Vous êtes sur la page 1sur 8

1ère

 ES,  L,  S        Compte  rendu  DST  4  :  Balzac,  Hugo,  Zola,  Proust  


 
Attention  aux  homonymes  :    
Léa,  Léa  D.,  Leah  et  Adrien,  Adrien  H.  
 
 
Toutes  les  fautes  du  DST  1,  2  et  3  sont  répétées  par  bq  d’élèves  :   Gloria,  Gabriel,  Léa,  Antoine,  Hyun,  
donc  pas  de  progrès  possible  pour  eux  puisqu’il  n’y  a  pas   Ruben,  Snowden,  Sara,  Thorbjorn,  
d’amélioration  dans  des  domaines  sur  lesquels  ils  peuvent  agir  car   Nicolas,    Lina,  Léah.,    Stacy,  Muna,    
il  leur  suffit  de  mémoriser  et  d’appliquer  ces  méthodes  pour   Justine,  
améliorer  leur  devoir.    
En  revanche  la  compréhension  des  textes  reste  une  autre  difficulté  
qui,  elle,  ne  peut  pas  être  surmontée  par  une  simple  mémorisation.  
Des  élèves  partent  avant  la  fin  de  l’épreuve  alors  que  leur  devoir    
est  inachevé,  ou  bien  rempli  de  fautes  qu’il  aurait  fallu  corriger    
avant  de  partir  …   Antoine,  Oscar,    
1H30  avant  :   Gloria,  
1H20  avant  :   Maylis,  
1H10  avant  :   Pierrick,  Justine,  Léa  D.,    
1H  avant  :   Sidoine,  
45  mn  avant  :  
 
Il  faudra  aussi  prendre  l’habitude  d’une  marge  à  droite  :  encore   Presque  les  mêmes  que  la  dernière  
oubliée  par     fois  :  Antoine,  Maylis,  Léah,  Azénor,  
Céline,  Léa  D.,  Adam,  Ruben,  Juliette,  
Muna,  Oscar,  Gloria,  Sidoine,  
 
Devoirs qui commencent mal : oubli du « ç » à « français » dès le titre :   Thorbjorn, Léa, Pierrick,
 
GRAPHIE
De grosses améliorations chez Sidoine et Stacy : très encourageant car
  vous serez lus donc corrigés le jour du
bac !!
 
Demeure  parfois  illisible  :  contraint  le  correcteur  à  «  deviner  »  …  ce   Oscar, Pierrick,  Ruben,  Gabriel,
qui  est  pénalisant  …    
TYPOGRAPHIE
Encore  «  texte1  »,  «  texte  2  »,  etc.  «  texte  A  »,  «  texte  B  »,  etc.   Gloria, Théo,  Antoine,  Nicolas,  
 
Encore  fautive  en  février:  inquiétant  !   Sara,  Adam,  Pierrick,  Justine,  Nicolas,    
Lydia,  Antoine,  Stacy,  Alessandra,  
Ruben,    Dominique  (celle  de  la  réponse  
à  la  question  de  corpus),  Snowden,  
Justine,  et  Caleb  (encore  des  mini-­‐
parties  ??),    
   
Les  titres  de  recueils  ne  sont  toujours  pas  tous  soulignés  en  janvier   Pierrick,  Sara,  Snowden,  Adam,  Théo,  
très  pénalisant  !!   Gabriel,  Antoine,  Hyun,  Ruben,  Stacy,  
Lea,  Sidoine,  Lina,  Léah,  Céline,  Léa  D.,    
   
1er  axe  =  3  §  =  bien   Caleb,  
2  axe  =  1§ : très pénalisant  
e

1 axe = 1§ : très pénalisant Léa  D.,  Lina,  


4  §  au  lieu  de  6  attendus  ??   Léa,  
Des retours à la ligne sans alinéas ?? Gloria,  Antoine,  Thorbjorn,  Léa,  Maylis,  
Ne  pas  passer  de  lignes  dans  un  texte  manuscrit   Dominique,  Léa  D.,  
SYNTAXE/EXPRESSION  
Des phrases bien trop longues donc forcément fautives …   Gloria,  Sidoine,  
Votre  expression  ne  parvient  pas  tjrs  à  exprimer  ce  que  vous   Alessandra,  
voulez  dire  …  pénalisant  …  
Emploi fautif de « faire preuve » encore : on ne peut pas écrire : « faire Adrien,  
preuve d’ *absurdités » ? « faire preuve d’ *habitudes », « faire preuve
de * richesse », « faire preuve de *fatigue », etc.: on « fait preuve de
courage » par ex.
«  connotation  »  (positive  ou  négative)  mais  pas  «  emphatique  »  par   Stacy,  
ex.  =  aucun  sens  !!  
«  montrer  »  n’est  pas  «  démontrer  »  différence  ?   Adam,  Lydia,  
Est-­‐ce  la  «  description  »  qui  est  ambiguë  ou  est-­‐ce  le  personnage   Muna,  
décrit  ???  
«  au  XVIe  siècle  »  «  au  XVIIe  siècle  »  pas  «  dans  le  »      
Le  présent  est  le  seul  temps  de  l’argumentation,  de  l’essai  donc  de   Dominique,  Céline,  Justine,  Léa  D.,  
vos  devoirs  scolaires  (sauf  invention  si  on  vous  demande  une  
narration)  donc  pas  de  conditionnel  par  ex.  
«  afin  de  *confondre  le  personnage  »  ?  anglais  ?   Muna,  
   
