Vous êtes sur la page 1sur 88

Conception et etude

d’une tour Hotel de 40


etages

 Ibrahim El Rhezzali 3IB1


 M’hammed Rih 3IB1

Encadré par :

 Abdelmajid Niazi ( EHTP )


 Sofia Alami Moutawakil ( Novec )

21/06/2012
Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

REMERCIEMENTS

Nous avons eu l’honneur d’avoir le professeur Abdelmajid NIAZI comme encadrant de


nos travaux de fin d’études.

Qu’il trouve ici l’expression de notre vive reconnaissance, notre grande considération et
nos remerciements les plus sincères.

Nous remercions également le Professeur Malika AZMI, chef du Département Génie Civil,
ainsi que nos honorables Professeurs et membres du jury.

Nos remerciements et notre considération, les plus sincères, vont à tout le corps professoral
du département génie civil. Que nos honorables professeurs trouvent ici l’expression de
notre respect et notre reconnaissance.

Nous tenons aussi à exprimer notre gratitude envers notre encadrante ingénieur de
structure au bureau d’ingénierie NOVEC, Mlle Sofia El Alami.

Nous remercions également Monsieur Samir AGOUTI et Taj-Eddine DAOUDI, ingénieurs


de structure à NOVEC, pour les conseils et les orientations qu’ils nous ont prodigués.

Enfin, nous ne saurions oublier dans ces remerciements toutes les personnes qui ont
contribué à l’aboutissement de ca travail, et spécialement tout le personnel technique et
administratif du service structure de NOVEC.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 1


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Résume

Le présent travail a pour objectif la conception, l’étude et le dimensionnement d’une tour


hôtel du projet « New Casablanca Marina».

Dans un premier temps, il nous a paru utile de présenter une brève description des
différents systèmes de contreventement, leur conception ainsi que la méthodologie de
calcul de ces systèmes.

Ensuite, nous avons proposé une conception des différents éléments de la structure, à
savoir le plancher, les poteaux et les voiles de contreventement afin établir un plan de
coffrage convenable.

Nous avons effectué la modélisation en utilisant le logiciel « Autodesk CBS » et le calcul


des différents éléments a été fait par le logiciel de calcul de structure « Autodesk Robot »,
dont les résultats ont étés comparé à ceux que nous avons trouvé par un calcul manuel.

A la lumière des résultats obtenus, nous avons pu élaborer une conclusion générale ainsi
que quelques recommandations.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 2


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Table des matières

I. Liste des figures ........................................................................................................................ 8

II. Introduction ............................................................................................................................. 10

III. Introduction aux IGH ............................................................................................................. 11

1) Introduction générale ........................................................................................................ 11

2) Définition d’un IGH ........................................................................................................... 12

3) Historique des IGH ............................................................................................................ 13

4) Exigences fonctionnelles ................................................................................................... 16

a) Les contraintes mécaniques .......................................................................................... 17

b) Les contraintes sur la vie des occupants..................................................................... 17

c) Les contraintes financières ........................................................................................... 17

d) Les contraintes de fonctionnement ............................................................................. 17

5) Style de tours ...................................................................................................................... 17

a) Exemples de gratte-ciel classés selon leur style......................................................... 18

b) Exemples de gratte-ciel classés selon leur forme ...................................................... 19

IV. Présentation de l’entreprise ................................................................................................... 21

1) Présentation générale ........................................................................................................ 21

2) Organisation........................................................................................................................ 21

3) Organigramme ................................................................................................................... 22

4) Prestations ........................................................................................................................... 23

5) Domaines de compétences ................................................................................................ 23

V. Présentation du projet New Marina..................................................................................... 24

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 3


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

1) Présentation générale ........................................................................................................ 24

2) Structuration ....................................................................................................................... 25

3) Sous-projets ......................................................................................................................... 26

VI. Contreventement .................................................................................................................... 27

1) Généralités........................................................................................................................... 27

2) Les différents éléments de contreventement :................................................................ 28

a) Structures en portiques auto-stables : ......................................................................... 28

b) Structure en voiles en béton armé : ............................................................................. 29

c) Structure mixte : ............................................................................................................. 31

i. Voiles alternés avec des files de portique : ............................................................. 31

ii. Structure par noyaux de contreventement : ........................................................... 32

3) Règles de bonne conception : ........................................................................................... 33

a) Symétrie........................................................................................................................... 33

b) Régularité : ...................................................................................................................... 33

4) Méthodologie de calcul : ................................................................................................... 34

a) Calcul des caractéristiques des systèmes de contreventement : ............................. 34

b) Recherche du centre de torsion :.................................................................................. 35

i. Pour des voiles parallèles :........................................................................................ 36

ii. Pour des voiles dans deux directions: ..................................................................... 36

iii. Pour un noyau: ....................................................................................................... 37

5) Répartition des sollicitations sur différents éléments de contreventement :............. 38

a) Voiles parallèles : ........................................................................................................... 38

b) Pour des voiles dans deux directions: ........................................................................ 41

c) Pour un noyau: ............................................................................................................... 42

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 4


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

VII. Conception .......................................................................................................................... 44

1) Positionnement des éléments de structure ..................................................................... 44

2) Choix du type de plancher ............................................................................................... 46

3) Etablissement du plan de coffrage final.......................................................................... 47

VIII. Dispositions Constructives ............................................................................................... 48

1) Matériaux utilisés ............................................................................................................... 48

2) Normes utilisées pour le calcul des éléments en BA .................................................... 48

3) Hypothèses et charges de calcul ...................................................................................... 48

IX. Pré-dimensionnement des éléments BA .............................................................................. 50

1) Dalles.................................................................................................................................... 50

2) Poteaux ................................................................................................................................ 50

X. Descente de charge ................................................................................................................. 52

XI. Vérification du plancher Dalle .............................................................................................. 54

1) Vérification de la flèche ..................................................................................................... 54

2) Vérification au poinçonnement ........................................................................................ 55

3) Calcul des escaliers ............................................................................................................ 57

a) Méthode 1 ....................................................................................................................... 57

b) Méthode 2 ....................................................................................................................... 58

XII. Choix du type de fondation .............................................................................................. 60

1) Caractéristiques du site et du sol ..................................................................................... 60

2) Vérification face à la poussée des eaux ........................................................................... 61

3) Vérification au poinçonnement ........................................................................................ 62

4) Vérification vis-à-vis de l’agressivité de l’eau ............................................................... 63

XIII. Modélisation sur Logiciel.................................................................................................. 64

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 5


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

1) Présentation du logiciel ..................................................................................................... 64

2) Phase de saisie .................................................................................................................... 64

3) Phase de calcul .................................................................................................................... 66

4) Phase d’exploitation :......................................................................................................... 69

XIV. Etude dynamique ............................................................................................................... 70

1) Calcul sismique .................................................................................................................. 70

a) Dispositions constructives : .......................................................................................... 70

b) Phase de calcul : ............................................................................................................. 70

c) Vérification des résultats .............................................................................................. 71

2) Etude au vent ...................................................................................................................... 72

a) Pression dynamique corrigée : ..................................................................................... 73

b) Effet de la hauteur au-dessus du sol : ......................................................................... 73

c) Effet du site : ................................................................................................................... 74

d) Effet de masque : ............................................................................................................ 74

e) Effet de dimension δ : .................................................................................................. 75

f) Vérification de la réduction maximale de la pression de base : .............................. 76

g) Valeurs limites des pressions dynamiques corrigées : ............................................. 76

h) Calcul des actions statiques exercées par le vent : .................................................... 76

i) Coefficient de Trainée ................................................................................................... 77

j) Sollicitations globales réparties sur les étages ........................................................... 78

k) Actions extérieures ........................................................................................................ 79

l) Actions intérieures ......................................................................................................... 79

m) Modélisation sur logiciel............................................................................................... 80

3) Exemple de calcul d’un voile............................................................................................ 81

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 6


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

a) Description du voile : .................................................................................................... 81

b) Contraintes limites : ....................................................................................................... 81

c) Dimension des potelets de rive : .................................................................................. 83

d) Ferraillage vertical de compression : .......................................................................... 84

e) Ferraillage horizontal de l’éffort tranchant : .............................................................. 84

4) Effet de second ordre P-Delta ........................................................................................... 85

XV. Conclusion........................................................................................................................... 86

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 7


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

I. Liste des figures

Exemples d’IGH à travers le monde ....................................................................... 11

Pyramide de Khéops, Egypte ................................................................................... 13

Monadock Building, Chicago ................................................................................... 14

Woolworth Building, Manhattan ............................................................................. 15

Empire State Building, New York ........................................................................... 15

Site du projet « New Marina », Casablanca............................................................ 24

Secteurs couverts par le projet « New Marina » .................................................... 25

Contreventement Portique ou Ossature poteaux/poutres .................................. 28

Etat de déformation d’une structure en voile et en portique .............................. 29

Contreventement par voiles.................................................................................. 30

Voile associé à système de portiques ................................................................... 31

Déformée d’une structure de voiles associés à un système de portiques ...... 31

Structure par noyau de contreventement ........................................................... 32

Etages flexibles ........................................................................................................ 33

Discontinuité des voiles ......................................................................................... 33

Système de voiles.................................................................................................... 34

Position des voiles .................................................................................................. 37

Position d’une cage dans le repère (O,X,Y) ........................................................ 37

Distribution de l’effort en flexion et torsion ....................................................... 38

Distribution des contraintes sur les voiles .......................................................... 40

Distribution des contraintes sur les voiles .......................................................... 42

Plan architectural de l’étage courant ................................................................... 44

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 8


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Position des éléments en Béton Armé ................................................................. 45

Plan de coffrage final de l’étage courant ............................................................. 47

Vérification de la dalle sur Autodesk Robot 2013 ............................................. 54

Section de diffusion de l’effort ............................................................................. 56

Contour de contrôle de référence ......................................................................... 56

Ferraillage type des escaliers ................................................................................ 57

Escaliers modélisés par une dalle sur 2 appuis .................................................. 58

Niveau des P.H.E par rapport au bâtiment ........................................................ 61

Vue 3D de la modélisation d’un étage courant sur CBS ................................... 65

Modèle 3D à 42 nivaux généré sur CBS .............................................................. 66

Structure exportée sur Robot 2013 après maillage ............................................ 67

Définition des normes des charges dynamiques ............................................... 68

Définition des charges dynamiques .................................................................... 68

Paramétrage de l’analyse modale ........................................................................ 70

Maitre couple des 2 directions du vent ............................................................... 72

Coefficient δ pour les grandes surfaces ................................................................ 75

Valeur du Coefficient de Trainée selon la construction .................................... 77

Longueur de flambement en fonction du type de voile ................................... 82

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 9


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

II. Introduction

Au terme de notre parcours à l’Ecole Hassania des Travaux Publics, nous avons effectué
notre projet de fin d’étude au sein du service structure du bureau de conseil et d’ingénierie
NOVEC, filiale du Groupe CDG Développement, émanant du rapprochement entre SCET-
SCOM et INGEMA.

Le travail que nous avons effectué durant une période de quatre mois, consiste dans le
cadre d’un avant-projet sommaire, en la conception et l’étude d’une tour hôtel appartenant
au projet « New Marina Casablanca » qui se situe sur la berge casablancaise.

En effet, les IGH sont devenus de nos jours un élément de prestige, faisant la renommée de
villes comme Dubaï, qui ne cessent de connaitre des records de hauteurs. Casablanca
également, étant la plus grande ville du Maghreb, envisage de s'imposer comme ville à
vocation internationale. Certes, elle possède déjà de grands magasins luxueux, de
splendides hôtels et des gratte-ciels d’entreprises internationales cependant rien ne
l’empêche d’augmenter son patrimoine d’immeuble à grande hauteur.

