Vous êtes sur la page 1sur 183

Mémoire de fin d’études

Dédicaces

A mes parents à qui je dois la réussite de mon


parcours.

A mes sœurs, qui m’ont épaulée tout au long


de mes expériences.

A mon petit frère Mohamed Azzedine.

A toute ma famille.

A ma chère amie et binôme Asmaa BAGHRI.

A mes amis.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


1
Mémoire de fin d’études

Samira ENNAOUI

Dédicaces

A mes très chers parents, source de vie,


d’amour et d’affection

A mes chers frères et leurs enfants, source de


joie et de bonheur

A toute ma famille, source d’espoir et de


motivation

A tous mes amis, tout particulièrement Nadia

A Samira, chère amie avant d’être binôme

A vous cher lecteur

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


2
Mémoire de fin d’études

Asmaa BAGHRI

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


3
Mémoire de fin d’études

Remerciements

Nos remerciements les plus sincères vont à toute personne ayant eu la bonté et la patience de
satisfaire notre curiosité et de nous aider dans notre travail par leurs précieux conseils, réponses
et recommandations.
Nous tenons à remercier Mr. Adnane BOUKAMEL, le directeur de l’Ecole Hassania des
Travaux Publics. Une personne qui nous inspire le plus grand respect.
Notre attention se portera aussi plus particulièrement sur Mr. Mohamed El BAHI, le
directeur de SYSTRA Maroc et notre encadrant externe. Un homme qui nous a offertes
l’opportunité d’effectuer ce stage dans les meilleures conditions et qui nous a fortement
impressionnées par sa grande expérience et sa concrète contribution au bon déroulement de ce
travail.
A notre encadrant interne, Mr. CHERRABI, nous adressons notre plus profonde
reconnaissance pour son bon encadrement et pour les conseils fructueux qu’il n’a cessé de nous
prodiguer.
Nous adressons par la même occasion nos remerciements à Mr. Ahmed EL BARKANI,
ingénieur à SYSTRA Maroc, qui n’a épargné ni temps ni effort pour nous aider et pour répondre
à nos questions.
Nous devons chaque bribe de notre connaissance à nos enseignants à l’EHTP qui ont si bien
mené leur noble quête d’enseigner les bases du Génie Civil. Nous les remercions non seulement
pour le savoir qu’ils nous ont transmis, mais aussi pour la fierté et l’ambition que leurs
personnes nous aspirent.
Que messieurs les membres du jury trouvent ici l’expression de notre reconnaissance pour
avoir accepté d’évaluer notre travail.

Et toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin au bon déroulement de ce travail,
qu’elles voient en ces mots l’expression de notre gratitude pour leur présence, pour leur
dévouement et pour l’aide inestimable qu’elles nous ont apportées tout au long de ce parcours.
Un petit bout de chemin certes, mais un grand enrichissement.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


4
Mémoire de fin d’études

Reé sumeé

Notre projet de fin d’études, effectué au sein du bureau d’études Systra Maroc, consiste à
étudier un réservoir semi-enterré, d’une forme rectangulaire, et d’une capacité de 30 000 m3. Ce
réservoir, qui stocke l’eau potable, est destiné à renforcer l’alimentation de la ville de Marrakech.

Le présent rapport expose la démarche que nous avons suivie dans notre travail ; Nous avons
tout d’abord procédé à la recherche de la hauteur d’eau qui engendrera le moindre coût. Ensuite,
nous avons étudié la structure du réservoir en effectuant un calcul manuel. La modélisation sur le
logiciel Robot a complété cette étude statique notamment pour le calcul hydrodynamique.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


5
Mémoire de fin d’études

Table des matieè res


Liste des figures ………………………….……………………………………………………..11
Liste des tableaux ………………………………….…………………………………………...14
Introduction………………………………………………..........................................................16
I. Présentation du projet……………………………………………………………..…….17
II. Technologie des réservoirs …………..………………………………………………….18

II.1. Rôle d’un réservoir ………………………………………………………………………...18


II.2. Classification d’un réservoir …………………………………………………...…………..19
II.3. Caractéristiques principales d’un réservoir ………………………………………………...20
II.3.1. Type de réservoir ……………………………….………………………………..20
II.3.2. Emplacement ………………………………….………………………………....20
II.3.3. Volume des réservoirs …………………….……………………………………..20
II.3.4. Hauteur de l’eau …………………………………………………………………21
II.3.5. Dimensions en plan ……………………………………………………………...21
II.3.6. Division des réservoirs …………………………………………………...……...21
II.3.7. Charge …………………………………………………………………………...22
II.4. Exigences techniques à satisfaire dans la construction d’un réservoir …………………..…22
II.5. Equipements du réservoir ……………………………………………………………….….22
II.5.1. Conduite d’arrivée-Robinet flotteur ….………………………………………….23
II.5.2. Conduite de distribution……………………………………………………….…24
II.5.3. Trop-plein………………………………………………………………………...24
II.5.4. Vidange ……………………………………………………………………...…..24
II.5.5. By-pass entre adduction et distribution ………………………………………….25
II.5.6. Comptage …………………………………………………………………….….26
II.5.7. Robinets-vannes …………………………………………………………………26
II.5.8. Tuyauterie ……………………………………………………………………….26
II.5.9. Tampon de visite ………………………………………………………………...26
II.5.10. La chambre des vannes ………………………………………………………….26
II.6. Dispositions particulières…………………………………………………………………...26
II.6.1. Principes de construction ………………………………………………………..26
II.6.2. Aération et éclairage ……………………………………………………………27
II.6.3. Renouvellement de l’eau ……………………………………………………...…28
II.6.4. Conditions d’exploitation ……………………………………………………..…28
II.7. Etanchéité ………………………………………………………………………………..…28
II.7.1. Maîtrise de l'étanchéité des structures en béton armé……………………………29
II.7.2. Dalles et coupoles……………………………………………………………..…29
II.7.3. Les voiles et le radier ……………………………………………………………31

III. Eléments structuraux d’un réservoir…………………………………..…….…….33

III.1. Parois du réservoir …………………………………………………………………....…33


III.2. Couverture ……………………………………………………………………………….34

III.2.1. Poutres-dalles ……………………………………………………………………35


III.2.2. Dalle pleine sur 4 appuis…………………………………………………...……35
III.2.3. Plancher dalle ……………………………………………………………………35
III.2.4. Plancher champignon ……………………………………………………………36

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


6
Mémoire de fin d’études

III.2.5. Planchers
nervurés ………………………………………………………………36
III.2.6. Plancher-dalle caissonné ………………………………………………………...37
III.2.7. Plancher-caisson …………………………………………………………………37
III.2.8. Etude comparative des différentes variantes ………………………………….…38
III.3. Chicanes ou Murs intérieurs …………………………………………………………….39
III.4. Fond du réservoir ……………………………………………………………………..…39
III.4.1. Radier ……………………………………………………………………………40
I.1.1.Système dallage- semelles-longrines ……………………………………………41
I.1.1.1. Dallage …………………………….…………………………………..…41
I.1.1.2. Longrines ……………………………………………………………..… 41
I.1.2.Module de rigidité …………………………………………………………….…42
I.1.2.1. Evaluation du module de réaction du sol ………………………………..42
I.1.2.2. Essai à la plaque de Westergaard ……………………………………..…42
I.1.2.3. Essai L.C.P.C……………………………………………………………..42

I.2. Solidarité Couverture-Paroi-fond ……………………………………………………..…43

I.2.1.Liaison entre la dalle de couverture et parois ……………………………………43

I.2.2.Liaison entre les parois et le fond du réservoir ………………………………….43

I.3. Joints ………………………………………………………………………………….…44

IV. Choix de la conception ……………………………………………………………….... 48

I.4. Recherche de la hauteur d’eau optimale…………………………………………………48

I.4.1.Problématique……………………………………………………………………48

I.4.2.Démarche …………………………………………………………………..……49

I.4.3.Résultats …………………………………………………………………………51

I.4.4.Géométrie finale du cas du réservoir de Marrakech …………………………....52

I.5. Etude de la liaison couverture-Parois…………………………………………………….53

I.5.1.Dalle désolidarisée des parois …………………………………………………...53

I.5.2.Dalle solidaire aux parois ………………………………………………………..53

I.5.3.Comparaison chiffrée ……………………………………………………………54

I.6. Etude de la liaison Parois-Fond du réservoir…………………………………………….56

I.6.1.Modélisation du dallage…………………………………………………………56

I.6.2.Résultats cartographiques……………………………………………………….57

I.6.3.Conclusion………………………………………………………………………59

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


7
Mémoire de fin d’études

V. Hypothèses de calcul …………………………………………………………..............60

I.7. Actions à prendre en compte …………………………………………………………….…60

I.7.1.Les actions permanentes (G) ………………………...………………………..…60

I.7.2.Les actions variables ………………………………………………………….…60

I.7.3.Les actions accidentelles (séismes)………………………………………………60

I.8. Les combinaisons d´actions ………………………………………………………………..60

I.8.1.L’état limite ultime (ELU) correspond à la limite ………………………………60

I.8.2.Vis-à-vis des états limites de service (ELS) …………………………………….61

I.9. Contraintes limites………………………………………………………………………..…62

I.9.1.Règlement BAEL ……………………………………………………………..…62

I.9.2.Fascicule 74 ……………………………………………………………………...62

I.10. Enrobage …………………………………………………………………………………


…63

I.11.Hypothèses de calcul …………………………………………………………………….…64

VI.Etude statique du réservoir……………………………………………………………..65

I.12. Etude des parois du réservoir ……………………………….………….………………..65

I.12.1. Pré dimensionnement des parois …………………………………….…………..65

I.12.2. Cas du réservoir vide et soumis à la poussée du sol …………………………….67

I.12.2.1. Caractéristiques du sol ………………………………………………..…67

I.12.2.2. Calcul de poussées ………………………………………………………68

I.12.2.3. Bilan des efforts appliqués aux parois………………………...……..…..73

I.12.2.4. Justification de la stabilité externe des parois ………………………...…74

I.12.3. Cas du réservoir plein, soumis à l’action de l’eau uniquement………………..…76

I.12.3.1. Caractéristiques du liquide stocké …………………………………….…76

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


8
Mémoire de fin d’études

I.12.3.2. Bilan des efforts appliqués au


mur ……………………………………....76

I.12.3.3. Justification de la résistance externe des parois………………………….77

I.12.4. Dimensionnement des parois………………………………………………….…79

I.12.4.1. Evaluation des sollicitations …………………………………………..…79

I.12.4.2. Résultats de calcul des armatures principales……. …………………..…80

I.13. Calcul des poteaux ………………………………………………………………………81

I.13.1. Vérification de la condition de non flambement ……………………………...…81

I.13.1.1. Longueur de flambement ……………………………………………...…81


I.13.1.2. Elancement ………………………………………………………………81

I.13.2. Valeurs minimales des armatures ……………………………………………..…82

I.13.3. Armatures transversales …………………………………………………………83

I.13.4. Résultats de calcul ……………………………………………………………….83

I.14. Etude du fond du réservoir……………………………………………………………….83


I.14.1. Efforts exercés sur le sol ………………………………………………………...83
I.14.1.1. Influence du poids du radier et du liquide emmagasiné …………………83
I.14.1.2. Influence des parois et de la couverture ……………………………...…84
I.14.2. Poinçonnement du radier sous les poteaux …………………………………...…86
I.14.2.1. Vérification du non poinçonnement d’une plaque ………………………86
I.14.2.2. Hauteur d’une semelle isolée fictive ………………………………….…87
I.15. Calcul des poutres ……………………………………………………………………….88
I.15.1. Méthodes de calcul des moments sur poutres continues…………………………90
I.15.1.1. Domaine d’application de la méthode forfaitaire ………………………..91
I.15.1.2. Domaine d’application de la méthode de Caquot………………………..91
I.15.1.3. Choix de la méthode appropriée …………………………………………91

I.15.2. Principe de la méthode de Caquot modifié ……………………………………...92

I.15.2.1. Evaluation des moments par la méthode de Caquot ……………………..93

I.15.2.2. Evaluation des moments sur appuis ……………………………………..93

I.15.2.3. Evaluation des moments en travées …………………………………..…94

I.15.3. Evaluation de l’effort normal sur les poutres ……………………………………96

I.15.4. Justification des sections…………………………………………………………97

I.15.4.1. Réservoir plein non soumis à la poussée du sol……………………….…97

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


9
Mémoire de fin d’études

I.15.4.2. Réservoir vide soumis à la poussée du


sol…………………………….…98

I.15.5. Calcul de l’effort tranchant au niveau des appuis………………………………..98

I.15.6. Justification des sections vis-à-vis de l’effort tranchant ……………………...…99

I.16. Calcul des dalles……………………………………………………………………...…101

I.16.1. Dalle appuyée sur ses contours ……………………………………………...…102

I.16.2. Calcul des dalles continues à plusieurs appuis …………………………………103

I.16.3. Résultats de calcul ……………………………………………………………...103

I.16.3.1. Cas du réservoir vide soumis à la poussée du sol ………………………103

I.16.3.2. Cas du réservoir plein, non soumis à la poussée du sol ……………..…103

I.16.4. Vérification de l’effort tranchant …………………………………………….…104

I.17. Effet de la température …………………………………………………………………105

I.17.1. Calcul du gradient thermique entre les deux faces de la paroi …………………105

I.17.2. Moment crée par le gradient thermique ……………………………………..…105

I.17.2.1. Cas de la compression simple ou de la flexion composée avec


compression, la totalité de la section étant comprimée ………………….…106

I.17.2.2. Cas de la flexion simple ou de la flexion composée, une partie de la section


étant comprimée ……………………………………………………106

I.17.2.3. Cas de la traction simple ou de la flexion composée avec traction, la


totalité de la section étant tendue avec présence d´une nappe d´acier sur chaque
face ………………………….………………………………………………106

I.17.3. Calcul …………………………………………………………………………..107

VII. Calcul dynamique du réservoir ……………………………………………..….…108

I.18. Généralité ………………………………………………………………………………108

I.19. Le zonage sismique et le coefficient d’accélération …………………………………...108

I.20. Parois soumis à la poussée du sol Approche de Mononobe-Okabe ………………...…109

I.20.1. Effet dynamique sur les ouvrages enterrés……………………………………...109

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


10
Mémoire de fin d’études

I.20.2. Méthode de Mononobe-Okabe pour la détermination de la pression


dynamique …………………………………………………………………………...109

I.20.3. Méthode simplifiée de Seed ……………………………………………………111

I.20.4. Pression dynamique sur les parois non déplaçables ……………………………111

I.20.5. Poussée dynamique due à une surcharge sur le sol …………………………….112

I.20.6. Vérification de la stabilité au renversement ……………………………………113

I.20.7. Vérification de la stabilité au poinçonnement …………………………………114

I.20.8. Vérification de la stabilité au glissement ……………………………………...114

I.21. Modélisation de l’interaction sol-structure……………………………………………. 114

I.22. Hydrodynamique de l’eau …………………………………………………………...…115

I.22.1. Introduction …………………………………………………………………….115

I.22.2. Méthodes de calcul sismique pour les réservoirs (ITBTP)……………………..117

I.22.2.1. Modèles mécaniques …………………………………………………...118

I.22.2.2. Les différentes méthodes de calcul proposées……………………….…120

I.22.2.3. Principe de la méthode de Houzner ………………………………….…121

I.22.2.4. Résultats de calcul ……………………………………………………...124

I.22.2.5. Commentaire……………………………………………..……………..125

I.22.3. Prescription de l’Eurocode 8 …………………………………………………...125

I.22.3.1. Importance de la construction ………………………………………….125

I.22.3.2. Séisme proche, séisme lointain ………………………………………...126

I.22.3.3. Sols et sites ……………………………………………………………..126

I.22.3.4. Ductilité de la structure ………………………………………………...127

I.22.3.5. Spectre élastique Se(T) horizontal de réponse en accélération ……...…128

I.22.3.6. Spectre de calcul Sd(T) horizontal de réponse en accélération ……..….129

I.22.3.7. Modèle mécanique du calcul hydrodynamique ……………………...…130

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


11
Mémoire de fin d’études

I.22.3.8. Résultat de calcul……………………….


……………………………….135

I.22.3.9. Commentaire……………………………………………………………137

I.22.4. Vérification de la stabilité des parois vis-à-vis des efforts hydrodynamiques …137

VIII. Modélisation sur le logiciel ROBOT…………………………………………..…..139

I.23. Modélisation de la structure ……………………………………………………………139

I.23.1. Charges statiques …………………………………………………………….…140

I.23.2. Saisie du chargement du sol ……………………………………………………141

I.23.3. Saisie de la poussée de l’eau …………………………………………………...141

I.23.4. Saisie de la température ……………………………………………………...…142

I.23.5. Maillage ………………………………………………………………………...143

I.23.6. Convention des signes ………………………………………………………….143

I.24. Etude statique du réservoir ……………………………………………………………..144

I.24.1. Déplacements du radier dus au poids de l’eau………………………………….144

I.24.2. Allure de la déformée de la structure …………………………………………..144

I.24.3. Résultats des sollicitations sur les parois ………………………………………145

I.24.4. Radier …………………………………………………………………………..148

I.24.5. Diagrammes des dalles …………………………………………………………149

I.25. Etude dynamique du réservoir …………………………………………………………149

I.25.1. Analyse modale ……….………………………………………………………..150

I.25.1.1. Principe …………………………………………………………………150

I.25.1.2. Combinaison des modes ……………………………………………..…150

I.25.1.3. Résultats de l’analyse modale ………………………………………….151

I.25.2. Combinaison des effets des composantes du mouvement sismique ………...…151

I.25.3. Calcul hydrodynamique du réservoir …………………………………………..151

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


12
Mémoire de fin d’études

I.25.4. Combinaisons des actions


hydrodynamiques …………………………………..152

I.25.5. Résultats ………………………………………………………………………..153

I.25.5.1. Déplacements ………………………………………………………..…153

I.25.5.2. Allure de la déformée …………………………………………………..154

I.25.5.3. Sollicitations dans les chicanes ……………………………………...…154

IX.Ferraillage ………………………………………………………………………………157

I.26. Dispositions sismiques …………………………………………………………………157

I.26.1. Les armatures des parois ……………………………………………………….157

I.26.2. Les armatures du radier ……………………………………………………...…157

I.26.3. Poteaux et poutres …………………………………………………………...…158

I.26.4. Recouvrement des armatures ………………………………………………..…159

I.27. Ferraillage du radier ……………………………………………………………………159

I.28. Ferraillage des parois ……………………………………………………………….… 160

I.29. Chicane ………………………………………………………………………………... 162

I.30. Ferraillage des poutres type B ……………………………………………………….…163

I.31. Ferraillage des dalles …………………………………………………………………...164

I.32. Plans d’exécution ………………………………………………………………………164

I.32.1. Poteaux …………………………………………………………………………164

I.32.2. Poutres ………………………………………………………………………….166

I.32.3. Parois et chicanes ………………………………………………………………168

I.33. Comparaison des résultats entre les hauteurs 4.5 m, 5 m, et 5.5 m sur le logiciel ……. 169

X. Exécution des travaux …………………………………………………………………171

Conclusion ………………………………………………………………………..…………..175
Références bibliographiques ……………………………….……………………………..…176
Annexes ……………………………………………………………………………………….177

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


13
Mémoire de fin d’études

Liste des figures


Figure 1. Emplacement de l’ouvrage projeté …………………………………………………..…..17
Figure 2. Equipement d’un réservoir d’eau potable………………………………………………..23
Figure 3. Trop plein……………………………………………………………………………..….25
Figure 4. By-pass……………………………………………………………………………….…..25
Figure 5. Poteau sur semelle isolée………………………………………………………………....27
Figure 6. Mur cantilever………………………………………………………...........................….33
Figure 7. Forme du remblai…………………………………………………...........................……34
Figure 8. Poutre-dalle…………………………………………………………………………...….35
Figure 9. Dalle pleine sur 4 appuis……………………………………………………………..…..35
Figure 10. Plancher dalle………………………………………………………………………...…..35
Figure 11. Plancher champignon……………………………………………………………….……36
Figure 12. Plancher nervuré……………………………………………………………….........……36
Figure 13. Plancher-dalle caissonné………………………………………………………....………37
Figure 14. Plancher caisson……………………………………………………........................…….37
Figure 15. Détail des couches du fond du réservoir…………………………..........................……..40
Figure 16. Schéma du fonctionnement du radier souple……………………………................…….40
Figure 17. Système poteaux-semelles-longrines…………………………………….........…………42
Figure 18. Schéma général du réservoir avec parois isolées du dallage……………………………..44
Figure 19. Schéma général du réservoir avec parois fondées sur le radier…………………………..44
Figure 20. Différents types des joints de dilatation…………………………………….........………45
Figure 21. Différents types des joints de retrait…………………………………………..........…….46
Figure 22. Détails d’un joint de dilatation I…………………………………………………….……47
Figure 23. Détails d’un joint de dilatation II………………………………………………...………47
Figure 24. Paramètres géométriques en plan du réservoir……………………………........………..49
Figure 25. Paramètres géométriques du réservoir- Coupe…………………………………………..49
Figure 26. Variation du coût en fonction de la hauteur d’eau……………………………………….52
Figure 27. Plan de coffrage d’une cuve……………………………………………………………...56
Figure 28. Système dallage-longrines………………………………………………………………..56
Figure 29. Déplacement du dallage………………………………………………………………….57
Figure 30. Moments Mxx sur le dallage……………………………………………………………..58
Figure 31. Moments Myy sur le dallage……………………………………………………………..58
Figure 32. Pré dimensionnement d’un mur Cantilever……………………………………..………..65
Figure 33. Dimensions des parois……………………………………………………………..……..66
Figure 34. Contrainte verticale du sol………………………………………………………………..67
Figure 35. Mur cantilever…………………………………………………………………...……….68
Figure 36. Le plan de glissement coupe le talus…………………………………….........………….69
Figure 37. Le plan de glissement coupe la face interne du voile…………………………………….69
Figure 38. L’écran fictif………………………………………………………………………….…..70
Figure 39. Efforts de poussée des terres……………………………………………………………..70
Figure 40. Cas d’un sol cohérent…………………………………………………………………….71
Figure 41. Poussée due à une surcharge sur le remblai……………………………..……………….72

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


14
Mémoire de fin d’études
Figure 42. Bilan des efforts appliqués aux parois sous l’effet du
sol……………………………….73
Figure 43. Contraintes verticales sous la semelle du mur…………………………………...………75
Figure 44. Bilan des efforts appliqués aux parois sous l’effet de l’eau……………………..……….77
Figure 45. Méthode des tranches horizontales………………………………………………………79
Figure 46. Sollicitations d’un ml de la paroi………………………………………………..……….79

Figure 47. Section du poteau……………………………………………………………….………..82


Figure 48. Armatures transversales du poteau………………………………………………………83
Figure 49. Coupe sur radier……………………………………………………………………….…85
Figure 50. Semelle isolée sous un poteau I…………………………………………………….…….87
Figure 51. Semelle isolée sous un poteau II………………………………………………………....88
Figure 52. Répartition des charges de la dalle sur les poutres………………………….……………88
Figure 53. Schéma des charges équivalentes de calcul……………………………………..……….89
Figure 54. Poutre type B ………………………………………………………….……..…..90
Figure 55. Moments sur appui……………………………………………………………………….94
Figure 56. Moment max en travée………………………………………………………………..….94
Figure 57. Moment min en travée……………………………………………………………………95
Figure 58. Moment de référence en travée…………………………………………………………..95
Figure 59. Effort tranchant dans la poutre…………………………………………………..........….99
Figure 60. Dalle sur 4 appuis……………………………………………………………………….101
Figure 61. Moments au centre de la dalle………………………………………………………….102
Figure 62. Gradient thermique……………………………………………………………….……..105
Figure 63. Poussée dynamique des terres sur les parois…………………………..………………..112
Figure 64. La composante horizontale du séisme peut entraîner un soulèvement………...……….115
Figure 65. La composante verticale du séisme augmente la gravité……………………….……....116
Figure 66. Effet du balancement du fluide sur un toit flottant sur le fluide contenu……………….116
Figure 67. Dégâts du séisme sur le réservoir…………………………………………………...…..117
Figure 68. Modélisation de la masse passive……………………………………………………….118
Figure 69. Equivalent mécanique des pressions d’oscillation : action sur les parois………………119
Figure 70. Equivalent mécanique des pressions d’oscillation : actions parois + base……………..119
Figure 71. Le Modèle à une masse passive Mi et deux masses actives Mo1 et Mo2 ……………...119
Figure 72. Réservoir rectangulaire…………………………………………………………………120
Figure 73. Réservoir rectangulaire soumis à une accélération maximale am………………..…….121
Figure 74. Spectre de vitesse, séisme de El Centro (1940)…………………………………..…….123
Figure 75. Spectre de réponse élastique en accélération Se(T) de l’Eurocode 8………..…………128
Figure 76. Modèle mécanique de l’Eurocode 8 pour le calcul hydrodynamique…………………..130
Figure 77. Rapport mi/m et h’i/H en fonction de l’élancement du réservoir……………………....131
Figure 78. Les deux premières masses modales convectives et les hauteurs correspondantes hc1 et
hc2 en fonction de l’élancement…………………………………………………….……..…………..131
Figure 79. …………………………… …………………………………………………………….132
a) Distribution de la pression impulsive q0(Z) normalisée à q0(0) pour 4 valeurs de H/L
b) Valeur de pic des pressions impulsives q0(0) en fonction de H/L
Figure 80. Valeur de qc1(z) en fonction de z/H…………………………………………...……….133
Figure 81. Hauteur de la vague d………………………………………………………………...…135
Figure 82. Modélisation I du réservoir sur le logiciel ROBOT …………………………...……….139
Figure 83. Modélisation II du réservoir sur le logiciel ROBOT ……………………..……………139
Figure 84. Changement de l’orientation du repère local……………………………………….…..140
Figure 85. Définition du chargement du sol…………………………………………………….….141
Figure 86. Définition de la charge hydrostatique de l’eau…………………………………………142
Figure 87. Définition de la charge thermique………………………………………………………142
Figure 88. Maillage uniforme…………………………………………………………………...….143
Figure 89. Convention des signes du logiciel ROBOT…………………………………...………..143
Figure 90. Déformée de la structure sous l’effet statique de l’eau…………………………...…….144
Figure 91. Déformée de la structure sous l’effet statique de la poussée du sol……………….……145
Figure 92. Coupe type A……………………………………………………………………………145

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


15
Mémoire de fin d’études
Figure 93. Diagramme Mxx sur la paroi de 30m soumise à la poussée du sol selon la coupe
A…..146
Figure 94. Diagramme Mxx sur la paroi de 30m soumise à la poussée de l’eau selon la coupe
A………………………………………………………………………………………………146
Figure 95. Coupes types-Vue en plan………………………………………………………………146

Figure 96. Diagramme du moment Myy de la paroi de 30m selon la coupe B………………….…147

Figure 97. Diagramme du moment Myy de la paroi de 30m selon la coupe type Bord……………147

Figure 98. Cartographie du moment Mxx dans le radier…………………………………………...148


Figure 99. Cartographie du moment Myy dans le radier…………………………………………...149
Figure 100. Diagramme des moments Mxx dans la dalle de couverture……………………...……..149
Figure 101. Diagramme des moments Myy dans la dalle de couverture…………………….………150
Figure 102. Allure de la force d’impulsion sur les chicanes…………………………………….…..152
Figure 103. Allure de la force d’oscillation sur les chicanes………………………………….……..152
Figure 104. Combinaisons d’actions dynamiques……………………………………………….…..153
Figure 105. Déformée de la structure sous l’effet hydrodynamique………………………..……….154
Figure 106. Diagramme du moment Myy dans une chicane sous l’effet hydrodynamique selon la
coupe type chicane………………..…………………………………………………………………....155
Figure 107. Coupe type C …………………………………………………………………………..155
Figure 108. Diagramme des moments Mxx dans une chicane sous l’effet hydrodynamique selon la
coupe C………………...……………………………………………………………………………….156
Figure 109. Zones critiques d’une poutre……………………………………………………………158
Figure 110. Ferraillage statique du poteau………………………………………………..…………164
Figure 111. Ferraillage sismique du poteau………………………………………………………….165
Figure 112. Ferraillage statique de la poutre type B…………………………………..…….……….166
Figure 113. Ferraillage sismique d’une poutre type B……………………………..………………..168
Figure 114. Schéma de ferraillage de la paroi de 30 m selon la coupe type
B……………………………………….......... ..............................................................................168
Figure 115. Schéma de ferraillage d’une chicane selon la coupe type
chicane……………………………………..... ...............................................................................169

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


16
Mémoire de fin d’études

Liste des tableaux


Tableau 1. Fonctions d’un réservoir……………………………………………...…………………..18
Tableau 2. Types de structures d’un réservoir…………………………………………………….…19
Tableau 3. Classe des réservoirs selon le fascicule 74…………………………………………...…..32
Tableau 4. Les types de plancher…………………………………………………………………….38
Tableau 5. Valeurs du module de rigidité selon la nature du sol……………………………...……..43
Tableau 6. Pré dimensionnement des différents éléments de la structure…………………..………..50
Tableau 7. Ratios d’acier des différents éléments de la structure………………………………...….50
Tableau 8. Détails des prix des prestations…………………………………………………………..51
Tableau 9. Comparaison de la stabilité des structures…………………………………………...…..54
Tableau 10. Comparaison des quantités d’acier et du béton…………………………………….
……..54
Tableau 11. Résultat de l’analyse modale de la 1ère conception…………………………………..…..55
Tableau 12. Résultat de l’analyse modale de la 2ème conception……………………………….……..55
Tableau 13. Efforts transmis par le dallage aux longrines…………………………………………….57
Tableau 14. Hypothèses de calcul……………………………………………………………………..64
Tableau 15. Paramètres géométriques des parois………………..……………………………………66
Tableau 16. Caractéristiques mécaniques du sol……………………………………...……………….68
Tableau 17. Valeurs de la poussée horizontale due au sol……………………………….……………72
Tableau 18. Valeurs de la poussée due aux surcharges sur remblai…………………………….…….73
Tableau 19. Valeurs des coefficients de stabilité des parois………………………………………..…76
Tableau 20. Valeurs de la poussée de l’eau………………………………………………………..….76
Tableau 21. Coefficients de stabilité des parois soumises à la poussée de l’eau………………..…….78
Tableau 22. Moments sur parois sous la poussée du sol…………………………………………...….80
Tableau 23. Moments sur parois sous la poussée de l’eau……………………………………...……..80
Tableau 24. Ferraillage des parois…………………………………………………………….………80
Tableau 25. Epaisseur du radier sous les éléments de la structure…………………………………….86
Tableau 26. Charges équivalentes de la dalle sur les poutres……………………………………..…..90
Tableau 27. Combinaisons d’actions à l’ELU méthode de Caquot…………………………………..92
Tableau 28. Combinaisons d’actions à l’ELS méthode de Caquot…………………………..……….92
Tableau 29. Moments sur appuis à l’ELU des poutres type B……………………………………..….94
Tableau 30. Moments en travées à l’ELU des poutres Type B…………………………………..……95
Tableau 31. Moments sur appuis à l’ELS des poutres type B……………………………………..….96
Tableau 32. Moments en travées à l’ELS des poutres type B………………………………………...96
Tableau 33. Ferraillage des travées des poutres type B sous l’action de l’eau…………………….….97
Tableau 34. Ferraillage d’appuis des poutres type B sous l’action de l’eau……………………..……97
Tableau 35. Ferraillage des travées des poutres type B sous l’action du sol…………………………98
Tableau 36. Ferraillage d’appuis des poutres type B sous l’action du sol……………………...……..98
Tableau 37. Effort tranchant sur les poutres type B……………………………………………….....100
Tableau 38. Espacement des armatures transversales des poutres type B………………..………….101
Tableau 39. Ferraillage d’un plancher courant………………………………………………...…….103
Tableau 40. Ferraillage d’un plancher d’extrémité………………………………………….……….104
Tableau 41. Effort tranchant sur la dalle……………………………………………………….…….104
Tableau 42. Coefficient d’accélération selon la zone………………………………………………..108
Tableau 43. Coefficients de stabilité au renversement en cas du séisme……………………….……113

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


17
Mémoire de fin d’études
Tableau 44. Coefficients de stabilité au poinçonnement en cas du séisme……………………..
……114

Tableau 45. Coefficients de stabilité au glissement en cas du séisme………………………………114


Tableau 46. Comparaison des résultats de la méthode de Houzner obtenues par les formules et par les
tableaux du calcul pratique………………………………………………………………………………125
Tableau 47. Catégories d’importance des bâtiments et valeurs recommandées de γI……………….126
Tableau 48. Paramètre du sol et périodes « de coin » selon le type du site et du sol……..………….127
Tableau 49. Paramètres du calcul des efforts d’impulsion et d’oscillation en fonction de H/L……..132
Tableau 50. Résultats de calcul pour deux distances différentes entre parois…….……………...…137
Tableau 51. Coefficient de stabilité au renversement du réservoir sous l’effet hydrodynamique…...137
Tableau 52. Déplacements du radier sous l’effet du poids de l’eau………………………………….144
Tableau 53. Résultat de l’analyse modale……………………………………………………………151
Tableau 54. Déplacements du réservoir sous l’effet dynamique de l’eau………………..…………..153
Tableau 55. Espacements dans les zones critiques……………………………………………….….159
Tableau 56. Ferraillage du radier dans le sens X……………………………………………….……159
Tableau 57. Ferraillage du radier dans le sens Y…………………………………………………….159
Tableau 58. Sollicitations dans la paroi de 35m dans le sens Y……………………………………..160
Tableau 59. Ferraillage vertical de la paroi de 35m………………………………………………….161
Tableau 60. Sollicitations dans la paroi de 35m dans le sens X……………………………………..162
Tableau 61. Ferraillage horizontal de la paroi de 35m……………………………………………….162
Tableau 62. Sollicitations dans les chicanes…………………………………………………..……..162
Tableau 63. Ferraillage des chicanes……………………………………………………………..….163
Tableau 64. Ferraillage des travées des poutres type B…………………………………..………….163
Tableau 65. Ferraillage des appuis des poutres type B……………………………………….……..163
Tableau 66. Ferraillage de la dalle…………………………………………………………………...164
Tableau 67. Paramètres géométriques des réservoirs de comparaison …………………………...…169
Tableau 68. Résultat des calculs des réservoirs de hauteurs d’eau 4.5/5/5.5m……………………....170

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


18
Mémoire de fin d’études

Introduction
Le réservoir d’eau potable constitue un élément essentiel du fonctionnement des systèmes de
distribution. Son rôle a varié sensiblement au cours des âges. Servant tout d’abord de réserve
d’eau, leur rôle primordial fut ensuite de parer à un accident survenu dans l’adduction.

