Vous êtes sur la page 1sur 13

1

INTRODUCTION AUX TELECOMMUNICATIONS


ELEMENTS POUR LA RESOLUTION DES EXERCICES
Première année télécommunications et réseaux
2017 − 2018

I. C ALCUL DES DSP S DE SIGNAUX DE T ÉL ÉCOMMUNICATION


A. Exercice 1 : Signal biphase
On veut générer un signal de type biphase dans lequel les bits à 1 seront codés par un front descendant, tandis
que les bits à 0 seront codés par un front montant. La période symbole sera notée Ts .

1) Donner un mapping et une réponse impulsionnelle du filtre P de mise en forme permettant de générer ce signal.
Indication : le signal en sortie du modulateur s’écrit x(t) = k ak h(t−kTs ). Il s’agit de trouver les symboles
ak (mapping) et la forme d’onde h(t) (réponse impulsionnelle du filtre de mise en forme) qui permettent
d’obtenir le signal demandé.
Un exemple de modulateur permettant d’obetnir un signal biphase est donné dans les planches de cours.

2) Tracer le signal biphase généré pour transmettre la suite de bits suivante : 0110100.
Vous trouverez un tracé de signal biphase dans les planches de cours. A adapter à votre suite de bits à
transmettre. Attention il est important de renseigner l’axe des temps (où se trouvent Ts , 2Ts , 3Ts ...).

3) Déterminer la densité spectrale de puissance du signal biphase, en supposant que les symboles émis sont
indépendants et équiprobables.
Utiliser l’expression générale de la densité spectrale de puissance d’un signal de communication numérique
en bande de base (voir planches de cours) pour calculer et tracer la densité spectrale de puissance du signal
en sortie du modulateur numérique de l’exercice (pour le mapping, la durée symbole et le filtre de mise en
forme utilisés).
Indication : on écrira la réponse impulsionnelle du filtre de mise en forme comme une somme de deux
fonctions portes.
Résultat à obtenir :
sin4 πf T2s

2
Sx (f ) = V Ts 2
πf T2s
On pourra en déduire la bande occupée par le signal et donc l’efficacité spectrale de la transmission.
Vous trouverez un tracé de la DSP d’un signal biphase dans les planches de cours.

4) Le signal généré est-il un signal modulé en ”bande de base” ou bien ”sur fréquence porteuse” ? Expliquez
votre réponse.
Indication : la différence porte sur la position de la DSP du signal généré.
Réponse à justifier : le signal ici est un signal bande de base.

5) Comparer le signal biphase au signal NRZ bipolaire. Identifier quels pourraient être ses avantages et ses
inconvénients.
Les caractéristiques temporelles et fréquentielles du signal peuvent permettre d’identifier certains avantages
et inconvénients pour un canal de propagation à traverser.
Par exemple ici : l’un des deux signaux permet une reconstitution plus simple de l’horloge à partir du
signal reçu, tandis que l’autre présente une bande occupée plus importante pour une même quantité d’énergie
conservée.

B. Exercice 2 : Signal NRZ unipolaire


On veut générer un signal x(t) de type NRZ unipolaire dans lequel les bits à 1 seront codés par un niveau haut
+V de durée Ts , tandis que les bits à 0 seront codés par un niveau nul de durée Ts (modulation OOK : On Off
2

Keying).

1) Donner un mapping et une réponse impulsionnelle du filtre P de mise en forme permettant de générer ce signal.
Indication : le signal en sortie du modulateur s’écrit x(t) = k ak h(t−kTs ). Il s’agit de trouver les symboles
ak (mapping) et la forme d’onde h(t) (réponse impulsionnelle du filtre de mise en forme) qui permettent
d’obtenir le signal demandé.

2) Tracer le signal NRZ généré pour transmettre la suite de bits suivante : 0110100.
Vous trouverez un tracé de signal NRZ unipolaire dans les planches de cours. A adapter à votre suite de bits
à transmettre. Attention il est important de renseigner l’axe des temps (où se trouvent Ts , 2Ts , 3Ts ...).

3) Déterminer puis tracer la densité spectrale de puissance du signal, en supposant que les symboles émis sont
indépendants et équiprobables.
Utiliser l’expression générale de la densité spectrale de puissance d’un signal de communication numérique
en bande de base (voir planches de cours) pour calculer et tracer la densité spectrale de puissance du signal
en sortie du modulateur numérique de l’exercice (pour le mapping, la durée symbole et le filtre de mise en
forme utilisés).
Indication : attention ici à la statistique des symboles issus du mapping.
Résultat à obtenir :
V2 V2
Sx (f ) = Ts sinc2 (πf Ts ) + δ(f )
4 4
On pourra en déduire la bande occupée par le signal et donc l’efficacité spectrale de la transmission.

4) Le signal généré est-il un signal modulé en ”bande de base” ou bien ”sur fréquence porteuse” ? Expliquez
votre réponse.
Indication : la différence porte sur la position de la DSP du signal généré.
Réponse à justifier : le signal ici est un signal bande de base.

5) Comparer le signal généré ici au signal NRZ bipolaire. Identifiez quels pourraient être ses avantages et ses
inconvénients.
Les caractéristiques temporelles et fréquentielles du signal peuvent permettre d’identifier certains avantages
et inconvénients, selon le canal de propagation à traverser.
Par exemple ici : est-ce un avantage ou un inconvénient de voir ce dirac apparaitre en 0 ? la bande occupée
est-elle différente entre les deux signaux ?