Par ailleurs, un bâtiment d’une telle envergure présente des difficultés de conception et de
calcul de par le manque d’expérience des bureaux d’études dans ce domaine, et aussi par
la sensibilité d’un tel ouvrage vis-à-vis des sollicitations horizontales telles que celles dues
au vent ou au séisme.

Dans ce qui suit, nous aborderont dans un premier temps des généralités concernant les
systèmes de contreventements, ainsi que la méthodologie de calcul et les règles de
conception des éléments de contreventement. Dans un second chapitre, après un exposé
sommaire sur le projet « New Marina Casablanca », nous présenteront la tour faisant partie
de ce projet et sur lequel porte notre travail de fin d’étude.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 10


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

III. Introduction aux IGH

1) Introduction générale
Le monde actuel regorge de structures intéressantes, grandes et petites, anciennes et
contemporaines. Les gratte-ciel modernes sont les plus accrocheurs et qui provoquent le
plus d’émerveillement chez le spectateur. Ce sont des monuments qui dégagent pouvoir et
prestige. C’est des réalisations suprêmes dans l’ingénierie et la conception, par conséquent
ils représentent des témoignages à l’esprit humain et des relations publiques au plus haut
niveau.

Il y a quelques années de cela, évoquer les bâtiments à grande hauteur faisait penser
généralement aux grandes villes telles que New York et Chicago ; Ces deux villes ont vu
grandir des constructions du plus haut degré mais la couronne a été arrachée d’abord par
Les jumelles Petronas de Kuala Lumpur, puis par le gratte-ciel Taipei 101 Taïwanais et plus
récemment par le Burj Khalifa à Dubaï.

Tour Petronas, Kuala Lumpur Taipei 101, Taïwan Burj Khalifa, Dubaï

Exemples d’IGH à travers le monde

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 11


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

La faisabilité de bâtiments de grande hauteur a toujours dépendu des matériaux


disponibles et du développement du transport vertical nécessaire pour déplacer des
personnes de haut en bas des immeubles. L’évolution qui a suivi repose sur deux
innovations techniques majeures qui ont eu lieu dans le milieu à la fin du XIXe siècle: le
développement du fer forgé, par la suite celui de l’acier, et enfin l'incorporation de
l'ascenseur. Le fait d’introduire les ascenseurs dans les IGH et donc permettre l’accès facile
aux étages supérieurs, plus attrayant que ceux du bas, a fait de ces immeubles un succès
financier.

2) Définition d’un IGH


Il est difficile de distinguer des caractéristiques généralisées sur des bâtiments dits de
grande hauteur. L’aspect extérieur de grande taille est une question relative. Dans un
typique quartier de plain-pied, un immeuble de cinq étages peut paraître grand. Un
bâtiment de 30 étages dans une ville peut être considéré comme élancé, mais les citoyens
d’une petite ville pointeraient fièrement à leur « gratte-ciel » de 6 étages. Dans les grandes
villes comme New York et maintenant les villes des Emirats Arabes, une structure doit
percer le ciel de 100 à 120 étages pour se détacher en hauteur de son environnement
immédiat.

Un grand bâtiment ne peut être défini en termes spécifiques liés à la hauteur ou au nombre
d’étages. Il n’y a pas de consensus sur ce qui constitue une grande structure.

Du point de vue structurel, il est plus simple de considérer un bâtiment élancé lorsque ses
analyses structurelles et de conception sont touchées par les charges latérales, et en
particulier le balancement causé par de telles charges. Plus la hauteur augmente, plus les
forces de la nature, en particulier le vent, dominent. Par conséquent, le cadre structurel
pour les IGH se développe autour de concepts associés à la résistance au vent turbulent.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 12


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

3) Historique des IGH


Si l’on remonte à des centaines d’années auparavant, nous constaterons que l’être humain
se souciait principalement d’assouvir ses besoins les plus fondamentaux : Se nourrir et
s’abriter. Il se contentait du minimum pouvant lui assurer la survie.

Avec l’évolution de la technologie et des techniques de construction, l’homme a déchainé


son imagination et ne cesse de se dépasser pour atteindre les plus hauts niveaux du
réalisable. Son aspiration à concevoir des bâtiments imposant par la taille et leur
architecture s’est manifestée sans plusieurs de ses œuvres. Fierté semble avoir été la
motivation première pour la construction de ces structures anciennes comme la tour de
Babel, le colosse de Rhodes, les pyramides d’Egypte, les temples des Mayas au Mexique...
En plus des facteurs sociaux et économiques, l’égo et la concurrence jouent leurs rôles dans
la révolution dans le monde de la construction. Maintenant, ce qui a été récemment
considéré comme un phénomène urbain en Amérique, peut être vu en rase campagne. Les
horizons des villes du monde entier sont sans cesse percés par d’énormes colonnes aussi
impressionnantes les unes que les autres.

Les anciennes structures de grande tailles servaient de protection ou de symbole et


rarement utilisés pour l’habitat des hommes. Tout au long de l’histoire, les hommes ont eu
à faire usages des matériaux de construction disponible. La pyramide de Khéops, par
exemple, a été construite en empilant d’énormes blocs de maçonneries les uns sur les
autres pour atteindre un pic de 146,7m (figure).

Pyramide de Khéops, Egypte

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 13


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Les constructions étaient constituées principalement de bois et de maçonnerie, deux


matériaux très limités. Le bois n’était passez fort pour les grandes structures et ne résistait
pas au feu, la maçonnerie et la pierre souffraient de la contrainte du poids.

La construction en maçonnerie a atteint son apogée en 1891 avec la construction de


Monadnock à Chicago (figure), un édifice de 17 étages (64m), la charge du vent étant
supportée par les murs porteurs en maçonnerie épais de 2,13m au niveau du sol. Par
conséquent, la superficie occupée par les murs était de 15% de la superficie brute au rez de
chaussée.

Monadock Building, Chicago

C’est en 1885 qu’un ingénieur du nom de William LeBaron Jenny est devenu le créateur du
gratte-ciel moderne. Il a choisi d’incorporer l’acier : Au lieu d’être supportées par les murs
de maçonnerie des étages supérieurs, Jenny a eu l’idée de supporter les charges de gravité
par un squelette en acier. Cependant, très peu de bâtiments de plus de 10 étages ont été
construits ainsi. Ce n’est qu’après l’invention de l’ascenseur que la course vers le ciel
commence et que la concurrence entre Chicago et New york pour devenir la métropole
atteint son comble. Au tournant du siècle, le quartier des affaires autour de Wall Street à
New York obtient le statut de centre financier du pays. La forte demande d’espaces de
bureaux ont vu la construction de plusieurs bâtiments de 20 étages à ossature en acier.

En 1913, le Woolworth a été la première structure de 60 étages (242m) à Manhattan. Ce


bâtiment de style cathédral est toujours en usage après plus de 90 années de service.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 14


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Woolworth Building, Manhattan

La construction en hauteur a connu une accalmie lors de la Première Guerre mondiale,


mais elle reprit son cours normal après la guerre et atteint les 319m avec le Chrysler
Building, toujours à New York.

Après la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle ère de gratte-ciel naquit. Avec le
doublement de la population et l’augmentation rapide de la production, l’économie en
espace devient primordiale. En 1930 a été construit l’Empire State Building à New York, un
bâtiment de 448,7m (antenne comprise), dépassant ainsi les 324m de la tour Eiffel à Paris
qui était la plus haute structure du XIXe siècle (figure).

Empire State Building, New York

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 15


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

C’est en 1974 que le Sears Tower remporte le titre du plus haut bâtiment du monde avec
ses 442m et ses 110 étages.

Maintenant, nous sommes dans une ère dans laquelle la hauteur n’est plus l’unique défi à
relever, mais l’aspect architectural également. Les ingénieurs en structures poussent les
limites du béton et de l’acier pour réaliser des formes aussi impressionnantes les unes que
les autres.

Les gratte-ciel avaient généralement une forme prismatique, mais aujourd’hui, les
propriétaires et les promoteurs exigent de plus en plus d’originalité aux architectes. Des
tours avec 3 à 10 côtés ou à section circulaire, les IGH de nos jours exposent audace et
finesse, certains ont une section variable, d’autres penchent dans le style de la tour de Pise,
on en trouve des tours sous forme de U renversé et parfois on en construit des jumeaux.

Aujourd’hui, l’utilisation de l’ordinateur a sonné une liberté quasi-totale dans


l’architecture des IGH. Les systèmes structurels peuvent être simulés et soumis à des
essais, qui, alliés à la capacité d’analyse de l’ingénieur, préviennent le comportement des
structures et définissent leurs limites tout en réduisant le coût.

4) Exigences fonctionnelles
Un ingénieur qui planifie la construction d’une structure à grand calibre doit s’assurer que
cette structure réponde aux exigences fondamentales d’un bâtiment dans les normes.

Ces exigences peuvent être classées dans les volets suivants :


 Equilibre
 Stabilité
 Résistance
 Adaptation à la fonction
 Economie
 Esthétique
De ce fait, nous distinguons plusieurs contraintes quant à la construction d’immeubles à
grande hauteur, entre autre :

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 16


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

a) Les contraintes mécaniques


 La résistance à la compression des matériaux (béton …).
 La résistance aux vents (flexion).
 La résistance au cisaillement de la tour (séisme).
 La résistance du sol pour supporter le poids de l’ensemble.

b) Les contraintes sur la vie des occupants


 Vertige ou mal de mer au sommet quand le bâtiment est soumis à un vent
violent.

c) Les contraintes financières


 Réduction du rapport cout/rentabilité

d) Les contraintes de fonctionnement


 Les contraintes de sécurité (incendie, d’évacuation…).
 Les contraintes d’alimentation en fluide (eau notamment).
 Les déplacements des personnes (ascenseur).

5) Style de tours
Au fil du temps, on a pu distinguer trois grandes périodes dans le style architectural des
gratte-ciel.

Jusqu’aux années 1930, différents styles ont fait référence à l’histoire architecturale de
l’Europe (style néogothique, style néoclassique).

A partir des années 1940 jusqu’aux années 1980, le style dit « international » s’impose avec
une abondance de lignes droites et une très large utilisation du verre.

Depuis les années 1980, la forme géométrique des gratte-ciel se complexifie.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 17


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

a) Exemples de gratte-ciel classés selon leur style

Le tableau ci-après illustre quelques styles de tours :

STYLE DESCRIPTION EXEMPLE

Se caractérise par l'utilisation


d'éléments gréco-romains (colonnes,
arches, plans symétriques).
Néoclassique
Ce style est apparu au milieu du 18e
siècle et a duré jusqu'au milieu du
20e.
Thurgood Marshall United State
Courthouse, New York

Assez fréquent aux États-Unis


jusque dans les années 1930. Très
rare aujourd'hui. Ce style ne
Néogothique
s'inspire pas seulement des
cathédrales gothiques mais aussi de
bâtiments profanes

Pittsfield Building, Chicago


Se caractérise par un certain
minimalisme, une simplicité et un
fonctionnalisme, des lignes droites,
des toits plats, et une large
utilisation du verre et de l'acier. Le
International
style international permet de réduite
le coût de construction au minimum,
la fonction étant privilégiée au
détriment de l'esthétique.

Apparu dans les années 1950. World Trade Center, New York

Ce style apparu dans les années 1950


utilise des formes massives et
Brutaliste
lourdes préférant une image de force
à une image d'élégance.

Lippo Centre, Hong Kong

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 18


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Ce style apparu au début des années


1990 est une réaction contre les
formes trop strictes du style
international. La forme elle-même
Déconstructiviste du bâtiment, forme souvent
audacieuse, est l'un des éléments
centraux de ce style qui se
caractérise aussi par l'absence
d'ornements. Torre de la roselada, Espagne

S'inspire des formes traditionnelles


de l'architecture japonaise et
Pagode
chinoise avec par exemple une forme
en pagode.

