Vous êtes sur la page 1sur 11

DE L'ÉTAYAGE SUR L'AVATAR À L'ÉTAYAGE SUR L'ANIMATEUR

Analyse d'un groupe de soins pour les joueurs excessifs


Charlotte de Bucy, Silvana Belmudes, Paul Moulas, Mustapha Bessedik, Bertrand
Vachey, Jean-Pierre Benoit, Serge Tisseron et Marie Rose Moro

L’Esprit du temps | « Adolescence »

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
2009/3 n° 69 | pages 689 à 698
ISSN 0751-7696
ISBN 9782847951608
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

Article disponible en ligne à l'adresse :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-adolescence1-2009-3-page-689.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour L’Esprit du temps.


© L’Esprit du temps. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


DE L’ÉTAYAGE SUR L’AVATAR
À L’ÉTAYAGE SUR L’ANIMATEUR
Analyse d’un groupe de soins pour les joueurs excessifs

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
CHARLOTTE DE BUCY, SILVANA BELMUDES,
PAUL MOULAS, MUSTAPHA BESSEDIK, BERTRAND VACHEY,
JEAN-PIERRE BENOIT, SERGE TISSERON, MARIE-ROSE MORO
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

Un atelier Jeux Vidéo pour joueurs excessifs, animé par Paul


Moulas (animateur), Mustapha Bessedik (éducateur spécialisé) et
Charlotte de Bucy (psychologue), supervisé par le Dr. S. Tisseron (Service
du Pr. M.-R. Moro), se déroule depuis 2007 à la Maison de Solenn
– Maison des adolescents de Cochin à Paris1. Cet atelier accueille en
priorité des adolescents pour lesquels l’activité de jeu vidéo est devenue
envahissante, et qui sont dans un processus de désocialisation et de rupture
plus ou moins grande avec les études. Le dispositif occupe deux heures
chaque semaine avec en moyenne trois à quatre adolescents (tous des
garçons jusqu’alors), et consiste à jouer tous ensemble sur console
pendant une heure, puis à ouvrir un espace de discussion, groupe de parole
d’une heure également. L’articulation de ces deux temps a permis un
travail d’élaboration sur un matériel psychique rendu disponible grâce au
jeu en groupe. Cet atelier constitue ainsi depuis un an et demi un lieu
d’observation du fonctionnement de ces adolescents, et des ressources
thérapeutiques d’un tel groupe.
UN LIEU D’OBSERVATION

En premier lieu, s’est trouvée confirmée la grande variabilité des


fonctionnements de ces adolescents (Tisseron, Missonnier, Stora, 2006) :
sont venus à l’atelier, pour un même « symptôme », la pratique du jeu
vidéo en tant qu’activité exclusive et quotidienne :
- des adolescents en crise d’adolescence passagère ;
1. Sur une idée de Paul Moulas et Bertrand Vachey, psychiatre.
Adolescence, 2009, 27, 3, 689-698.
690 CHARLOTTE DE BUCY ET AL.

- des adolescents présentant une problématique névrotique souvent


caractérisée par une phobie sociale ;
- des adolescents présentant une problématique et des défenses
narcissiques importantes ;
- des adolescents pour lesquels nous nous sommes interrogés sur un

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
fonctionnement psychotique. Nous pensons ici à l’un d’entre eux
présentant des angoisses massives devant tout changement, des bizarreries
de langage et de comportement, un déni d’autrui engendrant
l’incompréhension ou la sidération chez les autres adolescents.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