II. C RIT ÈRE DE N YQUIST ET FILTRAGE ADAPT É


A. Exercice 1
Soit le système de transmission donné par la figure 1. On place en émission et en réception des filtres de réponses
impulsionnelles h(t) et hr (t) données par la figure 2. Le bruit n(t) est supposé additif, blanc et gaussien, de densité
spectrale de puissance égale à N20 quelle que soit la fréquence.

Fig. 1. Chaı̂ne de transmission considérée dans l’exercice 1, section II


.

1) La chaı̂ne de communication peut-elle vérifier le critère de Nyquist ? Justifiez votre réponse.


Indication : utiliser le tracé de la réponse impulsionnelle globale de la chaı̂ne de transmission, g(t), pour
3

Fig. 2. Réponses impulsionnelles des filtres d’émission et de réception pour l’exercice 1, section II
.

dire si le critère de Nyquist peut y être respecté ou non. Peut-on trouver, à partir de g(t), un instant t0 qui
permette de respecter le critère de Nyquist si on échantillonne à t0 + mTs ?
Ici la réponse est oui.

2) Sans bruit, tracer le signal en sortie du filtre de réception hr (t) pour la suite de bits émise suivante : 0110100.
Retrouve-t-on sur ce signal le fait que la chaı̂ne de transmission respecte le critère de Nyquist ?
Indication : déterminer si on peut trouver, tous les Ts , sur le signal tracé en sortie du filtre de réception un
instant sans interférence entre symboles (deux valeurs émises ⇒ uniquement deux valeurs possibles à ces
instants).
Ici la réponse est oui.

3) Tracer le diagramme de l’oeil avec une base de temps de Ts . Retrouve-t-on sur le diagramme de l’oeil le fait
que la chaı̂ne de transmission respecte le critère de Nyquist ?
Indication : le diagramme de l’oeil, tracé sur une durée Ts à partir d’un signal s(t), représente, sur un même
tracé, tout ce qui peut se produire sur ce signal pendant Ts . On peut en déduire s’il existe, tous les Ts , sur le
signal en question, un instant sans interférence entre symboles. Le signal d’intérêt ici est le signal en sortie
du filtre de réception hr (t) et la réponse est oui ces instants existent.

4) Proposer un instant optimal t0 pour démarrer l’échantillonnage en expliquant votre choix. On échantillonnera
alors aux instants optimaux t0 + mTs , m = 0, 1, 2, ....
Indication : les instants optimaux d’échantillonnage correspondent aux instants sans interférence entre sym-
boles apparaissant tous les Ts sur le tracé du signal en sortie du filtre de réception.
Remarque : plusieurs t0 sont possibles ici. Pour des questions de synchronisation l’un d’entre eux est meilleur
que les autres.

5) En supposant que l’on échantillonne aux instants optimaux, calculer le rapport signal sur bruit aux instants
d’échantillonnage.
Indications : écrire le signal échantillonné. Repérer la partie correspondant au signal, la partie correspondant
au bruit. Retrouver les 3 expressions possibles pour calculer la puissance d’un signal aléatoire et identifier
celle(s) qui sont les plus simples à utiliser ici à partir des données dont on dispose. On n’utilisera pas la
même expression pour la partie signal et la partie bruit.
2
Résultat à obtenir : SN R = VNT0 s

6) Comparer le rapport signal sur bruit obtenu précédemment à celui que l’on obtiendrait dans le cas où h(t) et
hr (t) sont deux fonctions portes de même durée Ts .
2
Le SNR obtenu pour deux fonctions porte de même largeur Ts est SN R = 2VN0Ts . Celui obtenu dans cet
exercice est donc plus faible. Est-ce mieux ? est-ce moins bien ? Pouvait-on s’attendre à ce résultat ?
Indication : Les paramètres de la chaı̂ne de transmission nous permettent de vérifier si le rapport signal sur
bruit est maximisé en sortie de l’échantillonneur ou pas. Dans cet exercice il ne l’est pas.

7) On choisira d’utiliser un détecteur à seuil. Déterminer le seuil optimal à utiliser en expliquant votre choix.
Indication : tracer la densité de probabilité du signal en sortie de l’échantillonneur.
Réponse : seuil en 0.
4

8) En supposant que l’on échantillonne aux instants optimaux et que l’on utilise le seuil optimal de décision,
donner le taux d’erreur binaire de la transmission en fonction de V , Ts et σ , σ 2 représentant la puissance du
bruit en sortie du filtre de réception hr (t).
Indication : Vous avez le droit d’utiliser, de manière judicieuse, les expressions des TES données dans les
planches de cours. ”De manière judicieuse” = en précisant quels sont la/les hypothèse(s) respectée(s) dans
la chaı̂ne de transmission permettant d’utiliser telle ou telle expression. Expression à adapter ensuite aux
paramètres de la chaı̂ne étudiée.  
On peut utiliser ici T EB = T ES = Q V g(t σ
O)
. Identifier la/les condition(s) respectée(s) par la chaı̂ne
de transmission le permettant. Attention la/les condition(s) doit/doivent être énoncée(s) pour pouvoir utiliser
l’expression.
Réponse après adaptation à la chaı̂ne étudiée : T EB = T ES = Q V2σTs


9) Calculer la puissance du bruit en sortie du filtre de réception σ 2 en fonction de N0 et de Ts .


