Vous êtes sur la page 1sur 7

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

POST-SCRIPTUM

Post-Scriptum

Michel Fédou

© Centre Sèvres POST-SCRIPTUM Post-Scriptum Michel Fédou Centre Sèvres | Recherches de Science Religieuse 2011/1 -

Centre Sèvres | Recherches de Science Religieuse

2011/1 - Tome 99 pages 37 à 42

ISSN 0034-1258

Article disponible en ligne à l'adresse:

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.cairn.info/revue-recherches-de-science-religieuse-2011-1-page-37.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Fédou Michel , « Post-Scriptum » Post-Scriptum,

Recherches de Science Religieuse, 2011/1 Tome 99, p. 37-42.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Centre Sèvres.

© Centre Sèvres. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

POST-SCRIPTUM

par Michel Fédou, Centre Sèvres – Facultés Jésuites de Paris

P uisque le mot « colloque » signifie « conversation », il est heureux que les exposés du colloque sur J. P. Meier aient suscité diverses réactions

et que les échanges d’alors puissent se poursuivre et s’enrichir dans ce numéro de la revue. C’est dans cet esprit que j’ai accepté d’écrire à mon tour quelques lignes à la suite de la note de J. Moingt. Je voudrais avant tout remercier celui-ci de rappeler avec force qu’il n’est pas possible d’établir à partir de l’histoire une « théologie de la vie de Jésus ». J’ai moi-même indiqué, au début de ma contribution, trois raisons qui empêchent de le faire : d’une part, la chronologie des récits évangéliques porte le plus souvent la marque des rédacteurs, en sorte que (en dehors de tel ou tel cas, notamment des récits de la Passion), on ne peut pas s’appuyer sur cette chronologie pour reconstituer tel quel le déroulement des faits ; d’autre part, les évangélistes ont seulement retenu des épisodes significatifs, et de l’aveu même de J. P. Meier on ne saurait parvenir par l’histoire à une « biographie raisonnablement complète » ; enfin et surtout, la théologie chrétienne ne peut prendre pour principe les données de l’histoire, car elle repose sur la confession de foi en Jésus pro- clamé comme Christ et Seigneur. Ce dernier point est capital : il signifie par lui-même que les recherches menées par les historiens et exégètes de la « troisième quête » ne doivent pas nous ramener à la « première quête » en contournant les débats du siècle dernier ; en particulier, elles ne sau- raient mettre en cause la prise de position critique de Bultmann par rap- port à toute démarche qui prétendrait accéder à la foi sur le fondement de l’enquête historique. Certes – et c’était bien la pointe de mon propos – j’ai néanmoins consi- déré qu’il était possible et même nécessaire d’envisager une « théologie de la vie de Jésus au sens large », compte tenu des apports de J. P. Meier qui, dans les limites de sa propre discipline, nous permet d’atteindre une

certaine connaissance du Jésus historique. Cependant, outre que l’expres- sion « théologie de la vie de Jésus au sens large » coupe court à l’illusion

