Vous êtes sur la page 1sur 133

UNIVERSITE KASDI MERBEH OUERGLA - ALGERIE

FACULTE DES HYDROCARBURES ET DES ENERGIERS


RENOUVLABLES ET DES SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’UNIVERS

DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’UNIVERS

COURS
GEOLOGIE DU RESERVOIR
Pour les 1 ères
années Master
Option : Géologie pétrolière

Par Mr Rabah BOUTRIKA


Géologie du réservoir

CHAPITRE 1
SOMMAIRE
I. NOTIONS DE GEOLOGIE……………………………………………………………….6

INTRODUCTION……………………………………………………………………………6

1 STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE……………………………………………6-17


1.1 Structure verticale…………………………………………………………………………6
1.2 Tectonique des plaques……………………………………………………………………9
1.2.1 Divergence de plaques………………………………………………………………….11
1.2.2 Convergence de plaques………………………………………………………………..11
1.2.2.1 Convergence de deux plaques à croûte océanique…………………………………...11
1.2.2.2 Convergence d'une plaque à croûte océanique et d'une plaque à croûte
continentale……………………………………………………………………………….12
1.2.2.3 Convergence de deux plaques à croûte continentale (figure 1.6)……………………12
1.2.3 Coulissage de plaques (figure 1.7)……………………………………………………...13
1.3 Mouvements verticaux de la lithosphère………………………………...……………….15

2. PRINCIPAUX MINERAUX CONSTITUANT LA LITHOSPHERE…………….18-25


2.1 Silice et silicates………………………………………...………………………………..18
2.1.1 Silice : Si O2……………………………………………………………………………18
2.1.2 Silicates…………………………………………………………………………………19
2.1.2.1 Groupe des feldspaths………………………………………………………………...19
2.1.2.2 Groupe des amphiboles et pyroxènes………………………………………………...20
2.1.2.3 Groupe des phylites (figure 1.11)…………………………………………………...20
2.2 Carbonates………………………………………………………………………………..23
2.3 Évaporites………………………………………………………………………………..24
2.4 Autres minéraux………………………………………………………………………….25

3 LES ROCHES…………………………………………………………………………26-55
3.1 Roches magmatiques……………………………………………………………………..26
3.1.1 Identification et classification…………………………………………………………..26

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 1


Géologie du réservoir

3.1.1.1 Texture………………………………………………………………………………..26
3.1.1.2 Composition minéralogique des roches magmatiques et classification……………....27
3.1.2 Origine des magmas……………………………………………………………...…….27
3.2 Roches métamorphiques………………………………………………………………….28
3.3 Roches sédimentaires……………………………………………………………………..28
3.3.1 Nature et origine………………………………………………………………………..28
3.3.1.1 Altération et érosion………………………………………………………………….29
3.3.1.2 Transport……………………………………………………………………………..30
3.3.1.3 Dépôt, sédimentation…………………………………………………………………30
3.3.1.4 Diagenèse……………………………………………………………………………..31
3.3.2 Caractéristiques générales des roches sédimentaires…………………………………..33
3.3.2.1 Grains…………………………………………………………………………………33
3.3.2.2 Matrice………………………………………………………………………………..34
3.3.2.3 Pores et porosité……………………………………………………………………...35
3.3.2.4 Perméabilité…………………………………………………………………………..36
3.3.2.5 Relation porosité / perméabilité………………………………………………………37
3.3.2.6 Saturation en fluides………………………………………………………………….37
3.3.3 Classification des roches sédimentaires………………………………………………...38
3.3.3.1 Roches siliceuses……………………………………………………………………..39
3.3.3.2 Roches alumino-siliceuses……………………………………………………………42
3.3.3.3 Roches carbonatées………………………………………………………………….44
3.3.3.4 Roches salines ou évaporites………………………………………………………...54
3.3.3.5 Roches carbonées……………………………………………………………………55

4 TECTONIQUE………………………………………………………………………..55-62
4.1 Déformations cassantes…………………………………………………………………..56
4.1.1 Diaclases, fissures et fentes de tension………………………………………………....56
4.1.2 Failles…………………………………………………………………………………...56
4.2 Déformations souples : les plis………………………………………………………...…58
4.3 Mesure des déformations…………………………………………………………………61
4.4 Datation des déformations tectoniques…………………………………………………...62

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 2


Géologie du réservoir

5. SEDIMENTOLOGIE ET BASSINS SEDIMENTAIRES…………………………62-87


5.1 Différents types de sédimentation………………………………………………………..62
5.1.1 Sédimentation détritique……………………………………………………………….63
5.1.2 Sédimentation chimique………………………………………………………………..63
5.1.3 Sédimentation biochimique…………………………………………………………….63
5.2 Variation du niveau des mers…………………………………………………………….64
5.2.1 Transgression…………………………………………………………………………..66
5.2.2 Régression……………………………………………………………………………..67
5.2.3 Cycle sédimentaire……………………………………………………………………..68
5.3 Milieux de sédimentation………………………………………………………………...68
5.3.1 Milieu continental………………………………………………………………………69
5.3.2 Milieu lacustre………………………………………………………………………….69
5.3.3 Milieu marin……………………………………………………………………………69
5.3.3.1 Marges continentales…………………………………………………………………70
5.3.3.2 Bassins océaniques ou plaines abyssales……………………………………………..73
5.3.3.3 Fosses océaniques ou zones de subduction…………………………………………..73
5.3.3.4 Rides ou dorsales médio-océaniques…………………………………………………74
5.4 Temps nécessaire au dépôt d'une couche…………………………………………………74
5.5 Bassins sédimentaires……………………………………………………………….........75
5.5.1 Bassins liés à un amincissement de la lithosphère……………………………………..76
5.5.1.1 Bassins des marges passives…………………………………………………………77
5.5.1.2 Bassins de plate-forme……………………………………………………………….81
5.5.1.3 Bassins liés aux failles transformantes et aux décrochements………………………..82
5.5.2 Bassins liés à une flexion de la lithosphère…………………………………………….83
5.5.2.1 Bassins liés aux zones de subduction………………………………………………...83
5.5.2.2 Bassins en zones de collision de plaques…………………………………………….86

6. STRATIGRAPHIE…………………………………………………………………...87-97
6.1 Stratification……………………………………………………………………………...87
6.2 Unités litho-stratigraphiques……………………………………………………………...88
6.2.1 Formation……………………………………………………………………………….88
6.2.2 Séquence………………………………………………………………………………..89
6.3 Discontinuités stratigraphiques : lacunes et discordances………………………………..89

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 3


Géologie du réservoir

6.4 Datation des couches……………………………………………………………………..90


6.4.1 Radiochronologie - Datation absolue de la roche………………………………………90
6.4.2 Chronologie relative……………………………………………………………………91
6.4.3 Échelle stratigraphique…………………………………………………………………93
6.4.4 Méthodes pratiques de la stratigraphie…………………………………………………94

CHAPITRE II
II. LES HYDROCARBURES…………………………………………………………98-131
1- GENERALITES SUR LES HYDROCARBUR…………………………………...98-101
1.1 Composition chimique……………………………………………………………………98
1.1.1 Composés saturés………………………………………………………………………98
1.1.2 Composés non saturés…………………………………………………………………98
1.1.3 Résines et asphaltènes…………………………………………………………………..99
1.2 Principales familles d'hydrocarbures…………………………………………………… 99
1.2.1 Gaz naturels…………………………………………………………………………….99
1.2.2 Pétroles bruts………………………………………………………………………….100
1.2.3 Hydrocarbures solides…………………………………………………………………101
1.2.3.1 Hydrates……………………………………………………………………………..101
1.2.3.2 Famille des bitumes : sables asphaltiques, schistes bitumineux…………………….101

2. CARACTERISTIQUES PHYSICO CHIMIQUES DES HYDROCARBURES.102-106


2.1 Formation des hydrocarbures……………………………………………………………103
2.2 Caractéristiques chimiques…………………………………………………………… 105
2.3 Caractéristiques physiques………………………………………………………………106

3. GENÈSE DES HYDROCARBURES……………………………………………..107-111


3.1 Matière organique à l'origine des hydrocarbures………………………………………..107
3.2 Milieux de dépôt de la matière organique et de formation des hydrocarbures………….108
3.2.1 Milieux argilo-sableux………………………………………………………………..110
3.2.2 Milieux carbonatés et évaporitiques…………………………………………………..110
3.2.3 Milieux lacustres………………………………………………………………… …110
3.3 Transformation conduisant de la matière organique aux hydrocarbures……………...111

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 4


Géologie du réservoir

3.3.1 Formation du kérogène - Diagenèse biochimique…………………………………….111


4. ORIGINE DU PETROLE………………………………………………………………111

5- SEDIMENTATION ET MILIEUX PETROLIGENES. NOTION DE ROCHE


MERE………………………………………………………………………………….112-131
5. Sédimentation et milieux pétroligènes. Notion de roche mère………………………… 112
5.1 Les roches mères………………………………………………………………………...113
5.2 Roches réservoirs ou magasins………………………………………………………….115
5.2.1 Type de roches réservoirs……………………………………………………………..115
5.2.1.1 Porosité……………………………………………………………………………..116
5.2.1.2 Perméabilité…………………………………………………………………………117
5.3 Les roches couvertures………………………………………………………………….119
5.3.1 Type de roches couvertures…………………………………………………………...120
5.3.2 Epaisseur des couvertures……………………………………………………………..120
5.4 Les roches magasins…………………………………………………………………….120
5.4.1 Les pièges……………………………………………………………………………..122
5.4.1.1 Les pièges structuraux………………………………………………………………122
5.4.1.2 Les pièges stratigraphiques………………………………………………………….123
5.4.1.3 Les pièges mixtes……………………………………………………………………123
5.4.2 Classification des pièges………………………………………………………………123
5.4.2.1 Les pièges structuraux………………………………………………………………123
5.4.2.2 Les pièges paléogéographiques……………………………………………………...123
5.4.2.3 Pièges lithologiques…………………………………………………………………123
5.4.3 Notion de fermeture…………………………………………………………………..126
5.4.4 Les fluides dans les gisements……………………………………………………… 127
5.4.4.1 Les migrations………………………………………………………………………127
5.4.4.1.1 Migration primaire………………………………………………………………...129
5.4.4.1.2 Migration secondaire……………………………………………………………...129
5.4.5 Préservation du pétrole et du gaz……………………………………………………..131

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 5


Géologie du réservoir

CHAPITRE I
NOTIONS DE GEOLOGIE
INTRODUCTION
La géologie, ou science de la terre, a pour but de décrire la constitution du globe terrestre
et d'essayer de reconstituer son histoire, et d'utiliser ces connaissances pour la recherche des
matières premières telles que les hydrocarbures.
Elle regroupe un certain nombre de disciplines : la minéralogie, la pétrographie, la
géochimie, la sédimentologie, la stratigraphie, la tectonique et la paléontologie.
Les phénomènes géologiques, en dehors des tremblements de terre et des éruptions
volcaniques, sont des phénomènes très lents et imperceptibles à l'échelle humaine. L'unité de
temps de la géologie est le million d'années.
La terre existe depuis approximativement 4 600 millions d'années, alors que le début de
l'univers est daté à environ 15 000 millions d'années. L'atmosphère terrestre à l'origine était
différente de celle que nous connaissons actuellement. Elle a permis la synthèse d'importantes
molécules organiques permettant à leur tour un développement progressif de la vie. C'est à
partir du début de l'ère primaire, il y a environ 570 millions d'années, que les organismes
vivants laissent des traces fossiles marquées (voir annexe : l'échelle stratigraphique avec les
principales étapes du développement des organismes vivants).

1. STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE

1.1 Structure verticale


L'étude des séismes révèle une structure en couches concentriques (figure 1.1). Il existe
entre chaque couche des variations brutales de la vitesse de transmission des ondes sismiques
qui indiquent soit des variations chimiques du milieu (changement de la composition
minéralogique des composants) soit des variations physiques (milieu fluide visqueux ou
solide). De la surface au centre de la terre, on distingue :
• La croûte océanique de densité moyenne 2,9 formant le plancher des océans et la
croûte continentale de densité moyenne 2,7 formant les continents. Elles se distinguent
par leur épaisseur et par leur composition minéralogique. La jonction entre les deux
types de croûte se situe sous le talus continental.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 6


Géologie du réservoir

La croûte océanique a
une épaisseur
moyenne de 7 km.
Elle se compose
essentiellement de
roches basaltiques.
La croûte
continentale a une
épaisseur moyenne de
30 km, elle peut
atteindre 70 km sous
les chaînes de
montagnes. Elle se
compose
essentiellement de
roches granitiques.
Les constituants des
basaltes et des
granites sont
principalement des
aluminosilicates
riches en calcium,
sodium et potassium. FIG. 1.1 Structure verticale
Elles se distinguent
également par leur âge : la croûte océanique la plus ancienne connue ne dépasse pas 200
millions d'années alors que la croûte continentale atteint 3 700 millions d'années dans
certaines régions.
Les croûtes océanique et continentale sont recouvertes d'une épaisseur variable de roches
sédimentaires.
• Le manteau séparé de la croûte terrestre (continentale et océanique) par la discontinuité
de Mohorovicic ou Moho (figure 1.2). Cette discontinuité correspond à un changement
minéralogique, les silicates ferro-magnèsiens dominent. La densité moyenne du manteau
est 3,4. On distingue :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 7


Géologie du réservoir

* Le manteau supérieur se compose :


- D'une couche rigide, capable de résister sans déformation appréciable à des contraintes
de l'ordre d'une centaine de bar, située entre le Moho et une profondeur de l'ordre de
100 km (70 km sous les océans et jusqu'à 150 km sous les continents). Avec la croûte
terrestre, cette couche constitue la lithosphère.
- De l'asthénosphère située entre 100 et 300 km de profondeur marquée par un
ralentissement des ondes sismiques. Cette couche n'est pas rigide mais elle est capable
de fluer sous faibles contraintes, ce qui permet ainsi le déplacement de la lithosphère.
Cette couche serait le siège de mouvements de convection thermique.
- D'une zone de transition, située entre 300 et 700 km de profondeur, marquée par une
forte augmentation de la vitesse de propagation des ondes sismiques.
* Le manteau inférieur ou mésosphère de 700 à 2 900 km caractérisé par une
augmentation plus lente de la vitesse des ondes sismiques.
• Le noyau externe de 2 900 à 5 100 km séparé du manteau par la discontinuité de
Gutenberg. C'est à la fois une discontinuité physique et chimique : le noyau externe se
comporte comme un fluide et serait composé principalement de Fer et de Nickel. Cette
couche serait responsable de l'existence du champ magnétique terrestre.
• La graine ou noyau interne de 5 100 km à 6 370 km séparée du noyau externe par la
discontinuité de Lehman. Cette couche aurait la même composition chimique que la
précédente mais serait solide. La température régnant au centre de la terre est de l'ordre
de 6 000 °C.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 8


Géologie du réservoir

FIG. 1.2 Détails de la lithosphère et asthénosphère

1.2 Tectonique des plaques


La lithosphère, couche rigide composée de la croûte terrestre et / ou océanique et d'une
petite partie du manteau, est partagée en un certain nombre de plaques indépendantes les unes
des autres (figure 1.3). Ces plaques en forme de calotte sphérique sont mobiles et se déplacent
sur l'asthénosphère, leur limite est tout à fait indépendante de la limite continents-océans.
Le déplacement des plaques est dû à des cellules de convection thermique entre une source
chaude ascendante et / ou divergente responsable de l'accrétion des dorsales océaniques et
des rifts continentaux et une source descendante et / ou divergente créant les zones de
subduction et les zones de collision. Il en résulterait une traction du plancher océanique vers
les régions de convergence des plaques. L'activité sismique du globe est située à la périphérie
de ces plaques.
Il existe trois types de contact entre les plaques lithosphèriques (figure 1.4). On distingue :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 9


Géologie du réservoir

• Les zones de divergence caractérisées par une tectonique en extension (failles normales,
graben). Ce sont les dorsales médio-océaniques et les rifts continentaux où il y a
accrétion (formation) de la croûte océanique.
• Les zones de convergence caractérisées par une tectonique de compression (failles
inverses, chevauchements). Ce sont les zones de subduction.
• Les zones de coulissage caractérisées par une tectonique de cisaillement. Ce sont les
failles transformantes.

FIG. 1.3 Répartition des différentes plaques tectoniques

La tectonique des plaques fournit une explication relativement simple du volcanisme, des
séismes et de leur répartition, de la formation des chaînes de montagnes et des bassins
sédimentaires.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 10


Géologie du réservoir

FIG. 1.4 Différents types de contacts entre les plaques

1.2.1 Divergence de plaques


La divergence se produit au niveau des dorsales ou rides médio-océaniques et des rifts
continentaux. Il y a apport de magma basaltique provenant des couches profondes du manteau
et création continue de croûte océanique. Des mesures géophysiques, fondées sur les
inversions périodiques de la polarité du champ magnétique terrestre, montrent que la vitesse
de déplacement relative (taux d'expansion) est de l'ordre de 5 à 10 cm par an (jusqu'à 17 cm /
an dans le Pacifique Sud).
Le long de la dorsale, le volcanisme est intense et basaltique (laves très fluides). Les
séismes sont nombreux mais de faible amplitude, les foyers sont proches de la surface (10 à
20 km de profondeur).

1.2.2 Convergence de plaques


Plusieurs cas se présentent suivant la nature de la croûte (figure 1.5).

1.2.2.1 Convergence de deux plaques à croûte océanique


L'une des plaques s'enfonce sous l'autre, on dit qu'il y a subduction. Elle est marquée à la
surface du globe par une fosse océanique profonde bordée d'un arc insulaire. La séismicité est
importante, ainsi que le volcanisme (cas du Japon, des Philippines).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 11


Géologie du réservoir

FIG. 1.5 Différents types de convergence de plaques

1.2.2.2 Convergence d'une plaque à croûte océanique et d'une plaque à croûte


continentale
Il y a subduction de la croûte océanique, la plus dense, sous la croûte continentale. Il se
forme une fosse océanique en marge du continent et une chaîne de montagne à forte
séismicité (cas de la Cordillère des Andes, des Montagnes Rocheuses).

1.2.2.3 Convergence de deux plaques à croûte continentale (figure 1.6)


Il y a collision des croûtes continentales qui, à cause de la faible densité des matériaux, ne
peuvent pas s'enfoncer dans le manteau. Il se produit la surrection d'une chaîne de montagne
(cas de l'Himalaya). La compression est intense, elle provoque des chevauchements avec
déplacements horizontaux de morceaux de croûte atteignant plusieurs dizaines, voire la
centaine de kilomètres.
Les zones de subduction sont caractérisées par un volcanisme andésitique (éruptions
explosives et laves visqueuses) et par la présence de fosses océaniques très profondes (cas des
fosses du Pacifique qui atteignent 11 000 m). Les foyers des séismes sont plus profonds que
dans le cas des dorsales océaniques (de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres).
Ils se répartissent sur une surface oblique que l'on peut suivre jusqu'à une profondeur de
l'ordre de 700 km (profondeur à laquelle la plaque subductée est complètement digérée dans
les couches profondes du manteau).
Les vitesses de subduction sont plus faibles que les vitesses d'expansion.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 12


Géologie du réservoir

FIG. 1.6 Exemple de convergence de deux plaques à croûte continentale


Formation de l'Himalaya

1.2.3 Coulissage de plaques (figure 1.7)


Le coulissage se produit le long de failles transformantes lorsque deux plaques en contact
se déplacent en sens inverse ou à des vitesses différentes. Ces failles affectent généralement
toute l'épaisseur de la lithosphère. Le cas le plus connu est celui de la Californie où il y a
coulissage le long de la faille de San Andréas.
Les vitesses de déplacement sont de l'ordre de 5 cm / an. Ces zones sont le siège de
séismes d'amplitude importante : les foyers sont proches de la surface ; par contre, le
volcanisme est absent.
Les coulissages existent aussi bien dans les zones de convergence, de collision et de
divergence.
Le coulissage peut produire des chaînes de montagnes dites de coulissage et des bassins
sédimentaires désignés sous le nom de "pull - apart". C'est le cas de la région Sinaï - Mer
Morte - Liban.
Cette structure de la lithosphère en plaques se déplaçant indépendamment les unes des
autres donne un caractère temporaire (à l'échelle des temps géologiques) aux continents et aux
océans.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 13


Géologie du réservoir

FIG. 1.7 Exemple de coulissage de plaques lié à une dorsale

Au cours des temps géologiques, les continents ont occupé des positions différentes de
celles que nous connaissons actuellement. L'Atlantique Sud s'est ouvert il y a environ 150
millions d'années créant la séparation de l'Afrique et de l'Amérique du Sud (figure 1.8). L'Inde
s'est séparée du Continent Antarctique il y a environ 80 millions d'années et est entrée en
collision avec l'Asie donnant naissance à l'Himalaya.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 14


Géologie du réservoir

FIG. 1.8 Position des continents au Jurassique

1.3 Mouvements verticaux de la lithosphère


En plus des déplacements horizontaux des plaques sur l'asthénosphère, il se produit des
mouvements verticaux. Ces mouvements sont d'amplitude variable et concernent
généralement des surfaces importantes (de quelques milliers à quelques centaines de milliers
de km2). On constate que les chaînes de montagne en s'érodant ont tendance à se soulever, et
les zones océaniques à s'enfoncer au fur et à mesure qu'elles s'éloignent de la dorsale
océanique.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 15


Géologie du réservoir

En mesurant la valeur de l'accélération de la pesanteur à la surface du globe, on constate


qu'il existe un certain nombre d'anomalies mais d'amplitude beaucoup plus faible que prévue.
Pour expliquer ce phénomène, il faut admettre qu'il se produit une compensation des
anomalies de pesanteur en profondeur. Il existe une surface de compensation, correspondant
approximativement à la limite lithosphère-asthénosphère, où la valeur de l'accélération de la
pesanteur serait constante sur toute la surface du globe.
La lithosphère rigide "flottant" sur l'asthénosphère (qui se comporte comme un fluide)
atteint une position d'équilibre vertical après un temps plus ou moins long. L'altitude atteinte
par la surface de la lithosphère par rapport à la surface de compensation dépend de l'épaisseur
et de la densité des différentes couches composant cette lithosphère.
Quand l'épaisseur (présence de chaînes de montagnes, remontée de l'asthénosphère) ou la
densité de la lithosphère (due à une variation de la température des matériaux) se trouvent
modifiées par des phénomènes tectoniques ou thermiques, il se produit un réajustement des
niveaux dit réajustement isostatique.
• Dans certaines régions, il se produit un soulèvement de la lithosphère : c'est le cas de la
Scandinavie qui s'est soulevée de 400 m au cours des derniers 12 000 ans à cause de la
fusion de la calotte glaciaire qui recouvrait cette région (figure 1.9). A certaines
périodes, la vitesse de remontée a atteint 1 cm / an.
• Dans d'autres régions, la lithosphère s'enfonce.

FIG. 1.9 Exemple de mobilité verticale de la croûte terrestre

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 16


Géologie du réservoir

On appelle subsidence le phénomène d'origine tectonique et / ou thermique qui,


localement, provoque l'enfoncement progressif de la lithosphère. La subsidence permet la
permanence des conditions de sédimentation dans une région donnée. La vitesse de
subsidence est de l'ordre de quelques mètres à quelques centaines de mètres par millions
d'années. Ce n'est pas la sédimentation qui est le moteur de la subsidence mais au contraire
c'est l'enfoncement progressif de la croûte qui permet le dépôt d'importantes couches de
sédiments.
La subsidence a des causes multiples dont les principales sont :
• un étirement (figure 1.10) de la lithosphère qui provoque son amincissement dû à une
remontée de l'asthénosphère, sous l'effet d'un régime de contraintes de distension ;
• le refroidissement de la lithosphère qui augmente sa densité (subsidence thermique). Ce
refroidissement produit la rupture de la lithosphère au bout d'un certain temps (de l'ordre
de 200 millions d'années) entraînant la formation d'une nouvelle zone de subduction ;
• une surcharge due à des dépôts sédimentaires, volcaniques ou à la présence d'une calotte
glaciaire ;
• une flexion de la lithosphère ou plissement de forme synclinale sous l'effet d'un régime
de contraintes de compression généralement à proximité des zones de subduction.

FIG. 1.10 Exemple de subsidence produi par un amincissement de la croûte continentale

Les différents moteurs de la subsidence peuvent se relayer dans le temps (étirement suivi
d'une subsidence thermique). L'amincissement de la lithosphère, sa flexion et la subsidence
thermique sont à l'origine de deux grands types de bassins sédimentaires se situant, le premier
en domaine intraplaque, le second en frontière de plaques.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 17


Géologie du réservoir

Remarque : Il existe de nombreux cas de subsidence provoquée par le soutirage


d'hydrocarbures. C'est le cas du champ de Ekofisk avec un enfoncement de
l'ordre de quelques dizaines de cm par an (actuellement environ 50 cm / an).

2. Principaux minéraux constituant la lithosphère


Seul un nombre restreint d'éléments chimiques participe de façon essentielle à la
constitution des roches de la lithosphère. Huit éléments seulement constituent pratiquement
100 % de sa composition.
Oxygène O 46,60 % Magnésium Mg 2,09 %
Silicium Si 27,72 % Hydrogène H 0,14 %
Aluminium Al 8,13 % Phosphore P 0,10 %
Fer Fe 5,00 % Manganèse Mn 0,09 %
Calcium Ca 3,63 % Baryum Ba 0,04 %
Sodium Na 2,83 % Carbone C 0,02 %
Potassium K 2,59 % Chlore Cl 0,01 %

Les pourcentages de ce tableau sont des pourcentages de masse.


Le silicium, l'aluminium, l'oxygène se combinent pour former un très grand nombre de
minéraux : les silicates.

2.1 Silice et silicates


Ce sont les minéraux les plus abondants. Ce sont aussi ceux qui réunissent le plus grand
nombre d'espèces.

2.1.1 Silice : Si O2
Elle se présente le plus souvent à l'état anhydre et cristallisé.
Le quartz est très répandu dans les roches éruptives et aussi dans les roches sédimentaires,
car il est très résistant aux agents d'altération (il est seulement attaqué par l'acide
fluorhydrique) et peu soluble dans l'eau. Ses aspects sont très variés : transparent et limpide
lorsqu'il est pur, blanc laiteux ou plus ou moins coloré par des impuretés.
Les autres variétés sont :
• La calcédoine qui est une silice fibreuse, mal cristallisée, désordonnée. Elle est
fréquente dans les roches sédimentaires.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 18


Géologie du réservoir

• L'opale qui est une silice hydratée, formée de cristaux très fins. Elle se rencontre
souvent associée à la calcédoine dans les roches sédimentaires (silex, meulière).

2.1.2 Silicates
Les silicates forment une famille de minéraux de composition chimique très variée. Ils
constituent la quasi totalité des roches de la lithosphère. Ils ont des structures en forme de
chaînes, de feuillets et constituent des édifices spatiaux complexes. Ils s'altèrent beaucoup
plus facilement que le quartz.
On distingue principalement :
• les minéraux de teinte claire ou éléments blancs (feldspaths et feldspathoïdes),
• les minéraux de teinte foncée ou noire (amphiboles et pyroxènes),
• les minéraux phylliteux qui se clivent en feuillets très minces (micas et minéraux
argileux).

