Vous êtes sur la page 1sur 3

Le chômage est le déséquilibre majeur que connaît la société française aujourd’hui.

Cette situation
génère notamment des tensions sociales, un accroissement de la pauvreté et surtout une
limitation de la consommation qui pèse sur la croissance économique du pays. C’est pourquoi
les différents gouvernements ont donné la priorité à l’emploi dans l’orientation de leur politique
économique.
Le chômage peut être défini comme l'état d’inactivité d’une personne souhaitant travailler. Cette
définition du chômage connaît de nombreuses variantes et son concept donne toujours lieu à
des controverses théoriques et statistiques.

D’après les définitions statistiques, chaque individu peut rentrer dans l’une des trois catégories
suivantes :

 Chômeur s’il remplit les critères de la définition,


 actif occupé s’il travaille effectivement,
 inactif s’il ne travaille pas et ne remplit pas les critères de définition du chômage
(exemple : les retraités, les enfants, les étudiants…).

Le taux de chômage représente le rapport entre le nombre de chômeurs x 100.

La situation des chômeurs est très différente suivant le type de chômage qui les touche. On
distingue 4 formes de chômage différentes :

- le chômage conjoncturel : c’est un chômage temporaire lié à une baisse ponctuelle de


l’activité économique (exemple : fermeture d’une unité de production due à la perte d’un client
important).

- le chômage structurel : c’est l’absence durable d’emplois sur le marché du travail. Ce type de
chômage est la conséquence des mutations de l’économie. En effet, l’offre d’emplois se modifie en
raison principalement des changements technologiques. Face à ces modifications, un grand nombre
de travailleurs se trouve en inadéquation avec les offres du marché de l’emploi et les qualifications
demandées.

- le chômage frictionnel : c’est le temps que va mettre une personne pour retrouver un nouvel
emploi(période intermédiaire entre deux emplois).

- le chômage technologique : c’est le chômage généré par une plus grande utilisation du capital
technique dans le processus productif (robotisation dans l’industrie automobile).
itter
 GoogleLinkedIn

 LA 1. FISCALITÉ PERSONNELLE PROGRESSIVE
Elle attaque ceux qui réussissent, donc les contribuables arbitrent en
faveur du loisir et réduisent leur activité. La « reaganomics » s’est inspirée
de cette réalité.
3. LA RIGIDITÉ DU MARCHÉ DU TRAVAIL
Elle est due aux législations et à l’action syndicale : les « petits boulots » sont
interdits et la « précarité » est prohibée.

4. LA FISCALITÉ DES ENTREPRISES


Cette fiscalité dissuasive empêche les entreprises d’investir, mais aussi tous les
investisseurs potentiels.

5. LE POIDS DES CHARGES SOCIALES


Ce poids excessif réduit la compétitivité des entreprises, comme la fiscalité, et il
pénalise particulièrement les systèmes d’assurance-maladie et de retraites fondés sur
la seule répartition. Avec une logique assurancielle et une capitalisation le poids
diminue.

Les consequences du chomage

Baisse de la consommation :
 Les chômeurs consomment moins

 Les autres consommateurs aussi par anticipation : ils repoussent leurs achats, en
particulier d’équipement (maisons, voiture, électroménager) par peur d’être eux aussi
touchés par le chômage.

Déficit des organismes de protection sociale (Sécurité sociale, …) :


 Manque à gagner (ces organismes sont en majeure partie financés par les revenus
du travail.°

 Indemnisation du chômage

Des solutions contre le chomage:

Il en découle naturellement trois grandes catégories de solutions pour lutter contre le


chômage :
• Réduire la productivité du travail et donc augmenter l’emploi nécessaire
pour répondre à une demande donnée ;
• Augmenter la demande pour produire plus ;
• A demande et productivité constantes, mieux partager l’emploi entre
toutes les personnes qui souhaitent travailler (la « population active »),
ce qui implique de réduire le temps de travail moyen des travailleurs.
Le chomage en Roumanie
• L'Institut national des statistiques roumain, l'INS, a publié ses dernières
estimations ,un taux de chômage stable, à 6,8%. Celui-ci est inférieur à la
moyenne européenne calculée par Eurostat et qui s'élève à 9% -plus de
10% pour la France. Le taux de chômage en Roumanie explose
cependant lorsqu'il est question des moins de 25 ans, avec 21,7% qui
sont sans emploi.

Conclusion
 Le chomage qui persiste depuis la fin des trente glorieuses est un
probleme qui a de graves conséquences sur les personnes elle meme
atteintes par ce fleau de societé, sutr ll'entourage, sur l'economie.
 Le BIT rappelle que la création d'emplois décents et productifs est
nécéssaire pour réduire le nombre de chômeurs et de travailleurs
pauvres. Cette réduction est elle-même une condition préalable au
développement et à la croissance économique futurs.
 Par conséquent, il est tempspour les gouvernements et pour la
communauté internationale de s'assurer que la situation économique
favorable dans la plupart des régions du monde se traduise par une
croissance des emplois décents.