Indication : Retrouver les 3 expressions possibles pour calculer la puissance d’un signal aléatoire et identifier
celle qui est la plus simple à utiliser ici, à partir des données dont on dispose. On devra également utiliser
l’expression liant les DSP des signaux d’entrée et de sortie d’un filtre.
Réponse : σ 2 = N04Ts .

10) Calculer l’énergie moyenne des symboles à l’entrée du récepteur Es en fonction de V et Ts .


Indication : Es = Psignal recu Ts . Ecrire l’expression du signal à l’entrée du récepteur. Utiliser, en l’adaptant,
l’expression générale de la densité spectrale de puissance d’un signal de communication numérique en bande
de base (voir planches de cours) pour déterminer la DSP du signal à l’entrée du récepteur puis sa puissance.
Réponse : Es = V 2 Ts .

11) Déduire des questions précédentes l’expression du taux d’erreur binaire en fonction de Eb /N0 .
Indication : reporter les expressions obtenues pour Eb (= Es ici) et σ dans l’expression du TEB de la question
8. q 
Eb
Réponse : T EB = Q N0

12) Comparer le taux d’erreur binaire calculé ici à celui qui serait obtenu dans le cas où h(t) et hr (t) seraient
deux fonctions portes de même durée Ts . Pouvait-on s’attendre à ce résultat ?
Indication : dans le cas où h(t) et hr (t) seraient deux fonctions porte q  durée Ts , identifier les
de même
2Eb
hypothèses permettant d’utiliser l’expression du TEB suivante : T EB = Q N0 (donnée dans les planches
de cours).
Déterminer quel est le meilleur TEB des deux et quels sont les paramètres de la chaı̂ne de transmission qui
aurait permis de prévoir ce résultat.

Remarque : On donne le résultat du produit de convolution nécessaire à cet exercice dans la figure suivante :
5

B. Exercice 2

Soit le système de transmission donné par la figure 3. On place en émission et en réception deux filtres de même
réponse impulsionnelle : hr (t) = h(t) = sinc(πt/Ts ). Le bruit n(t) est supposé additif, blanc et gaussien, de
densité spectrale de puissance égale à N20 quelle que soit la fréquence.

Fig. 3. chaı̂ne de transmission considérée dans l’exercice 2, section II

1) En considérant que hc (t) = δ(t) (canal AWGN) :


a) Vérifier dans le domaine fréquentiel que la chaı̂ne de transmission peut vérifier le critère de Nyquist.
 de transmission, G(f ),
Indication : Utiliser le tracé de la réponse en fréquence globale dela chaı̂ne
P k
pour dire si le critère de Nyquist peut y être respecté. A-t-on k G f − Ts = constante ?
La réponse est oui.

b) Vérifier dans le domaine temporel que la chaı̂ne de transmission peut vérifier le critère de Nyquist.
Indication : Utiliser le tracé de la réponse impulsionnelle globale de la chaı̂ne de transmission pour dire
si le critère de Nyquist peut y être respecté. Peut-on trouver, à partir de g(t), un instant t0 qui permette
de respecter le critère de Nyquist si on échantillonne à t0 + mTs ?
La réponse est oui.

c) En supposant que l’on échantillonne aux instants optimaux, calculer le rapport signal sur bruit aux
instants de décision. Le comparer à celui obtenu dans le cas où h(t) et hr (t) sont deux fonctions porte
de même durée Ts .
Indications : écrire le signal échantillonné. Repérer la partie correspondant au signal, la partie corre-
spondant au bruit. Retrouver les 3 expressions possibles pour calculer la puissance d’un signal aléatoire
et identifier celle(s) qui sont les plus simples à utiliser ici à partir des données dont on dispose. On
n’utilisera pas la même expression pour la partie signal et la partie bruit.
2
Résultat à obtenir : SN R = 2TNs V0
SNR identique à celui qui serait obtenu dans le cas où h(t) et hr (t) sont deux fonctions portes de même
durée Ts . Identifier les paramètres de la chaı̂ne de transmission qui pouvaient nous permettre de prévoir
ce résultat.

d) Sans le calculer, déterminez le taux d’erreur binaire de cette transmission. Expliquez votre réponse.
Identifier les hypothèses validées
qdans la chaı̂ne de transmission qui permettent d’utiliser l’expression
2Eb
du TEB suivante : T EB = Q N0 (donnée dans les planches de cours).

2) On suppose maintenant que le canal de transmission introduit un filtrage et que le module de sa réponse
en fréquence Hc (f ) = T F [hc (t)] est donné par la figure 4. Peut-on, en présence de ce canal, continuer à
respecter le critère de Nyquist ? Si oui, à quelle condition ?

Indication : Utiliser le tracé de la réponse en fréquence globale de la chaı̂ne de transmission pour dire si le
critère de Nyquist peut y être respecté.
La réponse est oui si Rs = T1s < 2BW .
6

Fig. 4. Fonction de transfert du canal de l’exercice 2, section II

C. Exercice 3
Soit un signal émis x(t) qui se compose de symboles équiprobables et indépendants appartenant à l’alphabet{±1}
mis en forme par un filtre en racine de cosinus surélevé de roll off égal à 0, 2. On transmet ce signal en bande de base
dans un canal de transmission idéal de bande 1200 Hz. Le filtre de réception est identique au filtre de mise en forme.