2.1.2.1 Groupe des feldspaths


Ce sont des aluminosilicates anhydres renfermant suivant les cas et en proportion variable
du potassium, du sodium et du calcium. D'une façon générale, tous ces minéraux sont de
teinte claire, blanc laiteux, parfois rosés ou bleutés.
On distingue :
• Les feldspaths potassiques : l'orthose et le microcline sont les deux représentants de
cette famille. Ces minéraux se rencontrent surtout dans les roches éruptives acides
(roches riches en silice libre comme les granites).
• Les feldspaths calcosodiques ou plagioclases : ils rassemblent toute une série d'alumino-
silicates passant progressivement de l'un à l'autre par remplacement des groupes Si-Na
par Al-Ca. Le pôle sodique est l'albite, le pôle calcique l'anorthite. L'acidité décroît de
l'albite à l'anorthite.
• Les feldspathoïdes : ce sont des silico-aluminates alcalins plus pauvres en silice que les
feldspaths proprement dits. Ces minéraux se rencontrent surtout dans les roches
éruptives basiques.
Les feldspaths sont très répandus dans les roches éruptives et métamorphiques. La
classification de ces roches est en grande partie basée sur la nature des feldspaths qui
entrent dans leur composition. Ils sont rares dans les roches sédimentaires.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 19


Géologie du réservoir

Altération des feldspaths :


Les feldspaths sont assez rapidement altérés à l'affleurement notamment par hydrolyse
(action de l'eau). Certains ions passent en solution avec une partie de la silice. Ils donnent
naissance à différents minéraux argileux suivant les conditions qui règnent dans le milieu où
se produit l'altération (lessivage lent ou rapide, climat chaud ou froid, présence ou absence de
couverture végétale, pH des eaux, etc..). La destruction très facile de ces minéraux explique
leur absence dans les roches sédimentaires.

2.1.2.2 Groupe des amphiboles et pyroxènes


Ces minéraux sont riches en fer et en magnésium et pauvres en aluminium. Ils sont
abondants dans les roches éruptives et métamorphiques. Ces minéraux sont rarement présents
dans les roches sédimentaires car, comme les feldspaths, ils sont facilement altérés.

2.1.2.3 Groupe des phylites (figure 1.11)


Ces minéraux se caractérisent par une structure en feuillets très minces empilés les uns sur
les autres ou par une structure fibreuse. Les principaux représentants de ce groupe sont les
micas et les minéraux argileux. Les micas peuvent former des cristaux de très grande
dimension, par contre les minéraux argileux sont toujours de très petite taille (de l'ordre du
micron).
D'une façon générale, ce sont des silicates d'aluminium, de potassium, de magnésium plus
rarement de fer, qui se différencient des autres silicates par la présence de groupements
hydroxyle OH- dans le réseau cristallin. La constitution de chaque feuillet, la périodicité de
l'empilement et la nature des ions interfoliaires caractérisent le minéral.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 20


Géologie du réservoir

FIG. 1.11 Structure des différents minéraux argileux

Chaque feuillet est composé au moins de deux couches :


• Une couche tétraédrique formée de groupements Si 04 liés entre eux par liaison
covalente.

• Une couche octaédrique dont le centre de l'octaèdre est occupé par un ion Al3+ et les

sommets par des atomes d'oxygène ou par des groupements OH-.

a) Les micas
Les deux principaux sont la muscovite ou "mica blanc" caractérisée par l'absence de
magnésium et de fer et la biotite ou "mica noir" contenant du fer et du magnésium. Ces
minéraux, présents surtout dans les roches cristallines, peuvent se rencontrer dans les roches
sédimentaires (la muscovite en particulier résiste bien aux agents chimiques). Les micas vont
s'altérer, donnant naissance à des minéraux argileux.

b) Les minéraux argileux


Ce sont des minéraux de structure et de composition chimique complexes. Ils peuvent être
identifiés seulement par diffraction aux rayons X. Ils proviennent généralement de l'altération
d'autres minéraux et constituent une très grande partie des roches sédimentaires (environ 80

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 21


Géologie du réservoir

%). Au cours de la diagenèse, ces différents minéraux vont se transformer progressivement en


illites, puis en micas au cours du métamorphisme.
Les principaux éléments de ce groupe sont :
• La koalinite. Le feuillet élémentaire se compose de deux couches (une couche
tétraédrique et une couche octaédrique). C'est le plus simple des minéraux argileux.
• Les illites sont des minéraux très courants ayant une structure voisine de celle des micas.
Le feuillet est composé de trois couches (une couche octaédrique entre deux couches
tétraédriques). Les substitutions d'atomes de silicium par des atomes d'aluminium sont
nombreuses dans la couche tétraédrique (jusqu'à un sur quatre). Il peut se produire
également une substitution des atomes d'aluminium par des atomes de fer et de
magnésium dans la couche octaédrique. Cela entraîne un fort déficit de charges
électriques sur les faces externes des feuillets tétraédriques. Des ions potassium vont se
placer entre les feuillets pour combler ce déséquilibre électrique. La structure est telle
que les molécules d'eau ne peuvent pas pénétrer dans le réseau cristallin. Les illites sont
des argiles non gonflantes.
• Les smectites, dont les plus répandues sont les montmorillonites (constituant principal
de la bentonite), sont des minéraux en feuillets composés de trois couches comme les
illites. Les substitutions dans les couches octaédriques et tétraédriques sont moins
nombreuses que dans le cas des illites et le déficit en charges électriques est plus faible
(dans le cas où il n'y a pas de substitutions, les feuillets ont tendance à se repousser). Il
en résulte que la liaison entre feuillets est faible et que des molécules d'eau et des cations
peuvent pénétrer très facilement entre les feuillets produisant un gonflement du minéral.
L'importance de ce gonflement dépend des cations présents en solution.
En présence d'ions Na+, le gonflement peut être si important que les feuillets se trouvent
complètement séparés (phénomène de dispersion et de défloculation des argiles). Les

ions K+ et surtout Ca++, au contraire, vont limiter l'entrée de molécules d'eau et


maintenir les feuillets entre eux. Ces différents cations peuvent être facilement échangés
entraînant des comportements différents suivant le type de smectites.
On tire profit de ces échanges de cations avec les boues au calcium (chaux, gypse) et au
potassium pour limiter le gonflement des argiles et réduire les problèmes de tenue de la
paroi en cours de forage. Par contre, on utilise les ions sodium (soude) pour faire gonfler
la bentonite et augmenter la viscosité de la boue.
Au cours de la diagenèse, les smectites vont se transformer progressivement en illites.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 22


Géologie du réservoir

• Les vermiculites ont des feuillets séparés par des cations variés mais principalement du
magnésium. Le nombre de couches d'eau entre feuillets se trouve en général limité à
deux.
• Les attapulgites et sépiolites sont des minéraux fibreux qui ont une structure en bande
de tétraèdres et non en feuillets. La face externe est électriquement neutre, donc ce sont
des minéraux peu réactifs.
• Les chlorites et les serpentines proviennent surtout de l'altération des silicates
ferromagnésiens (principalement les micas). Ce sont généralement des minéraux fibreux
ou constitués de feuillets de quatre couches.
• Les interstratifiés sont composés par des feuillets provenant de divers minéraux
argileux qui s'intercalent les uns avec les autres. Les interstratifiés d'illite et de
montmorillonite, et ceux de chlorite et de vermiculite sont les plus courants. La
séquence est généralement aléatoire. Ces minéraux se dispersent facilement dans l'eau.

c) Importance géologique des phylites


Les micas et les feldspaths sont peu abondants dans les roches sédimentaires car ils
s'altèrent aisément en donnant naissance à des minéraux argileux du type vermiculite,
smectites et interstratifiés suivant les conditions régnant dans le milieu où se produit
l'altération.
Les minéraux argileux sont les principaux constituants des roches sédimentaires. Ils
peuvent perdre, capter, échanger des ions avec les solutions qui les imprègnent modifiant
ainsi le milieu, en même temps qu'ils se transforment. De plus, ils sont généralement riches en
matière organique et de ce fait participent activement à la genèse et au piégeage des
hydrocarbures.

2.2 Carbonates
Ce sont des minéraux que l'on rencontre essentiellement dans les roches sédimentaires.
• La calcite : CaCO3
Elle est soluble à froid dans l'acide chlorhydrique ; l'attaque s'accompagne d'un
dégagement de gaz carbonique. Cette propriété est utilisée pour la reconnaissance de ce
minéral. Soluble dans l'eau, chargée de gaz carbonique, elle est facilement transportable.
La calcite est le composant parfois unique de certaines roches calcaires. Elle constitue
une part importante du squelette externe (ou test) des organismes vivants.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 23


Géologie du réservoir

• L'aragonite : CaCO3
Elle est moins répandue que la calcite qui est la forme stable du carbonate de calcium.
Elle se transforme lentement en calcite. Elle forme une part importante de la coquille des
mollusques et des gastéropodes.
• La dolomite : MgCa (CO3)2
Elle est moins soluble que la calcite et n'est attaquée que lentement à froid par l'acide
chlorhydrique. Elle peut former à elle seule des roches, les dolomies, mais le plus
souvent elle est associée à la calcite.

2.3 Évaporites
Sous ce terme, on désigne les minéraux formés par précipitation dans les saumures
obtenues par évaporation de l'eau de mer. Chimiquement, ce sont principalement des sulfates
et des chlorures.
• Les sulfates :
- le sulfate de calcium :
Il se présente sous deux formes : l'anhydrite : CaSO4 et le gypse : CaSO4, 2 H2O.
L'anhydrite se présente le plus souvent en fins cristaux enchevêtrés. Normalement
incolore, elle est le plus souvent gris bleuâtre. Elle est très rare en affleurement où elle
se transforme en gypse.
Le gypse est un minéral transparent. Chauffé au-dessus de 100° C, il se transforme en
plâtre. Au cours de la diagenèse il se transforme en anhydrite à faible profondeur
(environ 500 m).
- le sulfate de baryum ou barytine :
De par sa densité élevée (4,2) et sa faible réactivité, il est utilisé comme alourdissant
dans les boues de forages.
• Les chlorures :
Plusieurs minéraux existent dans les formations évaporitiques. Les deux plus communs
sont la halite : NaCl et la sylvite : KCl. Du fait de leur grande solubilité dans l'eau, les
chlorures existent, à l'affleurement uniquement, sous des climats arides.
Au cours de l'évaporation, le carbonate de calcium précipite en premier, puis le sulfate de
calcium, puis le chlorure de sodium.
La halite, l'anhydrite et le gypse sont les minéraux les plus répandus de cette catégorie.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 24


Géologie du réservoir

2.4 Autres minéraux


Parmi les sulfures, la pyrite (sulfure de fer) est le plus commun dans les roches
sédimentaires. Elle indique la présence d'un milieu réducteur.
Parmi les oxydes les plus répandus sont les oxydes de fer. Ils sont très souvent présents à
l'état diffus dans les roches sédimentaires auxquelles ils donnent une teinte rouge. Les plus
communs sont l'hématite et la limonite, constituants essentiels des minerais de fer
sédimentaires.

3 LES ROCHES
La croûte terrestre est constituée par des roches. Leur étude est le domaine de la
pétrographie. Les caractéristiques des roches peuvent être considérées comme un
"enregistrement" de leur histoire. Elles permettent d'en retracer la genèse et par là de
déterminer les conditions de milieu qui régnaient à l'époque de leur formation.
Les roches sont divisées en trois grandes catégories :
• Les roches magmatiques : elles proviennent de la consolidation par cristallisation d'un
magma en fusion situé à une profondeur de l'ordre de quelques dizaines de km. Elles
sont aussi appelées roches éruptives ou cristallines. On les décompose souvent en
roches volcaniques et en roches plutoniques.
• Les roches métamorphiques : elles résultent de la transformation des roches
sédimentaires soumises à des conditions de pression et de température élevées.
• Les roches sédimentaires : elles sont le résultat d'actions superficielles aboutissant au
dépôt d'un sédiment meuble, le plus souvent gorgé d'eau, qui est transformé en roche
plus ou moins indurée par enfouissement progressif à des profondeurs modérées.
Les roches magmatiques et métamorphiques représentent environ 95 % en volume des
roches de la lithosphère. Les roches sédimentaires, si elles ne représentent que 5 % de la
croûte terrestre, constituent 75 % des roches qui affleurent. Elles sont principalement
composées, comme les autres roches, de silicates. Seulement une faible proportion est
formée de carbonates et d'évaporites.
Ces trois catégories de roches forment un cycle fermé dans la croûte terrestre (figure 1.12).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 25


Géologie du réservoir

FIG. 1.12 Le cycle des roches dans l'écorce terrestre

3.1 Roches magmatiques


Elles résultent de la cristallisation d'un magma en fusion qui a une origine profonde.
Occasionnellement, lorsqu'elles sont altérées et fissurées, elles peuvent abriter des
hydrocarbures. Mais le plus souvent, la présence de manifestations magmatiques est un critère
négatif du point de vue pétrolier. Elles constituent généralement le socle des bassins
sédimentaires.

3.1.1 Identification et classification


Les roches magmatiques sont essentiellement formées de cristaux de silicates enchevêtrés.
Les critères de reconnaissance et de classification sont basés sur l'observation de la texture qui
traduit la vitesse et le milieu de cristallisation et sur la détermination de la nature et des
proportions des minéraux qui indiquent la composition chimique du magma.

3.1.1.1 Texture
On distingue différentes textures :
• La texture grenue lorsque tous les cristaux sont également développés. Elle correspond à
un refroidissement lent, en profondeur, favorisant le développement d'un petit nombre
de grands cristaux.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 26


Géologie du réservoir

• La texture microgrenue lorsque quelques grands cristaux apparaîssent noyés dans une
masse de cristaux plus petits. Le refroidissement s'est fait plus rapidement à profondeur
moindre.
• La texture microlithique montrant quelques gros cristaux noyés dans une masse
homogène de très petits cristaux enveloppés dans une enveloppe vitreuse. Il y a eu
refroidissement en plusieurs étapes.
• La texture vitreuse ne montrant pas de cristaux ; elle correspond à un refroidissement
brutal (cas des bombes volcaniques).

3.1.1.2 Composition minéralogique des roches magmatiques et classification


Les différentes associations minéralogiques rendent compte de la teneur en silice. Elles
permettent de distinguer des familles de roches riches en silice dites roches acides et des
familles plus pauvres dites roches basiques.
Le tableau ci-dessous résume la classification de ces roches.
Familles Acides Intermédiaires Basiques
Teneur en silice Plus de 66 % 66 à 52 % 52 à 44 %
Grenues Granite Diorite Gabbro
Microgrenues Microgranite Microdiorite Microgabbro/Dolérite
Microlithiques Rhyolite Andésite Basalte

3.1.2 Origine des magmas


Parmi les roches qui résultent de la consolidation du magma, on distingue les roches
volcaniques qui se sont consolidées à l'air libre et les roches plutoniques qui ont cristallisé en
profondeur.
Les magmas basaltiques ont une origine profonde tandis que les magmas acides granitiques
proviennent de la fusion des roches de la croûte terrestre prenant ainsi les caractères d'un
terme ultime du métamorphisme.
Le rapport Silicium sur Oxygène est un indicateur de la fluidité du magma. Les magmas
riches en silice produisent des laves très visqueuses et un volcanisme à dominante explosive.
Les magmas pauvres en silice produisent des laves très fluides (volcanisme de type hawaien).
3.2 Roches métamorphiques
Les roches métamorphiques résultent de la transformation de roches préexistantes
soumises à des pressions et des températures très élevées. L'ensemble de ces transformations

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 27


Géologie du réservoir

est désigné sous le nom de métamorphisme. On peut reconnaître dans les roches différents
stades ou degrés de métamorphisme.
On distingue :
• Le dynamométamorphisme qui déforme et écrase les roches, mais ne développe pas ou
peu de minéraux nouveaux. Tous les termes de passage peuvent exister entre le seul
effet du tassement des sédiments sous leur propre poids et l'effet de contraintes plus
fortes liées aux déformations tectoniques ; l'un et l'autre se traduisent par des
réarrangements mécaniques des minéraux, particulièrement des minéraux phylliteux qui
ont tendance à se coucher et à se disposer en lits perpendiculaires à la plus forte des
contraintes en place. A la limite, les minéraux eux-mêmes sont déformés. Le
dynamométamorphisme produit des schistes.
• Le métamorphisme proprement dit qui ajoute aux contraintes mécaniques une élévation
de température et entraîne l'apparition de minéraux nouveaux dits de métamorphisme.
Il est habituel de distinguer :
• Le métamorphisme régional, produit par l'enfouissement des séries sédimentaires à
grande profondeur (8 000 à 10 000 m) où règnent à la fois des températures et des
pressions élevées.
• Le métamorphisme de contact plus localisé qui concerne les transformations subies par
les roches au contact d'un massif éruptif, donc principalement par élévation de
température.

3.3 Roches sédimentaires


La formation et le piégeage des hydrocarbures sont étroitement liées à ce type de roche,
d'où leur intérêt pour la prospection pétrolière.

3.3.1 Nature et origine


Les roches sédimentaires, par opposition aux roches magmatiques, sont des roches formées
par accumulation de minéraux à la surface du globe suivant des modalités diverses. La plus
grande partie résulte de dépôt en milieu aquatique (lacustre et surtout marin) dans les bassins
sédimentaires.
Elles sont caractérisées par leur disposition stratifiée en lits successifs résultant de leur
mode de dépôt et par la présence fréquente de débris animaux ou végétaux : les fossiles.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 28


Géologie du réservoir

Des phénomènes physiques, chimiques et biochimiques sont à l'origine de ces roches.


D'une manière générale, elles résultent de l'attaque par l'érosion et de la destruction des roches
préexistantes, du transport des débris ainsi arrachés, de leur dépôt dans un bassin et enfin de
la transformation du sédiment en roche au cours de la diagenèse.
A une profondeur de l'ordre de 8 000 à 10 000 m (profondeur variable suivant la valeur du
gradient géothermique), les roches sédimentaires se transforment progressivement en roches
métamorphiques.
L'épaisseur maximale de roches sédimentaires observée sur le globe est de 25 000 m
(bassin de la mer Caspienne), l'épaisseur moyenne sur le globe est d'environ 2 000 m.

3.3.1.1 Altération et érosion


Les roches qui affleurent ne sont généralement ni homogènes, ni continues. Elles
présentent des discontinuités tels les joints de stratification, les fentes de tension, les fractures,
les failles qui sont des plans de faiblesse. Les agents atmosphèriques, chimiques et
mécaniques, attaquent les roches dans ces zones et les détruisent. C'est le processus d'érosion.

a) Attaque chimique
Les eaux météoriques attaquent les minéraux, ceci d'autant plus facilement qu'elles sont
acides. Cette acidité dépend en particulier de la teneur en gaz carbonique dissous.
Les évaporites et les carbonates sont faciles à dissoudre, les silicates (micas et feldspaths)
sont également facile à hydroliser à l'exception de la silice : les ions les plus mobiles (Na +,
K+) passent les premiers en solution.
Il en résulte :
• des solutions riches en différents minéraux,
• la formation de nouveaux minéraux (argiles, hydroxydes de fer, d'aluminium, etc.)
insolubles ou peu solubles dans l'eau, désagrégés et réduits à l'état de grains de
dimensions variables formant les sols,
• à une échelle plus importante, une fissuration et une désagrégation des massifs rocheux.
b) Attaque mécanique
Les agents mécaniques, qui sont également susceptibles de transporter les sédiments, vont
détruire les roches. Ces agents sont :
• les variations de température qui produisent l'alternance de périodes de gel et de dégel
qui fait éclater les roches et les disloque,

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 29


Géologie du réservoir

• les forces de pesanteur responsables d'éboulements, de glissements sur des reliefs


importants qui donnent naissance à des éboulis sensibles aux autres agents,
• l'eau courante, les courants marins, les vagues, la glace et le vent qui usent les roches,
les bombardent avec les débris transportés, puis éliminent les débris en les transportant.
Cette attaque mécanique va produire une fragmentation des roches et former des morceaux
de dimensions très variables.

3.3.1.2 Transport
Les débris résultant de l'attaque chimique et mécanique des roches sont entraînés du lieu de
destruction vers le lieu de sédimentation. L'eau est le principal agent de transport. Les
matériaux sont déplacés en solution et sous forme de débris de taille variable.
A l'eau courante s'ajoutent également les effets du vent et de la glace.
Sur le talus continental, les forces de pesanteur sont responsables du glissement
d'importants volumes de sédiments gorgés d'eau qui produisent des écoulements turbulents de
boue pouvant atteindre des vitesses importantes. Ils ont un pouvoir de transport élevé : ce sont
les courants de densité ou de turbidité. Les turbidites sont les sédiments détritiques mis en
place par ces courants. Ces glissements sont généralement déclenchés par des séismes.
Suivant le moyen de transport des sédiments, leurs formes seront différentes (sédiments
arrondis avec les eaux, anguleux avec le vent).

3.3.1.3 Dépôt, sédimentation


Les débris sont transportés sur des distances variables suivant l'énergie du moyen de
transport. Dans un cours d'eau, l'énergie est fonction de la pente : elle diminue
progressivement de l'amont vers l'aval ; il en résulte un tri des éléments transportés par taille
décroissante dans ce même sens. Lorsque le cours d'eau débouche dans la mer, les sédiments
sont susceptibles d'être repris par les courants marins ; leur tri est alors fonction de l'agitation
marine donc de l'énergie du milieu de sédimentation.
Les ions transportés en solution sont en équilibre dans leur milieu de transport ; s'il se
produit une rupture de cet équilibre (arrivée en milieu marin salé par exemple), il peut y avoir
précipitation.
Ces différents facteurs donnent naissance à deux classes de dépôts :
• les dépôts détritiques terrigènes,
• les dépôts chimiques.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 30


Géologie du réservoir

Il faut également ajouter l'activité de certains organismes vivants qui conduit à la formation
de dépôts biochimiques importants, principalement calcaires (cas des récifs).
Il résulte de ces différentes actions un sédiment formé de grains de matière solide variables
par leur taille, leur nature et leur origine, parfois mêlés à d'autres grains beaucoup plus petits
qui proviennent pour une part de phénomènes de précipitation chimique et / ou biochimique.

3.3.1.4 Diagenèse
Les sédiments, au moment de leur dépôt, sont meubles, généralement gorgés d'eau ; ils se
transforment progressivement en roches sous l'effet de la diagenèse.
Sous ce terme, plusieurs phénomènes sont réunis :
• Le tassement ou compaction est particulièrement évident dans les sédiments fins
(argiles, vases calcaires) qui, lors du dépôt, renferment jusqu'à 80 % d'eau en volume.
Sous l'effet de leur poids et des pressions exercées par les sédiments plus jeunes qui les
recouvrent, ils se tassent progressivement, l'eau est chassée, la densité s'accroît, la
porosité diminue, les contacts entre particules minérales augmentent. Ce phénomène est
très important du point de vue pétrolier par ses conséquences sur le mouvement des
fluides dans les bassins sédimentaires.
• La cimentation. L'eau interstitielle renferme toujours une certaine quantité de sels
dissous. Sous l'influence des variations de pression, de température et de concentration
ionique, ils peuvent précipiter et former un ciment liant les débris minéraux entre eux.
• La recristallisation est parfois difficile à séparer de la cimentation. Des dissolutions et
des échanges ioniques se produisent entre les minéraux et l'eau interstitielle, ce qui tend
à créer un nouvel équilibre chimique.
• La métasomatose. Lorsqu'une eau de composition chimique différente de celle contenue
dans les pores de la roche traverse un sédiment ou une roche déjà consolidée, les
échanges ioniques peuvent devenir importants, entraînant des modifications
minéralogiques profondes (cas de la dolomitisation).
• La ségrégation. Elle donne naissance en certains points du sédiment ou de la roche à
des accidents minéralogiques appelés concrétion (silex, chailles). Ce phénomène peut se
produire à différents stades (de façon précoce dans un sédiment encore meuble ou de
façon tardive dans une roche déjà indurée).
On fait souvent la distinction entre diagenèse et catagenèse.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 31


Géologie du réservoir

• La diagenèse comprend les transformations se produisant à une température inférieure à


60 °C (cette température étant atteinte à des profondeurs variables suivant la valeur du
gradient géothermique qui est normalement de 3 °C / 100 m).
• La catagenèse est caractérisée par l'action dominante de la température et comprend les
transformations se produisant à des températures supérieures à 60 °C. C'est l'étape avant
le métamorphisme.
Les principaux agents de la diagenèse sont :
• La pression géostatique et les contraintes tectoniques qui jouent un rôle essentiel lors de
la compaction. L'augmentation de pression produit un rapprochement des grains,
l'expulsion et la circulation de l'eau de sédimentation. Elle intervient aussi sur la
cimentation du sédiment.
Aux points de contact entre les grains, la pression est maximale. Il y a mise en solution
en ces points et précipitation dans les pores.
• La température qui augmente avec l'enfouissement. Elle intervient sur la solubilité des
ions et modifie les équilibres chimiques entre les minéraux et les solutions qui les
baignent. Elle agit sur la matière organique contenue dans les sédiments.
• Les circulations d'eau qui véhiculent des ions, entraînent des phénomènes d'altération
des minéraux, de précipitation de ciment ou encore de métasomatose.
• Les facteurs biologiques qui peuvent jouer un rôle important en modifiant le pH du
milieu.
La diagenèse débute très tôt après le dépôt des sédiments. Elle se poursuit ensuite en
relation avec la vitesse de sédimentation. Elle est très rapide au début et ralentit
progressivement, elle passe sans interruption à la catagenèse et aux premiers stades du
métamorphisme.

3.3.2 Caractéristiques générales des roches sédimentaires


Généralement, une roche sédimentaire est constituée de grains, d'une matrice et de
"vides" (de matière solide) : les pores qui contiennent les fluides interstitiels (figure 1.13).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 32


Géologie du réservoir

FIG. 1.13 Stucture d'une roche sédimentaire poreuse

3.3.2.1 Grains
L'échelle de taille des grains généralement adoptée par les pétroliers est l'échelle de
Wentworth ; elle est établie en fonction des dimensions des mailles des tamis utilisés pour la
séparation des éléments constituant les roches meubles.
On distingue trois classes granulométriques (figure 1.14) :
• Les rudites : éléments en majorité supérieurs à 2 mm.
• Les arénites ou "sables" : éléments en majorité compris entre 2 mm et 62.5
sont séparées en cinq groupes (de très fin à très grossier).
• Les lutites ou pélites : éléments en majorité inférieurs à 62.5
deux groupes : les silts compris entre 62.5
inférieure à 4

FIG. 1.14 Tableau de classification des grains suivant leur granulométrie

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 33


Géologie du réservoir

Remarque : les termes rudites, arénites et lutites sont surtout utilisés pour la classification
et la nomenclature des roches sédimentaires d'origine détritique (voir classification des roches
sédimentaires).

