Vous êtes sur la page 1sur 7

la santé

Selon la constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS),


la santé est « un état de complet bien-
être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une
absence de maladie ou d'infirmité » et représente « l’un des droits fondamentaux de
tout être humain, quelles que soit sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa
condition économique ou sociale »1.
Cette définition, inscrite au préambule2 de la constitution de l'OMS en 1946, n'a pas été
modifiée depuis. Elle implique la satisfaction de tous les besoins fondamentaux de la
personne, qu'ils soient affectifs, sanitaires, nutritionnels, sociaux ou culturels et du
stade de l'embryon.[réf. nécessaire]

Equilibrer et varier son alimentation


L’alimentation désigne, par définition, l'action de s'alimenter. Elle relève donc de
la nourriture et par conséquent des aliments qui permettent à un organisme de
fonctionner, de survivre. Chez l'Homme, elle caractérise
aussi la manière de récolter, stocker et préparer les
aliments, de le cuisiner et de s'alimenter, qui s'intéresse
davantage au domaine culturel, social et éthique voire
du religieux (tabous alimentaires, carême, rituels de
préparation, etc.).

Sport et alimentation un lien important pour rester


en bonne santé

Pour que l’organisme soit à son optimum, il est essentiel d’avoir une nourriture adaptée aux
besoins du corps. Elle conditionne la capacité de dépense énergétique. Quelques principes
simples pour suivre un régime sportif.

Hygiène
L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir
les infections et l'apparition de maladies infectieuses. Elle se
base essentiellement sur trois actions :

 le nettoyage et la détersion ;
 la désinfection ;
 la conservation.
Par extension, on parle aussi d'« hygiène de vie »,
d'« hygiène alimentaire » et d'« hygiène mentale » pour des actions et activités
permettant de prévenir l'apparition de troubles, comme la pratique d'un sport,
l'abstention de fumer ou de boire de l'alcool.
L'homme moderne proclame son droit à la santé, dont le médicament est l'un des instruments.
Il n'est pas d'acte médical qui ne soit accompagné aujourd'hui de la prescription de
médicaments. On observe aussi la pratique de l'« automédication » avec ses dangers. Il existe
des règles de « bon usage » du médicament.

Aussi assiste-t-on dans les pays évolués à un accroissement continu de la consommation


pharmaceutique, en rapport avec l'élévation du niveau de vie, qui entraîne une prise de
conscience sanitaire du public. Comme les thérapeutiques sont de plus en plus coûteuses,
chez toutes les nations où les organismes officiels remboursent une partie des frais médico-
pharmaceutiques et notamment en France, on parle d'une « surconsommation médicale » et
de ses dangers pour l'économie du pays et cependant la sous-consomation de médicaments
est dramatique dans beaucoup de pays en développement, chez lesquels les besoins sont
particulièrement aigus, comme dans les régions intertropicales, ce qui pose le problème
crucial de l’accès aux médicaments.

— Paul-Étienne BARRAL

Jamais comme aujourd'hui les paradoxes qui caractérisent le monde du médicament n'étaient
apparus aussi éclatants ; jamais non plus les multinationales pharmaceutiques n'avaient à ce
point été mises en cause dans ce qui fait le fondement éthique de leur existence. C'est une
nouvelle fois la pandémie de sida qui a joué ici un puissant rôle de révélateur des profondes
et, depuis peu, insupportables contradictions de nos sociétés, incapables d'organiser la juste
répartition et distribution des richesses thérapeutiques qu'elles produisent.