1) Le critère de Nyquist peut-il être respecté pour cette transmission ? Si oui à quelle condition ?
Indication : Utiliser le tracé de la réponse en fréquence
 globale
 de la chaı̂ne de transmission pour dire si le
P k
critère de Nyquist peut y être respecté. A-t-on k G f − Ts = constante ?
1
La réponse est oui si 0.6Rs < 1200 Hz , avec Rs = Ts .

2) En déduire le débit symbole Rs maximal pour une transmission sans apparition d’interférence entre les
symboles aux instants optimaux d’échantillonnage.
[Rs ]max < 2000 bauds.

III. E TUDE DU MAPPING


On transmet une suite de bits équiprobables et indépendants à travers un canal de transmission à bruit n(t)
additif, blanc et gaussien de densité spectrale de puissance Sn (f ) = N0 /2 ∀f ∈ R. Le modulateur utilisé est de
type NRZ à 4 niveaux et utilise le mapping suivant : 00 : −3V , 01 : −V , 11 : +V , 10 : +3V . Le filtre de réception
est adapté à la forme d’onde reçue et on suppose que l’on échantillonne aux instants optimaux t0 + mTs , où Ts
représente la durée symbole.

1) Calculer la probabilité de détecter (en sortie du bloc décision) le symbole −V alors que l’on a émis −3V .
Indication : Identifier le/les condition(s) réalisée(s) dans la chaı̂ne de transmission qui permettent d’affirmer
que le signal placé à l’entrée du bloc décision peut s’écrire zm = am g(t0 ) + wm , où am représente le mieme
symbole émis, g(t) la réponse impulsionnelle globale de la chaı̂ne de transmission et wm un échantillon
de bruit gaussien de moyenne nulle et de variance σ 2 . Donner la densité de probabilité de wm . Ecrire la
condition pour laquelle on déciderait −V (b am = −V ) alors que l’on a émis −3V (am = −3V ). A partir de
là déterminer la probabilité que bam = −V sachantque am = −3V .
Réponse : P (b am = −V |am = −3V ) = Q V g(t σ
0)
− Q 3V g(t0 )
σ .

2) Calculer la probabilité de détecter (en sortie du bloc décision) le symbole +V alors que l’on a émis −3V .
Indication : Indication : Identifier le/les condition(s) réalisée(s) dans la chaı̂ne de transmission qui permettent
d’affirmer que le signal placé à l’entrée du bloc décision peut s’écrire zm = am g(t0 ) + wm , où am représente
le mieme symbole émis, g(t) la réponse impulsionnelle globale de la chaı̂ne de transmission et wm un
échantillon de bruit gaussien de moyenne nulle et de variance σ 2 . Donner la densité de probabilité de wm .
Ecrire la condition pour laquelle on déciderait +V (b am = +V ) alors que l’on a émis −3V (am = −3V ). A
partir de là déterminer la probabilité que bam = +V sachant que am = −3V .
7

   
3V g(t0 ) 5V g(t0 )
am = +V |am = −3V ) = Q
Réponse : P (b σ −Q σ

3) Calculer la probabilité de détecter (en sortie du bloc décision) le symbole +3V alors que l’on a émis −3V .
Indication : Indication : Identifier le/les condition(s) réalisée(s) dans la chaı̂ne de transmission qui permettent
d’affirmer que le signal placé à l’entrée du bloc décision peut s’écrire zm = am g(t0 ) + wm , où am représente
le mieme symbole émis, g(t) la réponse impulsionnelle globale de la chaı̂ne de transmission et wm un
échantillon de bruit gaussien de moyenne nulle et de variance σ 2 . Donner la densité de probabilité de wm .
Ecrire la condition pour laquelle on déciderait +3V (b am = +3V ) alors que l’on a émis −3V (am = −3V ).
am = +3V
A partir de là déterminer la probabilité que b  sachant que am = −3V .
5V g(t0 )
Réponse : P (bam = +3V |am = −3V ) = Q σ

4) AN : V = 1, N0 = 10−3 V 2 /Hz , Rb = 1 kbps


am = −V |am = −3V ) = Q (2) − Q (6) = 0.0228
P (b
am = +V |am = −3V ) = Q (6) − Q (10) = 9.87 × 10−10
P (b
am = +3V |am = −3V ) = Q (10) = 7.62 × 10−24
P (b

5) La règle de codage choisie vous parait-elle intéressante ? Si oui, quel est son intérêt ?
En vous appuyant sur l’exemple précédent, identifier, pour un symbole émis, quel est le symbole avec lequel
on se trompera avec la probabilité la plus élevée. Observer pour les symboles en question le mapping proposé,
appelé mapping de Gray. En déduire son intérêt en termes de taux d’erreur binaire.
R +∞ u2
La fonction Q(x) = √12π x e− 2 du est donnée par la figure 9 en fin d’énoncé.

IV. E TUDE DE L’ EFFET D ’ UNE ERREUR DE SYNCHRONISATION : GIGUE SUR L’ INSTANT D ’ ÉCHANTILLONNAGE
Soit la chaı̂ne de transmission donnée par la figure 5, dans laquelle la réponse impulsionnelle h(t) du filtre
d’émission est une fonction porte de largeur Ts /2.

