9% 27,5% 16,7%%  32,6%  31,0%
Sans 
16,7%  3
31,2%  14,7%  16,7%  34,9%  27,5%  16,7%
%  32,6%  38,2% 
Réforme 
Total 
Réforme  18,8%  6
6,9%  2,4%% 33,3% 9,1% 9
9,1% 0,0%%  6,3%  9,1%
Total  17,4%  25,1% 
2 10,4
4%  22,2%  28,4%  23,8%  11,1%
%  23,8%  34,0% 
 
L’arrrivée dans les CEG publiccs d’élèves prrovenant dess écoles privées est constante: 
 Les  CEG  publics 
p reçoivvent  un  blocc  conséquent  de  nouveaaux  élèves  provenant 
du privé, fformant 1/3 des nouveau ux élèves inscrits à la ren
ntrée ; 
 Depuis  20 007‐2008,  lees  CEG  en  milieu 
m rural  observent  lee  taux  de  nouveaux 
n
élèves pro ovenant du p privé le plus  élevé, en paarticulier dans la classe  de 3ème 
avec 100% % d’élèves no ouveaux provvenant du prrivé ; 
 Depuis 2008‐2009, less CEG en milieu rural com mme en milieu urbain reçoivent, 
e  de  3ème  57une  massee  croissante  d’élèves 
de  la  classse  de  6èmee  à  la  classe
provenantt des écoles p privées ; 

57
Voir en annexes
a tableau 53
5

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    67 
uation des Ecolees Primaires Pub
 En 2009‐2010, toutes  les classes d
des CEG en m
milieu urbain reçoivent entre 20% 
et 34% de nouveaux élèves proven nant du privéé ; 
 
En 2009‐2010, lee pourcentagge de nouve eaux élèves p provenant du u privé par rrapport à 
la  co
ohorte  des  nouveaux 
n élèves  des  CEEG  baisse  dee  4,5  points  en  pourcen
ntage  par 
rapp port à 2008‐22009. 
 
Cettee situation ddénote davantage les diffficultés financières des  ménages en n général, 
ceuxx  des  famillees  d’élèves  provenant 
p du 
d privé  en  particulier,  qu’un  rejet  des  CEG 
publics.  
 
 
eau 11 : Pourrcentage de nouveaux élèves proven
Table nant des écolles privées par rapport  
aux no ouveaux élèvves totaux daans les CEG
Enssemble  Filles  Garçons 

  2007‐ 2008‐
2 2009
9‐ 2007‐ 2008‐ 20
009‐ 2007‐‐ 2008‐ 2009‐
2008  2
2009  2010
0  2008  2009  20
010  2008  2009  2010 

Sans 
40,0%  69,2%  33,1%
%  40,0%  23,1%  14
4,0%  0,0%  46,2%  19,1% 
Réforme 
Rural 
Réforme  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
Total  40,0%  69,2%  33,1%
%  40,0%  23,1%  14
4,0%  0,0%  46,2%  19,1% 
Sans 
4,4%  5
5,7%  22,6%
%  2,0%  2,8%  12
2,8%  2,4%  2,9%  9,7% 
Réforme 
Urbain 
Réforme  .  .  53,6%
%  .  .  19
9,6%  .  .  33,9% 
Total  4,4%  5
5,7%  32,9%
%  2,0%  2,8%  15
5,1%  2,4%  2,9%  17,8% 
Sans 
22,2%  37,5%  28,9%
%  21,0%  12,9%  13
3,5%  1,2%  24,5%  15,3% 
Réforme 
Total 
Réforme  .  .  53,6%
%  .  .  19
9,6%  .  .  33,9% 
Total  22,2%  37,5%  33,0%
%  21,0%  12,9%  14
4,5%  1,2%  24,5%  18,4% 
 
 
En concclusion,  
 
 En 
E 2009‐201 10 :  les  EPP  et  les  CEG  enregistrent 
e une  évolution  modérée e  du  taux 
g
global  d’insccription (resp
pectivement  1%  et  1,6% %  par  rapporrt  aux  5%  et  0,8%  de 
2
2008‐2009) ; ; 
 Malgré 
M une  baisse  réeelle  de  leur  source  de  revenus,  d des  parents  d’élèves 
p
provenant  d privé  veu
du  ulent  mainte enir  leurs  en
nfants  à  l’école  en  les  inscrivant 
d
dans les étab blissements p publics; 
 Les classes d
L ème
e 3  des CEG publics atttirent en co ours d’année les élèves des écoles 
p
privées (pou ur diverses raaisons) et less personnes  voulant se p présenter à  l’examen 
d
du BEPC com mme candidaats d’école ;
 Une 
U masse  d’élèves  scolarisés  daans  les  EPP P  ont  dispaaru  du  registre  des 
é
établissemen nts à la rentrrée de 2009‐‐2010. L’évaluation n’a p pas été en m mesure de 
c
connaître, po our l’ensemble, le sort d de ces enfan nts à scolarisser ou déjà sscolarisés 
m
mais non réi nscrits pour l’année 2009‐2010. 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    68 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
2.2.2. LE REDO
OUBLEMENTT 

En marss 2010, 51% des élèves toutes catégo
ories confondues affirmeent avoir red
doublé au 
58
moins u
une fois duraant leur scolaarité . 
 
a. Le caas des EPP 

La question du rredoublemen nt a fait l’ob
bjet de profo
ondes réflexions amenan nt l’Etat à 
instittuer le « zérro redoublem
ment » en cyycle primairee pour répon ndre aux objjectifs de 
l’EPTT.  Cependant,  peu  d’établissements  l’appliquentt.  Le  seul  établissement  à  l’avoir 
évoqqué clairemeent est l’EPP Philibert Tsirranana Anjiaamangirana ((Antsohihy).   
 
Tableau
u 12 : Taux d
de Redoublem
ment par cattégorie et par genre danss les EPP 
Ensemble Fille
es Gaarçons
20007‐2008  20008‐2009  2007‐2008  2008‐2009  2007‐20088  2008‐200 09 
 
verrs 2008‐ ve
ers 2009‐ vers 2008‐ vers 2009‐ vers 2008‐ vers 20099‐
2009  2010  2009  2010  2009  2010 
Sans rééforme  2
22,9%  21,9% 22,1% 19,5% 25,6%  25,4%
Rural  Réform
me  2
23,7%  16,3% 23,4% 16,6% 25,0%  16,0%
Ensemb ble  2
23,1%  20,5% 22,5% 18,7% 25,5%  22,8%
Sans rééforme  2
22,1%  21,8% 19,9% 20,3% 23,6%  21,5%
Urbain  Réform
me  1
14,9%  11,9% 13,8% 10,6% 15,6%  13,3%
Ensemb ble  1
19,9%  18,8% 18,0% 17,4% 21,2%  19,1%
Sans rééforme  2
22,5%  21,8% 20,9% 20,0% 24,6%  23,3%
Ensemblle  Réform
me  1
18,7%  13,8% 17,9% 13,1% 19,7%  14,4%
Ensemb ble  2
21,4%  19,6% 20,1% 18,0% 23,1%  20,8%
 
Danss l’ensemblee, les EPP préésentent un taux de redo oublement (TR) de 21%  de 2007‐
2008
8 vers 2008‐2 2009. Ce tau
ux accuse une e baisse de 2 2 points de 22008‐2009 ve ers 2009‐
2010
0 : 
 Elle  est  plus 
p accentuée  en  milieeu  rural  (‐3  points)  qu’een  milieu  urbain  (‐1 
point) ;  
 Les EPP réformes réun nies réalisentt la meilleuree baisse (‐ 5 p
points). 
 
Selon les ggenres,  
 Le  TR  dess  filles  indiqu
ue  sensiblem
ment  la  mêm
me  baisse  qu
ue  celui  dess  garçons 
avec 2 points en pourccentage,  
 Les garçon ns des EPP rééformes en  milieu rural  ont fourni lees meilleurs  résultats 
avec une b baisse de 9 p points, 
 Les  filles  des  EPP  saans  réforme  en  milieu  urbain  sontt  les  seuless  à  avoir 
enregistréé une légère hausse du TR R (0,4 point). 
 
Ces rrésultats son
nt un point positif : 
 A  mettre  sur  le  com mpte  de  la  mise  en  plaace  des  nouveaux  proggrammes 
d’enseigneement ;  ils  constituent 
c un  début  de 
d relèvemeent  de  la  qu
ualité  de 

58
Voir en annexes
a Figure 41.

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    69 
uation des Ecolees Primaires Pub
l’enseignement,  souteenue  par  le es  formation ns  successivves  des  enseignants, 
organiséess depuis 200 07‐2008 : 
 A lier avecc les bons résultats obtenus à l’exam men du CEPE  en 2008‐200 09, ayant 
amené beaucoup pluss d’élèves à  terminer aveec succès leur cycle prim maire par 
rapport à l’année préccédente. 
 
Les ddonnées fournies par less directeurs n ne montrentt pas suffisam mment les raaisons du 
redooublement.  Mais 
M les  parents  d’élève es  l’expliquen
nt  par  le  maanque  d’enseignants, 
l’insu
uffisance dess infrastructu ures, l’absenntéisme des eenseignants  et leur démotivation 
suitee à la crise dee 2009.  
 
La  baisse  du  TR  par  région  dans  les  EPP
P  confirme  la  tendance  générale  maalgré  des 
exceeptions justifiées par les pparamètres cconjoncturells de la crise de 2009. 
 
Tableau 13 : Taux dee Redoublem
ment par régio
on dans les EEPP 
2007‐20088  2008‐20009 
REGIO
ON  vers 2008
8‐ vers 2009‐
2009  2010 
ALA
AOTRA MANGORO  15%  21% 
MAATSIATRA AMBBONY 20% 21% 
SOFFIA  39%  27% 
VAKKINANKARATRRA  15%  8% 
AMORON’I MANIA 14% 14% 
ANAALAMANGA  23%  22% 
ATSSIMO ANDREFFANA  18%  15% 
ATSSINANANA 13% 26% 
BETTSIBOKA  41%  28% 
BOEENY  29%  24% 
DIA
ANA  20% 16% 
IHO
OROMBE  11%  14% 
Totaal  21%  20% 
 
La réégion Sofia enregistre sur deux année es successivees de forts taaux de redou ublement 
de l’ordre de 39% % et de 27%. Les enseign nants rapporrtent les prattiques de nomadisme 
saisoonnier  de  leeurs  élèves  qui  rejoign nent  intemp pestivement,  en  cours  d’année 
scolaaire,  les  lieux  d’extracttion  d’or  de  la  région n.  L’année  2 2009  a  exaacerbé  le 
phén nomène. 
 
Plus  précisémen nt,  les  parents  d’élèvess  de  la  Com mmune  Urb baine  d’Antaananarivo 
justiffient  le  redooublement  de  leurs  enfants  à  la  fin  de  l’annéée  2008‐200 09  par  le 
dérèèglement de  leur vie quo otidienne, par la déstabilisation due àà la violence urbaine, 
par  le  stress  et  par  l’acuité  de  l’insécurrité  alimentaaire  pour  less  élèves  dess  familles 
défavorisées. 
 
Danss  le  district  d’Antananarivo  Atsimondrano,,  des  pareents  expliq quent  le 
redooublement de leurs enfants en CP1 àà la suite du u choc ressen nti par la fammille à la 
suitee  de  la  pertte  d’emploi  dans  les  zones  franchees  et  de  l’efffet  de  la  baaisse  des 
revenus  pour  less  petits  méttiers.  Des  élèèves  ont  parrticipé  aux  sscènes  de  pillage  des 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    70 
uation des Ecolees Primaires Pub
entreeprises  environnantes  durant 
d les  mois  les  plus  aigus  de  la  crise,  entraînant  une 
démobilisation scolaire réellee. 
 
b. Le caas des CEG 

Danss l’ensemble, de 2007‐20 008 vers 2008‐2009 le TR R au CEG est de 14%. 


Com
mparativemen nt  à  ces  années,  il  enrregistre  une  légère  hau usse  de  l’orddre  de  1 
point en pourcenntage en 200 08‐2009 verss 2009‐2010, avec les nuaances suivan ntes: 
 Le milieu rrural note unne baisse de 1 point; 
 Le milieu uurbain obserrve une hausse de 2 points; 
 La  classe  de 
d 3ème  dees  CEG  réform mes  enregistre  le  TR  ob
bserve  la  plu
us  grande 
hausse passant de 18% % à 23% et p particulièrem
ment chez lees garçons où ù il passe 
de 12% à 2
25%. 
 
Tableau
u 14 : Taux de Redoublem
ment par catégorie et par genre danss les CEG 
Ensemble  FFilles  Garçons 
G
2007‐2008  2008‐2009  2007‐2008  2008‐2009 9  2007‐20008  2008‐200 09 
 
vers 2008‐ vers 2009‐ vers 2008‐ vers 2009‐‐ vers 2008
8‐ vers 2009‐
2009  2010  2009  2010  2009  2010
Sans Rééforme  15,0%  14,4%  15,8%  16,3%  14,3%  12,4%
Rural  Réform
me  .  .  .  .  .  . 
Total  15,0%  14,4%  15,8%  16,3%  14,3%  12,4%
Sans Rééforme  12,9%  15,2%  13,4%  15,2%  12,3%  15,3%
Urbain  Réform
me  .  .  .  .  .  . 
Total  12,9%  15,2%  13,4%  15,2%  12,3%  15,3%
Sans Rééforme  13,8%  15,0%  14,5%  15,6%  13,1%  14,3%
Ensemblle  Réform
me  .  .  .  .  .  . 
Total  13,8%  15,0%  14,5%  15,6%  13,1%  14,3%
Note :Les données sur less élèves redoub
blants des CEG réformes n’ontt pas été comm
muniquées par lees directeurs. 
 
Les ssoubresauts de la crise de 2009 ont :
 Epargné  lees  CEG  en  milieu 
m rural  (‐1  point)  co
ontrairemen nt  aux  CEG  en 
e milieu 
urbain  grââce  à  un  meilleur 
m ratio  élèves‐enseignant59  et  à  une  meilleure 
m
répartitionn des équipeements pédagogiques au sein de l’éco ole; 
 Augmentéé le TR  des C CEG  en milie
eu urbain dee 2  points caar les évènem ments de 
rue  et  les  scènes  de  vandalisme 
v dans  les  CEG  ont  eu  un
n  réel  impacct  sur  les 
conditionss et les motivvations de travail. 
 
Le taableau 15 inddique une haausse du TR p par région :
 Celle  de  laa  région  Anaalamanga  (++2  points)  see  comprend  par  la  succeession  de 
mouvements  de  ruee  durant  l’’année  200 09,  déstabilisant  le  co ours  des 
enseignem ments  en  miilieu  urbain.  Selon  les  enseignants,
e ,  la  désaffecction  aux 
études des élèves méd diocres a décuplé, entraîînant de mauvais résultaats en fin 
d’année sccolaire; 

59
Voir danns le texte tableauu 32

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    71 
uation des Ecolees Primaires Pub
 Celui  de  laa  région  de  Ihorombe  (++4  points)  s’explique  par  une  démobilisation 
des  élèvess  entraînés  par  leurs  paarents  à  com
mbler  les  perrtes  de  reve
enu  de  la 
famille occcasionnées p par la mauvaise saison to ouristique duue à la crise; 
 Celle  de  la  région  Atsimo  And drefana  (+0 0,3  point)  sse  lit  à  traavers  les 
mouvements  de  rue  causés  parr  la  crise  de  d 2009,  déémotivant,  selon 
s les 
enseignants,  les  élèvees  en  les  en
ntraînant  parfois  à  partiiciper  aux  sccènes  de 
pillage. 
 
Tableau 15 : Taux de Reedoublementt par région dans les CEG G 
Ensemble
2007‐22008  20008‐2009 
 
vers 20
008‐ verrs 2009‐
2009  2010 
ALAOTRA MANGORO  21,9%  . 
ANALAMA
ANGA  12,3%  1
14,6% 
DIANA  . . 
IHOROMBBE  18,1% 22,0%
2
SOFIA  . . 
ATSIMO A
ANDREFANA  1,6%
%  1,9% 
Total  13,8%  1
15,0% 
 
 
Malggré les comp portements ssinguliers des élèves de C CEG, le redo
oublement dénote un 
attacchement  à  l’école.  En  effet,  malggré  l’échec,  ces  élèves  n’abandonn
nent  pas 
facileement l’école et se réinsscrivent l’ann
née suivante.  
 
En concclusion : 
 Lee  TR  dans  lees  EPP  a  obsservé  une  baaisse  nonobsstant  la  crisee  de  2009  mais 
m il  est 
encore loin dee répondre aaux objectifs des 5% prévvus par l’EPTT. 
 Lee TR dans lees CEG a enrregistré une  légère hausse de 1 poin nt en temps  de crise, 
to
ournant auto our de 15%.
 Néanmoins, u
N un taux de reedoublementt supérieur àà 10% indiqu ue un niveau d’études 
m
médiocre selo on l’UNESCO O. Les entretiiens avec less enseignantts des EPP ett des CEG 
soont révélateurs, car leurr jugement sur le niveau  de leurs élèèves est étrangement 
pessimiste. Lees enseignan nts du CEG s’en prennen nt souvent dee manière dé étournée 
à  leurs collèggues du niveau primaire  pour dire qu ue « la base  des connaisssances a 
été mal transmise par les enseignantss et mal assim milée par less élèves ».  
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    72 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
2.2.3. LES ABA ANDONS 
 
Le phén nomène de l’’abandon sco olaire avant l’obtention d du diplôme dde fin d’étud des (CEPE 
pour  lee  primaire,  BEPC  pour  le  collège)  détermine  l’efficience  interne  du  système 
d’éducaation.  Mais  en 
e général,  il  demeure  complexe  à  cerner  et  laa  crise  de  20
009  en  a 
exacerb bé les contou urs : 
 En 2007‐2008 8, 86 % des éélèves disent ignorer less causes de l’abandon sccolaire de 
leeurs  camaraades  et  4% %  évoquentt  les  problèèmes  financciers  comm me  cause 
60
d’abandon dee leurs camarades  ; 
 En 2009‐2010 0, 65,5% dess élèves ne ttrouvent tou ujours pas dee causes à l’’abandon 
sccolaire  de  leurs  camarrades  mais  désormais  14%  retiennent  les  prroblèmes 
financiers com mme cause d d’abandon de leurs camaarades. 
L’augmeentation de  10 points en n pourcentagge enregistréée entre les aannées 2007 7‐2008 et 
2009‐20 010 pour l’arrgument finaancier comm me une causee d’abandon scolaire ind dique que 
les difficcultés financcières devien
nnent plus vissibles aux yeeux des élèvees.  
 
a. Le caas des EPP 
 
Le taaux d’abando
on (TA) scolaaire enregistrre une tendaance inégale:: 
‐ en 2007‐2008, il est dee 5,5% ; 
‐ en 2008‐2009, il est dee 6,4% ; 
‐ en 2009‐2010, au mom ment de l’enq quête (mars 2010), il est de 2,2%. 
 
Tableau 16 : Taaux d’Abandon dans les EEPP 
Ensemble Fiilles Gaarçons
  2007‐ 20008‐ 2009‐ 2007‐ 20
008‐ 2009‐ 2007‐ 2008‐
2 2009
9‐
2008  20
009  2010 2008  2009  2010  2008  2009 
2 2010

San
ns réforme  8,6%  100,5% 1,9% 8,9% 10
0,1% 2,1%  7,5%  10,7% 2,5%
%
R
Rural  Réfforme  3,0%  4,8% 1,1% 1,8% 5,7% 1,3%  4,1%  4,5%
4 1,7%
%
Enssemble  6,6%  8,9% 1,7% 6,3% 8,8% 1,9%  6,3%  8,9%
8 2,4%
%
San
ns réforme  5,5%  5,2% 2,6% 5,8% 5,0% 2,5%  4,8%  5,7%
5 2,6%
%
U
Urbain  Réfforme  3,5%  3,6% 2,5% 3,5% 2,9% 2,4%  3,6%  4,4%
4 2,5%
%
Enssemble  4,8%  4,7% 2,5% 5,0% 4,3% 2,5%  4,3%  5,3%
5 2,6%
%
San
ns réforme  6,7%  7,4% 2,2% 7,0% 7,1% 2,3%  5,9%  7,8%
7 2,6%
%
Ensemble  Réfforme  3,3%  4,1% 2,2% 2,8% 4,0% 2,1%  3,8%  4,5%
4 2,4%
%
Enssemble  5,5%  6,4% 2,2% 5,5% 6,2% 2,3%  5,2%  6,8%
6 2,5%
%
 
Le  pic 
p du  TA  enregistré 
e poour  l’année  scolaire  20
008‐2009  exxprime  les  difficultés 
d
rencontrées par les familles d des élèves au cours de l’année 2009..  
 
Touttefois, la situ
uation se  préésente  différremment en n milieux rurral et urbain  et entre 
EPP réformes et non réformee : 
 En 2008‐2009, le milieu rural a enrregistré le TA A le plus élevvé avec 8,9% ; 

60
Voir en annexes
a Figure 4
43

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    73 
uation des Ecolees Primaires Pub
 En 2008‐2009, les EPP P sans réform me en milieuu rural ont eu
u le plus fortt TA avec 
10,5% ; 
 Sur les tro
ois années sccolaires, le m
milieu urbain
n observe unne baisse conntinue du 
TA. 

Deuxx  causes  signifiantes  de  l’abandon  scolaire 


s des  élèves  se  m
manifestent  à  travers 
des  comportemeents d’absen ntéisme prolongé ou de  redoublemeent à répétittion (plus 
d’un redoublemeent): 
 L’insécuritté  alimentaiire  chroniqu ue  dans  less  zones  rurales  en  période  de 
soudure eentraîne un aabsentéisme e prolongé qui, au‐delà d de 4 mois d’’absence, 
est  compttabilisé  par  la  direction  de  l’école  comme 
c un  aabandon.  La  crise  de 
2009 a exaacerbé la situuation chron nique de dérèèglement alimentaire; 
 L’incapacitté  à  suivre  correcteme ent  les  courrs  est  corrélée  avec  l’in
nsécurité 
alimentairre. Les élèvess sont présents à l’école mais, insufffisamment nourris, ils 
sont menttalement absents et son nt déconnecttés du dérou ulement des activités 
scolaires.  Ces  élèvess  font  parttie  des  contingents  d de  redoublaants  qui, 
découragéés, basculentt vers l’aband don scolaire.. 
 
La  cause 
c d’ordre  pédagoggique  demeure  importaante  pour  expliquer  l’’abandon 
scolaaire, marquaant la défaillaance de l’écoole à soutenir les élèves qqui ne trouveent pas : 
 De soutien n scolaire auprès de leurss parents à ffaible niveau scolaire ; 
 De  soutien  familial  au uprès  de  paarents  trop  accaparés 
a paar  la  recherche  d’un 
maigre revvenu et peu présents po our résoudree les difficulttés scolairess de leurs 
enfants ; 
 D’écoute p pour résoudrre leurs difficcultés à suivre les prograammes scolaires. 
 
43,8%
45%
40%
35%
30%
25%
18,0% 18,0
0%
20%
Instr pèree
15% 10,1% 9
9,0% Instr mèree
10%
5% 1,1% Instr tuteur
0,0%
0%

 
ure 6 : Niveaau d’instructiions des pareents 
Figu
 
Si  lee  nombre  dee  parents  d’élèves  alphaabétisés  (43,8%)  est  asssez  conséquent,  leur 
niveaau  d’instructtion  déclaré  par  leurs  enfants,  d’après  la  figuree  ci‐dessus,  offre 
o peu 
de  soutien  et  d’aide  d’o ordre  pédaggogique  auxx  élèves  dééfaillants,  sans  une 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    74 
uation des Ecolees Primaires Pub
mob
bilisation inteellectuelle paarticulière. LLes parents d
des élèves dees EPP comp
posent en 
majo
orité les pareents à faible niveau d’insttruction.  
 
L’acccumulation  de 
d défaillancces  vécue  par  l’élève  auu  sein  de  saa  famille  exp
prime  les 
limittes  de  celle‐ci  pour  le  soutenir  daans  ses  études.  Elle  traduit  égalem ment  les 
faiblesses de l’éccole pour l’y retenir: 
 39%  des  enseignantss  ne  fournisssent  aucun  soutien  au ux  élèves  ayyant  des 
problèmess61  alors  que  80%  d’entre  eu ux  n’assum ment  aucun ne  autre 
responsab bilité au sein  de l’école ett 85% ne praatiquent auccune autre acctivité en 
dehors de l’école62 ; 
 Les  chargges  financièères  pour  la  scolarisaation  demandées  aux  parents 
augmentent  d’année  en  année,  de  d l’ordre  dee  32%  entre  2008‐2009  et  2009‐
201063 ; 
 Les préocccupations du u chef d’étabblissement voont davantagge à la gestio on du flux 
scolaire ett au fonctionnement de l’école qu’à la qualité de l’enseignem ment.  
 