Dix ans après son apparition, le sida semblait encore être, au début des années 1990, une
affection virale d'un genre nouveau face à laquelle on ne disposerait longtemps d'aucune
parade médicamenteuse. C'était compter sans le dynamisme et la puissance de la recherche
et du développement des principales multinationales pharmaceutiques qui avaient investi
largement dans le secteur longtemps délaissé des médicaments antiviraux. Ces
investisseme[...]
Equilibrer et varier son alimentation
L’alimentation désigne, par définition, l'action de s'alimenter. Elle relève donc de
la nourriture et par conséquent des aliments qui permettent à un organisme de
fonctionner, de survivre. Chez l'Homme, elle caractérise aussi la manière de
récolter, stocker et préparer les aliments, de le cuisiner et de s'alimenter, qui
s'intéresse davantage au domaine culturel, social et éthique voire du religieux
(tabous alimentaires, carême, rituels de préparation, etc.).
Nutrition
Approche thermobiologique
Les réactions chimiques exothermiques nécessaires à la vie sont dépendantes
d'apports en nutriments. Chez les organismes supérieurs ceux-ci sont soit synthétisés
par photosynthèse (végétaux), soit puisés dans des composés organiques (animaux et
champignons). Il existe d'autres sources énergétiques pour les micro-organismes : par
exemple, certaines archées puisent leur énergie en produisant du méthane ou en
oxydant des composés sulfurés.
Les nutriments[
Les nutriments sont des molécules produites lors de la digestion des aliments
consommés1,2. Les protéines, les lipides et les glucides sont les trois grands groupes de
nutriments qui permettent à l’organisme de se construire, de se renouveler, et
d'apporter l'énergie nécessaire au métabolisme. Néanmoins, on peut les scinder en
deux groupes : les nutriments essentiels et ceux qui ne le sont pas. En effet, les
protéines et les lipides sont dits essentiels car notre corps est incapable de les
fabriquer et il faut donc les acheminer par l'alimentation, contrairement aux glucides qui
peuvent être synthétisés à partir d'autres nutriments.
Les protéines[
Les protéines sont les nutriments qui constituent notre enveloppe, autrement dit les
muscles, les os, la peau, les cheveux ou encore les ongles3. En outre, elles sont
composées d'acides aminés qui, une fois libérés pendant la digestion, vont être utilisés
par l'organisme pour produire ses propres protéines.
Les lipides[]
Les lipides sont les nutriments les plus énergétiques. Ils sont les constituants de la
membrane de nos cellules (bicouche de phospholipides)4 et assurent donc leur bon
fonctionnement, et celui des organes. On peut ajouter à cela que les lipides ont un rôle
essentiel dans le transport de certaines protéines et hormones dans le sang, ainsi que
d'un bon nombre de vitamines. Pour les hormones, ils ne font pas que les transporter,
mais ils participent aussi à l'élaboration de certaines d'entre elles5.
Les glucides]
Le glucose

Les glucides, contrairement aux protéines et aux lipides, ne sont pas essentiels, et
peuvent être produits à partir d'autres nutriments. Les glucides sont utilisés sous la
forme de glucose. Ce glucose va être utilisé par toutes les cellules, qu'elles soient
musculaires ou nerveuses, notamment les cellules du cerveau. Il peut aussi être dans
une moindre mesure, transformé en glycogène pour servir de réserve d’énergie
instantané pour les muscles par exemple6.
L'eau[]
L'eau est un solvant polaire de référence qui dissout de nombreux composés comme le
sel et le sucre7. La plupart des aliments contiennent de l'eau de manière naturelle8.
C'est un nutriment essentiel qui permet à de nombreuses réactions d'avoir lieu, de sorte
qu'il est indispensable au fonctionnement des organismes vivants. Il permet également
le transport des nutriments et l'hydratation des tissus de l'organisme8. L'organisme
humain contient en moyenne 60 % d'eau9. Les humains sont capables de vivre sans
manger pendant plusieurs semaines mais ne peuvent vivre sans apport d'eau pendant
plus que quelques jours10.

Le dessert : privilégiez les fruits (crus, cuits, en compote, au four ou en clafoutis) et les produits
laitiers. Ils contribuent au bon équilibre nutritionnel tout en apportant une touche gourmande à votre
repas.
Pour vos menus, pensez également à privilégier les produits de saison. Ils présentent de nombreux
avantages tels que des prix souvent plus attractifs et de meilleures qualités gustatives lorsqu’ils sont
consommés durant leur période de prédilection.
Un régime alimentaire sportif adapté
Quelle que soit l’activité physique ou sportive que vous pratiquez (gymnastique, tennis,
football, sports d’endurance, fitness, yoga), votre corps a besoin d’énergie pour pouvoir la
dépenser. Bouger augmente l’activité musculaire, entraînant une consommation énergétique
plus ou moins importante selon la discipline et l’intensité de la pratique. Pour ce faire, veillez
à vous alimenter de manière variée et équilibrée, sans oublier de bien vous hydraterpendant,
avant et après la pratique d’une activité sportive. La bonne alimentation est aussi
importante que l’hygiène de vie, l’entraînement, ou encore la motivation. Sinon attention à la
fatigue, à l’hypoglycémie, aux contre-performances, à la baisse de vigilance et aux blessures
! Les règles d’une bonne alimentation ne s’adressent pas uniquement aux sportifs de haut
niveau. La seule différence réside dans la hauteur des besoins et l’anticipation des pertes
caloriques dues à l’effort. « Elle ne doit être ni trop restreinte ni trop riche. Elle doit être
dosée en fonction des besoins spécifiques de chaque personne. » Pour le docteur Javier
Arroyo, médecin du sport en charge du Team SCA (l’équipage 100 % féminin qui a pris le
départ mi-octobre de la Volvo Ocean Race 2014-2015, une course à la voile autour du monde
en équipe et par étapes) la nutrition est quelque chose de très personnel. « En médecine tout
est individuel. Il est impossible de donner des informations générales. On ne peut pas faire
une « ligne guide » pour tout le monde. D’autant plus que chacun a des objectifs différents.
Certains veulent perdre du poids, d’autres prendre de la masse musculaire… ». Afin
d’évaluer les besoins de chacune des navigatrices de la Volvo Ocean Race, il leur a fait passer
une batterie de tests.
« C’est seulement après avoir effectué des tests sanguins, le VO2max, le Body-Metrix pour
la composition du corps en masse grasse et maigre, que l’on peut connaître le métabolisme de
base (hors effort brutal et/ou soutenu), et calculer avec exactitude la consommation
en calories par jour et par personne. Ces éléments permettent de connaître le pourcentage
utilisé lors de l’entraînement sportif. C’est- à-dire ce que l’on a brûlé. » Donc ce qu’il faut
apporter à l’organisme.
De l’équilibre avant tout pour une nutrition sportive de qualité
Vous n’avez pas comme objectif de perdre du poids ou prendre de la masse musculaire ? Vous voulez juste
vous sentir au top de votre forme ?
La meilleure répartition quotidienne entre les différents groupes d’aliments reste la suivante : 50 à 55 % de
glucides, 30 % de lipides et 15 % de protéines. À moins que vous fassiez plus de quatre séances
d’entraînement par semaine, pas besoin de supplémentation particulière. « Selon l’activité et le volume
horaire pratiqués quotidiennement, les besoins en glucides peuvent varier d’un facteur 4 à 10 (jusqu’à 12
grammes par kilo de poids par jour)
pour les athlètes d’endurance qui
s’entraînent vraiment de manière
intensive », précise Eve Tiolier,
nutritionniste.

