Vous êtes sur la page 1sur 24

Bibliothèque nationale de France

direction des collections Décembre


département Littérature et art 2011

L’AMÉRIQUE DU NORD DANS LA LITTÉRATURE


FRANÇAISE (JUSQU'À LA FIN DU XIXE SIÈCLE)
Bibliographie sélective

A partir de 1492, année emblématique durant laquelle Christophe Colomb pose le pied pour la première
fois en Amérique, un nouveau monde et de nouveaux horizons s’ouvrent aux Européens. Ce continent
devient un thème récurrent dans la pensée occidentale, non pas tant pour ce qu’il est que pour ce qu’il
promet ou en quoi il effraie. La colonisation de ces territoires va prendre près de deux siècles, mais
l’Amérique reste un mythe, presqu’une abstraction, et est relativement peu présente dans la littérature. Ce
n’est qu’avec le voyage de Chateaubriand, au début du XIXe siècle, et le raccourcissement des distances
par le progrès technique, quelques décennies plus tard, que le Nouveau Monde prend peu à peu une place
importante dans les lettres françaises.

Cette bibliographie, non exhaustive, et rédigée à l’occasion du Congrès annuel de l’Association Française
d’Etudes Américaines (AFEA) en mai 2007 à la Bibliothèque nationale de France a été réactualisée en décembre
2011. Cette bibliographie réunit principalement des références de documents consultables dans les salles du
Haut-de-Jardin de la Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque d’Étude), ainsi que des documents
consultables en ligne sur les postes dédiés aux ressources électroniques dans l’ensemble des salles de la
Bibliothèque.

Quelques études générales sur le thème de l’Amérique dans la littérature française :

L'Amérique des Français / sous la dir. de Christine Fauré et Tom Bishop. Paris, Bourin, 1992. 240 p.
salle J - Sociologie – [303.409 73 FAUR a]

L'Amérique dans les têtes : un siècle de fascinations et d'aversions : colloque, Paris, 11-12 décembre 1984 /
[organisé par le Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques ;
publ.] sous la dir. de Denis Lacorne, Jacques Rupnik, Marie-France Toinet. Paris, Hachette, 1986. 310 p.
salle D - Science politique – [327.440 7 TOIN a]

L'Aventure dans la littérature populaire au XIXe siècle : [colloque, 10-11 mars 1983, École nationale supérieure
des bibliothèques de Villeurbanne] / [publ. par le Centre Littérature et idéologie au XIXe siècle] ; sous la dir. de
Roger Bellet. Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985. 220 p. (Littérature et idéologies)
salles H et V - Littératures d'expression française – [840.992 0624 BELL a]

Bleton, Paul
Western, France : la place de l'Ouest dans l' imaginaire français. Amiens, Encrage, 2002. 319 p. (Travaux ; 42)
salles H et V - Littératures d'expression française – [840.992 0624 BLET w]
salle B - Médias audiovisuels, multimédias et cinéma – [791.436 278 BLET w]

Bosset, Georgette
Fenimore Cooper et le roman d'aventure en France vers 1830. Paris, [s.l.], 1928. 227 p.
Salle G – Microformes - [SP89/544]

Chinard, Gilbert
L’Amérique et le rêve exotique dans la littérature française aux XVIIe et XVIIIe siècles. Genève, Slatkine reprints,
2000, 448 p.
salles H et V – Langues et littératures d’expression française – [840.93 CHIN a]

L’exotisme américain dans la littérature française au XVIe siècle d’après Rabelais, Ronsard, Montaigne. Paris,
Hachette, 1911. XVII-247 p.
salle G – [microfiche S91/5798]

1
Crèvecoeur, Robert de
Saint-John de Crèvecoeur, sa vie et ses ouvrages. Paris, Librairie des Bibliophiles, 1883. IV-435 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k28959f.notice]

Faÿ, Bernard
Bibliographie critique des ouvrages français relatifs aux États-Unis, 1770-1800. New York, Burt Franklin, 1968.
108 p. (Burt Franklin bibliography and reference series ; 205) [Reprod. en fac-sim.]
salle I - Bibliographies et catalogues de bibliothèques – [016.97 FAY b]
salle X - Ouvrages de référence par discipline – [973.016 FAY b]

Gonnard, René
La Légende du bon sauvage, contribution à l'étude des origines du socialisme. Paris, Librairie de Médicis, 1946.
127 p.
salle J - Microformes – [11828]

Guillaume, Isabelle
Regards croisés de la France, de l'Angleterre et des États-Unis dans les romans pour la jeunesse, 1860-1914 : de
la construction identitaire à la représentation d'une communauté internationale. Paris : Champion, 2009. 444 p.
(Bibliothèque de littérature générale et comparée ; 78)
Salle T - Histoire du livre et bibliothéconomie – [070.8 GUIL r]

Hage, Armand
Histoire des relations franco-américaines des origines à nos jours. Paris : Ellipses, 2010. 201 p. (Les Essentiels de
la civilisation anglo-saxonne)
Salle J - Histoire, archéologie – [944/320 HAGE h]

Les Imaginaires du Nouveau monde / sous la direction de Lauric Guillaud et Georges Bertin. Turquant : Mens
sana, 2011. 190 p.
Rez-de-jardin – magasin – [2011- 247569]

Jeune, Simon
De F.T. Graindorge à A.O. Barnabooth : les types américains dans le roman et le théâtre français : 1861-1917.
Paris, Didier, 1963. XI-522 p.
salle V - Littératures d'expression française – [840.93 JEUN d]

La Harpe, Jean François de


Abrégé de l'histoire générale des voyages. Tomes dix-septième, dix-huitième et dix-neuvième. Paris, Ménard et
Desenne, 1825. 386 p., 420 p. et 343 p. (Bibliothèque française)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k28830f]

Murray Gibb, Margaret


Le Roman de Bas-de-cuir : étude sur Fenimore Cooper et son influence en France. Paris, Champion, 1927. VIII-
227 p. (Bibliothèque de la revue de littérature comparée ; 30)
salle G - Langue anglaise et littératures d'expression anglaise – [81/34 COOP 5 MU]

Portes, Jacques
Une Fascination réticente : les Etats-Unis dans l'opinion française. Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1990.
458 p.
salles J et L - Histoire, archéologie – [973.8 PORT f]

Quillen, Elisabeth
L'Angleterre et l'Amérique dans la vie et la poésie d'André Chénier. Berne, Lang, 1982. 139 p. (Publications
universitaires européennes. Série 13, Langue et littérature françaises ; 74)
salle V - Littératures d'expression française – [84/33 CHEN 5 QU]

Roger, Philippe

2
L'Ennemi américain : généalogie de l'antiaméricanisme français. Paris, Seuil, 2002. 601 p. (La Couleur des idées)
salle D - Science politique – [320.509 1 ROGE e]
salle J - Sociologie – [306.4 ROGE e]

Tadié, Jean-Yves
Le roman d'aventures. Paris, Presses universitaires de France, 1982. 220 p. (Ecriture)
salles G et U - Littérature générale, théorie et critique – [809.3 TADI r]
Poste d'accès aux ressources électroniques – [NUMM- 1743]

1- Le temps des découvertes

Jusqu’au début du XIXe siècle, la littérature française traite de l’Amérique à travers deux thèmes nourris par la
réflexion philosophique. Le premier insiste sur la Nature, et le rôle de l’Indien, proche de la terre, est valorisé : le
« huron » est un ingénu qui par une fausse naïveté dévoile les failles de la société (Montaigne, La Hontan,
Voltaire). Le second thème utilise les grands espaces du continent américain pour développer celui de l’utopie.

Œuvres

Dans les Essais, Montaigne est un des premiers à montrer le plus grand intérêt pour les habitants du Nouveau
Monde mais les deux chapitres, « Des Cannibales » et « Des Coches » présentent, entre 1580 et 1588, l’évolution
de sa pensée à leur propos. A la suite des massacres perpétrés par les Espagnols en Amérique du Sud, la curiosité
de l’écrivain se transforme, il ne pardonne pas aux conquérants d’avoir détruit un âge d’or, jusque-là préservé,
pour le remplacer par l’esclavage et l’oppression. « Il a fixé et pour longtemps, dans notre littérature tout au moins,
le type littéraire du sauvage américain, et en même temps, par sa défense éloquente des droits de l’humanité, il fait
déjà pressentir les pages les plus hardies des philosophes du XVIIIe siècle » (Gilbert Chinard, L’exotisme
américain dans la littérature française, 1911, p.217).

Quant à Rabelais, les commentateurs s’accordent à penser que les navigations de Pantagruel suivent les traces de
celles de Jacques Cartier : « il paraît certain aujourd’hui que Rabelais a connu Cartier et lui a demandé de
nombreux renseignements sur la navigation et les pays qu’il venait de visiter » écrit Gilbert Chinard. Pour V.L.
Saulnier, « Faits d’exotisme : dans l’expédition qui clôt le livre, nos héros voguent vers l’utopie par l’authentique
route de Cathay, la Chine ou l’Indie Supérieure. Les voyages annoncés à la fin de l’ouvrage, c’est vers les Antilles,
la traversée de l’Amérique ».

Dans l’œuvre de Lesage, les aventures sur les mers - « le roman picaresque de la flibuste » - sont au cœur du récit :
Beauchêne, originaire de Montréal, quitte ses parents pour suivre des Iroquois. A leur contact, il devient un
véritable guerrier indien. Coureur des bois, il refuse de se soumettre à l’autorité du gouverneur et embarque à
Québec sur un vaisseau de flibustier.

Avec Voltaire, le thème philosophique du « bon sauvage » trouve un nouvel écho, mais l’Ingénu est un faux
Huron, fils d’un homme d’Europe. Enlevé dans sa jeunesse, une nourrice Huronne lui a sauvé la vie et lui a servi
de mère. Il retrouve sa famille en Bretagne mais ne fait aucune comparaison entre sa vie de « sauvage » au Canada
et la vie en France. Il apprécie la civilisation. Comme le Huron de Voltaire, l’Iroquois de Maubert apprécie notre
société, en particulier les femmes, les voitures, les plaisirs de la table. Il déteste les prêtres et les moines. De même
qu’on apprend peu de choses sur la Turquie dans Les Lettres persanes de Montesquieu, ces textes en disent plus
sur l’état de la société et des mœurs en France que sur la situation réelle des « sauvages » d’Amérique.