En soomme, l’élèvve est avant tout abando onné par l’école avant d’aabandonner l’école. 
 
b. Le caas des CEG 

Le TA
A dans les CEEG diminue ddans l’ensem
mble passant :  
 de 3,8% en n 2007‐2008 8 ; 
 à 3% en 20 008‐2009 ; 
 à 1,9% en 2009‐2010, au mois de m mars 2010. 
 
Tablleau 17 : Tau
ux d’Abandon dans les CEEG par catéggorie et par ggenre 
Ensemble Fille
es  Garçons 
  2007‐ 2008‐ 2009‐ 2007‐
2 20008‐ 2009‐ 2007‐ 2008‐ 20
009‐
2008  2009  2010  2008 
2 20009  2010  2008  2009  2
2010 
Sans 
3,6%  4,6%  2,0%  3,3% 
3 4,1%  2,2%  4,0%  .  1
1,7% 
réformee 
Rural 
Réformee  .  .  .  .  . .  .  .  . 
Ensembble  3,6%  4,6%  2,0%  3,3% 
3 4,1%  2,2%  4,0%  .  1
1,7% 
Sans 
4,0%  2,5%  1,8%  3,7% 
3 2,1%  2,1%  4,5%  3,1%  1
1,5% 
réformee 
Urbain

Réformee  .  .  .  .  . .  .  .  . 
Ensembble  4,0%  2,5%  1,8%  3,7% 
3 2,1%  2,1%  4,5%  3,1%  1
1,5% 
Sans 
3,8%  3,0%  1,9%  3,5% 
3 2,5%  2,2%  4,3%  3,1%  1
1,6% 
réformee 
Ensem
mble 
Réformee  .  .  .  .  . .  .  .  . 
Ensemb
ble  3,8%  3,0%  1,9%  3,5% 
3 2,5%  2,2%  4,3%  3,1%  1
1,6% 
 
Les  données 
d surr  les  abando
ons  dans  les  CEG  réformes  n’ont  pass  été  communiquées 
par les directeurs. 
61
Voir en annexes
a Figure 74
7
62
Voir en annexes
a Figure 599, 60
63
Voir tablleau 35

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    75 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Cepeendant,  danss  les  détails,  il  présente
e  des  haussees  significatives entre  les  années 
20077‐2008 et 2008‐2009: 
 +3% pour la classe de 6 6ème des CEEG sans réforrme en milieeu rural ; 
 +4,5% pou ur les garçon ns de la classse de 6ème des CEG san ns réforme e en milieu 
rural ; 
 +6,3% pou ur la classe de 4ème des CEG sans réfforme en millieu rural ; 
 +7,5% pou ur les filles dee la classe dee 4ème des C CEG sans réfo orme en milieu rural. 
 
Des différences eentre les gen nres  sont également visibles 64: 
 Les garçon ns de la classse de 6ème des CEG san ns réforme een milieu rural ont un 
TA supérieeur à celui des filles, 3,5% contre 2% %, entre les aannées 2007 7‐2008 et 
2008‐2009 9 ; 
 Les filles d de la classe d de 4ème dess CEG sans rééforme en m milieu rural o
ont un TA 
supérieur à celui des ggarçons, 7,5% % contre 4,5% %, entre les années 2007 7‐2008 et 
2008‐2009 9 ; 
 Les  garçon ns  de  la  classe  de  3ème  des  CEG  sans 
s réforme  en  milieu  rural  en 
2008‐2009 9 ont un TA d de 2,8% conttre 0% pour les filles ; 
 Les  garçon ns  de  la  classe  de  3ème  des  CEG  sans 
s réforme  en  milieu  rural  en 
2009‐2010 0 enregistren nt un TA de 33,8% contre 0,9% pour lees filles. 
 
Ces ddifférents taux indiquentt qu’entre les années 200 07‐2008 et 2 2008‐2009 : 
 Les élèvess du milieu rrural ont été é les plus nombreux à ab bandonner l’’école, le 
TA passant de 3,6 à 4,6 6% ; 
 Les élèvess du milieu u urbain ont en nregistré une baisse intééressante avvec un TA 
passant dee 4% à 2,5% ; 
 Le TA des  filles du milieu rural maarque une haausse de 0,8 8% alors quee celui les 
filles du mmilieu urbain accuse une b baisse de 1,6 6%. 
 
Le m
milieu rural a été particuliièrement fraappé par le p phénomène d de l’abandon
n scolaire 
duraant l’année sccolaire 2008‐2009 avec d des signes intéressants: 
 Les classess de 6ème, 4 4ème et 3èm me ont connu u une hausse de leur TA ; 
 Une  mauvvaise  adaptaation  et  un  mauvais  en ncadrement  scolaires  exxpliquent 
l’abandon prématuré d des élèves de la classe dee 6ème. ; 
 Une  entréée  prématurrée  dans  la  production  agricole  ou  dans  la  pro ospection 
minière  ou  sur  le  maarché  du  travail  décom mpose  l’aban ndon  des  élèves  des 
classes de 4ème et 3èm me ; 
 Les  filles  des  CEG  en n  milieu  ruraal  résistent  mieux  à  l’aabandon  scoolaire  par 
rapport au ux garçons, d davantage m mobilisés par  leurs famillees à la génération de 
revenus néécessaires à la survie collective ; 
 Les famillees ont répon ndu favorable ement aux p programmes  pour le main ntien des 
filles à l’éccole. 
 
Le TAA des CEG accuse une b baisse de 1 p
point en 2009 9‐2010 par rrapport à 20
008‐2009, 
ûts de scolarisation supportés par less parents ontt augmenté de 36%65 
alorss que les coû

64
Voir en annexes
a tableau 57
5

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    76 
uation des Ecolees Primaires Pub
pourr  les  mêmess  années  de  rapport.  Cette  donnée  illustre  la  vo
olonté  des  parents 
p à 
retennir  coûte  que 
q coûte  leeurs  enfantts  au  CEG  jusqu’à 
j btention  du  diplôme 
l’ob
courronnant la fin
n d’un cycle d d’études.  
 
En concclusion, le TAA en 2008‐20 009 par rappo ort à l’annéee scolaire 200 07‐2008 : 
 a  augmenté d dans les EPP et les CEG en milieu ruraal ; 
 a  baissé dans  les EPP et lees CEG en miilieu urbain.
 
Les  raissons  réelles  des  abandoons  demeure ent  insaisissables  mais,  en  période  de  crise 
politique  le  milieu  rural  échapppant  plus  facilement  aux  réglemen ntations,  less  parents 
d’élèvess  ont  tendaance  à  retirer  leurs  enffants  du  cirrcuit  scolairee  pour  une  période 
indéterm minée.  
En  période  de  crise,  les  élèvees  les  mieuxx  protégés  et 
e les  mieuxx  soutenus  par p leurs 
parents sont les plus préservés d de l’abandon n scolaire. 
  
2..2.4. L’ABSEN
NTEISME 

Les données quantittatives sur l’aabsentéisme e des élèves proviennentt exclusiveme ent des 


questionnaires et dees entretienss menés aup près des enseeignants.  
 
Pour paarler d’absentéisme en péériode de criise, les enseiignants évoq quent : 
 Un  « déparrt »  des  élèèves  qu’il  le eur  est  difficile  de  quaalifier  d’abandon  ou 
d’absentéisme ; 
 De difficultéés financièrees  de la famille  des élèvves  telles, quue l’école tend à voir 
« disparaîtree » («manjavvona») ses é élèves ; 
 La  crise  de  2009  a  proovoqué  un  déplacement  non  négligeeable  de  po opulation, 
retirant dess élèves à cerrtains établisssements publics.  
 
a. Le caas des EPP 
 
L’abssentéisme  des 
d élèves  en e général  touche  envirron  1/5  des  élèves  sur  les  trois 
annéées scolaires. La situation
n est alarman
nte. 
 
L’abssentéisme dees élèves des EPP enregistre : 
 Une  haussse  de  3%  en ntre  2007‐20 008  et  2008
8‐2009,  refléétant  les  effe
ets  de  la 
crise de 20009 sur la sccolarisation ddes élèves quue les parentts ont mobilisés pour 
des activittés familialess ; 
 Un  pourceentage  main ntenu  à  21%%  en  mars  2010  au  mo oment  de  l’enquête, 
marquant une tendancce à la haussse de l’absen ntéisme des éélèves.  
 
La  hausse  traduiit  une  démo obilisation  de
es  parents  accaparés  par  les  difficulltés  de  la 
vie q
quotidienne eexacerbées p par la crise d
de 2009. Le mmilieu urbainn est particulièrement 
conccerné. 
 

65
Voir danns le texte tableauu 38

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    77 
uation des Ecolees Primaires Pub
2007‐2008 2008‐2009
9 2009‐201
10

30%
% 28%

24%
25%
%
22%
19% 19
9%
20%
% 18% 18%
16%
13%
15%
%
11%
10%
10%
% 8% 8%
%
6%
4%
5%
% 2%

0%
%
Sans  Réforme Sans  R
Réforme S
Sans  Réfo
orme Sans  Réforme
réforme réforme réforme me
réform

ollège
Co EPP Collège EPP

Urbain Rural

Figure
e 7 : Taux meensuel d’abssentéisme de
es élèves selo
on les enseiggnants 
 
La figgure 7 monttre une asceension du tau ux d’absentééisme depuiss 2007‐20088 dans les 
EPP en milieu urbain. En milieu rural, le ttaux d’absentéisme est p
plus fluctuantt. 
 
b. Le caas des CEG 
 
Tableau 18 : Taux d
d’Absentéism me des élèvees des CEG seelon les enseeignants 
2009‐2010 
2007‐200
08  2008‐2
2009  (mois de 
   maars) 
San ns réforme  8%  8%
%  6
6% 
Rural  Réforme  2%  3%
%  4
4% 
Ensemble  7%  7%
%  6
6% 
San
ns réforme  10% 8%
%  8% 
Urbain
n  Réforme  11% 11%
%  13
3% 
Ensemble  10% 8%
%  9% 
San
ns réforme  9%  8%
%  7% 
Total  Réforme  9%  9%
%  12
2% 
Ensemble  9%  8%
%  8% 
 
L’abssentéisme dees élèves des CEG marqu
ue : 
 Une baissee de 1% entrre 2007‐20088 et 2008‐2009 ; 
 Un pourceentage stablee de 8% en mmars 2010 au
u moment dee l’enquête ; 
 En milieu uurbain une tendance légèrement à laa baisse. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    78 
uation des Ecolees Primaires Pub
Les  élèves  des  CEG  totaliseent  un  pourrcentage  d’aabsentéismee  relativemeent  faible 
comparativemen nt aux élèvess des EPP. Leeur motivation aux étud des est plus rréfléchie, 
car ils sont plus cconscients dees enjeux de
e l’école danss leurs persp
pectives d’avenir.
 
La  hausse  de  2%%  du  taux  d’absentéisme e  remarqué  en  mars  201 10,  en  milieu  urbain, 
pourr  le  CEG  réfforme  de  Noosy  Be  est  lié  à  la  conjo
oncture  éco onomique  de e  la  zone 
d’implantation d du CEG, frapp pée par la crrise de 2009. Le secteur  du tourisme e, sinistré 
par la crise et less pertes d’emmploi en con nséquence, o ont, selon less enseignants, affaibli 
finanncièrement les familles.  Les parents  d’élèves ontt été moins een mesure à soutenir 
la  sccolarisation  de  leurs  ennfants.  Ces  derniers  on nt  rejoint  lee  marché  du 
d travail 
inforrmel.  
 
c. Les ccauses de l’aabsentéisme des élèves sselon les ensseignants 
 
Génééralement : 
 Les  périod des  d’absencce  des  élèvees  s’étalent  entre 
e le  moiis  de  novembre  et  le 
mois de mmars ;  
 Le  pic  est  invariablemment  atteint,  pour  les  tro ois  années  sscolaires  succcessives, 
durant  less  mois  de  janvier  et  fé
évrier.  Ils  co
orresponden nt  aux  mois  les  plus 
exposés  aux 
a aléas  climatiques,  aux  épidémiees  palustress,  au  phénom mène  du 
« maitso aahitra » (période de soud dure agricole).  
 

35%
% 32%
31%
30% 27%
25%
25% 22% 21%

20% 2007‐2008

15% 2008‐2009
9% 8% 0%
10% 10 2009‐2010
10%

5% 1% 2% 2%
0% 1% 0% 0% 0% 1%
%0%
0%

Sept Oct Nov Déc Jan


nv Fév Mar Avr Mai Ju
uin
 
Figure 8 : Péériode d’abseence des élèvves selon less enseignantss 
 
En 2009, au pic hhabituel d’ab bsentéisme d des élèves (janvier et févvrier), se son
nt ajoutés 
les m
mois critiquees de la crise (mars et avvril). Au mom
ment du passsage de l’enq quête, en 
marss 2010, l’absentéisme ten nd vers le taux de 2008‐2 2009. 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    79 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Table
eau 19 : Taux mensuel d’’absentéisme par région des élèves d
des EPP et dees CEG confo
ondus 
 selo
on les enseign
nants 
2009‐2010 
  2007‐2008  2008‐2009  (mois de 
mars 2010) 
ALAOTRA MANGORO  8%  7%  18% 
AMORON'I MANIA  20%  30%  23% 
ANALAMA
ANGA  16%  19%  19% 
ATSIMO A
ANDREFANA  19%  21%  29% 
ATSINANA
ANA  18%  22%  19% 
BETSIBOKA  12%  12%  27% 
BOENY  18%  20%  19% 
DIANA  15%  15%  16% 
IHOROMB
BE  16%  19%  16% 
MATSIATR
RA AMBONY  21%  30%  22% 
SOFIA  18%  15%  14% 
VAKINANK
KARATRA  13%  12%  14% 
ENSEMBLE  17%  19%  19% 
 
En  2008‐2009, 
2 les  établissements  enregistrant  un  taux  d’abseentéisme  suppérieur  à 
20% sont implanntés dans: 
 La région dd’Amoron’i M Mania (Ambo ositra) avec u
un taux d’abbsentéisme dde 30% ; 
 La région  de Matsiatraa Ambony (FFianarantsoaa) avec un taaux d’absentéisme de 
30% ; 
 La région dd’Atsinananaa (Toamasinaa) avec un taaux d’absentéisme de 22%, 
 La région dd’Atsimo And drefana (Sakkaraha et Tolliara) avec un
n taux d’abse
entéisme 
de 21%. 
 
Cepeendant : 
 La  région  Analamangaa  présente  un  taux  d’ab bsentéisme  moindre  de e  19%  en 
2008‐2009 9 alors que sson milieu urrbain a été lee théâtre acttif des manifestations 
de rue, des barrages et des perturbations de laa voie publique ; 
 La  région n  Atsimo  Andrefana 
A (SSakaraha  ett  Toliara)    à  forte  in nsécurité 
alimentairre, enregistree en 2009‐20 010, au momment du passage de l’enquête, le 
taux  le  plu
us  élevé  pou
ur  l’année  (2
29%).  Selon  les  enseignaants  de  la  ré
égion,  les 
élèves vaq quent à des ttravaux rému unérateurs à la demandee des parentss. 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    80 
uation des Ecolees Primaires Pub
 

%
28,0% 28,3%
30,0%
% 26,1%
25,,7%
25,0%
%

20,0%
%
14,4%
15,0%
% 12,9% 12,0%12,,7%

10,0%
% 2007‐2
2008
6,8% 6,7%
3,8% 2008‐2
2009
5,0%
% % 1,8%
2,4%2,9% 3,0% 3,3%2,9%
1
1,1% 1,1%0,4% 9%1,8%
1,9
2009‐2
2010
0,0%
%

 
Figure 9 : M
Motifs d’abseence des élèvves selon les enseignantss 
 
nce  des  élèvves  selon  70%  des  citations  des  élèvves66,  les 
Si  la   maladie  jusstifie  l’absen
enseeignants men ntionnent deeux raisons p principales d’’absentéismee des élèves liées aux 
difficcultés de leur famille: 
 Le problèm me financier des ménage es (28%) ;  
 Les raisonss familiales n non explicitees (26%). 
 
Les  enseignants 
e rapportent  également  une  fréquen nce  accrue  d
de  l’absentéisme  des 
élèvees à cause :  
 Des cas dee grossesse d des élèves‐fillles, par exem mple au CEG G de Ranohira (Ihosy), 
au CEG Haaute Ville d’AAntsohihy, au u CEG Anjiam mangirana (A Antsohihy) ; 
 Des cas d’’activités illiccites, tel le ccas des élèvees du CEG d’’Andavakoto oko (Nosy 
Be) qui s’aadonnent au commerce d du khat67 ett du concomb bre de mer68 ; 
 Du travail  saisonnier aavec les pare ents, tels less cas de l’EP
PP Miary (Toliara), de 
l’EPP d’Andohan’Ilakakka (Ihosy) ; 
 Du peu d’intérêt à une matière particulière, ttel le cas du CEG d’Analamahitsy 
(Communee Urbaine d’Antananarivvo) ; 
 De  l’accèss  à  l’argent  facile 
f par  la  proximité  de 
d pôles  d’ééchange  interdits  aux 
enfants.  Par 
P exemple,,  les  élèves  de  l’EPP  rurale  de  Mah haboboka  (SSakaraha) 
s’absenten nt régulièremment les jourrs de marchéé. 
   

66
Voir en annexes
a Figure 45
4
67
Le khat est
e une espèce d ’arbuste
’ cultivé dans
d toute la péni nsule arabique. Il fait l’objet d’u n usage rituel an ccestral semblable à celui de la
coca où les feuilles fraîches sont mâchées commme stimulant coomparable à l’am mphétamine.
68
Concombbre de mer ou holothurie, produit des fonds marinss consommable ett très prisé par le marché asiatiquee en particulier ch hinois.

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    81 
uation des Ecolees Primaires Pub
d. L’abssentéisme d
des enseignants 

Quan nt aux enseignants, leur absentéisme se distingu ue par le non respect de es heures 


d’enseignement..  Dans  les  zo
ones  ruraless  les  enseign
nants  sont  o
obligés,  chaq
que  mois, 
d’alleer en ville pour toucher  leurs salaire
es. Cette abssence est comptabilisée  sur leurs 
heurres d’enseign nement. 
 
Les aautres motifss d’absence ddes enseignaants sont : 
 La maladiee (24%), 
 Les raisonss familiales ((24%), 
 Les déplaccements pou ur affaires administratives (18%).  
 

25%
20%
15%
10%
5% 2007‐2008
0%
2008‐2009
2009‐2010

 
Fiigure 10 : Mo
otifs d’absen
nce des ense eignants selon les chefs d d’établisseme ent 
 
La  majorité 
m des  enseignantss69  des  EPP  sont 
s des  fem
mmes,  ce  qu
ui  justifie  en  partie  la 
fréqu uence des abbsences dues à leurs obliigations familiales : 
 73% des enseignantes sont mariée es ; 
 17% des enseignantes sont célibattaires. 
 
Danss  les  CEG  d’A
Antananarivo  Atsimondrrano,  une  majorité 
m des  enseignants  résident 
danss  la  comm mune  urbainne  d’Antanaanarivo  Ren nivohitra.  LLeurs  difficu
ultés  de 
déplacement  daans  le  plus  fort  de  la  crise  ont  causé  des  arrêts  invoolontaires 
d’enseignement..  
 
En concclusion : 
 
 L’’absentéisme  des  élèvees  et  des  ennseignants  est  un  param
mètre  quasi‐‐constant 
dans les EPP eet les CEG su
ur les trois an
nnées scolairres ; 
 L’’absentéisme  demeure  une  cause  laatente  de  noon  performaance  dans  le système 
éducatif néceessitant un ap
pproche app profondie du phénomènee; 

69
Voir en annexes
a Figure 500

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    82 
uation des Ecolees Primaires Pub
 Les causes dee l’absentéissme sont dirrectement liéées aux conjjonctures 
de la vie économique et  sociale (malladie, insécu urité alimenttaire, une 
crise politiquee, …) ainsi quu’aux aléas cclimatiques ; 
 D
Devant les di fficultés de  leurs conditions de vie,  les élèves de CEG se 
réévèlent  êtree  les  plus  conscients 
c d leur  aven
de  nir  et  des  sacrifices 
fiinanciers enggagés par leu urs parents ppour leur sco
olarisation. 
 

2.2.5. LA SITU
UATION DES ELEVES EN FFIN DE CYCLEE SCOLAIRE
 
En 2008 8‐2009, les rrésultats auxx examens d de fin  de  cyccle (CEPE et  BEPC) ont  enregistré 
une hau usse par rapp port à l’annéée scolaire prrécédente. 
 
A  ce  su
ujet,  des  ensseignants  dee  la  classe  de
e  CM2  ou  de  de  3ème  ont  répondu 
d la  classe  d
durant  les entretien ns qu’ils ne b
boudaient paas leur plaisir d’avoir « sorti » (« nam moaka »)  
un  nom mbre  très  apppréciable  dee  leurs  élèves  aux  exam mens  de  fin  de  cycle  de
e  l’année 
2008‐20 009. Certainss ont toutefo ois confié qu u’ils n’étaientt pas dupes  du « bon » n niveau de 
leurs élèèves.  
 
a. Le caas des EPP 

L’évo
olution du taaux de réusssite à l’exam men du CEPE de 2008‐20 009 est de 21% entre 
20077‐2008 et 2008‐2009.  
 
Les b
bons résultatts à l’examen n du CEPE se e justifient :
 Par  la  misse  en  place  d’une  organnisation  efficcace  des  exaamens  dès  laa  rentrée 
2008‐2009 9, sur la basee de la pédaggogie par les compétencees ; 
 Par l’élabo oration des ssujets d’exam men de CEPEE en 2008‐2009 guidée  par l’APC 
dont l’objeectif est de ddéfinir les co
ompétences  nécessaires  à chaque élève pour 
passer  à  l'étape  suivvante  de  so on  parcourss  scolaire,  p pour  accéde er  à  une 
qualificatio
on et pour être préparé à l'apprentisssage tout au u long de la vvie. 
 
La crrise de 2009 est passée aau travers de
e ce dispositiff. 
 
Tableauu 20 : Taux de réussite à l’examen du u CEPE par caatégorie et par genre 
Ensem
mble Filles Gaarçons
 
2007‐2008  2008‐2009  2007‐2008 2008‐2009  2007‐2008
8  2008‐200
09 
Sans Réforme  66% 77% 68% 81% 63%  73%
Ru
ural  Réforme 59% 89% 63% 87% 55%  88%
Totall  64% 80% 67% 82% 60%  77%
Sans Réforme  71% 79% 68% 78% 72%  80%
Urrbain  Réforme 63% 83% 53% 79% 61%  82%
Totall  69% 80% 64% 78% 69%  81%
Sans Réforme  68% 78% 68% 79% 68%  77%
To
otal  Réforme 61% 86% 58% 83% 58%  85%
Totall  66% 80% 65% 80% 65%  79%

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    83 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Selon les milieuxx, le taux de  réussite à l’e
examen du C CEPE en 2008‐2009 par rrapport à 
20077‐2008 préseente: 
 En milieu  rural, une hausse de 16%, en particulier dans lees EPP réform mes avec 
une hausse de 30%; 
 En  milieu  urbain,  unee  hausse  mo oindre  de  11%,  les  EPP
P  réformes  faisant 
f le 
meilleur sccore avec 200%de hausse. 
Selon les genres,, ce taux montre : 
 Les  filles  légèrement  plus  perform mantes  que  les  garçons  avec  une  hausse  de 
15% contrre 14% pour les garçons ;; 
 Les garçon ns des EPP rééformes donnant dans l’eensemble less meilleurs sccores  
 
Ces d
données trad duisent l’efficacité de la  méthode APPC pour évalluer les compétences 
des  élèves  en  fin 
f de  cycle  primaire,  l’efficience  des  EPP  réfo
ormes,  le  rendement 
enco
ourageant po our les EPP ddu milieu ruraal. 
 
Le taableau ci‐desssous présen nte l’évolutio
on du taux dd’inscription à l’examen  du CEPE 
sur lees deux grouupes d’annéees. Il révèle uune évolution de 1% en 22009‐2010. 
 
Tableau 21 : Evvolution du ttaux d’Inscrip
ption à l’exam
men du CEPEE par catégorie et par genre
Ensemble Filles Garçons 
2008‐20009  2009‐2 2010  2008‐‐2009  2009 9‐2010  20088‐2009  200 09‐2010 
 
vs 200
07‐ vs 20008‐ vs 20
007‐ vs 2
2008‐ vs 2007‐ vss 2008‐
2008
8  20009  2008  20
009  2
2008  2009 
2
Sans Réforme  ‐1%  ‐1%
% ‐1
1% 0
0% ‐‐2%  ‐3%
Rural  Réforme  ‐4%  7%% ‐4
4% 8
8% ‐‐3%  6%
Total  ‐2%  1%% ‐2
2% 2
2% ‐‐3%  ‐1%
Sans Réforme  3%  3%% 5%
% 4
4% ‐‐2%  5%
Urbain  Réforme  0%  0%% ‐2
2% 6
6% ‐‐2%  ‐6%
Total  2%  2%% 3%
% 5
5% ‐‐2%  2%
Sans Réforme  1%  1%% 2%
% 2
2% ‐‐2%  1%
Total  Réforme  ‐2%  3%% ‐3
3% 6
6% ‐‐2%  0%
Total  0%  1%% 1%
% 3
3% ‐‐2%  1%
La base dess calculs repose su
ur les effectifs dees élèves de CM2 des EPP réforme
es et sans réforme
 
Cettee évolution p présente les détails suivaants :  
 En milieu  rural, elle esst de 1%, ave ec en particu
ulier un bond d de 7% pou ur les EPP 
réformes, 
 En milieu u urbain, elle eest de 2%, 
 Pour les filles, dans l’ensemble, elle est de 3% contre 1% pour les garço ons, 
 Pour  les  filles 
f des  EPP P  réformes  en 
e milieu  ruural,  elle  estt  de  8%,  la  meilleure 
m
évolution du taux d’insscription à l’examen du C CEPE.  
 