RSR 99/1 (2011) 37-42

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

38

M. FÉDOU

de prétendre s’appuyer sur une exacte reconstitution de la chronologie, il s’agit bien là d’une « théologie », que l’on n’entend aucunement déduire des résultats atteints par l’histoire, mais dont on attend seulement qu’elle prenne en compte les acquis les plus solides de l’ouvrage de J. P. Meier. L’enracinement dans la confession de foi pascale n’est donc pas perdu de vue. Simplement, comme le soulignait déjà Käsemann en son temps, le contenu même du kérygme nécessite de recueillir les enseignements de l’histoire qui, sans être principes de la théologie, prennent une nouvelle portée à la lumière de la foi pascale. C’est précisément dans cette perspective que doit être entendue la « christologie implicite ». Celle-ci ne revient pas à nier la discontinuité entre la perception de Jésus avant Pâques et la foi de la communauté post- pascale ; elle ne consiste pas à dire que l’identité de Jésus-Christ aurait pu être pleinement reconnue dès avant Pâques à partir de ses paroles et de ses actions (même si elle put tout de même l’être jusqu’à un certain point, moyennant la foi, par les disciples comme par d’autres hommes ou femmes que Jésus rencontra sur sa route – pour ne rien dire ici du cas de Marie). Mais la confession pascale invite à découvrir rétrospectivement comment toute la vie de Jésus témoigne déjà d’une telle identité ; or c’est cette vie de Jésus que l’ouvrage de J. P. Meier contribue pour sa part à nous faire connaître (du moins dans les limites de sa recherche historique). Ainsi faut-il raisonner pour toute affirmation relevant de la « christologie haute » : ce n’est évidemment pas de l’histoire qu’on peut déduire de tels énoncés, mais si l’on tient (à la lumière de la Résurrection) que le Fils de Dieu « s’est anéanti lui-même, prenant condition d’esclave et devenant semblable aux hommes » (Ph 2, 7), alors on doit être particulièrement attentif à ce qui, dans le « portrait » tracé par J. P. Meier, témoigne de ce que j’ai appelé la « discrétion » de Jésus (à travers sa manière de ne pas se mettre en valeur lui-même), ou met en évidence son enseignement sur le double commandement de l’amour (enseignement dont J. P. Meier éta - blit qu’il n’est pas simplement le fait de la communauté postpascale mais qu’il remonte à Jésus lui-même durant son ministère public). Il est vrai que le problème concernant le rapport entre la prédication de Jésus et celle des apôtres renvoie à un autre problème de grande importance. Les auteurs du Nouveau Testament ont présenté Jésus-Christ comme celui qui avait accompli les promesses faites à Israël (Paul sou- lignant en particulier que ces promesses étaient désormais transmises à toutes les nations) ; or pour dire cela il fallait s’appuyer sur la conviction que Dieu s’était déjà révélé dans l’histoire de son peuple et que Jésus venait précisément accomplir ce qui avait été alors annoncé ou prophé- tisé. Mais, demande J. Moingt, en développant « une christologie messia- nique de l’accomplissement des Écritures » (moyennant l’insistance sur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

POST-SCRIPTUM

39

l’activité thaumaturgique de Jésus), prend-on suffisamment en compte la « déconstruction de l’historiographie biblique » ? Quels faits d’his- toire peut-on invoquer pour dire que Dieu a effectivement agi dans l’his- toire passée, et quelle révélation de sa mission Jésus a-t-il pu recevoir des Écritures ? De telles questions sont de fait capitales. Faute de pouvoir les envisager ici dans toute leur ampleur, je me contenterai d’indiquer trois perspectives susceptibles d’orienter notre réflexion.

En premier lieu, une distinction serait nécessaire à propos de l’historio- graphie biblique. Il y a bien « déconstruction » de cette historiographie pour les périodes les plus anciennes du passé d’Israël (ce qui, d’ailleurs, ne signifie pas que certains récits du Pentateuque et surtout des livres dits « historiques » ne renvoient pas lointainement à des faits réels, même si ceux-ci ont été transformés ou tout au moins réinterprétés). Mais le concept de « déconstruction » ne s’impose pas de la même manière pour la période plus récente (disons en gros : pour la période allant de la dépor- tation à Babylone jusqu’à la fin de l’époque hellénistique). Cela ne veut pas dire que les écrits prophétiques les plus tardifs et les écrits sapien- tiaux permettent de reconstituer avec exactitude toute l’histoire d’Israël de cette dernière période (ici aussi il y a eu des processus de réinterpréta- tion). Mais la distinction posée permet au moins de dire que, par ces écrits des cinq ou six derniers siècles environ, Jésus pouvait avoir connaissance d’un certain nombre de faits qui étaient advenus dans l’histoire de son peuple – des faits que les prophètes et les sages avaient compris comme signifiant, dans certains cas, l’intervention de Dieu dans l’histoire : ainsi le retour d’exil, ou, plus récemment, le témoignage des martyrs d’Israël. Il est vrai que, pour la période plus ancienne aussi, les juifs du temps de Jésus (et les chrétiens à leur suite – à l’exception d’Origène pour tel ou tel passage biblique) croyaient globalement à l’historicité de tout ce qui avait été transmis par les Écritures. Mais – et c’est ma deuxième remarque – le fait que leur croyance soit souvent démentie par les données de l’histo- riographie contemporaine n’enlève rien à la vérité que garde, pour nous, leur regard de foi sur le passé : puisqu’ils pensaient sincèrement que tel événement s’était produit, ils pouvaient à bon droit y lire, le cas échéant, le signe d’une action de Dieu dans l’histoire (guidés en cela, à nouveau, par la lecture que les écrits prophétiques et sapientiaux en avaient faite). De ce point de vue, la « déconstruction » de l’historiographie biblique ne peut pas ébranler notre assurance selon laquelle Jésus, comme ses contemporains, croyait réellement que Dieu était intervenu dans l’histoire de son peuple – par exemple à travers un premier « exode » qui, bien que limité, portait en lui la promesse d’une autre libération de portée plus universelle.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