Fig. 5. Chaı̂ne de transmission considérée dans l’exercice


.

1) Déterminer hr (t) tel que ce soit le filtre adapté à h(t) et qu’il soit causal.
Indication : Ecrire le critère de filtrage adapté. A partir du critère, la réponse impulsionnelle du filtre adapté
à h(t) (canal AWGN) peut être obtenu par le tracé en partant du tracé de h(t) : retournement puis décalage
pour trouver un filtre causal.
Ici on trouve que hr (t) est identique à h(t).

2) Déterminer la réponse impulsionnelle globale g(t) de la chaı̂ne de transmission.


Indication : Le résultat de la convolution de deux fonctions porte est connu. Nous l’avons utilisé en cours.

3) Tracer le signal r(t) obtenu sans bruit en sortie de hr (t) pour la suite binaire suivante : 011001.
Indication : Ecrire le signal r(t) comme le résultat de la convolution d’une suite de Diracs pondérés par
les symboles émis avec g(t). Retrouver l’effet de la convolution d’une fonction par un Dirac pour pouvoir
réaliser le tracé.

4) Tracer le diagramme de l’oeil en sortie du filtre adapté sans bruit.


Indication : le diagramme de l’oeil, tracé sur une durée Ts à partir d’un signal s(t), représente, sur un même
tracé, tout ce qui peut se produire sur ce signal pendant Ts . Le diagramme de l’oeil doit être tracé sur le
8

signal en sortie du filtre de réception hr (t) sans bruit, c’est-à-dire à partir du signal tracé à la question 3.

5) On prend les décisions à t0 + mTs avec t0 = Ts /2, a-t-on de l’interférence entre symboles ?
Indication : retrouver, à partir du diagramme de l’oeil tracé précédemment, s’il y a de l’interférence entre
symboles lorsqu’on échantillonne le signal tracé à la question 3 aux instants t0 + mTs avec t0 = Ts /2,
et m = 0, 1, 2, ... (deux symboles émis ⇐ uniquement deux valeurs possibles aux instants t0 + mTs avec
t0 = Ts /2, et m = 0, 1, 2, ... ?).
Ici la réponse est non.

6) On prend les décisions à t0 + mTs avec t0 = Ts /2 + Ts /8, a-t-on de l’interférence entre symboles ?
Indication : retrouver, à partir du diagramme de l’oeil tracé précédemment, s’il y a de l’interférence entre
symboles lorsqu’on échantillonne le signal tracé à la question 3 aux instants t0 + mTs avec t0 = Ts /2 + Ts /8,
et m = 0, 1, 2, ... (deux symboles émis ⇐ uniquement deux valeurs possibles aux instants t0 + mTs avec
t0 = Ts /2 + Ts /8, et m = 0, 1, 2, ... ?).
Ici la réponse est non.

7) Donner le TEB de la liaison en fonction de la variance σ 2 du bruit en sortie de hr (t), de V et de Ts dans


le cas où on échantillonne à t0 + mTs avec t0 = Ts /2.
Indication : Vous avez le droit d’utiliser, de manière judicieuse, les expressions des TES données dans les
planches de cours. ”De manière judicieuse” = en précisant quels sont les hypothèses respectées dans la chaı̂ne
de transmission permettant d’utiliser telle ou telle expression. Expressions à adapter ensuite aux paramètres
de la chaı̂ne étudiée.  
On peut utiliser ici T EB = T ES = Q V g(t σ
O)
. Identifier la condition respectée par la chaı̂ne de transmission
le permettant. Attention la condition doit être énoncée pour pouvoir utiliser  l’expression.
Réponse après adaptation à la chaı̂ne étudiée : T EB = T ES = Q V2σTs

8) On suppose maintenant que les instants de prise de décision sont affectés d’une gigue de phase. Les instants
de décision sont égaux à t0 + mTs avec t0 = Ts /2 + g , g étant une variable aléatoire qui prend ses valeurs
parmi 0, Ts /8, −Ts /8 avec les probabilités respectives 1/3, 1/3, 1/3. Calculer le TEB de la liaison avec
gigue de phase, en fonction de la variance σ 2 du bruit en sortie de hr (t), de V et de Ts .
Indication : On considèrera que le TEB est une fonction de la variable aléatoire discrète g prenant ses valeurs
dans l’ensemble 0, Ts /8, −Ts /8 de manière
 équiprobable et on utilisera la loi des probabilités totales.
Réponse : T EB = 31 Q V2σTs + 32 Q 3V8σTs .

9) En prenant de manière arbitraire V2σTs = 1, comparer le TEB obtenu avec gigue au TEB ” idéal ” (synchro-
nisation parfaite, sans gigue).
Sans gigue on obtient Q(1) = 0.1587, avec gigue on obtient 31 Q(1) + 32 + Q 34 = 0.2040.


V. E TUDE DE L’ EFFET D ’ UN CANAL NON AWGN : CANAL MULTITRAJETS


Soit le système de transmission donné par la figure 6. On place en émission et en réception deux filtres de
même réponse impulsionnelle égale à une fonction porte de largeur Ts /2. Le bruit n(t) est supposé additif, blanc
et gaussien, de densité spectrale de puissance égale à N20 quelle que soit la fréquence.