Tapei 101, Taïwan

b) Exemples de gratte-ciel classés selon leur forme

FORME DESCRIPTION EXEMPLE

Le premier gratte-ciel de l’histoire


Arche prenant la forme d’une arche a été
construit en 1989 à Paris.

Tokyo Baycourt Club, Tokyo

Certains gratte-ciel ont une forme qui


ressemble à une pièce de monnaie
Arrondies
géante ou sont en forme d'arc de
cercle.

Hotel Radisson Blu, Francfort

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 19


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Ces structures offrent une certaine


Hyperboloïdes
résistance au vent.

Nouvelle tour de télévision de Canton,Chine

Ce type de forme existe depuis les


Pyramidales
années 1970

Transamerica Pyramid, San Francisco

L'architecte espagnol Santiago


Torsadées Calatrava est l'un des grands
spécialistes de ce type d'architecture.

Turning Torso, Malmö, Suède

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 20


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

IV. Présentation de l’entreprise

1) Présentation générale
Novec est le fruit de la fusion entre les sociétés Ingéma et Scet-Scom, dont CDG
Développement est l’actionnaire de référence.

Novec regroupe désormais les activités des deux bureaux d’études, dont il convient de
rappeler les plus importantes :

• Ingéma (fondé en 1973) : Grandes infrastructures (Barrages, Autoroutes, Ouvrages d'art,


Ports, Tunnels), Ressources en eau, Energie et Environnement.

• Scet-Scom (fondé en 1958) : Bâtiment, Aménagements urbains, Génie rural, Alimentation


en eau et Assainissement.

Fort de l'expertise reconnue de ces deux bureaux, Novec est désormais un acteur de
premier ordre dans le domaine de l’ingénierie, employant près de 500 collaborateurs,
intervenant dans des domaines d’activité variés. Novec, dont le siège social est à Rabat, est
également présente à l'échelle régionale à travers ses agences de Casablanca, Marrakech,
Agadir et bientôt à Tanger et Fès. Elle opère également à l'international, où elle est appelée
à devenir l'un des bureaux de référence, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

2) Organisation
Novec est une entreprise à Conseil d’Administration, constituée d’une direction générale,
de cinq directions, de 11 départements techniques et quatre départements de support.
Novec emploie une équipe multidisciplinaire de plus de 700 personnes, dont près de 200
ingénieurs et 250 techniciens qui couvrent l’essentiel des métiers de l’entreprise.

Forte de 50 années d’expérience, Novec compte aujourd’hui parmi ses équipes des experts
consultants, disposant des compétences les plus pointues à même de répondre aux besoins
pécifiques de certains projets.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 21


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

3) Organigramme

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 22


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

4) Prestations
Novec assure l’ensemble des processus des métiers de l’ingénierie, depuis les études de
faisabilité jusqu’à l’assistance à la réalisation et à l’exploitation.
- Les études générales : plans et schémas directeurs, études stratégiques,
évaluations environnementales…
- Les prestations de maîtrise d’œuvre : études de conception et de réalisation des
ouvrages, suivi et contrôle des travaux…
- Les prestations d’assistance à maîtrise d’ouvrage : montage et définition des
projets, organisation et gestion des projets et assistance technique.
- Ordonnancement, pilotage et coordination
- Audit et conseil : audit environnemental, audit et évaluation techniques…
- Formation et accompagnement : diagnostic participatif, accompagnement des
projets d’infrastructures...

5) Domaines de compétences
- Routes et Autoroutes
- Ouvrages d’Art
- Géologie-Géotechnique
- Barrages
- Assainissement et eau potable
- Aménagement Urbain
- Agriculture et Développement Rural
- Ressources en eau et aménagements hydroélectriques
- Environnement
- Energie
- Ordonnancement, Pilotage et Coordination (OPC)
- Bâtiment

Les champs d'intervention en Bâtiment sont multiples : conception, calcul, métrés,


prescriptions techniques, conduite et suivi des travaux, maîtrise d’œuvre...

Novec dispose de nombreuses références dans différents secteurs de la construction, à


savoir : Logements, industriels, bureaux, centres commerciaux et loisirs, hôtellerie et
complexes touristiques, marinas, complexes sportifs, centres hospitaliers.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 23


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

V. Présentation du projet New Marina

1) Présentation générale
Le projet « Casablanca Marina » constitue un projet novateur qui ambitionne de
positionner la ville de Casablanca dans le giron des grandes métropoles économiques et
touristiques. Ce méga chantier lancé par la CGI nécessitera une enveloppe budgétaire de
6 milliards de DH.

Ce projet structurant à une valeur de symbole au regard de son implantation


exceptionnelle à proximité du port de Casablanca, de la gare ferroviaire de Casa Port, de
la Grande Mosquée Hassan II et de la Médina.

Le projet se développe sur une emprise totale de 26 hectares, dont 10 hectares gagnés sur
la mer grâce à de gigantesques travaux d’extension et de protection maritime, le long du
boulevard des Almohades, sur un linéaire de 1.400 mètres entre les chantiers navals et la
Grande Mosquée.

Conçu comme le nouveau pôle multifonctionnel de la ville de Casablanca, le projet


Casablanca Marina est un aménagement visionnaire, cohérent, de qualité, visant un
objectif urbain ambitieux : renforcer le lien ancestral entre la ville et l’Océan.

Site du projet « New Marina », Casablanca

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 24


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

2) Structuration
L’opération « Marina de Casablanca » est structurée en quatre pôles à vocation distincts :

•Le Port de Plaisance : C’est un ensemble immobilier comprenant, un complexe hôtelier


de 58 659 m² SHON regroupant un hôtel 5 étoiles luxe et un hôtel 4 étoiles, auxquels est
associé un Business Center de 33.688 m², dont le rez-de-chaussée sera affecté aux
commerces liés à l’activité «marina», lieux de loisirs et restaurants.

•Les « Remblas » : La vocation de cette seconde séquence d’urbanisation est


principalement le commerce, avec la présence d’un grand Môle commercial intégrant un
supermarché et une galerie commerçante aux niveaux +1 et +2. Les niveaux supérieurs
étant voués au tertiaire. Elle occupe une emprise foncière de plus de 46 000 m².

•Les « Portes Océanes» : La vocation de cette troisième séquence d’urbanisation est


principalement touristique. On y trouvera des bureaux, des commerces de proximité, des
équipements de loisirs et de tourisme ainsi que plusieurs îlots de services et
d’équipements. L’emprise foncière est de près de 93 000 m².

•Les « Jardins de la Grande Mosquée » : Cette séquence sera essentiellement vouée à


l’aménagement d’un espace vert et de jardins, organisés autour d’un mail piétonnier axé
sur le Minaret de la Grande mosquée.

Ainsi le programme prévu totalise une surface globale de l'ordre de 448.600 m² de


planchers, hors parkings, avec des vocations multiples

Secteurs couverts par le projet « New Marina »

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 25


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

3) Sous-projets
Selon la structure de l’opération « Marina de Casablanca », le projet est divisé en sous
projets à savoir :

 Un port de plaisance d’une capacité de 135 anneaux, avec des commerces et


restaurants haut-de-gamme.

 Un hôtel 5 étoiles de luxe « OBEROI CASABLANCA » d’une capacité de 150 clés


sur 3 étages.

 Un palais des congrès de 15 000 m² SHON annexé à la Tour Hôtel Business.

 Un hôtel 4 étoiles d’une capacité potentielle de 180 clés sur 6 étages

Et enfin le sous projet, dont le présent document fait l’objet :

Une Tour Hôtel Business 5 étoiles d’une capacité de 350 clés sur
40 étages et 150 m de hauteur

NB : La situation de la tour dans la Marina est détaillée en Annexe A1.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 26


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

VI. Contreventement

1) Généralités
L’étude du contreventement d’un bâtiment constitue l’une des étapes primordiales de la
conception. En effet, cette étape permet d’assurer la stabilité du bâtiment vis-à-vis des
actions dynamiques.

Le système de contreventement d’un immeuble est constitué d’éléments verticaux sous


l’action de sollicitations horizontales : essentiellement le vent, éventuellement les forces
d’origine sismique. Ces éléments, refends pleins, portiques, diaphragmes assurent la
résistance aux forces horizontales et transmettent les charges verticales (poids du
plancher, forces de pesanteur...) aux fondations.

En ce qui concerne les sollicitations horizontales, le problème est de déterminer la


répartition des efforts extérieurs entre les différents éléments de contreventement qui
peuvent être étudiés comme des systèmes isolés.

Parmi ces systèmes de contreventement, on peut citer :

-Les contreventements plans qui possèdent une rigidité dans leur plan et en dehors de
leur plan la rigidité est supposée nulle (refend plein, refend avec petites ouvertures,
portiques, refends associés à un portique).

-Les contreventements non plans qui possèdent deux rigidités flexionnelles et pour les
cages fermées une rigidité vis-à-vis de la torsion (cages avec ou sans ouverture, noyaux
des immeubles élevés, murs ayant des sections en U, L, T…).

-Contreventement des tours de grande hauteur : Pour ce type de structure, la stabilité


sera assurée par la façade et/ou un noyau central.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 27


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

2) Les différents éléments de contreventement :

a) Structures en portiques auto-stables :

Les structures en béton armé contreventées par portiques auto-stables sont relativement
répandues dans les constructions courantes de bâtiment, vu la simplicité de leurs
exécutions. Cependant, ce type de structure ne convient pas pour des bâtiments de
grande hauteur étant donné que leur élancement induit une grande flexibilité.

Le dimensionnement doit conférer aux poutres une déformabilité suffisante pour que
leur rupture potentielle soit due à la flexion et non pas au cisaillement. Les portées
moyennes, de 5 à 7m sont donc préférables aux petites portées, il est toutefois
souhaitable de ne pas dépasser les 10m de portée.

Les nœuds subissent des efforts élevés et constituent les zones les plus vulnérables d'une
ossature, cela explique le souci de la plupart des règlements de constructions
parasismiques de conférer aux poteaux une résistance supérieure à celle des poutres.

Contreventement Portique ou Ossature poteaux/poutres

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 28


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

b) Structure en voiles en béton armé :

Les bâtiments constitués de voiles en béton armé ont montré un excellent


comportement par rapport à l'action sismique même lors des secousses de fortes
magnitude. Ils ne comportent pas de zones de vulnérabilité tel que les nœuds de
portiques, et la présence de murs de remplissage n'entraine pas de sollicitations locales
graves.

Les dégâts subis par les voiles sont en général peu importants et facilement réparables.
La grande rigidité des voiles réduit par ailleurs les déplacements relatifs des planchers et
par conséquent, les dommages causés aux éléments non structuraux. Dans les terrains
meubles, les bâtiments en voiles imposent au sol des déformations qui permettent de
dissiper une quantité importante d'énergie dont l’ossature sera épargnée. Par ailleurs,
même fissurés, les voiles peuvent supporter les planchers et réduire le risque
d'effondrement. Toutefois, les voiles non armés ou faiblement armés peuvent subir, en
cas de séisme violent, des dommages importants.

Etat de déformation d’une structure en voile et en portique

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 29


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Les voiles ou murs de contreventement peuvent être généralement définis comme des
éléments verticaux à deux dimensions, dont la raideur hors plan est négligeable. Dans
leurs plans, ils présentent généralement une grande résistance et une grande rigidité vis-
à-vis des forces horizontales. Par contre, dans la direction perpendiculaire à leurs plans,
ils offrent très peu de résistance vis-à-vis des forces horizontales.

