Vous êtes sur la page 1sur 26

David VIEL – le 02 03 2019

Lorsque ça prend de « soi »


et/ou lorsqu’il s’agit d’amour

+ Se connaître avec le temps


ou être encore + éloigné de ce qui aurait dû être pourtant, reconnu (réalisé)

C’est à moi
= c’est personnel
= c’est mon histoire
ou ça m’est propre.

Il s’agit de mon fil


ou de ce qui me relie au présent (celui de mon je-u
et/ou de ma dépense d’énergie in-carnée).

Il s’agit de ma trace (« signal »),


de mon lien, celui qui m’assure,
qui me relie à la « terre » (au « terrestre », au « présent » de mon Je) ;
pour être « sûr »
pour ressortir de cet état de « fin »
et non être sans « assurance » (« solidité » ;
solidarité. Il est impossible de détacher ça de soi
sans revenir « dessus »).

Mon lien avec le vivant.

La majeur partie de ma vie


est passée
= C’était comme ça
Donc, ça ne peut pas être autrement.

David VIEL – le 02 03 2019


C’est incroyable
ce lien ;
lorsque ça marque
ou que ça « prend » de soi
pour être « dedans » (c’est notre vie)
= pour que ce soit de fait,
l’histoire (comme ça) de NOTRE vie
et que ça ne pouvait pas être ainsi, autrement (puisque ça s’est passé).

C’est bien nous,


= ce sont bien les gens,
qui le permettent ça.
Pour que ça ne puisse pas être autrement,

La Solidité
le Mur
ou la Soudure du lien (lorsque ça « marque »
et/ou prend de « soi »).
C’est propre
c’est net
ça tient,
c’est là.

Union

Une impression qui se vérifie dans le temps,


pour ne pas alors s’être fait d’illusion (et/ou avoir) ;
ou alors qui ne se vérifie pas dans le temps,
pour s’être fait alors avoir (des illusions).

Est-ce que ce sera « là »


ou pas ?

David VIEL – le 02 03 2019


Prenez deux pièces
vous les soudez ensemble
et essayez de voir si ça « prend »
= si ça tient avec le temps (ce temps) ;
ce n’est pas garantie ça
(puisqu’il sera question de leur ça
et de leur soi
= de ce qu’ils vont réalisez, permettre
et/ou de ce qu’ils voudront bien réaliser).

Soudez deux pièces ensemble ;


si ça « prend »
lorsque vous les détachez
ils vont se re-souder
et/ou retrouver (lorsqu’il s’agit de ça
et de soi,
c’est forcé).

Et moi,
il y avait un truc qui m’avait « pris » dans le passé
et impossible de m’en dé-faire comme ça ;
de briser ce lien.

Une histoire,
un mélange d’être et d’avoir,
pour le vivre
= l’Avoir
= que ça fasse partie de l’histoire (ça ne peut pas être ainsi, autrement
puisque ça c’est passé) de ma vie

On impressionne ainsi les choses,


l’air de RIEN

David VIEL – le 02 03 2019


pour que ce soit vécu
ou passé (avec le temps ; CE TEMPS).
Non en le réalisant ça,
mais belle et bien réagir,
à ce qui apparaît … Et si ça apparaît alors ça fait partie d’un schéma d’ensemble.
Pour dire OUI
en faire partie
et/ou donner le change (sa vie ; temps et énergie
= être « là » et pas autre part).
Ou alors voir le mal
= rejeter
= ne pas adhérer (aimer)
= ne donner raison (de « soi »)
= dire NON,
ne pas le partager
= ne plus être « là »
et/ou, ne pas le permettre ça (pour que ça ne soit pas ainsi, vécu ou passé).

Et elle,
elle donnait le change comme ça …
De un, je n’étais pas le 1er ( = dans ce sens là)
de deux, quel que soit la personne d’ailleurs (sans que ce soit dans ce sens là).
Sans parler du respect qu’elle a eu à mon égard
pour que ce soit « passé » à mon sujet.
Je n’ai jamais compris
sa capacité à changer de milieu comme ça
= elle tient à rien.