ORTHOGRAPHE  
Très  malmenée   Gloria,  Ruben  
Comptine  du  cours  primaire  :  «  je  m’aperçois  qu’apercevoir  ne   Gloria,    Alessandra,  
prend  qu’un  «  p  »  .  
«  malgré  »  et  «  parmi  »  pas  de  «  s  »  !!   Oscar,  
«  d’abord  »  jamais  de  «  s  »  (systématique  dans  votre  copie)   Muna,  
«  existe  »  ;  «  excès  »  ;    pas  d’accent  devant  «  x  »  (et  2  consonnes)   Muna  (systématiquement)  
«  exagération  »  
«  notamment  »  :  un  seul  «  t  »  mais  2  «  m  »  et  un  «  a  »  après  le  «  t  »   Céline,  Nicolas,  
«  quatre  »  invariable   Maylis,  Céline,  Sidoine,  Nicolas,  Léa  D.,  
Pas  de  faute  aux  titres  présents  dans  le  sujet  :  très  pénalisant  !    ex.  :   Maylis,  Antoine,  Ruben,  Thorbjorn,  
L’Assommoir  »  2  «  s  »,  2  «  m  »  !!  
«  davantage  »  en  un  seul  mot  =  «  plus  de  »  ne  pas  confondre  avec  le   Adam,  Léa  D.,  
substantif  :  «  un  avantage  »/  «  des  avantages  »  /«  pas  d’avantage  »  
(c’est  ce  dernier  qui  mène  à  la  confusion).  
«  S’intéresser  à  »  :  un  seul  «  r  »  donc  un  accent  sur  «  é  »  et  deux   Snowden,  
«  s  »  
«  personne  »  et  les  mots  de  sa  famille  avec  2  «  n  »  :  personnification   Lydia,  
etc.  
«  vieillard  »  oubli  systématique  du  2e  «  i  »  !?   Lydia,  Muna  (sauf  une  fois)  
«  rime  »  avec  un  «  i  »  en  français     Lina,  
«  aucun  »  pas  avec  un  «  qu  »  !!   Pierrick,  
   
GRAMMAIRE  
Trop  malmenée  (accords  simples  par  ex.)  et  pourtant  ce  n’est  pas  le   Gloria,  Sidoine,  Antoine,    
temps  qui  vous  manque  puisque  vous  partez  plus  d’une    
heure/45mn/1H30  avant  la  fin  de  l’épreuve  ???    
   
Manque  de  temps  pour  vous  relire  ?   Hyun,  Céline,  Ruben, Adam,  Léa,  
Les  verbes  conjugués  à  la  1ère  personne  du  singulier  ne  peuvent  pas   Sidoine,  
s’achever  sur  un  «  t  »  !!  faute  de  primaire  très  pénalisante  !!  
Faute  éternelle  donc  pénalisante  en  février  :  «  il  s’agit  de»  ce  verbe   Pierrick,  Sidoine,  
NE  peut  être  conjugué  qu’avec  l’impersonnel  sujet  «  il  »  :  aucun  
autre  sujet  n’est  possible  …  
   
