Vous êtes sur la page 1sur 6

Micro-économie s1 + s2 Prof : RHEZAL Youssef

Plan de la micro-économie : s1
Chap I : La science économie
1. Définition de l’économie
2. L’objet de la science économique
3. Les concepts de base de la science économique
4. L’origine de la théorie micro-économique
5. Les outils mathématiques de base utilisés en micro :
a) Les fonctions homogénes
b) Les f(x) implicites
c) Le TMS
d) Extrema de fonctions dérivables
e) La concavité des fonctions
6. Question de cours et débat

Chap II : La théorie du choix du consommateur :


1. Les préférences du consommateur
2. Le choix du consommateur
3. La fonction d’utilité
a) La distinction entre la f(x) d’utilité totale et l’utilité marginale
b) Le principe d’égalisation des utilités marginale et la rationalité des choix économiques
c) La limite de la théorie de l’utilité : l’utilité cardinale et l’utilité ordinale
d) Les courbes d’indifférence
4. Le TMS

Chap III : l’équilibre du consommateur et échange


1. La droite budgétaire du consommateur
2. Analyse de l’équilibre du consommateur
3. Le surplus du consommateur
4. L’effet de substitution et l’effet revenu
5. L’élasticité de la demande

CHap IV : la fonction de production


1. Les productivités et les rendements factoriels
2. La productivité à long terme : les rendements d’échelle

Chap V : l’optimum du producteur


1. Le concept d’iso-coût
2. La maximisation de la production
3. Le sentier d’expansion de l’entreprise

Chap VII : les couts de productions

Contactez-nous (whatsapp/télé) : 06.30.55.69.00 Association de formation et d’orientation


Micro-économie s1 + s2 Prof : RHEZAL Youssef

1. Mesure des couts de production


2. La minimisation u cout de production
3. Les rendements d’échelle et la fonction de cout

Chap VIII : le profit et la fonction d’offre

Semestre 2 :
Chap I : Le marché
1. La loi de l’offre et la demande
2. Détermination du prix d’équilibre

Chap II : Les marchés de concurrence pure et parfaite


1. Les conditions de la CPP
2. Le fonctionnement du marché de CPP

Chap III : les marchés de monopole


1. La demande
2. Les recettes
3. Le monopole simple
4. Le monopole discriminant
5. Le monopsone

Chap IV : la concurrence monopolistique


1. La différentiation des produits
2. La multiplicité des vendeurs

Chap V : L’oligopole
3. Les principes caractéristiques des oligopoles
4. Les stratégies des oligopoles

Chap VI : Théorie des jeux

Contactez-nous (whatsapp/télé) : 06.30.55.69.00 Association de formation et d’orientation


Micro-économie s1 + s2 Prof : RHEZAL Youssef

Chap I : La science économie

L’économie :

* Une économie est formée d'une multitude d'individus (appelés souvent « ménages » ou « consommateurs »)
et d'entreprises qui échangent entre eux en vue de satisfaire leurs objectifs (augmenter leur satisfaction ou leur
profit, par exemple). Ces échanges peuvent prendre des modalités diverses.

*la science ayant pour objet d’étude de la production, de la répartition et de la consommation des biens et
services rares.

*un consommateur qui adapte sa consommation à son budget (revenu) ; est un individu dont le
comportement est dit efficace et rationnel.

*un entrepreneur qui réalise des économies d’échelle : est Un gérant qui utilise les moyens de production
d’une manière efficace, Moindre cout, les ressources qui sont rares.

L’objet de l’économie : est de parvenir à satisfaire les besoins des individus et des groupes et d’étudier
comment les richesses se créent, se distribuent et se consomment.

 C’est au tour de l’équilibre que la science économique est partiellement structurée : L’équilibre
partiel :
Des agents économiques : Un bien spécifique, Equilibre général : de l’ensemble des biens et
services
L’équilibre global : Des agents + macro (national)
 L’égalité entre 2 ou plusieurs variable économique (individuelles ou nationals) : l’offre et la
demande d’un produit, le revenu et depense, l’epargne et l’investissement, les ressources et les
emplois.

Le micro-économie étudie le comportements économique d’unités « individuelles » (consommateurs,


entreprises…), ainsi que l’analyse des marchés et leurs structures.

La macroéconomie traite du comportement d’agrégats économiques tels que le produits national brut, le
revenu national, le niveau d’emploi…

Les concepts de base de la science économique :

1. La rationalité : c’est un principe qui constitue à recherche la réalisation d’un objectif donné en
utilisant au mieux les moyens dont on dispose: (C’est une sorte d’adaptation efficace et raisonnable
des moyens aux fins).
2. L’individualisme méthodologique : c’est une méthode qui consiste à expliquer des phénomènes
économiques et sociaux à partir des comportements individuels ;( l’individu au cœur de groupe,
l’action de groupe se ramène à l’action de chaque individu)
3. L’utilité : c’est la capacité que possède un bien ou un service à satisfaire un besoin. F(x) cardinale
(nombre) et F(x) ordinale (ordre de préférence)
4. Les goûts et les préférences : ce sont les évaluations subjectives liées à l’utilité procurée des biens
et services.