3.3.2.2 Matrice
La matrice lie les grains entre eux. Elle apparaît comme une matière amorphe plus ou
moins dure et compacte. Lorsqu'elle existe, elle peut apparaître sous deux formes différentes
suivant sa nature et son origine :
• un liant contemporain de la sédimentation qui est représenté par la fraction lutite du
dépôt,
• un ciment, le plus souvent clairement cristallisé, qui résulte d'une précipitation à partir
des solutions ou d'une transformation d'une partie du sédiment originel par des actions
de diagenèse.
Les deux formes peuvent coexister. En l'absence de matrice, la roche est meuble.
L'abondance de la matrice et sa nature conditionnent l'induration de la roche qu'il ne faut pas
confondre avec la dureté du minéral le plus représenté :
• de la dureté dépend le caractère abrasif de la roche : elle conditionne la durée de vie de
l'outil de forage,
• de l'induration dépend la résistance mécanique à la fragmentation : elle conditionne pour
une part importante la vitesse d'avancement de l'outil.
Remarque : Le terme matrice est souvent utilisé pour désigner la partie solide de la roche.
3.3.2.3 Pores et porosité
Les fluides (eau, hydrocarbures, hydrogène sulfuré, gaz carbonique, etc.) contenus dans
une roche occupent les pores de la roche.
Le volume poreux d'une roche est généralement très hétérogène. Les pores présentent des
formes irrégulières et sont plus ou moins reliés entre eux par de fins canaux tortueux.
La porosité est la fraction du volume d'une roche non occupée par des éléments solides.
On distingue différents types de porosité :

a) Porosité totale
La porosité totale Øt est égale au rapport du volume total des pores existant entre les
éléments minéraux de la roche sur le volume total de la roche :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 34


Géologie du réservoir

 V – Vs Vp
t = t =
Vt Vt
Vp = volume des pores,
Vs = volume occupé par les éléments solides,
Vt = volume total de la roche.
La porosité s'exprime en pourcentage.
La porosité totale englobe :
• d'une part, la porosité intergranulaire ou intercristalline constituant la porosité primaire
Ø1, qui dépend de la forme et de la taille des éléments solides, ainsi que de leur
classement,
• d'autre part, la porosité vacuolaire, acquise par dissolution, et la porosité de fissure et de
fracture, acquise mécaniquement, constituant la porosité secondaire Ø2 que l'on
rencontre le plus souvent dans les roches chimiques ou biochimiques.
La porosité totale Øt est donnée par : Øt = Ø1 + Ø2

b) Porosité effective
La porosité effective (ou utile) Øe est la porosité accessible aux fluides libres. Elle est en
général inférieure de 20 à 25 %, parfois de 50 %, à la porosité totale. La porosité totale d'une
roche importe peu, c'est la porosité utile qui intéresse les ingénieurs gisement.
La porosité, qui constitue l'une des caractéristiques fondamentales d'un réservoir, apparaît
comme le résultat de toute une série d'événements géologiques :
• sur le plan sédimentologique, elle augmente avec l'énergie du milieu de dépôt et avec la
propreté du dépôt (meilleur classement et homogénéité du sédiment),
• sur le plan de l'histoire géologique, elle diminue avec l'enfouissement, l'importance et la
durée de la subsidence, la température atteinte et les déformations tectoniques.
La porosité est une caractéristique physique de la roche facile à déterminer par les
diagraphies (neutron, densité et sonique). La porosité d'une roche est dite faible si elle est
inférieure à 5 %, médiocre de 5 à 10 %, moyenne de 10 à 20 %, bonne de 20 à 30 % et
excellente si supérieure à 30 %.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 35


Géologie du réservoir

3.3.2.4 Perméabilité
Un milieu poreux ne permet le déplacement des fluides que dans la mesure où les pores
sont reliés entre eux. On dit que le milieu est perméable. La perméabilité représente la
facilité avec laquelle un fluide de viscosité donnée traverse une formation. Elle est définie par
la loi de Darcy :

Q = k . S P
 . l

Q = débit du fluide traversant la roche en cm3/s,


S = section de passage du fluide en cm2,
= viscosité du fluide en centipoises (viscosité dynamique),
P = gradient de pression entre les deux faces de l'échantillon en bar/cm,
l
k = perméabilité de l'échantillon exprimé en darcy (d).
Le darcy a la dimension d'une surface et est égal à 1 µm2 (10-6 mm2). Malgré les
apparences, c'est une unité très grande et l'on utilise un sous-multiple : le millidarcy (md).
Dans le cas où un seul fluide homogène est présent dans la roche et si ce fluide n'a aucune
action sur le milieu poreux, la perméabilité définie par la loi de Darcy est dite absolue à ce
fluide. Mais en général, un réservoir pétrolier renferme plusieurs fluides (eau, gaz, huile).
Dans ce cas, leurs débits interférent et influent sur la perméabilité de la roche.
La perméabilité effective à un fluide exprime la propriété d'une roche à être traversée par
ce fluide en présence d'un ou de plusieurs autres fluides. Elle dépend de la roche elle-même,
mais aussi du pourcentage des différents fluides présents. Chaque perméabilité effective est
inférieure à la perméabilité absolue définie pour chaque fluide.
La perméabilité relative à un fluide est le rapport de la perméabilité effective sur la
perméabilité absolue à ce fluide.
Dans un gisement, on est généralement amené à distinguer la perméabilité horizontale et
la perméabilité verticale. En effet à cause de l'hétérogénéité des roches, la perméabilité varie
souvent avec la direction considérée.
La perméabilité est dite faible de 1 à 10 md, médiocre de 10 à 50 md, moyenne de 50 à
200 md, bonne de 200 à 500 md et excellente si elle est supérieure à 500 md. Les
perméabilités des meilleurs réservoirs pétroliers sont de l'ordre de quelques darcy. Pour un
gisement de gaz, la perméabilité minimale pour permettre l'écoulement est de l'ordre de 0.1
md, pour un gisement d'huile de l'ordre de 10 md.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 36


Géologie du réservoir

3.3.2.5 Relation porosité / perméabilité


En général, il n'existe pas de relation qualitative directe entre ces deux grandeurs. Dans la
plupart des cas, on constate que la perméabilité est une fonction croissante du rayon des pores
et de la porosité.
Les argiles ont des porosités élevées et des perméabilités très faibles. A l'inverse, les
roches fissurées, généralement compactes, auront une perméabilité élevée et une porosité
faible.
Il existe différentes lois de corrélation empiriques utilisées en diagraphies pour déterminer
la perméabilité à partir de la porosité. La seule façon satisfaisante pour obtenir cette valeur est
de faire des tests de formation (DST et / ou échantillonnage de fluides de formation) ou des
mesures sur les carottes.

3.3.2.6 Saturation en fluides


Une roche pouvant contenir différents fluides, on définit la saturation en fluide (eau, gaz,
huile) qui est égale au rapport volume du fluide considéré sur le volume de pores.

Sw = volume d'eau
Par exemple, la saturation en eau Sw est définie par : volume des pores
La somme des saturations est égale à 1.
Dans la quasi totalité des réservoirs à hydrocarbures, il existe une certaine quantité d'eau
adsorbée qui mouille la paroi des pores : c'est l'eau irréductible. La saturation en eau
irréductible dépend de la dimension des pores de la roche ; elle est comprise entre 10 et 50 %,
la valeur moyenne est 20 %.
La saturation peut être facilement déterminée par les diagraphies différées (outils de
résistivité et d'induction).

3.3.3 Classification des roches sédimentaires


Il existe différentes façons de classer les roches sédimentaires. Les deux systèmes les plus
utilisés sont basés sur leur genèse et sur leur composition chimique.
Suivant leur genèse, on distingue :
• Les roches détritiques terrigènes (ou roches clastiques) formées d'éléments de roches
préexistantes. Dans cette catégorie, la dimension des grains est précisée : on distingue
les rudites, les arénites et les lutites.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 37


Géologie du réservoir

• Les roches chimiques formées par précipitation de substances en solution dans les eaux
(sédimentation autochtone).
• Les roches biochimiques ou organiques formées par accumulation d'organismes morts
ou par l'activité d'organismes vivants.
Suivant leur composition chimique, on distingue :
• les roches siliceuses (sables et grès),
• les roches alumino-siliceuses (roches argileuses),
• les roches carbonatées (calcaires et dolomies),
• les roches salines ou évaporites (sel, gypse et anhydrite),
• les roches carbonées (charbons et kérogènes), ferrifères, phosphatées, etc.
Nous utiliserons la classification basée sur la composition chimique. Classer une roche
sédimentaire en considérant son origine peut être complexe. Par exemple, des sédiments
d'origine chimique et / ou biologique peuvent avoir été transportés et remaniés, ils formeront
une roche détritique.
Il est donc difficile de séparer les deux types de classifications et dans ce qui suit, nous
préciserons pour chaque type de roche l'origine des différents constituants qui peut être
diverse.
Les roches argileuses représentent à elles seules plus de 80 % des roches sédimentaires. Ce
pourcentage reflète la composition moyenne de la lithosphère. Les roches siliceuses et
carbonatées se situent dans une fourchette de 5 à 10 %. Les roches restantes (évaporites,
roches carbonées, etc.) ne représentent que quelques % des roches sédimentaires.
Les roches siliceuses et alumino-siliceuses sont surtout des roches détritiques terrigènes
composées de sédiments allochtones (lieu d'origine différent du lieu de sédimentation) tandis
que les roches carbonatées et salines sont composées de sédiments autochtones.
La dénomination des roches est basée sur :
• la nature chimique de l'élément dominant (en général le grain) : un calcaire contiendra
plus de 50 % de carbonate de calcium, un grès plus de 50 % de silice,
• la granulométrie des grains dans le cas des roches terrigènes détritiques,
• la nature de la matrice (ciment ou liant) et la taille des cristaux qui la constituent.
On parlera, par exemple, de grès à ciment calcaire, de calcarénite, etc.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 38


Géologie du réservoir

3.3.3.1 Roches siliceuses


Ce sont des roches formées essentiellementde silice (quartz, calcédoine ou d'opale). Elles
sont généralement dures (elles rayent le verre et l'acier) et résistent aux acides (sauf à l'acide
fluorhydrique). Nous allons distinguer les roches siliceuses d'origine détritique terrigène des
roches non détritiques (chimique et organique).

a) Roches détritiques terrigènes


Elles forment la majorité des roches siliceuses. Ce sont toutes des roches formées par
l'accumulation de débris arrachés par l'érosion, transportés sur des distances variables et
déposés dans des zones de sédimentation. Elles peuvent être meubles ou consolidées.
Elles appartiennent principalement à la classe des arénites : ce sont les sables lorsque la
roche est meuble et les grès lorsqu'elle est consolidée. Il existe également des roches formées
d'éléments de dimension inférieure à 62.5 silts (roche meuble) et les siltites
(roche consolidée).
Les arénites : sables et grès
Les grains sont essentiellement constitués de quartz qui est le minéral le plus résistant à
l'érosion. Des feldspaths et des micas peuvent être présents.
Dans une formation gréseuse, en s'éloignant du point d'origine des matériaux, le quartz
devient de plus en plus abondant, la taille des grains diminue, le classement s'améliore, le
degré d'arrondi augmente. On dit que les sédiments et les roches, qui en dérivent, présentent
une maturité de plus en plus élevée.
Dans un grès où les éléments de taille supérieure à 62.5
lutites diminue lorsque le degré de maturité augmente. La nature et la proportion de la matrice
(liant ou ciment) sont fonction de l'intensité et de la durée de la diagenèse.
Le liant est composé par la phase "lutite" constituée principalement de minéraux argileux.
L'influence sur les caractéristiques pétrophysiques est très marquée surtout sur la
perméabilité.
Le ciment est le plus généralement bien cristallisé ; il se forme :
• soit à partir des solutions qui imprègnent le sédiment lors de son dépôt ou qui circulent
plus tardivement, lors du début de la diagenèse : tels sont les ciments carbonatés ou
évaporitiques ;

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 39


Géologie du réservoir

• soit par des échanges entre les éléments détritiques liés à des ruptures d'équilibre avec
les solutions ou à des phénomènes de mise en solution sous l'effet de la pression
(formation de stylolithes).
Les ciments carbonatés et évaporitiques forment souvent de grands cristaux qui
enveloppent les grains (roses des sables formées par des cristaux de gypse qui emballent des
grains de quartz).
Les ciments siliceux sont plus généralement constitués de quartz. La roche est très
compacte, à la fois très indurée et abrasive, avec des cristaux étroitement liés les uns aux
autres, c'est une quartzite.
Globalement, les ciments évaporitiques et carbonatés sont plus fréquents dans les terrains
récents (tertiaire, crétacé), les ciments siliceux dans les terrains anciens (primaire). Le ciment
comblant les espaces vides entre les grains tend à diminuer la porosité et la perméabilité.
Les lutites : silts et siltites
Elles sont composées d'éléments très fins (inférieurs à 62.5 à l'oeil
nu. Les silts se distinguent des argiles par leur toucher râpeux dû à la présence de quartz.

b) Roches siliceuses non détritiques


Les éléments minéralogiques principaux sont l'opale, la calcédoine et le quartz
cryptocristallin. La silice peut être mise en solution et transportée sous cette forme, elle se
trouve dans toutes les eaux en proportion variable. Elle peut également être fixée par certains
organismes qui l'utilisent pour bâtir leur squelette.
Il existe des roches d'origine chimique et d'origine biochimique.
Roches siliceuses d'origine chimique
La précipitation de la silice sous une forme minéralogique quelconque donne naissance à
des roches très dures souvent finement litées, susceptibles d'atteindre plusieurs mètres
d'épaisseur, formant les silexites ou cherts.
Dans les calcaires, il existe des concentrations locales de silice :
• les silex forment des rognons nettement séparés de la roche calcaire,
• les chailles passent progressivement au calcaire,
• les meulières sont formées par un réseau silicifié dans certains calcaires lacustres.
Une caractéristique commune à ces roches est leur dureté.
Roches siliceuses d'origine biochimique

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 40


Géologie du réservoir

Les diatomites, les spongolithes et les radiolarites sont des roches siliceuses d'origine
organique formées par l'accumulation d'éléments du squelette d'organismes marins : les
diatomées, les éponges et les radiolaires.
Il semble qu'un apport volcanique de silice favorise l'épanouissement d'organismes à test
siliceux au voisinage des dorsales océaniques.

c) Diagenèse des roches siliceuses


Les modifications au cours de la diagenèse des roches siliceuses détritiques ne sont pas très
importantes. La compaction qui est l'un des facteurs prépondérant de la diagenèse entraîne des
conséquences mineures car les grains de quartz sont peu compressibles (l'absence
d'écrasement et de déformation des fossiles présents dans ces roches confirme ce fait). Dans le
cas d'un sable propre, la compaction fait diminuer le volume de la roche d'environ 10 à 15 %.
Dans le cas d'un sable argileux, la porosité va diminuer plus rapidement avec la profondeur et
la réduction du volume de la roche sera plus important.
Les phénomènes chimiques sont également peu marqués du fait de la faible réactivité de la
silice. Il est possible de trouver des sables peu ou pas consolidés à forte profondeur.
Les sables et grès représentent environ 60 % des réservoirs producteurs d'hydrocarbures.
Ce sont des roches relativement homogènes ayant une porosité (surtout primaire du fait de la
rareté de phénomènes de dissolution et de fissuration) et une perméabilité relativement
constantes au sein d'un même réservoir.

3.3.3.2 Roches alumino-siliceuses


Ce sont les roches détritiques terrigènes les plus proches de la composition moyenne de la
lithosphère et de loin les plus abondantes.
Elles se répartissent en trois catégories correspondant aux trois classes granulométriques
définies précédemment, avec une nette domination des argiles.

a) Rudites alumino-siliceuses
La plupart des roches détritiques à grands éléments se rapportent surtout à ce groupe, les
galets de roches silicatées étant plus communs que les galets de calcaire ou de quartzite. Les
galets sont surtout des morceaux de roches, les minéraux isolés étant rares. Les rudites
meubles et surtout consolidées forment des conglomérats. On distingue suivant la forme des
galets :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 41


Géologie du réservoir

• les brèches à éléments anguleux,


• les poudingues à éléments arrondis.
L'observation de la forme des galets et de leur état d'altération, de leur disposition et de
leur orientation dans l'espace, fournissent des informations concernant le milieu de dépôt. La
détermination des roches, qui composent les conglomérats, permet parfois d'en établir
l'origine.

b) Arénites alumino-siliceuses
Ce sont principalement les arkoses et les grauwackes.
L'arkose désigne des roches dérivant directement de l'altération des granites et des gneiss
(roche métamorphique de composition minéralogique proche du granite), pratiquement sans
transport. Ils renferment souvent plus de 30 % de feldspaths, et des débris de roches peu
altérées. L'équivalent pour la roche meuble est l'arène granitique.
Les grauwackes sont des roches immatures, mal triées. Une fraction argileuse importante
(plus de 20 %) cimente des minéraux en grains d'une grande variété (quartz, feldspaths,
micas, etc.), de petits fragments de roches et parfois de projections volcaniques. Ces débris
sont généralement anguleux. C'est une roche qui dérive principalement de l'altération de
roches volcaniques basiques. Les dépôts de grauwackes peuvent atteindre des épaisseurs de
plusieurs milliers de mètres. On considère que ces dépôts sont dus à des courants de turbidité
et qu'ils se produisent dans des fosses océaniques (zones de subduction) où la séismicité et le
volcanisme sont importants.
Les psammites sont des roches riches en micas et aussi en matière organique. Les micas
ont tendance à se disposer en couches parallèles.
Note : Le terme flysch est souvent appliqué à une succession de séquences où alternent grès,
grauwackes, schistes, conglomérats, calcaires et marnes. Sa signification est plus
structurale que lithologique. C'est une roche déposée par des courants de turbidité
dans les fosses océaniques avant une phase d'orogenèse.
Le terme molasse est, comme le flysch, un complexe sédimentaire formé par une
succssion de séquences dans chacune desquelles la dimension des grains diminue du
bas vers le haut. Ce sont généralement des grès à ciment calcaire accompagnés de
marnes.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 42


Géologie du réservoir

Contrairement au flysch, les molasses sont des formations post-orogéniques. Dans certains
endroits, elles atteignent des épaisseurs de plusieurs milliers de m (entre 5 000 et 8 000 m en
bordure des Alpes).

c) Les lutites alumino-siliceuses : les argiles


Ce groupe comprend les argiles proprement dites qui sont des roches tendres, les argilites
qui sont des argiles consolidées. Les minéraux argileux nombreux et variés confèrent à ces
roches des propriétés particulières (roches généralement faciles à hydrater devenant plastiques
et fluantes).
Lorsqu'elles sont litées, le terme shale est souvent utilisé. Par déshydratation et action de la
pression, les argiles se transforment en schistes, roches feuilletées et clivables.
Les marnes sont des roches argileuses renfermant de 35 à 65 % de carbonate de calcium.
Elles ont des propriétés voisines de celles des argiles, mais elles font effervescence à l'acide
contrairement à ces dernières.
Le loess est un dépôt pulvérulent accumulé par le vent. C'est une roche mixte formée de
particules fines (10 à 50 t de calcaires.

Diagenèse des argiles


La diagenèse des argiles est un phénomène complexe. La compaction et les
transformations minéralogiques sont les phases les plus marquées. La compaction,
phénomène dominant, est surtout influencée par la pression et les transformations
minéralogiques par la température.
Lors du dépôt, les sédiments argileux contiennent une quantité importante d'eau (jusqu'à
90 %). Cette eau est principalement localisée entre les feuillets auxquels elle est liée
chimiquement (eau adsorbée). Elle peut être assez facilement expulsée pendant une certaine
période où l'argile possède encore une perméabilité non négligeable.
Les plus fortes variations de densité et de porosité ont lieu entre 0 et 1 000 m de
profondeur. Les transformations minéralogiques, au cours desquelles les smectites se trans-
forment en illites, sont surtout contrôlées par la température et la présence d'ions Potassium.
Le volume total d'eau expulsé au cours de la diagenèse est de l'ordre de 70 à 80 % du
volume initial du sédiment déposé. Comme d'importants volumes d'eau interstitielle doivent
être expulsés de matériaux peu perméables (de l'ordre du millième de md), il existe de

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 43


Géologie du réservoir

nombreux risques de renconter des formations sous-compactées et ayant des pressions de pore
anormalement élevées.
Les argiles sont généralement riches en matière organique et sont étroitement liées à la
genèse des hydrocarbures. Elles constituent la majorité des roches mères d'hydrocarbures et
témoignent d'un milieu de sédimentation réducteur.
A cause de leur très faible perméabilité, de leur plasticité et de leur abondance, elles
forment les couvertures de nombreux réservoirs d'hydrocarbures.
Forer les argiles avec une boue à base d'eau pose de nombreux problèmes à cause de leur
forte réactivité avec ce type de fluide (voir minéralogie des argiles).

3.3.3.3 Roches carbonatées


En-dehors de quelques minéraux accessoires souvent d'origine terrigène, elles sont
composées presque uniquement de calcite et de dolomite. De ce fait, on distingue deux
groupes principaux :
• les calcaires constitués de plus de 50 % de carbonate de calcium,
• les dolomies constituées de plus de 50 % de dolomite (carbonate double de calcium et
de magnésium).
Les conditions de formation des sédiments carbonatés, liées à l'influence prépondérante
des facteurs chimiques et biochimiques, sont très diverses. Par ailleurs, le rôle des
phénomènes diagénétiques sur les carbonates, relativement solubles dans l'eau, est très
marqué.
Elles renferment une importante quantité de gaz carbonique qui existait sous forme libre
dans l'atmosphère primitive de la terre.
a) Mode de formation et diagenèse des roches carbonatées
La plupart des sédiments carbonatés résultent de la précipitation chimique et de la fixation
par les organismes vivants du carbonate de calcium en solution dans les eaux. Des apports
d'origine terrigène sont parfois présents dans ce type de roche.

Dans toutes les eaux, des ions Ca++ et CO3- - sont présents, l'équilibre de la solution
dépend de la teneur en CO2 dissoute. Une précipitation de CaCO3 se produit lorsque la teneur

en CO2 diminue ; la réaction d'équilibre s'écrit : Ca++ + 2 HCO3-  CaCO3 + H2O + CO2
La diminution de la teneur en CO2 dans l'eau peut être liée à :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 44


Géologie du réservoir

• l'abaissement de la teneur en CO2 dans l'atmosphère due principalement à l'activité


photosynthétique des végétaux,
• l'augmentation de la température de l'eau,
• l'agitation de l'eau.
Le carbonate de calcium précipite sous forme de fines aiguilles d'aragonite, qui rapidement
après leur dépôt, se transforment en calcite plus stable. La constitution par de nombreux êtres
vivants d'un squelette interne ou externe (test) constitué en majeure partie de carbonate de
calcium est de loin le plus important mode de fixation des carbonates. Après la mort des
organismes, les squelettes peuvent être fragmentés à la fois par les actions mécaniques
(courants, vagues) et par les agents organiques (prédateurs, algues perforantes, etc.).
Il résulte de ces diverses actions, un sédiment chimiquement composé de CaCO3 réparti du
point de vue granulométrie en :
• éléments figurés (constituant le grain de la roche) de la taille des arénites et des rudites,
d'origine variée ;
• particules plus fines, de la taille des lutites. Elles résultent de la précipitation chimique
de CaCO3, d'un broyage intense des éléments figurés, ainsi que du dépôt de parties de
squelettes du micro-plancton. Elles forment la matrice ; ce sont des boues ou vases qui
se déposent gorgées d'eau.
Par sa précocité et son intensité, la diagenèse joue un rôle considérable dans la formation et
la transformation des roches carbonatées. La relative instabilité des solutions riches en ions
Ca++, qui imprègnent les sédiments carbonatés, les rend particulièrement sensibles à la
diagenèse. La compaction des sédiments fins expulse une eau fortement chargée en ions Ca++
qui tend à précipiter du CaCO3 dans les sédiments plus grossiers en formant un ciment.
Les formations carbonatées sont sensibles aux eaux météoriques chargées en gaz
carbonique qui produisent les reliefs karstiques (formation de canyons, grottes, lacs
souterrains, etc.).
Cas des dolomies
Les dolomies sont formées de cristaux de dolomite Ca Mg (CO3)2. Tous les termes de
passage du calcaire à la dolomie peuvent exister. Le terme de dolomie s'applique lorsque la
proportion de dolomite dépasse 50 %.
Les dolomies se présentent sous deux aspects différents :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 45


Géologie du réservoir

• Dolomies à grains très fins, à structure litée : les intercalations de lits argileux sont
fréquentes. Elles sont souvent associées à des évaporites. Elles ont, de ce fait, une
origine chimique. Elles sont dites dolomies primaires car elles se sont déposées par
précipitation directe de cristaux de dolomite.
• Dolomies grenues constituées de grains allant jusqu'à 2 mm de diamètre : elles sont
disposées en couches plus ou moins développées entre des bancs de calcaires ou
affectent des formes irrégulières, en cheminée ou en champignon, transverses à la
stratification et passant latéralement à des calcaires. Elles sont dites dolomies
secondaires car elles sont formées à partir de calcaires sous l'effet des circulations
d'eaux riches en ions magnésium au cours de la diagenèse (phénomène de
métasomatose) ou plus tardivement.
Les dolomies sont généralement des dolomies secondaires. La dolomitisation des calcaires
est presque toujours un phénomène diagénétique se produisant généralement en milieu

lagunaire où le rapport Mg++ / Ca++ est élevé. La substitution du calcium par le magnésium a
tendance à faire augmenter la porosité et la perméabilité de la roche.
Les dolomies, qui ont souvent un aspect assez semblable à celui des calcaires, se
distinguent par leur absence de réaction ou leur réaction lente avec l'acide chlorhydrique à
froid.

b) Constitution des roches carbonatées


Dans ce type de roches, les grains et la matrice ont la même composition minéralogique.
Les grains
Suivant la taille des grains, la roche peut être classée dans l'une des catégories suivantes :
calcirudite, calcarénite, calcilutite. La structure et la composition du grain reflètent l'origine
du sédiment.
Différents termes sont utilisés pour désigner les éléments figurés (figure 1.17) :
• Bioclastes : restes de squelettes (internes ou externes) d'êtres vivants plus ou moins
brisés et usés par l'agitation de l'eau et par des actions organiques.
• Oolithes : éléments qui montrent autour d'un noyau constitué par un débris quelconque
(grain de quartz, fragment de calcaire, etc.) des couches concentriques de très fins
cristaux de calcite. La taille des oolithes les classe dans la catégorie des calcarénites. Les
oolithes se forment dans des conditions bien particulières d'agitation et de température
de l'eau.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 46


Géologie du réservoir

• Pellets : agrégats de boue micro cristalline de forme généralement ovoïde, sans structure
interne allant de la taille du silt à celle du sable fin et souvent riches en matière
organique (en grande partie de la matière fécale).
• Intraclastes : débris de taille inférieure à 2 mm de calcaire issus d'une roche
préexistante ou d'un sédiment plus ou moins consolidé et remanié.
• Oncolithes : formes globuleuses centimétriques constituées de couches calcaires
concentriques avec ou sans noyau. Leur formation est attribuée à l'activité d'organismes
vivants (algues).

La matrice
Suivant son origine, on distingue le liant déposé en même temps que les grains (origine
synsédimentaire) et le ciment d'origine diagénétique. La matrice est constituée :
• Soit par un calcaire microcristallin constitué de particules de 1 à 4 micrite
formé à partir de la fraction lutite du sédiment (boue ou vase calcaire).
La présence de micrite indique un dépôt dans des eaux très calmes.
• Soit par le ciment déposé pendant la diagenèse à partir des solutions qui imbibent le
sédiment ou qui circulent dans la roche. Formé par de grands cristaux (le plus souvent
de 20 à 100 sparite. Sa présence indique, en
principe, un milieu de sédimentation peu profond et assez agité pour avoir empêché le
dépôt de la fraction micritique.
La sparite se distingue surtout de la micrite par sa translucidité. La microsparite,
constituée de cristaux de 5 à 10 allisation de micrite.
La texture représente la relation entre les grains et la matrice. Le type de la matrice présent
dans la roche est un indicateur des conditions (énergie, agitation, profondeur du milieu de
sédimentation) existant au moment du dépôt du sédiment.
Une roche formée seulement de grains sans liant micritique correspond à un milieu agité
où la boue est restée en suspension. Inversement, une roche entièrement micritique provient
d'un sédiment déposé en milieu abrité et calme, le plus souvent en mer relativement profonde.