Les progrès techniques dans la constitution est la pose des conduites, les protections
automatiques mises en place, tendent à transformer les accidents en incidents, et le rôle des
réservoirs peut être présenté comme :

 Permettant une marche plus uniforme des pompes ;


 Apportant une contribution à l’économie générale du pays.

Le bon fonctionnement de cet ouvrage hydro technique se base principalement sur son étude
détaillée, cette étude doit tenir compte de toutes les conditions qui influent sur l'ouvrage pendant
son exploitation. L’action de l’eau, constitue, en effet l’une des principales causes d’apparition
de désordres structurels.

C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de fin d’étude. Il s’agit en effet de faire l’étude d’un
réservoir rectangulaire semi-enterré de capacité totale 30 000m3, destiné à renforcer
l’alimentation en eau potable de la ville de Marrakech.

Le principal règlement sur lequel nous nous sommes basées est le fascicule 74. Ce fascicule,
qui est relatif à la construction des ouvrages de stockage des liquides, fixe les dispositions
nécessaires à respecter, et les paramètres à utiliser lors de la conception du réservoir. Cependant
ce document n’était pas suffisant, dans la mesure où il ne traite pas le calcul sismique des
réservoirs. D’autre part, le règlement marocain du calcul sismique, le RPS, a été conçu surtout
pour les bâtiments, nous avons donc eu recours à d’autres méthodes de calcul présentées par des
règlements étrangers. Quant au RPS, nous en avons tiré les dispositions sismiques.

Ainsi, à travers le présent rapport, nous allons tout d’abord présenter la technologie des
éléments du réservoir. Ensuite, nous allons rechercher la conception adéquate, en commençant
par la hauteur d’eau optimale, qui engendrera le moindre coût. Des comparaisons ont été ensuite
réalisées afin d’aboutir à une conception adéquate.

Une fois cette conception figée, nous allons effectuer l’étude de la structure du réservoir.
L’étude statique a pour but d’évaluer les sollicitations dues aux charges statiques, en l’occurrence
de la charge de l’eau et celle du sol. Quant à l’étude dynamique, elle inclue, en plus de l’effet du
séisme sur le réservoir, l’effet hydrodynamique de l’eau sur les parois.

La modélisation à l’aide d’un outil informatique s’avère ainsi indispensable. En effet, nous
avons utilisé le logiciel Robot, pour compléter l’analyse statique et effectuer l’analyse
dynamique du réservoir.

Après avoir analysé et comparé les résultats des calculs manuel et informatique, nous allons
effectuer la même étude sur le logiciel, pour plusieurs hauteurs d’eau, afin de confirmer la
hauteur d’eau optimale trouvée précédemment.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


19
Mémoire de fin d’études

I. Preé sentation du projet :


Le projet consiste à l’étude d’un réservoir destiné au stockage et au renforcement de
l’alimentation en eau potable de la ville de Marrakech. C’est un réservoir rectangulaire, semi
enterré, et d’une capacité de 30 000 m3 répartie sur 3 cuves. Il est situé à Sidi Moussa,
Marrakech.

Maître d’ouvrage : la RADEEMA

Bureau d’études : ECI-SUD

Bureau d’études sollicité par l’entreprise : Systra Maroc

Entreprise de construction : SOTRADEMA

Laboratoire d’Expertises d’Etudes et d’Essais : L3E

Figure 1. Emplacement de l’ouvrage projeté

Notre mission dans ce projet, consiste à :

 Etudier les différentes conceptions possibles pour ce réservoir ;


 Optimiser cette conception en recherchant la hauteur d’eau optimale ;
 Dimensionner l’ouvrage projeté

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


20
Mémoire de fin d’études

II. Technologie des reé servoirs


II.1. Rôle d’un réservoir :

Les fonctions fondamentales assurées par les réservoirs sont :

Fonctions techniques Fonctions économiques


 Réduction des investissements sur les
 Régulation de débit.
ouvrages de production.
 Régulation de pression.
 Réduction des investissements sur le
 Sécurité d’approvisionnement.
réseau de distribution.
 Simplification de l’exploitation.
 Réduction des dépenses d’énergie.
Tableau 1. Fonctions d’un réservoir

Au point de vue technique, les fonctions fondamentales assurées par les réservoirs sont au
nombre de quatre :

Tout d’abord, le réservoir est un ouvrage régulateur de débit qui permet d’adapter la
production à la consommation. La production est généralement dimensionnée pour produire,
pour un temps journalier de fonctionnement généralement compris entre 20 et 24 heures, le
volume correspondant à la consommation journalière totale de pointe du réseau. La
consommation journalière présentant des fluctuations importantes, il est la plupart du temps
judicieux, au point de vue technique et économique, de faire jouer un rôle d’appoint aux
réservoirs pour la satisfaction des besoins horaires de pointe. La présence de ces réservoirs
diminue ainsi la capacité qui serait exigée des équipements de production, si ceux-ci devaient
assurer seuls l’alimentation du réseau pendant l’heure de pointe.

En second lieu, le réservoir est un ouvrage régulateur de pression puisque son niveau
conditionne, aux pertes de charge près, la côte piézométrique dans le réseau.

La troisième fonction technique est une fonction de sécurité d’approvisionnement dans


l’éventualité d’un incident sur les équipements d’alimentation du réseau de distribution :
pollution de l’eau brute alimentant la station de traitement, pannes d’origines diverses de la
station de pompage, rupture d’une canalisation d’adduction.

La quatrième fonction technique réside dans la simplification des problèmes d’exploitation en


permettant les arrêts pour entretien ou réparation de certains équipements : ouvrages de
production, station de pompage, canalisations maîtresses.

Au point de vue économique, outre la possibilité déjà signalée de limiter les investissements
au niveau de la production, les réservoirs peuvent conduire à des économies significatives sur les
investissements à réaliser sur le réseau de distribution, et également, de façon plus globale sur
l’ensemble du projet.

Enfin, la dernière fonction économique, est d’apporter, lorsque le réservoir de distribution est
alimenté par pompage, une économie sur divers aspects énergétiques : puissance installée et
puissance souscrite en pointe, consommation énergétique spécifique (Wh/m3), dépenses relatives
aux consommations proprement dites par le jeu des divers tarifs horaires.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


21
Mémoire de fin d’études

II.2. Classification d’un réservoir :

Les réservoirs peuvent être classés de différentes façons selon le critère retenu :

 Par rapport au sol :


 Réservoirs posés sur le sol.
 Réservoir légèrement enterrés (semi-enterré).
 Réservoirs surélevés (château d’eau).
 Réservoirs souterrains.
 Par leur forme :
 Circulaire : le plus économique.
 Rectangulaire, carré, ou de forme irrégulière : si la considération
d’encombrement est prépondérante (ex : nécessité de loger le volume maximal
dans la surface disponible).

Types Utilisations Avantages Inconvénients


Calcul de dalles à
 Réservoirs chargement
 Coffrage plus simple,
parallélépipédiques trapézoïdal avec
Paroi plane moins cher ;
; conditions
 Ferraillage quadrillé.
 Piscines, etc. d’encastrement
variables.
 Coffrage
courbe
difficile;
 Réservoirs  Ferraillage
cylindriques ; Calcul de révolution plus avec
Paroi circulaire
 Coupoles, voûtes, simple. espacement
canalisations, etc. variable ;
 Calcul délicat
des parois
minces.
Tableau 2. Types de structures d’un réservoir

 Par les matériaux de construction utilisés :


 Maçonnerie
 Béton armé
 Béton précontraint
 Acier
 Plastiques
 Situation par rapport à la distribution :
 Réservoir en charge sur le réseau
 Réservoir nécessitant une surpression

 Le réservoir rectangulaire semi-enterré :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


22
Mémoire de fin d’études

La section rectangulaire est surtout adoptée pour les réservoirs de grande capacité
(supérieur à 10 000 m3) ; plusieurs étages sont possibles, les niveaux supérieurs étant alimentés
par pompage et affectés, par exemple, à l’alimentation en période de pointe.

Ils seront exécutés en béton armé ordinaire ou précontraint.

Un réservoir rectangulaire est plus coûteux de 10% en moyenne (en béton, en acier et en
étanchéité) qu’un réservoir circulaire. Cependant, des considérations de construction, de mise en
place des coffrages et parfois d’encombrement amènent les projeteurs à préconiser des réservoirs
rectangulaires ou carrés.

A chaque fois cela sera possible, il sera préférable d’avoir recours au réservoir enterré, semi-
enterré ou, au plus, en élévation au-dessus de sol avec radier légèrement enterré.

Ces types de réservoirs, les deux premiers principalement, présenteront par rapport au
réservoir sur tour, les avantages suivants :

 Économie sur les frais de construction,


 Étude architecturale très simplifiée et moins sujette à critiques,
 Étanchéité plus facile à réaliser,
 Conservation à une température constante de l’eau ainsi emmagasinée.

Ces types de réservoirs s’imposeront, d’ailleurs, dès que la capacité deviendra importante.

II.3. Caractéristiques principales d’un réservoir :

II.3.1. Type de réservoir :

Selon la disposition du terrain et la charge à satisfaire.

II.3.2. Emplacement :

Il y’a intérêt, pour la distribution, de prévoir l’emplacement du réservoir au centre de gravité


de la consommation à assurer.

D’autres considérations interviennent dans ce choix et notamment l’emprise du terrain ; les


dimensions en plan, les questions foncières, les conditions topographiques, et possibilité de
réaliser des ouvrages annexes et de passages de conduites d’eau.

II.3.3. Volume des réservoirs :

Le volume des réservoirs sur un réseau de distribution est déterminé à partir des fonctions
suivantes :

 Fonction de régulation entre la demande et la production :

Ce volume se détermine théoriquement en comparant sur un graphique, pour une journée


donnée (généralement la journée de pointe de l’horizon considéré pour le projet), l’évolution en
fonction du temps :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


23
Mémoire de fin d’études

De la courbe des consommations cumulées telle qu’elle peut être estimée à partir de
mesures sur les conditions actuelles et de prévisions sur son évolution, ou par toutes autres
considérations.

De la courbe des productions cumulées telles qu’elle résulte des conditions de production
(débit constant ou variable suivant la nature de la ressource et ses conditions d’exploitation).

 Fonction relative à la sécurité d’approvisionnement :

C’est le volume nécessaire à assurer en cas d’insuffisance de l’alimentation (Ex : incident sur
les équipements, durée d’une pollution accidentelle, durée de réparation d’une canalisation
maîtresse d’alimentation).

Ce second volume dépend par ailleurs de la ressource, de l’unicité ou de la multiplicité des


origines de la ressource.

 Fonction réserve d’incendie :

La réserve d’incendie dans un réservoir est destinée à alimenter le réseau de distribution d’un
débit de 17 l/s durant 2 heures, soit une réserve de 120 m3.

En pratique, la capacité d’un réservoir destiné à alimenter une petite ou moyenne


agglomération est égale à la moitié de la distribution moyenne journalière augmentée de la
réserve d’incendie :

Qm
Capacité ( m3 )= +120 m3
2

Qm : Distribution moyenne journalière en m3

II.3.4. Hauteur de l’eau :

La dépense de construction des réservoirs, varie avec l’épaisseur de la tranche d’eau ; cette
épaisseur, est en général, de 3 m à 6 m, 8 m dans des circonstances exceptionnelles.

II.3.5. Dimensions en plan :

Les dimensions sont définies essentiellement pour des considérations d’exploitation qui
déterminent la hauteur d’eau emmagasinée. Pour les petits réservoirs, la hauteur varie de 2 à 3m,
pour les grands, elle peut atteindre jusqu’à 10m. En effet, un compromis doit être cherché entre
la surface en plan et la hauteur d’eau. Les efforts sur les parois et sur le fond sont proportionnels
à la hauteur d’eau, ce qui fait préconiser des hauteurs plus petites. D’un autre côté, les
dimensions en plan sont limitées par les conditions géotechniques et foncières.

II.3.6. Division des réservoirs :

En vue de leur nettoyage et de leur entretien, les grands réservoirs peuvent être divisés en
deux ou plusieurs compartiments, en principe de capacités égales.

Ces compartiments doivent communiquer entre eux et être reliés, directement, à la conduite
d’adduction et à la conduite maîtresse de distribution. La communication peut se faire par vanne,
ou par liaison des conduites d’arrivée et de départ de l’eau.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


24
Mémoire de fin d’études

Il faut noter aussi que le réservoir peut avoir une structure complexe, où les cuves sont
superposées.

II.3.7. Charge :

La charge, ou l’altitude, du réservoir nécessaire pour assurer la distribution, est fournie par le
calcul du réseau. Il doit être situé le plus proche de l’agglomération à alimenter. En effet, en
éloignant le réservoir de l’agglomération, on est conduit à augmenter, soit son altitude, soit le
diamètre de la conduite de liaison entre le réservoir et l’agglomération.

II.4. Exigences techniques à satisfaire dans la construction d’un réservoir :

 Résistance : Le réservoir doit, dans toutes ses parties, équilibrer les efforts
auxquels il est soumis.
 Etanchéité : Il doit constituer pour le liquide qu’il contient un volume clos sans
fuite. Il doit donc être étanche.
 Durabilité : Le réservoir doit durer dans le temps, c'est-à-dire que le matériau
dont il est constitué, doit conserver ses propriétés initiales après un contact
prolongé avec le liquide qu’il est destiné à contenir.

Enfin, le contact avec le béton du parement intérieur du réservoir ne doit pas altérer les
qualités du liquide emmagasiné. Le revêtement intérieur, s’il protège le béton sous-jacent doit
aussi protéger le liquide de l’influence du béton.

II.5. Equipements du réservoir :

Chacun des compartiments d’un réservoir doit être muni d’une conduite d’alimentation, d’une
conduite de distribution, d’une conduite de vidange et enfin, d’une conduite de trop-plein. Les
dispositions spéciales qui peuvent être prises pour constituer la réserve incendie ne modifient en
rien ces principes ; ce ne sont que des aménagements de détail.

A noter que les traversées des parois des réservoirs par les diverses canalisations s’effectuent
à l’aide des gaines étanches.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


25
Mémoire de fin d’études

Figure 2. Equipement d’un réservoir d’eau potable

II.5.1. Conduite d’arrivée-Robinet flotteur :

L’adduction s’effectue soit par sur verse, soit en chute libre, soit en prolongeant la conduite de
façon que son extrémité soit toujours noyée. L’adduction peut aussi s’effectuer par passage à
travers le radier.

L’arrivée en chute libre provoque une oxygénation de l’eau, ce qui peut être favorable pour
des eaux souterraines, ordinairement pauvres en oxygène dissous.

Techniquement, l’arrivée par sur verse permet d’avoir, pour l’arrivée de l’eau, une altitude
constante définie par le niveau supérieur N de la crosse d’arrivée.

En adduction par refoulement, les pompes travaillent ainsi sous hauteur constante et le débit
est également constant, puisque Q et H sont liés. Cette disposition est d’autant plus sensible que
la hauteur d’élévation est faible En adduction gravitaire, le débit peut aussi rester constant si la
cote de départ reste fixe.

L’arrivée en chute libre, par l’aération qu’elle produit, peut, pour certaines eaux, détruire
l’équilibre carbonique qui s’était établi au sein du liquide et précipiter le calcium, d’où
entartrage. Dans ce cas, l’arrivée noyée trouve sa justification. Elle présente toutefois un
inconvénient : en cas d’accident sur la conduite de refoulement, le réservoir se vide par
siphonage. Il peut y être remédié en disposant un clapet sur l’arrivée au réservoir.

L’arrivée par sur verse peut, également, s’effectuer par un simple tuyau vertical, supprimant
ainsi le coude du sommet. C’est la disposition que l’on adopterait dans le cas d’un réservoir

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


26
Mémoire de fin d’études

important formé de plusieurs compartiments juxtaposés ; on a ainsi une arrivée dite en


pipe. L’eau pénètre alors dans une bâche d’arrivée centrale de distribution peu profonde et la
répartition entre les compartiments a lieu soit par déversoir pour les compartiments contigus à la
bâche, soit par conduite pour les plus éloignés.

Certains techniciens préconisent une adduction par le fond du réservoir ; il en résulte une
petite économie sur les frais d’exploitation dans le cas d’une adduction par refoulement, la
hauteur d’élévation de la pompe étant fonction du niveau du plan d’eau dans a cuve. Celle-ci, par
contre, n’est plus alimentée avec un débit constant.

La conduite d’adduction, à son débouche dans le réservoir, doit pouvoir s’obstruer quand
l’eau atteint, dans la cuve, son niveau maximal : obturation par robinet-flotteur si l’adduction est
gravitaire ou dispositif permettant l’arrêt du moteur de la pompe si l’adduction se fait par
refoulement tel que (robinet flotteur + Pressostat) ou ligne pilote.

Ces robinets à flotteurs doivent être d’un type anti-bélier ; les soupapes et leurs parties sont en
bronze ou en métal inoxydable.

Dans les installations importantes, les robinets-flotteurs normalisés présentant des diamètres
insuffisants (D max=0.3m), il est prévu des vannes motorisées électriques en liaison avec le
niveau de l’eau dans la cuve.

II.5.2. Conduite de distribution :

Le départ de la conduite de distribution s’effectue à 0.15 ou 0.20 m au dessus du radier en vue


d’éviter d’introduire dans la distribution des boues ou des sables qui, éventuellement, pourraient
se décanter dans la cuve.

La conduite de distribution doit être munie à son origine d’une crépine. Dans le cas d’une
distribution par gravité, une crépine simple est utilisée ; dans le cas d’une aspiration, il faut
prévoir un clapet au pied de la crépine.

II.5.3. Trop-plein :

Cette conduite doit pouvoir évacuer le surplus d’eau d’arrivée en cas de remplissage total du
réservoir (cas de non fermeture du robinet flotteur). Elle comprendra un déversoir situé à une
hauteur h au dessous du niveau maximal susceptible d’être atteint dans la cuve.

La canalisation de trop-plein débouchera à un exutoire voisin. Pour éviter une pollution ou


une introduction d’animaux ou de moustiques qui pourraient pénétrer dans le réservoir, un clapet
doit être ménagé dans la canalisation.

II.5.4. Vidange :

Elle part du point bas du réservoir (point le plus bas du radier, sa crépine est située dans la
souille du réservoir), afin de pouvoir évacuer les dépôts. Elle peut se raccorder sur la canalisation
de trop-plein, et comporte un robinet-vanne. A cet effet, le radier est réglé en pente vers l’orifice
de la conduite, ce dernier étant obturé à l’aide, soit d’une soupape de vidange, soit d’une bonde
de fond.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


27
Mémoire de fin d’études

La soupape de vidange, incongelable, est destinée à assurer la vidange des réservoirs


dont le fond est accessible.

La bonde de fond est destinée à assurer la vidange des réservoirs dont le fond est inaccessible.
Elle permet la vidange totale du réservoir en cas de besoin de nettoyage de la cuve ou
d’intervention.

Figure 3. Trop plein

II.5.5. By-pass entre adduction et distribution :

En cas d’indisponibilité (nettoyage ou réparation du réservoir), il est bon de prévoir une


communication entre ces deux conduites.

Figure 4. By-pass

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


28
Mémoire de fin d’études

II.5.6. Comptage :

A la sortie de la conduite de distribution, un compteur doit être ménagé pour pouvoir effectuer
des relevés périodiques de la consommation totale.

II.5.7. Robinets-vannes :

Dans chaque canalisation (arrivée, départ, vidange…) un robinet-vanne doit être prévu pour
pouvoir effectuer le sectionnement de chacune de ces conduites en cas de besoin.

II.5.8. Tuyauterie :

Pour la protection de la tuyauterie contre la corrosion, celle-ci doit être galvanisée.

II.5.9. Tampon de visite :

Il permet de visiter périodiquement l’ouvrage.

II.5.10. La chambre des vannes :

Rares sont les réservoirs au sol qui ne comportent pas un petit local accolé, la chambre des
vannes, dans lequel se feront les pénétrations des diverses canalisations- refoulement,
distribution, trop-plein, vidange- dans la cuve (ce qui permet d’ailleurs de surveiller l’étanchéité
à ce niveau), à partir duquel on accèdera à la cuve elle-même, tout accès direct par le dessus, par
exemple, étant ainsi éliminé. On peut y faire des prélèvements d’eau dans de bonnes conditions
sanitaires, y installer un dispositif de comptage ou de chloration.

II.6.Dispositions particulières :

II.6.1. Principes de construction :

Le sol de fondation doit faire l’objet d’examens approfondis, tant du point de vue de la
capacité portante que du drainage des eaux qu’il est normal de rencontrer dans les fouilles.

A cet effet, il sera prudent d’établir, sous les radiers, un drainage permanent vers des puisards
extérieurs où les venues d’eau provenant, soit du terrain, soit d’une mauvaise étanchéité des
maçonneries, pourront être surveillées. On peut également prévoir que toutes les faces du
réservoir seront visitables, en réservant des galeries de visite de pourtour, ainsi que sous le radier.

Si la couverture doit être supportée par des poteaux, ceux-ci pourront prendre appui
directement sur le radier ou, dans certains cas, sur des fondations établies sous celui-ci : le radier
dans ce dernier cas est indépendant de la couverture. Une étanchéité devra alors être réalisée au
droit de la pénétration du poteau dans le radier.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


29
Mémoire de fin d’études

Figure 5. Poteau sur semelle isolée

Le radier, lui-même, sera constitué par des dalles en béton armé coulées de façon telle que les
côtés n’excèdent guère une dizaine de mètres. Une étanchéité sera appliquée dans les joints de
dalles ainsi constituées. De cette manière, on évitera les fissures dues au retrait du béton et les
petits tassements pourront être permis sans dommage pour l’étanchéité.

L’étanchéité pourra être réalisée par l’utilisation de produits plastiques ne donnant pas de goût
à l’eau, et de bandes en caoutchouc incorporées au béton. Il n’est pas nécessaire que le mastic
d’étanchéité règne sur toute l’épaisseur de la dalle. Le fond du joint est constitué à l’aide d’un
matériau imputrescible et élastique, le mastic n’étant appliqué que sur 0.03 à 0.04 m de
profondeur à partir de la surface.

Cette étanchéité sera particulièrement soignée à la jonction avec les murs de pourtours et au
droit des joints de dilatation, qu’en tout état de cause on devra ménager, à moins d’utiliser le
béton précontraint.

II.6.2. Aération et éclairage :

Les réservoirs d’eau potable doivent être couverts. La couverture protège l’eau contre les
variations de la température et contre l’introduction de corps étrangers. Toutefois, les réservoirs
doivent être aérés. Des lanterneaux sont donc prévus avec des ouvertures protégées par du
grillage en cuivre à mailles finies pour protéger contre les poussières, insectes, animaux, et en
particulier les oiseaux.

Il faut aussi limiter l’éclairage naturel de l’intérieur du réservoir, et éviter les entrées de
liquides ou solides à l’intérieur du réservoir.

Sur certains réservoirs importants sont installés des équipements pour le traitement de l’air
(filtration, déshumidification) afin d’éviter l’entrée de germes et la condensation sur les parois.
Cette méthode est toutefois un peu onéreuse en investissement et en coût d’exploitation et doit
être réservée aux grands réservoirs de stockage où les temps de séjour risquent d’être plus longs.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


30
Mémoire de fin d’études

II.6.3. Renouvellement de l’eau :

Le renouvellement de l’eau dans les réservoirs est une condition nécessaire à la préservation
de la qualité de l’eau. Le chlore utilisé pour la désinfection se combine progressivement et son
pouvoir bactéricide disparaît, l’eau n’est plus alors protégée contre les pollutions susceptibles de
provenir de l’extérieur.

Pour éviter la stagnation de l’eau dans les réservoirs, il convient :

 Que le réservoir soit sollicité par le réseau de distribution et qu’un volume entrant et
sortant significatif soit assuré tous les jours. Ceci n’est pas toujours le cas lorsque
plusieurs réservoirs sont raccordés sur le même réseau.
 Qu’il n’existe pas de zone d’eau morte dans le réservoir.

Pour éviter ces zones d’eau mortes, deux façons sont envisageable.

 La première, qui est peu onéreuse et qui donne de bons résultats, consiste à organiser
dans l’ensemble du réservoir, par des entrées convenablement conçues, un
mouvement tourbillonnaire aboutissant à un mélange aussi homogène que possible,
de l’eau entrant dans le réservoir avec celles s’y trouvant déjà.
 La seconde façon pour éviter ces zones d’eau morte est d’essayer d’obtenir un
écoulement en masse de l’eau en cloisonnant le réservoir : réservoir en spirale,
cloisons entre poteaux, réservoir avec entrée et sortie étudiées sur modèle
hydraulique.

II.6.4. Conditions d’exploitation :

Un soin particulier doit être apporté au dimensionnement et à la réalisation des ouvrages et


équipements destinés à permettre toutes commodités à l’exploitation et à l’entretien de l’ouvrage.
Les conditions de nettoyage notamment doivent être étudiées en détail.

Les ouvrages doivent comporter de larges trappes d’accès pour le matériel, et en tant que de
besoin, des escaliers et passerelles de service.

Les conditions de sécurité lors des interventions d’exploitation ou d’entretien doivent faire
l’objet d’études toutes particulières s’appuyant sur les normes et la réglementation : échelles à
crinoline, mise en place de paliers sur les échelles de grande hauteur, ancrages pour harnais de
sécurité, garde-corps autour des trappes…).

Pour faciliter l’exécution des prélèvements nécessaires au contrôle des eaux, des robinets de
puisage doivent être piqués directement sur les conduites d’adduction et de distribution à
proximité du réservoir.

II.7.Etanchéité :

Les structures en béton assurant le rôle de barrière étanche (stockage intérieur de liquides,
barrière contre l'eau extérieure) sont soumises à de multiples sollicitations simultanées d'origine
externe ou interne (pression de liquide, pression du sol, température, retrait, tassements, ...).

Le matériau le plus couramment utilisé pour remplir cette fonction est le béton armé. Comme
ce dernier n'est pas à proprement parler étanche aux liquides, on lui associe bien souvent une

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


31
Mémoire de fin d’études

deuxième enveloppe (cuvelage secondaire pour garantir l'étanchéité aux substances


dangereuses) ou un revêtement externe ou interne.

Il existe trois sources de percolation à travers une structure en béton armé :


 La porosité du béton lui-même ;
 Les fissures éventuelles, lorsque les sollicitations de la structure sont telles que les
contraintes de traction générées sont supérieures à la résistance en traction du béton ;
 Les éventuels joints incorporés dans la structure afin de limiter les risques de fissuration.

En voulant résoudre le phénomène de fissuration par la création de joints, on augmente les


risques de fuite. On estime que le débit de fuite est 10.000 fois plus grand au droit d'une fissure,
voire même 10.000.000 fois au droit d'un joint fonctionnant mal, par rapport au débit de fuite
susceptible de se produire au travers d'une structure en béton. Il est dès lors conseillé d'agir
graduellement lors de la conception de la structure (formulation, calcul, conception et exécution
des joints) en fonction de l'étanchéité (relative) souhaitée.

II.7.1. Maîtrise de l'étanchéité des structures en béton armé

Le béton étanche nécessite un rapport eau/ciment relativement bas et une classe de résistance
correcte. Théoriquement, on considère comme imperméable un béton présentant un rapport E/C
de 0,45 et une classe de résistance supérieure à C30/37.

II.7.2. Dalles et coupoles

Sur la dalle en béton armé supérieure, on procède à la mise en place de :

a. La forme de pente ;
b. L’étanchéité ;
c. La protection.

a. La forme de pente : est constituée de :

i. une forme de pente : en béton cellulaire (formulé à l’aide de gravettes de


granulométrie fine), avec une pente de 2%.

ii. Une chape de réglage : en mortier de ciment CPJ 35, d’une épaisseur minimale
de 0.02cm, dosé à 350 Kg/m 3, et parfaitement lissée.

NB : un délai de séchage de 8 jours à 3 semaines doit être observé entre le coulage


des formes de pente et la pose de l’étanchéité.

b. L’étanchéité : est composée de :


i. L’écran par vapeur : est un écran de protection contre la migration de la vapeur
d’eau en provenance des locaux sous jacents vers la couche isolante. Il doit être
appliqué sur des supports propres et secs. Il est constitué de :
 Un enduit d’imprégnation à froid (EIF) : couche adhésive (en bitume) à
froid directement sur la chape de réglage afin de permettre l’adhérence des
couches pour l’étanchéité.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


32
Mémoire de fin d’études

 Une couche d’enduit d’application à chaud (EAC) au bitume


oxydé.
 Une couche de feutre bitumé (type 27S).
ii. L’isolation thermique : est un ouvrage destiné à réduire les échanges
thermiques entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.
 Une couche d’enduit d’application à chaud au bâtiment.
 Des panneaux de liège aggloméré ou de polystyrène expansé, disposés et
scellés sur l’EAC ; d’une épaisseur de 4cm et de masse volumique
comprise entre 95 et 130 Kg/m 3.

Les joints sont remplis de bitume à chaud.

iii. Le complexe d’étanchéité(ou revêtement d’étanchéité) : (selon le DTU)


 Une couche d’imprégnation à froid (à 0.5 Kg/m²).
 Une couche d’enduit d’application à chaud (à 1.5 Kg/m²) au bitume oxydé.
 Un bitume armé (type 40TV).
 Une couche d’enduit d’application à chaud (à 1.5 Kg/m²) au bitume oxydé.
 Un bitume armé (type 40TV).
 Une couche d’enduit d’application à chaud (à 1.5 Kg/m²) au bitume oxydé.
 Un feutre bitume surfacé (type 36S).
 Une couche d’enduit d’application à chaud (à 1.5 Kg/m²) au bitume
oxydé.
 Et une jetée de sable à chaud.

Le recouvrement des feuilles d’étanchéité d’une même couche (bitume armé) est de
10cm au minimum. La pose se fait à lits croisés.

c. La protection :

i. Pour les terrasses courantes, on effectue une protection dure constituée par
une chape en béton de 4cm d’épaisseur minimale coulée sur un lit de sable fin
sec de 2cm d’épaisseur. Les joints sont de 2 cm, disposés tous les 2m dans les
deux sens et remplis avec du bitume à chaud après prise du béton. Cette chape
est dosée à 300 Kg de CPJ 35 pour 450 Kg de gravettes 10/15 et 1 m » de
sable. Un papier kraft est interposé entre le sable et le dallage.

ii. Pour les terrasses inaccessibles, on pose une autoprotection qui est une
protection mince rapportée en usine sur les chapes souples de bitume armé,
par la pose d’un feutre en aluminium collée.

II.7.3. Les voiles et le radier :

On utilise pour l’étanchéité des voiles et du radier des réservoirs des procédés
d’imperméabilisation à la surface. Ces procédés s’appliquent sous forme de liquides et/ou de
barbotines pénétrant dans le béton sur une profondeur, ce qui lui confère l’étanchéité recherchée.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


33
Mémoire de fin d’études

Ils sont économiques et durables, et conviennent très bien aux ouvrages soumis à des
charges hydrauliques.

Et puisque le degré d’imperméabilisation pour un dosage donné est très dépendant de


l’homogénéité du support, alors ce dernier doit être nettoyé des graisses, huiles et produits de
décoffrage.

Pour les réservoirs, on applique un revêtement épais à base de mortier à liants hydraulique
adjuvanté d’un hydrofuge de masse ou d’une résine de synthèse.

a. Les voiles :

Le revêtement comprend trois couches :

i. Une couche d’accrochage : d’une épaisseur de 8 mm de mortier de ciment


dosé à 600 Kg/m3, auquel on ajoute un hydrofuge de masse, est appliquée sur
la paroi interne du voile en béton armé traitée et humidifiée ; ce qui permet
l’accrochage du revêtement d’étanchéité.
ii. Une couche de dressage : d’une épaisseur de 8 à 10 mm de mortier de ciment
hydrofugé dosé à 600 Kg/m3 permet d’homogénéiser la surface du voile pour
l’application de la couche de finition.
iii. Une couche de finition : couche étanche hydrofugée dosée à 500 Kg du
ciment, a une épaisseur de 8 à 10 mm. Le dosage des adjuvants est fonction de
leur type de l’imperméabilité recherchée, ils sont sous forme liquide ou
poudre et peuvent être incorporés aux sables et au ciment, mais de préférence
à l’eau de gâchage afin de permettre une bonne répartition.

b. Le radier :

Le mortier hydrofugé est appliqué en deux couches épaisses, dosées à 700 et 600 Kg par m3
de sable, respectivement, formant ainsi une chape étanche d’une épaisseur minimale de 30 mm ;
appliquée au dessus d’une couche de barbotine de ciment dosée à 1000 Kg par m3 de sable et
étalée à la brosse métallique.

Les mortiers doivent être bien composés avec des sables propres de granulométrie
convenable : 0.1 mm à 2 mm ou 0.1 à 3 mm.

Classe A Classe B Classe C Classe D

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


34
Mémoire de fin d’études

Ouvrage dontOuvrage dont Ouvrage dont Ouvrage construit à


l’étanchéité estl’étanchéité est l’étanchéité est l’aide d’éléments
assurée par laassurée par la assurée par un préfabriqués (les
structure elle-même structure est revêtement dispositions
fc28 >= 25Mpa complétée par un d’étanchéité (les précédentes sont
revêtement structures n’ayant applicables y
Ft28 >= 2.1Mpa
d’imperméabilisation qu’un rôle compris pour le
C > 350 Kg/m3 (écran intérieur mécanique) traitement des joints
Structure BA ou BP adhérent mais ne Exemple : de construction).
avec éventuellement résistant pas à une revêtement plastique,
incorporation fissuration de ce élastoplastique
d’hydrofuge de dernier : mortiers appliqué à l’intérieur
masse ou de surface. hydrauliques, de la structure et
hydrofuges, résines supportant de légères
de synthèse non déformations et
armées). fissurations du
support (membranes,
résines, armées).

Note : Les fuites ne doivent pas dépasser 500cm3 par jour et par mètre carré de paroi mouillée
(en dehors des variations de volume liées à l’évaporation) pour les ouvrages de classe A et
250 cm3 par jour et par mètre carré pour les autres. Pour les bassins non enterrés, on
considère cette condition remplie si l’on ne constate pas de fuite. Une simple tache n’est pas
considérée comme une fuite.

