Vous êtes sur la page 1sur 6

David VIEL – le 06 03 2019

On ne se méfie pas des gens proches

Intimité non désirée

Il suffit de briser la glace,


de passer la distance sociale tolérée propre à chacun
pour avoir le « soi » (entrer dans l’intimité,
la vie d’une personne ;
je rappelle qu’il sera plus facile d’y entrer
que d’en sortir ;
faite attention,
avant de créer des liens
= d’être « proche »
= de vous rapprochez
car si le sujet ne le reconnaît pas,
ne le permet pas à juste titre !!
Vous êtes « mal »).

Dans une existence,


il y aura des présences non désirées
dont il faudra accepter la présence
= donner de soi
pour permettre
à une personne proche,
de le « pouvoir » ( = être forcé) ;

David VIEL – le 06 03 2019


ex : dans le cas des beaux pères
ou des belles mères.

Surtout,
qu’on ne se méfie pas des gens proches (proche = qui a le « soi »)
= On ne voit pas le mal
On n’est pas objectif (puisqu’ils sont « responsable » ;
avoir le « soi »
= être responsable
ou faire cet effet)
mais influencé inconsciemment.
Puisqu’à ce stade,
ça (les faits) prend de soi
pour ne plus voir clair
mais belle et bien
soutenir,
aimer,
sans pouvoir voir le mal,
sans que ça fasse,
« mal » ;
que ce soit la « fin » ;
« dure à digérer »
(que notre univers s’effondre du fait de l’avoir « permis » ;
= que tout ce qu’on a cru être « vrai »,
est en réalité,
« faux »
ou « mauvais »).

Dès que ça prend de « soi »


ou que ça fasse partie de notre « univers » (mental)
on s’interdit de se méfier
puisque ça revient à se méfier de nous (à remettre notre existence
et/ou notre sujet en question = vie)

David VIEL – le 06 03 2019


en soi ( = à devenir négatif
et/ou mauvais).
Et alors forcément tomber de haut, dans le temps (ce temps)
= s’être fait possédé (l’avoir « permis » ça)
et/ou ne pas pouvoir briser le « charme ».
De là à ce qu’une histoire ait raison de notre personne,
afin de renforcer le sort,
de ceux qui nous sont « cher »
sans être triste
mais belle et bien voir un « ordre »
et/ou une « justice » ;
afin de pouvoir continuer à être « responsable »
= leur histoire
et/ou leurs vies ;
le propre et le fait d’être sacrifié sur l’autel
de personnes incapable de le reconnaître ça
puisque leur sentiment d’être « bien » (capacité de se mentir)
serait remis en question.
Et qui ressortiront ainsi de fait,
comme étant « responsable » (je rends compte de cet ascendant
et/ou verticalité qui n’a de sens, que dans le « pouvoir »
= de « suivre »
= donner de « soi »
et/ou raison ; point barre).

Il est ainsi question de pouvoir se détacher


après s’être attaché ;
de deuil
= de grandir
afin de pouvoir s’appartenir,
et non soutenir
ce qui est injuste
de reconnaître (de sup-porter

David VIEL – le 06 03 2019


= de donner de soi).

Or une histoire,
peut prendre de « soi »,
sans rien pouvoir y faire (s’opposer à ce qui se « passe » ;
« prend »).

De plus,
il faut vraiment en être sûr ;
de SOI
puisque si c’est injust-ifié-e
c’est alors prendre ses « désirs pour des réalités »
= le « droit »
pour le « pouvoir »
ou le plaisir d’avoir raison
= détruire une vie,
des vies
= penser, dire, faire du mal
... se faire des idées
afin de renforcer son sort (je)
puisque ça « prend » (être cru)
au détriment du sens (de ce qui est ressortira de TOUT ça, « à la fin »).

Avoir des vies entre les mains ;


des vies qui peuvent mal finir
= voir des esprits mauvais
en ressortir ;
en prenant le « droit »
ou en étant injuste
sans même le voir,
pour le « pouvoir »
= ne pas le réaliser
mais belle et bien être à l’Origine

David VIEL – le 06 03 2019


et/ou « responsable »
d’une histoire
pour sacrifier
du monde,
une personne,
sur notre autel (vanité).
Pour avoir raison « à la fin » ;
c’est à dire avoir leur temps et énergie,
pour renforcer notre volonté
au détriment de ce qu’il aurait fallu
reconnaître.
Et une fois que c’est parti,
impossible de le reconnaître
pour ne pas perdre la face ;
notre « bien » (lien avec la « terre »)
= la condition à notre sujet dans le temps (ce temps)
sans même le réaliser
= être devenu comme ça.

Du moment,
de penser, de dire et de faire (« d’être »)
vaut mieux, être sûr de son fait,
Car, ça sera concrètement
en être responsable
sans être capable pour autant
de le reconnaître (pour que tout ça,
ne soit pas de notre faute).
Toute notre vie,
notre sentiment d’être « bien »
reposerait sur un mal-entendu.
= notre sentiment d’être « fort »
proviendrait de cette influence,
celles où les autres, l’Autre, la vie en général

David VIEL – le 06 03 2019


sont de fait Conquis, Neutres ou plus « là » dans les faits (nous Reviennent) ;
pour donner raison,
corps = leurs vies (avoir cette influence là)
à des personnes ( = à notre personne)
qui ne verront pas le « mal »
mais belle et bien le « jour ».

David VIEL – le 06 03 2019