Les pores et la porosité


La porosité et la perméabilité des roches carbonatées sont très variables suivant les
phénomènes mis en jeu au cours de la diagenèse. La porosité secondaire peut être importante
à cause de phénomènes de dissolution (la porosité secondaire peut être mise en évidence en

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 47


Géologie du réservoir

comparant le sonique avec le neutron et le densité). Ces roches sont plus souvent fracturées
que les grès. Les roches carbonatées abritent environ 35 % des réserves d'hydrocarbures
connues.

c) Classification des roches carbonatées


Pour la classification et la terminologie des roches carbonatées, comme dans le cas des
autres roches sédimentaires, on recherche les critères distinctifs entre les grains et la matrice.
Du fait de leur origine complexe, il existe plusieurs classifications. Les critères retenus pour
chacune d'entre elles peuvent être très différents :
• Le contenu en organismes fossiles qui les constituent peut être utilisé : on distingue des
calcaires algaires, des calcaires coquilliers ou lumachelles, des calcaires à foraminifères
(calcaires à nummulites, à fusulines, etc.), à entroques, à crinoïdes, etc.
• Certaines classifications sont basées sur la nature du minéral dominant, d'autres sur la
présence d'un constituant secondaire caractéristique ou susceptible de valoriser la roche :
cas par exemple de calcaires argileux, gréseux, micacés, ferrugineux, etc.
• Le processus génétique majeur peut être utilisé : on distingue alors des calcaires
détritiques, organiques ou chimiques. Cette classification est souvent délicate car elle fait
rapidement apparaître des roches ayant des caractères mixtes : roches organo-détritiques,
organo-chimiques, etc.
• La classification de Dunham est une classification simple qui se présente sous forme
dichotomique. Elle est basée sur la texture de la roche (relation entre les grains et la
matrice) et la présence ou l'absence de micrite (figures 1.15 et 1.16). Elle ne s'applique
qu'aux roches consolidées.
- La première distinction est faite entre les calcaires cristallins, entièrement recristallisés,
où la structure primaire a totalement disparu et les calcaires non cristallins où la structure
primaire a été conservée de façon plus ou moins complète.
- La deuxième distinction entre les roches où les composés organiques sont liés entre eux
au moment du dépôt et sont restés en position de vie (boundstones ou calcaires
construits ou récifaux) et celles où les composés organiques ne sont pas liés entre eux.
- La troisième distinction est faite sur la répartition des grains et de la matrice :
Lorsque les grains sont jointifs (grain-supported), on distingue les grainstones où le
ciment, lorsqu'il existe, est d'origine diagénétique (sparite) et les packstones où la
micrite comble les espaces laissés entre les grains.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 48


Géologie du réservoir

Lorsque les grains sont non jointifs, on distingue les wackestones si le pourcentage de
grains est supérieur à 10 % et les mudstones si ce pourcentage est inférieur à 10 %.
Dans ce cas, les grains non jointifs à structure dispersée sont supportés par la micrite.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 49


Géologie du réservoir

FIG. 1.15 Classification des roches carbonatées d'après Dunham

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 50


Géologie du réservoir

FIG. 1.16 Détail de la classification de Dunham

• La classification de Folk est plus complète que la précédente, mais de ce fait elle est
beaucoup plus complexe. Elle est basée sur la nature et la proportion des constituants
(grains et matrice) parmi lesquels on distingue :
- Des constituants terrigènes : débris (grains de quartz, argiles, débris éventuels de
roches, etc.) amenés tels quels dans le bassin de sédimentation.
- Des constituants allochimiques ou allochèmes : ce sont des éléments d'origine
chimique ou biochimique, formés dans le bassin de sédimentation, mais ayant subi un
certain transport sous forme de fragments distincts et / ou un remaniement sur le fond
avant leur incorporation définitive dans le sédiment. Ces particules sont appelées
corpuscules calcaires, grains ou encore éléments figurés. Folk distinguait les
intraclastes, les oolithes, les pellets et les fossiles ou bioclastes à l'exclusion des
organismes constructeurs. Ces éléments ont des dimensions supérieures à 62.5
- Des constituants orthochimiques ou orthochèmes : c'est la micrite ayant précipité en
même temps que les constituants allochimiques ou la sparite venant remplir, au cours
de la diagenèse, les pores existant entre les éléments déjà déposés.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 51


Géologie du réservoir

FIG. 1.17 Classification des roches carbonatées d'après Folk

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 52


Géologie du réservoir

Cette classification définit 5 grands types de roches (figure 1.17) :


- Le type I constitué par les calcaires organo-détritiques ayant la sparite pour ciment.
Les débris calcaires ont été accumulés dans un milieu ayant une énergie suffisamment
forte pour empêcher le dépôt des boues microcristallines qui, autrement, auraient
constitué la matrice de la roche. Ultérieurement, la sparite est venue remplir les
espaces intergranulaires.
- Le type II constitué par les calcaires organo-détritiques ayant la micrite pour liant.
Dans ce cas, la présence d'un liant micritique implique un mauvais classement et des
proportions extrêmement variables en ce qui concerne les éléments figurés.
Le type I et II forment le groupe des roches allochimiques.
- Le type III constitué par les roches orthochimiques microcristallins où, à l'opposition
des deux types précédents, la quantité d'allochèmes est inférieure à 10 % (ils peuvent
même faire complétement défaut).
- Le type IV constitué par les calcaires construits par des organismes (coraux, etc.) ou
biolithite.
- Le type V constitué par les roches entièrement, ou presque, dolomitisées (dolomies
secondaires) (figure 1.18).

FIG. 1.18 Détail de la classification de Folk

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 53


Géologie du réservoir

Le nom de la roche est construit en utilisant un préfixe précisant le constituant


allochimique (respectivement intra-, oo-, bio-, pel-) et d'un suffixe indiquant le
constituant orthochimique (micrite ou mic, sparite ou spar). Si la taille des allochèmes
est supérieure à 2 mm, on ajoute encore au nom de la roche le suffixe rudite.
Par exemple, une intramicrudite est une roche où les intraclastes représentent plus de
25 %, leur taille est supérieure à 2 mm et la matrice est formée de micrite.
Les préfixes peuvent se composer. D'autres précisions sont données s'il y a plusieurs
types d'allochèmes ou du matériel terrigène (10 à 50 %) : par exemple micrite silteuse,
etc.
Lorsque la roche contient plus de 10 % de la dolomite, le nom signale cette présence :
micrite à dolomie primaire (dolomicrite), intramicrite à dolomie primaire, etc.
Cas particuliers : La dismicrite est une micrite à plages recristallisées sparitiques.
• Il existe encore de nombreuses autres classifications utilisées en dehors de celle de
Dunham et de folk ou dérivées de ces dernières.
La classification de Folk comme celle de Dunham rendent compte de la maturité du
sédiment : plus la teneur en micrite est importante, moins le sédiment est mâture. A côté des
différentes nomenclatures, un certain nombre de termes sont couramment utilisés. Ils
désignent des types de roche en général bien représentés dans les formations sédimentaires.
C'est le cas de la craie qui est un calcaire bioclastique, à grains très fins, composé
principalement de débris de micro-organismes planctoniques (les coccolithophoridés) et de
micro fossiles. Par la finesse de son grain, la craie échappe à la diagenèse : elle est tendre,
poreuse mais peu perméable.

3.3.3.4 Roches salines ou évaporites


Une eau salée, soumise à une concentration progressive par évaporation laisse déposer,
d'abord les sels les moins solubles, puis les plus solubles. Ces roches se forment dans des
milieux confinés (lacs, lagunes).
Une séquence évaporitique complète comporte de bas en haut :
• des carbonates : dolomite, magnésite (MgCO3),
• des sulfates : anhydrite, gypse,
• des chlorures : halite, sylvite.
Le gypse est la forme la plus courante de précipitation des sulfates. L'anhydrite est le plus
souvent la forme diagénétique du gypse : il est rare d'observer de l'anhydrite en affleurement.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 54


Géologie du réservoir

Inversement, il est rare de rencontrer du gypse en forage à des profondeurs supérieures à


quelques centaines de mètres.
Les évaporites sont des roches qui ne sont ni poreuses ni perméables. Du point de vue
pétrolier, elles ont une très grande importance. Elles constituent d'excellentes barrières de
perméabilité responsables de pressions de pore anormales et de piégeage d'hydrocarbures.
D'autre part, elles peuvent être à l'origine de déformations tectoniques importantes car elles
peuvent facilement fluer. Par contre, elles sont facilement lessivables par des solutions sous-
saturées.

3.3.3.5 Roches carbonées


On groupe sous ce terme tous les corps carbonés provenant de la fossilisation de la matière
organique vivante. Elles se répartissent en trois catégories :
• Les charbons qui proviennent de la matière organique végétale riche en lignine et en
cellulose, molécules relativement résistantes aux actions bactériennes.
• Les kérogènes composés de molécules organiques complexes, de grande taille et de
poids moléculaire élevé, insolubles dans les solvants organiques. Ils résultent de l'action
de certaines bactéries sur la matière organique d'origine végétale et animale, suivie d'une
diagenèse thermique faible. Les kérogènes sont étroitement liés à la matière minérale de
la roche dont ils ne peuvent être séparés que par distillation. On les retrouve dans les
schistes bitumineux.
C'est la forme la plus abondante de matière organique présente sur le globe.
Les hydrocarbures dérivent principalement des kérogènes par diagenèse thermique se
produisant au cours de l'enfouissement des sédiments. Une faible part provient de la
décomposition précoce de la matière organique par les bactéries.

4 TECTONIQUE
Les couches des terrains sédimentaires déposées horizontalement peuvent conserver cette
disposition pendant de très longues périodes, mais peuvent aussi être intensément déformées.
La tectonique est l'étude de ces déformations ; elle a pour but de les analyser, d'en établir
la chronologie, de déterminer les contraintes qui leur ont donné naissance et de retracer la
dynamique des événements.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 55


Géologie du réservoir

Les déformations sont la marque d'un allongement (distension) ou d'un raccourcissement


(compression) des terrains. Elles sont directement conditionnées par les mouvements des
plaques lithosphériques.
On peut distinguer deux grandes catégories de déformations qui correspondent à deux
réponses différentes des terrains aux contraintes : les déformations cassantes et les
déformations souples.

4.1 Déformations cassantes


Elles se manifestent par des surfaces généralement perpendiculaires ou fortement obliques
aux surfaces de stratification. Elles se regroupent en deux grandes catégories : les diaclases et
les failles.

4.1.1 Diaclases, fissures et fentes de tension


Le déplacement des blocs de part et d'autre de la fracture est généralement de faible
amplitude. Lorsqu'il y a écartement des blocs, il se produit souvent un remplissage par des
cristaux formant un filon.

4.1.2 Failles
Une faille est une fracture accompagnée du déplacement relatif des différents
compartiments. (figure 1.19)

FIG. 1.19 Élément d'une faille

Le plan de faille est la surface plus ou moins ondulée qui sépare les deux compartiments.
Il est souvent marqué par des stries et des dépôts de cristaux de calcite ou de quartz orientés
dans le sens du déplacement.
La valeur du déplacement entre deux points homologues de part et d'autre est le rejet. Le
dénivelé entre les deux compartiments est le rejet vertical.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 56


Géologie du réservoir

Une faille est dite normale ou directe lorsque la surface de faille a sa pente en direction du
compartiment abaissé. Dans le cas contraire, elle est dite inverse (figure 1.20).

FIG. 1.20 Faille normale et faille inverse

Une faille normale résulte d'une distension, une faille inverse d'une compression.
Lorsque le rejet est uniquement horizontal, c'est un décrochement (figure 1.21).

FIG. 1.21 Faille de cisaillement - Décrochement

Les failles transformantes sont un exemple de décrochement de grande dimension.


Un graben est une structure tectonique constituée par des failles normales de même
direction, et limitant des compartiments de plus en plus abaissés en allant vers le milieu de la
structure. Elle peut se traduire par un fossé d'effondrement (cas de la mer du Nord, du fossé
rhénan, etc.). Il se produit généralement un basculement des différents blocs les uns par
rapport aux autres.
Un horst est également une structure tectonique constituée par des failles normales de
même direction, limitant des compartiments de plus en plus abaissés en s'éloignant du milieu
de la structure (figure 1.22). La formation d'un graben comme pour un horst exige une
tectonique en extension.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 57


Géologie du réservoir

FIG. 1.22 Horst et graben


4.2 Déformations souples : les plis
Les terrains peuvent réagir aux efforts tectoniques de façon plastique en formant des plis.
Le pli comporte une forme convexe vers le haut, l'anticlinal, et une forme concave vers le
haut, le synclinal. Un anticlinal ou un synclinal comportent un axe. Les points hauts sur l'axe
de l'anticlinal sont appelés les culminations, les points bas les ensellements ( figure 1.23).

FIG. 1.23 Anticlinal et synclinal, bloc diagramme


et différents éléments
Les roches les plus plastiques réagissent par étirement ou froissement plus ou moins
intense entre les roches moins plastiques qui sont moins déformées ; il y a disharmonie de
plissement (figure. 1.24).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 58


Géologie du réservoir

.
FIG. 1.24 Disharmonie de plissement

Cas des couches salifères :


Les formations évaporitiques sont particulièrement plastiques et constituent des niveaux de
disharmonie et de décollement fréquents. Du fait de cette plasticité élevée, les évaporites sont
facilement injectées au coeur des plis ou dans des fractures.

Formation des dômes de sel


Lorsqu'une formation salifère d'épaisseur importante se retrouve recouverte par des
sédiments, à partir d'une certaine profondeur elle se retrouvent en déséquilibre du point de vue
de la gravité. Si les conditions favorables se présentent, elle va remonter vers la surface et
donner naissance à un dôme de sel (figure 1.25).
Cette tectonique particulière, appelée halocinèse, indépendante de la tectonique habituelle
entraîne l'apparition de structures de forme anticlinal où peuvent venir s'accumuler des
hydrocarbures.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 59


Géologie du réservoir

FIG. 1.25 Formation d'un dôme de sel

Un dôme de sel est constitué par une colonne de terrains salifères intrusifs dans des
sédiments plus jeunes. Le sel traverse à l'emporte pièce sur une plus ou moins grande
épaisseur les couches se trouvant au-dessus.
L'hypothèse de formation actuellement admise fait intervenir deux phénomènes :
• La plasticité du sel : le seuil de plasticité dépend de la température et de la pression.
L'étude des bassins salifères montre que l'halokinèse démarre seulement lorsqu'une

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 60


Géologie du réservoir

couche de sel épaisse de 300 m au moins est soumise à une pression de l'ordre de 200
bars. Les différents sels n'ont pas le même seuil de plasticité. Les sels potassiques sont
plus plastiques et "s'écoulent" les premiers.
• Le contraste de densité entre le sel et les sédiments le couvrant : c'est le moteur principal
de l'ascension du sel qui est soumis à la poussée d'Archimède, la densité du sel restant
constante quelle que soit la profondeur à laquelle il est enfoui. Par contre, au fur et à
mesure de leur enfouissement, les autres terrains se tassent et leur densité augmente. Le
déséquilibre de densité se produit à partir d'une profondeur de 500 à 700 m.
Le stade perçant des dômes de sel s'accompagne toujours d'une fracturation intense des
couches traversées. Il en résulte des systèmes de failles complexes.
Les séries argileuses sont dans certains cas (argiles sous-compactées) responsables de
déformations du même style, on parle alors d'argilocinèse. Il peut y avoir des remontées
jusqu'en surface, provoquant de véritables volcans de boue.

4.3 Mesure des déformations


Le pendage des strates des terrains sédimentaires, à l'origine déposées horizontalement, est
une manifestation des déformations structurales (figure 1.26). Il est défini par deux valeurs
angulaires :
• l'azimut qui est l'angle entre l'horizontale de la couche et de la direction du Nord,
• l'angle de la ligne de plus grande pente par rapport à l'horizontale.

FIG. 1.26 Pendage d'une couche

La direction et l'intensité des déformations et des failles permettent de déterminer la


direction des contraintes responsables de ces déformations et parfois d'estimer leur valeur.
L'épaisseur des différentes couches de part et d'autre d'un accident tectonique, en
particulier une faille, permet de connaître le sens de déplacement des compartiments.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 61


Géologie du réservoir

4.4 Datation des déformations tectoniques


Les déformations tectoniques peuvent être datées l'une par rapport à l'autre. Par exemple, si
deux failles se recoupent, celle qui est décalée est nécessairement antérieure à l'autre.
Une datation plus générale peut être obtenue par l'observation des discordances. Un
accident structural est plus récent que la plus jeune couche affectée et plus ancien que la plus
ancienne couche épargnée et reposant en discordance sur lui.
La datation suppose une connaissance géologique détaillée de la région considérée. Il est
important de dater les déformations et de connaître les mouvements des différents
compartiments pour orienter la recherche d'hydrocarbures dans une direction bien précise.

5. SEDIMENTOLOGIE ET BASSINS SEDIMENTAIRES


Le but de la sédimentologie est de reconstituer les milieux de dépôt des sédiments, les
paysages géologiques, la paléogéographie et, en intégrant le facteur temps, d'aborder l'histoire
géologique d'une région. L'identification des milieux sédimentaires anciens est importante
pour l'exploration pétrolière. Elle permet d'orienter l'exploration d'un bassin vers les zones les
plus favorables à la genèse et à l'accumulation des hydrocarbures.
Les reconstitutions sont basées pour une bonne part sur le fait que les causes anciennes ne
sont pas fondamentalement différentes des causes actuelles. Tout dépôt sédimentaire ancien
qui présente des similitudes avec un sédiment en cours de dépôt actuellement a des chances
de s'être formé dans des conditions semblables. Cependant, on peut imaginer que des
conditions très différentes des conditions actuelles aient pu exister au cours des temps
géologiques.
Nous verrons, dans cette partie, la part importante jouée par le niveau de la mer par rapport
au continent et la subsidence sur la nature et l'arrangement des dépôts sédimentaires.

5.1 Différents types de sédimentation


L'étude des zones de sédimentation actuelles montre que la nature et la structure d'un dépôt
sédimentaire sont soumises à des facteurs très divers souvent interdépendants : climat,
hydrologie, chimie du milieu, facteurs biologiques, topographie sous-marine, tectonique, etc.
On distingue trois types de sédimentation :
• la sédimentation détritique où dominent les facteurs mécaniques et topographiques,
• la sédimentation chimique où dominent les facteurs climatiques et chimiques,
• la sédimentation biochimique où dominent les facteurs biologiques et climatiques.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 62


Géologie du réservoir

5.1.1 Sédimentation détritique


Les particules de roches anciennes arrachées par l'érosion sont transportées et déplacées si
l'énergie du moyen de transport (cours d'eau, courants marins et sous-marins, vent, etc.) est
suffisante. Dès que cette énergie devient trop faible, les particules sédimentent. La distance de
transport est non seulement fonction de l'énergie du milieu mais également de la taille des
particules (les particules fines seront entraînées plus loin que les particules grossières).

5.1.2 Sédimentation chimique


En plus du transport mécanique, les sédiments peuvent être transportés sous forme de
solutions. Les ions présents sont en équilibre les uns avec les autres, avec les facteurs
physico-chimiques du milieu et avec les facteurs externes. Si l'un de ces paramètres est
modifié, l'équilibre est rompu et il peut y avoir précipitation ou inversement dissolution.
Les paramètres importants à considérer dans un milieu donné sont le pH, son caractère
oxydant ou réducteur, les concentrations ioniques, la pression partielle de CO2, la teneur en
oxygène dissous, la température et la pression.
La sédimentation chimique concerne trois types de dépôts :
• Les dépôts de carbonate de calcium, souvent étroitement liés à l'activité des organismes
vivants, se produisent principalement dans les eaux chaudes et peu profondes. Au-delà
d'une certaine profondeur (aux environs de 3 000 m aux pôles et de 5 000 m à
l'équateur) appelée niveau de compensation des carbonates, le carbonate de calcium
passe en solution et, de ce fait, il est généralement absent des dépôts sédimentaires dans
ces zones.
• Les dépôts de silice se produisent surtout dans des zones océaniques froides.
• Les dépôts d'évaporites liés à des milieux marins hypersalins. Ils sont le résultat de
l'évaporation de l'eau de mer et se forment dans des zones peu étendues et confinées
sous des climats chauds (cas actuel du Golfe Persique).

5.1.3 Sédimentation biochimique


La présence d'organismes vivants dans le milieu de sédimentation ou à son voisinage, la
nature de ces organismes, leur métabolisme, influent sur le type des dépôts :
• Les débris des squelettes des organismes s'accumulent sur le fond et, plus ou moins
remaniés par les vagues et les courants, donnent naissance à des calcaires bioclastiques.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 63


Géologie du réservoir

• Certains organismes tels que les coraux fixent le carbonate de calcium et construisent
des massifs calcaires en relief par rapport aux sédiments voisins : ce sont les récifs.
D'autres organismes vont fixer la silice.
• La matière organique elle-même, si elle se trouve enfouie en milieu réducteur et si elle
est conservée, donnera naissance à du charbon ou du pétrole suivant la nature des
organismes originels.
• Les organismes vivants modifient l'équilibre chimique du milieu par leur métabolisme.
Ainsi, les végétaux, par la synthèse chlorophyllienne, abaissent la teneur en CO2 et
provoquent la précipitation des carbonates. Les bactéries anaérobies contribuent à
accentuer le caractère réducteur du milieu.
Les organismes vivant dans le milieu marin, qui sont en plus grande quantité que ceux
vivant sur la terre ferme, se trouvent répartis surtout dans la tranche d'eau superficielle. On
distingue :
• Le plancton formé de microorganismes végétaux (phytoplancton) et animaux
(zooplancton) vivant essentiellement dans la tranche d'eau superficielle pénétrée par les
rayons lumineux.
• Le necton constitué par l'ensemble des animaux nageurs. Il est présent dans toutes les
zones, mais il est surtout abondant en surface ou à faible profondeur où il se nourrit de
plancton.
• Le benthos formé de l'ensemble des organismes animaux et végétaux, fixés ou non,
vivant sur le fond de la mer ou à son voisinage. Il est surtout localisé sur le plateau
continental.

5.2 Variation du niveau des mers


Les variations relatives du niveau marin entraînent des changements du milieu de
sédimentation liés à la profondeur et à l'éloignement des côtes, des invasions du continent par
la mer ou des érosions responsables de discontinuités dans les dépôts. Ces changements sont
des événements géologiques majeurs qui ont reçu les noms de transgression et régression.
On appelle eustatisme la modification du niveau moyen des mers par rapport aux
continents supposés stables. Ce niveau a fortement varié au cours des temps géologiques
(figure 1.27) (+ 300 m à la fin du Crétacé et - 200 m à l'Oligocène par rapport au niveau
actuel).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 64


Géologie du réservoir

Deux mécanismes sont évoqués pour expliquer ces variations de niveau, l'un fait appel au
climat, l'autre à l'expansion des océans. Tous les deux supposent que le volume total des eaux
est resté constant au cours des temps géologiques.
• Le climat fait varier le volume des calottes glaciaires. Lors d'une période de glaciation,
une partie importante de l'eau est transformée en glace et fait diminuer le niveau des
eaux. Lors de périodes de réchauffement, la glace fond et entraîne une ascension du
niveau des océans (ce phénomène est loin d'être négligeable, il est responsable d'une
variation du niveau des eaux d'une centaine de mètres au cours du Quaternaire).

FIG. 1.27 Variation du niveau marin du jurassique à l'actuel

Les principales causes de variation du climat terrestre sont :


- La répartition des continents et leur dimension par rapport aux océans influençant la
circulation des masses d'eau et d'air,
- Les changements intervenant dans l'atmosphère terrestre (effet de serre controlé en
partie par la concentration en CO2, présence de poussières faisant écran aux rayons
solaires, etc.),
- Les changements d'ordre astronomique (variation de l'orbite terrestre et de l'inclinaison
de l'axe terrestre, de l'activité solaire, de l'absorption des rayons solaires entre le soleil
et la terre, etc.).
• Le volume des océans dépend du taux d'expansion des dorsales océaniques.
L'augmentation de ce taux produit une augmentation du volume de la crête médio-
océanique et une ascension du niveau des eaux.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 65


Géologie du réservoir

Remarque : La position du rivage est également influencée par les mouvements verticaux
de la croûte terrestre (voir paragraphe 1.3 - Les mouvements verticaux de la lithosphère).

5.2.1 Transgression
C'est une progression du milieu marin qui envahit une aire continentale. Elle résulte soit
d'une ascension du niveau de la mer, soit d'un affaissement du continent.
Une couche transgressive est une couche qui s'avance et s'étend sur un substratum dont elle
est séparée par une surface de discordance (surface d'érosion, hiatus sédimentaire).
En milieu marin continu, une transgression se traduit, sur une même verticale, par la
superposition de roches déposées de plus en plus loin des côtes ou de plus en plus
profondément en mer, donc par une diminution de l'énergie du milieu de dépôt. On dit qu'il y
a agradation.
Sur une même verticale, les éléments grossiers se trouvent en bas de la séquence, les
éléments fins en haut. Dans ce cas, on parle de séquence positive avec de bas en haut des
conglomérats, des sables, des argiles puis des calcaires (figure 1.28).

FIG. 1.28 Transgression

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 66


Géologie du réservoir

Les périodes transgressives correspondent à une certaine stabilité des bassins sédimentaires
et à un taux de sédimentation relativement faible. La plus grande masse des dépôts se trouve
concentrée sur le plateau continental.

5.2.2 Régression
C'est le phénomène inverse : un retrait de la mer par abaissement du niveau marin ou
surrection du continent, ou encore par une avancée des terres émergées au fur et à mesure que
le bassin sédimentaire se remplit.
Dans ce dernier cas les dépôts avancent vers le large ; on dit qu'il y a progradation. Sur
une même verticale, les éléments fins se retrouvent à la base et les éléments grossiers vers le
haut. La séquence est négative (figure 1.29).

FIG. 1.29 Régression

Les périodes régressives se caractérisent par des taux de subsidence et de sédimentation


plus élevés.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 67


Géologie du réservoir

5.2.3 Cycle sédimentaire


Une transgression suivie d'une régression se traduit normalement dans les terrains par une
succession sur une même verticale de couches de nature lithologique différente, ou
correspondant à des niveaux d'énergie différents.
Une telle succession de faciès forme un cycle sédimentaire :
• séquence positive : de bas en haut, conglomérats, sables, argiles, et généralement
calcaires, correspondant à la phase transgressive,
• séquence négative : toujours de bas en haut, calcaires, argiles, sables, conglomérats,
correspondant à la phase régressive.
La succession des couches correspondant à un cycle ou à une séquence est rarement
complète ; il est cependant presque toujours possible de reconnaître le sens des séquences par
une analyse lithologique fine (granulométrie, teneur en carbonates, etc.).
La reconnaissance de périodes de transgression et de régression est l'un des critères qui a
été utilisé pour établir l'échelle stratigraphique. Les limites entre les différents étages
correspondent souvent à des phases de régression ou de transgression.

5.3 Milieux de sédimentation


La réunion des facteurs qui influencent la sédimentation et l'importance relative de leur
action définissent l'environnement de sédimentation. Le faciès d'une roche sédimentaire
(ensemble de ses caractères lithologiques, chimiques et biochimiques) est un reflet de cet
environnement.
On peut grouper les milieux sédimentaires en trois catégories :
• continental,
• lacustre,
• marin.
Comme le niveau des océans peut varier de façon significative au cours des temps
géologiques, une région peut avoir été émergée à certaines périodes et immergée à d'autres.
Elle peut montrer des dépôts de physionomies différentes et caractéristiques d'un milieu de
sédimentation particulier.
5.3.1 Milieu continental
Les dépôts continentaux sont soit détritiques, soit des résidus d'altération chimique.
Formés à l'air libre dans une ambiance oxydante, ils sont souvent caractérisés par une couleur
rouge provenant des oxydes de fer qu'ils contiennent et ils ont peu d'intérêt pétrolier direct.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 68


Géologie du réservoir

5.3.2 Milieu lacustre


Les dépôts détritiques terrigènes sont classés normalement. Les calcaires et les évaporites
sont fréquents, surtout en climat chaud. La matière organique est souvent conservée, le fond
des lacs est en effet souvent soumis à des conditions réductrices.

