Vous êtes sur la page 1sur 20

GESTION DE PORTEFEUILLE

INTRODUCTION
• La théorie du portefeuille s’élabora en une
dizaine d’années de 1952, date de l’article
fondateur de Markowitz, à 1964, date de celui de
Sharpe.
• Dans l’approche de Markowitz, les différents
actifs et portefeuilles sont repérés par leurs
couples (rendement moyen, risque) où le risque
est supposé mesuré par la variance.
• Le problème de chaque investisseur est donc de
chercher le portefeuille maximisant son utilité.
• Un portefeuille est un ensemble d’actifs ou de
titres financiers (actions, obligations, titres de
créance négociables, options, produits dérivés)
détenus par un investisseur, une compagnie
d’assurance, une entreprise ou une institution
financière.
• Dans ce cours, on se place du point de vue du
gérant de fonds qui doit maximiser ses actifs
financiers pour le compte de ses clients en
minimisant le risque. Ce double objectif s’analyse
par le biais d’éléments fondateurs de la théorie
financière. Ainsi, on présentera alternativement
des concepts théoriques et des illustrations
empiriques.
PLAN
• Chapitre I : Performance d’un titre ou d’un
portefeuille.
• Chapitre II : Attitude de l’investisseur face au
risque.
• Chapitre III : Composition optimale de
portefeuille.
• Chapitre IV : La mesure du risque de
portefeuille par l’approche VaR.
REFERENCES
• Broquet, L.; Cobbaut R., Gillet R. et Van Den
Berg A., (2004). « Gestion de portefeuille ». De
Boeck Supérieur, 520p.
• Amenc, N et V LeSourd, (2003). « Théorie du
portefeuille et analyse de sa performance ».
Economica.
CHAPITRE I : PERFORMANCE D’UN
TITRE OU D’UN PORTEFEUILLE
• A-La notion de rendement
• 1. Le rendement d’un titre
• a-La mesure simple
• La mesure de la rentabilité d’un placement en temps
discret, est le taux de l’accroissement de la mise de
l’investisseur entre le moment initial et le moment
final de chaque période de temps.
𝐶𝑡
• 𝑅𝑡 = -1
𝐶𝑡−1
• Où 𝑅𝑡 est le rendement du titre à l’instant t; 𝐶𝑡 et 𝐶𝑡−1
sont respectivement les cours du titre à l’instant t et t-
1.
• b-Prise en en compte des flux monétaires
• En prenant le mois ou l’année comme
périodicité de référence, les flux monétaires
sont supposés se produire soit au temps t, soit
au temps t-1. Toutefois, il se peut qu’un
dividende soit mis en paiement dans le courant
de la période. Dans ce cas le rendement
devient:
𝐶𝑡 +𝐷𝑡
• 𝑅𝑡 = -1
𝐶𝑡−1
• Avec 𝐷𝑡 le dividende perçu.
• La dernière formule n’est valable que si le
dividende est payé à la période t.
• Dans le cas où le dividende est payé avant la
date t, il est supposé que le dividende est
réinvesti.
𝐷𝜏 1+𝑅𝜏 𝑡−𝜏 +𝐶𝑡
• 𝑅𝑡 = -1
𝐶𝑡−1
• Exemples:
• 1-La banque cotait 46280 le 31 Janvier et
45125 le 29 février. Calculez le taux de
rendement.
• 2-un investisseur achète une action en t=0 à
25000. En t = 1 le dividende versé est égal à
5000 FCFA et le prix est échangé à 30000.
Calculez le rendement sur la période.
• 3-Un investisseur achète une action à la date
t=0 à 10000 FCFA. A la date t= 0.5 il reçoit un
dividende de 1000 FCFA qu’il réinvesti au taux
de 6,5%. En t =1, il revend l’action à 12000
FCFA. Calculez le taux de rendement sur la
période.
• 2-Le rendement d’un portefeuille
• Le rendement d’un portefeuille 𝑃𝑓 au cours d’une
période t donnée est la moyenne pondérée des
rendements des titres qui le composent. Il est utilisé
comme facteurs de pondération les proportions 𝑋𝑗 du
portefeuille investies dans les différents titres j.
𝑁
• 𝑅𝑃𝐹,𝑡 = 𝑗=1 𝑋𝑗 𝑅𝑗,𝑡
• Exemple:
• Supposons que nous voulions calculer le rendement
d’un portefeuille dont la composition est décrite par
le tableau suivant:
Action j Proportion de Rendement du titre Rendement du
portefeuille j au cours de portefeuille
investie dans j l’année t
1 0,2 0,12
2 0,1 0,1
3 0,3 0,13
4 0,15 0,16
5 0,25 0,14
• Le rendement s’obtient ainsi en multipliant les
rendements de chacun des 5 titres par leur
proportion dans le portefeuille et en faisant la
somme.
• B- La mesure de risque
Les taux de rendement d’un titre, d’un
portefeuille connaissent d’importantes
fluctuations autour de leur valeur moyenne, il
est donc important de mesurer ce risque.
1-Mesures ex-post du risque.
Habituellement, l’écart type ou la variance sont
utilisés pour mesurer l’ampleur des variations et
donc le risque.
• Soit T périodes, la variance des taux de
rendement du titre j est :
1 𝑇 2
• 𝜎𝑡2 = 𝑡=1(𝑅𝑗,𝑡 −𝑅𝑗 )
𝑇
• 𝑅𝑗,𝑡 est le taux de rendement par période j
• 𝑅𝑗 est le taux de rendement moyen
• On obtient l’écart type en prenant la racine
carrée de la variance.
• Si la distribution des taux de rendement est
normale, l’espérance et la variance
synthétisent parfaitement toute la
distribution.
• Cependant l’écart-type ne suffit pas à évaluer
le risque d’un titre, il est aussi nécessaire de se
faire une idée de l’importance de sa
covariation avec d’autres titres. Ainsi on aura
recours aux concepts de covariation et de
corrélation.
• Elle est égale pour les titres i et j à :
1 𝑇
• 𝑐𝑜𝑣𝑖𝑗 = 𝑖=1(𝑅𝑖𝑡 − 𝑅𝑖 ) (𝑅𝑗,𝑡 −𝑅𝑗 )
𝑇
• Elle se note aussi 𝜎𝑖𝑗
• Son interprétation porte essentiellement sur
son signe (positif, négatif ou nul).
• Pour se faire une idée de l’intensité de la
relation on fait appel au coefficient de
corrélation.
𝜎𝑖𝑗
• 𝜌=
𝜎𝑖 𝜎𝑗
• Il a le même signe que la covariance et est
nécessairement compris entre -1 et +1.
• Application

