Vous êtes sur la page 1sur 60

ENSA4/BTP/2017-2018

Rapport du Projet de Fin d’Année


Présenté par
TANANI Hind
MOUSSAIF Abdelljalil

Spécialité : Bâtiment et Travaux Publics

Thème :
ETUDE DE CONSTRUCTION DE LA LIAISON ROUTIERE
RELIANT OULAD BERHIL ET TALAMT SUR UNE LONGUEUR
DE 10 KMS -CR- IDA OU GAILAL

Encadré par : Entreprise : ESPACE PROJECTS


M. TBATOU Taoufik, Encadrant à l’ENSA
M. OUSSOUR Mohamed, Encadrant à l’Entreprise

Soutenu le : / / , devant la commission du jury : M.


M.
M.
ESPACE PROJECTS

Dédicace

Nous dédions cet humble travail avec grand amour,


Sincérité & fierté :
À nos chers parents, sources de tendresse,
de noblesse & d’affectation.
À nos frères et sœurs en témoignage de la fraternité, avec
nos souhaits de bonheur, de santé & de succès.
À tout le Personnel du bureau d’études ESPACE PROJET
qui nous a vraiment aidés à traiter et préparer
notre Stage.
A tous nos amis, tous nos professeurs
& à tout qui compulse ce modeste travail.

1
ESPACE PROJECTS

Remerciements

Tout d’abord,.nous nous adressons nos plus vifs remerciements à tout le corps de
l’entreprise ESPACE PROJETS, spécialement notre maitre de stage monsieur le directeur
Mohamed Oussour pour ses précieuses orientations, qui ont constitué les piliers du
présent rapport ;

Comme nous pouvons guerre oublié d’exprimer nos grandes et parfaites


admirations à la technicienne spécialisée madame Sanna Ouddoud, qui a contribué
généreusement dans notre travail ;

Il nous est agréable de nous acquitter d’une dette de reconnaissance auprès de


tous nos professeurs, et plus précisément notre encadrant monsieur Toufik Tbatou
pour son implication dans notre travail, et ses renseignements qui nous ont guidé tout
au long de la réalisation de notre stage.

Enfin, nous remercions vivement tous ceux qui ont, à leurs manière, contribué de près
ou de loin à l’accomplissement de ce travail, et à rendre ce stage si intéressant et
enrichissant.

2
ESPACE PROJECTS

Résumé
Cette étude s'inscrit dans le cadre d'étude des voiries à faibles trafic dont la vocation
première est le désenclavement de la population rurale.
L'étude concerne une liaison routière reliant OULED BERHIL et TALAMT sur 10Km à la
commune rurale IDA OUGAILAL dans la province de Taroudant. La problématique qui est à la
base des projets d'infrastructure routière est souvent liée à l'insuffisance de réseau existant
par saturation et sa moindre résistance, ce projet va permettre l'apaisement du trafic de
certaines traversées rurales et de donner aux transports communs la possibilité d'accéder
aux douars intersectés à la liaison à exécuter.
Le sujet consiste à concevoir une route répondant aux normes géométriques d'hors
catégorie. Pour ce faire, plusieurs variantes ont été étudiées du point de vue socio-
économique topographique, géotechnique et hydraulique pour aboutir au meilleur choix de
couloir qui respecte à la fois l’aspect environnemental, social et économique.
L'étude routière se fait généralement à l'aide des différents logiciels de calcul. Dans ce projet,
on va adopter le logiciel piste SETRA pour la conception routière et puis AutoCAD pour le
dessin et l'exportation des fichiers existés dans piste SETRA, ainsi que EXCEL pour établir les
formules de calcul des variantes.
Dans le présent document nous allons traiter cette étude routière sous forme de quatre
chapitres généraux.
Le premier comporte une présentation générale de l'organisme d'accueil.
Le deuxième traite les règles géométriques et géotechniques de conception routière en
définissant les domaines d'une étude routière, les normes et les logiciels utilisés.
Le troisième décrit la zone d'étude en spécifiant ses caractéristiques géographiques,
topographique, climato graphique, géologique, hydrologiques et démographique de la
région.
Le quatrième porte sur l'étude technique et géotechnique, permettant de concevoir le
dimensionnement de la structure chaussée et la géométrie du tracé en plan et de dresser les
différents profils : profil en long et profil en travers.
Le cinquième chapitre comprend l'étude hydrologique et hydraulique des ouvrages de
rétablissement des écoulements naturels.
3
ESPACE PROJECTS

Table des matières


Dédicace ............................................................................................................................................................. 1
Remerciement ................................................................................................................................................... 2
Résumé............................................................................................................................................................... 3
Liste des figures ................................................................................................................................................. 6
Liste des tableaux............................................................................................................................................... 8
Abréviations ....................................................................................................................................................... 9
Liste des annexes ............................................................................................................................................ 10
Introduction ..................................................................................................................................................... 11
Chapitre I : présentation de l'organisme d'accueil ........................................................................................ 12
I.1 Domaines d'activité ........................................................................................................................ 12
I.2 Ressources humaines ...................................................................................................................... 12
I.3 Références techniques .................................................................................................................... 13
Chapitre II : Règles de conception routière ................................................................................................... 14
II.1 Terminologie routière ................................................................................................................... 14
II.2 Caractéristiques géotechniques .................................................................................................... 17
II.2.1 Caractéristiques générale de la chaussée .......................................................................... 17
II.2.2 Sollicitations ......................................................................................................................... 18
II.2.3 Types de chaussée ............................................................................................................... 19
II.3 Caractéristiques géométriques ....................................................................................................... 20
II.3.1 Tracé en plan ........................................................................................................................ 20
II.3.2 Profil en long ....................................................................................................................... 24
II.3.3 Profil en travers ................................................................................................................... 26
II.4 Norme et outils de la conception routière ..................................................................................... 27
II.4.1 Les documents techniques ................................................................................................. 27
II.4.2 Outils d'application ............................................................................................................. 27
Chapitre III : Présentation du projet ............................................................................................................... 28
III.1 Objectif général du projet .............................................................................................................. 28
III.2 Situation géographique .................................................................................................................. 28
III.3 Aperçu climatique .......................................................................................................................... 29
4
ESPACE PROJECTS

III.4 Aperçu topographique ................................................................................................................... 29

III.5 Aperçu géologique .......................................................................................................................... 30


III.6 Aperçu hydrogéologique................................................................................................................. 30
III.7 Aperçu démographique .................................................................................................................. 30
Chapitre IV : Etude du projet .......................................................................................................................... 30
IV .1 Etude géotechnique du projet ......................................................................................................... 30
IV.1.1 Hypothèses de dimensionnement ..................................................................................... 30
IV.1.2 Proposition de dimensionnement .................................................................................... 31
IV.2 Etude géométrique du projet .......................................................................................................... 31
IV.2.1 Tracé en plan du projet ..................................................................................................... 31
IV.2.2 Profil en long du projet ..................................................................................................... 33
IV.2.3 Profil en travers du projet…………………………………………………………………………………………...34
Chapitre V : Etude hydrologique et hydraulique ........................................................................................... 35
V.1 Etude hydrologique .......................................................................................................................... 35
V.1.1 choix de la période de retour ........................................................................................... 35
V.1.2 Délimitation du bassin versant ....................................................................................... 35
V.1.3 Formule à adopter et limite d'utilisation ........................................................................ 36
V.1.4 Calcul du débit à l'exutoire .............................................................................................. 37
V.2 Etude hydraulique ............................................................................................................................ 40
V.2.1 Facteurs influant le choix hydraulique .............................................................................. 41
V.2.2 Application ....................................................................................................................... 42
V.2.3 Calage des ouvrages hydrauliques .................................................................................... 43
Conclusion ....................................................................................................................................................... 46

5
ESPACE PROJECTS

Liste des figures


Figure 1 : coupe transversale d'une route ....................................................................................................... 14
Figure 2 : disposition minimale d'accotement pour une route de largeur de 5m .......................................... 15
Figure 3 et 4 : type de fossé ............................................................................................................................ 15
Figure 5 : coupe d'une pente transversale de 2% ........................................................................................... 16
Figure 6,7 : devers transversale ...................................................................................................................... 16
Figure 8 : structure de la chaussée .................................................................................................................. 17
Figure 9 : les terrassements du sol .................................................................................................................. 17
Figure 10 : trafic poids lourd ............................................................................................................................ 19
Figure 11 : passage de charge lourdes ............................................................................................................. 19
Figure 12 : coupe d'une chaussée souple ........................................................................................................ 19
Figure 13 : coupe d'une chaussée semi-rigide................................................................................................. 20
Figure 14 : coupe d'une chaussée rigide.......................................................................................................... 20
Figure 15 : illustration d'un tracé en plan ....................................................................................................... 21
Figure 16 : les éléments d'un tracé en plan ..................................................................................................... 21
Figure 17 : illustration d'un rayon de courbure ............................................................................................... 22
Figure 18 : rayon de courbure ......................................................................................................................... 22
Figure 19 : illustration d'une clothoїde ........................................................................................................... 23
Figure 20 : profil en long .................................................................................................................................. 25
Figure 21 : distance de visibilité ....................................................................................................................... 26
Figure 22 : profil en travers ............................................................................................................................. 26
Figure 23 : le choix de la portance de la partie supérieure des terrassements .............................................. 31
Figures 24 : le choix de la portance au sommet de la couche de forme ........................................................ 31
Figure 25 : proposition de dimensionnement ................................................................................................. 32
Figure 26 : profil en travers de la chaussée .................................................................................................... 32
Figure 27 : profil en travers du projet .............................................................................................................. 34
Figure 28 : carte de délimitation du BV ........................................................................................................... 36
Figure 29 : présentation d'un ouvrage hydraulique sur CAD .......................................................................... 44
Figure 30 : présentation d'un ouvrage hydraulique en projetant des protections sur CAD ........................... 44
Figure 31 : calage d'ouvrage hydraulique N°1 (2 dalots 4.2*4.2) .................................................................... 45
Figure 32 : carte des zones climatiques du Maroc .......................................................................................... 47
6
ESPACE PROJECTS

