Vous êtes sur la page 1sur 60

Le Numéro: 1 franc. Vendredi 26 Janvier 1934.

huATRifeME Année. — N” 1017.

ourquoi Pas?
GAZETTE HEBDOMADAIRE PARAISSANT LE VENDREDI
L. DUMONT-WILDEN — G. GARNIR — L. SOUGUENET

; .
■f u

V
'

'
WïWm
x'n ijà
. W.. ' '
: '> /K
jf J
- ^J x m
ÉtàÊmt- \ Jm
5b> »'
J* • ft

V
A ... -rJ

Le professeur Ernest MALVOZ


DEUX ANS DE
GARANTIE

ttUtmiiuiiiuiiiiiiiiihiiiiiiimiiuilll

Un récepteur ncuveau
de fabrication belge

Pour courant alternatif:

1950 francs
86 francs par mois

Demandez
notre catalogue
en trichromie.

L’AGENCE DECHENNE. S. A.
BRUXELLES CHARLEROI LIEGE
27, ru® du Persil 17, bd Jacques Bertrand 9, rue Trappà

DEMANDE OE DEfv1flNSTRAT!flN Je soussi-né desservi par le courant alternatif demande à


* AGENCE DECHENNE, S. A., 27, rue du Persil, Bruxelles,
de lui faire une démonstration gratuite avec le poste TENORADIO.
Ebénisterie : acajou, noyer citronnier (**).
Je (ne) désire (pas) qu’on me place une antenne (*).
Nom et prénoms ......................................................
Profession .................................................
Rue .............................................................
Localité .........................................................
Gare la plus proche ..............................................
Fait à .... le ....... 1934
(Signature)
(•) Biffer la mention inutile.
Vingt-quatrième Année. — N° 1017. Le Numéro: 1 franc. Vendredi 26 Janvier 1934.

Pourquoi Pas? L. DUMONT-WILDEN — G. GARNIR — L. SOUGUENET


Administrateur : Albert Colin
■: 1 ■

Administration : ABONNEMENTS Un An 6 Mois 3 Mois Compte chèques postaux


Belgique 47 00 24.00 12.50 N* 16,664
<47, rue du Houblon, Bruxelles Congo 65 00 35 00 20.00
R«f do Com. Not 19.917-1S et 19 Etranger selon les Pays 80.OOou 65.00 45.00 ou 35.00 25.00ou20.00 Téléphone ; No 12.80 36
r .................—=

Le professeur Ernest MALVOZ


Ceux de nos médecins qui jurent étudiants à l’Uni­ monde. Si Crocq avait cru aux bactéries, il l’aurait
versité de Bruxelles vers les années 1890-1895 ont dit et se serait comporté en conséquence, tout natu*.
s ans doute encore devant les yeux la silhouette origi­ rellement. Il n’y croyait pas et ses actes s’en ressens
nale, un peu extravagante du professeur Crocq. taient, tout naturellement aussi. On a fait du che-
Z’était bien le meilleur des hommes, avec le cœur le min depuis. La médecine a été complètement boule­
nieux placé, une rectitude intransigeante qui lui fit versée. On a même fait un tel chemin et on a tant
passer les vitres lors des incidents Reclus; mais ce bouleversé que, dans certains milieux savants — et
zœur charmant habitait un corps singulier, donqui- demi-savants — se produit une sorte de réaction.,
zhottesque comme lui. Crocq, le vieux Crocq, ainsi Pasteur n’est plus, pour d’aucuns, le dieu infaillible
que les étudiants le nommaient depuis toujours, était qu’il fut durant un demi-siècle; le microbe n expliqua
long comme on ne l’est plus, maigre comme il n est plus toutes choses; des incrédules lèvent la tête. Et
Oas possible de Votre davantage et cagneux, les le moment n’est peut-être pas loin où, le snobisme
Z>ieds plats, chacun de ses pas faisant s’envoler à s’en mêlant, il sera du meilleur ton de considérer les
droite, puis à gauche, les pans de son immuable merveilles pasteuriennes comme de vieilles toquades
•edingote noire, tandis que, par dessus sa non moins périmées. Tout passe. Et pourtant... pourtant...
mmuable cravate blanche et les rituelles côtelettes ? ? ?
qui armaient ses joues de deux manières de faucilles
Poivre et sel, son haut de forme, son très haut de Est-ce que, en dépit de certaines affirmations d’ap­
'orme coupait l’espace de rapides demi-cercles d’un parence assez troublante, est-ce que l’on a pu, est-ce
bon mètre de diamètre. Le vieux Crocq était une que l’on pourra nous faire croire à nouveau à la géné­
zaricature vivante du médecin d’autrefois. Mais il ration spontanée? Ah! si un exemple, si menu fût-il,
était si franc, si juste et si bon, il avait aussi une telle nous était présenté, nous conviendrions bien vite et
nanière de camper un diagnostic et d’en déduire le bien volontiers que Pasteur a dû baser toutes ses
raitement à suivre qu’on l’écoutait avec ferveur et démonstrations sur une idée fausse et que les pas­
que les étudiants se seraient fait couper en quatre teuriens, tous, du premier au dernier, s’enfoncent
oour lui. Pourtant, Crocq était, scierftifiquement leur microscope 'lans l’orbite jusqu’au miroir réflec­
zomme vestimentairement, aussi peu à la page que teur inclusivement. Nous n’en sommes pas encore là.
possible. Antipasteurien, antimicrobien, antitout, il Et même, abandonnant toute spéculation et toute
Refusait de rien admettre des théories et des métho­ théorie, nous devons bien admettre que si Pasteur
des nouvelles — le fait est, d’ailleurs, qu’il guérissait s’est trompé, si les pasteuriens se trompent, leur
ton malade, ou Vexpédiait, avec la même sûreté que erreur à tous eut des conséquences telles que nous
z’importe quel jeune. Les bactéries Vagaçaient supé­ pouvons la tenir pour une erreur providentielle, pour
rieurement, les minuties antiseptiques loi faisaient l’un des plus grands bienfaits qui soient jamais échus
\iausser les épaules de pitié. Celui qui écrit ces lignes à l’humanité.
? ? ?
| a vu donner son cours, un matin d’hiver, à la rnor-
*ue de l’hôpital de Molenbeelç; il faisait un froid à Qui dit bienfaits dit aussi bienfaiteurs. Il y eut
j*eler vifs des Samoyèdes. Crocq avait gardé son haut Pasteur, il y eut Roux, Calmette, le premier mort il
te forme et son foulard de laine blanche, ses doigts y a quarante ans déjà, les deux autres disparus, pres­
étaient crevés de gerçures et il parlait, de sa voix que ensemble, il n’y a pas trois mois. Il reste Malvoz,
nerveuse, en tripotant à pleine main les poumons à à Liège, Malvoz dont on va fêter après-demain di­
lu du cadavre autopsié — le cadavre d’un pauvre manche les soixante-cinq ans et la retraite — en tant
liable mort la nuit même de tuberculose. Il parla et que professeur à l’Université. Fêter est évidemment
ripota pendant trois quarts d’heure. Quand il eut une façon de parler; retraite aussi. Ce qu’on fêtera,
erminé son cours, il s’approcha de l’évier, fit couler c’est la carrière splendide de Malvoz, c’est Malvoz
in mince jet d’eau sur ses mains sanglantes, s’essuya lui -même; les soixante-cinq ans ne sont que l’occa­
vivement et c’en alla. Ostentation? Pas le moins du sion, assez déroutante lorsqu’on voit le professeur

TAVERNE ROYALE - Tracteur Toutes entreprises a domicile et


PLATS SUR COMMANDE, VILLE ET PRO*
Vince. ■ foies gras Feyel de Stras­
BRUXELLES, 23, Galerie du Roi. — Tél. 12.76.90 bourg. - Royal mousseux. •• Cham»
PAGNE CUVÉE ROYALE • PORTO
Sherry et tous vins vieux.
184 POURQUOI PAS?

Rasez ■ vous
sans Rasoir !
GRACE A CETTE MERVEILLEUSE DECOU­ grand pot faisant environ deux mois d'usage
VERTE. — De patientes et coûteuses recherches coûte 20 francs II est livré avec mode d'emploi et
de laboratoire ont permis la mise au point de bon de garantie pour la totalité de la valeur!
ce remarquable produit « SNOW », qui supprime vous pouvez donc faire votre essai en toute tran-
l’emploi du rasoir. Cette nouvelle méthode permet qulllté, puisque vois ne courez aucun risque
de se raser facilement, commodément, économi­ (pour plus de commodité, utilisez le bon de com­
quement. mande cl-dessous).
« SNOW » A FAIT SES PREUVES. — Depuis QUELQUES REFERENCES SPONTANEES:
quelque temps, ce produit remporte un énorme
succès dans le monde. Des millions d’hommes en ...Je ne puis vous dissimuler plus longtemps mon
sont enthousiastes et ne voudraient plus être enchantement concernant votre merveilleux pro­
obligés de se servir d un rasoir. Faites comme duit.
eux. délaissez une fols pour toutes, savons, blai­ Me raser devenait un supplice alors Que main­
1 One barbe vraiment difficile. reaux, rasoirs, lames coûteuses — Employez tenant c’est un agrément.
a SNOW »; sans pitié pour la barbe, « SNOW » Envoyez-moi un nouveau pot dès que possible.
est garanti absolument inoffensif pour l’épiderme, Je recommande votre produit merveilleux à tou»
même le plus sensible, qu’il ne peut pas Irriter; mes amis.
des médecins l’utilisent et en recommandent A.L., Lille (Nord).
l’emploi.
CEUX POUR QUI « SNOW » A ETE CREE. — ...Je suis très content de votre produit « SNOW ».
Je l’ai lait essayer par quelques amis qui en sont
« SNOW » répond au désir de tous les hommes: satislaits.
1* Qui ont la barbe dure ou la peau facilement
Irritable; Veuilles, le vous prie, me faire parvenir à la
même adresse 3 boites de « SNOW » (trois) con­
2” Qui ne peuvent se raser de près ou qui s’écor­ tre remboursement.
chent en se rasant;
N.D., Wevelthem (Belgique).
3* Qui ne peuvent se raser que deux ou trois fols
par semaine, sous peine de s’abîmer la peau; ...J’ai très bien reçu votre boite de « SNOW »,
4* Qui, étant obligés de se faire raser, perdent et fen suis très satisfait; ce produit est mer­
du temps et de l’argent. veilleux. et je suis toujours impeccablement rasé,
HATEZ-VOUS DE CONNAITRE CETTE JOIE. — sans boutons ni coupures; aussi avant que je ne
Hfttez-vous de connaître la Joie nouvelle d’une manque de votre produit, veuillez m’en expédier
barbe facile. De peur d'oublier, commandez dès une autre boite.
aujourd’hui votre premier pot de * SNOW ». Le H.J., Marseille (Bouches-du-Rhône).

une simple application de

enlèvera votre bair/be


NOW en quelques instants

BON DE COMMANDE
Veuillez m’adresser franco un grand pot de « SNOV7 ». avec mode
d’emploi et bon de garantie, comme Indiqué ci-dessus, Ci-joint 20 fr.
(mandat, timbres, etc., compte chèques postaux). Et.rire très lisi- LABORATOIRE
blement. DES PRODU ITS
NOM ............................................................................... SCIENTIFIQUES
AnRPSRP! ................. 97, RUE DU MARAIS
VILLE ............................................................................ 510-1 BRUXELLES

CONCESSIONNAIRES exclusifs, possédant garanties morales et financières de


PREMIER ORDRE, sont recherchés pour obtention droits, vente et exploitation
tdans quelques secteurs restant encore libres.

SMai'.'
i
POURQUOI PAS? 185

uriant, enthousiaste, plein de vie débordante et en tirer pour les autres. Pendant deux années encore,
Iavenir, plein de force et de projets. Quant à la il se confina dans les laboratoires, cherchant, étu­
►traite, entendons-la strictement au sens académique diant, se confirmant dans les certitudes que lui appor­
I professoral. Malvoz fait bien volontiers place à de tait la science nouvelle. Et puis, lorsqu’il fut sûr de
lus jeunes dans sa chaire; le règlement est le règle­ lui, le jeune savant — il avait trente-trois ans à
ment; mais celui qui le remplacera dans son labora- peine — se lança dans la grande bataille.
ïire n’est peut-être pas encore né. Et, au surplus, ? V ?
gardera sans contestation possible ce titre que quel-
u’un lui décerna un jour, celui de « directeur-fon- On dira, dimanche, infiniment mieux que nous ne
ateur de l’armement prophylactique de la province pourrion le faire ici, ce que fut cette lutte épique de
e Liège... » Malvoz contre la maladie et les microbes : la fonda­
? ? ? tion de l’Institut de Bactériologie, le premier en Bel­
f Malvoz est né à la médecine à ce moment même gique; la création des dispensaires antituberculeux,
ù s’opérait la grande révolution pasteurienne. Ce les premiers au monde, où le mai est dépisté, pour­
10ment était saisissant : à Liège, une effroyable épi- suivi, vaincu; la distribution et Vapplication du sérum
émie de fièvre typhoïde ravageait jusqu’aux quar- contre la diphtérie; le grand, le magnifique, le vic­
ers riches de la ville, le « choléra des riches », torieux combat contre l’ankylotfomasie, contre le ver
isait-on. A la clinique Sainte-Julienne, sévissait la qui rongeait les ouvriers des charbonnages; l’autre
ariole, les horribles et défigurantes « poquettes ». combat, non moins victorieux, contre la gale, fléau
•ans les salles de chirurgie, les plaies des opérés des taudis; l’application du B. C. G. aux tout-petits;
infectaient, sans secours possible; les chirurgiens la lutte, longue et patiente, contre le nystagmus des
npuissants songeaient au : « le l’opérai, Dieu le mineurs, ce mal étrange qui fait tremblotter les yeux,
uérit », d’Ambroise Paré et, après avoir taillé, ne puis la tête, irrésistiblement, et qui enlève toute puis­
ouvaient que faire des vœux L’érésypèle, après les sance de travail; combien d’autres initiatives encore,
nettoyages », envahissait les plaies. La fièvre puer- contre la syphilis, le cancer, etc., toutes commencées
érale emportait les accouchées. Et les médecins se avec foi, poursuivies avec une obstinée volonté, tou­
uerellaient : la fièvre, c’est l’ennemi; la fièvre, c’est tes couronnées d’éclatants succès.
f sauveur... La phtisie fauchait jeunes et vieux. Les Toutes les maladies n’ont pas été guéries; seule­
xineurs étaient anémiés par « le ver ». Calamités ment, il n’y a presque plus de malades. Malvoz a
xultiples devant lesquelles les médecins étaient sans voulu prévenir, beaucoup plus encore que guérir.
rmes et sans remèdes. L’ankylostomasie, par exemple, atteignait jadis un
; Mais de curieuses nouvelles circulaient : en France, gros quart des ouvriers de nos charbonnages : il n y a
: professeur Davaine annonçait avoir trouvé, chez plus aujourd’hui d’ankylostomatiques. Le nombre des
?s malades du charbon, des bâtonnets infiniment tuberculeux, des syphilitiques, est infime, comparé
lenus, remuants et vivants, qui, à son avis, pouvaient à celui d’il y a trente ans. Et ces résultats ont été
ien être la cause de la maladie; à Berlin, Koch obtenus sans aucune contrainte, par la seule persua­
enait de trouver d’autres infiniment petits, des sion, par la seule foi inspirée à la population, aux
acilles, dans les crachats des tuberculeux; en France autorités administratives, aux industriels, cette foi
ncore, Pasteur avait découvert la ma'adie des vers qui inspirait Malvoz lui-même, qui rayonnait de lui,
soie. Qu’est-ce que tout cela voulait dire? Est-ce et qui a réalisé des miracles.
ue les affreuses et indomptables épidémies auraient
•aiment pour agents ces minuscules organismes qu’on
enait de dépister sous le microscope — ces micro­
ns, comme on se mettait à les nommer? Est-ce qu’on
tait enfin parvenu à découvrit la cause, la vraie
h use, de ces maladies? D’aucuns ne pouvaient y
roire et, comme le père Crocq, n’y crurent jamais.
J’autres y crurent bientôt. Malvoz, par exemple, eut
i foi, tout de suite, une foi raisonnée, d’ailleurs, et
ui s’appuya sur l’expérience, sur le* constatations
lersonnelles. Malvoz, devenu médecin, s’en fut en
\ll( magne, puis à Paris, suivit les cours de Duclaux,
! l’Institut Pasteur, ceux de Brouardel et de Cornil,
ans leurs laboratoires, vit, écouta et fut convaincu.
? ? ?

Peut-on songer sans émotion au trouble frémissant


e ce jeune médecin qui, ayant quitté sa province
\iVagée par des fléaux multiples et mystérieux, y
tvient avec la certitude d'avoir enfin la clef du mys-
Ire et avec l’espoir de procurer bientôt à tous la gué-
1son et la vie? L’espoir, et aussi la volonté. Car Mal-
(02, s’il aimait la science pour la science et pour les
)ies pures quelle donne, songeait tout de suite et
\irtout aux joies et aux réconforts nu il allait pouvoir
186 POURQUOI PAS?

Xt pdit£< sans importance de l’hypocondre? — quelque cho


comme le sentiment que cette liberté individuelle, i
et là, subit des chocs, s’écornifle, s’effrite, se déval
rise aux yeux de ceux qui en sont les gardiens.
L’ukase que vous venez d’émettre, disons-le froid
ment, nous touche peu: la cuisine du physc et l’éi
d’âme des douaniers ne nous regardent que dans la m
sure où ces physcaux sont des hommes. Vous êtes-vo
bien représenté, Monsieur, qu’en soumettant la vie p:
vée de ces hommes que sont les agents des Phynance
au contrôle inquisitorial de leur chef direct, vous inti
duisiez, dans le cadre administratif la délation et,
A M. JASPAR faut bien le dire, l’arbitraire?
L’arbitraire, Monsieur, voilà ce qui nous épouvant
ministre des finances Souvenez-vous, ça se chantait: Contre nous, de l’arl
traire — consacrant les affreux projets! — Quoi? — <
Vous venez, Monsieur, de secouer, par voie de circu­ rez-vous: Ne faut-il pas, en raison,du relâchement d
laire, vos subordonnés tremblants. Vous leur avez laissé mœurs et de récents scandales dont l’exemple n’est q
entendre qu’ils devaient tout à l’Etat: non seulement trop frais, un solide, un inconditionnel tour de vis?
leurs heures de travail réglementaires, mais leurs pen­ Tout beau, Monsieur, ne nous emballons pas. To
sées, leurs amours, leurs rêves nocturnes. Et vous de vis, tant que vous voudrez, et vive le régime for
avez concrété ça, en homme pratique, en recomman­ mais que ce régime fort se manifeste comme il se do
dant aux directeurs des contributions, aux gabelous en à savoir par la répression des délits lorsqu’il s’en cor
chef, aux contrôleurs des aides et des tailles, une met et par un choix judicieux, purgé de tout népotism
étroite surveillance de la vie privée des agents qui, lorsqu’il s’agira d’appeler aux fonctions publiques d
sous leurs ordres, grattent le papier parfumé de la commis de toutes grandeurs. Mais point d’ye'
Princesse. Bien, Monsieur, vous êtes un homme s’appliquant aux fentes de ce mur qu’est la vie privé
d’autorité. Le goût de l’autorité, chez vous, se manifeste On commence par réglementer les amours, les co
sur le monde oratoire, parfois de façon explosive, et sommations et les opinions des douaniers: on finit p
vous iouissez d’une dentition que nous oserions le micro dans les téléphones, l’espion derrière le par
qualifier d’éclatante: or, chacun -sait que les dents vent, la matraque de l’hitlérien ou la canule du fascist
brillantes doivent être dures. Bref, si la Belgique Grand merci pour la perspective, et nous préférons re
Inclinait un jour vers ce que l’on appelle, par une ai­ ter, comme le meunier, maîtres chez nous.
mable litote, un pouvoir fort, vous ne seriez point pris Cette émotion, Monsieur, vous paraîtra peut-êt
«ans vert, comme un simple Sonnino, et vous vous excessive, pour une toute petite circulaire de rii
empresseriez de veiller à ce que tout soit étiqueté, du tout. Mais c’est que, voyez-vous, depuis quin
épousseté et dressé au bouton dans la nouvelle Salente. ans, il y a comme cela des tas de mesures i
Dieu nous garde de vous en blâmer! Rien ne nous rien du tout qui commencent à nous embêter rud
épouvante davantage que le désordre et la concus­ ment. Et sans doute, prises isolément, chacune de c
sion, et nous sommes prêts à faire à la mystique mesures de détail, chacune de ces restrictions se ju
de l’Etat fort les plus rudes sacrifices. Pourtant, il est tifiait ; elles étaient édictées pour le plus grand bien i
quelque chose à quoi nous tenons plus encore, Mon­ notre moralité, de notre hygiène, pour le repos de not
sieur, c’est à ce respect du juste milieu qui fit notre vieillesse et la sécurité publique et privée; il n’y avi
bonheur à la fois et notre réputation à l’étranger, à ce qu’à dire amen... Mais lorsque l’on totalise et que, fi
Juste milieu qui nous a fait traiter mille fois de bour­ sant le point, on imagine la résurrection, à l’état pi
geois, d’épiciers et de Béotiens, mais qui jusqu’en 1914 d’un Belge de 1900 qui se serait endormi penda
nous a permis de manœuvrer notre petite périssoire na­ trente ans sur le mol oreiller de la fantaisie et d’ui
tionale, bien gentiment, à petits coups de balancier: vie toute d’amateurisme, comme on imagine aussi
ni trop à droite, ni trop à gauche, une, deux, vive le bobine qu’il tirerait, le pôvre!
moyen terme et la cote mal taillée l — A ce régime, en­ Ça commença par l’exigence du port de la car
nemi des révolutions et même des évolutions brusques, d’identité. Soit! nous ne sommes pas des Stavisky. (
nous étions parvenus à préserver le plus précieux des d’ailleurs les Stavisky...). Puis, il y eut les passeport
biens ou, du moins, celui qui nous paraît le plus pré­ puis, la loi sur l’alcool; puis, des réglementations pl
cieux, parce que nous en avons été longtemps privé: sévères des heures d’ouverture des cafés; puis, l’é^
la liberté individuelle, le bon vieil « habeas corpus » blissement et le renforcement d’un régime du fil
de nos amis anglais. celui-ci, légitimé par le souci de protéger la jeunes:
Or, il se fait que nous avons aujourd’hui, — peut- est néanmoins tel que, pour le « non censuré », les pf
être est-c* une impression trompeuse, le frisson vilèges communaux constituent une censure de fa
POURQUOI PAS? 187
-

Puis ce fut l’étatisation de 1*1. N. R. et la neutralisation


y- risquons le mot, — la castration de la pensée toutes
es fois où elle serait transmise par l’éther. Une régle­
mentation des plages intervint dont nous ne dirons mot,
bn ayant assez parlé. Pendant ce temps, les maîtres de
l’impôt inauguraient la série d’inquisitions et d’oppres­
sions en vigueur, qui permettent de violer le secret des
jrofessions et des simples occupations d’un chacun et
l’aggravent encore de la réglementation des assurances
lociales, dont il faut convenir que certaines dispositions
sont aussi odieuses qu’imbéciles, et font figure d’un vé­
ritable vol, dans des cas d’espèce que nous pourrions
France-Allemagne
;iter...
[ Tandis que tournait ainsi la machine à compressions, La réponse allemande au mémorandum français a été
VI. de Broqueville découvrait, dans Bruxelles, avec celle que l’on attendait: une fin de non-recevoir de forme
pone. Rien n’est résolu, mais rien n’est cassé.
’aide de M. Crokaert, des flaques de pornographie: Dans toute cette histoire du désarmement, la politique
( L’obscénité s’étale partout », déclarait-il ; et nous du Reich est simple. Elle consiste à traîner les choses on
lûmes qu’il allait boucler ça! Nous nous réjouîmes avec longueur. On amuse les Français et les Anglais, — lesquels
:omponction: mais notre réjouissance n’allait pas sans ne demandent qu’à se laisser amuser — et pendant ce
temps-là on continue ies armements clandestins et la pre­
nquiétude : une voix insidieuse nous chuchotait: « Com- paration nationale à la guerre. Cest cette fois pour l’Alle­
>attre la pornographie, fort bien; c’est aussi bien que magne que le temps travaille...
le combattre les carottes des gabelous et autres phys- Cependant, elle pourrait bien finalement se tromper dans
son calcul machiavé.ique. La France, peu à peu, se réveille
:aux; mais l’arbitraire, l’arbitraire! Qui jugera du plus de son sommeil briandiste et la petite Entente resserre ses
>u moins de pornographie d’un écrit ou d’un dessin, et liens ei s'oriente de plus en p.us vers une sorte de fédéra­
sos lois actuelles ne suffisent-elles pas? Faudra-t-il tion avec qui il faudra compter.
|ue l’on revoie des Lemonnier en correctionnelle, des Les événements de Roumanie ont failli tout compro­
mettre. Après l’assassinat de M. Duca, on a pu croire un
haubert à ce banc dit d’infamie qui, pour un écrivain, instant que l’entourage germanophile et vaguement hitlé­
sst souvent le banc de la publicité? rien du roi allait changer toute la politique extérieure du
I Hélas ! pendant que nous nous faisions ces réflexions pays, mais M. Titulesco, qui fait décidément figure de
grand homme d’Etat, a repris les affaires en main et la
peurées, nous ne pouvions nous empêcher de songer reunion de Zagreb a montre que î aliiance des p" ssances
lue ce faisceau de restrictions dont nous venions de me- de l'Europe orientale était toujours aussi solide. Or, ces
urer le nombre se compensait par d’étranges licences, puissances ne veulent à aucun prix de la revision des trai­
n d’autres domaines. Nous songions à l’affaire tés, but suprême de l’Allemagne Elles ne veulent pas non
plus de l’Anschluss, non plus que l’Italie, et le chancelier
es fonctionnaires révoqués, précédée de tant (Tautres Dollfuss ne se montrerait certes pas si résolu dans a lutte
aanifestations qui, dans tout autre pays, se termine- contre l’hitlérisme s’il ne se sentait pas soutenu. Hitler
aient par une juste répression, et nous devons avouer compte que le temps travaille pour lui; il pourrait se
trompei, car sa politique, trop verbalement active, « dyna­
u’étant apolitique de complexion, nous ne comprenions mique », comme on dit aujourd'hui, aboutit de tous côtés
as toujours... à des impasses. Il suffit à la France de rester fidèle à ses
alliances pour avoir encore d’excellentes cartes à jouer.
----- -T~~. i---------------------------------- =~ Maintenant, on se demande comment on pourra liquider
sans trop de phrases cette fameuse conférence du désar­
CHEZ TOUS LES LIBRAIRES: mement, qui n’a plus de raison d’être, et revenir à la poli­
tique naturelle des alliances équilibrées, sans cL îolir la
Société des Nations.

LE PRINCE ERRANT Livraisons Detolcharbons-Detolcoke


Tous les prix s’entendent par 1,000 kg. remis franco en
cave dans le Grand-Bruxelles, en vrac, avec pesage officiel
de la gare, ou en sacs de 50 kg. pour les anthracites et
40 kg. pour les cokes, en sacs plombés. Sans augmentation
CHARLES - ÉDOUARD de prix. Les fournitures se font à partir de deux sacs,
96, avenue du Part. — Tél. 26.54.05

Le Dernier des Stuarts « O, Du mein Oesterreich!... »


par
Que se passe-t-il, au juste, en Autriche ? Après avoir
L. DUMONT - WILDEN beaucoup craint l’Anschluss, l’Europe a beaucoup applaudi
à la crânerie du petit Dollfuss. Et puis, elle a eu l’air da
croire que tout danger était passé et elle a laissé ce dic­
tateur de poche se débrouiller tout seul
LIBRAIRIE ARMAND COLIN (PARIS) Il continue de lutter pied à pied. Mais la lutte est par
U—. . - I trop inégale et le champion de l’indépendance autrichienne
commence à être à bout de souffle. - ?
188 POURQUOI PAS?

Bi encore il ne fallait combattre que l’ennemi extérieur! Snobisme


Mais, dans le pays même, les partisans de l’hitlérisme sont
de plus en plus nombreux, les Heimwehren sont de moins Mais on a trouvé un argument qui a converti certains
en moins sûrs et les socialistes, toujoins maîtres de Vienne, snobs. Ils prétendent tous que le Bal de Cour, élégant
ne subissent le régime actuel que par frousse de l’autre. C’est d’abord, est devenu démocratique. On leur répond: « Mais
au point qu’il n’est pas du tout certain que Dollfuss pas­ non! Le Bal de Cour est un Bal populaire. On l’a élargi
serait victorieusement l’epreuve d’élections en règle... qu’il au point d’y inviter les gens chic. Il est clair que ceux-ci
a d’ailleurs soin d’éviter. n’y vont pas en villageois, mais en voisins de campagne.
Comment en serait-il autrement, dans un petit pays de On en associe quelques-uns au cortège officiel.
chômeurs, qui étouffe avec sa capitale monstrueuse der­ Mais là, naturellement, les difficultés se renouvellent. Il y
rière des frontières artificielles et fermées, où des ingé­ a quatre familles admises à figurer dans le Salon bleu et
nieurs sont chauffeurs de taxi et des médecins infirmiers, dans le cortège: Ligne, Mérode, Croy et Ursel. Mais, seuls
où la jeunesse n’a jamais eu de travail et où la propagande figurent les chefs de famille. Qui est chef de famille? C’est
hitlérienne trouve un adepte dans chaque mécontent à qui souvent terriblement difficile à savoir. Le protocole des
elle fait espérer une vie meilleure ? Princes de Croy a même suscité, il y a quelques années, des
bagarres sans fin, en plein Salon bleu.
Grétry t a figure aussi le Nonce, qui ne va pas au delà. Pendant
un temps, le ministre d’Allemagne faisait de même. Cette
Le célèbre musicien liégeois a donné son nom à l’élégante année, il n’y a pas de ministre d’Allemagne. Cela arrange
rue du Centre de Bruxelles où se trouve le dépôt officiel, tout. Le Hongrois figure en hussard. On n’y voit pas d’in­
du Zircon d’Orient, 37, rue Grétry, Bruxelles. convénient. Les Sud-Américains, naturellement, arrivent en
masse. On croit parfois que tout ce monde s’ennuie au Bal
de Cour. C’est une erreur. Ces messieurs sont très occupés,
L’huître et les plaideurs au contraire, et très agités... Des bouts de ficelles de ce
genre-là les tiennent en haleine pendant plusieurs heures.
Peut-être le dénouement est-il plus proche qu’on le Après cela commencent toutes les questions de tabouret,
croit : il n’est que de voir l’audace toujours grandissante de présentations, de salutations. Le Bal de Cour, en régime
des nazis autrichiens et leurs succès. démocratique, ce n’est pas une sinécure pour celui qui
Le chancelier parle de faire appel à la protection de la l’organise — au contraire. #
B. D. N. Si c’est là tout ce que M. Suvich a pu lui conseiller Mais les couturiers sont enchantés.
de la part de Mussolini, c’est mince ! Avant que la véné­
rable et impuissante douairière de Genève ait seulement
fini d’écouter les discours qu’on lui servira, tout, peut-être, La rentrée du Parlement
sera consommé. N’annonce-t-on pas un coup de main pour
le début du printemps ? Les vacances de Noël terminées, nos Honorables sont
Au fond, tout le monde est bien d’accord sur la néces­ rentrés sans trop faire de bruit.
sité de garantir au plus tôt l’Autriche contre les menées C’est une rentrée sur la pointe des pieds, et, sans ris.
de Munich et de Berlin. Seulement, chacun se méfie de quer de commettre une indiscrétion, on peut assurer que
son voisin, qu’il craint de voir accaparer la suprématie en bon nombre de représentants de la Nation s’étaient, en
Europe centrale, et, finalement, le Reich pourrait bien vue de la dite rentrée, chaussés dans une succursale « FF ».
être celui qui gobera l’huître au nez et à la barbe des Ceci prouve qu’ils savent diriger leur économie privée.
plaideurs. Nous ne pousserons pas plus loin nos déductions.
Ainsi, naguère, l’armée française d’Orient, l’arme au
pied à Belgrade, sur un ordre impératif de Clemenceau,
laissa s’installer en Hongrie le bolchevisme et ce sinistre Lê fâcheux M. Van Cauwelaert
Belà Kun, parce que l’Angleterre et l’Italie avaient peur
de voir Franchet d’Esperay étendre sa victoire de Macé­ M. de Broqueville commence-t-il à sentir toute l’étendue
de la faute qu’il a commise en faisant entrer M. Van Cau­
doine... welaert au ministère? Depuis des mois et des mois, M. Van
Cauwelaert attendait un portefeuille. Fallait-il le lui don­
Vous offrir l’article fabriqué dans ses usines, vous les pré­ ner le lendemain du jour où il avait réclamé la réinté­
senter à un bon marché exceptionnel, ne vendre que le gant gration en bloc des fonctionnaires qui avaient servi l’en­
Schuermans réellement belge d’origine, tels sont les grands nemi pendant l’occupation?
principes des GANTERIES MONDAINES. L’opinion s’est émue; le parti libéral, les Bruxellois et
Maisons de vente : 123, boulevard Adolphe Max; 62, rue les Wallons ne peuvent oublier que l’un des points prin­
Marché-aux-Herbes; 16, rue des Fripiers, Bruxelles — Meir, cipaux du programme de M. Van Cauwelaert, c’est la fla-
63 (anciennement Marché aux Souliers, 49), Anvers — Coin mandisation de Bruxelles, c’est-à-dire une politique de con­
des rues de la Cathédrale, 78, et de l’Université, 25, Liège trainte pour ne pas dire de guerre civile.
— 5, rue du Soleil, Gand. Si M. de Broqueville a cru que tout s’arrangerait et que
l’opinion finirait par se ranger à l’idée qu’il valait mieux,
pour le gouvernement, avoir Van Cauwelaert dedans que
Bal de Cour dehors, il doit s’apercevoir à la suite du vote du Comité
Le Bal de Cour aura lieu demain. Il avait disparu depuis permanent du parti libéral, combien il s’est trompé.
deux ans, pour motif de crise. Comme la crise a l’air de Pour ses débuts, le fâcheux Van Cauwelaert a bien failli
se stabiliser dans la mouise et la pénurie intégrale, on fait flanquer le ministère par terre. Il a naturellement com­
comme si la crise était finie. C’est plus sûr. Les couturiers mencé par vouloir donner des gages aux flamingants ex­
ont tout à y gagner. Les nouveaux riches d’il y a deux ans trémistes et par se payer un petit coup d’arbitraire à
tiennent à montrer qu’ils vivent toujours, même s’ils ne IT. N. R.
vivent pas très bien. Les officiels en sont, naturellement, En stricte justice, si le Cabinet s’était trouvé les quatre
•t même les gens du monde. fers en l’air, c’eût été bien fait. Cela eût appris à M. de
Ceux-ci sont les plus difficiles à décrocher. Iis chuchot- Broqueville à faire le malin et à toujours céder au chan­
tent que la Reine s’entoure de trop de médecins et de vio­ tage flamingant. Il est tout de même inouï de voir toute
lonistes; ils trouvent mauvais que le Prince Léopold s’oc­ la politique belge empoisonnée par l’ambition démesurée
cupe de sciences naturelles, et le Roi d’aviation et de scien- de ce faux bon homme qui n’a jamais fait que des bêtises
068 coloniales — oui, Madame, ma chère, — enfin, que c’est et à qui M. Victor de Laveleye est seul à donner un brevet
une Cour où l’on danse peu... de bon Belge.
Et Us ajoutent qu’on y parle même le flamand, pas très Seulement, voilà... ce n’est pas le moment de changer de
bien, mais tout de même... gouvernement. Il y a le budget. Il y a l’organisation de la

i
POURQUOI PAS? 189

défense nationale que M. Devèze est en train de mener à


bien. Il y a la politique internationale qui est de plus en
[ plus delicate. C’est pourquoi il vaut mieux que les choses
I s’arrangent au moins provisoirement. Les libéraux se sont
I montrés les plus raisonnables en mettant de l’eau dans
leur vin. Il faut les en féliciter mais qu’ils n’aillent pas
plus loin...

