Vous êtes sur la page 1sur 108

N°10 HORS-SÉRIE JUIN 2018

SPÉCIAL
IE
ÉR

GRAND PARIS EXPRESS


-S
RS
HO
3

INDUSTRIELLE

ÉDITO
PUBLICITÉ
RÉGIE

CITÉ INDUSTRIELLE

Le Grand Paris Express est un projet de réseau de transport public qui a pour
RPI objectif d’améliorer la mobilité en facilitant les échanges. Projet d’envergure pour
« Le Millenium » - 9, bd Pierre Mendès-France
77600 Bussy-Saint-Georges l’aménagement des territoires et pour leur développement durable, social et
Tél : +33(0)1 60 94 22 20
Fax : +33(0)1 64 77 51 82
économique, le Grand Paris Express revêt également de nombreux challenges
Parution : semestrielle techniques et géotechniques mettant en valeur ce domaine du génie civil issu de
Publication gratuite
Date de parution : Juin 2018
la géologie de l’ingénieur.
Solscope mag
ISSN 2417-6508 Depuis le 3 avril, l’aventure souterraine du Grand Paris Express a vraiment
Directeurs de la publication : commencé. À Champigny-sur-Marne, Steffie-Orbival creuse ses premiers mètres
Jérôme Aubry et Dominique Rousseau
de tunnel. La ligne 15 sud a été déclarée d’utilité publique en décembre 2014.
Comité de rédaction :
Aline Quenez, CFGI (Arcadis) ; Pascal Moins de 40 mois plus tard, place donc aux premiers tunneliers. 40 mois ! Dans
Chassagne, USG (Alios) ; Jean-Paul
Volcke, CFMS (Franki Fondation) ; cette histoire inédite écrite par le Grand Paris Express, ce délai vient souligner
Stéphane Monleau, SOFFONS l’extraordinaire mobilisation de tous les acteurs du nouveau métro. Au total,
(Soletanche Bachy) ; Michel Khatib,
Syntec Ingénierie (Ginger CEBTP) ; Éric 21 tunneliers creuseront simultanément le sous-sol francilien au plus fort des
Garroustet, SFEG (Cotrasol) ; Pascal
Sauvage, UFCMF (Socomafor) ;
travaux du Grand Paris Express. Du jamais vu en Europe !
Frédéric Pellet, CFMR (MINES-ParisTech),
Jean-Marc Gallet de Saint Aurin, Pour relever ce défi, la Société du Grand Paris mobilise des sociétés de
CINOV (SEMOFI). reconnaissance géologique, hydrogéologique, géophysique et géotechnique
Rédactrice en chef :
Aude Moutarlier aux sociétés d’ingénierie spécialisées, ainsi que les entreprises de travaux
+33(0)6 60 99 98 23 spéciaux et les établissements publics de recherche et d’expertise.
audemoutarlier@hotmail.com
Journalistes : Plus de 6 000 sondages ont été réalisés à ce jour constituant ainsi une somme de
Dominique Roudy
+33(0)6 07 33 53 69 données jamais collectée à l’échelle de la métropole, cette métropole qui, aux
dominiqueroudy@neuf.fr
yeux de beaucoup, avait déjà livré tous ses secrets.
Philippe Morelli
pha.morelli@gmail.com Derrière les femmes et les hommes du projet, ce sont également des
Maylis Roizard
+33(0)6 13 04 60 94 matériels et des techniques innovantes qui sont promus par le projet, et la
maylis.roizard@gmail.com Société du Grand Paris veille à fédérer, animer et encourager toutes les
Coordinatrice et publicité :
Anne-Sophie Cuvillier collaborations au projet d’utilité publique dont elle assure la maîtrise d’ouvrage.
+33(0)1 60 94 22 23
cuvillier@rpi.fr Aussi, naturellement, la Société du Grand Paris est heureuse d’apporter une
Service technique : contribution à cette édition spéciale de Solscope Mag. C’est l’occasion
Hélène Fabris
+33(0)1 60 94 22 25 de mettre en avant les métiers du sous-sol et ses acteurs, de diffuser, dans
fabris@rpi.fr la mesure du possible, les premières connaissances issues du projet et ainsi
Correction-Révision :
Philippe Loffredo d’apporter un éclairage sur les partenariats et autres actions. Nous espérons que
loffredo@noos.fr ce numéro sera, pour ses lecteurs, source d’engouement pour la géotechnique et
Service abonnements :
RPI « Le Millenium » permettra de transcender le projet du Grand Paris Express avec le rayonnement
9, bd Pierre Mendès-France des savoirs et des compétences.
77600 Bussy-Saint-Georges
+33(0)1 60 94 22 20
cuvillier@rpi.fr
Conception graphique :
Singulier - Sandra Odin
www.singulier-communication.com
Impression :
Imprimerie IRO
ZI - Rue Pasteur
17185 Périgny cedex
Toute représentation ou reproduction
intégrale ou partielle, par quelque
procédé que ce soit, faite sans le
consentement de l’éditeur est illicite.
(article L.122-4 du code de la Thierry Huyghues-Beaufond
propriété intellectuelle) toute copie Responsable de l’unité infrastructures et méthodes constructives
doit avoir l’accord de l’éditeur et du
Centre français d’exploitation du Société du Grand Paris
droit de copie, Paris.
Revue éditée par RPI - SARL
Gérant : Jérôme Aubry
Associé : Jean-François Narcy LES PARRAINS DU SALON SOLSCOPE
N°10 HORS-SÉRIE JUIN 2018
USG : Union syndicale géotechnique
CFMS : Comité français de mécanique des sols et de géotechnique
SOFFONS : Syndicat des entrepreneurs de sondages, forages et fondations spéciales
CINOV : Fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l’ingénierie et du numérique
Crédit photo couverture : SYNTEC INGÉNIERIE : Fédération professionnelle de l’ingénierie
Société du Grand Paris / CFGI : Comité français de géologie de l’ingénieur et de l’environnement
Laurent Villeret SFEG : Syndicat national des entrepreneurs de puits et de forages pour l’eau et le géothermie
UFCMF : Union française des constructeurs de machines de forage
AITF : Association des ingénieurs territoriaux de France
CFMR : Comité français de mécanique des roches
SPÉCIAL
RIE

GRAND PARIS EXPRESS


- SÉ
RS
HO

N°10 JUIN 2018


5
© Société du Grand Paris/Florence Joubert

Sommaire
ÉDITORIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS
Puits d’essai d’Aulnay-sous-Bois : congélation
AGENDA et jet-grouting face à face dans les sables
de Beauchamp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Suivez les prochains rendez-vous de la profession . . . . . 6
Construction d’un modèle de sol : exemple
de la ligne 17 nord du Grand Paris Express . . . . . . . . . . . . 42
ACTUALITÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Ligne 15 sud du Grand Paris Express : puits
Le Crédit Agricole d’Île-de-France et la CCI Paris-Île- et galerie de reconnaissance des argiles
de-France signent la charte pour le financement des plastiques à la gare de Saint-Maur-Créteil . . . . . . . . . . . . . 50
PME du Grand Paris – Le groupe Mediaco poursuit Ligne 15 sud du Grand Paris Express :
son investissement pour le Grand Paris Express – NGE détection de vides par muons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Fondations : une nouvelle entité de NGE – La RATP
choisit NGE pour réaliser le chantier de la ligne 14 sud TRAVAUX & CHANTIERS
à Orly – Spie Batignolles repense son identité – Grand Lot T3C-Gare de Bagneux : CAP travaille
Paris Express : le 1er tunnelier est lancé – Installation en (grande) profondeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
d’une nouvelle centrale à béton CBS 105 Ammann Elba La gare du Vert-de-Maisons sur le lot T2A . . . . . . . . . . . . . . 71
dans les Hauts-de-France – Eiffage, Razel-Bec et TSO Chantiers de fondations spéciales en
remportent le méga-lot de la ligne 16 – Razel-Bec et milieu urbain : la contrainte de l’espace ! . . . . . . . . . . . . 74
Eiffage, en groupement pour un lot de la ligne 14 – Gare de Clichy-Saint-Ouen : une coque
Les tunneliers : les chiffres d’un déploiement hors- de glace pour construire sous le RER C . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
norme – Gare Villejuif-Institut-Gustave-Roussy : circulation
Instrumentation avancée de la gare
de camions-toupies aux abords de l’ouvrage de service
Fort-d’Issy-Vanves-Clamart : fibre optique
Joffrin – Thierry Dallard nommé au poste de président du
et cellules de pression pour ausculter la paroi
directoire de la Société du Grand Paris – Signature de
moulée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
la charte « Objectif BIM 2022 » – Ouvrage Sentier-des-
Ligne 11 : La boucle de Rosny prend forme
Marins à Villiers-sur-Marne : chantier actif 24 h/24 –
autour du centre commercial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
Travaux préparatoires à la construction de la future gare
de l’aéroport d’Orly – Joyeux anniversaire au CFGI ! – Le rabattement de nappe Eole secteur
Le CFMS fête ses 70 ans ! – Jean-Charles Delplace La Défense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
nommé directeur général de SMIE… ENVIRONNEMENT
Grand Paris Express : Comment gérer les
ZOOM SUR… GRAND PARIS EXPRESS boues et déblais ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
Le Grand Paris Express, un chantier pharaonique ! . . 20 Maîtriser l’eau souterraine dans le projet du
Du monde aérien au monde souterrain . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Grand Paris Express, un défi tant environnemental
que technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Guillaume Pons : un acteur « majeur », ému et
Gestion des déblais : la délicate question
passionné . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
des volumes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
Prolongement de la ligne 14 : l’épine dorsale
du Grand Paris Express . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 PRODUITS & MATÉRIELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Thierry Huyghues-Beaufond : la passion
du souterrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 ANNONCEURS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
ABONNEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

N°10 JUIN 2018


6 ACTUALITÉS

Le Crédit Agricole d’Île-de-France et


AGENDA la CCI Paris Île-de-France signent la
charte pour le financement des PME
JNGG 2018 du Grand Paris
Champs-sur-Marne
(Seine-et-Marne) Banque régionale, le Crédit Agricole
13 – 15 juin 2018 d’Île-de-France est un acteur
Journées nationales de géotechnique majeur du Grand Paris, projet qui
et de géologie de l’ingénieur ne pourra pleinement se réaliser
sans les TPE, PME et ETI franciliennes.
Pour cela, la charte bancaire pour
GEOFLUID 2018 le financement des PME du Grand

© Crédit Agricole d’Île-de-France


Piacenza (Italie) Paris permet aux entreprises d’iden-
3 – 6 octobre 2018 tifier des marchés auxquels elles
Salon international des technologies n’avaient pas encore accès, de
et des équipements pour la bénéficier d’un accompagnement
expert de la CCI et d’obtenir une
recherche, l’extraction et le transport
réponse rapide à leurs besoins de
des fluides souterrains
financement. Le Crédit Agricole
d’Île-de-France s’est donc engagé de financement et de trésorerie
SOLSCOPE 2019 à accompagner les entreprises pour relever les défis de demain.
Marseille - Parc Chanot inscrites sur la plateforme CCI Nous nous engageons une nou-
26 – 27 juin 2019 Business Grand Paris et à exami- velle fois à leurs côtés. Ce dispositif
ner les demandes de financement dédié au Grand Paris Express est
13e édition du Salon national de
dans un délai de 15 jours ouvrés en cohérence avec notre voca-
la géotechnique, du forage et
maximum à réception du dossier tion : participer au développement
des fondations complet. « Les grandes entreprises économique de notre territoire », a
ont besoin des plus petites pour souligné Olivier Gavalda, directeur
7 ICEGE 2019 réaliser le Grand Paris Express. Or général du Crédit Agricole d’Île-
Rome (Italie) ces petites entreprises ont besoin de-France.
16 – 20 juin 2019
7e Conférence internationale sur
l’ingénierie géotechnique des séismes
NGE Fondations :
une nouvelle entité de NGE
ISRM
NGE a annoncé le regroupement
Foz do Iguaçu (Brésil)
des sociétés de son pôle travaux
20 – 27 septembre 2019 géotechniques et de sécurisation,
14e Congrès international de à savoir Dacquin, GTS, Sotrac et Sud
mécanique des roches Fondations, au sein d’une nouvelle
entité : NGE Fondations. Il y a plus de
1 an, en janvier 2017, le groupe NGE
annonçait le rachat de Dacquin.
À l’époque, Christian Altazin, direc-
teur général de GTS et du pôle
d’expertise travaux géotechniques
© NGE

et de sécurisation de NGE qui,


est désormais à la tête de la nou-
velle entité, faisait déjà état d’une offre intégrée, unique et complète
complémentarité technique de dans les domaines de la méca-
GTS et Dacquin. Il déclarait : « La nique des sols et des roches et
complémentarité de nos métiers devient ainsi le 3e acteur national
ainsi que nos implantations géo- des travaux géotechniques. « La
graphiques nous permettent création de NGE Fondations nous
d’imaginer un projet de dévelop- offre une meilleure visibilité sur le
pement commun, nous position- marché, et nous permet surtout
nant comme un acteur majeur de proposer à nos clients publics
de la profession ». Présente sur et privés, une réponse à la fois
l’ensemble du territoire français complète et de proximité sur la
avec 19 agences, dont sa filiale maîtrise du risque sol, inhérente
Rocs sur l’île de La Réunion, NGE à l’acte de construire », ajoutait
Fondations propose désormais une Christian Altazin.

N°10 JUIN 2018


8 ACTUALITÉS

Le groupe Mediaco poursuit son


investissement pour le Grand Paris Express
Le groupe familial Mediaco, spé- plus importantes et plus puissantes
cialiste français de la location de du marché français. La LR1600
grues, vient de faire l’acquisition de permet de réaliser des travaux
2 importantes grues de la marque similaires tout en pouvant « che-
Liebherr pour sa division gros niller », avancer avec la charge. Ces
levage Mediaco Maxilift : 2 grues, deux nouvelles machines de très
LG1750 et LR1600, complètes avec importantes capacités renforcent
volées variables. Mediaco avait le parc matériels de Mediaco
déjà fait l’acquisition d’une grue Maxilift France et International,
LG1750 en octobre 2017. Ces deux et permettent à l’entreprise de
nouvelles acquisitions représentent répondre aux défis des grands
un investissement de 10 M€. Cette chantiers français en cours et à venir
année, le groupe Mediaco Levage tels que le Grand Paris Express, mais
a investi 50 M€ pour l’achat de 90 aussi à l’échelle internationale, en
nouveaux engins, dont 72 grues Afrique et en Europe, notamment
mobiles. Celles-ci permettent de avec l’ouverture d’un nouveau
renforcer l’activité gros levage du département international. Le
groupe. Elles permettent, en effet, parc de matériels de Mediaco
d’effectuer des levages lourds Maxilift est désormais composé de
jusqu’à 600 t et d’assurer le mon- 9 grosses grues. Le groupe Mediaco
tage des plus importantes éoliennes dispose d’un parc de 3 000 maté-
de France : jusqu’à 140 t, à 110 m riels, dont 640 grues, et notamment
sous crochet. La LG1750 dernière 20 grues de 400 t télescopiques à
génération est l’une des plus 750 t treillis. © Mediaco

grosses grues d’Europe, et l’une des

La RATP choisit NGE pour réaliser


le chantier de la ligne 14 sud à Orly
Outre la création de sa nouvelle de NGE, son premier marché pari-
entité dédiée au forage, NGE sien. Ce projet est crucial pour le
confirme son statut d’acteur majeur Grand Paris Express, car il connec-
en travaux souterrains en rempor- tera l’aéroport d’Orly avec la ligne
tant le marché de la ligne 14 qui 18 (qui desservira le sud-ouest de
reliera l’aéroport d’Orly et assurera l’Île-de-France) et avec la ligne 15,
la correspondance avec la ligne 18 future ligne circulaire entourant le
et la ligne 15 du réseau Grand Paris cœur de l’Île-de-France. Épine dor-
Express et avec les lignes existantes sale du réseau Grand Paris, la ligne
du réseau de transport parisien, 14 assurera la correspondance
Orlyval, métro ligne 7, tramway T4 avec les lignes existantes du réseau
et T3, l’aéroport d’Orly. Le projet, de transport parisien. Le chantier
© RATP

d’un montant de 203 M€ durera consiste dans la réalisation d’un


5 ans et demi. La RATP a en effet tunnel foré au tunnelier de 4 km,
annoncé récemment l’attribution d’une tranchée couverte de 330 m
du lot 4 de la ligne 14 sud arrivant de longueur permettant l’accès
à l’aéroport d’Orly au groupement au futur site de maintenance des
NGE (mandataire)-Salini Impregilo. métros de Morangis, et en plusieurs
Il s’agit du 8e lot pour lequel NGE puits d’accès et ouvrages annexes.
intervient dans le cadre du projet Le projet comporte des enjeux
du Grand Paris, et le 3e lot majeur majeurs liés au planning ainsi qu’à
pour lequel NGE est mandataire. la proximité entre les zones de tra-
Cela confirme l’implication de NGE vaux et l’aéroport d’Orly : l’entrée
dans le projet du Grand Paris, d’une en action dès le 1er trimestre 2019
part, et la confiance accordée par du tunnelier qui sera utilisé pour
les maîtres d’ouvrage et les maîtres réaliser le tunnel foré de 4 km
d’œuvre, d’autre part. Salini Impre- obligeant un démarrage rapide
gilo, spécialiste italien des travaux du chantier ; et la proximité avec
publics et des travaux avec tunne- l’aéroport entraînant des travaux
liers, signe, en tant que partenaire sous contraintes aéronautiques.

N°10 JUIN 2018


10 ACTUALITÉS

Grand Paris Express : le 1er tunnelier est lancé


Après 18 mois de travaux prépa-
ratoires, le groupement composé
des entreprises Demathieu Bard,
NGE, Pizzarotti, Implenia et Atlas
Fondations ont lancé le 1er tunnelier
du Grand Paris Express à Champi-
gny-sur-Marne. Fin mars dernier, les
équipes du projet ont procédé au
baptême du tunnelier et à l’instal-
lation de la statue de Sainte-Barbe
dans sa niche au fond du puits.
© Société du Grand Paris/Laurent Villere

Comme le veut la tradition, un


curé de Champigny-sur-Marne s’est
aussi chargé de la bénédiction des
mineurs et du tunnelier. Ce dernier
a été baptisé « Steffie-Orbival », en
hommage à l’une des collabora-
trices du projet, Steffie, pilote d’une
hydro-haveuse qui a participé aux
travaux du puits de Champigny et
à l’association Orbival, pionnière sera le tunnel sur 100 m, puis les et pourra poursuivre, dès le mois
dans le soutien au projet du Grand 3 autres remorques composant le de juin, le creusement des 2 060 m
Paris Express. Le forage a démarré train suiveur seront descendues restants. Dans quelques mois,
fin mars dernier sur le tronçon dans le puits et arrimées à la pre- un second tunnelier creusera les
reliant le puits de Champigny à mière remorque. Le tunnelier, en 4 650 m entre les futures gares
l’ouvrage de débranchement de configuration définitive, mesurera de Noisy-Champs et de Bry-
Villiers-sur-Marne. La machine creu- 106 m de longueur et pèsera 1 450 t, Villiers-Champigny.

Thierry Dallard nommé au poste de président


du directoire de la Société du Grand Paris
Le conseil de surveillance de la projets de lignes ferroviaires à
Société du Grand Paris s’est réuni grande vitesse en Italie avant
début avril sous la présidence de d’intégrer en 1994 le ministère des
François Poupard, directeur géné- Transports en tant que directeur
ral des infrastructures, des transports du département infrastructures
et de la mer, président par intérim et transports du Centre d’études
du conseil de surveillance de la techniques de l’équipement d’Aix-
Société du Grand Paris. Il a donné en-Provence. En 1999, il devient
un avis favorable aux propositions chef du service déplacements et
suivantes du gouvernement, c’est- infrastructures de transport au sein
à-dire mettre fin aux fonctions de de la Direction départementale
© UniPEF

Philippe Yvin, président du direc- de l’équipement des Bouches-du-


toire et nommer Thierry Dallard au Rhône. En 2003, il est nommé direc-
poste de président du directoire. teur du développement au sein
Ce dernier sera très prochaine- des Autoroutes du sud de la France d’infrastructures majeures : depuis
ment auditionné par les commis- (ASF), puis il est chargé dès 2004 de 2012, il est président de la société
sions compétentes de l’Assemblée la mise en œuvre de la décentra- OcVia en charge du projet de
nationale et du Sénat. Sa nomina- lisation et de la réforme des DDE, liaison ferroviaire à grande vitesse
tion devra ensuite faire l’objet d’un puis de la création des nouveaux entre Nîmes et Montpellier, depuis
décret du président de la Répu- services de maîtrise d’ouvrage, 2013 de la Société de la rocade
blique. Né en 1966, ce normalien au sein de la Direction générale L2 à Marseille, et depuis 2016 de
(1987) est titulaire d’un doctorat en des routes. En 2007, il rejoint Meri- Vélopolis, la société qui porte
mécanique des fluides à l’université diam, un fonds d’investissement le Vélodrome national de Saint-
de Paris-VI – Pierre-et-Marie-Curie français spécialisé dans le déve- Quentin-en-Yvelines, infrastructure
(1991) et diplômé de l’École natio- loppement et le financement privé des JO 2024. Il est également pré-
nale des ponts et chaussées (1994). d’infrastructures publiques, en sident de l’Union des ingénieurs du
Il commence sa carrière (1992- charge du marché français. À ce corps des ponts, des eaux et des
1993) comme consultant sur les titre, il est associé à plusieurs projets forêts (UnIPEF) depuis 2012.

N°10 JUIN 2018


ACTUALITÉS 11

Eiffage, Razel-Bec et TSO remportent le méga-lot de la ligne 16


Eiffage, au travers de sa filiale Eiffage
Génie Civil, mandataire du grou-
pement constitué avec Eiffage
Rail, Razel-Bec, TSO (filiale de NGE)
et TSO Caténaires se sont vu attri-
buer par la Société du Grand Paris
la réalisation du lot 1 de la ligne 16
du Grand Paris Express, qui reliera
Saint-Ouen à Aulnay et au Bourget,
en Seine-Saint-Denis. Ce lot per-
mettra le raccordement avec
la ligne 14 et la construction des
premiers kilomètres de la ligne 17
et de la ligne 15 vers l’est. Le mar-
ché, d’un montant de 1,84 Mrd €
(1,71 Mrd € pour Eiffage), com-
prend le creusement de plus de
© Eiffage

19 km de tunnel, la construction
de 18 ouvrages annexes, la pose
des voies ferrées, caténaires, équi-
pements linéaires et la création traitants Eiffage Fondations, Icop nécessitera l’utilisation de 6 tun-
de 5 gares : Stade-de-France, La et Capocci et les ingénieries parte- neliers. Il mobilisera plus de 1 500
Courneuve-Six-Routes, Le Bourget naires Sweco et Antea. Il fera éga- personnes en pointe et générera
RER, Le Blanc-Mesnil, et Saint- lement travailler de nombreuses près de 6 000 000 h de travail, dont
Denis-Pleyel, qui sera la plus grande PME. Ce gigantesque chantier, 500 000 h en insertion. Les travaux
gare du Grand Paris Express qui implique la mise en œuvre de comprennent une période de pré-
(250  000 voyageurs par jour). Le 700 000 m3 de béton et l’exca- paration de 3 mois et seront réalisés
groupement fait appel aux sous- vation de 2 600 000 m3 de terrain, dans un délai de 6 ans.

N°10 JUIN 2018


12 ACTUALITÉS

Signature de la charte « Objectif BIM 2022 »


Fin mars, Bernard Cathelain,
membre du directoire de la Société
du Grand Paris, a signé la charte
« Objectif BIM 2022 » aux côtés
de Julien Denormandie, secré-
taire d’État auprès du ministre
de la Cohésion des territoires, à
l’occasion du Salon BIM World, qui
s’est tenu à Paris-La Défense. Cet
acronyme « BIM » signifie Building
Information Modeling. Il s’agit d’un
formidable outil pour maîtriser la
complexité technique et la multi-
© Société du Grand Paris

tude des informations, des données


et des acteurs. « C’est une révo-
lution équivalente à l’arrivée de
l’ordinateur par rapport à la
planche à dessin ! », a déclaré
Bernard Cathelain. Cette charte
marque l’engagement volon- ture, la Société du Grand Paris s’étaient vu remettre le BIM d’or
taire de l’ensemble de la filière confirme sa volonté d’exploiter au 2017 dans la catégorie « projet
du bâtiment en faveur du BIM et, maximum les bénéfices qu’offre d’infrastructures » pour leurs efforts
plus généralement, de la transi- cette démarche. Egis, la Société collectifs autour du BIM sur la future
tion numérique. Par cette signa- du Grand Paris et leurs partenaires ligne 16 du Grand Paris Express.

Les tunneliers : les chiffres d’un déploiement hors-norme


Les chantiers du Grand Paris
Express mobiliseront 21 tunneliers
en simultané, un record dans la
construction souterraine en France.
La construction de l’actuel métro
de Paris, commencée en 1898,
s’était faite sans tunnelier. Ces
engins, dans leur forme moderne,
ont été utilisés plus tard en France,
notamment pour creuser le RER A.
Leur usage s’est, depuis, généra-
lisé. Ils ont participé à la réalisation
des métros de Lille, Rennes, Lyon,
Toulouse et Marseille, ainsi que
du tunnel sous la Manche. À En France,
Champigny-sur-Marne, le depuis 1972 :
© DR

© DR

1er tunnelier a commencé 115 tunneliers


à creuser la ligne 15 sud ont contribué à des projets
du Grand Paris Express. d’infrastructures
Au plus fort des travaux, 77 dédiés aux routes
21 tunneliers creuseront et à l’assainissement
simultanément le sous-sol 38 dédiés au
francilien. La mobilisation transport collectif
d’un tel nombre d’engins est
inédite en France, confortant la
dimension hors-norme du Grand
Paris Express. Le nouveau métro
multiplie par 4 le volume de travaux
constatés habituellement dans
la construction souterraine. À ce
défi matériel s’ajoute donc un défi
humain, impliquant un important
effort de formation des personnels
compétents à ces métiers.
© DR

N°10 JUIN 2018


ACTUALITÉS 13

Installation d’une nouvelle centrale à béton CBS 105


Ammann Elba dans les Hauts-de-France
L’entreprise familiale indépen-
dante GTP, tenue par les frères
Pruvo à Cauchy-à-la-Tour, près de
Béthune dans les Hauts de France,
est spécialisée dans le recyclage
de matériaux et plus particulière-
ment de résidus de voiries. Instal-
lée dans une ex-briqueterie, GTP a
souhaité diversifier ses activités et
s’est tournée vers le béton prêt à
© Ammann

l’emploi ainsi que la fabrication de


graves traitées afin de répondre à
la demande locale, au chantier du trale CBS 105 a été plébiscitée 60 t. Ces granulats sont transférés
Grand Paris Express, mais aussi à ses pour son concept modulaire per- vers le malaxeur à arbre horizontal
propres besoins de production. Le mettant d’adapter ses compo- d’un volume de 2 m3 par l’intermé-
cahier des charges était clair : les sants. Conçue pour assurer une diaire d’un skip. La charpente de
deux entrepreneurs souhaitaient production de 105 m3/h de béton malaxage est complètement gal-
une centrale fixe de qualité, pou- standard, malaxé à 30 s, la cen- vanisée pour une protection anti-
vant être évolutive, offrant diffé- trale est actuellement équipée de corrosion de qualité supérieure. La
rentes possibilités techniques ainsi 4 trémies de stockage granulats de maintenance de la centrale et plus
que des délais de livraison rapides. 80 m3. Dans le but de faire évoluer particulièrement du malaxeur, dont
À la suite d’un appel d’offres, le l’installation, l’étude d’implanta- le blindage de la cuve est monté
choix de GTP s’est dirigé vers les tion prévoit l’ajout d’ici peu d’une sans vis, ne nécessite que très
centrales à béton Ammann Elba trémie granulats supplémentaire peu d’entretien. L’automatisme
dont la réputation est aujourd’hui afin d’avoir 100 m3 au total ainsi AS1 Ammann assure le suivi de la
mondialement reconnue. La cen- que l’ajout d’un 4e silo à liant de production.

N°10 JUIN 2018


14 ACTUALITÉS

Gare Villejuif-Institut-Gustave-Roussy : circulation de


camions-toupies aux abords de l’ouvrage de service Joffrin
Pendant plusieurs semaines à partir
du mois d’avril, des camions-tou-
pies stationneront et circuleront
ponctuellement aux abords du
chantier de l’ouvrage de service
Joffrin. Le groupement CAP a en
effet démarré le bétonnage des 5
panneaux de parois moulées cir-
culaires de l’ouvrage de service
Joffrin. Pour éviter le stationnement
des toupies aux abords du cime-
tière et contrôler la qualité des
bétons, les camions-toupies venant
de l’A6 stationneront sur la voie
des Sables et circuleront excep-
tionnellement 1 fois par semaine
pendant 5 semaines dans la rue
Édouard-Vaillant pour rejoindre le
© Cemex

chantier rue Jules-Joffrin.

Razel-Bec et Eiffage, en groupement, pour un lot de la ligne 14


Razel-Bec (mandataire), filiale du lement la construction du génie de l’Essonne. Dès sa mise en service
Groupe Fayat, en groupement civil de 3 gares : Chevilly-Trois- en 2024, elle offrira des correspon-
avec Eiffage Génie Civil, Sefi- Communes, MIN-Porte-de-Thiais et dances avec la ligne 7 du métro,
Intrafor, Eiffage Fondations et Pont-de-Rungis (noms provisoires) le RER C, le tramway 7. Elle sera par
I.CO.P, s’est vu attribuer par la et de 3 ouvrages annexes. Les tra- ailleurs connectée avec les lignes
RATP, dans le cadre du projet du vaux impliquent la mise en œuvre 15 sud et 18 du Grand Paris Express.
Grand Paris Express, la réalisation de 110 000 m3 de béton et l’exca- Le prolongement de la ligne 14 au
du lot GC03 de la future ligne 14 vation de 520  000 m3 de terrain sud offrira une liaison rapide entre
sud qui reliera la station de métro nécessitant l’utilisation d’un tun- Paris et l’aéroport d’Orly, tout en
Olympiades à l’aéroport d’Orly. Le nelier. 420 personnes seront mobi- desservant des zones résidentielles
contrat, d’un montant de 365 M€, lisées pendant la durée totale du denses ainsi que des pôles et des
porte sur la réalisation d’un tunnel chantier (54 mois). La ligne 14 sud, équipements majeurs de la métro-
de 4 km sur les communes de Thiais, longue de 14 km en souterrain, pole, tels que le marché de Rungis
Rungis, Chevilly-Larue et L’Haÿ-les- bénéficiera à plus de 260 000 habi- ou l’institut Gustave-Roussy.
Roses. Ce contrat concerne éga- tants de Paris, du Val-de-Marne et

Spie Batignolles repense son identité


Le groupe de construction français Génie Civil, et la société Valerian
Spie Batignolles (1,55 Mrd € en 2016) adopter le patronyme de Spie
est en train de revoir le nom de ses Batignolles Valerian. Dans la même
filiales. Il en profite pour afficher le logique, Spie Fondations sera nom-
sien avec plus de clarté et mieux mée Spie Batignolles Fondations.
préciser l’activité de ses branches. En cours, le changement n’est pas
On sait que Spie Batignolles TPCI encore visible sur les engins ou les
doit ainsi devenir Spie Batignolles documents du groupe.
© Philippe Morelli

N°10 JUIN 2018


16 ACTUALITÉS

Travaux préparatoires à la construction


de la future gare de l’aéroport d’Orly
Ces travaux pour la construction
de la future gare de l’aéroport
d’Orly ont été attribués à un grou-
pement composé de Cardem Paris
(Groupe Eurovia, Mandataire),
Eurovia Massy et Demathieu Bard.
Cette nouvelle gare doit permettre
une amélioration significative de
la desserte de l’aéroport en trans-
ports en commun, actuellement
© Artefacto - Groupe ADP

assurée à 80 % par la route. L’opé-


ration est localisée sur la commune
de Paray-Vieille-Poste (Essonne),
au sein de l’enceinte de l’aéroport
Paris-Orly, au niveau de l’actuelle
extension du parking P0, à proxi-
mité immédiate du futur bâtiment réseau du Grand Paris Express, ainsi l’extension du parking P0 ainsi que
de jonction qui reliera les terminaux qu’un véritable pôle multimodal 3 ouvrages d’art en béton. Par la
Sud et Ouest. Il s’agit d’une gare de transport en offrant une corres- suite, la construction de 2 ouvrages
double, accueillant les terminus pondance efficace et rapide entre d’art, dont l’un en structure métal-
des lignes 14 et 18. La ligne 14 – en ces 2 lignes, comme avec la gare lique, sera réalisée par Demathieu
cours de prolongement – reliera à routière d’Orly Ouest, le tramway Bard. Enfin, Eurovia Massy réalisera
terme le pôle d’affaires de Saint- T7 et Orlyval. L’opération menée la construction d’un rond-point, de
Denis-Pleyel, au nord à l’aéroport par le groupement consiste à réa- divers ouvrages de voirie et assai-
d’Orly (via Paris centre). Quant à la liser l’installation de chantier pour nissement. Cette opération est
ligne 18 – dont la 1re section devrait la partie travaux, mais aussi pour un vrai défi pour les équipes qui
être mise en service en 2023- la partie maîtrise d’œuvre (qui géreront à la fois le pilotage de
2024 –, elle reliera sur 35 km les sera conservée jusqu’à la livrai- l’opération et l’organisation de ce
banlieues ouest (Versailles) et sud son de la future gare en 2024). Il chantier au sein de l’aéroport en
(Orly). Cette future gare consti- s’agit également de dévoyer tous service. La fin des travaux est pré-
tue un point d’entrée majeur au les fluides et réseaux, de démolir vue pour le mois de janvier 2019.