«  chaque  »  est  suivi  du  singulier   Justine,  
«  un  extrait  »  donc  «  cet  extrait  »  !!     Sara,  
«  qu’il  fût  »  (subjonctif)  mais  «  il  fut  »  passé  simple  !!  (le  circonflexe   Antoine,  
pour  le  passé  simple  n’existe  que  pour  «  nous  fûmes  »  et  «  vous  
fûtes  »)  
«  ces  »  et  «  ses  »  encore  confondus  !!??   Céline,  
BANNIR    
Encore  la  1ère  personne  dans  un  devoir  scolaire  :  «  je  est  haïssable  »   Théo,  Ruben,  
disait  Pascal.  
«  c’est  »  présentatif  de  l’oral     Céline,  Dominique,  Antoine,  Adam,  Léa  
D.,  
«  cela  »  /  «  ceci  »   Oscar,  Antoine,  Céline,  Juliette,  Caleb,  
pire  encore  «  ça  »  oral  et  familier     Ruben,  Léa  D.,  
Pas de jugements de valeur : « affreux» ; « cruel »; « vilain» ; Gloria,  Lydia,  Léa  D.,  
« ridicule », « normal » etc. sont à bannir : pourquoi ? parce qu’en soit
ils ne veulent rien dire : ex. « ridicule », « normal », etc. selon qui ? par
rapport à quelle norme ? etc. = subjectif … or un devoir scolaire = une
démonstration fondée sur la raison et l’objectivité (scientifique) …
+ si vous voyez qu’un de ces mots se répète alors votre propos lui aussi
se répète, votre argumentation n’avance plus et tourne en rond, etc.
Bannir  :  tel  procédé  auquel  vous  ajoutez  systématiquement  :  «  est   Adam,  Gabriel,  
présent  »  ;  «  est  mentionné  »  ;  «  est  proposé  »  ;  «  est  employé  »  tous    
ces  ajouts  sont  terriblement  lourds  car  redondants  …      
Vous,  vous  ajoutez  «  tel  procédé  …  *renforce  ce  fait  »  idem   Stacy,  
terriblement  lourd  et  inutile  !!  
Bannir  le  «  lecteur  »  :  dès  que  l’on  essaye  de  s’intéresse  à  «  un   Pierrick,  Antoine,  Céline,  Azénor,  
lecteur  »  on  se  détourne  du  texte  …  or  un  commentaire  NE  porte   Justine,  
QUE  sur  un  texte  pas  sur  les  réactions  d’un  «  hypothétique  lecteur  »  
…  lequel  ?  une  infinité  …    donc  bannir  «  nous  »  (qui  remplace  le  
lecteur)  :  «  il  *nous  dit  »  ;  «  il  *nous  montre  »  etc.  
(SAUF  bien  sûr  quand  le  narrateur  l’interpelle  avec  des  impératifs  :  
«  mettez,  entourez,  jetez,  …)  
Bannir  l’auteur/le  narrateur  :  on  étudie  les  effets  de  sens  d’un  texte   Pierrick,  Léah,  Caleb,  Justine,  Léa  D.,  
pas  les  «  intentions  »  d’un  auteur  …  on  ne  doit  pas  les  confondre.   Lina,  Muna  
Bannir  «  chose  »  «  quelque  chose  »    
   
Bannir  l’oral  à  l’écrit  donc  on  ne  peut  pas  trouver  des  termes  de   Antoine,  
l’énonciation  comme  :  «  maintenant  »  ;  «  nous  allons  nous  poser  la  
question  suivante  »  à  la  place  posez-­‐la  directement  …  
   
Bannir  :  «  message  »  déjà  banni  dans  Weebly  !!  pourquoi  ?   Adrien,  
Bannir  :  «  il  utilise  »  +  procédé  :    on  sait  qu’il  faut  commencer  par  le   Léah,  Léa  D.,    
procédé  qui  suit  …  «  La  métaphore  …  etc.  »    
De  même  «  il  est  *devinable  (barbarisme)  que  …  »  dites  ce  que  vous   Lina,  
avez  deviné  à  la  place  !!  
BARBARISMES/ANGLICISMES  
 
«  *contrairiante  »  ;  «  *envihable  »  ;  «  *resplendisseur  »  ;  etc.   Gloria  
«  *adorner  »   Dominique,  
«  *écrivant  »  au  lieu  d’  «  écrivain  »   Hyun,  
«  *lister  »     Nicolas,  
« *de première part » ??? Adam,  
« *péculiarité » ??? / « *beaucoup pire » ??? Gabriel  
«  To  contrast  »,  faux  ami,  peut  être  traduit  par  «s’opposer  à  »     Lydia,  Léa  D.,  
« *que rien qu’à » Alessandra,  
Emploi de « dénoncer » souvent fautif … emploi correcte : « Voltaire Alessandra,  
dénonce l’intolérance religieuse » emploi incorrect : « les adj. de
connotation négative *dénoncent le monstre » …
«  *depicter  »  encore  au  lieu  de  «  décrire  »   Lina,  
« *réaliser » au lieu de « dessiner » « dresser » (un portrait) Stacy,  
« inventer » etc.
 
 
MÉTHODE DE LA QUESTION DE CORPUS  
Toujours  pas  mémorisée,  appliquée  en  février:  pénalisant  !   Hyun,  Sara,  
Intro. méthode complètement oubliée très pénalisant en février : oubli Gloria,  Hyun,    
de la problématique ???? comment répondre alors à une question qui  
n’a pas été posée ???  
Ne pas ajouter d’annonce de plan (contrairement au commentaire) !! Théo,  
A peine esquissée … Pierrick,  Adrien,  Léah,  Azénor,    Lina,  
Peut-on ne solliciter qu’un seul texte pour soutenir un de vos Thorbjorn,  
arguments ?
Question mal comprise … Dominique,  Léa,  
   
