Vous êtes sur la page 1sur 115

UNIVERSITE ABDERRAHMANE MIRA DE

BEJAIA.
FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES, COMMERCIALES ET DES SCIENCES DE
GESTION.

Département des Sciences Commerciales

Mémoire de fin de Cycle

Pour l’obtention du diplôme de Master en Sciences Commerciales

Option : Commerce International et Logistique

Thème

L’impact de l’externalisation des activités de transport sur


la performance des entreprises : Enquête auprès des
clients de l’entreprise Bejaïa logistique

Réalisé par :

1- KHERFALLAH Lila

2- LARADI Kahina

Encadré par :

BENNACER Nasreddine Membres de jury :

Président : Mr HARICHE

Rapporteur : BENNACER Nasreddinne

Examinateur : Mr IDRES Bilal

Promotion 2017-2018
Liste des abréviations

APS : système de planification avancée (Advanced planning système).

BL : Bejaia logistique.

BIS : biens et service.

B to B : business to business.

CDAM : comité des définitions de l’American marketing.

CNAS : caisse national des assurances des salaries.

ERP : expression progiciel de gestion intégré (entrepris ressource planning).

EDI : échange de donnée informatisée.

ECR : entent commerciale régionale (efficient consumer response).

EPI : équipement protection individuelle.

EPC : équipement protection collectif.

GPAO : gestion de la production assistée par ordinateur.

JAT : juste à temps.

LLP : leader logistique provider.

MES : manufacturing exécution système.

MQ/HSE : management de qualité/ hygiène, sécurité, environnement.

PDM : pour produit data management.

PNP : plan de maintenance préventive.

RH : ressource humain.

SAV : service après vent.

SIL : system d’information logistique.

SCE : supply chain exécution.

SGDT : système de gestion des données technique.

SCM : supply chain management.

TQM : qualité total management.

TRM : transport routier des marchandises.


Liste des abréviations

TMS : transport management système.

1PL : premier partie logistique (First Party Logistics).

2PL: deuxième partie logistique (Second Party Logistics).

3PL: troisième partie logistique (Third Party Logistics).

4PL: quatrième partie logistique (Fourth Party Logistics).

5PL: cinquième partie logistique (Fifth Party Logistics).


Sommaire

Introduction générale .......................................................................................... 1

Chapitre 1 : Généralités sur la logistique et la supply chain. ......................... 4

Introduction : ....................................................................................................... 4

1. Notions de logistique ....................................................................................... 4

2. La gestion de la chaine logistique (SCM) .................................................... 19

Conclusion : ............................................................................................................................. 34

Chapitre 2 : Le transport et l’externalisation des transports ....................... 36

Introduction ....................................................................................................... 36

1. Généralités sur le transport des marchandises .......................................... 36

2. L’externalisation du transport ..................................................................... 49

Conclusion :........................................................................................................ 72

Chapitre 3 : L’externalisation du transport : Enquête auprès des clients de


Bejaïa logistique ................................................................................................. 73

Introduction ............................................................................................................................ 73

1. Présentation de l’organisme d’accueil Bejaia logistique ........................... 73

2. La démarche méthodologique ..................................................................... 83

3. Analyse et traitement des données du questionnaire ................................ 84

Conclusion ............................................................................................................................... 99

Conclusion générale ............................................................................................................. 100


Introduction générale

A l’origine le terme logistique se limite au contexte militaire, et avec le temps il a été


intégré dans le vocabulaire des entreprises où ça fonction se limite au transport de marchandise.
Au cours des années, la chaine logistique a dépassé cette limitation, pour prendre en
considération l’efficacité de la disponibilité du produit au client au bon moment et au bon
endroit avec le moindre coût.

Le transport est l'une des activités majeures qui joue un rôle primordial. Il est nécessaire
pour toute entreprise industrielle ou commerciale, pour les déplacements des personnes et des
marchandises. Le recours au transport il est indispensable que ce soit en amont des activités de
production ce qui concerne l’acheminement des matières premières depuis les lieux
d’extractions ( ou des lieux d’approvisionnement ) jusqu’aux unité de production , ou encore
des extrants( les produits finis ou semi-finis) depuis les unités de production jusqu’au lieu de
stockage et de consommation , toutefois le transport et aussi synonyme d’augmentation des
couts, car il constitue un cout supplémentaire pour les entreprises ce qui justifie l’adoption
d’une bonne démarche logistique pour essayer minimiser ses couts en mieux, et pour faire face
à ses couts, l’entreprise s’oriente vers des prestataires extérieurs, sachant que depuis longtemps,
l'entreprise effectué elle-même l’ensemble des activités nécessaires, pour mettre à la disposition
des clients ces différents produits, ce qui rend l'opération très délicate pour l’entreprise.

L’externalisation permet de confier une ou plusieurs parties à un prestataire externe bien


spécialisé dans le domaine mieux de la réaliser en interne. L’une des raisons de cette
externalisation :d’une part si l’entreprise choisi elle-même d’exercer son activité de transport,
elle est obligée de consacrer des sommes importantes(recrutement des chauffeurs, acheter des
camions, l’amortissement, la mécanique…etc.) alors elle nécessite tout une logistique, donc
elle préfère enlever cette tension logistique, car elle ne paye que le tarif pratiqué par les
prestataires c'est-à-dire elle ne paye que les rotations réalisé par son prestataire don ‘telle
bénéfice réellement, d’une autre part, il faudrait que l’entreprise mobilise des dépenses énormes
de ses moyens qu’elle aura peut-être orientée vers la production (au lieu d’investir d’une grande
flotte vaut mieux investir d’une nouvelle unité de production) .

Cette nécessité d’externalisation a donné lieu à des avantages tels que (une flexibilité a
gagné, la satisfaction du client, le recentrage sur le cœur de métier…etc.), cela donnait la
naissance et plan d’investissement pour plusieurs entreprises spécialisées dans la fourniture de
service de transport ou entreprise qui désire externaliser.

Page 1
Introduction générale

L’apparition de la stratégie d’externalisation adapté par la SARL IFRI en 2008 à donner


naissance à l’entreprise « Bejaia logistique » qui est spécialisé dans les activités de transport au
niveau de la wilaya de Bejaia, depuis trois ans la réussite de la SARL Bejaia Logistique
témoigne et ne fait qu’augmenter.

Vue l’importance de l’externalisation notre thème porte sur «l’impact d’externalisation


des activités de transport sur la performance des entreprises », il vise à examiner la
problématique suivante :

Quelle sont les raisons qui poussent« les Clients » de l’entreprise « Bejaia logistique »à
externaliser l’activité de transport ?

De cette question principale découlent d’autres questions secondaires :

 Quel est l’apport de l’externalisation du transport routier pour les entreprises


industrielles ?
 Quelle est la valeur ajoutée qu’apporte une entreprise lors d’externalisation de son
activité transport ?
 L’externalisation aura-t-elle un impact sur la performance de l’entreprise en termes de
rentabilité ?
 L’externalisation aura-t-elle un impact sur la performance de l’entreprise en terme de
flexibilité ?

Les hypothèses qui encadrent notre thème sont les suivantes :

 L’externalisation permet d’élargir le réseau de distribution


 L’externalisation consiste la maitrise des trois périmètres fondamentaux cout, délais,
qualité
 L’externalisation augmente le volume de production.
 L’externalisation permet aux clients à l’aide du prestataire d’avoir un accès à
l’information en temps voulu.

Pour mener à bien notre travail, on s’est servi des recherches bibliographiques, nous avons
effectué un stage pratique au niveau de l’entreprise « Bejaia logistique » qui est une
entreprise de prestation de service de transport, ce qui nous a permis d’identifier les clients
de cette prestation qui ont externalisé leur activité de transport auprès de cette entreprise,

Page 2
Introduction générale

cela a motivé les entreprises à mener conduite d’une enquête de terrain auprès de ses
entreprises.

Pour ce qui est de la présentation du plan de ce mémoire, le travail que nous avons mené
s’organise comme suit :

Dans le premier chapitre, nous allons présenter le cadre général de la logistique, le


deuxième chapitre qui s’intitule sur l’externalisation du transport routier des marchandises,
enfin dans le troisième chapitre on va présenter notre cas pratique et l’analyse des données que
nous avons collectées.

Page 3
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Chapitre 1 : Généralités sur la logistique et la supply chain.

Introduction :

Le concept logistique a été existé y a fort longtemps, elle est considérée comme une
principale préoccupation des entreprises, elle prend de plus en plus une importance stratégique
comme la planification, l’organisation, le contrôle et la gestion du matériel et des flux de
production et des services avec le flux d’information associé.

Elle est désormais fondu dans le concept de la supply chain management où les
logisticiens ne peuvent s’en passer ou ignorer, on peut dire qu’il est parfois rattaché à la
logistique, son objectif est d’optimiser et de piloter l’ensemble des processus qui facilite la
circulation de la gestion des flux matière, financière et informationnelle de toute la chain
logistique depuis le fournisseur du fournisseur jusqu’au client du client, la supply chain elle
permet de garantir l’organisation de toutes les activités de l’entreprise.

Dans ce premier chapitre, nous allons consacrer la première section pour la démarche
logistique, dans laquelle on va présenter la notion logistique, et par la suite dans la deuxième
section nous allons évoquer la supply chain management, d’où on va présenter sur généralités
de la supply chain management, et de déterminer quelle distinction entre la logistique et la
SCM ?

1. Notion de logistique

C’est pendant long temps la priorité des entreprises était axée sur les moyennes de
production, elle se concentre actuellement beaucoup plus sur les fonctions logistique.

Il est utile, avant d’entamer l’essentiel de ce travail, de clarifier la notion de la logistique,


son évolution, ses principaux objectifs et ses acteurs ainsi ses enjeux.

1.1.Evolution de la logistique

Le terme logistique est à l’origine militaire, où elle se focaliser à cette époque sur le
transport des armées, le ravitaillement et les campements des troupes.

L’évolution du concept logistique à passer par trois grandes phases importante qui sont : la
logistique séparer, la logistique intégré, la logistique coopérer, vu que les définitions de la
logistique sont multiples et que ces domaines d’activités sont sous un développement important
ce qui a provoqué la complexité de sa définition.

Page 4
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 La logistique séparée (1950-1975) :

Au cours de cette période l’économie et la demande du marché a rencontré une


croissance remarquable, ce qui a engendré une production de masse d’où la concurrence était
quasiment absente, et que les producteurs se base uniquement sur la production, à ce stade les
clients ont un choix limité, car il n’y a plus de diversité en termes de produits ni d’amélioration
de qualité. A cette époque la logistique elle n’avait pas de valeur puisque elle est considérée
comme une simple opération d’exécution qui concerne le transport des marchandises et de
manutention où le Comité des définitions de l’American Marketing (CDAM) en 1948 et reprise
par Darbelet et al. (1998, p.96) considère la logistique comme étant : « le mouvement et la
manutention de marchandises du point de production au point de consommation ou d’utilisation
» à ce moment la performance logistique se limite aux couts de distribution.

 La logistique intégrée (1975-1990) :

Pendant cette période la concurrence et l’offre ont subit un accroissement très important,
ce qui oblige les producteurs de ce focaliser sur l’amélioration de la qualité (TQM) et de
produire en petite quantité mais avec une grande diversité , à ce stade le client est Roi, et pour
le satisfaire, l’entreprise a changé de stratégie passer d’une uniquement produire vers la
stratégie de rapidité du coup vers les années 1970 Magee à définis la logistique comme
« Technique de contrôle et de gestion des flux des matières et de produits depuis leur source
d’approvisionnement jusqu’à leur point de consommation ».

 La logistique coopérée (de 1990 à nos jours) :

Au cours de cette phase l’offre potentiel est très largement supérieur à la demande, d’où
l’incapacité des producteurs de prévoir les exigences et les comportements des clients ,et pour
eux le marché est incertain du coup il faut partir du principe produire ce qui est vendu, et le
client est toujours en exigences dans la diversité des produits où il cherche les meilleures
conditions d’achat, (de livraison, SAV, délais…), et face à ses exigences les producteurs
doivent améliorer leur qualité de produits et avec un cout de plus en plus faible ainsi cibler des
nouveaux marchés.

Vers les années 1980, un nouveau concept est apparu c’est la supply chain management,
qui s’intéresse à l’internationalisation qui encourage et évolue la relation client/fournisseur de
ce confier vers les partenariats et alliance et qui a provoqué une évolution rapide des nouvelles
Page 5
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

technologies informatiques , où la performance de l’entreprise dépend du bon fonctionnement


des mouvement en amont( fournisseurs) et en aval (réseaux de distribution), ce qui implique
que la logistique coopéré servent à une coopération entre les entreprises d’une même chaine
logistique, dans cette période la concurrence à toucher les chaines logistique et non pas les
producteurs, l’échec d’une fonction de la chaine provoque la non disponibilité du produit au
bon moment voulu.(1)

Aujourd’hui avec la concurrence qui handicape et freines les entreprise et qui rend ses
fonctions de plus en plus complexe, mais avec une solide chaine logistique elle intervient pour
atteindre la performance et la pérennité de l'entreprise.

1.2. Définition de la logistique

Il existe multiple définitions de la logistique puisque il n’existe pas encore une définition
universelle alors, on a citer trois définitions différentes qui sont les suivantes :

Définition 1 : « La logistique regroupe les différentes activités réalisés par une entreprise, y
compris les activités des services durant le transfert d’un produit de site de production jusqu’au
site de consommation ». (2)

Définition2 : «La gestion logistique ou logistique comme étant le processus de planification


et d’implication et du contrôle de l’efficacité et l’efficience des flux des biens et services, de
leur point de départ a leurs point de consommation ; pour la finalité de se confirmer aux besoins
et désirs des clients ».(3)

Définition 3 : Dans la définition officielle de la norme AFNOR (norme X 50-600), la logistique


est une fonction "dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux
meilleures conditions économiques pour l’entreprise et pour un niveau de service déterminé.
Les besoins sont de nature interne (approvisionnement de biens et de services pour assurer le
fonctionnement de l’entreprise) ou externe (satisfaction des clients). La logistique fait appel à

1
File:///C:/Users/pc/Downloads/538c8332744a5%204.pdf, vu le 22/10/2017.
2
LEMOIGNE Rémy, «supply chaine management », Edition dunod, Paris, 2013.
3
CHRISTOPHER (M), « Logistics and supply chain Management, financial times Management», London,
2000.
Page 6
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

plusieurs métiers et savoir-faire qui concourent à la gestion et à la maîtrise des flux physiques
et d’informations ainsi que des moyens". (4)

Pour aller à plus simple que ça, on peut conclure que la logistique c'est la mise en place
du produit au bon moment, au bon endroit, et avec moindre couts.

1.3. Les domaines de la logistique

La fonction logistique englobe l’ensemble des activités de l'entreprise tels que le


transport, stockages et manutention, et pour gérer ses opérations elle décompose son domaine
en deux axes important, en amont où elle regroupe (les achats, les approvisionnements), et en
aval (la gestion commercial et la distribution).

On distingue alors plusieurs logistiques différentes qui sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 01: les domaines logistique.

Les différents domaines logistiques Définition

A pour but d’assurer un bon fonctionnement


des achats, pour réaliser une bonne
Logistique d’approvisionnement
production dans les normes voulues, ce qui
(achat, du fournisseur au commerçant) implique la satisfaction des clients.

Logistique d’approvisionnement général Elle concerne les entreprises des services et


administratives, pour leur assurer les produits
nécessaires pour leur activité.

Elle a pour but d’amener les produits et les


composantes nécessaires pour la production
La logistique de production
et la planifier.

C’est les solutions pour mettre à la


disposition du client les produits dont- il a
besoin selon deux manière tel que :

4
PIERRE Médan. ANNE.Gratacap, « logistique et supply chain management, intégration, colaboration et
risques dans la chaine logistique globale », édition dunod ,paris 2008 ,p 12.
Page 7
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

La logistique de distribution -soit, pour la distribution en gros qui se


trouve dans les points de vente, où la
(vente, du commerçant jusqu'aux
marchandise peut être vendu au
succursales ou aux clients) consommateur final exemple hyper marché
(les grandes surfaces commercial)

- soit le vent à distance

La logistique militaire Qui vise à transporter sur un théâtre


d’opérations les forces et tout ce qui est
nécessaire à leur mise en œuvre
opérationnelle et leur soutien

Elle est apparue chez les militaires et


adoptées par d’autres secteurs complexe,
Logistique de soutien
pour l’organisation tels que (l’industrie,
l’énergie…etc.).

C’est le même principe avec la logistique de


soutien mais ce qui diffère dans ce cas c’est
Une activité dite de service après-vente
le cadre marchand par celui qui a vendu un
bien.

Dereverse Logistics ou logistique des Permet de bénéficier des déchets, et produits


retours qui ne sont pas utile par les clients (pas
besoin), emballage.
(retour des déchets, emballages

vides, recyclage)

Source : YVES Pimor et MICHEL Fender , « Logistique, production, distribution,


soutien », édition dunod, 5emeedition,2008,P4. (5)

5
YVES Pimor, MICHEL Fender, « Logistique, production, distribution, soutien » ,edition
dunod,5emeedition ,2008,P4.
Page 8
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

La logistique reste toujours multiples jusqu'à l’arrivée d’un nouveau concept qui est la supply
chain management qui a apporté avec elle des nouveaux aspect.

1.4. Les types et objectifs de la logistique

1.4.1. Les types de la logistique

La logistique à deux types principaux qui font partie soit avant ou après la production à savoir :

La logistique en amont : elle concerne toutes les opérations effectuées avant la production,
l’achat et l’approvisionnement, pour que l’entreprise va lancer sa production.

La logistique en aval : elle concerne toutes les opérations effectuées après la production, c’est-
à-dire pour le produit fini dès sa sortie de la production jusqu'à son arrivée au consommateur.

Le schéma suivant représente le déroulement des deux types de la logistique (amont, aval) :

Schéma 01 : les types de la logistique.

En amont en aval
Fournisseur
L’entreprise Consommateur
Achat de la matière
Distribution de produit finis
premier
pour le consommateur

Source : réalisé par nous-mêmes.

1.4.2. Les objectifs de la logistique

La logistique à un rôle majeur, dans la réalisation des objectifs de l’entreprise en termes


de minimisation des couts et d’augmentation de sa part du marché ainsi la réalisation des
produits avec super qualité, elle cherche toujours à mettre les produits à la disponibilité des
clients, il s’agit alors d’optimiser la gestion de ses moyens pour qu’elle arrive à réaliser ses
objectifs qu’on peut les résumer de la manière suivante :

Page 9
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Schéma 02 : Les objectifs de la logistique.

Les objectifs de la logistique

Logistique Logistique de Logistique de


d’approvisionnemen production distribution
t

-Minimiser les prix d’achats et -Bien exploiter toutes les -Eviter le surplus des couts de
les sur capacité de transport. capacités pour la stockages.
production.
- La réduction des délais. -Assurer la satisfaction des
-Travailler avec des clients à partir d’une livraison
-Garantir et assurer réserves le plus rapidement optimal.
l’approvisionnement. possible.
-Distribution bon marché.
-Mobiliser à l’aide des
autres services de
ressources (Humaines).
Financières) pour assurer la
qualité de production.

Source : réalisé par nous - mêmes à l’aide de la branche commerce de la logistique.2014

1.5. Les acteurs de la logistique

Toute une chaîne logistique commence par l’identification de ses acteurs intervenants.
Pour cela nous avons essayé de mettre l’accent sur les différents acteurs de la logistique, à
savoir :

Les chargeurs :

(Distributeurs et industriels) sont à la base de toute chaine logistique pour les


prestataires, puisqu’ils sont considérés comme donneur d’ordre, ces acteurs ont été lancé avec
l’apparition de l’externalisation de la logistique, ils ont pour but d’une coopération véritable
entre les chargeurs et prestataires pour arriver à atteindre les objectifs étendues, les chargeurs
ont des attentes envers leurs prestataires tel que le respect des couts, la qualité et ainsi les délais.

Page 10
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Deux fonctions stratégiques :

 Le responsable logistique : son rôle est de veiller sur la gestion des flux d’information
et de marchandise depuis les achats auprès des fournisseurs jusqu’à la livraison pour les
clients finaux. Le responsable logistique s’occupe de trois missions principales :
 Il prend en charge l’achat de la société et le choix de fournisseur, il veille sur
l’avancement des consommations intermédiaires, il gère les équipements de
manutention et d’entreprise et l’optimisation des niveaux de stock.
 Pour ce qui concerne la production, il détermine les quantités à produire pour
répondre aux attentes des clients.
 Pour l’exploitation, il a comme rôle de planifier la distribution des marchandises,
l’optimisation des livraisons à travers le choix des transporteurs et de prévoir les
services après-vente.
 Le responsable d’entrepôt : il se trouve toujours à l’entrepôt, il est pour mission
d’assurer le bon fonctionnement de l’entrepôt, il a trois missions principales :
 Il a comme rôle, l’encadrement de (cariste, magasinier, conducteur).
 Il garantit la bonne gestion logistique de l’entreprise, et la vérification de
tous les achats et leur organisation en magasin.
 Il garantit la gestion économique de l’entrepôt grâce à sa responsabilité
autonome, et la bonne organisation de toutes ces activités.

 Les effectifs de la logistique :

Les effectifs de la logistique ont une certaine amélioration par rapport au passé, puisque
déjà les compétences de travail ont été moins qualifiées. Pour cela les cadres, techniciens et
agents de maitrise en suivi des formations logistique pour évaluer leurs compétences et de
donner mieux.

 le prestataire logistique :

A pour mission d’assurer la gestion des flux de marchandises et d’informations, il transporte


les produits de l’usine à la plateforme de stockage et le conditionnement des produits face à ses
clients (industriels ou distributeurs), il donne une certaine valeur ajoutée grâce à son expérience.

Les transporteurs : Le rôle des transporteurs s’agit principalement de gérer les moyens de
transport (vrac, conteneur, palettes…), et ils se basent beaucoup plus sur la satisfaction des

Page 11
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

clients avec des bons prix et le respect des délais et surtout la marchandise doit arriver sans
dommage au client. (6)

1.6. Les enjeux de la logistique

La logistique est un concept stratégique majeur pour toute entreprise soit industriel ou
commercial pour faire face au secteur concurrentiel.

1.6.1. Dimensions de la performance logistique

La logistique est l'une des fonctions indispensables est incontestable pour l'entreprise, car elle
participe dans sa performance sur plusieurs domaines dans lesquels on va citer ci- dessus.