Tout comme le fait,


de se servir du lien avec moi,
pour avoir cette influence là (le « pouvoir »
ou le « dessus »).
Autant qu’elle m’avait dit un jour (puisqu’elle entretenait qu’en même le lien avec le temps

David VIEL – le 02 03 2019


qu’il allait lui faire une maison (elle m’en parlait - on n’était plus ensemble -
sans que je ressente de l’amour au sujet de la personne avec qui elle faisait sa vie
mais bien sentir, la position, qu’elle aime avoir,
et/ou qu’elle avait pris à son sujet.
Comme un « pouvoir »
ou le « dessus ».
Lui, il l’aiment c’est « sûr »
en revanche elle,
lorsque j’étais avec elle,
je n’avais pas senti d’amour
= je donnais autant que j’avais de voir son amour
et/ou ce qu’elle n’a pas).
Elle avait un comportement de mec
= narcissique.
Et en plus elle n’éprouvait pas d’empathie
à l’égard d’autrui.

Et moi je m’étais attaché.


Le « pouvoir »
qu’elle avait.
Non pour le réaliser,
mais belle et bien en jouer
et/ou se « grandir ».

J’ai ainsi réagit à ce lien ;


= refait l’histoire pour arranger les choses.
ET si en fait, il n’était pas question d’arranger les choses ?
Mais qu’elle n’existe pas (que cette histoire n’est pas lieu … D’être).
Lorsque je vois ce dont elle (cette histoire) a été « responsable »
et/ou à l’Origine.
l’erreur est, là.

Je l’ai impressionné

David VIEL – le 02 03 2019


ou pris à cœur
= je m’étais at-taché
= ça m’était personnel (mon histoire
ou mon lien avec la « terre »)
et, une question de fierté
= de « pouvoir » (ou « d’autorité » naturel
lorsque ça « prend »).
Mais si au final,
cette union,
n’avait pas lieu d’être ;
était illégitime (si cette histoire,
n’avait par lieu d’être)
= non pour l’Avoir « à la fin »
mais le réaliser ça au final !

J’y tenais
et pour moi,
« perdre » (la « perdre »)
était impossible,
impensable (inconsciemment!!!!).
Mais ça n’avait pas de sens ;
sauf personnel !!!

C’est incroyable,
les notions qui vient à « soi »
en étant amoureux
et/ou en tenant à une personne.
Puisqu’il est là, question …
de l’identité
de l’intégrité émotionnelle
et psychique (nerveux) de la personne.
La personne sera « bien »
en ayant raison « à la fin »

David VIEL – le 02 03 2019


en conservant l’objet (la main) condition à son sujet (pour me faire « marcher »).
Et elle sera « mal »
en perdant la main (le « pouvoir »
et/ou le « droit » ;
son « ancre »
son « trou »
ou son lien avec la « terre »).

le truc bête,
c’est que les choses
s’étaient cristallisées (arrêtées)
dans ce sens
pour que ce soit vécu (en valoir la « peine ») ;
une histoire vraie.
Et impossible de défaire les liens
comme ça.
Puisqu’il est concrètement impossible
de changer ce qui s’est passé (ce qui est en tête et affecté) ;
Il fau-t-dra-it ainsi vivre avec
et/ou le supporter (réalisez que ça « profite-ra-it » à cette personne,
pour renforcer son sort ou Je ; sentiment d’être « bien »
sans l’être).

Raison pour laquelle,


que c’est dégueulasse
lorsqu’une personne se sert de ces liens
pour le « pouvoir »
ou le plaisir (renforcer son sort).
Je ne dis pas qu’elle en a conscience,
mais qu’elle est comme ça.