Tableau 3. Classe des réservoirs selon le fascicule 74

III. Eleé ments structuraux d’un reé servoir


A la première vue, le réservoir paraît un ouvrage parallélépipédique simple. Cependant,
puisqu’il fait partie des structures en béton assurant le rôle de barrière étanche, sa conception

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


35
Mémoire de fin d’études

s’avère extrêmement complexe. Elle doit être étudiée profondément, pour chaque
composant, et en tenant compte de la liaison entre ces composants.

Pour chaque élément, il existe plusieurs conceptions. Ce chapitre a pour but d’étudier les
avantages et les inconvénients de chacune de ces conceptions.

Comme nous avons mentionné dans le chapitre précédent, Les grands réservoirs peuvent être
compartimentés en deux ou plusieurs cuves. Cependant, si on veut garder une seule cuve, il faut
disposer des joints water stop (Voir § III.6), faisant diviser le réservoir.

III.1. Parois du réservoir :

Dans un premier temps, la paroi est conçue comme un mur de soutènement. On choisit à cet
effet le type « mur cantilever », ou en «T renversé». C’est la forme classique pour un mur en
béton armé. Il peut être réalisé sur un sol de qualités mécaniques peu élevées. En effet, par
rapport à un mur-poids de même hauteur, il engendre des contraintes sur le sol plus faibles
pour une même largeur de semelle.

Figure 6. Mur cantilever

Le mur cantilever comporte, au complet, trois éléments :

 Un voile dont le rôle est de retenir le talus ;


 Un talon qui empêche le glissement et le renversement ;
 Un patin dont le prolongement du côté aval permet de limiter la contrainte au sol.

Le mur cantilever en béton armé qui, doté d’une base élargie et encastrée à la partie
supérieure du sol de fondation, fonctionne en faisant participer à l’action de soutènement une
partie du poids du remblai. Les murs cantilevers en béton armé sont également des ouvrages
rigides.

La paroi du réservoir devra résister au basculement et au glissement provoqué par la poussée


de l’eau d’une part, et celle du sol d’autre part. Si ces conditions ne sont pas vérifiées, les parois
ne sont plus calculées comme des murs cantilevers, puisqu’elles seront encastrées sur le radier.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


36
Mémoire de fin d’études

Selon le fascicule 74, l´épaisseur minimale de la paroi est de 15 cm pour les ouvrages
de classe A. Elle est de 12 cm pour les ouvrages des classes B et C.

Dans le cas de coffrages glissants, cette valeur est portée à 15 cm, et les trous laissés par les
tiges de vérins doivent être injectés.

Il est à noter que, les parois adoptées sont d’épaisseur variable, c’est la solution la plus
économique.

 Jonction des parois :

Les encastrements des parois en angle sont soumis à des sollicitations qui tendent à ouvrir les
angles (effet de bord). Il convient donc de disposer, dans les angles, des armatures permettant de
reprendre les efforts de traction en diagonale.

 Forme du remblai :

Figure 7. Forme du remblai

Le remblai de notre cas a la forme ci-dessus. Par mesure de sécurité, et de peur d’un éventuel
prolongement du remblai dans des projets de l’avenir, nous avons choisi de faire nos calculs pour
un remblai horizontal. Nous pouvons justifier l’aspect sécuritaire de notre choix par le fait que ça
augmente la poussée du calcul.

III.2. Couverture :

La couverture peut être constituée par un véritable plancher : dalle mince ou épaisse, plancher
à nervures parallèles, à nervures orthogonales, plancher à corps creux, plancher champignon,
plancher dalle, plancher préfabriqué.

III.2.1. Poutres-dalles :

Ce sont des dalles particulières qui ne portent que dans une seule direction. Elles sont
constituées d’une dalle pleine et de poutres dans un seul sens.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


37
Mémoire de fin d’études

Figure 8. Poutre-dalle

III.2.2. Dalle pleine sur 4 appuis :

C’est une dalle qui repose sur quatre appuis, et porte dans les deux directions.

Figure 9. Dalle pleine sur 4 appuis

III.2.3. Plancher dalle :

Ce sont des planchers constitués par des dalles continues sans nervures ni poutres sauf
éventuellement sur leurs rives, le long desquelles des appuis continus peuvent exister. Ces dalles
sont supportées directement par des piliers (appuis ponctuels).

Figure 10. Plancher dalle

III.2.4. Plancher champignon :

Le plancher-champignon correspond au cas où les piliers sont munis à leur partie supérieure
de chapiteaux.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


38
Mémoire de fin d’études

Il est constitué d'une dalle fortement armée reposant sur des piliers par l'intermédiaire
d'un chapiteau, conférant à l'ensemble la forme de "champignon". Ce sont des têtes épanouies, en
forme générale de troncs de cônes ou de pyramides renversés,

On peut également disposer d'une retombée locale au droit du poteau pour accroître sa
résistance à la flexion et à l'effort tranchant.

Les planchers champignons sont réservés à des cas particuliers, de fortes charges ou de
grandes portées.

Figure 11. Plancher champignon

III.2.5. Planchers nervurés :

C’est l’ensemble d’une dalle de faible épaisseur, et de nervures parallèles et rapprochées, de


l’ordre de 0.5 m à 2 m.

Figure 12. Plancher nervuré

III.2.6. Plancher-dalle caissonné :

C’est un plancher reposant sur des poteaux et non des poutres, constitué de caissons avec
joints.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


39
Mémoire de fin d’études

Figure 13. Plancher-dalle caissonné

III.2.7. Plancher-caisson :

Il est constitué de deux ou plusieurs système de poutres avec des espacements faibles (moins
de 1.5m), reposant elle-même sur des poutres principales ou des voiles.

Figure 14. Plancher caisson

III.2.8. Etude comparative des différentes variantes :

Types de plancher Avantages Inconvénients

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


40
Mémoire de fin d’études

 Calculs longs
 Coffrage simple et
 Exécution délicate du
économique
ferraillage
 Absence de retombées
 déformable
Plancher-dalle  Economie possible de
 pas de préfabrication
faux-plafond
possible.
 isolation acoustique
 Armatures importantes
au niveau des colonnes
 inertie thermique
 Relativement lourd

 Plus couteux
 Plus léger
 ferraillage délicat
Plancher-dalle caissonné  Grandes portées
 Difficultés de disposer
 Sans retombées. des trémies près des
appuis.

 Facile à calculer et à
mettre en œuvre

 Economique
Poutre-dalle  Retombée de poutre.
 Longue portée

 Épaisseur réduite

 Facile à calculer et à
Dalle pleine sur 4 mettre en œuvre  Retombées dans les
deux directions
appuis  Peu déformable
 Préfabrication difficile.
 Grandes portées,

plancher nervuré  Plus léger que la dalle  Plus petites retombées,


pleine mais généralisées.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


41
Mémoire de fin d’études

 Plus grandes portées

 Préfabrication possible
des nervures.

 Grandes portées  Plus couteux.


Plancher-caisson
 Plus léger.

 Facile à calculer

 Facile à mettre en
œuvre Peu déformable  Retombées dans 2
directions
Dalle pleine sur 4 appuis
 Grandes portées
 Préfabrication difficile.
 Isolation acoustique

 Inertie thermique.

Tableau 4. Les types de plancher

La couverture peut aussi être constituée par des voûtes, cependant, pour notre cas, et vu que le
réservoir est de grandes dimensions, il faut utiliser plusieurs voûtes, sans omettre la complexité
du coffrage. Cette variante ne peut pas donc être adoptée.

La dalle se calcule comme pour un plancher de bâtiment. Toutefois, il y a lieu de tenir compte,
pour le calcul, des réactions des rives introduites par les parois verticales :

 Soit traction si l’appui est simple,


 Soit traction et moment de flexion s’il y a encastrement.

III.3. Chicanes ou Murs intérieurs :

Pour éviter la stagnation de l’eau dans les réservoirs, il faut cloisonner le réservoir en mettant
des murs entre les poteaux. Ces murs intérieurs sont appelés « chicanes ».

Plusieurs conceptions sont possibles pour les chicanes :

On peut réaliser ces chicanes en maçonnerie, leur rôle dans ce cas est limité au cloisonnement
du réservoir. Ils n’atteignent d’ailleurs pas la couverture. En cas de séisme, on admet que ces
murs vont être cassés, et on peut les reconstruire. Cependant, après le séisme, on est obligé de
vider le réservoir pour les reconstruire, ce qui revient un peu cher pour les réservoirs de grande
capacité.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


42
Mémoire de fin d’études

Ces murs peuvent être en béton armé, on les conçoit pour résister à la poussée
hydrodynamique. Ils n’atteignent pas dans ce cas la couverture.

Il y a un autre cas où ces chicanes sont en béton armé, et sont conçus pour assurer à la fois le
contreventement du réservoir et résister à la poussée dynamique de l’eau. Dans ce cas, les
chicanes atteignent la couverture.

III.4. Fond du réservoir :

Le système de fondation doit pouvoir :

 Assurer l’encastrement de la structure dans le terrain ;


 Transmettre au sol la totalité des efforts issus de la superstructure ;

Le fond du réservoir peut être constitué soit d’un radier général supportant toute la structure
en plus du poids de l’eau, soit d’un système dallage-semelles-longrines. Il est caractérisé par
l’addition d’autres couches :

 Couche d’asphalte de 2 cm d’épaisseur, pour assurer une bonne étanchéité,


 Couche drainante en béton poreux de 10 cm d’épaisseur, coulée avec une pente de 2%
vers un caniveau périphérique au bout duquel sont placés deux regards, qui
permettent de détecter les fuites éventuelles du dallage.

Figure 15. Détail des couches du fond du réservoir


III.4.1. Radier :

Dans le cas d’un fond constitué d’un radier, ce dernier sera sollicité par :

 Des charges réparties sous les parois extérieures et les chicanes,


 Des charges localisées sous poteaux,
 Poids de l’eau.

Le radier est épaissi au niveau des poteaux et chicanes. Ceci est effectué pour vérifier le non
poinçonnement du radier.

On distingue principalement deux types de radiers :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


43
Mémoire de fin d’études

i. Les radiers rigides : qui sont dimensionnés comme des planchers inversés portés
par les voiles et les poteaux. Ils sont peu utilisés en ouvrage de rétention du fait d’un
équarrissage important. Ce type de fondation est plus spécifiquement adapté aux
bâtiments ;
ii. Les radiers souples : qui sont des dalles appuyées élastiquement sur le sol. Ce sont ces
radiers qui sont le plus souvent utilisés en réservoir.

Figure 16. Schéma du fonctionnement du radier souple

III.4.2. Système dallage- semelles-longrines :

Dans ce cas, le fond du réservoir est constitué d’un dallage, dont le rôle unique est de
supporter le poids de l’eau. Le radier est alors inexistant au sens « Résistance et répartition des
charges des parois et des poteaux intérieurs », du fait qu’il n’est constitué que par un dallage
armé étanche, transmettant seulement les charges d’eau au sol sous-jacent.

Les poteaux du réservoir sont fondés sur des semelles isolées, les chicanes sur des semelles
filantes. Tout le système des semelles est liaisonné par des longrines. Quant au dallage, une part
de ses charges est transmise directement au sol, et une autre part, dépendant de la rigidité du sol,
est transmise aux longrines.

I.1.1.1. Dallage :

Un dallage est un ouvrage en béton de grandes dimensions par rapport à son épaisseur,
éventuellement découpé par des joints, et reposant sur un sol auquel il transmet les actions qui lui
sont directement appliquées. Il peut intégrer une couche d'usure ou recevoir un revêtement.

Pour un réservoir, il est important de soigner l’étude de dallage tant au niveau du support que
du corps du dallage sans négliger aucun paramètre tels que les joints divers, le choix du type de
finition ou de revêtement. Les désordres liés au dallage peuvent perturber sinon arrêter
complètement l’exploitation de l’ouvrage. Il faut savoir que si la réparation d’un dallage n’est
pas impossible, elle entraîne un coût important ; de plus, les remèdes expéditifs de type injection
de résine en cas de fissuration ne permettent de résoudre que des cas limités.

 Prescription du fascicule 74 relatif aux réservoirs :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


44
Mémoire de fin d’études

Les armatures sont dimensionnées pour équilibrer les sollicitations dues au retrait. A défaut de
justifications particulières, la section d´armature par unité de largeur peut être prise égale à :

A=0.75 μ g L/fe

Où :

g: est le poids du radier par unité de surface ;

L est la longueur entre joints ;

μ est un coefficient de frottement pris égal à 1,5 dans le cas général et à 0,2 en présence d´un
film de polyéthylène sur lit de sable ;

fe : est la limite élastique de l´acier utilisé.

I.1.1.2. Longrines:

Tous les codes parasismiques imposent que les semelles isolées soient reliées entre elles par
des longrines qui ont pour but d’empêcher des déplacements relatifs dommageables des appuis
de la construction. En effet, les points d’appuis des constructions subissent des déplacements
absolus non synchrones sous séisme, déplacements d’autant plus grands que le sol est plus
meuble.

Figure 17. Système poteaux-semelles-longrines

I.1.2. Module de rigidité :

Qu’il s’agit d’un radier ou d’un dallage, il est indispensable de déterminer le module de
réaction du support Kw (ou module de Westergaard).

I.1.2.1. Evaluation du module de réaction du sol :

Les essais à la plaque permettent d’évaluer la déformabilité et la compacité, sous des charges
concentrées de courte durée, de la couche de terrain située immédiatement sous le radier ou
dallage, sur une profondeur de l’ordre du rayon de la plaque d’essai. Ils ne fournissent aucune
indication ni sur les propriétés du sol en profondeur, ni sur le comportement différé du terrain, et

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


45
Mémoire de fin d’études

ne permettent pas d’évaluer la déformation d’un sol uniformément chargé. On distingue


différents modes d’essai :

I.1.2.2. Essai à la plaque de Westergaard :

L’essai standard de Westergaard consiste à mesurer l’enfoncement e d’une plaque circulaire


en acier de 25 mm d’épaisseur et de 75 cm de diamètre sous une charge de 30 kN développant
sur le support une pression moyenne de 0,07 MPa. Le module de réaction du support Kw ou
module de Westergaard, se déduit de l’enfoncement mesuré par la formule :

103
Kw=0.07 (MPa/m)
e

I.1.2.3. Essai L.C.P.C.

L’essai LCPC est en réalité un essai destiné à contrôler le compactage des remblais.

Il s’agit d’un essai de chargement à vitesse constante sur une plaque circulaire rigide de 60 cm
de diamètre, sous une pression initiale de 0,25 MPa qui donne un premier module E V1 et, après
déchargement et nouveau chargement sous 0,2 MPa, un second module E V2, avec mesure de
tassement.

Cet essai permet cependant d’évaluer le module de réaction Kw si l’on prévoit un palier de
charge intermédiaire à 0,07 MPa, et que l’on mesure l’enfoncement e correspondant. Compte
tenu de ce que l’essai est fait avec une plaque de 60 cm de diamètre, on peut admettre :

103 60 103
Kw=0.07 . =0.056 (MPa /m)
e 75 e

Sol Module de réaction du sol (t/m3)


Gravier fin et beaucoup de sable fin 8000 à 10000
Gravier moyen et sable fin 10000 à 12000
Terrain remblayé 1800
Gravier compacté 30000
Sol argileux humide 4000 à 5000
Sol argileux sec 6000 à 8000

Tableau 5. Valeurs du module de rigidité selon la nature du sol

I.2. Solidarité Couverture-Paroi-fond :

Analysons les différentes liaisons entre les éléments du réservoir :

I.2.1. Liaison entre la dalle de couverture et parois :

La dalle peut être encastrée dans les parois, il y aura donc des moments additifs aux moments
de flexion de la dalle sous charges verticales.

La dalle de couverture peut être aussi soit appuyée sur les parois. Dans ce cas, elle va
empêcher les déplacements, des parois, suite à la poussée de l’eau ou du sol, soit désolidarisée
des parois, elle sera appuyée essentiellement sur les poteaux. Les parois se trouvent ainsi libres
de se déplacer à cause de la poussée de l’eau.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


46
Mémoire de fin d’études

I.2.2. Liaison entre les parois et le fond du réservoir :

Si la poussée de l’eau ou du sol n’engendre pas le glissement et le renversement de la paroi,


cette dernière est alors auto stable, on peut donc se contenter de mettre une semelle à la paroi et
la désolidariser du radier (conception d’un mur cantilever).

Dans ce cas, le fond présente un comportement assimilable à celui des dallages. Les parois du
réservoir résistent par encastrement sur une semelle qui peut ou non déborder extérieurement par
rapport à la paroi. La stabilité est obtenue par le poids de la semelle et de l’eau qui la surmonte.
Par ailleurs, un joint étanche (joint water stop) est ménagé au raccordement de la semelle avec le
dallage, qu’il faut veiller à bien réaliser.

Figure 18. Schéma général du réservoir avec parois isolées du dallage

Cependant, si le risque du glissement existe, il faut encastrer les parois dans un radier. Ce
dernier est dimensionné de telle façon qu’il équilibre les efforts engendrés à la base du réservoir
par le glissement.

Figure 19. Schéma général du réservoir avec parois fondées sur le radier

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


47
Mémoire de fin d’études

I.3. Joints :

Les joints constituant le principal point faible d'une structure en béton, il est recommandé de
limiter leur nombre autant que possible. La répartition des joints doit être imaginée sur la base de
deux principes :

 Le rapprochement des joints : plusieurs règles doivent être suivies afin de déterminer
leur espacement maximal. Aucune fissuration (traversante) ne peut en effet apparaître
entre les joints et la distance entre les joints de mouvement devrait être limitée à 1,5 H
(H étant la hauteur du voile). Il faut ensuite prévoir correctement les joints de structure
et calculer l'armature minimale.
 L’espacement des joints : on veillera à utiliser du béton armé de manière appropriée
afin de limiter l'ouverture des fissures. En fonction de la classe d'étanchéité souhaitée
et de l'ouverture de fissure admissible, on calculera la section d'armatures nécessaire.
Il convient néanmoins de prévoir des joints de structure en fonction de la géométrie de
celle-ci, de façon à reprendre les éventuels tassements différentiels et les importantes
déformations thermiques ou de retrait.

Il existe plusieurs types de joints :

Il faut d’abord distinguer les joints de dilatation qui permettent au béton de se dilater et de se
contracter (variations dimensionnelles du béton dues essentiellement aux variations de
température) librement sans porter atteinte à l’étanchéité. Ils traversent toute l’épaisseur de
l’élément et leur largeur lors de l’exécution est au moins égale à la dilatation maximale qu’ils
doivent permettre (10 à 20 mm).

Figure 20. Différents types des joints de dilatation

Pour les joints de dilatation, on peut aller jusqu’à 40 à 50 m.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


48
Mémoire de fin d’études

Les joints de retrait ont pour intérêt de limiter les désordres associés aux variations
dimensionnelles du béton sous l'effet des variations thermiques et hydriques. Le remplissage des
joints est systématique et un entretien régulier est exigé. Ils sont assurés par la mise en place
d’un profil incorporé par sciage de 2 à 5 mm d’ouverture sur une hauteur minimale égale au 1/3
de l’épaisseur de la plaque.

Ils sont obtenus soit par enfoncement d’un profilé dans le béton frais, soit par sciage partiel
dans l’épaisseur du béton durci. Ils découpent le dallage sur le tiers de son épaisseur ± 10 mm.

Figure 21. Différents types des joints de retrait

On espaçait couramment autrefois les joints de retrait de 20 à 25 m, la tendance est de réduire


ces chiffres à 15 m et 12 m environ.

Un autre type de joints existe, il s’agit des joints de désolidarisation, ou d’isolement. Ils sont
réalisés pour dissocier les dallages de certains éléments de construction (poteaux, longrines,
murs, massifs,…) en cas de besoin dont les déformations verticales et/ou horizontales diffèrent
de celles du dallage. Ils doivent être francs sur toute l’épaisseur du dallage avec une largeur
minimale de 10 mm. Toutefois, ce type de joints n’est pas envisageable pour les réservoirs de
grande capacité. En effet, de grandes dimensions en plan nécessitent la mise en place de
plusieurs poteaux, et les joints de désolidarisation deviennent dans ce cas une contrainte à
l’exécution et une telle configuration revient plus chère.

 Conformément aux règles BAEL 91 Mod 99 :

Dans les calculs relatifs aux « constructions courantes » et aux « constructions industrielles »,
on peut ne pas tenir compte des effets du retrait et des variations de température pour les
éléments de construction compris entre joints distants au maximum de :

 25 m dans les régions sèches et à forte opposition de température ;


 50 m dans les régions humides et tempérées.

Les joints doivent être du type water stop. Cela signifie que la coupure (joint) du béton doit
comporter en dehors d’un bourrage en produits noirs, une membrane étanche, souple et
déformable, scellée dans les deux abouts du béton. Différentes matières peuvent être utilisées
pour réaliser cette membrane: cuivre, caoutchouc, matière plastique.

Dans les grands ouvrages de travaux publics, dont le réservoir, on emploie des bandes d’arrêt
d’eau en PVC ou autre élastomère.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


49
Mémoire de fin d’études

Ces bandes sont mises en place lors du coulage du béton : elles présentent des
renflements sur les bords et un tube de section circulaire au centre. Les renflements sont destinés
à assurer le calage dans la masse du béton et l’ovoïde la souplesse, l’élasticité centrale.

Le retrait ultérieur des deux parties jointes en béton met la bande en tension, ce qui assure
alors l’étanchéité.

Figure 22. Détails d’un joint de dilatation I

Figure 23. Détails d’un joint de dilatation II

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


50
Mémoire de fin d’études

IV. Choix de la conception


Le but de ce chapitre est de trouver la meilleure conception possible pour notre réservoir.
Dans un premier temps, nous allons déterminer la hauteur d’eau optimale en se basant sur
l’établissement d’avant métrés pour chaque hauteur. Ensuite, nous allons procéder à l’analyse
des différentes conceptions structurelles possibles pour le réservoir.

I.4. Recherche de la hauteur d’eau optimale :


I.4.1. Problématique :

La hauteur d’eau est un paramètre important qui a une grande influence sur la globalité de la
structure. En effet, partant d’une capacité donnée, en modifiant la hauteur d’eau, d’autres
paramètres, qui y sont liés, changent automatiquement, à savoir :

 la hauteur totale des parois ;

 La hauteur enterrée des parois, qui doit être modifiée au fur et à mesure du
changement de la hauteur d’eau, pour assurer la fonction de la protection
thermique ;

 les dimensions en plan.

Le pas entre poteaux dans les deux sens est un autre paramètre à considérer, puisqu’il
influence d’une part les longueurs des poutres et leurs hauteurs, et d’autre part le nombre de
poteaux.

Nous allons tout d’abord étudier l’effet de la variabilité de ces paramètres de calcul sur les
quantités totales du béton et d’acier nécessaires à la construction du réservoir.

Si on opte pour une petite hauteur d’eau, les dimensions en plan vont s’agrandir, ce qui va
augmenter la longueur des parois et leur ferraillage, la longueur du remblai, ainsi que le nombre
des poteaux. Si on augmente cette hauteur, les dimensions en plan vont certes diminuer, mais les
pressions due à l’eau et au sol, à la base du réservoir, vont augmenter, ce qui affectera, d’une
part, l’épaisseur des parois, et d’autre part, la charge transmise au sol. La nature et la portance du
sol est donc un autre paramètre à inclure.

En outre, quand la surface en plan augmente, il devient indispensable de mettre des joints
Water Stop, dont le coût est élevé.

Nous constatons donc, qu’il y a une interdépendance entre ces différents paramètres, qui fait
qu’une étude paramétrique, avec des calculs exacts va être complexe.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


51
Mémoire de fin d’études

Par ailleurs, les dimensions en plan incluent un autre aspect de coût, qu’est l’aspect
foncier. Du fait de la difficulté qui réside dans la recherche de l’influence de ce paramètre, nous
allons omettre ce facteur.

Sb Pb

Sa

Pa
a

Figure 24. Paramètres géométriques du réservoir-vue en plan

Figure 25. Paramètres géométriques du réservoir- coupes

I.4.2. Démarche :

La recherche de la hauteur d’eau optimale s’est basée sur la comparaison entre des coûts
estimatifs de la réalisation du réservoir pour chaque hauteur. A cet effet, nous avons élaboré un
programme sur Excel permettant de faire le calcul du coût du réservoir en ayant comme entrée la
hauteur d’eau, les autres paramètres.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


52
Mémoire de fin d’études

Nous avons commencé notre étude, par un pré dimensionnement de tous les éléments
constituant le réservoir. Il est à noter que cette comparaison est faite en considérant une structure
où les parois sont désolidarisées du fond :

Eléments Section
 Hauteur h ≥ portée lp/10
Poutres
 Largeur 25 cm
Le calcul exact donne :
poteaux  Section minimale : 25x25 cm²
 Hauteur : fonction de la hauteur de l’eau*
 Epaisseur minimale : 15 cm (nous avons
Voiles intérieurs pris 20 cm pour des raisons d’enrobage)
 Hauteur : fonction de la hauteur d’eau
Le calcul exact donne :
Semelles isolées  Section 1mx1m
 Hauteur 45 cm
 Largeur : 1 m
Semelles filantes
 Hauteur : 45 cm
Dalle  Epaisseur : Portée/35, min=20cm
dallage  Epaisseur nominale : 20 cm

Tableau 6. Pré dimensionnement des différents éléments de la structure

* Il faut toutefois, vérifier que les poteaux ne risquent pas de flamber, quand on augmente la
hauteur de l’eau. En effet, le programme que nous avons élaboré inclut même un calcul détaillé
des poteaux et de leurs élancements. Si l’élancement maximal est dépassé, il faut alors
augmenter la section du béton, ce qui influencera par conséquent le coût total du réservoir.

Pour les parois, le pré dimensionnement a été justifié par le calcul exact de la stabilité externe
de la paroi : le non renversement, le non glissement, et le non poinçonnement (Voir chapitre
calcul du réservoir).

Ce pré dimensionnement nous a permis de calculer les quantités de béton et d’en tirer celles
d’acier, et ce, en utilisant les ratios suivants :

Eléments Ratios (Kg/m3)


Poteaux 65
Poutres 100
Semelles isolées 50
Dalle 30
Dallage 30
Voiles intérieurs 50
Semelles filantes 50
Parois extérieurs 100

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


53
Mémoire de fin d’études

Semelles des parois 100


Acrotère 30
Lanterneaux 30

Tableau 7. Ratios d’acier des différents éléments de la structure

D’autres prix ayant un impact considérable sur le coût total du réservoir, ont été inclus dans
cette étude, à savoir :

Détails des Prix pour une cuve Unité Prix unitaire (DH)
Béton pour BA, y compris coffrage et
m3 1500
décoffrage
Acier, y compris mise en œuvre Kg 14
Remblai m3 40
Terrassement m3 60
Joint Water Stop pour parois verticales, radier et
ml 650
dalle de couverture
Béton poreux pour drainage des eaux de fuite
m3 850
sous le radier
Béton de propreté m3 850
Etanchéité bicouche d'asphalte entre le béton de
m² 25
propreté et le béton poreux
Béton cellulaire pour forme de pente à
m3 720
l’intérieur de la cuve
Revêtement étanche: Parois intérieures et
m² 220
poteaux
Complexe étanche pour terrasse:
Forme de pente 60
Ecran par vapeur 50
Isolation thermique 100
Etanchéité multicouche 300
Protection de l'étanchéité 35
Total m² 545
Drain autour de la cuve m3 300

Tableau 8. Détails des prix des prestations

Ces prix, révisés en 2011, nous ont été fournis par le bureau d’études Systra Maroc.

Dans un premier temps, nous avons fixé tous les paramètres de l’étude en fonction de la
hauteur de l’eau, à part les pas entre poteaux, dont les valeurs ont été prises entre 3.5m et 5m.

Ensuite, nous avons fait varier les hauteurs h, de 2.5 m à 6 m, avec un pas de 0.5 m. Pour
chaque h, nous avons testé plusieurs combinaisons de pas entre poteaux dans les deux sens, ce
qui nous a permis d’aboutir à un coût minimal pour chaque hauteur.

La comparaison s’est effectuée sur la base de ces coûts minimaux.

I.4.3. Résultats :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


54
Mémoire de fin d’études

Le graphe suivant montre l’évolution du prix minimal en fonction de la hauteur de


l’eau. Nous remarquons que le coût total estimatif varie paraboliquement en atteignant le
minimum à la hauteur 5 m.

Variation du coût en fonction de la hauteur d'eau


14000000
12000000
10000000
8000000
coût (DHs)

6000000
4000000
2000000
0
2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5
h (m)

Figure 26. Variation du coût en fonction de la hauteur d’eau

Il faut remarquer aussi que pour les petites hauteurs, le coût total augmente rapidement
lorsqu’on s’éloigne de 5 m. Alors que pour les grandes hauteurs supérieures à 5 m, un problème
de stabilité externe des parois (poinçonnement) apparait, faisant ainsi augmenter les dimensions
de celles-ci.

I.4.4. Géométrie finale du cas du réservoir de Marrakech :

D’après l’étude précédente, il s’est avéré que les paramètres engendrant le moindre coût pour
le réservoir de 30000 m3 sont :

 Hauteur d’eau : 5m ;
 Dimensions en plan d’une cuve: a=35m et b=60m ;
 Hauteur totale de la paroi : 6.45m ;
 Pas entre poteaux : Pa =4m ; Pb =4.1m.

 Joints water stop :

Puisque les dimensions de la cuve sont grandes, des joints water stop sont indispensables.

Le côté de dimension 35 m, ne nécessite pas de joints. Cependant, il faut disposer d’un joint
divisant le côté de dimension 60 m. Chaque cuve du réservoir comporte donc 1 joint water-stop,
ce qui donne, pour chaque cuve 2 parties de dimensions 35x30 m² chacune.

Les chicanes seront disposés parallèlement au petit côté, et seront destinés à diminuer les
pressions hydrodynamiques.

 Joints de retrait :
On dispose un joint de retrait tous les 9 m selon le côté a, et tous les 9 m selon le côté b.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


55
Mémoire de fin d’études

I.5. Etude de la liaison couverture-Parois:

Nous allons à présent faire une comparaison entre deux conceptions : désolidarisation
couverture - parois / Solidarisation couverture-parois.

Cette comparaison se fait sur la base de la stabilité des parois, des résultats de l’analyse
modale, ainsi que d’autres critères qualitatifs et quantitatifs.

I.5.1. Dalle désolidarisée des parois :

 Avantage :

 Les dalles sont dimensionnées pour résister aux charges verticales seulement, en
flexion simple;
 Les chicanes intérieures peuvent ne pas atteindre la couverture, puisque dans ce
cas, on peut se dispenser de leur rôle de contreventement ;
 Dans cette conception, la dalle n’a pas de liaison avec les parois, la couverture est
donc libre de faire son retrait.

 Inconvénients :

 La liaison de la couverture avec les parois n’est pas assurée. La paroi est donc
considérée comme des tranches de poutres encastrées en bas et libres en haut, ce
qui engendre des déplacements considérables sous l’effet de l’eau, ou du sol. De
plus, elle n’est pas auto stable, on est donc obligé de mettre un radier solidaire aux
parois ;
 Puisque la dalle ne repose pas sur les parois, les efforts dus à l’action sismique
sont transmis aux poutres, et poteaux. Il faut donc avoir des portiques dans les
deux sens.

I.5.2. Dalle solidaire aux parois :

 Avantage :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


56
Mémoire de fin d’études

 Cette couverture participe à la stabilisation de la paroi vis-à-vis du


glissement ;
 Les parois participent, à côté des poteaux au contreventement de la structure ;
 On n’est pas obligé de mettre les portiques dans les deux sens, vu que la dalle
transmet les sollicitations sismiques aux parois.

 Inconvénients :

 Les dalles et les poutres sont soumises, en plus des moments de flexion dus aux
charges verticales, aux efforts normaux et aux moments d’encastrement dus à la
liaison avec les parois.

I.5.3. Comparaison chiffrée:

a) Coefficients de stabilité externe :

Dalle solidaire aux parois Dalle désolidarisée des parois


Coefficient de sécurité au renversement 3,11 3.06
Coefficient de sécurité au poinçonnement 3.02 3,13
Coefficient de sécurité au glissement 1.5 1,45

Tableau 9. Comparaison de la stabilité des structures

Pour les mêmes dimensions, le coefficient de stabilité au poinçonnement dans le cas des
dalles désolidarisées est plus grand que dans le cas des dalles solidaires aux parois. Ce résultat
est évident, puisque la dalle solidaire engendre un poids appliqué aux parois, participant à
l’augmentation du poinçonnement de la semelle.

Cependant, et toujours pour les mêmes dimensions, le coefficient de stabilité au glissement est
vérifié dans le cas des dalles solidaires aux parois, et il ne l’est pas dans le cas des dalles
désolidarisées des parois. On conclue donc que la liaison de la paroi avec la couverture participe
à la stabilisation de celle-ci vis-à-vis du glissement.

Dans la conception dalle désolidarisée, les parois ne sont pas auto-stables, ce qui impose la
mise en œuvre d’un radier.

Dans la conception dalle solidaire, on a le choix entre :

 Désolidariser les parois du fond du réservoir, mettre un dallage au lieu du radier,


fonder les poteaux et les chicanes sur leurs propres semelles et mettre des longrines
pour liaisonner les fondations.
 Mettre un radier solidaire aux parois, en épaississant les zones où il y a les poteaux et
les chicanes.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


57
Mémoire de fin d’études

b) Quantités d’acier et du béton :

Dalle solidaire aux parois Dalle désolidarisée des parois


Somme totale béton (m3) 936,775 985,675
Somme totale acier (Kg) 10729,20338 12787,51237

Tableau 10. Comparaison des quantités d’acier et du béton

Nous remarquons que les résultats donnés dans le cas de la dalle solidaire aux parois sont plus
faibles que ceux de l’autre cas. Ceci peut être expliqué par le fait que dans cette conception, les
poutres sont disposées dans une seule direction, ce qui influence les volumes totaux du béton et
de l’acier.

c) Résultats de l’analyse modale :

 Dalle désolidarisée des parois :

Tableau 11. Résultat de l’analyse modale de la 1ère conception

 Dalle solidaires aux parois :

Tableau 12. Résultat de l’analyse modale de la 2ème conception

On remarque tout d’abord que le mode fondamental de la structure n’est pas prépondérant
dans les deux directions.

Le calcul a abouti à l’existence de 3 modes, dont le 3ème mode est prépondérant dans le sens
X, et le 1ème mode est prépondérant dans le sens Y.

Les résultats de l’analyse modale montrent que, pour les deux cas, presque la totalité de la
masse participe au contreventement du réservoir. Cependant, on dépasse la fréquence de coupure
de 33 Hz pour le cas des dalles solidaires.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


58
Mémoire de fin d’études

d) Choix de la conception appropriée :

En comparant les deux variantes de conception citées ci-dessus, nous pouvons remarquer que
les deux conceptions présentent des avantages et des inconvénients comparables.

