Vous êtes sur la page 1sur 69

République Tunisienne

Ministère de l’Agriculture Ministère de l’enseignement


et des Ressources supérieur et de la recherche
Hydrauliques scientifique
Institution de la Recherche
et de l’Enseignement Université Carthage
Supérieur agricoles

INSTITUT NATIONAL AGRONOMIQUE DE TUNISIE

Département de Génie Rural, Eaux et Forêts

PROJET DE FIN D’ÉTUDES DU CYCLE INGENIEUR

Présenté Par :

DHOUIB SIRYNE

Spécialité : GREF

Option: Forage

Le programme de tubage, de cimentation et de mise en


production d’un puits de développement.

Devant le jury composé par :

Mr. BOUSSALEM Noureddine, Prof. INAT Encadreur, INAT


Mr. ZEMMOURI El Kheir, Directeur de département Encadreur, PETROFAC
subsurface
Mr. BELAIFA EL Hadi, Ingénieur réservoir Encadreur, PETROFAC
MR. Felfoul Mennoubi Sfar, Prof. INAT Examinateur

Juin 2012
Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Remerciements
Au terme de ce travail ,qu’il me soit permis de faire-part de ma gratitude et ma
reconnaissance à tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à son élaboration.
Le présent travail a été réalisé en collaboration entre l’Institut Nationale
Agronomique de Tunis et l’entreprise pétrolière PETROFAC TUNISIA.

J’exprime la profonde gratitude à Mr BOUSALEM Noureddine professeur à l’INAT

d’avoir accepté de m’encadrer, de diriger durant mon projet de fin d’études pour son aide et
ses conseils précieux, pour sa modestie et sa disponibilité.
Ma profonde gratitude s’adresse aussi à Mr SFAR FELFOUL Mennoubi professeur à

l’INAT qui a bien voulu examiner ce travail.


Je profite de cette occasion pour exprimer ma profonde gratitude à Mr ZEMOURI EL

KHEIR directeur de département de subsurface de m’avoir accepté pour réaliser mon projet
fin d’étude.
Je tiens à exprimer ma profonde gratitude à Mr BLEAIFA El Hadi ingénieur

réservoir pour ses conseils judicieux, son soutien, son énorme encouragement, l’attention et
l’amitié qu’il m’a accordée.
J’exprime mes sincères remerciements à Mr KHLEF Abdelbaki ingénieur principal

de forage et Mr BOUGHANMI Tarek ingénieur de forage pour les précieux conseils qu’ils

n’ont cessé de me prodiguer afin de m’orienter sur la bonne voie. Pour leurs encadrements
rigoureux et pour leurs qualités humaines innombrables, je tiens à leur exprimer mon profond
respect.

Enfin, je suis très reconnaissant envers mes amis qui m’ont accompagné durant ces trois ans
pour la solidarité incessante et les moments inoubliables qu’on a partagé ensemble.

Siryne DHOUIB II 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Table des matières


Introduction générale .............................................................................................................. 1
Chapitre 1 : Programme de tubage ............................................................................................. 3
Introduction du champ ........................................................................................................... 4
I. Le programme du tubage ................................................................................................. 4
1. Les caractéristiques des tubages ...................................................................................... 6
2. La colonne de tubage du puits X ..................................................................................... 9
2.1. Le tube guide............................................................................................................ 9
2.2. La colonne de surface .............................................................................................. 9
2.3. Les colonnes intermédiaires ................................................................................... 11
2.4. La colonne de production....................................................................................... 14
Conclusion ............................................................................................................................ 16
Chapitre 2 Le programme de la cimentation .......................................................................... 17
II. Le programme de la cimentation ............................................................................... 18
1. Equipements nécessaires à la cimentation .................................................................... 18
1.1. Les têtes de cimentation « Cementing Heads » .................................................... 18
1.2. Les sabots de tubage « Casing Shoes » ................................................................. 19
1.3. Les bouchons de cimentation ................................................................................. 19
1.4. Centreurs de tubage « Casing Centralizers » ........................................................ 20
2. Les techniques de cimentation ...................................................................................... 21
3. Ciments, additifs et spacer ............................................................................................ 23
3.1. Les classes de ciment API...................................................................................... 23
3.2. Les additifs ............................................................................................................. 24
3.3. Le spacer ................................................................................................................ 25
4. Cimentations de la colonne de tubage du puits X ......................................................... 25
4.1. La cimentation de la phase 26" .............................................................................. 25
4.2. La cimentation de la phase 17"½ ........................................................................... 28
4.3. La cimentation de la phase 12"¼ ........................................................................... 31
4.4. La cimentation de la phase 8"½ ............................................................................. 33
5. Les calculs de la cimentation ........................................................................................ 35
5.1. Les espaces annulaires unitaires ............................................................................ 37
5.2. Le laitier de tête...................................................................................................... 38
5.3. Le laitier de queue .................................................................................................. 38
5.4. Les quantités des additifs ajoutés ........................................................................... 39
5.5. Les volumes de chasse ........................................................................................... 40
Interprétations et recommandations ..................................................................................... 41

Siryne DHOUIB III 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Chapitre 3 : La mise en production .......................................................................................... 43


III. La mise en production ............................................................................................... 44
1. Leak Off Test LOT ........................................................................................................ 44
2. La perforation de la colonne de production .................................................................. 44
3. Le drill stem Test........................................................................................................... 52
4. Le choix du tubing......................................................................................................... 54
5. Comment compléter le puits.......................................................................................... 54
Recommandations ................................................................................................................ 56
Conclusion générale ............................................................................................................. 57

Siryne DHOUIB IV 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Liste des figures

Figure 1-1 : Un schéma montrant la relation entre la côte sabot, la pression de pore, le
gradient de fracture et la densité de la boue. (Gene WILSON, 2002) ....................................... 5
Figure 2-1: Une tête de cimentation à deux bouchons (Dowell Schlumberger) ...................... 18
Figure 2-2: Bouchons supérieur et inférieur (Neal J. Adams, 1985) ....................................... 20
Figure 2-3: Opération de la cimentation par bouchons (Dowell Schlumberger) ..................... 22
Figure 2-4: Action du pourcentage du retardateur sur le temps de pompabilité (ENSPM
Formation Industrie — IFP Training, 2006) ........................................................................... 24
Figure 2-5: La cimentation du tubage 20" (Zied Fehri, 2010) ................................................. 27
Figure 2-6: Le shoe track (Matt Varhaug, 2012) ..................................................................... 29
Figure 2-7: La cimentation de la colonne 13"⅜ (Zied Fehri, 2010)........................................ 30
Figure 2-8: La cimentation de la colonne 9"⅝ (Zied Fehri, 2010)........................................... 32
Figure 2-9: La cimentation de la colonne de production (Zied Fehri, 2010) ........................... 34
Figure 3-1: Une perforation en trou ouvert (ENSPM Formation Industrie — IFP Training,
2006)......................................................................................................................................... 45
Figure 3-2: Une perforation en trou tubé (ENSPM Formation Industrie — IFP Training,
2006)......................................................................................................................................... 46
Figure 3-3: Une perforation au « TCP » (ENSPM Formation Industrie — IFP Training,
2006)......................................................................................................................................... 47
Figure 3-4: Les systèmes de perforation 1 (Schlumberger, 2010) ........................................... 49
Figure 3-5: Les systèmes de perforation 2 (Schlumberger, 2010) ........................................... 49
Figure 3-6: Les systèmes de perforation 3 (Schlumberger, 2010) ........................................... 49
Figure 3-7: Les systèmes de perforation 4 (Schlumberger, 2010) ........................................... 50
Figure 3-8: Les systèmes de perforation 5 (Schlumberger, 2010) ........................................... 50
Figure 3-9: Les systèmes de perforation 6 (Schlumberger, 2010) ........................................... 50
Figure 3-10: Une courbe représentative de la pénétration en fonction de résistance de la roche
en compression en psi (Schlumberger, 2010) .......................................................................... 51
Figure 3-11: Diagramme de test type (Carl GATLIN, 1960) .................................................. 53
Figure 3-12: Schéma technique de la complétion du puits X .................................................. 55

Siryne DHOUIB V 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Liste des tableaux


Tableau 1-1: Les contraintes des grades d’acier API (API Spec. 5CT, 1992) .......................... 6
Tableau 1-2 : Les caractéristiques des filetages. ........................................................................ 7
Tableau 1-3 : Les calculs de la colonne de surface .................................................................. 10
Tableau 1-4: Les caractéristiques de la colonne de surface ..................................................... 10
Tableau 1-5: Les calculs de la 1ère colonne intermédiaire ...................................................... 11
Tableau 1-6: Les caractéristiques de la 1ère colonne intermédiaire ........................................ 12
Tableau 1-7: Les calculs de la 2ème colonne intermédiaire .................................................... 13
Tableau 1-8: Les caractéristiques de la 2ème colonne intermédiaire ....................................... 13
Tableau 1-9: Les calculs de la colonne de production ............................................................. 14
Tableau 1-10: Les caractéristiques de la colonne de production.............................................. 15
Tableau 2-1: Les types de bouchons ........................................................................................ 20
Tableau 2-2: Les classes de ciment de base et leurs applications (Neal J. Adams, 1985) ....... 23
Tableau 2-3: Les caractéristiques des ciments de base ( Neal J. Adams, 1985) ...................... 23
Tableau 2-4:Le tableau de cimentation de la phase 26" ........................................................... 26
Tableau 2-5: Le tableau de cimentation de la phase 17"½ ....................................................... 28
Tableau 2-6: Le tableau de cimentation de la phase 12"¼ ....................................................... 31
Tableau 2-7: Le tableau de cimentation de la phase 8"½ ......................................................... 33
Tableau 2-8: Le calcul des espaces annulaires unitaires ......................................................... 37
Tableau 2-9: Le calcul du laitier de tête ................................................................................... 38
Tableau 2-10: Le calcul du laitier de queue ............................................................................. 38
Tableau 2-11: Calcul des quantités des additifs ....................................................................... 39
Tableau 2-12: Le calcul du volume de chasse .......................................................................... 40
Tableau 3-1: Les caractéristiques des différents systèmes de perforation(Schlumberger, 2010)
.................................................................................................................................................. 48
Tableau 3-2: Les caractéristiques du tubing 2"7⁄8 ................................................................... 54

Siryne DHOUIB VI 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Liste des abréviations

Abréviation Signification
BRT Below Rotary Table
LCM Lost Circulation Material
PVT Pressure Volume Temperature
RTE Rotary Table Elevation
SS Sub Sea
TVD Total Vertical Depth

Siryne DHOUIB VII 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Résumé
La mise en place de la colonne de tubage, sa cimentation et la mise en production sont les
étapes les plus importantes dans un forage. En effet, la durée de vie de l’ouvrage sera
étroitement liée à la réussite de ces phases. C’est pour cela qu’une préparation préalable des
programmes du tubage, de cimentation et de mise en production s’impose.
Dans ce cadre, notre travail sera la préparation des programmes cités. A travers cette étude, on
va essayer de proposer un programme de tubage, de cimentation et de mise en production
d’un puits X situé au champ « A ».
Ce travail s’organise de la façon suivante :
D’abord, on commence par vérifier la colonne de tubage préparée par l’entreprise pour le
puits X ensuite suggérer une autre colonne.
Puis, on entamera les cimentations des tubages et on fera les calculs nécessaires.
Enfin, on abordera la mise en production du puits X.