I Anthracites 20/30, à fr. 325.—


à haut pouvoir calorifique et à cendres blanches.
DETOLCHARBON S-DETOLCOKE
96, avenue du Port. — Tél. 26.54.05

Un trait de M. Van Cauwelaert


Un de nos amis nous raconte un incident auquel il
assista et qui illustre — si on peut dire — la mentalité
de M. Franz von Cauwelaert, auquel on vient de confier
la haute main sur un des plus importants départements
de l’Etat.
C’était pendant la guerre, au printemps de 1915, moment
tragique. La scène se passe à La Haye. Elle a pour théâtre VIN TONIQUE
le bureau belge des réfugiés, fondé et dirigé avec autant AU QUINQUINA
: de zèle, de dévouement et de compétence que de désinté­
ressement par le docteur Modeste Terwagne, ancien député
' socialiste d’Anvers.
Pendant que notre ami causait avec Terwagne, dont il
savait et admirait le beau travail, la porte du bureau s’ou- gants séparatistes, aussi bien que celui des objecteurs de
; vrit avec fracas et M. Van Cauwelaert pénétra dans le conscience et que celui des socialistes révolutionnaires ! »
local. Certains vont jusqu’à nous reprocher d’avoir insulté les
Et, tout de suite, sans s’intéresser au sort des réfugiés Légions Nationales / Demandons-leur froidement : où,
belges dont le brave Terwagne avait pris le souci, il l’apo­ quand et comment ?... Nous avons constaté que les socia­
stropha en faisant aigrement remarquer que, sur la porte listes « auxquels ne pou\/lient manquer de se mêler tous
d'entrée, ne se trouvait qu’une inscription française, qu’il les indésirables d’une capitale », ont fait aux Légions Na­
fallait, dare dare, accoler à une inscription en langue fla- tionales une conduite de Grenoble, et nous avons ajouté
,mande. Et il exigea de plus que le papier à lettres qui qu’il était bien difficile de dire qui, des chemises noires ou
Servait pour la correspondance, reçut aussi un « en tête » des chemises rouges, avait commencé : les comptes rendus
en moedertaal. des journaux quotidiens — presque tous passionnés, donc
[ Après quoi, ayant obtenu cette immense satisfaction, et partiaux, nous en convenons — sont là pour établir qu’il
•ans s’inquiéter autrement ni des visiteurs, ni des diffi­ y a sur ce point le plus parfait désaccord.
cultés du Bureel van de Belgische réfugiés, il sortit ma­ « Pourquoi Pas ?, nous écrit un lecteur, a-t-il cessé de se
jestueusement. tenir en « spectateur », au-dessus et en dehors des partis ?
Pourquoi Pas ? aurait-il changé ? »
Non, Pourquoi Pas ? n’a pas changé. Il ne demande pas
Le ministère sauvé mieux que de croire aux bons sentiments des Légions Na­
Voilà donc le ministère sauvé et le Parlement rentré. tionales et à « l’idéalisme » des milices rouges — et, à con­
I Nos honorables vont pouvoir déguster tranquillement dition qu’elles ne se fassent pas trop de mal, il ne voit pas
beaucoup d’inconvénient à ce qu’elles se cognent de temps
l'extraordinaire menu à 30 francs avec toute une gamme en temps. Mais comme il le disait dans son dernier nu­
de vins servis à discrétion, qui fait toujours florès au méro, il refuse d’emboîter le pas aux journaux qui ont inti­
« Globe », 5, place Royale. Menu à 15 francs. tulé la relation des bagarres de l’autre semaine : « A l’as­
Emplacement spécial pour autos. sassin !» — et il garde son indignation et ses inquiétudes
pour d’autres sujets qui affectent jusqu’à la révolte la con­
Chemises noires et chemises rouges science publique, non seulement en Belgique, mais dans
d’autres pays d’Europe - et notamment en France, c’est-
Qu’il est donc difficile de contenter tout le monde et son à-dire à nos portes...
père — ou, plutôt qu’il est difficile de mettre les gens d’ac­
cord une fois qu’on quitte le terrain de la dialectique pour
n’écouter que la passion ! Le menu du « Flan Breton »
Nous avions dit, dans notre dernier numéro : « Les Bru­
xellois ont reçu avec une mauvaise humeur marquée la vi­ Toujours le fameux menu Rôtisserie à fr. 27.50, régal des
site des Ligues Nationales ». gourmets, 2, rue Ern. Solvay, et 96, chauss. d’ixelles (Porte
« Bravo, Pourquoi Pas ?, nous écrivent ou nous télépho­ de Namur). Stat. autorisé rue Ern. Solvay. Tél. 12.71.74.
nent à ce sujet des lecteurs : il est très vrai que Bruxelles
se rebiffe quand on veut faire de sa voirie le Champ de Cavalerie et escrime
Mars où des jeunes gens en uniforme, à l’instar des bandes
hitlériennes, d£s Jeunes gens casqués et armés, viennent Les Guides ont donné, dimanche, un grand gala d’es­
léfiler à la parade ! » crime. Il paraît que ce fut fort beau. Un jeune artilleur, le
« Haro sur Pourquoi Pas ?, nous téléphonent ou nous sous-lieutenant du Monceau de Bergendael, un capitaine de
écrivent d’autres lecteurs : Bruxelles appartient à tous les réserve, M. Feyerick, et un guide, le capitaine de le Court,
Belges ! Les Légions Nationales ont le droit de défiler se partagèrent les trophées. On faisait de la musique en
èomme il leur plaît et où il leur plaît et, si elles s’arment même temps que de l’escrime. Tous les généraux de cava­
le gourdins, c’est pour se défendre et non pour attaquer ! lerie étaient là.
Et puis, les Légions Nationales sont pleines de bons senti­ Il y avait même le général Jolly, qui bientôt quittera
ments et luttent contre l’antipatriotisme : celui des flamin- le service actif, atteint par la limite d’âge, après une Ion-
390 POURQUOI PAS?

se fait confectionner de nouveaux timbres en caoutchouc


BUSS pvücl/sR CADEAUX pour remplacer les autres.
Ce qui coûtera de nouveaux francs et de nouveaux cen­
Porcelaines Orfèvrerie. Obiets d Art
— 84, .VIAUCHb AUX HERBES 84, BRUXELLES — times.
Il n’y a pas de petites économies, a pointant si bien dit
M. Jaspar.
gue et magnifique carrière. Ce cavalier de concours hippi­
que :e révéla très vite un général averti, malin et terri­ Achetez Belge, et soyez fier et heureux de le faire. De­
blement avisé On s’en aperçut longtemps après la guerre, mandez les COMPRIMES LA MEUSE pour calmer vos
dans une circonstance qu’un général de cavalerie, d’habi­ douleurs. COMPRIMES LA MEUSE : produit belge, le
tude, ne prévoit pas. C’était pendant l’été de 1932. Inspec­ tube de 20 comprimés : 8 francs.
teur général de la cavalerie et de la gendarmerie, Jolly
montra que la race dont U est n’a pas perdu son sang- Le monstre du Loch-Ness
froid depuis 1830. L’ancêtre était du Gouvernement Pro­
visoire. L’héritier a remis de l’ordre en Hainaut pendant Nous accueillons avec toutes les réserves d’usage une
les grèves C’est une famille où l’on aime de ne rien casser nouvelle qui circule à Mons et qui met en émoi depuis
tout en arrangeant tout... quelques jours toute la population du chef-üeu du Hai­
A moins qu’on ne demande à un Jolly de se faire casser naut : le Dragon que tous les Belges, sans compter les
la figure. Alors, un Jolly ne chicane jamais avec le danger. étrangers, connaissent pour l’avoir vu combattre contre
saint Georges, sur la place de Mons le dimanche de la
Ce n’est pas un nom de guerre Trinité, se serait échappé, depuis plusieurs semaines, du
Que celui de Kléber... réduit souterrain qui lui sert de logis. Le Dragon serait
Mais qui deviendra légendaire; parvenu à gagner la Manche par le canal de Mons à
Chez lui tout est bon, rien n’est cher : Condé et aurait fini par atteindre, en Ecosse, les eaux du
Ftépétons-le : Chez Kléber, Bonne Chère 1 »... Loch Ness.
(quarante, Gai. du Commerce, derrière Hirsch, Bruxelles) On serait donc enfin fixé sur l’identité du monstre
dont la présence a été signalée récemment par tant de pro­
Halifax meneurs habitués à flâner sur les rives de ce lac écossais.
Aucun doute possible; tout y est : les écailles, la tête hor­
La mort de Lord Halifax a ému tous ceux qui se souvien­ rible d’où sort une langue rouge sang, l’échine tourmen­
nent de ce que représentait, de son vivant, le Cardinal tée, la queue qui balaie les vagues après avoir balayé tant
Mercier. On n’avait pas compris partout, quand mourut de chapeaux à la descente de la rue des Clercs le jour
le fameux prélat, pourquoi le Lord avait été admis auprès de la Ducasse!
de lui pendant ses derniers instants. C’est qu’aux yeux du Une troupe recrutée parmi les anciens gardes civique»
Cardinal, Halifax représentait une catégorie spéciale de montois s’est immédiatement constituée pour se saisir du
l’idéal chrétien. On apprit aussi qu’il avait remis au vieux monstre et le ramener au charnier natal. Le commande­
seigneur britannique, son anneau archiépiscopal, « pour ment de ce détachement sera confié au carillonneur Re­
être donné au Vice-Roi des Indes ». douté qui emmènera avec lui la grosse cloche du Château;
Le Vice-Roi des Indes était alors Lord Irving, excellent les vieux Montois estiment que le dragon ne résistera pas
administrateur, conservateur d’opinion, mais très libre à l’appel de cette cloche et qu’il se rendra dès qu’il en
d’allures et fils aîné de Halifax. M. Macdonald songea à entendra la voix puissante et familière.
lui il y a deux ans, quand il constitua son ministère d’union Par surcroît de précautions et pour le cas où la Cloche
nationale, pour les Affaires Etrangères, mais au dernier ne suffirait pas à convaincre le Dragon, un Corps de mu­
moment on prit sir John Simon. Irving est aujourd’hui sique se joindra à l’expédition : il fera, s’il en est besoin,
ministre de l’Instruction publique. retentir les bords du Loch Ness de l’air du Doudou. Dans
De tous les amis illustres du Cardinal, il ne reste plus ces conditions, la capture du monstre est assurée.
que Brand Whitlock, une grande figure qui sommeille à Les Ecossais peuvent se remettre dès à présent de leur
la Côte d’Azur, comme si déjà elle appartenait au passé. si chaude alarme et les Montois se réjouir : escorté de
saint Georges, des Chinchins et des hommes sauvages, le
Dragon du Loch-Ness ne tardera pas à faire à Mons sa
Anthracites 20/30, cuisine, à fr. 275.— joyeuse rentrée !
Qualité exceptionnelle à haut pouvoir calorifique permet­ Les trains roulent vite... mais pas assez vite au gré des
tant les plus difficiles cuissons aü four. Transforme la cui­ impatients qui connaissent les spécialités culinaires et les
sinière en feu continu par simple fermeture du tirage. prix doux de 1' « Hôtel Industrie-Midi » (Bruxelles-Midi).
DETOLCHARBONS-DETOLCOKE
96, avenue du Port, — Tel. 26M.06
Suite et développement de l’affaire Stavisky
Economies Et cela continue... L’affaire s’enflera-t-elle encore ? Le
scandale rebond ira-t-il sur de nouveaux scandales? C’est
H n’y a pas de petites économies: tel est le mot d'ordre possible, mais c’est douteux.
donné par M. Jaspar aux administrations publiques. Nos On parle des manœuvres d’étouffement de M. Chau-
ministres ne l’ont sans doute pas entendu. temps. Que l’actuel président du Conseil — le sera-t-11
Une commission interministérielle linguistique avait dé­ encore demain ? — cherche à limiter le dégât et à cir­
cidé en juin dernier que « Ministère des Transports » se conscrire l’incendie, c’est bien naturel; il est dans son
traduirait dorénavant par « Ministerie van Vervoer », tra­ rôle de chef de gouvernement, mais eût-il voulu réellement
duction approuvée à l’époque, avec d’autres, par le Conseil étouffer complètement l’affaire — et personne ne peut
des Ministres. A la suite de quoi, le « Ministerie van Ver­ dire qu’il l’a voulu — qu’il ne l’eût pas pu. Le jour où
voer » se fit confectionner de nombreux timbres en caout­ l’escroquerie fut découverte, il était immanquable que l’af­
chouc qui coûtèrent des francs et des centimes. faire prît les proportions que l’on sait; or, du moment que,
Le Conseil des Ministres vient de se raviser. Il a trouvé par suite de l’opposition du ministère des Affaires Etran­
que « Ministerie van Vervoer », ce n’était pas bon. Le mot gères, l’affaire des bons hongrois échouait, l’escroquerie
Juste, c’est « Ministerie van Verkeerswezen ». Si ça peut devait fatalement se découvrir parce que Stavisky, vidé,
éviter des accidents d’aviation ou de chemin de fer, c’est fauché jusqu'à la gauche, était littéralement aux abois.
parfait. En attendant, le « Ministerie van Verkeerswezen » Les accusations qu’on lance à tort et à travers contre
POURQUOI PAS? 191

M. Chautemps sont donc assez injustes. Il est vrai qu’il a


failli prendre dans son cabinet, avec le titre de chargé de mis­ La méthode d’une infirmière
sion, ce Guiboult-Ribaux qui est un personnage assez dou-
; teux, un démarcheur de Stavisky, mais au bout de vingt- pour traiter la constipation
quatre heures il revenait sur sa décision. Seulement, le
Guiboult-Ribaux ne s’en octroyait pas moins le grade de
chargé de mission et, à ce titre, empruntait des livres au D’après les autorités médicales, la constipation serait la
i ministère des Finances. C’est fâcheux. Ce n’est tout de cause des trois quarts de nos maux et malaises. Voici,
même pas une raison pour dire qu’il y avait « collusion » d’après une infirmière, la façon radicale de la supprimer.
entre l’escroc et le ministre par l’intermédiaire du chargé Elle écrit :
| de mission. Quand on sait avec quelle légèreté on constitue « Je désire faire connaître qu’étant atteinte de constipa­
[ un cabinet ministériel, même en Belgique, on ne s’étonne tion, ’'j’ai eu recours aux Sels Kruschen. Depuis quatre mois
I pas de pareils accidents. que je prends ma petite dose régulièrement, chaque matin,

ma constipation a cessé et mon état de santé s’est amé­
lioré. Aussi je continue! » — Mme V..., infirmière.
' Voulez-vous garder un bon souvenir ? Quand en sait que la constipation est la cause première
de 75 p. c. de nos maux et malaises, on comprend mieux
Fixez vos rendez-vous Taverne « Iris », rue du Pépin, 37. la nécessité de ne pas la tolérer. Dans ce rôle de stimulant
Ch luxueuses à 35 fr. Boissons aux meill. prix. T. 12.94.59. de l’intestin, les Sels Kruschen sont vraiment merveilleux.
Chaque « petite dose quotidienne » agit avec sûreté et dou­
ceur, et sans que jamais l’organisme s’y accoutume. Le
Pu p?omb dans l’aile foie, les reins, l’estomac sont, eux aussi, aidés et stimules,
car Kruschen ne contient pas seulement un sel, mais de
Cependant le ministère a du plomb dans l’aile. Il est nombreux sels, qui, tous, ont leur action propre. Toutes les
‘ très possible qu’il soit démissionnaire au moment où pa- fonctions se font parfaitement, le sang est maintenu
; raîtront ces lignes II semble qu’il ait commis une faute exempt d’impuretés; l’énergie, l’entrain remplacent les
en ne prenant pas lui-même l’initiative de la commission idées noires et le découragement. C’est une autre vie qui
d'enquête, qu'on finira par lui imposer s’il ne prend pas commence.
| très vite toutes les sanctions annoncées et s’il ne les prend Sels Kruschen, toutes pharmacies : fr. 12.75 le flacon;
pas radicalement et brutalement. 22 francs le grand flacon (suffisant pour 120 jours).
L’opposition de droite a été assez maladroite. La campa-
j gne de la « Liberté » est trop violente et trop inconsi­
dérée pour avoir une véritable portée. Trop de ragots, trop Chansons, duels et sérénades
! d’affirmations sans preuve. Pourquoi, par exemple, avoir
[ essayé d’entraîner M. Paul-Boncour et M. de Monzie dans Chansons? Vous pensez si, de Montmartre à Montpar­
I le scandale, alors que l'intervention déjà ancienne de nasse, les chansonniers sen payent. Il y a longtemps
[ M. Paul-Boncour en faveur d'Arlette Simon, devenue plus qu’aucune assemblée parlementaire n’a été plus copieu­
i tard Mme Stavisky, était plutôt à son honneur, et que celle sement chansonnée que celle-ci.
de M. de Monzie est loin d’être prouvée ? Mais M. Chau-
I temps a contre lui les manœuvres de ceux qui trouvent Duels ? Eh ! nous en avons eu deux. Des duels manqués,
qu’il n'étouffe pas assez et ceux qui trouvent qu’il étouffe bien entendu. En ce temps de pacifisme, on ne se bat plus.
trop. Il a contre lui l’écœurement du pays qui.réclame de C’est tout au plus si l’on esquisse un échange de témoins.
plus en plus impérieusement un gouvernement d’autorité. Toujours est-il que les altercations Henriot-de Monzie et
La Chambre ne pourra se sauver qu’en acceptant le gou­ Ferry-Lagrosillière se sont terminées en os de boudin.

! vernement d’union nationale qu’elle a toujours repoussé


jusqu’ici. Et elle le sait;
Cela n’a pas dépendu de M. de Monzie qui, tout boiteux
qu’il est, voulait absolument en découdre. Il était couché,
assez malade de la grippe, quand un attaché de cabinet
vint l’avertir des accusations de M. Henriot. Aussitôt, bien
Crayons Hardimuth 40 centimes qu’il eût la fièvre, il s’habille, saute dans un taxi, arrive
à la Chambre et, rencontrant M. Henriot dans la salle
Versez fr. 57 60 au c. c p 261.17 (INGLIS), 132, boule­ des Quatre Colonnes, se précipite sur lui, l’injure à la bou­
vard Bockstael Bruxelles, et vous recevrez 144 excellents che. Désormais, quand les collégiens seront punis pour
î crayons, mine noire n° 2. Demandez ^rix pour crayons avoir employé certains gros mots, ils pourront dire : « Je
marqués à votre nom. n’ai fait que suivre le noble exemple du grand maître de
l’Université, notre chef à tous »
I Toujours est-il qu’on ne se battra pas. M. Pietri, qui est
L’atmosphère de la Chambre fin comme le subtil Ulysse, a arbitré le conflit. Il est décidé
que les accusations de M. Henriot sont inexactes; jamais
L’atmosphère de la Chambre est de plus en plus lourde, M. de Monzie n’a été voir Arlette Simon dans aucune cli­
de plus en plus chargée d’électricité. On sent monter l’im­ nique, mais M. Henriot s'est trompé de bonne foi. Alors...
popularité. Ce n’est tout de même pas rassurant pour une Le duel parlementaire à la manière d’autrefois n’est
assemblée délibérante d’être obligée de siéger derrière des d’ailleurs plus possible. « En ce temps-là, dit Louis Mar-
barrages d’agents et de gardes républicains. Quelques vieux solleau dans son spirituel billet de T « Ordre », on s’entre-in-
journalistes parlementaires, quelques vieux huissiers, hum­ sultait sans se mépriser, et il arrivait qu’on se réconciliât
bles sachems du régime, évoquent les souvenirs du Panama, sur le pré, la rencontre terminée. Aux jours où nous som­
la plus redoutable tempête qui ait secoué le Parlement. mes, il n’en va plus de même. La République des camara­
Comme ils sont vieux, ils voient tout cela avec indulgence des s’est peu à peu changée en un panier de crabes où
et scepticisme. Poursuites, altercations, interpellations ven­ des haines vivaces s’entrechoquent à pinces ouvertes ! Le
geresses, chutes de ministère, commissions d’enquête : ils député est devenu un loup pour le député. Ce ne sont plus
en ont tant vu 1 Autant en emporte le vent... les idées qu’on discute, mais les moyens d’existence de
I Cependant, les bulles de haine qui crèvent à la surface chacun; ce n’est pas d’erreur qu’on tient à convaincre le
de l’étang parlementaire les étonnent. « La république des contradicteur, mais d’indignité. Tout le monde est à l’affût
: camarades? disent-ils, non : plutôt un panier de crabes. » des tares de tout le monde ! Et. en effet, il ne saurait plus
être question d'affaires d’horirur entre gens oui ne cher­
Nombreuses sont les personnes qui ont pu apprécier les chent qu’à se déshonorer les uns les autres ! »
résultats réellement pratiques du nettoyage à sec perfec­ C’est ce que tout le monde pense en haussant les épaules.
tionné au perchloréthylène. Les duels parlementaires ! Non. Ce n’est plus qu’un
Leroi-Jonau — quatre-vingt-treize années d’expérience de thème à chanson. Quant aux sérénades, ce ne sont plus
teinture-dégraissage. que des charivaris...
H92 POURQUOI PAS?

TROIS BONS HOTELS : LES VOTRES... Le baron de Reinach et Cornélius Herz


A PARIS .
LE COMMODORE, le plus central Le baron de Reinach est un personnage d’opérette que
12, Boulevard Haussmann (Opéra) ---------------------- l’ironique et féroce destin entraîna dans une tragédie. Il
appartenait à une bonne 1/mille de banquiers juifs origi­
LE MIRABEAU, au centre des élégances naire de Francfort. Ayant émigré en France vers te
8, rue de la Paix ----------------------------------------—— milieu de l’autre siècle, naturalisé Français, il avait pro­
A BRUXELLES : fité largement d’affaires faciles qui suivirent la guerre de
1a ATLANTA le meilleur et le plus moderne 1870 et le prodigieux relèvement de la France. Des affaires^
7 et 9, Boulevard Adolphe Max (place de Brouckère) il en fit partout, notamment à Bruxelles, mais c’était sur­
MEME DIRECTION — MEME GENRE
Restaurant de premier ordre — Bars — Nombreux Salons tout une personnalité du boulevard, un habitué de la
Chambres depuis 40 francs — Avec bains depuis 60 francs «Maison d’Or» et du «Café Riche», des coulisses de
l’Opéra et du casino de Monte-Carlo. Il semble qu’il ne
Le suicide comprit jamais le guêpier dans lequel il avait mis la main
et c’est de cela qu’il mourut.
Le bons sens est en faveur de la thèse du suicide. Le Cornélius Herz était un autre personnage. Ce Germano-
suicide était la fin logique dun Stavisky qui, depuis le Américain, médecin de contrebande, électricien amateur,
mois de juillet, était aux abois, sous les pieds de qui tout inventeur et pseudo-savant, était un aventurier d’une autre
6’écroulait. C’était le joueur qui a pris sa dernière culotte. envergure que le margoulin Stavisky. Arrivé à Paris pres­
Il n’avait plus qu’à disparaître, mais la police a mis autour que sans le sou, toujours besogneux et souvent à la veille
de ce suicide logique une telle mise en scène que les gens de la saisie, ce qui ne l’empêchait pas de mener grande
les plus raisonnables se sont pris à douter. Les lettres si vie, il était devenu en quelques années l’ami de toutes
« littéraires » de Stavisky sont bizarres et l’affolement qui les puissances de la République et grand officier de la
semble avoir suivi la mort de l’escroc l’est aussi. Toujours Légion d’Honneur. Comment il était arrivé à cela, per­
est-il que le public ne croit plus» au suicide. On demande sonne ne l’a jamais su. Personne non plus n’a jamais su
le Sherlock Holmès, le Maigret, le M. Lecocq qui mettrait quel cadavre il y avait entre lui et le baron de Reinach. Tou­
un peu de bon sens dans toute cette confusion. jours est-il que la plus grande part des millions que le
baron de Reinach arracha à la malheureuse Compagnie de
PIANOS fc. VAN DER ELST Panama sous prétexte de «rétribuer des concours parle­
Grand choix de Pianos en location mentaires >> passèrent dans les poches de Cornélius Herz.
76, rue de Brabant, Bruxelles Le baron, du reste, ayant commis l’imprudence de confier
la liste des corrompus à son « ami » Herz, celui-ci se ser­
vit de cette arme contre lui et arriva à l’affoler de telle
Souvenir de Panama manière qu’il se suicida. Le scandale parlementaire fut
énorme. Il n’y eut qu’un seul condamné, le fameux Bal-
On peut dire que l’éditeur Grasset a eu vraiment le nez haut qui, ministre des Travaux publics, avoua avoir reçu
creux. C est au moment où éclate le scandale Stavisky un million pour faire passer un projet qu’il avait d’abord
qu’il publie la traduction française du gros livre de Bruno désavoué, mais il est acquis à l’histoire qu’il y eut beau­
Well, sur Panama. Or, cette affaire de Panama, assez coup de corrompus — on n’a jamais su exactement com­
oubliée des nouvelles générations, c’est en quelque sorte la bien. Rouvier, ministre des Finances, plusieurs fois prési­
préfigure de l’affaire Stavisky. dent du conseil, avoua avoir reçu 300,000 francs pour sup­
A l'origine, cependant, ce n’était en aucune laçon une pléer à l’insuffisance des tonds secrets et combattre le
escroquerie. Lavenir devait démontrer que pour Panama boulangisme. D'autres, tel le philosophe Burdeau (le Bou-
comme pour Suez, ce prodigieux visionnaire de Ferdinand teiller de Barrés) avaient passé à la caisse pour faire sub­
de Lesseps avait vu juste et que le percement de l’isthme ventionner leur journal, bref tous les prétextes avaient
finirait par être une magnifique affaire, mais Ferdinand été bons. Et ceux qui n’avaient pas touché, comme les Lou­
de Lesseps était un animateur, un poète de l’action, ce bet et les Ribot, avaient fait l’impossible pour entraver
n'était pas un financier. Il prenait ses visions pour des la marche de la justice et couvrir les coupables. Bref,
réalités et dans son désir de faire partager sa conviction, toute la majorité républicaine, opportunistes et radicaux
perdait quelquefois la notion de la vérité. Financièrement, mêlés, avait paru partager la vénalité générale. C’était
l’entreprise fut conçue avec une légèreté incroyable et une tout de même encore plus beau que l’affaire Stavisky...
prodigalité sans exemple, de sorte que les premières sous­
criptions furent englouties avant qu'on eût donné le Du Poulet........ rôti à la broche électrique......... ça se
premier coup de pioche. La compagnie aux abois n’eut mange à la poularde, rue de la fourche, quarante.
bientôt plus d’autre ressource qu’un grand emprunt à lots,
qui eût couvert ses emprunts précédents. Or, il fallait pour
cela une loi, mais après les premières années d’enthou­ Ironie allemande
siasme irréfléchi, l’épargne française avait commencé à
s’inquiéter de ce qu’il pouvait y avoir au fond du gouffre Ce livre de M. Bruno Weil sur « Panama » est assurément
de Panama et le gouvernement, comme la Chambre elle- fort bien fait — certains passages importants ne sont du
même, semblait très peu favorable à ce nouvel emprunt de reste qu’un démarquage, presque une traduction (retraduire
la compagnie. C’est alors que ses dirigeants: MM. de Les­ de l’allemand en français) de « Leurs Figures », de Maurice
seps père et fils, Marius Fontanes et Cottu tombèrent sur Barrés. Il se présente comme un üvre d’histoire, d’importante
des corrupteurs professionnels, le baron de Reinach et histoire. Cependant le ton en est parfois bien déplaisant.
Cornélius Herz, qui s’engagèrent pour un certain nombre On y sent une lourde ironie allemande. C’est avec une
de millions à leur assurer la bienveillance du gouverne­ sorte de plaisir que l’auteur se vautre dans ces scandales
ment et du parlement. C’est ainsi que s’engagea cette for­ français. Il abuse des mots « grotesque » « ridicule ». U
midable affaire de corruption qui, tout de même, dépasse défend sournoisement le sinistre Cornélius Herz et laisse
singulièrement celle-ci. planer un soupçon sur l’intégrité de Clemenceau. Sans le
dire franchement, il fortifie la légende de Clemenceau,
A tout cœur bien né, la Patrie est chère. agent de l’Angleterre. C’est tout de même assez curieux,
A tout Belge... devant se procurer un antinévralgique, les cette campagne germanique et germanophile contre la mé­
COMPRIMES LA MEUSE sont chers... et bon marché, car moire du « Père de la Victoire ». Il y avait vraiment trop de
ils ne coûtent que 8 francs pour un tube de 20 comprimés. juifs allemands dans cette affaire xie Panama.
Les COMPRIMES LA MEUSE sont moins coûteux que
tous les Produits Etrangers et bien plus efficaces. — Un 0 Maison des Beaux-Arts Expositions permanentes
simple essai vous convaincra. Entrée libre, Tea-Room, 4 salles à 1. pr ttes fêtes

l
POURQUOI PAS? 193
-■■■ - " ■ --------- ■

Solidité de la République
SAVON À BARBE
Une réflexion s’impose après la lecture de ce livre sur
tenama. C’est qu’il a fallu que la République fût bien
lolide pour résister à tant d’orages. Pensez donc: le Boulan­
«
gisme, Panama, l'affaire Dreyfus, les émeutes de la « Patrie
Française », le Comblsme, les déceptions de l’après-guerre et
puis toute cette cascade de scandales politico-financiers qui
va de l’affaire Oustric à l’affaire Stavisky, en passant par
l’affaire Hanau!
I Connaissez-vous, nous disait à ce propos un vieux répu­
blicain passé du rouge au rose, un autre régime capable de
bésister à tant d’accidents ?
[ C’est vrai, continue-t-il, que la république démocratique et
parlementaire est un régime qui prête à la corruption; la
véritable formule de notre régime c’est: la ploutocratie tem­
pérée par le chantage. Mais c’est aussi le seul régime
assez souple et assez fort pour ne pas en mourir à la pre­
mière atteinte sérieuse du mal. On nous parle des gouverne­ UNE BARBE
ments forts des dictatures. Imaginez un scandale comme
l’affaire Stavisky éclatant dans l’entourage d’un Mussolini
ou de Hitler, il emporterait tout. BIEN
F — Oui, mais il n'éclaterait pas! Souvenez-vous de la ma­
nière mystérieuse dont le signor Turati a disparu de la
icène Italienne. Nous ne sommes tout de même pas assez SAVONNÉE
naïfs pour croire que les belles phrases de l’évangile fasciste
tt hitlérien ont suffi à moraliser brusquement des nations
où l’on rencontrait autant de consciences achetables que
a’importe où. Seulement, quand Mussolini s’en aperçoit —
EST
et il s'en est toujours aperçu à temps — il frappe les cou­
pables sans bruit et personne ne dit mot. Et cela vaut beau­ À MOITIÉ
coup mieux ainsi...
I — Peut-être... mais un pareil régime ne serait pas possible
en France. Même sous l’Empire, on savait tout. Alors, notre FAITE
régime corrompu avec ses innombrables soupapes de sûreté
vaut-il mieux qu’un régime autoritaire qui éclaterait à la
première aventure? COMPAGNIE ERASMIC, RUE ROYALE 1f0> BRUXELLES.
f La solidité du régime de la République, c’est que les res­
ponsabilités y sont si bien partagées qu’au fond tout le
monde, même les adversaires de la République, ont intérêt mais il est assez illogique de charger des fonctionnaires,
1 sa conservation. qui dépendent de lui, de cette épuration.
Enfin, il y a une proposition Marquet. Les néo-socialistes
OU IRONS-NOUS DEJEUNER DIMANCHE ? Pour faire sont pour une commission d’enquête, mais avec des pouvoirs
ine belle excursion, le Château d’Ardenne est tout indiqué. limités, et qui ne s’occuperait que de l’épuration parlemen­
taire, laissant le reste à la Justice ordinaire.
C’est peut-être la solution la plus raisonnable; mais la
Commission d’enquête ou jury d’honneur Chambre est dans un tel état d’inquiétude et de surexcita­
tion, qu’il est impossible de prévoir ce qu’elle décidera. Tout
national? est à la merci d’un incident.
[ La France entière réclame à grands cris le nettoyage
complet des écuries d’Augias. Manifestations à Paris, avec Exigez le sucre raffiné de Tîrlemont
barricades. incendies de tramways, toute la lyre ! Manifes­
tations en province. Les parlementaires obligés de se mon­
trer îe moins possible dans les lieux publics, s’ils ne veulent Une première charrette
pas se faire conspuer. Il faut en finir, si l’on ne veut pas
que cela se gâte tout à fait. Le Gouvernement a donné à l’opinion publique la satis­
C’est l’avis du Gouvernement et c’est l’avis de la Cham­ faction de voir passer une première charrette de fonction­
bre. Seulement, à l’heure où nous écrivons, ils ne sont pas naires condamnés. Les mœurs se sont adoucies. On ne les
l’accord sur la manière de procéder, et U n’est pas impos­ enverra pas à la guillotine. Les sanctions les plus graves
able que M. Chautemps ne tombe sur la commission d’en- sont des retraits d’emploi.
tuête. C’est déjà quelque chose; mais ces sanctions adminis­
p M. Chautemps n’en veut pas, et il base son refus sur des tratives — qui d’ailleurs seront peut-être suivies de sanc­
itfguments qui ne sont pas sans valeur. Privée de pouvoirs tions judiciaires — ont l’inconvénient de laisser le public
ludiciaires, une commission d’enquête risque de patauger dans l’ignorance des motifs vrais qui ont déterminé la con­
Sans les ragots, comme la commission Oustric, et de donner damnation des fonctionnaires frappés. On sait que le poli­
Inalement l’impression que le Parlement veut, une fois cier Bayard avait donné à Stavisky une carte de la Sûreté.
le plus, étouffer l’affaire; munie de pouvoirs Judiciaires, elle Mais on ne sait pas quelle est l’importance des négligences
ievient une sorte de Chambre ardente qui se substitue au commises par M. Xavier Guichard ou M. Ducloux, que
Gouvernement. certaines gens ne manqueront pas de représenter comme
des boucs émissaires.
ï Cependant, il faut bien faire quelque chose. Alors,
Vf. Chautemps incline vers la constitution d’un Jury d’hon-
aeur national, composé d’un petit nombre de députés et de Anthracites 50/80, à fr. 300.—
Sénateurs réputés pour leur vertu (voilà le vocabulaire de
a Convention qui revient) et de hauts fonctionnaires; on Ces anthracites sont extra durs. La consommation en
parle même de membres de l’Institut. Les Inconvénients est très faible Mélangés au coke, ils réduisent de moitié
tautent aux yeux. On voit très bien le Parlement, instru- les frais de chauffage.
t de iA souveraineté nationale, s’épurant lui-même. 96, avenue du Port Tél 26,54,05
194 POURQUOI PAS?
■--------------------------— ..............—....................... ' ' —

LE MOBILIER MODERNE Le programme des cinq conférences


Grand choix de meubles en tous styles et tous genres Depuis Henry Carton de Wiart, un autre Henri (maU
9, BOULEVARD JAMAR, 9 sans y), Tschoffen, sous la présidence d’Albert Sarraut, a
(En face de la gare du Midi) conférencié avec sobriété, clarté et compétence sur les re­
BRUXELLES
-------------------- Téléphone : 21.55.49 ---------------------- marquables résultats obtenus au Continent noir par notr<
effort colonial. La troisième conférence sera donnée pai
Richard Dupierreux sur nos villes d’art (excellent sujet) J
Les cas André Hesse la quatrième sera consacrée par Valère Gille aux écrivains
belges contemporains (que le bon poète — notre Lander­
C’est sur M. André Hesse, ancien vice-président de la neau littéraire le guette — se précautionne contre le$
Chambre, ancien ministre, que se concentrent en ce mo­ omissions) et, pour clore la série, le docteur Dam, qui
ment la rancune et le mépris que l’on professe dans le fut un des médecins de notre armée, parlera de nos musi­
public en général et au Palais en particulier pour les avo­ ciens.
cats politiciens, qui sont en effet pour beaucoup dans cette On aurait vraiment tort de dire que la France artistique,
affaire de corruption.
littéraire et intellectuelle se désintéresse systématiquement
M. André Hesse avait exagéré. Non seulement dans l’af­ de la Belgique...
faire Stavisky, mais cans d’autres affaires, il demandait et
exigeait remise sur remise, malmenait les tribunaux, mena­
çait les juges et traitait toute la Justice de haut en bas. Vive Tartufe
H traitait de même d’ailleurs bon nombre de ses confrères
et ne jouissait d’aucune sympathie. De plus, n’a-t-il pas dit H y a des gens, décidément, qui nJont point de vertu.
cyniquement qu’il considérait qu’il avait le droit de deman- Certains sont assez immoraux pour tolérer qu’on appelle
ier toutes les remises et de retarder tant qu’il voulait la un chat un chat. D’autres encore aiment la bonne humeurj
marche de la Justice dans l’intérêt de ses clients! Bref, il même verte, parfois, et pas très mûre. Et ces affreuses
considère que celui qui fait les lois comme député, a le droit gens-là lisent « TARTUFE », le nouvel hebdomadaire qui
de les fausser comme avocat. paraît aujourd’hui.
Aussi, quand M. L’Hermitte, président de l’Association Concours de mots croisés. Concours de roman à clé.
des Jeunes a ocats, lui dit publiquement, dans la Galerie En vente partout ; 50 centimes.
marchande, que sa place n’était plus au Palais, ce jeune
censeur eut-il tout le monde avec lui. Les jeunes avocats
sont très montés contre les politiciens raffleurs de causes. Et nous, enfants, à la Tour de Nesle
Cela s’est terminé par un échange de gifles. D’autre
part, le même M. André Hesse a envoyé ses témoins à un Le Molière vient de reprendre, avec un gros succès, le
rédacteur de « Paris-Midi ». S’il doit en envoyer à tous vieux drame d’Alexandre E nas et Frédéric Gaiilardet.
les journalistes et à tous les avocats qui parlent de lui en Cette horrible histoire, tout empanachée de tirades décla­
termes dépourvus d’aménité, il aura fort à faire. matoires, toute vibrante d’apostrophes sonores, toute fré­
missante du bruit des épées froissées, cette horrible his-
Normandy Hôtel toire d’infanticides, de parricide, d’orgies, de larmes et
d adultères, cette horrible histoire qui se déroule dans le
7, rue de l’Echelle (av. Opéra) PARIS. Toujours heureux palais du Louvre, sur les rives de la Seine, dans la sordide
de réserver aux compatriotes le meilleur accueil et des taverne d’Orsini et dans la nuit opaque des cachots, a con­
soins particuliers M Curtet-van den Meerschen, adm.-dir.. servé sur le public une action curieuse, quand les princL
et Madame ont confié à « Pourquoi Pas ?» le soin de rap­ paux interprètes la jouent dans la tradition, ce qui est le
peler qu’il vous y sera fait des conditions uniques : sans cas pour M. Paul Oettly, de l’Odéon, dans le rôle de Burt-
bain, depuis 30 francs; avec bain, depuis 40 francs. dan, et pour Mme Rachel Dubas, dans Marguerite do Bour­
DESCENDEZ A PARIS à L’ « HOTEL NORMANDY » gogne — ceci dit sans mésestimer les artistes de la vail­
lante troupe du Molière, dont plusieurs se sont parfaite­
ment adaptés au drame romantique, et, en tout premier
Henry Carton de Wiart, propagandiste lieu, cet excellent comédien René Darmor, qui marque d’une
empreinte personnelle, avec une conscience toujours égale,
Cinq grandes conférences sur la Belgique par des confé­ les rôles les plus divers qui lui sont confiés.
renciers belges. Tel est (pour reconnaître l’excellent accueil Pendant trois heures d’horloge, c’est un jeu de retrou­
reçu chez nous) le programme que réalise, à Paris, l’« Union ver des phrases entières, demeurées dans les mémoires, du
des Conférenciers français», présidée par Franc-Nohain, vieux théâtre romantique : « En l’an 1307, la Bourgogne
fantaisiste spirituel et profond. était heureuse... Regarde, Marguerite : ces murs étouffent
C’est le comte Henry Carton de Wiart, en rupture de les sanglots, boivent les larmes et absorbent l’agonie...
ministère, qui a ouvert le feu devant une assistance com­ C’était une noble tête de vieillard... », etc., etc.
posée par le gratin de Paname et de la colonie belge. Et une anecdote nous revenait en mémoire, tandis que
Henry Carton de Wiart, au cours de sa conférence, conta pleuvaient sur la scène les « Enfer et damnation 1 » et les
la visite à Bruges de M. Poincaré immédiatement après « Tudieu, Messeigneurs ! »... Si nous l’avons déjà racontée
Tarmistice. Le président de la République fut reçu dans ici, que les lecteurs qui l’ont ainsi connue nous excusent de
la vieille cité flamande par son bourgmestre, l octogénaire la répéter.
comte Visart de Bocarmé qui avait eu une attitude si
héroïque devant l’envahisseur. Au cours de la guerre, les C’était aux environs de 1885. Le Bain Royal de la rue de
Boches avaient fait défiler un convoi de prisonniers fran­ l’Enseignement se transformait, l'hiver, en théâtre de
çais dans les rues brugeoises, croyant en imposer à la po­ drame. On y jouait tout le répertoire du Boulevard du
pulation. Celle-ci fit une ovation spontanée aux captifs. Crime. On y joua la Tour de Nesle avec la célèbre Marie
Le lendemain, une affirhe boche annonçait aux Brugeois Laurent, fort âgée, et qui avait pris une corpulence qui
qu’ils étaient frappés d’une amende kolossale. l’eût fait recevoir haut la main au Cercle des Cent Kilos.
Le comte Visart de Bocarmé fit présent d’une de ces af­ Au troisième tableau, Marguerite fait assassiner Phi­
fiches à M. Poincaré : « C’est tout, Monsieur le Président, lippe d’Aulnay qui l’a marquée à la joue. Celui-ci, mourant,
ce que notre malheureuse ville a à vous offrir». M. Poin­ ignore qui est la femme masquée qui vient le braver à
caré pleura, ajouta H. Carton de Wiart, qui l’accompa­ l’heure de l’agonie. A ce moment, Marguerite enlève son
gnait. masque et Philippe, la reconnaissant, doit s’écrier, les yeux
convulsés d horreur :
Av Restaurant Trianon-Liége, une gamme incomparable de — Marguerite de Bourgogne I
dîners à prix fixe avec nombreux plats au choix. Grill électr. L’artiste qui jouait Philippe eut, à ce moment, une sort»
POURQUOI PAS? 195