• 2-Mesures ex-ante du risque


• Au moment d’acheter une action, de constituer un
portefeuille, l’investisseur ne peut qu’estimer le taux de
rendement de de l’action, du portefeuille considéré. Ces
taux de rendement peuvent donc être considérés
comme des variables aléatoires auxquelles sont
attachées des distributions de probabilité dont on
suppose qu’elles suivent une loi normale.
• Soit un investisseur qui prévoit dix scénarios
possibles pour le rendement d’un titre dans un
horizon bien défini.
• A chaque scénario s1, s2, s3,….,s10 il attribue
une probabilité Ps1, Ps2, Ps3,….,Ps10. il estime
ensuite le rendement du titre k pour chaque
scénario.
• Dans ce cas de figure l’espérance
mathématique indique la tendance centrale de
la distribution de probabilité de rendement du
titre k.
• 𝐸 𝑅𝑘 = 10 𝑠=1 𝑃𝑠 𝑅𝑘𝑠
• La variance d’une variable aléatoire mesure la
dispersion de sa distribution. Elle se définit
comme l’espérance du carré des écarts de la
variable par rapport à son espérance.
• 𝜎 2 𝑅𝑘 = 𝐸(𝑥 − 𝐸 𝑋 )2 =
10 2
𝑃 𝑅
𝑠=1 𝑠 𝑘𝑠 − 𝐸 𝑅 𝑘
• Pour la covariance entre deux titres k et l:
• 𝐶𝑜𝑣 𝑅𝑘 , 𝑅𝑙 =
10
𝑠=1(𝑅𝑘𝑠 − 𝐸 𝑅𝑘 )(𝑅𝑙𝑠 − 𝐸(𝑅𝑙 )
• Application
• Le risque d’un portefeuille
𝑁
• 𝐸 𝑅𝑝𝑓 = 𝑖=1 𝑋𝑖 𝐸(𝑅𝑖 )
2 𝑁 𝑁
• 𝜎𝑝𝑓 = 𝑖=1 𝑗=1 𝑋𝑖 𝑋𝑗 𝜎𝑖𝑗
• Pour calculer le risque
• D’un portefeuille faut donc calculer
l’expression 𝑋𝑖 𝑋𝑗 𝜎𝑖𝑗 pour tous les couples
d’action (quand i=j, 𝜎𝑖𝑖 =𝜎𝑖2 )
• Application