Vous êtes sur la page 1sur 25

Fosses septiques

Réflexion sur le
dimensionnement
Marie-Claude Bergeron, ing.
Didier Bicchi, chef de service
Service des eaux municipales
Direction des Politiques de l’eau
Congrès de l’AESEQ, 1er avril 2009
Plan de la présentation

 Introduction
 Capacité effective – définition
 Efficacité d’une fosse
 Comparaison des capacités
 Tableaux et graphiques

 Discussions
Origine du projet de modification

Pourquoi revoir leur capacité effective?

 Le MDDEP se fait interpeller régulièrement


concernant le dimensionnement actuel des fosses;

 Révision en profondeur du Règlement sur


l’évacuation et le traitement des eaux usées des
résidences isolées (Q-2, r.8).
Retombées positives
 Diminution de la fréquence de vidange;

 Diminution des boues de fosse septique à gérer


(meilleure digestion à même la fosse);

 Augmentation du temps de rétention des eaux


(meilleure sédimentation);

 Réduction des risques de colmatage des systèmes;

 Diminution des coûts à long terme pour les


propriétaires.
Encadrement des fosses
au Québec

 Section V du Règlement Q-2, r.8 :


 Construites sur place :
 Encadrées par l’article 10.

 Fosses préfabriquées :
 Encadrées par l’article 11 qui fait référence à la norme
3680-905 « Fosses septiques préfabriquées pour
usage résidentiel - Caractéristiques dimensionnelles
et physiques » du Bureau de normalisation du Québec
(BNQ).
Capacité effective

 La capacité effective est la capacité


liquide :
 Le volume occupé par les équipements
(dispositifs d’entrée et de sortie, cloison
centrale, préfiltre) ainsi que le volume prévu
pour les gaz à l’intérieur de la fosse sont
exclus.

Selon le BNQ
Efficacité des fosses

 Temps de rétention des eaux :


 24 heures minimum (en tout temps, même
lorsque les boues et les écumes sont à leur
niveau maximum) :

 Afin de permettre une décantation adéquate des


matières en suspension.
Efficacité des fosses
 Temps entre les vidanges :
 Le taux optimal de digestion des boues peut
prendre quelques années avant d’être atteint :

 Colonisation de la fosse par les bactéries;

 Adaptation de la culture bactérienne et digestion


des boues.
Efficacité des fosses
 Température :
 Les températures froides affectent négativement
l’efficacité des fosses septiques :

 Le taux (vitesse) de digestion augmente avec la


température (taux de croissance des microorganismes
plus élevé);

 L’efficacité de digestion (% de dégradation) augmente


avec la température.
Vidanges des fosses
septiques au Québec

 Périodes fixes :
 Au 2 ans pour les résidences utilisées à l’année;
 Au 4 ans pour les résidences saisonnières;

 Selon la mesure des boues et écumes :


 Si les boues atteignent 30 cm;
 Si l’épaisseur des écumes atteint 12 cm.
Vidanges des fosses
septiques au Québec

 Ne permet pas d’atteindre un taux optimal de


digestion des boues;

 La première année d’utilisation des fosses est


problématique.

 Actuellement, le mesurage des boues et écumes


ne permet pas de diminuer la fréquence de
vidange des fosses de façon significative;
Comparaison – capacité effective

 28 états américains

 9 provinces canadiennes

 2 organismes
Références
 Provinces
Colombie-Britannique Alberta
Nouvelle-Écosse Manitoba
Nouveau-Brunswick Ontario
Île-du-Prince-Édouard Saskatchewan
Terre-Neuve & Labrador

 Organismes
U.S. Environmental Protection Société canadienne
Agency (EPA) d’hypothèques et de
logement (SCHL)
Références
 États-Unis
Alabama Iowa New Hampshire
Arizona Kentucky Oregon
Caroline du Nord Maine Pennsylvanie
Caroline du Sud Massachusetts Rhode Island
Connecticut Montana Vermont
Dakota du Nord Minnesota Virginie
Dakota du Sud Mississippi Washington
Delaware Missouri Wisconsin
Floride Nebraska
Idaho New York
Proposition préliminaire

Québec Références Propositions


Capacité Capacité Maximum
effective moyenne Minimum 1 2
(litres) (litres) (litres) (litres) (litres)

1 1 700 3 318 1 185 - 5 678 3 300 3 700

2 2 150 3 348 2 150 - 5 678 3 300 3 700

3 2 600 3 565 2 250 - 5 678 3 700 3 700

4 2 850 4 316 2 700 - 5 680 4 200 4 200

5 3 300 5 221 3 300 - 7 100 5 200 5 200

6 3 700 6 074 3 700 - 8 520 6 200 6 200


Graphiques comparatifs

 Présentent :
 Capacité effective (en litres) selon le nombre de
chambres à coucher;
 Pour chacune des 39 références et du Québec.

 Démontrent :
 Que le Québec utilise des capacités effectives
faibles par rapport aux autres références.
Capacité effective des fosses septiques pour une résidence de 1 chambre à coucher

6000

5000

4000
capacité effective (litres)

Moyenne

3000

2000
Proposition

Proposition
Québec

1000

0
Capacité effective des fosses septiques pour une résidence de 2 chambre à coucher

6000

5000

4000
capacité effective (litres)

Moyenne

3000

2000
Québec

Proposition

Proposition
1000

0
Capacité effective des fosses septiques pour une résidence de 3 chambres à coucher

6000

5000

4000
Moyenne
capacité effective (litres)

3000

2000
Proposition
Québec

1000

0
Capacité effective des fosses septiques pour une résidence de 4 chambres à coucher
6000

5000

Moyenne

4000
Capacité effective (litres)

3000

2000 Proposition
Québec

1000

0
Capacité effective des fosses septiques pour une résidence de 5 chambres à coucher

8000

7000

6000

Moyenne
capacité effective (litres)

5000

4000

3000
Proposition
Québec

2000

1000

0
Capacité effective des fosses septiques pour une résidence de 6 chambres à coucher

9000

8000

7000

Moyenne
6000
capacité effective (litres)

5000

4000

3000

Proposition
Québec

2000

1000

0
Un dossier à suivre …

Formation d’un comité de travail

Modalités de mise en œuvre


Discussion …
 Quelques références
 Évaluation de l’accumulation des boues et dans les fosses
septiques au Québec, Marc Marin, Robert Roy du groupe
Steica inc., mars 1995, 98 pages
 Lesavre J., Z. Wilczinski, H. Philip, L.S. Philippi, A.
Rambaud et D. Derangère. 1993. Accumulation des boues
dans les fosses septiques et fréquence de vidange –
Corrosion des ouvrages de béton. T.S.M. – L’EAU. N°3,
pp.153-159.
 Factors affecting the performance of primary treatment in
decentralized wastewater systems, Research Digest, Final
report, WERF, http://www.werf.org
 Pipeline, NESC, Fall 2003, Vol.14, No.4
 Onsite wastewater demonstration project, design of septic
tank, Northern Arizona University,
http://www.cefns.nau.edu/Projects/WDP/resources/treatme
ntsyst/Septic.htm

Vous aimerez peut-être aussi