D’hallucination... Voyant devant lui la masse énorme


bu’était Marie Laurent, il s’écria :
I — La Tour de Nesle 1
Qu’y a-t-il dans
I Et toute la salle fut prise du rire le plus fou qui ait ja­
mais secoué un public de théâtre... votre Horoscope?
Le Zoute IBIS HOTEL, avenue du Littoral, 76 Laissez-IVloi vous le dire
[ Séjour idéal pour Hivernants Tout confort, cuisine soi­
gnee, chauffage central. — Prix modérés. — TéL 576.
Gratuitement
L’élection de Borms à Anvers Voulez-vous connaître, sans qu’il vous en coûte rien,
l’avenir qui vous est réservé tel que les étoiles le révèlent,
savoir si vous réussirez êtrt renseigné sur tout ce 'Ui vous
[Dans la conférence de M. Carlier, diffusée par Radio- intéresse, affections, santé affaires vie conjugale, amis et
Wallonie et stupidement censurée par le ministre Franz ennemis, connaître â l’avance vos périodes "le ~éussite ou
de déception, savoir les pièges à éviter,
Van Cauwelaert — beau début — l’orateur attribuait aux les occasions à saisir, -*nfln mille dé
sentiments flamingants des Anversois le grand nombre de tails d’une valeur inappréciable Si
voix obtenues par le traître Borms. vous voulez connaître tout cela, vous
pouvez l’obtenir grâce è une lecture
| — Permettez-moi, nous dit un avocat d’Anvers, de rappe­ astrale de votre vie. ABSOLUMENT
ler qu’il n’y a eu là qu'une manœuvre politique, dans la­ GRATUITE.
quelle la question linguistique n’a rien à voir. GRATUITEMENT
[ Il s’agissait d’une élection partielle, à l’effet de remplacer
un sénateur libéral qui, hélas, n’avait pas de remplaçant Votre Lecture Astraie ne compre
d’office. Comme cette place revenait à un libéral, les partis nant pas moins de deux pages écrites
à la machine vous sera immediate
catholique et socialiste se sont abstenus... officiellement. ment envoyée par ce grand Astrologue
Et U n’est resté en présence qu’une liste libérale et une dont les prédictions ont éveillé l’in
liste activiste. Alors, pour faire la pige aux libéraux, les Van térêt de deux continents Permettez-
lui de vous révéler GRATUITEMENT
Cauwelaert et Huysmans donnèrent en cataminl l’ordre à des faits étonnants qui peuvent chan­
leurs partisans de voter contre le candidat libéral. ger le cours de votre vie et vous apporter le succès, le bon­
j La plupart des électeurs ne se sont rendu compte qu’après heur et la orosnérité.
coup de la triste besogne qu’on leur avait fait faire et ils Vous n’avez qu’à lui écrire en donnant votre nom et
l’ont bien regretté. Les élections suivantes ont d’ailleurs votre adresse complète er. indiquant si vous êtes Monsieur,
ramené à leurs justes proportions les effectifs des votants Madame ou Mademoiselle. Mentionnez également votre
date de naissance II n’est pas besoin d’envoyer de l’argent,
activistes. mais si vous le désirez, vous pouvez joindre à votre de­
mande 3 francs pour frais de bureau et d’affranchissement.
Ne '.ardez oas Ecrivez maintenant Adresse Roxroy Stu­
CHEMISES SUR MESURE dios, Dept. 2240 D, Emmastraat, 42 La Haye, Hollande.
L’affranchissement pour la Hollande est de fr 1.50.
Louis DE SM ET Remarque. Le Professeui Roxroy est très estimé par
37, RUE AU BEURRE, 37 ses nombreux clients. Il est l’astrologue le plus ancien et
le mieux connu du Continent, car il pratique à la même
adresse depuis plus de vingt ans. La confiance que l’on
Suite au précédent peut lui témoigner est qarantie par le fait que tous les tra­
vaux pour esquels il demande une rémunération sent faits
sur la base d’une satisfaction complète ou du rembourse­
|Le nombre de Flamands, bons Belges et ennemis des ment de l’argent payé.
activistes, est bien plus considérable qu’on ne le suppose,
et il est regrettable qu’on veuille toujours les faire passer
pour des ennemis des Wallons. Ces attaques incessantes et Le petit jeu des jetons de présence
injustifiées les irritent, qu’elles soient dues à l’ignorance ou
à la mauvaise foi de leurs auteurs. La Députation Permanente de la province d’Anvers a ré­
[ L’élection de Borms n’a eu qu’un seul avantage, celui cemment cassé un vote du Conseil communal d un village
fie montrer que les lois sont moins exigeantes pour les qui avait porté de 2 fr 50 à 20 francs le montant du jeton
ponditions de l’éligibilité que pour celles de l'élection. de présence des conseillers, qui se réunissent deux ou trois
Une dernière remarque: les activistes ne représentent pas fois par an.
tout le pays flamand, malgré la propagande forcenée à Cette décision est à rapprocher du petit jeu des jetons
l’aide de journaux, éditions et organisations multiples — de présence des conseillers provinciaux anversois lesquels,
propagande coûteuse, dont les frais ne sont certes pas sup- manifestement en vue d’augmenter leurs indemnités, pro­
rtés par les partisans. On cite une firme belge, dont le longent régulièrement la session de quinze jours au moins,
,om fut prononcé souvent pendant et après la guerre, mais inventant mille objections pour traîner les discussions.
uelle, bien protégée, ne fut pas inquiétée. Et puis, est- Ces messieurs s’allouent d’ailleurs deux jetons par Jour
que du côté de la Hollande et de l’Allemagne, des appuis lorsqu’ils tiennent deux séances: il est arrivé qu’ils ont
anciers ne seraient pas assurés aux groupements acti- tenu trois séances, histoire de toucher 40 x 3 = 120 fr.
tes? On se rappellera, à ce propos, le chèque en florins Il y a une couple d’années, ils se sont offert un beau
destiné à payer l’édition, à Anvers, d’une brochure de Raf. portefeuille en cuir, dont coût deux mille francs que la
(ferhulst, pour compte du Journal activiste t De Noord- caisse provinciale a dû solder.
pok », et reproduisant le mensonge des francs-tireurs de Le plus joli, c’est que les discussions sur l’importance
binant.t! d’un subside coûtent parfois à la Province bien plus cher,
en jetons « extra », que le subside lui-même. Il y a quel­
Perles fines de culture ques années, par exemple, on discuta pendant plus de deux
Jours sur l’attribution d’un subside de 1.000 francs — cela
En vous adressant directement à la source, vous choisirez coûta environ 4,000 francs aux contribuables !
es perles 'es plus belles récoltées par les cultivateurs les
noins exigeants. Anthracites 30/50, à fr. 350.—
[ Choix incomparable, spécimens les plus rares et prix
Stricts d'origine au Dépôt Central des Cultivateurs, avenue à haut pouvoir calorifique et cendres blanches.
Louise, 31, Bruxelles. DETOLCHARBONS-DETOLCOKE
[.Gros et détail. Aucune succursale. 96, avenue du Port — Tél. 26.54,05
196 POURQUOI PAS?

taillable et corvéable à merci. On en arrive ainsi de plus


CnAUTI kl
JrURIin
EAU MINÉRALE
NATURELLE
en plus fréquemment à dépasser la mesure et le rendement
'de l’impôt, au lieu d’augmenter, s’évanouit.
Dans son rapport si parfaitement documenté, de la Com­
DIGESTIBILITÉ INCOMPARABLE-GRANDE PURETÉ mission des Finances, M. le sénateur Ingenbleek, person­
nalité compétente et désintéressée, consacre un article in­
titulé « Fiscalité destructive » aux conséquences néfastes
Allez, Standard!... pour l’économie nationale d’une fiscalité qui, en ruinant
l’industrie et le commerce, détruit sa propre substance: la
Bien plus que la querelle de l’humanisme, bien plus que matière imposable. Il cite entre autres exemples le cas de
l’activité ministérielle du Doktor Frans Van Cauwelaert, la Brasserie.
plus que la visite de Florelle et que la santé du Torê, un En Allemagne, la fiscalité a réduit de 50 % la production
souci ronge les sangs, hante les rêves de nos amis Liégeois: de la Brasserie, réduisant en même temps ses propres res­
le « Standard » décrochera-t-il le « pot », — qu’en des ter­ sources. Elle a reconnu son erreur et a fait un pas, insuf­
mes galants ces choses-là sont dites! — terminera-t-il vain­ fisant d’ailleurs, en arrière.
queur le championnat national de football ? Aux deux tiers En Angleterre, le chancelier de l’Echiquier a déclaré lui-,
de la carrière, il se trouve bien en première place, à égalité même au Parlement le vice des taxes excessives sur les
avec 1’ « Union Saint-Gilloise ». Oui, mais 1’ « Union » a bières, qui avaient réduit de 64 % la consommation du malt,
Joué un match en moins... Oui, mais 1’ « Union » doit venir ruinant l’industrie et anéantissant la recette fiscale. Aussi,
à Liège, au terrain de Sclessin, le tombeau des espoirs. le nouveau budget prévoit-il une réduction considérable de
Invaincu devant ses fidèles, le « onze » wallon attend ce l’accise pour toutes les bières, sauf pour les bières légères
match — le match de ma vie, disait un supporter — avec (pesant moins de 2°7 densimétrique). Les résultats se firent
le sourire. immédiatement sentir pour le fisc par une augmentation de
Un qui sourit de confiance, c’est le trésorier du « Stan­ 17.83 % de consommation d’avril à novembre 1933.
dard ». Les demandes de places « assises » sont arrivées en En Suède, la dernière augmentation du droit d’accise
telle quantité qu’il a imaginé ce malin sübterfuge: pour amena un recul croissant de la consommation. Octobre
assister au choc « Standard-Union » de la tribune couverte, dernier présentait un recul de 31.66 % par rapport à octo­
c’est-à-dire les fesses de guingois sur une banquette sans bre 1931. Les recettes fiscales furent proportionnellement
confort, il n’en coûtera au cochon de payant que de s’abon­ encore plus fortement atteintes.
ner pour les cinq rencontres à venir. Le voilà bien, le roi Les conséquences furent tout aussi désastreuses en Tché­
des resquilleurs! Et nous conseillerions volontiers la recette coslovaquie et en Autriche. Dans ce dernier pays surtout, la
aux directeurs de cinémas désireux de faire passer, à la consommation de la bière est tombée dans des proportions
faveur de « Cavalcade » ou de la « Maternelle », les «navets» inégalées. La Tchécoslovaquie vient d’ailleurs d’entrer dans
la voie des dégrèvements et la taxe de transmission, qui
futurs, en série. En attendant, les Liégeoises fabriquent des était de 5 couronnes à l’hecto, vient d’être ramenée à 1 cou­
drapelets aux couleurs blanc et rouge; Capelle est l’enfant ronne.
chéri de la victoire ardemment escomptée; et il s’est trouvé Nous savons combien est grande la désillusion aux Etats-
un Archimède pour suggérer qu’une équipe de terrassiers Unis. Là aussi, le fisc a eu la main trop lourde. Aussi, une
occupât ses loisirs et les quelques jours qui nous séparent du fois passées les premières semaines d’enthousiasme, la fa­
« great event » à agrandir le stade, ni plusse ni moinsse... brication de la bière s’est-elle mise à languir et les quan­
Ah! ces Liégeois, quand ils s’y mettent! tités que l’on produira, au coms du premier exercice, ne
dépasseront guère la moitié de la production des années
d’avant la prohibition.
VDNTM SIGMA* PERY WATCH C* Les pays où, comme la France, le taux de l’accise est resté
Depuis 1865 satts&it le jjjua riiffif.iia; modéré, voient au contraire les chiffres de la fabrication,
non seulement se maintenir, mais encore progresser, et
pourtant la France est un pays à vignobles et à cidre, deux
Le public en or redoutables concurrents de la bière.
Dans notre pays, le fisc a, lui aussi, constamment aggravé
C’est le public des populaires, n a payé cent sous (fr. 2.50, les charges sur la bière. Les chiffres des versements dans
avec une carte de chômeur —, ce qui fait bougonner le con­ TUnion Belgo-Luxembourgeolse, en novembre dernier, en
tribuable vertueux) pour venir applaudir les « Rouches »... réduction de 13.3 %, sont de nature à le faire réfléchir.
Et conspuer les autres, évidemment... Et siffler l’arbitre: Serait-ce le début d’une ère de désillusions fiscales? que
c’est trop naturel. viennent encore aggraver des taxes insolites sur des mar
Massés derrière le goal que visent les shots de leurs favo­ tières premières que l’agriculture belge ne produit pas!
ris, ces gaillards en casquette vibrent avec une ferveur On peut s’étonner de l’acharnement que mettent les divers
puérile et touchante. L’unanimisme n’est pas loin. C’est là gouvernements à frapper la bière, cette boisson des masses.
que le coeur a ses raisons que la raison du Jeu — le Code Il s’agit pourtant d’un impôt qui frappe surtout le peuple,
d'arbitrage — ne connaîtra jamais. Et l’arrière flamand ce roi non couronné de nos Etats modernes.
ayant sauvé du bout du pied une situation fort critique:
« Hitler! » lance d’une seule voix le chœur Innombrable des
supporters déçus et cramoisis . Le nouvel Institut dentaire
— Mol, Monsieur, me disait l’autre Jour une femme de Il a la dent plus longue qu’on ne se l’était Imaginé: non
peine, Je prie chaque dimanche pour que 1» « Standard » seulement il a dévoré le morceau du Parc Léopold qui se
gagne. trouve à droite de l’entrée principale, rue Belllard, mais en­
— Et pourquoi donc, Cathérine? core l’Institut de Chimie, qu’il a englouti d’une pièce et en­
—> Parce que, si le « Standard » est battu, mon mari et tièrement digéré.
mes deux chenapans de garçons me feront la vie impossi­ Quel appétit pour un institut-enfant ! Que sera-ce quand
ble, toute la semaine... U aura grandi et qu’il aura toutes ses dents ! Si les insti­
Heureux « Standard » I tuts scientifiques se mettent à s’entre-dévorer, qu’allons-
devenir ?
La proie et l’ombre Un explorateur africain rapportait, Jadis, qu’il avait dé­
couvert une rivière où les poissons étaient si nombreux
Le gaspillage deniers publics auquel, depuis la fin de qu’il fallait les écarter pour trouver l’eau.
la guerre, se livrent la plupart des pays, rend difficile la Bientôt, la situation du Parc Léopold sera toute pareille:
tâche des Ministres des Finances, toujours à la recherche il faudra écarter les constructions pour se rendre compte
de nouvelles ressources fiscales. Constamment de nouveaux qu’il existe.
tours de vis viennent pressurer un contribuable devenu Oe fut un asile de verdure charmant, un bout de forât
POURQUOI PAS ï 197

égaré dans la ville, un peu de solitude, un peu de rêve;


11 n’en reste presque plus rien. LES SOIREES LES PLUS AGREABLES
Par contre, on entretient — soigneusement — l’aspect
raseux de l’étang où croissent, l’été, des moustiques parti- et les moins onéreuses se passent à I’
julièrement redoutables.
ANCIENNE BELGIQUE
; Un COL plus beau que neuf, une CHEMISE impeccable, 15, rub des Pierres (Bourse)
par le Blanchissage « PARFAIT ». QUI. POUR S’ADAPTER AUX CIRCONSTANCES
CALINGAERT, Spécialiste depuis 1866 A REDUIT SON TARIF EN SEMAINE A
33, rue du Poinçon, tél. 11.44.85 — Livraison domicile
C- J 7C le demi DIEKIRCH
* * —Café, Eau, etc...
Autour du mémorial Lekeu
---- SPECTACLE UNIQUE A BRUXELLES »----
Le Comité « Guillaume Lekeu », composé d’amateurs Les nouveautés de MAX ALEXYS
fervents de saine musique, poursuit le but d’édifier à Ver-
Viers, un mémorial en l'honneur d’un des plus illustres et son orchestre
compositeurs belges- LE MEILLEUR DU GENRE EN BELGIQUE
L’œuvre de Guillaume Lekeu?... Grande, émouvante, Buffet froid soigné. Entrée libre.
riche de chaudes harmonies, libre d’empreinte scolastique,
quelquefois géniale.
! Voici le quarantième anniversaire de sa mort. Le monde cette baisse considérable, la farine se maintient à cenft
musical s’incline avec respect devant la tombe du mal­ douze francs le quintal et le son à septante-deux ?
heureux adolescent, dont le cœur immense fut, à 24 ans. Toujours est-il que la prime, acceptée avec reconnaissance
Impitoyablement arrêté dans sa course ardente, par le par les fermiers producteurs de froment, constitue un assea
typhus... joli denier, sur lequel ils comptent en dépit des embarras
[ Si S. M. la Reine avait bien voulu venir à Venders pour financiers permanents du gouvernement.
[assister au gala Lekeu, rendant ainsi hommage à la mé­
moire d’un grand artiste, sa présence eût attiré la grande
foule — la grande foule élégante, à l’accent si pur, le « high Le Bis-Kaol
life » des « Mousses » et « des ploquettes » qui eût arra­
ché à prix d’or les plus belles places au grand Théâtre... guérit les aigreurs et les douleurs d’estomac. Il supprima
Le trésorier du mémorial eût encaissé 50,000 francs. totalement l’acidité et prévient l’ulcération. Envol contre
...Plus qu’il n’en fallait. Les pauvres de Heusy auraient eu mandat ou virement de 14 francs au C. C. P. n° 105236
leur part. Pharmacie R. Panier, 53, rue du Progrès, Bruxelles-Nord.
I La déception fut grande.
| Ajoutons que le ministre Forthomme a, « selon l’usage, La valeur sac
la manière et la coutume », été empêché par les « devoirs
de sa charge », de répondre à l’invitation d’un comité ver- Us ne sont pas seuls à y compter. Pour cause d'instabi­
Viétois. lité monétaire, nombre de redevances locatives ont été Ja­
K — M. Forthomme est Verviétois, si notre mémoire est dis fixées en sacs par les propriétaires. Entendez que ces
bonne ? nous dit un ami de Lekeu. propriétaires, sans revenir au paiement en nature, tentaient
I Le député David, le sénateur Claessens, le gouverneur de corriger ce que le paiement en francs — monnaie ju­
Pirard, M. Glesener, représentant le ministre Lippens, gée instable et aléatoire — pouvait avoir d’incertain.
d’Argent, consul de Belgique à Aix-la-Chapelle, le collège — Voilà, avaient-ils déclaré à leurs tenanciers. Vous ni®
échevinal, assistaient au Gala Guillaume Lekeu. nous payerez plus en francs, tout en continuant évidem­
j Nous avons vu aussi, tout blancs, les amis du « pauvre ment à nous en donner. Mais, désormais, vous nous verse­
[enfant de Heusy ,» ceux qui ont joué ses premiers essais: rez la valeur d’autant de sac de froment à l’hectare loué,
Alphonse Voncken, Grignard, Crickboom... cette valeur étant comptée d’après les prix établis aux pre­
Et puis Mme Viance-Lamboray, la première et enthou­ miers marchés d’octobre de chaque année.
siaste interprète d’Andromède... en 1892 ! C'est que la campagne n’est plus en retard sur la villes
I Et l’on n’eut que des paroles de gratitude pour le prési­ L’heure du progrès sonne aussi bien aujourd’hui à la pen­
dent du comité et Madame Edouard Peltzer de Clermont, dule du rural qu’au chronomètre du citadin. Parfois même,
et aussi pour M. Etienne, Isidore ,qui ne ménagea pas ses la pendule avance.
peines pour que le but fût dignement atteint.

appointés, attention! Cokes 20/40, 40/60 et 60/80, à fr. 165.—


Nous vous offrons des paiements en dix mensualités sans Ces cokes s’allument facilement et, grâce à leur forte
ajoration ni intérêts. Pardessus et complets sur mesures, cohésion, résistent longtemps au feu.
e 450 à 950 francs. Manteaux de dames depuis 300 francs. DETOLCHARBONS-DETOLCOKE
GREGOIRE, tailleurs, 29, rue de la Paix, 29 (Porte de 96, avenue du Port. — Tél. 26.54.05
Namur).
Exigences
.es vingt francs
L’avidité ou, plus courtoisement, la requête des proprié­
Les toucheront-ils ? Us commencent à en douter. Les taires peut s’expliquer. Longtemps, la modeste « suspen­
griculteurs n’entendent plus parler, en effet, de cette sion » en bronze doré et ciselé s’avéra le seul luxe de la
brime de quatre pièces de cent sous à l’hectolitre, allouée ferme. Plus tard, la prospérité momentanée et les bettera­
par un gouvernement généreux aux cultivateurs durement ves à sucre y aidant, un piano y rugit en compagnie du
atteints par la chute des cours du froment. Celui-ci. qui se tracteur et de la baratte électrique. Emu par ces signes
Rendit jusqu’à 175 francs les cent kilos, voilà quatre ou cinq extérieurs de richesse, le propriétaire les accueillit de diver­
fens, n’en vaut plus en effet que 60 ! C’est dérisoire, en com­ ses manières. Il souriait, haussait les épaules ou se fâchait.
paraison, par exemple, des prix français qui sont maintenus C’est ainsi que Ton en vit un, résolu à ne plus tolérer tant
par décision d’Etat à cent soixante-cinq francs environ de de libertés, mettre comme conditions à l’agrément de nou­
notre monnaie. Et qui dira pourquoi chez nous, malgré veaux locataires, ces clauses tyranniques spécialement diri-
198 POURQUOI PAS?

aux pères de famille à peu près ce langage : « Vous avea


L’UNIQUE succursale à BRUXELLES six filles, c’est-à-dire, certainement quatre de trop. Con-
fiez-les nous, nous leur apprendrons un bon métier, nous
des Ateliers d'Art De Coene Frères de Courtral. les nourrirons et les logerons bien et nous leur fournirons
de l’argent de poche (si tant est qu’il y ait des poches
est située PORTE DE SCHAERBEEK
(coin Bd Bischoffsheim et rue Royale) Tél 1726.47 dans les kimonos) et d’honnêtes plaisirs par surcroît. »
Direction: F. VAN CAMPENHOUT et A. de WAAY. Et ils firent comme Ils avaient dit, si bien que pour une
multitude innombrable de Jeunes filles, aller vivre à l’usine
Les mobiliers, lustres, tapis, etc., les plus pendant quelques années est devenu la plus enviable des
faveurs et elles se l’arrachent évidemment.
élégants et de la meilleure fabrication aux
prix les plus raisonnables. Résultat pratique: la main-d’œuvre ne coûte quasiment
rien au Japon. Vous savez le reste.
Mais voici qu’on s’alarme de l’extraordinaire bon marché
des produits Japonais, on tient des conciliabules où l’on
gées contre un élément féminin sans doute perturbateur entend proposer la main-d’œuvre féminine comme remède
à ses yeux : à cette concurrence Inquiétante.
— Pas de toilettes ! Pas de hauts talons ! Pas d’auto ! Ici on est en droit de crier: « Attention! »
H y ajouta même un corollaire mystique :
— La messe tous les dimanches. Logées confortablement, nourries abondamment, récréées
L’histoire ne dit pas s’il exigeait la basse. sportivement aux heures de loisir, vêtues et munies d’ar­
gent de poche, le serez-vous, ô jeunes filles de Belgique?
Et vous l’offrirait-on, l’accepteriez-vous?
HOSTELLERIE BATAVIA, 178* rue de Villegas, Strombeek, « That is the question ».
6 min. Chantier Exposition 1935. Dîners à Prix fixe. Spécia.
lité noces et banquets. Cuisine très soignée. Prix de crise.
Soyez donc à la page...
Gourmandise Offrez toujours à vos invités un Cognac Martell-Soda
(à l’eau de Seltz). Ajoutez.y une goutte de grenadine. C’est
Si les propriétaires bornaient leurs prétentions à s’im­ délicieux et si rafraîchissant !
miscer dans la vie sentimentale de leurs locataires, ce ne Pour le Martell-Soda, demandez la qualité Ecusson à
serait, somme toute, qu’affaire entre eux et leurs fermiers. 59 francs la bouteille.
Nous n aurions, en spectateurs du parterre, que le droit
d’applaudir aux préliminaires de certains vaudevilles cham­
pêtres. Mais à l’heure présente, en Condroz, en Hesbaye et Histoire wallonne
Jusque dans la somnolente Ardenne, ils vont plus loin.
Ils estiment que ces vingt francs, légèrement promis par et sans méchanceté aucune, puisqu’elle s’est passée au
l’Etat, leur sont dus sur la foi des traités. Et ils réclament temps où les bêtes parlaient.
cet argent bénévole en faisant valoir un argument spécieux: Or, donc, en ce temps-là, les animaux d’une ferme du pays
le Daiement locatif s’effectuant au prix du sac, disent-ils, wallon ayant entendu parler de la Campine, auraient bien
puisque celui-ci se trouve de fait augmenté de vingt francs, voulu aller voir ce qui s’y passait. Avec l’autorisation du
11 est normal que nous, propriétaires, en bénéficions. Mal­ fermier, elles décidèrent donc d’envoyer là-bas une déléga­
heureusement, nombre de fermiers, ainsi mis en demeure, tion, et c’est ainsi que le chien, une vache et l’àne partirent
ne l'entendent pas de cette oreille complaisante. Ces litiges un beau matin pour cette contrée lointaine.
auront leur écho devant les tribunaux, et il sera curieux Mais huit Jours ne s’étalent pas écoulés que, déjà, le
de noter les décisions prises qui feront jurisprudence par chien rentrait à la ferme, fort mal en point et nanti d’une
la suite. muselière qui lui permettait tout au plus de lécher.
Il est vraisemblable d’ailleurs que les fermiers obtien­ — Dji seu r’vènu, dit-il au fermier, pasqui, din c’pays-là,
i na’ pon d’iiberté.
dront gain de cause. Ce qui ne les servira que momentané­
ment car, en récompense, ils seront mis à la porte et rem­ Quinze Jours plus tard, c’était la vache qui revenait à
placés par d’autres, plus dociles, plus accommodants et son tour, tout efflanquée et n’ayant plus que la peau sur
les os.
disposés à renoncer aux vingt francs de prime en faveur du
propriétaire gourmand. — Quand is ont seu qu’j’esteu wallonne, dit-elle, i m’arî
sucl Jusq’aux ochas.
Naturellement, on s’attendait à voir l’âne aussi rentrer
Détectives quelque prochain Jour au bercail, quand, un beau jour, une
lettre arriva de Campine, à l’adresse du fermier. Et celui-ci
Les lecteurs de « Pourquoi Pas ? » connaissent déjà des l’ayant ouverte put lire ces mots: « Ni m’rattindè pu, dji su
« détectives » qui se disent « réputés »», d’autres qui se nommé Maïeur ». Signé: « El Baudet ».
disent « diplômés », d’autres encore qui font des " exper­
tises » sans être expert mais ils connaissent avant tout
Si le chœur des pèlerins de Tannhauser
“ DETECTIVE GODDEFROY revenant de Rome, avait passé par Bruxelles, il se serait
ex-Officier Judiciaire prés le Parquet de Bruxelles et an­ arrêté, sans commettre le péché de gourmandise, au Guil­
cien expert en police technique près les Cours et Tribunaux. laume Tell (ancien Françoise), derrière Sainte-Catherine,
Connaissant sa valeur, ils s’adressent exclusivement à lui. 10-12, rue Jos. Plateau, à cause de son exquise cuisine, ses
Goddefroy ne se dit pas réputé, il est plus modeste et laisse vins et bières de choix. Les boursiers le savent bien d’ail­
ce soin à ses clients.
leurs, puisqu’ils s’y donnent rendez-vous tous les mercredis.

Travail féminin Le conscrit d’Ocquier


Au Japon se passe actuellement ceci: dans les cam­
pagnes, une population très dense vit avec difficulté. Les Il est arrivé au régiment en octobre, un peu dépaysé,
petits paysans ont à peine de quoi distribuer chaque Jour, un peu abasourdi par le brusque abandon des horizons fa­
à leurs nombreux enfants, le peu de riz qu’il faut pour miliers. Certes, il s’est dégourdi depuis et son instruction
ne point mourir. militaire, en voie d’achèvement progressif et louable, donne
toute satisfaction à ses supérieurs hiérarchiques. Toutefois,
Or, l’industrie a besoin de mains. Disons plutôt qu’elle certaines subtilités du langage militaire lui restent encore
en < avait » besoin. Elle envoya des rabatteurs qui tinrent étrangères. C’est ainsi qu’il a beaucoup de mal à située

i
POURQUOI PAS? 199

Ians son esprit la valeur exacte des nombres, ou pairs ou PRÉCAUTIONS D’HIVER S
pipairs, dont une file se numérote au cours de la théorie.
I L’autre jour, après cette indispensable opération initiale, POUR AUTOMOBILISIES
Somme le chiffre qui lui était dévolu n’était indiscutable­
ment pas pair et qu’il n’exécutait pas le mouvement at- Se munir T14I7DII/PV
j un réchaud 1 ilILivlVl A.
œndu, le sergent s'impatienta : pour départ facile par les plus
I — Mais vous là, le conscrit d’Ocquier, quel numéro grands froids; celui-ci garantit
ivez-vous ? votre radiateur contre la gelée.
I— Moi, sergent?... Je suis mère! i*our appartements et villas : Le
TilEltM’X spécial n° 42.
Unique au monde
Renseignements et démonstrations:
Je par sa composition et ses propriétés. L’eau de CHEVRON Victor HUCHON, place Maurice
îe trouve dans tous les bons établissements. Van meenen. 9. st-gilles-Bruxelle»
Téléphone i 37.ss.24

« Chaque son oiseau », s. v. p. révérende sœur d’un certain âge. Ça ne manque pas, à Lou­
vain. Les jeunes nonains non plus d’ailleurs.
« L’Etoile Belge » du 20 janvier annonce que le parquet Elle tire d’un vaste réticule trois petits flacons qu’elle
ï’Arlon s’occupe de la disparition d’un pli chargé d’une dépose sur mon comptoir, avec ces mots:
valeur de 19,000 francs, destiné à une banque de Marche — Je suis la supérieure des Sœurs de la Sainte Mendi­
De pli avait été confié par l’employé de la poste de Mar- cité. J’ai trouvé ces trois petites bouteilles au fond de notre
oie, mercredi soir, au chef-garde du dernier train de Liège. jardin. Elles portent l’étiquette de votre pharmacie. Je
\ l’arrivée à Marche, le chef-garde s’aperçut de la dispari- voudrais savoir ce qu’elles contiennent.
ion du pli. Toutes les recherches pour le retrouver dans le — Bien, ma sœur, asseyez-vous.
lourgon sont restées vaines. Je fus vite fixé. Il s agissait de remèdes et de baumes
[ Décidément, rien ne va plus. destinés à adoucir les effets des ruades de Vénus. Je mis
i Voici que le parquet d’Arlon s’occupe d’un délit commis un petit temps à trouver les termes allants en lesquels oes
i 60 kilomètres de son siège et à 3 kilomètres du parquet choses doivent être dites à une Révérende. Lorsqu’elle eut
le Marche! compris, elle s’écria:
j Sûrement le parquet d’Arlon va mettre la main sur l’in- — Ainsi, le jardinier avait raison!
itruction du premier vol qui sera commis à Fûmes ou à — Ah! c’est lui qui...?
steenockerzeel — Il a 68 ans, monsieur... Vous allez me dire à qui vous
fournissez ces produits.
Fromagerie du Printemps D’abord, ma sœur, il n’y a pas qu’un seul malade à
Louvain. Ensuite, je suis lié par le secret professionnel.
Achetez belge — Mangez produits belges — Demandez — Votre secret professionnel ne tient pas devant la
lartout ses excellents fromages Petits Suisses marque « Le sainteté de ma maison. S’il y a une brebis galeuse chez
^rintanier ». Demi-Sels marque « Le Chartreux » — Cou- m°i, je dois la connaître et l’éloigner de mon troupeau.
bmmiers — Fromages Blancs — Crème de lait. — Je regrette beaucoup, ma sœur, mais... c’est impos-

— Nous verrons bien, dit la supérieure des Sœurs de la


Style macaronique Sainte Mendicité.
r “ ✓ Et elle partit, oubliant ses flacons sur mon comptoir.
Et voici, Messeigneurs, une bien jolie phrase du journal
; Le Jour », de Verviers, rendant compte d’un concert
■ymphonique de gala au Grand Théâtre de cette ville: Le Chauffage Georges Doulceron
Le concert symphonique de gala qui clôturait le cycle Société anonyme
[es fêtes Guillaume Lekeu est certes une de ces manifesta- 3, Quai au Bois de Construction, Bruxelles
ions musicales que l’on peut inscrire en lettres d’or et Téléphone : 11.43.95
ligne de la renommée artistique de notre vieille cité, et
eux qui, pour quelle que cause que ce soit s’en désintéres-
ent, eurent grandement tort, car quoiqu’en prétendent Suite au précédent
ertains, la preuve fut faite hier qu’à Verviers, lorsqu’on
eut s’en donner la peine, on peut arriver, nonobstant la
ifférence des moyens, à un niveau artistique aussi pro. Le lendemain, je reçus la visite du docteur X., vieux
oncé qu’à Liège ou Bruxelles, et que pour peu qu’un tel praticien de la ville, médecin en titre du couvent des
îouvement soit solidement soutenu et permette que de
îlles manifestations ne restent pas isolées, rien ne s’op- Sœurs de *a Sainte Mendicité. La mère supérieure l avait
ose à ce qu’un tel niveau se maintienne ferme et haut. fait appeler. U voulait voir les flacons pour être fixé, n
II paraît qu’il y a à Verviers une hausse sur le maca- ne songeait nullement à m’arracher un secret que d’ailleurs
pni. je ne possédais pas à ce moment-là. Au contraire, nous
rîmes beaucoup et il promit de me tenir au courant des
événements.
)eto!coke Je le revis deux jours après. De loin il me fit des signes
r attendus comme pour dire: « Quelle histoire! »
burnit à 165 francs la tonne, remise en cave, le meilleur
3ke 20/40, 40/60 ou 60/80. La fourniture se fait en sacs Il me raconta par le menu le drame qui bouleversait le
lombés de 40 kg. ou en vrac, avec bulletin de pesage offi- couvent. La mère supérieure avait exigé que toutes les
el de la gare au gré du client. reüig.euses passassent la visite médicale complète! U y eut
96, avenue du Port. — Tel. 26.54.05 des protestations énergiques des anciennes et des cris
désespérés des novices. Mais toutes y passèrent à leur
honneur d’ailleurs.
■es trois flacons Mais après la visite le bon docteur reçut une délégation
des religieuses pour lui demander de soumettre la mère
— Si vous voulez, nous dit ce pharmacien joyeux, je vais supérieure à un examen mental. Seule une folle pouvait
(us raconter l’histoire véridique des trois flacons. imaginer un scandale comme celui qui venait de troubler
— Allez-y, fit le chœur. le couvent 1... Elles n’en connaissaient pas l’origine, les pau­
— J’étais alors pharmacien à Louvain. Ça date d’avant vrettes.
guerre. Un matin, je vois arriver à la pharmacie une Mais le même jour, j’eus la clé de l’énigme. Un étudiant
200 POURQUOI PAS?

vint me demander de lui renouveler les médicaments qu’il Encore l’affaire des grâces
avait reçus tel jour sur ordonnance de tel docteur. C’était
l’homme des trois flacons! Aux premiers jours de l’affaire des grâces, après que Ver-
— Vous avez déjà liquidé les premières bouteilles? lui faille, le tenancier d’un café du Centre, eut été longuement
dis-je d’un air indifférent. interrogé par le Parquet, ce brave cabaretier, rentré chez
— Non, mais voici ce qui est arrivé. Il y a trois jours lui, pâle et tremblant, trouva, dit-on, sur le marbre d'une
Je reçois une carte m’annonçant la visite de mon père. de ses tables, cette fable-express griffonnée par un mauvais
Alors, vous comprenez, j’ai pris les trois flacons et je les plaisant:
ai fichus par la fenêtre! Verfaille, appréhendant de se voir condamner,
La fenêtre donnait sur le jardin des Sœurs de la Sainte De peur, se mit à uriner.
Mendicité... Moralité :
Les grandes eaux de Verfaille.
LES FABRICANTS RÉUNIS Du Poulet......... rôti à la broche électrique......... ça se
Bel Assortiment de Mobiliers en tous genres mange à la poularde, rue de la fourche, quarante.
Meubles sur commande
1 et 3, RUE DE LA CASERNE, 1 et 3
(Angle place Anneessens) Les belles brochures
BRUXELLES
.... Téléphone : 12.90.17 , ----- La «Commission permanente chargée de fixer et d’uni­
formiser la terminologie néerlandaise» vient d’envoyer à
tous les services publics une brochure donnant leur « déno­
Freudisme mination « néerlandaise » exacte. Une circulaire accompa­
gnant cette brochure les avertit que celle-ci a été approuvée
Le Freudisme — de la gaudriole à prétention scientifi­ par le Conseil des Ministres.
que, dit un psychiatre de nos amis — continue à faire Bien. Nous avons appris ainsi, avec un étonnement admi-
fureur dans un certain nombre de salons. Une dame un ratif. qu’il y a 1,800 (dix-huit cents) sortes de commissions,
peu mûre allait chaque semaine se faire expliquer ses rêves de conseils, etc., parmi lesquels un «Comité voor mossel-
par un jeune et beau psychanaliste. teelt », c’est-à-dire, pour les ignorants, un « comité pour la
Des songes les plus ordinaires, les plus bénins en appar culture des moules».
rence, le maitre donne une interprétation compliquée et, Nous constatons aussi que parmi les 168 sortes de « com­
comme il se doit, fortement teintée d’érotisme. Un jour sa missions» existantes, la «commission permanente» dont 11
cliente arrive, bouleversée: s’agit plus haut a oublié de se faire figurer.
— Je n’y comprends rien, s'exclame-t-eiie, J’ai rêvé que C’est là une lacune regrettable que nous nous permettons
je faisais l’amour, tout simplement. Qu’est-ce que cela peut de signaler au Conseil des Ministres. Et, par la même occa­
bien signifier? sion, nous proposons la création d’une « commission pour la
Le maître se recueille longuement. Enfin : simplification des travaux d’impression» qui serait peut-
— Madame, vous avez un désir refoulé d acheter un para­ être d’une utilité autrement substantielle que celle du
pluie, prononce-t-il. « comité voor mosselteelt ».

Pourquoi acheter à rétranger? Les abonnements aux journaux et publications belges,


français et anglais sont reçus à i’AGENCE DECiiENNE
18, rue du Persil, Bruxelles.
lorsque vous pouvez avoir beaucoup mieux chez nous ?
La nouvelle Impéria 9 CV. 1934 possède les 4 roues indé­
pendantes, la traction avant et une multitude d’autres per­ Les belles inscriptions
fectionnements qui en font la REINE de la construction
automobile actuelle. Demandez un essai, aujourd’hui même, Au musée qu’elle possède au Palais mondial du Cinquan­
aux tenaire, la Régie des téléphones expose des appareils garnis
AUTOMOBILES IMPERIA, AGENCE GENERALE chacun d’une courte notice explicative, pour l’édification
102-104, avenue Ducpétiaux. — Tél. 37.49.88 et 37.04.41 des rares visiteurs qui s’égarent dans ce désert. En voici
une qui vaut d’être signalée pour son français et pour son
orthographe:
Un phénomène « Poste téléphonique mobile... Cet appareil a été en ser­
C’est bien ce pauvre diable, probablement unique en son vice a l’ancien cabinet de M. le ministre Van den Peere-
genre, inscrit sur les registres de la population de la com­ boom sur lequel (sic) était relié (resic) les divers services
de ses administrations. »
mune de Jumet. Sans être « heimatlos », cet homme n’a
pas de nationalité. Et pour cause, il ignore absolument d’où
il vient et où il est né. Il ignore même son âge, ce qui ne Pianos Bluthner
serait pas grand’chose, et son nom, ce qui est infiniment Agence générale : 76, rue de Brabant, Bruxelles
plus ennuyeux. Car l’anonymat intégral ne confère pas
nécessairement l’incognito absolu. Au contraire, il attire
tout spécialement l’attention des autorités sur le malheu­ Les marins se plaignent
reux qui en pâtit et dont tous les actes de sa vie publique
sont autant d’embarras, surtout quand ils le mettent en con­ Nos marins se plaignent amèrement, et, il faut bien le
tact avec l’une ou l’autre administration officielle. dire, leurs plaintes paraissent assez fondées. Voici de quoi
Aussi envisage-t-on de lui créer de toutes pièces un état- il s’agit. Avant la guerre, les marins belges possédaient
civil basé sur des éléments approximatifs. une caisse de pensions autonome, qu’ils alimentaient de
En attendant, le voilà bien, l'Ignotus-Anonyme-Onbekend leurs deniers, et à laquelle contribuaient leurs armateurs,
dont « Pourquoi Pas? » donnait le portrait la semaine conjointement avec l’Etat. Us obtenaient ainsi des pen­
dernière. sions convenables, pensions d’autant plus nécessaires que
la carrière maritime, par sa nature spéciale, rend dans la
plupart des cas le marin, redevenu terrien sur le tard,
DÉTECTIVE C. DERIQUE incapable d’aucune activité de secours, ce qui n’est pas le
Membre DIPLÔMÉ de i Association des Détectives, constl. cas pour nombre de pensionnés d’autres catégories.
tuée en France sous l’égide de la Loi du 21 mars 1884. En 1931, une commission d’experts réorganisa cette
59. avenue de Koekelberg, Bruxelles. — TéL 26.08.88 caisse... et ne tint aucun compte du statut particulier des
POURQUOI PAS? 201

marins, si bien qu’on leur appliqua la réglementation géné­


rale en l’espèce, sans même songer que le nombre d’années

CROISIÈRE
de service ne peut être le même pour un homme attaché
au plus rude des métiers que pour un rond-de-cuir douillet­
tement calfeutré dans un bureau.