Ouvrage Sentier-des-Marins à Villiers-sur-Marne :


chantier actif 24 h/24
La réalisation des parois moulées a
débuté depuis le mois d’avril 2018
sur le chantier de l’ouvrage Sen-
tier-des-Marins situé à Villiers-sur-
Marne. Cette nouvelle étape du
chantier nécessitera de travailler
sans interruption afin de garantir
la solidité de l’ouvrage. Aussi pour
des raisons techniques, le chantier
sera actif 24 h/24h pendant 6 mois,
du lundi 6 h au samedi 20 h. Par
ailleurs, un espace d’attente pro-
visoire pour les camions du Grand
Paris Express sera aménagé rue
© Société du Grand Paris/Axel Heise

des Chapelles à partir de début


avril 2018. Cette zone dédiée per-
mettra aux camions de stationner
avant de se rendre sur le chan-
tier Sentier-des-Marins, évitant de
gêner la circulation.

N°10 JUIN 2018


18 ACTUALITÉS

Le groupe Géotec met le cap à l’export et poursuit ses activités


sur le Grand Paris
Le n° 3 des géotechniciens fran-
çais a racheté la société Verbeke,
n° 1 belge de la spécialité, mar-
quant ainsi une nouvelle étape
de son développement à l’inter-
national. Mais pas seulement. Au
passage, Géotec prend aussi pos-
session d’un savoir-faire important
en matière de solutions géother-
miques sur sonde.
Après l’Afrique, la Belgique !
Le groupe français Géotec a
annoncé l’acquisition du groupe
belge Verbeke, avec lequel il
a nombre de points communs.
Fondée il y a 44 ans en tant que
bureau d’études familial, Verbeke
réalise aujourd’hui un chiffre
d’affaires de 9 M€ avec une cen-
taine d’employés. Il est devenu
le leader du marché belge dans
le domaine des études géotech-
niques et environnementales ainsi
qu’en matière de solutions géo-
thermiques pour les bâtiments
résidentiels et les grandes surfaces
industrielles et commerciales.
© DR

Géotec réalise pour sa part un


chiffre d’affaires de près de
50 M€ – en forte croissance depuis plus de 20 % de notre activité juin prochain, Verbeke livrera d’ail-
3 ans – avec 450 collaborateurs. De globale », déclare Olivier Barnoud, leurs, à Rekkem, la plus grande
la conception à la construction de président de Géotec, où l’on qua- réalisation géothermique du
matériels géotechniques jusqu’à lifie ce rachat d’étape intermé- Benelux et l’une des plus impor-
la réalisation d’études les plus diaire dans le développement du tantes d’Europe, où il a notamment
complexes, Géotec a axé son groupe. En effet, la direction s’est mis en place 516 sondes de 65 m.
développement depuis plus de fixée dans les 5 ans un objectif de « L’objectif est de développer la
40 ans en tant qu’acteur totale- 80 M€ de chiffre d’affaires, dont géothermie sur sonde en France,
ment intégré : le groupe compte 30 % à l’international, par crois- l’une des énergies renouvelables
aujourd’hui 140 ingénieurs, dispose sance externe ou organique. les plus pérennes, continues et
de 90 ateliers d’investigations in situ efficaces. Ce savoir-faire complète
Une forte complémentarité
et de 5 laboratoires. les compétences de Géotec en
« Des synergies techniques et termes d’études environnemen-
20 % de l’activité à l’export commerciales importantes ont tales de sites et sols pollués, études
L’opération belge intervient moins déjà été mises en évidence au hydrogéologiques ou hydrauli-
de 1 an après l’acquisition du profit des deux groupes, du fait ques », relève Olivier Barnoud, dont
sénégalais Sénélabo (50 salariés, de leur proximité géographique et la société profite à plein actuelle-
2 laboratoires et 7 ateliers de son- leur complémentarité en termes ment du déroulement Grand Paris
dages), devenue Géotec Afrique, d’offres de prestations géotech- Express qui lui fournit une activité
qui a pour vocation d’accompa- niques », souligne Olivier Barnoud. géotechnique soutenue et per-
gner les projets d’infrastructure Parallèlement, le groupe français met d’élargir encore son champ
dans toute l’Afrique de l’Ouest. Elle doit en particulier bénéficier du de compétences. Dans le cadre
marque la forte volonté d’interna- savoir-faire du belge en solutions de la ligne 16 du métro francilien,
tionalisation du groupe français, de géothermie sur sondes. Ce der- Géotec a ainsi été un des parte-
dont la couverture du territoire nier a acquis une expérience signi- naires majeurs du puits d’essais
national est aujourd’hui avérée ficative sur des opérations d’enver- d’Aulnay-sous-Bois, qui visait à
avec une vingtaine d’agences. gures : 130 sondes de 125 m pour comparer le comportement des
« Avec l’acquisition de Verbeke, le le bâtiment de l’OTAN à Bruxelles, étanchements par congélation
chiffre d’affaires de Géotec hors 175 sondes de 90 m pour un hôpi- et jet grouting dans les sables de
de France représente dorénavant tal, également à Bruxelles. En Beauchamp.

N°10 JUIN 2018


ACTUALITÉS 19

Joyeux anniversaire au CFGI !


Le Comité français de géologie seront exposés avec ce regard À cette occasion, il sera mis en
de l’ingénieur et de l’environne- qu’apporte la géologie de l’ingé- avant ce que la géologie de
ment (CFGI) ayant été créé le nieur sur la cartographie d’aléas l’ingénieur a pu apporter par
2 avril 1968, son cinquantenaire en région parisienne, le référentiel l’intermédiaire du géologue
sera célébré le 22 novembre 2018 géologique de la France, l’hydro- et de l’ingénieur-géologue qui
au Conservatoire national des géologie, mais également la géolo- observent, mesurent et surveillent
arts et métiers (CNAM). Ce jubilé gie et les sinistres de la construction. la nature selon des échelles diffé-
s’organisera autour d’une journée Cette journée est résolument tour- rentes, soit géométrique (microsco-
colloque : « La géologie de l’ingé- née vers l’avenir et fera égale- pique et/ou macroscopique), soit
nieur : actualité et perspectives » ment un point sur les perspectives de temps (microsecondes, milliers
(ensemble du programme sur le de l’enseignement de la géolo- d’années, voire millions à milliards
site : www.geotechnique.org). gie de l’ingénieur, car nombre d’années). Une part aussi sera
Dans le cadre de cette journée, d’étudiants et de jeunes profes- consacrée à rappeler les apports
nous avons voulu donner une part sionnels ont désormais la pratique de la géologie de l’ingénieur dans
importante à l’avenir de la géo- du Net et du numérique inscrite la conceptualisation de géomo-
logie de l’ingénieur et à son posi- dans leurs gènes, et il est impor- dèles et modèles numériques
tionnement actuel au sein des tant qu’ils prennent conscience fiables, car sans une géologie de
organismes publics ou privés, mais que les plateformes numériques l’ingénieur rigoureuse, que pen-
également aux bureaux d’études ont leur limite. La pratique du ser des résultats de calculs numé-
et aux entreprises de travaux. terrain comme proposée par le riques ? La nature sait se rappe-
C’est ainsi que seront abordés les CFGI lors des journées régionales ler très rapidement à nous quand
thèmes tels que les grands glisse- prend tout son sens et sa valeur. un projet anthropique n’a pas
ments, la construction de tunnel Les échanges entre professionnels été suffisamment pensé et posi-
dans des conditions géologiques sont des moments irremplaçables tionné dans son contexte géo-
difficiles, les fondations de cen- qui viennent compléter l’apport logique, hydrogéologique et
trales nucléaires. D’autres sujets des plateformes numériques. géotechnique.

Le CFMS fête ses 70 ans !


Le Comité français de méca- tous les amis de la géotechnique
nique des sols et de géotechnique à une journée événement qui se
(CFMS) fête en 2018 ses 70 ans ! tiendra le jeudi 4 octobre 2018 à
En effet, le CFMS a été fondé dès Paris. Ce sera l’occasion de tous
1948. Affilié à la Société internatio- nous retrouver pour une journée qui
nale de mécanique des sols et de se veut avant tout animée, partici-
géotechnique (SIMSG), ce Comité pative et festive !
compte aujourd’hui plus de 650 Retrouvez le programme et les
membres. Il a pour objet de pro- informations relatives à cette jour-
mouvoir et de mettre à disposition née sur le site internet du CFMS :
de la profession les recherches et www.cfms-sols.org (l’inscription est
études en génie civil ayant trait au gratuite mais obligatoire). Et venez
sol, au sens large, et à toutes les acti- nombreux participer à cette belle
© CFMS

vités s’y rapportant. À l’occasion fête !


de son anniversaire, le CFMS convie

Jean-Charles Delplace nommé directeur général de SMIE


SMIE, spécialiste des systèmes anti- Son retour chez SMIE en tant que
collision sur les chantiers, officialise directeur général marque une
la nomination de Jean-Charles volonté pour l’entreprise de confor-
Delplace au poste de directeur ter sa place de leader. « J’œuvrais
général. À 44 ans, Jean-Charles déjà en tant que conseil pour SMIE
Delplace a eu une première vie dont les équipes sont soudées et
professionnelle dans l’industrie compétentes. Les produits, de
mécanique et aéronautique. Après haute technologie, proposent des
un passage chez SMIE en 2010, il fonctionnalités et une connectivité
a cofondé Smart Jobsite et déve- avancées », souligne-t-il.
loppe des solutions innovantes
© SMIE

dans la gestion des chantiers.

N°10 JUIN 2018


20 ZOOM SUR... GRAND PARIS
© Société du Grand Paris - QUAI#3

Le Grand Paris Express,


un chantier pharaonique !
Le Grand Paris Express, c’est un projet d’aménagement à l’échelle de l’agglomération
parisienne qui a vocation à améliorer le cadre de vie des habitants, à corriger les inégalités
territoriales et à construire une ville durable. Ses enjeux relèvent à la fois de la qualité de vie
des Franciliens, de la solidarité entre les territoires d’Île-de-France, et de l’attractivité de la
capitale. Mais ce nouveau Grand Paris, ce sont aussi des chiffres à faire tourner les têtes tant
les chantiers qui le composent sont titanesques.

En effet, le Grand Paris Express, ce contribuera à créer une métropole Grâce à ces travaux, il sera donc
sont 200 km de lignes de métros plus respectueuse de l’environne- plus simple de se rendre d’un
automatiques et 68 nouvelles ment. point à l’autre de l’Île-de-France
gares, 4 nouvelles lignes créées – Ce sont également des milliards sans traverser Paris, mais aussi de
les lignes 15, 16, 17 et 18 –, les lignes d’euros investis et des centaines
rejoindre plus rapidement le cœur
11 et 14 prolongées, et 7 centres d’entreprises qui s’investissent tous
de la capitale depuis sa périphérie.
techniques qui seront construits… les jours. On comprend mieux pour-
Ce chantier hors-norme, qui avait quoi toutes les entreprises françaises Mais en attendant, il faut s’armer
été présenté par le Premier ministre de travaux publics souhaitent être de patience tant les chantiers du
en mars 2013, réduira aussi la présentes sur ces gigantesques Grand Paris Express encombrent
pollution, les embouteillages et chantiers du Grand Paris Express. Paris et sa couronne au quotidien.

N°10 JUIN 2018


ZOOM SUR... GRAND PARIS 21

À L’HORIZON 2030, LE GRAND 200 km


PARIS EXPRESS SERA BOUCLÉ de lignes qui GARE DE LYON –
Mise en service des premières s’ajoutent aux ORLY EN 23 MINUTES
lignes du Grand Paris Express pour 200 km existants À titre d’exemple, le prolongement
2024 et réalisation complète à de la ligne 14 au sud permettra,
en Île-de-France à l’horizon 2024, de relier l’actuel
l’horizon 2030. Voilà les objectifs
annoncés fin février dernier par le terminus Olympiades à l’aéroport
Premier ministre Édouard Philippe d’Orly. D’une longueur de 14 km, il
et la ministre des Transports 90 % rapprochera 11 communes supplé-
Élisabeth Borne, après plusieurs mentaires du centre de Paris, avec
en réseau notamment la Vallée scientifique
mois de négociations.
souterrain de la Bièvre, où se concentrent des
« Je ne prends aucun plaisir à jouer CHU, des laboratoires de recherche
les “pères la rigueur”, mais il faut et des groupes pharmaceutiques,
tenir un langage de vérité pour 68 le pôle Orly-Rungis avec le 2e aéro-
ne pas provoquer de nouvelles les extensions nord et sud
gares port français, et le MIN de Rungis,
frustrations chez les Franciliens. de la ligne 14, jusqu’à Saint- plus grand marché de produits frais
Le gouvernement souhaite, à Denis-Pleyel (où se sera situé du monde. Le trajet entre la station
travers une forte mobilisation de le village olympique) et jusqu’à Gare-de-Lyon et l’aéroport d’Orly
l’État, redonner de la robustesse l’aéroport d’Orly ; se fera alors en seulement 23 min,
au projet pour rendre la construc- au lieu de 42 min, actuellement.
tion de toutes les lignes du Grand le tronçon commun des lignes 16
Paris Express irréversible et obte- et 17 entre Saint-Denis et Le Bourget Autre exemple significatif : entre
nir sa mise en service complète à (RER B). Un tronçon également Chevilly-Trois-Communes et Noisy-
l’horizon 2030 », a déclaré le important dans le cadre des Jeux ; Champs, 28 min seront nécessaires
Premier ministre. au lieu de 1 h 05 min, aujourd’hui.
la ligne 16 entre Le Bourget (RER
Édouard Philippe a indiqué que le B) et la future gare de
Clichy-Montfermeil. Chantier du prolongement
rythme des travaux prévu lors de 7 de la ligne 11 du métro
la conception du projet n’était ni Une priorité liée non au niveau de Rosny-sous-Bois
réaliste ni soutenable compte tenu centres pas aux JO, mais au (Seine-Saint-Denis).
des contraintes géotechniques et techniques d é s e n c l a v e m e n t
des ressources humaines limitées de cette partie de la
du BTP face à un tel volume de tra- banlieue nord ;
vaux. « Ces deux aspects ont déjà
connexion de la ligne 17 à la gare
eu un impact sur le calendrier avec
du Bourget-Aéroport. Des appels
des incidents de chantier venus
d’offres seront lancés pour savoir si
pénaliser leur avancée, et sur les
cette section pourra être mise en
coûts comme l’a relevé la Cour
service pour l’échéance des JO.
des comptes, réévaluant les prévi-
Autrement, un service de navettes
sions de coût final à 35 Mrd € », a
sera mis en place.
souligné le Premier ministre.
ET LES AUTRES LIGNES ?
MISE EN SERVICE EN 2024, Pour toutes les autres lignes, le
AVANT LES JO ! gouvernement s’est fixé pour
Le gouvernement a donc objectif la mise en service
décidé de s’engager sur 2 la plus rapide possible,
un calendrier de réalisa- millions et s’engage à signer
tion privilégiant dans un les marchés durant ce
de voyageurs quinquennat, à savoir :
80 %
premier temps les lignes
où le trafic de passagers au quotidien la ligne 18 pour renforcer des gares
© AM

est le plus important et par- l’attractivité du plateau de interconnectées


ticipant au rééquilibrage des Saclay ; la ligne 17 nord pour au réseau
développer les territoires entre MISE EN SERVICE
territoires de l’est de la métropole
Paris et Roissy ; le bouclage de la EN 2030 existant
du Grand Paris.
Ainsi, plusieurs lignes doivent être ligne 15 avec les portions est et la ligne 15 est ;
mises en service en 2024, l’année ouest, en vue de mises en service la ligne 15 ouest ;
des Jeux olympiques et paralym- entre 2027 et 2030. la ligne 16 Montfermeil à Noisy-
piques de Paris : MISE EN SERVICE EN 2027 Champs ;
la ligne 17 entre le triangle de
la ligne 15 sud, déjà en chantier Ligne 18 d’Orly au plateau de
Gonesse et Mesnil-Amelot ;
avec un premier tunnelier des- Saclay. À noter qu’une liaison en
cendu, entre Pont-de-Sèvres et site propre entre Massy et le pla- la ligne 18 entre Saclay et
Noisy-Champs ; teau de Saclay est envisagée dès Versailles.
2020. Aude Moutarlier

N°10 JUIN 2018


22 ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS

Du monde aérien
au monde souterrain
© SGP

Si Gilles Pindat n’a pas travaillé au sein de nombreuses


structures, cet homme multispécialiste a eu néanmoins Gilles Pindat,
l’opportunité d’exercer un grand nombre de métiers et directeur
projet de
de participer à plusieurs projets d’envergure. Aujourd’hui la ligne 16.
directeur de la ligne 16 du Grand Paris, il déploie toute son
énergie à orchestrer ce projet pour lequel il se passionne.
©

P
SG

Après des études très complètes de carrière qui l’a véritablement DIRECTION LE MÉTRO
à l’École polytechnique, puis à passionné. C’est à la même période que le
l’École des ponts et chaussées, 27 ANS DANS L’UNIVERS AÉRIEN projet du Grand Paris Express a vu
et enfin un diplôme d’architecte Une fois le projet de la Grande le jour, avec la volonté que celui-ci
en poche, Gilles Pindat a inté- Arche mené à bien, Gilles Pindat démarre rapidement. Un poste a
gré le ministère de La Défense en reste au sein d’Aéroport de Paris. été proposé à Gilles Pindat qui s’est
1984 pour travailler sur le grand « J’y suis resté jusqu’en 2011. J’ai dit : « Puisqu’il faut un métro pour
projet de l’arche de la Défense. eu ainsi l’occasion de pratiquer le projet immobilier, autant travail-
« Il s’agissait là du projet d’un pré- de nombreux métiers au sein de cet ler dessus ! » En 2011, il prend donc
sident », se souvient l’ingénieur. établissement. J’ai évolué notam- la direction de la ligne 16. « C’était
Il est alors chargé de la programma- ment au sein du bureau d’études, la ligne “rouge est” à l’époque,
tion et des consultations. Il se sou- travaillé comme architecte sur un
qui reliait Noisy-Champs au
vient bien de l’inquiétude régnant projet d’aérogare de Ouagadou-
Bourget RER. Puis il y a eu la refonte
lorsque l’architecte danois Johan gou, mais aussi sur des outils de
Otto von Spreckelsen a remporté du schéma des lignes et il était
systèmes de gestion des infrastruc-
le projet. « Il a gagné le concours logique de me confier la ligne 16
tures, de développement des outils
alors qu’il n’avait à son actif que jusqu’au bout ». Depuis, Gilles Pin-
de CAO/DAO du bureau d’études
la construction de sa maison et de dat pilote les équipes pour garantir
et des armoires à plan des grands
2 églises. Il ne disposait que d’une chantiers », raconte-t-il. que le projet soit mené à bien, dans
toute petite agence. L’EPAD a De quoi satisfaire l’homme curieux les délais et le budget impartis.
donc décidé de l’associer avec qu’il est. Il se voit ensuite confier la « C’est vraiment un travail complet
le bureau d’études d’Aéroport de direction du programme « Cœur de direction de projet des diffé-
Paris ». C’est ainsi que Gilles Pindat d’Orly ». Un projet immobilier de rentes parties : génie civil, infrastruc-
a basculé en 1985 vers le bureau grande échelle : 1 million de mètres ture et bâtiment ». Gilles Pindat
d’études de l’Aéroport de Paris carrés à construire. Le projet a s’appuie sur des compétences en
pour poursuivre ses missions de maî- démarré en 2005, mais a été mis interne, avec notamment un cer-
trise d’œuvre de la Grande Arche. en pause en 2008. « C’était la crise tain nombre de spécialistes comme
« Nous avons innové à l’époque des subprime. Et nous nous sommes des géotechniciens sur lesquels il
et travaillé sur des productions en rendu compte que c’était compli- peut compter. « Ce sont de véri-
2D et 3D du projet ». Un projet de qué de mener à bien ce projet sans tables experts. C’est important pour
grande envergure pour un début métro pour desservir un tel site ». des travaux de cette envergure,

N°10 JUIN 2018


ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS 23

afin de minimiser les risques ». Les


équipes de Gilles Pindat peuvent
également compter sur des
compétences extérieures avec,
entre autres, les AMO ou encore
le groupement Egis qui a été
retenu pour mener les études de
conception. « C’est une équipe qui
dispose d’une très bonne connais-
sance du sous-sol, des gens très
compétents. C’est rassurant pour
mener à bien ce projet ».
UN PROJET PASSIONNANT
Pour Gilles Pindat, se plonger dans
les entrailles de la terre n’a pas été
chose facile, mais pas de quoi le
décourager pour autant. « Lorsque
je suis arrivé, je n’avais pas vraiment
© SGP

de connaissances techniques pour


un projet tel que celui-ci. Mais je sais Les investigations et études préliminaires ont été menées simultanément.
diriger des équipes et m’appuyer
sur les personnes compétentes qui moulées et d’éviter les rameaux olympiques. Nous avons une
m’entourent ». Et au fur et à mesure ou l’excavation traditionnelle. marge de 7 mois pour contenir les
de l’avancée du projet, il a acquis « Notamment avec le sable de aléas. » Tous les moyens sont donc
des connaissances techniques qui Beauchamp qui, lorsqu’il est gorgé mis en œuvre pour tenir nos objec-
lui permettent au moins « de savoir d’eau, est très compliqué à exca- tifs. « C’est un projet passionnant,
ce qu’il ne faut pas faire ». Par ver de la sorte ». L’un des enjeux notamment en termes de géo-
exemple, la ligne 16 étant sur un de ce projet, ce sont les délais à technique. Nous n’avions qu’une
tracé avec beaucoup d’eau, il sait tenir. « Nous devons travailler vite connaissance très théorique du
à présent qu’il est plus opportun de et en toute sécurité. Le métro doit terrain. Et les études et investiga-
privilégier la technique des parois être opérationnel pour les Jeux tions nous ont révélé la vraie •••

N°10 JUIN 2018


24 ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS
© SGP

Réalisation d’un puits d’essai à Aulnay-sous-Bois.

faire des études de sondage sur pement, étaient les mieux placées
le tracé potentiel, et il était parfois pour trouver la façon de travail-
modifié. Selon les zones, les résultats ler la plus efficace possible afin
peuvent être très différents à 300 m d’optimiser le planning et d’éviter
près. » les temps morts entre les différents
intervenants ».
LE SUIVI DES TRAVAUX
Les travaux d’installation sur les
Finalement, le tracé est validé : premiers terrains sont d’ores et déjà
29 km en souterrain et un budget en cours. « C’est un projet où tout
de 5 Mrd €. « C’est un chantier va très vite. Je crois même pouvoir
impressionnant, car au-delà des dire que cela va trois fois plus vite
kilomètres de tunnel, il faut que pour d’autres projets ». Dyna-
construire 9 gares et une trentaine mique et enthousiaste, il est heu-
d’ouvrages annexes comme les reux de contribuer à la création
puits de secours et de ventilation », de cette ligne 16 : « Nous sommes
décrit le chef d’orchestre de ces une petite structure composée de
travaux. Le premier contrat de personnes attirées par le projet. Je
génie civil a été attribué en février. me suis lancé dans cette aventure
« Un contrat à 1,8 Mrd e que nous parce qu’il y avait cet environne-
© SGP

avons conclu avec Eiffage ». Une ment compétent et motivé ».


Après avoir travaillé en milieu aérien, somme conséquente pour un
Gilles Pindat a découvert les techniques lot important. « C’est un marché Ainsi, Gilles Pindat qui a commencé
propres au monde souterrain. particulier parce que nous avons sa carrière en beauté avec un
adjoint les prestations de fourni- projet exceptionnel finira en apo-
ture et de pose des équipements théose avec ce que l’on appelle
••• face du sous-sol de la région linéaires du système. Nous avons souvent « le chantier du siècle ».
parisienne ». fait ce choix pour optimiser les À 60 ans, c’est en effet le dernier
Ces études préliminaires menées délais ». Trouver les solutions opti- grand projet pour lequel il appor-
en même temps que les investiga- males pour ce projet fait partie des tera sa pierre à l’édifice.
tions n’ont pas été de tout repos. missions qui lui incombent. « Nous
Gilles Pindat se souvient : « Il nous avons pensé que les entreprises, si
est arrivé d’envoyer des personnes elles travaillent ensemble en grou- Maylis Roizard

N°10 JUIN 2018


ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS 25
© Société du Grand Paris/Florence Joubert

Guillaume Pons : Guillaume Pons,

un acteur « majeur »,
directeur de projet
au sein de la Société
du Grand Paris.

ému et passionné ©
So
c ié n
té era
d uG Em
rand Paris/Cédric

Directeur de projet au sein de la Société du Grand Paris, GUILLAUME PONS, EN BREF


Guillaume Pons, 52 ans, est l’un des acteurs incontournables • 1989 : obtention du diplôme
de la ligne 15 sud du Grand Paris Express, celle qui reliera d’ingénieur travaux publics à
les stations Pont-de-Sèvres et Noisy-Champs, et qui sera l’École spéciale des travaux publics.

officiellement ouverte au public fin 2024. Pour cet ingénieur • 1991 : obtention du master
d’urbanisme à l’École nationale
de formation, qui décrocha un master en urbanisme à l’École
des ponts et chaussées
nationale des ponts et chaussées au tout début des années
• 1991 : coopération en Mauritanie
1990, et après 20 ans à la RATP, l’aventure du Grand Paris
est, reconnaît-il, « à la fois passionnante, formidable, et ô • 1992-2011 : RATP : bureau
d’études des ouvrages d’art
combien enrichissante ». (maintenance) ; responsable en
maîtrise d’œuvre génie civil et
bâtiment ; responsable d’une
Solscope Mag : De la RATP à le 1er mars 2011, car Didier Bense
unité de 300 personnes en
la Société du Grand Paris, la (membre du directoire du Grand
maîtrise d’œuvre, de bâtiment
passerelle paraît évidente, mais Paris) qui était mon directeur à la
et civil, notamment pour les
pourquoi avez-vous décidé de RATP a souhaité que je rejoigne
prolongements de ligne
vous lancer dans un nouveau l’équipe. C’est vrai que le métro
challenge à la fois novateur et de représente la colonne vertébrale • Depuis le 1er mars 2011 : directeur
très grande envergure ? des transports, mais je dois vous de projet à la Société du Grand
Guillaume Pons : Après une ving- avouer que c’est l’ensemble de ce Paris
taine d’années à la RATP, j’ai projet d’urbanisme à l’échelle de
intégré le projet du Grand Paris la région capitale qui m’a très •••

N°10 JUIN 2018


26 ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS
© Société du Grand Paris

Carte du tronçon de la ligne 15 sud.

