Vous êtes sur la page 1sur 55

Université Catholique de l’Afrique de BURKINA FASO Société d’Etudes et de

l’OuestUnité Universitaire à Bobo- Unité-Progrès-Justice Réalisations Industrielles


Dioulasso
(ERI-BURKINA)
(UCAO/UUB)

Unité de Formation et de Recherche en


Sciences et Techniques
(UFR/ST)

Mémoire de Master
THEME :

ETUDE TECHNIQUE DE LA RECONSTRUCTION DU BARRAGE DE LA


TAPOA : DIGUE ET EVACUATEUR DE CRUE

Soutenu Publiquement par :

OUATTARA Bardiouma

Pour l’Obtention du diplôme de MASTER EN GENIE CIVIL

(INGENIEUR DE CONCEPTION EN GENIE CIVIL)

DIRECTEUR DE MEMOIRE MAITRE DE STAGE

Dr Jean Louis ZERBO M. Abdoul Kader SINARE

CO-DIRECTEUR DE MEMOIRE
M. Soumana ABDOU

Année Académique 2015-2016


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

DEDICACE

Je dédie le présent mémoire de fin de cycle à :

- ma Chère mère Matagari OUATTARA,

- mon défunt père Daouda OUATTARA,

- mes oncles maternels,

- mes frères et sœurs,

Puisse ce travail exprimer le respect et l’amour que je

vous porte.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma II


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

REMERCIEMENTS

La réalisation de cette étude a été possible grâce aux concours de plusieurs personnes. Nous
tenons à leur exprimer notre profonde gratitude. Ainsi, nos sincères remerciements vont
singulièrement :

au Dr Jean-Louis ZERBO, mon directeur de mémoire pour son encadrement ;

à monsieur Soumana ABDOU, m on co-directeur de mémoire, pour sa disponibilité,


ses conseils, ses encouragements et ses orientations ;

à monsieur Ibrahim SANA, le Directeur Général de la société d’Etudes et de


Réalisations Industrielles pour m’avoir accepté dans sa société

à monsieur Abdoul Kader SINARE, mon maître de stage pour son encadrement et ses
conseils tout au long de ce stage ;

à monsieur Martial GUETCHO TAKEDO, pour son encadrement et ses conseils ;

au Docteur Hamidou SALOU, le Directeur adjoint de l’UFR/ST de l’UCAO/UUB


pour ses conseils ;

à toute l’équipe administrative et au corps professoral de l’Université Catholique de


l’Afrique de l’Ouest/Unité Universitaire à Bobo-Dioulasso (UCAO/UUB), mais avec
un accent particulier à ceux de l’Unité de Formation et de Recherche en
SciencesetTechniques (UFR/ST) ;

à monsieur Abdoul Rachid COULIBALY, pour tout son soutien ;

à nos promotionnaires, pour leurs différentes contributions à notre formation ;

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma III


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

SIGLES ET ABREVIATIONS

UCAO : Université Catholique de l’Afrique de l’ouest


ERI: Société d’Etudes et de Réalisations Industrielles
ϒ poids volumique des terres
Φ angle de frottement interne du sol
ϕ angle de frottement sol-béton
σmax contrainte maximale au niveau de la fondation
Er1 épaisseur de la tête du voile
Er2 épaisseur en bas du voile
Es épaisseur de la semelle
f Fetch
F nombre de Froude
h lame d’eau
He ligne d’eau
Hv hauteur du voile
Lb longueur du bassin de dissipation
Ls largeur de la semelle
OPN Optimum Proctor Normal
P Profondeur de la tranchée d’ancrage
PEN Plan d’Eau Normal
PHE Plan des Hautes Eaux
UUB Unité Universitaire de Bobo-Dioulasso
Vo vitesse de l’eau au-dessus du seuil ;
y tirant d’eau
𝐲𝟏 Tirant d’eau torrentiel
𝐲𝟐 Tirant d’eau fluvial
Z hauteur de chute ;

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma IV


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

PREAMBULE

La Conférence Episcopale Régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) a créé


l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO) qui a ouvert ses portes au cours de
l’année académique 2005-2006. Elle est un réseau de huit (08) Unités Universitaires à savoir:
 l’Unité Universitaire à Bobo-Dioulasso (UUB) au Burkina Faso ;
 l’Unité Universitaire à Bamako (UUBa) au Mali ;
 l’Unité Universitaire à Abidjan (UUA) en Côte d’Ivoire ;
 l’Unité Universitaire à Conakry (UUCo) en Guinée Conakry ;
 l’Unité Universitaire à Ziguinchor (UUZ) au Sénégal ;
 l’Unité Universitaire à Cotonou (UUC) au Bénin ;
 l’Unité Universitaire à Lomé (UUL) au Togo.
 l’Unité Universitaire à Yamoussoukro (UUY) en Côte d’Ivoire

Depuis son ouverture l’UUB a opté pour le système LMD (Licence Master Doctorat).
Le système d’enseignement de l’UCAO/UUB est bâti autour du principe de base suivant:
« apprendre à apprendre, apprendre à entreprendre et apprendre à être responsable ».

L’UUB a ouvert jusqu’à présent dix(10) filières de formation et de recherche organisée autour
de quatre (04) unités de formation et de recherche (UFR) qui sont :

I. UFR/SCIENCES ET TECHNIQUES (UFR/ST)

Elle regroupe trois (03) filières qui sont :


 Technologie et informatique
 Biologie (Industrie Agro-alimentaire et Analyses biologiques)
 Génie civil

II. UFR/ SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION


(UFR/SEG)

Elle regroupe trois (03) filières qui sont :


 Finance/Comptabilité
 Marketing/Management

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma V


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

 Economie du Développement

III. UFR/ SCIENCES JURIDIQUES ET POLITIQUES ET


HUMAINES (UFR/SJP)

Elle compte une seule (01) filière :

 le Droit

IV. UFR/ LETTRES ET SCIENCES HUMAINES (UFR/LSH)

Elle comporte trois (3) filières qui sont :


 Lettres modernes
 Linguistique
 Sociologie appliquée au développement.
A l’UUB comme partout ailleurs, il est exigé à tous les étudiants en deuxième
semestre du master II, d’effectuer un stage en milieu professionnel pour l’obtention du Master
II. Il s’agit d’un stage de fin de cycle qui devrait entre autre permettre aux étudiants, de
s’imprégner des réalités du milieu professionnel, d’acquérir des connaissances pratiques,
d’utiliser leurs connaissances techniques pour l’exécution de tâches précises et de développer
un esprit d’équipe et de collaboration. A l’issue du stage, les étudiants sont tenus de présenter
un mémoire de fin de cycle et de le soutenir devant un jury.

Etudiant en deuxième semestre du master II de Génie Civil option Bâtiment et


Travaux Publics (BTP), nous avons effectué un stage de cinq (5) mois au sein de la société
des Etudes et de Réalisations Industrielles (ERI) avec pour thème « Etude technique de la
reconstruction du barrage de la Tapoa : digue et évacuateur de crue».

Dans ce cadre, nous nous sommes attelés à la rédaction du présent document.

Ce fut un réel plaisir pour nous d’avoir vécu cette expérience et c’est avec un
sentiment de réjouissance que nous avons conclu cette étude. Tout en espérant que notre
contribution par la production de ce modeste écrit aura un impact positif, nous nous
engageons à poursuivre la recherche, pour apporter notre modeste pierre à l’édification de
notre chère patrie, le Burkina Faso.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma VI


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

RESUME

Le présent mémoire traite de l’étude de reconstruction du barrage de la Tapoa : digue et


évacuateur de crue, dans la région de l’Est.
Les études diagnostiquent des états des ouvrages existants du barrage ont révélé d’énorme
anomalies et dégradations qui sont entre autre :

 absence de tranchée d’ancrage ;


 des brèches au niveau du corps de la digue ;
 des fuites d’eau en bas de la digue ;
 des fuites d’eau au niveau déversoir.

L’analyse des causes de ces dégradations a conduit à des propositions de solutions de


réhabilitation du barrage dont le principal est la reconstruction du barrage.

Les études hydrologiques pour la reconstruction du barrage, donnent un bassin versant de


2512 km² avec un débit 390 𝑚3 /s.

Le nouveau barrage a une capacité de 14 238 525𝑚3 . Il est constitué d’une digue en terre
homogène de 551,81m de longueur avec une hauteur de maximal de 5m. Il est muni d’un
déversoir central de type poids déversant dont la longueur est de 260m avec un bassin de
dissipation en aval de 6m de longueur. Il est également muni d’un ouvrage de prise pour
permettre l’irrigation des terres à l’aval du barrage et un ouvrage de vidange pour assurer
l’entretien et la maintenance du barrage.