 La croissance de l’entreprise : pour avoir la croissance de l'entreprise, il faut que


l'entreprise adopte une stratégie de maitrise, de faire face aux problèmes logistique et
de chercher les solutions optimales.
 La maitrise des couts : Dans ce cas l’entreprise doit veiller sur une politique qui a pour
but de minimiser au maximum les couts de sa production depuis l’approvisionnement
jusqu'au produit fini même après-vente.
 Les possibilités d’externalisation de l’entreprise : face aux charges qu’elle subit
l'entreprise, cette dernière peut se confier vers des prestataires extérieurs, pour exercer
une ou plusieurs activités qui a été déjà effectué en interne, dans le but de se concentrer
sur le cœur du métier ainsi amélioré et mieux contrôler ses couts.
 La normalisation des produits et des processus de gestion La diversification de
l’entreprise : Pour qu'une entreprise gagné sa place sur le marché soit national ou
international et quelle optimise ses flux, elle doit répondre aux normes internationales
(exemple : la norme ISO 9001) ce qui lui permettent de gagner la confiance ainsi des
nouveaux clients et élargir sa gamme de produits.
 La flexibilité et l’adaptabilité de l’entreprise: Avec une bonne gestion du transport et
le stockage, et le bon déroulement de la distribution en amont et en aval l'entreprise
atteint la meilleure flexibilité et adaptabilité. (7)
 le service client : la relation avec le client est importante pour garder l'image de
l’entreprise. la livraison dans les conditions prévues en fonction de la demande est la
première des caractéristiques de la qualité logistique, pour cela le client peut être

6
http://:www.slideplayer.fr /slide/9775/.vue le 29/04/2018.
7
Cours, « la fonction logistique »,pdf,P8.
Page 12
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

pénalisé s’il n’a pas les produits attendu dans les délais prévus. le service client est
l’indicateur qui mesure la proportion des produits livrée à temps par rapport à des dates
données. Alors on peut définir le taux de service est l’indicateur qui mesure la
proportion des produits livrés à temps par rapport à tout ce que les clients ont demandé
à une date donnée. On peut aussi définir le taux de service comme suit :
Quantité totale de produit livrés à temps
T= Quantité commandée

Ou

Nombre de références(ou de commandes)à temps


T= Nombre totale de références(ou de commande)

 Les délais : est l'un des facteurs primordiaux dans lesquelles le fournisseur choisi son
client, puisque ce dernier ne souhaite pas seulement avoir un produit de qualité ou avec
moindre cout, mais il exige le respect des délais.

On peut distinguer trois type de délais tels que :

 Le temps de réactivité : (ou temps de réponse), il signifie le délai entre la demande de


livraison et la livraison réelle.
 Le temps d’écoulement représente quant à lui le temps de traversée des produits
(physiques) du point d’entrée au point de sortie d’un site.
 Le délai de mise sur le marché : concerne les produits qui sont nouveaux et dignes
d’évolution (exemple : appel, et produit pharmaceutique…)
 les stocks : Est un facteur très important dans le fonctionnement de l'entreprise, d’une
part il permet de répondre à la demande des clients à tout moment, et permet de réduire
l'incertitude, mais d'autre part c'est un outil très inquiétant pour l'entreprise d'où il
représente un cout parfois élevé ce qui provoque la complexité de la gestion, ainsi la
qualité des produits stockés, alors dans ce cas l'entreprise trouve des difficultés énormes
pour faire face à ces risques. C'est pour ces raisons, il est important de bien connaitre
les différents coûts de stock qui sont les suivants :
 Le cout de passation de commande : Il est constitué de l'ensemble des frais rapportant
à la détention des stocks où il peut intégrer dans sa fourchette :
 Couts administratifs (impression des bons des commandes, informatiques...etc.).
 Couts salariaux (fonction approvisionnement et cout comptable…etc.).

Page 13
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Couts de réception et contrôle des articles dés l’arrivée du produit dans l’entrepôt.

Alors s’il y a une faible commande cela permet de baisser les couts passation de commande
ainsi d’avoir un niveau de stock plus élevé.

S’il y a une forte commande cela permet d’augmenter les couts de passation de commande ainsi
d’avoir un niveau de stock de plus en plus faible.

 Le cout d’immobilisation : ( ou coût de possession du stock), le challenge d’une


entreprise qui réalise son stock, est dans l’intérêt de sa rentabilité, où elle préfère de
garder son produit dans le stock, mieux de le mettre sur le marché pour le vendre moins
le prix qu'elle a prévu, et elle va choisir elle-même le bon moment pour retirer son
produit dans les stock pour le vendre.

Elle considère ce stock comme cout, c’est pour quelle mesure le profil réel de son choix.

 Le cout d'entreposage: (ou cout de magasinage), il englobe tous les couts liée à
l'entrepôt (bâtiment et maintenance), les couts de matériel de manutention et de
stockage, les couts de système d'information d'entreposage, le cout de l'énergie et les
primes d'assurance et les taxes.
 Le cout de rupture: l'indisponibilité des produits en stock, provoque le manque
d'activité aval, qui engendre pour l'entreprise des couts, soit les couts d'un retard de
livraison soit l'élimination de la livraison, ils peuvent aussi imposer des périodes de
chômage dans les ateliers ou l'utilisation des produits dans la fabrication qui ont dépassé
leurs dates de péremption.
 Le cout de démarque: il concerne les couts des produits qui ne peuvent pas être
consommé à cause leur date de péremption ou les produits qui ne peuvent pas être vendu
à cause le dépassement technologique et les couts des produit (abimé, cassé, perdu ou
volé ) qui doivent être prises en considération pour l'évolution des couts de stock à
l'entreprise.
 Les couts logistiques : ce sont les différents couts liés au (transport, manutention,
conditionnement et les couts induits par la défaillance logistique), ce qui oblige les
producteur à revoir leur organisation industrielle pour cette raison ils veillent sur la
réduction de ces derniers.
 Les couts de transport : présente les couts logistiques et les couts de transport
qui ont relation avec le niveau d’activité.

Page 14
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Les couts de manutention : il regroupe tous les couts liés à la manutention tels
que la main-d’œuvre de manutention, les couts des équipements, investissement
et maintenance.
 Les couts de conditionnement : il englobe tout les couts liés au
conditionnement des produits finis à savoir les frais de mise en place en palette,
les cartons, les emballages…etc.
 Les couts administratifs : elle concerne les couts administratifs de gestion de
la chain logistique comme l’agent de planning, administration des ventes, la
gestion des informations…etc.

1.6.2. Les couts induits par les défaillances logistiques :

La réduction dans la production et dans la fabrication, provoque des problèmes


d’approvisionnement, pour cela le temps passe à résoudre des différents problèmes pour
répondre aux clients qui s’inquiètent de ne pas recevoir leur commande au temps prévu, et une
perte de ventes ou d’une flexibilité liée à un service mauvais….etc. (8)

1.6.3. Systèmes d’information logistique

Le système logistique dépend des informations recueillies, pour pouvoir prendre des
décisions ; une meilleure qualité de données donne des meilleures décisions.

Le système d’information en logistique (SIL) est la réunion de deux disciplines, la


logistique et le système d’information.

Les principaux points de système d’information en gestion logistique sont :

Les types de données collectées :

 Des données sur les produits, les quantités livrée, distribué, utilisé, perdu ou bien volé
ou endommagé, commandé...etc.

Les fréquences par lesquelles on collecte des données :

8
THIERRY Roques, « Optimisez votre chain logistique.prévoire la demande gérer les approvisionnements et les
stocks » ,edition livre a vivre ,2015,P38.
Page 15
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Des données sont collectées et enregistrer quotidiennement, elles sont généralement


compilés et présenter mensuellement ou trimestriellement.

La fréquence utilisée par les données pour la prise de décision

 Les données sont analysées quotidiennement pour évaluer l’état du stock, analyser et
utiliser mensuellement ou trimestriellement pour déterminer les besoins en produit ou
la qualité à commander, utilisées annuellement pour la mise en œuvre des exercices de
quantification. (9)

1.6.4. Les outils adaptés à chaque niveau décisionnel de l’entreprise

L’optimisation de la chaine logistique s’opère à travers la mise en œuvre d’actions


spécifiques qui se situent à différents niveaux du fonctionnement de l’entreprise :

La prévision des volumes de vente afin d’anticiper le volume d’activité de l’entreprise


pour lui permettre d’adapter ses ressources à tout évolution de l’activité.

La synchronisation des informations et des modes opératoires entre les différents


fonctions de l’entreprise (production, administratif, distribution, commercial…etc.) impliquées
dans le déroulement de la chaine logistique.

L’amélioration des activités logistique proprement dit à savoir la préparation des


commandes, entreposage et de transport.

Pour l’optimisation de la chaine logistique de l’entreprise concernée, des spécialistes


propose un outillage informatique spécifique pour chacun des niveaux décisionnel tel que :

 Les progiciels APS : ( Advanced planning système) en amont de l’activité logistique,


permettant une automatisation du processus de planification des achats, de la
production, de distribution et des transports en effectuant des arbitrages entre les
demandes prévues par les clients et les capacités des fournisseurs à y répondre.
 Les ERP :(entreprise ressource planning) pour la gestion opérationnelle quotidienne de
l’activité logistique où l’implantation dans les entreprises est plus ancienne et qui
possèdent pour la plupart des modules de stock et de logistiques ce sont des logiciels
qui intègrent les données relatives à l’ensemble des fonctions de l’entreprise.

9
JOHN Snow,« Manuel de logistique », usaid/Projet Deliver, 2011,P20.
Page 16
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

(prospection, vente, facturation, production, stock, approvisionnements ; comptabilité


et finance…).
 les logiciels SCE : (supply Chain exécution) a pour objectif d’un suivi de l’état
d’avancement des commandes, une optimisation de l’ordonnancement des transports et
une amélioration des préparations des commandes. Ces logiciels sont orientés vers
l’optimisation de l’activité logistique en temps réel.
 les MES : (Manufacturnig exécution system) il s’agit d’une intégration au niveau de
l’atelier. En effet, au niveau de l’atelier, des nombreuses fonctions qui se sont
développés en donner lieu à des applications informatiques tel-que ordonnancement de
la production, suivi de production, gestion de la qualité, gestion de la maintenance, suivi
des actions correctives…etc.
 Les SGDT (Systèmes de gestion des données techniques) : Ou (PDM pour Product
Data Management), ils fournissent un référentiel de données produit/procès partager par
les acteurs de l’entreprise, qu’il soit créateur ou utilisateur d’information sur les
produits. Leur vocation c’est donc étendu et il constitue un support au système
d’information centrée autour du produit.
 les EDI : (l’échange de données informatisées) a été tiré du principe « zéro papier » afin
d’exécuter le traitement de l’information : mettre l’information plus rapide, exhaustive
et fiable et la rapidité est la meilleure fiabilité des échanges par EDI permettent de
fluidifier les informations échangées, et de réduire considérablement les couts de
traitements tout en améliorant la sécurisation des transactions. "
 GPAO: (gestion de la production assistée par ordinateur), c'est un logiciel qui a pour
but de gérer les différents activités qui ont une relation avec la production industrielle
pour l'entreprise, et aussi de gérer les stocks, les achats, les commandes, et de crée et de
gère un planning de production. (10)

10
Ibtissam El hassani,« Cour de système d’information logistique »,2014,p28.
Page 17
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Figure 01 : évolution de système d’information logistique.

Source : Ibtissam El hassani. « Cour de système d’information logistique ». (2014).p28

D’après cette figure on trouve que les entreprises ont informatisés ses activités par elles-
mêmes, ses logiciel sont indépendants, donc il y a pas d’échange d’informations entre eux, pour
cela ils ont fait un ensemble de logiciels d’une base de données communes, ce qui induit un
processus commun d’une chaine logistique entre les entreprises.

1.6.5. Un système d’information logistique efficace et efficiente

L'objectif du système de transport est de fournir des services pour les clients, d'un point
de garantir les six bons : ( le bons produits, bonnes quantités, bonne condition, bon endroit, au
bon moment, pour le bon prix) et d'un autre point la disponibilité des produits, c'est pour ça le
système logistique devrait être conçu pour arriver aux objectifs fixés avant et avec un minimum
de ressources (en termes d'argent, le temps et d'efforts), par exemple le système logistique peut
être efficace mais pas efficient, si le produit arrive à temps mais avec des couts très élevé. (11)

1.7. Organisation de la logistique

1.7.1. La logistique comme fonction

La coordination de la logistique peut se faire selon deux leviers opérationnels et


fonctionnels pour agir sur l’ensemble des acteurs :

11
JOHN Snow, « manuel de logistique », op cit, 2011,P20
Page 18
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Opérationnel : il est pour but de mettre en œuvre directement les activités logistiques.
 Fonctionnel et stratégique : la fonction logistique couvre généralement les
approvisionnements la gestion des commandes clients, la gestion des stocks, la gestion
de production, le magasinage, les manutentions, les transports.

Pour les groupes industriel ou commercial, qui comprennent plusieurs sites, il y a une nécessité
pour la fonction logistique centrale. Le rôle du directeur logistique c'est de coordonner
l’ensemble de la supply chain, avec :

 Un rôle stratégique : il y a une vision stratégique de l’entreprise d'après une réflexion


sur la dimension logistique.
 Un rôle opérationnelle : son rôle est définie par: la consolidation des volumes, des
plans de charges, affectation des produits au site, gestion des stockes communs.
 Un rôle méthodologique : a pour rôle, le fonctionnement audit des manières de
travailler, formation, mise en place d’outils commun, articulation avec les fonctions
centrales commerciales, industrielles, techniques, achats.
 Un rôle de promotion des synergies : gestion de centres logistiques communs, de
systèmes communs… (12)

Durant l’élaboration de cette section, on constate que la logistique à un rôle indispensable dans
l’organisation de toute entreprise, car elle se caractérise de différentes activités qui sont liés à
la circulation des produits, dans le but d’améliorer le service et de baisser les couts.

2. La gestion de la chaine logistique (SCM)

La chaine logistique ou (la supply chain management), est un concept qui est très utilisé, il
permet d’assurer la collaboration avec les différents acteurs de la logistique, durant cette section
nous allons présenter toute la gestion de la supply chain tel que définition, objectif, acteur, et
enjeux de la (SCM).

2.1. Définition de (SCM)

Il existe plusieurs définitions de la supply chaine management, on va citer uniquement trois


définitions qui sont les suivantes :

12
Pascal Eymery, « Enjux de la logistique »,PDF, p7.
Page 19
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Définition 1 :

Le Council of supply chain management professionnels propose la définition suivante :


" le supply chain management comprendre la planification et la gestion de toutes les activités
impliquées dans le sourcing et l’approvisionnement, la transformation et toutes les activités
logistiques. comme il inclut la coordination et la collaboration avec des partenaires qui peuvent
être des fournisseurs, des intermédiaires, des prestataires et des clients, c'est une activité
complémentaire et son rôle principale est de collaborer entre les métier et processus dans
l'entreprise et entre elle au sein d'un modèle cohérent et performant et il coordonne les différents
activité au sein et entre le marketing, les vente le lancement de produit, la finance et les
technologies de l'information" (13)

Définition 2 :

Une définition, qui présente le supply chain management en termes d’objectif, est
fréquemment utilisée : « Le processus pour obtenir le bon produit au bon endroit au bon moment
et au meilleur coût ». (14)

Définition 3 :

Selon (Mentzer et al.2001) La gestion de la chaîne logistique se définit comme « la


coordination systémique et stratégique des fonctions de l’entreprise traditionnelle et les
tactiques au sein des fonctions d’une entreprise particulière et entre les entreprises constituant
la Supply Chain dans le but d’améliorer la performance de l’entreprise isolée comme celle de
la chaîne dans son ensemble ».(15)

13
Ibtissam El hassani. Op cit(2014).p10.
14
Ibtissam El hassani. Op cit (2014).p10.
15
PAUL Egret,« synchronisation des flux physique et financier », (mise en évidence de l’échec du déploiement
d’un ERP ,2013 ,PDF,P 35.
Page 20
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Schéma 03 : le fonctionnement de la supply chain management.

Entreprise
(production)
Livraison
Approvisionneme
nt
Approvisionneme Livraison
nt
Client
Fournisseur
(production)
Approvisionneme
Livraison
Approvisionneme Livraison nt
nt

Fournisseur Client
(production)

Source : réalisé par nous-mêmes.

Cette figure démontre le fonctionnement de la supply chain management, depuis le fournisseur


du fournisseur jusqu’au client du client, de l’approvisionnement de la matière premier jusqu’à
la livraison du produit final qui peut être un produit finis ou semi finis.

On représente dans la figure ci- dessus une opération de la supply chaine qui est un peu
simplifier que sa vraie structure :

Page 21
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Figure 02: la supply chaine.

Fournisseurs Fournisseur entreprise client R1 client R2

Fournisseurs du rang 1 et 2 Flux de produits, flux de données et/ou

L’entreprise flux monétaire

Les clients du rang 1 et 2

Source : LE MOIGNE Rémy, Supply chaine management achat, production, logistique,


transport, vente. Edition dunod, 2éme édition, 2017, page 11.

On remarque dans cette figure, que la chaine logistique dépend d’un réseau plus
complexe d’organisation, d’où elle nécessite la maitrise des composantes du systèmes, et
l’assurance d’une modélisation qui permet la réduction des couts liés à la production, au
stockage, au transport, tout en assurant la qualité de service .

2.2. Les objectifs de la (SCM)

La supply chain management a pour but de réduire le maximum d’erreur pour cette raison
elle permet d’attendre plusieurs objectifs, et parmi ces objectifs on trouve :

 Le passage du flux poussé au flux tiré : cet objectif a pour but de réduire les stocks,
et d’éviter les surplus des marchandises, c’est-à-dire il faut éviter la production sans

Page 22
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

commande, et il faut produire lorsque y’aura-t-il uniquement des commandes, pour cela
il y a une certaine limite dans le stock qui fait un rapprochement aux besoins des
consommateurs.
 La planification de la production : pour la planification de la production, et produire
selon les demandes des clients, dans ce cas, sois la production va se lancer dès le client
passe sa commande, sois le produit est prêt mais le client dans ce cas va passer une
commande pour déclencher la production de produits pour le consommateur suivant,
pour cela l’usine à un stock restreint qui permet de répandre aux demandes des clients,
ce type est consacré presque pour les produit dans leur délai de fabrication est important.
 L’amélioration de la traçabilité : grâce à la coopération qui existent entre les acteurs
de la gestion de la supply chaine, l’entreprise a une vision sur la production, et au
courant de tout ce qui concerne la production, et de savoir où exactement se trouve le
bien fabriqué, et tout ça pour une gestion plus simple des produits.
 L’amélioration de l’exécution de la commande : l’entreprise veille sur la disponibilité
de produit au client, puisqu’ il a une tendance de voir son produit le plus vite possible,
donc le but est de livre rapidement le produit pour gainer la satisfaction du client. (16)

2.3. Les acteurs de (SCM)

La réussite d’une supply chaine management s’effectue qu’à partir de la collaboration de ces
différents acteurs, pour cela nous allons présenter les différents acteurs de la (SCM) à savoir :

 Les acheteurs : il a comme rôle de référencer tous les fournisseurs de qualité, il suit
aussi une politique de rendement (agrandir le nombre d’articles commandé au nombre
entier de cartons) il a aussi comme rôle de commander en temps et en heure bien
déterminé.
 Les concepteurs de produits : le concepteur de produit est celui qui fabrique le produit,
il a comme but de prévoir la spécialisation retardé.
 Concepteurs de conditionnement : son rôle est d’adapter la taille des cartons aux agrès
intérieurs et aux modes de transport (route, mer,…etc.), et aussi de prévoir un système
qui aide à l’ouverture rapide et qui n’est pas compliqué pour les cartons.
 La production : le producteur, il faut qu’il soit capable de produire de petits lots, avec
une meilleure qualité et aux temps qu’il faut pour éviter tout retard.

16
DIAME Duponchel,« l’impacte de la citoyenneté sur la gestion de la supply chain », Mémoire fin d’étude,
Paris, université paris1,2010 ,P30, 31.
Page 23
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Commerciaux : son activité principale est de mettre en place une politique d’arrondi et
de concevoir des catalogues sans ambigüité pour éviter le maximum les retours des
produits qui ne convient pas aux besoins des clients.
 Transporteurs : la tâche principale du transporteur est de livrer les produits à temps
avec les meilleurs états.
 Supply chain : son rôle principal est de veiller sur la coordination de l’ensemble des
flux avec leurs contraintes spécifiques. d’où elle collecte l’information, la traiter, là
dispatcher et mesurer la performance.
 Magasiniers : il a plusieurs qualités des préparations et surtout de les préparer à temps
pour éviter toute situation imprévue.
 Les informaticiens : un informaticien, il a comme rôle de transmettre l’information le
plus vite possible et surtout qu’elle soit une information fiable, il mettre en place un
système d’identification automatique et aussi de veiller sur la réalisation de tableaux de
bord approprié.(17)

La figure suivante démontre les différents rôles des acteurs de la supply chaine.

Figure 03 : le rôle des acteurs de la supply chaine management.

Source :https://www.srbijatrade.rs/podrska-kreiranju-lanaca-dobavljaca/production-
transportation-delivery-of-cargo-map-vector-illus/ 25/04/2018.

Dans cette figure on remarque que la supply chaine est très complexe, car elle développe
des processus transversaux de fonctionnement, et que les stocks ont permis à chaque service de

17
ROUX Michel : « optimisez votre plate-forme logistique », Tngliu édition organisation, 4em édition,2003,P4.
Page 24
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

travailler de façon indépendante, puisqu’elle met en place une stratégie performante de service,
et avec le juste-à-temps (JAT) et la réduction des stocks, les différents maillons sont devenu
dépendant, la supply chaine management a pour objet de définir une organisation efficace, pour
réaliser le changement.

2.4. Les enjeux de (SCM)

La réalisation d’un produit n’effectuera pas dans la même entreprise, il ya différents


fournisseurs et intermédiaires et même de sous-traitants qui interviennent pour la réalisation de
ce produit.

Pour éviter tout risque, chacun entre eux constitue des stocks important pour les cas
imprévu, mais qui sont couteux en contrepartie, dans lesquelles la moindre erreur elle a des
conséquences sur les flux et même sur toute la chaine qui va la pénaliser, ce qui provoque des
retards. La supply chain management garantit la fluidité global et elle assure une certaine
flexibilité, ainsi le passage d’une production orientée produit à une production centrée client.

Le but pour réduire les couts, existe depuis longtemps pour les projets de
réorganisations, il est indispensable, des exigences de régularité et de flexibilité des
approvisionnements et les flux de production. Pour cela la satisfaction des clients est
primordiale, ainsi leurs parts de marché, donc la continuité des services est obligatoire.

La garantie de la qualité au producteur et au distributeur c’est l’objectif de la supply chain,


ça veut dire (de réaliser les produits avec les figures qui sont mentionnés dans le cahier des
charges), ce qui offre un avantage concurrentiel pour l’entreprise. Une optimisation de la qualité
permet d’augmenter les ventes et les parts de marché, le faire à moindre cout permet
l’amélioration de la marge bénéficiaire de l’entreprise, la sécurité et la sureté permettent à
l’entreprise de réserver sa place sur le marché, d’une part pour éviter les sanctions, et d’autre
part de communiquer sur les thèmes actuel (le développement durable et le respect de
l’environnement). En général les trois paramètres qualité, productivité, sécurité et même la
sureté c’est eux qui explique l’importance de la supply chain, donc les directeurs de la supply
chain sont obligés de présenter leur rapport au représentent des actionnaires des entreprises, il
existe trois catégorie de flux entre ses partenaires qui comprennent la chain logistique :

 Les flux de marchandises (qui vont de l’amont vers l’aval).


 Les flux financier (qui vont de l’aval vers l’amont).
 Les flux d’information (qui vont dans les deux sens).
Page 25
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 De l’amont vers l’aval : en suivant les flux physique.


 De l’aval vers l’amont : remontée, d’information en provenance de
consommateur.