Figure 33 : douar Talamt Figure 34 : connexion douar Talamt .................................... 48


Figure 35 : connexion douar Agoudal Figure 36 : douar Agoudal .................................................... 48
Figure 37 : digue de barrage Imil'kheng Figure 38 : colline Imil'kheng ............................................... 48
Figure 39 : tracé en plan du projet reliant Oulad Berhil et Talamt.................................................................. 49
Figure 40 : profil en long de l'AXE 1 ................................................................................................................. 50
Figure 41 : profil en long de l'AXE 2 ................................................................................................................. 50
Figure 42 : profil en long de l'AXE 3 ................................................................................................................. 51
Figure 43 : calcul du débit par formule de Fuller II .......................................................................................... 55
Figure 44 : calcul du débit par formule de Mallegauthier ............................................................................... 55
Figure 45 : calcul du débit par formule Hazenlazarevic ................................................................................... 55
Figure 46 : calcul du débit par formule Macmath .......................................................................................... 56
Figure 47 : calage d'ouvrage hydraulique N°39 (2 buses Ф 1000) .................................................................. 59

7
ESPACE PROJECTS

Liste des tableaux


Tableau 1 : ressources humaines ..................................................................................................................... 12
Tableau 2 : références techniques ................................................................................................................... 13
Tableau 3 : vitesse de base pour chaque catégorie de route .......................................................................... 21
Tableau 4 : rayons de courbure minimaux et absolus .................................................................................... 22
Tableau 5 : les conditions d'utilisation clothoїde ............................................................................................ 23
Tableau 6 : la continuité .................................................................................................................................. 24
Tableau 7 : rayon de courbure des raccordements saillants ........................................................................... 25
Tableau 8 : rayon de courbure des raccordements entrants ......................................................................... 25
Tableau 9 : les pentes selon les catégories ...................................................................................................... 25
Tableau 10 : situation du projet ...................................................................................................................... 29
Tableau 11 : classification du sol ..................................................................................................................... 30
Tableau 12 : les formules de calcul du débit ................................................................................................... 37
Tableau 13 : caractéristique du BV N°3 ........................................................................................................... 37
Tableau 14 : Caractéristique du BV N°1 ........................................................................................................... 39
Tableau 15 : débit moyen ............................................................................................................................... 40
Tableau 16 : exemple d'OH à utiliser .............................................................................................................. 43
Tableau 17 : valeurs de devers ................................................................................................................... 52,53
Tableau 18 : volume des terrassements et de la chaussée ............................................................................. 54
Tableau 19 : liste des OH utilisées pour le projet ....................................................................................... 57,58

8
ESPACE PROJECTS

Abréviations
CR : commune rurale
BET : Bureau d'Etudes Techniques
L.G.C : Laboratoire de Génie Civil
PK : Point kilométrique
P.S.T : Partie Supérieur du Terrassement
A.R : Arase de terrassement
Vb : vitesse de base
Rmin : Rayon minimum
Véh/h : véhicule par jour
SETRA : Service d'Etudes sur les Transports, les Routes et leurs Aménagements
N.G.M : Nivellement Général du Maroc
REFT : Route Economique Faible Trafic
TPL1 : Trafic Poids Lourd classe 1
GMTR : Guide Marocaine pour les Terrassement Routiers
RS : Enduit superficiel
GND : Grave non traité type D
GNC : Grave non traité type C
PC : pierre cassée
BL : Blocage
MS : Matériaux pour couche supérieur
St2 : portance de la partie supérieure des terrassements
P3 : Portance de classe 3
H/V : Horizontal/Vertical
TPC : Terre-plein Central
OH : Ouvrage Hydraulique
DRCR : Direction des Routes et de Circulation Routière
PT : Profil en Travers
BV : Bassin Versant

9
ESPACE PROJECTS

Liste des annexes


Annexe 1 : carte schématique des zones climatiques du Maroc
Annexe 2 : images correspond au site du projet
Annexe 3 : tracé en plan
Annexe 4 : profil en long
Annexe 5 : valeurs de devers
Annexe 6 : volume des terrassements et de la chaussée
Annexe 7 : calcul du débit
Annexe 8 : liste des ouvrages hydrauliques
Annexe 9 : calages d'ouvrages hydrauliques N°39

10
ESPACE PROJECTS

Introduction

Le développement d’un pays, d’une province ou ville est basé sur la quantité et la
qualité de ces infrastructures en particulier les infrastructures routières en fin d’assurer la
libre circulation des personnes et de leurs biens.

Mais aujourd’hui au Maroc, on existe à un blocage des échanges socio- économiques


suite au mauvais état de ces infrastructures surtout dans le monde rural qui à cause de cette
raison accuse un retard notable en termes de développement économique et socioculturel.

Face à cela nous somme décider d'orienter notre travail sur l'axe Oueld Berhil-Talamt
s'agissant d’une piste non revêtue qui est dans un état de délabrement avancée.

Chaque étude devrait s'inscrire dans le cadre d'une planification qui évalue les besoins
en fonction de la demande de trafic, en effet l'élaboration d'un projet routier nécessite une
large connaissance des caractéristiques du site. Cela amène à obtenir des informations
diverses sur les données topographiques, climatiques, environnementales,
hydrogéologiques et les manipulées avec soin dans les études géométriques, géotechniques
et hydrauliques afin d'obtenir des résultats conformes aux besoins cartographiques

11
ESPACE PROJECTS

Chapitre I : présentation de l'organisme d'accueil


Le BET ESPACE PROJETS est une société privée, crée en Mars 2007, par un ingénieur compétant d'une
grande expérience dans le domaine de travaux public Monsieur Mohammed Oussour, ses ambitions
tournent autour de pôle d'importance équivalente:

 Satisfaire parfaitement toutes les attentes de sa clientèle


 Fournir à ses collaborateurs les meilleures conditions de travail
 Respecter l'environnement et s'intégrer parfaitement à son contexte économique

I.1 Domaine d'activité


Le BET ESPACE PROJECTS offre des prestations qui couvrent :

 Travaux publics
Etude et suivi des travaux dans le domaine des travaux publics notamment :

- Route et voirie
- Assainissement
- Hydraulique
- Ouvrage d'art

 Etude générale
- Etude de l'impact sur l'environnement
- Etude de faisabilité

Actuellement le BET ESPACE PROJECTS dispose de tous les moyens techniques, moderne et intellectuels
selon des règles d'étude préalable.

I.2 Ressources humaines


Les moyens humains du bureau d'étude ESPACE PROJECTS se présentent comme suit

Nom et prénom Qualification Ancienneté


Mohammed Oussour Ingénieur d'état Génie 18 ans
civil
Fadma Elaamrani Ingénieur d'état Génie 3 ans
civil
Sanna Ouddoud Technicienne 6 ans
Zineb Harrach Technicienne 9 ans
Ouafaa Lazaar Secrétaire 16 ans
Nour Eddine Ben Hiba Agent bureau 14 ans
Tableau 1 : Ressources humaines

12
ESPACE PROJECTS

I.3 Références techniques


Projet Maitre d'ouvrage Période
Etude de la voie express entre Tiznit et Laayoune: DRETL LAAYOUNE 2016
Section : Tarfaya- Laayoune sur 135 Kms
Section: Oued Draa-Oued Lwaar sur 130 kms
Etude de la mise en 2x2 voies de la RN1 entre le DPETL TIZNIT 2013
PK1003+807 au PK1009+943 sur 6kms
Etude de dédoublement de la liaison RP1009 reliant RN10 Région Souss-Massa 2012
Jorf-Biougra du PK4+700 au PK17+500 sur une longueur de
12+800 kms.
Etude de dédoublement de la liaison RP1014 reliant Région Souss-Massa 2012
Biougra-Bourse des Primeurs du PK0+000 au PK18+000 sur
une longueur de 18kms
Etude routière pour l'élargissement et le renforcement de la DPET TIZNIT 2012
RP1011 reliant Amelen à Tanalt du PK116+200 au
PK140+000 sur une longueur de 23,8Kms. Province de
Tiznit

Etude du projet d’exécution pour l’élargissement de la DPET Tiznit 2011


RR104 sur 19,5kms entre PK138+000 et PK157+500,
Province de Tiznit

Etude d’élargissement et renforcement de la RP2137 du DPET d'El Kelaa des 2011


PK0+000 au PK42+000 sur une longueur de 42kms Sraghna
dépendant de la Direction Provinciale de l’Equipement et
des Transports d’El Kelâa des Sraghna

Tableau 2 : Références techniques

13
ESPACE PROJECTS

Chapitre II : règles de la conception routier


Avant d’entamer les étapes de réalisation d’un projet routier, il est nécessaire de mettre le point sur la
terminologie routière, les caractéristiques géométriques et géotechniques du tronçon routier étudié.

II-1 terminologie routière


La nomenclature routière est illustrée par les éléments suivants:

Figure 1 : coupe transversale d'une route

La chaussée
C'est la surface aménagée de la route sur laquelle circulent normalement les véhicules.
La route peut être à chaussée unique ou à chaussée séparée par un terre-plein central.
Pour les routes nouvelles la largeur d'une chaussée est adapter à l'importance du trafic et à sa nature
notamment le nombre et pourcentages de voitures légères, de poids lourds …

La plate-forme
C'est la surface de la route situé entre fossés ou les crêtes des talus de remblais, comprenant la ou les
deux chaussées et les accotements, éventuellement le terre-plein s et les bandes d'arrêts

Assiette
Surface de terrain réellement occupé par la route, ses limites sont les pieds de talus en remblai et crête de
talus en déblai.

L'emprise
C'est la surface du terrain naturel appartenant à la collectivité et affectée à la route et à ses dépendance
(talus, chemins de désenclavement, exutoires..) elle coïncidant généralement avec le domaine public.

