Vous êtes sur la page 1sur 10

2018

TP2 : mécanique de
solide
Mesure du MoMent d’inertie des
solides

Réalisé par :
Talbi mohamed
Nainia youness
Marih aicha

26/12/2018
INTRODUCTION :
Le moment d'inertie est une notion importante lorsque l'on traite la
dynamique du solide et plus particulièrement les mouvements de rotation
de ce solide par rapport à un axe donné. Par exemple, l'énergie cinétique de
rotation d'un corps ne dépend pas uniquement de la masse M, mais
également de sa répartition spatiale autour de l'axe de rotation. Pour tenir
compte de cet aspect géométrique, on introduit la notion de moment
d'inertie.

Dans ce tp ,on va essayer de trouver les valeurs du moment d’inertie de


différents solides en utilisant un ressort spiral .

1-principe de l’expérience:
Différents corps produisent des vibrations de torsion autour d’un axe
passant par leur centre de gravité. Ce dispositif permettra de mesurer la
période de vibration et de déterminer le moment d’inertie.

2_ Dispositif expérimental
Barrière optique
Tige mince
Dynamomètre
Ressort spiral
Cylindre plein
Cylindre creux
Disque
3_but de l’expérience
-Détermination du couple de rappel d’un ressort spiral.
-Détermination du moment d’inertie:
●d’un disque, d’un cylindre, d’une sphère et d’une barre
●de deux points matériels en fonction de la distance verticale à l’axe de
rotation.
● Le centre de Gravité se trouve sur l’axe de rotation.
4_manipulations
Manip 1 : Mesure du couple et de la constante de raideur
du ressort spiral
Dans cette experience , On a fixé la tige d’une façon symétrique sur l’axe de
rotation, après on mesure la force de rappel du ressort pour plusieurs angles
de rotation à l’aide d’un dynamomètre placé à une distance a=20cm .
les résultats sont mis dans le tableau suivant

θ F(N) M(N.m) M(N.m)± ∆M

π 0,42 0,084

0,38 0,076 0,0793


±0.002
0,39 0,078
2π 0,69 0,138

0,73 0,146 0,1413


±0.002
0,70 0,14
3π 0,9 0,18

1 0,2 0,196
±0.002
1,05 0,21
4π 1,3 0,26

1,4 0,28 0.27 ±0.002

1,35 0,27
b/ courbe M=f (θ)

c/ On a : M=F.a

Alors :𝑙𝑛𝑀 = 𝑙𝑛𝐹 + 𝑙𝑛𝑎


𝑑𝑀 𝑑𝐹 𝑑𝑎
Donc : = +
𝑀 𝐹 𝑎

𝑑𝑎
Puisque : a est une constante alors =0
𝑎

𝑑𝑀 𝑑𝐹
Donc : 𝑀 = 𝐹

Δ𝑀 Δ𝐹
Donc M
= F

On en déduit que le couple ne dépend pas de a

d/ la raideur k est la pente de la courbe M=f(θ)


(M2 – M1) (0.27 –0,0793)
alors k= (θ2 − θ1) = =0.0202 N.m
( 4π− π)

Manip 2 : Moment d’inertie de différents solides


a)En appliquant le théorème de l’énergie cinétique on a :
𝑑𝐸𝑐 𝑑Ѳ 𝑑²Ѳ
= {D(S/R)}. {V(S/R)} Donc: {D(S/R)}. {V(S/R)}=𝐼𝑧 𝑑𝑡
𝑑𝑡 𝑑𝑡²
𝑑𝐸𝑐
Et =P {Pe=»S} + P {Support=»S} + P {Ressort=»S}
𝑑𝑡

𝑑Ѳ
= -KѲ 𝑑𝑡

𝑑Ѳ 𝑑Ѳ 𝑑²Ѳ 𝑑²Ѳ 𝑘
Alors : -KѲ 𝑑𝑡 =𝐼𝑧 𝑑𝑡 ; +𝐼 Ѳ=0
𝑑𝑡² 𝑑𝑡² 𝑧

La solution de cette équation différentielle est :


2𝜋
Ѳ(𝑡) = 𝑐𝑜𝑠( 𝑡 + 𝜌) (1)
𝑇

Tio si oe effectue une dérivé seconde à(1) on obtient :