Avec le personnage de Manon Lescaut, c’est peut-être la première illustration du lien très puissant que l’Amérique
entretiendra plus tard avec le thème de l’exil : un « homme de qualité » croise un convoi de filles que l’on déporte
en Louisiane. Le convoi est suivi par le jeune chevalier Des Grieux dont la maîtresse Manon Lescaut fait partie du
convoi. Deux ans plus tard, l’homme le rencontre à nouveau mais Manon est morte en Amérique. Le chevalier lui
raconte alors l’histoire de leur amour. Au moment où ils doivent enfin se marier, triomphant de toutes les épreuves
grâce à l’influence du « paradis américain », Des Grieux est obligé de se battre en duel pour la garder. Vainqueur,
il fuit avec elle, mais Manon trouve la mort dans le désert. Il décide alors de retourner en France.

Montaigne, Michel de (1533-1592)


« Des Cannibales » et « Des Coches ». Dans Essais / chronologie et introduction par Alexandre Micha. Paris,
Garnier-Flammarion, 1969. 3 vol. 443 p., 510 p., 377 p. (GF : 210)
salles H et V – Langues et littératures d’expression française – [84/31 MONTa 4 essa1, essa2 et essa3]

3
Rabelais, François (1494 ?-1553)
Pantagruel, roy des dipsodes, restitué à son naturel ; les merveilleuses navigations du disciple de Pantagruel, dict
Panurge, composés par feu M. Alcofibras. Lyon, chez E. Dolet, 1542. 350 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k792829]

Pantagruel / première publication critique sur le texte par V.-L. Saulnier, nouvelle édition augmentée. Genève,
Droz, 1965. LIII-261 p. (Textes littéraires français ; 2)
salles H et V – Littératures d’expression française- [84/31 RABE 4 pant]

Gomberville, Marin Le Roy de (1600-1674)


Polexandre. Genève, Slatkine, 1978. 5 vol. 983 p., 948p., 723 p., 1387 p. [Reprod. en fac-sim. de l'éd. de Paris,
Courbé, 1641]
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/32 GOMBe 4 pole1 à pole5]
Poste d'accès aux ressources électroniques – [NUMM- 7762 à 7766]

La Hontan, Louis Armand de Lom d’Ace (1666-1716, baron de)


Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d'un sauvage dans l'Amérique / éd. présentée, établie et annotée
par Henri Coulet. Paris, Desjonquières, 1993. 125 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/33 LAHO 4 dial]

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d'un sauvage, dans l'Amérique : : contenant une description exacte des
moeurs et des coutumes de ces peuples sauvages ; Avec les voyages du même en Portugal et en Danemarc.
Amsterdam, de Boeteman, 1704. 222 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82269m]

Nouveaux voyages de M. le baron de La Hontan dans l'Amérique septentrionale. [Comprend] T. I. Mémoires de


l'Amérique septentrionale, ou La suite de voyages de M. le Baron de Lahontan ; T. II. [publ. et en partie rédigé par
Nicolas Gueudeville]. La Haye, les frères L'Honoré, 1703. 2 vol.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k822568 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82258z]

Lesage, Alain-René (1668-1747)


Les avantures de Monsieur Robert Chevalier, dit de Beauchêne, capitaine de flibustiers dans la Nouvelle France,
rédigées par M. Le Sage. Paris, Ganeau, 1732, 2 vol. 390 p., 363 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101929b et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1019308]

Capitaine de flibustiers : roman, Paris, Phébus, 1991. 304 p. (Verso)


Autre forme du titre : Les Aventures de Beauchesne
salle H et V- Littératures d’expression française- [84/33 LESA 4 capi]

Du Hamel, Jacques
Acoubar : tragédie des Amours de Pistion et Fortunie en leur voyage de Canada, Rouen, impr. De R . Du Petit-
Val, 1611, 71 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k705076]

Voltaire, François-Marie Arouet dit (1694-1778)


L’Ingénu ou le Huron. Dans Contes en vers et en prose II, édité par Sylvain Menant. Paris, Bordas, 1992.
(Classiques Garnier)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1015034]

L’Ingénu, histoire véritable / éd. critique publiée par William R. Jones. Genève, Droz, 1957. 192 p. (Textes
littéraires français ; 75)
Salle H et V – Littératures d’expression française- [84/33 VOLT 4 inge]

Abbé Prévost, Antoine-François Prévost d’Exiles dit (1697-1763)


Histoire de Manon Lescaut et du chevalier Des Grieux / préf. Alexandre Dumas fils ; texte revu par Anatole de
Montaiglon. Londres, Glady, 1878. XXXV-221 p. [Fac-similé de l’édition Histoire du chevalier Des Grieux et de
Manon Lescaut, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1753]
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1015034]

4
Illustration de Manon et de Des Grieux sur la terre d’Amérique
Seconde partie. Pl. en reg. p. 241, dessinée et gravée par J. J. Pasquier : Le chevalier des Grieux enterre Manon
Lescaut morte sur une terre sauvage d'Amérique. [Cote : BnF-Impr. microfilm R.1486-1487]. [Image fixe
numérisée]
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b22000967/f10.item]

Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut / éd. critique, introduction, notes et index par Georges
Matoré. Genève, Droz, 1953. XLI-234 p. (Textes littéraires français)
salles H et V - Littératures d’expression française – [84/33 PREV 4 hist]

Cleveland : le philosophe anglais, ou histoire de M. Cleveland, fils naturel de Cromwell / éd. présentée, établie et
annotée par Jean Sgard et Philippe Stewart. Paris, Desjonquères, 2003. 1131 p. (XVIIIe siècle)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/33 PREV 4 clev]

Le philosophe anglois ou Histoire de Monsieur Cleveland, fils naturel de Cromwell, écrite par lui-mesme, et
traduite de l’anglois par l’auteur des Mémoires d’un homme de qualité. Paris, F. Didot, puis J. Guérin, 1731-1732,
5 vol.
Titre alternatif : Histoire de Monsieur Cleveland, fils de Cromwell.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101786n, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1017871,
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101788d et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101789s]

Diderot, Denis (1713-1784)


Supplément au Voyage de Bougainville : dialogue. Dans Opuscules philosophiques et littéraires, la plupart
posthumes ou inédites, Paris, Impr. Nationale, 1796. 271 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101933d]

Supplément au Voyage de Bougainville. Dans Œuvres philosophiques / textes établis avec introd., bibliogr. et
notes par Paul Vernière. Paris, Bordas, 1990. XL-649 p. (Classiques Garnier)
salles J et K – Philosophie – [194.330 92 DIDE 2 o]
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/33 DIDE 2 o]

Raynal, Guillaume-Thomas (1713-1796)


Histoire philosophique et politique des établissemens (sic) et du commerce des Européens dans les deux Indes.
Genève, Pellet, 1780.
Tome 3 : L’Archipel de l’Amérique (les Antilles)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101933d]
Tome 4 : Etablissement des Français dans l’Amérique septentrionale
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066093]

Histoire philosophique & politique des deux Indes / avec la collab. de Denis Diderot; avertissement et choix des
textes par Yves Bénot. Paris, la Découverte, 2001. 378 p. ([Re] découverte. Littérature et voyages) [Reprod. en
fac-sim. de l'éd. de Paris, Maspero, 1981]
salles H et V - Littératures d'expression française – [RAYN 4 hist]

Maubert de Gouvest, Jean-Henri (1721-1767)


Les lettres iroquoises / éd. par Enea Balmas. Paris, Nizet, 1971. 250 p.
salle H - Littératures d'expression française- [84/33 MAUB 4 lett]

Lettres iroquoises, Irocopolis, chez les Vénérables, 1752, 2 vol. (166 p., 164 p.)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k821905 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82191h]

Quelques voyageurs en Amérique


De nombreux voyageurs se sont rendus en Amérique pour des raisons professionnelles (diplomates, journalistes,
ingénieurs, artistes – Jacques Offenbach ou Sarah Bernhardt pour de très nombreuses tournées…), d’autres par
simple curiosité. Certains se sont installés quelque temps (St John Crèvecoeur ou Frédéric Gaillardet qui fonde un
journal à New York). Dans la plupart des récits, on peut retrouver les mêmes lieux : grandes villes de l’Est,
Louisiane, côte Ouest, sites impressionnants comme les chutes du Niagara ou les grands canyons. Peu à peu,
d’autres endroits deviennent des passages obligés : les grandes plaines, l’Utah (fascination des Français pour les
Mormons), les parcs naturels comme celui de Yellowstone avec ses geysers. Ces visiteurs s’intéressaient aussi à
autre chose que la géographie : le système politique (Tocqueville), les problèmes raciaux, l’esclavage, la situation
des Indiens, la cohabitation des religions, l’école ou la prison. Le pittoresque est également présent, avec

5
notamment les conditions matérielles des voyages, ainsi que de véritables témoignages historiques (Duvergier de
Hauranne, Pavie ou Rochefort).

Adam, Paul (1862-1920)


Vues d'Amérique. Paris, Ollendorff, 1906. 568 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 ADAMp 4 vues]
Poste d'accès aux ressources électroniques – [en cours de catalogage]

Ampère, Jean-Jacques (1800-1864)


Promenade en Amérique. Paris, Michel Lévy frères, 1874.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204442v]

Audouard, Olympe (1830-1890)


A travers l'Amérique, le Far-West. Paris, Dentu, 1869. 370 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111671b]

A travers l'Amérique, North America, Etats-Unis : constitution, mœurs usages, lois, institutions, sectes
religieuses. Paris, Dentu, 1871. 371 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111672q]

Audubon, John James (1785-1851)


Journal du Missouri / préf. par Michel Le Bris. Paris, Payot, 1993. 295 p. (Petite bibliothèque Payot : voyageurs ;
142)
salle J - Géographie – [910.97 AUDU j]

Bernhardt, Sarah (1844-1923)


Ma double vie : mémoires, Paris, Fasquelle, 1907. 578 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2008708]

Bourget, Paul (1852-1935)


Outre-mer : notes sur l'Amérique. Paris, Lemerre, 1895. 2 vol. 313 p., 330 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116780 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111679c]

Chéry, Jules (1817-1910)


Mademoiselle Rachel en Amérique, 1855-1856 : recueil et impressions par monsieur Chéry de la Comédie-
Française / édition présentée et annotée par Anne Martin-Fugier. Paris : Mercure de France, 2008. 131 p. (Le
Temps retrouvé)
Richelieu - Salle de références de Richelieu - libre-accès – [910.91 CHER m)

Claretie, Léo (1862-1924)


Feuilles de route aux Etats-Unis. Paris, Dentu, 1895. 293 p.
Poste d'accès aux ressources électroniques – [en cours de catalogage]