••• fortement attiré. La transfor- nes sur 4 départements – Seine- connexions sous le réseau ferro-
mation des transports qui est en et-Marne, Hauts-de-Seine, Seine- viaire, et que pour pouvoir résoudre
train de se mettre en marche est Saint-Denis et Val-de-Marne –, et tous ces problèmes il y a eu de
passionnante, car il y a des sujets plus d’une dizaine de gares qui sont nombreux travaux préalables avec
techniques très intéressants liés à la en interconnexion avec un mode la SNCF et la RATP. Tout cela nous a
géotechnique. Imaginez que sur les lourd, c’est-à-dire que l’on crée amenés à un degré de complexité
16 gares, 15 sont en interconnexion des correspondances souterraines très important.
et 11 supportent un projet immo- dédiées pour aller vers le RER ou le La 2e caractéristique, c’est le fait
bilier ! Le changement va être métro en fabriquant des couloirs que 11 des 16 gares ont un pro-
total, car des quartiers vont voir le sous des lignes existantes. Objecti- jet immobilier au-dessus de notre
jour autour de quasiment toutes vement, je crois que la ligne 15 sud implantation, et cela, il faut le
les gares, et la vie va totalement est la plus imbriquée et qu’elle est prendre bien évidemment en
se transformer. Être acteur de ce extrêmement complexe dans sa considération dans le cadre des
projet, c’est vraiment formidable ! phase de réalisation. fondations, comme c’est le cas,
Solscope Mag : Depuis votre À titre d’exemple, prenons le cas entre autres, à Bagneux, Issy-les-
arrivée à la Société du Grand Paris, de la gare de Clamart : comme on Moulineaux…
quelles ont été vos différentes passe sous le faisceau ferroviaire et Enfin, la 3e caractéristique, qui, je
missions et combien avez-vous de qu’on a décidé de réaliser la gare pense, est différente des lignes du
personnes en prise directe ? à ciel ouvert, il nous a fallu mener Grand Paris Express plus éloignées,
ces travaux en étroite collabora- c’est que nous sommes dans une
Guillaume Pons : Au départ, en tant
tion avec la SNCF, et lorsque ces zone extrêmement urbanisée et
que directeur de projet, je n’avais
derniers nous ont dit : « Le créneau dense, et comme on réalise une
pas en charge la ligne 15 sud dans
pour faire les travaux, c’est août rocade et qu’on travaille avec
sa totalité, mais seulement la par-
2017, et si vous ne respectez pas un tunnelier, on ne peut pas for-
tie ouest, entre le pont de Sèvres
cette date vous prendrez 2 ans cément passer sous les grandes
et Villejuif, ainsi que la ligne 14 sud.
de retard », vous comprendrez avenues ; il nous faut donc des-
C’est en 2015, lorsque la maîtrise
que le challenge était de taille. cendre sous les fondations avec
d’ouvrage de la ligne 14 sud a été
J’ai donc intégré cette contrainte une certaine marge (environ un
attribuée à la RATP, qu’on m’a
dans le planning et anticipé diamètre de tunnel soit 10 m). La
confié dans la foulée, au début de
l’appel d’offres, notamment la topographie ou la géologie nous
l’année 2016, la totalité de la ligne
phase permis de construire. C’est ont également contraints à avoir
15 sud du Grand Paris Express.
un projet très structurant que d’avoir des gares profondes : à Villejuif-Ins-
En interne, pour cette ligne 15 sud, ces rendez-vous avec la SNCF et la titut-Gustave-Roussy (IGR), le tun-
je dirais que j’ai une équipe maîtrise RATP pour ces opérations, notam- nel doit desservir la gare qui est sur
d’ouvrage resserrée d’environ 20 ment le ripage du toit de la gare de le pont haut du Val-de-Marne, à
personnes, et que je peux égale- Clamart qui pèse tout de même 120 m d’altitude, alors qu’il passe
ment compter sur une soixantaine 7 000 t. sous la vallée de la Bièvre entre
d’assistants maîtres d’ouvrage Et ce qu’il y a de motivant dans Cachan et l’IGR, ce qui a imposé
dédiés. mon activité, c’est que chaque une profondeur des quais de la
Solscope Mag : Le Grand Paris gare a sa spécificité, comme gare IGR à 48 m.
Express est en train de tisser c’est le cas pour Cachan, Cham- À Saint-Maur-des-Fossés, c’est la
sa toile, mais quelles sont les pigny-sur-Marne, Vert-de-Maisons, géologie très défavorable en sous-
particularités de la ligne 15 sud ? Les Ardoines et Créteil… sol, avec des Argiles Plastiques sur
Guillaume Pons : Longue de 33 km, En fait, la grande caractéristique, une vingtaine de mètres, qui a
la ligne 15 sud traverse 22 commu- c’est qu’il y a beaucoup d’inter- imposé les quais de la gare à 52 m

N°10 JUIN 2018


ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS 27
© Société du Grand Paris/Laurent Villeret

Chantier Villejuif IGR.

de profondeur afin de creuser dans depuis 7 ans. Qu’en retenez- en se demandant où l’on pourrait
le bon sol les cavernes de part et vous et pensez-vous que vous implanter les gares et les tunnels,
d’autre du puits central réalisé à respecterez les délais ? et que, quelques années après, on
ciel ouvert. Guillaume Pons : Sur le premier voit les démolitions, les chantiers
Autre cas de figure : sur la par- point, je dirai qu’au quotidien je qui se développent et la vie, l’en-
tie ouest de la ligne, nous devons prends beaucoup de plaisir avec vironnement qui commencent à
passer sous une immense zone de mon activité, et si c’était à refaire, évoluer, c’est quand même
carrière de 5 km, ce qui nous oblige je dirai oui sans aucun doute, car extraordinaire.
à aller travailler dans les profon- je suis pleinement satisfait de vivre En ce qui concerne la feuille de
deurs pour éviter que le tunnelier se une aventure émouvante. Émou- route et la fin des travaux program-
bloque. Globalement, le tracé de vante, car lorsque je suis arrivé il mée pour fin 2024, je dirais que nous
la ligne est extrêmement profond, y a maintenant 7 ans et que j’ai sommes dans les délais… mais qu’il
avec une moyenne des gares qui pris connaissance du schéma n’y a pas de temps à perdre !
est à 29 m sous la surface. d’ensemble qui avait défini les
Solscope Mag : Vous êtes un acteur points de raccordement des gares, Propos recueillis par
majeur du Grand Paris Express et qu’on se balade ensuite à pied Dominique Roudy

N°10 JUIN 2018


28 ZOOM SUR... GRAND PARIS
© DR

Prolongement de la ligne 14 :
L’épine dorsale du Grand Paris Express
Dans la longue liste des travaux du Grand Paris Express
(GPE), le prolongement de la ligne 14 est une étape-clé.
Au sud, cette ligne prolongée jusqu’à l’aéroport d’Orly de
14 kilomètres en souterrain bénéficiera à plus de 260 000
habitants de Paris, du Val-de-Marne et de l’Essonne, et, dès
sa mise en service en 2024, elle offrira des correspondances
©

avec la ligne 7 du métro, le RER C, le tramway T7, et avec les


DR

lignes 15 sud et 18.


Florent Nicolas, en charge
du prolongement de la ligne
14 sud.

S’étendant aujourd’hui sur 8,6 km, temporaire de maîtrise d’ouvrage Après différents postes dans des
d’Olympiades à Saint-Lazare, elle de la SGP. Rencontre avec Florent domaines économiques, j’ai inté-
sera aussi prolongée de 8 km au Nicolas, 38 ans, en charge du pro- gré la RATP il y a 10 ans en conduite
nord jusqu’à Saint-Denis-Pleyel. Au longement de la ligne 14 sud. et assistance de projets, tels que
nord, entre Saint-Lazare et Mairie celui du pôle multimodal de
Solscope Mag : Florent Nicolas,
de Saint-Ouen le prolongement est Massy-Palaiseau.
vous êtes en charge du prolonge-
sous maîtrise d’ouvrage conjointe Et, depuis 3 ans, je suis en charge
ment sud de la ligne 14. Quel est
de la RATP et d’Ile-de-France du prolongement de la ligne 14 sud
votre parcours ? Votre mission ?
Mobilités. Entre Mairie de Saint- pour la partie infrastructures. Je suis
Ouen et Saint-Denis-Pleyel c’est la Florent Nicolas : Ingénieur de for- arrivé au moment où la Société du
Société du Grand Paris (SGP) qui mation, j’ai fait l’École nationale Grand Paris a décidé de confier la
en assure la maîtrise d’ouvrage ; au des arts et métiers, puis j’ai effec- maîtrise d’ouvrage opérationnelle
sud, la ligne 14 est prolongée par la tué un deuxième cursus à l’Institut du projet à la RATP. Mon rôle a
RATP dans le cadre d’un transfert d’administration des entreprises. donc été d’élaborer la convention

N°10 JUIN 2018


ZOOM SUR... GRAND PARIS 29

de maîtrise d’ouvrage avec la SGP.


J’ai également travaillé durant
3 ans sur le prolongement de la
ligne 14 à Mairie-de-Saint-Ouen en
tant que chef de projet des nou-
velles gares. J’ai vraiment eu la
chance de voir naître ces grands
projets et de pouvoir y participer.
Ce sont des projets qui sont assez
rares, et de contribuer aujourd’hui
au prolongement de la ligne 14 à
Orly, est une expérience très riche
qui vient compléter celle que j’ai
pu acquérir lors de ma mission sur
le prolongement nord de la ligne…
© DR

Et puis ce n’est pas tous les jours


qu’on passe sous une plateforme
aéroportuaire (Orly) pour effectuer
transféré à la RATP qui s’occupe de l’exploitation des trains, et l’autre
des travaux.
toute la maîtrise d’ouvrage opéra- pour les infrastructures. Moi, je suis
Solscope Mag : Justement, le tionnelle. C’est nous qui réalisons en charge de la partie infrastruc-
prolongement de la ligne 14 le suivi des études, le suivi des tra- ture, c’est-à-dire la réalisation des
s’inscrit dans la gouvernance du vaux… Nous sommes responsables gares, y compris le second œuvre
GPE. Comment cela s’explique-t-il ? du projet concernant le coût, les des gares, des ouvrages annexes,
Florent Nicolas : Le prolongement délais et également la définition des tunnels, du site de mainte-
de la ligne 14 sud s’inscrit effecti- du programme en collaboration nance et de remisage qui va être
vement dans la gouvernance du avec la SGP qui a aussi conservé construit derrière la plateforme
GPE, et pour mieux comprendre des prérogatives telles que les rela- aéroportuaire d’Orly. Nous sommes
le montage, il faut remonter 3 ans tions avec les territoires, le foncier… aussi accompagnés d’un service
en arrière, en 2015. En effet, c’est Sur ce projet, il y a 2 chefferies : l’une d’Elios, qui est un groupement
à cette date que le projet du pro- pour le système ferroviaire, c’est-à- d’entreprises entre Setec TPI, Systra,
longement de la ligne 14 sud a été dire tout le système nécessaire à et 5 cabinets d’architectes •••

N°10 JUIN 2018


30 ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS

PROLONGEMENT SUD : LES 4 LOTS


SOUS MAÎTRISE D’OUVRAGE RATP
Lot 1
• Nature des travaux : Travaux de
génie civil pour la création du
tunnel 1 (de Tolbiac-Nationale 2 à
Maison-Blanche) et de la nouvelle
gare Maison-Blanche-Paris- XIII.
• Entreprises retenues : Léon-Grosse

© DR
– Soletanche Bachy France.
Lot 2 d’approvisionnement, de gérer et, malgré toutes les expériences
les conducteurs, la flotte de véhi- et toute l’expertise acquises, il faut
• Nature des travaux : Travaux cules, les gardiens, le process de continuer à être humble et à faire
de génie civil pour la création du sécurité et de sûreté. J’ai beau- attention à la maîtrise des risques
tunnel 2 (de Maison-Blanche à coup appris de cette expérience depuis la phase de conception
Jean-Prouvé), de la nouvelle gare qui, au final, n’est pas si loin de jusqu’à la phase de réalisation.
Kremlin-Bicêtre-Hôpital et ce que je fais aujourd’hui, même L’objectif « zéro accident » est
des ouvrages annexes. si les structures sont bien plus toujours un objectif primordial.
• Entreprises retenues : Dodin dimensionnées. Du fait des nombreuses interfaces
Campenon Bernard – Vinci Solscope Mag : Quelles sont les (notamment les passages des tun-
Construction France – Vinci qualités requises pour exercer vos neliers dans la gare Aéroport-d’Orly
Construction Grands Projets – Spie fonctions ? sous MOA ADP et de la gare de
Batignolles TPCI – Spie Fondations – Villejuif-Institut-Gustave-Roussy sous
Botte Fondations. Florent Nicolas : Un tel projet
MOA SGP) la coordination reste
demande beaucoup de curiosité,
aussi l’un des grands défis de ces
Lot 3 de passion et de persévérance
travaux, et je dirais également que
• Nature des travaux : Travaux avec un vrai attrait pour le travail
le planning, la maîtrise des coûts en
de génie civil pour la création d’équipe puisque c’est un assem-
font partie. Et puis, nous avons aussi
du tunnel 3 (de Jean-Prouvé à blage de métiers, de compétences
à faire en sorte que la ligne soit au
Pont-de-Rungis), des nouvelles et de disciplines. Nous avons besoin
rendez-vous des Jeux olympiques
gares Chevilly-Trois-Communes, de comprendre les enjeux de cha-
et paralympiques de Paris 2024 !
MIN-Porte-de-Thiais et Pont-de- cun pour pouvoir les articuler, les
coordonner, et ce, dans le seul Solscope Mag : Nous sommes
Rungis et des ouvrages annexes.
intérêt du projet. Ces grands projets début mai 2018 : où en êtes-vous
(Marché non encore attribué.)
demandent d’avoir une double des travaux ?
Lot 4 vision à long terme afin de projeter Florent Nicolas : Nous venons de
• Nature des travaux : Travaux de le projet dans les étapes futures, et, signer les principaux marchés de
génie civil pour la création du tun- par ailleurs, une vision opération- génie civil du prolongement sud de
nel 4 (du Puits-Morangis à Pont-de- nelle et très pragmatique pour pou- la ligne 14, que nous avons lancés
Rungis) et des ouvrages annexes. voir franchir les étapes en cours. La en 4 lots principaux. Tous les mar-
(Marché non encore attribué.) RATP a ce côté pluridisciplinaire, et chés ont été signés entre février et
c’est ce que j’apprécie. mars dernier, donc, concrètement,
Solscope Mag : Quel est le plus nous sommes à présent dans une
••• (Groupe 6, Jean Paul Viguier, grand défi de ce chantier ? phase de préparation, d’étude
Franklin Azzi Architecture, Brunet d’exécution et de mise en place
Florent Nicolas : Le premier défi
Saunier et Valode et Pistre Archi- des emprises. Fin juin, les premiers
d’un tel projet reste bien entendu
tecte). ateliers de parois moulées devraient
la sécurité des personnes. Nous tra-
commencer.
Solscope Mag : Vous avez aussi vaillons dans un domaine très aléa-
Propos recueillis par
œuvré à l’étranger ? toire, à savoir celui du souterrain,
Aude Moutarlier
Florent Nicolas : Oui il y a quelques
années j’ai pris un congé sabba-
tique pour rejoindre Médecins
sans frontières en Afrique. Durant
plus de 6 mois, j’ai travaillé au
Tchad en tant que responsable
logistique, et, surtout, j’étais en
charge des projets de construc-
tion, et plus particulièrement de
la reconstruction d’un entrepôt
pharmaceutique central qui avait
brûlé 6 mois auparavant. Ma mis-
© DR

sion était de gérer la logistique Chevilly-Trois-Communes Parvis.

N°10 JUIN 2018


32 ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS
© Société du Grand Paris

Thierry Huyghues-Beaufond :
la passion du souterrain
La carrière professionnelle de Thierry Huyghues-Beaufond, responsable de l’unité infrastructures
et méthodes constructives de la Société du Grand Paris épouse l’histoire récente des métros
parisiens. Avec Meteor comme expérience fondatrice, ce passionné de travaux souterrains
a assuré la maîtrise d’œuvre de projets à toutes les étapes de réalisation. Acceptant même,
afin de mieux rester sous terre, d’abandonner un temps sa spécialité de génie civiliste pour
superviser des travaux d’équipement et de second œuvre. Passé aujourd’hui à la maîtrise
d’ouvrage du Grand Paris Express, il défend l’image d’un commanditaire « sachant », capable
de challenger le maître d’œuvre et de garantir in fine la viabilité des ouvrages.

Si l’on dit souvent que la première quête d’un emploi, à l’époque


expérience est déterminante pour bénie de la fin des années 1980 où
le déroulement d’une carrière « pour 10 CV envoyés, vous aviez
professionnelle, celle de Thierry 10 entretiens ». « Un peu par hasard,
Huyghues-Beaufond ressemble à avec beaucoup de curiosité »,
une erreur d’aiguillage. Le jeune pour les travaux souterrains qu’il
diplômé de l’université Paris-VI n’avait jamais étudiés, il entre à la
en double cursus à l’ENS Cachan RATP, empruntant des rails qu’il ne
©

ci
So

ét
fait, après un stage, ses premiers quittera plus. Il devient responsable é
du
G ran
pas en entreprise chez Bouygues d’études affecté au secteur sud d Par
is

Bâtiment. Un secteur dans lequel de la ligne 14, entre Bibliothèque- Thierry Huyghues-Beaufond,
le génie civiliste ne trouvera pas le François-Mitterrand et Olympiades. responsable de l’unité infrastructures
« souffle » qu’il recherchait. Il part À l’époque, les grandes sociétés et méthodes constructives de la Société
donc pour la première fois en de transport disposaient de leur du Grand Paris.

N°10 JUIN 2018


ZOOM SUR... GRAND PARIS 33

Les carottes
sont stockées
et répertoriées
avant leur
passage au s’amenuisaient. Nombre de mes
laboratoire. collègues ingénieurs se sont alors
réorientés dans d’autres secteurs,
comme la finance ou l’exploita-
ris
Pa

ingénierie inté- tion. En ce qui me concerne, je


nd
ra
G

iét
grée. La ligne
é
du souhaitais rester dans les travaux
Soc
©
14, aussi appelée souterrains. J’ai donc accepté de
« Meteor », est donc prendre la responsabilité de la maî-
conçue en interne, des premières trise d’œuvre d’exécution de l’équi-
études de faisabilité jusqu’à la pement du méga-lot et du second
rédaction des appels d’offres, œuvre des gares de Madeleine,
lancés en 1990. Châtelet et Gare-de-Lyon », expli-
que-t-il. Une expérience qui lui sera
LE SECOND ŒUVRE POUR profitable, car il pourra, dès 1998,
ATTENDRE LA FIN DES VACHES reprendre sa casquette « concep-
MAIGRES tion » pour le prolongement nord
En 1991-1992, Thierry Huyghues- de la ligne 14, vers Saint-Lazare. Il y
Beaufond fait une sortie en plein terminera maître d’œuvre général,
air, la seule de sa carrière, sur la supervisant le génie civil, l’équipe-
partie aérienne du projet Orlyval, ment et le second œuvre. Mais tout
alors en cours de construction. à une fin. Et, en 2005, l’homme des
Pour mieux replonger sous terre et souterrains rejoint Systra (filiale com-

© Société du Grand Paris


retrouver l’ingénierie de Meteor. mune de la RATP et de la SNCF),
Avec d’autant plus de délectation, choisie pour reprendre les travaux
qu’il s’occupera du « méga-lot » du métro d’Alger, interrompus
(gare de Lyon-Madeleine), le seul 10 années durant par les événe-
à recourir à un tunnelier pour le ments. La parenthèse étrangère Le 1er tunnelier du Grand Paris Express
creusement de la galerie. En durera 1 an. Avant que le néo- opérera sur la ligne 15 sud. Il a été monté
1995, le génie civil du méga-lot expatrié soit rappelé à Paris, en février dernier dans le puits de
s’achève. Et les temps ont changé. au grand regret de son maître Champigny-Plateau (Val-de-Marne)
« Les grands projets d’infrastructure d’ouvrage algérien. ••• d’où il doit rejoindre la galerie principale.

N°10 JUIN 2018


34 ZOOM SUR... GRAND PARIS EXPRESS

“casquette” à plusieurs reprises ;


cela n’a fait que conforter mon
expérience des projets de travaux
souterrains à toutes les étapes de
leur réalisation », se remémore-t-il.
Une expérience complète de la
maîtrise d’œuvre qui le conduit… à
la maîtrise d’ouvrage. Il est en effet
alors contacté par la Société du
Grand Paris « qui souhaitait renfor-
cer ses équipes avec des hommes
d’expérience ».

6 000 SONDAGES ET 20 000


ÉTUDES DE BÂTIS

© Société du Grand Paris


© Société du Grand Paris

Nous sommes en 2012, 1 an et demi


après la création de la SGP. Thierry
Huyghues-Beaufond rejoint la maî-
trise d’ouvrage du plus grand projet
de travaux européen en qualité de La réalisation du Grand Paris Express
Les travaux du Grand Paris Express responsable de l’unité infrastruc-
engendrent des campagnes de suppose la construction de 68 gares
tures et méthodes constructives. qui occasionnent d’importants travaux
reconnaissance géotechniques
« Les équipes venaient de quitter d’infrastructures.
sans équivalent en France.
l’immeuble du boulevard Voltaire,
dans le 11e arrondissement de Paris, directions de projet en fournissant
pour s’installer rue des Fruitiers à conseils et expertise technique spé-
Saint-Denis », se souvient-il. « Les cifique. Une mission dans laquelle
effectifs étaient limités pour faire Thierry Huyghues-Beaufond, son
face à des enjeux considérables : responsable, s’investit avec des
le génie civil représente 60 à 62 % convictions fortes : « Nous sommes là
du coût d’un projet comme le pour challenger le maître d’œuvre
© Société du Grand Paris

Grand Paris Express ! Bien sûr, il y a en phase de conception et fournir


de nombreux prestataires et assis- un second regard en phase de tra-
tants maître d’ouvrage (AMO), soit vaux. Là, c’est d’autant plus impor-
plus de 1 000 personnes travaillant tant que lorsque l’exécution est
pour le projet. Mais les AMO, ça se lancée, le maître d’œuvre à moins
Chargement des tubes sur pilote ! Surtout qu’il s’agit de mener de temps pour “s’approprier” les
un chantier de carottage. un projet pharaonique alors que la phases provisoires et les variantes.
filière des travaux souterrains – les Le maître d’ouvrage, avec ses
XELIS OU LE TEMPS maîtres d’œuvre, les entreprises – a experts et consultants indépen-
DES PROLONGEMENTS perdu pas mal d’expertise durant dants, se doit d’avoir une certaine
En 2006, son retour à la case RATP la période pauvre en travaux. » hauteur de vue et disposer des
ou plutôt Xelis. Car, entre-temps, En mars 2012, la première cam- compétences techniques néces-
Bruxelles a demandé aux EPIC pagne géotechnique est lancée. saires pour être en position de sai-
(Établissements publics industriels et Depuis, plus de 6 000 sondages et sir les enjeux. Je défends la vision
commerciaux) d’externaliser leur près de 20 000 enquêtes de bâtis d’un maître d’ouvrage “sachant”,
ingénierie. La SNCF crée Inexia, et ont été réalisés. Sans parler des qui garantit in fine la viabilité de
la RATP Xelis, qui, en bonne fille, multiples auscultations préalables l’ouvrage. »
récupérera les projets d’extension qui permettent d’observer les mou- Celui qui a accumulé 30 années
de réseau du transporteur parisien. vements – la « respiration naturelle » d’expérience a d’ailleurs désor-
Ainsi, Thierry Huyghues-Beaufond, du bâti avant les travaux –, dont mais à cœur de la partager. Passé
directeur du département « Métro », la mesure se fait sur une durée derrière le pupitre, il consacre un
assurera la maîtrise d’œuvre des comprise entre 12 et 18 mois. peu de son temps à transmettre
prolongements des lignes 4, 12, sa passion des travaux souter-
13 et 8, dont l’état d’avance- « CHALLENGER LE MAÎTRE rains… et susciter des vocations.
ment respectif requiert des études D’ŒUVRE » « Dès que je peux, je libère quelques
de conception, des lancements L’unité infrastructures et méthodes heures pour donner une confé-
d’appels d’offres ou du suivi de constructives a dans ses attributions rence et enseigner ma spécialité
réalisation. « Nous étions un petit la collecte de toutes les données aux étudiants de l’École supérieure
noyau d’une trentaine de colla- de site : les campagnes de recon- des travaux publics. Mon vœu est
borateurs et réalisions des missions naissance géotechniques, les tra- maintenant d’embarquer de nou-
d’ingénierie pour le compte de la vaux géodésiques (les relevés topo- veaux ingénieurs dans le wagon
RATP ou d’autres porteurs de pro- graphiques), les données d’état du des travaux souterrains. Les besoins
jets, des communautés d’agglo- bâti et des avoisinants afin d’éla- sont là ! », conclut-il.
mérations, notamment. Durant mes borer une cartographie précise. En
6 ans chez Xelis, j’ai dû changer de parallèle, l’unité accompagne les Philippe Morelli 

N°10 JUIN 2018


36 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS
© Soletanche Bachy

Puits d’essai d’Aulnay-sous-Bois :


congélation et jet-grouting face à face
dans les sables de Beauchamp
La société du Grand Paris a commandité des essais grandeur nature afin d’établir les
avantages et les inconvénients des deux techniques de traitement d’étanchement des
sables de Beauchamp sous nappe, omniprésents sur la ligne 16 du Grand Paris Express.
Le groupement Soletanche Bachy France, Soletanche Bachy Tunnels, Sade STS et Géotec
en partenariat avec Solexperts, attributaire du marché, a creusé un puits de 25 mètres de
profondeur et deux galeries identiques de trois mètres de diamètre qui ont été instrumentées
trois mois durant pour établir une modélisation du comportement des ouvrages et des terrains
aux différents stades d’exécution.

La problématique est simple : Pour répondre à la question, la UN PUITS D’ESSAI DE


comment réaliser selon des Société du Grand Paris et Artémis, 7,50 MÈTRES DE DIAMÈTRE
méthodes de creusement tradi- maître d’ouvrage et assistant INTÉRIEUR ET DEUX RAMEAUX
tionnelles les connexions prévues à maîtrise d’ouvrage générale, DE 5 MÈTRES DE LONGUEUR
entre le tunnel principal qui sera ainsi que le groupement de maî- Pour réaliser les essais grandeur
creusé entre 25 et 30 m de pro- trise d’œuvre Egis-Tractebel, ont nature, il s’agit de rejoindre la
fondeur, principalement dans les diligenté courant 2016 une étude couche de sables de Beauchamp.
sables de Beauchamp sous nappe, de grande envergure qui s’est Un puits d’essai a donc été creusé
et les ouvrages annexes (puits de achevée fin décembre 2017. à l’abri d’une paroi moulée circu-
ventilation et d’issues de secours) ? laire de 80 cm d’épaisseur et de

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 37
© Soletanche Bachy

Extrait des déplacements du sol issu du modèle numérique à l’issue de la mise en froid.

25 m de profondeur, prolongée par HEB 140 espacés de 1 m », inter- direction technique et scientifique
une jupe injectée. Soletanche vient Hasan Aldayeh, ingénieur de Géotec.
Bachy France (et son sous- d’affaires de Géotec. « En ins-
traitant Soletanche Bachy Tunnels) trumentant les cintres, en autres
44 COLONNES JOINTIVES EN
a ensuite exécuté depuis le fond avec des extensomètres à cordes JET-GROUTING
de fouille 2 galeries symétriques vibrantes, nous avons pu ensuite À chaque extrémité de gale-
de 5 m de longueur pour 3 m de déterminer l’effet de convergence rie, une technique différente est
diamètre. « Par sécurité et pour et mesurer le chargement des employée. La galerie de congé-
mesurer les effets du terrain sur cintres suivant chacune des tech- lation est obturée par une paroi
les galeries, ces dernières ont été niques d’étanchement », prolonge moulée tandis que le tympan de
confortées au moyen de cintres Jonathan Rot, chef de projet à la la galerie en jet-grouting est •••

N°10 JUIN 2018


38 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

••• constitué de colonnes en


jet-grouting de gros diamètre
forées depuis la surface.
Avant le creusement de la
galerie d’essai du jet-grouting,
Soletanche Bachy a réalisé un
massif de sol traité de 7,50 m de
© Soletanche Bachy

longueur et 7,80 m de largeur sur


toute la hauteur de la couche de
sables de Beauchamp. Ce mas-
La mise en froid de la galerie congelée utilise de l’azote liquide injectée sif, qui a permis d’offrir une sec-
dans un circuit ouvert. tion sans infiltration, est formé de
44 colonnes verticales jointives.
D’un diamètre unitaire de 1,55 m,
les colonnes sont forées depuis la
surface en suivant une maille de
1,20 m x 1,40 m. 2 colonnes sup-
plémentaires sont faites dans l’axe,
au-delà du fond de la galerie afin
de fournir un scellement suffisant à
l’installation d’un élongamètre.

UN ANNEAU DE GLACE DE
1,5 MÈTRE D’ÉPAISSEUR ENVIRON
Si la partie en jet-grouting recourt
à une technique bien connue,
il n’en est pas de même pour la
« congélation », d’un emploi plus
rare. « Les chantiers qui ont utilisé
cette méthode remontent à une
vingtaine d’années. Le savoir-faire
© Soletanche Bachy

s’est donc un peu perdu. Le puits


d’essai d’Aulnay était l’occasion
pour nous d’un retour d’expé-
rience intéressant », souligne
Vue du modèle numérique congélation et du dispositif instrumentation.
Ibrahim Asri, ingénieur travaux de
Soletanche Bachy, qui a préféré,
pour mieux s’approprier la tech-
nique, contrôler lui-même l’en-
semble du process plutôt que de
faire appel à la sous-traitance
spécialisée. Pour réaliser l’anneau
congelé de 1,5 m d’épaisseur envi-
ron, encerclant la galerie de 3 m
de diamètre, l’entreprise a donc
exécuté 14 forages sous sas, dans
lesquels sont insérés les tubes de
congélation. Ces 14 congélateurs
sont espacés de 1,1 m environ et
raccordés en série selon 2 boucles
afin d’assurer une homogénéité
des températures le long de
l’anneau. La mise en froid est faite
grâce à l’injection d’azote liquide
(- 196 °C) dans les conduits en Inox.
Les équipes de Soletanche Bachy
© Soletanche Bachy

ont fait circuler l’azote liquide


durant 1 semaine dans le circuit
ouvert, de façon à permettre
l’évacuation du gaz généré par
Vue du modèle numérique jet-grouting et du dispositif auscultation. une cheminée extérieure.

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 39

MAINTIEN DES TEMPÉRATURES


AU TEMPER
Après un délai de latence de 24 h
à la fin de l’injection de l’azote
liquide, l’entreprise est passée à la
phase dite « d’entretien », visant à
maintenir un niveau de froid suffi-
sant. Il s’agit alors de mettre en

© Soletanche Bachy
circulation un fluide frigorifique.
« Nous avons utilisé du Temper, un
fluide synthétique qui, comme le
liquide de refroidissement d’une Centrales à Aulnay : les essais ont nécessité des travaux d’envergure pour créer
voiture, conserve le froid. On peut puits et galeries.
aussi recourir à la saumure, mais le
Temper à l’intérêt de ne pas conte- températures obtenues. La galerie un suivi des nivellements de sur-
nir de sel et, à ce titre, de moins concernée a donc été équipée de face par prismes ;
corroder les installations », précise sondes de température longitudi- 3 inclinomètres / tassomètres à
Ibrahim Asri. Le fluide frigorifique cir- nales et biaises dans l’épaisseur de mi-longueur des galeries ;
cule dans un circuit fermé, et est en l’anneau de sols gelés, de sondes 1 tassomètre horizontal 1 m au-
permanence refroidi par un groupe au droit des congélateurs ainsi dessus de la voûte des galeries ;
frigorifique de 10 kW, en fonction- que de sondes de température 1 extensomètre dans l’axe d’allon-
nement plusieurs mois durant. de contact scellées dans la paroi gement des galeries ;
L’objectif de température de l’an- moulée. 2 profils de mesures de conver-
neau congelé était fixé à - 10 °C. Parallèlement, afin de pouvoir gence par cordes vibrantes sur les
comparer leur comportement aux cintres des galeries.
UN SUIVI EN CONTINU DES L’ensemble de l’instrumentation
différents stades d’exécution, les
OUVRAGES était informatisé. « C’était un des
galeries traitées par jet-grouting
L’efficacité de la méthode d’étan- et par congélation ont fait l’objet points forts des essais. La plate-
chement par congélation sup- d’un dispositif d’instrumentation forme mise en place par Solexperts
pose le contrôle permanent des identique composé de : nous permettait de disposer •••

N°10 JUIN 2018


40 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

la galerie congelée a utilisé le


logiciel Plaxis 2D dans sa version
« Thermal ». 3 coupes transversales
et 1 coupe longitudinale à la gale-
rie d’essai ont ainsi été établies. Le
rétrocalage a été effectué pour
chaque sonde sur la base d’une
analyse comparative des tempé-
© Soletanche Bachy

ratures relevées et des données du


modèle numérique lors des phases
de mise en froid et d’entretien.
« Cette modélisation a permis de
Principe de modélisation de l’anneau de congélation (T< - 0°C en bleu
valider les paramètres thermiques
et - 5°C < - 10°C en rose).
à retenir au sein des sables de
Beauchamp traités par congéla-
tion et de réaliser des études para-
métriques », stipule Jonathan Rot.
« Elles ont aussi permis de modé-
liser “l’effet de bord” observé à
l’issue de la fin de la mise en froid
à l’azote liquide ; les tempéra-
tures étaient plus élevées à proxi-
mité des parois moulées du puits
principal et du tympan d’extré-
Implantation
des équipements mité. Ce qui tendait à réchauffer
l’ensemble du massif gelé. »
© Soletanche Bachy

de suivi de
température. Les modélisations mécaniques ont,
quant à elles, permis de valider les
paramètres mécaniques à retenir
au sein des sables de Beauchamp
traités par jet-grouting et par
congélation. Au droit de la gale-
rie congelée, elles ont également
••• en permanence, depuis notre du gonflement lié au gel, la pression permis de traduire les gonflements
ordinateur, des données recueillies de gonflement correspondante liés à la formation de la glace.
sur site. Ces données, combinées ainsi que la vitesse de propaga- À la suite de ces essais, le grou-
avec celles issues des campagnes tion du front de gel dans le sol. pement a établi une synthèse des
géotechniques* et des essais Ces études ont finalement abouti avantages et des inconvénients de
de laboratoires, nous ont permis à la conclusion d’un faible risque chacune des méthodes d’étan-
d’effectuer une modélisation au de gonflement des sables de chement. Conditions de réalisa-
jour le jour », se félicite Jonathan Rot. Beauchamp lors de la congélation. tion, délais, étanchéité, compor-
De même, pour les essais de tement mécanique, conditions
RÉSISTANCE, GONFLEMENT fluage de type uniaxial ou triaxial. de creusement, incidence sur les
ET FLUAGE « Les caractéristiques mécaniques ouvrages avoisinants sont autant
Une part importante de l’étude des sols gelés décroissent avec le de paramètres qui doivent être pris
s’est déroulée en laboratoire, temps. Pour l’évaluer, nous avons en compte dans la détermination
notamment pour les sols congelés réalisé des essais en laboratoire sur du choix de l’une ou de l’autre
à partir d’échantillons congelés en des sols gelés à – 5 °C, - 10 °C et des méthodes. Ces essais ont aussi
laboratoire (avant traitement) et – 15 °C. Ce phénomène de fluage, permis à chacun des membres
in situ (après traitement). Le grou- potentiellement fort dans certains du groupement d’acquérir une
pement a en particulier étudié terrains, s’est révélé faible dans les expérience qui, au-delà d’Aulnay-
3 données importantes à prendre Sables de Beauchamp », complète sous-Bois, devrait pouvoir trouver
en compte dans les projets d’étan- Jonathan Rot. d’autres terrains d’expression sur le
chement par congélation. Grand Paris Express.
MODÉLISATIONS NUMÉRIQUES
Les essais de résistance à la com-
pression ont mis en évidence que Plusieurs modélisations numériques Philippe Morelli
la congélation conduit à une aug- ont été réalisées par Géotec
* Deux campagnes de reconnaissances géo-
mentation significative de la résis- dans le cadre du puits d’essai. techniques ont été menées en amont et à
tance à la compression, et que Ces modélisations numériques l’issue du creusement des galeries, étanche-
cette résistance était d’autant plus aux éléments finis de rétrocalage ments réalisés. Ces campagnes identiques
forte que la température des sols thermique de la galerie congelée ont permis d’établir un « avant/après » des
caractéristiques physiques (poids volumique,
gelés était négative et que le degré et mécanique des 2 galeries pre-
porosité, saturation), mécaniques (résistance
de saturation en eau était impor- naient en compte les différentes et module de déformation) et hydrauliques
tant. Les mesures de gonflement ont phases d’exécution des travaux. (perméabilité, charge hydraulique) des
permis de déterminer l’amplitude La modélisation thermique de sables de Beauchamp.

