Vous êtes sur la page 1sur 13

Plan

 Objectif
 Introduction
 Définition du manganèse et de l’aluminium
 Leurs Importances
 La carence
 Leurs excès
 Sources des aliments
 Conclusion
 Webo-graphie
Objectif :

L’objectif de cette recherche c’est d’avoir connaitre leurs importances du manganèse et de


l’aluminium dans l’agriculture et aussi des êtres vivants.
Définition :

Le manganèse est un élément chimique de numéro atomique 25 et de poids atomique 54.9. Il


appartient à la série des métaux de transition dont les propriétés sont régies par les structures
électroniques de la couche 3d. Il est aussi un métal dur, voisin du fer, assez rependu dans la
nature des diverses minerais. C’est un oligo-élément indispensable a la vie, présent dans les
tissus végétaux et animaux.
Importance du manganèse
Les éléments mineurs ou oligo-éléments soient utilisés en faible quantité par les
plantes, ils ne sont pas moins indispensables que les macroéléments.
En effet, ils sont nécessaires à un métabolisme normal pour assurer une bonne
Croissance. Plus précisément, les éléments mineurs contribuent à différentes
Fonctions physiologiques des plantes à des concentrations faibles.
Le manganèse est implique dans la synthèse des molécules. Il agit comme un
catalyseur de nombreux processus biochimique, notamment la synthèse des protéines
et des acides gras. Le manganèse, en synergie avec le molubederne, joue un rôle
important dans a transformation du nitrate absorbe par la plante. Il stimule la
croissance. Il participe au contrôle du métabolisme du sucre. Il est absorbe sous forme
d’ion Mn2 plus.

Le manganèse est toujours utile chez les plantes comme contributeur majeur a divers
systèmes biologiques, incluent la photosynthèse, la respiration et l’assimilation d’azote.
Il est également implique dans la germination du pollen, l’élongation des cellules
racinaires et la résistance aux maladies racinaire.

Les pratiques agricoles


_ Drainage
Le manganèse devient très soluble lorsque le pH est inférieur à 5,5 et que les
Conditions de sol sont réductrices. Cet élément peut donc devenir toxique lorsque sa
Concentration dans la solution du sol dépasse 4 ppm. Ainsi, cette toxicité a plus de
chance de se produire dans les sols acides mal drainés. À l’inverse, la solubilité du
manganèse est plus faible dans les sols de drainage excessif comme les sols sableux
grossiers.
_ Chaulage
En augmentant le pH par le chaulage par exemple, on augmente la disponibilité du
molybdène (Mo) mais on diminue par contre la disponibilité de plusieurs autres
éléments mineurs : zinc, cuivre, manganèse, bore et le fer surtout à des pH> 6,8. Ainsi,
le pH peut être un indicateur de risque potentiel.
_ Fertilisation
La fertilisation peut remédier à des carences d’éléments mineurs. Nous approfondirons
cet aspect dans un chapitre ultérieur.

Les carences
Les carences sont d’abord détectées au champ par des symptômes spécifiques
Selon la culture. Des analyses de tissus ainsi que des analyses de sol sont ensuite
nécessaires.
Pour mieux évaluer l’importance du phénomène et ainsi, agir en conséquence. Mais
l’observation visuelle est inefficace pour les effets assez subtils causant des pertes de
10 à 20.
L’interprétation des résultats d’analyses d’éléments mineurs mériterait l’aide d’un
agronome car il faut prendre en compte un grand nombre de facteurs, soit les
caractéristiques physico-chimiques du sol et les pratiques agricoles. Par exemple, dans
un sol sableux, la teneur en manganèse (Mn) peut être acceptable, cependant si le pH
est élevé (au-dessus de 6,8 par exemple), l’interprétation devrait être nuancée. En effet,
lorsque le sol est facilement oxydé (potentiel redox élevé), comme cela peut être le cas
dans des sols à pH élevés, la disponibilité des éléments mineurs peut être plus faible,
particulièrement pour le manganèse (Mn). Il y aurait alors lieu de vérifier avec des
analyses de tissus des cultures sensibles afin de mieux diagnostiquer la carence
potentielle. Dans le cas de sol calcaire ou de sols sur chaulés, le pH élevé va réduire la
solubilité et la biodisponibilité des éléments mineurs à l’exception du molybdène (Mo)
car sa disponibilité augmente avec le pH.
Bien qu’il soit important de mieux connaître ses sols au niveau des éléments mineurs, il
n’est pas obligatoire de les analyser régulièrement, une fois chaque 4 à 5 ans est
suffisant, ce qui représente un coût très mineur.
Tableau ; carence potentielle éléments mineur selon le type de sol et le région.