Colombier, Marie (1841-1910)


Voyage de Sarah Bernhardt en Amérique. Paris, Dreyfous, 1881. 328 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1117590/f1.item]

Les Mémoires de Sarah Barnum / avec une préf. par Paul Bonnetain. Paris, tous les libraires, 1883. XV-XII-332 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204303j]

Comettant, Oscar (1819-1898)


Trois ans aux Etats-Unis : étude des mœurs et coutumes américaines. Paris, Pagnerre, 1857. 364 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k116224w]

Voyage pittoresque et anecdotique dans le Nord et dans le Sud des États-Unis d'Amérique / dessins par MM.
Saitin, Jules Noel, Lebreton... [et al.]. Paris, Laplace, 1866. VII-469-2 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408942x]

6
Duvergier de Hauranne, Ernest (1843-1877)
Les Etats-Unis pendant la guerre de Sécession : récit d'un journaliste français / présenté par Albert Krebs. Paris,
Calmann-Lévy, 1990. 312 p. (Temps et continents)
salle J - Histoire, archéologie – [973.7 DUVE e]

Forest, Prudent
Voyage aux États-Unis de l'Amérique en 1831. Lyon, Perret, 1834. 95 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116911]

Frédéric-Moreau, Félix
Aux Etats-Unis : notes de voyage. Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1888. 263 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4089698]

Gaillardet, Frédéric (1808-1882)


L’aristocratie en Amérique. Paris, E. Dentu, 1883. 375 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111695j.notice]

Gobineau, Arthur de (1816-1882)


Voyage à Terre-Neuve [suivi de] La Chasse au caribou, Paris, Arléa, 1993. 284 p. (Lieux-dits)
salles H et V – Littératures d’expression française – [84/34 GOBI 2 v]

Gourmont, Rémy de (1858-1915)


Les Français au Canada et en Acadie. Paris, Firmin-Didot, 1891. 224 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k27874t]

Haussonville, Gabriel-Paul-Othenin d' (1843-1924)


A travers les Etats-Unis : notes et impressions. Paris, Calmann Lévy, 1883. 400 p. (Bibliothèque contemporaine).
Poste d'accès aux ressources électroniques – [en cours de catalogage]
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k406264n]

Huret, Jules (1863-1915)


En Amérique. I. De New-York à la Nouvelle-Orléans. II : De San Francisco au Canada. Paris, Fasquelle, 1904-
1905. 420 p., 564 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116979 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k116226n]

Johanet, Edmond
Un Français dans la Floride : notes de voyage. Tours, Mame et fils, 1889. 240 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408971k]

Laboulaye, Édouard (1811-1883)


Les États-Unis et la France. Paris, Dentu, 1862. 72 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k774695]

La Rochefoucauld-Liancourt, François-Alexandre-Frédéric de (1747-1827)


Relation d'un voyage aux Etats-Unis. [Manuscrit]. [S.l.], [s.n.], [1800?]. 244 ff.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1094756]

Leclercq, Jules (1848-1928)


Un Été en Amérique, de l'Atlantique aux Montagnes-Rocheuses. Paris : Plon, 1886. Deuxième édition. 415 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4627860]

La Terre des merveilles : promenade au parc national de l'Amérique du Nord [Yellowstone]. Paris, Hachette,
1886. 384 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408967h]

Voyage au Mexique, de New-York à Vera-Cruz, en suivant les routes de terre. Paris, Hachette, 1885. 447 p.
salle J – Microformes – [S94/11507]

7
Lucet, Eugène (1768?-1834?)
Histoire abrégée de ma résidence dans les États-Unis de l'Amérique du Nord entremêlée d'anecdotes portant trait
du charactère [sic] de ses habitants / texte établi, présenté et annoté par Hervé Marie Catta. Valence : Éd. Peuple
libre, 2009. 127 p.-[4] p. de pl.
Rez-de-jardin – magasin – [2010- 4298]

Mandat-Grancey, Edmond de (1842-1911)


La Brèche aux buffles : [Un ranch français dans le Dakota]. Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1889. XVI-292 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4089706]

Dans les Montagnes Rocheuses. Paris, Plon, 1884. 314 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1117030]

En visite chez l'oncle Sam : New-York et Chicago. Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1885. VII-278 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408964c]

Marmier, Xavier (1808-1892)


Récits américains. Tours, Mame, 1889. 143 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k69036c]

Michaux, François-André
Voyage à l'ouest des monts Alleghanys : dans les états de l'Ohio, du Kentucky et du Tennessee et retour à
Charleston par les Hautes-Carolines : contenant des détails sur l'état actuel de l'agriculture et les productions
naturelles de ces contrées, ainsi que des renseignements sur les rapports commerciaux qui existent entre ces états
et ceux situés à l'est des montagnes et la Basse-Louisiane : entrepris pendant l'an X-1802, sous les auspices de
Son Excellence M. Chaptal. Paris, Levrault, 1804.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k986728]

Pavie, Théodore (1811-1896)


Souvenirs atlantiques : voyage aux États-Unis et au Canada. Paris, Roret, 1833. 2 vol.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113034s et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1130355]

Rocroy, Félix
Tribulations d'un docteur en droit dans l'Amérique. [Suivi de] L'indien blanc. Paris, Boulanger, 1895. 188 p.
(Lectures pour tous. Aventures et voyages)
salle G – Microformes – [S85/1946]

Sachot, Octave (1824-18..)


Récits de voyage : les grandes cités de l'ouest américain, tableaux de mœurs américaines. Paris, Ducrocq, 1878. 2e
éd. 337 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k462773h]

St John de Crèvecoeur, J. Hector Michel Guillaume Jean de Crèvecoeur, dit (1735-1813)


Lettres d’un cultivateur américain / présentation de G. Bertier de Sauvigny. Paris, Champion, 1979. 2 vol. XXIV-
422 p. [Reprod. en fac-similé de l’édition de Paris, Cuchet, 1785]
salles H et V – Littératures d’expression française – [84/33 CREV 4 lett]

Voyage dans la Haute Pensylvanie et dans l'Etat de New-York, depuis l'année 1785 jusqu'en 1798 par un membre
adoptif de la nation Onéida. Paris, Maradan, 1801
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k88085r

Sand, Maurice (1823-1889)


Six mille lieues à toute vapeur / avant-propos de Marc du Pouget ; préf. George Sand. Paris, Guénégaud, 2000.
255 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 SANDm 4 sixm]

Simonin, Louis-Laurent (1830-1886)

8
À travers les États-Unis, de l'Atlantique au Pacifique. Paris, Charpentier, 1875. IV-410 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408859m]

Le Grand Ouest des Etats-Unis. [Comprend] Les Pionniers et les peaux rouges. Les Colons du Pacifique. Paris,
Charpentier, 1869. 372 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k411222c]

Le Monde américain : souvenirs de mes voyages aux États-Unis. 2e éd. corrigée et augmentée. Paris, Hachette,
1877. 445 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408860j]

Tocqueville, Alexis de (1805-1859)


De la démocratie en Amérique. Dans Œuvres / édition publiée sous la direction d’André Jardin. Paris, Gallimard,
1992. XXVI-1191 p. (Bibliothèque de la Pléiade)
salles J et L – Philosophie, histoire, sciences de l’homme- 944.060.92 TOCQ o1 et o2

Trasenster, Paul
Aux États-Unis : notes de voyage d'un ingénieur. Paris : Ghio, 1885. 258 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408972z]

Woelmont, Arnold de
Souvenirs du Far-West. Paris, Plon, 1883. 269 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408962m]

2- L’Amérique dans la littérature française du XIXe siècle

En 1801, Chateaubriand décrit, dans un style lyrique, une Amérique grandiose et sauvage (Atala), mais ce sommet
du Romantisme ne fera pas beaucoup d’émules. En effet la première moitié du XIXe siècle est une période où les
Etats-Unis, pourtant en plein essor, sont peu présents dans les lettres françaises. Quelques textes éparpillés, ici et là
(Jules Janin, George Sand, Amédée-Théodore Bouis), mais rien de très significatif ou de très important.

Les raisons en sont multiples. Premièrement, il y a peu de Français en Amérique : le pays perd le Canada en 1760,
et vend le reste de ses territoires (la grande Louisiane) en 1803. L’émigration se fait plutôt vers les îles
(Martinique, Guadeloupe, etc.). Ensuite, les auteurs français s’intéressent avant tout à leur pays, et ils ont de quoi
penser et méditer après les épisodes révolutionnaires et impériaux. Le Romantisme met l’exotisme au goût du jour,
mais les écrivains préfèrent, pour le dépaysement et le pittoresque, les pays de culture ancienne : Théophile
Gautier parcourt l’Espagne, Alexandre Dumas l’Italie ou Victor Hugo l’Allemagne. Quant ils ne sont pas attirés
par l’Orient (Lamartine, Flaubert ou Nerval). L’Amérique est pour eux une terre vide. Surtout, elle est loin : il faut
trois mois à Chateaubriand pour rallier Philadelphie. Les voyageurs s’y rendent donc rarement, et s’ils le font,
c’est pour une longue période.

Les choses changent au mi-temps du siècle. En 1840 est créée la première ligne régulière transatlantique de bateau
à vapeur qui met l’Amérique à quelques semaines de l’Europe, voire moins. Du coup les voyages se multiplient.
D’autre part, c’est en 1848 que commence la ruée vers l’or qui va ébranler des centaines de milliers d’Européens.
Même si les Français ne sont proportionnellement pas très nombreux, la Californie va faire couler beaucoup
d’encre, et les Etats-Unis occuper une place plus importante dans l’espace public. Enfin, en 1866, est posé le
premier câble télégraphique sous marin reliant les deux continents (par le « Great Eastern », navire qu’empruntera
Jules Verne l’année suivante et dont il fera le personnage principal d’Une ville flottante, troublante coïncidence).
La presse s’intéresse donc beaucoup à ce qui se passe de l’autre côté de l’Océan, intérêt renforcé l’année suivante,
époque de l’expédition française au Mexique (1867).

Les voyageurs aux Etats-Unis se multiplient, les relations de leurs périples et leurs séjours aussi. On a dénombré
entre 1870 et 1914 plus de cinq cents ouvrages édités dans l’hexagone sur ce pays, six cents études publiées dans
des revues, sans compter évidemment les articles des quotidiens. Peu à peu les Français prennent conscience de
l’existence d’une grande nation, caractérisée selon les uns par la volonté, l’amour de la liberté et un pragmatisme
parfois brutal, selon les autres par l’utilitarisme et une cupidité sans borne, pour tous par une foi aveugle dans le
progrès technique et scientifique. C’est le cas de Jules Verne, qui célèbre les vertus de l’Amérique et de la Science.
A l’inverse, Villiers de l’Isle-Adam prend pour héros un Américain, le savant Edison (toujours vivant au moment
de la publication du roman et déjà figure légendaire), comme symbole d’un matérialisme techniciste inapte à
satisfaire la soif d’esthétique et d’absolu de l’être humain (L’Eve future).