Les éléments psychiques fréquemment retrouvés

Les adolescents avaient au départ peu conscience de leur


dépendance. Se situant souvent dans la toute-puissance, leurs
représentations du jeu vidéo étaient verbalisées ainsi : « un passe-temps,
une passion, pas un problème, il faut faire ce qui nous plaît ». La
conscience de la dépendance, lorsqu’elle existait, pouvait co-exister ou
pas avec l’envie de s’en sortir.
Nous avons retrouvé également le grand bénéfice narcissique
procuré par le jeu, c’est-à-dire la reconnaissance de la valeur de soi dans
la performance. C’est d’« être le meilleur » qui procure du plaisir, quitte à
continuer de jouer à un jeu obsolète ou à une ancienne version. Ces
adolescents nous ont montré comment la pratique du jeu avec d’autres pallie
une souffrance narcissique majeure. À l’extrême, un adolescent se plaisait
beaucoup à menacer de frapper celui avec lequel il se sentait en rivalité,
montrant ses muscles dans un mécanisme de réassurance narcissique.
Le plaisir de la décharge motrice et émotionnelle dans le jeu va de
pair avec les difficultés d’élaboration de ces adolescents. Les discussions
lors du temps de parole ont été souvent centrées sur les aspects techniques
du jeu, la vie quotidienne, ou bien sur les éléments affectifs abordés avec
notre aide, mais sans pouvoir facilement parler de ce qui est ressenti
pendant le jeu lui-même. Certains adolescents avaient du mal à expliquer
le fonctionnement de leur jeu préféré, à déployer ce qui les attirait, se
cantonnant à des « c’est bien parce que c’est prenant ». Nous nous
souvenons également du plaisir d’un des adolescents lors de l’élection de
GROUPE DE SOINS POUR LES JOUEURS EXCESSIFS 691

B. Obama comme président des États-Unis, sans trouver le moindre mot


pour nous en parler, submergé par l’émotion pure. D’autres mouvements
de régression défensive étaient fréquents : l’un des adolescents évitait les
sollicitations quant à ses éprouvés, en trouvant toujours un lien avec les
pizzas, thème oral plus rassurant.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
Le plaisir à rencontrer d’autres personnes sur Internet figure
également parmi les éléments saillants retrouvés chez ces joueurs qui
évitent ainsi l’exposition au regard blessant sur le plan narcissique, mais
aussi trop chargé de pulsionnel, lorsque l’autre est rencontré en face à face.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

Ainsi les adolescents nous ont parlé de leurs stratégies de séduction sur
Internet, mais aussi de leur peur d’être déçus s’ils rencontraient les
personnes dans la vie réelle. Nous avons pu également évoquer leurs
ressentis lorsqu’ils se sentent sollicités par l’autre, par exemple séduits sur
Internet, et la mise en place de leurs stratégies défensives, attaque pour
certains, fuite pour d’autres.
Du point de vue du fonctionnement familial, nous avons été
sensibles dans la plupart des situations à la tolérance familiale au
symptôme, les problématiques de séparation, les conflits au sein du couple
parental, et inversement l’évitement du conflit entre les générations.
ASPECTS THÉRAPEUTIQUES DU DISPOSITIF

Le premier temps de l’atelier : l’importance de jouer ensemble


Une médiation, ici le jeu sur console, permet d’éviter la
confrontation directe avec le monde interne angoissant, tout en sollicitant
son émergence et son apprivoisement. Plus spécifiquement, le prétexte de
jouer ensemble a facilité l’accès au soin de ces adolescents isolés, dans le
déni de leur souffrance, et souvent dans une illusion auto-thérapeutique
devant leur ordinateur dans leur chambre. L’objet utilisé de façon
excessive par ces patients a pu être appréhendé autrement, leur offrant la
possibilité de s’en distancier peu à peu. Le jeu vidéo reste un jeu, ce qui
nous a permis de profiter de ses avantages dans cet atelier, c’est-à-dire
comme un médiateur du travail psychique, médiateur permettant de re-
créer le monde comme l’a décrit D. W. Winnicott (1971).
Venir jouer dans une institution de soins permet aussi la
692 CHARLOTTE DE BUCY ET AL.

« déstigmatisation », la décentration de l’attention par rapport au


symptôme (les soignants jouent avec les adolescents), et donc une prise en
compte de leur subjectivité au-delà du symptôme. Du côté des parents,
ceux-ci, au début souvent inquiets de voir leur enfant fréquenter cet atelier
où il allait « encore » jouer, s’aperçevaient vite du bénéfice en termes de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
réassurance narcissique et de resocialisation.
Ce lien avec un lieu de soins rend progressivement possible la prise
de conscience de la souffrance. Nous avons tenté l’expérience de
demander aux adolescents en début et en fin d’année de se situer sur une
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