N°10 JUIN 2018


42 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS
© DR
© DR

Construction d’un modèle de sol :


exemple de la ligne 17 nord
du Grand Paris Express
D’une longueur de 27 kilomètres, la ligne 17 s’étend sur 25 communes dans les départements
de la Seine-Saint-Denis, du Val-d’Oise et de la Seine-et-Marne. Elle relie neuf gares entre Saint-
Denis-Pleyel et Le Mesnil-Amelot en moins de 25 minutes. Détail du déroulement, aux côté de
Ginger CEBTP, de la conception d’un projet ferroviaire à travers le prisme de la géotechnique.

De l’idée initiale imaginée par le principe, bien au contraire, puisque G2AVP, G2PRO. Discrétisé par
maître d’ouvrage jusqu’à la fin la conception géotechnique est secteur ou lot, le modèle régio-
des études puis la consultation des guidée par l’enchaînement des nal initial se scinde en plusieurs
entreprises, il existe de nombreuses missions géotechniques actées modèles locaux qui s’affinent,
étapes d’acquisition, d’interpréta- dans la norme NF P94-500. de même que les contours géo-
tion, de validation qui mènent aux Ainsi le modèle géologique, hydro- métriques des ouvrages et leur
choix que chacun pourra voir. La géologique et géotechnique phasage d’exécution se précisent
géologie, l’hydrogéologie et la géo- évolue en intégrant les diffé- au fur à mesure de l’avancement
technique ne dérogent pas à ce rentes reconnaissances : G1, du projet.

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 43

Au terme de deux années de tra-


vail collaboratif au sein du grou- Epoque Etage Sous-étage Dénomination
pement pluridisciplinaire de maî-
Bartonien Marnes supragypseuses
trise d’œuvre HUB17, il devient
Ludien
intéressant de partager le retour Masses et marnes du gypse
d’expérience, en ciblant notam-
ment la démarche qui a permis Sables de Monceau
de construire les modèles de sols, Marinésien
et de caractériser les aléas géo- EOCENE Calcaire de Saint-Ouen
logiques. C’est cette démarche
qui sera présentée dans la suite de Auversien Sables de Beauchamp
cet article.
Marnes et Caillasses
Lutétien
CONTEXTE RÉGIONAL ET Calcaire Grossier
© DR

IDENTIFICATION DES ALÉAS


GÉOLOGIQUES Série lithostratigraphique du tracé.

La synthèse géologique régionale le contexte géologique du tracé, sédimentation que se sont formés
est basée sur la bibliographie – la description des formations géo- les dépôts, allant du Calcaire
notamment La Pratique des sols et logiques et leur mode de dépôt, Grossier aux marno-calcaires de
fondations de la région parisienne pour ensuite cibler les investiga- Saint-Ouen.
de Georges Fillia, ainsi que sur les tions complémentaires, relatives à
données d’entrée mises à disposi- la phase G2AVP. IDENTIFICATION DES ALÉAS
tion par le maître d’ouvrage – en GÉOLOGIQUES : VARIATIONS
On notera en particulier qu’au droit
particulier les investigations de la DE FACIÈS
du tracé, deux cycles de sédimen-
phase G1 – constituent le point de tation ont marqué les formations Au cours des épisodes lutétien,
départ de l’étude. interceptées par les ouvrages : auversien et marinésien, outre
L’analyse de cette base docu- le Lutétien et le Bartonien. C’est l’enchevêtrement des dépôts
mentaire a permis d’appréhender au cours de ces deux cycles de détritiques et fins lié à des •••

N°10 JUIN 2018


44 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

© DR
Zones à accès difficile : zone aéroportuaire de Roissy Charles-de-Gaulle. CLIN D’ŒIL À LA COMMUNAUTÉ DES
GÉOLOGUES ET GÉOTECHNICIENS :
« Choisir, c’est se reposer sur des
••• cycles de transgression- des dépôts argilo-marneux à fort
critères rationnels pour armer le
régression marins, une sédimenta- indice des vides.
bras de son action.
tion chimique et évaporitique de
Exemple des sables de Décider, c’est compenser l’insuffi-
type laguno-lacustre a apporté
Beauchamp sance de ces critères par l’usage
des inclusions de gypse, sous
de sa liberté.
différentes formes. Sous son allure Les sables de Beauchamp sont Choisir, c’est savoir avant d’agir.
simpliste « couche sur couche » représentés par des sables Décider, c’est agir avant de savoir.
dépourvue de toute complexité quartzeux assez fins, vert foncé, […]
tectonique, la géologie du projet grisâtres, bleuâtres ou jaunâtres, C’est parce que nous ne “savons”
cache ainsi une forte hétérogé- renfermant des passages argileux pas qu’il faut décider ! »
néité, source d’aléas. La caractéri- et gréseux.
sation de ces aléas géologiques se (Charles Pépin, La Confiance
Un horizon argileux à tendance en soi, une philosophie,
superpose donc à celle des forma-
plastique est fréquemment rencon- Paris, Allary Éditions, 2018)
tions qui les enveloppent.
tré en partie intermédiaire de la
Faciès indurés et évolutifs formation. Ce « médian argileux »
La présence de faciès indurés inter- contient parfois du gypse sous
calés dans les formations meubles différentes formes : finement cristal- Une telle variation latérale de
de type sableux, argileux et mar- lisé, en fer de lance ou fibreux. faciès peut donc conduire à des
neux est potentiellement pour- incohérences entre le début et la
Cependant, au fur et à mesure de
voyeur de sujétions d’exécution fin de la conception : la présence
l’avancement des investigations, il
lors des excavations, notamment bibliographique du « médian argi-
a été noté une discontinuité mar-
des réductions de cadences. leux », prise en compte comme
quée du « médian argileux ». Ce
hypothèse de travail en avant-
L’attention s’est portée principale- constat a amené à resserrer, tant
projet, peut être contredite dans la
ment sur les formations gypsifères, que faire se peut, le maillage des
phase suivante par les informations
évolutives par nature. Les sols évo- reconnaissances afin de détermi-
recueillies à l’issue des investiga-
lutifs sont susceptibles de laisser ner, à l’échelle d’un ouvrage, la
tions, pour un ou plusieurs ouvrages
place aléatoirement à des poches présence ou non de cet horizon
donnés. •••
décomprimées, caractérisées par argileux.

N°10 JUIN 2018


46 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS
© DR

Voir exemple MC1 rogne.

••• géotechniques ont été compilées formation géologique « homogé-


INTÉGRATION PHASÉE DES pour affiner le modèle régional et néisée », avec des conditions aux
DONNÉES GÉOTECHNIQUES le décliner en plusieurs modèles limites précisément définies (épais-
locaux relatifs à chaque ouvrage seur, niveau de nappe…).
En environnement urbain, compte isolé. Ces hypothèses ont per- Ce travail est nécessairement pré-
tenu des difficultés d’accès aux mis d’ajuster le dimensionnement cédé par la description détaillée,
parcelles privatives d’une part, et des ouvrages et de sélectionner par le géologue, des formations
de la présence de réseaux enterrés certaines techniques construc- dans toutes leurs nuances et parti-
d’autre part, il n’est généralement tives au détriment d’autres, deve- cularités : singularités anarchiques
pas aisé de respecter une interdis- nues incompatibles eu égard au (poches décomprimées, interca-
tance régulière entre les forages contexte géotechnique local. lations lenticulaires…), variations
successifs. La représentativité des
Par ailleurs, l’interprétation détail- latérale et verticale de faciès…
observations est donc à modérer,
lée des résultats des investigations
notamment dans les zones dites Exemple des Marnes et Caillasses
de la phase G2AVP a permis de
« blanches » où aucun sondage
mieux retraduire les variations À titre d’exemple, au droit d’un
n’a pu être réalisé.
latérales et verticales de faciès ouvrage donné, ce couplage
Concernant la ligne 17 nord, le
en distinguant les caractéristiques permet d’écrire la formation des
ratio moyen entre le nombre total
de la matrice prédominante du Marnes et Caillasses sous le double
de sondages réalisés et le linéaire
sol des singularités locales dont prisme géologie/géotechnique.
total du tracé conduit in fine à un
les contours sont souvent difficiles
sondage tous les 80 m environ. Des À travers le prisme de la géologie
à cerner. Les aléas géologiques
données tierces ont également
majeurs ont ensuite été intégrés En partie sommitale, elles sont
alimenté l’analyse au droit de par-
dans le registre de management constituées essentiellement de
celles inaccessibles pour des rai-
des risques techniques. marnes beigeâtres, avec quelques
sons de maintien d’exploitation.
nuances argileuses et sableuses,
L’intégration des résultats des Phase G2PRO
et renfermant des graves cal-
investigations géotechniques est En phase G2PRO, le flux des don- caires. Le niveau d’induration
ensuite réalisée en cohérence nées géotechniques issues des du faciès marneux est variable :
avec l’enchaînement des mis- investigations s’est renforcé. Leur tendre à assez induré. Des interca-
sions géotechniques de la norme compilation a permis d’ajuster les lations de bancs calcaires et joints
NF P 94500. modèles de sol par ouvrage et par d’argiles brunes y sont présentes.
Phase G1 lot, et de souligner les différences Dans la partie basale, la part cal-
locales. Certaines optimisations caire devient localement majori-
Cette phase a été anticipée par
dimensionnelles ont été effec- taire. Des caillasses calcaires y sont
l’équipe d’assistants à la maîtrise
tuées. Les incertitudes géologiques également présentes par endroits.
d’ouvrage avant la désignation
résiduelles ont à leur tour été trai- Le faciès calcaire dur n’a pas été
du maître d’œuvre. Elle a ainsi
tées pour déduire une évalua- observé de manière continue. On
permis de produire les premières
tion du surcoût qu’elles peuvent observe en réalité un calcaire gris,
hypothèses régionales, à partir des
véhiculer. beige à blanchâtre, compact,
données bibliographiques et d’une
première série de sondages in situ. fracturé à très fracturé, avec des
APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE
Puis de lister les besoins en matière passages argilo-marneux déci-
Couplage géologie/géotechnique métriques. Cette zone peut donc
d’investigations géotechniques de
phase G2AVP. L’usage veut que le géotechni- n’être localement composée que
cien base ses calculs justificatifs sur de faciès marneux ou marno-
Phase G2AVP des hypothèses géotechniques calcaire avec un état apparent
Durant cette phase, les données qui correspondent à chaque assez déstructuré. On imagine

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 47
© DR

donc bien un sol multicouche pertinence de la valeur retenue En prenant l’exemple des essais
comportant des intercalations cal- qui se doit d’être prudente. pressiométriques, cette démarche
caires de nature rocheuse entre permet notamment d’effectuer les
les masses marneuses. La photo- Extrapolation analyses suivantes :
graphie d’une carotte issue des La démarche d’extrapolation a • distribution des valeurs pour
Marnes et Caillasses illustre cette servi notamment à améliorer la chaque paramètre visé sous
description. représentativité de certains résul- forme d’histogrammes ;
tats, et à pallier les insuffisances de
Prisme de la géotechnique données dans les zones déficitaires •
calcul de valeurs moyennes
en sondages. Cette démarche a arithmétiques et de l’écart-type ;
Il s’agit de retenir un jeu de para-
mètres de calculs qui puisse carac- concerné en particulier les essais • détermination du type de loi
tériser du mieux possible la forma- de cisaillement triaxial et les forma- statistique le cas échéant (loi
tion précédemment décrite. Ces tions granulaires pour lesquelles le normale ou log-normale) ;
critères physiques et mécaniques prélèvement d’échantillons non • calcul des valeurs basses, des
sont consignés dans un tableau de remaniés s’est avéré hasardeux. valeurs moyennes basses, puis
synthèse tel que ci-dessus. À titre d’exemple, on citera la des valeurs caractéristiques selon
formation des sables verts. Absente la méthodologie la plus courante
Fuseau d’incertitude sur un lot de sondages, elle appa- établie par Baguelin et Kovarik.
Dans l’exemple cité, on notera raît sous forme d’une couche au Dans le cas du projet de la ligne
que l’analyse statistique des essais moins métrique sur d’autres son- 17 nord, cette approche a permis
pressiométriques conduit à une dages. Même constat quant à d’établir des valeurs moyennes par
valeur moyenne de module EM de sa nature géologique : purement formation pour chacun des lots du
350 MPa (écart-type de 250), et sableuse à un endroit, la forma- tracé. Autant on peut admettre
une pression limite moyenne Pl* de tion peut devenir argilo-sableuse d’appliquer ces valeurs moyennes
7 MPa (écart-type de 0.5). Cette ailleurs. Cette variabilité a posé aux ouvrages linéaires (tunnel,
variabilité des valeurs est cohérente des difficultés de prélèvement : le galerie), autant il paraît nécessaire
avec la complexité géologique de faciès à dominante sableuse étant de les adapter aux ouvrages isolés
la formation examinée, laissant naturellement plus difficile à mettre (gare, puits). Pour ce dernier cas,
une forte marge de manœuvre au sous gaine de carottier que son la démarche suivante a été
géotechnicien dans le choix des équivalent argileux. Il en résulte adoptée :
valeurs caractéristiques. D’autres que la caractérisation de cette • synthèse des résultats de son-
approches, complémentaires, sont formation a été aléatoire dans dages et essais au droit ou au voi-
donc nécessaires pour guider le l’espace, ne laissant pas d’autre sinage de l’ouvrage considéré ;
choix du praticien. Elles sont abor- choix au géotechnicien que de
dées ci-après. compiler tous les résultats dispo- • calcul des moyennes et écarts-
nibles à l’échelle du tracé, puis types pour les paramètres pressio-
Corrélations métriques EM et Pl* ;
d’adapter les paramètres retenus
Les corrélations sont une pratique aux enjeux d’un ouvrage étudié •
prise en compte du contexte
courante en géotechnique. Elles (en l’occurrence un talus). environnant de l’ouvrage (cadre
servent à créer des passerelles bâti, réseaux enterrés…) ;
entre différents types d’essais, in Analyse statistique modulo retour
• prise en compte du contexte
situ et/ou en laboratoire, selon d’expérience
hydrogéologique de la zone (bat-
diverses relations empiriques ou L’analyse statistique est une étape tement de nappe, écoulements,
théoriques (Baguelin & Jezequel, incontournable dans un projet de perméabilités…) ;
Cassan…). In fine, la décision grande envergure, compte tenu
•••
du géotechnicien porte sur la du volume de données disponible.

N°10 JUIN 2018


48 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

© DR
Extrait du profil en long géologique interprétatif.

••• • conduire une analyse des princi- • dicter des dispositions construc-
• prise en compte des aléas paux aléas géologiques (zonage, tives particulières eu égard aux
géologiques du secteur (poches caractérisation mécanique). suspicions d’aléas géologiques.
décomprimées, présence de sols Cette approche est représen- Cette approche est plutôt repré-
évolutifs…) ; tative de la phase d’avant- sentative de la phase projet où
• confrontation des valeurs sélec- projet où les choix constructifs les choix constructifs sont ciblés
tionnées aux valeurs retenues à sont encore larges, et leur justifi- selon un critère de viabilité
l’échelle du lot ; cation géotechnique relève du technico-économique en réponse
• concertation entre praticiens prédimensionnement. notamment aux exigences de per-
(géotechnicien/ingénieur struc- formance liées à l’ouvrage. À ce
À cette étape, le volume de don-
ture, géotechnicien/géologue, stade, les aléas géologiques sont
nées doit néanmoins permettre de
géotechnicien/hydrogéologue, retraduits en risques résiduels selon
lister les aléas géologiques majeurs,
géotechnicien/ingénieur en char- les enjeux liés à chaque type d’ou-
puis de quantifier leur niveau rela-
ge du registre de manage- vrage ; l’évaluation de leur impact
tif. Ces aléas alimentent le registre
ment des risques techniques en termes de coût et de délai
de management des risques tech-
résiduels…). est affinée. Ainsi, les incertitudes
niques du projet dans sa spécificité.
géotechniques résiduelles qui en
C’est au terme de cet enchaîne- Ainsi, une évaluation de l’impact
découlent peuvent être intégrées
ment que la prise de décision a de ces aléas peut être conduite en
dans les pièces de consultation
lieu pour acter les valeurs carac- termes de coût et de délai.
des entreprises.
téristiques, au sens de l’Eurocode
7 notamment, lesquelles valeurs Modèle local Impact du décalage temporel
sont parfois révisées le lendemain, À l’échelle de l’ouvrage isolé, Outre le facteur d’échelle évoqué
pour respecter l’adage selon puits de ventilation ou gare de plus haut, il convient de souligner
lequel « La nuit porte conseil » ! voyageurs, selon l’emprise au sol également le décalage temporel
et la profondeur du plancher bas, qui caractérise la chaîne d’acquisi-
CONSTRUCTION DES MODÈLES les investigations géotechniques, tion et de diffusion des informations
DE SOLS combinant les essais et prélève- géotechniques qui sous-tendent
À l’échelle du tracé, le volume de ments in situ aux analyses en labo- les pièces écrites et graphiques.
données acquises sert notamment ratoire, permettent de : Dans le contexte du projet consi-
à: déré, la séquence des tâches liées
• fixer des hypothèses géoméca-
à une campagne d’investigations

élaborer un modèle géotech- niques par formation au droit de
géotechniques est la suivante :
nique global (caractéristiques la parcelle considérée ;
• définition de la campagne
physiques et mécaniques « homo- • souligner les éventuelles singu- d’investigation par phase (G2AVP,
généisées » par formation) ; larités locales ayant conduit à par exemple) ;
• dresser un profil en long géo- dégrader ou à améliorer un ou
• diffusion du programme au
logique interprétatif (limites stra- plusieurs paramètres ;
maître d’ouvrage et à ses assistants
tigraphiques, découpage en • dimensionner les ouvrages en désignés (AMO géotechnique en
faciès) ; interface avec le sol encaissant ; particulier) pour validation ;

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 49

• lancement de la campagne par ordre de service BILAN


SGP à son prestataire de sondages ; Cet article visait à apporter un éclairage sur la
• démarchage pour obtention des autorisations d’ac- démarche qui est suivie pour bâtir les hypothèses géo-
cès aux parcelles par le MOA ; techniques à partir des résultats bruts des investigations
• pilotage et supervision de la campagne par l’AMO réalisées.
géotechnique ; Le focus est placé sur l’importance d’une description
• réception et contrôle des résultats par l’AMO géo- géologique exhaustive pour chaque formation, afin
technique via la plateforme SONGE dédiée à la ges- d’en déduire les principales caractéristiques, puis de
tion électronique des données (GED) ; déceler les particularités majeures susceptibles d’être
retraduites en aléas géologiques.
• diffusion progressive des résultats validés sans obser-
Ensuite, l’approche méthodologique qui conduit le
vation (VSO) au géotechnicien du maître d’œuvre,
géotechnicien aux choix ou aux décisions des hypo-
via la plateforme d’échange dédiée LASCOM.
thèses de calcul est soulignée : de l’interprétation des
Ainsi, depuis l’expression du besoin jusqu’à la réception résultats des sondages aux valeurs statistiques caracté-
des premières séries de résultats, un délai incompres- risant chaque formation ou faciès, la démarche laisse
sible de 3 mois est constaté ; on comprendra aisément une place notable à la valorisation du retour d’expé-
que pour certains sondages, ce délai puisse être lar- rience du praticien.
gement dépassé, en raison notamment des difficultés Pour compléter l’approche décrite, il convient d’ajou-
d’accès aux parcelles visées. ter que la pratique du management des risques parta-
À réception des résultats de sondages, une nouvelle gés est nécessaire dans un environnement contractuel
séquence de tâches démarre chez le maître d’œuvre : où les intérêts des acteurs économiques sont diver-
• saisie des résultats des sondages et essais dans une gents. La pratique de la géotechnique couplée à une
base de données ; approche de management des risques permet ainsi
• intégration des sondages carottés dans le profil en de retracer les choix et les décisions de chaque partie,
long géologique interprétatif ; en quantifiant chaque risque, qui sera ensuite relativisé
par analyse comparative des enjeux relatifs à chaque
• analyse statistique des paramètres géotechniques ;
ouvrage.
• analyse des aléas géologiques ; Thomas Rousseau, ingénieur
• définition des jeux de paramètres géotechniques géologue-géotechnicien,
valant hypothèses de dimensionnement ; Ginger CEBTP, conception et
• calculs de justification géotechnique des ouvrages ; projets géotechniques
• rédaction des pièces écrites, en particulier le
mémoire de synthèse géologique, hydrogéologique
et géotechnique pour la phase considérée.
On constate donc que la chaîne d’acquisition et de
diffusion des résultats des investigations géotechniques
ne peut être totalement synchronisée avec le planning
d’étude du maître d’œuvre dont la durée moyenne
par phase n’est que de 6 mois. Aussi, des adaptations
sont nécessaires :
• en phase d’avant-projet, les hypothèses de travail
issues du modèle régional ou global servent à pro-
duire des prédimensionnements et à évaluer le coût
prévisionnel des ouvrages. Parallèlement, le mémoire
de synthèse géologique, hydrogéologique et géo-
technique est rédigé sur la base de la totalité des
données disponibles à « M-2 » (2 mois avant la fin de
la phase concernée) ;
• en phase projet, les hypothèses de dimensionne-
ment sont issues du ou des modèles de sol produits
en phase d’avant-projet, à partir desquels les choix
constructifs se figent. Parallèlement, le mémoire
précité est réalisé selon le principe précité.
Dans un tel contexte, la seule approche analytique ne
suffit pas à choisir les valeurs caractéristiques qui consti-
tuent les hypothèses géotechniques relatives à chaque
ouvrage. Le retour d’expérience du géotechnicien,
basé sur sa pratique de la géologie du Bassin parisien
entre en ligne de compte, pour décider, malgré des
incertitudes résiduelles, des valeurs caractéristiques qui
seront consignées dans les pièces écrites.

N°10 JUIN 2018


50 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS
© DR

Ligne 15 sud du Grand Paris Express :


puits et galerie de reconnaissance
des Argiles Plastiques à la gare
de Saint-Maur-Créteil
Le projet de la ligne 15 sud prévoit, dans le secteur de Saint-Maur-des-Fossés, la réalisation
d’ouvrages dans les Argiles Plastiques et la craie campanienne. Après les premières
campagnes de reconnaissance entreprises par des moyens classiques d’investigation
(sondages, essais en laboratoire), il subsistait un besoin d’information afin de mieux
caractériser les formations yprésiennes rencontrées au droit du projet, d’évaluer leur aptitude
au traitement par jet-grouting et de tester les méthodes d’excavation en souterrain
envisageables au sein des argiles.

Il a donc été décidé de recon- Fossés, à proximité immédiate des reconnaître lors du terrassement
naître ces terrains par la réalisa- ouvrages projetés. du puits et de la galerie, in situ et
tion d’un puits et d’une galerie de Le marché de reconnaissance, en vraie grandeur, la géologie
reconnaissance afin : confié à Soletanche Bachy et rencontrée, notamment en ce qui
• de mieux caractériser les forma- Bouygues TP, comprenait : concerne les Argiles Plastiques ;
tions Yprésiennes (Fausses Glaises la réalisation d’un puits et d’une observer un éventuel resserre-
et Argiles Plastiques) rencontrées galerie d’essai dans les argiles ; ment des Argiles Plastiques par
au droit du projet ; la réalisation d’un plot d’essai mesures ultrasons dans le forage
• d’évaluer leur aptitude au traite- en jet-grouting au sein des Argiles de la paroi moulée ;
ment par jet-grouting ; Plastiques ; caractériser le comportement
• de tester les méthodes d’exca- la réalisation d’un plot d’essai des Argiles Plastiques vis-à-vis des
vation en souterrain envisageables d’injection et d’essais au micro- travaux en souterrain en méthode
au sein des argiles.. moulinet dans la craie campa- conventionnelle, mesurer l’effica-
Ces essais géotechniques ont été nienne. cité dans cette formation du ren-
réalisés le long de la Marne, sur L’objectif de ces essais était forcement du front de taille par
la commune de Saint-Maur-des- multiple : clouage en fibre de verre ;

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 51

établir la faisabilité et mesurer


l’efficacité de la technique de ren-
forcement par jet-grouting dans les
Argiles Plastiques ;
évaluer l’efficacité du traitement
par injection d’étanchement et de
consolidation de la craie campa-
nienne.
Afin d’appréhender au mieux le
résultat de ces reconnaissances,
une auscultation renforcée du site
a été mise en place :
40 points topographiques en
surface ;
3 extensomètres de 19,5 m de
© DR

profondeur réalisés depuis la sur- Stratigraphie des formations rencontrées à Saint-Maur-des-Fossés.


face au droit de la clé de voûte de
la galerie ; quer. L’instrumentation a été pla- mesurer l’éventuelle compression
5 extensomètres de 25 m de pro- cée à deux endroits du radier, au dans le polystyrène.
fondeur réalisés depuis la surface centre et plus près de la paroi. À
de part et d’autre de la galerie ; L’instrumentation ainsi définie
chaque emplacement, 3 types
1 extrusomètre à l’axe de la devait permettre de :
d’instruments ont été posés :
galerie ; vérifier l’existence ou non d’une
1 piézomètre à corde vibrante pression d’eau sous le radier ;
3 jauges de contrainte à l’extra- permettant de mesurer les pres-
dos de la galerie. mesurer l’amplitude du soulè-
sions interstitielles dans l’argile juste vement de l’argile par décharge-
Le radier du puits a également sous le radier ; ment.
été instrumenté. Du polystyrène 1 cellule de pression totale pour
Le résultat des mesures, entaché
a été disposé sous toute la sur- mesurer la contrainte transmise par
d’incohérence, n’a malheureuse-
face du radier pour plafonner les le polystyrène au radier ;
ment pas permis de conclure. •••
contraintes qui pourraient s’appli- 1 fissuromètre mis en place pour

N°10 JUIN 2018


52 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

•••
MESURE DU RESSERREMENT DES
ARGILES PLASTIQUES APRÈS
L’EXCAVATION D’UN PANNEAU
DE PAROI MOULÉE
Dans le cadre des travaux du puits
de reconnaissance, il a été réalisé
lors de l’excavation de la paroi
moulée circulaire, une campagne
de mesures par ultrasons par le
dispositif Koden afin d’observer un
éventuel resserrement des Argiles
Plastiques après l’excavation.
Le principe de la méthode est de
mesurer le temps d’aller-retour
des ultrasons (principe du sonar).
Les ultrasons émis par une sonde
se réfléchissent sur la paroi et

© DR
reviennent à leur point de départ ; Dispositif de mesure Koden.
connaissant le temps séparant
l’émission de l’onde et la récep-
tion de l’écho et la vitesse de
l’ultrason dans la boue, il est pos-
sible d’en déduire la distance
séparant l’émetteur de la paroi.
Les mesures ont été réalisées sur
2 panneaux de la paroi. Les carac-
téristiques géométriques d’un pan-
neau sont : 2,70 m (L) x 80 cm
(Epaisseur) x 37 m (P).
Lorsque l’excavation du panneau
est terminée, l’appareil est posi-
tionné et centré sur celui-ci. Il est
alors réalisé un étalonnage de la
mesure entre les murettes guides.
Le capteur à ultrasons est ensuite
descendu le long de l’excavation
pour effectuer la mesure. Pendant
la descente, la distance entre le
capteur et les 2 parois opposées
est mesurée en continu et impri-
mée en temps réel sur papier.
© DR

Ceci permet de déterminer la


largeur exacte ainsi que les irrégu-
larités des parois du forage et de
les représenter.
L’incertitude des mesures est de Explication de la lecture d’un profil.
l’ordre de ± 2 cm sur la largeur du
panneau et de ± 10 cm sur la pro-
phénomène avec un resserrement tassements diminuent progressive-
fondeur.
d’environ 12 cm. Il est impossible ment jusqu’à devenir négligeables.
Cette campagne a permis de de conclure sur une valeur limite Ces tassements sont probablement
mettre en avant plusieurs points : du resserrement des argiles sans plus liés aux éboulements dans les
des éboulements dans les allu- mesures supplémentaires dans alluvions qu’au resserrement des
vions anciennes entre 5 m et 8 m le temps. Ce resserrement a été Argiles Plastiques. Cependant,
de profondeur ; confirmé par la remontée impor- seule la pose d’extensomètres
le resserrement marqué des tante d’argile lors du curage aurait permis de le confirmer.
Argiles Plastiques, d’environ 10 cm effectué avant le bétonnage du
panneau. LE PLOT D’ESSAIS DE
sur un panneau de 80 cm de lar-
JET-GROUTING DANS LES ARGILES
geur, entre 24 h et 48 h après les tassements mesurés en
PLASTIQUES
excavation. Les dernières mesures surface sont de l’ordre de 5 à
réalisées 5 jours après l’exca- 7 mm à 1 m de la paroi et de 3 à Le plot d’essai de jet-grouting
vation confirment l’évolution du 5 mm jusqu’à 3 m. Après 3 m, les a consisté en la réalisation de

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 53
© DR

Vue en plan du puits et de la galerie d’essai.