Elément mineur Symbole chimique Caractéristique Particularités


physico-chimique
des sols
Manganèse Mn Correction de 1) En cas de sur
l’acidité par le chaulage, le
chaulage diminue le problème de la
risque de la toxicité carence du
mais accroit le manganèse
risque de carence. s’accentue
davantage surtout
en sol sableux et
riches en matière
organique.

2) La teneur
disponible diminue
aves l’aération du
sol (drainage)

3) Faibles teneurs
fréquentes en sols
légers.

Le cas des semences


Dans la revue « Grandes cultures », ont illustré l’importance des éléments mineurs
dans les semences pour permettre un bon établissement des céréales. Celui-ci fait la
différence dans la compétition contre les mauvaises herbes qui posent un grand défi
En agriculture biologique. Les auteurs mettent l’accent sur le manganèse et le bore
pour lesquels des carences seraient encore fréquentes. De plus, les symptômes ne
sont pas souvent faciles à détecter et de ce fait, les rendements des cultures peuvent
être lourdement atteints.
Des sols pauvres en manganèse (Mn) et en bore (B) produisent des grains à faibles
teneurs de ces éléments ce qui a pour conséquence un établissement faible lorsque la
culture doit croître dans un sol pauvre. Le problème n’est pas forcement réglé au
complet avec une semence ayant une bonne teneur en éléments mineurs lorsqu’elle est
semée dans un sol dont la disponibilité des éléments mineurs est très faible.
L’importance de bien connaître ses sols et d’être vigilant à la croissance de ses
cultures. « En conditions contrôlées, dans les cas extrêmes, 98 % environ des
Semences appauvries en bore ou en manganèse sont incapables de produire des épis
au second cycle en sol pauvre ». Un chercheur a notamment fait un test avec une
culture d’orge dans un sol carencé en bore et 90 % des plantes ont été stériles.
En évidence l’effet génotypique du blé dans l’efficacité à extraire des éléments
minéraux comme le zinc et le manganèse
Si le sol est le moindrement pauvre en manganèse, ceci peut donc influencer
L’établissement au champ, le développement et le rendement d’une partie des grains
semés.
La teneur en Mn à la fois dans les racines et le feuillage, la matière sèche des tiges, le
nombre de talles précoces, la survie des plants et le nombre de grains par plant. Mais il
n’y a pas eu d’effet sur le poids des semences. Le rendement maximum en orge a été
atteint à partir de semences ayant une concentration élevée en Mn et fertilisées avec un
apport de manganèse.

Sources :
Les végétaux sont tous riches en manganèse, surtout les légumes secs, oléagineux, céréales,
pain complet, algues laminaire, gingembre, riz, épinard, laitue, betterave. Certains laits à base
de soja ont des teneurs relativement élevées.
Définition aluminium

Aluminium désigne un métal blanc gris, très léger, ductile et malléable, et qui s'altère peu à
l'air. Symbole : Al Numéro atomique : 13, Électrons par niveau d'énergie : 2, 8, 3
Masse atomique : 26,98 u Série : métal pauvre. L'aluminium est utilisé dans la
fabrication d'articles de ménage et, à cause de sa légèreté, pur ou en alliage, dans
l'automobile et l'aéronautique, dans l'industrie électrique.