Siryne DHOUIB VIII 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Summary

How to run casing, how to cement it and how to put the well in production are very important
steps. Indeed, the life on a well will depend on the success of these phases. That’s why a
preliminary preparation of the casing program, the cementing one and the production must be
done.
Within this frame, our work will be the preparation of these programs for the well X located
in the concession « A ».
This study is organized using the following way:
First of all, we begin by verifying the casing column prepared by the company for the well X
then, we will suggest another one.
Second, we will set the cementing job for the column by doing all calculations required.
Finally, we will institute how to put the well X in production.

Siryne DHOUIB IX 2011/2012


‫‪Projet de fin d’études‬‬ ‫‪INAT/Petrofac‬‬

‫خالصة‬

‫يعتبر وضع األعمدة و سمتنتها و وضع البئر في اإلنتاج من أهم المراحل فعمر هذا األخير مرتبط بنجاح هذه المراحل فلذلك‬
‫إعداد برامج األعمدة ‪ ,‬السمتنة و اإلنتاج يعتبر أمر ضروري‬

‫و في هذا اإلطار يندرج هذا العمل الذي يمكن تلخيصه كاآلتي ‪:‬‬
‫أوال‪ ،‬فحص األعمدة المتخذة من قبل المؤسسة للبئر ‪ X‬الكائن في الحقل «‪»A‬و إقتراح أعمدة أخرى‪.‬‬
‫ثانيا‪ ،‬مباشرة سمتنة األعمدة و القيام بكل الحسابات الالزمة‪.‬‬
‫و أخيرا‪ ،‬عرض كيفية وضع البئر ‪ X‬في اإلنتاج‪.‬‬

‫‪Siryne DHOUIB‬‬ ‫‪X‬‬ ‫‪2011/2012‬‬


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Introduction générale

Les travaux de recherche d’exploration ou d’exploitation pétrolières débutent toujours par un


programme de forage de puits qui représente ainsi le moment de vérité sur le potentiel
pétrolier d’une région ou d’ un ou plusieurs réservoirs. C’est à partir des résultats des forages
et des tests de puits subséquents que la viabilité économique d’une région se détermine. C’est
par cette importance que les enjeux économiques de l’industrie pétrolière sont mis en ouvre.
L’exécution d’opérations de forage étant des opérations très délicates nécessitent l’interaction
de plusieurs facteurs géologiques, mécaniques, géophysiques et hydrauliques. Ceux-ci nous
fournissent des informations sans lesquelles l’établissement d’un programme de forage
devient difficile à réaliser voire impossible. C’est pourquoi les techniques de forage ne
cessent d’évoluer pour réussir les opérations dans les endroits les plus hostiles du monde
entier.
Néanmoins, quelques soient la méthode et les paramètres du forage, deux objectifs doivent
être accomplis : la faisabilité technique et la rentabilité économique.
C’est pour cela qu’avant de réaliser un forage, une suite de tâches doit être mise en œuvre. En
effet, la première chose, qu’une compagnie pétrolière s’engage à faire, est de choisir la région
d’intérêt, quelques soit la nature du puits (puits d’exploration ou de développement). Ensuite,
on passe à l’exploration, qui en évoluant dans le temps, devient de plus en plus fine puisque
les découvertes futures risquent d’être beaucoup moins importantes en dépit du progrès des
outils utilisés. Une fois l’exploration achevée, on procède à la phase d’appréciation dont
l’objectif est d’évaluer le potentiel et la productivité des réserves. A ce moment là, un plan de
développement doit être exécuté. Celui-ci tient compte des objectifs du puits. Enfin, on
aborde le profil de production qui nous permettra de déterminer les équipements nécessaires
et le nombre de puits à forer.
Dans le cadre de mon travail, il m’a été attribué d’établir un programme de tubage, de la
cimentation et de mise en production d’un puits de développement. Dans cet objectif, mon
travail sera divisé comme suit :
Le premier chapitre présentera le programme de tubage c'est-à-dire le design du puits
colonne par colonne.
Le second chapitre portera sur les cimentations des colonnes précédentes : les objectifs, les
étapes de leurs déroulements et les calculs y afférents.

Siryne DHOUIB 1 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

La mise en production fera l’objet du dernier chapitre qui traitera la perforation de la colonne
de production, le choix du tubing et la procédure de la complétion de notre puits.

Siryne DHOUIB 2 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Chapitre 1 : Programme de
tubage

Siryne DHOUIB 3 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Introduction du champ
L’archipel de Kerkennah, là où se localise le champ « A », est situé au nord du golf de Gabes,
à 20 des côtes sfaxiennes. Il est allongé, du Sud-ouest vers le Nord-est, sur 35
couvrant ainsi une superficie de l’ordre de 150 .

I. Le programme du tubage
Le tubage est un ensemble de tubes vissés bout à bout descendus dans le puits pour accomplir
les fonctions suivantes :
 Prévenir la formation des cavages dans le trou et éviter l’effondrement (le collapse)
 Acheminer le fluide du réservoir vers la surface.
 Protéger le fluide de la formation de la contamination par les fluides des formations
voisines.
 C’est un moyen de contrôle de pression.
 Fournir un bon support pour les équipements de la tête du puits, l’installation des
équipements de contrôle (BOP) et de l’exploitation du forage.
 Permettre une communication isolée avec la formation productrice.

Au cours du forage, on rencontre plusieurs zones qui peuvent être des sources d’ennui telles
que les zones à haute pression, les zones fracturées non consolidées, les zones schisteuses etc.
Pour pallier à ces obstacles, le puits doit être tubé en plusieurs étapes afin de pouvoir atteindre
la profondeur totale en toute sécurité et atteindre le réservoir avec le diamètre imposé par le
mode de complétion et le choix du tubing. Il en découle l’existence de plusieurs colonnes de
tubage qui varient non seulement en diamètre mais aussi en longueur. Malheureusement, il
n’y a pas une architecture standard de tubage pour tous les puits. En effet, les conditions
géologiques et celles du forage apportent nécessairement des modifications sur le design des
colonnes. C’est pour cela que l’ingénieur foreur doit prendre en compte plusieurs
circonstances afin de bien ajuster le design du tubage approprié au puits. Parmi les paramètres
qu’on doit prendre en considération : le gradient de fracture et la pression de pore qui
interviennent dans la côte du sabot. Ajoutons à cela, la boue doit avoir une densité bien
conditionnée permettant de contrebalancer la pression de pore des formations traversées afin
d’éviter les venues d’une part et les fractures d’autre part.

Siryne DHOUIB 4 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎1-1 : Un schéma montrant la relation entre la côte sabot, la pression de pore, le
gradient de fracture et la densité de la boue. (Gene WILSON, 2002)

Siryne DHOUIB 5 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

La colonne de tubage de notre puits comportera 4 parties essentielles : un tube guide de 30",
une colonne de surface de 20", deux colonnes intermédiaires ou techniques de 13″

et de 9″ et une colonne de production de 7". On entamera chaque partie de coté et on


expliquera les raisons de leurs mises en place en étudiant les caractéristiques citées ci contre.

1. Les caractéristiques des tubages


 Nuance d’acier : L’API a normalisé 8 grades d’acier J-55, K-55, C-75,
N-80, C-95, P-110, Q-125 et V-150. Le premier grade n’est plus utilisé et le tout
dernier est en cours de normalisation. Le nombre qui est après la lettre majuscule
indique la résistance à la limite élastique minimale de l’acier en milliers de livres par
pouce au carré par contre la lettre est choisie arbitrairement afin de fournir à chaque
grade d’acier sa désignation.

Tableau ‎1-1: Les contraintes des grades d’acier API (API Spec. 5CT, 1992)

API Limite élastique en Charge de rupture en Elongation minimale


Grade PSI PSI en %
J-55 55 000 80 000 75 000 24

K-55 55 000 80 000 95 000 19.5

L-80 80 000 95 000 95 000 19.5

C-95 95 000 110 000 105 000 18

P-110 110 000 140 000 125 000 15

Q- 125 125 000 150 000 135 000 14

 Diamètre et épaisseur : Le diamètre nominal d’un tube est le diamètre extérieur du


corps du tube exprimé en pouce et en fraction de pouce.
Les diamètres normalisés API sont : 4″ ½, 5″, 5″½ (tubing), 6″ , 7″, 7″ 9″

, 8″ , 10″ , 11″ , 13″ , 16″, 18″ et 20″.

La tolérance admise sur les diamètres est de ± 0.75%

Siryne DHOUIB 6 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

« Le drift diameter » est le diamètre maximal que l’on pourra introduire dans une colonne et
qui garantit le libre passage dans tous les tubes de même diamètre nominal. Le jeu normalisé
pour déterminer le drift diameter est :
o ″ pour les tubes dont le diamètre est inférieur à 2″

o ″ pour les tubes dont le diamètre varie de 4″ ½ à 8″

o ″ pour les tubes dont le diamètre varie de 9″ à 13″


o ″ pour les tubes dont le diamètre varie de 16″ à 20″

Plusieurs épaisseurs correspondent à chaque diamètre nominal et par la suite pour une même
nuance d’acier on peut avoir des tubes de différentes résistances.
La tolérance admise sur l’épaisseur est de -12.5% telle que le diamètre intérieur reste toujours
supérieur au plus grand diamètre d’outil descendu dans le trou.