On doit toutefois renforcer les extrémités des voiles par des poteaux ou des retours
d'angle, cette mesure est particulièrement recommandée. Elle confère également aux
voiles une plus grande résistance dans le domaine élastique (meilleure résistance au
flambement des bords comprimés). De plus, après le dépassement de la résistance du
voile, l'élément continue à porter les charges par effet de portique.

La rigidité et la résistance des voiles diminuent avec le nombre et l'importance


d'ouvertures, par ailleurs, elles devraient être superposées afin de préserver les
trumeaux résistants.

Pour la répartition des efforts, on ne tient pas compte des petites ouvertures.

Contreventement par voiles

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 30


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

c) Structure mixte :
Dans les projets de bâtiments, on combine souvent entre les deux systèmes de
contreventements précédents. Le besoin de locaux de grandes dimensions et le souci
d’économie exclu fréquemment l'emploi de voiles seuls.
On peut dans ce cas associer avantageusement des voiles à des portiques.

i. Voiles alternés avec des files de portique :

Voile associé à système de portiques

L'interaction des deux types de structure produit par conséquent un effet de raidissage
favorable et un intérêt particulier en raison des déformations différentes qui
interviennent dans ces éléments.

Déformée d’une structure de voiles associés à un système de portiques

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 31


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

ii. Structure par noyaux de contreventement :

La stabilité des immeubles de grande hauteur et surtout des tours destinées à abriter
des bureaux est assurée dans la majorité des cas par des noyaux de rigidité. Ces noyaux
permettent la circulation verticale et assurent le contreventement. Leur étude est
compliquée par la présence d’ouvertures qui en détruisent le monolithisme.

Les voiles constituent la structure primaire du bâtiment. Les éléments structuraux


(poutres, poteaux) peuvent être choisis pour constituer une structure secondaire, ne
faisant pas partie du système résistant aux actions sismiques ou alors marginalement.
Ainsi, un bâtiment à noyaux de béton peut avoir pour structure primaire ces noyaux et
pour structure secondaire toute l’ossature, poutres et poteaux, disposés autour des
noyaux. La résistance et la rigidité des éléments secondaires vis-à-vis des actions
sismiques doivent être faibles devant la résistance et la rigidité des éléments de la
structure primaire. La structure secondaire doit toutefois être conçue pour continuer à
reprendre les charges gravitaires lorsque le bâtiment est soumis aux déplacements
causés par le séisme. Toutefois, le système n'atteint le maximum de son efficacité que si
la répartition des voiles est symétrique et uniforme et si les liaisons entre les voiles et les
portiques ont une bonne ductilité.

Structure par noyau de contreventement

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 32


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

3) Règles de bonne conception :

a) Symétrie

Afin de réaliser une bonne conception de contreventement, il faut veiller à avoir une
certaine symétrie dans la disposition des différents éléments. Cela nous permet
d’éviter l’excentrement entre de le centre de gravité et le centre de torsion.

b) Régularité :
Les étages flexibles sont à éviter, car ils donnent naissance à des rotules aux niveaux
supérieur et inférieur des poteaux rendant ainsi la structure instable.

Etages flexibles

Il faut aussi éviter les discontinuités de stabilisation ainsi que les sauts de rigidité et
de résistance.

Discontinuité des voiles

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 33


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

4) Méthodologie de calcul :

a) Calcul des caractéristiques des systèmes de contreventement :

On explicite la méthodologie de calcul des systèmes de contreventements.

Considérons un système de contreventement composé de n voiles. Chaque voile est


composé de j élément rectangulaire.

Système de voiles

Chaque rectangle i a les caractéristiques suivantes :

• Epaisseur ei
• Longueur hi
• Aire Si

Moments d’inertie de chaque voile par rapport à son centre de gravité :

𝑡𝑖 ℎ𝑖3 ℎ𝑖 𝑡𝑖3
𝐼𝑋𝑖 = et 𝐼𝑌𝑖 = 𝐼𝑋𝑌𝑖 = 0
12 12

Remarque :
-Pour les voiles verticaux on néglige Iy devant Ix.
-Pour les voiles horizontaux on néglige Ix devant Iy.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 34


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

On calcul dans le repère Oxy, les coordonnées du centre de gravité de chaque


éléments de contreventement j constitué de voiles, comme suit :

∑ 𝑆𝑖 𝑥𝑖 ∑ 𝑆𝑖 𝑦𝑖
𝑥𝐺 = Et 𝑦𝐺 =
𝑆 𝑆

Puis, on calcule les moments d’inertie de chaque élément j par rapport à son centre
de gravité :

𝐼𝑋𝐺𝑗 = ∑[𝐼𝑥𝑖 − (𝑆𝑖 × (𝑦𝐺 − 𝑦𝐺𝑖 )2 )]

𝐼𝑌𝐺𝑗 = ∑[𝐼𝑌𝑖 − (𝑆𝑖 × (𝑥𝐺 − 𝑥𝐺𝑖 )2 )]

𝐼𝑋𝑌𝐺𝑗 = ∑ 𝑆𝑖 × |𝑦𝐺 − 𝑦𝐺𝑖 | × |𝑥𝐺 − 𝑥𝐺𝑖 |

On calcule enfin l’angle αj que fait chaque élément j avec l’axe OX et qui est donné
par la formule suivante :

2𝐼𝑋𝑌𝐺𝑗
𝑡𝑔(2𝛼𝑗 ) =
𝐼𝑌𝐺𝑗 − 𝐼𝑋𝐺𝑗

Moments d’inertie principaux :

𝐼𝑚𝑎𝑥𝑗 𝐼𝑋𝐺𝑗 − 𝐼𝑌𝐺𝑗 𝐼𝑋𝐺𝑗 − 𝐼𝑌𝐺𝑗 2


{ = √
± ( ) + 𝐼²𝑋𝑌𝐺𝑗
𝐼𝑚𝑖𝑛𝑗 2 2

b) Recherche du centre de torsion :

Pour effectuer un calcul de contreventement, il nous faut tout d’abord chercher le


centre de torsion du système.

Le centre de torsion est le point tel que si la résultante de charge passe par ce point

Lorsque la sollicitation extérieure est rapportée au centre de torsion, les effets de la


flexion et de la torsion peuvent être étudiés indépendamment l’un de l’autre.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 35


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

i. Pour des voiles parallèles :

Dans ce cas l’étude est menée en modèle continu avec les hypothèses
particulières suivantes :

• les voiles sont d’inertie constante et sont encastrés à la base dans une
fondation.
• les voiles ne se déforment pas en distorsion.
• la rigidité à la torsion pure des voiles est négligeable.

On définit la position du centre de flexion par rapport à O

∑ 𝜆𝑖 (𝐸𝐼)𝑖
𝛼=
∑(𝐸𝐼)𝑖

(𝐸𝐼)𝑖 : Rigidité flexionnelle du refend i

𝜆𝑖 : Implantation du refend i dans le système OXY

Remarque : dans ce qui précède, les voiles n’ont de rigidité que dans le sens OY
donc le centre de flexion n’est défini que par so n abscisse.

ii. Pour des voiles dans deux directions:

On suppose que tous les éléments de contreventements ont leurs axes principaux
parallèles aux axes O X Y. Les hypothèses précédentes sont conservées :

Les éléments sont d’inertie constante sur toute la hauteur et sont encastrées dans une
fondation rigide.

Les déformations de distorsion et torsion sont négligées.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 36


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Position des voiles

∑ λxi (EIx )i ∑ 𝜆𝑦𝑖 (𝐸𝐼𝑦 )


𝑖
α= 𝛽=
∑(EIx )i ∑(𝐸𝐼𝑦 )
𝑖

• (EIX)i et (EIY)i les rigidités flexionnelles de l’i-ème élément de contreventement


• λxi et 𝜆𝑦𝑖 les implantations du refend i dans le système OXY

iii. Pour un noyau:

On suppose que tous les éléments de contreventements ont leurs axes principaux
inclinés d’un angle βi par rapport aux axes O X Y. Les hypothèses précédentes sont
conservées : Les éléments sont d’inertie constante sur toute la hauteur et sont
encastrés dans une fondation rigide.

Position d’une cage dans le repère (O,X,Y)

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 37


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Les cages sont des cas particuliers de voiles dans 2 directions ainsi, les coordonnées
du centre de torsion sont les suivantes :
∑ λxi (EIx )i ∑ 𝜆𝑦𝑖 (𝐸𝐼𝑦 )
𝑖
α= ∑(EIx )i
𝛽= ∑(𝐸𝐼𝑦 )
𝑖

5) Répartition des sollicitations sur différents éléments de


contreventement :

a) Voiles parallèles :

En rapportant la sollicitation extérieure au centre de torsion, l’effet de la flexion et de


la torsion peuvent être étudié indépendamment l’un de l’autre comme schématisé
ci- dessous.

Distribution de l’effort en flexion et torsion

 Pour la flexion seule :

( EI ) i
Chaque voile i reprend l’effort de flexion: Ti   ( z)
 ( EI ) i
 Pour la torsion seule :

ri ( EI ) i
Chaque voile i reprend l’effort de torsion : Ti   ( z)
 ri2 ( EI ) i

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 38


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Avec : ri = λi-α

Ainsi chaque refend i reprend l’effort total:

ri ( EI ) i ( EI ) i
Ti   ( z)   ( z)
 ri ( EI ) i
2
 ( EI ) i
Répartition des contraintes :

On définit le moment sollicitant le refend i :

𝐻
𝑀𝑖 = − ∫ 𝑇𝑖 (𝑧)𝑑𝑧
𝑧

Et le moment extérieur par :

𝐻
𝑚(𝑧) = − ∫ 𝜏(𝑧)𝑑𝑧
𝑧

De même on pose :

𝐻
𝐵(𝑧) = ∫ 𝜚(𝑧)𝑑𝑧
𝑧

B est appelé le bi-moment.

La loi de Navier- Bernoulli des sections planes permet de calculer la contrainte


normale dans l’élément « i ».
Soit P un point courant où l’on va calculer la contrainte et G le centre de gravité du
voile.

On définit ainsi y par : 𝑦 = 𝑦𝐺 − 𝑦𝑃

𝑀𝑖 𝑦
𝜎𝑖 =
𝐼𝑖

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 39


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

La contrainte due à la flexion seule :

𝑦 𝐻 (𝐸 𝐼)𝑖 𝑦 𝐸𝑖
𝜎𝑖 = − ∫ 𝜏(𝑧)𝑑𝑧 = 𝑚(𝑧)
𝐼𝑖 𝑧 ∑(𝐸 𝐼)𝑖 ∑(𝐸 𝐼)𝑖

La contrainte due à la torsion:

𝑦 𝐻 𝑟𝑖 (𝐸 𝐼)𝑖 𝑦 𝑟𝑖 𝐸𝑖
𝜎𝑖 = ∫ 2
𝜚(𝑧)𝑑𝑧 = 𝐵(𝑧)
𝐼𝑖 𝑧 ∑ 𝑟𝑖 (𝐸 𝐼)𝑖 ∑ 𝑟𝑖 2 (𝐸 𝐼)𝑖

Si le module d’élasticité E est identique pour tous les refends :

𝑦 𝑦 𝑟𝑖
𝜎𝑖 = − 𝑚+ 𝐵
∑(𝐼𝑖 ) ∑(𝑟𝑖2 𝐼𝑖 )

La répartition des contraintes est représentée par le schéma suivant :

Distribution des contraintes sur les voiles

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 40


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

b) Pour des voiles dans deux directions:

On pose :

𝑟𝑥𝑖 = 𝜆𝑥𝑖 − 𝛼 ; 𝑟𝑦𝑖 = 𝜆𝑦𝑖 − 𝛽 ; 𝜚 = (𝑏 − 𝑎)𝜏𝑦

𝐸𝜁𝑋 = ∑(𝐸𝐼𝑥 )𝑖 ; 𝐸𝜁𝑌 = ∑(𝐸𝐼𝑦 )𝑖 ; 𝐸𝜁𝜔 = ∑(𝑟𝑥𝑖 2 (𝐸𝐼𝑥 )𝑖 + 𝑟𝑦𝑖 2 (𝐸𝐼𝑦 )𝑖 )

Le système permettant de calculer la déformation du bâtiment s’écrit :

d 3V x d 3V y 𝑑3 𝜃
E y 0 ; E y 3
  y ; 𝐸𝜁𝜔 𝑑𝑧 3 = −𝜚
dz 3 dz

Les efforts tranchants dans les éléments de contreventement sont :

𝑟𝑦𝑖 (𝐸𝐼𝑦 )𝑖
𝑇𝑥𝑖 = 𝜌
𝐸𝜁𝜔

(𝐸𝐼𝑥 )𝑖 𝑟𝑥𝑖 (𝐸𝐼𝑥 )𝑖


𝑇𝑦𝑖 = 𝜏𝑥 + 𝜌
𝐸𝜁𝑥 𝐸𝜁𝜔

On constate que bien que la sollicitation soit parallèle à O Y les refends travaillent
suivants O X : ils reprennent une partie du couple de torsion.