14
ESPACE PROJECTS

Les accotements
Les accotements sont les zones latérales de la plate-forme qui bordent extérieurement la chaussée.
Ils sont particulièrement utilisés pour la sécurité en permettant d'offrir des possibilités de récupération
pour un véhicule sortant de la chaussée, un espace de sécurité pour les piétons, ainsi permettant
d'envisager le stationnement d'urgence avec un dégagement partielle de la chaussée .
Les dispositions minimales suivantes peuvent être proposées pour les routes de 5m de large et plus

Figure 2 : disposition minimale d'accotement pour une route de 5m de largeur

Le fossé
C'est un ouvrage hydraulique destiné à recevoir les eaux de ruissellement provenant de la route et talus et
les eaux de pluie et à drainer les couches plus profondes de la plate-forme, la forme du fossé doit par
ailleurs permettre un écoulement aisé, et faciliter les travaux d'entretien, ainsi leur forme ne doit pas
favoriser le blocage brutal d'un véhicule sortant accidentellement de la chaussée.
On distingue entre fossé triangulaire et fossé trapézoïdal:
Fossé triangulaire Fossé trapézoïdal

Figure 3,4 : type de fossé

Le talus

Le talus est l'inclinaison de terrain qui dépend de la cohésion des sols qui le constitue. Cette inclinaison
exprimé par une fraction A/B telle que
A est la distance sur la base du talus
B est la hauteur du talus

15
ESPACE PROJECTS

Pente transversale
En section courante le profil de la chaussée est en toit, la pente de chaque versant résulte d'un compromis
entre la recherche d'un écoulement rapide des eaux et la limitation de l'instabilité des véhicules lorsqu'ils
passent d'un versant à l'autre.

Figure 5 : coupe d'une pente transversale de 2%

Pour la chaussée on adopte les pentes transversales suivantes:


Chaussée superficiel ou enrobé est la plus utilisé : 2.5 %
Chaussée en béton de ciment : 2 %

Devers
En courbe le profil ne comporte plus qu'un seul versant, dont la pente est le dévers évoqué
précédemment, le passage d'une situation à l'autre nécessitant une zone de transition. Cette zone doit
être soigneusement étudie.
Le devers est donc un soulèvement de la chaussée extérieur vers l’intérieur de la courbe (pente
transversale) destiné à annuler l'effet de la sollicitation centrifuge sur un véhicule circulant dans une
courbe circulaire mais aussi pour assurer l’évacuation des eaux pluviales. Il est fonction du type de route,
de la vitesse de base, et du rayon de courbure.

Figure 6, 7 : Devers transversal

16
ESPACE PROJECTS

II. 2 caractéristiques géotechniques


La géotechnique routière est une science qui étudie les propriétés physiques et mécaniques des roches et
des sols qui vont servir d’assise pour la structure de chaussé, en effet par la réalisation des échantillons
prélevés des puit effectues au niveau du sol support pour arriver à dimensionner le corps du chaussée et
déterminer les matériaux convenable à la structure.
Caractéristique général de la chaussée II.2.1

Figure 8 : structure de la chaussée

Le sol
Le sol est une formation géologique superficielle jusqu'à quelque mètre de profondeur , destiné à être
terrasser pour amener le terrain naturel au niveau prévu par le projet et pour préparer une plateforme
susceptible d'accueillir la chaussée dans de bonne conditions.

Figure 9 : les terrassements des sols

17
ESPACE PROJECTS

Pour bien remplir son rôle, il est souhaitable que cette-forme possède un certain nombre de qualité:

-elle doit offrir une assise convenable pour le compactage des couches de chaussée et doit donc être
suffisamment rigide, cette rigidité ne doit pas se détériorer pendant la période qui sépare l'exécution des
terrassements et la réalisation de la chaussée ; elle doit être peu sensible aux intempéries.

Structure de chaussée
Surface aménagée de la route sur laquelle on peut assurer le passage répété des véhicules ce qui provoque
des agressions mécaniques sous la pression pneumatique.
Pour résister à ces déverses agressions, la chaussée est composée de différentes couches qui ont chacun
un rôle précis à jouer.

La plateforme support
La plateforme support est la surface supérieur sur laquelle on construit le corps de la chaussée, elle est
constituée d'un sol support terrassée (déblai ou remblai) désigné par le terme P.S.T et dont la surface
constitue l'arase des terrassements, noté AR, il se peut qu'on trouve aussi une couche de forme éventuelle
mise en œuvre sur la P.S.T est constituée de matériau grenus roulés ou concassés afin d'améliorer la
portance du sol support.

Couche d'assise
Ils sont au nombre de deux (couche de fondation et couche de base) et on distingue deux familles d'assises selon le
matériau qu'ils le constituent ; les assises non traitées et les assises traité au liant hydraulique ou hydrocarbonés.

L'essentiel objectif de ces couches est d'assurer la répartition des contraintes pour qu'elles soient assez faibles au
niveau de P.S.T.

Couche de surface
La couche de surface ou la couche de roulement recouvert la couche d'assise pour résister aux effort horizontaux
dus au trafic (freinage , accélération des véhicules et la force centrifuge dans les virage) mais aussi pour supposer à la
pénétration des eaux , en générale on distingue deux familles de couche de surface ; les enduits superficielles et les
enrobés.

II.2.2 Les sollicitations


La chaussée est soumise aux sollicitations dues au trafic, aux intempéries climatiques ;

Le trafic
Les véhicules en général lorsqu'ils roulent transmettent au support des pressions importantes dépendant
du poids des véhicules.

18
ESPACE PROJECTS

Figure 10 : trafic poids lourds Figure 11 : passage de charges lourdes

Le climat
Les effets climatiques sont traduits par l'eau qui diminue la capacité du sol à résister aux pressions, l'air qui
contribue à l'évaporation du fait l'oxydation du bitume et la température qui influe sur les propriétés
mécaniques du matériau de couche de roulement.

II.2.3 Les types de chaussée


On distingue en général trois types de chaussées:

Les chaussées souples


Elles constituent l'immense majorité des routes actuelles. Elles sont Composées D’une fondation constituée d'un
matériau non traité mais stabilisé mécaniquement compact, d’une couverture bitumineuse mince (couche de
roulement) .

Figure 12 : coupe d'une chaussée souple

Les chaussées semi-rigides


Les chaussées comportant une couche de base soit en matériau traitée au liant hydraulique (ciment,
granulat…) Soit en béton (correspondant aux couche de base de chaussée souple) qui fléchissant
élastiquement sous les charges transmettent les efforts à distance et les répartissent ainsi sur une couche
de fondation qui peut être une grave stabilisé mécaniquement.

19
ESPACE PROJECTS

Figure 13 : coupe d'une chaussée semi rigide

Les chaussées rigides


Ils présentes des couches de bases en dalle de béton qui se caractérise par une rigidité assez forte
permettant une bonne résistance aux efforts de roulement reposant sur une couche de fondation qui peut
être un grave stabilisé mécaniquement , une grave traitée aux liants hydrocarbonés ou au liants
hydrauliques.

Figure 14 : coupe d'une chaussée rigide

II. 3 caractéristiques géométriques


La conception géométrique d'une route consiste à étudier les éléments nécessaires à la détermination et
au tracé des alignements horizontaux ou verticaux, et des profils en travers, de la route projetée. Ces
éléments géométriques sont calculés suivant des normes variables, mais découlant des principes
fondamentaux universels que sont la sécurité, le confort, l'économie et l'esthétique. Ces considérations
sont matérialisées par l'adoption de paramètres qui constituent les données de base pour le calcul des
alignements de la route. Ces paramètres varient en fonction des conditions climatiques et topographiques,
et leur choix conditionne toute l'étude géométrique de la route.

II.3.1 Tracé en plan :


Le tracé en plan est un élément qui caractérise géométriquement de la route, Le tracé en plan est une
succession des droites reliées par des liaisons. Il représente la projection de l’axe routier sur un plan
horizontal qui peut être une carte topographique ou un relief schématisé par des courbes de niveau, Ce
tracé est caractérise par une vitesse de Les caractéristiques minimales à satisfaire découlent de
l’ICGRRC (Instructions sur les Caractéristiques Géométriques des Routes en Rase Campagne).

20
ESPACE PROJECTS

Figure 15 : illustration d'un tracé en plan

Les éléments et les paramètres d'un tracé en plan -

Le tracé en plan est constitué par des alignements droits raccordés par des courbes, il est caractérisé
par la vitesse de référence appelée ainsi vitesse de base qui permet de définir les caractéristiques
géométriques nécessaires à tout aménagement routier.
Le raccordement entre les alignements droits et les courbes entre elles d’autre part, elle se fait à l’aide
des Clothoïdes qui assurent un raccordement progressif par nécessité de sécurité et de confort des
usagers de la route.

Figure 16 : les éléments d'un tracé en plan

Vitesse de base :
C'est la vitesse la plus élevée à laquelle un véhicule peut circuler, de façon continue, en toute sécurité,
lorsque les conditions météorologiques sont les plus favorables, et que la densité de la circulation est très
peu élevée. Pour assurer la réalisation des objectifs d'efficacité et de sécurité du projet de route, on doit
tenter d'établir la vitesse de base la plus élevée possible pour permettre d'obtenir le degré de sécurité et
de mobilité désiré tout en tenant compte de la qualité de l'environnement, des facteurs économiques et
esthétiques, ainsi que des impacts sociaux. Elle est généralement choisie entre 30 et 130 km/h, et influe
sur le choix d'autres paramètres tels que les rayons de courbure et les déclivités

Catégorie exceptionnelle
1ére 2 éme 3éme catégorie Hors
catégorie catégorie catégorie
Vb (km / h) 120 100 80 60 40
Tableau 3 : vitesse de base pour chaque catégorie de route

21
ESPACE PROJECTS

Alignement :
Consiste à adopter un tracé contient des sections droites, cette approche suppose qu'on deux points la
ligne droite est le plus court chemin et par conséquent le moins terrain possible, qui coute donc le
moins de frais de construction et d'entretien. Bien qu’en principe la droite soit l’élément géométrique
le plus simple, son emploi dans le
Tracé des routes est restreint, du fait qu'il peut présenter des inconvénients, notamment, la monotonie
de conduite qui peut engendrer des accidents, l'appréciation difficile des distances entre véhicules
éloignés et la mauvaise adaptation de la route au paysage.
Arc de cercle :
Deux alignements droits de direction différente sont reliés par une courbe. Notre rôle est d’assurer une
transition confortable et sécurisante d’un usager passant d’un alignement droit à un autre.
Pour cela, il y a lieu de choisir un rayon de la courbe assurant cette condition. Dans ce cas, trois éléments
interviennent pour limiter la courbure :

 La stabilité des véhicules sous l’effet de l’accélération centrifuge.


