Vous êtes sur la page 1sur 2

Page 235:

CABOTAGE

LE CABOTAGE ROUTIER

Le bénéfice de cette facilité est réservé exclusivement aux transporr- teurs ressortissants des États
adhérents à l'UE

les dispositions des articles 74 et 75 du Traité de Rome qui prévoient : – la liberté des prestations de
service en transports interr- nationaux ; – et les conditions de l'admission des transporteurs non
résidents aux transports nationaux dans les autres États membres.

un règlement com- munautaire a autorisé le « cabotage routier » depuis le 1err juillet 1990.

En transport routier, l'expression « cabotage » désigne une opération de transport intérieur de


marchandises, réalisée pour le compte d'autrui, par un transporteur non ressortissant du pays dans
lequel est exécutée l'opéra- tion, sans qu'il y dispose de siège ou d'établissement.

Depuis mai 2010, la possibilité de cabo- tage est subordonnée aux conditions suivantes : – il doit être
consécutif à la réalisation d'un transport international ; – l'opération doit être réalisée dans un délai
maximal de 7 jours à compter du déchargement complet des

Page 236:

du pays d'établissement du client lorsque celui-ci est un assujetti à la TVA , et celui du pays dans
lequel est réalisé le transport pour la distance qui y est parcourue lorsque le client est un non-
assujetti à la TVA.

marchandises ayant fait l'objet du transport internatio- nal préalable (loi n° 2009-1503 du 8
décembre 2009, art. 39-I) ; – le nombre d'opérations de cabotage est limité à 3 dans le délai prévu.
Lorsque le transport de cabotage est exécuté dans un État membre qui n'est pas la destination finale
du trans- port international le cabotage ne peut faire alors l'objet que d'une seule opération de
cabotage. Cette opération doit alors être réalisée dans les 3 jours suivant l'entrée à vide sur le
territoire national de cet État membre.

Les opérations de transport menées dans le cadre du cabotage doivent être exécutées sous réserve
de l'appli- cation de la réglementation européenne, conformément aux règles en vigueur dans le
pays d'accueil, en ce qui concerne les prix et conditions régissant le contrat de transport, les poids et
les dimensions des véhicules, les prescriptions relatives au transport de certaines caté- gories de
marchandises, lorsqu’il s'agit, notamment, de marchandises dangereuses, de denrées périssables ou
d'animaux vivants.

la règle de taxation applicable est le régime

Elle est valable au maximum pour une durée de 6 mois consécutifs et doit être conservée à bord du
véhicule avec le contrat de travail.

À compter du 1err juillet 2016, les conducteurs étran- gers détachés en France par des entreprises de
trans- port établies hors de l’hexagone doivent être déten- teurs d’une attestation de détachement
établie par l’employeur.

L’attestation doit être établie par l’employeur ou, à défaut par l’entreprise d’accueil. Elle doit être
conforme aux modèles d’attestation de détachement d’un salarié roulant sur le territoire national
prévus par l’arrêté du 29 juin 2016. L’attestation doit contenir les informations relatives : – à
l’entreprise qui emploie habituellement le sala- rié (ou à l’entreprise de travail temporaire, le cas
échéant) ; – au salarié et à son contrat de travail ; – au représentant de l’entreprise en France que
l’em- ployeur étranger doit obligatoirement désigner sur le sol français ; – ainsi que le taux horaire de
rémunération et le mode de prise en charge des frais du salarié.

Par ailleurs, les trans- porteurs travailleurs indépendants ne rentrent pas dans le champ d’application
des règles propres au détachement.