Inachevée alors que vous aviez tout le temps pour la finir ??? Sidoine,  
Commence-­‐t-­‐on  la  réponse  par  «  Pour  commencer  »  ?  =  oral  mais    
surtout  pas  à  l’écrit  …  
Est-­‐ce  que  l’on  propose  un  résumé  des  textes  dans  l’intro  ?   Thorbjorn,  Sara,  Azénor,  
Commence-t-on brutalement par « Les textes sont … » ? Préférez : Léa,  
« Le corpus est composé de … »
(c’est  l’endroit  de  lier  les  textes  entre  eux  par  leur  genre,  leur  
époque,  etc.)  
Ne  pas  passer  en  revue  les  textes  un  par  un,  ne  pas  les   Thorbjorn,  
juxtaposer  les  faire  dialoguer  …  
La  1ère  phrase  de  votre  réponse  doit  poser  la  thèse  donc  impossible    
de  lire  :  «  Dans  la  ligne  1,  on  trouve  …  »  ou  «  Dans  le  texte  de  …  »  ou   Thorbjorn,  Gloria,  Dominique,  Ruben,  
une  référence  à  un  procédé  «  Le  point  de  vue  …  »  car  il  s’agit  d’une   Hyun,  Adam,  Sara,  Juliette,  Alessandra,  
description  du  texte  au  lieu  de  l’idée  que  vous  allez  défendre  …      
   
Vrai  pour  toutes  les  1ères  phrases  :  axes  et  §  !!  de  commentaire,  de    
dissertation,  etc.   Pierrick,  
Idem  pour  les  1ères  phrases  qui  annoncent  un  procédé  :  impossible  
car  on  veut  une  thèse  à  défendre  et  non  pas  un  procédé  …  etc.  
 
Citations  encore  fautives   Léah,  
Question  de  corpus  mal  lue,  mal  comprise  donc  réponse   Nicolas,  Alessandra,  
compromise  …  sens  de  «  transposer  »  ?  
   
On  vous  demandait  une  trentaine  de  lignes  vous  en  proposez  une   Adrien,    
dizaine  ???  
MÉTHODE DU COMMENTAIRE  
On ne cite jamais donc on doit recopier encore moins le chapeau !! Leah,  Snowden,  Adam,  Gabriel,  Sara,  
Thorbjorn,    Lina,    
1  axe  =  1§  au  lieu  de  3  attendus  x2  =  6  §    ???  devoir  très  incomplet.   Ruben,  
2  §  au  total  au  lieu  de  6  !?   Azénor,  
 
Hélas,  à  peine  esquissé  alors  que  vous  semblez  avoir  compris  ce   Hyun,  Léa  D.,  
que  l’on  attendait  de  vous,  dommage  !!  :  très  pénalisant  :  manque  
de  temps  ?  
Faute  majeure  =  contresens    …  le  personnage  décrit  n’est  pas   Hyun,  Gabriel,  Sara,  
l’homme  que  Poussin  va  voir  …  c’était  marqué  noir  sur  blanc  dans  
les  notes  en  bas  de  page  !!  
Bien préciser le numéro de ligne des citations !! Gabriel,  
Appelle-­‐t-­‐on  un  personnage  par  son  prénom  «  Nicolas  »  si  l’on   Caleb,  
parle  de  «  Nicolas  Poussin  »  ?  en  revanche  pourquoi  peut-­‐on  
nommer  «  Thérèse  Desquéroux  »  «  Thérèse  »  dans  un  devoir?  
 
L’argumentation  ne  respecte  tjrs  pas  l’ordre  de  la  méthode  :  idée,   Adam  
procédé,  citation  et  analyse  …  (certaines  de  ces  étapes  sont  
oubliées)  
On  ne  cherche  pas  à  prouver  que  le  texte  est  une  description  ou  une   Léah,  
narration  !  on  cherche  à  prouver  comment  cette  description,  cette  
narration  sont  organisées,  leur  intérêt,  leur  fonction  …  sinon  vous  
en  restez  au  constat,  à  la  paraphrase  =  0  
Citations  fautives  car  trop  longues  et  souvent  sans  rapport  avec  ce   Sara,  
qui  précède  et  rarement  présentes  pour  illustre  un  procédé  …  
DANGER  DES  RÉVISIONS  MAL  DIGÉRÉÉES   Presque  tous  les  élèves.  
Comme  nous  avons  revu  des  mouvements  littéraires  avant  le  DST  
les  élèves  ne  peuvent  résister  à  les  nommer  mais  est-­‐ce  
intéressant  ?  Pourquoi  en  revanche  est-­‐ce  si  important  de  
connaître  leur  existence  et  leur  signification  ?  à  quel  moment  dans  
un  commentaire  on  va  reconnaître  que  l’élève  possède  ces  
connaissances  ?  est-­‐ce  seulement  s’il  «  nomme  »  le  mouvement  ?  
   