L’évoolution posittive du taux d d’inscriptionn à l’examen du CEPE pou ur l’année 20 009‐2010 
est  relative 
r à  un
n  mouvemen nt  sensible  de 
d populatio ons  et  dépen ndante  de  laa  fiabilité 
des aarchives des établissemeents scolairess.  
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    84 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
b. Le caas des CEG 

L’évoolution  du  taux  de  réu ussite  à  l’exxamen  du  BEPC 


B est  dee  34%  entree  l’année 
scolaaire 2007‐20 008 et l’année scolaire 20 008‐2009.  
Selon les milieuxx et les genrees, l’évolutio on du taux dee réussite à  l’examen du u BEPC en 
20088‐2009 par raapport à 200 07‐2008 préssente: 
 Une haussse de 10% en n milieu rural ; 
 Une  haussse  vertigineu use  de  80%  en  milieu  urbain, 
u avec  88%  de  pro ogression 
dans  les  CEG 
C sans  réfforme.  Les  fiilles  sont  pluus  performantes  que  less  garçons 
avec une h hausse de 12 24% contre 7 76% pour les garçons ; 
 L’unique  ombre 
o de  baaisse  de  l’orrdre  de  0,7%
%  s’observe  chez  les  garçons  du 
milieu ruraal dans les CEG sans réfo orme.  
 
L’évoolution  impo ortante  du  taux  de  réusssite  à  l’exam
men  du  BEPC C  en  2008‐20
009  tient 
aux bbons résultats obtenus p par le milieu urbain.  
 
Tableau
u 22 : Taux de réussite à l’examen du BEPC par caatégorie et par genre 
Ensemble F
Filles Garçons
 
2007‐2008 2008‐2009 2007‐2008
8 2008‐200
09  2007‐2008 2008‐20
009
San
ns Réforme  75,0%  79,4%  66,7%  78,1%  85,1%
%  82,5%

Rural  Réforme  .  92,6% . 96,1%  .  90,5%
%
Total  75,0% 82,7% 66,7% 82,6%  85,1%%  84,5%
%
San
ns Réforme  33,8%  63,4%  31,1%  69,6%  37,1%
%  65,3%

Urbain  Réforme  36,8% 54,5% 37,3% 54,9%  36,2%
%  54,0%
%
Total  34,5% 62,2% 32,7% 67,5%  36,9%
%  63,6%
%
San
ns Réforme  54,4%  68,8%  48,9%  72,5%  57,7%
%  71,0%

Tottal  Réforme  36,8% 73,5% 37,3% 75,5%  36,2%
%  72,2%
%
Total  51,9% 69,6% 47,2% 73,0%  55,0%
%  71,2%
%
 
Les  élèves 
é de  CEEG  sont  consscients  de  leeur  avenir  ett  de  l’investissement  en ngagé  par 
leurss parents durant toute leeur scolarité. Aussi n’ont‐‐ils pas eu le  droit de faillir. 
Par  ailleurs,  dess  questions  faisant  app pel  à  l’espritt  analytique  sur  des  suujets  très 
conttemporains o ont été propo osées aux élèèves en matière histoire.  
 
Pourr  la  présentee  évaluation,  le  calcul  du  taux  d’inscription  à  l’eexamen  du  BEPC  est 
baséé  sur  l’effecttif  de  la  classse  de  3ème
e  en  début  d’année 
d sco
olaire  et  ne  tient  pas 
compte des nouvvelles inscrip ptions en couurs d’année sscolaire. 
Les ttaux supérieu urs à 100% p proviennent de ce mode de calcul.  
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    85 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Tableau 23 : Taux d’Inscription à l’examen du
u BEPC par catégorie et p
par genre 
Ensemble  Filles  Garçonss 
  2007‐ 2008‐ 2009‐ 2007
7‐ 2008‐ 2009‐ 200
07‐ 2008‐ 2009‐
2008  2009  2
2010  2008
8  2009  2010  20
008  2009  2010 
Sans 
99,4%  98,6%  98,1%  101,3% 97,9%  99,4%  96,,6%  96,4%  97,1% 
réformee 
Ruraal 
Réforme  .  120,5% 10
00,0% .  110,9% 100,0% .  127,3%
%  100,0%
Total  99,4%  104,1% 98,5%  101,3% 101,2% 99,5%  96,,6%  104,1%
%  97,7% 
Sans 
97,3%  96,3%  66,5%  96,9%
%  97,9%  64,8%  101
1,2%  96,5%  70,0% 
réformee 
Urbain 
Réforme  99,6%  95,9%  99,3%  99,2%
%  97,5%  98,6%  100
0,0%  94,0%  100,0%
Total  97,8%  96,3%  73,1%  97,4%
%  97,8%  71,5%  101
1,0%  96,1%  76,0% 
Sans 
98,2%  97,1%  82,3%  98,8%
%  97,9%  82,1%  99,,5%  96,5%  83,6% 
réformee 
Totaal 
Réforme  99,6%  108,2% 99,7%  99,2%
%  104,2% 99,3%  100
0,0%  110,7%
%  100,0%
Total  98,4%  99,1%  85,8%  98,8%
%  99,0%  85,5%  99,,6%  99,0%  86,9% 
 
Sur les trois annéées, le taux d
d’inscription à l’examen ddu BEPC est de : 
 98,4% en 2 2007‐2008, 
 99,1% en 2 2008‐2009, 
 85,8%.en 2 2009‐2010. 
Ce  taux  pour  l’aannée  2009‐2010  présen nte  une  dim
minution  d’en
nviron  13%  dans  son 
enseemble. 
 
Le taableau 23 révvèle des tauxx supérieurs à 100% en C CEG réforme en milieu ru ural : 
 Le  CEG  rééforme  d’An njiamangiran na  (Antsohih hy)  présentaait  pour  less  années 
scolaires 2
2008‐2009 un n taux d’insccription à l’exxamen du BEEPC de 120, 5 5% ;  
 Il est le seeul à fournir  un taux de  100% d’inscription à l’exxamen du BEPC pour 
l’année 20009‐2010 ; 
 Le  CEG  est  situé  au  carrefour  d’un 
d importtant  mouvem ment  de  po opulation 
(Sud/Nord d/Est/Ouest) ; 
 La  localitéé  d’Anjiamanngirana  abritte  un  lycée  et  attire  les  élèves  qui  veulent 
poursuivree leur cursuss jusqu’au baaccalauréat.
 
Entree  l’année  2008‐2009  et  l’année e  2009‐2010 0,  l’évolutio
on  du  taux  global 
d’insscription à l’eexamen du B BEPC est de 1 13% et préseente les nuan nces suivante
es : 
 Elle est dee ‐31% dans les CEG sans réforme en milieu urbain ; 
 Elle est dee ‐34% pour les filles des CEG sans réfforme en milieu urbain. 
 
Les CCEG sans réfforme connaissent une hémorragie d de leurs élèvees en classe de 3ème 
et unne sortie préématurée dees filles en fin n de cycle saans passer l’eexamen du B BEPC. Les 
raiso
ons demeureent essentiellement d’ord dre financierr : 
 Le  repli  vers 
v le  milieu  rural  des  familles  urb
baines  ayant  perdu  leu
ur  emploi 
conséquem mment à la ccrise entraînee les élèves àà changer dee lieu de résidence;  
 Les  droitss  d’examen,,  discriminaants  d’aprèss  les  parents,  découraagent  les 
candidats à s’inscrire;

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    86 
uation des Ecolees Primaires Pub
 Les filles p préfèrent rejo oindre le maarché du travvail informel plutôt que d
de tenter 
un examen n qu’elles estiment inutile, selon les enseignants. 
 
En soomme, la crise a révélé  des comporrtements nouveaux face à l’examen  du BEPC 
qui  tend 
t à  perdre,  pour  cerrtains  paren
nts,  sa  valeur  de  couron
nnement  d’u
un  cursus 
scolaaire. 
 
Tab
bleau 24 : Evvolution du ttaux d’Inscrip
ption à l’exam
men du BEPC
C par catégo
orie et par ge
enre 
  Ensem
mble  Filles  G
Garçons 
2008‐ 2009‐ 2008‐
2 20009‐ 2008‐ 2009‐
2009 vs  2010 vs  20
009 vs  2010 0 vs  2009 vvs  2010 vs 
 
2007‐ 2008‐ 2007‐
2 20008‐ 2007‐ 2008‐
2008  2009  2008 
2 200
09  2008
8  2009 
S
Sans réforme  ‐0,8%  ‐0,5%  ‐3,4%  1,5
5%  ‐0,2%
%  0,7% 
Rural  R
Réforme     ‐17,0%     ‐9,8
8%     ‐21,4% 
T
Total  4,7%  ‐5,4%  ‐0,1%  ‐1,7
7%  7,8%
%  ‐6,2% 
S
Sans réforme  ‐1,0%  ‐30,9%  1,0% 
1 ‐33,,8%  ‐4,6%
%  ‐27,5% 
Urbain  R
Réforme  ‐3,7%  3,6%  ‐1,7%  1,1
1%  ‐6,0%
%  6,4% 
T
Total  ‐1,5%  ‐24,1%  0,4% 
0 ‐26,,9%  ‐4,8%
%  ‐20,9% 
S
Sans réforme  ‐1,1%  ‐15,2%  ‐0,9%  ‐16,,1%  ‐3,0%
%  ‐13,4% 
Total  R
Réforme  8,6%  ‐7,9%  5,0% 
5 ‐4,7
7%  10,7%
%  ‐9,7% 
T
Total  0,7%  ‐13,4%  0,2% 
0 ‐13,,6%  ‐0,6%
%  ‐12,2% 

 
Enn conclusion,, 
Lees bons résultats aux exaamens de fin n de cycle, C CEPE et BEPC C, enregistréss en 2008‐20 009, sont 
enncourageants mais sont ttributaires de conditions différentes : 
 L’exame en  du  CEPE  en  particulieer  a  été  orgaanisé  en  app
pliquant  l’AP
PC  dans  l’élaaboration 
des  sujeets  d’examen (ce  changeement  de  méthode 
m rendd  inexacte  laa  comparaisson  entre 
les deuxx années sco olaires); 
 L’exame en du BEPC  a été passé  dans des conditions excceptionnelless dans le sen ns où des 
sujets d
d’examen on nt fait davantage appel àà l’analyse qu’aux connaaissances acq quises en 
classe. 
 
L’éévolution dees taux d’insccription à l’eexamen du C CEPE et à l’exxamen du BEPC en 2009 9‐2010 se 
lissent de façon n différenciée mais traduuisent une sittuation commune:  
 Pour l’eexamen au CEEPE, elle est de 1%, et po our l’examen n au BEPC, elle est de ‐133,4% ; 
 Ces tendances s’exp pliquent par un importan nt mouvement de populaation entre laa rentrée 
du moiss de septemb bre 2009 et  le mois de l’enquête en  mars 2010,  emportant les élèves 
au  gré  des  pérégrinnations  de  leur  famille  dans  leurs  tentatives 
t d’’échapper  aux  effets 
négatifss de la crise d
de 2009 ; 
 La tendance régresssive de l’évolution du tau ux d’inscriptiion à l’exameen du BEPC rrisque de 
ternir laa valeur de ceet examen.
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    87 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
2.2.6. LE ROLEE ET LA CHAR
RGE DES ENSSEIGNANTS

L’évaluaation analysee la responsabilité des eenseignants d durant la criise de 2009  à travers 


leurs  missions 
m d’en
nseignement,  d’encadrem ment  et  de  transmission  des  connaaissances 
afin d’amener les élèves à termiiner leur cycle d’études.
  
a. Les hheures d’ensseignement
 
 Dans les EPP 
D
 
Selon l’EPT, lees normes d’’heures d’ennseignementt hebdomadaaire pour less EPP non 
rééforme sont  fixées à 27  heures et po
our les EPP rréformes à ppartir de la CM1, elles 
soont à 32 heu
ures d’enseiggnement heb bdomadaire.
 
T
Tableau 25 :  Heures d’en
nseignement hebdomadaaire dans les EPP selon lees enseignantts 
  2007‐2008 2008‐ 200
09 2009‐ 20
010 
Saans Réforme 27,23 26,61 27,22

Rural  Rééforme  27,00 25,77 26,23

To
otal  27,17 26,38 26,96

EPP

Saans Réforme 27,45 27,45 27,38

Urbain  Rééforme  27,20 24,99 26,92

To
otal  27,39 26,84 27,27

Saans Réforme 27,36 27,08 27,31

En
nsemble 
Rééforme  27,11 25,35 26,60

EPP 
Total 27,30 26,64 27,13

 
Dans  les  EPP,,  les  chefs  d’établisseme
D d ent  donnentt  un  minimum  de  26  d’h
heures  et 
un maximum de 27 heurees d’enseigne ement hebdo omadaire co omptabiliséess. 
 
L’’évaluation  constate,  sur  les  trois  années  sco olaires,  unee  tendance  générale 
innstable du no ombre d’heu ures d’enseiggnement parr semaine dans les EPP: 
 L’annéee  2008‐200 09  dessinee  en  génééral  un  creux  d’une e  heure 
d’enseiignement  hebdomadai
h ire  par  raapport  au  nombre  d’heures 
d’enseiignement paar semaine de l’année 20 007‐2008, exception faite e des EPP 
sans rééforme en miilieu urbain ;; 
 L’annéee  2009‐201 10  tend  vers 
v une  reprise  du  nombre  d’heures 
d’enseiignement heebdomadaire e d’avant crisse. 
 
Selon  les  ensseignants,  laa  baisse  du  nombre  d’eenseignemen nt  hebdomaadaire  en 
2008‐2009 tro ouve sa causse dans l’add dition de dérrèglements ssuivants vécuus durant 
laa crise de 200 09: 
 Un  déérèglement  des  horaire es  des  cou urs  en  milieu  urbain  dû  aux 
mouvements de rue ; 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    88 
uation des Ecolees Primaires Pub
 Un dérèglement daans les paiem ments des saalaires des ennseignants FFRAM, dû 
aux diffficultés finan
ncières granddissantes dess parents d’éélèves ; 
 Un dérèglement ad dministratif d
dû aux remous politiquess ; 
 Un  dérrèglement  dans  le  fonctionnement  de  l’école  dû  à  la  confu
usion  des 
décisions venant dees hiérarchie es. 
 
Cette successsion de pertu
C urbations en
ntraîne une b
baisse de la  productivité
é et de la 
m
motivation dees enseignan
nts. 

Tableau 26 :: Taux d’achèèvement du programme dans les EPP

2009‐22010 
EPP  2007‐2008 2008‐2009

 (mois dee mars) 

Sans R
Réforme  96%  95%  64%

Rural 
Réform
me  96%  90%  54%

Sans R
Réforme  95%  93%  60%

Urbain

Réform
me  92%  89%  58%

 
Cependant en
C n 2008‐2009 9, l’achèvement du programme danss les EPP réfformes et 
saans  réformee  a  atteint  un  taux  moyen  de  90 0%,  corrobo oré  par  les  résultats 
saatisfaisants  aux 
a examen ns  en  fin  d’année  et  parr  une  baisse  de  1,8%  du
u  taux  de 
reedoublemen nt entre 20088‐2009 et 2009‐2010. 
 
 Dans les CEG 
D
 
T
Tableau 27 :  Heures d’enseignement hebdomadaaire dans les CEG selon lees enseignants 
CEG  2007‐2008 2008‐ 2009
2 200
09‐ 2010 
Sans R
Réforme  20,38  19,79
9  16,96 
Rural  Réform
me  20,00  20,00
0  16,00 
Total  20,36  19,80
0  16,92 
Sans R
Réforme  20,05  19,98
8  18,33 
Urbain  Réform
me  19,33  19,33
3  15,00 
Total  19,95  19,90
0  17,83 
Sans R
Réforme  20,22  19,88
8  17,64 
Ensemble CEG  Réform
me  19,50  19,50
0  15,20 
Total  20,15  19,85
5  17,40 
 
 En milieux rural et  urbain, la tendance estt à la baisse  continue de
es heures 
d’enseiignement heebdomadaire e ; 
 En  200
08‐2009,  less  CEG  en  général  ont  perdu  en  mmoyenne  un ne  heure 
d’enseiignement paar semaine ;
 En  200
09‐2010,  ils  perdent  en  moyenne  deux 
d heuress  cinquante  d’heures 
d’enseiignement heebdomadaire e. 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    89 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
M
Mais la chute e continue  des heures d
d ’enseignemeent observéee dans les C CEG  entre 
2007‐2008 ett 2009‐2010 présente dess nuances: 
 Les mo odalités d’application de la réforme n ne laissent plus que deuxx niveaux 
de  classses  aux  CEG
G  réformes,  les  enseignaants  de  ces  éétablissemen nts  ayant 
ainsi m
moins d’obligaations d’ense eignement ;
 L’évolu ution de 1,6% % du taux d’in nscription en
nregistré dan ns les CEG (taableau 9) 
et  partticulièremen nt  en  milieu  rural  (6,3%%)  n’occasionne  pas  un n  surcroît 
d’heurees d’enseignement. 
 
Sur les trois années succeessives, les en nseignants rééagissent diffféremment :  
 En 2007‐2008, 75,2 2 % des ense eignants en  milieu rural  et 86,5% de e ceux en 
milieu urbain assurrent avoir rem mpli le volum
me horaire rééglementaire e de 27,5 
heures par semainee ;  
 En  200 08‐2009,  la  tendance  générale  est  e à  la  réd duction  dess  heures 
d’enseiignement. Lee nombre d’e enseignants ne respectant pas les ob bligations 
de travvail a progresssé de 7% en nviron ;  
 En  200 09‐2010,  l’évvolution  néggative  du  tauux  d’inscription  dans  less  CEG  en 
milieu urbain démo obilise certains enseignants que les cchefs d’établissement 
n’orienntent pas verrs d’autres acctivités de so outien pédaggogique ; 
 Toutefo ois,  si  85%  des  70
d enseignaants   affirm ment  n’avoir  d’autres  so
ources  de 
revenu  que  leurr  métier  d’enseignant
d t,  la  dimin nution  des  heures 
d’enseiignement  du urant  les  jou
urs  ouvrablees  (du  lundi  au  vendredi)  tend  à 
s’installer.  
 
En général, laa majorité dees enseignan nts des CEG jjustifie cette tendance à la baisse 
des heures d’’enseignemeent par une  perte de mo otivation de  leur part viss‐à‐vis de 
leeur mission d d’éducateur.  
Lees  chefs  d’établissem
d ent  ne  co omptabilisen nt  pas  cettte  forme  déguisée 
d’absentéisme dans la ru ubrique « absence ». Tou utefois, aucu une  quantificcation  ne 
vient étayer cces affirmatio ons émanantt des directeeurs.  
 
b. L’enccadrement d des élèves 
 
 Dans les EPP 
D

Lee  niveau  d’instruction  des 


d enseignants  en  EPP  réforme  et  een  EPP  sans  réforme 
est : 
 à 45% eenviron du n niveau du BEPC; 
 à 35% eenviron du n niveau du cerrtificat d’aptitude à l’enseignement (CAE/EB); 
 à un peeu moins de 15% du nive eau du baccalauréat ; 
 tous less ESS sont auu moins du nniveau Bacc+1. 
 

70
Voir en annexes
a Figure 599

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    90 
uation des Ecolees Primaires Pub
Lees  normes  en 
e capacité  et  gestion  des  classes  dans  les  EPP  réformes  et  non 
rééforme  sontt  définies  par 
p l’EPT  auu  moins  25  et  au  plus  50  élèves  pour  un 
enseignant po our sa sectioon. En 2007, le ratio élèvees‐maître étaait de 57 élèves. 

50%
%

40%
%

30%
%

20%
%

10%
%

0%
%

EP
PP Sans réform
me EPP Réforme

Figure
e 11 : Niveau d’instructions des enseignants dans les EPP 
 
 
Lee  tableau  ci‐dessous  livre  le  no
ombre  d’élèèves  par  en nseignant  selon 
s les 
in
nformations fournies parr les enseignaants des EPPP eux‐mêmess : 
 Les  EPP  sans  réforme  respecttent  la  limitte  supérieurre  définies  par 
p l’EPT 
avec unne moyenne de 51 élèves par enseign nant ; 
 Les EPPP réformes sont plus surcchargées aveec une moyeenne de 54 élèves par 
enseignnant. 
 
Tableau 2
28 : Nombre d’élèves parr enseignant dans les EPP P selon les ennseignants 
EP
PP 2007‐2
2008 2008‐2009 2
2009‐2010 
Sans Réform
me 52 49 50 
Rural  Réforme 59 65 61 
Total  54 53 53 
Sans Réform
me 53 51 50 
Urb
bain  Réforme 42 44 58 
Total  51 50 52 
Sans Réform
me 53 50 50 
Enssemble EPP  Réforme 50 54 59 
Total 52 51 52 
 
Dans le tableeau 29, les directeurs d’EEPP donnentt un ratio élèves‐maître  moindre 
D
avec un écartt allant de 100 élèves par m
maître. 
 
Lees  directeurs  et  les  enseignants 
e livrent  un  constat  diffférent  de  ce  ratio, 
notamment p pour les EPP réformes en n milieu urbain : 
 Une baaisse continue du ratio esst rapportée par les direccteurs, 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    91 
uation des Ecolees Primaires Pub
 Une haausse continu ue du ratio eest dégagée p par les enseignants. 
 
C
Cette  différennciation  de  statistiques  est  à  mettree  sur  le  com
mpte  du  dérèèglement 
administratif  causé  par  les  changem ments  survenus  au  sein n  des  établisssements 
sccolaires à la suite de la ccrise de 20099. L’évaluatioon n’est pas  allée plus avvant dans 
laa recherche d des causes administrativves. 
 
Tableaau 29 : Ratio
o élèves par eenseignant d
dans les EPP sur la base d
des formulairres  
remplis par les chefss d’établissem
ment  
  2007‐2008 2008‐2009
9 2009‐201 10 
Sanns Réforme 47,2 44,8 42,3 
Ru
ural  Réfforme  47,2 40,8 43,8 
Tottal  47,2 43,8 42,6 
Sanns Réforme 48,7 47,4 45,3 
Urbain  Réfforme  48,2 32,5 39,2 
Tottal  48,6 42,8 43,5 
Sanns Réforme 48,0 46,1 43,8 
Total  Réfforme  47,8 36,1 41,1 
Tottal  47,9 43,3 43,1 
 
En  général,  lee  ratio  élèvees  par  maître  dans  l’enssemble  des  EEPP  tend  à  répondre 
r
aux objectifs de l’EPT grâcce : 
 Au recrrutement conséquent d’e enseignants FRAM dans les EPP sanss réforme 
en  2008‐2009   et  en  2009 9‐2010.  Les  nouveaux  enseignantts  FRAM 
représeentent 12%  du total dess enseignantss en 2008‐20 009 et 14%  en 2009‐
2010; 
 A une aarrivée de no ouveaux enseignants FRA AM (4% du to otal des ense eignants) 
dans  lees  EPP  réforrmes  en  200 08‐2009  et  en 
e 2009‐201 10,  confirmée  par  les 
parentss  qui  rapporrtent  la  hausse  de  leurss  cotisationss  FRAM  duraant  cette 
année ;; 
 
Tableau 30 : Ratio no
ouveaux enseignants FRA AM vs nouveeaux enseignants dans les EPP  
sur la basee des formullaires remplis par les cheefs d’établissement 

  2007‐2008  2008‐20
009  200
09‐2010 

Sans Réform
me  62,5% 80,1%
% 6
67,8% 
Rural  Réforme  66,7% 20,0%
% 5
50,0% 
Total  63,3% 68,0%
% 6
66,3% 
Sans Réform
me  50,0% 79,6%
% 6
67,8% 
Urbain  Réforme  63,3% 40,0%
% 5
55,0% 
Total  55,7% 65,5%
% 6
64,6% 
Sans Réform
me  56,3% 79,8%
% 6
67,8% 
Total  Réforme  64,2% 34,3%
% 5
54,2% 
Total  58,9% 66,5%
% 6
65,2% 
 
En  somme,  l’état  d’enccadrement  des  élèves  des  EPP  p
par  les  ensseignants 
s’’améliore léggèrement m
malgré la crise
e de 2009. 
 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    92 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
 
Sur  les  trois  années  succcessives,  au
u  sujet  de  l’encadreme
l ent  pédagogique  des 
71
élèves, les enseignants afffirment  : 
 à 70%, suivre indiviiduellement leurs élèves ;  
 à 12%, donner des cours gratuitts à leurs élèèves ; 
 à 5%, d donner des cours payantss à leurs élèvves. 
 