La mise en œuvre du projet de reconstruction du barrage de la Tapoa a nécessité un milliard


cinq cent soixante-cinq millions sept cent quarante-trois mille cinq cent quatre-vingt-quatre (1
565 743 584) francs CFA toutes taxes comprises, incluant la taxe à la valeur ajoutée (TVA)
au montant de deux cent trente-huit millions huit cent quarante-deux mille deux cent
quarante-deux (238 842 242) francs CFA.

Mots clés :

1. Barrage
2. Bassin versant
3. Digue
4. Déversoir

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma VII


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ABSTRACT

This paper deals with the study of the reconstruction of the Tapoa dam: dyke and
spillway in the eastern region.
Studies that diagnose existing dam structures have revealed enormous anomalies and
degradations that include:

 Absence of anchor trench;


 Breaches in the body of the dike;
 Water leaks at the bottom of the dike;
 Water leakage at the weir level.

The analysis of the causes of these degradations led to proposals for dam rehabilitation
solutions, the main one being the reconstruction of the dam.

Hydrological studies for the reconstruction of the dam give a watershed of 2512 km ² with a
flow of 390 m 3 / s.

The new dam has a capacity of 14 238 525m ^ 3. It consists of a homogeneous earth dam of
551.81m in length with a maximum height of 5m. It is equipped with a central spillway of the
spill type whose length is 260m with a basin of dissipation downstream of 6m of length. It is
also equipped with a catch to allow irrigation of the land downstream of the dam and a
drainage structure to ensure the maintenance and maintenance of the dam.

The implementation of the reconstruction project for the Tapoa dam required one billion five
hundred and sixty five million seven hundred and forty three thousand five hundred and
eighty-four (1,565,743,584) CFA francs, including taxes, inculcating the value-added tax To
the amount of two hundred and thirty eight million eight hundred and forty two thousand two
hundred forty two (238,842,242) CFA francs.

Keywords :
1. Damp
2. Watershed
3. Dike
4. Spillway

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma VIII


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

LISTE DES FIGURES

FIGURE 1: Bassin et sous bassin hydrographiques nationaux .......................................................... 4


FIGURE 2: Les images montrant quelques dégradations du barrage ...................................................... 6
FIGURE 3: Pluviométriemoyenneannuelledelarégiondel’Est(mm)....................................................... 10
FIGURE 4: Coupe transversale d’une digue en terre ........................................................................... 13
FIGURE 5: Coupe transversale de la digue ............................................................................................... 21
FIGURE 6: Présentation du mur Bajoyer ................................................................................................... 23
FIGURE 7: Schéma représentant les différentes actions sur le déversoir................................... 29
FIGURE 8: Schémas de l’évacuateur de crue et le bassin de dissipation ................................... 33

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma IX


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU 1: Valeurs caractéristiques des pluies annuelles moyennes et maximales journalières (1951-2010)............... 9
TABLEAU 2: valeurs des forces et leurs moments .......................................................................................................... 25
TABLEAU 3: Caractéristiques du seuil déversant ........................................................................................................... 29
TABLEAU 4: Moments des forces par rapport au point A .............................................................................................. 30

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma X


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

TABLE DES MATIERES


DEDICACE .......................................................................................................................................................... II
REMERCIEMENTS .......................................................................................................................................... III
SIGLES ET ABREVIATIONS .......................................................................................................................... IV
PREAMBULE .......................................................................................................................................................V
I. UFR/Sciences et Techniques (UFR/ST) ................................................................................................... V
II. UFR/ Sciences Economiques et de Gestion (UFR/SEG) .......................................................................... V
III. UFR/ Sciences Juridiques et Politiques et Humaines (UFR/SJP) ........................................................... VI
IV. UFR/ Lettres et Sciences Humaines (UFR/LSH) .................................................................................... VI
RESUME ............................................................................................................................................................VII
ABSTRACT ...................................................................................................................................................... VIII
LISTE DES FIGURES ....................................................................................................................................... IX
LISTE DES TABLEAUX .....................................................................................................................................X
INTRODUCTION ................................................................................................................................................. 3
CHAPITRE I: CONTEXTE DE LA RECONSTRUCTION ET ETUDES DE BASE ................................ 4
I. Contexte de la reconstruction ............................................................................................................... 4
I.1. Localisation du site du barrage et accès ........................................................................................................ 4
I.2. But du projet ................................................................................................................................................. 5
I.3. Proposition de solutions de réhabilitation du barrage .................................................................................. 6
I.4. Objectif de la reconstruction ......................................................................................................................... 6
II. ETUDES DE BASE....................................................................................................................................... 7
II.1. Etude topographique .................................................................................................................................... 7
II.2. Etude géotechnique ...................................................................................................................................... 8
II.3. Etude hydrologique ....................................................................................................................................... 9
CHAPITRE II:ETUDE DE LA DIGUE .........................................................................................................12
I. Choix du type et présentation de la digue. .......................................................................................... 12
I.1. Les différents types de digue des barrages en terre. .................................................................................. 12
I.2. Choix et présentation .................................................................................................................................. 12
II. Dimensionnement de la digue ............................................................................................................. 14
II.1. Calage de crête de la digue ......................................................................................................................... 14
II.2. Calcul de la revanche ................................................................................................................................... 14
II.3. Hauteur maximale de la digue .................................................................................................................... 15
II.4. La largeur en crête de la digue .................................................................................................................... 16
II.5. Pentes des talus .......................................................................................................................................... 16
II.6. Longueur de la digue ................................................................................................................................... 16
II.7. Emprise(E) de la digue ................................................................................................................................. 16
III. Protection de la digue ......................................................................................................................... 17
III.1. Protection de la crête .................................................................................................................................. 17
III.2. Protection du talus amont........................................................................................................................... 17
III.3. Protection du talus aval ............................................................................................................................... 18
III.4. Protection du remblai contre les infiltrations ............................................................................................. 19
III.5. Dimensionnement de la tranchée d’ancrage .............................................................................................. 22
IV. Dimensionnement des murs bajoyers ................................................................................................. 23
IV.2. Calcul des paramètres géométriques .......................................................................................................... 24
IV.3. Vérification de la stabilité des murs bajoyers.............................................................................................. 24
CHAPITRE III: ETUDE DE L’EVACUATEUR DE CRUE ....................................................................27
I. Choix et présentation du type d’évacuateur de crue. ......................................................................... 27
I.1. Les différents types d’évacuateur de crue. ................................................................................................. 27
I.2. Choix et présentation .................................................................................................................................. 27
I.3. Emplacement de l’évacuateur de crue ........................................................................................................ 28

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 1


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II. Dimensionnement de l’évacuateur de crue ........................................................................................ 28


II.1. Le seuil déversant ........................................................................................................................................ 28
II.2. Etude de la stabilité du déversoir ................................................................................................................ 29
II.3. Le bassin de dissipation ............................................................................................................................... 31
II.4. Le chenal d’évacuation ................................................................................................................................ 33
CHAPITRE IV: ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU PROJET..........................................................35
I. Les impacts positifs .............................................................................................................................. 35
II. Les impacts négatifs ............................................................................................................................ 36
III. Mesures d’atténuations et bonifications ............................................................................................ 36
CONCLUSION ....................................................................................................................................................38
BIBLIOGRAPHIE ...............................................................................................................................................39
ANNEXE 01 : DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF ................................................................................41
ANNEXE 02 : PROFIL EN LONG ....................................................................................................................42
ANNEXE 03 : FERRAILLAGE DU MUR BAJOYER ....................................................................................43
ANNEXE 04 : DETAIL DE CALCUL DU DEVERSOIR................................................................................44
ANNEXE 05 : COUPE TRANSVERSALE DEVERSOIR ET DE LA DIGUE .............................................45

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 2


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

INTRODUCTION

Le projet de construction du barrage de la Tapoa s’inscrit dans le cadre de la


politique nationale du gouvernement du Burkina Faso en matière de sécurité alimentaire et
de réduction de la pauvreté en milieu rural à travers une contribution de l’agriculture
irriguée. Pour atteindre ces objectifs dans la région de l’Est, il est envisagé la reconstruction
du barrage de la Tapoadans le but d’accroître la production agricole par la maîtrise totale ou
partielle de l’eau d’irrigation.

L’objectif global de cette étude est de proposer un ouvrage hydraulique réalisable


techniquement et financièrement en tenant comptes des contraintes d’ordres divers.