échelle imaginaire de dépendance aux jeux vidéo. Si tous se plaçaient


d’abord en dessous de 5, ils se situaient entre 5 et 8 au final, l’atelier ayant
favorisé une meilleure prise de conscience de leur niveau de dépendance.
L’atelier où jouer ensemble est possible a été vécu par la plupart de
ces adolescents comme un espace de resocialisation : « Ici on joue avec
des humains, pas tout seul chez soi », nous ont-ils dit lors du bilan de fin
d’année, montrant leur perception du plaisir d’être avec l’autre présent
physiquement et non plus seulement virtuellement. Jouer ensemble dans
un cadre contenant, avec des adultes formés au soin et d’autres
adolescents en difficulté, permet ainsi de retrouver le plaisir d’être
ensemble sans se sentir menacé.
Par ailleurs, jouer à des jeux différents à chaque atelier, jeux souvent
inconnus des adolescents eux-mêmes, a permis d’expérimenter des
situations de mise à l’épreuve narcissique. Les adolescents ont à notre
grande surprise toujours accepté les jeux proposés, même les jeux les plus
régressifs ou les plus difficiles. S’ils nous ont clairement exprimé leur
contentement à « ne pas être jugé », il semble que cela soit tant dans le temps
de parole libre que dans ce temps de jeu. À noter que jouer à des jeux
différents à chaque séance permet de ne pas créer une autre dépendance.

Le deuxième temps de l’atelier : l’importance de parler ensemble


On peut analyser ici quelques-uns des aspects thérapeutiques de
tout groupe de parole encadré par des soignants (Kaës, 1999).
- Fonction de pare-excitation
L’enveloppe groupale permet d’aborder plus tranquillement les
GROUPE DE SOINS POUR LES JOUEURS EXCESSIFS 693

mouvements transférentiels et un monde intérieur vécu comme menaçant.


Il aide à l’élaboration des éprouvés. Les adolescents nous ont paru dans
l’ensemble avoir de réelles difficultés d’élaboration de leurs ressentis,
angoisses et conflits. Cependant, le temps de parole d’une heure, où la
discussion partait sur ce qui venait de se passer durant le temps de jeu,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
permettait d’amener des mises en mots et des partages d’affects. Nous avons
pu ainsi assister de plus en plus à la verbalisation des angoisses ressenties à
certaines phases-clés des jeux, à la description des stratégies défensives
utilisées par chacun, des intérêts trouvés à choisir tel ou tel avatar.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

Ont été abordés peu à peu avec ces adolescents les mécanismes de
la dépendance proprement dite. Certaines paroles de ces adolescents
témoignent de la prise de conscience de leur tentative auto-thérapeutique
par le jeu : « C’est quelque chose d’extérieur qui amène à se replier sur les
jeux vidéo », « Le jeu est un refuge, il permet de fuir l’école, et les autres »,
« Le jeu permet de se calmer », « de ne pas se sentir seul ». Mais aussi la
conscience des effets néfastes de la dépendance au jeu : les conséquences
sur la déscolarisation, la désocialisation. Notre but n’était pas de
convaincre l’adolescent d’abandonner les jeux vidéo, mais de l’inciter à
construire ses propres théories sur lui-même et ses symptômes. Toutefois
l’expérience tentée lors d’une séance d’un jeu de rôle où les adolescents
ont été amenés à s’imaginer journalistes interviewant un adolescent
dépendant (joué par un soignant), a été vécue comme intrusive, entraînant
une certaine sidération chez deux patients.
Sur le mode du thème libre choisi par les patients, les sujets de leurs
relations avec leur entourage ont été évoqués de plus en plus facilement, jusqu’à
entendre les adolescents se positionner par rapport à des aspects législatifs,
politiques, sociaux en lien ou non avec les jeux, et même à parler de sexualité.
La question de la tolérance des silences par les soignants, durant ce
temps de groupe, a pu être identifiée comme un élément-clé de réflexion
théorico-pratique. Ces adolescents cherchent en effet bien souvent à
échapper à la confrontation avec leur monde interne par l’investissement
forcené des excitations produites par les jeux vidéo. Cette recherche
d’excitation a été clairement perçue dans le temps de parole, où passer
d’un sujet à un autre permettait d’éviter l’angoisse du retour sur soi. Aider
694 CHARLOTTE DE BUCY ET AL.