La chaine logistique a pour but d’optimiser les couts à savoir les couts (de conception,
d’approvisionnement, de production…etc.), la supply chain management intègre les contraintes
liées à la "reverse logistic" (flux de retour et de recyclage des produits). Il est importante d’avoir
une coordination entre les flux de marchandises et les flux d’information pour la création
d’utilité, de lieu, endroit et de propriété, et cela avec une interactions entre les intervenants de
la chaine d’opération allant de l’aval (la demande à servir) vers l’amont (l’approvisionnement),
à savoir l’entreprise manufacturier, mais aussi ses distributeurs, ses fournisseurs et ses
prestataires de service logistique, dans lesquels leur rôle est la mise en place des plateformes
communes de distribution. (18)

2.5. Les flux de (SCM)

Pour une entreprise, son activité se résume dans l’achat, fabrication, la distribution et la vente
des produit à ses clients, pour gagner d’une contrepartie des bénéfices, et tout cela se réalisent
qu’à partir de l’existence des flux physique, d’information et financier, alors ce concept de flux
est très important autant que les parties jouons avec une coopération pour réaliser des bénéfices
commun, on trouve trois flux dans la chain logistique tel que :

 Le flux physique : le flux physique est considéré comme un déplacement dans le temps
et dans l’espace d’un ensemble d’élément matériel, dés la réception de la matière
premier avec un passage des différents stades des produits semi-finis jusqu’au client
final, avec un produit fini pour répandre à leurs attentes, le flux physique est un flux
direct lorsqu’il concerne uniquement deux entités (le producteur et le client finale), ou
il peut être triangulaire lorsque le site de facturation et le site de production différents.
Donc ce flux est unilatéral, de l’amont vers l’aval, du producteur vers un intermédiaire
et ou un client final.
 Le flux financier : le flux financier on peut le considérer comme une contrepartie de
flux physique, c’est un flux qui s’occupe de tous ce qu’est financier dans l’entreprise,
ventes des produits, l’achat des matière, les équipements de production, la location et
même les salaires pour les employés, ces flux sont en relation avec les flux physique,

18
http://www.buvetteetudiants.com/cours/94/enjeux-de-la-supply-chain) vue le 25/03/2018.
Page 26
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

comme la production, le transport, le stockage (la réception des bien qui provoque les
paiements), les flux financier permet de voire la réalité économique de l’entreprise et
d’avoir une vision sur les dépenses qu’il faut toujours être disponibles.
 Le flux d’information : il englobe les opérations de transfert ou d’échange entre les
différents acteurs de la chaine logistique pour que ces acteurs répandent aux besoins des
clients finals, les flux d’information, permettent de faire le lien entre le flux physique et
le flux financier et une coopération total. Les flux d’information peuvent être horizontal
ou vertical ou bien les deux en même temps :
 Le flux vertical : correspond à la planification qui est hiérarchisée.
 Le flux horizontal : il peut être existé entre deux entités qui utilisent facilement et
rapidement les informations locales, (par exemple pour contrôler les effets d’une panne
machinent).

Les flux d’information doivent être fiable pour éviter tout problème au risque au cours de sa
circulation entre les différents acteurs et intervenant dans la chain logistique, pour éviter une
telle instabilité dans les échanges et des pertes économiques, c’est grâce au flux d’information
qu’on a pu contrôler les flux physiques.. (19)

Le schéma suivant représente le fonctionnement des trois flux existants dans la supply chain
management tel que le flux d’information, physique et financier.

Figure 04: les flux de la (SCM).

Source : http://englishtransport.canalbolg.com/albums/supply_chain/index.html

19
PAUL Egret .op cit 2013,PDF,P 27.
Page 27
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

On constat à partir ce schéma, que ces flux jouent un rôle indispensable et important
dans la réussite d’une chaine logistique, et en même temps ils la garantissent la satisfaction des
clients.

2.6. Le processus de décision dans la chaine logistique

La décision c’est de donner une valeur à une variable inconnue, ou de faire un choix
parmi plusieurs données ou entre plusieurs solutions pour résoudre un problème.

Tout chaine logistique, pour quelle prend des décisions, elle se base sur trois niveaux : (des
décisions stratégique, tactique et opérationnelle), qui sont à moyen et à court terme, et leur
influence sur la stratégie concurrentielle de l’entreprise est prise en considération, alors que la
décision stratégique elle est la plus importante sur la stratégie concurrentielle qui est à long
terme, par contre la décision tactique a une influence moindre sur la viabilité à long terme, la
décision stratégique à une répercussion sur les décisions des niveaux inferieurs (système
hiérarchique), et elle influence sur l’environnement industriel du secteur concerné, ses trios
décisions ont un caractère d’irréversibilité, parce que une fois la décision est prise y’a pas de
retour sur cette décision, puisque elle sont très couteuses. La décision stratégique s’effectue au
niveau de l’entreprise, tactique au niveau de l’usine et la décision opérationnelles sont prises au
niveau de l’atelier et pour la prise de ses décision : elle est prise par la direction général lorsqu’il
s’agit d’une décision stratégique, par les cadres pour les décisions tactique et les responsables
d’atelier s’il s’agit d’une décision opérationnelle.

 La décision stratégique : elle est prise généralement par les dirigeants, par le directeur,
un conseil d’administration, et qui définit la politique de l’entreprise sur le long terme,
qui peut avoir un impact sur la survie et l’avenir de l’entreprise, et à son échec et même
à la faillite, ses décisions influence sur la stratégie concurrentielle sur la continuité de
l’entreprise, ses décisions porte sur : faire ou faire-faire, nombre des fournisseurs,
nombre des sites de localisation…etc.
 Faire ou faire-faire : l’entreprise pour qu’elle aura les déférentes matières (produit
semi finis et service) à plusieurs possibilités, elle peut les réaliser en interne avec ses
moyens (faire) ou passer par une entreprise extérieure (faire-faire) ou bien passé par une
joint venture, alliance stratégique (quasi faire).
 Nombre des fournisseurs : l’achat des matières de la part d’un fournisseur ou
plusieurs qui peuvent être élevé pour jouer sur la concurrence ou bien réduite
pour augmenter le niveau de coopération.
Page 28
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Nombre de sites : le nombre de sites de production, de stockage…etc. Qui est


très élevé, peut provoquer une augmentation des couts, de production et de
stockage, mais cette décentralisation peut diminuer le cout de production et de
stockage, et réduire les délais de livraison qui permet de faire des économies
d’échelle, en utilisant des modes de transport moins coûteux, et pour une
entreprise qui s’intéresse au dégroupage, ces produit sont transportés en grandes
quantités à des plateformes dans lequel ils vont être livré par des moyens de
transport de petite taille pour les livrer au client.
 Localisation : elle concerne les produits que l’entreprise a choisi de garder en
interne, dans laquelle elle faudra décider où va les produirai, c’est-à-dire
l’entreprise elle va trouver des difficultés au niveau de sa localisation, qui
causes d’autres problèmes tel que les sites de stockage des matières premier,
des produit semi-finis, produit finis…etc.
 Décision tactique : ou décision organisationnelle sont des décisions de moins
d’importance qui concerne la gestion des ressources de l’entreprise, elle s’engage sur le
moyen terme et il appartient à la direction fonctionnelle de celle-ci, ses décisions
reposent sur :
 Allocation des fournisseurs au site de production : dans ce site chaque fournisseur
est spécialisé pour un site de production, un donneur d’ordre peut avoir plusieurs
fournisseurs pour une pièce donner et de trouver une allocation pour les fournisseurs
dans le site de production.
 Allocation des produits au site de production : les couts de production et de transport
se différent d’un site à un autre, et la limite d’un site de production est limité, pour cela
on ne peut pas produire un bien sur un seul site, donc le concept de la chaine logistique
doit limiter la quantité qui va se produire pour chaque site de production.
 Niveaux de stock : pour les quantités commandées ont- elle un impact sur les
couts de stockage et aussi sur le niveau de service de la clientèle, les grandes
quantités augments les couts de stockage mais d’une autre part, elle diminue les
couts de transport grâce à l’économie d’échelle réalisé sur le transport, le stock
de sécurité garantit la meilleure qualité de service mais, il augmente les couts de
stockage, pour cela le niveau de stock et la politique de commandes peuvent être
révise selon le changement de caractéristique de l’entreprise et de marché.

Page 29
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Décision opérationnelle : elle concerne l’exploitation courante de l’entreprise sont des


petites décisions et qui sont prises de manière répétitive presque tous les jours, sont des
décisions simples et qui n’engage l’entreprise que sur le court terme, c’est la raison
qu’elles peuvent être prises par une multitude d’agents au sein de l’organisation, on
trouvera ci-après les décisions opérationnelle les plus importants d’une chaine
logistique :
 Programme de livraison : il est pour but de livrer les commandes pour un site
donné, ce programme détermine la quantité, le produit, la destination à partir
d’un programme de transport.
 Allocation des moyens de transport au site : les moyens de transport sont
limités par le nombre, donc c’est obligé de programmer ces différents sites pour
les livraisons.
 Programme de transport : il est pour but d’établir à chaque site des moyens de
transport avec les charges journalière de chaque conducteur, le but de ce
programme est de déterminer le contenu de chaque véhicule, sa destination,
l’heure de départ et d’arrivée.
 Sélection d’itinéraire : avec le développement de la technologie le trajet des
moyens de transport peut-être modifié à tout moment en fonction des
modifications effectuées sur le programme de transport et sur les conditions de
circulation.(20)

Il n’existe pas de méthode valable pour toute la chaîne logistique pour classer ces décisions qui
doivent être prises, la figure suivent démontre les différents décisions de la chain logistique.

20
http://fr.sildes hare.net/lolihnda/conception-d’une-chaine-logistique
Page 30
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

Figure 05 : les décisions de la supply chain management.

Décision Stratégique
Décision tactique -Plus de cinq ans
- Entre un an et cinq -Long terme
ans -Haut direction
Décision - Moyenne terme -Choix des activités clé
operationnelle - Direction -Unique, imprévue
- De jour à trois mois - Gestion des
-Court terme processus
-Derection opération - Peu fréquentes et
peu prévisible
-Gestion des
procédure
-Courant et répétitive

Source : réalisé par nous-mêmes.

Dans ce schéma on a présenté, l’ordre hiérarchique des décisions prises dans la supply
chain management, dans la première position la décision stratégique qui concerne le plan
stratégique de l’entreprise, dans le deuxième lieu la décision tactique qui touche le plan de
production, les stocks, et enfin la troisième décision qui est opérationnel et qui concerne les
décisions simple qui sont prises d’une façon régulière.

2.7. L’optimisation de la chain logistique

Comme la chaîne logistique à plusieurs partenaires, donc c’est difficile de trouver une
optimisation qui satisfait tout le monde, pour cela tout chain logistique nécessite une certaine
optimisation de différentes taches telle que :

 La connaissance et la maitrise du processus logistique choisi : elle a pour but de bien


choisir et de bien maitriser l’organisation de la logistique entre le fournisseur et le client.
 L’optimisation de la configuration logistique : cela permet de réaliser ce qui a été
prévu entre le fournisseur et le client, dans le temps prévu et à moindre cout, et pour
arriver à atteindre ses objectifs il faut utiliser le logiciel de simulation spécialisé qui
permet de :
 Déplacer les produits au site de production.
 Transporter ses produits vers les dépôts, et effectuer leurs stockages ainsi de
respecter les règles de sécurité.

Page 31
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

 Optimiser le transport : le transport joue un rôle indispensable dans la chain logistique,


pour cela chaque retard d’acheminement provoque un retard de livraison et un
déséquilibre dans la chain logistique, donc il faut bien gérer le transport pour que la
livraison arrive à temps.
 Optimiser les flux d’approvisionnement : le fournisseur à plusieurs choix pour
effectuer ses livraisons :
 Livraison directe : le déplacement de la marchandise s’effectue directement de
fournisseur à l’usine.
 Utilisation de Gross-dock : Faire appel aux entrepôts c’est-à-dire la
marchandise se déplace de fournisseur puis elle passe par l’entrepôt pour qu’elle
arrive à l’usine en dernier lieu.
 Tournée de collectes : d’où la marchandise doit être contourné entre plusieurs
fournisseurs pour quelle arrive à plusieurs usines.
 Tournées et cross-dock : c’est-à-dire que la marchandise passe par plusieurs
fournisseurs pour qu’elle soit acheminée à l’entrepôt.
 Regroupement entrepôt régionaux : la marchandise dès sa sortie auprès du
fournisseur elle doit être acheminée aux différents entrepôts, et à partir de ses
entrepôts elle doit être transportée à l’usine.
 optimisation de la distribution : plus les sites d’entreposage sont plus nombreux plus
les livraisons arrive au délai prévu, mais d’un coté provoque des couts élevés de
l’entreposage et de stock, et plus il y a de fortes commande le besoin à des entrepôts
sera moins.
 Optimiser les niveaux de stocks : le niveau de stock doit être au bon niveau, pour servir
le client au moment prévu et pour améliorer la gestion des stocks il faut diminuer le
nombre de références et le nombre de magasin, de stockage, la souplesse de
l’approvisionnement et la rapidité de transmission des informations.
 Optimisation de l’emballage : l’emballage dans la logistique il est indispensable, parce
qu’il protégeait la marchandise de toutes sortes de dommages, il facilite le stockage,
ainsi les différents déplacements de produit.(21)

21
http://www.cat-logistique.com/ optimisation.htm vue le 28/04/2018
Page 32
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

2.8. La comparaison entre le concept Logistique et La supply chain

Les concepts de gestion de logistique et de la chaine logistique sont deux concepts


souvent difficile de faire une distinction entre eux carsont parfois utiliser de façon
interchangeable au quotidien, dans le tableau ci- dessus on démontre les points comparatif entre
la gestion logistique et la gestion de la chaine logistique.

Tableau 02: La comparaison entre le concept Logistique et La supply chain.

Base de Gestion de La logistique Gestion de la chaine


comparaison logistique
La logistique est La fusion du mouvement Supply Chain Management
et de la maintenance des biens dans et hors est la coordination et la
Sens
de l’organisation (le mouvement, gestion des activités de la
stockage, flux B/S et d’information). chaîne d’approvisionnement
c’est-à-dire (c’est un concept
globale qui associe plusieurs
ressources dans le but
d’obtenir un avantage
concurrentiel).
Objectif Satisfaction du client c’est-à-dire (répond Avantage compétitif
aux besoins des clients). (avantage concurrentiel)
Evolution Le concept de logistique a été évolué plus La gestion de la chaîne
tôt.(racine militaire) d’approvisionnement est un
concept moderne, nouveau.
Nombre Unique Plusieurs
d’organisations
participent ?
L’un dans La gestion logistique est une fraction de la Supply Chain Management
l’autre gestion de la chaîne d’approvisionnement est en partie une évolution du
concept de la Logistics
Management.

Source : réalisé par nous-mêmes à l’aide de, Vincent Ghislain ESSIANE ANDJE,
(http://marcologistique.com )

Page 33
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

En remarque d’après ce tableau que la SCM est une addition sur la gestion logistique et
elle comprend de la logistique, et que ces deux concepts sont indissociables et inséparables et
bien qu’ils ne se contredisent pas mais l’un complètent l’autre. Et dans le schéma suivant on a
démontré le lien entre la logistique et la SCM.

Figure 06 : le lien entre logistique et supply chain.

Supply Chaine management

La logistique

Source : logistique et supply chain management (paris 2008).

La logistique introduit la notion d’organisation verticale d’où elle permet davantage


d’interaction entre les intervenants où chaque personne s’occupe d’un rôle bien précis et des
actions à réaliser, et dans cet état l’entreprise se limite par un sens unique d’échange, mais par
contre la supply chaine management introduit la notion d’organisation horizontale qui a comme
opération d’assemblée l’ensemble des processus et les équipes du projet. Pour conclure, cet
ensemble d’activités organiser et coordonner entre la logistique et la SCM permet la création
de la valeur pour le client.

Après l’élaboration de cette section, on conclut que la suply chain management met en
œuvre des outils et des méthodes qui permettent d’améliorer les approvisionnements, en
réduisant les stocks et les délais de livraison.

Conclusion :

Durant l’élaboration de ce premier chapitre, on a constaté que la logistique est l’un des
éléments majeurs de la supply chain, car cette dernière permet l’évaluation des besoins et
capacités de la logistique dans les meilleurs conditions, d’où elle ajuste plus rapidement les
réponses de l’entreprise aux besoins des clients, et que leur mise en œuvre en cherchant à réduire

Page 34
Chapitre I Généralité sur la logistique et la supply chain

au minimum leur temps de réalisation ainsi leurs couts global avec une qualité totale dans les
différents processus.

Page 35
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

Chapitre 2 : Le transport et l’externalisation de transport

Introduction

Face à la mondialisation, le commerce international et ces échanges se développent


surtout dans le secteur économique d’une part, d’une autre part l’activité transport de
marchandise se développe aussi de plus en plus jusqu'à où il est devenu plus complexe, par la
réduction du délai de livraison, et c’est avec les différents modes de transport qu’aujourd’hui,
les divers marchandises sont disponibles dans différents coins du monde, d’où l’industrie des
transports joue un rôle vital et essentiel dans l’économie de payer, et pour les entreprises c’est
un système logistique bien rodé.

A nos jours le transport routier de marchandises est considéré comme étant l’un des
modes de transport le plus utilisé, et plus adapté pour les court et moyen distance, et qui occupe
la première place par rapport aux autres modes, car il permet la souplesse d’adaptation.

Pour faire face à l’environnement économique, l’entreprise doit bien réfléchir


profondément sur l’ensemble des charges qu’elle subit, et pour qu’elle se concentre sur son
cœur de métier, l’entreprise se focalise sur l’externalisation des activités dans quelle ne dispose
pas de la valeur, autrement dit des activités secondaires ou ce phénomène de l’externalisation,
permettre de répandre aux attentes de l’environnement en termes de flexibilité, réactivité.

Dans ce chapitre nous allons présenter deux sections, dans la première section s’est des
généralités sur le transport des marchandises, d’où on va mettre l’accon sur le TRM comme
mode très utilisé et la place qui occupe, et dans la deuxième section, on va la consacrer pour
l’externalisation du transport routier, où nous avons procédé à cette étude, en abordant
essentiellement les questions secondaires, qui, quoi, pourquoi et comment externaliser?

1. Généralités sur le transport des marchandises

Le transport des marchandises c’est un élément indispensable dans toute entreprise, au cours
de cette section en va présenter quelques concepts de transport en général, et sur le transport
routier en particulier.

Page 36
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

1.1.Evolution et définition des différents modes de transport en général

1.1.1. Évolution

L’homme à toujours voulu se déplacer, sur terre, par la mer et ensuit dans les airs, et avec
la révolution industrielle ce déplacement est devenue une activité essentielle et obligatoire pour
toutes les communautés, soit des marchandises soit des personnes d’un point à un autre, Le
transport de marchandise est l’un des facteurs clés de la mondialisation et du développement
des échanges, sans le transport il n’y aura pas d’échange ni du commerce, il comprend des
ressources énergétiques, des véhicules et des systèmes d’exploitation qui sont favoriser les
échanges commerciaux.

Le transport de marchandise est un moyen important de l’évolution des grandes


civilisations, par exemple au XXe siècle, le développement de l’aviation du container et de la
palette de manutention, en donner un nouveau mouvement au transport de marchandise, et l’ont
placé au cœur de la mondialisation économique.

Le transport est considéré comme une activité qui consiste à déplacer des objets,
matériels, biens, où personne, grâce à la mise en œuvre des moyens spécifiques et déterminer.
Certains de ses moyens son mobile : les véhicules ou engins moteur, il s’agit des voitures,
navire, avion… etc. Et d’autres moyens sont immobiles comme les infrastructures de
circulation, route, voies ferrées, canaux…etc., ou de transbordement (gares, ports, aéroport), le
transport des marchandises il est aussi important pour le bon fonctionnement des pays.
L’homme aussi à penser a la nature, puisque le transport est l'un des facteurs qui influencent
négativement sur l'environnement, et pour cela l’homme a fait des efforts pour arriver à polluer
moins, et disperser moins d’oxyde de carbone, sachant que il a développé les moyens de
transport et même il a créé des nouveaux machines plus confortable et rapide qui peuvent aller
plus loin en moindre temps et moins polluent. Le transport des marchandises a fait une évolution
remarquable, et il est de plus en plus développé. (22)

1.1.2. Définition des différents modes du transport de marchandises

Un mode de transport est une technique spéciale, ou un type de véhicule qui est liée à
un type d’infrastructure : trains et sillons ferroviaires, camions et routes, etc.

22
NETTER M, « Capacités de transport, coûts de transport et organisation de l'espace », Revue économique.
(1974)Volume 25, n°2, 1974.
Page 37
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

La disponibilité de plusieurs modes de transport permettre au transporteur de choisir le moyen


de transport le plus approprié selon le coût, la vitesse, et cela en fonction de ses objectifs, les
caractéristiques de chaque moyens de transport et les produits transportés. Parmi ces modes en
trouve :

1.1.2. 1. Transport maritime


C’est l’un des modes de transport comme tout mode, il à comme opération de faire
transporter de la marchandise de tel quais du chargement jusqu’au quais de déchargement, par
des gros navire sur des longues distances sur plusieurs point dans le monde, et il a la sécurité la
plus fiable par rapport aux autres modes, il est peu polluant donc c'est un avantage pour
l’environnement , et il à la possibilité de charger des gros volumes de marchandises avec des
prix compétitifs, et il permet une sécurité totale de la marchandise. C’est un transport à moindre
cout, avec toutes ces avantages on n’oublie pas qu’il à des inconvénients où il ne faut pas les
négliger, tel que c’est un investissement couteux, et le temps consacré pour le transit et plus
long. (23)

1.1.2.2. Transport aérien


Le transport aérien il s'effectue par la voie des airs, il regroupe tout les opérations de
transport de marchandises, et il se caractérise par sa rapidité, son niveau de sécurité et sa
fiabilité. Le transport aérien est idéal pour le transport des produits périssables, les produits à
forte valeur ajoutée (par exemple les produits de luxe), les produits chimiques, les machines,
cela se répercute sur le cout qui est très cher, et il impose des conditions strictes de sécurité (la
douane). (24)

1.1.2.3. Transport fluvial


Le transport fluvial est le moyen le moins utilisé en plus il a une grande fiabilité, il
permet de mettre en valeur les atouts du transport intermodal et de connecter entre plusieurs
modes de transport, ce type il nécessite des aménagements lourds, souvent subventionné, et
concerne des catégories des marchandises spécifique, les produits agricoles, les produits
chimique, les combustibles minéraux solides, les hydrocarbures, les minéraux bruts et les
matériaux de construction, les marchandises en conteneur. C’est le moyen de transport qui
consomme moins d’énergie qu’un train ou un camion, il permet d’emener plus de marchandises

23
Les métiers de la logistique et du transport, les référentiels des métiers cadres.PDF
24
www.touchandgo.fr/le-transport-aerien vue le 23/04/2018

Page 38
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

par trajet dans les villes silencieusement et il pollue moins par rapport aux autre moyennes de
transport. (25)

1.1.2.4. Transport routier


C’est le mode le plus adopté par les petites moyennes et mêmes grandes entreprises, il
consiste de faire transporter des marchandises par vois routier, généralement par camion et il a
comme caractéristique :

 Possibilité de transporter par conteneur


 Possibilité de réaliser du transport combiné, multimodale.

Il a comme avantage de faciliter le chargement et le déchargement, réaliser une flexibilité


inattendue, et parmi ses inconvénients on trouve que le prix de ce mode de transport il est
moins compétitif, c’est un moyen polluent et pas très fiable.

1.1.2.5. Le transport ferroviaire


Parler du réseau ferroviaire ou bien chemin de fer c’est la même chose, il consiste à
transporter des personnes ou des marchandises sur des rails, ou il existe plusieurs formes
d’acheminement, le transport ferroviaire permet la circulation de convoi ferroviaire ou trains
dans un pays à un autre. (26)

1.1.3. Les principales caractéristiques du secteur de transport

Le transport à plusieurs caractéristiques on peut les distinguer dans les pointssuivants:

 le transport c'est un service d'autoconsommation qui n'a pas apprécié par la comptabilité
nationale, puisque la plupart des services sont réalisés par les usagers eux-mêmes.
 c'est un service qui est disponible et qui n'est pas remplaçable.
 le secteur de transports se caractérise d'une durée longue, ainsi la période, de leur
construction il est indivisible ce qui signifie une adaptation continu de l'offre et de la
demande elle sera difficile.
 chaque mode de transport, est choisie selon sa vitesse.