 Filetages et manchons des tubages : L’API a normalisé 3 types de filetages présentés


comme suit dans le tableau 1-2 suivant.

Tableau ‎1-2 : Les caractéristiques des filetages.

Filetage Pas Conicité

Rond 8 filets/ pouce 6.25%


Butress et Vam 5filets / pouce 6.25%

Extreme line
6 filets/pouce 12.5%
Pour les tubes de diamètre compris entre 5″ et 7″5/8

Pour les tubes de diamètre compris entre 8″ et 10″


5 filets/pouce 10.4%

Afin de bien choisir le grade de cette colonne, on a recours à calculer les contraintes
mécaniques suivantes :

Siryne DHOUIB 7 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Résistance à la traction : La contrainte de traction est très importante dans la partie


supérieure de la colonne c’est parce que les tubages les plus hauts vont supporter tous
les autres tubes qui leur sont suspendus. Par conséquent, le tube guide et la colonne de
surface doivent avoir une bonne résistance à la traction.
 Résistance à l’écrasement : La contrainte de l’écrasement augmente en parallèle avec
la pression. D’où, plus le tube est profond, plus il doit résister. Le risque d’écrasement
se manifeste plus particulièrement en bas de la colonne descendue vide ou vidée soit
lors de la mise en production soit lors d’une perte totale de la boue.
 Résistance à l’éclatement : La contrainte de l’éclatement est due aux forces de
pression en tête du puits pendant l’exploitation au cas d’un gisement de gaz. Par
conséquent, pour pallier à l’éclatement, on a recours à utiliser au fond des tubages
dont l’épaisseur est grande.
 Pression du collapse : Cette pression est due à la pression hydrostatique de la
colonne de fluide (boue ou laitier) en dehors de la colonne du tubage d’une part, et au
forage des formations gênantes traversées telles que les argiles d’autre part.
La résistance du tubage à cette pression sera fonction de plusieurs facteurs à savoir :
 La longueur de tubage
 Le diamètre de tubage
 L’épaisseur de tubage
 Les propriétés physiques de tubage

Dans mon étude, on va :

 Proposer une colonne en calculant les contraintes de l’éclatement et de tension par les
formules suivantes :
 Formule de Barlow : (Casing Design- Theory and Practice, S.S. RAHMAN, 1995)

= 0,875

Avec :

 é : la contrainte à l’éclatement en psi.


 : la limite élastique minimale en psi.
 : le diamètre extérieur de tubage en pouce.
 : l’épaisseur du tubage en pouce.

Siryne DHOUIB 8 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Formule de calcul de la tension : (Casing Design- Theory and Practice, S.S. RAHMAN,
1995)

= ( ²)

Avec :

 : la tension en lb.

 : le diamètre intérieur du tubage en pouce.


 Vérifier que les tubages choisis sont bien résistants aux conditions de pression et de
température du puits.

2. La colonne de tubage du puits X

2.1. Le tube guide


Cette colonne assure la verticalité du trou dans les premiers mètres en retenant les formations
superficielles non consolidées et les empêchant de tomber dans le puits et permet d’acheminer
la boue vers les bassins. Le tube guide est cimenté jusqu’à la surface. Là où un écoulement de
gaz est prévu, le tube guide est équipé d'un système de déviation au-dessus de la conduite
d'écoulement de sortie. Ce dispositif permet la déviation de fluide de forage ou de
l'écoulement de gaz loin de la plate-forme en cas d’éruption.
Notre forage, commençant avec un trou de 36" réalisé au cours des travaux de génie civil,
traverse tout d’abord les formations superficielles non consolidées dont l’éboulement sera
évité par la mise en place d’un tube guide de 30", cimenté, jusqu’à 8.5m.

2.2. La colonne de surface


La colonne de surface est sensée résister le plus à la traction d’une part, et avoir le plus gros
diamètre d’autre part en effet elle supporte le poids de tous les autres tubes qui lui sont
suspendus. D’après le Tableau ‎1-3, la colonne de surface peut être J-55 ou K-55 pour leurs
élongations minimales respectives de 24% et 19.5% considérées élevées. On propose alors un
diamètre de 20″ en premier lieu afin de pouvoir atteindre notre réservoir avec le diamètre 7″
puis on calcule la contrainte de tension de chaque possibilité.
En se référant au formulaire du foreur, deux cas se présentent : les tubages de 20″, de grade
K-55 ou J-55 et de poids linéaires respectifs : 106.5 lb/ft et 133 lb/ft.

Siryne DHOUIB 9 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Tableau ‎1-4 : Les calculs de la colonne de surface

Epaisseur Poids linéaire t é


Grade
(pouce) (pouce) (lb/ft) (psi) (pouce) (psi) (1000 lb)

20 1 K-55, J-55 106,5 55 000 0,5 2750 1684,67

20 1,27 K-55, J-55 133 55 000 0,635 3000,5 2124,73

D’autre part, d’après le profil de pression, à 74m règne une pression de 108,41 psi donc,
notre colonne doit résister à une contrainte d’écrasement égale à :
é = 108,4 Cs = 108,4 1,25 (Cs est le coefficient de sécurité pour la contrainte
d’écrasement)
= 135,15psi.
Les deux tubages suivants satisfont aux conditions de pression du puits :
 Des tubages de grade J-55 ou K-55, de diamètre 20″ et de poids linéaire 106.5 lb/ft.
 Des tubages de grade J-55 ou K-55, de diamètre 20″ et de poids linéaire 133 lb/ft.

La 1ère section du puits X a un diamètre de 26" atteignant 74m. On y installe la colonne de


surface de 20" dont les rôles sont :
 Isoler les formations quaternaires non consolidées.
 Eviter l’élargissement du trou (Washouts).
 Assurer l’ancrage des dispositifs de suspension et des moyens de contrôle du puits.

Le sabot de ce tubage sera mis dans les argiles de la formation Raf Raf.

On a opté à une colonne dont les caractéristiques sont dans le tableau ci contre.

Tableau ‎1-5: Les caractéristiques de la colonne de surface

Le diamètre extérieur 20"

Epaisseur 1,27"

Le poids linéaire 133 lb/ft

Siryne DHOUIB 10 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Le grade d’acier

Filetage Buttress

Résistance à la traction 2 125 lb

Résistance à l’éclatement 3 060 PSI

Pression de collapse 1 500 PSI

Les ennuis qui peuvent se présenter à cette phase sont :


o Le gonflement des argiles de Raf Raf.
o Des pertes partielles.

2.3. Les colonnes intermédiaires

2.3.1. La colonne de 13″ 3/8


La colonne technique doit résister à l’éclatement mais encore plus à la traction. C’est pour
cela qu’on propose les grades d’acier K-55 et J-55. Les diamètres possibles d’après le
formulaire du foreur sont 16″ ou 13″ 3/8. Puisque cette colonne sera descendue dans un trou
de 17″ 1/2, on élimine la possibilité des 16″ étant donné que l’espace annulaire sera seulement
de 1,5″. Les propositions restantes sont alors les tubages 13″ 3/8 de poids linéaires respectifs
68 lb/ft et 72 lb/ft.

Tableau ‎1-6: Les calculs de la 1ère colonne intermédiaire

Epaisseur Poids linéaire é


Grade
(pouce) (pouce) (lb/ft) (psi) (pouce) (psi) (1000 lb)
13″3/8 0,96 K-55, J-55 68 55 000 0,48 3321,3 1069,48
13″3/8 1,02 K-55 72 55 000 0,514 4006,8 1142,22

A 609m, dans les argiles de la formation Mahmoud, là où on va mettre le sabot de cette


colonne, règne une pression de 892, 6 psi. La 1ère colonne technique doit résister à :
= 892,6 1,25
= 1115,73 psi.
Les deux cas possibles sont :

Siryne DHOUIB 11 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Des tubages de diamètre 13″ 3/8, en acier de grade K-55 ou J-55 et de poids linéaire
68lb/ft.
 Des tubages de diamètre 13″ 3/8, en acier de grade K-55 et de poids linéaire 72 lb/ft.

Le tableau ci contre illustre les différentes caractéristiques de la colonne de tubage utilisée.

Tableau ‎1-7: Les caractéristiques de la 1ère colonne intermédiaire

Le diamètre extérieur 13″

Epaisseur 0,96″

Le poids linéaire 68 lb/ft

Le grade d’acier

Filetage Buttress

Résistance à la traction 1 069 lb

Résistance à l’éclatement 3 450 PSI

Pression de collapse 1 940 PSI

Les ennuis qui peuvent être rencontrés sont :


 Les sables de la formation Beglia qui pourraient être à l’origine de l’élargissement du
trou ainsi que des pertes partielles.
 Les argiles gonflantes des formations Melquart et Mahmoud.

La possibilité d’une venue du gaz de la formation Ain Grab et l’instabilité des sables de la
formation Beglia exigent la mise en place de deux colonnes intermédiaires. L’idée de
l’installation d’une seconde colonne technique résulte aussi du palier de pression à la
formation Salammbô.

2.3.2. La colonne de 9″‎5/8


Le but de la mise en place de la 2ème colonne technique est d’assurer un accès sans ennuis au
réservoir et de résister encore plus à la pression. La côte sabot proposée est à 1001m dans les
argiles de Salammbô. Ce tubage doit être conçu de façon à résister à l’éclatement beaucoup
plus qu’à la traction puisqu’il va supporter que le poids de la colonne de production,

Siryne DHOUIB 12 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

généralement de petit diamètre et de poids réduit. On exclut alors les grades K-55, J-55 pour
leurs élongations très élevées et Q-125 et P-110 leurs élongations très faibles.
Le diamètre proposé est 9″5/8.