Apprenez les Langues Vivantes à l’Ecole


20, place Sainte-Gudule.
Berlitz en DALMATIE
Suite au précédent et en GRÈCE
D’autre part, la commission décida que les marins qui
quitteraient la mer après quelques années, parfois même
quelques mois de service, pour entrer à l’administration de
la marine, conserveraient leurs droits sur la nouvelle caisse. du 24 Mars au 8 Avril, par bateau spécial
Ainsi la part des loups de mer se trouverait diminuée d’au­
tant. On aboutit ainsi à des résultats stupéfiants. Un capi­ VENISE - SPALATO - RAGUSE
taine au long cours retraité jouit actuellement d’une pen­
sion de... 4,800 francs par an. Il faut convenir que c’est CETT1GNE - CORFOU - DELPHES
inadmissible, si l’on tient compte des dangers courus, I ATHENES - CORINTHE - VENISE
des services patriotiques rendus par la marine, et que l’on
compare ce chiffre à la pension que peut obtenir, par
exemple, un capitaine d’infanterie De plus, les versements 1" classe bateau, 2‘ classe chemin de fer :
sont calculés de telle façon que les célibataires paient pour
ceux qui ont femme et enfants. Si l’on tient compte que 3.745 francs belges
sur on navire il y a majorité de marins non mariés, il (de Bruxelles à Bruxelles, excursions à terre
suffit de songer à l’hypothèse d’une perte corps et biens et entrées dans les musées comprises)
d'un navire pour supputer la merveilleuse affaire que
ferait du coup la caisse des veuves et des orphelins
l. On nous répondra : Les lois qui régissent les pensions
supposent une entr’aide de profession à profession... L’entr’-
eide forcée n’a jamais fait qu’aigrir ceux qui la subissent,
\ LE TOURISME FRANÇAIS
surtout lorsqu’il s’agit du gagne-petit. 68, Boulevard Emile Jacqmain
BRUXELLES Tél. 17.71.47
Restaurant Cordemans i
Lucien Desimpelaerç, propriétaire
PLATS DU JOUR au tailleur pour confectionner le nouvel uniforme. Mais la
PRIX FIXES « Fraternelle » comprend dès débrouillards: un ancien
reçut mission de trouver le drap de la tunique, un autre
d’apporter le tissu du pantalon, un troisième de fournir les
Tout le monde général accessoires. Ils revinrent bientôt avec une casaque de gre­
I La nouvelle « administration du Budget et du contrôle nadier (même drap que pour la ligne) dégottée au vieux
des dépenses », créée à l’initiative de M. Jaspar, va ressem­ marché, des boutons cédés par un collectionneur et de
bler quelque peu à ces armées sud-américaines où tout le l’étoffe à pantalon, aussi neuve qu’authentique, découverte
monde est général. Nous lisons, en effet, que le cadre orga­ chez... un ex-colonel d’intendance.
nique de la nouvelle administration sera compose comme Le caporal-tailleur en retraite Martin prit mesure sur des
suit : un directeur général; trois directeurs; deux sous-di- costumes conservés à la « Maison du Roi » et, avec art,
recteurs; deux chefs de bureau; deux premiers rédacteurs; réussit celui que notre manneken national revêtira doré­
un commis aux écritures; deux sténo-dactylo. navant le 23 octobre de chaque année, jour de Lombard-
[; Comptons : un directeur général, soit 1 chef; trois direc­ zijde et fête régimentaire du 9e.
teurs, 3 chefs; deux sous-directeurs, 2 chefs; deux chefs de Et voilà.
bureau, 2 chefs; deux premiers rédacteurs, 2 cheis; total :
10 chefs. Un homard de 400 gr. mayonnaise pour 15 francs, an
Employés subalternes : un commis aux écritures, soit « Gits », 1, boulevard Anspach (coin place de Brouckère).
1 agent; deux sténo-dactylo, 2 agents,
i Soit dix-sept chefs pour trois agents. Sages conseils d’autrefois
Qu’attend-on pour promouvoir au grade de directeur ces
trois malheureux? Le « Journal des Débats » du 29 décembre 1833 s’expri­
mait ainsi, au moment où allait s’ouvrir la session parle­
Automobilistes de passage à Liège mentaire, qui ne devait être qu’une manière de préparation
aux proches élections générales ;
I Un seul garage entretient et répare jour et nuit. — « Il faut l’avouer : on a eu trop souvent jusqu’ici le tort
R. LEGRAND et Cie, 16. rue du Vieux-Mayeur. Tél. 154.28 grave de traiter les électeurs comme des enfants auxquels
on promet, pour les apaiser, ce que leur intérêt même vou­
drait qu’on ne leur donnât pas! On transige avec eux : on
Le dernier costume de Manneken-Pis leur abandonne quelque branche du pouvoir pour sauver le
reste. Détestable système! Les électeurs, c’est le pays. Ce qui
j Un lecteur curieux nous avait demandé — que ne deman- est bon pour le pays est bon pour les électeurs; ce qui est
.dent-lis pas, les lecteurs! — comment avait été réalisée mauvais pour le pays est mauvais pour les électeurs Accor­
l’idée heureuse de doter Manneken-pis d’une tenue d’avant- dez sans marchander tout ce qui est bon. Refusez haute­
uerre du populaire 9e de ligne. ment tout ce qui est mauvais. »
Voici. Ainsi parlait-on, il y a cent ans.
D’abord, on fut un peu embarrassé, à la « Fraternelle » Et cent ans après on répète, parfois, les mêmes exhorta­
tions — avec le même succès.
202 POURQUOI PAS

d’œuvre d’interprétation). Pompon avait fait école. A son


exemple, de jeunes sculpteurs se rendaient chaque matin
tous vos vmirri au Jardin des Plantes et y prenaient des croquis. Parmi
PHOTOMECANIQUE fl 11 H f 1 eux, se trouvait notre compatriote Piot.
Le sculpteur Piot est une des figures les plus sympathi­
DE LA PRESSE &AjU ques et une des personnalités les plus actives du groupe
parisien des anciens combattants belges dont, comme on
82a, rue d'Anderlecht, Bruxelles. Tel.: 12.60.90 sait, le président perpétuel est ce chic type (un « brusse-
SOIN ------ RAPIDITE ------ PONCTUALITE leer»!) de Georges Heuse. Né à Paris de parents belges,
Piot s’engagea sous nos drapeaux et fit toute la guerre.
Depuis, il s’est remis à l’ébauchoir. Dans cette exposition
d’animaliers organisée au Jardin des Plantes, à l’occasion
Le Musée du « Vieux Pompon » du musée Pompon, Piot se distingua au tout premier rang.
Et par ses réalisations sculpturales vives, nerveuses et par
Ce vieux Pompon, mort récemment dans une gloire lé­ les pénétrantes esquisses qui les ont précédées. Nous en­
gitimée par son grand talent que lui contestaient les sculp­ registrons avec plaisir ce brillant succès.
teurs de son âge, fut brusquement tiré de l’obscurité par
l'admiration que lui manifestèrent ses cadets. Nous avons
signalé, qu’en mourant, Pompon avait légué son œuvre
au Museum d’histoire naturelle de Paris, en reconnaissance
POUR NE PAS ENGRAISSER
de la source d’inspiration et d’observation qu’avait été pour Il faut que le foie fonctionne
cet admirable animalier la ménagerie de cette institution normalement et assure la com­
scientifique. Celle-ci, en acceptant le précieux legs, avait bustion des tissus graisseux. Un
décidé de reconstituer le modeste atelier que Pompon oc­ grain de Vais au repas du soir
cupait rue Campagne Première, à Montparnasse, et d’ex­ élimine les matières grasses et
poser dans ce cadre la précieuse collection. régularise les fonctions digestives.
Oui, mais combien de temps, ricanaient les sceptiques, 5 francs le fl. de 25 gr. Ttes Phle*.
l’administration (les saintes lenteur et inertie de Monsieur
Lebureau sont devenues légendaires !) mettra-t-elle à réa­ A propos de statistiques
liser un projet aussi bien intentionné ?
Certains statisticiens sont des maniaques du chiffre.
Voulez-vous rajeunir? Nous en connaissons qui n’ont plus que des émotions mar
thématiques. Ceux-là ramènent tous les événements à un
C’est bien simple : lisez la brochure spéciale sur les diagramme. Le comble, c’est qu’ils font figure d’évangé­
PERLES TITUS. Demandez la brochure N° 1583 à l’Agence listes et que leur manie est en train de devenir une reügion
Titus, 88, chaussée de Wavre, à Bruxelles; elles vous sera à laquelle se confient sans conteste les neuf dixièmes de
adressée en un envoi discret, gratuit et franco, et les la population. Nous en voilà aussi! C’est une toquade uni­
planches admirables en cinq couleurs qu’elle contient verselle de mêler des échelles de comparaisons à la moin­
vous apprendront bien des choses que vous ignoriez sur la dre discussion. Même en amohr, on calcule suivant des don­
vie sexuelle et l'organisme humain. nées très précises et il est suranné, depuis quelques années,
AGENCE TITUS, chaussée de Wavre, 88, à Bruxelles. Les de cacher à ses petites amies certaines aventures, car elles
PERLES TITUS sont en vente à la PHARMACIE DE LA vous désarticulent à présent votre sensualité comme s’il
PAIX, chaussée de Wavre, 88, à Bruxelles, et dans toutes s’agissait d’une pauvre équation à une inconnue... Quelle
les bonnes pharmacies. est la jeune fille d’ailleurs qui s’engage encore dans une
aventure sans connaître les variations du baiser, son dosage,
ses formes, ses vices de construction, ses raffinements innés
Le peintre Demeurisse et initiés, avant, pendant et après la chute? Les yeux fer­
més, les amoureux peuvent identifier maintenant, grâce à
Or, le peintre Demeurisse, dont les toiles; figurent au certains savants travaux de docteurs allemands, la teinte
musée du Luxembourg, est un des artistes en vue de ce des cheveux de leur partenaire, le grain de son épiderme
qu’on est convenu d’appeler la jeune peinture française. et sa place dans la gamme des pratiquants.
C’était un des jeunes fervents du vieux Pompon. Pas du La mort de Stavisky a suscité une nouvelle statistique qui
chiqué, cette ferveur ! En son nom, Demeurisse se fit bé- va porter un coup terrible à tous les escrocs. A partir d’au­
névolen*££t l’exécuteur testamentaire du sculpteur disparu. jourd’hui, ne regardez plus quelqu’un dans le blanc des
Pas un jour ne se passait sans qu’il allât relancer le direc­ yeux mais en plein au milieu. C’était en somme une pra­
teur du Museum. — « Eh bien, qu’attendez-vous pour ouvrir tique ridicule. On nous répétait, en effet, à satiété, qu’ils
au public la collection Pompon ? Pourquoi lanterner ? sont les lèvres de l’âme et on nous engageait à lire ses
Quand les artistes organisent des expositions particulières, fameux bouquins révélateurs dans la marge. On comprend
une journée ou une demi-journée suffisent. Voulez-vous que enfin pourquoi il était si aisé de berner le monde ! On vient,
je vous aide ? » en effet, de s’apercevoir que la couleur des yeux a une
L’administration se laissa faire, accepta le concours de importance capitale. Le bleu est le privilège des canailles.
Demeurisse Bravo. Demeurisse ! Grâce à lqi, les touristes Ce n’est pas nous qui vous le disons. Stavisky avait des pru­
belges de passage à Paris et amateurs d’art pourront ad­ nelles bleues tout comme Cléopâtre, Landru, Raspoutine,
mirer, dans une ambiance appropriée, les œuvres du plus Guillaume II, Kreuger, certains commissaires, sans doute,
grand animalier français de ce siècle. etc... Un éminent professeur a calculé que sur 23,000 mau­
vais garçons, 19,000, soit 83 pour cent, avaient des yeux
BENJAMIN COUPRIE bleus.
C’est effrayant! Le fameux « œil noir » n’est qu’une bou­
Ses Portraits — Ses Miniatures — Ses Estampes tade d’opérette à côté de cette sinistre révélation. C’est la
28, avenue Louise, Bruxelles (Porte Louise) — Tél. 11.16-29 faillite des regards candides, genre porcelaine ou reflet du
ciel. Encore une vieille guitare à remiser. Décidément, les
Un jeune sculpteur belge poètes n’ont pas de chance; la vie leur escroque sans répit
leurs plus belles métaphores...
La « stylisation » en art aboutit souvent à des résultats
arbitraires et irritants. Mais si Pompon «stylisait», c’était
après de scrupuleuses et consciencieuses études d’après Notre publicité est le vendeur le plus rapide avec béné­
fice certain : Gérard DEVET, technicien-conseil-fabricant»
nature (voir son «Ours» du Luxembourg qui est un chef- 36. rue de Neufchâtel.
POURQUOI PAS? 203

C’était la cassûre imminente, quoi. D’autant que le pays


en avait pris l’habitude de ces petites crises, surgissant
toujours au moment où le Parlement allait rentrer de va­
cances. Et comme, après un long congé de Nouvel-An. la
Chambre allait réintégrer le Palais de la Nation, il semblait
presque naturel qu’elle trouvât au banc ministériel de
nouvelles têtes.
Seulement, y verrait-on encore des libéraux? Et qui,
devant ce Parlement sans majorité, oserait entreprendre
de répondre au vœu de tous ceux qui, désemparés ou dés­
espères. ne veulent tout de même pas s’abandonner à la
philosophie du chien crevé et ne demandent plus qu’une
chose : se sentir gouvernés?

Si cela cassait,.*
C’est de ces graves choses que devisaient, au Parc, au
Le fétiche hasard d’une rencontre dans leur promenade dominicale,
trois personnages politiques d’opinions divergentes, mais
M. de Broqueville l’a, le fétiche, à n’en pas douter. Ce qui, dans leurs relations intellectuelles, ont trouvé les
diable de vieux gentilhomme, mi-campinois, mi-gascon, qui fameux angles crochus. Le premier, édile libéral d’une
doit être plus près des soixante-dix que des soixante, a grande cité; le deuxième, professeur d’Univers té rallié à
gardé l'allure vive et dégingandée d’un homme touchant la démocratie chrétienne; le troisième, homme de plume
à l’âge mûr et possède, à ce qu’on assure, un cœur de et de lettres de la sociale.
Jouvenceau, peut traverser les situations les plus difficiles — Alors, c'est la crise pour demain ? dit le socialiste.
et les plus équivoques avec le sourire. Vous êtes en train de démontrer au pays qu’il n’y a plus
— Que Voulez-vous, disait cette aimable douairière, que nous de possibles.
quand on a des tas de grâces, on a des grâces d’Etat. Hé 1 — Si c’était vrai ! opina le libéral, vous pensez bien
oui, ma chère! qu’on ferait tout, absolument tout pour éviter cette fù*
Le fait est que celui que ses adversaires appellent le miro­ cheuse éventualité.
bolant, sans doute parce qu’il arrive à se tirer de partout — Alors, vous croyez que ça s’arrangera?
où les autres demeureraient empêtrés, doit être doué d’un — Ça doit s’arranger, mais je ne vous dis pas que ce
Je ne sais quoi qui force la chance. sera pour longtemps II reste encore plusieurs budgets im­
Dimanche matin, tandis que les augures du parti libéral portants à voter ainsi que la loi judiciaire linguistique. Ça
s’assemblaient pour exhaler leur très méchante humeur peut nous amener jusqu’à Pâques. Et alors, si la cassure se
contre leurs alliés catholiques du gouvernement, on ne produit, ce sera sans Inconvénient trop grave.
donnait plus grand'chose de la peau de chagrin de ce — Vous trouvez ? dit le démo-chrétien. Mais si les libé-
ministère, voué aux rétrécissements ininterrompus. Ça raux s’en vont du gouvernement, quelle corn binai, on mi­
allait barder, à n’en pas douter et à en juger par le ton nistérielle voyez-vous?
monté du chœur de la rouspétance libérale. — Demandez-vous plutôt quelle majorité gouvernemental®
Le Premier Ministre avait rafraîchi son équipe de droite sera encore nécessaire au ministère.
sans même en aviser ses collègues libéraux. Après la posi­ — Alors vous prétendez qu’il pourrait vivre sans ma­
tion que M. Van Cauwelaert avait prise, lui et sa presse jorité?
flamingante, dans l’affaire des fonctionnaires à réintégrer, -— Pendant quelques mois au moins, entre le temps où
l’octroi d’un portefeuille ministériel à l’ancien bourgmestre la session serait close et celui où, constitutionnellement*
d’Anvers, faisait l’effet d’un soufflet sur la joue gauche des le deuxième mardi de novembre, la Chambre devrait s®
supporters du gouvernement. Et puis, il y avait cet acca­ réunir â nouveau.
parement de tous les départements dominant la vie écono­ — Et, dans l’intervalle, nous aurions un gouvernement
mique du pays par les ministres cléricaux, leur livrant, en d’affaires? questionna le professeur catholique.
quelque sorte, les manettes de commandement de tout — Avec M. Henri de Man comme chef, alors? insinua
l’appareil de gestion matérielle. la socialiste.

Théâtre Royal de la Monnaie - Liste des Spectacles de Février 1934


Armide (2) Pêch.4* Perles(i)
Le Soldat Le Chevalier’
Matinée
Gretna Green à la Rose
Dimanche. - 4 Les Nocesde 11 18 de Chocolat 25 Les Noces
Soirée Jeannette Le Soldat de Jeannette
La Bohême de Chocolat Faust La Bohême
M. Faust
Les Noces Les Pêcheurs
Lundi . . - 5 12 S. Les Noces de 19 Aïda (8) 26 de Perles (1)
de Figaro Jeannette
Les deux Bossus
La Bohême

Mardi . . - Le Chevalier 13 M. Tannhâuser i


_ .......... 13) 20 Le Petit Duc
6
à la Rose 27 Le Petit Duo
5.Manon (5) j

Mercredi . - 7 Aida (8) 14 Le Soldat


de Chocolat 21 Fidélio (6)0 Aida (8)
28

Pêch.4, Perles(l)
Jeudi. . . 1 Taglioni chez 8 Lakmé (4) 15 Rlgo!etto(4) 22 Rigoletto(4) -
Musette Les deux Bossus Les deux Bossus

Vendredi . 2 Le Soldat 9 La Farce 16 Le Soldat


Armide (2) 23
de Chocolat amoureuse de Chocolat —

Samedi. 8 Carmen 10 BAL (**) 17 Lakmé (4) 24 Fldéllo (6)(*) —

Avec le concouis de: (1) M. A. Talifert et M. J. Rogatchevsky: (2) M. J, Rogatchevsky (3) M. F. Ansseau:
(4) M. A. d’Arkor; (5) M*’ E. Luart et M. J. Rogatchevsky : (6) M— Anny Helm et M. J. Rogatchevsky,
O Spectacles commençant à 20.30 h. (8 30 h.)
£**) Le Samedi 10 Février à 11 h. du soir, à l’occasion da Carnaval, grand Bal paré, masqué et travesti,
fi
\

204 POURQUOI PAS?

M P. Spaak et son oncle Paul-Emile Janson. Dans les


deux cas, l’oncle et le neveu se trouvent sur des versants
opposés.
Presque toujours d’ailleurs les députés homonymes sont
des adversaires politiques, hormis MM. Carton, dont l’un
est de Toumay, tandis que l’autre n’est que de Wiart.
Mais M. De Bruyn est démo-chrétien brugeois, tandis
que les autres De Bruyn, dont l’i%n est allé au Sénat et
l’autre s’est replié sur sa fonction scabinale d’Anvers, sié­
geaient à l’extrême-gauche.
M. De Jaegher, junior, appartient à la démocratie chré­
tienne de West-Flandre, tandis que le bon docteur De Jae-
ghere représente le vieux libéralisme de Tirlemont. Jules
Mathieu, maïeur wallon et wallonisant de Nivelles, demeure
l’espoir du socialisme, tandis que M. Mathieu, de Namur,
ne se console pas du départ de son inséparable alter-ego
en démocratie-chrétienne, M. Bodart.
M. Van Ackere représente les classes catholiques moyen­
nes de Gand, alors que M. Van Ackere, Achille, est l’élu des
socialistes de Bruges. Il y a aussi M. Heyman, l’ex-ministre
du Travail, que l’on ne confondra certes pas avec M. Paul
Hymans, notre ministre des Affaires étrangères.
Enfin, M. J. Van de Meulebroeck, l’échevin libéral de
Bruxelles, n’a de commun que le nom, avec son collègue
socialiste de Termonde.
Les confusions entre ces divers homonymes ne sont pos­
sibles que lorsque, dans le brouhaha des appels nominaux,
les infortunés secrétaires ont la charge de pêcher et de
recenser les « oui » et les « non » au milieu du tapage et
cela fait des quiproquos et des rectifications.

M. Emile Carlier
Au moment où j’achève ce petit papier, me parvient la
pénible nouvelle du décès de M. Emile Carlier, député
d’Ath-Tournai. Pénible, disons-nous, parce que M. Carlier
était une personnalité politique éminemment sympathique
— Ou peut-être M. Wodon, le secrétaire d’Etat du Palais? dans cette assemblée parlementaire où il faisait figure de
— A moins que ce ne soit la dissolution. débater actif, consciencieux, ponctuel et zélé.
Lors, le professeur louvaniste d’éclater de rire, en disant: Il avait, du reste, cet autodidacte socialiste, des titres pa-
— Cessez donc d’échafauder toutes ces combinaisons. On patriotiques à cette considération unanime. Pour s’être op­
voit bien que vous ne connaissez pas de Broqueville et sa posé aux réquisitions forcées de travailleurs par le gouver­
veine insensée. Je suis bien sûr qu’à l’heure où nous cares­ nement de M. von Bissing, il a vait été amené et maintenu en
sons toutes ces chimères, toutes les choses se sont déjà captivité en Allemagne, pendant deux ans, et la captivité
arrangées. avait été dure, cruelle puisqu’on avait relégué notre compa­
Et de fait, tandis que le trio descendait, par la Mon­ triote parmi les détenus de droit commun astreints à ce
tagne de la Cour, vers le bas de la ville, à l’heure du porto régime barbare de privations et de peines corporelles.
dominical et apéritif, il croisa des délégués libéraux qui Cet ancien ouvrier s’était spécialisé dans l’étude aride
s’en étaient allés, pas très contents, voyant la partie des questions financières. C’est lui qui, avec M. Merlot, était
perdue. le porte-parole de l’extrême-gauche dans tous les débats
— Les bidons sont arrangés, soupira l’un d’eux, et le d’ordre budgétaire et fiscal. Long et droit, toujours sanglé
ministère a la vie sauve. dans une redingote noire, M. Carlier mettait du sérieux, de
On sait comment « les bidons furent arrangés ». On se la pondération, de la solennité dans tous ses discours, qui
contentera, en maugréant, du dosage actuel, quitte à chan­ étaient toujours farcis de documents et fortement char­
ger sa composition quand M. Janson, ayant réglé la que­ pentés.
relle linguistique sur le mode apaisant, aura enfin recon­ Et sa calme ténacité avait le don de mettre en pelote
quis la liberté à laquelle il aspire et quand les irréductibles les nerfs de M. Jaspar, bien plus encore que les philip-
auront la peau de M. Hymans, comme les démo-chrétiens piques véhémentes et tonitruantes de M. Merlot. Mais
ont eu celle de M. Carton de Wiart. c’était un fort brave homme qui, sorti de ses chiffres et
documents, retrouvait tout de suite le sourire et la bon­
homie de Wallon cent pour cent qu’il se flattait d’être.
Homonymie Robuste et jeune encore, il avait vu la vie, après les vilai­
nes épreuves de la guerre, lui apporter des compensations
,Le successeur de M. Périquet, le député socialiste défunt, et le rêve de sa vie, devenir le maïeur de sa bonne ville
s’appelle Blavier. Il y a déjà un Blavier à la Chambre, natale d’Ath, s’était réalisé l’an dernier. Mais la captivité
mais il siège de l’autre côté de l’assemblée, parmi les démo­ avait laissé des traces dans ses organes. Il souffrait du
chrétiens flamingants. cœur, et cet homme si laborieux et si actif, se désolait
C’est étonnant, du reste, ce qu’il y a, dans cette assemblée de ne pouvoir plus apparaître régulièrement dans cette
plutôt restreinte, puisqu’elle ne comporte que cent quatre- Chfimbre, où il s’était montré parmi les plus assidus. La
vingt-sept membres, de gens qui portent le même nom. dernière fois qu’il y vint, c’était à la veille des vacances
N’allez pas en déduire qu’une séance parlementaire de­ de Noël, il portait le mal sur son visage. Les regrets que
vient chez nous une petite affaire de famille. Ils sont plu­ l’on va exprimer tantôt, devant sa place vide, auront,
tôt rares les députés ayant entre eux les liens du sang. A certes, ces accents de sincérité et de cordialité émues qui
notre connaissance, nous ne voyons là d’apparentés que ne trompent pas.
M. Henri Jaspar et son neveu Marcel-Henri, ainsi que L'HUISSIER DE SALLE.
POURQUOI PAS? 205

4eoUUK
tfomxtfLs

sont à la fois l’amie, le camarade, le maître omniscient, le


Les propos d’Eve guide tutélaire.
Est-ce que tout celfi n’est pas un peu agaçant ? Est.ce
qu’il n’est pas choquant de voir étalé au long de tant de
La découverte de l’enfant pages ce trésor qui, pour une mère — une maman — de­
vrait être un trésor réservé et secret ?
Il est de fait que notre époque semble avoir fait la dé. Ce cœur maternel mis à nu, en noir sur blanc, avec ma­
i couverte de l’enfant. Pédagogues, psychologues, médecins, juscules, faux-titres, préface et table des matières, ces
' psychiâtres, neurologues, puériculteurs explorent à l'envi épanchements destinés — il est à présumer que l’auteur
[ ce vaste domaine de l’enfance, en défrichent avec une in­ le souhaite — aux gros tirages, cela ne vous semble-t-îl
cessante activité les recoins les plus embrouillés, y accom­ pas... impudique?
plissent de fructueuses fouilles. Non, vraiment, l’amour maternel n’est pas fait pour être
Mais ce sont les femmes de lettres qui se so?it emparées monnayé en espèces sonnantes...
[ avec le plus d’enthousiasme de ce sujet qui, si longtemps, EVE.
f laissa nos romanciers indifférents; et de semaine en èe-
! maine, il pleut littéralement des livres féminins sur l’en. Pour le bal de Cour
i faut, ou plutôt sur « le miracle enfantin ».
Suzanne Jacquet fait une jolie ceinture sur mesures pour
Entendons-nous bien. Pour toutes les mères vraiment jeunes filles à 195 fr.; pour Dames, à 295 et 325 fr.
I mères, l’enfant qu’elles ont porté, mis au monde, veillé, Rue Royale, 328, près de l’Eglise Sainte-Marie.
i élevé, est toujours un miracle, un miracle sur lequel elles
I ne se blasent pas. Nul ne songera à leur faire un grief de
I l’immense fierté qu’elles ont à avoir réussi cette merveille : Vieux habits, nouvelles robes
I un petit homme. Et leurs menues vanités qu’elles dissimu-
I lent à si grand’peine n’amèneront chez leurs amis compré- Voici venir une période de l’année exécrée entre toutes
I hensifs qu’un sourire indulgent. Mais, hélas ! l’amour ma- des malheureux chroniqueurs et « chroniqueuses » de modes.
I ternel est devenu littéraire; ce qui est profond et sacré Si la « saison » mondaine bat son plein, la saison cou­
I semble bien n’être plus qu’un thème à beaux cris, à doctes turière est en repos. On ne peut décemment plus parler des
I discussions, à digressions psychologiques. Que les dames de modes de l’hiver et les collections de printemps n’ont pa*
i lettres soient de bonnes mères, qui le contestera ? Si l’on encore paru. Alors?...
I peut oser cette métaphore hardie, il n’est pas nécessaire Il faut se rabattre sur les à-côtés, dire (une fois de plus!)
i d’être une oie pour faire une diligente mère poule, et l’in- qu’on ne peut plus arborer que du velours clair (comme si
I telligence, te bon sens, une solide culture, voire une imagi. les femmes ne se moquaient pas de cet ukase de la mode
I nation poétique et déliée sont des attributs qui font d’ex- et cessaient incontinent de porter la chère robe de velours
I cellentes éducatrices. Mais pourquoi faut-il qu’elles se noir que comporte tout trousseau d’hiver, depuis des temps
: croient les seules mères ? Pourquoi leur maternité montre- immémoriaux), avancer (arbitrairement ou non) qu’avril
t-elle tant d’impudique orgueil ? Pourquoi cette assurance, verra fleurir les toques de plumes et les toques de fleurs
I ce ton supérieur, dogmatique, omnipotent ? (c’est prédire sans danger: on en portera toujours:) parler
Qu’une maman comme une autre nous raconte intarissa- du tailleur classique...
■ blement les mots, les faits, les actes, les bonnes notes de Voilà un bien maigre butin pour qui a un article à faire.
l sa progéniture, nous écoutons patiemment, poliment, par Evidemment, la vérité est toujours bonne à dire, mais quand
I révérence pour le sentiment le plus fort du monde, cei i on l'a redite trop souvent, personne ne l’écoute plus.
qui fait que le cordon n’est jamais tout û fait rompu entre Heureusement, il y a les « arrangements », les « reta­
l la mère et son enfant. Mais qu’une femme de lettres éper. pages » et tous les ingénieux moyens que découvrent les
i due nous décrive en termes échevelés les sublimes tortures femmes de rajeunir une robe un peu trop portée, un man­
de l’enfantement; qu’une autre nous chante, tout aussi
lyriquement, les épreuves de la grossesse, e. nous déclare teau un tant soit peu défraîchi.
; que ne sont point mères celles qui ne se sont pas senties
plus ailées, plus légères, plus joyeuses à mesure que le cher L’écharpe d’iris
fardeau s’alourdissait... alors nous disons que ces dames
exagèrent. Plus que toute autre, la mode de cet hiver prête aux
L’enfant né, c’est autre chose; à les entendre, elles ont arrangements. On a porté, on porte et on portera un tas de
passé leurs heures penchées sur le berceau, notant l’éveil petits accessoires qui permettent admirablement de faire
| de la pensée chez le nourrisson, interprétant les premiers d’une vieille robe une neuve. En avons-nous vu des collets,
[ balbutiements, les premiers sourires, les premiers rêves, des ruchés, des pèlerines et surtout des écharpes !
mettant en oeuvre toutes les ressources de la plus savante Echarpes nouées autour du cou, en cravate; écharpes for­
t psychiâtrie. Vienne l’heure de les élever, ces nourrissons mant fichu; écharpes en bandoulière, en ceinture, en plas­
devenus grands, et c’est alors que se révèlent tout entières tron.
les mères littéraires : pleines d’indulgence, et à la fois de Elles sont souvent de couleur vive tranchant sur une robe
fermeté, possédant toute science et toute intuition, elles sombre. On en voit beaucoup de soie imprimée sur une robe
FLEURS DE QUALITÉ, TOUJOURS SÉLECTIONNÉES
MI EEEŒCm
3, av. Louise, Bruxelles. Tél. 12.73.74 — Grand choix d’objets les plus joliment fleuris. —*
206 POURQUOI PAS?

unie (en attendant que le printemps nous en amène d’unies Les modistes parisiennes
sur une robe imprimée) de rayées et de pointillées. Enfin,
le fin du fin, c’est l’écharpe écossaise en laine fine comme Rose Descat, Agnès, Jean Patou, Molyneux, Marie Alphon.
de la mousseline. Il faut, bien entendu, connaître le nom sine, Suzanne Grillet ont reçu la visite de Natan modiste
du clan dont on porte les couleurs et savoir si on appar­ qui a fait choix de leurs plus belles créations.
tient aux Mac Donald, aux Fergusson, etc... Cette nouvelle collection ne sera pas exposée en vitrine
On la porte en « Lavallière » nouée autour du cou, dé­ pour en éviter la copie.
passant l’échancrure d’un gilet; passée sous des brides au­ 74, Marché aux Herbes.
tour de l’encolure, et nouée dans le dos comme une cravate
mise à l’envers. Posée en ceinture sur une robe de lainage
sombre, elle prend une allure très pensionnaire, qui séduira Le beau damassé
toutes les dames mûres.
Il fut un temps où le beau linge de table ne se concevait
A côté de l’écharpe écossaise, on voit aussi des écharpes pas autrement que damassé; dans les armoires de famille
de mousseline de soie, de gaze, etc., rayées de toutes les cou­ s'empilaient les beaux services — douze, dix-huit, vingt-qua­
leurs du prisme. C’est un peu coco, mais tout de même bien tre couverts — où des miracles de tissage faisaient fleurir
séduisant. sur le lin souple et glacé les guirlandes les plus suaves ou
les arabesques les plus compliquées. La mode en dura si
Etre mince, souple et élégante, est le rêve de toute femme. longtemps qu’on put se léguer les précieuses piles de géné­
ration en génération.
Ce rêve devient réalité, si vous Dortez Madame, la ceinture
ou la gaine « Le Gant » Warner’s en youthlastic, tissu qui Puis, sans qu’on sût au juste pourquoi, ces admirables
S’étire en tous sens, fin, léger, solide. pièces tombèrent en désuétude: le cailloutis, le granité dé­
LOUIS*: SEYFFERT trônèrent le damassé. Enfin, le linge de couleur, la toile fil
à fil, les broderies, les incrustations semblaient l’avoir mis
40. avenue Louise 40 au tombeau.
Bruxelles. Tél. 12.54.92
On y revient. On s’est aperçu que nui autant que ce linge
glacé, brillant, fait pour recevoir les beaux cristaux, les fines
Où allons-nous?... porcelaines, les tendres fleurs de saison, pour refléter l’éclat
des lampes, ne donnait à une table un véritable air de fête,
de confort, de joie élégante.
Décidément, les modistes entendent bien mal leur intérêt!
En ce moment tout est à la mode. Vous pouvez porter impu­ On y revient, timidement. Et l’on s’est essayé d’abord à
nément un chapeau de l’hiver dernier, vous serez aussi à cette nouveauté qui n'est, du reste, qu’une espèce de ratage:
la mode que si \*)us arboriez une coiffure fraîchement sortie le damassé de couleur. Ce satiné trop brillant, en rose, en
des mains de la modiste. vert, en bleu ou en jaune, ce n’est plus de l’éclat, c’est de
l’ostentation, ce n’est plus de l’élégance, c’est — horreur! —
On porte tout. Aussi bien des tricornes très Second Em­ du cossu.
pire que le feutre relevé devant que donnaient aux corsaires,
les peintres de la fin du siècle dernier. On porte des bérets,
des bonnets pointus inspirés des « Lettres Persanes », des
chapeaux d’arlequin, des bonnets de police. La chéchia s’est LES MEILLEURS GANTS AUX MEILLEURS PRIX
beaucoup transformée, elle est à peine reconnaissable, mais
enfin, elle est toujours là. Le breton nous manquait: il vient GANTERIE ITALIENNE RAIMONDI ?!
de reparaître. O breton cher à notre enfance!... si seyant
à un jeune visage rond, si néfaste à la dame « qui est encore Le canari
très bien! »
De cet affreux mélange que va-t-il sortir? Optera-t-on De Rodolphe Parmentier :
pour les bonnets vaguement Renaissance qui font une timide « Ses yeux ressemblent à de petites perles de jais et
apparition? Empruntera-t-on une fois de plus à 1 armée une aucun mari n’envie la couleur de son plumage...
coiffure jeune et inédite? (La chapska polonaise qui avait » Moins grand qu’une fleur de tulipe, il est léger comme
essayé de se lancer n’a pas eu le succès qu’elle méritait.) elle, fragile comme le bonheur.
Ou reviendrons-nous bonnement au béret que nous n’avons » A l’instar du grillon, cet oiselet se fait entendre avec
cessé de chérir sous toutes les formes qu’il a empruntées?... des notes aiguës qui nous percent le tympan.
Nul ne peut prédire l’avenir et en attendant cette mode » Souvent, aussi, par un voluptueux susurrement de son
du printemps qui ne se laisse pas deviner, chacune porte frêle gosier, il appelle une compagne amoureuse, la petite
ce qui lui convient et ressort sans honte au grand détri­ femelle qui ne viendra jamais.
ment des modistes de vieux chapeaux que tout le monde » Non, jamais!
avait oubliés et qui se trouvent être miraculeusement à la » Car son maître, hélas! lui refuse la paternité.
mode! » Il se venge en sifflant l’homme.
» Et il se nommera toujours Fifils, — ce qui lui importe
peu.
Effervescence » De l’eau fraîche, une mangeoire emplie de millet sec, le
luxe d’une touffe de mourron accrochée dans un coin de
On peut s’imaginer sans peine l’effervescence qui règne sa prison, voilà ses seuls désirs, à défaut des autres qu’il ne
parmi les jolies femmes, élues, qui assisteront au bal de peut satisfaire.
la Cour, cette année. D’autant plus que, depuis longtemps, » Et sa vie consiste à sautiller d’un perchoir à l’autre, à
pareille fête n’était organisée. becqueter une graine par-ci par-là, à salir abominablement
Aussi les dames se mettent en frais de toilettes somp­ sa cage, à dormir.
tueuses et de tous les accessoires de beauté, tels que la » Fifils est très heureux. D’ignorer ses semblables et le
dernière création de « Mireille » : un nouveau bas de sole, militarisme prussien, de dédaigner la richesse et l’amour,
demi-mat, à un prix sans précédent, pour une qualité sem­ il jouit d’un bonheur que nous autres, hommes, ne connaî­
blable, de grand luxe. trons jamais. »
Bas « Mireille » 75 fin
Bas « Mireille » 100 fin S; K )prix lmposés Cinéastes amateurs
Et puis, vous ne pouvez ignorer, Madame, qu’avec le bas
Mireille, vous ne risquez rien. vos films réussiront toujours si vous suivez les conseils de
Pour le gros ou tous renseignements, s’adresser : Van Dooren, 27, rue Lebeau, à Bruxelles- Le spécialiste qui
451, avenue Louise. — Tél. 48.25.79 corrige les erreurs et rend heureux les amateurs.
POURQUOI PAS? 207

•es vers TANNAGE DE PEAUX D’AFRIQUE


COMMIS-VOYAGEURS Tannage et Teinture de toutes peaux à fourrure
Sa Bêtise Monsieur le commis-voyageur
En jaconas, en cuirs, en bouchons, en soieries, USINES M. VAN GRIMBERGEN & Go
Depuis Brive et Paris jusqu’au fond des Styries, 40, RUE HERRY, 40, BRUXELLES-NORD
Etend sa suffisance en toute sa largeur.
Dieu, Kant, le Knout, Bismark le font verbiageur; En famille
Sa voix trouve un écho dans les ferblanteries,
Ses cases de cerveau sont des fromageries La mère (sévère, à sa fille) : J’en ai appris de belle*
Où l’esprit se parfume en Roquefort majeur. sur ton compte, Thérèse. Est-ce que c’est vrai que tu as fait
insérer une annonce dans un journal galant poux cherche*
C’est Puck, un Puck moderne, un Puck démocratique un mari ?
| Hop ! Hop ! et qui chevauche un rayon de boutique La jeune fille : C’est vrai, maman...
Dans un bourgeois pays de rêve et d’idéal. La mère : Mais c’est inqualifiable ce que tu fais là, si
ton père le savait H... Et tu as déjà reçu des réponses ?
Où l’orgueil est d’avoir sa petite popotte, La jeune fille : Oui, une seule : de papa...
Des pantoufles, un chat, une femme boulotte
Et de vendre cent sous ce qui vaut un réal.
A l’époque des Grands-Ducs
De qui, croyez-vous, sont ces vers tournés de façon amu-
ante? Ne cherchez pas: vous perdriez votre temps. Ils Souvenir d’avant^guerre...
ont d’Emile Verhaeren; datés de 1884, ils ont paru en 1888 A Rambouillet, du temps de M. Loubet, le grand-duc Ni­
lans 1’ a Etudiant », journal publié à Bruxelles. colas chassait avec le grand-duc Wladimlr.
* A la fin de la ohasse, celui-ci aborda son cousin et lui
demanda :
iiooipr nrmpimc masseurs et masseuses — La chasse a-t-elle été bonne ?
[IHOoHULTLUlUUnL MAISON PARISIENNE
■pi U.P.P.M.B. 35, rue Jean Stas, 35, Bruxelles —■ Peuh !... pas grand’chose, mais j’ai blessé un garde.
— Ah ! fait tout naturellement Wladimir, on peut donc
les tirer ?
*Ius fort que Pîccard
CHAPELIER-TAILLEUR
Il ne s’agit pas du ballon stratosphérique de l’U. R. S. S.,
lais simplement de la conférence que M. Ascali, profes-
J. H. PISANE 116, chaussée dTx elles.
Manteaux poils chameau (cinq coloris, trois modèles).
îur à la Sorbonne, donnera sur le sujet suivant : « Voya- Toutes les créations en chapeaux « Mossant » de Paris.
es dans la stratosphère aux XVIIe et XVIIIe siècles ».
Tous ceux qui connaissent l’éminent conférencier qu'est
I. Ascali se flront un plaisir de l’entendre parler des Jules Les recettes de Fonde Henri
rerne du grand siècle qui ont fait de si étonnantes antid­
ations. Il importe de distinguer entre l’oncle Louis et l’onde
La conférence, qui aura lieu le 29, à 5 heures, à lTJniver- Henri. Le premier est un « classique » de la cuisine; il
Lté, est la première d’une série organisée par les Cercles opère avec recueillement d’après des règles que Brillât-
e Philologie Romane et de Philologie Classique. Savarin respectait déjà; il cuisine avec gravité et écrit
Les trois conférences suivantes seront faites par M. Herr- avec componction. Les plus grands cuisiniers sont pour lui
tann sur « Tibère et le Christ ». pleins de déférence et il porte son bonnet blanc de maître-
/Puis, M. Charlier parlera de « Pièces en un acte du queue comme un évêque porte sa mitre.
CVIII6 siècle », avec la science encyclopédique qu’on lui L’oncle Henri, lui, est l’enfant terrible de la cuisinei
pnnaît. Après quoi, ses étudiants, qui n’en sont plus à leurs Rien n’est sacré pour ses ardeurs. Il compose des recettes
remières armes, joueront « L’Epreuve » de Marivaux. sans trop savoir ce que ça donnera, heureux quand ça
Pour terminer cette brillante série, M. Grégoire parlera donne. Et il prétend que ça donne presque toujours.
e ses travaux, de ses découvertes et de ses théories: « Trois Nous nous en rapportons à l’appréciation de nos le©,
ns de recherches sur l’Epopée byzantine ». teurs.
Ceci dit, voici sa dernière trouvaille: le
■e meilleur des sports Pâté de foie à la oncle Henri
Passez au hachoir le plus fin, un kilo de foie de vea%
.• pratiquant indifféremment par les dames ou les mes- un kilo de foie de porc, un kilo de foie de poulet, une demi-
eurs, le tennis, est bien le meilleur des sports. Il conserve livre de lard. Triturez bien le tout de façon À rendre la
ligne, il est hygiénique et cultive les réflexes. Pour prati- masse homogène. Salez et poivrez. Malaxez-y quatre Jau­
icr avec succès ce beau sport, il faut être bien équipé et ne nes d’œufs et ajoutez à l’amalgame un huitième de litre
kier qu’avec des raquettes et des balles de bonne marque,
lemandez conseils à HARKER’S SPORTS, 51, rue de Na­ de vinaigre, additionné d’un huitième de litre de cognac.
ur, Bruxelles. Au moment de mettre la viande hachée dans les forme»,
vous intercalerez Le plus régulièrement possible dans oel-
les-ci, des petits dés de lard.
a femme irascible Avec deux pieds de veaux, préparez un Jus concentré d«
h---------------------------- l’ordre de deux litres de liquide; après ébullition copieuse
La femme de ce jeune premier possède un caractère avec huit gros oignons préalablement brûlés au beurre,
krticulièrement irascible. ajoutez deux cuillers à bouche de Bovril, 100 grammes de
Nul ne l’ignore. persil, des baies de genévrier, des clous de girofles ainsi
L’autre soir, il téléphone chez lui : que du thym et du laurier.
h— Je rentre souper avec deux camarades. Prépare-nous Filtrez ce Jus qui sera versé sur vos pâtés lorsque vous
q peu de viande froide et mets à glacer une bouteille de aurez retiré ceux-ci du four.
îampagne.
— Bien, chéri, fait la voix au bout du fil. Foies gras en croûte — Parfaits de foies gras
Le jeune premier raccroche nerveusement. Suprêmes de foies gras — Galantine de foies gras
h* Allons, bon 1 encore une erreur de numéro, s’excla- Bernard, 93. rue de Namur (P. de Namur). Tèl. l2.H8.il
s-t-il, Salon de dégustation, ouvert après les spectacles
208 POURQUOI PAS?