25
MEEDDAT.Sesp - Les comptes des transports en 2007 (tome 2) – juin 2008.
26
www.faq-logistique.com/comparaison-modes-transport.htm vue le 13/04/2018
Page 39
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 le transport combine les différentes services de l'offre et la demande, autrement dit que
aucun mode de transport n’est en soit supérieur à un autre, et cela dépend de l'itinéraire
et des besoins de l'utilisateur. (27)

1.1.4. Les types de transport

Les types de transport sont multiples pour cela en les à résumer dans le tableau suivant
à savoir ses fonctions principales :

Tableau 03 : Les types de transport.

Le type sa fonction

Chaîne de transport Ensemble des moyens de transport utilisé pour


transporter des personnes ou des marchandises.

Transport d'un ensemble routier complété par un


autre mode de transport (par exemple: ferry ou
train) accompagné de son conducteur (dans ou en
Transport accompagné dehors de son camion).

est définie comme un transport intermodal son


parcours principal, s’effectue par rail, voie
navigables ou mer, et dans les parcours initiaux
s’effectuées par route. par exemple le pré-
acheminement de marchandises par camion suivi
Transport combiné
du transport principal par train.

c'est lorsque tous les transporteurs ont une même


opération, sont soumises à un même titre de
transport comme le déplacement de marchandises
Transport homogène réalisé par plusieurs transporteurs routiers, sous le
même document du transport (lettre de voiture).

27
DIDIER. M , Prud’homme .R, « Infrastructures de transport, mobilité et croissance », la documentation
française, Paris , 2007 P 15.
Page 40
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

transporter une marchandise avec deux modes de


transport au plus, mais dans le même véhicule
routier (ex : conteneur), mais sans transborder les
Transport intermodal marchandises entre le lieu d'origine et la
destination finale.

c'est de transporter des personnes et d’animaux ou


de marchandises dans le même véhicule de
Transport mixte
transport, dans le but de relier les zones rurales aux
pôles urbains.

Transport mixte empilé c'est lorsque un moyen de transport est chargé sur
un autre moyen de transport (ex : camion chargé
dans un navire).

transporter des marchandises au moins par deux


modes de transport différents entre un lieu
d'origine et la destination finale, mais avec
Transport multimodal transbordement (chargement, déchargement,
empotage).

Transporter un véhicule routier ou partie de


véhicule par un autre mode de transport (exemple,
Transport non accompagné
par ferry ou par train) sans chauffeur.

transporter la marchandise par un seul mode de


transport entre le lieu d'origine à la destination
Transport uni modal
finale.

Source : http://www.logistiqueconseil.org vue le 02/04/2018

1.2. Le transport routier de marchandise

1.2.1. Evolution de TRM :

Le transport routier des marchandises est l'un des modes les plus évolué durant son
parcours, il a débuté par la marche à pied où les premiers hommes se déplaçant seul ou avec

Page 41
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

leurs besoins de marchandises, mais seul la force de l'homme qui peu arbitrer la distance
parcourue et le temps long.

Il y'a dix mille ans, l'homme a utilisé certaines animaux comme les chevaux et les ânes
pour effectuer leur déplacement et de faire transporter leurs marchandises d'un point à un autre.
Ensuite, (vers trois mille à trois mille cinq cent avent J-C) y a l'arrivée de l'invention de la roue
où l'homme à crée des charrettes et de calèche qui seront rattachées par des animaux, ce qui a
permis à augmenter la distance ainsi la vitesse parcouru et la quantité des marchandises à
transporter.

L’innovation du transport routier ne s'arrête pas de se développer, car l'homme a réussi


la création de la machine à vapeur en 1712 ce qui lui a permis la création de premier moyen du
transport routier "l'automobile". Ce dernier a réduit la distance la plus éloignée et accéléré la
vitesse et sans oublier la diversification des marchandises transportées.

Grace aux avancées technologiques dans le transport routier, les longues distances sont
devenues un petit village connecté, où des solutions ont été trouvées pour les situations
rencontrées auparavant, les échanges et les déplacements se font à tout moment et n’importe
où, ce qui résume la capacité, la rapidité, et la sécurité.

1. 2.2. Définition d’entreprise de transport

L’entreprise de transport elle se spécialise dans le transport des marchandises ainsi le


déplacement de personne d'un point à un autre dans une durée limitée, sachant que c’est une
entreprise commercial et que le transporteur et le voiturier suivent une profession
réglementée.et ce transport peut être national ou international.

1.2.2.1. Chauffeur de TRM


Sachant que le chauffeur routier de marchandises est d’une grande importance et joue
un rôle primordial dans la livraison et il est considéré comme étant un lien entre le vendeur et
l’acheteur. Ses missions peuvent être de plus ou moine longue durée à savoir le client qu’il
doit livrer.

1.2.2.2. Rôle de chauffeur


En plus de son travail de chauffeur, il doit gérer les relations avec les clients, et dans certains
cas, il participe au chargement et déchargement de la marchandise et veille sur le bon

Page 42
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

déroulement de la livraison de point d’acheminement jusqu’au point de livraison. Le chauffeur


routier doit accomplir les missions suivantes :

 Respecter les conditions de sécurité en respecte les temps de pause obligatoires.


 Veiller sur la sécurité de la marchandise transportée.
 Respecter les délais de livraison.
 Superviser le chargement et déchargement de la marchandise
 Faire signer les bons de livraison
 Entretenir son camion
 Mette à jour les documents de bords, les bordereaux de livraison et l’ensemble des
papiers réglementaires
 Représenter son entreprise auprès des clients

1.2.3. Les types de TRM

Il existe deux types de transport routier de marchandises, ils se différent selon la nature
de la marchandise transportée, on distingue le transport conventionnelle et exceptionnel.

1.2.3.1. Le transport conventionnelle


Dans ce type de transport y’a des limitations d’abord juridique c’est-à-dire par rapport a la
langueur, la largeur, la hauteur de la remorque, ensuite y’a les exigences des clients, par rapport
à la marchandise transportée dans laquelle il ne faut pas qu’elle dépasse certaine poids et
dimension ;

 Ne pas dépasser 15 mètres de long


 Ne pas excéder 2,5 mètres de large
 Avoir une masse totale inférieure à 44000 kg

Le transport conventionnelle peut concerner tout type de transport surtout : camion fourgon, en
camion bâchés, sur plateau « standard », en porte char.

1.2.3.2. Le transport exceptionnel


C’est un transport qui est exceptionnel par le type de marchandise a transporté de part de
gabarie et de part de tonnage et en matière de poids et de démentions, (exemple : transporter
une machine en deux remorques et fermé la route), ce type de transport il est valable pour :

 Les véhicules à moteur ou remorque transportant.


 Véhicule ou matériel agricole ou de travaux publics.
Page 43
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Véhicule ou engin spécial. (28)

1.2.4. Les modes de gestion des activités TRM

On distingue deux modes de gestion des activités de transport routier de marchandises ils
se différents selon l’appartenance de la marchandise transportée : le transport pour compte
propre ou le transport pour compte d’autrui.

1.2.4.1. le transport pour compte propre


On utilise le transport pour compte propre, quand il s’agit d'une marchandise qui est
propre à l'entreprise et de la faire transporter en utilisant des (véhicule, conducteur) en propriété
où louer des véhicules avec ou sans conducteurs, et il concerne les chargeurs qui dote pour
charger sa propre marchandise avec ces propre moyens de transport ou par location, elle est
utilisable et praticable généralement par ( petit commerçant, artisan, particulier réalisant leurs
courses avec leurs véhicules), et cette activité reste accessoires pour l’entreprise.

1.2.4.2. Le transport pour compte d’autrui


On utilise le transport pour compte d’autrui ou (le transport public), quand il s’agit d’une
marchandise qui n’est pas propre à l’entreprise, celle-ci est transporté par ses propres véhicule
ou louer avec ou sans conducteur, dans ce cas le transporteur n’est pas propriétaire de la
marchandise. (29)

1.2.5. Les aléas de TRM

Dans le domaine du transport routier il y a pas mal d’aléa, qui peuvent survenir durant
la livraison des marchandises, parmi ces aléas on peut citer deux types : ordinaire et
exceptionnel.

1.2.5.1. Les aléas ordinaire

 L’incendie ou explosion : elle peut être parmi les risques majeurs, parce que l’incendie
au l’explosion peuvent bien venir de la marchandise elle-même, ou du moyen de
transport, ce qui port un double risque dans cette situation.
 Les autres événements majeurs : les autres événements majeurs peuvent être comme,
l’échouement, le déraillement ou le crash de camion.

28
http://www.ecotra.eu/v vue 11/04/2018
29
GILLES Ostyn, Didier Danflous, « Service d’information pour le transport de marchandise », Janvier 2008,
P10.
Page 44
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 L’humidité : mauvaises conditions climatiques, tempête, forte pluie, et la mouille des


marchandises représente l’un des risques ordinaires, et pour cela l'humidité peut amener
à de graves avaries de la marchandise.
 Le vol : le vol est aussi parmi les aléas, ou les marchandises peuvent être face comme
le détournement, le chapardage…etc.
 Les forces dynamiques : elle peut concerner les opérations de transport, c’est-à-dire
le chargement, le déplacement, le déchargement ou encore l’entreposage de la
marchandise.
 La contamination : le mauvais nettoyage du mode de transport, ou les matières
toxiques stockées avec la marchandise peut amener à une contamination de cette
marchandise.

1.2.5.2. Les aléas exceptionnels


On peut trouver dans ce type d’aléa les risques de conflit, la capture, les émeutes, le
terrorisme ou encore les mouvements de grève. Le terrorisme est également un risque de plus
en plus courant et il est très dangereux et surtout pour le transport routier est facilement
accessible. Comme il peut être une cible d’attentats, à cause de ses aléas exceptionnels, les
marchandises peuvent être perdu ou encore endommagé. (30)

1.2.6. Les documents de TRM

Une opération de transport routier de marchandises est une tâche qui peut être simple,
mais qui est compliqué en même temps, parce que la moindre erreur pourra entraîner des
conséquences très lourdes pour l’entreprise soit sur le plan financière soit sur un autre plan.

La base de toute opération de transport de marchandise c'est la documentation : soit des


documents qui concernent le chauffeur, le véhicule ou la marchandise elle-même, il existe des
documents exigibles selon les cas.

1.2.6.1. Les documents du chauffeur


Les principaux documents nécessaires à un chauffeur avant de lui confier la réalisation
d’une opération du transport de marchandises par route sont:

 Un Permis de Conduire en cours de validité qu’il doit correspondre à la catégorie du


véhicule utilisé.

30
https://www.prorassur.fr, vue le 9/04/2018
Page 45
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Une procuration.
 Un Justificatif de la Relation d’Emploi ou tout autre document pouvant justifier la
relation entre le conducteur et son employeur.
 Une Carte Nationale d’Identité.
 Un Certificat de Formation Obligatoire et un Certificat d’agrément de la profession de
transporteur routier de matières dangereuses.

1.2.6.2. Les documents du véhicule


L’opération de transport de marchandises par route est conditionnée par la disponibilité
des documents en cours de validité qui sont les suivants :

 Les cartes grises pour les véhicules isolés et les véhicules attelés (à chaque véhicule
correspond une carte grise distincte).
 Les polices d’assurance pour les véhicules isolés et véhicules attelés (à chaque véhicule
correspond une police d’assurance distincte).
 Un certificat de visite technique en cours de validité.
 Une carte de transport public elle doit absolument correspondre à la catégorie de licence
du transport obtenue par l’exploitant du véhicule.
 Une patente de transport public pour les transports commerciaux uniquement.
 Une vignette fiscale, uniquement pour les véhicules à moteur.
 Des droits de timbre.
 Bon de sortie.
 Une taxe à l’essieu, uniquement pour les véhicules attelés (remorques, semi-remorques).
 Un certificat de contrôle pour les citernes et les unités de transport des matières
dangereuses.
 Un certificat de jaugeage pour les citernes.

1.2.6.3. Les documents de la marchandise


Les marchandises transportées doivent aussi être accompagné de certains documents parmi
lesquels les plus importants sont :

 La déclaration de chargement (manifeste de fret).


 La lettre de voiture.
 Un protocole de sécurité pour les opérations de chargement et de déchargement.
 Les consignes de sécurité.

Page 46
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

1.2.6.4. Les documents spéciaux pour le transport des marchandises Dangereuses


Tout transport de marchandises dangereuses doit être accompagné d’un document
dénommé « déclaration de chargement de matières dangereuses », établi sur la base d’un écrit
remis par l’expéditeur. Ce document, rédigé en français ou en anglais comporte :

 La désignation de la marchandise, sa classe, son numéro.


 La désignation officielle de transport, compléter, le cas échéant, avec le nom technique.
 Le cas échéant, le groupe d’emballage attribué à la matière pouvant être précédé des
lettres « GE » (par exemple, « GE II ») ou des initiales correspondantes aux mots «
Groupe d’Emballage » dans les langues utilisées.
 Le nombre et la description des colis.
 La quantité totale de chaque marchandise dangereuse (exprimée en volume, en masse
brute et/ou en masse nette selon le cas).
 Le nom et l’adresse de l’expéditeur ou des expéditeurs.
 Le nom et l’adresse du destinataire.
 L’affirmation du chargeur selon laquelle le produit est autorisée au transport et que son
emballage et son étiquetage sont conformes. Cette dernière mention peut toutefois être
portée sur un document annexe qui sera alors joint au document de transport. (31)

1.2.7. Le rôle de transport routier de marchandises

Le transport implique le mouvement des marchandises du fournisseur à l’utilisateur avec


l’objectif d’assurer la livraison à temps, en bon état et au cout minimal.

Le transport est impliqué dans tous les liens de la chaine logistique, on s’occupant du
mouvement des matières premières vers la production, ainsi que celui de la distribution du
produit finis. Avec la croissance du marché mondial, cela peut impliquer un mouvement
international des marchandises. Parmi ces rôles en trouve :

 Le transport de marchandise est une composante indispensable de la distribution des


biens matériels.
 Le transport est considéré comme un composant intégral du cycle de production-
consommation.
 Il réduit la distance entre les différentes localisations.

31
http://marcologistique.com/, vue le 10/04/2018.
Page 47
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 L’amélioration de l’efficacité des entreprises.


 Il joue un rôle important dans le marché de travail.
 Diminution des prix et du cout des biens et des services.
 Il permet la naissance de nouveaux produits et l’élargissement de la gamme du produit
et qualité par rapport aux autres moyens.
 La facilité d’accès au nombre point.

On distingue que le rôle de transport est de relier la source des marchandises à la destination.
La source et la destination peuvent être dans des pays différents qui ont besoin d’un mouvement
international comme elles peuvent être dans le même pays.

1.2.8. Les types de camions

Le camion est un véhicule destiné au transport de marchandise, il existe plusieurs types qui
sont soumises à une réglementation très précise à savoir :

 Le camion-citerne : le camion-citerne, est utilisé pour transporter des liquides ou des


produits gazeux pour l’industrie chimique et agroalimentaire, ce type de camion peut
avoir des cuves différent selon les produits qu’il transport.
 Le camion à benne : il est utilisé pour tout type de travaux publics ou de voirie, ces
équipements peuvent être très variées selon son utilisation, il peut être doté d’une à trois
bennes ainsi qu’une grue auxiliaire qui peut être installé sur un châssis ou sur la cabine
du camion, il est utilisé pour transporter le sable, de graviers …etc.
 Le camion frigorifique : c’est un transport de marchandises périssables et des produits
chimiques, il dispose d’une caisse isotherme munie d’un groupe électrogène permettant
la production de froid, ce type de camion il permet le transport sur des longues distances,
ça température à l’intérieur de la caisse isotherme peut être régler entre -25c° et +25c°.
 Le camion ampliroll : le camion ampliroll possède d’un système de bras articulé, il
permet d’équiper le porteur de différentes carrosseries en fonction des besoins, ces
derniers peuvent être des bennes, des palataux ou des containers.
 Le camion plateau : il est destiné à transporter des produits de grand volume et grande
longueur (poutre, automobiles,….), il a des ridelles qui permettent de transporter les
produits à des meilleures conditions.
 Le camion port-char : ce type de camion est réservé au convoi exceptionnel avec des
dimensions et des poids hors-normes (par exemple morceaux d’avion).

Page 48
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Le camion fourgon : est un camion équipé d’une caisse fourgon, il est utilisé pour le
transport de marchandises ou du matériel, et pour la caisse fourgon peut être frigorifique
pour le transport de surgelés par exemple. (32)

Durant l’élaboration de cette section en a essayé de toucher l’essentiel de transport, et


on a constaté que c’est un élément qui joue un rôle important, dans le fonctionnement de
l’entreprise, et même face à ses clients.

2. L’externalisation du transport

Dans cette section, nous aborderons des notions de base de l’externalisation et de


l’externalisation logistique, dans lesquels on va y avoir pourquoi les entreprises font appel à
l’externalisation.

2.1. Définition de l’externalisation et l’externalisation logistique

2.1.1. Définition de l’externalisation

L’externalisation c’est toute décision prise par une entreprise de faire appel à un
prestataire extérieur, pour la réalisation d'activité quel assuré préalablement en interne.

Selon la norme AFNOR, défini l’externalisation comme étant « le résultat de


l’intégration d’un ensemble de service élémentaire, vise à confier à un prestataire spécialisé tout
ou partie d’une fonction de l’entreprise « client » dans le cadre d’un contrat pluriannuel, à base
forfaitaire, avec un niveau de service et une durée définie. (33)

Parmi les secteurs d’entreprise les plus touchés, voici le baromètre Outsourcing publié
par Ernst & Young, qui catégorise les activités des entreprises selon le degré de recours à
l’externalisation :

Ainsi, Ernst & Young ont ainsi classé les fonctions de l’entreprise en 7 catégories :
Informatique ou télécommunications, Distribution, logistique ou transport, Services généraux,
ressources humaines, administration ou finances, production, marketing ou communication.

Le baromètre donne les résultats suivants, concernant le degré d’externalisation de ces


fonctions :

32
https://www.lechodelarivenord.ca vue le 17 04 2018.
33
PIERRE Médan, ANNE Gratap.paris, « Logistique et supply chain management, intégration, collaboration et
risques dans la chaine logistique globale », édition Dunod, 2008, P48.
Page 49
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

Figure 07 : les secteurs les plus externalisées.

100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0% les secteurs les plus externalisés

Source : PIERRE Méda,. ANNE.Gratacap, « logistique et supply chain management,


intégration, collaboration et risques dans la chaine logistique globale », édition dunod ,paris
2008 ,P53.

On remarque d’après ce baromètre d’outsourcing, que la fonction logistique détienne


presque le pourcentage le plus élevé par rapport aux autres fonctions externalisé dans
l’entreprise, cette dernière externalise les fonctions dans lesquelles sont sensible et complexe.

2.1.2. Définition de l’externalisation logistique

Externalisation logistique consiste pour l'entreprise à confier ou transférer à un


prestataire externe, toute ou une partie de la chaine de valeur, dans l'objectif de performance.
Généralement l'entreprise confit les taches secondaires qui ne produisent pas de revenu
externalisé, ce qui ne marche pas chez soi, on pensait que ça fonctionnera mieux chez un
prestataire car ce dernier doit être un vrai professionnel et capable de se mettre en cause, ainsi
de créer de la valeur, et d'anticiper les évolutions. (34)

En conséquence, l’externalisation logistique a pour but de diminuer, pour les


entreprises, les effets de cette incertitude commerciale, et bien évidement l’objectif est donc

34
IVA NAJVERA. MASSON-FRANZIL Yvette, « Externalisation des activités logistique : analyse
conceptuelle et propositions testables dérivées de la théorie des couts de transaction » université Nancy 2, Cahier
de recherche n°2006-3,2006.
Page 50
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

d’accroitre la flexibilité de la firme face aux aléas du marché, ainsi c’est un moyen pour ce
rapproché physiquement de ses clients. (35)

2.2. Les raison de l’externalisation

Au tant que logisticiens on cherche les causes qui poussent l'entreprise à ce confier vers cette
externalisation, on externalise la chaine logistique pour plusieurs raisons :

Tout d’abord avec la mondialisation la chaine logistique est énormément complexifier.

 La complexité de la chaine logistique est étendue géographiquement.

Aujourd’hui les fournisseurs peuvent être un peu part tout dans le monde aussi, il faut faire le
lien avec les fournisseurs, les centre de fabrication et les client avec une distribution, il est
devenu donc très difficile pour les entreprises surtout pour celles de moyens nécessaire à liées
les fournisseurs, les centres de fabrication et les clients, c’est pour cette raison principale
qu’aujourd’hui on fait appel à des prestataires de services logistiques de grandes sociétés, qui
offrent des services de stockage et de transport pour liés les différents acteurs industriels d’un
flux, qui est devenus un vrais métier qui fait appel à des compétences particulier sur des aspects
transport, de douanes, des aspects de stockage, et on a besoin de gens qui sont spécialisés.

 gains de flexibilité : on cherche bien évidement à travers l’utilisation d’un prestataire,


à gagner en flexibilité, les contrats sont en générale plutôt au cours, ils permettent de
recomposer sa chaine logistique en fonction de ses évolutions dans le temps.
 la réduction des couts : mettre en place des moyens, pour soutenir son activité et devenus
extrêmement chère et beaucoup d’entreprises ne peuvent plus se permettre d’avoir les
moyens de leur logistique.
 La variabilisation des couts : qui permet aux entreprises de ne pas avoir à supporter le
cout permanent d’un investissement, si le niveau d’activité fluctue et en particulier
lorsqu’il baissait également l’opération qu’ils peuvent réaliser à travers l’utilisation d’un
prestataire.
 Le recentrage sur le cœur du métier : avant, ils existent des entreprises construites sur
le modèle dit de l’intégration vertical, où une entreprise faisait tous métiers nécessaire

35
SAUVAGE Thierry,« Quelles relations contractuelles pour l'externalisation logistique ? » In: Revue
d'économie industrielle, Vol, 106, 2 e trimestres,2004, P 71.
Page 51
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

à son activité. Aujourd’hui les entreprises se recentrent, où elles faisaient que ce qu’elles
savaient faire, et laissé les professionnels gérer leur spécificités.(36)

2.3. Les principales fonctions externalisées

On peut considérer que toutes activités qui ont une relation avec la chaine logistique peuvent
être externalisées, et parmi les taches majeurs qu’on fait appel à l’externalisation est la fonction
transport, c’est la prestation qui prédomine par rapport aux autres, il existe peu d’entreprises
industrielles ayant encore recours au transport en propre. (37)

Et il existe d’autres fonctions logistiques externalisées qui sont les suivantes :

 Le transport : puisque les sociétés transport sont fortement développées dans le secteur
de diversification, elles arrivent généralement a répondre aux différentes exigences de
leurs grands types de clients qu'ils sollicitent, d'où les sociétés commerciales et
industrielles ont séparées et délocalisées de leurs propres moyens de transport, et faire
appel à ces sociétés de transport qui sont maintenant spécialisées.
 Le magasinage : les marchandises ont besoin de stockage soit avent l'acheminement ou
après. Pour cela le sous traitant à plusieurs activités à faire comme l'entreposage c'est-
à-dire la réception et l'expédition et d'autre opérations comme la gestion des emballages:
l'achat, le nettoyage...etc., donc elle prend beaucoup de temps et de main d’œuvre, pour
cela les entreprises externalisent cette tache de magasinage a des prestataires qualifier,
qui vont prendre en considération tous les opérations et avec moindre cout.
 La distribution et approvisionnement : sont des activités qui s'effectues toujours dans
le contexte de l’externalisation, c'est-à-dire de confier à un prestataire la gestion de
l’entreposage et des expéditions, avec le choix ou pas de la prise de commande des
clients.
 Le système d’information : est un élément clé de la performance de l’entreprise, sans
le droit à l’erreur et avec les équipes restantes, il faut qu’elles assurent l’efficacité, la
sécurité permanente et même les dépannages en urgence, mais quand on externalise
cette fonction, tous les données serons bien plus sécurisés par rapport à l’intérieur de

36
http://www.amdl.gov.ma/amdl/wp-content/uploads/2016/11/Guide-dexternalisation-des-actvit%C3%A9s-
logistiques.pdf
37
SAUVAGE Thierry, op cit. (2004).
Page 52
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

l’entreprise, car ils profitent de leurs position tout autour de la planète pour être plus
réactifs.
 La production elle-même : l’entreprise peut produire elle-même l’ensemble de ces
produits, mais parfois il se peut qu’elles ne puissent pas faire, elle peut donc avoir
recoure à l’externalisation, où elle va confier une partie ou la totalité de sa production à
un prestataire extérieur, qui va réduire ces couts fixes tel que (moins d’usine, moins de
salaries, machines…) et se bénéficier du savoir-faire d’une technologie, et ne pas
supporter les risques industriels, et financiers. (38)

La figure suivante montre les offres d’externalisation logistiques offertes par les différents
prestataires logistiques :

Figure 08 : Les offres d’externalisation logistique offertes par les prestataires.

