Vous êtes sur la page 1sur 25

Traitements et interprétations

des données

Interprétation qualitative :

-nature des anomalies (positive/négative) -forme des anomalies (arrondie, allongée)

-l’amplitude de l’anomalie

-les gradients

Interprétation quantitative :

-extension

-profondeur

• Pour faciliter l’interprétation des anomalies gravimétriques et magnétiques plusieurs traitements peuvent être appliqués.

Pour le magnétisme : L’allure de l’anomalie magnétique causée par un corps magnétique change avec la latitude :

– Si on considère uniquement l’aimantation induite qui est parallèle au champ magnétique terrestre, les anomalies pour trois latitudes équatoriale, intermédiaire et polaire présenteront :

• Une anomalie négative à l’équateur

Deux anomalies ( 1 positive et 1 négative) pour les latitudes intermédiaires

Une anomalie positive au pôle nord

• Pour faciliter l’interprétation on procède à une réduction au pôle (quelle serait l’anomalie si la région était au pôle nord) ;

les anomalies seront au droit des corps anomaliques.

4

…La réduction au pôle…

directions

d’aimantation peuvent produire des anomalies de forme et de valeurs

maximales décalées de la

projection verticale de la distribution des corps magnétiques dans le

sous-sol, d’où l’intérêt d’appliquer la

réduction au pôle, à fin de

repositionner les anomalies l’aplomb de leurs sources causatives .

à

Les

différentes

réduction au pôle, à fin de repositionner les anomalies l’aplomb de leurs sources causatives . à

Séparation Anomalie régionale/anomalie résiduelle

Le signal gravimétrique ou magnétique est composé d’anomalies :

- de faibles longueurs d’onde, dues à des structures géologiques superficielles et peu étendues (anomalies résiduelles) ;

- de grandes longueurs d’onde, dues à des structures géologiques régionales, profondes et de grande extension (anomalies régionales)

La séparation des anomalies régionales et résiduelles se fait sur profil ou sur

carte.

0 mGal Régionale Bouguer mGal X(m) Résiduelle 6

0

mGal

Régionale
Régionale
Bouguer
Bouguer
mGal X(m) Résiduelle
mGal
X(m)
Résiduelle
• Moyenne mobile : Différentes courbes sont calculées en calculant des moyennes sur 5 ou

Moyenne mobile : Différentes courbes sont calculées en calculant des

moyennes sur 5 ou 11 points. Noter ici que plus on prend un nombre

important de points, plus on a tendance à éliminer les petites variations pour obtenir presque une droite (cas 11 pts).

Pour une carte La régionale est estimée par une surface d’ordre faible (1,2 ou 3) que l’on retranche de la surface de l’anomalie.

Anomalie gravimétrique

Sa résiduelle

d’ordre faible (1,2 ou 3) que l’on retranche de la surface de l’anomalie. Anomalie gravimétrique Sa
d’ordre faible (1,2 ou 3) que l’on retranche de la surface de l’anomalie. Anomalie gravimétrique Sa

8

9
10

Prolongements

Le prolongement vers le haut consiste à projeter le

champ vers un plan vers le haut, comme si les mesures ont été faites par avion à une certaine altitude. Ce processus filtre les petites longueurs d’onde et le résultat tend vers la régionale.

Inversement le prolongement vers le bas (projection du champ vers le bas) permet d’amplifier les petites longueurs d’onde.

Bouger

4 km up

1 km up

Filtrage fréquentiel

Filtre passe haut : laisse passer les hautes

fréquences (> à une fréquence de coupure)

Filtre passe bas : laisse passer les basses

fréquences (< à une fréquence de coupure)

Filtre passe bande : laisse passer les fréquences

comprises dans une bande

Dérivées

Dérivées verticales

On utilise la dérivée première verticale ou gradient vertical ( la variation de g avec l’altitude) et la dérivée seconde verticale qui est la variation du gradient) pour amplifier les anomalies de faibles longueurs d’onde. C’est un processus qui permet de séparer les anomalies qui se chevauchent.