Petite devinette Passeport


Quelle différence y a-t-il entre un calendrier, une mai- La célèbre star Gloria Swanson qui en est, si nous comp­
eon, une omelette et un oiseau? tons bien, à son quatrième mariage, fait faire son passe­
Le calendrier est à mois. La maison est à toit. L’omelette port pour le grand voyage en Sud-Amérique qu’elle doit
est à œufs et l'oiseau est à ailes. entreprendre cet hiver:
C’est une gentille petite demoiselle qui a trouvé ça. — Mariée? interroge l’employé. *
— Pas pour l'instant, répond Gloria.
Pour vous, Messieurs ! Profitez de l’occasion que vous
offre la vente spéciale du costume veston sur mesure Au Guignol
à 550 francs Par la maison de Marchands-Tailleurs
Dimanche, au Guignol d’un jardin public de Paris.
«LE DOME DES HALLES» Grande joie chez les enfants qui assistent a la repré­
C9, Marché-aux-Herbes, en face les Galeries St-Hubert sentation.
Téléphone : 12.46.18 Guignol, naturellement, rosse le gendarme.
A la sortie, un petit « Poulbot » dit à sa maman:
L’esprit de sir John Simon — C’est pas de jeu... C’était le même gendarme que
l’autre jour. Alors « iis » ne se font pas de mal pour de
vrai !
L’esprit de sir John Simon, ministre des Affaires étran­
gères britannique, est très apprécié à Londres. Son talent
de conteur est exquis et ion aime à entendre le célèbre Récital Walter Weyler
avocat présenter .es pièces de son originale collection qui
évoquent tous les procès auxquels il a été mêlé. L’excellent violoniste donnera un récital le jeudi 1er fé­
Dans cette curieuse galerie figure un paquet d’épingles. vrier, à 20 h. 30, en la salle du Conservatoire Royal, 30, rue
Au cours d’un débat judiciaire, sir John Simon discutait de la Régence, avec le concours de M. René Ramioulle, pla­
âprement avec un témoin, propriétaire d un bazar, qui sou­ niste. Au programme des œuvres de Vivaldi, Tansman,
tenait garder la mémoire de tout visage vu ou entrevu. Chausson. Francœur, Szymanowscki, Ravel et Ries.
— Eh bien! demanda l’avocat, vous souvenez-vous m’a­ Location à la Maison Fernand Lauweryns, 20, rue du Treu-
voir rencontré? renberg. Téléphone 17.97.80.
— Jamais de ia vie, maître!
Alors, sir John Simon lui montra un petit paquet d’épin­ Roméo ei Juliette « up to date w
gles.
— Pas plus tard qu’hier, mon ami, vous m’avez vendu Le Roméo. — Mon amour pour vous sera étemel. Je vous
vous-même cet article. aiderai quand vous serez dans le besom, je vous protégerai
contre 1 infortune, je vous consolerai dans le malheur...
Juliette. — Dites donc, est-ce une demande en mariage
Connut tjar Le passé, fidèle à la bonne tradition que vous me faites ou bien me proposez-vous une police
d assurance?
MATTHYS PIANOS Quand elles sont rosses
27, rue de la Concorde (av. Louise) Tél. 12.53.95
(anciennement 16. rue de Stassart) Doris. — Il m’a dit qu’il était sûr que j’étais la meilleure
danseuse de toute la salle. Crois-tu que je devrais lui accor­
Dialogue dans le taxi der une danse?
Pamela. — Non, ma chérie, laisse-lui ses illusions !...
Dans le taxi, en route pour le théâtre.
Lui. — Tu as eu tort de m’obliger à m’habiller... ALLEZ VOIR LES
Elle. — Mais pas du tout, tu es très bien en habit.
Lui. — Malgré tout, j’aurais préféré...
Elle. — Comme tu es bizarre!
Poissons Exotiques d’Âquarium
Lui. — Je crois même que nous ferions bien de retour­ LES PLUS MERVEILLEUX DU MONDE
ner à la maison. 12. RUE DE DUBLIN, 12 (Porte de Namur). X.L,
Elle. — Tu es fou! Nous sommes déjà en retard. J Daoust et De Prins. Pisciculteurs
Lui. — N'empêche... Ancienne Maison A. MARCHAND
Elle. — Mais qu’as-tu, mon Dieu? Aquariums — Plantes aquatiques — Accessoires.
Lui. — Eh bien! voilà, je viens de m’apercevoir que j’ai
laissé les billets dans mon costume gris!! Les deux procès
Le mécène de bonne volonté Le regretté bâtonnier Chenu contait un soir qu’il lui
arriva, en sa jeunesse, de plaider, dans la même semaine,
Jacques Doucet, le couturier mécène, achetait du clas­ deux procès contradictoires intentés contre un peintre qui
sique et du fauve, de l’impressionniste et du cubiste: devait, depuis, faire une brillante carrière. Un de ces pro­
— En art, ce qui m’intéresse, c’est ce que je ne com­ cès demandait l’annulation du mariage contracté par l’ar­
prends pas. tiste trois ans plus tôt. Motif allégué : impuissance physi­
que du mari à donner des enfants à sa femme. L’autre
Et, pour résumer sa carrière de collectionneur, il ajou­ procès était, au contraire, un procès en reconnaissance
tait: de parternité Intentée par une servante au jeune peintre,
— L’évolution de mon goût m’a conduit à être successi- ’ — Lequel avez-vous gagné ? questionna Me Campinchi.
vement mon grand-père, mon père, mon fils et mon petit- Le bâtonnier Chenu eut un petit rire :
fils. — Je les ai gagnés tous les deux.
POURQUOI PAS? 209

La bonne raison
Le bruit se répand qu’une commère du quartier, Mme Bro- LA GRANDE BOUCHERIE
gel, est morte. Tout le monde est en émoi : une si brave
femme 1 Comment est-ce possible ? Ce que c’est que de PIERRE DE WIJNGAERT
nous, tout de même ! Mourir si vite!... Etc...
Mme Beulemans appelle sa fille :
— Lise, vite, traverse la rue et va demander comment 6, Rue Sainte-Catherine, 6 - BRUXELLES
c’est arrivé. informe sa nombreuse clientèle
Lise part, Lise revient. que les viandes de bœuf seront débitées
— Eh bien ? fait sa mère. Tu as demandé ? cette semaine avec
— Non !
— Comment ? Pourquoi n’as-tu pas demandé, comme Je 20 P. C. DE REDUCTION
t’avais dis de le faire ?
— Je n’ai pas osé. sur les prix précédents.
— Petite sotte ! Et pourquoi ? Exemple :
—. Ça me gênait...
— Comme cela, tout à coup ? Tu es extraordinaire ! Bouilli à partir de fr. 1.50 le 1/2 kilo
Pourquoi, encore une fois ? Carbonnades » 2.— »
Enfin, Lise : Rostbif » 4.— »
— Parce que Mme Brogel était en train de- servir un Entre-côtes » 5.— »
client dans la boutique. Alors, je n’ai pas voulu la déran­ Livrais, à domicile. — Expéd. en province.
ger...
Tél. : 11.51.22 — 11.60.79.

BERNARD 7’TDL™0RA Prudence


HUITRES -- CAVIAR - FOIE GRAS
OUVERT APRÈS LES THÉÂTRES. •• Pas de succursale Le célèbre Chaix d’Estange reçut, jadis, d’un client re­
connaissant, une petite lionne d’Afrique. Le charmant ani­
Manies et habitudes mal mangeant les tapis et épouvantant la cuisinière, le
grand avocat dut la confier au Jardin des Plantes, où il
Chaque auteur, pour son travail, eut des habitudes par­ allait la voir régulièrement. Un jour qu’il était entré dans
ticulières. sa cage avec un avoué, M. Boudin, la lionne, en manière
Eugène Scribe, qui, durant cinquante années, alimenta, de contentement, posa ses pattes sur les épaules du visi­
de ses productions, la Comédie-Française, le Gymnase, teur. Et comme celui-ci semblait mal à l’aise, Chaix d’Es-
tange de lui dire :
l’Opéra et l’Opéra-Comique, et de qui les œuvres « incom­
plètes » ne contiennent pas moins de 377 titres, s’asseyait — Surtout, mon ami, ne vous nommez pas! Elle vous
mangerait...
à sa table de travail, chaque matin, à 5 heures, en été, à
6 heures, en hiver. Il s’en levait à 10 heures, ayant accom­
pli sa tâche quotidienne, et consacrait à ses répétitions et « Mis’ lures dè tâbe »
à ses visites le reste de sa journée.
Auber se levait de bonne heure aussi, mais il ne se sen­ Du « Sinche ». de Mons, auquel le nouvel habit bleu qu’il
tait en verve qu’après avoir été faire un temps de galop vient de revêtir va comme un gant, ce plaidoyer en patois
« sur le Boulevard », à l’exemple de M. Thiers, fervent montois pour les petits oiseaux :
cavalier comme lui. « Pa c’ temps ci quand el vint chuffell, pas tous les
Massenet les imita. A 4 heures, tous les jours, allumant jointures des portes éié des fermettes, a-t-1 n’ saqué
lui-même sa lampe et son feu, dans la saison d’hiver, ou­ d’ meïeur qué d’iette rassemblé dins n’ place bé cauffée,
vrant grande sa fenêtre, en été, l’auteur de « Manon » alintour dé l’tabe avé d’vant vo panse ein grand caudron
était à l’ouvrage. d’ soupe bé boulante ?
Rossini ne composait qu’au lit. A l’idée qu’ vos allez faire bonne chère, pinsez ein mou-
Adolphe Adam, avant de s’asseoir à son piano, avait mint à les malhureux éié à les ciens qui, pa n’blse pa­
soin de s’envelopper, de la tête aux pieds, sous de chau­ reille. n’ont rié dé dins leu n’assiette éié co moins dins
des couvertures. leu panse... Vos les intindez crier éié s’délaminter dé tous
Balzac travaillait la nuit : On dit que l’abus qu'il fit les côtés. Les geins savent-té co s’plainde, mais eusses les
du café noir, qu’il prenait à haute dose pour lutter contre pauf’ pétits proutes dé pierrots, ils n’ont qu’leu p’tlt «c chi-
le sommeil, fut l’une des causes de sa fin prématurée. rip » pou s’ rappéler à vo bon cœur.
L’orage et le mauvais temps avaient le don d’éveiller le Tout est g’ié, nié d’pluque à bequ’ter, peu ou nié d’brin
génie de Meyerbeer. d’estron, pour euss’ roblier qu’ c’est 1’ crise, éié donnez leu
Fromental Halévy se contentait du bruit que fait une vos mis’lures dé tabe; si peu qu’vos pourrez leu bayer,
bouillote remplie d’eau, placée devant le foyer. Donizetti coyez m’. ça leur f’ra grand plais! pasqué c’ n’est nié des
s’inspirait en allant lorgner les demoiselles de magasin du mingeurs comme vous éié mi.
passage Choiseul. Bayard passait son temps au café des Ein m’ p’tit peu pour les pierrot, g. v. p. 1 »
Variétés, quand il ne courait pas la campagne dans le til­
bury d’Eugène, c’est-à-dire de Scribe, qui était le cousin de
sa femme. DIAMOND-T ,“àTÏÏ2 CAMION
Alphonse Karr s’arrachait, jusqu’à se faire mal, les poils Ag. G. Depierre et Spitaels, 92, r. Eglise, Anvers. T. 518.33/35
de sa moustache.
Varin jadis, Hennequin et Feydeau, de nos jours, n’a­ Le style de Topera
vaient d’idées que dans l’atmosphère épaisse d’une tabagie.
Il fallait au vaudevilliste Duvert la compagnie de son Ce qui ne peut être dit, on le chante. Et, sans doute,
chat. était-il heureux que le bruit de la musique étouffât les
paroles quand, dans « La Juive », le prince Léopold, tirant
son épée pour défendre Rachel contre la fureur populaire,
s écriait : « Non, près de toi, je reste », et quand, pour
la rime, il ajoutait : & Fuyez tous !... Ou ce bras vous dô»
viendra funeste! »
210 POURQUOI PAS?

POUR VOS COLIS POSTAUX « La politesse n’est pas obligatoire. »


VOS EXPEDITIONS PAR FER « Que chez soi tout soit discret » qui correspond à notre
VOS BOITES EN ONDULE dicton : « Il faut laver son linge sale en famille ».
VOS EMBALLAGES DIVERS « Avec mensonges et ruse, on remplit caisses et cas­
settes. »
E. VAN HOECKE « En disant la vérité, on peut se faire une très mauvaise
réputation ».
197, avenue de Roodebeek, Bruxelles « Atteins en rampant ce que tu ne peux atteindre en
Téléphone : 33.96.76 courant. » — « Les coups rendent sages. »
Naturellement, la goinfrerie est à l’ordre du jour : « Si
un Allemand est rassasié, bien sûr il a encore soif ».
Entre soldats « Le Souabe n’a pas de cœur, mais il a deux estomacs. »
« Promettre est noble, mais tenir est roturier. »
Le marquis d’Hautpoul, qui participa à maintes campa­ « Vole beaucoup, dépense peu et tu réussiras. »
gnes du premier Empire, en qualité .d’officier d’artillerie, « Prendre est le plus doux des métiers. »
étant devenu général dans l’armée de Moreau, s’était fait « Il est agréable de cuire dans la cuisine des autres. »
une réputation d’excellent militaire, de brave à tous crins, « Il est doux de dépenser en prenant dans la bourse
mais de chef peu commode, vaniteux et tracassier. Il avait d’autrui. »
dans son état-major un adjudant-général nommé Martial « L’amour-propre est un voleur. »
Thomas, qu’il se plaisait à taquiner. Un jour, à table, de­ Voilà qui est digne de Tartufe : « Prie et prends. »
vant une vingtaine d’officiers, ce général crut spirituel de
l’interpeller en ces termes :
— Votre nom se présente bien mal, mon garçon. Pour­ Odieuse hypocrisie
quoi ne vous appelez-vous pas Thomas le Martial au lieu
de Martial Thomas ? Un nouveau journal hebdomadaire du vendredi vient de
A quoi l’adjudant répondit du tac au tac : naître, et c’est « TARTUFE » en personne 1 Lisez-le pour
— Pour la même raison, sans doute, mon général, qu’on le mieux conspuer. En vente partout à 50 centimes.
vous appelle d’Hautpoul, au lieu de vous appeler Poule
d’Eau...
Et, oette fois, le général n'eut pas les rieurs pour lui. Les noms
Cuvillier-Fleury, ancien secrétaire du roi de Hollande,
r'VDTÏ T TT* CHAPELIER-TAILLEUR Louis Bonaparte, puis précepteur du duc d’Aumale, était I
U JL 1&. I H a B a wtj 17, ch. de Waterloo (P. de Hal) devenu collègue de Victor Hugo à l’Académie Française. 1
Vous trouverez certainement parmi son choix immense Quand parurent les « Misérables », il ne put s’empêcher de i
d’articles pour messieurs, ce que vous souhaitez. dire, à propos de la longue digression consacrée au mot ■
de Cambronne :
— Il y a des mots dont un écrivain qui se respecte ne j
On peut toujours se faire comprendre doit pas souiller sa plume.
Le propos fut rapporté à Victor Hugo, alors en exil à ,
La petite Eva a la permission, à titre exceptionnel, de Hauteville-House, lequel s’empressa d’envoyer une lettre à
dîner à table, parce qu’il y a une réunion de famille. Mais son collègue, portant sur l’enveloppe cette ironique suscrlp- j
elle a dû promettre d’être sage comme une image et de tion :
ne rien demander. « A Monsieur... Villier-Fleury,
Au dessert, tout le monde est servi d’entremets, sauf membre de l’Académie Française. »
Eva, qu’on a oubliée. La pauvre Eva ne dit rien d’abord.
Puis tout à coup, elle s’écrie : Et, dans le corps de la lettre, le poète avait ajouté cette ]
— Est-ce que quelqu’un a besoin d’une assiette propre ?... note :
« S’il est des mots qui souillent la plume d’un honnête !
homme, il en est d’autres qui offensent le regard. La pre­

SARDINES SAINT-LOUIS
Les meilleures sardines du monde
mière syllabe de votre nom est de ce nombre. Vous ne vous
étonnerez donc point, Monsieur, de la façon dont j’ai dû ]
libeller la suscription de ce billet. »

RÉGAL DES PALAIS DÉLICATS Le secret de la santé par l’hygiène


Toutes les maîtresses de maison ont pu apprécier les avan- ]
Prudence tages sans nombre de l’aspirateur de poussières « LUX ». Il ;
constitue la plus rationnelle des méthodes modernes de ;
Ce monsieur, extrêmement chic, sort d’un bel et riche nettoyage au point de vue propreté, hygiène, rapidité, etc. 1
immeuble où il a été en visite. Mais, dans l’intervalle de Faites l’acquisition d’un aspirateur de poussières « LUX ». j
cette visite, une giboulée a rempli la chaussée de neige fon­ C’est un appareil indispensable.
due et de boue. ELECTRO-LUX, 1-2, Porte Louise. — Téléphone 12.71.58 i
Il scrute l’horizon, ne voit pas venir de taxi et hèle un
gamin qui passait en roulant une petite « poussette »
pleine de chiffons innommables : Diplomatie
— Hé ! petit ? quarante sous pour toi si tu vas me cher­ Dupané reçoit une carte l’invitant à venir à une vente I
cher un taxi. de charité organisée par plusieurs dames chez qui il a l’ha- j
— Oh ! Je la connais celle-là, fait le gosse dépenaillé
d’un air profond, pour que vous filiez, pendant ce temps, bitude de dîner.
avec ma brouette ! Notre ami n’est pas très riche, la fin du mois est pro- 5
che, aussi le voilà bien embarrassé : s’il va à la vente, 11
est forcé d’acheter... et il n’a plus d’argent; s’il n’y va pas,
Peints par eux-mêmes il va mécontenter ses amies.
Tout à coup, il se décide.
M. Michel Rurange, « Homme Libre », a relevé, dans un
ouvrage, « L'Esprit allemand », paru en 1886, un certain Il arrive, fait le tour des comptoirs.
nombre de proverbes allemands qui expliquent les théories _ Eh bien ! monsieur Dupané, lui demande une des
qui ont cours chez nos voisins depuis 1914. dames... Vous ne m’achetez pas quelque chose ?
POURQUOI PAS? 211

Dupané lui répond confidentiellement : Soyons modestes


— Je n’achète qu’aux dames qui ne sont pas jolies, car
elles n’ont pas beaucoup de clients... Ça les dédommage. Quelle est la valeur marchande de l’homme? Un éminent
Il dit la même chose à toutes... et s’en va sans avoir chimiste, le docteur Charles-H. Maye, de Rochester, noua
déboursé un centime. l’apprend. Avec sa graisse, on pourrait fabriquer sept mor­
; — Ce Dupané, quel charmant garçon ! pense chacune de ceaux de savonnette. Son corps renferme du fer pour un
ses amies. clou moyen, du sucre pour une tasse de café, du phosphore
pour 2,200 allumettes, du magnésium pour une prise de
EQUIPEMENTS COMPLETS POUR SKI photo, un peu de potasse et du soufre. Le tout vaudrait
PATINS — BOTTINES — TRAINEAUX 25 francs.
VANCALK, 46, r. Midi, Br. La plus précieuse collaboratrice
L humour dans le Brabant wallon Economique, silencieuse, élégante, moelleuse, ne sont-ce
pas là les qualités que vous désirez pour votre voiture ?
BATISSE. — Te même qu’è malé, mi diros bé poawé qu’èl L’activité trépidante que vous devez déployer, les dépla­
quèwe d’in tchai (chat) n’édjale jamais? cements fréquents vous obligent à conduire vous-mëme
FLIP. — Ha! djen sé né sa, eh mi? votre voiture ! Prenez donc tout de suite la plus moderne
BATISSE. — Eh bé, sacrée biesse, te sais portant bé qui et celle qui vous donnera le maximum de satisfaction et
n’djalé né au d’sus de zéro, hein? le minimum d’ennui. Achetez une nouvelle Ford modèle
40.V.8. De plus, grâce au « super service » Ford, dont les
Etablissements P. Plasman, s. a., sont spécialistes, quel
Concerts Ledent que soit le travail que vous désiriez faire exécuter à votre
machine, il suffit que vous vous en sépariez seulement
Sous l’habile direction de Robert Ledent, le mardi 30 jan­ quelques heures.
vier, à 20 h. 30, se donnera en la Salle du Conservatoire Demandez la documentation et un essai gratuit aux Eta­
Royal de Bruxelles, un concert d’orchestre. Au programme: blissements P. Plasman, s. a., 10-20, boulevard Maurice
Symphonie de Haydn, Concerto de Mozart, Danses alle­ Lemonnier et 9A, boulevard de Waterloo. Bruxelles. — Sur
mandes de Beethoven, Concerto de Liszt. Soliste : Annie demande, des facilités ie paiement sont accordées.
Fischer, pianiste hongroise, Prix Liszt, qui fait en ce mo­
ment une brillante tournée en Europe. La critique est una­
nime à la considérer comme une des grandes pianistes de On n’est jamais trahi...
l’époque.
Un petit garçon, fils d’un journaliste de... mettons de
province, allait pour la première fois à l’école. Son pro-
Le professeur d’Histoire explique fesseur, après lui avoir demandé son nom, s’enquiert de la
I Ci quelques fleurs de rhétorique colportées dans les profession qu’exerce son père. L’interpellé, auquel le mot
« journaliste » n’est sans doute pas familier, ne sait pas
couloirs de l’Université de Liège. répondre et garde le silence. Après quelques vaines tenta­
I Le professeur d’histoire explique: tives, le professowr demande:
F « Monk plaça le roi Charles II sur le trône et lui dit:
« Faites vite, sire ». — Voyons, tu n’as donc jamais vu ce que fait ton père,
quand il est à son bureau?
[ « Sur la Roumanie soufflent deux grands vents, l’Aus-
ter... et le second m’échappe.» — Oh! si, fait le gosse, tout heureux d’avoir trouvé, 11
, « C’est en 1431 qu’eut lieu l’exécution de Jeanne d’Arc. découpe de vieux journaux et il fait un journal neuf avec
On vit mourir courageusement sur le bûcher, la Pucelle, les coupures.
en sainte... »
[Du même, dans un cours professé précédemment à
Brac-à-Val, lycée pour jeunes filles:
s « A Brac-à-Val, les jeunes filles ont toutes un roman
et chaque fois que je tourne le derrière, elles fourrent
leur nez dedans. »
SAUMON KILTIE
VERITABLE CANADIEN ------- LE MEILLEUR
i Histoire de la civilisation égyptienne:
«...Je me suis étendu neuf semaines sur la femme égyp­ Les conseils du vieux jardinier
tienne; passons à une autre.»
Dans un cours épique sur la Révolution française: L’époque de certains semis va bientôt arriver. N’enterrez
« Marat, Danton et Robespierre, les trois font la paire. » jamais trop profondément vos graines. On manque beau­
Manœuvres navales: « Le navire revint sur ses pas.» coup de semis en enterrant trop les semences. La graine est
un organisme vivant qui a besoin d’air et de chaleur pour
PAS DE BONS PLATS, SANS se développer.
Pensez à l’adage : « Le haricot aime à voir partir son
maître », ce qui signifie qu’il ne faut pas trop l’enterrer.
En règle générale, plus une graine est ténue, moins il faut
la recouvrir de terre.
Semez en ligne et non à la volée. C’est la façon pratique
EXTRA BLANC. EN PAQUETS TRIANGULAIRES d’économiser de la main-d’œuvre, de tenir le sol net,
exempt de mauvaises herbes.
a philosophie ne s’enseigne pas Les amateurs ont une tendance à semer dru sur un petit
espace. Ils croient avoir plus de chances de succès, mais ils
Quand About, jeune normalien, revint d’Athènes, il ma- oublient que les plantules ont besoin de beaucoup de lu­
festa l’intention de quitter l’enseignement et de ne pas mière et quand elles sont serrées elles s’étiolent et meurent.
occuper la chaire de philosophie à laquelle ses titres « Qui sème dru récolte menu ». Tel doit être le proverbe que
universitaires lui donnaient droit. Comme quelqu’un de doit méditer le débutant.
ps intimes insistait pour qu’il réfléchît encore avant de
prendre une aussi grave décision, il lui répondit en badi­
nant:
I— J’ai bien réfléchi: je crois, vois-tu, que la philosophie TRACTEURS ET REMORQUES
CHENARD & WALCKER F. A. R. 5 à 20 Tonnes
S’apprend, mais ne s’enseigne pas. Ag. G. Depierre et Spitaels, 92, r. Eglise, Anvers. T. 518.33/35
’0iM'

212 POURQUOI PAS 7

Semis de fougères
Les fougères se propagent par spores. Ces spores se trou­
vent à la face inférieure des feuilles fertiles comme de
petites verrues. Les gratter avec un couteau et les placer
§ur un papier blanc. iimimmiimiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiniiiiuuiiiif
Prendre ensuite de l’argile pure, la placer sur une pelle
à feu et placer cette pelle avec la terre dans un foyer à Longueurs d’ondes des stations
feu vif.
Lorsque la terre est tout à fait brûlée, en remplir une ter­ Alger ................. .................................. 318 8 m. 16 kw
Anvers ................................................ 201.1 m. 0.4 kw
rine et lorsqu’elle sera refroidie, semer les spores. Il ne Barcelone .......................................... 274 m. 8 kw
faut pas broyer cette terre et la transformer en surface Bari ...................................................... 283.3 20 kw
plane. Il faut la laisser en petites mottes comme des noi­ Berlin .................................................. 356.7 m. 100 kw
Binche .........................................••••• 201.1 m. 0.3 kw
settes, de cette façon quantités de spores germeront, ayant Bordeaux-Lafayette ......................... 278.6 m. 13 kw
trouvé une situation adéquate à leur genre de vie. Dès que Bratislava .......................................... 298.8 m. 14 kw
Bucarest ............................................ 212.6 m. 12 kw
les petites fougères montreront une foliole, repiquer, car, Budapest .......................................... 549.5 m. 120 kw
Sinon, malgré la stérilisation complète du sol par le feu, Châtelineau ...................................... 201.1 m. 0.1 kw
Daventry 5 XX (N.) ................... 1,500 m. 25 kw
la mousse apparaîtra. Idem. 5 G.B. (R.) ....... 391.1 60 kw
Ne pousse-t-elle pas d’ailleurs même sur les briques! La Ecosse Rég ............................ S91.1 et 373.1 m. 60 kw
Helsingfors ....................................... 1,145 m. 16 kw
pâture reprend toujours ses droits et envahit tout. Hilversum ....................................... 298.2 m. 7 et 20 kw
Huizen ................................................ 1,875 m. 20 kw
I. N. R. (Em. franç.) ...................... 483.9 m. 15 kw
I. N. R. (Em. flam.) ...................... 321.9 m. 15 kw
Katowice ............................................ 395.8 m. 12 kw
mmfSm Koenigsberg-Heilsberg ...................
Koenigswusterb ............................... 1,571 m.
291
4,559
m.
m.
75
60
75
kw
kw
kw
Langenberg .......................................
nîi Leipzig ................................................
Liège (R.-Cointe) ...........................
382.2 m.
200 m.
120
0.15
kw
kw
Lille P. T. T .................................. 247.3 m. 1.3 kw
Londres Régional ........................... 342.1 m. 50 kw
Londres National ............................ 261.1 m. 60 kw
1,304 m. 200 kw
TENEUR CONSIDERABLE Luxembourg .....................................
Lyon-la-Doua ......................... ••••••„•• 463 m. 16 kw
'EN CIRES DURES Nord Rég................................. 491.1 et 295.2 m. 50 kw
Moravska-Ostrava ........................... 259.1 m. 11 kw
• ajWj ; Oslo ..................................................... 1,186 60 kw
312.8 m. 60 kw
NE POISSANT JAMAIS Poste Parisien ................................
Prague ..................... .......................... 470.2 m. 120 kw
Radio-Conférence .......................... 267.4 m. 0.1 kw
BRILLANT TRÈS VIF Radio-Nord-Italia : 20 kw
Florence ............................. . 491.8
ABASE DE^ELLULOSE Gênes .......................................... 304.3
368 6 m.
10
60
kw
kw
Milan ..........................................
Trieste ....................................... 245 5 m. 10 kw
SOCIÉTÉ SAMVÀ-ETTERBEEK Turin ........................................ 263.2 m. 7 kw
Radio-Normandie .......................... 200 m. 0.2 kw
Radio-Paris ...................................... 1,796 m. 75 kw
Radlo-Schaerbeek ........................... 267.4 m. 0.1 kw
Radio-Toulouse .............................. 335.2 m. 8 kw
Cactus ! Rome ................................................. 420.8 m.
426.1 m.
50
75
kw
kw
Stockholm .....................................
Stuttgart-Mulhacker ..................... 522.6 m. 75 kw1
Notre vieux jardinier a été piqué au vif — dame! quand 11 349.2 m. 12 kw
«'agit de cactus! — par les observations qu’a présentées, dans
Strasbourg ........................................
Suisse Alémanique (Beromunster). 539.6 m. 60 kw
notre avant-dernier numéro, un lecteur amateur. Et il répond Suisse Romande (Sottens) .......... 443.1 m. 25 kw!
de bonne encre à celui qui lui avait envoyé ses protestations Tour Eiffel ........................................ 1,445.8 m. 15 kw*
& l'œil droit ». (N. d. 1. R.) Varsovie ................,.......................... 1,304 m. 120 kw
Vienne ............................................... At. ar>7 506.8 m. 120 kwt
Un vieux jardinier sait où mettre sa bêche et ce n’est West Rég................................... 373.1 1 m. 50 kw!

certes pas dans son œil, qu’il a trop petit d’ailleurs.


Ayant roulé sa bosse de par le monde, jamais il n’a vu SUPERHETERODYNE LE POSTE
une cactée croissant dans l’humus pas plus qu’à 1 ombre. rr f ---------——-—4
Bon habitat, ce sont les terres arides, en plein soleil torride.
Les horticulteurs employent le terreau parce qu’ils font de DE QUALITH
la plante pour la vente « for the million »! Mais en appar­
tement, amateurs, gardez-vous des terreaux qui se dessè­
chent trop rapidement. L’ennemie des cactées, c est 1 eau
2,950 Fr!
surabondante. Les Echeverias prospèrent admirablement
dans du sable pur, et les Joubardes qui poussent sur les tui­ Henri 0TS, 1% rue des Fabriques, Bruxellei
les des toitures, ont-elles du terreau?
Gardez-vous, amateurs, de ces jardiniers en chambre,
dont la documentation purement livresque fait sourire le L’I. N. R. parle!
professionnel. En appartement, où est celui qui oserait arro­
ser les plantes à la pomme d’arrosoir? Arrosez vos cactées La campagne menée depuis trois ans contre 11. N. R. J
en plaçant les pots et petits godets dans une tasse pleine provoqué, il y a quelques semaines, une protestation... assa
d’eau qui pénétrera la motte des plantes par osmose; ne tardive du Conseil de gestion de cet organisme. Nous nouj
mettez pas de soucoupe sous les pots avec de l’eau. Les en sommes réjouis, estimant que l’Institut National devaî
compost légers se dessèchent trop rapidement et, une répondre aux attaques dont il est l’objet et éclairer l’opinloj
fois secs, sont rebelles à toute eau. publique. Nous formulions le vœu d’entendre ainsi de tempi
A-t-on jamais vu un professionnel abriter une serre à en temps le son de cloche des maîtres de la rue du Bastlot)
cactées? Plein soleil, quelle que soit son ardeurl des neuf messieurs qui régnent sur les ondes officielle)
Je redis : « Placez vos cactées d’appartement en terre belges.
forte, additionnée de sable, en pots biens drainés et, sur­ Ce vœu n’a pas été stérile. Samedi dernier, un peu à l’in»
tout,’gare aux arrosages trop copieux et trop répétés »! proviste, 11. N. R. a repris la parole pour s’expliquer ai
En horticulture, il faut dix ans pour connaître l’art d’ar­ sujet de son budget. Cette explication est venue à son heure
roser. C’est au plus habile des jardiniers qu’est confié l’ar­ faisant suite aux débats du Sénat du 20 décembre dernleï
rosage des plantes rares et précieuses. Et en appartement, débats au cours desquels, il faut bien l’avouer, nos honq
où les seringages sont proscrits et où l’humidite est l’en- râbles ont prouvé leur grande ignorance des choses de 11
nemle, l’arrosage est une vraie science. Radio.
POURQUOI PAS? 213

Le budget
On a dit que l’L N. R. coûte aux contribuables belges la
coquette somme de 60,000 francs par jour. On a ajouté que
RADIOFOTOS
la note était rudement salée. LE JEU DE LAMPES QUE VOUS CHERCHEZ
Enregistrons la mise au point qui a été fournie samedi
devant le micro: Pour obtenir ce chiffre imposant de 60,000 Vente en gros: 9, rue Sainte-Anne, Bruxelles
francs de dépense quotidienne on a divisé par 365 le mon
tant du budget annuel pour 1934, soit 22,672,500 francs. Or, reportages-parlés obtenaient un très grand succès. Une nou­
le budget dont les Chambres vont prendre connaissance velle preuve de ce succès vient d’ailleurs d’être donnée par
montre que 18,270,000 francs sont destinés aux dépenses le nombre de protestations qui nous sont parvenues, éma­
d'exploitation, aux amortissements et à la réserve. 4,402,500 nant de lecteurs qui se plaignent de n’avoir pu entendre
francs sont réservés à la construction du bâtiment. Les frais la diffusion de Belgique-France dimanche dernier.
d’exploitation sont donc ramenés à 16,025,000 francs. Renseignements pris, ü est exact que IT. N. R. a eu l’in­
Ici 11. N. R. fait remarquer que cette somme est utilisée tention de diffuser les péripéties de cette rencontre. H n’a
par deux organismes bien différents: le poste français et le pu donner suite à ce projet, 1’ « Union Royale Belge des
poste flamand. Sociétés de Football-Association » ayant cru devoir refuser
l’autorisation nécessaire.

Pourquoi? *
p
Parce que 1’ « Union Royale Belge des Sociétés de Foot­
ball-Association » estime tout à coup que la diffusion des
épreuves qu elle organise lui enlève une partie de sa clien­
tèle. On a, paraît-il, enregistré une baisse des recettes.
Il convient cependant de se demander si cette baisse ne
correspond pas au mauvais temps et aussi à la médiocrité
de certaines rencontres.
NORA-RADIO Service
généreusement fourni pat
DRACO Quoi qu il en soit, on regrette une telle mesure qui prive
des milliers de sans-filistes d’une émission intéressante et
qui enlève aussi au sport 1 appoint d’une propagande par­
A. & J. DRAGUET, 144, r. Brogniez, Bruxelles-Midi ticulièrement efficace.

Les frais de PI. N. R, La radio-sco!aire


Au cours de cette causerie, les auditeurs ont été mis au Le lundi et le vendredi, de 14 à 15 heures, les sans-filistes
courant de l’importance de certains frais auxquels l’I. N. R. qui ont des loisirs peuvent entendre l’I. N. R. procédant à
doit faire face. Ce sont des chiffres à noter. des émissions organisées par le groupement officiel « La
Pour les locaux: 736,500 francs: pensions du personnel: Radiophonie Scolaire » qui agit sous le contrôle direct du
355,500 francs; droits d’auteurs: 1,065,000 francs; radiodif­ Ministère de l’Instruction publique.
fusion vers le Congo (service qui, paraît-il, doit être réalisé Ces émissions sont destinées actuellement à 275 établis­
prochainement): 350,000 francs; lutte contre les parasites: sements d’enseignement moyen, normal ou similaire. En
250,000 francs; amortissement des stations de Velthem et outre, il y a 250 à 300 écoles primaires qui suivent une
des installations de Bruxelles: 1,245,000 francs; Radiopho­ grande partie de ces émissions.
nie scolaire: 225,000 francs; charges financières: 589,000 fr.; C’est là une initiative des plus intéressantes et. il. est à
prévision pour le terrain et les bâtiments: 4,402,500 francs. espérer que bientôt toutes les écoles du pays disposeront
Total: 9,218,500 francs. d’un appareil récepteur permettant l’écoute de ces émissions
qui doivent illustrer éloquemment les leçons des maîtres.
Conclusion
L’apparition des récepteurs « PYE » est une révélation
Et voici, telle que nous avons pu la noter à l’écoute, la
conclusion de l’I. N. R. Seul distributeur officiel :
Quand l’Institut encaissera cette année les 22,672,500 fr.
produits par la taxe, il aura laissé au Trésor public une
somme de plus de 5,088,000 francs plus 1,300,000 francs, rem­ GUNTHER-RADIO
14, rue d’Arenberg, 14, BRUXELLES
boursement à la régie des P. T. T. des frais de recouvre­
ment. Téléphone : 1 1.22.51
En tenant compte des 2,920 heures d’émission fournies Rendement aussi parfait sur courant continu qu’alternatif
par an, l’heure d’écoute revient à l’auditeur belge à, deux
centimes.
Les miettes du micro
GARANTIE ABSOLUE La radio égyptienne va diffuser tous les Jours des ver*
sets du Coran.