SPORT ET NUTRITION SANTE


Sport et Nutrition Santé, Sport et Prévention Santé

Depuis deux mille ans, des découvertes importantes dans le domaines de la


chimie, de l’exercice, du métabolisme, de la nutrition et de la physiologie nous
conduisent à une prise en compte de la nutrition pour améliorer les performances
sportives.
L’étude des apports énergétiques tient une place importante dans l’expertise
nutritionnelle du sportif.
Le contrôle du poids corporel selon la discipline pratiquée, l’intensité, l’âge ou
l’handicap nécessite un vrai suivi et une adaptation quasi permanente de
l’équilibrage alimentaire.
Le programme SPORT – NUTRITION – SANTE s’appuie sur de solides pré-
requis en diététique, science de l’exercice, et des expériences vécues sur le terrain
afin d’élaborer des programmes alimentaires TOP NIVEAU et PERSONNALISES.
Cette formation transdisciplinaire ouvre une perspective nouvelle et appropriée de
spécialisatioon en NUTRITION SANTE SPORTIVE pour tous.
PROGRAMME
Approche psychologique :

 L’image du corps
 Motivation, vigilance et personnalité dans les activités physiques et sportives
 Approche psychophysiologique
 Les rythmes biologiques, alimentaire et sport (l’horloge biologique –
synchroniseurs de l’environnement et de l’organisme)
 La gestion de l’énergie (techniques de relaxation en sport – prévention et
outils de lutte contre l’anxiété – applications)
Sport : Physiologie et Energétique :
 Préparation de l’organisme (en fonction de l’âge) aux charges de travail :
Stretching (techniques et pratique, réveil musculaire, programmes…) –
Exploration des capacités de travail – Les méthodes de développement des
capacités physiques et techniques – les postures – Le dosage des charges,
direction et démonstrations – Réalisation de programmes sportifs
(réentraînements, rééducation, performances…) – la prévention du
surentraînement.
 Eléments de mécanique du mouvement
 Les systèmes de contrôles biologiques
 Rôle des sécrétions hormonales au cours des activités physiques
 Mesure de la dépense énergétique lors d’activités physiques et sportives
(tests physiologiques autour de la capacité de travail – quantification de la
charge (pénibilité) – mesure des indices de la forme sportive – alimentation et
activité physique.
 Couverture des besoins énergétiques et plastiques (les besoins
hydrominéraux du sportif – les particularités de la prise alimentaire au cours
de la préparation, en conditions extrêmes, lors d’épreuves de puissance, de
longue durée, à caractère intermittent.
 Facteurs déterminants de la performance
 La récupération (mesure des paramètres de la récupération sportive –
sommeil, sport et nutrition.
Nutrition et Sport :
 L’hydratation (boissons, stratégies et performance)
 Plans nutritionnels (avant, pendant et après la compétition)
 Aliments autorisés et ceux à éviter selon le cycle de la préparation.
 La thermorégulation, sport et nutrition (au repos, lors d’exercice, influence
des pertes sur les performances)
 performances sportives et intellectuelles et conduites à risques
 Nutrition, Sport par Tranche d’Age – Prévention Santé : Enfance –
Adolescence – Adultes – Vétérans et Personnes Agées.