Importance aluminium

L’aluminium, métal le plus présent dans l’écorce terrestre (8% de sa masse, derrière l’oxygène
47% et le silicium 28%, mais devant le fer 5% et le calcium 4%), mérite bien un Agro Reporter.
En agronomie, l’aluminium est surtout identifié pour la toxicité qu’il peut présenter en sols trop
acides. Même si ce phénomène est surtout connu en zones intertropicales. Cette toxicité
aluminique fait partie des grands problèmes agronomiques mondiaux (en lien avec l’acidité et
l’acidification), comme la salinité, les excès de magnésium ou l’érosion. Nous n’aborderons pas
les problèmes que peut engendrer l’aluminium pour la santé humaine et animale (troubles
neurologiques dans ses formes solubles ou pulmonaires dans ses formes pulvérulentes) ou pour
l’environnement, même s’ils deviennent de plus en plus préoccupants. Trop réactif, l’aluminium
ne se trouve, dans la nature, qu’associé à d’autres éléments. Plus de 250 minéraux en
contiennent, le plus connu étant la bauxite. Ce minerai provient de l'altération de roches
contenant des minéraux argileux (ou silicates d'alumine). Le climat tropical favorise cette
dégradation. Dans le sol, on peut trouver l’aluminium sous quatre formes principales : les
constituants cristallisés (minéraux argileux), les constituants amorphes (hydroxydes, oxydes,
silicates alumineux), les constituants incorporés ou chélates dans la matière organique et les
constituants adsorbés plus ou moins fortement sur les complexes, (Al3+ , Al(OH)++, Al(OH)2+).
Ce dernier groupe, le plus mobile, va être en relation avec les racines des plantes et intéresse
donc l’agronome. On connaît depuis 1904 par les travaux de Veitch (cité par P. Segalen, 1973) la
propriété de l’aluminium de se fixer sous forme ionique (Al3+) sur le complexe absorbant des
sols acides et son extraction possible par les sels neutres. Cet aluminium est appelé parfois
aluminium actif ou mobile, mais le plus souvent aluminium échangeable (Aléch), suivant la
terminologie anglo-saxonne.

L’aluminium échangeable n’existe que dans les sols acides et surtout fortement acides (J. Boyer,
1976). La lixiviation des cations, très importante en zone subtropicale à forte pluviométrie,
entraîne un dé saturation du complexe d’échange et l’acidification du sol. Cette acidification
provoque la dissolution des minéraux et la libération des ions Al3+ qui se fixent alors sur les
sites vacants du complexe. L’absorption d’aluminium par les racines est, au départ, un
phénomène passif. Puis, au-delà d’une certaine concentration dans la solution, l’absorption
devient proportionnelle à la quantité d’aluminium présent (G. Guerrier, 1978). Certains
végétaux, comme le théier, sont capables d’absorber, sans symptômes, des quantités très
importantes d’aluminium.
Il n’existe pas de plantes résistantes, au sens strict, à la toxicité de l’aluminium. Les plantes
calcicoles sont souvent les plus sensibles à cette toxicité alors que les plantes acidophiles sont
plus tolérantes à l’aluminium.

L’excès en aluminium

L’excès d’aluminium échangeable inhibe l’activité de la microflore et d’une partie de la


microfaune (champignons, bactéries) du sol, même s’il est difficile de distinguer l’effet direct de
l’aluminium de celui du pH trop acide.
L’aluminium présent sur le complexe absorbant du sol s’oppose, par un effet « tampon », à tout
relèvement du pH tant qu’il n’est pas complètement éliminé du complexe. Ainsi, s’il n’est pas
tenu compte de l’aluminium dans la politique de chaulage, les apports d’amendement calciques
sont souvent très peu efficaces pour le redressement du pH.
Enfin, l’aluminium extrait le potassium des sites d’échange et « appauvrit » ainsi le sol (il en est
de même pour un amendement calco-magnésien mal géré). Il est par contre facilement déplacé
par le calcium.
Sources d’aluminium