43%  des  élèvves  reçoivent  un  soutienn  pédagogique  permaneent72,  comme  à  l’EPP 
A
Ambatovory e et à l’EPP Idaanda (Fianarrantsoa) où les enseignants font reve enir leurs 
élèves le sam
medi matin po our leur disppenser des cours supplém mentaires de e soutien 
et  terminer  le  programm me.  Il  n’est  pas  préciséé  si  ces  heu
ures  de  souttien  sont 
payantes. 
 
 Dans les CEG 
D

70
0%
60
0%
50
0%
40
0%
30
0%
20
0%
10
0%
0%
0

CEG Sans réform
me CEG R
Réforme
 
F
Figure 12 : Niveau d’instrructions des enseignantss dans les CEG 
 
Lee niveau d’in
nstruction dees enseignan
nts des CEG rréforme et d des CEG sanss réforme 
est comme su uit : 
 38%  en n  CEG  réforrme  et  32%
%  en  CEG  saans  réformee  sont  du  niveau  du 
baccalaauréat générral ou baccalauréat en édducation ; 
 30% en n CEG sans rééforme et à 6
60% en CEG réforme, son nt du niveau Bacc+1 ; 
 25% en n CEG non rééforme, sont du niveau Bacc+2 ou plu us. 
 
Lees  enseignannts  des  CEG  assurent  de
es  cours  pou
ur  un  minim
mum  de  troiss  classes. 
C
Certains  enseeignants  enseignent,  paar  manque  d’enseignan nts,  deux  vo
oire  trois 
m
matières d’en nseignementt à la fois.  
 
 
 

71
Voir en annexes
a Figure 744
72
Voir en annexes
a Figure 766

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    93 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Selon  eux,  lee  nombre  moyen 
m d’élèvves  que  chaq
que  enseign
nant  encadre
e  chaque 
année est de :  
 200 élèèves dans less CEG sans ré éforme en milieu urbain ;; 
 140 élèèves environ dans les CEG G sans réformme en milieu
u rural ; 
 Dans lees CEG réforme ruraux, ccette moyenne s’élève à 240 élèves  en 2007‐
2008 ett 2008‐2009 pour tombe er à 140 élèves en 2009‐2
2010.  
 
Tableaau 31 : Nombre d’élèvess par enseign
nant dans less CEG selon lees enseignan
nts 
CEG  2007‐2008 2008‐20
009 2009‐‐2010 
San
ns Réforme 152 142 13
31 
Rural   Réfforme  240 240 14
40 
Tottal  156 147 13
31 
San
ns Réforme 226 284 28
83 
Urbain  Réfforme  140 135 11
17 
Tottal  214 265 25
58 
San
ns Réforme 190 214 20
07 
Ensemble CEG  Réfforme  165 161 12
21 
Tottal  187 210 19
98 
 
Lees  directeurrs  livrent  un  ratio  élèvess  par  enseiggnant  moins  élevé  que  celui  des 
enseignants p pour l’année 2008‐2009 par rapport à l’année 20 007‐2008. Ils donnent 
suur  l’ensembble,  un  nombre  de  58  élèves  par  enseignant  et  une  amé élioration 
progressive p pour les CEG sans réforme en milieu u urbain. 
 
Laa  référence  prise  par  le  chef  d’étab
blissement  est  le  nombre  d’élèves  par 
p classe 
enseignée, ceelle des enseignants est le nombre to otal d’élèves enseignés. 
 
Tableau 32 :: Ratio élèves par enseignant dans les CEG sur la base des forrmulaires rem
mplis par 
les cheefs d’établisssement 
  2007‐200
08  2008‐20
009  2009‐2
2010 

Saans Réforme 33,85 26,99


9  131,0
05 
R
Rural  Rééforme  . 24,00
0 32,5
57 
Tootal  33,85 26,24
4 111,3
36 
Saans Réforme 155,31 81,71
1 50,4
44 
U
Urbain  Rééforme  57,20 43,63
3 46,7
71 
Tootal  141,29 76,27
7 49,9
90 
Saans Réforme 114,82 63,47
7  82,6
68 
T
Total  Rééforme  57,20 33,82
2 39,6
64 
Tootal  109,06 58,08
8 75,5
51 
 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    94 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Tableau 33 : Ratio
o des nouveaaux enseignaants FRAM vss nouveaux eenseignants dans les CEG
G sur la 
base des fo
ormulaires reemplis par le
es chefs d’étaablissement  
  2007‐200
08  2008‐‐2009  20
009‐2010 

Sans Réforme . . 50,0% 
R
Rural  Réfoorme  . 100
0,0% 50,0% 
Totaal  . 100
0,0% 50,0% 
Sans Réforme 83,3% 50,,0% 54,2% 
U
Urbain  Réfoorme  100,0%
% 100
0,0% . 
Totaal  86,7% 66,,7% 54,2% 
Sans Réforme 83,3% 50,,0% 51,7% 
T
Total  Réfoorme  100,0%
% 100
0,0% 50,0% 
Totaal  86,7% 75,,0% 51,4% 
 
Laa  proportioon  des  nouvveaux  enseignants  FRA AM  par  rap pport  aux  nouveaux 
n
enseignants  a a baissé  de  24  points  entre  2008‐2
2009  et  20099‐2010.  L’arrrivée  des 
nouveaux  en nseignants  FRAM 
F dans  les  CEG  devrait 
d allégger  le  ratio
o  élèves‐
enseignant ett améliorer l’’encadremen nt des élèvess.  
 
Lees  enseignaants  des  CEG,  dans  la  tranche  d’ââge  des  45  et  55  ans,,  tablent 
davantage sur leurs expériences que  sur leur niveeau d’étudess pour encad drer leurs 
élèves. 
Ils  travaillentt  en  réseau
u  avec  dess  collègues  des  autres  CEG  envirronnants, 
sppécialementt  en  milieu  urbain, 
u pourr  échanger  leurs 
l expérieences  pédaggogiques, 
pour amélioreer leur enseignement et pour combleer des lacunees éventuelle es. 
Ils  disent  avoir  organiséé  régulièremment  des  reencontres  en ntre  réseaux  durant 
l’année  2008 8‐2009.  Maiss  pour  certains,  ces  reencontres  fuurent  davantage  des 
rééunions à caractère sociaal que pédaggogique. 
 
T
Tableau 34 :
: Taux d’achèèvement du programme dans les CEG

2009‐‐2010  
CEG   2007‐2008
8  2008‐200
09 
(mois dee mars) 
Sans Réforme  86%  83%  56
6% 
Urbain 
Réforrme  87%  87%  75
5% 
Sans Réforme  92%  89%  62
2% 
Rural 
Réforrme  70%  80%  70
0% 
 
En  2008‐200 09,  malgré  les  perturbaations  causéées  par  la  ccrise,  le  pro
ogramme 
sccolaire de l’aannée a été aachevé jusqu
u’à 80 ‐ 90%,, selon les ennseignants. 
 
c. La m
mission de l’e enseignant 
 
Les fformations 
 
La  vague 
v de  forrmations  inttensives  pré
écédant  l’annnée  2008‐20 009  était  deestinée  à 
metttre  à  jour  lees  approchess  pédagogiqques  des  ensseignants.  Seelon  ces  derniers,  le 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    95 
uation des Ecolees Primaires Pub
rythm me  des  form
mations  a  vu
u  un  ralentissement  pro
ogressif  dep
puis  2008‐20
009,  pour 
s’arrrêter net en 2
2010 au mom ment de l’enquête.  
 
Figure 13 : N
Nombre de fo
ormations re
eçues par less enseignantss 

80% 2007
7‐2008
2008
8‐2009
2009
9‐2010
60%

40%

20%

0%
Une fois 2 fois 3 foiss 4 foiss 5 foiss 6 foiss

 
 
Lors  des  entretiiens,  les  ensseignants  afffirment  avo
oir  reçu  leurr  dernière  fo
ormation 
duraant l’année 22009. La périodicité trop p fréquente  de certainess formationss (plus de 
troiss formations)) peut paraîttre exagérée mais les ensseignants étaaient affirmaatifs dans 
leurss propos.  
Certaains  enseign
nants  ont  comptabilisé  comme 
c form
mation,  les  sééances  d’infoormation 
sur les campagnees contre le  SIDA ou sur l’application n des droits  de l’enfant e en milieu 
scolaaire. 
 
Une mission déliicate 
 
Par aailleurs, l’arrrivée depuis  l’année scolaire 2008‐20 009 des ESS  au sein du ccorps des 
enseeignants  dess  EPP  réform me  et  de  ce ertains  CEG  sans  réform me  (comme e  au  CEG 
osy) inquièteent les enseiggnants fonctionnaires.  
d’Iho
Ces  derniers  pen nsent  que  leeur  statut  esst  menacé.  La 
L perspective  d’être  su upplantés 
par les ESS démo otive certainss enseignantts fonctionnaaires face à leeur mission.
Les  enseignantss  se  sont  gardés  d’ém mettre  une  quelconque  appréciattion  non 
pédaagogique  daans  leurs  prropos.  Il  traansparaît  pourtant  unee  lame  de  fond  de 
démobilisation ssourde de leur part quan nt à l’exécuttion de leur  mission d’éd ducateur. 
En efffet, tout en voulant le rrefuser, ils so ont contraintts de prendre parfois le rrelais des 
pareents qui délaiissent de plu us en plus l’éducation de leurs enfantts. Cette situ uation est 
vécuue aussi bien dans les EPP P que dans le es CEG. 
 
Les  enseignants 
e du  CEG  d’AAndavakotokko  (Nosy  Bee),  du  CEG  d de  Ranohira,,  du  CEG 
Ezakka  deToliaraa  jugent  sévèrement 
s les  retommbées  négaatives  du  tourisme 
interrnational  sur  le  sens  dee  leur  missioon.  Leurs  élèèves,  d’aprèès  eux,  trouvvent  peu 

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    96 
uation des Ecolees Primaires Pub
d’inttérêt  à  respecter  les  rèègles  de  l’éccole,  c'est‐à‐‐dire  le  resp
pect  des  horaires,  le 
respect des conssignes pédaggogiques, le rrespect de l’eenseignant een tant qu’ad dulte.  
 
 
Figure 14 : Convocatio
on des paren
nts par les en
nseignants 
2007‐2008 Ouii 2007‐2008 Non 2008‐20
009 Oui 2008
8‐2009 Non 2009‐2010 Oui 2009‐2010 No
on

100% 92%
85%
80% 81%
80%
% 7
73%
70% %
70%
67%

60%
%

36%
40%
% 30% 30%
%
25% 25%
21%
18%
20%
% 1
12%

0%
Sans réform
me Reforme Sans réforme Reforme Sanss réforme Refo
orme Sans réfo
orme Reforme
e

Primaire Collègge Primaire Collège

Urb
bain Rural

 
La figgure 14 indiq
que que les  enseignants sont, en général, moinss enclins à co
onvoquer 
les p
parents. Touttefois, depuiis la crise de
e 2009, la frééquence des convocation
ns tend à 
proggresser particculièrement dans les EPP P sans réformme en milieu urbain. 
Les eenseignants convoquent des parents quand : 
 L’élève maanque l’écolee plus de trois jours danss la semaine ; 
 L’élève maanque de fou urnitures scoolaires essenttielles ; 
 L’élève préésente des ddifficultés sco
olaires persisstantes ; 
 L’élève estt trop indisciipliné. 
 
En conclusion, ssur les trois  années succcessives, le rrôle et la charge de l’en nseignant 
évolue selon les conjoncture es:  
 En  2007‐2 2008,  75,2  % 
% des  enseiggnants  en  milieu 
m rural  eet  86,5%  de  ceux  en 
milieu  urb
bain  assurent  avoir  remppli  le  volume  horaire  rééglementaire e  de  27,5 
heures par semaine. 
 En  2008‐‐2009,  la  tendance 
t gé
énérale  estt  à  la  réd duction  dess  heures 
d’enseigne ement.  Le  nombre 
n d’en
nseignants  ne  respectan nt  pas  les  ob
bligations 
de travail a progressé de 7% envirron.  
 En 2009‐2010, l’évoluttion négative e du taux d’inscription daans les CEG e en milieu 
urbain  déémobilise  certains 
c ensseignants  que 
q les  chefs  d’établissement 
n’orientennt pas vers d’’autres activités de soutien pédagogiique. 
 Toutefois,  si 85% des eenseignants affirment n’’avoir d’autrees sources d de revenu 
que leur mmétier d’enseeignant, la diminution dees heures d’eenseignemen nt durant 
les jours o
ouvrables (duu lundi au vendredi) tend d à s’installerr.  

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    97 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
Les  enseignantss  se  sentent  de  plus  en  plus  détach hés  de  leur  mission  d’éducateur 
face  aux  changgements  tro op  fréquentts  d’orientation  pédago ogique,  au  manque 
d’atttention des  parents vis‐àà‐vis de leurs enfants, au u manque d’’intérêt croisssant des 
élèves durant lees heures d’eenseignemen nt, aux agresssions extern nes à l’école
e, comme 
la prrostitution, l’argent facile et surtoutt les conditio ons économiques de plus en plus 
préccaires de leurrs élèves.  
 
2.2.7. LES C
2 COÛTS DE LA A SCOLARISA ATION SUPP PORTES PAR LES PARENTTS D’ELEVES 
 
L’auggmentation  des  coûts  de  la  scolarisation  supportés  par  les  parents  d’élèves  sur 
les d
deux dernières années sccolaires (200 08‐2009 et 2 2009‐2010) rrevient fréqu uemment 
danss les propos ttenus par less parents d’é élèves EPP ett CEG. 
 
a. Le es dépensess de scolarisaation 
 
Laa participation financière des parents est déterm minante dan ns le fonctionnement 
des  EPP  et  des 
d CEG  et  dans  l’achat  du  matériiel  pédagogique  nécessaire  à  la 
sccolarité de leeurs enfants. 
 
O
Outre  le  rôle  de  l’Etat  daans  le  financcement  génééral  des  étabblissements  scolaires 
publics, le fon nctionnemen nt de l’école (des EPP en particulier) repose : 
 
 En  paartie  sur  un  organe e  appelé  Fiombonana a  Antoka  amin’ny 
Fampandrosoana (partenariat p pour le déveeloppement d de l’école) ou FAF ; 
 En  maajorité  sur  un  organe  appelé  Fikkambanan’n ny  Ray  Aman‐Dreny 
(associaation  des  paarents  d’élèvves)  ou  FRAM M.  L’adhésioon  des  paren nts  étant 
obligatoire, ces derrniers doiven nt honorer leeurs cotisatioons pour perrmettre à 
leurs  enfants 
e d’êtrre  scolarisés  correctemeent,  c'est‐à‐d dire  couvrir  le  salaire 
d’une  partie 
p des  enseignants  et  e contribueer  à  la  construction  de  nouveaux 
n
bâtimeents  comme  une  bibliotthèque  ou  les  bureauxx  de  l’admin nistration 
scolairee. 
 
Lees deux figu ures ci‐desso ous montrentt l’état du fiinancement  des  EPP surr les trois 
années scolaires. 
 
 L’Etat een général participe très peu au financement des EPP. En 20 009‐2010, 
les caissses des EPP n’ont pas bé énéficié des ssubventions de l’état ; 
 Le souttien financieer provenant du FAF encaissés par lees EPP et/ou les dons 
en natu ure remis paar le FAF auxx EPP ont étéé très conséq quents en 20 007‐2008 
et 2008 8‐2009, notaamment danss les EPP réfo orme ; 
 En milieeu urbain, l’aapport impo ortant et esseentiel du FAFF aux EPP s’e est réduit 
de 30% % environ enttre 2008‐200 09 et 2009‐2010;  
 En milieeu rural, l’ap pport du FAF est presquee inexistant een 2009‐2010 0. 
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    98 
uation des Ecolees Primaires Pub
 
 
100% %
100% 1000% 100%
100% 3%
93
88%
90%
80%
70%
60%
Rural Sans réfforme
50%
40% Rural Réformee
30% Urbain Sans rééforme
20% 13%
7% Urbain Réform
me
10% 0% 0% 0% 0%
0%
Oui Non Ouii Non Oui Non

08
2007‐200 2
2008‐2009 10
2009‐201
 
Figurre 15 : Soutieen de l’Etat aau niveau dees EPP 

100% 100% 100% 100%


1 0%
100
100%
90%
80% 71%
70%
60%
Rural Sans réfforme
50%
40% Rural Réformee
29%
30% Urbain Sans rééforme
20%
Urbain Réform
me
10% 0%
% 0% 0% 0% 0%
0%
Oui Non Ouii Non Oui Non

2007‐200
08 2
2008‐2009 2009‐201
10
 
Figgure 16 : Sou
utien FAF au niveau des EEPP 

 Lee cas des EP
PP 
 
Lees  coûts  de  la  scolarrisation  supportés  par  les  parentss  d’élèves  des  EPP 
coomportent ttrois grandess rubriques :
 Les cotisations FRA AM qui constituent de quasi‐frais de sscolarité ; 
 Les fouurnitures scolaires ; 
 Les fraiis généraux.
   

                          Evaaluation de la situ bliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    99 
uation des Ecolees Primaires Pub
Table
eau 35 : Evolution des co
oûts de la sco
olarisation supportés par les parentss d’élèves des EPP 
(Données issues dees focus group
p/parents d’élèves) 
2
2007‐2008  2008
8‐2009  2009‐2010 
Cotisations FRA
AM 6 900  7 000  9 700 
1
1%  39% 
Fo
ournitures Scollaires 31 600  31
1 800  49 200

1
1%  55% 
Frais générau
ux 29 600  28
8 600  29 900

‐3%  5% 
 
Lee tableau ci‐dessus monttre en 2009‐‐2010 par rap pport à 2008 8‐2009: 
 Une au ugmentation de l’ordre de 32% de toutes les conttributions fin nancières 
des parrents d’élèvees pour la sco olarisation de leurs enfan nts ; 
 Une au ugmentation de 55% du ccoût des fourrnitures scolaires; 
 Une haausse de 39% % des cotisatiions FRAM ;
 Une haausse de 5% d des frais génnéraux. 
 
Laa rubrique des frais génééraux ne com mporte pas de définition précise. Elle inclue : 
 Les dép penses relatives au déplaacement et àà l’habillement de l’élève e ; 
 Les  divverses  cotisations  deman ndées  en  cours  d’annéee  par  l’école  exigeant 
des  paarents  des  sommes 
s d’aargent  allantt  de  500  A
Ariary  à  20000  Ariary 
destinéées soit à réparer occasiionnellement des infrasttructures défaillantes 
de l’éco ole, soit à réggler des affaires administratives. 
 
Depuis  l’annéée  2009,  to
D ous  les  direccteurs  des  EPP 
E disent  n ne  pas  avoir  reçu  la 
suubvention  correspondan nt  à  la  Caissse  Ecole.  De  ce  fait,  ils  sse  sont  adre
essés  aux 
parents  d’élèèves  pour  asssurer  le  fon nctionnemen nt  des  écoles  en  multiplliant  leur 
participation,, en numéraires ou en naature. 
 
A vu  du  taableau  ci‐dessous  établii  à  partir  des  formulaires  remis  aux 
Au  a chefs 
d’établissemeent  sur  l’évo
olution  du  bu udget  total  des 
d EPP,  cettte  année  20 009‐2010 
présente: 
 Une baaisse de 54% du budget total des EPP P ; 
 Une baaisse spectaculaire de 71% % du budgett des EPP en milieu rural ; 
 Une haausse de 32% % du budgett des EPP réfformes en m milieu urbain qui sont 
les  seu
ules  EPP  à  être  éparggnées  en  alignant  un  pourcentage  positif 
corresppondant à un n non perçu de 58% de  ses subventtions venant  de l’Etat 
sur l’an
nnée 2008‐20 009. 
 
Au vu de l’évo
A olution de 1%% du taux d’inscription d des élèves daans les EPP73, celles‐ci 
o reçu  peu
ont  u  de  financement  venan nt  de  l’Etat  pour 
p couvrirr  la  scolarisaation  des 
nouveaux  élèves.  La  fo orme  princiipale  de  laa  contributio on  des  parrents  au 
fo
onctionnemeent  de  l’école  est  la  prisse  en  chargee  du  salaire  des  enseign nants  dits 
FRAM. Aucun ne subvention de l’Etat n’’intervient dans cette rubrique. 
 

73
Voir en annexes
a Tableau 48

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    100 
                          Evalluation de la situ
 
Tableau 36 : Evolutio
on du Budgett total des EP
PP selon les cchefs d’établissement 
   2007‐2008  2008‐‐2009  2
2009‐2010 
Sans Rééforme    43%  ‐70% 
Ruraal  Réform
me    103
3%  ‐71% 
Total    56%  ‐71% 
Sans Rééforme    107
7%  ‐60% 
Urbaain  Réform
me    ‐58
8%  32% 
Total    22%  ‐45% 
Sans Rééforme    103
3%  ‐63% 
Totaal  Réform
me    ‐45
5%  ‐7% 
Total    33%  ‐54% 
 
En  2009‐2010 0,  un  peu  moins  du  tiers du  fonctionnement  dees  EPP  reposse sur  les 
co
otisations FRRAM des parents des EPP P : 
 Les parrents des EP PP réformes  ont le plus  contribué  au u fonctionneement de 
l’école  de  leurs  enfants,  à  79%
%  contre  15%
%  pour  les  p
parents  des  EPP  sans 
réforme; 
 Les  parrents  des  EPPP  réformes  en  milieu  rural 
r ont  exccessivement  soutenu 
financièèrement l’éccole de leurs enfants ; 
 Les  parents  des  EPP 
E en  milieeu  rural  ont  participé  à  42%  aux  frais  de 
fonctio
onnement dee l’école de le eurs enfantss contre 25% % pour les parents des 
EPP en milieu urbaiin. 
 
Au vu du Ratiio nouveaux enseignantss FRAM vs no
A ouveaux enseeignants dan ns les EPP 
suur la base des formulairres remplis ppar les chefs  d’établissem
ment, les parrents ont 
engagé  de  l’’argent  dans  la  caisse  FRAM  pour  le  recruteement  de  nouveaux 
n
enseignants (tableau 37): 
 Cette  contribution
c n  observe  une  hausse  en  2008‐20 009  par  rapport  aux 
annéess 2007‐2008 et 2009‐201 10 ; 
 La  contribution  dees  parents  a 
a très  légèrrement  dimiinué  de  1  point 
p par 
rapportt à 2008‐200
09 ; 
 Les parrents des EPPP en milieu rural ont été les plus solliicités. 
 
Taableau 37 : EEvolution du montant des cotisationss FRAM des p parents des EEPP encaisséées 
selon les chefs d’éétablissemennt 
   2007‐2008  2008‐2009  2
2009‐2010 
Sans Réforme    11%%  ‐32% 
Ruraal  Réforrme    52%
%  322% 
Total    13%
%  42% 
Sans Réforme    6%
%  12% 
Urbain  Réforrme    37%
%  73% 
Total    10%
%  25% 
Sans Réforme    10%
%  15% 
Totaal  Réforrme    31%
%  79% 
Total    12%
%  28% 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    101 
                          Evalluation de la situ
 
En somme, l’iimpact de laa crise de 200 09 sur les co
oûts de la sco olarisation supportés 
par les parentts d’élèves d
des EPP a faitt subir une réelle ponctio on financière e sur leur 
reevenu  pour  assurer  le  fonctionnem
ment  de  l’éccole  et  la  sccolarisation  de  leurs 
enfants. 
 
 Lee cas des CEEG 
 
Lees  dépenses  d’éducatio on  à  la  ch
harge  des  parents 
p d’élèves  des  CEG 
C sont 
coonstituées ppar : 
 Les drooits d’inscripttion,  
 Les fouurnitures scolaires, 
 Les  fraais  générauxx  incluant  les 
l dépensees  relatives  au  déplace ement,  à 
l’habilleement et au fonctionnem ment du CEG G dont les cottisations FRA
AM. 
 