SABA
A l’ordre du jour de l’actuelle session de la S. D. N. figure
un rapport sur l’emploi de la radio dans l’Intérêt de la paix.
L’I. N. R. a organisé un cycle théâtral consacré à Shakes-*
peare; après avoir donné un enregistrement phonographl-
que d’« Hamlet » il a créé une excellente adaptation radio­
PADIO
ET^-RITZEN & PENNERS, 154 AV ROGIER - BRUX.
phonique de « Jules César » due à M. Théo Fleischman, et
annonce une audition intégrale de « Comme il vous plaira ».
C'est le 31 janvier que l’auteur-acteur René Fauchois pai^
A propos de Belgique-France lera de Beethoven à l’I. N. R. et interprétera quelques
scènes du drame qu’il a consacré au grand compositeur et
qui fut créé jadis à l’Odéon.
On sait que l’I. N. R. diffusait régulièrement les grandes
rencontres de football qui se disputaient en Belgique. Ces On a commencé à Moscou la construction d’un palais da
la radio qui contiendra 35 studios.
214 POURQUOI PAS?

LE SUCCÈS
DU SALON
DE LA RADIO
LE MODÈLE 438
738^6527

La Machine et l’Eglise
i
La machine, — j’entends ce mot au sens large qu’adopta
« VOIX DE SON MAITRE .. Duhamel — la machine me passionne. Je préfère le poêle
continu au choubersky et à la prussienne, le radiateur
Distributeur officiel au poêle, la radio aux concerts Defauw. la baignoire à la
rivière, la photo à la miniature, la bagnole au canasson et
le robot à l’Apollon. La gloire des temps modernes, à mon
RADIO CONSEIL avis, c’est d’avoir remplacé l’effet de la sainte Ampoule par
les feux des ampoules, l’amplification par l’amplificateur,
58, rue de Lesbroussart, 58, IXELLES Figaro par Gilette et la grisette par la dactylo.
Tél. 48.14.43 Tél. 48.14.43 J’ai pour cela de bonnes raisons, étant représentant de
commerce d’une maison qui fabrique toutes sortes de trucs
en nickel qui se meuvent à l’électricité. Ça va du fer à,
repasser électrique au pick-up en passant par le lustre à
septante-sept branches et l’épilateur automatique pour beau­
tés velues, avec cran d’arrêt. Bref, une riche affaire, et je
CHENARD & WALCKER puis dire que, malgré la crise, j’ai un boulot monstre.
LE CAMION LE PLUS ÉCONOMIQUE
ET LE PLUS ROBUSTE n
18, Place du Châtelain, 18, Bruxelles Un « voyageur » qui a du cran cherche toujours à s'éten­
Téléphone : 44.98.75 dre. Subséquemment, l’idée m’est venue, l’autre Jour, de
rechercher où l’on en était, du côté de chez le bon Dieu, au
point de vue de ce qui s’appelle le vrai moderne.
Que pensait-on, à l’Archevêché, de la T. S. F., de la ma­
chine à calculer, de la couveuse artificielle, de la télévision
et du néon?
Je fus trouver un ami bénédictin, et je lui posai la ques­
Chirurgie esthétique tion. Ce brave homme assujétit ses bésicles, se caressa la
tonsure, et me répondit d’un air réticent :
DU VISAGE ET DU CORPS —- La force des églises officielles est d’être réfractaires
Pour les rides, poches sous les
aux innovations, On ne peut dire qu’elles n’évoluent pas.
Mais c’est avec une sage lenteur qu’elles s’engagent dans la
yeux, patte d’oie, bajoues, double voie des modes transitoires et des commodités matérielles.
menton, correction des seins, D’ailleurs, elles ne changent pas non plus volontiers leur
ventre, hanches. Renseignements appareil extérieur, vêtements, décors, pompes liturgiques. Et
et consultations gratuites par chi­ sans parler du rite, qui est immuable, elles tiennent à tout
rurgiens et médecins spécialistes, ce qui, de loin ou de près, sent la tradition...
tous les jours, de 9 à 17 heures. Le bon père s’interrompit pour prendre une prise, et pour­
suivit de l’air d’un homme enchanté de faire un petit cours.
— 90, RUE DU MARCHE. 90
_ D’ailleurs, l’Eglise catholique n’a pas le monopole de
(Nord). —Téléphone: 17.73.31. cet esprit traditionnaliste : le culte polythéiste romain étant
empreint de ce même esprit; les collèges sacerdotaux furent
les derniers refuges des privilèges aristocratiques, et ce*»
POURQUOI PAS? 215

talnes formes archaïques du mariage s’y perpétuèrent long­


temps après qu’elles avaient disparu de la vie civile du Entreprise de Constructions
citoyen ordinire : ...la confarreatio...
Charles E. FRÈRE
J’esquivai le cours sur le mariage romain, et revenant à
mon sujet: 32, RUE DE HAERNE
— Le Pape, fis-je, n’a-t-11 pas pris sur lui d’introduire le Bruxelles- Etterbeek
téléphone au Vatican?
— Un téléphone en or, parfaitement, qui lui fut offert TÉLÉPHONE 33.93.40
! par de délicats fidèles. Cependant, si l’on conçoit fort bien
; que le Saint-Père se serve du microphone, on ne le voit pas
; aussi bien communiquant avec l’extérieur, ni se chamail-
I lant avec la demoiselle des P. T. T...
— Mademoiselle, mademoiselle...
— Signorita...
— Ne coupez pas!
— Le Pape, reprit mon bénédictin, ne peut être coupé.
— Et l’auto?
— L’Eglise ne répudie pas l’auto. C’est une voiture comme
une autre. Qu importe qu’elle n’ait point de chevaux appa­
rents? Cependant, le spectacle de prêtres allongés dans de
luxueuses 16 cylindres n’est point édifiant; emportés par des
[ roadsters, ils seraient un peu risibles et tout à fait déplacés
dans des autos de course. En résumé, nous adoptons l’auto.
(Le Pape a sa limousine.) Mais l’usage en doit être cir­
conspect. Quant à la moto, au vélo, interdits en Belgique, jB
tolérés en France, ils conviennent au missionnaire, mais
paraissent déplacés dans nos pays d’Europe : une certaine
lenteur est inséparable de la majesté sacerdotale. L’oint du
Seigneur, représentant i’Etemité, s’abstiendra de fendre
trop rapidement l’espace; il a le temps...
Nous avons l’honneur de vous présenter une

III

— En résumé, çe vois ça: vous êtes tièdes vis-à-vis du ma­


MAISON BOURGEOISE
chinisme? comprenant :
Cette fois, le vieux prêtre répondit très nettement:
— Plus que tièdes, méfiants. Notre tradition fut long- 7 pieces, 2 caves et grenier
! temps de chercher, sous la machine l’influence du diable. construite en excellents matériaux pour le prix forfaitaire de
Nos premiers apôtres n’avaient-ils pas dû combattre un cer-
‘ tain Simon, dit le magicien, qui construisait des tas de mé­
caniques à fabriquer des miracles, et faisait une concur­
rence déloyale aux thaumaturges classiques, à ceux qui
engendraient les prodiges sans se départir de la correction
de l’artiste, qui travaille seulement avec la prière, les mains
52,500 fra
(clé sur porte)
ncs
et les pieds? Ce sacré Simon nous donna tant de fil à retor­
dre, que nous avons gardé une dent contre les automates
et une certaine méfiance du moteur, lorsqu’il n’est pas mo­ Pour ce prix cette maison est fournie terminée, c’est-
teur premier... a-dire pourvue de cheminées de marbre, installation éleo
— Eus se ipsum movens principium motus... trique, installation complète de la plomberie (eau gaz.
Mon Bénédictin sourit : W.-O etc.), peinture, vernissage des boiseries, tapissage,
installation deviers et d’appareils sanitaires des meilleures
Vous citez saint Thomas, jeune homme; ça n’est pas marques belges. Plans gratuits.
pour me déplaire. En quoi puis-je vous être utile?
Je lui sortis aussitôt le contenu de ma valise, qui pré­ PAIEMENT : LARGE CREDIT SUR DEMANDE
sente, j’ose le dire, de merveilleux objets. J’offris notamment ,.Q^?°UJons uConst,ruire ce type de maIson dans toute
à mon client un appareil photographique automatique qui 1 agglomération bruxelloise et notre importante documen­
permet de filmer les manuscrits anciens en quelques mi­ tation de terrains est gratuitement à votre disposition.
nutes, page par page. A titre d’indication, cette maison, construite chaussée
— ça m’intéresse, ce machin-là, fit rondement le bon d Alsemberg, sur un beau terrain de 30 mètres de profon­
père. deur, reviendrait à 72,500 francs, ce prix comprenant abso­
lument tout, c’est-à-dire :
Puis, après l’avoir retourné dans tous les sens :
1. Plans et surveillance par un architecte breveté;
— Rudement bien conçu ! C’est ce qu’il me faudrait pour 2. Le terrain et les frais d’acte d’achat s’y rapportant}
mes palimpsestes...
3. Les raccordements aux eaux, gaz, électricité et égouts;
La science religieuse, U faut bien le croire, n’abhorre 4. Les taxes de voirie et pavage du trottoir;
>as tant que cela la mécanique. Mon Bénédictin me passa
commande d’un appareil, sur le fonds communautaire. 5. La construction en elle-même décrite plus haut;
6. La taxe de transmission.
nn?°ohoSCî1SnmeS^à/0tre disposition pour vous faire visiter
rv ^,? JÎ ierS et des maisons terminées. Venez nous voir
ou ecrivez-nous, un délégué est à votre disposition pour voiS
J’étais assez content de mon premier succès. Je résolus de tame’ tous es renseignements dont vous pourHez avZ
iaire toutes les églises du Grand-Bruxelles, d’inspecter besom, et ceci, sans engagement pour vous.
éclairage et d’essayer d’y développer le rayon « lumière ». Les avant-projets et plans sont gratuits.
____________________ C. E.
216 POURQUOI PAS?

LES MEILLEURS RECEPTEURS


VOIX DE SON MAITRE, BRUNSWICK,
HOWARD, ZENITH, U. S. APEX
ET TOUTES LES GRANDES MARQUES
PS — Nos postes portatifs universels avec cadrans lumineux
SILCO, KADETTE, depuis 750 francs
Tous nos*postes sont étalonnés suivant les NOUVELLES
LONGUEURS D’ONDES en vigueur depuis le 15 janvier

AMERICAN RADIO HOUSE


CREDIT 336, rue Royale. - Tél. 17.41.85 REPRISE

Quel prestige ne retirerait pas le culte de ces brasillements V


versicolores, lueurs vertes et rouges du néon, herses d’am­
poules, buissons scintillants, fontaines aux gerbes d étin­ Les églises de Bruxelles, il faut l’avouer, du point de
celles? L’office est un drame sacré... Pourquoi, sacrebleu! vue de ma partie, c’est comme la Dordogne aux temps de
ne point illuminer convenablement la scène? Il faut vous l’homme des cavernes. Sauf l’Eglise des Rédemptoristes,
dire que j’avais été très frappé par un gigantesque éléphant avenue de la Renaissance et le Sacré-Cœur, 1 éclairage de
de feu, que des singes lumineux bombardaient par inter­ l’autel n’y est même pas automatique. Que dis-je? Il nest
valles et dont un grand magasin du Centre avait orné sa meme pas électrique. Il faut que le sacristain, muni de son
façade, cet hiver. Il me semblait que des scènes de la Pas­ rat de cave, illumine un à un ces lumignons clignotants.
sion, représentées comme cela, dans le chœur de nos cathé­ Il y a bien çà et là quelques lustres, mais, dans l’ensemble,
drales, ça serait à la fois édifiant et divertissant, surtout si l’éclairage est désuet, pis encore : catacombal...
le mécanisme comportant des éclipses, il fallait que les A Sainte-Gudule on a même conservé, comme un témoin
fidèles prêtassent une attention soutenue pour guetter le fumeux des âges abolis, les lampadaires au gaz, munis de
moment où s’illuminerait la Croix, ou la corde du bourreau, leurs gros globes blancs poussiéreux, qui s accrochent aux
ou l’épée de saint Pierre décollant l’oreille de Malchus. piliers et semblent des yeux d’aveugles dans la pénombre.
On a beau dire et beau rire, l’avenir est au mouvement, Et tout désaffectés qu’ils sont, on dirait qu ils réprouvent
à la clarté. les maigres lampes, munies- d’un abat-jour indigent, qui çà
et là pendent de la voûte, et qui sont munies d’avares am-j
poules.
Je portai mes investigations jusqu’en de lointains fau­
bourgs. Je fus à Etterbeek, où régna jadis le pieux Plissart,
LA MOTOCAMÉRA j’y pénétrai dans des églises neuves, comme Saint-Antoine,
dont le clocher n’est pas encore sous toit : partout c’était
(Prise de vues) même indigence. A peine, en cette dernière église, avait-on
disposé çà et là des lampadaires modernes. Une crèche
arrêta mes regards, où la Vierge, l’Enfant Jésus, lâne, le
PATBE- BABY bœuf, la paille occupaient la place rituelle : cette crèche
était entourée de tristes cierges à la lueur jaunâtre et
comme cireuse; pourtant, afin que la paille ne s’enflam­
depuis 985 Francs mât point, on avait combiné les deux éclairages, et quatre
C ampoules garnissaient le fond de la boîte qui figurait la
crèche. Ce spectacle indigna mon âme électrophile et pro­
A machiniste; je n’y tins plus; je me précipitai sur le sacris­
tain qui glissait d’un pas flasque dans la pénombre d’una
D nef.
_Cher et pieux Monsieur, lui dis-je, il est grand temps
E de moderniser l’Eglise du Seigneur. Vous n’avez rien de ce
qu’il faut, ici : ni microphone permettant au prêtre de con­
A fesser sans quitter la sacristie...
_ La confession doit être auriculaire et directe...
U
— Ni haut parleur pour ménager le larynx du prédicateur
I _Ce larynx peut s’user : Dieu rendra à son serviteur li
soprano céleste des élus...
D — Les sonneries électriques nécessaires...
E — Le temple n’est pas un siège de société anonyme...
— Ni rien de ce qui pourrait rendre vos services un peu
A plus « standard '.
L — ???
— Un distributeur automatique d’eau bénite, pour exem*
BELGE CINÉMA CONCESSIONNAIRE pie... Et tenez! Ne faut-il pas prévoir, qu’avec le siècle, les
vocations allant décroissant, il faudra peu à peu, vaille que
104, Boulevard Adolphe Max, 104, Bruxelles vaille, substituer la machine au prêtre, ou, du moins, qué
la machine adjuve à la distribution des sacrements ? Noui
POURQUOI PAS? 217

Connaître les langues étrangères


•f
c’est pouvoir augmenter sa situation
c’est pouvoir voyager agréablement
jiimiiiJ
c’est pouvoir augmenter son bagage intellectuel
aJiiuui»
t ^’Anglais est, aujourd’hui, la langue universelle dans le monde des affaires.
Industriels, banquiers, commerçants, docteurs, couturiers, hôteliers, garagistes,
sténo-dactylos, etc..., quelle que soit votre profession, vous avez chaque année
$?s, 5e.1?'tions imPortantes, avec plus de cent mille Anglais ou Américains
L utilité de connaître leur langue ne se discute pas.
« Nous ne demandons pas mieux, dites-vous? — mais la seule façon d’appren­
dre vraiment une langue étrangère, est de vivre dans le pays même où l’on
entend parler cette langue tous les jours et nous ne pouvons pas aller des mois
en Angleterre. Nous n’avons pour cela ni le temps, ni l’argent nécessaires.
y Merci. »
°Ui" Pas tout a fait- Car 11 existe maintenant une méthode
& NATURELLE pour apprendre non seulement l’anglais, mais toutes les langues

a que vous aurez le désir ou le besoin de connaître : flamand, allemand, italien


espagnol, russe, espéranto, chinois, etc., etc... sans sortir de chez vous et à un
prix raisonnabie, à la portée de votre bourse : la Faculté d’Oxford, grâce à la
méthode Linguaphone, sera transportée à votre domicile.
Il est impossible, dans cet espace limité, de vous donner plus de détails sur
le principe et le mode d’application de cette méthode, la plus moderne qui
soit, pour l’enseignement des langues, la plus attrayante et la plus rapide.
Aussi avons-nous fait éditer à votre intention UNE BROCHURE très docu-
mentee qui vous donnera tous les renseignements nécessaires.
Cette brochure est envoyée gratuitement et franco à toute personne qui en
fait la demande à

LINGUAPHONE INSTITUTE (Section D-19), 18, rue du Méridien


BRUXELLES. —. Téléphone 17.60.80

vons, à la Poste Centrale, des appareils automatiques qui


éllvrent des timbres-poste. Est-ce qu’un appareil similaire,
Dur le débit du Sacrement d’Eucharistie?... Petite correspondance
A cette suggestion innocente, je vis passer sur les traits
î l’homme d’église le reflet d’une indignation qui me sur­ Totor. — L’exemple de Joseph n’est pas concluant. Nous
it : je compris que, dans mon ardeur mercantil j’avais parierions bien qu’il a regretté son paletot.
é trop loin. Je repris d’une voix moins ferme :
R- T. — Merci de vos bons conseils; mais rassurez-vous :
j— Quoi qu’il en soit de ces suggestions, vous pourriez en un œil fixé sur le passé, l’autre sur l’avenir, nous regardons
’Ut cas accroître très largement vos dépenses d’électricité. la vie avec confiance.
d cierge et la bougie, voyons! Ça ne dit plus rien... Allez
i peu, un de ces soirs, pour comparer, jeter un œil à R. H., N.-O.-Hembeek. — La réponse est originale, sans
tlhambra... doute, mais un peu salée, ne trouvez-vous pas ? Merci,
néanmoins.
Mais le sacristain m’interrompit d’un ton sec ;
R., Herstal. — Vous avez raison, les « bouquettes » se
— Le cierge, la bougie, rien de plus délicat, de plus mangent à la Noël et non à la Toussaint.
lancé, de plus moelleusement lumineux... Venez voir un
nos grands mariages. Peut-être que vous apprendrez à y Daniel L„ Bruxelles. — Evidemment, le « phone » de
îtifler votre goût, qui est déplorable ! « téléphone » devrait se prononcer comme celui de
« aphone ». Mais ce n’est pas nous qui ferons cette juste
Ce disant, il me poussait vers la porte d’un air presque révolution, hélas ! Ainsi pour le compte chèque-postaux...
lieux. Au même instant, je me rappelai que le bedeau
nd ordinairement des cierges. André Vanï. — Nous actons pour la postérité que vous
proposez un impôt progressif sur les chiens, « en fonc­
t Qui vit de la cire, sifflai-je d’un air vexé', est un bien tion de leur poids »; mais pour ce qui est de vos impréca­
pte sire. Je vous connais, beau masque. Votre visage est tions contre le cien-cien de Mme Vandervelde et le fox de
pte comme le suif dont on fait les bougies; vos doigts M. Max, elles ne font que répéter avec plus de violence ce
it crochus et, j’en suis sûr, vos pieds garnis d’oignons ne qui a été déjà dit par divers de nos correspondants.Nora ter
ardent jamais la lumière du sunlight, crainte de faire in idem. Ami.
jnoter leurs œils-de-perdrix... Vous êtes l’homme noir, M. C., Schaerbeek. — C’est égal, vous en avez, du vice !
inemi du voyageur en appareils électriques... » Envoyez tout de même. S. G. D. G.
re ne pus achever cette diatribe. Le bedeau pris de rage E. Barthélemy. — Il nous semble que ce n’est pas tout
ivait saisi par le bras, et me secouait comme un prunier. à fait notre genre. Mais envoyez toujours spécimen On
:heurtai violemment du sourcil le socle d’une statue de verra.
ht, et les brusques étoiles de trente-six mille chandelles
r poignardèrent les pupilles... Un A. C. M. de la 2e. — Amusante., votre lettre — mais
cette plaisanterie prendrait beaucoup Je place dans un
La Caudale. Journal déjà encombré.
218 POURQUOI PAS ?

JONGHBEYS (Gustave). — Rouspéteur juré, dis­ mandé si le berger était fait pour le troupeau ou le
troupeau pour le berger, ainsi pourrait-on poser la
tillateur traditionnel des petites « villes » de la Gazette;
calembourdier patenté. A un principe, n en a qu un, question: le « Carré » a-t-il été fait pour Octave de
Mélotte ou Octave de Mélotte a-t-il été fait pour le
mais est à cheval dessus: l’événement du jour,
quel qu’il soit, est nécessairement le pire de tous. Voilà « Carré »? Le « Carré » est le laboratoire, le studio
d’O. Mélotte. On l’y voit méditer avec componction et
quarante ans qu’installé sur sa petite chaise, devant sa
table grande comme un mouchoir de poche, il griffonne philosopher avec une malicieuse bonhomie, de janvier
à décembre, devant un demi bien tiré, Saint-Graal de
au crayon, sur de minuscules bouts de papier, ses pe­
tits échos qui ont fait rire tant de gens, les uns d un la vie provinciale.
Quand Octave de Mélotte n’est pas au « Carré »,
rire clair, les autres d’un nre jaune. t c’est qu’il est à la chusse. Fusil de premier ordre.
A écrit quantité d’excellentes revues de fin d’année,
Auteur d’un livre charmant et précieux sur la nécessité
au temps où les revues étaient des revues. Signes par­
d’être prudent quand on se livre aux plaisirs cynégé­
ticuliers: roule ses cigarettes lui-même et en a toujours
une « bien bonne » — ou deux, ou dix — à vous tiques.
raconter.
MUNAUT (Le général). — Brave officier aux splen­
LE TELLIER (Marcel). — Abel Le Tellier, père dides élats de service, aujourd’hui pensionné et dont
du cité, eut jadis l’un des deux ou trois plus solides la moustache de grognard continue à frémir au vent du
cabinets d’avocat de la ville de Mons. Homme d œuvre, boulevard d’Avroy. Il a pu parfois faire sourire ses sol­
tout rond, chrétien militant, il était, de surcroît, ma­ dats (c’est lui l'auteur de la phrase héroïque: « Soldats!
jestueusement barbu ; sa barbe en torsade, connue de soignez vos pieds, c’est avec les pieds qu on fait la
tous les Montois, s’opposait si bien à la barbe mousseuse guerre »). Mais cette sollicitude pour leurs membres
et touffue de M. Canon-Legrand, que l’on avait ainsi inférieurs prouve quel intérêt bien senti il n a cessé de
résumé l’antithèse, dans un café « d’el Place >>: Mons leur porter et ils pensent à lui avec affection.
a deux barbes : la barba catholica et la barba liberalis.
Marcel Le Tellier, glabre et précieux, vise à l’esthé­ NICOLE. — La « Femme qui parle » ou, plutôt, qui
tisme. Ses plaidoiries sont subtiles comme il l’est lui- écrit dans l'Etoile Belge, avec bon sens, élégance et
même. La préciosité et la finesse d’esprit et de langage modération. Fait aussi les reportages, les « fonds », la
sont-elles plus utiles à la fortune de l’avocat que la ron­ « soupe )> du journal, comme un homme. Fait son
deur? Belle question que la Conférence du Jeûne Bar­ marché, la soupe de son ménage, comme une femme..
reau pourrait inscrire au programme de ses débats. A passé une dizaine d’années dans l’enseignement, puis
MELOTTE (Adrien de). — Complexion de l’écha- le hasard l’a conduite à faire de l’économie politique chez
las. Maigreur ascétique mais jamais toc. Porta long­ Solvay. A lancé la rythmique Dalcroze en Belgique.
temps l’aimable sobriquet de Chevalier du Monocle.. De­ Activités diverses, mais incessantes. Trouve le temps
meure un profil liégeois extrêmement sympathique; de lire tout, d’aller au concert, au cinéma, comme
sa barbe surannée se rencontre sur tous les terrains où tout le monde. Prend, on ne sait où, le temps de réflé­
se manifeste la vie artistique, officielle et mondaine de chir et d’écrire, tous les jours, toute l'année, depuis
des années, avec le sourire ; et de répondre, avec le»
la ville au Perron.
même sourire, à d’innombrables correspondants. Sen­
MELOTTE (Octave de). — Aussi rondouillard que sible, s’intéresse aux misères, petites et grandes, pri­
le précèdent est efflanqué. De même qu’on s est de- vées et publiques, qu’elle découvre ou qu’on lui signale.
Veut savoir le pourquoi de ces infortunes et, caractère
__ rn - , nr hiiumniiHHWMl—1T décidé, remue terre, ciel, bureaux et le reste, pour y
porter remède. Egratigne, au besoin, et parfois dur.
Toute simple. Grande dame à l’occasion. Accent pur
CINEMA ELDORADO et rieur. Signe particulier: a toujours oublié quelque
chose; est allée, un soir, au concert avec sa robe à
l’envers, mais s’en est aperçue, en l’ôtant, à minuit.

LA BATAILLE PARMENTIER (Rodolphe). — Ce prénom roman­


tique n’est ici qu’une ironie des choses. Ce Rodolphe
n’a pas plus de rapport avec la bohème de Murger que
d’après le célèbre roman de
:e Parmentier n’en a avec l’homme aux pommes de
Claude FARRÈRE terre. C’est un industriel calé. Il fabrique des bourj
rages auxquels les bourrages de crâne sont tout à fait-
avec étrangers. Il écoute avec un égal plaisir les ron-ron dej
ses machines d’acier et le bourdonnement des abeilles:
Charles Boyer - Annabella de l’Hymette. De ses ateliers, on voit surgir, parmi les*
objets manufacturés, la casquette enrubannée de Jea
POURQUOI PAS? 219

En choisissant le Clary
vous vous offrez des loisirs
Votre tâche quotidienne achevée,
vous voici â goûter tout le charme
de quelques moments de loisir.
En cet instant de quiétude, vous res­
sentez mieux encore combien vous
vaut votre CLARY.
Car ce poêle modèle dont vous njavet
pas à vous occuper plus de 5 minutes
par jour, en tout et pour tout, écono-
mise non seulement votre argent, en.
consommant très peu, mais aussi votre
temps, par son emploi pratique.
S’alimentant automatiquement, ne
demandant aucun entretien, ne déga-
géant aucune poussière, votre Clary
contribue aussi à vous faire gagner
un peu de ces moments de détente
indispensable.

CLARY
• REVET N« 535*0» ET J U I V A N T I
Mi FONDERIES 1BEMOULIN àFARCIENHEJ

EST EN VENTE CHEZ TOUSLES BONS POÊLIERU QUINCAILLER5

iriguette, Téventail de Mamzelle Nini, les plumes I succès: s’arrêteront-ils en si beau chemin? Sans doute
autruche des Gilles de Binche et la liqueur grisante que ce n’est pas tout, dirait un calembouriste...
la Coupe enchantée. Ainsi, tout usinant, tout calcu­
lé tout ajustant, PENDERS (Mathieu). — Le plus gentleman des
Il forge à tour de bras sur l’immortelle enclume, commissaires de police liégeois, ceci dit sans fro'sser
Où les plus fiers rimeurs ont martelé leurs vers. les autres. Minutieux, scrupuleux, laborieux, parlant
allemand, anglais et flamand et se tirant d’affaire en
de PATOUL (Jean) (prononcez Patou). — Consen­
polonais et en tchèque, Penders au temps où il dirigeait
ts communal catholique de Mons. Homme grave, pon- à Liège cette branche de l’activité policière, avait orga­
jré et d une austérité enjouée. Tout en lui est moyen, nisé le service des étrangers d’une façon remarquab’e.
•ondi, suave. Il est de ces personnages à qui con­
Sainte-Walburge lui donne moins de souci que les Ar­
finent fort bien les descriptions des passeports : nez bis ou les Slovaques de jadis. Il a bien gagné cette
|)it, menton rond, visage ovale, front ordinaire, teint
trêve provisoire.
t. Cousin éloigné du grand maréchal,, il est le frère
sémillant et sympathique Pierre de Patoul, animateur PISART (Louis). — Ex-consul d’Italie à Liège. Il
Gaulois et secrétaire des Coppée. était Italien alors. Maintenant, il est peut-être Français.
Ainsi, des deux jeunes gens qui, voici vingt ans, dé­ En effet, quand une légère différence de point de vue
raient comme avocats au barreau de Mons, l’un a
entre Mussolini et lui l’engagea à abandonner le consu­
psi parfaitement dans le série ix — c’est le conseil-
kommunal^— l'autre dans le mondain, c’est le secré- lat, elle le fit en même temps souvenir que, sous Na­
poléon III, son père, savoyard, av&it opté pour la
•e et nul n’est répandu comme lui dans le monde de France. De sorte qu’on peut voir partir maintenant des
;rande industrie.
Guillemn ^ un ancien consul italien muni d’un passeport
•es extrêmes se touchent; les contraires mènent au rrânç£us#
220 POURQUOI PAS?

PUISSANT (l’abbé). — Archéologue, a contribué à


faire comprendre aux intellectuels hennuyers l’étendue,
la richesse et l’atmosphère de leurs souvenirs histori­
ques. Un des plus curieux, et — ajoutons-le bien vite
— un des plus sympathiques hommes de robe qui soient.
Maigre, parcheminé, le visage dévoré par la flamme du
regard, il a toujours eu la patine des cuirs de Cordoue
dont il s’entoure, les méplats tourmentés et nets des
bois anciens que caressait patiemment le couteau des
vieux artisans. Le temps a passé, l’archéologue se rit
du temps. L’abbé continue de marquer soixante-cinq
ans, comme aux jours de sa maturité; et quelle ardeur
à laver, gratter, fouir, déchiffrer, décaper, découvrir et
restaurer 1 Et que ces soixante-cinq ans dépassés restent
verts !
On pense d’abord aux abbés d’Ancien Régime, savan-
tissimes conservateurs du cabinet des Médailles de Sa
ut*: Majesté, les seuls vrais érudits d’une France où il n’y,
avait plus que des libellistes et des essayistes. Mais ces
r& abbés-là, douillets et replets, n’avaient de foi que tout
juste. L’abbé archéologue, penché sur ses vieux silex,
MAUX or TETE . ses Chartres mangées aux rats et ses bois noircis paît
FIAUX Ol DENTS,
GRIPPE les ans, n’a jamais toléré un grain de poussière sur la
________
TOUTES HEVW ALGIES. lampe « qui veille au fond du sanctuaire » ; chez lui,
ÎSKUMATISME, l’Evangile n’a pas cédé un pouce aux carticulaires — et
SCIATIQUE,
GOUTTE, le miracle, c’est cela.
REFROIDISSEMENTS
DE TOUTES SORTES. QUOILIN (Victor). — Instituteur. Enseigne la
gymnastique. Pardon la Culture Physique, ça sonna
[ PRESCRIT mieux; ça fait plus grand — à l’athénée de Verviers.
Depuis vingt ans, tient à ses élèves les mêmes dis­
cours et exige qu’on les écoute en silence.
QUI CECI « Je suis connu dans toute l’Europe. »
« Je suis le meilleur professeur de culture physique.»
« Je suis le seul à écrire sur la matière des articles
et à publier des brochures. »
« Je n’ai de considération que pour les élèves qui
savent nager. » .
Bref, une conception de sa valeur que rien n altère,
IMPORTANT §i nous osons dire.
A part cela, parfaitement serviable et le meilleur fils
Quartier premier Rond-point du monde.
av. Tervueren. Coin avenues ROELS (Marcel). — Le Frégoli du théâtre de
de Woluwe et Prekelinden genre. Entreprend tous les rôles, entre dans la peau de
tous les personnages: rois, évêques, poivrots, danseurs
A vendre mondains, chauffeurs d’auto, milliardaires, clochards,
pères nobles, gardes-civiques, poilus inconnus, Pères

APPARTEMENTS la Victoire, douairières, ketjes, gavroches, acrobates,


chanteurs à voix ou chanteurs sans voix, jeunes filles à
la fenêtre ou sur le trottoir, protecteurs de ces dames
saint Michel, martyrs, bourreaux, cent-kijos, hommes-
LES PLUS CONFORTABLES squelettes, patrons de cabaret, clients d’idem; bondit,
6 pièces et chambre de bonne rampe, saute, se pose, disparaît, reparaît, en amiral,
en singe, en nudiste, plonge du cintre, surgit du
de 80 à 125,000 francs plancher, d’un nuage, d’un incendie, d une cataracte,
embrasse les danseuses, culbute dans l’orchestre, re­
Construits par vient en marquis, ou en toréador, ou en chien savant,
ou en enfant de chœur. S’assied, parfois, pour écrire

THORELLE une joyeuse scène de revue avec son ami Bodart, et


rentre dans le civil, sérieux comme un pape.
A ses moments perdus, fait de l’auto, de la lutte,
invigore d’embrocations ses biceps d’athlète ou écrit des
S’adresser chez le constructeur, de 2 a vaudevilles bien venus qu il laisse à d autres le soin de
iouer. Vient de terminer une grande comédie. Si l’au­
4 heures, téléphone 44.04.12 ou à son teur parvient à conquérir le public comme 1 interprète y
fondé de pquvoirs KORCANOFF est parvenu, ce sera le gros succès. Nous le lui souhai
86, rue des Mélèzes, tél. 44.69.39 tons cordialement. . ,
Signe particulier: hors de scène, n’a jamais ete vu
sans « une pipe dans sa tête ». (A suivre.)
POURQUOI PAS? 221

IL N’EST PAS VRAI


que le chauffage au mazout soit plus coûteux que
celui au charbon. Depuis deux ans, le prix du
mazout a baissé de 25 %.
Comme le coût d’un brûleur a aussi diminué,
n attendez pas davantage pour supprimer tous vos
ennuis de chauffage domestique.

Téléphonez au 44.47.94
et un de nos ingénieurs vous fera une proposition,
sans engagement. Il vous invitera à visiter une
quelconque de nos 750 installations, afin que vous
puissiez, vous-même, apprécier la réalité du confort
assuré à nos clients.
Automaticité Economie Propreté
« Pourquoi Pas ?» à Paris
DUELS PARLEMENTAIRES
A la suite de la violente altercation de couloirs entre
ces deux Méridionaux au sang chaud, le jeune député 23, place du Châtelain, Ixelles-Bruxelles
de la Gironde, M. Henriot, et le Ministre de l’Educa­
tion Nationale (c’est ça qu’est bath!), Anatole de Mon- Téléphones : 44.47.94 Services Ventes
zie, on crut qu’allait se renouer la tradition des duels
parlementaires que la guerre avait brisée. Et l’on évo­ 44.91.32 Administration.
quait, dans la salle des Quatre Colonnes, au Palais-
Bourbon, salle de bavardages et de potins s’il en est,
les précédents fameux. Nombreux combats singuliers de
fClemenceau qui était d’une adresse peu commune au
pistolet et dont le tir si sûr émerveillait les habitués de
chez Gastine-Renette. Ce grand diable de Déroulède,
si décoratif sur le terrain où, flamberge et barbe au
vent, il se présenta plus souvent qu’à son tour. Une de DES MILLIONS
ses dernières rencontres duellistes fut avec Jaurès qui, P*...... carnés par vous
pour se mesurer avec son adversaire (Déroulède subis­ en achetant des EMPRUNTS BELGES à lots,
sait à cette époque une peine d’exil en Espagne) lui fit à l’aide de petits versements mensuels à partir de
accorder un sauf-conduit par le ministère du petit père
Combes qui n avait rien à refuser au leader socialiste. 7 FRANCS
Dès le premier versement vous participez aux
LE MAUVAIS CALEMBOUR tirages et avez droit à l’entièreté de la prime
! Le combat Jaurès-Déroulède, qui se déroula d’ailleurs si votre lot sort.
sans la moindre effusion de sang, eut lieu à Pau. On
rn retrouve dans les gazettes d’alors de pittoresques DEMANDEZ TOUS LES RENSEIGNEMENTS
comptes rendus. Efflanqué, haut de stature, Déroulède à la
Jaisait penser à don Quichotte, cependant que le petit
et gros Jaurès (n’est-ce pas lui qui s’écria un jour: Caisse Urbaine et Rurale
« les socialistes ne sont pas des ascètes ») évoquait la Société Anonyme fondée en 1923
Capital : 10 millions de francs.
silhouette de Sancho Pança, tandis, qu’avant de se 26, longue rue de l’Hôpital, ANVERS.
battre, il enlevait son épais et confortable gilet de fla­
nelle. ou à ses agents :
P Ce duel de Pau excita la verve des gazetiers. Un BANQUE IMMOBILIERE, 10, boulev. Anspach,
Bruxelles;
p eux ne commit-il pas ce méchant à peu près mais qui
G. DU BOIS, 69, avenue Ducpétiaux, Bruxelles.
n eut pas moins le plus vif succès! « Jaurès à peau »...
i fah d’esprit, nos aînés se contentaient d’assez Il suffit, pour recevoir ces renseignements gra­
peu. tuitement,, de nous renvoyer la présente an­
ET D’AUTRES ï nonce en y ajoutant vos nom et adresse.
| En vérité, cette engueulade Henriot-de Monzie (« Tu Nom ................................
i es qu’un salaud », s’écriait le ministre occiian à Adresse ..............................
l’adresse de son adversaire girondin) réjouissait fort
bs vieux députés en leur fournissant l’occasion de res- Localité . . -
lortir maintes anecdotes des boîtes à conserves de leurs
buvenirs.
222 POURQUOI PAS?

* Le fameux duel Floquet-Boulanger. vous souvenez-


vous?
Tout le monde, naturellement, à Paris, pariait pour
le général contre le président phraseur et un peu din-
donesque. Cela paraissait couru, comme on dit. Mais
sur le terrain, le président Floquet amocha le général
Boulanger à la gorge. Ce qui nuisit considérablement
au prestige de ce dernier. Pensez donc: un militaire se
faisant moucher par un pékin !
Et les duels entre journalistes parlementaires: Cassa-
gnac, Drumont, Rochefort. Et ce vieil Arthur Meyer
qui saisissait de la main gauche l’épée de son antago­
niste pour le mieux pourfendre de sa dextre.
Heureusement que tout cela faisait plus de bruit que
de mal ! MONSTRE... TOI!
LE DERNIER DUEL PARLEMENTAIRE
Il eut lieu après la guerre et causa du bruit, beau­
coup de bruit, précisément parce qu’on croyait définiti­ C’est pourtant des « rtiac », en Ecosse,
vement aboli ce mode de régler les questions d’hon­ qui n’ont pas peur et sont malins !
neur. Seulement, tant d’événements (et d’une autre Jusqu’à présent, faut qu’on se brosse
importance!) sont intervenus depuis que, quand un des dans la chasse au monstre marin.
héros de ce duel. M. Albert Sarraut, accéda récemment
à la présidence du Conseil, la généralité des journa­ Cet animal est très avare
listes qui lui consacrèrent des notions biographiques, (Dame, puisqu’il est écossais 1)
omit ce détail. de ses apparitions rares;
C’était au cours d’une séance orageuse. Pugliesi- où... whisky gîte ? Nul ne sait!
Conti avait été fort dur pour le ministère dont faisait
partie Albert Sarraut. Celui-ci ne se contint pas et, Enfin, pour qu’un col... loque, naisse
quand Pugliesi-Conti descendit de tribune, il lui appli­ et même plusieurs à la fois,
qua sur le visage un coup de poing un peu là. Duel au il faut parfois qu’il apparaisse.
cours duquel Albert Sarraut eut la gorge traversée. Mais Nous avons la foi, lui... les foies !
ce joyeux politicien (aussi joyeux que son frère Maurice
est compassé) ne s'en porte pas plus mal. Tout monstre qu’il est, ça l’effraye,
des autos autour de son lac.
Je sais, celui qui... gaze, paye,
mais c’est... venenum in... k°dak 1 I
PROLONGATION
On lui envoie des journalistes.
Cela ne lui fait pas plaisir;
METROPOLE
LE PALAISaDU CINÉMA
ça réjouit les aubergistes
en laissant de... bons sous venir...