9
En dehors de ces deux écrivains, les romanciers français continuent de dédaigner les Etats-Unis. Il est vrai que la
scène littéraire est occupée par les écrivains réalistes et naturalistes, dont le but est de décrire la société et
l’individu. Pour cela il est plus simple d’analyser le monde qu’on connaît le mieux, celui dans lequel on vit. Quant
aux surnaturalistes et aux symbolistes, ils s’opposent au matérialisme dont l’Amérique est justement l’incarnation
dans l’imaginaire national. Aussi en dehors de quelques textes (Xavier Marmier, Emile Barbier), il n’y a pas
grand-chose : peut-être quelques récits concernant la Guerre de Sécession (Chevalier, Delpit, Hellimer). Excepté
dans un genre littéraire spécifique : la littérature populaire, qui crée de toute pièce une véritable mythologie : le
Far-West.

François-René de Chateaubriand (1768-1848)

François-René de Chateaubriand, aristocrate breton élevé près du port de Saint-Malo, a ressenti dès son plus jeune
âge l’appel du large. Ayant dans sa jeunesse lu beaucoup de livres sur l’Amérique, il s’embarque au début de la
tourmente révolutionnaire pour le Nouveau Monde. Sous prétexte d’exploration (rechercher le fameux « passage
du Nord-Ouest », croyance commune à l’époque en l’existence d’un passage maritime entre l’Atlantique et le
Pacifique par le Grand Nord), il cherche avant tout à s’éloigner (provisoirement) de la France. Mais il veut
également échapper aux pesanteurs sociales, découvrir un autre univers, explorer l’inexploré, ressentir des
sensations inédites, et amasser enfin suffisamment d’expériences pour donner naissance à une littérature encore
inédite, créer une page nouvelle dans les lettres françaises.

Parti le 8 avril 1791 de Saint-Malo, il débarque le 10 juillet de la même année à Baltimore. Il suit l’Hudson jusqu’à
Niagara, descend l’Ohio jusqu’au Mississipi, passe en Floride, avant de remonter au Nord et de reprendre le bateau
à Philadelphie le 26 novembre 1791 pour la France. On a beaucoup contesté la réalité de ce trajet : certains mettent
en doute le fait qu’il ait bien vu tous les lieux dont il parle (par exemple la Floride) et pensent que son témoignage
doit autant à ses lectures qu’à sa présence sur les lieux. Néanmoins il a énormément écrit durant cette expédition,
et de tous ces textes, le grand « manuscrit américain », sortiront quelques-unes de ses pages les plus célèbres :
Atala (1801), René (1802), Les Natchez (1826), Voyage en Amérique (1827) dont certaines descriptions se
retrouveront dans les Mémoires d’Outre-Tombe.

Chateaubriand n’explore pas le pays comme voyageur ou géographe : pas d’indications pratiques, pas de cartes,
pas de tableau plus ou moins réaliste des mœurs de la nouvelle société en train de naître. Il voit ce continent en
tant qu’artiste et poète. Il s’enfonce dans les forêts, descend les fleuves au milieu des indiens, rêve d’une vie
sauvage au sein d’une nature grandiose, est en quête de solitude. L’exploration du Nouveau Monde est pour lui
également une exploration du Moi, la recherche d’un ailleurs impossible, d’une indépendance qui s’affranchirait
des règles sociales. Il identifie les peuples indiens à des hommes proches de la terre primitive mais déjà
contaminés par la civilisation mercantile qui s’annonce et par là même condamnés. Se confondent, dans Atala
notamment, ses observations réelles et le mythe du « bon sauvage », campé par Montaigne et Rousseau. Il
mélange également une société pittoresque, exotique, et une passion impossible du fait des interdits sociaux,
religieux, psychologiques, propres à chaque protagoniste. Tout cela dans des décors majestueux, étranges pour des
européens, monumentaux, fabuleux. Ce mélange de tragique romantique et de paysages sublimes, illustré par une
iconographie superbe (on peut évoquer par exemple la célèbre toile de Girodet : « Les Funérailles d’Atala ») lui
assure un succès immense durant tout le siècle.

Si Chateaubriand a tellement marqué ses contemporains, c’est peut-être par l’union d’une nouvelle compréhension
du monde et d’un style exceptionnel. C’est ce qu’exprime très bien Gilbert Chinard dans L’Exotisme américain
dans l’œuvre de Chateaubriand : « Il fallait un esprit pénétré de la vanité des connaissances humaines et
complètement désabusé, une époque où toute foi aux croyances religieuses, aux institutions politiques, au progrès
même eût été ébranlée. Il fallait enfin un artiste incomparable pour peindre le décor éblouissant des forêts du
Nouveau Monde, un musicien pour faire entendre la grande voix de la solitude, un être doué d’une sensibilité
exacerbée, maladive, torturée, en qui les regrets et les désirs que tant d’autres n’avaient que confusément perçus
seraient portés jusqu’au paroxysme ».

Œuvres de Chateaubriand liées à l’Amérique

De l'Ancien Régime au Nouveau monde : écrits politiques / textes choisis, présentés et annot. par Jean-Paul
Clément. Paris, Hachette, 1987. 488 p. (Pluriel)
salle J - Histoire, archéologie – [944.061 CHAT d]

10
Mémoires d'outre-tombe / éd. établie par Maurice Levaillant et Georges Moulinier. Paris, Gallimard, 1990-1991. 2
vol. XLII-1232, 1496 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 67, 71)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 4 memo1 et memo2]

Mémoires d'outre-tombe / préf. de Julien Gracq ; introd., notes et commentaires de Pierre Clarac ; éd. rev. par
Gérard Gengembre. Paris, Librairie générale française, 1998. LXV-1849 p. (La Pochothèque. Classiques
modernes)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 4 memo]

Les Natchez. Paris, Droz, 1932. 402 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k878831]

Les Natchez. Paris, Garnier, 1861. (Œuvres complètes de Chateaubriand ; 3)


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k23372s]

Les Natchez. Atala. René / introd., commentaire et notes de Jean-Claude Berchet. Paris, Librairie générale
française, 1993. 667 p. (Le Livre de poche. Classique ; 6609)
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 4 natc]

Œuvres romanesques et voyages. / texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard. Paris, Gallimard, 1986-
1988. 2 vol. LXX-1420 p., 1811 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 209, 210)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 2 o1et o2]

Voyage en Amérique. Paris, Garnier, 1861. (Œuvres complètes de Chateaubriand ; 6)


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k101373x]

Etudes sur Chateaubriand et l’Amérique

Bazin, Christian
Chateaubriand en Amérique / préf. de Michel Poniatowski. Paris, Table ronde, 1969. 276 p.
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 BA]

Chinard, Gilbert
L'Exotisme américain dans l'œuvre de Chateaubriand. Genève, Slatkine, 1970. X-308 p. [Reprod. en fac-sim. de
l'éd. de Paris, 1918]
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 CH]

Enfance et voyages de Chateaubriand : Armorique, Amérique ; actes du colloque de Brest, septembre 1998 /
réunis par Jean Balcou. Paris, Champion, 2001. (Colloques, congrès et conférences. Époque moderne et
contemporaine ; 6)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 BA]

Glaudes, Pierre
Atala, le désir cannibale. Paris, Presses universitaires de France, 1994. 126 p. (Le Texte rêve)
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 GL]

Lebègue, Raymond
Aspects de Chateaubriand : vie, voyage en Amérique, œuvres. Paris, Nizet, 1979. 349 p.
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 LE]

Moisan, Philippe
Les Natchez de Châteaubriand : l'utopie, l'abîme et le feu. Paris, Champion, 1999. 180 p. (Romantisme et
modernités ; 26)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 MO]

11
Société Chateaubriand, 46, Année 2003
Journée - colloque Relire Les Natchez : la Vallée-aux-Loups, 21 juin 2003. Paris, Champion, 2004. 151 p.
salle V - Littératures d'expression française – [84/34 CHAT 5 SO]

Autres oeuvres

Barbier, Émile
Cythère en Amérique / ill. de Gabriel Pernet. Paris, Flammarion, 1894. 244 p. (Les auteurs gais)
Tolbiac - Haut-de-jardin - communication en banque de salle – [S87/9944]
[GAILLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116767]

Hugo, Victor (1802-1870)


« John Brown » [1859], p. 235-242 ; « Les Noirs et John Brown », p. 263-266, « La Médaille de John Brown »
[1867], p. 397-398. Dans Actes et paroles II. Pendant l’exil, 1852-1870 - Œuvres complètes de Victor Hugo. Paris,
Hetzel : Quentin, 1883.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k37457b]

« John Brown » [1859], p. 512-514 ; « Les Noirs et John Brown », p. 525-526-266, « La Médaille de John
Brown » [1867], p. 590-591 Dans Actes et paroles II. Pendant l’exil, 1852-1870. Œuvres complètes. T.4] :
Politique / éd. par Jacques Seebacher et Guy Rosa. Paris, Laffont, 1985. IX-1172 p. (Bouquins)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 HUGO 1 o4]

Mérimée, Prosper (1803 -1870)


Tamango, p.479-500. Dans Théâtre de Clara Gazul, Romans et nouvelles, édition établie, présentée et annotée par
Jean Mallion et Pierre Salomon, nouvelle édition, Paris, Gallimard, 1978, XCVII-1681 p ., (Bibliothèque de la
Pléiade, 21)
salles H et V – Littératures d’expression française – 84/34 MERI 2 t

Sand, George (1804-1876)


Mauprat, illustrations de Tony Johannot, Paris, Hachette, 1979, 442 p. (Grandes œuvres, 10)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2080857

Soudan de Pierrefitte, Jehan


Histoires de l'autre monde : mœurs américaines / préf. Armand Silvestre. Paris, Marpon et Flammarion, 1881. IX-
290 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4062638]

Villiers de L'Isle-Adam, Auguste de (1838-1889)


L'Ève future. Paris, Corti, 1987. 375 p.
salle V - Littératures d'expression française – [84/34 VILL 4 evef]