Fig. 6. chaı̂ne de transmission considérée dans l’exercice

Le canal de réponse impulsionnelle hc (t) est donné par la figure 7.


9

Fig. 7. Canal multi trajets

1) Ecrire y(t) en fonction de x(t) et des paramètres du canal.


Indication : l’antenne de réception voit arriver deux signaux provenant du même signal émis x(t) mais chacun
avec un retard et une atténuation différents. y(t) est le signal reçu et va donc s’écrire comme une somme de
ces signaux. Les atténuations α0 , α1 et les retards τ0 , τ1 représentent les paramètres du canal.
Réponse : y(t) = α0 x(t − τ0 ) + α1 x(t − τ1 ).

2) En déduire la réponse impulsionnelle hc (t) du canal.


Indication : plusieurs manières d’y arriver : écrire y(t) comme un produit de convolution entre x(t) et une
autre fonction qui représentera la réponse impulsionnelle du canal ; envoyer à l’entrée du canal le signal
x(t) = ej2πf t et écrire y(t) comme étant ej2πf t multipliée par une fonction qui représentera la réponse
en fréquence du canal et dont on devra prendre la transformée de Fourier inverse pour obtenir la réponse
impulsionnelle ; calculer la transformée de Fourier de l’expression obtenue à la question précédente pour
obtenir Y (f ) écrit comme un produit entre X(f ) et une certaine fonction qui représentera la réponse en
fréquence du canal et dont on devra prendre la transformée de Fourier inverse pour obtenir la réponse
impulsionnelle.
Réponse : hc (t) = α0 δ(t − τ0 ) + α1 δ(t − τ1 ).

3) On prend τ0 = 0, τ1 = τ0 + Ts , α0 = 1 et α1 = 0, 6. Sans bruit, tracer le signal en sortie du filtre de réception


hr (t) pour la séquence binaire transmise suivante 011001.
Indication : Ecrire le signal en sortie du filtre de réception hr (t) comme le résultat de la convolution d’une
suite de Diracs pondérés par les symboles émis avec g(t) = h(t) ∗ hc (t) ∗ hr (t). Retrouver l’effet de la
convolution d’une fonction par un Dirac. Pensez qu’un produit de convolution est commutatif et qu’on peut
donc le calculer dans l’ordre qui nous arrange.

4) Tracer le diagramme de l’oeil sans bruit en sortie du filtre de réception hr (t). A-t-on de l’interférence entre
symboles ?
Indication : le diagramme de l’oeil, tracé sur une durée Ts à partir d’un signal s(t), représente, sur un même
tracé, tout ce qui peut se produire sur ce signal pendant Ts . Si en échantillonnant dans la durée Ts on voit
apparaitre plus de deux valeurs possibles alors que deux symboles ont été émis c’est qu’il y a de l’interférence
entre symboles. C’est le cas ici.

5) Le critère de Nyquist peut-il être respecté ?


Indication : une solution est d’utiliser le tracé de la réponse impulsionnelle globale de la chaı̂ne de transmission
pour dire si le critère de Nyquist peut y être respecté ou non. Une autre solution est d’utiliser le diagramme
de l’oeil pour déterminer s’il existe, tous les Ts , sur le signal tracé en sortie du filtre de réception un instant
sans interférence entre symboles (ici deux valeurs émises, uniquement deux valeurs possibles à ces instants).
La réponse est non.

6) En supposant que l’on échantillonne à t0 + mTs avec t0 = Ts /2 et que l’on utilise un détecteur à seuil avec
un seuil à 0 (chaı̂ne de transmission pour canal AWGN), calculer le TEB de la liaison.
Indication : Le TES (=TEB ici) est une probabilité d’erreur. Lister les configurations d’erreurs possibles pour
en calculer les probabilités. Lorsque +V a été émis on décidera −V lorsque on a un signal échantillonné
10

négatif. Lorsque −V a été émis on décidera +V lorsque on a un signal échantillonné positif. Ici, cependant,
sans bruit, nous obtenons quatre possibilités
 1pour 0.4V
le signal
 échantillonné et non deux du fait de l’interférence.
1 1.6V Ts Ts
Réponse : T ES = T EB = 2 Q 2σ + 2Q 2σ .

7) En prenant de manière arbitraire V2σTs = 1, comparer le TEB obtenu sur canal multitrajet avec le TEB obtenu
sur canal idéal sans erreurs de synchronisation.
Réponse : T ES = T EB = 12 Q (1.6) + 21 Q (0.4) = 0.1997 au lieu de Q(1) = 0.1587.
R +∞ u2
La fonction Q(x) = √1
2π x e− 2 du est donnée par la figure 9 en fin d’énoncé.

VI. C HOIX D ’ UN SYST ÈME DE TRANSMISSION


On considère les trois systèmes de transmission définis dans le tableau suivant (”SRRCF” signifie ”Square Root
Raised Cosine Filter” ou filtre en racine de cosinus surélevé en français) :

Modulation : 16-QAM 16-PSK 16-ASK


Filtre d’emission : SRRCF, α = 0, 5 SRRCF, α = 0, 5 SRRCF, α = 0, 5
Filtre de reception : SRRCF, α = 0, 5 SRRCF, α = 0, 5 SRRCF, α = 0, 5
Debit binaire : 32 kbps 32 kbps 32 kbps
TEB : 10−4 10−4 10−4

1) Dans les trois systèmes de transmission proposés la transmission se fait-elle en bande de base ou sur fréquence
porteuse ?
Indication : la différence porte sur la position de la DSP du signal généré.
Réponse à justifier : Les trois transmissions sont des transmissions sur fréquence porteuse.

