Vous êtes sur la page 1sur 1

Histoire de la musique du XXeme siècle (2)

Seconde modernité - Introduction

Première modernité 1780-1880


Seconde modernité 1880-1960

Principe du dynamisme créatif destiné à renouveler un certain état du langage musical. Ce n'est pas une limitation qui
détermine le contenu des séquences à venir.

Définition de modernité
La modernité peut être conjuguée sous deux formes : mouvement et incertitude. C'est l'imaginaire créatif des auteurs qui
met en œuvre cet axe de la modernité à double détente. Il n'y a pas de réponse à tout. Cette incertitude sera souvent le
témoignage de crises créatrices, nécessaires au mouvement, aux évolutions. Les modernités musicales obéissent à un
maître mot : « chercher », « découvrir ».

Debussy, dans ses études pour piano (1915), s'adresse aux interprètes « Cherchez vos doigtés ». Sous-entendu, « ne
soyez pas passifs par rapport à l'interprétation musicale et n'attendez pas de recette miracle d'un enseignement quel qu'il
soit. »

L'incertitude engendre aussi le doute (« malheureux celui qui ne doute point »). La modernité est en lien avec le
phénomène de la rupture avec des mondes considérés comme anciens et en perte de vitesse avec la technicité en marche
au XXe siècle. La modernité va rompre avec le pouvoir spirituel et elle est l'alliée de la sécularité. Toutefois, on pourra
trouver le cas de compositeurs très amoureux de l'expérimentation qui, à titre individuel, seront des personnalités
attirées par le spirituel.

Modernité // parcours de la culture française. De grands poètes se sont prononcés sur ce phénomène.
• Baudelaire, premier poète à s'inquiéter et à réfléchir sur ce que représente la ville industrielle. Cf Edgard
Varèse déteste la campagne et magnifie l'idéal de la ville (New York) : la rumeur, le bruit, la ferveur de la
technicité d'une ville toujours en mouvement, qui se métamorphose sans cesse. → Amérique. Thématique qui
éclaire une autre civilisation, une autre naissance.
• Apollinaire, dans un poème intitulé Le guetteur mélancolique. « Les usines sont plus hautes que les églises et
les villes, le jour, ce sont des soleils froids ».
• Charles Péguy, mort pendant la première guerre mondiale « Heureux ceux qui sont morts dans la terre
charnelle » . Jehan ALAIN (1911-1940), met en musique ce poème et DUTILLEUX l'orchestrera ensuite.

Ne pas confondre (dans la pensée de C. Péguy) la modernité et le modernisme. La modernité est l'alliée d'une liberté
bien comprise alors que le modernisme est un système de complaisance. Pour Péguy, la liberté est un système de
courage. « Le modernisme est la vertu des gens du monde, la liberté est la vertu du pauvre ».

Vous aimerez peut-être aussi