L'Ève future / préf. Daniel Oster. Paris, P.O.L, 1992. XXXVI-331 p. (La Collection).
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VILL 4 evef]

Le Nouveau-Monde : drame en 5 actes, en prose, couronné au concours institué en l'honneur du centenaire de la


proclamation de l'indépendance des Etats-Unis. Paris, Richard, 1880. XIV-190 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k824753]

L'Ève future, p.765-1020 et Le Nouveau Monde, p.411-544 dans Œuvres complètes t.1 / éd. établie par Alan Raitt
et Pierre-Georges Castex avec la collab. de Jean-Marie Bellefroid. Paris, Gallimard, 1986. 2 vol. LXIV-1657 p.,
1780 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 328-329).
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VILL 1 o1 et 02]

Jules Verne (1828-1905)

Jules Verne fut toute sa vie fasciné par les Anglo-Saxons, en particulier les Américains, et cela transparaît dans les
entretiens qu’il lui est arrivé de donner aux journalistes : « Je pense que les Américains forment un peuple
admirable » ; les Etats-Unis sont « la nation la plus positive du monde » ; ou bien « j’aime tellement l’Amérique et
les Américains […] Oh si seulement je pouvais aller les voir tous, ce serait la joie de ma vie ». D’ailleurs, il se

12
rend outre-Atlantique en 1867, voyage maritime qu’il transpose en fiction (L’Ile flottante, 1871, dans laquelle le
navire se transforme insidieusement en parabole de l’Amérique). Près d’une vingtaine de romans se déroulent
entièrement ou en partie aux Etats-Unis (même si les personnages n’y font que passer, le pays est longuement
décrit, comme dans Le Tour du monde en 80 jours, Cesar Cascabel, L’Île à hélices, Le Chancellor, etc.).

Verne est très admiratif des auteurs anglophones, notamment Fenimore Cooper et Edgar Poe. Cela se retrouve
dans ses thèmes et dans ses personnages. Marie-Hélène Huet a calculé que sur les 410 protagonistes les plus
importants des Voyages Extraordinaires, il y a, aux côtés de 89 Anglais, 85 Américains, soit plus même que de
Français (82). Il apprécie particulièrement leur ingéniosité, leur optimisme, leur efficacité. Tel Cyrus Smith qui
recrée toute la civilisation moderne à partir de pratiquement rien, sauf tout de même l’aide de « l’ancien monde »
(le capitaine Nemo, qui permet, à tous les sens du terme, cette réalisation - L’Île mystérieuse). Cette foi dans le
progrès est symbolisée par l’avance technique des Américains et leur croyance dans la science et la technologie.
Ce n’est pas un hasard si le départ du périple lunaire (De la Terre à la Lune) se déroule en Floride (prémonition ?
à quelques pas du véritable Cap Kennedy, d’où décolleront les astronautes d’Apollo XI qui seront les premiers
humains à fouler le sol de notre satellite). L’Amérique, c’est aussi pour lui le désir de liberté avant tout. Il aime
chez les Yankees leur lutte contre l’esclavage. Cyrus Smith, encore lui, est un nordiste évadé des geôles
confédérées. L’écrivain revient d’ailleurs plusieurs fois sur la Guerre de Sécession (Nord contre Sud, Les Forceurs
de blocus).

Mais Jules Verne n’est pas un amoureux transi de la jeune nation américaine ni un enthousiaste béat. Il est assez
critique et ses objections deviennent de plus en plus acerbes et tranchantes alors qu’il avance en âge. Il leur
reproche d’abord leur volonté de gagner à tout prix, quelqu’en soit le coût (« ça passe ou ça casse ! »). Pour cela
ils sont prêts à toutes les manipulations, tous les mensonges (Le Humburg, Le testament d’un excentrique, Sans
dessus dessous). Il déteste leur cupidité et leur volonté de pouvoir (Robur le Conquérant, L’Île à hélices, Maître
du monde).

Cette ambivalence est caractéristique de l’intelligentsia française vis-à-vis des Etats-Unis, même si en définitive,
Jules Verne est plus proche des habitants du Nouveau Monde que la plupart de ses compatriotes. Son engouement
pour la technique (« Les Yankees sont les premiers mécaniciens du monde ») et sa foi dans le progrès de la
civilisation, symbolisée alors par l’Amérique, y sont pour beaucoup.

Œuvre de Jules Verne en lien avec les Etats-Unis ou les Américains

César Cascabel, p.661-974 et Le Tour du monde en quatre-vingts jours, p.7-186. Dans Les Romans de la terre /
éd. présentée et commentée par Claude Aziza. Paris, Omnibus, 2002. VII-1026 p. (Jules Verne et les quatre
éléments)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 r]

Réunit : Le Tour du monde en quatre-vingts jours ; Michel Strogoff ; Les Tribulations d'un Chinois en Chine ;
César Cascabel

Le Chancellor / ill. par Riou. Toulouse, Ombres, 1996. 245 p. (Petite bibliothèque Ombres ; 81)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 chan]

Le Chancellor, p.809-962. Dans Les Romans de l'eau / éd. présentée et commentée par Claude Aziza. Paris,
Omnibus, 2001. VIII-1344 p. (Jules Verne et les quatre éléments)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 r]
Réunit : Vingt mille lieues sous les mers ; Voyages et aventures du capitaine Hatteras ; Le Chancellor ; Le Sphinx
des glaces

La Chasse au météore (version originale). Edom / postf. de Olivier Dumas ; ill. de George Roux et L. Benett.
Bruxelles, Grama, 1994. 303 p. (Le Passé du futur ; 6)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 chas]

Les Cinq cents millions de la Bégum. Paris, Librairie générale française, 1988. 241 p. (Le Livre de poche ; 2082)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 cinq]

De la Terre a la Lune / 41 dessins et une carte de Montaut. Paris, Librairie générale française, 1989. 364 p. (Livre
de poche. Les voyages extraordinaires ; 2026)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 dela]

13
De la Terre à la Lune, p.249-402 et Robur le conquérant, p.565-726. Dans Les Romans de l'air / éd. présentée et
commentée par Claude Aziza. Paris, Omnibus, 2001. IX-1130 p. (Jules Verne et les quatre éléments)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 r]
Réunit : Cinq semaines en ballon ; De la Terre à la Lune ; Autour de la Lune ; Robur le conquérant ; Hector
Servadac.

Les Forceurs de blocus. Paris, EJL, 2005. 89 p. (Librio ; 66)


salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 forc]

Le Humbug, mœurs américaines, p.151-188. Dans Maître Zacharius : et autres récits / postf. de Jean-Pierre Picot.
Paris, Corti, 1999. 341 p. (Merveilleux ; 10).
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 m]

L'île à hélices / ill. de l'éd. originale Hetzel, dessins par Benett. Paris, Hachette, 1992. 440 p. (Grandes œuvres. Les
Intégrales Jules Verne)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 ilea]

L'île mystérieuse. Paris, J'ai lu, 1995. XXVII-604 p. (J'ai lu les classiques)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 ilem]

La Journée d'un journaliste américain en 2890, p.303-328 dans Contes et nouvelles de Jules Verne / préf. Volker
Dehs ; postf. d'Olivier Dumas. Rennes, Ouest-France, 2000. 388 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 c]

Réunit la version originale de : Maître Zacharius ; Une fantaisie du docteur Ox ; Frritt-Flacc ; Hier et demain

La Journée d'un journaliste américain en 2890 / préf. Daniel Compère. Villellongue-d'Aude, Atelier du Gué,
1994. 59 p.
salle V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 jour]

Maître du monde, p.697-880. Dans Les Romans du feu / éd. présentée et commentée par Claude Aziza. Paris,
Omnibus, 2002. VI-932 p. (Jules Verne et les quatre éléments)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 r]

Réunit : Voyage au centre de la Terre ; Le Château des Carpathes ; Les Indes noires ; Maître du monde.

Maître du monde / ill. de George Roux. Toulouse, Ombres, 1997. 222 p. (Petite bibliothèque Ombres ; 89)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 mait]

Nord contre Sud / ill. de l'éd. originale Hetzel, dessins par Léon Benett. Paris, Hachette, 1992. 440 p. (Grandes
œuvres. Les Intégrales Jules Verne)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 nord]

Le Pays des fourrures / ill. de l'éd. originale Hetzel, dessins de Férat et de Beaurepaire. Paris, Hachette, 1992. 474
p. (Grandes œuvres. Les Intégrales Jules Verne)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 pays]

Robur le conquérant / dessins par Benett ; postf. par Simone Vierne. Paris, Librairie générale française, 1993. 274
p. (Le livre de poche ; 2027)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 robu]

Sans dessus dessous / postf. Robert Pourvoyeur ; ill. de George Roux. Bruxelles, Grama, 1994. 255 p. (Le Passé
du futur ; 3)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 sans]

Sans dessus dessous : texte intégral conforme à l'éd. originale Hetzel. Arles, Actes Sud, 2004. 135 p. (Les Mondes
connus et inconnus)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 san]

Le Testament d'un excentrique / ill. de l'éd. originale Hetzel, dessins par Georges Roux. Paris, Hachette, 1992. 472
p. (Grandes œuvres. Les Intégrales Jules Verne)

14
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 test]

Le Testament d'un excentrique, p.7-470. Dans Les Romans des cinq continents ; 2 : Le Testament d'un
excentrique. Mistress Branican ; éd. présentée et commentée par Claude Aziza. Paris, Omnibus, 2005. 978 p.
(Omnibus)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 2 r2]

Le Tour du monde en 80 jours / dessins par MM. de Neuville et L. Benett. Paris, Librairie générale française,
1988. 331 p. (Le Livre de poche ; 2025)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 tour]

Une ville flottante [suivie des] Forceurs de blocus. 20e éd. Paris, Hetzel, 1884. 290 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64705t]

Une ville idéale / 22 illustrations originales ; éd. annotée par Daniel Compère. Amiens, CDJV-La Maison de Jules
Verne, 2004. 59 p. [Éd. spéciale de la Revue Jules Verne, 1999]
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 4 vill]

Quelques études sur Jules Verne et l’Amérique

Badoureau, Albert
Le Titan moderne : notes et observations remises à Jules Verne pour la rédaction de son roman « Sans dessus
dessous » : inédit / préf. de Jean-Marc Ayrault ; publ. sous la dir. de Madeleine Thoby-Le Duc. Arles, Actes Sud,
2005. 189 p. (Les Mondes connus et inconnus)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 BA]

