Vous êtes sur la page 1sur 102

MASARYKOVA UNIVERZITA

PEDAGOGICKÁ FAKULTA
Katedra francouzského jazyka a literatury

Prononciation française
pour les débutants tchèques

Bakalářská práce

Brno 2010

Vypracovala : Vedoucì práce :


Martina Horáková PhDr. Zdeňka Schejbalová, Ph.D.
Prohlášenì

Prohlašuji, že jsem diplomovou práci zpracoval/a samostatně a použil/a jen prameny


uvedené v seznamu literatury.

Souhlasìm, aby práce byla uložena na Masarykově univerzitě v Brně v knihovně


Pedagogické fakulty a zpřìstupněna ke studijnìm účelům

Brně dne 20.dubna 2010 Martina Horáková

2
Poděkovánì
Na tomto mìstě bych ráda poděkovala předevšìm PhDr. Zdeňce Schejbalové, Ph.D.
za trpělivost při vedenì mé práce a odbornou pomoc při jejìm zpracovánì. S dìky se obracìm
i na svou rodinu a přátele za jejich podporu a také ke svým žákům, kteřì mě k napsánì této
práce inspirovali.

3
Table des matières

INTRODUCTION .................................................................................................................. 6

LA PHONÉTIQUE ................................................................................................................. 9

1. Introduction à la phonétique (adaptée à l’usage des apprenants du français) ..................... 9


1.1 Les branches de la phonétique ........................................................................................ 10
2. La parole ........................................................................................................................... 11
2.1 La production de la parole .............................................................................................. 12
2.1.1 La respiration ............................................................................................................... 12
2.1.2 La phonation ................................................................................................................ 13
2.1.3 L’articulation ............................................................................................................... 14
2.1.3.1 Les trois résonateurs : ............................................................................................... 14
2.1.3.2 Les organes articulatoires ......................................................................................... 14
3. Résumé : classement des types d’articulation................................................................... 17
LA PRONONCIATION FRANÇAISE ................................................................................ 18

1. Les traits caractéristiques de la prononciation française (En opposition àvec la langue


tchèque)................................................................................................................................. 19
2.1. Le crible phonologique .................................................................................................. 21
3. L’étude méthodique des sons français .............................................................................. 22
3.1 Le classement des voyelles et des consonnes ................................................................. 23
3.1.1 Les voyelles ................................................................................................................. 23
3.1.1.2 Le système vocalique français .................................................................................. 25
3.1.2 Les consonnes .............................................................................................................. 25
3.1.2.1 Le système consonantique ........................................................................................ 26
4. L’étude méthodique des voyelles ..................................................................................... 29
4.1 Les voyelles orales .......................................................................................................... 29
4.1.1 Les voyelles orales à un timbre [u], [i], [y] ................................................................. 30
4.1.2 Les voyelles de deux timbres : [e] - [ε], [ø] - [œ], [o] - [ɔ] ......................................... 35
4.1.3 Les voyelles [a] – [ɑ] ................................................................................................... 48
4.1.4 La voyelle [ǝ] caduc .................................................................................................... 49
4.2 Les voyelles nasales ........................................................................................................ 53
4.3 Pourquoi devrait-on respecter l’articulation précise des voyelles ? ............................... 60
4.3.1 L’entraînement de l’opposition des voyelles ............................................................... 60
4.4 Les semi-voyelles (semi-consonnes) .............................................................................. 66
5. L’étude méthodique des consonnes .................................................................................. 70
6. L’enchaînement et la liaison ............................................................................................. 80
6.1 L’enchaînement .............................................................................................................. 80
6.1.1 L’enchaînement consonantique ................................................................................... 80
6.1.2 L’enchaînement vocalique ........................................................................................... 80
6.2 La liaison ........................................................................................................................ 81

4
6.2.1 Quelles consonnes peuvent être soumises à la liaison ? .............................................. 81
6.2.2 Dans quel contexte devrait-on employer la liaison ? ................................................... 82
7. Le rythme .......................................................................................................................... 84
7.1 Qu’est-ce qu’un groupe rythmique ? .............................................................................. 84
7.2 L’accent tonique ............................................................................................................. 85
8. L’intonation ...................................................................................................................... 86
8.1 Quels sont les modèles d’intonation ? ............................................................................ 87
8.1.1 La phrase déclarative (énonciative ou descriptive)...................................................... 87
8.1.2 La phrase interrogative ................................................................................................ 87
8.1.3 La phrase impérative.................................................................................................... 88
LA RECHERCHE ................................................................................................................ 90

ANNEXES ............................................................................................................................ 93

CONCLUSION..................................................................................................................... 97

RESUME .............................................................................................................................. 99

BIBLIOGRAPHIE/SITOGRAHIE ..................................................................................... 100

5
INTRODUCTION

Dans le domaine de la didactique, s’il est un sujet d’un abord difficile,


contradictoire et délicat, c’est à l’évidence celui de l’enseignement de la prononciation,
énonce Bertrand Lauret dans son ouvrage Enseigner la prononciation française.

Vu la citation ci-dessus, l’idée primaire de ce travail est de découvrir plus le


domaine de la langue française qui représente généralement des difficultés non seulement
pour les apprenants mais aussi pour les enseignants. Comme le titre suggère, nous nous
concentrerons particulièrement aux questions de l’enseignement aux apprenants tchèques,
niveau débutant.
L’initiative d’aborder ce sujet a été prise dès les premières expériences de
l’enseignement du français où nous avons constaté que la didactique de la prononciation
nécessite une plus profonde étude. Après avoir consulté les manuels du français utilisés
fréquemment dans nos écoles, nous avons découvert que très peu parmi eux sont adaptés à
l’usage des Tchèques du point de vue de la prononciation.
La plupart des manuels d’aujourd’hui publiés en France et distribués aussi en
République tchèque sont modifiés aux besoins des anglophones ou des hispanophones.1 Par
contre, les manuels tchèques qui introuduisent la comparaison des deux langues et
correspondraient donc aux besoins de nos élèves, sont souvent démodés.2 Le manque de
conception moderne, des textes hors d’actualité ou bien leur présentation graphique
découragent les enseignants de les utiliser dans la classe.
Par cette raison, n’ayant pas de plan du travail da la prononciation fixe à suivre, il
arrive parfois que nous supprimons cette matière seuleument en forme des règles
élementaires au cours des premières leçons. Les étudiants – futurs enseignants – qui ne
prennent pas l’habitude de travailler l’articulation ne peuvent pas transmettre cette faculté à
leurs élèves. Le rôle de la prononciation française, toutefois, ne devrait pas être sous-
estimé.

1
Par exemple les manuels : Forum, Connexion, Espace etc.
2
Parmi les manuels les plus utilisés en Tchèquie, les nouvelles éditions du manuel On y va et du manuel
Francouzština nejen pro samouky y font exception. Tous les deux ont été modifiés pour correspondre mieux
aux besoins contemporains de l’enseignment compte-tenu aussi la prononciation

6
La « belle époque » de la phonétique et de la phonologie dans le dernier siècle nous
a fourni un grand nombre d’œuvres théoriques, pourtant, les œuvres consacrées à la
didactique de la prononciation franaçaise pour les tchèques n’étaient pas si nombreuses.
Est-ce la prononciation une matière qui ne mérite pas d’attention particulière dans le cadre
de l’enseignement des langues étrangères ? Pourquoi est-elle qualifiée comme un domaine
contradictoire et délicat ?
Savoir communiquer en langues étrangères, par écrit ainsi que par oral, exige pas
mal de capacités. S’adressant à la communication orale, à côté de la connaissance du
vocabulaire et de la grammaire, il faut nommer surtout la faculté de bien prononcer.
Cependant, l’expérience de nos jours, nous prouvent que c’est justement la prononciation
qui est le plus souvent une matière peu valorisée par l’institution enseignante.3 Sachant que
de mauvaises habitudes de prononciation peuvent empêcher la compréhension et ainsi
perturber la communication, il est très étonnant qu’un grand nombre d’enseignants
négligent cette matière.
Par rapport à la deuxième question, il faut mentionner des facteurs psychologiques
qui influencent l’apprentissage. Dans le monde francophone, il existe autant de formes du
français qu’individus. Pareil, chaque Tchèque a sa propre manière de parler la langue
maternelle. Acquérir l’accent d’une langue étrangère nécessite une sorte de perte de notre
individualité ou d’en adopter une autre, une nouvelle identité à la française.4 Parfois, quels
que soient nos efforts de familiariser l’élève avec la prononciation française, il n’accepte
pas de l’adopter.
Bien que l’accent étranger peut être charmant, il ne faut pas le garder au prix de la
compréhensibilité de la parole. N’oublions pas que tous les francophones, quel que soit
leurs pays d’origine ou leurs accent, comprendront mieux le français dit standard que le
français « tchèque ».

L’objectif de ce travail est de présenter l’entraînement pratique des éléments de la


prononciation française compte tenu des bases théoriques de la phonétique. Les
commentaires et les exemples ont été sélectionnés de divers ouvrages de telle façon qu’ils
soient convenables aux besoins du lecteur et de l’apprenant tchèque.

3
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français, p. 13
4
Cette idée a été développé après la consultation du sujet de double identité avec une dizaine de jeunes gens
bilingues. La question de l’identité et de la souplesse de l’égo a été abordée aussi par B. Lauret. Voir
Enseigner la prononciation du français, p. 15-16.

7
La première partie comprend l’introduction à la phonétique, un résumé nécessaire
pour tous les enseignants des langues. La deuxième partie offre la comparaison du français
et du tchèque au regard de la prononciation et l’étude détaillée des sons et des
suprasegments de la parole. Les textes et les activités sont accompagnés des commentaires
méthodologiques. Afin que les passages décrivant la production et l’articulation des sons
soient plus explicites, les tableaux et les figures sont inclus dans le texte.
La dernière partie comprend aussi une petite recherche sur le niveau et
l’enseignement de la prononciation française en République tchèque. Parmi les répondeurs
étaient les étudiants et les élèves des écoles choisies à Brno.
Tous les travaux concernant la prononciation envisagent non seulement de la
décrire, mais aussi de démontrer l’importance de sa pratique. Etant destiné au préalable à
enrichir les connaissances des étudiants – futurs enseignants, le mémoire de licence n’y est
pas exception.

8
LA PHONETIQUE

A quel point est-il nécessaire de connaître les bases de la phonétique ? Du fait qu’on
n’a pas de possibilité de renaître lorsqu’on voudrait apprendre une langue étrangère, la
saisir de la même façon comme les natifs, vu nos connaissances et nos expériences
précédentes, lesquelles peuvent être avantageuses aussi bien que déroutantes,
l’entraînement pratique de la prononciation nécessite aussi les bases théoriques.
La valeur de cette idée est illustrée dans une vaste définition de la phonétique de
Marguerite Peyrollaz5 : La phonétique, étude détaillée des sons, des phonèmes, du
mécanisme de la respiration et de l’articulation, du jeu de la langue, de lèvres et des
mâchoires, va apporter à l’élève les principes de base qui lui donneront les moyens
pratiques de produire tel son, de le fixer, de le modeler, de le prolonger.
Dans une classe, on trouvera toujours des élèves qui apprendront vite et
spontanément à produire des sons d’une langue étrangère. Cependant, il y aura des élèves
en difficultés auxquels la réalisation de tel ou tel son peut poser des problèmes. Pour aider
ces élèves, il faut savoir leur expliquer comment le son est produit, quelle est la position de
la langue, la forme des lèvres etc.
Même les élèves peuvent apprécier telles connaissances. La possibilité de comparer
et d’accorder les connaissances de l’orthographe avec le caractère d’un son peut aider les
uns à trouver de nouveaux contextes dans le système de la langue, et faire découvrir le
know-how de l’articulation aux autres.

1. INTRODUCTION A LA PHONETIQUE (ADAPTEE A L’USAGE


DES APPRENANTS DU FRANÇAIS)

La phonétique est un domaine linguistique dont on ne pourrait pas se passer à


l'enseignement des langues étrangères. Observer les études qui se concentrent sur la
prononciation d'une manière théorique ne nous remplace pas de contact personnel avec la
langue sous sa forme orale, mais cela nous aide sans doute à ranger nos connaissances pour

5
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 21

9
bien comprendre et nommer des règles principales de la base, en fin, pour être capable de
communiquer nos expériences aux autres, en ce cas, aux élèves.

La phonétique est l'étude... des unités vocales utilisées dans les langues humaines. Les
unités vocales se matérialisent sous la forme de segments, appelés sons, et de supra-segments comme
les syllabes, les accents, les tons, les groupes rythmiques, les syntagmes intonatifs, la courbe
mélodique. La phonétique est une science de l'oral, qui cherche à comprendre et à expliquer le
fonctionnement matériel des unités distinctives dégagées en phonologie, ainsi que l'articulation
prosodique des énoncés linguistiques...6.

1.1 Les branches de la phonétique

D'après le type d'analyse du son on distingue trois disciplines principales (ci-


dessous, elles sont rangées suivant l'ordre d'étapes de la communication) :7
1. Phonétique articulatoire – observe la production des sons et des organes du corps
humain qui participent à la formation de la parole
2. Phonétique acoustique – examine la transmission des sons et des supra-segments de
la parole entre l'émetteur et le récepteur
3. Phonétique auditive – étudie la perception des sons et des supra-segments par le
récepteur et leur décodage8

La prononciation touche bien toutes les trois disciplines. Mais tandis que pour les
natifs les processus de transmission, perception et production des sons pendant un discours
français non-préparé ne sont pas pris en conscience, au cours de l'apprentissage du français
langue étrangère (FLE), cela devient le point prioritaire.

6
Voir le site Internet Laboratoire de Phonétique et Phonologie de l'Université Laval à Québec [en ligne].
[réf. 2010-02-28] Accessible de <http://www.phonetique.ulaval.ca/lexique/dico.html>
7
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 30
8
Voir le site Internet Sur les sentiers de la linguistique [en ligne]. [réf. 2010-02-28] Accessible de
<http://www.linguistes.com/phonetique/phon.html>

10
2. LA PAROLE

La parole, des points de vue physiologiques et acoustiques, est née grâce à la


coopération de certains organes du corps humain qu’on appelle globalement les organes de
la parole. Ces organes peuvent avoir plusieurs fonctions, par exemple : respirer - les
poumons, fermer la cavité nasale quand on avale - le voile du palais, déglutir de la
nourriture - la langue,9 mais la phonétique ne s’intéresse qu’aux fonctions au sens de
production et de perception des sons.10

A – cavité buccale
B – cavité nasale
C – cavité laryngale

1. lèvres (labial/e)
2. dents (dental/e)
3. alvéoles (alvéolaire)
4. palais (palatal/e)
5. voile du palais (vélaire)
6. luette (uvulaire)
7a. pointe de la langue (apical/e)
7b. dos de la langue (dorsal/e)
7c. racine de la langue
8. épiglotte
9. cordes vocales
10. larynx (laryngal/e)
11. tranchée
12. œsophage

Fig. 1 – Les organes de la parole

9
Voir le site Internet Fonetika a fonologie, kap. 5 [en ligne]. [réf. 2010-03-08] Accessible de
<http://is.muni.cz/elportal/estud/ff/js08/fonetika/ucebnice/ch05.html>
10
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 37

11
2.1 La production de la parole

Les organes de la parole de l'homme sont concentrés dans de trois appareils :


1. l’appareil respiratoire dont l’organe principal sont les poumons, il fournit le
courant d'air nécessaire à la production de la plupart des sons du langage6
2. l’appareil phonatoire se trouve dans le larynx qui crée l'énergie sonore utilisée
dans la parole.6 Il façonne des sons à l’aide de l’organe qu’on appelle les cordes
vocales.
3. l’appareil articulatoire est situé dans les cavités supra-glottiques (cavités buccale,
nasale et laryngale) qui jouent le rôle des résonateurs où se produisent des bruits
utilisés dans la parole11 et où se déroule la modification des sons.
La coordination de ces trois appareils s’appelle l’articulation.12

2.1.1 La respiration
L'acte de respiration est produit automatiquement en deux phases qu'on appelle
l'inspiration et l'expiration. La première phase comprend le développement des poumons ce
qui emmène le courant d'air à l'intérieur de la cavité pulmonaire. Pendant la deuxième
phase le courant d'air est rejeté
et passe de nouveau par la
trachée et le pharynx et il est
finalement rejeté soit par les
fosses nasales (la cavité
nasale) soit par la bouche. En
ce qui concerne la phonation,
on utilise pour la plupart du
temps le courant expiratoire.
Exceptionnellement,
dans le cas de surprise,
d’épouvantes ou de sanglots,
on entend les sons articulés
pendant l'inspiration. 13
Fig. 2 – L’appareil respiratoire

11
MALMBERG, B. La phonétique, p. 24
12
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie, p. 15
13
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie, p. 15

12
2.1.2 La phonation
Le larynx termine la partie supérieure de la trachée. C'est une espèce de boîte de
quatre cartilages et des muscles qui leur permettent la mobilité. Les organes les plus
importants de l'appareil phonatoire – les cordes vocales – sont attachés à la partie interne du
système des cartilages.14 Il s'agit des membranes élastiques qu’on peut faire vibrer par le
courant d’air. La vibration des cordes vocales – la phonation – provoque un phénomène
acoustique connu comme la voix.15 C'est un peu le même mécanisme que lorsque l'on siffle,
sauf que dans ce cas, ce sont les lèvres qui font vibrer l'air.16

1. les cordes vocales


2. les aryténoïdes
3. le thyroïde
4. la glotte

Fig. 3 - Les cordes vocales pendant la respiration et pendant la phonation

L'espace à la forme triangulaire entre les deux cordes vocales s'appelle la glotte.
Pendant la respiration normale et l'articulation de certaines consonnes sourdes, la glotte
reste ouverte.17 Mais la plupart des phonèmes utilisent la mobilité des cordes vocales qui
peuvent s'approcher les unes aux autres de telle manière qu'elles ferment ainsi la glotte. La
réalisation de différents phonèmes exige l’échange de la fréquence de la vibration et de la
position des cordes vocales. Les possibilités de régler la vitesse de vibration des cordes
vocales – et par là de changer la hauteur du ton laryngien – sont en partie individuelles
(selon l’âge, le sexe, les particularités individuelles)… Il est par conséquent naturel qu’une
femme ou un petit enfant parlent et chantent sur un registre plus haut qu’un homme.18

La forme finale d’un son n’est néanmoins faite que dans les cavités supra-glottiques.

14
MALMBERG, B. La phonétique, p. 25
15
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny, p. 15
16
Voir le site Internet Canta : Apprenez à chantez juste [en ligne]. [réf. 2010-03-07] Accessible de
<http://www.chaumetsoftware.com/voix.html >
17
MALMBERG, B. La phonétique, p. 27
18
MALMBERG, B. La phonétique, p. 30

13
2.1.3 L’articulation
Le ton créé au larynx – le ton laryngien – est transmis dans les trois cavités qui
servent des résonateurs. On peut s’imaginer la guitare où les cordes représentent les cordes
vocales, qui peuvent initier un ton haut ou bas selon leur longueur et la fréquence de
vibration. Mais ce n’est que grâce au corps de la guitare qu’on entend les sons en pleine
sonorité et qui nous facilite la maîtrise du volume de la voix. Si on jouait de la guitare sans
un résonateur, par exemple de la guitare électrique non branchée sur un amplificateur, on
entendrait seulement du bruit.

2.1.3.1 Les trois résonateurs19 :


1. La cavité nasale reste invariable. Elle participe à l’articulation des sons nasaux par
l’abaissement du voile du palais et donc par la rupture de la bordure entre la cavité
buccale et nasale (le courant d’air passe par le nez).
2. La cavité laryngale peut changer le volume seulement au fur et à mesure des
mouvements de la langue dans la cavité de la bouche.
3. La cavité buccale est la plus variable. Elle peut changer le volume et la forme
d’après la position de la langue et de l’éloignement des mâchoires.

2.1.3.2 Les organes articulatoires


Les organes articulatoires peuvent participer à la parole de la manière active ou
passive20 :
Les lèvres, pourvu d‘une grande mobilité des muscles, elles modifient la forme de
la bouche verticalement et horizontalement. La lèvre inférieure est plus active que la lèvre
supérieure. Les sons bilabiaux (/p/, /b/, /m/) sont produits quand les deux lèvres participent
à l’articulation. Quand les dents s’appuient contre la lèvre inférieure, on parle des sons
labiodentaux (/f/, /v/). Quant aux voyelles, on distingue entre la position arrondie - la
labialisation (/y/, /ø/, /ə /, /u/, /o/, /ɔ/, /ɑ/, /ɔ/, /ɑ/) et non-arrondie, les lèvres
écartées (/i/, /e/, /ɛ/, /ɛ/, /a/).