𝑑²Ѳ 2𝜋 2𝜋
=-( ) ²cos( t+ρ)
𝑑𝑡² 𝑇 𝑇

On remplace dans l’équation différentielle et on obtient :

4𝜋² 𝐾
+ =0 ⇒ 𝑇 = 2𝜋√ 𝐾𝑧
𝐼
𝑇² 𝐼𝑧

B/

On calcule le moment d’inertie𝐼𝑧 théorique pour les solides suivants :

➢ Disque (r=10,8cm ; m=0,284Kg)


➢ Cylindre creux (𝑟𝑙 =5cm ; 𝑟𝑖 4,6cm ; m=0,374kg)
➢ Cylindre plein (r=4,95cm ; m=0,367kg)
➢ Sphère (r=7cm ; m=0,761kg)
➢ Tige mince (l=60cm ; m=0,133kg)
Nous calculons T en mettant la barrière optique au mode T/2.

On dévie chacun des solides suivant de l’angle 180°.

Et on obtient le moment d’inertie 𝐼𝑧 expérimentale d’après la

relation :

𝐼 𝑘.𝑇²
T=2π√𝐾 Donc I= 4𝜋²

(Avec K est le résultat obtenu d’après la question 1-D)

D’où on déduit le tableauci-dessousqui représente les moments


d’inerties Théoriques et expérimentaux.
Solide Iz théorique Période T Iz+∆Iz
(kg.m²) (s) (Expérience)(kg.m²)
1,642
Disque 1,656.10¯³ 1,674 1,656.10¯³ ±0,234.10¯³
1,684
1,187
Cylindre creux 0,858.10¯³ 1,188 0,858.10¯³ ±0,102.10¯³
1,188
0,922
Cylindre plein 0,449.10¯³ 0,943 0,449.10¯³ ±3,113.10−6
0,955
1,486
Sphère 1,491.10¯³ 1,488 1,491.10¯³ ±3,580.10−4
1,488
2,549
Tige mince 3,990.10¯³ 2,599 3,990.10¯³ ±5,337.10−4
2,599

C/ On voit clairement que les valeurs calculées expérimentalement du


moment d’inertie de chaque forme géométrique sont presque les mêmes que
les valeurs calculées théoriquement.
𝐼 𝑚𝑒𝑠𝑢𝑟é𝑒 −𝐼 𝑡ℎ𝑒𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒
Et l’erreur relative est calculé d’après la relation : erreur%=| |
𝐼 𝑡ℎ𝑒𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒

D’où on a le tableau suivant :

Moment Moment Erreur relative


Solide d’inertie d’inertie (%)
expérimental théorique
disque 1,89.10¯³ 1,656.10¯³ 14,13
Cylindre creux 0,96.10¯³ 0,858.10¯³ 12,94
Cylindre plein 0,45.10¯³ 0,449.10¯³ 2,27
Sphère 1,54.10¯³ 1,491.10¯³ 3,35
Tige 4,12.10¯³ 3,990.10¯³ 3,25

Manipulation 3 :
MOMENT D’INERTIE DE DEUX MASSES PONCTUELLES :
Dans cette manipulation on dévie le solide d’environ 180°, on change à chaque
fois le rayon a et on prend 3 mesures successives.

On peut calculer le moment d’inertie théoriqued’une masse ponctuelle m


située a une distance de l’axe de rotation en utilisant la relation :

𝐼𝑧 = 𝑚𝑎²
𝑇²𝐾
On peut calculer le moment d’inertie expérimentale par la relation suivant : 𝐼𝑍 =
4𝜋²
Les résultats sont regroupés dans le tableau suivant :

A(m)
« distance de l’axe A² 𝑇1 /2 𝑇2 /2 𝑇3 /2 𝑇𝑀𝑂𝑌 𝐼𝑧
de rotation »
0,05 0,25.10¯² 0,679 0,713 0,707 1,399 1.10¯³
0,10 1.10¯² 0,88 0,908 0,856 1,762 1,588.10¯³
0,15 2,25.10¯² 1,17 1,196 1,158 2,349 2,823.10¯³
0,20 4.10¯² 1,419 1,476 1,488 2,922 4,368.10¯³
0,25 6,25.10¯² 1,175 1,786 1,780 3,545 6,430.10¯³
0,27 7,29.10¯² 1,816 1,877 1,876 3,712 7,05.10¯³
La courbe𝐼𝑧 =f(a²) :