Et moi,
c’est le « soi »

David VIEL – le 02 03 2019


que j’essayais d’extraire du vécu (de ça) ;
afin que ça ne soit plus « personnel »
que je n’en soit plus « là »
ou que ça me soit « propre » (« familier »
= que ça arrête mon énergie) ;
mon lien avec la « terre » (ça)
et/ou « présent ».

Sauf que c’est s’en prendre là,


à ce qui était pour moi,
« chérie »
= « sacré »
« totem » ;
important/essentiel (puisqu’il s’agit de ce lien être-avoir
et ainsi de mon sujet avec le temps,
ce temps = peau / « peau »).

Il s’agit de choses (lorsqu’il s’agit d’amour


ou de ce qui est « chérie »
… de ce qui a pris de « soi »
= important pour « soi »)
que l’on garde pour « soi »
comme pour le protéger de l’extérieur (de ça
ou de ce qui n’est pas encore saisi
pour le vivre
= se le faire vivre).
Pour ne pas perdre son « amour »
ou la matière condition à cet amour (« flamme)
= perdre ce qui est « central »
= la « flamme » (le « soi »)
et ainsi le « contrôle » des événements,
pour avoir encore l’objet
condition à cette «flamme » (union).

David VIEL – le 02 03 2019


Il s’agit du cœur même d’une identité ( = c’est personne-l) ;
de la « faute »
de la « chute »
ou de la « perte » (de ce qui est à réaliser).

Ça prend de « soi »
et impossible de s’en dé-faire comme ça.
Ça a été ainsi impressionné
pour que ce soit la vie
de personnes (comme ça) ;
qui témoigneront de ce qui a été passé (de ça)
pour que ce soit encore présent
dans le sens qu’ils l’ont reconnu (permis).
Et ainsi, encore de l’avenir
pour encore le « pouvoir »
comprendre ce qui se « passe »
et/ou rester dans leurs « murs » ;
dans ce qu’ils ont impressionné
= eu raison des personnes.
Pour que ça soit ainsi vécu
= la vie (ou comme ça)
et non le réaliser ça.

Impossible de changer les choses (l’ordinaire)


puisque vous toucherez les liens avec la « terre » ;
d’autres que vous en « soi » ( = vous vous en prendrez à leurs vies, à leurs « visions » des choses
et/ou à ce qu’ils ont affecté)
comme ça.

Et votre « soi »
est dans cette histoire.

Ça a ainsi pris « forme »

David VIEL – le 02 03 2019


= de vous en « soi »
dans ce sens là,
et impossible de vous en dé-faire comme ça ;
c’est votre « trou »
votre « milieu »
et/ou à-faire (lien avec la « terre »
et après il n’y a plus rien ;
ça n’en vaut plus la « peine »
et/ou, c’est la « mort »).

Raison pour laquelle


les gens attendent inconsciemment
espèrent inconsciemment
une autre « rencontre »
afin de leur permettre de changer leurs idées
et/ou de « tourner la page ».
Non de le réaliser ça
mais belle et bien pouvoir « enterré »
ou « en finir »
avec ce qui doit être du « passé »
et/ou « enterré » (« mort »
= plus « là » de fait).
Et si la personne « enterrée »
ne s’est pas dé-taché
alors elle est de fait,
« morte »
« enterrée »
afin de permettre à des personnes
« d’avancer » (de « tourner la page » ;
c’est dans leurs têtes
de là à l’affecter!!).

Des personnes qui parleront de « droit »

David VIEL – le 02 03 2019


sans en saisir le sens,
et/ou la porté.
La personne fidèle
sera ainsi mal vue
vis à vis de personnes infidèles ;
qui ne ressortiront pas du tout comme ça
dans l’histoire qui se « passe »,
qui « prend » (qui s’étend ; en attendant vous si vous ne vous êtes pas détacher, vous êtes
concrètement plus « là »).
Pour être ainsi encore plus « enterré » (« mal » ;
plus du tout « vivant »
dans le « vivant »
du fait d’être encore « en vie »
sans avoir changé d’objet
puisque ça a eu raison de votre sentiment).