ces patients à supporter les moments de silence en les tolérant nous-


mêmes paraît alors comme un élément thérapeutique particulièrement fort
et adapté à ces problématiques.
Le cadre groupal a plus fondamentalement permis pour certains
adolescents une réassurance identitaire. Il a permis à l’un d’entre eux qui

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
bégayait et rougissait facilement, de s’exprimer plus librement, voire de
s’imposer franchement et d’exprimer dans les échanges verbaux son
agressivité et son désir de puissance. Un autre adolescent a pu également
passer d’un discours logorrhéïque et exclusif, qui lui permettait d’exister
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

dans la toute-puissance et la maîtrise de la parole des autres, à une


meilleure écoute des autres.
- Fonction d’identification
Si les adolescents ont autant investi le groupe, c’est probablement
d’abord parce qu’ils se sont facilement identifiés aux autres membres qui
partageaient la même communauté d’intérêt. On a vu à quel point les liens
groupaux se sont constitués, au cours de séances où les professionnels
étaient écartés des discussions. Mais c’est aussi par la confrontation à leurs
fonctionnements très divers que se sont opérées des prises de conscience
réelles sur eux-mêmes, au cours de débats parfois très animés, ou bien
juste par observation du fonctionnement des autres. Nous faisons
l’hypothèse que les adolescents de l’atelier, qui ne présentaient pas le
même degré de dépendance ou de désocialisation, ont pu tirer grand
bénéfice à côtoyer des adolescents beaucoup plus ou beaucoup moins
dépendants qu’eux, les mettant face à la réalité du risque de dépendance,
ou à l’inverse aux possibilités de dégagement.
- Diffraction du transfert
La présence de trois soignants à chaque séance (éducateur,
animateur, psychologue) ainsi que d’une stagiaire psychologue, a pu
favoriser la constitution d’une enveloppe groupale riche en projections
possibles pour ces adolescents qui ont pu s’identifier à nous selon des
mécanismes transférentiels différenciés (Kestemberg, Jeammet, 1987). Il
est significatif de décrire leur relation d’étayage et identificatoire à
l’animateur, parfait connaisseur des jeux vidéo. D’une part, la
connaissance du monde des jeux par au moins l’un des soignants nous
semble indispensable pour garantir un échange autour de ce centre
GROUPE DE SOINS POUR LES JOUEURS EXCESSIFS 695

d’intérêt participant à leur processus adolescent ; d’autre part ce soignant, qui


a fait des études et maintenant travaille tout en continuant à jouer, s’exposait
comme témoin de la possibilité de diversification des investissements.
Par ailleurs, il a été intéressant de voir que les soignants manquant de
connaissances dans le domaine des jeux vidéo ont un regard d’emblée

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
complémentaire. Ils permettent aussi aux adolescents de transmettre leur
savoir sur les jeux, renforçant le bénéfice narcissique trouvé au sein de l’atelier.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