L'aluminium est présent dans tous les sols de la terre, Mais ses formules
minéralogiques varient à travers le monde. En fonction du climat qui a prévalu dans les
régions depuis des millions d'années. Nos sols argileux, en particulier, contiennent des
quantités énormes d'aluminium. Alors, pourquoi l'extrait-on exclusivement de dépôts
sédimentaires situés sous des climats équatoriaux, c'est-à-dire chauds et humides?
L'altération des roches qui ont généré les particules de sol sous le climat équatorial, a
produit surtout de l'oxyde et/ou de l'hydroxyde d'aluminium dont on peut extraire
l'élément d'une façon rentable. Sous les climats froids et tempérés, l'aluminium forme
surtout des silicates desquels on ne peut pas l'extraire en quantité industrielle de façon
rentable. Les origines de l'aluminium dans les sols sont de sources primaires ou
secondaires. Toutes les roches d'origine éruptive comme celles des Laurentides et des
collines montrougiennes, par exemple, contiennent de l'aluminium. Ajoutons à celles-ci
toutes les cendres volcaniques et coulées de lave.
L’aluminium qui est légèrement soluble fait partie de la solution qui voyage dans les
sols. Il revêt les particules d'un vernis sans les cimenter comme le fait le fer (55, 56). Il
peut aussi s'allier rapidement avec les molécules chimiques de la matière organique,
championne de la pollution (32, 33) de l'environnement.
Par conséquent, tout changement dans le milieu chimique du sol et dans son évolution
continuelle nous apporte des problèmes liés à la présence de l'aluminium soluble.
Étudions donc les effets de nos pratiques de gestion des sols en milieu agricole sur la
présence de l'aluminium soluble dans les sols.
Les sols demeurent la clé de voûte de la rentabilité de toute entreprise agricole de
quelque nature qu’elle soit. Depuis plusieurs décennies, et davantage récemment,
nombreux sont ceux qui spéculent sur cette matière première qu’est le sol. L’aluminium
est très présent dans les particules d’argile qui contrôlent une partie importante de la
capacité d’échange des cations (CEC). Par ailleurs, on retrouve davantage d’aluminium
en surface qu’en profondeur et ceci est dû à un pH plus bas en surface, car un sol plus
acide contient plus d’aluminium soluble que le sous-sol.
Webo-graphie du manganese et de l’aluminium
Alberta’s agriculture and industry. 1999. Copper deficiency: diagnosis and correction.
Agdex 532.3. 7pp.
Baize, D. 2000. Teneurs totales en “métaux lourds” dans les sols français. Le courrier
de l’environnement de l’INRA. No 39 : 39-54.
Bouis, H.E., R.D. Graham and M. Welche. 2000. The Consultative Group on
International Agricultural
Research (CGIAR) Micronutrients Project: justification and objectives. Food and
Nutrition, Vol. 21
(4): 374-381.
Brewer, SR, Barrett, GW. 1995. Heavy metal concentrations in earthworms following
long-term.
Conclusion
Enfin, le manganèse a pour objectif de sensibiliser les producteurs biologiques à la
problématique des éléments mineurs dans les sols, que ce soit pour les carences ou les
toxicités.
Cette sensibilisation devrait se concrétiser par une évaluation plus fréquente et plus
poussée des sols de leur ferme dans le cas de teneurs élevées.et pour l’aluminium ce
sont des origines dans les sols sont de sources primaires ou secondaires. L’aluminium
qui est légèrement soluble fait partie de la solution qui voyage dans les sols. Par
conséquent, tout changement dans le milieu chimique du sol et dans son évolution
continuelle nous apporte des problèmes liés à la présence de l'aluminium soluble.
Introduction

En ce qui concerne du cours de l’Agriculture qui est une science, le prof LAFONTANT Ludson
nous a donné un travail de recherche à faire sur le manganèse qui est un compose chimique
ayant de numéro atomique 25 et il est extrêmement répandu dans la nature minérale et
organise, on le trouve parmi les constituants minéraux des plantes et en petite quantités chez
les animaux. L’Aluminium est un métal ayant de numéro atomique 27 et il est un métal blanc
très léger, malléable. En agronomie, l’aluminium est surtout identifié pour la toxicité qu’il peut
présenter en sols trop acides.