19
HÁLA, B. Fonetika v teorii a v praxi, p. 63
20
D’après KRČMOVÁ, M. Fonetika a Fonologie. Masarykova univerzita. Filozofická fakulta, 2008. Voir le
site Internet Fonetika a fonologie, kap. 5.2.4 [en ligne]. [réf. 2010-03-10] Accessible de
<http://is.muni.cz/do/1499/el/estud/ff/js08/fonetika/ucebnice/ch05s02s04.html>

14
la position non-arrondie la position neutre la labialisation

Fig. 4 – Les formes des lèvres

La langue est l’organe le plus mobile. C’est un acteur indispensable en fonction de


la parole. Remarquons que l’importance de la langue en production de la parole est
tellement grande que le même terme représente dans la plupart des cas aussi le système des
signes de communication (la langue française).21
Pendant l’articulation des voyelles et des semi-voyelles toute la langue bouge en
haut, en avant ou en arrière. Les voyelles sont caractérisées par le courant expiratoire qui
passe librement par les résonateurs laryngal et buccal modifiés par le mouvement de la
langue. Au contraire, la production des consonnes implique toujours une obstruction qui
interrompt complètement ou partiellement le passage d’air. La langue en joue le rôle très
important.
On qualifie ainsi deux types de consonnes selon la forme d’obstruction : les
occlusives résultent de l’obstruction totale pour un moment soit avec les deux lèvres l’une
contre l’autre (/p/, /b/, /m/), soit avec la langue contre les dents (/t/, /d/, /n/) ou le palais
(/k/, /g/, /ɲ/, /ŋ/), 22 les constrictives sont caractérisées par un resserrement du canal buccal
en différents points : des lèvres, des dents (/f/, /v/), du dos de la langue et palais (/s/, /z/,
/ʃ/, /ʒ/, /l/), du pharynx /ʀ/, du larynx (/h/ en tchèque).23
La mâchoire inférieur peut avancer pour produire des sons qui exigent un
sifflement (/s/, /z/) et reculer pour faciliter l’obstruction des consonnes labio-dentales (/f/,
/v/). Le mâchoire supérieur est immobile et ne joue que le rôle passif.24 La distance entre
les deux mâchoires, quand on ouvre la bouche, s’appelle l’angle mandibulaire, lequel
change selon le son prononcé. L’angle varie également pendant la prononciation du même
son en différentes langues.25

21
MALMBERG, B. La phonétique, p. 33
22
MALMBERG, B. La phonétique, p. 45
23
Voir le site Internet Glossaire typographique et linguistique [en ligne]. [réf. 2010-02-13] Accessible de
<http://alis.isoc.org/glossaire/phonetique.fr.htm>
24
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny Pačesová,
p. 19
25
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny Dohalská, p. 42

15
Le voile du palais, surtout la partie postérieure – la luette, détermine si un son sera
prononcé avec, ou sans, résonance nasale. Si le voile ferme le passage par le nez en
s’accolant à la paroi postérieure du pharynx, on obtient une articulation orale.26C’est ainsi
qu’on produit les voyelles orales (/i/, /y/, /u/, /e/, /ø/, /o/, /ɛ/, /œ/, /ɔ/, /a/, /ɑ/, /ə/). Si la luette
abaisse un peu et ouvre le passage de la cavité nasale, on est prêt à produire des voyelles
nasales (/ /, /ɔ/, /ɛ/, /ɑ/). L’air passe par le nez et par la bouche en même temps.

Fig. 5 – La luette pendant l‘articulation des voyelles nasales et des voyelles orales

Pour l’articulation des consonnes nasales (/m/, /n/, /ɲ/), la luette ferme complètement le
passage de la cavité buccale et l’air passe uniquement par le nez.27
L’organe de la parole qui se trouve hors de cavité buccale, mais qui joue quand
même le rôle actif sont les cordes vocales nommées ci-dessus.

Parmi les organes dits passifs qui servent à réaliser des obstructions, on pourrait
nommer : les lèvres participent à la prononciation des consonnes bilabiales et labiodentales
de la façon active aussi bien que passive ; les dents – les incisives, en particulier, sont
engagés à la production des sons labiodentaux, apico-dentaux, mais on ne peut pas se
passer des dents dans la prononciation des consonnes alvéolaires (/s/, /z/), non plus ; le
palais dur, y compris les alvéoles, constitue le plafond de la cavité buccale, c’est justement
cet endroit où l’articulation de la plupart des consonnes des langues européennes est
exécutée.28

26
MALMBERG, B. La phonétique, p. 35
27
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 41
28
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny, p. 19

16
3. RESUME : CLASSEMENT DES TYPES D’ARTICULATION29

Suivant les dispositions de notre appareil phonatoire, on peut classer des sons en
plusieurs groupes qui s’opposent.
Déjà à la phase de respiration, on reconnaît deux groupes de sons : les uns sont
produits à l’aide du courant d’air venant des poumons (leur production est traitée dans les
paragraphes précédents), les autres sans participation de la respiration (on les rencontre
dans les langues exotiques, par exemple africaines ; il s’agit des sons comme clics, qui
n’existent en langues européennes).
Il est aussi possible de modifier la manière dont le courant expiratoire passe par
l’appareil phonatoire. Si le passage reste sans obstacles, les sons prononcés sont classés
comme les voyelles. Si le passage est rétréci ou fermé complètement pour un moment, on
entend les consonnes.
La direction du passage de l’air, suivant la position du voile du palais, divise, par-
dessus, les sons en groupe nasal (/ /, /ɔ/, /ɛ/, /ɑ/ ; /m/, /n/, /ɲ/) et oral.
L’articulation des voyelles divisées en groupe de voyelles arrondies (/y/, /ø/, /ə
/, /u/, /o/, /ɔ/, /ɑ/, /ɔ/, /ɑ/) et écartées (/i/, /e/, /ɛ/, /ɛ/, /a/) varie d’après la position des
lèvres.
L’autre manière de classer les sons dépend de la présence ou de l’absence des
vibrations laryngiennes. On peut ainsi établir le groupe des sons sonores (soi-disant voisés),
accompagnés de la vibration des cordes vocales (toutes le voyelles et certaines consonnes
/b/, /d/, /g/, /m/, /n/, /ɲ/, /ŋ/, /v/, /z/, /ʒ/, /l/, /ʀ/, /h/) ; et le groupe des sons sourds (soi-disant
non-voisés), sans participation des cordes vocales (les consonnes /p/, /t/, /k/, /f/, /s/, /ʃ/).

29
D’après MALMBERG, B. La phonétique, p. 34

17
LA PRONONCIATION FRANÇAISE

Le français fait partie du groupe des langues dont l’orthographe n’est pas
phonétique. Celui du français est assez archaïque et diffère considérablement de sa forme
parlée contemporaine. Quoique la langue soit soumise aux progrès et aux échanges de
prononciation, le caractère de l’orthographe français n’a presque pas changé depuis
l’époque de renaissance.30 C’est un sujet qui pose couramment des problèmes aux Français,
eux-mêmes. Il n'est pas donc un cas d'exception que seule la question de la graphie et de la
prononciation peut décourager les débutants de continuer à apprendre le français.
Il est donc essentiel de battre l’interférence de la langue maternelle au cours de
premières leçons d’une langue étrangère. En ce qui concerne les débutants tchèques, on
peut mentionner plusieurs difficultés : articuler avec précision les voyelles arrondies (ne pas
interpréter le /y/ comme le /u/, le /œ/ comme le « e » tchèque), respecter la réalisation
sonore des consonnes finales (garage /ʒ/, arabe /b/ qui cèdent en tchèque à
l’assourdissement /gaʀa:ʃ/, /aʀap/) et du /s/ dans les groupes de consonnes -rs-, -ns- dans
les mots : conserve, université, conversation (en tchèque prononcés avec /z/) etc.31
Il faut introduire aux élèves le lien entre l’orthographe française et sa représentation
orale dès le premier contact avec la langue.
Pour travailler ce sujet, on utilise la transcription phonétique qui se sert de
l’alphabet phonétique internationale (API). Le principe sous-jacent de l'API est : un seul
signe pour un seul son, un seul son pour un seul signe.32 La transcription simplifie ainsi la
forme écrite de la langue où plusieurs signes peuvent correspondre à un seul son prononcé
(par exemple : ils aient /ilzε/ - on écrit cinq signes aient, mais on prononce seulement /ε/) et
un seul son peut être représenté par des signes différents (par exemple le son /i/ peut être
représenté par les graphèmes i, î , ï, y). Pendant l’enseignement des débutants tchèques, on
en profitera surtout pour manifester la différence entre les voyelles.

30
HENDRICH, J – TLÁSKAL, J. – RADINA, O. Francouzská mluvnice, p. 13
31
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 6-8
32
Voir le site Internet Graines de polyglottes [en ligne]. [réf. 2010-03-17] Accessible de
<http://www.grainesdepolyglottes.fr/rep-lexique/ido-7/api.html>

18
1. LES TRAITS CARACTERISTIQUES DE LA PRONONCIATION
FRANÇAISE (EN OPPOSITION AVEC LA LANGUE TCHEQUE)

Souvent, l’étranger prend, pour parler le français une voix qui ne lui est pas
naturelle. Il s’agit avant tout de trouver le timbre qui rendra le maximum, qui pourra
en s’amplifiant, rester souple et traduire toutes les nuances de l’émotion : la voix ne
doit être ni chevrotante, ni dure, ni sèche, ni saccadée.33

D’après divers manuels du FLE, les facultés nécessaires pour maîtriser la bonne
prononciation française sont suivantes :34
Les organes de la parole gardent une énorme tension permanente (surtout la langue
et les muscles de la bouche), ce qui est en contraste avec la manière relâchée de
l’articulation tchèque. P. Delattre parle dans ce contexte du mode tendu « Nulle part la
tension musculaire n’est pas comparable à celle qu’exige la prononciation française »35
Les lèvres s’arrondissent et s’écartent avec beaucoup plus de force et d’énergie
qu’en tchèque. En comparaison avec le français, on pourrait qualifier le tchèque comme une
langue assez relâchée.36
L’intonation est attachée notablement aux groupes rythmiques. A la fin de chaque
groupe rythmique (excepté le dernier de la phrase) la voix monte remarquablement. C’est la
raison pour laquelle les apprenants d’origine slave trouvent le français très mélodique (du
point de vue des Français, la langue tchèque est plutôt monotone).
L'accentuation française aussi bien que celle du tchèque n'est pas difficile à
apprendre ou bien à présumer, car elle est régulière et fixe. A la différence du tchèque ou
l'accent tombe sur la première syllabe, en français l’accent tonique est placé sur la dernière
syllabe prononcée d’un mot ou d’un groupe rythmique.37 C’est toujours cette syllabe-là,
qui est la plus forte38 : la cathéDRALE – la cathédrale Notre-DAME – la cathédrale Notre-
Dame à PaRIS.39

33
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 29
34
D’après PRAVDOVÁ, M. – PRAVDA, M. Francouzština nejen pro samouky, p. 20
35
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny, p. 41
36
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny, p. 41
37
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 14
38
MALMBERG, B. La phonétique, p. 91
39
Voir le site Internet Français interactif : The University of Texas [en ligne]. [réf. 2010-02-14] Accessible de
<http://www.laits.utexas.edu/fi/html/pho/03.html>

19
Le français est avant tout une langue liée et unie.40 Cela résulte de deux traits
importants de la parole : l’enchaînement et la liaison apparaissent à l’intérieur d’un
groupe rythmique, sans considération des limites physiques des mots écrits.41 On enchaîne
la voyelle ou la consonne finale d’un mot à la voyelle initiale du mot suivant (tu en veux
une /tyɑ arrive /i-la-ʀiv/). En tchèque, l’absence de l’enchaînement de deux
voyelles – un coup de glotte, demeure naturelle (u | okna, má | aktovka). La consonne finale
qui reste muette devant une autre consonne est prononcée/liée lorsqu’elle est suivie par une
voyelle (ils parlent x ils arrivent /il-za-Riv/).42
C’est généralement à cause de l’enchaînement et de la liaison que les élèves du FLE
affrontent l’incompréhension de la langue parlée. Les mots qui nous sont familiers étant
isolés peuvent changer en plusieurs formes à l’intérieur d’un groupe rythmique : l’âne /lɑn/,

/sǝ-bε-lɑn -nɑn/, /pə-ti-tɑn/, /no-zɑn/, /sɛ-kɑn/ (ce bel âne, un âne, petit âne, nos ânes,
cinq ânes) etc. Quelqu’un qui ne sait pas où commencent et où finissent les mots français
ne pourrait jamais le deviner en entendant parler, disait M. Grammont (1934). Néanmoins,
cela nous présente un grand nombre de jeux de mots et de poèmes holorimes. N’hésitons
pas d’en profiter pour animer les cours, encourager les élèves et leur montrer la langue de
l’autre côté.

« Allons ! Finissons-en, Charles attend ! » [ʃaʀlǝ atɑ] – [ʃaʀlatɑ]


1. Louis XVIII, sur son lit de mort, fustige ses médecins et affirme que son successeur attend.
2. Le roi a fusionné les mots Charles et attend pour donner charlatan.43

La reine dit à Gall : « Beau moine rose et gras, jusqu'où peux-tu marcher, me tenant dans tes bras ? »
« Gall, amant de la reine, alla, tour magnanime,
Galamment de l'arène à la tour Magne, à Nîmes. » Marc Monnier

40
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 29
41
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 59
42
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 59-60
43
Voir le site Internet Catalogue de jeux de mots [en ligne]. [réf. 2010-02-14] Accessible de
<http://www.abacom.com/~oraby/fr/JeuxDeMots/Catalogue00.html>

20
2.1. Le crible phonologique

L’un des premiers obstacles qu’on affrontera dans l’enseignement d‘une langue
étrangère est un phénomène appelé le crible phonologique. Il s’agit d’un filtre qui, sous
l’influence de notre langue maternelle, nous rend « sourd » à certaines variations de son qui
ne sont pas familières à nous.
D’autres termes, on entend ce qu’on compte d’entendre,44 par exemple : le /e/ fermé
et le /ε/ ouvert ne correspondent ni l’un ni l’autre à la prononciation du « e » tchèque,
pourtant, nos oreilles tendent à l’entendre. D’ici vient, par exemple, la fausse interprétation
du futur simple et du conditionnel présent, qui est assez fréquente chez les élèves non-
francophones (« je parleʀai » /e/ fermé x « je parleʀais » /ε/ ouvert).45 Il ne s’agit pas de
« surdité », telle quelle, mais d’une perception limitée à cause du registre des sons de la
langue à laquelle on est exposé depuis notre enfance.46

De même qu’un guitariste a besoin de travailler des gammes et des accords pour
cultiver sa performance, nous avons besoin des exercices systématiques de gymnastique des
lèvres, d’agilité de la langue, de pose de la voix, de respiration…47 pour nous approcher à
« la musique » d’une langue étrangère.

44
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p.30
45
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p.89)
46
FENCLOVÁ, M. Fonetika francouzštiny jako ligvodidatický problém, p. 66
47
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers p.22

21
3. L’ETUDE METHODIQUE DES SONS FRANÇAIS

Comment appréhender le travail des sons et les présenter dans une classe ? Quelle
est la manière la plus pertinente d’apprendre aux élèves à bien prononcer les sons français ?
Beaucoup d’enseignants et pas mal de phonéticiens se sont posé ces questions pendant les
derniers siècles. Pourtant, le sujet n’est toujours pas résolu et il reste, sans doute, un point
d’actualité sur le champ de la didactique des langues.
L’objectif des chapitres suivants est de présenter tous les sons français en se
concentrant aux points qui posent des problèmes aux apprenants tchèques en particulier.
Les sons sont traités comme des unités séparées aussi bien qu’à l’intérieur d’un groupe
rythmique. On profitera des connaissances de bases de la production des voyelles et des
consonnes de la langue maternelle et on confrontera les élèves avec les différences
importantes. Néanmoins, vu que le français est rarement la première langue étrangère que
les élèves apprennent à l’école, n’hésitons pas à profiter aussi de leurs expériences de
prononciation anglaise, allemande etc.
Ce travail présente la méthode traditionnelle de l’enseignement de la prononciation,
c’est à dire, passer de l’étude théorique à la pratique d’un son. Cependant, le terme méthode
traditionnelle n’est pas, dans ce cas là, vraiment correcte. Au cours de l’enseignement des
langues étrangères, la prononciation n’était pas toujours un des points prioritaires. J. Zezula
attire l’attention sur ce problème dans la préface de son manuel de la prononciation
française (1967)48 destiné aux étudiants tchèques : « ... la prononciation des langues
étrangères représente dans nos écoles toujours un grave problème... spécialement la
maîtrise de la prononciation française est souvent insatisfaisante... » A nous de juger si la
situation d’aujourd’hui est différente.
L’étude méthodique de la prononciation ne se passe pas de la théorie. Les lignes
suivantes présentent donce une caractéristique détaillé des sons français. Le volume de la
description théorique que l’enseignant proposera aux élèves dépend bien sûr de l’âge, des
expériences précédentes et des besoins des individus. Les informations ci-dessous, plus ou
moins vastes, répondent aux questions fréquentes.
La faculté d’apprendre naturellement la prononciation d’une langue étrangère est
limitée aux enfants bilingues. A l’âge où la plupart des élèves tchèques commencent à
apprendre le français, c’est-à-dire treize ans et plus, il n’est pas suffisant d’écouter les

48
ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického, p. 2

22
enregistrements sonores et suivre la prononciation de l’enseignant sans l’analyser
théoriquement. Le registre des sons de la langue maternelle est à l’âge mentionné déjà fixe
et nécessite d’être confronté avec le nouveau registre.
Cependant, n’oublions pas qu’à part des exercices d’écoute fournis par les manuels,
l’enseignant représente souvent pour les élèves le seul contact avec le français. Sa manière
d’articuler sert ainsi de modèle primaire.

3.1 Le classement des voyelles et des consonnes

Le système des sons français diffère beaucoup du système tchèque non seulement
du point de vue quantitatif mais aussi qualitatif. Le système vocalique français comprend
16 sons dont aucuns ne correspond ni à une des 10 voyelles tchèques « a, e, i, o, u, á , é , ì ,
ó , ú » ni à une des 3 diphtongues « ou, au, eu ». Contrairement aux voyelles, le registre des
consonnes tchèques rassemblant 27 sons est beaucoup plus riche que le registre français qui
compte 17 consonnes (plus le [ŋ] dans les mots d’origine anglais). Au surplus, on rencontre
en français 3 semi-voyelles/semi-consonnes [w], [ɥ], [j].

3.1.1 Les voyelles


Ce sont les voyelles, la base de la langue, qui donnent au français sa musicalité
fine. Toutes les voyelles sont sonores, parce qu’elles sont produites par les vibrations des
cordes vocales. La voyelle française dans la position initiale n’est jamais attaquée d’un
coup de glotte (au contraire de l’allemand où cela est obligatoire), la voyelle finale n’est pas
coupée, mais s’éteint doucement. Les lèvres prennent la forme d’une voyelle déjà pendant
la prononciation de la consonne qui la précède.49
La façon la plus aisée de décrire les voyelles est de les classer sur deux axes
articulatoires : 50
l’axe vertical représente l’écartement des mâchoires (l’aperture – la distance entre
le palais et la langue) suivie de la forme des lèvres (la labialisation)
l’axe horizontal représente le point d’articulation (l’antériorité – les voyelles sont
produites en avant de la bouche/ la postériorité – les voyelles sont produites en
arrière)
49
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 47-49
50
D’après LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 63

23
Fig. 6 – Le trapèze vocalique français

Ces images correspond à la situation des voyelles dans la cavité buccale sur un profil ayant
la face à gauche .

