Vous êtes sur la page 1sur 3

UNE FEMME.

UN PORTRAIT
Portrait de Yovana Ramasawmy, fondatrice de Franco-Réseau

TON NOM? TON ORIGINE? TEMPS À


TORONTO?

Je m’appelle Yovana Ramasawmy. Je suis


originaire de l’ile Maurice mais j’ai eu la chance
de vivre dans plusieurs pays, notamment Les
Seychelles, L’Angleterre, l’Australie et le
Canada. Cela fait déjà 12 ans que je suis à
Toronto.

QU’EST-CE-QUE FRANCO-RÉSEAU?

Franco-Réseau est une association qui a


pour objectif de réunir les
francophones/francophiles de Toronto pour
qu’on se connaisse mieux.
Pour l’instant, nous organisons des
rencontres afin de permettre aux
francophones d’échanger des idées et de
s’entraider. Il va sans dire que nous leur
offrons ainsi la possibilité de s’exprimer TA MOTIVATION POUR MONTER CE
en français et d’encourager ceux qui PROJET?
apprennent (ou qui veulent apprendre) la
langue de la pratiquer. Je fréquente pas mal de francophones/ francophiles
à Toronto et j’ai constaté qu’ils sont dispersés.
Alors, l’idée (très simple d’ailleurs) qui a germé
dans mon esprit c’était de leur offrir certaines
occasions de se retrouver socialement autour d’un
verre pour pouvoir continuer à échanger leurs
idées et de partager leurs expériences en français.
TON PARCOURS PROFESSIONNEL ET
VOCATIONNEL?

Après mes études en Supply Chain management


en Australie, j’ai bougé au Canada. Depuis
lors, j’ai travaillé en Supply Chain pour la
grande distribution ainsi que pour les
entreprises de fabrication. Actuellement je
m’occupe de la logistique et de la gestion
d’inventaire d’une société spécialisée dans les
liseuses électroniques et les livres numériques.
POURQUOI CIBLER UN PUBLIC
FRANCOPHONE?

Je suis francophone et je pense que la


COMMENT AS-TU RÉUSSI À TE FAIRE
communauté francophone/francophile de
CONNAÎTRE DE LA COMMUNAUTÉ
Toronto a besoin de mieux se connaitre. Je me
FRANCOPHONE DE TORONTO?
suis dit que ce serait dommage que tant
d’idées dans tant de domaines ne puissent être J’ai d’abord commencé à me faire des
partagées, que tant de conseils ne puissent être
amis/amies francophones ici à Toronto et peu à
prodigués, que tant de cultures ne puissent se
rapprocher davantage, car les francophones peu ce cercle n’a cessé de s’élargir. J’aime les
(qui sont à l’image de ce pays multiculturel) contacts réels. On apprend ainsi à mieux se
représentent une richesse culturelle évidente. connaitre et à s’élargir les horizons. J'ai eu
connaissance de plusieurs activités culturelles
organisées par la communauté francophone et
j’ai décidé d’y participer.
Pour le moment, c’est à travers les réseaux
sociaux que j’annonce les événements de
Franco-Réseau (surtout Facebook). Et de
bouche-à-oreille, les autres
francophones/francophiles ont connaissance de
ces évènements. En créant Franco-Réseau je
contribue modestement et simplement aux
échanges francophones et j’espère moins me
faire connaitre que d’aider les autres à se
connaître .
DES DIFFICULTÉS AU QUOTIDIEN?

Les difficultés sont d’abord pour les


nouveaux francophones de Toronto. Ils
ont besoin d’être guidés de façon TON PLUS GRAND RÊVE?
informelle pour disposer des services en
français. Quand nous savons combien il
Mon plus grand rêve est que Toronto
est important au Canada de se
devienne une société où la présence
constituer un réseau de relations pour
francophone devienne plus visible.
pouvoir se tirer d’affaires, je crois que
notre réseau peut apporter une petite
aide. Ensuite il y a des difficultés
d’ordre culturel car n’oublions pas que
Toronto est un milieu essentiellement
anglophone. Donc pour les
francophones, cela demande un plus
grand effort pour la diffusion de nos
idées et de nos besoins.

OÙ PEUT-ON JOINDRE FRANCO-


RÉSEAU?

https://www.facebook.com/francoreseau/

UN DERNIER MOT OU CONSEIL POUR


LES FEMMES FRANCOPHONES DE
TORONTO?

Il faut que les femmes francophones de Toronto


sachent qu’il leur est possible de s’épanouir
pleinement et surtout de réussir dans cette société
qui offre des chances égales à tous.
Mon conseil est de leur dire de ne pas rester dans
leur coin et de se réunir pour mieux bénéficier
des échanges.