5.3.3 Milieu marin


Les sédiments déposés en milieu marin sont les plus importants par leur volume ; ce sont
eux qui renferment la presque totalité des réserves d'hydrocarbures.
La nature des sédiments marins est plus ou moins directement commandée par la
topographie et par la morphologie des fonds marins. La morphologie conditionne la
profondeur d'eau qui influe, en particulier, sur l'énergie du milieu de dépôt et la pénétration
des rayons solaires. A cette morphologie se superposent les facteurs climatiques qui régissent
la chimie du milieu et l'activité biologique. Le climat et la morphologie interviennent sur la
répartition, la direction et l'intensité des courants marins et sous-marins.
Le domaine marin comprend (figure 1.30) :
• les marges continentales passives et actives en bordure des continents,
• les plaines abyssales ou bassins océaniques,
• les rides ou dorsales médio-océaniques,
• les fosses océaniques ou fosses de subduction.

FIG. 1.30 Topographie des fonds océaniques

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 69


Géologie du réservoir

Les dépôts sédimentaires s'accumulent dans ces différentes zones de façon inégale. La
sédimentation est abondante sur les marges continentales passives ; elle est peu abondante sur
les marges actives et sur les plaines abyssales.

5.3.3.1 Marges continentales

a) Morphologie des marges continentales


Ce sont des prolongements des continents. Constituées de croûte continentale, ce sont des
zones de transition plus ou moins étroites entre les terres émergées et les zones océaniques
profondes. On distingue les marges stables (ou marges passives) et les marges actives.
Les marges actives sont caractérisées par une forte séismicité et par une importante activité
volcanique. Souvent bordées par des fosses profondes, elles se situent en bordure de plaques
(principalement à la périphérie de l'Océan Pacifique). Par opposition, les marges stables ne
présentent ni séismicité ni activité volcanique, ce sont d'anciennes limites de plaques.
Les marges continentales se composent :
• Du plateau continental ou plate-forme continentale qui prolonge le continent sous la
surface de l'eau au-delà de la ligne de rivage dont la position peut varier fortement au
cours des temps géologiques. Il présente une surface en pente douce (environ 1
m/1 000 m, soit 0.1 %) et se poursuit jusqu'à une profondeur approximative de 200 m.
Il représente 10 % de la surface du globe alors que la totalité des continents en occupe
30 % et il est recouvert de formations sédimentaires récentes (maximum 200 millions
d'années), d'où son intérêt pour la prospection pétrolière. Le relief de ce plateau est
proche de celui des plaines côtières émergées.
• Du talus continental ou pente continentale qui est le domaine de transition entre les
continents et les océans. Il occupe une largeur de 20 à 100 km, et sa pente, qui est en
moyenne de 5 %, peut atteindre par endroits 40 à 50 %. Il est fréquemment entaillé de
vallées ou de canyons sous-marins particulièrement développés au droit des
embouchures des grands cours d'eau continentaux. Le canal d'écoulement de ces
canyons est étroit et son cône de déjection s'étend au pied de la pente.
Le talus s'étage de 200 m à 3 000 - 4 000 m pour les marges stables, et de 200 m à 8 000
- 10 000 m pour les marges actives.
• Du glacis continental qui existe uniquement sur les marges stables. C'est l'aire
d'épandage des matériaux au pied du talus (dépôt de turbidites). C'est une surface à pente

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 70


Géologie du réservoir

faible allant jusqu'à 500 km de large qui raccorde le talus avec les grands fonds. Il atteint
des profondeurs de l'ordre de 4 000 à 5 000 m. Il est spécialement développé à
l'embouchure des grands canyons où des quantités importantes de sédiments peuvent se
déposer. Des courants se déplaçant au pied du talus vont reprendre ces sédiments et les
transporter en d'autres lieux. Le glacis peut être situé sur un substratum constitué de
croûte continentale amincie ou de croûte océanique.
Les turbidites sont caractérisées par une séquence particulière : de bas en haut se
trouvent des galets, des sables, des silts et des vases ; la matrice est souvent argileuse.
Ces courants, qui ne sont pas permanents, transportent en un temps très court des
volumes considérables de particules de différents diamètres du plateau et du talus
continental vers les zones abyssales. Ces courants sont les agents de transport des
éléments détritiques en milieu marin profond.

b) Différents types de sédimentation rencontrés sur les marges continentales


La position de la ligne de rivage et le taux de subsidence gouvernent la sédimentation sur
les marges stables. La position du rivage qui influe sur la largeur du plateau et sur la position
du talus dépend étroitement du niveau moyen des mers.
• Une élévation du niveau des mers se traduit par une invasion des zones émergées et par
une diminution des dépôts dans les zones profondes.
• Une baisse du niveau des mers se traduit par une diminution de la surface des zones peu
profondes, par une reprise de l'érosion et par un accroissement du volume des dépôts
dans les zones profondes.
Sur les marges continentales, plusieurs types de sédimentation se rencontrent :
• Les sédiments détritiques terrigènes transportés par les fleuves et rivières se déposent
(souvent en formant des deltas) sur le plateau et le talus continental soumis à la
subsidence. Il se produit un déplacement progressif du talus vers le large : il y a
progradation (figure 1.31).

FIG. 1.31 Phénomène de progradation

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 71


Géologie du réservoir

L'épaisseur de sédiments peut être considérable (11 300 m dans le delta du Mississipi
déposés en 70 millions d'années, jusqu'à 15 000 m dans le delta du Niger en 50 millions
d'années).
• Sur le plateau continental des mers chaudes, à une profondeur maximale de 100 m et en
l'absence de dépôts terrigènes, des organismes marins peuvent construire des récifs.
Ces corps sédimentaires peuvent constituer des obstacles à la sédimentation entre le
continent et l'océan et permettre la formation de zones confinées.
• Si le climat est chaud et le milieu confiné, des évaporites peuvent se déposer.
Note : Dans le domaine marin, on distingue la sédimentation pélagique et la
sédimentation nérétique.
• La sédimentation pélagique correspond au dépôt de particules détritiques fines issues
des continents, et de squelettes de plancton. La sédimentation pélagique a lieu aussi bien
sur le plateau continental que dans le milieu marin profond.
• La sédimentation nérétique correspond aux dépôts accumulés dans des domaines peu
profonds (donc principalement sur le plateau continental). Elle comprend des particules
terrigènes apportées directement par les fleuves qui peuvent être grossières, peu altérées
et mal classées. Les squelettes d'organismes benthiques sont parfois nombreux.

5.3.3.2 Bassins océaniques ou plaines abyssales


Ils se situent entre les marges continentales et les dorsales océaniques. Ce sont des
étendues planes de profondeur moyenne, voisine de 5 000 m. Leur morphologie est
déterminée par la nature des marges qui les entourent.
En bordure des marges stables, les fonds sont ennoyés sous d'importants apports
sédimentaires (turbidites transportées depuis le talus continental) et sont peu accidentés, de
rares chenaux prolongent les vallées du glacis.
En bordure des marges actives, les fonds sont plus accidentés (collines et crêtes de
quelques centaines de mètres d'altitude au maximum) et ne sont recouverts que de dépôts
d'origine pélagique provenant de la lente sédimentation de particules très fines transportées en
pleine mer. En fait, les reliefs existent dans les deux cas. Ils sont plus ou moins atténués par
l'épaisseur des sédiments déposés.
C'est le domaine des dépôts de turbidites formant le flysch en bas du talus continental et de
boues argileuses riches en grains de quartz très fins ayant probablement subit un transport
aérien, de micas et de minéraux argileux. C'est également le domaine de dépôts de boues

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 72


Géologie du réservoir

calcaires dans les mers chaudes et de boues siliceuses dans les mers froides. Des laves
volcaniques sont généralement associées à ces dépôts.
L'épaisseur de sédiments déposés dans ces zones est faible (taux de sédimentation de
l'ordre de 1 m par millions d'années) comparé à celle des marges continentales stables.

5.3.3.3 Fosses océaniques ou zones de subduction


Elles se situent dans les zones de convergence de plaques. La croûte océanique disparaît
soit sous une autre croûte océanique en formant un arc insulaire avec une activité volcanique
importante (cas de la bordure ouest de l'Océan Pacifique avec les Aléoutiennes, le Japon, les
Mariannes, etc.), soit sous une croûte continentale en formant une chaîne de montagne dite
chaîne de subduction (cas de la Cordillière des Andes). Dans ce dernier cas, le côté
"continent" constitue une marge continentale active qui ne comporte pas de glacis
continental. Le plateau continental est étroit et le talus plonge directement dans les grandes
profondeurs.
Une zone de subduction, lieu de disparition de la croûte océanique, est caractérisée par la
présence de fosses profondes (11 034 m pour la fosse des Mariannes), larges de 70 à 100 km
et allongées parfois sur plusieurs milliers de km. Les deux flancs de la fosse sont fortement
dissymétriques.
La pente du côté océan est douce (2 à 5°) et peu accidentée. La plaque plongeante est
souvent affectée par des failles de distension parallèles à la fosse. Le fond est plat, rempli de
turbidites.
Dans certaines régions, le côté continent montre également un système de failles en
distension, ces marges sont dites extensives (cas de la fosse du Pérou-Chili). Les sédiments
apportés à la fosse sont totalement engloutis avec la lithosphère océanique plongeante.
Dans d'autres cas, le côté continent montre un empilage de sédiments marins d'origine
abyssale. Les matériaux apportés par la lithosphère plongeante ne s'enfoncent pas dans la zone
de subduction et forment le prisme d'accrétion tectonique. De telles marges sont dites
compressives (cas de Java, des Aléoutiennes).
Le prisme d'accrétion, quand il existe, se développe entre la fosse et l'arc volcanique. Il
présente un mélange caractéristique de morceaux de croûte océanique, de laves volcaniques,
de sédiments océaniques et de sédiments provenant de l'arc insulaire (turbidites, grauwackes,
calcaires récifaux). Le prisme d'accrétion peut apparaître soit comme un simple ressaut au

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 73


Géologie du réservoir

flanc de l'arc volcanique soit comme une ride sous-marine franche parfois émergée formant
un arc sédimentaire.

5.3.3.4 Rides ou dorsales médio-océaniques


Elles occupent environ un tiers de la surface totale des océans. Ce sont de vastes chaînes de
montagnes à double pente larges de 1 000 à 2 000 km avec des altitudes supérieures à 2 000
m qui peuvent s'étendre sur plusieurs dizaines de milliers de km. Elles sont souvent en
continuité d'un océan à l'autre. L'axe médian est occupé par un fossé d'effondrement, le rift,
lieu de création de la croûte océanique.
Les rides sont découpées par de nombreuses failles transformantes et présentent une
symétrie de part et d'autre du rift.

5.4 Temps nécessaire au dépôt d'une couche


Il n'y a pas de relation directe simple entre l'épaisseur d'une couche de terrain et la durée de
dépôt du sédiment qui lui a donné naissance. Une couche épaisse de plusieurs mètres de
conglomérats ou de sables mise en place par courant de turbidité peut se déposer en quelques
heures ; mais il faudra peut-être plusieurs centaines de milliers d'années pour que la même
épaisseur de calcaire formé de débris de plancton se dépose.
Lorsque le taux de sédimentation est supérieur au taux de subsidence, il se produit une
émersion et un arrêt de la sédimentation. Le taux de sédimentation moyen est d'environ 10 m /
million d'années (ce qui correspond à 1 mm par siècle). Il varie de quelques mètres à quelques
centaines de mètres par million d'années (1 m pour les argiles rouges des grands fonds, de 20
à 40 m pour les sédiments carbonatés). Au Jurassique, la moyenne a été de 20 à 50 m par
million d'années. Mais il peut atteindre des valeurs beaucoup plus élevées dans les zones
deltaïques (jusqu'à 300 m / million d'années au Paléocène dans le delta du Mississipi).

5.5 Bassins sédimentaires


Un bassin sédimentaire est une région subsidente, immergée de façon périodique, de
l'écorce terrestre où viennent s'accumuler des sédiments qui tendent à combler cette
dépression. L'évolution d'un bassin se déroule sur des périodes de longueur variable
(généralement sur quelques centaines de millions d'années). Les séries, ainsi accumulées sur
plusieurs milliers de mètres d'épaisseur, se sont déposées sous de faibles tranches d'eau. Les
sédiments ainsi déposés vont se transformer progressivement en roches sédimentaires au

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 74


Géologie du réservoir

cours de leur enfouissement. L'observation des séries anciennes montre que le phénomène
peut conduire à l'accumulation de volumes énormes de sédiments.
Le bassin sédimentaire est le lieu privilégié de formation des roches sédimentaires et, de ce
fait, toute l'histoire des hydrocarbures (du dépôt de la matière organique à l'accumulation) est
étroitement liée et dépendante de l'évolution d'un bassin.
La vitesse de subsidence, qui peut être de quelques mètres à quelques centaines de mètres
par million d'années, et le niveau des mers vont varier, parfois fortement, au cours de
l'évolution du bassin créant des conditions et des environnements de sédimentation différents.
La subsidence et le niveau des mers sont étroitement dépendants de la tectonique des plaques.
Suivant la cause de la subsidence, on distingue deux grands types de bassins :
• ceux dont l'évolution est principalement contrôlée par un amincissement et / ou une
rupture de la lithosphère,
• ceux dont l'évolution est contrôlée principalement par une flexion de la lithosphère.
Les bassins liés à un amincissement de la lithosphère sont principalement situés dans le
domaine intra-plaque, alors que ceux liés à une flexion de la lithosphère se développent dans
les zones de convergence de plaques. Ce dernier type est caractérisé par une vie courte et
mouvementée contrairement aux bassins intra-plaques.
En réalité, l'évolution d'un bassin n'est pas contrôlée par un seul facteur. Elle procède
souvent d'une combinaison ou d'une succession de ces facteurs dans le temps. Une phase de
refroidissement de la lithosphère intervient généralement pendant et après la phase
d'étirement. Le poids des sédiments déposés joue également un rôle sur l'ampleur de la
subsidence.

5.5.1 Bassins liés à un amincissement de la lithosphère


Ces bassins se développent dans des zones où la lithosphère est soumise à des contraintes
de tension. On peut distinguer trois types de bassins :
• les bassins des marges passives qui débutent par la formation d'un rift continental qui
évolue et conduit à l'ouverture d'un océan (figure 1.32),
• les bassins de plate-forme qui débutent aussi, pour la plupart, par la formation d'un rift
(phase de rifting) mais qui, dans ce cas, ne va pas évoluer (figure 1.32),
• les bassins qui se développent dans les zones de coulissage de plaques (failles
transformantes) ou le long de failles de décrochement (figure 1.37).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 75


Géologie du réservoir

FIG. 1.32 Formation d'un bassin sédimentaire par un amincissement de la lithosphère

5.5.1.1 Bassins des marges passives


Il se produit un amincissement de la lithosphère, une rupture de la croûte continentale, et
ouverture d'un océan avec formation d'une croûte océanique. L'évolution de ces marges est
généralement décomposée en quatre stades successifs correspondant à la formation d'un océan
(figure 1.33a et 1.33b). Ce sont :

a) Stade "rift continental"


Tout commence par une distension de la croûte continentale et une remontée de
l'asthénosphère qui produit un échauffement de cette croûte et une diminution de sa densité
entraînant un soulèvement régional. Les contraintes de tension se traduisent par un système de
failles normales de type listrique (failles sub-verticales en surface devenant progressivement
sub-horizontales en profondeur) et produisent une structure en graben avec blocs basculés où
des hydrocarbures pourront s'accumuler par la suite.
Liée tout d'abord à l'amincissement de la croûte, la subsidence d'origine tectonique est
rapide (de l'ordre de 500 m par million d'années), ensuite la subsidence thermique va prendre

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 76


Géologie du réservoir

le relais et diminuer progressivement. Parallèlement, le jeu des failles s'atténue au fur et à


mesure de l'ouverture de l'océan.
A ce stade, les produits de l'érosion sont évacués vers l'extérieur du rift à cause du relief
des flancs. Au début de l'évolution du rift, la profondeur de la mer reste faible mais peut
augmenter considérablement sous l'effet de l'amincissement crustal. Les sédiments déposés
dans le rift sont en majorité détritiques et mal classés. Ils viennent se déposer en discordance
sur les blocs basculés du rift.
Le milieu reste généralement confiné, ce qui permet la conservation de la matière
organique et la formation d'évaporites. Une activité volcanique est habituellement présente et
des coulées de laves se trouvent intercalées dans les couches sédimentaires. Au total,
l'épaisseur de sédiments accumulés au centre du rift peut atteindre plusieurs km (de l'ordre de
3 à 5 km).
L'enfouissement rapide entraînera généralement l'apparition de formations sous-
compactées à pressions de pore anormales.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 77


Géologie du réservoir

FIG. 1.33a Stades successifs de formation d'un océan

FIG. 1.33b Détails de blocs

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 78


Géologie du réservoir

b) Stade "Mer Rouge"


A ce stade, la séparation des plaques continentales est terminée, et il se crée une étroite
zone de croûte océanique entre les deux. La subsidence surtout d'origine tectonique agissant
blocs par blocs est ralentie. La mer envahit le bassin, mais en raison de sa forme étroite et
allongée, les communications avec l'océan restent faibles. C'est la situation actuelle de la Mer
Rouge.
Du côté continental, les produits de l'érosion continuent d'être évacués vers l'extérieur du
bassin. Souvent sous des climats chauds, un premier plateau continental peut se former sur les
deux bords du bassin. Il résulte du développement de récifs coralliens qui compensent
l'affaissement progressif de la croûte. Ces récifs constituent généralement une sorte de
barrière où peuvent se déposer des sédiments carbonatés, mais cependant des éboulements
peuvent se produire et être à l'origine de turbidites calcaires accumulées dans les zones les
plus profondes. Le volcanisme tend à s'intensifier.
Dans les zones profondes, à cause de communications difficiles avec l'océan ouvert, le
milieu reste confiné et réducteur. Il permet la conservation de la matière organique provenant
de la couche d'eau superficielle où l'activité biologique peut être intense. Il se forme des
sapropèles (vases argileuses de couleur noire, riches en matière organique). L'évaporation de
l'eau de mer et l'isolement de bras de mer peut provoquer la formation d'évaporites.
Cette étape de l'évolution des marges est très importante pour la formation des
hydrocarbures. Les sapropèles sont des roches pétroligènes. Les carbonates du plateau et les
turbidites calcaires forment de bons réservoirs. La subsidence permet l'enfouissement des
sédiments et la transformation de la matière organique en hydrocarbures. Les évaporites
peuvent donner naissance à des diapirs favorables à l'accumulation d'hydrocarbures.

c) Stade "océan étroit "ou "mer intérieure"


Au fur et à mesure de l'éloignement de la zone de "formation" de croûte océanique, la
lithosphère se refroidit et s'affaisse : la subsidence tectonique est remplacée par la subsidence
thermique qui intéresse l'ensemble de la plate-forme, la mer envahit progressivement les
flancs de l'ancien rift. A ce stade, les produits de l'érosion continentale (sédiments surtout
détritiques) sont dirigés vers le bassin et les zones profondes sont progressivement envahies
par des turbidites. C'est le début de la phase de progradation. La mer est encore très étroite et
le milieu de sédimentation reste relativement confiné, permettant encore la conservation de la
matière organique déposée.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 79


Géologie du réservoir

Dans certains cas, les constructions coralliennes continuent, compensent la subsidence et


permettent l'accumulation d'énormes quantités de sédiments entre la cote et la barrière
récifale. Dans d'autres cas (figure 1.34), elles disparaissent à cause de l'arrivée de sédiments
détritiques qui leur sont défavorables et ne compensent plus la subsidence, le premier plateau
continental s'enfouit sous les turbidites.

FIG. 1.34 Stade "océan étroit" avec formation de récifs

Ce stade était celui de l'Océan Atlantique au Crétacé.

d) Stade "Atlantique"
L'océan est ouvert, l'activité de la dorsale bien individualisée produit un éloignement
progressif des deux bordures du rift qui deviennent des marges passives. C'est le cas actuel de
l'Océan Atlantique.
La subsidence thermique de la marge est considérablement ralentie. Le plateau continental,
qui ne s'affaisse presque plus, est soumis aux effets des transgressions et régressions liées aux
variations du niveau des mers.
L'importance de la progradation dépend du volume des apports sédimentaires. Il peut
s'accumuler des épaisseurs considérables de sédiments (10 000 à 15 000 m de sédiments dans
le delta du Niger en 50 millions d'années). Les dépôts se produisent principalement sur le
plateau continental et sur le talus, ils sont souvent entraînés sur le glacis par courants de
turbidité.
Les phénomènes de diapirisme, commencés au cours des étapes précédentes, continuent
durant ce stade.

5.5.1.2 Bassins de plate-forme


Ces bassins sont situés dans les parties continentales des plaques. La plupart de ces bassins
débute par un stade rift continental comme dans le cas précédent mais son évolution est

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 80


Géologie du réservoir

stoppée. La subsidence, due en premier lieu à la remontée de l'asthénosphère et à


l'amincissement de la croûte continentale, se poursuit après le stade rift principalement sous
l'effet de processus thermiques et gravitaires (surcharge produite par les sédiments). Le taux
initial de subsidence dépend de l'importance du stade rift, il diminue progressivement pour
atteindre en fin d'évolution du bassin quelques dizaines de m par million d'années.
Ces bassins sont caractérisés par une grande stabilité. Les sédiments se sont déposés sous
de faibles tranches d'eau ne dépassant pas 100 à 200 m ; les dépôts sont généralement
homogènes et les arrêts de sédimentation fréquents. Ils viennent se déposer en discordance sur
les blocs basculés du rift et permettent le piégeage d'hydrocarbures en nez de bloc (c'est le cas
de nombreux gisements de Mer du Nord). Des dépôts d'évaporites peuvent se produire en
milieu confiné.
La structure de ces bassins est généralement simple, le socle est découpé par des failles
formant des grabens. Ils demeurent généralement soumis à un régime de contraintes de
tension.
Sont de ce type :
• lLe bassin de Paris avec une phase de rifting au Permien (figure 1.35) :

FIG. 1.35 Coupe à travers le Bassin de Paris


• le "central graben" de la Mer du Nord avec une phase de rifting au Trias-Jurrassique
(figure 1.36), le bassin du Sahara Algérien .

FIG. 1.36 Coupe du central graben de la Mer du Nord

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 81


Géologie du réservoir

5.5.1.3 Bassins liés aux failles transformantes et aux décrochements


Les failles transformantes, qui peuvent s'étendre sur de grandes distances (plus de 1 500
km pour la faille de San Andréas en Californie), sont rarement rectilignes et continues. Elles
se divisent en segments longs d'une dizaine de kilomètres avec des changements brutaux de
direction. De plus, elles forment généralement un système de fractures parallèles large de
quelques dizaines de kilomètres.
Le coulissage des plaques le long des failles transformantes produit deux types de
structures (figure 1.37) :
• des structures compressives en forme de "fleurs",
• des structures distensives de bassins en "pull - apart".

FIG. 1.37 Déformation liée aux failles transformantes

Ces bassins se présentent comme des dépressions allongées en forme de losange. Leur
surface est généralement limitée, mais leur profondeur peut être importante.
Pendant une période relativement courte (quelques millions d'années), la subsidence est
rapide et la sédimentation est abondante (elle peut atteindre 500 m par million d'années). Du
fait de cette subsidence rapide, les dépôts peuvent se faire dans un milieu profond. L'existence
de fortes pentes sous-marines et d'une activité sismique importante dans ces zones entraîne
une sédimentation de type turbidites.
Ces structures, qui constituent une catégorie particulière de bassins, sont complexes. Ils
sont affectés par tous les types de tectonique : association de failles normales, de horsts, de
décrochements, de plis anticlinaux contemporains de la sédimentation. C'est le cas de certains
bassins californiens et du bassin de la Mer Morte.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 82


Géologie du réservoir

5.5.2 Bassins liés à une flexion de la lithosphère


Ces bassins sont localisés dans les zones de convergence des plaques lithosphèriques et
sont généralement récents. On distingue :
• les bassins liés aux zones de subduction où une croûte océanique disparaît sous une
autre croûte océanique ou sous une croûte continentale,
• les bassins liés aux collisions de plaques où deux croûtes continentales s'affrontent.

5.5.2.1 Bassins liés aux zones de subduction


Au fur et à mesure de l'ouverture d'un océan, la croûte océanique située en bordure de la
marge passive se refroidit et augmente de densité. Elle aura tendance à s'enfoncer dans
l'asthénosphère et comme la jonction océan-continent est une zone faible de la lithosphère, il
se produira, au bout d'un certain temps, une rupture et une zone de subduction apparaîtra à cet
endroit.
L'apparition d'une zone de subduction peut se produire à n'importe quel stade de l'évolution
de l'océan, mais elle concerne toujours des croûtes océaniques âgées de moins de 200 millions
d'années. Les deux plaques qui à l'origine étaient divergentes deviennent convergentes (la
convergence n'implique pas forcément l'existence d'un régime de contraintes de compression
au voisinage de la zone de subduction).
Suivant l'emplacement de la zone de subduction (en bordure de continent ou en milieu
océanique franc), plusieurs cas vont se produire :
• subduction d'une croûte océanique sous une autre croûte océanique avec formation d'un
arc insulaire ayant une forte activité volcanique et éventuellement d'une mer marginale,
• subduction d'une croûte océanique sous une croûte continentale avec transformation
d'une marge passive en marge active et formation d'une chaîne de montagne type
Cordillière des Andes.

a) Bassins liés aux arcs insulaires (figure 1.38)


• En régime compressif, un bassin sédimentaire peut se former dans l'espace sous-marin
en creux situé entre l'arc volcanique et l'arc sédimentaire quand ce dernier est
suffisamment saillant. On parle de bassin sédimentaire d'avant-arc ou de bassin
frontal. La morphologie de ce type de bassin est très variable suivant la quantité de
sédiments qu'il reçoit et la saillie de l'arc sédimentaire.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 83


Géologie du réservoir

FIG. 1.38 Bassins liés aux arcs insulaires

Si l'arc sédimentaire est peu saillant, il reçoit une faible quantité de sédiments et se
remplit faiblement. Si au contraire l'arc émerge largement, le bassin peut se remplir
complètement de produits détritiques, parfois turbiditiques, provenant de l'arc
volcanique.
La subsidence peut être importante, mais la sédimentation est irrégulière et faible.
L'architecture des dépôts est complexe. C'est le cas des petits bassins situés sur la côte
Sud des Îles de la Sonde, des bassins des Petites Antilles.
L'intérêt pétrolier de ces bassins est habituellement faible.
• En régime distensif entre l'arc insulaire volcanique et le continent, il se formera un
bassin d'arrière-arc ou bassin marginal.
Ces bassins présentent en général une allure allongée et un profil asymétrique. La zone
la plus subsidente et la plus instable se trouve du côté de l'arc volcanique. Les bassins de
ce type sont récents (les plus anciens datent du Crétacé Supérieur). Les dépôts
sédimentaires sont généralement épais et formés de produits détritiques et carbonatés
(calcaires récifaux) entrecoupés de passées volcaniques.
Si la distension est importante, il se produit une rupture de la croûte continentale du
bassin d'arrière arc ; il se forme une mer marginale avec apparition de croûte
océanique. La structure des fonds est proche de celle d'un rift. C'est le cas de la mer de
Béring, de celle du Japon, de Chine et de Java.
Ces bassins comptent un certain nombre de gisements pétroliers.

b) Marges actives de bordure continentale (figure 1.39)


Le scénario est le même que dans le cas d'une subduction sous une croûte océanique. La
dépression qui se creuse entre le prisme d'accrétion et le continent piège les sédiments

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 84


Géologie du réservoir

arrachés à la chaîne de montagne en formation. Il y a compression dans le prisme d'accrétion


et distension dans le bassin qui le sépare du continent. Les failles normales de l'ancienne
marge passive peuvent rejouer en failles inverses. Dans ce cas, les dépôts sédimentaires seront
remaniés.
A l'arrière de la chaîne en voie de formation, un bassin à subsidence modérée peut se
creuser (cas de la Bolivie, du Pérou).