Fig. 7 – Le trapèze vocalique tchèque

Sur les schémas, on peut remarquer que les voyelles françaises sont placées plus à
l’extrémité de la bouche. L’aperture des voyelles tchèques se trouve entre la position de la
langue pendant la phonation des voyelles fermées et ouvertes en français.51 L’image des
voyelles tchèques est souvent simplifiée sous la forme de ce qu’on appelle le triangle
vocalique de Hellwag.
I U
E O
A

51
ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického, p. 13

24
3.1.1.2 Le système vocalique français
Le système vocalique français étant beaucoup plus varié que le système tchèque
rendra difficile pour nous de discerner les qualités vocaliques inexistantes dans notre
langue maternelle.52 Pourtant, il est essentiel de respecter ces variations, puisqu’il existe
beaucoup de mots en français qui ne se distinguent que par la labialisation : il vous
salue [y] – il vous salit [i], par la nasalisation : non [nɔ] – nonne [nɔn] (jeptiška)53 ou par
l’ouverture : j’allai [e] (passé simple) – j’allais [ε] (imparfait).54
Ces oppositions, qui ne sont pas forcément évidentes en première écoute, posent aux
débutants tchèques de mêmes problèmes que la différence entre les voyelles brèves et les
voyelles longues, qui ont une valeur distinctive en tchèque, aux Français : chtěl bych byt
[i] – chtěl bych být [i:] ou en anglais food [u:] – foot [u] (jìdlo – chodidlo).
Les voyelles longues qu’on emploie en français spontanément dans les syllabes
accentuées fermées devant les consonnes [ʀ, v, z, ʒ] et le groupe [vʀ], par exemple : jour
[ʒu:ʀ], j’arrive [ʒaʀi:v], crise [kʀi:z], rouge [ʀu:ʒ], livre [li:vʀ], n’ont pas de valeur
distinctive.55 Les apprenants tchèques devraient faire attention à ne pas se tromper le « é »
de leur langue maternelle avec l’accent aigu qui n’est pas un signe de la longueur, mais de
la qualité de la voyelle.56

3.1.2 Les consonnes


Le rôle de la consonne est de fixer la syllabe... Elle se marie avec la voyelle qui en
forme le sommet. La réalisation de toutes les consonnes est caractérisée par un moment de
coupure du courant d’air provenant des poumons. On y reconnaît trois phases : la fermeture
de la bouche, la tenue, la détente. A la détente, la consonne doit être bien claire et
coupante. Mais au début du mot ou de la syllabe, la dépense d’air sera faible.57
Les consonnes sont classées :
d’après le type de fermeture (complète – les occlusives, partielle – les
constrictives)

52
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny, p. 39
53
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 10
54
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 90
55
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 9
56
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 76
57
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 123-124

25
d’après le point d’articulation (les lèvres – labial, les dents – dental, le palais –
palatal etc. voir Les organes de la parole)

bi- labio- post pala-


CONSONNES alvéolaires vélaires dorsal
labiales dentales alvéolaires tales

k
sourde p t C’est
Un pas C’est tout qui?
occlusives

b d g
sonore Un bas C’est doux C’est
Guy

sonore m n ɲ (ŋ)
A moi Chez nous campagne parking

f
sourde
C’est fou!
s ʃ
Ils sont où? chouchou
v z
sonore C’est ʒ
Ils ont quoi? joujou
vous?
constrictives

sonore l ʀ
Il lit Il rit

j
consonnes

Bien ! w
sonore
semi-

C’est
ɥ Louis
C’est lui

Fig. 8 – Le tableau des consonnes

3.1.2.1 Le système consonantique


Le tableau simplifié des consonnes françaises nous prouve que l’articulation des
consonnes françaises n’est pas trop différente de celle des consonnes de notre langue
maternelle. Les manières d’articulation, l’occlusion et la constriction ainsi que les points
d’articulation existent aussi en tchèque.
En effet, le système consonantique français étant moins riche, il contient seulement
quelques phonèmes qui manquent en langue tchèque. Parmi les signes utilisés par l’API, le
[ɲ] montagne correspond au graphème « ň », le [ʃ] Charles et le [ʒ] Jacques sont
représentés par les graphèmes « š » et « ž ». Les [j] bien, [ɥ] je suis, [w] moi qui peuvent
être réalisés comme les voyelles ou les consonnes sont traités dans le chapitre Les semi-
voyelles. Le « h » existe en français seulement comme un signe graphique.

26
Le phonème [ʀ] est reconnu en langue tchèque comme la fausse réalisation de « r »,
soi-disant rhotacisme (ráčkovánì). Pourtant, cette variente de la consonne « r » n’est pas la
seule en langue française. Jusqu’au XVIIIe siècle, les Français ont prononcé le [r] apical qui
est réalisé presque de la même manière que le [r] tchèque. Dans certaines régions la
variente alvéolaire appelée « r roulé » est prononcée jusqu’à nos jours.58
Le [ʀ] dorsal surnommé aussi « r parisien » ou bien « r français » est produit grâce
au frottement de l’air contre le palais et la langue (le dos de la langue monte vers le palais).
Le mouvement du voile du palais en ce moment est involontaire et pareil comme le
mouvement de la langue, il diffère selon la voyelle qui précède.59 Les lèvres ne jouent
aucun rôle dans l’articulation du [ʀ].60
L’articulation de la consonne [ʀ] représente pour les Tchèques un des symboles
caractéristiques de la langue française. Néanmoins, comme J.Zezula le propose, on ne
devrait pas lui prêter trop attention au détriment de l’entraînement des éléments plus
importants de la prononciation.61 Pas mal d’élèves prononcent le [ʀ] français spontanément,
les autres obtiennent habituellement un [ʀ] acceptable en s’entraînant eux-mêmes.
La consonne [ŋ] est réalisée avec la langue plus en arrière que pour le « ň »
tchèque. En français, elle existe dans les mots d’origine anglaise parking, camping,
pudding, smoking etc. et posent parfois des problèmes aux Français, eux aussi. En tchèque,
on ne connaît cette consonne qu’à la position intérieure, par exemple tank [taŋk]. En final –
ing, le « g » n’est pas prononcé.

Parmi les différences principales entre l’articulation des consonnes françaises et


tchèques, on trouve l’opposition des consonnes sonores [b, d, g, v, z, ʒ] et sourdes [p, t, k,
f, s, ʃ] à la fin des mots ayant la valeur distinctive en français : douze [du:z] – douce [dus].
En tchèque, cette différence de graphie n’est pas respecté à l’oral : led [lεt] – let [lεt].
Du fait que l’accent tonique d’un mot ou d’un groupe rythmique est placé à la
première syllabe en langue tchèque, l’articulation des sons à la fin des mots est un peu
affaiblie. En français, par contre, les sons les plus accentués sont ceux de la dernière

58
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 169
59
D’après DELATTRE, P. L'Enseignement de l'R français. 1946 Voir le site Internet JSTOR Trusted archives
for scholarship [en ligne]. [réf. 2010-03-24] Accesible de < http://www.jstor.org/pss/380395>
60
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 138
61
ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického, p. 46

27
syllabe. Plus qu’on s’éloigne de la syllabe accentuée, plus l’articulation des sons devient
relâchée.
En général, toutes les consonnes françaises sont prononcées avec plus d’énergie et
plus de précision que les consonnes tchèques.62

Malgré le fait que la production des consonnes françaises pose très peu de
problèmes aux apprenants tchèques, ou justement pour cette raison, on aborde l’étude des
voyelles en premier.

62
ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického, p. 45-46

28
4. L’ETUDE METHODIQUE DES VOYELLES

L’enseignement de l’articulation des voyelles françaises est un grand défi pour les
pédagogues aussi bien que pour les élèves. Il est, pourtant, nécessaire de maîtriser, pas à
pas, cette matière, car c’est surtout l’articulation incorrecte des voyelles qui empêche la
compréhension en langue française.
Dans le chapitre suivant seize voyelles françaises sont présentées avec le signe
correspondant adopté par l’API, un bref caractéristique du son et son articulation soutenue
par l’illustration du profil et de la forme des lèvres63 (y compris la comparaison avec le
tchèque),64 avec la représentation graphique complète,65 les remarques66 et avec le mode
d’entraînement accompagnés d’exemples.67
A côté de divers manuels français et tchèques, ce sont des expériences des cours du
FLE qui sont présentés ci-dessous. Le vocabulaire des exemples a été choisi compte tenu
du niveau débutant.
L’ordre des voyelles dans ce document correspond au niveau progressif de difficulté
de l’articulation. Suivant cette logique, on commence par les voyelles orales qui existent
aussi dans le système vocalique tchèque, ce qui nous permet de faire une sorte de
comparaison. On fini par le travail des voyelles nasales dont la production se base sur celle
des voyelles orales.
L’essentiel du travail, c’est de faire découvrir aux élèves la richesse du système
vocalique français, de les motiver de l’apprendre et d’éviter sa déformation sous l’influence
du crible phonologique de la langue maternelle.

4.1 Les voyelles orales

Toutes les voyelles orales ont en commun les caractères suivants : les cordes
vocales vibrent, le voile du palais ferme entièrement le passage de la cavité nasale, l’air

63
D’après DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny
64
D’après POKORNÁ, J. – VRÁNOVÁ, M. Přehled české výslovnosti : logopedická a ortoepická cvičenì pro
dospělé
65
D’après HOŘEJŠÍ, V. Traité de prononciation française pour les Tchèques et DOHALSKÁ, M. –
SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, kap. V.
66
D’après JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti et DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O.
Fonetika francouzštiny, kap. V.
67
D’après HRŮZOVÁ, N. Exercices de prononciation française

29
passe librement par la cavité buccale (la bouche reste ouverte même pendant la phonation
des voyelles dites fermées, ce terme signifie que la distance entre le dos de la langue et le
palais est très petite).

4.1.1 Les voyelles orales à un timbre [u], [i], [y]

[u]
La caractéristique : la voyelle fermée, arrondie, postérieure
L’articulation : la pointe de la langue s’éloigne des incisives inférieures, le dos de la langue
est remonté vers le palais en arrière de la bouche, les lèvres projetées en avant, présentent
une forme très arrondie
La comparaison avec le « u » tchèque : le [u] français n’est pas trop différent de [u]
tchèque, pourtant, son articulation est un peu plus tendue et plus arrondie ce qui résulte en
ton plus bas
La représentation graphique :
« ou » prononcé [u], excepté le groupe : consonne + ou + voyelle (Louis [lwi])
bouche, pour, Moscou
« où » existe seulement comme le mot où (kde, kam)
« oû » toujours prononcé [u]
goût, croûte, voûte
Remarque :
la combinaison graphique « aoû » dans le mot août est prononcé [u(t)]
la combinaison graphique « aou » est prononcée [u] dans le verbe saouler et les
mots dérivés. Aujourd’hui, on trouve ces mots dans le dictionnaire avec
l’orthographe « oû » soûler

30
la voyelle [u] la voyelle [u]
en français en tchèque

Fig. 9

L’entraînement : pour bien labialiser le [u] français il faut projeter les lèvres encore plus
qu’en tchèque. Rappelons aux élèves la voyelle longue tchèque « ú/ů » (les traits
caractéristiques d’une voyelle deviennent plus évidents pendant la prononciation de la
variante longue).

Bonjour ! – Tout les jours il parle d’amour. – Il y a douze poules. – Elle a les joues
rouges. – Louvre
Il doute. – Il tousse toujours. – Il n’a pas de sous. – Mais vous êtes fou !

31
[i]
La caractéristique : la voyelle fermée, non-arrondie, antérieure, très aiguë
L’articulation : la pointe de la langue est placée contre les incisives inférieures, les
mâchoires très rapprochées, les lèvres collées contre les gencives avec les commissures très
écartées
La comparaison avec le « i » tchèque : le ton du [i] français est plus haut, les lèvres plus
fermées, l’espace entre la langue et le palais est plus petit.
La représentation graphique :

« i », « ï », « y » prononcé [i] devant /ǝ/ muet, devant consonne, à la fin du mot


amie, ici, il dit, style, type, Yves, maïs, naïf, haïr, laïc
« î » toujours prononcé [i]
île, dîner, Nîmes

la voyelle [i] la voyelle [i]


en français en tchèque

Fig. 10

32
Remarque :
les graphèmes « i » et « y », par exemple cygne – signe, se prononcent tous les deux
de façon identique [siɲ]. Faites attention de ne pas le confondre avec [y] qui
représente la voyelle arrondie « u » Salut !
la voyelle « i » en français ne change pas de caractère dur des consonnes « d, t, n »
en caractère mou comme en tchèque (divadlo x il dit, tisk x actif, nikdo x niveau)68

L’entraînement : le [i] français, pareil comme le [i] anglais, il est souvent surnommé la
voyelle souriante. N’oubliez pas ainsi de rappeler aux élèves la devise : « Gardez le
sourire ! » Quelle que soit l’articulation de cette voyelle joyeuse, elle pose quand même des
difficultés, surtout dans les mots où les voyelles de deux syllabes juxtaposées sont [i] - [y]
(minute, figure, musique, Russie etc.) Il faut toujours se rendre compte de former les lèvres
bien avant qu’on attaque l’articulation de la voyelle, elle-même. C’est une vraie
gymnastique articulatoire.

Il lit vite. – Philippe est ici ? – Il arrive à midi. – Il est timide. – Il réfléchit. – Vivre
sans limites. – Lili habite la ville de Lille. – Ils sont six ou dix ? – Tous crient :
« Bis ! Bis ! » - Ton fils est gentil. – Merci. – Rira bien qui rira le dernier.

[y]
La caractéristique : la voyelle fermée, arrondie, antérieure
L’articulation : la langue occupe la même position que pour [i] mais les lèvres sont
projetées est arrondies comme pour [u]
La comparaison avec le tchèque : la voyelle [y] n’existe pas en tchèque, les lèvres sont
arrondies avec plus de tension que pendant la prononciation de « u » tchèque
La représentation graphique :

« u » prononcé [y] devant consonne, devant /ǝ/ muet, à la fin du mot


une, sur, rue, tu
« û » toujours prononcé [y]
sûr, dû, bûche
« eu », « eû » prononcé [y] seulement dans les formes du verbe avoir
eu (participe passé), j’ai eu (passé composé), j’eus, il/elle eut (passé simple),

68
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 41

33
nous eûmes, vous eûtes, ils eûrent (passé simple)
Remarque :
la combinaison graphique « um » dans le mot parfum est prononcé [ ] – [paʀ ],
dans les mots d’origine latine minimum, maximum, opium etc. et dans rhum, on
prononce [ɔm] – [minimɔm]
le graphème « u » n’est pas prononcé dans les mots où l‘on utilise pour garder au
« g » sa prononciation [g] devant les voyelles « e », « i » : fatigue [fatig], guerre
[gεʀ], guide [gid]

la voyelle [y]

Fig. 11

L’entraînement : pour illustrer aux élèves l’articulation de la voyelle [y], on profitera du


caractère des voyelles précédentes. D’abord, la langue prenant la position de [i], elle
s’appuie contre les incisives inférieurs, et puis les lèvres s’avancent comme lorsqu’on
prononce [u]. Les mots utiles à l’entraînement sont ceux dont la première syllabe contient
[u] et les lèvres sont ainsi déjà prêtes à produire la voyelle [y] dans la syllabe suivante (par
exemple les participes présents de certains verbes irréguliers).
Les apprenants de l’allemand sont familiers avec cette voyelle sous la forme « ü » München
(fr. Munich [mynik]). En tchèque, comme le rappelle Z. Schejbalová, on ne l’utilise que
dans un seul cas. Au cours de la leçon de l’orthographe tchèque, lorsqu’on veut démontrer

34
l’opposition des sons « i » le [i] mou et « y » le [i] dur, on dit : « Ve slově bydlet pìšeme
tvrdé [y] ! »

il a voulu – il a couru – il a cousu – pourvu – elle est venue – j’ai bu – j’ai vu – j’ai
pu – j’ai connu
Salut ! – Dans le sud du Portugal. – Il fume. – Gustave parle russe. – Jules joue de
la flûte. – Il est élu député. – As-tu vu Luc ? J’ai perdu la clé USB.

4.1.2 Les voyelles de deux timbres : [e] - [ε], [ø] - [œ], [o] - [ɔ]

Le groupe des voyelles de deux timbres représente une grande difficulté pour les
élèves. Aucune des six voyelles n’existent en langue tchèque. Les trois voyelles fermées
[e], [ø], [o] sont opposées aux voyelles ouvertes [ε], [œ], [ɔ]. Cependant, ce n’est pas
seulement la production de ces voyelles qui nous pose des problèmes. Pour savoir choisir le
bon timbre, il faut d’abord observer plusieurs facteurs69 :
la graphie – la réalisation de tel ou tel timbre peut être attaché à la graphie dont la
voyelle est représentée, par exemple le graphème « è » est toujours prononcé
comme [ε] ouvert, le « é » au contraire est dans la plupart des cas prononcé come
[e] fermé. Il s’agit alors, d’un facteur qui ne nous donne pas de réponse univoque,
mais qui peut quand même nous aider.
la position de la voyelle – à l’intérieur d’un mot, on distingue la position accentuée
– en français, c’est toujours la dernière syllabe – et la position inaccentuée. Le plus
la voyelle est éloignée de la syllabe accentuée, le moins de la tension on emploie
pendant sa réalisation. C’est ainsi que l’harmonisation vocalique est produite. Il
s’agit d’un phénomène de simplification de la prononciation...la voyelle accentuée,
plus forte, influence la voyelle inaccentuée, par exemple dans le verbe aimer [εme],
le [e] fermé accentué influence la première voyelle et on prononce [eme].70
le type de la syllabe – lorsqu’une syllabe est finie par la consonne prononcée, elle
est fermée, si elle finie est par la voyelle prononcée, elle est ouverte. Le timbre de
la voyelle peut dépendre du type de la syllabe accentuée :

69
D’après DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 84
70
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p.71

35
On prononce toujours dans la plupart des cas

dans la syllabe [ɔ] ouvert


[ε] ouvert
accentuée fermée [œ] ouvert

dans la syllabe [o] fermé


[e] fermé
accentuée ouverte [ø] fermé

[e]
La caractéristique : la voyelle mi-fermée, non-arrondie, antérieure, très aiguë
L’articulation : la pointe de la langue est placée contre les incisives inférieures, les
mâchoires rapprochées, les lèvres collées contre les gencives avec les commissure très
écartées, le dos de la langue recule vers l’arrière, l’espace entre les dents un peu plus grand
que pendant l’articulation de [i]
La comparaison avec le « e » tchèque : le [e] français est visiblement plus fermé, plus
tendu et plus aiguë. Il s’agit de la voyelle brève, néanmoins, comme le ton de la voyelle est
plus haut qu’en tchèque, on confond souvent la hauteur et la longueur et on la perçoit ainsi
comme longue.
La représentation graphique :
« é » dans la plupart des cas réalisé comme [e]
thé, café, élève, idée, agréable, amitié
« e » prononcé [e] devant les consonnes finales muettes, devant une consonne
double autre que -rr-
pied, cahier, essayer, effacer, pieds, clefs, volontiers
« ë » prononcé [e] dans le mot canoë
« ê » prononcé [e] facultativement grâce à l’harmonisation vocalique
fêter [fεte/feter], têtu [tεty/tety]
« ai », « aî » réalisé [e] facultativement dans les syllabes non-finales, grâce à l’harmonisation
vocalique : maison [mεzɔ/mezɔ], plaisir [plεzi:r/plezi:r], raisin [ʀεzɛ/ ʀezɛ], rafraîchi
[ʀafʀεʃi/ʀafʀeʃi]
« ay » prononcé [ej] dans les mots : pays, paysage, Pays-Bas
Remarque :
le [e] fermé dans la syllabe ouverte accentuée est réalisé dans les cas suivants :
- les suffixes des verbes -ai, -é, -er, -ez : j’ai parlé, parler, vous parlez

36
- les suffixes -é, -ée : thé, café, idée, fée
- noms, adjectifs, adverbes qui finissent en -er, -ers, -ez, -ied : cahier, dîner,
volontiers, nez, pied
- les monosyllabes : les, mes, tes, ses, ces, des et les mots dérivés : lesquels,
desquels etc.
et dans la deuxième personne singulière du verbe être tu es [ty e], dans la forme

verbales j’ai [ʒe], dans la conjonction et [e], habituellement aussi dans je sais [ʒǝ

se], je vais [ʒǝ ve] et dans les mots quai [ke ], gai [ge]
le future simple et le conditionnel présent, ainsi que le passé simple et l’imparfait,
diffèrent uniquement par l’articulation de la dernière syllabe : je parleʀai /e/ fermé
(futur simple) – je parleʀais /ε/ ouvert (conditionnel présent)

la voyelle [e]
fermée

Fig. 12

L’entraînement : la réalisation de [e] fermé se sert d’une certaine mesure de l’articulation


de [i] français. Les organes articulatoires prennent la position de [i] souriant, l’écart entre
les dents élargit un peu et on prononce [e]. Pour l’entraînement, Z. Schejbalová propose de
profiter des mots dont les deux syllabes juxtaposées comprennent [i] et [e].
La réalisation de la voyelle, elle-même, n’est pas si difficile. Ce qui est important pour les
élèves, c’est de prendre l’habitude de la réaliser, par exemple le mot génie [ʒeni] ne peut

37
pas être prononcé comme le mot tchèque ženy. Il faut essentiellement leur montrer des
exemples les paires minimales. Pour motiver les élèves d’exagérer l’articulation au début de
l’apprentissage et pour simplifier la communication, on utilise les termes /e/ fermé et /ε/
ouvert, au lieu de mi-fermé, mi-ouvert.

crier – plier – prier –dîner – citer – siffler – dicter – étudier


parler – vous parlez – chanter – vous chantez – préparer – vous préparez – vous
apportez
j’ai écouté – j’ai répété – j’ai préféré – j’ai hésité – j’ai marché – j’ai demandé –
j’ai étudié
Mesdames et Messieurs. – Elle aime le thé et le café. – Je suis allé chez Roger. –
Gérard a regardé la télé toute la journée. – L’été dernier, j’ai cassé le vélo. – Je ne
sais pas où je vais.