40

M. FÉDOU

Mais alors, dira-t-on, qu’en est-il pour nous-mêmes ? Dans tous les cas où nous ne tenons plus l’historicité d’un récit vétéro-testamentaire, sommes- nous encore autorisés à dire que Dieu a néanmoins commencé d’agir dans l’histoire d’Israël, en sorte que Jésus puisse être justement présenté comme « accomplissant les Écritures » ? Oui, nous le pouvons (c’est la troi- sième perspective que j’annonçais), dès lors que nous prêtons attention au texte lui-même et à l’expérience de révélation dont il est porteur. Ainsi, que l’on ait pu raconter le don de la manne aux Hébreux affamés, c’est au moins l’expression de ce que Dieu s’était révélé au rédacteur comme un Dieu compatissant à l’égard de son peuple et désireux d’intervenir en sa faveur ; un tel épisode, par le fait même d’être raconté, signifiait que Dieu se rendait déjà présent à l’histoire – ne serait-ce qu’en suscitant dans cette histoire la conscience d’une promesse, celle d’un lendemain où il apporterait encore la nourriture nécessaire, voire la promesse du jour où il s’offrirait lui-même comme nourriture pour toute l’humanité…

Je ne peux approfondir ici même ces perspectives, qui relèveraient d’une tâche beaucoup plus large : tout en recueillant les résultats de l’his- toriographie biblique (y compris dans son aspect de « déconstruction », mais en tenant compte de la distinction que j’ai apportée plus haut), il faudrait développer dans ces conditions mêmes une théologie de l’An- cien Testament qui puisse aider à comprendre en quoi Jésus a porté les Écritures anciennes à leur accomplissement – cela non seulement en faveur d’Israël, mais pour les nations elles-mêmes. Je crois en tout cas que cette tâche serait essentielle – son enjeu étant, entre autres, de rendre compte du lien entre la prédication de Jésus dans le monde juif de son temps et l’annonce de l’Évangile dans l’horizon du monde. Mais je ne voudrais pas terminer sans faire retour sur l’œuvre impo- sante de l’historien américain, pour justifier à nouveau l’intérêt qu’elle me semble mériter. Certes, on ne peut pas attendre de cette œuvre plus qu’elle ne peut ni ne veut apporter : J. P. Meier n’entend pas prouver la foi au Christ à partir de l’histoire, et (abstraction faite de tel ou tel passage dont on peut contester l’argumentation, comme je l’ai fait moi-même à la fin de mon propre exposé), il s’en tient avec rigueur à la méthode histo- rique telle qu’il la définit au début de son premier volume. Il reste que, dans les limites ainsi posées, et en bénéficiant lui-même de nombreuses recherches qui ont été menées avant lui, il parvient à mettre en lumière des traits fort importants de la figure historique de Jésus. Je ne peux énu- mérer une nouvelle fois ces différents traits (le meilleur résumé en est donné par l’auteur lui-même dans les pages où il propose expressément un « portrait » du Nazaréen) ; on peut d’ailleurs s’attendre à ce que ces traits s’enrichissent encore avec le volume annoncé sur les paraboles, sur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