FRAGMENTS CLINIQUES

Fabrice, dix-huit ans, a développé des éléments d’anxiété sociale dès


l’école primaire, qui se sont aggravés en CM2 suite à une agression dont il a été
victime dans son école. Il semble alors avoir progressivement réduit ses rapports
sociaux et ce phénomène s’est encore aggravé en 4ème suite à une nouvelle
agression au collège. Fabrice commence alors à se réfugier dans les jeux vidéo et
se déscolarise. Un suivi sur le secteur, la mise en place d’un traitement
antidépresseur et un séjour en hospitalisation lui ont manifestement permis de
mieux gérer ses angoisses et de s’ouvrir aux autres, mais toute tentative de re-
scolarisation est un échec depuis la deuxième agression.
Fabrice est orienté vers l’atelier Jeux Vidéo par son psychiatre qui le suit
régulièrement à la Maison des adolescents. Il se présente comme un adolescent
de bon contact mais très inhibé, rougissant rapidement, se dévalorisant, bégayant
beaucoup. Des manifestations de contrôle rigide de l’agressivité et de l’angoisse
sont visibles, avec des décharges brutales au plan psychomoteur et langagier.
Fabrice présente des gestes saccadés, peut pleurer de rire sans motif, joue en
apnée, et fait une fois une crise de tachycardie pendant un jeu, qui se calme
rapidement dès lors qu’il nous en parle. S’il est à l’aise durant le temps de jeu, le
temps de parole le laisse longtemps très inhibé.
Fabrice s’identifie très rapidement à l’animateur qui le fascine par sa
connaissance précise des jeux, et le rassure par son côté très vivant, lui montrant
qu’on peut s’exprimer émotionnellement sans danger de jugement. La présence
d’un autre adolescent également très phobique et ayant subi de la violence en
milieu scolaire, permet des identifications et le partage de la souffrance et de
l’anxiété sociale.
Le temps du jeu en commun à l’atelier est l’occasion d’apprivoiser les
relations en terrain connu, avec la médiation de la console, objet très rassurant.
Pendant le jeu, des interactions de plus en plus riches sont observées entre cet
adolescent et les autres membres du groupe : libération de la parole jusqu’à un rire
franc, manifestations d’agressivité, émergence de fantasmes plus sexuels dans les
interactions. Lors du temps de parole, Fabrice peut se laisser aller
696 CHARLOTTE DE BUCY ET AL.

progressivement à donner un avis de plus en plus personnel, parler de sa vie à la


maison, de son histoire traumatique, de ses angoisses et idées suicidaires passées.
Au fil des séances Fabrice nous apparaît de plus en plus à l’aise dans les
relations, et évoque son désir de réinvestir d’autres activités notamment scolaires,
et de tenir un rôle dans la société. Un travail concret avec l’animateur et
l’éducateur de l’atelier, en lien avec son psychiatre, vers une reprise de ses études,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
est enfin possible (rédaction du CV, prise de contact avec organismes de
formation et Mission Locale).
Après un temps d’identification à l’animateur très bénéfique pour une
projection possible dans l’avenir, Fabrice s’épaule sur un autre adolescent
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

phobique du groupe, pour faire les démarches concrètes. Ils vont ensemble à
l’AFPA (Association de Formation Professionnelle pour Adultes). Enfin, dans un
troisième temps, il ancre sa réussite en intégrant ce rôle de « grand-frère » auprès
de cet autre adolescent, lui proposant de l’aider à venir à l’atelier sans sa mère, et
à chercher lui aussi une formation professionnelle.
L’évolution de Fabrice confirme la réassurance narcissique de ce garçon
et donc son ouverture à une communication plus sereine. Fabrice est actuellement
en formation en alternance dans le secteur informatique, il a trouvé une entreprise
pour son stage, au sein d’une équipe avec laquelle il établit des relations
satisfaisantes et se sent reconnu pour ses compétences.

Louka, vingt et un ans, est un autre adolescent suivi par un psychiatre de


la Maison des adolescents. Il présente une symptomatologie anxieuse
envahissante : peur de sortir de chez lui seul, impossibilité à téléphoner à des
inconnus, crises d’angoisse majeures dès que les repères externes changent, repli
social et déscolarisation depuis la classe de 4ème, avec refuge dans les jeux vidéo
et la musculation. Cet adolescent, bouc émissaire de son collège pendant
plusieurs années, a pu nous parler rapidement de son refuge dans le sport à
outrance pour se sentir à la hauteur et ne plus être victime de ses persécuteurs.
Des propositions d’internat thérapeutique échouent. Louka reste dans une relation
fusionnelle avec sa mère qui parle à sa place en consultation.
Parallèlement Louka se montre très performant et investi dans le secteur
informatique : créations de sites où il propose des fonds d’écran, invention d’un
jeu vidéo, mais toujours depuis chez lui et sans possibilité d’investissement de la
sphère socio-professionnelle.
Des conduites de réassurance narcissique sont observées lorsque Louka
ne veut jouer qu’à des jeux où il est performant, ou lorsque nous lui demandons
de nous expliquer ses stratégies de réussite dans le jeu. Il se met alors à
marmonner ou ignore notre demande, restant ainsi dans la maîtrise de la
technique. Louka a également un discours souvent cru, projectif, et des
manifestations comportementales significatives, mimant de tomber, de frapper
GROUPE DE SOINS POUR LES JOUEURS EXCESSIFS 697

