Vous êtes sur la page 1sur 4
 

La Vertue

 

Vol. 1 Issue 4

Un Bulletin Hebdomadaire Jeu. 8 Mars 2007

Ô vous qui avez cru! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe:

ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se rail-

lent pas d’autres femmes: celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que ‹perversion› lorsqu’on a déjà la foi. Et

quiconque ne se repent pas

Ceux-là sont les injustes.

 
 

LE SAIN CorAN (49:11)

Mot de la sagesse

«Quatre choses corrompent le coeur et y font

pousser l’hypocrisie comme l’eau fait pousser les plantes: l’écoute des distractions, la vulgarité, frapper à la porte du Sultan (Pouvoir), la recherche de la chasse»

LE SAINt ProPHètE dE L’ISLAM, MuHAMMEd (P)

«Le monde est édifié sur quatre types d’individus : un savant qui applique sa science, un ignorant qui ne dédaigne pas l’apprentissage, un riche qui donne généreusement de son argent aux pauvres, et un pauvre qui ne troque pas sa vie de l’au-delà contre la vie ici-bas ; car si le savant n’applique pas sa science, le pauvre dédaigne l’apprentissage, et si le riche se montre avare de son argent, le pauvre troque sa vie de l’au-delà contre sa vie d’ici-bas.»

 

L’ IMAM ALI (AS)

Personnalité

La Sainte Marie (AS)

Sa naissance:

La sainte Marie(AS) est la fille de la dame Hanna et du Prophète ‘Im- ran (AS). La soeur de Hanna, la dame Hanana, est l’épouse du prophète Zacharie (AS), père du prophète Jean (AS), dit Yahya(AS). Hanna ne put avoir des enfants normalement. Après de longues années de chagrin et d’espoir, Allah (sw) révéla a ‘Imran(AS) qu’il pouvait maintenant [ ]

 

Suite: Page 2

LA FEMME, CETTE PERLE PRÉCIEUSE

Question Sociales

Aujourd’hui plus qu’hier, par ignorance ou par orgueil, face à la vérité, certains s’attaquent à l’Islam et le critiquent. Al- ors que cette religion représente par excellence le respect des droits de l’homme de tous horizons et classes confondus. on l’accuse d’opprimer certaines catégories de personnes, de leur porter atteinte et de les dé- nigrer. La femme tout particulièrement est, prétendent-ils, considérée comme inférieure et dont les droits sont bafoués, voire inexistants, et dont le rôle dans la société est quasi inexistant. Entre haines, [ ]

 

Suite: Page 3

2

La

Vertue,

Jeudi

Le

8

MarS

2007.

VoL.

1

iSSue

4

Suite de La Page 1

 

[

]

avoir un enfant, et bientôt Hanna fut enceinte. En guise de recon-

naissance, elle fit une promesse à Allah (sw); son “fils” sera le serviteur voué du temple sacré (Bait-Al-Maqdis). “Quand la femme d’Imran dit: ‘ Seigneur, je T’ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C’est toi certes l’Audient et l’Omniscient’”. Quand elle accoucha, elle fut tristement surprise, car l’enfant était une fille! Les femmes n’étaient pas admises dans le temple. Comment donc y servira-t- elle!? “ Puis, lorsequ’elle en eu accouché, elle dit: ‘Sei- gneur, voilà que j’ai accouché d’une fille’; or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n’est pas comme la fille. ‘Je l’ai nommé Marie, et je la place, ansi que sa descendance, sous ta protection contre le Diable, le banni’”. La mère de Marie ne sut cependant qu’Allah (sw), dans Sa sagesse sublime, lui exauça indirectement sa prière. Elle ingnora que son grand-fils sera le prophète et messager, en plus d’être un serviteur infaillible d’Allah, Jésus (AS). Hanna décida finalement qu’elle tiendra sa promesse, elle se dirigea seule avec son bébé Marie (AS) vers le temple. Son mari ‘Imran (AS) était déjà décédé. Elle présenta son enfant aux rabbins, qui se réjouirent de voir l’enfant de leur prophète. Cependant, l’enfant avait besoin d’un gardien, et les rabbins ce disputèrent sur ce sujet. Chacun voulu pren- dre la garde de Sainte Marie et Zacharie (AS) réclama qu’il fut le plus censé de le faire, étant un de ses proches et le prophète d’Allah (sw). Les rabbins refusèrent. Enfin, ils acceptèrent tous de recourir au tirage au sort. Chaque candidat écrivit son nom sur son propre calame (outil

d’écriture) et ils les jetèrent à l’eau. Celui dont le calame flotta fut l’élu gardien de Sainte Marie. Par la volonté d’Allah, seule celui du prophète Zacharie flotta, les autres coulèrent. Ansi Marie (AS) fut confiée au soins du bon Zacharie(AS), qui l’éleva avec tant d’amour et de respect, comme sa propre fille, dans un petit sanctuaire spécial du temple sacré où elle

vécut

(à suivre)

 
 

PrEPArEr PAr: FAtIMA dAHEr

 

Enseignements

Les enseignements islamiques couvrent tout

le champ de la vie humaine. Ils sont globalement divisés en deux parties:

 

1. La relation de l’homme avec Allah

 

2. La relation de l’homme avec l’homme

La relation de l’homme avec Allah Pendant qu’il accomplit un acte d’adoration, l’homme est absorbé[

]

 

Suite: Page 4

3

La

Vertue,

Jeudi

Le

8

MarS

2007.