Lee tableau ci‐dessous sur l’évolution d des coûts de la scolarisattion supporté
és par les 
parents d’élèvves des CEG indique en 2 2009‐2010 par rapport à 2008‐2009: 
 Une au ugmentation de l’ordre de 36% de toutes les conttributions fin nancières 
des parrents d’élèvees pour la sco olarisation de leurs enfannts ; 
 Une au ugmentation de 61% des droits d’insccription; 
 Une baaisse de 47% du coût des fournitures scolaires; 
 Une au ugmentation de 18% des frais généraux. 
 
eau 38 : Evolution des co
Table oûts de la sco
olarisation suupportés parr les parents d’élèves des CEG  
p/parents d’élèves) 
(Données issues dees focus group
2
2007‐2008  2008
8‐2009  2009‐2010 
D
Droits d’inscrip tion 11 200  12
2 100  19 500

8
8%  61% 
Fo
ournitures Scollaires 24 500  42
2 500  62 500

7
73%  47% 
Frais générau
ux 40 200  42
2 200  49 600

5
5%  18% 
 
Lees  parents  contribuentt  au  fonctio
onnement  de 
d l’école  àà  travers  le
es  droits 
d’inscription  qui  observent  la  plus  forte  augm
mentation  d
dans  l’ensemmble  des 
dépenses de sscolarisation
n à la charge des parents. 
 
Cette hausse est repérablle dans les données fournies par les d
C directeurs de
es CEG: 
 Dans  l’ensemble,  lees  CEG  enreegistrent  unee  hausse  de  2%  du  mon
ntant  des 
droits d
d’inscription encaissés ;
 Les CEG G réformes een milieu rurral enregistreent une augm mentation dee 92% du 
montan nt des droitss d’inscription encaissés;
 Les  CEGG  en  milieu  urbain  obseerve  une  dim
minution  de  1%  du  monntant  des 
droits d
d’inscription encaissés. 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    102 
                          Evalluation de la situ
 
Tableau
u 39 : Evolution des droitts d’inscriptio
on dans les C
CEG selon less formulaires remplis 
par les chefs d’étaablissement
   2
2007‐2008  2008‐2009  2009‐2010

Sans Réforme       
R
Rural  Réforrme      92% 
Total      92% 
Sans Réforme    16%  4% 
U
Urbain  Réforrme    ‐32%  ‐19% 
Total    1%  ‐1% 
Sans Réforme    16%  4% 
Total  Réforrme    ‐61%  ‐5% 
Total    ‐14%  2% 
 
Lees frais génééraux couvrent deux rubrriques : 
 Une  paartie  concerrne  les  fraiss  d’habillement  des  élèèves.  Les  paarents  en 
milieu  urbain  s’acccordent  touus  à  dire  que 
q le  coût  d’un  élèvee  fille  en 
habillemment est neettement plu us élevé que  celui réservvé à un élève e garçon. 
La coqu uetterie, la cconcurrence vestimentaire voire la sséduction so ont citées 
commee causes de cce phénomèn ne ; 
 L’autree partie inclutt les contribu
utions au titrre du FRAM. 
 
Taableau 40 : Evolution du 
E montant dess cotisationss FRAM des p parents des CCEG encaissé ées 
selon les chefs d’étab
blissement 
      2007‐2008  2008‐2009
9  2009‐2
2010 
Sans R
Réforme    ‐14%  1%

Ru
ural  Réform
me      ‐33%

Total    100%  ‐26%

Sans R
Réforme    3%  4%

Urrbain  Réform
me    ‐21%  13%

Total    ‐8%  7%

Sans R
Réforme    2%  4%

To
otal  Réform
me    ‐51%  4%

Total    ‐14%  4%

 
 
Suivant le tab
bleau ci‐dessus, en 2009‐‐2010: 
 Dans l’eensemble, lees contributioons FRAM enncaissées onnt augmenté de 4% ; 
 Les con ntributions des CEG réforrmes en milieeu rural ont diminué de 33% ; 
 Les con ntributions des CEG réforrmes en milieeu urbain onnt augmenté de 13%. 
 
Pour  cette  annnée  scolairee  2009‐2010
0,  selon  les  directeurs, 
d lees  CEG  ont  reçu  une 
faaible aide fin
nancière provvenant de l’EEtat. 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    103 
                          Evalluation de la situ
 
Tableau 4
41 : Evolutio
on du Budgett total des CEEG selon les chefs d’étab
blissement 
  
2007‐200
08  2008‐2
2009  200
09‐2010 
  
San
ns Réforme    1%
%  1
13% 
Rural  Réforme    2
29% 
Total    ‐6%
%  1
18% 
San
ns Réforme    4%
%  ‐1% 
Urbain  Réforme    ‐28%  ‐7% 
Total    ‐4%
%  ‐2% 
San
ns Réforme    4%
%  1% 
Total  Réforme    ‐58%  ‐1% 
Total    ‐13%  0% 
 
En 2009‐2010 0, le budget  des CEG a sstagné nonobstant une éévolution po ositive de 
1,6% du taux d’inscriptionn des élèves de CEG.  
 
C
Cependant : 
 En milieeu rural, l’au
ugmentation du budget d des CEG est d de 18% est m mettre en 
relationn  avec  une  évolution  de  6,3%  du  taux 
t d’inscription  des  élèves 
é de 
CEG ;  
 En  milieu  urbain,  la  baisse  dee  2%  du  bu
udget  des  C CEG  est  à  mettre 
m en 
relationn  avec  une  évolution  de
e  ‐0,3%  du  taux  d’inscrription  des  élèves 
é de 
CEG. 
 
Au  total,  le  fonctionnem
A f ent  des  CEG
G  est  tributaaire  de  la  co
ontribution  financière 
des parents d mplifiée et agggravée par la crise de 20
d’élèves, unee situation am 009. 
 
b. Laa question ddes fourniturres scolaires 
 
Selon les élèvves des EPP eet des CEG rréunis, la prisse en chargee de leurs fournitures 
sccolaires perssonnelles74 est assurée :
 En 2007‐2008 à 85% % par les parrents ; 
 En 2008‐2009 à 90% % par les parrents ; 
 En 2009‐2010 à 95% % par les parrents. 
 
Quant aux fou
Q urnitures pédagogiques757
, sur les trois années scoolaires: 
 91% dees élèves dess EPP et des C CEG réunis u utilisent des m
manuels scolaires ; 
 Les ensseignants co onfirment qu ue 81%  de leeurs élèves u utilisent des  manuels 
scolairees ; 
 97%  dees  manuels  utilisés  son
nt  empruntés  permettan nt  aux  élèvees  de  les 
avoir à disposition permanente e ; 
 Les  directeurs  rensseignent  que
e  80%  des  élèves 
é ont  étté  dotés  de  manuels 
scolairees. 

74
Voir en annexes
a Figure 944
75
Voir en annexes Figures 91, 64, 61 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    104 
                          Evalluation de la situ
 
 Lee cas des EPPP 
 
 En 200 07‐2008, la m majorité des  fournitures  scolaires on nt été supportées par 
l’Etat ; 
 En  200 08‐2009,  ellees  ont  accussé  une  baissse  en  termees  de  quantiité  et  de 
qualité obligeant lees parents à  débourser àà la hâte de  l’argent pou ur l’achat 
de fourrnitures scolaaires essentiielles ;  
 En  200 09‐2010,  les  parents  ontt  supporté  l’achat  de  to outes  les  fournitures 
scolairees,  dont  les  prix  ont  sub
bi  par  ailleurs,  au  momeent  de  la  re
entrée  du 
mois  de  septembree  2009,  une e  hausse  du  taux  d’inflation76,  généralement 
stabilisé durant l’an nnée 2009. 
 
Lees  fournitures  scolaires  essentielles  les  plus  citéées  sont  les  cahiers  et  les 
l stylos 
que plusieurss élèves issuss de familles nécessiteusees sont incap pables de fou urnir.  
 
D
Dans le cadre e de la réformme : 
 En 2007‐2008, 43% % d’élèves on nt bénéficié d de kit scolairre77  et 40% % d’élèves 
de tablier78 ; 
dotés d
 En 2008‐2009, 22% % d’élèves on nt reçu un kitt scolaire et 3 30% de tablie ers ; 
 En 2009‐2010, 4% d d’élèves ont été dotés d’’un kit scolaire et 2% de ttabliers. 
 
Lees  parents  d’élèves  dees  EPP  désirrent  que  l’EEtat  prenne  en  charge  toute  la 
sccolarité  des  enfants  scolarisés  dan ns  les  écolees  publiquess.  Mais  à  dééfaut,  ils 
veulent que les opération ns de soutien n en fournitu ures d’effets scolaires (taablier, kit, 
caahier, et pluss si c’est posssible) soientt permanentes. 
 
 Lee cas des CEEG 
 
Lees fourniturees scolaires o
occupent un peu moins d de 50% du budget à la chharge des 
parents dans la scolarisation des élève es des CEG. En 2009‐201 10 : 
 Leur paart dans le bbudget des p parents a baissé de 26% % par rapportt à 2008‐
2009 ; 
 La demmande des en nseignants en n fournituress scolaires a été moins exxigeante, 
réagissant aux difficcultés financcières des paarents d’élèves. 
 
c. Laa lourde responsabilité d des parents
 
Lees  parents  disent  acco omplir  leur  devoir  de  parents  ressponsables,  mais  se 
plaignent de n ne pas recevvoir suffisamment d’assisstance.  

Dans  les  locaalités  urbainees  comme  Antsirabe, 


D A Am
mbositra  et  Toamasina,  face  aux 
effets de la crise sur la sccolarisation  des enfants  des familless au revenu  précaire, 

76
Voir le taableau sur les tauux d’inflation et d’intérêt
d sous conntrôle in Note de la
l Banque Mondiiale de février 2010, p.6.
77
Voir en annexes
a Figure 877
78
Voir en annexes
a Figure 888

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    105 
                          Evalluation de la situ
ceelles‐ci réagissent en vivvant la situattion au jour  le jour et en laissant de e plus en 
plus souvent ces enfants sscolarisés en n quasi‐abandon familial.. 
 
L’’EPP Alakam misy (Ambosittra) est un caas extrême. Le chef d’étaablissement présente 
soon école com mme apparteenant à la zo one dite rougge de la ville d’Ambositraa. Voisine 
de l’aire de sttationnemen nt des taxis‐b
brousse, l’EPP est intégréée dans l’esp pace de la 
prostitution.  Les  mères  des  élèves  de  l’EPP  sont, 
s en  maajorité,  des  femmes 
prostituées.  
A
Après l’école  et même le soir, les élè èves sont livrrés à eux‐mêêmes : ils vendent de 
laa  nourriture  cuite  aux  vo
oyageurs,  le
es  garçons  jo
ouent  au  larrron  et  les  filles  de  la 
classe de CE àà la classe de CM2 sont  entrainées àà se prostitu uer. Bien que e clôturé, 
l’EPP  Alakamisy  abrite  daans  ses  salle
es  de  classe,  la  nuit  tom
mbée,  les  acttivités  de 
prostitution.  Quand  l’équ uipe  d’enquêête  a  demanndé  des  hom mmes  pour  participer 
p
au focus grou up, il a été qu uasi impossib
ble de trouveer un père.  
 
D
D’après 90%  des citations des élèvess79, les paren nts (père et m mère) demeurent les 
premiers resp ponsables dee leur prise e en charge.  
M
Mais avec la d dégradation du pouvoir  d’achat liée  à la crise, laa famille élarrgie a été 
appelée à la rrescousse po our soutenir la scolarisation des enfan nts de la fammille.  
 
A
Ainsi: 
 En 2007‐2008, les éélèves désignant leurs grands parents comme personnes 
prenannt en charge de leur scolaarisation form ment un pou urcentage de e 5,7% ; 
 En 2009‐2010, ce p pourcentage s’élève à 6,5 5%.  
 
Cette  légère  augmentation  du  pou
C urcentage  dees  grands‐parents80  pre enant  en 
charge la scollarisation des élèves se rencontre priincipalementt: 
 Sur l’îlee de Nosy Be (EPP Dzam mandzar  et OOrangea) où  certains parrents ont 
perdu  leur  emploi  à  la  suite  de 
d l’arrêt  dess  activités  de  la  Société
é  sucrière 
malgacche (SIRAMA) ; 
 Dans  la  Commu une  Urbain ne  d’Antananarivo  ett  dans  le  district 
d’Antan nanarivo  Atsimondrano  où  la  baissse  des  activvités  générattrices  de 
revenu du secteur informel à laa suite de la crise de 2009 a grevé less revenus 
des  familles.  La  crise 
c de  20009  a  durement  frappé  plusieurs  familles 
travaillant  dans  les  entreprrises  franch hes  de  la  Commune  Urbaine 
d’Antan nanarivo et ddu district d’Antananarivvo Atsimondrrano. En perdant leur 
emploi,  ces  famillees,  auparavaant  rurales,  s’en  remetttent  à  leurss  parents 
restés  en  zone  rurrale  pour  suubvenir  aux  demandes  d d’éducation  de  leurs 
enfantss.  
 
Mais,  devantt  leurs  difficultés  financiières,  les  paarents  des  EPP  sont  déssemparés 
M
entre leur désir de scolarriser leurs en nfants et le ccoût de leur contribution pour la 
sccolarisation de leurs enfaants.  

79
Voir en annexes
a Figure 866
80
 Cette prise en charge par les grands parentts comporte égaleement des raisonss culturelles vécuees, par exemple, ssur l’île de Nosy Be et dans
d tradition, famillles, que la mère soit
la communee urbaine d’Antsiiranana. Il y est de s dispensée d’eexercer son autorrité parentale sur ses enfants.
Les élèves sont
s ainsi mis souus la responsabilité de leurs grandss parents.

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    106 
                          Evalluation de la situ
 D’une  part,  leur  coontribution  financière 
f à  la  scolarisattion  de  leurss  enfants 
ne  cessse  d’augmeenter  en  vaaleur  et  en n  rubriques  (droit  d’insscription, 
particip
pation  FRAM M,  infrastruuctures,  gard diennage,  réparations  diverses, 
droit auux examens, aide aux enseignants…) ;  
 D’autree  part,  le  so
outien  de  l’EEtat  dans  la  remise  de  fournitures  scolaires 
demeure  d’après  eux e aléatoire e  d’une  annéée  scolaire  ssur  l’autre  ett  tardive, 
car le mmatériel n’arrrive qu’en m milieu d’année scolaire,  des élèves d disposant 
ainsi inutilement dee fournituress en double eexemplaire ; 
 Les parrents des élèèves de CEG  tentent de ss’accrocher  malgré la haausse des 
coûts  de 
d la  scolarisation.  Des  parents  agrriculteurs  aissés  investissent  dans 
l’élevagge  de  cocho ons  ou  de  poules 
p et  au
ugmentent  lees  surfaces  cultivées 
pour co ouvrir la hau usse des coû ûts de scolarrisation. Ces  parents veu ulent que 
leurs ennfants terminent leur cyccle d’études au CEG. 
 
Ils ne compreennent pas p pourquoi l’école publiquee prend des aallures d’éco ole privée 
en matière dee contributio ons financièrres des pareents d’élèvess, jusqu’à com mbler les 
caaisses  FRAMM  pour  cau use  de  détournementss  de  la  parrt  des  resp ponsables 
administratifss.  
 
Toutefois,  ils  continueronnt  à  s’endettter,  à  vendrre  des  biens,,  à  se  mettre  sous  la 
cooupe  des  ussuriers  pour  suivre  la  haausse  des  cooûts  de  la  sscolarisation  de  leurs 
enfants. Maiss, ils restent partagés enttre la respon nsabilisation et l’assistanaat :  
 
En  conclusion n,  malgré  lees  effets  néggatifs  de  la  crise 
c de  200
09  sur  le  revvenu  des 
m
ménages,  les  parents  d’éélèves  des  EPPP  et  des  CEEG  ont  réagii  positivement  face  à 
l’augmentatio on de plus de 30% des ccoûts de la scolarisation  de leurs enffants à la 
reentrée de 20 009‐2010 : 
 En  verrsant  leur  part 
p de  contribution  en n  numérairees  ou  en  naature  au 
fonctioonnement dee l’école de le eurs enfants ; 
 En  cou uvrant  les  besoins  de e  leurs  enffants  en  m matériel  scollaire,  en 
habillemment, en nourriture, en déplacement. 
 
Laa  participatiion  financière  des  pare ents  demeurre  la  meilleure  expresssion  d’un 
in
nvestissemen nt  sur  l’aven
nir  de  leurs  enfants.  Le  discours  su ur  le  choix  de 
d l’école 
publique com mme un choix du « pauvrre » est pourtant récurreent. La fréqu uentation 
d’une école p privée reste la référence qui marque l’aisance d’u une famille.  
 
2..2.8. L’INSECCURITE ALIMENTAIRE  
 
La sécurrité alimentaaire est réellee si: 
 Laa nourriture culturellemeent acceptab ble est cultivvée et dispon
nible ; 
 Lees familles o
ont les moyen ns d’acheterr de la nourriture ; 
 Lees familles o
ont les moyen ns de pouvoir choisir d’acheter ce qu u’on leur pro
opose ; 
 Laa nourriture disponible aa une bonne valeur nutrittive. 

L’évaluaation  a  retenu  la  questiion  de  l’insé


écurité  alimeentaire  pourr  mettre  en  avant  la 
capacitéé  financièree  des  paren nts  à  satisfaaire  la  qualité  nutritio
onnelle  et  la  valeur 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    107 
                          Evalluation de la situ
énergéttique de la nourriture mise à la dispo osition des éllèves. L’inséccurité alimen ntaire est 
égalemeent un des ffacteurs de laa faiblesse d des performaances scolairres et de la rrétention 
des élèvves à l’école..  
 
Les élèvves arrivent aaffamés à l’éécole et ne peeuvent pas sse concentreer sur leur traavail :  
 Lee  pourcentaage  d’élèves  prenant  leur  repas  à  la  maison  s’élève  pour  les  trois 
années scolaiires à 97%81 1. Les élèvess des EPP, nee travaillant qqu’une demi‐journée 
(le  matin  ou  l’après‐mid di),  ne  prennent  pas  leur  repas  prrincipal  horss  de  leur 
domicile.  Les   élèves  des  CEG  ont  des  horaires  différents  et  disent  regaggner  leur 
domicile pour déjeuner. LL’indicateur « proximité », influant su ur le choix de l’école, 
explique ce pourcentage sstable et élevé.  
 Pour  66  %  des d élèves,  les 
l difficultéés  financièrees  de  leur  famille  sont  la  cause 
principale de  leur manqu ue de nourritture (de leurr faim), malggré une énumération 
d’aliments  variés  suscep ptibles  de  composer 
c leeur  ration  journalière  donnant 
l’illusion de l’aassurance d’’une sécuritéé alimentairee (Figures 17 et 18). 
 20%  d’élèvess  arrivent  à  l’école  n’ayyant  pas  mangé  le  matin  ou  ayant  très  peu 
m
mangé. 
 

Autre
21%
Période de soudure
11%

oi des 
Perte d'emplo
parents
1%

Retard 
d'approvisionne‐ ment
Pro
oblème financier 1%
66%
 
Figure 17 : Raisons d
de la non‐alim
mentation dees élèves 
 
A  Miaryy,  dans  la  périphérie 
p dee  Toliara,  duurant  la  pérriode  de  souudure  qui  s’’étale  de 
décemb bre  à  mars,  le  directeu ur  rapporte  que  5  élèvves  au  moin ns  par  jour  quittent 
précipittamment  less  cours  pourr  vomir  un  liquide  clair.  Un  quart  d de  la  classe  (12  à  15 
élèves),  à  partir  de  10h  du  matin, 
m s’affaalent  sur  leeur  table  mmanquant  totalement 
d’énerggie pour suivrre les cours.  
 
L’enquêête sur le terrrain a été téémoin de cess faits car elle s’est dérou ulée en plein n période 
de soud dure où les éélèves s’abseentent de l’é école pour ttravailler aveec leurs pare ents dans 
une  carrrière  d’extraaction  de  piierre,  proche e  de  l’école.  Le  directeu
ur  a  dirigé  lui‐même 
l’équipee d’enquête  vers la carrière pour constater cettee activité saisonnière de es élèves, 
destinéee à subvenir aux besoinss de la famille e. 

81
Voir en annexes
a Figure 988

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    108 
                          Evalluation de la situ
 
Riz
35% %
32,6% Rien

Riz aavec des brèdes Riz
30% 25,8% Riz avec des b
brèdes
Pain Riz avec de la viande
25%
Riz avec du poisson 19,7%
Caafé / Thé Riz avec du po
oisson
16,4% 17,7%
20%
Riz avec de la vviande Biscuit
12,9% Pain
15%
Café / Thé
10% Féculents
Autres Lait
Rien Lait 2,8%
3,3%
5% 2,5% %
1,1% Féculents
Farine
0%
 
Figurre 18 : Naturee du petit dé
éjeuner des éélèves 
 
A Tanjombato, des m mères affirm ment venir à l’école en co
ours de journ née apporterr à l’élève 
un petitt encas peu ccalorifique, q qui s’avère très souvent  être la prem
mière nourritture de la 
journéee.  Ces  situatiions  se  renccontrent  quo
otidiennemeent  dans  les  EPP  en  miliieu  rural, 
mais deepuis l’annéee passée pluss souvent dans les EPP en n milieu urbaain. 
 
Aussi, l’existence d’une cantine scolaire au ssein de l’écoole demeure‐‐t‐elle un gagge sûr de 
fréquen ntation  et  de  maintien  scolaires,  alors 
a que 90
0%  des  étab
blissements  objet  de 
l’évaluaation n’ont paas de cantinees scolaires. Aucun CEG n’en a. 
 

Rural Classiq
que Rural Réforme Urbain Classsique Urb
bain Réforme
10
00% 100%
89%
100
0% 82% %
83% 88%
80
0%
60
0%
40
0%
18% 17% 13%
20
0% 11%
0% 0%
0
0%
Oui Non Oui Non Oui Non

007‐2008
20 08‐2009
200 2009‐‐2010

Figgure 19 : Exisstence de cantine dans le
es EPP (suivaant les formu
ulaires des ch
hefs 
d’établissement) 
 
La  misee  en  place  de 
d cantines  scolaire 
s est  une  deman nde  pressantte  des  paren nts  et  un 
leitmotiiv  exprimé  dans 
d les  focus  group,  no
otamment  dans 
d les  zones  à  forte  insécurité 
alimentaire où le sto ock de vivre n’arrive pas à couvrir l’année: 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    109 
                          Evalluation de la situ
 Le  chef  d’éétablissemen nt  de  l’EPP  de  Miary  ( Toliara  II)  aatteste  que  l’école  a 
connu très  peu de cas  d’absentéism me liés à l’in
nsécurité alim mentaire, en ntre 2000 
82
et  2005,  du  temps  où  le  Programm me  Alimentaaire  Mondial  (PAM)   intervenait 
pour  prend dre  en  charrge  la  cantin
ne  de  son  établissemen
é nt;  ce  consttat  a  été 
valable même en pleinee période de e soudure. 
 L’EPP de MMiary Lamatih hy (Sakarahaa rural) est un cas rare, car sa cantine e scolaire 
fonctionne  correctem ment  actuelllement  et  l’EPP  conn naît  un  tau ux  faible 
d’absentéissme lié à l’insécurité alim mentaire. 
 En  2008‐20 009,  des  can
ntines  scolaires  ont  foncctionné  épiso odiquement  dans  les 
EPP d’Ankaazobe Ville ett de III G Han ngar (Commu une Urbainee d’Antananaarivo).  
 
En  concclusion,  si  laa  zone  Sud  de  Madagascar  est  un  périmètre  habituel  d’in nsécurité 
alimentaire, celle‐ci tend à s’insstaller dans le
es zones urb baines en gén néral moins atteintes 
par  l’inssécurité  alim
mentaire  chronique.  Les  parents  d’éélèves  des  zo
ones  touchées  par  la 
crise dee 2009 souhaaitent que l’éécole de leurrs enfants so oit équipée d de cantine sccolaire et 
que la n nourriture so oit proposée à hauteur dee leur revenu u.  
 
 
2.2.9. LA QUESTION DE GEENRE  

La crise de 2009 a eu un impact sur la question de genree : 
 Elle  a  des  conséquen nces  sur  le e  comporteement  des   enseignan nts  dans 
l’accomplissement de leur mission ; 
 Elle  a  des  efffets  sur  l’étaat  général  de  la  scolarissation  dans  les  EPP  et  le
es  CEG  à 
trravers la lectture des indicateurs. 
 
a. Le caas des ense
eignants 
 
La  question  de  genre 
g est  présente  danss  le  profil  dees  enseignan
nts  qui  est  à  majorité 
83
féminine . A l’EPP Raramon nja (Ambositra), seul le d directeur estt un homme,, tous les 
encaadreurs de l’éécole sont dees femmes. 
 
Les  deux 
d tableauux  ci‐dessou
us  sur  les  po
ourcentages de  nouveau ux  enseignan nts  FRAM 
par  sexe  par  rap
pport  aux  nouveaux 
n ensseignants  pa
ar  sexe  danss  les  EPP  ett  les  CEG 
indiq
quent deux ccomportemeents de genre e confortés àà la crise : 
 Le  métier  d’enseignant  est  considéré  comm me  un  reven nu  d’appointt  pour  le 
ménage ; 
 Le  métierr  est  perçu  comme  seccondaire,  raaison  pour  llaquelle,  d’aaprès  les 
enseignants, les homm mes déserten nt ce métier peu rémunérateur. 
   