Le jet négatif
que la personne « passé »
aura
pour permettre
à certaines personnes,
« d’avancer » ;
« d’évoluer ».

Raison pour laquelle,


je dis
et redis
que s’attacher est chose aisée ;
en revanche se détacher
est une autre histoire (ou paire de manche)
= vous aurez ça sur le dos
puisque votre « amour » (l’objet qui a raison de « soi »)
vous renverra l’idée

David VIEL – le 02 03 2019


vous fera vivre le fait
de ne pas en « valoir » la peine ».
Vous aurez ainsi ça sur le dos
puisque vous n’avez ni conscience
de ça
ni conscience de vous en « soi ».

L’Autre
et par extension
les autres, celles et ceux qui l-e-a soutiendront
ne vous donneront pas raison
pour le « pouvoir »
et/ou le plaisir ;
afin qu’il n’y ait pas de « fin »
à leurs sujets (si ça « prend » ;
les autres, la vie en général
ser-a-ont ainsi Conquis, Neutre-s
ou plus « là » dans les faits
pour continuer à le « pouvoir »
= à « avancer »
= à être « responsable » de ça
sans que ça ressorte).

J’avais déjà refait l’histoire


… en partant de cet état de fait (union)
Jamais en revanche
j’avais refait l’histoire
revue les choses
sans que cette union, ait lieu (pour moi c’était impensable
et/ou impossible ; comme quoi ça m’avait impressionné
et/ou intéressé).
Et il est vrai
… pour voir comment ça se serait passé

David VIEL – le 02 03 2019


= les effets dans le temps que aurait produit,
ça aurait été intéressant de voir ;
le vécu
les effets que ça aurait fait (produit)
dans le temps (ce temps ; cet avenir
… à-venir, lien).

Pour moi
rien n’est immuable ;
tout en une question de mécanique,
de schéma d’ensemble
et ainsi de rencontres
= de lien
de liaison
pour qu’il y ait une histoire
des gens
ou des choses qui se passent ;
en fonction des liens
c’est à dire de cet échange
être-avoir,
pour être « dedans » (concentré
et/ou faire « connaissance »).

Et pour que des choses se passent


il faut qu’il y ait une « alchimie »
et/ou une raison, d’être.
Il faut que ça
résonne
et
raisonne.

S’il y avait une chose à changer,


ce serait peut-être ça ;

David VIEL – le 02 03 2019


juste pour « voir ».

En étant « en vie »
… il y a deux épreuves
2 morts (dans une existence terrestre ... Quel que soit l’histoire et ainsi les liens) :
1- Perdre son amour (un être « cher » ; ce qui est « chérie » ou cher pour « soi »)
2 - La mort (la fin de « soi » et/ou de SA vie).

Il y a toujours ces deux limites ;


et là je peux assurer,
qu’il s’agira de ça
et de « soi ».

Le lien (l’alchimie)
homme-femme.

Dès que ça se passe


ce sera pour faire SA vie
son trou
et/ou ce qui va de soi ;
et non remettre ça (cet ordre
ou mécanique) en question.
Et on re-cherche + ou - consciemment
la bonne personne (si ça peut coller).
Pour le « pouvoir »
et/ou le plaisir (l’Avoir ça) ;
sinon ça n’est plus possible (supportable)
d’être là
ou il n’y aurait plus de raison d’être.

Afin de pouvoir ainsi, faire SA vie


et/ou « s’estimer » bien (avoir de la « chance »
et/ou du « mérite »).

David VIEL – le 02 03 2019


Afin de pouvoir s’étendre
et non être remis en question
(… ce qui est, après réflexion
+ un rapport égotique,
égoïste à l’objet
que faire preuve de maturité ;
de logique et/ou d’éveil de conscience).