Répartition des contraintes :

La répartition des contraintes se fait de la même façon que pour les voiles dans une
seule direction.

Ainsi,

Pour les voiles verticaux :

𝑦 𝑦 𝑟𝑖𝑥
𝜎𝑖 = − 𝑚𝑥 + 2 𝐵
∑(𝐼𝑥𝑖 ) ∑(𝑟𝑖𝑥 𝐼𝑥𝑖 )

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 41


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Pour les voiles horizontaux :

𝑥 𝑦 𝑟𝑦𝑖
𝜎𝑖 = − 𝑚𝑦 + 2 𝐵
∑(𝐼𝑦𝑖 ) ∑(𝑟𝑖𝑦 𝐼𝑦𝑖 )

Avec : x et y les coordonnées du point courant dans lequel on calcule la contrainte,


par rapport au centre de gravité du voile.

La répartition des contraintes est représentée par le schéma suivant :

Distribution des contraintes sur les voiles

c) Pour un noyau:

Dans les cas traités précédemment la rigidité à la torsion pure a été négligée. En effet,
en faisant une comparaison pour une même section entre la rigidité du profil ouvert
et celle du profil fermé on constate que cette dernière est beaucoup plus grande que
la première. C’est pour cela que la flexion pure est essentiellement reprise par les
profils fermés.
La rigidité à la torsion d’un profil fermé est donnée par la formule suivante :

𝑆²
𝐾=
𝑑𝑠
∫ 𝑒

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 42


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

S : le double de l’aire formé par la ligne moyenne.

Ainsi, pour la répartition des efforts on aura à suivre les mêmes étapes déjà vue dans
la répartition des efforts dans le cas de voiles dans les deux directions mais la
différence c’est qu’on doit ajouter la rigidité torsionnelle (G.K) en plus de la rigidité
flexionnelle (E.I).
En tenant compte des relations déformations- efforts, on aboutit au système :

d 3Vx
 ( EI y ) i dz 3
0

d 3V y
 ( EI x ) i dz 3
 y

d 3 d
  (rxi2 ( EI x )i  ryi2 ( EI y )i )   (GK )i 
dz 3 dz

Les efforts repris par le noyau sont :

d 3V x d 3
Txi  ( EI x ) i  r yi ( EI )
y i
dz 3 dz 3

d 3V y d 3
T yi  ( EI y ) i  rxi ( EI x ) i
dz 3 dz 3

Répartition des contraintes :

L’expression de la contrainte en un point P du noyau est la suivante.

𝑥 𝑦 (𝑦 𝑟𝑖𝑥 − 𝑥 𝑟𝑖𝑦 )
𝜎𝑖 = 𝑚𝑦 − 𝑚𝑥 + 2 2 𝐵
∑(𝐼𝑦𝑖 ) ∑(𝐼𝑥𝑖 ) ∑(𝑟𝑖𝑥 𝐼𝑥𝑖 + 𝑟𝑖𝑦 𝐼𝑖𝑦 )

x et y étant les coordonnées relatives du point P.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 43


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

VII. Conception

Ayant reçu les plans architecturaux de nôtre bâtiment, la première étape du projet
était de parvenir à élaborer une conception optimale de ce dernier qui permet à la
fois de respecter les contraintes structurelles ainsi que les contraintes architecturales.

Plan architectural de l’étage courant

1) Positionnement des éléments de structure


La position des poteaux était fortement conditionnée par des contraintes
architecturales. Ainsi, la marge de manœuvre sur la position de ces derniers était
quasiment nulle.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 44


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Par contre, en ce qui concerne les voiles de contreventement, nous avons disposé
d’une plus grande flexibilité vu que la plupart d’entre eux allait être disposé à
l’intérieur du noyau qui représente une zone de service. Zone dans laquelle les
contraintes architecturales sont moindres par rapport aux autres parties du bâtiment
qui sont exposés aux clients de l’hôtel (circulation et chambres).

Le positionnement initial de ces éléments est comme suit :

Position des éléments en Béton Armé

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 45


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

2) Choix du type de plancher


Pour définir le plancher adéquat à la tour, nous devions choisir entre différents
systèmes de planchers, cependant avant de faire notre choix il faut vérifier certains
critères.

D’abord, minimiser la retombée du plancher pour répondre aux exigences du maître


d’œuvre donc on devra éliminer les systèmes de plancher comportant des poutres,
ces dernières ayant une grande portée (jusqu’à 11m) la retombée ne satisfera pas la
contrainte architecturale.

On aura à choisir entre :

- les planchers-dalle
- les planchers sur prédalle
- les planchers mixtes
- les planchers réticulés

Ensuite, éliminer parmi ces solutions restantes celles qui présentent une difficulté de
mise en œuvre et celles qui sont coûteuses, comme les planchers mixtes et les
planchers sur prédalle.

Ainsi, la solution que nous proposons est celle d’un système de plancher dalle sans
poutres.

Cependant, ce choix n’est pas définitif puisqu’il dépendra du délai d’exécution défini
par le maitre d’ouvrage, ainsi que du budget prévu par ce dernier. On pourra
envisager les planchers préfabriqués pour leurs différents avantages, en l’occurrence
le délai d’exécution.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 46


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

3) Etablissement du plan de coffrage final


Ainsi après avoir définit le système de plancher à utiliser le plan de coffrage final de
l’étage courant est comme suit :

Plan de coffrage final de l’étage courant

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 47


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

VIII. Dispositions Constructives

1) Matériaux utilisés
Nous utiliserons pour ce projet des aciers Haute Adhérence 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎

En ce qui concerne le Béton les classes de résistances varieront entre 30 à 70 MPa


pour les poteaux en fonction des étages tandis qu’un béton de 30 MPa sera utilisé
pour les dalles.

2) Normes utilisées pour le calcul des éléments en BA


Pour la conception et le calcul des éléments en béton armé, on utilisera la norme en
vigueur au Maroc à savoir le BAEL 91 Modifié 99 que l’on complètera
éventuellement par l’EuroCode 2 pour le calcul de certains éléments.

En ce qui concerne les dispositions sismiques et les charges du vent, on utilisera


respectivement la norme RPS 2000 Maroc et le NV65 Maroc.

3) Hypothèses et charges de calcul


Les charges appliquées pour notre projet sont :

Charges permanents Revêtement 200 Kg/m2

Cloisons 75 Kg/m2

Enduit 30 Kg/m2

Charges d'exploitation Hall de réception 400 Kg/m2

Circulation 250 Kg/m2

Habitation hôtelière 250 Kg/m2

Escaliers 400 Kg/m2

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 48


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

En ce qui concerne le séisme le projet se situe en Zone 2 sur un site de type S1 et le


bâtiment est de classe II. Normalement en zone 2 le RPS stipule une accélération de
8% d’après la carte sismique du Maroc (Annexe A2), cependant après des essais in
situ effectués par le laboratoire il s’est avéré que Vmax = 10cm/s Amax = 10%

Pour ce qui est du vent nous sommes en présence d’un site exposé en zone 2 la
pression de base normale est : q = 53.5 daN/m².

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 49


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

IX. Pré-dimensionnement des éléments BA

1) Dalles
Les règles pratiques de pré-dimensionnement des dalles pleines recommandent un
élancement :

1 ℎ 1
≤ ≤
33 𝐿 20

Avec : h l’épaisseur de la dalle, L la portée

Dans le cas de la structure à étudier, on prendra la plus grande portée qui est de 9m.

Ainsi l’épaisseur de la dalle à adopter sera :

0,27 ≤ h ≤ 0,45

Nous optons finalement pour une épaisseur de 0,3m, que l’on vérifiera par la suite
vis-à-vis de la flèche et au poinçonnement.

2) Poteaux
En ce qui concerne les poteaux, la symétrie du bâtiment nous permet de distinguer 4
types de poteaux comme le montre l’annexe B.

On distingue ainsi les poteaux :

-P1 : de rive.
- P2 : périphériques.
-P3 : d’ascenseurs.
- P4 : de Hall.

Les poteaux P1 et P4 sont cylindriques tandis que les 2 autres sont rectangulaires.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 50


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

On pré dimensionne les poteaux en utilisant la formule

𝑁𝑢
𝑆=
𝜎𝑏

S la section du poteau.
Nu l’effort normal appliqué sur le poteau.
𝜎𝑏 La contrainte admissible du béton.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 51


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

X. Descente de charge

Compte tenu de la forme irrégulière du plancher, nous avons procédé à une


modélisation sur le logiciel « Autodesk Concrete Building Structures » ( CBS ) afin
d’en tirer les charges appliquées sur les poteaux.

Ainsi nous avons récupéré les charges maximales appliquées sur les spécimens de
poteaux P1, P2, P3 et P4 puis nous avons procédé à un pré dimensionnement comme
cité précédemment, puis nous avons effectué un dimensionnement de ces derniers
comme suit :

On calcule tout d’abord l’effort normal ultime maximal que peut supporter chaque
poteau et qui est donné par la formule suivante :

𝐵𝑟 . 𝑓𝑐28 𝐴𝑠 𝑓𝑒
𝑁𝑢𝑚𝑎𝑥 = 𝛼 [ + ]
0,9𝛾𝑏 𝛾𝑠

On prendra une contrainte de compression du béton à 28 jours variable en fonction


des étages afin garder les dimensions des poteaux constantes.

Pour la contrainte admissible de l’acier on prendra : 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎

Pour le calcul de β il faut tout d’abord calculer :

La longueur de flambement, on prendra lf=l0 pour tous les poteaux afin de rester
dans le sens de la sécurité.

L’élancement :

Pour les poteaux circulaires l’élancement λ a pour expression :

4𝑙𝑓
𝜆=
𝐷

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 52


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

0,85
𝜆 ≤ 50 𝛼=
𝜆
1 + 0,2( )²
Si : 35
50 2
{ 50 < 𝜆 ≤ 70 𝛼 = 0,60 ( )
𝜆

Br est la section réduite calculé comme suit :

𝐵𝑟 = 𝜋(𝑅 − 0,01)2

𝐵𝑟 = (𝑎 − 0.02)(𝑏 − 0.02)

Enfin, 𝑓𝑏𝑐 sera choisi de façon à avoir l’effort normal ultime inférieur à l’effort normal
maximal.

