Vous êtes sur la page 1sur 25

Contention lymphatique et

veineuse
Pr Ag SOUMAYA BOUDOKHANE
2018-2019
TECHNOLOGIE DES PATHOLOGIES DES SYSTÈMES
RESPIRATOIRE ET CARDIO-VASCULAIRE
CARDIOLOGIE ET CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE
II-CONTENTION/COMPRESSION:

 Inopérante la nuit ou au repos, mais très efficace à la


marche:
lors des contractions des muscles du mollet, elle
exerce une forte pression (dite de travail) qui va
considérablement augmenter la puissance de la
pompe musculaire du mollet et chasser le sang
veineux vers l'oreillette droite.
 La compression élastique exerce une pression active,
permanente, sur la peau comprimée et les tissus
sous-jacents, que les muscles du mollet soient ou non
en activité.
II-CONTENTION/COMPRESSION:

 l'European Committee of Standardization propose


cette classification :
• classe I (de 15 à 21 mmHg) ;
• classe II (de 23 à 32 mmHg) ;
• classe III (de 34 à 46 mm Hg) ;
• classe IV (au-delà de 49 mmHg).
 On remarque que ces valeurs de pression sont
nettement supérieures aux valeurs françaises, la
classe I européenne équivalant à une classe II
française.
III-INDICATIONS:
A-Symptômes subjectifs sans signes cliniques :
 syndrome des jambes lourdes.
B-Télangiectasies, veines réticulaires avec
symptômes
C-Varices:
 Port d'une compression de classe 2 ou 3 afin d'éviter les
complications.
D-Œdème veineux (maladie post-thrombotique et
angiodysplasies incluses):
 Les bandages pourraient avoir la préférence dans le
premier temps et les bas de C/C la préférence dans le
maintien, à la condition que la rigidité de ces derniers
soit suffisante quelle que soit la pression délivrée à la
peau.
III-INDICATION:

E-Troubles trophiques :
- Eczéma et pigmentation: pas d'indication formelle.
-les antécédents d'ulcère : classes III et IV utilisées .
- Ulcère évolutif
- Maladie thromboembolique: Lors de la phase
d'oedème l'utilisation de bandages double ou multicouches
semble le plus approprié. Ultérieurement, ils seront
remplacés par des bas.
F-Lymphoedème:
 Les traitements de réduction d'oedème par bandages sont
effectués en association avec les techniques de drainage
manuel.
IV-DIFFERENTS MOYENS DE
COMPRESSION ET DE CONTENTION:

 Différents types de contention:


- Bandes amovibles de toutes tailles (longueurs et
largeurs), inextensibles, moyennement ou très
extensibles;
- Bandes cohésives, généralement peu extensives ;
- Bandes collantes, peu ou pas extensibles ;
-Bas élastiques répartis en quatre classes
thérapeutiques. Ils existent en bas jarret, bas cuisse
ou collant.
IV-DIFFERENTS MOYENS DE
COMPRESSION ET DE CONTENTION:
 Les bandes ont l'avantage de permettre de
véritables C/C sur mesure. On peut ainsi avec les
bandages multicouches obtenir un effet de
contention quasi complet.
 Les bas à l'inverse quand ils sont en place
présentent une bonne sécurité d'effets contentifs ou
compressifs selon les types de bas.
 difficulté de mise en place pour les bas de classes III
ou IV.
 Il faut aussi tenir compte du vieillissement des
textiles provoqués par les lavages, les sécrétions
cutanées, les pommades etc.
V-CONTRE-INDICATIONS:

 contre-indications absolues de la
compression :
-les allergies vraies au latex (tout au moins pour les
textiles en comportant),
-les dermites infectées aiguës,
-les thromboses veineuses ischémiques (alba
dolens),
-les ischémies critiques artérielles.
 La contention simple a priori ne présente pas ces
contre-indications sauf lorsque l'oedème ou le
gonflement de membre sont en phase d'évolution.
VI-TECHNIQUES DE POSE ET AIDE:

A-Mettre une bande:


 Avoir une bande bien enroulée, bien serrée pour la
tenir bien en main ;
 s'installer plutôt face au malade,
 exercer une tension régulière (bande étirée au tiers
de ses possibilités environ) en déroulant la bande à
distance du membre lors de chaque spire, c'est-à-dire
en ne faisant pas « rouler » la bande sur le membre,
la pression requise s'obtenant grâce au choix de la
bande et non pas grâce à son étirement qui doit être
constant.
VI-TECHNIQUES DE POSE ET AIDE:

 La mise en place débute de la racine des orteils,


recouvre sauf exception la malléole, et remonte soit
jusqu'au jarret, soit jusqu'à la cuisse.
 L'espacement des spires de bande permet d'obtenir
la dégressivité souhaitée: plus les spires de bande
sont superposées, plus la pression est élevée ; ainsi
un espacement progressif des spires permet une
dégressivité de pression.
 Le malade, lorsqu'il doit placer sa bande lui-même se
heurte à quelques difficultés supplémentaires,
surtout s'il est corpulent, malhabile ou gêné dans ses
mouvements.
VI-TECHNIQUES DE POSE ET AIDE:

 Le plus simple dans ces cas consiste, en général, à


placer son pied sur un petit tabouret et mettre sa
bande en étant debout. Il suivra les instructions que
le médecin lui aura fournies lors de la prescription
ou mieux lors d'une démonstration.

Enseignement du double bandage au patient.


video
VI-TECHNIQUES DE POSE ET AIDE:

B-Mettre un bas:
 Chaussettes, bas ou collants de classes I et II
s'enfilent comme des bas normaux, il convient
d'éviter d'avoir la peau humide et de s'aider de talc et
de gants.
 Pour les classes III, IV et le « sur mesure » il est
préférable de retourner le bas à l'envers sauf pour le
pied qui se retrouvera ainsi à l'intérieur du bas. On
enfilera d'abord le pied en s'aidant d'un cache-orteil
en satin habituellement fourni et en prenant soin de
bien ajuster le talon puis on fera glisser le bas vers le
haut en le retournant.
VI-TECHNIQUES DE POSE ET AIDE:

 Il est possible d'utiliser des aides conçues pour


faciliter la pose et l'ablation des bas médicaux:
- aides métalliques qui écartent le bas pour favoriser
l'introduction du membre, pratiques mais ne
fonctionnant que pour l'enfilage et peu
transportables,
- aides en textiles glissants qui, outre l'avantage de
pouvoir être utilisées à la fois pour l'enfilage et
l'ablation, sont facilement transportables dans un sac
à main ou une poche.
vidéo
EN RESUME

 Syndrome des jambes lourdes : collant ou bas cuisse


de classe I , chaussette pour les hommes.
 Insuffisance veineuse chronique modérée : bas
cuisse, collant ou bas jarret de classe II. Une classe
III si le patient est grand ou corpulent.
 Insuffisance chronique sévère, c'est-à-dire avec
œdèmes ou troubles trophiques, ulcères,
hypodermites : double bandage ou bandages
multicouches jusqu'à résolution des troubles, puis
bas cuisse ou le plus fréquemment possible jarret de
classe III ou IV si la morphologie est normale.
EN RESUME

 Thrombose veineuse profonde : double bandage si


oedème, bandage simple si absence d'oedème,
bandage au-delà de la tête du thrombus si possible,
puis bas de C/C de classe II ou III pendant une durée
compatible avec la survenue moindre d'une maladie
post-thrombotique, c'est-à-dire au minimum 6 mois
à 1 an.
 Thrombose veineuse superficielle : double bandage
avec un bandage collé, ou bandage simple collé avec
C/C au-delà de la tête du thrombus.
EN RESUME

 Lymphoedèmes membre supérieur : double bandage


ou bandages multicouches, avec rééducation sous
bandages, puis manchon de série ou sur mesure
selon la morphologie du membre de pression 20 à 40
mmHg, port diurne, nocturne ou alterné.
 Lymphoedèmes membre inférieur : double bandage
ou multicouches, puis bas de C/C de série, classe III
ou IV, ou plus volontiers bas de C/C sur mesure de
pression 40 à 50. Bas jarret, cuisse hémicollant, voire
collant selon les besoins.