3 colonnes d’essais en jet triple dans les Argiles


Plastiques entre 17 et 27 m de profondeur. Les colonnes Les trois colonnes forment un triplet
ont été réalisées avec une énergie constante de suivant une maille triangulaire
112 MJ/ml, au centre du puits circulaire en paroi mou- de 70 cm de côté.
lée de 7 m de diamètre.
Les paramètres de jetting mis en œuvre sont reportés
dans le tableau suivant :

Colonne en jet triple


Nombre de buses à eau 2
Diamètre des buses à eau 3.5 mm
Pression de l’eau à la foreuse 370 bar
Débit de jetting 310 l/min
Vitesse de remontée 10 min/ml
Pas 2 cm
Nombre de buses de coulis 1
© DR

Diamètre des buses de coulis 7 mm


Densité du coulis 1.33
Dosage du coulis 500 kg/m3 Pour chaque colonne, les déviations de forage ont été
Débit du coulis 150 l/min mesurées. 2 carottages de contrôle ont été faits au
Énergie mise en œuvre 112 Mj/ml niveau du point triple et d’un point double.
© DR

Durant la réalisation des colonnes, divers contrôles ont


Préalablement aux travaux de jet-grouting, une cam- été menés :
pagne de reconnaissance complémentaire a été
mesure des densités de spoil tous les mètres ;
réalisée. Elle a notamment consisté en la réalisation
d’un sondage carotté, d’un sondage pressiométrique prise d’échantillons de spoil à 20 et 25 m de profon-
et d’un sondage CPT. Des essais en laboratoire ont été deur pour écrasements ;
réalisés sur les échantillons prélevés. Un piézomètre de enregistrement des paramètres de forage et de
44 m équipait le site. jetting. •••

N°10 JUIN 2018


54 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

••• Aucune mesure pour l’esti-


mation du diamètre n’a été réa-
lisée sur les différentes colonnes,
celles-ci étant exposées lors du
terrassement du puits jusqu’à une
profondeur de 25 m environ.
Le diamètre moyen observé des
colonnes était de l’ordre de 100 cm
avec des variations comprises
entre 90 et 110 cm.
La proportion de morceaux d’argile
présents dans la colonne augmen-
tait avec la profondeur. Au point
qu’il devient difficile de distinguer
les colonnes en fond de puits. On
passait d’une colonne constituée
de coulis quasi pur en partie supé-
rieure à une colonne constituée
essentiellement de morceaux

© DR
Vue rapprochée des colonnes à 21 m de profondeur. d’argile en partie inférieure
(au-delà de 23 m). Ceci peut
s’expliquer par la décantation des
copeaux d’argile formés lors de la
phase de jetting.
Les morceaux d’argile sont de
l’ordre du centimètre. Mais nous
n’avons pas constaté de noyau
d’argile emprisonné au centre du
triplet.
Le graphique ci-dessous repré-
sente le fuseau énergie-diamètre
qui semble pouvoir s’appliquer
dans les Argiles Plastiques dont
la compacité correspond à des
pressions limites de l’ordre de 1 à
1,5 MPa.
Le tableau suivant reprend les
© DR

valeurs de résistance à la compres-


Inclusions d’argile dans les colonnes de plus en plus nombreuses avec la profondeur, sion obtenues sur les échantillons
ici à 21 m de profondeur (couleur lie-de-vin dans la matrice grise du ciment). de carotte (en MPa). Les valeurs
© DR

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 55
© DR

correspondent à un âge d’environ Le front de taille de la galerie


120 jours (4 mois). Les carottages d’excavation a été renforcé par
ont été réalisés en 140 mm de dia- des boulons en fibre de verre (10
mètre, puis recarottés en 48 mm de boulons de 14 ml espacés avec
diamètre avant écrasement. une maille de 1 m x 1 m). Ils sont
On constate des résistances assez composés chacun d’une barre
faibles, probablement à cause des de Durglass Flat Bars de section
nombreuses inclusions d’argile. Les 40 mm x 9 mm, mise en place
essais d’écrasement ont été réali- depuis le puits, avant la démolition
de la paroi moulée.
sés sur des carottes de 48 mm ; à
Il était prévu de réaliser une
l’échelle de la colonne, la résis-
rétro-analyse et un recalage du
tance serait plus importante. Les
modèle géotechnique reflétant

© DR
résultats sont aussi très dispersés, ce
le comportement des Argiles Blocs d’argile effondrés en fond de galerie.
qui est assez caractéristique du jet
Plastiques, les résultats d’ausculta-
triple (mauvaise homogénéité des
tion devant permettre d’évaluer
colonnes).
les paramètres mécaniques des La rétro-analyse a toutefois été
LA GALERIE D’ESSAI DANS Argiles Plastiques en effectuant menée par Terrasol, mais unique-
LES ARGILES PLASTIQUES une analyse en retour par calage
ment sur les mouvements mesurés
des modèles de calcul aux obser-
Suite à l’exécution du puits, l’exca- avant l’interruption du creuse-
vations faites in situ.
vation de la galerie a été réalisée ment, le modèle aux éléments finis
Mais, le 21 décembre 2015, l’exca-
avec des pas d’excavation de bâtis pour cette étude ne permet-
vation de la galerie a dû être sus-
1 m avec pose de soutènement tant pas de prendre en compte la
pendue suite à une instabilité en
provisoire composé de cintre formation de la cloche, ni de caler
voûte, et son excavation n’a pas
HEB140 et de béton projeté de les déformations survenues après
été poursuivie au-delà de la 4e
14 cm d’épaisseur. l’arrêt du creusement. •••
passe d’excavation.
© DR

N°10 JUIN 2018


56 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

••• Il subsistait de trop grandes incertitudes, en parti- l’extensomètre 7 situé à environ 8 m du centre du
culier sur le volume réel de la cloche et le pourcentage puits dans l’axe de la galerie ;
de vide restant après les injections pour mener une l’extensomètre 12 situé à environ 11,5 m du centre
modélisation de remontée de fontis, qui aurait conduit du puits dans l’axe de la galerie ;
inévitablement à un calage aléatoire. l’extrusomètre au centre de la galerie.
En conséquence, seules les séries de mesures suivantes Le plan ci-dessous représente la position des diffé-
ont été prises en compte : rents éléments d’auscultation pris en compte dans la
rétro-analyse.

© DR
Localisation de la position des mesures.

Les mesures de nivellement en surface n’ont pas pu Afin de recaler les paramètres de la couche des Argiles
être exploitées du fait de leur trop faible amplitude Plastiques, 5 calculs aux éléments finis ont été réalisés.
avant le 21 décembre 2015 (millimétrique, proche de Le tableau ci-dessous expose les différences entre cha-
la précision de mesure). cun de ces calculs.
De même, les mesures inclinométriques n’ont pas été La comparaison entre les 5 modèles géotechniques
exploitées, les inclinomètres descendus dans la craie montre que le modèle 4 est celui qui est le plus proche
étant trop décalés par rapport au front atteint. des mesures enregistrées sur les extensomètres 7 et 12,
respectivement : 11 et 4 mm.

Module de
Module de déchargement Renforcement du front de
Calcul chargement des AP sup K0
des AP sup (Eur) taille par boulonnage
(E50)
Calcul 1 30 MPa 60 MPa 0.9 OUI

Calcul 2 25 MPa 75 MPa 0.8 NON

Calcul 3 20 MPa 60 MPa 1.1 NON

Calcul 4 20 MPa 60 MPa 1.1 NON

Calcul 5 20 MPa 60 MPa 0.9 OUI


© DR

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 57

© DR
Comparaison des tassements des différents modèles avec les tassements mesurés sur l’extensomètre 7.
•••

N°10 JUIN 2018


58 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

© DR
Comparaison des valeurs d’extrusion des différents modèles avec les valeurs mesurées.

••• Le modèle 4 permet de retrou- résulte une baisse des résistances. d’argile ont davantage tendance
ver exactement la même valeur L’augmentation de la pression de à sédimenter ; et plus de spoil
d’extrusion de front de taille que la mise en œuvre du coulis doit per- produit (eau + coulis).
mesure faite in situ, soit 34 mm. mettre de diminuer l’hétérogé- À l’occasion de travaux de plus
Les tassements observés au niveau néité de la colonne. Une pression grande ampleur, un plot d’essai
des extensomètres et les valeurs de l’ordre de 60-80 bar serait sans serait indispensable afin de tester
des extrusions de front de taille doute mieux adaptée pour des d’autres énergies et ainsi affiner la
mesurées ont ainsi permis de diamètres de l’ordre du mètre. courbe énergie/diamètre, et aussi
caler les différents paramètres L’augmentation du dosage en afin de tester le jet double avec
relatifs au comportement des ciment du coulis permet d’aug- pré-jet et apprécier la différence
Argiles Plastiques suivant le mo- menter la résistance de la matrice d’homogénéité des colonnes par
dèle géotechnique 4. cimentaire dans la colonne et carottage.
CONCLUSIONS À TIRER ainsi atteindre des valeurs de L’excavation de la galerie n’a
l’ordre de 5 MPa, ceci malgré la malheureusement pas pu être
Tout d’abord, le resserrement mar-
présence d’inclusions d’argiles. menée à son terme. Des éboule-
qué des Argiles Plastiques dans le
Le dosage du coulis est à définir ments importants se sont produits
forage de la paroi moulée rend
en fonction des paramètres mis à l’abord du 4e cintre de soutè-
indispensable un curage soigné
en œuvre et serait à mettre au nement. Des morceaux d’argile,
effectué avant le bétonnage du
point à l’occasion d’un plot d’essai d’une dizaine de centimètres de
panneau. Ensuite, concernant le
complémentaire. côté, se détachaient régulière-
plot d’essai de jet-grouting dans
les Argiles Plastiques, la réalisation Enfin, des échantillons de plus ment du ciel de la galerie. Un
des colonnes en séquence pri- grande taille auraient permis de pré-soutènement semble indispen-
maire-secondaire demande un limiter les effets d’échelle lors des sable pour excaver ce type de
temps de prise d’au moins 2 jours écrasements (inclusion argileuse). terrain en toute sécurité.
entre la réalisation d’une colonne Le jet triple présente des avan- La comparaison des déformations
et la colonne adjacente. En effet, tages dans ce type de terrain, tels du terrain (tassements et extrusion
du jour au lendemain, les colonnes qu’une économie de ciment et du front de taille) avec le résul-
n’ont pas le temps de monter en une remontée plus aisée du spoil. tat de calculs, utilisant différents
résistance. Ainsi, lorsque l’on réalise Mais il présente aussi des incon- paramètres des Argiles Plastiques
la colonne adjacente, le jet peut vénients, tels qu’une colonne pas supérieures, a permis de recaler
éroder de manière importante aussi homogène qu’en jet double le modèle géotechnique. À noter
la colonne réalisée la veille : il en ou en jet simple ; les « copeaux » qu’ici les Argiles Plastiques sont en

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 59

© DR

Paramètres retenus pour la modélisation de la couche des Argiles Plastiques supérieures.

contact direct avec les alluvions Paramètres retenus pour la modé- Ce travail a également permis
de la Marne et présentent des lisation de la couche des Argiles d’évaluer l’effet du renforce-
caractéristiques mécaniques plus Plastiques supérieures. ment du front de taille par le
faibles que sur d’autres sites, lors- Ce recalage est à prendre avec boulonnage, avec une réduction
qu’elles sont protégées par une beaucoup de précautions, car il de l’ordre de 10 % des déplace-
dalle de Calcaire Grossier. n’est réalisé que sur les 4 premiers ments.
Le tableau ci-dessus récapitule les mètres de l’excavation, avec une
paramètres retenus suite à cette influence forte de la paroi moulée Jean-Luc Piljan
étude. du puits. Ingénieur en génie civil
Systra

N°10 JUIN 2018


60 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS
© DR

Ligne 15 sud du Grand Paris Express :


détection de vides par muons
Il n’y a pas que les aurores boréales qui sont produites dans la haute atmosphère ; les muons,
des particules élémentaires à très courte durée de vie, y sont aussi produites. Ce phénomène
largement méconnu a émergé dans notre quotidien lors de la révélation de la découverte,
grâce aux muons, d’une nouvelle chambre dans la pyramide de Khéops. Une équipe
française du CNRS, émanant essentiellement de l’IPNL*, a développé un « télescope à
muons », technique permettant d’ausculter des volcans, des tumuli, des pyramides.
PDS Consult a proposé d’adapter cette technique sur les tunneliers creusant des galeries
souterraines. Cette technique brevetée en 2015 fonctionne depuis avril 2018 sur le lot T2C de
la ligne 15 sud du Grand Paris Express.

Les réactions entre rayons cos- celle des protons, leur permet de On observe au sol un flux de
miques primaires et particules de la se glisser entre les molécules qui 110 muons par m2 et par seconde ;
haute atmosphère produisent des composent la croûte terrestre. il en reste encore 100 à 30 m de pro-
particules secondaires, essentielle- Bien qu’inférieure à 2 µs dans le fondeur et une quarantaine à 300 m
ment des muons appelés « élec- vide, sur terre la durée de vie d’un de profondeur. Lorsque les muons
trons lourds », car leur masse est muon, du fait des effets relativistes, entrent en collision avec les pro-
environ 200 fois supérieure à celle atteint quelques dizaines de micro- tons et les neutrons, ils sont détruits.
d’un électron et 9 fois inférieure à secondes, durée lui permettant de Leur nombre est donc directe-
celle d’un proton. La petite taille pénétrer de quelques centaines ment lié à la quantité de matière
des muons, deux fois moindre que de mètres dans la croûte terrestre. traversée. Compter les muons et

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 61

© DR

© DR
Rayons cosmiques (protons) entrant en collision avec la haute Muons arrivant au sol de toutes les directions.
atmosphère terrestre et produisant des muons (en rouge)
capables de pénétrer dans le globe terrestre sans changer de
direction.

déterminer leur trajet, ce que fait un télescope à


muons, c’est mesurer l’opacité du terrain à condition
de connaître la longueur du trajet dans le terrain et la
densité du sol.
La notion d’opacité se comprend simplement si l’on
s’imagine un plongeur sous-marin regardant vers le ciel :
si un banc de poissons passe au-dessus de lui, l’opacité
augmentera, si au contraire, il est dans une eau trouble
et qu’une masse d’eau plus translucide passe au-
dessus de lui, l’opacité diminue.
Les mesures topographiques et un modèle numérique
de terrain apportent également des données indispen-

© DR
sables pour le calibrage du télescope et pour le traite- Muons pénétrant dans le terrain pratiquement sans déviation
ment des données. ••• en provenance de toutes les directions de l’espace.

N°10 JUIN 2018


62 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

© DR
© DR

Le télescope sur les pentes de la Soufrière


Détection des muons au moyen de 2 damiers de détecteurs superposés. avec une représentation d’un trajet potentiel
La pénétration des muons est fonction de la distance parcourue, elle est donc de muons (source IPNL).
plus élevée sur les trajets verticaux.

••• D’une manière identique les Pour obtenir la direction de pro- sur la Soufrière, à Basse-Terre
rayons X (électromagnétiques) pagation des muons, on utilise au (Guadeloupe), volcan hydrother-
et les rayons gamma (particules) minimum 2 matrices. Suivant le mal potentiellement explosif. Outre
mesurent également l’opacité nombre de barrettes, on obtient la position des cheminées du vol-
par comptage de particules. Un quelques centaines à quelques can, l’installation a mis en évidence
scanner médical qui utilise les milliers de directions de mesure ; des fortes variations dans le flux des
rayons X en déplaçant la source abusivement, on peut parler de muons. Les télescopes montrent
produit une image de la densité de pixels ; le bouillonnement de l’eau dans
l’objet ou du sujet étudié de la une 3e matrice de détecteurs les cheminées suivi par des
même manière qu’un télescope à permet d’éliminer les parasites et périodes de refroidissement ; les
muons. d’être certain que les particules cycles se répètent plus ou moins
Le flux des muons est orthotrope observées sont bien des muons. régulièrement.
pour un observateur terrestre ; les Installé en milieu souterrain un D’une seule position, il est impos-
muons verticaux sont plus nom- tel télescope profite de l’effet sible de positionner l’endroit précis
breux et plus jeunes que les muons du terrain sus-jacent qui filtre à du déficit ou de l’excès de masse ;
quasi horizontaux ; toutefois leur la fois les particules électroma- il est nécessaire d’avoir plusieurs
nombre n’est pas nul du fait de la gnétiques mais aussi les rayons X télescopes pour suivre l’évolution
rotondité de la terre. et les rayons gamma au bout de dynamique d’un volcan ou simple-
quelques décimètres. 3 variables ment d’un seul télescope à dépla-
TECHNIQUE ET DÉTECTION
déterminent la précision : l’opacité cer en plusieurs positions pour
Pour détecter un muon, il suffit de du terrain, la longueur du trajet du déterminer un vide, ou une varia-
placer sur son trajet un capteur muon dans le terrain déjà exami- tion de densité précise.
qui ponctionne une faible frac- née, et enfin la durée d’observa-
tion de son énergie et la convertit APPLICATION DANS LES TUNNELS -
tion, de plusieurs jours à plusieurs
en signal lumineux, d’où le nom POTENTIEL DE LA MÉTHODE
semaines.
de télescope. Les photons pro- Le télescope à 3 panneaux La méthode muonique peut être
duits sont détectés et amplifiés au ci-dessus est l’un des 6 installés utilisée, par exemple, avant la
moyen d’un photomultiplicateur.
Un seul capteur est suffisant pour
détecter une particule, sans savoir
si celle-ci est un muon, ni quelle
est sa trajectoire. Un télescope à
muons permettant de répondre à
ces exigences est composé de la
manière suivante :
il est constitué de plusieurs pan-
neaux, généralement trois, locali-
© DR

sant les impacts ;


chaque panneau est composé
de 2 couches de barrettes détec-
trices montées à 90° l’une de
l’autre, formant une matrice de
Le télescope à muons a été installé sur un col à l’est de la Soufrière ; le télescope
détection ; un impact de parti- a été orienté vers le cœur de la Soufrière ; les traces rouges représentent quelques
cules est repéré suivant ses coor- trajets des muons.
données XY ;

N°10 JUIN 2018


ÉTUDES ET INVESTIGATIONS 63

Figure 1

© DR
Figure 8. Tunnelier équipé de télescopes :
frontal pour repérer
les obstacles, oblique pour détecter des galeries, vertical pour
vérifier que le tunnelier n’a pas produit de vides.

Figure 2

Figure 3
© DR

R
Trois exemples d’applications durant le creusement au tunnelier.

©D

Les trajets des muons sont représentés dans le cas du karst.

construction d’ouvrage pour éviter une zone à risque


karstique ; durant le creusement d’un tunnel en l’instal- Télescope sous une digue, un barrage, un remblai.
lant sur le tunnelier ; ou enfin en surveillance de zones
décomprimées. Grâce au télescope, on peut détecter :
des variations géologiques avec changement de
densité ;
des diminutions de densité et des vides ;
des augmentations locales de densité : contact
sol-roche ou l’inverse, bancs de boulder, du minerai en
utilisation minière ;
des failles aquifères associées à des nappes aquifères ;
des failles associées à une différence de densité ;
des structures anthropomorphiques.
Pendant la phase de creusement, on utilise un téles-
cope intégré au tunnelier, toujours dans la même
position vis-à-vis du front de la galerie (voir schéma ci-
dessus).
En pratique, l’installation sur tunnelier consiste à instal-
ler (fig. 1) un télescope quasi horizontal capable
d’observer face au tunnelier (fig. 2), un télescope
oblique plus particulièrement adapté à la recherche
de vides ou de structures anthropiques situées au-des-
sus et en avant de la galerie, (fig. 3) un télescope
vertical permettant de contrôler que le tunnelier n’a
pas produit lui-même de vides.

AUTRES APPLICATIONS EN MILIEU SOUTERRAIN ET


SOUS STRUCTURES
En cas de recherche de vides ou de minerais, on
peut installer le télescope dans des puits ou gale-
ries de mines, des carrières souterraines, des caves,
des centrales électriques enterrées ; ou bien
sous des structures massives telles que barrages
en béton ou non, certaines digues, talus, piles de
ponts, etc. •••

N°10 JUIN 2018


64 ÉTUDES ET INVESTIGATIONS

•••
MISES EN ŒUVRE
Un télescope a été installé en
plusieurs points du tunnel de Tour-
nemire (Aveyron), laboratoire de
l’IRSN (Institut de radioprotection et
de sûreté nucléaire) à 250 m sous
le plateau du Larzac où il a très
nettement mis en évidence la faille
du Cernon dans les calcaires.
Près de Neuchâtel, au labora-
toire suisse du Mont-Terri, tunnel
un peu plus profond que celui de
Tournemire, des variations de
l’ordre de la dizaine de mètres ont
été détectées dans le contact

© DR
entre les marnes et les calcaires. Vue en plan et en coupe du lot T2C.
À Lyon, avec l’aide du CETU
(Centre d’étude des tunnels), dans
tion peut être long. Et les limites ? fixe et suivra le creusement du
le tunnel de la Croix-Rousse un par-
C’est strictement un compteur de tunnel puis il sera installé dans le
king qui ne figurait pas sur les cartes
quantité de masses ou de densité tunnelier, et ce jusqu’à l’ouvrage
a été détecté 70 m plus haut.
suivant une direction donnée, pour de sortie sur la commune de Villiers-
un rayon unique, d’une multitude sur-Marne pour un trajet total de
de directions pour le télescope tel 2 178 mètres.
que décrit ; il ne fournit aucune Il est installé obliquement dans la
information ni sur les caractéris- fosse de démarrage du tunnelier
tiques électromagnétiques ni sur et observe aussi l’axe du tunnel
les comportements mécaniques comme le télescope oblique de la
des terrains. figure 8.
Il observera d’abord la galerie
LE GRAND PARIS EXPRESS se creuser par le tunnelier, puis
Depuis le 30 mars 2018, un téles- au bout de 100 m, le tunnel sera
cope est installé sur le lot T2C de la arrêté, le télescope sera installé en
ligne 15 sud du Grand Paris Express, juin 2018 sur le tunnelier et le suivra
© DR

réalisé par le groupement com- dans toute sa phase de creuse-


Tunnel de la Croix-Rousse, Résultats
posé des entreprises Demathieu ment jusqu’à la fin de l’année.
du télescope monté verticalement : Bard, NGE, Implenia et Pizzarotti.
on observe en bleu une structure Le premier tunnelier part de Pierre De Sloovere
polygonale située 70 m au-dessus l’extrémité ouest de la boucle à PDS Consult
du tunnel. Champigny-sur-Marne. Le téles-
cope est d’abord installé en point * IPNL : Institut de physique nucléaire de Lyon

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS
L’avantage principal est de dispo-
ser d’une technique permettant
d’ausculter le terrain dans toutes
les directions, quels que soient la
nature du terrain et le contexte
électromagnétique. Les capteurs
sont simples, robustes et largement
testés dans les conditions de terrain.
Un capteur adapté aux formes et
à l’encombrement des tunneliers
est à l’étude. Les inconvénients,
le télescope ne regarde qu’au-
dessus de lui. Comme pour les
rayonnements X et gamma, on
© DR

compte des impacts ; ceux-ci


ne sont pas très nombreux, la
dimension du capteur ne peut
être réduite et le temps d’acquisi- Sur le lot T2C du Grand Paris Express, vue du télescope dans le tunnelier.

N°10 JUIN 2018


66 TRAVAUX & CHANTIERS
© Philippe Morelli

Lot T3C : Gare de Bagneux


CAP travaille en (grande) profondeur
Pour fonder la future gare de la ligne 15 sud du Grand Paris Express, enterrée à près de 40 m
sous terre, CAP, groupement de six entreprises de Vinci Construction et de Spie Batignolles,
réalise des parois moulées de 60 m de profondeur. Des travaux précédés par une importante
campagne d’injections de comblement des anciennes carrières souterraines de Bagneux, qui
suivent un planning en trois phases, dicté par l’obligation de préserver les voies de circulation.

La gare de Bagneux partage avec de ces deux artères en circulation, service de l’avenue Louis-Pasteur
les 4 autres gares du lot T3C* l’exi- comme le stipule le cahier des permettra à son tour la ferme-
gence de fondations profondes et charges de la Société du Grand ture de l’avenue Henri-Barbusse,
le déroulement dans un contexte Paris, le groupement d’entreprises en zone 2, sise à l’extrémité nord-
urbain dense. Mais ici, la contrainte a imaginé un phasage du chantier ouest ; pour conclure par la zone 3,
environnementale a été l’élé- en 3 étapes. à l’extrémité sud-est de l’emprise,
ment déterminant de l’élabora- délimitée par la rue de Verdun. Les
tion du planning des travaux. La UN PHASAGE COMPLEXE machines de fondations spéciales
future gare de la ligne 15 sud est Après la fermeture partielle de ont donc l’impossibilité d’interve-
en effet construite en partie sous l’avenue Louis-Pasteur, les équipes nir de façon continue pour réaliser
les avenues Louis-Pasteur et Henri- de CAP interviendront d’abord les parois moulées sur un linéaire
Barbusse, dont le trafic ne peut sur une zone 1 (la plus impor- de près de 275 m de longueur,
être interrompu durablement. Afin tante, située en partie centrale de ce qui n’est évidemment pas de
de laisser toujours au moins l’une l’enceinte) ; puis, la remise en nature à favoriser la progression

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 67

La profondeur de la paroi
moulée nécessite la mise
du chantier. Et la construction de Afin de mettre en place les tubes
en œuvre de moyens
la gare de Bagneux se heurte à d’injection en PVC, 2 ateliers de matériels de grande
un autre écueil, souterrain celui- forage sont déployés simultané- dimension. La fraise fore
là : la présence d’anciennes car- ment sur le chantier, en moyenne. la majorité des 60 m
rières exploitées jusqu’à 30 m de Forant jusqu’à une profondeur de paroi moulée.
profondeur. maximale de 30 m, les équipes de
forages d’injection intervenaient,
35 KILOMÈTRES DE FORAGES POUR à mi-mars 2018, sur la zone 2 et
LES INJECTIONS DE COMBLEMENT cumulaient déjà près de 20 km de
Les sondages préliminaires ont mis forage, soit plus de la moitié des
en évidence la présence d’ancien- 35 km de forage prévus au total.
nes carrières souterraines sur la En parallèle, l’atelier de parois
commune de Bagneux, en plu- moulées battait son plein dans la
sieurs points singuliers de la ligne zone 1.
15 sud. La gare de Bagneux fait
16 500 M2 DE PAROIS MOULÉES À
partie des endroits où s’imposait
RÉALISER
la nécessité de conforter le terrain
avant toute autre intervention. Le « D’ici mars 2019, date de l’achè-
montage de la centrale à coulis a vement des travaux de fondations
donc été l’une des premières opé- spéciales, nous devons exécuter
rations à réaliser lors de l’installa- 16 500 m2 de parois moulées d’une
tion du chantier, en mars 2017. Les épaisseur de 1,20 m, pour offrir une
premiers forages et les premières enceinte étanche aux travaux de
injections gravitaires de coulis terrassement et de gros œuvre. En
ont débuté dès mai 2017. Et, à la d’autres termes, cela représente
mi-mars 2018, les équipes avaient près de 20 000 m3 de forage et de
© Philippe Morelli
injecté plus de 4 000 m3 de coulis bétonnage », souligne Stéphane
à base de sablon et de ciment Gilbert, responsable des travaux
pour combler les poches de vide. spéciaux de la gare de •••

N°10 JUIN 2018


68 TRAVAUX & CHANTIERS

LOT T3 C : UN MARCHÉ DE 926 M€


Le lot T3 C, attribué le 16 février 2017
au groupement CAP associant
6 filiales Vinci et Spie Batignolles,
représente le tronçon compris entre
les gares de Fort-d’Issy-Vanves-
Clamart (exclue) et Villejuif –
Louis-Aragon de la ligne 15 sud du
Grand Paris Express. Il comporte
le creusement d’environ 8 km de
tunnel de 8,70 m de diamètre (au
© Philippe Morelli

moyen de 2 tunneliers), la réalisa-


tion de 8 puits de ventilations, et
des galeries de liaison au tunnel du
Des sondages préliminaires sont réalisés afin de prélever des carottes qui,
métro, ainsi que la construction des
après analyses, autorisent une caractérisation précise de la pollution des sols.
Ces études permettent ainsi d’affecter les déblais de forage dans différents centres
infrastructures (la partie souterraine
de retraitement. uniquement) de 5 gares*, enfouies
entre 30 et 50 m de profondeur
••• Bagneux pour le groupement parois moulées. Botte Fondations
(niveau radier) nécessitant la réa-
CAP. Les travaux suivent un dérou- et Spie Fondations ont d’ailleurs lisation de parois moulées entre 40
lement classique. Après construc- mis en commun leurs ressources, se à 60 m de profondeur. Les fonda-
tion de murettes guides en béton procurant à l’occasion des chan- tions des gares sont en cours d’exé-
assurant le guidage des outils de tiers CAP du lot T3C des matériels cution tandis que le montage du
forages, le creusement est effec- haut de gamme de grande capa- premier tunnelier, appelé « tun-
tué par une fraise et une benne à cité. Sur le chantier de la gare de nelier est », est prévu à l’automne
câble qui opèrent à tour de rôle Bagneux, Botte Fondations s’est 2018. Descendu dans le puits du
en fonction de la nature des ter- dotée d’une fraise montée sur parc Robespierre, à quelques
rains. Les forages se déroulent sous un porteur Bauer MC96 équipée encablures de la gare de Bagneux,
boue bentonitique afin de stabiliser d’une flèche de 47 m. Tandis que il mettra ensuite le cap à l’est,
le panneau de 7,50 m de largeur Spie Batignolles mettait en service en direction de la gare de Fort-
avant son bétonnage. S’ensuit la sur le chantier une benne à câble d’Issy-Vanves-Clamart.
mise en place des cages d’arma- montée sur un porteur Liebherr HS
ture. Et enfin le coulage du béton 8100 HD, ayant une capacité de
par tube plongeur en fond d’exca- levage maximale de 100 t. Mais
vation afin de refouler en surface c’est la grue à flèche treillis, louée
la boue bentonitique. Après traite- à l’entreprise Sarens, qui culmine
ment, celle-ci pourra être réinjec- sur la gare du haut de ses 70 m de
tée dans le cycle. longueur de flèche. Cette grue de
Du classique, donc, si l’on fait 200 t de capacité maximale sert
abstraction des dimensions des à la pose des cages d’armature
ouvrages. En effet, la paroi moulée dans les panneaux de la paroi
se fonde à 60 m, une profondeur moulée. Les cages sont préas-
pour le moins hors du commun, semblées in situ sur une longueur
atteinte en plusieurs passes de de 30 m, levées et mises en place
coulage et après des forages en dans la fouille. Une 2e section de
3 étapes. La fraise intervient en cage de 30 m est alors liaisonnée
premier lieu dans des Marnes et pour compléter l’équipement de
Caillasses et des calcaires ; un la paroi moulée sur la totalité des
terrain dur auquel ses roues et ses 60 m de profondeur. L’importance
dents de forages sont particulière- des parois moulées induit des ins-
ment bien adaptées. À 40 m de pro- tallations fixes qui sont, elles aussi,
fondeur, en moyenne, la paroi doit de grande capacité. Ainsi, pour
© Philippe Morelli

traverser une couche de terrains stocker les boues de creusement,


argileux pour laquelle la benne à le groupement d’entreprises CAP
câble prend le relais. À - 50 m envi- a installé sur le chantier 3 cuves de
ron, le profil géologique change Exécuté entre constructions et voies de
650 m3 de capacité unitaire. « Ce circulation, le chantier de la gare de
encore et la benne à câble cède volume correspond simplement Bagneux oblige les machines de parois
de nouveau la place à la fraise qui à celui nécessaire à la réalisation moulées à évoluer dans des périmètres
creuse les 10 derniers mètres dans d’un panneau de paroi moulée de restreints.
les marnes de Meudon. 7,50 m de largeur, pour une épais-
DES MOYENS MATÉRIELS À LA seur de 1,20 m et 60 m de profon-
HAUTEUR deur. Et comme nous menons stockage. Les installations sont à la
Les équipements mis en œuvre plusieurs ateliers en parallèle, mesure des forages à exécuter »,
sont à la mesure du chantier de nous avions besoin de 3 cuves de relève Stéphane Gilbert. •••

N°10 JUIN 2018


70 TRAVAUX & CHANTIERS
© Philippe Morelli

La fraise, ici en position de nettoyage, est préférée à la benne à câble


dans les terrains durs. La paroi moulée traverse, notamment, des calcaires.