Un  paragraphe  s’achève-­‐t-­‐ils  sur  une  citation  ?   Sara,  
   
INTRODUCTION  
Pas de présentation du texte dans le sens où on ignore ce dont il parle Justine,  Lina,  
…  
Où  est  la  problématique  ?   Sara,  Caleb  et  Lina  (+  absence  
d’annonce  de  plan  pourquoi  ?),  
Tjrs  pas  4  étapes  :  ou  du  moins  elles  sont  toutes    ou  en  parties   Léah,  Léa,  Muna,  
fautives  :  pourquoi  ?  
Une  problématique  ne  porte  pas  sur  un  procédé  (la  focalisation  par   Justine,    
ex.)  puisqu’elle  doit  poser  une  thèse  à  défendre  …  
Bannir  ce  préambule  à  votre  problématique:  «  nous  allons  nous   Théo,  
poser  la  question  suivante  »  posez-­‐la  directement  !  sinon  
terriblement  lourd  et  maladroit  :  pourquoi  cette  erreur  nouvelle  ?  
parce  que  vous  suivez  le  modèle  de  l’oral  où  cette  annonce  est  tout  
à  fait  correcte  …  
L’annonce  de  plan  commence-­‐t-­‐elle  par  «  Les  axes  sont  …  »  ???   Juliette,  
DEVELOPPEMENT  
 
Au  cœur  d’un  §  vous  écrivez  :  «  Le  XIXe  siècle  laisse  les  lecteurs   Stacy,  
déchiffrer  …  »  1)  ce  n’est  pas  du  tout  une  spécificité  du  XIXe  siècle  
2)  il  est  interdit  de  quitter  le  texte  pour  faire  des  généralités  =  hors  
sujet  !!  
Un  commentaire  porte-­‐t-­‐il  sur  «  un  roman  »  ou  un  «  extrait  »  ?  donc   Snowden,  
impossible  de  vous  demander  :  «  en  quoi  ce  *roman  est-­‐il  une  
description  ?  »  
   
Vous  ne  pouvez  résister  à  répéter  ce  que  vous  venez  de  dire  :   Gabriel,  Snowden,  Léa,  
étrange  ?  alourdit  votre  devoir  ;  perte  de  temps  précieux  ;  etc.  
«  abstrait  »  «  abstrait  »  n  fois  !!!  au  lieu  de  définir  le  terme,  ce  que  
vous  entendez  par  «  abstrait  »  etc.  
   
Il  ne  faut  pas  à  la  fin  de  chaque  §  proposer  un  bilan  qui  répète  ce   Théo,  
qui  vient  d’être  dit  …  pénalisant  !  
 
CONCLUSION
 
Pas  d’ouverture  :   Antoine,  Sara,  Caleb,  Muna,  
Point  commun  essentiel  ?  alors  que  vous  aviez  tout  le  temps  de  le  
développer  …  
   
MÉTHODE DE LA DISSERTATION  
 
Danger  possible:  «  le  roman  imite  le  réel  quand  il  crée  des   Céline,  
personnages  …  etc.  »  alors  l’argumentation  peut  glisser  sans  que  
l’élève  s’en  aperçoive  sur  le  «  rôle  du  personnage  »  dans  le  roman  
OR  si  on  parle  des  personnages,  on  ne  peut  jamais  parler  d’eux  sans  
lien  avec  le  problème  de  la  mimésis  (=  imitation  du  réel)  sinon  hors  
sujet  …    du  moins  pour  l’axe  I  …  pour  l’axe  II  :  ils  doivent  être  
associés  aux  autres  ambitions  du  roman  :  l’imagination,  la  fantaisie,  
le  fantastique,  la  science  fiction,  le  merveilleux,  etc.  
…  pour  l’axe  III  =  synthèse  de  l’axe  I  et  II  :  en  fait  l’axe  II  n’est  qu’un  
détour  pour  mieux  parler  du  réel  …  etc.  
Faiblesse  des  dissertations  :  pauvreté  des  exemples  (en  nombre  et   Céline,  
en  qualité)  :  on  ne  peut  se  lancer  dans  une  dissertation  sur  le  
roman  que  si  on  dispose  de  nombreux  exemples  de  romans  sinon  
l’argumentation  ne  tient  pas  …  
Autre  faiblesse  :  les  élèves  oublient  d’exploiter  les  textes  du  corpus   Céline,  
qui  sont  pourtant  sous  leurs  yeux  donc  très  utiles  ou  bien  encore  
les  textes  sur  lesquels  ils  travaillent  pour  l’oral  et  qu’ils  connaissent  
bien    …  et  quand  des  œuvres  sont  citées,  l’essentiel  POUR  LE  SUJET  
QUI  SE  POSE  n’est  pas  forcément  exploité  …  Vous  vous  cantonnez  à  
trois  ou  quatre  œuvres  :  bien  trop  peu  !!!  il  faut  autant  d’œuvres  
citées  que  de  citations  variées  dans  un  commentaire  composé  !!  
Sujet  simple  pourtant  car  explicité  par  la  question  de  corpus  :     Céline  
I. le  roman  «  imite  le  réel  »  :  en    quoi/  comment  un  roman  
imite-­‐t-­‐il  le  réel  ?  
II. Le  roman  comme  fiction/création/produit  de  l’imagination  
etc.  
Erreur  principale  :  partir  du  monde  réel  pour  parler  du  «  roman  »  =  
contresens  !!  il  faut  partir  du  roman  qui  «  imite  le  réel  »  …  or  dans  
votre  dissertation  vous  sombrez  souvent  dans  le  contresens  sans  
vous  en  rendre  compte  dès  que  vous  partez  du  réel  car  dans  ce  cas  
vous  sortez  du  roman  =  vous  prenez  le  problème  posé  À  
L’ENVERS  :  ex.  :  digression  sur  «  le  rôle  des  femmes  dans  la  
société  »  ;  ou  bien  «  les  vices  de  la  société  »  etc.  puis  vous  revenez  à  
la  littérature  qui  les  dénonce;  ou  bien  «  les  épreuves  que  l’on  doit  
surmonter  dans  la  vie  »  ;  etc.  pour  revenir  ensuite  vers  le  roman  …  
Dès  que  vous  quittez  la  littérature  vous  êtes  dans  le  hors  sujet  !!!  Ce  
sera  toujours  le  cas,  dans  toutes  les  dissertations  car  les  sujets  de  
dissertation  par  définition  sont  toujours  littéraires  …  JAMAIS  
sociaux,  économiques,  politiques,  historiques,  philosophiques,  etc.    
 