Tableau ‎1-8: Les calculs de la 2ème colonne intermédiaire

Epaisseur Poids linéaire é


Grade
(pouce) (pouce) (lb/ft) (psi) (pouce) (psi) (1000 lb)
9″5/8 0,96 C-95 47 95 000 0,472 8109,5 1289,37
9″5/8 0,96 L-80 47 80 000 0,472 6829,1 1085,78

A 1001m, la pression est de 1475,8 psi. La seconde colonne intermédiaire doit résister à :
= 1475,8 1,25
= 1844,8 psi
Pour la deuxième colonne intermédiaire, on propose :

 Une colonne de tubage de diamètre 9″ 5/8, en acier de grade C-95 et de poids linéaire
47 lb/ft.
 Une colonne de tubage de diamètre 9″ 5/8, en acier de grade L-80 et de poids linéaire
47 lb/ft.

On exclut le premier cas car il n’assure pas la rentabilité économique et on vérifie bien le
choix de la compagnie.

Voilà les principales caractéristiques de tubage utilisé pour cette phase.


Tableau ‎1-9: Les caractéristiques de la 2ème colonne intermédiaire

Le diamètre extérieur 9″

Epaisseur 0,96″

Le poids linéaire 47 lb/ft

Le grade d’acier

Filetage Vam Top

Siryne DHOUIB 13 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Résistance à la traction 1 086 lb

Résistance à l’éclatement 6 870 psi

Pression de collapse 4 760 psi

Les dangers qui peuvent se présenter à ce niveau sont :


o Le gonflement des argiles surtout de la formation Salammbô.
o Des pertes totales sont prévues à la formation Ain Grab.
o Des pièges de gaz (Shallow Gas) des formations Ain Grab et Mahmoud qui peuvent
entrainer des éruptions.

2.4. La colonne de production


De petit diamètre, située au toit ou au mur du réservoir, la colonne de production doit avoir la
meilleure qualité d’acier pour pouvoir résister aux pressions de complétion et de
reconditionnement du puits. Le sabot de cette colonne sera mis à la côte 1422m dans les
argiles lutétiennes de Souar B. ce tubage est mis en place afin d’isoler le réservoir de toutes
les formations indésirables et de préparer le puits ou bien à la complétion (tests, perforation)
ou bien aux instructions de l’abandonnement.
La colonne de production est une colonne délicate dont le choix doit se faire d’une façon très
minutieuse. Celle-ci va être descente dans un trou de 8″ 1/2. La colonne de production doit
résister à toutes les contraintes : éclatement, écrasement et compression. Le diamètre proposé
est 7″ et les grades sont C-95 et L-80. En s’appuyant sur le formulaire du foreur, deux
possibilités sont mises en jeu.

Tableau ‎1-10: Les calculs de la colonne de production

Epaisseur Poids linéaire é


Grade
(pouce) (pouce) (lb/ft) (psi) (pouce) (psi) (1000 lb)

7 0,81 C-95 29 95 000 0,408 9840,4 802,69

7 0,81 L-80 29 80 000 0,408 8086,7 675,95

A cette profondeur, la pression est de 2420 psi.


La colonne de production doit résister à :

Siryne DHOUIB 14 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

= 2420 1,25
= 3025 psi
On propose :
 Une colonne de production de diamètre 7″, en acier de garde C-95 et de poids linéaire
29lb/ft.
 Une colonne de production de diamètre 7″, en acier de garde L-80 et de poids linéaire
29lb/ft.

On élimine la première possibilité puisqu’elle est surdimensionnée. En effet, à 1422m, le


grade L-80 satisfait aux conditions du puits (les résistances à l’éclatement et la tension). On
vérifie bien le choix de la compagnie.

Le tableau ci-dessous montre ses principales caractéristiques.


Tableau ‎1-11: Les caractéristiques de la colonne de production

Le diamètre extérieur 7″

Epaisseur 0.96 ″

Le poids linéaire 29 lb/ft

Le grade d’acier

Filetage New Vam

Résistance à la traction 676 lb

Résistance à l’éclatement 8 160 psi

Pression de collapse 7 030 psi

Siryne DHOUIB 15 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Conclusion
Le design du tubage est toujours établi en tenant compte de la profondeur de pose, de la
nature des formations traversées ainsi du gradient de pression. De plus, on doit exploiter toute
les informations disponibles des puits voisins pour une meilleure optimisation du programme
d’habillage.
Afin de mettre en place notre colonne de tubage en toute sécurité, les mesures qui suivent
doivent être prises en considération pour le puits X à réaliser :

 Les tubages et les tubings seront considérés en état de service normal si la pression de
formation ne dépasse pas 5 000 PSI, le taux de est inférieur à 0.2% Mol et on ne
détecte pas de S.
 Faire attention aux pertes prévues aux formations Raf Raf et Beglia et disposer de LCM
pour résoudre ce problème.
 En s’accordant aux analyses des data de notre puits, il y a une possibilité d’apparition de
« Shallow gas ». Cette venue de gaz a eu lieu dans un puits voisin au nôtre, situé à 10
au nord-ouest. En effet, la formation Mahmoud a provoqué l’éruption de ce puits par une
forte venue de gaz ce qui a engendré son abandonnement et a nécessité le forage d’un
autre puits de remplacement.

Remarque :
Le « Shallow gas » est une venue de gaz, qui en arrivant au cours du forage, peut provoquer
une éruption. Par prévention, si le gradient de fracture est suffisant, on commence par
cimenter le tubage qui se situe au dessus de la zone de gaz, puis on procède à l’alourdissement
de la boue et on continue le forage.
Notons que :
Le gradient de fracture (psi/ft) = Pression de fracture (psi) / La profondeur du sabot (ft)

Siryne DHOUIB 16 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Chapitre 2 Le programme de la
cimentation

Siryne DHOUIB 17 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

II. Le programme de la cimentation


La cimentation est l’opération d’injection d’un laitier de ciment dans l’espace annulaire du
forage. En effet, le remplissage de cet espace (entre la colonne de tubage et la formation) en
partie ou en totalité par le laitier assure plusieurs fonctions :
 Canaliser les fluides de la formation vers la surface.
 Prévenir contre la corrosion de tubage.
 Eviter la pollution des couches à eaux douces.
 Permettre l’ancrage du tubage.

1. Equipements nécessaires à la cimentation


L’opération de cimentation exige la mise en place de plusieurs équipements parmi
lesquels on cite les têtes de cimentation, les sabots de tubage, les bouchons de cimentations
et les centreurs de tubages.

1.1. Les têtes de cimentation « Cementing Heads »


La tête de cimentation est vissée au sommet du tubage et elle comporte les 2 bouchons. Elle
permet la circulation de la boue de forage et l’injection du laitier après la descente du bouchon
inférieur et la chasse du bouchon supérieur avec la boue ou le fluide de chasse. La tête de
cimentation assure ces fonctions avec un système de vannage approprié et par les tirettes de
libération de bouchons. Avant toute opération, on doit vérifier que celle-ci est bien propre et
ne contient pas des débris de ciment persistant après sa dernière utilisation. Dans le cas où elle
l’est, on procède à la nettoyer avec un flush puis avec de l’eau.

Figure ‎2-1: Une tête de cimentation à deux bouchons (Dowell Schlumberger)

Siryne DHOUIB 18 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

1.2. Les sabots de tubage « Casing Shoes »


Se présentant sous trois types : sabot à guidage simple, sabot à soupape et sabot à remplissage
différentiel.

 Sabot à guidage simple : « Guide Shoe » dont l’intérieur est en béton ancré dans des
rainures usinées à l’intérieur du corps prolongé vers le bas sous forme hémisphérique
afin de faciliter la descente des tubages.
 Sabot à soupape : « Float Shoe » muni d’une soupape pour assurer la circulation
normale et empêcher le retour du fluide, ce sabot permet non seulement d’empêcher le
retour du laitier à la fin de la cimentation, mais aussi d’alléger la colonne lors de la
descente cependant il doit être mis en place lentement afin de minimiser la surpression
sur les formations.
 Sabot à remplissage différentiel : « Circulating Differential Fill-up Shoe »
ce sabot assure :
 Le remplissage automatique de la colonne du tubage au fur et à mesure de sa
descente à 90% du niveau du fluide dans l’annulaire.
 La descente rapide du tubage peut donner naissance à des surpressions qui
entrainent le craquelage des formations, là le sabot intervient en les équilibrant et
par la suite il les protège de ces risques.
 La mise en œuvre d’un clapet anti-retour empêchant le retour du laitier à l’intérieur
de la colonne.
 La possibilité de circuler à tout moment au cours de la descente.

1.3. Les bouchons de cimentation


Les bouchons de cimentations sont inclus dans les équipements de la colonne de tubage
et jouent le rôle de séparation des différents fluides (boue, laitier…) pendant leur déplacement
à l’intérieur du casing afin d’éviter leur contamination. Ils sont de deux types : bouchon
inférieur ou Bottom Plug et bouchon supérieur ou Top Plug.

Siryne DHOUIB 19 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Tableau ‎2-1: Les types de bouchons

Description Rôles

Il présente une ouverture centrale 1) Sépare les fluides


cylindrique fermée à sa base par 2) Racle les parois du tubage
Bottom Plug un diaphragme destructible sous lors de sa descente.
l’effet d’une légère surpression.

Il est de conception homologue à Indique la fin de la cimentation


Top Plug celle du bouchon inférieur mais il en se plaçant normalement sur le
est plus étanche et résistant aux bouchon inférieur.
fortes pressions.

Figure ‎2-2: Bouchons supérieur et inférieur (Neal J. Adams, 1985)

1.4. Centreurs de tubage « Casing Centralizers »


Les centreurs assurent une meilleure répartition du ciment autour de la colonne et évitent le
contact entre le tubage et le trou. Il existe deux familles de centreurs : Les centreurs à lames
rigides dont le rôle est de centrer une colonne à l’intérieur d’une autre et les centreurs à lames
souples qui renferment à leurs tours les centreurs fermés et les centreurs à charnière. Ceux-ci
diffèrent de point de vue positions. Les premiers sont enfilés sur le tube avant dévissage et
sont retenus par un seul anneau s’ils sont placés sur le manchon et par deux anneaux au cas où
ils sont placés sur le corps du tube. Leurs lames ne doivent pas être compressées. Par contre

Siryne DHOUIB 20 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

les seconds sont à lames droites ou légèrement spiralées et sont retenus toujours par un seul
anneau qu’ils soient placés à cheval sur le manchon ou bien sur le corps du tube.