2) Donner le schéma des modulateurs pour les trois systèmes de transmission considérés.
Un schéma général du modulateur sur fréquence porteuse est donné dans vos transparents de cours. Ce qu’il
faut adapter, en fonction de la modulation considérée : le mapping et la réponse impulsionnelle du filtre de
mise en forme à utiliser. Ici seul le mapping différe d’une modulation à l’autre. Il s’agit de déterminer les
mapping associés aux modulations 16-QAM, 16-PSK et 16-ASK.

3) Tracer les constellations des trois modulations considérées.


Voir planches de cours pour 16-QAM et 16-PSK.
Indication pour la 16-ASK : déterminez s’il s’agit d’une modulation mono ou bi-dimensionnelle et décidez
si vous souhaitez générer des symboles à moyenne nulle ou pas.

4) Déterminer le débit symbole (Rs ) dans les trois cas.


Indication : retrouver la relation entre le débit symbole et le débit binaire.
Réponse : Rs = 8 kbauds dans les 3 cas.

5) Calculer les efficacités spectrales des trois systèmes de transmission proposés. Pouvait-on s’attendre à un tel
résultat ?
Indication : utiliser la définition de l’efficacité spectrale d’une transmission et la calculer en fonction des
éléments utilisés pour construire la chaı̂ne de transmission étudiée.
Réponse : Même efficacité spectrale pour les trois systèmes : ' 2.67 bits/s/Hz.
Identifier les éléments de la chaı̂ne de transmission dont dépend le calcul de l’efficacité spectrale. S’ils sont
identiques dans les trois systèmes de transmission étudiés, le résultat était prévisible.

6) Quel est la borne maximale en termes d’efficacité spectrale pour les trois systèmes de transmission proposés
?
11

Indication : l’efficacité spectrale maximale est celle obtenue pour la bande occupée minimale, Rb étant fixé.
Déterminez quel est le paramètre qui peut agir sur la bande occupée par le signal transmis et s’il existe une
valeur de ce paramètre donnant une bande minimale.

7) Le canal de propagation à traverser est supposé AWGN de bande 10 kHz.

a) Tracez la fonction de transfert du canal de propagation


Indication : On supposera le canal idéal, c’est-à-dire constant sur sa bande passante. Il s’agit alors ici
d’identifier où se trouve la bande passante du canal.

b) Sera-t-il possible de réaliser chaque transmission en trouvant, au niveau du récepteur, un instant optimal
d’échantillonnage sans interférence entre symboles ? Expliquez votre réponse.
Indication : Utiliser le tracé de la réponse en fréquence globale de
 la chaı̂ne
 de transmission pour dire
P k
si le critère de Nyquist peut y être respecté. Peut-on avoir k G f − Ts = constante ?
Ici la réponse est non la bande passante du canal est trop étroite (10 kHz alors que 12 kHz seraient
nécessaires).

8) La figure 8 donne les courbes de TEB obtenus en fonction du rapport signal à bruit par bit à l’entrée du
récepteur (Eb /N0 ) en dB pour les trois modulations considérées. En déduire les Eb /N0 nécessaires pour
satisfaire à la spécification du TEB ? Quel est le système le plus efficace en terme de puissance ? Justifiez
votre réponse.
Indication : A partir des courbes de TEB en fonction de Eb /N0 , regarder pour le TEB souhaité quels sont
les valeurs de Eb /N0 nécessaires pour assurer ce TEB dans les trois systèmes de transmission. Le système
le plus efficace en puissance est celui qui demande le Eb /N0 le plus faible.
Réponse : Eb /N0 (16ASK) ' 22dB > Eb /N0 (16P SK) ' 17dB > Eb /N0 (16QAM ) ' 13dB

9) Qu’est ce qui pourrait justifier l’utilisation de la modulation 16-PSK comparée à la modulation 16-QAM ?
Indication : retrouver la différence essentielle entre les deux qui pourrait justifier une utilisation de la 16-PSK
alors qu’elle est moins efficace en puissance que la 16-QAM pour une même efficacité spectrale.
Cette particularité la rendrait intéressante dès lors qu’on doit traverser une non linéarité de type amplificateur
embarqué.

VII. P ERFORMANCE D ’ UNE MODULATION BPSK


Soit un signal émis modulé en BPSK (Binary Phase Shift Keying). Ce signal est affecté par un bruit blanc gaussien
de densité spectrale de puissance N0 /2 ∀f ∈ R. On appelle H(f ) et Hr (f ) les fonctions de transfert des filtres
d’émission et de réception. On suppose que la fonction de transfert du canal C(f ) est telle que C(f ) = 1∀f ∈ R.
1) Donner le schéma de l’émetteur permettant de générer un signal modulé en BPSK. Tracer la constellation de
la modulation.
Un schéma général du modulateur sur fréquence porteuse est donné dans vos transparents de cours. Ce qu’il
faut adapter, en fonction de la modulation considérée : le mapping et la réponse impulsionnelle du filtre de
mise en forme à utiliser.