MÉTHODE DE L’INVENTION  
 
Trop  succincte  alors  que  vous  partez  plus  d’une  heure  avant  la  fin   Gloria  
de  l’épreuve  …  
Problème  majeur  :  le  recours  à  des  temps  et  des  conjugaisons   Oscar,  Sidoine,  
inconnus  du  commentaire,  de  l’essai  scolaire  donc  rarement  
utilisés  par  les  élèves  …  il  faut  donc  qu’ils  revoient  leurs  temps  et  
modes  du  passé  :  surtout  la  conjugaison  du  passé  simple  :  pour  les  
verbes  en  «  -­‐er  »  :  «  -­‐ai  »,  «  -­‐as  »,  «  -­‐a  »  et  «  reconnaître  »  :  «  je  
reconnus  »  ;  «  apercevoir  »  :  «  j’aperçus  »,  etc.  absence  de  
circonflexe  à  la  3e  pers  du  singulier  :  «  il  put  »,  «  il  vit  »  etc.  (le  
circonflexe  est  réservé  à  cette  personne  au  subjonctif  «  qu’il  fût  »,  
«  qu’il  fît  »,  etc.  …  vont  faire  de  grosses  erreurs  pénalisantes  …  
CHARABIA   Adam,    
«  En  effet,  de  dire  explicitement  d’  «  imaginer  »  laisse  une  place  à  
prendre  la  description  suivante  et  de  l’apprécier  vraiment,  
résultant  à  une  image  claire  »  ???  le  propos  lui  ne  l’est  pas  …  
«  Afin  de  regrouper  les  éléments  menant  à  une  telle  description,  la   Muna,  
scène  est  aussi  *dressée  //à  ce  qu’elle  semble  aussi  vague  et  
singulier  que  le  vieillard  »  ??  
INCOHERENCES/INCOMPREHENSION    
Des  remarques  justes  mais  souvent  isolées  qui  ne  construisent  pas   Justine,  
un  tout  cohérent  …  car  vous  avez  du  mal  à  avoir  une  vue  
d’ensemble  qui  répondrait  à  la  question  suivante  :  quelle  est  la  
fonction  de  ce  portrait  ?    
Vous  avancez  l’idée  de  «  monstre  »  mais  sans  vous  rendre  compte   Dominique,  
que  vous  ne  la  prouvez/justifiez  jamais  …  oubli  ?  ou  impossibilité  ?  
Ne  JAMAIS  dire  «  puisque  le  texte  appartient  à  tel  mouvement   Dominique,    
littéraire  alors  on  va  y  trouver  …  »  c’est  ne  pas  comprendre  ce    
qu’est  un  mouvement  littéraire  :  vous  prenez  le  problème  à    
l’envers  :  c’est  parce  que  vous  trouvez  dans  le  texte  par  ex.  la    
description  de  la  nature  comme  le  miroir  des  émotions  du    
personnage  qui  la  regarde  que  vous  pouvez  associer  ce  texte  au    
mouvement  romantique  (même  s’il  s’agit  d’un  texte  de  Zola  qui  est    
pourtant  associé  au  mouvement  naturaliste)  …  etc.      
Autre  syllogisme  absurde:  «  comme  le  roman  est  à  la  mode  au  XIXe   Antoine,  
siècle,  comme  Balzac  est  un  écrivain  du  XIXe  siècle  alors  Balzac    
écrit  des  romans  »  ????    
Idem  quand  l’élève  écrit  qu’un  auteur  vise  à  faire  «  réaliste  »  là   Hyun,  
aussi  c’est  l’inverse  :  des  choix  qu’il  fait  on  va  déduire  ou  pas  que  le  
texte  est  réaliste  :  ce  n’est  pas  un  but  en  soit  !!    
De  même,  ce  n’est  pas  parce  que  le  surréalisme  naît  après  la  1re   Maylis,  Dominique,    
guerre  que  tout  les  textes  d’après  cette  date  «  sont  »  surréalistes  :  
ex.  ici  Proust  qui  publie  en  1927  et  qui  n’a  rien  à  voir  avec  le  
surréalisme  …  
Avant  de  dire  en  quoi  tel  texte  «  dépasse  »  les  spécificités  du   Dominique,  
réalisme,  il  faut  d’abord,  avant  tout,  défendre  en  quoi  il  «  imite  »  le  
réel  !!!!  I)  En  quoi  le  texte  est-­‐il  réaliste  ?  
                                       II)  En  quoi  il  propose  une  autre  dimension  du  monde  ?  
(mystère,  surnaturel,  métamorphose  artistique,  etc.)  
«  évoquer  »  (rappeler  à  la  mémoire)  et  «  invoquer  »  (faire  appel   Snowden,  
aux  dieux)  
Raisonnement  logique  mis  à  mal  :  vous  annoncez  la  présence  d’une   Gabriel,    
description  des  «  habits  »  et  de  la  «  démarche  »  du  personnage    
donc  on  attend  une  étude  de  ces  deux  descriptions  …  mais    
étrangement  à  la  place  on  trouve  ce  charabia  :  «  Effectivement,  une    
répétition  de  «  à  la  »    suivie  par  *un  caractéristique  spécifique    
permet  de  rassembler  *toute  les  informations    (illisible)  un    
raisonnement  sur  qui  est  ce  personnage  et  sa  connection  avec    
maître  Porbus  ».  ?????    
Votre  raisonnement  tourne  souvent  en  rond  :  «  texte  réaliste  »  /    
preuves  /  «  donc  texte  réaliste  »  ???    
   