82
Dans le cadre
c du Programmme conjoint Maddagascar/Système des Nations Un
nies pour la prom
motion de l’éducattion de base pourr tous les
enfants mallgaches.
83
Voir en annexes
a Figure 50
5

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    110 
                          Evalluation de la situ
 
Tableau 42
2 : Pourcentaages de nouvveaux enseiggnants FRAMM par sexe 
par rap
pport aux nouuveaux enseeignants par ssexe dans les EPP 
Femmes Hommees 

  2007‐ 2008‐ 2009‐ 200


07‐ 2008‐‐ 2009‐
2008  2009  2010  2008  2009  2010 

SSans Réformee  50,0% 77,1% 68,8% 66


6,7% 55,6%
%  80,0% 
Rural  Réforme 
R . 28,6% 100,0% . 0,0%
%  50,0% 
T
Total 50,0% 66,3% 72,2% 66
6,7% 33,3%
%  75,0% 
S
Sans Réformee  60,0% 73,3% 71,4% 100
0,0% 83,3%
%  81,0% 
Urbain  Réforme 
R 63,3% 40,0% 75,0% . 0,0%
%  16,7% 
T
Total 61,3% 61,4% 72,2% 100
0,0% 55,6%
%  61,7% 
S
Sans Réformee  57,1% 75,0% 70,5% 75
5,0% 71,4%
%  80,6% 
Total  Réforme 
R 63,3% 36,7% 80,0% . 0,0%
%  25,0% 
T
Total 59,0% 63,4% 72,2% 75
5,0% 45,5%
%  66,7% 
 
Tableau 433 : Pourcentaage de nouveaux enseign
nants FRAM par sexe 
par rap
pport aux nouuveaux enseignants par ssexe dans less CEG 
Femme Homme 

  2007‐ 2008‐ 2009‐ 200


07‐ 2008‐‐ 2009‐
2008  2009  2010  2008  2009  2010 

Rural  SSans Réformee  . . 50,0% . .  100,0% 


R
Réforme  . 100,0% . . 100,0%
%  50,0% 
T
Total . 100,0% 50,0% . 100,0%
%  75,0% 
Urbain  S
Sans Réformee  77,8% 0,0% 50,0% 77
7,8% 0,0%
%  50,0% 
R
Réforme  . 100,0% . 100
0,0% 100,0%
%  . 
T
Total 77,8% 50,0% 50,0% 83
3,3% 50,0%
%  50,0% 
Total  S
Sans Réformee  77,8% 0,0% 50,0% 77
7,8% 0,0%
%  66,7% 
R
Réforme  . 100,0% . 100
0,0% 100,0%
%  50,0% 
T
Total 77,8% 66,7% 50,0% 83
3,3% 66,7%
%  62,5% 
 
En géénéral :  
 Les EPP attirent plus lees femmes que les homm mes ; 
 Les CEG on nt recruté plus d’enseign nants que d’eenseignantess ; 
 Il  est  plus  valorisant  pour les 
p hommmes  d’enseeigner  dans  lles  CEG  que  dans  les 
EPP. 
 
Les  enseignante
e s  des  EPP  en  milieu  urb
bain  ont  parrtagé,  durant  les  entretiens,  leur 
angooisse ressenttie durant less moments d de violence d de l’année 20009 : 
 Par rapporrt à leur resp ponsabilité vis‐à‐vis de leeurs élèves ; 
 Par rapporrt à leur sécu urité et à leur rôle de mèère de famillee ; 
 
La quualité de leur encadremeent s’en est rressentie. 
 
 
 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    111 
                          Evalluation de la situ
b. Le caas des élèves 
 
Aucu une informattion n’a été  révélée sur lle programm me de zoky va avy – zandryy vavy, ce 
proggramme  desttiné  à  accom mpagner  une e  « petite »  de  l’EPP  paar  une  « grande »  de 
CM,  pour encourrager le maintien scolairre et assurer  une protecttion entre caamarades 
d’éco ole. 
 
La mmajorité des  parents d’élèves disent  ne pas appliquer de discrimination  entre les 
filless et les garço ons sur la queestion de la sscolarisation n.  
 
Pourrtant,  pour  répondre  à  la  question  sur  le  choixx  de  l’enfan nt  (fille  ou  garçon) 
g à 
retirer de l’écolee à cause de lla hausse des coûts de sccolarisation, les parents aadoptent 
troiss positions distinctes : 
 La  premièère  encourage  les  garço ons,  pour  lees  plus  jeunnes  à  particciper  aux 
activités  faamiliales  gén
nératrices  de  revenu,  ett,  pour  les  p
plus  âgés  à  joindre  le 
marché du u travail ; 
 La secondee encouragee les filles à te erminer leurr cycle d’étud des ; 
 La  troisièm me  persiste  à  donner  aux  garçons  toutes  leu urs  chances  dans  la 
scolarisation au détrim ment des fille es.  
 
Pourr visualiser laa situation d de la scolarissation par raapport à la q question de  genre en 
pério ode  de  crisee,  les  tableau ux  44  et  45  récapitulentt  les  indicateeurs  clés  développés 
par ccette évaluattion. 
 
 Lee cas des EP
PP 
 
Danss  l’ensemblee,  pour  l’année  scolaire  2009‐2010,  les  filles  en  milieu  rural  ont  plus 
plus pénaliséées par la crisse que les filles en milieu
été p u urbain : 
 Au niveau de l’évolutio on du taux d’inscription ;; 
 Légèrement au niveau u du TR ; 
 Au niveau de l’évolutio on du taux d’inscription àà l’examen d du CEPE. 
 
Les ffilles en milieeu urbain ontt : 
 Un TA pluss élevé que les filles en m milieu rural ;
 Un meilleu ur taux de rééussite à l’exaamen du CEP PE. 
 
Selon les indicateeurs : 
 L’évolution n  du  taux  d’’inscription  des 
d filles  estt  moins  alarrmante  que  celle  des 
garçons, 
 Le TR des ffilles est pluss faible que ccelui des garrçons ; 
 Le TA des filles est pluss faible que ccelui des garrçons ; 
 L’évolution n  du  taux  d’’inscription  à 
à l’examen  du  CEPE  estt  plus  encourageante 
que celle d
des garçons.
 
La  sccolarisation  des  filles  en
n  EPP  présen
nte  des  signes  d’évolutio on  positive  à  travers 
cettee évaluation. 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    112 
                          Evalluation de la situ
Taableau 44 : R
Récapitulatif 
f des indicateeurs clés de la scolarisatio
on par genree, par milieu et  
par cattégorie dans les EPP 
Fille
es Garçonns 
2008‐22009  2009‐20 010    2008‐20009  2009‐20010 
Indicateurs  Miliieu  Catéggorie 
vs 200 07‐ vs 200
08‐ vs 20077‐ vs 2008
8‐
2008 8  2009
9  2008
8  2009
Sans réfo
orme  7%% ‐3%
%   5%  2%
Ruraal 
Evvolution du Taaux  Réformee  10% % ‐1%
%   15%  ‐7%
d'inscription  Sans réfo
orme  1%% 1%   12%  0%
Urbain 
Réformee  4%% 1%   2%  1%
2007‐2 2008  2008‐20009    2007‐20008  2008‐20009 
      vers 20008‐ vers 20009‐ vers 200
08‐ vers 20009‐
      2009 9  2010
0  2009  2010
Sans réfo
orme  22,1% 19,5%
%   25,6%
%  25,4%
%
Ruraal 
Taaux de  Réformee  23,4% 16,6%
%   25,0%
%  16,0%
%
re
edoublement  Sans réfo
orme  19,9% 20,3%
%   23,6%
%  21,5%
%
Urbain 
Réformee  13,8% 10,6%
%   15,6%
%  13,3%
%
200
07‐
      2008‐2
2009 2009‐20
010 2007‐20
008  2008‐20
009 2009‐20
010
   200
08 
Sans réfo
orme  9%
% 10%% 2% 7%  11%  2%
Ruraal 
Réformee  2%
% 6%
% 1% 4%  4%  2%
Taaux d'abandon 
Sans réfo
orme  6%
% 5%
% 2% 5%  6%  3%
Urbain 
Réformee  4%
% 3%
% 2% 4%  4%  3%
2008‐2
2009  2009‐20010    2008‐20 009  2009‐20 010 
vs 200
07‐ vs 200
08‐ vs 20077‐ vs 2008
8‐
      20088  2009
9  20088  2009
Sans réfo
orme  ‐1%
% 0%   ‐2%  ‐3%
Ruraal 
Evvolution du taaux  Réformee  ‐4%
% 8%   ‐4%  7%
d'inscription auu CEPE  Sans réfo
orme  6%
% 5%   ‐2%  6%
Urbain 
Réformee  ‐2%
% 6%   ‐2%  ‐6%
2008‐22009  2008‐20 009   
vs 200
07‐ vs 20007‐
           20088  20088    
Sans Réfforme  19%% 16%   
Ruraal 
Evvolution du taaux de  Réformee  37%% 62%   

éussite au CEPPE  Sans Réfforme  14%% 11%   
Urbain 
Réformee  50%% 34%   
 
 
 Lee cas des CEEG 
 
 Dans l’enssemble, à la  rentrée de  2009‐2010,  le taux d’insscription dess filles en 
milieu ruraal est nettem
ment plus éle evé que cellee des filles en
n milieu urbaain ; 
 Mais les filles en milieeu rural ont  plus été  plu us pénaliséess par la crisee que les 
filles  en  milieu 
m urbain,  au  niveaau  du  TR,  au 
a niveau  du  TA,  au  niveau  de 
l’évolution n du taux de réussite à l’e
examen du B BEPC en 2008 8‐2009. 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    113 
                          Evalluation de la situ
 
Danss l’ensemble, à la rentréee de 2009‐20010, les filless en milieu urrbain ont : 
 Une meilleeure évolutio on du taux de réussite à l’examen du BEPC, 
 MAIS,  ellees  présenten nt  une  évolution  inquiétante  de  leurr  taux  d’insccription  à 
l’examen d
du BEPC. 
 
Selon les indicateeurs : 
 L’évolution n  du  taux  de 
d réussite  à  l’examen  du  BEPC  een  2008‐200 09  a  été 
meilleure pour les fillees ; 
 L’évolution n du taux d’iinscription des filles est nettement m moins faible que celle 
des garçonns ; 
 Le TR des ffilles est pluss élevé que ccelui des garçons ; 
 Le TA des filles est pluss élevé que ccelui des garrçons ; 
 L’évolution n  du  taux  d’inscription 
d à  l’examen  du  BEPC  eest  très  critique  tout 
comme ceelle des garço ons.  
 
A traverrs la questionn de genre, la période de e crise a révéélée une situation de dém mission 
latente des élèves d des CEG et plus particuliè èrement ceuxx en fin de cyycle. 
 
En concclusion, 
 Laa  scolarisation  des  filless  en  EPP  et  en  CEG  est  une  réalité  positive  des  actions 
lo
ongtemps menées par lees organisme es internationaux commee l’UNICEF à  l’endroit 
de la promotiion des filles ; 
 Lees filles en m
milieu rural oont fait des progrès pour leur maintieen scolaire ; 
 Lees garçons tendent vers  une situatio on d’abandons scolaires  latents maiss non pas 
vers une situaation de désccolarisation ;; 
 Laa récapitulattion des indiicateurs mon ntre la réalité des pérégrrinations dess familles 
à  la suite des évènementss de 2009. 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    114 
                          Evalluation de la situ
 
Taableau 45 : R
Récapitulatif 
f des indicateeurs clés de la scolarisatio
on par genree, par milieu et  
par cattégorie dans les CEG 
Fille
es Garçoons
2008‐20 009  2009‐20 010  2008‐22009  2009‐2 2010 
Indiicateurs  Milieu
u  Catégorie 
vs 20077‐ vs 20008‐   vs 200 07‐ vs 2008‐
 
2008 20099  200
08  200
09 
Sans réforrme  ‐3,2%% 8,2%%   ‐2,8%  1,9%%
Rural 
Réforme  . .   .  .
Tau
ux d'inscription 
Sans réforrme  ‐0,1%% 2,6%%   7,7%%  0,8%%
Urbain 
Réforme  . .  .  .
2007‐20008  2008‐20009  2007‐22008  2008‐2 2009 
vers 200
08‐ vers 2009‐   vers 20008‐ vers 20009‐
       
2009 2010 0  200
09  201
10 
Sans réforrme  15,8%% 16,3%%   14,33% 12,44%
Rural 
Tau
ux de  Réforme  . .   .  .
redo
oublement  Sans réforrme  13,4%% 15,2%%   12,33% 15,33%
Urbain 
Réforme  . .  .  .
20077‐
2008‐20
009  2009‐20
010  2007‐2008  2008‐2
2009  2009‐2
2010
      20088 
Sans réforrme  3,3%% 4,1% 2,2%% 4,0%%  .  1,7%%
Rural 
Réforme  . . . .  .  .
Tau
ux d'abandon 
Sans réforrme  3,7%% 2,1% 2,1%% 4,5%%  3,1%%  1,5%%
Urbain 
Réforme  . . . .  .  .
2008‐20009  2009‐20 010  2008‐22009  2009‐2 2010 
vs 2007
7‐ vs 20008‐   vs 200 07‐ vs 2008‐
     
2008 20099  200
08  200
09 
Sans réforrme  ‐3% 1%   0%
%  1%
%
Rural 
Evoolution du taux  Réforme  ‐10%%     ‐21%%
d'in
nscription au B
BEPC  Sans réforrme  1% ‐34%%   ‐5%%  ‐27%%
Urbain 
Réforme  ‐2% 1%   ‐6%%  6%
%
2008‐20009  2008‐22009 
vs 2007
7‐     vs 200 07‐
       
2008 200
08 
Sans Réfo
orme  17%   ‐3%% 
Rural 
Evo
olution du taux de  Réforme     
réusssite au BEPC
C  Sans Réfo
orme  124%
%   76%% 
Urbain 
Réforme  48%   23%% 

 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    115 
                          Evalluation de la situ
 
2.2.10. LES C
COMPORTEM
MENTS « MA
ADITRA » 
 
L’évaluaation a relevvé une thémaatique singulière à travers les compo ortements des élèves 
84
qualifiéss  de  « maditra »   par  les  adultes,,  c'est‐à‐diree  les  chefs  d’établissem ment,  les 
enseignants et les p parents. 
 
Le term me « maditra » revient trrès souvent  dans les pro opos des parrents d’élève es durant 
les  difféérents  focuss  group  pou ur  qualifier  l’évolution  des  jeunes  élèves  sur  les  trois 
dernièrees années sccolaires.  
Les  pareents  ne  fontt  pas  de  disttinction  partticulière  entre  les  garçons  « maditraa »  et  les 
filles « m
maditra ». 
 
Ils engloobent dans lee terme« maaditra » : 
 L’’insolence ; 
 Laa consommaation en haussse de boisso ons fortes ett de drogues diverses ; 
 Laa fréquentattion des lieux de loisirs tthéoriquemeent interdits  aux jeunes d de moins 
de 18 ans ; 
 Lees comporteements libertins entraînaant très souvvent des gro ossesses non désirées 
chez les jeunees élèves fillees.  
 
Ces  situ
uations  alarm ment  les  parrents  d’élève es  qui  s’inqu
uiètent  de  l’aattitude  délé
étère  des 
responssables publiccs vis‐à‐vis dee la liberté d des mœurs.  Les parents  de l’EPP Dzaamandzar 
(Nosy B Be) se plaigneent de la préésence d’une e discothèqu ue proche dee l’école qui  attire les 
notablees de l’île parr la présence de ces jeune es élèves. 
 
Aucune protection  des élèves, fface à ces phénomènes  allant à l’en ncontre des  droits de 
l’enfantt, n’est réelleement mise een œuvre au u niveau des établissements scolairess publics.  
Les enseignants ne  s’étendent  pas excessivvement sur cces sujets dee libertinage e, mais ils 
s’accord dent à dire q que les parents ne surve eillent pas co orrectementt l’éducation de leurs 
enfants. 
 
Les  commportementss  « maditra » »,  selon  les  parents  d’élèves,  ont  prris  de  l’ampleur  dans 
les  réggions  touristtiques  et  les l régions  à  forte  circulation  m monétaire.  Les  CEG 
d’Andavvakotoko  (N Nosy  Be)  et  de  Beforon na  (Moramanga)  enregisstrent  des  pratiques 
p
couranttes de prostitution des élèves attiréss les uns par  les touristess et les autre es par les 
camionn neurs  et  less  travailleurs  de  société é  multinatioonale.  Ce  ph hénomène  a  a pris  de 
l’ampleur après la crise de 2009 9.  
 
Ces  sittuations  occasionnent  des  cas  d’abandon d s
scolaire,  d’absentéisme e  et  de 
redoubllement. Le C CEG de Beforona(Moramaanga) est l’exxemple ayan nt: 
 Lee plus fort taaux de redou ublement de 2008‐2009 vvers 2009‐20 010 avec 38,4 4% ; 
 Lee plus fort taaux d’abando on en 2009‐2 2010 (mois d de mars) avec 7,1%.  

84
« Maditrra » signifie en fraançais courant «  têtu ». Ils englob
bent dans le term
me l’insolence, la consommation een hausse de boisssons fortes 
et de droguues diverses, la frééquentation des lieux de loisirs thhéoriquement intterdits aux jeuness de moins de 18 ans, les comporttements 
libertins entraînant très souvent des grossessses non désirées chez les jeunes é élèves filles.

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    116 
                          Evalluation de la situ
La  circu
ulation  mon
nétaire,  favo
orisée  par  la  présence  massive  dees  travailleuurs  de  la 
multinationale Sherritt, engendrre des activittés de servicce diverses q
qui attirent le
es élèves 
du CEG et les détournent de l’éccole. 
 
La notio on de « madiitra » compo orte égaleme ent deux typees de comprééhension : 
 L’’indiscipline ; 
 L’’esprit critique. 
 
L’élève  à  forte  têtee  et  l’élève  à  personnaalité  marquéée  sont  invaariablement  qualifiés 
« madittra », car ils ssont perçus  comme des  menaces à  l’autorité dee l’adulte (en nseignant 
ou pareent).  
 
A  ce  tittre,  la  métho
ode  APC  veu ut  développer  l’esprit  crritique  des  éélèves.  Maiss  certains 
enseignants  censés  appliquerr  cette  méthode  et  ayant  a suivi  une  formaation  en 
conséqu uence,  sont  réticents  quant  à  son  efficacité.  Des 
D enseignaants  pensen nt  que  la 
méthod de a incité les élèves à l’iindiscipline.  Par contre d des parents  sont favorab bles à cet 
apprenttissage. 
 
En concclusion,  
devant  l’ampleur dee la précaritté des familles depuis 20 009 encouraageant la pro ostitution 
et  autres  activités  illicites  dess  élèves  ado olescents  ett  des  adolescentes,  less  parents 
d’élèvess  demanden nt  la  multipliication  des  centres 
c de  documentati
d ion,  bibliothèques  et 
des terrrains de sporrt pour canalliser l’énergie e des élèves et occuper lleur temps libre.  
 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    117 
                          Evalluation de la situ
 
              
Moyen d     de l’enseignannte 
de transport d Enffant de l’enseiignante
                     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
       
  nt la classe 
Pendan
Classe
e EPP 
 
 
PA
ARTIE 3 :: UN BILA
AN A MU
ULTIPLES FACETTES 
 

Sortie
e de classe 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    118 
                          Evalluation de la situ
 
3 : UN BILLAN A MULTIPLES FACETTES 
PARTIE 3
 
 
L’éévaluation tire une phottographie dee la situation
n des EPP et  des CEG en période de  crise sur 
quuatre niveaux juxtaposéss mais compllémentaires.  
 
 
3.1 UN RETARD MECANIQU
UE DANS LESS PROJECTIONS A COU
URT TERME 
 
Unn retard dan ns le calendrier de la réfo orme du système éducatiif malgache ss’impose au vu d’une 
appplication no on harmoniséée de la réforme au débu ut de l’annéee scolaire 200 09‐2010.  
 
3.1.1 Des perrformances rrelatives à l’aapplication d de la réform
me depuis 2007‐2008 
 
Trois  réésultats  enco ourageants  relatifs  à  l’aapplication  de d la  réform me  ont  prod duit  leurs 
premierrs effets en 2 2008‐2009 :
 Lees  bons  tauxx  de  réussitee  aux  exame ens  du  CEPE  sont  le  résuultat  de  l’élaaboration 
des sujets d’eexamen en application de e l’APC dans les curriculaa depuis 2007 7‐2008 ;  
 Lee  TR  dans  lees  EPP  note  une  baisse  appréciable  de  2  points  par  rapportt  à  2008‐
2009 ; 
 Lee TA observee une légère baisse de 0,,8 points dan ns les CEG et notammentt dans les  
C sans  réforme  avec  une 
CEG  u baisse  de  d 1,5  point  en  étant  m mieux  encadrrés  et  en 
ayant des classses moins surchargées.  
 
3.1.2 Les prévvisions de laa réforme no on réalisées àà cause du d dérèglement de 2009 
 
La pourrsuite des étaapes de la rééforme duraant l’année scolaire 2008 8‐2009 a rencontré la 
crise au début de l’aannée 2009.
 
L’évaluaation a consttaté sur le teerrain que: 
 Laa  multiplicattion  des  éco oles  réforme es  prévues  se 
s poursuivrre  d’année  en  e année 
depuis 2007‐2 2008 ne s’est pas faite ;
 L’’ouverture d de classes dee 7ème anné ée dans les éécoles réform mes déjà existantes a 
été suspendu ue ; 
 L’’on  n’observve  aucun  siggne  tangible  de  préparattifs  pour  l’ouverture  de  la  8ème 
année dans lees CEG réform mes ;  
 L’’enregistrem ment  d’une  évolution  négative  du  taux  d’inscrription  danss  les  EPP 
rééformes en m milieu rural eest inquiétan nt. 
 
3.1.3 Une évaaluation de lla réforme p par les paren nts  
 
Les  parrents  d’élèvees  exprimen nt  trois  poinnts  de  vue  singuliers  su ur  la  question  de  la 
réformee. 
 Lee  premier  assimile  la  rééforme  à  la  dotation 
d d’eeffets  scolairres  divers  co
omme  les 
taabliers  et  les  kits  scolairres.  Ce  souttien  matériel  étant  sporradique  depu uis  2008‐

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    119 
                          Evalluation de la situ
2009  et  quassiment  suspeendu  en  200 09‐2010,  les  parents  son
nt  ainsi  de  moins 
m en 
m
moins motivé és à envoyer leurs enfantts à l’école publique. 
 Lee  second  peerçoit  la  réfo
orme  à  travers  un  bouleversement  important  du  d mode 
d’acquisitionss des connaissances qu’ils jugent parfois inadaptté. Ainsi, dess parents 
d’élèves  s’étoonnent  que  leurs  enfantts  ne  sachennt  compter  qque  jusqu’au u  nombre 
20 à fin de l’aannée. Or, daans la vie qu uotidienne, cces enfants ssont déjà cap pables de 
coompter le no ombre des têtes de zébu u appartenant à leur fam mille et sont  capables 
d’échanger dees coupures de billets de e 100 et 200 Ariary. 
 Lee  troisième  comprend  l’école  réform me  comme  la  voie  royaale  dans  le  cursus 
c de 
leeurs enfants,, mais les parents disent ne pas en saaisir les objecctifs. 
 
3.1.4 Le vécu de la réform me par les en nseignants 
 
Selon  lees  enseignants,  la  misee  en  œuvre e  de  la  réfo
orme  a  crééé  un  fossé  entre 
e les 
différen ntes catégories d’enseign nants : 
 Ceux 
C qui  ensseignent  dan ns  les  école
es  réformes et  encadren nt  les  classe
es  de  CP 
(rréforme)  se  sentent  mal 
m soutenuss  contrairem ment  aux  ESSS  responsaables  des 
classes de 6èm me année. 
 Laa  formation n  reçue  par  ces  enseign nants  en  majorité 
m FRAM  pour  affrronter  la 
rééforme  n’est  pas  suffisaante  pour  faaire  face  au  dérèglemen nt  occasionn né  par  la 
crise  de  200 09.  Ils  ont  eu,  en  200 08‐2009,  à  utiliser  unee  nouvelle  approche 
a
pédagogique  avec de nou uveaux outills. Ils ont eu également  à « jongler » » sur des 
in
nstructions  parfois 
p contrradictoires  venant 
v des  DREN 
D dans  l’application  pratique 
de toutes cess nouveautéss. L’impact d de la crise dee 2009 a rendu leur tâch he encore 
plus périlleuse. Par exemp ple, auparavvant (2008‐20 009) l’annéee scolaire était divisée 
en  bimestre.  En  2009‐20 010,  les  directives  exiggent  une  subdivision  de e  l’année 
sccolaire  en  trimestre. 
t Tous  ces  chaamboulemen nts  créent  u un  tournis  ingérable 
i
d’après ces en nseignants.
 Laa grande maajorité des en nseignants du niveau prim maire en millieu rural et e en milieu 
urbain dit ign norer le conttenu et la fin nalité de la rréforme, tou ut comme less parents 
qui exigent une campagn ne d’explicattion raisonnaable et raiso onnée du pro ogramme 
de réforme. 
 