VoL.

1

iSSue

4

Suite de La Page 1

 

[

]

mensonges, ignorances ou amalgames, quel est réellement le statut

de la femme dans l’Islam et en occident ? où est elle vraiment respectée et intégrée dans la société et où y tient-elle vraiment un rôle ?

 

La condition de la femme en Occident.

 

En occident, ou plus largement dans les pays non musulmans, la femme, disent-ils, est une citoyenne à part entière, égale à l’homme sur tous les points de vue. o r, cette prétendue égalité, n’a pas toujours été un acquis ; elle a dû la réclamer haut et fort au prix de sa vie par- fois A l’époque où les hordes isolées se trouvaient en pleine lutte pour l’existence ; le clan devait veiller à se débarrasser de tout rejeton qui nécessitait de grands soins. Les filles nouveau-nées, en première ligne, avaient ce caractère d’impedimenta. on cherchait donc à s’en débarrasser autant que possible dès leur naissance. on n’en laissait vivre qu’un petit nombre, celles dont on avait absolument besoin pour la reproduction de l’espèce. En Grèce, elle était un objet se vendant et s’achetant dans les marchés et ne disposant d’aucun droit. dans l’empire romain, l’homme avait tous les droits sur sa famille. Même celui de vie et de mort sur sa femme et ses enfants, sans devoir rendre de comptes à l’Etat. En Inde, lorsque le mari mourait, son épouse s’immolait sur son bûcher de plein gré. Aujourd’hui, elle se contente de se raser les cheveux de nos jours, une situation persiste, se maintenant et s’aggravant toujours davantage : la prostitution. Elle était non seulement permise aux filles non mariées, mais à Babylone, chez les Phéniciens, les Lydiens et chez bien d’autres peuples encore, elle était de- mandée, voire ordonnée par la religion. A Babel, la puissante capitale de l’empire babylonien, il était prescrit que toute jeune fille devait se rendre au moins une fois en pèlerinage au tem- ple de la déesse Mylitta pour s’y prostituer, en son honneur, au libre choix des hommes qui ac- couraient en foule. on rapporte de Chéops, roi d’Egypte, qu’il tira du produit de la prostitution de sa fille l’argent nécessaire à la construction d’une pyramide.

qu’il tira du produit de la prostitution de sa fille l’argent nécessaire à la construction d’une

4

La

Vertue,

Jeudi

Le

8

MarS

2007.

VoL.

1

iSSue

4

Suite de La Page 2

 

[

]

par ses louanges à Allah, et donc, essaie d’amener son âme à se

transcender et à se hisser au-dessus de ce monde matériel. Il tente de se purifier des impuretés de ses péchés et de cultiver en lui-même, de hautes qualités humaines. Il implore l’aide d’Allah, le tout-Puissant et l’Eternel afin de venir à bout des causes du désespoir et du découragement; il continue de L’invoquer afin d’assumer sa responsabilité envers Lui. Le Saint Coran dit: “Adore-Moi et persiste dans la prière pour te souvenir de Moi.” (Sourate tâhâ; 20:14) de là, il est évident que c’est l’adorateur qui tirera profit de l’adoration.

La relation de l’homme avec l’homme Cette partie des enseignements islamiques inclut tous les problèmes sociaux. L’Islam, avec son système distinctif, apprend à ses adeptes comment ils doivent être, comment ils doivent vivre et comment ils doivent s’acquitter de leurs devoirs envers la société. Les obligations dont un Musulman doit s’acquitter sont de nature large et variée. Ces obligations sont envers les parents, les instituteurs, les amis, les voisins, les frères en religion, les semblables, et même les animaux (voir:

“Islam, Code of Social Life”) L’Islam nous informe que l’homme, étant un organe du corps social, a une si grande importance que rien ne saurait être égal à sa vie et à son sang. Le Saint Coran dit: “Celui qui a tué un homme qui lui-même n’a pas tué, ou qui n’a pas commis de violence sur la terre, est considéré comme s’il avait tué tous les hommes; et celui qui sauve un seul homme est considéré comme s’il avait sauvé tous les hommes.” (Sourate al- Mâ’idah; 5:32) Le Saint Prophète a dit que tous les croyants sont les organes d’un seul corps. Si un organe souffre tous les autres organes du corps se sentent malades. Comme nous le savons, en Islam, il n’y a pas de problème de race, de couleur ou de région géographique. Il est possible que toutes les sociétés musulmanes établissent, sur la base de leur adhésion à une idéologie commune, un gouvernement mondial avec une seule loi et une seule politique dans lequel toutes les entités raciales et géographiques peuvent être submergées.

Pour reçeVoir Votre CoPie hebdoMadaire (forMat Pdf) VeuiLLeZ SVP nouS enVoyer un CourrieL

 

Pour PubLier niMPorte queL MatérieL VeuiLLeZ SVP nouS enVoyer un CourrieL VeuiLLeZ noter que Le Contenue Peut être Changé, SuPPriMé ou refuSé.

 

editeur en Chef: Zain aL-aabideen haider

 

editeur: MaytheM aLi

Conçu Par: ahMad haidar editeur: MohaMMed naZar

editeur: ahMad aL naJJar

Contactez-nous

VeuiLLeZ SVP nouS enVoyer VoS rétroaCtionS, CoMMentaireS et SuggeStionS au CourrieL SuiVant : thetruth 110@gmail .com