 La visibilité dans les courbes. On essaye de choisir les plus grands rayons possibles en évitant de
descendre au-dessous du rayon minimum préconisé.

Figure 17 : Illustration d'un rayon de courbure Figure 18 : rayon de courbure

catégorie exceptionnelle 1ére 2éme 3éme Hors


catégorie catégorie catégorie catégorie
Rmin 1000m 500m 250m 125m 75m
normal
Rmin 700m 350m 175m 75m 15m
absolu
Tableau 4 : rayons de courbure minimaux et absolu
Clothoïde :
La Clothoïde est une spirale, dont le rayon de courbure décroît d’une façon progressive elle a pour rôle de
maintenir constante la variation de l’accélération transversale, ce qui est très avantageux pour le confort
des usagers.

22
ESPACE PROJECTS

Origine du Clothoïde

Extrémité du Clothoïde

Figure 19 : illustration d'une Clothoïde

Catégorie exceptionnelle 1 ére 2éme 3éme


catégorie catégorie catégorie
Clothoïde 1400 m 700 m 350 m ---------- ---------
Si R≤

Tableau 5 : les conditions d'utilisation Clothoïde


Norme à respecter pour le choix d'un tracé en plan -
L'opportunité de créer une route nouvelle étant établie, il est fréquent qu'un choix soit possible entre
différents tracés. Une concertation aussi large que Possible est vivement recommandable dès les premiers
stades de l'étude pour établir une liste complète des avantages et inconvénients présentés par chacune des
différentes options possibles.
Suivre la piste existante autant que possible
 L’adaptation de tracé en plan au terrain naturel afin d’éviter les terrassements importants.
 Eviter de passer sur les constructions et si possible sur des terrains agricoles et des zones
forestières.
 Pour des raisons économiques il faut éviter le franchissement des Oueds afin de ne pas construire
un maximum d’ouvrage d’art.
 L'application du rayon supérieur au rayon minimal absolue qui assure la stabilité d’un véhicule dans
une courbe déversée à 7%, et du rayon minimal normal qui assure la stabilité d'un véhicule dans
une courbe déversée à 4%
 La règle de la norme REFT stipulant l’obligation de raccorder deux courbes Circulaires par un
alignement droit d’une longueur minimale de 20 mètres, quels que soient leurs rayons est abrogée
.cette règle est reformulé Si l’une au moins des deux courbes successives est déversée, la longueur
de la droite qui les sépare devra permettre l’introduction du dévers
 Suivre les altitudes les plus haut pour ne pas tomber au ravin, dans ce cas on aura besoin des
courbes de niveau.
 La règle de continuité du tracé en plan à garantir de bonnes conditions de sécurité et de confort
étant donné la vitesse d'exploitation de la voie

23
ESPACE PROJECTS

Exceptionnelle 1ére catégorie 2éme 3éme Hors catégorie


catégorie catégorie
Si R≤ 1000m 500m 250m 125m 75
𝑅𝑖−1 et 𝑅𝑖+1 ≤ (1000/700)* 𝑅𝑖 (500/350)* 𝑅𝑖 (250/175)* 𝑅𝑖 (125/75)* 𝑅𝑖 Min(5*𝑅𝑖 ,
125m)
Distance entre la 2km 1.67Km 1.33Km 1Km 400m si 𝑅𝑖 >
courbe annoncée 30m)
et la courbe 250m si 𝑅𝑖 ≤30m
annonciatrice
Tableau 6 : la continuité

II.3.2 Profil en long


On distingue deux types de profil en long: le profil en du terrain naturel et celui du projet ou "ligne rouge":
Profil en long du terrain nature
le profil en long du terrain naturels est une vue en coupe longitudinale suivant l'axe du tracé en plan afin
de faciliter au projecteur l'étude de ce terrain en déterminant les altitudes des points du terrain et sa
déclivité autrement dit l'inclinaison que représente ce profil en long sous une image de la configuration du
relief .
Il s'établit de la manière suivante:
Après calcul des coordonnées de points équidistants pris sur l'axe, on peut procéder à un nivellement
direct ou sur le terrain. C'est une opération qui permet d'obtenir l'altitude de chaque point. Par
interprétation et interpolation des courbes de niveau ou par des levés de séries de points fournissant une
image fidèle de la configuration du relief. Piste nous détermine l'altitude des points choisis sur l'axe de la
route.
Profil en long du projet routier
Le profil en long du projet est défini par le projeteur et représenté par "la ligne rouge" qui est une
intersection dans l'axe de la plate-forme de la voie et du plan vertical. Elle représente la position de l'axe
de la route par rapport à la surface du sol, en effet la ligne rouge nous donne un aperçu de la quantité de
déblais et de remblais à faire, de la distance de transports, et par conséquent les points Où il conviendra de
modifier le premier profil. Les cote indiquées sur le plan de la zone nivelée indiqueront de combien il
convient de reporter l'axe de la route à droite ou à gauche de la ligne d'opération pour avoir le moins de
déblai s et de remblais possible et de manière que les déblais compensent les remblais avec le moindre
distance de transport.

24
ESPACE PROJECTS

Figure 20 : profil en long


Norme à respecter pendant la réalisation d'un profil en long du projet

-Angles saillants
Catégorie Exceptionnelle 1ére 2éme 3éme Hors
catégorie catégorie catégorie catégorie
Rmin normal 16000m 9000m 4000m 2000m 1000m
Rmin absolu 7000m 4000m 1800m 1500m
Tableau 7 : Rayon de courbure des raccordements saillants
-Angles rentrants
catégorie Exceptionnell 1ére 2éme 3éme Hors
e catégorie catégorie catégorie catégorie
Rmin unique 4000m 2500m 1500m 1000m 500m
Tableau 8 : Rayon de courbure des raccordements entrants
-Pente (descente) et rampes (montée)
Catégorie Exceptionnel 1ére 2éme 3éme Hors
le catégorie catégorie catégorie catégorie
Pente max 4% 4% 4% 6% 7% à 12%
sur 2Km
Tableau 9 : les pentes selon les catégories

25
ESPACE PROJECTS

Condition de visibilité
Il est important d'assurer une visibilité satisfaisante à l'approche d'un virage, ou un obstacle éventuel,
cette condition est appelé la distance de visibilité présentée sous forme d'une longueur de route dégagée
que peut apercevoir l'automobiliste devant lui. Pour apprécier cette longueur on admet que l'œil du
conducteur est situé à 1m au-dessus de la chaussée.

Figure 21 : la distance de visibilité


La distance de visibilité dépend alors de la hauteur de l'objet (route, véhicule…) qui doit être vu par le
conducteur et la valeur de l'angle saillant masqué.

II.3.3 Profil en travers


Le profil en travers d'une chaussée est une coupe perpendiculaire à l'axe de la route de l'ensemble des
points définissant sa surface sur un plan vertical, une telle coupe met en évidence :
Les largeurs des voies, des accotements, des fossés éventuels et de l'emprise, Les pentes transversales de
la chaussée et des accotements, indispensables pour un bon écoulement des eaux, Les pentes des talus
qui en conditionnent la stabilité.

Figure 22 : profil en travers

26
ESPACE PROJECTS

Dans une étude d’un projet de route l’ingénieur doit dessiner deux types de profil en travers
Profil en travers type
Il contient tous les éléments constructifs de la future route dans toutes les situations (en remblai en déblai,
en alignement et en courbe)
Profil en travers courants
Ce sont des profils dessinés à des distances régulières qui dépendent du terrain naturel accidenté ou plat
car on opte à modifier les caractéristiques géométrique ou géotechnique de structure des couches.

II.4 Norme et outils de la conception routière


II-4.1 Les documents techniques
ICTAAL (Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des autoroutes de liaison) : Elle traite
de la conception des autoroutes interurbaines, qu’il s’agisse de la réalisation d’infrastructures nouvelles
ou de l’aménagement du réseau existant
ICTAVRU (Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des voies rapides urbaines) : Elle
constitue un guide technique à l’usage des collectivités territoriales pour l’élaboration de projets de voies
urbaines ayant le statut de routes express – ou pouvant être perçues comme telles - dont elles assurent la
maîtrise d'ouvrage.
ICGRRC (Instruction sur les caractéristiques géométriques des routes en rase campagne) : Elle traite
des routes de rase campagne, autres que les autoroutes, ces dernières étant définies comme suit :
routes à 2 chaussées unidirectionnelles, sans croisement à niveau ni accès de riverains, réservées au
trafic automobile et à celui des motocycles de forte cylindrée .
GCRR (Guide de conception des routes rurales) : C’est un guide de conception appliqué aux routes à faible
trafic (≤ 400 véh/j) dont la vocation première est le désenclavement de la population rurale. Ce guide
regroupe sous une forme maniable les références et supports techniques pour l’élaboration des solutions
par les prestataires et pour leur adoption par les maîtres d’ouvrage en charge du suivi des études et des
réalisations de travaux ,
REFT (Routes économiques à faible trafic) : C’est le guide de conception des routes qui ne sont ni
nationales, ni régionales avec un trafic initial qui n’excède pas 150véh/j, La conception dans le cas de
REFT se fait en priorisant à chaque fois la solution la moins coûteuse
Catalogue des structures types de chaussées neuves : Il propose une démarche simple et ciblée pour le
dimensionnement des structures de chaussées et le choix des matériaux utilisés pour la construction d’une
route neuve.