POST-SCRIPTUM

41

les appellations de Jésus et sur les récits de la Passion. Je me contente simplement d’attirer l’attention sur le fait très remarquable que, dans le cadre même de sa démarche historique, J. P. Meier est conduit à laisser paraître le caractère inattendu et finalement inclassable de Jésus ; certes, il reconnaît en lui quelqu’un qui se présente comme un prophète escha- tologique à la manière d’Élie, mais il laisse aussi entendre que Jésus ne peut pas se laisser enfermer dans une telle définition ; surtout, alors même qu’il insiste beaucoup sur la proximité de Jésus avec le Baptiste, il montre avec beaucoup de force (du seul point de vue historique, là encore) com- ment Jésus se démarque profondément du Baptiste par sa prédication et plus encore par sa manière d’être, par ses relations avec les collecteurs d’impôts et les pécheurs, par les paroles de pardon et par les actes de guérison qui lui sont reconnus. Je comprends certes l’explication de Paul Veyne pour qui l’histoire s’intéresse seulement au spécifique et non pas au singulier, mais cette explication ne doit-elle pas être nuancée ? Dans le cas présent, en tout cas, il faut reconnaître que les tentatives pour identifier Jésus à une « catégorie » donnée s’avèrent, sur le terrain même de l’his-

toire, radicalement insuffisantes : Jésus est bien en ce sens, selon le titre américain de l’ouvrage, « a marginal Jew », et peut-être la démarche de

J. P. Meier n’est-elle jamais plus significative que lorsque, par la voie même de la méthode historique, elle conclut à l’impossibilité de « classer » ou

« définir » Jésus. Ce faisant, redisons-le, elle n’aboutit pas à « prouver » la foi au Christ, mais n’est-ce pas beaucoup, pour l’historien, que de pouvoir reconstituer jusqu’à un certain point le portrait de Jésus et, dans le cadre même de son enquête, d’en reconnaître finalement la radicale énigme ? On serait peut-être tenté d’objecter : fallait-il alors consacrer tant de labeur à la recherche historique si c’était pour parvenir au constat de cette radicale énigme – alors que la confession de foi chrétienne, elle, s’est depuis si longtemps prononcée sur l’identité profonde du Nazaréen ? Mais outre que, comme l’écrit J. Moingt, le théologien doit « confesser la par- faite humanité du Christ » et que cela « l’attache inexorablement à l’his- toire des historiens », il nous faut en l’occurrence saluer le mérite d’un savant qui (avec d’autres auteurs sur lesquels il s’appuie, et quoi qu’il en soit de nos réserves sur tel ou tel point) nous donne aujourd’hui nombre d’informations sur ce que l’on peut « honnêtement » dire de l’histoire de Jésus. Il nous faut en outre rappeler une dernière fois l’image dont use

J. P. Meier pour qualifier sa recherche : celle d’un « conclave » qui réuni -

rait un catholique, un protestant, un juif, un musulman et un agnostique, à seule fin de trouver un consensus sur l’identité et le projet de Jésus tel que l’histoire permet d’en rendre compte. Cette image dit bien l’horizon culturel et religieux dans lequel s’inscrit la recherche de l’historien. Elle dit par là même, assurément, les limites de cette recherche au regard de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - univ_paris1 -

- 194.214.27.178 - 11/11/2011 16h44. © Centre Sèvres

42

M. FÉDOU

la théologie. Mais elle dit aussi l’actualité de son propos, car comment les chrétiens pourront-ils relever le grave défi du débat interreligieux s’ils ne sont pas en mesure de proposer à leurs interlocuteurs un « portrait » de Jésus historiquement fondé – susceptible de soutenir la comparaison avec celui d’autres fondateurs religieux, ou plutôt, de manifester en quoi il est justement incomparable à tout autre ? Cela faisant ils ne parleront pas encore de la foi pascale, mais ils parleront au moins de cet homme qu’ils confessent pour leur part comme Christ et Seigneur. Et qui sait si plus tard, hors du « conclave », on n’en viendra pas à les interroger sur leur foi elle-même ? Alors, il est vrai, ils n’auront plus besoin de se référer à J. P. Meier, car ils n’auront d’autre urgence que de parler du témoignage rendu par les évangélistes eux-mêmes et de rendre raison de l’espérance qui les habite.