En se basant sur les résultats des deux conceptions comparées ci-dessus, nous avons opté pour
une conception qui réunit les avantages des deux conceptions précédentes, et qui permet d’éviter
leurs inconvénients. La dalle de couverture va être simplement appuyée sur les parois du
réservoir, tout en gardant les portiques dans les deux directions. Les chicanes vont être disposées
sans atteindre le niveau de la dalle, à raison de 6 chicanes par cuve, pour permettre d’une part,
une bonne circulation de l’eau. D’autre part, nous les avons conçues pour résister à la poussée
hydrodynamique.

Figure 27. Plan de coffrage d’une cuve

I.6. Etude de la liaison Parois-Fond du réservoir:

Le dallage du réservoir est appuyé à la fois sur les longrines qui lient les éléments porteurs, et
sur le sol. Le but de cette partie est d’avoir une idée sur les sollicitations des longrines, qui sont
dues essentiellement au dallage.

Dans ce qui suit, nous allons évaluer la charge transmise par le dallage aux longrines, pour les
dimensions retenues dans le paragraphe précédant.
I.6.1. Modélisation du dallage :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


59
Mémoire de fin d’études

Longrines

Figure 28. Système dallage-longrines

Nous avons procédé à une modélisation par éléments finis sur le logiciel Robot. Le dallage est
modélisé par une plaque s’appuyant sur le sol et sur les longrines. Ces dernières sont modélisées
par des appuis linéaires simples.

I.6.2. Résultats cartographiques :


 Les déplacements :

Figure 29. Déplacement du dallage

Comme nous pouvons le remarquer, le tassement du dallage est en général faible (de l’ordre
de 0.4 mm) en atteignant le maximum loin des appuis.

 Les réactions d’appuis:

Le calcul a donné comme réactions d’appui les efforts suivants :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


60
Mémoire de fin d’études

Tableau 13. Efforts transmis par le dallage aux longrines

La somme des efforts appliqués au dallage est de 47 658,41KN, la somme des efforts transmis
aux longrines vaut 29 998,67 KN. Les longrines supportent ainsi une part des efforts qui est
évaluée à : 29 998,67/ 47 658,41 = 63%.

Cette part est assez importante qu’on ne peut pas négliger. Il faut donc considérer
impérativement les efforts linéaires transmis par le dallage et les moments dus à la continuité de
celui-ci, en plus des moments transmis par les poteaux.

La plaque étant considérée continue, afin d’éviter des éventuelles fissurations, il existe des
moments dans les appuis qui nécessitent un ferraillage supérieur au niveau de ces derniers.

 Les moments Mxx :

Figure 30. Moments Mxx sur le dallage

 Les moments Myy :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


61
Mémoire de fin d’études

Figure 31. Moments Myy sur le dallage

I.6.3. Conclusion :

Dans cette conception, les longrines jouent un rôle important dans le soulagement du dallage.
En effet, les longrines supporte jusqu’à 63% des efforts appliqués. Cependant, cette variante a
plusieurs inconvénients.

Un premier inconvénient réside dans le fait que ces longrines devraient être dimensionnées
pour supporter en plus des moments transmis par les poteaux et qui sont dû au séisme, les efforts
transmis par le dallage. De plus, leur exécution (coffrage-décoffrage) nécessite beaucoup plus de
temps qu’un radier.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


62
Mémoire de fin d’études

V. Hypotheè ses de calcul :


I.7. Actions à prendre en compte :

Les actions à prendre en compte comprennent :

I.7.1. Les actions permanentes (G) :


 Poids propre, poids des superstructures ;
 Charge d’étanchéité + isolation thermique sur la dalle + enduit : 366Kg/m² ;
 Poids et poussées des terres ;
 Déformations imposées : tassements différentiels, retrait.

I.7.2. Les actions variables :


 Poids et poussée du liquide contenu (Q), le cas de l’ouvrage vide (Q = 0) étant
également à considérer ;
 Charges climatiques : neige (Sn) ;
 Charges dues à l’exploitation de l’ouvrage, à l’entretien, et au fonctionnement
des installations : Charge d’exploitation sur remblai 100 Kg/m² et charge
d’exploitation sur la dalle 100Kg/m² ;
 Effets thermiques, c’est-à-dire les variations de températures tant intérieures qu
´extérieures, et le gradient thermique entre deux faces opposées, ou génératrices,
dû à un ensoleillement différent.

Pour les effets de la température, les températures extérieures doivent être estimées en tenant
compte de l´emplacement de l´ouvrage (site géographique - à l´air libre ou enterré). Le CCTP
définit ces températures, ainsi que les températures Timax et Timin du liquide. C´est en
particulier à partir de ces températures que sont définis les gradients de température sollicitant
les parois.

A défaut de ces précisions, il sera retenu : (Ti - Te) = ± 20 °C. Il faut aussi tenir compte de :

 L’influence du retrait ;
 L’intervention du fluage.

I.7.3. Les actions accidentelles (séismes)

I.8. Les combinaisons d´actions :

Les calculs sont effectués à l’ELU, à l’ELS, et à l’ELA :

I.8.1. L’état limite ultime (ELU) correspond à la limite :

 de l’équilibre statique ;
 de la résistance de l’un des matériaux ;
 ou de la stabilité de forme.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


63
Mémoire de fin d’études

a) Vis-à-vis de l´état limite d´équilibre statique :

Dans le cas d´un réservoir ou d´un ouvrage pouvant être immergé, un coefficient de sécurité
au moins égal à 1,05 est à justifier, vis-à-vis du soulèvement, en considérant d´une part l´ouvrage
à vide, d´autre part la hauteur maximale de l´eau extérieure à l´ouvrage.

L´existence d´un éventuel rabattement de nappe peut être prise en compte.

b) Vis-à-vis des états limites ultimes (ELU) sous combinaisons fondamentales:

C 1=1.35 G+1.5 ( Q+Ψ 0 T ) +W ' ( et/ ou Sn)

C 2=1.35 G+1.5 W ' +1.3 ( Q+ Ψ 0T )

C 3=G+ 1.5W ' +1.3 Ψ 0 T

Avec :

G ensemble des actions permanentes ;

Q : ensemble des actions variables : L´action Q comprend essentiellement l´action due au liquide
contenu ;

W´ : action du vent ;

Sn : action de la neige ;

T : action de la température, L´action T déterminante pour un réservoir est en général le gradient


de température supposé concomitant à la présence du liquide. Pour cette action sont retenus : Ψ 0
= 0,6.

 Il est rappelé que, pour les vérifications à l´état limite ultime, il est souvent possible de
négliger les sollicitations dues à la température (art. A3.2, 24 des règles BAEL).

c) Vis-à-vis des états limites ultimes (ELU) sous combinaisons accidentelles:

C 4=G+Q+ FA+ 0.6 T

FA action accidentelle.

I.8.2. Vis-à-vis des états limites de service (ELS) :

C 5=G+ Q+ T

C 6=G+W ( et / ou Sn )+Q+ 0.6T

L’ELS est relatif aux conditions d’exploitation ou de durabilité afin de limiter :

 la contrainte de compression du béton ;


 la formation de fissures préjudiciables et les risques de corrosion des armatures ;

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


64
Mémoire de fin d’études

 les déformations excessives d’éléments porteurs tels que les poutres, les
planchers par limitation des flèches.

Dans chacun de ces deux cas, la vérification par le calcul porte :

 En phases de construction et en phase définitive : sur l’équilibre statique et sur la


résistance ;
 En phase définitive seule : sur la fissuration, en tenant compte du rôle dévolu à
la structure et de la nature du revêtement.

I.9. Contraintes limites:


I.9.1. Règlement BAEL :

Si la fissuration est considérée comme préjudiciable, la contrainte de traction des armatures


est limitée à la valeur ξ (MPa), donnée par l’expression suivante :

2
fe ; Max (0.5 fe; 110 √ηftj )
3
Min ⁡¿

La contrainte dans le cas préjudiciable est donc égale à 250 MPa.

Si la fissuration est considérée comme très préjudiciable, la contrainte de traction des


armatures est limitée à la valeur 0,8 ξ (MPa).

La contrainte dans le cas très préjudiciable est donc égale à 200 MPa.

I.9.2. Fascicule 74 :

a) Limitation de la contrainte de traction dans les armatures :

Pour toutes les armatures des sections entièrement tendues et pour les armatures proches de la
face mouillée des sections partiellement tendues, la contrainte de traction, exprimée en MPa et
calculée vis-à-vis de l´état limite de service, est limitée à :

α
√ ηft 28
Φ
+ βη

Avec :

 α = 240;

 η coefficient de fissuration de l´armature (égal à 1.6 pour l’acier HA500) ;

 Φ diamètre de l´armature exprimé en mm (on prend un diamètre moyen de 10 mm);

 ft28 résistance caractéristique à la traction du béton en MPa;

 β coefficient retenu égal à :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


65
Mémoire de fin d’études

 0 pour les ouvrages à la mer ou à proximité de la mer,

 moins de 5 km, et les parties enterrées d´ouvrage, lorsque l´eau est


saumâtre ou agressive;

 30 dans les autres cas où la paroi est en contact permanent avec l´eau ou
une atmosphère saturée.

La contrainte limite selon le fascicule 74 est σs = 169 Mpa.

On voit que le fascicule limite davantage la contrainte de traction limite de l’acier. Cette
contrainte, contrairement à celle fixée par le BAEL, tient compte du degré d’agressivité du
milieu et engendre des sections d’armatures plus grandes.

b) Limitation de la contrainte de traction du béton :

Les contraintes de traction du béton dans les sections entièrement tendues et celles
développées sur la face mouillée des parois, calculées vis-à-vis de l´état-limite de service et en
section homogénéisée, ne peuvent excéder la valeur :

1.10 θ ft 28

Avec :

 θ = 1 dans le cas de la traction simple ;

 θ = 1 + 2eo/3ho dans le cas de la flexion plane composée, la force de traction extérieure


ayant une excentricité eo inférieure à l´épaisseur ho de la paroi ;

 θ = 5/3 dans les autres cas.

Ce qui donne pour notre cas une contrainte de σbt = 3,85 Mpa.

I.10. Enrobage :

L´enrobage minimum des armatures est choisi conformément aux règles BAEL 91. Il est au
moins de :

 5 cm pour les ouvrages exposés aux embruns et brouillards salins ;

 3 cm pour les parements directement exposés aux intempéries, aux condensations ou au


contact de l´eau ou des liquides ;

 Egal au diamètre Cg des plus gros agrégats utilisés dans la composition du béton.

La valeur minimale étant de 3 cm, nous avons choisi de travailler avec une valeur de 4 cm
pour les faces mouillées, parce que le soin apporté à l’enrobage des aciers est fondamental pour
une structure en contact permanant avec l’eau.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


66
Mémoire de fin d’études

I.11. Hypothèses de calcul :

Paramètre Valeur
limite d’élasticité des aciers fe 500 MPa
résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours fc28 25 MPa
contrainte limite de compression du béton σbc (ELU) 14.16
contrainte limite de compression du béton σbc (ELS) 15
Résistance à la traction du béton ft28 2.1
module d’élasticité de l’acier E 200000 MPa
Fissuration Très préjudiciable
Sans
200 MPa
fascicule 74
Limite de contrainte de traction des armatures
Application du
169 MPa
fascicule 74
Limite de contrainte de traction dans le béton (F74) 3.85 MPa
Enrobage pour les parties en contact avec l’eau 4 cm
Enrobage pour les autres parties 3 cm

Tableau 14. Hypothèses de calcul

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


67
Mémoire de fin d’études

VI. Etude statique du reé servoir


I.12. Etude des parois du réservoir :

Le but de ce chapitre est d’étudier les parois du réservoir. Tout d’abord, nous allons vérifier la
stabilité externe des parois considérées, dans un premier temps, désolidarisées du fond. Ceci
nous permettra de conclure quant au choix de la variante à adopter pour le fond du réservoir.
Ensuite nous allons faire le dimensionnement des parois dans les trois cas suivants :
 Cas du réservoir vide : les parois sont ainsi soumises à la poussée du sol uniquement ;
 Cas du réservoir plein en essai : le sol est dégagé des 4 côtés du réservoir plein. Les
parois sont ainsi soumises à la poussée de l’eau uniquement ;
 Cas du réservoir plein en exploitation : les parois du réservoir sont soumises à la fois aux
poussées de l’eau et à celles du sol.
I.12.1. Pré dimensionnement des parois :

Si H est la hauteur du mur depuis la base jusqu’à la couronne, on recommande :


 Largeur de la base : B = 0.45 H + 20 cm ;
 Largeur de la couronne b= H/ 24 avec un minimum de 15 cm ;
 Épaisseur en bas du voile : H/12 ;
 Longueur patin à partir du nu voile : H/8 à H/5 ;

 Fruit minimal du parement visible : i = 2 %.


Il est prudent de majorer de 15 %, la largeur de la semelle ainsi déterminée, car elle ne permet
pas toujours de satisfaire les vérifications de la stabilité externe.

Figure 32. Pré dimensionnement d’un mur Cantilever

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


68
Mémoire de fin d’études

Les dimensions retenues du mur de soutènement sont :

Dimensions
Dimension
du calcul
Hsol' 4,9
Hsol 5,45
e 0,55
B 4,55
lp 2,5
b 0,20
c 0,55
lt 1,5
e0 0,35
e' 0,2
H"sol 1,1
Heau 5,2
H'eau 4,65
H"eau 1,35

Tableau 15. Paramètres géométriques des parois

b
Z=0
H"eau H"sol

H'sol
Heau H'eau Hsol
lp lt
c
e e0
e'
A

B
Figure 33. Dimensions des parois

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


69
Mémoire de fin d’études

I.12.2. Cas du réservoir vide et soumis à la poussée du sol :


I.12.2.1. Caractéristiques du sol :

 Densité γ :

La densité γ conditionne la valeur de la contrainte verticale à une profondeur z de la surface


du sol. Elle est exprimée généralement en kg/m3.

σv croît proportionnellement à z : σv = γ × z

Figure 34. Contrainte verticale du sol

 Cohésion C :

La cohésion C caractérise la capacité qu’a un sol à s’amalgamer (coller). Elle est due :

 Pour partie aux liaisons mécaniques pouvant exister entre les grains et créées par la
cimentation.
 Pour partie aux ménisques d’eau existant aux points de contact entre les grains. Cette
dernière composante disparait dès que la teneur en eau du sol augmente.

Elle est exprimée en Pa.

 Angle de frottement interne φ:

L’angle de frottement interne dépend de la forme et de l’état de surface des grains. Il est plus
élevé pour les sols à grains anguleux que pour les sols à grains ronds, et pour un état de surface
rugueux que pour un état de surface lisse des grains.

Les caractéristiques mécaniques du sol dans le cas du réservoir de Marrakech sont :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


70
Mémoire de fin d’études

Poids volumique du sol 18.4 KN/m3


Cohésion 18 KPa
Angle de frottement 34°
Contrainte admissible du sol 3 bars
module de réaction de Westergaard 146 MPa/m

Tableau 16. Caractéristiques mécaniques du sol

I.12.2.2. Calcul de poussées :

a) Poussée des terres :

Considérons un mur en T en béton armé défini par le schéma suivant :

Figure 35. Mur cantilever

Ce mur retient un sol d’angle de frottement interne φ limité par un talus infini, incliné de β
sur l’horizontale.

Un déplacement dans le sens de l’expansion du remblai fait apparaître deux surfaces de


glissement passant par l’arête du talon.

Pour simplifier, on peut admettre que ces surfaces de glissement sont des plans dont les traces
sur le plan de la figure sont les deux droites Δ et Δ’.

Deux cas sont possibles :

 La droite Δ coupe le talus au point C. Dans ce cas, on considère que le massif AO’BC est
solidaire au mur.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


71
Mémoire de fin d’études

Figure 36. Le plan de glissement coupe le talus

La méthode rigoureuse consiste à calculer la poussée sur l’écran fictif BC.

L’angle d’inclinaison δ de la poussée par rapport à la normale à BC est égal à φ : δ = φ.

 La droite Δ coupe la face interne du voile. Dans ce cas, la méthode consiste à calculer la
poussée :
 D’une part, sur le segment AC avec une inclinaison sur la normale au voile δ = 2/3
φ ou φ selon l’état de rugosité du parement,
 D’autre part, sur le segment CB avec un angle d’inclinaison sur la normale à ce
plan égal à φ.

Figure 37. Le plan de glissement coupe la face interne du voile

Dans les deux cas mentionnés ci-dessus, le calcul par les méthodes exposées est fastidieux.
Aussi, est-il d’usage de simplifier ces schémas en considérant l’écran fictif vertical passant par
l’arête du talon. La masse de terre AO’BC comprise entre le parement du voile et ce plan agit
uniquement par son poids.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


72
Mémoire de fin d’études

Figure 38. L’écran fictif

La méthode qui vient d’être exposée et qui consiste à prendre en compte un écran fictif à
partir des plans de glissement est utilisée pour la vérification de la stabilité externe.

En revanche, pour le calcul de l’état-limite de résistance interne d’un mur de soutènement, il


est d’usage de considérer que les poussées s’appliquent directement sur le parement du mur avec
un angle d’inclinaison sur la normale choisi en fonction de la rugosité de ce parement, ou du
tassement relatif possible entre le mur et les terres en amont.

Les murs voiles du réservoir sont réputés fixes et supposés très rigides ; on ne tolère pas de
déplacement du mur.

Ainsi, selon la théorie de Rankine, ces murs vont être soumis à des efforts de poussée des
terres au repos.

Selon Rankine, cette résultante est toujours perpendiculaire à l’écran : autrement dit, le
frottement sol-écran n’est jamais mobilisé au niveau de la paroi verticale

Figure 39. Efforts de poussée des terres

La contrainte horizontale σh est supposée proportionnelle à σv, elle-même proportionnelle à la


profondeur z.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


73
Mémoire de fin d’études

On obtient donc une répartition de contrainte croissante le long du mur de soutènement


telle que :

σ h=K 0 .σ v=K 0 . γ . z

Avec K0 coefficient des terres au repos. Ce coefficient est difficilement mesurable, mais on
prend K0 = 1-sinΦ pour les sols pulvérulents (Formule de Jaky).

Pour le réservoir de Marrakech, K0 = 0.36.

L’effort résultant P est situé au 1/3 – 2/3 de la hauteur du mur. Sa valeur par ml est :

1 1
P= . σ h ( h ) . h= K 0 . γ . h ²
2 2

 Remarque :

Pour un sol cohérent (de cohésion C et d’angle de frottement interne φ), on est conduit à
appliquer le théorème des états correspondants dont l’énoncé est le suivant (Caquot-Kérisel) :

« Le milieu cohérent peut être remplacé par un milieu pulvérulent, de même forme et de même
angle de frottement interne ϕ , supportant la contrainte C x cot ϕ sur toute la surface extérieure,
c’est-à-dire, d’une part, sur la surface libre où elle joue le rôle d’une surcharge, d’autre part,
sur la surface en contact avec l’écran, où, dirigée vers l’intérieur du massif, elle vient en
déduction de la composante normale d’action du massif ».

Figure 40. Cas d’un sol cohérent

Mais l’expérience montre que le rôle de la cohésion, qui varie dans le temps, est mal connu et
difficilement mesurable.

Le fait de négliger la cohésion va dans le sens de la sécurité, tous les calculs relatifs aux
ouvrages de soutènement dans le présent rapport seront menés en considérant un sol sans
cohésion.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


74
Mémoire de fin d’études

Les valeurs de la poussée du sol sur les parois du réservoir sont égale à :

Z (m) Valeur de la poussée horizontale (KN/m²)


1,1 0
6,55 36,1

Tableau 17. Valeurs de la poussée horizontale due au sol

La charge étant triangulaire, la résultante est atteinte à H/3= 1,82m avec une valeur P=98.37
KN/ml.

b) Cas d’une surcharge sur le remblai :

Une surcharge q sur le terrain induit une augmentation de la contrainte verticale σv telle qu’à
toute profondeur z on a :

σv ( z ) =γ z +q

Il vient en conséquence pour la contrainte horizontale :

σh ( z )=K 0 σv ( z ) =K 0 γz+ K 0 q

Tout se passe comme s’il y avait superposition sur la contrainte horizontale des effets de la
densité du sol (répartition triangulaire) et de la surcharge q (répartition rectangulaire). Le schéma
suivant illustre cette superposition des effets sur la contrainte σh.

Figure 41. Poussée due à une surcharge sur le remblai

L’effort résultant P est donc décomposé aussi en 2 parties telle que P=Pγ + Pq .

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


75
Mémoire de fin d’études

 Une première résultante Pg toujours située au 1/3 – 2/3 de la hauteur de l’écran. Sa valeur
1
- pour une largeur d’écran b - est Pγ= K 0 γ h ² b ;
2

 Une deuxième résultante Pq située en h/2. Sa valeur – pour une largeur d’écran b – est
Pq=K 0 q h b .

Les valeurs de la poussée horizontale due à la surcharge sont égales à :


Z (m) Valeur de la poussée horizontale (KN/m²)
1,1 0,36
6,55 0,36

Tableau 18. Valeurs de la poussée due aux surcharges sur remblai

La résultante est atteinte à H/2= 2,7m avec une valeur de 1,962KN/ml.

I.12.2.3. Bilan des efforts appliqués aux parois :

Figure 42. Bilan des efforts appliqués aux parois sous l’effet du sol

Le bilan complet des efforts extérieurs appliqués à la paroi fait apparaître :

 Le poids propre du mur W (voile, patin et talon), évalué à partir des volumes
théoriques définis par les dessins d’exécution et d’un poids volumique théorique de
25 kN/m3, ainsi que le poids de la superstructure ;
 L’effort de poussée du à l’action du remblai P ;
 Le poids du remblai sur le talon Wr, évalué à partir de son volume théorique et du
poids volumique ;
 Les surcharges éventuelles sur le remblai Q ;
 L’effort de poussée dû aux surcharges PQ ;
 Le poids du poteau encastré dans le patin Wp ;
 La réaction d’appui du sol sur le mur R, décomposé en une composante verticale Rv
et une composante horizontale RH.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


76
Mémoire de fin d’études

Nous avons donc :

Rv=W +Wr+℘+ Q

Et RH =P+ PQ

I.12.2.4. Justification de la stabilité externe des parois:

a) Combinaisons d’actions :

Les combinaisons d’actions à considérer sont :

 A l’état-limite de service :
W +Wr+℘ +Q+ P+ PQ
 A l’état-limite ultime :
1.35(W +Wr +℘+ P)+ 1.5(Q+ PQ)

Les critères de stabilité sont :

b) Stabilité au glissement :

C’est une stabilité d’interaction « ouvrage-sol ». Puisqu’il s’agit d’une stabilité de translation,
elle se vérifie généralement en termes de forces.

La stabilité au glissement est assurée lorsque :

Σ des efforts verticaux retenant l' ouvrage


FSG= ≥1.5
Σ des efforts horizontaux faisant glisser l' ouvrage

c) Stabilité au renversement :

Le renversement ou le basculement est une instabilité d’interaction aussi. Il se vérifie en


termes de moments, puisqu’il s’agit d’une rotation de l’ouvrage.

Il faut considérer l’équilibre lorsque le mur se renverse autour de son arrête extérieure A.

En considérant le moment par rapport à A, il faut vérifier :

Σ (Momentsdes efforts retenant l ' ouvrage )/ A


FSr = ≥ 1.5
Σ(Moments des efforts faisant renverser l ' ouvrage)/ A

M (W )+ M (Wr)+ M (℘)+ M (Q)


Il vient donc : FSr = ≥1.5
M (P)+ M (PQ )

d) Stabilité au poinçonnement :

La base de l’ouvrage est souvent une fondation dont il importe de vérifier la portance. Il s’agit
donc, d’une stabilité d’interaction.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


77
Mémoire de fin d’études

Il faut vérifier le poinçonnement en considérant la capacité portante d’une semelle


filante, sous une charge excentrée et inclinée. Généralement un niveau de sécurité minimal de 3
est exigé : FSp≥ 3

A partir des sollicitations de calcul (résultantes des forces verticales et horizontales, moment
résultant de ces forces autour de l’arête aval A), on détermine les contraintes verticales
appliquées par la semelle du mur sur le terrain d’assise.

Selon l’intensité et la direction de la résultante R (de composantes R H horizontalement et RV


verticalement) ce diagramme peut être soit un trapèze, soit un triangle.

Bien qu’une répartition triangulaire de la contrainte soit admise, il est préférable, dans la
mesure du possible, de dimensionner la semelle pour avoir une répartition trapézoïdale (le point
de l’application de la réaction est dans le noyau central), et ce, pour éviter le décollement de la
base du mur.

La justification du non-poinçonnement consiste à s’assurer que la contrainte verticale de


référence σref au quart de la largeur comprimée est au plus égale à la contrainte de calcul.

Figure 43. Contraintes verticales sous la semelle du mur

3 σ max +σmin
σ 3/ 4=
4

Avec :

N M e N
σmax =
S
+
B
I /( )
(
= 1+6
B B )
2

N M e N
σmin=
S

B
I /( )
(
= 1−6
B B )
2

Où :

N : effort centré

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


78
Mémoire de fin d’études

M : Moment de flexion

e : Excentricité de la charge par rapport au centre de gravité de la semelle.

M =Rv . e Et N=Rv

En jouant sur les dimensions du mur de soutènement, nous avons obtenu les coefficients de
sécurité optimaux suivants :

Etat limite ultime Etat limite de service


Combinaisons Combinaisons Combinaisons Combinaisons
avec sans avec sans
surcharges surcharges surcharges surcharge
Coefficient de stabilité
4.53 4.64 4.54 4.64
au renversement
Coefficient de stabilité
3.40 3.39 4.59 4.58
au poinçonnement
Coefficient de stabilité
1.81 1.84 1.81 1.84
au glissement

Tableau 19. Valeurs des coefficients de stabilité des parois

Nous remarquons que la sécurité au renversement est largement vérifiée. En effet, dans la
conception, on cherche toujours à encastrer un poteau sur le patin, de façon à stabiliser la paroi.
Cependant, le chargement apporté par le poteau peut engendrer un poinçonnement sous la
semelle. Il fallait donc rechercher un compromis entre la stabilité au poinçonnement, et celle au
renversement.

Le glissement reste toujours vérifié.

I.12.3. Cas du réservoir plein, soumis à l’action de l’eau uniquement:


I.12.3.1. Caractéristiques du liquide stocké :

La pression exercée par un liquide en un point A de la paroi du réservoir est p=ρgh


avec :
 ρ: masse volumique de l’eau potable ;
 g : l’accélération de gravité ;

 h : distance du point à la surface libre du liquide.


Nous avons donc p=1000 h( Kg /m ²) .
ρgh²
La poussée totale sur la paroi est P ¿ , L’effort résultant P est situé au 1/3 – 2/3 de la
2
hauteur du mur.
Les valeurs de la poussée due à l’eau sont :
Z (m) Valeur de la poussée horizontale (KN/m²)
1,35 0
6,35 50

Tableau 20. Valeurs de la poussée de l’eau

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


79
Mémoire de fin d’études

La résultante est atteinte à H/3= 1,67m avec une valeur : 108,11 KN/ml.

I.12.3.2. Bilan des efforts appliqués au mur :

Figure 44. Bilan des efforts appliqués aux parois sous l’effet de l’eau

Le bilan complet des efforts extérieurs appliqués au mur fait apparaître maintenant:

 Le poids propre du mur W (voile, patin et talon), évalué à partir des volumes
théoriques définis par les dessins d’exécution et d’un poids volumique théorique
de 25 kN/m3, ainsi que le poids de la superstructure ;
 La pression exercée par l’eau stockée P ;
 Le poids de l’eau sur le fond ;
 Le poids du poteau encastré dans le patin Wp ;
 La réaction d’appui du sol sur le mur R, décomposé en une composante verticale
Rv et une composante horizontale RH.

Comme l’angle d’inclinaison de P est minime (2.5°), nous considérons que la poussée de l’eau
est horizontale. Nous avons donc :

Rv=W +We+℘

Et RH =P

I.12.3.3. Justification de la résistance externe des parois:

Tous les calculs et les dispositions faits pour le cas précédent restent valables pour ce cas, en
considérant maintenant la poussée due à l’eau stockée au lieu de la poussée du sol. Cependant,
pour la vérification du renversement, les moments sont calculés par rapport au point B et non le
point A.

Pour la vérification de la résistance interne du mur, les combinaisons à utiliser sont :

A l’ELU :
1.35 ( W +℘ ) +1.5( We+ P)

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


80
Mémoire de fin d’études

A l’ELS :
W +℘+We+ P

 Le voile est maintenant soumis à un effort normal, du à son poids et celui de la


superstructure, à la poussée de l’eau.
 Le patin est soumis à la réaction du sol d’assise, à son poids, au poids de l’eau et celui
du poteau.
 Le talon est soumis à la réaction du sol, et à son poids.

Etat limite ultime Etat limite de service


Coefficient de stabilité au
3.11 3.23
renversement
Coefficient de stabilité au
3.02 4.34
poinçonnement
Coefficient de stabilité au
1.5 1.57
glissement

Tableau 21. Coefficients de stabilité des parois soumises à la poussée de l’eau

On conclue tout d’abord que le renversement ne pose aucun problème. Avec des valeurs
courantes, il reste toujours vérifié. Cependant, le poinçonnement et le glissement sont à leurs
limites. Il nous a été difficile de vérifier le poinçonnement et le glissement simultanément.

Les valeurs géométriques qui ont une très grande influence sur les coefficients de sécurité
sont surtout les longueurs du patin et du talon. On rappelle que les valeurs qui ont fourni ces
coefficient sont lp = 2.50m et lt = 1.5 m.

En pratique, la longueur du talon du réservoir avoisine 75 cm, puisqu’on considère que son
rôle est limité à l’évacuation des eaux de pluies, en y mettant des granulats qui drainent ces eaux
loin du réservoir. Or, il s’est avéré d’après notre étude, que dans le cas des parois désolidarisées
du radier, la longueur de ce dernier joue un rôle important dans la vérification de la stabilité des
parois.

Dans le cas des parois solidaires au radier, le renversement et le glissement sont empêchés par
le radier. Le talon ne joue donc pas un rôle structurel, toutefois, il reste indispensable pour
assurer sa fonction d’évacuation de la pluie.

Par ailleurs, l’évaluation des efforts transmis aux longrines par le dallage a montré que ces
derniers ne sont pas négligeables. Ceci signifie que les longrines doivent être dimensionnées
pour équilibrer les sollicitations dues au dallage et celles dues aux efforts (moments) transmis par
les poteaux en cas du séisme.

Nous constatons donc, que l’utilisation d’un radier s’avère plus avantageuse qu’un système
dallage longrines. Ceci permet d’éviter les problèmes d’instabilité et d’éviter les problèmes liés à
l’exécution des longrines. Nous avons finalement opté pour une structure globale où les parois
sont encastrées dans le radier.

I.12.4. Dimensionnement des parois:

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


81
Mémoire de fin d’études

Il existe plusieurs méthodes pour calculer les parois du réservoir, telles que : la
méthode des tranches horizontales, qui consiste à découper le réservoir en tranches horizontales,
de 1 m de hauteur, et soumises à la pression moyenne P=ρgh . Nous aurons donc un cadre
fermé soumis à une pression uniforme p.

Figure 45. Méthode des tranches horizontales

Cependant, l’emploi de cette méthode convient aux réservoirs dont les dimensions en plan
sont faibles.

D’autre part, la hauteur H étant faible devant les dimensions en plan, le sens prépondérant est
le sens vertical. La paroi fonctionne alors comme une poutre encastrée à sa base et articulée.
Puisque la paroi est liée à la couverture du réservoir, on modélise cette liaison par une
articulation, de l’autre côté.

Cependant, il ne faut pas négliger le sens horizontal, ainsi que les effets de bord engendrés. En
effet, la jonction entre les parois adjacentes empêche toute rotation et tout déplacement. Il en
résulte des moments horizontaux dont il faut tenir compte dans le calcul des armatures.

I.12.4.1. Evaluation des sollicitations :

On considère la paroi comme une poutre verticale, encastrée à sa base, et articulée en haut,
comme le montre la figure ci-dessous :

Figure 46. Sollicitations d’un ml de la paroi

a) Cas de la poussée du sol :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


82
Mémoire de fin d’études

La poutre étudiée est donc de longueur l, de largeur unité et d’une hauteur variable de
c au niveau de l’encastrement à b au niveau de l’appui.

Elle est soumise à un chargement triangulaire P dû à la poussée du sol, et un chargement q dû


à la poussée des surcharges éventuelles, sur une partie de longueur a de la poutre.

Elle est soumise aussi à un effort normal N, représentant le poids propre, ainsi que celui de la
superstructure.

Ainsi, l’étude des parois du réservoir revient à déterminer les sollicitations d’une poutre
soumise à la flexion composée. On aura donc deux moments maximaux sur chaque tranche de la
paroi : Moment négatif, d’encastrement, et moment positif sur la travée.

Tout calcul fait, les valeurs des moments de calcul sont :

Moment d’appui (KN.m) Moment en travée (KN.m)


ELU -93,1 36,6
ELS -68,77 27,01

Tableau 22. Moments sur parois sous la poussée du sol

b) Cas de la poussée de l’eau :

Comme dans le cas de la poussée au sol, nous devons calculer les moments d’appui et en
travée des poutres d’1 ml de largeur.

Les résultats fournis par le calcul sont résumés dans le tableau suivant :

Moment d’appui (KN.m) Moment en travée (KN.m)


ELU -166,58 67,23
ELS -86,05 44,82

Tableau 23. Moments sur parois sous la poussée de l’eau

I.12.4.2. Résultats de calcul des armatures principales (cm²):

ELU ELS
Appui Travée Appui Travée
Sol 5.2 3.2 5.9 3.2
Eau 10.7 3.9 17.8 6.4

Tableau 24. Ferraillage des parois

I.13. Calcul des poteaux :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


83
Mémoire de fin d’études

Les règles B.A.E.L n’imposent aucune condition à l’état limite de service pour les
pièces soumises à la compression centrée. Par conséquent, le dimensionnement et la
détermination des armatures doivent se justifier uniquement vis à vis de l’état limite ultime.

Le calcul de la sollicitation normale s’obtient par l’application de la combinaison d’actions de


base suivante :

Nu= 1.35 G + 1.5 Q

Avec:

G: charge permanente y compris le poids propre du poteau,

Q: charge d’exploitation.