Au total, le retard d dans les projjections à co ourt terme de la réformee devient mé écanique. 
La  crisee  de  2009  s’est  surajoutée  aux  seco ousses  prévissibles  de  la  réforme.  Le  système 
public d de l’Education fait face à une superpo osition de qu uestions. 
 
3.2 UNE REGRESSSION SENSIBLE DANS LES PRE‐REEQUIS  
 
L’éévaluation  a 
a été  menéee  à  observeer  « à  la  basse »  les  réalités  de  la  rréforme  du  système 
édducatif mise en place en 2007‐2008. 
 
M
Malheureusem ment, faute  de statistiquues démograaphiques con ncernant les lieux d’implantation 
dees EPP, objett de l’évaluaation, celle‐ci n’est pas e
en mesure d’’avancer si lees objectifs d d’inscrire 
enn première aannée du priimaire tous lles enfants ââgés de 6 an ns et 7 ans o ont été atteinnts, cette 
annnée 2010.  
 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    120 
                          Evalluation de la situ
L’aannée  scolaire  2009‐201 10  livre  aprèès  six  mois  d’exercice 
d dees  résultats  qui  tendentt  à  la  fois 
veers  une  situaation  ante‐rééforme  et  vers  une  situ uation  réform me.  Il  y  a  unn  tiraillemen
nt  et  une 
coonfusion enggendrés par le dérèglemeent des instittutions en 20 009. 
 
Daans  ces  cond ditions,  l’évaaluation  messure  le  chem min  parcouru u  depuis  la  mmise  en  œuvvre  de  la 
rééforme en 20 007‐2008 à p partir des préé‐requis pourr une bonne scolarisation n. 
Lee  bref  bilan  de  leur  effeectivité,  étab bli  sur  la  baase  du  périmmètre  de  la  présente  évvaluation, 
reepose sur dess constats mitigés.  
 
Chhaque pré‐reequis présente l’état suivvant :  
 Les  infrrastructures  existantes  sont, 
s nonobsstant  l’existeence  de  nou uvelles  consttructions, 
dans leu ur majorité een mauvais éétat;  
 Le rôle  du ministèree depuis l’année 2009 s’aamenuise car, certains établissements ont dû 
agir de manière auttonome pourr faire face au dérèglemeent. Les direccteurs des EPP et des 
CEG son nt devenus, sselon les ensseignants, leu ur principal interlocuteurr officiel; 
 Le perso onnel d’encaadrement esst désorienté é par les insttructions con ntradictoiress au sujet 
de l’appplication des objectifs de la réforme;
 Les  curricula  ont  subi  une  altération  due  à  un n  chevauch hement  d’approches 
pédagoggiques,  rend dues  plus  co onfuses  dep puis  l’arrêt  des 
d formatio ons  des  ensseignants 
durant ll’année 2009 9; 
 Le finan ncement pou ur le fonction nnement de  l’école est d de plus en plus problématique et 
incertain. L’Etat n’a pas versé laa part corresspondant à la Caisse Eco ole cette année 2009‐
2010, laa baisse du budget des éccoles s’en est fortement ressentie; 
 Le  rôlee  des  paren nts  tend  vers  une  prisse  en  chargge  de  plus  en  plus  acccrue  du 
fonction nnement  dee  l’école  alo ors  que  leu urs  difficultéés  financièrees  tendent  vers  un 
amenuisement  de  leur  revenu u.  La  déscolaarisation  dee  leurs  enfan nts  surtout  en  cycle 
primairee  et  l’envoii  sur  le  maarché  du  traavail  de  leu urs  enfants  du  cycle  co ollège  se 
retrouvent à traverss les données quantitativves ; 
 Le matéériel pédagoggique ne se rrenouvelle pas et les fournitures scollaires se raré éfient ; 
 La sécurrité et la pro otection ne satisfont pluss les attentess des parentss d’élèves en n matière 
de sécurité alimentaaire par l’existence des ccantines scolaires d’une p part et en matière de 
protectiion  des  enfants  face  au u  phénomèn ne  grandissaant  de  la  prrostitution  en 
e milieu 
scolairee d’autre partt ; 
 Les enseeignants reçoivent de moins en moin ns de formattion alors qu u’ils doivent ffaire face 
à  d’inévvitables  pertturbations  daans  leur  rôle e  de  transmetteur  de  co onnaissancess  et  dans 
celui  d’éducateur.  La L crise  de  2009  n’a  paas  facilité  leu ur  tâche  maalgré  leur  vo olonté  de 
poursuivre leur misssion. 
 
Enn somme, l’im mpact de la ccrise de 2009 9 sur l’état d des pré‐requiis a accéléré une forme d d’errance 
dees familles économiquem ment affaiblies par la crisse. Les familles en mouvement empo ortent au 
grré  de  leur  chhangement  de  d résidencee  leurs  enfants.  La  traçaabilité  des  élèves  tendent,  de  ce 
fait, à se perdrre. 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    121 
                          Evalluation de la situ
3.3 UNE RELECTU
URE NECESSSAIRE DES IINDICATEURS  
 
Lees éléments ffactuels étalés depuis le début de l’année 2009 in nfluent différemment : 
 Sur les iindicateurs sselon les régiions ; 
 Les milieux urbain o ou rural ;  
 Selon lee genre ; 
 Selon lees catégoriess des enseign nants (fonctio
onnaires, ESSS, enseignan
nts FRAM ; 
 Selon lees EPP et les CEG.  
 
Laa présente évvaluation a d dû décrypterr les indicate eurs de manière non routtinière, en particulier 
les indicateurss inscription,, abandon, reedoublemen nt, absentéism me et situatiion en fin de e cycle.  
 
Enn général, les indicateurss de référence utilisés paar l’évaluatio on traduisen nt de moins e en moins 
les réalités qu’ils sont censsés capturer : 
 
 Ils sont  devenus dees indicateurs représentaant davantagge l’état de  la société pllutôt que 
l’état  de 
d la  scollarisation.  En  E effet,  les  indicateeurs  de  rééférence  écchappent 
progresssivement à leur principee et dérouten nt un observaateur. 
 Les  abandons  scolaires,  par  exeemple,  mérittent  des  app proches  spéccifiques  dépassant  le 
cadre  strict 
s des  établissements  scolaires.  Une  réinterrprétation  d de  cet  indicaateur  est 
urgentee  pour  évalu uer  les  causses  réelles  des 
d abandon ns.  Le  désir  d’une  repriise  de  la 
scolaritéé  doit  être  envisagé 
e commme  une  évventualité  po ositive  pour  ne  pas  pénaliser  les 
élèves  en  abandon n  scolaire  « temporaire »  pour  causse  de  difficu ultés  financiières  des 
parents ou pour cau use de crise p politique.  
 L’absentéisme s’est défini de no ouveaux mottifs relatifs aux perturbattions engend drées par 
les dérèèglements po olitiques gravves. 
 
Laa crise de 20 009 se présente comme  un test sérieux pour la  réforme misse en place  en 2007‐
20008. Les fond dements de la réforme sont encore rrécents et su ubissent l’app parition de ssituations 
paaradoxales et inédites: 
 De hautts taux de rééussite aux eexamens du  CEPE et du  BEPC malgrré une crise  politique 
grave; 
 Une non n inscription aux examen ns de fin de ccycle pour dees élèves de la classe de 3ème ; 
 Des abaandons signifficatifs des garçons du paarcours scolaaire public ; 
 Malgré  la  hausse  des  coûts  de  la  scolarisattion  et  malggré  la  précarrité  des  familles,  une 
poursuite vaillante d de la prise en n charge parr les parents des coûts dee la scolarisation. 
 
Lee  cliché  tiré  à  partir  des  tableaux  réécapitulatifs des  indicateeurs  clés  pou ur  les  EPP  ett  les  CEG 
exxpose ces cirrconstances  particulièress engendréess par la crisee de 2009, do ont tous les  effets ne 
soont pas encore décelablees. Ils indiqueent que : 
 La situation des EPP P est critique par rapportt à celle des C CEG ; 
 Une  migration  des  élèves  en  milieu 
m urbain
n  vers  les  EP
PP  et  les  CEG G  en  milieu  rural  est 
repérab ble; 
 Les  CEG G  en  milieu  rural  sont  moins 
m atteintts  par  effetss  de  la  crisee  que  ceux  en 
e milieu 
urbain ; 
 En génééral, le milieu u rural est au ussi affecté p
par la crise dee 2009 que le milieu urbain. 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    122 
                          Evalluation de la situ
 
Un ne lecture issolée de chaaque indicateeur s’avère iinsuffisante  pour évaluer la complexxité de la 
sittuation : 
 Le nombre des élèvves à la rentrrée scolaire  de septembre 2009, miss en relation n avec les 
indices  de  référen nce  comme  l’abandon,  l’absentéissme  ou  bieen  avec  dess  indices 
secondaaires  commee  le  profil  des 
d familles,,  met  en  évvidence  l’exiistence  d’un ne  masse 
difficilem
ment  quantiifiable  d’enfaants scolarissés qui « voyyagent » à l’intérieur du  système 
éducatiff.  
 Des parrents affirmeent et regretttent que les EPP accepteent des enfan nts venant des écoles 
privées.. La qualification de « nouvel élève in nscrit» risquee de fausser les statistiquues.  
 Le  nouvvel  élève  nee  peut  être  réellement  comptabilisé  comme  u un  entrant  faaisant  sa 
premièrre entrée dans le systèm me éducatif (hors préscollaire) ni com mme un sortaant en fin 
de  cyclee  primaire.  Les 
L motivatio ons  du  nouvvel  élève  de  l’année  scolaire  2009‐2
2010  sont 
délicatees à capter à cause d’unee tendance aux pérégrinaations des familles échap ppant à la 
précaritté exacerbéee par la crise de 2009. 
Ceette situation n tolérée par l’école pub blique bouscule les indicaateurs dans  leur pertinence pour 
l’éétablissemen nt des statisttiques scolairres. 
 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    123 
                          Evalluation de la situ
Tableau 46
6 : Récapitulaatif des indiccateurs clés p
pour les EPP 
2008‐2009 vss  2009‐20
010 vs 
Indicateurs  Miliieu  Catégo
orie   
2007‐2008  2008‐2
2009 
Sans réfo
orme     5%  ‐1%

Ruraal 
Evolution du taux  Réformee     12%  ‐3%

d'insccription  Sans réfo
orme     2%  3%

Urbaain 
Réformee     3%  3%

2
2007‐2008 verrs  2008‐200
09 vers 
     
      2008‐2009  2009‐2
2010 
Sans réfo
orme     23% 22%

Ruraal 
Réformee     24% 16%

Taux d
de redoublem
ment 
Sans réfo
orme     22% 22%

Urbaain 
Réformee     15% 12%

         200
07‐2008  2008‐2009  2009‐2
2010 
Sans réfo
orme  9%  11%  2%

Ruraal 
Réformee  3%  5%  1%

Taux d
d'abandon 
Sans réfo
orme  6%  5%  3%

Urbaain 
Réformee  4%  4%  3%

         200
07‐2008  2008‐2009  2009‐2
2010 
Sans réfo
orme  16%  19%  19%

Ruraal 
Réformee  18%  20%  19%

Taux d
d'absentéism
me 
Sans réfo
orme  18%  20%  22%

Urbaain 
Réformee  24%  28%  28%

2008‐2009 vss  2009‐20
010 vs 
         2007‐2008  2008‐2
2009 
Sans réfo
orme     ‐1%  ‐1%

Ruraal 
Evolution du taux  Réformee     ‐4%  7%

d'insccription au CEPE  Sans réfo
orme     3%  3%

Urbaain 
Réformee     0%  0%

2008‐2009 vss 
            2007‐2008     
Sans Réfforme    17%    
Ruraal 
Evolution du taux dde  Réformee    51%    
réussiite au CEPE  Sans Réfforme    11%    
Urbaain 
Réformee    32%    
   200
07‐2008  2008‐2009  2009‐2
2010 
Cotisatio
ons  6 900 
6 7 000  9 70
00 
FRAM  1%  39%% 
Ensemble 

31 600  31 800  49 20


00 
Ensemble

Fournituures 
Coûtss de la scolarissation 
Scolairess  1%  55%% 
suppoortés par les p
parents 
29 600 
2 28 600  29 90
00 
Frais gén
néraux
‐3%  5%% 
68 100 
6 67 400  88 80
00 
Ensemblle 
   ‐1%  32%

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    124 
                          Evalluation de la situ
Tableau 47
7 : Récapitulaatif des indicateurs clés p
pour les CEG 

Indicateurs  Milieu  Catégo


orie     2008‐2009 vs 
2 2009‐201
10 vs 
2007‐2008   2008‐20
009 
Sans réfo
orme     ‐3%  6% 
Ruraal 
Evoluttion du taux  Réforme     .  . 
d'inscription  Sans réfo
orme     2%  0% 
Urbaain 
Réforme     .  . 
20
007‐2008 verss  2008‐2009
9 vers 
     
      2008‐2009  2009‐20
010 
Sans réfo
orme     15%  14% 
Ruraal 
Réforme     .  . 
Taux d
de redoublem
ment 
Sans réfo
orme     13%  15% 
Urbaain 
Réforme     .  . 
         200
07‐2008  2008‐2009  2009‐20010 
Sans réfo
orme  4%  5%  2% 
Ruraal 
Réforme  .  .  . 
Taux d
d'abandon 
Sans réfo
orme  4%  3%  2% 
Urbaain 
Réforme  .  .  . 
         200
07‐2008  2008‐2009  2009‐20010 
Sans réfo
orme  8%  8%  6% 
Ruraal 
Réforme  2%  3%  4% 
Taux d
d'absentéismee 
Sans réfo
orme  10%  8%  8% 
Urbaain 
Réforme  11%  11%  13% 
2008‐2009 vs 
2 2009‐201
10 vs 
         2007‐2008  2008‐20
009 
Sans réfo
orme     ‐1%  ‐1% 
Ruraal 
Evoluttion du taux  Réforme        ‐17%

d'inscription au BEPPC  Sans réfo
orme     ‐1%  ‐31%

Urbaain 
Réforme     ‐4%  4% 
2
2008‐2009 vs 
             
2007‐2008  
Sans Réfo
orme     6%    
Ruraal 
Evoluttion du taux d
de  Réforme          
réussiite au BEPC  Sans Réfo
orme     88%    
Urbaain 
Réforme     48%    
     200
07‐2008  2008‐2009  2009‐20010 
Droits  11 200  12 100  19 500 
d’inscripttion  8%  61% 
Fournitures  24 500  42 500  62 500 
Ensemble 

Coûts de la scolarissation  Scolairess  73%  47% 


suppo
ortés par les p
parents  40 200  42 200  49 600 
Frais gén
néraux
5%  18% 
75 900  96 800  131 60
00 
Ensemblee 
   28%  36% 
 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    125 
                          Evalluation de la situ
3.4 UNE REMISE EN CAUSE PROBABLE DU SYSTEM
ME EDUCATTIF 
 
Laa  Banque  Mondiale 
M esstime  qu’une  réforme  du  systèmee  éducatif  ne  peut  s’aapprécier 
efffectivementt et objectiveement que d’’une générattion à l’autree. 
Laa crise de 200
09, qui met en danger une réforme e encore récen nte, est une  occasion permettant 
dee reformulerr des problém matiques. 
 
Malgré touteffois l’enregisttrement de  résultats pro
M ometteurs ett la détermin nation des accteurs de 
l’ééducation,  laa  mise  en  place  de  la  rééforme  du  syystème  éduccatif  est  enccore  fragile  face 
f à  un 
en nvironnemen nt politique eet social instable. En effe et, tous les in
ndicateurs seemblent perd dre toute 
peertinence et à tout le mo oins dérouten nt l’observatteur.  
 
Paar  ailleurs,  les  comportements  des  élèves  et  des  d parents  sont  focalisés  sur  les  relations 
finnancières entre l’école et la famille. D Depuis la crisse de 2009, les tentation ns de l’argent facile, à 
traavers  les  co
omportemen nts  « maditraa »  des  élèvves,  décupleent  les  difficcultés  des  parents 
p à 
reetenir leurs eenfants dans l’enceinte de l’école.  
 
Lees gains sur  l’application de la Conveention Intern nationale sur les Droits  de l’Enfant ss’égarent 
paar endroit qu uand les direecteurs, les  parents d’élèves et les eenseignants  évoquent de es cas de 
plus en plus frréquents, jussqu’à être baanalisés, de p prostitution d’élèves dess EPP et des C CEG. Une 
sittuation  aggrravée  par  l’im
mpact  de  la  crise  sur  le  budget  des  familles  emmmenant  les  élèves  à 
déélaisser  leurr  cursus  sccolaire  (ceuxx  des  CEG))  au  profit  d’activités  indéfinissables  par 
l’éévaluation, mmais repérab bles dans les indicateurs.
 
Paaradoxalemeent, l’impact  de la crise ssur le secteu ur public de  l’Education  est une opp portunité. 
Enn effet, la révvision ou l’amélioration  des termes  de la réform me du systèm me éducatif mmalgache 
s’iinscrit dans uune actualisaation de fait occasionnée e par les évènements.  
 
Saans être des  recommand dations, l’évaaluation avance des pisttes de réflexxion pour un ne remise 
enn cause prob bable du système éducatiif : 
 En milieeu urbain, l’o ouverture à  la vie se fait  de plus de p
plus de manière brutale. Il y a de 
moins een moins de frontière physique et de e frontière syymbolique entre l’espace e scolaire 
et la ruee.  
 En milieeu rural, l’espace scolairee est destiné é à ouvrir less élèves sur  le monde m
mais faute 
d’infrastructures adéquates, les objectifs sont hors d’attteinte.  
 Si  la  voocation  de  l’école  doit  demeurer  la  sédentarrisation  stab ble  et  durab
ble  de  la 
populattion enfantin ne déjà scolarisée, des acctions urgenttes en matièère de formation sont 
à mener au bénéficee de la masse des enseiggnants récem mment recruttés. 
 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    126 
                          Evalluation de la situ
CO
ONCLUSIO
ON 
 
L’évaluatioon de la situaation actuellee, la crise pe erdurant, dess écoles prim maires et dess collèges 
publics  connclut  que  l’impact  de  laa  crise  de  20
009  sera  pluus  marqué  à  la  rentrée  de  2010‐
2011. 
 
En  effet,  les  parents  d’élèves  et  les  chefs  d’établisseme
d ent  ont  vécu  sur  leurs  réserves 
financièress  durant  l’an nnée  scolairee  2009‐2010 0,  soit  pour  le  soutien  àà  la  scolarisaation  des 
enfants, sooit pour le fo onctionnemeent des école es. A l’appro oche de la fin n de l’année scolaire, 
85
ces  réservees  sont  tariees ,  malgré  les  efforts  fournis  par  lees  parents  p
pour  suivre  la  hausse 
des coûts d de la scolarissation et maalgré la vigilaance en matiière de gestiion scolaire d déployée 
par certains directeurs..  
 
Les  parentts  investisseent  beaucou up  dans  la  scolarisatio on  de  leurs  enfants  ett  veulent 
échapper aaux indicateu urs de l’abanndon scolaire e, du redoublement et dee l’absentéisme. Mais 
ils sont déssarmés devant le manque d’argent ch hronique.  
 
Les chefs dd’établissemeent font facee à des problèmes de gestion, car leu ur marge d’aaction est 
étroite sans une vision rassurante d de leur mission. 
 
Les  infrastructures  sco olaires  des  65 
6 établissem ments,  objett  de  l’évaluaation,  sont  dans 
d leur 
ensemble  dans  une  situation 
s dee  dégradatio on  avancée,,  nécessitant  une  réhabilitation 
urgente.  
 
Quant  aux  infrastrucctures  auxiliaires,  elles  sont  déffaillantes,  p particulièrem ment  les 
bibliothèqu ues,  les  terrains  de  sp port,  les  latrrines,  la  fouurniture  en  eau  potable  et  en 
électricité,  la clôture de l’école. Elles méritent  une attentio on pressantee pour que les écoles 
publiques m malgaches so oient aux normes. 
 
La  restauraation  et  la  généralisatio
g n  des  cantin
nes  scolairess  sont  unanim mement  con nsidérées 
par les acteeurs cibles de cette évalu uation comm me un outil effficace de réétention scolaaire. 
 
Tous les accteurs cibles  de cette évaaluation porrtent un regaard désabuséé sur les évè ènements 
de 2009 ett sur leur siggnification politique. Ils  notent l’agggravation de  la précarité dans les 
ménages qui demeure leur préoccu upation fond damentale. 
 
La  question n  qui  les  tou
urmente  estt  d’avoir  l’assurance  quee  l’école  pubblique  est  en
n  mesure 
d’armer less enfants déjjà scolarisés et à scolariser contre less aléas de l’à  venir/avenir. 
 
Il s’est confirmé, in finee, que la préécarité des faamilles surdéétermine l’an nalyse de l’im
mpact de 
la  crise  dee  2009  sur  le  secteur  public  de  l’Ed ducation  et  celle  de  la  situation  de
es  écoles 
primaires p publiques et des collègess publics.  
 
   

85
Des élèvves de familles, généralement
g défaavorisées, des Coommunes Urbainees d’Antananarivvo, de Toamasina, de Toliara, de Fianarantsoa,
F
de Mahajannga et d’Antsiran ana ont activemeent participé au p illage des unités de production duurant les mois jannvier-février 2009
9. Les objets
et la nourritture obtenus à la suite
s de ces actess de vandalisme ont
o contribué à do
onner des illusions d’opulence à cees familles.

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    127 
                          Evalluation de la situ
Bibliothèque / Latrin
nes… 
 

©copyrig
ght   ©co opyright  
CORE‐DEV engineering  CORE‐DEEV engineering 

 
 
 
          
 
AN
NNEXES 

©copyright  
©
CORE‐D
DEV engineering  Avant la classse 

©copyright   Confiants en l’avenir 
CORE‐DEV eng
gineering 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    128 
                          Evalluation de la situ
 
 
ANNEX XES .............................................................................................................................................. 128 
A.  LES TERMEES DE REFEREENCES ................................................................................................. 130 
B.  LES TERMEES DE LA CRISSE DE 2009 ......................................................................................... 135 
C.  LA METHODOLOGIE ............................................................................................................... 136 
D.  LES OUTILSS DE L’EVALU UATION ............................................................................................... 138 
E.  L’ENQUETEE SUR LE TER RRAIN .................................................................................................. 149 
F.  MONOGRA APHIE SOMM MAIRE DES EC COLES ENQU UETEES ......................................................... 151 
G.  LES MODESS DE CALCULL .......................................................................................................... 162 
H.  PROFIL DESS ENQUETES ........................................................................................................... 164 
1.  LES  ELEVESS ............................................................................................................................. 164 
2.  LES PARENTS DES ELEV VES ENQUETEES ................................................................................... 167 
I.  LES RESULTTATS DE L’EN NQUETE .............................................................................................. 169 
1.  La proximitté ........................................................................................................................... 169 
2.  Les inscripttions ....................................................................................................................... 173 
3.  Le redoublement .................................................................................................................... 180 
4.  Les abando ons ......................................................................................................................... 184 
5.  L’absentéissme ........................................................................................................................ 187 
6.  Le rôle et laa charge dess enseignantss ..................................................................................... 189 
7.  Les coûts d de la scolarisaation supporrtés par les p parents d’élèèves ........................................ 202 
8.  L’insécuritéé alimentairee ......................................................................................................... 206 
9.  La question n de genre .............................................................................................................. 209 
10.  Les comportements « M Maditra »............................................................................................ 211 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    129 
                          Evalluation de la situ
B. LEES TERMES DEE LA CRISE DE 2009 
 
Deeux  origines  étymologiquees  sont  couraamment  citée es  pour  le  teerme  de  « crrise » :  la  première  est 
d’origine grecque et signifie « décision », « jugement » » ; la secondee est d’originee chinoise et  comporte 
deeux  sens  distincts  et  compplémentaires :  « danger »  et  e « opportunité ».  Le  term me  « crise »  est  devenu 
deepuis un conceept polysémiq que et renvoiee à plusieurs ssituations. 
 
Paaradoxalemen nt, cette crise  n’a pourtant  pas perturbé le calendrier  du secteur public de l’Edu ucation : la 
scolarité s’est ddéroulée sans  fermeture offficielle de l’en nsemble des éécoles publiqu ues, les examens de fin 
d’année  scolairre  (CEPE  et  cooncours  d’enttrée  en  classe C  et  concourss  d’entrée  en  classe  de 
e  de  6e,  BEPC
seeconde, Baccaalauréat) se so ont tenus com mme durant les années san ns crise, les réésultats à cess examens 
n’ont  pas  été  contestés 
c et,  enfin,  la  renttrée  scolaire  de  l’année  2009‐2010  s’est  ouverte  de e  manière 
haabituelle. Seulls les établisseements scolaiires en milieu urbain ont su uspendu leurss cours pour u une durée 
d’une semaine environ pendant les momeents les plus critiques de la crise. 
 