Et,
là je suis dans cette épreuve ;
celle de perdre mon amour ( = mon lien avec la « terre » ;
ce qui était pour moi manifestement important/essentiel).

Pour que ça ne me fasse plus rien


= m’en dé-tacher,
ou m’en dé-faire
j’ai dû aller jusqu’à la « terre »
= jusqu’à lien (cette connexion non être-avoir
mais entre ça et « soi » ;
et/ou cette soudure celle qu’il y a dans le temps
et non seulement dans la tête d’une et/ou des personnes pour le « pouvoir »
ou le plaisir = vanité et/ou facilité).
Pour ne plus l’incarner
le vivre (lui donner le change)
et/ou le subir
= devoir l’endurer ça
= devoir encore le « supporter » (au sujet de ça, du temps …. il s’agit de ce qui revient à « soi » de
fait !!)
Ça m’aurait ainsi,
sinon « hanté » (desservie, coûté)
tout le restant, de ma vie
puisque c’est mécanique
= « forcé » (je devais ainsi saisir cette mécanique pour m’en défaire

David VIEL – le 02 03 2019


= donner le change
à ce qui se moquait de moi
et/ou qui se servait de ce lien
pour son « pouvoir »
et/ou plaisir).

En perdant l’objet
qui a concrètement impressionné la personne
= la personne est concrètement « morte »
= en perdant ce qui lui a « pris »
ce qu’elle a estimé être « bien »
= aimé
pour ne plus être « là » de fait.

Moi honnêtement,
cette personne je ne la comprends pas.
Puisque même si c’était « mouvementé »,
(pas de « tout repos »)
il y avait tout de même de l’amour (ce qui est essentiel = de « soi » = de la légèreté et/ou « magie »)
et de ça (de la gravité)
= des raisons d’y tenir.
Mais manifestement,
elle ne les a pas vu, ces raisons
et/ou reconnu,
pour ne plus être « là » dans les fait (elle l’a permis ça
et/ou voulu) ;
ce qui est difficile à comprendre.
Non parce que je le vaux bien (dans ce sens là
= que je suis une personne irremplaçable)
mais parce que cette histoire en valait la peine.

Qu’est-ce qui peut bien se passer


lorsque des personnes

David VIEL – le 02 03 2019


sont dans le fond
d’un côté sentimental (où les choses ont une valeur sentimental surtout lorsqu’il s’agit de l’Autre
pour être 2, complété, accompli et non « seul » et/ou non abouti … Sur la « touche »)
et de l’autre pragmatique ( … et le lien qui viendra à l’esprit,
n’a pas forcément un rapport avec le genre).

De plus, je connais cette mécanique


= elle a dû réellement « changer » (dans le fond
et la forme
c’est à dire se renier
pour le « pouvoir » (moi je n’ai pas changé, au contraire. J’ai renforcer ce lien celui qui me relie à la
« terre », au « terrestre ». J’ai creusé = essayé de comprendre ça à hauteur qu’elle s’en est servis pour le
« pouvoir » ou le plaisir = « m’enterrer » et/ou « tourner la page ». J’ai du remonter la matière
inconscient à bien des gens et/ou à la lumière de ce qui est conscient, intelligible pour eux = parce que je me
suis bouffer ça durant toutes ces années)
= malgré l’histoire
dont elle est à l’Origine
et/ou « responsable »
pour le « pouvoir »
ou le plaisir.

Elle est techniquement


malgré l’histoire dont elle est « responsable » (au « centre »)
encore plus éloigné du « réel »,
d’elle-même
ou de ce qu’elle aurait dû reconnaître (se passer à son sujet).
Pour se découvrir
et non renforcer son sort (Je)
= avoir cette influence
cette em-prise là
sur les autres, l’Autre,
pour encore le « pouvoir »
= encore s’apprécier

David VIEL – le 02 03 2019


dans le sens
dont elle a été
dont elle est « responsable »
ou à l’Origine
pour encore le « pouvoir »
ou le plaisir (avoir la main
ou raison du monde ;
de son entourage).
= au détriment du sens.
Pour continuer à le « pouvoir »
= elle tient à SA vie (à ne pas « perdre » ;
se perdre au final).
c’est dans sa tête
ou nerveux (incarné
= c’est sa personne).