I.13.1. Vérification de la condition de non flambement :


I.13.1.1. Longueur de flambement :

La longueur de flambement lf est prise égale à :

 lf = 0.70 l0 : si le poteau est à ses extrémités :


 Soit encastré dans un massif de fondation ;
 Soit assemblé à des poutres de plancher ayant au moins la même raideur que lui et le
traversant de part en part.
 lf = l0 : dans tous les autres cas.

I.13.1.2. Elancement :

C’est le rapport λ de la longueur de flambement lf au rayon de giration i de la section droite


du béton seul.

λ = lf /i, où i= Racine (I/B)

Avec

B: aire de la section du béton seul.

I : moment d’inertie de B par rapport à l’axe perpendiculaire au plan de flexion et passant par le
centre de gravité de B.

 Pour une section rectangulaire b x h, λ = 3.46 * lf /h ou λ = 3.46 * lf /b ;


 Pour une section circulaire de diamètre D, λ = 4 * lf /D.

Cette méthode de calcul peut être utilisée dans le cas des poteaux d’élancement inférieurs à
100, et soumis à des moments de flexion faibles dont l’existence n’est pas prise en compte dans
la justification de la stabilité de l’ossature. En outre, l’imperfection géométrique des poteaux doit
être inférieure à la plus grande des valeurs 1 cm et l/500 (l : longueur du poteau en cm).

L’effort normal ultime Nu qui est susceptible d’équilibrer le poteau est donné par la relation :

Nu= α [Br * fc28 / (0,9 * γb) + A * fe / γb]

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


84
Mémoire de fin d’études

Si plus de la moitié des charges sont appliquées après 90 jours, alors :

 α = 0.85 / (1 + 0.2 * (λ /35)²) pour λ ≤ 50 ;


 α = 0.60 * (50 / λ) ² pour 50 <λ ≤ 60.

Si plus de la moitié des charges sont appliquées entre 28 j et 90 j, alors on divise les valeurs
de α par 1,10.

Br = (a – 2) * (b – 2) en cm

1 cm
Br a

b
1 cm

Figure 47. Section du poteau

I.13.2. Valeurs minimales des armatures :

La section des armatures longitudinales doit être au moins égale à :

 4 cm² par mètre de longueur de parement.


 0.2% de la section du béton.

I.13.3. Armatures transversales :

Les armatures transversales qui entourent les armatures longitudinales sont constitués par des
cadres, dont le diamètre Φ t est au moins égal à Φ l /3, avec Φ l diamètre maximal des armatures
longitudinales.

Leur espacement doit être au plus égal à la plus petite des trois quantités suivantes :

 15 Φl’ avec Φl’ : diamètre de la plus petite armature longitudinale.


 40 cm.
 La plus petite dimension de la section augmentée de 10 cm.

Lorsque les armatures longitudinales sont placées en dehors des angles de la section, ces
armatures doivent être reliées par des armatures transversales.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


85
Mémoire de fin d’études

Armatures transversales

Figure 48. Armatures transversales du poteau

I.13.4. Résultats de calcul :

Les poteaux du réservoir ne supportent pas beaucoup de charges, le calcul donne une section
minimale d’armature et de béton.

Ainsi, les poteaux sont de dimension 25x25, les armatures nécessaires sont 4T12 = 4.52 cm².

Pour les armatures transversales, on adopte des cadres T8, espacés de 12 cm =15*0,8cm.

I.14. Etude du fond du réservoir:

Le calcul d’un radier est quelque chose d’extrêmement complexe si on veut obtenir les
contraintes exactes. La solution exacte est mal connue puisqu’elle dépend théoriquement des
conditions de déformation du sol que l’on ignore la plupart du temps.

Il faut donc pratiquement recourir à des méthodes approchées respectant au mieux le


fonctionnement physique effectif du radier chargé.

I.14.1. Efforts exercés sur le sol :

Il faut considérer le poids total du réservoir plein, soit :

 Le poids propre de la couverture et des surcharges qui l’affectent ;


 Le poids propre des parois et des surcharges qui peuvent les intéresser (en dehors de
la couverture) ;
 Le poids propre du radier, du béton poreux, béton de propreté, et de la couche
d’asphalte ;
 Le poids du liquide emmagasiné ;
 Le poids des poteaux intérieurs.

I.14.1.1. Influence du poids du radier et du liquide emmagasiné :

Si on désigne par :

e : l’épaisseur du radier ;

epr : l’épaisseur du béton de propreté ;

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


86
Mémoire de fin d’études

ep : l’épaisseur du béton poreux ;

eas : l’épaisseur de l’asphalte.

Alors la contrainte induite en un point quelconque du sol (en Kg/m²) est :

σ =2500e+2200 ( ep+ epr )+ 1800 eas+1000 h

Pour: h = 5 m ; e= 20 cm ; epr = 10 cm ; ep= 20 cm ; eas = 10 cm

On a σ= 0.634 bar, qui est largement inférieure à la portance du sol σsol = 3 bar.

Sur la surface du radier, cette contrainte variera selon la hauteur d’eau, et l’épaisseur du
radier.

I.14.1.2. Influence des parois et de la couverture :

 Théorie du sol élastique (extraite du « Traité du béton armé » de Guérin:

Soit K le module de réaction du sol qui n’est autre que la contrainte correspondant à un
déplacement unitaire, la réaction de celui-ci est de la forme : r=−ky .

y : la déformation de la fibre moyenne au point considéré.

Si p est la charge appliquée par les parois par unité de longueur ; la charge résultante est :

q= p−r = p+ky

Les relations classiques de la RDM entre le chargement, les déformations et les moments
d² y M d ²M
fléchissant s’écrivent : = et =−q (x)
dx ² EI dx ²

d 4 y −q (x) −(p +ky )


Soit : = =
dx ² EI EI

d4 y
Ce qui donne : EI + ky+ P=0
dx ²
4
4 k d y P
En posant : β= , cette équation s’écrit : + 4 β 4 y+ =0
4 EI dx
2
EI

La solution générale de l’équation sans second membre s’écrit :


− βx − βx βx βx
y= A e cos ( βx )+ B e sin ( βx ) +C e cos ( βx ) +e sin ( βx )

−βx −βx
On pose : θ ( β x )=e cos ( βx ) , ζ ( β x )=e sin ( βx ) ,

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


87
Mémoire de fin d’études
βx +sin ⁡βx βx−sin ⁡βx
cos ¿ , et cos ¿
−βx − βx
φ ( β x )=e ¿ Ψ ( β x )=e ¿

Dans notre cas, les constantes C et D sont nulles (fonctions paires).

La solution générale s’écrit : y= Aθ+ B ζ ce qui conduit à

dy
=β(−Aφ+BΨ )
dx

d2 y k
M =EI 2
= 2 ( Aζ −Bθ)
dx 2β

d3 y k
T =EI 3
= 2 (AΨ + Bφ)
d x 2β

On a sous l’incidence du moment d’encastrement Me, les conditions aux limites suivantes :

d² y
Pour x=l−ε EI =M = Me
dx ²

d3 y
EI =T =0
d x3

En posant : βl=u , les valeurs particulières de y au milieu du réservoir sont :

4 M 0 β 2 chu sinu−shu cosu


y 0= .
k sh 2u+ sin2 u

shu cosu +chu sinu


M 0=Me ².
sh 2 u+sin 2u

T 0=0

Avec Me : le moment d’encastrement de la paroi.

Figure 49. Coupe sur radier

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


88
Mémoire de fin d’études

Dans notre cas, on prend comme valeur du moment Me= 50,87 KN.m/m.

u=βl=

4 k
4 EI
.l

β=1.14 m
−1
et u = 20 m

Ce qui donne

M0=7,15 10-6 KN.m/m

 Commentaire :
 Cette théorie nécessite la connaissance de k, dont la valeur exacte est difficile à
déterminer en pratique.
 Elle fournit des valeurs très faibles des moments pour les grands réservoirs (comme
dans notre cas). Elle est donc valable uniquement pour les petits réservoirs.

I.14.2. Poinçonnement du radier sous les poteaux :


I.14.2.1. Vérification du non poinçonnement d’une plaque :

La vérification du non poinçonnement d’un radier se fait de la même façon que celle des
dalles. Dans ce cas le radier est considéré comme une dalle appuyée sur les poteaux et les voiles
du réservoir.
Pour une charge localisée éloignée des bords de la dalle, on admet qu'aucune armature d'effort
tranchant n'est requise, si la condition suivante est satisfaite :
f
Qu≤ 0.045 uc h cj
γb
Où :
 Qu : la charge de calcul vis-à-vis de l'état limite ultime ;
 h : l'épaisseur totale de la dalle ;
 uc : le périmètre du contour définit par
 Pour un poteau de dimensions u*v :
uc = (u+v+2.h).2
 Pour un voile d’épaisseur e :
uc = (e + 2.h + 1).2
Une autre solution consiste à augmenter l’épaisseur au niveau du poinçonnement et éviter les
armatures des efforts tranchants dans le cas de non vérification de cette condition.

Dans notre cas, les surépaisseurs à adopter sous les poteaux et les chicanes sont données dans
le tableau suivant :

Elément de la 0.045 * uc * h *
Qu (T) Uc (m) h (m)
structure fcj/ γ b
Poteau 27,6 2 0,25 37,5
chicane 2,85 3,2 0,2 48

Tableau 25. Epaisseur du radier sous les éléments de la structure

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


89
Mémoire de fin d’études

Nous remarquons ainsi que dans le cas des chicanes, qui ne supportent que leur poids propre,
nous n’avons pas besoin d’augmenter l’épaisseur du radier.

I.14.2.2. Hauteur d’une semelle isolée fictive :

Les sur-épaisseurs au droit des poteaux en béton armé sont pré dimensionnées selon leur
résistance au poinçonnement. Les sur-profondeurs permettent d’augmenter localement la
résistance du radier sans pour autant entraîner une trop grande surconsommation de béton.

Pour trouver cette surépaisseur, nous allons faire un calcul de semelle isolée sous le poteau.

Appelons :

 P : charge à transmettre au sol (issue de la descente de charge).


 σsol : contrainte à envisager pour le sol de fondation.
 a et b : Les dimensions du poteau (a ≤ b).
 A et B : Les dimensions de la semelle à sa base.

Nous devons avoir A * B * σsol ≥ P

Les côtés de la section du poteau et les dimensions de la semelle à base rectangulaire doivent
être aussi homothétiques que possible :

a A a
= → A= . B
b B b

La surface portante est :


a
S= A∗B= . B ²
b

On obtient les côtés de la semelle :

√( √(
Nu Nu
Bmin=
σsol
a
∗b
) Et =
Amin=
σsol
b
∗a
)

Figure 50. Semelle isolée sous un poteau I

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


90
Mémoire de fin d’études

Il faut aussi vérifier la condition requise:

A-a ≥ db et da ≥ (B – b)/4

Figure 51. Semelle isolée sous un poteau II

où db et da sont respectivement les hauteurs utiles parallèles aux directions B et A.

de da et db, on peut obtenir la hauteur de la semelle du poteau.

Dans notre cas, nous avons des poteaux de 25x25cm, ce qui donne des dimensions de la
semelle de 1mx1m. Le calcul donne une hauteur de 25 cm.

 La hauteur du radier dans la section courante est de 20 cm. La sur épaisseur qu’on doit
rajouter sous les poteaux est de 5cm. Cette valeur résulte des deux méthodes de calcul ci
dessus.

I.15. Calcul des poutres :

Les panneaux de la dalle de couverture reposent sur leurs quatre côtés, les charges appliquées
se transmettent donc sur chaque côté de la manière suivante :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


91
Mémoire de fin d’études
Figure 52. Répartition des charges de la dalle sur les poutres

On a constaté que la ruine de la dalle (à l’ELU) est accompagnée de fissures (lignes de


rupture), ces lignes sont constituées par des diagonales à 45° partant des angles et se raccordant
sur l’axe.

Les lignes de rupture permettent de comprendre comment les charges agissant sur la dalle se
distribuent sur les poutres latérales.

Chaque poutre supporte les charges qui agissent directement sur elle, ainsi que celles qui lui
sont transmises par les éléments qu’elles supportent.

Pour le calcul pratique, les charges triangulaires et trapézoïdales sont remplacées par des
charges uniformes équivalentes par unité de longueur :

 Pv : produisant le même effort tranchant sur appui de la poutre de référence, que la


charge apportée par la dalle.
 Pm : produisant le même moment fléchissant à mi-travée de la poutre de référence, que la
charge apportée par la dalle.

Figure 53. Schéma des charges équivalentes de calcul

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


92
Mémoire de fin d’études

Tableau 26. Charges équivalentes de la dalle sur les poutres

Pour deux panneaux de part et d’autre de la poutre, ces charges se cumulent.

Les poutres à calculer sont parallèles aux deux sens, nous allons dans ce qui suit, présenter la
méthode de calcul des poutres parallèles au sens de la grande dimension. Elles sont constituées
de 8 travées de portée entre nus 3.85 m chacune, sauf pour la travée de rive dont la portée est de
1.05 m.

Le pré dimensionnement de ces poutres donne une hauteur h= 45 cm, et une largeur b = 25
cm. Pour la travée de rive, la hauteur adoptée est de 25 cm.

Figure 54. Poutre type B

I.15.1. Méthodes de calcul des moments sur poutres continues:

Les poutres étudiées sont des poutres continues sur plusieurs appuis donc hyperstatique. La
première méthode qui se présente afin de déterminer les inconnues hyperstatiques, et donc les
sollicitations, est la méthode des 3 moments (Formule de Clapeyron). Cependant, l’emploi de
cette méthode, bien qu’autorisé en BAEL, est discutable car la détermination des inconnues
hyperstatiques se fait en supposant le matériau homogène. Or suivant le BAEL, le calcul des
sections se fait en matériau hétérogène. De plus, les conditions d’exécution par phase qui
conduisent à réaliser certaines travées avant d’autres, font que les caractéristiques du béton sont
différentes.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


93
Mémoire de fin d’études

Des méthodes simplifiées validées par l’expérience sont généralement employées :

 La méthode de Caquot ;
 La méthode forfaitaire.

I.15.1.1. Domaine d’application de la méthode forfaitaire :

La méthode ne s'applique qu'à des éléments fléchis (poutres ou dalles calculées en flexion
dans un seul sens) remplissant les conditions suivantes :

 Les charges d'exploitation sont modérées, et sont au plus égale à deux fois la charge
permanente ou 5 000 N/m2),
 Les moments d'inertie des sections transversales sont les mêmes dans les différentes
travées en continuité ;
 Les portées successives sont dans un rapport compris entre 0,8 et 1,25 ;
 La fissuration est préjudiciable, et ne compromet pas la tenue du béton armé ni celle
de ses revêtements.

Dans les cas où l'une de ces trois conditions complémentaires n'est pas satisfaite, on peut
appliquer la méthode de calcul des planchers à charge d'exploitation relativement élevée, mais il
est alors admissible d'atténuer les moments sur appuis dus aux seules charges permanentes par
application aux valeurs trouvées d'un coefficient compris entre 1 et 2/3 ; les valeurs des moments
en travée sont majorées en conséquence.

I.15.1.2. Domaine d’application de la méthode de Caquot :

La méthode s'applique essentiellement aux planchers des « constructions industrielles », tels


qu'ils sont définis (charge d'exploitation supérieure à deux fois la charge permanente ou 5 000
N/m2).

Elle peut également s'appliquer à des planchers à charge d'exploitation modérée, notamment
lorsque l'une des conditions complémentaires du domaine d'application de la méthode forfaitaire
n'est pas remplie. Il est alors loisible d'apporter aux valeurs des moments sur appuis dus aux
charges permanentes les réductions indiquées précédemment.

I.15.1.3. Choix de la méthode appropriée :

Dans le cas du réservoir, la fissuration est considérée très préjudiciable, donc, on ne peut pas
appliquer la méthode forfaitaire, pour le calcul des moments.

Par ailleurs, le fascicule 74 exige que pour les ouvrages contenant des liquides, les calculs
sont conduits en respectant le comportement élastique et linéaire de la structure. Cela signifie
que le recours à la méthode Caquot est licite, à l´exclusion du recours à des distributions
forfaitaires des sollicitations, en particulier pour les moments sur appuis et en travée.

Cela nous amène à appliquer la méthode de Caquot modifié, pour calculer les moments sur
travées et sur les appuis.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


94
Mémoire de fin d’études

I.15.2. Principe de la méthode de Caquot modifié :

La méthode est une méthode de continuité simplifiée due à Albert Caquot. Elle apporte à la
méthode de continuité théorique des corrections pour tenir compte :

 De la variation du moment d'inertie des sections transversales le long de la ligne


moyenne de la poutre par suite de la variation de la largeur efficace de la dalle
supérieure qui a pour effet de réduire dans une certaine mesure les moments sur
appuis et corrélativement d'accroître les moments en travée par rapport à la continuité
théorique ;
 De l'amortissement des effets des chargements des travées successives, amortissement
qui est plus important que le prévoit la continuité théorique, ce qui permet de limiter
le nombre des travées recevant les charges d'exploitation.

La méthode de Caquot part du postulat que les moments sur appuis sont provoqués par les
charges se trouvant sur les travées adjacentes à l’appui considéré.

Elle a été initialement établie pour les poutres non solidaires aux poteaux et a été étendue au
calcul des poutres solidaires aux poteaux. Elle peut être appliquée en tenant compte ou non de
cette solidarité.

 Courbes enveloppes :

Les courbes enveloppes des sollicitations de calcul s'obtiennent, dans le cas général, en
envisageant les divers cas de charge pour les diverses combinaisons d'actions. Dans le cas
d'éléments de planchers uniquement sollicités par des charges permanentes (G) et par des
charges d'exploitation (QB).
 A l’ELU :

combinaisons Travées chargées Travées déchargées


1 1.35G+1.5 QB 1.35G
2 G+1.5QB G

Tableau 27. Combinaisons d’actions à l’ELU méthode de Caquot

En général, la combinaison (2) n'est pas déterminante.

 A l’ELS :

combinaisons Travées chargées Travées déchargées


1 G+QB G

Tableau 28. Combinaisons d’actions à l’ELS méthode de Caquot

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


95
Mémoire de fin d’études

I.15.2.1. Evaluation des moments par la méthode de Caquot :

On note:

Pu1= (2/3)*1.35*G (travée déchargée) ELU

Pu2= Pu1+(1.5)*Q (travée chargée)

Ps1= (2/3)*G (travée déchargée) ELS

Ps2= Ps1+Q (travée chargée)

Le coefficient (2/3) atténue les moments sur appuis dus aux seules charges permanentes. Les
valeurs des moments en travées sont majorées en conséquence de (3/2).

I.15.2.2. Evaluation des moments sur appuis :


 A l’ELU :

Les moments aux nus des appuis, considérés comme sections à vérifier, sont calculés en ne
tenant compte que des charges des travées voisines de gauche (w) et de droite (e).

Soit Iw : le moment d’inertie de la travée de gauche.

Ie : le moment d’inertie de la travée de droite.

β : le rapport:

¿ ' Iw
β= .
lw ' Ie

Avec l’=l s’il s’agit d’une la travée est de rive.

l’= 0.8l s’il s’agit d’une travée intermédiaire.

Une charge uniformément répartie (pw et pe) par unité de longueur donne un moment d’appui
égal en valeur absolue à :

MA = (pw * lw’²+ β * pe * le’²)/8.5*(1+ β)

On considère les notations suivantes :

MA12 = Moment sur appui intermédiaire dans


le cas où la travée de gauche est déchargée, et la
travée de droite est chargée

MA21=Moment sur appui intermédiaire dans le cas où la travée de droite est déchargée, et la
travée de gauche est chargée.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


96
Mémoire de fin d’études

MA22 = Moment sur appui dans le


cas où les deux travées sont chargées.

Figure 55. Moments sur appui

On a donc :

MA22 = (Pu2 * lw’²+ β * Pu2 * le’²)/8.5*(1+ β)

MA12 = (Pu1 * lw’²+ β * Pu2 * le’²)/8.5*(1+ β)

MA21 = (Pu2 * lw’²+ β * Pu1 * le’²)/8.5*(1+ β)

Le calcul donne les résultats suivants :

Moments sur appuis


Appui
Ma12 (T.m) Ma21 (T.m) Ma22 (T.m)
1 1,061 0,919 1,072
2 2,761 2,761 2,990
3 2,761 2,761 2,990
4 2,761 2,761 2,990
5 2,761 2,761 2,990
6 2,761 2,761 2,990
7 3,721 3,527 3,924

Tableau 29. Moments sur appuis à l’ELU des poutres type B

I.15.2.3. Evaluation des moments en travées :

Pour avoir le moment maximal dans une travée, il faut considérer le cas où cette travée est
chargée au maximum et les 2 travées encadrant la travée considérée déchargées, soit :

Figure 56. Moment max en travée

Mtmax, i = M02,i – (0.5*(MA, i-112 + MA, i21))

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


97
Mémoire de fin d’études

Figure 57. Moment min en travée

Mtmin, i = M01, i – (0.5*(MA, i-121 + MA, i12))

M01, i : la valeur maximale du


moment fléchissant dans la travée
i déchargée.

M02, i : la valeur maximale du moment fléchissant dans


la travée i chargée.

Figure 58. Moment de référence en travée

M01, i = Pu1’* li²/8

M02, i = Pu2’* li²/8

Pu1’= 1.35 * G (travée déchargée)

Pu2’= Pu1’+(1.5 * Q) (travée chargée)

Il faut vérifier qu’on a bien Mtmin ≥0, sinon, il y a risque de soulèvement de la travée
considérée, et par suite il faut considérer une armature supérieure pour équilibrer le moment
Mtmin.

Le calcul nous fournit les résultats suivants :

Moments en travées(T.m)
Travée
Mtmax Mtmin
1 -0,223 -0,300
2 5,154 4,466
3 4,304 3,545
4 4,304 3,545
5 4,304 3,545
6 4,304 3,545
7 3,921 3,065
8 5,503 4,825

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


98
Mémoire de fin d’études
Tableau 30. Moments en travées à l’ELU des poutres Type B
 A l’ELS :

Le calcul est conduit de la même façon que l’ELU, en utilisant les combinaisons relatives à
l’ELS. Les résultats obtenus sont présentés dans les tableaux suivants :

Moments sur appuis


Appui
Ma12 (T.m) Ma21 (T.m) Ma22 (T.m)
1 0,775 0,680 0,782
2 2,028 2,028 2,181
3 2,028 2,028 2,181
4 2,028 2,028 2,181
5 2,028 2,028 2,181
6 2,028 2,028 2,181
7 2,727 2,598 2,862

Tableau 31. Moments sur appuis à l’ELS des poutres type B

Moments en travées(T.m)
Travée
Mtmax Mtmin
1 -0,166 -0,218
2 3,776 3,317
3 3,149 2,643
4 3,149 2,643
5 3,149 2,643
6 3,149 2,643
7 2,864 2,294
8 4,032 3,580

Tableau 32. Moments en travées à l’ELS des poutres type B

On remarque qu’on a un risque de soulèvement de la 1ère travée, il faut donc disposer des
armatures supérieures.

I.15.3. Evaluation de l’effort normal sur les poutres :

Il faut considérer aussi l’effet des parois, qui engendre un effort normal (traction ou
compression), sur les poutres. Cet effort normal, n’est autre que la réaction d’appui, qui résulte
des charges appliquées sur les parois (poussée de l’eau dans le cas du réservoir plein, et poussée
du sol dans le cas du réservoir vide).

 En cas de présence de la poussée de l’eau uniquement, nous aurons un effort de traction


dans les poutres égal à 34.72 KN ;
 En cas de présence de la poussée du sol uniquement, nous aurons un effort de
compression dans les poutres égal à 22.36 KN.

I.15.4. Justification des sections:

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


99
Mémoire de fin d’études

Les poutres sont soumises à la flexion composée, le calcul est effectué suivant les
règles du BAEL 91 Mod 99.

Le logiciel Expert nous fournit les résultats de calcul des armatures, que ça soit en appliquant
le fascicule 74 ou non. Les résultats sont assemblés dans le tableau suivant :

I.15.4.1. Réservoir plein non soumis à la poussée du sol:

La poussée de l’eau est égale à -34.72 KN

 Sections en travée :

ELS (F74) ELU


Ainf (cm²) Asup (cm²) Ainf (cm²) Asup (cm²)
1 0.3 1.5 0.2 0.9
2 5.8 - 3.4 -
3 4.9 - 2.9 -
4 4.9 - 2.9 -
5 4.9 - 2.9 -
6 4.9 - 2.9 -
7 4.5 - 2.7 -
8 6.2 - 3.6 -

Tableau 33. Ferraillage des travées des poutres type B sous l’action de l’eau

At : Acier tendu

Ac : Acier comprimé

 Section d’appui :

ELS (F74) ELU
Asup (cm²) Ainf (cm²) Asup (cm²) Ainf (cm²)
0 0.9 0.9 0.9 0.6
1 2.1 ­ 1.3 ­
2 4.4 ­ 2.5 ­
3 4.4 ­ 2.5 ­
4 4.4 ­ 2.5 ­
5 4.4 ­ 2.5 ­
6 4.4 ­ 2.5 ­
7 5.5 ­ 3.1 ­
8 2.1 ­ 1.3 ­

Tableau 34. Ferraillage d’appuis des poutres type B sous l’action de l’eau

I.15.4.2. Réservoir vide soumis à la poussée du sol:

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


100
Mémoire de fin d’études

La poussée du sol est égale à 22.36 KN

 Section des travées :

ELS (F74) ELU


Ainf (cm²) Asup (cm²) Ainf (cm²) Asup(cm²)
1 - 0.6 - 0.6
2 4.9 - 2.7 -
3 4 - 2.2 -
4 4 - 2.2 -
5 4 - 2.2 -
6 4 - 2.2 -
7 3.6 - 2
8 5.2 - 2.9

Tableau 35. Ferraillage des travées des poutres type B sous l’action du sol

 Sections d’appui :

ELS (F74) ELU
Ainf (cm²) Asup (cm²) Ainf (cm²) Asup (cm²)
0 ­ 1.1 ­ 1.1
1 ­ 1.1 ­ 1.1
2 ­ 2.5 ­ 1.3
3 ­ 2.5 ­ 1.3
4 ­ 2.5 ­ 1.3
5 ­ 2.5 ­ 1.3
6 ­ 2.5 ­ 1.3
7 ­ 3.5 ­ 1.9
8 ­ 1.1 ­ 1.1

Tableau 36. Ferraillage d’appuis des poutres type B sous l’action du sol

Pour les appuis extrêmes, A0 et A8, on dispose des armatures qui reprennent au moins 15%,
du moment de référence de la travée associée.

I.15.5. Calcul de l’effort tranchant au niveau des appuis:

Les efforts tranchants d’appui sont calculés par la méthode générale applicable aux poutres
continues, en faisant état des moments de continuité.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


101
Mémoire de fin d’études

Figure 59. Effort tranchant dans la poutre

MA 1−MA 2
T =T 0+
l

Où :

T0 : Effort tranchant dans la travée de comparaison ;

MA1 : Moment sur appui dans la section où on calcule l’effort tranchant ;

MA2 : Moment sur l’appui situé à l’autre extrémité de la section où on calcule l’effort tranchant ;

l : Portée libre de la travée considérée.

I.15.6. Justification des sections vis-à-vis de l’effort tranchant :

Les poutres soumises à des efforts tranchants sont justifiées vis-à-vis de l’ELU.

La justification d’une section concerne les armatures transversales d’âme et la contrainte du


béton.

La justification de l’âme d’une poutre est conduite à partir de la contrainte tangente


Vu
conventionnelle prise égale à : τu=
b0 d

Avec Vu : la valeur de calcul de l’effort tranchant déterminé à partir de la combinaison de


calcul à l’ELU.

b0 : la largeur de l’âme de la poutre.

d : la hauteur utile de la pièce.

La valeur de τu , lorsque la fissuration est très préjudiciable, doit être inférieure à la contrainte
tangente ultime qui est égale à :

̅τu =Min (0.15fc28 /γb; 4 MPa)

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


102
Mémoire de fin d’études

Les efforts tranchants et les contraintes tangentes trouvées sont :

Appui Effort tranchant (MN) τu(MN)


0 0,005490545 0,104581803
1 0,052405468 0,51127286
2 0,057385164 0,559855262
3 0,057385164 0,559855262
4 0,057385164 0,559855262
5 0,057385164 0,559855262
6 0,054958544 0,536180919
7 0,067576969 0,659287505
8 0,004713433 0,045984708

Tableau 37. Effort tranchant sur les poutres type B

Ces valeurs sont largement inférieures à τu = 2.5 MPa

La section At d’armature d’âme est donnée par la relation :

At γs(τu−0.3 ftj k )

b 0 x st 0.9 fe( cosα+ sinα )

Sachant qu’une section minimale d’armatures d’âme doit être respectée :

At x fe τu
≥ max ⁡( ; 0.4 MPa)
b 0 x st x sinα 2

b0 : largeur de la poutre.

st : l’espacement de deux cours successifs.

α: l’angle d’inclinaison des armatures avec l’axe de la poutre.

k= 0 en cas de reprise de bétonnage ou lorsque la fissuration est très préjudiciable.

Le diamètre Φt et l’espacement st des cours successifs des armatures transversales doivent


vérifier :

Φt ≤ min (b/35 ; Φl ; b0 /10)

st ≤ min (0.9 d ; 40 cm)

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


103
Mémoire de fin d’études

On utilise des cadres et des étriers de diamètre 8 mm. Les espacements retenus sont :

Appui st retenu (cm)


0 18,9
1 36,9
2 36,9
3 36,9
4 36,9
5 36,9
6 36,9
7 36,9
8 36,9

Tableau 38. Espacement des armatures transversales des poutres type B

I.16. Calcul des dalles:

Les dalles que nous avons à calculer sont des dalles pleines continues portant dans les deux
directions.

Ces dalles sont soumises à des charges uniformément réparties dues à leurs poids propres,
l’étanchéité et isolation thermique, ainsi que les surcharges.

On note :

 lx et ly les portées d'un «panneau» de dalle sont mesurées entre les nus des appuis,
Avec lx < ly ;

Figure 60. Dalle sur 4 appuis

lx
 Rapport du petit côté au grand côté : ρ= ;
ly
 q : Charge uniformément répartie par unité de surface ;
 h0 : épaisseur de la dalle ;
 Moment au centre du panneau pour une bande de dalle de largeur unité :
 Mx, dans la direction Lx ;
 My, dans la direction Ly.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


104
Mémoire de fin d’études

I.16.1. Dalle appuyée sur ses contours :

lx
Si =ρ<0.4 . Dans ce cas, les moments dans le sens de la plus petite portée sont faibles,
ly
on peut on peut les négliger et admettre dans le cas d’une charge répartie que la dalle ne porte
que dans une seule direction, Celle de la plus petite portée.

On calcule donc le moment maximum Mx et l’effort tranchant Tx, comme s’il s’agit d’une
poutre de largeur unité et de portée lx.

lx
Si 0.4 ≤ =ρ≤ 1 . Dans ce cas, il faut tenir compte du fait que la dalle porte dans les deux
ly
directions et calculer les moments Mx et My qui agissent par bande de largeur unité dans les
deux directions Lx et Ly au centre du panneau.

La dalle du réservoir est constituée par des panneaux de 4x4.1m chacune, donc 4/4.1= 0.976,
qui est supérieure à 0.4, et donc on va considérer que les dalles portent dans les deux directions.

Les moments fléchissants développés au centre du panneau ont pour expression :

 Dans le sens de la petite portée Lx


Mx=μx q Lx ²
 Dans le sens de la grande portée Ly :
My=μy Mx

lx
Les valeurs des coefficients μx et μy sont données en fonction du rapport ρ= .
ly

Selon le Fascicule 74, dans le cas des dalles calculées en négligeant les rotations des appuis
(hypothèse de l´encastrement parfait), les résultats obtenus sont admis sous réserve de majorer
les moments en travée de 25 %.

Les armatures sont déterminées à partir des moments isostatiques au centre de la dalle Mx et
My, correspondant respectivement aux sens x et y et évalués pour des bandes de 1 m de largeur.

Figure 61. Moments au centre de la dalle

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


105
Mémoire de fin d’études

I.16.2. Calcul des dalles continues à plusieurs appuis :

Ces dalles sont calculées à la flexion sur la base des efforts qui s'y développeraient si elles
étaient articulées sur leur contour (BAEL A.8.2, 32).

Les moments de flexion maximaux Mx calculés dans l’hypothèse de l’articulation peuvent


être réduits de 15 à 25 % selon les conditions d'encastrement, ce qui conduit à un moment en
travée :

Mt = 0.85 Mx à 0.75 Mx.

Sauf pour les appuis de rive, les moments d'encastrement sur les grands côtés sont alors
évalués respectivement à 0,40 Mx et 0,50 Mx.

Lorsqu’il s’agit de la portée principale, si on désigne par M 0 le moment maximal calculé dans
l’hypothèse de l’articulation, par Mw et Me, les valeurs absolues prises en compte pour les
moments sur appuis (de gauche et de droite), et par Mt le moment maximal considéré en travée,
on doit vérifier l’inégalité :

( Mw + Me )
Mt+ ≥1.25 M 0
2

I.16.3. Résultats de calcul :


I.16.3.1. Cas du réservoir vide soumis à la poussée du sol :

Pour les armatures Ax et Ay, ainsi que sur les appuis, le calcul donne une section de 1.9 cm²,
pour l’état limite ultime et l’état limite de service.

I.16.3.2. Cas du réservoir plein, non soumis à la poussée du sol :

 Planchers de dimensions 4*4.1 :

Plancher courant 4 * 4,1


Travée Appui
Ax (cm²) Ay (cm²) Ax (cm²) Ay (cm²)
ELU 1,9 1,9 1,8 1,8
ELS 3 2,9 2,2 2,2

Tableau 39. Ferraillage d’un plancher courant

 Planchers d’extrémité :

Ces planchers ont des dimensions plus petites que celles du plancher courant, les sections
d’acier nécessaires sont :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


106
Mémoire de fin d’études

Plancher d’extrémité
Travée Appui
Ax (cm²/ml) Ay (cm²/ml) Ax (cm²/ml) Ay (cm²/ml)

EL Supérieures : 2,1 Supérieures : 2,1


1,9 1,9
U Inférieures : 0,2 Inférieures : 0,2
Supérieures :
Supérieures : 2,1 Supérieures : 2,1 Supérieures : 2,1
ELS 2,1
Inférieures : 0,2 Inférieures : 0,2 Inférieures : 0,2
Inférieures : 0,2

Tableau 40. Ferraillage d’un plancher d’extrémité

I.16.4. Vérification de l’effort tranchant :

L’effort tranchant est maximal au milieu du grand côté du panneau rectangulaire, on peut
utiliser pour le calculer l’expression approchée :

q
Ty=
Lx +2 Ly

Au milieu du petit côté, l’effort tranchant vaut :


q
Tx=
3 Ly

Ces armatures ne sont pas nécessaires si (BAEL A.5, 22) à la fois :

 La dalle est bétonnée sans reprise dans toute son épaisseur,


 la contrainte tangente τu maximale de dalle Vu vérifie :

0.07 fc 28
Vu=
γb

Cette dernière condition peut fixer l'épaisseur « h » de la dalle car il faut dans toute la mesure
du possible éviter les armatures d'effort tranchant.