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

 réaliser les études de base nécessaire à la conception de l’ouvrage ;


 Proposer des ouvrages en présentant toutes leurs caractéristiques ;
 Réaliser toutes les notes de calcul justifiant la sécurité des ouvrages proposée ;
 Evaluer les quantités des travaux à réaliser et le coût d’exécution des travaux ;
 Réaliser l’étude d’impact environnementale du projet ;

Pour atteindre ces objectifs spécifiques, nous avons adopté la méthodologie


suivante :

 Recherche de la documentation nécessaire traitant des études des barrages ;


 Faire la synthèse documentaire ;
 Fixer les hypothèses de calculs ;
 Elaborer notre mémoire de fin d’étude.

Suite à cette démarche, nous arriverons à produire notre mémoire de fin d’étude en proposant
un ouvrage conformément aux termes de références de l’étude.

Nous avons voulus travaillé sur ce thème car les barrages sont des ouvrages catalyseurs d’un
développement économique local. Ce travail revêt un intérêt capital pour nous car il permet
de s’approprier de la méthodologie de réalisation des études techniques des barrages.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 3


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

CHAPITRE I: CONTEXTE DE LA RECONSTRUCTION ET


ETUDES DE BASE

I. CONTEXTE DE LA RECONSTRUCTION

I.1. Localisation du site du barrage et accès

Le barrage est localisé sur le fleuve Tapoa sur la RN19 et est situé à 6km à l’entrée de la ville
de Diapaga, province de la Tapoa, région de l’Est.
L’accès à partir de Ouagadougou se fait par la RN4,Ouaga-Fada-Frontière du Niger jusqu’à
Kantchari où on emprunte sur la droite la RN19 (Kantchari-Diapaga).
Le barrage est situé à 51 km de Kantchari et à 6km avant Diapaga.
La distance totale de Fada N’Gourma au barrage est de 201km dont 150 en route bitumée et
51 en route en terre de bonne praticabilité en toute saison.
La distance totale Ouagadougou-site du barrage est de 421km.
Il a pour coordonnées géographique :
 Longitude : 01° 45’ 56’’ Est
 Latitude : 12° 07’ 27.6’’ Nord

FIGURE 1: Bassin et sous bassin hydrographiques nationaux

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 4


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

I.2. But duprojet

Le barrage de la Tapoa, construit depuis 1951 a connu diverses dégradations notamment des
ruptures qui ont été réparées avec des niveaux de réussite assez divers. Cet ouvrage qui est un
puissant moteur de développement de la zone est dans un état de dégradation très avancée et
nécessite des actions rigoureuses et urgentes de réhabilitation.

Expertisesur l’ancien barrage


En juin 2013, une expertise sur l’anciena été effectuée par l'entreprise et le maitre d'œuvre
en vue de sa réhabilitation a permis d’identifier les dégradations suivantes :

 Digue
- digue flottante (sans ancrage) ;
- fuites d’eau au bas et dans le corps de la digue ;
- affaissement du corps de la digue et de la crête en plusieurs endroits ;
- désorganisation du perré sec sur le talus amont ;
- départ important de matériaux de remblai du talus aval.

 Evacuateur de crue
- fuites d’eau à travers le béton et les joints du déversoir ;
- nombreuses fissures sur la face amont du seuil déversant ;
- présence d’affouillements accentués ;
- infiltrations sous le déversoir.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 5


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

FIGURE 2: FIGURE 2 : Les images montrant quelques dégradations du barrage

I.3. Proposition de solutions de réhabilitation du barrage

La digue du barrage de la Tapoa a cédé en plusieurs endroits, le remblai de la digue (sans


ancrage) est un mauvais matériau insuffisamment compacté et le déversoir a subi de graves
dommages, ce qui rend le barrage irrécupérable.

Notre solution pour la réhabilitation du barrage est la reconstruction du barrage en


l’implantant à 50 m en avalde l’ancien barrage.

Notre nouveau barrage doit remplir les deux principales fonctions à savoir :
- une fonction poids qui exige que les caractéristiques mécaniques des matériaux compactés
permettent d’assurer la stabilité de l’ouvrage ;
- une fonction écran qui exige que le corps de la digue soit assez imperméable pour éviter
des fuites d’eau importantes pouvant mettre en cause la pérennité de la retenue.

I.4. Objectif de la reconstruction

La reconstruction du barrage de la Tapoaa pour objectif général de remettre en état l’ouvrage


qui constitue un important pôle de développement de la zone.

De façon spécifique, ce projet permettra :

 d’améliorer et de sécuriser la disponibilité de l’eau pour les populations riveraines et le


bétail;

 de contribuer à la recharge de la nappe phréatique ;

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 6


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

 de permettre l’exploitation par irrigation des superficies autour de la retenue ;

 d’améliorer et diversifier la production agricole par la sauvegarde de la réserve en eau ;

 de développer la pêche artisanale et en faire un secteur d’activité rentable ;

 de contribuer à la restauration de l’écosystème ;

 d’améliorer les conditions sociales et économiques des populations grâce à des


productions variées et soutenues ;

 d’offrir des conditions de développement des activités modernes de production par


l’introduction des techniques nouvelles ;

 d’entraîner le développement du flux d’échanges de biens et d’informations par les


activités de commercialisation.

II. ETUDES DE BASE

II.1. Etude topographique

L’étude topographique a permis de :


 définir la topographie exacte de l’axe du barrage ;
 faire une lever de la cuvette ;
 caler la côte du déversoir et de la digue ;
 proposer des implantations des ouvrages et établir l’avant - métré des travaux
d’exécution ;
 délimiter le niveau des plus hautes eaux (PHE) afin de prévoir la population à
déplacer ;
 peaufiner les investigations géologiques et géotechniques sur le terrain.
 elles ont permis l’élaboration des plans et dimensionnement du déversoir et de la
digue.

Par ailleurs, elle a permis de caler la côte de la digue à 254m, du déversoir 252,60m pour
une côte du lit mineur égale à 249,03. Ainsi, on a :
 la superficie de la retenue au plan normal des eaux correspond à 7 239 736,39𝑚2 ;
 la capacité maximale de stockage de notre barrage est de : 14 238 525 𝑚3 ;
 la longueur de la digue est égale 551,81m.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 7


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II.2. Etude géotechnique

Dans le cadre de l’étude du barrage de la Tapoa, une expertise sur les caractéristiques
géotechniques de l’axe de la digue, les zones d’emprunt d’argile, de graveleux latéritiques et
de matériaux de construction a été effectuée par le laboratoire BECOHA.

II.2.a Fondation de la digue


Suite à cette expertise, il ressort que le sol de la fondation est homogène et est
constitué d’argile limoneuse moyennement plastique avec un indice de plasticité (IP) égal
18,7. Par conséquent, il est recommandé un coefficient de Lane égal à 3 pour le calcul de la
profondeur de la tranchée d’ancrage.

II.2.b Matériaux de remblai


A l’issu de cette expertise, il a été identifié une zone d’emprunt d’argile en aval rive
droite de la digue du barrage ayant une superficie de 34 000𝑚2 exploitable sur une profondeur
de1.30m soit un volume de 44 200𝑚3 . Le matériau rencontré est de l’argile limoneuse
moyennement plastique avec un indice plasticité (IP) égal 20,4 et une perméabilité de l’ordre
de 10−7cm/s. Ce matériau est convenable pour la construction d’une digue homogène.

Une zone d’emprunt de graveleux latéritiques identifiée en aval, rive droite à environ
3km de la digue du barrage. Le matériau rencontré est de grave limoneuse latéritique étendu sur
une superficie 5 200𝑚2 et la couche exploitable moyenne est de 0,65m soit un volume de 3
380𝑚3 . Ce matériau peut servir pour la construction de la digue (talus aval et crête) et pour la
pose de la couche de transition du talus amont.

II.2.c Matériaux de construction


Les matériaux de construction sont rares dans le voisinage du site :

 Le sable, on en trouve le long d’un cours d’eau dans le village de Tambaga à environ 45km
du site.
 Le gravier quartzique, on en trouve dans le village de Pentenga à environ 42km du site

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 8


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II.3. Etude hydrologique

II.3.a La pluviométrie

LarégionreçoitdesprécipitationscroissantesdunordversleSud/Ouest.Letotal
pluviométriqueannuelpassede600à610mmdansl’extrêmenordàplusde1000mmdansl’extrême
Sud/Ouest.Les isohyètesannuelssontglobalementorientésd’OuestenEstmais
présententuneinclinaisonplusoumoinsirrégulièreaxéeNord-Ouest/Sud-Est(confèrefigure
suivante).Lesclimatssahéliensreçoiventenmoyenne600mm/an.Lesclimatssoudaniens
sedéveloppentau-
delàdes700mm.Labandecompriseentre600et700mmestunefrangedetransition.
Le cycleannueldessavanes etdessteppesestsous
l’étroitedépendancedurythmepluviométrique,plusspécialementdelalongueurdelasaisonsècheet
deladistributiondespluies. Lanaturedusolintervient secondairement.
La couche géologique présente un bassin versant avec une proportion égale de sol
imperméable et perméable.