Son « soi »
est en-fermé
= prisonnier de cette vie (ordinaire)
pour encore le « pouvoir »
= maintenir « l’ordre »
en elle
et/ou les choses à leurs places
pour ne pas être débordé
par les événements,
dont elles est « responsable »
et/ou à l’Origine.

Si ça (les choses du vivant)


lui échappe,
ça sera nerveux (elle craquera nerveusement).
= elle ne comprendra plus rien ;
puisque c’est SA vie (tout ce qu’elle a fait)

David VIEL – le 02 03 2019


n’aurait plus aucun sens ( = son ego a tué son amour,
à nier ça,
le mal fait pour réellement le « pouvoir »
= avoir le « soi »
ou raison « à la fin ».
Le « soi » (le sentiment) n’a pas eu ainsi raison de ça.

Le propre et le fait de renforcer son sort (d’Avoir ce qui est voulu)


= avoir ce qu’elle voulait « à la fin ».
Et non alors être sorti de son Je
= être mature
= être adulte
= être éclairé
et/ou juste
= si bien que ça
malgré l’histoire censée encore prendre
pour encore le « pouvoir »
ou « s’assurer » contre ça.
Pour que les choses continuent à lui Revenir
et non à lui échapper (à lui faire « chier »).

Elle doit être,


dans l’idée d’être sa vie,
et non, naturel (authentique, épanouie = elle
Malgré l’histoire dont elle est « responsable »
ou à l’Origine
pour continuer à se convaincre du contraire ;
d’une « réussite »).

Avec notre rencontre,


il y avait deux options en réalité :

David VIEL – le 02 03 2019


1- Soit que cette rencontre n’ait pas eu lieu (hors rien ne pouvait l’empêcher ; le timing était bon
… Donc il y avait des raisons pour que ce soit vécu et/ou « là » de fait).
Sauf que malgré ces raisons également, celles qui devaient me conquérir … En fait, à deux ans près,
j’aurai été le 1er et moi. Et moi, lorsqu’il est, était, question d’amour je déteste être le 2 nd.
Entendre son amour parlait de ses ex = qu’elle soit touché par d’autres… Pour moi ça ne passe pas =
ça ne pouvait pas être elle. Je l’aimais tout en la repoussant.
Pour moi il s’agit d’un don de soi = c’est important ou ça doit en valoir la peine = « tu » ne te
donnes pas le change (ton énergie et ton ça) à n’importe qui et/ou pour faire (reconnaître)
n’importe quoi, qui.
Pour être ainsi l’élu de mon cœur (elle)
ou alors être une grosse S- - - - - -
Et ne vous leurrez pas les filles à ce sujet, ça (le temps) ne changera pas à cette histoire.
Elles n’aiment certes pas l’entendre et/ou en entendre parler pour être dans leur « droit » et/ou
« libre » … De faire ce qu’elles veulent, ce qu’elles ont envie de penser, de dire et faire quand elles le
veulent et/ou avec qui elles le veulent, permettent sans que cela doive poser problème = qu’il n’y ait
pas de « mal », de « compte à rendre », pour encore le « pouvoir » ou le plaisir.
Le « vouloir » c’est « bien » ... Mais ça ne change rien à ce qui ça produire et/ou à cet état de fait (à
ce dont elles sont concrètement à l’Origine et/ou « responsable » pour encore le « pouvoir » et/ou le
plaisir. Genre ça, le temps, va leur donner raison avec le temps, dans ce sens là et/ou en « évoluant »
dans ce sens là ; intention là. Elles peuvent toujours courir et/ou le croire (ça leur perdra, à la fin).