Les efforts tranchants et les contraintes tangentes sont:

Effort tranchant (MN) Contrainte tangente (MPa)


0,00108123 0,00675768
0,00107244 0,00670274

Tableau 41. Effort tranchant sur la dalle

Ces valeurs sont largement inférieures à la contrainte tangente maximale qui est égale à 1.167
MPa. Les armatures de l’effort tranchant ne sont pas nécessaires.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


107
Mémoire de fin d’études

I.17. Effet de la température :

Il faut considérer les sollicitations dues aux déformations imposées par les variations de
température, ainsi que les sollicitations dues au gradient thermique qui apparaissent dans la
paroi, lorsque la température du liquide diffère de la température
extérieure.

I.17.1. Calcul du gradient thermique entre les deux


faces de la paroi :

On note :

Te : Température extérieure en degrés Celsius

Ti : Température du liquide en degrés Celsius

Δt = te - ti : Gradient thermique

λb = 1.75 W / m°C : Coefficient de conduction du béton

1/hi = 0.005 m²°C/W : Résistance surfacique de la paroi en


contact avec l’eau

1/he= 0.06 m²°C/W : Résistance surfacique de la paroi


extérieure

Figure 62. Gradient thermique

h0 : épaisseur de la paroi en mètres

1
Cu=
1 1 h0 : Coefficient de transmission utile
+ +
he hi λb

L’expression du gradient thermique est

( Te−Ti ) Cuh 0
Δt=
λb

I.17.2. Moment crée par le gradient thermique :

Le moment, par unité de hauteur et de largeur, créé par le gradient thermique est donné par la
α Δt E I
formule suivante : M =
h0

α = 10-5 : coefficient de dilatation thermique du béton ;

E : module de déformation à prendre en compte ;

I : moment d´inertie, par unité de hauteur ou de largeur de la paroi ;

h0 : épaisseur de la paroi.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


108
Mémoire de fin d’études

Concernant le choix des valeurs entrant dans le produit El, il y a lieu de distinguer les
cas suivants :

I.17.2.1. Cas de la compression simple ou de la flexion composée avec


compression, la totalité de la section étant comprimée :

E = Ev : Module de déformation différée du béton


1
( )
Ev=3700 fc 28 3 ( MPa)

h 03
I=
12

I.17.2.2. Cas de la flexion simple ou de la flexion composée, une partie de la


section étant comprimée :

E = Ev : module de déformation différée du béton


3
h0
I =max ⁡( i d3 ; )
24

Où d est la hauteur utile de la section et i un coefficient dépendant du pourcentage d´acier


A/bd, où A est la section d´aciers tendus sur la longueur b.

On peut adopter :

7A
 Pour A/bd < 0,01 : i=0.01+
bd
4A
 Pour A/bd > 0,01 i=0.04+
bd

I.17.2.3. Cas de la traction simple ou de la flexion composée avec traction, la


totalité de la section étant tendue avec présence d´une nappe d´acier sur
chaque face :

E = Es, module d´élasticité de l´acier

Es = 200 000 MPa

Is : moment d´inertie de la section constituée exclusivement par les deux nappes d´aciers.

En particulier, si les deux nappes d’aciers sont identiques et d’une section A chacune, pour la
longueur de paroi b :

Ah' 2
Is=
2b

Avec h´, distance entre les deux nappes,


3
Evh0
Il faut EsIs= dans le cas d´une paroi de réservoir de classe A ou B
16

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


109
Mémoire de fin d’études

Evh03
Et EsIs= dans le cas d´une paroi de réservoir de classe C.
24

I.17.3. Calcul :

Pour les parois, nous avons donc un gradient thermique Δt = 13.75°C, et un moment crée par
le gradient thermique égal à M= 7.74 KN .m/m.

Pour la dalle, nous avons donc un gradient thermique Δt = 12.75°C, et un moment crée par le
gradient thermique égal à M= 4.60 KN .m/m.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


110
Mémoire de fin d’études

VII. Calcul dynamique du reé servoir


I.18. Généralité :

Il est demandé que sous l’action d’un séisme, l’ouvrage dans son ensemble et tous ses
éléments structuraux et non structuraux soient protégés, d’une manière raisonnable, contre
l’apparition des dommages d’une part et contre la limitation de l’usage pour lequel la structure
est destiné d’autre part.

Pour simplifier le calcul des charges sismiques et uniformiser les exigences de


dimensionnement des structures, le Maroc a élaboré le règlement parasismique le RPS2000, qui
présente des approches d’analyse sismique ainsi que les dispositions à respecter pour qu’une
structure puisse résister face aux séismes. Cependant, ce règlement a été conçu surtout pour les
bâtiments et ne traite pas le cas des réservoirs. Ainsi, au Maroc, la méthode utilisée par les
bureaux d’études au Maroc, est celle de Houzner. Une autre méthode plus récente est présentée
dans l’Eurocode 8 qui traite d’une manière détaillée le calcul sismique des réservoirs de toute
forme.

Pour évaluer les sollicitations hydrodynamiques dans les parois de notre réservoir, nous avons
utilisé les deux méthodes citées ci-dessus. Le RPS nous a été utile dans le choix du coefficient
d’accélération, du coefficient de comportement, ainsi que les dispositions sismiques du
ferraillage.

En ce qui concerne l’étude de l’effet sismique du sol sur la structure, il a été approché par la
méthode de Mononobe Okabe présentée dans le RPS2000, et complété par le document de
DAVIDOVICI.

I.19. Le zonage sismique et le coefficient d’accélération :

Il s’agit de diviser le pays en plusieurs zones de sismicité homogène et présentant


approximativement le même niveau de risque sismique pour une probabilité d’apparition donnée.

La carte de zones sismiques adoptée par le RPS 2000 comporte actuellement trois zones
reliées à l’accélération horizontale maximale du sol, pour une probabilité d’apparition de 10% en
50 ans.

Le coefficient d’accélération A est le rapport entre l’accélération maximale Amax du sol et


l’accélération de la gravité g.

Zones A=Amax/g
Zone 1 0.01
Zone 2 0.08
Zone 3 0.16

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


111
Mémoire de fin d’études
Tableau 42. Coefficient d’accélération selon la zone

I.20. Parois soumis à la poussée du sol : Approche de Mononobe-Okabe :

Afin de mesurer l’impact des poussées dynamiques du sol sur les parois, sur toute la hauteur
enterrée de l’ouvrage :5.45m, nous avons étudié la stabilité de ces dernières dans le cas où elles
sont désolidarisées du radier. En effet, l’effort sismique engendre un incrément à la poussée du
sol qui peut nuire à la stabilité des parois. En ce qui concerne le cas où les parois sont encastrées
dans un radier, ce problème ne se pose pas.

I.20.1. Effet dynamique sur les ouvrages enterrés:

Le règlement parasismique présente des méthodes statiques simplifiées pour déterminer les
efforts agissant sur les parois de soutènement. L’utilisation de ces méthodes tient compte des
forces d’inertie résultantes de l’action dynamique du séisme par application de coefficients
sismiques uniformes à l’ouvrage et au massif de terre retenu y compris les charges qui lui sont
appliquées. Ces forces ont pour valeur:

 Dans le sens horizontal: FH =αH . Q ;


 Dans le sens vertical: FV =αV .Q .


αV : Coefficient sismique vertical (%de g)
αH : Coefficient sismique horizontal (%de g)

an
Avec : αV =0,3. αH et αH =K . τ .( )
g

Où :

an: accélération nominale.

τ : coefficient de correction topographique du site au droit du mur pris égal à 1.2

K= 1 dans le cas de poussée active et 1.2 dans le cas de poussée passive.

Q : poids des parties de l’infrastructure et du massif retenu y compris les charges d’exploitation
présentes sur ce dernier.

I.20.2. Méthode de Mononobe-Okabe pour la détermination de la pression


dynamique :

L’approche de Mononobe-Okabe est l’une des méthodes d’analyse des parois de


soutènement sous des sollicitations sismiques.

Il s’agit d’une analyse statique équivalente des pressions des terres qui s’exercent sur un écran
lors d’un séisme, par transposition des équilibres de Coulomb-Rankine existant à l’état statique à
ceux qui pourraient se développer en régime dynamique.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


112
Mémoire de fin d’études

La poussée dynamique active est donnée selon la méthode de Mononobe-Okabe par :

1
Pad= . γ . H 2 . ( 1∓ αV ) . Kad
2

Kad est le coefficient de poussée dynamique active donné par la relation :


−2

[ √ ]
2
cos ( φ−θ−α ) sin ( φ+ δ ) sin ( φ−β−θ )
Kad= 2
. 1+
cosθ cos α cos ( δ + α +θ ) cos ( α −β ) cos ( δ +α + θ )

Avec :

γ : Poids spécifique du sol humide non déjaugé ;

φ : Angle de frottement interne du terrain soutenu

H : Hauteur du mur

α : Fruit interne du mur

β : angle du terre plein avec l’horizontale

αH : Coefficient sismique horizontal.

αV : Coefficient sismique vertical.

δ : Angle de frottement terrain-écran du mur.

αH
θ=arctan ⁡( ) Est l’angle que fait avec la verticale, la résultante des forces massiques
1 ∓αV
appliquées au terrain situé derrière l’écran.

L’analyse faite par Mononobe-Okabe se réduit ainsi au cas statique, en prenant comme
nouveau poids volumique γa, au lieu de γ :

γa=( 1 ∓αV ) γ .

Et en faisant subir fictivement à l’ensemble mur sol une rotation θ telle que la verticale
coïncide avec la résultante des forces de masse appliquées au remblai.

La méthode de Mononobe-Okabe suppose que :

 La surface de rupture dans le remblai est plane ;


 Tous les points du remblai sont soumis au même instant à la même accélération,
ce qui correspond à un coin de poussée rigide ;
En régime dynamique, il convient de rester prudent dans l’évaluation de l’angle δ de
frottement terrain-mur, en tout cas de prendre des valeurs inférieures à celles prises en analyse
statique ; la pratique courante est de prendre δ = φ/3, voire φ = 0.

Dans notre cas : α=β= δ =0.

 Point d’application de l’effort de poussée :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


113
Mémoire de fin d’études

En statique, le point d’application de la résultante des efforts de poussée est


usuellement choisi au tiers inférieur du mur (z = H/3), ce qui correspond à un diagramme de
pression triangulaire.

SEED et WHITMAN suggèrent, après analyse des résultats d’essais sur modèles,
que l’incrément dynamique de la poussée active ΔPad dû au séisme s’applique à 0.6H à partir de
la base du mur (Zad = 0.6H).

Dans de nombreux cas, il suffira en fait d’admettre que la résultante globale Pad s’exerce à
mi-hauteur, ce qui correspond à une pression dynamique uniforme sur le mur.

Cette simplification peut cependant conduire à des écarts, lorsque l’angle de frottement
interne φ est extérieur à l’intervalle 30°-40°, et lorsque la valeur de l’accélération est extérieure à
l’intervalle 0.25 g - 0.30 g.

I.20.3. Méthode simplifiée de Seed :

Cette méthode empirique admet que la surface plane de rupture du sol s’étend jusqu’à une
distance x = 0.75H de la crête du mur, et que l’incrément de pression dynamique est égal à la
force d’inertie du coin de sol ainsi déterminé ; on peut donc en déduire :

1 3
ΔPad= γ H ² aH
2 4

Le point d’application de l’incrément ayant pour côte = 0.6H. La pression dynamique globale
a donc pour valeur :
1 3
Pad= γ H ²( Kas+ aH )
2 4
Avec aH : composante horizontale du séisme.

Cette méthode qui ne prend en compte que la composante horizontale du séisme, ne diffère
pas de plus de 5% des valeurs trouvées par la méthode de Mononobe Okabe pour des terrains
pulvérulents dont l’angle de frottement est voisin de 35°.

I.20.4. Pression dynamique sur les parois non déplaçables :

Dans l’application de la méthode de Mononobe-Okabe pour la détermination des pressions


dynamiques sur un écran, il a été admis implicitement que l’ouvrage est susceptible de se
déplacer de telle manière que le remblai atteigne un état limite de poussée. Cette condition étant
jugée généralement remplie dès que le déplacement excède le 1/1000e de la hauteur.

Lorsque le mur considéré est buté par des planchers, ce qui est le cas des murs
d’infrastructure, et des murs des réservoirs couverts semi-enterrés, la condition précédente n’est
plus remplie.

Pour la justification dynamique des ouvrages de ce type, il a été admis forfaitairement, et sans
que cela soit formellement étayé par des considérations mathématiques, de procéder à l’approche

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


114
Mémoire de fin d’études

générale de Mononobe-Okabe, en majorant le coefficient de poussée dynamique active


par la différence entre le coefficient de pression des terres au repos K0 et le coefficient de
poussée statique active Kas, tout en considérant que les ondes sismiques produisent une
surpression dynamique uniforme. La relation devient ainsi :

1 2
Pad= . γ . H . ( 1∓ α V ) . (Kad+ K 0− Kas)
2

1
Dans ces conditions, à la poussée statique Pas= . γ . H 2 . K 0 s’appliquant au tiers
2
inférieur, il conviendra de superposer l’incrément dynamique de poussée active défini par :

1
ΔPad= . γ . H 2 .[ ( 1∓ α V ) . ( Kad+ K 0−Kas )−K 0 ]
2

Figure 63. Poussée dynamique des terres sur les parois

I.20.5. Poussée dynamique due à une surcharge sur le sol :

Lorsque le terre plein supporte une surcharge uniforme d’intensité q, on fait l’hypothèse que
cette surcharge subit les mêmes effets que la masse du sol au cours du séisme, et reste liée à ce
dernier ; on peut donc appliquer le raisonnement précédent en faisant subir à l’ensemble sol-mur
la rotation θ ; la poussée dynamique active due aux surcharges devient:

H
Pad=q ( 1 ± αV ) Kad
cosβ
Il est admis que cette poussée s’exerce à mi-hauteur du mur.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


115
Mémoire de fin d’études

De la même manière que la poussée due au sol, dans le cas des murs nos déplaçables,
la valeur du coefficient de poussée active Kad est majorée par K0-Kas, l’expression de Pad
devient :

H
Pad=q ( 1 ± αV ) (Kad+ K 0−Kas)
cosβ

Dans notre cas, β=0 , ce qui donne la formule :


Pad( q)=q . H . (1 ∓ α V ) .( Kad + K 0−Kas)

Les coefficients de stabilité de la paroi sont dans le cas du calcul sismique limités aux valeurs
suivantes :

 Les vérifications aux états limites de glissement sous la fondation sont à effectuer avec un
coefficient de sécurité de 1,2 ;
 La vérification au renversement se fait à un coefficient de sécurité égal à 1 ;
 Le poinçonnement de la fondation est vérifié en prenant un coefficient de sécurité de 1,5.

I.20.6. Vérification de la stabilité au renversement :

Comme dans l’étude statique, la stabilité au renversement se vérifie en termes de moments,


puisqu’il s’agit d’une rotation de l’ouvrage, en considérant l’équilibre lorsque le mur se renverse
autour de son arrête extérieure A.
En considérant le moment par rapport à A, il faut vérifier :
'
Σ ( Momentsdes efforts retenant l ouvrage )/ A
FSr = ≥1
Σ( Moments des efforts faisant renverser l ' ouvrage)/ A

M ( W ) + M ( Wr ) + M ( ℘ ) + M (Q )+ ∑ M (Fvi )
Il vient donc : FSr= ≥1
M ( P )+ M ( PQ )+ M ( ∆ Pad)+ ∑ M ( Fhi)

Où les notations des forces sont les mêmes que celles utilisées dans l’étude statique, avec Fvi
et Fhi les forces d’inertie induites par l’étude dynamique et ΔPad l’incrément dynamique de
la poussée du sol, et en utilisant les coefficients de la combinaison accidentelle de l’état limite
ultime.

Les résultats du calcul du coefficient de la stabilité au renversement dans notre cas sont
résumés dans le tableau suivant :

Calcul avec + α V Calcul avec – α V


Combinaison avec Combinaison sans Combinaison avec Combinaison sans
surcharge surcharge surcharge surcharge
2.85 2.89 3.82 3.90

Tableau 43. Coefficients de stabilité au renversement des parois sous l’effet du sol en cas du séisme

La stabilité au renversement est donc largement vérifiée.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


116
Mémoire de fin d’études

I.20.7. Vérification de la stabilité au poinçonnement :

Comme dans le cas statique, il faut vérifier le poinçonnement en considérant la capacité


portante d’une semelle filante, sous une charge excentrée et inclinée. Généralement un niveau de
sécurité minimal de 1,5 est exigé : FSp≥ 1,5

Dans notre cas, le calcul effectué a donné les coefficients de sécurité résumés dans le tableau
suivant :

Calcul avec + α V Calcul avec – α V


Combinaison avec Combinaison sans Combinaison avec Combinaison sans
surcharge surcharge surcharge surcharge
4.17 4.22 4.97 4.95

Tableau 44. Coefficients de stabilité au poinçonnement des parois sous l’effet du sol en cas du séisme

I.20.8. Vérification de la stabilité au glissement :

On doit vérifier que FSg≥ 1,2

Calcul avec + α V Calcul avec – α V


Combinaison avec Combinaison sans Combinaison avec Combinaison sans
surcharge surcharge surcharge surcharge
1.29 1.31 1.61 1.63

Tableau 45. Coefficients de stabilité au glissement des parois sous l’effet du sol en cas du séisme

Il n’y a donc pas de problème de glissement.

 Les calculs ont montré que les poussées dynamiques n’affectent pas la stabilité des
parois. Nous concluons ainsi que même dans le cas des parois désolidarisées du radier, le
séisme n’est pas déterminant.

I.21. Modélisation de l’interaction sol-structure

La réponse de la structure reste soumise aux propriétés du sol. Dans le cas des ouvrages
courants et des méthodes de calcul simplifiées, on élimine l’ISS en considérant l’ouvrage
parfaitement encastré dans le sol. De manière générale, on peut négliger l’ISS pour des bâtiments
rigides construits sur des sols durs (roches ou sols de bonne résistance mécanique).
Dans le cas de sols mous ou moyennement mous, l’ISS intervient de façon significative.
Ces conséquences principales sont les suivantes :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


117
Mémoire de fin d’études

 augmentation de l’amortissement ;
 allongement de la période de vibration qui est souvent un point positif.
Pour modéliser l’ISS, on considère que le sol est homogène assimilable à un bloc et que les
ondes qui parviennent sur la structure sont des ondes de volume se propageant verticalement.
On utilise surtout deux méthodes :
 Modélisation du sol par des éléments finis
 Modélisation du sol par des ressorts
La deuxième méthode est la plus utilisée.
 Modélisation par un système de ressorts amortis :
On cherche à connaître les caractéristiques des ressorts. C’est une démarche qui comprend
plusieurs étapes :
1) on calcule de manière approchée les raideurs du sol ;
2) on calcule la fréquence de la structure avec ces raideurs ;
3) Une méthode dite de Deleuze permet d’accéder aux nouvelles raideurs ;
4) Ce processus fournit les valeurs des raideurs après 3 ou 4 itérations.
Dans notre cas, la modélisation de l’interaction sol structure n’est pas prise en compte parce
que le réservoir semi enterré est fondé sur un sol de type rocheux.

I.22. Hydrodynamique de l’eau :

Ce chapitre est dédié à l’étude des efforts hydrodynamiques. Nous avons fait les calculs en
se basant sur deux méthodes principales : La méthode de Houzner et la méthode extraite de
l’Eurocode8. Cette étude nous a menées au choix de la méthode appropriée.

I.22.1. Introduction :

L'étude hydrodynamique nous permet d’évaluer l’effet de l’eau sur les parois en cas de
séisme, et les efforts qui en résultent. En effet, lorsqu’un réservoir subit une accélération due au
séisme, on remarque la formation de vagues à la superficie du liquide. Ces vagues qui se
percutent sur la cavité du réservoir peuvent entrainer plusieurs dégâts :

a) Le soulèvement du fond du réservoir, du à la composante horizontale du séisme.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


118
Mémoire de fin d’études

Figure 64. La composante horizontale du séisme peut entraîner un soulèvement

b) Augmentation des pressions du fluide due à la composante verticale du séisme.

Figure 65. La composante verticale du séisme augmente la gravité, donc les pressions
du fluide

c) Le balancement du fluide engendre aussi des problèmes spécifiques, si la hauteur des


vagues dépasse le franc bord :
 Dégâts au toit du réservoir, couplé à des dégâts aux parois

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


119
Mémoire de fin d’études

Figure 66. Effet du balancement du fluide sur un toit flottant sur le fluide contenu

 Débordement du fluide, qui n’est pas toujours un problème anodin


(écoulement de liquide radioactif vers l’extérieur d’une installation
nucléaire, suite au débordement de la cuve du réacteur (Japon, 2007 et
2008).

C’est pour cette raison qu’une étude de l’effet de ces vagues demeure primordiale.

Figure 67. Dégâts du séisme sur le réservoir

I.22.2. Méthodes de calcul sismique pour les réservoirs (ITBTP):

Un calcul rigoureux du phénomène d’interaction dynamique entre le mouvement du liquide


contenu, la déformation des parois du réservoir et celle du sol de fondation, incluant le

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


120
Mémoire de fin d’études

soulèvement possible, représente un problème d’une complexité analytique considérable


exigeant des moyens de calcul avancés.

De nombreuses études ont été publiées proposant des procédés nouveaux plus ou moins
approximatifs, valables pour des situations particulières. Leur justesse dépendant du problème,
un choix approprié de la méthode exige du concepteur un bon niveau de connaissances
spécifiques.

Les anales de l’Institut Technique du Bâtiment et des Travaux Publics (ITBTP) proposent
plusieurs méthodes de l’évaluation de l’effet dynamique de l’eau, pour les réservoirs
rectangulaires, circulaires, et châteaux d’eau. Ces méthodes reposent généralement sur les
hypothèses suivantes :

 On considère la surface du fluide comme libre dans l’étude des réservoirs en zone
sismique : En effet, lorsqu’un réservoir couvert est entièrement plein, il n’y a
naturellement pas de mouvement relatif du fluide par rapport au réservoir à la suite
d’une excitation. Du point de vue dynamique, tout se passe comme si l’ensemble
fluide-réservoir constituait une masse unique. Par contre, dans des réservoirs
partiellement remplis (présence de la revanche), l’excitation met une partie du fluide
en mouvement, ce qui conduit à la formation de vagues en surface. En fait, Newmark a
démontré qu’il suffisait d’un défaut de remplissage de 2% de la hauteur pour que les
réservoirs fermés se comportent comme des réservoirs à surface libre, du point de vue
de la formation des vagues.

 La dissipation d’énergie due à la viscosité du fluide dans le réservoir est négligée.


 Le liquide dans le réservoir est considéré comme incompressible, Westergaard ayant
montré que l’erreur introduite dans le cas de liquides compressibles demeure
inférieure à 4% des pressions.

I.22.2.1. Modèles mécaniques :

Des modèles mécaniques simplifiés « équivalents » aux méthodes complexes par les résultats
qu’ils fournissent, ont été développés dans des études analytiques rendues possibles par des
hypothèses simplificatrices sur le réservoir ou en exploitant des résultats de calcul numériques.
Dans cette modélisation, on décompose l’action du liquide en deux types :

 Une action passive provoquant des efforts d’impulsion ;


 Une action active provoquant des efforts d’oscillation.

Les efforts d’impulsion proviennent de la réaction par inertie d’une partie de la masse de
fluide, dite masse passive. C’est une partie de liquide qui se déplace en même fréquence et phase
avec les parois du réservoir, et qui n'a pas de déplacement relatif par rapport au réservoir. On
obtient son système mécanique équivalent en considérant une masse Mi, liée au réservoir à une
hauteur hi telle qu’elle exerce sur les parois les mêmes efforts horizontaux que la masse d’eau
équivalente. Le schéma suivant montre la modélisation de la masse passive :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


121
Mémoire de fin d’études

Figure 68. Modélisation de la masse passive

Quant aux efforts d’oscillations, ils proviennent de ce qu’une autre partie de la masse du
fluide, dite masse active, se met en mouvement d’oscillation sous l’action du séisme. Cette
oscillation du fluide est, comme 1es vibrations des solides, caractérisée par des fréquences
propres liées à la géométrie du réservoir et par un amortissement. On limite généralement la
prise en compte des modes d'oscillation du fluide au 1er mode.

Son équivalent mécanique s’obtient en considérant n masses M on retenues par des ressorts de
raideurs Kn à des niveaux hon ou hon*, dont les oscillations horizontales exercent les mêmes
efforts vibratoires que la masse active du fluide.
Pour le calcul du moment de flexion, les seules actions prises en compte sont celles sur les
parois ; dans ce cas, les masses Mon sont appliquées à un niveau hon.

Figure 69. Equivalent mécanique des pressions d’oscillation : action sur les parois

Pour le calcul du moment de renversement, on prend en compte l’action des surpressions sur
le fond du réservoir ; dans ce cas, les masses Mon sont appliquées à un niveau hon*.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


122
Mémoire de fin d’études

Figure 70. Equivalent mécanique des pressions d’oscillation : actions sur les parois et
sur la base

Ainsi, le modèle que l’on retiendra pour l’ensemble des deux types d’actions sera celui de la
figure suivante :

Figure 71. Le Modèle à une masse passive Mi (impulsion) et deux masses actives Mo1
et Mo2 (oscillation)

I.22.2.2. Les différentes méthodes de calcul proposées:

On considère le réservoir rectangulaire suivant :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


123
Mémoire de fin d’études

Figure 72. Réservoir rectangulaire

Avec :
H : hauteur du réservoir
h : hauteur du liquide dans le réservoir
L : demi-longueur du réservoir
b : largeur du réservoir

Les réservoirs sont classés en deux catégories :


 Les réservoirs peu profonds dont le taux de remplissage est tel que h/L < 1.5 ;
 Les réservoirs peu profonds dont le taux de remplissage est tel que h/L > 1.5.

a) Méthode de Graham et Rodriguez :


Elle prend en compte seulement les actions d’impulsion, et ignore celles de l’oscillation. De
ce fait, cette méthode ne sera pas détaillée dans notre étude.

b) Méthode de Hunt et Priestley :

La méthode de calcul de Hunt et priestley, en tenant compte à la fois des phénomènes


d’impulsion et d’oscillation, conduit à une relation entre le champ de vitesse fonction du temps
et l’accélération du sol.
Ce calcul, qui a l’avantage d’être plus général, introduit néanmoins dans les résultats une
inconnue supplémentaire : L’accélération du sol a(t).
Cette méthode fait apparaître bien entendu des pressions d’oscillation tenant compte de
l’ensemble des modes de vibration du fluide.
Il est à noter qu’il y a une identité entre les surpressions d’impulsion données par les
méthodes de Graham et Rodriguez et Hunt et Priestley.

c) Méthode de Houzner :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


124
Mémoire de fin d’études

La méthode approchée de Houzner est une méthode approchée qui aboutit à des
expressions relativement simples par rapport à celles que donnent les autres méthodes de calcul.

Houzner sépare les deux phénomènes : impulsion et oscillation.


Les deux méthodes de Hunt et Priestley et de Houzner s’appliquent quel que soit le taux de
remplissage h/L du réservoir.
Ces méthodes donnent des résultats comparables dans le cas des réservoirs ayant un taux de
remplissage h/L <1.5. Par contre, pour les réservoirs ayant un taux de remplissage h/L >1.5, la
méthode de Houzner donne des résultats approchés à 10% près ; donc dans le cas des réservoirs
pour lesquels une meilleure précision est requise, on utilise de préférence la méthode de Hunt et
Priestly.

En général, dans le cas des réservoirs de grande capacité, la méthode utilisée est celle de
Houzner. Pour notre cas, nous avons une hauteur h = 5 m, et une demi-longueur L =35/2 = 17.5
m, donc h/L = 0.285 : valeur inférieure à 1.5
La méthode que nous allons appliquer est donc celle de Houzner.

I.22.2.3. Principe de la méthode de Houzner :

Comme nous avons mentionné auparavant, Houzner tient compte de la formation des vagues
et de leur effet sur les parois.

a) Actions d’impulsions :

Considérons un réservoir rectangulaire de longueur 2L, et de largeur unité, à base et parois


verticales soumis à une accélération maximale am tel que définit par la figure suivante :

Figure 73. Réservoir rectangulaire soumis à une accélération maximale am

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


125
Mémoire de fin d’études

On admettra que le mouvement qui s’ensuit a lieu uniquement dans le plan (x ; z) et


que la vitesse horizontale u est indépendante de z. Ceci revient à considérer que le fluide est
retenu entre les membranes, fictives, verticales, sans masse et distantes de dx au temps t=0.
L’équation qui donne la distribution de pression le long d’une paroi verticale est :

P=−ρ h ²
[ − ( )²
]
z 1 z d ú
h 2 h dX
Où :
X X
ch √ 3 ch √ 3
h h
ú=a( x=L ) =am
L L
ch √3 ch √ 3
h h
L’expression de P devient :
X
sh √3
[z 1 z
P=−ρ am h √ 3 − ( )²
h 2 h ] ch √ 3
h
L
h
Soit la résultante totale de ces pressions :
X
sh √ 3
h² h
Pi=−ρ am
√ 3 ch √3 L
h
Et sur la base (Z=h)
X
sh √ 3
Pb=−ρ am h √ 3 h
2 L
ch √ 3
h
Au niveau des parois verticales, la force totale est donc (X=L) :

h² L
Pi=−ρ am th √ 3
√3 h
Qui peut s’écrire :
L
th √ 3
h
Pi=−ρ amh L
L
√3
h
Si on appelle M la masse totale du fluide, la masse Mi liée rigidement au réservoir qui produirait
les mêmes efforts sur les parois se détermine par :
L
th √ 3
Mi= | |
2 P6 i
am
=
2
√3
L
ρh ² th √3 =M
h
√3
L
h

h
Disposée à une hauteur :
hi=h−ź

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


126
Mémoire de fin d’études
h

∫ z p dz
0 5
ź= h
= h
8
∫ p dz
0
3
Donc hi= h
8

b) Actions d’oscillation :

On démontre que les surpressions d’oscillation ont pour résultante :


1 3
Po= ρ L ωo ² фo sin ω o t
3
Où :
ω o : La pulsation fondamentale de vibration du fluide ;
ф o : L’angle maximal de vibration du fluide.

De même, l’équation donnant la résultante oscillatoire des pressions peut se mettre sous la
forme :
Po=M o g ф o sin ωo t

On considère que le mode fondamental des oscillations du fluide à la surface libre peut être
représenté par un équivalent mécanique composé d’une masse Mo et d’un ressort de constante de
rappel K1 oscillant.
La fréquence du mode fondamental de vibration du liquide est donnée par la relation
suivante :
ω
f o= o

Où : ω o ²=
√ √
5 g
2L
th
5h
2L

Pour déterminer l’angle maximal d’oscillation ф o de la surface libre on écrit :


Sa
ф o=
g

Où Sa est calculée à partir de la valeur de Sv donnée par le spectre suivant, en utilisant la


formule : Sa = ω o∗¿ Sv.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


127
Mémoire de fin d’études

Figure 74. Spectre de vitesse, séisme de El Centro (1940)

La force Po s’écrit d’une autre façon :

[
Po= ρ Sa h L 0.53
L
h
th
5
2 √ ]
h/ L sin ω o t

Ce qui suppose le spectre de réponse connu.


On peut déterminer la masse équivalente M o par :

M o=
2∗P o
Sa
L
=M 0.53 th
h
5
2 √
h/ L
Reliée par un ressort à une hauteur ho donnée par :

[ ]
1 1
ho =h 1− +

√ √
5h
2L
th
5
2
h /L
√ √ 5h
2L
5
sh h /L
2

Le moment exercé par les pressions sur les parois est :

[ ]
2 1 1
M 1= ρ h L3 ω o ² ф o sin ω o t 1− +
3 5h
2L
th
√ √
5
2
h/ L
5h
2L
sh
5
2√ √
h/ L

Par ailleurs, la hauteur maximale dmax atteinte par les oscillations de l’eau est :
0.527 L
dmax=
g h
(2
ωo ф o L )
−1 th(1.58 )
L

I.22.2.4. Résultats de calcul :

Nous allons présenter le calcul détaillé des parois de longueur 30 m, pour ce faire, nous allons
considérer un réservoir de dimension 1mx35 m, afin de déterminer les sollicitations par ml sur
les parois.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


128
Mémoire de fin d’études

Pour une hauteur d’eau de 5m, la masse totale d’eau du réservoir considéré est de
175 000 Kg ;
 Action d’impulsion :
Tout calcul fait, la masse Mi liée au réservoir à la hauteur hi = 1,875 m, est mi =28 867,2 Kg ;

Ce qui donne pour valeur de la résultante des pressions à la base : Pi= 11,327 KN/ml ;

Le moment de flexion impulsif est évalué à 21,239 KN.m/ ml.

 Action d’oscillation :
La masse d’oscillation est égale à : mo = 136 660,76 Kg ;

Le niveau où cette masse est considérée liée à la structure : ho = 2,54 m ;

La résultante des pressions à la hauteur ho vaut : Po = 18,80 KN ;

Ce qui donne pour moment à la base : Mo = 955,68 KN.m/ml.

I.22.2.5. Commentaire :

L’annale de l’ITBTP permet un autre issu pour calculer les sollicitations. En effet, nous avons
déterminé les sollicitations à partir des tableaux établis pour faciliter le calcul est nous avons
trouvé les résultats suivants :

Différence par
Valeurs calculées d’après
Données Valeurs données par le tableau rapport aux
les formules
formules
mi (Kg) 29258,17 2548,42 26709,75
hi (m) 14,53 1,875 12,66
mo (Kg) 136168,476 1366607,59 1230439,11
ho (m) 2,54249 2,54166 8,29.10-4
ho* (m) 26,77 - -

Tableau 46. Comparaison des résultats de la méthode de Houzner obtenues par les formules et par
les tableaux du calcul pratique

Nous pouvons remarquer que dans cette méthode de Houzner, il existe une non-conformité
entre les valeurs calculées par les formules et celles données par les tableaux.