TABLEAU 1: Valeurs caractéristiques des pluies annuelles moyennes et


maximales journalières(1951-2010)
Pluies périodiques Valeurs (mm)
Pluie annuelle moyenne (Pan) 782
Pluie journalière décennale humide (P10) 89
Pluie journalière centennale humide (P100) 123

 Le débit du projet 𝑄100 (crue centennale) est égale 390𝑚3 /𝑠.


 La longueur du déversoir est égale 260m.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 9


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

FIGURE 3: FIGURE 3 : Pluviométriemoyenneannuelledelarégiondel’Est(mm)

II.3.b Caractéristique physique du bassin Versant


Les caractéristiques physiques du bassin-versant ont été établies par le groupe
AC3E/GERTEC à partir des documents cartographiques, des informations bibliographiques et
des données pluviométriques disponibles sur la région.
La Base Nationale de Donnée Topographique(BNDT) et le logiciel Google
Earthfurent utilisés pourdélimiter le bassin-versant, analyser le relief et estimer les
paramètresmorphologiques du bassin-versant :
- Superficie (S) = 2530 km² ;
- périmètre (P) = 389 km ;
𝑃
- indice de compacité Ic = 0.2×√2530 = 2,17 >1 d’où le bassin versant est de forme

allongé (écoulement retardée) ;


- longueur équivalente du cours d’eau Leq = (P+ √(P²-16*S) )/4 = 180,49km ;
- cote maximale = 309m ;
- cote minimale = 247m ;

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 10


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

- l’indice globale de pente Ig(m/km) = Ig = ΔH (m) / Leq= 0.35 < 2(m/km), bassin de
type R1 : zone de plaines, avec ΔH : la dénivelé entre la cote maximale et la cote
minimale du bassin versant

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 11


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

CHAPITRE II: ETUDE DE LA DIGUE

I. CHOIX DU TYPE ET PRESENTATION DE LA DIGUE.

I.1. Les différents types de digue des barrages en terre.

Les barrages en terre sont classés en deux (2) catégories suivant la constitution du corps de
leur digue :
- Les digues homogènes, ce sont des digues réalisées en terre compactée. Le remblai à une
section trapézoïdale, les pentes des talus étant faibles (2 à 3 pourcent). Le remblai est
homogène, c’est-à-dire réalisé avec un même sol. Il aura alors un dispositif de drain
interne (drain verticale ou drain tapis à l’aval).

- Les digues à zone, dans ce cas, une tranche de sol plus imperméable appelé noyau ou
corroi d’argile est noyée dans le remblai, constitué d’un matériau plus perméable. Le
noyau peut-être verticale ou incliné vers l’amont. Il peut parfois se réduire à un écran
étanche sur le parement amont (géomembrane), on parle alors de « masque amont ».

I.2. Choix et présentation

Le choix du type de barrage prend en compte plusieurs critères généraux tels que la
topographie et les apports du bassin versant, la morphologie de la vallée, les conditions
géologiques et géotechniques, et le régime des crues. Cependant, il arrive qu'après
considérations de ces critères, plusieurs types de barrages restent à disposition mais, l'aspect
économique et surtout géotechnique permettent alors de départager les solutions. D’après les
résultats topographiques et géotechniques relatant respectivement que le site du projet
présente une vallée vaste et que la zone d’emprunt comptebien des matériaux argileux,
pierreux et sableux qui en retour permet d’impacter positivement le coût de la réalisation du
barrage, notre choix s’est porté sur un « barrage homogène ».

Notre barrage homogène est constitué d’une digue en terre homogène à dominance
argileuse bien compactée qui sera munie d’un dispositif de drainage, d’une protection des
talus amont en perré maçonné, et des perrés sec pour le talus aval, deux (2) mur de crête en
maçonnerie de moellon, un filtre horizontal et une butée amont.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 12


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

FIGURE 4: Coupe transversale d’une digue en terre

AMONT
AVAL
Mur de crête en Couronnement latéritique
maçonnerie de moellon Mur de crête en maçonnerie de moellon

Perré maçonné
Perré maçonné
2 2
1 1

REMBLAI COMPACTE
TN TN

50.00
Décapage de 20cm

Drain aval en maçonnerie

variable
Butée amont en maçonnerie
de moellon de moellon 80x50cm
Filtre

Tranchée d'ancrage

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 13


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II. DIMENSIONNEMENT DE LA DIGUE

II.1. Calage de crête de la digue

Le calage de la crête de la digue se fait en tenant compte du volume maximum d’eau à retenir
dans le barrage, des contraintes environnementales, topographiques et financières.

La digue sera calée à la cote maximale donnée par le plan topographique et permettant de
retenir le maximum d’eau.

Pour ce faire, la digue du barrage sera calée à la cote de 254,00 m.

II.2. Calcul de la revanche

La revanche est la différence de hauteur entre le niveau supérieur de la lame d’eau se


trouvant sur le déversoir et la côte de crête de la digue lors d’une crue centennale. Elle permet
de mettre en sécurité la crête de la digue à l’abri des vagues et des remous causés par le vent
et surtout contre la montée accidentelle des eaux à des crues exceptionnelles. Elle permet
également de compenser le tassement du barrage après sa réalisation.

Elle est généralement calculée à partir des formules empiriques suivantes :

 Formule de BRETSCHNEIDER et de Gaillard

La revanche est déterminée en utilisant la formule :


2
𝑅(𝑚) = 0.75 × ℎ + 𝑉2𝑔 , avec h (m) : hauteur de la vague, V (m/s) : vitesse des

vagues.

Détermination de la hauteur h (m) des vagues avec la formule STEVENSON.

La hauteur des vagues est déterminée par :


4
ℎ(𝑚) = 0.75 + 0.34 × √𝑓 − 0.26√𝑓 (car f < 18 Km)

f est appelé le fetch, c’est la longueur de la retenue en Km. Il est égal à 2.50 km selon les
études hydrologiques.
4
A.N : ℎ(𝑚) = 0.75 + 0.34 × √2.50 − 0.26 √2.50 = 0.96m

Détermination de la hauteur des vagues h (m) par autre formule.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 14


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

La hauteur des vagues se détermine par:

√𝑓
ℎ(𝑚) = 0.5 + 3

𝐴. 𝑁: ℎ(𝑚) = 0.5 + √2.50


3
= 1.02𝑚 .

Sur la base des deux résultants, nous pouvons choisir la valeur de h(m) = 1 pour la
suite des calculs.

 Détermination de la vitesse des vagues V (m /s)

La vitesse est déterminée par la formule de Gaillard :


𝑚
𝑉 ( ) = 1.5 + 2 × ℎ
𝑠

h(m) : hauteur des vagues

D’où,𝑉(𝑚/𝑠) = 1.5 + 2 × 1 = 3.5

Avec ces valeurs, nous pouvons déterminer la valeur de la revanche par la formule
3.5 2
𝑅(𝑚) = 0,75 × 1 + 2×10 = 1, 37

Prenons une revanche égale à 1,40m

II.3. Hauteur maximale de la digue

C’est la différence entre la cote de la crête (Z crête) et la cote du fond du lit mineur.
La cote de la crête est définie par :

 Zcrête = ZPEN + h + R avec ZPEN =cote du niveau normal des eaux.


ZPEN= 252,60m ;
h : hauteur maximale de la lame d’eau déversant, h = 0.90m (raisons de
topographiques du site) ;
R : la revanche = 0,4m

D’où Zcrête = 252,60 +1,00 + 0,40Zcrête= 254m

La cote du fond du lit mineur est de 249,03m donc la hauteur de la digue est :

- H = Zcrête- Zlit mineur = 254m– 249,03m = 4,97m

H=4,97m

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 15


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II.4. La largeur en crête de la digue

La largeur en crête de la digue (b) est donnée par les formules suivantes :

- Formule 1 (Knappen) : b = 1,65 x H0.5= 1,65 x 4,970,5 =3.68

- Formule 2 : b = 3,6 x H1/3 – 3 = 3,6 x 4,971/3 – 3 = 3.15

- Formule 3 (Preece) : b = 1,1 x H0.5+1 = 1,1 x 4,970,5+1 = 3.46

- Formule 4 : b= H/3= 4,97/3 = 1,66

Avec H =4,97, hauteur maximale de la digue (m)


Pour permettre une bonne circulation des engins de terrassement, une largeur en crête de 5.40m
est adoptée. Par ailleurs, elle comporte aussi l’épaisseur des deux (2) murets en maçonnerie de
moellon.