II-4.2 outils d'application


Pour les projets nous utilisons plusieurs logiciels qui nous ont facilité la tâche, il s'agit exactement de :
Logiciel piste SETRA pour le réseau des voiries

27
ESPACE PROJECTS

AutoCAD pour le dessin et la conception

Logiciel piste du SETRA


piste est un logiciel d'aide à la conception des projets linéaires de génie civil ;.c'est un outil de base pour les
bureaux d'études devant concevoir des projets linéaire de génie civil depuis le simple chemin de
remembrement jusqu'au projet autoroutier en passant par les projets de renforcement de chaussée
existante.
Logiciel AutoCAD
AutoCAD est un logiciel de dessin assisté par ordinateur touchant plusieurs domaine notamment le civil,
l'architecture, la mécanique et l'industrie …, permettant de créer des plans, des schémas et même des
objets. Il permet en particulier de faire des projections et donc de représenter un objet 3D sous forme de
plan, il a une flopée d'options assurant l'utilisation des composants standards (ou non) et de sortir une liste
des composants nécessaire à la fabrication d'un objet.

Chapitre III : Présentation du projet


III.1 Objectif général du projet
Le but générale de ce projet est assurer une liaison routière aménagé entre les deux douars Oueld berhil et
Talamt afin d'améliorer la mauvaise qualité de la piste existante pour contribuer au désenclavement du
monde rurale, ce qui permettra d'augmenter le taux d’accessibilité entre ses deux régions aux services et
établissement publics (centre de santé, écoles, lycée…) , d'encourager l'investissement dans la zone en
facilitant la commercialisation des produits agricoles , et de contribuer au développement humain et
socioculturel dans la région.

III.2 Situation géographique


La liaison routière reliant Oueld Berhil et Talamt sur 10km se situe à la commune rurale Ida Ougailal dans la
province de Taroudant, inscrit dans le cadre de la conception des routes rurales dont la vocation est le
désenclavement du monde rurale.

28
ESPACE PROJECTS

Le projet a pour origine à partir d'OULED BERHIL et s'achève à TALAMT, desservis par les douars suivants :
Douar Agoudal
Zawit al kheng
Douar Talamt
Selon les coordonnées LAMBERT le tracé concerné est définit par les points suivant :

X Y
Origine du projet 203808 410050
Fin du projet 197890 412795
Tableau 10 : situation du projet

Aperçu climatique III.3

La pluviométrie moyenne est égale ou supérieure à 250mm. La température est marquée par l’influence du
climat du Haut-atlas, elle oscille entre -3°C et 39°C.

III-4 Aperçu topographique

Dans tout projet routier les données topographiques sont nécessaires puisqu' elle précise les types de
levés et les conditions dans lesquelles ils doivent être effectués
Les points topo sont représentés par des altitudes rattachées aux systèmes "Lambert" en planimétrie et au
NGM en altimétrie.
La topographie est un facteur important qui influence les caractéristiques géométriques de la route
puisqu'un relief accidenté a un impact majeur sur le choix de l'emplacement de l'axe de la route.

Selon les données topographiques du projet le terrain de ce projet se développe dans une zone accidentée,
montagneux et reconnus une piste déjà existante, et L'ensemble de la liaison se situe entre les cotes 490m
et 590m par rapport au nivellement général du Maroc (N.G.M).
La piste existante traverse un terrain :
-Plat : Du PK0+000 au PK1+400 et Du PK9+200au PK10+000.
-Vallonné : Du PK1+400 au PK5+300
-Montagneux : Du PK 5+300 au PK9+200
Les caractéristiques géométriques du tracé proposé sont ceux des R.E.F.T (Routes Economiques à Faible
Trafic).

III-5 Aperçu géologique


Le site du projet appartient au massif du haut atlas. Celui-ci est limité au Nord par les bassins

29
ESPACE PROJECTS

sédimentaires du Haouz et du Mejjate, au sud par les bassins d'Ouarzazate et du souss, à l’ouest par le grand
accident géologique qui emprunte le couloir d’Argana et enfin à l’est par les premiers recouvrements
sédimentaires du haut atlas calcaire.
La zone où évolue la liaison étudiée est dominée par des schistes quartzites calcaires du primaire et
antécambrien sédimentaires ainsi que des roches volcaniques et métamorphiques tout au long du tracé
jusqu’à sa fin on trouve des marnes calcaires du tertiaire.

III-6 Aperçu hydrogéologique

L’hydrogéologie n’offre d’intérêt que dans la mesure où l’enneigement prolongé permet de maintenir
toute l’année une réserve d’eau en général très limitée, dans des réservoirs souvent peu étendus et de
porosité médiocre (arènes et zones d’altération superficielle en général et formations fissurées). Du fait du
climat, ces petites nappes se vidangent donc annuellement par des sources de débits très modestes, mais
qui suffisent à satisfaire les besoins en eau des populations et des troupeaux. Les points d’eau sont donc
essentiellement constitués par des sources, ou encore les rivières pérennes où de nombreux villageois
viennent puiser leur eau.

III-7 Aperçu démographique


La zone de l’étude compte une population globale de 6431 habitants, selon le dernier recensement
2004 dont la caractéristique majeure reste le travail agricole.

Chapitre IV : étude du projet


IV-1 Etude géotechnique du projet
Suite à la demande du bureau d'étude ESPACE PROJECTS, le laboratoire L.G.C a procédé à l'étude
géotechnique de la liaison routière en réalisant des sondages par puits manuels répartis le long des tracés,
ces prélèvements de matériau ont été soumis aux essais d'analyse granulométrique et de la détermination
de la limite d'Attenberg pour classifier le sol destiné au projet.
Le résultat de ces sondages est donné par le tableau suivant :

SONDAGE 1 2 3 4 5
Classification GMTR C1B6 C1B6 B6 C1B6 C1B5
Catégorie II II II II II
Tableau 11 : Classification du sol

IV-1.1 Hypothèses de dimensionnement

30
ESPACE PROJECTS

- Trafic

En l’absence de ces données, l’estimation du trafic a été effectuée par exploration sur des zones semblables.
Les données fournies relèvent un trafic faible tournant au tour de 20Véh/j. Par ailleurs en tenant compte de
la population, nous pouvons prévoir un volume du trafic prévisionnel correspondant à la classe TPL1 selon le
catalogue Marocain des structures types chaussées neuves édition 1995.

- Environnement climatique
Semi-humide stable classée en zone I et puisque on a déjà précisé que les précipitations annuelles sont
entre 250 et 600 mm selon la carte schématique qui délimite les zones du Maroc représentée dans
l'annexe

- Durée de vie Longue


Les sondages des sols montrent que ces derniers procurent à la plateforme en climat semi humide selon le
catalogue 1995 une portance de classe St2

Figure 23 : le choix de portance de la partie supérieure des terrassements


On déterminera par la suite une portance de la plateforme de P3 donnée par le catalogue 1995 à partir de
la classe de la portance du sol

Figure 24 : le choix de la portance au sommet de la couche de forme

IV-1.2 Proposition de dimensionnement


En se référant au catalogue 1995 et en se basant sur les hypothèses de dimensionnement ci-dessus, le
dimensionnement proposé de la structure est le suivant :
31
ESPACE PROJECTS

Figure 25 : proposition de dimensionnement


Les trois structures sont convenables, on a adopté la structure suivante:
Sans couche anti-contaminante, Un revêtement superficiel bicouche pour la couche de surface posée sur
Une couche de base de 20 cm d'épaisseur du grave non traitée type C prolongé sur un sol support des
graves limoneux.

Figure 26 : profil en travers des couches de chaussée

IV-2 Etude géométrique du projet


IV -2.1 tracé en plan du projet IV
Cette route sera aménagée selon l’instruction REFT (hors catégorie), c'est-à-dire celle rangée dans cette
catégorie par décision du Directeur des Routes et de la Circulation Routière (D.R.C.R.).

Vitesse de base 40 km/h


Rayon minimal normal 75m
Rayon minimal absolu 15m

Le tracé empruntera en principe la piste existante avec quelques modifications en vue de respecter les
caractéristiques géométriques imposés par l’instruction REFT, Comme il est déjà signalé précédemment, la
piste existante traverse un terrain Plat, vallonné à montagneux et est circulable par les véhicules légers.

Toutefois, des changements de tracé - ripage du côté montagne - aux endroits où la piste longe des
chaabas ainsi qu’aux endroits où le terrain naturel présente une forte pente sont indispensables.

-La procédure technique pour élaborer un tracé en plan

Sur le plan topographique On définit le terrain naturel TN en délimitant la piste existante, les talus, et les
écoulements.
Sur le logiciel piste on fait le calcul de triangulation pour obtenir les cotes de chaque point de TN définie
qui nous permettra ensuite de projeter les courbes de niveaux sur le terrain naturel.

32
ESPACE PROJECTS

On définit par la suite le projet en faisant le tracé en plan qui respectera les principes cités précédemment.
On trace premièrement l’axe du projet après on limite une largeur de 6m pour notre chaussée ce qui
donne une largeur de 3m pour chaque voie élémentaire.
Le projet est divisé en 3 axes afin de garantir la lecture parfaite de tous les points par le logiciel piste.
Après la réalisation des sommets et rayons en respectant les normes cité précédemment , et la
détermination des caractéristiques géométriques pour chaque axe , le logiciel piste nous permet de les lire
et de nous donner des tableau de ces caractéristique c’est ce qu’on appelle la tabulation.