FIG. 1.39 Bassins liés à la subduction d'une croûte océanique


sous une croûte continentale

5.5.2.2 Bassins en zones de collision de plaques


La collision de deux croûtes continentales est l'aboutissement d'une longue histoire
(quelques centaines de million d'années) qui voit se succéder l'ouverture d'un océan,
l'apparition d'une zone de subduction et la fermeture de cet océan.
Les deux croûtes continentales chargées des dépôts sédimentaires entrent en collision et
forment une chaîne de montagne (cas des Alpes, de l'Himalaya). Des bassins sédimentaires de
tout type déjà existants vont se retrouver dans la zone de collision (figure 1.40).
Un bassin de marge passive se retrouvera à l'avant de la nouvelle chaîne de montagne :
c'est le bassin d'avant-chaîne. Dans certains cas (collision continent-arc insulaire), un bassin
se retrouve à l'arrière de la chaîne : c'est le bassin d'arrière-chaîne.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 85


Géologie du réservoir

FIG. 1.40 Bassin sédimentaire en zone de collision de croûtes continentales

Les bassins d'avant-chaîne sont caractérisés par une importante subsidence liée à une
flexion de la lithosphère. Ils se comblent rapidement de sédiments provenant de la destruction
de la chaîne de montagne en formation et qui viennent se déposer en discordance sur les
sédiments plus anciens.
Les failles normales de l'ancien rift vont rejouer en failles inverses et les déformations
seront nombreuses et importantes. Les sédiments provenant de la chaîne forment des
séquences particulières désignées par le terme de molasse, d'où le nom de bassins
molassiques souvent utilisé pour ce type de bassins.
L'histoire de ces bassins est généralement complexe. C'est le cas en particulier du bassin
molassique suisse situé sur la bordure nord des Alpes et du bassin du Pô.
Ces bassins abritent une grande quantité de gisements pétroliers.

6. STRATIGRAPHIE
La stratigraphie est l'étude de l'agencement dans l'espace et dans le temps des formations
géologiques et des événements qu'elles matérialisent, afin de reconstituer l'histoire de la terre
et ses divers états aux diverses époques géologiques.
La stratigraphie est pour la recherche pétrolière une discipline importante, car ses résultats
sont indispensables pour tenter de prévoir à partir de données ponctuelles et dispersées
(affleurements, forage) la position en profondeur des formations.
6.1 Stratification
Les terrains sédimentaires apparaissent, du fait de leur mode de formation (principalement
marin), comme un empilement d'unités qui sur les affleurements leur donnent un aspect

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 86


Géologie du réservoir

souvent bien réglé sur des épaisseurs et de durées parfois considérables (cas du grand canyon
du Colorado où une épaisseur d'environ 3 000 m de sédiments représente approximativement
2 milliards d'années de dépôts continus). Ils sont dits stratifiés, c'est-à-dire formés de strates
(le terme couche est sensiblement synonyme de strate).
Une strate est un dépôt sédimentaire continu et homogène. La surface de séparation entre
deux strates est appelée surface de stratification. Le bas de la strate est appelé le mur et le
haut le toit.
Les modifications de la sédimentation, responsables des surfaces de stratification, peuvent
être graduelles ou brutales. Elles se traduisent par des passages progressifs ou brusques d'une
strate à l'autre.
Les surfaces de stratification sont souvent marquées par des figures sédimentaires : rides,
fentes de retrait par dessiccation, traces d'activité biologique, traces de courant qui sont
interprétables en termes de milieu de dépôt.
Un joint de stratification est une surface entre deux strates jalonnée par quelques
millimètres ou centimètres de dépôts le plus souvent argileux ; il peut être plan ou ondulé.
L'épaisseur des strates est extrêmement variable, de quelques centimètres à plusieurs
mètres voire dizaines de mètres. Elles peuvent se poursuivre régulièrement sans modification
notable de leur nature et de leur épaisseur sur de très grandes distances (dizaines de
kilomètres ou plus) lorsqu'elles résultent d'un dépôt en milieu à énergie constante. Le grain de
la roche est alors très fin (argile, silt, craie).
Inversement le parallélisme peut être rompu, les couches sont biseautées, d'extension
limitée, lenticulaires ou présentant une stratification irrégulière, oblique ou entrecroisée
(figure 1.41). De telles irrégularités peuvent être observées à différentes échelles.
Ces dispositions témoignent toujours d'un milieu de sédimentation turbulent, où l'action
des courants et des vagues se fait sentir (c'est en particulier le cas des chenaux). Le grain de la
roche est en général plus grossier (conglomérats, grès grossier à moyen, oolithes, etc.).

FIG. 1.41 Exemple de stratification entrecroisée

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 87


Géologie du réservoir

Les joints de stratification entre deux strates, qui correspondent à une absence de dépôt,
peuvent représenter une durée plus longue que celle nécessaire au dépôt de la couche qu'ils
encadrent.

6.2 Unités lithostratigraphiques


La strate est une unité en général trop petite en épaisseur, le plus souvent trop discontinue
latéralement. D'autres unités plus vastes ont été définies.

6.2.1 Formation
C'est l'unité de base de la stratigraphie. La formation est un ensemble de strates ou
couches sédimentaires. Elle est définie géographiquement par un nom de lieu où elle a été
reconnue et décrite pour la première fois. Elle présente une somme de caractères lithologiques
et paléontologiques suffisants pour être régionalement un élément de repère.
La formation ainsi définie, identifiable par ses caractéristiques lithologiques et / ou par sa
faune présente une certaine unité de faciès. On entend par faciès l'ensemble des caractères
d'une roche ou d'une unité sédimentaire résultant des conditions géographiques, climatiques,
topographiques, physico-chimiques et biologiques qui régnaient dans le milieu où s'est
effectué le dépôt du sédiment et, pour une moindre part, de la diagenèse subie.
Il peut exister, au sein d'une même formation ou d'une même strate, en des points même
rapprochés les uns des autres, des dépôts d'âge identique ayant une granulométrie et / ou une
composition minéralogique différentes. On parle dans ce cas de variation latérale de faciès.
Ce passage se fait de façon progressive d'un faciès à l'autre.

6.2.2 Séquence
C'est une autre unité fondamentale de la stratigraphie. Un dépôt sédimentaire n'est pas
nécessairement homogène dans sa lithologie, il peut présenter une succession de termes qui
s'enchaînent et se superposent sans interruption majeure de sédimentation formant une
séquence.
Par exemple, une série débutant par des grès grossiers et passant progressivement à des
grès de plus en plus fins puis à des silts et à des argiles est une séquence.
6.3 Discontinuités stratigraphiques : lacunes et discordances
Les surfaces et les joints de stratification, les limites de séquence ou de formation
marquées par des changements dans la nature du dépôt sont des discontinuités

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 88


Géologie du réservoir

stratigraphiques mineures ; elles correspondent en général à des périodes sans dépôt de courte
durée.
Les discontinuités qui couvrent des périodes plus longues sont nommées lacunes de
sédimentation.
Ces discontinuités, si les strates sont parallèles et régulières, ne peuvent pas être reconnues
sans une datation des couches de part et d'autre de la lacune, datation qui permet en outre d'en
apprécier la durée.
Dans les cas favorables, l'importance d'une lacune peut être évaluée qualitativement en
observant :
• la nature lithologique des couches en contact : une différence très marquée indique une
modification majeure du milieu de dépôt qui est rarement rapide ;
• les caractères de la surface de discontinuité : induration, dépôt d'oxyde de fer, traces
d'émersion et d'érosion, etc.
Il y a discordance angulaire si de part et d'autre de la surface de discontinuité, les couches
ne sont plus parallèles mais forment entre elles un angle (figure 1.42). Une telle discordance
s'accompagne toujours d'une lacune de sédimentation.

FIG. 1.42 Exemple de discordance angulaire

En général, la présence d'une discordance angulaire indique une phase d'émersion et de


plissement suivie d'une phase d'érosion des niveaux inférieurs, puis à une immersion et une
reprise de la sédimentation responsable des dépôts en couches discordantes.

6.4 Datation des couches


Deux méthodes sont utilisées :
• la radiochronologie ou datation absolue,

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 89


Géologie du réservoir

• la chronologie relative.
La chronologie par datation absolue est la plus séduisante, mais les méthodes sont souvent
difficiles à mettre en oeuvre, en particulier dans les formations sédimentaires. Il est plus
commode d'utiliser une chronologie relative comme la biostratigraphie. Les deux méthodes ne
se remplacent pas mais se complètent.
L'échelle stratigraphique actuellement utilisée est principalement basée sur la chronologie
relative, mais elle a besoin de la datation absolue pour fixer l'âge des différents évènements
qui se sont produits à la surface du globe.

6.4.1 Radiochronologie - Datation absolue de la roche


Les éléments radioactifs présents dans les minéraux se désintègrent en donnant des
éléments nouveaux dits radiogéniques.
Connaissant la période de désintégration d'un élément et la quantité d'élément radioactif
présent dans un minéral, on peut calculer le temps écoulé depuis la cristallisation du minéral
qui a fixé l'élément radioactif.
Seuls quelques éléments sont utilisables : ils doivent être assez répandus, relativement
faciles à doser, de période de désintégration ni trop longue, ni trop courte. Trois méthodes
sont couramment utilisées :
• Le carbone 14 qui a une période de 5 730 ans ; il est utilisable seulement pour les
formations récentes (Quaternaire récent, archéologie).
• La méthode Potassium - Argon. Le potassium, qui est un élément relativement répandu
dans les différents minéraux des roches, a une période de 1.3 milliards d'années et se
transforme en argon.
• La méthode Rubidium - Strontium avec une période de 49 milliards d'années pour le
rubidium. Le rubidium est un élément relativement répandu dans les silicates, il peut se
substituer au potassium.
Dans les roches sédimentaires, la datation fournit l'âge des minéraux de la roche d'origine
et non pas l'âge de la roche sédimentaire que l'on cherche à dater.
Ces méthodes sont difficiles à mettre en oeuvre, mais elles fournissent des mesures de plus
en plus précises. Elles ont permis, en particulier, de déterminer la vitesse de phénomènes
géologiques tels que la sédimentation, la subsidence, le mouvement des plaques
lithosphériques et biologiques tels que l'évolution des êtres vivants.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 90


Géologie du réservoir

6.4.2 Chronologie relative


L'établissement d'une chronologie relative est basée sur l'application de deux principes, le
principe de superposition et le principe de continuité :
• Le principe de superposition mentionne qu'une couche est plus ancienne que celle qui
la recouvre et plus récente que celle qu'elle recouvre.
En faisant une coupe dans une région tranquille, où les couches se présentent en position
normale et peu plissées, la succession à la verticale des unités lithologiques fournit une
stratigraphie locale.
• Le principe de continuité mentionne qu'une même couche sédimentaire ou un même
ensemble de couches sont de même âge sur toute leur étendue.
L'application de ces principes permet de tracer des corrélations lithologiques entre
plusieurs coupes locales, même si les épaisseurs varient, d'établir une lithostratigraphie et de
cartographier les différentes formations.
L'application de ces deux principes ne permet pas toujours de dater les différentes
formations géologiques surtout lorsque les formations sont éloignées les unes des autres et de
nature lithologique différente.
La paléontologie, qui étudie les restes des organismes fossilisés dans les terrains, permet
de compléter les informations et / ou de déterminer l'âge relatif des différentes couches
sédimentaires. Cette datation se base sur le fait que deux strates contenant des fossiles d'une
même espèce présentant le même stade d'évolution sont de même âge.
Il faut noter que tous les fossiles n'ont pas la même valeur stratigraphique :
• Certaines espèces animales et végétales ont évolué très rapidement au cours des temps
géologiques (cas des trilobites - embranchement des arthropodes - au Primaire, des
ammonites - embranchement des mollusques - au Secondaire) et permettent des
chronologies très fines. D'autres, au contraire, n'ont pratiquement pas varié (cas des
nautiles présents dans les terrains dès le Primaire et vivant encore dans les mers
actuelles).
• Certains groupes tels que les Ammonites, qui étaient des organismes nageurs vivant en
haute mer et capables de se déplacer rapidement, ont envahi de grandes surfaces du
globe presque instantanément. Par contre, d'autres organismes fixés ou vivant sur le fond
de la mer se sont répandus plus lentement.
• Enfin, il existe des organismes qui ne vivent que dans des conditions de milieu très
strictes, qui souvent ont peu évolué dans le temps. Ils n'ont pas toujours un grand intérêt

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 91


Géologie du réservoir

stratigraphique mais attestent un milieu de sédimentation bien défini. Ce sont les fossiles
de faciès (cas des huîtres).
On appelle fossile stratigraphique un fossile caractérisé par une grande répartition
géographique (forte probabilité de le retrouver en de nombreux points du globe) et une
évolution rapide dans le temps (faible extension verticale dans les dépôts).
La paléontologie en comparant les différentes formes fossiles rencontrées dans les terrains
sédimentaires est parvenue à établir une chronologie stratigraphique relativement fine et sûre.
La position dans le temps et la durée de vie de la plupart des espèces animales et végétales
sont actuellement connues. La présence de l'une d'entre elles ou plus souvent d'une
association de faune et / ou de flore permet de dater le terrain qui les renferme.
Les formes de grande taille, dites macrofaunes, longtemps seules utilisées pour les
datations, sont mal adaptées pour dater les couches traversées par les forages. La
micropaléontologie, qui fait appel aux microfaunes, est utilisée dans ce cas. Les microfaunes
peuvent être dégagées par lavage des roches tendres et observées à la loupe binoculaire ou au
microscope dans le cas de roches taillées en lames minces. L'étude des grains de pollen
fossiles (palinologie) est également très souvent utilisée pour dater les formations.
Grâce aux différentes méthodes de datation et par recoupement, il est possible d'atteindre,
dans les cas favorables, une précision de l'ordre de 200 000 ans.

6.4.3 Échelle stratigraphique


L'échelle stratigraphique renseigne uniquement sur l'âge d'une formation.
Lorsqu'une formation ou un groupe de formations a été reconnu soit par habitude soit du
fait de caractéristiques remarquables (lithologiques et / ou paléontologiques), elle prend le
nom de stratotype.
Un stratotype est caractérisé par une lithologie et une association de faunes et de flores
fossiles marquée schématiquement par l'apparition à la base et la disparition au sommet d'un
certain nombre d'organismes. Les stratotypes ont donné leur nom à une des divisions
fondamentales des temps géologiques : l'étage. Le nom de l'étage est obtenu en ajoutant le
suffixe ien au nom géographique du stratotype. Par exemple, le stratotype de l'étage
Maastrichtien est une couche de craie localisée à Maastricht ; il est caractérisé à son toit par
une extinction massive d'animaux et de végétaux (disparition des dinosaures en particulier).
Les stratotypes ont été, pour la plupart, choisis pour des raisons historiques et dans des
bassins sédimentaires simples, l'application du principe de superposition et de continuité étant

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 92


Géologie du réservoir

possible car ces bassins ne sont pas ou peu déformés. Les faciès représentés sont parfois très
particuliers et les fossiles qu'ils renferment ne sont pas toujours des fossiles stratigraphiques.
De plus les stratotypes choisis ne sont pas toujours complets.
L'intervalle de temps correspondant à l'étage est l'âge dont la durée moyenne est de
quelques millions d'années. Les étages sont regroupés en séries et l'intervalle de temps
correspondant est l'époque. Plusieurs séries sont rassemblées en systèmes correspondant en
temps à une période. Enfin les systèmes sont eux-mêmes réunis en érathèmes correspondant
du point de vue temps à l'ère. A l'opposé, un étage peut être divisé en zones, elles-mêmes
subdivisées en horizons qui correspondent aux plus fines coupures possibles.
Les ères correspondent à des renouvellements importants de faune et de flore : le Primaire
commence avec les premières traces de vie et se termine par une extinction massive ; le
Secondaire est l'ère des grands reptiles et se termine par leur disparition ; le Tertiaire est l'ère
des mammifères et des plantes à fleurs ; le Quaternaire débute avec l'apparition de l'homme.
Les limites entre les différents étages correspondent souvent à des variations importantes
dans la sédimentation (phase régressive ou transgressive). Les modifications de la flore et de
la faune sont donc en rapport avec ses modifications.
Si les séries, les systèmes et les ères sont reconnus à l'échelle du globe, il n'en est pas de
même pour les étages. De nombreux stratotypes locaux ont été décrits et utilisés et en
définitive il existe de nombreuses échelles stratigraphiques qui ont souvent une extension
assez localisée. La stratigraphie étant née en Europe au cours du 19 ème siècle, l'échelle la
plus employée est l'échelle européenne (voir échelle stratigraphique en annexe). Dans les
échelles stratigraphiques locales, le nom des stratotypes officiels est remplacé par un nom de
formation local.
L'échelle stratigraphique est en continuelle modification car les informations géologiques
sont de plus en plus nombreuses et précises. Elle regroupe les données fournies par la
chronologie relative et par la chronologie absolue.
L'un des problèmes fréquemment rencontré pour établir une datation des différents niveaux
et événements géologiques est l'absence de certains niveaux dans les formations et / ou la
faible épaisseur des dépôts. Par exemple, la durée sur laquelle s'est produit l'extinction de
certains groupes à la fin du Crétacé et la ou les raisons de cette extinction sont toujours
largement débattues à cause du manque d'informations.
Dire qu'une couche est de tel et tel étage renseigne uniquement sur l'âge de la formation.
Cela n'indique pas sa nature lithologique ni son mode de formation.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 93


Géologie du réservoir

6.4.4 Méthodes pratiques de la stratigraphie


L'opération de base de toute étude stratigraphique est l'établissement d'une coupe
réunissant toutes les observations et mesures que l'on peut effectuer sur une succession de
couches.
La composition lithologique et paléontologique (flore et faune) de chacune des formations
est décrite en détail. La position des fossiles est repérée. Les échantillons sont étudiés du point
de vue pétrographique et paléontologique. Cela permet en particulier de déterminer leur âge.
Toutes les observations et mesures effectuées, ou seulement une partie, sont réunies sous
forme d'une coupe stratigraphique ou log stratigraphique qui permet la comparaison avec
les mêmes observations effectuées en d'autres lieux (figure 1.43a et 1.43b).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 94


Géologie du réservoir

FIG. 1.43a Exemple de log stratigraphique

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 95


Géologie du réservoir

FIG. 1.43b Détail du log stratigraphique

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 96


Géologie du réservoir

La présentation d'une coupe des terrains traversés par un sondage est analogue : la
lithologie est fournie par l'examen des déblais et des carottes. La datation est fournie par les
fossiles recueillis ou par comparaison de la lithologie avec des coupes de surface. Les
épaisseurs sont lues directement à partir des profondeurs ou corrigées éventuellement pour
tenir compte des pendages des couches ou de la déviation du puits.
A l'échelle d'un bassin sédimentaire ou d'une portion de bassin, l'exploitation des coupes
passe par une phase de corrélation destinée à établir les relations entre les terrains observés en
des points géographiques différents.
Les corrélations lithostratigraphiques permettent de déterminer l'extension d'une formation,
d'un faciès. Les corrélations séquentielles permettent de mettre en évidence les variations
latérales de faciès et parfois de prévoir l'évolution des corps sédimentaires dans l'espace. Les
corrélations biostratigraphiques permettent de déterminer l'âge d'une formation et les
conditions de vie de la faune et de la flore. La localisation dans le temps et dans l'espace des
discontinuités en font des auxiliaires indispensables des études tectoniques en datant les
déformations des couches.
L'ensemble des documents ainsi réalisés (log stratigraphique, cartes, etc) sert de support à
l'interprétation finale qui est d'autant plus fine que les faits observés sont nombreux et précis.
La discontinuité des observations fait qu'une telle synthèse n'est jamais complète. Tout
point d'observation apportant un fait nouveau peut entraîner une modification importante de
l'interprétation initiale.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 97


Géologie du réservoir

CHAPITRE –II-
II. LES HYDROCARBURES

1. Généralités sur les hydrocarbures

1.1 Composition chimique


Les hydrocarbures se divisent du point de vue chimique en trois grandes familles :
 les hydrocarbures saturés : alcanes et paraffines,
 les hydrocarbures non saturés : naphténo-aromatiques et aromatiques,
 les résines et asphaltènes.

1.1.1 Composés saturés


Ils représentent environ 50 % en poids de l'ensemble des constituants. Ils se répartissent à
leur tour en trois familles principales :
• Les n-alcanes sont des hydrocarbures saturés à chaînes linéaires de longueur variable et
de formule générale Cn H2n+2. Ils sont dans les conditions normales de pression et de
température :
- gazeux de C1 (méthane) à C4 (butane),
- liquides de C5 (pentane) à C15,
- solides (paraffines) à partir de C16.
Ils représentent en moyenne 15 à 20 % des bruts. Ils sont surtout présents dans les
pétroles provenant des végétaux supérieurs. Leur proportion augmente au cours de la
diagenèse.
• Les isoalcanes sont constitués de chaînes ramifiées (groupement méthyle). Ils ont la
même formule générale que les n-alcanes.
• Les cycloalcanes ont une structure cyclique. Leur formule générale est CnH2n. Leur
proportion dans les bruts est de l'ordre de 30 %.

1.1.2 Composés non saturés


Ils sont souvent associés à des composés soufrés. Ils représentent en moyenne 30 % en
poids des pétroles. Les deux principaux groupes sont :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 98


Géologie du réservoir

• Les aromatiques constitués de molécules cycliques de formule générale C nH2n-6. Le


plus courant est le benzène (C6H6).
• Les naphténo-aromatiques constitués d'un ou plusieurs noyaux aromatiques. Ils sont
particulièrement abondants dans les bruts jeunes et peu matures.

1.1.3 Résines et asphaltènes


Ce sont des composés complexes de poids moléculaire élevé relativement riches en Azote
(N2), Soufre (S) et Oxygène (O2), ainsi qu'en Nickel et Vanadium. Ils constituent la fraction
la plus lourde des bruts où ils représentent environ 20 % en poids. Ils se rencontrent en
abondance dans les bruts immatures ainsi que dans les bruts lourds altérés, en particulier dans
les sables asphaltiques. Ils constituent au moins 50 % des bitumes disséminés dans les
sédiments.

1.2 Principales familles d'hydrocarbures


On distingue généralement :
• les gaz naturels,
• les hydrocarbures liquides : pétroles bruts ou huiles,
• les hydrocarbures solides : sables asphaltiques, schistes bitumeux et hydrates.

1.2.1 Gaz naturels


Les gaz naturels sont composés principalement de méthane (CH4). Ils se présentent :
• soit seuls en gisements de gaz individualisés,
• soit associés à des gisements de pétrole saturés et présentant un gas cap, ou sous-saturés
et essentiellement en solution dans la phase liquide.
On distingue les gaz secs et les gaz humides :
• Les gaz secs sont constitués principalement de méthane (de 97 % à 100 % de leur
composition), les autres alcanes intervenant en proportion rapidement décroissante.
• Les gaz humides comprennent des proportions plus importantes de gaz condensables et
des fractions liquides légères (le condensat).
Les gaz naturels peuvent renfermer en quantité variable d'autres constituants gazeux en
particulier l'hydrogène sulfuré (H2S), le gaz carbonique (CO2) et l'azote.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 99


Géologie du réservoir

L'hydrogène sulfuré et le gaz carbonique sont des produits provenant de la transformation


de la matière organique.
A grande profondeur, l'hydrogène sulfuré est produit par réduction des sulfates par des
bactéries. Il peut être dû aussi à l'activité magmatique. La proportion d'H2S peut être très
importante : 15 % dans le gisement de Lacq, 88 % dans un gisement de l'Alberta. Les gaz
renfermant de l'H2S, même à l'état de traces, sont dits gaz acides.
Le gaz carbonique apparaît à différents stades de la transformation de la matière organique
par oxydation, fermentation ou décarboxylation de ses constituants. C'est également un
produit du métamorphisme, en particulier il peut se former à partir des carbonates. Il peut
provenir également de l'oxydation des hydrocarbures par les sulfates.
L'azote se rencontre dans certains gisements, plus fréquemment dans les séries carbonatées
ou évaporitiques que dans les séries argileuses où il serait absorbé.

1.2.2 Pétroles bruts


Les pétroles bruts sont généralement constitués, pour la plus grande partie, d'hydrocarbures
liquides. Ils renferment aussi en solution des hydrocarbures gazeux et solides en quantités
variables. Les bruts légers présentent une forte proportion de gaz, les bruts lourds, une forte
proportion de solides.
Les composés soufrés sont les plus fréquents, notamment dans les bruts lourds où ils
représentent en moyenne 1 % en poids. Ils sont souvent en relation avec des milieux de dépôt
de roches mères carbonatées. Ils ont tendance à diminuer avec la profondeur.
Les composés azotés sont moins fréquents. Ils se rencontrent dans des molécules
complexes de structure aromatique polycyclique.
On distingue suivant leur composition :
 les bruts paraffiniques,
 les bruts naphténo-paraffiniques,
 les bruts naphténiques,
 les bruts aromatiques,
 les bruts lourds.
Les bruts peu mâtures sont généralement lourds et riches en composés non hydrocarbonés
et en asphaltènes.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 100


Géologie du réservoir

Les bruts, soumis à une forte diagenèse, se trouvent relativement enrichis en paraffines par
suite d'une diminution des aromatiques et des produits lourds. Ils deviennent de plus en plus
légers avec la profondeur.
1.2.3 Hydrocarbures solides
Généralement, on désigne sous le nom d'asphaltes ou de bitumes, des produits plus ou
moins solides. Le terme paraffine désigne des composés paraffiniques au-delà de C16.
On distingue :
 les hydrates,
 la famille des bitumes.

1.2.3.1 Hydrates
Dans certaines conditions de basse température et de pression, le méthane peut précipiter et
cristalliser sous forme d'hydrate de méthane, une molécule de méthane se liant à six
molécules d'eau. D'autres molécules d'hydrocarbures peuvent former des hydrates avec l'eau.