EHFANTS Il paraît que c’est une bête


non ADM. au col démesurément long.
Déjà des méchants, à la fête,
parlent de... cou monté... dit-on !
A y juste, que veut-on lui faire ?
l’attraper dans un nœud coulant ?
L’animal sans doute, le flaire;
il a l’air de tirer son... clan.
A-t-il une corne ? Mystère !
Mais c’est une arme à redouter;
très vieux, pourtant, dans son repaire,
« corne m’use I » doit-il penser !
Un massacre ! Qu’à Dieu ne plaise I
Toutefois, s’il en met à mal,
U HOUVEILE VEDETTE? ...l’hospitalité écossaise...
DAMS
recevra tout à... l’hospital l l
PAPRIKA A moins d’être un homme très riche,
Ford, Rockefeller ou Vanderbilt,
gens, bêtes, quand on vous déniche,
on ne peut vous laisser... trcn-kilt ! !
ENFANTS NON ADMIS
JIM.
21 janvier 1934.
Des Appartements cPun type nouveau
se construisent
Avenue de Broqueville, 127, Bruxelles (Woluwe-Saint-Lambert)
Dernier cri du confort Exécution irréprochable'

Prix de 95,000 à 165,000 francs


GRANDES FACILITÉS DE PAIEMENT
QfiRFrn 218> aven«e de la Couronne, 218
wvDuvv IXELLES — Téléphone: 48.56.58
UNE DES NOMBREUSES VARIANTES DU PLAN

CONSTRUCTEUR :

SOBECO

ARCHITECTES :
J. J. Eggericx
et R. Verwilghen

QUELQUES APPARTEMENTS
IMMEUBLE DE
DE MÊME TYPE RESTENT
DANS NOTRE L'AVENUE DE ËaCAoJVENDRP
rONNK

Casse-tête arithmétique Après le don à la deuxième, 11 lui reste donc un œuf


Que représente cet œuf ? La moitié de ce qu’il possédait,'
moins la moitié d un œuf. Le demi de son avoir est donc
1 1/2 œuf et le tout 3.
Après le don à la première, il lui reste trois œufs, ce qui
Sans en casser un seul représente la moitié de ce qu’il possédait, moins la moitié
d’un œuf. Le demi de son avoir est donc 3 1/2, le tout 7.
Le cuisinier possédait donc 7 œufs.
Nous avions pourtant écrit, très clairement : « Il est bien Il donne à la première 3 1/2+ 1/2=4.
ntendu que la solution doit se chercher par l'arithméti-
ue » et nous avions ajouté : « Par l’algèbre, ce serait trop Il lui reste 3 œufs.
rmmode. » Or, les réponses sont venues, innombrables _ Il donne 1 1/2 +1/2=2.
lettons quelque deux ou trois cents, nous n’avons pas
bmpté — mais neuf sur dix ont traité le problème par H lui reste un œuf.
algèbre, d’aucuns faisant observer qu’il était vraiment H donne la moitié+ 1/2 œuf»l.
top facile! Evidemment...
iQuoi qu’il en soit, voioi la solution proposée par le pro- U a les mains vides et n’a pas cassé d’œufs.
}sseur Binôme : Et voilà.
iDonnant à la dernière la moitié de ce qu’il possède, plus Mais le professeur Binôme avait posé sa question en vers.
| moitié d’un œuf, et, au surplus, restant les mains vides
lest fatal qu avant ce dernier don, le cuisinier distribu­
er ne pouvait plus posséder qu’un œuf. S’il en eût pos-
p plus d’un, en donnant la moitié d'un, plus la moitié
> ce qu’il possédait, 11 lui en serait resté rfn.nB les mains. safes, 'è-eafi. «ski
224 POURQUOI PAS?
Un certain nombre de lecteurs lui ont répondu de la même
plume. Nous voudrions pouvoir reproduire toutes leurs ré.
ponses, Qui sont parfois pleines d’esprit, mais ce n est vrai­
MARIVAUX ment pas possible.
104. BOULEVARD ADOLPHE MAX, 104 Nous nous contenterons de publier celle du lieutenant D*
de Liège; elle n’est peut-être pas d’une facture tout ù, fait
académique— elle est néanmoins fort amusante:
Madeleine RENAUD
Mon cher Pourquoi Pas ?,
DANS

MM LLE
Le partage des œufs m’ayant mis tout en nage,
j’ai posé la question à mon chef de ménage.
Il m’a dit : « Va trouver le chef-coq Aumelette :
1 H va t’arranger ça sans tambour ni trompette ! »

ENFANTS NON ADMIS Un instant, le cuistot réfléchit, tout troublé,


Puis, soudain, s’écria : « Eurêka I J’ai trouvé 1 »
Et tout en préparant savamment le rata,
Clairement, posément, Aumelette expliqua j
PATHE - PALACE « Faut savoir, mon lieut’nant, que la petit’ moukère
85. BOULEVARD ANSPACH, 85
Qui, chez le cuisinier, arriva la dernière,
Eut le fond du panier; et qu’il n’en resta plus
Quand la moitié du reste et d’un œuf elle reçut.
RAIMU
C’est donc bien que ce rest’ (zut ! voilà l’bœuf qui
dans Ne comprenait qu’un œuf, reliquat du partage [nage)
Que c’Vatel de malheur avait fait pour la blonde

CHARLEMAGNE
Quand, pour faire ces achats, cell’d vint la seconde.

Or, après le partage, ce cuistot bienheureux,


Avait donc conservé la moitié de ses œufs,
ENFANTS NON ADMIS Moins la moitié d’un œuf qu’il donna à la belle,
Pour ses faveurs sans doute et pour qu’elle oit fidèle.

Lors du premier partage, il avait donc gardé


Deux fois un œuf et d’mi (zut ! ça sent le grillé !)
Soit trois œufs. Vous suivez, Je suppose, mon lieut’nant j
Je n’en ai, d’ailleurs, plus que pour un p’tit moment.

Il pleut, il neige... Ces trois œufs, de nouveau, c’est bien la différence


Moins un demi pourtant du partage de Prudence,
La brunette aux yeux noirs qui vint en premier lieu
Trouver le cuisinier pour demander des œufs.

Ainsi donc, j’en conclus que le cuistot rusé,


Deux fols trois œufs et d’mi avait dans son panier,
Soit sept œufs, qu’il donna de façon singulière :
Quatre œufs ! Deux œufs ! Un œuf, aux charmantes
[commères.

Et voilà, mon lieut’nant (zut ! voilà l’fond qui prend...


C’est encore « 4 jours », moi, au fond, que je prends).
Pluie, neige ou vent... qu’importent pour Vous, de votre côté, surtout n’attendez pas,
vous les intempéries de la mauvaise saison! Envoyez la réponse de suite au Pourquoi Pas ? »
Vous avez toujours en poche votre Lieutenant D...» Liège.
boîte de pastilles WYBERT et vous êtes
Ont donné la solution :
tranquille!
Vous n’avez donc a craindre ni rhumes En vers : E. Detlenne, Couillet; R. Patfoort, Ostende;
J. Bourguignon, Liège; J. Barzin, Spa; A. Bekaille, Mons.
ni toux, grâce à ce merveilleux pré­
En prose : J. Degendesth, Braine-le-Château; E. Buis-
ventif. sent, N.-O.-Hembeek; P. Lalieu, Bruxelles; E. Van Lier-
A chaque instant sucez WYBERT. hout, Uccle; Janine Massonnet, Arlon; G. Sandri, Bru-
Votre pharmacien doit en avoir. xelles; H. Michiels, Anvers; J. Lefèbvre, Cortil-Noirmont;
Vrancapp, Isque; A. Réghem, Nimy; G. Rustin, Boitsfort;
LA BOITE DE 350 brigadier P. Pirard; A. Lefèbvre, Ham-sur-Sambre; F.
Stock, Saint-Gilles-Bruxelles; A. Dehasse, Liège; E. Hen-
PASTILLES : 7 FR. zen, Gand; A. De Lauw, Lanquesaint (Ath); C. Joncker,
LA PETITE BOITE
POUR LA POCHE :
4 FR.
POURQUOI PAS ? 225

La Nouvelle
Voiture !!
MODÈLE 40

Demandez-en une démonstration aux


ETABLISSEMENTS P. PLASMAN, S. A.
BRUXELLES — IXELLES —

Dolhain; Ras Brothers, Ostende; C. Leclercq, Bruxelles;


Raymonde Vos, Ixelles; Lamy Gip, Lessines; L. Peer, Bru­
xelles; G. Colpaert, Saventhem; G. Van Helieputte, Lo-
Verval; A. Bouvy, Solre-sur-Sambre; E. Van Rysselberghe,
Bruxelles; P, Hariga, Cointe-Sclessin; G. Duiterne, Schaer-
beek; A, Pétré, Eygelshoven; A. De Bruyne, Liège; Ma­
thieu, Liège; Everling. Bruxelles; E. Pierre, Bousval; Le
Zénith, Schaerbeek, plus la foule des algébristes, anonymes,
Illisibles, etc.

La carte chiffrée
LES CLASSIQUES DE L’HUMOUR
Et voici un autre problème. Nous croyons bien l’avoir
iéjà vu quelque part mais il est assez intéressant à dé­
brouiller, et M. Gheury, d’Ixelles, qui nous l’envoie, le for­
mule de la manière suivante ;
UNE REVANCHE
Il est d’usage, en Angleterre, de codifier les chiffres,
l*est4t-dire de remplacer chaque chiffre par lettre, (Récit dont la lecture est déconseillée aux personnes
la façon à supprimer les indiscrétions du personnel subal- atteintes d’une maladie de coeur.)
erne.
Ceci admis, le directeur d’une société anglaise, en voyage 20 mars 19... — ...Cet après-midi, par contre, je me sui
l’affaires sur le continent, envoya à son associé la carte terriblement ennuyé.
hiffrée suivante j De 6 à 7 heures, en prenant mon apéritif, j’ai coutumi
SEND
MOBS ACHETEZ EN FABRIQUE.
MONEY
PIANO/
En français : « Envoyez plus d’argent ».)
PeHeuà
S Malheureusement, l’associé a perdu le code et il lui est
possible de déchiffrer ce texte. U m’a chargé, en déses-
de cause, de faire appel & la sagacité des lecteurs de CHARLEROI 9 *
quoi Pas ? OCCASIONS UNIQUES — LOCATION — ECHANGE
de jouer au jacquet. J’ai été privé, aujourd’hui, de ma dis- j
traction habituelle.
A mon arrivée au café, le patron m’a remis une enve- 1
loppe:
Monsieur Quatre.
aux bons soins de la caissière.
Elle contenait ce billet de Dupont:
Mon vieil Henry,
Finies pour quelque temps, hélas! nos bonnes partiest •
Mon oncle de Carpentras vient, subitement, de casser sa
pipe. Tout arrive...
Peut-être mon séjour en province se prolongera-t-il plus
que je ne le prévois: la succession, en effet, est assez em­
brouillée.
24 mars. — Enfin, j’ai trouvé un partenaire au jacquet!
Un jeune homme charmant. Je l’avais remarqué depuis
plusieurs semaines. 11 semblait se morfondre tout seul à une
table assez voisine de la mienne.
Ce qu’il fait dans la vie? Je n’en sais rien. Comment il se
nomme? Je l’ignore Peu m’importe d’ailleurs... Il joue
au jacquet, c’est l’essentiel.
Je lui ai gagné huit sous.
La vie est belle.
11 avril. — Mon partenaire au jacquet paraissait, depuis
deux ou trois jours, avoir quelque chose à me demander.
Il s’est enhardi, tout à l’heure. Après avoir hésité un mo­
ment, il m’a dit:
— Ma question vous semblera peut-être indiscrète. Excu-
sez-moi... J’ai plusieurs fois entendu prononcer votre nom
par le patron ou par les garçons. Mais je n’ai pas parfaite­
ment saisi... Comment vous appelez-vous exactement?...
Demandez nos COLLIERS en Quatte? Katz?...
Aimablement, je lui ai répondu:
PERLES FINES DE CULTURE
A 800 FRANCS
— Pardonnez mon étourderie. J’aurais dû me nommer
moi-même depuis longtemps... Je m’appelle Quatre, Henry
Quatre.
Provenance directe du Japon Il a fait: « Ah? » d’un air grave.
Payable : 25 francs par mois. Nous nous sommes remis à jouer.
Tout à coup, je me suis avisé qu’il était bizarre qu’ayant
Visite de notre voyageur, sans désiré connaître mon nom, il ne m’eût pas appris le sien.
engagement pour vous. Versement — Et vous, au fait, ai-je fnurmuré, et vous, comment vous
ou virement à notre compte chèque appelez-vous?
Ma question a paru le contrarier. Il ma regardé longue­
postal. Pas de traite. Pas d’en­ ment. Il a eu un geste comme pour dire: « Tant pis!... »
caisseur. Grande discrétion. En laissant tomber la voix il a proféré ces trois syllabes;
Le Comptoir de Genève — Ravaillac.
ACTUELLEMENT : 13 avril. — Nous faisons, en général, mon partenaire et
Rue du Marais, 17, Bruxelles-Nord moi, quatre parties de jacquet. Ce soir, nous en avons fait
deux, seulement.
La semaine dernière, lui et moi, nous éprouvions visi­
blement du plaisir à passer une heure ensemble.
Que s’est-il produit?
N’ACHETEZ PAS DE VOITURE AVANT D’AVOIR A quoi importe-t-il d’attribuer un pareil changement?
ESSAYÉ LA NOUVELLE 10 C. V. Depuis quelques jours... depuis... trois jours exactement...
Chenard & Walcker nous n’éprouvons visiblement plus aucun plaisir à passer
une heure ensemble.
à roues avant TENUE DE ROUTE INÉGALÉE Quand Je suis assis en face de... de... lui, Je ressens
indépendantes jg( pjace fa Châtelain oomme une sorte de gêne... Et on dirait que, lui aussi,
quand U est assis en face de moi, il ressent une sorte de
S - «S'i BRUXELLES gêne...
Chaque fois, maintenant, lorsque nous nous séparons, Je
me surprends à pousser un soupir de soulagement.
C’est bizarre, très, très bizarre!... Il me paraissait sym­
pathique, cependant, ce garçon... Mais oui, je me rappelle
LE PARQUET l’avoir trouvé sympathique...
Allons, allons, Henry Quatre, tu deviens idiot, qu’est-ce
DAM MA qui te prend?... Il ne t’a rien fait. Pourquoi vas-tu le trou­
ver antipathique, à présent, ce... ce... ce... ce Ravaillac?
WASHER 24 avril. — Je m’en rends compte, c’est indigne d’un
AJfa
fOUP/v/Ss homme raisonnable... 1
oe la e Pourquoi y a-t-il des sentiments contre lesquels on ne
parvient point à réagir?...
Tout à l’heure, Ra... Ra... (ma plume écrit bien mal, ce
soir) Ra... vail... lac... a voulu fumer un cigare. H en a
tiré un de sa poche. Il a appelé le garçon:
POURQUOI PAS? 227

— Donnez-moi un couteau, je vous prie.


Je n'ai pas frissonné, ça j’en suis sûr!... Mais j’ai pâli...
Pourquoi ai-je pâli?...

[
Le regard de Ravaillac et le mien, à ce moment, se sont
croisés. Lui aussi a pâli... Pourquoi a-t-il pâli?
Subit-il, également, des sentiments contre lesquels il ne
dangereuse
I parvient pas à réagir?
Précipitamment, il a crié au garçon: Portez !a ceinture légère Linia.
— Gardez votre couteau, garçon, gardez-le, je n’en veux Vous ne la sentirez même pas
i pas J sur le corps. Dès que vous la
Il a coupé son cigare avec les dents. mettrez, votre silhouette s'affi­
Nous avons maintenant tenté de reprendre notre partie nera immédietemenî de plu­
i de jacquet. sieurs centimètres; de plus, le
massage continu et efficace
6 mai. — Je boirai du tilleul. Je boirai, même, de la camo. exercé par le tricot fin et eas-
: mille, s’il le faut. Je boirai aussi de la fleur d’oranger, si tique, fera disparaître, sans
c’est nécessaire. Mais je ne veux plus passer des nuits pa­ effort ni régime fatigant, tout
reilles aux deux dernières. embonpoint superflu.
A quelques détails près, j’ai refait, cette nuit, le rêve que Vous vous porterez cent foi*
j’avais déjà fait la nuit précédente. mieux. Vos organes seront bien
Je me trouvais sur la plate-forme d’un autobus. Le véhi­ soutenus. Vous aurez la d - A
cule traversait une rue à l’entrée de laquelle, sur unij marche souple, l’allure dégagée
plaque bleue, j’avais lu: et vous gagnerez autant en
santé qu’en élégance. Et per­
RUE DE LA FERRONNERIE sonne ne se doutera jamais que
vous portez une ceinture.
Quelqu’un que j’ai eu à peine le temps d’apercevoir, s’est
précipité, subitement, sur le marchepied. Malgré les efforts Essayez chez nous la ceinture LIN'A, ou recevez-lo par la poste
en nous donnant votre tour d'abdomen et la hauteur voulue de la
du conducteur, qui essayait de me faire un rempart de son ceinture (Devant 22. 24 ou 26 cm.). Toute ceinture expédiée qui
, corps, ce quelqu’un m’a enfoncé, à trois reprises, son para­ n© convient pas est échangée ou remboursée
pluie dans le cœur. D’une voix que je connaissais bien, il Prix en Belgique, 310 fr. (en noir 360 «r.) Modèle luxe pur»
hurlait: « Ah! Paris vaut bien une messe!... Ah! Pans ioie 585 fr. (en noir 685 fr.) Modèle populaire 260 fr. Contre
i vaut bien une messe!... Eh bien! tiens, tiens, tiens!... Ré- remboursement 5 fr. en plus. - Etranger 25 fr. en plus Chèques
: pète-le voir un peu que Pantruche vaut bien une messe!... » oo:t. N° 295.01 Brochure N° 7 M a courbe dangereuse ) sur demande.
ï ••• Il faut croire que, dans mon sommeil, j’ai poussé des Vente exclusive chez : J. ROUSSEL
!;cris déchirants.
I J’ai rencontré, ce matin, mon voisin de palier. 144, rue Neuve, Bruxelles
Rayon spécial pour ces ceintures essayées par un vendeur.
— Que s’est-il donc passé, chez vous, cette nuit? m’a- Les v.einrures vendues dans les autres magasins Kuusseï :
tril demandé. Ma parole, j’ai cru un moment qu’on vous BRUXELLES ANVERS LîtGî GAND CHARLEROI
[assassinait, monsieur Henry Quatre. 44, rue de Namur I, rue 13, rue 7, rut II, Bd
I Froidement, se jugeant peut-être spirituel, cet imbécile a 6, Bd E.-Jacqmain Queflin /Indve d’Ile ducoleil Audent
ajouté: peuvent également être essayées sur place u à domicile.
Oans ce dernier cas, tout article peut être échange o> OT.bourié.
I — Ravaillac est cependant mort depuis longtemps. ■-------------
| S’il savait... S’il savait!...
I 13 mai. — Chaque jour, je me dis:
I — Henry Quatre, tu ne retourneras pas là-bas ! Henry
Quatre, tu ne dois plus retourner là-bas! Henry Quatre,
il ne faut pas le revoir! Pourquoi tenter le diable?...
| Chaque jour, je retourne là-bas...
| Est-ce une force mystérieuse qui guide, malgré moi, mes
pas?... talle d’Exposition: 43, Rue de l’Hô
; Est-ce simplement la crainte de paraître lâche à ses yeux Usines et Direction:
à lui?... 4-6-8, av. Henri Schoofs, Auderghem.
20 mai. — C’est atroce! c’est • effroyable ! C’est épouvan­
table!
Moi... moi... moi, Henry Quatre... Dire que je me croyais
1 être le plus doux, le moins cruel, le moins sanguinaire
pue la terre ait jamais porté!... Moi, moi... j’ai... j’ai... oui,
parfaitement, oui... j’ai tué, j’ai assassiné !... Demain, dans
tous les journaux, on lira:
ASSASSINAT DE RAVAILLAC
PAR HENRY QUATRE
Que faire à présent? Fuir?
I Non, je ne veux pas fuir! je vais aller me constituer pri­
sonnier...
I ...Je serai traduit devant les tribunaux?... Evidemment!...
Mais les juges ne pourront pas ne pas comprendre, voyons!
Ps ne sauraient me condamner! Si je ne l’avais pas tué,
Saurait été lui qui, de nouveau, m’aurait... Alors?... N’étais-
|e pas en état de légitime défense?
Max et Alex FISCHER.

On s’abonne à « Pourquoi Pas? » dans tous les


I Affiches, étiquettes, pancartes découpées pour vitrines, bureaux de poste de Belgique,
pus imprimes publicitaires. Création dépliants et exécu-t j_____ Voirie tarif dans la manchette du titre.
ion dans nos ateliers ; DEVET, 36. rue de NeufchâteL ‘
228 POURQUOI PAS?

le Théâtre et soirées.

La presse a ete unanime a reçu un ait i e iTiuiaense succès


populaire remporté par la rencontre Belgique-France de
football-association. Le record d’affluence, au Heysel, a été
battu et l’enthousiasme de la foule rarement égalé Pour
la contenir, le Stade du Centenaire ne parut pas trop
grand. Ceci répond à certaines critiques que l’on fit lors
de sa construction et qui furent répétées à l’occasion de
matches internationaux d’importance relative.
Modèle 9715 03 Ce fut une magnifique journée, ensoleillée. Joyeuse, en­
Pour P après-midi, élégant décolleté en satin veloppée d’une atmosphère de franche cordialité.
noir* Les supporters français étaient venus en rangs serrés
pour encourager et applaudir leurs compatriotes.
Le groupement créé avec tant d’opportunité, il y a quel­
ques mois, par notre confrère Marcel Fluche, groupement
qui a pris pour titre « Belgian Supporter’s Club » fit, ce
Jour-là, une puissante démonstration de ses possibilités
vocales. Elles sont impressionnantes !
Mais, supporters belges et supporters français firent as­
saut de courtoisie, applaudissant, également de part et
d’autre, les belles phases du jeu, sans s’arrêter à la couleur
du maillot de ceux qui en étaient les héros. Aussi, les Bel­
ges acceptèrent-ils la défaite sans amertume, tandis que
leurs vainqueurs n’avaient pas le triomphe insolent, loin de
Modèle 9775-03 là! Ce fut parfait à tous points de vue.
ÉLÉGANT SOULIER EN SATIN NOIR. —
Malheureusement, la qualité du jeu laissa à désirer. I
L’équipe française, composée de proferisionnels, était bonne
sans plus et sa technique assez quelconque. Encore qu’il I
faille, impartialement, reconnaître le beau travail de la j
ligne des halfs.
L’exhibition du « onze » belge ne donna pas satisfaction I
BRUXELLES, 45, rue Marché aux Poulets. aux compétences. Avec raison ils regrettèrent, une fois de j
plus, le déclin de notre football.
Mais ce qui, malgré tout, rendit fort plaisante — et pour j
employer le mot consacré « spectaculaire » — la rencontre,!
ce furent la vitesse, l'acharnement, la combativité, l’en-j
train des vingt-deux joueurs sur le terrain, autant que les j
nombreuses situations périlleuses dans lesquelles furent mis, j

MAX BÜNZLI
CONSTRUIT BIEN — PAS CHER
à tour de rôle, les deux gardiens de but.
Les « puristes » ne furent pas tout à fait satisfaits, maiaj
le « cochon de payant » en eut pour son argent
? ? ?
SANS ALÉAS POUR SES CLIENTS Cette petite anecdote prouvera la sportivité du public, à j
iiuiiiiuiiiimiiiiiiimiiimiiiiniiiniiiHiiiiinuHiiiiiii laquelle nous faisions allusion plus haut: à un moment où
la bataille battait son plein, nous nous trouvions en même
Devis et renseignements temps qu’un confrère parisien dans le couloir des cabines
gratuits : téléphoniques. Soudain, une forte rumeur parvint jusqu’à
nous. Des acclamations et des bravos interminables, les cris
de l’assistance annonçaient un événement décisif!... Notre
15, Boulevard Baudouin camarade nous dit: « Ça, c’est un goal pour les Belges, le
Téléphone: 17.08.59 stade en tremble! » Nous franchîmes, en vitesse, l’escalier
conduisant à la tribune de la presse. Un coup d’oeil sur le
tableau: c’était la France qui venait d’ajouter un goal à son
score!
Le journaliste parisien reconnut avec un réel plaisir —
On s’abonne à c Pourquoi Pas? » dans tous les nous l’avons cru sans peine — son erreur. Il ajouta: « VouSi
bureaux ae poste de Belgique. n’êtes donc pas chauvins? » Mais, sans attendre notre ré­
ponse, il conclut: « Cela vaut mieux, vous êtes sportifs, tout
Voir le tarit dans la manchette du titre.
simplement. »
POURQUOI PAS? 229

A l'issue du dîner qui clôtura cette Journée. M. R.-W.


Beeldrayers, dans son discours, remercia la Ville de Bru­
xelles de s’être fait représenter officiellement par l’honora­ VOTRE CHAUFFAGE CENTRAL
ble échevin des Finances.
Le Président de l’Union Royale Belge des Sociétés de CONSOMME TROP DE CHARBON
Football-Association émit toutefois un regret, c’est que ce
dernier, ami du sport, il le proclame et l’a prouvé, sympa­ ALORS. N'HÉSITEZ PLUS • LES ÉCONOMIES
thique d'ailleurs aux sportifs, se montre si rarement au A RÉALISER PAYERONT ELLES MÊMES ET
milieu d’eux! C'est ainsi qu'on en est encore à espérer sa BIEN AU DELA LE REMPLACEMENT DE
présence au Stade du Centenaire. Et R.-W. Seeldrayers de­ VOTRE ANCIENNE CHAUDIÈRE PAR UNE
manda plaisamment: « M. Wauwermans sait-il qu’il
«xiste? »
La riposte ne se fit pas attendre. Elle fut empreinte d’une
Communicative bonne humeur: « Comment, protesta le plus
Jovial des échevins, vous osez prétendre que J’ignore le
Btade du Heysel, alors que c’est moi qui ait mis, sur des
factures dont le total s’élève à trente millions, les autori­
sations de paiement!... »
Et ce fut là le thème que développa ensuite, le plus spiri­
tuellement du monde, le mandataire public pris impru­
demment à partie. Il eut la salle pour lui!
? ? ?
, M. Jules Rimet, président de la Fédération française de OlÔMAÏÏC
tibe son plan SEUL
Football, porta un toast brillant à la Belgique sportive. Il •'ALIMENTE El VOUS CHAUFFE
dit toute sa joie d'avoir assisté à un match « qui laisse un
si agréable souvenir aux deux parties adverses ». Il rappela
les liens de fraternelle amitié qui unissent les deux nations
— couplet connu — et, « comme aujourd’hui il n’y a plus
OTOMATIC A-C-V
NOMBREUSES RÉFÉRENCES ET NOTICE
de distance grâce aux moyens rapides de transport, Bru­
DESCRIPTIVE SUR DEMANDE
xelles et Paris sont théoriquement si près l’une de l’autre RUE DE LA STATION 25. RU YSBROECK
qu'on pourrait presque les confondre dans une même en­ — TÉLÉPHONE t BRUXELLES 44 35 17 —
tité ».
I Un peu plus tard, le représentant de la Presse, parlant AGENT POUR LE HAINAUT:
au nom de ses confrères, ayant pris, à son tour, la parole, CH. SCHMITZ ---- LA LOUVIÈRE
pria la Fédération française de football de bien vouloir se 89, rui Arthur Warocqué •• Tel. 1283
souvenir, l’année prochaine, des paroles de son Président, et
d'accorder à la Belgique l'honneur d’organiser, à nouveau,
au Stade de la Ville de Bruxelles, la rencontre classique,
c En 1935 nous aurons notre Exposition internationale, dit-
il; ce match constituerait une magnifique attraction pour
nos visiteurs étrangers. Le droit de l’organiser revient in­
discutablement à la France, mais, puisque l’on vient de dire Une grande occasion
Si galamment que Bruxelles est le prolongement de la Ville
Lumière, quelque chose comme une seconde capitale placée pour un peu de T^IOGGET
à la grande périphérie de Paris, il doit y avoir moyen de
solliciter favorablement le règlement et conformément au
rceu des Bruxellois ».
M. Jules Rimet ne dit pas non. A la réflexion peut-être
lira-t-il oui. Soyons optimistes.
Victor Boin.

.a XVe Foire Commerciale Officielle


et Internationale de Bruxelles
B A PROPAGANDE
L’effort de propagande réalisé annuellement par les orga-
Ësateurs de la I____ __________ de ___
Foire Commerciale ___ _ mérite de
Bruxelles
retenir l’attention de nos industriels et producteurs.
[Il s’étend sur l’Europe entière, et même au delà des mers,
ît comporte : la publicité par la Presse, tant technique que
1 information, l’envoi de plus de 100.000 lettres cTinvita-
ion personnelles, de 166.000 dépliants renfermant la carte
les relations ferroviaires et par avion, et celle de la Bel­
gique industrielle, de 32,000 bulletins-règlements, de 40 000
textes d’invitation, de 500,000 cartes d’acheteur, de 25,000
tarnets de légitimation: le placement de 40.000 affiches
Lustrées et de 42 000 affichettes; la répartition de 200,000
tertes postales officielles, de 400.000 timbres-réclames de
>00,000 papillons, de 10,000 plans de la Foire, de 100,000 car­ \NUGGET” POLISH
et demandes de renseignements commerciaux et de 60,000
tuvards.
I L’action publicitaire est soutenue à l’étranger par un
on toutes teintes
tffichage spécial, par calicots et panneaux, par le film et
•r la T. S. F. Fait briller le cuir. lassouplib
Telles sont les principales formes de la propagande orga-
lée par _ la XVe_ ........
Foire...................uc
Commerciale üju -
Officielle
:elles. Aucune firme ne pourrait supporter à elle seule les
de Brû­ * et le rend imperméable.
énormes d’une action aussi étendue.
230 POURQUOI PAS?

ans, chevauché maintes montures; il nous dit qu’il a beau


coup souffert des mauvaises culottes qu’il a dû enfiler e
user. Par la voie de « Pourquoi Pas? » et de votre servi
teur, il souhaite que le martyre du cavalier mal culott
soit évité aux jeunes. Nous sommes trop heureux de corn
muniquer aux futurs champions des cor. « urs hippiques 1
résultat de cette longue expérience et remercions pour eu:
notre collaborateur bénévole.
? ? ?

Apprenez donc, jeunes et brillants cavaliers, que:


1. La fourchette doit être coupée de telle sorte qu’ell»
reste toujours en contact avec le sommet de la fourche e
ce, précisément, pour éviter qu’elle ne heurte un certair
organe que la bienséance ignore mais auquel le tailleui
doit pourvoir un logement adéquat.
2. La ceinture de la culotte doit être haute et large, d<
façon à soutenir les reins. (Les reins fournissent Un grof
effort dans tous les exercices violents et surtout lorsqui
l’homme imprime à son corps un mouvement de va-et
vient en s’arcboutant sur ses membres; c’est ce qu’oi
appelle un coup de reins. On conçoit l’importance du sou
tien de cet organe essentiel).
3. Le genou doit être parfaitement à l’aise dans un
espèce de poche moulée qui est visible quand le cavaliei
est démonté et qui disparaît dès qu’il se met en selle.
4. En dessous du genou, il faut un ajustage très soigné
un contact qui empêche la culotte de remonter et cepen
Un vieil officier d’artillerie pensionné (ainsi il signe) dant ne comprime pas le mollet.
trouve dans ses soixante-cinq printemps une excuse pour De plus, mon correspondant est d’accord avec moi su
dédaigner la lecture d’« Echec à la Dame ». C'est par pur la nécessité d’avoir recours à un spécialiste pour la con
hasard qu’il a jeté les yeux sur mon article traitant de la fection de la culotte d’équitation. EEe exige, dit-il, ui
culotte de cheval. N’avais-je pas raison de dire que si, esprit d’observation et une expérience qui se rencontren
d'aventure, un homme s’habille à la perfection, il entend chez peu de tailleurs.
que ces concitoyens attribuent le résultat à un ensemble
de circonstances heureuses et non à la peine qu’il s’est don­ ? ? ?
née? Nous bénissons l’heureux hasard qui nous vaut des ren­
seignements précieux. Ce dhvalier a, pendant quarante Vous ferez sur votre budget vestimentaire une économi
intelligente, en vous adressant à Nony, bottier, 1, rue Mari
(Place Paul Janson). qui vous présente ses articles « cousi
main » à partir de 150 francs.
? ? ?

Quant aux trois modèles, de l’anglais, du français et d


l’italien, mon cavalier expérimenté donne la préfèrent-
à l’anglais qui réunit toutes les qualités. Il en donne comm
preuve qu'il est adopté par tous les cracks français qi
participent aux concours hippiques. Nous étions bien d
cet avis, mais, dans les temps troublés que nous travel
sons, nous avions donné à chaque pays une chance égal»
« Pourquoi Pas? » demande à ses collaborateurs de n
51, Rue de Namur pas susciter de conflits internationaux. De plus, la culott
d’équitation est surtout portée par les officiers qui son
gens susceptibles et bouillants; habitués à jouer avec 1er
sabre comme moi avec ma fourchette, ils sont capables
si je leur déplaisais de me piquer comme un chateau
briand aux pommes. Chateaubriand (sans pommes) ft
un diplomate rusé qui sut manœuvrer avec succès les mil
PING-PONG talres. Comme lui, je suis faible; ma plume est mon épé
et ma devise: ne mécontentons pas l’armée.
MECANICUS ? ? ?
PATINS - SKIS - LUGES Le nouveau feutre « Camber Roll » fabriqué par Loc
and Co est en vente chez les tailleurs de l’Aristocratie
Rose et Van Geluwe. 66, rue Royale.
EQUIPEMENTS f
? ? ?
POUR TOUS LES SPORTS Mon article sur les dessous de laine m’a valu une non
breuse correspondance; on n’est pas d’accord avec mo
Un Anversois, s’appuyant sur les avis de trois médecir
•CANOTS PLIANTS étrangers et sur sa propre expérience, prétend que la lair
est responsable de tous nos maux.
TENTES CAMPING Haro sur le baudet, en l’occurrence le pauvre mouto;
La laine conserve trop bien la chaleur; elle rétrécit et
serrant la peau, l’irrite; elle est amolissante, nous rer
douillet et est malsaine parce qu’elle empêche la circul
POURQUOI PAS? 231

[Jon de l’air et la respiration des pores. Le coton et le


an n’ont aucun de ces défauts Ainsi parle ce nouveau
lisciple de Gandhi. Femmes de Belgique, de France et de
Navarre reprenez vos anciens rouets; filez, filez, filez le
Sln pestilentiel de la Lys et le coton des nègres de Virgi­
nie. Si, en ayant pris l’habitude, vous filiez un mauvais
ioton et que de rouet en fil et de fil en aiguille vous trou­
OLD ENGLAND
vez la mort dans un refroidissement, l’apôtre anversois Place Royale
lu lin et du coton payera vos frais d’enterrement,
j Avocat du mouton dont j’ai toute la douceur, je maln- BRUXELLES
iens mon point de vue: la laine est le textile idéal; elle
lonstitue un régulateur merveilleux de température; elle I
ibsorbe l’humidité dans ses fibres microscopiques et sou­
des et en la vaporisant la remet en circulation dans l’at-
Eiosphère. Les laines de bonne qualité (mérinos de choix) Au rayon de
ont rassi soyeuses que la soie elle-même et n’irritent pas
a peau.
• ? ? ? PARFUMERIE
les spécialités
David, dansant devant l’Arche, exprimait sa Joie de la
ictoire qu’il remporta sur ses ennemis. Depuis — il y a ANTOINE
éjà un bout de temps de cela — l’esprit de la danse a PATOU
volué en naines récréations que l’on s’accorde en soirées,
e 9 heures à minuit, dans le cadre élégant et aux rythmes COTY
e l’excellent orchestre du Panthéon-Palace, 62, rue de la MOLYNEUX
lontagne <tél 12.26.33). — Samedi, soirée de gala. Diman- GUERLAIN
hes et fêtes, thé dansant. Attractions.
HOUBIGANT
? ? ? CARON
Reste la question du rétrécissement. Chaque ménagère ROGER GALLET
sa méthode de lavage; chaque fabricant de savon une LUBIN
ualité spéciale; les uns et les autres proclament qu’avec MITCHAM
wr méthode et leur produit les tissus de laine ne rétré-
Issent pas au lavage II y a en plus le fabricant qui ga- YARDLEY
intit que sa marchandise garde indéfiniment la même AMOR SKIN (de New-York)
mgueur et la même largeur. Ici, Je suis complètement etc., etc.
’accord avec un autre lecteur; malgré les soins spéciaux
es ménagères, malgré les savons spéciaux des savonniers,
lalgré l’annonce optimiste et assurée de son fabricant, le
Stement de laine rétrécit. Il y a des gens qui se gonflent ment profitera des résultats obtenus et nous aurons enfin
'importance, telle la « grenouille qui veut se faire aussi des dessous de laine irrétrécissables. En attendant, noua
fosse qu’un bœuf »; ce sont des orgueilleux et la morale recommandons des tricots à larges mailles ou des tissus
îut qu’ils en crèvent; caleçons et vestes de laine sont légers dont la trame n’est pas trop serrée.
I contraire des modestes qui s’amoindrissent au point
l’une veste devient une simple écharpe et un caleçon se Petite correspondance
ftnsforme en genouillères. Cette vertu est déplacée. Nous
tons payé pour qu’ils soient grands; nous entendons C., rue du Marché. — Sommes-nous d’accord?
jt’ils recouvrent avec ampleur notre anatomie dont les J. H. B. — 1. C’est la jaquette qui est le vêtement de
mensions ne sont pas élastiques; leur étreinte nous gêne rigueur; 2. A Bruxelles, petite rue des Bouchers.
r nous irrite. Il est évident que la veste et le caleçon
Ntrécis et serrants ne nous protègent pas aussi bien qu’un ? ? ?
l’un ample vêtement de lin ou de coton. Comme Je le Nous répondrons, comme d’habitude, à toutes demandée
pais dans mon précédent article, l’ampleur est de la concernant la toilette masculine
jus grande importance parce qu’elle retient des couches Joindre un timbre pour la réponse
(air chaud; mais de deux vêtements d’ampleur égale, le DON JUAN 348.
us chaud, le plus sain est celui de laine.

? ? ? RHUMATISANTS ET vous QUI souffrez de goutte,


miuitm i l o sciatique, lumbago, douleurs
INTERCOSTALES, MALADIES DES REINS,
Vous désirez tous être bien habilles ; profitez de l’offre TROUBLES DE LA CIRCULATION DU SANG,
antageuse et temporaire de John : costume en tissu an- VOUS SEREZ GUÉRI RADICALEMENT PAR LA
ats garanti, tout cousu main, coupe personnelle du patron BAGUE GALVANIQUE REM Y KÀ
950 francs. LE PLUS PUISSANT ET LE PLUS EFFICACE
(John Tailor, 101, rue de Stassart. — TéL 12.83.25. _ ANTIRHUMATISMAL CONNU.
PRIX ; 80 FRANCS — Envoi franco.
Remboursement en cas oe non-amélioration.
? ? ? Envoi gratuit de prospectus, attestations
et carte de mesure.
En somme, la laine a un seul défaut, elle rétrécit. A
mal, on a trouvé remède, mais le nouveau tissu n’est
FABRICANT ; REMYKA,0, R ubr'uxÉÏ.'Lest,om

,s encore dans le commerce; il est donc inutile de me


inander l’adresse d’un fournisseur. La Société Nationale
s Recherches Scientifiques de Londres (à qui l’on doit
[■découverte) y fut amenée en recherchant un substitut
lür les cuirs utilisés dans la carrosserie automobile. Ce
ir était en grande partie importé et les quelques millions
livres qu’il représentait donnaient un fâcheux coup
pouce à la balance commerciale. On s’est retourné vers
laine qui est un produit national. L’industrie du vête-
232 POURQUOI PAS?

