Vous êtes sur la page 1sur 4

Sortez couverts.... et même bâchés!

Par Patrick VERDIERE

De nombreux convois intégrant des wagons plats ou tombereaux divers voyagent sur nos
réseaux, le plus souvent «à vide»...

Il existe pourtant une solution, peu coûteuse, plutôt facile et rapide à mettre en œuvre, et qui
donnera à vos futures circulations un aspect original: la confection de bâches!

Autre avantage: la bâche, ayant vocation à dissimuler l’objet transporté, le spectateur pourra lui-
aussi donner libre cours à son interprétation -voire imagination débordante- en regardant passer vos
trains: machines-outils, prototypes, cargaisons dangereuses, engins militaires ou autres
chargements sensibles...

Les matériaux utilisés:


- Des mouchoirs en papier (de préférence sans motif imprimé en relief)
- Une chute de STYRODUR, polystyrène extrudé (utilisé notamment sur le réseau CORAIL 76 pour
confectionner les reliefs; un bloc de mousse utilisé par les fleuristes pour piquer les fleurs
conviendra également)
- Un morceau de papier aluminium ménager
- Des peintures pour colorer vos bâches.

Avant la réalisation des bâches, on confectionnera un mélange Colle Blanche + Eau + Liquide
Vaisselle (une goutte!) déjà utilisé et bien connu pour la mise en œuvre de végétation, ballastage
des voies et autres flocages...

Les Opérations:

- On va d’abord donner la forme souhaitée à notre futur chargement. À vos limes et cutters!

La forme ainsi obtenue est ensuite placée sur le morceau de papier d’aluminium qui servira à la
fois de plan de travail pour la suite des opérations puis, in fine, de socle plan et propre à votre
chargement.

Le mouchoir en papier est ensuite découpé aux dimensions de la bâche (soyez un peu généreux
pour bien couvrir l’ensemble) puis placé sur le bloc de STYRODUR préalablement formé.
Le mouchoir est alors progressivement imbibé du mélange Colle + Eau à l’aide d’une seringue ou
d’une pipette (il est recommandé de commencer par le 'centre' du volume).

L’outillage nécessaire Prêt... piquez! La magie opère déjà!

Tandis que le mélange s’insinue lentement dans le mouchoir, manipulez délicatement avec des
pinces type «brucelles» pour façonner la bâche selon votre inspiration (plis et replis). Attention,
fragile!

Le mouchoir ne s’est pas déchiré? Alors, le plus dur est fait!!!

Laissez sécher au moins 48 heures pour obtenir un ensemble bien rigide. Après séchage complet,
procédez à l’adaptation finale de la forme (découpage de la base par exemple) et vérifiez sa
parfaite intégration dans le wagon qui l’accueillera.

Il est temps ensuite de passer à la peinture de votre ensemble. Là aussi, dans ce domaine, tout
existe... On pourra privilégier des teintes grises ou vertes (les kakis notamment) les plus répandues
mais pourquoi pas déroger avec du orange ou du bleu!

J’ai personnellement opté pour des peintures de chez PEBEO (c’est surtout ce que j’avais sous la
main!).
Le séchage après peinture permet de mieux apprécier encore le détail des plis et replis. Ceux-ci
pourront se trouver mis en valeur et accentués par 'une patine aussi subtile qu’appropriée'.

Ici, les chargements avant patine


Il est temps maintenant que les wagons ainsi chargés retrouvent le réseau de CORAIL 76...
Attention au départ!

On pourra utilement appliquer cette «recette» pour confectionner d’autres bâches selon les
besoins: une voiture de luxe abritée dans votre allée de jardin ou dans votre garage, une carcasse
de voiture ancienne dissimulée dans la cour d’un ferrailleur, un tas de bois rangé dans la cour de
ferme, une meule de foin protégée sur une charrette, une toiture partiellement recouverte dans
l’attente de travaux...

Patrick VERDIERE
© Mars 2019

Centres d'intérêt liés