D’étranges  raisonnements  :  «  la  nouveauté  entraîne  des   Sara,  
énumérations  »  ???  ensuite  «  gradation  (qui  va)  du  moins  détaillé    
au  plus  détaillé  »  et  vous  vous  arrêtez  là  !?  que  manque-­‐t-­‐il  ?    
   
Vous  recensez  toutes  les  «  antithèses  »  mais  vous  ne  montrez  pas   Léa  D.,  
en  quoi  elles  permettent  de  répondre  à  la  question  …  
Des  adj.  sont  pour  vous  les  marques  du  «  monstre  »  que  manque-­‐t-­‐ Alessandra,  
il  entre  la  citation  de  ces  adj.  et  votre  déduction  qu’il  s’agit  d’un  
monstre  pour  que  nous  comprenions  ce  que  vous  vouliez  dire  ?  
Idem  :  idée  d’  «  abondance  »  dont  vous  déduisez  le  «  diabolique  »  :  
que  manque-­‐t-­‐il  là  encore  entre  ces  deux  extrémités  ?  
CONNAISSANCES  LITTÉRAIRES    
Pour  le  commentaire  vous  n’avez  qu’à  parler  d’un  seul  texte  et  faire   Céline,  
allusion  à  un  autre  en  ouverture,  c’est  tout  !!  en  revanche  pour  la  
dissertation  vous  devez  faire  des  références  nombreuses  à  des  
œuvres  littéraires,  des  mouvements,  etc.  
Graves  erreurs  très  pénalisantes  :  «  réalisme  »  confondu  avec  
«  romantisme  »  ;  les  romans  du  XVIe  siècle  et  du  XVIIe  siècle  
associés  au  mouvement  réaliste  ????  
Vous  ne  pouvez  pas  d’une  manière  simpliste  confondre  l’auteur  et  
son  personnage  :  Camus  n’est  pas  Meursault,  Camus  n’a  pas  tué  un  
Arabe,  etc.  
Zola  est-­‐il  romantique  ?  très  pénalisant  …  (même  si  on  peut  trouver   Lydia,  
des  textes  isolés  de  Zola  qui  renvoie  au  romantisme)  
Encore  des  confusions  dans  les  focalisations  «  interne  »,  «  externe  »   Justine,  Dominique,  Pierrick,  Ruben,  
et  «  omnisciente  »  :  alors  qu’ici  il  n’existait  aucune  ambiguïté  :  la   Thorbjorn,  Juliette,  Léa  D.,  Stacy,  
scène  est  vue/perçue  par  Nicolas  Poussin  donc  il  s’agit  d’une    
focalisation  INTERNE  :  on  NE  voit  QUE  ce  que  voit,  imagine  Nicolas    
Poussin  …    
La  focalisation  «  descriptive  »  et  «  du  réel  »  inventée  par  …     Muna  et  Dominique  
On  ne  doit  pas  confondre  le  «  réel  »  et  le  «  réalisme  »   Pierrick,  Sidoine,  Hyun,  Ruben,  Adrien,  
On  peut  donc  écrire  «  le  texte  imite  le  réel  »  mais  «  le  texte  est   Adam,  Snowden,  Juliette,  Stacy,  Muna,  
réaliste  »  …  «  le  réel  »  est  en  dehors  du  texte  !!  si  vous  dites  que  le  
texte  est  «  réel  »  on  le  comprend  dans  le  sens  où  le  texte  est  une  
«  réalité  »  que  l’on  peut  toucher  en  tant  qu’objet  …  ce  qu’essaye  de  