A partir de ces d données situaationnelles, la présente étude préfère : 
 Dans le p premier temp ps user du term me de « dérègglement » pou ur caractériser l’année 2009 9, 
 Dans  un n  second  tem mps  employerr  successivem ment  les  senss  de  « décisio on »,  de  « daanger »  et 
d’« oppo ortunité » pou ur identifier laa profondeur  de l’impact d de l’année 200 09 sur le secte eur public 
de l’Educcation et pour rapporter l’aappréciation d des populations cibles sur l’état de la sco olarisation 
à partir d
du vécu de l’année 2009. 
 
Lee cadre tempo orel de l’évalu
uation porte sur les trois de ernières années scolaires qu’il s’agit de ccomparer. 
L’aannée  2009  a  été  vécuee  de  manièree  différente  d’un  terrain  à  un  autre  du  secteur  public  de 
l’EEducation :  urbain  /rurral,  primairee/post  prim maire,  école  sans  réfo orme/école  réforme, 
ad dministratif/péédagogique, b bureaucratie/bénéficiaires.  
 
Po our  identifier  les  élémentts  pertinents  nécessaires  à  l’évaluatio on  de  l’impact  de  la  crisse  sur  les 
ind dicateurs clé ddu secteur puublic de l’Educcation, le regard s’est centréé sur deux axees : 
 Le  preemier  se  conccentre  autourr  des  conjoncctures  ayant  provoqué 
p et  prolongé  la  crise, 
c sans 
ignorer la profondeu ur structurellee du dérèglem ment dans son n ensemble ;  
 Le  second  rassemble  les  manifesstations  sérieuses  de  la  prrécarité  repérrées  au  sein  du secteur 
d
public de l’Education.  
 
Les  indicateurs  cléés  propres  au u  secteur  Ed ducation  orientent  ainsi  ll’analyse  sans  pouvoir 
l’épuisser.  
 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    135 
                          Evalluation de la situ
C. LAA METHODOLO OGIE 
 
L’éévaluation se détermine su ur quatre critèères principau ux dégagés paar les termes de référence: 
 
 Des critèères de compaaraison entre les milieux urrbain et rural,, entre les éch helles d’écono omie et de 
dépensees en matière de frais scolaiires. 
 Des critèères de mémo orisation sur la base des ré ésultats et dess attentes ou  déceptions de es acteurs 
du secteeur public de l’’Education. 
 Des  critères  de  dem mande  en  terrmes  de  scolarisation  sur  la  base  de  l’implication  et  de  la 
responsaabilisation des parents d’élèves, sur la b base de la coo opération enttre les parents d’élèves 
et  les  reesponsables  administratifss  (chefs  d’établissement)  et  les  respo onsables  pédagogiques 
(enseign nants). 
 Des  critères  de  cond ditions  matérrielles  objectiives  pour  une  bonne  sco olarité  sur  la  base  des 
conditions  de  travail,,  de  cadre  dee  travail,  de  moyens  finan nciers,  de  moobilisations  matérielles 
m
diverses. 
 
A  partir d’une iidentification n des zones d d’enquête selo on l’état de laa réforme du système édu ucatif déjà 
en ngagé et  selon n  la  proximitéé  de  chaque  établissement  par  rapportt  aux  manifesstations  violen ntes  de  la 
crise politique d de l’année 200 09, le choix dees établissements scolairess publics à enq quêter s’est po orté sur la 
baase de trois grrands axes géo ographiques : Nord, Sud, Ce entre. 
 
Laa  représentattivité  de  la  population 
p à  enquêter  se  définit  selonn  les  catégoriies  d’acteurs  cibles  de 
l’éévaluation: 
 
 Chez  less  élèves  EPP  et e CEG  réuniss,  un  planche er  de  700  élèvves  à  enquêter est  nécessaire,  avec 
comme vvariable de co ontrôle le sexe, l’âge et le n niveau (classee). L’âge moyeen des élèves enquêtés 
est de 9 ans à l’EPP ett de 14 ans au CEG; 
 Chez  less  enseignantss,  l’échantillon nnage  s’exécute  selon  l’exxhaustivité  à  partir  de  la  présence 
physiquee  de  l’enseign nant  ou  de  saa  disponibilité
é  au  momentt  du  passage  de  l’équipe  d’enquête 
d
dans l’éttablissement sscolaire choisii ; 
 Chez  less  chefs  d’établissement,  leur  présence e  dans  l’établissement  do oit  théoriquem ment  être 
effectivee, à défaut on approche son n représentan nt; 
 Chez  less  parents  d’élèves,  chaquee  focus  group  réunit  au  moins  six  paren nts  d’élèves  et 
e au  plus 
douze paarents d’élèvees ; 
 Enfin, l’ééquilibre des  genres (50%  hommes/garççons, 50% fem mmes/filles) d doit être resp pecté pour 
les group pes cibles parents d’élèves et élèves. 
 
Lees questionnaaires ont été p préparés pour dégager dess informations signalétiquees de chaque  personne 
intterrogée, des informationss sur la base d des indicateurs clés et des informations àà portée qualitative sur 
l’eenvironnemen nt  de  la  persoonne  cible  en
nquêtée.  Chaq que  question  renferme  un ne  visée  qualiitative  qui 
au utorise le croissement des ittems. Les queestions destinées aux élèvees sont davantage fermées car, il est 
d’usage  de  posser  des  questions  ferméees  aux  enfantts.  Toutefois,  les  équipes  sur  le  terrain  ont  été 
formées pour q que chaque question poséee puisse se sittuer dans un  dialogue voirre une converrsation. La 
diffficulté a été  de fixer le no ombre pertineent de questiions à poser, tout en respeectant les con nsignes de 
l’éétude  sans  coompter  l’étroittesse  du  temmps  imparti  à  l’étude,  sachaant  que  la  dissponibilité  efffective  de 
chhaque acteur ccible restait alléatoire. 
 
Lees guides d’en ntretien respeectent la logique des questionnaires. Cettte mesure estt nécessaire p pour éviter 
d’ouvrir  de  nou uvelles  rubriqques  qui  n’onnt  pas  été  choisies  dans  lees  questionnaaires.  Compte e  tenu  du 
facteur temps,  le nombre dééjà prévu d’élèèves à enquêter dans chaq que localité esst maintenu. M Mais pour 
un n équilibre staatistique néceessaire au traittement des données, on n’’est pas  allé aau‐delà de 5 e entretiens 

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    136 
                          Evalluation de la situ
dirigés  pour  le  groupe  ciblee  des  élèves.  Quant  au  grroupe  cible  des  enseignannts,  le  guide  d’enquête 
d
prrévoit  d’attein
ndre  tous  les  enseignants  selon  leur  prrésence  dans  l’établissemeent  lors  du  passage  de 
l’ééquipe d’enqu uête en visant l’exhaustivitéé. Ainsi, pour 10 enseignants présents, 4 4 entretiens diirigés sont 
réalisés. Si ce ratio n’est pass atteint, on d divise par deuux le groupe d d’enseignantss présents : la première 
moitié répond aau questionnaaire, l’autre m moitié passe en n entretien dirrigé. 
 
Ch haque équipe d’enquêteurss anime le foccus group com mme un entrettien semi direectif et semi co ollectif. Le 
guuide  d’entretieen  du  focus  group 
g comporte  6  axes  quui  reprennent  les  grands  ittems  formulés  dans  les 
qu uestionnaires  destinés aux  enseignants  et aux élèvess ainsi que daans le formulaaire à l’adressse du chef 
d’établissementt. Les parentss qui participeent aux focus group sont au utres que ceuux des élèves iinterrogés 
paar questionnaire ou par enttretien. 
 
Lees  différentess  étapes :  Élaaboration  en  trois  tempss  (avant  test,,  après  test,  après  validaation)  des 
qu uestionnaires  destinés  aux  enseignants  et  aux  élèvess ;  organisatio
on  des  focus  ggroup  à  l’inte
ention  des 
paarents des élèèves représenttant également les commu unautés localees; ajustements méthodolo ogiques en 
orrganisant des entretiens dirrigés auprès d des enseignantts et des élèvees. 
 
   

uation des Ecoless Primaires Publliques et Collègees Publics en pérriode de crise                    137 
                          Evalluation de la situ
QUESTIONNAIRE AU CHEF D’ETABLISSEMENT : GENERALITES Caractéristiques de l’établissement 2007-2008 2008-2009 2009-2010
L’établissement se trouve-t-il à proximité Oui
N° Complet d’un épibar, d’un casino, d’un commerce
Non
superviseur Partiellement complet bruyant ?
Résultat
Enquêteur Pas de répondant
Date de l'enquête Refus Electricité
Quel est la source d’énergie de Groupe électrogène
heure de début et de fin de l'enquête
¾ Recueillir les curricula appliqué depuis 3 ans l’établissement ?
Bougie
Rien
Nom de l'établissement
Collège Puits
Niveau de
Réforme Eau JIRAMA
l'établissement
Primaire Disposez-vous d’un point d’eau
Source
Coordonnées : tel Rien
Année d’ouverture de l’école
Oui
DREN / Région L’établissement a-t-il un jardin scolaire ?
Non
CISCO / District Oui
Elèves
ZAP L’établissement organise-t-il Non
Commune un ramassage pour Oui
Enseignants
Nombre d'habitants Non
Catégorie de la Rurale Les élèves passent –ils régulièrement une Oui
Commune Urbaine visite médicale ? Non
Capitale
Fokontany Oui
Avez-vous une connexion Internet ?
Nombre approximatif d'habitants Non
Village 
Nombre approximatif d'habitants
Accessibilité toute Oui
l'année? non

Identification de l'établissement 2007-2008 2008-2009 2009-2010


Distance par rapport aux Minimum
habitations des élèves maximum

Nombre de personnels Total


administratif M
(secrétaire, entretien,)
F

Caractéristiques de l’établissement 2007-2008 2008-2009 2009-2010


Portail
L’entrée de l’établissement comporte-t-elle Barrière
Rien
Haie vive
La clôture de l‘établissement est constituée Briques
de x Entièrement
x En partie
Rien
L’établissement a – t-il un agent de sécurité Oui
non

1 2

 
QUESTIONNAIRE POUR ELEVES 33. Efa namerina taona ve ianao? Ny mombamomba ny iray tampo aminao :
Eny Tsia 51. Firy ny rahavavy na anabavinao ?
Mars 2010 - UNICEF

17. Ny taonanao 34. Impiry ? 52. Firy ny rahalahy na anadahinao ?


DONNEES DE L'ENQUETE
53. Firy vavy no mianatra ?
1. N° de la fiche 35. Impiry ianao no efa niova sekoly ?
18. Vavy sa Lahy
Tsy mbola niova 1 2 3 54. Firy lahy no mianatra ?
V L
2. Superviseur 55. Firy ny iray tampo aminao
19. Misy Fahasembanana ? Taiza ianao no nianatra taloha ? mianatra ato?
3. Enquêteur Eny Tsia 1 2
36. 2007-2008 ? 56. Fahafiry amin'ny mpiray tampo ianao ?
20. Raha 'Eny', inona : 1 2 3 4 5 6 7 8
4. Date de l'enquete 37. 2008-2009 ?
Malemy Jamba Marenina 9 10 11 12
Tsy ampy saina Hafa Tato ihany (1), Tany an-kafa (2).
5. Heure de début Ny fari-pahaizan'ny mpiahy anao ?
21. Anaran'ny tanana misy anao Karazan-tsekoly inona ?
1 2 3 4 5 6 7
1 2 57. Ray ?
6. Heure de fin
38. 2007-2008:
58. Reny ?
39. 2008-2009:
7. Region 22. Faharetan'ny dia mankaty 59. Mpiantoka ?
an-tsekoly (Ora) Fanjakana (1), Tsy miankina (2).
Tsy mahay mamaky teny sy manoratra (1), Mahay mamaky
Inona ny antony nifindranao ? teny sy manoratra (2), CEPE (3), BEPC (4), BAC (5),
23. Halaviran'ny tranonao sy ny sekoly
Ambaratonga ambony (6), Hafa (7).
(Km) 1 2 3 4 5
8. District
40. 2007-2008? Asa aman-draharaha (CSP) ny Rainao ?
24. Ity ve ny sekoly akaiky indrindra ny fonenanao ?
Eny Tsia 41. 2008-2009 ? 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Fahasahiranana ara-bola (1), Nifindra trano (2), Niova asa 60. 2007-2008
9. Commune 25. Iza no nifidy azy ? ny ray aman-dreny (3), Lavitra loatra (4), Tsy 61. 2008-2009
Ianao fandriam-pahalemana (5). 62. 2009-2010
Ny ray aman-dreninao
Iza no miantoka anao ? Mpamboly (1), Mpiompy (2), Mpanao asa tanana (3), Mpiasa
Tsy maintsy ato (circonscription)
10. ZAP 1 2 3 4 5 tsotra (4), Mpiasa ambony (5), Mpiasam-panjakana (6),
26. Inona no nisafidianana ity sekoly ity 42. 2007-2008 ? Miaramila na Mpitandro filaminana (7), Manao asa tena (8),
Mpivarotra (9), Misotro ronono (10), Mijanona an-trano
Akaiky Tsara ny fampianarana 43. 2007-2008 ? (11), Tsy an'asa (12), Voaroaka (13).
Milamina Tsara ny trano
44. 2009-2010 ?
11. Fokontany Misy olom-pantatra CPS ny Reninao
Vous pouvez cocher plusieurs cases (2 au maximum). Ray aman-dreny (1), Raibe na renibe (2), Iray tampo (3), 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Mpiantoka (4), Hafa (ONG, ….) (5).
63. 2007-2008
27. Te-hifindra sekoly ve ianao ?
45. Inona ny loharanom-baovaoanao? 64. 2008-2009
12. Localité Eny Tsia
Tsy misy Radiom-pirenena 65. 2009-2010
28. Fa maninona ? Radiom-paritra Radio tsy miankina
Fahitalavitra Gazety Mpamboly (1), Mpiompy (2), Mpanao asa tanana (3), Mpiasa
Lavitra Ratsy ny fampianarana tsotra (4), Mpiasa ambony (5), Mpiasam-panjakana (6),
Tsy milamina Ratsy ny trano Hafa Miaramila na Mpitandro filaminana (7), Manao asa tena (8),
13. Nom de l'établissement Vous pouvez cocher plusieurs cases (3 au maximum). Mpivarotra (9), Misotro ronono (10), Mijanona an-trano
29. Kilasy fahafiry ianao ? (11), Tsy an'asa (12), Voaroaka (13).
CP1 CP2 DONNEES SUR LA FAMILLE
CSP ny mpiantoka anao
CE CM1
14. Niveau 46. Velon-dray aman-dreny ve ianao ? 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
CM2 6ème / 6ème An.
Primaire Collège Eny Tsia 66. 2007-2008
5ème / 7ème An. 4ème
15. Code etablissement 3ème Iza no miara-mipetraka aminao ? 67. 2008-2009
1 2 3 4 5 6 68. 2009-2010
30. Ny taona nidiranao nianatra
voalohany ? 47. 2007-2008 ? Mpamboly (1), Mpiompy (2), Mpanao asa tanana (3), Mpiasa
48. 2008-2009 ? tsotra (4), Mpiasa ambony (5), Mpiasam-panjakana (6),
DONNEES SUR L'ELEVE 31. Nanao "Préscolaire" ve ianao ? Miaramila na Mpitandro filaminana (7), Manao asa tena (8),
49. 2009-2010 ? Mpivarotra (9), Misotro ronono (10), Mijanona an-trano
Eny Tsia
16. Anarana sy Fanampiny Ray (1), Reny (2), Ray sy Reny (3), Raibe na Renibe (4), Iray (11), Tsy an'asa (12), Voaroaka (13).
32. Taiza ? tampo (5), Hafa (6).
Fanjakana Tsy miankina
50. Iza no loham-pianakaviana ?
Ray Reny Hafa
SECURITE Efa nisy fotoana nikatonan'ny sekolinareo ve ankoatry ny Mihinana any amin'ny "Cantine" ve ianao ? 120. Fa naninona ?
fialantsasatra ? 1 2 Maitso ahitra
Misy miara-mandeha mianatra aminao ve ? 1 2 3 4 5 6 7 Very asa ny mpiantoka
102. 2007-2008?
1 2 3 4 5 6 7 8 87. 2007-2008 Tsy tonga ny vokatra avy any ambanivohitra
103. 2008-2009?
69. 2007-2008? 88. 2008-2009 Tsy nisy vola
104. 2009-2010?
70. 2008-2009 ? 89. 2009-2010 Hafa
Eny (1), Tsia (2).
71. 2009-2010 ?
Tsia (1), 1 (2), 2 (3), 3 (4), 4 (5), 5 (6), Mihoatra (7). 121. Raha "hafa" azonao
Izaho irery (1), Ray (2), Reny (3), Iray tampo (4), Havana (5), Raha "Tsia" aiza ianao no mihinana? lazaina ve ?
Namana (6), Mpifanolo-bobirindrina (7), Hafa (8). Inona ny antony nampikatona azy ? 1 2 3 4 5 6
1 2 3 4 5 6 105. 2007-2008? FOURNITURES ET MANUELS SCOLAIRES
Firy ianareo no miara-mandeha mianatra ?
90. 2007-2008 106. 2008-2009?
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Nahazo "Kit scolaire" ve ianao ?
91. 2008-2009 107. 2009-2010?
72. 2007-2008 ? 1 2
92. 2009-2010 122. 2007-2008 ?
73. 2008-2009 ? Tsy mihinana (1), Any an-trano (2), Any @ gargote na hotely
Tsy misy mpampiantra (1), Grevy (2), Tsy (3), Any @ havana (4), Any @ namana (5), Mitambezo sakafo 123. 2008-2009 ?
74. 2009-2010 ?
fandriam-pahalemana (3), Loza voajanahary (4), @ mpiara-mianatra (6).
124. 2009-2010 ?
1 (1), 2 (2), 3 (3), 4 (4), 5 (5), 6 (6), 7 (7), 8 (8), 9 (9), 10 Areti-mifindra (5), Hafa (6).
(10), Mihoatra (11). Inona no haninao mandritra ny fotoana hianarana ? Eny (1), Tsia (2).
Efa nisy nandroba na nanakorontana ve ny sekolinareo ? 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Mandeha inona ? 1 2 Nahazo "Tablier" ve ianao ?
108. 2007-2008 ?
1 2 3 4 5 6 7 93. 2008-2009 1 2
109. 2008-2009?
75. 2007-2008 ? 94. 2008-2009 125. 2007-2008
110. 2009-2010?
76. 2008-2009 ? 95. 2009-2010 126. 2008-2009
Vary (1), Vary sy anana (2), Vary sy Hena (3), Vary sy
77. 2009-2010 ? 127. 2009-2010
Eny (1), Tsia (2). Trondro (4), Biscuit (5), Mofo dipaina / Mofo gasy (6),
Tongotra (1), Bicyclette (2), Sarety (3), Fiara (4), Lakana (5), Kafe/Dite (7), Ronono (8), Haninkotrana (9), Koba (10), Eny (1), Tsia (2).
Posy (6), Hafa (7). 96. Misy manao kilalao mahery setra ve ato ampianarana ? Voankazo (11), Hafa (12).
Eny Tsia Inona ny fiataovana enti-mianatra azoanao (personnelles) ?
78. Raha hafa, inona no Mihinana "Goûter" ve ianao ?
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
nandehananareo tamin'ity 97. Karazana kilalao inona? 1 2 3 4 5 6
taona ity ? : 128. 2007-2008?
111. 2007-2008 ?
129. 2008-2009?
79. Niova lalana ve ianareo tamin'ity taona ity? Fa naninona ? 112. 2008-2009?
130. 2009-2010?
Tsia Tsy fandriam-pahalemana 113. 2009-2010?
Nihasarotra ny lalana Nifindra trano ALIMENTATION Kitapo (1), Solaitra (2), Kahie (3), Stylo (4), Pensily hazo (5),
Tsy mihinana (1), Biscuit (2), Ronono (3), Koba (4), Gaoma (6), Crayon de couleurs (7), Fanipihana (8), Equerre
Hafa 98. Inona no haninao alohan'ny andehananao mianatra ? Haninkotrana (5), Hafa (6). (9), Rapporteur (10), Compas (11).
80. Fotoana ianaranareo ? Tsy misy
Inona no haninao ny hariva ? Iza no nanome na nividy azy ?
Maraina Hariva Maraina sy Hariva Vary
Vary sy anana 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 1 2 3 4 5
Amin'ny firy ianareo no miala any an-trano ? Vary sy Hena 114. 2007-2008 ? 131. 2007-2008 ?
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Vary sy Trondro 115. 2008-2009? 132. 2008-2009 ?
81. 2007-2008 ? Biscuit 116. 2009-2010? 133. 2009-2010 ?
82. 2008-2009 ? Mofo dipaina / Mofo gasy
Tsy mihinana (1), Vary (2), Vary sy anana (3), Vary sy Hena Ray aman-dreny (1), Mpiantoka (2), ONG/Ass. (3), FRAM (4),
Kafe/Dite (4), Vary sy Trondro (5), Biscuit (6), Mofo dipaina / Mofo FAF (5).
83. 2009-2010 ?
Ronono gasy (7), Kafe/Dite (8), Ronono (9), Haninkotrana (10), Koba
4h (1), 5h (2), 6h (3), 7h (4), 8h (5), 9h (6), 10h (7), 11h (8), Haninkotrana (11), Voankazo (12), Hafa (13). Mampiasa boky ve ianao aty ampianrana ?
12h (9), 13h (10), 14h (11). Koba 1 2
117. Manasa tanana ve ianao alohan'ny hisakafoananao ?
Amin'ny firy ianao no tafody any an-trano? Voankazo 134. 2007-2008 ?
Eny Tsia
1 2 3 4 5 6 7 8 9 Hafa 135. 2008-2009 ?
84. 2007-2008 ? Vous pouvez cocher plusieurs cases (2 au maximum). 118. Misy fotoana ve efa tsy nihinanao hanina ve ? 136. 2009-2010 ?
Eny Tsia
85. 2008-2009 ? Mitondra sakafo avy anay an-trano ve ianao ? Eny (1), Tsia (2).
86. 2009-2010 ? 1 2 119. Oviana ?
Novidiana sa nomena fotsiny na nampindramina ?
11h (1), 12h (2), 13h (3), 14h (4), 15h (5), 16h (6), 17h (7), 99. 2007-2008 ?
1 2 3
18h (8), Ora hafa (9). 100. 2008-2009? 137. 2007-2008 ?
101. 2009-2010? 138. 2008-2009 ?
Eny (1), Tsia (2). Novidiana (1), Nomen'ny sekoly (2), Nindramina (3).
139. 2009-2010 ? ENSEIGNEMENT 179. Efa voasazy ve ianao ? Efa nampiantsoana taty am-pianarana ve ny ray aman-dreninao
Novidiana Nomen'ny sekoly Nindramina Tsy mbola na ny mpiantoka anao ?
Nanana mpampianatra foana ve ianareo ? Nahazo fampitandremana 1 2
Raha "novidina" dia iza no nividy ? 1 2 Tsy nahazo nianatra nandritra ny fotoana voafetra 195. 2007-2008 ?
1 2 3 4 5 158. 2007-2008 ? Niverina tamin'ny fotoana tsy fianarana 196. 2008-2009 ?
140. 2007-2008 ? 159. 2008-2009 ? Hafa 197. 2009-2010 ?
141. 2008-2009 ? 160. 2009-2010 ?
Firy ny salan'isa azonao tamin'ny taompianarana Eny (1), Tsia (2).
142. 2009-2010 ?
Eny (1), Tsia (2). 180. 2007-2008 ?
Ray aman-dreny (1), Mpiantoka (2), ONG/Ass. (3), FRAM (4), Raha "Eny", efa impiry ?
FAF (5). Matetika tsy tonga ve ny mpampianatrareo? 181. 2008-2009 ? 1 2 3 4 5 6
1 2 198. 2007-2008 ?
SOUTIEN SCOLAIRE 182. 2009-2010 ?
161. 2007-2008 ? 199. 2008-2009 ?
Misy fanampina azonao ve ? 162. 2008-2009 ? 200. 2009-2010 ?
Mianatra ve ianao any an-trano ?
1 2 3 4 163. 2009-2010 ?
1 2 1 (1), 2 (2), 3 (3), 4 (4), 5 (5), Mihoatra (6).
143. 2007-2008 ? Tonga (1), Tsy tonga (2). 183. 2007-2008 ?
201. Inona ny asa heverinao hatao any aoriana ?
144. 2008-2009 ? 184. 2008-2009 ?
Eo amin'ny impiry isam-bolana eo ?
145. 2009-2010 ? 185. 2009-2010 ?
1 2 3 4 5 6 7 8
Fitaovam-pianarana (1), Fanohanana amin'ny fianarana (2), 164. 2007-2008 ? Eny (1), Tsia (2).
Vola (3), Hafa (4). Mahalala ankizy voatery nijanona