[ε]
La caractéristique : la voyelle mi-ouverte, non-arrondie, antérieure
L’articulation : la langue est placée plus bas que pour le [e] fermé (le ton est
conséquemment aussi plus bas), la pointe de la langue est derrière les dents inférieurs, les
mâchoires et les dents sont plus écartées, les lèvres dans une position naturelle forment une
ouverture ovale
La comparaison avec le « e » tchèque : le [ε] français est proche de « e » tchèque, mais il
est plus ouvert et plus tendu. Les deux sons se ressemblent de façon que l’API leur
attribue le signe identique [ε].
La représentation graphique :
Quelle que soit la graphie, dans la syllabe fermée accentuée, on réalise toujours le [ε]
ouvert !
« è » prononcé toujours [ε]
tchèque, père, poème, dernière, entière, étrangère, Genève, Molière
« e » devant un groupe de consonnes, devant une consonne double « rr », devant
«x»
merci, erreur, examen
« ê » dans la plupart des cas réaliser comme [ε], excepté le mot poêle [pwal] et ses
dérivés

38
être, prêt, prêtre, Gênes (Janov)
« ei » dans la plupart des cas
neige, reine, seize, Eiffel, Seine
« ai » dans la plupart des cas réaliser comme [ε]
faire, mai, mais, sais, aile
« aî » toujours prononcé [ε]
maître, fraîche, il connaît, il paraît
« ë » prononcé [ε] devant consonne : Noël
« é » dans les formes verbales pour la première personne du singulier avec sujet inversé ou grâce à

l’harmonisation vocalique : à côté de [e] fermé devant [ǝ] caduc de la syllabe suivante et dans les
syllabe non-finales en général
parlé-je [parlεʒ], événement [evenəmɑ] > évén’ment [evεnmɑ]
« ey » prononcé [ε] dans la position finale et devant consonne
hockey [okε], poney [ponε], trolley [trolε]
« ay » prononcé [ε] à la fin du mot et devant consonne (ce sont les cas des mots étrangers)
tramway [tʀamwε], Orsay [ɔʀsε]

la voyelle [ε] la voyelle [ε] en


en français tchèque

Fig. 13

39
Remarque :
le [ε] ouvert dans la syllabe ouverte accentuée est réalisé dans les cas suivants :
- les suffixes des verbes -aie, -aies, -ais, -ait, -aient : que j’aie, que tu aies, je
parlais, tu parlais, ils parlaient
- noms et adjectifs qui finissent en -ès, -et, -êt,-ect, -ai, -aid, -aie, -ais, -ait, -
aix : progrès, alphabet, intérêt, respect, laid, taie, français, lait, paix
et dans la troisième personne singulière du verbe être il est [ilε]
L’entraînement : certains manuels conseillent d’ouvrir la bouche comme pour « a » et
prononcer la voyelle « e ». Cependant, cela n’est pas la méthode la plus convenable pour
les Tchèques, puisque le « a » tchèque étant trop relâché résulte plutôt en [æ] anglais have
[hæv], cat [kæt] etc.
Pour articuler [ε] ouvert, on préférera de le démontrer à l’aide de « e » tchèque en insistant
sur plus de tension des muscles. N’oublions pas bien sûr d’observer dès le début
l’opposition [e] x [ɛ] les x lait.

très – près – mère – problème – entière – première– bref – brève – quel – quelle –
grec – grecque – sujet – projet – avec – hier – mai – mais – fait – lait – paix – laid –
air – maire – anniversaire – maison – haine – tête – fête – bête – même
Il fumait. – Si tu voulais, tu pourrais rester. – Un verre de lait. -

[o]
La caractéristique : la voyelle mi-fermée, arrondie, postérieure
L’articulation : la pointe de la langue s’éloigne distinctement des incisives inférieures, la
langue recule en arrière de la bouche, le dos de la langue remonte vers le voile du palais, les
lèvres projetées en avant en forme très arrondie
La comparaison avec le tchèque : le [o] français étant beaucoup plus fermé et prononcé
avec plus de tension des muscles ressemble plutôt à la voyelle tchèque « u ». C’est à cause
de cette raison qu’on peut entendre le « u » au lieu de « o » final dans les mots ano, bylo,
málo etc. chez les Français apprenants la langue tchèque.
La représentation graphique :

40
Quelle que soit la graphie, dans la syllabe ouverte accentuée, on réalise toujours le [o]
fermé !
« o » prononcé [o] fermé à la fin du mot et devant consonnes finales muettes, dans
les terminaisons « -otion », « -osion », « -osition »
piano, oh ! [o], gros, mot, trop, chose, rose, ohm, Vosges, émotion, position
« ô » prononcé [o] dans la plupart des cas
tôt, côte, diplôme, Rhône
« au » prononcé [o] dans la plupart des cas
faux, gauche, jaune, sauter, Baudelaire
« eau » dans la plupart des cas prononcé [o] fermé
eau, beau, morceau, Bordeaux

la voyelle [o] samohláska [o]


en français v češtině

Fig. 14

Remarque :
le [o] fermé dans la syllabe fermée accentuée est réalisé dans les cas suivants :
- la combinaison graphique « ose » : chose, rose, prose, dose
- la graphie « au », « ô », « aô » : haute, chaude, nôtre, drôle, Saône [son]

41
- habituellement dans les mots qui finissent par -osse, -ome, -one, ône : fosse,
grosse, idiome, zone
le nom féminin Paule se prononce [pol], au contraire du mot masculin Paul [pɔl]
le « o » reste muet dans le nom paon [pɑ] (páv), taon
le [o] fermé est réalisé aussi dans les mots utilisés par les petits enfants : avoir bobo [bobo]
(bolìstka), faire dodo (spinkat), gogo (ťululum)
L’entraînement : pour la phonation de [o] fermé, les organes articulatoires prennent la
position de [u] et sans bouger les mâchoires et les lèvres (le seul organe qui bouge est la
langue) on prononce [o]. On peut également nous exercer en prolongeant le son, pareil
comme pendant l’entraînement de [u].

chose – faute – faux – fausse – gros – grosse – chaud – chaude – nos – vos – dos –
animaux – chevaux – journaux – nôtre – vôtre
Il fait chaud, aujourd’hui. – Il faut boire beaucoup d’eau. – Bravo ! Il n’ya pas de
fautes ! – Allô ! C’est Paule ? – C’est drôle.– En automne, les feuilles sont jaunes. –
Il mange trop de gâteaux. – Le château sur la photo à gauche est très beau.

[ɔ]
La caractéristique : la voyelle mi-ouverte, arrondie, postérieure
L’articulation : la partie antérieure de la langue est plus basse, les mâchoires et les dents
sont plus écartées que pour le [o] fermé, l’ouverture des lèvres projetées en avant en forme
arrondie est plus large que pour le [o] fermé
La comparaison avec le tchèque : le [ɔ] ouvert ainsi que le [o] fermé se caractérise par plus
de tension des muscles, il est plus ouvert que le « o » tchèque, le point d’articulation
s’approche plus au point d’articulation de la voyelle « a »
La représentation graphique :
« o » prononcé [ɔ] dans la plupart des cas, les syllabes inaccentuées y compris
homme, robe, encore, alors, d’abord, joli, soleil, donner
« os » les deux prononciations sont possibles, dans le nom os (kost), on distingue entre un os [ɔs]
au singulier et les os [lεzo] au pluriel
« ô » prononcé [ɔ] ou [o] dans les syllabes non-finales de plusieurs mots
hôtel [ɔtεl/otεl], hôpital [ɔpital/opital]
« au » prononcé [ɔ] ou [o] dans :

42
j’aurai [ʒɔrε/ʒorε], je saurais [ʒǝ sɔrε/ʒǝ sorε], taureau [tɔro/toro], automne [ɔton/oton],

mauvais [mɔvε/movε], sauf [sɔf/sof]

Remarque :
le [o] fermé devant une consonne finale muette prononcée grâce à la liaison change
en [ɔ] ouvert : sot [so] – sot enfant [sɔtɑfɑ], mot [mo] – mot à mot [mɔtamo]
il faut faire attention à ne pas nasaliser les mots qui finient par -onne, -omme : il
sonne, personne, pomme
dans le mot alcool, on prononce un seul [ɔ] – [alkɔl], l’abréviation ZOO est
prononcée [zɔo]

la voyelle [ɔ]
en français

Fig. 15

L’entraînement : pour apprendre à articuler le [ɔ] ouvert on va profiter de l’articulation de


la voyelle « a ». La bouche ouverte en position neutre, on projette ensuite les lèvres
arrondies en avant sans bouger les mâchoires et on prononce [ɔ]. La langue ne devrait être
ni trop bas ni trop en arrière. A l’aide d’un miroir, essayons d’observer avec les élèves
comment le degré d’ouverture change pour [ɔ] ouvert et [o] fermé.

43
notre – votre – bonne – pomme – homme – sotte – botte – bosse – gosse – sol – vol –
folle – fort – mort
C’est une bonne idée ! – Paul adore dormir dehors. – Victor fait beaucoup de sports
pour être en forme. – On sonne à la porte ! – Il est encore à l’école.

44
[ø]
La caractéristique : la voyelle mi-fermée, arrondie, antérieure
L’articulation : la pointe de la langue est placée contre les incisives inférieures, le dos de la
langue recule vers l’arrière comme dans la position pour [e] fermé, les lèvres sont très
rondes projetées en avant
La comparaison avec le tchèque : dans le registre tchèque, il n’existe ni voyelle [ø] ni
voyelle dont l’articulation serait proche de celle-ci
La représentation graphique :
Quelle que soit la graphie, dans la syllabe ouverte accentuée, on réalise toujours le [ø]
fermé !
« eu » prononcé [ø] à la fin du mot, devant consonnes muettes, au début du mot
devant consonne
bleu, eux [ø], heureux, il veut, i pleut, Europe, eucalipte, jeudi, deuxième
« œu » prononcé [ø] à la fin du mot ou devant des sons muets
vœu [vø], nœud [nø], œufs [ø]
« eû » prononcé [ø] dans le mot jeûne (půst)

Remarque :
le [ø] fermé est réalisé dans la syllabe ouverte innacentué : jeudi, neutre, deuxième
on distingue la prononciation du nom masculin en -eur [œ:ʀ] du féminin en -euse
[ø:z] : chanteur [ʃɑtœ:ʀ] – chanteuse [ʃɑtø:z], danceur – danceuse
la prononciation des adjectifs masculin en -eux [ø] reste habituellement la même
pour les féminins -euse [ø:z] : amoureux [amuʀø] – amoureuse [amuʀø:z]
les mots œuf [œf], bœuf [bœf] sont prononcés au pluriel avec [ø] : les œufs [lezø],
les bœufs [lebø]

45
la voyelle [ø]
fermée
Fig. 16

L’entraînement : le [ø] fermé est une de voyelles les plus difficile à apprendre pour les
Tchèques. A cause de son caractère, il est souvent surnomé « temné e ». Pour l’articuler, la
langue prend la position de [e] fermé, les lèvres la position de [o] fermé bien projetées et
arrondies et on prononce [ø]. Remarquons sur le schéma du profil que la voyelle [ø] est
située sur l’axe horizontal entre [e] et [o]. Le son qu’on entend est quand même plus proche
à la voyelle [e].

peu – jeu – feu – deux – vieux – mieux – lieux – ceux – eux – vœux – queue - jeûne
il peut – il veut – il pleut – heureux – heureuse – courageux – courageuse
Cette chanteuse a de très beaux yeux bleus.

[œ]
La caractéristique : la voyelle mi-ouverte, arrondie, antérieure
L’articulation : la langue basse, derrière les dents inférieurs, les mâchoires et les dents
séparés comme pour le [ε] ouvert, les lèvres arrondies, projetées en avant
La comparaison avec le tchèque : la voyelle [œ] n’existent pas en tchèque
La représentation graphique :
« eu » réalisé [œ] devant une consonne finale prononcée, devant « -il » prononcé [j]

46
neuf, seul, meuble, aveugle, peuple, heure, peur, fleuve, fauteuil, feuille
« œu » prononcé [œ] devant « u » muet (suivie d’une consonne prononcée)
sœur [sœ:ʀ], œuf, cœur, œuvre
« œ » devant [j] : œil
Remarque :
on prononce [œ] dans certains mots d’originine anglais : flirt [flœʀt], club [klœb],
speaker [spikœ:ʀ]
le mot œil [œj] au singulier est prononcé avec le [ø] fermé au pluriel les yeux [lezjø]

la voyelle [œ]
fermée

Fig. 17

L’entraînement : pareil comme pour l’entraînement de la voyelle précédente, on profitera


de l’articulation d’une voyelle qu’on connaît déjà, dans ce cas de sa variente ouverte. La
langue prend la position de [ε], les lèvres la position de [ɔ] et on prononce [œ]. Les lèvres
sont plus séparées que pour [ø] fermé, mais il y a toujours la tension des muscles.

heure – leur – leurs – jeune – jeunesse – déjeuner


professeur – chanteur – docteur – danseur – voleur
J’adore la couleur de cette fleur. – Ma jeune sœur pleure tout le temps.

47
4.1.3 Les voyelles [a] – [ɑ]
Il s’agit de la voyelle d’origine à deux timbres. Le [ɑ] postérieur est, pourtant,
rarement réalisé. En français, on prononce dans 95% des cas le [a] antérieur, constate P.
Léon. Il existe très peu de mots où le timbre de la voyelle a la valeur distinctive, cependant,
en ce qui concerne le sens de ces mots, ce sont les paires tellement différentes, qu’il est
impossible de se tromper dans le contexte donné. Dans les manuels du FLE, on traite
rarement l’articulation différente de cette voyelle. Au niveau des débutants, on présente
ainsi seulement la réalisation :

[a]
La caractéristique : la voyelle ouverte, non-arrondie, antérieure
L’articulation : la langue est presque plate est peu tendue, la pointe, derrière les dents
inférieurs, touches les alvéoles, les mâchoires et les dents sont les plus écartées de toutes les
voyelles orales, les lèvres, vue de face, forment une ouverture ovale
La comparaison avec le « a » tchèque : le [a] français est tendu et un peu moins ouvert que
le [a] tchèque, la langue est placée un peu plus haut, le ton qu’on entend est aussi plus haut
La représentation graphique :
« à » prononcé toujours [a]
à, là, voilà
« a » dans la plupart de cas
ami, chat, table, cacao, sofa
« â » la prononciation de [ɑ] postérieure a été remplacée par [a] antérieure : âge, pâtisserie, surtout
dans les désinences verbales -ât, -âmes, -âtes : qu’il parlât, que nous parlâmes, que vous parlâtes

Remarque :
on prononce [a] dans le mot femme [fam]
la réalisation de [a] peut être liée à la semi-voyelle [w] dans certaines combinaisons
graphiques : « oi » moi [mwa], toi, soi, quoi, trois, soit, poivre [pwavʀ], « oî » boîte
[bwat], « oy » voyage [vwaja:ʒ], foyer, doyen

48
la voyelle [a] la voyelle [a] en
en français tchèque

Fig. 18

L’entraînement : l’articulation de la voyelle [a] française ressemble à celle de [a] tchèque.


On ouvre la bouche un peu moins qu’on est habitué dans la parole précise et en même
temps on garde la tension des lèvres.

ma – ta – sa – achat – chocolat
il va – il part – il est sage – il attaque – c’est rare – ce soir – le jeu de cache-cache

4.1.4 La voyelle [ǝ] caduc


C’est une voyelle assez particulière dans le système vocalique français. Son
articulation dépend, plus que pour les autres voyelles, du registre de la langue qu’on choisit
(la langue soutenue x familière). Il faut carrément l’articuler pendant la récitation et la
diction de prose, souvent aussi dans les paroles des chansons pour respecter le rythme de la
musique.

49
Dans la langue familière, l’articulation de [ǝ] n’est obligatoire que dans certains cas,
par contre, on l’utilise souvent pour accentuer les mots où il ne faut pas le réaliser, par

exemple à la fin d’un groupe rythmique (J’ai vu exactement le même film ! [filmǝ]).71

[ǝ]
La caractéristique : la voyelle neutre, arrondie, antérieure
L’articulation : la langue plus plate que pour le [œ] ouvert, les lèvres arrondies, projetées
en avant, les muscles relâchés

La comparaison avec le tchèque : la voyelle [ǝ] telle quelle, n’est pas dans le système
vocalique tchèque
La représentation graphique :

« e » prononcé [ǝ] caduc s’il s’agit du graphème sans accent situé à la fin de la
syllabe, dans la préfixe re- et dans les mots dessus, dessous
je, te, me, le, ce , ne, de , que, ceci, cela, lever, mener, jeter, acheter,
appeller, rechercher, reposer, reprendre, redouter

la voyelle [ǝ]
caduc
Fig. 19

71
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p.110

50
Remarque :

on prononce [ǝ] caduc dans la deuxième personne du pluriel du verbe faire et dans

les formes verbales dérivées : nous faisons [fǝzɔ] (présent simple), je faisais [fǝzε],

il faisait, nous faisions [fǝzjɔ] (imparfait), faisant [fǝzɑ] (participe présent)

le mot monsieur [mǝsjø] au singulier est prononcé avec [ǝ] caduc , mais au pluriel,
on prononce messieurs [mesjø]

L’entraînement : la réalisation de [ǝ] est souvent décrite comme pour la voyelle [œ], mais
plus relâchée, elle ne demande pas d’effort, et de timbre un peu différente.
Les anglophones connaissent cette voyelle sous le nom de schwa, même si le rôle de schwa

n’est pas entièrement celui de [ǝ] français. Néanmoins, la prononciation est identique et on
peut donc en profiter, par exemple l’article défini anglais the [ðə], pareil que l’article défini

français le [lǝ], est prononcé avec [ǝ] caduc.

En tchèque, on rencontre une voyelle très proche de [ǝ] en discours spontané. Dans les
moments où on hésite, on prononce un son neutre, souvent prolongé, qui est enregistré dans

le texte comme « ee... řekl bych, ee…, že… » Cependant, le [ǝ] français n’est jamais long,
parfois il est plutôt coupé.
Les petits enfants en apprenant l’alphabet tchèque, prononcent souvent les premières

consonnes avec un [ǝ] caduc « A-Bǝ-Cǝ-Dǝ... »

Généralement, ce n’est pas l’articulation de la voyelle qui pose des problèmes, mais la
question de son emploie :

le [ǝ] caduc se trouve en syllabe ouverte inaccentuée et à la fin du mot


semaine, vendredi, dimanche
il peut être simplement reconnu à l’écrit, le graphème « e » est suivie d’une seule
consonne et d’une voyelle ou des liquides [ʀ], [l]72
peTIt, seCRétaire, reFLéter

72
SCHEJBALOVÁ, Z. Comment faciliter l’apprentissage du français aux apprenants tchèques atteints des
troubles spécifiques du langage oral et écrit. In Komunikativnì přìstup v cizojazyčné výuce u žáků s SPU,
p.108

51
le [ǝ] caduc dans la dernière syllabe du groupe rythmique -e final n’est pas
habituellement enregistré dans la transcription phonétique
je suis Tchèque [ʒə-sɥi-tʃεk], la robe rouge [la-ʀɔb-ʀu:ʒ], nous sommes
quatre [nu-sɔm-katʀ]
la voyelle finale du pronom le à l’impératif et la conjonction que dans la position

accentué est réalisé comme [ǝ] caduc très fort

Dis-le ! [dilǝ], Prenez-le ! [prǝnεlǝ], Il ne faut pas oublier que [kǝ]

le [ǝ] caduc dans la syllabe inaccentuée peut tomber quand il est précédé d’une
seule consonne
samedi > sam’di [samdi], cela > c’la [sla], au secours ! > au s’cours
[osku:ʀ]

la prononciation de [ǝ] caduc est toujours respéctée dans les cas suivants73 :
- pour empêcher de prononcer trois consonnes juxtaposées à l’intérieur d’un

groupe rythmique ou au millieu du mot : leur petit [lœ:ʀpti] – [lœ:ʀpǝti],

vendredi [vɑdʀdi] – [vɑdʀədi]


- après la consonne « r » en première syllabe : premier [pʀəmje], Grenoble
- devant [lj] [ʀj] [nj] : atelier [atəlje], de rien [dərjɛ]
- dans la préposition re-, de- : ressembler, dessus
- devant h-aspiré : le haut [ləo], une honte [ynəɔt]
- devant les chiffres : le un, huit, onze, ce huitième volume , onzième
quand il y a plusiers [ə] caduc dans un groupe rythmique on réalise dans le discours
rapide soit les [ə] impairs, soit les [ə] pairs, les [ə] qui restent deviennent muets
Je | n(e) | te | l(e) | de | man | d(e) | pas. [ʒəntəldəmɑdpa]
qu’est c(e) | que | j(e) | te | di | sais ? [keskəʃtədizɛ]
l’ordre des [ə] caduc est stable dans certains groupes figés
je ne, te le, que je
je te, parce que, ce que

73
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti

52
4.2 Les voyelles nasales

Toutes les voyelles nasales ont en commun les caractères suivants : les cordes
vocales vibrent, le voile du palais descend et ouvre le passage de la cavité nasale, l’air passe
en même temps par tous les deux résonateurs – cavité buccale et cavité nasale. A l’écrit,
elle sont suivie de la consonne « m » ou « n ».
Les voyelles nasales, n’existent pas en langue tchèque, mais dans certains mots, on
peut remarquer une sorte de nasalisation à cause des consonnes nasales, par exemple banka

n’est pas prononcé avec le [n] – [banǝka] mais [baŋka]. En tchèque, on prononce la voyelle
aussi bien que la consonne, tandis qu‘en français, on ne prononce que la voyelle nasale
banque [bɑ:k].