IV-2.2 profil en long

Raccordement saillant
Rayon minimum normal 1000m
Rayon minimum absolu 1000m

Raccordement rentrant
Rayon minimum unique 500m

Déclivité 7% à 12%
Le profil en long est élaboré de manière à assurer un bon équilibre entre les volumes des déblais et
les volumes en remblais dans la partie tracé neuve et de façon à permettre un bon écoulement des
eux en plaçant des pentes minimales.
Procédure d'élaboration d'un profil en long -
Une fois que l'on a obtenu un profil satisfaisant, on l'arrête sur le plan de la zone nivelée par une
ligne rouge défini par le projeteur avec un petit liséré rouge se compose de segments de droite de
de déclivité en rampe et en pente et des raccordements circulaires, ou parabolique soit .elles soit
par des angles saillants ou par des angles rentrants en respectant les règles des paramètres
géométriques préconisé par le règlement ci-dessus .
Le profil en long obtenu (voir annexe) comporte les éléments suivant:
- Altitude des points du terrain
- Altitude du projet sur ces mêmes points
- Distances partielles, c’est-à-dire entre deux points successifs
- Distances cumulées depuis l'origine du profil jusqu'à point
- Numéro des profils en travers
- Déclivité du projet
- Longueur des alignements droits, et pour les courbes : rayon, développement et angle

33
ESPACE PROJECTS

IV -2.3 profil en travers


Le profil en travers type adopté pour la route étudiée est le suivant:
- Chaussée : 2×2,00 déversée de 2,5 % de part et d’autre
- TPC : 1m avec bordure de part et d’autre du TPC.
- Accotement : 2×1,00 de part et d'autre de la chaussée déversée de 4,0 %.
- Talus : De remblai : H/V =2/3 De déblai : H/V= 3/2
- Procédure d'élaborer un profil en travers
Le profil type est donné automatiquement par le logiciel piste en faisant un calcul projet pour définir tous
les composants d'un profil en travers.
Il faut pour cela, calculer et inscrire d'une part toutes les côtes du terrain à chaque changement de pente
du projet, et d'autre part, toutes les côtes du projet à chaque changement de pente du terrain naturel.
Pour cette étude on a établie 570 profil en travers, que chacun d'aux comporte les même dimensions
générales et des détails constructifs commun, alors pour éviter cette répétition sur chaque dessin on
établit tout d'abord un profil unique appelé profil en travers type illustré dans la figure ci-dessous
contenant tous les éléments constructifs de la future route dans toutes les situations (en remblai, en
déblai, en alignement et en courbe).

Figure 27 : profil en travers type du projet


Cubature des terres -
Les mouvements des terres désignent tous les travaux, et ils sont objectif primordial de modifier la forme
du terrain pour qu'il soit disponible à recevoir des ouvrages en terme général.

34
ESPACE PROJECTS

Les cubatures de terrassement, c'est l'évolution des cubes de déblai (enlever des terres) et remblai
(ajouter des terres) que comporte le projet à fin d'obtenir une surface uniforme et parallèlement sous
adjacente à la ligne rouge.
Pour le calcul automatique des cubatures par logiciel piste, les résultats sont en annexe

Chapitre V : Etude hydrologique et hydraulique


V -1 Etude hydrologique
V-1.1 Choix de la période de retour
Compte tenu de la nature des routes rurales et de leur objectif de desserte, il n'est pas possible pour des
raisons économiques et financières, de prévoir des ouvrages devant faire face à tous les évènements
climatiques et donc à toutes les crues. Il convient accepter un certain risque qu'une structure soit
endommagée; ce risque variant d'un projet à l'autre.
En toute rigueur, le choix de la période de retour (d’une crue) devrait faire l'objet d'une analyse mettant en
regard le coût d'investissement de l'ouvrage, avec les conséquences d'un débordement d'eau pour
l'usager, les riverains et l'ouvrage. Si on opte pour une longue période de retour (cinquantennale ou
centennale), le coût d'investissement est élevé, alors qu'une période de retour courte (décennale par
exemple) entraîne un coût d’investissement modéré et des coûts d'entretien élevés. Il est recommandé
d’adopter (sauf dans le cas des ouvrages d’art) :
Pour les ouvrages hydrauliques, une période de retour de 10 ans et vérifier que le niveau d'eau n'atteint
pas le corps de chaussée pour une période de retour de 25 ans.
Pour les ouvrages de drainage, une période de retour de 10 ans et vérifier que le d'eau n'atteint pas le
corps de chaussée pour une période de retour de 25 ans

V -1.2 Délimitation du bassin versant


- Report du tracé sur un fond topographique (1/50 000 ou 1/100 000)
-Repérage des cours d’eau sur le même fond topographique
- Délimitation des bassins versants correspondants aux cours d’eau et mesure des surfaces par AUTOCAD

35
ESPACE PROJECTS

Figure 28 : carte de délimitation du BV

V-1.3 Formules à adopter et limites d’utilisation


La détermination d'un débit de pointe prend en compte plusieurs facteurs traduisant les paramètres
d'ordres climatique et morphologique, se rattachant au bassin d'apport et au cours d'eau drainant. Le
débit de projet correspondant à une période de retour donnée, de l'événement crue, peut être calculé de
deux manières, si le bassin versant est équipé d'une station climatique de jaugeage, le débit de pointe est
alors estimé :
statistiquement, en utilisant les lois d'ajustement des valeurs mesurées directement sur le
cours d'eau alimenté par le bassin versant à l'étude (hydrologie statistique),
par constitution de l'hydro-gramme de la crue à partir des données observées, afférentes aux
précipitations et aux caractéristiques dudit bassin versant (hydrologie analytique).
La 1ère méthode a pour inconvénient de requérir des mesures s'étendant sur une période longue, la
2ème n'est pas pratique à utiliser à cause de la difficulté d’appréciation de certains paramètres s'y
rattachant.
De ce fait, le débit de pointe est évalué à partir de formules empiriques ou semi empiriques,
communément utilisées dans le domaine des ouvrages de franchissement routier c’est le cas de notre
projet, car les bassins versants ne sont pas équipés des stations climatiques de jaugeage :
Le tableau ci-après représente les formules empiriques qu’on va utiliser, en tenant compte de la taille du
bassin-versant.

36
ESPACE PROJECTS

Tableau 12 : les formules de calcul du débit


La formule de Mallet-Gauthier, élaborée en Algérie, s’applique bien à l’estimation des débits des grands BV
dont la superficie dépasse 10 km2, mais la fiabilité des résultats obtenus dépend de celle avec laquelle a
été approché le coefficient K intervenant dans celle-ci.
Il convient de rappeler cependant que, quelle que soit la formule utilisée, la valeur obtenue pour le débit
n’a qu’un caractère approximatif et non absolu. Celle-ci devra être approchée, chaque fois que possible,
par une enquête terrain.

V -1.4 Calcul de débit à l’exutoire


Formule de mac-math

Q : débit à évacuer (en l/s)


P : hauteur maximale (en mm) de pluie tombée en 24 h sur le bassin versant : P =100 mm
A : Surface du bassin versant (en ha)
I : pente du bassin versant (en mm/m)
K : coefficient dé pendant de la nature de la surface du bassin versant compris entre 0,11 et
0,43 K=0.32.
Application
On sait que cette formule est applicable juste pour des bassins versants dont la surface est inférieur à 1
km2 alors d’après l’étape de la délimitation des bassins on peut choisir le cas du bassin versant 3 dont les
caractéristiques sont les suivant :

N° bassin versant 3
N° d’ouvrage hydraulique 3
Surface du bassin (Km2) 0.66
K×P 32
Pente minimale du bassin (mm/m) 120.58
N° de profil en travers d’OH 113

Tableau 13 : caractéristiques du BV N°3

37
ESPACE PROJECTS

Calcul de la pente moyenne


En pratique, on procède au calcul de la pente sur un certain nombre de tronçon (i) de longueur Li la
pente moyenne est alors donnée par la formule :

Pour le calcul de l’intensité et la hauteur de pluie, on utilise les résultats de «l’étude des courbes
hauteur-durée réalisée pour onze région Maroc par la Société du Centrale pour l’Equipement et
territoire (SCET)

Alors :

Qp= 32*0.660.58*120.580.42 = 2720.32 l/s

On procède de même pour tous les bassins versant de surface inférieur à 1 Km 2(Annexe)
Formule FULLERII
La formule de Fuller II s’applique bien à l’estimation des débits des grands BV dont la superficie dépasse les
10 km2, mais elle conduit généralement à une surestimation des débits.
L'expression de cette équation se présente sous la forme suivante :

T : est la période de retour (en ans)


a : coefficient variant de 0,7 à 3,5 en fonction de la pluviosité :
0.7-0.8 : pour les grands bassins et les régions biens arrosées
Jusqu’à 2 pour les régions arides
Pour le Sud du Maroc a varié de 3 à 3,5 (notre cas).
N : un coefficient variant de 80 à 100 en fonction de la morphologie du bassin versant : égale à 85 pour
notre cas car on a une région accidentée.
A : surface de bassin versant en Km2 .
Application

38
ESPACE PROJECTS

Comme on a vu précédemment, cette formule est applicable pour les bassins versant dont la surface
est supérieur à 10 Km2, alors on peut choisir les cas du bassin versant 1 dont les caractéristiques sont :

N° bassin versant 1
N° d’ouvrage hydraulique 1
Surface du bassin hydraulique (Km2) 75.2
N° de profil en traves [2-4]
T (ans) 10
N 85
A 1
Tableau 14 : caractéristique du BV N°1
Alors
8 4 85
QT = (1+alog(10) ) × (75.20.8 + 3×75.20.5) × 3× 100 = 124.26 m3/s

On procède de même pour tous les bassins versants de surface inférieure à 1 Km2.
Formule de Mallet-Gauthier
L'expression de cette équation se présente sous la forme suivante :

Avec :
a = 20
T = période de retour (en ans)
H = pluviométrie annuelle moyenne (en m) : H =0.250 m
A = surface du bassin versant (en km²)
K = 2 (valeur variant de 0,5 à 6. Il a été décrété de la prendre égale à 2 au Maroc depuis les
inondations de 1996).
Application
Cette formule s’applique bien à l’estimation des débits des grands BV dont la superficie dépasse 10 km2,
mais la fiabilité des résultats obtenus dépend de celle avec laquelle a été approché le coefficient K
intervenant dans celle-ci. Or, l’estimation de cette valeur est pour le moins délicate. En effet, elle peut
varier de 0,5 à 6.
Cette formule est applicable pour les bassins versants de surface supérieur à 10 Km2 , et c’est le cas du
bassin versant 1 de caractéristiques définit précédemment.
Avec L la longueur du bassin versant : L =20.4 Km

𝟕𝟓.𝟐
QT = 2×2×log (1+20×0.250) × × √𝟏 + 𝟒 × 𝐥𝐨𝐠(𝟏𝟎) − 𝐥𝐨𝐠(𝟕𝟓. 𝟐) = 99.47 m3/s
√𝟐𝟎.𝟒

39
ESPACE PROJECTS

Formule de HAZEN LAZEREVIC


Dans une région de climat et de géologie homogènes, Hazan & Lazarevic proposent une corrélation simple
entre le débit et la surface du bassin versant. L’expression de cette équation pour le Haut Atlas Saharien se
présente sous la forme suivante :

Q1000= 9,38 *S* 0,742

QT= Q1000 * (1+a log(T)) / (1+alog(1000))

Q1000 : Débit maximal (en m3/s) pour la période de retour T = 1000 ans.