2- Soit elle l’avait réalisé ça pour se découvrir et non renforcer son je (sort) ; au détriment du
sens ou de ce dont elle a été concrètement « responsable » pour le « pouvoir » et/ou le plaisir ; son
plaisir, trou et/ou vagin ( =avoir cette influence là). De toute manière, je n’ai rien pu faire
puisqu’elle «savait » tout et/ou elle avait TOUT « compris ».

Mais en attendant ça ne retirait rien au fait qu’il y avait des liens qui se s’étaient établis et ainsi avoir
dû retirer l’essence (le « soi ») de cette histoire pour que ça ne lui « profite » pas à la fin ; puisqu’il y
a RIEN à faire ( = ça n ‘en valait pas la « peine »).

Je l’ai toujours dit,


le plus difficile,

David VIEL – le 02 03 2019


n’est pas de s’at-tacher (de plier les choses dans son sens pour le « pouvoir »
et/ou le plaisir)
mais belle et bien se dé-tacher
sans que ce soit la « mort » ;
« mortel »
(im-possible
im-pensable).

Réalisez
qu’au sujet de l’amour
il est question
d’union ;
c’est à dire de trahison (de désillusion
= de chute
après que c’était pour vous,
possible)
de fidélité (de passion = de dé-raison).

Ça remue
une personne (ça « tort » une personne
dans tous les sens)
de là à être super fier de « soi »
ou alors d’être totalement et complètement,
dévasté
= comme une « merde ».
En fonction de l’objet
qui devez forcément (selon vous) vous revenir
pour ne pas « mourir »
et/ou «échoué » ;
après que ça ait « pris » (de vous en « soi » ;
= en « vrai »).
Pour continuer à « vous expliquer les choses »
à vous « maîtriser »

David VIEL – le 02 03 2019


à vous « connaître » (= « comprendre » les choses
et/ou ce qui arrive pour encore le « pouvoir »
ou être « là » de fait).
Pour continuer à « assurer » (à faire ce lien
dans ce sens là
= À ressortir de ce sentiment de « peut-être »
et/ou « d’impuissance »
= de cet état de « fin ».
Pour sortir de « terre »
et/ou pouvoir vous expliquer les choses
pour être à nouveau « présent »
et non totalement déphasé ( = être bon à jeter).
Lorsque ça vous « prend »
votre « bien »
ou votre sentiment de l’être,
dépendra concrètement de l’objet
qui a concrètement raison de votre sentiment (amour, énergie qui est dans ce temps)
et ainsi de votre personne votre amour.

Moi pendant 20 ans,


mon thème
ou mon sujet
a été la mort.

Sur tous les plans de ma vie


ou de mon existence terrestre
il y a été question de « mort »
de « chute » ou de « fin »
= je me suis bouffer ça … « à mort »
Afin que des personnes
puissent avoir le « change »
puissent avoir « + »

David VIEL – le 02 03 2019


et/ou continuer leurs vies dans ce sens là (celui de le « pouvoir »).
Pour continuer à être « bien »,
à « assurer »
dans le sens,
qui était pour eux,
« juste »,
d’Avoir
et/ou « normal » d’obtenir « à la fin »
= la « vie »
= que ça continue à être bien-fait
pour eux forcément
puisque ça, leur revenait
« profitait »
et/ou donnait raison .
Parce qu’ils se sont réellement donnés du « mal »
dans ce sens là
pendant que j’étais dans l’autre sens,
pour leur donner le change
et/ou leur permettez de le « pouvoir »
= De le réaliser ça
afin de pouvoir leur renvoyer ça
dans la « gueule » !!!

Bande de chien (-nes)


ou de crevards.