I.22.3. Prescription de l’Eurocode 8 :

Nous allons dans ce qui suit, présenter la méthode de calcul hydrodynamique de l’Eurocode8,
ce qui nécessite l’utilisation de certains paramètres relatifs à ce règlement.

I.22.3.1. Importance de la construction :

La définition de l'accélération maximale "de calcul" ag résulte d'un processus statistique et


correspond à l'acceptation d'un certain niveau de risque. Il en découle que l'accélération

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


129
Mémoire de fin d’études

maximale de calcul ag devrait être plus grande pour les structures considérées comme
plus précieuses ou plus importantes à divers points de vue. Dans l'Eurocode 8, on définit une
accélération de référence agR correspondant à un niveau standard de risque accepté ; agR est
compris entre 0,05 g (0,5 m/s²) dans les zones très faiblement sismiques et 0,4 g (4 m/s²) dans les
zones très sismiques. L'accélération maximale de calcul ag est trouvée en multipliant ag R par γI,
"coefficient d'importance" de la structure considérée :

a g=γI . ag R
.
γI est égal à 1 pour les bâtiments courant et vaut jusqu'à 1,4 pour les structures dont l'intégrité
est vitale.

En cas de séisme, on donne au tableau suivant les valeurs de γI recommandées dans


l'Eurocode 8 pour différentes catégories d'importance de bâtiments :

Catégorie de bâtiment Bâtiment γI


Bâtiments d’importance mineure pour la sécurité des personnes, par
I exemple, bâtiments agricoles, etc
0.8
II Bâtiments courants n’appartenant pas aux autres catégories 1.0
Bâtiments dont la résistance aux séismes est importante compte tenu
III des conséquences d’un effondrement, par exemple : écoles, salles de 1.2
réunion, institutions culturelles, etc.
Bâtiments dont l’intégrité en cas de séisme est d’importance vitale
IV pour la protection civile, par exemple : hôpitaux, casernes de 1.4
pompiers, centrales électriques, etc.

Tableau 47. Catégories d’importance des bâtiments et valeurs recommandées de γI.

Nous estimons que le réservoir se situe entre la catégorie III et IV, et donc, nous avons choisi
comme coefficient d’importance γI = 1,3.

I.22.3.2. Séisme proche, séisme lointain :

Une accélération de pointe agR à un endroit donné peut être engendrée par différents types de
séisme : un fort séisme dont l'épicentre est éloigné ou un séisme plus faible dont l'épicentre est
proche.

Le séisme réel affectant une zone est fonction de la géologie, proche et lointaine. Mais les
spectres de réponse correspondant aux deux types de séisme mentionnés sont différents, parce
que des ondes propagées de loin ou de près produisent des effets différents. Dans l'Eurocode 8,
cette possibilité est considérée et des formes de spectres de types l et 2 sont définies.

Le type 1 correspond à des séismes lointains de magnitude suffisante (MS ≥ 5,5) pour
engendrer au site de construction des accélérations significatives dont la contribution est
prépondérante dans le risque sismique.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


130
Mémoire de fin d’études

Le type 2 est à considérer si des tremblements de terre de magnitude MS < 5,5


constituent le facteur prépondérant de risque.

Dans certaines régions, le spectre de calcul résulte d'une combinaison des spectres des types 1
et 2.

I.22.3.3. Sols et sites :

Les couches de sol présentes entre le rocher sous-jacent et la fondation d'un bâtiment
modifient la forme et les amplitudes du spectre de réponse élastique ou "aléa", établies au niveau
du rocher. Un paramètre du sol S prend en compte cette influence, de sorte que l'accélération
maximale à la fondation est égale à S.ag.

Les sites sont classifiés en types A, B, C, D, E, S1 et S2 selon des profils stratigraphiques et


des valeurs de paramètres caractérisant les sols. Le tableau suivant définit les valeurs de S
associées à ces types de sols et sites. On voit que l'influence sur le mouvement en base de la
structure est significative, puisque S est compris entre 1 (sur le rocher) et 1,8 (sol très meuble).
De plus, les valeurs des périodes "de coin" T B et TC (définies plus loin) assez différentes selon les
sites et sols influencent significativement le spectre.

Tableau 48. Paramètre du sol et périodes « de coin » selon le type du site et du sol

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


131
Mémoire de fin d’études

I.22.3.4. Ductilité de la structure :

On dit "ductile" une structure qui peut subir sans perte de résistance des déformations
plastiques alternées. La ductilité peut avoir une influence positive sur l'économie d'un projet, car:

 la structure ductile est capable de subir avec succès le même déplacement qu'une
structure qui répondrait de façon purement élastique, mais elle atteint ce résultat avec
des éléments structuraux de section moindre ;
 les sollicitations à la fondation sont réduites.

Cette capacité à se déformer plastiquement sans perte de résistance est traduite par
l'attribution d'un "coefficient de comportement", q, dont la valeur dépend du type de structure
résistante. Le coefficient q intervient comme réducteur du spectre élastique Se(T) lors de la
définition du spectre de calcul Sd(T). Pour le réservoir q=1. Le facteur q permet de tenir compte
de la capacité de déformation plastique d'une structure tout en effectuant une analyse purement
élastique sous un spectre Sd(T).

I.22.3.5. Spectre élastique Se(T) horizontal de réponse en accélération :

La représentation de base de l’action sismique en un point donné de la surface du sol est


exprimée par un spectre de réponse élastique en accélération. Le spectre de réponse élastique
horizontal Se(T) est formulé mathématiquement de façon unique pour l’Europe par les formules
suivantes :

[
0 ≤T ≤T B : Se ( T )=a g . S . 1+
T
TB
. ( 2.5η−1 )
]
T B ≤T ≤ T C : Se ( T )=2.5 a g . S . η

T C ≤ T ≤T D :Se ( T )=2.5 a g . S . η [ ]
TC
T

T D ≤T ≤ 4 s :Se (T )=2.5 ag . S .η [ ]
T CT D

Avec :

 TB limite inférieure des périodes correspondant au palier d’accélération spectrale


constante ;
 TC limite supérieure des périodes correspondant à ce palier ;
 TD valeur définissant le début de la branche à déplacement spectral constant ;
 S paramètre du sol ;
 η coefficient de correction de l’amortissement.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


132
Mémoire de fin d’études

Figure 75. Spectre de réponse élastique en accélération Se(T) de l’Eurocode 8

I.22.3.6. Spectre de calcul Sd(T) horizontal de réponse en accélération :

Le spectre de calcul horizontal Sd(T) est la représentation de l’action sismique la plus


couramment utilisée dans l’analyse des structures. Il est basé sur le spectre élastique Se(T), mais
il intègre aussi l’influence de certains aspects de la réponse des structures, en particulier, la
capacité de dissipation d’énergie de la structure dans des déformations plastiques, via le
« coefficient de comportement q ».

Le spectre de calcul Sd(T) horizontal de réponse en accélération est formulé de façon unique
pour l’Europe, par les expressions suivantes :

0 ≤T ≤T B : Sd ( T )=a g . S .
[ 2 T 2.5 2
+ .( −
3 TB q 3 )]
2.5
T B ≤T ≤ T C : Sd ( T )= a .S
q g

{ [ ]
2.5 TC
T C ≤ T ≤T D :Sd ( T ) ¿ q . a . S . T
g
≥ β ag

{ [ ]
2.5 T C Td
T D ≤T :Sd ( T ) ¿ q . a . S . T ²
g
≥ β ag

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


133
Mémoire de fin d’études

Avec β est un coefficient fixant la limite inférieure des ordonnées du spectre (valeur
recommandée β = 0,2).

 Spectre de réponse du fluide :

L’évaluation des efforts de l’oscillation requiert l’utilisation d’un spectre de réponse. Ce qui
revient à utiliser une valeur de l’amortissement.

L'amortissement du fluide est beaucoup plus faible que l'amortissement des structures. Pour le
er
1 mode fluide de l’eau (ou essence, gasoil), ξ = 0,5 % de l'amortissement critique, environ.
Cette valeur très faible de l'amortissement doit être considérée lorsqu'on effectue les calculs de
l'équivalent mécanique au départ d'un spectre de réponse.

Dans l'Eurocode 8, le spectre de réponse élastique en accélération Se (T) de référence pour les
problèmes sismiques correspond à ξ = 5 % de l'amortissement critique. Le spectre de réponse
correspondant à l'oscillation d'un liquide est obtenu en multipliant la courbe de Se(T) par η,
coefficient de correction de l’amortissement :

η=
√ 10
5+ξ

(η= 1,35 pour ξ = 0,5 %)

I.22.3.7. Modèle mécanique du calcul hydrodynamique:

Le système réservoir-liquide est modélisé par un système à un seul degré de liberté


correspondant à la composante convective. La composante impulsive est reprise par un ensemble
rigide fondation-réservoir et subit les accélérations ag du sol.

Figure 76. Modèle mécanique de l’Eurocode 8 pour le calcul hydrodynamique

Nous remarquons que le modèle mécanique est identique à celui adopté par la méthode de
Houzner.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


134
Mémoire de fin d’études

En fonction de l’élancement H/L du réservoir, on exprime:

 le rapport mi /m de la masse impulsive rigide mi à la masse totale m du fluide ;


 la position hi du centre de gravité de mi à utiliser pour le calcul du moment de flexion
sollicitant Mi juste au dessus de la base ;
 la position hi’ du centre de gravité à utiliser pour le calcul du moment de flexion Mi’
sollicitant juste sous la base ;
 mc1 /m ; mc1 est la première masse modale de ballottement ;
 la position hc1 du centre de gravité de mi à utiliser pour le calcul du moment de flexion
sollicitant Mc1 juste au dessus de la base ;
 la position hc1’ du centre de gravité à utiliser pour le calcul du moment de flexion Mc1’
sollicitant juste sous la base.
 Remarque : Les paramètres ci-dessus sont évalués en utilisant les abaques des réservoirs
circulaires, en remplaçant le rayon R par la demi-longueur L.

Figure 77. Rapport mi/m et h’i/H en fonction de l’élancement du réservoir

On constate que :
 mi croît avec H/L, en s'approchant asymptotiquement de la masse totale m ;
 hi et hi’ tendent à se stabiliser à hi ≈ hi’ ≈ H/2 pour H/L croissant ;
 pour les réservoirs non élancés (H<L), la valeur de hi est légèrement inférieure à H/2,
alors que hi’ >> H en raison de la contribution apportée à Mi’ par les pressions exercées
sur le fond du réservoir.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


135
Mémoire de fin d’études

Figure 78. Les deux premières masses modales convectives et les hauteurs
correspondantes hc1 et hc2 en fonction de l’élancement

Le tableau suivant résume toutes les données :

Cc
H/L Ci mi/m mc/m hi/H hc/H hi’/H hc’/H
s/m1/2
0 .3 9.28 2.09 0.176 0.824 0.4 0.521 2.640 3.414
0.5 7.74 1.74 0.3 0.7 0.4 0.543 1.460 1.517
0.7 6.97 1.60 0.414 0.586 0.401 0.571 1.009 1.011
1.0 6.36 1.52 0.548 0.452 0.419 0.616 0.721 0.785
1.5 6.06 1.48 0.686 0.314 0.439 0.690 0.555 0.734
2.0 6.21 1.48 0.763 0.237 0.448 0.751 0.500 0.764
2.5 6.56 1.48 0.810 0.190 0.452 0.794 0.480 0.796
3.0 7.03 1.48 0.842 0.158 0.453 0.825 0.472 0.825

Tableau 49. Paramètres du calcul des efforts d’impulsion et d’oscillation en fonction de H/L

a) Pression impulsive rigide :

La composante impulsive pi (z) s’exprime: pi (z) = q0(z) ρ L ag S

 ag S : l’accélération du sol sur lequel le réservoir est posé ;


 L : la demi-largeur du côté du réservoir perpendiculaire au mouvement sismique.

On montre à la figure ci-dessous (a) la distribution des pressions q0(z) appliquées au réservoir
par la masse impulsive rigide mi , masse du liquide contenu qui suit le mouvement des parois,
normalisée à q0(0), valeur de q0 au niveau du fond du réservoir.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


136
Mémoire de fin d’études

On montre aussi à la figure (b) comment q0(0) est fonction du rapport H/L
caractérisant un réservoir donné : si H ≥ 3L (hauteur de fluide > 1,5 x (largeurs 2 L du réservoir),
q0(0)=1.

Figure 79.
c) Distribution de la pression impulsive q0(Z) normalisée à q0(0) pour 4 valeurs
de H/L
d) Valeur de pic des pressions impulsives q0(0) en fonction de H/L

 Résultantes de la pression :

Pour plusieurs raisons il est utile d’évaluer la résultante horizontale de la pression à la base de
la paroi Qi qui s’exprime par :

Qi(t) = mi Ag(t)

Le moment total Mi juste au-dessus du fond du réservoir n'inclut que les contributions des
pressions qui s'exercent sur les parois et vaut :

Mi = mi hi ag S

Le moment total Mi’ par rapport à un axe orthogonal à la direction du mouvement de l'action
sismique juste sous le fond du réservoir inclut les contributions des pressions qui s’exercent sur
les parois verticales et celles qui s’exercent sur le fond du réservoir. Il vaut :

Mi’= mi hi’ ag S

b) Pression convective :

La composante de pression convective pc1(z) comporte une contribution dominante du mode


fondamental. Elle s’exprime :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


137
Mémoire de fin d’études

pc1(z) = qc1(z) ρ L Se(T1)

qc1(z) est la fonction présentée à la figure ci-dessous.

Figure 80. Valeur de qc1(z) en fonction de z/H pour 5 valeurs de l’élancement du


réservoir H/L

Se(T1) est la réponse en accélération d'un oscillateur simple ayant la fréquence et la valeur
d'amortissement appropriée pour un mode fluide, soit généralement ξ = 0,5%.

La période T1 d’oscillation du premier mode convectif se calcule par :


1

[ ]
L/ g 2
T 1 =2 π
π πH
tanh ⁡( )
2 2L

L’effort tranchant à la base et le moment agissant sur les fondations peuvent être évalués sur
la base des pressions définies plus haut.

Les valeurs des masses mi et mc1, ainsi que les hauteurs correspondantes au-dessus de la base
hi’ et hc1 relatives au réservoir rectangulaire sont les mêmes que celles calculées pour des
réservoirs cylindriques. Il suffit de remplacer le rayon R par L, demi-largeur du réservoir;
l’erreur ne dépasse pas 15 %.

La résultante horizontale Qc1 de la pression convective à la base de la paroi correspondant au


1er mode d’oscillation est calculée comme:

Qc1= mc1 Se(Tc1)

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


138
Mémoire de fin d’études

Se(Tc1) : accélération spectrale convective, obtenue à partir d'un spectre de réponse


élastique amorti à 0,5 % (et non 5% comme dans les modes de structure).

Le moment sollicitant juste au-dessus de la plaque du fond vaut :

Mc1 = Qc1 hc1

Le moment sollicitant juste sous la plaque de fond du réservoir vaut:

Mc1’ = Qc1 hc1’

La composante convective de la réponse peut être obtenue à partir de celle d'un oscillateur de
masse mc1 attaché au réservoir rigide au moyen de 2 ressorts de raideur Kc/2, avec:

Kc = ω² mc1

Le réservoir est soumis à l'accélération du sol ag S. La masse mc1 répond avec l’accélération
ac1.

hc1’représente le niveau où l'oscillateur doit être appliqué afin de fournir respectivement la


valeur correcte de Mc1’ ou de Mc1.

 Hauteur de la vague convective :

La contribution dominante dans la hauteur de ballottement est assurée par le premier mode.
L'expression du pic de hauteur de vague d au bord est:

dmax = 0,84 L Se(Tc1) / g

Figure 81. Hauteur de la vague d

c) Composante verticale de l'action sismique.


La pression hydrodynamique sur les parois d’un réservoir rigide due à une accélération
verticale du sol avg est donnée par :

p = ρ H (1-z/H) avg

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


139
Mémoire de fin d’études

Cette pression est axisymétrique. Elle ne produit pas d'effort tranchant ou de moment
dans les sections horizontales courantes du réservoir, mais elle augmente la contrainte de la
poussée de l’eau.

I.22.3.8. Résultat de calcul :

Nous allons détailler le calcul pour la paroi du réservoir de longueur 30m. Le calcul sera fait
par ml de longueur.

 Définition du site :
Zone sismique agR=0,7848 m/s2 ;
Coefficient d’importance γI = 1,3 => ag=1,02 m/s2 ;
Sol B: S=1,35;
Spectre Type 2: TB = 0.05 s TC = 0.25 s TD = 1.20 s.

 Donnée relative au réservoir :


Hfluide = 5 m
Fluide: eau γeau = 1000 Kg/m3
Pression hydrostatique au fond : p = ρ gH = 1000 Kg/m3x 10 m/s2 x 10m = 50KN/m2
Ainsi nous avons : H = 5m et 2L = 35m.
La masse totale du fluide est : M = H * L * 1m = 175 000 kg ;
H/L = 5/17,5 = 0,286 .

 Masse impulsive :
Se basant sur les données du tableau donné précédemment, les valeurs des paramètres sont les
suivants :
mi/m = 0,176 d’où mi = 0,176 * 175 000 = 30800 Kg ;
De même
hi = 0,4 H = 2m ;
h’i = 2,64 H = 13,2 ;
Cisaillement en base :
Qi= mi ag S = 42,42 kN ;
Moment de flexion sollicitant le réservoir au dessus du fond :
Mi= mi hi ag S = 84, 84 kN.m;
Moment de flexion sollicitant le réservoir sous le fond :
Mi= mi hi ag S = 559, 69 kN.m.

 Masse convective mc1 :


mc1/m = 0,824 ;

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


140
Mémoire de fin d’études

mc1 = 144200 Kg ;
h’c1 /H = 3, 414 et hc1/H = 0,521 => h’c1 = 17, 07 m et hc1 = 2, 605 m ;
Cisaillement en base : Qc1 = mc1 Se(Tc1)
1

[ ]
L /g 2

Tc1 = π πH = 10, 32 s;
tanh ⁡( )
2 2L
Dans un sol de classe B, spectre Type 2 : Tc1 > TD = 1,20 s
η= √10 /(5+ξ ) ξfluide=0,5% => η= 1,34
Se(Tc1) = ag S η x 2,5x TC TD/T²c1 = 0, 087 m/s2
Mais il existe un minimum absolu pour Sd(T) : Sd(T) = β ag
Compte tenu qu’il s’agit d’un mode fluide, on applique :
Se(Tc1) = Sd(Tc1) = β ag η = 0,275 m/s2 ;
Cisaillement en base : Qc1 = mc1 Se(Tc1)= 39, 675 KN ;
Moment de flexion sollicitant le réservoir au dessus du fond :
Mc= Qc1 hc1 = 103, 35 kN.m ;
Moment de flexion sollicitant le réservoir sous le fond :
Mi= Qc1 hc1’ = 677, 25 kN.m.

 Combinaison impulsif et convectif :


Addition plutôt que moyenne quadratique ou SRSS.
Résultante de cisaillement horizontal : Qi + Qc1 = 82, 096 kN ;
Moment de flexion sollicitant le réservoir au dessus du fond :
Mi + Mc1 = 188, 196 kN.m ;
Moment de flexion sollicitant le réservoir sous le fond :
Mi’+ Mc1’ = 1237, 216 kN.m.
I.22.3.9. Commentaire :

Contrairement à la méthode de Houzner, la méthode présentée par l’Eurocode8 considère que


le renversement du réservoir est du à l’action combinée des efforts d’impulsion et celles
d’oscillation sous le fond.

Ceci étant, et en considérant les confusions relevées dans les résultats de la méthode de
Houzner, nous avons choisi de travailler avec les résultats de la méthode de l’Eurocode8.

Les efforts hydrodynamiques dépendent de la distance 2L entre les parois, plus cette distance
est grande, plus ces efforts s’amplifient. C’est pourquoi nous disposons des chicanes à l’intérieur
du réservoir de façon à ce qu’elles diminuent ces distances.
Le tableau suivant montre l’impact de la disposition des chicanes sur la diminution de ces
efforts :
2L 8,2m 35m

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


141
Mémoire de fin d’études

Calcul des efforts d'impulsion


Cisaillement en base Qi (KN/ml) 34,37459128 42,421579
Moment de flexion sollicitant le réservoir au dessus du fond Mi (KN.m) 73,52725074 84,843158
Moment de flexion sollicitant le réservoir sous le fond Mi' (KN.m) 111,3668008 559,96485
Calcul des efforts d'oscillation
Cisaillement en base Qc1 (KN) 4,413900147 39,674938
Moment de flexion sollicitant le réservoir au dessus du fond Mc1(KN.m) 14,3133954 103,35321
Moment de flexion sollicitant le réservoir sous le fond Mc'1 (KN.m) 16,82931848 677,25119

Tableau 50. Résultats de calcul pour deux distances différentes entre parois

I.22.4. Vérification de la stabilité du réservoir vis-à-vis des efforts


hydrodynamiques

Nous devons vérifier la stabilité du réservoir au renversement dans les deux directions. Le
calcul se fera sur la base de toutes les charges appliquées au réservoir.
Après avoir fait le calcul de la stabilité, nous trouvons les résultats suivants :

Coefficient de stabilité au renversement dans Coefficient de stabilité au renversement dans la


la direction a direction b
36,00 30,81

Tableau 51. Coefficient de stabilité au renversement du réservoir sous l’effet hydrodynamique

On remarque que la stabilité au renversement est largement vérifiée avec des coefficients de
sécurité énormes. Ce résultat est évident, et dû aux grandes valeurs des charges stabilisatrices
telles que le poids de l’eau.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


142
Mémoire de fin d’études

VIII. Modeé lisation sur le logiciel ROBOT


La conception finale, étant choisie, l’objet de cette partie est la modélisation de la structure à
l’aide du logiciel Robot, module plaques et coques.
I.23. Modélisation de la structure :

On modélise la moitié de la cuve du réservoir, puisque le joint la divise en deux structures


séparées.
Les parois du réservoir ont une épaisseur variable. Pour une modélisation plus juste, nous
avons subdivisé la paroi en tranches d’un mètre. Ceci a été très utile dans la saisie des efforts
hydrodynamiques (Voir plus loin).

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


143
Mémoire de fin d’études

Figure 82. Modélisation I du réservoir sur le logiciel ROBOT

Figure 83. Modélisation II du réservoir sur le logiciel ROBOT

Il faut veiller à avoir les mêmes repères locaux pour les parois, afin de pouvoir mieux
interpréter les résultats cartographiques. On utilise pour cela, l’onglet « Orientation du repère
local ».

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


144
Mémoire de fin d’études

Figure 84. Changement de l’orientation du repère local

I.23.1. Charges statiques :

On a pris en compte les cas de charge suivants :


Cas 1 : poids propre de la structure, pris automatiquement par la structure.
Cas 2 : Charges permanentes sur la couverture.
Cas 3 : charges d’exploitations sur la couverture.
Cas 4 : Chargement appliqué par le sol sur les parois
Cas 5 : Poussée de l’eau sur les parois
Cas 6 : Poids de l’eau sur le radier
Cas 7 : Effet de la température sur la dalle et sur les parties des parois non enterrées

Les combinaisons que nous avons prises sont celles relatives à l’ELU et à l’ELS pour le cas
statique, et l’ELA pour le cas dynamique.

I.23.2. Saisie du chargement du sol :

Les charges dues au sol peuvent être saisies, en utilisant l’onglet charges par sol. Cet onglet
possède plusieurs catégories de sol aves leurs caractéristiques (angle de frottement, cohésion,

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


145
Mémoire de fin d’études

masse volumique, coefficient de poussée). Il permet en outre à l’utilisateur la définition


d’un nouveau type de sol.
Une fois le type de sol choisi, on peut saisir la géométrie du sol et de la paroi ; c'est-à-dire la
hauteur du remblai et son inclinaison.
Il y a aussi une possibilité de saisir les surcharges sur remblai.

Figure 85. Définition du chargement du sol

Cependant, tout calcul fait, il s’est avéré que le logiciel donne des résultats très grands par
rapport à la valeur réelle de la poussée du sol. C’est pourquoi, nous avons choisi de saisir les
charges manuellement.

I.23.3. Saisie de la poussée de l’eau :

Cette option est accessible, d’après l’onglet charges. Ça nous permet de saisir la hauteur du
liquide ainsi que son poids volumiques.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


146
Mémoire de fin d’études

Figure 86. Définition de la charge hydrostatique de l’eau

I.23.4. Saisie de la température :

L’effet du gradient thermique est saisi de la manière suivante :

Figure 87. Définition de la charge thermique

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


147
Mémoire de fin d’études

I.23.5. Maillage :

Il faut bien réaliser le maillage, en traitant chaque élément à part, afin d’avoir un maillage
uniforme. La qualité du maillage ainsi que son raffinement reflètent des résultats plus corrects. A
cet effet, nous avons utilisé une taille de 0.5 m, avec des divisions carrés. Ça nous a donné 12857
nœuds, ce qui a alourdi les procédures de calcul, mais qui a donné des résultats plus exacts.

La modélisation finale de la moitié de la cuve, avec son maillage est représentée par le
schéma ci-dessous.

Figure 88. Maillage uniforme

I.23.6. Convention des signes :

Pour les résultats de sollicitation, le logiciel Robot adopte la convention suivante :

Figure 89. Convention des signes du logiciel ROBOT

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


148
Mémoire de fin d’études

I.24. Etude statique du réservoir :


I.24.1. Déplacements du radier dus au poids de l’eau:

Tableau 52. Déplacements du radier sous l’effet du poids de l’eau

Le poids de l’eau n’engendre aucun déplacement vertical du radier. Le radier transmet


uniquement cette charge au sol en étant équilibré entre les charges de la structure et la réaction
du sol.
I.24.2. Allure de la déformée de la structure :

 Sous la poussée de l’eau :

Figure 90. Déformée de la structure sous l’effet statique de l’eau

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


149
Mémoire de fin d’études

 Sous la poussée du sol :

Figure 91. Déformée de la structure sous l’effet statique de la poussée du sol

I.24.3. Résultats des sollicitations sur les parois :

Nous allons présenter dans ce qui suit, les résultats de sollicitation pour la paroi de longueur
30 m.

 Variation du moment Mxx :

Figure 92. Coupe type A

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


150
Mémoire de fin d’études

Figure 93. Diagramme Mxx sur la paroi de 30m soumise à la poussée du sol selon la
coupe A

Figure 94. Diagramme Mxx sur la paroi de 30m soumise à la poussée de l’eau selon la
coupe A

Nous remarquons que Le moment Mxx est positif hors zones d’encastrement, il atteint une
valeur maximale de 30.41 KN.m. Il change de signe aux points d’encastrement avec les autres
parois :
 La zone de jonction entre les parois;
 La zone de jonction entre la paroi et la chicane.
Le bord droit de cette paroi étant libre, le moment ne change pas de signe à son voisinage.

 Variation du moment Myy :

Figure 95. Coupes types-Vue en plan

 En tranche courante :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


151
Mémoire de fin d’études

Poussée sol Poussée eau

Figure 96. Diagramme du moment Myy de la paroi de 30m selon la coupe B

 En tranche du bord :

Poussée sol Poussée eau

Figure 97. Diagramme du moment Myy de la paroi de 30m selon la coupe type Bord

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


152
Mémoire de fin d’études

Sur les parois, nous remarquons que le moment Myy atteint sa valeur maximale dans deux
zones :
 La zone d’encastrement de la paroi avec le radier, c’est le moment d’encastrement.
 Une zone qui se situe à l’intérieur de la paroi. C’est le moment maximal sur la travée,
qu’on avait calculé manuellement pour les parois.
Les résultats du logiciel pour les parois sont compatibles avec nos calculs manuels, la
différence ne dépasse pas 5%, cependant, le logiciel nous a permis de calculer en plus, les
moments Mxx, ainsi que le moment Myy dans les bords de la paroi.

I.24.4. Radier :

 Mxx :

Figure 98. Cartographie du moment Mxx dans le radier

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


153
Mémoire de fin d’études

 Myy :

Figure 99. Cartographie du moment Myy dans le radier

On remarque que suite à la poussée de l’eau, les parois transmettent leurs moments
d’encastrement au radier.
D’autre part, il y a des points et des zones dans la cartographie du radier, où le moment atteint
des valeurs particulières. Ce sont les zones où sont fondés les poteaux et les chicanes. Ces zones,
comme nous avons mentionné auparavant, vont être sur-épaissies, pour équilibrer les efforts
transmis par les poteaux et les chicanes.

I.24.5. Diagrammes des dalles :

 Mxx :

Figure 100. Diagramme des moments Mxx dans la dalle de couverture

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


154
Mémoire de fin d’études

 Myy :

Figure 101. Diagramme des moments Myy dans la dalle de couverture

L’étude statique est nécessaire mais n’est pas suffisante. Elle doit être complétée par une
analyse dynamique et hydrodynamique.

I.25. Etude dynamique du réservoir :

I.25.1. Analyse modale :


I.25.1.1. Principe :

L’analyse modale est une analyse dynamique reposant sur l’hypothèse que la réponse
dynamique de la structure peut être déterminée en considérant la réponse indépendante à chaque
mode de vibration puis en combinant les réponses. L’avantage de cette méthode est que
généralement seules les premiers modes ont une influence significative sur la réponse.
Dans le cas des modèles plans l’analyse doit prendre en compte un minimum de trois modes
de vibration (les trois premiers). Dans le cas d’un modèle spatial, il faut prendre en compte les
quatre premiers modes au minimum.
I.25.1.2. Combinaison des modes :

La réponse maximale de la structure est alors donnée comme une combinaison des réponses
des modes propres dominants. Une combinaison classique consiste à adopter la racine carrée des
carrés des réponses maximales.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


155
Mémoire de fin d’études

I.25.1.3. Résultats de l’analyse modale :

Tableau 53. Résultat de l’analyse modale

Nous remarquons que dans la direction Y, le mode fondamental est le mode prépondérant,
alors que Dans la direction X, le 2ème mode est le mode prépondérant.
La structure fait travailler plus que 95% de masse dans les deux directions planes. Pour la
direction Z, les masses participantes ne dépassent pas 34.53%.
I.25.2. Combinaison des effets des composantes du mouvement sismique :

Les maxima des effets de chaque composante peuvent être déterminés séparément puis
combinés suivant les formules symboliques suivantes :
 S = ± Sx ± λSy ± μSz
 S = ± λSx ± Sy ± μSz
 S = ± λSx ± μSy ± Sz
Expressions dans lesquelles Sx, Sy, Sz désignent les déformations ou sollicitations dues à
chacune des composantes horizontales et verticales respectivement et S l'action résultante. λ et μ
sont pris égaux à 0,3 dans le cas général.

I.25.3. Calcul hydrodynamique du réservoir :

L’étude hydrodynamique du réservoir fait appel, comme l’on a vu précédemment, à des forces
d’impulsion et d’oscillation (p et qc1). Le logiciel Robot ne traite pas cet aspect de calcul. Par

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


156
Mémoire de fin d’études

ailleurs, il n’existe pas de moyens permettant la saisie directe de ces forces, ce qui nous a
amenées à les discrétiser sur des tranches de 1m.
Les allures des fonctions d’impulsion et d’oscillation sont présentées par les figures
suivantes :

pi (KN)
5
4.5
4
3.5
3
2.5
2
1.5
1
0.5
0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5

Figure 102. Allure de la force d’impulsion sur les chicanes

pc1 (KN)
3.7

3.6

3.5

3.4

3.3

3.2

3.1

3
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5

Figure 103. Allure de la force d’oscillation sur les chicanes

Ces fonctions approchent bien les valeurs exactes de pc et qc1.


I.25.4. Combinaisons des actions hydrodynamiques :

Le logiciel Robot ne traite pas le calcul hydrodynamique du réservoir, donc nous ne pouvons
pas faire un calcul direct avec le logiciel. D’autre part, les fonctions qui donnent les efforts
d’impulsion et d’oscillation n’existent pas dans le logiciel. C’est pourquoi, nous avons discrétisé
ces efforts, pour chaque paroi en tranches de 1m de hauteur, en utilisant les abaques qui donnent
la fonction q0(z), et qc1(z). A chaque tranche, on saisit la charge uniforme équivalente
correspondante, en l’ajoutant aux forces statiques.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


157
Mémoire de fin d’études

Ces efforts seront combinés par la suite avec les efforts sismiques, en respectant les
coefficients et les directions des actions sismiques.

Par exemple, les efforts d’impulsion et d’oscillation agissant dans la direction y, vont être
ajoutées aux combinaisons accidentelles avec le même coefficient de l’effort sismique dans la
direction Y.

Figure 104. Combinaisons d’actions dynamiques

Enfin, nous avons eu en total 12 combinaisons d’action accidentelle.

I.25.5. Résultats :
I.25.5.1. Déplacements :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


158
Mémoire de fin d’études
Tableau 54. Déplacements du réservoir sous l’effet dynamique de l’eau

Les déplacements sont plus grands par rapport aux déplacements à l’état statique. Les parois
subissent maintenant un déplacement de 0.6 cm, alors qu’en statique c’était seulement 0.2 cm.

Ces déplacements restent toutefois faibles, vu que la structure du réservoir est très rigide.

La largeur du joint doit donc être à 2*0.6 = 1.2 cm, toutefois, le RPS2000 prescrit comme
valeur minimale 5cm. C’est cette largeur qui va être adoptée pour notre réservoir.

I.25.5.2. Allure de la déformée :

Figure 105. Déformée de la structure sous l’effet hydrodynamique

On remarque que dans le cas de la poussée hydrodynamique, les chicanes se déforment


contrairement au premier cas statique.

I.25.5.3. Sollicitations dans les chicanes :

Dans l’étude statique, les chicanes n’ont pas été traitées, puisque les efforts dus à la poussée
hydrostatique sont équilibrés de part et d’autre. Cependant, ces chicanes sont dimensionnées
pour résister aux efforts hydrodynamiques.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


159
Mémoire de fin d’études

 Moment Myy :

Courante bords

Figure 106. Diagramme des moments Myy dans une chicane sous l’effet
hydrodynamique selon la coupe type Chicane

 Moment Mxx :

Figure 107. Coupe type C

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


160
Mémoire de fin d’études

Figure 108. Diagramme des moments Mxx dans une chicane sous l’effet
hydrodynamique selon la coupe C

Le moment Myy sur la chicane correspond à celui d’une poutre encastrée en bas, et libre en
haut.