2. Les techniques de cimentation


Notre forage comportera quatre phases principales dont les cimentations seront abordées une
par une. On ne va pas entamer la cimentation du tube guide puisqu’elle sera faite
manuellement au cours des travaux de génie civile ce qui ne nous intéressera pas. Les
cimentations qu’on fera dans notre cas d’étude sont au bout des tiges pour la première section
et par bouchons pour toutes les autres phases du puits.

La cimentation au bout des tiges débute par une circulation de boue et un test de pression.
Puis, tiges descendues dans le casing et garnies de centreurs, on y injecte le laitier. Une fois
toute la quantité de laitier est pompée, on procède à la chasse et on relâche ou tire les tiges.
Par contre, une cimentation par bouchons suit les étapes suivantes :

1) On fait une circulation de boue ensuite un test de pression. Puis, on pompe le spacer ;

2) On libère le bouchon inférieur et on injecte le laitier ;

3) Bottom plug en place, on libère le top plug et on procède à la chasse ;

4) Top plug sur le bottom plug, on note une augmentation de la pression ;

5) C’est la fin de la cimentation.

Siryne DHOUIB 21 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎2-3: Opération de la cimentation par bouchons (Dowell Schlumberger)

Siryne DHOUIB 22 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

3. Ciments, additifs et spacer

3.1. Les classes de ciment API


L’API a normalisé neuf classes de ciment A, B, C, D, E, F, G, H et J. Les ciments de base
sont A, B et G.

Tableau ‎2-2: Les classes de ciment de base et leurs applications (Neal J. Adams, 1985)

Classes de
Application
ciment de base
Utilisé lorsque des propriétés spéciales ne sont pas nécessaires et pour des
A
profondeurs de 0 à 6000 ft.
Utilisé si les conditions nécessitent une résistance moyenne à forte aux
B
sulfates et pour des profondeurs de 0 à 6000 ft
Utilisés à des températures élevées et sont compatibles avec les
G
accélérateurs et les retardateurs. La profondeur va de 0 à 8000 ft

La nature du laitier est étroitement liée à sa densité qui est fonction du volume d’eau de
mixage. Il est préférable d’avoir un ciment dont le poids n’est pas très énorme afin que la
fracturation des zones fragiles soit évitée. D’autre part, la densité de ciment est de grande
importance car elle fournit des indications sur l’éruption d’un côté et ne doit pas causer la
perte de circulation de l’autre. Le tableau ci contre donnera le volume de l’eau de gâchage, la
densité du laitier et le temps de durcissement nécessaire, facteurs qu’on doit prendre en
considération pour une meilleure cimentation.
Tableau ‎2-3: Les caractéristiques des ciments de base ( Neal J. Adams, 1985)

Eau de Densité du
Classe de Temps de durcissement nécessaire à
mixage laitier
ciment une T= 45°C
gal/sac lb/gal
A 5.2 15.6 2h30
G 5 15.8 1h45
H 4.3 16.5 2h

Siryne DHOUIB 23 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

3.2. Les additifs


Les additifs sont utilisés avec les ciments de base pour, modifier la densité et le temps de
prise, réduire le filtrat, améliorer l’adhérence du ciment avec le tubage et améliorer les
conditions d’écoulement. En effet ils existent quatre types d’additifs qui sont :

 Les accélérateurs : bien qu’ils accélèrent le temps de prise, ceux-ci réduisent le temps
de pompabilité, les plus souvent utilisés sont CaC en 2% en poids du ciment, NaCl
en faible concentration pour les forages en offshore, et les dispersants qui diminuent le
rapport eau/ciment. On les utilise dans les cas suivants:
 On est entrain de cimenter la colonne de surface,
 On a injecté un bouchon de cimentation pour colmater les zones à pertes,
 On avait utilisé des additifs à effet retardateur tels que les réducteurs de filtrat.
 Les retardateurs : leur but est d’ajuster le temps de pompabilité du ciment à la valeur
désirée ;

Figure ‎2-4: Action du pourcentage du retardateur sur le temps de pompabilité (ENSPM


Formation Industrie — IFP Training, 2006)

A faible dose, le retardateur n’influe pas le ciment le temps varie peu. Puis en augmentant
la quantité, on observe l’efficacité du produit qui dépendra de la température, le lot de
ciment et les autres additifs en présence. Au-delà d’une certaine concentration, la prise du
ciment devient exagérément retardée ; c’est la saturation ;

Siryne DHOUIB 24 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Les réducteurs du filtrat : ils sont utilisés au cas du squeeze, de la cimentation de la


colonne de production et celle des zones à gaz;
 Les allégeants : parmi eux on cite l’eau qui augmente le rapport eau/ ciment, la
bentonite, et les pouzzolanes. Tous ces produits réduisent la résistance du ciment
obtenu ;
 Les alourdissants : qui diminuent le rapport eau/ciment tels que la baryte.

3.3. Le spacer
Le problème de contamination entre la boue et le ciment peut gâcher la cimentation en se
propageant à travers le laitier mais aussi en entrainant le channeling qui se manifeste quand le
laitier de ciment n’augmente pas uniformément dans l’espace annulaire créant ainsi des
espaces sans ciment. Ce problème peut être résolu en s’assurant de la séparation des deux
fluides par un autre fluide intermédiaire dit « spacer » qui doit avoir les caractéristiques
suivantes :

 Il doit être compatible avec le ciment et la boue.


 < < => réduction des risques de channeling.
 Freiner le dépôt.

4. Cimentations de la colonne de tubage du puits X


Pour chaque opération de cimentation, on déterminera :

 Les objectifs de la cimentation de la section.


 Le tableau de cimentation.
 Les étapes de la cimentation.

Ensuite, dans une seconde partie, on fera tous les calculs de cimentation nécessaires pour
chaque phase de notre forage.

4.1. La cimentation de la phase 26"

4.1.1. Les objectifs de la cimentation du tubage 20"

On cimente les tubages de 20" afin de :


 Assurer une meilleure cimentation au niveau du sabot pour poursuivre le forage de la
section suivante en toute sécurité.
Siryne DHOUIB 25 2011/2012
Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Isoler les formations non consolidées pour minimiser les élargissements du trou.
 Permettre l’ancrage des moyens de contrôle de puits et des dispositifs de suspension.
 Attendre à ce que le ciment arrivant à la surface soit tel qu’il est pompé. (pas de
contamination)
 Prévenir contre la pollution des eaux douces contenues dans les formations
superficielles.

4.1.2. Le tableau de cimentation


Le sabot de la colonne de surface de 20" sera mis en place à 74m BRT dans les argiles de la
formation Raf Raf, garnie par 2 centreurs « Bow-spring »: un dans le float shoe et l’autre 15m
sous la cave (c’est une cave qui est forée lors des travaux de génie civil de profondeur 8.5m
située au dessous du rig). La colonne de surface sera cimentée au bout des tiges avec un
ciment de classe G utilisé à des températures élevées et compatible avec les accélérateurs et
les retardateurs. Durant l’opération, on prévoit la possibilité des pertes c’est pour cela qu’on
ajoutera « Schlumberger’s fibrous LCM cement » qui est un produit Schlumberger, classé
parmi les colmatants fibreux. Avant d’entamer l’opération, il faut s’assurer que la compagnie
qui fera la cimentation (Schlumberger) a reçu des échantillons de l’eau de gâchage, du ciment
et des additifs.
Le tableau ci contre illustre les données de cimentation du casing 20″.
Tableau ‎2-4:Le tableau de cimentation de la phase 26"

Les paramètres Trou 26" / tubage 20"

Profondeur du sabot 74m

Le top ciment 5m

La température du fond du puits 25 °C

Classe de ciment G
Densité du ciment 15.8 ppg = 1.89

Additifs (anti-moussant), CaC (accélérateur)


La majoration 150 %

Le spacer Eau douce

Siryne DHOUIB 26 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎2-5: La cimentation du tubage 20" (Zied Fehri, 2010)

4.1.3. Les étapes de la cimentation


La cimentation de la colonne de surface sera au bout des tiges.
i. Monter les conduites de l’unité de cimentation.
ii. Vérifier que celles-ci sont bien propres et ne contiennent pas des débris de ciment
persistants après leur dernière utilisation. Dans le cas où elles le sont, on procède à
les nettoyer avec un flush.
iii. Effectuer un test de pression de 1000 psi pendant 5minutes.
iv. Circuler au moins un cycle et demi avec la boue afin d’évacuer tous les déblais.
v. Mettre en place l’outil de pose.
vi. Pomper de l’eau douce comme un spacer.
vii. Après avoir bien mélangé le laitier de densité 15.8 ppg, le pomper jusqu’à ce qu’il
devienne visible à la cave.
viii. Faire la chasse avec de l’eau.
ix. Retirer l’outil de pose.
x. Attendre à ce que le ciment arrivant à la surface durcisse.

Siryne DHOUIB 27 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

4.2. La cimentation de la phase 17"½

4.2.1. Les objectifs de la cimentation


La cimentation de la 1ère colonne technique a pour buts :
 Assurer une bonne cimentation aux alentours du sabot pour poursuivre le forage de la
section suivante en toute sécurité.
 Assurer l’étanchéité entre le tubage et le trou afin d’éviter le channeling surtout dans
les zones à gaz.
 Prévenir la communication entre le fluide de forage et celui des formations (le
problème de contamination).

4.2.2. Le tableau de la cimentation


Le sabot de cette colonne sera mis à 609m dans les argiles de la formation Mahmoud. Les
tubes seront équipés de plusieurs centreurs dispersés comme suit :
 Deux centreurs chacun au milieu du « shoe track » qui est l’espace entre l‘anneau à
soupape et le sabot et dont la fonction principale est d’assurer que le sabot est entouré
par une bonne cimentation et de prévenir la contamination.
 Un centreur chaque les 5 joints à partir du sabot de 20" afin d’éviter les cavages dans
les sables de la formation Beglia.
 Un centreur directement sous le sabot de la colonne de surface et un autre à l’intérieur
de celui-ci.
 Un centreur chaque les 10m à partir de la cave.