Les résultats du calcul sont donnés en Annexe C

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 53


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

XI. Vérification du plancher Dalle

1) Vérification de la flèche
La symétrie du bâtiment nous permet de décomposer le plancher en plusieurs parties
semblables :

- Une partie centrale constituée de locaux de service et du couloir de circulation qui


ne pose pas vraiment de problème compte tenu des petites portées qui s’y trouvent.

- Trois parties de forme irrégulière (voir figure ci-dessous) que l’on vérifiera à la
flèche via le logiciel Autodesk Robot 2013. On obtient les résultats suivant :

Vérification de la dalle sur Autodesk Robot 2013

La flèche maximale est de 0.4 cm dans la zone en porte à faux dont la portée de
vérification est de 1.25 m

La flèche admissible suivant le BAEL est de L/250 puisqu’il s’agit d’une portée en
porte à faux (console courte).

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 54


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

L/250 = 1.25/250 = 0.5 cm

Ainsi notre plancher est vérifié à la flèche.

2) Vérification au poinçonnement
L’Eurocode 2 admet que dans le cas d’une charge ou d’une réaction concentrée, le
cisaillement s’évalue sur la base d’une diffusion de 26°6 (arctg(1/2)) ; c’est à-dire que
le contour de contrôle de référence u1 est situé à une distance 2d de l’aire chargée ;
l’eurocode 2 demande de le tracer de manière à minimiser sa longueur .

Soit A la section de contrôle de référence définie par le contour de contrôle de


référence noté 𝑢1 multiplié par la hauteur utile d.

β. 𝑉𝐸𝑑
𝜏𝐸𝑑 =
𝑢. 𝑑

β : facteur d’excentricité de la charge pris égal à 1 pour une charge parfaitement


centrée.
d : hauteur utile.
𝑉𝐸𝑑 : Effort tranchant de calcul total exercé.
u : périmètre de la section critique.
d : hauteur utile de la dalle (d = (dx + dy)/2).

L’eurocode 2 impose de vérifier la résistance au poinçonnement sur le contour de


contrôle de référence 𝑢1 avec un cisaillement limite 𝜏𝐸𝑑 = 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 avec :

1 𝑓𝑐28 𝑓𝑐28
𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 = 𝜈𝑓𝑐𝑑 = 0,3 (1 − ).
2 250 1,5

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 55


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Section de diffusion de l’effort

Pour les poteaux non circulaires, le contour de contrôle peut être déterminé de la
manière suivante :

Contour de contrôle de référence

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 56


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

On détermine 𝜏𝐸𝑑 pour les 4 spécimens de poteaux définis précédemment.

Poteau P1 P2 P3 P4

𝑽𝑬𝒅 (MN) 23,95 19,30 3,91 5,60

𝑼𝒄 (m) 8,79 6.76 6,28 5,36

Sur-épaississement de la dalle (cm) 20 25 0 0

𝝉𝑬𝒅 (MPa) 5.44 5.19 3.7 3.79

𝑽𝑹𝒅,𝒎𝒂𝒙 (MPa) 5.28 5.28 5.28 5.28

3) Calcul des escaliers

a) Méthode 1

Pour les escaliers en zone de service on considère les dimensions suivantes :

-Hauteur de la marche H =16cm


-Longueur de marche D = 25cm
L’épaisseur du palier doit être dimensionnée comme suit

𝑙 𝑙 𝑙
h = à on prend Donc h = 20 cm l = 584 cm
25 30 28

Ferraillage type des escaliers

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 57


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Pour ce qui est des charges on prendra

Q = 400 kg/m²

G2 = 0,2 x 25 = 5 kN/m²

0,2 0.16
G1 = ( cos 𝛼+ ) x 25 = 7,94 kN/m²
2

Calcul du moment à l’ELU :

2
𝐺1 𝑙2 𝑎2 𝑙
Mu = 1,35 ( - (g1-g2) 4 ) + 1,5 (4. 8 )
8
2
7,94 𝑥 5,842 1,72 5,84
Mu = 1,35 ( - (2,94) ) + 1,5 (4. 8 )
8 4

Mu = 68,4 kN.m
μ = 0,14867 < 0,186

α = 1,25( 1- √1 − 2𝜇)
𝛽 = 0.167
𝛽.𝑏.𝑑.𝑓𝑏𝑐
𝐴𝑠 = = 9.82 cm²/ml = 7T14
𝜎𝑠𝑢

b) Méthode 2
On considère l’escalier comme étant une dalle sur deux appuis, portant parallèlement
à la plus grande portée.

Escaliers modélisés par une dalle sur 2 appuis

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 58


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Le moment en travée est de 80% du moment isostatique donc :

𝑝. 𝑙 2
0,8 𝑀0 → 𝑀𝑠 =
10

𝑔1 = (0,2 𝑥 2,5 ) = 5 𝑘𝑁/𝑚²

𝑔2 = 7 𝑘𝑁/𝑚²

𝑞 = 4 𝑘𝑁/𝑚²

𝑃 = 1,35 (𝑔1 + 𝑔2 ) + 1,5 𝑞 = 22,2 𝑘𝑁/𝑚²

𝑙𝑥 = 5,84

𝑀𝑠 = 75,71 𝑘𝑁. 𝑚

𝜇 = 0,1645

𝑧 = 0,5. 𝑑. (1 + √1 − 2𝜇)

𝑧 = 0,1637

𝑀
𝐴𝑠 = 𝑧.𝜎𝑠 = 10,63 cm²/ml
𝑠

Sur toute la largeur on obtient un ferraillage 16T16 espacé de 20cm

Par rapport aux armatures de répartition, 𝐴𝑠𝑟é𝑝 = 2,7 𝑐𝑚²/𝑚𝑙 on obtient un


ferraillage total de 29T8 espacé de 20 cm.

N.B. : il est à noter que cette méthode moins précise que la première nous donne un
ferraillage supérieur.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 59


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

XII. Choix du type de fondation

Compte tenu de la hauteur du bâtiment, la descente de charge sur les poteaux est
considérable ainsi on risque d’avoir un chevauchement entre les semelles.

Aussi, notre tour étant plongée dans un sol perméable on devra s’assurer de
l’étanchéité des parties ancrées.

Pour les fondations, on choisit donc la variante Radier où deux éléments seront pris
en considération : la vérification du radier au poinçonnement et la vérification du
radier face à la poussée des eaux.

1) Caractéristiques du site et du sol


Ce qui suit a été extrait du rapport Géotechnique du sol fourni par le LPEE :

La Tour projetée comprend deux sous-sols aux niveaux suivants :


1er sous-sol : +0,1 NGM
2ème sous-sol : -3,40 NGM

Le niveau du toit du substratum schisteux au droit de la Tour varie entre les cotes

-1,87 NGM et -3,97 NGM

Le niveau bas du sous-sol étant à -3,40 NGM, celui-ci sera posé sur le toit des schistes
avec un rattrapage de faible épaisseur du côté du sondage SC39 (0,60m).
L’emplacement du sondage est détaillé en Annexe A

Pour la fondation de la Tour, la formation de schistes est préconisée, le type de


fondation retenu pour de la tour est le radier ancré d’au moins 1,00m dans le
substratum schisteux.

Le taux de travail admissible est de 8 bars à l’ELS.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 60


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

En cas de nécessité d’ancrage avec des fondations profondes (type pieux), le taux de
travail sera de 50 bars à l’ELS.

Les sondages SC39, SC40, SC41 et SC42 ont été équipé de piézomètres. D’après les
levés effectués entre le 21/12/2011 et le 16/02/2012.

Le niveau piézométrique durant cette période fluctue entre +0,11 NGM et +1,23
NGM. Le niveau des Plus Hautes Eaux retenu au droit de la tour est de +1,80 NGM

Ainsi on peut conclure que le sol est très favorable à ce projet la cote des PHE sera
certainement un élément contraignant plus tard lors de l’étude des fondations de la
tour.

2) Vérification face à la poussée des eaux

Niveau des P.H.E par rapport au bâtiment

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 61


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

La stabilité générale de l’ensemble vis-à-vis de la poussée des eaux doit être assurée
par son poids propre. Ainsi nous avons :

𝐺𝑚𝑖𝑛 ≥ 1,1𝛾𝐵∆ℎ𝑚𝑎𝑥

3
Avec 1,1𝛾𝐵∆ℎ𝑚𝑎𝑥 = 1,1(5,7 + 𝑑)(965 + 131.4𝑑 4 )

𝐺𝑚𝑖𝑛 :

Masse du 2ème sous-sol (Dalle pleine + Poteaux et voiles) = 1015T

3
Masse des remblais : (5,2x2,2x1.8x1.8)x(131.4).4.d = 1446,7d

Masse du voile périphérique (25cm) : 025x131,4x7x2,5 = 574.8 T

3
Masse du Radier (965 + (131.4).4.d) x d x 2.5

On en déduit que :

138d² + 2180d – 4460 = 0 d’où 𝒅𝒎𝒊𝒏 = 𝟏, 𝟖𝟓 𝒎

3) Vérification au poinçonnement
On vérifie le radier au poinçonnement par la formule de Caquot :

𝑁 − 𝑁1
1.2𝜎𝑡 ≥
𝑈𝑐 . ℎ

Avec :

𝜎𝑡 : Résistance à la traction du béton


Uc : Périmètre d’un contour homothétique de celui du Poteau situé à mi-hauteur du
radier Uc = 2(h+b) + 2(h+a).
𝑁1 : Valeur de la réaction du sol appliqué sur l’aire délimité par Uc

{N1= (h+b) x (h+a) x 𝜎𝑆𝑜𝑙 }.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 62


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

En vérifiant vis-à-vis du poteau le plus sollicité et en prenant en considération la


hauteur imposée par la poussée hydrostatique, la vérification au poinçonnement est
loin de la valeur limite. Ainsi la poussée hydrostatique est la plus contraignante pour
le cas de notre Radier.

4) Vérification vis-à-vis de l’agressivité de l’eau


L’analyse d’un échantillon d’eau visant à définir son agressivité vis-à-vis du béton
montre que cette eau a une agressivité chimique modérée et est classée de type XA2
voir Annexe A3.

Ainsi en se basant sur la Norme Marocaine de Béton on en déduit que le béton utilisé
𝐸
pour le radier sera du B35, au moins, sont rapport maximal est de 0.5 et sa teneur
𝐶

minimal en ciment est de 350 Kg/𝑚3 .

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 63


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

XIII. Modélisation sur Logiciel

1) Présentation du logiciel
Pour nos calculs sur logiciels nous avons opté pour la combinaison de deux logiciels
fournis par « Autodesk » : « Autodesk CBS » et « Autodesk Robot ».

CBS nous a permis de modéliser la structure avec tous ses éléments qui à la suite
nous permettra d’exporter ce modèle vers Robot qui lui à son tour effectuera
l’analyse de la structure et nous fournira les résultats nécessaires.

L’utilisation du logiciel consiste en trois phases principales : la saisie, le calcul et


enfin l’exploitation des résultats.

2) Phase de saisie
La première opération consiste à faire une description géométrique et qualitative de
la structure à calculer. Cette tâche s’effectue de façon entièrement graphique à l’aide
d’outils de CAO à travers une zone de dessin qui donne à chaque instant une
représentation en deux ou trois dimensions du modèle. Les positions des éléments
dans l’espace sont décrites en utilisant le clavier ou la souris, en s’aidant d’un
support que l’on appelle la grille ou en se basant sur les entités déjà construites .On
peut également utiliser des outils de copie, de déplacement, de symétrie etc.

