Vous êtes sur la page 1sur 6

Les moyens de règlement

le règlement au comptant
A –En espèces
L’enregistrement des opérations commerciales réglées en espèces
nécessite l’utilisation du compte caisse (5161)
Ce compte est mouvementé suivant les entrées et les sorties d’argent :

B –Par chèque bancaire ou postal


Le chèque est un écrit par lequel une personne, Le tireur donne à l’ordre à
une autre personne le tiré de payer une certaine somme à vue, soit à lui même,
soit à un tiers Le bénéficiaire.

1) Cas du paiement par chèque

Le paiement par chèque bancaire ou postal doit être enregistré en


comptabilité dés l’émission du chèque sans attendre l’avis de débit de la banque
ou de CCP.

2) Cas d’encaissement du chèque :

Après réception d’un chèque à l’occasion d’une vente au comptant,


l’entreprise peut le remettre à la banque ou au CCP pour le faire encaisser.
Dans l’attente de l’arrivée de l’extrait de compte ou de l’avis de crédit le
plan comptable marocain prévoit l’utilisation de deux comptes provisoires
suivants :
 51111 (chèque en portefeuille): il enregistre des chèques reçus par
l’entreprise et gardés dans son portefeuille en attendant à ce qu’ils
soient présentés à l’encaissement
 5112 (chèque à l’encaissement) : il enregistre des chèques remis à
la banque ou au CCP pour l’encaissement

NB : la comptabilisation de ces encaissement s’effectue dés la réception d’un avis


de crédit.

Remarque : exemple d’illustration

II – le règlement à crédit (les effets de commerce)


A – Définition
Un effet de commerce est un titre négociable représentant une créance
payable à court terme (<1ans) et mobilisable (qui circule)

Les principaux effets de commerce sont :


 la lettre de change (le document le plus utilisé)
 le billet à ordre
 le warrant.

B – Enregistrement comptable des effets


1) Création des effets

La création se traduit par l’émission d’une traite ou la souscription d’un


billet à ordre, dans les 2 cas on utilise les comptes suivants :

Chez le fournisseur :

• Débit : 3425 Clients EAR

• Crédit : 3421 Clients

Chez le client :

• Débit : 4411 Frs

• Crédit : 4425 Frs EAP

2) L’escompte des effets

La remise à l’escompte (ou négociation) de l’effet à la banque est une


opération qui consiste à céder un effet à un établissement financier avant la date
d’échéance moyennant des agios

Ces agios sont constitués :


- De l’intérêt calculé sur le montant de l’effet en fonction du nombre
de mois ou de jours qui sépare la date de remise à l’escompte et la
date d’échéance, il est calculé selon la formule suivante :
E = VN × t × n (jours) / 36 000
Ou
E = VN × t × n (mois) / 1 200

- Les différentes commissions forfaitaires ou proportionnelles


(services bancaires) prélevées par l’établissement financier.

- La TVA de 10 % sur l’agio (HT) (escompte + commissions)

Le traitement comptable de l’escompte

Chez le fournisseur (le tireur)

5141 Banque A
6147 Services bancaires B
6311 Intérêts des emprunts et dettes C
34552 Etat TVA récup / charges D

5520 Crédit d’escompte X


A = X – (B + C + D)
C = l’escompte
D = (B + C) × 10 %

Remarque : exemple d’illustration

3) L’endossement des effets

L’endossement d’un effet est une opération qui consiste à transmettre un effet
de commerce, avant la date d’échéance, à une autre personne (le bénéficiaire ou
créancier)

Le traitement comptable

Chez le fournisseur (tireur - endosseur)

4411 Fournisseur X

3425 Clt, E.A.R X

X = Le montant de l’effet

Remarque : exemple d’illustration

4) L’encaissement des effets

Le bénéficiaire peut garder l’effet dans son portefeuille jusqu’à la date de


l’échéance et le présenter à l’encaissement soit directement au tireur soit à la
banque

 Encaissement direct (l’effet n’est pas domicilié)


Traitement comptable
Chez le tireur (fournisseur)
5161 Caisse
Ou X
51111 Chèque en portefeuille
X
3425 Clt, E.A.R

 Encaissement indirect (l’effet est domicilié)


Traitement comptable
Chez le tireur (fournisseur)
La comptabilisation se fait en deux étapes :

1ère étape : la remise de l’effet à l’encaissement


51132 Effet à l’encaissement X

3425 Clt, E.A.R X

2ème étape : L’encaissement de l’effet

5141 Banque A
6147 Services bancaires B
34552 Etat TVA récup / charges C

51132 Effet à l’encaissement X

A = X – (B + C)
NB : le compte 51131 Effet échu à encaisser enregistre à son débit le montant
des effets arrivés à échéance et non encore remis à l’encaissement

Remarque : exemple d’illustration

5) Le renouvellement des effets

Lorsqu’un effet de commerce parvient à échéance, le tiré ou le


souscripteur peut avoir des difficultés de trésorerie et par conséquent, il ne
pourra pas le régler : il peut demander au tireur ou au bénéficiaire de reporter
son échéance à une date ultérieure contre paiement d’intérêts de retard et
d’autres frais de renouvellement.

Le traitement comptable

La comptabilisation chez le tireur (fournisseur) se passe en trois étapes :

 Annulation de l’effet initial

3421 Client X

3425 Clt. E.A.R X


 Imputation des frais de renouvellement

3421 Client Y

7381 Intérêts et produits Assim A


4455 Etat TVA facturée B
6145 . frais postaux C
61671 Droits d’enregistrement et D
de timbre

Y = A + B +C +D

 Création d’un nouvel effet

3425 Clt. E.A.R X+Y

3421 Client X+Y

NB : il existe d’autres situations de renouvellement des effets notamment


lorsque l’effet n’est plus en possession du tireur

Remarque : exemple d’illustration

6) Les effets impayés

On parle d’un effet impayé lorsque une traite est présentée au paiement à
la date de l’échéance mais celle-ci est retournée impayée soit parce que le tiré à
refusé de payer directement soit parce que son compte est sans provision

Le traitement comptable :

La comptabilisation de l’effet lorsqu’il est présenté à l’encaissement bancaire se


fait chez le tireur (fournisseur) comme suit :

1ère étape : annulation de l’effet à l’encaissement

3425 Clt, E.A.R X


51132
Effet à l’encaissement X

2ème étape : paiement des services bancaire

6147 Services bancaires A


34552 Etat TVA récup / charges B
61376 Frais d’acte et de contentieux C

5141 Banque Y

3ème étape : imputation des frais de retour à la charge du client

Client V

Clt. E.A.R X
Services bancaires A
Etat TVA récup / charges B
Frais d’acte et de contentieux C

V=X+Y

NB : il existe d’autres situations des effets impayés notamment lorsque l’effet est
présenté à l’encaissement ou escompté

Remarque : exemple d’illustration