2) Donner P l’expression du signal modulé ainsi que celle de son enveloppe complexe.
x(t) = k ak h(t−kTs ) cos (2πf −1
Pp t), où Ts représente la durée symbole, h(t) = T F [H(f )] et fp représente
la fréquence porteuse.xe (t) = k ak h(t − kTs ).

3) A partir du schéma de la chaı̂ne passe-bas équivalente à la chaı̂ne de transmission BPSK,


a) Dans le cas où G(f ) = H(f )Hr (f ) est donné par :
Ts cos2 πf T2s pour |f | ≤ T1s
 
G(f ) = (1)
0 ailleurs.
12

Fig. 8. Comparaison des TEB pour les modulations ASK, PSK et QAM dans le cas où M = 16

i) Montrez que G(f ) satisfait le critère de Nyquist.


Indication : on pourra utiliser cos2 (x) = 12 + 12 cos(2x) puis tracer G(f ) afin de vérifier, dans le
domaine fréquentiel,si le critère
 de Nyquist peut être respecté sur cette chaı̂ne de transmission.
Peut-on avoir k G f − Tks = constante ?
P

Ici la réponse est oui.

ii) Quel est le choix optimal de H(f ) et Hr (f ) qui minimise le taux d’erreur symbole (TES) ?
Indication : retrouver la condition donnée sur le filtre de réception, en fonction du filtre d’émission
(canal AWGN), qui permet de maximiser le rapport signal sur bruit aux instants d’échantillonnage et
donc de minimiser le TES. Déterminer ensuite comment choisir les filtres d’émission et de réception
permettant de réaliser ici cettepcondition.
Réponse : H(f ) = Hr (f ) = G(f ).

iii) En considérant que le choix optimal a été effectué pour H(f ) et Hr (f ), exprimez le TEB de cette
chaı̂ne de transmission en fonction de Eb /N0 . On supposera les symboles émis équiprobables et
indépendants.
Indication : Vous avez le droit d’utiliser, de manière judicieuse, les expressions des TES données dans
les planches de cours. ”De manière judicieuse” = en précisant quels sont les hypothèses respectées
dans la chaı̂ne de transmission permettantq d’utiliser
 telle ou telle expression.
Eb
On peut utiliser ici T EB = T ES = Q 2 N0 . Identifier la/les condition(s) respectée(s) par la
chaı̂ne de transmission le permettant.

b) Dans le cas où on utilise les filtres d’émission H(f ) et de réception Hr (f ) donnés par :
Ts cos2 πf T2s pour |f | ≤ T1s
 
H(f ) = (2)
0 ailleurs.

1 pour |f | ≤ T1s

Hr (f ) = (3)
0 ailleurs.
13

i) Montrez que G(f ) = H(f )Hr (f ) satisfait le critère de Nyquist.


Indication : on pourra utiliser cos2 (x) = 12 + 12 cos(2x) puis tracer G(f ) afin de vérifier, dans le
domaine fréquentiel,si le critère
 de Nyquist peut être respecté sur cette chaı̂ne de transmission.
P k
Peut-on avoir k G f − Ts = constante ?
Ici la réponse est oui.
q 
Eb
ii) Expliquez pourquoi le taux d’erreur binaire doit être supérieur à Q 2N 0
.
Indication : retrouvez sur les planches de cours à quelles conditions, sur la chaı̂ne de transmission, on
peut obtenir le TEB donné. Ces condition sont-elles respectées ici ? La réponse est non. Demandez
vous ensuite pourquoi, si ces conditions étaient respectées, le TEB serait alors meilleur.

iii) Calculer le TEB de cette nouvelle chaı̂ne de transmission en fonction de Eb /N0 .


Indication : Partir de la chaı̂ne passe-bas équivalente. Vous avez le droit d’utiliser, de manière
judicieuse, les expressions des TES données dans les planches de cours. ”De manière judicieuse” = en
précisant quels sont les hypothèses respectées dans la chaı̂ne de transmission permettant d’utiliser telle
ou telle expression. Identifier la/les 
condition(s)
 respectée(s) par la chaı̂ne de transmission permettant
V g(t0 )
d’utiliser ici T EB = T ES = Q σ , en supposant que les symboles émis appartiennent à
l’alphabet {±V }, que g(t) = h(t) ∗ hr (t) et qu’on échantillonne aux instants optimaux t0 + mTs .
σ 2 représente la puissance du bruit en sortie du filtre de réception. Calculer alors σ 2 et Eb = Es
puis reporter les expression obtenues
q dans  l’expression du T EB donnée juste avant.
4Eb
Réponse : T EB = T ES = Q 3N0 .

iv) AN : Evaluer les TEBs obtenus aux questions a) et b) pour un Eb /N0 de 10 dB.
Indication : Attention dans les expressions de TEBs hdéterminées
i   le Eb /N0 qui apparaı̂t
précédemment
Eb Eb
n’est pas en dB. Il faut le transformer en utilisant N0 = 10 log10 N .
√  dB 0

Réponse : T EB = T qES = Q 2 = 0.0786 pour la question a).


4
T EB = T ES = Q 3 = 0.1241 pour la question b)

Fig. 9. Fonction Q(x)