ECR,flux Collecte des Assemblage,


tendus,reaprovisio déchets et finition,réparation;
7% Achats; 5%
nnement recyclage;
automatique; 13% 8%
Facturation; 15%
Opérations
douaniéres; 20% Préparation,picking
,gestion des stocks;
76%
Informatique; 20%
Transport de
lots(tous mode);
48%

Conditionnement,é
tiquetage; 39% Messagerie;
42%
Location de
volumes de
stockage; 13%

Source : SAUVAGE Thierry, Thèse de doctorat en sciences de Gestion, Université d’Aix


Marseille II, 1997.

Comme nous la montre cette relativité, on distingue que toutes les fonctions ou activités
logistiques peuvent êtres externaliser ou sous-traités. On remarque que les activités telle que la
(préparation, picking, gestion des stocks) qui détient le pourcentage le plus élevé qui est de

38
PASCAL Eymery. Enjeux de la logistique.doc. PDF.P7.

Page 53
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

76%, et l’activité transport que ce soit le transport par lot ou par messagerie viens en second, il
profite d’un taux très élevé par rapport aux autres fonctions logistiques. Aujourd’hui ces
pourcentages sont bien plus importants car l’externalisation logistique a passé actuellement à
un niveau plus élevé et plus complexe, ainsi l’offre réalisée par les prestataires est devenu bien
plus complet.

2.4 Les formes d’externalisation :

On distingue trois formes d’externalisation logistiques qui sont les suivantes :

 L’externalisation technique : elle consiste pour l’entreprise à sous-traiter des


opérations logistiques précises, clairement définie et à caractère technique.
 L’externalisation organisationnelle : elle consiste à déléguer un ensemble cohérent
d’opérations logistiques.
 L’externalisation conceptuelle : elle consiste à acheter pour un partenaire une
fonctionnalité « clés-au-main » sans chercher à concevoir comment elle est obtenue.

2.5 Les types d’externalisation :

L’externalisation comme d’autre fonction à ces propres types qu’on peut les résumer dans cette
partie, à savoir :

 L’externalisation traditionnelle :

Ce type d'externalisation permet à confier à un prestataire extérieur ou à un fournisseur une


activité sensible, qui était réaliser dans l'entreprise par exemple l'impression et l’envoi des
avis d'imposition.

 L’externalisation traditionnelle avec transfert de ressources (ou avec désintégration) :

Elle permet de confier à un prestataire extérieur ou à un fournisseur une activité qui est
toujours sensible, et qui était réalisé dans l'entreprise, mais elle doit être accompagnée avec
le transfert de personnelles et d'équipement vers le prestataire.

 L’externalisation stratégique avec transfert de ressources (ou avec désintégration) :

Ce type d'externalisation est comme les précédents c'est-à-dire de faire confier une activité
sensible qui a était déjà réalisé en interne à un prestataire ou un fournisseur, qui doit être
accompagné avec les ressources et les équipements vers le prestataire mais telle opération peut
affecter sur l'entreprise soit à la réussite soit à l'échec.

Page 54
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 L’externalisation stratégique :

Son but est de confier une activité sensible d'une façon répétée à un prestataire ou un
fournisseur extérieur, elle est récent parce qu'il y’a peu de cas ou le contrat est renouvelé
donc l'activité d'externalisation est proche de la compétence de l'entreprise. (39)

2.6. Les principaux objectifs de l’externalisation

Au même l’externalisation logistique répond à des objectifs différents tels que :

 L’amélioration du fonctionnement de l’activité externalisée :

L’entreprise doit être consciente que le prestataire ou le fournisseur ont la capacité de


répondre aux besoins de l'entreprise et contribuer à réduire ses couts.

 L’accroissement de la contribution de l’activité externalisée à la performance globale


de l’entreprise :

Dans ce cas, l’externalisation participe d'une manière active dans l'organisation qui
provoque une relation bénéfique entre l'activité externalisée et les mécanismes de création
de valeurs de l'entreprise.

 L’exploitation commerciale de l’activité externalisée :

Cette objectif est pour but d'externalisé des activités pour avoir de nouveaux revenus.

 Il permet d'amélioré la gestion des flux physiques et de flux informationnels. (40)

2.7. Etude des différents services offerts par les prestataires logistiques

Dans cette partie on va présenter brièvement les sévices offerts par les prestataires
logistiques tels que les prestataires basiques et les prestataires élaborés et qui sont classiquement
l’objet d’une externalisation.

2.7.1. Les prestations basiques

 Le transport :

39
STEPHAN Husemann, « Pourquoi et comment les entreprises externalisent leurs services informatiques »
Université de Fribourg suisse,2010, P7.

40
Blog.wikimemoires.com vue le 15/04/2018.
Page 55
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

Les prestataires doivent tenir compte en premier lieu aux conséquences des
réorganisations productive préférées par les industrielles et les distributeurs y compris le
passage d’une gestion en flux poussée à une gestion en flux tirée. Selon Jean-Claude
Michel « nous sommes progressivement passés d’une logique économique de stockage à une
logique de flux, entrainant une augmentation du trafic d’où la nécessité d’optimiser ces flux, à
la fois on diminue les camions incomplets et les retours à vide ».

D’autre part, dans un contexte marqué par l’ECR, Le respect des délais est totalement
la responsabilité des prestataires, et les clauses contractuelles sont de plus en plus détaillées et
circonstanciées et imposent de réglementations du transport routier pour les prestataires.
Puisque elle est influencée par les instances nationales et européennes sur les litiges
d’environnement et le développement durable.

Environ 15٪ des émissions de gaz à effet de serre en France provoquées par le transport de
marchandise. Le transport routier a posé un problème d’inquiétude pour les logisticiens et les
industriels malgré le développement de la technologie réalisée aujourd’hui. (41)

 Le stockage et la gestion des stocks :

Le stockage et la gestion des stocks, sont les fonctions les plus maitrisées par les
logisticiens, connaissent cependant d’importants améliorations de fait notamment :

 Des techniques et des technologies utilisées au sein des entrepôts et des plates formes,
dans le cadre des activités de manutention et de gestion des emplacements (gestion
aléatoire, trans-stockeurs, trieurs automatisés).
 Des technologies de l’information permettant de relier industriels et distributeurs, via le
prestataire logistique. (42)

2.7.2. Les prestations élaborées

 Les prestataires de pré-manufacturing et post-manufacturing :

Le pré-manufacturing est un assemblage effectué en dehors de l’usine, en amont de


l’assemblage final. Il peut être réalisé dans le cadre d’une logistique d’approvisionnement et
d’échange inter-industriel ou dans celui d’une logistique de distribution dans le but d’éviter

41
PIERRE Médan, ANNE Gratacap, Paris. (2008).op cit P59.
42
PIERRE Médan, ANNE Gratacap, Paris, (2008), op cit P57.
Page 56
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

l’excès de références lors de l’approvisionnement d’une usine, il est fortement possible


d’exercer des opérations de pré-manufacturing par les prestataires logistiques après avoir
demandé d’effectuer dans leurs entrepôts, il s’agit alors d’assembler des composants de base
afin de constituer un sous-ensemble spécifique. Et la figure suivante montre un exemple du
fonctionnement du pré-manufacturing :

Figure 09 : Pré-manufacturing.

Usine
Prestatsaire Piéces assemblés en sous-
produits finis Assemblage final en ensemble complet et préts à
(Amont) étre intégrés

Source : réalisé par nous- mêmes.

Post-manufacturing c’est des opérations d’assemblage effectuées en aval de


l’assemblage principal ou final. Alors les prestataires peuvent même réaliser des activités de
post-manufacturing (différenciation retardé). Lorsque personnalisé le produit le plus tard
possible c’est-à-dire le plus prêt possible du client, et la figure suivante montre un exemple du
fonctionnement du post-manufacturing :

Figure 10 : Post-manufacturing.

Prestataire Usine
pieces assemblées en sous- Assemblage complémentaire Produit finis
ensembles complet et préts à
étre intégrés Finalisation(AVAL)

Source : réalisé par nous-mêmes.

Page 57
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

Aujourd’hui ces opérations sont prisent en considération par les prestataires, et l’évolution
de l’externalisation logistique est totalement interprétée par ces prestataires, car ils permettent
un gain important. (43)

 Les prestations globales :

La prestation globale ce trouve dans l’industrie du vêtement de la haute couture. Les


distributeurs ou les industriels peuvent décider d’externaliser un ensemble de prestations
logistiques ou bien une partie. Le cas de carrefour en France par exemple dans le cas de textile
où ces fournisseurs ont décidés de livrer les plates formes Geodis, et de son tour livre pour les
magasins. Un site totalement dédié est construit par les prestataires à carrefour, et plus
globalement a imaginé des processus informationnels ainsi que physiques sur-mesure pour le
client. (44)

2.8. Les acteurs de l’externalisation logistique

Lorsqu’un organisme souhaite externaliser une ou plusieurs de ses activités, deux acteurs
principaux sont concernés.

Cette partie va permettre de présenter l’ensemble de ces acteurs, des industriels (client) et
les prestataires de services logistiques.

2.8.1. Les clients

La source principale dans les acteurs de l'externalisation logistique est les clients,
puisque c'est eux qui font la demande au premier lieu, et pour cela les entreprises industrielles
font appel à ses partenaires pour un résultat plus performant et impressionnant dans le but
d’augmenter la flexibilité de l’entreprise face à la croissance du marché mondial.

2.8.2. Les prestataires logistiques à externaliser

Sont eux qui offrent leurs services ainsi que leurs capacités afin de répondre aux besoins
et exigences des clients dans les meilleurs délais et à moindre coût, et elle est considéré comme
étant une combinaison d’activités complémentaires qui contribuent à la création de la valeur
ajoutée.

43
PIERRE Médan, ANNE Gratacap, paris 2008, op cit, P59.
44
PIERRE Médan, ANNE Gratacap, paris 2008, op cit, P60.
Page 58
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

Il existe plusieurs types de prestations qu’offrent les prestataires, elle se début de la


prestation logistique classique 1PL jusqu’au prestataire moderne 5PL.

 Le 1PL, First Party Logistics:

C’est un mode de transport unique, c’est-à-dire le prestataire 1PL n’utilise qu’un seul
mode de transport, et il est appelé aussi chargeur, désigne le propriétaire de l’activité
délocalisée, c’est-à-dire l’entreprise n’as pas de partenaire externe, cela nous confirme que dans
les années 1970, les entreprises n'externalisent pas leurs fonctions, mais elles les sous-traitent
d’où elles gardaient ses fonctions en interne. Et parmi les services que le 1PL regroupe était le
transport. On peut schématiser le 1PL de la manière suivante :

Figure 11: 1PL first party logistic.

1 PL
2 PL client
chargeur

Opération de transport

Source : réalisé par nous-même.

Cette figure présente la forme classique d’externalisation dans laquelle le transport a été
l’activité la plus externalisée.

 Le 2PL, Second Party Logistics :

C’est un multi mode de transport c’est-à-dire le prestataire 2PL propose à ses clients
plusieurs modes de transport coordonnés, et il offre des solutions globales et surtout des
solutions d'externalisation du transport et d'entreposage qui acheminent les flux, aux clients qui
permet de relier deux points dans le monde, le 2PL est apparu dans seconde partie des années
1970.

 Le 3PL, Third Party Logistics :

Page 59
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

le 3PL ils permet de sous-traiter une partie de la chaine logistique , ils ne se contentent pas
uniquement d'exécuter la fonction, mais ils prend en charge également la planification et faire
le lien avec les autres parties de la chaine, et ils optent à utiliser ses propres moyens, et sinon il
fait appel à un exécutant ,dématérialisant ainsi les liens entre son client , sa fonction logistique
et ses différents fonctions parmi les services qu'ils offrent (transport, l'entreposage, préparation
des commandes), et parmi ses objectif initiale c’est de rendre l’activité plus performante à
travers la mise en place des outils logistiques .Le terme 3PLs’utilise surtout lorsque des services
à plus forte valeur ajoutée sont inclus dans l'offre du prestataire. Le 3PL se présent comme
suite :

Figure 12: le 3PL, third party logistics.

1PL
3PL client
chargeur

Opération de transport + entreposage, etc.

Source: réalisé par nous même.

 Les activités les plus externalisées dans ce type de prestation sont d’une façon générale,
transport, l'entreposage, préparation des commandes avec tous les services associés
(picking, traçabilité, Co-packing, etc.…).
 Le 4PL, Fourth Party Logistics:

4PL est contrairement au 3PL où le client garde un droit de regard sur le pilotage , et le
prestataire 4pl c'est un acteur qui s'intègre dans la chaine d'approvisionnement , où il rassemble
et gère les ressources et les technologies, ainsi il se charge totalement de la gestion de la chaine
logistique de sa propre organisation et d'autres fournisseurs de services complémentaires , Le

Page 60
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

4PL agit aussi avec bien plus de liberté que le 3PL. Ils travaillent généralement pour un seul
client, et ils effectuent ces opérations pas seulement en propre mais il sollicite des prestataires
externes. On peut le schématisé a cette manière :

Shéma 04: le 4PL, fourth party logistics.

1PL

Chargeur

4PL

2PL 3PL LLP

Client

Source: réalisé par nous même.

D’après cette figure on constate que, le 4PL fait appel à d’autres prestataires qui ont des
capacités et des moyennes pour donner au client le meilleur service.

 Les LLP, Lead Logistics Provider:

C'est une coopération entre les 3PL et 4PL, et elle réalise les mêmes objectifs que 4PL, mais
seulement celui la ne sollicite pas les autres prestataires, car il dispose de tous les moyens
physique pour réaliser tout le projet.

Page 61
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

Dans ses dernières années le LLP a marqué une exclusivité dans le marché d'externalisation
logistique, ce qui implique, que LLP développe des solutions informatiques dans le but
d'optimiser les couts et d'augmenter la productivité, ainsi exploiter des logiciels pour améliorer
la performance logistique.

 Les 5PL, Fifth Party Logistics :

Elle ne dispose pas des moyens physiques, et parmi ses fonctions fondamentales est de
faire appel à des prestataires de différentes entreprises sous-traitantes (transport, entreposage,
opération à valeur ajoutée…), ainsi elle offre des systèmes automatisés et intelligents qui sont
capable d’améliorer la performance de la chaine logistique. (45)

La pyramide suivante démontre l’évolution des différents prestataires logistique à la file des
années.

Figure 13 : Evolutions des prestataires logistique.

5PL (Pas de moyens physique)


fait appel à des préstataires externe
200
4PL( intégré dans la chaine 0
d'approvisionnement,gére les
ressources&téchnologies, la charge totale de la
gestion de la chaine logstique...etc.
199
3PL (la sous-traitance d’une partie de la chaine 5
logistique, La planification de la chaine …etc.

197
2PL (Utilise plusieurs modes de transport),
(Offres des solutions 0
d’externalisation,externalisation du transport et
de l’entreposage.)
196
1PL (Mode de transport unique)(Sous –traitent 0
ses fonctions en interne)

L Les années d’évolutions des différents prestataires

Source : Réalisé par nous même.

45
PIERRE Médan, ANNE Gratacap, paris ,2008, op cit, P55.
Page 62
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

2.9. Les phases d’externalisation

L’externalisation logistique s’aborde comme un véritable projet et elle se réalise à partir


d’une démarche à suivre, c’est d’abord initialement:

 Une réflexion stratégique de l’entreprise :

Dans cette phase nous saurons où vont se trouver les fournisseurs, qui vont être ses
fournisseurs, comment on va les intégrer dans le schéma industriel de l’entreprise, où sont les
bassins de distribution, et comment on va trouver des distributeurs, et faire le lien depuis ses
fournisseurs jusqu'à ses distributeurs. Y’a une vraie réflexion stratégique, lorsque cette
réflexion est archiver et que l’entreprise à positionner son réseau au moins sur le papier, elle
décide d’aller dans la mise en place, et elle va être obligé de chercher des partenaires (les grands
groupes de prestations logistiques).

 La constitution d’une équipe de projet :

Il faut voir qu’un processus d’externalisation ça se déroule sur de nombreux mois, il faut
avoir des gens qui sont capables de suivre dans la durée, c’est-à-dire la direction de l’entreprise,
lorsqu’elle va dans cette direction elle doit appointer des personnes, généralement elle organise
une équipe qui est un peu plus disciplinaire, dans laquelle on doit mettre un chef de projet bien
évidement et des spécialistes des différents points à considérer ( l’informaticien , qualiticien ,
un expert juridique pour tous les aspects contractuels…etc.).Une fois que l’équipe du projet est
constitué sa première action va être :

 Rédaction du cahier de charge de l’externalisation :

C’est un aspect fondamental, le cahier des charges est une description de ce que
l’entreprise souhaite externaliser, et qui va donner aux prestataires, une vision sur la manière
dont le prestataire et l’industriel ont collaboré pour piloter les flux , une fois que
l’externalisation sera complète , plus que le donneur d’ordre mettre plus d’information dans son
cahier des charges, mieux le prestataire comprend ce que le donneur d’ordre souhaitez faire, et
se préparer et lui faire une réponse appropriée et bien coté , dans le cahier des charges le donneur
d’ordre va mettre des informations telles que (les volumes dès son activité, le packaging qu’il
utilise , les points par laquelle il faut passer , les processus dans lesquels il faut s’intégrer et
également toute la partie informatique, où il faut faire un lien avec les deux sociétés pour
échanger de l’information sur les flux physiques , également si il y’a des aspects de type
transfert du personnels ce qui peut se produire parfois, il y a donc une reprise de personnel
Page 63
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

anticipé ,et s’il y a pas de reprise du personnels, il y’aura un minima de questions de


recrutement, des formations d’apprentissage et d’accompagnement , donc tous ces aspects
doivent être anticipées et mise dans le cahier des charges, et une fois ce dernier est réalisée au
parallèlement on commence à :

 Rechercher des prestataires potentiels : Sur le marché, le donneur d’ordre devais faire
ce qu’on appelle une longue liste, c’est-à-dire la liste des prestataires potentiel auquel il
pense pour s’adresser à sa première partie d’appel d’offre, une fois que cette liste est
établie en fonction des gens qui sont disponibles sur le marché , le donneur d’ordre va
contacter ces entreprises pour voir ceux qui sont intéressés à travailler avec lui :
 La circularisassions des prestataires :

Ce n’est pas forcément que tout le monde répond à la première sollicitation de longue liste,
et celui qui répond il va passer à la deuxième étape qui commence par :

 La signature d’une clause de confidentialité :

Lorsque le donneur d’ordre donne son cahier des charges à un prestataire, il va lui donner
des informations très sensibles (sur la vie de son entreprise, lui donner les clés de mode de
fonctionnement déjà en préalable clause d’une confidentialité), ces informations sont secrètes,
ensuite lui donner le cahier des charges.

 Communication du cahier des charges :

Les prestataires qui ont répondu à la première partie de l’appel d’offre, vont préparer leurs
réponses et surtout préparer leur cotation c’est-à-dire (la grille des tarifs, qu’ils vont proposer
au donneurs d’ordre par apport au travail que le donneur d’ordre leur demander de réaliser,
ensuite ce dernier va récupérer l’ensemble des propositions faite par les prestataires), ce qui
explique la phase suivante ;

 Analyse et sélection des réponses reçues :

C’est-à-dire le cas de short liste une liste restreins des prestataires potentiel va être
établie, et le donneur d’ordre va sélectionner ce dont les informations tombe sur l’aspect
qualitatif de la prestation qu’il propose, que l’aspect quantitatif, les prix que les prestataires
vont proposer pour le donneur d’ordre pour réaliser son travail, et à partir de là, le donneur
d’ordre va garder ainsi 3 à 5 prestataires potentiels, et il y aura plusieurs rangs de négociation ;

Page 64
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Négociation avec le prestataire :

Face à face entre le donneur d’ordre et le prestataire pour les échanges, tirer les prix, négociés
la meilleur qualité possible, la souplesse, une localisation géographique, tout ce qui intéresse le
donneur d’ordre à négocier, parallèlement l’équipe du projet analyse et enregistre toutes les
réponses qui sont fait au cours de cette négociation, et à la fin un classement est établie, pour
savoir l’ordre des prestataires celui qui est plus intéressant, celui qui vient juste après …etc.

 Le choix du prestataire :

Dans cette étape, on passe à la réalisation pratique ; où se passe dans la continuité de l’appel
d’offre et se gère à nouveau sur un mode projet, l’équipe que le donneur d’ordre avez constitué
initialement avec juste une légère recomposition, et il va continuer à suivre le projet, puisque
maintenant il va falloir ;

 Accompagner votre prestataire dans la mise en place de la prestation choisie :

Il va falloir lui dégager en interne les ressources pour l’accompagnement et le préparer,


et il va déployer les moyens physique de réaliser le travail que le donneur d’ordre va lui
demander ainsi lui laisser un peu de temps.

 La réalisation du contrat :

Les étapes contractuelles entre le donneur d’ordre et le prestataire :

Une fois passer l’appel d’offre, les clauses de confidentialité, le prestataire va travailler,
au début il ne nécessite pas un engagement particulier de la part du donneur d’ordre, mais une
fois qu’il commence à investir de la ressource financière, pour mettre en place ces moyens
physiques, il va demander au donneur d’ordre une couverture de ces investissements,
généralement comme la phase de négociation contractuelle à ce stade de projet sont souvent
pas terminé ;

 Formaliser et suivre l’externalisation de la logistique:


 Signature d’une lettre d’intention par le donneur d’ordre :

Ce qui va permettre aux prestataires d’investir, en garantissant que même si le projet ne va


pas à la conclusion, le donneur d’ordre va le prendre en charge, les coûts qu’il à supporter, après
y a une rédaction d’un contrat ;

Page 65
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Signature d’un contrat de prestataire logistique :

Le contrat une fois signé, le prestataire mise en place et l'accompagné pour sa mise en
place, il faut bien contrôler le prestataire, il faut bien surveiller ce qu’il fait. En France la durée
du contrat en général est entre 2 à 3 ans renouvelables.