l’autre, ou bombant le torse, dès qu’il est en proie à une émotion ou n’arrive pas
à trouver les mots pour énoncer sa pensée. Ces mises en acte corporelles parfois
très brusques, du registre autoérotique, confirment le défaut de symbolisation et
le narcissisme primaire fragile de ce garçon. Les images et décharges motrices si
investies par Louka dans les jeux vidéo viendraient-elles alors pallier la
défaillance dans le système discontinu de représentations ? Ce recours à l’image

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
proposé par les jeux vidéo constituerait ainsi une « prothèse de la subjectivité »
comme le propose Ph. Givre (2006) à propos des différents supports
technologiques. C’est ainsi que le travail de symbolisation tente de se faire par
l’étayage sur les images, probable tentative auto-thérapeutique de beaucoup de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

ces jeunes en fuite dans l’univers des jeux.


Louka est au final très accroché à l’atelier. Les revalorisations
narcissiques qu’il y trouve ont probablement beaucoup joué, Louka étant reconnu
ici comme le plus compétent dans la maîtrise des jeux. Lors du bilan de fin
d’année, il nous parlera des satisfactions trouvées au plan identificatoire : « C’est
le groupe qui est bien, on peut parler de nos problèmes, voir les pathologies des
autres. Et puis vous êtes jeunes, c’est plus facile de vous parler que de parler au
Dr X. ». Louka nous a en effet parlé de ses angoisses et désirs. La possibilité de
changer de sujet en redirigeant l’attention vers un autre membre du groupe lui
assurait d’être protégé d’une confrontation à son monde interne.
Si des symptômes persistent chez ce garçon qui présente des angoisses et
des comportements psychotiques, l’atelier lui permet manifestement un étayage
narcissique et un espace de resocialisation indispensables et complémentaires des
consultations individuelles.

Alors que la déscolarisation est souvent pointée comme une cause


du jeu excessif, la situation de ces deux jeunes nous a montré que c’est le
contraire qui peut être en jeu. Ces deux adolescents éprouvés dans leur
narcissisme par la violence physique et les humiliations subies de façon
désastreuse en milieu scolaire, ont montré leur capacité à se saisir de
l’atelier pour reconstituer avec des pairs des liens non menaçants et
gratifiants. C’est la relation établie dans le groupe qui a été thérapeutique,
comme en témoigne la facilité avec laquelle les jeunes arrêtaient de jouer
pour passer au groupe de parole. L’atelier Jeux Vidéo tel que nous le
proposons apparaît comme une prise en charge adaptée pour ces jeunes,
complémentaire d’un suivi individuel.
698 CHARLOTTE DE BUCY ET AL.

BIBLIOGRAPHIE

GIVRE PH. (2006). Télétechnologies et nouvelles configurations psychiques. Champ


Psychosomatique, 43 : 109-124.
KAËS R. (1999). Les théories psychanalytiques du groupe. Paris : PUF.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps
KESTEMBERG E., JEAMMET PH. (1987). Le psychodrame psychanalytique. Paris : PUF.
TISSERON S., MISSONNIER S., STORA M. (2006). L’enfant au risque du virtuel. Paris : Dunod.
WINNICOTT D. W. (1971). Jeu et réalité. Paris : Gallimard, 1975.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université Paris 13 - - 81.194.43.202 - 11/03/2019 07h41. © L?Esprit du temps

Charlotte de Bucy, Silvana Belmudes, Paul Moulas


Mustapha Bessedik, Bertrand Vachey, Jean-Pierre Benoit,
Serge Tisseron, Marie-Rose Moro
Maison des adolescents
97, bd. de Port-Royal
75679 Paris Cedex 14, France
charlotte.debucy@cch.aphp.fr
sbelmudes@gmail.com
p_moulas@hotmail.com
mustapha.bessedik@cch.aphp.fr
bertrand.vachey@cch.aphp.fr
jean-pierre.benoit@cch.aphp.fr
serge.tisseron@voila.fr
marie-rose.moro@cch.aphp.fr