Le moment Mxx est presque uniforme sur toute la longueur de la chicane, à l’exception de la
zone de jonction avec la paroi, où il change de signe.

En ce qui concerne les parois, les moments vont avoir les mêmes allures, mais avec des
valeurs plus grandes.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


161
Mémoire de fin d’études

IX. Ferraillage
Nous allons dans ce qui suit, calculer le ferraillage de tous les éléments du réservoir. Les
sections des poutres et poteaux ont été calculées manuellement dans le cas statique, le logiciel
Robot a fourni les plans d’exécution en statique et dynamique, à travers le module
« dimensionnement des éléments béton armés »

Pour les parois et les chicanes, puisque nous les avons modélisés par tranches de 1 mètre de
hauteur, le logiciel fournit un ferraillage discontinu pour chaque tranche, ce qui nous a poussées
à exploiter uniquement les résultats des sollicitations et faire le ferraillage manuellement.

Comme nous l’avons cité précédemment, le radier présente des zones épaissies. Or, nous
n’avons modélisé qu’une plaque d’épaisseur uniforme. Ainsi, nous avons été amenées à
déterminer le ferraillage du radier manuellement.

I.26. Dispositions sismiques :

I.26.1. Les armatures des parois :

Pour des parois de plus de 15 cm d´épaisseur, elles sont obligatoirement réparties en deux
nappes.

Le diamètre des aciers est au plus égal à ho/10 (ho épaisseur de la paroi) et au moins égal à 8
mm.

L´espacement est limité, pour les parois au contact du liquide, à la plus petite des deux valeurs
1,5ho et 20 cm.

I.26.2. Les armatures du radier :

Les radiers sont armés dans leur région centrale, à leur partie supérieure puisque la concavité
de la déformée sous les charges sollicitant le contour est dirigée vers le bas. Aucune armature
n’est donc nécessaire près de leur face inférieure en contact avec le béton de propreté.

Ceci n’est toutefois admissible que si le sol de fondation est assez résistant, mais sur le terrain
mauvais, si le radier est de grandes dimensions, ce terrain ne sera pas également compressible
sur toute sa surface ; il existera des points plus rigides que d’autres, et le poids du radier et
surtout de l’eau contenue dans le réservoir pourront introduire des déformations présentant des
concavités vers le haut nécessitant alors une armature inférieure. C’est la raison de la double
nappe d’armatures inférieures des radiers de grandes dimensions. Pratiquement, aucun calcul
n’est possible puisqu’on ignore la position des points rigides. On se contente de choisir les aciers
selon l’importance des radiers.

 Pourcentage minimal :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


162
Mémoire de fin d’études

Le pourcentage minimal d´armature est fixé à 0,25 % pour les armatures à haute
adhérence et à 0,4 % pour les armatures lisses; ce pourcentage est à répartir en deux nappes pour
les radiers d´épaisseur supérieure à 15 cm.

I.26.3. Poteaux et poutres


a) Zones critiques

Dans ce qui suit une zone critique d’un élément de l’ossature doit s’entendre d’une zone à
haut risque où il y a concentration de déformations.

Dans les zones critiques, il est primordial d’assurer une continuité aux aciers et de disposer
une armature de confinement constituée soit par des spirales continues, des cadres, étriers et
épingles dont l’ancrage est assuré par des crochets à angle au centre au moins égal à 135° avec
un retour rectiligne de 10 cm au moins.

b) Armatures transversales :

Le but est de confiner le béton pour augmenter sa résistance d’adhésion et de résister aux
forces de cisaillement.

c) Zone critique d’un poteau

Sont considérées comme zones critiques :

Les extrémités du poteau sur une longueur lc égale à la plus grande des longueurs suivantes :

 La plus grande dimension de la section du poteau hc


 1/6 de la hauteur nette du poteau he
 45 cm
he
lc=Max( ; hc ; 45 cm)
6
d) Zone critique d’une poutre

Les zones critiques pour un élément poutre sont les suivantes :

 Les extrémités non libres de la poutre sur une longueur lc égale à 2 fois la
hauteur h de la poutre ;
 Les zones nécessitant des armatures de compression.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


163
Mémoire de fin d’études
Figure 109. Zones critiques d’une poutre

 Le diamètre minimal est = 6 mm ;


 Les premières armatures doivent être placées à 5 cm au plus de la face du poteau ;
 L’espacement s ne doit pas excéder le minimum des grandeurs suivantes :
s=min ⁡( 8 ϕl ; 24 ϕT ; 0.25 h ; 20 cm)

Φl: Diamètre des barres longitudinales ;

ΦT: Diamètre des barres transversales.

e) Espacement maximum :

Zone critique s=min(8ΦL ;0.25bc ; 15 cm)


Zone courante s=min(12ΦL ;0.5bc ; 30 cm)

Tableau 55. Espacements dans les zones critiques

I.26.4. Recouvrement des armatures :

La proportion des barres en recouvrement dans une même section n´est pas supérieure à :

 1/3 dans les sections soumises à un effort de traction, avec M/N inférieur à 0,5ho, ou
 1/2 dans les autres cas.

I.27. Ferraillage du radier:


a) Ferraillage dans le sens X:

ELU ELS ELA


Epaisseu
zones Momen Momen Momen
r (cm) Section Section Section
t t t
Zone courante 20 -4.62 1.9 -3.04 1.9 -2.12 1.9
Sous les parois
55 207.84 9.5 149.45 16.9 160.22 6.3
de 30m
Sous les parois
55 221.32 10.1 164.02 18.6 249.79 9.9
de 35m
Sous poteaux 25 50.88 5.5 33.99 9.2 35.86 3.3
Sous chicanes 20 6.48 1.8 4.36 1.8 5.09 1.8

Tableau 56. Ferraillage du radier dans le sens X


b) Ferraillage sens Y:

ELU ELS ELA


Epaisseu
zones Momen Momen Momen
r (cm) Section Section Section
t t t
Zone courante 20 -7.77 1.9 -5,37 1.9 -5,29 1.9
Sous les parois
55 187.83 8.5 138,12 15.5 136.06 5.3
de 30m
Sous les parois 55 280.15 12.9 192,16 21.9 201.40 7.9

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


164
Mémoire de fin d’études

de 35 m
Sous poteaux 25 49.90 5.4 32,47 8.7 35.29 3.3
Sous chicanes 20 30.18 4.2 19,71 6.9 21.07 2.5

Tableau 57. Ferraillage du radier dans le sens Y


I.28. Ferraillage des parois:

Paroi de 35m :

a) Ferraillage vertical :

ELU ELS ELA


Tranch Epaisseur Moment Effort Moment Effort Effort
Moment
e (m) (cm) (KN.m/ml normal (KN.m/ml normal norma
(KN.m/ml)
) (KN/m) ) (cm²) l (cm²)
0-1
158.86//- -190.55//- 105.75//- -140.21//- -
couran 52 140.42
138.25 134.75 102.56 118.11 119.58
t
-
0-1- -121.75//- - -171.61//- -
52 61.31//10.2 -61.37
Bord 75.03 51.03//8.40 91.11 130.53
5
1-2-
4.75//- -106.62//- 2.52//- -95.92//-
couran 47 8.08 -70.93
23.29 85.41 17.26 71.28
t
1-2- -14.94//- 30.39//- -12.29//-
47 -68.99//-83.1 -17.40 37.73
Bord 12.85 85.65 9.20
2-3- -
-76.74//- -66.44//-
couran 41 51.88//34.5 -35//17.48 -45.10 -49.87
58.97 50.34
t 2
2-3- 11.36//- 88.91//- 14.96//- -54.83//-
41 19.05 30.43
Bord 9.07 70.20 5.31 107.33
3-4- - -
-54.70//- -39.06//-
couran 36 66.38//39.9 43.88//30.4 -61.33 -37.90
40.65 35.62
t 0 6
3-4- 53.45//- 11.44//- -77.53//-
36 7.61//-4.57 13.76 -60.69
Bord 60.49 2.81 109.99
4-5 – - -
-34.40//- -36.50//-
couran 31 53.68//29.6 36.02//28.8 -52.19 -34.30
27.60 28.43
t 5 1
4-5 – 36.60//- -56.49//-
31 1.51//-2.37 6.43//5.14 14.66 -71.23
Bord 40.91 42.84
5-5.45- - -
-21.97//- -22.51//-
couran 27 30.71//19.6 20.61//19.6 -30.58 -22.26
21.08 23.04
t 2 0
5-5.45- 36.52//-
27 1.61//-1.33 11.98//5.90 41.29//15.65 9.53 58.37
Bord 17.57
5.45-
6.45- - -12.60//- - -25.05//-
23 -18.72 -15.40
couran 6.26//13.45 17.81 15.90//9.99 26.85
t
5.45-
20.53//31. -26.60//- 242.75//236.
6.45- 23 -3.61//2.65 -26.95 258.23
44 27.03 79
Bord

Tableau 58. Sollicitations dans la paroi de 35m dans le sens Y

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


165
Mémoire de fin d’études

Où M1//M2 réfère à:

 M1: Moment eau


 M2: Moment sol

 Sections d’armatures en cm² :

Tranche (m) Epaisseur (cm) ELU ELS ELA


0-1 courant 52 9.9//8.4 16.1//15.5 13.7//
0-1-Bord 52 4.8//5.2 5.8//12.2 //13.4
1-2-courant 47 4.3//5.3 12//14.3 12.3//0.2
1-2- Bord 47 3.8//8.6 7.2//13.8 //12
2-3-courant 41 3.8//4.2 10.6//10.4 //10.4
2-3- Bord 41 3.9//3.7 12.5//10.4 10.6//
3-4-courant 36 3.3//5.6 9.2//9 //9
3-4- Bord 36 3.2//3.2 12.2//9 9.2//
4-5 -courant 31 2.8//5.1 7.8//8.8 //7.6
4-5 - Bord 31 2.9//2.8 13.4//10 7.8//
5-5.45-courant 27 2.4//3.4 6.7//6.4 //6.4
5-5.45- Bord 27 2.4//2.5 6.7//6.7 6.7//
5.45-6.45-courant 23 2.1//2.2 5.6//5.3 //5.3
5.45-6.45- Bord 23 2.1//2.2 //10.6 //5.3

Tableau 59. Ferraillage vertical de la paroi de 35m

Où A1//A2 réfère à:

 A1: ferraillage du côté sol


 A2: ferraillage du côté eau

b) Ferraillage horizontal:

ELU ELS ELA


Tranch Epaisseur Moment Effort Moment Effort Effort
Moment
e (m) (cm) (KN.m/ml normal (KN.m/ml normal normal
(KN.m/ml)
) (KN/m) ) (KN/m) (KN/m)
0-1
30.86//- 143.61//- 20.58//- 105.97//-
couran 52 27.10 108.03
27.84 109.97 20.56 85.99
t
0-1- -25.39//- 253.05//- 19.85//- 190.12//-
52 -26.43 116.26
Bord 14.97 43.34 10.89 42.07
1-2-
-27.12//- 143.46//- 105.70//-
couran 47 -19//-3.83 -24.74 126.58
5.32 85.88 61.11
t
1-2- 78.62//- 204.26//- 54.52//- 139.99//-
47 67.22 165.18
Bord 43.70 130.83 31.53 94.36
2-3- - -
134.87//- 112.68//-
couran 41 27.39//16. 18.85//11.8 -25.59 132.39
80.28 44.96
t 64 5
2-3- 64.58//- 196.69//- 44.39//- 136.64//-
41 56.75 160.72
Bord 40.37 117.60 29.17 82.41
3-4- 36 - 96.74//- - 115.25//19.85 -18.31 128.55

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


166
Mémoire de fin d’études
couran 18.92//12. 13.31//10.1
61.69
t 56 4
3-4- 18.67//- 104.90//- 30.44//-
36 54.29//-50.74 33.01 75.17
Bord 27.55 91.72 19.14
4-5 -
57.22//- -
-coura 31 15.20//8.3 97.02//48.95 -14.54 102.31
37.75 10.18//6.02
nt 8
4-5 - 18.79//- 63.92//- 19.28//-
31 96.64//20.58 17.92 100.62
Bord 12.46 53.59 2.04
5-5.45-
36.96//-
couran 27 -7.99//5.58 -5.24//4.31 139.01//27.21 -7.73 47.21
27.61
t
5-5.45- 23.22//- 10.58//- 252.96//241.5
27 8.48//-6.04 9.72 257.61
Bord 18.32 10.31 9
5.45-
6.45- 28.63//- -550.67//-
23 -4.30//3.05 -2.88//2.28 -4.19 -564.33
couran 21.03 566.59
t
5.45- - -
-300.02//-
6.45- 23 2.97//3.62 50.62//13. 20.52//24.7 19.24 -540.71
492.44
Bord 82 0

Tableau 60. Sollicitations dans la paroi de 35m dans le sens X


 Sections d’armatures en cm² :

Tranche (m) ELU ELS ELA


0-1 courant 52 4.9//4.8 13.7//13.4 13.7//
0-1-Bord 52 //9.6 13.4//13.4 //13.4
1-2-courant 47 0.6//8.6 1.1 //14 //12
1-2- Bord 47 4.4//4.3 12.3 //12 //12.3
2-3-courant 41 4.4// 3.8//3.7 //10.4
2-3- Bord 41 3.8//4 10.6//10.4 10.6//
3-4-courant 36 3.3//3.2 9.2//9 //9
3-4- Bord 36 3.3//3.2 9.2//9 9 .2//
4-5 -courant 31 2.8//2.8 7.8//7.6 //7.6
4-5 - Bord 31 2.8//2.8 7.8//7.6 2.8//
5-5.45-courant 27 2.4//2.5 6.7//6.4 //6.4
5-5.45- Bord 27 2.4//2.5 6.7//6.4 6.7//
5.45-6.45-courant 23 2.2///2.1 8.4//6.6 4.8//6.5
5.45-6.45- Bord 23 2.2//2.1 6.3//8.9 7.5//3.3

Tableau 61. Ferraillage horizontal de la paroi de 35m


I.29. Chicane:

Le ferraillage a été établi en adoptant les combinaisons sismiques:

Effort
Myy Effort normal
normal Mxx(KN.m/ml)
(KN.m/ml) (KN/m)
(KN/m)
0-1 courant 24.09 -117.33 4.82 101.54
0-1-Bord -1.07 -343.32 -2.44 -46.33
1-2-courant -7.20 -80.15 -3.43 -4.74
1-2- Bord 1.44 -154.86 8.43 167.7
2-3-courant -14.16 -82.39 -4.89 -2.19

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


167
Mémoire de fin d’études

2-3- Bord 3.15 -115.98/ 16.31 150.06


3-4-courant -14.48 -86.57 -5.29 -8.85/13.57
3-4- Bord 3.15 -21.57 12.07 107.74
4-5 -courant -11.12 -120.72 -12.34 -32.63
4-5 - Bord 1.65 -25.77 16.14 81.06
5-5.8courant -6.80 -81.18 -9.66 -27
5-5.8- Bord 0.4 236.24 2.40 121.52/-33.03

Tableau 62. Sollicitations dans les chicanes


 Sections d’armatures en cm² :

Tranche (m) Ay (cm²) Ax (cm²)


0-1 courant 4.8//4.8 4.8//4.8
0-1-Bord 7.5//7.5 4.5//4.5
1-2-courant 4.5//4.5 4.5//4.5
1-2- Bord 5.7//5.7 4.8//4.8
2-3-courant 4.5//4.5 4.5//4.5
2-3- Bord 5//5 4.8//4.8
3-4-courant 4.5//4.5 4.5//4.5
3-4- Bord 4.8//4.8 4.8//4.8
4-5 -courant 4.5//4.5 4.5//4.5
4-5 - Bord 4.5//4.5 4.8//4.8
5-5.8-courant 4.5//4.5 4.5//4.5
5-5.8 Bord 4.8//4.8 4.8//4.8
Tableau 63. Ferraillage des chicanes
I.30. Ferraillage des poutres type B :
 En travée :

ELS (F74)
Armatures
Ainf (cm²) Asup (cm²)
2T12
1 1.5 1.5
2T12
2 5.8 - 6T12
3 4.9 - 5T12
4 4.9 - 5T12
5 4.9 - 5T12
6 4.9 - 5T12
7 4.5 - 5T12
8 6.2 - 6T12

Tableau 64. Ferraillage des travées des poutres type B


 Sur appui :

ELS (F74)
Armatures
Asup (cm²) Ainf (cm²)
2T12
0 1.5 1.5
2T12
1 2.1 ­ 2T12
2 4.4 ­ 5T12
3 4.4 ­ 5T12

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


168
Mémoire de fin d’études

4 4.4 ­ 5T12
5 4.4 ­ 5T12
6 4.4 ­ 5T12
7 5.5 ­ 5T12
8 2.1 ­ 2T12

Tableau 65. Ferraillage des appuis des poutres type B

I.31. Ferraillage des dalles :

Plancher courant 4 * 4,1


Travée Appui
Ax (cm²) Ay (cm²) Ax (cm²) Ay (cm²)
ELS 3 2,9 2,2 2,2
T10 # 20 T10 # 20 T10 # 20 T10 # 20

Tableau 66. Ferraillage de la dalle


I.32. Plans d’exécution :

I.32.1. Poteaux :

 Ferraillage statique :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


169
Mémoire de fin d’études

Figure 110. Ferraillage statique du poteau

 Ferraillage sismique :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


170
Mémoire de fin d’études

Figure 111. Ferraillage sismique du poteau

I.32.2. Poutres :
 Ferraillage statique d’une poutre type B:

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


171
Mémoire de fin d’études

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


172
Mémoire de fin d’études
Figure 112. Ferraillage statique de la poutre type B

 Ferraillage sismique d’une poutre type B:

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


173
Mémoire de fin d’études

Figure 113. Ferraillage sismique d’une poutre type B


I.32.3. Parois et chicanes:

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


174
Mémoire de fin d’études

Les parois et les chicanes, étant modélisées par tranches, le logiciel Robot donne le
ferraillage de chaque tranche à part, c’est pourquoi, nous avons fait un ferraillage manuel, en
utilisant les résultats de calcul de sollicitation du logiciel.

Figure 114. Schéma de ferraillage de la paroi de 30m selon la coupe


type B

Figure 115. Schéma de ferraillage d’une chicane selon la coupe type


Chicane

I.33. Comparaison des résultats entre les hauteurs 4.5 m, 5 m, et 5.5 m sur le logiciel
d’E.F Robot :

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


175
Mémoire de fin d’études

Pour confirmer les résultats de notre programme, nous avons fait des modélisations sur
le logiciel robot afin de comparer des structures de différentes hauteurs, à savoir : H eau = 4,5 ; 5
et 5,5 m. Pour chaque hauteur d’eau, la structure a les dimensions suivantes :

Hauteur d'eau (m) 4,5 5 5,5


Hauteur du remblai (m) 4,95 5,45 5,95
Capacité totale (m3) 30 000 30 000 30 000
Dimensions en plan d’une seule cuve (m*m) 32 * 72 35 * 60 27 * 70
Nombre de joints divisant la grande dimension 1 1 1
a (m) 32 35 27
b (m) 72 60 70
Sa (m) 1,4 1,5 1,5
Sb (m) 1,2 1,3 1,25
Pa (m) 3,65 4 4
Pb (m) 4,35 4,1 3,75

Tableau 67. Paramètres géométriques des réservoirs de comparaison

Tout calcul fait, nous avons obtenu les résultats suivant :

4,5 m 5m 5,5 m
Détails des Prix pour une
Quantité Prix (Dhs) Quantité Prix (Dhs) Quantité Prix (Dhs)
cuve
274363,2
béton pour BA 240117,12 360175674 222858,18 334287278 411544875
5
acier 42173,04 590422,53 46330,87 648632,22 47532,14 665450,05
remblai 415,05 16602,2 676,24 27049,75 958,13 38325,3
terrassement 9216 552960 8400 504000 7560 453600
Joint Water Stop 76,1 49465 83,1 54015 68 44200
Béton poreux 516,23 438797,2 470,75 400139,2 429,80 365323,2
Béton de propreté 258,12 219398,6 235,37 200069,6 214,89 182661,6
Etanchéité bicouche
2581,16 64529 2353,76 58844 2148,96 53724
d'asphalte
Béton cellulaire 258,116 185843,52 235,38 169470,72 214,89 154725,12
Revêtement étanche: Parois
4103,16 902695,2 4172,06 917853,2 4330,72 952758,4
intérieures et poteaux
Complexe étanche pour
- - -
terrasse :
Forme de pente - - -
Ecran par vapeur - - -
Isolation thermique - - -
Etanchéité multicouche - - -
Protection de l'étanchéité - - -
Total 2304 1255680 2100 1144500 1890 1030050
Drain autour de la cuve 759,2 227760 693,5 208050 708,1 212430
TOTAL 364 679827 338 619901 415698123

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


176
Mémoire de fin d’études

Tableau 68. Résultat des calculs des réservoirs de hauteurs d’eau 4.5/5/5.5m

Au début, l’étude d’optimisation a été effectuée à l’aide d’un programme fait sur la base des
ratios d’acier. Ce programme nous a permis de trouver la hauteur d’eau optimale, mais pour une
conception avec un système dallage-longrines-semelles isolées. Ce résultat devait être vérifié
après le choix d’une conception différente.

Le calcul avec le logiciel ROBOT nous a permis d’aboutir à des résultats exactes pour notre
conception finale. Nous avons ainsi redémontrer que la conception avec une hauteur d’eau de 5m
est la plus optimale.

X. Exeé cution des travaux :


Les travaux réalisés pour la réalisation d’un réservoir sont :

 Les fouilles : descendent jusqu’à la rencontre du sol favorable à la bonne tenue de


l’ouvrage ;

 Les remblais : sont exécutés en matériaux extraits des fouilles et sont compactés par
couches jusqu’à leur compacité d’origine. Après la mise à niveau du terrain naturel, les déblais
excédentaires sont évacués à la décharge publique ;

 Les fondations : la surface décapée reçoit un hérissonage en moellon de 20 cm


d’épaisseur, puis une couche de béton de propreté de 10 cm d’épaisseur. Au dessus de cette
couche est étalée une couche d’asphalte de 2 cm d’épaisseur pour assurer une bonne étanchéité,
ensuite une couche drainante en béton poreux de 10 cm d’épaisseur, coulée avec une pente de
2% vers un caniveau périphérique au bout duquel sont placés deux regards, qui permettent de
détecter les fuites éventuelles du dallage ;

 Le radier : est constituée d’une dalle en béton armé, avec ajout d’un hydrofuge de
masse. Au dessus du dallage est appliquée une forme de pente de 8 pour mille vers une souille où
sera placée la conduite de vidange (pour pouvoir exploiter toute l’eau stockée dans le réservoir) ;

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


177
Mémoire de fin d’études

 Les aciers à béton : ils doivent être exempts de tout défaut pouvant être
préjudiciable à leur résistance et satisfaire les normes en vigueur.

Avant leur mise en place, les armatures sont nettoyées de toute trace de béton, de poussière ou
de graisse. Elles sont placées et maintenues par des ligatures en fil de fer de façon à ne pas
pouvoir bouger lors du bétonnage. Elles ne doivent également pas être déplacées après coulage
du béton.

 Le coffrage et le décoffrage : tous les coffrages sont construits avec des joints étanches
pour éviter toute fuite du mortier. La surface intérieure des coffrages est traitée avec un produit
l’empêchant d’adhérer au béton.

Quant au décoffrage, il se fait le plus tôt possible pour éviter tout retard dans le début de
traitement des parements, sans que le béton ne soit encore jeune et qu’il n’ait atteint une
résistance suffisante pour ne craindre ni affaissement ni dommage quelconque du fait des
contraintes qu’on lui imposerait.

 Les parois verticales : sont en béton armé, auquel un hydrofuge de masse est incorporé.
Elles reçoivent un enduit intérieur étanche, et un enduit extérieur au mortier de ciment de 2 cm
d’épaisseur.
 Les fourreaux étanches : pour la traversée des différentes canalisations (départ, arrivée,
vidanges,…) sont placés lors de l’exécution des travaux.

 La dalle de couverture : est réalisée en béton armé.


 L’étanchéité : qui a été détaillée au chapitre premier.

 L’évacuation de l’eau : les eaux pluviales recueillies sur la couverture sont évacuées par
des barbacanes en acier. Des demi-buses en ciment installées au dessous de chaque barbacane et
au dessus du talutage, évacuent les eaux au pied du talus et dans un caniveau de drainage
assurant la protection tout autour du réservoir contre les eaux de ruissellement.

Un caniveau en béton armé à fermeture par dallettes perforées de 5 cm d’épaisseur est réalisé
à la base de la cuve avec une pente de 1% pour l’évacuation des eaux d’infiltration dans les
regards borgnes puis vers l’exutoire par des buses en ciment.

 Le talus de terre végétale : de pente 3/2 est établi autour du réservoir (semi enterré)
presque jusqu’au niveau du trop plein. Il assure l’isolation thermique des réservoirs.

 La désinfection du réservoir : plusieurs méthodes peuvent être utilisées, dans tous les
cas, il faut obligatoirement nettoyer soigneusement les parois et le fond des ouvrages en vue
d’éliminer toutes les souillures et débris. Une méthode consiste en l’application directe sur la
surface interne du réservoir d’une solution de chlore fortement concentrée.

Cette solution concentrée est projetée sur les surfaces internes des ouvrages vides à l’aide des
appareils de pulvérisation. La surface à désinfecter doit rester en contact avec la solution
concentrée pendant ½ heure.

Lorsque l’ouvrage est convenablement rincé, des prélèvements de contrôle sont faits
immédiatement par un laboratoire. Si les résultats sont satisfaisants, l’ouvrage peut être mis en
service, sinon, le rinçage est renouvelé.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


178
Mémoire de fin d’études

 Les conduites : Les conduites servent soit à l’adduction de l’eau potable, c'est-à-
dire à transporter l’eau d’un point à un autre, soit à la distribution, que ce soit pour les bornes
fontaines ou les branchements individuels.

Les matériaux les plus fréquemment utilisés pour la fabrication des canalisations sont :

 L’acier galvanisé : utilisé au niveau des stations de pompage, pour les traversées
d’oued, de chaâba, de route… Il résiste à la corrosion.
 La fonte : utilisée généralement lorsque la pression de l’eau transitée est très grande
(PN> 16 bar) ; car elle est parfaitement étanche aux fortes pressions. Elle a
également une parfaite tenue aux températures élevées.

Mais le plus souvent, sont le PVC et le polyéthylène qui sont utilisés, car ils
présentent plusieurs avantages outre le faible coût par rapport à la fonte ou à l’acier.

 Le PVC : généralement utilisé pour l’adduction de l’eau potable. Il présente diverses


qualités : l’absence de corrosion, les faibles pertes de charges induites, une bonne
résistance mécanique, un assemblage et une manutention aisée. Par ailleurs, les
conduites en PVC sont très favorisées contre le coup de bélier, car leur module
d’élasticité est plus faible que celui des canalisations métalliques.
Le PVC est livré en tuyaux d’une longueur standard de 3 m.
 Le PEHD (polyéthylène à haute densité) : est spécialement destiné à la distribution
de l’eau potable, où le diamètre des conduites est inférieur à 90 mm. Le PEHD a une
très bonne résistance chimique à l’abrasion, aux chocs et à l’usure, ainsi que
d’excellentes caractéristiques de frottement et d’anti-adhérence et garantit ainsi la
qualité de l’eau véhiculée et la longévité du réseau.
 Pose des conduites : Les dimensions de la tranchée de la conduite dépendent du diamètre
de la conduite et de la nature du terrain.

Les terrassements pour canalisations sont exécutés à l’aide de matériel d’excavation manuel
ou mécanique selon la nature du terrain. Après le réglage des fonds de fouille, la conduite est
posée sur un lit de pose compacté : de 10 cm d’épaisseur s’il s’agit de sable et de 20 cm
d’épaisseur s’il s’agit de gravette.

Ensuite, on procède aux raccordements des canalisations suivant la nature de la conduite et les
prescriptions du CPS. Puis il faut remblayer avec un remblai en tout venant compacté. Il y a trois
types de remblai effectués : un remblai sélectionné, un remblai primaire compacté et un remblai
secondaire.

 Les regards : Les accessoires de sectionnement et de protection de la conduite tels que


les robinets vannes, les ventouses, les compteurs et autres équipements hydrauliques doivent être
placés sous des ouvrages en béton armé : les regards.

Ces ouvrages sont dimensionnés sur place afin d’avoir les dimensions exactes.

La construction de regards se fait en béton armé conformément au CPS et aux plans


d’exécution approuvés par le maître d’ouvrage y compris le ferraillage, le coffrage, l’étanchéité,
l’enduit et la peinture.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


179
Mémoire de fin d’études

Les regards sont fermés par tampon en fonte avec système de fermeture de sûreté et un
dispositif d’aération. Ils sont équipés selon le cas soit de cadre et tampon circulaire en fonte
ductile, soit de capot bombé en acier galvanisé à chaud et d’échelons en acier galvanisé.

 Traitement des points singuliers : Ce sont d´une part, les traitements des zones de
reprises de bétonnage, des fissures, des fuites localisées (nids de cailloux, etc.), d´autre part les
traitements des joints et enfin le traitement des émergences, des zones de pénétration ou de sortie
des canalisations.

Ces points singuliers peuvent être à traiter :

 en préparation des supports avant application d´un revêtement ou imprégnation ;


 en complément d´étanchéité d´ouvrages neufs étanches dans la masse ;
 en réparation et maintenance d´ouvrages ;
 Techniques de traitement des points singuliers :
 injection de fissures ;

 calfeutrement.

En particulier, les passages de canalisation sont aménagés dans les parois par la pose de
gaines étanches fournies en temps utile par l´entrepreneur du lot « canalisations », conformément
aux dispositions de l´article IV.2 du fascicule 74, relatif à la coordination.

 Les accès : Les accès au niveau supérieur des cuves et ouvrages doivent être réalisés par
des escaliers ou des échelles, avec paliers, planchers et passerelles. L´accès à l´intérieur des
cuves est réalisé par des escaliers ou des échelles. Les planchers peuvent être soit complets, soit
limités à une passerelle, à un segment circulaire encastré sur toute la longueur de l´arc, à un
élément de secteur circulaire disposé en console sur la paroi.

Les planchers, paliers et passerelles sont en béton armé, sauf stipulations contraires du CCTP,
et sont munis de garde-corps. Les trappes ménagées dans les planchers ou paliers, pour
manutention de matériels, passage des tuyaux d´incendie, etc., sont, soit munies de fermetures
amovibles en bois ou tôle striée, soit entourées d´un garde-corps.

 Dispositifs de drainage et d’évacuation des eaux :Dans notre projet, nous avons
considéré que le mur servait seulement de soutènement aux terres bien qu’un tel ouvrage
constitue souvent un véritable barrage aux eaux d’infiltration et à la nappe phréatique.

La raison pour laquelle nous n’avons pas tenu compte de la présence d’eau tient au fait qu’il
est plus économique de mettre en œuvre des moyens efficaces d’évacuation des eaux que de
vouloir résister à la poussée hydrostatique. Si aucun dispositif de drainage n’est prévu pour
annuler cette poussée, les dimensions de l’ouvrage deviennent alors très importantes.

 Mise en œuvre du remblai : Avant la mise en œuvre du remblai, on doit s’assurer que
ses caractéristiques géotechniques sont conformes à celles prises en compte dans l’élaboration du
projet :
 Au niveau du calcul des poussées (contrôle de l’angle de frottement interne).
 Au niveau des dispositifs de drainage (vérification de leur perméabilité).

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


180
Mémoire de fin d’études

Une mauvaise exécution du remblai peut être la cause d’un déplacement important en tête
du mur. La mise en œuvre se fait par couches successives n’excédant pas 50 cm, avec des engins
de compactage légers.

Le remblaiement en grande masse ou avec un engin de compactage lourd passant près du mur est
à proscrire car l’ouvrage serait, dans ce cas, soumis à des conditions plus défavorables que celles
pour lesquelles il a été calculé.

Conclusion

Les calculs à l’aide de notre programme, ainsi qu’à travers le logiciel Robot montrent que la
hauteur optimale de l’eau pour ce réservoir est de 5m.

L’adoption du radier au lieu du dallage a permis de stabiliser les parois du réservoir, et de se


dispenser de la mise en place des longrines.

Le calcul hydrodynamique a confirmé la nécessité des chicanes pour diminuer les effets qui
en résultent.

Finalement, nous pouvons affirmer que ce projet a la particularité de traiter un ouvrage


hydraulique spécial, qui constitue un élément important dans le système de distribution de l’eau
potable. Cette particularité a constitué pour nous une bonne expérience professionnelle, dans la
mesure où elle nous a permis, non seulement de mobiliser toutes nos connaissances théoriques
acquises durant notre formation, mais aussi d’apprendre plus de techniques, méthodes et
règlements.

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


181
Mémoire de fin d’études

Reé feé rences bibliographiques


Fascicule 74 - Cahier des clauses techniques générales, relatif à la construction des réservoirs en
béton ;

Règles BAEL 91 ;

Eurocode8 - Conception et dimensionnement des structures pour la résistance aux séismes


-Partie 4 : Silos, réservoirs et canalisations ;

RPS 2000 ;

Traité de béton armé VI, VII, VIII André GUERRIN et George DANIEL, Edition Dunod ;

Conception et calcul des structures en béton, Henry THONIER ;

Le calcul et la vérification des ouvrages en béton armé (théorie et application), PIERRE


CHARON, EYROLLES Editeur ;

Fondation et ouvrages en terre, Gérard PHILIPPONAT, Edition EYROLLES ;

Maîtrise de BAEL 91 Mod 99 ;

Les documents ADETS ;

Les documents de DAVIDOVICI ;

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


182
Mémoire de fin d’études

Techniques de l’ingénieur ;

Annales de l’institut technique du bâtiment et des travaux publics_ N°409 NOVEMBRE 1982 ;

Cours de l’Alimentation en Eau Potable. Mr RHOUZLANE Said ;

Cours de Structures en béton, Mr GUISSI ;

Cours des Murs de soutènement, Mr Ben Bouziane ;

Guide pratique des stations de traitement des eaux, Xavier Lauzin, EYROLLES Editeur ;

Dossier de référence : Ouvrage de captage et de distribution de l’eau, MINISTERE DE


L’EQUIPEMENT DIRECTION GENERALE DE L’HYDRAULIQUE- PAGER : Programme
d’Approvisionnement Groupé en Eau Potable des Populations Rurales ;

Alimentation en eau dans les agglomérations ;

Hydraulique urbaine ;

Asmaa BAGHRI & Samira ENNAOUI Juin 2012


183