Iz=f(A²)
0.008
0.007
0.006
0.005
0.004
Iz
0.003
0.002
0.001
0
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1

Le moment d’inertie en fonction du carré de la distance


On remarque d’après la courbe que le moment d’inertie des deux masses
ponctuelle augmente lorsqu’on s’éloigne de l’axe de rotation.

Donc pour effectuer une rotation efficace il faut s’éloigne de l’axe de


rotation.

Manip 4 : Moment d’inertie d’un disque en fonction de la


distance qui sépare l’axe de rotation
a) Le moment d’inertie d’un solide par rapport à un axe quelconque :

𝐼𝑧′ =∫ 𝑑²dm

Avec r est la distance entre le point M du solide et l’axe (O’z’).

Dans notre cas on a : d=r + a

Donc : 𝐼𝑧′ =∫(𝑟 + 𝑎)²dm

=∫ 𝑟²+2ra+a²dm

=∫ 𝑟²dm +∫ 2𝑟𝑎 𝑑𝑚+∫ 𝑎2 dm sachant que ∫ 𝑟𝑎𝑑𝑚=0

D ou : 𝐼𝑧′ =𝐼𝑧 +∫ 𝑎²dm

𝐼𝑧′ =𝐼𝑧 +ma²

𝐼 𝐼 +𝑚𝑎²
Donc T=2π√ 𝑘𝑧′ D ou : T=2π√ 𝑧 𝑘

b) les résultats obtenus sont inscrit dans le tableau si dessous :

a étant la distance entre l’axe de rotation et le centre d’inertie du disque

a(m)* T1 T2 T3 T

0 1.350 1.380 1.292 1.34

0.03 1.356 1.361 1.371 1.362

0.06 1.381 1.385 1.391 1.385

0.09 1.521 1.582 1.495 1.532

0.12 1.615 1.632 1.648 1.631


c) tableau représentant T² et a²

T² (𝒔𝟐 ) a² ( * 𝟏𝟎−𝟑 𝒎𝟐 )

1.795 0

1.855 0.9

1.923 3.6

2.347 8.1

2.66 14.4

La courbe T²=f(a²) :
Donc la courbe obtenue est linéique de pente : 𝑝 = 16.647 ∗ 10−3

𝐼 +𝑚𝑎² 4𝜋² 4𝜋²


D’autre part On a : T=2π√ 𝑧 Donc : T²= 𝐼𝑧 + ma²
𝑘 𝑘 𝑘

Ce qui concorde avec l’étude théorique et on a

4𝜋² 4𝜋²
T²=Aa²+B avec A= 𝑚 et B= 𝐼𝑧
𝑘 𝑘

D’après la courbe on remarque que : B=1.795s²

4𝜋² 0.0202
Donc ( 𝐼𝑧 +∆𝐼𝑧 )=1.795s² alors 𝐼𝑧 +∆𝐼𝑧 = ∗ 1.795 = 9.18 ∗ 10−4
𝑘 4𝜋²

Donc plus on s’éloigne de l’axe de rotation plus T² augmente, et par conséquent I


k
augmente car on a I = T². 4π , ce qui fait que s’éloigner de l’axe de rotation reste la
manière la plus efficace de faire une rotation.

Conclusion
Le but ultime de ce TP a été de déterminer les moment d’inertie de différents solides
théoriquement mais aussi par l’expérience. pour arriver a ca on a du déterminer la
constante de raideur du ressort spiral K utilise en premier lieu puis bien entendu la
période qui nous aide à trouver 𝐼𝑧 caractérisant chacun des cinq solides y compris celle
2 masses ponctuelles en fonction de la distance à l’axe de rotation et celle d’un disque en
variant la distance entre son centre de rotation et son centre d’inertie . Toute l’étude a
été faite en prenant compte d’une incertitude non négligeable et a été accompagné par
des graphes la caractérisant.