LES INTERVENANTS DU CHANTIER :


• Maître d’ouvrage : Société du Grand Paris
• Groupement attributaire CAP : Vinci
Construction Grands Projets (mandataire),
Vinci Construction France, Dodin
Campenon Bernard, Spie Batignolles
Génie Civil, Spie Fondations et Botte
Fondations.
© Philippe Morelli

Les parois moulées sont équipées de cages d’armature préassemblées sur


le chantier et mises en place par sections de 30 m.

••• en circulation de terres polluées.


TRI SÉLECTIF DES DÉBLAIS « Une campagne de sondages
© Philippe Morelli

DE FORAGE préliminaires aux travaux de parois


La station de dessablage des moulées est systématiquement
boues procure pour sa part des ren- effectuée. Les carottages exé-
cutés ont, après analyse, révélé Trémie de centrale à coulis, silo de
dements nominaux de 550 m3/h.
la trace de pollutions naturelles, bentonite et cuves à boues cohabitent
Concrètement cela se traduit par sur un périmètre réduit.
un débit opérationnel proche de notamment de fluor. Sur la base de
400 m3/h, qui correspond à celui ces données, nous avons pu clas-
injecté durant le creusement de la sifier la qualité des sols en fonction sont triés selon leur degré de
paroi. En sortie de station de des- des zones et des profondeurs. Nous pollution pour être ensuite dirigés
sablage, les déblais récupérés sont avons établi un graphique avec vers des centres de traitement
dirigés vers des stocks différents en des codes couleur pour que les spécifiques.
fonction de la présence ou non opérateurs aient un référant visuel Philippe Morelli
de pollution. Conformément au simple à utiliser pour chaque pan-
souhait du maître d’ouvrage qui neau », explique Stéphane Gilbert, * D’est en ouest, le groupement d’entreprises
veut faire du Grand Paris Express responsable des travaux spéciaux CAP doit construire la partie souterraine de
de la gare de Bagneux pour le 5 gares de la ligne 15 sud-ouest du Grand
un chantier exemplaire en matière
Paris Express, à savoir : Châtillon-Montrouge,
environnementale, CAP a apporté groupement d’entreprises. Ainsi Bagneux, Arcueil-Cachan, Villejuif-Institut
un grand soin à ne pas remettre caractérisés, les déblais de forage Gustave-Roussy et Villejuif – Louis-Aragon.

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 71
© Cédric Helsly

La gare du Vert-de-Maisons
sur le lot T2A
Soletanche Bachy réalise actuellement les travaux de fondations spéciales du lot T2A de
la ligne 15 sud en groupement avec Bouygues Travaux Publics sous la bannière Horizon,
groupement formé à l’occasion du Grand Paris Express.

Ces travaux sont réalisés pour le gare existante du RER D située sur remblais, alluvions, marnes Infra-
compte de la Société du Grand la commune de Maisons-Alfort gypseuses, calcaire de Saint-Ouen,
Paris, Systra, en assurant la maîtrise (Val-de-Marne). Ces travaux d’inter- sables de Beauchamp, Marne et
d’œuvre. Le lot T2A est composé connexion sont réalisés dans le caillasses, Calcaire Grossier, Sable
de 4 gares, 2 ouvrages spéciaux cadre d’un autre marché man- de Cuise, Fausses Glaises, Argiles
(puits d’entrée de 2 tunneliers et daté par la SNCF. Plastiques (73 m de profondeur).
ouvrage de débranchement),
5 ouvrages annexes, 6,6 km de ENVIRONNEMENT GÉOLOGIQUE AVOISINANTS
tunnel bivoie (8,7 m de diamètre), La nappe phréatique se situe à 3 m La gare du Vert-de-Maisons se
et de 1,1 km de tunnel mono- sous la plateforme de travail, entraî- caractérise par un environnement
voie (6,7 m de diamètre). Ces nant la réalisation des travaux de la très contraint :
travaux sont situés entre les gares gare sous une forte charge d’eau. au sud, le chantier d’inter-
de Créteil-L’Échat et Villejuif-Louis- La géologie rencontrée a été connexion ;
Aragon. confirmée et caractérisée par une au nord, un immeuble de
La gare du Vert-de-Maisons de campagne de reconnaissance bureaux ;
la ligne 15 sud sera reliée à la complémentaire début 2017 : •••

N°10 JUIN 2018


72 TRAVAUX & CHANTIERS

sous pression. Les essais de per-


méabilité que les critères recher-
chés étaient atteints. Là aussi, une
grande attention a été portée aux
avoisinants : une mesure des soulè-
vements en temps réel du square
Dufourmantelle a été réalisée.
© DR

La 2e phase d’injection est en cours :


le chantier s’est maintenant ins-
tallé dans l’enceinte même de
la résidence. En plus de l’enjeu
technique, le groupement a dû
s’adapter à l’environnement exis-
tant : dépose des pavés pour
enterrer les conduites, pose de
palissades antibruit, horaires adap-
tés en journée, capotage des
Vue en 3D de la station. engins pour réduire l’émergence
acoustique, modification des
gabarits des engins pour s’adapter
••• En parallèle, un colossal chan- à l’emprise réduite et au maintien
à l’est, des voies ferrées grande tier d’étanchement du terrain a des arbres. Tout devra être reposé
vitesse ; commencé. En effet, les travaux à l’identique à la fin des travaux !
et à l’ouest, une résidence d’ha- d’excavation de la caverne en Dans le même temps, un massif
bitations classée aux bâtiments his- méthode traditionnelle (35 000 m3) injecté pour l’entrée en gare du
toriques (square Dufourmantelle). doivent être sécurisés en amont tunnelier a été réalisé sous les voies
par une réduction significative de SNCF depuis l’emprise travaux prin-
De plus, la parcelle mise à dispo- la perméabilité des horizons traver- cipale.
sition pour les travaux n’est pas sés (Marnes et Caillasses, Calcaire L’année 2018 a marqué le début
suffisamment large pour permettre Grossier). des travaux de paroi moulée de
la réalisation de la gare ; le niveau
La 1re phase a consisté en la réalisa- la gare. Et quelle paroi moulée !
R-9 de la gare sera donc étendu
tion de 250 forages d’environ 45 m 1,5 m d’épaisseur et 74 m de pro-
sous un bâtiment pour permettre
de profondeur, avec des inclinai- fondeur, avec 2 Hydrofraises,
la construction des quais. Il s’agit
sons allant jusqu’à 30° par rapport 1 benne hydraulique, 1 benne à
d’une caverne dont l’excavation
à la verticale. Ces forages ont été câble et 2 grues de manutention
est réalisée en méthode tradition-
réalisés en méthode Hi’Drill pour (dont une de 350 t). Chaque pan-
nelle.
garantir les rendements, réduire neau nécessite la mise en œuvre
Une partie des installations est les déviations et assurer la mise en de 800 m3 de béton.
déportée sur un stade situé à place des tubes à manchettes à L’une des 2 centrales de traite-
300 m de la parcelle de travaux. l’abri des tubes de forage. Le dis- ment des boues a été montée sur
Enfin, la parcelle de travaux est positif complet a permis l’injection l’emprise déportée et l’ensemble
desservie par une rue à voie et sens de 1 400 m3 de coulis de ciment des conduites a été enterré.
uniques.

PHASAGE DES TRAVAUX


La parcelle travaux se trouvant 4 m
sous le niveau des voies SNCF exis-
tantes, le chantier a démarré par
la réalisation d’un soutènement en
console assuré par des parois mou-
lées de 16 m de profondeur. Cette
paroi moulée a requis le montage
d’une plateforme de travail pro-
visoire pour permettre l’évolution
des engins au même niveau que
les rails. L’ensemble de ces tra-
vaux a été mené sous auscultation
permanente des voies. Une fois la
© Horizon

paroi moulée réalisée, le remblai


a été démonté et évacué, afin de Premiers travaux (parois moulées le long des voies SNCF et première phase
préparer les travaux de la gare. d’injection).

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 73

© Cédric Helsly
Hydrofraise à grippers.
© Cédric Helsly

(groupe Soletanche Freyssinet),


les injections de compensation
permettront de contrôler les tasse-
Vue d’ensemble du chantier de parois moulées de la station en avril 2018. ments.
Si le principe semble simple, la réa-
La pose des joints CWS (Coffrage et ainsi d’augmenter la poussée sur lisation des forages ne l’est pas.
Water Stop) entre panneaux est l’outil. Sous charge d’eau, ces forages
l’un des enjeux de cette paroi Les travaux de fondations spéciales horizontaux de 75 m de longueur
moulée. En effet, les joints sont ne s’arrêteront pas là. Une fois que doivent respecter des critères de
descendus à 72 m pour atteindre les travaux de terrassement et de déviation très stricts pour éviter
les horizons argileux. Pour relever génie civil auront démarré, des que les forages s’interceptent. Des
le défi, Soletanche Bachy a déve- phases d’injection de compen- méthodologies de forages dirigés
loppé une batterie d’innovations et sation et de congélation seront adaptées au forage Hi’Drill ont été
s’impose d’excaver les panneaux entamées. développées et testées sur un autre
avec des tolérances de verticalité Des injections de compensation chantier du Grand Paris Express.
draconiennes. À ce jour, 40 % des seront réalisées sous le square Sur le même principe, des forages
panneaux ont été bétonnés et la Dufourmantelle pendant les tra- pour congélation du terrain vont
pose et le décoffrage des joints se vaux d’excavation de la caverne. être réalisés depuis le niveau R-7.
sont bien déroulés. À l’abri de la dalle de couverture, Le toit de la caverne se situe dans
Soletanche Bachy a aligné depuis la dalle du niveau R-2, des les sables de Beauchamp. Afin
l’Hydrofraise à grippers, dernière forages horizontaux de 75 m de de supprimer le risque de venue
Hydrofraise développée par le longueur permettront la mise en d’eau, le terrain sera congelé pen-
groupe. Grâce à un système de place du système. Combinées à dant l’excavation de la caverne.
vérinage, elle permet à l’opérateur un monitoring en temps réel du Les forages sont réalisés sous une
de « gripper » la poutre au terrain square fourni par Sixense Soldata très forte charge d’eau avec tou-
jours cette contrainte de déviation
très faible. Ils mesureront égale-
ment 75 m de longueur.
Les travaux spéciaux ont la part
belle, mais l’ensemble de la réali-
sation de la gare sera également
délicat. Le terrassement sera réa-
lisé en taupe avec le montage
d’une dalle sur deux. Ces dernières
s’appuieront sur 13 poteaux pré-
fondés de 75 t chacun. Ces
poteaux provisoires seront ensuite
démontés et remplacés par des
poteaux définitifs.

Enora Primault
Adjointe au directeur production
© Cédric Helsly

travaux spéciaux de
Soletanche Bachy
Foreuse dans le square Dufourmantelle avec palissades antibruit.

N°10 JUIN 2018


74 TRAVAUX & CHANTIERS
© DR

Chantiers de fondations spéciales en


milieu urbain : la contrainte de l’espace !
Forage de parois moulées, activités de pieux, excavation de
déblais et pose de butons sont autant de travaux spécifiques
qui nécessitent des moyens techniques lourds pour réaliser
les chantiers titanesques du Grand Paris Express. L’une des
problématiques de taille sur les plateformes de travail est
actuellement de faire cohabiter dans les espaces très
contraints l’ensemble des engins à mettre en œuvre pour
enchaîner parfaitement les différentes phases de construction.

Les fondations en parois moulées hydrauliques ou hydro-haveuses)


des futures gares du métro franci- de type pelle à câble d’une capa-
lien et des puits de service de la cité nominale de 90 à 140 t. Les
ligne atteignent pour la plupart méthodes définies imposent par
d’entre elles des profondeurs de ailleurs la mise en place de cages
- 50 m à - 70 m, avec des épais- d’armature d’un seul tenant,
seurs de parois allant jusqu’à que seules des grues de levage
1 500 mm, voire 1 800 mm. à flèche treillis de 200 t minimum
Pour atteindre de telles dimensions, peuvent manutentionner. L’ensem- La grue 673 lors
les engins à mettre en œuvre sont ble de ces moyens doit évidem- de la pose des
souvent des porteurs de bennes ment évoluer dans des milieux butons.
© DR

à parois (bennes mécaniques, urbains à l’espace extrêmement

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 75
© DR

Travaux de levage avant la pose de butons.

contraint. La grue de service sert habituellement à


assurer diverses manutentions sur le chantier en com-
plément des opérations lourdes de levage et de mise
en place des cages d’armature. Sur la plupart des
chantiers du Grand Paris Express, cette grue est telle-
ment imposante qu’il devient quasi impossible de la
déplacer régulièrement sans rendre les manœuvres
contraignantes pour les postes de forage en produc-
tion. De nombreux acteurs de la profession ont alors fait
le choix de la grue télescopique sur chenilles pour assu-
rer les manutentions du quotidien sur leurs plateformes
de travail exiguës : levages divers, assemblage de
panneaux de cages, manutentions en milieu contraint
(présence de lignes HT, proximité avec un faisceau
ferroviaire, travail sous un tablier de pont…).
Tout comme la grue treillis, la grue télescopique sur
© DR

chenilles se déplace en charge. En outre, elle est opé- Les grues Sennebogen 6140HD et 653R.
rationnelle immédiatement à son arrivée sur chantier,
et peut servir à assembler les autres engins à flèche fixe,
et saura se faire discrète en cas de besoin en rétractant
son télescope pour céder la priorité à un porteur de
forage. Selon le constructeur retenu, la flèche télesco-
pique à sortie directe sans brochage autorisera même
l’ajustement de sa longueur avec une charge suspen-
due : une souplesse indéniable dans la manœuvre de
l’engin lorsqu’il s’agit de positionner des éléments de
cage dans un environnement parsemé d’obstacles,
par exemple.
Une fois les parois moulées coulées, viennent ensuite
la phase d’excavation et la mise en place de moyens
de soutènement provisoires. Là encore, les ouvrages
hors-norme des futures gares souterraines franciliennes
imposent la mise en œuvre de butons de forte section,
avec une densité particulièrement élevée pour main-
tenir les parois forées. Autour de la « boîte » en surface,
© DR

les engins d’extraction des déblais à grande profon- Travaux de levage sur dalles ou dans les puits de départ des
deur sont à l’œuvre ; le « ballet » des camions qui éva- tunneliers.
cuent ces déblais bat son plein. Les grues à tour auront
positionné le premier lit de butons en surface, mais quid l’avancement des travaux de génie civil. Grâce à son
des lits inférieurs à mettre en place au fur et à mesure châssis large sur chenilles, la répartition des pressions au
que le niveau du sol descend, une fois les matériaux sol est bien plus homogène qu’avec d’autres engins
excavés ? Une nouvelle application pour laquelle la de levage. Elle peut ainsi évoluer, y compris avec sa
grue télescopique sur chenilles pourra démontrer ses charge, sur des dalles fraîchement coulées et permet
atouts ! d’optimiser au mieux les plannings de construction.
Suite logique dans la phase de construction des Dans les puits qui accueilleront les départs et arrivées de
ouvrages, une fois les travaux de fondations spéciales tunneliers, la grue télescopique sur chenilles est encore
et de terrassement arrivés à leur terme : la construc- une fois un outil performant pour assurer diverses manu-
tion des dalles qui modèleront l’architecture de la tentions et divers levages dans des espaces contraints
future gare. Là encore, la grue télescopique sur che- en hauteur et en débattement latéral.
nilles trouvera sa place. Dans sa version la plus com- Aude Moutarlier en collaboration
pacte, elle accompagne la construction des dalles à avec Epvre Delquie de Sygmat

N°10 JUIN 2018


76 TRAVAUX & CHANTIERS
© Philippe Morelli

Gare de Clichy-Saint-Ouen : Une coque


de glace pour construire sous le RER C
Dans le cadre du prolongement nord de la ligne 14 du métro parisien, la RATP a prévu
l’utilisation de la congélation pour étancher et conforter les terrains durant la réalisation
d’un ouvrage cadre permettant le passage du métro sous la ligne du RER C en exploitation.
La technique rare et délicate est mise en œuvre avec une batterie de précautions par le
groupement d’entreprises piloté par Spie Batignolles Génie Civil.

Déjà attributaire d’un premier connexion entre la ligne 14 et le un tunnel sous le RER C existant.
marché concernant la construc- RER C ; Le génie civil de la majorité des
tion du site de maintenance et un accès secondaire à l’extré- ouvrages est aujourd’hui en voie
de remisage de la RATP (projet mité ouest de la gare ; d’achèvement. Creusée à 25 m de
SMR01), Spie Batignolles Génie Civil un accès Sanzillon, qui permet profondeur, la station de Clichy-
a décroché le lot T03 du prolonge- de raccorder la station à la ville de Saint-Ouen laisse déjà apparaître
ment de la ligne 14 du métro pari- Clichy via l’accès secondaire ; les parois moulées sans habillage
sien. Le lot comprend la réalisation la baie d’aération mécanisée qui seront visibles par les usagers
de 6 ouvrages : (BAM) qui servira de puits d’aé- depuis les quais. De même, pour
la station Clichy-Saint-Ouen qui ration et de secours en phase les 11 butons circulaires en béton
s’étend sur 170 m de longueur sur d’exploitation ; armé qui forment des colonnes
16 m de largeur ; enfin, l’ouvrage cadre qui per- monumentales de 2 m de diamètre
un accès principal à l’extré- met de raccorder la station avec sur toute la hauteur de la station.
mité est de la gare qui permet la la baie d’aération mécanisée par Deux ouvrages restent encore à

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 77

d’entreprises conduit par Spie Batignolles Génie Civil.


Le traitement des terrains à effectuer avant de réali-
ser l’ouvrage cadre est donc de 2 natures : des injec-
tions de coulis de ciment dans la couche supérieure de
marno-calcaire et la congélation dans la couche de
sables de Beauchamp.
Le principe de la congélation est simple : il consiste à
faire circuler de l’azote liquide (-196 °C) dans des tubes
forés qui congèlent le terrain à l’entour. Une fois cette
congélation atteinte, il s‘agit de maintenir une tem-
pérature de - 10 °C en faisant circuler dans les mêmes
forages de la saumure (mélange d’eau et de sel),
refroidie en permanence par un groupe frigorifique.
Si la première étape est relativement courte, la
seconde s’étend sur l’ensemble de la durée de réali-
sation de l’ouvrage, soit près de 1 an en l’occurrence,
compte tenu du nombre des étapes à respecter.

DES FORAGES À HAUTE PRÉCISION


La constitution de la coque congelée sur une lon-
© Philippe Morelli

gueur de 26 m a nécessité la réalisation de 154 forages


horizontaux de 15 m effectués à partir de la gare de
Le puits de la future baie d’aération mécanisée servira de Clichy-Saint-Ouen et du puits de la baie d’aération
puits de sortie du tunnelier provenant du puits Glarner à Saint- mécanisée. Installé sur une pelle, le mât de forage
Ouen, alors que les travaux de réalisation de l’ouvrage cadre a été spécifiquement adapté pour répondre aux
battront leur plein. contraintes d’exiguïté du site. Les forages sont couplés
afin de permettre la mise en place de tubes d’injection
réaliser : l’entrée de Sanzillon (voir encadré jet-grouting permettant un circuit aller-retour de l’azote liquide et
p. 79) et l’ouvrage cadre qui mobilise toutes les atten- de la saumure injectée. L’ensemble doit respecter un
tions par l’emploi de la congélation. haut degré de précision. « Nous avions droit à 1 % de
déviation ! Ce qui veut dire que nous devions atteindre
INCONTOURNABLE CONGÉLATION une cible de 15 cm pour chacun des forages de 15 m
« La technique de la congélation est rare, mais a déjà de longueur. Des sondes gyroscopiques nous permet-
été employée par le passé sur l’A86, l’A12 et le métro taient de contrôler la position de la tête de forage à
de Lille, notamment. Coûteuse, elle s’impose ici pour tout moment », précise Laurent Buissart. Difficulté sup-
plusieurs raisons : principalement parce qu’il n’était plémentaire, ces forages, qui ne devaient évidemment
pas possible d’enfouir plus profondément la ligne et pas toucher les barrettes de fondation de l’ouvrage
la station pour des questions de sécurité ; l’évacua- du RER C, se déroulent sous nappes. Le groupement
tion des usagers doit pouvoir se faire dans des temps d’entreprises a donc travaillé avec des sas et une che-
limités ce que ne permettaient pas les escaliers méca- minée d’équilibre afin d’équilibrer la nappe et ne pas
niques actuels. La construction de l’ouvrage cadre risquer un débourrage du terrain. Une fois réalisés, les
s’inscrit donc dans les sables de Beauchamp, relati- forages sont équipés des tubes en cuivres adaptés à la
vement argileux et trop fins pour pouvoir faire l’objet température et à l’injection de l’azote liquide d’un dia-
d’une injection efficace au coulis de ciment », indique mètre de 28 mm. Peuvent alors commencer les phases
Laurent Buissart, directeur de projet du groupement de mise en froid de « l’ouvrage ». •••

N°10 JUIN 2018


78 TRAVAUX & CHANTIERS

CONGÉLATION
SOUS HAUTE
PROTECTION. © DR

« L’utilisation de l’azote liquide com-


porte des risques d’asphyxie. Il faut
savoir que 1 litre d’azote liquide
génère 680 litres de gaz. Par pré-
caution, durant les phases de mise
en froid, seuls les personnels affec-
© Philippe Morelli

tés à cette mission étaient autorisés


à pénétrer dans le puits de la baie
d’aération mécanisée assez exigu
La station Clichy-Saint-Ouen qui s’étend sur 170 m de longueur pour 16 m de ou dans la zone 4 de la station de
largeur a été creusée en taupe. Elle repose sur un radier injecté à 25 m sous terre. Clichy-Saint-Ouen. Tous étaient par
ailleurs équipés d’un détecteur
50 000 litres sont installés, alimen- individuel d’oxygène se déclen-
À LA CROISÉE DES TUNNELIERS tés par camions-citernes toutes les chant dès qu’on passait sous le
Le chantier de la gare de Clichy- 2 à 3 heures. Le circuit de l’azote seuil de 20% d’oxygène », stipule
Saint-Ouen est le point de conver- liquide est en effet ouvert : il est Laurent Buissart, directeur de projet
gence de 2 tunneliers qui devaient injecté dans les tuyaux « aller » et du groupement d’entreprises.
rejoindre leur objectif simultané- revient par le tuyau « retour », pour
ment : le 1er, en provenance de la ensuite s’échapper sous forme de
station Porte-de-Clichy, débouche gaz dans une cheminée préala-
au sein même de la gare ; le 2e est blement aménagée. L’opération
reparti du puits Glarner en février délicate nécessite des précautions
dernier pour effectuer son dernier pour la protection des travailleurs
tronçon jusqu’à la baie d’aéra- (voir encadré). La congélation des
tion mécanisée à l’est de la gare terrains suscite aussi un gonflement
de Clichy-Saint-Ouen, transformée modifiant l’équilibre des terrains en
provisoirement en puits de sortie du place et de déstabiliser le radier
tunnelier. « Le démontage du tun- du RER C situé à quelques mètres
nelier se déroulera en même temps au-dessus. « Nous avons déployé
que nous réaliserons les travaux de une série de capteurs de vibra-
construction de l’ouvrage cadre tion, de bruit, de relevés au théo-
passant sous le RER C. La coactivité dolite ainsi que des piézomètres
est déjà prévue et ne devrait pas automatisés, qui transmettent une
poser de problèmes particuliers », alerte sur nos téléphones en cas de
estime Laurent Buissart, directeur désor-dre significatif », intervient
de projet de la gare de Clichy- Laurent Buissart.
Saint-Ouen pour Spie Batignolles Les températures de congélation
© Philippe Morelli

Génie Civil. sont également sous haute sur-


veillance. La couche de terrain
congelé est en effet proportion-
La congélation de la coque est obtenue
nelle à la température atteinte et
••• par injection d’azote liquide, puis
un écart de quelques degrés en maintenue par injection de saumure.
MISE EN FROID PAR ÉTAPES plus ou en moins suffit à doubler ou Ici, les piédroits qui ont une épaisseur
Vue en section, la coque forme un à diviser par deux l’épaisseur de la de 80 cm à - 10 °C.
« 0 » dont la congélation est décom- coque.
posée en 3 étapes : d’abord les informatisé permet d’établir une
2 piédroits espacés d’environ 15 m ACQUISITION ET SUIVI DES cartographie précise des tempé-
et formant des murs latéraux hauts TEMPÉRATURES ratures.
de 8 m (pour 26 m de longueur), 21 forages de thermocouples ont « On obtient ainsi un nuage de
ensuite la contre-voûte (socle du 0), été réalisés afin de mesurer les points qui n’est considéré comme
et enfin la voûte. Les piédroits températures effectives. Sur toute bon que si le résultat de chaque
font 80 cm d’épaisseur, contre la longueur de chacun de ces capteur est au niveau requis », pré-
60 cm pour la contre-voûte et la forages sont répartis une dizaine cise Laurent Buissart qui s’enthou-
voûte. Pour les besoins de l’injec- de capteurs dont l’acquisition est siasme sur le fait que la précision du
tion d’azote liquide, 2 silos de réalisée toutes les 15 min. Un suivi gros œuvre s’allie sur son chantier

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 79

FICHE TECHNIQUE
• Maître d’ouvrage : RATP
• Maître d’œuvre : Systra
• Intervenants : Spie Batignolles Génie Civil (mandataire),
Chantiers Modernes Construction, Sogea TPI, Dodin Campenon
Bernard, Spie Batignolles Fondations et Botte Fondations.
• Montant total : 60 M€, dont 13,5 pour Spie Batignolles Génie Civil
• Démarrage des travaux : février 2015
• Livraison : courant 2019
© Philippe Morelli

CHIFFRES-CLÉS :
• 21 000 m² de parois moulées
L’extrémité est de la station en attente de l’arrivée du • 2 200 m² de parois au coulis
tunnelier en provenance de la station Porte-de-Clichy. • 10 000 m3 de terrassement
• 29 000 m3 de béton (hors paroi)
• 2 400 t d’armature
850 COLONNES EN JET-GROUTING !
L’étanchement et le confortement des sols de l’entrée
Sanzillon, qui fournit un accès à la gare depuis la ville de Cette dernière est lancée après 8 heures d’attente
Clichy, constituent un véritable chantier dans le chan- afin de laisser retomber la température à un niveau ne
tier. Toujours en cours à ce jour, l’opération consiste à provoquant pas la congélation des tubes de saumure.
créer une boîte étanche constituée d’un radier injecté, Le délai est d’ailleurs utilisé pour équiper les têtes d’in-
d’une cinquantaine de pieux forés armés de H métal- jection de jonctions compatibles avec le diamètre plus
liques dont l’étanchéité sera assurée par 850 colonnes important des tubes de saumure (50 mm). « Au moment
en jet-grouting de 14 m de profondeur pour 1,30 m de du basculement, durant 3 semaines, nous avons mené
diamètre. une série de tests afin de nous assurer que la coque
Pour ces dernières, la technique employée est celle ne subissait pas d’érosion provoquée par frottement et
du jet double. Le coulis de ciment est injecté avec circulation d’eau environnante. En cas de problème,
de l’air sous-pression (400 bar) afin de mieux disséquer le seul plan B était la remise sous azote liquide, ce qui
et pénétrer dans les terrains en place. Des terrains au n’a pas été nécessaire ! », se satisfait le directeur de
demeurant très encombrés. « Les réseaux avaient été projet du groupement d’entreprises Spie Batignolles et
au préalable concentrés dans cette zone. Il nous a Vinci.
donc fallu lancer une campagne de reconnaissance Philippe Morelli
intensive et adapter le plan de tir en conséquence.
Une des solutions consistait à faire des forages biais
pour atteindre les points souhaités ; et suivre une incli-
naison de 50° avec une machine au mât de 20 m n’est
ni courant ni aisé », souligne Adrien Goutte, ingénieur
travaux du groupement, en charge du jet-grouting.
Des travaux qui ont, de plus, nécessité la mise en place
d’un déroulement suivant une dizaine de phases afin
de préserver la circulation sur les artères environnantes.

La pression hydraulique sur les parois


moulées servant de tympan à
l’ouvrage cadre est surveillée.
9 forages drains ont été
pratiqués pour éviter les
perturbations hydrauliques.
©P

à la précision de
hili
pe p

laboratoire. L’analyse
M
or

lli
e

des points a été con-


fiée à un expert extérieur,
Undergroud Consulting. Les tra-
vaux de congélation étant pour leur part sous-traités
à la société italienne spécialisée ICOP. Parallèlement,
l’emploi de la technique fait l’objet de recherche et
développement par les bureaux d’études des sociétés
du groupement.
Le suivi des températures est prolongé durant la phase
de stabilisation obtenue par l’injection de saumure.

N°10 JUIN 2018


80 TRAVAUX & CHANTIERS
© SNCF Réseau Altametris

Instrumentation avancée de la gare


Fort-d’Issy-Vanves-Clamart :
fibre optique et cellules de pression
pour ausculter la paroi moulée
Sous l’emblématique passerelle bleue « Alice », empruntée quotidiennement par les
voyageurs pour accéder aux quais du Transilien N, les travaux de construction de la nouvelle
gare Fort-d’Issy-Vanves-Clamart progressent à bonne allure. La gare constitue à elle seule
le lot B du tronçon T3 de la future ligne 15 sud du réseau du Grand Paris Express. Ce lot a
été attribué au groupement Horizon, composé des entreprises Bouygues Travaux Publics et
Soletanche Bachy, qui a démarré les travaux au printemps 2016. Terrasol intervient au sein
de la maîtrise d’œuvre études et travaux de l’ensemble du tronçon T3, attribuée en 2013
au groupement Setec-Ingérop.