Colloque Jules Verne, écrivain du XIXe siècle : 1. Nouvelles recherches sur Jules Verne et le voyage / Colloque
d'Amiens, 11-13 novembre 1977 ; Université de Picardie, Société des études romantiques, Société Jules Verne,
Centre universitaire de recherches verniennes. Paris, Minard, 1978. 115 p. (La Thésothèque ; 2)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 CO 1]

Compère, Daniel
Les voyages extraordinaires de Jules Verne : analyse de l'œuvre. Paris, Pocket, 2005. 256 p. (Les Guides Pocket
classiques)
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 CO]

De la science en littérature à la science-fiction : actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et
scientifiques, Section d'histoire des sciences et des techniques, Amiens, 26-30 octobre 1994 / sous la dir. de
Danielle Jacquart. Paris, CTHS, 1996. 198 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [840.93 JACQ d]
salle C - Histoire des sciences – [306.451 JACQ d]

Dupuy, Lionel
Jules Verne, l'homme et la terre : la mystérieuse géographie des « Voyages extraordinaires » / préf. Bernard
Duperrein et Philippe Gindre ; postf. William Butcher et Jean-Michel Margot. Dôle, La Clef d'argent, 2006. 171 p.
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 DU]

En relisant Jules Verne : un autre regard sur Les Voyages extraordinaires / préf. Bernard Duperrein ; postf.
William Butcher et Jean-Michel Margot. Dôle, La Clef d'argent, 2005. 173 p.
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 DU]

Fabre, Michel
Le Problème et l'épreuve : formation et modernité chez Jules Verne. Paris, l’Harmattan, 2003. 235 p. (Savoir et
formation)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 FA]

15
Frank, Bernard
Jules Verne et ses voyages. Paris, Flammarion, 1941. 248 p.
salle G – Microformes – [S92/1770]

Guillaud, Lauric
Jules Verne face au rêve américain. Paris, Houdiard, 2005. 87 p. (Essais)
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 GU]

L'ouvrage est une version longue d'une communication présentée le 11 août 2004 dans le cadre d'un colloque
international à Cerisy-la-Salle.

Huet, Marie-Hélène
L'Histoire des Voyages extraordinaires : essai sur l'œuvre de Jules Verne. Paris, Lettres modernes, 1973. 206 p.
(Avant-siècle ; 14)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 HU]

Jules Verne ou Les inventions romanesques / sous la direction de Christophe Reffait et Alain Schaffner. Amiens :
Centre d'études du roman et du romanesque de l'Université de Picardie-Jules Verne : Encrage université, 2007.
505 p. (Romanesques. Hors-série)
Salle V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 RE]

Jules Verne, les machines et la science : actes du colloque international, 12 octobre 2005, École centrale, Nantes /
[organisé par l'École centrale de Nantes et l'Université de Nantes] ; coordonné par Philippe Mustière et Michel
Fabre. Nantes, Coiffard, 2005. 332 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 MU]

Lengrand, Claude
Dictionnaire des Voyages extraordinaires de Jules Verne. Amiens : Encrage, 1998. 318 p. (Travaux : Cahier Jules
Verne ; 1)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 LE]

Lottman, Herbert R.
Jules Verne. Paris, Flammarion, 1996. 430 p. (Grandes biographies Flammarion)
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 LO]

Margot, Jean-Michel
Bibliographie documentaire sur Jules Verne. Amiens, Centre de documentation Jules-Verne, 1989. 334 p.
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 MA]
salle X - Ouvrages de référence par discipline – [840.900 7016 Z vern3]

Mellot, Philippe
Le Guide Jules Verne / Philippe MELLOT et Jean-Marie EMBS. Paris, Éditions de l'Amateur, 2005. 319 p.
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 ME]

Moré, Marcel
Le Très curieux Jules Verne : le problème du père dans Les Voyages extraordinaires / avec une note éditoriale de
Jean Paulhan et une note biographique de Patrick Mauriès. Nouv. éd. Paris, Gallimard, 2005. 270 p. (Le
Promeneur)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 MO]

Paumier, Jean-Yves
Jules Verne, voyageur extraordinaire : à la découverte des mondes connus et inconnus. Grenoble : Glénat, 2008.
277 p.-[16) p. de pl. (La Bibliothèque des explorateurs).
Salle J – Géographie – [910.91 PAUM j]

Sadaune, Samuel

16
Les Soixante voyages extraordinaires de Jules Verne. Rennes, Ouest-France, 2004. 143 p.
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 SA]

Le Tour du monde / textes réunis par François Raymond. Paris, Lettres modernes, 1976. 207 p. (Revue des lettres
modernes : Jules Verne ; 1)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 RE 1]

Vierne, Simone
Verne. Grez-sur-Loing, Pardès, 2005. 127 p. (Qui suis-je ?)
salle H - Littératures d'expression française – [84/34 VERN 5 VI]

3- La Littérature populaire : la création du mythe du « Far West »

Au milieu des années 1830, l’introduction d’une fiction sous forme de feuilleton quotidien dans la presse à grand
tirage favorise la création d’une littérature fondée sur la rapidité d’écriture au détriment du style, sur une structure
narrative répétitive, sur des situations qui deviennent souvent des lieux communs. Ces récits, où l’action est
primordiale, sont très vite dédaignés par l’élite culturelle et cette déconsidération entraîne le discrédit sur le roman
d’aventures. Or celui-ci, rédigé par le jeune Balzac ou par Alexandre Dumas, avait acquis ses lettres de noblesse et
était admiré pour sa capacité à peindre et faire comprendre des sociétés étrangères. D’où le succès, en France,
dans le premier tiers du siècle de Walter Scott et de Fenimore Cooper. Chez ce dernier, le héros est partagé entre
une fascination pour la vie sauvage, où on peut s’affranchir de tous les tabous, et une nécessité de la civilisation
dont les règles permettent la vie en société. Tel est par exemple Bas-de-Cuir, son héros le plus connu. Autre trait
caractéristique : les Indiens sont des êtres proches de la Nature, luttant pied à pied contre l’avancée des Européens,
pour le principe, pour le panache, car ils se savent condamnés. Ce sont ces grandes idées que l’on retrouve à partir
du Second Empire dans cette littérature populaire, parfois affaiblies, voire stéréotypées, mais toujours vivaces.

Le premier Français à introduire ces thèmes se nomme Gabriel Ferry. Il transpose ses aventures et ses voyages
sous forme romanesque. L’époque est propice pour le temps de l’aventure. Au moment où le chemin de fer
construit un maillage serré sur le territoire français et raccourcit les distances, les étendues immenses de
l’Amérique, vierges de routes, parcourues seulement par des tribus indiennes et de gigantesques troupeaux de
bisons, sont synonymes de liberté sans entraves. La ruée vers l’or de 1848, puis la Guerre de Sécession ajoutent
une touche de réalisme à un autre élément primordial du mythe en train de se construire : la violence, qui permet à
l’aventurier de s’épanouir, de saisir sa chance mais aussi à l’individu le plus fort, pas toujours le meilleur, de
l’emporter. Le succès des nombreuses traductions d’écrivains européens, tel l’irlandais Mayne Reid, l’allemand
Karl May ou l’italien Emilio Salgari, va contribuer à populariser la mythologie de l’Ouest. En France, c’est
Gustave Aimard qui devient le spécialiste incontesté de ce type de récit. La vogue de ce genre d’aventures va en
augmentant tout au long de la seconde moitié du siècle. Elle s’accroît encore par l’arrivée en Europe des récits
américains qui font connaître au public français les grandes figures de la conquête de l’Ouest, cowboys, bandits,
Indiens, déjà célèbres outre-Atlantique. Cette gloire est parachevée par la tournée triomphale du « Buffalo Bill’s
Wild West Show » qui est vu par des millions de continentaux entre 1886 et 1905.

Ce thème du Far-West, s’il est primordial dans la littérature populaire, n’est pas unique. La thématique américaine
se trouve aussi dans d’autres genres, sous d’autres formes. D’abord la littérature pour la jeunesse, qui a des
prétentions didactiques, très visibles chez Jules Verne, Louis Boussenard ou Charles de Lapre. De même que la
littérature mélodramatique, forme dominante dans le roman populaire de la fin du XIXe siècle, qui donnera par la
suite le « roman rose ». Ainsi l’Amérique est présente dans deux fleurons de cette « littérature larmoyante », Les
Deux orphelines de D’Ennery et La Porteuse de pain de Xavier de Montépin (chez ce dernier les Etats-Unis sont
le refuge de l’assassin, qui peut s’acheter dans cet endroit vénal une nouvelle identité). L’hostilité envers ce pays
affichée par ce dernier auteur se trouve bien plus manifeste chez Gustave Le Rouge, auteur d’un thriller haletant
qui dénonce sur le mode du complot la cupidité des capitaliste yankees ne visant pas moins qu’à mettre le monde
en coupe réglée (Le Complot des Milliardaires).

Tous ces ouvrages sont édités dans des collections spécialisées et bon marché : Ardant, Barbou, Dagorce-Cadot,
Dentu, Fayard, Hetzel, Plon, Mame, etc. Ils sont publiés en volumes ou sous forme de livraisons périodiques, mais
toujours avec une couverture illustrée (parfois même on trouve des illustrations intérieures). Ces gravures sont
importantes, car elles finissent par imposer des critères visuels qui permettent d’identifier immédiatement le genre.
Ces stéréotypes ne sont pas forcément ceux auxquels le lectorat du XXIe siècle est habitué (celui-ci étant plutôt
façonné par les images imposées par le cinéma). Souvent d’ailleurs, les illustrateurs ne connaissent pas
l’Amérique, et leur iconographie fait parfois songer à des paysages européens ou orientaux.