II.5. Pentes des talus

Les pentes sont fixées en tenant compte des caractéristiques géotechniques et de la nature
des matériaux de construction de la digue.
Pour un barrage en terre homogène, les pentes de 2H/1V à l’amont et 2H/1V à l’aval sont
admises pour les digues de hauteurs comprises entre à 5m et 10m.

II.6. Longueur de la digue

C’est la longueur permettant de fermer la courbe de niveau de 254m. Selon les études
topographiques, elle est longue de 551,81m.

II.7. Emprise(E) de la digue

C’est la largeur de la digue à sa base. Elle est donnée par la formule suivante :
E = 2,5h + 2h + b
A.N : E = 2,5×5 +2× 5 + 5,40 = 27,90m

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 16


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

III. PROTECTION DE LA DIGUE

III.1. Protection de la crête

La crête de la digue est à protéger contre les phénomènes suivants :


 La dessiccation du remblai de finition ;

 La circulation éventuelle des engins ;

 L’érosion et le prolongement des grilles d’érosion sur le talus.

La couche supérieure du remblai en crête de la digue sera constituée de matériaux graveleux


latéritiques, soigneusement sélectionnés compactés dans le but d’opposer la meilleure
résistance aux agents atmosphériques.
Cette couche aura une épaisseur de 0,20m et sera compactée à moins 95% de l’Optimum
Proctor Normal (OPN).
La crête de la digue aura une pente transversale de 3% vers l’amont afin de conduire les eaux
de pluie vers ce talus qui sera protégé avec du perré maçonné, ce qui constitue le parcours de
ruissellement le plus court et le plus protégé, donc le risque d’érosion le plus faible.
Afin de lutter contre la dégradation due aux griffures d’érosions, il sera construit un muret en
maçonnerie de moellons de 0,50 m de largeur et 0,50 m de profondeur, sur la crête amont et
aval de la digue.

III.2. Protection du talus amont

La protection du talus amont doit être assurée contre le batillage ou action érosive des vagues.

L’épaisseur (e) de la couche de protection des talus amont peut être déterminée par deux(2)
méthodes qui sont :

La méthode de technique de barrage en aménagement rural

La couche est déterminée par la relation e(m)= CV²

 e(m) : épaisseur de la couche


 V : vitesse de la vague (m/s)
 C : coefficient dépendant de la pente du talus et de la masse volumique du matériau
d’enrochement

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 17


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

 La vitesse des vagues

V (m/s)=1,5+2*h

Avec ℎ(𝑚) = 0.75 + 0.34 ∗ √f − 0.2 ∗ ∜f car f<18Km, f est la longueur de la retenue en km,
f=2,50km

h = 0,96 m ≈ 1m d’où V =3,50 m/s


 On a une pente de 2H/1V avec 𝜌= 2500kg/𝑚3 (𝜌 : masse volumique de
l’enrochement) donc C=0.031

A.N: e= 0.031×3.502

e=0,38m

Le talus amont sera protégé contre le batillage par une couche de perré sec en
enrochement de moellons latéritiques ou granitiques de 0,40m d’épaisseur, soigneusement
rangés à la main et destinés à éviter que les matériaux terreux qui constituent le barrage ne
soient érodés par les vagues qui se forment notamment dans la partie supérieure de la retenue
sous l’action du vent.

Les enrochements seront posés sur une couche de pose de grave latéritique d’une épaisseur de
0,20m qui jouera le rôle de filtre inverse.

Le pied amont de la digue sera protégé par une butée de pied amont, ouvrage rectangulaire en
enrochements de 1,50 m de largeur en gueule et 0,50 m de profondeur.

III.3. Protection du talus aval

Afin de lutter contre l’action érosive de l’eau, celle des animaux et du vent et de tenir
compte des changements climatiques, le talus aval sera également protégé par une couche de
perré sec constituée d’enrochements latéritiques ou granitiques de 0,25 m d’épaisseur
soigneusement posés à la main sur une couche de pose de grave latéritique d’une épaisseur de
0,10 m.
Un fossé drain sera aménagé au pied du talus pour collecter les eaux pluviales et les eaux
d’infiltration en provenance du corps de la digue. Il sera revêtu en enrochements
soigneusement rangés à la main.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 18


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

C’est un ouvrage triangulaire comme la butée de 1,50 m de largeur en gueule et 0,50 m de


profondeur.

III.4. Protection du remblai contre les infiltrations

Dans les barrages en terre, constitués de matériaux plus ou moins imperméables, l’eau de la
retenue a tendance à s’infiltrer dans la digue et les fondations pour venir resurgir à l’aval bien
que le choix des matériaux de construction ait été fait de manière à limiter au maximum les
débits d’infiltration.

En absence de certaines précautions, ces infiltrations peuvent mettre en jeu la sécurité de


l’ouvrage et compromettre sa stabilité. Ainsi, il est nécessaire de réduire les débits
d’infiltration et de les contrôler par la mise en place d’un dispositif de drainage en filtre
horizontal de sable. La mise en place de ce système de drainage obéit à des dispositions
pratiques et un respect strict de la méthodologie du dimensionnement des drains.

En effet, les dispositions suivantes sont à observer dans le dimensionnement :


 L’épaisseur du drain ne doit pas être inférieure à 0.5 m ;
 La largeur 𝑙𝑑 du drain s’étend sur 1/4 à 1/3 de l’emprise du remblai ;
 On dispose au pied aval du barrage, en aval immédiat du drain, un drain de colature en
graviers.

III.4.a Calcul de l’épaisseur du drain


Nous allons utiliser l’équation de KOZENY pour résoudre le problème. Ladite
équation est une parabole de la forme 𝑌 2 − 2𝑋𝑌𝑜 − 𝑌𝑜2 = 0 avec 𝑌𝑜 = √𝐻 2 + 𝑑 2 − 𝑑
-H (m) = la hauteur d’eau au PEN ;
-d = largeur en base du barrage diminuée de 0.7 b (projection horizontale de la partie mouillée
du parement amont) et de la largeur du filtre.
Pour dimensionner le drain, on écrit que le débit d’infiltration à travers un mètre de
longueur du remblai doit être évacué au travers d’un mètre de longueur du drain. L’épaisseur
𝑙𝑞
du drain équivaut à : 𝑒(𝑚) = 2 × √𝑘 avec,
𝑓

- 𝑘𝑓 (m/s) : coefficient de perméabilité du filtre.


- q (m3 /s/ml) : débit de fuite à travers le barrage et est donné par les relations : 𝑞 = 𝐾𝑟𝑌𝑜 si
𝛼 > 30° et 𝑞 = 𝐾𝑟𝑌1 sin 𝛼 2 si 𝛼 < 30° avec 𝑌1 = √𝐻 2 + 𝑑 2 − √𝑑 2 − 𝐻 2 × cot 𝛼 2

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 19


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

III.4.b Calcul de la largeur 𝒍𝒅 (m) du filtre


𝐿 𝐿
La longueur 𝑙𝑑 est déterminée en considérant l’inégalité suivante : 4 ≤ 𝑙𝑑 ≤ 3et pour plus de
𝐿 27,90
sécurité, nous prendrons 𝑙𝑑 = 3 = = 9,30 𝑚
3

III.4.c Calcul de la valeur d (m)


La valeur de d(m) est déterminée par𝑑 = 𝐿 − (0.7𝑏 + 𝑙𝑑 ) = 27,90 − (0.7 × 6,23 + 9,30) =
14,23𝑚 .

III.4.d Calcul de la valeur Y1(m)


1
Nous avons : 𝛼 = tan−1 (2) = 26,56° <30° d’où

𝑌1 = √𝐻 2 + 𝑑 2 − √𝑑 2 − 𝐻 2 × cot 𝛼 2

A.N: 𝑌1(𝑚) = √14,232 + 3,572 − √14,232 − 3,572 × (𝑐𝑜𝑡26,56)² = 2,95 𝑚

III.4.e Calcul du débit de fuite q (m3 /s/ml)


Le débit de fuite est détermine par la relation suivante : 𝑞 = 𝐾𝑟𝑌1 × sin 𝛼 2 avec Kr(m/s) =
10−8 : coefficient de perméabilité des matériaux de remblai .

𝑞(m3 /s/ml) = 10−8 × 2,95 × sin 26.562 = 4.85 × 10−9

III.4.f Calcul de la longueur de résurgence a (m).


𝑞 9,1×10−9
La valeur de a (m) est de : 𝑎(𝑚) = = = 0,485 𝑚²
𝑘𝑟 10−8

III.4.g Calcul de la valeur de l(m) : largeur définitive du filtre.