 Mise en place des moyens de gouvernance du contrat :

A travers des revues , tout d’abord opérationnel où le donneur d’ordre va suivre de manière
hebdomadaire, mensuelle, lorsque la confiance sera installée à travers ces indicateurs de qualité,
ces indicateurs quantitatifs, pour s’assurer la prestation réalisée et conforme à ce qu’on a
demandé, et le niveau de performance atteint et conforme avec ce qu’on s’est mis d’accord au
début , et puis derrière des revues de contrat régulière, puisque l’activité de l’entreprise change
dans le temps et un contrat susceptible d’évoluer à travers de nouvelle prestation , l’arrêt de
prestation précédente jusqu’au renouvellement. (46)

2.10. L’approche de l’externalisation logistique à travers les modèles théoriques

2.10.1. La théorie des couts de transaction

Cette théorie est pour but d'évaluer la raison d'externalisation si elle est valable. Pour
cela Williamson a essayé d'expliquer cette fonction d'externalisation à partir de deux types de
couts: les couts générés par la contractualisation, dans laquelle le prestataire est capable de
prendre en charge la fonction logistique et les couts de coordination interne, qui sont liée à
l'entreprise. On constate alors que dans cette théorie, plus les transactions sont répétitives, plus
l'entreprise devrai avoir une stratégie d'internationalisation de ses activités logistiques, et les
contrats à long terme ont leur part puisque ces contrats qui permettent la réalisation des intérêts
(47)
de l'entreprise et de son prestataire lui même.

2.10.2. La théorie de la ressource et des compétences

Cette théorie constate que si l'entreprise a ces propres ressources en interne, elle sera
contre le marché, ce qui permette à l'entreprise de réaliser ses avantages concurrentielles surtout
si elle contient les caractéristiques suivantes : (la valeur, la rareté, l’imitabilité imparfaite, la
substituabilité imparfaite, la durabilité, et la non appropriabilité ou non redéployabilité)

46
blog.wikimemoir.com/2014/04/le-processus-d’externalisation-3-phase-et-12-etapes. Vue le 26/03/2018.
47
PIERRE Médan, ANNE Gratap, Paris, 2008, op cit, p67.
Page 66
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

La théorie des ressources et des compétences permet à l'entreprise de constater pourquoi


une entreprise fait appel à l'externalisation, soit l'entreprise va se concentrer sur son cœur de
métier, ou bien l'entreprise n'est pas autosuffisant des ressources. (48)

2.10.3. La théorie d’agence

On peut dire que la relation d'agence, c'est un contrat où une personne (principal) confie
une tache pour un agent engage cet agent pour l’exécution en son nom une tache quelconque,
qui implique une délégation d'un certain pouvoir de décision à l'agent. Cette théorie est illustrée
par la relation d'agence, entre propriétaires du capital, actionnaire, et les dirigeants de
l'entreprise, les managers, les différents travaux présentés convergent tous vers l'idée que
l'entreprise a une dimension contractuelle fondamentale à gérer puisque les acteurs peuvent
avoir des intérêts divergents.et pour cela la firme doit aussi produire des richesses et innover
dans une perspective de compétitivité. (49)

2.11. Avantage et inconvénient de l’externalisation logistique

Parmi les avantages et les inconvénients de l’externalisation logistique on trouve :

2.11.1. Les avantages de l’externalisation logistique

 S’ouvrir sur l’extérieur : la raison la plus performante qui aide au développement dans
le domaine des affaires c'est la coopération, les partenaires et les joint-ventures.
 Se focaliser sur son cœur de métier : c’est-à-dire que l’entreprise va se concentrer sur
son principal métier, lorsqu’elle va externaliser ces activités qu’elle ne maitrise pas, ou
bien des activités peu performantes qui sont réalisés par ses propres collaborateurs.
 Bénéficier des compétences : avec le développement de la technologie, le but des
prestataires extérieurs c'est d’offrir les meilleures compétences et les meilleurs
processus pour les entreprises avec des prix concurrentiels.
 Accompagner le changement : les prestataires extérieurs sont de plus en plus demandés
selon le développement de l'environnement, parce qu'ils ont arrivé à faire une différence
remarquable s’ils comparent la situation comment était avant.
 Maitriser le budget : c’est un contrat donc il y'a une prévision pour les couts, et aussi de
transformé les couts fixes aux couts variables selon l’activité.

48
PIERRE Médan, ANNE cratacap, Paris. 2008,op cit p71.
49
PIERRE Médan, ANNE Gratap, Paris, 2008, op cit. p 71.
Page 67
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Transférer certains risques chez le prestataire : l’avantage dans ce cas est de faire un
changement dans l'activité, le stock et les investissements dans la production et en même
temps de faire entrainer un changement pour les salariés.
 Gagner en flexibilité : cet objectif permet au prestataire de gérer ses ressources
humaines en cas d’augmentation ou de diminution de l’activité sous-traitée.

2.11.2. Les inconvénients de l’externalisation logistique

 Risque un choc culturel : c’est-à-dire y’aura pas la même culture entre les
collaborateurs de l’entreprise et le nouveau prestataire.
 Subir les défaillances du prestataire : l'entreprise peut avoir des problèmes avec des
prestataires qui maitrise pas vraiment le domaine soit en supportant des délais trop longs
soit ou changement d'interlocuteurs, et voire une faillite.
 Perdre en savoir-faire : l’entreprise peut perdre son savoir-faire, qui peut engendre un
résultat néfaste.
 Perdre en compétences humaines : soit en savoir-faire soit en formation des salariés.
 Perdre la confidentialité : c'est à partir la transmission des informations au prestataire
soit comme fichiers ou des informations sensibles, nécessaires à sa tâche.
 Se confronter à l’inquiétude : la plupart des managers craint de perdre leur pouvoir et
même leurs postes parce qu’ils ne savent pas comment traiter cette préoccupation.
 Gérer des tensions : il y a toujours des tensions entre les parties soit par un
comportement opportuniste soit des conflits d'intérêts lors de certaines activités.
 Se faire concurrencer par son propre sous-traitant sur ses propres marchés : le
risque dans ce cas est que le prestataire fait des activités dans un cadre confidentielle
par rapport à l'entreprise qu'il a sous-traité et même sur ces propres marchés, par
exemple : les designs ou mercatiques.
 Déplaire à ses clients : l'externalisation peut porter un risque pour les clients lorsqu’elle
se fait dans les pays moins exigeant en matière des droits sociaux, et de respect de
l'environnement, dans lequel les clients peuvent boycotter les produits contractés.
 Se complaire dans de faibles investissements : la participation dans des faibles
investissements provoque toujours à un peu d'innovation.
 Risques des conflits d’intérêts avec d’autres clients du même prestataire. (50)

50
BIAMBA Nathalie et VOLTATT Sandrine,« Les stratégies d’externalisation opérationnalisation et
changement organisationnel ». Édition Aims.2000.
Page 68
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

2.12. Les conséquences de l’externalisation logistique

Les conséquences de l'externalisation sont différents, par exemple la possibilité de


changer le prestataire s’il ne convient pas avec les conditions qu'il faut, ce qui provoque un
certaine déséquilibre dans le contrat. Avec le développement de la technologie, ce changement
est toujours valable puisque le but de l'entreprise est d'atteindre ces objectifs, mais avec moindre
cout. Et la possibilité de transfert de connaissances entre l'entreprise et ces prestataires présent
aussi un risque dans la prise de décision. Les conséquences sont de plus en plus croissantes
lorsque les entreprises font appel à des prestataires, et surtout avec l'apparition de concept
"management des risque de la supply chain" qui a permis de prévoir les risques et de les
anticipés, donc la décision d'externaliser tout ou une partie de sa logistique provoque des risques
pour l'entreprise, ce qui la pousse à préparer des précautions à l'avance.

2.13. Les principaux risques liés à l’externalisation logistique

L’externalisation ne possède pas que des avantages, de nombreux services logistiques


continuent d’être gérés par l’entreprise elle même. D’autre ayant externalisés telle ou telle
activité. Il faut veiller à ce que les avenages de l’externalisation logistique (économie d’échelle,
gains de productivité, amélioration de la qualité, réactivité…) ne conduisent pas aux limites et
aux risques, et parmi les risques on distingue :

 La perte de contrôle : c’est l’un des phénomènes les plus réputés des risques liées à
l’externalisation , le problème inquiétant ici est la réserve de l’information et la sécurité
échangée , selon B Quélin : le risque du perte de contrôle influence du point de vue
théorique que réel, que le problème de la réserve de l’information et des données est
sensiblement remarquable sur une telle activité comme la logistique qui a concrètement
mieux gérer les flux matériel et immatériel , et d’après les spécialistes qui exigent
obligatoirement un suivi régulier des activités réalisées par le prestataire dans le but
d’éliminer les risques à une confidentialité limité ainsi de veiller sur la mise en place de
procédure et d’outils de surveillance et de contrôle exemple « la mise en place d’un
tableau de bord ».
 La qualité : est aussi l’un des problèmes majeurs, car l’anxiété d’engagé par le
prestataire est l’ambiguïté de connaissance du produit par rapport à l’entreprise elle-
même, ne lui accorde pas l’attention nécessaire. Qu’il s’agit des conditions de stockage,
de transport, d’emballage ou de manutention, les particularités du produit doivent être
connues et comprises par le prestataire.

Page 69
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

 Les couts : concernant les couts, il est considéré comme étant le premier objectif
d’externalisation (cout, efficacité), mais dans quelques périmètres ce n’est pas toujours
le cas, tel que : si le prestataire demande un prix plus élevé par rapport aux couts réalisé
en interne lors d’un appel d’offre, dans ce cas il faut bien s’assurer qu’il y’aura une
augmentation de qualité ou une réduction des délais ou bien facilitation de pénétrer un
nouveau marché. Et si toujours le prix demandé est élevé lors de la négociation, ici
l’entreprise aura des difficultés même de ce libéré rapidement.
 Les ressources humaines : C'est l'un des soucis de l'entreprise, car lors d'une
externalisation, les responsables d'entreprise accélèrent le niveau du travail, puisque
généralement y’a un transfert du personnel, ainsi préparer successivement des réunions
avec le prestataire pour s'assurer que tout ce passe comme prévu, et que les salaries
s'adaptent au changement ,et si ils sont satisfait par le nouveau climat, l’objectif sous-
tendu par cette disposition est en fait d’éviter de ne faire de l’externalisation qu’un
simple outil au service de la flexibilité quantitative de l'entreprise.
 La perte de savoir-faire : L’externalisation d’une fonction ou d’une activité toute
entière peut freiner l’entreprise et de ne plus développé ces compétences spécifiques
associées à du matériel et/ou des équipements spécifiques. Même si ce transfert de
connaissance et d’information est volontaire au départ, il peut même handicaper
l’entreprise, car elle réserve une partie des ressources et du capital susceptibles de lui
permettre de répondre à une modification de son environnement. C’est plus rare mais
tout à fait réels, les risques de perte momentanée, de prestataire logistique ne doivent
pas être négligés.
 La perte de flexibilité : l’entreprise perd de sa flexibilité stratégique dans l’introduction
de nouveau concept, puisque le changement dépend désormais du prestataire.

2.14. Les enjeux de l’externalisation

 Vers un degré d’externalisation toujours plus poussé :

Les fonctions logistiques externalisées dans une entreprise sont de plus en plus
important, et dans le cadre d’une collaboration plus poussé comme peut l’être le 4PL.

Rien n’empêche l’entreprise de se réapproprier ses processus logistiques, mais compte tenu
de savoir-faire du prestataire, du temps qu’elle peut prendre dans la mise en place de
l’externalisation pour deux partenaires, réinternalisés pourrait être assimilé à un pas en arrière,

Page 70
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

et elle serais plus compliquée s’il s’agit de prestation que l’entreprise ne réalise pas en interne,
ce qui est le cas de la plupart des entreprises.

 La logistique du développement durable :

C'est un point essentiel dans le domaine logistique en générale et qui devra effectué au
future que les prestataires de service logistique vont le contribuer dans leurs offres, ils ont arrivé
au résultat que la chaine logistique qui respecte l'environnement, présente un facteur essentiel
dans le sucée de l'entreprise , c'est pour ça que les entreprises sont d’accord par rapport à ce
point en terme de prestation logistique et c'est un point qui va se réaliser à partir la fusion des
deux parties, donc c'est un travail qui doit être effectué en commun dans le but d'améliorer
l'image de l'entreprise, donc c'est un enjeu majeur de l'externalisation logistique.

 La sécurité de la Chaine logistique :

L'importance accordée à la sécurité, est un enjeu important que les prestations logistiques
ont lui données une grande valeur, et qui est déjà lancer dans la treizième édition de l'étude de
capgemini, ils l’ont constatées comme résultat que les prestataires logistique sont fiables et ils
veillent sur le bon fonctionnement de la chaine logistique, et surtout avec le développement
technologique, ce qui permet aux prestataires de garantir la confidentialité et de préserver tous
les aspects liés à tout utilisation, et pour cela il faut qu'il y'aura une collaboration entre les
acteurs de l'externalisation.

 Une Logistique toujours plus intégrée :

Pour avoir une prestation de meilleur qualité, il faut qu'il y est une certaine mutualité entre
les prestataires selon des différents manières, soit par des contrats à long terme dont l'objectif
est de faire un système d'information commun et claire, soit par la mise en place d'un objectif
clair et précis qui est déjà fixé à l’avance par les deux parties qui vont produire un échange
d'information instantané et une transparence totale.

 Vers du multi prestataires :

Pour réussir à gérer l'ensemble des interlocuteurs et pour obtenir la meilleure prestation
possible, il faut gérer plusieurs prestataires, qui peuvent être des concurrents dans d’autres

Page 71
CHAPITRE II le transport et l’externalisation de transport

occasions, à cause du nombre d'interlocuteurs qui est moins, c'est l'enjeu pour les prestataires
logistiques. (51)

2.15. La différence entre l’externalisation et la sous-traitance

L’externalisation et la sous-traitance définissent le même cas, mais ils présentent


quelques différences même si tous les deux ont le même objectif et but « La concentration sur
la production et diminution des coûts ». Cette différence est que : La sous-traitance s’agit d'une
démarche qui concerne le produit et dans laquelle le sous-traitant utilise ses propres ressources,
et pour l'externalisation, c'est une démarche qui concerne une fonction et l'entreprise
externalisatrice peut apporter à son prestataire ses méthodes, ses outils et même ses salariés. (52)

Durent cette section nous distinguons l'importance de l'externalisation dans


l'organisation de l'entreprise, et à quelle point elle soutient les activités d’entreprise car elle est
considérée comme étant une fonction de support dans laquelle l’entreprise bénéfice de la valeur
offerte par ses prestataires.

Conclusion :

Tout au long de ce chapitre nous avons distingués l'importance et la valeur du transport


routier de marchandises ,car il se développe jour après jour sur les courtes et moyennes
distances, et avec sa diversité il arrive à répondre a toutes exigences des clients, c'est pour cela
les entreprises industrielles et commerciales sont soumises a l'externalisation des activités de
transport, car ces entreprises considèrent que les principaux avantages de cette externalisation
se limites sur les trois volets primordiales, la réduction des coûts, la qualité, et le respect des
délais de livraison. Et face aux aléas de l'externalisation cette dernière reste toujours à pour but
de payé les couts de succès mais pas les couts d'échec.

En générale se sont les petites entreprises qui roulent à leurs propres comptes, alors que
les grandes entreprises ont plus tendance à sous-traité.

51
VOL Patrice,« l’externalisation logistique », Master 2 professionnel, Paris. Université, Paris 1, 2010,P69.
52
https://www.offshore-developpement.com vue 13/04/2018.
Page 72
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Chapitre 3 : L’externalisation du transport : Enquête auprès des clients de Bejaïa


logistique

Introduction

Le transport joue un rôle important à la fois dans la chaine logistique et dans l’économie
dans son ensemble. Il comble l’écart entre les participants de la chaine logistique qui livrent les
produits en temps opportun au moindre cout. Dans le cadre de la présentation du projet de fin
cycle, un stage a été effectué au sein de l’entreprise Bejaia logistique.

Dans ce présent chapitre fera objet de trois sections, dans la première nous présentons
l’organisme d’accueil plus précisément, Bejaia logistique à travers son historique, ses missions,
les activités de son personnel ainsi que les objectifs que l’entreprise s’est fixée et les
équipements dont elle dispose, la deuxième section traitera la démarche méthodologique du
cas pratique, et dans la troisièmes section on va analyser les résultats obtenus de notre enquête
réalisée auprès des clients de Bejaia logistique.

1. Présentation de l’organisme d’accueil Bejaia logistique

Dans cette section nous allons présenter l’organisme d’accueil de l’entreprise Bejaia
logistique ces départements et tous ces services avec ces différents activités ainsi son
organigramme.

1.1Historique de BL

La « SARL BEJAIA LOGISTIQUE » est une filiale de l’entreprise « SARL IFRI » qui est
une entreprise de production d’eau minéral et boisson diverses ». BL était un service parc &
transport qui remontait à l’année 2002, elle a comme tache d’assurer le transport de
marchandise.

Au cours des années, la production de IFRI a augmenté substantiellement et son système de


distribution est devenu plus complexe, ainsi la maintenance de ses moyennes de transport
coutée très chère, pour cela, la SARL IFRI décida d’externalisé sa fonction transport pour
alléger la charge sur ces ressource humaine et élargir sa gamme de production et de se
concentrée seulement sur son cœur de métier qui est la production. Comme perspective, les
gérant ont décéder de créer une entreprise de transport pour éviter les couts engendrés par
l’utilisation de ses flottes, surtout dans la période d’été où y’a trop de commande elle arrive

Page 73
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

même a affrété, cette entreprise qu’elle l’a nommé BL et créer en mois d’octobre de l’année
2008.

1.2 Présentation de la SARL BL

Bejaia logistique « BL » est une entreprise de transport routier de marchandise


« TRM », qui exerce le transport en amont et en aval, elle dispose d’une grande taille avec un
parcours très récent dans ce secteur d’activité, plus la location d’engins ainsi du matériel pour
bâtiment et travaux public. Elle se situe au pied de la montagne « IFRI » de la commune
d’OUZELLAGEN dans la zone industrielle IGHZER AMOKRAN, dans la wilaya de Bejaia au
nord-est de l’Algérie, Cette entreprise à commencer seulement de transporté à son entreprise
mère, mais aujourd’hui elle travaille avec 28 clients différents au niveau national et avec la
Tunisie au niveau international.

1.3 L’organigramme de BL

L’organigramme de la « SARL BL » repose sur un modèle hiérarchique il schématise


les différents services et départements, il contient un département commercial, parc et transport
et maintenance, et pour les services RH, comptabilité, approvisionnement, informatique,
MQ/HSE sont liée directement à la direction d’exploitation.

1.3.1 La direction générale

Elle veille sur le bon déroulement des différentes taches avec les meilleures conditions
de travail et il assure la conformité des informations entre les services, il englobe les services
control de gestion, informatique MQ/HSE, RH, comptabilité, approvisionnement,

1.3.1.1 Service contrôle de gestion :


Le contrôle de gestion il comme rôle :

 Elaboration de la prévision budgétaire et met en place des procédures d’utilisation


optimale des ressources
 Il réalise un des budgets prévisionnels et élabore les outils nécessaires au suivie des
résultats
 Il participe à la définition des objectifs de l’entreprise à partir des informations donné
par le service commercial

Page 74
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

 Elaboration d’un plan qui englobe le niveau de production à atteindre, moyens


financier, humaines et technique à mettre en œuvre.

1.3.1.2 Le service « MQ/HSE » management de qualité hygiène, sécurité,


environnement
Il se compose de trois inspecteurs en HSE, un agent polyvalent, un agent d’entretien, et
ingénieur en HSE, chaque responsable est chargé d’une tache particulier contribua un
développement de l’entreprise.

 L’ingénieur de HSE : son rôle et de veillé sur :


 la mise en place sur les grands axes de management de qualité ISO 9001
 l’information et la santé de personnelle
 l’application de la réglementation d’hygiène et de sécurité
 audite système de sécurité dans la SARL BL
 Supervisé les lieux et identifier tous les non-conformités
 Etablir les plans de prévention
 veillé sur la gestion des déchets de l’entreprise
 Inspecteur HSE : son rôle et de :
 Faire des rentes d’inspection et identifier les risques
 Remédier les risques qui peuvent être sensibilisé au personnelle en matière
d’hygiène et de sécurité en HSE
 Etablir les primes de travail
 Veillé sur les consigné de la sécurité et intervenir en cas d’incendie
 Contrôlé les installations du lutte contre les incendies
 Veillé sur le port des « EPI » équipement protection individuelle
 Veillé sur les « EPC » équipement protection collectif
 Contrôlé la conformité installation et les véhicules et camion et de signaler tout
situation dangereuse
 Etablir les rapports d’accident et d'incendie
 Agent polyvalente : il permet de :
 Prendre en charge le factotum
 Etablir tous les opérations (petit travaux), installation de bureau, travaux de
jardinage, installation des stands

Page 75
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

 Agent d’entretien : ça tâche principale et le nettoyage de l’atelier

1.3.1.3 Département RH
Se service a pour objectif d'apporter à l'entreprise le personnel nécessaire à son bon
fonctionnement il se compose de chef ou bien le responsable service, un chargé social, un
chargé de formation, un suivi de paye, un suivi de carrière.

 Chef de département RH : il chapote le service RH sn rôle et de la surveillance et


l’orientation de tous qui en relation avec ce service.
 Le chargé sociale : il s’occupe de :
 des dossiers des maladies
 les accidents de travail
 les assurances en général
 les déplacements à la CNAS
 chargé de formation : son rôle est l’organisation des formations aux personnelles de
l’entreprise pour l’amélioration des compétences.

Il s’occupe de deux autres fonctions à par un chargé de formation, il est aussi comme assistant
de paye et il s’occupe des sanctions.

 Assistant de paye : son rôle est La réalisation des traitements de pointage et il


l’injecte directement à un logiciel « SAGE PAYE » pour traiter leur fiche de
paye.
 Les sanctions : en cas d’erreur dans la paye par exemple le responsable lui
envoyé une demande d’explication et à partir de là il va donner la sanction qu’il
faut soit rappelle à l’ordre, avertissement oral, avertissement écrit, ou bien la
mise a payé.
 spécialiste de la paye : elle est spécialisée uniquement dans la paye
 Suivie de carrier : elle s’occupe du carrier des travailleurs de l’entreprise, la retraite,
et le recrutement.

1.3.1.4 Département facturation et comptabilité


Comprend deux personnes, un chargé de la facturation et l’autre se charge de la comptabilité
et finance se service à comme rôle :

 Assurer la conformité des opérations comptables

Page 76
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

 Etablir les situations de financements


 Etablir les factures et enregistrer les ordres de versement des clients
 Se charge des achats fournitures

1.3.1.5 Département commercial


Le département commercial est au cœur de l’entreprise et il veille sur la collaboration entre les
différents départements pour la réussite de l’entreprise et aussi pour attendre ses prévisions.

1.3.1.5.1 Chef de département commercial


Il à comme rôle de définir une stratégie commerciale de développé le portefeuille des clientes
et des négociations avec ces dernier, et aussi il reçoit les commandes de ses clients.

 Administration des ventes : le chef de service administration des ventes, son rôle et de
veillé sur la satisfaction des clients et d’attendre les objectifs de l’entreprise, il a une
démarche où il cherche des clients au niveau national, l’optimisation des couts, et le
retour à charge.il à deux chargés clientèle et deux chargés commerciaux sur le terrain.
 Charge clientèles : ils ont comme rôle de suivre les clients qui sont déjà existé
au profil de l’entreprise c’est-à-dire tus qui concerne leurs command, leurs
livraison, leurs conditions…etc. leurs approche est la satisfaction des clients.
 Charge commerciaux : leurs rôle es de prospecter les clients (présentation de
BL, l’envoie de l’offre de service, et après la négociation).