En français, il existe quatre voyelles nasales dont chacune correspond (et s’oppose)
à une voyelle orale ouverte (le [ɔ] est dans certains manuels transcrit [õ]) :74
[ɑ] pan– [ɑ] panne
Pour les retenir, on apprend aux
[ɔ] don – [ɔ] donne
élèves l’expression
[ɛ] plein – [ɛ] pleine
« un bon vin blanc » [ ] [ɔ] [ɛ] [ɑ]
] à jeun – [œ] jeune

Les voyelles nasales s’opposent aussi l’une à l’autre :


[ ] un – [ɑ] en
[ɛ] vin – [ɑ] vent – [ɔ] vont

Avant de commencer à étudier les nasales en détails, on mentionne les conseils


pratiques de M. Peyrollaz75 :
ouvrir la bouche très grande pour [ɑ]
bien projeter les lèvre pour [ ] et [ɔ]

74
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti
75
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p.93

53
veiller à la posiotion des lèvres (forme ovale) pour [ɛ], ne pas en faire un son trop
nasal, trop tendu
pour les quatre voyelles, attaques très douce, le son de la voyelle nasale doit rester
clair et pur

[ɑ]
La caractéristique : la voyelle ouverte, non-arrondie, antérieure
L’articulation : la langue est plate, légèrement soulevée en arrière, la bouche est très
ouverte
La représentation graphique :
« an » pronncé toujours [ɑ], excepté le cas devant consonne « h » ou « n »
chanter, chantant, an, quand, plan
« en » prononcé [ɑ] dans la plupart des cas devant consonne
entre, enfant, lentement, Rouen
ennui, s’enhardir
« am », « em » prononcé [ɑ] devant « p » ou « b »
chambre, lampe, ambiance, amener [amne]
temps, sembler, remplir
« ean » dans le nom Jean et dans les cas où « e » marque la prononciation de « g »
encourageant
« aen », « aon », « aën » cette graphie n’apparaît que dans très peut de cas
Caen [kɑ], paon [pɑ], taon [tɑ], Saint-Saëns [sεsɑ:s]

Remarque :
la préposition en est réalisé [ɑn] devant une voyelle : en été, en Asie, j’en ai assez,
s’en aller
on prononce [ɑm] dans les mots : emmener [ɑmne], emménager
le mot ennemi est prononcé [εnmi]
le mot an est prononcé [ɑ] mais année [ane] sans nasalisation

54
la voyelle [ɑ]
la voyelle [ɑ]
postérieure

Fig. 20

L’entraînement : l’articulation de la voyelle [ɑ] résulte de la position des organes


articulatoires de la voyelle [ɑ] postérieure. La langue recule vers arrière, les lèvres un peu
arrondie, la bouche est la plus ouverte de toutes les voyelles françaises.
Pour expliquer aux élèves le principe de la nasalisation, on leur montre l’exemple de la
voyelle « a » suivie des consonnes nasales « m » ou « n » qu’on peut rencontrer en
tchèque :
banka [baŋka] – lampa [laɱpa]
En français :
banque [bɑ:k] – lampe [lɑ:p]

France – janvier – maman – danser – roman – pendant – présent – absent – centre


– entendre – chambre – camp – exemple – temps – dent – souvent – intelligent –
content
Jean a traversé la Manche. – Roland n’était pas obéissant pendant les vacances à
Caen. – François apprend allemand. – Le temps passe, les enfant grandissent.

[ɔ]
La caractéristique : la voyelle mi-ouverte, arrondie, postérieure

55
L’articulation : la position des organes pour [ɔ] est de même pour le [ɔ] ouvert que pour le
[o] fermé, en tout cas, les lèvres sont projetées en avant en forme arrondie comme pour le
[o] fermé
La représentation graphique :
« on » prononcé [ɔ] à la fin du mot et dans la plupart des cas devant consonne
- mon, ton, son, donc, dont, onze, oncle
« om » prononcé [ɔ] à la fin du mot et devant consonne, surtout devant « p »
ou « b »
nom, pronom, nombre, tombe, compte [kɔ:t]
« un », « um » prononcé [ɔ] dans les mots d’origine étrangère
jungle [ʒõ:gl/ʒ :gl], secundo [sekɔdo], opuntia [ɔpɔ:sja], punch [pɔ:ʃ], lumbago [lɔbago]

la voyelle [ɔ]

Fig. 21

Remarque :
le pronom on est réalisé [ɔn] devant une voyelle : on y va [ɔniva], on en a beaucoup
[ɔnanaboku]
les trois noms conte (povìdka), comte (hrabě), compte (účet) sont tous prononcées
de même manière [kɔ:t]

56
L’entraînement : l’articulation de [ɔ] est marquée par la labialisation assez forte, c’est la
voyelle la plus fermée parmi les nasales françaises. Pour l’entrainer on rappelle aux élèves
les mots tchèque :
bomba [boɱba] – bonbón [boŋbo:n]
En français :
bombe [bɔ:b] – bonbon [bɔ bɔ]

bonjour – monde – montagne – rond – long – ongle – oncle – pardon – garçon –


chanson – le pont d’Avignon – réponse
nous parlons – nous chantons – nous comptons – nous montons – on montre – on
fait de la natation – j’y songe – ils font – ils vont
Mon oncle a un caméléon. Son nom est Napoléon. – Les bons comptes font les bons
amis. – Mon pantalon est trop long. – Non, tu n’as pas raison !

[ɛ]
La caractéristique : la voyelle mi-ouverte, non-arrondie, antérieure
L’articulation : la position des organes articulatoires est même que pour [ε], excepté le dos
de la langue qui baisse un peu, les lèvres sont très ouvertes en forme ovale dans le sens
horizontal
La représentation graphique :
« in », « yn » dans la plupart des cas prononcé [ ]
fin, chemin, intérêt, mince, syndicat, lynx :ks]
« im », « ym » dans la plupart des cas prononcé [ ]
important, timbre, symbole, sympathie
« ain », « aim », « ein », « eim », « oin » prononcé [ ] dans la plupart des cas
pain [pɛ], main, ainsi, faim [fɛ], peindre, plein,Reims [ʀɛ:s], loin [lwɛ]
« en » prononcé [ɛ] à la fin de certains mots en -ien, ïen, -éen, -yen
examen, combien, chien, il tient, il vient, païen, européen [øʀɔ ], moyen
« ïn », « în » prononcé toujours [ɛ] : coïncidence, Caïn, nous tînmes (passer simple tenir), qu’il vînt
(subjonctif de l’imparfait venir)

57
la voyelle [ɛ]

Fig. 22

Remarque :
on prononce [in] dans les mots qui comencent par in + voyelle ou n ou h : inattendu,
innocent, inhaler [inale]
on prononce [im] dans la plupart des mots qui commencent par im + m : immobile,
immense
on prononce [ɛ] dans le mot anglais shampooing [ʃɑ ], mais dans les autre mots
en -ing d’origine anglais, on prononce [iŋ], par exemple parking [paʀkiŋ]
L’entraînement : pour prononcer [ɛ], on sort de l’articulation de la voyelle [ε] ouvert. Le
son doit être attaqué doucement et prononcé avec souplesse, il faut faire attention qu’il ne
soit ni trop ouvert ni trop tendu. En tchèque, dans les mots : Lenka [leŋka] – temp [eɱpo].
Un moyen pratique pour fixer l’articulation de cette voyelle nasale est d’imiter le bruit
d’une moto démarrée comme le font souvent les petits enfants en tchèque [ɛ ɛ ɛ]76

vin – vingt – fin – cinq – sain – sein – Toussaint – bien – chien – ancien – musicien
plaindre – craindre – peindre – éteindre – joindre – il craint – il peint – il joint
Tout va bien ? – J’ai mal à la main. – Je connais beaucoup de musiciens européens
et americains. – Ton chien a besoin d’un bain. – Demain matin, on part en train

76
SCHEJBALOVÁ, Z. Comment faciliter l’apprentissage du français aux apprenants tchèques atteints des
troubles spécifiques du langage oral et écrit. In Komunikativnì přìstup v cizojazyčné výuce u žáků s SPU,
p. 108

58
chez mon cousin Alain. – C’est un médecin parisien. – Sébastien vient de passer son
examen.

[ ]
La caractéristique : la voyelle mi-ouverte, arrondie, antérieure
L’articulation : la langue basse et plus plate que pour [œ], située derrière les dents
inférieurs, les lèvres souples et arrondies
La représentation graphique :
« un » réalisé [ ] devant une consonne et à la fin du mot
lundi, emprunter, brun, chacun, un
« um » prononcé [ ] devant consonne et dans le mot parfum
humble :bl] (pokorný), Humbert ε:ʀ]
« eun » prononcé [ ] dans l’expression à jeun [aʒ ]

la voyelle [ ]

Fig. 23

Remarque :
] figure dans très peu de mots français, cependant, ce phonème
correspondant à l’article masculin indéfini un, il est assez fréquent
le [ ] a très rarement la valeur distinctive, par raport à la nasale [ɛ]. Grâce à la
tendence d’économiser pendant la prononciation, on tend ainsi à prononcer dans

59
tout les cas [ɛ] qui n’exige pas autant d’énergie . La distinction entre les deux
voyelles est respectée dans la langue soutenue, surtout dans les paires minimales77 :
[ ] [ɛ]
brun brin
emprunt empreint
défunt des fins
un, Hun hein

L’entraînement : pour réaliser la voyelle les organes articulatoires prennent la position de


[œ], le voile du palais abaisse et on prononce [ ]. Le son [ ] diffère du son [ɛ] justement
grâce à la labialisation.

Un – chacun – aucun – quelqu’un – parfum – commun – jungle [ʒ :gl/ʒõ:gl]

4.3 Pourquoi devrait-on respecter l’articulation précise des voyelles ?

Comme on a vu dans la partie précédente, certaines voyelles ont la valeur


distinctive, leur articulation précise est ainsi nécessaire pour la communication. Les autres
voyelles ne servent pas pour distinguer des paires minimales et pour empêcher
l’incompréhension, mais elles enrichissent le système vocalique français et le rendent
unique par rapport aux autres langues. En tchèque, c’est le système consonantique qui est
plus abondant en articulation. Imaginons un étranger apprenant le tchèque qui ignore
entièrement les consonnes inexistantes dans sa langue maternelle. On comprend les phrases
qu’il dit, mais est-ce toujours la langue tchèque ?

4.3.1 L’entraînement de l’opposition des voyelles


Pour que les élèves puissent « entendre » toutes les voyelles françaises, il faut, avant
tout, leur montrer que telle ou telle variantes existent et leur expliquer en quoi elles
diffèrent l’une de l’autre. Lorsque les élèves apprennent à les articuler et les distinguer,
notre rôle est de fixer ces facultés. Avant qu’on s’habitue à utiliser toutes les voyelles

77
PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika francouzštiny, p. 59

60
françaises spontanément, il faut chercher la motivation en nombreux exemples en forme de
l’opposition.

Activité 1
Entraînez les voyelles avec l’image du trapèze vocalique : à l’aide d’un miroir de
poche, prononcez bien toutes les voyelles et les exemples78 en gardant la forme des lèvres
illustrées. Procédez d’abord ligne par ligne, de gauche à droite en observant la projection
des lèvres et en suite, colonne par colonne, de haut en bas en focalisant l’attention sur
l’aperture.

Fig. 24

Activité 2
Entraînez l’opposition79 :

[i] [y] [u]


dix du doux
lit lu loup
ni nu nous
si su sous
vie vu vous

78
Exemples choisies d’après Phonétique corrective, p.9-11
79
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 83

61
Notez : Il vous salit. ≠ Il vous salue.80

Activité 2
Lisez les petits dialogues suivants :

La vie dans la rue. [i] – [y]


– Une cigarette ? – Visiter la ville de Paris en voiture ?
– Non, merci. Je ne fume pas. – Pas facile, prenez plutôt un transport public !
– Tu habites près d’ici ? On y va à pied ? – Excusez-moi, l’école de musique, c’est par
– Non, j’habite la Rue de Rivoli. On ici ?
prend le bus numéro six, direction Musée – Oui. Continuez jusqu’au bout de la rue, c’est
du Louvre. juste derrière la mairie.

Coucou ! Où es-tu ? [u] – [y] – [i]

Nous sommes à Bruxelles.


Vous êtes au Portugal.
Luc est au Luxembourg.
Lucie est en Russie.

Activités 3
Entraînez l’opposition :

[e] [ε]

80
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 41

62
des dès
fée fait
les lait
mes mais
ses c’est
dernier dernière

Activité 4
Lisez le dialogue suivant :

Du thé au lait ? [e] – [ε]


– Bonjour, désirez-vous ?
– Bonjour, avez-vous du thé à emporter ?
– Oui, monsieur.
– Alors, un thé au lait, s’il vous plaît.
– Ah, vous êtes anglais ?
– Non, je suis français, mais j’étudie l’anglais.
– Ah, bon ? Avez-vous déjà visité l’Angleterre ?
– Pas encore. Je vais y passer les vacances d’été.
– Voilà, votre thé.
– Merci beaucoup.
– Au revoir. Et profitez bien du séjour d’été !
– Merci. Bonne journée !

Activités 5
Entraînez l’opposition81 :

[o] [ɔ]

81
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 99

63
paume pomme
saute sotte
côte cote
nôtre notre
vôtre votre

Notez : paume ≠ pomme


pour manger une pomme ([ɔ] ouvert) , il faut bien « ouvrir la bouche »

Activité 6
Lisez les phrases suivantes :

[o] – Sur le côte d’Azur, il fait très beau et aussi très chaud, aujourd’hui.
[ɔ] – On sonne à la porte ! Ah, ce sont Paul et Monique !

Activités 7
Entraînez l’opposition82 :

[e] [ø] [ε] [œ] [ø] [œ]


ces ceux mère meurt œufs œuf
blé bleu père peur feu feuille
des deux nef neuf il peut ils peuvent
j’ai dit jeudi l’air l’heure il veut il veulent
je vais je veux chanteuse chanteur

Notez : il y a des garçons et des filles ≠ il y a deux garçons et deux filles


il n’as pas peur ≠ il n’as pas de père
je vais partir ≠ je veux partir
Activité 8

82
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 103

64
Lisez la phrase suivante : arondissez bien les lèvres pour [ø] et [œ], profitez de
l’aperture des voyelles [e] et [ε] dans les mots précédants

sept sœurs et deux monsieurs


[ε]→[œ] [e]→[ø] [ø]

Activité 9

Entraînez le [ǝ] caduc en opposition avec le [e] fermé83 :

[ǝ] [e]
monsieur messieurs
avec le professeur avec les professeurs
pour ce garçon-là pour ces garçons-là
prends-le prends-les
je dit j’ai dit
je fais j’ai fait

Activité 10
Observez bien la différence entre la voyelle nasale [ɛ] et [ɑ] :

[ɛ] [ɑ]
pain pan, paon
fin faon
enfin enfant
importer emporter

83
LÉON, M. Exercises systématiques de prononciation française, p. 14-15

65
Notez : l’article indéfini un est prononcé avec la voyelle nasale arrondie [ ],
néanmoins, la prononciation d’aujourd’hui avec la réalisation [ɛ] est assez
fréquente et chez les élèves débutants, elle est acceptable

Activité 11
Distinguez bien la préposition en de l’article indéfini un : répétez pas à pas plusieurs
fois la phrase suivante, articuler nettement les voyelles [ɛ/ ] et [ɑ]

Dans un café en France, un garçon attend son ami de


Valence.
[ɑ] [ɛ] [ɑ] [ɑ] [ɛ] [ɑ] [ɑ]

4.4 Les semi-voyelles (semi-consonnes)

Les semi-voyelles, comme le titre suggère, sont les sons intermédiaires. Par rapport
à leur caractèrre articulatoire et acoustique, on pourrait dire, qu’il s’agit des consonnes
ressemblant beaucoup aux voyelles. En français, il existe trois semi-voyelles dont chacune
est formée d’une voyelles orale :

yod [j] lion – [i]


ué [ɥ] lui – [y]
oué [w] loi – [u]

[j]
La caractéristique : la semi-voyelle fermée, non-arrondie, antérieure
L’articulation : la langue s’approche au palais, la cavité est ainsi plus petit que pour [i]
La comparaison avec le « j » tchèque : le [j] français ressemble à la prononciation de [j]
tchèque situé entre les voyelles, l’articulation de [j] français, quelle que soit sa position, elle
est plus forte et plus tendue
La représentation graphique :

« i », « ï », « y » prononcé [j] devant voyelle autre que [ǝ] caduc

66
iode, pied, cahier [kaje], hiéroglyphe [jeʀɔglif], nous jouions [ʒujɔ], aïeux [ajø],
païen ], yeux [jø], yacht [jɔt], Lyon [ljɔ]
Remarque :
le son [j] peut être est réalisé non seulement comme la semi-voyelle mais aussi
comme la consonne :
- le groupe -ill- après consonne ou la voyelle « u » : famille, fille, habiller, cuiller
[kɥijε:ʀ], juillet [ʒɥijε], excepté un certain nombre des mots prononcés avec [il]
dont les plus fréquents sont : tranquille [tʀɑkil], ville, mille, million [miljɔ] et leur
dérivés, et les noms propres : Lille, Achille, Cyrille etc.
- les groupe finals -ail(l), -eil(l), -euil(l), -œil(l), -ueil : émail, travailler, orteil,
bouteuille, deuil, feuillage, œil, œillet, accueil
on prononce [ij] uniquement dans la combinaison graphique : consonne + liquide
[ʀ] ou [l] + « i » + voyelle : plier, ouvrier, griller [gʀije], client [klijɑ]
il faut faire attention à ne pas couper la syllabe en deux quand le « i » est précédé
d’une seule consonne : lion [ljɔ] x nous plions > pli|ons [plijɔ]
L’entraînement : pour prononcer le [j] en variente de voyelle, on réalise de facto la voyelle
[i], pour le prononcer en variente de consonne, on réalise la voyelle [i] et immédiatement
après on prononce la voyelle suivante en formant une seule syllabe. La variante vocalique
est réalisée dans les cas où il n’est pas possible de réaliser la variante consonnantique (la loi
des trois consonnes), par exemple nous crions [crjɔ] – [crijɔ].

bien – rien – mien – tien – sien – chien – action – rayon – papier – billet –
essayer
Il a sommeil. – J’ai failli tomber. – Il y a du soleil. – Ça y est. J’ai fini mon
travail.

[w]
La caractéristique : la semi-voyelle fermée, arrondie, postérieure
L’articulation : les organes articulatoires prennent la position presque comme pour [u], la
langue monte plus vers le palais, la cavité est plus petite que pour [u]
La comparaison avec le tchèque : la semi-voyelle [w] n’existe pas en tchèque, les mots
d’origine anglaise comprennant cette semi-voyelle sont en tchèque prononcés avec [v]

67
La représentation graphique :
« oi », « oy » prononcé toujours [wa]
moi, trois, voiture, froid,envoyer [ɑvwaje], voyager, moyen, foyer
« oin » prononcé toujours [wɛ]
loin, coin, moins
« ou » prononcé [w] devant voyelle
oui, ouest, Louis, louer
Remarque :
on rencontre la prononciation aussi dans poêle [pwal] et moelle [mwal] (morek) et
dans les mots d’origine étrangère: aquarium [akwaʀjɔm], équateur, jaguar,
quadragénaire
on prononce [u] uniquement dans la combinaison graphique : consonne + liquide [ʀ]
ou [l] + « ou» + voyelle : trouer [true], éblouir [eblui:ʀ], prouesse
L’entraînement : pour prononcer le [w] en variante de voyelle, on réalise de facto la voyelle
[u], pour le prononcer en variante de consonne, on réalise la voyelle [u] et immédiatement
après on prononce la voyelle suivante en formant une seule syllabe. La variante vocalique
au début du mot apparaît seulement dans oui [wi], dans les autres cas, on réalise la variante
consonnantique.