La valeur de l(m) est de : 𝑙(𝑚) = 𝑙𝑑 + 𝑎 = 9,30 + 0,48 = 9.78𝑚

III.4.h Calcul de la valeur de l’épaisseur e(m)

𝑙×𝑞 9,78×9.1×10−9
La valeur de 𝑒(𝑚) = 2 × √ 𝑘𝑑 = 2 × √ = 0.18 𝑚
10−5

En conclusion, nous garderons une épaisseur e(m) = 0.50m comme préconisé dans les
hypothèses de calcul ci-dessus.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 20


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

FIGURE 5: Coupe transversale de la digue

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 21


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

III.5. Dimensionnement de la tranchée d’ancrage

La tranchée d’ancrage est définie comme étant une tranchée ouverte suivant l’axe de la
digue puis comblée par du matériau imperméable et bien compacté. La tranchée d’ancrage
permet d’assurer la liaison entre le barrage et le sol de fondation. Elle assure également
l’étanchéité et l’ancrage du barrage

III.5.a Largeur du fond


Elle sera prise égale à 3,50m compte tenu de la largeur des engins de terrassement.

III.5.b La profondeur
1
Elle est déterminée par la formule de LANE : LV + Lh ≥ CH.
3
- LV : cheminement vertical de l’eau ;
- Lh : cheminement horizontal de l’eau ;
- C : Coefficient de LANE, C = 3 pour les argiles plastiques ;
- H : charge effective de l’eau qui s’applique sur les fondations au PHE ;
- H = Ho + h = 3,57+1= 4,57 m ;
1 1 1
LV + Lh = C H  LV = C H - Lh = 3× 4,57 - × 27,90 = 4,41 m
3 3 3
La profondeur sera alors de :
𝐿𝑣 4,41
𝑃= = = 2,205 . On prendra P= 3,25 m.
2 2

Il faut noter cependant, cette hauteur doit respecter les indications géotechniques qui
préconisent d’ancrer la tranchée à au moins 20 cm dans la couche étanche. La hauteur de la
tranchée varie en fonction de la charge d’eau. Elle est plus profonde au niveau du lit mineur
qu’au niveau des rives.

III.5.c Vérification de la règle de Lane au niveau du lit mineur


Pour qu’un « renard » ne se forme pas, il faut que :
1
- LV + L h ≥ C. H
3
Ainsi on a :
- LV = 3,25m ;
- Lh = 27,90m ;

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 22


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

1 1
- LV + Lh  6,50   27,90  15.80m ;
3 3
- C.H = 3 × 4,57= 13,71 m.
1
Compte tenu du fait que LV + L h est supérieur à C.H (16.27 > 16,20), la règle de
3
LANE est donc vérifiée.

IV. DIMENSIONNEMENT DES MURS BAJOYERS

Les murs bajoyers sont des murs de soutènement dont l’objectif est de soutenir le
remblai et assure la liaison entre le déversoir et la digue. Ils sont en béton armé dans le cadre
notre projet.

Données :

- Profondeur d’ancrage : 1,5m


- Hauteur totale Ht du rideau de mur : 4,97+1,5 = 6,47m

FIGURE 6: Présentation du mur Bajoyer

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 23


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

IV.2. Calcul des paramètres géométriques

IV.2.a Epaisseur du rideau Er1 en tête du mur


La détermination de l’épaisseur de la tête du voile est selon la relation suivante :

Er1 = max(15; Ht/24) = max(15; 6,47m/24) = 29.40 cm . Prenons Er1 = 30 cm

IV.2.b Epaisseur du rideau Er2 en bas du mur


Ht 6,47
L’épaisseur de la base est de : Er2 = 12 = = 54 cm. Prenons Er2 = 50 cm.
12

IV.2.c Epaisseur moyenne Er du rideau = 40cm


Epaisseur moyenne Er du rideau = 40cm

IV.2.d Largeur de la semelle Ls


Elle se détermine par la formule : 2𝐻𝑡/3 ≥ Ls ≥ Ht/3.

Prenons Ls = 3,20 m

IV.2.e Epaisseur de la semelle Es


𝐻𝑡 6,47
L’épaisseur de la semelle se calcule par : 𝐸𝑠 = 12 = = 54𝑐𝑚.
12

On retiendra 𝐸𝑠 = 50 𝑐𝑚

IV.3. Vérification de la stabilité des murs bajoyers

ACTIONS PERMANENTES
Pr : poids du rideau
Ps : poids de la semelle
Pt : poids des terres sur la semelle
Ft : Poussée des terres sur le mur

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 24


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ACTIONS VARIABLES
Pq : Poids des surcharges sur le remblai
Fq : Poussées due aux surcharges

TABLEAU 2: valeurs des forces et leurs moments


ACTION FORCES (KN) BRAS DE LEVIER MOMENT (KNm)
(m)

Pr 25.Er.Hr 59,70 Lp+0,5.Er 0,20 MPr 11,94


Ps 25.Ls.Es 40,00 0,5.Ls 1,60 MPs 64,00
Pt γt.Lt.Hr 292,11 Ls-0,5.Lt 1,80 MPt 525,80
Pq q.Lt 28,00 Ls-0,5.Lt 1,80 MPq 50,40
Ft 0,5.Kγ.γt.Ht2.cosØ 30,19 Ht/3 2,16 MFt 65,10

Fq Kq.q.Ht.cosØ 5,34 Ht/2 3,24 MFq 17,27

IV.3.b Stabilité au glissement


Pour que le mur ne glisse pas sur sa base, il faut :
((Pr+Ps + Pt + 1,5.Pq) / (1,35.Ft + 1,5Fq)) ≥ 1/tg(2/3.Ø0)
((Pr+Ps+Pt+1,5.Pq)/(1,35.Ft+1,5Fq)) =8,90
1/tg(2/3.Ø0) =3,41
Stabilité au glissement assurée

IV.3.c Stabilité au renversement


Pour que le mur ne se renverse pas par rapport au point A, il faut :
(MPr+MPs+MPt+1,5.MPq)/(1,35.MFt+1,5.MFq) ≥ 1
(MPr+MPs+MPt+1,5.MPq)/(1,35.MFt+1,5.MFq) =5,95
La stabilité au renversement assurée!!!

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 25


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

IV.3.d Stabilité au poinçonnement


Vérifions que (1/4).σmin+(3/4).σmax ≤ qsol , avec
σmin = 96,76Kpa
σmax = 260,08 Kpa
qsol =244,77 Kpa
(1/4).σmin+(3/4).σmax =219,25 Kpa
219,25 Kpa≤244,77 Kpa
La stabilité au poinçonnement assurée!!!

Détail du ferraillage (annexe3)

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 26


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

CHAPITRE III: ETUDE DE L’EVACUATEUR DE CRUE

Les crues constituent un des risques principaux affectant la sécurité des barrages.
Ainsi donc, l’étude de l’évacuateur de crue est d’une importance capitale dans un projet de
barrage car c’est l’organe de sécurité qui permet d’évacuer les excédents d’eau de la cuvette
sans risque de submersion de la digue.

I. CHOIX ET PRESENTATION DU TYPE D’EVACUATEUR DE


CRUE.

I.1. Les différents types d’évacuateur de crue.

Il existe deux (2) types d’évacuateurs de crues :


 les évacuateurs de crues à surface libre encore appelé déversoir à seuil libre
regroupant :
- les déversoirs poids ;
- déversoir en béton armé du type bec de canard ;
- déversoir en perré traité au mastic bitumineux ;
- déversoir en gabion ;
- le déversoir voile en béton armé ;
 les évacuateurs de crue vannés qui sont :
- Les évacuateurs vannés de surface.
- Les évacuateurs vannés dit "de fond" ou de "demi-fond".

I.2. Choix et présentation

Les déversoirs à seuils libre se révèlent la meilleure option en termes de fiabilité,


simplicité, sécurité, coûts de construction, mise en œuvre et maintenance. Ils ne nécessitent
aucune intervention humaine pour leur fonctionnement et ne sont donc pas susceptible de
tomber en panne en cas de crue d’où notre choix c’est porté sur lui.

Parmi ces évacuateurs à surface libre, nous avons choisi de préférence le déversoir
poids en béton cyclopéen dont la réalisation est bien maitrisée par nos entreprises bien qu’il
présente des difficultés de coffrage lors de sa réalisation.

Il se compose de :

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 27


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

- un seuil déversant, généralement linéaire ;


- un bassin de dissipation ;
- un chenal d’évacuation ;

I.3. Emplacement de l’évacuateur de crue

L’emplacement de l’évacuateur de crues sur l’une des deux rives ou en position


centrale dépend des conditions topographiques en particulier en aval de l’axe de la digue, du
volume des terrassements et de l’emplacement des zones à aménager.
La topographie du site du barrage de la Tapoanous conduit à placer l’évacuateur de crues en
position centrale à cheval sur le cours d’eau. Cela permet de minimiser les coûts
d’aménagement et lesdégâts liés aux risques d’érosion régressive. Il sera calé à la côte de
252,60.