Ils ont aussi des petites activités comme le marketing, ils participent à la foire et aussi à des
événements.

 Charge ordonnancement : il a comme rôle :


 le suives des informations de masse (il suit et trie des différents documents
clients à savoir (BL, facture, ordre de mission …etc.)
 Charge facturation : son rôle et la préparation des factures de recouvrement.

Page 77
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Schéma 06 : organigramme de service programmation

Bejaia logistique

Service commercial
émission des commandes

Service de planification

Vérification des
ressources disponibles

Les outils utilisés

Géo localisation Lorrycost


MILKA

Application
des Suivi des camions
Renseigner sur Feuille de
commandes et chauffeur à temps
les ressources route (J)
réel

Oui Si non Envoyé par


Application SMS les
coordonner du commande
Affréter
Satisfaction
camions
commande

Chauffeur (J+1)
Programmer
les camions
Livraison

Confirmé et
validé la Décharger chez le
commende client

Emballage a Programme
récupéré d’autres
commendes
Oui Non
Chargement Retour à l’usine
d’emballage

Contrôle de véhicule /et Rapport et bilan Revue du processus


distribution de gasoil
Page 78
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Les services du bureau de planification

Les outils utilisés dans le service de programmation

Activité réalisé par chaque outil

Etat des ressources (Camoin et chauffeur)

Les missions des chauffeurs

Les vérifications effectuer dès l’arrivée des camions a l’entreprise

Source : réalisé par nous-mêmes

1.3.1.5.2 Service approvisionnements


C’est un service d’achat et d’approvisionnement ils achets et ils approuvaient il se compose de
Cinq agents : le chef de service, un agent d’ordonnancement, et trois acheteurs.

 Le chef de service : il veille sur le bon fonctionnement de service


 Agent d’ordonnancement : il réalise les facture, les chèques, et il classe les documents.
 Premier acheteur : il s’occupe des pièces de rechange des camions et des remorques
 Deuxième acheteur : il s’occupe spécialement pour le léger (les claques, tracteur
agricole...)
 Troisièmes acheteur : il s’occupe de la fourniture (fourniture de bureau, gasoil, les
huiles, la pneumatique…)

1.3.2 La direction d’exploitation

La direction d’exploitation implique une collaboration étroite avec l’ensemble des


services de l’entreprise, et avec la direction générale, ainsi il assure la liaison entre les
fournisseurs et les clients.

1.3.2.1 Département maintenance

Le département maintenance il à comme but la résolution des problèmes technique et le


control des processus de maintenance des engins moteurs de l’entreprise. Il se compose d’un
chef de département, un chef de service méthode qui ç son délégué le chargé de méthodes, un
gestionnaires magasin, et les magasiniers.

 Le chef de département : il chapote tous qui est en relation avec la maintenance. Au-
dessous de chef de département il y a :

Page 79
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

 deux réceptionnaires d’atelier


 deux spécialistes diagnostiques et réparation
 Chef de service méthode : il a comme mission :
 Planifier les entretiennes pour les camions et tout les véhicules
 Élaboration de PNP (plan de maintenance préventive)
 Elaboration des modes opératoire (montage et démontage des pièces)
 Elaboration de budget prévisionnelle de la maintenance
 Elaboration de consommation prévisionnelle annuelle
 Responsable de magasin et des commandes
 Elaboration de rapport d’activité mensuelle pour chaque mois

Le chef de service méthode à son délégué de méthode et le gestionnaires magasin après il y a


quatre magasiniers qui travail en équipe

 Charger de méthode : son rôle est :


 Il réalise les délais des entretiens
 Suives de l’organisation de PNP
 Suives des sûres consommations
 Texte des modes opératoire
 Réalisation de la réforme des pièces
 Suives démobilisation maintenance
 Le chef d’atelier : il à aussi ces équipes :
 Dix mécaniciennes
 Huit électriciennes
 Quatre taulières
 Quatre soudeurs
 Deux électro mécaniciennes
 Un réparateur de bâche

Il faut noter que cette équipe travaille toujours avec alternance.

Page 80
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

1.3.2.2 Département parc et transport

Le service parc et transport ou service de planification il à comme rôle la réalisation de


commandes pour les clients, ils reçoivent la commande après ils vont les valider c’est à dire
la confirmation pour répandre au besoin des clients, il se compose d’un chef de service et
quatre planificateurs et un chargé suivi des sinistres, un coordinateur transport et un
contrôleur vérificateurs entrée et sortie :
 Le chef de service programmation :il a comme rôle de suivre les programmeurs, que
ce soit du côté camions ou coté chauffeurs, il est responsable de tout la flotte, il suit
aussi le personnel, et c’est lui qui donne les bons de gasoil pour les chauffeurs.
 Le premier planificateur : il planifie les commandes des clients hors IFRI c’est-à-dire
les autres clients, il s’occupe de la gestion des camions et chauffeurs, il a des supports
de gestion tel que, un fichier EXEL pour la détermination de la disponibilité des
camions, il utilise aussi la plage de planification par date, un logiciel ORRYCOST pour
la création des ordres de misions ou (la feuille de route), il utilise aussi le système de la
géo localisation pour le suivis des camion et chauffeurs a temps réel, et il utilise le
programme MELKA qui est un logiciel tableur utiliser dans le service afin de facilité
les répartitions des chauffeurs dans leur mission.
 Le deuxième planificateur : il s’occupe seulement des commandes d’IFRI et tout qui
concerne son plan de charge parce que 70٪ de travail avec IFRI.
 Le troisième planificateur : il travaille avec un système de J+1 il à trois enlèvements :
 Les enlèvements du sucre liquide : quatre camions citerne quiramène la
matière première pour IFRI
 Les enlèvements de gasoil : c’est un camion qu’il ramène le gasoil pour la flotte
de BL
 Les enlèvements de port : c’est vingt et un camions Platon qui ramène les
chargements au niveau de port généralement au niveau de port de Bejaia
 Le quatrième planificateur : c’est un planificateurs d’étude il a comme rôle l’étude
des délais de route, la satisfaction client, les immobilisations.
 Chargé suivi sinistres : il assure le matériel roulant et toutes les procédures à suivre en
cas d’accident son rôle est :
 Suivre les différentes assurances soit pour le véhicule ou pour la marchandise
 Recueillir les informations nécessaires du sinistre auprès des concernés (nom,
prénom, lieu, date, etc.)

Page 81
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

 Faire la déclaration des accidents


 Evaluer le cout des dommages en appuyant sur les factures de réparation
 Suives le contrôle technique de la flotte et d’inviter les concernés à les
renouveler
 Suivre les camions sur le système de géo localisation et signaler toutes anomalies
aux responsables
 Il vérifie la date des vignètes
 Il utilise le système OUTLOOK et E-MAIL pour le système d’information de
l’entreprise
 C’est l’administrateur de la géo localisation
 Il utilise logiciel ORRYCOST pour consulter la fiche technique des véhicules
 Coordinateur transport : il a comme rôle
 Il a une coordination avec la programmation c’est-à-dire la disponibilité de
matériel à ce qu’il est disponible ou pas, et il fait des questionnaires aux
chauffeurs en cas d’un retard de sortie
 Il a une relation avec le service commercial pour ce qui concerne
l’immobilisation (il envoi l’état d’immobilisation a chaque mois pour le service
commercial) et il dispache l’information avec d’autre service
 Il a une relation avec le magasin pour tous qui concerne (tenu, chausseur, les
casques, les gilets…) pour les chauffeurs
 Il a aussi une relation avec le service de comptabilité pour ce qui concerne les
primes mais a partir des paramètres (les absences, le comportement, les délais
de sorite ….)
 Contrôleurs vérificateurs entrée et sortie : son rôle est la préparation des documents
nécessaire pour les exportations des marchandises telle que :
 Lettre de transport routier
 Bon de sortie
 La procuration
 Carte orange

Page 82
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

2. La démarche méthodologique

Dans cette section on va présenter les différentes méthodes utilisées lors de la collecte
d’information, les objectifs de l’enquête, le cadre de l’enquête, le cadre temporel ainsi le choix
de l’échantillon.

2.1.Le cas d’étude

Notre étude a été réparti en deux cas, le premier cas s’agit d’un diagnostic interne au
sein de l’entreprise « Bejaia logistique » dans le but d’analyser les différentes activités et
opérations réalisées par une entreprise de transport des marchandises afin d’identifier les points
forts et les points faibles de B L, et le deuxième cas c’est une enquête par sondage destiné aux
clients de « Bejaia logistique », qui ont externalisé leur transport.

2.2. Objectif de l’étude

L’objectif de notre étude est de vérifier les hypothèses proposées dans l’introduction et
de répondre à la question principale : quelle sont les raisons qui poussent les entreprises à
externalisées leur transport ?

2.3. Le cadre temporelle et le déroulement de l’enquête

Notre stage pratique au sein au sein de BL a duré un mois, plus précisément durant le
mois d’avril. Le portefeuille clients de BL est composé de 28 clients répartis en trois catégories
A B C soient grand compte, moyen compte et petit compte. Nous avons choisi comme cible la
catégorie A plus particulièrement trois entreprises en l’occurrence« SARL IFRI et SARL
CANDIA » dans la wilaya de Bejaia, et « GRD LABELLE »au niveau de la wilaya de
Boumerdès dont la fonction de transport s’est externalisée totalement.

2 .4. La méthode d’enquête et le mode d’administration

Le choix de notre échantillon s’est fait d’une manière raisonnée, et l’administration du


questionnaire s’est déroulé en face a face avec chaque responsable de ses trois entreprises.

En outre, des entretiens individuels ont été menés avec chaque responsable

2 .5 . Les objectifs du questionnaire

Notre questionnaire est composé de 21 questions ayant pour objectifs d’identifier :

 Les raisons qui poussent une entreprise à externaliser son transport.

Page 83
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

 Les attentes des entreprises (industrielles) envers les prestataires qu’elle sollicite lors
d’élaboration de cahier des charges.
 Les objectifs réalisés par une entreprise industrielle après leur externalisation.
 L’effet de l’externalisation sur l’entreprise industrielle.

3. Analyse et traitement des données du questionnaire

Notre objectif dans cette section est d’analyser les résultats obtenus dans le
questionnaire.

3 .1 L’analyse des questionnaires

Tableau 03: La relation entre la taille et le volume de production

Entreprises IFRI CANDIA GRD LABELLE

Indicateur

OUI NON OUI NON OUI NON

La taille X X X

Le volume X X X

Source : réalisé par nous-mêmes.

D’âpres les résultats escomptés dans cette question, nous déduisons que la taille de
l’entreprise est une variable explicative de l’externalisation des activités d’une entrepris y est
compris le transport. Une entreprise dans le volume de production est très important doit
analyser sa chaine de valeur pour identifier les activités créatrices de valeur ou génératrices de
charge, a cet effet, le recours à l’externalisation du transport s’explique par la difficulté de ces
entreprises de supporter les différentes charges liées au transport

Page 84
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Tableau 04 : les activités externalisé

entreprise IFRI CANDIA GRD LABELLE

Oui Non Oui Non Oui Non


question

Les activités en
amont

Les activités en
aval

Les deux X X X

Source : réalisé par nous-mêmes.

D’après l’analyse de ce tableau, on remarque que les trois entreprises en externaliser


les deux activités que ce soit les activités en amont et en aval, donc on conclut que ces
entreprises ont le savoir-faire pour externaliser, et ils ont bien analysé leur situation avant
d’entamer cette démarche d’externalisation, avec une étude de marché ce qui fait que les
entreprises ont confiant de leurs démarches.

Tableau 05 : Le lien entre le réseau de distribution et minimiser des couts

Entreprises IFRI CANDIA GRD LABELLE

Questions OUI NON OUI NON OUI NON

L’externalisation X X X
a-t-elle permis
d’élargir le réseau
de distribution ?

Est-ce que vous X X X


arrivez à optimiser
vous couts d’après
votre
externalisation?

Source : réalisé par nous-mêmes.

On remarque dans ce tableau que la majorité des entreprises ont optimisé leurs couts, à
savoir 1% qui représente la charge du transport qui joue sur la marge directe du produit, ce qui
fait la concurrence entre les différentes entreprises. Et si elle diminue le taux des charge,
Page 85
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

l’entreprises va être gagnante automatiquement, ce qui influence sur l’augmentions du volume


de production, car si l’entreprise optimise ces couts elle arrive à produire plus, ainsi d’élargir
leurs réseaux de distribution d’après leur externalisation du transport, et qu’ils vont arriver à
mettre leur offres dans plusieurs points de vente, soit à l’échelle national ou international, ce
qui leurs permet un gain de rentabilité et d’acquérir de nouveaux parts de marché.

Et pour l’entreprises GRD LABELLE ne lui permet pas d’élargir son réseau de
distribution puisqu’elle travaille uniquement en B to B, alors son réseau de distribution est très
restreint.

Tableau 06 : Le choix du prestataire à travers le cahier des charges.

Entreprises IFRI CANDIA GRD LABELLE

Questions OUI NON OUI NON OUI NON

Le prestataire de
service a été
présent et active
dans la phase X X
d’élaboration du
cahier des
x
charges ?

L’analyse
comparative des
propositions
reçues par les
différents
prestataires vous
a permis de faire
un choix
pertinent ? X X X

Source : réalisé par nous-mêmes.

On remarque d’âpres l’analyse de ce tableau, que l’ensemble de ces entreprises ont pas
trouvé des difficultés lors d’élaboration du cahier des charges, car le prestataire a été 100%
présent et actives dans cette phrase, c’est-à-dire y’avait une réponse rapide du prestataire et
que ces entreprises ont trouvé les besoins quelle cherche auprès de cette prestation, ce qui
Page 86
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

permet à ces entreprises de faciliter l’analyse et la comparaison des propositions collecter, et


c’est à partir de là que ces entreprises vont avoir la capacité de sélectionner et de faire le bon
choix du prestataire.

Tableau 07: les raisons d’externalisation.

Entreprise IFRI CANDIA GRD


LABELLE

Oui Non Oui Non Oui Non


Indicateurs

Incapacité de
répandre aux
besoins des
clients au bon
moment
X

Manque d’espace
de stockage au
sein de
l’entreprise
X X

Cout de transport X
élevé
X

Manque de main-
d’œuvre
spécialisé dans la
production

Source : réalisé par nous-mêmes.

On distingue d’après l’analyse de ce tableau, qu’il y’ a plusieurs raisons pour lesquelles


les entreprises externalisent leur transports, pour l’incapacité de répandre aux besoins des
clients au bon moment sachant que y’a des entreprises qui dépanadent des moyens matériels
(flotte). Les deux entreprises CANDIA et GRD LABELLE estiment que leur raisons pour
laquelle ils ont externaliser, c’est à cause d’un manque d’espace de stockage, qui pose des
problèmes dans la production, où ils ne peuvent pas produire au moment voulu qui engendre
des retards de livraison, l’autre raison c’est les couts de transport qui sont très élevé parce que
le transport demande toute une logistique qui est très couteuse sachant que pour éviter tous ses

Page 87
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

coutes l’entreprise elle préfère d’externaliser cette activité de transport mieux de la réaliser en
interne.

Tableau 08 : Les fonctions externaliser appart la fonction transport.

Entreprises CANDIA GRD


IFRI LABELLE

Question

L’externalisation OUI NON OUI NON OUI NON


est-elle limitée à
la fonction de
transport ?

X X X

Source : réalisé par nous-mêmes.

D’après l’analyse du tableau on constate que, l’externalisation ne se limite pas à la


fonction transport, car il existe des entreprises qui ont arrivé à externaliser toute leur logistique,
manutention (comme le cas de l’entreprise IFRI), entreposage…etc.

Tableau 09 : Les objectifs de l’externalisation.

Entreprise IFRI CANDIA GRD


LABELLE

Question Oui Non Oui Non Oui Non

Réduire les
couts de
transport X X X

Amélioration en
termes de
performance et
en gaine de X X
flexibilité

La
spécialisation
dans la X
production

Page 88
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Amélioration de
la gestion des
flux physique et X
de flux X X
informationnelle

Source : réalisé par nous-mêmes.

D’après l’analyse de ce tableau, on remarque que l’ensemble des entreprises ont


convenu sur l’objectif de la réduction des couts de transport, d’où l’entreprise fixe des budgets
à l’avance, dans ce cas si elle dépasse ce budget ça-vue-dires que l’entreprise serait perdante,
c’est elle ne dépasse pas ce budget donc elle optimise ces couts, ce qui a permis aux entreprises
l’amélioration en terme de performance et en gaine de flexibilité, d’où le choix de prestataire
s’effectue sur les capacités et la disponibilité des ressources matériel et des ressources humaine
de l’entreprise. Et l’entreprise CANDIA estimait que, la spécialisation dans la production c’est
un avantage qu’on ne peut pas négliger, car il permet à l’entreprise de se débarrasser des
activités qui n’ont pas de valeur ajoutée et de se centrer sur le cœur de métier, d’où cette
externalisation permet pour les trois entreprises de leur améliorer la gestion des flux physique
avec le système de géo localisation d’où les entreprises ont-elles un accès à ce dernier ( dès la
sortie du camion de l’entreprise jusqu'à son arrivée au client), et la gestion des flux information
(les commandes, le nombre de camions qu’aura besoin l’entreprise…etc), pour assurer la
parfaite livraison pour ces marchandises.

Tableau10 : Avantages et les inconvénients de l’externalisation.

Entreprises IFRI GRD

CANDIA LABELLE
Questions Oui Non Oui Non Oui Non

Avantages de allégé la
l’externalisation responsabilité
X

Efficacité et
maitrise des
délais X X X

Page 89
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

La
concentration
sur le cœur X X X
de métier

Inconvénients la
de dépendance
X X X
l’externalisation vis-à-vis du
prestataire

Risque des
situations
conflictuelles X X
avec le
prestataire

Pert de
savoir faire

Source : réalisé par nous-mêmes.

On remarque que, l’ensemble des entreprises concéder que l’un des avantages
majeur de l’externalisation est la concentration sur le cœur de métier (la production), qui permet
à l’entreprise de maitriser ses délais dans laquelle l’entreprise garantit la satisfaction de ses
clients, car le produit arrive dans le temps prévu, et l’entreprise IFRI à citer que son avantage
d’après son externalisation c’est d’alléger les responsabilités d’une part sur l’entreprise, où elle
va se débarrasser de la complexité de la tâche du transport, et sur ses ressources d’une autre
part (d’où avant, les différents services ont été surchargés des responsabilités, mais d’après
l’externalisation ils ont arrivé à minimiser les responsabilités). Mais SARL IFRI, CANDIA et
GRD LABELLE ont citer que les deux inconvénients majeur de l’externalisation sont la
dépendance vis-à-vis du prestataire, où l’entreprise reste indépendante et elle aura aucune
relation avec l’activité externaliser, ce qui provoque une inquiétude pour l’entreprise des
services offerts à ses clients, il y a aussi le risque de conflictualité qui a été cité d’après CANDIA
et GRD LABELLE avec le prestataire (par exemple les aléas de route, les grèves des salaries
de l’entreprise…etc.), où l’entreprise ne peut pas intervenir.

Page 90
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Tableau 11: Les exigences des entreprises lors d’élaboration du cahier des charges.

Entreprises IFRI CANDIA GRD


LABELLE

OUI NON OUI NON OUI NON

exigences

Optimisation X X X

Délais X X

La taille de
l’entreprise

Le sérieux X X X

Partenariat à X X X
long terme

Qualité de X X X
prestation

Source : Réalisé par nous-mêmes.

Dans ce cas on remarque que chaque entreprise exige dans l’élaboration de son cahier
des charges en premier lieu l’optimisation de ses coûts, car c’est l’un des critères majeur que
toute entreprises exige, ainsi le respect des délais, sachant que si le prestataire ne respecte pas
les délais cela engendre une perte des commandes, et si ces retards sont répétitifs les entreprises
peuvent perdre des clients mêmes des marchés, et elles exigent le sérieux qui peut partir au-
delà un partenariat à long terme.

Si l’entreprise trouve une bonne qualité de prestation, elle va préférer de faire faire cette
tâche, mieux de la faire elle-même. Suivant ces critères, l’entreprise peut choisir le prestataire
quelle souhaite.

3.2. Le contexte d’externalisation des unités d’entreprise

Dans cette rubrique on va analyser les questions qu’on a effectuées avec les différents
responsables de différentes entreprises (IFRI, CANDIA, GRD LABELLE).

Page 91
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

3.2.1L’entreprise SARL IFRI

L’entreprise IFRI à sous traiter son transport par rapport aux couts, car elle se trouve
plus alaise de travailler avec les transporteurs que de faire le transport elle-même, et l’avantage
de travaillé avec « BL » c’est que cette dernière elle touche les 48 wilayas, car durent
l’élaboration du cahier de charge qui a duré 6 mois, IFRI a exigé plusieurs conditions telle que
d’avoir :

 La priorité à la société mère


 Tarifs préférentiels
 Ponctualité des livraisons
 Qualité de service
 Confidentialité
 Disponibilité permanent
 Communication à travers les bâches latérales
 Le retour d’emballage systémique
 D’avoir des commandes de 26 palettes que d’avoir 22 palette, sachant que avent,
IFRI a sollicité d’autre société de transport pour effectuer ces livraisons, mais la
contrainte dans ce cas c’est qu’ils n’arrivent pas à suivre ses flotte, car pour gérer
une cinquantaine de transport c’est très délicat, mais après l’externalisation de
transport en 2008 auprès de l’entreprise « BL », la SARL IFRI à débarrassé de tous
les problèmes de livraison, surtout à long distance, car c’est l’une des entreprises
qui fait le grande sud.
 parmi les difficultés rencontré durent l’élaboration de cahier des charges est :
 la complexité des textes réglementaires
 cadre juridique méconnu
 Personnel limité et non qualifié
 Temps réduit
 Caractères famille de la société …etc.
 L’intérêt stratégique pour l’entreprise IFRI c’est :
 Permettre aux décideurs de se focaliser sur le cœur de métier (boisson).
 Se débarrasser des aléas de la logistique en générale et de transport en particulier.
 La maitrise des couts analytique par secteur d’activité (production logistique…).

Page 92
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Tableau12 : les indicateurs de l’entreprise IFRI.

L’entreprise IFRI

Indicateur

Quais de chargement et de 27 quais


déchargement

Le volume de production/ jours 192 camions par jours

Nombre de client 300 clients

Nombre de rotation/ ans 60000 rotation par ans

Le budget de transport ≥100 M DA

Les charges de transport 5٪

Source : réalisé par nous-mêmes.

L’entreprise IFRI dépense un budget annuel de 1000 M DA, avec un taux de 5٪ des
charges de transport, d’après ces indicateurs on remarque que, le cout de transport est très élevés
ce qui a poussé l’entreprise IFRI à externaliser son transport.

On remarque que cette entreprise réalise 6000 rotation par ans auprès 250 a 300 clients,
avec un volume de production de 192 camion par jour, et qui dépend de 27 quais de chargement
et de déchargement.

D’après ces indicateur, on remarque que l’entreprise IFRI dépend d’une taille et de
volume de production très important ce qui oblige cette entreprise de s’orientés vers
l’externalisation, pour quelle arrive à satisfaire le nombre maximum de son portefeuille
clientèle.