Les éléments ainsi dessinés représentent des objets réels : poutres, dalles, voiles etc. A
cette description géométrique s’ajoute donc une description qualitative, on doit
donner à ces entités un certain nombre de propriétés que l’on appelle attributs (par
exemple la section d’une poutre ou d’un poteau, l’épaisseur d’une dalle ou d’un
voile). Les informations appropriées sont saisies dans chacun des boutons et chaque
objet créé va posséder l’ensemble des propriétés décrites.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 64


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Vue 3D de la modélisation d’un étage courant sur CBS

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 65


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Après avoir saisi la structure, on procède à la saisie des différentes charges qui lui
sont appliquées.

Ces charges (ponctuelles, linéaires, surfaciques ou déplacements imposés) peuvent


être regroupées en cas de charge qui correspondent à divers scénarios de chargement
et qui peuvent être calculés isolement ou combinés.

Modèle 3D à 42 nivaux généré sur CBS

3) Phase de calcul
Après avoir appliqué à notre structure les charges permanentes et d’exploitation
nous allons exporter notre modèle vers Robot et en faire deux copies. Une sera
utilisée pour l’étude du bâtiment sous la charge sismique et une autre sous la charge
du vent.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 66


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Structure exportée sur Robot 2013 après maillage

Bien entendu nous devons fixer certaines dispositions constructives, à savoir la


norme de conception des éléments BA, la norme des charges de neige et vent et la
norme sismique à utiliser.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 67


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Définition des normes des charges dynamiques

Définition des charges dynamiques

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 68


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Une fois que les deux études sismique et par rapport au vent sont terminées, nous
pourrons dans ce cas-là comparer les deux sollicitations et déterminer laquelle sera la
plus défavorable et qui bien entendu servira à dimensionner notre structure.

4) Phase d’exploitation :
Une fois la phase de calcul terminée et on a pu définir quel est notre effort horizontal
dimensionnant, nous pourrons procéder ainsi à l’exploitation de nos résultats. En
effet on pourra utiliser le module « Ferraillage des éléments BA » pour vérifier si les
dimensions qu’on a calculé manuellement sont convenables, et éventuellement
produire des plans d’exécution prêts à l’utilisation sur chantier.

Aussi le logiciel produit une panoplie de tableaux et de diagrammes qui permettent


de vérifier rapidement si notre modèle est en effet un modèle qui marche ou dans le
cas contraire on localise l’erreur, on la corrige et on relance les calculs pour ré-
entamer la même procédure de vérification.

Les résultats et les notes de calculs générés sont en Annexe D.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 69


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

XIV. Etude dynamique

1) Calcul sismique

a) Dispositions constructives :

Comme cité précédemment, avant d’entamer les calculs sismiques il convient de fixer
certains paramètres.

La norme des charges sismiques qu’on va utiliser est la norme marocaine RPS 2000.
Nous rappelons les paramètres relatifs à notre site :
-Zonage sismique : Zone II (Carte sismique en Annexe A2)
-Coefficient du site : S1
-Classe de la structure : II
-Coefficient de comportement : 1,4 (contreventement par voiles)

b) Phase de calcul :

Paramétrage de l’analyse modale

Après avoir fixé les paramètres, on configure le paramètre de l’analyse modale. On


définit le nombre de modes que nous allons utiliser pour le calcul. Dans notre cas on
a commencé avec 10 modes mais ce n’était pas suffisant.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 70


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Nous avons donc finalement opté pour un calcul à 30 modes, nombre au-delà duquel
le pourcentage de participation des masses modales reste invariable.

Ainsi avec 30 modes on atteint un pourcentage de participation des masses dans les
deux directions X et Y de 89,9%. Valeur qui est jugée acceptable vue qu’elle est
quasiment égale aux 90% que préconise le RPS 2000. Les résultats sont donnés dans
le tableau en Annexe E1.

c) Vérification des résultats

Une fois l’analyse terminée, on a immédiatement accès à plusieurs résultats. A savoir


les efforts appliqués sur les différents éléments mais surtout dans notre cas les
résultats les plus intéressant sont les déplacements. En effet on se doit de vérifier le
déplacement maximal de la structure et le déplacement inter-étage.

Le RPS préconise les valeurs suivantes :

Le déplacement global de la structure Dg doit satisfaire à la formule suivante :

𝐷𝑔 ≤ 4⁄1000 𝐻𝑡

Avec : Ht hauteur totale de la structure

Pour Ht = 145m on trouve :


𝐷𝑔 ≤ 58 𝑐𝑚

Et le déplacement inter-étage Dr doit satisfaire à la condition suivante :

𝐷𝑟 ≤ 7⁄1000 𝐻𝑒 Avec : He hauteur de l’étage

Pour He = 3,5 m pour l’étage courant, on trouve :

𝐷𝑟 ≤ 2,45 𝑐𝑚

Ainsi on peut remarquer que les deux conditions sont vérifiées comme le montre les
résultats présents dans le tableau en Annexe E2 et E3.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 71


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

2) Etude au vent
Etant donné que notre tour est d’une hauteur considérable, près de 150m, il convient
d’étudier l’effet du vent sur celle-ci puisqu’elle offre une grande surface d’exposition.

Comme vu précédemment nôtre Bâtiment est implanté en bord de mer en région 1


dans un site exposé. Il dispose d’une densité normale de parois (Commentaire III-
1.511 du NV65)

La hauteur de la tour est H = 145m

La structure est en béton armé et le contreventement est assuré par voiles.

Maitre couple des 2 directions du vent

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 72


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Pour étudier l’action du vent sur le bâtiment il faut étudier les caractéristiques du
vent ainsi que les caractéristiques de la construction. Ainsi, plusieurs coefficients, que
nous étudieront ci-dessous, entreront en jeu lors de ce calcul.

Région Pression dynamique de Pression dynamique de


base normale ( daN/m²) base extrême ( daN/m²)

Région 1 53.5 93.63

Région 2 68 119

Région 3 135 236.25

a) Pression dynamique corrigée :

𝑞 = 𝑞10 . 𝑘ℎ . 𝑘𝑠 . 𝑘𝑚 . 𝛿

𝑞10 La pression dynamique de base à 10m de hauteur

b) Effet de la hauteur au-dessus du sol :

𝑞𝐻 𝐻 + 18
= 𝑘ℎ = 2,5 ( )
𝑞10 𝐻 + 60

𝑞𝐻 La pression dynamique agissant à la hauteur H, exprimée en mètres, au-dessus

du sol.

Le tableau des valeurs de 𝑘ℎ en fonction de l’étage est donné en Annexe F1.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 73


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

c) Effet du site :

La nature du site d’implantation du bâtiment joue aussi un rôle sur les sollicitations
appliquées sur ce dernier. Ainsi il convient d’en tenir compte en introduisant un

coefficient de site 𝑘𝑠 donné par le tableau suivant selon l’article III-1,242 du NV65.

𝒌𝒔 Région 1 Région 2

Site protégé 0.8 0.8

Site normal 1 1

Site exposé 1.35 1.3

d) Effet de masque :

Il y a effet de masque lorsqu’une construction est masquée partiellement ou


totalement par d’autres constructions ayant une grande probabilité de durée. Cet
effet peut se traduire :

Soit par une aggravation des actions du vent, lorsque la construction située derrière
le masque se trouve dans une zone de sillage turbulent.

Soit par une réduction des actions du vent dans les autres cas. Dans ce dernier cas,
les pressions dynamiques de base peuvent alors réduites de 25 %.

Les surfaces intéressées doivent remplir simultanément les deux conditions


suivantes :

- Etre abritées entièrement par le masque pour toutes les directions du vent dans le
plan horizontal.
-Etre situées au-dessous de la surface décrite par une génératrice ayant une pente de
20% vers le sol, dirigée vers l’intérieur du masque et prenant appui sur le contour
apparent des constructions protectrices.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 74


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Dans le cas de notre structure, ces conditions n’étant pas vérifiées, on prend alors :

Km=1

e) Effet de dimension δ :

Pour tenir compte de la variation de la pression dynamique moyenne du vent en


fonction de la dimension de la surface exposée et de la côte H du point le plus haut
de cette surface on introduit le coefficient de réduction δ.

Il est à noter que ce coefficient ne varie qu’entre [30m ; 50m] et qu’il prend des
valeurs constantes en dehors de ces plages.

Les valeurs de δ pour chaque étage sont données par l’abaque Fig R-III-2 du NV 65

Coefficient δ pour les grandes surfaces

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 75


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

NB : Les valeurs de δ pour chaque étage sont listées en Annexe F2 et F3.

f) Vérification de la réduction maximale de la pression de base :

Les règles de la NV65 (Art 1,245 NV65) concernant « l’effet du masque » et « l’effet
des dimensions » ne doit, en aucun cas, dépasser 33%

Avec Km =1 et δmin = 0,75 on a bien Km x δmin= 75% > 67%

g) Valeurs limites des pressions dynamiques corrigées :

Valeur Valeur Valeur Valeur


minimale minimale Maximale Maximale
Limite Calculée Calculée Limite

Pression dynamique normale 30 47 120 170


(daN/m²)

Pression dynamique normale 52.5 84 211 297.5


(daN/m²)

Le détail des pressions limites corrigées pour chaque étage est en Annexe F4 et F5.

h) Calcul des actions statiques exercées par le vent :

Il y a deux types d’actions exercées par le vent. Des actions intérieures et d’autres
extérieures.

Pour ce qui est des actions extérieures les parois sont soumises à des pressions
lorsqu’elles sont face au vent et à a des succions lorsqu’elles sont sous le vent. Elles
sont caractérisées par un coefficient 𝐶𝑒

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 76


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Concernant les actions intérieures, les parois internes peuvent être en état de
surpression ou de dépression selon l’importance des ouvertures par rapport à la
surface totale des parois ainsi que leur orientation par rapport au vent. Elles sont
caractérisées par un coefficient 𝐶𝑖

Afin de déterminer ces actions on doit d’abord déterminer deux coefficients :

Le rapport de dimensions λ

Le coefficient 𝛾0

La valeur de λ est le rapport de la hauteur h (toiture comprise) à la largeur d du


𝒉
maitre couple 𝛌 =
𝒅

Dans la direction X on a « a = 35.55 » et « h = 145 » donc 𝛌 = 𝟒. 𝟎𝟕

Dans la direction Y on a « a = 41.07 » et « h = 145 » donc 𝛌 = 𝟑. 𝟓𝟑

i) Coefficient de Trainée

Valeur du Coefficient de Trainée selon la construction

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 77


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

On détermine à partir du tableau ci-dessus (R-III-3,2 Tableau 15) le coefficient de


trainée 𝐶𝑡0 en interpolant entre un prisme à 8 cotés et un prisme à 10 cotés on
obtient :
𝑪𝒕𝟎 = 𝟎. 𝟖𝟐𝟓

Le coefficient 𝛾0est déterminé à partir de la figure (R-III-10 du NV65 en Annexe F6)


notre bâtiment étant de catégorie IV on obtient la valeur de γ0 pour chaque direction
en fonction des rapports de dimension λ déjà calculés.

Dans la direction X on a « a = 35.55 », « h = 145 » et « λ = 4.07 » donc 𝛄𝟎 = 1.06

Dans la direction Y on a « a = 41.07 », « h = 145 » et « λ = 3.53 » donc 𝛄𝟎 = 1.03

j) Sollicitations globales réparties sur les étages

Afin de comparer les efforts du vent calculés manuellement avec les résultats générés
par le logiciel. On calcul la force de trainée de ce dernier T sachant que :

𝑇 = 𝐶𝑡 . 𝑆𝑡 . 𝑞𝑟

Ct0 γ0 Ct l h 𝑇𝑚𝑎𝑥 (T) ∑ 𝑇 (T)

X 0,825 1,06 0,8745 35,55 3,5/5 13,12 436,36

Y 0.825 1,03 0.84975 41,06 3,5/5 14,73 488,65

l Longueur du maitre couple.


h Hauteur de l’étage.
𝑇𝑚𝑎𝑥 Sollicitation maximale pour un vent normal.
∑𝑇 Somme des sollicitations pour un vent normal.