II. DIMENSIONNEMENT DE L’EVACUATEUR DE CRUE

II.1. Le seuil déversant

Il est lecontrôleur de débit d’eau évacuée.


 Calcul de la longueur L du déversoir

𝑄𝑝 390
𝐿 = 𝑚ℎ1.5 = 0,4×0,91.5 × = 257,94. On retient L = 260m
√2𝑔 √2×9,8

avec :
- 𝑄𝑝 : débit projet = 390𝑚3 /s
- 𝑚 : coefficient de débit = 0,4;
- g : accélération pesanteur = 9,81 m/𝑠 2 ;
- h : hauteur de la lame d’eau au dessus du déversoir = 0,9m ;
 La largeur en crête est égale 0,7m.
 Pour des raisons de stabilité, la pente du coursier est de 1V /0,8H.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 28


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

TABLEAU 3: Caractéristiques du seuil déversant


Désignation Valeurs

Hauteur du seuil au-dessus du TN 3,57m

Profondeur d’ancrage 3m

Pente du talus aval 0,8/1V

Longueur 260m

Largeur en crête du seuil déversant 0,70 m

Largeur en base du seuil déversant 1,90 m

II.2. Etude de la stabilité du déversoir

Dans l’étude de l’équilibre d’ensemble d’un déversoir – poids, on considère


ledéversoir comme un bloc indéformable soumis à des actions extérieures.
Dans le cas de ce projet, l’étude de la stabilité se fera sur 1ml de seuil.

FIGURE 7: Schéma représentant les différentes actions sur le déversoir

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 29


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II.2.b La stabilité au renversement


TABLEAU 4: Moments des forces par rapport au point A

Actions Forces en kN/ml Bras de levier/A en m Moment en kN


Horizontales Verticales Résistant Moteurs
Poussée 𝑃1 113,70 1,95 221,71
hydrostatique F 𝑃2
Poussée des sous 𝑃′1 114,10 2,10 239,61
pressions W 𝑃′2
Poussée des 2,45 1,69 4,14
sédiments𝑃𝑡

Poids propre G 401,40 2,26 907,164


Total 116,15 287,30 907,164 465,46

On suppose que le mur pivote autour du point A et on écrit le rapport des moments
résistants sur les moments moteurs. Ce rapport doit être supérieur à 1,5

Le coefficient de sécurité est défini par : C =  MR


 MM
-  MR : Somme des moments résistants ;
-  MM : Somme des moments moteurs ;
- 𝐶 = 907,164/465,46 = 1,95
Comme C > 1,5 , la stabilité du déversoir au renversement est donc vérifiée !

II.2.c La stabilité au glissement


La poussée horizontale tant à déplacer l’ouvrage vers l’aval. Pour que ce déplacement
n’ait pas lieu, on définit un coefficient de sécurité S qui doit être supérieure ou égale à 1,3.
S =(∑Fv x tanΦ)/(∑Fh) ≥ 1,3 avec:

- ∑Fv : somme des forces verticales


- ∑Fh : somme des forces horizontales
- Φ : angle frottement = 28°
- S = (287.30 x tan28) / (116,15) = 1,32 ≥ 1,3
On constate que S ≥ 1,3 donc la stabilité au glissement est vérifiée !

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 30


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II.2.d La stabilité au poinçonnement


Pour que cette stabilité soit vérifiée, il faut que𝜎𝑚𝑎𝑥 <𝑞𝑎𝑑𝑚

 max = ∑Fv /f × (1+6.e/f), avec :


e :est l'excentricité du point d'application de la résultante des forces appliquées à l'ouvrage
par rapport au centre de gravitéde la surface de base = 0,03m.

287,30 6×0.03
 𝜎 max = × (1 + ) = 84,79𝑘𝑃𝑎
3,56 3,56

 𝑞𝑎𝑑𝑚 = 821,16kPa

84,79𝑘𝑃𝑎 <821,16kPa d’où la stabilité au poinçonnement est vérifiée !

Détail des calculs(annexe 4)

II.3. Le bassin de dissipation

A la traversée du déversoir les eaux arrivent au bas de l'ouvrage avec une énergie
cinétique importante qu'il faudra dissiper le plus possible à l'intérieur du liquide lui-même
plutôt que sur le fond ce qui entraînerait à la longue un déchaussement de l'ouvrage
évacuateur. Dans ce but on fait suivre l’ouvrage évacuateur d'un ouvrage dit de dissipation ou
de tranquillisation qui enlèvera à l’eau son énergie érosive.
Les caractéristiques et la forme de ce bassin sont fonction du nombre de
𝑉1
FROUDE calculé à partir de la formule suivante : Fr =
√𝑔𝑦1

- V : vitesse de l’eau à l’entrée du bassin


- 𝑦1 : Tirant d’eau en régime torrentiel avant le ressaut
- g : accélération de la pesanteur = 9,81m/𝑠 2
La démarche adoptée va de l’aval du bassin au pied du coursier. Le traitement du problème
nous permet de déterminer les dimensions des éléments constituant le bassin.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 31


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

II.3.a Caractéristiques d’entrée du ressaut


𝑄 390
- débit par mètre linéaire du déversoir 𝑞𝑜= 𝐿 = 260 = 1,5𝑚3 /𝑠
𝑞𝑜 1,5
- Vitesse au-dessus du seuil Vo : 𝑉𝑜 = = = 1.5 𝑚/𝑠
ℎ 1
1,52
- Ligne d’eau He : 𝐻𝑒 = ℎ + 𝑉𝑜2 ⁄(2 × 𝑔) = 1 + 2×9.81 = 1,12 𝑚

- Hauteur de chute Z : 𝑍 = 𝐻 + 𝐻𝑒 = 3,57 + 1,12 = 4,69 𝑚


- Profondeur d’eau à l’entrée du bassin de dissipation 𝑦1 :
𝑦1 = 𝑞𝑜⁄[2 × 𝑔 × (0.9 × 𝑍 − 𝑦1 )]0.5

0.5
𝑦1 = 1,5⁄(2 × 9.81 × (0.9 × 4,69 − 𝑦1 )) = 0,16𝑚

- Vitesse à l’entrée du bassin de dissipation 𝑉1 = 𝑞𝑜 ⁄ 𝑦1 = 9,37 m/s


Nombre de Froude: 𝐹𝑟 = 𝑉1⁄(𝑔 × 𝑦1 )0.5 = 9,78 > 4.5

II.3.b Caractéristiques de sortie du ressaut


- Profondeur d’eau conjuguée à la sortie du bassin
𝑦1 0.16
𝑦2 = × [(1 + 8 × 𝐹𝑟 2 )0.5 − 1] = × [(1 + 8 × 9,782 )0.5 − 1] = 2,13𝑚
2 2

- Vitesse à la sortie du bassin 𝑉2 = 𝑞𝑜⁄𝑦2 = 0,71m/s

II.3.c Choix du type de bassin et dimensions des éléments du bassin


Nous avons d’après les vérifications ci-dessus :𝑉1< 15 m/s et Fr> 4.5 alors, nous
avons un Bassin de type II.

Longueur du bassin de dissipation Lb


𝐿𝑏⁄ = 2.8 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝐿𝑏 = 2.8 × 𝑦 = 2.8 × 2,13 = 5,95 𝑚 , alors prenons Lb = 6m.
𝑦2 2

 Blocs de chutes
Les blocs de chute auront une hauteur de 10cm et espacés également de 10cm.

 Blocs chicanes

La hauteur des blocs chicane : 𝑦3 = 2.5 𝑑 ′ 𝑜ù ℎ3 = 2.5𝑦1 = 0,40 𝑚.
1
Ils seront espacés de 30cm.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 32


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

 Seuil terminal
- Pente : 1 V /2 H (car bassin de type II) ;
- Epaisseur en crête du seuil : 10 cm ;
- Sa hauteur = 1,6ℎ1 = 0,25m
- Ancrage du seuil terminal : d = 1,55 m.

FIGURE 8: Schémas de l’évacuateur de crue et le bassin de dissipation

II.4. Le chenal d’évacuation

Le chenal de restitution situé immédiatement à la sortie du bassin de dissipation


permet de restituer les eaux de déversement directement dans le lit du cours d’eau à l’aval.