Moi – toi – soi – bois – doight – voix – croix – roi – loin – soin – point – moins –
joint
Il doit – il voit – il bois – il croit
Il fait froid. – Prends soin de toi ! – Cette boîte est en bois. – Voilà, les Pragois !

[ɥ]
La caractéristique : la semi-voyelle fermée, arrondie, antérieure
L’articulation : les organes articulatoires dans la position pour [y], la langue monte un peu
plus que pour [y]
La comparaison avec le tchèque : la semi-voyelle [ɥ] n’existant pas en tchèque est souvent
la plus difficile à prononcer. Les débutants placent incorrectement les organes dans position
de [u] au lieu de [y]
La représentation graphique :

68
« ui » prononcé toujours [ɥi]
huit, lui, fruit, juin
« u » prononcé [ɥ] devant voyelle
ruelle [ʀɥεl], nuage, muet
Remarque :
on prononce [y] uniquement dans la combinaison graphique : consonne + liquide [ʀ]
ou [l] + « ou» + voyelle : cruel [kʀyεl], influence flyɑ:s], excepté pluie [plɥi].
le mois de juillet est prononcé [ʒɥijε], le juin peut être prononcé [ʒɥ /ʒ ]
L’entraînement : pour prononcer le [ɥ] en variante de voyelle, on réalise de facto la voyelle
[y], pour le prononcer en variante de consonne, on réalise la voyelle [y] et immédiatement
après on prononce la voyelle suivante en formant une seule syllabe. Comme la voyelle
suivante est fréquemment le [i], le mouvement brusque des lèvres exige beaucoup
d’énergie, en comparaison avec le [w] qui est plus lourd, plus lent.

je suis – lui – celui – nuit – huit – aujourd’hui – pluie – depuis – actuel


Je suis ici depuis huit jours. – Celui-ci où celui-là ? – Il est bien cuit.

69
5. L’ETUDE METHODIQUE DES CONSONNES

La prononciation des consonnes françaises, au contraire des voyelles, n’exige pas


d’attention particulière, en ce qui concerne la théorie de la production. La plupart des
consonnes sont réalisées de la même façon ou d’une façon connue aux apprenants tchèques.
L’objectif des lignes suivantes est de nous familiariser avec la correspondace graphique aux
phonèmes et avec leur emploi ou omission à l’oral.
A l’écrit, on reconnaît certaines consonnes qui peuvent être prononcées de
différentes manières selon la position dans le mot ou le groupe rythmique et selon les sons
qui les entourent, par exemple Salut ! [salu] – poser [poze], neuf [noef] – ans
[nœvɑ]. Dans les autres cas, la consonne peut devenir tout à fait muette : fils [fis], compte
[kɔ:t] etc.
En français, il existe quatorze consonnes qui peuvent être muettes en position
finale dont les plus courantes sont « d, r, s, t, x ». Remarquons que « s, t, x » sont souvent
des terminaisons des verbes conjugués, par exemple tu parles, nous parlons, je veux, il
veut. Les consonnes finales « s, x » marquent souvent le pluriel des noms et des adjectifs :
livre – livres, journal – journax.84 Les consonnes finales « b, g, p » sont souvent
prononcées dans les mots d’origine étrangère, mais elles deviennent muettes en position
finales dans la plupart des mots français.

Les mots fréquemment utilisés terminés par une consonne muette :


après – alors – ailleurs – dans – dedans – dehors – depuis – dessous – dessus –
jamais – là-bas – longtemps – mais – moins – parfois – plusieurs – puis – sans –
sous toujours – très ; aussitôt – autant – avant –bientôt –devant – maintenant –
pendant –pourtant –seulement – souvent –vraiment ; quand – beaucoup – trop

Pour que l’étude des consonnes soit bien complète et systématique, elles sont
traitées individuellement à l’ordre alphabétique85 avec les points supplémentaires
concernant les difficultés pour les apprenants tchèques.

84
Voir le site Internet Office québécois de la langue française [en ligne]. [réf. 2010-04-10] Accessible de
<http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=grivois>
85
D’après BEAUSSONIE, P. Les particularités de prononciation. Voir le site Internet Le français en vrac [en
ligne]. [réf. 2010-04-04] Accessible de <http://www.lefrancaisenvrac.info/anomaliesdeprono/index.html> et
HOŘEJŠÍ, V. Traité de prononciation française pour les Tchèques

70
«b»
1. dans la plupart des cas prononcé [b] : bonjour, beau, bien sûr, balon, brun, blond,
habiter, combien, république, robe
à la fin de certains mots, surtout des mots d’origine étrangère : club [klœb], snob, baobab,
job, pub
toujours dans la graphie « bb » : abbé, abbaye, rabbin, sabbat
2. prononcé [p] devant consonne sourde : absent, absolument, obstacle, obtenir
3. dans la plupart des cas, on ne prononce pas -b final : aplomb, plomb, Colomb
Remarque : faites attention à l’opposition, n’oubliez pas de bien articuler la consonne
sonore [b] en finale -be
trompe – trombe, serpe – serbe
robe – globe – aube – cube – tube – crabe

«c»
1. prononcé [s] devant voyelles « e », « i », « y » : France, cent [sɑ], céder, cinq, da
Vinci [vɛsi], cycliste
toujours dans la graphie « ç » : ça, garçon
2. prononcé [k] devant voyelles « a », « o », « u » : café, école, comment, coup, cul
souvent prononcé à la fin des mots : avec, bloc, lac, échec, sec, parc, chic,
choc, grec, turc et dans la plupart des mots finissant par « -ct » [kt] :
contact, exact, tact, affect, correct, direct, intellect, sélect, convict, district,
strict, verdict. La terminaison « -ct » est muette dans les mots : respect,
aspect, instinct !
dans « ch » + consonne ou à la fin du mot et dans bien des mots devant
voyelle : technique, chrétien, Munich, chaos, écho, archéologie,
psychologie, orchestre, orchidée, choral, chœur
dans « cc » : d’accord, accueil [akœj], accuser, accabler, mais [ks] devant
« e », « i » : accepter, occidental
devant les autres consonnes : clé, crayon, crier, bifteck, Jacques, acquérir

71
3. prononcé [ʃ] dans certains mots « ch » + voyelle : chat, chez, bouche, chercher,
archive, architecture, chimie, machine, Chine, chirurgie, schéma [ʃema], tchèque
[tʃεk], chips [tʃip]
4. on ne prononce pas -c final dans très peu de mots : tabac, estomac, porc, banc,
blanc, donc
Remarque : on ajoute la cédille « ç » devant « a », « o » et « u » pour garder la
prononciation [s] dans les mots dérivés, par exemple : France – français, commencer –
nous commençons – je commençais, recevoir – j’ai reçu

«d»
1. dans la plupart des cas prononcé [d] : dans, de, deux, demain, dimanche, dire, dos,
droit, drôle, pardon, idée, adorer, admirer, garder, adresser, rideau
à la fin de certains mots, surtout des mots d’origine étrangère : Sud, yard, stand, David,
Madrid
toujours dans la graphie « dd », « dh » : addition, pudding, adhérer

2. prononcé [t] à la fin des mots dans le cas de liaison : homme [grɑtɔm]
- - il viendra ?
3. dans la plupart des cas, on ne prononce pas -d final, surtout devant -s et -t muet final
: pied, d’abord, d’accord, profond, regard, Nord, poids, remords, Rembrandt
Remarque :
- observer la prononciation des adjectifs masculins et féminins
blond – blonde, chaud – chaude, lourd – lourde, grand – grande, sourd – sourde
- faites attention à l’opposition, n’oubliez pas de bien articuler la consonne sonore
[d] en finale -de
monte – monde, rente – rende, vite – vide, honte – onde, coûte – coude

«f»
1. dans la plupart des cas prononcé [f] : fils, femme, fleur, France, café, parfait, enfant,
cafard, parfait, carafe
habituellement à la fin du mot : vif, chef, bref, nerf (au sens de la vigueur
physique), bœuf, vœuf, œuf, soif, golf
toujours dans la graphie « ff » : affaire, effacer, bouffer, coiffeur, offrir

72
2. prononcé [v] dans neuf devant dans les expressions : ans [nœvɑ],
heures [nœvœ:ʀ]
4. le -f final n’est pas prononcé seulement dans les mots: clef, cerf, cerf-volant, nerf
(nerv) et dans les pluriels : bœufs [bø], œufs [ø]
Remarque :
- faites attention à l’opposition
actif – active, neuf – neuve, veuf – veuve
fou – vous, ils font – ils vont, il faut – il vaut
- faites la différence entre neuf adjectif numéral (dans la plupart des cas, le -f n’est
pas prononcé devant consonne neuf livres [nø]) et neuf adjectif qualificatif (le -f
prononcé)

«g»
1. prononcé [ʒ] devant voyelles « e », « i », « y » : neige, gens, agile, gymnastique,
mais [dʒ] dans le mots d’origine étrangère : gentleman [dʒεntləman], gin
2. prononcé [g] devant voyelles « a », « o », « u » : gare, yoga, gomme, guerre, Guy,
aiguï, aiguille, bague, Prague
à la fin de certains mots d’origine étrangère : grog [gʀɔg], gang [gɑ:g], gag, ping-pong
[piŋpɔ:g], gong, rotang et à la fin du mot zinc :g]

dans « gg » : aggraver, agglomérer, mais [gʒ] devant jeun « e », « i » :


suggérer, suggestion
devant les autres consonnes : grand, gris, glace, augmenter, ghetto [gεto]
3. prononcé [k] à la fin des mots dans le cas de liaison : espoir [lɔkɛspwa:ʀ],
humain [sɑkymɛ]
4. dans la plupart des cas on ne prononce pas -g final : long, sang, étang, poing, rang
5. devient muet dans : doigt [dwa], vingt [vɛ], longtemps, sangsue
Remarque :
- la graphie « gn » est prononcé [ɲ] dans les mots français : magnifique, signifier,
compagnie, Champagne, oignon [ɔɲɔ], enseigner, mais [gn] dans certains mots
d’origine étrangère : gnome, diagnose, magnat, stagnant
- n’oubliez pas de bien articuler la consonne sonore [ʒ] en finale -ge
et [g] en finale -gue

73
il mange – il bouge – âge – cage – paysage
blague – Prague

«h»
Le graphème « h » existe en français en deux formes opposées, « h muet » et « h aspiré »,
qui ne peuvent être reconnues qu’à l’aide du dictionnaire. Quelle que soit sa forme ou
position, le « h » n’est jamais prononcé en français : malheur [malœ:r], silhouette [silwεt],
souhaiter [swεte], bohème [bɔεm], brouhaha [bʀuaa], bah, eh etc.
Le « h muet » comme le nom indique est muet. Il influence la prononciation en position :
initiale – les mots commençant par « h muet » sont considérés comme s’ils
commençaient par une voyelle, ce qui permet l’élision et la liaison : l’homme
[lɔm] – hommes [lezɔm] – – histoires etc.
intervocalique – le « h » entre deux voyelles indique qu’elles se prononcent
distinctement de la manière séparée : Sahara [sa|aʀa], trahir [tʀa|i:ʀ], chahuter
[ʃa|yte]
Le « h aspiré » malgré son nom ne provoque pas d'aspiration telle qu’on la rencontre par

exemple en anglais dans le mot pin [pʰin]. Le « h aspiré » n’est pas prononcé, mais

êmpeche l’élision et la liaison : le | haricot [lǝ aʀiko] – les | haricots [le aʀiko], le | hibou
– les | hiboux, je | hais, en | haut
Remarque :
- faites attention à respecter le « h aspiré » dans :
– – êtres, les Huns – les uns,
les|héros – les zéro, je|hais – j’ai, le|haut - l’eau
- on dit le héros, mais l’héroïne (feminin de héros ou la drogue)

«j»
dans la plupart des cas prononcé [ʒ] : je, joli, jambe, jusque, ajouter, déjà, objet, déjeuner
etc., [dʒ] dans certains mots d’origine étrangère : jazz [dʒɑ:z], job, jogging

74
«k»
toujours prononcé [k] : kilogramme, kilomètre, kiosque, ketchup, ski, week-end, polka,
stick, dock

«l»
1. dans la plupart des cas prononcé [l] : livre, lit, lait, leur, leçon, alors, table, parler,
celui, aile [εl]
habituellement à la fin du mot : seul, tel, nul, cool, vol, sol, bal, fil, avril, exil
dans la plupart des cas dans la graphie « ll » : aller, je m’appelle, nulle,
folle, illégal, illustrer, collection, intelligent, installer, excellent, vallée
2. prononcé [j] dans « -il », « -ill- » (voir Les semi-voyelles [j])

3. devient muet dans : fils, pouls, Renault [rǝno]


4. le -l final n’est pas prononcé dans les mots: gentil, outil, fusil, cul
Remarque : faites la différence entre fils [fis] (synové) et fils [fil] (pluriel de fil nit)

«m»
1. toujours prononcé [m] : moi, monde, musique, aimer, demain, hymne [imn],
gymnastique, impossible, impoli
à la fin des mots d’origine étrangère : film, islam, maximum [ɔm], opium, rhum, mais dans
les mots français : nom [nɔ], faim ], parfum [paʀ ]
dans la graphie « mm » : commencer, commerce, grammaire, immobile

2. devient muet dans les mots : automne [otɔn], condamner [kɔdɑne] et les mots
dérivés

«n»
1. dans la plupart des cas prononcé [n] : nu, ni, nuit, unique, initule, genou, snob
à la fin des mots d’origine étrangère : clown [klun], amen [amεn], spleen [spli:n], barman,
jean [dʒi:n], mais dans les mots français : bon [bɔ], non, européen, fin, brun, américain
dans la graphie « nn » : personne, bonne, honneur, tennis, année

2. prononcé [ɲ] dans « gn » (voir « g »)

75
3. prononcé [ŋ] (voir La consonne [ŋ] dans 3.1.2.1 Système consonantique)

«p»
1. toujours prononcé [p] : Paris, pas, père, place, psychologie, après, septembre,
capital
à la fin des mots : cap, cep, croup et des mots d’origine étrangère : stop, clip, pop, rap, hip-
hop, handicap
toujours dans la graphie « pp » : apporter, appeler, opposer
2. toujours prononcé [f] dans « ph » : phrase, physique, phénomène, Joseph, Philippe
3. devient muet dans les mots : baptiser, compter, sculpter, sept [sεt], septième et les
mots dérivés, excepté la famille de sept- : septante [sεptɑ:t], septembre etc.
4. dans la plupart des cas, on ne prononce pas -p final : coup, trop, champ, loup
Remarque : -ps final n’est pas prononcé uniquement dans corps [kɔ:ʀ], temps [tɑ] et les
mots dérivées, dans les autres mots, on le prononce : biceps, chips, relaps

«q»
1. toujours prononcé [k] : que, qui, qoui, quand, quinze, quai, question, disque,
fréquent, enqûete, aquarelle, Pâques
à la fin (seuls deux mots en français) : coq, cinq
2. devient muet dans cinq devant consonne : les cinq derniers, cinq pour cent, mais il
est prononcé dans la date : le cinq mai

«r»
1. toujours prononcé [r] : rue, rouge, roman, regard, heureux, Paris, après, parler,
porte
dans la plupart des cas à la fin des mots : pour, pur, sur, air, mer, car, cour,
hiver, désir, fier, tier, hier etc.
toujours dans la graphie « rr » : arranger, arriver, terre
2. on ne prononce pas -r final
dans les infinitifs en -er : parler, chanter, aimer, dîner etc.
dans bien des mots (surtout les noms et les adjectifs) en -er, -eur, -rs, (-cher,
-ger) : monsieur, messieurs, gars, boulanger, oreiller, Alger, léger

76
Remarque : observez la différence entre fier [fje] (verbe důvěřovat) et fier, fière [fjε:ʀ]
(adjectif hrdý)

«s»
1. prononcé [s] toujours dans la graphie « ss » : dessert, assez, professeur, discussion,
renaissance et en cas de deux s juxtaposées : nous sommes, ils sont
toujours au début du mot : sur, salle, station, stupide
dans la plupart des cas après, devant où entre consonnes : chanson, danse,
réponse, liste, égoïste, lorsque, abstrait, excepté les mots : lesquels [lekɛl],
desquels, mesdames
à la fin de certains mots, surtout des mots du langage savant : sens, virus, gratis, atlas, jadis,
tennis, hélas, maïs, campus, mars, ours
2. prononcé [z] entre voyelles : désert, chose, rose, cause, posez, maison, usage
3. dans la plupart des cas on ne prononce pas -s final : pays, dos, bras, mais, vers,
moins, gens, Paris, Jacques, ils sont arrivés
4. la graphie « sc » peut être prononcé [s] science, descendre, [sk] sculpture, esclave
ou [ʃ] fasciste
Remarque :
- observer l’opposition
– – avez
- n’oubliez pas de bien articuler la consonne sonore [z] en finale –se
rose – vase – pose – chose – aise
- dans le mot plus on distingue [ply] de [plys] pour préciser le sens de la phrase en langue
familière, parce que le ne est souvent omis : Je (ne) veux plus. [ply] – Je veux plus. [plys].
On prononce souvent [ply] devant consonne : plus de monde, d’autant plus que et [plys]
dans les expressions mathématiques : le signe plus et dans les mots composés : plus-que-
parfait, surplus, mais [plyz] devant voyelle :
aimable.
- dans le mot tous on distingue [tu] de [tus] selon le sens : tous les jours [tu] (adjectif) – il
sont tous venus [tus] (pronom)
- faites attention dans la graphie « -rs- », « -ns- » prononcé [s] au milieu du mot : université,
conversation, conserve, consonne et dans « -isme » : réalisme, égoïsme

77
«t»
1. dans la plupart des cas prononcé [t] : toi, tante, terre, toujours, état, bateau, entrée,
actif, luth, myth, théâtre, rythme
dans « ti » dans un grand nombre des mots : tigre, tirer, tien, partie, sortie,
amitié, moitié, entier, septième, métier, question, modestie, chrétien
à la fin de certains mots, surtout des mots d’origine étrangère : huit, l’est, l’ouest, soft,
smart, flirt [flœʀt], net, mat, basket, cricket, (août, but, un fait), [kt] dans : contact, exact,
affect, correct, direct, intellect, sélect, strict, verdict, [pt] dans : concept, percept, script
toujours dans « tt » : attention, attendre, littérature, patte
2. souvent prononcé [s] au millieu du mot devant i + voyelle : national, démocratie,
essentiel, prétentieux, patient, initial, ralation, fonction
3. dans la plupart des cas on ne prononce pas -t final : mot, salut, achat, vert, vingt,
doigt, haut, sujet, ouvert, mont, aspect [aspε], respect, suspect, instinct ]

«v»
toujours prononcé [v] : vie, vue, vous, vrai, avis, trouve, juive, vive, rêve
Remarque : n’oubliez pas de bien articuler la consonne sonore [v] en finale -ve
active – vive – neuve – veuve – preuve

«w»
dans la plupart des cas prononcé [v] : wagon, Wagner, Waterloo (existe seulement
dans les mots d’origine étrangère)
prononcé [w] surtout dans les mots d’origine anglais : whisky, sandwitch, tramway

«x»
1. dans la plupart des cas prononcé [ks] : excuser, excellent, exciter, expert,
extraordinaire, xylophone, boxer, maxime
à la fin des mots d’origine étrangère : box, index
2. prononcé [gz] dans « ex- » devant voyelle (h muet) : examen, Saint-Exupéry, Aix-
en-Provence, exhaler
3. prononcé [s] : dix janvier [dis], dix-sept [disεt] mais dix femmes [di fam], six,
soixante [swasɑ:t] mais six maison [si mεzɔ], Bruxelles [brysεl]

78
4. dans la plupart des cas, on ne prononce pas -x final : paix, prix, voix, époux,
Bordeaux
Remarque : -x final peut être prononcé [z] en cas de liaison :
en mieux

«z»
1. dans la plupart des cas prononcé [z] : zéro, zone, bronze, horizon, azur, bazar,
Balzac, Zola, Mozart
à la fin de certains mots, surtout des mots d’origine étrangère : gaz, merguez, Suez, Berlioz
2. dans la plupart des cas, on ne prononce pas -z final : vous parlez, assez, nez, riz
3. on prononce -z final en cas de liaison : chez eux [ʃezø], pensez-y [pɑsezi]
Remarque : n’oubliez pas de bien articuler la consonne sonore [z] en finale –ze
onze – douze – bronze – topaze

79
6. L’ENCHAINEMENT ET LA LIAISON

L’étude des sons français, surtout des consonnes, ne peut pas se passer de l’étude
de l’enchaînement et de la liaison. Le français, contrairement à la plupart des langues (le
tchèques y compris), ne détache ni les mots ni les syllabes. Les professeurs feront bien
d’habituer leurs élèves à cette réalité, au lieu de les bercer de l’illusion d’une diction
artificielle.86

6.1 L’enchaînement
Pour garder le rythme et ainsi l’harmonie de la parole, il faut bien enchaîner les
mots. En français, toutes les syllabes inaccentuées sont pratiquement égales du point de vue
de l’intensité... l’absence d’occlusion glottale (coup de glotte) et la syllabation ouverte
(80% des syllabes sont ouvertes) favorisent l’enchaînement à l’intérieur du groupe
rythmique. Toutes les syllabes sont étroitement liées jusqu’à la syllabe accentuée87. Cela
veut dire, que la finale d’un mot est enchaînée à la voyelle initiale du mot suivant. On
reconnaît deux types de l’enchaînement :

6.1.1 L’enchaînement consonantique


La consonne finale prononcée est liée à la voyelle suivante : amie
[avεkynami]. Remarquez la différence entre le découpage des syllabes du point de vue
grammatical et du point de vue phonétique (la consonne finale d’une syllabe devient la
consonne initiale de la syllabe suivante) : amical [a-mi-kal] – adieu [a-mi-ka-la-
djø].88 La faute fréquente est de prononcer les mots isolément : amical | adieu [a-mi-kal-a-
djø].