Les résultats détaillés sont en Annexe F7.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 78


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

k) Actions extérieures

Nous sommes dans le cas d’un vent normal frappant des parois verticales d’après le
NV65 nous avons.

Suivant la direction X

Face au vent : 𝐶𝑒 = + 0.8 (Quel que soitγ0 )


Face sous vent : 𝐶𝑒 = - (1.3γ0 – 0.8) = -0.58

Suivant la direction Y

Face au vent : 𝐶𝑒 = + 0.8 (Quel que soitγ0 )


Face sous vent : 𝐶𝑒 = - (1.3γ0 – 0.8) = -0.54

l) Actions intérieures

Le bâtiment étudié étant un Hôtel, on peut donc le considérer comme étant une
construction fermée, perméabilité au vent µ< 5%, d’après le NV65 R-III-1,313.

Suivant la direction X
En surpression : 𝐶𝑖 = + 0.6 (1.8 – 1.3γ0 ) = +0.25
En dépression: 𝐶𝑖 = - 0.6 (1.8 – 1.3γ0 ) = -0.25
Suivant la direction Y
En surpression : 𝐶𝑖 = + 0.6 (1.8 – 1.3γ0 ) = +0.28
En dépression: 𝐶𝑖 = - 0.6 (1.8 – 1.3γ0 ) = -0.28

Pour conclure :

Suivant la direction X Suivant la direction Y


Face au vent : 𝐶𝑒 − 𝐶𝑖 = +1.05 Face au vent : 𝐶𝑒 − 𝐶𝑖 = +1.08
Face sous vent : 𝐶𝑒 − 𝐶𝑖 = -0.88 Face sous vent : 𝐶𝑒 − 𝐶𝑖 = -0.82

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 79


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Les valeurs des pressions face au vent et face sous vent pour chaque étage sont listées
dans le tableau en Annexe F8.

m) Modélisation sur logiciel

En ce qui concerne le calcul sur logiciel, après avoir modélisé la structure sur CBS et
exporté vers Robot, on doit ajouter les charges dues au vent.

Pour cela comme cité précédemment on choisit la norme NV65 pour les charges du
vent, et on applique les charges en utilisant la fonctionnalité « Vent sur Cylindre »
présente dans Robot.

On saisit ainsi les différents paramètres relatifs à notre bâtiment. A savoir la hauteur
totale du bâtiment, la position du sol, le type de site (exposé dans notre cas) et bien
évidemment la pression dynamique du vent.

Une fois ces paramètres définis, on lance le calcul pour récupérer au final une note de
calcul résumant les données du calcul au vent. Cette note peut être trouvée en
Annexe F9.

Aussi on peut récupérer les déplacements induits par l’effort afin de le comparer à
l’effort sismique. Les résultats des déplacements peuvent être trouvés sur le tableau
en Annexe F10.

A la lumière de ces résultats on remarque que le déplacement maximal induit par le

vent est de 22,4 cm. Tandis que celui dû à l’effort sismique est de 31,4 cm.

On peut ainsi clairement conclure que le cas le plus défavorable est le cas de l’effort
sismique. Cet effort sera ainsi utilisé pour le dimensionnement des éléments de
contreventement.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 80


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

3) Exemple de calcul d’un voile


Après avoir déterminé l’effort dimensionnant, le séisme, on peut à présent effectuer
le calcul d’un élément de contreventement sollicité par cet effort.
Pour cela nous allons effectuer le calcul du voile de rive.

a) Description du voile :

Le voile qu’on va étudier est l’un des trois voiles de rives de la tour. Sa longueur est
de 2,42 m et a une épaisseur de 50 cm, encastré en tête et en pied.
Le voile est calculé suivant la combinaison la plus défavorable qui est la combinaison
accidentelle :

𝐺 + 0,8 𝑄 + 𝑆𝑒𝑖𝑠𝑚𝑒

Les efforts réduits appliqués sur le voile sont les suivants :

N (MN) T (MN) M (MN.m)

17,61 10,42 30,11

N : Effort normal à l’ELU


T : Effort tranchant
M : Moment calculé suivant la combinaison accidentelle.

b) Contraintes limites :

L’effort normal extérieur pondéré Nu sollicitant le mur à l‟ELU doit vérifier les
conditions suivantes :
 𝐍𝐮 < 𝐍𝐮 𝐥𝐢𝐦
 𝛔𝐮 ≤ 𝛔𝐮𝐥𝐢𝐦 à mi-hauteur de l’étage
𝝈𝒖 𝐥𝐢𝐦
 𝝈𝒖 ≤ 𝜶
à l’étage.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 81


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

On calcule la longueur de flambement lf d’après le tableau suivant (Victor


Davidovici)

Longueur de flambement en fonction du type de voile

Donc : 𝒍𝒇 = 𝟎, 𝟖𝟓 × 𝒍 = 𝟎, 𝟖𝟓 × 𝟐, 𝟕𝟐 = 𝟐, 𝟑𝟏𝟐

Ensuite on calcul l’élancement mécanique λ définie par la relation :

𝒍𝒇 × √𝟏𝟐
𝝀=
𝒂 − 𝟐 (𝒄𝒎)

On trouve ainsi :

𝜆 = 16,68 ≪ 50

Donc :
0,85
𝛼= 𝜆 2
= 0,813
1+0,2×( )
35

On prend une valeur minimale de la section d’acier :

𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,001 × 272 × 50 = 13,6 𝑐𝑚2

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 82


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

D’où :
𝐵𝑟 × 𝑓𝑐28 𝐴𝑚𝑖𝑛 × 𝑓𝑒
𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 = 𝛼 × [ + ]
0,9 × 𝛾𝑏 𝛾𝑠

Avec : Br la section réduite

On trouve alors :

𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 = 35,86 𝑀𝑁

On trouve :
𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚
𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚 = = 26,08 MPa
𝑙 ×𝑎

Et on vérifie que :
𝑁𝑢
𝜎𝑢 = = 12,95 𝑀𝑃𝑎 < 𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚
𝑙 ×𝑎

c) Dimension des potelets de rive :

La dimension des potelets d’ doit vérifier la condition suivante :

Avec :
a : épaisseur du voile (50 cm)
q : coefficient de comportement (1,4)
n : 𝜎𝑢 = 12,95 MPa

Donc : 𝑑′ = 50 𝑐𝑚

On calcul ainsi la section d’acier :


𝑀
𝐴𝑠 = 𝑓𝑒 = 321 cm2
0,875 ×0,9 ×𝑙 ×
𝛾𝑠

Soit : une section de 40T32

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 83


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

d) Ferraillage vertical de compression :

On vérifie le feraillage vertical minimul (DTU 23.1) :

400 × 𝜃 3 × 𝜎𝑢
𝜌𝑣 ≥ [0,002 ; 0,0015 × ×( − 1)]
𝑓𝑒 𝜎𝑏𝑐

Il s’agit d’un voile de rive, donc 𝜃 = 1,4.

Ainsi on trouve :

𝜌𝑣 = 0,2%.

Donc :

𝐴𝑣 = 0,2% × 272 × 50 = 27,2 𝑐𝑚2

Ce qui donne un ferraillage de 10 cm2/ml . Donc on aura sur chaque face un


ferraillage de 9T12/ml.

e) Ferraillage horizontal de l’éffort tranchant :

On a :
2
𝜌ℎ ≥ max ( 𝜌𝑣 ; 0,001) = 0,133 %
3
On prend : 𝜌ℎ = 0,15 %

Donc on a la section d’acier :

𝐴ℎ = 0,15% × 350 × 50 = 15,75 𝑐𝑚2

Ainsi on aura un ferraillage de 8 cm2 sur chaque face du voile, à savoir 3 cm2/ml ,
valeur supérieure à celle que préconise le RPS 2000 (2 cm2/ml ).

Ce qui donne 6T8/ml.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 84


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

4) Effet de second ordre P-Delta


L’effet P-Delta est un effet non linéaire (de second ordre) qui se produit dans chaque
structure ou les éléments sont soumis à des charges axiales. Cet effet est étroitement
lié à valeur de la force axiale appliquée (P) et le déplacement (Delta).

La valeur de l'effet P-delta dépend de :

- La valeur de la force axiale appliquée


- La rigidité ou la souplesse de la structure globale
- La souplesse des éléments de la structure

En contrôlant la souplesse, la valeur de l'effet P-delta est souvent gérée de façon à


être considérée négligeable et donc ignoré dans le calcul.

En effet, cet effet du second genre est pris en compte lorsque les déplacements des
éléments élancés de la structure sont supérieur à :

𝐻
= 72,5 𝑐𝑚 .
200

Les déplacements donnés par le logiciel, montrent que la valeur limite, 72.5 cm, n’est
pas dépassée. On n’aura donc pas à prendre en considération les effets de P-delta
dans cette structure.

NB : Le RPS 2000 est conçu de telle sorte que le déplacement maximal admissible soit
d’H/250. Ainsi l’effet P-Delta est toujours négligeable lorsque ce dernier est respecté.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 85


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

XV. Conclusion

Les travaux présentés dans ce rapport s’inscrivent dans le cadre de notre projet de fin
d’étude intitulé « Etude d’une tour de 40 étages ». La visée de notre travail était de
faire l’étude d’avant-projet du système de contreventement d’une tour de 40 étages
appartenant au projet « MARINA DE CASABLANCA ».

Après une conception initiale des éléments de la structure comprenant les


fondations, les poteaux et les planchers, et les voiles. Un calcul par le logiciel
Autodesk Robot 2013 a permis de définir les efforts sismiques comme étant les efforts
horizontaux les plus défavorables pour cette structure et pour lesquels sera
dimensionné le système de contreventement.

C’est à travers une bonne disposition des éléments de contreventements et à travers


des itérations de calcul qu’on a pu approcher la solution optimale de conception du
système de contreventement. Ce travail nous a permis aussi d’utiliser plusieurs
règlements (RPS 2000, NV65, PS92…) et d’explorer différents logiciels de calcul
(Robot, Graitec, ETABS, Bentley) vu la complexité de la structure.

Nous conseillons d’effectuer une étude économique comparative concernant la


réalisation de cette même tour avec d’autres matériaux de construction à titre
d’exemple, adopter une construction métallique ou une construction mixte.
Cependant, il ne faut pas négliger l’aspect sécurité à l’incendie dans l’étude d’un tel
ouvrage, notamment en compartimentant l'immeuble en secteurs capables d'éviter la
propagation de l'incendie de l'un à l'autre, en limitant les sources de matériaux
combustibles, en assurer une évacuation aisée des occupants, et en prévoyant une
détection rapide de l'incendie par des moyens efficaces de lutte contre l'incendie et
en empêcher le passage des fumées d'incendie de la zone sinistrée aux secteurs
encore indemnes.

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 86


Conception et étude d’une tour Hôtel de 40 étages

Bibliographie

Conception et calcul des structures de bâtiment - Henry Thonier - ( Tome 4 – Tome 3)

La construction en zone sismique - Victor Davidovici

Cours de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées- Morgan Laredo

Règlement parasismique marocain RPS 2000

Règles NV65

CALCUL PRATIQUE DES TOURS EN BETON ARME Action du vent, bâtiment


tours, tours de section annulaire- Marius DIVER

CALCUL PRATIQUE DES OSSATURES EN BA – Albert FUENTES

Calcul des structures en béton - Jean-Marie PAILLE

www.legeniecivil.fr

PFE 2012 : EL RHEZZALI / RIH 87