Les travaux de paroi moulée de dernier. Puis le creusement a offi- construction ; le terrassement a
l’enceinte de la « boîte gare » ciellement démarré en octobre déjà atteint 16 m de profondeur,
(110 m x 23 m) se sont achevés en 2017 : plus de 30 000 t de déblais ont c’est-à-dire la moitié de la profon-
juillet 2017. Ils ont été suivis du ripage déjà été évacuées avec 1 200 rota- deur finale. Le radier sera réalisé
de la dalle de couverture pendant tions de camions ; le plancher du à 32 m de profondeur. Une fouille
une ITC (interruption temporaire niveau N-1 est entièrement achevé aussi profonde et étroite (ratio lar-
de circulation) de 100 h en août et le plancher N-2 est en cours de geur/profondeur de 0,7) nécessite

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 81

un soutènement robuste. En effet,


la paroi en place, épaisse de 1,2 m,
traverse un horizon de Calcaire
Grossier dégradé, la fameuse cou-
che d’argile plastique surconso-
lidée, puis les marnes de Meudon,
pour venir s’ancrer dans la craie à
41 m. La fiche de la paroi est ainsi
de 9 m sous le fond de fouille.
L’optimisation du phasage des
travaux a conduit à diviser la gare
en 3 zones distinctes : 2 puits (l’un
à l’est, l’autre à l’ouest) qui seront
terrassés avec 5 niveaux de butons
provisoires, les planchers définitifs
étant réalisés en remontant après
l’arrivée des tunneliers des lots

© DR
adjacents, et une zone centrale Vue récente de la gare à 16 m de profondeur.
qui sera réalisée en taupe (réali-
sation des planchers définitifs à la Quant au côté est, chaque niveau vaux tout en surveillant en continu
descente). Depuis la rue du Clos- est composé d’un seul buton en le comportement du soutènement
Montholon, à l’est, on peut aper- patte d’oie : le premier, peint en et l’impact des travaux sur les
cevoir à ce stade les 2 premiers blanc, est clairement visible depuis avoisinants.
lits de butons provisoires déjà en la passerelle bleue. La « boîte gare » en cours de ter-
place, composés de 16 éléments rassement est située sous 4 voies
L’INSTRUMENTATION, L’ŒIL DE
disposés en éventail pour soutenir SNCF et à proximité de plusieurs
L’INGÉNIEUR SUR LES OUVRAGES
les parois du puits ouest. La partie bâtiments. L’ensemble de ces
centrale de la boîte gare, sous les Au sein de la maîtrise d’œuvre ouvrages a été instrumenté avec
voies SNCF, s’appuie sur la dalle de Setec, Terrasol suit de près la bonne des cibles topographiques afin
couverture et le premier plancher. cadence d’avancement des tra- de suivre les déplacements •••

N°10 JUIN 2018


82 TRAVAUX & CHANTIERS

LOT T3 B DE LA LIGNE 15 SUD


EN CHIFFRES
• Paroi moulée de 40 m de
profondeur pour soutenir 32 m
d’excavation
• Instrumentation renforcée :
- Plus de 300 prismes pour
ausculter les voies SNCF du
Transilien N
- 13 tubes inclinométriques dans
la paroi moulée
- Une soixantaine de jauges de
déformation prévues au total
sur les butons
- 100 m de fibre optique et

© DR
4 cellules de pression totale et
Panneau instrumenté. interstitielle sur une section de
paroi renforcée

••• pendant les travaux. Plus de (avec notamment la présence


300 prismes sont ainsi disposés d’une couche d’argile plastique
sur les voies ferroviaires, assurant surconsolidée), Terrasol a proposé
un pas de mesure de 3 m, et une une instrumentation complémen-
centaine de cibles sont fixées sur taire avancée permettant un suivi
les bâtiments et voiries environ- optimal du comportement de la
nantes. Des sonomètres et vibro- paroi. Les 3 grandeurs précitées
mètres ont été installés dans cer- sont ainsi mesurées grâce à la mise
tains bâtiments afin de détecter en place de fibre optique et de
l’amplitude des nuisances sonores cellules de pression. Dans le cadre

© DR
et vibratoires. L’ensemble de cette d’une thèse Cifre co-encadrée Devant la cage d’armature.
instrumentation est implanté dans par Terrasol et le laboratoire 3SR
le périmètre de la zone d’influence (Sols, Solides, Structures et Risques) carottage de fond de panneau
géotechnique défini à 40 m de dis- de l’université Grenoble-Alpes, et le scellement soigné d’un tube,
tance des parois périphériques de un panneau de paroi moulée a et un temps de mesure d’une tren-
la gare Fort-d’Issy-Vanves-Clamart. ainsi été équipé de 100 m de fibre taine de minutes qui augmente
Pour ce qui est du suivi de la optique et de 4 cellules de pres- avec la profondeur du tube. De
« boîte gare » proprement dite, sion totale à l’interface sol-paroi surcroît, la précision de la mesure
l’instrumentation prévue initiale- accompagnées de 4 cellules de dans le cas de la fibre optique
ment repose sur 13 tubes inclino- pression interstitielle. est de l’ordre du micron, et elle
métriques régulièrement répartis est complètement indépendante
dans 13 panneaux différents de la
AUSCULTER LA PAROI À HAUT de l’opérateur avec un pas de
paroi moulée, et 3 jauges de défor- DÉBIT AVEC LA FIBRE OPTIQUE mesure pouvant aller jusqu’au milli-
mation sur chacun des 6 butons La fibre optique, utilisée massive- mètre, tandis que les mesures incli-
équipés (3 par niveau). Cet équi- ment pour la transmission de don- nométriques dépendent du soin
pement permet d’accéder aux nées, peut être détournée de son apporté par l’opérateur, de l’état
déplacements horizontaux de la usage traditionnel pour s’adapter de la sonde, et se limitent à un pas
paroi et aux efforts dans les butons à l’auscultation en génie civil. Elle de mesure imposé par les dimen-
équipés. Toutefois, une description est constituée d’un mince filament sions de la sonde (50 cm pour une
complète du comportement de la cylindrique de silice, c’est-à-dire sonde standard).
paroi requiert la mesure précise, un fil de verre très fin (dizaine de Concrètement, les 100 m de fibre
non seulement de la déformée, microns) entouré d’une gaine optique ont été disposés en U et
mais aussi du moment fléchissant (centaine de microns) d’un indice fixés à 2 armatures longitudinales.
dans la paroi et de la pression de réfraction plus faible pour confi- À chaque interrogation de la fibre,
appliquée par le sol. Une instru- ner l’onde transmise à l’intérieur. on récupère les micro-déforma-
mentation complète de la paroi Elle a l’avantage d’être peu intru- tions axiales de la fibre, et donc
doit donc permettre d’accéder à sive, et directement opérationnelle de la paroi dans laquelle elle est
ces 3 grandeurs. après sa mise en place avec un scellée, côté sol et côté fouille,
Consciente des enjeux géotech- temps de réalisation de la mesure grâce à l’analyse par rétro-diffusion
niques de cette fouille exception- de quelques secondes, alors que Rayleigh. À partir de cette défor-
nelle en termes de géométrie et les tubes inclinométriques exigent mation, on peut remonter direc-
de particularités stratigraphiques une réservation dans la paroi, un tement au moment fléchissant et

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 83

© DR
Cellules de pression.
© DR

Comparaison inclinomètre/fibre optique.


mesurer la température et d’effec-
tuer des corrections thermiques,
au déplacement horizontal de la
le cas échéant. Les supports sont
paroi. Les premières comparai-
ensuite installés dans la cage
sons préliminaires entre les mesures
d’armature aux profondeurs vou-
via la fibre optique et celles via
lues, puis la cage est descen-
l’inclinomètre adjacent confirment
due dans la tranchée de la paroi
la très bonne précision obtenue
© DR

avec la fibre, et par conséquent le


fort potentiel de cette technologie LES DIFFÉRENTS INTERVENANTS DU CHANTIER Cage équipée
pour ce type d’application. • Maîtrise d’ouvrage : Société du Grand Paris de fibre optique.

LA PRESSION À L’INTERFACE • Maître d’œuvre : Setec


SOL-PAROI : UNE INFORMATION • Terrasol intervient au sein de la maîtrise d’œuvre études
EN OR POUR LE GÉOTECHNICIEN et travaux de l’ensemble du tronçon T3
• Entreprises titulaires du marché : groupement Horizon,
Le dimensionnement d’un écran
Bouygues Travaux Publics et Soletanche Bachy
de soutènement est principale-
ment dicté par la nature et les
caractéristiques du sol soutenu. d’autres projets d’instrumentation
moulée en protégeant les câbles
L’évolution de l’état de contraintes de ce type pour d’autres gares
d’acquisition qui seront branchés
dans le sol au fur et à mesure de du Grand Paris faisant face aux
ultérieurement à une centrale
l’excavation régit le comporte- mêmes enjeux géotechniques.
pour transmettre les données à dis-
ment de la paroi et la possibi-
tance. L’instrumentation complémentaire
lité de mesurer la pression du sol
mise en place à la gare Fort-d’Issy-
appliquée sur l’écran est donc La complémentarité entre les
Vanves-Clamart montre qu’il est
éminemment intéressante pour le mesures par fibre optique et celles
possible d’accéder à des gran-
géotechnicien. par cellules de pression permet
deurs précieuses pour le géotech-
L’instrumentation complémentaire d’assurer un suivi complet du
nicien à condition de privilégier la
proposée permet d’accéder à comportement de la paroi moulée,
qualité du dispositif d’instrumen-
cette information en mettant fiable et de qualité, à la hauteur
tation et non la quantité, et en
en place 4 dispositifs de cellules de cette excavation exception-
portant une grande attention à
de pression à l’interface sol-pa- nelle. La capitalisation sur ce retour
la mise en œuvre et au suivi de
roi moulée. Chaque dispositif est d’expérience particulièrement
son état pendant la durée du
constitué d’un support sur lequel riche permettra d’approfondir
chantier.
sont montés une cellule de pres- plusieurs problématiques liées
sion totale, une cellule de pres- à la modélisation des soutène-
sion interstitielle et un vérin pour ments d’excavations profondes et Khadija Nejjar, Gilles Chapron,
plaquer l’ensemble contre le sol d’optimiser leur dimensionnement. Hervé Le Bissonnais et
avant le bétonnage. Le corps du De plus, le retour d’expérience Fahd Cuira
dispositif est équipé d’un pont acquis dans le cadre de cette Terrasol
de Wheatstone qui permet de gare permettra de développer

N°10 JUIN 2018


84 TRAVAUX & CHANTIERS

Ligne 11 : La boucle de Rosny prend


forme autour du centre commercial
© Sefi-Intrafor

LE CHANTIER EN CHIFFRES
• 56 mois de travaux
• Budget : 72 M€
• 1 510 m de tranchée en paroi
Les équipes du groupement Razel-Bec – Sefi-Intrafor sont
moulée (épaisseur 620 à
installées, depuis juin 2016, à Rosny-sous-Bois dans le 1 020 mm)
cadre du prolongement de la ligne 11 (lot GC02). Le • Profondeurs de paroi entre
chantier, qui concerne le marché de génie civil de la 12 et 22 m
station Rosny-Bois-Perrier, porte la création de la nouvelle • 52 000 m² de forage
station et la réalisation d’un tunnel de 1  600 mètres en • 160 000 m3 de terrassement
parois moulées autour du centre commercial Rosny 2, sous • 38 000 m3 de béton
maîtrise d’ouvrage de la RATP et de Île-de-France Mobilités.
Un chantier qui réclame une organisation millimétrée.
la réalisation du génie civil de
l’ouvrage, et à Sefi-Intrafor celle
Ce projet se place dans le cadre la gare du RER E Rosny-Bois-Perrier des parois moulées (tranchée cou-
du prolongement de la ligne 11 du (Seine-Saint-Denis) sur un trajet sup- verte + station). L’ensemble de ces
métro à l’est de Paris, pour assu- plémentaire d’une longueur totale opérations doit s’achever courant
rer une meilleure desserte entre la de 6 km, pour faciliter les déplace- 2020.
capitale et la Seine-Saint-Denis. ments des quelque 85 000 voya- Démarrés en octobre 2016, les tra-
L’opération de prolongement de geurs attendus quotidiennement vaux battent aujourd’hui leur plein.
la ligne 11 et de modernisation de sur ce tronçon. Ils consistent à réaliser, tout autour
la ligne existante est financée par du centre commercial Rosny 2,
l’État, la Région Île-de-France, la UNE BOUCLE AUTOUR DU CENTRE une tranchée couverte courbe de
Société du Grand Paris, le conseil COMMERCIAL 1,6 km de longueur et de 8 à 9 m
départemental de Seine-Saint- Confié au groupement d’entre- de largeur, 3 ouvrages annexes,
Denis, le département de Paris et prises composé de Razel-Bec et ainsi que la nouvelle station.
la RATP. de Sefi-Intrafor, le chantier de la 2e centre commercial de l’est pari-
À l’horizon 2022, 6 nouvelles sta- « boucle de Rosny », lot GC02 du sien, Rosny 2 est aussi à la croisée
tions seront construites entre la prolongement de la ligne 11, est des autoroutes A3 et A86. Un véri-
station existante Mairie-des-Lilas et estimé à 72 M€. À Razel-Bec revient table casse-tête quand il s’agit

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 85

LES INTERVENANTS DU CHANTIER


• Groupement Razel-Bec –
Sefi-Intrafor
• Maître d’ouvrage : RATP
© Sefi-Intrafor

Ligne 11 – Zone 4.

d’organiser des travaux autour du maximum pour occuper le moins


centre… qui reste bien entendu en de places de parking possible,
activité ! pour creuser 1,6 km de tunnel en
paroi moulée. En outre, il faut aussi
NEUF ZONES DE TRAVAUX composer avec les délais, avec ici

© Sefi-Intrafor
La plus grande problématique un double challenge : respecter
du chantier est la gestion des le calendrier global du chantier,
emprises avec le maintien des mais aussi ceux “partiels”, définis Ligne 11 – Zone 7 – Tranchée terrassée
accès à Rosny 2. Cela donne lieu pour chaque zone d’intervention. » et butonnée (butons hydrauliques) de
à un véritable pianotage entre C’est donc une organisation milli- Groundforce.
les différentes zones, comme en métrée qui nécessite une parfaite
témoigne Stéphanie Rogge, res- synchronisation entre les différents La technique de la paroi moulée
ponsable adjointe grands pro- intervenants et le planning. a été retenue pour l’ensemble des
jets Sefi-Intrafor, qui supervise le ouvrages à réaliser. La
chantier côté fondations : « Nous GÉOTECHNIQUE ET « Nous menons entre future tranchée cou-
menons entre 1 et 2 ateliers en MATÉRIEL
1 et 2 ateliers en verte est donc réalisée
parallèle pour ne pas gêner les Côté sol, les équipes à l’aide de bennes
accès au centre commercial, doivent œuvrer dans parallèle pour lourdes, pour des épais-
24 h/24 et 7 j/ 7. » un terrain essentielle- ne pas gêner seurs de 62 cm à 1,02 m,
À ce morcellement déjà complexe ment marneux, puisque
les accès au centre à des profondeurs
s’ajoute la coactivité forte avec la coupe géotech- comprises entre 12 et
les travaux de dévoiement dont nique présente les élé- commercial, 22 m. Avec 60 à 120 m3
les équipes interviennent sur zone ments suivants : rem- 24 h/24 et 7 j/7 » par panneau de paroi
juste avant celles de Sefi-Intrafor blais, colluvions, masses moulée, on compta-
et les équipes de génie civil qui et marnes de gypse, sables de bilisera au total près de 38 000 m3
interviennent après. « Nous avons Monceau et calcaire de Saint- de béton et 3 130 t d’acier pour
morcelé le chantier en 9 zones de Ouen. Deux nappes y sont pré- construire l’ouvrage. Les terras-
travaux, elles-mêmes sous-divisées, sentes : l’une perchée dans les sements, réalisés par Razel-Bec,
poursuit Stéphanie Rogge, soit un colluvions, l’autre en nappe pro- s’effectueront ensuite à ciel ouvert
total de 17 emprises limitées au fonde dans le calcaire. ou « en taupe » (sous la dalle de
couverture) et représenteront plus
de 200 000 m3 de déblais.
2 porteurs par atelier (grue de
forage et grue de manutention)
sont utilisés sur le chantier. Une
équipe de 12 à 15 personnes est
mobilisée pour constituer un poste,
et, en moyenne, les équipes Sefi-
Intrafor réalisent entre 1 et 2 pan-
neaux par jour et par zone. « Une
cadence nécessaire pour finali-
ser la boucle de Rosny dans les
© Sefi-Intrafor

délais impartis », conclut Stéphanie


Rogge.
Aude Moutarlier
Ligne 11 – Zone 7 – Forage à la benne. en collaboration avec Sefi-Intrafor

N°10 JUIN 2018


86 TRAVAUX & CHANTIERS

PRÉAMBULE DE LA MAÎTRISE
D’OUVRAGE
© SED, Setec, Egis, Duthilleul

EOLE : UN PROJET POUR TRANSFORMER


LA MOBILITÉ EN ÎLE-DE-FRANCE
Eole « Est-Ouest liaison express »
va prolonger la ligne E actuelle de
55 km vers l’ouest, dont 47 km de
ligne existante qui seront en par-
tie modernisés et 8 km en nouvelle
infrastructure souterraine entre

Le rabattement de nappe Haussmann-Saint-Lazare et Nanterre


qui comprendront 3 nouvelles
gares, 2 souterraines à plus de 30 m

Eole secteur La Défense de profondeur – Porte Maillot et


gare du CNIT-La Défense – et une
extérieure Nanterre-la-Folie. Mise
en service en 2022 jusqu’à Nanterre
et 2024 jusqu’à Mantes-la-Jolie. Les
Dans le cadre du projet du prolongement du RER E, à l’ouest
travaux ont commencé sur l’en-
du tronçon Saint-Lazare, à Nanterre-La-Folie, la gare du CNIT semble du linéaire (55 km) de la
située sous l’ouvrage existant du CNIT est terrassée avec une future ligne E. Pour la partie cen-
reprise en sous-œuvre de l’ouvrage. Les tunnels d’accès trale, entre Nanterre et Hausmann-
au CNIT sont réalisés selon la méthode de creusement Saint-Lazare, ces travaux repré-
sentent un défi technique au
traditionnelle dans l’horizon des calcaires grossiers à partir du
quotidien de par, notamment, la
puits Gambetta ouest. Les études préalables menées pour le localisation en zone hyperdense.
compte de SNCF-R ont conclu que le rabattement de nappe Les méthodes, les matériaux et
était la technique à retenir afin de permettre la réalisation les engins doivent être adaptés à
hors nappe de la gare du CNIT, des tunnels adjacents et du l’environnement afin de permettre
la réalisation de ces travaux hors-
puits Gambetta. norme tout en respectant le cadre
de vie des riverains. La gare du CNIT,
Un modèle hydrogéologique a sables de Cuise. La nappe concer- dont les volumes seront exception-
été construit de manière à repro- née par le rabattement de nappe nels, est à elle seule un défi tech-
duire les écoulements de nappe est celle de l’Yprésien qui se trouve nique : il s’agit de construire une
avant mise en œuvre de ces pom- captive et sous-pression sous les gare à plus de 30 m sous terre, en
pages, et à évaluer ensuite les calcaires grossiers. dessous d’une structure particulière
débits de pompage nécessaires Le rabattement de nappe mis qu’est le CNIT, dans un environne-
aux rabattements demandés en place a plusieurs objectifs : le ment qui reste en exploitation et
pour les différents secteurs réali- premier est de permettre le creu- dans une partie en parking dont
sés. La modélisation inclut les deux sement du puits Gambetta ouest les dimensions, notamment en hau-
nappes présentes : la nappe du et des tunnels en toute sécurité teur, nécessitent des engins totale-
Lutétien dans les calcaires grossiers vis-à-vis des sous-pressions de la ment adaptés.
et la nappe de l’Yprésien dans les nappe de l’Yprésien ; le second

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 87
© DR

Figure 1 : Piézométrie simulée en pompage dans le secteur de La Défense pour un


objectif à 13,5 m NGF (nappe des sables de Cuise).

© DR
est d’abaisser provisoirement la rabattement de nappe par le Figure 2 : Coupe géologique et technique
nappe pour le terrassement de la marché POM DEF. Une fois les puits prévisionnelle d’un puits de rabattement au
gare du CNIT. exécutés, développés et équi- puits Gambetta.
La conception du rabattement pés, le groupement de génie civil
de nappe a débuté en 2013 avec (GC-DEF1) en prend la respon- Les forages sont télescopés (isole-
la réalisation de 2 piézomètres et sabilité et assure la collecte et ments des terrains sus-jacents par
2 puits de pompage. Les essais l’évacuation des eaux pompées. cimentation). La foration a ensuite
grandeur nature réalisés avec ce été reprise dans l’aquifère en dia-
Le marché POM DEF comprend
système, ainsi que les modélisations mètre inférieur, et équipé d’une
la réalisation de 8 puits de pom-
hydrogéologiques, ont permis de colonne captante crépinée.
page, de 7 piézomètres et de leur
tester les ouvrages de rabattement Les remblais et les formations allu-
équipement. Les puits de pom-
de nappe et le comportement de vionnaires de la Seine ont été forés
page sont équipés d’une pompe
la nappe. au Rotary à la boue bentonitique
de relevage, d’une cave et d’un
en Ø 610 mm. Ces terrains ont été
L’étude hydrogéologique menée système de contrôle localisé. Les pié-
isolés par la pose d’un tubage
par le maître d’œuvre confirme zomètres sont équipés de capteurs
acier plein Ø extérieur 508 mm, de
que le rabattement de nappe per- automatiques de niveau d’eau.
7,10 mm d’épaisseur. Puis ils ont été
met de réaliser les ouvrages pro- Le marché POM-DEF élaboré en
cimentés sous la pression.
fonds en méthode traditionnelle. février 2015 est confié à l’entreprise
Après séchage du ciment,
Pour cela, un ensemble de 8 puits Cotrasol. Les travaux sont réalisés
l’aquifère a été foré au Rotary à
de pompage au niveau du puits entre mai 2016 et janvier 2018. Ils
la boue bentonitique en Ø 311
Gambetta est modélisé. (Fig. 1). prennent place en site urbain, sur
mm, puis les trous ont été réalé-
Pour atteindre les débits d’exploi- des emprises très contraintes.
sés en Ø 444 mm. Chaque forage
tation de 80 m3/h en moyenne et Les travaux de forage ont été a été équipé d’une colonne de
de 130 m3/h en pointe prévus par réalisés à la boue bentonitique captage crépinée Inox (304L) de
la modélisation, les puits de pom- (méthode Rotary). 3 foreuses ont 244,5 mm de diamètre intérieur,
page projetés sont profonds de été utilisées pour ces travaux (3 composée de haut en bas :
58 m, scellés au coulis dans les cal- forages réalisés pendant le même d’un tube plein avec des
caires grossiers et crépinés dans laps de temps). Leurs caractéris- centreurs diélectriques entre les
l’horizon des sables supérieurs pour tiques sont les suivantes : tubages acier et Inox de 6 m ; •••
assurer un pompage sélectif dans
la nappe de l’Yprésien unique- Couple de
Forces de Hauteur Pompe à Bac à
ment. Le système de rabattement Engins Chenillard la tête de
relevage mât boue boue
étudié et mis en place, permet de rotation
HUTTE HBR 205 OUI 25 t 7,65 m 3 600 N/m / /
rabattre provisoirement la nappe 4 m3
de 11,50 m (de la cote + 24NGF débit 60 m3/h équipé
HUTTE 1500H OUI / 11,50 m 1 500 m/kg
actuelle à 13,50NGF). (Fig. 2). à 14 bar d’un
vibrateur
RÉALISATION DES PUITS GARDNER
En anticipation du début du DENVER
5” x 6”,
marché génie civil, la MOA a FRASTE FS300 OUI 16 t 11 m 1 400 N/m /
débit max
décidé de passer un marché 240 m3/h
© DR

dédié à la réalisation des puits de à 20 bar

N°10 JUIN 2018


88 TRAVAUX & CHANTIERS
© ED, Setec, Egis, Duthilleul

Génie civil d’une des chambres intégrant le système de pompage.

© ED, Setec, Egis, Duthilleul


© DR

Aménagement des installations de chantier dans sur un espace très contraint. Dispositif de pompage avant
descente dans le puits.
•••
d’un tube crépiné à fil enroulé
avec un slot de 0,75 mm et des
centreurs Inox de 9 m tous les 5 m ;
d’un tube plein de 2 m ;
d’un tube crépiné à fil enroulé ;
et d’un tube plein muni d’un
bouchon de fond de 2 m à la base
de la colonne captante.
L’annulaire a ensuite été complété
par la mise en place de bas en
haut d’un massif filtrant en billes de
verre calibré Ø 1,00-1,30 mm par
une méthode gravitaire de 34 à
56 m.
FONCTIONNEMENT DU
RABATTEMENT
Concernant l’installation du rabat-
tement, à la fin du marché POM
DEF, les équipements réalisés de
façon anticipée sont réception-
nés par l’entreprise de génie civil
qui doit alors assurer l’étude et les
© DR

travaux des équipements permet-


tant le fonctionnement de ••• Figure 3 : Synthèse réseau de rabattement de nappe.

N°10 JUIN 2018


90 TRAVAUX & CHANTIERS

••• l’ensemble du système de


rabattement de nappe. L’installa-
tion complète est constituée des
équipements de pompage, du
réseau de collecte des eaux, leur
traitement avant rejet, l’évacua-
tion de l’eau vers une exhaure et
le pilotage de l’ensemble. (Fig. 3).
Le pompage des eaux de la
nappe est assuré par les 8 puits de
pompage équipés par le marché
POM-DEF (n°1 sur le schéma). Ces
travaux sont soumis à la délivrance
d’une autorisation temporaire au
© ED, Setec, Egis, Duthilleul

titre de l’article L.214-3 du Code de


l’environnement.
Le rejet se fera pendant 4 ans
environ via le réseau de la SUC ou
en cas d’urgence dans le réseau Zone de traitement des eaux (n°3 sur la photo) et canalisation de rejet vers Suclim
d’assainissement départemental. (n°4 sur la photo).
Les conditions d’utilisation de ces
deux réseaux ont fait l’objet d’un
accord spécifique entre SNCF- partiellement remplacée par l‘eau
Réseau et la SUC, et entre SNCF- de pompage du projet, qui arrive
Réseau et le CG 92, propriétaires dans l’usine à environ 16 °C, donc
de ces réseaux. plus froide que la Seine l’été.
Les eaux du pompage sont col- La condition d’utilisation de cette
lectées via une conduite en fonte eau est que sa qualité soit au
© ED, Setec, Egis, Duthilleul

DN 400 (n°2 sur le schéma). Cette moins égale à la qualité de l’eau


conduite forme une boucle, ce de la Seine qui est normalement
qui permet d’isoler un éventuel utilisée. Les paramètres de l’eau
tronçon endommagé sans réduire envoyée à l’usine sont donc mesu-
la capacité de pompage du rés en continu par des analyseurs
(mesurant entre autres le pH, la Pilotage par automates et suivi humain.
système.
L’eau collectée dans la boucle se charge en matières en suspension,
rejette dans la zone de traitement le Redox…).
SÉCURISATION DU RABATTEMENT
des eaux (n°3 sur la photo). Cette L’ensemble du fonctionnement du
zone est constituée de 4 bacs rabattement de nappe est super- Le rabattement de nappe est un
décanteurs lamellaires, répon- visé par 2 automates redondants organe important pour le bon
dant aux prescriptions de la police qui pilotent les pompes, les vannes fonctionnement du chantier. En
de l’eau pour leur dimensionne- automatiques et les analyseurs plus de la sécurisation du rejet des
ment en abattant les charges de d’eau (n°5 sur la photo au-dessus). eaux pompées, tous les organes
matières en suspension. Cette zone En cas de défaut sur un des élé- du rabattement de nappe sont
est complétée par un ensemble ments, une astreinte est alertée et sécurisés. On citera, entre autres, le
d’analyseurs automatiques de le chantier réagit immédiatement. dimensionnement du nombre de
l’eau permettant de contrôler de La canalisation aérienne enjam- puits de pompage, des pompes
manière continue la qualité de bant l’avenue Gambetta est un de relèvement des eaux et d’ali-
l’eau rejetée. des organes sensibles du système mentation électrique.
L’eau de la nappe est ensuite de rabattement de nappe. En cas La modélisation initiale du rabatte-
acheminée jusqu’à l’intérieur de d’avarie sur cet exutoire, le chan- ment de nappe montre que 7 puits
la centrale de production d’eau tier peut rejeter ces eaux dans sur les 8 exécutés suffisent à main-
glacée Gambetta (usine de clima- l’égout unitaire du conseil géné- tenir le niveau de nappe. Le dys-
tisation Suclim) via une canalisa- ral des Hauts-de-Seine (CG 92). La fonctionnement d’un des puits de
tion aérienne enjambant l’avenue maîtrise d’ouvrage SNCF-Réseau a pompage n’aurait pas d’impact
Gambetta et traversant la place passé une convention avec le CG sur le comportement de la nappe
des Vosges à Courbevoie. Cette 92, le SIAAP et SEVESC pour pouvoir et les opérations de maintenance
usine assure la climatisation d’im- assurer ce rejet. De son côté, l’en- peuvent être menées sans diffi-
meubles de La Défense par des treprise a mis en place une procé- culté.
échangeurs thermiques utilisant dure de rejet de secours très pré- Le système de pompage a été
l’eau de la Seine. Pendant la durée cise et testée en grandeur nature fiabilisé par le choix de pompes
du chantier, l’eau de la Seine est avec les partenaires impliqués. à moteur industriel, rendant les

N°10 JUIN 2018


TRAVAUX & CHANTIERS 91

Un projet au service du voyageur du quotidien, qui va


permettre de créer la ligne la plus structurante et la
plus innovante d’Île-de-France.
Elle sera :
• la plus interconnectée (tous les RER, 7 lignes de train,
5 lignes de tramway, 10 lignes de métro et plus de
100 lignes de bus ;
© ED, Setec, Egis, Duthilleul

• la plus rapide (jusqu’à 120 km/h dans Paris) avec plus


de trains (22 trains/h dans son tronçon central). Elle
permettra des gains de temps exceptionnels et trans-
formera la mobilité de la région ;
• la plus innovante dans son exploitation : une exploita-
tion en recouvrement, 2 lignes qui se juxtaposent entre
Nanterre et Rosa-Parks et « Nexteo », un système de
contrôle et de supervision des trains géré par une unité
centrale qui permet une conduite semi-automatisée.
Une ligne plus robuste dans sa régularité.
Un projet sous maîtrise d’ouvrage SNCF-Réseau et
financé par 8 partenaires : l’État, la Région Île-de-
France, la Société du Grand Paris, le conseil dépar-
temental des Yvelines, le conseil départemental des
© ED, Setec, Egis, Duthilleul

Hauts-de-Seine, la ville de Paris, Île-de-France Mobili-


tés et SNCF. Il représente un investissement global de
3,8 Mrd €. 650 000 voyageurs par jour en bénéficieront
dès la mise en service (www.rer-eole.fr).
© ED, Setec, Egis, Duthilleul

Canalisation aérienne.

pompes plus endurantes. Et le marché POM-DEF tient


2 pompes de remplacement à disposition du marché
de génie civil en cas de défaillance.
L’alimentation de l’installation électrique est sécurisée.
Elle est assurée par un double raccordement au réseau
et renforcée par un groupe électrogène.
La conception d’un système de rabattement nécessite
à la fois des études de modélisation et des essais in situ.
Pour une utilisation longue du rabattement de nappe
(durée de 4 ans), la conception doit être robuste pour
assurer la durabilité du système.
Arnaud Taillandier, responsable puits et tunnels projet
Eole – MOE SED – Secteur La Défense pour Setec TPI
Jean Sousa, directeur de projet Eole – MOE SED –
Secteur La Défense pour Setec TPI

N°10 JUIN 2018


92 ENVIRONNEMENT
© MS

Grand Paris Express


Comment gérer les boues et déblais ?
Projet hors-norme, la construction du Grand Paris Express va générer plus de 40 millions de
tonnes de déblais. Ce volume représente une augmentation annuelle de 10 à 20 % de la
production totale de déchets issus des chantiers franciliens. Mais comment répondre à ce
défi environnemental ? Éléments de réponse avec la société MS qui contribue à ce chantier
hors-norme avec la fourniture d’une usine de traitement des boues de forage ainsi que deux
stations de traitement des eaux de chantiers.

