Vous êtes sur la page 1sur 5

Orthod Fr 2009;80:239–243 Disponible en ligne sur : Note clinique


c EDP Sciences, SFODF, 2009 www.orthodfr.org
DOI: 10.1051/orthodfr/2009008

Collage et contention
Olivier P. Mauchamp*
25 rue Alsace-Lorraine, 38000 Grenoble, France

L’idéal aujourd’hui pour satisfaire la demande de de diamètre .018, collés sur les canines. Les fournis-
nos patients est de trouver une contention perma- seurs contactés n’ayant pas trouvé d’intérêt à la pré-
nente afin de leur assurer la pérennité des résultats fabrication de tels arcs avec rétention de collage, ils
obtenus. L’arc lingual mandibulaire canine-canine est doivent être façonnés sur modèle (Fig. 1).
l’une des clés de cette stabilisation, mais il doit satis- Après plus de dix ans d’utilisation, ces fils se sont
faire trois impératifs : avérés :
– une absence d’effets iatrogènes sur les dents et le – sans aucun risque de déplacement parasite pour
parodonte [1, 2], les dents support ;
– un patient dont l’hygiène est parfaite, – d’une parfaite hygiène par leur flexibilité et leur
– une capacité à résister à des forces importantes faible encombrement ;
sans se déformer. – d’un confort raisonnable pour le patient ;
– présenter un très faible taux de fracture ou de dé-
collement. Seuls les mangeurs de pommes pro-
1. Choix de l’arc voquent une fracture au niveau des points d’at-
tache par déformation importante et répétée de
La littérature comporte un grand nombre d’ar- l’arc. Dans ces cas, il est prudent d’ajouter un
ticles présentant des dispositifs de contention collés, point de colle sur l’une des incisives, ce qui em-
soit sur deux dents (canines-canines) [3, 4, 6], soit pêche la flexion de l’arc et son éventuelle fracture.
sur chaque dent ou attelle [7, 8].
Les arcs collés de canine à canine sont classique- 2. Choix de l’agent de collage
ment fabriqués en acier .036, avec deux bases sou-
dées, afin de créer une surface d’adhésion impor-
tante. Contrairement aux boîtiers qui ne doivent rester
Les attelles sont réalisées avec un fil d’acier tressé. que deux ans et ne laisser aucune trace sur les faces
Pour la plupart des auteurs [6], une adaptation op- vestibulaires, la contention linguale en NITI doit être
timale peut-être obtenue avec un fil de diamètre quasi-permanente.
.0215. Le recours à un fil plaqué or a été proposé Les verres ionomères ne sont donc pas adaptés à
pour offrir une meilleure tolérance [9]. ce type d’adhésion et une résine de type Bis GMA
formule de Bowen est la plus indiquée (Fig. 2).
Nous avons essuyé de nombreux déboires avec
ces systèmes de contention, tels que des déforma- La technique est décrite dans les figures 3 à 6.
tions des arcs en aciers .036 avec des déplacements Le mordançage, après nettoyage des faces lin-
intempestifs des canines, ou un manque d’hygiène guales par pâte et cupule, se fait classiquement avec
et des déformations observés chez des patients por- de l’acide phosphorique à 35 %. L’utilisation d’acide
teurs d’attelles collées. Nous avons réussi à parer à fluoré ne réduit pas la qualité du collage [5].
ces difficultés en optant pour des fils en titane (NiTi) Après un rinçage prolongé, un environnement de
protection contre la salive et la langue est mis en
* Auteur pour correspondance : o.mauchamp@wanadoo.fr place.

Article publié par EDP Sciences


240 Orthod Fr 2009;80:239–243

b c d
Figure 1
Ajustage de l’arc sur modèle. (a) Fil en NiTi .018 pliable. (b) Marquage du fil pour réaliser l’off-set canine. (c) Boucle pour rétention.
(d) Fil ajusté prêt pour le collage.

a b

c
Figure 2
Matériel nécessaire : (a) Résine Bis GMA photopolymérisable et lampe LED. (b) Écarte-joue avec repousse-langue. (c) Écarte-
joue avec aspiration intégrée.
Mauchamp O. P. Collage et contention 241

a b
Figure 3
(a et b) Arc maintenu en place par deux sections de fil dentaire.

a b
Figure 4
(a et b) Arc maintenu par deux élastiques.