17
Auzias-Turenne, Raymond (1861-19..)
Le Roi du Klondike. Paris, Calmann Lévy, 1901. 288 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116733]

Beaumont, Gustave de (1802-1866)


Marie, ou L'esclavage aux Etats-Unis : tableau de mœurs américaines. 4e éd. Paris, Gosselin, 1840. 392 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k23579r]

Boussenard, Louis (1847-1910)


L'Enfer de glace, roman d'aventures au Klondike. Paris, Taillandier, 1902. 366 p. (Bibliothèque des grandes
aventures)
salle G – Microformes – [S88/14093]

Chevalier, Henri-Émile (1828-1879)


L'Espion noir, épisode de la guerre servile : le Nord et le Sud / Henri-Émile CHEVALIER et Florian PHARAON
[1827-1887]. Paris, Dentu, 1863. 305 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111707h]

Delpit, Albert (1849-1893)


La famille Cavalié : les drames de ce temps-ci. I : Le Commodore noir ; II. Les Temps difficiles. Paris, Dentu,
1878. 2 vol. 344 p., 344 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k406261h et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k406262w]

Duplessis, Paul (1820-1861)


Les Mormons. Paris, Cadot, 1859. 8 vol.
salle G – Microformes – [S94/16129 à 16136]

Ennery, Adolphe d' (1811-1899)


Les Deux orphelines : grand roman / d'après le drame de MM. Adolphe D'ENNERY et Eugène CORMON. Paris,
Rouff, [1887-1889]. 2 vol.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1050691 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k105070z]

Hellimer, Régis
Les Mémoires de James Trevor : épisodes de la guerre des États-Unis d'Amérique. Limoges, Ardant, 1883. 240 p.
Poste d'accès aux ressources électroniques – [en cours de catalogage]

Lavayssière, P.
Les Emigrants en Amérique. Limoges, Ardant, 1882. 142 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111700v]

Les Pionniers allemands en Amérique. Limoges, Ardant, 1883. 144 p.


salle G – Microformes – [S85/431]

Le Rouge, Gustave (1867-1938)


L'Amérique des dollars et du crime / éd. établie par Francis Lacassin. Paris, Laffont, 1993 1168 p. (Bouquins)
salle H et V - Littératures d'expression française – [84/4 LEROg 4 amer]

Réunit : La Conspiration des milliardaires ; A coups de milliards ; Le Régiment des hypnotiseurs ; La Revanche
du vieux monde ; L'héroïne du Colorado.

Montépin, Xavier de (1823-1902)


La Porteuse de pain, p.7-510. Dans Mélos / éd. Claude Aziza. Paris, Presses de la cité, 1992. XXII-1326 p.
(Omnibus)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 A m]

Réunit : La Porteuse de pain de Xavier de MONTEPIN ; Le Maître de forges de Georges OHNET et La Charmeuse
d'enfants de Jules MARY

18
Noir, Louis (1837-1901)
Les Millions du trappeur : grand roman d'aventures. Paris, Claverie, [1876]. 3 parties en 1 vol. (233, 244, 444 p.)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1117543]

Le Secret du trappeur / par Louis NOIR et Pierre FERRAGUT. Paris, Gennequin, [1874]. 872 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58393937]]

Révoil, Bénédict-Henry (1816-1882)


Au milieu des bois : scènes américaines. Limoges, Ardant, 1882. 240 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64444w]

La Grande pêche aux États-Unis / Ill. par Yan' Dargent. Tours, Mame et fils, 1884. 197 p.
salle G – Microformes – [S93/1372]

Mœurs des États-Unis d'Amérique. Limoges, Barbou, 1884. 144 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96477z]

Mémoires d'un vieux pêcheur américain / ill. Yan D’argent. Tours, Mame et fils, 1886. 141 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646809]

Le « Far West » :
Cet espace à la fois réel et fantasmé apparaît en France au XIXe siècle, dans sa seconde moitié pour être plus
précis. Au départ, les récits se situent plutôt dans l’Est des Etats-Unis, seule région explorée par les Européens
dans les années 1800. A la suite de Fenimore Cooper, les écrivains campent leurs histoires au sein des grandes
forêts parcourues par les trappeurs. Plus tard, ces régions défrichées serviront de cadre aux romans sur la Guerre
de Sécession. Ce sont les Grandes Plaines et le Sud-Ouest qui sont les territoires les plus présents dans ces récits.
Mais ce ne sont pas tant ces lieux qui comptent que l’Amérique elle-même, promesse de terres illimitées, de
violence, de liberté et de démesure. Les intrigues peuvent indifféremment se dérouler dans tout le continent nord-
américain : les Etats-Unis proprement dit, le Mexique (ses paysages de déserts brûlants, les réminiscences de la
malheureuse aventure française sous le Second Empire – jusque vers 1850 le Texas et la Californie appartenaient à
ce pays), le Canada (avec ici une préférence pour le XVIIIe siècle, qui permet à des romanciers « patriotes » de
réécrire l’histoire et regretter la perte de cette contrée face aux Anglais). Plus que tout s’imposent une nature
sauvage, grandiose, un pays vierge d’habitants, une nation sans lois ni contraintes. Sur ces terres se déroule une
lutte frontale entre la civilisation nécessaire mais normative et étouffante, qui progresse inexorablement, et une
démesure dans un espace incommensurable où l’absence de règles entraîne barbarie, cruauté mais aussi liberté.

Cet affrontement se retrouve dans tous les récits d’aventures, qu’ils se passent dans la Pampa argentine, le Veldt
sud-africain ou le Sahara. Ce qui distingue les récits du Far West, c’est l’ambivalence de certains de leurs héros.
Alors qu’ailleurs le lecteur assiste à une lutte sans ambiguïté entre l’homme civilisé et le barbare sauvage, le
principal protagoniste de certains récits de l’Ouest américain est un Européen qui a fui le vieux continent pour se
fondre dans une nature primitive, fasciné par la population indigène mais avant tout jaloux de sa liberté. Il devient
alors un passeur entre une société industrielle en marche et les indigènes, ni dans un camp ni dans un autre,
appartenant aux deux mondes et à aucun. A la fin du récit, il se retire généralement dans la solitude. C’est le thème
coopérien de « la Frontière ». Ce personnage est très différent du cow-boy américain. C’est un nomade,
généralement un trappeur ou un chasseur qui parcourt inlassablement des forêts gigantesques ou des déserts sans
fin, pas un pionnier ni un constructeur. On trouve également en parallèle le marginal, le hors-la-loi, « l’Outlaw »
(mot nouveau, exotique et qui va faire fureur), qui s’inspire aussi de la grande tradition française du bandit
populaire (Cartouche, Mandrin, etc.).

Mais il y a une autre sorte de héros. C’est un Français, ou parfois un descendant de Français (Acadien, Québécois).
Il vient en Amérique, motivé par l’appât du gain, par amour, ou pour fuir une machination, une rupture
malheureuse. La structure romanesque s’apparente alors plus au récit de voyage : il va çà et là, au hasard des
péripéties de l’intrigue, fait face à la sauvagerie, rencontre in fine l’amour et la fortune. La récompense finale (et
suprême) est le retour en France. L’Amérique n’est qu’un moyen, un lieu de passage et d’épreuves initiatiques. Ce
personnage possède ce qu’on appelle alors « l’esprit français » : il est goguenard, frondeur, élégant et cocardier.

Quelques romans sont plus personnels, plus réalistes : ils peuvent décrire la vie quotidienne des émigrants (Elie
Berthet), la chasse (Benedict-Henry Revoil), etc. Tous ces livres montrent une fascination mais aussi une certaine
condamnation des pratiques américaines. Par exemple, sur la question indienne, les écrivains français sont plus

19
nuancés que leurs homologues d’outre-Atlantique. Si pour les seconds ce sont des gens frustes, barbares et
stupides, les premiers les montrent beaucoup plus ambivalents : sauvages mais fiers, cruels mais libres, guerriers
mais sincères et dignes, ils peuvent devenir ennemis ou bien amis indispensables du héros. De même on trouve
régulièrement des condamnations sans appel de l’esclavage (Gustave de Beaumont) et du racisme (un des
personnages principaux de Louis Noir est d’ailleurs un métis).

Ces écrivains, qui rédigent vite, peuvent cependant se classer en deux catégories : ceux qui connaissent leur sujet
de façon théorique, livresque. Leurs ouvrages sont fait de dialogues et de péripéties rapides (en lisant Louis Noir,
on a parfois l’impression de se trouver en Europe). Les autres ont été sur place, et le montrent : ils décrivent
longuement les paysages, la faune et la flore, même si ces peintures acquièrent au fil du temps un caractère
répétitif et stéréotypé (Gabriel Ferry, Gustave Aimard, Benedict-Henry Revoil).

Bailleul, Louis (1830-19..)


Le Trappeur du Far-West. Paris, Guérin, 1888. IV-234 p.
salle G – Microformes – [S86/4428]

Mocandah ou Le jeune chef indien. Paris, Guérin, 1913. 268 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111675v]

Barrillon, G.
Un drame en Amérique : I. Les Peaux-Rouges ; II. New-Orléans. Paris, Calmann Lévy, 1879. 2 vol.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1146885 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114689j]

Berthet, Élie (1818-1891)


Les Emigrans : la colonie du Kansas. Paris, Potter, 1860. 5 vol.
Poste d'accès aux ressources électroniques – [en cours de catalogage]

Biart, Lucien (1829-1897)


Benito Vasquez : étude de moeurs mexicaines. Paris, Hetzel, 1890. 387 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k69057b]

Le Bizco : une passion au Mexique. Paris, Charpentier, 1890. 298 p. (La Nouvelle collection)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k69167x]

La Terre chaude : scènes de mœurs mexicaines. Paris, Charpentier, 1879. 311 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k99757w]

Boussenard, Louis (1847-1910)


Aventures d'un gamin de Paris au pays des bisons. Paris, Librairie illustrée, 1892. 331 p. (Bibliothèque des
grandes aventures)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116809]

Le Défilé d'enfer. Paris, Flammarion, 1891. 448 p. (Les Grandes aventures)


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5737278b]

Chavannes de La Giraudière, Hippolyte de (18..-19..)


Les Pionniers de l'Amérique du Nord. Tours, Mame, 1885. 71 p.
salle G – Microformes – [S84/3282]

Chevalier, Henri-Émile (1828-1879)


La Fille des indiens rouges. Paris, Calmann-Lévy, 1882. 316 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64187b]

La Tête-plate. Paris, Lévy, 1876. 324 p.


salle G – Microformes – [S84/1051]

Claretie, Léo (1862-1924)


Les Héros de la Yellowstone : roman. Paris, édition du "Monde illustré", 1908. 300 p.