Tableau ‎2-5: Le tableau de cimentation de la phase 17"½

Les paramètres Trou 17"½ / tubage 13″

Profondeur du sabot 609m


Le top ciment 5m
La température du fond du puits 44.2 °C
Classe de ciment G
Densité du ciment 12.5ppg Laitier de tête / 15.86ppg laitier de queue
Additifs , Bentonite , (dispersant)
La majoration 200 %
Le spacer Chemical wash100

Siryne DHOUIB 28 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎2-6: Le shoe track (Matt Varhaug, 2012)

Dans le cadre de ce projet et pour des raisons économiques, on divise le laitier en 2 parties :
laitier de tête et le laitier de queue. Le laitier de tête est la partie du volume du laitier prévue à
être dans l’annulaire loin du sabot. C’est un laitier léger et pompé en 1er lieu. Le laitier de
queue est le ciment pompé en dernier, il va couvrir les sections les plus profondes du casing
(le sabot et ses alentours) c’est pour cela il doit être plus dense et meilleur que le laitier de tête
pompé précédemment. Dans cette phase, le laitier de tête va couvrir 500 m et le laitier de
queue cimente que 100 m.

Siryne DHOUIB 29 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎2-7: La cimentation de la colonne 13"⅜ (Zied Fehri, 2010)

4.2.3. Les étapes de la cimentation


La cimentation de cette colonne sera par bouchons et suivra les étapes suivantes :
i. Vérifier que la tête de cimentation ainsi que les conduites sont bien propres et ne
contiennent pas des débris de ciment persistants après leur dernière utilisation. Dans le
cas où elles le sont, on procède à les nettoyer avec un flush.
ii. Faire un test de pression en appliquant 2000 psi pendant 10 minutes.
iii. Circuler au moins un cycle et demi avec la boue.
iv. Pomper le chemical wash100.
v. Libérer le bottom plug.
vi. Pomper le laitier.
vii. Libérer le top plug.
viii. Pomper l’eau afin de nettoyer les conduites.
ix. Faire la chasse avec KCL Polymer PHPA mud.
x. Exercer une pression de 1550 psi pendant 10 minutes sur le tubage 13" .
xi. Attendre la prise du ciment puis déconnecter les conduites de la tête de cimentation.

Siryne DHOUIB 30 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

On tient ici à préciser les deux remarques suivantes :


 Le « Chemical wash » est un produit chimique de lavage, pompé avant le laitier afin
de disperser la boue et de l’éliminer. Chemical wash100 est compatible avec tous les
types de laitiers et les toutes les boues (boue à base d’eau, boue à base d’huile). Il
présente la particularité d’être stable à haute température c’est pour celà qu’il est
recommandé de l’utiliser dans les trous très profonds. Dans notre cas d’étude, il est
utilisé comme un spacer.
 Partially Hydrolyzed Polyacrylamide ou PHPA est une boue à base d’eau, utilisée
d’habitude pour contrôler les argiles en fermant les micro-fractures et englobant les
surfaces des argiles par un film qui sert à retarder leurs dispersions.

4.3. La cimentation de la phase 12"¼

4.3.1. Les objectifs de la cimentation


La cimentation de la 2ème colonne intermédiaire a pour objectif de fournir une bonne
cimentation au niveau du sabot du 13″ " et poursuivre le forage de la section suivante en
toue sécurité.

4.3.2. Le tableau de la cimentation


Le sabot de cette colonne est localisé à 1001m dans les argiles de la formation Salammbo.
Les tubages seront garnis par plusieurs centreurs mis en place comme suit :
 Deux centreurs au milieu de chaque shoe track.
 Un centreur chaque les 5 joints après le sabot de 13″ .

 Un centreur directement au dessous du sabot de la 1ère colonne intermédiaire.


 Un centreur à l’intérieur du sabot de 13″ .

 Un centreur 10m sous la cave.

Tableau ‎2-6: Le tableau de cimentation de la phase 12"¼

Les paramètres Trou 12"¼ / tubage 9″

Profondeur du sabot 1001m


Le top ciment 405m
Cimenter jusqu’à 100 m à l’intérieur du tubage 13″

La température du fond du puits 60 °C

Siryne DHOUIB 31 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Classe de ciment G
Densité du ciment 12.5ppg Laitier de tête / 15.86ppg laitier de queue
Additifs , , bentonite

La majoration 200 %
Le spacer Chemcial wash100

Figure ‎2-8: La cimentation de la colonne 9"⅝ (Zied Fehri, 2010)

4.3.3. Les étapes de la cimentation


Tout comme l’autre colonne technique, la cimentation de ces tubages sera en bouchons aussi.
i. Vérifier que la tête de cimentation ainsi que les conduites sont bien propres et ne
contiennent pas des débris de ciment persistants après leur dernière utilisation. Dans le
cas où elles le sont, on procède à les nettoyer avec un Flush.
ii. Faire un test de pression en appliquant 5000 psi pendant 10 minutes.
iii. Circuler un cycle et demi avec la boue.
iv. Pomper le chemical wash100.
v. Libérer le bottom plug.

Siryne DHOUIB 32 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

vi. Pomper le volume de laitier recommandé.


vii. Libérer le top plug.
viii. Pomper de l’eau afin de nettoyer les conduites.
ix. Procéder à la chasse avec une boue de densité 10.7 ppg.
x. Exercer une pression de 2700 psi sur la colonne de 9″ pour 10 minutes.
xi. Attendre à ce que le ciment durcisse.
xii. Démonter les conduites de la tête de cimentation.

4.4. La cimentation de la phase 8"½

4.4.1. Les objectifs de la cimentation


On cimente la colonne de production afin d’isoler le réservoir de toutes les formations
indésirables et exercer le minimum de pressions sur la formation réservoir durant l’opération
de cimentation.

4.4.2. Le tableau de cimentation


La colonne de production sera garnie de :
 Deux centreurs au milieu de chaque shoe track.
 Un centreur tous les 5 joints après le sabot du 9" .

 Un centreur directement au dessous du sabot du sabot cité.


 Un centreur à l’intérieur du sabot de la 2ème colonne technique.
 Un centreur 10m sous la cave.

Tableau ‎2-7: Le tableau de cimentation de la phase 8"½

Les paramètres Trou 8"½ / tubage 7"

Profondeur du sabot 1421m


Le top ciment 797m
Cimenter jusqu’à 150 m à l’intérieur du tubage 9"

La température du fond du puits 43 °C


Classe de ciment G
Densité du ciment 12.5ppg Laitier de tête / 15.8ppg laitier de queue
Additives , , bentonite et CaC

Siryne DHOUIB 33 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

La majoration 20 %
Le spacer MudPush

Figure ‎2-9: La cimentation de la colonne de production (Zied Fehri, 2010)

4.4.3. Les étapes de la cimentation


La cimentation de la colonne de production est faite par bouchons dans l’ordre suivant :
1. Vérifier que la tête de cimentation ainsi que les conduites sont bien propres et ne
contiennent pas des débris de ciment persistants après leur dernière utilisation. Dans le
cas où elles le sont, on procède à les nettoyer avec un flush.
2. Faire un test de pression en appliquant 5500 psi pendant 10 minutes.
3. Circuler un cycle et demi avec la boue.
4. Pomper le MudPush.
5. Libérer le bottom plug.
6. Injecter le volume de laitier recommandé.
7. Libérer le top plug.
Siryne DHOUIB 34 2011/2012
Projet de fin d’études INAT/Petrofac

8. Nettoyer les conduites du laitier avec de l’eau.


9. Procéder à la chasse avec une boue de densité égale à 11ppg.
10. Exercer une pression de 2600 psi sur la colonne de 7" pour 10 minutes.
11. Attendre à ce que le ciment durcisse.
12. Démonter les conduites de la tête de cimentation.

5. Les calculs de la cimentation


Pour tout le calcul, on va suivre la méthode utilisée par Schlumberger qui suit les étapes
suivantes (Norton J. Lapeyrouse) :
La première étape consiste à calculer le volume annulaire unitaire comme l’indique la formule
suivante :

Avec :

o Ø (trou) : Le diamètre du trou en pouce


o Ø (casing) : Le diamètre du tubage en pouce
o Le volume obtenu est en / ft.
Ensuite, on procède à la détermination du volume de laitier recommandé.

= m 3.278

Avec :
o : Le volume du laitier recommandé en .
o : La hauteur cimentée en mètre
o : La majoration en pourcent.
Puis, on calcule le nombre de sacs de ciment.

Avec :

o : Le nombre de sacs de ciment.

Siryne DHOUIB 35 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

o : Le slurry yield est exprimé en / sac.

L’étape suivante consiste à calculer la masse du ciment.

= 0.454

Avec :
o : La masse du ciment en kg.
o : Le poids par sac est en lb/ sac.
Suite à ces étapes, on passe au calcul du volume de fluide de mixage.

= V

Avec :
o : Le volume recommandé pour le mixage en gallons.

o : Le volume de fluide de mixage nécessaire par sac de ciment en gal/sac.


Le volume des additifs est évalué par la formule suivante :

= concentration e l’a itif par sac


Avec :
o : Le volume de l’additif à ajouter en gallons.
o La concentration de l’additif est en gal/sac.
Ensuite, la masse de l’additif est calculée par :

Avec :
o : La masse de l’additif à ajouter en kg
o : Le pourcentage de l’additif.
Finalement, le volume de chasse calculé par :

Siryne DHOUIB 36 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Avec :
o : Le volume de chasse en barils
o : La hauteur de chasse en ft
o : Le volume unitaire du casing en baril/ft linéaire.
On rappelle que :
= – d + RTE
Avec :
o d : C’est la distance en mètres entre l’anneau de retenue et le sabot dans le cas d’une
cimentation par bouchons et la distance entre l’anneau du Stab-in et le sabot dans la
cimentation au bout des tiges.
o RTE : C’est l’élévation de la table de rotation en m.