- Vitesse de début d’entrainement (Ve) des matériaux

Pour les sols argileux, Ve varie de 0,8 à 1,2 m/s. Dans le cadre de notre projet nous avons Ve
(m/s) = 1.
- Diamètre minimum des enrochements

D’après l’abaque donnant le diamètre D de l’enrochement en mètre en fonction de la vitesse à


l’aval du seuil en m/s, Nous avons D(m), min = 0,15
- Epaisseur de la couche d’enrochement

L’épaisseur de la couche d’enrochement est déterminée par la relation suivante 𝐸𝑒𝑛𝑟 ≥ 3 ×


𝐷 = 3 ×0,15 = 0.45m, convenons de prendre 0,50m.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 33


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

- Sa longueur sera de 5m.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 34


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

CHAPITRE IV: ETUDE D’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DU


PROJET

Le projet de construction du barrage nécessite des investigations du milieu dont


celles liées aux aspects environnementaux actuels et ceux qui seront engendrés par le projet.
En effet, la règlementation en matière d’environnement au Burkina Faso et les préoccupations
des institutions sous régionales et internationales, imposent qu’un accent particulier soit
accordé aux évaluations environnementales afin d’assurer la durabilité des projets ayant un
impact sur l’environnement et les différents écosystèmes naturels.
L’objectif d’une telle étude peut se résumer en ces termes :
 donner une vision complète du projet en fournissant les informations sur les plans
biophysiques et humains;
 favoriser l’acceptabilité sociale en tenant compte des diverses parties concernées;
 choisir une technologie écologiquement et financièrement rationnelle;
 faciliter la surveillance et le suivi-environnemental.
La démarche méthodologique adoptée pour cette étude sur l’environnement est celle
qui intègre la participation des populations de toutes les couches sociales du site du projet.

I. LES IMPACTS POSITIFS

La réalisation du projet dans la localité produira les effets suivants sur le plan
environnemental :

Phase de construction

- Emploi probable pour les populations locales ;


- Intensification des activités économiques et commerciale autour du chantier ;
- Développement pendant la phase de construction des petits commerces comme la
restauration.

Phase d’exploitation

- Amélioration des rendements et une maitrise des techniques de production ;


- Contribution à l’atteinte de la politique de sécurité alimentaire ;

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 35


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

- Augmentation des revenus des producteurs par la commercialisation du surplus de


production ;
- Amélioration des conditions de vie des producteurs ;
- Maitrise des périodes de soudure par les ménages.

II. LES IMPACTS NEGATIFS

Les principales activités du projet sont sources d’impacts sont constituées de


l’ensemble des activités prévues lors des phases de préparation, de construction et
d’exploitation du projet :
Phase de construction
- Impacts sur la qualité de l’air par une dégradation temporaire et locale de la qualité de
l’air ;
- Risque de modification de la structure des sols ;
- Pollution du milieu et du cadre de vie par les rejets des déchets issus des travaux ;
- Perte de la végétation ;
- Perturbation/obstruction des voies de circulation pendant la réalisation des travaux ;
- Risques d’accidents lors des travaux (mauvaise signalisation des fouilles) ;
- Perte de terres et de revenus pour les exploitants situés en amont des barrages ;
- Risques de conflits sociaux en cas de non emploi local ;
- Risques de propagation des IST/VIH/SIDA sur les populations et les ouvriers
- Risque de dégradation de vestiges culturels en cas de fouilles.

Phase d’exploitation
- Risque de pollution des zones humides des sites ;
- Risque sanitaire lié au plan d’eau (paludisme, maladies diarrhéiques etc) ;
- Risques de conflits entre Agriculteurs et Eleveurs au niveau du barrage.

III. MESURES D’ATTENUATIONS ET BONIFICATIONS

Tout compte fait, l’étude montre que les impacts positifs sont plus importants vis-à-vis
des impacts négatifs, particulièrement sur le milieu socio-économique.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 36


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

Pour une préservation de la biodiversité en particulier et de l’ensemble des ressources


naturelles en général, une préservation des milieux impactés s’impose.

Elle doit se faire dans un cadre concerté avec la participation des populations
touchées, et autochtones. Il est donc capital de procéder à une large
information/sensibilisation des populations sur toutes les actions qui seront entreprises dans le
cadre de ce projet et d’entrevoir leur implication.

Pour minimiser les dommages prévisionnels du projet sur l’environnement, nous


préconisons un certain nombre de mesures correctives et préventives qui seront nécessaires
pour donner au projet sa raison d’être et d’atteindre ses objectifs de développement socio-
économique et environnemental :

 l’application stricte de la limitation de vitesse dans les agglomérations ;


 la collecte, le traitement et l’élimination des déchets solides et liquides du chantier ;
 la gestion des huiles usées par les prestataires privés équipés pour le recyclage ;
 le port obligatoire de masques anti-poussière par les travailleurs ;
 la sensibilisation des populations riveraines sur les risques de noyade, de maladies
hydriques ;
 la sensibilisation des populations sur les risques d’infection au VIH/SIDA ;
 l’arrosage des voies d’accès surtout en agglomération ;
 l’utilisation de motopompe en bon état ;
 la remise en état des zones d’emprunt ;
 le reboisement effectif de la végétation détruite.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 37


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

CONCLUSION

Au terme de notre étude dont le thème est « étude technique de la reconstruction du


barrage de la Tapoa : digue et évacuateur de crue », nous pouvons dire que l’objectif est
atteint car nous avons abordé les différentes étapes de la conception qui précédent l’exécution
physique et financière de l’ouvrage.

 Dans un premier temps, nous avons mené une analyse et une synthèse des
données de base du projet. Ce travail nous a permis de fixer des hypothèses et dégager déjà
des pistes de conception de l’ouvrage. A cette étape nous avons principalement évalué la
capacité du barrage, déterminer la côte de calage du déversoir et de la digue ;
 Ensuite, nous avons sur la base des considérons hydrauliques et de stabilité,
déterminer la géométrie de l’évacuateur des crue, les dimensions des murs bajoyers et le
bassin de dissipation ;.
 Par ailleurs, il s’agit pour nous après la conception détaillée des composantes
du barrage, d’estimer la quantité des travaux et le coût de l’ouvrage. Une tâche que nous
avons pu mener à bien à travers les différents plans et coupes des ouvrages, les prix unitaires
relatif à chaque catégorie de poste de travail ;
 Enfin, comme l’exige les textes nationaux et internationaux, l’ingénieur est
tenu d’évaluer l’impact de son ouvrage sur le milieu naturel. Cet objectif, nous a conduit à
analyser les impacts (positifs et négatifs) du projet et proposer des mesures compensatoires
pour les effets négatifs afin de permettre une meilleure appropriation de l’ouvrage par le
bénéficiaire ;

Nous avons trouvé l’étude de notre thème passionnant. L’étude, nous a permis de
mettre en pratique nos connaissances théoriques acquise en classe. Nous avons également
bénéficiés auprès des ainés le plus grand accompagnement et la méthodologie pratique à
adopter dans les études.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 38


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

BIBLIOGRAPHIE

1. CEMAGREF 1997, Recommandation pour la conception, la réalisation et le suivi des


petits barrages ;

2. DURAND, J.M, ROYET P, MERIAUX P, 1999 Techniques des petits barrages en


Afrique Sahélienne et Equatoriale -EIER-CEMAGREF, pp 30) ;

3. FAO, 1996, Manuel pour l’estimation des débits de crue décennale et des apports pour
les petits bassins versants non jaugés de l’Afrique sahélienne et tropicale sèche-
Bulletin d’irrigation et de drainage N°54 ;

4. ORSTOM, Le point sur la maîtrise des crues dans les bas-fonds, petits et micro
barrages en Afrique de l’Ouest ;

5. POSTE G. et LLONDE P, 1953 ; Les barrages en terre compactée, pratiques


américaines ;

6. J.M.DURAND,Petits barrages pour l’équipement Rural en Afrique de l’école inter-


états d’ingénieurs de l’Equipement Rural : Ouagadougou Version Janvier 1996 :
Fichier PDF ,282 pages ;

7. JEAN PERCHAT, Béton armé : Règle BAEL : Ouvrages particuliers de: pp1-pp42 ;

8. HENRI THONIER, Projet en Béton armé de: pp1-pp133.

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 39


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ANNEXES

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 40


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ANNEXE 01 :DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 41


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ANNEXE 02 : PROFIL EN LONG

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 42


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ANNEXE 03 : FERRAILLAGE DU MUR BAJOYER

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 43


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ANNEXE 04 : DETAIL DE CALCUL DU DEVERSOIR

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 44


Etude technique de la reconstruction du barrage de la Tapoa : Digue et Evacuateur de crue

ANNEXE 05 : COUPE TRANSVERSALE DEVERSOIR ET


DE LA DIGUE

UCAO : Mémoire de fin d’étudesPrésenté par OUATTARA Bardiouma 45

Vous aimerez peut-être aussi