Contactez-nous (whatsapp/télé) : 06.30.55.69.00 Association de formation et d’orientation


Micro-économie s1 + s2 Prof : RHEZAL Youssef

5. Les choix inter-temporels : Choix d’un agent qui porte à la fois sur ses actions présentes
et sur ses actions futures. Ménage => Consommation et épargne, Producteur =>
Consommation intermédiaire et production.
6. La loi de l’offre et de la demande : C’est la variation de l’offre et la demande lorsque les prix se
modifient sur un marché.
7. Equilibre général : Le mot « équilibre » désigne le fait que cet intérêt porte essentiellement sur le cas
où ces échanges sont tels que chacun soit satisfait et ne cherche plus à « bouger » (à faire de
nouveaux échanges). L'adjonction de l'adjectif « général » s'explique par le fait que l'ensemble des
échanges de l'économie, qui concerne tous ses biens, sont pris en compte — par opposition à la
théorie de l'« équilibre partiel », qui ne traite que du cas d'un seul bien, en ne tenant pas compte des
interactions de ses échanges avec ceux qui portent sur les autres biens.
8. Bien économique : Tout objet ou service qui procure une satisfaction, et qui existe en en quantité
limité et peut s’échange contre un prix sur le marché
9. Bien libre : bien surabondant et immédiatement disponible, sans effort particulier.
10. Besoin : sentiment de manque fondé sur le désir de posséder tel ou tel bien, ou d’obtenir tel ou tel
service.
11. HOMO-ECONOMICUS : Rationnel et égoïste.
12. Rareté ; état défini par le caractère non abondant des ressources, l’obtention de celles-ci nécessitant
un effort.
13. Agent économique : toute unité participant à une opération économique.
14. L’échange : Donner une chose pour en obtenir une autre à la place
15. L’épargne : partie de revenu destiné à etre réservée pour des utilisation futures
16. Demande : Besoin ou désir d’un marché
17. Offre mise sur le marché des biens et services afin d’etre vendus moyennant un prix.
18. Inflation : hausse généralisée et autoentretenue des prix.
19. Récession : état économique qui se caractérise par un ralentissment ou une dépression.

Les outils mathématiques utilisés en miro-économie :

 Dérivation : 1- D’un seul variable et de 2 variables : (Utilité)’= U.marginale


 L'utilité marginale d'un bien ou d'un service est l'utilité qu'un agent économique tirera de la
consommation d'une quantité supplémentaire de ce bien ou de ce service.

Cette utilité marginale décroît avec la quantité de biens déjà consommée. Par exemple, si l'on possède déjà
deux stylos, l'utilité apportée par un stylo supplémentaire est faible, comparée à la situation où l'on ne possède
initialement aucun stylo.

Toutefois, il convient d'apporter une petite nuance : certes, l'utilité marginale est très souvent décroissante,
néanmoins, la consommation de certains biens peut engendrer une utilité marginale croissante. C'est le cas
par exemple des drogues, de l'alcool etc. De plus certains comportements engendrent également une utilité
marginale croissante : par exemple la collection de timbre ou d'autres objets divers. Plus la collection s'agrandit
plus la satisfaction augmentera.

 Les fonctions homogènes : Formule d’Euler : f(kx ;ky)=K f(x ;y)


 Les fonctions implicites :
 Taux marginale de substitution : est le taux selon lequel le consommateur substitue une quantité du
bien X par une quantité du bien Y , tout en gardant fixe le même niveau de satisfaction.

Contactez-nous (whatsapp/télé) : 06.30.55.69.00 Association de formation et d’orientation


Micro-économie s1 + s2 Prof : RHEZAL Youssef

La courbe est convexe car le taux marginal de substitution est décroissant. Pour la plupart des
biens, le taux marginal de substitution n'est pas constant, ce qui donne une courbe d'indifférence
strictement convexe

Si les biens sont parfaitement substituables alors les courbes d'indifférences seront des droites parallèles. Le
taux marginal de substitution est constant.

Si les biens sont parfaitement complémentaires alors les courbes d'indifférence seront en formes de L. Par
exemple, Les chaussures du pied droit supplémentaires ont une utilité marginale nulle sans la chaussure du
pied gauche. Le taux marginal de substitution est soit zéro soit l'infini.

La courbe des niveaux d’utilité (courbe d’indifférence) ou de production (Courbe d’isoquant)

Chap II : La théorie du choix du consommateur


Un consommateur est une personne qui réalise un ensemble d'actes à propos d'un service ou d'un produit
depuis son achat jusqu'à son utilisation ultime. Et ceci en vue de satisfaire au mieux ses attentes tout au long
de la durée normale prévue d'utilisation.

Son objet c’est de maximiser son utilité sous contrainte budgétaire, à travers une fonction d’utilité sachant qu’il
est supposé rationnel.

Les préférences du consommateur :

Un consommateur peut classer ces différentes possibilités de consommation.

 La fonction d’utilité :

L’utilité peut être mesurée de deux manière :

 La fonction d’utilité cardinale (Quantification)


 La fonction d’utilité ordinale (classification)

Utilité totale : c’est le niveau de satisfaction que l’individu procuré au consommation d’une quantité donnéz ‘x)
de bien X ce bien. La satisfaction augmente au fur et au mesure que la quantité consommée de ce bien
augmente.

UT(x)=U(x) dans le cas ‘un bien

UT(x ;y ;z)=U(x)+U(y) +U(z)

La forme de la f(x) d’utilité différe également selon la nature du bien : bien parfaitement divisible et bien non
parfaitement divisible)

Variable continu : consommation de la viande, le lait, le pain … U=f(x) avec x => [0 ;+∞[

Constant : consommation entière (diagramme en bâton)

Contactez-nous (whatsapp/télé) : 06.30.55.69.00 Association de formation et d’orientation


Micro-économie s1 + s2 Prof : RHEZAL Youssef

𝑇𝑀𝑆𝑋/𝑌 = − ∆𝑌/∆𝑋 = − (𝑑𝑈/𝑑𝑋)/(𝑑𝑈 𝑑𝑌) = (𝑈𝑚𝑋/ 𝑈𝑚y)

Contactez-nous (whatsapp/télé) : 06.30.55.69.00 Association de formation et d’orientation