1.2.3.2 Famille des bitumes : sables asphaltiques, schistes bitumineux


Les bitumes sont définis comme des mélanges visqueux naturels composés principalement
d'hydrocarbures lourds, et parfois de produits sulfureux. Leur forte viscosité et leur densité ne
permettent pas de les récupérer par les procédés traditionnels. Ce sont des mélanges
complexes. En plus des composés soufrés et azotés, le Vanadium et le Nickel sont souvent
présents.
• Les sables asphaltiques ou bitumineux
Les sables asphaltiques sont des roches sédimentaires, consolidées ou non, contenant du
bitume ou d'autres produits pétroliers lourds à viscosité élevée. Ces sables sont souvent
bien classés, poreux et perméables. Le bitume représente environ 20 % en poids de la
roche imprégnée.
• Les schistes bitumineux
Ce sont des roches sédimentaires généralement argileuses, mais parfois carbonatées,
riches en matière organique insoluble, le kérogène, pauvres en bitumes et susceptibles de
donner des hydrocarbures par pyrolyse, à des températures de l'ordre de 500°C. La
matière organique est composée essentiellement de débris d'algues. La composition
chimique est variable, mais toujours complexe. La densité de ces roches est faible en
raison de la forte teneur en matière organique.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 101


Géologie du réservoir

2. CARACTERISTIQUES PHYSICO CHIMIQUES DES HYDROCARBURES

Introduction
Le pétrole a été une chance formidable pour l’homme. C’est le concentré d’énergie parfait
: liquide, il est facilement transportable. Et en le brûlant en petites quantités, on obtient
suffisamment d’énergie pour faire tourner des moteurs qui entraînent toutes sortes de
véhicules et permettent à toutes sortes de machines de fonctionner.
De plus, on peut le transformer en une grande quantité de produits qui sont devenus les
matières premières de notre environnement quotidien : plastiques, textiles synthétiques… et
bien d’autres produits divers et variés.
Le gaz naturel, qui appartient à la même famille que le pétrole, celle des hydrocarbures,
l’accompagne systématiquement dans tous les gisements. Le gaz naturel est aussi un
combustible très énergétique, et certains de ses composants servent également à fabriquer des
polymères à la base de bien des produits courants. Mais cette chance du pétrole et du gaz est
devenue aussi l’un des grands défis d’aujourd’hui.
La consommation toujours plus importante d’hydrocarbures menace les équilibres
écologiques de notre planète, en particulier ceux du climat terrestre. Des solutions devront
être trouvées dans les prochaines années et cela concernera chacun d’entre nous.
Comment ces hydrocarbures se sont-ils formés ?
Où les trouve-t-on ?
Comment les extrait-on et les traite-t-on ?
Les réponses sont dans les pages qui suivent ! Vous y trouverez aussi des renseignements
sur le commerce des hydrocarbures et sur les agents du secteur pétrolier : grandes compagnies
pétrolières, organismes de recherche…
La Géologie est une science qui traite de l’origine de la Terre, de son histoire, de sa forme,
des matériaux qui la composent et des processus qui influent ou qui ont influé sur elle.
La géologie s’intéresse aux roches et aux matériaux dérivés qui composent les couches
externes du globe terrestre. Afin de comprendre la genèse de ces matériaux, les géologues
recourent aux connaissances d’autres domaines scientifiques, comme la physique, la chimie et
la biologie. Ainsi, des secteurs aujourd’hui très importants de la géologie, comme la
géochimie, la géophysique, la géochronologie (emploi des méthodes de datation) ou encore la
paléontologie, peuvent-ils maintenant être considérés comme des disciplines à part entière,

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 102


Géologie du réservoir

qui donnent aux géologues la possibilité de mieux appréhender le fonctionnement de la


planète Terre à travers le temps.
La géologie du pétrole quant a elle étudie les conditions de gisement des hydrocarbures
naturels (huiles, gaz…) leur formation et leur migration.
Le pétrole est un liquide brun plus ou moins visqueux d'origine naturelle extrait du sous-
sol par pompage, c’est un mélange complexe d'hydrocarbures, principalement utilisé comme
source d'énergie (dans une lampe à pétrole, il éclaire et dégage de la chaleur, il brûle), c’est
donc un combustible. Le pétrole contient des hydrocarbures saturés, à chaînes linéaires,
ramifiés ou cycliques, ainsi que des traces de soufre, d'azote, d'oxygène, d'eau salée et de
métaux (fer, nickel). On le trouve en grandes quantités dans des gisements enfouis sous la
surface des continents ou au fond des mers.

2. Caractéristiques physico chimiques des hydrocarbures.


Le pétrole est une roche carbonée. C'est une roche liquide ou huile minérale. Le mot vient
du latin petraoleum (petra- et -oleum, soit « huile de pierre »). On le trouve principalement
dans le sous-sol par forage, mais en certains endroits, on le trouve à même le sol où il
affleure. Il s'agit d'une importante source d'énergie.
Les gaz naturels et les huiles brutes de pétrole se présentent toujours sous forme de
mélanges complexes d’hydrocarbures auxquels s’ajoutent, dans des proportions variées, mais
toujours faibles, des composés oxygénés, azotés et sulfurés.

2.1 Formation des hydrocarbures


Le pétrole est issu de la décomposition de matières organiques végétales et animales qui
se sont accumulées au fond des océans il y a des millions d'années (notamment lors du
Silurien, du Jurassique et du Crétacé). Cette matière organique, collectée dans des endroits
confinés (lagunes, deltas, ...) s'enfonce alors lentement à des profondeurs de plus en plus
importantes.
Par l'effet de la chaleur interne (propre à la Terre) et de la pression environnante, ainsi que
par la présence de bactéries et par l'absence de l'oxygène, l'ensemble des matières organiques
en présence ont été lentement décomposées et transformées en gaz et en un liquide plus ou
moins visqueux qui est le pétrole.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 103


Géologie du réservoir

Selon la configuration du terrain, la variété des produits enfouis (matières végétales,


animales, plancton, etc.) et d'autres paramètres, le pétrole formé peut être plus ou moins
soufré, plus ou moins léger ou contenir plus ou moins de sel.
Le pétrole léger, moyen ou lourd est le résultat de la décomposition d'organismes
(microorganismes, animaux et végétaux), pris au piège dans les sédiments. Il se forme d'abord
en kérogène qui se transforme lui-même (suivant les différentes conditions
environnementales) en pétrole, gaz ou charbon. Cette transformation n'a lieu qu'en milieu
réducteur (cette condition est généralement liée à la pauvreté du milieu en oxygène), par un
ensemble de réactions chimiques complexes dans des conditions de température et de
pression élevées.
On parle de produit fossile, comme pour le charbon (résultat d'une transformation
différente qui se produit sur des organismes de la même époque), en raison de la durée
nécessaire pour la formation des sédiments, de l'ordre de dizaines voire des centaines de
millions d’années. Cependant, dans quelques rares cas, on a pu déterminer une formation
beaucoup plus rapide, de l'ordre du million d'années.
Pour obtenir dans un endroit un système pétrolier actif, cinq conditions doivent être
réunies:
 Présence d'une roche source (ou roche mère), strate sédimentaire très riche en matière
organique. En général, il s'agit d'argile, de schiste ou de charbon généré durant l'une des
six périodes de fort réchauffement climatique, le jurassique supérieur et l'aptien étant les
plus productives. Les sédiments en question se solidifient en roches poreuses, pouvant se
retrouver à plusieurs centaines de mètres de profondeur (jusqu'à trois kilomètres pour les
plus profondes).
 Maturité de la roche source : Pour que les matières organiques se transforment en
plusieurs phases en eau et en kérogène, puis en pétrole et en gaz naturel, il faut avoir
atteint la « fenêtre » nécessaire, en temps et en température.
 Ces hydrocarbures finissent par quitter la roche mère sous l'effet de la pression ; leur
faible densité (généralement inférieure à la densité de l'eau) les entraîne vers la surface. Si
aucune barrière naturelle ne s'oppose à cette migration, le pétrole peut remonter jusqu'à la
surface et y affleurer, d'où une nouvelle condition nécessaire :
 Présence d'une roche réservoir, suffisamment poreuse (sables, carbonates ou dolomites
sont les réservoirs les plus courants) pour que les hydrocarbures s'y imprègnent. Au plus le
réservoir est poreux, au plus l'extraction sera facile.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 104


Géologie du réservoir

 La condition pour que cette couche conserve le pétrole est qu'elle soit surmontée par une
couche imperméable, dite de couverture, qui peut être une roche comme de l'argile par
exemple, ou un dépôt dû à l'évaporation d'eau de mer (sel, gypse). Ce sont alors des pièges
stratigraphiques.
Pour que les fluides se réunissent en un point, il faut encore qu'il existe une structure piège,
c'est-à-dire un dôme dans la surface de contact entre le réservoir et la roche de couverture. Les
pièges les plus vastes sont ceux formés par les déformations anticlinales, mais les failles
jouent aussi un rôle important. Certains pièges sont directement issus d'anciens éléments du
paysage : par exemple, un récif corallien, une fois fossilisé et encastré dans une roche
imperméable, peut être une structure piège convenable.
Si les conditions dynamiques (mouvements des hydrocarbures fluides dans le réservoir)
naturelles ou provoquées artificiellement sont favorables, on obtient alors un gisement
exploitable.

2.2 Caractéristiques chimiques.


Le pétrole est un mélange d'hydrocarbures. Ces hydrocarbures se présentent sous forme de
chaînes linéaires plus ou moins longues, ou bien des chaînes cycliques naphténiques ou
aromatiques. On distingue les différents types de pétrole selon leur densité, leur fluidité, leur
teneur en soufre et leur teneur en différentes classes d'hydrocarbures. On dit alors que le
pétrole est paraffinique, naphténique ou aromatique. On les distingue aussi parfois selon leur
provenance (golfe Persique, mer du Nord, Venezuela, Nigeria). Ils font partie de ce qui est
appelé les « bruts ».
Il existe des centaines de bruts de par le monde. Certains servent comme étalon pour
établir le prix moyen du pétrole en provenance d'une région donnée. Les bruts les plus connus
sont l'Arabian Light (brut de référence du Moyen Orient), le Brent (brut de référence
européen) et le West Texas Intermediat (WTI) (brut de référence américain). Selon sa
provenance et en général, le brut peut contenir du gaz dissous, de l'eau salée, du soufre et des
produits sulfurés. Il a une composition trop complexe pour être décrite en détails. Il faut
savoir que les hydrocarbures entrant dans la composition des gaz et huiles brutes
appartiennent aux groupes suivants :
 Paraffiniques : (Cn H2n + 2) appelés aussi Alcanes
 Naphténiques : (Cn H2n) appelés aussi Alcènes
 Aromatiques : (Cn H2n – 2) appelés aussi Alcynes

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 105


Géologie du réservoir

Les premiers sont les plus fréquents dans les huiles brutes. Les hydrocarbures aromatiques,
toujours présents ne s’y rencontrent que dans des proportions beaucoup plus faibles. (10 à
15%).
Les produits oxygénés sont représentés, dans des proportions très faibles (0,1 à 4%) par des
acides naphténiques ou de phénols.
Les produits azotés ne se rencontrent qu’en proportions inférieures à 0,1%. Ils
appartiennent au groupe de pyridines et des quinoléines.
Les composés sulfurés sont beaucoup plus importants que les précédents car ils
interviennent dans l’estimation de la valeur marchande des pétroles. Ces composés doivent
être éliminés par des procédés spéciaux de raffinage. Dans certains cas, cependant la forte
proportion d’hydrogène sulfuré permet de valorise le produit brut par la production de soufre.
En portant le pétrole extrait du sous-sol à différentes températures dans une tour de
distillation, on obtient de nombreux produits :
 des solides, comme la paraffine et le bitume ;
 des huiles lourdes, comme le gasoil et le fuel ;
 des liquides, comme l’essence et le kérosène ;
 des gaz comme le butane et le propane.
Formule chimique de quelques gaz.

2.3 Caractéristiques physiques.


Les hydrocarbures se rencontrent à l’état naturel sous forme de gaz, de liquides, de
produits pâteux et solides.
 Les hydrocarbures gazeux (ou gaz naturels) se subdivisent en gaz humides lorsqu’ils
renferment une fraction condensable (ex. propane, butane) et en gaz sec dans le cas
contraire.
C4 H10 Alcanes de formule Cn H2n + 2 (Butane) Hydrocarbure paraffinique.
C4 H8 Alcènes de formule Cn H2n (Butylène)
C4 H6 Alcynes de formule Cn H2n – 2 (Butilyne)
Le gaz le plus courant est le méthane (C H4), toujours mélangé en quantité plus ou moins
grande à des impuretés telles que l’hydrogène, l’hélium, l’azote, le gaz carbonique (C O2) et
l’hydrogène sulfuré (H2 S).
 Les hydrocarbures liquides sont caractérisés par leur teinte (jaune à brun foncé), leur
fluorescence, leur densité (0,8 à 0,95) et leur viscosité.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 106


Géologie du réservoir

 Les hydrocarbures solides résultent de l’oxydation d’anciens hydrocarbures liquides et se


présentent sous forme d’inclusions dans des calcaires et schistes bitumineux. Ils
représentent des réserves considérables mais leur intérêt économique reste actuellement
limité par le coût élevé de l’extraction.

3. GENESE DES HYDROCARBURES


Les hydrocarbures prennent naissance dans des formations sédimentaires argileuses et / ou
carbonatées riches en matière organique et soumises à une certaine diagenèse. On qualifie ces
formations de roches mères.
L'origine biologique et sédimentaire des hydrocarbures est unanimement admise (présence
de fossiles, de macromolécules organiques complexes, effet sur la lumière polarisée). Mais, il
n'est pas impossible que le méthane puisse avoir une origine minérale dans certains cas.
La présence de minéraux argileux en quantité relativement importante dans la roche peut
permettre la formation de fortes pressions internes, probablement à l'origine de micro
fracturations, le tout facilitant l'expulsion des fluides de la roche mère.
Les roches mères carbonatées renferment en moyenne dix fois moins de matière organique
que les roches argileuses, mais produiraient en définitive la même quantité d'hydrocarbures
capables de migrer.

3.1 Matière organique à l'origine des hydrocarbures


Tous les organismes vivants sont constitués de protéines, de glucides et de lipides.
• Les protéines constituent une part importante de la matière vivante, elles sont
constituées d'acides aminés. Ce sont des composés de Carbone (C), Hydrogène (H),
Oxygène (O) et Azote (N). Parmi leurs multiples fonctions, elles servent de catalyseurs
(enzymes) dans les réactions métaboliques des cellules vivantes.
• Les glucides sont composés de C, H et O. C'est la source principale d'énergie des
organismes vivants.
• Les lipides groupent tous les produits organiques insolubles dans l'eau. Ils comprennent,
en particulier, les acides gras et les graisses. Ce sont des composés de C, H et O. C'est la
forme de stockage de l'énergie nécessaire aux cellules.
Les pétroles dérivent principalement des lipides qui résistent mieux à l'action des bactéries
que les autres constituants, tandis que les charbons proviennent de restes de plantes, et plus
particulièrement des glucides (matière ligno-cellulosique).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 107


Géologie du réservoir

La biomasse est composée d'un petit nombre de groupes d'organismes vivants. Les groupes
les plus importants sont : le plancton marin, les bactéries, les algues et les plantes supérieures.
• Le plancton marin et lacustre, notamment les algues microscopiques, est riche en
protéines.
• Les bactéries sont principalement constituées d'eau, de protéines et peuvent présenter
jusqu'à 10 % de lipides. Elles peuvent utiliser des composés très différents (glucides,
sulfates, nitrates, etc.) comme source d'énergie.
• Les plantes supérieures terrestres sont constituées en majeure partie de cellulose - 30 et
50 % - et de lignine - 15 à 25 % (composés glucidiques). Elles sont capables à partir du
gaz carbonique atmosphérique de synthétiser des composés organiques : c'est la
photosynthèse.

3.2 Milieux de dépôt de la matière organique et de formation des hydrocarbures


La matière organique se rencontre, après la mort des différents organismes vivants,
disséminée ou en solution dans l'eau, notamment en liaison avec des particules argileuses qui
semblent jouer un rôle important dans sa fixation et sa préservation. Il est nécessaire qu'elle
ne se dégrade pas et qu'elle soit protégée avant, pendant et après son dépôt, ce qui implique un
milieu de dépôt aquatique, anaérobie (donc réducteur) avec des eaux calmes et confinées. Les
zones favorables au dépôt de matière organique sont les zones deltaïques à forte subsidence et
forte sédimentation, les mers fermées ou semi-fermées, et les lagunes.
La matière organique issue du plancton, des algues et des bactéries, qui sédimente sur
place est dite autochtone ; celle des plantes terrestres est amenée dans les bassins de
sédimentation par des courants aériens ou fluviatiles : elle est dite allochtone.
Une grande partie de la matière organique, d'origine planctonique, est détruite au cours de
sa chute à travers la tranche d'eau. La vitesse de sédimentation est de l'ordre de 100 m par
semaine. On estime qu'en moyenne :
• seulement 2 % atteint les fonds peu profonds,
• et 0,02 % les grands fonds océaniques.
Une autre partie est détruite par les organismes qui vivent sur le fond. Les quantités
sédimentées sont finalement faibles et elles sont fonction :
• du volume de la biomasse existante,
• des conditions physico-chimiques du milieu de dépôt.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 108


Géologie du réservoir

Le pourcentage de matière organique dans les sédiments est, en moyenne, inférieur à 1 %.


Il peut atteindre jusqu'à 10 % dans des conditions extrêmement favorables. On peut
considérer que les niveaux à forte concentration en matière organique, sont dus à des
conditions exceptionnelles de conservation. Ce sont les sédiments déposés dans ces milieux
qui pourront devenir des roches mères.
Le rythme de sédimentation joue un rôle dans la dispersion et la conservation de la matière
organique. Une sédimentation rapide assure un enfouissement rapide et une protection
efficace de ces produits. En portant rapidement ces couches à une température élevée, l'action
des bactéries se trouve limitée dans le temps ce qui permet la conservation d'une fraction plus
importante de matière organique. Une sédimentation lente favorise, par contre, la
concentration de la matière organique.
On peut distinguer deux types de dépôt correspondant à deux familles biologiques
distinctes :
• un milieu marin restreint ou lacustre, caractérisé par une prédominance de matière
organique planctonique ou alguaire, qualifiée de sapropélique,
• un milieu à tendance saumâtre, à sédimentation argileuse rapide particulièrement riche
en matière organique provenant des végétaux supérieurs.
Les premiers seront à l'origine d'huiles naphténiques, les autres de gaz et d'huiles
paraffiniques.
Sur le plan sédimentologique, on peut considérer trois types de milieux de dépôt favorables
à la formation de roches mères :
• sédimentation argilo-sableuse de type paralique (sédiments déposés en bordure du rivage
marin),
• sédimentation argilo-carbonatée, à tendance évaporitique,
• sédimentation lacustre.

3.2.1 Milieux argilo-sableux


Ces milieux sont caractérisés par des dépôts d'épaisses séries d'argiles noires pyriteuses
souvent à passées charbonneuses et sableuses, en proportions variables, souvent lenticulaires.
Ils correspondent à des zones à forte subsidence, à intense dépôt d'alluvions et à rapide
enfouissement, se situant habituellement au voisinage de l'embouchure des grands fleuves.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 109


Géologie du réservoir

La matière organique, d'origine continentale, est composée de débris de plantes supérieures


directement transportés avec des matériaux détritiques (sables et argiles) dans les lacs,
lagunes ou dans la mer par les courants.

3.2.2 Milieux carbonatés et évaporitiques


La matière organique des milieux franchement marins, est riche en protéines, glucides et
lipides provenant principalement du plancton et plus accessoirement des algues. Les milieux à
tendance évaporitique sont généralement représentés par des marnes et calcaires foncés,
souvent bitumineux, phosphatés et parfois siliceux. Les apports détritiques sont faibles, la
stratification finement litée, le milieu souvent sursalé et confiné. La sédimentation peut être
relativement lente et la proportion de matière organique élevée. La sédimentation faite
d'alternances de lits très minces de types variés, témoigne de l'absence de courants et
d'organismes sur le fond.
Le kérogène, produit dans ces roches, est de très bonne qualité. Il se compose souvent de
matière organique amorphe d'origine alguaire.
Des micro-fracturations se développant dans les roches formées, seraient à l'origine d'une
expulsion des hydrocarbures beaucoup plus efficace que dans les roches mères argileuses.
Les milieux récifaux sont des milieux très prolifiques, mais la matière organique y est
largement dégradée et minéralisée. Elle ne peut se conserver et s'accumuler que dans des
dépressions abritées, qui se forment souvent en arrière des barrières récifales.

3.2.3 Milieux lacustres


Les lacs et certaines lagunes peuvent être favorables au développement d'algues, capables
d'utiliser directement l'azote atmosphérique. Dans de tels milieux, la densité du plancton et
des autres organismes arrête la pénétration de la lumière, créant un contraste entre les eaux de
surface riches en matière organique et les niveaux plus profonds, stratifiés, stagnants et
anaérobies. La vie se développe à la surface et la matière organique des organismes morts
trouve sur le fond des conditions particulièrement favorables à sa conservation.
En définitive, la matière organique se dépose principalement sur les fonds marins avec des
sédiments argileux. Cette matière organique sous l'action des bactéries et de la diagenèse
(augmentation de la pression et de la température) va se transformer en hydrocarbures au sein
du sédiment qui forme une roche de plus en plus compacte. L'ensemble constitue la roche
mère.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 110


Géologie du réservoir

3.3 Transformations conduisant de la matière organique aux hydrocarbures

3.3.1 Formation du kérogène. Diagenèse biochimique


La diagenèse biochimique concerne les premières transformations qui se produisent dans le
sédiment fraîchement déposé sous l'action des bactéries.
Ce premier stade de diagenèse commence immédiatement après le dépôt du sédiment et se
poursuit jusqu'à des profondeurs de quelques centaines de mètres, correspondant à des
températures maximum de 50-60°C. Les sédiments subissent, dans les premières dizaines de
mètre du dépôt, l'action des micro-organismes présents dans la vase, et notamment des
bactéries.
Cette activité biologique est en étroite relation avec l'épaisseur de la tranche d'eau.
Importante dans les eaux peu profondes, elle diminue rapidement pour devenir faible à grande
profondeur.

4. Origine du pétrole.
L’origine minérale du pétrole qui a été longtemps retenue est aujourd’hui entièrement
abandonnée. On lui attribue de nos jours une origine organique.
• Les hydrocarbures naturels résultent de la transformation des matières organiques
contenues dans un grand nombre de sédiments.
Ces matières organiques proviennent essentiellement du plancton (constitué de
microorganismes) et plus particulièrement du phytoplancton ou plancton végétal ayant vécu
dans les mers, les algues des mers, les lagunes et les grands lacs ainsi que de l’apport de
certains fleuves.
• L’accumulation et la conservation de ces matières organique ont été favorisées par :
a) La faible ou moyenne profondeur de fonds et l’absence de courants.
b) Le milieu pauvre en oxygène (réducteur) régnant sur les fonds.
c) La finesse et l’absence des sédiments minéraux se déposant en même temps qu’elles.
La transformation initiale des matières organiques en hydrocarbures est provoquée par
l’action de bactéries anaérobies (c'est-à-dire vivants dans un milieu sans oxygène). Cette
transformation est rapide et suit de très près le dépôt des matières organiques et des sédiments
qui les accompagnent. Les transformations ultérieures résultent de l’action de divers
facteurs tels que la pression, température, radioactivité naturelle etc.…

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 111


Géologie du réservoir

5. SEDIMENTATION ET MILIEUX PETROLIGENES. NOTION DE ROCHE


MERE.
Les sédiments qui s’accumulent au fond de la mer finissent par s’épaissir peu à peu. C’est
un phénomène très lent. De quelques mètres à une centaine de mètres par million d’années, la
roche mère s’enfonce peu à peu sous l’accumulation des sédiments qui continuent à se
déposer. Par chance, leur poids provoque un affaissement progressif qui laisse place libre aux
sédiments qui continuent ainsi de s’accumuler. Ce phénomène dit de subsidence caractérise
les bassins sédimentaires.
C’est un phénomène de grande ampleur. L’affaissement progressif atteint plusieurs milliers
de mètres, parfois plus de 8 000 mètres (8 km !) au centre du bassin. Et la chaleur croît pour
la roche mère qui s’enfonce s’enfouit peu à peu, la température du sous-sol augmentant en
moyenne de 3 °C tous les 100 m. La matière organique est également de plus en plus écrasée
par le poids des sédiments, la pression augmentant de 25 bars par 100 m. Du coup, à 1 km de
profondeur, il fait déjà 50 °C et la pression est de 250 bars. La matière organique évolue très
lentement, les atomes de carbone et d’hydrogène se réorganisent, s’associent. L’azote, le
soufre et le phosphore, autres éléments essentiels du vivant, sont peu à peu éliminés la
matière organique se transforme en kérogène.
Il faut environ 100 °C pour que le kérogène commence à générer des hydrocarbures
liquides, du pétrole et du gaz. Cela correspond en gros à un enfouissement de 2 200 m à 3 800
m.
L’enfouissement se poursuit et la production d’hydrocarbures liquides atteint un
maximum, un pic. Les liquides produits deviennent plus légers et tendent de plus en plus vers
le gaz. Entre 3 800 m et 5 000 m, le kérogène commence à produire le plus léger des
hydrocarbures, le gaz méthane. Peu à peu, la roche mère a ainsi produit des liquides pour
terminer par du gaz et, finalement, l’épuisement de son potentiel. L’intervalle de profondeurs
où elle produit des liquides s’appelle fenêtre à huile. Celui où elle produit du gaz s’appelle…
fenêtre à gaz, bien sûr !
La proportion de liquides et de gaz produits dépend de la nature de la roche mère. Par
exemple, si les débris organiques qui la composent sont principalement d’origine animale,
elle produira proportionnellement beaucoup plus de liquides. A l’inverse, si les débris
végétaux dominent, elle produit surtout du gaz et peu de liquides.
Au fait, prenons du pétrole généré à 3 000 m de profondeur. Estimons une sédimentation
moyenne de 50 m par million d’années. Il aura fallu 60 millions d’années pour que ces

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 112


Géologie du réservoir

animaux morts se transforment en hydrocarbures liquides. Pas étonnant qu’on mette le pétrole
dans les énergies non renouvelables, non ?
Nous avons vu que la matière première des hydrocarbures est constituée par la matière
organique provenant des organismes unicellulaires du plancton et par les bactéries. Or le
maximum de matières organique se trouve dans les fonds abrités de bassins peu profonds.
L’étude de nombreux bassins pétrolifères et celle de la sédimentation actuelle permettent
de considérer comme milieux pétroligènes probables :
• Les lagunes et les estuaires où se déposent de nombreux produits végétaux qui pourraient
être à l’origine des gisements de gaz naturel.
• Les dépressions et les bassins plus ou moins profonds où des sédiments détritiques fins
enfouissent assez rapidement les matières organiques.
• Les talus continentaux au pied desquels glissent et s’entassent les sédiments du plateau
continental.
Les roches mères sont des roches dans lesquelles se sont formés les hydrocarbures. Ce sont
des roches de couleur sombre (brun foncé à noir), à pâte fine, riches en matière organique et
déposées en milieu réducteur (absence de fossiles et présence de pyrite). Elles sont
représentées soit par des argiles de teinte sombre, finement litées soit par des calcaires fins, le
plus souvent argileux de teinte foncée.