•L’exemple montre la difficulté de localiser un anticlinal sur l'anomalie de Bouguer à cause d'une

•L’exemple montre la difficulté de localiser un anticlinal sur

l'anomalie de Bouguer à cause

d'une forte régionale, la carte de la dérivée seconde donne une bonne image de l'anticlinal.

16
17

Dérivées horizontales

• Dans le cas d’un profil gravimétrique on calcul la dérivée dg/dx et dans le cas d’une carte on calcul le module du gradient horizontal

GH= [(dg/dx)² + (dg/dy)²] 1/2 .

Le gradient horizontal met en évidence les fortes variations horizontales des anomalies, dues aux variations brusques de densité dans le sous-sol.

évidence les fortes variations horizontales des anomalies, dues aux variations brusques de densité dans le sous-sol.

18

Gradient horizontal couplé au prolongement vers le

haut :Détermination du sens du pendage

Gradient horizontal couplé au prolongement vers le haut : Détermination du sens du pendage 19

19

Superposition des maxima du gradient horizontal déterminés sur la Bouguer et ses

prolongées vers le haut à une série d’altitudes.

maxima du gradient horizontal déterminés sur la Bouguer et ses prolongées vers le haut à une
21

La déconvolution d’Euler

Cette méthode permet la localisation des sources dans le plan horizontal ainsi que l’estimation de leur profondeur ; elle est assez générale puisqu’elle ne suppose que peu d’hypothèses et peut s’appliquer tout aussi bien aux données gravimétriques qu’aux données magnétiques. Les

expériences ont montré que la méthode pouvait localiser ou ressortir les

contacts, les sources enfouies, des filons, dykes et autres corps avec une

précision remarquable.

• Equation d’Euler :

(x-xo) dT/dx + (y-yo) dT/dy +(z-zo) dT/dz =B(N-T)

T champ total

B régionale

x,y,z coordonnées des mesures

xo,yo,zo coordonnées de la source

N indice structural (en relation avec la forme de la source ; contact

IS=0)

La résolution du système nécessite quatre grilles de données : le champ et ses trois dérivées.

23

23

La modélisation :

Elle consiste à imaginer une structure provoquant une

anomalie identique à celle observée. Il faut noter qu’une parfaite coïncidence entre la courbe observée et la courbe calculée ne prouve pas nécessairement que la structure choisie coïncide avec la réalité. En effet, plusieurs modèles

peuvent donner la même courbe. Il est donc important de

disposer d’informations auxiliaires (géologiques ou géophysiques) qui peuvent être prises en compte lors de l’interprétation : profondeur du toit obtenue par forage, ou la

densité ou la susceptibilité magnétique des formations.

Anomalie gravimétrique mesurée (résiduelle) Anomalie calculée (erreur 0.96) mgal km 0 0.1 1 2
Anomalie gravimétrique mesurée (résiduelle)
Anomalie calculée (erreur 0.96)
mgal
km
0
0.1
1
2

remplissage sédimentaire du Quaternaire, d = 2 g/cm3Anomalie calculée (erreur 0.96) mgal km 0 0.1 1 2 Basaltes du Quaternaire de densité d

Basaltes du Quaternaire de densité d = 2.9 g/cm3

marne du Miocène, d = 2.2 g/cm3= 2 g/cm3 Basaltes du Quaternaire de densité d = 2.9 g/cm3 km formation calcaire jurassique,

km

formation calcaire jurassique, de densité d = 2.6 g/cm3Quaternaire de densité d = 2.9 g/cm3 marne du Miocène, d = 2.2 g/cm3 km Paléozoique

Paléozoique ayant une densité d = 2.8 g/cm3de densité d = 2.9 g/cm3 marne du Miocène, d = 2.2 g/cm3 km formation calcaire