L’ arc préparé au laboratoire est positionné, puis dentaire, aussi bien dans les espaces inter-proximaux
maintenu, soit par deux fils dentaires en boucle, soit qu’entre l’arc et la dent.
par deux élastiques (Fig. 3 et 4). Ces arcs sont une alternative aux fils linguaux
Une petite dose de résine est déposée sur chaque préfabriqués qui sont collés de manière classique
extrémité de l’arc, puis poussée et lissée à l’aide d’une sans dépassement de résine de la base soudée, en
mini-éponge imbibée de vernis. notant que l’épaisseur de cette base peut créer plus
de rétention de plaque dentaire que le collage précé-
La résine chargée est ensuite polymérisée. Si la demment décrit qui est lissé et poli.
mise en place de cette résine a été effectuée avec at- Des incisives qui étaient en très forte rotation pré-
tention, il n’existe pas de débordement, sinon une orthodontique peuvent recevoir un point de colle
suppression des excès avec une fraise à finir en car- qui sera enlevé au bout d’un an. Cette précaution
bure de tungstène et un polissage sont nécessaires. permet une réorganisation des fibres d’oxytalane.
Les instructions pour le passage du fil dentaire en Des arcs multi-brins (D Rect d’Ormco) peuvent
bi-proximal sont données afin d’éliminer la plaque être utilisés pour assurer simultanément la
242 Orthod Fr 2009;80:239–243

a b c

d e f

Figure 5
Séquences du collage. (a) Mordançage à l’acide phosphorique à 35 %. (b) Rinçage de 10 s par dent. (c) Séchage en vérifiant
l’aspect crayeux. (d) Vernis de protection. (e) Mise en place de la résine en quantité adéquate. (f) Lissage de la résine avec une
éponge et du vernis. (g) Polymérisation de la résine.

Figure 6
Fil collé en place.
Mauchamp O. P. Collage et contention 243

a b c
Figure 7
Contention en place depuis quatre ans (2005), avec un arc en NiTi .018 de 33 à 43 et une dent provisoire en 22, maintenue sur
un arc D-Rect ( .019 × .025) dans l’attente de l’âge implantaire. (a) Vue occlusale maxillaire. (b) Vue intra-orale de face. (c) Vue
occlusale mandibulaire.

contention et le support des dents pontics en [3] Bearn DR. Bonded orthodontic retainers: a review. Am J
attendant l’âge implantaire. La souplesse de ce Orthod Dentofacial Orthop 1995;108:207–213.
[4] Benvenga MN. Clinical evaluation of bonded orthodontic
système explique le peu de décollement observé en
retainers. Orthodontia 1980;13:46–55.
comparaison des bridges de type Maryland (Fig. 7). [5] Meng CL, Wang WN, Yeh IS. Fluoridated etching on
orthodontic bonding. Am J Orthod Dentofacial Orthop
1997;112:259–262.
Bibliographie [6] Zachrisson BU. Clinical experience with direct-bonded or-
thodontic retainers. Am J Orthod 1977;71:440–448.
[1] Artun J. Caries and periodontal reactions associated with [7] Zachrisson BU. The bonded lingual retainer and multiple
long-term use of different types of bonded lingual retain- spacing of anterior teeth. J Clin Orthod 1983;17:838–844.
ers. Am J Orthod 1984;86:112–118. [8] Zachrisson BU. Third generation mandibular bonded lin-
[2] Artun J, Spadafora AT, Shapiro PA. A 3-year follow up gual 3-3 retainer. J Clin Orthod 1995;29:39–48.
study of various types of orthodontic canine to canine re- [9] Zachrisson BU. Important aspects of long-term stability. J
tainers. Eur J Orthod 1997;19:501–209. Clin Orthod 1997;31:562–583.