I--------------------- TROUSSEAU SPECIAL D’HIVER ------------------


Les Ctahl. JOTTIER & C (s. a.) seuls spécialisés dans les articles BLANC
23, rue Philippe de Champagne, 23 et AMEUBLEMENT vous offrent
Tél. : 12.54.01 BRUXELLES

Un trousseau sans précédent


3 paires de draps de lit blanc toile cordés. Quai, 1 couverture coton rouge ou grise, 1.50x1.90;
extra 2.20x2.90; 12 essuie de cuisine pur fil;
6 taies assorties 75x75 extérieur; 1 serv. basque : 1 nappe et 6 serviettes quai.
12 essuie éponge blanc 50x85; Indanthren;
6 mains éponge; 12 mouchoirs homme batiste ajourés;
1 couverture blanche pure laine 2.00x2.40; 12 mouchoirs dame batiste ajourés;
1 couvre-lit ouaté satinette 2.00x2.25; 1 descente de lit anglaise deux faces.
Conditions: A la réception, 150 francs, et 13 mensualités de 100 francs
Le prix et les conditions uniques seront maintenus jusqu’à concurrence de 50 trousseaux seulement.
------------------------------ ENVOI A VUE ET SANS FRAIS ------------------------------
vés, par raison d’économie, des primes qu’ils touchaien
autrefois, pratiquent la « grève perlée », montrant cette
mauvaise volonté passive qui fait que rien ne marche
C’est le bon public qui fait les frais de l’aventure. Et
l’exaspération monte. Un jour, peut-être, à l’exemple de:
clients de feu l’Ouest-Etat, on verra les voyageurs belge*
atteler un chef de gare à une locomotive poussive, dé­
foncer quelques guichets et enfoncer quelques portes. Ce
sera déplorable, mais...
L’Aiglon. — Nous l’avons, notre aiglon. La princess!
Clémentine a mis au monde un jeune L ais-Napoléon qui
vraiment, a, mélangés dans ses veines, les sangs les plu:
illustres de l’Europe. Si ce jeune citoyen n’a pas l’humeiu
impériale et autoritaire, c’est à ne plus croire à l’ata
visme. Il est vrai qu’il est aussi le petit-fils de Plon-Plon,

Flamand ou néerlandais. — La Chambre a discuté U


question de savoir s’il faut dire : langue flamande ou langui
néerlandaise. Le mot de la fin a été dit par M. Asou: « Jt
me suis abstenu parce que j’estime que c’est à nos collé
gués flamands qu’il appartient de se mettre d’accord su:
le point de savoir comment doit s’appeler la langue qu’il*
« Pourquoi Pas? » parlent. » (Hilarité.)
Entre flamingants. — Du journal « Ons Leven » : « Li
il y a vingt ans discussion sur la question des langues a démontré avec
quelle outrecuidance ou plate lâchet le peuple flamânc
est trompé par ses propres hommes. Si M. le député No
bels continue à suivre la voie qu’il s’est tracée à la
JEUDI 29 JANVIER 1914. Chambre, il est grand temps qu’on coupe la queue à ce
En première page, M. Renkin. — Excellent élève des bons petit chien. »
pères, puis jeune avocat laborieux et ingénieux, fut de
ces jeunes gens qui trouvèrent dans l’encyclique Rerum Le rot de la gaule. — Le journal « Le Pêcheur mosan »
Novarmn le moyen de concilier le respect de la religion et du 15 janvier nous apporte le compte rendu du « Congrè:
de la Fédération des pêcheurs du bassin de la Meuse et da
de la discipline, et le désir bien naturel de se pousser dans ses affluents » Ce Congrès s’est naturellement terminé paj
le monde. Fut le fidèle lieutenant de l’abbé Daens qui, un banquet; un télégramme a été envoyé, à l’heure du
depuis... Collabora au « Patriote », mais depuis... Député Saint-Marceaux, a la Reine et au Roi. Voici le texte de c<
majoritaire, fit son métier honorablement, sans plus, pour­
suivi d’ailleurs par la malveillance évidente de M. Woeste télégramme :
« Pécheresses et pêcheurs, réunis ce jour en un banquet
qui n'oublie pas les polémiques de la Justice sociale. saluent respectueusement leur gracieuse Souveraine et Si
Voulut être ministre et le fut, ministre de la justice. Vou­ Majesté le Roi Albert de Belgique, leur plus haut et digne
lut être le premier ministre des colonies et le fut. Poste représentant de la gaule. »
dangereux. S’en tira. S’en tire. Nous pourrions trouver pis. n est hors de doute que ce télégramme a été accueilli pa:
Le désarroi des chemins de fer. — C’est le gâchis com­ la Famille royale avec quelque ahurissement, d’abord, avec
plet. Il paraît que machinistes et employés inférieurs, pri­ une souriante sympathie, ensuite.

lj CT D O PO I F DE u DIPL0MA1
L’HOTEL ME I IVVrVÏ-t DE LA POLITIQUE
LE CENTRE LE PLUS ACTIF DU PAYS DES ARTS ET
Le lieu de rendez-vou» des personnalité» les plut marquantes DE L’INDUSTRIE
POURQUOI PAS? 233

PYRAMID
Mouchoirs pour Hommes
FRS. 9.50
C’est dans les meilleures chemiseries
que vous trouverez les mouchoirs Pyramid
et ce sont aussi les meilleures blanchisseries
qui les lavent. Car ceux qui choisissent.
Pyramid savent ce qu’ils veulent : une
marchandise de qualité et un service
impeccable.

Mouchoirs pour Dames


FRS. 5.75

ou nos lecteurs font leur journal PYRAMID


Un produit TOOTAL, 18, Avenue de la Toison d’Or,
Bruxelles.
La taxe sur les étrangers
Il arrive qu’en fin de compte ce sont des Belges
qui doivent payer cette taxe. Et ce n’est pas
toujours drôle.
J Ion cher Pourquoi Pas ?,
[ Ne pourrais-je faire entendre, dans votre journal, une
protestation contre l’application de la taxe récente sur les
Étrangers? Nombreux doivent être, en effet, ceux qui sont QUARTIER BRUGMANN-M0L1ÊRE
ians mon cas.
Ma mère, d’origine française, devint Belge par son ma­
nage avec mon père. Mariée en secondes noces avec un
Étranger, elle a perdu la qualité de Belge. Aujourd’hui elle
îst seule, âgée de 80 ans, infirme et sans un rond de for­
tune, Je l’ai prise à ma charge afin de la soustraire à la
bienfaisance publique, bien que je sois seule également, que
e doive peiner durement pour subvenir à nos besoins et que
THORELLE
’aie 60 ans. Etant donné que ma mère ne peut pas payer,
n me dit que ce sont les enfanta qui doivent payer pour a encore à vendre
parents! Je dois donc payer pour elle, sinon c’est l’expul-
.on! C’est donc dans bien des cas une taxe sur lea Belges!
', la Belgique est un pays aux nombreux croisements avec
étrangers et surtout avec les Français.
UN
APPARTEMENT
Marie D...

Supplique aux journaux


comprenant 4 chambres à coucher
Ce lecteur voudrait un peu plus de discrétion
dans les comptes rendus des menues RUE FRANZ MERJAY, 106
affaires judiciaires. (A deux pas des trams 6, 8, 11, 12, 93)
Mon cher Pourquoi Pas ?,
Dans une de vos miettes de la semaine dernière, en par-
tnt des «avocats et des journalistes», vous terminiez en S’adresser chez le constructeur, de 2 à 4 heures,
sant : « il ne faut pas perdre de vue que si la défense a telephone 44.04.12, ou à son fondé de pouvoirs :
es droits sacrés, la presse n’en a pas moins ».
Eh bien, ces droits sacrés de la presse en matière judi- KOKCiANOFF, tél. 44.69.39, de 2 h. 30 à 4 heures,
aire, ne croyez-vous pas qu’elle pourrait souvent les exer-
er avec plus de charité? mr place tous les jours, le dimanche de-11 à 12 h.
u’un pauvre bougre récolte quinze jours de prison avec
234 POURQUOI pas:

UNE

CITROEN
8 CV. 10 CV. 14 CV.

S’ACHÈTE AU
COSMOS-GARAGE
TELEPHONES:
Seul concessionnaire pour Bruxelles :
44.57.77 - 44.57.78 39g, CHAUSSEE D’ALSEMBERG — BRUXELLES
ATELIERS: 43-45, AVENUE DES SEPT-BONNIERS. — Téléphone : 44.52.87

sursis pour avoir, dans un moment d’oubli, confondu le Laissez-moi vous dire que votre correspondant occasion­
nel a exagéré et que je proteste contre ses affirmations.
mien et le tien ou pour avoir perdu de vue que le Bois de Il s’agit vraisemblablement de la partie du cimetière af­
la Cambre n’est pas un hôtel meublé, immédiatement plu­ fectée aux inhumations en pleine terre. Il est certain qu’on
sieurs journaux (dont un «bien-pensant» qui s est spécia­ ne peut procéder à la toilette définitive de ces parcelles que
lisé dans ce genre de chronique) claironneront cette impor­ lorsqu’elles sont complètement garnies de tombes.
tante nouvelle aux quatre coins du pays, en citant souvent Ajoutez à cela que, pendant trois semaines, le sol a été
le nom de l’intéressé. gelé à une grande profondeur et qu’au moment où votre
1_£ résultat ne se fait pas attendre : la conspiration au informateur s’est rendu au cimetière — le 30 décembre der­
silence faite autour d’un père vieux ou malade est réduite nier — nous étions en plein dégel, ce qui explique l’état
à néant; les trois ou quatre lignes circulent de main en dans lequel il a trouvé le terrain.
main; un bon collègue les glisse sous l’œü du patron. Du Soyez persuadé que mon personnel veille scrupuleusement
fait de cette publicité, l’intéressé (qui, je le répète, faute à la propreté et à la décence de notre champ de repos, les­
peut-être pour la première fois) subit un dommage qui quelles n’ont d’ailleurs jamais donné lieu à des critiques.
constitue une aggravation de peine que n’a pas voulue la Seulement, il faut reconnaître qu’à cet égard l’éducation
loi. du public laisse à désirer. Bien que des corbeilles « ad hoc »
Le jugement sera peut-être réformé par la Cour d appel, soient placées prés de chaque pelouse, les visiteurs ne se
mais très souvent le journal qui a relaté la sentence du gênent pas, dès que les surveillants ont le dos tourné, pour
tribunal correctionnel ne fera pas mention de la décision jeter n’importe où couronnes et gerbes fanées enlevées des
de la dite Cour. tombes.
Que les quotidiens parlent des affaires qui, par leur ca­ Vous m’obligeriez, mon cher « Pourquoi Pas? », en vou­
ractère de gravité ou de récidive, entraînent une sanction lant bien rectifier l’information de votre correspondant,
punitive réelle; mais, de grâce, qu’ils soient pitoyables pour que je considère comme profondément injuste à l’égard de
les malheureux qui ont eu un moment de faiblesse! « Pour­ mon administration.
quoi Pas? » a trop de largesse d’esprit et de bonté pour ne Agréez, cher « Pourquoi Pas? », l’assurance de mes
pas être de mon avis. meilleurs sentiments. Le Bourgmestre.
C’est la raison pour laquelle je confie ces quelques lignes Arm. Huysmans.
à ce grand ami, en le remerciant et en m’excusant.
----------------------

Les arbres de Koekelberg, encore


La toilette des cimetières
La discussion continue et ce jeune Koekelbergeois,
Ci la réponse du bourgmestre d’Ixelles au lecteur qui aime les solutions radicales,
qui s’était plaint récemment de l’état demande qu’on abatte tout!...
du cimetière de cette commune.
Mon cher Pourquoi Pas ?,
Mon cher Pourquoi Pas?,
Dans votre dernier numéro, mon administration est « at­ Bien qu’étudiant à l’Université de Liège, Je suis « né
trapée » à propos de l’état d’une partie du cimetière com­
natif » de Koekelberg et J’y demeure encore. C’est vous dire
que J’ai compté littéralement, étant gosse, les grands ormes
munal.
du Parc. _ _ \
Aussi est-ce avec un serrement de cœur, un peu puéril
peut-être, mais si humain que J’ai vu tomber l’un après l’au­
tre les arbres de ces majestueuses allées. Seulement voilà:
LE//IVEU/E/ les ormes sont malades en Belgique, ils y passeront tous.
A/PIRATEUR/ J’estime même qu’on aurait dû les abattre tous ensemble
ET C1REU/E/ au lieu d’en laisser un çà et là, ce qui donne au Parc 1 as­
pect lamentable que l’on connaît.
Salle d’Exposition: 43, Rue de l'Hôpital, Bruxelles. Tout ceci pour en venir à l’avenue de l’Indépendance. Ne
Usines et Direction: vaudrait-il pas mieux appliquer aux grands maux les grand»
4-6-8, av. Henri Schoofs, Auderghem. - TéL 33/74^81 remèdes? Si les frênes sont atteints à leux tour, qu’on le»
POURQUOI PAS? 235

abatte pour les remplacer par une essence plus adaptée au 904848532353234848532348534853482348484823532323484823234
çlimat : les marronniers, qui sont d’ailleurs tx ut aussi déco­
ratifs (voir l’avenue de Jette ou le boulevard Léopold II). ^4599999999999
Evidemment, M. P. G... n’aurait la consolation de s’y pro­
mener à l’ombre que d’ici quelque vingt-cinq ans, mais cela
ne vaut-il pas mieux que de voir chaque année, un arbre
se dessécher, puis mourir. A. W.

me SEMAINE DU GRAND
Et encore le collyre 2 SUCCÈS DE L’ANNÉE

Suite et fin.
Mon cher Pourquoi Pas?,
J’émettais le vœu dans mon billet au sujet d’un collyre,
d’avoir l’avis de la Fédération Nationale Pharmaceutique.
LES INVITES
8
Pour sibylline que soit la réponse de M. Breugelmans (il
écrit: le prix payé ne répond « ni de très près, ni de très
loin » aux cotations du tarif), elle me permet pourtant de
marquer un point: avec
« Le prix réclamé n’est pas exact. »
Reste à savoir si j’ai payé trop... ou trop peu! Je frémis M Jean HARLOW - Wallace BEERY
& l’idée que j’aurais accusé un homme trop consciencieux! Marie DRESSLER
M. Breugelmans désirerait que je lui souffle dans le tuyau
de l’oreille le nom du pharmacien en cause, en me faisant H Lionel BARRYMORE - Madge EVANS
entendre qu'il lui tirerait les siennes, d’oreilles. John BARRYMORE
Je n’irai pas jusque là, ce rôle ne me convenant pas. n
me paraît que l’intéressé est qualifié pour se découvrir lui- = Phillips HOLMES - Karen MORLEY
même vis-à-vis de la Nationale Pharmaceutique s’il se croit Lee TRACY
dans son droit.
« Pourquoi Pas? » est trop répandu pour que mon hono­ |H Billie BURKE - Edmond LOWE
rable fournisseur n’ait pas eu connaissance des correspon­ sf VERSION ORIGINALE — TEXTES FRANÇAIS
dances amenées par le fait cité.
Je me contente pour ma part d’affirmer sa véracité. Et jf Production METRO-GOLDWYN-MAYER
pour ce qui est des deux confrères qui se sont sentis rogneux ENFANTS NON ADMIS
et se sont grattés, je les laisse en présence de M. Breu­
gelmans, que je remercie pour son intervention.
Bien cordialement à mon cher « Pourquoi Pas?»
D., de Schaerbeek.

Sur un (( truc éventé »

Un échevin de la commune de Piéton remet au point


une histoire qui, paraît-il, nous avait été
inexactement rapportée.
Mon cher Pourquoi Pas?, iisimii.iii
Depuis 1921, la majorité au Conseil communal de Piéton
est socialiste; étant composée d’ouvriers mineurs et d’agents W
du chemin de fer, elle s’est vue aussi rarement que pos­
sible dans l’obligation de convoquer des assemblées le di­ \ ANVERS, 36, Courte rue de l’Hôpital
manche, à cause des difficultés que certains d’entre nous
rencontraient pour se rendre libres en semaine. Ces assem­ MSeS /BRUXELLES, 30, Avenue des Arts
blées ont toujours eu lieu en dehors des heures des ser­
vices religieux.
A la demande de la minorité, nous avons accepté, un
Jour, de faire toutes les réunions du Conseil en semaine SUCCURSALES ET AGENCES EN BELGIQUE
en nous imposant, cela va sans dire, des sacrifices.
En reconnaissance pour notre gentillesse, ces messieurs
de l’opposition, un beau jour, constatant que deux d’entre
nous étaient absents, retenus au travail, n’ont rien trouvé
de mieux que de quitter la séance pour nous empêcher de
BANQUE
siéger. En présence d’une attitude semblable, nous ne nous
sommes plus naturellement gênés et c’est ainsi qu’en jan­
vier 1933. appelé à deux séances consécutives, toujours en
BOURSE
dehors des offices, un membre catholique ne s’est pas pré­
senté pour prêter serment, se démissionnant ainsi lui-même.
Lorsqu’il apprit à quoi il s’était exposé, sans connaître
CHANGE
nos intentions, il adressa une plainte au Gouverneur qui
chargea le Commissaire d’arrondissement d’ouvrir une en- PARIS : 20, Rue de la Paix
L étiquette qui fait vendre et présentant le mieux, prix LUXEMBOURG : 55, Boulevard Royal.
avantageux. Création et exécution dans nos ateliers: Gérard
DEVET, 36, rue de Neufchâtel, Bruxelles.
236 POURQUOI PAS?

quête. Ce monsieur, ancien bourgmestre, devant ce fonc­


tionnaire, a reconnu être victime de son ignorance de la
loi. Ce n’est donc pas pour nous, comme vous le laissez
CASINO-KURSAAL supposer, un élément gênant à nos assemblées; un incom­
pétent de ce genre ne pourrait nous porter ombrage. Il a
ensuite dû avouer qu’au moment où nous siégions pour la
D’OSTENDE seconde fois, il se trouvait, non à la messe, mais dans un
café en face de l’hôtel communal.
Le Ministre, une première fois, a approuvé la façon de
voir de la Députation permanente. Sur un nouveau pourvoi,
il a jugé utile de changer d’avis. Si nous, socialistes, démis-
sionnés, nous devions réintégrer l’hôte] communal en pa­
SAISON D'HIVER 1933-34 reilles circonstances, nous n’en serions pas fiers pour un
------- +------- sou.
Veuillez agréer, etc... Guillaume.
---------- 4----------
LE KURSAAL ET LE
PALAIS DES THERMES Où va l'argent?...
------ sont ouverts ------
A propos des pièces de vingt francs,
voici de quoi nous instruire.
AUX AMBASSADEURS Mon cher Pourquoi Pas ?,
Tous les samedis: A 21 h., Soirée dansante. « Mais où vont les nouvelles pièces de vingt francs? »,
Tous les dimanches: de 16 à 19 heures, demandez-vous dans votre dernier numéro.
Le phénomène dont vous paraissez vous étonner a été
Thé-Dansant. déjà constaté, voilà pas mal de siècles, dans des circon­
stances presque analogues; il est bien connu des écono­
mistes, comme résultant de la loi de Gresham. Le célèbre
Les Salons Privés sont ouverts tous les jours financier anglais de ce nom, fondateur du « Royal Ex-
hange », avait été chargé par la reine Elisabeth, de res­
à partir de 15 heures. taurer sa monnaie. Celle qui existait alors, était tout à fait
détériorée, on en fit donc frapper une nouvelle et l’on
constata avec étonnement, que Les pièces neuves disparais­
PLUSIEURS GRANDS HOTELS OUVERTS saient, alors que les anciennes circulaient d’une façon
plus intense que jamais.
Depuis, la loi suivante s’est toujours vérifiée:
« Dans un pays, où deux monnaies circulent, dont l’une
est considérée par le public comme bonne et l’autre comme
mauvaise, la mauvaise monnaie chasse la bonne. »
Le fait que notre nouvelle pièce est en argent, la fait
considérer par le public, comme meilleure que l’autre dont
il se débarrasse donc plus volontiers.
Non seulement, il est logique que les nouvelles pièces
disparaissent, mais encore que la circulation des ancien­
nes soit plus intense (fait que nous pouvons contrôler tous
les jours).
Notez, au surplus, que bien avant Gresham, Aristophane
avait déjà constaté le fait, paradoxal en apparence, que les
hommes préféraient la mauvaise monnaie à la bonne.
Veuillez me croire, cher « Pourquoi Pas? », sincèrement
vôtre, J • L-
Licencié en Sciences commerciales.
---------- *----------

de résoudre, de façon Un admirateur de Jehan Rictus


rapide et économique# Mon cher Pourquoi Pas?,
tout problème de Dans votre numéro 1014, du 5-1-34, p. 23, sous la rubrique
reprise en sous-œuvre « L’Etat Français hérite de Jehan Rictus », 1’ « Œil » de
ainsi que tout fonçage « Pourquoi Pas? » se montre trop sévère et injuste, au sens,
j’en suis sûr, d'un grand nombre de vos vieux et fidèles lec­
de pieu, sans vibration, teurs qui, comme mol, ont approché le doux poète errant,
bruit ou fumée, dans il y a quelque 30 ans, lorsqu’il, vint, à Bruxelles, lire — mer­
les chantiers les plus veilleusement — ses poèmes au Palais de Justice, invité aux
« Conférences du jeune barreau ».
exigus ou encombrés* Je dis injuste, parce que votre « Œil » vindicatif appel!
Rictus 1’ « homme d’un seul livre: « Soliloques du Pauvre »
Demandez lo brochure Je possède personnellement, dans ma bibliothèque:
tpicial* illustrée R jà 1» « Cantilènes du malheur », orné d’une superbe poin
sèche de Steinlen, édité à Paris en 1912, chez Savin et Rey;
PIEUX FRANKI 2° « .Soliloques du Pauvre » (avec dessins de Steinlen)
Paris 1904 (4e édition), chez Savin et Rey;
196. rue Grétry, LIÈGE
8° « Le Cœur populaire » (poèmes, doléances, ballades
POURQUOI PAS? 237

laintes, complaintes, récits, chants de misère et d’amour),


in langue populaire (1900-13), paru chez Eugène Rey, en
r-
ICe dernier volume signale: ouvrages du même auteur à
[ même librairie:
« Doléances » (un bluff littéraire) (brochure).
[Théâtre : « Dimanche et lundi férié ou le numéro ga­
rant ». Un acte en prose représenté à l’Œuvre (décembre
>05).
« La Femme du monde ». Pantomime en 1 acte, musique
Esteban Marti, représentée Salle Hoche (Janvier 1909).
Roman: « Fil de Fer ». 1 volume en prose mélangée de
Dèmes.
Il me peine de voir dépouiller ce pauvre Rictus, déjà si
du favorisé par la fortune.
C est ce qui m’incite à faire part de ma navrance à mon
xer « Pourquoi Pas? », généralement plus généreux.
A. V. d. W.

^ J
La querelle des généraux
Du Peuple du 10 janvier, à propos du scandale du com­
N’est-elle pas profondément émouvante et ne tire-t-elle merce des grâces :
pas la morale du débat, cette lettre d’un Le P. Verrecke a été bougrement interrogé lundi, voire pres­
simple brigadier de la grande guerre? que plus de 24 heures, par M. le juge d’instruction Gerivackx.
Mon cher Pourquoi Pas ?, Presque plus de vingt-quatre heures, lundi? Combien de
plus? Et pourquoi bougrement?
Vous êtes devenu un véritable « champ de bataille » où
5 plus célèbres chefs de notre armée se lancent à la tête
Le Peuple devrait bien publier une note pour préciser cea
poin.s troublants.
ute l’affreuse amertume de leurs illusions perdues et de
1rs ambitions ruinées. ? ? ?
Oous êtes un interprète impartial, vous enregistrez, c’est
tre rôle, vous l’accomplissez d’ailleurs d’un façon admi- Le critique dramatique de la Libre Belgique résumant en
ble depuis 24 ans... et c’est un bailli quelques phrases l'œuvre de Crommelynck, a été, naturelle­
Aussi, mon cher « Pourquoi Pas? » permettez à un mo­ ment, amené à parler du Cocu magnifique. Mais « cocu »
tte brigadier de s’étonner de ce qu’on essaye de ternir est un mot qui n’a pas cours à la Libre Belgique. Alors?..,
s noms illustres et de tuer les dernières Illusions qui late­ Alors, voici comment le critique s’en tire :
st à la jeunesse le doux rêve, que malgré tout la Pàtrie ... le répertoire contemporain s’est accru de quelques œu­
Srite le sang que nous sommes prêts à verser pour Elle. vres originales dont l’une des plus célébrés, moliéresque et
Par pitié, qu’on nous laisse au moins l’illusion que c’est « magnifique », est tout de même une singulière chose...
ur « notre drapeau » et « notre Belgique ». Ainsi les convenances sont sauves.
Sue ceux qui éprouvent le cruel besoin de nous promener Nous verrons quelque jour la Libre Belgique, à l’instar du
os cesse dans les « coulisses infectes » de la « dernière manuel où nos grands’mères étudiaient, au couvent, la géo­
erre », de nous montrer sans cesse l’envers de cette belle graphie, imprimer que la Sambre passe à Violette-sur-Saxa-
faille qui porte ces deux mots: « Morts Illustres », que bre pour éviter le mot Couillet...
i personnages n’oublient pas qu’ils ont derrière eux des
nés et des tombes dont « le silence est d’or », qu’il y a ? ? ?
i noms dont la mémoire est sacrée, qu’il y a une patrie... IMPARDONNABLE ! Vous l’êtes, impardonnable, si voua
î la jeunesse a le terrible mais magnifique destin de sau-
n’avez pas encore envoyé votre adresse à la Société SPEBEL,
jarder Libre et Indépendante. 134, boulevard du Jubilé, Bruxelles.
îu'ils n’oublient pas !... qu’ils aient au moins le respect Celle-ci vous fera parvenir, à titre absolument gratuit,
ceux qui sont morts en héros pour une cause qu’ils un flacon modèle échantillon de Sirop Pectoral « VEDAL ».
(yaient juste, et de tout ce blé qui lève, d’une jeunesse
tente qui veut pour son pays le maximum de Gloire, de Que vous soyez enrhumé, grippé, qu’une toux opiniâtre
tice et de Bonheur J vous afflige, cet échantillon suffira à vous procurer un
soulagement notable.
Un fidèle lecteur et ami. Pour achever la guérison, vous pourrez alors vous pro­
---------- »---------- curer le Sirop Pectoral « VEDAL » chez votre pharmacien
habituel, au prix de fr. 18.50 le grand flacon et fr. 12 50
le flacon moyen.
Sur la plate-forme
? ? ?
Du Soir, h janvier:
Signalé aux T. B.
Titre :
Mon cher Pourquoi Pas ?, L’ouvrier électricien Tangre
est assez vraisemblable qu’en dressant au milieu des qui s’était rendu coupable d’un assassinat
se pend dans sa cellule
es-formes une main-courante solide et bien lisse, la Texte :
ipagnie des Tramways Bruxellois a voulu permettre aux Le a Soir » a relaté, etc. L’assassin, qui se nommait Jules
sxgeurs d’assurer leur équilibre. L’idée est parfaite. Seu- Tangre, ouvrier électricien, marié, originaire futer avec pré­
bnt, c’est l’application qui cloche. Si les voyageurs s’ac. tention. L’accusé lui-même a cité, au cours de ces dernière*
shent à la main-courante en l’empoignant « d’une main années, une demi-douzaine de dates de naissance. L’enquête
semb.e avoir établi que sa mère, qui malheureusement s’adon­
i », tout va bien, elle peut servir à six, huit, dix per­ nait a la boisson, eut une liaison prolongée rvec un officier
les, et l’équilibre général est assuré. Mais si un seul anglais, dont elle eut trois enfants, deux filles et l’accusé .
igeur s'y adosse, personne d’autre ne peut s’accrocher Haddon a été admirablement défendu par M. Llods Jones,
rest exactement comme si la « barre » n’existait pas qui a réussi à persuader à son client de plaider coupable.
, “® luke a acquitté l’accusé, mais celui-ci dut s’engager d*
it-ee que les contrôleurs ne devraient pas pouvoir in car- s abstenir, durant trois ans, de répéter ses diffamations.
r et rappeler les accapareurs à la solidarité ? L accusé promit et Quitte le prétoire, entouré de ses ainls^
pci d’avance, etc. o. q..à Mince de mastic]
238 POURQUOI PAS?

De la Nation Belge, 20 janvier :


Tartufe ou Tartuffe? Pas d’œufs sans omelette, rien de plus juste.
Il y a des imbéciles qui écrivent Tartufe avec une « f ». Pardon ! Et les œufs brouillés ? Et les œufs à la coque ?
d’autres avec deux. Les malins, eux, se contentent de lire Et les œufs durs ?
c TARTUFE », le nouvel hebdomadaire qui est mis en
? ? ?
vente partout à 50 centimes. è
? ? ? De l'Etoile Belge, 20 septembre :
MARIAGE. Jeune homme sérieux, 30 ans, physi­
que très agréable, très bonne famille, sans po­
Du Courrier de Marche, 21 janvier : sition, désire mariage avec personne riche. Ne re­
TOERNAISIS garde qu’à l’argent, etc.
Espèce porcine Voilà, au moins, un jeune homme sincère.
Dites donc !...
? ? ? ? ? ?

De la Flandre Libérale, 18 janvier : Du toujours le mieux informé, 22 janvier :


On nous signale qu’outre le personnel de la brigade judi­ Il est près de 2 heures lorsque, après avoir entendu M. Pie-
ciaire, l’importante prise de bétail fraudé est due à MM. Van tri, arbitre, les témoins se sont réunis à midi et demi.
der Seypt et Penninck, contrôleurs des douanes.
Il y a sûrement une des deux pendules qui est détraquée!
Le personnel de la brigade judiciaire était fraudé, lui
aussi ? ! Quoutre, que vous me feriez dire 1 ? ? ?
? ? ? D’une affiche annonçant une exposition de pigeons à
Du Soir, 19 janvier : Anderlecht :
Motif de l’Exposition
Alain Gerbault L’amateur L... a consacré cette date pour exposer ses pi­
est aux Iles Marguerite geons pour pouvoir passer une soirée calme entre des amis
Le navigateur solitaire Alain Gerbault, qui était parti de colombophiles parce que c est sur ce jour qu’il perdait son
Marseille à bord de son nouveau cotre, « L’Alain-Gerbault », aimable père il y a 3 ans de qui il tient, comme souvenir,
le 27 septembre 1932, vient de faire parvenir télégraphique­ sa superbe colonie de pigeons.
ment de ses nouvelles, etc. Touchant.
« Les Iles Marguerite » ?... L’Ile Sainte-Marguerite, la ? ? ?
seule qui porte ce nom ?... Il aurait alors fallu plus de
quinze mois et demi à l’illustre solitaire pour naviguer des Offrez un abonnement à LA LECTURE UNIVERSELLE,
Bouches-du-Rhône à Cannes? On comprend l’inquiétude 86, rue de la Montagne, Bruxelles. — 350,000 volumes eu
de ses amis devant ce record au ralenti !... Au fait, il s agit lecture Abonnements : 5° francs par an ou 10 francs ">ai
peut-être des Iles Marquises... mois. — Fauteuils numérotés pour tous les théâtres et
réservés pour ln cinémas, avec une sensible réduction d€
? ? ? prix. — Tél. 11.13.22, jusque 7 heures du soir.
Du Soir du 21 janvier, à propos de l’incendie des mou­ ? 7 ?
lins de Clavier :
De Z, par Jefferson Fargeon, roman traduit de l’anglaii
...Le feu ne fut aperçu que tardivement et l’on ne fit
appel à aucune pompe. D’ailleurs, le village de Clavier, comme par Anna Guerdan :
tous les villages des environs, n’en possède aucune. — Qu’est-ce qui ne vous convient pas en elle, alors ?
— Oh! je ne sais pas. Elle n’a rien de particulier. Soi
Ces gens de Clavier se sont donc montrés pleins de bon grand âge, peut-être. Elle a trois cent soixante-dix ans.
•ens... Un peu vieux, en effet !
? ? ?
? ? ?
Du Courrier de Marche, 21 janvier : Dans le roman de Roland Dorgelès, Le Château de
Les blessures produites sur Jaumin par cet objet conton­ Brouillards, page 9, on trouve :
dant sont^ profondes, mais peu graves. Elles ont toutefois
requis les bons offices d’un médecin qui appliqua 27 points Pas de flâneurs : il faisait trop froid. Seulement, de loir
en loin, une ménagère qui rentrait, sans fichu sur le nez, o\
de soudure. bien un ouvrier attardé au café qui s’éloignait, transi, ei
Le médecin plombier-zingueur !... soufflant du brouillard.
Etrange café.
? ? ? --------- «---------
Le collège échevinal de Venders propose de renouveler
certains impôts communaux. Le journal Le Jour donne la Correspondance du Pion
nomenclature officielle des taxes nouvelles, et nous rele­
vons parmi ces taxes :
...h) Taxe sur les marchés, étalages et saillies sur la voie
« RIEN MOINS QUE... »
publique. H. P. O. — la locution « rien moins que » prête, comm
Vous avez bien lu : « saillies sur la voie publique »... vous dites, à l’amphibologie. Pour ne plus vous trompe:
Le mémorialiste qui retracera l’histoire des Verviétois lisez cette lettre écrite le 15 juület 1874 par Littré à u
pendant le deuxième quart du XXe siècle écrira des pages de ses innombrables correspondants :
bien égrillardes... Monsieur,
Cela n’est rien moins que poli signifie très certainemei
ela n’est aucunement poli. Cependant, comme quelqui
Amateurs d’un Bon Cigare! :crivains, même bons, s’y sont trompés, le Dictionnav
le l’Académie conseille d’éviter de se servir de cette torn
Les « Madame RECAMIER » ont un iure Pour exprimer le contraire, c’est-à-dire pour fan
arôme délicieux. Importés par Scohier, mtendre que cela est fort poli, il faudrait se servir de ne;
le moins : cela n’est rien de moins qu’une politesse. C ei
438, chaussée de Louvain, Bruxelles. a facilité de confondre deux locutions qui diffèrent si p<§
Téléphone : 15.17.40. Prix-courant sur it qui pourtant ont des significations opposées, cest cet*
•acuité, dis-je, qui a induit quelques écrivains en erreu
démande. gréez. E• Littré.
CLINIQUE MEDICO-CHIRURGICALE
J73 RUE DE BRABANT, 173, BRUXELLES, dirigé* n«r „ ..
DU. .. BRABANT
....... *VADAI’ 1
k
173, RUE DE BRABANT, 173, BRUXELLES, dirigée par ancien chef de
clinique a l'Université, ex-interne des hôpitaux de Liège, Bruxe^s et Parts Maladies intimes des deux sexes. —
Consultations tous les jours de 9 à 12 et de 2 à 19 heures, dimanche v commis Accouchements-Gynécologie. _ Mala­
dies de la peau, spécialement de l’eczé­
Des malades peuvent être hospitalisés à la clinique. ' ma chronique. — Rayons X, Rayons
ultra-violets, Radium haute fréquence.

MOTS CROISÉS 1 1 3
Problème N 211
* ? 6 > k g ,0 //

Résultats du Problème N* 209


d?éntGenztutaafêiefctieS^aa.,;de(JiS- wr;
fieux-Genappe; A. Marchant^ Anvers ’
est; Mme M. Noterdaem. Ostende’ J SL? gfw’p r°'
Æonckamie, Gand; Mme G StevensSaint ril
J. Proye, Jette; Mlle CLnkemalil Jette A Van ^e™
îorduant, Mons; Ar. Crocq-Sceurs Sa nt-io'J ph T'
e\ournpré^renetrS:AAivrGTUh:n’ H?fdeumont; Marie Zieude*-
aint-Lambe^t £e?run' Chimay; L. Du terme, Val
Snabui- Mm^ M r^eleQne’f &Teram§'; Mme J. Traets
xcMiduur0, ivime M. Cas, Samt-Josse: Mlle P Tncrphoc
seules, I. Alspens, Woluwe-Saint-Lamberf Mlle M l°npi’
rBSM'S Reytiaertî Tirtemontftj. Sut
nés;BMmfS:.AL'D?marté“d'Lr
'Si-^nè'T’ ^TT’ AyDel&.'kon^G.Xlr
lis: M. Leiihïiow^BràxèSIi w îfortlriendt1Menï:
etty Hemmetansa, Bruxelles; N. Luvei ™ rfècte P
efrancq, Plancenoit; Mme E G llet Ostende- Mmp r‘
ary, Montigny-le-Tilleul; M. Bnchard Andericht F?'
hllemyns Bruxelles; Mme Jacobi, Bourg-LéoDold MHpr’
uneux, Bruxelles; F. Maillard, à Hap P°et° Fernande’
l^tes; Mlle N. Robert, Framefies; V Vandèvoord? M^
pbeek, Mme A. Laude, Schaerbeek; Ê. Detry s errîbert- ti\7ctZta-ZnV L de grandes ProP°rtions (fém.); 2. in-
,• ^ ,, ' prononce à la messe- — pronom-*• 3cotoïïé
nar
Jacédémonierme" 1 dln»ch<» ^nés;
ïugnies, VanMNtomenM°sUS®~ lacedemomenne — ancienne mesure; 6. lieu de combat-
ïrschkorn, Saint-Josse; Mme Van ' La hen?Bruxeîfe? w' ~ tvmhni’ 8; sans emballage — surmonte certains édifices
'eîetteaiD.SAhatlnchek ’ J' DdW Bruxelle”; H Fonfi'n préS lion • C?lmiqlf ’ 9-.vdle française — lettre grecque —
eiette, Dr A. Kochenpoo, Ostende- R Fpra saint niiioo- préposition, 10. sert a secher le linge — pronom- Il ahré
îîxenes-MM0!gnhrnnS'jF' ^rMerveken, Forest;' H. Simon’ a ion d un titre — ville du Grand Duché de Luxembourg*
perbe^'cSa^ du ^ f°nt des choSes étonnantes; 2. su.
Maef Vv 6 SJTÎ1 <**«** Tem° ir'sain “ois* yeiue cnateau du XVIe siecle (France Deux Sèvrp^i
de ladLE°eemeSafCff^Sn 3' ‘f de ~ tiZelt
<5ar ArltS®yS’ «WS iw Cuvedler- Saint-Gilles; Mme Ed.
ikebeek. °' 1 °1' Macquet> Assebrouck; M. WLmotte, façon ^^Qaffl; du Par?ube: 5. exprimée d’une certaine
verbe être hL? fi?ale dll nom d une romancière; 6. du
courLÏ deaU; 7> architecte de la Sorbonne —
Solution du Problème N° 210 fnrpiWnnM-' 1 y en a que deux aa monde; 9 agent de la
force publique, en Italie; 10. article - abrév géographie
> Z 3 A f 6 2 & j) /o un enjeUBeUVe de Prance : “• féminm -"Ssa

N E M0 Recommandation importante
A 1 M ES tueTemlTZT/ dt n°S l6CteurS qui Vannent habL
R 0 UTE slïtL J 1 V 1
ïOllTV
s concours Que les réponses - vour
JlSjeKv~r?°lVent n°US ParveniT le mardi avant midi
G R D S il SOUS PEINE DE DISQUALIFICATION; es réponses do-
Tête T™ eXfediees sous enveloppe fermée eporter - en
L T D caractères ~ ^ mentl0n « CONCOURS » en grands
Ë A L] Faut-il rappeler que ces concourrai ne sont d’ailleurs
dotes d aucune prix. sont absoluvSt qratuits ?
R E N V E QleTVT7elrTt’lTant ^ UU C07npte P°Stal des
1 D E E si Reine Ip* ’ œuvre S1 intéressante patronnée par la
ticipants à noTconcours°US Semient envoyées Var des V™.
T E m
E N T i E
1
là 0 R T 0/ MOINS
Toutes CHER
Constructions Modernes
QUE SOCIÉTÉ
L. = Adlenne Lecouvreur. — j. R.=Jean Richepin. coRloF«U S'ADRESSER ■

? fSr 9XaCt®S Sar°nt publié8S dans notre numéro BRUXFM0pcAGNE'AUX'HERBESP0TAGÈRrS


BRUXELLES Tel. 17.84.37
REFERENCES DE PREMIER ORDRE
FACILITÉ DE PAIEMENT.
rnMyr CADEAU un DVÎama « Prince Russe » ou « Novarro » RODINA sera une preuve de votre
goût carTs “pHn^ Russe » ou « Novarro >, sont coupés de façon la plus élégante et leurs
colorisï sont
sont précisément
précisément_ ce que porte l’homme- de *gout raffine.
ce que supérieure de |, célèbre marque DURAX, en
Ki _«.akva I no r\o cnioj ÇUm
grenat b^.r."* VnSoS no r ou delà même telnt’e ,ue la veste, voient .’uniform** de,
tons unis relevés d’un l.seré ton sur ton ou en juxtaposition de couleur differente.
RODINA a en stock une gamme de coloris très complète. . u„
plus js - rÆ SÆ «---
sont utilisées pour la « mesure ».
GARANTIE absolue comme tous les produits RODINA.
PYJAMAS « PRINCE RUSSE » ou « NOVARRO », sur mesures ou prêts à mettre, pope .ne ^
de soie, qualité supérieure .............. ............................................................. ^ 49.50
CHEMISES popelir, de soie, sur mesures, la chemise à partir de ..............................................
\ En confection, à partir de fr. 39.50
avec piqûre double chaînette extensible, coupe étudiée, gorge d une seule pièce, t.ssu inusable, boutons nacre ventable.
fini irréprochable
LA CHEMISE DE QUALITÉ AU PRIX D’UNE CHEMISE ORDINAIRE
POUR COMMANDER: une simple carte postale mentionnant l’encolure et la teinte préférée. Le franco est accordi

par trois pièces minimum. I


EN VENTE: 4, rue da Tabora (Bourse) : 25 chaussée de Wavre* ?u’SZ?ti£2S\

FMVOI D’ECHANTILLONS GRATUITS SUR DEMANDE.