5.1. Les espaces annulaires unitaires

Tableau ‎2-8: Le calcul des espaces annulaires unitaires

Phase en pouce en pouce Constante volume unitaire en / ft

1 26 20 183,35 1,5053

2 17,5 13,375 183,35 0,6946

3 12,25 9,625 183,35 0,3132

4 8,5 7 183,35 0,1268

Siryne DHOUIB 37 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

5.2. Le laitier de tête


Tableau ‎2-9: Le calcul du laitier de tête

Nombre de sacs de
Hauteur
ciment
Phase cimentée
1 67.6 m 119 bbl = 18,92 576 2915.4 gal = 11, 03 24 754 kg

2 533.3 m 300 bbl = 47,7 787.7 11 912.7 gal = 45,09 36 666 kg

3 321.8 m 80 bbl = 12,72 210 2477.16 gal = 9,37 8979 kg

4 336.3 m 31.5 bbl = 5 89.4 1893.8 gal = 7,17 3652 kg

5.3. Le laitier de queue


Tableau ‎2-10: Le calcul du laitier de queue

Phase Hauteur Nombre de sacs


cimentée de ciment

1 -- -- -- -- --

2 119.4 m 73 bbl = 11,6 64 3584.2 gal = 13,56 15 268 kg

3 274.6 m 43 bbl = 6,8 37.4 1663.2 gal = 6,3 14 123 kg

4 185.6 m 16.5 bbl = 2,62 14.34 1038 gal = 3,92 3436 kg

Siryne DHOUIB 38 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

5.4. Les quantités des additifs ajoutés


Tableau ‎2-11: Calcul des quantités des additifs

Phase Additifs Concentration Quantité


D206 0, 023 gal/ sac 13,079 gal = 0,049

1 CaCl2 0,50% 123.772 kg


laitier de queue :
D206 0, 023 gal/ sac 8,171 gal = 0,0309
laitier de tête :
2 D206 0, 023 gal/ sac 23,57 gal = 0,089
Bentonite 3% 1099 kg
D080A 0,040 gal/ sac 41, 852 gal = 0,158
laitier de queue :
D206 0,023 gal/sac 7,462 gal = 0,028
D080A 0,045 gal/sac 14,923 gal = 0,056
3 D197 0,045 gal / sac 14,923 gal = 0,056
laitier de tête :
D206 0,023 gal / sac 4,606 gal = 0 ,017
Bentonite 3% 2690 kg
D080A 0,034 gal / sac 6,909 gal = 0,026
laitier de queue :
D206 0,023 gal / sac 2,102 gal = 0,008
D207 0,25% 8,5 kg

4 laitier de tête :
D206 0,023 gal / sac 2,836 gal = 0,010
Bentonite 3% 115 kg
D080A 0,045 gal / sac 4,671 gal = 0,017
D197 0,079 gal / sac 7,425 gal = 0,028

Siryne DHOUIB 39 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

5.5. Les volumes de chasse


Tableau ‎2-12: Le calcul du volume de chasse

Phase (bbl/ft) d (m) (m)

20" 0,150 1 61,89 4,1bbl = 0,65

13" 3/8 0,073 24,4 560,22 275,2 bbl = 43,75

9" 5/8 0,037 24,4 931,01 223,6 bbl = 35,54

7" 0,020 24,4 1395,09 170 bbl = 27

Siryne DHOUIB 40 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Interprétations et recommandations
La colonne de surface
Pour la cimentation de cette colonne, on va utiliser 24 754 kg de ciment de classe G, de
densité 1.9, mixés avec 11.03 d’eau et mélangés avec 0,049 de (anti-moussant)
et 123,77 kg de l’accélérateur CaC . Ainsi, le volume de laitier obtenu, en considérant une
majoration de 100% est de 18,92 . La chasse du ciment sera faite avec 0,65 de boue.
Le laitier retournera à la cave après avoir pompé 18,92 : cette cimentation est prévue être
faite sans perte.

La première colonne intermédiaire


La cimentation de la 1ère colonne technique fera intervenir deux laitiers : 47,7 de laitier en
tête de densité 12,5 ppg, préparé en mélangeant 36 666 kg de ciment avec 45,09 d’eau et
11,6 de laitier en queue obtenu par le mixage de 15 268 kg de ciment de classe G avec
13,56 d’eau.
Vu que la majorité des formations recouvertes par cette cimentation est argileuse, on utilisera
0,158 d’additif dispersant dont le nom commercial est . D’autre part, afin d’alléger
d’avantage le laitier de tête, une quantité de 1099kg de bentonite sera ajoutée aussi.
On prévoit des pertes partielles aux sables de la formation Beglia c’est pour cela qu’il est
recommandé de se disposer d’un stock de ciment de coté afin de d’ajouter un volume
additionnel pour combler ces pertes.

La deuxième colonne intermédiaire

La colonne de 9 ⅝ sera cimentée tout d’abord avec 12,72 de laitier de tête de densité

12,5 ppg obtenu en mélangeant 8979 kg de ciment de classe G avec 9,37 d’eau. Ensuite, on
pompe le laitier de queue destiné à la cimentation du sabot et ses alentours, d’où de densité
élevée (15,86ppg). Une quantité de 14 123kg de ciment de classe G mixée avec 6,3 d’eau
nous donnera 6,8 de ce laitier. Dans cette phase, il y a une possibilité de pertes totale à la
formation Ain Grab d’une part, et le gonflement des argiles de Salammbo d’autre part.
On ajoutera 0,026 d’additif dispersant et 2690 kg de bentonite afin d’alléger de
laitier de tête censé être léger.

Siryne DHOUIB 41 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

La colonne de production
La colonne de production sera cimentée par 5 de laitier de tête préparé par le mixage de
3652 kg de ciment de classe G avec 7,17 d’eau et 2,62 de laitier de queue obtenu en
mélangeant 3436 kg de ciment de même classe et 3,92 d’eau. On prévoit des
élargissements du trou au niveau de la formation Souar qui est une zone très sensible à l’eau
libre c’est pour cela qu’une quantité de 8,5kg de réducteurs de filtrat commercialisé sous le
nom de doit être ajoutée.

Siryne DHOUIB 42 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Chapitre 3 : La mise en production

Siryne DHOUIB 43 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

III. La mise en production


La complétion englobe toutes les opérations qui permettront la mise en production du puits
(opération de mesure et de reconditionnement, les tests…). Cette phase consiste à descendre
l’un des équipements de production suivants de 7", 5" ou 4"½ dans la colonne intermédiaire
(9" , 10" ).
Le but de la complétion est de rendre opérationnel un puits de production tout en se basant
sur :
o Leak Off Test LOT
o DST : Drilling Stem Test

Dans cette partie, on va entamer tout d’abord les tests effectués, ensuite on s’intéressera à la
perforation de la colonne de production puis on élaborera le programme de complétion
convenable à notre puits.

1. Leak Off Test LOT


Ce test permet non seulement d’évaluer le réservoir mais aussi toutes les autres sections du
puits avant leur cimentation. L’objectif du LOT est de déterminer la pression de fracture de la
formation. Son principe consiste à fermer le puits au cours du forage et pomper le fluide de
forage jusqu’à la première fracture apparaisse. Celle-ci est indiquée par une chute de pression
confirmant la pénétration du fluide dans la formation. En se basant sur les résultats du LOT, la
densité de boue qui nous permet de forer sans fracturer la section sera calculée par la formule
suivante :

= + Current Mud

Weight (ppg)

2. La perforation de la colonne de production


La perforation est une opération délicate qui assure la communication entre la colonne de
production ou le liner et le réservoir. Elle peut se faire en trou ouvert ou tubé.
 Perforation en trou ouvert : Surtout dans les réservoirs calcaires, on commence par
descendre les canons de gros diamètres aux câbles électriques en face de l’endroit à
perforer, les tirs seront de directions multiples et en surpression.

Siryne DHOUIB 44 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎3-1: Une perforation en trou ouvert (ENSPM Formation Industrie — IFP Training,
2006)

Siryne DHOUIB 45 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Perforation en trou tubé : Les canons de petits diamètres seront descendus par un câble
électrique et les tirs auront une seule direction. Ces perforations permettront une
meilleure sélectivité des fluides.

Figure ‎3-2: Une perforation en trou tubé (ENSPM Formation Industrie — IFP Training,
2006)

Siryne DHOUIB 46 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 La perforation au TCP “Tubing Conveyed Perforator”: L’outil est descendu au bout du


tubing avec un équipement bien approprié et les tirs seront en dépression ou en
surpression. Celui-ci est utilisé pour perforer des grands intervalles ou plusieurs zones en
même temps, des puits où on avait descendu la crépine puis le massif de gravier, ou
encore les puits contenant les gaz acides tels que .

Figure ‎3-3: Une perforation au « TCP » (ENSPM Formation Industrie — IFP Training,
2006)

Siryne DHOUIB 47 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

La méthode de perforation dépendra des contraintes du puits telles que les venues de sable, les
propriétés du gisement et la sécurité d’une part et des conditions optimales de la perforation
d’autre part.
Cette opération est parmi les tâches les plus risquées et dangereuses dans l’établissement d’un
forage c’est pour cela que plusieurs mesures sont prises pour qu’elle se réalise dans les
meilleures conditions de sécurité non seulement pour le réservoir mais aussi pour le
personnel. Une étude préalablement faite met en jeu plusieurs systèmes de perforation dont
chacun possède ses propres caractéristiques présentées dans le tableau ci-dessous.

Tableau ‎3-1: Les caractéristiques des différents systèmes de perforation(Schlumberger, 2010)

Système de Phasing angle La densité des Pénétration Pénétration dans Diamètre des trous
perforation (Deg) shuts (shut/ft) totale (pouce) la formation (pouce)
(pouce)
1 72 5 36.30 35.14 1

2 72 5 24.37 23.21 0.94

3 135/45 12 23.84 22.68 0.79

4 135/45 12 16.85 15.70 0.65

5 60 6 24.61 23.46 0.71

6 60 6 12.45 11.29 0.63

Siryne DHOUIB 48 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎3-4: Les systèmes de perforation 1 (Schlumberger, 2010)

Figure ‎3-5: Les systèmes de perforation 2 (Schlumberger, 2010)

Figure ‎3-6: Les systèmes de perforation 3 (Schlumberger, 2010)

Siryne DHOUIB 49 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎3-7: Les systèmes de perforation 4 (Schlumberger, 2010)

Figure ‎3-8: Les systèmes de perforation 5 (Schlumberger, 2010)

Figure ‎3-9: Les systèmes de perforation 6 (Schlumberger, 2010)

Siryne DHOUIB 50 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎3-10: Une courbe représentative de la pénétration en fonction de résistance de la


roche en compression en psi (Schlumberger, 2010)

Système 1: 4-1/2" HSD, PowerJet Omega 4505, HMX


Système 2 : 4-1/2" HSD, PowerJet 4505, HNS
Système 3 : 4-1/2" HSD, PowerJet Omega 4512, HMX
Système 4 : 4-1/2" HSD, PowerJet 4512, HNS
Système 5 : 2-7/8" HSD, PowerJet Omega 2906, HMX
Système 6 : 2-7/8" HSD, PowerJet 2906, HNS
La courbe ci-dessus illustre la différence entre les systèmes de perforation proposés et montre
les variations de la pénétration dans la formation des balles des différents systèmes de
perforation en fonction de la résistance de la roche en compression. Notre réservoir a une
résistance à la compression de 5358 psi, si on projette cette valeur sur les courbes obtenues,
on aura la pénétration dans la formation pour chaque système de perforation.