6.1.2 L’enchaînement vocalique


La voyelle finale prononcée est liée à la voyelle suivante : où est Alain ? [uεalɛ].
Cette façon d’enchaîner les mots peut être réalisée aussi entre les groupes rythmiques89 :
Marie a écrit | à une amie anglaise [mariaεkriaynamiɑglɛ:z]

86
LÉON, P. – LÉON, M. Introduction à la phonétique corrective, p. 61
87
LÉON, P. – LÉON, M. Introduction à la phonétique corrective, p. 71
88
VONDRÁČEK, A. Úvod do studia francouzského jazyka, p. 25
89
JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti, p. 26

80
6.2 La liaison
La liaison est effectivement un cas particulier de l’enchaînement consonantique, elle
est réalisée entre la consonne finale habituellement non-prononcée et la voyelle qui suit :
il(s) parlent [il pa:ʀl] – ils écoutent [ilzekut]. Remarquez la différence entre les deux :

– ami [pǝtitami] (liaison) versus petite fille – petite amie [pǝtitami]


(enchaînement vocalique).90 La règle principale détermine que seul le mot inaccentué peut
être lié au mot suivant. La liaison est ainsi possible seulement à l’intérieur d’un groupe
rythmique91 : -en | un.

6.2.1 Quelles consonnes peuvent être soumises à la liaison ?


La réponse à cette question diffère des manuels. Parmi les consonnes de liaison les
plus fréquentes, on trouve [z] et [t], qui peuvent être représentés par plusieurs graphies,
ensuite [n] et dans les cas particulier aussi [ʀ], [p], [v] et [k] :
[z] «s» -Unis [lezetazuni]
«x» ami [fozami]
«z» -y ! [alezi]
En cas de liaison, les trois consonnes « s, x, z » sont réalisées comme [z], pareil, les
consonnes « t, d » sont toutes les deux prononcées [t].
[t] «t» à fait [tutafε]
«d» espoir [grɑtespwa:ʀ]
Faites attention à distinguer [t] ami [grɑtami] (liaison) de [d] amie
[grɑdami] (enchaînement consonantique).
[n] «n» attendant [ɑnatɑdɑ]
Les voyelles nasales [ɑ ] reste nasales pendant la liaison, mais on y ajoute encore [n] : [ɑn] en été [ɑ-ne-
te] ] un ouvrier [ -nu-vri-je], aucun élèves [o-k -ne-lεv]. Les autres voyelles nasales perdent
habituellement la nasalité [on] un bon ouvrier [bo-nu-vri-je] , [εn] un ancien élèves [ɑsjε-ne-lεv].

[ʀ] «r» étage [pʀǝmieʀeta:ʒ]


La consonne « r » est liée seulement dans les mots : premier, dernier, léger.
[p] «p» aimable [tʀopεmabl]
La consonne « p » est liée en langue soutenue, et cela seulement dans les mots trop et beaucoup.

90
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 60
91
ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického, p.50

81
La consonne « f » est liée comme [v] dans heures [nœvœ:ʀ], ans [nœvɑ]. Le « g » dans le mot
long peut être lié comme [k] long hiver [lɔkivεʀ] ou [g] [lɔgivεʀ].

6.2.2 Dans quel contexte devrait-on employer la liaison ?


En général, la pratique de la liaison dépend du registre de la parole. En langue
formelle (langage littéraire, français soutenu), on identifie plus de liaisons qu’en français
standard ou bien familier. Le plus souvent, les jeunes ont tendances à ne garder que les
liaisons absolument indispensables, soit du point de vue du sens, soit du point de vue
grammatical.92 Cette tendance suit les règles de base selon lesquels on distingue la liaison
obligatoire, facultative et interdite.

L’emploie de la liaison en bref93


dans le groupe nominal
- déterminant + substantif : amis
- déterminant + pronom : autres
- déterminant + adjectif : anciens modèles,
- adjectif + substantif : effort
La liaison suivant les substantifs au pluriel est facultative :
– espagnols, mais elle est interdite au singulier : l’étudiant | espagnol.
dans le groupe verbal
- pronom personnel + verbe : êtes
- pronom personnel + en/y + verbe : a
- verbe + pronom personnel : - -on ?
- verbe + pronom personnel + en/y : - -en ! (s’en aller) - -y !
La liaison après les verbes est facultative, car deux découpages rythmiques sont
possibles : – –
invité.
dans les autres groupes
- adverbe d’une seule syllabe prononcée :
attendu etc.

92
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 173
93
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 61

82
- préposition d’une seule syllabe prononcée :
un toit etc.
la liaison est interdite entre autres94
- après la conjonction et : un livre et | un dictionnaire
- après les pronoms ils, elles, on dans l’inversion : Sont-elles | arrivés ? A t-on |
apporté ?
- devant h aspiré : les | halles, en | haut
- devant onze et huit : en | onze jours, dans | huit jours

Les groupes figés les plus fréquents présentant des liaisons95 : et


messieurs – - – - – –
– – – – –
– – – – – à coup

L’enchaînement et la liaison sont des phénomènes de la langue française qu’on


rencontre surtout en discours du niveau assez élevé qui est marqué d’une certaine vitesse.
Mais n’hésitons pas de les présenter aux élèves débutants dès la première leçon en
articulant la nouvelle expression d’abord bien lentement et ensuite plus vite en employant
l’enchaînement.
Pour fixer l’habitude d’enchaîner les mots et empêcher l’interférence des coups de
glottes tchèques, on s’aidera d’un signe de liaison à l’écrit et d’un geste de la main à l’oral.

Activité
Entraînez l’enchaînement et la liaison sur les expressions suivantes : répétez
plusieurs fois, commencez lentement et continuez plus vite. Pour tenir compte de
l’enchaînement, coupez les mots en segments correspondant aux syllabes phonétique et
prononcez pas à pas de la fin de la phrase vers le début, par exemple : Il est à l’école [i-le-
ta-le-kɔl] → [le-kɔl] → [ta-le-kɔl] → [le-ta-le-kɔl] → [i-le-ta-le-kɔl]. Cette méthode est
pratique surtout pour les phrases longues coupées en groupes rythmiques.

Tu es grand [tyε] Tu as faim [tya]

94
DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny, p. 182
95
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 61

83
Il est blond [i-lε] Il a soif [i-la]
Elle est belle [ε-lε] Elle a peur [ε-la]

Nous sommes ici [nu-som-zi-si] Nous avons raison [nu-za-vɔ-ʀεzɔ]


Vous êtes à Prague [vu-zε-ta-pʀa:g] Vous avez tort [vu-za-ve-tɔ:ʀ]
Ils sont en France [il-sɔ-tɑ-fʀɑs] Ils ont de la chance [il-zɔ-dǝ-la-ʃɑs]

Où est-tu? [uɛ-ty] Qu’est-ce que c'est ? [kɛskə-sɛ]


Tu habites où ? [tya-bi-tu] Qu'est-ce qu'il y a ? [kɛski-lja]
Tu as quel âge ? [tyɑ-kɛ-lɑʒ] Qu'est-ce qui se passe ? [kɛ-ski-sə-pas]

On y va. [o-ni-va] Je n'ai aucune idée. [ʒə-neo-ky-ni-de]


Allons-y ! [a-lɔ-zi] Ça y est! [sai-jɛ]

7. LE RYTHME
La parole est caractérisée du changement des syllabes accentuées (toniques) et des
syllabes inaccentuées (atones) à l’intérieur d’un groupe rythmique. Ce changement est
appelé le rythme.96

7.1 Qu’est-ce qu’un groupe rythmique ?


Comme un mot est composé de plusieurs syllabes et celles des sons, une phrase est
composée des groupes rythmiques.97 En français parlée, les regroupements de syllabes...
correspondent rarement au blanc graphique séparant les mots écrits. C’est pourquoi les
enfants français apprenant l’écriture attachent souvent les mots à l’intérieur d’un groupe
rythmique : « jetèm » pour « Je t’aime ».98

96
HENDRICH, J – TLÁSKAL, J. – RADINA, O. Francouzská mluvnice, p. 38
97
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 150
98
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 43

84
7.2 L’accent tonique
Le groupe rythmique est toujours limité de l’accent qui tombe sur la dernière
syllabe. L’accentuation française est conséquemment régulière. Le volume de la voix
augmente d’une façon continue du début jusqu’à la syllabe accentuée, laquelle est un peu
allongée, par rapport aux autres syllabes du groupe. Cependant, les syllabes inaccentuées,
étant prononcées plus vite et moins fort, elles sont toutes aussi bien articulées que les
syllabes accentuées.99
A l’intérieur du groupe rythmique, on aperçoit aussi les unités formés par un
ensemble des mots se rapportant à une idée, une image, un symbole ou une action
unique...100 A l’oral, pour qu’on se comprenne bien, on sépare les mots d’après le sens
donné :

J’emporte | le sac. – [ʒɑpɔʀtǝlǝsak] – Jean | porte | le sac.

Plus qu’on parle vite, moins on tient à séparer les mots.101 Aussi, est-il souvent
suffisant de demander les natifs de parler plus lentement, pour qu’on comprenne mieux.

Activité 1
Entraînez la perception du rythme : divisez les élèves en paires ou en deux groupes
qui se mettent face à face et répétez à haut voix le dialogue à l’aide des percussions ou du
battement des mains.

A : BonJOUR ! Ça VA ? [bɔ-ʒu:ʀ] [sa-va]

B : Très BIEN. MerCI. [trε-bjɛ] [mεʀ-si]


B : Et VOUS ? Ça VA ? [e-vu] [sa-va]
A : Ah, OUI. Bien SÛR !
[a-wi] [bjɛ-syʀ]

Activités 2
Identifiez les groupes rythmiques102 : l’enseignant lit les prénoms et les élèves
devinent combien de personne il y a.

99
HENDRICH, J – TLÁSKAL, J. – RADINA, O. Francouzská mluvnice, p. 38
100
PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction françaises : à l'usage des
étrangers, p. 150
101
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 44
102
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 45

85
1. Jean, Jacques, Paul et Henri.
2. Jean-Jacques, Paul et Henri.
3. Jean-Jacques et Paul-Henri.

Activités 3
Proposez aux élèves d’imiter l’accent français dans leur langue maternelle103 :
l’objectif de cet entraînement est de démontrer l’opposition de l’accentuation française et
l’accentuation tchèque.
Dnes VEčer PŮJdeme DO kina.
Dnes veČER půjdeME do kiNA.
da da daa, da da daa, da da daa

On va au ciNÉ ce SOIR.

[ɔva osine sǝswa:ʀ]


da da da da daa, da daa

8. L’INTONATION
L’un des éléments essentiels de l’apprentissage de la langue est la maîtrise de
l’intonation. Vu qu’on est habitué à percevoir la parole de la manière complexe, une bonne
prononciation chez les étrangers peut faciliter la communication et cacher de nombreuses
petites fautes.104 Néanmoins, ce n’est pas quelque chose qu’on pourrait maîtriser en
plusieurs jours ou semaines, l’apprentissage de la musique d’une langue étrangère est un
processus infini. Il est donc important d’exposer nos oreilles au français parlé le plus
souvent possible (radio, télévision, cinéma, musique etc.), même si notre niveau n’est pas
encore suffisant pour comprendre tout.

103
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 47
104
ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického, p. 55

86
8.1 Quels sont les modèles d’intonation ? 105
Suivant les types de la phrase, on reconnaît la mélodie montante, descendante ou
leur combinaison. Pareil comme pour signaler l’enchaînement, on s’aide d’une courbe
graphique ou d’une flèche, pour marquer l’intonation :

8.1.1 La phrase déclarative (énonciative ou descriptive)106


si la phrase contient un seul groupe rythmique, la mélodie est généralement
descendante () :
Il pleut. – Elle est là. – Il est parti.
si la phrase est composée de plusieurs groupes rythmiques, le groupe final est
marqué de la mélodie descendante. La mélodie de tous le groupes rythmiques
précédents est montante () comme pour une question, ce qui nous indique que la
phrase n’est pas encore fini :
Il pleut  aujourd’hui.  – Elle est arrivée  ce matin.  – Il est parti 
hier soir.  – Il y a des oranges, des citrons, des bananes et des
figues.

8.1.2 La phrase interrogative107


si la syntaxe de la question correspond à la phrase déclarative, la mélodie est
toujours montante ) :
C’est tout ? – Il est parti hier soir ?
L’intérrogation totale – on répond oui ou non.
si c’est le cas de l’inversion, le sommet de hauteur est habituellement à la fin de
l’inversion. Ensuite, on descend et on ne remonte légèrement que sur la dernière
syllabe de la phrase : Avez-vous mon stylo ?
vous
Avez- mon
lo ?
sty
dans la question avec adverbe interrogatif ou pronom interrogatif à l’initiale :
Comment ? Combien ? Pourquoi ? Où ? Quand ? Qui ? Quel ? Lequel ? etc., on
met habituellement le sommet de hauteur sur la fin de l’adverbe ou pronom

105
D’après LÉON, M. Exercises systématiques de prononciation française, p. 110
106
LÉON, M. Exercises systématiques de prononciation française, p. 104
107
LÉON, P. – LÉON, M. Introduction à la phonétique corrective, p. 79-80

87
interrogatif. Ensuite, on descend et on ne remonte légèrement que sur la dernière
syllabe de la phrase : Comment allez-vous ? – Quelle chanson préférez-
vous ? :
Quelle
Co mment chan
a vous ? son
llez- préfé vous?
rez-

L’intérrogation partielle – on reprend pour la réponse une partie de la question : Je vais


bien, merci. Je préfère la chanson que nous avons écouté hier soir.
la question introduite par Est-ce que ? ou Qu’est-ce que ? (Comment est-ce que ?
Où est-ce que? Quand est-ce que? Qui est-ce que?) place généralement le sommet
de hauteur sur le que final de ces expressions. Ensuite, on descend et on ne remonte
légèrement que sur la dernière syllabe de la phrase : Est-ce que tu as un frère ?
Qu’est-ce que tu prépares ?
que que
Est-ce tu Qu’est-ce
as frère ? tu pares ?
un pré

8.1.3 La phrase impérative


l’intonation de la phrase impérative en français est de même mélodie qu’en tchèque.
On commence assez haut et on descend en escalier jusqu’à la fin :
Partez ! – Allez-y ! – Ouvrez la porte ! – Apportez-moi une carafe d’eau,
s’il vous plaît.108

A
ppor
tez-
moi
une
ca
rafe
d’eau,
s’il vous
plaît.

108
LÉON, M. Exercises systématiques de prononciation française, p. 117

88
Au cours de l’enseignement des langues, la consigne la plus typique est : « Ecoutez
et répétez ». Néanmoins, en ce qui concerne la prononciation, l’intonation en particulier, la
consigne devrait être plus précise : « Ecoutez et imitez ».109 Les avantages de l’imitation
sont considérables. Avant tout, on ne se concentre pas seulement au vocabulaire et à la
syntaxe donnés, mais aussi à la mélodie et le rythme. Si l’enregistrement sonore présente,
par exemple la voix très aigue d’une femme, n’hésitons pas d’exagérer et répétons les
phrases en imitant tous les éléments de la parole qu’on a reconnus : mélodie, rythme,
volume et hauteur de la voix, marques d’hésitations, enchaînement et liaison etc.

Activité 1
Imitez la mélodie des phrases déclaratives : n’oubliez pas de placer bien l’accent
tonique, accompagnez la prononciation du geste de la main

Elle JOUE. J’aRRIVE.


Elle JOUE du piaNO. J’aRRIVE ce SOIR.
Elle JOUE du piaNO chaque JOUR. J’aRRIVE ce SOIR vers huit HEURES.

Activité 2
Imitez la mélodie des phrases interrogatives et répondez aux questions : observez la
différence entre les modèles d’intonation

Elle JOUE du piaNO ? OUI.


Est-ce QUE tu JOUES du piaNO, toi OUI, je JOUE du piaNO, moi auSSI.
auSSI ?
Joue-t-ELLE du piaNO chaque NON, elle JOUE du piaNO deux
JOUR ? FOIS par seMAINE.

109
LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, p. 88

89
LA RECHERCHE

Introduction
Pour mieux comprendre la situation de la prononciation française dans les écoles
tchèques, nous avons exécuté pendant l’année 2009 à Brno une recherche sous la forme du
questionnaire. Parmi les cents vingt-deux répondeurs, il y avait les étudiants universitaires
de la formation des maîtres, de la faculté des lettres et les élèves du lycée français.
La recherche aborde les sujets de la relation et l’influence des langues connues par
les apprenants avant qu’il commencent à apprendre la langue française, le rôle du choix du
manuel avec lequel on travail dans la classe et de l’accent que l’enseignant met sur la
prononciation. Nous avons examiné aussi quels sont les traits les plus difficiles de la
prononciation française à maîtriser pour les tchèques et quel est leur niveau des
connaissances par rapport à cette problématique.

Avant de passer à l‘évaluation des résultats du questionnaire, nous présentons


quelques données :
le nombre des répondeurs : 122 (44 étudiants de la faculté des lettres, 36 étudiants
de la formation des maîtres et 42 élèves du lycée français)
âge moyen du début de l’apprentissage du français : 13 ans
les manuels utilisés le plus fréquemment dans la classe (par ordre dégressif) :
Forum, En français, Nouveau sans frontière, On y va, Francouzština pro samouky,
Espace, Café crème, Connexion
trois répondeurs ont commencé à apprendre le français à l’école des langues, les
autres (98% des répondeurs) à l’école publique
parmi les répondeurs, il y en a 82% qui évaluent leur prononciation française
comme satisfaisante, huit qui trouve leur prononciation excellente et quatorze qui
constatent que leur prononciation est insuffisante
seulement deux apprenants sur cent vingt-et-un des répondeurs qui avaient la
possibilité de rencontrer les Français natifs pendant leur apprentissage du français
avouent d’avoir toujours des problèmes de compréhension
99% des répondeurs sont d’accord qu’on devrait payer attention à la prononciation
dès le début d’apprentissage et que la bonne prononciation est un moyen à la
meilleure compréhension orale

90
L’analyse
Du fait que le français est dans les écoles tchèques enseigné dans la plupart des cas
(97% des répondeurs) comme la deuxième langue étrangère, nous avons prévu que
l'expérience de la prononciation de la première langue étrangère (l’anglais pour 99 des
répondeurs, l’allemand pour 10 répondeurs) facilite l’apprentissage de la prononciation de
la deuxième langue étrangère – le français. Cette hypothèse a été positive seulement chez
24% des répondeurs.
L’influence du choix du manuel sur le niveau de la prononciation des apprenants
n’était pas prouvé. Par contre, l’analyse des questions sept à dix, nous montre l’importance
de l’attitude de l’enseignant envers le travail de la prononciation.
Chez les répondeurs qui trouvent leur prononciation excellente on peut constater
que, d’après le questionnaire, leurs enseignants ont payé beaucoup d’attention à
l’entraînement de la prononciation au début de l’apprentissage et la moitié d’eux ont
travaillé la matière constamment chaque leçon au moins pendant quelques minutes.
Néanmoins, on trouve le même attitude des enseignants aussi chez huit sur quatorze
des répondeurs qui ont évalué leur prononciation comme insuffisante.
Plus que la moitié des questionnaires énoncent que le nombre d'exercices consacrés
à l’entraînement de la prononciation dans les manuels utilisés dans la classe est très petit,
pourtant, il a été prouvé que seulement 43% des enseignants utilisent des copies
supplémentaires pour travailler la prononciation.
Les informations considérables nous révèle les réponses à la question numéro
douze. Selon les résultats du questionnaire, les éléments de la prononciation française les
plus difficile à apprendre pour les débutants tchèques sont (par ordre dégressif suivant la
fréquence des éléments dans les réponses) : l’articulation des voyelles nasales, la différence
entre le « e fermé » et le « e ouvert », l’articulation du « r français », l’articulation du [y],
l’enchaînement et la liaison, la différence entre l’orthographe et le français parlé,
l’articulation de [œ] et des voyelles arrondies en général.
Ce qui est remarquable, c’est que seulement trente personnes ont répondu au moins
partiellement à la question quatorze examinant la brève connaissance des voyelles
françaises. Ces répondeurs savaient plus ou moins que les voyelles sont classées de la façon
suivante : orales/nasales, fermées/ouvertes, antérieures/postérieures. Un seul répondeur a
mentionné la labialisation et a écrit le nombre exact des voyelles, mais il a avoué en même
temps de savoir bien réaliser seulement certaines phonèmes et cela uniquement comme les
sons séparés.