S : Superficie du bassin versant km².

On prend l’exemple du bassin versant 1 de caractéristique définit précédemment :

Q1000= 9.38×75.20.742 = 231.39 m3/s

Alors

QT = 231.39× (1+20×log (10)) / (1+20×log (1000) = 99.17 m3/s

Remarque :

Il convient de rappeler cependant que, quelle que soit la formule utilisée, la valeur obtenue
pour le débit n’a qu’un caractère approximatif et non absolu. Celle-ci devra être approchée,
chaque fois que possible, par une enquête terrain.

On remarque que La valeur de QT trouver par la méthode de FULLER I n’est pas la même
pour la méthode de HAZEN LAZEREVIC et n’est pas la même pour la méthode de MALLET-
GAUTHIER, pour bien évaluer ce débit on calcule le débit moyen :

40
ESPACE PROJECTS

Méthode de Méthode de Méthode de Débit moyen


H.LAZEREVIC MALLET- FULLER Qm
GAUTHIER
Débit de 99.17 99.47 124.26 107.72
Pointe (m3/s)
Tableau 15 : débit moyen

V -2 Eude hydraulique

La traversée d'un cours d'eau, quand elle n’est pas réalisée à l'aide d'un pont, nécessite un ouvrage
hydraulique (buse, dalot ou radier) qui rétablit les écoulements coupés par la route.

Quand le choix d'un ouvrage hydraulique est plausible, il peut présenter plusieurs avantages : sa
construction est généralement économique, le délai de sa mise en place est plus court et le coût de son
entretien est plus bas.

La mise en œuvre d'un tel ouvrage exige de modifier le moins possible les conditions locales, de contrôler
les niveaux d'eau et ce, au moindre coût.

La fonction principale d'un tel ouvrage étant de permettre le passage d'un cours d'eau sous un remblai et
de supporter les charges mortes et vives qui le sollicitent, sa conception implique donc des considérations
hydrauliques et structurales. Parmi les considérations relevant de l’hydraulique, le passage de l'eau doit
être réalisé sans occasionner de submersion ou des conditions d'écoulement inadmissibles.

La méthode qu’on va utiliser pour le dimensionnement des ouvrages hydrauliques c’est la méthode de
Delorme, par application d’une formule de pré-dimensionnement qui se base sur le calcul des débits
capables des ouvrages hydraulique. Ces débits des ouvrages sont donnés par des débits qui correspondent
aux débits critiques déterminés par la formule de Delorme.

Pour les buses : Qc = 2,8 x R x H3/2 x 0,88


Pour dalots : Qc = 1,5 x L x H3/2
Qc : Débit critique (en m3/s) ;
R : Rayon intérieur des buses (en m) ;
L : Ouverture droite des dalots (en m) ;
H : Hauteur des piédroits sous dalle pour les dalots ou diamètre intérieur pour les buses en (m).

V -2.1 Facteurs influençant le choix hydraulique

41
ESPACE PROJECTS

Les principaux facteurs influençant le choix des ouvrages hydrauliques sont :

L’importance du débit à évacuer, qui fixe la section d’écoulement et le type de l’ouvrage.


Les caractéristiques hydrauliques de l’ouvrage : la rugosité, perte de charge à l’entrée, forme de la
section d’écoulement (une section d’écoulement rectangulaire permet, dans le cas de faible
hauteur d’eau, des débits plus importants qu’une section circulaire).
La largeur du lit. Un ouvrage unique adapté au débit à évacuer et à la largeur du lit de la rivière est
généralement préférable à des ouvrages multiples qui augmentent les pertes de charges et rendent
plus difficiles le passage des corps flottants.
La hauteur disponible entre la cote du projet et le fond du Thalweg. Pour déterminer la hauteur
disponible pour l’écoulement des eaux, il faut tenir compte de l’épaisseur minimale des remblais de
protection des buses ou de l’épaisseur des tabliers des ponts et ponceaux ainsi que de la revanche
jugée nécessaire pour le passage des corps flottants en période de crue.

Dans notre projets, on a des ouvrages hydraulique déjà réalisées, pourtant on a besoins de savoirs
plusieurs caractéristiques sur ces ouvrages :

- Les dalots seront conformes à ceux des dossiers types de la DRCR.


- Les buses seront de diamètre Ø800 et Ø1000, les buses seront enrobées dès que la hauteur de
remblai est inférieure à 0,50m.
V -2.2 Applications
Profils en travers [2-4] :
C’est un oued, on se propose de réaliser un ouvrage hydraulique de type dalot 4.20×4.20 :
Vérification de débit critique :
C’est deux dalot 4.20×4.20 donc :
Qc =2×1.5×4.20×4.201.5= 108.45 m3/s.
Or le débit de pointe moyen est 107.72 m3/s
Alors : Qc≥Qm condition vérifié.
Donc on peut prendre ces dimensions.
Profil en traves [532-534] :
Il s’agit d’un écoulement d’eau, on prévoit la réalisation d’une buse Ø1000 :
Qc= 2.8×0.5×11.5×0.88 = 1.232 m3/s
Or on a un débit de point calculé égale à 1.916 m3. Condition non vérifié
Alors on propose de réalisé deux buses Ø1000.

42
ESPACE PROJECTS

Qc = 2×2.8×0.5×11.5×0.88 = 2.464 m3/s


Alors : Qc≥Qp condition vérifié.

N°OH N° bassin N°PT QP(m3/s) Type d’ouvrage QC


versant (m3/s)
1 1 [2-4] 107.72 2dalots 4.2×4.2 108.45
39 10 [532-534] 1.916 2buses Ø1000 2.464
Tableau 16 : exemple d'ouvrage hydraulique à utiliser
Une protection partielle est requise, du remblai de la route entourant l’ouvrage hydraulique par perré
maçonné, Ces aménagement sont nécessaire afin d’accomplir les fonctions suivants :
empêcher le remblai d'empiéter sur l'ouverture de l’ouvrage hydraulique
améliorer le rendement hydraulique
résister aux forces de soulèvement
empêcher l'affouillement aux extrémités
prévenir l'érosion du remblai et du lit du cours d'eau
prévenir l'infiltration à travers la fondation et le remblai
améliorer l'apparence

V -2.3 Calage des ouvrages hydrauliques


Le calage des ouvrages hydrauliques se fait par le logiciel AutoCAD en chargeant une application qui
permet de dessiner ces ouvrages sur le profil en travers concerné. L’implantation des petits ouvrages
hydrauliques est à examiner en plan et en profil en long.

Tracé en plan
En plan, l’implantation d’un ouvrage hydraulique se fait en principe dans le lit du cours d’eau, en veillant à
assurer un bon alignement entre l’OH et le lit naturel de l’oued comme illustré dans la figure ci-après.
Quand l’écoulement arrive sur la route avec un angle d’incidence aiguë, le respect du principe du maintien
du lit naturel de l’écoulement décrit ci-haut induit des longueurs importantes pour les OH à projeter. Il est
donc utile d’implanter l’OH de façon droite (biais = 90°) et de canaliser les eaux à l’amont et à l’aval de
façon à garantir la continuité de l’écoulement.
Par ailleurs, cette configuration, pour les biais inférieur à 70°, sort du domaine d’application du logiciel
CAD90 pour les dalots. Ce qui induit à une difficulté conceptuelle qui n’est pas au porté de tout le monde.

43
ESPACE PROJECTS

Figure 29 : présentation d'un OH sur CAD

On procède ainsi à une rectification du lit de l’écoulement en veillant à signaler les protections du coude du
nouveau lit et des zones remblayées de l’ancien lit de l’oued.

Figure 30 : présentation d'un OH en projetant des protections sur CAD

Profil en long
Le calage de l’ouvrage peut être plus délicat, il est lié à la pente du lit et aux contraintes éventuelles sur
profil en long de la route.

44
ESPACE PROJECTS

si la pente du lit est normale (0.5 à 6%) et s’il n’y a pas de contraintes sur le profil en long de
la route, l’ouvrage sera calé suivant le profil en long du cours d’eau.
si la pente est très élevée on cale l’ouvrage avec une pente plus faible que celle du cours
d’eau en faisant déboucher l’ouvrage :
 en flan de talus
 en creusant la tête amont par rapport au terrain naturel
si la pente est faible ou nulle, l’ouvrage sera implanté avec la pente maximale que permet
l’approfondissement du lit par curage.
Pour avoir un écoulement libre en aval, il faut que la pente d’ouvrage soit moins égale à la pente critique
d’écoulement dans l’ouvrage.