L’usine de traitement des boues à pression de terre et tunnelier à grâce au process de traitement
de forage, fournie au lot T2A de la marinage hydraulique (pression de des déblais dans l’usine de traite-
ligne 15 sud, pilotée par le groupe- boue et densité variable). En plus ment des boues, avec une teneur
ment Horizon (Bouygues Travaux d’être sécurisante, cette dernière en eau moyenne nettement plus
Publics, Soletanche Bachy, Bessac, technologie présente l’avantage faible.
Sade) sera montée cet été sur la d’extraire des déblais plus secs, De plus, la séparation des déblais
commune de Vitry-sur-Seine et trai- déjà triés et en plus petite quantité excavés permet à l’usine de trai-
tera environ 1 200 000 t de déblais qu’avec un tunnelier à pression de tement des boues de préserver
excavés par les 3 tunneliers du pro- terre. un maximum d’eau, et donc de
jet. Deux principales technologies En effet, la quantité de déblais consommer près de 1/3 de moins
sont employées pour creuser dans excavés avec un tunnelier à mari- d’eau neuve sur le chantier.
des terrains instables : tunnelier nage hydraulique est inférieure •••

N°10 JUIN 2018


94 ENVIRONNEMENT
© MS

Installation de traitement pour le RER


londonien Crossrail. Une des rares photos
où l’on aperçoit les matériaux excavés
pour étayer éventuellement l’idée du
réemploi.

plus de 30 ans propose des solu-


tions modulaires sous un nouveau
design innovant. En effet, les 2 sta-
tions complètes et toutes options
baptisées « Premium 60 » tiennent
place dans 3 conteneurs 40 pieds
modulaires. Cette disposition
permet notamment un transport
et une implantation sur site sans
difficulté. •••
© MS

••• Cette solution de séparation DES UNITÉS COMPLÈTES DE


liquide/solide a d’ailleurs per-
TRAITEMENT D’EAU
mis à la société MS de réaliser de INTÉGRALEMENT EN CONTENEURS
grands chantiers en France, mais L’entreprise MS a également fourni
aussi à New York, Londres, Istan- 2 stations de traitement des eaux
bul, Le Caire ou Hong Kong. L’une de chantiers pour le lot T3C de
de leurs particularités est notam- la ligne 15 sud. Ces dernières
ment sa capacité d’adaptation à réaliseront un traitement des
l’environnement dans lequel elle eaux de chantier permettant leur
implante ses usines de traitement réutilisation en circuit fermé ou
des boues, comme ce fut le cas leur rejet dans le milieu naturel, en M
S
©
à Nice. Cette aptitude lui permet respectant les lois en vigueur sur
de minimiser les nuisances sonores l’eau tout en séparant les différents
et visuelles, mais aussi d’accorder matériaux (sables, graviers…).
Pour ce chantier, le spécialiste Installation pour les tunnels routiers à
l’emprise au sol de l’usine en fonc-
Hong Kong Tuen Mun – Chek Lap Kop.
tion de l’espace disponible. des travaux souterrains depuis

N°10 JUIN 2018


96 ENVIRONNEMENT
© MS

Forte d’une expérience de plus


Installation pour le tunnel du tramway de Nice. de 30 ans dans le traitement et la
valorisation des boues de tunnel,
MS s’est vu remettre le Trophée de
l’innovation Solscope 2017 avec
son procédé de valorisation des
boues de forage et de préserva-
tion de l’eau. Le filtre-presse, pro-
cédé qu’elle utilise pour traiter les
boues de tunnel, a été adapté
pour traiter les boues des fonda-
tions spéciales. 1 an de R&D a per-
mis de déterminer les caractéris-
tiques des boues de forage, qui se
révèlent être très proches de celles
qu’on retrouve dans le domaine
des travaux souterrains. Le trai-
tement par pressage, solution la
plus performante, permet d’obte-
nir des déblais plus secs, dans une
quantité et un volume inférieurs,
tout en récupérant un maximum
Plan de la future installation sur la friche Arrighi à Vitry-sur-Seine. d’eau. MS aspire donc à investir les
chantiers des fondations spéciales,
que souhaite relever l’ensemble
••• chantiers souvent plus petits et plus
des parties prenantes de ce projet.
DES NOUVEAUTÉS POUR MIEUX Cependant, comment gérer un courts que ceux des travaux sou-
CONSTRUIRE DEMAIN tel flux en intégrant une approche terrains. C’est pourquoi elle a mis
Pour progresser dans la préserva- maîtrisée et respectueuse de au point des solutions compactes,
tion de l’eau, MS affiche donc la l’environnement ? modulaires, facilement installables,
volonté d’aller encore plus loin La traçabilité et la valorisation et propose désormais une gamme
dans le traitement des boues avec des déblais au sein des diffé- adaptable aux différentes tailles
l’intention de traiter les boues des rentes filières sont d’un enjeu de chantier.
fondations spéciales, et utilise sa considérable pour ce grand pro-
technologie de filtre-presse qui jet en matière d’économie circu-
transforme la boue en galettes laire. La Société du Grand Paris a
d’argile. Ces unités de pressage l’ambition de valoriser ces maté- peut être récupérée, valorisée et
des boues ont été conçues avec riaux à hauteur de 70 %. Toutefois, utilisée pour des constructions plus
une grande modularité et sont pro- le remblai paysager sera la pre- vertueuses.
posées en location ou en vente. mière destination de ces déblais, Utiliser du sable issu des matériaux
Cette innovation a d’ailleurs été déblais composés pour presque excavés pour produire du béton
primée au Trophée de l’innovation moitié de sable, le sable étant de qualité, ne serait-ce pas un
de Solscope 2017. l’une des ressources naturelles les exemple du mieux-construire ?
Avec 43 Mt générées par le Grand plus consommées par l’homme.
Paris Express, le devenir des diffé- Avec un traitement adapté, une Alexandre Guillaume
rents déblais est un réel challenge partie importante de ce sable et Romain Chaucot de MS

N°10 JUIN 2018


98 ENVIRONNEMENT

Maîtriser l’eau souterraine dans le


projet du Grand Paris Express, un défi
tant environnemental que technique
Fort de ses 200 kilomètres de réseau, essentiellement réalisé
sous terre, le projet du Grand Paris Express intercepte
l’ensemble des grands aquifères du Bassin parisien. La
maîtrise de l’eau souterraine est donc essentielle, tant dans
le choix des techniques de construction que du point de

DR
vue environnemental, pour préserver des ressources dont

©
certaines sont stratégiques pour la région.
Laurent Pyot, de chez
Ginger Burgeap.

Ginger Burgeap intervient depuis ment de couches sédimentaires


2009 pour la Société du Grand Paris qui renferment différents niveaux
en tant que mandataire d’un grou- aquifères sableux ou carbonatés, été réalisés pour des conditions
pement d’ingénieries spécialisées en relation hydraulique complexe d’écoulement des eaux souter-
en environnement. Dès les pre- entre eux au travers des horizons raines qui ont nettement changé.
mières esquisses du projet, une mis- qui les séparent. En effet, rares Par ailleurs, ils concernent essen-
sion d’évaluation stratégique envi- sont les horizons franchement peu tiellement les aquifères les plus pro-
ronnementale a été lancée afin perméables entre les différentes ductifs, car plus économiquement
d’identifier les principaux enjeux couches aquifères. Ainsi, une intéressants à exploiter et mieux
environnementaux, de les intégrer action comme un prélèvement, documentés. Ainsi, des données
dans la stratégie de conception du par exemple, peut avoir des réper- complémentaires sont nécessaires
projet et de nourrir le débat public. cussions dans la couche prélevée, pour améliorer la connaissance
Dans un second temps, l’ensemble celles du dessus et celles du des- des niveaux d’eau à prendre en
des tronçons gérés par la Société sous ! C’est ce qui a été observé compte le long du projet. Dans le
du Grand Paris a fait l’objet d’une jusque dans les années 1960 dans cadre de la ligne 15 sud, environ
étude d’impact préliminaire dans la partie nord de l’Île-de-France, 215 piézomètres ont été réalisés le
le cadre de la déclaration d’utilité où des prélèvements profonds long du tracé dans cet objectif. La
publique du projet. Enfin, le grou- d’eau à usage industriel dans les carte (page 99) est un exemple de
pement a réalisé le premier dossier sables de l’Yprésien ont entraîné carte piézométrique interprétée
environnemental détaillé concer- des abaissements spectaculaires au droit du projet.
nant la ligne 15 sud qui constitue du niveau des nappes jusqu’aux Les caractéristiques hydrodyna-
la référence des dossiers environ- plus superficielles. miques des différentes couches
nementaux de toutes les lignes. Ce Une approche pertinente hydro- sont ensuite recherchées dans
dossier a constitué également un géologique implique, dans un la bibliographie et précisées par
pilote pour l’autorisation environne- premier temps, de dresser un état des reconnaissances hydrogéo-
mentale actuellement en vigueur. initial aussi complet que possible logiques comme des pompages
Il s’agit d’une nouvelle procédure sur les différents niveaux aquifères d’essai. En complément des pro-
qui regroupe l’ensemble des pro- susceptibles de concerner le pro- priétés physiques des différentes
cédures environnementales disso- jet. Les premières données recher- couches, de nombreuses données
ciées par le passé. Il est le fruit d’un chées concernent la piézométrie, environnementales doivent être
travail collaboratif entre le groupe- c’est-à-dire le niveau d’eau ren- recensées pour définir l’état initial,
ment, la Société du Grand Paris et contré dans une couche donnée, comme : l’exploitation des res-
ses conseils, en concertation avec la pente et le sens d’écoulement sources, leur qualité, les relations
les services de l’État. d’une nappe. En Île-de-France, les entre les différents aquifères et les
L’eau souterraine fait partie des caractéristiques générales des prin- cours d’eau ou les zones humides, la
thématiques majeures prises en cipaux aquifères sont assez bien présence éventuelle de zones sen-
compte dans les études environ- connues, car ceux-ci sont exploités sibles tel que les terrains contenant
nementales de par la nature du depuis au moins la fin du XIXe siècle. du gypse, les anciennes carrières,
projet et du contexte particulier Néanmoins, les grands inven- les terrains compressibles, etc.
du Bassin parisien. Le Bassin pari- taires hydrogéologiques régio- C’est à partir de cet état initial
sien est constitué d’un empile- naux sont assez anciens et ont complet que la sensibilité du milieu

N°10 JUIN 2018


ENVIRONNEMENT 99
© DR

Exemple de carte piézométrique établie à l’état initial (Ligne 15 sud).

et les enjeux hydrogéologiques peuvent être défi-


nis. Pour hiérarchiser les zones à risque potentiel,
4 grandes catégories d’origine possible de perturba-
tion du milieu ont été définies : ce sont les modifica-
tions des écoulements créés par « l’effet barrage », les
pompages d’épuisement en phase chantier, le rejet
des eaux souterraines, et enfin la mise en communi-
cation de nappe. Le tableau ci-dessous donne une
appréciation de la sensibilité du milieu sur la base
des caractéristiques locales hydrogéologiques et
environnementales. •••

Secteurs concernés Niveau de sensibilité


Aquifère très productif.
Secteur de la boutonnière
Nombreuses exploitations
de Boulogne-Billancourt
d’eau souterraine.
Secteur du plateau d’Issy Aquifère de productivité
à Cachan modérée peu exploité.
Aquifère de faible
Secteur du plateau de productivité.
Villejuif Présence de niveaux de
gypse.
Aquifère très productif.
Nombreuses exploitations
d’eau souterraine.
Présence de niveaux de
Secteur de la vallée de la
gypse.
Seine et de la Marne
Présence de couches
(plaine de Vitry)
géologiques sensibles au
tassement.
Contamination avérée de
l’eau souterraine.
Secteur du plateau de Aquifère de faible
Champigny-sur-Marne productivité
© DR

Hiérarchisation de la sensibilité liée au pompage d’eau


souterraine.
Légende :
Pas d’enjeu
Sensibilité faible
Sensibilité modérée
Sensibilité forte

N°10 JUIN 2018


100 ENVIRONNEMENT

••• Cette analyse donne une


appréciation globale de la sensi-
bilité du projet qui permet ensuite
de définir une stratégie d’étude
adaptée au risque pour quantifier
précisément l’impact.
Une modélisation hydrogéologique
en 3 dimensions a souvent été mise
en œuvre afin de produire une
évaluation quantitative des effets
hydrogéologiques du projet. La
figure ci-dessous présente l’exten-
sion des 7 modèles construits par
Ginger Burgeap autour des diffé-
rentes lignes du Grand Paris Express. Vue en 3D d’un modèle
Copyright : DR hydrogéologique.

© DR
possible des mesures disponibles. souhaité que l’expertise environne-
Dans ce contexte, le calage mentale soit incluse dès les phases
permet notamment de préciser de conception préliminaires du
les perméabilités verticales des projet. En prenant l’exemple de
couches intermédiaires entre la ligne 15 sud, tout au long de la
aquifères. La perméabilité horizon- phase de conception technique
tale des couches est souvent assez des ouvrages, un important travail
bien connue, en particulier dans de concertation a été réalisé entre
les terrains productifs où il existe de maîtrise d’œuvre et spécialiste en
nombreux forages. En revanche, la environnement. Ce travail collabo-
perméabilité verticale est très dif- ratif a pour objectif de concevoir
© DR

Extension des modèles ficile à mesurer sur le terrain, mais un projet optimisé techniquement
hydrogéologiques réalisés par a une importance capitale pour et intégré à son environnement. En
Ginger Burgeap pour le projet l’évaluation des incidences au ce qui concerne l’eau souterraine,
Grand Paris Express. droit d’ouvrages profonds traver- la réalisation des fondations spé-
La surface des modèles peut sant plusieurs aquifères. ciales (parois moulées, fonds injec-
apparaître comme significative. Le modèle construit et calé consti- tés) constituait un sujet important
Le choix des dimensions d’un tue l’outil d’évaluation des inci- d’échange de par leur influence
modèle dépend des caractéris- dences physiques du projet. Par sur les débits d’exhaure à gérer
tiques hydrogéologiques locales et exemple, il permet d’évaluer les en phase chantier et les rejets
du projet. Dans ce contexte, des baisses de niveau piézométrique associés.
modèles étendus sont privilégiés, engendrées par un pompage Enfin, l’expertise environnementale
car, d’une part, les gares les plus d’épuisement en phase chantier et est présentée sous la forme de dos-
profondes intéressent souvent des les modifications permanentes des siers réglementaires au formalisme
aquifères captifs peu ou mal réa- directions d’écoulement créées précis. La rédaction et l’illustra-
limentés où une incidence peut se par l’obstacle que constituent les tion de ce type de dossier est une
propager sur de grandes distances ; gares et le tunnel. Ces incidences étape fondamentale. Il s’agit de
d’autre part, un modèle étendu physiques doivent ensuite être tra- présenter des éléments techniques
permet d’évaluer « les effets duites en impacts sur les différentes souvent pointus et précis à l’atten-
cumulés » entre ouvrages d’une cibles identifiées, telles que les tion de services instructeurs spécia-
même ligne qui seraient réalisés sur exploitations d’eau souterraine, les listes en environnement, mais pas
une même période. zones humides, les zones de bâti, nécessairement en construction,
Une fois le modèle construit, une etc. L’impact doit être non signi- tout en conservant une approche
phase essentielle « de calage » ficatif ou maîtrisable pour que le accessible au public.
est lancée. Elle consiste à réaliser projet de construction puisse être Laurent Pyot, responsable de
plusieurs simulations successives validé. La conception du projet doit l’activité géothermie et
en faisant varier certaines proprié- donc tenir compte des contraintes hydrogéologie de la construction,
tés physiques des couches pour environnementales. C’est pour- département eau, énergie, ville et
aboutir à la restitution la plus fidèle quoi la société du Grand Paris a territoire chez Ginger Burgeap

N°10 JUIN 2018


ENVIRONNEMENT 101

Gestion des déblais :


la délicate question des volumes
© Société du Grand Paris

Défi financier, défi technique, le plus grand chantier européen


d’infrastructures du moment présente, aussi, un véritable
défi environnemental avec un enjeu majeur qui réside dans
l’optimisation de la gestion des déblais. Explications.
ris
Pa
nd
ra
G

du
é
iét
oc
©S

La construction des 200 km de routières ou ferroviaires en « plein Frédéric Willemin, directeur


lignes du futur métro francilien, des air », de chercher à équilibrer le de l’ingénierie environnementale
68 gares, des puits d’entrées et des profil en long des ouvrages en à la Société du Grand Paris.
ouvrages annexes doit en effet affectant les déblais dans les zones
générer la création de quelque requérant des remblais.
Un volume tout à fait gérable,
45 Mt de déblais – soit l’équiva-
ENVIRON 2 000 TONNES/JOUR DE alors que le seul tunnelier en ser-
lent de 7 fois l’ensemble des pyra-
DÉBLAIS PAR TUNNELIER vice à ce jour creuse ses premiers
mides de Gizeh ! – que la Société
Les travaux sont ici souterrains et mètres sur une voie de raccorde-
du Grand Paris entend revaloriser
la grande masse des ment de la ligne 15
à 70 %. Faute de foncier disponible
sur le tracé en site urbain ou périur- déblais sera issue du À sa vitesse de sud ; mais qui sera plus
bain, ces déchets ne pourront sou- creusement des tun- croisière, un tunnelier délicat à « absorber »
nels avec des débits à l’horizon 2020-2022,
vent pas être stockés à proximité produit près de
importants. À sa quand 20 tunneliers
de leurs lieux de production. Pas
question non plus, comme il est vitesse de croisière, un 2 000 t de déblais opéreront de concert
tunnelier produit près sur les différentes lignes
de mise sur les grandes opérations par jour du tracé. •••
de terrassement d’infrastructures de 2 000 t/j de déblais.

N°10 JUIN 2018


102 ENVIRONNEMENT

UNE DIRECTION : TROIS MISSIONS des sols. Pour ce faire, elle diligente
auprès de sociétés spécialisées
La Direction de l’ingénierie environ-
nementale de la Société du Grand des sondages et analyses afin de
Paris intervient principalement à déterminer la présence ou non
3 niveaux. de polluants, et, le cas échéant,
d’identifier la nature de la pollu-
Premièrement, comme pour tion. Cette action se déroule princi-
toute opération d’aménage-
palement aux stades d’avant-pro-
ment d’envergure, elle est char-
jet pour que les maîtres d’œuvre
gée de s’assurer que le projet a
puissent intégrer dans leurs appels
Considérés comme des déchets, recueilli l’ensemble des autorisa-
d’offres des procédures et coûts
les déblais de chantiers sont pesés et tions environnementales prévues
dans le Code de l’environne- éventuels de traitement des terres.
suivis depuis leur point d’extraction
jusqu’à leur destination finale grâce ment et le Code forestier. Le res- « Cette caractérisation a nécessité
à une plateforme internet mise en pect des obligations légales en la réalisation d’une campagne
place par le maître d’ouvrage. matière d’eau, de faune et de de plusieurs milliers d’analyses qui,
flore, de défrichement ou d’inter- pour l’essentiel, sont achevées.
face avec des zones classées est Ne restent plus aujourd’hui que
ainsi de son ressort. C’est elle qui quelques sites manquants où les
••• D’autant que se dérouleront élabore les études d’impact et se investigations se heurtent encore à
simultanément les travaux d’exca- charge de leur présentation au des autorisations d’accès, » relève
vation d’une bonne partie des public. Si la plus grande partie des Frédéric Willemin.
gares, représentant chacune en études est réalisée en amont du
moyenne près de 200 000 t de ter- projet, la phase d’obtention des Enfin, la Direction de l’ingénierie
rassement. Quelles destinations autorisations se poursuit une fois environnementale est chargée de
prendront alors les déblais du les travaux commencés. « Cette la gestion des déblais qui repré-
Grand Paris Express ? mission devrait se poursuivre sur sente le sujet environnemental
une période importante. Il suffit, majeur du projet compte tenu
par exemple, que les débits des des volumes et tonnages concer-
Les parcs urbains constituent eaux d’exhaure sur un chantier nés. Que faire d’une telle quantité
une autre piste de valorisation soient modifiés pour que nous de déblais ? Quelles destinations
ayons à solliciter des autorisations leur donner ? Comment optimiser
des déblais à grande échelle
complémentaires », note Frédéric leur revalorisation ? Quel moyen
Willemin, directeur de l’ingénierie de transport adopter ? Autant
Des pistes existent*, évidemment, environnementale à la Société du de questions étudiées depuis
que la Société du Grand Paris Grand Paris. 2011, mais qui ne trouveront leurs
explore et promeut systémati- La deuxième grande mission de la réponses définitives qu’avec la
quement, d’abord en informant : Direction consiste à collecter des montée en puissance des travaux
« Depuis plusieurs années, nous données concernant la pollution de terrassement.
œuvrons afin de mobiliser les par-
ties prenantes. Nous travaillons en
particulier en concertation avec les
établissements publics d’aména- La création de golf en est un. ordre d’idée, les parcs urbains
gement susceptibles de dévelop- Comme l’illustre le futur golf de constituent une autre piste de
per des projets de proximité néces- Thiverval-Grignon (Yvelines), où valorisation des déblais à grande
sitant un apport de matériaux. La des déchets inertes provenant des échelle.
grande difficulté de l’exercice chantiers du Grand Paris Express
est celle de la concordance des 1,3 MILLION DE TONNES DE
trouvent déjà affectation. Le projet
temps. Afin d’éviter des surcoûts
DÉBLAIS POUR UN PARC À
est d’importance. Sur une superfi-
trop importants liés au stockage
CHELLES-MONTFERMEIL
cie de 60 ha doit être créé un golf
ou à la reprise des déblais, il est de 18 trous, ses practices et ses Le parc du Sempin est la tra-
nécessaire d’adopter une gestion équipements, au prix d’un amé- duction à la fois la plus avancée
en flux tendu, sous peine d’aboutir nagement paysager conséquent et la plus importante du parte-
à un surcoût exorbitant », relève pour modeler le parcours et offrir nariat tissé entre la Société du
Frédéric Willemin, directeur de aux golfeurs un environnement Grand Paris et les aménageurs.
l’ingénierie environnementale de agréable. Pour ce faire, les opéra- Propriété de la Société d’aména-
la Société du Grand Paris, qui dis- tions de remblaiement, organisées gement foncier et d’établissement
tingue plusieurs catégories de en 4 phases, mettront en œuvre rural d’Île-de-France (Safer), le site
projets capables de recueillir une quelque 7 Mt de terres et de gra- s’étend sur les communes de Chelles
grande quantité de déblais. vats d’ici 2020 ! Dans le même (Seine-et-Marne) et de Montfer-

N°10 JUIN 2018


ENVIRONNEMENT 103

meil (Seine-Saint-Denis). Exploité comme carrière de doit faire l’objet d’expérimentations avant d’être mise
gypse au début du XXe siècle, en partie remblayé dans en œuvre en vraie grandeur sur les chantiers du Grand
les années 1990, il fut fermé au public à la suite de la Paris Express. En l’occurrence, la solution est actuel-
découverte de zones d’effondrements. La sécurisation lement testée sur un chantier aux portes de Paris, à
et le réaménagement de la friche dans la perspective Bagnolet.
de sa réouverture future au public passent aujourd’hui
Évidemment, les possibilités de recyclage sont aussi
par un apport important en matériaux. « La Safer,
envisagées en fonction de la nature des déblais.
maître d’ouvrage de l’opération, prévoit l’emploi de
Elles consistent, notamment, à réutiliser les sables,
2,6 Mt de matériaux, dont au moins la moitié pro-
après lavage, et les granulats, après tri et concas-
viendra du creusement de la ligne 16, au niveau
sage, comme matériaux de construc-
de la gare de Chelles. Le puits
tion de bâtiments ou de chaussées.
d’entrée du tunnelier – qui servira donc Mi-avril 2018, Difficile pour autant de dire, d’ores et
de puits de sortie des déblais exca-
seulement 1,5 Mt déjà, quelle sera la fraction de déblais
vés – est situé à quelques centaines de
recyclés puisque les grands terrasse-
mètres seulement du parc. Nous sommes de déblais avaient ments débutent tout juste. Mi-avril 2018,
dans la logique des circuits courts, que été extraites sur les seulement 1,5 Mt de déblais avaient
nous souhaitons privilégier pour d’évi-
dentes raisons économiques et envi- différents chantiers été extraites sur les différents chantiers
et avaient pris la direction de plusieurs
ronnementales », complète Frédéric
dizaines d’exutoires, en Île-de-France
Willemin. Pour sa part, Pierre Missioux, directeur géné-
et au-delà. Une certitude : la pollution des déblais,
ral de la Safer Île-de-France, se félicitait, au moment
dûment contrôlée, ne sera pas un sujet majeur. « À ce
de la signature du partenariat, de pouvoir remodeler
jour, 8 000 t de terres polluées, soit un peu moins de 0,5 %
et participer à la renaissance d’un parc urbain tout en
du total, ont été dirigées vers des centres spécialisés.
contribuant « à la diminution d’implantation de sites de
Les filières en place sont tout à fait capables de traiter de
stockage sur les terres agricoles ». D’autres aménage-
tels volumes. Cela ne modifie pas l’économie du secteur »,
ments de parcs urbains devraient voir le jour sur le tracé
conclut Frédéric Willemin.
du Grand Paris Express.
Philippe Morelli
Les carrières constituent une autre possibilité d’absor-
* Ces pistes sont recensées avec exhaustivité dans le « Schéma de
ber de grands volumes de matériaux pour leur réamé- gestion et de valorisation des déblais », dont la dernière édition date
nagement. « Il existe des sites en Île-de-France prêts à de juillet 2017.
recevoir des déblais. Je pense notamment aux car-
rières de Pécy (Seine-et-Marne), aux carrières Guerville
(Yvelines), ou encore à des carrières de gypse dans le
Val-d’Oise, à Cormeilles-en-Parisis par exemple. »

Les opérations de remblaiements,


organisées en 4 phases, mettront en
œuvre quelque 7 Mt de terres et de
gravats d’ici 2020 !

Une convention spécifique a été signée le 25 janvier


2017, entre Placoplatre (enseigne du groupe Saint-
Gobain) et la Société du Grand Paris. Cet accord porte
sur la réservation à hauteur de 50 % d’un volume à
remblayer, réparti sur 4 carrières franciliennes de gypse
pour le stockage de déblais gypsifères en provenance
du Grand Paris Express, soit l’équivalent de près de 4 Mt
sur 5 ans (2017-2021). Cet accord permet à la Société
du Grand Paris de sécuriser des exutoires à proximité
des chantiers pour ce type de déblais, dont la quantité
estimée sur le Grand Paris Express est de l’ordre de 8 Mt.
Les déblais des travaux souterrains pourraient aussi
retourner… sous terre ! La Société du Grand Paris et
l’Ademe ont en effet primé (avec 7 autres solutions inno-
vantes de gestions des déblais) le procédé « Solpur ».
Développée par les sociétés Terbis et ETPO, la tech-
nique vise à utiliser les déblais transformés en coulis
pour être injectés en confortement de carrières souter-
raines. Comme les autres innovations retenues, Solpur

N°10 JUIN 2018


104 PRODUITS & MATÉRIELS

Les machines au cœur L’INNOVATION EXISTE AUSSI


DANS LA GÉOTECHNIQUE AVEC
LA FOREUSE SOMAC SD250/70,
du Grand Paris Express FRUIT D’UN PARTENARIAT
FONDASOL-SOMAC
La machine de forage SD250/70
est le résultat de l’association des
Tunneliers, foreuses, pulvérisateur de béton…, ces machines compétences de Somac (fabri-
et techniques s’activent actuellement sur les chantiers du cant de machines de forage) et
Grand Paris Express. Découvrez-en quelques-unes. Fondasol. Cette dernière souhai-
tait une machine répondant à des
besoins très spécifiques en matière
EPIROC PRÉSENT SUR EOLE-LA préventif et un système de trans- de capacité de sondage : puis-
DÉFENSE mission à sécurité intégrée. sance, compacité, poids. Somac a
La 1re machine Epiroc Meyco ME5 Quelques données techniques relevé le défi et répondu au cahier
a été vendue au groupement des charges, permettant aux
Pulvérisation hauteur/largeur
E-DEF, Eole-La Défense avec la équipes de forage de Fondasol
max. : 14,5 m et 22,2 m
collaboration de leur partenaire BMS. de bénéficier de machines quasi
Sortie : 30 m3/min à 50 bar
La Meyco ME5 intervient sur les sur mesure, en outre dotées d’une
Compresseur : 75 Kw – 7 bar –
travaux Eole-La Défense pour technologie unique sur le marché :
10,5 m3/ min
une pulvérisation et colmatage une tête de forage équipée d’un
Transmission/Système de buse :
rapides avec un béton de qua- moteur de rotation à cylindrée
100/80 mm
lité. En effet, destinée à la pulvé- variable. Cette technologie per-
Puissance de connexion :
risation de béton dans les grands met de transmettre à l’outil 60 ch
60/135 kW
tunnels, la Meyco ME5 atteint un de manière proportionnelle sur
niveau de précision inégalé. La l’ensemble de la plage de réglage.
flèche et la pompe optimisées per- 11 équipes de Fondasol utilisent
mettent de réduire les rebonds, et désormais la Somac SD250/70 pour
donc les déchets. Le dosage plus des applications géotechniques à
précis combiné à un écoulement moyenne profondeur.
constant du béton permet d’amé- Caractéristiques techniques de la
liorer la qualité finale du béton. Un SD 250/70
compresseur d’air dédié optimise Puissance : 70 ch
le rendement, tandis que le débit- Dimensions : l 4,10 m x L 1,53 m x
mètre et la pompe à rotor/stator h 5,45 m
permettent un réglage du volume Poids : 3 850 kg
constant, vous garantissant à la fois Profondeur de forage : 100 m
puissance et flexibilité quand vous
en avez besoin. Ses avantages sont
nombreux tels qu’une productivité
accrue avec une efficacité de
pompage bonifiée, une précision
améliorée avec un meilleur fonc-
tionnement du bras et une sécu-
© AM

© Fondasol
rité assurée par un sous-dosage

SMIE, LE SPÉCIALISTE DE du Grand Paris Express, à diffé- flashs et de sirènes, en sous-sol et


L’ANTICOLLISION rents endroits (sur les stations des en surface, quand le crochet de
En 40 ans, la société qui s’est impo- lignes) pour des grands comptes la grue s’apprête à survoler ou à
sée comme acteur majeur de la français du bâtiment ; et il est inté- descendre dans ces zones de tré-
sécurité sur les chantiers présente ressant de noter que le logiciel mie. Ainsi, les équipes peuvent se
ProSite, son dernier système anticol- ProSite de Smie a été modifié pour mettre en sécurité. »
lision. Ce dernier offre un niveau de tenir compte des spécificités de
service inégalé grâce à l’intégra- ce chantier, ainsi que le souligne
tion de nombreuses innovations : Isabelle Padovan, responsable du
communication wi-fi permettant département service chez SMIE :
la consultation et le paramétrage « Les chantiers du Grand Paris
du système depuis n’importe quel présentent des spécifications de
point du chantier, possibilité de fonctionnement particulières. Les
moduler les zones interdites de ouvriers creusent le sol en vue de
survol selon ses besoins, etc. Sans créer de nouveaux réseaux de
oublier un confort d’utilisation et transport. Afin de sécuriser l’utili-
une facilité d’installation inégalés. sation de grues en surface, nous
© Smie

Smie est présente sur les chantiers avons mis en place l’activation de

N°10 JUIN 2018


106 ANNONCEURS
PAGES PAGES PAGES

LIEBHERR-NENZING
APAGEO 91 EXPLOR-E 67 93
EQUIPEMENTS

APC INGENIERIE 37 FAYAT FONDATIONS 41 MY NDS 17

FRASTE 89 RESIREP 33
APROMETAL 63

ROBERTSON
GEOSOLTIS 11 99
AXEL DUVAL 103 GEOLOGGING LTD

BMS 31 GEOTEC FRANCE 39 SAGA INGENIERIE 51

BOTTE FONDATIONS 45 GEOTECHNIQUE 49 SOILMEC FRANCE 7

CAJ TRAVAUX 3e
13 GINGER CEBTP SOLS MESURES 9
SPECIAUX de couv

4e
CFE LOCATION 23 GIULLOC 35 SOLETANCHE BACHY
de couv

2e SOTRES 59
COGEMACOUSTIC ECE 81 GRITCHEN
de couv

EIFFAGE GENIE CIVIL 15 IDETEC 61 TEC SYSTEM 105

EPD 65 ISCHEBECK FRANCE 69 TEMSOL 95

TRANSPORTS
EPIROC 29 ITECH 97 43
COURCELLE

ERG SAS 77 JEAN LUTZ 27 URETEK FRANCE 4

ETIC 57 LA THP 79

N°10 HORS-
SÉRIE JUIN 2018

Recevez gratuitement
la revue Solscope Mag !
Je désire recevoir gratuitement les 2 numéros annuels de la revue Soslcope Mag
SPÉCIAL
GRAND PARI
S EXPRESS IE

Ma préférence par voie postale par courriel


ÉR
-S
RS
HO

NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PRÉNOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

FONCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SOCIÉTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

COURRIEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

ADRESSE POSTALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CODE POSTAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TÉL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FAX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Retournez le coupon à RPI - « Le Millenium » - 9, bd Pierre Mendès-France - 77600 Bussy-Saint-Georges


ou par e-mail à : cuvillier@rpi.fr
Tél : +33(0)1.60.94.22.20 - Fax : +33(0)1.64.77.51.82

N°10 JUIN 2018