91
Cependant, même parmi le reste des apprenants, il y en avaient trente-quatre qui
dénonçaient de savoir bien prononcer les voyelles, soit individuellement soit dans le
contexte.
A la fin, on voudrait constater que 64% des répondeurs ont qualifié la prononciation
de leur premier enseignant comme excellent et dont quatorze apprenants trouve excellent
aussi l’enseignement de la prononciation française en République tchèque. Les autres ont
trouvé la prononciation de leur premier enseignant satisfaisante. Trente-quatre des
questionnés (28%) évaluent l’enseignement de la prononciation française en République
tchèque comme insatisfaisante.

Conclusion
L’objectif de la recherche présentée était de documenter le niveau de la
prononciation française des apprenants tchèques dans le milieu tchèque. En ce qui concerne
la valeur des réponses dans le questionnaire, il est nécessaire de remarquer qu’il s’agit des
rapports subjectifs qui ne peuvent pas être employés au sens général.
Pour résumer la recherche, nous voudrions, avant tout, souligner la preuve des
meilleurs effets sur la prononciation des élèves chez les enseignants initiatifs qui travaillent
la matière régulièrement.

92
ANNEXES

Le questionnaire (la recherche sur la prononciation française dans les écoles


sélectionnées), Brno 2009

Tento dotaznìk sloužì jako podklad pro bakalářskou práci na téma: Francouzská výslovnost
pro české začátečnìky. Veškeré uvedené informace zůstanou anonymnì.

Předem Vám děkuji za čas strávený při jeho vyplněnì. Martina Horáková

1. Můj mateřský jazyk je ……………… . Základnì znalosti o tvorbě řeči a správné


výslovnosti hlásek mého mateřského jazyka by mi pomohly při učenì se
francouzské výslovnosti: souhlasìm/nesouhlasìm
2. Můj prvnì cizì jazyk byl ……………… Začal(a) jsem se ho učit ve škole /
jazykovém kurzu, ve věku ………… let.
3. Francouzský jazyk jsem se začal(a) učit ve škole / jazykovém kurzu, když mi bylo
………… let.
4. Zkušenosti s výslovnostì prvnìho cizìho jazyka mi pomohly / nepomohly / naopak
přitìžily při výuce francouzštiny.
5. Svoji výslovnost francouzštiny hodnotìm jako výbornou / dostačujìcì /
nedostatečnou.
6. Moje prvnì učebnice francouzštiny byla En français / On y va / Nouveau sans
frontière / Francouzština pro samouky (nakl. LEDA) / jiná
…………………………………………………………
7. V prvnìch lekcìch francouzštiny se vyučujìcì výrazně věnoval(a) / věnoval(a) /
nevěnoval(a) výslovnosti jednotlivých francouzských hlásek. Dále jsme při výuce
jazyka procvičovali / neprocvičovali alespoň několik minut každé vyučovacì hodiny
jednotlivé kapitoly francouzské výslovnosti.
8. V učebnici (viz. otázka č.6) bylo dle mého názoru hodně /dostatek /málo /žádné
cvičenì na procvičovánì výslovnosti.
9. Vyučujìcì použìval(a) / nepoužìval(a) doplňujìcì materiály (kromě učebnice) pro
nácvik správné výslovnosti.
10. Výslovnost vyučujìcì(ho), se kterým jsem začìnal(a) s francouzštinou považuji za
výbornou / dostačujìcì / nedostatečnou.

93
11. Za nejtěžšì při výuce francouzské výslovnosti pro české začátečnìky považuji:
……….………………..………………………………………………………………
12. Dovedu přečìst francouzský text zapsaný pomocì transkripčnìch znaků fonetické
abecedy : ano / ne / nevìm, co je to fonetická transkripce
13. Francouzština má (doplňte počet) …………. samohlásek, které můžeme rozdělit na
……………….……… a ……………………… . Samohlásky umìm / některé umìm
/ neumìm správně vyslovit a to pouze jednotlivě / pouze v kontextu (v konkrétnìch
slovech) / jednotlivě i v kontextu.
14. Během studia francouzského jazyka jsem se setkal(a) / nesetkal(a) s rodilým
mluvčìm.
15. Při setkánì s rodilým mluvčìm mám občas / vždy / nemám problém s porozuměnìm
16. Správná výslovnost cizìho jazyka je i klìčem k lepšìmu porozuměnì : souhlasìm /
nesouhlasìm
17. Výuka výslovnosti francouzštiny je dle mé zkušenosti na českých školách výborná /
dostačujìcì / nedostatečná.

94
FIGURES

Fig. 25 – Les organes de la parole


Voir le site Internet Introduction à la linguistique I Simon Fraser University Vancouver
[en ligne]. [réf. 2010-03-04] Accessible de
<http://www.sfu.ca/fren270/Phonetique/phonetique.htm>

Fig. 26 – L’appareil respiratoire


Voir le site Internet Canta : Apprenez à chantez juste [en ligne]. [réf. 2010-03-07]
Accessible de < http://www.chaumetsoftware.com/voix.html >

Fig. 27 – Les cordes vocales pendant la respiration et pendant la phonation


D’après LINDER, G. Einführung in die experimentale Phonetik. Berlin, 1967. Voir le site
Internet Fonetika a fonologie, kap. 5.2.2 [en ligne]. [réf. 2010-03-08] Accessible de
<http://is.muni.cz/elportal/estud/ff/js08/fonetika/ucebnice/ch05s02s02.html>

Fig. 28 – Les formes des lèvres


D’après HÁLA, B. Fonetické obrazy hlásek českých, slovenských, francouzských,
německých, ruských, polských, anglických, maďarských a španělských spolu se
srovnávacìm popisem výslovnosti. Praha, 1960. Voir le site Internet Fonetika a fonologie,
kap. 5.2.4 [en ligne]. [réf. 2010-03-10] Accessible de
<http://is.muni.cz/do/1499/el/estud/ff/js08/fonetika/ucebnice/ch05s02s04.html>

Fig. 29 – La luette pendant l‘articulation des voyelles nasales et de voyelles orales


Voir le site Internet Phonétique française – F.L.E. Université de León [en ligne]. [réf.
2010-03-10] Accessible de <http://www3.unileon.es/dp/dfm/flenet/phon/phoncours.html>

Fig. 30 – Le trapèze vocalique français


Fig. 31 – Le trapèze vocalique tchèque
D‘après Fougeron & Smith Illustrations of the IPA in Journal of the International Phonetic Association.
1993. Vol. 23(2), p. 73-76. Voir le site Internet Wikimedia commons [en ligne]. [réf. 2010-03-18] Accessible
de <http://commons.wikimedia.org/wiki/File:French_vowel_chart.png>,
<http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Czech_vowel_chart.png>

95
Fig. 32 – Le tableau des consonnes
D’après LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, Ed.
N°01 Paris : Hachette Livre, 2007. p.71

Fig. 9 – la voyelle [u], Fig. 10 – la voyelle [i], Fig. 11 – la voyelle [y], Fig. 12 – la voyelle
[e], Fig. 13 – la voyelle [ε], Fig. 14 – la voyelle [o], Fig. 15 – la voyelle [ɔ], Fig. 16 – la

voyelle [ø], Fig. 17 – la voyelle [œ], Fig. 18 – la voyelle [a], Fig. 19 – la voyelle [ǝ], Fig.
20 – la voyelle [ɑ], Fig. 21 – la voyelle [ɔ], Fig. 22 – la voyelle [ɛ –
]
D’après DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny. 1. vyd. Praha :
Univerzita Karlova v Praze, Nakladatelstvì Karolinum, 2003. 234 s. ISBN 80-246-0570-8
et
POKORNÁ, J. – VRÁNOVÁ, M. Přehled české výslovnosti : logopedická a ortoepická
cvičenì pro dospělé. 1. vyd. Praha : Portál, 2007. 925 s. 9788073671693

Fig. 24 – le trapèze vocalique


D’après HÁLA, B. Fonetické obrazy hlásek českých, slovenských, francouzských,
německých, ruských, polských, anglických, maďarských a španělských spolu se
srovnávacìm popisem výslovnosti. Vyd. 1. Praha : Státnì pedagogické nakladatelstvì,
1960. 127 s.

96
CONCLUSION

Le but du travail était de présenter un sommaire récapitulatif des connaissances de la


phonétique française en insistant sur les points essentiel pour les enseignants et les
apprenants d’origine tchèque. Après avoir consulté des ouvrages concernant la théorie
phonétique, mais aussi des manuels de l’entraînement pratique de la prononciation
française, nous avons décidé d’arranger le travail en deux parties pour offrir les notions de
l’un et de l’autre.
Une brève étude de la production de la parole et de l’articulation en général est suivie
de la partie méthodique de l’enseignement du français langue étrangère. Un grand chapitre
est dévoué particulièrement aux traits caractéristiques de la langue tchèque et de la langue
française. Les différences entre les deux langues sont illustrées par les exemples les plus
marquants que l’on utilise couramment dans nos écoles.
L’étude détaillée des sons dans la deuxième partie offre une des possibilités de traiter
des phonèmes. La manière choisie pour ce travail-ci, la forme sous laquelle les sons sont
présentés, résulte de plusieurs facteurs. L’essentiel était de décrire la prononciation des
phonèmes en focalisant l’attention sur les fautes répandues parmi les apprenants tchèques.
Dans notre pays, le français est enseigné aux lycées, dans moins des cas aussi aux
collèges. Les élèves de ces grades de formation sont confrontés, dès le début
d’apprentissage du français, non seulement à la langue parlée, mais aussi à son orthographe.
La question de la graphie-phonie ou la phonie-graphie fréquemment posée dans la classe
constitue une partie considérable de l’étude des sons dans ce travail.
Les sons jugés les plus difficiles par rapport à l’articulation ont été soutenus par les
activités commentées, voyons notamment les voyelles à deux timbres et les voyelles
nasales. Par contre, les consonnes qui ne posent pas généralement de problèmes aux
apprenants tchèques ne sont accompagnées que des remarques concernant les exemples de
l’opposition sonore.
Le chapitre subséquent touche uniquement l’enchaînement et la liaison, les matières
qui jouent un rôle assez particulier dans la parole et qui posent pas mal de difficultés aux
étrangers.
Concluant le travail par l’étude des éléments suprasegmentaux de la prononciation,
nous avons examiné brièvement le rythme avec l’accent tonique et les modèles de
l’intonation complétés des exemples et des activités d’entraînement.

97
Les figures et les tableaux dans le travail ont été, dans la plupart des cas, simplifiés ou
modifiés afin de correspondre mieux à l’usage des débutants.
Le mémoire de licence ne conçoit pas entièrement la problématique de la
prononciation française. Offrant les connaissances élémentaires, il représent plutôt un
tremplin pour ceux qui en veulent acquérir des expériences plus profondes. Veuillez vous
inspirer de ce travail qui a pris pour son but, entre autre, de souligner l’importance de
l’enseignement de la prononciation et de réveiller l’intérêt de ce-ci.

98
RESUME

Česky
Tato práce pojednává o francouzské výslovnosti z hlediska lingvodidaktického.
Zabývá se konkrétně otázkou jejì výuky u českých začátečnìků. Ve svém rozsahu
představuje stručný úvod do fonetiky jako takové s využitìm přìkladů z francouzského
jazyka. Dále pak obsahuje kapitolu srovnávajìcì typické rysy české a francouzské
výslovnosti, na kterou navazuje podrobný popis francouzských hlásek.
Charakteristika způsobu artikulace jednotlivých hlásek je doplněna o poznámky a
ukázkové přìklady, u obtìžnějšìch fonémů uvádìme taktéž praktická cvičenì, jejichž slovnì
zásoba a gramatika jsou přizpůsobeny úrovni začátečnìka. Podobně je tomu i v kapitolách o
rytmu, přìzvuku a intonaci.
Kromě teoretických poznatků z oblasti fonetiky se v této práci setkáme
s metodickými komentáři k výuce jednotlivých prvků francouzské výslovnosti.

English
The bachelor thesis introduces the linguodidactic aspect of the French
pronunciation. It deals particularly with teaching the pronunciation to beginners. The work
includes a brief introduction to the phonetic studies supported by the typical examples of
the French language. The following chapter covers a comparison of special features of the
French and the Czech pronunciation.
The individual sounds are charecterised with a regard to the manner of the
articulation, involving examples and notes as well. The difficult ones are enriched of the
activities using the beginner level of the vocabulary and the grammar. The same structure is
followed in the chapters about rhythm, stress and intonation.
Apart from the theoratical knowledge of the phonetics, the thesis provides us with
the methodical notes concerning the teaching of the particular segments of the
pronunciation in the class.

99
BIBLIOGRAPHIE/SITOGRAHIE

DOHALSKÁ, M. – SCHULZOVÁ, O. Fonetika francouzštiny. 1. vyd. Praha : Univerzita


Karlova v Praze, Nakladatelstvì Karolinum, 2003. 234 s. ISBN 80-246-0570-8

FENCLOVÁ, M. Fonetika francouzštiny jako ligvodidatický problém. 1. vyd. Praha :


Univerzita Karlova v Praze, Pedagogická fakulta, 2003. 108 s. ISBN 80-7290-126-5

HÁLA, B. Fonetika v teorii a v praxi. 1. vyd. Praha : SPN, 1975. 482 s.

HÁLA, B. Fonetické obrazy hlásek českých, slovenských, francouzských, německých,


ruských, polských, anglických, maďarských a španělských spolu se srovnávacìm popisem
výslovnosti. Vyd. 1. Praha : Státnì pedagogické nakladatelstvì, 1960. 127 s.

HENDRICH, J – TLÁSKAL, J. – RADINA, O. Francouzská mluvnice. 3. vyd. Plzeň :


Fraus, 2001. 700 s. ISBN 80-7238-064-8

HOŘEJŠÍ, V. Traité de prononciation française pour les Tchèques. 1. vyd. Praha :


Univerzita Karlova. Filozofická fakulta. Státnì pedagogické nakladatelstvì Praha, 1967. 94
s.

HRŮZOVÁ, N. Exercices de prononciation française. 1. vyd. Brno : Masarykova


univerzita v Brně. Pedagogická fakulta, 1999. 78 s. ISBN 8021020784

JANEŠOVÁ, J. Praktický kurs francouzské výslovnosti. 1. vyd. Voznice : Leda, 1995. 229
s. ISBN 80-85927-05-5

KRČMOVÁ, M. Úvod do fonetiky a fonologie pro bohemisty. 2. vyd. Ostrava : Ostravská


univerzita v Ostravě, 2007. 194 s. ISBN 9788073684051

LAURET, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils. Ed. N°01 Paris :


Hachette Livre, 2007. 192 p. ISBN 978-2-01-155480-2

LÉON, M. Exercises systématiques de prononciation française. Ed. N°01 Paris : Hachette


Livre, 2003. 144 p. ISBN 2 01 1552 18 4

LÉON, P. – LÉON, M. Introduction à la phonétique corrective. Ed. N°02 Paris : Hachette


et Larousse, 1971. 98 p.

MALMBERG, B. La phonétique. Ed. N°05 Paris : Presses Universitaire de France, 1964.

PAČESOVÁ, J – OHNESORG, K. Úvod do obecné fonetiky a fonologie : Fonetika


francouzštiny. 1. vyd. Brno : Masarykova univerzita v Brně. Fakulta filozofická.
Vydavatelstvì MU, 1998. 83 s. ISBN 80-210-1999-9

PEYROLLAZ, M. – BARA DE TOVAR, M. Manuel de phonétique et de diction


françaises : à l'usage des étrangers. Paris : Larousse, 1954. 349 s.

100
POKORNÁ, J. – VRÁNOVÁ, M. Přehled české výslovnosti : logopedická a ortoepická
cvičenì pro dospělé. 1. vyd. Praha : Portál, 2007. 925 s. 9788073671693

PRAVDOVÁ, M. – PRAVDA, M. Francouzština nejen pro samouky. 1. vyd. Voznice :


LEDA, 2007. 568 s. ISBN 9788073350833

SCHEJBALOVÁ, Z. Comment faciliter l’apprentissage du français aux apprenants


tchèques atteints des troubles spécifiques du langage oral et écrit. In Komunikativnì přìstup
v cizojazyčné výuce u žáků s SPU. 1. vyd. Brno : Masarykova univerzita v Brně.
Pedagogická fakulta. Vydavatelstvì MU, 2008. s. 106-113. ISBN 9788021047822

SCHEJBALOVÁ, Z. Francouzská a česká lingvistická terminologie : tématický slovnìček.


2. vyd. Brno : Masarykova univerzita v Brně. Pedagogická fakulta. Vydavatelstvì MU,
2007. 52 s. ISBN 9788021044463

VONDRÁČEK, A. Úvod do studia francouzského jazyka. 1. vyd. Plzeň : Vydavatelstvì a


nakladatelstvì Aleš Čeněk, 2006. 183 s. ISBN 808689861X

ZEZULA, J. Nácvik francouzské výslovnosti z hlediska metodického. 1. vyd. Olomouc :


Universita Palackého v Olomouci. Filozofická fakulta, 1967. 75 s.

BEAUSSONIE, P. Les particularités de prononciation, 2008. Voir le site Internet Le


français en vrac [en ligne]. [réf. 2010-04-04] Accessible de
<http://www.lefrancaisenvrac.info/anomaliesdeprono/index.html>

Canta : Apprenez à chantez juste [en ligne]. [réf. 2010-03-07] Accessible de


<http://www.chaumetsoftware.com/voix.html>

Catalogue de jeux de mots [en ligne]. [réf. 2010-02-14] Accessible de


<http://www.abacom.com/~oraby/fr/JeuxDeMots/Catalogue00.html>

DELATTRE, P. L'Enseignement de l'R français, 1946. Voir le site Internet JSTOR Trusted
archives for scholarship [en ligne]. [réf. 2010-03-24] Accesible de
<http://www.jstor.org/pss/380395>

Français interactif : The University of Texas [en ligne]. [réf. 2010-02-14] Accessible de
<http://www.laits.utexas.edu/fi/html/pho/03.html>

Glossaire typographique et linguistique [en ligne]. [réf. 2010-02-13] Accessible de


<http://alis.isoc.org/glossaire/phonetique.fr.htm>

Graines de polyglottes [en ligne]. [réf. 2010-03-17] Accessible de


<http://www.grainesdepolyglottes.fr/rep-lexique/ido-7/api.html>

101
KRČMOVÁ, M. Fonetika a Fonologie. Masarykova univerzita. Filozofická fakulta, 2008.
Voir le site Internet Fonetika a fonologie, kap. 5.2.4 [en ligne]. [réf. 2010-03-10]
Accessible de
<http://is.muni.cz/do/1499/el/estud/ff/js08/fonetika/ucebnice/ch05s02s04.html>

Laboratoire de Phonétique et Phonologie de l'Université Laval à Québec [en ligne]. [réf.


2010-02-28] Accessible de <http://www.phonetique.ulaval.ca/lexique/dico.html>

Office québécois de la langue française [en ligne]. [réf. 2010-04-04] Accessible de


<http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=grivois>

Sur les sentiers de la linguistique [en ligne]. [réf. 2010-02-28] Accessible de


<http://www.linguistes.com/phonetique/phon.html>

102