Vous êtes sur la page 1sur 1

Senti et ressenti – à partir du senti.

Selon Gérard Athias, mon professeur de psychobiologie, et Claude Sabah voici comment senti
et ressenti vont se dérouler.

Notre biologie va se nourrir pendant les dix-huit mois avant notre naissance et les neuf mois
qui suivent notre naissance des émotions dérangeantes parentales.

Ce senti va gonfler notre mémoire cellulaire. C’est ce qui est appelé le programmant.

Nous avons 18 mois avant la naissance puis 9 mois. Cela nous donne une période de
programmation de 27 mois.

Imaginez, combien d’émotions dans une semaine vous font réagir, combien de ressentis en
une semaine vous posent un grand ou un petit problème ?

Pas qu’un, en tout état de cause, non ?

Imaginez alors, ce que nos parents vont vivre sur 27 mois et combien notre biologie va se
charger de toutes ces informations. C’est colossal.

Ce programmant va servir d’information basique de reconnaissance inconsciente d’un soi (sens


de vie) et de reconnaissance du monde (sens de survie). Comme il s’articule sur des solutions
non trouvées qui mettaient les parents dans une forme de danger inconscient, notre système
de survie utilisera ces informations comme support du danger à éviter dans le monde extérieur
ce qui poussera notre cerveau à la réactivité dès que le danger incorporé sera sollicité.

Le danger ne peut être conscientisé en soi malgré qu’il vive en soi. Pour cette raison, notre
biologie va le manifester et chercher à le maintenir à l’extérieur. Ainsi un vécu émotionnel
intérieur non désiré, va se transposer dans une situation extérieure.

Senti et ressenti – du senti au “re-senti”.


Tout programmant ne va bien sûr, pas être actif dans sa totalité.

Alors, qu’est-ce qui va devenir actif ?

À la suite de ces 27 mois, la vie continue bien sûr. Nous allons vivre des expériences. Ces
expériences, à travers notre biologie vont être interprétées par le programmant activé dans
ces expériences.

Le projet sens est un hologramme où une multitude d’émotions (vécus émotionnels =


ressentis) vont se répondre. Cette communication va plus qu’influencer la structure de notre
personnalité. Jean Bouchard d’Orval parle de “personne alitée”, ce jeu de mots prend toute sa
signification puisque nous construisons l’image de nous-mêmes sur ce que nos parents
n’arrivent pas à solutionner. De ce fait l’enfant devient le symptôme de sa famille.

NB Si cet article vous a plus, merci d'inviter des amis. Les ennemis ne me dérangent pas non
plus.