5.1 Les roches mères.


Le pétrole s'est formé sous la surface de la Terre à la suite de la décomposition
d'organismes marins. Il y a plusieurs millions d'années, d'innombrables végétaux, micro-
organismes et espèces planctoniques, vivaient dans les océans. Lorsque les générations
successives mouraient, leurs restes se déposaient au fond des océans. Pendant des millions
d'années, ils s'accumulèrent et se mélangèrent à la boue et au limon, pour former des couches
de sédiments riches en matières organiques, le kérogène.
L'accumulation continue de sédiments enfouit ces couches organiques à de grandes
profondeurs ; sous l'effet de la compression, celles-ci se transformèrent en roches qui
devinrent des réservoirs de pétrole. Les roches contenant la matière première du pétrole sont
appelées « roches mères ». L'épaisseur de ces couches sédimentaires augmentant, la
température s'éleva, entraînant une transformation des matières organiques d'origine en
substances plus simples, les hydrocarbures, composés de carbone et d'hydrogène. Ainsi se
constitua le pétrole.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 113


Géologie du réservoir

Le problème des roches mères est l’un des plus discutés de la géologie du pétrole ; il est
étroitement lié au problème de l’origine des hydrocarbures et de ce fait relève principalement
des disciplines géochimiques.
Dans le plus grand nombre des cas, et plus particulièrement dans les séries détritiques, les
roches mères sont représentées par des argiles sombres finement litées.
Le pétrole et le gaz sont constitués d’hydrocarbures, des molécules composées de carbone
et d’hydrogène. On sait que ces hydrocarbures ne peuvent pas résister très longtemps à la
surface de notre terre car ils sont attaqués par l’oxygène et dévorés par les bactéries qui vivent
dans les milieux où il y a de l’air (bactéries aérobies). Ainsi, ils sont assez rapidement
transformés en gaz carbonique (dioxyde de carbone CO2) et en eau. Il n’existe pas par ailleurs
d’hydrocarbures dans les couches profondes de la terre car au-delà d’une certaine profondeur
(environ 10 km), ils seraient détruits car la température est trop élevée (plus on s’enfonce sous
terre, plus ça chauffe !).
D’où viennent donc ces hydrocarbures ? Leur composition montre qu’il s’agit d’une
transformation de la matière organique d’êtres vivants morts il y a très longtemps. Quand une
plante ou un animal meurt à la surface de la terre, sa matière est généralement recyclée par
d’autres êtres vivants. Ce qui n’est pas dévoré par les prédateurs, les charognards ou les
bactéries, est oxydé en gaz carbonique et en eau, et ce gaz carbonique alimente la croissance
de nouvelles plantes. Néanmoins, une toute petite partie, peut-être 0,1 %, de cette masse du
vivant échappe à ce destin toujours renouvelé. Dans certains cas, la matière des êtres morts
coule au fond des mers. Dans ce milieu très calme et peu oxygéné, elle se mélange à des
matières minérales (particules d’argile, sables très fins…) pour former des boues sombres et
puantes. Cette mauvaise odeur caractérise l’action de bactéries anaérobies (qui n’ont pas
besoin d’air pour vivre), beaucoup moins gourmandes que leurs cousines de la surface
terrestre.
Une roche riche en matières organiques Cette matière organique est donc en partie
préservée. Les animaux qui la produisent sont minuscules ou microscopiques : c’est
principalement du plancton marin. Les débris végétaux, eux, sont apportés par les rivières qui
alimentent la mer.
Cette matière organique mélangée à des sédiments minéraux s’accumule peu à peu. Pour
produire plus tard de grandes quantités de pétrole ou de gaz, il faut que la proportion de
matière organique soit suffisante c’est-à-dire d’au moins 1 à 2 % pour constituer la roche
mère de notre pétrole. 1 à 2 %, ça ne paraît pas beaucoup, mais il faut des conditions

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 114


Géologie du réservoir

exceptionnelles pour atteindre ce pourcentage : beaucoup de plancton ou de débris végétaux


et pas trop de matières minérales. Un climat chaud favorable au plancton, pas de montagnes à
proximité pour limiter les volumes de sédiments minéraux, l’embouchure d’un grand fleuve
charriant beaucoup de débris végétaux sont autant d’éléments qui peuvent contribuer à la
formation de la roche mère.
Néanmoins, tant que celle-ci reste à la surface du fond de la mer, elle ne peut pas produire
de pétrole.

5.2 Roches réservoirs ou magasins


Les roches réservoirs doivent être à la fois poreuses pour contenir des hydrocarbures et
perméables pour permettre la circulation des fluides jusqu’à la rencontre d’un piège au cours
de leur migration et plus tard leur extraction.

5.2.1 Type de roches réservoirs


Elles appartiennent à deux groupes principaux :
• Roches sableuses ou gréseuses – formées principalement par l’accumulation des grains
de quartz plus ou moins cimentés entre eux. Les réservoirs sableux constituent environ 60%
des principaux champs pétroliers dans le monde.
• Roches carbonatées – comprenant de nombreux types de calcaires et de dolomies (32%
des champs exploités).
De la taille des grains, de leur classement, de leur forme et de la nature minéralogique des
composants dépendent les valeurs de la porosité et de la perméabilité.
Certaines roches métamorphiques ou éruptives qui à l’origine ne sont ni poreuses ni
perméables peuvent le devenir par fracturation ou altération (6% des champs exploités).

5.2.1.1 Porosité.
Dans les gisements, le pétrole occupe les vides entre les particules minérales, pour le
pétrolier, l’étude et la mesure de la porosité sont essentielles.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 115


Géologie du réservoir

La porosité est définie comme étant le rapport entre le volume des vides et le volume total
de la roche.
(Vol. des vides / Vol. total) x 100 = Φ % (porosité en pour-cent).

La porosité inter granulaire : dépend de la dimension et du classement des grains ainsi que
de la proportion de matrice, donc de l’énergie du milieu de dépôt et de l’évolution
diagénitique postérieure.
Porosité de fissuration : Elle apporte peu de porosité ; par contre elle met en relation plus
facile les micropores de la matrice.
Il convient de distinguer toutefois la porosité totale qui se rapporte au volume total des
vides et la porosité utile ou encore effective qui a trait au volume des seuls vides reliés entre
eux.
La porosité des magasins dans les gisements exploités varie entre 5 et 40%, le plus souvent
elle oscille entre 10 et 20%.
Une appréciation qualitative peut être donnée sous la forme suivante (d’après Levorsen,
1956):
0 à 5 % Négligeable
5 à 10% Faible
10 à 15% Moyenne

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 116


Géologie du réservoir

15 à 20% Bonne
20% et plus Très bonne
La porosité totale. Elle tient compte de tous les vides existants dans un échantillon de
roche.
La porosité utile. Dans un échantillon, tous les pores ne sont pas reliés entre eux ; certains
sont isolés et emprisonnent le fluide qu’ils contiennent (ex. la pierre ponce ou l’argile dont la
porosité totale est grande (50 à 90%) mais dont la porosité effective est nulle).
L’exploitation d’un gisement ne fait intervenir que les vides qui permettent un écoulement
du fluide.
Ceux-ci représentent la porosité utile de la roche qui se définie comme suit :
Φ = Vv/Vt Vv- volume des vides Vt- volume total de l’échantillon.

5.2.1.2 Perméabilité.
Résumé : La perméabilité d'un milieu poreux correspond à son aptitude à se laisser
traverser par un fluide (liquide ou gaz) sous l'effet d'un gradient de pression. Les
hydrogéologues et les pétroliers mesurent la perméabilité en darcys (de DARCY, 1856).
Un darcy correspond à la perméabilité d'un corps assimilé à un milieu continu et isotrope
au travers duquel un fluide homogène de viscosité égale à celle de l'eau à 20°C (une
centipoise) s'y déplace à la vitesse de 1 cm/s sous l'influence d'un gradient de pression de 1
atm/cm.

Définition
La perméabilité est une caractéristique physique qui représente la facilité qu’à un matériau
à permettre le transfert de fluide au travers d’un réseau connecté. La Loi de Darcy permet de
relier un débit à un gradient de pression appliqué au fluide grâce à un paramètre
caractéristique du milieu traversé : la perméabilité k.
Seuls sont importants les vides reliés entre eux (porosité utile) et assez grands pour
permettre une bonne circulation de fluides qui conditionne l’exploitabilité des gisement
pétroliers, c’est la perméabilité, elle est donnée par la loi de Darcy :
La loi de Darcy (Henry Darcy, 1856) s’exprime :

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 117


Géologie du réservoir

K est en darcys si Q est le débit en centimètres cubes par seconde d’un fluide de viscosité η
en centipoises à travers un échantillon dont S est la surface en centimètres carrés, dx
représente la longueur de l’échantillon en centimètres et dp la différence de pression en
atmosphères entre les faces de l’échantillon.

On distingue et on mesure habituellement deux types de perméabilité :


• La perméabilité horizontale ou latérale, qui correspond à un écoulement des fluides
parallèlement au litage.
• La perméabilité verticale ou transverse qui correspond à un écoulement perpendiculaire
au litage.

Appréciations et mesures approchées


Il est très souvent utile de se faire une idée des porosités et perméabilités des roches avant
toute mesure au laboratoire ou par les diagraphies.

La porosité / la perméabilité
En surface, la porosité est maximale : une boue est gorgée d’eau, un sable a des grains très
mobiles (on dit qu’il n’a pas de cohésion). Elle dépasse couramment 40 %.
Au fur et à mesure de l’enfouissement, le poids des sédiments sur les roches qui
s’enfoncent augmente, leurs grains se rapprochent les uns des autres, l’épaisseur initiale de
roche diminue sous l’effet de la pression (phénomène dit de compaction), l’eau est expulsée.
Comme lorsqu’on presse une éponge… résultat : la porosité diminue ! Cette eau expulsée
circule partout, entraînant avec elle de très petites particules minérales qui finissent par se
coincer entre des grains. Cette eau transporte aussi des sels dissous (carbonates, silice) qui
peuvent précipiter et se déposer entre ou autour des grains de la roche. Tout cela finit par
former le ciment de la roche, ce qui réduit encore la porosité. Par exemple, la porosité d’un
sable qui atteint 35 % en surface peut, en profondeur, quand il aura été cimenté en grès, se
réduire à 30 % à 1 000 m d’enfouissement, puis à 25 % à 1500 m, 12 % à 3 000 m et 5 % à 4
000 m.
Pour que les fluides (l’eau, mais aussi le pétrole et le gaz) puissent circuler dans une roche,
la porosité ne suffit pas, les vides entre les grains doivent aussi rester connectés entre eux.
Cette capacité de connexion s’appelle la perméabilité. L’unité de mesure de la perméabilité
est le Darcy (D) et plus couramment son sous-multiple le milliDarcy (mD).

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 118


Géologie du réservoir

Sur le chantier en cours de forage, un certain nombre d’observations permettent de détecter


l’entrée de l’outil dans un terrain poreux et perméable. Cette détermination aussi rapide que
possible est indispensable pour prévenir les accidents (éruption). Elle est basée sur l’examen
de plusieurs facteurs :
• la vitesse d’avancement, dont l’augmentation brutale signifie souvent l’entrée dans une
formation peu consolidée et poreuse.
• Souvent les pertes de boue, montrant la présence d’un terrain très perméable dont la
pression de couche est inférieure à celle de la colonne de boue.
• Les variations de volume et salinité de la boue, résultant souvent de venue d’eau douce
ou salée circulant dans un terrain très perméable.
• La mauvaise récupération des carottes qui peut être due, en supposant un carottage aux
conditions techniques normales, à ce que la formation carottée est peu cohérente ou fissurée,
donc probablement poreuse et perméable.

5.3 Les roches couvertures.


Une fois que les hydrocarbures commencent à traverser un réservoir, toujours en remontant
dans l’eau, il faut une barrière pour les arrêter. Sinon ils poursuivront leur ascension et le
réservoir ne servira que de zone de transit où ils ne pourront pas s’accumuler. Pour stopper les
hydrocarbures, il faut une roche imperméable au-dessus du réservoir, qu’on appelle la
couverture. Les roches couvertures sont souvent des argiles et parfois des couches de sels
cristallisés. Mais n’importe quelle roche suffisamment imperméable peut faire l’affaire,
certains carbonates très compacts par exemple.
Pour qu’un niveau poreux et perméable constitue un réservoir, il faut que les fluides qu’il
contient ne puissent s’échapper. Il est donc nécessaire qu’il soit surmonté par des couches
imperméables jouant le rôle de couverture étanche.
Les roches couvertures devront aussi être plastiques, ceci afin d’éviter les fracturations
dans les séries plissées (cas des anticlinaux). Dans la plupart des cas, les roches couvertures
sont constituées d’argile mais elles peuvent également être représentées par des couches
d’anhydrite ou de sel ou même des bancs de calcaire compact et non fissuré.
Les différents faciès constituant les associations pétrolifères, les roches réservoirs ou
magasins sont les plus étudiées et les mieux connues.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 119


Géologie du réservoir

5.3.1 Type de roches couvertures.


Les argiles ou plus généralement les roches présentant une haute teneur en minéraux
argileux, constituent les couvertures de la plus grande partie des gisements exploités, en
particulier dans les séries détritiques.
Les roches carbonatées sont le plus souvent des magasins, couverts par des roches
différentes, mais elles assurent la couverture de nombreux gisements : Le plus souvent il
s’agit de calcaires plus ou moins argileux ou de marnes.
Les évaporites et plus particulièrement l’anhydrite sont des roches couvertures
communément rencontrées en association avec les magasins carbonatés.

5.3.2 Epaisseur des couvertures.


Dans les régions à tectonique calme, il suffit d’une faible épaisseur de roches
imperméables pour assurer une bonne couverture. Par contre, dans les régions plus fortement
tectonisées, en bordure des chaînes plissées, où les couvertures ont eu à résister par leur
plasticité à des efforts orogéniques violents, on constate que seuls subsistent dans les
nombreux pièges explorés les gisements bien protégés par une couverture puissante.

5.4 Les roches magasins


Le pétrole et le gaz se forment dans un bassin sédimentaire. Ils naissent puis migrent au
sein de roches sédimentaires. Ces roches ont une caractéristique commune : elles se sont
toutes déposées au final dans l’eau d’un océan, d’une mer, d’une lagune ou d’un lac, sous
forme de grains. Ces grains peuvent être très grossiers (graviers, par exemple), plus fins
(sables) ou de taille minuscule, formant des boues. Ils sont en contact les uns avec le autres,
mais il reste du vide entre eux, espace qui définit la porosité d’une roche. On mesure celle-ci
en pourcentage de volume total de la roche.
Pourquoi les pétroliers s’intéressent-ils tant à la porosité et à la perméabilité des roches ?
Tout simplement parce que, pour qu’une roche contienne de grandes quantités de pétrole ou
de gaz, il lui faut une bonne porosité (suffisamment de vide où les hydrocarbures vont à un
moment remplacer l’eau) et une bonne perméabilité (pour que le pétrole et le gaz puissent se
déplacer rapidement quand on va les pomper pour les exploiter). Une roche qui possède à la
fois une bonne porosité et une bonne perméabilité est un réservoir. Plus ces deux
caractéristiques pétrophysiques de la roche seront bonnes, meilleur sera le réservoir.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 120


Géologie du réservoir

Si la roche est fracturée, ses qualités de réservoir sont améliorées. Les roches bon réservoir
sont, dans la plupart des cas, des grès ou des carbonates (calcaires et dolomies). Les argiles
possèdent beaucoup de vides entre les particules qui les composent, mais ces particules ayant
la forme de feuillets empilés serrés les uns contre les autres, leur perméabilité est quasi nulle.
La roche magasin ou réservoir a la capacité d’accumuler de grandes quantités
d’hydrocarbures.
La couverture stoppe leur remontée vers la surface. Mais c’est insuffisant pour que
s’accumulent des hydrocarbures et que se forme un gisement de pétrole ou de gaz.
En effet, arrivés sous la couverture, ces hydrocarbures se glissent dans les espaces où ils
peuvent continuer leur remontée, dans tous les points de fuite. Il faut donc un volume fermé
important afin que s’accumulent des hydrocarbures en quantité suffisante pour qu’ils soient
exploitables de manière rentable.
Ce volume fermé s’appelle un piège. Il est créé par des déformations des couches
rocheuses.
Plus son point de fuite est bas par rapport à son sommet, plus vaste est le piège.
Un piège rempli d’hydrocarbures peut, suivant les cas, contenir du pétrole seulement, du
gaz seulement ou les deux. S’il y a du pétrole et du gaz, le gaz, plus léger, se rassemble au
sommet du piège et le pétrole se place en dessous. Il faut retenir que, pour une accumulation
de pétrole seul, d’importantes quantités de gaz sont tout de même dissoutes. Et que les
accumulations de gaz seul contiennent toujours une fraction de liquides légers, qu’on appelle
le condensat.
De plus, il reste toujours un peu d’eau collée aux grains de la roche réservoir, qu’on
appelle eau résiduelle.
Il existe différents types de pièges. On en distingue deux grandes familles : les pièges
structuraux, de loin les plus nombreux, et les pièges stratigraphiques.

5.4.1 Les pièges.


D’une façon générale, on peu dire que toute anomalie géologique, que sont origine soit
tectonique (pli anticlinal, flexure, faille), stratigraphique (biseau, récif) ou lithologique (perte
de perméabilité, lentilles), qui donne au toit du réservoir une allure concave vers le bas, est
susceptible de constituer un piège (Levorsen, 1956).
On dira alors que le réservoir est fermé ou même plus simplement qu’il existe une
fermeture.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 121


Géologie du réservoir

Au cours de leur migration pour que les hydrocarbures s’accumulent, il faut qu’ils
rencontrent une barrière qui les arrête, c'est-à-dire un piège.
On distingue trois grands groupes de pièges :
• Les pièges structuraux
• Les pièges stratigraphiques
• Les pièges mixtes et dômes de sel.
5.4.1.1 Les pièges structuraux
Dans ce type de piège interviennent principalement les facteurs tectoniques : plis, failles ou
combinaison des deux.
• Les pièges anticlinaux : Ce sont des plis simples et ils furent les premiers découverts. Les
hydrocarbures se trouvent dans les voûtes anticlinales et la répartition des fluides et illustrée
ci-dessous. En Algérie, de nombreux gisements sont du type anticlinal (Gassitouil, Rhourd el
baguel).

• Les pièges par failles : Ils sont dus à des déformations structurales cassantes qui provoque
l’accumulation des hydrocarbures en mettant un niveau poreux et perméable en contact avec
un niveau imperméable (gisement de Zarzaïtine). Piège par anticlinal Piège contre dôme de
sel. Piège contre faille
5.4.1.2 Les pièges stratigraphiques.
Ce sont ceux où la tectonique ne joue qu’un rôle négligeable sinon nul et qui sont dus
principalement à des phénomènes d’ordre lithologiques ou sédimentaires.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 122


Géologie du réservoir

On les répartit en deux groupes :


• Les pièges stratigraphiques primaires qui possèdent un caractère de piège par leur
porosité et leur perméabilité dès le dépôt (les récifs, les lentilles sableuses.
• Les pièges stratigraphiques secondaires qui acquièrent un caractère de piège grâce à des
phénomènes postérieurs à la sédimentation (dolomitisation, le biseautage d’une couche sous
discordance)

5.4.1.3 Les pièges mixtes.


Ce sont des pièges où interviennent en parts sensiblement égales les déformations
structurales et les variations stratigraphiques ou lithologiques.
On rattache à ce groupe les dômes de sel. Lorsqu’une couche de sel suffisamment épaisse
se trouve enterrée sous une grande épaisseur de sédiments elle peut, grâce à sa plasticité et au
contraste de densité avec les sédiments voisins, monter vers la surface du sol en formant des
dômes de sel. Cette tectonique particulière du sel entraîne un grand nombre de pièges
susceptibles de former des gisement.
5.4.2 Classification des pièges
On distingue :

5.4.2.1 Les pièges structuraux

a. formes anticlinales
• Anticlinaux simples
• Anticlinaux faillés
• Anticlinaux complexes

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 123


Géologie du réservoir

• Replis synclinaux
• Pli couché

b. Fractures
• Monoclinaux faillés
• Plis faillés
c. Diapirs
• Dôme de sel
• Anticlinaux diapirs

5.4.2.2 Les pièges paléogéographiques


• Anticlinaux érodés sous discordance
• Biseaux
5.4.2.3 Pièges lithologiques.
• Changement de faciès
• Lentilles

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 124


Géologie du réservoir

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 125


Géologie du réservoir

5.4.3 Notion de fermeture


On distingue une fermeture structurale indépendante de la présence d’huile ou de gaz dans
le gisement et une fermeture pratique dite encore hauteur d’huile ou de gaz correspondant au
volume réellement imprégné par les hydrocarbures.
Fermeture structurale : se définie sur la carte structurale du piège : elle est égale à la
dénivelé entre le point le plus haut du piège et la courbe de niveau la plus basse se fermant
autour de lui.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 126


Géologie du réservoir

La fermeture pratique : elle intervient plus directement dans l’évaluation des réserves et est
égale à la dénivelée entre le top du réservoir et la surface de séparation Huile-Eau ou Eau-
Gaz.

5.4.4 Les fluides dans les gisements


Dans un gisement, les hydrocarbures se séparent de l’eau et se disposent en fonction de
leur densité relative : Le gaz occupe la partie structuralement la plus élevée, l’huile se place
au dessous, flottant elle-même sur l’eau

5.4.4.1 Les migrations.


Les hydrocarbures nouveaux-nés sont des molécules de petite taille. Et ils prennent plus de
place dans la roche mère que le kérogène originel. Ils vont donc être expulsés en permanence
dans les roches qui entourent la roche mère. Le gaz et l’huile (autre nom donné au pétrole)
étant plus légers que l’eau, qui imprègne toutes les roches du sous-sol, ils commencent une
lente ascension vers la surface, c’est la migration. S’ils le peuvent, ils glissent entre les
particules minérales des roches pour monter verticalement. Leur vitesse de migration dépend
de la capacité de chaque roche traversée à laisser circuler les fluides. Cette capacité s’appelle
la perméabilité. Si une roche imperméable les arrête, ils suivent une voie latérale le long de
cette roche, toujours vers le haut, ou empruntent la voie de cassures dans la roche, les failles.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 127


Géologie du réservoir

Les molécules de gaz, plus petites et plus mobiles, montent plus vite et se glissent mieux dans
les roches peu perméables.
Une partie des hydrocarbures, surtout du gaz, se dissout dans l’eau qui imprègne les roches
qu’ils traversent. D’autres restent collés aux grains des roches traversées. Ces hydrocarbures
interrompent leur ascension : c’est ce qu’on appelle les pertes de migration, qui peuvent être
très importantes, surtout si l’huile et le gaz empruntent la voie plus longue.
Si rien n’arrête les hydrocarbures avant la surface, les fractions les plus légères (gaz et
liquides volatils) se dispersent dans l’atmosphère avant d’être détruites. Les plus lourdes
s’oxydent ou sont dévorées par les bactéries. Seules persistent quelque temps les fractions
extrêmes les plus lourdes, sous forme de bitumes presque solides enfouis à quelques mètres
ou dizaines de mètres sous la surface du sol.

L’huile extra-lourde de l’Athabasca, affleurant ou très peu enfouie, est particulièrement


difficile à exploiter en raison de sa densité et de sa viscosité très élevées. A l’état brut, son
aspect est celui d’une pâte épaisse et collante, d’où son nom de bitume naturel.
Le plus courant des « pièges à pétrole » est l'anticlinal, qui résulte du plissement convexe
de roches stratifiées. Sous le dôme ainsi formé, on peut trouver du pétrole, prisonnier d'une

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 128


Géologie du réservoir

couche rocheuse imperméable. Le gaz s'amasse à la partie supérieure, tandis que la roche
réservoir située sous le pétrole est remplie d'eau.
Si l'on fore un puits pour percer la roche imperméable, on peut alors ramener le pétrole à la
surface. L'exploration pétrolière consiste essentiellement à repérer les sites susceptibles, de
par leur structure géologique, de retenir du pétrole ou du gaz.

5.4.4.1.1 Migration primaire.


Le premier déplacement des hydrocarbures des roches mères vers les roches réservoirs est
dit migration primaire.
Les deux facteurs qui provoquent principalement cette migration primaire sont le
tassement des sédiments et les phénomènes de tension superficielle.

5.4.4.1.2 Migration secondaire.


Si la roche réservoir correspond à une lentille sableuse incluse dans les roches mères de
nature argileuse, les hydrocarbures sont aussitôt piégés et la migration primaire conduit
directement à la formation d’un gisement primaire dans lequel des fluides (eau, huile, gaz)
s’étagent les uns au dessus des autres en fonction de leur densités relatives.
Mais dans la majorité des cas les roches réservoirs ne se présentent pas sous forme de
lentilles mais constituent des bancs plus ou moins épais, souvent très étendus à la limite
supérieurs desquels les hydrocarbures continuent à cheminer. Ils arrivent alors :
• Soit à la surface du sol pour former des indices superficiels : c’est la dismigration. Dans
ce cas, il ne se forme pas de gisement.
• Soit dans un piège : c’est la migration secondaire qui aboutit à la formation de gisements
secondaires.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 129


Géologie du réservoir

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 130


Géologie du réservoir

Il est certain que l’exploration pétrolière serait grandement facilitée si l’on était en mesure
de connaître à priori dans chaque bassin sédimentaire :
• Où s’est formé le pétrole, à quelle époque, dans quel milieu correspondant à quel type de
formation identifiable ; c’est le problème des roches mères.
• A quelle époque et dans quelles conditions les hydrocarbures ont quitté la roche mère et
ont migrés vers les points d’accumulation pour former des gisements ; c’est le problème des
mécanismes de migration.
Voici quelques définitions :
On groupe généralement sous le terme de :
• Dismigration, les déplacements vers la surface du sol conduisant à la formation d’indices
superficiels puis à la destruction plus ou moins complète des hydrocarbures par les agents
atmosphériques.
Dans la commigration on a coutume également de distinguer :
• La migration primaire, désignant les mouvements des fluides de la roche mère vers la
roche magasin,
• La migration secondaire, concernant les déplacements des hydrocarbures à l’intérieur des
horizons perméables d’une série vers les pièges où se produit l’accumulation.
On distingue encore dans les mouvements des hydrocarbures :
1. La migration latérale qui concerne les déplacements à l’intérieur d’une formation de
même âge quelles que soit la distance et la dénivelée parcourue ;
2. La migration verticale qui se rapporte à des mouvements perpendiculaires aux limites
chrono-stratigraphiques et qui fait passer les fluides d’une formation déterminée à une
formation d’âge différent ; elle peut être alors :
• Par ascension si le passage se fait vers une formation stratigraphiquement plus jeune ;
• Par descente dans le cas contraire.

5.4.5 Préservation du pétrole et du gaz


Une fois installés bien au chaud dans leur piège, les hydrocarbures ne sont pas
complètement à l’abri de changements. On sait qu’ils n’aiment pas l’oxygène et les bactéries.
Or, lorsqu’une une accumulation de pétrole se trouve trop près de la surface, des eaux de
pluie finissent toujours par entrer en contact avec elle. Cette eau lui apporte de l’oxygène et
des bactéries voraces qui commencent à l’attaquer provoquant une diminution très importante
de la proportion des hydrocarbures liquides légers et moyens, ainsi qu’une libération de gaz.

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 131


Géologie du réservoir

Au bout d’un certain temps, il ne restera plus que des hydrocarbures lourds et visqueux,
difficiles à exploiter, et, s’il ne s’est pas échappé, du gaz moins intéressant pour nous que le
pétrole initial. Ce dernier aura subi une dégradation profonde : quel gâchis ! Les bactéries qui
sont responsables des altérations ne peuvent pas survivre à une température supérieure 50/55°
C. Le pétrole reste donc à l’abri tant que la température reste supérieure à cette valeur. En
gros, on peut dire qu’il faut commencer à s’inquiéter pour des accumulations d’hydrocarbures
situées à moins de 1 000 m de profondeur.
Les accumulations situées plus en profondeur ne sont pas pour autant à l’abri de
bouleversements. La menace est cette fois celle de mouvements des roches. Ces mouvements
tectoniques, s’ils se produisent, peuvent détruire le piège, en réduisant fortement sa fermeture,
voire en l’annulant, soit le plus souvent, en brisant la couverture par des fractures ou des
failles dans lesquelles les hydrocarbures piégés vont s’engouffrer et s’échapper : fini le piège,
vidé !

Ens : Rabah BOUTRIKA Page 132