nous  faire  croire  le  narrateur  1  dans  La  Vie  de  Marianne  en  
inventant  un  manuscrit  découvert  dans  sa  maison  de  campagne:  le  
texte  est  alors  «  réel  »  …  façon  de  faire  croire  que  l’histoire  qu’il  
contient  est  «  réelle  »  aussi  mais  c’est  une  ruse  …  une  «  illusion  de  
réel  »  …  
«  Un  personnage  réel  »  a  existé  dans  le  réel  sinon  on  parle  d’un  
«  personnage  réaliste  »  qui  ressemble  à  un  personnage  réel  =  qui  
est  «  vraisemblable  »  …  mais  n’a  pas  existé  …  
Le  contraire  en  littérature  d’un  texte  «  réaliste  »  est-­‐il  un  texte   Oscar,  Maylis,  
«  irréel  »  ????  sens  ???  en  revanche  un  texte  «  fantastique  »,  
«  merveilleux  »,  «  surnaturel  »  semble  en  effet  s’opposer  à  un  texte  
«  réaliste  »  …  
Extrêmement  pénalisant  quand  un  élève  fait  une  référence  aux   Pierrick,  
œuvres  étudiées  cette  année  pour  le  bac  de  fin  d’année  et  mélange  
titre  et  auteur  !!??  ex  :  La  Vie  de  Marianne    n’est  pas  écrite  par  
Mauriac,  etc.  
Confusion  dans  les  mouvements  littéraires  :  le  naturalisme  vu  en   Sidoine,  
seconde  doit  vous  permettre  de  connaître  le  nom  d’un  ou  deux  
auteurs  de  ce  mouvement  …  
Etrange  affirmation  :  «  Le  chef  d’œuvre  inconnu  et    Le  temps   Adrien,  
retrouvé  sont  tous  les  deux  écrits  au  début  du  XIXe  siècle  »  ????  
Personne  n’exploite  correctement  la  référence  à  Rabelais  pourtant   Tous  les  élèves.  
déjà  vue  dans  L’Ingénu  puisque  Kerkabon  lit,  nous  dit-­‐on,  Rabelais  :  
quelles  connotations  lui  sont  associées  ?  Le  cas  de  Socrate  est  plus  
facile  :  philosophe  =  sagesse,  mais  aussi    Socrate  =  laideur  
physique.  
Ne  pas  confondre  «  action  »  donc  «  narration  »  avec  «  description  »   Snowden,  
L’auteur,  ici    Balzac,  n’est  pas  un  «  protagoniste  »  !!!  seulement   Gabriel,  
Poussin  et  Frenhofer  et  ici  Poussin  est  de  surcroît  le  témoin  du  
portrait  …  
Définir  le  roman  du  XIXe  siècle  ainsi  :  «  observe  la  nature,  l’amour   Lydia,  
et  les  Hommes  »  est  bq  trop  vague  …  trahit  une  méconnaissance  du  
roman  du  XIXe  siècle  donc  pénalisant  …  
Selon  un  élève  La  Vie  de  Marianne  est  un  roman  du  «  **XIXe   Stacy,  
siècle  »  !!!???  très  pénalisant  quand  il  s’agit  d’un  texte  étudié  en  
cours  !!  
La  page  du  Chef  d’œuvre  inconnu  à  étudier  est-­‐elle  un  incipit  ?   Stacy,  
«  Au  XIXe  siècle  les  écrivains  créent  des  romans  **surréalistes  »  :   Léa,  
très  pénalisant  car  programme  de  seconde  !!  

Centres d'intérêt liés