Figure 31 : calage d'ouvrage hydraulique N°1 (2 dalots 4.2*4.2)

45
ESPACE PROJECTS

Conclusion
Tout au long de cette période de stage au sein de bureau d’études ESPACE PROJETS,
nous avons pu mettre en pratique nos connaissances théoriques acquises durant notre
formation, cela nous a offert en conséquence une bonne préparation pour notre insertion
professionnelle, car elle fut une expérience enrichissante et complète qui confronte nos
désirs d’exercer dans le génie civil ;

En outre, ce stage était une chance d’avoir non uniquement un aperçu global sur le
fonctionnement du métier d’un ingénieur civil spécialisé en travaux routiers, mais aussi de
recenser ses différents enjeux, grâce à la bonne ambiance qui règne dans l’entreprise, et le
fait que les acteurs concernés par le sujet de notre étude ont été très coopératifs et attentifs
à nos questions ;

Enfin, nous tenons à exprimer notre satisfaction d’avoir travaillé dans des bonnes
conditions matérielles et un environnement agréable.

Bibliographie

- Rapport géotechnique de laboratoire L.G.C concernant le projet de liaison


routier reliant OULED BERHIL ET TALAMT
- Catalogue structure types de chaussées neuves
- Guide de conception des routes rurales
- Route économique à faible trafic
- Voiries à faible trafic
- Eléments pour la conception et l'entretien
- BET ESPACE PROJECTS, documents techniques, 2008

46
ESPACE PROJECTS

Annexe 1 : Carte schématique des zones climatiques du Maroc

Figure 32 : carte des zones climatiques du Maroc

47
ESPACE PROJECTS

Annexe 2 : images corresponds au site du projet

Figure 33 : douar Talamt Figure 34 : connexion douar Talamt

Figure 35 : connexion douar Agoudal Figure 36 : douar Agoudal

Figure 37 : digue de barrage Imil'kheng Figure 38 : colline imil'kheng

48
ESPACE PROJECTS

Annexe 3 : tracé en plan

Figure 39 : tracé en plan du projet de liaison routier reliant OULAD BERHIL et TALAMT sur 10Km

49
ESPACE PROJECTS

Annexe 4 : profil en long du projet

Terrain naturel
Ligne rouge

Figure 40 : profil en long de l'AXE 1

Figure 41 : Profil en long de l'AXE 2

50
ESPACE PROJECTS

Figure 42 : Profil en long de l'AXE 3

51
ESPACE PROJECTS

Annexe 5 : valeurs de devers


abscisse dévers gauche dévers droit
0 2,5 -2,5
468,930 2,5 -2,5
509,208 -4,75 -4,75
526,849 -4,75 -4,75
547,126 5,59 5,59
560,550 5,59 5,59
605,515 2,5 -2,5
1,605,864 2,5 -2,5
1,634,603 -2,67 -2,67
1,651,401 -2,67 -2,67
1,680,140 2,5 -2,5
1,683,557 2,5 -2,5
1,716,804 3,48 3,48
1,769,472 3,48 3,48
1,802,719 2,5 -2,5
1,803,779 2,5 -2,5
1,834,682 -3,06 -3,06
1,871,090 -3,06 -3,06
1,910,447 -2,67 -2,67
1,943,005 -2,67 -2,67
1,971,744 2,5 -2,5
2,079,294 2,5 -2,5
2,107,072 2,5 2,5
2,132,668 2,5 2,5
2,160,446 2,5 -2,5
2,504,193 2,5 -2,5
2,532,932 -2,67 -2,67
2,572,512 -2,67 -2,67
2,601,251 2,5 -2,5
3,170,038 2,5 -2,5
3,197,816 2,5 2,5
3,221,401 2,5 2,5
3,249,179 2,5 -2,5
4,417,785 2,5 -2,5
4,448,688 -3,06 -3,06
4,488,017 -3,06 -3,06
4,508,153 -2,67 -2,67
4,550,907 -2,67 -2,67
4,582,986 3,79 3,79
4,617,917 3,79 3,79
4,687,692 7 7
4,706,050 7 7
4,728,083 -7 -7
4,748,056 -7 -7
52
ESPACE PROJECTS

4,800,834 2,5 -2,5


4,825,068 2,5 -2,5
4,855,971 3,06 3,06
4,916,200 3,06 3,06
4,947,103 2,5 -2,5
5,274,411 2,5 -2,5
5,302,189 2,5 2,5
5,330,598 2,5 2,5
5,358,376 2,5 -2,5
5,495,615 2,5 -2,5
5,540,580 5,59 5,59
5,569,450 5,59 5,59
5,590,747 -7 -7
5,624,838 -7 -7
5,645,806 7 7
5,679,839 7 7
5,703,232 -3,79 -3,79
5,722,404 -3,79 -3,79
5,776,689 -2,58 -2,58
5,796,408 -2,58 -2,58
5,823,870 3,25 3,25
5,850,220 3,25 3,25
5,879,230 -3,25 -3,25
5,911,707 -3,25 -3,25
5,943,651 2,5 -2,5
6,094,919 2,5 -2,5
6,147,697 7 7
6,163,098 7 7
6,212,162 -3,79 -3,79
6,238,963 -3,79 -3,79
6,273,884 2,5 -2,5
6,802,100 2,5 -2,5
6,829,878 2,5 2,5
6,875,369 2,5 2,5
6,910,514 -2,67 -2,67
6,943,331 -2,67 -2,67
6,972,070 2,5 -2,5
7,245,977 2,5 -2,5
7,276,028 -2,91 -2,91
7,311,619 -2,91 -2,91
7,341,670 2,5 -2,5
7,597,739 2,5 -2,5
7,628,642 -3,06 -3,06
7,662,210 -3,06 -3,06
7,693,113 2,5 -2,5
7,972,141 2,5 -2,5
Tableau 17 : Valeurs de devers

53
ESPACE PROJECTS

Annexe 6 : volumes des terrassements et de la chaussée sur piste SETRA

Remblai Déblai (𝒎𝟑 ) 20cm GNC 20 MS Type I Imprégnation(T) RS (𝒎𝟑 )


(𝒎𝟑 ) (𝒎𝟑 ) (𝒎𝟑 )
AXE 1 17312 13432 3543 2054 23.0 17715
AXE 2 18644 56397 2835 1643 18.4 14175
AXE 3 159 577 183 106 1.2 915
TOTAL 36115 70406 6561 3803 42.6 32805

Tableau 18 : volumes des terrassements et de la chaussée

54
ESPACE PROJECTS

Annexe 7 : calcul du débit

Figure 43 : calcul du débit par la formule de FULLER II

Figure 44 : calcul du débit par la formule de MALLEGAUTHIER

Figure 45 : calcul du débit par la formule HAZENLAZAREVIC

55
ESPACE PROJECTS

Figure 46 : calcul du débit par la formule MACMATH

56
ESPACE PROJECTS

Annexe 8 : Liste des ouvrages hydrauliques

N°OH N°BV DESIGNATION OBSERVATION


N°PQ
1 2-4 1 Dalot Double 4,20x4,20 Oued

2 75 2 Dalot Simple 1,80x1,80 Ecoulement


Dalot Simple1,5x1,5+Protection
3 113 3 Gabion[113-115] sur 35 ml Oued
118-
4 127 4 Mur de Protection en béton Cimetière
5 140 Buse Ø1000 Ecoulement
6 155 Buse Ø1000 Ecoulement

7 185 Buse Ø800 Ø800 Existante à refaire

8 197 2-Buses Ø1000 2-Buses Ø1000 existantes à refaire

9 211 Buse Ø1000 Ø1000 existante à refaire

10 237 5 3-Buses Ø1000 Ecoulement


11 241 Buse Ø800 Ø800 Existante à refaire

12 247 Buse Ø800 Ø800 Existante à refaire

13 251 Buse Ø1000 Ecoulement

14 254 Buse Ø1000 Ø1000 existante à refaire


15 260 Buse Ø1000 Ecoulement
16 268 Buse Ø800 Ø800 Existante à refaire

17 280 2-Buses Ø1000 2-Buses Ø1000 existantes à refaire


18 290 6 2-Buses Ø1000 Buses Ø 400 et Ø1000 existantes à remplacer

19 302 Buses Ø1000 2-Buses Ø400 existantes à remplacer


20 311 Buses Ø800 Buse Ø 800 Existante à refaire
326-
21 329 2-Dalots Doubles 4,00x4,00 (Barrage)
327-
22 337 Mur de Protection
23 343 Buse Ø1000 Ecoulement
Ecoulement au niveau de PQ352 à dévier vers
24 345 Buse Ø1000 PQ345

25 375 Buse Ø1000 Ecoulement


26 387 Buse Ø1000 Ecoulement
27 405 Buse Ø1000 Ecoulement
28 425 Buse Ø1000 Ecoulement

29 439 Buse Ø1000 2-Buses Ø400 existantes à remplacer


30 448 Buse Ø1000 Ecoulement
2-Buses Ø1000 + Protection en
31 458 7 Gabion [459-462] sur 30 ml Buse Ø800 existante à remplacer
32 462 Buse Ø1000 Ecoulement
33 473 Buse Ø1000 Ecoulement

57
ESPACE PROJECTS

34 483 Buse Ø1000 Ecoulement


35 491 8 2-Buses Ø1000 Buse Ø800 existante à remplacer

36 499 Buse Ø1000 Buse Ø800 existante à remplacer


37 517 9 2-Buses Ø1000 Buse Ø800 existante à remplacer
38 528 Buse Ø1000 Ecoulement
39 533 10 2-Buses Ø1000 Ecoulement
40 538 Buse Ø1000 Ecoulement
545-
41 550 11 RSE de 21 Buses sur 50ml Oued

Tableau 19 : Liste des OH utilisée pour le projet

58
ESPACE PROJECTS

Annexe 8 : Calage d'ouvrages hydraulique N° 39

Figure 47 : calage de l'ouvrage hydraulique N°39 (2 buses Ф 1000)

59