20
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111684t]

Didier, Édouard (....-1886)


La Bague d'opale. Paris, Calmann Lévy, 1881. 306 p. (Nouvelle collection Michel Lévy)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111686k]

Fournier, Marc (1818-1879)


Les Chercheurs d'or du Sacramento : drame en 5 actes et 6 tableaux / Marc FOURNIER et Paul DUPLESSIS
(1820-1861). Paris, Marchant, 1850. 32 p. (Magasin théâtral. 2e série)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111693s]

Hue, Fernand (1846-1895)


Les Coureurs de frontières / ouvrage contenant de nombreuses gravures sur bois de Vintraut et de Pet. Paris,
Lecène et Oudin, 1889. 318 p. (Nouvelle bibliothèque illustrée de vulgarisation)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111753q]

Maël, Pierre [pseud. de Charles Causse –1862-1904- et Charles Vincent –1851-1920-]


Les Derniers hommes rouges : roman d'aventures. Paris, Firmin-Didot, 1895. 313 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111702m]

Parès, Eugène (pseud. Eugène de Kerzollo)


Voyage et aventures de trois jeunes Français en Californie. Lille, Lefort, 1879. 192 p.
salle G – Microformes – [SP96/273]

Révoil, Bénédict-Henry (1816-1882)


À travers le Nouveau Monde. Limoges, Barbou, 1882. 117 p. (Bibliothèque morale. 4e série)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64465v]

Les Bergers du Colorado. Limoges, Ardant, 1886. 63 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64681n]

Chez les Peaux-Rouges, récits de chasse. Tours, Mame et fils, 1902. 96 p.


salle G – Microformes – [S85/5819]

Les Peaux-rouges de l'Amérique du Nord. Limoges, Ardant, 1883. 72 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64122r]

Une caravane d'émigrants. Limoges, Barbou, 1882. 64 p. (Bibliothèque morale]


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1117098]

Rocroy, Félix
Tribulations d'un docteur en droit dans l'Amérique. L'indien blanc. Paris, Boulanger, 1895. 188 p. (Lectures pour
tous. Aventures et voyages).
salle G – Microformes – [S85/1946]

Roy, Just-Jean-Étienne (1794-1871?)


Les Aventures d'un capitaine français planteur au Texas ancien réfugié du champ d'asile. Tours, Mame et fils,
1884. 191 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64125s]

Ulbach, Louis (1822-1889)


Le Baron américain. Paris, Calmann Lévy, 1877. 372 p. (Bibliothèque contemporaine).
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k99819m]

Gabriel Ferry (pseud. de Louis de Bellemare, 1809-1852)

21
De son vrai nom Louis de Bellemare, Gabriel Ferry est né à Grenoble en 1809. Dès 1830, il est au Mexique pour
affaires et rentre en France après y avoir vécu dix ans. « Il voulut parcourir cette vaste contrée toute entière et
pénétrer même dans l’immense désert qui la sépare des Etats-Unis », écrit George Sand ; il est passé « à travers les
dangers de tous genres de ces routes mal hantées ; [il a exploré] une partie du littoral, afin de consacrer quatorze
mois à une promenade à cheval sur quatorze cent lieues ». Ce long séjour va alimenter son imagination et ses
romans. Ses premiers textes sont d’ailleurs des récits de voyage, dont certains sont publiés dans la prestigieuse
Revue des Deux Mondes. Par la suite, il développe des intrigues mouvementées dans des paysages longuement
décrits car bien connus. Il n’aura pas le temps d’écrire de nombreux romans. Nommé en 1851 à San Francisco
comme représentant du gouvernement français auprès des chercheurs d’or qui se pressent dans cette région, il
embarque en Grande-Bretagne mais son bateau s’abîme en mer le 4 janvier 1852. Cette fin dramatique marque ses
contemporains : « cette mort terrible et noble est déjà passée à l’état de légende » (George Sand).

L’importance de Gabriel Ferry pour l’enracinement du paysage américain dans l’imaginaire français est
primordiale. Il connaît très bien le sud des Etats-Unis (à l’époque le Mexique) et le représente avec un luxe de
détails, insistant sur la couleur locale, l’exotisme des mœurs, le pittoresque des décors. Son long séjour dans la
région en légitime la véracité auprès de ses lecteurs. Il récupère le thème coopérien du « coureur des bois » pris
entre deux univers et initiateur à la vie sauvage, mais il utilise également toutes les ficelles du roman feuilleton de
son temps, coups de théâtre, actions frénétiques, violence. Il détermine pour longtemps une perspective visuelle
qui s’impose au public, popularisant la Californie et le désert de Sonora en lieu et place des grandes forêts
américaines de Cooper ou de Chateaubriand. Gabriel Ferry est le pionnier, qui crée pratiquement de toute pièce
(du moins en France) le roman du Far West, genre promis à un bel avenir.

Le Coureur des bois, ou Les chercheurs d'or. 13e éd. Paris, Hachette, 1896. 2 vol.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64552s et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k645534]

Costal l'Indien ou Le dragon de la reine : scènes de la guerre de l'indépendance du Mexique / préf. de Georges
Sand. 7e éd. Paris, Hachette, 1904. VII-448 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k66198g]

Gustave Aimard (1818-1883)


La vie de Gustave Aimard est un roman. Né en 1818, abandonné par ses géniteurs, il s’enfuit de chez ses parents
adoptifs, est mousse à neuf ans sur un bateau, fait les quatre cents coups en Patagonie, émigre en Amérique du
Nord où il est successivement coureur des bois, chercheur d’or, trappeur, etc. Il s’engage dans la Marine nationale
en 1835 mais déserte quatre ans plus tard au Chili, se marie à une Cheyenne, puis voyage en Europe et dans le
Caucase. Rentré en France en 1854, il commence à écrire sans discontinuer à un rythme ahurissant : cinq romans
en 1858, huit en 1863, douze en 1867, même si certains sont co-signés par d’autres (le plus souvent par Jules
Berlioz d’Aurillac). Dans la décennie suivante, il tombe dans la misère, devient à moitié fou et doit être enfermé à
l’asile Sainte-Anne, où il s’éteint en 1883.

On a reproché à Gustave Aimard d’avoir mis sa vie en scène comme un roman, d’avoir inventé et confondu réalité
et fiction, d’être devenu peu à peu comme le héros d’un de ses propres récits. Ceux-ci se veulent en tout cas les
reflets d’expériences qu’il aurait vécues. Ses histoires peuvent se dérouler sur l’Océan, être des mystères urbains
ou des récits patriotiques, mais l’essentiel de son œuvre se situe en Amérique, de la Patagonie au Canada, mais
surtout aux Etats-Unis et au Mexique. Ses titres dressent presque une carte du pays : Les Bandits de l’Arizona,
L’Aigle noir des Dacotahs, Les Forestiers du Michigan, Les Outlaws du Missouri, Les Trappeurs de l’Arkansas,
etc. Il reprend la thématique de Gabriel Ferry tout en la simplifiant. Ses romans reposent sur quelques scènes
essentielles et récurrentes : le massacre d’innocents par de féroces Indiens ou d’impitoyables bandits, une intrigue
sentimentale importante, un combat final sanguinaire, des séances de torture, des retournements de situations
échevelées. Les personnages sont également très typés : le coureur des bois, l’aristocrate et la vierge, l’Apache
fourbe et le fier Comanche, etc. Ses peintures des paysages, marquantes mais répétitives, sont néanmoins
surprenantes et exotiques pour le lecteur français. La violence, très présente, n’est pas pour rien dans l’immense
succès que connaît la publication des ses œuvres. Si la grande majorité de ses romans sont oubliés, quelques uns
sont cependant régulièrement réédités : Les Rôdeurs des frontières, Les Bandits de l’Arizona et surtout Les
Trappeurs de l’Arkansas qui a connu quinze éditions différentes entre 1900 et 2001.

L'Aigle noir des Dacotahs / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1878. 220 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63201t]

Les Bandits de l'Arizona : scènes de la vie sauvage. 3e éd. Paris, Gautier, 1889. 270 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k68741n]

22
Les Bois-brulés. Paris, Dentu, 1875-1876. 3 vol. 333, 291 et 343 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2291694, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2291702 et
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k229171f]

Comprend : I. Le Voladero ; II. Le Capitaine Kild ; III. Le Saut de l'élan

Coeur-de-panthère / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1879. 224 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80235t]

Les Forestiers du Michigan / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1879. 230 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96358d]

L'Héroïne du désert / par Gustave Aimard et J.-B. d'Auriac. Saint-Germain, Bardin, 1879
salle G – Microformes – [R92980]

Jim l'Indien / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1879. 226 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k963572]

Le Mangeur de poudre / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1878. 228 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k632056]

L'Oiseau noir, histoire américaine. Paris, Dentu, 1893. 332 p.


salle G – Microformes –[S88/8857]

Les Outlaws du Missouri. 2e éd. Paris, Amyot, 1876. 442 p.


[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80192c]

Les Pieds-fourchus / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1878. 225 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k632025]

Les Pirates de l'Arizona : scènes de la vie sauvage. Limoges, Ardant, 1891. 231 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1116691]

Les Terres d'or / Gustave AIMARD et J.-B. D'AURIAC. Paris, Degorce-Cadot, 1879. 230 p.
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k80234g]

Les Trappeurs de l'Arkansas : et autres romans de l'Ouest / éd. établie et présentée par Matthieu Letourneux. Paris,
Laffont, 2001. XXV-957 p. (Bouquins)
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 AIMA 4 trap]

Contient aussi : Balle franche ; L'Eclaireur ; Les Bandits de l'Arizona

Le Trouveur de sentiers : scènes de la vie sauvage. 3e éd. Paris, Dentu, 1888.


salle G – Microformes – [S87/10179]

Une Goutte de sang noir : épisode de la guerre civile aux Etats-Unis. Paris, Dubuisson, 1878. 252 p. (Feuilleton
du journal Le Télégraphe)
[GALLICA : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111670z]

Bastaire, Jean
Sur la piste de Gustave Aimard : trappeur quarante-huitard. Amiens, Encrage, 2003. 140 p. (Travaux bis ; 4).
salles H et V - Littératures d'expression française – [84/34 AIMA 5 BA]

« Dossier Gutave Aimard ». Le Rocambole : bulletin de l'Association des amis du roman populaire, hiver 2000,
13, p.9-118
salle H – Périodiques – [FRAN Roca]

23
Flieger, Harold E.
« Images de l’Aventure. A travers les éditions hollandaises, anglaises et allemandes des œuvres de Gustave
Aimard ». Le Rocambole : bulletin de l'Association des amis du roman populaire, automne 2001, 16, p.43-66
salle H – Périodiques – [FRAN Roca]

Pageaux, Daniel-Henri
« L’Univers romanesque de Gustave Aimard. Repères et perspectives cavalières », dans Richesses du roman
populaire : actes du colloque international de Pont-à-Mousson, octobre 1983 / éd. René Guise et Hans-Jörg
Neuschäfer ; publ. du Centre de recherches sur le roman populaire de l'Université de Nancy II et du
Romanistisches Institut de l'Université de Sarrebruck. Nancy, Centre de recherches sur le roman populaire, 1986.
434 p.
salle G – Microformes – [P89/4148 support]

24