J’ai été dans l’ombre,


de leur « lumière » ;
de leur sentiment « d’avancer ».
Et manifestement moi,
je ne jouais pas ;
lorsqu’il était question d’amour (de moi en « soi »).
De là

David VIEL – le 02 03 2019


à ce qu’il y ait plus rien
= de lien
et/ou que ça ne soit plus « là » de fait (le propre et le fait,
de le supporter ça
jusqu’à la fin)
= de ne plus être « là » de fait
puisque j’ai rien lâcher jusqu’au bout (que je le réalise ça
pour être à nouveau « présent »).

Dans une vie


ou une existence terrestre
en fait,
à aucun moment,
il sera question de ça
et de soi (d’être juste).
mais belle et bien d’avoir une notion d’être et d’avoir
c’est à dire de « bien » et de « mal »
en fonction de l’objet qui a pris de « soi »
et/ou que la personne a pris « en charge »
pour être « bien » (caler)
vis à vis de ce qui est au « centre »
et/ou à réaliser
=
en fonction de ce qui est « apparu »
ou de ce qui est « ressorti »
avec le temps
afin de pouvoir l’Avoir,
monter
et/ou être reconnu.
= de ce qui aura pris de « soi »,
pour l’Avoir
= le préserver (garantir) ce lien.

David VIEL – le 02 03 2019


Sans parler non plus,
du schéma
que l’on intègre inconsciemment
en étant enfant ;
de là à ce que ça devienne la « norme »
= « normal de faire »
de reproduire
pour être dedans
ou dans ce qui a été intégré inconsciemment
= pour être « bien »
et non déphasé
= hors-champ
ou compétition.

Au sujet de ça
il s’agit du circuit
celui qui est imprimé (inconsciemment)
pour être « dedans » (au « courant »).
Pour nommer (borner) les choses
et non être sans le « pouvoir » (« impression »).

Au sujet de ça
il s’agit de la conséquence,
de la chute
ou de ce qui sera là de fait,
demain
ou être « dedans »
ou au « courant ».

Titre + Intro (court)


Les limites d'une personne

David VIEL – le 02 03 2019


Les limites d'un sentiment.
Sentiment Amoureux ou ce qui colle à la peau ( = Revient par la force des choses).

Titre + Intro (version longue)

Sentiment Amoureux

Ce qui maintient « en vie »( « en l’air »). Ce que veut (désir) une personne et ce qu’elle pourra
obtenir (avoir) « à la fin ».
Enfer-mement
Ce qui « dé-trans-em-portera », ce qui aura de la « valeur » et/ou prendra concrètement de "soi"
(intéressé, impressionne). Qu'est-ce qui en vaudra le coup ou la « peine » ? Pour soi avec le temps,
ce temps (pour la personne, pour CETTE personne).
Les limites d'une personne. Les limites d’un sentiment qui se figure encore ça = qui passe encore par
l'objet pour se définir, se lier au vivant et/ou qui est encore en pensée . Il sera concrètement question
de ça et/ou de ce qui dé-structure « l’être » pour être de fait, « dedans » (ou alors, ne plus être « là »
de fait).
Sentiment Amoureux. Et il sera question de ce qui collera concrètement à la peau = De ce qui
Reviendra à « soi » naturellement et/ou par la force des choses pour le penser, le dire, le faire (le
propre et le fait de s'être at-taché). Pour qu'il soit question de la peau et par extension de « peau » =
= du futur = de l'histoire = du lien avec la « terre » (de ce qui intéresse, impressionne). Et ou de ça ;
de ce qui prend « forme », « apparaît », de ce qui a raison de « soi » pour « sortir » de terre et/ou
être se mettre « dedans » (se caler sur ce qui a raison du sentiment) puisque ça a « pris » de soi
(marché). Pour nommer, pour reconnaître encore ce qui se passe (les choses) = ce qui est naturelle
pour « soi », d'avoir, d’obtenir « à la fin ». Pour ressortir de cet état de « fin » (« funeste »). Pour
écrire l'histoire, son histoire et/ou traverser les choses sans réellement le réaliser, ça ... en réalité ou
en vérité.

David VIEL – le 02 03 2019

Centres d'intérêt liés