La prestation « BL », garantie la parfait livraison de la marchandise de l’entreprise


IFRI sachant que chaque jours, IFRI réalise un planning de commande pour « BL », c’est
l’entreprise IFRI qui assure le suives des livraisons grâce à l’application de « BL » (la géo
localisation) suivre les camions à temps réale, et que chaque matin enivrent 9h à 9h :30les deux
entreprises IFRI et BL font un briffe entre la direction logistique et le commercial pour faire
une situation de tout le programme de la vielle pour voire est-ce-que les camions en chargé ou
non, et s’il y’a des anomalies ils vont les traité. L’entreprise « BL » elle rend le transport de

Page 93
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

IFRI plus performant en termes de cout où elle offre des prix préférentiels et elle travaille les
journées fériées par rapport aux autre concurrent.

Les propositions de prestataire « BL » ont satisfait l’entreprise IFRI parce qu’elle


répondant aux besoins, et proposition des variantes innovantes, car elle développe un système
digitale de l’entreprise qui est la collaboration de l’entrepôt, sachant que les distributeurs
peuvent être informé du temps d’arrivé à son dépôt :

 Elle aide l’entreprise IFRI à avoir manuellement l’information de distributeur.


 En termes de cout, elle aide IFRI à éviter les immobilisations.

L’entreprise IFRI arrive à optimiser ces couts d’après son externalisation, car si ya un
meilleur cout de transport y aura un meilleur cout de reviens (produit).

L’objectif attendu à partir des mesures d’externalisation pour IFRI, c’est, de minimiser
et maitriser les couts.

3.2.2. Entreprise GRD LABELLE

L’entreprise SPA GRD LABELLE c’est une entreprise qui est en partenariat avec une
entreprise française LABELLE, suivant la politique de l’entreprise mère, ils ont externalisé
totalement leurs activité transport dès la création d’entreprise, car c’est l’entreprise mère qui
crée les services à l’intérieur de l’entreprise SPA GRD LABELLE.

 L’intérêt de travailler avec la SARL BEJAIA LOGISTIQUE, c’est le respect des délais,
et la bonne qualité de son service (la flotte).
 La valeur ajoutée qu’apport l’entreprise « Bejaia logistique » pour l’entreprise « GRD
Labelle », c’est de gagner plus de temps dans la livraison, ainsi le recentrage sur le cœur
de métier.

Tableau 13 : Les indicateurs de l’entreprise GRD LABELLE.

Page 94
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Entreprise GRD LABELLE

Indicateurs

Quais 7

Volume de production 15camions/jour

Nombre de clients 50 clients

Nombre de rotation 6000 /an

Budget de transport ≥70MDA/an

Charge de transport 1%

Source : réalisé par nous-mêmes.

On remarque d’après ce tableau, que l’entreprise GRD Labelle dépense plus de 70


millions de dinars chaque année pour l’entreprise Bejaia Logistique avec un taux de 1% des
charges de transport, d’après ces indicateurs on constate que la raison pour laquelle l’entreprise
GRD Labelle à externalisé c’est la capacité d’investissement.

On remarque que l’entreprise réalise 6000 rotation/an auprès de 50 clients et qui dépond
de 7 quais de chargement et déchargement.

On constate d’après ces indicateurs, que l’entreprise GRD Labelle arrive à effectuer ces
livraisons a partir de la disponibilité des camions dans les délais voulus, et avec la flotte de
Bejaia logistique est neuf qui permet de réaliser une meilleure qualité de service qu’offre cette
dernière, ce qui fait la satisfaction de ces clients

 La « SARL Bejaia Logistique » elle garantit la parfaite livraison « GRD Labelle »à


partir d’un suivi de géo localisation qu’il lui permettre le suivi de sa livraison à temps
réel, et a partir de ses moyens de transport qui sont fiable et propre et qui sont spécialisé
dans l’acheminement des produits agroalimentaires (camion maraîcher, plateaux).
 Le bénéfice stratégique d’externalisation de l’entreprise GRD Labelle c’est le
recentrage sur le cœur du métier.

3.2.3. L’entreprise CANDIA

L’entreprise CANDIA a externalisé son activité de transport des lancement de son


entreprise, ça relation avec « BL » a été commencé depuis 1ans, et l’avantage de travaillé avec

Page 95
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

« BL », c’est par rapport au sérieux et le relationnelle, car si y’a pas de sérieux et de la confiance
y’aura pas du commerce ni d’argent, sachant que le transport c’est un métier qui est très délicat,
car il gère tout une logistique où il permet a gérai l’usine, de faire marcher les machines, de
bien stocker et de bien être présent sur le marché, c’est une activité liée directement au cout de
reviens ; c’est-à-dire le transport peut gagner de l’argent comme il peut la perdre.

La valeur ajouter qu’apport « BL » à l’entreprise CANDIA c’est qu’elle enlève une


tension logistique, c’est-à-dire qu’ils ont externalisé une fonction logistique pour éliminer des
charges sur le cite c’est-à-dire si on achète des camions, plus le recrutement des chauffeurs, la
mécanique, amortissements c’est des couts, plus un espace pour le stockage, ce qui a poussé les
entreprises à faire-faire que de la faire elle-même, en exigent la même qualité puisque qu’ont-
il fait ces calcule sur 15à 20 ans automatiquement il va choisir de faire-faire mieux de la faire
lui-même, parce que il va orienter ces équipe ver son cœur de métier, où ils vent travailler
beaucoup plus sur la supply chaine, l’ordonnancement, la programmation…etc. Que de gérer
les personnes.

Tableau 14 : les indicateurs de l’entreprise CANDIA.

Entreprise CANDIA
indicateur

Quais 8

Volume de production 50 camion/ jours

Nombre des clients 40 client/ 48 wilaya

Nombre de rotations 14000/ans

Budget de transport ≥20 M DA

Les charges de transport 1٪

Source : réalisé par nous-mêmes.

On remarque que l’entreprise SPA CANDIA, dépense un budget annuel de 20 M DA


pour l’entreprise « BL » avec un taux de 1٪ des charges de transport, d’après ces indicateurs on
constat que la raison qui a orienté l’entreprise CANDIA ver l’externalisation c’est à cause des
couts de gestion ( cout d’acquisition et d’amortissement), car avec l’externalisation les charges

Page 96
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

de transport détiennes 1٪ des charges de l’entreprise qui joue sur la marge direct sur le produit,
ce qui fait la concurrence.

On remarque d’après ce tableau que cette entreprise réalise 14000 rotations par ans,
auprès de 40 clients, avec un volume de production de 50 camions dans les 48 wilayas, et qui
dépend de 8 quais de chargement et de déchargement.

On distingue d’après l’analyse de ces indicateurs que l’externalisation auprès de


« BL» permis à l’entreprise CANDIA d’arriver à élargir son réseau de distribution, où
elle touche les 48 wilayas, grâce à la prestation « BL» qui a pu réaliser 14000 rotation par ans.

L’entreprise BEJAIA LOGISTIQUE garantie la parfaite livraison des marchandises


de CANDIA à partir de son système de digitalisation, d’où l’entreprise CANDIA à l’accès à
son système pour assurer la parfaite livraison de ces marchandises.

L’entreprise « BL » améliore le transport de CANDIA en termes de réactivité et en


terme de gestion, car il dispose des moyennes digital de l’entreprise d’où tout l’activité ce fait
digitalement son se servir des papiers, c’est un outil de gestion pour CANDIA.

Le bénéfice stratégique de l’externalisation de CANDIA c’est le recentrage sur le cœur de


métier.

Les critères qu’ont poussé l’entreprise à externaliser c’est les couts de gestion, cout de ressource
humain et cout de la tension logistique (les installations), d’où elle préfère de solliciter des
professionnelle mieux de gérer elle-même (chacun son métier).

 Les conseils de CANDIA à propos de l’externalisation sont les suivantes :


 Avoir une bonne équipe en amont à l’intérieur de l’entreprise
 Formé réellement des gens
 Avoir un niveau de digitalisation de l’activité assai acceptable au niveau de
l’entreprise.
 Avoir une gestion efficiente du tableau de bords.
 Le choix de prestataire s’effectue surtout a trévère la confiance, les compétences, et
les moyennes dans le travaille.

Tableau 15 : tableau comparatif des différentes entreprises.

Page 97
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

IFRI CANDIA GRD LABELLE


Entreprises

Indicateurs

Années 2008 2017 2015

Quais 27 8 7

Volumes de 192 camions/jours 50 camions/jours 20 camions/jours


production

Nombres des clients 300 40 50

Nombres des 60000/an 14000/an 6000/an


rotations

Budget de transport +1000M DA +20M DA +70M DA

Charge de transport 5% 1% 1%

Source : Réalisé par nous-mêmes.

On remarque d’après l’analyse horizontale des différentes entreprises (IFRI, CANDIA,


GRD LABELLE), que l’entreprise IFRI détienne une place très importante par rapport aux
autres entreprises grâce à la performance obtenu par son externalisation, alors , plus que
l’entreprise externalise à long terme plus que son portefeuille clientèle élargisse, et son volume
de production augmente de plus en plus, sachant que le budget du transport accroitre selon le
nombre de rotation.

On remarque que l’entreprise IFRI a un savoir-faire pour externaliser son activité car
elle dépond des moyens que le prestataire exige de sa part, à savoir la disponibilité des quais de
chargement et de déchargement (27 Quais)qui est l’élément très important pour le prestataire
où ce dernier il aura pas des difficultés de la circulation de sa flotte ( les immobilisations qui
font un souci pour tout entreprise mais qui pose un problème pour le prestataire où elle lui
provoque des retards)

Nous nous avons distingué que l’externalisation aura lieu, lorsque l’entreprise sera
dense (lourde)

Page 98
CHAPITRE III L’externalisation du transport : Enquête auprès
des clients de Bejaïa logistique

Conclusion

Pour conclure, nous revenons à dire que l’externalisation des activités du transport joue
sur la performance des entreprises, où elle lui permet d’optimiser au maximum ses couts ainsi
d’atteindre ses objectifs en termes d’efficacité et efficience.

L’externalisation apporte une valeur ajoutée pour toute entreprise qui correspond à la
maitrise des couts, le recentrage sur le cœur du métier, augmenter le volume de production ainsi
la satisfaction de la clientèle par la qualité de service offerte (la ponctualité, propre, fiabilité) ce
qui permet une bonne image pour l’entreprise.

Page 99
Conclusion générale

Durent la réalisation de ce travail, nous avons pu arriver à designer les différents aspects
de l’externalisation des activités du transport grâce aux auteurs qui nous ont aidés dans notre
partie théorique. En premier lieu on va synthétiser et résumer les différentes réponses
concernant les questions posées au départ.

Concernant l’approche théorique, nous nous sommes concentrés sur les raisons qui ont
poussé une entreprise à externaliser son activité de transport. Nous avons arrivés à distinguer
que l’externalisation apporte comme valeur ajoutée pour l’entreprise à savoir : la maitrise des
trois périmètres fondamentaux cout, délais, qualité, ainsi le recentrage des entreprises sur leur
cœur de métier et le gain en flexibilité où l’entreprise choisi un prestataire qui dépend de
capacité matérielle et des ressource humaine, afin d’assurer une bonne livraison et d’éviter au
maximum les aléas de retard.

Ensuit nous nous sommes mis l’accent sur, l’apport du transport routier des
marchandises d’une entreprise industrielle dans une entreprise sous-traité qui correspond,
d’assurer l’acheminement des marchandises (matière première, produit semi-fini
emballage…etc.) d’un point à un autre, selon le besoin au bon moment et à moindre coût, et
qui permet a l’entreprise industriel d’élargir et développer son réseau de distribution à long
terme où elle aura l’avantage de couvrir plus de part de marché.
Pour conclure cette approche théorique, nous nous somme pu déterminé en grosso modo
que l’externalisation a un impact sur la performance de la production, où l’entreprise consacre
sa capacité d’investissement sur des nouvelles unités de production dans le but d’augmenter
son volume de production.

Pour mieux confirmer ce que nous avons présenté jusqu’à présent, nous avons consacré
une partie pratique de la problématique, d’où nous avons sollicité les membres d’entreprises
qui ont externalisé l’activité de transport.

On remarque que d’après notre approche pratique, nous sommes arrivés à confirmer les
raisons d’externalisation qu’on a citée déjà dans la partie théorique.

D’après notre consultation des différents dirigeants des entreprises qui ont adopté la
stratégie d’externalisation au sein de leurs entreprises, ils nous ont confirmé que le concept
d’externalisation est positif dans l’ensemble de l’entreprise où elle sort gagnante de cette
opération.

Page 100
Conclusion générale

Enfin, ce qui est à retenir de ce mémoire c’est que, la stratégie d’externalisation est une
décision très délicate pour l’entreprise, car elle ne peut pas faire marche-arrière une fois
l’appliquer, pour cela il va falloir pour l’entreprise de bien faire ses études avant de s’engager,
et bien choisir son prestataire. Et d’après notre analyse, on est arrivé à constater que la taille de
l’entreprise et les couts de gestion c’est les deux critères majeurs qui poussaient les entreprises
à externaliser leurs activités de transport.

Page 101
Liste des illustrations

Liste des figures

Figure 01 : Evolution de système d’information logistique. ................................................... 18

Figure 02: La supply chaine. ................................................................................................... 22

Figure 03 : Le rôle des acteurs de la supply chaine management. .......................................... 24

Figure 04: Les flux de la (SCM). ............................................................................................ 27

Figure 05 : Les décisions de la supply chain management………..…………………………31

Figure 06 : Le lien entre logistique et supply chain. ............................................................... 34

Figure 07 : Les secteurs les plus externalisées. ....................................................................... 50

Figure 08 : Les offres d’externalisation logistique offertes par les prestataires. ..................... 54

Figure 09 : Pré-manufacturing. .............................................................................................. 58

Figure 10 : Post-manufacturing. .............................................................................................. 58

Figure 11: 1PL first party logistic. .......................................................................................... 59

Figure 12: Le 3PL, third party logistics. ................................................................................. 60

Figure 13 : Evolutions des prestataires logistique. .................................................................. 62

Liste des tableaux


Tableau 01: Les domaines logistique. ....................................................................................... 7

Tableau 02: La comparaison entre le concept Logistique et La supply chain. ....................... 33

Tableau 03 : Les types de transport. ........................................................................................ 40

Tableau 03: La relation entre la taille et le volume de production .......................................... 84

Tableau 04 : Les activités externalisé ..................................................................................... 85

Tableau 05 : Le lien entre le réseau de distribution et l’optimisation des couts ..................... 85

Tableau 06 : Le choix du prestataire à travers le cahier des charges. ..................................... 86

Tableau 07 : Les raisons d’externalisation. ............................................................................. 87

Tableau 08 : Les fonctions externaliser appart la fonction transport. .................................... 88

Tableau 09 : Les objectifs de l’externalisation........................................................................ 88


Liste des illustrations

Tableau 10: Avantages et inconvénients de l’externalisation ................................................ 89


Tableau 11 : Les exigences des entreprises lors d’élaboration du cahier des charges ............... 91

Tableau12 : Les indicateurs de l’entreprise IFRI. .................................................................. 93

Tableau 13 : Les indicateurs de l’entreprise GRD LABELLE. .............................................. 95

Tableau 14 : Les indicateurs de l’entreprise CANDIA. .......................................................... 96

Tableau 15 : Tableau comparatif des différentes entreprises. ................................................. 98

Liste des schémas

Schéma 01 : Les types de la logistique. ..................................................................................... 9

Schéma 02 : Les objectifs de la logistique. ............................................................................. 10

Schéma 03 : Le fonctionnement de la supply chain management........................................... 22

Shéma 04 : Le 4PL, fourth party logistics. ............................................................................ 61


Schéma 05 : Organigramme de l’entreprise Bejaia logistique…………………..………….. 74

Schéma 06 : Organigramme de service programmation………………..…………………... 78


Table des matières

Introduction générale .......................................................................................... 1

Chapitre 1 : Généralité sur la logistique et la supply chain. ................................................ 4

Introduction : ....................................................................................................... 4

1. Notion de logistique ......................................................................................... 4

1.1. Evolution de la logistique ............................................................................................ 4

1.2. Définition de la logistique ............................................................................................... 6

1.3. Les domaines de la logistique ......................................................................................... 7

1.4. Les types et objectifs de la logistique .............................................................................. 9

1.4.1. Les types de la logistique ............................................................................................... 9

1.4.2. Les objectifs de la logistique .......................................................................................... 9

1.5. Les acteurs de la logistique ........................................................................................... 10

1.6. Les enjeux de la logistique ............................................................................................ 12

1.6.1. Dimensions de la performance logistique................................................................... 12

1.6.2. Les couts induits par les défaillances logistiques : .................................................... 15

1.6.3. Systèmes d’information logistique .............................................................................. 15

1.6.4. Les outils adaptés à chaque niveau décisionnel de l’entreprise ............................... 16

1.6.5. Un système d’information logistique efficace et efficiente ....................................... 18

1.7. Organisation de la logistique ......................................................................................... 18

1.7.1. La logistique comme fonction...................................................................................... 18

2. La gestion de la chaine logistique (SCM) .................................................... 19


2.1. Définition de (SCM)...................................................................................................... 19

2.2. Les objectifs de la (SCM).............................................................................................. 22

2.3. Les acteurs de (SCM) .................................................................................................... 23

2.4. Les enjeux de (SCM)..................................................................................................... 25


Table des matières

2.5. Les flux de (SCM) ......................................................................................................... 26

2.6. Le processus de décision dans la chaine logistique ....................................................... 28

2.7. L’optimisation de la chain logistique ............................................................................ 31

2.8. La comparaison entre le concept Logistique et La supply chain .................................. 33

Conclusion :.......................................................................................................................... 34

Chapitre 2 : Le transport et l’externalisation de transport .......................... 36

Introduction ....................................................................................................... 36

1. Généralités sur le transport des marchandises .......................................... 36

1.1. Evolution et définition des différents modes de transport en général ....................... 37

1.1.1. Évolution................................................................................................................... 37

1.1.2. Définition des différents modes du transport de marchandises ............................... 37

1.1.3. Les principales caractéristiques du secteur de transport ......................................... 39

1.1.4. Les types de transport .................................................................................................. 40

1.2. Le transport routier de marchandise .............................................................................. 41

1.2.1. Evolution de TRM :...................................................................................................... 41

1. 2.2. Définition d’entreprise de transport ......................................................................... 42

1.2.3. Les types de TRM ......................................................................................................... 43

1.2.4. Les modes de gestion des activités TRM .................................................................... 44

1.2.5. Les aléas de TRM ......................................................................................................... 44

1.2.6. Les documents de TRM ............................................................................................... 45

1.2.7. Le rôle de transport routier de marchandises ........................................................... 47

1.2.8. Les types de camions .................................................................................................... 48

2. L’externalisation du transport ..................................................................... 49

2.1. Définition de l’externalisation et l’externalisation logistique ....................................... 49

2.1.1. Définition de l’externalisation ..................................................................................... 49

2.1.2. Définition de l’externalisation logistique.................................................................... 50


Table des matières

2.2. Les raison de l’externalisation....................................................................................... 51

2.3. Les principales fonctions externalisées ......................................................................... 52

2.4 Les formes d’externalisation : ........................................................................................ 54

2.5 Les types d’externalisation : .......................................................................................... 54

2.6. Les principaux objectifs de l’externalisation ................................................................ 55

2.7. Etude des différents services offerts par les prestataires logistiques............................. 55

2.7.1. Les prestations basiques .............................................................................................. 55

2.7.2. Les prestations élaborées ............................................................................................. 56

2.8. Les acteurs de l’externalisation logistique .................................................................... 58

2.8.1. Les clients ...................................................................................................................... 58

2.8.2. Les prestataires logistiques à externaliser.................................................................. 58

2.9. Les phases d’externalisation.......................................................................................... 63

2.10. L’approche de l’externalisation logistique à travers les modèles théoriques .............. 66

2.10.1. La théorie des couts de transaction .......................................................................... 66

2.10.2. La théorie de la ressource et des compétences ......................................................... 66

2.10.3. La théorie d’agence .................................................................................................... 67

2.11. Avantage et inconvénient de l’externalisation logistique ........................................... 67

2.11.1. Les avantages de l’externalisation logistique ........................................................... 67

2.11.2. Les inconvénients de l’externalisation logistique .................................................... 68

2.12. Les conséquences de l’externalisation logistique ........................................................ 69

2.13. Les principaux risques liés à l’externalisation logistique ............................................ 69

2.14. Les enjeux de l’externalisation .................................................................................... 70

2.15. La différence entre l’externalisation et la sous-traitance............................................. 72

Conclusion :........................................................................................................ 72

Chapitre 3 : L’externalisation du transport : Enquête auprès des clients de


Bejaïa logistique ................................................................................................. 73
Table des matières

Introduction .......................................................................................................................... 73

1. Présentation de l’organisme d’accueil Bejaia logistique ........................... 73

1.1Historique de BL ............................................................................................................. 73

1.2 Présentation de la SARL BL .......................................................................................... 74

1.3 L’organigramme de BL .................................................................................................. 74

1.3.1 La direction générale .................................................................................................... 74

1.3.2 La direction d’exploitation .......................................................................................... 79

1.3.2.1 Département maintenance ........................................................................................ 79

1.3.2.2 Département parc et transport ................................................................................ 81

2. La démarche méthodologique ..................................................................... 83

2.1.Le cas d’étude ................................................................................................................. 83

2 .4. La méthode d’enquête et le mode d’administration .................................................... 83

2 .5 . Les objectifs du questionnaire ..................................................................................... 83

3. Analyse et traitement des données du questionnaire ................................ 84

3 .1 L’analyse des questionnaires ........................................................................................ 84

3.2. Le contexte d’externalisation des unités d’entreprise ................................................... 91

3.2.1L’entreprise SARL IFRI ............................................................................................... 92

3.2.2. Entreprise GRD LABELLE ........................................................................................ 94

3.2.3. L’entreprise CANDIA.................................................................................................. 95

Conclusion ............................................................................................................................... 99

Conclusion générale .............................................................................................................. 100


Résumé

Dans un contexte de l’externalisation, notre mémoire analyse l’impact d’externalisation


sur la performance des entreprises. Notre objectif est de déterminer les raisons qui poussent les
clients de BL à externaliser leur activité du transport, ainsi la valeur ajoutée qu’apporte
l’entreprise Bejaia logistique pour ses clients (les entreprises industrielle). Afin de collecter les
données nécessaires, nous avons effectué un stage pratique dans la durée est d’un mois, au
sein de l’entreprise Bejaia logistique, qui nous à permis d’avoir une vision claire sur les taches
effectuées par la prestation, plus un questionnaire auprès de ses clients qui nous à permis de
vérifier nos hypothèse.

D’après l’analyse des données nous pouvons conclure que le concept d’externalisation, est
positif dans l’ensemble des entreprises, où elle sort gagnent de cette opération.

Mots clés : Logistique, la supply chain, transport routier des marchandises, externalisation,
externalisation logistique prestataire logistique, Bejaia Logistique.

Abstract

In the context of outsourcing, our thesis analyzes the impact of outsourcing on the
performance of companies. Our objective is to determine the reasons that push Bejaia logistics
customers to outsource their transport activity, thus the added value that Bejaia logistics brings
to its clients (industrial companies). In order to collect the necessary data, we carried out a
practical internship in the duration is one month, within the company Bejaia Logistics, which
allowed us to have a clear vision on the tasks performed by the service, more a questionnaire
with its customers that allowed us to verify our hypothesis.

From the analysis of the data, we can conclude that the concept of outsourcing, is positive in
all the companies, where it leaves win of this operation.

Key words: Logistics, supply chain, road freight transport, outsourcing, logistic outsourcing
logistics provider, Bejaia Logistics.