Siryne DHOUIB 51 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Après avoir étudié tous les systèmes de perforation possibles, on a opté à utiliser le
TCP “Tubing Conveyed Perforator” qu’on va raccorder au train DST. L’outil de perforation,
dont le diamètre est de 4.72", fera 5 perforations par pied puis sera lâché au fond du puits.

3. Le drill stem Test


L’objectif de ce test est la collecte de maximum d’informations sur le puits et le réservoir et
l’identification avec précision du fluide qui s’y trouve. Son principe consiste à créer une
variation de débit, ensuite à enregistrer celles de pression qui en découlent. Puis, on extrait
des échantillons et on note la température. Le DST nous permet de déterminer l’indice de
productivité :

Ce test se déroule de la façon suivante :


1) L’outil DST étant descendu et ancré avec des ganges pour mesurer la température et la
pression.
2) Le casing étant perforé, on mesure le débit.
3) On effectue un Build Up, on note le débit puis on extrait un échantillon.
4) On effectue un deuxième Build Up suivi d’une prise de débit puis un troisième Build
Up. Ainsi, on obtient la pression finale du réservoir.
5) On fait une circulation inverse.
6) On remonte le train DST.

Siryne DHOUIB 52 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎3-11: Diagramme de test type (Carl GATLIN, 1960)

En atteignant le réservoir, après la perforation, on fait le Drill Stem Test. Réalisé dans la
formation réservoir, son interprétation nous permet de:
 Mettre en évidence la présence des hydrocarbures exploitables.
 Déterminer la pression vierge du réservoir et identifier sa géométrie.
 Définir les caractéristiques de la formation.
 Déterminer la nature des fluides produits et extraire des échantillons pour l’analyse
PVT.
 Nettoyer le puits.
 Déterminer le facteur d’endommagement.

L’installation est constituée de :


 Un packer : un manchon en caoutchouc mis au dessus du réservoir qui assure
l’étanchéité et divise le puits en 2 parties non communicantes.
 Le train de test : c’est un ensemble d’équipements qui comporte une vanne test ne
s’ouvrant qu’après la descente de l’outil.

Par l’examen des échantillons des fluides contenus dans le réservoir, l’estimation du débit et
la mesure de la pression, le Drill Stem Test nous permet de prendre l’une des décisions
suivantes :

Siryne DHOUIB 53 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

 Si le résultat est positif : on déterminera la perméabilité et le débit du réservoir


(l’indice de productivité) puis on descend la colonne de production.
 Si le résultat est négatif : on continue le forage afin d’obtenir des objectifs plus
profonds ou on abandonne le puits.

4. Le choix du tubing
Après avoir étudié l’optimisation du tubing adéquat au puits et en se basant sur les résultats
du DST, on décide de compléter le puits avec un tubing de 2" .
Le tableau ci contre montre les caractéristiques du tubing utilisé.
Tableau ‎3-2: Les caractéristiques du tubing 2"7⁄8

Le diamètre extérieur 2"

Le poids linéaire 6.4 lb/ft

Le grade d’acier

Filetage Techniseal

Résistance à l’éclatement 10 570 psi

Pression de collapse 11 170 psi

5. Comment compléter le puits


La complétion du puits X suit les étapes suivantes :
i. On doit tout d’abord vérifier l’état du fonctionnement du B.O.P.
ii. On aborde l’assemblage et la descente de la colonne de production équipée.
iii. La suspension de la colonne de production au niveau de la tête de tubing .
iv. Tester la partie de la colonne de production au dessus du packer.
v. Ancrer le packer par une montée en pression dans la colonne de production.
vi. Précautions de sécurité prises, on démonte le B.O.P.
vii. Mettre en place et tester la tête de production (Xmas Tree).

Ces objectifs sont assurés par les équipements de la figure suivante.

Siryne DHOUIB 54 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Figure ‎3-12: Schéma technique de la complétion du puits X

Siryne DHOUIB 55 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Recommandations
La perforation est une étape très délicate et dangereuse puisque son échec peut endommager
le réservoir. Dans le cas du puits X, après l’étude de plusieurs systèmes de perforation, on a
choisi à utiliser le TCP “Tubing Conveyed Perforator” qu’on va raccorder au train DST.
L’outil de perforation, dont le diamètre est de 4.72", fera 5 perforations par pied puis sera
lâché au fond du puits. Cette technique de faire le DST et la perforation en descendant le
même train est une idée appréciable qui nous permet le gain du temps cependant, on propose
de récupérer l’outil de perforation au lieu de le laisser au fond.

Siryne DHOUIB 56 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Conclusion générale
Dans notre étude, on a suivi les trois dernières étapes du forage dans l’ordre chronologique
commençant par le tubage, passant ensuite à la cimentation et terminant par la mise en
production.
Le premier chapitre intitulé programme tubage a pour but de définir les différentes colonnes
et expliquer comment on les choisit dans le cas réel d’un puits qui sera bientôt foré par
Petrofac c’est pourquoi les données relatives à ce puits sont encore confidentielles.
Le chapitre suivant entame la cimentation : les différents équipements nécessaires à cette
opération, les diverses techniques, les ciments, les additifs et les spacers et enfin les calculs du
volume de ciment à utiliser dans ce puits.
La mise en production est abordée dans le dernier chapitre constitué de quatre parties
essentielles : la perforation de la colonne de production, le Drill Stem Test, le choix du tubing
et la complétion.
En conclusion, il faut éviter que le design de la colonne de tubage soit erroné, en effet un sur
ou sous dimensionnement peut entraîner la perte de l’ouvrage. Il est nécessaire de plus de bien
calculer le volume de laitier à injecter et les additifs à ajouter car une sur ou sous estimation
du volume convenable peut donner naissance à des ennuis tels que le phénomène du
channeling mis en évidence par les diagraphies de cimentation. La mise en production est une
étape très importante puisque c’est la phase où le puits devient producteur. Elle englobe
plusieurs parties dont la plus délicate est la perforation de la colonne de production
puisqu’elle met en contact le réservoir et le puits.
Le champ « A » est caractérisé par une série de formations de natures variées. D’après les
données des anciens puits forés, on doit se rendre compte de :

o Des élargissements au sein des formations sableuses essentiellement la formation


Beglia.
o Le gonflement des argiles des formations Mahmoud et Salammbo.
o Les pertes totales à la formation calcaire Ain Grab.

Pour pallier à ces problèmes, on propose de se disposer d’un stock des LCM et de bien
conditionner la boue.

Siryne DHOUIB 57 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Il est clair que le programme de forage nécessite des techniques très sophistiquées pour
prendre en considération tous les paramètres en interaction dans l’établissement d’un
programme de tubage approprie au fluide à exploiter par ce puits, à la chimie des formations
et des fluides pouvant réagir durant l’exploitation.
Un programme de tubage adapté, une cimentation appropriée et réussie, une colonne de
production optimisée contribuerons sans doute à augmenter la durée de vie d’exploitation du
puits vue les coûts élevés des forages et des workovers.

Siryne DHOUIB 58 2011/2012


Projet de fin d’études INAT/Petrofac

Références bibliographiques
 ADAMS N.J., CHARRIER T., Drilling Engineering A Complete Well Planning
Approach. PennWell Publishing Company. Tulsa, Oklahoma, 1985, 849p.
 API, Formulaire du foreur, 537p.
 BOUCHAHOUA A., Formation des techniciens en production, 2006, 76p.
 BOUZAIENI M. Potentiel pétrolier de la roche réservoir Abiod dans la région de
kerkennah. Projet de fin d’études. Ecole Nationale des Ingénieurs de Sfax, 2008. 72p.
 GATLIN C., Petroleum Engineering Drilling and well completions. PRENTICE-HALL,
INC ENGLEWOOD CLIFFS, N.J., USA, 1960, 348p.
 IFP-Training., Cimentation d’une colonne perdue. Edition Technip, Paris, 2005, 25p.
 IFP-Training., Cimentations étagées. Edition Technip, Paris, 2005, 12p.
 IFP-Training., Cimentations primaires. Edition Technip, Paris, 2006, 35p.
 IFP-Training., Ciments et laitiers. Edition Technip, Paris, 2006, 25p.
 IFP-Training., Diagraphies de cimentation. Edition Technip, Paris, 2005, 43p.
 IFP- Training., « Oil & Gas» Well initiation. Edition Technip, Paris, 2006, 507p.
 MEJRI M. Etude et analyse d’un programme de forage d’un puits de développement
pétrolier au sud tunisien. Projet de fin d’études. Institut National Agronomique de Tunis,
2011. 126p.
 NGUYEN J.P., Techniques d’exploitation pétrolière le forage. Technip, Paris, 1993,
396p.
 RAHMAN S.S., CHILINGARIAN G.V., Casing Design – Theory and Practice.
ELSEVIER SCIENCE B.V. Netherlands, 1995, 398p.
 Schlumberger, Log-Interpretation-Charts. SMP_ 7006, 1986, 125p.
 Shlumberger Oilfield Glossary (en ligne). Disponible sur :
<http://www.glossary.oilfield.slb.com/>. (Consulté le 14.02.2012)
 SUBSEA OIL & GAS DIRECTORY (en ligne).Disponible sur :
<http://www.subsea.org/products/default.asp>. (Consulté le 24.02.2012)
 Wilson G., well control. Aberdeen, Scotland, SCOTLAND UK, Mars 2002, 390p.

Siryne DHOUIB 59 2011/2012